Vous êtes sur la page 1sur 509

1-PIÈCES PILOTES

Bordereau des pièces

1.1.1 - Définitions et problèmes généraux.


1.1 NOTICE
GÉNÉRALE 1.1.2 - Conception et choix des piles.
1.1.3 - Conception et choix des piles-culées.

1.2.1 - Notice de présentation et usage des modèles.


1.2 MODÈLES 1.2.2 - Modèles de piles.
1.2.3 - Modèles de piles-culées.

1.3.1 - Prédimensionnement géométrique.


Coûts et quantités.
1.3 CALCULS 1.3.2 - Calculs complémentaires.
Ferrai 11 âges types.
1.3.3 - Choc de véhicule routier sur une pile de pont.

1.4 ÉQUIPEMENTS \ 1-4.1 - Dispositions et équipements divers.


DES APPUIS j 1.4.2 - Perrés (provisoire).

Les présentes pièces pilotes ont été rédigées par MM. LAURAS,
Ingénieur des T.P.E. et NOURISSON, Ingénieur des Ponts et Chaussées, sous
la direction de M. MATHIEU, Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées, Chef
de la DOA.-B du S.E.T.R.A. Ont également collaboré à l'élaboration de ces
pièces M. FRALEU, Architecte, et les ingénieurs des divisions d'ouvrages
d'art du SETRA et des CETE.
La gestion de ces pièces pilotes est assurée par les mêmes ingé-
nieurs que celle du sous-dossier 2 et du programme de calcul correspondant
(actuellement, M. WYSOCKI, Ingénieur des T.P.E.).

On trouvera une présentation générale du dossier Hans les premières


pages de la pièce 1.1.1.

S.E.T.R.A.- 46, Avenue Aristide Briand - B.P. 100 - 92223 BAGNEtIX

OCTOBRE 1977
1.1.1
DÉFINITIONS ET PROBLÈMES GÉNÉRAUX

Page
1 . DEFINITIONS ........................................................................ 1
..
1 1 Rôle des appuis .Dgfinition ........................................... 1
.
1 2. Les diffgrents types d'appuis ......................................... 1
1.3. Structure des appuis ..................................................... 2
1.4. Rattachement au dossier-pilote FOND 72 ............................. 3

2 . PROBLEMES GENERAUX ............................................................... 4


2.1. Conditions fonctionnelles .............................................. 5
.
2.1. I .
Tracés
..... en
.
. ..plan
... des
..- voies
.
. .........................................
..
r'

2 I 2. Profils ten long et en travers des voies . . . . . . . . . . . . . . . . . 6


a) Tirant d'air sous l'ouvrage ............................... 7
b) Sens longitudinal ............................................ 7
c ) Sens transversal ............................................. 8
2.1.3. Géométrie et nature des terrassements ..................... 12
2 . 1.4. .
Contraintes
....
..
. ..
.......
.d'implantation
.
..
...
. .................................... 12
2.2. Conditions mécaniques - .................................................... 13
2.2.1. Liaison
.. .... ...au
.....
...................................................
tablier 13
2.2. 1 .1 . Nature des appareils d'appui ..................... 13
2.2.1.2. Repartition entre les differentes lignes
d'appui ................................................. 13
2.2.1.3. Forme et dimensions des appareils d'appui . . . 15
a) Appareils en élastomère ....................... 15
b) Sections rétrécies de beton . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2.1.4. Nombre, espacement et position des appa-
reils d'appui ........................................ 16
2.2.2. .
Liaison
.
..
...
...
..au
..
..sol
.
..
...
.de
.
...fondation .................................. 20
2.2.3. .
Continuité
..
.....
.....ou
.
...discontinuité
..
.........
....
...des
...
. .'éléments
.... ..... .verticaux . . . . 21
2.2.4. Rigidité
..
...
....
...dans
.
....
..le
..
...
.sens
.
...
. transversal ...........................
.
. 22
2.2.4.1. Cas d e s appuis à base de voiles . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2
2.2.4.2. Cas des appuis à base de colonnes ou de
poteaux.................................................. 23
2.2.4.3. Dirnensionnepent de l'élément raidisseur . . . . . . 24

2.2.5. AQtitude
...
.......
..à..résister
..... .... ...à.
. un
...choc
.
... . ..éventuel
..... .. .... de véhicule
.....................................................................
lourd 27
2.2.6. Possibilité
..... ... .. .de
. .. changer
. .. . . .. facilerient
.... . .. .. . des
. .. . appareils
. .. . .. . .. .
.... ......................... . . . ......., ..........................
d'appui
. . 30
2.3. Conditions économiques................................................... 31
2.4. Conditions esthétiques ................................................. 31
2.5. Condition de calcul automatique par le programme P.P. 73. . . . . 36
2.6. Interdépendance appui-tablier ........................................ 37

3 . CONCEPTION ET C H O I X DES APPUIS .............................................. 39


PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DOSSIER

Les présentes pièces p i l o t e s sont consacrées aux appuis des t a -


b l i e r s de ponts courants, transmettant uniquement des réactions v e r t i c a l e s
ou q u a s i - v e r t i c a l e s , à l'exclusion des culées qui font l ' o b j e t d ' u n dossier
p i l o t e séparé (CT 6 6 ) .
Le dossier distingue les appuis hors sol représentés p a r l e s
p i l e s intermédiaires des ouvrages à plusieurs travées - s o l i d a i r e s ou non -
e t les appuis enterrés représentées p a r l e s piles-culéeç d'extrémité.
Néanmoins on t r a i t e également des piles-culées apparentes , qui sont noyées
dans les remblais s u r une p a r t i e séulement de leur hauteur. Ces appuis
intermédiaires entre les piles-culées noyées dans l e s t e r r e s e t les culées,
sont d'une façon générale t r a i t é s séparément à l a f i n des documents e t cha-
p i t r e s r e l a t i f s aux piles-culées.

Les pièces p i l o t e s peuvent ê t r e classées en 4 groupes :


1.1 - NOTICE GENERALE.
Les t r o i s premières pièces constituent un guide pour l a concep-
tion e t l e choix des appuis.
1.1.1 - Définitions e t problèmes généraux.
Après quelques définitions e t l e s notations générales u t i l i s é e s
dans les pièces p i l o t e s , l a pièce 1.1.1 présente l e s problèmes généraux
susceptibles d ' i n t e r v e n i r dans l a conception e t l e choix des appuis :
fonctionnels ( c a r a c t é r i s t i q u e s géométriques d u franchissement, . . . ) , mé-
caniques ( l i a i s o n s avec l e t a b l i e r e t avec l e s o l , r i g i d i t é dans l e sens
t r a n s v e r s a l , aptitude à r é s i s t e r aux chocs, ...) économiques, esthétiques
( n o n dissociables de ceux du t a b l i e r ) , p o s s i b i l i t é de calcul automatique.
Les problèmes spécifiques à chacune des catégories d'appui font
l ' o b j e t des deux pièces suivantes :
1.1.2 - Conception e t choix des p i l e s .
1.1.3 - Conception e t choix des piles-culées.
Après l a présentation des données e t d'option préliminaires, ces
deux pièces d é t a i l l e n t l e s d i f f é r e n t s éléments c o n s t i t u t i f s des appuis
( t e l s que l a fondation, l e s f û t s des appuis, l e chevêtre e t l e raccordement
avec les t e r r e s , . . . ) ; e t quelques indications sont données s u r l e s pro-
b 1 ème s s pé ci f i q ues d ' e xé c u t i on.
1.2 - I4Gi;ELES.
Les pièces re1 a t i ves aux modèles d ' appui comprennent une noti ce
de présentation e t usage des modèles (1.2.1) e t deux pièces essentiellement
constituées de dessins e t de scGiénas :

1.2.2 - b d è l e s de p i l e s .
1.2.3 - Modèles de piles-culées.
Le catalogue des modèles présenté a pour rôle : de d é f i n i r des ap-
puis adaptés géométriquement e t mécaniquement aux t a b l i e r s q u ' i l s doivent
porter, de permettre u n choix parmi u,.eassez grande variété de formes, de
contribuer a u bon aspect de l'ouvrage dans son ensemble e t dans son s i t e .
Dans l a pièce 1 . 2 . 2 sur l e s modèles de piles seule l a p a r t i e vue e s t d é c r i t e .
Cette pièce contient également une étude de l a standardisation des longueurs
des voiles é l é r e n t a i r e s , applicable à u n l o t d'ouvrages.

1 . 3 - CALCULS.

1.3.1 - Prédipensionnement géorétrique. CoîJits e t quantités.


Cette pièce d o n t l ' u s a g e e s t f a c u l t a t i f e s t u n complément aux
documents généraux FCOT 67 e t EST 6 7 , permettant des prédimensionnepents
plus précis valables dans u n domaine plus étendu.

1.3.2 - Calculs complémentaires. Ferraillages types.


Cette pièce constitue un guide pour l e f e r r a i l l a g e des p i l e s e t
piles-culées au stade des études d'exécution. Y sont rassepblées l e s rèyles
de l ' a r t permettant de procurer aux appuis l a robustesse nécessaire, u n
f e r r a i l l a g e correct des appuis de p o n t ne p o u v a n t ê t r e obtenu p a r une
s t r i c t e application des règlements.

1.3.3 - Choc d ' u n véhicule r o u t i e r sur une p i l e de p o n t .


Après exanen de cas réels rie cnocs, de l a réglementation étran-
gère, c e t t e pièce n ' e s t qu'une recommandation du S . E . T . R . A . , constituant
un essai d'homogénéisation des règles de l ' a r t precédemment admises.
1 . 4 - EQUIPEMEKTS DES APPUIS.
Les deux pièces 1 . 4 . 1 Dispositions e t équipements divers con-
sacrées essentiellement à l'environnement des appareils d'appui (bossages)
e t au drainage des appuis e t 1 . 4 . 2 Perrés (provisoirement constitué p2.r
l a pièce 5.2 du dossier IIADE) annulent l ' a c t u e l sous-dossier 5 (Evacuation
des eaux) du dossier JADE 68, les s u j e t s t r a i t é s ayant naturellevent leur
place dans u n dossier consacré aux appuis, plutôt que daris un dossier con-
sacré aux équipements des t a b l i e r s .
- 1 -

1- DÉFINITIONS

l - 1 . ROLE DES A P P U I S - D E F I N I T i O-~ ~ .

Au sens large du terme, l e s appuis o n t pour rôle de transmet-


t r e les e f f o r t s dus au t a b l i e r jusqu'au sol de fondation. On peut donc
d é f i n i r u n appui comme u n élément intermédiaire qui permet de reporter
sur l e sol les e f f o r t s provenant d u t a b l i e r . Dans u n sens plus r e s t r i c -
t i f , u n appui se l i m i t e r a i t à l a p a r t i e s i t u é e au-dessus de l'élément
assurant l a fondation, en l'occurrence : l a semelle en cas de fondation
s u p e r f i c i e l l e , l e massif de béton surmontant l'ensemble des pieux ou des
p ~ l i ?ari cC75 r'e fotidat 11, III ##('e.

Ainsi qu'on l e verra par l a s u i t e , notamTent en ce qui concer-


ne les piles-culées, i l e s t d i f f i c i l e de dissocier l'appui proprement
d i t de l a fondation, c e t t e séparation é t a n t souvent a r t i f i c i e l l e e t ar-
b i t r a i r e ; aussi l ' é t u d e des appuis s e r a - t - e l l e conduite en l e s considé-
r a n t au sens l e plus large du terme, donc en y incluant l e s semelles e t
même, éventuellement, les pieux ou l e s p u i t s .
En vertu même de leur rôle défini ci-dessus, l ' é t u d e des appuis
ne s a u r a i t ê t r e dissociée de c e l l e du t a b l i e r q u ' i l s supportent, ni de
c e l l e du sol de fondation sous-jacent sur lequel i l s reposent. Une pré-
cision s'impose cependant : i l s ' a g i t uniquement,dans ce qui s t i i t , d ' a p -
puis indépendants mécaniquement du t a b l i e r q u ' i l s supportent. Le cas des
ouvrages d o n t les appuis f o n t p a r t i e intégrante de l a s t r u c t u r e - t e l s
l e s ponts-cadres, les portiques e t l e s ponts à béquilles - e s t t r a i t é
a i l l e u r s ( c f . l e s dossiers-pilotes P I - C F , P I - P O , PS-BQ).

1 . 2 . LES DIFFEREMTS TYPES D ' A P P U I S .

Un appui peut ê t r e caractérisé p a r son comportement mécanique


e t l ' o n peut distinguer, de ce f a i t , deux grandes catégories :
- les appuis transmettant uniquement des réactions v e r t i_c_ a l e s .~

ou quasi verticale's ;
- les appuis transmettant des réactions v e r t i c a l e s e t horizon-
t a l e s irwortantes.
La deuxième catégorie e s t représentée par l e s culées, qui o n t
f a i t l ' o b j e t d'un dossier-pilote séparé (CT.66). Seuls l e s appuis en-
trant dans l a première c a t ' 7 n r i e sont étudies i c i .
Parmi ces derniers, on peut distinguer les appuis hors s o l re-
présentés par les pi les intermédiaires des ouvrages à plusieurs travées-
s o l i d a i r e s ou non - e t les appuis enterrés- représentés par les p i l e s -
culées d'extrémité ; ces' dernières sont l e plus souvent constituées par
des éléments verticaux i s o l é s , du type colonnes c i r c u l a i r e s ou poteaux;
les p i l e s intermédiaires, en revanche, peuvent ê t r e constituées s o i t p a r
ces mêmes éléments verticaux, s o i t p a r des voiles continus.
- 2 -

_- _- appa-
Néanmoins on t r a i t e r a dans ce dossier des "pi!es-culées
rxfitesII,qui sont noyées dans les remblais sur une p a r t i e seulerrent de
leur h auteur. Ces appiiis, qui representent un cas intermédiaire entre ap-
puis de l a première e t cie l a deuxième caténorie, o n t des propriétés spé-
cifiques qui conduiront souvent à les t r a i t e r séparement à l a f i n des do-
cuments e t chapitres r e l s t i f s a u x piles-cul6Ps.
Dans ce qui s u i t , seuls sont e n v i s a g é s les appuis cies pon&
courants ( c ' e s t - à - d i r e grands ouvrages exclus). Un bulletin technique s u r
les piles e t culées des grands ouvrages e s t actuellement à l ' é t u d e au dé-
partement Béton de l a D . 0 . A . - F . d u S.E.T.R.A.

1.3. STRUCTURE DES APPUIS.

D'une manière générale, un appui comporte deux parties bien


di s t i nctes : - .

------------------
- une syperstructure ou f û t , sur laquelle repose l e t a b l i e r
par 1 'intermédiaire d'appareils d'appui ; el l e e s t constituée s o i t par
u n ou plusieurs v o i l e s , s o i t par une, s é r i e de colonnes ou poteaux g6-
néralewnt surmontés d'un chevêtre ; l a superstructure repose éventuel-
lement sur une nervure j o u a n t l e rôle de simple soubassement ou d'élément
de r é p a r t i t i o n e t de raidissevent.

- une f m b g s j g n , constituée s o i t par une simple semelle repo-


sant directement s u r l e sol ou s u r un massif de béton non armé, s o i t par
u n ensemble de pieux réunis en t ê t e p a r une semelle de l i a i s o n .

Par convention les dimensions parallèles aux lianes d'appuis


sont appelées longueurs , les dimensions perpendiculaires aux lignes
d'appui sont appelées largeurs pour l a semelle e t épaisseurs pour l a
superstructure de l'appui dans l e cas d'un voile.
En tout é t a t de cause, e t quel que s o i t l e type de fondation,
l a superstructure sera l e plus souvent constituée d ' u n ou de plusieurs
voiles pleins pour une p i l e internédiaire e t de colonnes ou de poteaux
pour une pile-culée.
- 3 -

1.4. RATTACHEMENT AU DOSSIER-PILOT-E FOND 72,


En raison de leur rôle d'é1éme"nt intermédiaire e n t r e l e t a b l i e r
e t l e sol de fondation, l ' é t u d e des appuis ne s a u r a i t se concevoir sans
une connaissance préalable des caractéristiques de ce dernier, à s a v o i r
les emplacements possibles, l e s niveaux d'appui envisageables e t les
performances à en attendre (contraintes admissibles, tassements prévi-
s i b l e s , e t c . . . ) , qui détermineront l e type de fondation à r e t e n i r . Une
étude géotechnique sérieuse e s t donc l e préalable indispensable, mais
ne sera e f f i c a c e e t ' u t i l i s a b l e que s i l e projeteur e s t en mesure de
l ' i n t e r p r é t e r e t de décider à coup sûr quel e s t l e type de fondation l e
mieux adapté mécaniquement e t économiquement : l a réponse à ces questions
pourra l e plus souvent ê t r e trouvée dans l e dossier FOND 7 2 , qui e s t l e
complément indispensable du présent dossier.
NOTATI.ONS.
---------
Les principales notations r e l a t i v e s aux caractéristiques géomé-
triques u t i l i s é e s dans l e présent dossier sont définies ci-après.
B = 1 argeur de l a semel l e
Voile (SI longueur de l a semelle
Ls =
b .= largeur de l a nervure
E = épaisseur des voi l e s
E- (l = diamètre des colonnes
a = diménsion transversale des poteaux
Ht = hauteur t o t a l e
niveau du ter-
rainfini(aprèç D = profondeur de l a fondation

$;.travaux)
H, = hauteur vue, dans l e cas d'une p i l e
= hauteur de l a semel l e
hS

hn = hauteur de l a nervure
H = hauteur du f û t
f
hc = hauteur du chevêtre
= longueur du voile à sa p a r t i e supérieure
\Lo
L O u ] L l = longueur. du w i l e à s z base
e = espJcement ues colonnes ou des poteaux

t LO

Colonnes ou poteaux
- 4 -

2, PROBLÈMES GÉNÉRAUX
CONDITIONS D'APPUI

A l a différence du t a b l i e r q u ' i l s doivent porter, qui peut


ê t r e étudié à p a r t , pour lequel l e s données sont généralement simples
e t peu nombreuses - que ce s o i t sa géométrie ( l a r g e u r , longueur, b i a i s )
ou son schéma mécanique (nombre e t portées des travées, nature du maté-
r i a u ) - e t par conséquent l e s choix possibles relativement l i m i t é s , l a
conception e t l e choix deS.appuis sont, au c o n t r a i r e , l i é s à une multi-
tude de paramètres d'importance e t d'incidence variables ( c a r a c t é r i s t i -
ques d u fratîchissement,du t a b l i e r , s i t e , sol de fondation, e t c . ; . ) aux-
quels peuvent s ' a j o u t e r eventuel lement des contraintes dans l e domaine
de l ' e s t h é t i q u e pour les appuis vus.
Le schéma ci . jessc?us f a i t apparaître l a démarche en vue de l a
recherche d'une solution p o u r les appuis.

CARACTÉRISTIQUES
EM PL AC EM ENT SOLUTION
DU FRANCHISSEMENT
- POSSIBLE
- ET
LONGUEUR -
CARACTÉRISTIQUES
- POUR
GÉOMÉTRIQUES
DES APPUIS DES TRAVÉES DU TABLIER LES APPUIS
GÉOTECHNIQU ES

On remarque que l ' é t u d e des appuis e s t complexe, puih(;u'elle


a son origine à l'amont de c e l l e du t a b l i e r , pour se terminer à l ' a v a l
de c e t t e dernière. Aussi, toute étude d'appui d o i t - e l l e commencer par
u n recensement aussi complet que possible des données e t paramètres
susceptibles d'intervenirdans-leürconceptionet l e choix de leur struc-
ture.
Ces données e t paramètres dépendent des conditions d'appui,
que l ' o n peut c l a s s e r de l a manière suivante :

- conditions fonctionnelles
- conditions mécaniques
- conditions ?cOn9ITliQUeS
- conditions esthétiques 8

- conditions de calcul automatique p a r l e programme P.P. 73 ( s o u s -


dossier 2 ) .
Cette c l a s s i f i c a t i o n e s t en elle-même u n peu a r b i t r a i r e , c a r
i 1 e s t parfois di f f i ci 1 e de di ssocier ,par exemple ,l es condi t i ons méca-
niques des condjtions fonctionnelles ou encore des cond'tions économi-
ques, compte tenu de leur imbrication. Quoi q u ' i l en s o i t , ces condi-
tions d'appui sont S ~ C - ~ > S ' V W + - P L a-aly-ées ci-après.
- 5 -

2.1. CONDITIONS FONCTIONNELLES.


~~.

Elles sont à l a base même de l ' é t u d e des appuis e t l i é e s


directement aux imperatifs d u franchissement, qui commandent notamment
leur implantation e t éventuellement leur type e t leur s t r u c t u r e . Le pro-
blème qui se pose au premier chef e s t en e f f e t de savoir - o ù l ' o n peut
appuyer l e t a b l i e r e t comment.
I1 s ' a g i t donc, en premier l i e u , d'examiner l ' i n c i d e n c e des
caractéristiques d u franchissement sur l e s conditions d'appui. Les pa-
ramètres qui interviennent sont r e l a t i f s à l a l i e f r a n c h i q ( 1 ) - vr,:,o in-
f é r i e u r e - e t à l a voie portée - voie supérieure - ; i l s sont donc prin-
cipalement d ' o r d r e géométrique e t sont énumérés ci-dessous :
- les tracés en p l a n des voies,
- les p r o f i l s en l o n g e t en travers des voies, a i n s i que l e
t i r a n t d ' a i r sous l'ouvrage,
- l a géométrie e t l a nature des terrassements aux abords de
1 ouvrage,
- les contraintes d'iinplantation.
Leur incidence e s t analysée ci-après.

2.1.1. TRACES
. . . . . . . .EN
. . . .PLAN
. . . . .DES
. . . . VOIES.
...
Les caractéristiques des tracés en p l a n aux abords e t au d r o i t
de l'ouvrage sont l e biais e t l a courbure, éventuellement.
Un -----
b i a i s important peut conduire à une grande l s n j c x r de l i -
gne d'appui théorique ( 2 ) . On a i c i l a p o s s i b i l i t é de réduire c e t t e lon-
gueur en fixant l e s extrémités de l'appui en r e t r a i t par r a p p o r t au t a -
b l i e r , ce qui peut influencer l a conception même du t a b l i e r , pour lequel
3rl pourra préférer une s t r u c t u r e avec encorbellements. Dans c e r t a i n s cas
extrêmes e t pour u n p o n t de largeur limitée, on peut a l l e r j u s q u ' à ap-
puyer l e t a b l i e r de façon quasi ponctuelle au d r o i t de c e r t a i n s appuis,
ce qui conduit à u n fonctionnement en p o n t d r o i t (mais avec des portées
r e s u l t a n t d u b i a i s e t moyennant une implantation adequate des appuis
d'extrémité) ; une t e l l e disposition a u r a donc généralement une i n c i -
dence sur l a longueur de l'ouvrage.
De même, une p~~rl~yre-i~-;rac~ en plan de 1 'une des voies ou
des deux, pour peu q u ' e l l e s o i t associée à u n b i a i s important, conduira
généralement à des longueurs d i f f é r e n t e s des lignes d'appui. Ici encore,
l e s problèmes de conception e t l e choix des appuis peuvent influencer l e
choix de l a s t r u c t u r e : coinnie ci-dessus on pourra, p a r exemple, Dréfé-
r e r une s t r u c t u r e reposant sur des appuis ponctuels constitués par des
colonnes cy1 indrisupq de d i m è t r e annroprié : toutefni 5 des prohl@ws

(1) I 1 f a u t prendre ce ternie dans son + L C ~. -


0 *
la plus l a r g e , l a voie
k '

franchie p o u v a n t ê t r e non seulement. une route ou une autoroute, mais éga-


lement une voie f e r r é e , u n cours d'eau ( r i v i è r e , canal, . . . ) ou t o u t autre
obstacle, même s i l e s dispositions figurées l e plus souvent dans l e présent
dossier se rapportent à des franchissements routiers ou autoroutiers.
( 2 ) La ligne d'appui théorique e s t définie p a r l ' i n t e r s e c t i o n de l a sur-
face de l ' i n t r a d o s par l a portion de plan ou de cylindre à géneratrices
v e r t i c a l e s , implantée parallèlement à l a voie franchie ; l a considéra-
tion de lignes d'appdi théoriques permet de dégager strictement en t o u t
point l e gabarit transversal.
- 6 -

spéciaux risquent de se poser pour l e t a b l i e r ; ce type d'ouvrage se


rencontre notamment en s i t e u r b a i n ( c f . schémas de l a page 3 8 ) .
Enfin, u n t a b l i e r de largeur variable (par exemple à cause de
l a proxim t é d'un carrefour) conduit, pour l e s a p p u i s d'extrémité, à des
problPmes analogues à ceux résultant de tracés courbes. Dans certains
cas, l a 1 gne d ' a p p u i r é e l l e ne coïncidera pas avec l a ligne d'iippui
théorique (voie frarichie courbe, p a r exeriple).
Tab1ier rectiligne Tablier rectiligne
Voie franchie rectiligne Voie franchie courbe

A,B,C, rectilignes et paralleles A , B, courbes, non paraileies


A=B=C A>B

A,B,C : lignes
d'appui theoriques

Tablier courbe Tablier courbe


Voie franchie rectiligne Voie franchie courbe

A,B, C, rectilignes et paralleles A,B, courbes non paralleles


A >C >B A+B

De même que l e s caractéristiques géométriques des tracés en


plan o n t une incidence sur l'implantation des'appuis, leur longueur e t
aussi parfois leur s t r u c t u r e , c e l l e s r e l a t i v e s aux p r o f i l s des voies i n -
f é r i e u r e e t supérieure o n t une incidence non négligeable sur l a h a u t e u r
de ces derniers.
Bien entendu,i'élément majeur e s t l a différence moyenne d ' a l -
t i t u d e des p r o f i l s en long supérieur e t i n f é r i e u r , c ' e s t - à - d i r e en p r a -
tique l e tirant d ' a i r sous l'ouvrage. I1 va ê t r e examiné en(a) ci-après.
E n ce q u i concerne l e d é t a i l , quatre paramètres entrent en j e u , que l'on
peut c l a s s e r de l a manière suivante, p a r référence à l'ouvrage :
- 7 -

- sens longitudinal profil en travers de l a voie i n f é r i e u r e


(paral 1 è1 ement à 1 ' ouvrage) { profil en-long de l a voie supérieure.
- sens transversal profil en long de l a voie i n f é r i e u r e
{ profil en travers de l a voie supérieure.
Leurs incidences sur l e s caractéristiques géométriques des appuis seront
analysées en b ) e t en c ) pour u n p o n t d r o i t ; on n'oubliera pas q u ' e l l e s
i n t e r f è r e n t de diverses manières avec l e b i a i s .
a - -------
Tirant d ' a i r sous-----
l'ouvrage.
Si des appuis de hauteur standard pour u n franchissement row-
t i e r - permettant de dégager u n gabarit normal , s o i t 4 , 5 m à 5 m - ne
posent guère de problèmes en dehors de ceux évoqués en b ) e t c ) e t
pourront l e plus souvent, dans l e cas des p i l e s intermédiaires, ê t r e
constitués p a r des voiles de 0,50 m d'épaisseur, i l n'en va plus de même
lorsque l e t i r a n t d ' a i r sous 1 'ouvrage devient important ( 8 'm par exem-
ple pour f i x e r l e s idées) car alors l'augmentation de hauteur des appuis
risque d ' e n t r a î n e r des sujétions diverses, techniques, économiques e t
esthétiques.
Du point de vue technique, l'augmentation des s o l l i c i t a t i o n s
horizontales entr-e autres pourra conduire à majorer 1 'épaisseur des voi-
l e s e t se répercutera sur les fondations. Du point de vue économique,
des appuis de grande hauteur deviennent coûteux e t l a question se pose
a l o r s de savoir s ' i l n'y a pas i n t é r ê t à en réduire l e nombre par rap-
port à celui qui s e r a i t normalement retenu pour u n franchissement au
gabarit normal, e t ce malgré u n allongement des travées d u t a b l i e r ; s i
l ' o n décide malgré t o u t de conserver l e nombre normal d appuis, on pourra
jouer sur leurs dimensions dans l e sens transversal ( s e on l a l i ç n e d'ap-
pui) en l e s réduisant au minimum, avec pour conséquence une modification
-
adéquate de l a s t r u c t u r e du t a b l i e r , pour laquelle on s orientera par
exemple vers une solution en d a l l e nervurée avec larges encorbellements.
Du point de vue esthétique, u n t i r a n t d ' a i r ilriportan-i; S O U S
l'ouvrage peut conduire à un ouvrage mal proportionné: t a b l i e r trop
mince h a u t perché sur des p i l e s également t r o p grêles ; a i n s i , à t i t r e
d'exemple, en cas de t i r a n t d ' a i r important, u n passage supérieur s u r
autoroute à 4 travées ( d u type PSI.DA ou PSI.DP) e s t mal adapté e t d o i t
normalement ê t r e remplacé p a r u n ouvrage à t r o i s travées d ' u n autre type
sans appui sur l e t e r r e - p l e i n c e n t r a l .
b - Sens ____ .
- - - _longitudinal
S i l a voie supérieure e s t en ente ou présente u n profil en
--%
long c i r c u l a i r e de f a i b l e rayon e t s i l e t a l i e r repose sur plusieurs
lignes d'appui , l e s appuis intermédiaires auront des hauteurs vues d i f -
férentes , différences qui peuvent ê t r e aggravées s i l a voie i n f é r i e u r e
présepte u n dévers important de sens inverse à l a pente du t a b l i e r :
dans ce cas les pentes s ' a j o u t e n t e t l a différence de hauteur e n t r e
appuis vus extrêmes peut atteindre des valeurs importantes, ce qui risque
de poser au moins des problèmes d ' a s p e c t . Q u a n t aux appuis d'extrémité,
ou piles-culées, leur hauteur dépendra non seulpment des p r o f i l s , mais
aussi d u niveau e t du mode de fondation, ainsi que de l a chronologie
des phases de terrassement, éventuel lement.
- 8 -

Ceci e s t i l l u s t r é par les schémas des pages 9: e t 10, dans l e


cas d'un passage supérieur sur autoroute à 4 e t 3 travées e t pour d i f -
férentes combinaisons de pentes e t de dévers.
c - ---_------------
Sens transversal.
Si l a voie inférieure e s t en pente, l a hauteur vue sera v a r i a -
ble l e l o n g d'une reme ligne d ' a p p u i , l a différence de hauteur e n t r e ex-
trémités de l'appui pouvant ê t r e aggravée s i l a voie supérieure présente
un dévers de sens opposé à l a pente de l a voie inférieure.
On se référera aux schémas de l a page 11, qui correspondent
respectivement au cas d'un t a b l i e r unique e t à celui de deux t a b l i e r s
accolés, avec différentes combinaisons de dévers e t de pentes.
P - P - 2
( P + d ) ï N2H-LH
IH 'H
sai!eiiuoa suas ap p )a d
suas auiatu ap p l a d
O=d
%z - LH
s a a m i ) p e a 6 e i ~ n oun,p s e 3
Cas d'un o u v ~ a g eà 3 travées
#

P=o
*
-
I
AH= O G
t c 2% 2 Ole
2 appuis identiques

-
A
'G
t 2 "1.

p et d de même sens
AH E L ( p-d) r -

p et d de sens contraires

A H c= L (p+d) G
C d - d
I
!
I - d I
I I
p(3-a)+da =HV 'HlI PH
B
I
1
d- I
LH I
I
I
IOH
LH
I
b7777m777zi
P'
I I
ONP
-
- 12 -

.
Du point de vue de l a géométrie des terrassements, on peut
distinguer t r o i s cas :
- l a voie inférieure e s t sensiblement au niveau d u t e r r a i n
naturel
- l'ouvrage e s t partiellement en déblai ( l a voie inférieure
e s t en déblai de 2 m par exemple)
- l'ouvrage e s t complètement en déblai.
En ce qui concerne l'implantation des appuis, on peut estimer
que les t r o i s cas sont équivalents, dans l a mesure où l a pente des t a -
lus e s t l a même. Par contre leur conception peut ê t r e influencée par
l e niveau d u t e r r a i n naturel par rapport aux voies : s i , en e f f e t , l a
hauteur d ' u n appui intermédiaire e s t commandée p a r l a hauteur vue, donc
a priori invariable pour u n franchissement donné, i l en va différemment
pour l e s piles-culées q u i , dans l e cas d'une voie inférieure complètement
en déblai notamment, pourront ê t r e fondées en t ê t e du t a l u s s i l a nature
du sol l e permet ; t o u t e f o i s , i l e s t recommandé de ne pas approcher l e
bord externe de l a semelle à moins d'une distance minimale d u t a l u s
( c f . pièce 1.1.3, page 1 5 ) .

2.1.4. CONTRAINTES D'IMPLANTATION.


..........................
Il n ' e s t pas toujours possible de placer u n appui en un point
qui s e r a i t cependant souhaitable vis-à-vis de l a s t r u c t u r e portée : l e
cas d ' u n P.S. sur autoroute, par exemple, pourra ê t r e t r a i t é différem-
ment selon que les caractéristiques transversales d u t e r r e - p l e i n cen-
t r a l permettent ou non l'implantation d'un appui ; de même, en s i t e ur-
bain , l ' e x i s t e n c e d ' u n appui à u n emplacement bien défini considéré
comme souhaitable ne sera pas toujours possible en raison des contrain-
tes l i é e s au s i t e ; e t encore cet appui devra-t-il répondre à certains
impératifs t e l s que présenter l e minimum d'encombrement au s o l , ce qui
peut conduire, p a r exemple, à une solution du type pile-marteau ou por-
tique.

2.2. CONDITIONS MECANIQUES.


I
Conformément à ce qui a é t é d i t au d é b u t de 1 '@tildef. l e s ap-
puis concernés o n t pour rôle principal de transmettre au sol des réac-
tions v e r t i c a l e s ; l a conception des appuis devra en t e n i r compte e t
ceux-ci seront donc en bonne logique composés d'éléments eux-mêmes ver-
ticaux, a f i n d ' é v i t e r toute s o l l i c i t a t i o n p a r a s i t e t e l l e que c i s a i l l e -
ment ou flexion ; ces éléments seront à base de colonnes, de poteaux ou
de v o i l e s , comme cela a é t é précisé plus h a u t ( c f . y:e 2 ) . Te n ' e s t que
dans certains cas p a r t i c u l i e r s bien définis que l ' o n pourra s ' é c a r t e r
de c e t t e règle : p o u r certains ponts en s i t e urbain ou pour des viaducs
d o n t les t a b l i e r s reposent sur des appuis marteaux, par exemple.
Lpç i i , + ) * ~ f - 1 iiitiqnç j ?)-ri Ir 1 roiiiptp ç ~ l r t:

- l a nature des liaisons en - i i a ü t - avec l e t a b l i e r - , en -


bas
- avec l e sol - ;
- l a continuité dii l a discontinuité des éléments verticaux de
transmission des descentes de charge ;
- 13 -

- l a nécessité d ' a s s u r e r l a r i g i d i t é dans l e sens transversal ;


- l ' a p t i t u d e à r é s i s t e r à u n choc éventuel de véhicule lourd ;
- l a p o s s i b i l i t é de changer facilement l e s appareils d'appui.

2.2.1. ----------___-__--
LIAISON AU TABLIER.
2.2.1.1. Nature des appareils d'appui ( v o i r aussi JADE 68, sous-dossier 3 ) .
La l i a i s o n des appuis au t a b l i e r e s t assurée p a r l ' i n t e r m é d i a i -
re d'appareils d'appui,que l ' o n peut c l a s s e r selon leur mode de fonction-
nement e t leur aptitude à transmettre l e s e f f o r t s horizontaux provenant
du t a b l i e r ainsi que ses déplacements ; l a nature de l a l i a i s o n peut ê t r e :
- rigide
-- ----------------
e t a r t i c u l é e : l e sonmet de l'appui s u i t exactement
l e s déplacements de la section de t a b l i e r s i t u é e au d r o i t
de l ' a p p a r e i l d'appui ; l e s e f f o r t s horizontaux provenant
du t a b 1 i e r sont transmis intégralement à 1 'appui ; 1 'appa-
r e i l e s t du type section r é t r g c i e de béton.
- é---------
l a s t i q u e : l e sommet de l'appui s u i t partiellement l e s dé-
placements d u t a b l i e r , mais i l y a néanmoins transmission
t o t a l e des e f f o r t s horizontaux ; l ' a p p a r e i l e s t d u type .
élastomère f r e t t é .
- -----
l i b r e : l'appui ne r e ç o i t aucun e f f o r t horizontal d u t a b l i e r
e t ne se déplace pas sous l e s d i f f é r e n t s mouvements d e c e l u i -
ci ; l ' a p p a r e i l e s t du type à rouleaux, à pendules ou g l i s s a n t .
Exceptionnel 1 ement , 1es apparei 1 s d ' appui sur pi 1 es-cul ées peu-
vent ê t r e d'un type spécial e t conçus de manière à é v i t e r u n soulèvement
d u t a b l i e r , dans l e cas notamment de travées de r i v e courtes ; des dispo-
s i t i f s spécialement adaptés sont d é f i n i s aux dossiers-pilotes OM 66 e t
PSI.DE 67 (pièce 2 . 9 ) .

2.2.1.2. C h o i x e t réDartition entre les différentes lianes d ' a o D u i .

La section r é t r é c i e l e b é t o n , plus éconopique aue les a p p a -


r e i l s d ' a p p u i en élastomère t o u t en é t a n t d'une r é a l i s a t i o n f a c i l e , e t
de lonoévité i l l i m i t é e , d o i t ê t r e préférée t a n t q u ' e l l e ne risque pas
de donner naissance à des e f f o r t s t r o p importants dans l e s p i l e s ou l e
t a b l i e r ( r e t r a i t ' g ê n é ) ou d ' ê t r e détériorée, ce qui peut ê t r e l e cas, p a r
exemple, des ponts de b i a i s prononcé ou de qriiride laraeiir ou encore pré-
contraints transversalemevt. Un autre avantage de ce type d'appareil
d'appui e s t de l i m i t e r les déplacements du t a b l i e r sous l e s e f f o r t s ho-
rizontaux de freinage e t , par conséquent, ck permett.re l'adoption de
j o i n t s de chaussée mi ns o n é r e u x .
I i c s t pr2féraLIe q,ie tuiis les a p p d r e i Is c l ' - p p c l i d ' U r t , ~ ~ C P C 1rir1e
soient de verne nature. La présence d'appareils d'appui de types d i f f é r e n t s
( p a r exemple, section r é t r é c i e de béton e t élastomère- f r e t t é ) n ' e s t cénérale-
ment pas souhaitable, c a r une t e l l e disposition r i s q u e r a i t de poser des pro-
blèmes à 1 'exécution e t surtout à 1 ' e n t r e t i e n , notarivent p o u r l e soulèvernent
d u t a b l i e r en vue de changer les appareils d'appui.
Sauf cas p a r t i c u l i e r s , on pourra adopter les rèciles suivantes :
u-
- h y y g e - d r g j 1-ou- pc b j 21s_ - 1.b 12 1 2 - c g 1g g e - s g pg r j
à_ - 85- orades - enYi ron12- fonbP-s gr- s_ol-me ud le -ou-? Ur-pleux
Selon que l e nombre de travées e s t impair ou p a i r , les 2 C U 3
licnes d'appui centrales seront des sections rétrécies de b é t o n , sous
réserve toutefois , s i le nombre de travées e s t p a i r , que l a portée des
- 14 -

travées centrales ne dépasse pas une vingtaine de mètres. Pour des p o r -


tées supérieures, seul 'appui central p o u r r a généralement ê t r e de ce
type. Toutefois, en ce q u i concerne l a r é p a r t i t i o n des e f f o r t s entre les
différentes lignes d'appui, l e s r é s u l t a t s d u calcul automatique montrent
q u ' e l l e e s t peu influencée p a r l a nature des appareils d'appui.

- !2u!!rase_broi t-ou- Peu- bi al s L f o n b e - sur-rocser


S i l e nombre de travées e s t p a i r , seule l a ligne d'appui cen-
t r a l e sera du type à section r é t r é c i e de béton. Ci l ' o n u t i l i s a i t Cyale-
Fent des appuis de ce typ- sur les p i l e s adjacentes, celles-ci iisque-
r a i e n t , en r a i s i n de letir r i g i d i t é accrue p a r l'encastrement de l a sentelle,
d ' Gtre t r o p sol 1 i c i t e e s .
S i l e nombre de t r a v e s e s t impair, l e s deux lignes d'appui
centrales peuvent encore recevoir des sections r é t r é c i e s de béton, du
moins t a n t que l a portée de l a travée centrale n'excède pas l a vingtaine
de mètres.

- Ouvrage de b i a i s prononcé.
----- ----------- --__---
Quelle que s o i t l a fondation, s i l ' a n g l e du b i a i s diminue, on
ne conser:. r a , pour les ponts d o n t l e nombre de travées e s t p a i r , que l a
ligne d ' a p p u i centrale en section r é t r é c i e de béton. Si l e b i a i s mécani-
que*descend à 65 grades environ, l'ouvrage sera posé entièrement s u r ap-
p a r e i l s d ' a p p u i en élastomère. Les moments de torsion du t a b l i e r ainsi
que sa tendance à tourner sous l e s e f f o r t s h o r i z o n t a u x risquent,en e f f e t ,
de d e t e r i o r e r l e s sections r e t r é c i e s de béton.

v , ' L 1 I - 1 , + 1 1 , -cloy, , t f, , ' r -

r o u t i e r à t r o i s travées, d ' m e lonciueur t o t a l e maximale d'une 1 -- -3ntaine


de iiietres. Pour celui-ci , 1 1 sera generalement avantageux de prévoir une
a r t i c u l a t i o n en section r é t r é c i e de béton sur une des piles-culées e t sur
la première p i l e adjacente, ce qui permet une économie importinte sur les
j o i n t s de chaussées ; les deux autres lignes d'appui comporteront alors
des appareils d'appui en élastomère f r e t t é . Généralement, l e j o i n t sera
placé à l ' a v a l d u t r a f i c , sauf s i des conditions géotechniques particu-
l i è r e s jouent en faveur d ' u n blocage du t a b l i e r sur l a pile-culée aval.
Les r é s u l t a t s d u calcul automatique montrent q u ' u n t e l choix
des appareils d'appui a une influence négligeable sur l e s e f f o r t s dans
les piles e t les piles-culées.
- ----- _ _ _de_ _ g ---------
Ouvrage r d r i d e largeur et/ou p.r .é.c.o. n. .t r. a. .i n. .t . .transvers?lwient
---------- ..............
Lorsque l a longueur de l a ligne d'appui dépasse une quinzaine
de mètres ou lorsque l e t a b l i e r e s t précontraint transversalement, l a va-
r i a t i o n de largeur de ce dernier iue au r e t r a i t , aux e f f e t s thermiques OU
à l a précontrainte engendrerait au niveau d'une a r t i c u l a t i o n en section
r é t r é c i e de béton des contraintes importantes, susceptibles de provoquer
s o i t 1 a ru; ture de c e t t e derni è r e par ci s a i 11 ement , s o i t 1 ' apparition
de f i s s u r e s à l a surface de l ' i n t r a d o s . Une a r t i c u l a t i o n en section ré
t r é c i e de béton e s t donc déconseillfie en ce c a s e t l ' o n u t i l i s e r a des
a p p a r o - l c d'appui en P l J c t n m P r P
- 15 -

Tassements
-- - - - d ' appui
- - prévisibles.
- - -- - - -
Lorsqu ' u n tassement des appuis de l'ouvrage e s t p r é v i s i b l e ,
ou même seulement plausible, en fonction des caractéristiques du s o l
de fondation, i l f a u t prévoir la p o s s i b i l i t é de relever l e t a b l i e r pour
l e r e c a l e r ou changer l e s appareils d'appui ; dans ce cas seuls des
appareils d'appui en élastomère ou li'bres permettent ce relevage sans
d i f f i c u l t é , ce qui ne s e r a i t p a s l e cas de sections r é t r é c i e s de b i t u n .

La surface de chaque appareil decoule principalement de l a réac-


tion apportée p a r l e t a b l i e r e t du t a u x de t r a v a i l admissible pour 1 ' é -
lastomère. Ce t a u x dépend notamment de l a q u s l i t é de l'élastomère, de
'
1 'épaisseur des f e u i l l e t s élémentaires e t aussi des dimensions en p l a n
de l ' a p p a r e i l . Les dimensions des plaques d'élastomère s ~ r i tv é r i f i é e s p a r
l e programme PP ( 1 ) .

Ce s u j e t n'ayant pas à ê t r e t r a i t é de f a ç o n exhaustive dans


c e t t e pièce ,on se reportera au sous-dossier 3 d u dossier JADE e t Ï * 'le-

t i n Technique n o 4 de la D0A.-A sur l e s appareils d'appui en élastomère


fretté.
b - ...........................
Soctions r é t r é c i e s de béton.
Selon l e b i a i s , l e type de t a b l i e r e t l e type de p i l e , l a
section r e t r é c i e de béton sera s o i t continue, s o i t discontinue.
La section continue e s t à adopter pour l e s ponts-dalles d r o i t s
ou peu b i a i s s i l a p i l e e s t constituée d'un voile unique. Dans tous l e s
autres cas l a section discontinue e s t à prévoir. L'avantage d u noyau con-
t i n u e s t de supprimer l e s e f f o r t s transversaux dans l a d a l l e au d r o i t de
l a ligne d ' a p p u i , d'où d i s p a r i t i o n d u chevêtre incorporé, e t également de
diminuer l e s e f f o v t s de poinçonnement daris l a d a l l e .
La plus p e t i t e dimension du noyau ne descendra pas en dessous
de 3 f o i s environ l a plus grande dimension du granulat, s o i t 7 à 8 cm.
Le béton d ' u n noyau continu ne sera a i n s i généralement pas p l a s t i f i é ,
mais les nombreux exemples construits selon c e t t e technique n ' o n t donné
lieu à aucun désordre e t sont donc parfaitement rassurants. 1

Dans l a mesure d u possible (pour a u t a n t que l ' o n puisse assu-


r e r l a résistance au poinçonnement d u t a b l i e r ) , les noyaux discontinus
seront dimensionnés de t e l l e s o r t e que l a contrainte moyenne d u béton
sous l'ouvrage à vide s o i t au moins de 2000 t/m2 sans q u ' e l l e dépasse
l a valeur de 6000 t/m2 sous l e s surcharges pondérées. Pour l e s p o n t s
d r o i t s ou peu b i a i s , l e s noyaux peuvent ê t r e allongés suivant l a ligne
d'appui en adoptant l a largeur minimale de 7 à 8 cm. Pour l e s ponts
b i a i s , p a r c o n t r e , i l e s t préférable de raccourcir l e s noyaux en auqmen-
t a n t leur largeur jusqu'à une qu:rraine de centimètres, valeur maxiniale
sans doute raisonnable. En cas de b i a i s imoyen (environ 70 grades) uve
solution interiliédiaire donnera s a t i s f a c t i o n .
~- -

( 1 ) En regle générale, i l e s t conseillé de disposer l e G r a n d côté de


l ' a p p a r e i l d ' a p p u i parallelement à l ' a x e de rotation raximale d u t a b l i e r ;
dans l e cas des ponts-dalles, parallelement à l a ligne d'appui. Pour l e s
ouvrages en d a l l e s t r è s b i a i s l a forme des appareils d'appui d o i t ê t r e
proche d u carré.
- 16 -

2.2.1.4. îjombi-e, espacement


__
e t position des appareils d ' a p p u i .
_ _ _ _ ~ _ _ _ _ ~ ~-____-.-

Selon la s t r u c t u r e portée considérée, ces t r o i s paramètres


sont f i x é s "ne varietur" o u , au c o n t r a i r e , peuvent f a i r e l ' o b j e t d'un
choix plus ou moins l i m - i é : c ' e s t ainsi que pour u n pont à poutres, l e
nombi-ê, 1 'espacement e t l a position des points d'appui sont déteriiiinés
p a r :e p l a n de poutraison. I 1 e n v a diffé--lmriient p o u r u n pont-dalle oii
u n certain degré de l i b e r t é e s t possible, mais on ne devra pas perdre
de vue que l e positionnement transversal des appareils d'appui condi-
tionne s o i t l'emplacement des colonnes ou des poteaux, s o i t l a longueur
minimale du (ou des) v o i l e ( s ) assurant l a transmission des descentes de
c h r g e s à l a fondation.
Pour c e t t e recherche, on pourra se baser s u r l e s règles don-
nées ci-après, compte tenu de ce que l e nombre de points d'appui e s t
f i x é , en principe, au cours de l ' é t u d e d u t a b l i e r . I1 y a l i e u toutefois
de distinguer l e s ponts-dalles courants de b i a i s modéré e t l e s ouvrages
t r è s b i a i s d u type r1.R.P.

des points d ' a p p u i correspond à 1/6 environ de l a portée biaise de l a


plus grande travée adjacente ; i l peut ê t r e diminué sans inconvénient s i
l e pont e s t d r o i t ou peu b i a i s . Le nombre de points d'appui é t a n t a i n s i
f i x é , i l r e s t e à d é f i n i r l e positionnement transversal q u i conditionne
s o i t l'emplacement des colonnes ou des poteaux, s o i t l a longueur d u (ou
des) v o i l e ( s ) assurant l a transmission des descentes de charge à l a fon-
datiorl.
Une t éorie simplifiée, basée sur l a recherche de l ' e g a l i t é des
moments f 9 échi ssants dans 1 es sections déterminantes d u chevêtre i ncorpo-
ré, qui peut ê t r e assimilé à une poutre, permet de déterminer une bonne
r é p a r t i t i o n transversale des points d'appui. Ce calcul peut ê t r e mené
t r è s rapidement pour une d a l l e rectangulaire ou quasi-rectangulaire, s i
l ' o n admet que l a densité de charge de l a d a l l e e s t uniforme sur toute
sa largeur, ce q u i p a r a î t t r è s raisonnable pour l e s p o n t s d r o i t s ou peu
b i a i s . I1 d i f f è r e selon que l a ligne d'appui comporte 2 appareils d ' a p p u i
ou davantage.
Si l a ligne d'appui ne comporte que 2 appareils d'appui , l e s
moments d'encorbellement seront é g a u x au moment en milieu de travée.

-I t
-
densité de
surcharge t t t l
p = densité totale
densité de de charge
charge per- l t t t t
-manente

Avec l e s notations ci-dessus, l e moment d'encorbellement a pour expres-

sion - 1'1 e t l e moment au milieu p (TL22 - -1.


L21
p - 2 L3 2
Or! en déduit : L I = -L = O,?F L
16 2
- 17 -

S i l a ligne d ' a p p u i comporte 3 appareils d ' a p p u i ou davantage,


les iiionients d'encorbellement seront égaux aux moi;-cints siir appuis C ( n t i aux.

densite de - ~~
+ 1 v 1 1
surcharge
p r densite totale
densite de
u de charge
charge per- I t t f r

--t
-manente

=
L, 0,45 L2
L2 ++ --___

sur un appui central a pour expression - p L22


L,
To-'

Cependà..t, ces règles ne sont pas inipératives e t i l e s t pos-


s i b l e , sLns nuire au fonctionnement mécanique, de modifier 1 'iiiiplanta-
tion théorique des points d'appui ainsi déterminée. D'après u n calcul
de plaques aux éléments f i n i s d'une p a r t , par l a méthode F1.R.B. d ' a u t r e
p a r t , i l a p p a r a î t que :
- dans l e cas de 2 points d'appui, l a valeur de L i / L 2 peut
v a r i e r de 0,2 à 0,5.

En e f f e t u n calcul de plaques aux éléments f i n i s montre que


dans l e cas de 2 points d'appui, l e s moments en travée s e diffusent plus
que l e s moments d'encorbellement e t intéressent donc une zone plus gran-
de de l a d a l l e ; l e s moments u n i t a i r e s en travée s ' e n trouvent diminués
e t r e s t e n t i n f é r i e u r s aux moments d'encorbellement jusqu'à une valeur
de l a longueur L1 des consoles de l ' o r d r e de 0,15 L2 (ceci sous l ' a c -
tion d'une densité de charge uniforme dans les deux travées de p a r t e t
d ' a u t r e de l a ligne d'appui e t pour un appareil d'appui carré d o n t l e
côté e s t égal au dixième de l a largeur de 1 'ouvrage).
- dans l e cas de 3 points d'appui e t plus, l a valeur de L l / L 2
peut v a r i e r de 0,4 à 0 , 6 ; à ces valeurs correspondent une
variation r e l a t i v e des e f f o r t s u n i t a i r e s dans l e chevêtre
de l ' o r d r e de 10 %.

2 points d'appui

c
- 18 -

r'
3 points d'appui
- ___
i l l

I l
Lorsque l e nomb e de points d ' a p p u i e s t pair e t s i l e t a b l i e r
e s t appuyé sur une s é r i e de voiles multiples recevant chacun deiix appa-
r e i l s d'appui, i l e s t intéressant de grouper ces derniers en les rappro-
chant ; c e t t e disposition présente en e f f e t un double avantaqe : d'une
p a r t sur l e plan économiaue, puisqu'elle permet de réduire ainsi l a lon-
gueur de chacun des v o i l e s , d ' a u t r e p a r t d u point de vue esthétique
puisque 1 'augmentation de l ' i n t e r v a l l e entre voiles conduit à u n ensem-
ble plus aéré. I1 e s t éaalement possible de modifier légèrement l'implan-
t a t i o n des appareils d'appui les plus proches des bords l i b r e s de l a d a l l e
(variation de 1 'ordre de L2/6 de l a distance d aux bords l i b r e s ; c f .
schémas de l a page 1 9 ) . Ces choix sur l e positionnement des appareils
d'appui entraînent naturel lerrent des calculs complémentai !-es pour les
chevêtres incorporés a u t a b l i e r .
Les schémas ci-après montrent, dans l e cas d'un t a b l i e r d r o i t de
10 m de largeur u t i l e reposant par 4 points d'appui sur 2 voiles d i s t i n c t s ,
les r é s u l t a t s obtenus en jouant sur leur espacement e t leur position. Par
rapport à l a disposition théorique 0 , des dispositions t e l l e s que @
e t @ peuvent ê t r e adoptée moyennant des corrections manuelles simples
au projet du t a b l i e r ( c f . PSI.DA 68 pièce 2.1 5 5.2.3.1, PSI.DP 69 piece
2.1 5 4.1.3.3, P S I . D P 78 pièce 2 . 1 5 1 2 ) , l a disposition @ devant ê t r e
considérée comme une l i m i t e en deçà de laquelle i l f a u d r a i t r e s t e r en cas
de biais prononcé.
La disposition 0 pourra sans inconvénient ê t r e adoptée dans
l a plupart des cas où l e nombre de points d'appui e s t pair e t au moins
égal à 4. I1 y a lieu de remarquer à ce s b j e t q u ' à p a r t i r d'une certaine
largeur de t a b l i e r , i l e s t toujours possible de remplir ces conditions
1
concernant l e nombre de points d'appui.
RemPrque : I1 e s t signalé que l ' e f f e t d'un gradient thermique entre les
deux faces d'une d a l l e assez l a r g e , en tendant à f a i r e bomber l a d a l l e
dans l e sens t r a n s v e r s a l , conduit à augmenter l a descente de charge sur
les appareils d ' a p p u i les plus près des bords l i b r e s e t à soulager l ' a p -
pareil d'appui immédiatement adjacent. L'ordre d e grandeur de l a redis-
t r i b u t i o n de charge e n t r e les appareils d'appui l e s plus proches des
bords e s t de ( e n tonnes) :

1 A R = 10 x A e x hd2 pour les appareils d'appui s u r p i l e s

I A R = 5 x A û x hd * pour les appareils d'appui sur culée ou


pi 1e- cul ée .

où A e e s t l a différence de température e n t r e l e s deux faces


e s t l ' é p a i s s e u r de l a d a l l e
hd
AR représente l a variation de descente de charge pour l e s appa-
r e i l s d ' a p p u i les plus proches des hcrds l i b r e s de la d a l l e .
- 19 -

I I

Échelle l/.iOO
- 20 -

c) oalles-a~ec-encorbellements_lateraux.
Dans l e cas de t a b l i e r s en d a l l e rectangulaire ou quasi-rectan-
g u l a i r e , 1 'implantation des appareils d'appui d é c r i t e au paragraphe pré-
cédent e s t à f a i r e indifféremment par rapport à l a largeur u t i l e d u t a -
b l i e r ou p a r r a p p o r t à l a largeur de l ' i n t r a d o s .
Lorsqu'il s ' a g i t d'une d a l l e avec encorbeliements latéraux, les
mêmes principes d'implantation des appareils d'appui sont valables, à
condition de remplacer l a largeur u t i l e du t a b l i e r par une-largeur con-
ventionnelle d ' i n t r a d o s Ji , définie au schéma ci-dessous, qui d i f f è r e
peu en pratique de l a largeur de l a d a l l e rectangulaire équivalente u t i -
l i s é e dans les calculs de t a b l i e r s d a l l e s .

Les aires en grise


sont egales

c! - Ponts~dalleç-tres-bials.
Dans ce type de s t r u c t u r e , l a r é p a r t i t i o n des points d'appui
doit ê t r e l a plus proche possible du modèle de calcul. Elle sera uni-
forme en général, ;le programme M.R.B. ne permettant que des appareils
d ' appui régul i èrement espacés pour 1a pl upart des bi a i s cal cul ab1 es.

Pour les ponts d ' u n b i a i s prononcé, on ne pourra généralement


pas f a i r e en s o r t e que les charges subies par les d i f f é r e n t s appareils
d'appui soient égales. Il sera donc nécessaire de t e n i r compte de c e t t e
inégalité des chaEges dans l e dimepsionnement, sous peine d'écrasement
des appareils d'agpui l e s plus chargés.
Pour l i m i t e r c e t t e i n é g a l i t é de r é p a r t i t i o o , l e s dispositions
examinées précédement peuvent ê t r e à retoucher légèrement, en parti cu-
l i e r pour les piles-culées des ponts-dalles j u s t i c i a b l e s de l a méthode
M.R.B. En e f f e t , bien que l a réaction d'appui maximale s o j t généralement
obtenue par l a charge A ( k! ) ou éventuellement par plusieurs f i l e s de
camions, l a charge supportée par l ' a n g l e obtus de l a d a l l e peut ê t r e
nettement supérieure à l a moyenne, ce qui conduira normalement à réduire
l'encorbellement dans c e t angle. I1 f a u t signaler que l a charge d u deu-
xième appareil d'appui à p a r t i r de l ' a n g l e obtus calculée par l a méthode
M.R.B. e s t souvent négative, ce qui correspond en r é a l i t é à u n soulève-
ment d u t a b l i e r au d r o i t de cet appareil d'appui.

2.2.2. LIAISON AU SOL DE FONDATION.


...........................
La liaison peut ê t r e assurée de plusieurs manières, mais on
distinguera deux types principaux applicables aux ouvrages courants :

- -----------
Par semellejs) e r f i c i e l l e i ? ) - La disposition l a plus
- s -u p---- 7----

courante comporte une seme?le continue you f i l a n t e ) reposant directement


sur l e sol ; selon l e module de déformation de c e l u i - c i , l a semelle peut
subir des rotations sous l ' e f f e t de charges excentrées. Sur sol d u r , on
peut remplacer la semelle unique p a r des semelles isolées, Le niveau
d'appui, qui e s t l a base de l a semelle, e s t généralement peu profond
e t de l ' o r d r e de 2 à 3 m sous celui de l a voie.
Une disposition p a r t i c u l i è r e , u t i l i s é e lorsque l e niveau de
l a couche d'appui s e trouve assez proche du t e r r a i n naturel, mais à
quelque profondeur SOUS l a nappe, consiste à asseoir l a semelle s u r un
massif de béton,, ce qui permet l'exécution à s e c de c e l l e - c i .
- 21 -

- Par _ - - _ou
--_-pieux _ _puits
__---
_ - La fondation e s t constituée par u n en-
semble de pieux (diamètre ,< 0,80 m ) f l u de puits (diamètre > 0,80 m )
pouvant comporter une ou plusieurs f i l e s , chacun des pieux ou puits
r é s i s t a n t en pointe e t (ou) par frottement l a t é r a l ; dans bien des cas,
i l s seront verticaux e t ce n ' e s t que lorsque d'importants e f f o r t s hori-
z o n t a u x seront à reprendre que l ' o n prévoira des pieux inclinés (cas des
culées p a r exemple), ces derniers présentant des sujétions certaines l o r s
de l'exécution.

L'appui e s t généralement r e l i é à l'ensemble des pieux ou des


puits par une semelle ou u n inassif de béton rigide dans lequel i l s sont
pratiquement encastrés ; l e problGme qui se pose alors e s t celui du
niveau de l a semelle, qui sera généralement prévu l e plus h a u t possible
( c f . FOND 72, fascicule 4 , p. 2 7 ) . I1 e s t possible aussi de arouDer les
pieux p a r 2 , 2 ou 4 r e l i é s 2ntre eux p a r une segelle isolée.

Dans c e r t a i n s cas, l'ensemble pieux-semelle constitue à l u i


seul l ' a p p u i , à l'exclusion de toute superstructure : exemple des p i l e s -
culées lorsque l a voie i n f é r i e u r e e s t en déblai e t même parfois lorsqu'un
remblai e s t exécuté à l'avance. Dans d ' a u t r e s cas, l'appui ne comporte
même pas de semelle (piles-colonnes).

2 . 2 . 3 . CONTINUITE
. . . . . . . . . . . .OU. . .DISCONTINUITE . . . . . . . . .VERTICAUX.
. . . .ELEMENTS
. . . . . . . . . . . . . . .DES .......
Les conditions mécaniques sont d i f f é r e n t e s selon que l ' o n a
a f f a i r e à u n voile continu ou à des éléments de f a i b l e longueurtels que
colonnes ou poteaux. Dans l e premier cas, i l n'y auka généralement pas
de problème, tandis que l e deuxième appelle l e s remarques suivantes :
a - Si l a p a r t i e supérieure ne comporte pas de l i a i s o n en t ê t e
par un chevêtre, l e s éléments colonnes ou poteaux sont obligatoirement
disposés au d r o i t des appareils d'appui, ce qui implique u n nombre éle-
vb d ' . ~ l ~ ' m t . r ~stis les appareils d'appui sont eux-mêmes nombreux e t r a p -
prcr-nés.

b - Si l a p a r t i e supérieure comporte u n chevêtre, i l y a l i e u


de distinguer s i celui-ci e s t porteur ou non :
- i ' i l e s t porteur, on peut réduire l e nombre de colonnes ou
de poteaux, mais l e chevêtre devra ê t r e dimensionné de façon à assurer
l e t r a n s f e r t des descentes de charge t e l l e s que 1 , 2 , 4 e t S. 11 e s t
a l o r s possible d ' u t i l i s e r l e chevêtre pour y appuyer l e c i n t r e l o r s de
l a construction d u t a b l i e r .
- 22 -

- s ' i l n ' e s t pas porteur, mais constitue un simple entretoise-


ment, on se trouve ramené au cas où i l n'y a pas de chevêtre ; l e chevê-
t r e doit cependant ê t r e dimensionné pour r é s i s t e r a u x e f f o r t s éventuel-
lemePt transi;:is p a r les vérins u t i l i s é s pour soulever l e t a b l i e r lors des
changements d'appareils d'appui.

2.2.4. RIGIo'TE_o-~s_LE-sEN~-~~~~s~~~~~~.
Cette condition d o i t permettre à l'appui e t au t a b l i e r de ré-
s i s t q sans dommage e t sans déformations notables à des tassements d i f -
f é r e n t i e l s provenant s o i t d' u n excentrement important des charges rou-
t i è r e s , s o i t plus couramment d'un manque d'homogénéité du sol q u i s e
t r a d u i r a i t par une différence de portance ou d ' é l a s t i c i t é entre deux
zortes voisines de l a fondation. Cette condition, en principe sans objet
dans l e cas de fondations profondes(sauf éventuellement en cas de pieux
f l o t t a n t s ) , e s t à prendre en considération l o r s q u ' i l s ' a g i t de fondations
s u p e r f i c i e l l e s , excepté l e cas assez r a r e d'une f o n d a t i o n d i r e c t e sur
rocher ; i l y a l i e u de distinguer cependant l e s appuis constitués p a r
des voiles e t ceux coinporLc*t des colonnes ou des poteaux.
2.2.4.1. - -
CTS dc; i p p i i i s 2 b a s e-de v c i l~-
~ ec.
C ' e s t l e c a s l e nlus fréquent des p i i e s .

1 2 3
1 voile 2 voiles simples 2 voiles + chevêtre

I
I

I zone à raidir \i 'semelles isolées

S i l ' a p p u i comporte u n seul voile ( f i g . l ) , ce dernier f a i t


évidement o f f i c e ' de raidisseur.
Si l'appui comporte deux ou p lusieurs voiles ( f i g . 2 ) , ces der-
niers. peuvent reposer s o i t sur une seme l e unique, soit sur des semelles
isolées.
Seule l a première disposition permet d ' a s s u r e r l a r i g i d i t é
transversale de 1 'appui en 1 'absence de chevêtre à l a p a r t i e supérieure,
mais i l y a u r a l i e u généralement de ren orcer la semelle dans l a zone
comprise entre l e s voiles.
Si u n chevêtre e s t prévu à 'la p a r t i e supérieure ( f i g . 3 ) , en
vue d ' a s s u r e r notamment u n t r a n s f e r t de charaes en wovenance du t a -
3 b l i e r , on peut envisager une fondation p a r sémelles' i s o l é e s , sous ré-
serve de dimensionner l e chevêtre de façon à r é a l i s e r une liaison e f f i -
cace e n t r e les voiles.
- 23 -

~ de Poteaux.
2.2.4.2. Cas des appuis 0. hace de c o l o n n ~su
C'est l e cas fréquent des piles-culées.

Des zones de moindre portance peuvent se manifester, s o i t vers


les extrémités, s o i t dans l a zone centrale de l'appui ; aussi y - a - t - i l
lieu de r a i d i r l'appui dans sa t o t a l i t é . Lorsque l'appui comporte, comme
c ' e s t s,ouvent l e cas, deux éliiirients horizontaux - à savoir une semelle
e t u n chevêtre -, l a question se pose de décider leauel assurera ce r ô l e
de raidisseur ( i l e s t 'généralement inopportun en e f f e t de f a i r e p a r t i c i -
per l e s deux) : on peut é r i g e r en principe que ce d o i t ê t r e l'élément
résentant l a section de plus ~ ~ grande
_ _ hauteur. Trois cas peuvent se pré-
Senter, concernant i e s piles-cuiées .

hldrnent raidissaur

La semelle devra normalement à e l l e seule assurer ce r ô l e de


r a i d i s s e u r , qui sera r é a l i s é l e plus souvent par une nervure à sa p a r t i e
supéri eure.
- 24 -

se tradui t par 1a-condi t i on h, 3 1.25 h t

En ce cas, chevêtre e t semelle subiraient a p r i o r i des e f f o r t s


d u même ordre e t l ' o n peut-dcnc envisager de c h o i s i r l'un ou l ' a u t r e pour
assurer ce rôle de r a i d i s s e u r .

c - --- ------__---
L'appui -----_-----
e s t d u t i p e-- pile-culée apparente,
-r----I c'est-à-dire c
que l a p a r t i e supérieure émerge du t a l u s : les dispositions correspon-
dantes sont indiquées aux schémas ci-dessous.

En ce cas, l a p a r t i e supérieure, constituée par l e chevêtre


associé au voile de l a face a v a n t , e s t normalement à c h o i s i r pour assu-
r e r l a rig.idité de l'ensemble e t i l convient que son f e r r a i l l a g e s o i t
prévu en conséquence.
2 . 2 . 4 . 3 . Dimensionnement de I'éléKent raidisseur.
1 - .L'ensemble
. . . . . . . . . . .de
. . . l.a. . semelle
. . . . . . . . .e.t. .de
. . .l.a. .nervure
. . . . . . . . .constitue
. . . . . . . . . .l.l.é l é -
ment-ra!.disseur-
Cet ensémble peut ê t r e assimilé à une poutre de hauteur h in-
déformable, d'une p a r t sur l a l o n y e u r e 4 séparant deux voiles ou colonnes
- 25 -

e t , d ' a u t r e p a r t , s u r toute sa lonqueur vis-à-vis d'une i r r é q u l a r i t é


du sol de fondation. I1 en r é s u l t e deux conditions de r i y i d i t é qui peu-
vent s'exprimer p a r des règles simples.
a - La première conduit dans l e s cas courants à
I-1 h = h c + hn = 0,4 e,

. hs
Lorsque l e poids de t e r r e s surmontant l a sepelle i n t e r v i e n t de
façon prépondérante dans l a charge t o t a l e appliquée à l a sernelle l a hau-
teur h peut ê t r e réduite à

b - La deuxième condition de r i g i d i t é de l a semelle e s t à


considérer lorsque l e s o l de fondation e s t i r r é g u l i e r . La semelle de
fondation e s t alors soumise à des e f f o r t s importznts dms l e s s e c t i m s
perpendi cul ai res aux 1 iqnes d' appui.
Les e f f o r t s de flexion supplément.aires dans l a semelle sont
fonction de l ' i r r é q u l a r i t é d u t e r r a i n , caractérisée p a r l e c o e f f i c i e n t
C I R , donnée du programme PP e t de l a géométrie des ouvrages. En première
approximation les formules siri vantes permettent de déterminer 1 a hauteiir
minimale h de l'élément raidisseur :

avec Lu : largeur u t i l e du t a b l i e r
L : l a plus grande portée b i a i s e adjacente à l a licye
d ' appui considérée.

avec Ls e t Bs : dimensions en p l a n de l a semelle


Pt : hauteur de t e r r e s ~ , ~ , i ~ r i i dl aq ts e w l 1 e .
Exerrple - S o i t u n ouvraqe de 18 iii de 1arFeiir e t ?e 25 111 de pot tee f o n d é
çur U r i s o l t r è s hétérogène caractérisé par u n coefficient d ' i rréqulari té
du t e r r a i n CIR é g a l à 1 , 5 ; c e t t e règle conduit à une hzuteur minimale
sexelle t nervure de 1,50 m.

Les hauteurs définies précédemment pour l'ensenble seinelle


-+ nervure s'appliquent à la hauteur h c d u chevêtre s i l ' o n a choisi l e
chevêtre comme élément raidi s e u r .
- 26 -

3 - Justlflcatlons-bu-bl~~ns~~nn~~~~~-
Les e f f o r t s de flexion supplémentaires dans l a semelle sont
fonction du défaut de portance considéré dans l e s calculs. Le proqramme
PP considère en e f f e t pour les appuis de plus de ? co1,onWsou f û t s u n
défaut de portance ayant les caractéristiques suivantes ( c f . pièce 2 . 1
p . 51) :

- i l a f f e c t e toute l a largeur de l a senelle


- sa longueur l d e s t fixée par l e programme à 2 m y valeur choi-
s i e comme é t a n t à l ' é c h e l l e d'un appui de p o n t courant.
- l a pression y e s t constante e t égale à (2 - CIR) pjm
Dans ces c o n d i t i o n s , l ' e f f o r t de flexion maximal dans l a se-
melle e s t en première approximation égal à
R . 1
M = (CIR - 1) T~ ( 3 )

R é t a n t l a réaction d'appui maximale au niveau de l a fondation.

Pour reprendre ce Foment de flexion par une section rectangu-


l a i r e de béton armé de laroeur b e t de hauteur u t i l e h' armée au f e r r a i l -
lage optimal, avec des contraintes admissibles des matériaux de 1000 t/m2
pour l e béton e t 26 667 t/m2 pour l ' a c i e r , i l f a u t que

M/bh'* = 158,4 t / m 2 (4)

Les formules (1) e t (2) d o n n a n t l ' é p a i s s e u r h de l'élément r a i -


disseur se déduisent des formules ( 3 ) e t ( 4 ) en y introduisant des valeurs
usuelles pour des ponts courants :
- épaisseur de la nervure : 0,60 à 0,80 m

- hauteur u t i l e = 0,9 x hauteur t o t a l e ( h ' = 0,9 h)


- l a réaction d'appui s u r p i l e e s t voisine d u produit de l a
surface u t i l e de l a travée l a plus lonpue p a r une densité de charge de
3 t/m2.

- l a réaction d'appui a u niveau de l a fondation pour les piles-


culées e s t essentiellement due a u poids des t e r r e s surmontant l a semelle.
- 27 -

2.'2.5. ........................................................
APTITUDE A RESISTER A UN CHOC EVENTUEL DE VEHICULE LOURD.
Cette condition e s t à rechercher uniquement pour l e s appuis
intermédiaires. I1 y a l i e u de distinguer deux cas, selon que l a p i l e
e s t constituée par des voiles ou des colonnes : l e s schémas ci-dessous
montrent ces deux cas.

1" cas z'"'* cas

. .i.l .e.s. . . .baie


P . . . . . de
. . . voiles.
. . . . . L'expérience a montré que l e s p i l e s constituées
par des voiles r é s i s t e n t bien à un choc frontal de camion (véhicule A ) ;
dans l e cas où l e choc s e produit sous un certain angle (véhicule B) i l
y a vraisemblablement redressement du véhicule l e long de l a paroi cons-
t i t u é e p a r l e v o i l e , dont l e s dommages r e s t e n t l i m i t é s .
PjJWi-~!bg~~-~g @mng?. Un choc f r o n t a l peut être t r è s dommageable,
voire catastrophique pour l'ouvrage, surtout s i l e s colonnes sont de
p e t i t diamètre ; un choc l a t é r a l peut être presque aussi grave, car l e
véhicule B, au l i e u de g l i s s e r l e long de l a p i l e comme précédemment, a
tendance à venir s ' e n c a s t r e r e n t r e deux colonnes.
EN CONSEQUENCE, ON EVITERA LES PALEES A COLONNES DE PETIT DIAMETRE POUR
LES APPUIS VOISINS DE TOUTE V O I R I E PARCOURUE PAR U N TRAFIC INPORTANT ET
-
RAPIDE (disons à t i t r e de simple ordre de qrandeur 5000 v ./ -i en dehors
des agglomérations).

On trouvera, ci-après, les 'photographies des dommages causés


par u n accident survenu en Septembre 1973 à une p i l e d ' u n pont franchis-
sant une RN à 3 voies.
- 28 -

C e t t e p i l e é t a i t c o n s t i t u é e de colonnes de 60 cm de d i a m è t r e ,
armées en s e c t i o n c o u r a n t e de 12 f e r s TOR de 25 mm de d i a m è t r e . La p i l e
é t a i t donc armée à 2 %,ce q u i c o r r e s p o n d aux recommandations du p r é c é -
d a n t d o s s i e r PP dans sa m i s e à j o u r de J u i n 1966. L e p o i d s du camion
c i t e r n e é t a i t de 35 t o n n e s e t sa v i t e s s e probablement s u p é r i e u r e à
SO km/h. L'angle de choc é t a i t de 27" ( s u i t e d'un accrochage : l e v é h i -
c u l e a t r a v e r s é l a r o u t e e t s ' e s t b l o q u e c o n t r e une c o l o n n e s i t u é e à sa
gauche).

Une c o l o n n e a é t é cassée en h a u t e t en bas e t l e c h e v ê t r e fendu.


On p e u t p e n s e r que s i l e p o n t a v a i t é t é moins l a r g e e t ses colonnes moins
. r o b u s t e s , il a u r a i t eu de grandes chances de s ' e f f o n d r e r à l a s u i t e de
c e t a c c i d e n t . I1 en a u r a i t p e u t - ê t r e é t é d e même s i une c o l o n n e extrême
de l a p i l e , e t non une i n t e r m é d i a i r e , a v a i t é t é a t t a q u é e .

Fissuration d~uchevetre
On peul voir la protection
des wlonnes de l'autre cote:
glissières à 1,lO rn devant
les colonnes, fixbes par I.P.N.
de 120.

Schéma m o n t r a n t l e f o n c -
t i o n n e m e n t mécanique de
l a p i l e détériorée.
- 29 -

Des accidents de ce type nous o n t conduit à r é f l é c h i r à nouveau


s u r les conséquences que peut avoir u n choc accidentel d'un véhicule sur
une p i l e de p o n t . Aussi, dès Avril 1974 l a mise à jour d u CPS-type r e l a -
t i f a u x ponts courants en b é t o n armé e t en b é t o n précontraint a précisé
dans son a r t i c l e 3.05.242 q u ' i l convenait pour certains ouvrages de prendre
en compte une action accidentelle de calcul correspon+ant a u x chocs de
poids lourds pour l e s appuis voi.-ins d'une v o i r i e à circulation importan-
t e e t rapide.
Après examen de cas r é e l s de chocs sur les appuis des ouvrages
(accidents e t expérinentation), de l a rérilerre!!tation étrangère e t de l ' é t u d e
de l a probabilité d'occurrence des chocs sur les p i l e s rie p o n t , on s ' e s t
efforcé d'élaborer une doctrine d'ensemble à ce s u j e t . C ' e s t ce qui f a i t
l ' o b j e t de l a pièce 1 . 3 . 3 d u présent dossier, qui distingue les d i f f é r e n t s
cas à considérer e t précise les dispositiuns à prévoir dans ces d i f f é r e n t s
cas (calcul sous t e l ou t e l e f f o r t nominal, ou disposition constructive
minimale). On s ' y reportera p o u r p l u s de d é t a i l s t o u t en n o t a n t qu'en
l'absence de règles o f f i c i e l l e s à ce s u j e t , c e t t e pièce n ' e s t qu'une re-
commandation d u S . E . T . R . A . , constituant u n esçai d'homogénéisati,n des
règles de l ' a r t précédemment admises.

_c< ....... - .

k L i d e n t >uivenu eii ULtvbre 1071 hur u t i t 1110- d ' d l J [ i d i a


constituée de colonnes de 0,50 m de diariiètre.

C'est pourquoi o n peut affirmer que l s : i l u t i o n l a plus nor-


male en !.'état a c t u e l de l a technique r e s t e l'empj-oi de p i l e s formées
d'un ou plusieurs v o i l e s , é t a n t bien entendu que ceux-ci devront ê t r e
convenablement armés.
L'écart de coût entre une palée en colonnes e t une p i l e en
voile (continu ou discontinu) e s t d u r e s t e t r è s f a i b l e .
On peut ajouter que diverses dispositions de d é t a i l sont de
nature à mettre une p i l e mieux à même de r é s i s t e r en cas de choc ( d i -
mensions des voiles u n i t a i r e s , présence e t forme d'un soubassement,
adjonction d'une l i s s e , l i a i s o n en t ê t e , e t c . . . ) .
- 30 -

Un aménagement de l a p a r t i e inférieure sous l a forme d'une


murette continue d'environ 1 m à 1,20 m de hauteur vue e t enrobant l e s
colonnes ou l e s poteaux é v i t e r a l e risque d'encastrement d'un véhicule
entre deux de ceux-ci, t o u t en l e s protégeant p a r s o l i d a r i s a t i o n de
1 'ensemble. Cet améragement, peu s a t i s f a i s a n t au stade de l a conception
O U de l a construction, e s t à reserver, f a u t e de mieux, pour l e s s i t u a -
tions existantes. tc-- +cl,:-< C C P tncls I\prsl P C ' ; ~ ? r i - i i ~ r s ~ Ii "i O~P + W ~ L
un t e l d i s p o s i t i f applique à des colonnes e t à des poteaux.
z

E n résumé, on peut déduire de ce qui précède que s i au stade de


l a conception l e cas d'une p i l e constituée de voiles ne pose guère de pro-
blèmes, en revanche celui d'une p i l e comportant des colonnes mérite une
attention p a r t i c u l i è r e e t appel l e les remarques suivantes :
- s i l a valeur des e f f o r t s internes donnés par l e programme
de calcul automatique PP 73 montre que les dimensions habituelles (0,60 m
de diamètre p o u r les colonnes cylindriques) sont suffisantes e t souvent
surabondantes en service normal, i l n'en va plus forcément de même en
cas de choc d i r e c t , e t l a dimension de 0,60 m e s t souvent à considérer
comme insuffisante ;
- corrélativement, une augmentation de diamètre peut poser des
'

problèmes d'implantation sur terre-plein c e n t r a l .

. . . . . . . . . . . . .DE
2 . 2 . 6 . POSSIBILITE . . . . . . . . .FACILEMENT
. . . CHANGER . . . . .APPAREILS
. . . . . . . . . . . LES . . . . . . . . . .D. '.A. P. P U I .
Les appareils d'appui en élastomère f r e t t é , e t plus p a r t i c u l i è -
rement ceux comportant u n p l a n de glissement ( t é f l o n ) , ne seront pas
é t e r n e l s ; i l s doivent donc d'abord ê t r e s u r v e i l l é s . I1 f a u t pour cela que
l ' a c c è s s o i t a i s é au personnel d ' e n t r e t i e n e t que l e s appareils soient
f a c i l e s à observer (mesures des d i s t o r s i o n s , de l'écrasement des appareils
d'appui , de leur déplacement éventuel, . . . ) .
- 31 -

I1 f a u t et-suite que l e remplacement d e i appareils d ' a p p u i s o i t


possible ; pour cela l'appui ( e t naturellement aussi l e t a b l i e r ) d o i t
pouvoir s ' y prêter. Comme i 1 e s t nécessaire de soulever l e t a b 1 i e r à
l ' a i d e de vérins convenablement placés, i l e s t d ' a b o r d souhaitable que l e s
dimensions en plan de l'appui en t ê t e permettent de placer les vérins
(condition qui peut ê t r e déterminante pour les dimensions en t ê t e d'appuis
du type colonnes ou poteaux), e t que l ' o n dispose d'une hauteur l i b r e suf-
f i s a n t e e n t r e l e t a b l i e r e t l ' a p p u i . I1 convient ensuite que l'appui puisse
supporter l e s réactions correspondantes des vérins de soulèvement du t a -
b l i e r ; en p a r t i c u l i e r , dans l e cas de colonnes surmontées d ' u n chevêtre,
ce dernier devra ê t r e dimensionné e t f e r r a i l l é en conséquence ( c f . 1.3.2
$ 2.2.2.6).

La pièce 1.4.1 d é f i n i t une disposition type perniettant u n accès


aise aux appareils d ' a p p u i e t leur remplacetrent éventue? -.ans de bpnnes
conditions.

-
2 . 3 . COPIDITIJNS ECOI401.1IQCES.

Une f o i s s a t i s f a i t e s l e s conditions fonctionnelles e t necani-


ques, i l y a lieu de rechercher parmi toutes les solutions possibles -
e t e l l e s sont parfois nombreuses - c e l l e s qui s'avèreront l e s plus in-
téressantes du point de vue économique.
I1 ne s ' a g i t pas, en règle générale, de chercher u n optimum
absolu, mais de sélectionner l e s qùelques dispositions générales ( d i s -
t r i b u t i o n des volumes) qui ne présentent pas entre e l l e s de différences
de coût s i g n i f i c a t i v e s : à t i t r e d'ordre de grandeur,pas plus de 2 % du
coût t o t a l des ouvrages. Pour cela on s ' a i d e r a des pièces 1.2 e t 1.3.1.

S i l ' o n a a f f a i r e à u n l o t d'ouvrages, on admettra pour cer-


t a i n s des différences jusqu'à deux f o i s plus grandes, de manière à sé-
lectionner des solutions types communes à u n certain nombre d'ouvrages,
':'-r? 3 t 3 L l t 12 l o t .

En t o u t é t a t de cause, les solutions dojvent r e s t e r simples,'


sans complications i n u t i l e s , e t on é v i t e r a l e surdimensionnement, dans
l a mesure où les incertitudes conce.rnant c e r t a i n s points t e l s que l e s
fondations auront é t é levées; d a n s toute l a mesure du possible, on cher-
chera à standardiser les formes e t les dimensions.

2.4. CONDITIONS ESTHETIQUES.


A l a différence des précédentes conditions fonctionnel l e s ,
mécaniques, économiques q u i jouent l e plus souvent u n rôle déterminant
dans l a conception e t l e choix des appuis, l a prise en considération du
facteur esthétique e s t souhaitable dans tous l e s cas, mais â des degrés
divers, selon l e type d'ouvrage e t leur environnement.
- 32 -

S ' i l s ' a g i t d'ouvraqes courants, sans Droportions anoriiialcs,


dp q n l t ; + i . t w - ,A'.<: cnnq11pc , ! , . ' , - , p + i q f a i ç 7 c t c T
017 [ i i u ~ t ' j r , , r : j v p r

Bien entendu, i l en va différemnent des ouvrages d o n t l'iiiipor-


tance o i l l'environnement appellent une recherche spéciale dans l e domaine
de l ' e s t h é t i q u e ; l ' i n t é r ê t de c e t t e recherche e t l e s raisons qui l a mo-
t i v e n t sons analysés ci-après.

La recherche esthi-ticue - - Architecture des appui?.


~

Les appuis s o n t , avec l e t a b l i e r , l ' u n des principaux éléments


v u s des ouvrages d ' a r t ; leur étude. s u r l e plan de l ' e s t h é t i q u e revêt
donc une importance toute p a r t i c u l i è r e .
Dans c e r t a i n s ouvrages l e s appuis deviennent, p a r leur nombre
ou 1,eurs dimensions, l'élément peut ê t r e le plus apparent e t leur réus-
s i t e e s t déterminante dans 1 'aspect f i n a l .
- 33 -

.
Les appuis peuvent présenter une grande v a r i é t é d ' a s p e c t , d'abord
par l e u r volume général, ensuite par l e s proportions e t l a forme de chacun
d'eux, par l a nature de l e u r parement enfin.
Le volume des appuis d o i t ê t r e déterminé dès l a première phase
de l ' é t u d e de l'ouvrage c ' e s t - à - d i r e au niveau d u c h o i x du p a r t i ( c f .
GUEST 69, p. 1 5 ) , qui d o i t ê t r e l a concrétisation de l ' i n t e n t i o n esthé-
tique préalablement d é f i n i e en fonction du s i t e e t des caractéristiques
d u franchissement. Le schéma ci-après d é f i n i t c e t t e démarche.

Site Etude
Caracterigtiques - Choix du parti - Recherche d'une - des
du franchissement solution technique appuis

I1 apparaît de t o u t e é v i d e n c e q u u t u d e des appuis ne s a u r a i t


ê t r e dissociée de c e l l e d u t a b l i e r .
Le Maître-d'oeuvre peut, en e f f e t , vouloir créer u n c e r t a i n
rapport e n t r e l'élément porté - l e t a b l i e r - e t l'élément porteur - les
appuis - e t s i , parmi l e s dimensions q u i définissent l e volume général
des appuis, l a hauteur e s t imposée par les caractéristiques géométriques
du franchisseiient, l a longue-r, pour sa p a r t , dépend en grande p a r t i e du
p r o f i l transversal d u t a b l i e r q u i , lui-même, peut v a r i e r suivant l a struc-
t u r e adoptée.

Ainsi, pour u n t a b l i e r de largeur donnée, on pourra obtenir


des volumes d'appui t r è s d i f f é r e n t s suivant l e type de s t r u c t u r e u t i l i s é
( d a l l e pleine de section rectangulaire, d a l l e avec encorbellements, d a l l e
nervurée, poutres, caissons, e t c . . . ) .
Le non-respect de ces principes conduit l e plus souvent à des
r é s u l t a t s fâcheux,qui auraient pu ê t r e é v i t é s si l e maître d'oeuvre a v a i t
pensé aux appuis l o r s q u ' i l c h o i s i s s a i t l a s t r u c t u r e d u t a b l i e r . Par a i l -
l e u r s , i l arrive que l e maître d'oeuvre ne s ' i n t é r e s s e qu'au t a b l i e r e t
néglige l e s appuis, dans l a mesure où ceux-ci ne posent pas de problèmes
techniques importants. Les i l l u s t r a t i o n s qui suivent donnent quelques
exemples de r é a l i s a t i o n s discutables.
- 30, -
- 35 -

Pour montrer combien c e t t e recherche peut ê t r e importante au


niveau d u choix du parti, on peut prendre 1'exeKple du franchissement
d'une autoroute en déblai moyen pap une voie d'une dizaine de metres de
largeur ; pour peu que l e déblai règne sur une longueur notable, l ' i w
pression e s t c e l l e d'une s o r t e de couloir monotone. Cans U P t e l s i t e , on
aimerait c h o i s i r un type d'ouvrage d o n t l e s appuis, p a r leur v e r t i c a l i t é
e t l e u r élancement, contrasteront avec l e s lignes horizontales que cons-
t i t u e n t l a c r ê t e e t l e pied des t s l u s .

La deuxième phase de l ' é t u d e de l'ouvrage consistera donc à


r e t e n i r , parmi les différentes strucfures techniquement e t économiquement
envisageables, c e l l e q u i répond l e mieux à 1 ' i n t e n t i o n esthétique précé-
demment définie ; dans l e cas présent une d a l l e avec encorbellements, t o u t
en d o n n a n t au t a b l i e r un aspect assez l é c e r , conduit à des appuis r e l a t i -
vement courts, ce q u i permettra d ' o b t e n i r , à l ' i n t é r i e u r d u volume ainsi
d é f i n i , l e s appuis é l a n c é s souhaités.

Cependant, les différentes configurations de franchissement


étsnt nombreuses, il n ' e s t pas possible de donner de5 regles précises;
on peut surtout énoncer quelques. principes e t donner des conseils q u i ,
à l ' i n t é r i e u r des contraintes l i é e s au franchissement en fonction de
l a s t r u c t u r e du t a b l i e r , aideront l e projeteur dans son étude des appuis.
On trouvera à l a pièce 1.1.2 des indications à ce s u j e t .
- 36 -

2.5. CONDITIONS DE CALCUL AUTOMATIQUE PP.R L E PROGRP.CWE PP 73.


__ __

Le programme PP 73 (sous-dossier 2 ) permet l e ca cul automa-


tique des appuis des t a b l i e r s continus de 2 à 6 travées, à d a l l e ou à
poutres en béton armé ou précontraint, ou à ossature mixte Sont exclus
les ouvrages à travées indépendantes, dans lesquels l e s pi es intermé-
d i a i r e s comportent deux lignes d'appui auxquelles correspondent des réac-
tions excentrées variant séparément l ' u n e de 1 ' a u t r e .

Ce programme s'appl ique en principe aux ponts d r o i t s ou peu


b i a i s ( 7 0 graqes au maximum), r e c t i l i g n e s ou lég6rement courbes.
En e f f e t , l e programme PP ne considère que les déplacements e t
rotations perpendiculaires aux 1 ignes d'appui , auxquels correspondent uvi-
quement des flexions non déviées des f û t s . I1 en r é s u l t e :
- que l e calcul des ouvrages b i a i s par l e programme PP e s t ap-
proché, les calculs é t a n t effectués en supposant que la r i g i d i t é de l ' a p -
pui dans l e sens p a r a l l è l e à l a ligne d'appui e s t infiniment grande devant
c e l l e dans l e sens perpendiculaire à l a ligne d'appui (cetteapproximation
e s t d ' a u t a n t Foins bonne que l e b i a i s ' e s t plus prononcé);
- que l e programme de calcul PP ne permet pas l e calcul des
ouvrages de biais t r è s variable, de b i a i s prononcé e t ( o u ) de courbuke
importante.
Dans ces derniers c a s , i l y aura lieu de calculer pour chaque
appui les déplacements dans les deux directions : p a r a l l è l e e t perpen-
d i c u l a i r e à l a ligne d'appui e t les flexions déviées qui en r é s u l t e n t
dans les f û t s ; ces calculs devront ê t r e effectués s o i t manuellement,
s o i t à l ' a i d e d ' u n programme général de calcul de s t r u c t u r e s , p a r exem-
ple u n programme de calcul de réseaux de poutres.
Ce programme a é t é prévu pour ê t r e u t i l i s é surtout dans les
cas d'ouvrages courants e t pour des appuis de caractéristiques géomé-
triques standard, à savoir :-
- sections horizontales rectangulaires dans l e cas de voiles
ou de poteaux,
- sections horizontales c i r c u l a i r e s ou e l l i p t i q u e s dans l e cas
de colonnes,
- arêtes r e c t i 1 ignes ,
- présence éventuel l e d ' u n f r u i t sur les différentes faces.
I1 peut néanmoins ê t r e u t i l i s é pour des appuis de caractéris-
tiques non standard, sous réserve d a remplacer les appuis r é e l s par des
appuis simulés mais normalisés ayaric des caractéristiques mécaniques
équivalentes ; t o u t e f o i s , l e s appuis réels ne devront pas présenter de
discontinuités de forme dans l e sens vertical e t l e s variations de sec-
tion y seront t r è s progressives. Une méthode pour déterminer un appui
équivalent e s t donnée page suivante.
Ce programme assure notamment :
- l a vgrification e t l e dimensionnement éventuel des appareils
d'appui en élastomère f r e t t é ainsi que des semelles;'
- 37 -

- l a détermination des pressions maximales d u sol sous les se-


melles et/ou des e f f o r t s dans l e s pieux ;
- l e calcul des e f f o r t s dans les semelles e t dans l e s f û t s ;

- l e calcul des sections d'armatures principales dans l e s se-


melles e t dans les f û t s .

Un t e l appui e s t obtenu moyennant de légères modifications de


l a géométrie de l'appui r é e l .
Un exemple en e s t donné au schéma ci-dessous : l a section in-
f é r i e u r e du f û t e s t u n rectangle,et l a section supérieure e s t constituée
par deux trapèzes raccordés p a r l e u r grande base ; l e passage de 1 'une
à l ' a u t r e se f a i t par des faces planes t r i a n g u l a i r e s e t trapézoïdales,
d o n t certaines comportent un f r u i t .

L'appui équivalent se déduit de


1 'appui réel p a r les transformations
suivantes :
- toute section extrême d u f û t non rec-
tangulaire - base ou sommet - e s t rem-
placée p a r un rectangle f i c t i f de même
a i r e e t même i n e r t i e (rectangle A B C D
pour l a section supérieure, dans l'exem-
ple ci-contre)
- l e s arêtes du f û t équivalent sont, cons-
t i t u é e s par l e s d r o i t e s j o i q n a n t les som-
mets des rectangles i n f é r i e u r e t supérieur.

Si l e s sections r é e l l e s extrêmes sont. t r è s d i f f é r e n t e s , on véri-


f i e r a que l e s caractéristiques géométriques e t mécaniques de l a section
horizontale f i c t i v e à mi-hauteur d i f f è r e n t peu de c e l l e s de la section réel-
l e correspondante ; pour l a plupart des formes proposées au catalogue des
modèles, c e t t e difference r e s t e inférieure à 5 %, ce qui a peu d'incidence
sur l e calcul.
Enfin,.on comparera l e volume de l'appui équivalent à celui de
1 'appui réel : ces deux volumes devront ê t r e peu d i f f é r e n t s . I1 r e s s o r t
d'une étude f a i t e s u r un appui du modèle représenté ci-dessus que l e vo-
lume de l'appui équivalent dans ce cas d i f f è r e d'environ 3 % d u volume
r é e l , ce qui e s t t o u t - à - f a i t acceptable.
*I

2 . 6 . IMTERDEPENDAMCE APPUIS-TABLIE!?S.
6 Dans l a plupart des cas d'ouvrages courants, l ' é t u d e du t a b l i e r
précède c e l l e des appuis ; ces derniers seront conçus e t dimensionnés en
fonction d'une p a r t des descentes de charges e t e f f o r t s horizontaux ap-
portés par l e t a b l i e r , d ' a u t r e p a r t de l a largeur b i a i s e de l ' i n t r a d o s
q u i délimite l a longueur maximale de l a l i y e d'appui. I1 y a cependant
des exceptions à c e t t e manière d e ' f a i r e , e t i l e x i s t e des cas de franchis-
sement dans lesquels l ' é t u d e d u t a b l i e r ne s a u r a i t ê t r e d i s j o i n t e de c e l l e
des appuis (ouvrages urbains ou en zone d'échangeur p a r exenple), pour l e s -
quels une conceptSon d'cnscniblc - t a b l i e r c t appui2 - c s t néccssairc.
/ I

Une solution classique c o n s i s t e r a i t à f a i r e reposer l e t a b l i e r


du type en d a l l e simple rectangulaire sur des appuis disposés parallèle-
ment à l a voie franchie ; mais c e t t e solution présenterait deux inconvé-
nients, 1 ' u n d ' o r d r e géométrique puisque l e s longueurs d'appui sont d i f -
férentes, l ' a u t r e d'ordre mécanique l i é au f a i t que l e b i a i s e s t varia-
b l e en t o u t p o i n t .

Une aqtre solution consiste alors à cc,ni2voir des appuis ponc-


tuels constitués d'une simple colonne de gros diamètre, s u r lesquels re-
posera u n t a b l i e r ~ 2 2d a l l e à larges encorbellements ; ainsi les problèmes
géométriques e t :ii:'caniques évoqués ci-dessus s o n t - i l s résolus. Bien en-
tendu, l e s deux solutions doivent alors ê t r e comparées au point de vue
économique, l a différence de coût p o u v a n t dépendre largement des divers
paramètres (rayon , bi ai s moyen , 1 argeur , . . . ) .
On pourrait multiplier les exemples de ce genre, où une con-
ception d'ensemble - t a b l i e r e t appuis - s'impose. Dans d ' a u t r e cas, s i
une conception d'ensemble ne s'impose pas impérativement,elle peut néan-
moins se révéler fructueuse e t conduire,par exemple,à se donner des con-
ditions pqrticulières pour l e t a b l i e r t e l l e s que l a présence d'encorbel-
lements, ou encore une r é p a r t i t i o n des points d'appuis u n peu d i f f é r e n t e
de c e l l e qui s e r a i t l e r é s u l t a t d'une étude du seul t a b l i e r .
- 39 -

3, CONCEPTION ET CHOIX DES APPUIS

Les problèmes généraux concernant les condi t i cns d'appui o n t


é t é définis e t analysés dans c e t t e première pièce 1.1.1. I1 y ;1 l i e u main-
tenant d'aborder - à l a f o i s sur l e p l a n de l a Conception e t sur celui
des choix à f a i r e - les problèmes spécifiques à cha'cune des deux grandes
catéqories d'appui envisagées, à savoir :

- les appuis intermédiaires O U p i l e s , caractprisés p a r l e f a i t


q u ' i l s sont à l ' a i r l i b r e s u r m l u s grande p a r t i e de leur
hauteur ;

+
- l e s appuis d'extrémité ou i l e s - c u l é e s , c a r a c t é r i s é s par l e
f a i t q u ' i l s sont l e plus souvent t o t a ement noyés dans l e s
t e r r e s , q u ' i l s ' a g i s s e d'un franchissement en remblai ou en
débÏ a i .

Dans u n même ouvrage, ces deux catégories d'appui peuvent pré-


senter des points communs, comme aussi ê t r e t r è s dissemLlables, sans que
l ' o n puisse donner à ce s u j e t de règle générale ; quoi q u ' i l en s o i t e t
compte tenu de c e t t e d i s t i n c t i o n , i l y a l i e u d ' é t u d i e r séplrément l e s
PILES e t l e s PILES-CULEES, pour chacune desquelles l e s éléments de l a
conception e t l e s c r i t è r e s d u choix sont d i f f é r e n t s e t analysés séparé-
ment.
Dans u n souci de commodité, e t ^ afin de bien marquer l a d i s t i n c -
tion e n t r e ces deux catégories d'appui, leur étude f a i t l ' o b j e t des deux
pièces q u i suivent, a s a v o i r :
- pièce 1.1.2 : CONCEPTION ET CHOIX DES PILES.
- pièce 1.1.3 : CONCEPTION ET CHOIX DES PILES-CULEES.
1.1.2
CONCEPTION ET CHOIX DES PILES

Page

1 .CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES .ENVELOPPE DE


L'APPUI ........................ 1
2 .RECHERCHE DES ELEMENTS CONSTITUTIFS .ADAPTATION AU FRANCHISSEMENT ..... 5
2.1 .Superstructure ................................................................... 5
2.1.1 .Elements
.
...
..
...
..
..
..
..
..constitutifs
.. ............................................... 5
2.1.2 .Appuis composés de voiles .......................................... 7
2.1.2.1 .Nombre et répartition des éléments ................ 8
2.1.2.2 .Dimensions ................................................ 9
2.1.2.3 .Formes ..................................................... 11
2.1.2.4 .Adaptation au profil transversal du tablier .... 13
2.1.2.5 .Raccordement avec la fondation ..................... 14
2.1.3 .Appuis composés de-colonnes-o~_de-poteaux .................... 16
2.1.3.1 .Rôle et opportunité
.. d'un chevêtre en tête ....... 16
2.1,3.2 .Nombre .Espacement .Répartition ................. 17
2.1.3.3 .Dimension .Formes ..................................... 19
2.1.3.4 .Dispositions 2 prévoir pour les appareils
d'appui .................................................... 19
2.2 .Fondation ......................................................................... 20
2.2.1 .Fo;dations superficielles ......................................... 20
2.2.1.1 .Cas d'une semelle unique ............................. 20
2.2.1.2 .Cas de semelles isolées ............................... 24
2.2.2 ..Fondations
.. ..... .. profondes
.. .. .. .. . ................................................ 25
2.2.2.1 .Semelle .................................................... 25
2.2.2.2 .Type et choix des pieux ............................... 27
2.2.2.3 .Disposition des pieux .................................. 29
2.2.2.4 .Cas de fondations isolées ............................ 32
2.2.2.5 .Choix et optimisation d'une fondation profonde 33
2.3 .Etude d'esthétique ............................................................. 33
2.3.1 ..Choix
...
....du
.
....txEe
.... .
..morphologigw- ...................................... 34 V

2.3.1.1 .Piles constituées de voiles ......................... 34


2.3.1.2 .Piles constituées de colonnes ou de poteaux . . . 34
2.3.2 .Répartition
....
.....
........à.
.............
l'intérieur..... de l'enveloEpe_g~n~Eale_et
recherche de p g g p ~ y i g n s ..........................................
---..------.- 34
2.3.3 .Choix d'une forme .................................................... 39
2.3.3.1 .Incidence de la silhouette .......................... 39
2.3.3.2 .Incidence de la structure ............................ 42
2.3.3.3 .Choix du fruit aux extrémités ....................... 43
2.3.3.4 .Incidence de l'implantation ......................... 43
2.4 .Standardisation .Modèles .................................................... 44
2.4.1 .Standardisation dimensionnelle ................................... 44
2.4.2 .Standardisation mécanique ......................................... 45
2.4.3 .Modèles .................................................................. 46
3 .REALISATION .PROBLEMES D'EXECUTION .PAREMENTS .............................. 46
3.1 .Iciplantation ...................................................................... 46
3.2 .Exécution de la fondation .................................................... 47
3.3 .Ferraillage des voiles et des colonnes ................................... 48
3.4 .Reprise de bétonnage ........................................................... 48
3.5 .Surfaçage des zones d'appui ................................................ 48
3.6 .Parements .......................................................................... 49
3.'6.1 .Facteurs de l'aspect ................................................ 49
3.6.2 .Choix d'un parement ................................................. 50
3.6.3 .Réalisation des parements de béton apparent .................. 50
3.6.4 .Contrôles et vérifications ........................................ 52
4 .UpUIÇ SPECIAUX ......................................................................... 53
.
- 1 -

1- CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES - ENVELOPPE DE L'APPUI

Une pile e s t définie essentiellement p a r ses caractéristiques


géométriques e t mécaniques : ses caractéristiques géométriques doivent
répondre aux exigences d u franchissement, t e l l e s qu'elles sont définies
par les conditions fonctionnelles analysées dans l a pièce 1.1.1 ; i l en '
va de même des caractéristiques mécaniques vis-à-vis des conditions méca-
niques.
Une pile e s t constituée d'une superstructure visible en grande
partie e t d'une fondation qui peuvent ê t r e schématisées ou enveloppées
par des para1 1é1 épi pèdes.

Ligne d'appui

L
r
I

"f
niveau de la
I
Superstructure 1
ou fût
I m
r 1

La superstructure, qui reçoit directement 1 es apparei 1 s d ' ap-


pui e t transmet les descentes de charge à l a fondation, e s t caractérisée
par son enveloppe, que l ' o n peut définir de la manière suivante : c ' e s t
l'espace à l ' i n t é r i e u r duquel devront s ' i n s c r i r e les éléments de l ' a p -
pui afin d'assurer au mieux leur rôle vis-à-vis de la structure portée.
Cete enveloppe concerne exclusivement l a partie vue de 1 'appui , c ' e s t -
à-dire ce qui e s t compris-entre l a plate forr,1e da l a v o i e franchie e t
l'intrados d u t a b l i e r ; e l l e esf définie p a r une longueur
-- L, une hauteur VIF
H,et une gpaisseur E , ces t r o i s dimensions étant analysées ci-après.
- 2 -

Longueur
- Elle e s t mesurée parallèlement à l a ligne d'appui, c'est-à-
dire dans l e sens transversal biais p a r rapport à l'ouvrage ; c e t t e d i -
mension e s t délimitée par les bords extrêmes de l'intrados s ' i l s ' a g i t
d'un pont-dalle, les bords extrêmes des caissons ou les nus extérieurs
des poutres de rive, suivant l e type de structure'à porter. A l ' i n t é r i e u r
de cette enveloppe, on fixera l e nombre e t les dimensions des éléments
verticaux, du type voile, colonnes ou poteaux, qui devront en t o u t é t a t
de cause respecter les conditions mécaniques imposées p a r l e t a b l i e r , no-
tamment en ce qui concerne l e nombre e t l'espacement des points d'appui.
I1 a p p a r a î t de toute évidence que c e t t e largeur peut ê t r e t r è s variable,
pour u n franchissement donné, selon l a structure portée e t q u ' e l l e e s t
donc susceptible d ' u n- certain choix.
-.

Hauteur V I P
- C'est une donnée, imposée p a r les caractéristiques géométri-
ques du ,franchissement, donc sur laquelle aucun choix n ' e s t possible.
Epai sseur
- Elle e s t mesurée perpendiculairement à la ligne d'appui ; l e
choix de c e t t e dimension e s t à f a i r e sur l a base d'un certain nombre de
c r i t è r e s , t a n t géoiiiétriques que mécaniques, économiques, esthétiques.

_------ _ - - - Lorsqu'ün a p p u i e s t prevu sur l e terre-


--------- géométriques
a-Critères
plein central d'une voie à deux chaussées séparées (autoroute, voie ex-
press, voie urbaine) e t dans l a mesure où les dimensions transversales
de ce dernier permettent cette implantation, l'épaisseur de l'appui e s t
souvent 1imitPepar les caractéristiques de ce terre-plein e t , dans bien
des cas, ne saurait ê t r e supérieure à 0,50 m (en f a i t , l a largeur du
terre-plein central e s t souvent fixée dans c e t t e hypothèse). Cette va-
leur de 0,50 m peut, d u r e s t e , ê t r e considéree comme une épaisseur nor-
-
male dans les cas courants de franchissement au gabarit voisin de 5 m e t
lorsqu'il s ' a g i t d'éléments d'appui d u type voiles ; l e cas des colonnes
ou des poteaux appelle quelques r e s t r i c t i o n s , comme on l e verra plus loin
Néanmoins, cette épaisseur minimale de 0,50 m p o u r r a - e t même
dans certains cas devra - ê t r e augmentée : t e l sera l e cas d'une s é r i e
de travées indépendantes reposant sur des piles comportant chacune deux
lignes d'appui, ou encore l e cas de t a b l i e r s d o n t les dimensions des
appareils d'appui imposent une épaisseur minimale à l a pile.
Pour t o u t ce qui concerne l a possibilité d'implantation d'un
appui sur terre-plein central , on se référera aux documents o f f i c i e l s
suivants :
- Instruction d'Avril 1970 sur les Routes Nationales
(I.C.T.A.R.N.).
- Instruction de Mars 1971 sur les Autoroutes de Liaison
(I.C.T.A.A.L.).
d o n t l ' e s s e n t i e l e s t repris dans l e CAT. 75 (chap. 1 e t 3 ) .
- 3 -

Mais on tiendra cmpte l e cas échéant du f a i t que la doctrine


en la matière e s t évolutive,notamrent en ce q u i concerne 1 'implantation
des dispositifs de retenue ( g l i s s i è r e s ; barriPres, . , . ) . Dès 5. present
1 ' I C T A P L a é t é complétée e t modifi6e sur ce p o i n t en Mars lQ77.

E n f i n , éventuellement, i l peut y a v o i r lieu d'augmenter en t ê t e


les dimensions de certaines piles ( s o i t pour celles constituées d'éléments
de faibles dimensions, s o i t selon les dispositions du t a b l i e r ) pour p u -
voir y placer des vérins q u i permettront de soulever l e t a b l i e r eri vue, p a r
exemple, de régler ou de chanaer les appareils d ' a p p u i .

b - Critères mécaniques - L'éppisseur minimale e s t déterrinée p a r


7---------7----

les conditions Pécaniques d T a p p u i : tel pourra ê t r e l e cas de piles de


grande hauteur, ou encore l a nécessité de pouvoir r é s i s t e r sons 4-mrnages
appréciables a u choc d ' u n vithicule l o u r d (ce cas se présenter? surtout
s i l'appui e s t constitue d'cléments isolés de section réduite t e l s que
colonnes ou poteaux, cf. pièce 1.1.1, page 2 7 ) ; i l y a lieu éventuellement
de s'assurer que les dimensions retenues permettent 1 ' i n s t a l l a t i o n de
vérins p o w soulever le t a b l i e r .

c - -Critères
-- -- -- - - économiques
--- - Le choix d'une épaisseur rinimale con-
d u i r a généralement à 1-i--- appuiy - -l e moins onéreux ; toutefois l a majoration
de coût occasionnée par une épaisseur surabondante d o i t ê t r e appréciée
en fonction du coût global de l'appui, tenant compte à l a f o i s des fon-
.
dations , des coffrages, e t c . . q u i représentent des quantités fixes.
Critères esthétigues - Si l'épaisseur miniwale définie précé-
d - ----------------
dement e s t suffisante du p o i n t de vue rn6cnnique, e l l e Deirt s'avérer ina-
1 -

déquate vis-à-vis de l'aspect général de l'ouvrage : t e i e s t l e cas de


certains ouvrages à deux ou t r o i s travées pour lesquels l'appui centml
devra présenter une épaisseur notable, en t o u t cas supérieure au minimum,
a f i n de ne pas sembler t r o p grêle. Ces questions seront étudiées plus
loin ( c f . page 3 3 ) .
Les schémas de l a page suivante définissent l'enveloppe qéné-
-
rale dans l e sens transversal (dimension L ) pour différents types de
structures ; ces dimensions sent données indépendarment des conditions
éventuel les d'encombrement au sol et. tiennent compte uniquement des
caractéristiques transversales d u ta51 i e r .
- 4 .

ENVELOPPE GÉNÉRALE DES APPUIS EN FONCTION DU TYPE DE TABLIER

7
r 7 r-----
I
r----
1 7
I I

I
I
I
l
I
i
A 0,5 Lu

8
I I
I
I i 1
I
I
I
A = 0,6 a 0,5 LU
I I
I
1
I
tI

l I
A < 0,5 Lu I
I
I
I

I
1
1I
I I
I
- 5 -

.2, RECHERCHE DES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS


A D A P T A T I O N AU FRANCHISSEMENT

L'enveloppe ayant é t é délimitée, on se trouve en mesure de dé-


f i n i r les deux parties composant l'appui :
- . l a superstructure ou f û t
- l a fondation.
La superstructure sera constituée s o i t d'éléments longs ou voi-
l e s , s o i t d'éléments courts - colonnes ou poteaux -, s o i t d'un assemblage
des deux ; i l y a donc lieu de choisir l e type de l'élément, ensuite leur
nombre, leurs longueurs respectives e t enfin leur répartition.
La fondation dépendra de l a solution adoptée pour l a structure,
e t pourra se présenter sous l a forme d'une semelle unique, q u ' e l l e s o i t
d u type superficielle ou profonde, ou au contraire de plusieurs semelles
(une sous chaque element de l a Superstructure), mais cette dernière dis-
position e s t relativement rare.
Le choix d'une superstructure e t d'une fondation ayant é t é f a i t ,
i l réste à les adapter au franchissement, compte tenu des conditions d ' a p -
pui qui lui sont propres. L'étude qui s u i t a pour objet,d'une p a r t de
définir les différentes morphologies courantes, d'autre p a r t de montrer
sur des exemples comment,à p a r t i r des données de base, on peut aboutir à
l a conception logique d'un appui en respectant les conditions fonctionnel-
l e s , mécaniques, économiques e t esthétiques.

L'étude portera d ' a b o r d sur l a superstructure, qui e s t condi-


tionnée par l e t a b l i e r ( c f . enveloppe de l ' a p p u i ) , ensuite sur l a fonda-
tion, étant entendu que sont seuls concernés les appuis courants, c ' e s t -
à-dire. ne comportant que des éléments verticaux ou quasi-verticaux e t d o n t
l a hauteur vue n'excède pas 7 à 8 m ; l e cas des appuis spéciaux, p a r l a
forme ou les dimensions, e s t simplement évoqué ( c f . p . 5 3 ) .
2.1. SCPERSTRUCTVRE.

2.1.1.

Elle comporte des éléments verticaux qui peuvent ê t r e :

- s o i t des éléments longs : voiles

- s p i t des éléments courts : colonnes, poteaux.


. .
- t' -

Un élément court peut ê t r e caractérisé mécaniquement e t d i f -


férencié d ' u n élément long par l e f a i t q u ' i l ne comporte qu'un seul point
d'appui, tandis que l e second en comporte au moins deux.

n n

Colonne Poteau Voile

Ces eléiiierits S O I ~ Lobtenus a p a r t i r d ' u n type de base qu1 en


constitue l'enveloppe, délimitée p a r des plans ou des surfaces courbes.
Cette envelop@ unitaire ( p a r opposition à l'enveloppe générale
définie précédeinment) e s t définie aux schémas ci-après , valables pour l e s
deux % y p e s .

Lo,L, : longueurs mesurees

parall&lement i l a ligne d'appui


,

E,, E, : epaisseurs mesurees


. perpendiculairement 5 la ligne d ' a p p u i .

H: hauteur

Fruit éventuel sur deux ou quatre


faces ( positif ou négatif ).
Y

a,, a, : grands diametres

APPUI DELIMITÉS b o ,b, : petits diametres


PAR UNE SURFACE
H CYLINDRIQUE OU CONIQUE
H : hauteur

Fruit éventuel ( p q s i t i f ou negatif )

ÉLÉMENT DÉLIMITÉ PAR


DES SURFACES MIXTES
PLANS ET CYLINDRIQUES
(OU CONIQUES 1 .
- 7 -

A l ' i n t é r i e u r de l'enveloppe ainsi définie, des variations peu-


vent ê t r e obtenues en j o u a n t sur les différents paramètres ou en intro-
duisant des faces supplémentaires (appuis à facesmultiples).
Par a i l l e u r s , un même appui pourrait même comporter des élé-
ments longs e t des éléments courts qui, selon leur arrangement, permet-
tent bon nombre de combinai5onsY comme l e montrent les schémas ci-après
pour u n nombre de points d'appui pouvant atteindre 6. Cette mixité peut
néa9moins poser quelques problèmes.

1 2 5
a a . m a m a .

Disposition symétrique

_ _ _ _ _ _ _ Disposition dissymétrique

-
MOTA : Les dispositions représentees sont classees selon un ordre
decroissant du nombre d'éléments d'appui et ne préjugent
pas de leur validité, aussi bien du point de vue mécanique
que des points de vue économique et esthétique

,-.1.2. lipPC?
- I - _ - I - - - - CE V O :.I -E Î-. -
CC?rFi)CIS
._-_... " I. _~ _ I

.Il s sont 1 es pl us nombreux , parce que général ement préférabl es


pour les ouvrages courants aux appuis à base de colonnes ou de poteaux ;
i l s posent moins de problèmes e t sont plus, favorables mécaniquement par-
lant; 1 'hypothèque d ' u n chevêtre e s t levée e t l a r i g i d i t é transversale
de l'appui e s t toujours assurée ; de plus leur aptitude à r é s i s t e r aux
chocs de véhicules e s t très bonne.
Les caractéristiques à f i x e r sont définies e t analysées c i -
après, par ordre d ' importance décroissante :
- 8 -

- Nombre e t répartition des éléments


- Dimensions des éléments
- Recherche d'une forme pour ces éléments.
- Adaptation au*profil transversal du t a b l i e r
- Raccordement avec l a fondation.
2.1.2.1. Nombre e t répartition des éléments.
' A l ' i n t é r i e u r de l'enveloppe générale des appuis t e l l e q u ' e l l e
a é t é définie ( c f . page 1 1 une ou plusieurs solutions sont possibles, se-
lon l a longueur de l a ligne d'appui, l a nature de l a liaison avec l e t a -
blier., l e nombre e t l 'espacement des appareils d'appui ; on notera que le
nombre des points d'appui e s t determinant e t que plus ce nombre e s t élevé,
plus nombreuses sont l e s solutions ( c f . schémas ci-dessous, avec indication
du nombre de points d ' a p p u i ) .

D€T -rTnri
2 3 4 4

6 6 6

.
On voit que dans l e cas de 2 e t 3 points d'appui, une seule
solution s'impose : c e l l e d'un voile unique ; à p a r t i r de 4 points d'ap-
pui, deux solutions au moins sont envisageables : u n voile unique ou
plusieurs voiles. D'une manière générale e t pour des ouvrages de largeur
courante, une solution à plusieurs voiles identiques n ' e s t possible que
s i l e nombre de points d ' a p p u i e s t p a i r ; aussi fera-t-on en sorte que
c e t t e condition s o i t réalisée dans l e cas d'ouvrages larqes, pour les-
quels un voile unique de grande longueur e s t systématiqteTlt-nl déconseille.
Le nombre de voiles ayant é t é f i x é , i l reste à déterminer l a
longueur de chacun d'eux e t l a façon de les r é p a r t i r à l ' i n t é r i e u r de
1 'enveloppe. Come on 1 ' a vu précédemment,cette longueur e s t fonction de
l'espacement des appareils d ' a p p u i ou gventuellement de l a longueur de
l ' a r t i c u l a t i o n en section r é t r é c i e de béton ; l a plupart du temps e l l e
sera l a même pour tous les voiles d ' u n même appui, mais pourra aussi
- 9 -

ê t r e différente d ' u n voile à l ' a u t r e en jouant'sur l e nombre des. points


d'appui correspondants ,,comme l e montrent les schémas ci-après , r e l a t i f s .
l'un au cas dissymétrique de deux voiles inégaux supportant au total u n
nombre impair de points d ' a p p u i , l ' a u t r e au cas symétrique de t r o i s v o i -
les inégaux supportant également un nombre impair de points d'appui.

2 3 2 3 2

Ces questions o n t é t é t r a i t é e s dans l a pièce 1.1.1, Pages 16 e t


suivantes.

2.1.2.2. Dimensions. c

------- Le premier paramètre à f i x e r e s t l'épaisseur :


a - LeaisseUr.
on a vu précédemment que celle-ci dépendait directement de l a place dis-
ponible au s o l , mais aussi des conditions mecaniques. Par a i l l e u r s , i l
faut é v i t e r un aspect t r o p grêle pour les appuis q u i , vus par l a tranche,
ne doivent pas sembler disproportionnés avec l e t a b l i e r . Compte tenu de
ces diverses conditions, une épaisseur de 0,50 rn peut ê t r e fixée à priori
pour des voiles para1 lélépipédiques supportant des tab1 i e r s d o n t 7 '$pais-
seur u t i l e ne dépasse pas 0,80 m e t dégageant l e g a b a r i t normal, ce q u i

tent un f r u i t , c e t t e valeur de 0,50 m sera attribuée en principe à l a sec-


t i o n l a plus faible : en bas en cas de fruit négatif, en h a u t en cas de
fruit positif.

Toutefois cette règle peut ê t r e transgressée lorsqu'un voile


présente une épaisseur variable l e - long d'une section horizontale : en
ce cas, l a tranche vue pourra avoir une épaisseur inférieure, sans des-
*
cendre au dessous de 0,40 m (ou exceptionnellement 0,30 KI>, e t sous ré-
serve que les appareils d ' a p p u i , s ' i l s sont en élastomère f r e t t é , puissent
y trouver place.
- 10 -

Fn e f f e t dans les cas courants, une distance de 1 'ordre de


10 cm e s t nécessaire entre l e bord de l'appareil d ' a n p i l i e t l ' a r ê t e de
béton l a plus proche. La valeur de cette distFnce wiriimiile "al' est., eri
e f f e t , l a somme d u debord "d" d u brssacie ( c f . page 19) p a r r a p p o r t à
l'appareil d'appui, d o n t la valeur minimale e s t fix6e à 5 cm, et, de l a
distance "b" d u bossage au b o r d de l'appui, d o n t l a valeur recowmandee
e s t également de 5 cm ( c f . piece 1 . 4 . 1 ) .

Voir detail c i . dessous

7
Coupe A A

Appareil d'appui
a Plan
-

1 I

BoktTrflLg
>,

r
b 5cm
d>, Scm

Bord de l'appui
a: 10 cm usuellement b >, 40 cm usuellement

a : 5 cm minimum absolu b> 30 cm exceptionnel-


-lement

b - --- --- Mesurée parallèlement à l a ligne d ' a p p u i , e l l e


Longueur.
e s t l e r é s u l t a t de données géométriques e t mécaniques, mais e s t aussi
susceptible d'un certain choix. On a vu en e f f e t ( c f . pièce 1.1.1, page
16) que,lorsque l a liaison avec l e t a b l i e r e s t obtenue par l'intermédiai-
r e ' d e points d'appui isolés, leur nombre e t leur espacement é t a i e n t plus
ou moins déterminés p a r les caractéristiques géométriques e t mécaniques
de l a structure portée. S i l'appui comporte un seul voile, sa longueur
t o t a l e en h a u t sera donc égale à l a distance entre appareils d'appui ex-
trêmes, augmentée de l a quantité nécessaire à l a mise en place de ces
derniers ; s i l'appui comporte plusieurs voiles, chacun d'eux aura une
longueur déterminée de manière analogue, e t q u i dépendra du nombre de
points d'appui retenu pour chaque voile.
c - -------
Hauteur. C'est une donnée, sur laquelle on ne peut inter-
venir ; néanmoins, e l l e a une incidence non négligeable sur l e ckoix'des
autres dimensions, en particulier 1 'épaisseur, ainsi que sur les propor-
tions, surtout s i e l l e e s t importante.
- II -

2.1.2.3. Formes.
Les formes sont obtenues à p a r t i r de l'enveloppe unitaire dé-
f i n i e à l a page 6 ; les sections horizontales sont rectangulaires, poly-
gonales ou courbes.

On peut classer ces formes en groupes e t en types à l ' i n t é r eur


de chaque groupe :
- suivant l esenç longitudinal par r a p p o r t à l'ouvrage, on
peut distinguer t r o i s groupes, selon l'inclinaison des f a
ces latérales ou l a variation de section horizontale.

1- parements verticaux : épaisseur constante

2- fruit négatif: épaisseur croissante de la base au sommet

3-fruit positif: epaisseur décroissante de la base au sommet

groupe 1 groupe 2 groupe 3


-

Ce classement présente l'avantage de f a i r e intervenir l e p r o -


f i l de l'appui comme élément de l a silhouette générale de l'ouvrage
( c f . GUEST 69, p . 45).
, - suivant l e senç transversal (parallèlement à l a ligne d ' a p -
pui), on peut distinguer t r o i s types de base, caractérisés
par des sections horizontales rectangulaires.
- 12 -

On d i s p o j c donc a u ' t o t a l de 9 combinaisons d i f f é r e n t e s , r e p r é -


sentées aux schémas c i -après.
v -

Groupe

i
Pour i l l u s t r e r ce s u i v i e n t d ' ê t r e d i t , on t r o u v e r a ci-dessous
quelques formes d é r i v a n t des 'groupes 1 e t 3.

I I

Groupe 1
Type A

trapèzes
- 13 -

Ces schémas montrent comment, à l ' i n t é r i e u r d'une même enve-


loppe, i l e s t possible de varier l a forme en a j o u t a n t , p a r exemple, des
faces supplémentaires (figures 2 , 3, 6 ) ou des avant-becs (figure 5 ) ;
bien entendu, i l ne s ' a g i t que de quelques exemples, car l e nombre de
variations possibles e s t grand. On voit également que,dans un appui don-
né, une variation de forme e s t possible pour l e s sections horizontales :
c ' e s t ainsi que, dans l e cas d ' u n appui tel que 2 , l a section horizon-
t a l e de base varie progressivement d'un rectangle à deux trapèzes acco-
lés par leur base en passant par des sections polygonales à 8 côtés.

I1 e s t bien précisé, toutefois, que les coûts de ces diverses


dispositions ne sont a ' p r i o r i pas équivalents.
2.1.2.4. Adaptation au profil transversal du t a b l i e r
Le plus souvent,l'intrados au d r o i t de l a ligne d'appui n ' e s t
pas horizontal, mais présente une certaine pente qui peut ê t r e l e f a i t
s o i t d'un dévers du t a b l i e r , s o i t d'un biais de l'ouvrage associé à u n
profil en long non horizontal. La question se pose alors de savoir com-
ment profiler la face supérieure des voiles.
Lorsque l ' i n t r a d o s l e long de l a ligne d'appui e s t horizontal,
i l n'y a pas de problème. Dans l e cas contraire, deux solutions sont
possibles :
- l a face supérieure des voiles e s t parallèle à l'intrados
(disposftion 1 );
- l a face supérieure des voiles e s t horizontale (disposition 2 ) .
Les schémas ci-après i l l u s t r e n t ces deux dispositions dans l e
cas d'un t a b l i e r en dalle -de largeur moyenne appuyé sur deux voiles par
l'intermédiaire de quatre appareils d'appui.
,
1- Faces supérieures des voiles parallèles
a l'intrados i 2- Faces supérieures des voiles horizontales

disposition normale

A. dhivellation importante entre les appareils d'appui extr6mes >15 cm


- les voiles sont arasés à des cotes diff6rentes

I .
-
Nota : Les dispositions re-
latives au raccordement entre
l'appui e t l e t a b l i e r sont
détaillées pièce 1 . 2 . 1 , page L5.
-- -__
B.déniveIIation fable entre les appareils d'appui extrêmes ,< 15 cm
.-les volles sont arasés à la même cote

. .
w -
,-
,/'
,
. .. -I
- 14 -

Avec la première solution, la hauteur des voiles e s t variable


en t o u t point, ce qui entraîne des sujétions de coffrage e t de f e r r a i l -
lage (ces dernières étant peut-être les plus importantes) ; p a r a i l l e u r s ,
cette disposition e s t a priori défavorable s i T'on doit soulever l e t a -
b l i e r , à moins que l ' o n n ' a i t prévu spécialement à cet e f f e t des empla-
cementspour vérins. Enfin e l l e e s t mal adaptée à certaines formes faisant
appel à des coffrages complexes (appuis à faces iwltiples p a r exemple).
Avec l a deuxième solution, ces inconvénients sont supprimés
mais i l e s t nécessaire de prévoir des bossages de hautew-
convenable pour compenser l a dénivellation entre l ' i n t r a d o s e t l a face
supérieure des voiles (1) ; toutefois l a hauteur de ces bossages devra
rester modérée e t ne devra pas dépasser 15 à 20 cm. Xompte tenu de c e t t e
condition, i l sera possible ou n o n , en cas de voiles multiples, de les
araser tous ilu même niveau : cela dépendra à l a f o i s de l a pente trans-
versale e t de l a largeur de l ' i n t r a d o s entre appareils d'appui extrêmes.
Un autre avantage de cette disposition réside dans l'espace l i b r e rela-
tivement grand l a i s s é entre l a face supérieure de l'appui e t l ' i n t r a d o s ,
permettant u n accès aisé a u x appareils d'appui e t leur remplacement
éventuel sans d i f f i c u l t é .
Pour conclure, on retiendra que l a deuxième solution e s t pré-
férable à l a première
--- e t doit ê t r e considérée comme courante, que les
voiles soient ou non de même hauteur.
Une variante permettant dans tous les cas d'araser l a face su-
périeure suivant une même horizontale consisterait à prévoir sous l ' i n -
trados au droit de l'appui une nervure de rattrapage de hauteur variable,
mais c e t t e disposition entraine certaines sujétions d'exécutiop lors de
l a constructien d u t a b l i e r .

2.1.2.5. Raccordement avec l a fondation.


I1 s ' a g i t de l a partie enterrée de l'appui, au-dessus de l a
fondation. Plusieurs cas sont à envisager, selon la configuration de
1 ' appui.

1 ' a p p u i . e s t constitué d ' u n voile simple


a - --- unique
------ de forme e g -
------------
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - _ _ I _ _ _ _ _ _ _ _ r
-------
rallélépipejclgug : l e voile peut ê t r e simplement prolongé
jusqu'à l a semelle de fondation e t une reprise de bétonnage
prévue légèrement en-dessous de l a partie vue ( f i g . 1)

I e- sirne! e- L! ni9 Ye- corneortant- Y!


b - 1 ' appui - est-con2 ti tue- bl L! n- !oi
6....................................
Ü i t sur au moins deux de ses faces : i l n ' e s t pas souhaita-
ble de prolonger les f r u i t s jusqu'à l a fondation, particuliè-
rement en cas de f r u i t négatif. L'appui reposera alors sur u n
soubassement de forme parallélépipédique en légère s a i l l i e sur
son pourtour ( 5 à 10 cm), ce qui permet d'y appuyer des cof-
frages ; celui-ci sera arasé à 0,30 m sous l e tzrrain final
(terre-plein central ou accotement) e t une reprise de béton
nage prévue à cette même cote ( f i g . 2 ) .

(1) De toute manière, des bossages de hauteur réduite sont à prévoir sys-
tématiquement au droit de tous les appareils d'appui du type en élas-
tomère f r e t t é ( c f . Dispositions à prévoir pour les appareils d'appui,
page 19 e t pièce 1 . 4 ) .
- 15 -

c - _l'appui e s t constitué d ' u n voile unique


- _ ............................ dont l e s faces laté-
-- ......................
-rales _ _ - _ _ _des
- _ _ _comportent
-- - _ _plans
____ - - - - _---
multieïes _ . !1 n'es? pas souhajtable
de pra!onger c e t t e géoriétr'e dans l e c o l e t ~ ' T Iprévcira comme
ci-deisus u n soubnssement de fcrm? prallélépipédique ( f i g . 3 ) .

d - ---
l'appui e s t constitué de plusieurs
.................... voiles reposant
--_-_---_----_---- sur une
-------------
-----------
semelle u n i g u e : en ce cas, e t comme on l e vera plus loin
( c f . page 2 1 ) 1 a semelle comporte généralement une nervure,
qui f a i t alors o f f i c e de soubassement (fig. 4).

-
rlpt
: A l a différence de la nervure, qui joue u n rôle mécanique vis-à-
vis de l a semelle, l e soubassement n ' e s t q u ' u n élément de cons-
truction, sans rôle a c t i f .

Les schémas ci-après i l l u s t r e n t ces différents cas.

\ AL- voir detail

soubassement
~ semelle

DETAIL

reprise -

-parement
\<- sou b a ss emeii t vertical

nervure - soubassement
- 16 -

2.1.3. APPUIS COFlPOSES DE COLONîIES OU DE POTEAUX.


_^__-______--__-___-____________________-

2.1.3.1. -Rôle e t opportunité d'un chevêtre en t ê t e .

Les colonnes ou les poteaux peuvent ê t r e l i b r e s , à leur extré-


mité supérieure 0 ou re1465 e n t r e w x par lin r,hevêtrp @

Lorsque les colonnes ou les poteaux sont disposés au d r o i t des


descentes de charge, chacun d'eux p o r t a n t un appareil d'appui, un chevêtre'
n'apparaît pas nécessaire ; i l n ' a que l ' i n t é r ê t limité d'assurer un cer-
t a i n contreventement lors de l a construction, donc avant mise en service
du t a b l i e r .
Par contre un chevêtre e s t indispensable lorsque les points
d'appui, en t o t a l i t é ou en p a r t i e , ne s o n t pas placés au d r o i t des colon-
nes ou des poteaux : l e chevêtre assure alors le transfert des descen-
tes de charge e t éventuellement des e f f o r t s horizontaux transmis piir
l e t a b l i e r (freinage, efforts centrifuges, etc.. . ) ; i l permet également
de placer des vérins pour soulever l e t a b l i e r en cas de changement d'ap-
pareils d'appui, opération q u i peut ê t r e rendue d i f f i c i l e s i l ' o n ne dis-
pose que de l a seule surface offerte par les colonnes ou les poteaux.
Par a i l l e u r s , i l a parfois é t é f a i t valoir que l a présence d'un
chevêtre p o u v a i t s'avérer intéressante pour appuyer l e cintre lors de l a
construction d u t a b l i e r , mais cet argument s'avère extrêmement discutable.
E n f i n , e t ceci peut ê t r e plus impcrtant, l a résistance de l ' a p -
p u i vis-à-vis d'un choc de véhicule l o u r d e s t améliorée avec un chevêtre.
Un cas dans lequel l e rôle du chevêtre peut ê t r e déterminant
e s t celui d'un t a b l i e r en dalle ayant une grande longueiir de ligne d ' a p -
p u i , s o i t d u f a i t de sa largeur, s o i t de celui d'un biais accentué, com-
p o r t a n t donc normalement un assez grand nombre de points d'appui. Un
choix e s t à f a i r e entre une solution classique comportant a u t a n t de co-
lonnes que de points d'appui, a priori peu satisfaisante notamment d u
p o i n t de vue résistance à un choc éventuel de véhicule lourd ( c f . pièce
1.1.1, page 25) e t l a solution consistant en deux ou t r o i s colonnes de
forte section, surmontées d' un chevêtre dimensionné en vue d'assurer
l e transvert des charges q u i lui sont directement appliquées p a r l ' i n -
termédi a i re des apparei 1 s d' a p p u i ( c f . croquis c i -après).
- 17 -

2.1.3.2. Nombre, espacemel-It e~-t répartition


. ~~ __ des colonnes ou des poteaux.
Les colonnes ou les poteaux seront l e plus souvent disposés
dé façon uniforme, au d r o i t des appareils d'appui s ' i l n'existe pas de
chevêtre porteur ; leur espacement e t leur nombre sont donc fonction de
ces derniers e t dépendent de l a structure portée. On devra alors s'assu-
rer que l'aspect e s t s a t i s f a i s a n t , sinon on augmentera légèrement l ' e s -
pacement des appareils d'appui s i leurs emplacements théoriques condui-
sent à des colonnes ou poteaux t r o p rapprochés : i l semble qüe dans l e
cas d ' u n pont-dalle courant peu b i a i s , u n espacement d'environ 3 m s o i t
acceptable. Si l a liaison au t a b l i e r s e f a i t par une articulation conti-
nue en section rétrécie de béton, l e degr6 de l i b e r t é sera plus g r a n d ,
mais u n chevêtre porteur e s t nécessai're.

------------------
Incidence du biais. Les dispositions peuvent ê t r e différentes
selon l'importance du biais :
- Dans l e cas des onts-dalles courants de biais modéré (>60 gr)
4

7
, un espacement raisonnab e des points d'appui correspond à 1/6 envi-
ron de la portée biaise de la plus grande travée adjacente. S i , par exem-
ple, l a longueur biaise de cette travée e s t de 25 m y l'espacement des
points d'appui , donc des colonnes ou des poteaux, sera d'environ 4 m.
- Dans l e cas de ponts-dalles très biais ( < 60 c r ) , on s ' e f f s r -
cera d'avoir une répartition des points d'appui qui s o i t l a plus proche
possible d u modèle de calcul ( c f . pièce 1.1.1, page 2 0 ) . En l'absence de
règles précises, on pourra se baser sur les indications suivantes :
- les points d'appui extrêms
seront placés l e plus près possible
I des bords libres de l ' i n t r a d o s ;
- 1 'espacement droit de deux
points d' a p p u i consécutifs sera
d ' a u moins 2 m.;

- l'espacement mesuré suivant l a ligne d'appui sera de l ' o r d r e


1 de l a portée biaise de la plus grande travée' adjacente.
(5 à

.
Les schénias de la page suivante donnent, pour un t a b l i e r de
14 m environ de largeur, e t en fonction d u type de structure, l e nombre
e t 1 'erplacerent des é l é w n t s verticaux assurant les descentes de charae
au droit des appareils d'appui.
II II I I II.

NOTA. Dans la plupart des c a s , les colonnes ou les


poteaux correspondsnt en nombre et en position
aux appareils d’appui.
Des considérations esthétiques peuvent conduire
a moduler légèrement l’espacement des colonnes,
notamment dans le cas de 4 colonnes (dans les
limites présentées au 5 2.2.1.4. b de la piece 1.1.1.
-
pour le cas des ponts dalles).
- 19 -

2.1.3.3. Dimensions - Formes.


Pour une colonne de section circulaire, l e -diamètrs
- minimal
sera de 0,60 m, bu point de vue de l a forme, on peut en distinguer deux
p i nci palement :
- cylindri'que,, qa plus courante ( c f . schémas ci-dessous)
t

- tronconique, à f r u i t positif ou négatif.

Pour u n poteau de section rectangulaire, l a plus p e t i t e dimen-


sion (épaisseur E ) sera de 0,50 m y mais on pourra jouer sur l a longueur
L ; ces dimensions sont à augmenter l e cas échéant, s i l a hauteur de-
vient importante. On peut distinguer deux formes principales :
- parallélépipédique, l a plus courante
- en t r o n c de pyramide, à f r u i t positif ou négatif.

Colonne Poteau

fruit

I, Ligne d'appui parallele


a u grand cbté
60
cylindrique tronconique

Y 2.1.3.4. Dispositions à prévoir pour les appareils d'appui.


Quelle que s o i t l a morphologie de l a p i l e (voiles ou colonnes)
e t lorsque l a liaison avec l e t a b l i e r n ' e s t pas du type en sections ré-
trécies de béton, qui posent peu de problèmes, mais realisée par des
appareils d ' a p p u i mobiles (en élastomère f r e t t é par exemple) des dis- y

positions particulières sont à prévoir sur l a face superieure des voiles


ou du chevêtre ; selles o n t un double objec.tif :
- e l l e s doivent permettre une pose précise e t f a c i l e des appa-
r e i l s d'appui, ainsi qu'une bonne répartition des contrain-
tes ;

- e l l e s doivent a u t a n t que possible permettre le remplacement


d'appareils d'appui défectueux ou anciens, sans avoir à re-
courir à des dispositifs compliqués, coûteux ou peu sûrs.

Ce résultat - t o u t au moins pour l e premier objectif - sera


obtenu le plus souvent par l a réalisation de bossages de béton en s a i l l i e
sur l a face supérieure des voiles ou du chevêtre e t placés au d r o i t des
appareils d ' a p p u i 1 'espace l i b r e à réserver sous 1 'intrados (pour y pla-
y

cer des vérins) étant d ' a u moins 12 à 15 cm.

On trouvera à l a pièce 1 . 4 . 1 ips jndicat?ir,r b.ttpill6es s':r csr


dispositions.
- 20 -
2.2. FONDATION.
Deux modes principaux de fondation sont à r e t e n i r :
- fondations dites superficielles, sur semelle ;
- fondations dites profondes, qui peuvent ê t r e de deux types :

. pj-iesIcolonnes,
------ dont l a partie hors sol e s t l e prolonge-
ment de l a partie enterrée. En principe, e l l e s ne comportent
pas de semelles; cependant i l en e s t parfois réalisé dans
un b u t de liaison,tout comme i l e s t r é a l i s é parfois des che-
vêtres sans foncti on porteuse.
Mis à part l e cas des piles-colonnes, l a morphologie de l a
superstructure sera peu différente selon l e mode de fondation ; l a dif-
férence portera sur l e s dimensions e t l e niveau de l a semelle q u i , dans
. l e cas de pieux, devra ê t r e aussi h a u t que possible ( à l'exception de
certains cas en ri v i ère affoui 11ab1 e ) .
I1 e s t rappel6 que l a conception générale de l a fondation d o i t
t e n i r compte principalement des contraintes q u i sont liées au s i t e , a u Il
Il
sol e t à l'ouvraqe. En ce qui concerne l e dimensionnement, celui-ci e s t
- II
fonction surtout des qualités du sol porteur e t de l a valeur des e f f o r t s
à transmettre. Les contraintes 1 iées au s i t e peuvent devenir prépondéran- it
tes pour certains obstacles à franchir (cours d'eau affouillable ou non,
voies ferrées) ou en cas de présence de canalisations e t réseaux divers .
dans l e sous-sol.
Pour la conception e t l e dimensionnement des semelles superfi-
c i e l l e s e t des fondations profondes, on se reportera aux fascicules 4
"Conception e t choix du type de fondation" e t 5 "Dimensionnement" d u dos-
s i e r FOND 72.
2.2.1. FONDATIONS SUPERFICIELLES.
.........................
Deux options sont envisageables :
- quel que s o i t l e type de pile e t quel que.soit l e nombre
d.'éléments verticaux, l a fondation comporte une semelle unique pour
l'ensemble : c ' e s t l a solution l a plus courante ;
- lorsque l a superstructure de l a pile e s t constituée par des
éléments isol6s en Detit nombre e t larqement espacés, i l Deut ê t r e avan-
tageux sur t r è s bon' sol de prévoir des" semelles' isolées au d r o i t de cha-
cun des éléments verticaux (sur les sols q u i ne sont pas t r è s bons, l a '
surface t o t a l e nécessaire de l a semelle exclut c e t t e s o l u t i o n , même si
on a résolu l e problème de l a r i g i d i t é d'ensemble de l a p i l e ) .

2.2.1.1. Cas d'une semelle unique cou f i l a n t e ) . I

En plan, l a semelle sera toujours rectangulaire, quel que s o i t l e


biais de l'ouvrage, e t disposée parallèlement à l a voie franchie.'
4

Deux cas sont à considérer, selon que l a superstructure de l'appui


e s t constituée d ' u n seul voile ou de plusieurs éléments (voiles ou colonnes) :
- Dans l e cas d ' u n seul voile ( c f . schémas de gauche de l a page
suivante) l a lonqueur de l a semelle.mesurée parallèlement à l a voie franchie,
sera généralement-au plus égale à la'largeur u t i l e biaise du t a b l i e r ; s i l a
structure de ce dernier présente une largeur d ' a p p u i réduite ( d a l l e nervurée,
par exemple) e t si les caractéristiques mécaniques du sol l e permettent, l a
semelle pourra avoir une longueur notablement inférieure à l a largeur u t i l e .
Si l a longueur de l a semelle e s t supérieure à c e l l e du voile à
l a base, son débord "d" devra r e s t e r modéré : on peut f i x e r comme valeur
limite pour ce dernier une longueur égale à l ' é p a i s s e u r de l a semelle.
Faire autrement s e r a i t désavantageux au point de vue mécanique ; cela
exigerait beau_f.up d'armatures supplémentaires pour un f a i b l e gain de
surface.
- Dans l e cas de plusieurs voiles ou colonries ( c f . schéma de
droite C Y - ~ ! t ' ~ s ~ ~ valeur
~ - . j , l dau débord de l a semelle p a r rapport à l ' é l é -
ment extrême d o i t ê t r e choisie de façon à minimiser les e f f o r t s longitudi-
naux dans l a semelle.
La règle géométrique simple ci-après permet d'O1 e n i r ce r é s u l t a t :
l a distance entre l'extrémité de l a semelle e t l ' a x e de 1 ' é ément extrême
doit ê t r e de l ' o r d r e de 0,4 fois l ' i n t e r v a l l e entre axes des éléments. Avec
les notations du schéma de droite ci-dessous, e t s i n e s t l e nombre d ' é l é -
ments, on a u r a :

Cas d un seul voile Cas de plusieurs voiles


(ou colonnes)

I L LS 4

!&

E n sec'ti on trdns<dersaie , 1 a seiiiell e serà t o u j o u i - s rectangu-


l a i r e e t pourra comporter ou non une nervure à sa partie supérieure ;
celle-ci régnera sur toute l a longueur de l a semelle ou aura ses extré-
mités légèrement en r e t r a i t de l a quantité " d " définie ci-dessus. Cette
nervure a un double r ô l e , mécan que e t géométrique :
- e l l e s e r t de raidisseur lorsque l a super. tructure e s t cons-
t i t u é e par plusieurs éléments séparés t e l s que colonnes, poteaux, voiles
m u 1 t i p l e s de longueur r6dui t e ; toutefois , e l l e pourra ê t r e supprimée
en cas de t r è s bon sol ou lorsque la raideur propre de l a semelle e s t
importante ( o u exceptionnellement s i on compte à cet e f f e t sur u n Che-
vêtre) ;
- e l l e peut s e r v i r de r a t t r a p s lorsque l a géométrie de 1 'ou-
vrage imposerait des superstructures de hauteurs différentes en profil
longitudinal comme en profil transversal, ce qui permet d ' u t i l i s e r u n
même coffrage p o u r les différents apiiuis vus, ou ericore s e r v i r de sou-
bassement p ~ u rcert?ins t y p e s d'appuis ( c f . pièce 1 . 2 . 1 ) .
Les semelles reposent sur u n béton de propreté d'environ ü , i O m
d'épaisseur.
- 22 -

j: On emploiera l e terme de soubassement pour une nervure rie


j o u a n t qu'un rôle de rattrapage.

- - - -prof
En -- -i l_ _longitudinal
- - _ _ _ - -_

hn:variable d'une pile


a l'autre
l-a L-I
&----I

En- profil tra-versai

Nervure ou soubassement
- ,

Paramètres ------- ---


-----------géométrigues c

Les paramètres géométriques sont définis aux schémas ci-après,


dans lesquels les notations sont, en principe, celles u t i l i s é e s au dos-
s i e r FOND 72 (à l'exception de l a hauteur de l a semelle, notée ici h s ) .

Semelle simple Semelle avec nervure

Niveau du sol fini


-r-r
I1 I ( profondeur
a définir )

béton de propreté 1
- 23 -

Par rapport au niveau de l a plate-forme,on notera que l a pro-


fondeur D dépend du niveau d ' a p p u i retenu, en remarquant. à ce sujet que
c ' e s t en géneral l e premier niveau d'appui q u ' i l faut préférer ( c f . FOND 72,
fascicule 4 , pages 62 e t suivantes).

Pré d i mens i on nemen t .


------------------
La b f i g y g y r ",;I de l a semelle, ainsi q u ' o n vient de l e v o i r , peut
ê t r e considérée comme une donnée dépendant de l a géométrie des voiles (ou
colonnes) à l a base.

Lorsque l a longueur a é t é fixée, i l reste à déterminer les


dimensions transversales, s o i t :
- l a --- --- "Bi'
largeur
- l a hauteur de l a semelle
------- "hS"
- l a --- --- "b"
largeur
- ------- "h,"
l a hauteur de l a nervure

Avec l e s notations du schgma'du bas de l a page précédente, ces


paramètres doivent répondre aux conditions ci -après :
--- *--c-i---i-------
Largeur de l a semelle. On se réfèrera aux indications données
à l a pièce 1.3.1 du present dossier, q u i propose une méthode simple pour
effectuer un pré-dimensionnement rapl'de de l a semelle lorsque l a pres-
sion admissible,syr l e sol de fondation e s t connue. Toutefois, pour des
raisons de s t a b i l i t é , c e t t e largeur aura une valeur minimale de 1;50 m.
Hauteur
-----7-7---t- ------- Elle sera déterminée par l a condition
de l a semelle.
1
de r i g i d i t é définie ci-aessous, q u i en donne une valeur minimale :
C B - a B - b
hs 2 2 -- 7O U T

E l l e devra toutefois r e s t e r dans des limites raisonnables , soit


0,60 m \< hs \< 0,80 m. (2)

La condition de r i g i d i t é ou de débord, q u i obéit aux règles de


dimensionnement usuelles en béton armé, permet de se placer dans l'hypo-
thèse d'une répartition linéaire des déformations e t , sauf plastifica-
t i o n , des contraintes sur l e s o l , en conformité avec l e programme de
calcul automatique q u i f a i t 1 'objet du sous-dossier 2 . Cette condition
permet également d'employer l a méthode des bielles pour l e calcul des
ferrai 1 lages de 1 a semel l e .

---
Largeur de l a nervure. Elle e s t directement l i é e à 1 'épaisseur
"a" des voiles ou des colonnes qui reposent sur e l l e ; p a r rapport à
'
c e t t e dernière, e l l e présentera un dé-
- . bord minimal de 5 cm, suffisant pour y
appuyer éventuel lement un coffrage. Sa
largeur minimale e s t donc bien détermi-
née e t p r e n d l a valeur suivante, dans
l e s cas courants :
Nervure b = a t 0,lO (en mètres) (3)
- 24 -

.....................Elle dépend de son rôle :


Hauteur de la nervure.
- s i la nervure joue l e rôle de raidisseur, sa hauteur sera
déterminée selon les règles énoncées dans l a pièce 1.1.1, p. 25, e t rap-
pel és ci - après :
a - --
r i g ..........................
i d i t é à assurer sur l a lon-
---- e l
gueur

hs I
l a r i t é du s o l .

Par a i l l e u r s , i l e s t recommandé de respecter l a règle suivante :


hs < hn < 2 hs pour minimiser le coût de l'ensemble semelle t nervure. ( 6 )
-
s i l a nervure a un simple rôle de rattrapage ou de soubasse-
ment, sa hauteur sera déterminée par des considérations géométriques.
Dans tous les cas, la condition de profondeur p8.r r a p p o r t au
niveau de l a plateforme e s t à v é r i f i e r
h = hs t hs < D - 0,30 (en mètres) (7)
2.2.1.2. Cas de semelles isolées.
Cette disposition e s t envisageable lorsque l e t a b l i e r repose
sur des appuis courts t r è s espacés e t en p e t i t nombre e t s i les carac-
téristiques du sol de fondation sont bonnes (absence de tassements dif-
f é r e n t i e l s ) ; tel s e r a i t l e cas, par exemple, pour un t a b l i e r en dalle
à 2 nervures espacées de 5 m à 6 m. Toutefois une liaison mécanique
s'avérera souvent nécessaire à l a partie supérieure,et devra alors ê t r e
assurée par un chevêtre ; pour juger de l ' i n t é r ê t économique d'une t e l l e
solution, i l faudra donc comparer l e coût d u chevêtre au gain obtenu en
remplaçant la semelle unique p a r deux semelles moins importantes.

2.2.1.3. Cas particulier : semelle sur massif de béton non armé.


Dans certains cas l i é s au s i t e (franchissement de cours d'eau,
.
risques d ' affoui 11 ement , proximi t é de voies ferrées,. . ) ou 1 orsque 1 a
couche d'appui se trouve à quelques mètres sous l a nappe, l a fondation
superficielle e s t constituée par une semelle reposant sur un massif de
béton non armé l e plus souvent coffré ( c f . FOND 72 Fascicule 4 5 4 . 2 . 2 . 2 ) .
- 25 -

Comme dans l e cas des fondations s u p e r f i c i e l l e s , deux s o l u -


t i a n s p r i n c i p a l e s comportant des semelles s o n t envisageables, s e l o n que
l a p i l e repose s u r une f o n d a t i o n unique ou s u r des f o n d a t i o n s i s o l é e s ,
disposées au d r o i t de chacun des 6 l é m K t s v e r t i c a u x de l a s u p e r s t r u c t u r e ;
une t r o i s i è m e s o l u t i o n , à r a t t a c h e r au cas de f o n d a t i o n s i s o l é e s , e s t
constituée par l e s piles-colonnes.

Pour chacun de ces cas, l a d i s p o s i t i o n concerne à l a f o i s l a


géométrie de l a ( o u . d e s ) semelle de l i a i s o n e t c e l l e des p o i n t s d ' i n t e r -
s e c t i o n des axes des p i e u x avec l a d i t e semelle. C e t t e d i s p o s i t i o n d o i t
répondre aux i m p é r a t i f s s u i v a n t s :

- centrage des groupes de p i e u x sous l e s e f f o r t s , pour a s s u r e r


l a m e i l l e u r e d i f f u s i o n p o s s i b l e des charges e t , a u t a n t que .
p o s s i b l e , s y m é t r i e , pour é v i t e r l e s tassements d i f f é r e n t i e l s
transversaux ;

- r é s i s t a n c e aux e f f o r t s h o r i z o n t a u x ;

- m i n i m i s a t i o n de l a surface t o t a l e de l a semelle e t des e f -


f o r t s dans c e l l e - c i , a f i n d ' é v i t e r des dépenses i n u t i l e s .

2.2.2.1. Semelle de l i a i s o n .
- En
--- p---
lan, l a semelle de l i a i s o n c o i f f a n t l e s p i e u x sera r e c t a n -
g u l a i r e ; l o r s q u e l e système comporte des p i e u x i n c l i n é s , ces d e r n i e r s
'le s e r o n t dans un p l a n v e r t i c a l p e r p e n d i c u l a i r e au b o r d de l a semelle.
On d é f i n i r a une f i l e comme une l i g n e de p i e u x p a r a l l è l e à l a l i g n e d ' a p -
p u i e t une r a n ée comme une l i g n e de p i e u x p e r p e n d i c u l a i r e a c e t t e même
_-La
l i g n e . Dans ces é f i n i t i o n s , l ' i n c l i n a i s o n des p i e u x n ' e s t pas considérée
i c i , où l ' o n s ' i n t é r e s s e à l ' i m p l a n t a t i o n des p i e u x e t non à l e u r f s n c -
tionnement mécanique.
- 26 -

Sa longueur e s t conditionnee s o i t ' p a r l a dimension des élé-


ments verticaux de l a superstructure (cas d ' u n voile unique) ou leur
écartement extrCme (cas des colonnes-ou des poteaux), s o i t par 1 'écarte-
ment entre l e s rangées extrêmes.de pieux.
# '

En t o u t é t a t d e cause, on l a
, limitera à ce qui e s t strictement
ngcessaire en évitant t o u t débord.
surabondant e t , en faisant obser-
ver que l a longueur minimale sera
,. obtenue avec l a forme de pi1.e re-
présentée ci-contre, sous réserve .
que, compte tenu du noqbre t o t a l
1 1 de pieux, 1 ' intervalle j? nécessai-
r e entre deux rangees successives
t.
-- --- s o i t respecté ( c f . page 30 ) .

-
En-seçflon-frans~ersale, l a semelle sera toujours rectanqulai-
- e t pourra ou non comporter une nervure à sa partie supérieure ; tou-
-re
tefois l e rôle de c e t t e nervure e s t moins évident que dans l e cas de
semelles superficielles, l a hauteur "hS" de l a semelle é t a n t généralement
plus grande en présence de pieux.
-
Les paramètres géométriques sont définis aux schémas ci-après ,
qui correspondent à une disposition courante à deux f i l e s deqpieux.

Semelle simple Semelle avec nervure

niveau du sol fini


t

tl

beton de propreté

*
Valeur conseillée pour k?
L 3*

. I - - *
- 27 -

A l'exception des fondations en s i t e affouillable ( c f . FOND


5 4.3.4), i l y a généralement i n t é r ê t à prévoir l a semelle de liaison l e
plus h a u t possible : dans ce-cas'en e f f e t , l a superstructure e s t réduite
au minimum e t les conditions d'exécution de 'la semelle sont les plus fa-
vorables, que ce s o i t par l a limitation des terrassements, ou par l a pos-
s i b i l i t é de t r a v a i l l e r au-dessus de l a nappe. Toutefois, l e niveau de l a
semelle sera plafonné par l a nécessité de réserver une garde Par r a p p o r t
au niveau de 1a.chaussée ; cette garde peut ê t r e fixée à 0,50 m s i l a
semelle n ' a pas de nervure e t à 0,30 m si e l l e ne comporte une. Les sché-
mas de l a page précédente définissent ces deux dispositions.

La valeur de "1" , espacement de deux f i les voi sines, e s t con-


ditionnée par l a nécessité :
- d'une part, d'espacer suffisamment les pieux afin de permettre
une bonne execution e t pouvoir négliger pratiquement 1 ' e f f e t
de groupe ;
- d ' a u t r e p a r t , de limiter au minimum indispensable les dimen-
'

sions de l a semelle; dans çe b u t , l a valeur conseillée 3 @


pourra ê t r e réduite à 2,5 9 , à condition que cp s o i t grand,
que l e s pieux ne soient pas t r o p longs, e t que l'exécution
d'un pieu ne risque pas d'endommager ceux q u i sont déjà exé-
cutés.
2.2.2.2. Type e t choix des pieux.
a - Dans la plupart des ouvrages courants, ce sont des pieux en
béton q u i sont u t i l i s é s ; les pieux métalliques, à section circulaire
(tube) ou profi l é s , peuvent ê t r e intéressants dans des cas particuliers
ou si l ' e n t r e p r i s e adjudicataire dispose d ' u n t e l matériel à des condi-
tions économiqu'emeht favorables.
Parmi les pieux en béton u t i l i s é s couramment, on peut distin-
guer trois types, dont les principales caractéristiques sont résumées
ci -après.
béton armé, mis e n Qeuvre p a r refou-

ulaire (variante octogonale admissible)


Q> 4 0,60 m
(50 maxi )
5" à 30" (avec matériel spécial)
s i b l e dans l e béton : 60 à 80 bars.

- Pieux e t puits forés exécutés en place.


- Section circulaire
- diamètre : Q&~I à 2,50 m > O,&
- lonsueur : 2 0 m, exceptionnellement j-u s q.u ' à 40 m
- inciinaison possible .: ito env'iron moyenne : 50 bars
- contrainte admissible dans l e béton maximale:
On peut rattacher aux pieux en béton forés les barrettes, de
section allongée, d o n t l'épaisseur e s t comprise entre 0,60 m
e t 1,20 m.
- Pieux exécutés en place, mis en oeuvre p a r r e f o u l e m e n t du
terrain.

- Section c i r c u l a i r e (tube b a t t u )
- d i a m è t r e . : 0,30 m à 0,80 m
- longueur : 10 à 15 m
- i n c i i n a i s o n p o s s i b l e : 12" e n v i r o n
t u b e récupéré:50 bars
- c o n t r a i n t e a d m i s s i b l e dans l e béton
{ g a i n e perdue :70 bars
Chacun des types de p i e u x ci-dessus p r é s e n t e des avantages e t
des i n c o n v é n i e n t s , q u i .sont exposés dans l e d o s s i e r FOND 72, f a s c i c u l e 4,
en Annexe ; l e s i n d i c a t i o n s correspondantes p e r m e t t r o n t é v e n t u e l l e m e n t
d ' o r i e n t e r l e .choix, q u i p e u t a u s s i ê t r e une q u e s t i o n d ' o p p o r t u n i t é c o m e ,
p a r exemple, l e s moyens dont dispose l ' e n t r e p r i s e , sa t e c h n i c i t é e t a u s s i
l e s c o n s i d é r a t i o n s économiques.

---__
Nota - y ' l e s c o n d i t i o n s s o n t f a v o r a b l e s à une s o l u t i o n p a r
p i e u x b a t t u s , des p i e u x m é t a l l i q u e s peuvent également ê t r e envisagés.
I l s p r é s e n t e n t l e s avantages s u i v a n t s :
- meilleure résistance à l a flexion;
- commodité de t r a n s p o r t e t de manutention;
- p l u s l é g e r s au b a t t a F e ;
- f a c i l i c e s de récépage e t m e i l l e u r e s p o s s i b i l i t é s d ' a l -
longement p a r soudure b o u t à bout ou é c l i s s a g e d ' é l é -
ments supplémentaires ;
- c o n t r ô l e p o s s i b l e en cours de b a t t a g e , dans l e cas de
p i e u x t u b u l a i r e s ( v é r i f i c a t i o n de l a r e c t i t u d e e t de
l a v e r t i c a l i t é ou de l ' i n c l i n a i s o n ) ;

b - Nombre e t diamètre s o n t deux paramètres é t r o i t e m e n t l i é s e t


du c h o i x du diamètre dépendra l e nombre t o t a l de p i e u x . Le c h o i x du d i a -
mètre e s t i m p o r t a n t , puisque l a l a r g e u r de l a semelle, comme on l ' a vu,
l u i e s t sensiblement p r o p o r t i o n n e l l e e t que l e c o û t de c e t t e d e r n i è r e
c r o î t assez v i t e avec ses dimensions. D'une façon générale, l e c h o i x
d ' u n p e t i t diamètre permet de mieux a j u s t e r l e nombre de p i e u x à l a char-
ge t o t a l e à p o r t e r ; p a r a i l l e u r s l a longueur des p i e u x aura une i n c i d e n -
ce non n é g l i g e a b l e s u r l e diamètre puisque l e s p i e u x d o i v e n t p r é s e n t e r
une c e r t a i n e r i g i d i t é , s u r t o u t s ' i l s r i s q u e n t d ' ê t r e soumis à des e f f o r t s
p a r a s i t e s i m p o r t a n t s ; on peut adopter en première approximation l a r è g l e
s u i vante :
1 1
- p i e u x p r é f a b r i q u é s : 9 = 3o à 35 de l a longueur

- pieuxexécutés en p l a c e : += 277- de l a longueur

c - La r e p r i s e d ' é v e n t u e l s e f f o r t s h o r i z o n t a u x a p p e l l e l e s comrnen-
t a i r e s suivants :

- S i l e s e f f o r t s h o r i z o n t a u x s o n t peu i m p o r t a n t s ( f o r c e de
f r e i n a g e r é g l e m e n t a i r e de 30 t, p a r exemple), comparés aux charges v e r -
t i c a l e s , on p o u r r a se c o n t e n t e r de p i e u x uniquement v e r t i c a u x , en admet-
t a n t que l a butée de l a semelle s u r l e t e r r a i n e s t capable de r é s i s t e r
à ces e f f o r t s .
- 29 -

- S i les e f f o r t s h o r i z o n t a u x sont importants, t r o i s solutions


sont envisageables : s o i t prévoir des pieux inclinés en nombre suffisant
p o u r r é s i s t e r à l a t o t a l i t é de ces e f f o r t s ; s o i t choisir un diamètre
suffisant pour qu'un ensemble de pieux tous verticaux puissent repren-
dre ces mêmes e f f o r t s en faisant appel à i a butée du terrain, les pieux
travaillant alors en portique ; s o i t enfin f a i r e appel à des barrettes,
susceptibles de renpl acer avantageusepent un ensemble de pieux verticaux
e t inclinés dans l e cas, par exeniple, de risques de mouverients horizoptaux
de sols fluants chargés p a r un remblai e t s i l a fondation e s t exécutée
avant consol idation du s o l .
d - En pratique, s i l ' o n admet l e principe de proportionner l e
diamètre des pieux d'une p a r t à l'importance de l'ouvr;ige, d'autre p p r t
à l a profondeur des niveaux d'appui (répercussion sur leur longueur),
on peut estimer que des pieux battus e t des pieux forés de p e t i t diamè-
re ( + ,< 0,60 m ) sont glnéralement Sien adaptés aux ouvrages courarits,
(1 :t qu'un diamètre de 1 m doit ê t r e considéré ccimme une valeur maximale;
[) 1 ' u t i 1 isation de barrettes sera peu fréquente pour des ouvrages coilrants -
2.2.2.3. Disposition -des pieux.

La disposition l a plus courante comporte deux f i l e s de pieux,


tous verti Caux.
En ce q u i concerne les rangées de pieux, leur répartition
devra t e n i r compte de l a manière dont sont amenées les charges au n i -
veau de l a semelle ; c ' e s t ainsi que s i l a pile comporte un voile uni-
que, l'espacement entre les rangées sera uniforme ; s i e l l e comporte
plusieurs voiles séparés par des intervalles, on veillera à grouper les
ieux dans l a zone des voiles, en é v i t a n t de les placer à mi-distance
!cette disposition reste valable dans l e cas de colonnes ou de poteaux).
Les schémas ci-dessous montrent ces dispositions.

Voile unique Voiles multiples


I .

conseille d éviter

"0' "0"
O 0 O 0

ouo
3
/
O 0

\
"0"
O 0
- 30 -

Deux remarques peuvent ê t r e f s i tes concernant ces dispositions :


1 - Dans l e cas d ' u n voile unique, si l'espacement "k'" de deux
pieux d ' ce même f i l e e s t supérieur à celui qui s e r a i t strictement néces-
saire ( P
= 2 , 5 à 3 * ) on pourrait généralement réduire l a longueur de
l a fondation, donc c e l l e du voile à sa base.
2 - Dans l e cas de voiles multiples, l e nombre de pieux dans
chaque f i l e e s t un rrultiple du nombre de voiles : l e diamatre des pieux
peut donc ne pas ê t r e l e m h e dans les deux cas.
Lorsque l e type de pieu aura é t é choisi, l e prédimensionnement
portera sur le diamètre ( s ' i l n ' e s t pas l i é au type) e t l e nombre total
de pieux, verticaux e t inclinés (éventuellement leur disposition en plan),
avec détermination du nombre de f i l e s e t de rangées.
Longueur-be-la-sernelre. Elle sera déterminée come s u i t :
- dans l e cas d i u n voile unique, s i n e s t l e nombre de pieux
dans une f i l e , on aura

LS
= I(n - I
1) &It 2 4 , soit ( 3 n - l ) @ , s i a l = 34,

- dans l e cas de voiles multiples, L aura une valeur voisine


de c e l l e q u i a iété définie pour une semelle superficielle
( c f . page 23), soit sensiblement l a longueur de l a 1igne
d'appui.
9 Les dimensions transversales sont bien définies lorsque l e
système be pieux e s t l u i - m h déterminé ; e l l e s sont indépendantes de
1 ' i n c l i m i s o n des pieux.
Largeur de l a semelle. Elle dépend de l'arrangement géométrique
----,-------

du syst@me-aë pieux, carac€gFi& par l e nombre de f i l e s e t l a distance


entre axes des f i l e s , q u i dépend elle-mêine du diamètre des pieux, gén'-
ralement constant pour UII R$ik appui. Si N est l e nombre de f i l e s e t
l a distance entre deux f i l e s , l a largeur B (cf. schéma de l a page 26)
I
sera :
I'
B * J N - 1 ) b + 24,
On prend généralement comme valeur de l ' e n t r ' a x e s e n t p f i l e s
a= 3cPvaleur conseillée (cf. page 26), ce qui donne en définit.ive :

, Dans l e cas de deux f i l e s de pieux, on aurait donc Bminimale = 5@1

Cependant c e t t e dernière valeur est à reconsidérer dans un cer-


tain nombre de cas ( c f . FOND 72, Fascicule 4).
----
Exemple - Soit à prédimemlonner une semelle reposant sur deux f i l g s de
pieux f o r é s de 0,60 m de diamètre, portant un voile de 0,50 m d'épaisseur;
l a couverture de l a nappe inférieure d'armatures e s t de 4 cm.
Dans.7'hypothèse 00 1 = 3 @ , on aurait : B = 5 x 0,501

-
.I
-.
' I <
1 . .. . . , ,...
-31-

.....................
Hauteur de la semelle. La semelle doit satisfaire aux conditions
de rigidité e t de fonctionnement mécanique. Si l'on se réfère aux disposi-
tions usuel les proposées lorsqu'on applique lahéthode des bielles", la
hauteur ht dans l e cas de deux f i l e s de pieux prend l a valeur minimale
ci-après :
* *ou
h t minimale = 0,50 ( 1- $) t d b ( c f . schéma de l a
Page 26)
Dans le cas de 1 'exemple ci-dessus ( 1= 1,80 m) on aurait :
0,50 t 0,04
h t = 0,50 (1,80 - .T) N 0,80 m.
Cet exemple, qui ,concerne des pieux d e dimensions modestes,
montre que ce genre de semefie-est toujours de-hauteur assez importante
(0,8'0 m peut être considéré come un minimum) e t que l ' o n ne doit pas
couri r 1e risque d ' un sous-dimensionnement ,
_------
Nervure - Dans l e cas de fondations profondes, on n ' a le plus
souveht pas besoin d u rôle raidisseur de la nervure, en raison des épais-
seurs courantes des semelles sur pieux ; p a r contre, e l l e peut servir
de rattrapage (cf. page 21),et ses dimensions résultent alors de consi-
dérations géométriques.
2 - olsposition-sur-une-~~~~.
Une disposition sur une f i l e peut ê t r e avantageuse s i les efforts
horizontaux peuvent ê t r e repris dans de bonnes conditions par flexion dans
les pieux e t appuis sur l e sol.
Une t e l l e disposition e s t particulièrement recommandable s i l e
sol e s t réactif ou s i une butee latérale de la semelJe de liaison peut
être assurée, par exemple par l a chaussée de part e t d'autre de l a pile
ou par un dispositif approprié (massif de grave l a i t i e r , etc.. . ) . Les
schémas ci-après montrent de tel les dispositions.

Les diamètres conseillés dans le cas de pieux forés vont de


0,80 m à 1,20 m.
La précision d'implantation des pieux (10 cm en général par
rapport à l a position théorique) devra d'une p a r t être stipulée au CCTP,
e t d'autre part ê t r e prise en compte dans l e calcul des pieux sous la
1) forme d ' u n excentrement des charges appliquées en tête.
Lorsque le type de pieu aura été choisi, l e prédimensionnement
portera sur l e diamètre e t l e nombre t o t a l de pieux.
-
La longueur de la semelle de liaison est$dëterminée comme pour
les dispositions à plusiuers f i l e s . En ce qui concerne l a hauteur e t la
. largeur de l a semelle de liaison,on pourra leur donnepla même valeur,
- . s o i t une section carrée de 1.1 à 1,2 j3 de c6té.
- 32 -

Un cas p a r t i c u l i e r de d i s p o s i t i o n à une s e u l e f i l e e s t cons-


t i t u é p a r l e s piles-colonnes.
Aux termes du f a s c i c u l e 68, a r t . 34, du CPC " E x é c u t i o n des t r a -
vaux de f o n d a t i o n d'ouvrage'', l e terme de p i l e - c o l o n n e e s t r é s e r v é en
p r i n c i p e aux p i e u x ou p u i t s de s e c t i o n c i r c u l a i r e q u i se p r o l o n g e n t hors
du sol : on se t r o u v e donc dans l e cas d'une f o n d a t i o n s u r f i l e unique
de p i e u x . Ce t y p e d ' a p p u i e s t d'une extrême s i m p l i c i t é , p u i s q u ' i l ne
comporte pas de s e m e l l e de l i a i s o n ; il p o u r r a ê t r e envisagé concurrement
avec l e s d i s p o s i t i o n s précédentes, dans l a mesure où l e d i a m è t r e des
p i e u x , nécessairement assez i m p o r t a n t , r e s t e c o m p a t i b l e avec l e s carac-
t é r i s t i q u e s géométriques t r a n s v e r s a l e s du franchissement e t s i l e s con-
d i t i o n s géotechniques s ' y p r ê t e n t .

2.2.2.4. Cas de f o n d a t i o n s i s o l é e s .
Ce cas peut se r e n c o n t r e r l o r s q u e l e s c o n d i t i o n s d é f i n i e s
précédemment pour des semelles i s o l e e s en f o n d a t i o n s u p e r f i c i e l l e s o n t
r é a l i s é e s ( c f . page 24). Le nombre e t l e d i a m è t r e des p i e u x s e r o n t dé-
t e r m i n é s en p r e n a n t en compte l e s charges au d r o i t de chacun d ' e l l e s .
Dans l a p r a t i q u e , on r e t i e n d r a l e s t r o i s d i s p o s i t i o n s f i g u r é e s c i - a p r è s ,
,* d o n t l e s schémas de f e r r a i l l a g e s o n t e x t r a i t s d'une étude de J . RLEVOT
e t R. FREMY, r e l a t i v e aux semelles sur p i e u x (Annales de 1'I.T.B.T.P. de
F é v r i e r 1967, No 230).

@ 2 pieux @ 3 pieux @ 4 pieux

A
,-Calonne

1 - 1 , voile

SCHÉMAS DE FERRAILLAGE

-- I
R h

Cadres
r- -~ -_--

Armatures 1
inférieures *
Ouadrillage réparti J I
1 , 1 - Armatures en cerces
Armatures en cerces-
I
Armatures en ccrces Armatures en cercesA

Dispositions conseillées pour les armatures inférieures


( 3 pieux et 4 pieux )

La d i s p o s i t i o n 2, comportant 3 p i e u x p l a c é s s u i v a n t l e s sommets
d ' u n t r i a n g l e é q u i l a t é r a l , e s t i n t é r e s s a n t e l o r s q u e des e f f o r t s h o r i z o n -
t a u x de d i r e c t i o n mal connue s o n t à reprendre,. comme p a r exemple dans
c e r t a i n s ouvrages courbes ; l e s p i e u x d o i v e n t ê t r e disposés p a r r a p p o r t
à l a l i g n e d ' a p p u i comme il e s t i n d i q u é au schéma, s i l ' o n v e u t p o u v o i r
u t i l i s e r l e programme de c a l c u l automatique PP. Les d i f f é r e n t s éléments
- 33 -

v e r t i c a u x de l a p i l e - un p a r f o n d a t i o n - s e r o n t c o n s t i t u é s s o i t p a r une
colonne ou un poteau, s o i t p a r un v o i l e c o u r t q u i , dans l e cas de l a
d i s p o s i t i o n 2, sera p l a c é comme i n d i q u é au schéma. I l s peuvent ê t r e réu-
n i s à l e u r p a r t i e s u p é r i e u r e p a r un chevêtre.

2.2.2.5. Choix e t o p t i m i s a t i o n d'une f o n d a t i o n profonde.

A l a d i f f é r e n c e d'une f o n d a t i o n s u p e r f i c i e l l e , dans l a q u e l l e
l e s dimensions de l a semelle s o n t b i e n d é f i n i e s l o r s q u e l e n i v e a u d ' a p p u i
e s t connu, une f o n d a t i o n profonde p o u r r a ê t r e r é a l i s é e l e p l u s souvent
de p l u s i e u r s manières, compte t e n u du t y p e de p i x x r e t e n u , du diamètre
choisi, etc ... ; dans chaque cas, l e s dimensions de l a semelle de l i a i -
son peuvent ê t r e d i f f é r e n t e s , p u i s q u ' e l l e s s o n t f o n c t i o n du système de
pieux u t i l i s é .
Le c h o i x du t y p e e t de l a s e c t i o n des p i e u x dépend technique-
ment de nombreux paramètres , notamment du s o l , des sol 1 i c i t a t i ons , de
l ' i m p o r t a n c e du l o t de f o n d a t i o n s , des d é l a i s d ' e x é c u t i o n e t de l a
t e c h n i c i t é des e n t r e p r i s e s ; il dépendra aussi des p r i x proposés pour l e s
p i e u x e t des i n c i d e n c e s du c h o i x du système de p i e u x sur l e c o û t de l a
seme 11e.

E n t r e t o u t e s l e s d i s p o s i t i o n s envisageables il y a donc, en
p r i n c i p e un c h o i x à f a i r e en vue d'une o p t i m i s a t i o n économique de l ' e n -
semble pieux-semelles.

Lorsque l e m a î t r e d'oeuvre possède des éléments s u f f i s a n t s pour


e f f e c t u e r a p r i o r i c e t t e o p t i m i s a t i o n économique de 1 'ensemble p i e u x -
semelles, il e s t p r é f é r a b l e de l i m i t e r é t r o i t e m e n t l e s v a r i a n t e s s u r l e s
f o n d a t i o n s , en imposant p a r exemple l a géométrie (nombre e t diamètre des
pieux, géométrie de l a semelle, . . . ) .

Lorsque des Variantes p l u s l a r q e s s u r l e s f o n d a t i o n s s o n t au-


t o r i s é e s , on commencera l'examen d ' u n e o f f r e en v é r i f i a n t l a convenance
du diamètre e t l e nombre de pieux, en f o n c t i o n des e f f o r t s à r e p r e n d r e
e t des c a r a c t é r i s t i q u e s géotechniques du s o l , p u i s on examinera q u e l l e s sont
l e s dimensions minimales de l a semelle de l i a i s o n q u i en r é s u l t e n t ( l a r g e u r ,
épaisseur, f e r r a i l l a g e t o t a l ) . On ne p e r d r a pas de vue qu'une d i s p o s i t i o n
q u i a b o u t i r a i t à une l a r g e u r de semelle d i s p r o p o r t i o n n é e avec l ' o u v r a g e e s t ,
en p r i n c i p e , mauvaise; l a semelle l a moins l a r g e s e r a généralement obtenue
avec une d i s p o s i t i o n , c o m p o r t a n t deux f i l e s de pieux, recommandée pour l e s
ouvrages courants; dans c e r t a i n s cas, une d i s p o s i t i o n avec une s e u l e f i l e
de p i e u x p o u r r a c o n v e n i r . E n f i n , on a r r ê t e r a pour chaque o f f r e "dans l a
course" l e c o û t t o t a l correspondant; en p a r t i c u l i e r , on ne devra pas r e t e -
n i r des p i e u x de gros diamètre en n é g l i g e a n t l e s i n c i d e n c e s de ce c h o i x s u r
l e coût des semelles.

2 3 I ETUDE D'ESTHETIQUE.

L ' é t u d e générale q u i précède permet de f a i r e un p r e m i e r c h o i x


parmi un c e r t a i n nombre de s o l u t i o n s p o s s i b l e s . Cependant, l a p i l e ne
prendra sa c o n f i g u r a t i o n d é f i n i t i v e q u ' à l a s u i t e d'une étude d ' e s t h é t i -
que, q u i en p r é c i s e r a l e s d i f f é r e n t e s l i g n e s .
L ' é t u d e q u i s u i t a pour o b j e t de montrer, exemples à l ' a p p u i ,
comment peut ê t r e menée une étude d ' e s t h é t i q u e des p i l e s , l o r s q u e l e s
p r i n c i p a l e s c a r a c t é r i s t i q u e s de l ' o u v r a g e o n t d é j à é t é f i x é e s : géomé-
t r i e e t t y p e de s t r u c t u r e du t a b l i e r , l i a i s o n t a b l i e r - a p p u i , t y p e de
f o n d a t i o n , e t c .... La base de d é p a r t de l ' é t u d e e s t l ' e n v e l o p p e g é n é r a l e
de l ' a p p u i , q u i e s t donc connue en p r i n c i p e ; l a recherche e s t h é t i q u e se
f e r a à 1 ' i n t é r i e u r de c e t t e enveloppe. E l l e comporte t r o i s phases :
- 34 -

1 - c h o i x du t y p e morphologique ;
2 - r é p a r t i t i o n à l ' i n t é r i e u r de l ' e n v o l o p p e a é n é r a l e e t r e -
cherche de p r o p o r t i o n s ;
3 - c h o i x d'une forme.

Chacune de ces phases e s t analysée c i - a p r è s .

2.3.1.

A i n s i q u ' o n l ' a vu précédemment au cours de l ' é t u d e morpholo-


gique, on d i s t i n g u e r a l e s p i l e s c o n s t i t u é e s de v o i l e s e t c e l l e s compor-
t a n t des colonnes ou des poteaux ; l e s premières, é t a n t de beaucoup l e s
plus fréquentes, seront étudiées d'abord.

2.3.1.1. P i l e s c o n s t i t u é e s de v o i l e s .

C e t t e s o l u t i o n c o n v i e n t mécani uement dans l a p l u p a r t des


CI
p o n t s - d a l l e s , q u e l l e que s o i t l a n a t u r e e . l a l i a i s o n t a b l i e r - a p p u i ;
, e l l e p r é s e n t e p a r a i l l e u r s 1 'avantage d'une bonne r é s i s t a n c e à des chocs
é v e n t u e l s de v é h i c u l e s l o u r d s .
T o u t e f o i s ; s i l e s c o n d i t i o n s mécaniques ne s o n t pas d é t e r m i -
nantes, l e c h o i x p e u t ê t r e f a i t en f o n c t i o n de c r i t 6 r e s d'économie e t
d ' a s p e c t ; c ' e s t a i n s i que s i l a s t r u c t u r e p o r t é e p e l i t s'accommoder
d'un p e t i t nombre de p o i n t s d ' a p p u i largement espacés, on p o u r r a p r é f é -
r e r une p i l e à base de colonnes ou de poteaux, p r o c u r a n t à 1 'ouvrage
dans son ensemble un aspect b i e n dégagé ; dans ce cas, l ' é c o n o m i e de
1 'ensembl e p e u t s ' e n t r o u v e r amél i o r é e ( c f . c r o q u i s p e r s p e c t i f, paqe 3 7 ) .

2.3.1.2. P i l e s c o n s t i t u é e s de colonnes ou cie poteaux.

C e t t e s o l u t i o n ne s a u r a i t ê t r e envisanée que s i c e r t a i n e s con-


d i t i o n s mécaniques s o n t r é a l i s é e s su p r é a l a b l e , parmi l e s q u e l l e s l a p r i n -
c i p a l e e s t une l i a i s o n d i s c o n t i n u e t a b l i e r - a p p u i ; dans l e cas d'une
l i a i s o n c o n t i n u e p a r s e c t i o n r é t r é c i e de béton, p a r exemple, on s e r a i t
dans l ' o b l i g a t i o n de p r é v o i r un c h e v ê t r e s o i t en t ê t e des colonnes ou
des poteaux, s o i t i n c o r p o r é au t a b l i e r . Par a i l l e u r s , c e t t e d i s p o s i t i o n
ne p r é s e n t e pas t o u t e g a r a n t i e en cas de choc d ' u n v é h i c u l e l o u r d s i
l e s éléments v e r t i c a u x s o n t de f a i b l e s e c t i o n .

2.3.2 - ............................................................
REPARTITION A L'INTERIEUR DE L'ENVELOPPE GENERALE ET RECHER-
------------------
CHE DE PROPORTIONS.

Les problèmes s o n t t r è s d i f f é r e n t s s e l o n q u ' i l s ' a g i r a de


v o i l e s ou de colonnes e t poteaux : l e cas des seconds e s t l e p l u s sim-
p l e , p u i s q u ' i l s s o n t disposés chacun au d r o i t d ' u n a p p a r e i l d ' a p p u i , du
moins eh l ' a b s e n c e de c h e v ê t r e : l e u r i m p l a n t a t i o n e s t en p r i n c i p e f i x é e
a p r i o r i ; t o u t e f o i s , il y a l i e u d ' é v i t e r des colonnes ou poteaux t r o p
rapprochés QU en t r o p grand nombre. Dans l e cas d ' u n p o n t - d a l l e , l e u r es-
pacement s e r a généralement uniforme, mais c e l a ne c o n s t i t u e pas une o b l i -
gation.
Les cas des v o i l e s e s t p l u s complexe p u i s q u ' i l s peuvent rece-
v o i r chacun p l u s i e u r s p o i n t s . d ' a p p u i e t que, p a r conséquent, l e u r l o n -
gueur e s t a p r i o r i t r P s v a r i a b l e . Le problsme q u i se pose e s t double :

- d é t e r m i n e r l e nombre de v o i l e s
- d é f i n i r l e s p r o p o r t i o n s de ces v o i l e s .
- 35 -

Lennombre de voiles dépend a v a n t tout du nombre e t de l a dis-


position des points d'appui ; i l sera choisi de t e l l e manière que l a lon-
gueur de chaque voile Cree avec ses autres dimensions (épaisseur e t h s u -
teur) un volume harmonieux e t aussi, dans l e cas de voiles multiples, de
t e l l e maniêre q u ' i l y a i t un rapport harmonTeux entre les pleins consti-
t u é s par les voiles e t les vides entre voiles.

Cette recherche se ,fera en première phase sur une coupe trans-


versale de l'ouvrage dens l e plan vertical contenant l a ligne d'appui
(coupe biaise s i l'ouvrage e s t b i a i s ) , à p a r t i r d'une répartition théo-
rique des points d ' a p p u i t e l l e que celle donnée par les règles énoncées
précédemment ( c f . pièce 1.1.1. page 1 6 ) .
Une deuxième phase consistera à v é r i f i e r que les dimensions e t
proportions des volumes ainsi définis sont acceptables en perspective,
c'est-à-dire t e l l e s que les verra l e plus souvent un observateur. C'est
i c i que 1 'épaisseur pourra ê t r e déterminante sur 1 ' e f f e t général obtenu,
1 'importance des vides @ t a n t d ' a u t a n t plus marquée que les voiles seront
plus minces ; c ' e s t ce que montrent les deux croquis perspectifs ci-après
r e l a t i f s à un appui constitué de 3 voiles de longueurs égales, mais d o n t
1 'épaisseur passe du simple au double, les conditions d'observation étant
les mêmes dans les deux cas : on remarquera que l e volume des pleins e s t
toujours plus grand en perspective qu'en coupe (parce que l'on voit deux
faces).

I L
Pour i l l u s t r e r c e t t e étude de proportions, on peut prendre
deux exemples simples : l e premier montre 1 'Tnfluence de l a largeur sur
les proportions e t l e deuxième l'influence de l a hauteur.
1e r exemp 1g .
--------
Il concerne des t a b l i e r s en dalle pleine rectangulaire de
différentes largeurs - 10 m e t 13,5 m de largeur u t i l e pour fixer les
idées-; l e t a b l i e r de 10 m comportera au moins 3 points d'appui e t celui
de 13,5 rn au moins 4 points d'appui ; l a hauteur l i b r e sous ouvrage e s t
celle du g a b a r i t normal routier (entre 4,50 m e t 5 m ) . Les deux croquis
ci-dessous i l l u s t r e n t ces dispositions , avec indication de 1 'enveloppe
générale (en t i r e t é s ) .
13,SO

7
I
-I1

I I
I I
I 1
1 I
I I
I I
I I
I I

--,+
- 36 -

I1 y a lieu de remarquer que, dans l'un e t l ' a u t r e cas, les


voiles peuvent ê t r e implantés en r e t r a i t par rapport au bord de l a d a l l e ,
cette distance étant elle-même fonction de l'emplacement choisi pour les
appareils d'appui. Compte tenu de cette p o s s i b i l i t e , on se rend compte
que, dans l e premier cas, un voile unique peut convenir, bien que deux
voiles donneraient u n aspect plus aéré. Dans l e deuxième cas, i l e s t
certain qu'un voile unique devient lourd e t produit un e f f e t de mur ;
aussi l e remplacera-t-on p a r deux voiles séparés p a r un i n t e r v a l l e , ce
qui ne change rien au nombre des points d'appui.

7 1

Nota 1. La répartition des points d'appui e s t conforme à l a disposition 2


-----
figurée à l a page 19 de la pièce 1.1.1.
2 . Une disposition de ce genre avec voiles en r e t r a i t e s t discutable
lorsqu'il s ' a o i t d'un t a b l i e r d'épaisseur variable comportarit des
goussets au droit des p i l e s , car e l l e risque de provoquer un as-
pect fâcheux en l'absence de dispJsilions spéciales ( d u moins
pour certains angles de vue).
2ème exemple.
--------- --
I l concerne un t a b l i e r , toujours en dalle pleine rectangulaire,
de 10 m de largeur u t i l e ; l a hauteur l i b r e sous ouvrage prend deux va-
leurs différentes :
- celle du Fabarit nornial , s o i t 4,85 R sur autoroute

- 8 m.

I
I
l
Il
' I
- 37 -

S i l e t i r a n t d ' a i r correspond au g a b a r i t normal (entre 4,50 m


e t 5 m ) , un voile unique avec 3 points d ' a p p u i convient, surtout s ' i l peut
ê t r e i m p l a n t é en r e t r a i t par rapport au bord de l a dalle ( c f . croquis de
gauche ci-après . S i l e tirant d ' a i r e s t important ( 8 m dans l'exemple
L i ,

1
choisi), un voi e unique risquerait de créer un e f f e t de muraille e t pré-
s e n t e r a i t , en outre ,des proportions peu harmonieuses (sensiblement carré
dans l e cas présent? ; deux voiles distincts prismatiques s 'avéreraient
également en ce cas de proportions peu heureuses ; aussi préférera-t-on
alors une pile de forme élancée, pour laquelle une étude spéciale d'es-
thétique e s t à f a i r e , dêbouchant par exemple sur un a p p u i non courant adapté
à l'ouvrage e t au s i t e .

dans un tel cas

Ces deux exemples montrent q u ' i l n'y a pas de solution passe-


p a r t o u t e t qu'une étude des proportions e s t à f a i r e dans tout cas sortant
quelque peu de 1 'ordinaire.
----- -- -
Remarque Dans l e cas des tabliers t r è s larges ou de biais prowncé,
l a longueur, des. piles .peut atteindre des valeurs élevées ; l e problème
d u nombre des éléments e t de leur'longueur s ' i l s ' a g i t de.voiles prend
i c i toute son importance. l e croquis perspectif ci-après montre comment ,
sur un ouvrage recent t r è s large e t t r è s biais, l e problème a été résolu
(voiles courts réunis en t ê t e p a r u n chevêtre). c

Les croquis ci-après, complétés par des photos,montrent les


principaux écueils à é v i t e r lors de l a recherche d'une solution s a t i s -
faisante pour une pile de grande longueur : l ' e f f e t de "forêt" produit
par un grand nombre de colonnes ou de poteaux rapprochés ou, au contrai-
re, l ' e f f e t de "mur" p r o d u i t par l'allongement excessif d'un voile uni-
que.
2.

Colonnes

Voiles multiples

4 voiles, groupement par 2


des points d'appui

3 voiles, groupement par 2


des points d'appÿi

2 voiles, groupement par 3


des points d'appui

1 voile
- 39 -

Si l'on élimine l a solution avec chevêtre, qui n ' e s t pas tou-


jours satisfaisante, car l a présence de ce dernier contribue à rompre
l a ligne continue de l ' i n t r a d o s , d u moins en perspective, la comparaison
de ces croquis montre que la disposition ( 4 ) e s t c e l l e qui, t o u t en
préservant l ' é q u i l i b r e de masse entre l e t a b l i e r e t les éléments 'por-
teurs, donne une certaine légèreté à l'ensemble de l'ouvrage e t f a i t
apparaître des proportions harmonieuses entre les voiles e t les vides
qui les séparent. Elle permet, entre autres, d'envelopper au plus juste
e t deux p a r deux des points d'appui e r p a ( @ s s e l o n l e s rènles definies
! d :iiPce 1.1.1, page 19.

Par a i l l e u r s , i l n ' e s t pas exclu a priori d'envisager sur une


même ligne d'appui des colonnes ou poteaux e t des voiles ; cette dispo-
s i t i o n permettrait, dans l e cas où l e nombre optimum t'héorique de points
d'appui s e r a i t impair e t supérieur à 3, de respecter ce nombre, contrai-
rement au cas des voiles seuls pour lesquels on s e r a i t généralement ame-
né à envisager u n point d'appui supplémentaire. Toutefois, une t e l l e dis-
po<,ition n ' e s t pas à retenir comme solution type ( c f . schémas de la page
I1 e s t à noter que les solutions envisagées ou préconisées
ci-dessus sont valables uniquement dans l e cas d ' i l n tdblier er;
dalle pleine de section rectangulaire. Dans l e cas d'une autre structu-
re 'elle que, par exemple, une dalle avec deux nervures ( c f . schémas de
la page 42 ) , l e s dispositions pourraient ê t r e t r è s différentes, en l ' o c -
curence deux voiles courts disposés chacun au d r o i t d'une nervure ; l e
nombre e t l'espacement des voiles sont alors cohimandés p a r l a structure
d u tablier.

CHOIX D'UNE FORNE.


2 . 3 . 3 . -----------------

L'examen des croquis i l l u s t r a n t les exemples ci-dessiis f a i t


apparaître une schématisation Qolontaire qui ne montre que des éléménts
parallélépipédiques ; dans l a r é a l i t é i l e s t recommandé de chercher
d ' a b o r d 1 'économie, ensuite l'amélioration de 1,'aspect de l a , pile en
j o u a n t sur da forme des éléments. Cette recherche f a i t l ' o b j e t de l ' é t u -
de qui s u i t , e t 'qui concerne plus spécialement les appuis constitués dé
voiles.
La forme d'une pile e s t définie p a r les différentes surfaces
qui délimitent son volume. Les formes peuvent évidement ê t r e t r è s di-
verses, à l ' i n t é r i e u r d'une mêrrk enveloppe générale ( c f . page 4 ) ; leur
choix peut néanmoins 4 t r e orienté Dar les caractéristiaues aéométriaues
d'ensemble de l'ouvrage : silhouette, structure, implaniation ; la si'-
lhouette e t l a structure correspondent respectivement au sens longitudi-
nal e t au sens transversal par r a p p o r t à i'ouvrïage.

2.3.3.1. Incidence de I s s;lho~et+c.


%ux paramètres contribuent à l a silhouette, t e l l e q u ' e l l e a
é t é définie au dossier GUEST 69 ( c f . lère partie) : l a hauteur de l'ap-
pui, qui e s t une donnée,et son épaisseur en bas e t en h ( a ' o ù le
f r u i t l a t é r a l ) . Epaisseur e t f r u i t sont parfois en é t r o i t e dépendance :
c ' e s t ainsi que l a largeur réduite de certains terre-plein centraux i n -
t e r d i t t o u t appui de plus de 0,50 m d'épaisseur, ce qui limite ou ex-
c l u t t o u t f r u i t latéral ; à l'inverse, u n appui pour lequel une f o r t e
- 40 -

épaisseur à l a base s'impose pour des raisons mécaniques, paraîtra lourd


s i l'épaisseur e s t conservée sur toute sa hauteur,et un f r u i t latéral
sera alors l e bienvenu.
La hauteur n ' e s t pas susceptible de choix, mais a une incidence

I +
sur 1 'êpaisseur, surtout s i e l l e devient importante (cf. page 1 0 ) . En ce
q u i concerne l ' é aisseur, deux o p t i o n s sont envisageables : e l l e sera
constante ou v a r i a e.
Pour des ouvrages degageant l e gabarit normal, une épaisseur
minimale constante de 0,50 m peut serv?r de p o i n t de d e p a r t pour une re-
cherche d'aspect ; c e t t e valeur, souvent surabondante d u seul point de
yue mécanique, e s t j u s t i f i é e par 1 'encombrement des appareils d ' a p p u i e t
les f a c i l i t é s d'execution (mise en place du béton).
Cependant, pour des raisons d'aspect (même s i les conditions de
résistance mécanique sont s a t i s f a i t e s ) , c e t t e epaisseur minimale pourra
( e t même parfois devra) ê t r e augmentée dans les cas suivants :
- lorsque l e t i r a n t d ' a i r sous l'ouvrage devient important
( 2 7 m à 8 m) ; l a pile ne doit pas, en e f f e t , donner une i m ression de
Y
f r a g i l i t é d u f a i t de sa minceur apparente, notamment lorsque 'ouvrage
e s t vu en silhouette ;
épaisseur de l a pile
- lorsque l e rapport épaisseur vue du t a b l i e r devient t r o p
f a i b l e ( < 0,4 à 0,5).
I l en résulte que les paramètres â prendre en compte pour déter-
'miner une épaisseur acceptable du point de vue de l'aspect sont l a hauteur
vue de l a i l e e t l'épaisseur vue du t a b l i e r (entre l'intrados e t l e h a u t
----f7
de l a cornic e ) , e l l e même l i é e à l a portée.
La règle ci-après donne en fonction de ces paramètres, pour une
pile en voile d'épaisseur constante, une évaluation de l'épaisseur à pren-
dre en compte au stade de l'avant-projet ; on vérifiera, bien entendu,
que l'épaisseur ainsi déterminée e s t suffisante d u point de vue mécanique
(.en f a i t , e l l e sera souvent surabondante).

E=
+'
Avec les notations du schéma ci-contre :
4 ~ v
-7m- t
E.>, 0,50 m
û,iû (en mètres)
E >, 0,4 à 0,5 h t
1= portée droite
ht = hauteur du tablier
Lot-sque l'épaisseur e s t variable, on a vu ( c f . page 9) q u ' i l y
a une limite infériêure à ne pas transgresser ; on jouera donc entre c e t t e
valeur limite inférieure, q u i e s t impérative, e t une limite supérieure
éventuelle q u i peut ê t r e imposée s o i t par des considêratiohs de g a b a r i t
transversal (largeur rêduite du terre-plein c e n t r a l ) , s o i t par des consi-
dérations économiques, soit enfin par des considérations d'aspect.
Dans les deux cas, que l'épaisseur soit constante ou variable
e t s i l ' o n se place uniquement d'un p o i n t de vue esthetique, l'épaisseur
définitive e s t â f i x e r de façon à ménager l e meilleur aspect; co-mpte
tenu des conditions d'observation :
- Si l'ouvrage n ' e s t pratiquement vu que de loin (point de vue
de l'automobiliste en rase campagne ou en zone peu urbanisée) seule l a
silhouette, q u i e s t l'élément l e plus visible de l ' a s p e c t , intervient.
, . I

- 41 -

'- Si l'ouvrage e s t appelé à ê t r e vu aussi bien de près que de


loin (en zone urbaine) , à l a silhouette s ' a j o u t e 1 'aspect en perspective
impQrtant s i l a p i l e comporte des voiles multiples (cf. croquis de l a
page 35) ; dans ce dernier cas, on s'assurera que les proportions déter-
minées à p a r t i r de l a silhouette sont compatibles avec 1 'aspect en pers-
pective, sinon on pourra ê t r e appelé â modifier s o i t les epaisseurs, s o i t
l'espacement des voiles. .

Les schémas ci-dessous montrent les t r o i s silhouettes de base


envisageables : 'à faces latérales verticales (épaisseur constante) , à
faces latérales inclinées avec f r u i t négatif ou f r u i t positif (épais-
seur variable).

En ce qui concerne l e f r u i t à donner aux faces latérales de


1 ' appui , l e problème se pose en terme d'opportunité e t d'importance à
donner à cette inclinaison.
Tout d'abord el l e peut ê t r e contre-indiquée pour certains
franchissements : ainsi dans les ouvrages où les profils en l o n g e t en
travers sont en pente, les appuis o n t des hauteurs différentes e t l a
présence d ' u n f r u i t en complique l'exécution ; de même dans les ouvrages
à g r an d t i r a n t d ' a i r , e l l e peut conduire à des surépaisseurs importantes
aux extrémités inférieure ou supérieure. D'une façon générale, e t pour
des ouvrages courants dégageant l e gabarit normal, on peut même dire
q u ' u n f r u i t latéral ne se j u s t i f i e guère techniquement e t que c ' e s t sur-
t o u t une guestion d'aspect.
Par contre, l'incidence économique e s t r é e l l e : on a vu en
e f f e t que l e f a i t de prévoir un f r u i t conduisait souvent à augmenter
l'épaisseur sans nécessité mecanique ; i l en résulte donc une dépense
supplémentaire, non seulement de matéfiaux (béton e t armatures) mais
d'exécution (supplément à prévoir pour coffrages non verticaux). Pour
conclure, on devra donc en premier lieu se poser la question de savoir
s i u n f r u i t e s t souhaitable e t , dans l'affirmative, on en limitera l a
valeur.
Du seul point de vue de l'aspect, on retiendra que des appuis
minces &à faces latérales verticales conviennent bien pour des ouvrages
comportant des travées relativement courtes, t e l s que les tabliers à 4
travées (schéma 1) ; à 1 'inverse, 1 ' unique appui central d ' u n t a b l i e r
à 2 travées devra présenter une épaisseur notable afin de ne pas sembler
t r o p grêle, e t t i n f r u i t po i t i f siir Ï F K ii,ces l a t e r a l e s donnera l q n c
pression de bonne assise sur l a fondation (schéma 3) ; enfin des appuis
relativement minces présentant u n f r u i t l a t é r a l négatif semblent bien
convenir pour u n t a b l i e r à 3 travées (schéma 2 ) ; c e t t e dernière solu-
tion présente de plus l'avantage de l a i s s e r à l a p a r t i e supérieure une
1 argeur confortable pour d i sposer 1es apparei 1 s d ' a p p u i .

2.3.3.2. Incidence de l a structure.


Dans l e cas d ' u n t a b l i e r en d a l l e , l e s problèmes sont différents
selon q u ' i l s ' a g i t d ' u n e d a l l e rectangulaire ou avec des encorbellements
latéraux,ou encore d'une dalle à double nervure. P a r a i l l e u r s , les dis-
positions peuvent ê t r e différentes p n l r iin type de dalle donné c a l o r 1 3
largeur totale,qui peut coriduire ci orébc r s o i t u n seul s o i t plu--e,rs
voi 1 e s . Les schéiiias ci-après iciontrent, pour différentes sections t r a n s -
versales de t a b l i e r , quelques disposltiuns p o s s i b l e s en f a i s a n t varler
l a position des points d ' a p p u i extrêmes (en r e t r a i t ou n o n p a r rapport
à 1 ' i n t r a d o s ) e t l a répartition des points d'appuis intermédiaires (uni-
forme ou en les groupant par paires).

DALLE RECTANGULAIRF
4 voile 2 voiles

DALLE AVEC ENCOR BELLEMENT S DALLE A DOUBLE NERVURE


- 43 -

2.3.3.3. Choix d u f r u i t a u x e x t r é r i t é s .
L'exawen de ces schémas appelle les conmentaires suivants.
Si la structure e s t une dalle rectangulaire e t s i l'appui comporte un
seul voile, un f r u i t négatif a u x extrémités procure l e rreilleur aspect,
surtout s i les extrémités de l'appui ne sont pas en r e t w i t p a r r a p p o r t
au t a b l i e r ; i l en va de niême s i l'appui e s t constitué de plusieurs voi-
l e s , e t dans ce cas un f r u i t positif alourdirait considérabletnent l ' e n -
semble, du f a i t que l e vide à la partie supérieure, qui e s t l i é à l ' e s -
pacement des points d'appui, i r a i t en diminuant vers l e bas. Par contre,
s i l a structure e s t une dalle à encorbellements reposant sur u n seul
voile, les lrois dispositions paraissent acceptables ; i l en va de même
s i l'ouvrage e s t large e t constitué d'une dalle à deux nervures assez
espacées ( u n f r u i t positif peut même ê t r e préférable en ce cas s i l a
1 argeur des nervures e s t réduite).

L'adcption d ' u n f r u i t néqatif conduit à la solution l a plus


économique pour l a partie vue. I1 en sera en général de même pour la
total i t é de 1 appui (fondations comprises), en parti cul i e r 1 orsque les
I

conditions de fondation permettent d'avoir un dëbord limité p a r rapport


à la base des voiles dans l e sens de l a ligne d'appui.

Cependant l'adoption d'un f r u i t négatif n ' e s t pas toujours sou-


haitable : l e croquis ci-dessous rrontre les conséqgences qui résulte-
raient d u choix d'.une pile constituée de plusieurs voiles avec f r u i t
négatif, dans 1~ cas d ' u n t a b l i e r larue e t en dévers franchissant une
voie en pente 42 sens inverse. Dans 1 'hypothèse où l a longueur des voiles
à l a partie supérieure s e r a i t l a niême pour tous, l'adoption d'un f r u i t
constant conduirait à des longueurs vues différentes à l a partie inférieu-
re ; mieux v a u t a l o r s , dans un tel c a s , prévoir des voiles de forme paral-
lélépipédique, ce qui e s t préférable du point de vue de l ' a s p e c t .

2.3.3.4. Incidence de 1 'implantation.


La forme des appuis pourra enfin dépendre de l'implantat on de
1 ouvrage, qui peut condi t i onner 1 eur confi aurati on dans 1 'espace.
I

Aiqsi, un ouvrage biais géométriquement peut devenir c'ro t mé-


caniquement s i l ' o ~donne aux appuis une forme appropriée qui permette
d'obtenir à leur somnet une ligne d'appui normale à l'axe de l'ouvrage ;
cette solution reste néanmoins exceptionnelle e t n ' e s t pas à conseiller
pour des ouvrages types. Un exeriiple d'une t e l l e disposition, avec appuis
ponctuels composés dilune colonne unique, a é t é donné a l a pièce 1.1.1,
page 3 5 ) .
- 44 -

Dans l e cas, l e plus souvent rencontré, où'la ligne d'appui


reste biaise, on pourra donner aux appuis une forme appropriée - adoption
d ' u n contour polygonal par exemple - afin d ' é v i t e r des e f f e t s disgracieux
e t des d i f f i c u l t é s d'exécution l i é s à l a présence d'arêtes vives à angle
aigu, comme l e montre l a photo ci-dessous. Le schéma de droite montre deux
dispositions applicables en psreil cas, faisant apparaître aux extrémités
de l a p i l e une s o r t e d'avant-bec ; toutefois, lorsque l'extrémité d'un
voile se trouve en r e t r a i t par rapport au bord de l ' i n t r a d o s , e t s i son
épaisseur reste modérée, i l ne semble pas y avoir d'inconvénient majeur
à conserver une section horizontale rectangulaire, ce qui e s t à coup sûr
l a solution l a plus simple e t présentant les meilleures garanties de bon-
ne exécution.

.
@ Section rectangulaire simple
@ Section rectangulaire avec avant- bec

- - - -- - - - - - - - -- - -- _
@
-_
@ partie supprimee
-- - - -- -
3- - - - - -- - - -
U \
bord de l'intrados

2.4. STANDARDISATION - NODELES.

Les ouvrages les plus Eourants sont caractérisés p a r des d i -


mensions transversales découlant de profils en travers types; comme, p a r
a i l l e u r s , l a majorité des ouvrages sont prévus pour dégager l e gabarit
normal ( 4 , 5 à 5 m),une certaine standardisation dimensionnelle des piles
apparaît comme possible e t même souhaitable. Mais ce n ' e s t qu'un aspect
de l a standardisation e t celle-ci peut e t d o i t s'étendre au c a l a l auto-
matique par l e programme P.P. : on aboutit ainsi à une standardisation
mécanique. Ces deux aspects de l a standardisation sont analysés ci-après.

Elle peut s ' e f f e c t u e r à 1 ' i n t é r i e u r d'une enveloppe définie


par les t r o i s groupes e t les t r o i s types définis précédemment ( c f . page 11).

Les paramètres de cette standardisation sont :

- l a hauteur vue de l a p i l e , que l'on peut c:lr'>-ieFirpr rnmme


moyenne.énale à 5 in, valeur qui servira d e référence pour les covpRraisons;
- 45 -

- l ' é p a i s s e u r des v o i l e s , q u i s e r a au moins é g a l e à 0,50 m ;

- l a longueur de l a f a c e s u p é r i e u r e des v o i l e s , q u i dépend de


l a c o n f i g u r a t i o n g é n é r a l e de l ' a p p u i ;

- l e diamètre des colonnes, q u i s e r a d ' a u moins 0,60 m.

S i 1 'appui e s t c o n s t i t u é de v o i l e s , p l u s i e u r s d i s p o s i t i o n s
s o n t envisageables s e l o n l e u r nombre, l e u r l o n g u e u r e t l e u r s i n t e r v a l l e s ;
l e u r nombre dépendra du p r o f i l t r a n s v e r s a l , ou p l u s précisément de l a
l a r g e u r b i a i s e de l ' i n t r a d o s s ' i l s ' a g i t d ' u n p o n t - d a l l e ; l a longueur
de l a f a c e s u p é r i e u r e a i n s i que l e s i n t e r v a l l e s e n t r e v o i l e s s e r o n t
f o n c t i o n de l ' i m p l a n t a t i o n des p o i n t s d ' a p p u i . I 1 e s t p o s s i b l e a i n s i de
déterminer, pour un c e r t a i n nombre d ' ouvrages d ' un même 1o t ,une ou p l u -
s i e u r s longueurs s t a n d a r d de v o i l e s ; b i e n entendu, ces d i s p o s i t i o n s
r é s u l t a n t de longueurs s t a n d a r d i s é e s d o i v e n t répondre aux c r i t è r e s mé-
caniques, économiques e t e s t h é t i q u e s précédemment d é f i n i s . Les p r i n c i -
paux paramètres en s o n t d é f i n i s aux schémas ci-dessous.
.

El : épaisseur à la base
F Lo : longueur au sommet

L1 : longueur à la base
F : fruit

L1 * L1 ~

Les r é s u l t a t s de c e t t e s t a n d a r d i s a t i o n s o n t donnés dans l a


p i è c e 1.2.2.

2.4.2. ...................... --
STANDARDISATION MECANIgUE.

Tous l e s appuis ne s o n t pas c a l c u l a b l e s p a r l e programme de


c a l c u l automatique PP, q u i ne p e u t a s s i m i l e r qu'une géométrie t y p e b i e n
d é f i n i e , à s a v o i r que t o u t e s e c t i o n h o r i z o n t a l e , d o i t ê t r e s o i t c i r c u l a i -
r e , s o i t e l 1i p t i q u e , s o i t r e c t a n g u l a i r e (complétée ou non aux e x t r é m i t é s
p a r deux d e m i - c e r c l e s ) , e t pouvant comporter, s e l o n l a c o n f i g u r a t i o n , un
ou deux f r u i t s de s i g n e s quelconques ( o u t r e un c h e v ê t r e e t une n e r v u r e ) .
De p l u s , 1 ' a p p u i possède un axe de s y m é t r i e v e r t i c a l .

En p r i n c i p e , seules l e s p i l e s d o n t l e s éléments répondent à


ces c o n d i t i o n s peuvent p r é t e n d r e à l a p r i s e en compte p a r l e programme
PP ; t o u t e f o i s , s i l a géométrie e s t léaèrement d i f f é r e n t e ( p a r exemple à
base de s e c t i o n s h o r i z o n t a l e s c o n s t i t u é e s p a r deux trapèzes j u x t a p o s é s
ou p a r des polygones r é g u l i e r s ) on p o u r r a i n t r o d u i r e pour l e c a l c u l un appui
simulé de géométrie t y p e , ayant l e s mêmes c a r a c t é r i s t i q u e s mécaniques.
C e t t e p o s s i b i l i t é permet l e c a l c u l de c e r t a i n e s p i l e s q u i , p a r l e u r s f o r -
mes, en s e r a i e n t e x c l u e s ; pour l a d é t e r m i n a t i o n d ' u n t e l appui s i m u l é
é q u i v a l e n t , on se r e p o r t e r a à l a p i è c e 1.1.1.
- 46 -

2.4.3. PIODELES.
-------
Dans l e cadre du classement des piles en groupes e t en types
e t dans celui de l a standardisation, i l e s t possible de définir géomé-
triquement u n certain nombre de modèles en j o u a n t sur les principaux
paramètres, à savoir pour les voiles : l a longueur, l'épaisseur ( l a
hauteur ' J w e s t considérée coiiime constante z t P q a ï e à 5 rri-GnviTorlj, l e s
f r u i t s éventuels ; de pl us 1 ' introduction de formes variées simples per-
met d'obtenir u n choix important de modèles.
Ces modèles, qui font l ' o b j e t de l a pièce 1.2.7, ne sont pas
forcément passe-partout; l e choix d ' w rnx%las donné résulte d'une re:hpr-
che d'esth6tique p o r t a n t sur 12s proxwticns e t 'la convenance v i s - 3 vis
du t a b l i e r .

Dans l'ensemble, les fcrmes restent sobres e t tous les cof-


frages sont à b a s e d e surfaces planes ou cylindriques, à l'exclusion de
toute surface gauche q a i 'présenterait
'.
des complications de coffrage.

-
3 RÉALISATION - PROBLÈMES D'EXÉCUTION - PAREMENTS,

Parmi les problèmes d'exécution nombreux e t variés concer-


n a n t les appuis, i l y a lieu de f a i r e la distinction entre ceux qui
sont d'ordre général ( t e l s que l a préparation des coffrages ou la fabri-
cation d u bétonYsUr lesquels i l n ' y a pas lieu d ' i n s i s t e r spécialement
car i l s sont t r a i t é s dans l e document type GMO 70, qui donne toutes les
références aux C . P . C . e t C.P.S.T. )et ceux qui sont vraiment spécifiques
aux piles ou dont l'importance e s t évidente. Parmi ces derniers, on peut
distinguer :
- l'implantation
- l'exécution de la fondation
- le fe'rraillage des voiles e t des colonnes
- les reprises de bétonnage
- l e surfaçage des zones d'appui
- les parements.

3.1. IMPLANTATION.
a - Cas d'une fondation sur semelle superficielle.
Si l'implantation de l a fondation ( c f . GFO 70 chapitres 6 e t 8)
ne pose y e r e de problèmes, on devra, en revanche, porter une attention
toute particuliere au positionnement correct des armatures en attente à
la base des voiles e t des colonnes.
- 47 -

Une implantation précise de ces armstures e s t primordiale,


sinon 1 'on c o u r t un ,*des risques suivants :
- les voiles ou les colonnes constituant la pile seront pal ip-
pl antés ;
- l'enrobage de.ces armatures sera insuffisant, précisément
dans une section trPs s o l l i c i t é ? .
La précision à rechercher pour cette iRplantation e s t de l ' o r -
dre de 0,5 cm,et des dispositi*fs spéciaux sont donc à prévoir ; on évi-
tera en particulier t o u t redresseirent interpestif de ces arriiatures.
b - Cas d'une fondation sur pieux.
I1 s e r a i t i l l u s o i r e de compter sur une implantation précise des
pieux ; aussi la solution conseillée e s t l a suivante : les armatures de
l a semelle a u r o n t é t é déterminées en teniint compte des tolérances d ' i w
plantation des pieux ( c f . pièce 1.1.3,page 24,les valeurs des tolérances
à porter dans les CCTP) ; a v a n t l'exécution de l a semelle, on fera un re-
levé de l ' i ~ p l a n t a t i o nréelle des pieux e t on corrivera, s ' i l y a l i e u ,
l e projet de l a semelle à p a r t i r de ce relevé, ce qui pourra entraîner
éventuelleirent un excentrement des voiles p a r r a p p o r t à l'axe d u syst6i.e
de pieux.

3. 2 E X E C U T I O N DE LA FONDAT ION.

Deux cas principaux sont à distinguer, selon l e niveau de la


voie inférieure par rapport au terrain naturel :
a . .l a. . .voie
. . . . .inférieure . . . . . . . . . . . . . .au. . .niveau
. . . . . . . . . . .e. s. .t . sensiblement . . . . . . . du . . . . . . . . na-
. . . terrain
t-----
urel.
Il n'y a pas de problème particulier, mais on peut néanmoins
f a i r e les observations suivantes :
- l e bétonnage de l a semelle peut se f a i r e , s o i t à l ' i n t é r i e u r
d ' u n coffrage, s o i t à pleine f o u i l l e (cette dernière manière
de procéder permettant d ' é v i t e r l e remblaiement de l a f o u i l l e ) .
- l e rebouchage de l a f o u i l l e , s ' i l y a l i e u , d o i t ê t r e exécuté
selon les prescriptions figurant au CPST "PONTS COURANTS en
B.A. e t en B . P . " ( a r t i c l e 3 . 0 7 , 3 ) e t aux Guides de Chantier :
"les matériaux de remblaiement ne devront pas renfermer de
pierres d o n t la plus grande dimension excède 15 cm e t l ' é -
paisseur de chaque couche élémentaire de remblai ne devra
pas excéder 20 cmll.

Deux hypothèses sont à envisager, selon que les terrassements


généraux sont exécutés avant toute construction d'ouvrage ou après. Dans
l a première hypothèse, on se trouve ramené au cas précédent ; dans l a
seconde hypothèse, des problèmes sérieux risquent de se poser, car les
f o u i l l e s , qui ne seront en principe pas remblayées, devront ê t r e forte-
ment étayées e t l e coût total des appuis s ' e n ressentira. On évitera
donc, dans toute l a mesure du possible, de se placer dans ce cas.
- 48 -

Pour toutes questions relatives à l'exécution de l a f o n d a t i o n ,


on se reportera au GMO 70 (chapitres 7 e t 8 ) .

3.3. FERRAILLAGE DES VOILES ET DES COLONNES.

La standardisation des ouvrages courants conduit tout naturel-


1ement â préfabriquer dans des ate1 i ers spécial i ses 1 es cages compl ètes
d'armatures des parties de piles constituées par l e s voiles ou les colon-
nes ; celles-ci sont ensuite acheminées jusqu'au chantier où e l l e s sont
stockées. Si t e l e s t l e cas, i l y aura lieu de contrôler l a conformité
de ce ferraillage avec les dessins d'exécution e t de s'assurer q u ' i l
n'y a pas de malfaçons dans l a disposition e t l e façonnage des armatures.
Ces questions sont t r a i t é e s au chapitre 15 du GI10 70.

3.4. REPRISES DE BETONNAGE.


Lors de l'exécution d'une p i l e , une ou plusieurs reprises de
bétonnage sont inévitables, notamment au niveau de la face supérieure
de l a semelle de fondation , de l a nervure OU du soubassement, éven-
tuellement dans l a partie vue si celle-ci est importante. Dans les par-
t i e s vues, on peut dissimuler l e s reprises avec de f a u x j o i n t s de
coffrage. De même, une reprise à l a base. de l a partie
vue des voiles ou des colonnes peut s'avérer u t i l e s i l a semelle est
enterrée profondément, a f i n de ne pas avoir à bétonner sur une trop gran-
de hauteur à partir du sommet du coffrage.
. Les schémas ci-après montrent, selon l e cas, les reprises de
bétonnage à prévoir, avec 1 'indication de leur(s) emplacement(s).

Semelle a faible profondeur Semelle u grande profondeur

sans nervure avec nervure


ou soubassement

3.5. SURFACAGE DES ZONES D'APPUI.

Le bon fonctionnement e t l a pérennité des appareils d'appui


en élastomère dépendent pour une bonne part du soin apporté à l a mise
en oeuvre des bossages sur lesquels reposent les appareils d ' a p p u i ( c f .
pièce 1.4).
- 49 -

3.6. PAREMENTS.

La réalisation des parements f a i t partie des problèmes généraux


r e l a t i f s à l'exécution des ouvrages ; toutefois, en raison de leur impor-
tance vis-à-vis de l'aspect final de l'ouvrage e t dans l ' a t t e n t e d' un
document t r a i t a n t spécialement de ce s u j e t , les quelques indications qui
suivent pourront ê t r e utilement exploftees.
lorsque l a forme de l'appui e s t arrêtee, i l y a lieu de definir
l a nature du parement. I1 n ' e s t pas question i c i d ' e n t r e r dans tous les
détails de l a realisation des parements, sujet complexe e t q u i s o r t i r a i t
du cadre de cette étude, mais plutôt de donner quelques conseils sur l e
choix des parements en precisant les e f f e t s que l ' o n en peut t i r e r , ainsi
que quelques recommandations pour leur réalisation.
I1 ne sera question i c i que des parements de' béton apparent,
à l'exclusion des enduits e t parements rapportés ; c ' e s t en e f f e t l e
moyen l e plus simple e t l e plus économique pour obtenir u n parement qui
s'harmonise bien, l e plus souvent, avec l e reste de l'ouvrage, moyennant
toutefois certaines précautions lors de l a mise en oeuvre.
Le choix d'un parement se fera en fonction des facteurs de
l ' a s p e c t ; ce choix e t a n t f a i t , on passera à l a réalisation. ,

3.6.1. FACTEURS DE L ' A S P E C T .


....................
L'aspect d ' u n parement de béton peut ê t r e caracterise par les
t r o i s facteurs suivants :
- l a couleur, qui dépend en premier lieu ('e celle d u ciment
e t de celle des granulats lorsque l e béton e s t t r a i t é .
- l a texture, q u i peut ê t r e l i s s e ou rugueuse
- la forme, qui peut ê t r e plane ou en r e l i e f .
On peut classer les parements en deux types principaux :
- ceux d o n t l a peau de ciment e s t conservée : c ' e s t l e béton
b r u t de décoffrage ( l a couleur e s t celle du ciment);
- ceux d o n t les granulats sont apparents : c ' e s t l e béton
t r a i t é par enlèvement de l a pellicule superficielle de c i -
ment ( l a couleur e s t celle des granulats principalement):
Un troisième type, dérivé du premier, e s t constitué par l e
béton peint, d o n t on peut se demander s ' i l e s t encore u n béton apparent;
quoi q u ' i l en s o i t , ce dernier proc6dé présente des avantages certains
(disparition des taches e t des inégalités de couleur du ciment, choix
d'une t e i n t e agreable) e t peut donner de bons e t durables resultats avec
une peinture de qualité.
- 50 -

Dans chacun de ces types, on retrouve l a couleur, l a texture


e t l a forme. C'est par la combinaison de ces différents facteurs que
l'on pourra donner t e l ou t e l aspect au parement des appuis.

3.6.2. CHOIX D ' U N PAREMENT.


------___----------
La grande variété d'aspects q u ' i l e s t possible d'obtenir en
béton apparent permet l a recherche de certains e f f e t s dans les diffé-
rentes parties de l'ouvrage.
Dans certains cas, on recherchera l ' u n i t é d'aspect entre les
appuis e t l e t a b l i e r : le parement unique sera a l o r s , l e plus souvent,
u n parement l i s s e de béton b r u t de décoffrage. Cette unité d'aspect
pourra souligner l e caractère monolithique de certaines structures t e l -
les que les portiques, dans lesquelles les appuis e t l e t a b l i e r sont
solidaires, mais ce type de structure sort d u cadre de la présente étude.

Dans d'autres cas, on essaiera au contraire de créer u n con-


t r a s t e entre les appuis e t l'élément porté. Cet e f f e t pourra s'obtenir
par une opposition de formes : 2. l a forme simple d u t a b l i e r on opposera
une forme plus complexe pour les appuis d o n t l e parement, t r a i t é en bé-
ton b r u t de décoffrage, sera l i s s e e t permettra une mise en valeur de
ses différentes faces p a r l e jeu des ombres e t des lumières. Ce contras-
t e pourra aussi ê t r e obtenu p a r une différence d'aspect entre les deux
parements : par opposition aux parements de l a dalle d u t a b l i e r , le plus
souvent l i s s e s en béton b r u t de décoffrage, les parements des appuis
p o u r r o n t présenter une texture rugueuse, ou encore une cou1 eur di fféren-
t e (béton t e i n t é , béton blanc). Dans l e cas des parements rugueux obte-
nus par u t i l i s a t i o n de coffrages en planches brutes de sciage, on peut
jouer sur 1 'orientation des planches e t souligner ainsi certaines direc-
tions ( v e r t i c a l e , fiorizontale, oblique) ; mais 1 'exécution peut ê t r e
aléatoire en ce qui concerne la couleur au d r o i t de certaines planches.
Come on le voit, i l n'existe pas de règle pour l e choix d'un
parement, qui sera dans chaque cas a f f a i r e d'appréciation, e t pourra
dépendre des conditions d'exécution mais aussi, bien sûr, du coût.
C'est ainsi que les parements d ' u n ouvrage en rase campagne seront t r a i -
t é s de l a manière la plus sobre e t l a plus économique, ce q u i ne veut
pas dire négligée. On réservera les parements riches pour des ouvrages
d o n t l a nature ou l'environnement les j u s t i f i e n t : c ' e s t l e cas des ou-
vrages urbains en particulier.

Quel que s o i t l'aspect recherché, u n parerent Je b é t o n apparent


se juge sur l a qualité de son exécution, que ce s o i t l a régularité de l a
texture, l'uniformité de la couleur, la netteté des arêtes, l'absence $e
salissures, etc. .. ; sa réussite demande beaucoup de soins e t d'attention
au cours des différentes phases de 1 'exécution, que 1 'on peut ramener à
t r o i s pri nci pal es :
- l a préparation du coffrage
- l a trise en oeuvre du béton
- le décoffrage.
- 51 -

Pour leur r é a l i s a t i o n , on se référera aux textes en vigueur :


Cahier des Prescriptions Communes ( C . P . C . ) , Cahier des Prescriptions
Spéciales Type ( C . P . S . T . ) , ainsi q u ' a u document type G.M.O. 70 (cha-
p i t r e 1 4 ) . Toutefois, 1 ' a t t e n t i o n e s t a t t i r é e plus spécialement sur les
points q u i font l ' o b j e t des paragraphes qui suivent.

3.6.3.1. Préparation du coffrage.


-

De l a bonne exécution e t de l a qualité des coffrages dépend


pour une bonne p a r t la réussite d u parement, q u i en e s t l e f i d è l e r e f l e t ,
principalement dans l e cas d u béton brut de décoffrage. Les qualités fon-
damentales à rechercher en ce cas s o n t 1 'homogénéité e t l a propreté.
- ~-
Aussi, l e s panneaux constituant l a "peau" du coffrage devront
i l s , a v a n t toute chose, ê t r e constitués d u même matériau afin d'obtenir
u n aspect homogène. P l a i s T e l que s o i t l e matériau coffrage uti l i s é -
bois, mEtal ou matière plastique -, on v e i l l e r a à ce que l'ensemble s o i t
suffisamment raidi afin de ne pas se déformer lors d u t f e n c r G r t ou de la
mise en place, e t pour supporter l a poussée d u béton f r a i s lors d u béton-
nage. L'ossature sera étudiée de manière à assurer l a répartition des
e f f o r t s sur l a t o t a l i t é d u coffrage ; l ' é t u d e d'un t e l ensemble fera
l ' o b j e t de plans t r è s précis e t son exécution sera confiée à u n spécia-
l i s t e , s o i t du bois, s o i t d u métal, s o i t des matières plastiques.
L'assemblage des panneaux constituant l a "peau" d u coffrage,
en contact d i r e c t avec l e béton, devra assurer la continuité de la forme,
donc ne présenter ni dénivellations, ni solutions de continuité, princi-
palement s ' i l s ' a g i t d'obtenir u n parement l i s s e . Si l e coffrage d'une
p i l e e s t composé de plusieurs éléments verticaux accolés, ces éléments
seront ajustes e t fortement r e l i é s entre eux par u n ceinturage de ma-
nière à assurer l a continuité de l a forme e t une p a r f a i t e ét3nchéité.
En raison de l a d i f f i c u l t é d'obtenir une surface de béton
exempte de trace de j o i n t , on pourra préférer au contraire t i r e r parti
de leur existence en ménageant une rainure à leur emplacement, ce q u i
marquera p a r exemple la v e r t i c a l i t é de l'ensemble : on peut a l o r s f i -
x e r c.:mnp règle générale q u ' i l v a u t mieux marquer u n j o i n t de façon
t - i t n apparente'que de chercher à l e dissimuler plus ou moins bien.

Lorsque l e coffrage comporte des d i s p o s i t i f s de fixation inté-


rieurs au béton, ceux-ci doivent ê t r e conçus d e manière qu'après décof-
frage aucun élément métallique ne s e trouve à une distance d u parement
inférieure à c e l l e de l'enrobage minimal p r e s c r i t pour les armatures ;
dans tous l e s cas, i l v a u t mieux l a i s s e r apparents les trous occasionnés
p a r ces fixations que de ch-rcher 5 les reboucher, ce q u i implique que
lci4r el placetilent devr'i F t r e t , i ic iiianicrp que leur r r p a r t i t i o n s o i t
t-t Li 1 t t-p. Ces trous peiivent eri O I t r e y servir a supportcr
y I ecIiaf3uday

Avant l e coulage d u béton, l a surface d u coffrage sera net-


t L p e e t t r a i t é e éventuellement,afin de permettre un décoffrane aisé
e t non destructif de l a pellicule superficielle de ciment. On prendra
les dispositions nécessaires pour é v i t e r toute trace de r o u i l l e sur les
parerrents, quelle qu'en s o i t l ' o r i a i n e (clous, armatures ayant séjourné
longterrps aux intempéries, enrobage insuffisant, e t c . . . ) .
Enfin, on évitera dans toute l a rresure du possible les arêtes
vives,qui seront chanfreinées sans excès,selon l e s indications de 1s
pièce 1.2.1.
- 52 -

3.6.3.2. !lise en oeuvre d u béton


Si l'aspect du parement dépend du coffrage, l a qualité e t l a
mise en oeuvre du béton sont déterminantes pour l'obtention d'une sur-
face à texture homogène e t de t e i n t e uniforme, surtout dans l e cas des
parements l i s s e s bruts de décoffrage.
Le ciment u t i l i s é doit ê t r e de même nature, de même provenance.
e t provenir,si possible,d'un seul e t même l o t de fabrication. Le béton
devra r e s t e r homogène e t l'on évitera toute ségrégation d u r a n t l e trans-
p o r t e t l a mise en place ; i l sera mis en place par vibration ou pervi-
bration (vibration interne), qui e s t l e procédé l e plus couramment em-
ployé ; l ' a c t i o n d e . l a vibration devra s'étendre au béton s i t u é entre
les armatures e t l a paroi du coffrage ; sa durée sera constante dans
toute l a masse d u béton, s i l ' o n veut é v i t e r des différences de t e i n t e ;
l a durée sera déterminée de manière à é v i t e r à l a surface du parement
1 'apparition de l a i tance.
Dans toute l a mesure du possible, on évitera les reprises de
bétonnage dans l a partie vue de l a p i l e , ce qu,i entraîne comme consé-
quence d'avoir à bétonner d'un seul coup au moins u n élément complet
(voile ou colonne) sur environ 5 m de hauteur ; on devra donc surveiller
attentivement l e déversement du béton, surtout à l a partie inférieure
(afin d ' é v i t e r toute ségrégation),ainsi que sa vibration. Si l ' o n ne peut
les é v i t e r , on en prevoi era 1 ' emplacement exact à 1 ' avance de t e l l e ma-
y

nière que ce dernier corresponde à une intersection de plans par exemple,


ou encore à une ligne de j o i n t réel ou f i c t i f .
3.6.3.3. Décoffrage
_ _ - protections.
- ~

Les opérations de décoffrage seront coqduites de inaniere à ne


pas endommager l e béton encore f r a i s ; aussitôt après décoffrage, i l e s t
nécessaire de protéqer jusqu'à l a f i n du chantier certaines parties fra-
g i l e s t e l l e s que les arêtes, à l ' a i d e de planches ou de cornieres ; les
parements seront' protégés des tâches , coulures , frottements, chocs e t c . . y .
à 1 'aide de bâches ( f e u i l l e s plastiques par exemple) ou de panneaux ( c f .
GMS fj 14,4).
Certains défauts d'aspect pourront ê t r e rattrapés par ragréage,
mais cette solution e s t délicate e t ne devra ê t r e envisagée que s i l'on
dispose de personnel qualifié : un mauvais ragréage risque d ' ê t r e plus
visible que le défaut q u ' i l e s t censé f a i r e disparaître.
E n dernier recours on pourra f a i r e appel à l a peinture, mais
ce dernier procédé, s ' i l peut atténuer les défauts de couleiir, rie saurait
f a i r e disparaître les défauts de texture.

3.7. CONTROLES ET VER I F I CAT IONS.


Des contrôles variés e t nombreux sont nécessaires a v a n t e t
pendant l'exécution ; toutes ces questions sont t r a i t é e s dans l e G . G . O . A .
70, auquel on se référera. Toutefois, on s e saurait trop i n s i s t e r sur
l a nécessité absolue d ' u n contrôle rigoureux de l'implantation des ap-
puis, qui conditionne toute l a géométrie de l'ouvrage; ce contrôle Fortera
notamment s u r l e s armatures en attente à l a base de la superstructure
(voiles ou colonnes),qui devront ê t r e implantées avec l a plus grande
précision ( c f . page 46).
- 53 -

4, APPUIS SPÉCIAUX

Contrai reiiient aux appuis courants étudiés précédeiiiiiient, les


appuis spéciaux s o n t caractérisés, s o i t p a r l e f a i t que les descentes
de charges n'y s o n t p a s d i r e c t e s (au d r o i t des points d'appui) mais
__.

sont, ou bien décaiées "en baïonnette" (appuis marteaux, appuis en por-


t i q u e ) , ou bien obliques (appuis en V,par exemple), s o i t par leur d i -
mension dans
~- l e sens de l a hauteur - ( p i l c s de certains viaducs).
.
-
-
Rentrent dans c e t t e ca'cégorie les appuis de fornie complexe
présentant des discontinuités de section sur l a hauteur ; selon lehr for-
me, on trouve l e s appuis, en T , en U, en V , en X, en Y , .. . . Ces a p p u i s
se rencontreront principalement en milieu urbain ( c f . schémas ci-dessous
e t § 2 de l a pièce 1 . 2 . 2 Modèles de p i l e s ) .
Leurs formes s'harmonisent t o u t particulièrement avec l e pro-
f i l transversal de certains t a b l i e r s ; c ' e s t ainsi que l e s appuis en V
renversé s'accordent assez bien avec u n t a b l i e r en d a l l e nervurée. D'au-
t r e s a p p u i s comme les a p p u i s en T paraissent aussi l e mieux appropriés
dans l e cas d'une structure à poutres, surtout lorsque l ' o n d o i t dégager
l a base de l'ouvrage (cas des viaducs u r b a i n s ) .
I l s ne sont.généralement pas calculables p a r l e proqramme PP.
- 54 -

En ce q u i concerne l e s appuis des t a b l i e r s du t y p e VIPP, t a -


b l i e r s q u i s o r t e n t d u cadre du p r é s e n t d o s s i e r , il e s t s i q n a l é l ' e x i s -
t e n c e d'une étude p a r t i c u l i è r e PM 70 r e l a t i v e aux appuis au t y p e d i t
" p i l e marteau! Ce document e s t p r é s e n t é au 0 11.39 du CAT. 75. Ce document
non d a t é e s t géré p a r M. RIMBOEUF.

Cet exemple e s t c e l u i du t y p e d ' a p p u i l e p l u s fréquemment u t i -


l i s é p o u r l e s ouvrages du genre V I - P P . En f a i t , il s ' a g i t d ' u n document
d ' i n f o r m a t i o n composé de deux p i è c e s q u i peuvent ê t r e adressées s u r de-
mande u s t i f i é e , e t non pas a proprement p a r l e r d ' u n document-type.

En p a r t i c u l i e r :

II - Dans l a p i è c e " c h e v 6 t r e e t f û t de p i l e - m a r t e a u - Exemple d ' a p -


PI ic a t on, 1 ' é t u d e s e r a non seulement à u t i l i s e r e t a d z p t e r p o u r un éven-
t u e l démarquage, mais a u s s i à c o m p l é t e r p a r une é t u d e de déformstion du
t h e v ê t r e ; c e t t e étude de d é f o r m a t i o n d o i t déboucher s u r un examen des
p o s s i b i l i t é s d ' i n t e r a c t i o n e n t r e l e chevetre e t l e s e n t r e t o i s e s d'aboiit
du t a b l i e r s i c e l l e s - c i s o n t r i g i d e s e t t r è s s o l i d e s .

- Dans l a p i è c e F û t , l e c h o i x du v e n t à prendre e n compte d o i t


donner ma t i è r e à a p p r é c i a t i o n , notamment en s i t u a t i o n p r o v i s o i r e , en fonc-
t i o n du s i t e , de l a h a u t e u r du viaduc, de l a durée des phases p r o v i s o i r e s
e t é v e n t u e l l e m e n t de l a f a c i l i t é p l u s ou moins grande d ' a c c r o î t r e l a sé-
c u r i t é . Se r e p o r t e r à ce s u j e t à l ' a r t i c l e 14 du f a s c i c u l e 61, II du
C.P.C. de Décembre 1971.

On t r o u v e r a également dans l e d o s s i e r V I P P 67 à l a p i è c e 1.2.2


"Morphologie des appuis", un recensement des d i f f é r e n t s types d ' a p p u i i n -
t e r m é d i a i r e s e t d ' a p p u i s d ' e x t r é m i t é , p e r m e t t a n t de g u i d e r l e c h o i x du
p r o j e t e u r en f o n c t i o n des c r i t è r e s p r i n c i p a u x : h a u t e u r des p i l e s , l a r -
geur du t a b l i e r , n a t u r e du s o l de f o n d a t i o n , n a t u r e e t c a r a c t e r e de l ' e n -
vironnemént ( u r b a i n , suburbain, r u r a l ) , p i è c e complétée p a r 1 ' a d d i t i f no 1
au d o s s i e r p. 5.
1.1.3

CONCEPTION ET CHOIX DES PILES-CULEES

Page
.
1 G E N E R A L I T E S . DONNEES ET OPTIONS PRELIMINAIRES ............................ 1
1.1. Généralités .................................................................. 1
1 . 2 . Données e t options préliminaires......................................... 2
2 - CONCEPTION ET CHOIX ............................................................... 12
I l
2.1. Eléments c o n s t i t u t i f s ....................................................... 12
2 . 2 . Fondation ........................................................................ 13

2 . 2 . 1 . Fondations superficielles ........................................ 13


2 . 2 . 2 . Fondations profondes ................................................ 19

2.3. Partie intermédiaire ........................................................ 25


2.3.1. Morphologie ........................................................... 26
2.3.2. Dimensions - Ferraillage .................. ...................... 27
2.3.3. Dispositions ........................................................... 28

2.4. Partie supérieure ............................................................ 30

2.4.1. Rôle e t fonctions ................................................... 36


2.4.2. Dispositions courantes - Morphologie ......................... 36
2.4.3. Mur garde-grève .................................................... 38
2.4.4. Chevêtre .............................................................. 43
2.4.5. Raccordement avec les t e r r e s - Aménagement d u talus . . . . . 47
2.4.6.' Implantation ......................................................... 53
2.4.7. Utilisation du chevêtre comme appui pour l e c i n t r e ...... 57
3 . REALISATION . PROBLEblES D'EXECUTION ........................................... 58

3.1. Implantation ................................................................... 58


3.2. Exécution de la fondation ................................................ 59
3.3. Exécution de la partie intermédiaire ................................... 59
3.4. Exécution de l a p a r t i e supérieure ....................................... 59
3.5. Exécution du remblai ................. ....................................... 60
. \
4. PILES-CULEES APPARENTES .......................................................... 61
4.1. Généralités ..................................................................... 61
4.2. Les deux famil les de piles-culées apparentes ........................ 61
4.3. Cas d'emploi ................................................................... 62
4.4. Adaptation au t a b l i e r e t au s i t e ........................................ 64
4.-5. Structure e t morphologie ................................................... 67
4.6, Paramètres géométriques . Implantation ................................. 69
4.7. Prédimensionnement . Cal cul................................................. 70
4.8. Réal isations . Problèmes d'exécution .................................... 70
- 1 -

1, GÉNÉRALITÉS
DONNÉES ET OPTIONS PRÉL I MINAIRES

1.1. GENERALITES.

Les pi les-culées sont des appuis d'extrémité enterrés, t o t a l e -


ment ou partiellement, e t toujours assdciés à u n taluscontigu de remblai
ou de déblai ; en raison de ces dispositions, e l l e s diffèrent fondamenta-
lement des p i l e s , t a n t d u p o i n t de vue de l a structure e t de l a morpholo-
gie que du'point de vue mécanique ; leur conception sera donc toute d i f -
fjrente.

( I1 résulte de c e t t e configuration que les p i les-culées comnor-


( t a n t une semelle o n t à porter, en plus des charges du t a b l i e r , l e poids
( des terres qui les surmontent. Ce poids s e r a , bien entendu, t r è s varia-
( ble selon l e niveau de l a fondation : négligeable'si l a pile-culée e s t
( fondée en t ê t e de t a l u s , important s i l e niveau de l a fondation e s t t r è s
( en-dessous de celui du t a b l i e r ( i l n ' e s t pas r a r e , en ce cas, que l a
( charge sur l a semelle due au poids des t e r r e s s o i t supérieure à. l a réac-
( tion d ' a p p u i maximale du t a b l i e r ) . Aussi _ l_a_ _ conception
___ e t l e dimensionne-
( ment d'une pile-culée ~ _dépendront-ils
_ _~ _ _ _ au
- plus
_ haut point du
~ _ _niveau
_ fori-
_ _ de _ __
( dation.

Fsrmi les noihreux éléments entrant en j e u , certains - t e l l e s


les données géométriques - sont communs aux autres appu,is, d'autres sont
particuliers aux piles-culées ; les premiers o n t é t é étudiés précédemment;
q u a n t aux seconds, i l s sont definis e t analysés plus loin.

f a i r e a distinction entre les données - que l ' o n ne s a u r a i t modifier -


e t les options - qui découlent d'un choix entre plusieurs solutions pos-
sibles pour l e cas d'espèce étudié -.
Compte tenu des nombreuses dispositions possibles, u n classe-
ment si stématique e s t d i f f i c i l e e t ne saurait s e baser sur de simples
consi dc rations géométriques, comme cela a é t é f a i t p o u r l e s p i l e s . T o u t
au plu! pourrait-on f a i r e l a distinction entre deux types de piles-culees,
S elon q u ' e l l e s sont apparentes ou non une fois les terrassements terminés.
E n f a i t , ces deux types ne diffèrent pas fon+amentaletrent d u point de vue
de l a conception en général, comme d u p o i n t c!e vue mecanique ;aussi l ' é t u d e
qui s u i t s'applique-t-elle a u x piles-culees dans leiir erisevble, en prenant
toutefois pour base les piles-culées entièretxent noyées dans les t e r r e s ,
q u i constituent l e type l e plus courant. @ u a n t aux piles-culéeç comportant
une partie supérieure largement apparente, e l l e s font l'objet'd'urie étude
iï p a r t concernant plus particulièrement les points qui leur sont propres
( c f . chapitre 4 ) .
- 2 -

1.2. DONNEES ET OPTIONS PRELIUIîiAIRES.

De par sa nature, l a conception d'une pile-culée e s t l i é e à


bon nombre d'éléments (facteurs ou paramètres), eux-mêmes plus ou moins
dépendants l e s uns des autres. C'est ainsi que sa structure e t sa morpho-
phologie, qui sont directement l i é e s à celles du t a b l i e r q u ' e l l e supporte,
peuvent dépendre de sa hauteur propre q u i , elle-même, sera fixée par l e
niveau de l a fondation, l a cote maximale de ccile-cl n ' é t a n t pas impo-
sée p a r des impératifs geométriques comme dans le cas des p i l e s . Sa struc-
ture peut dépendre aussi de l a réaction d'appui exercee p a r l e t a b l i e r
q u ' e l l e supporte e t q u i e s t susceptible de varier dans de larges p r o p o r -
tions suivant l e type de structure e t l e s longueurs des travées : à t i t r e
d'ordre de grandeur, un t a b l i e r courant de type PSI.DP, d'une dizaine de
mètres de largeur u t i l e , exerce sur l e s piles-culées une réaction d'appui
t o t a l e comprise entre 100 t e t 200 t , selon l a longueur des travées de
rive , des tracti;ns s n n t ixêrne Q s s i b l e s ci-.ec cPrt6 inei structurer de
tJb-':p, -ib ' y ' ? ( ' <,h ?y.-'*

'Bans certains cas, c ' e s t l a conception même d u t a b l i e r 1, i pourra


ê t r e commandée par des impératifs l i é s aux piles-culées.

Comme on l e v o i t , l a conception.d'une pile-culée f a i t donc p a r -


t i e intégrante de c e l l e de l'ouvrage dans son ensemble ; e l l e d o i t t e n i r
compte d'un certain nombre de données e t f a i r e l ' o b j e t d'options p r é l i -
minai res , dont l e s principales peuvent ê t r e classées de la'manière sui-
vante :
- l a géométrie du franchissement e t la géométrie du t a b l i e r
- l a structure d u t a b l i e r e t l a longueur de l a ligne d'appui
- l e nombre e t 1 'espacement des points d ' appui
- l a présence de dalles de transition
- l e niveau d u t e r r a i n naturel
- l e niveau de l a nappe
- l a nature e t les caractéristiques d u sol
- l ' é v e n t u a l i t é de tassements
- l e type de fondation
- l a qualité d u remblai exécuté à 1 'avance
(exécution des terrassements
- la des phases (construction des Diles-culées
- l e s phases de construction de l'ouvrage
- 1 'ancrage d'une travée de rive
- l a présence d ' u n garde-grève
- l a nécessité de pouvoir v i s i t e r e t - % I o n - : P ~ ; : ~ F I P r, e
~ 8 y - l r ~ el e
rs
dprar 1 s 4 ' appui
x '

- l a présence éventuelle de j o i n t à poussée


- l e s délais d'execution.
Cette l i s t e n ' e s t pas exhaustive e t ne saurait prétendre envi-
sager toutes les implications provoquées par t e l s éléments considérés
comme cas d'espèce. Quoi q u ' i l en s o i t , l'incidence des données e t op-
t i ons répertoriées ci -dessus e s t analysée ci -après.
- 3 -

1.2.1.

Elles interviennent au t i t r e des conditions fonctionnelles, ana-


lysées dans l a pièce 1.1.1, e t font partie des problèmes généraux d é j à
t r a i t é s . Toutefois certains l e ceux-ci sont plus particulièrement l i é s
aux piles-culées e t évoqués ci-après.
En ce qui concerne l a géométrie du franchissement, un point im-
p o r t a n t e s t l e t i r a n t d ' a i r sous .l'ouvrage qui conditionne souvent (mais
pas toujours) la hauteur des piles-culées.
En ce qui concerne l a géomgtrie du t a b l i e r - largeur, longueur,
configuration en plan - une des conséquences en e s t l'implantation des
piles-culées en a v a n t de leur position théorique "ni,r--ais.' 'rr; par rapport
aux talus encadrant l'ouvrage, dans les cas suivants :
- lorsqu'un t a b l i e r comporte des travées de rive relativement
longues ( c ' e s t l e cas habituel des ouvrages à deux travées),
i l y a souvent i n t é r ê t à raccourcir ces travées en rappro-
chant les piles-culées ;
- lorsque certains tabliers à travées continues multiples ont
des travées de rive qui ,du f a i t de l a configuration générale,
auraient une longueur théorique supérieure à celle des tra-
vées intermédiaires ; i l y aurait lieu cependant,ici,de voir
s i u n meilleur équilibrage des longueurs de travées ne pour-
r a i t ê t r e obtenu plus simplement en dépiaçan-t les piles in-
termédi ai res.
Dans ces deux cas, i l y a une comparaison économique à f a i r e
entre les deux solutions : le gain obtenu sur l e coût du t a b l i e r compense-
t - i l l'augmentation de celui des piles-culées ? O u , en d'autres termes,
de combien faut-il raccourcir l e t a b l i e r pour compenser l'augmentation
sur les piles-culées ?
Un autre exemple, i l l u s t r é
par l e schéma ci-contre, e s t donné
Voie latérale p a r u n ouvrage franchissant une au-
toroute en déblai, e t d o n t la voie
portée se raccorde à une voie laté-
rale par un épanouissement rapide
en place : plutôt que de prévoir u n
t a b l i e r présentant en son extrémité

Ligne d'appui
théorique
-/ ' -~ K- Li tie d'appui
retenue
u n élargissement important , on pré-
fère dans un tel cas déplacer l'ap-
F u i correspondant en deçà de sa po-
s i t i on théorique normal e .

Dans ces différents cas, l a solution consiste donc à implanter


l a pile-culée en a v a n t de sa position théorique, qui differe assez peu
de la crête du talus ; l e type à adopter e s t alors une pile-cuiée com-
p o r t a n t une partie supérieure apparente. Cette disposition e s t i l l u s t r é e
par l e schéma ci-aiîres , r e l a t i f à un ouvrage 'à deux travées.

x L'implantation théorique normale d'une pile-culée e s t définie au 5 2.4.6


de l a présence pièce ( c f . p . 53 e t suivantes).
-4-

s
La longueur des piles-culées e s t intimement l i é e à l a longueur ii
de 1 a . l i g n e d'appui d u t a b l i e r , qui dPpend d u biais e t de l a structure;
c ' e s t ainsi que les dispositions peuvent ê t r e t r è s différentes selon que
l e t a b l i e r e s t constitué par une dalle ou p a r des poutres et,dans l a
pl upart des cas ,s ' i 1 comporte ou non des encorbel lements. Les schémas
ci-dessous montrent en élévation deux dispositions de pile-culée suppor-
t a n t , l ' u n e u n t a b l i e r en dalle simple rectangulaire, l ' a u t r e u n t a b l i e r
en dalle avec grands encorbellements.
La lonqueur des piles-culées ( o u t o u t au m ins celle de leur
partie supérieure) e s t éGalement l i é e à ' l a présence ou non d ' , n mur
garde-grève.

I-T
Comme on le verra plus loin, l a morphologie des piles-culées
e s t bien souvent déterminée par l e nombre e t l'espacement des points
d'appui, à l'aplomb desquels se trouve une colonne ou u n poteau d o n t l e
rôle e s t de transmettre directement les descentes de charge â l a fonda-
. tion.

1.2.4. PRESENCE DE DALLES DE TRANSITION.


................................
Lorsqu'un ouvrage e s t prolongé par des dalles de transition,
celles-ci o n t une double incidence sur les piles-culées :

-------
- géométriggw, car e l l e s s'appuient directement,le plus souvent,
sur les piles-culées,ce qui implique des dispositions adéquates
sur ces dernières ; leurs points d'appui ne peuvent, en outre,
ê t r e répartis de façon entièrement a r b i t r a i r e .
- 5 -

- ~~ecgnmg~g, car e l l e s introduisent une réaction d'appui sup-


>lémentaire d o n t l a ligne d'action e s t généralement distincte
de celle du t a b l i e r , e t peuvent constituer un point fixe en
t ê t e de l a pile-cul& s i leur longueur e s t suffisante.*
I

Selon que l'ouvrage comporte ou non des dalles de transition,


les dispositions à adopter p o u r les piles-culées peuvent ê t r e différen-
t e s , t o u t au moins en ce qui concerne la partie superieure (nécessité
d'un chevêtre, par exemple, lorsqu'il y a une dalle de t r a n s i t i o n ) .

1.2.5.

Le niveau du terrain naturel par rapport aux plates-formes


inférieure e t supérieure peut avoir une incidence déterminante sur l a
conception e t l e choix des pi les-culées. Les schémas commentés ci-dessous
montrent les differents cas de niveau possibles d u terrain naturel.

CAS 1 Si la pile. culee est fondée sur semelle dans


le terrain naturel, sa hauteur sera importante .
haut remblai
On peut alors envisager de la fonder dans le
remblai, sous réserve que celui. ci ait été
exécuté assez longtemps a l'avance (tassements)

CAS 2
remblai normal Une fondation sur semelle dans le terrain
naturel n'entraine pas de sujetions importantes

La hauteur de la pile. culee sera généralement


faible, si elle est fondée sur semelle et si les
caractéristiques mécaniques du terrain naturel
sont bonnes ou passables.

X La donnée DALTRA du programme de calcul PP permet de considérer que l a


dalle de transition constitue un point fixe ( c f . mise à j o u r no. 1 d'octobre
1975) ; dans la r é a l i t é , l a f i x i t é peut ê t r e considérée comme assurée quand
l a longueur drpite de 'la dalle de transition e s t au moins égale à 2,50 m.
- __
-_
- 6 -

CAS 4
déblai l a pile.culée pourra souvent étre fondée en
tête de talus, si les Caractéristiques du
terrain le permettent.

1'

1.2.6. NIVEAU DE LA NAPPE.


------------------
La présence d'une nappe dans la zone des piles-culées'ne semble
pas devoir influencer la conception de leurs fondations, mais plutôt leur
exécution. Ainsi , dans le cas d'une fondation superficielle, on pourra
être amené à relever le niveau de la semelle à une cote légèrement supé-
rieure à celle de la nappe, quitte à augmenter légèrement la largeur de
la semelle, ou encore à prévoir un massif de béton imnerg6.

1.2.7. ......................
NATURE ----------
ET CARACTERIST IQUES DU SOL.
Si la nature du sol a peu d'incidence sur la conception et la
morphologie des piles intermediaires (cf. pièce l.l.Z), il en va diffé-
remment pour les piles-culées ; celles-ci étant le plus souvent totalement
enterrées peuvent,en effet ,être considérées comme une simple fondation sur
laquelle s'appuie le tablier.
La nature du sol conditionne le plus souvent,au départ,le choix
du type de .fondation - superficielle ou profonde - et, par suite, la con-
ception même des piles-culées, qui pourront être très différentes dans
leur structure selon qu'elles seront fondées sur pieux,puits, ou semelle.
Par ailleurs, si le sol est de médiocre qualité, on peut être
amené à rechercher des solutions spéciales telles que,par exempleyune
fondation superficielle en tête de talus lorsque l'ouvrage est encadré
par des remblais d'accès, qui devront alors être exécutés à l'avance,
afin d'éviter les tassernents;cette dernière solution présente le qrand
avantage de réduire au minimum le poids de terre à porter (cf. page 1).
1.2.8. EVENTUALITE DE TASSEMEN' s.
.......................
Si les caractéristiques du sol sont telles que des fondations
superficielles ne mettent pas les piles-culées à 1 'abri de tassements
éventuels, on pourra être amené à prevoir des fondations profondes ou à
concevoir les piles-culées de man ère telle qu'elles puissentYsans dom-
mage,subir des tassements, quitte à prévoir en outre des dispositifs pour
relever le tablier.
- 7 -

1.2.9. -----------------
TYPE DE FONDATION.

Selon l e t y p e de f o n d a t i o n r e t e n u - f o n d a t i o n s u r s e m e l l e su-
p e r f i c i e l l e ou f o n d a t i o n profonde s u r p i e u x -, e t dans une c e r t a i n e mesure
s e l o n l ' é v e n t u a l i t é de tassements, l a morphologie des p i l e s - c u l é e s p o u r r a
ê t r e t r è s d i f f é r e n t e , comine on l e v e r r a p l u s l o i n : e l l e v a de l a s i m p l e
semelle en t ê t e de t a l u s à l a c o n f i g u r a t i o n c l a s s i q u e comportant une s e m e l l e
surmontée de colonnes r é u n i e s en t ê t e p a r un chevêtre, ou à un système de
p i e u x de grande longueur surmontés d ' u n s i m p l e c h e v ê t r e .

1.2.10. ....................................
QUALITE DU REMBLAI EXECUTE A L'AVANCE.

Lorsque des r e m b l a i s d'accès s o n t exécutés à l ' a v a n c e , il e s t


p o s s i b l e de f o n d e r l a s e m e l l e dans l e r e m b l a i , en t ê t e du t a l u s ; c e t t e
manière de f a i r e i m p l i q u e , b i e n entendu, une q u a l i t é de r e m b l a i s u f f i s a n -
t e , p r i n c i p a l e m e n t v i s - à - v i s des tassements ; une moins bonne q u a l i t é du
r e m b l a i p o u r r a i t c o n d u i r e à des f o n d a t i o n s profondes. En r è g l e générale,
il f a u d r a donc c h o i s i r un bon m a t é r i a u de r e m b l a i , q u i t t e à 1 ' a m é l i o r e r
p a r t r a i t e m e n t au ciment, p a r exemple ; mais il n ' e s t pas u t i l e d ' a l l e r
au-delà de ce q u i e s t n é c e s s a i r e e t on l i m i t e r a l e m a s s i f à l a zone où
e s t Jmplantée l a p i l e - c u l é e ( c f . schéma ci-dessous). On d i s t i n g u e r a même,
en g e n e r a l , l a p a r t i e s u p e r i e u r e du r e s t e du m a s s i f ( c f . FOrlD 72, f a s c i -
c u l e 4, page 21).

partie de remblai traite ou sélec.


tionné sous la pile- culée.

. _ . .

1.2.11. -----PHASES
----------- DES
CHRONOLOGIE : EXECUTION DES TERRASSEMENTS - CONSTRUC-
............................................
T.....................
I O N DES PILES-CULEES.

Ce f a c t e u r i n t e r v i e n t l o r s q u e l ' o u v r a g e e s t encadré p a r des


r e m b l a i s d'accès, ce q u i e s t l a c o n f i g u r a t i o n l a p l u s f r é q u e n t e .

T r o i s cas peuvent a l o r s se p r é s e n t e r , e t i l s r é s u l t e n t souvent


d ' u n c h o i x p r é a l a b l e ; s e l o n l e cas considéré, c e r t a i n e s o p t i o n s se p r é -
s e n t e n t de façons d i f f é r e n t e s .
- 8 -

C ' e s t une :?lution particulièrement intéressante e t recomman-


dable, q u i présente les avantages suivants :
- l a charge d u remblai sur 1. t e r r a i n sous-jacent, en provo-
quant son tassement, favorise s a consolidation dans l e temps ; c e t t e
dernière sera d'autant plus complète e t efficace que l e remblai a u r a
é t é construit plus t ô t ; par a i l l e u r s l e remblai lui-même aura l e temps
de t a s s e r a v a n t l a construction de l'ouvrag?. I1 importe en ce cas de
s ' e n assurer par des mesures, q u i permettront de t r a c e r une courbe en
fonction du temps ; en cas de doute sur l a question de savoir s i les
tassements seront terminés lors de l a construction de l'ouvrage, on devra
prévoir des d i s p o s i t i f s de relevage d u t a b l i e r . Cette solution présente
donc l'avantage de limiter l e s tassements lorsque l'ouvrage sera cons-
t r u i t , avantage d ' a b t a n t plus appréciable que l e sol sous-jacent sera
de moins bonne qualité ; corrélativement, en cas de fondation profonde,
les risques de frottemznt négatif e t de poussée l a t é r a l e seront grande-
ment diminués, e t les e f f e t s q u i pourraient en r é s u l t e r largement a t t é -
nués.
- l a présence des remblais d'accès d é f i n i t i f s f a c i l i t e r a gran-
dement l e s opérations l i é e s à l a construction d u tablier,en permettant
d'accéder commodément au chantier, e t sera avantageuse d a n s tous l e s cas
où e s t envisagé 1 'établissement d ' u n remblai provisoire, souvent de quali-
t é médiocre, destiné uniquement à assurer ce rôle d'accès au chantier.
Une option e s t à prendre sur l a fondation s i e l l e peut ê t r e
s u p e r f i c i e l l e ( i l n e fondation profonde sur pieux ou puits à travers l e
remblai ne pose pjs a e prsblrm p ? r t i c u l i e r eri ce cas, s i ce n ' e s t L Q Z ques-
t i o n de longueur); deux solutions s ' o f f r e n t en e f f e t :
- fonder l a semelle dans l e t e r r a i n naturel, ce q u i implique
une f o u i l l e profonde à travers l e remblai avec l e s sujétions qui en dé-
coulent ;
- fonder l a semelle au-dessus du t e r r a i n naturel ; les piles-
culées peuvent, en e f f e t , ê t r e fondees dans l e remblai , moyennant c e r t a i -
nes conditions qui seront explicitées plus loin ( c f . paqe 1 5 ) .
Dans l e cas a considéré, l a première solution e s t évidemment aussi
peu rationnelle que possible ; aussi donnera-t-on l a préférence à l a deuxième
solution toutes les f o i s que cela sera possible.
E n ce q u i concerne l a construction d u t a b l i e r , e t quel que s o i t
l e mode de fondation retenu pour les piles-culées, on devra t e n i r compte
du f a i t que l a présence des talus oblige __.._ à prévoir des dispositions par- -
t i c u l i è r e s p o u r azs-irer 1 'échafau5qe dins c e t t e z n n e .

Cette solution, assez pcu cûl;rànte, présente + n i i + n f n i S comme


l a précédente l'avantage de disposer d ' u n remblai d'accès lors de l a
construction d u t a b 1 i e r .
- 9 -

I 1 r i ' y a pas dans ce cas d ' o p : ; o n particulière pour les fonda-


tions ; en revanche, des précautions particulières _____ sont à prendre lors
d u remblaiement a u t o u r des piles-culées : é v i t e r l e passage d'engins
lourds à proximité immédiate, donc compacter avec de p e t i t s engins, e t
surveiller les déplacements en t ê t e de l a pile-culée. De plus i l y aura
l i e u , comme précédemment, de prévoir des dispositions particulières pour
assurer l'échafaudage d u t a b l i e r dans l a zone des talus.

C'est une solution fréquemment employée (ce qui ne veut pas dire
que ce s o i t l a meil leure nécessairement). Les problèmes rencontrés concer-
nent essentiellement l e remblaiement dans l a zone des piles-culées, SOUS
l e t a b l i e r ; ce remblaiement sera plus délicat que dans l e cas précédent,
surtout en ce q u i concerne l e h a u t des talus.

Les t r o i s cas étudiés ci-dessus représentent les solutions


envi sageabl es ,assorties d ' appréciations qual i tatives . Toutefois 1 a sol u-
tion apparaissant come l a meilleure dans l e cas d'espèce ne sera pas
toujours possible e t sera alors remplacée par une moins bonne technique-
ment : c ' e s t ainsi que l'exécution des remblais d'accès à l'avance ne
sera pas toujours possible, parce que l i é e ,par exeinple,au calendrier'des
terrassements. Autrement d i t , l a chronologie des phases exécution des
terrassements - construction des piles-culées sera souvent une consé-
quence des données premières e t d'options préalables.

1 . 2 . 1 2 . P_H_A S_E_
S _DE_ _
CONSTRUCTION
- - _ - _ _ _ _ -D_E _L _
'O_
U V-R_A G- -E .- - - - _ - - - - - -

Ce facteur intervient lorsque 1 'ouvrage comporte deux tabliers


indépendants qui ne sont pas construits en même teirips ; c ' e s t l e cas, p a r
exemple, des déviations intégrables pour lesquelles une seule chaussée
de la future autoroute e s t construite en première phase ( c f . CAT 75, fj 8.41).

uans toute la iiiesure du p u s s i u i e , I I est. m i s e i i i t : ut: L U I ~ L L I ~ I -


re dès l a première phase les piles-culées d u deuxième ouvrage, ces der-
nières étant noyées en partie ou en t o t a l i t é dans les remblais d'accès.
Si les piles-culées diA deuxième ouvrage sont exécutées lors de
la deuxième phase, leur exécution appelle les remarques suivantes :
- Lorsque l e franchissement est entièrement (ou presque) en
déblai, i l n'y a en principe pas de problème particulier concernant les
pi les-culées.
- Lorsque l e franchissement comporte des remblais d'accès, ce
qui e s t l e cas l e plus courant des P . I . autoroutiers, on distinguera deux
cas, selon la qualité du terrain sous-jacent :
- 10 -

- S i l e terrain sous-jacent e s t bon, i l n'y a pas d'inconvé-


nient à construire en première phase u n seul ouvrage e t les remblais
d'accès de largeur correspondante ; l e type de pile-culée sera choisi
en conséquence e t dépendra notamnent de l a chronologie d'exécution des
terrassements.

En deuxième phase, on bourra ê t r e amené à prévoir une pile-


culée de type différent s i les conditions l'imposent : ce pourrait ê t r e
l e cas s , par exemple, l e remblai correspondant é t a i t exécuté a v a n t
constryc ion du deuxième ouvrage, alors que celui de première phase
avait é t exécuté après construction du t a b 1 i e r , donc des pi 1 es-culées.
- Si l e terrain sous-jacent e s t de qualité médiocre ou mauvaise
e t présente des risques sérieux de tassements, i l e s t bien préférable,
e t ce peut même ê t r e une nécessité s i 1 'on veut é v i t e r de graves désor-
dres ultérieurement, de construire à l'avance l a t o t a l i t é du remblai
d'accès ; on se prémunira ainsi contre les risques de tassements inégaux
entre deux remblais exécutés à des époques différentes.

plate-forme definitive en l*Je


phase
ablier enlhre@hasa

La pile-culée à construire en deuxième phase sera, s o i t fondée


sur pieux battus ou forés à travers l e remblai, soit,de préférence, fon-
dée sur semelle superficielle à un niveau intermediaire.

1.2.13. ............................
ANCRAGE D'UNE TRAVEE DE RIVE.

A l ' i n v e r s e des cas c i t é s précédemment, i l existe des ouvra-


ges dans lesquels les travées de rive, dont l a longueur théorique a é t é
déterminée en fonction de l a configuration générale, sont trop .courtes
pour Jouer correctement leur rôle mécanique (risques de soulèvements
aux extrémités); c ' e s t l e cas,par exemple,de certains ouvrages à 3 t r a - .
vées d o n t l a travee Crentrale assez longue exigerait,pour un bon fonc-
tionnement mécanique,des travees de rive de longueur supérieure à c e l l e
strictement nécessaire au franchissement.

La solution qui consisterait à allonger l e s travées de rive


en reculant les piles-culées dans l e remblai n ' e s t guère souhaitable ;
mieux vaut ancrer l e s eytrémftés du t a b l i e r dans les piles-culées, qui
devront donc ê t r e étudiées en conséquence. Un t e l dispositif d'ancrage
e s t décrit dans les dossiers-pilotes OM 66, pièce 3.2.4 e t PSI.DE, pièce
2.9.
- 11 -

~ . . .. . .

.........................
1.2.14. PRESENCE D I UN GARDE-GREVE.

La longueur dilatable du t a b l i e r e t l'importance du t r a f i c ap-


pelé à y circuler déterminent l e type de j o i n t de chaussée à u t i l i s e r ;
or certains types de j o i n t s nécessitent un assez grand "souffle", qui
rend inévitable l a présence d ' u n mur garde-grève à l a partie supé-
rieure des piles-culées. C'est donc l a morphologie de ces dernières qui
se trouve concernée e t une disposition adéquate de l a partte supérieure
e s t par suite à prévoir.

L ' empl oi de pl us en pl us général i se ,sur l e s ouvrages courants ,


d'appareils d'appui en élastomère f r e t t é , d o n t l a pose exige des conditions
de mise en place particulièrement soignées e t d o n t l e remplacement éven-
tuel e s t à envisager à plus ou moins long terme, d o i t s'accompa ner de dis-
positions adéquates à prévoir au niveau supérieur des piles-cu ées. Ces 9
dispositions doivent répondre à des c r i t è r e s géométriques e t mécaniques, R*
en vue d'en f a c i l i t e r l'accès e t l ' e n t r e t i e n . Elles sont détaillées duns
la pièce 1.4.1.

1.2.16. .......................................
PRESENCE EVENTUELLE DE JOINTS A POUSSEE.
Certains modèles de' j o i n t s de chaussée sont susceptibles d'en-
gendrer une certaine poussée sur 1e garde-grève 1orsqill' i 1s se ferment ; ce
dernier doit donc ê t r e dimensionné en conséquence, mais les efforts qui
en résultent ne sont en general pas dommageables pour la pile-culée prise
dans son ensemble. Parmi les j o i n t s en cause décrits au dossier-pilote
J.A.D.E. 68, on peut c i t e r : l e j o i n t lourd H 15 D (mise à jour n o 2),
les j o i n t s semi-lourds I I I e t IV, l e j o i n t léger type 3 .

1.2.17. DELAIS D'EXECUTION:


--------c---------

Selon les delais d'executfon fixés, certaines solutions pourront


- ou non - ê t r e envisagées ; c ' e s t ainsi que l'exécution des remblais
d'accès à l'avance ne sera possible que s i l e calendrier des travaux l e
permet ; certaines options sur les piles-culées en' dépendent.
- 12 -

2- CONCEPTIONS ET CHOIX

2.1. ELEMENTS CONSTITUTIFS.


On peut distinguer en principe,dans une pile-culée de type
courant , t r o i s éléments bien d i s t i n c t s :
- une fondation
- une partie intermédiaire ,constituée p a r des éléments verti-
caux.
- une partie supérieure, sur laquelle s'appuie l e t a b l i e r .
Dans certains cas, ces t r o i s éléments peuvent se réduire à
deux ou même à un seul. A la limite, l a pile-culée l a plus simple peut
ê t r e constituée par des pieux ou des puits forés dans les terres a d j a -
centes .(figure 1 ) , ou encore p a r une simple semelle fondée en t ê t e de
talus (figure 2 ) ; l a pile-culée classique sera constituée p a r une se-
melle supportant des colonnes ou des poteaux, eux-même surmontés d'un
chevêtre (figure 3 ) .
Fig. 1 Fig. 2 Fig. 3

7
Par a i l l e u r s , les dispositions des divers,éléments sont plus
ou moins l i é e s à l a structure du t a b l i e r , qui elle-même présente une
assez grande variété ; s i l'on ajoute les problèmes spécifiques de rac-
cordement avec les terres adjacentes, on s'aperçoit rapidement q u ' i l y
a un grand nombre de dispositions possibles, que l ' o n ne saurait d é t a i l -
l e r toutes.
Aussi l'étude commence-t-elle par une analyse de chacun des
éléments constitutifs définis ci-dessus, ce qui permettra par l a s u i t e
de constituer l a pile-culée à l a demande, en fonction du cas d'espèce,
par l e choix e t l'assemblage des éléments les mieux appropriés, ces élé-
ments ayant chacun en ce qui l e concerne des fonctions bien différentes.
I l y a lieu d'ajouter à ces t r o i s éléments, qui font partie
intégrante de l a structure, deux 6léments annexes q u i , bien qu'étant
extérieurs à c e t t e dernière, jouent néanmoins u n rôle non négligeable
m a i s chacun bien différent:
- 13 -

- une dalle de transition, éventuellenient, d o n t l e rôle vis-à-


vis de l a pile-culée e s t surtout mécanique ;
- u n perré, d o n t l e rôle e s t d'assurer l a bonne tenue des terres
sous l'ouvrage e t par l à même u n bon aspect d'ensemble ; ce
dernier a déjà f a i t l ' o b j e t d ' u n document type (pièce 5.2.
du dossier-pilote J.A.D.E. 68), mais on doit l e rattacher
à l a présente étude.

2 . 2 . FONDATION.

Comme pour les p i l e s , on peut f a i r e la distinction classique


entre fondations superficielles consti tuées p a r des semelles, e t fon-
dations profondes constituées par des pieux ou des puits r e l i é s ou non
en t ê t e par une semelle OU un chevêtre.

2.2.1. FONDATIONS SUPERFICIELLES.


.........................
Dans l e cas particulier des piles-culées, l e niveau de l a fon-
dation dépend de facteurs variés e t n ' e s t pas nécessairement l i é à ce-
lui de la voie inférieure, comme dans l e cas des appuis intermédiaires.
I1 e s t en e f f e t géométriquement possible de fonder l a pile-culée à u n
niveau quelconque au-dessus de la voie inférieure, puisque l a fondation
sera toujours enterrée ; du point de vue mécanique, e t dans l e cas où
l'ouvrage e s t encadré p a r des remblais d'accès, l e choix dépendra de la
nécessité de se fonder dans l e terrain naturel ou de la possibilité d ' u -
t i l i s e r l e remblai comme terrain de fondation, dans la mesure où ce der-
nier e s t exécuté à 1 'avance e t présente des caractéristiques suffisan-
tes vis-à-vis de l a portance e t des tassements ; lorsque la voie infé-
rieure e s t en déblai e t s i l e sol e s t de qualité convenable, l a fonda-
tion sera généralement à u n niveau intermédiaire.

L'étude qui s u i t analyse les différentes dispositions envisa-


geables en fonction des niveaux r e l a t i f s de la semelle p a r rapport au
terrain naturel.

2.2.1.1. Niveau de l a semelle.

a - sernelle_au_n~~eau-bu-~~~~~~~-~~~~~~~.
Comme r3n l ' a v u , l e niveau d u terrain naturel n ' e s t pas l i é
à celui des plates-formes ; une semelle fondGe dans l e terrain naturel
pourra donc se trouver à u n niveau quelconque au-dessous ou au-dessus
de l a plate-fornic clc l a v o i e inférieLw.
Si 1 'on se réfère aux schémas donnés précédemment (page 5 ) , i l
a p p a r a î t immédiatement que l e niveau d'une semelle fond6e dans l e terrain
naturel sera très différent selon q u ' i l s ' a g i r a du cas 1 , p a r exemple,ou
du cas 4.
Les schémas ci-après montrent des dispositions adaptées à cha-
cun des cas.
Cas 1
Remblai normal ( E 6 m )

Chevêtre

Colonnes ou poteaux

Semelle
Cas 2
Remblai moyen ( E 4 m )

Chevêtre

Coionnes ou poteaux

Semelle

Cas 3
Faible remblai (,<2,5m)

I I l
I I - voile
I I /A"

Cas 4
Deblai
I T.N.

Semelle
- 15 -

b - Semelle au-dessus du t e r r a i n n a t u r e l .
---------------------c-----------------

C e t t e d i s p o s i t i o n peut se p r é s e n t e r l o r s q u e l ' o u v r a g e e s t en-


cadré p a r des r e m b l a i s d'accès exécutés à 1 'avance ; on peut a l o r s e n v i -
sager, sous c e r t a i n e s c o n d i t i o n s , de f o n d e r l a semelle dans l e r e m b l a i .
C e t t e s o l u t i o n s e r a i t avantageuse dans l e cas 1 r e l a t i f au remblai normal,
où l a h a u t e u r t o t a l e e n t r e l e t e r r a i n n a t u r e l e t l e haut du t a l u s e s t
r e l a t i v e m e n t grande ; on cherchera a l o r s à se fonder l e p l u s haut p o s s i -
b l e , v o i r e en t ê t e de t a l u s .

On n o t e r a qu'une f o n d a t i o n de ce t y p e en t ê t e de t a l u s ne sau-
r a i t ê t r e normalement envisagée que pour des ouvrages d o n t l e s r é a c t i o n s
maximales s u r p i l e s - c u l é e s s o n t àssez f a i b l e s ( p o u r f i x e r l e s idées : de
E r d r e de l ü a ZU tonnes pcir~ r de t a b l i e r dans l e cas
t d'ouvrages ' c w p a v n s d u t y p e P m m e n t dans l e cas d ' u n remblai
b i e n c h o i s i ne p r é s e n t a n t pas de r i s q u e s de tassements e x c e s s i f s eu égard
au t y p e d'ouvr3ge ( l e s t a b l i e r s PS I.DP en p a r t i c u l i e r é t a n t assez accom-
modants à c e t é g a r d ) . En ce q u i concerne l a p o r t a n c e de l a f o n d a t i o n , on
assurera une d i s t a n c e au b o r d de t a l u s s u f f i s a n t e e t compatible avec une
longueur normale de t r a v é e ( v o i r c r o q u i s c i - d e s s o u s ) . Le r e s p e c t de ces
c o n d i t i o n s i m p l i q u e que l e r e m b l a i s o i t exécuté assez longtemps à l ' a v a n c e ,
pour é v i t e r t o u t tassement u l t é r i e u r a p p r é c j d b l e . Une f o n d a t i o n à un n i -
veau i n t e r m é d i a i r e s e r a p r é f é r é e s i l ' o n c r a i n t q u ' u n e semelle en t ê t e
de t a l u s n ' a i t pas une p o r t a n c e s u f f i s a n t e . Cependant, compte t e n u des
avantages d'une t e l l e d i s p o s i t i o n , q u i a donné l i e u d é j à à d'assez nom-
breuses r é a l i s a t i o n s , e l l e p e u t dès maintenant ê t r e envisagée comme pou-
v a n t d e v e n i r courante, du moins pour des ouvrages répondant aux c o n d i t i o n s
ciéfinies ci-dessus. Les c o n d i t i o n s auxquelles une t e l l e f o n d a t i o n e s t pos-
s i b l e s o n t e x p l i c i t é e s au d o s s i e r FOND 72, f a s c i c u l e 4, 5 4,22, pages 2 1
à 25.

Les schémas s u i v a n t s , q u i s ' a p p l i q u e n t à des coupes d r o i t e s , mon-


t r e n t t r o i s d i s p o s i t i o n s envisageables de serrielles fondées dans un r e m b l a i .
EN TÊTE DE TALUS

Remblai traité sur 1 m environ


' I (grave- laitier ou grave-ciment)
' I

l ;ai
itd z 3 m + ?h ,
TN L ,

2eme solution
I- -

---Remblai traité ou sélectionné


sur toute la hauteur.
- 16 -

À UN NIVEAU INTERMÉDIAIRE .

2.2.1.2. Disposition en p b .
Comme pour les piles (cf. pièce 1 . 1 . 2 . page 20), deux dispositions
sont envisageables :
- l a fondation comporte une semelle unique pour l'ensemble de
l a pile-culée, c ' e s t la solution courante ;
- 1 a fondation comporte des semel les isalées indépendantes ,
chacune au d r o i t d'une descente de charge. ,

2.2.1.3 Cas d'une semelle unique.


C ' e s t 1a sol uti on cl assique , préconisée 1 orsque 1 a hauteur t o -
t a l e de a pile-culée, fondée dans l e terrain naturel à un niveau voisin
de celui de l a plate-forme inférieure, e s t de l ' o r d r e de 6 m à 7 m, à
f o r t i o r i lorsque l a pile-culée e s t fond6e en t ê t e de talus.

La semelle sera toujours rectangulaire e t disposée de t e l l e


manière que son grand axe s o i t dans l e plan vertical des descentes de
charges, donc suivant l e biais. Ses dimensions seront fonction des char-
ges au niveau inférieur de l a semelle e t des caractéristiques du s o l ,
mais devront t p t e f o i s répondre aux conditions suivantes :
Lonqueur : déterminée en fonction du nombre e t de l'espacement

-fV
9 des descentes de chargês, matérialisées par les colonnes ou les poteaux.
La longueur t o t a l e sera donc fixée par l a distance entre colonnes ou po-
teaux extrêmes, augmentée d'une certaine quantité tenant compte du dé-
bord, d o n t l a valeur o ? t i l 1 ~ i ' a~ é t é définie lors de l'étude des piles ( c f .
pièce 1.1.2 paçe 2 1 ) . 11 s ' e n s u i i que c e t t e longueur, pour une largeur u t i l e
/' ?v biaise donnée, peut varier dans d'assez larges proportions selon que l e
t a b l i e r e s t une dalle simple rectangulaire ou comporte des encorbellements
importants ; en t o u t é t a t de cause, sa valeur maximale sera sensiblement
égale à l a largeur u t i l e biaise du t a b l i e r .
Larseur : lorsque l a longueur a é t é fixée, l a largeur s ' e n
déduit, compte tenu des charges appliquées (provenant du t a b l i e r e t du
poids des terres directement appliqué) e t des contraintes admissibles
sur l e sol.
--
Toutefois, pour des raisons de s t a b i l i t é , cette largeur aura
li une valeur minimale de 1,50 m dans l e cas de piles-culées comportant
des colonnes ou des poteaux ; c e t t e valeur de 1,50 m convient générale-
ment pour une hauteur t o t a l e de pile-culée atteignant 6 m à 7 m y fondée
un peu au-dessous d u niveau de l a plate-forme inférieure. Si la hauteur
t o t a l e dépasse cette valeur, l a largeur de l a semelle pourra ê t r e augmentée
proportionyiel - lement.
- 17 -

Nota - Dans le cas particulier d ' u n e seme'lle en t ê t e de t a l u s ,


cette largeur pourra ê t r e réduite s i les caractéristiques mécaniques du
remblai (ou d u terrain naturel en cas de d é b l a i ) l e permettent.

-
Implantation.
Elle e s t définie s o i t par rapport aux colonnes ou poteaux s i
l a pile-culée en comporte, s o i t par rapport à l a liqne d ' a p p u s i l a
pile-culée e s t réduite à une simple semelle.

a - l a pi~e-culee_comporte-~e~-
gjonggs-gy ppteaux : l e grand
F
Gié de Ta semeYYe Isens de a Tongueurj es€ gGZ2iIement danç
l e plan de symétrie vertical des colonnes ou des poteaux. Cette
diwosition e s t j u s t i f i é e lorsque l e s moments au niveau de
semelle sont faibles p a r rapport aux charges verticales, ce
qui e s t généralement l e cas des ouvrages courants e t lorsque
l a pile-culée e s t entièrement noyée dans les terres ; e l l e .e

l ' e s t moins s i l a pile-culée e s t halite ( e f f e t d ' u n e f f o r t ho-


rizontal en t ê t e ) ou s i s a partie supérieure érnerSe
du talus ; dans ce dernier cas, l ' e f f e t de l a poussée
des terres n ' e s t pas negligeable e t u n excentrement de l a se-
melle vers l ' avant s e r a i t souhaitable ; toutefois, i l y a lieu
de préciser à ce s u j e t que l e programme de calcul automatique
ne prend en compte que des semelles centrées sur les descentes
de charges représentées par les colonnes ou les poteaux.
.

I
- 18 -

b - ---f;
l a ile-culée e s t réduite à une simple ----------
semelle : s ' i l n'y a pas
de a7~ë-aë'iTanSi~ion;-Ia-SëmeTïë-.st centrée sur 1 a 1 i gne d'ap-
pui ; s ' i l y a une dalle de trari:ition appuyée sur l a semelle,
c e t t e dernière sera placée de t e l l e manière que l e moment dû aux
réactions maximale du t a b l i e r e t minimale de l a dalle de transition
s o i t égal en valeur absolue à celui dû aux réactions maximale de
l a dalle de transition e t minimale du t a b l i e r . Avec les notaticns du
schéma ci-contre, dans lequel DT e s t une donnée l i é e à l a longueur
d'about du t a b l i e r , on aura :

IDT, d'où ET Z
RTmox f R D max f RTmin 4- R D min

2.2.1.4. -
Cas de seiliel1 es
~
isolées.
--

Plcrsieurs avantages sont offerts p a r c e t t e disposition, qui


consiste en une semelle au d r o i t de chaque colonne ou poteau e t permet de
s'affranchir partiellement de l a charge du terrain sur l a semelle, qui
e s t souvent du même ordre de grandeur que les descentes de charges prove-
n a n t du t a b l i e r ; de plus, une confiquration judicieuse de l a semelle
consist;int à orienter son grand axe,non plus'parallèlement a l a ligne
d'appui mais perpendiculairement, l u i permet de reprendre facilement des
moments importants dûs aux e f f o r t s horizontaux ; une t e l l e disposition
doit donc convenir pour des piles-culées de hauteur importante ( 2 8 m )
ou soumise à une poussée des terres (piles-culées apparentes). En contre-
partie, el l e e s t sensible à d'éventuels tassements d i l f é r e n t i e l s entre
les semelles e t n'est donc envisageable que dans un sol ne présentant pas
de risques de tassements appréciables,ou s i l'ensemble e s t convenablement
raidi à la partie supérieure.
Les schémas ci-après en montrent une disposition applicable
au cas d'une pile-culée avec partie .supérieure apparente ; on notera qu'
i c i l a partie supérieure assure convenablement l e raidissement de l ' e n -
semble, a l ' a i d e du chevêtre e t du voile qui devront ê t r e armés en con-
séquence.
- 19 -

2.2.1. '1. -
Géométrie de l a semelle.-
. La semelle, de section rectangulaire, comportera l e plus sou-
vent une E r v u r e servant de raidisseur,dans laquelle sont encastrés les
colonnes ou les poteaux lorsque la pile-culée en comporte ; toutefois,
s i l a pile-culée e s t convenablement raidie à sa partie supérieure, la
nervure devient i n u t i l e en t a n t qu'élément raidisseur ( c ' e s t l e cas no-
tamment des piles-cul.ées apparentes, l e ferraillage de l a partie superieure
devant Ptre prévu en ionséquence).
S la fondation se réduit à une simple semelle en t ê t e de t a l u s ,
qui joue l e rôle de sommier pour 'le t a b l i e r , i l semble i n u t i l e de prévoir
une nervure qui t t e à dimensi onner argement 1 a semell e dans l e sens de
1 a hauteur.

La determination de l a hauteur de l a nervure résu t e de ce que


l'ensemble de l a semelle e t de l a nervure e s t assimilé à une poutre de hau-
teur h indéformable.
Cette poutre doit ê t r e r i g i d e , d'une p a r t sur l a ongueur e l
séparant deux poteaux ou colonnes, d'autre p a r t , sur toute sa ionguelrr v i s -
à-vis d'une irrégularité du sol de fondation.
I1 en résulte deux conditions de r i g i d i t é
qui s'expriment par des règles simples ( c f .

1
pour plus de détails les indications données
à l a pièce 1.1.1 5 2.2.4.3) :

a -
- h = h s t hn =0,3el
avec s i possible h s G h n s 2 hs

b - h
- = hs+hn ct Lo. Bo. Ht
-1O
où CIR désigne l e coefficient d ' i n é g a l i t é du sol de fondation (donnée du
programme PP)
L O e t Bo sont les dimensions en plan de l a semelle.
Ht hauteur de t e r r e sur l a semelle.

2.2.2. FONDAT
. . . . . . . I.O. N. .S. .PROFONDES.
.......
A l a différence des fondations superficielles, pour lesquel-
les seul l e niveau de l a semelle f a i t l ' o b j e t d'un choix en fonction
des données l i é e s au franchissement e t au s i t e , l e cas des fondations
profondes e s t plus complexe puisque les paramètres y sont plus nombreux;
les principaux sont les suivants :
- niveau de la base des pieux
- niveau d'arase des pieux
- 20 -

- type e t diamètre des pieux


- nombre de pieux e t nombre de f i l e s
- disposition des pieux
certains d'entre eux ne sont pas indépehdants les uns des autres, t e l s
l e diamètre e t l e nombre de pieux.
L ' analyse sommai re des principaux paramètres énumérés ci-dessus
ainsi que leur incidence sur l a conception des piles-culées e s t donnée
ci-après.

2.2.2.1. Niveau
--- de-___
l a base
__ des pieux.
-
I1 n'y a en principe aucune corrélation entre les niveaux des
plates-formes e t ce1ui.de la. base des pieux, car ce dernier résulte des
possibilités offertes par l e t e r r a i n , compte tenu du type e t d u diamètre
choisis pour les pieux : i l e s t donc alors à considérer comme une donnée.

2.2.2.2. - __
Niveau- - d'arase des
_- "
pieux.-
Ce niveau dépend de celui du terrain naturel, de l a configu-
ration g6nérale des terrassement e t peut ê t r e différent selon que l'ou-
vrage e s t encadré ou non par des remblais d'accès. Si l a voie franchie
e s t en déblai notable, les pieux battus ou forés à travers l e terrain
naturel seront arasés à un niveau voisin de celui des appareils d'appui;
cette solution reste valable s i 1 'ouvrage comporte des remblais d'accès
exécutés à l'avance. S i , par contre, les remblais sont exécutés après
construction de 1 ' ouvrage, deux sol utions sont envi sageables :
- On arase les pl'eux'au niveau du terrain naturel e t l ' o n cons-
t r u i t par dessus l a superstructure, constituée d'une semelle e t de co-
lonnes ou de poteaux jusqu'à un niveau voisin de celui des appareils
d'appui ; on se rapproche ainsi du cas des piles. Cette solution e s t
d i s c u t a b h : d'une p a r t parce q u ' e l l e aboutit à une structure d'ensemble
relativement compliquée, d'autre p a r t parce q u ' e l l e surcharge i n u t i l e -
ment l e système de pieux du paids de t e r r e directement appliqué à l a
semelle ( à t i t r e indicatif une pile-culée ainsi constituée, ayant une
semelle de 3 m de large r e l i a n t un ensemble de 2 f i l e s de pieux !ï~60 cm,
sous 5 m de remblai,aurait à porter, par mètre de longueur, un poids de
t e r r e d'environ 30 t , s o i t environ 2 f o i s l a valeur de l a réaction d ' a p - I

pui d ' u n t a b l i e r courant d u type PSI.DP).


- On prolonge les pieux jusqu'à u n niveau voisin de celui des
appareils d'appui ; lorsque l'ensemble se réduit à une seule f i l e v e r t i -
cale e t que l a partie supérieure e s t coulée en élévation (au-dessus du
terrain naturel e t du remblai éventuel) , i l constitue une "pile-colonne"
( c f . C.P.C. fascicule 68,art. 34 ) .

2.2.2.3. -Type
-
e t diamètre des pieux. -
Le choix du type e t du diamètre des pieux dépendra de l'impor-
tance de l'ouvrage, des charges à supporter, des caractéristiques du sol
sous-jacent, de l a configuration du t e r r a i n , de l a nature des terrasse-
ments , mai s aussi éventuel 1ement des moyens d o n t d i spose 1 ' entrepri se;
- 21 -

cette 6numération n' e s t ['cis limitative. Dans l e cas d'ouvrages courants du


type ponts-da1 les exerçant des réactions d ' a?piii e t des e f f o r t s h o r i z o n t a u x
modérés, i l n'y a pas I ~ C I Len I général de rechercher des pieux de
gros diamètre q u i , en raison même de leur force portante, conduiraient
à un système souvent surabondant e t ne permettant pas une bonne répar-
t i t i o n des pieux ; par a i l l e u r s , s i l e choix porte sur des pieux battus,
l e diamètre sera généralement limite. Cependant des pieux de gros d i a -
mètre, donc espacés e t peu nombreux, arasés au niveau des appareils d'ap-
p u i , constituent une solution intéressante dans l e cas' à'un remblaiement
ultérieur, c a r e l l é permet de limiter les frottements-négatifs s i l e rem-
b l a i vient à t a s s e r , e t procul-e une résistance à l a flexion.
Ces indications sont, bien entendu, sommaires e t , pour plus de
d é t a I s , on consultera l e Fascicule 4 d u dossier FOND 72. I c i , on appelle
surtout l ' a t t e n t i o n sur l a nécessité de considérer les incidences que l e
choix d u diamètre a u r a , non seulement sur l e nombre des pieux, mais aussi
sur les dimensions de l a semelle e t donc d u poids total à porter ( c f . pièce
1.1.2, pages 27 e t 3 3 ) .
2.2.2.4. Nombre de f i l e s e t nombre de Dieux.
Ces nombres sont évidemment l i é s e t sontégalement dépendants
d u type de pieu retenu ; toutefois, l e paramètre important e s t i c i l e

-
nombre de f i l e s q u i a une incidence non négligeable sur l a structure e t
même l a conception des piles-culées. Les piles-culées d'ouvrages courants
comportent l e plus souvent s o i t une, s o i t deux f i l e s de pieux, symétri-
quement ou non.

La disposition comportact une seule f i l e présente 1 'avantage


de l a simplicité : e l l e e s t intéressante lorsque l e franchissement e s t en
d é b l a i notable ou lorsqu'il comporte des remblais d'accès exécutés à l ' a -
vance ; toutefoi s les sol l i c i t a t i ons horizontal es doivent r e s t e r modérées.
Dans tous les cas, e l l e nécessite un diamètre d'au moins 0,60 m e t de pré-
férence 0,80 m pour des pieux en béton armé.
\r
La disposition comportant deux f i l e s peut s'accommoder de pieux
de section plus p e t i t e , e t une t e l l e section permet de donner à certain:
pieux une inclinaison susceptible de reprendre des e f f o r t s h o r i z o n t a u x
importants.

2.2.2.5. Disposition des pieux.


_-
..- I

Celle-ci e s t définie selon deux directions :


- perpendiculairement à l a ligne d ' a p p u i

- parallèlement à l a ligne d'appui.

Les schémas ci-après montrent quatre dispositions envisagea-


bles, conformes aux indications de FOND 72; parmi celles-ci, les t r o i s
premières sont bien adaptées au cas du déblai ou d'un remblai exécuté
à l'avance ; la quatrième e s t à réserver au cas o ù u n remblai d'accès
e s t exécuté après construction de l'ouvrage, mais ne constitue pas né-
cessairement l a seule, n i l a meilleure solution : en ce cas une solution
du type piles-colonnes peut ê t r e p l u s avaritajeiise ( c f . disposition 2 ) .
Dans ces schémas, l a dalle de transition éventuelle n ' e s t pas représentée
- 22 -

DISPOSITIONS ENVISAGEABLES LES PLUS COURANTES

Nervure ou murette
Semelle
Disposition 1

Pieux verticaux sur 2 files


4 5 0,ûûni

Semelle ou sommier
I I
I I

Disposition 2

Pieux verticaux sur 2 files


et inclinés sur 1 fite
. / / I l I I 4 ,< 0,80m

i+
Chevêtre

Disposition 3
Pieux verticaux sur 1 file
ou piles- colonnes
4 > 0,80111

*Le chevêtre a un double rôle :


- i l permet de rattraper un ecart d'implantation eventuel.
-il facilite l e s operations en cas de relevage du tablier a l'aide de v e r i r i s

1c _--
' r
1 I l

Disposition 4
oii le remblai est
(cas oti
exécuté uiterieurement
execute ultérieurement 1

Pieux verticaux sur 2 files


Pieux inclinés éventuellement
4 < 0,80m

NOTA - Les d i s p o s i t i o n s f i g u r é e s p e h e n t comporter une d a l l e de t r a n s i t i o n ,


ce q u i n é c e s s i t e en ce cas c e r t a i n e s a d a p t a t i o n s ( c f . pages 3 6 e t s u i -
vantes).
- Les systèmes de p i e u x r e p r é s e n t é s s o n t tous c a l c u l a b l e s p a r l e pro-
g r a m e PP 73 ( c f . mise à j o u r no 1 d ' 0 c t a b r e 7 5 ) .
- 23 -

- S i l a fondation comporte deux f i l e s de pieux r e l i é e s p a r une


semelle, l a position des pieux n ' e s t pas directement l i e e aux descentes
de charges en provenance du t a b l i e r . La disposition générale e s t analn-
Que à c e l l e qui a é t é définie p o u r les piles ( c f . pièce 1.1.2., page 30).
- Si l a fondation comporte une seule f i l e de pieux, du type
pile-colonnes par exemple les pieux sont généralement disposés en -%ce
des appareils d'apj2j. Cette solution apparaît comme particulièrement in-
téressante lorsque l e nombre d'appareils d'appui e s t de deux seulement :
l e diamètre minimal s o u h a i t a b l e e s t alors de 0,80 m pour des pieux en
béton armé, comme on l ' a vu precedemment ( c f . 2.2.2.4., page 2 1 ) e t l a
force portante d ' u n t e l pieu, en l'absence d ' e f f o r t s de flexion, e s t de
l ' o r d r e de 250 t ; c ' e s t une valeur supérieure à l a réaction d'appui
maximale t o t a l e d'un t a b l i e r courant d u type PSI.DP de largeur moyenne ;
s i l ' o n t i e n t compte des e f f o r t s de flexion éventuels, i l apparaît donc
que dans ce cas deux pieux seulement suffisent.
Néanmoins une t e l l e disposition ne comportant que deux pieux
e s t encore envisageable lorsque l e nombre d'appareils d ' a p p u i e s t supé-
r i e u r à deux, à l a condition de prévoir un chevêtre porteur dimensionné
en conséquence, e t dans l a mesure où l a largeur du t a b l i e r n ' e s t pas t r o p
importante. Dans c e t t e solution l e supplément de coût provenant du che-
vêtre sera largement compensg par l'économie réalisée sur l a fondation,
du moins s i les conditions générales de chantier ne conduisent pas à re-
j e t e r c e t t e solution au cas où l a réalisationd'un p e t i t nombre de pieux
de plus gros diamètre d e v r a i t e n t r a î n e r l a mise en oeuvre d ' u n matériel
disproportionné avec l e b u t poursuivi ; p a r a i l l e u r s , l a commodité qui
en résulte lors d'un remblaiement u l t e r i e u r , j o i n t e à une meilleure ré-
sistance des pieux vis-à-vis de chocs éventuels d'engins, constituent
u n élément d'appréciation non négligeable.
A l a limite, on peut même concevoir une pile-culée composée
d'un pieu unique de diamètre approprié surmonté d'un court chevêtre en
console, un peu analogue aux appuis-marteau classiques, c e t t e disposition
pourrait sans doute ê t r e appliquée à des ouvrages de largeur réduite, de
biais f a i b l e e t ne développant pas de réactions importantes, t a n t v e r t i -
cales qu'horizontales; une r e s t r i c t i o n e s t à f a i r e cependant concernant
les conditinn.; qénérales de chant;er, comme i l a é t é d i t plus haut. Les
schémas : i ~ - r définissent une t e l l e pile-culée,sur laquelle vient
t

s'appuyer u n t a o i i e r en dalle nervurée de 5 à 7 in ae largeur, exerçant


une réaction coiiiprise entre 150 e t 200 tonnes ( u n pieu de 1 IT de diamFtre,
''dl L =>, L C i l :LI tt: t til ; ( { < A L !L
r
"
,
L c: I ' , ~~ 2 c Lnt-v:r- ct L;IS,.
-
- 24 -

c - Tolérances d'implantation
--------------- des pieux.
---_-----_____ ____
Une bonne précision dans l'implantation des f i l e s de pieux e s t
nécessaire, car e l l e conditionne celle de la ligne d'appui ; toutefois,
en cas d ' é c a r t , une compensation e s t toujours possible p a r la semelle de
liaison lorsque l a fondation comporte deux f i l e s de pieux ; avec une f i l e
unique, e l l e ne sera aut. t.arlieilerent o ~ ~ t m up ea r l e chevêtre.
Les tolérances d'implantation seront définies au C.C.7.r-I. . '
peuvent ê t r e fixées comme s u i t dans l e cas d'une f i l e unique :
- 5 cm s ' i l s ' a g i t de piles-colonnes
- 5 à 10 cm s ' i l s ' a g i t de pieux forés sur toute leur longueur,
à travers l e remblai ou l e terrain naturel ; l a valeur de lOcm
doit ê t r e considérée comme une limite, e t seulement dans
l e cas de pieux de gros diamètre ( (f, > 8 0 cm).
L'implantation des pieux d o i t ê t r e c o n t r ô l é e a 1 ' e x é c u t i o n ( c f .
plus l o i n 5 3.1).
2.2.2.6. Semelle ou ____
chevêtre de liaison.
-

Quel que s o i t l e système de pieux choisi, ces derniers seront


toujours liaisonnés en t ê t e par une semelle ou u n chevêtre, d o n t l e rôle
e s t multiple, à l a f o i s riiécan:jE-et f o n c o n n e l .
Cette semelle (ou ce chevêtre) solidarise l'enseinble des pieux
e t permet de r é p a r t i r uniformément les e f f o r t s provenant du t a b l i e r ;
- lorsque les pieux sont arasés à u n niveau t r è s inférieur à
celui des appareils d'appui ( c f . disposition 4 , page 2 2 ) l a semelle joue
vis-à-vis de la partie supérieure de l a pile-culée l e même rôle qu'une
semelle de fondation superficielle ;
- lorsque les pieux sont arases à un niveau voisin de celui des
appareils d'appui e t s ' i l s se presentent sur 2 f i l e s ( c f . dispositions 1
ou 2 , page 22), l a semelle assure l e transfert de charge des appareils
d'appui sur les pieux. I1 en va de même du chevêtre de liaison d ' u n sys-
tème de pieux dispos& sur une f i l e unique,si l e nombre de pieux e s t i n -
férieur à celui des appareils d'atmui ; en outre, l e chevêtre Dermet de
compenser dans s w czrtèlSn9 Tesure de? +carts rventuels I ' i y t > l m t a é i c n des
PUY ( c ? . disposition 3 , page 2 2 ) ;
- l a semelle ou l e chevêtre9sur lesquels prend directement ap-
pui l e tablier,peut servir éventuellement pour placer des vérins en vue
de soulever l e t a b l i e r (remplacement des appareils d'appui); c e t t e même
configuration permet également de rF>hliser u n c a r d e - c r c e e t de r ,ccorcler
sans t r o p de prot.1 C ~ T S 1 ' ouvrage aux terres environnantes.

Le dimensionnement de l a semelle se fera comiiie pour les p i l e s ,


selon l e s indications données à l a p i e c e 1.1.2. (page 3 u ) .
2.2.2.7. _I- -
Choix d'une solukion.
La question se pose plus particulièrement dans l e cas où des
remblais sont exécutés après construction de l'ouvrage, qui e s t en f a i t
l e plus courant, sans toujours ê t r e pour a u t a n t l e plus favorable. Le
cas du déblai ou d'un remblai d'accès exécuté à l'avance sera en e f f e t
l e plus souvent résolu au mieux par une solution du genre "piles-colonnes"
comportant des pieux d'assez gros diamètre ; s i l e t a b l i e r n ' e s t pas t r è s
large (jusqu'à 8 - 10 m. p a r exemple) , on pourra réduire à deux l e nombre
de pieux, q u i t t e à les réunir p a r u n chevêtre assurant l e t r a n s f e r t de
charge d'un point d ' a p p u i éventuel . t l c e * <:;:lire.
- 25 -

.
* D'une façon plus générale, c ' e s t l e diamètre e t l e type de
pieu qui décideront de l a solution à r e t e n i r , en p a r t a n t du principe
de base que chaque pieu isolé d o i t ê t r e a u t a n t que possible à sa charge
intrinsèque. Pour l e choix du diamètre e t du type de pieu, on se référera
-I_-

à FOND 7 2 , aux rubriques qui t r a i t e n t de ces questions ( c f . Fascicule 4 ,


4.2.3, l d l , l d 2 , Zay Zb, 2c). Bien entendu ,une comparaison économique
?'e:kciiible rit 2 fnibc ctiafluF ( 2 s e t c ' p c , t fir?,?le,,cn?ce c r i t c r e
J c j , l ,

q u i d é c i dera.

Si 1 'ouvrage coiiiporte des remblais d'accès exécutés après sa


constructioq, OQ peut hésiter entre les quatre d i s p o s i t i o n s Y C ' :Ir€
' - y r :

précédemment ( c f . page 7 2 ) . Toutefois, s i les e f f o r t s horizontac;. { e b -


tent modérés, l a solution piles-colonnes e s t encore intéressante dans
l a mesure où e l l e permet un rernblaiernent.facile, surtout lorsqu'un che-
vêtre n ' e s t pas nécessaire ou peut n ' ê t r e exécuté qu'après remblaiement;
l'avantage sera encore plus marque s i l a pile-culée se réduit à 2 pieux
de gros diamètre, donc assez espacGs e t présentant une bonne résistance
à d'éventuels mauvais traitements infligés lors du passage d'engins.

Si des e f f o r t s horizontaux importants sont à reprendre, i l


peut 6tre souhaitable, p a r contre, de f a i r e appel à une solution inspi-
rée des dispositions 2 ou 4 , comportant quelques pieux inclinés; mais
alors des difficultés risquent de surgir lors d'un remblaiement ultérieur ;
c ' e s t une question d o n t on d o i t se préoccuper dès l e stade de l a concep-
tion. Toutefois , l e cas d ' e f f o r t s horizontaux importants se rencontrera
assez peu souvent dans les ouvrages courants on pourrait l e trouver
dans certaines piles-culées apparentes de t a b i e r s à 2 travées e t 5 %r l o > -
quelles l a liaison au t a b l i e r se f a i t par une articulation en section
rétrécie de béton(afin de supprimer l e j o i n t e chaussée)et qui sont sou-
mises, par conséquent, à une fraction importante de l ' e f f o r t de freinage
e t à la poussée des terres sur la hauteur vue. Or! c r p a r e r a
l ' e f f o r t horizontal t o t a l à l a réaction d ' a p p u i d u t a b l i e r , e t ce n ' e s t
que si l e dépasse 0,15 à 0,20 (dans l e cas d'un
effort
charge verticale
remblai de qualité moyenne) que l ' o n aura recours à des pieux inclinés,
sinon l ' e f f e t d û aux e f f o r t s horizontaux peut ê t r e facilement repris p a r
les pieux verticaux t r a v a i l l a n t en flexion, pourvu que leur diamètre s o i t
suffisant (0,60 m au minimum).

-
2.3. PARTIE INTERMEDIAIRE.
-I

Celle-ci, l e p l u s souvent constjtuée p a r des colonnes ou des


poteaux,a pour rôle de transmettre à l a fondation les descentes de char-
ge provenant du t a b l i e r . Come on l ' a vu précédemment ( c f . 2 . 2 . FONDATIm),
e l l e se rencontre en association avec une f o n d a t i o n comportarit une semelle e t ,
en principe,lorsaue l e remblai d'accès e s t executé après construction de ï a
pile-culée o u - d u ' t a b l i e r . Son importance e t sa configuration sont fonction
de sa hauteur, q u i peut ê t r e variable d'une pi'le-culée à l ' a u t r e d ' u n même
ouvrage (incidence du profil en lonq de l a voie portée e t du niveau des
semelles) e t à 1 ' i n t é r i e u r d'une même pile-culée' (incidehce du profil en
travers de l a voie portée e t du niveau des semelles s i l a pile-culée se
compose de deux demi piles-culées indépendantes), les effets de ces diffé-
rents paramètres étant susceptibles de se cumuler.
Les schémas ci -après i 11 ustrent ces deux i nci dences.
- 26 -

AH =p l: de la fondation
si l’épaisseur (semelle + nervure)
est la même pour les deux piles- culées .

-Exemple
----
(cas de la figure) on trouve AH = 3,90 m
dF= 1,251~1

--c

---

d = 4%

p..! ple b = 33m


-on trouve AH = 2,32m
(cas de la figure) a = 5m
8F = 1,20ni

Ces deux exemples bien que représentant des cas extrêiiies


y y

montrent que la variation de hauteur peut ê t r e importante e t que l e d i -


mensionnement de l a section des colonnes ou des poteaux devra se f a i r e
en considérant leur hauteur maximale.

2.3.1. MORPHOLOGIE.
-----------
Mis à p a r t l e cas de certaines piles-culées de grande hauteur
( ) 8 m), les sectionscsont constantes sur toute l a hauteur e t peuvent ê t r e
c i rcul ai res (colonnes) ou rectangulaires (poteaux) ; dans l e cas des poteaux,
ceux-ci sont l e plus souvent de section carrée e t disposés de manière que
leurs côtés soient parallèles aux bords de l a semelle.
Le choix entre une section circulaire e t une section rectangu-
l a i r e peut ê t r e f a i t au début de l’étude e t reconsidérii au stade de l a
réalisation; de toute façon i l s ’ a g i t l e plus souvent d ’ u n problsme mi-
neur.
- 27 -

S ' i l e s t f a i t au d é b u t de l'étude, ce peut ê t r e pour des r a i -


sons mécaniques; c ' e s t , par exemple, l e cas d ' u n biais important, vis-
à-vis duquel une section circulaire e s t mieux apte à r é s i s t e r à des ef-
f o r t s de flexion déviée provenant du f a i t que les forces agissant dans
u n plan horizontal ( t a b l i e r e t poussee des t e r r e s ) o n t des lignes d'ac-
tion différentes; ce peut ê t r e aussi pour des raisons économiques, ba-
sees sur les coûts respectifs de coffrages pour sections circulaires
e t pour sections rectangul aires.
S ' i l e s t f a i t au stade de l a réalisation,ce peut ê t r e pour
des raisons d'opportunité : i l peut en e f f e t f a c i l i t e r l'emploi du maté-
r i e l de cof-frage dont dispose 1 'entreprise adjudicataire des travaux :
c ' e s t ainsi que s i l ' o n u t i l i s e des coffrages classiques en bois récupé-
rables , 1 'entreprise préférera une section rectangulaire, plus f a c i l e à
coffrer ; s i , par contre, e l l e dispose à bon compte de coffrages perdus
sous forme , par exemple, de gaines mijtall iques cy1 indriques constituées
d'un feuillard enroulé en hélice, e l l e pourra donner la préfé-
rence à une section circulaire, en signalant toutefois au passif de ce
procédé q u ' i l ne permet pas u n contrôle f a c i l e de l a bonne exécution du
béton, d'après l'aspect.
Si l e choix du type de coffrage n ' e s t pas déterminant e t s i
des e f f e t s de flexion déviés ne sont pas à craindre,on optera pour une
section rectangulaire, qui peut ê t r e avantageuse s i l a hauteur e s t im-
portante ou dans l e cas de piles-culées apparentes. En raison du carac-
t è r e même du choix, i l e s t conseillé aux maîtres d'oeuvre d ' ê t r e compre-
hensifs vis-à-vis des demandes de modifications des entreprises, sous .
réserve des resultats du calcul e t de l a correspondance des sections.
Quelle que s o i t l a section choisie, l'ensemble e s t l e plus sou-
vent surmonté d ' u n chevêtre qui solidarise &n t ê t e les colonnes ou les
poteaux, leur permettant ainsi de subir sans dommage l'épreuve du rem-

-
blaiement ; les différents rôles du chevêtre sont analysés plus loin ( c f .
page 36 ) .

DIMENSIONS - FERRAILLAGE.
2.3.2. ........................
Les dimensions des colonnes ou des poteaux doivent t e n i r compte
des aléas susceptibles de se produire lors du remblaiement ; aussi e s t -
i l sage de ne pas se limiter à l a section q u i s e r a i t strictement néces-
saire pour r é s i s t e r aux e f f o r t s calculés en flexion composée (réactions
verticales + s o l l i c i t a t i o n s horizontales). Dans l e cas d'une pile-culée
de hauteur courante, de 5 m de hauteur environ, l e s dimensions minimales
conseillées sont données ci-dessous (en cm). h

O
Wtle>i
colonne poteaux

En prenant l e carré comme section de base, les différentes


sections sont liées par les relations suivantes :
2
2
a
= 1,2 e t b . c !X a
- 28 -

I1 e s t bien entendu que ces dimensions sont données à t i t r e


indicatif e t qu'elles doivent ê t r e majorées s ' i l y a l i e u , notamment
lorsque l a hauteur H augmente : on tiendra compte de ce paramètre en
hauteur . Compte tenu des
1 imitant inférieurement 1 a valeur du r a p p o r t diamètre
conditions à respecter pour é v i t e r t o u t rl'sque de flambement, c e t t e va-
leur peut ê t r e fixee à -
l e t l ' on a donc l a condition :
10

'z
Quant au ferrai1 lage, on seprÏ36nira contre t o u t a l é a résul-
t a n t s o i t d u remblayage, s o i t d u compactage d u remblai, s o i t de mouve-
ments éventuels du remblai, en l e prévoyant largement : on armera donc
les colonnes ou les poteaux à un t a u x voisin de 2 % sur l a t o t a l i t é de
leur hauteur, même s i c e t t e valeur correspond à un surferraillage d u
seul p o i n t de vue mécanique résultant d u calcul. Ce t a u x de f e r r a i l l a g e
correspond en flexion simple de direction quelconque à 1 'obtention simul-
tanée des contraintes admissibles de traction des armatures e t de compres-
sion d u b é t o n , p o u r les classes de résistance les plus courantes.
2.3.3. DISPOSITIONS.
------------
La disposition des colonnes ou des poteaux e s t l i é e à diffé-
rents paramètres, d'ordre géométrique e t mécanique, q u i sont les sui-
vants :
- Implantation
- Espacement
- Nombre e t répartit.ion
- Adaptation à l a structure portée e t au profil transversal.
Parmi ces différents paramètres, certains ne sont pas indépen-
dants, t e l s l'espacement e t l'adaptation à l a structure portée.
I1 y a lieu de distinguer l a d i s p o s i t i o n dans les deux d i r e c -
t i o n s suivantes :
- perpendiculairement à l a ligne d'appui
- parallèlement à l a ligne d'appui.

2.3.3.1. Perpendiculairement à l a ligne d ' a p p u i .


Les colonnes ou poteaux ne doivent pas ê t r e nécessairement cen-
. ou non d'une d a l l e
t r é s sur l a ligne d ' a p p u i : cela dépend de l a présence
de transition appuyée directement sur l e chevêtre.
Deux dispositions sont envisageables :

?
.- En l'absence de dalle de transition,
...................................
les colonnes ou poteaux seront centrés sur
l a ligne d'appui (disposition 1 ci-contre).
Nota - La disposition r e s t e r a i t valable
----
dans l e cas d'une dalle de transition re-
posant sur l e t a b l i e r (en t i r e t é s ) .
- 29 -

En
qpwyée
----
--- présence d'une dalle de transition
1---------------------------
..............................
directement sur l e chevêtre, i l
e s t conseillé d'excentrer les colonnes
ou poteaux de façon à réduire les e f f o r t s
de flexion dans ces derniers en équilibrant
les effets provenant du t a b l i e r e t de l a
dalle de transition (disposition 2 c i -
contre).
L'excentrement sera déterminé par
1 ' une des condi tions sui vantes :
1. - Le moment en t ê t e de la pile-culée, d û
aux réactions maximale du t a b l i e r e t minima-
l e- de - dalle de transition. d o i t ê t r e éaal
- - la .

en valeur absolue à celui d û - a u x réaction:


maximale de l a dalle de transition e t mini-
male du t a b l i e r . La valeur de l'excentrement
e s t alors -~

ET =
RTmax t
( RDmax t RDmi n ) DT .
RD max t RTmin + R D m i n
Un exemple i l l u s t r e r a ceci, dans l e cas d'un t a b l i e r de type
PSI.DP de 10 m de largeur u t i l e e t d'une dalle de transition de 6 m de
1ongueur. ===?

Les données sont : DT= 0,75 m e t , pour toute l a largeur de 1 'ouvrage ;

f
RTmin = 87,5 t RDmin = 38,O t
Tab1 i e r Dalle de transition
RTmax = 190,5 t PDmax = 92,l t

l a valeur de ET e s t : ET =
( 9 2 , l + 38,0)0,75 = 0,239 m
9 0 3 + 9 2 J t 8 L 5 + 38,d - 4

e t l e moment en t ê t e e s t alors : El
t = 92,l x(O,75-0,239)-87,5 x 0,239 = 26,l t m
Remarque - S i l a longueur de l a dalle de transition é t a i t réduite
à 3 m y p u i F 5 7 - K on aurait respectivement :
- avec dalle de transition de 3 m RDmin
L .-
{ = 43,0t
16;Ot ET = 0,13 m e t M t 15 t m

- RDmax = 24,0t
avec dalle de transition d e 2 (RDmin ET = 0,09 m e t M
t = 8 tm
I1 apparaît que l a valeur de ET diminue rapidement lorsque l a
longueur de l a dalle de transition elle-même diminue,et i l e s t donc envi-
. sageable de négliger ce paramètre pour des faibles longueurs de l a d a l l e ,
au-dessous de 2 m par exemple. En reprenant l'exemple ci-dessus, e t pour
la dalle de 2 m y l e moment maximal en t ê t e de l a pile-culée a u r a i t alors
pour valeur : Vt = RDmax x 0,75, s o i t 18 t m , à comparer à l a valeur de
8 t m obtenue ci-dessus en excentrant l a ligne d ' a p p u i du t a b l i e r , s o i t u n
supplément de 10 t m aisément repris par les colonne< ou les .Poteaux-
- 30 -

2. - Seulement en cas de circiilation d'engins lourds de t e r r a s -


sement a v a n t exécution de l a d a l l e de transition : l e moment en t ê t e de
l a pile-culée d û à l a réaction maximale du t a b l i e r d o i t ê t r e égal, en
valeur absolue, à celui dû aux réactions ciaximale - de l a d a l l e de t r a n s i -
~~~
._
~

t i o n e t -minimale du t a b l i e r , e t l ' o n aura :

RDmax x E D - RTmin x ET = RTmax x ET


d ' o ù ET = RDinax x DT
RDmax t RTrnax t RTmin

2.3.3.2. Darallblepert à l a ligne d ' a p p- u i-.


I

_
Dans_ - toute la mesure d u possible, on s ' e f f o r c e r a de placer l e s
colonnes
- ou lesqoteaux au d r o i t des appareils d'appuj ; leur nombre,
leur espacement e t leur répartition sont donc en principe l i é s directe-
ment à cwx des appareils d'appui. I1 s ' e n s u i t que,pour une largeur , i t i l e
donnée, les dispositions peuvent ê t r e assez diverses :selon l a s t r u c t u r e ,
qui commande l e nombre (une d a l l e nervurée avec larges encorbellements
reposera sur moins de points d'appui qu'une d a l l e simple de section rec-
tangulaire) e t aussi selon l e b i a i s , q u i commande l'espacement.
. ~ * '~f ' ~ ~ ~ ad 'r >ep ~i ~? . +~1 ser:. ;jnifcrr,ip ddns 12 cr?s d 1!nc
7 %
I ' c $ t~ ~ < i ~ ~ ' * ~.let ~

da1 i p et -n c . e rpp?r+gy;i 5 c. : s 4 iridiqué dans l a pièce 1.1.1, parie 1 6 .

La longueur d u chevêtre ?eut aussi influencer leur nombre e t


leur espacement ; c e t t e longueur peut en e f f e t varier, pour *,ne largeur
u t i l e donnée, comme on l e verra plus loin.
'On peut distinguer deux cas, selon l a largeur du t a b l i e r :

- t a b l i e r de f a i b l e largeur
- t a b l i e r de moyenne ou grande largeur.
(jusqu'à 8 m )
/
Le nombre de colonnes ou de
poteaux peut presque toujours &re
réduit à 2 , quelle que s o i t l a <truc-
ture ( c f . schéma ci-contre) , sauf en
cas de biais important. Une t e l l e dis-
position présente 1 'avant?!;e de per-
ijiettre u n remblayage relativement
f a c i l e autoi,r de l a pile-culée.

Le nombre de colonnes ou de poteaux sera l e plus souvent supé-


r i e u r à 2 , mais on l e limitera à ce qui e s t strictement nécessaire, q u i t t e
à revoir l'espacement des appareils d'appui ; le remblayage autour de l a
pile-culée sera en e f f e t d'autant plus f a c i l e à exécuter e t mieux f a i t
que ce nombre sera p l u s réduit e t 1 'espacement plus g r a n d . /-- 5
- 31 -

L'espacement des colonnes ou des poteaux sera l e plus souvent


compris en-re.3 m e t 4 m. Toutefois,un espacement plus grand Gut ê t r e
envisagé s i l a structure portée s ' y prête ou lorsqu'un chevêtre permet
u n t r a n s f e r t des charges apportées par l e t a b l i e r : dans ce cas, l'espa-
cerient peut atteindre 5 n e t même davantage.

Dans l e cas de t a b l i e r s t r è s b i a i s , l e nombre t o t a l de colonnes


dér>endra de l a r é p a r t i t i o r des poi tits d ' a p p u i correspondant a u r7iodele de
c a l w l . ?n se référera 2 ce qui e s t d i t ce s u j e t dans l a pitce 1.1.1.
(page 20).
Pour montrer 1 'incidence de l a structure e t '{E' l a configuration
d u t a b l i e r sur c e l l e s de l a pile-culée, on a représenté aux schémas des deux
pages ,~i:c,Iifl.-;différentesdispositions relatives à u n t a b 1 i e r de 1 4 171
de largeur, avec indication des descentes de charge, pour deux configu'
rations différentes de l a pile-culée, selon que l e chevêtre en t ê t e règne
ou non sur toute l a largeur du t a b l i e r , e t selon l e nombre de colonnes
(ou de poteaux).
On remarquera que l e nombre de colonnes ou de poteaux peut ê t r e
inférieur à celui des points d'appui, l e chevêtre assurant alors l e trans-
f e r t des charges ( c f . disposition 2.8 E p . 3 2 ) . Dans ce cas les colonnes
ou les poteaux seront disposés de manière à l i m i t e r l e s e f f o r t
dans l e chevêtre e t dans les colonnes ; on trouvera à l a pièc y4--?3ySion
indications à ce s u j e t dans l e cas de 2 colonnes. \=3-
Dans l e cas d ' u n chevêtre régnant sur toute l a largeur u t a -
b l i e r , e t l o r s q u ' i l s ' a g i t d'une structure à larges encorbellements ( d i s -
positions 1.3 e t 1.4), l a présence d'éléments supplementaires (figurés
en p o i n t i l l é s ) pour supporter l e chevêtre e s t peu souhaitable,dans l a
mesure où l a longueur nécessaire pour l a semelle, q u i e s t fonction des
caractéristiques d u sol de fondation, s e r a i t nettement inférieure à l a
largeur biaise du t a b l i e r . On préférera alors a u g e n t e r l'espacement des
éléments verticaux, q u i t t e à prévoir une entretoise d'about dimensionnée
en conséquence.
\

- 32 -
LCAS D’ IN CHEVÊTRE RÉGNANT SUR TOUTE LA LARGEUR DU TABLIER
(présence d’un mur garde-grève)
l

n
I
1- G

1.1 1.6

r
I
r
I / J
Lentretoise

1.2 1.7

r 1.8
L

1
E’ :: :f
:;
:: i) rI
::
1.4 1.9
:5 :I ii
::
I S
: I
I I
:: I I
I I

r
NOTA . Certaines dispositions ( c a s de la dalle à larges
encorbellements , par exemple ) présentent un
nombre de colonnes ou de poteaux supérieur à
celui des appareils d’ appui : les éléments extrêmes
servent alors uniquement à supporter le chevêtre
qui, sans eux, presenterait des longueurs
d’encor bellement exagerees .
Les dispositions figurées comportent toutes une
colonne (ou un poteau) au droit de chaque point
d’appui.
Les schémas 1.2 à 1.7, r e l a t i k à des tabliers avec
encorbellements latéraux, montrent deux dispositions
possibles pour les parties latérales ( cf. p.37)
- -. - - - .
- 33 -

2- CAS D'UN CHEVÊTRE DE LONGUEUR RÉDUITE

1
- - - 1-1
t /
/. 1.- r 7 1

/entretoise

2.1 2.6

2.2 2.7

:eur
.
l-..~

\ -

entretoise

2.3 2.8

2.4

NOTA. Dans les dispositions figurées, le nombre


des colonnes ( ou des poteaux) a été
réduit au minimum.

II entretoise
Le voile ou l'entretoise d'about permet
d'assurer la tenue des terres à l'arrière
2.5
Il I I du' tablier.
- 34 -

L'examen de ces schémas appelle 'les observations suivantes :


- L'adoption d'un chevêtre de longueur réduite, lorsque cela
e s t possible ( o n verra plus loin à quelles conditions on peut
réduire cette longueur, cf. page 44) , permet souvent de ré-
duire l e nombre de colonnes : t e l serait. l e cas d'une dalle
avec encorbellements ( f i g . 1.3 e t 2 . 3 ) 013 ce nombre peut ê t r e
réduit de 5 à 3, ce qui ne nuit pas à l a s t a b i l i t é de l a
pile-culge, puisque les 2 colonnes extrêmes ne servent qu'à
porter l e chevêtre.
- Le cas d'une dalle à double nervure ( f i g . 1 . 6 e t 2.6) e s t
particulièrement s i g n i f i c a t i f : s i l ' o n admet de réduire à
2 l e nombre de points d'appui (centrés sur chaque nervure) ,
l a pile-culée ne comportera que 2 colonnes, disposées au
d r o i t de ces derniers, ce qui implique l a présence d'une
entretoise d'about dans laquelle sont encastrées les nervures,
afin de reprendre les e f f o r t s de torsion dans c e l l e s - c i , q u i t t e
à prolonger l e chevêtre p a r des encorbellements s i cela s'avère
nécessaire pour l'aménagement de l a partie supérieure. Ici donc,
1 'espacement des colonnes sera fonction de celui des n?rvures
e t sera souvent supérieur aux valeurs indiquées précédemment.
- Une disposition analogue pourrait ê t r e 6nvisagée pour une
structure en double caisson : une disposition normale com-
porterait 4 colonnes, s o i t 2 par caisson ( f i g . 1 . 7 ) ; i l e s t
possible de les remplacer par 2 colonnes, s o i t une au d r o i t
de chaque caisson ( f i g . 2 . 7 ) , à condition de prévoir il:' d r o i t
de l a 1;yrie d'ap-yui urie ertretoist. d û n i I C r ô l e e s t ana-
!;ciut. a celui a b f i n i ci-ot!sbctr poC:i-une dalle à double nervure.
Dans l e cas d'un p o n t à poutres,les points d'appui théoriques
disposés normalement au d r o i t de celles-ci peuvent ê t r e re-
lativement rapprochés (souvent moins de 3 m , cf. f i g . 1.8);
pour peu que l e nombre de poutres s o i t important, la pile-
culée s e r a i t alors constituée d'un grand nombre de colonnes
rapprochées .On peux a l ors s o i t espacer davantage ces dernières
e t disposer les points d'appui au droit de chaque colonne
(fig. 2.C A) en u t i l i s a n t l ' e n t r e t o i s e d ' a b o u t qui assurera
les transferts de charge correspondants, s o i t conserver les
p o i n t s d ' a p p u i au droit des poutres e t renforcer l e chevêtre
( f i g . 2.8 B ) . La r é n a r t i t i o n d o i t ê t r e f a i t e Dar l a Diece l a
p l us haute.

2.3.3 3. -.Cas d'ùne pile-culée _..- -


de grande hauteur.
- -

La hauteur t o t a l e d'une pile-culée


classique fondée superficiellement, com-
portant une semelle, une partie inter-
médiaire e t un chevêtre.est d ' e n v i r o n
1 m y dont 5 m pour les colonnes ou po-
teaux, lorsqu'elle e s t fondée dans l e
terrain naturel un peu en-dessous du ni-
veau de l a plate-forme inférieure e t lors-
que l e t a b l i e r dégage l e gabarit normal.
- 35 -

Lorsque l a hauteur devient importante - 9 à 10 m p a r exemple -


l a section des colonnes ou des poteaux devient elle-même importante s i
l'on s ' e n t i e n t à l a règle donnée précédemment ( + aH m) ; l a litrgeur de
l a semelle elle-même risque aussi d'augmenter. I1 semble plus ratimnel
en ce cas de remplacer les colonnes ou les poteaux carrés p a r des poteaux
ou voi les de section rectangul a i re , al 1 on@% sel on une direction perpen-
diculaire à l a ligne d'appui ; éventuellement, l a semelle unique pourra
ê t r e remplacée p a r a u t a n t de semelles isolées également allongées selon
l a même direction que les poteaux, cette disposition étant, en principe,
plus favorable vis-à-vis des e f f e t s dus aux e f f o r t s horizontaux e t per-
mettant d ' é v i t e r le report sur l a semelle de t o u t l e poids des terres ;
e l l e n ' e s t toutefois à envisager que s i l e sol e s t bon e t l'ensemble
convenablement rai di ( cf . pièce 1.1.1 , page 2 3 ) . Une di sposi t i on compor-
t a n t 2 poteaux seulement e s t conseillée lorsque le nombre d'appareils
d'appui e s t limité à 3 ou 4.

1 'i.L 1
Les schémas ci-au.,ès montrent le principe de ces dispositions.

1 3 4

.4. Poteaux a r t i cul és.


\
Dans quelques réalisations, on a é t é alnené à prévoir des piles-
culé6.s d'un type particulier, comportant des poteaux de section carrée
a r t i c u J é s à leurs extrémités, en bas sur la semelle e t en haut sur l e
t a b l i e r ou l e chevêtre ; les articulations sont constituées par une ga-
l e t t e de b&eoton de quelques centimètres d'épa'isseur e t d'environ 20 cm
de diamètre.
Un avantitage d'une t e l l e disposition réside dans l e f a i t q u ' i l n'y
a pas de flexion délns les poteaux e t que l a résultante des actions en pro-
venance du t a b l i e r e s t pratiquement toujours centrée sur l a semelle ; en
contre-partie, des problèmes d'gtaiement se posent lors de 1 'exécution e t
toute solution de remblaiement a v a n t construction du t a b l i e r se trouve
exclue a priori. 11 f a u t auSsi.une disposition spéciale pour l'appui d'une
éventuelle dalle de tpansition.
Les schémas ci-dessous montrent une t e l l e disposition dans l e
cas de semelles isolées.
- 36 -

2.4. FC2,TIE SUF'ERIEURE.

Elle e s t constituée pour l ' e s s e n t i e l par un chevêtre, compor-


t a n t ou non un garde-grève des murettes latérales ou de p e t i t s T$,urs
en retour.

- e l l e reçoit les appareils d'appui sur lesquels repose l e ta-


blier ;
- e l l e assure l e transfert des charges verticales e t éventuel-
lement horizontales (freinage e t , exceptionnel lement, forces centrifuges
e t vent) apportées par l e t a b l i e r dans l e cas o ù les colonnes, poteaux
ou pieux ne sont pas situés au d r o i t des appareils d ' a p p u i , e t généralement
E n cas de chzngerent 8 ' apparei 1 s d ' appui ;

- e l l e assure l a solidarisation horizontale de ces mêmes é l é -


ments lors des operations de remblaiement quand l a pile-culée e s t cons-
t r u i t e a v a n t exécution des terrassements ;
- e l l e peut contribuer à l a résistance de l a pile-culée yis-à-
vis des tassements d i f f é r e n t i e l s . notamment dans l e cas de semelles i s o -
lées ; c ' e s t un choix à f a ï r e au stade de l a conception.
- e l l e peut assurer l'appui du cintre nécessaire à l a construc-
tion du t a b l i e r lorsque l a présence d ' u n talus rend d i f f i c i l e l ' é t a b l i s -
sement d'un échafaudage sous une travée de rive, dans les cas suivants : /

. l a plate-forme inférieure e s t en déblai,


/
. les remblais d'accès sont exécutés à l'avance,
. l e remblaiement autour des piles-culées e s t effectué i"
a v a n t construction du t a b l i e r ;
- e l l e pepmet un rattrapage p a r rapport
$,
à d'éventuels écarts T r

d'implantation,lorsque l a pile-culée e s t constituée d'une f i l e unique[


de pieux montés j usqu ' au n i veau des apparei 1 s d ' appui ( 1 es t o 1 éranced
d'implantation o n t été définies précédemment, cf. page 24).
- dans l a majorité des cas, e l l e assure l e raccordement de
1 ' ouvrage avec 1es terres environnantes .

Dans certains cas, c e t t e partie supérieure sera confondue avec


l a fondation, par exemple lorsque cette dernière e s t constituée par une
simple semelle en t ê t e de t a l u s , ou comporte une semelle de liaison sur-
montant un système de pieux (cf. schémas f+.p a i e s /5 e t 2 2 ) .

Dans ce qui s u i t l'étude porte sur l a partie supérieure quand


e l l e e s t nettement individualisée : tel e s t l e cas d ' u n chevêtre surmon-
t a n t un ensemble de colonnes ou de poteaux, qui constitue l a disposition
l a plus courante.

a - En ce q u i concerne l e raccordement avec les t e r r e s , seion


l a position de l a ligne d ' a p p u i par Papport à l a crête de talus e t l a pré-
sence éventuelle de garde-grève, les schémas c iaprês i l l u s t r e n t les dis-
positions les plus courantes, de l a plus simple -
se l i m i t a n t au seul che-
vêtre -
à l a plus complète - comportant un mur garde-grève, des murettes
1 atérales destinées à maintenir les terres , e t éventuel lement des p e t i t s
murs en retour.
- 37 -

A B A - CHEVETRE SIMPLE.
B - CHEVETRE AVEC GARDE-GREVE.

1''- Chevêtre sans


murettes 1 atéral es.

2 - Chevêtre avec murettes la'-


téral es courtes ( 1 imi tées à 1 a
largeur d u chevêtre).

3 - Chevêtre profilé selon l e t a b l i e r


(cas des tabliers avec en-
corbel 1ements) .

4 - Chevêtre avec murettes la-


térales prolongées vers
1 I avant.

5 - Chevêtre avec p e t i t s murs


en retour ( e t murettes l a -
téra.les éventuel lement).

Les remarques suivantes peuvent ê t r e f a i t e s , concernant ces


dispositions :
- les dispositions 1 à 3 conviennent pour une pile-culée com-
plètement enterrée e t implantée sensiblement au d r o i t de l a crête du talus,
selon les règles d'implantation.définies en 2.4.6, page 53 ; l a disposition
3 e s t réservée au cas d'un t a b l i e r comportant des encorbellements ;
- l a disposition 4 convient plus spécialement pour une pile-culée
fondée superficiellement en t ê t e de talus ;
- l a disposition 5 , q u i correspond au cas où l a ligne d ' a p p u i e s t
implantée en avant de l a crête du t a l u s , doit ê t r e considérée comme normale;
son extrapol at_i-on condui t à 1a pi le-culée 1argement apparente.
Le raccordement avec les terres sera approfondi au 5 2.4.5, notam-
m i n t numériquement.
- 38 -

b - Du point de vue de 1s seule coupe transversale on peut d'au-


t r e p a r t distinguer quatre types de chevêtres,selon q u ' i l y a ou non u n
mur sarde-srève e t une dalle de transition.
On aboutit ainsi au classement suivant :

1. - Pas de mur ;arde-grève, pas de dalle de transition


2. - Un mur garde-grève, pas de dalle de transition
3. - Pas de mur garde-grève, une dalle de transition
4. - Un mur garde-grève, une dalle de transition, ce dernier
cas p o u v a n t comporter une variante 4 bis dans laquelle la partie supé-
rieure d u garde-grève e s t incorporée à l a dalle de transition, ce qui
conduit au t o t a l à cinq configurations de chevêtre, i l l u s t r é e s p a r les
schémas ci -dessous.

-NOTA-
~ _ _ _ Pour tout detail
concernant la dalle de
transition, on se reportera
au dossier-pilote JADE 6 8 .

L'étude porte sur l e s points suivants :


-' son rôle, l'opportunité d'en prevoir un e t l e choix I

d'une solution
- sa forme e t ses dimensions
- ses particularités éventuelles.

2.4.3.1. Rôle, Qpportunité, choix d'une solution.


a - Rôle..
----
Cet élément a un double rôle :
- 39 -

- i l r e t i e n t les terres derrière l e t a b l i e r au-dessus du chevê-


t r e e t assure l'étanchéité vis-à-vis de ces dernières lorsque l a struc-
ture ne peut l e f a i r e : t e l e s t l e cas des ponts à poutres e t plus p a r -
ticulièrement des structures métalliques lorsque leur extrémité n ' e s t
pas adaptée spécialement (présence d'une entretoise d'about en béton
enrobant 1 'extrémité des poutres dans certains ouvrages du type 0 . N . ) ;
ce rôle e s t secondaire dans l e cas des ponts-dalles de section rectangu-
l a i r e , capables d'assurer cette fonction par eux-mêmes ;
- i l permet d ' é t a b l i r des j o i n t s de chaussée dans tous les cas,
quel que s o i t le type de j o i n t u t i l i s é .
- __-_---
b - Opportunite.

. En ce qui concerne l'opportunité de prévoir un mur garde-grève,


on se basera sur les indications qui suivent.
En raison de son double rôle ( c f . ci-dessus) , un mur garde-grève
e s t nécessaire :
- avec certains types ou configu-rations de t a b l i e r s . !-'étude
de celles-ci d i r a d a n s chaque cas particulier s ' i l y a lieu ou non d'en
prévoir u n : c ' e s t ainsi qu'un t a b l i e r 5 poutres métalliques, de type
O.M. p a r exemple, ne saurait à lui seul retenir les terres à ses extré-
mités e t exige par conséquent u n garde-grève, même s i ce dernier n ' e s t
pas j u s t i f i é , p a r u n j o i n t de chaussée (incidence d u type). De même, s i
l'on a une longueur dilatable t e l l e q u ' u n j o i n t d'extrémité à grand
souffle s o i t nécessaire, i l f a u d r a un garde-grove (incidence de l a confi-
guration).
- avec l'emploi de certains joints-de chaussée. C'est l ' o b j e t
de ce qui s u i t , indépendamment de la considération de structure qui peut
ê t r e déterminante.
La plupart des j o i n t s de chaussée ne sont réalisables qu'entre
deux maçonneries apparentes au niveau de l a chaussée, une des maçonneries
étant constituée par l'about d u t a b l i e r e t l ' a u t r e p a r l e mur garde-grève,
d o n t l e rôle e s t ainsi bien défini. I1 s ' e n s u i t qu'en principe c ' e s t l e
type de j o i n t de chaussée u t i l i s é qui décidera de l a présence d ' u n mur
garde-grève ; toutefois, e t afin de ne pas hypothéquer l ' a v e n i r , i l e s t
nécessaire d'en prévoir u n s i l'on ne s a i t pas quel type de j o i n t sera
mis en place, ou s i les prévisions de t r a f i c sont t r o p incertaines :
cette précaution évitera d'avoir à rajouter éventuel lement cet élément
sur un ouvrage en service, avec toutes les sujétions e t aléas que son
exécution comporterait. L'expérience a montré, en e f f e t , que des P.S.
autoroutiers soumis à l ' o r i g i n e à u n t r a f i c f a i b l e ont vu ce dernier aug-
menter considérablement au cours des années, ce qui a eu pour conséquence
d'avoir à remplacer les j o i n t s de chaussée initiaux, de type léger ne né-
cessitant pas de maçonneries en regard, p a r des joints remi-lourds ou
lourd- :wir lesqiicls u n lilir qarrie-r!rPve e s t i n d i s D m s ? h l e .

On trouvera au dossier J.A.D.E. 68 la description de différents


modèles de j o i n t s couramment u t i l i s é s , avec leurs caractéristiques e t do-
maine d'emploi. De leur examen, on peut conclure q u ' u n mur garde-grève e s t
indispensable avec l a t o t a l i t é des joints lourds e t semi-lourds, ainsi
qu'avec les j o i n t s légers de types 1 e t 3. Seul l e j o i n t léger de type 2
nécessite aucune maçonnerie au-
ne nécessite.aucune au-delà du t a b l i e r , son domaine d'applica-
tion étant l e P.S. à f a i b l e t r a f i c lorsque l a longueur de l'ouvrage', l i é e
au souffle du j o i n t , l e permet ( l e type 2 e s t à préférer dans ce cas aux
types 1 e t 3 ) .
- 40 -

c - ....................
Choix d'une solution.
On se reportera aux schémas de l a page 38.
- La disposition 1, q u i ne comporte n i mur garde-grève, n i
dalle de t r a n s i t i o n , e s t l a plus simple : l e chevêtre e s t centré sur
les colonnes ou les poteaux e t présente une section minimale. Elle e s t
adaptée à tous les ouvrages pour lesquels un j o i n t léger de type 2 con-
vient (cas des P.S. à f a i b l e t r a f i c ) .
- La disposition 2 e s t une variante de l a disposition 1, com-
portant une d a l l e de transition. Elle n ' e s t donc envisageable que s i l e
t r a f i c j u s t i f i e l a présence de cette dernière e t s i l a longueur d i l a t a -
ble permet l ' u t i l i s a t i o n d'un j o i n t léger (cas de certains P.S. ou P . I .
courts).
- La disposition 3, comportant un mur garde-grève mais pas de
dalle de transition, e s t favorable à l'emploi de j o i n t s légers ou semi-
lourds, voire lourds,çi les caractéristiques du remblai ou du terrain
permettent de se passer de dalle de transition.
- Les dispositions 4 ou 4 bis, comportant un mur garde-grève
e t une dalle de transition, sont bien adaptées à l'emploi de j o i n t s
1 ourds.

2 . 4 . 3 . 2 . Forme e t dimensions.
Le mur garde-grève e s t caractérisé géométriquement par sa E-
tion tran,sversale, sa longueur
-- e t l e p r o f i l de sa face supérieure.
a - ....................
Section transversale.
Trois dispositions sont décrites aux schémas ci-dessous.

O O O

i L
e 320cm
I-P
'
I IS#-

Disposition 1 . La forme la plus courante e t l a plus simple e s t


ce1 1e d ' Unë-Sec~ion-rëctangulaire ; el 1e convient d.ans 1a pl upart des cas.

--- ---------2. Une autre section, comportant une avancée à l a


Disposition
partie supérieure, e s t intéressante lorsque l'on veut ménager un espace
l i b r e entre l e t a b l i e r e t le mur garde-grève, en vue de permettre l a
v i s i t e e t l ' e n t r e t i e n de l'about du t a b l i e r (cas des structures métalli-
ques); l a distance "A" devra ê t r e suffisante pour remplir son rôle, t o u t
en restant limitée au s t r i c t nécessaire a f i n de ne pas allonger excessi-
vement l e chevêtre vers l ' a r r i è r e : une valeur de 40 cm environ semble
-c

I
- 41 -

un minimum raisonnable dans l e cas d'un ouvrage métallique du type O.M.


par exemple ; bien entendu, l'espace l i b r e ainsi ménagé n ' a d ' i n t é r ê t
que s i l'accès en e s t possible, par dessous l e t a b l i e r p a r exemple.
--- ---------3, E n f i n , lorsque l'ouvrage comporte une dalle de
Disposition
transition, i l peut ê t r e avantageux d'incorporer l a partie supérieure du
garde-grève à la daile. Cette dernière disposition, indiquée au dossier
JADE 68, pièces 4.1 e t 4;2, présente l'avantage de limiter l'excentrement
d ' a p p u i de la dalie'de transition (cf. schémas 4 e t 4 bis, page 38) ainsi
que l a largeur du chevêtre ; c e t t e disposition e s t recommandée dans l e seul
cas de j o i n t s sans dents. Pour des joints avec dents, un tassement du rem-
b l a i entraînant l a r o t a t i o n de l a dalle de transition provoquerait t a
s a i l l i e des dents du j o i n t , ce q u i n u i r a i t au confort e t n é c e s s i t e r a i t ,
à plus ou moins long terme, l a réfection du j o i n t ( c f . JADE 68, mise à
jour no 3 ) .
En ce q u i concerne l e dimensionnement, celui-ci dépend de
plusieurs facteurs , d'ordke géométrique e t d'ordre mécanique.
Parmi les facteurs d'ordre géométrique, l e plus important ré-
side dans l a nécessité de pouvoir mettre en place correctement e t f i x e r
solidement la partie non mobile d u j o i n t de chaussée lorsqu'un t e l équi-
pement e s t prévu ; l e respect de cette condition amène à prévoir une
épaisseur voisine de 20 cm, q u i peut donc ê t r e considérée comme une va-
leur minimale, compatible avec un bétonnage correct lorsque l a hauteur
n'est pas t r o p importante ; on pourra du r e s t e , pour cette dernière rai-
son, ê t r e amené à augmenter l'epaisseur s i l a nécessité s'en f a i t s e n t i r .
Parmi les facteurs d'ordre mécanique, les principaux sont cons-
t i t u é s par les divers e f f o r t s horizontaux auxquels est-ou risque d ' ê t r e -
soumis l e mur garde-grève, à savoir :

- --- --------------
l a poussée des terres (poids des f e r r e s , charges routières ou
engins de chantierj ; peu importante dans l e cas des ouvrages
courants en ponts-dalle de faible épaisseur, e l l e peut deve-
nir importante dans l e cas d'ouvrages de grande épaisseur,
t e l s les ponts à poutres, en caisson, e t c . . . . ;
- .....................
les effortS.de freinage, susceptibles de s'exercer dans les
deux sens lorsque l a voie portée e s t bi-directionnelle, dé-
l veloppes par des essieux situés a u d r o i t d u mur garde-grève
e t sur les terres à l ' a r r i è r e ou sur l a dalle de t r a n s i t i o n
éventuellement si l e garde-grève lui e s t incorporé ;
- u n e - b u t g e - b u - g a ' r d e _ g ~ ~sur
1es t e r r e s , sous 1 ' e f f e t d ' ef-
~~
f o r t s horizontaux transmis par l e t a b l i e r ;
...............................
- une butée éventuelle du t a b l i e r , en cas de j o i n t à poussée
ou de cheminement du t a b l i e r (cause accidentelle).
- 42 -

D'une façon générale 1 'épaisseur "e" du mur garde-grève aura


les valeurs suivantes :
- jusqu'à 1 m de hauteur : e = 20 cm

- de 1 m à 2 , O O m de hauteur : e = varie de 20 à 30 cm

g - plus de 2,OOm de hauteur : e = 30 cm.

Toutefois une épaisseur de 30 cm s'impose dans l e cas d'une


dalle de transition directement appuyée sur ;a partie inférieure d u garde-
grève, en raison de l a présence de l ' a r t i c u l a t i o n de l a dalle ( c f . d i s - '
position 3, page 4 0 ) .
Q u a n t au f e r r a i l l a q e , on se reDortera à l a Dièce 1.3.2 6 2.3.1
qui donne des ferraillages types pour les murs garde-grève en fonction de
leur ha:iteur.

Sa longueur e s t conditionnée s o i t par l a structure d u t a b l i e r ,


s o i t par l e j o i n t de chaussée, s o i t encore p a r la longueur propre d u
chevêtre. Ces différents points sont examinés successivement.
Structure d u t a b l i e r : s i celle-ci l'impose, l e mur garde-grève
....................
règnera sur tbute la largeur de l'ouvrage; c ' e s t généralement l e cas des
ponts à poutres e t des structures métalliques.
Joint de chaussée : s i l a structure e t le fonctionnemeKt d u
--_-__-----------
j o i n t imposent un mur garde-grève, l a longueur de ce dernier devra ê t r e
au moins égaleà c e l l e du joint.
--- - _ _ _propre
Longueur _ _ _-----__------
_du chevêtre : certaines structures , t e l l e s les
dalles à larges encorbeTlements ou les caissons, présentent une ligne
d'appui de longueur réduite e t s'accomodent d'une pile-culée dimensionnée
en conséquence ( c f . schémas de l a page 33); dans de t e l s cas, l a longueur
du mur garde-grève ne saurait ê t r e supérieure à c e l l e d u chevêtre (des
extrémités en encorbellement sur ce dernier ne snnt en e f f e t pas à envi-
sager). I1 faudra alors s'assurer que 1 ' o n peut néanmoins confectionner
u n j o i n t de chaussée adapté aux caractéristiques d u franchissement,et
qu'un raccordement correct avec les terres environnantes e s t possible;
bien souvent, pour ces raisons, i l s'avère nécessaire d'augmenter l a
longueur du chevêtre au-delà de celle Strictement indispensable du point
de vue mécanique, jusqu'à atteindre pratiquement l a largeur biaise t o t a l e
du tablier.

Au droit de la chaussée, i l e s t parall2le à cette dernière,


décalé vers l e bas de l'épaisseur de la couche de roulement u t i l i s é e sur
l e t a b l i e r ; au d r o i t des t r o t t o i r s , deux dispositions sont possibles :
- i l e s t parallèle à ces derniers, décale vers l e bas de l ' é -
pai sseur de 1 'enduit (disposition 1 ci -après) en 1ai ssant
1 'emplacement nécessaire à l a bordure ; cette disposition
n ' e s t l a meilleure que s i les t r o t t o i r s ne sont pas aménagés
sur les abords de 1 'ouvrage ;
43 -

- i l e s t horizontal, au n veau i n irieur de l a couche de rou I e-


ment de l a chaussée : c e t t e dernière disPosition permet l e
passage éventuel de canalisations sous tkot?oirs ;ans avoir
d'ouvertures à ménager dans l e garde-grève (disposition 2
ci-dessous). En outre, e l l e permet éventuellement 1 ' é l a r q i s -
sement u l t é r i e u r de l a chaussée p a r emprise sur les trottoir:,
sans avoir à rescinder l a p a r t i e supérieure du garde-grève.

canalisations .
eventuelies

disposition 1 disposition 2 -

q u t ~i e q u c L G - I L la aisposition adoptée, l e m u r garde-grève


présente toujours une certaine découpe, d o n t les cotes seront fixées au
stade du projet ou sur les dessiY!s d'exécution.
2.4.3.3. Particularit(:s éventuelles.
Souvent des canalisations de diverses natures so:;t prévues sur
l'ouvrage e t l'on devra - t c n , r V I - D ~ P i o / ç de : a cor$~r-u,--r n sL de-
grève, dans lequel seront réservés s ' i ~y a l i le': ~ widements
~ i?ecessi,l-
res ; les dispositions correspondantes devront ê t r e étudiées au stade
du projet, ou tout au moins mentionnées.

__
2 . 4 . G . -CHEVETEE.
- -- --
Le chevêtre, dont l e rôle e t ies f o n c t l m s o n t é t é défin s
précédemment ( c f . page 3 5 ) , constitue l'élément essentiel de l a partie
5 L $6 r i eu r e .
üe f p r i n n g é r ê r a l e ;arallélepipéd;qye, i l e s t d; s y p i é p a r a l 1 è -
lement à la ligne d'appui ; transversalement, plusieurs dispositions sont
possibles selon q u ' i l y a ou non u n mur garde-grève ou une d a l l e de t r a n -
s i t i o n . I1 e s t défini dans l'espace p a r son implantation, ses dimensions
(longueur, largeur, hauteur) e t sa pente suivant l a ligne d'appui.
Les croquis ci-après montrent q i A ? l p edispositions transversales
différentes : les t r o i s premières sont l i é e s à des conditions purement
géométriques, l a q [ ; i t r i C x à l a f o i s à des conditions géométriques e t à
des conditions mécaniques (présence d i une da1 l e de transi t i on e t excen-
trement des colonnes par r a p p o r t 5 l a ligne d'appui).
disposition la -
disposition 1b

cm

mini :10 a 15 cm 2a+b

,
*Chaque fois que le ioint le permettra,
cette dimension peut être portbe à 2 c m

a - -- ---------
Implantation.
Disposé parallèlement à l a ligne d'appui, i l e s t défini en
position transversale, s o i t par rapport à cette dernière, s o i t par rap-
p o r t au plan axial des colonnes ou des poteaux, qui ne coïncide pas né-
cessairement avec l a ligne d'appui, notamment lorsqu'il y a une d a l l e
de transition ; en ce cas, l'excentrement ET. des colonnes ou des po-
teaux par r a p p o r t à l a ligne d ' a p p u i a é t é défini précédement ( c f .
page 29). Dans tous les cas e t quelle que s o i t l a disposition envisagée,
l a p o s i t i o n du chevêtre p e u t ' ê t w fixée p a r l a distance "A" de sa face
verticale a v a n t à l ' a x e des appareils d'appui ; c e t t e distance A e s t
elle-même déterminée lorsque 'es longueurs a e t b définies aux schémas
ci-dessus sont connues,puisque l ' o n a l a relation A = a + I; (1).

_-- ---- (para11èl ement à 1a 1igne d ' appui ) .


Longueur
- Selon l e cas, l a longueur du chevêtre peut ê t r e imposée ou, au
contraire, f a i r e 1 'objet d ' u n choix. Les principaux paramètres interve-

(1) La va1e::r usuelle de


-
n a n t dans sa détermination sont repertoriés e t analysés ci-après ; i l s
sont d'ordre géométrique e t mécanique.
/
<.,
I

e s t définie 2.1a pièce 1 . 1 . 2 , page 10.

c L2 /(Ob
- 45 -

Parmi les paramètres d'ordre géometrique, on trouve :


- l e type de structure : l a largeur de 1 'intrados ,qui commande
l a longueur de l a ligne d'appui, e s t variable selon l a structure du t a -
blier; dans la mesure où l e chevêtre n ' a d ' a u t r e rôle que de solidariser
les éléments verticaux assurant les descentes de charges jusqu'à l a fon-
dation, sa longueur peut se limiter à l a distance séparant les appareils
d'appui extrêmes , augmentée des débords minimaux ;
- l a présence d ' u n mur garde-grève : s ' i l e s t prévu u n mur
garde-grève, l e chevêtre d o i t avoir au moins la même longueur, qui sera
gPnPralenxnt égale à l a largeur u t i l e biaise du t a b l i e r ;
- l a présence de murettes latérales : l a longueur du chevêtre
e s t t r i b u t a i r e de l'emplacement choisi pour ces murettes s ' i l doit le:
pc,rrler ri1 pour s ' j f raczc~dttc,

Pour i l l u s t r e r ce qui e s t d i t ci-dessus, on se reportera aux


schémas e t indications donnés précédemment ( c f . pages 32 e t 3 3 ) .

Parmi les paramètres d'ordre mécanique, on tiendra compte du


f a i t que plus l a longueur du chevêtre sera réduite, moins l ' e f f e t de l a
poussée des terres sur celui-ci sera important.
LILI~~IJ~ (perpendiculairement à l a ligne d'appui , c f . schémas p.44)
La largeur t o t a l e du chevêtre e s t déterminée lorsque sont con-
nues les valeurs des longueurs a , b y c , d , e , certaines de celles-ci
pouvant ê t r e nulles ; e l l e peut prendre des valeurs relativement impor-
tantes. Par exemple, dans l'hypothèse d ' u n t a b l i e r en dalle continue pré-
contrainte de portée de rive de l'ordre de 10 m y comportant une dalle de
transition,les paramètres prennent les valeurs minimales suivantes en m (1) :
a = 0 , I o , b = 0,15 , c = 0,55 , d = 0,02 , e = 0,YG ,
O 15
e t l a largeur s e r a i t : 0 , l Q t 2 + 0,55 t 0,02 t 0,30 = l.,C5

-------
Hauteur.
Cette dimension dépend de paramètres d' ordre géométrique e t
mécanique.
Géométriquement , des considérations d'ordre pratique amènent
à réserver,entre l ' i n t r a d o s du t a b l i e r e t l e t a l u s , une hauteur Z e t à
,réaliser ainsi une p e t i t e plate-forme de l a r w u r R destinée à f a c i l i t e r
l'accès aux appareils d'appui, afin de pouvoir les v i s i t e r commodément
e t les remplacer éventuellement en procédant au soulèvement du t a b l i e r
à l ' a i d e de vérins. Compte tenu de l'espace à ménager entre l'intrados
e t l e chevêtre pour mettre en place les appareils d'appui e t les vérins
(211 rciniwm 15 crn) e t de l a garde mir,imle a reserver entre
i b pidte-forme e t ? 8 'ùtr: inférieure du chevêtre, on voit que la h a u t
"h" de celui-ci sera au moins égale à Z. On peut estimer que pew- I, 0,60
une valeur minimale permettant t o u t à l a f o i s d'accéder assez commode
aux appareils d'appui, d'en f a i r e une inspection visuelle efficace e t
Q est.l
enfin de procéder à leur remplacement s i cela s'avère nscessaire.

( 1 ) Ce cas e s t présenté à t i t r e d'exemple, mais ne constitue pas une dispo-


s i t i o n recommandable (cf. page 4 1 ) .
- 46 -

On obtient donc une valeur minimale de 60 cm pour l a h a t e u r


h c d u chevêtre.

I
1
I
I 1
R: largeur determiner
(elle dépend de l'implantation de
la pile-culée, de la hauteur 2 , de
l'épaisseur du tablier et de la
pente du talus. )

Les considérations a'ordre mécanique sont de deux sortes 'rôle:


porteur e t répartiteur) :
- s i les appareils d'appui sont disposés au d r o i t d'une colonne
ou d'un poteau, les vérins destinés au relèvement du t a b l i e r
seront nécessairement excentrés e t l e chevêtre devra donc
r é s i s t e r aux e f f o r t s qui en résultent (cisaillement d ' e f f o r t
tranchant e t éventuellement torsion); bien entendu ,on 1 imite-
ra cet excentrement en plaçant e t calant les vérins aussi près
que possible des appareils d'appui.
si les appareils d'appui ne sont pas tous placés au d r o i t
d'une colonne ou d'un poteau, l e chevêtre d o i t alors assurer
l e t r a n s f e r t de charge correspondant ( e f f o r t s de flexion e t
de cisaillement).

Intrados
Lu--,

s i l ' o n prévoit sue l e rôle de réparti'teur de charaes e s t


assuré par l e chevêtre, sa r i g i d i t é - d o i t ê t r e nettement su-
péri eure à ce1 1e des autres n i veaux répartiteurs envisagea-
bles (entretoise d'appui , chevêtre incorpore dans l e t a b l i e r ,
nervure de l a semelle); en ce cas, i l e s t possible que l a
hauteur h,déterminée tomve ci-dessus d ' après des c r i teres
géométriques ne s o i t pas suffisante,et 1 'on dimensionnera
l e chevêtre de façon à r é s i s t e r àux e f f o r t s auxquels i l e s t
soumis, en l'assimilant à une poutre reposant sur l e s colon-
nes ou les poteaux. Pou:. ~ u le e chevPtre s o i t consideré c ~ r f f i e
r ? ' ~ + dvei s s à - v i s d u t a b l i e r , s'a hauteur doit ê t r e au moins
égale à .1,25 f o i s ' l 'épaisseur ht d u t a b l i e r .
- 47 -

c - -----
Pente.
Le chevêtre sera généralement disposé parallèlement à l ' i n t r a -
dos du t a b l i e r ; i l sera donc rarement horizontal , s o i t d u f a i t du biais,
s o i t du f a i t d'un dévers (cas des P . I . ) .
Toutefois, s i l a différence de cote entre points d'appui extrê-
mes e s t peu importante, p a r exemple dans l e cas d ' u n t a b l i e r en dalle ner-
vurée de largeur moyenne e t de dévers faible; on pourra envisager de dis-
poser l e chevêtre horizontalement ; l a différence de cote sera rattmpëe
en j o u a n t sur l'épaisseur des bossages de béton servant d'assise
aux appareils d'appui.

Les schi:i.-;is ci-desscu: i l l u s t r e n t ces deux disFcsitions.

Chevêtre parallele a l'intrados Chevêtre horizontal


Cas d'un intrados large Cas d'un intrados peu large
et (ou ) d'un devers faible

d - r ~à j~ p ~ ~ y g i r - 1ps-fgcg-
N s p g ç j ~ j g ~ ~ - p j~erg;- g ~ ~ -sype~jg;rg.
Ces dispositions concernent 1 'environnement des appareils d ' a p -
pui (bossages) e t l e drainage e t sont t r a i t é e s à l a pièce 1 . 4 . 1 à laquelle
on s e reportera.

Une pile-culée, en t a n t qu'appui enterré, ne saurait ê t r e


dissociée des terres environnantes ; aussi 1 'étude d'une pile-culée
doit e l l e ê t r e complétée p a r c e l l e du raccordement avec les terres e t d'
un aménagement approprié du t a l u s , qui conditionnent l a bonne tenue de
l a plate-forme e t l e bon aspect de l'ouvrage à son extrémité. Par.ai1-
leurs, cet aménagement doit permettre u n accès aisé à l a face supérieure
d u chevêtre en vue de l ' e n t r e t i e n des appareils d'appui e t du dispositif
de drainage éventuel. Des dispositions retenues dépendra donc, pour une
bonne p a r t , l'implantation de la pile-culée e t , par voie de conséquence,
l a longueur t o t a l e du t a b l i e r .
On peut distinguer quatre parties distinctes dans l a présente
étude :
- l'aménagement des zones latérales au t a b l i e r , qui conditionne
l a bonne tenue des terres ;

- l'aménage~ment de la zone frontale sous l e t a b l i e r , qui con-


ditionne l'accès à l a face supérieure du chevêtre ;
- les dispositions à prévoir à l ' a r r i è r e du t a b l i e r pour assu-
rer. 1 'étanchéité à l a t e r r e dans l a zone de raccordement
entre l ' i n t r a d o s e t l e chevêtre ;

- la protection d u talus à l ' a i d e d'un perré.


- 48 -
2.4.5.1. Aménagement des zones latérales au t a b l i e r .
I1 e s t indispensable d'assurer l a bonne tenue des terres au
voisinage de l'extrémité du t a b l i e r , notamment vis-à-vis d u ravinement
p a r 1 'eau auquel celles-ci sont particulierement sensibles ; or, cette
protection ne peut ê t r e assurée efficacement e t durablement que s i l ' e x -
trémité d u t a b l i e r e s t convenablement enrobée p a r les t e r r e s . Cet amé-
nagement résultera donc d'une étude de l'extrémité d u t a b l i e r , des coins
plus précisément, par rapport aux terres constituant l a partie haute d u
t a l u s , les dispositions à adopter p o u v a n t ê t r e différentes selon l a na-
ture des terrassements (remblai ou déblai), la configuration en plan
(incidence du b i a i s ) , l e type de structure (présence ou non d'encorbel-
lements), l'épaisseur d u t a b l i e r , e t c ....
Les schémas ci-après montrent l e princi-e de ces dispositions
dans lesquelles le talus f i n i e s t arasé au niveau de l ' a r ê t e supérieure
de l a corniche (pour assurer la continuité entre 1 'ouvrage e t l a plate-
forme d ' accès \ .
COUPE AA

obout du tablier
e du tolur_-fini

I
I A Q

- -- crête du talus fini


_.

'
Les valeurs mininlales à respecter peuvent ê t r e fixées comme
s u i t ; e l l e s cmduisent à une longueur d'enrobage d'environ 0,50 m au
niveau de la chaussée.

( t = longueur droite de l a partie de corniche pénétrant dans l e


( talus f i n i ) 2 0,50 - b h / p (en mètres), s o i t de l'ordre de
( 0,20 à 0,30 m pour t
( = distance de l a crête l a t é r a l e d u talus f i n i au b o r d de l a
( corniche dans l e cas d'un remblai r 0,50 m

On devra s'assurer que 1 'enrobage par les terres peut ê t r e


réalisé efficacement, compte tenwdes niveaux respectifs de l a plate-
forme e t du t a b l i e r ; t o u t écoulement de t e r r e au contact du t a b l i e r
doit ê t r e rendu impossible, aussi bien latéralement que sur C a face
arrière ,pour laquelle des dispositions particulières sont à prévoir en
1 ' absence de mur garde-grève ( c f . page 5 2 ) .

I1 e s t , de plus, nécessaire d'aménager sous l ' i n t r a d o s u n replat


dans l e t a l u s , afin notamment de f a c i l i t e r l ' a C G S ?us appareils d ' a p -
pui ( c f . page 45 e t 2.4.5.2. ci-après) ; i l y a donc lieu d'assurer laté-
ralement l e raccordement aux t e r r e s , lequel peut se f a i r e de t r o i s fa-
çons :
- ?ri+ r-1:'- talus natLv-el, I'erreyé ou rnr
- s o i t par- murette, solidaire du chevêtre ou non
- s o i t par profilage d u chevêtre.
- 49 -

Les schémas ci-après montrent ces t r o i s dispositions, en élé-


vation.
TALUS NATUREL MURETTE
dalle simple

\
\

\'
I
chevêtre murette

dalle avec encorbellement PROFILAGE DU CHEVÊTRE

b J I
I
I
I
voile ou
entretoise

i l I l
S i l ' o n prévoit des talus, i l e s t nécessaire d'assurer l a pro-
tection des appareils d'appui vis-à-vis de l a t e r r e qui pourrait y pé-
nétrer ( c f . dispositif5 de l a page 5 3 ) .
La solution par murettes e s t simple e t efficace e t garantit
une excellente tenue des terres ; en contre-partie, e l l e n ' e s t u t i l i s a -
ble que s i l e chevêtre règne riir toute l a largeur d u t a b l i e r .
La solution p a r prw-filage d u chevêtre convient pour des t a -
bliers à encorbellements.

Pour le principe de ces dispusitions, on se reportera aux sché-


nias de l a p a g e 37 e t à l a pièce 1 . 2 . 3 .
Quelle que s o i t la solution retenue, les dispositions à adop-
t e r peuvent être différentes selon l e type de structure e t l a géométrie
du t a b l i e r ; en p a r t i c u l i e r , l a présence d'encorbellements de quelque
importance peut poser des problèmes que 1 'on rie devra pas négliger lors
de l a mise au point du projet, car u n rattrapage n ' e s t pas toujours fa-
c i l e , ni même possible. Aussi e s t - i l d i f f i c i l e de définir des disposi- t
tions vraiment types ; mais i l e s t néanmoins possible de donner quel-
ques dispositions de principe adaptées à un certain nombre de configu-
rations de t a b l i e r . On trouvera l a description d'un certair;, nombre de
ces dispositions à l a pièce 1 . 1 . 3 " Y 3 6 1 r s de / l j J ~<i.!ées ~ ~ .
2.4.5.2. Aménagetrent de l a zone frontale sous l e t a b l i e r .
La v i s i t e e t 1 ' e n t r e t en des apparei 1s d'appui, ainsi que d u
d i s p o s i t i f éveiifdel de d r a i n a g e exigent que 1 ' o n puisse non seulement
y accéder, mais aussi y travail e r . Cette condition sera parfois r e a l i -
Sée d'elle-même s i l a structure d u t a b l i e r s ' y prête : t e l s e r a i t l e
cas d'un t a b l i e r à poutres ( c f . schémas des pages 32 e t 33). Dans l e
cas d ' u n pont-dalle, par contre, cette p o s s i b i l i t é n ' e x i s t e pas e t l ' o n
devra alors réserver u n espace suffisant sous l e t a b l i e r en menageant
dans l e talus une p e t i t e pTate-forme ou replat sensiblement h o r i z o n t a l ;
l a garde minimale nécessaire entre l e dernier e t l ' i n t r a d o s peut zlors
ê t r e fixée à 0,60 m ( c f . page 4 5 ) .
Les s c h é p a s ci-après définissent i i r ~t e l l e disposition.

Élévation

I w

Talus
P

Les paramètres sont :


- !es distances de l ' a x e de l ' a p p a r e i l d'appui à l a face a v a n t
du chevêtre ( A ) e t à l a crête d u t a l u s (A)
- l a différence de cote entre l a crête d u t a l u s e t l ' i n t r a d o s ( h )
- l a hauteur du vide à réserver devant l e chevêtre e n t r e l e
talus e t l ' i n t r a d o s d u t a b l i e r (i)
- l a largeur d u replat horizontal devant l e chevêtre ( R ) .
On a entre ces paramètres l a relation suivante :
R _h+Z - (A +A)%
P
E%!Pk
( h = 0,70 m
( Z = 0,60 m 0,70 t 0,60 -
( A = 0,35 m on obtient : R =
-7p7- (0,35 t 0 , r ; Û )
( A = O,.O m
( P = 2/3 = 1,20 m

% l a valeur de A e s t définie p l us loin ( c f . IPliLAPITPTION, page 53).


- 51 -

Si l'on estime que l a garde de 0,60 m entre l e talus e t l ' i n -


trados e s t insuffisante, on peut envisager de donner une pente p ' au re-
p l a t supérieur, ce qui permettra d'augmenter l a hauteur l i b r e sans modi-
f i e r l a hauteur du chevêtre ; toutefois la largeur du replat augmentera
aussi.

Les nouvelles valeurs Z ' e t f i ' o n t p o u r expressions :


" = R x
P
P - P'
1
----
Exemple - En reprenant les valeurs précédentes de Z , P , p e t avec p ' = -10
on obtiendrait :
Z = 0,74 m e t R ' = 1 , 4 1 m

@_tg - La largeur du replat, s ' i l e s t horizontal, ne d o j t pas ê t r e trop


importante, sous peine de rendre ce dispositif peu pratique ; on
peut alors imposer comme conditioii 1
< 2,5. Compte tenu de ce
que l a hauteur Z e s t limitée par celle d u chevêtre, c'est-à-dire
0,60 m dans les cas les plus courants, l a valeur maximale de R
s e r a i t alors 1,50 m environ,ce qui e s t déjà beaucoup.
2.4.5.3. Dispositions à prévoir à 1 ' a r r i è r e du t a b l i e r .
Des dispositions doivent ê t r e prises en vue d'assurer l ' é t a n -
chéité à l a t e r r e de l'extrémité de l'ouvrage, lorsque la pile-culée ne
comporte pas de garde-grève. Dans ce cas, en e f f e t , l'existence d ' u n
vide entre l ' i n t r a d o s e t l a pile-culée e s t de nature à favoriser u n
écoulement de l a t e r r e située au contact de l ' a b o u t du t a b l i e r , d ' o ù
risques de désordres qui peuvent ê t r e de deux sortes :
- affaissement de l a chaussée au voisinage de l'ouvrage
- blocage partiel ou t o t a l des appareils d'appui.
L'étanchéité devant ê t r e assurée à l'about e t sur les côtés,
les disposjtions à adopter dépendront en premier lieu de la structure ;
c e s t ainsi que l e cas d'une dalle pleine rectangulaire sera plus f a c i l e
- 52 -

à t r a i t e r que celui d'une dalle à encorbellements pour laquelle des


dispositions particulières de coffrage sont à prévoir (réalisation d ' u n
voile, p a r exemple, en l'absence d'entretoise d'about).
'Dans l a mesure où l e coffrage s ' y prête, ou s ' i l a été prévu
en conséquence, l'étanchéité de l'about sera obtenue aux moindres f r a i s '

s o i t p a r un simple cordon de matériaux plastiques du genre de ceux u t i -


l i s é s pour l a confection de j o i n t s , s o i t par des plaques ou blocs de
polystyrène expansé ; accessoirement ,une re1 a t i ve étanchéi t 6 à 1 eau I

Sera ainsi obtenue. Des dispositifr> analoclies pcirvc:i?t convenir p o u r


assurer 1'ut.anchéité sur l e s c ô t é s , s i l a structure s ' y prête.

Les schémas ci-après montrent de t e l s d i s p o s i t i f s .

dispositif 1 dispositif 2

cordon souple
d'étanchéité

Le chevêtre est excentre vers I'arriere pour Le chevêtre,de largeur minimale,


recevoir le cordon d'etancheite est centre sur les colonnes.
Cette disposition convient pour des longueurs droites Cette disposition convient pour
d'about du tablier relativement courtes ( c ? 50a 60cm) toutes longueurs d'about.
afin de ne pas élargir exagérément le chevêtre

dispositif 3
Cas d'une dalle de transition

I i
- 53 -

2.4.5.4. Protection du talus à l ' a i d e d'un perré,.


La première question que l e projeteur d o i t se poser e s t l a sui-
vatte : f a u t - i l ou non un perré ? Les perrés coûtent en e f f e t de 5 à 10 %
du coût t o t a l d'ur! ouvrage courant à 3 ou 4 travges. I1 f a u t donc n'en
mettre qu'à bon escient e t les limiter à l a surface strictement nécessaire.
On se reportera à l a pièce 1 . 4 . 2 d u prescrit dossier (ancienne pièce 5 . 2 d ~ i
dossier JADE 6 8 ) .
2.4.6. ------------
I!lPLANT~.TION,

De l'implantation de l a liane d'appui, donc de celle de l a


partie supérieure e t de l a pile-culée dans son ensemble, dépend l a lon-
gueur totale du t a b l i e r ; i l y aura donc généralement i n t é r ê t à placer
l a pile-culée l e plus en a v a n t possible du talus. Comme, p a r a i l l e u r s ,
cette implantation d o i t s a t i s f a i r e aux conditions exPosées ci-dessus
concernant l e raccordement avec les t e r r e s , i l e s t donc possible d'en
f i x e r les paramètres, q u i sont définis aux schémas ci-après.
PLAN COUPES LONGITUDINALES
(perpendiculairement a la ligne d'appui )
Face arrière du tablier ou du garde-grève nkeau de la chaugbe- e* C* d e

I----
Ligne d'appui parallèle à la crê!e du talus

-t-
1 - Sans garde-grève 2 - Avec garde-grève
Ligne d'appui non parallèle à la crête du talus
c*= longueur droite d'about du tablier

Une remarque s'impose t o u t d'abord : sauf exception, l a l i m e


d ' a p p u i sur pile-culée sera parallèle aux liqnes d'apnui sur pile (SI.
a direction é t a n t a i n s i fixee, sa position sera déterminée par r a n p o r t
à l a crête du t a l u s , c e t t e dernière étant bien définie aeométriauement
par le biais de 1 'ouvrage, 1 a pente du t a l u s , les profils en l o n g e t en
travers d u t a b l i e r ( e l l e n ' e s t pas nécessairement parallèle à l a liane
d'appui), Avec l e s notations des schémas ci-dessus, dans lesquels A
e s t l a distance droite de l a ligne d ' a n p u i 5 l a crête du talus mesurée
à l'aplomb de chacun des coins A e t B de l'ouvrane, on aurait dans l e
cas d ' u n chevêtre simnle (fiqure 1) :

A = c-t avec t = 0,50 - sh/p (P) ( c f . p'. 48)

dans l e cas d'un chevêtre avec mur garde-grève (figure 2 ) :


A = c + d + e - t avec les mêmes valeurs de t.
- 54 -

Si l a distanceA à l a crête d u ta!us n ' e s t pas l a même aux


deux extrémités de l a ligne d'appui ( c f . schéma de gauche i n f é r i e u r ) , on
déterminera l a position de l a ligne d'appui eri d o n n a n t à la plus faible
distance t ( t i sur le schéma) une des deux valeurs définies ci-dessus.
L ' a p p l i c a t i o n de cette règle c o n d u i t à 1-
' i m p l a n t a t i o n théorique
"normale" , q u i peut se traduire p a r des vari ations re1 a t ivement importantes
dans ! a position de l a ligne d ' a p p u i , comme l e Rontre l'exeniple suivant,
dans lequel on a pris t = 0,30 m.

-------
l e r cas - On considère les valeurs rinimales des principaux pa-
ramètres e s o i t :

--------
2eme cas - Cin considère des valeurs maximales des principaux
paramètres, s o i t :
( c = 1,0@ m

Dans les exemples précédents, on a supposé ci!^ l a partie d ' o u -


vrage enrobée par le talus é t a i t limit6e s o i t nar l a face d'about du t a -
b l i e r , s o i t par l a face arrigre du mur narrie-?r+ve, ce q u i limite neces-
sairement l a valeur de A .
I1 e s t toutefois possible d'aunmenter cette
dernière valeur de l a manière suivante :

- par allonqement de l'aboiit du t a b l i e r , dans certaines limites;


- par prolonaement de l a corniche en encorbellement, possible
seulement si l a corniche e s t coulée en place e t dans certaines limites;
-
par adjonction de p e t i t s murs en retour solidaires du che-
vêtre, cette disposition n'étant possible oue s i l e chevêtre rèqne sur
toute l a laraeur d u tablier.
Les schémas ci-après monthrent les deux dernières dispocitiotic:.

ent

Valeur courante:
- 55 -

Cas
....................
des tabliers de grande Gpaisseur.
--------I------

Les règles données precédemment ne tiennent pas compte de l ' é -


paisseur du t a b l i e r pour déterminer l'implantation de l a l i m e d ' a p p u i ;
or, de l a position de cette dernière e t de l'épaisseur d u t a b l i e r dépend
l a longueur d u replat aniénaq6 devant l a pile-culée ( c f . p. 5 0 ) , celle-ci
étant d'autant nlus importante que, pour tine valeur donnée de A 1 'épais
seur du t a b l i e r e s t plus cirande; ceci e s t i l l u s t r é p a r 1 'exemple ci-
après , concernant deux t a h l i ers d'énai sseurs t r e s différentes.

L'expression donnant l a longueur du replat ( c f . racle 50) peut


s 'écrire :
-
R =
; [P.= -
-t (Ac+
L
A I] = h t Cte
P
s i l a seule variable e s t h,

d ' o u R2 - RI -- h 2 - hl
O
Ainsi 1 'auqmentation de l a lonqueur du replat e s t proportion-
nelle à l a différence d'épaisseur du t a b l i e r .
h g ~ p l g- En reprenant les valeurs de l'exemple de l a paae 50, on obtient :

Cet exemple montre que s i l'apglication de l a rèale précédente


convient dans l e cas 1, i l n'en va pas de même dans l e cas 3 , car l a pile-
culée y e s t placée t r o p en r e t r a i t dans le talus. Autrement d i t , i l y a
lieu dé t e n i r compte du paramètre 6paisseur d u t a b l i e r pour déterminer
1 ' i m ~ l a n t a t i o nde l a Pile-culée.
Be l a relation precédente, .on t i r e :

ce qui permet de déterminer A en fonction de l a valeur choisie pour P


A a pour exmession, avec des valeurs courantes de 2, !?,e,
et p :
s o i t ( Z = Q,69 m
(
( P = 1,20 m
E,= 0,10 m
A =
2h - 0,65 en mètres
( p = 213
En reprenant l'exemple ppécédent ( h z = î,dO PI),l a nouvelle
valeur de A s e r a i t :
A = x 1,40 - 0,65 = 1.,45 m

La valeur obtenue pour A e s t nettement sun6rieure à l a lon-


gueur droite d ' a b o u t théorique ; i l e s t donc nécessaire de prévoir une
des di sposi tions particulières définies précédemment pour l e raccorde-
ment de l'ouvrage avec les t e r r e s , Cependant, on ne peut donner de rèale
précise à ce s u j e t e t l'on recherchera, dans chaque cas, l a disnosition
l a mieux appropriee. On notera que ces t r o i s disnositions, e t plus spé-
cialement l a disposition comoortant de p e t i t s murs en retour. restent
valables dans l e cas de tabliers de f a i b l e épaisseur.
Fecherche de 1 'implantation optimale.
L'implantation optimale correspondant à 1 'ouvrage l e Plus éco-
nomique sera généralement obtenue, lorsque cela e s t possible, en u t i l i -
sant une disposition avec p e t i t s murs en retour, ce q u i permet de rédui-
re la lonoueur t o t a l e du t a b l i e r .
I1 e s t à noter que l e décalage vers l ' a v a n t de l a pile-culée
améliore les conditions d'accès aux appareils d'appui. Si l e décalage e s t
t e l que l a partie supérieure émerge largement d u talus, on a dffaire à
une pile-culée apparente, d o n t 1 'étude f a i t 1 'objet du chapitre 4.

Ce cas peut se présenter s o i t ldrsque l a longueur de .travée de


rive, strictement nécessaire géométriquement, conduirait à une travée
trop courte mécaniquement (risque de soulèvement) , s o i t lorsque 1 'on dé-
s i r e réserver l a possibi 1 i t é d'une chaussée supplémentaire sous l a travée
( b r e t e l l e de diffuseur, chemin de désenclavement, piste cyclable, . . ) . .
Si l'on conservait au talus son profil normal , l a longueur R deviendrait
v i t e prohibitive ; on préférera alors soit diminuer l a pente d u talus
(figure 1 ) , s o i t décaler l a base de ce dernier (figure 2 ) .
c

iminution de 2 . décalage de
la base du
- 57 -

Dn a vu précédemment que, dans c e r t a i n s cas q u i o n t é t é d é f i -


n i s ( c f . p i è c e 1.1.1 page 21), l e c h e v ê t r e p o u v a i t a s s u r e r l ' a p p u i du
c i n t r e l o r s de l a c o n s t r u c t i o n du t a b l i e r . Les schémas c i - a p r è s , donnés
à t i t r e i n d i c a t i f , m o n t r e n t deux d i s p o s i t i o n s q u i s ' a p p l i q u e n t au cas où
l ' e s p a c e d i s p o n i b l e e n t r e 1 ' i n t r a d o s e t l a f a c e s u p é r i e u r e di1 c h e v ê t r e
e s t i n s u f f i s a n t pour v e n i r y appuyer d i r e c t e m e n t l e c i n t r e .

La première c o n s i s t e à f i x e r s u r l e c h e v ê t r e des corbeaux


c o n s t i t u é s p a r des U.A.P. s u r l e s q u e l s repose un I.P.N. c o n t i n u soute-
n a n t l e s poutre1 l e s . Bien entendu, t o u t e s p r é c a u t i o n s d o i v e n t ê t r e p r i s e s
pour é v i t e r l e déversement des I P N e t pour que l e serrage des UAP s u r l e
béton ne r i s q u e pas de provoquer son épaufrement. A son p a s s i f , e l l e pré-
sente l ' i n c o n v é n i e n t d ' e x c e n t r e r de façon r e l a t i v e m e n t i m p o r t a n t e l a réac-
t i o n du c i n t r e , ce q u i e n t r a î n e o b l i g a t o i r e m e n t pendant la c o n s t r u c t i o n
des moments en t ê t e de l a p i l e - c u l é e non n é g l i g e a b l e s s i des d i s p o s i t i o n s
p a r t i c u l i è r e s n ' o n t pas é t é prévues.

La deuxième c o n s i s t e à p r o f i l e r l e c h e v ê t r e de manière à ménager


à l ' a v a n t un corbeau d ' a p p u i c o n t i n u en béton, s u r l e q u e l v i e n d r o n t r e p o s e r
l e s p o u t r e l l e s . Ces d e r n i è r e s d e v r o n t ê t r e placées de manière à ne pas pro-
voquer dans l e c h e v ê t r e des e f f o r t s s u p é r i e u r s à ceux pour l e s q u e l s il a é t é
c a l c u l é.
3 è re ci is 20 r. ;t - 2Pmc d i s p o s i t i o n
cordes de soutien de I'IPN pour
_permettre
___- le démontage des UA I
I ---
7
ilIL---
tube perdu

-
I II

Coupe A A
poutrelle
I I
I
15 A 20 crr

, -
1
l
I
i
I

NIxj - Q u e l l e que s o i t l a d i s p o s i t i o n adoptée, il y aura l i e u


de v é r i f i e r que l e s e f f o r t s supplémentaires i n t r o d u i t s en t ê t e de l a p i l e -
c u l é e p a r l a r é a c t i o n d ' a p p u i du c i n t r e pendant l a c o n s t r u c t i o n ( f l e x i o n
e t t o r s i o n dans l e chevêtre, f l e x i o n dans l e s colonnes) peuvent ê t r e sup-
p o r t é s sans dommage p a r c e l l e - c i . On v é r i f i e r a notamment que l a p o s i t i o n
des colonnes ou des'poteaux, déterminée p a r l e u r excentrement ET p a r
r a p p o r t à l a l i g n e d ' a p p u i ( c e t excentrement pouvant ê t r e n u l ) permet
e f f e c t i v e m e n t l a r e p r i s e de ces e f f o r t s . S ' i l n ' e n é t a i t pas a i n s i , on
s e r a i t amené à r e c o n s i d é r e r l a q u e s t i o n e t p e u t - ê t r e à renoncer à se s e r -
v i r du c h e v ê t r e pour appuyer l e c i n t r e : il s e r a i t en e f f e t anormal de
m o d i f i e r l e s d i s p o s i t i o n s du p r o j e t pour p o u v o i r u t i l i s e r un mode p a r t i -
c u l i e r de c o n s t r u c t i o n . En f a i t , une t e l l e u t i l i s a t i o n de l a p i l e - c u l é e
d o i t ê t r e considérée comme une simple t o l é r a n c e accordée à 1 ' e n t r e p r i s e ,
dans l a mesure où e l l e n ' e n t r a ï n e aucun supplément de c o û t e t ne r i s q u e
pas de causer un dommage quelconque à l ' o u v r a g e .
- 58 -

3 - RÉALISATION - PROBLÈMES D'EXÉCUTION

D'une faç'on générale, les problèmes d'exécution d'une pile-


culée sont plus ou moins directement l i é s au s i t e , à l a nature des t e r -
rassements e t à leur chronologie ; '1s peuvent donc ê t r e f o r t différents
selon l e type choisi e t l e mode de fondation retenu ; i l s peuvent ê t r e
différents également pour u n même élément de pile-culée, selon les con-
ditions d'exécution. De plus, e t comme pour les piles intermédiaires,
i l s sont r e l a t i f s à des parties d'ouvrage aussi différentes que l a fon-
dation e t l a partie supérieure, sans oublier l a partie intermédiaire
quand e l l e existe. Enfin, e t d u f a i t qu'une pile-culée e s t noyée dans
l a t e r r e en phase définitive, des problèmes spécifiques l i é s au remblaie-
ment s'ajoutent aux précédents. En revanche, i l n'y a pas de problèmes
de parements,sauf dans l e cas particulier des piles-culées apparentes.
Comme pour les piles intermédiaires, on fera l a distinction
entre les problèmes d'ordre général, pour lesquels on se référera au
G.M.O. 70, e t les problèmes spécifiques aux piles-culées.
On peut distinguer cinq points de nature à poser des problèmes :
- l'implantation
- l'exécution de l a fondation
- l'exécution de l a partie intermédiaire
- l'exécution de l a partie supérieure
- l'exécution d u remblai.

3.1. IMPLANTATION.
Les problèmes spécifiques concernent pri nci pal ement 1 ' imp1 an-
tation des armatures en attente dans les semelles e t l e positionnement
des pieux en cas de fondation profonde.
Ce qui a é t é d i t concernant les piles intermédiaires, au sujet
des armatures en attente dans l a semelle, reste valable ( c f . pièce 1.1.2,
page 46) ; i l y a lieu toutefois d'ajouter que l e décalage éventuel de la
ligne d'appui vers l'avant ( l o r s q u ' i l y a une dalle de transition) p a r
r a p p o r t au plan vertical moyen de l a fondation devra ê t r e pris en compte
au moment de l'implantation de cette dernière. La tolérance sur la posi-
tion des armatures a é t é fixée à 0 , 5 cm ( c f . GPO 7 0 , 6 . 6 ) .
Les tolerances sur le positionnercent des pieux (piles-colonnes
comprises) o n t é t é définies plus h a u t ( c f . page 24 e t GMO 70 5 8 . 9 ) . Les
armatures de l a semelle auront é t é déterminées en tenant compte de ces
tolérances. A v a n t l'exécution de l a semelle, on fera u n relevé de l ' i m p l a v
tation r é e l l e des pieux e t on corrigera, s ' i l y a l i e u , l e projet de la se
melle de liaison des pieux à p a r t i r de ce relevé. Cette correction peut é t r e
étendue à l'implantation d u reste de l a pile-culée jusque e t y compris les
appareils d'appui e t les ferraillages d u t a b l i e r .
3.2. EXECUTION DE LA FONDATION.

Trois cas principaux sont à distinguerYselon l e mode de fon-


dation :
- Lorsqu'il s ' a g i t de fondation sur semelle en t ê t e de remblai ,
l e s principales sujétions d'exécution sont c e l l e s d u remblai : c ' e s t une
question de bons matériaux e t de bon compactage. On s e reportera au dos-
s i e r FOND 7 2 (Fascicule 4 , 4 . 2 . 2 ) .
- Le cas d'une fondation sur semelle(s) d a n s l e t e r r a i n naturel
e s t à rapprocher de celui r e l a t i f à une p i l e intermédiaire lorsque l a
voie inférieure e s t srnsiblement au niveau d u t e r r a i n naturel. On s ' y
reportera ( c f . pièce 1.1.2, page 4 7 ) .
- Le cas d'une fondation profonde appelle les remarques sui-
vantes :
S i la fondation comporte deux f i l e s de p'eux r e l i é s p a r
une semelle, m se trouve ramené au cas des piles intermédiaires ( c f .
pièce 1.1.2, page 4 7 )
. Si l a fondation e s t constituée par une f i l e unique de
pieux forés à travers l e remblai ou l e déblai, ou encore p a r des piles-
colonnes, les problèmes d'exécution concernent, outre l'implantation :
les d i f f i c u l t é s de f e r r a i l l a g e , les aléas de bétonnage (risques de mau-
vais enrobage des armatures), e t c ... De nombreux contrôles e t vérifica-
tions seront donc à f a i r e , e t l ' o n se reportera au GMO 70 (chapitre 8 )
r-t 3,FOllD 72 (Fascicule 4 ) .

3.3. E X E C U T I O N DE LA PARTIE INTERPiEI:'4IRE.


- ~ _.-

Les problèmes y concernent principalement l e bétonnage, surtout


s i l a hauteur des colonnes ou des poteaux e s t grande ; on surveillera
plus spécialement l e bétonnage des colonnes s ' i l e s t f a i t usage de cof-
frages perdus, pour lesquels u n contrôle visuel e s t d i f f i c i l e , mais cepen-
d a n t nécessaire.
Une question s e pose i c i , concernant 1 'opportunité de badigeon-
ner l e s parties enterrées ( g o u d r o n ou bitume) : l ' e f f i c a c i t é d'une t e l l e
application de produits noirs n ' a , j u - . q u ' à présent, pas é t é démontrée e t
l ' o n peut sans doute en f a i r e l'économie. En e f f e t , c e t t e application n ' a
de sens que s i l e béton e s t compact, sans défauts importants de parement,
auquel cas i l assure lui-même sa propre protection ; s i l e béton e s t de
qualité médiocre, l e badigeon e s t inefficace ; mieux v a u t donc s ' e n pas-
s e r , quite à u t i l i s e r d'autres procédés s i une protection s ' a v è r e néces-
s a i r e ( c f . G.M.O. 7 0 , 14,8).

3 . 4 . EXECUTION DE LA PARTIE S C P E R I E U R E .

Les problèmes y concernent l a face supérieure du chevêtre et,


plus particulièrement,l'ix- : - r i a n des bossa es destinés à recevoir l e s
appareils d'appui , ainsi que L C ' le --e7
d - z i B S I ' ~ ? c'c C I , ~ : ~ ~ , C I ~.es
E.
dispositions corres;jnndantes , a ' n s i q ~ i el e mode d'exécution des bossages
e t l a pose des appareils d'appui,sont décrits à l a pièce 1.4.1.
- 60 -

3.5. EXECUTION DU RENBLAI .

Les sujétions l i é e s à l'exécution du remblai concernent essen-


tiellement l e remblai dans l a zone de l a p i e-culee,lorsque celui-ci e s t
exécuté après construction de l'ouvrage, en t o u t ou en partie ; c ' e s t ,
sans aucun doute, un des points les plus dé icats lors de l a construction
de l'ouvrage. On peut distinguer t r o i s cas principaux :

a - l a - e l l e ~ c u l ~ e - e s t - e x ~ ~ ~ ~ ~ e - ~ ~ ~ g ~ ~ ~
nes ou des poteaux,
----------- - - - - - - - - - - - - - ,m
, - , , i, _s_ _ -ne
, , L - -comporte - - - - - - encore
- - L - - - - - - - - - - - -pas --- chevêtre.
On peut alors compacter assez commodément e t efficacement l e
remblai entre les colonnes ou les poteaux,si leur espacement e s t s u f f i -
sant, e t à condition d ' u t i l i s e r pour cela un engin approprié, de p e t i t e
t a i l l e ; une surveillance attentive,accornpagnée de mesures,est néanmoins
nécessaire s i 1 ' o n veut é v i t e r d'endommager ou d'@branler 1es.éléments
verticaux, non solidarisés en t ê t e . On peut ensuite procéder au coulage
d u chevêtre directement sur l e remblai. On retiendra que c e t t e manière
de f a i r e entraîne des risques certains vis-à-vis de l a pérennité de l a
pile-culée e t q u ' e l l e n ' e s t donc pas conseillée.

La mise en place e t l e compactage du remblai pourront se f a i r e


correctement jusqu'au niveau à p a r t i r duquel les engins ne peuvent plus
passer SOUS l e chevêtre ; autrement d i t , l a partie supérieure du remblai,
sur 2,50 m au moins dans l a zone de l a pile-culée,risque d ' ê t r e délicate
à mettre en place e t sera d i f f i c i l e à compacter. Le risque d'endommager
l a pile-culég e s t moindre que dans l e cas précédent.

c - ----_--
l'ouvrage...........................
t o u t e n t i e r e s t construit.
C'est dans ce cas que les d i f f i c u l t é s seront les plus grandes
car, en plus de celles déjà signalées, toute l a partie supérieure du t a -
lus sera délicate à exécuter correctement, ainsi que l e perré de la zone
correspondante. Par contre, les risques de dommages résultant du rem-
blaieiiient seront a l o r s réduits au ininiiiiuni.
Le GMO 70 3 7 . 6 e t l e CPST "Terrassemeflts généraux" (Rectifi-
c a t i f n o 2 de Novembre 1q63, a r t . 3.10,54) fixent les conditions à res-
pecter dans la conduite d u remblaiement a irtoiir des maçonneries ; el les
sont rappelées ci-après :

" I l s ( l e s remblais) seront exécutés de manière à ne causer ni


déplacement des maçonneries autre que leurs flèches élastiques , h i dom-
mages à celles-ci. A cet e f f e t , pendant toutes les phases intermédiaires
des remblaiements, dans les limites des niveaux d é f i n i t i f s :

-"les differentes de niveau des remblais de p a r t e t d'autre


d'une même maçonnerie (mur,piédroit ou voile) OU entre deux points quel-
conques situés sur l e pourtour d'une maçonnerie (poteau ou colonne en-
t e r r é ) ne devront en aucun moment excéder cinquante (50) centimètres".

(Suit un 2ème alinéa spécifique des ouvrages-types PTCF e t P I P O ) .


61 -

4 - PILES- CULÉES APPARENTES

4 . 1 . GENERALITES.

Une pile-culée apparente e s t caractérisée par l e f a i t que sa


partie supérieure émerge plus ou moins largement du talus dans lequel
e l l e e s t impiantée ; i l en résulte que cette dernière e s t soumisé à l a
poussée des terres situee en a r r i è r e e t que les e f f o r t s correspondants,
qui ne sauraient ê t r e négligés, devront ê t r e pris en compte pour l a sta-
b i l i t é O U , du moins, pour la résistance de certaines parties.
Ce type de pile-culée e s t intéressant lorsque l ' o n a en vue
une réduction de l a por+F=e de l a travée correspondante, ou encore lorsque
l'aspect général de l'ouvrage s'en trouve amélioré ; les deux avantages
mentionnés ci-dessus peuvent d ' a i l l e u r s se cumuler. Dans bien des cas,
l a dépense SuFplémentaire occasionnée par ce type de pile-culée e s t lar-
gement compensée p a r 16 gain réalisé sur l e t a b l i e r (longueur réduite de
3 m à 10 m selon les cas, s o i t un g a i n pouvant atteindre 10 % à 15 % sur
u n t a b l i e r de P.S. a.utoroutier de longueur courante) e t l e coût global
de l'ouvrage terminé s'en trouve donc diminué l e plus souvent.

4.2. LES DEUX FAMILLES DE PILES-CULEES APPARENTES.

En fonction de l a hauteur vue ou de l a longueur des murs laté-


raux, quantités qui ne sont pas indépendantes l'une de l ' a u t r e , on peut
ou non négliger les e f f o r t s supplémentaires dus aux poussées des terres
pour l e calcul de l a s t a b i l i t é d'ensemble de l a pile-culée. On distin-
guera donc, en fonction de l a longueur des murs, dans l'hypothèse de murs
en retour parallèles au t a b l i e r , deux familles de piles-culées apparentes,
en notant que seules les piles-culées apparentes de la deuxième famille
méritent réellement l e q u a l i f i c a t i f d'apparentes, qui leur e s t exclusi-
vement réservé dans l'ensemble du dossier.
1 - Pile-culée ------_-_--_-
------------apparente -_---_---_---_-
de l a première famille (peu apparente).
La longueur des murs en retour e s t au plus égale à 1,50 m. On
pourra négliger les e f f o r t s supplémentaires introduits en t ê t e vis-à-vis
de l a s t a b i l i t é d'ensemble, mais on devra se préoccuper néanmoins de
l'accrochage des murs, d o n t l'épaisseur, constante, peut ê t r e fixée à
0 , Z O m.

Cette pile-culée apparente e s t peu différente de l a disposition


5 de l a page 37 (piles-culées classiques avec p e t i t s murs en retour). La
seule différence porte sur l a présence éventuelle d'un voile frontal de
hauteur réduite, d o n t l'épaisseur peut également ê t r e fixée à 0 , Z O rn e t
dont-la partie inférieure sera enterrée sur une hauteur d'aumoins 0,50 m.
- 62 -

2 - p f l g ~ c yeg-gppargntg-
l 4g-l a- &wigmg-fg~illg ( 1argemen t a ppa-
rentes).
.
t

La longueur des murs en retour e s t comprise entre 1,50 m e t 5 m.


Les épaisseurs minimales des murs en retour e m u voile frontal s o n t éga-
lement de 0 , Z O m pour ces piles-culées apparentes ; cependant ces épais-
seurs minimales sont à augmenter s i les conditions de résistance l'exigent
(voile f r o n t a l constituant l'élément raidisseur de l a pile-culée, accro-
chage des murs en-retour sur l e reste de l a pile ; ces p o i n t s particuliers
sont développés dans l a pièce 1.3.2). Le voile frontal sera enterré sur une
hauteur comprise entre 0,50 e t 1 m ( c e t t e hauteur e s t à f i x e r en fonction,
notamment, des tassements prévisibles du remblai).
A f i n de pouvoir accrocher solidement e t commodément l e s murs
en retour sur les éléments verticaux, ces derniers sont constitués par
des poteaux de section carrée ou rectangulaire ( l a hauteur du chevêtre
e s t , en e f f e t , insuffisante pour y accrocher les murs en retour e t celui-
ci s u b i r a i t de p l u s des e f f o r t s de torsion). La section des poteaux, a l i -
longée dans l e sens perpendiculaire à l a ligne d'appui s i e l l e e s t rec-
t a n g u l ai r e , sera supéri eure à 1 a secti on m i nimal e consei 11ée pour une
pile-culée ordinaire (cf. page 27) ; e l l e peut ê t r e fixée au stade de
l'avant-projet par application des formules de prédimensionnement ( c f .
plèce 1.3.2 5 3.2). Les poteaux de rive sont implantés pour recevoir direc-
tement les murs en retour.
Un modèle de pile-culée apparente, défini en coffrage e t appli-
cable à t o u t t a b l i e r en dalle de largeur moyenne, avec ou sans encorbel-
lements latéraux, e s t donné dans la pièce 1.2.3 (5è partie, exemple no 10).
On trouvera en outre, dans cette même pièce, quelques modèles de piles-
culées classiques avec p e t i t s murs en retour (de longueur inférieure à
1,5 in).

4.3. CAS D'EMPLOI.


L'étude q u i s u i t a pour objet de montrer comment e t dans quels
cas 1 ' u t i l i s a t i o n de piles-culées plus ou moins apparentes peut s'avérer
intéressante e t avantageuse.
Les schémas ci-après, assortis de commentaires, montrent l ' i n -
cidence que peut avoir sur l e t a b l i e r e t sur l'aspect général une solu-
tion avec piles-culées apparentes, dans l e cas d'ouvrages courants com-
portant de une à quatre travées e t pour différentes géométries de brèche
e t de profil en l o n g .

O 1 traW

1-2 - Des piles-culées apparentes


permettent une reduction de l a
portée (ou des portée?) e t amélio-
rent l'aspect en rendant bien v i -
@ 2 travées :profil en long horizontal sibles les appuis.
- 63- -

-. @ 2 travees: profil longitudinal en pente 3 - L'ouvrage é t a n t dissymétri-


que, les travées sont inégales e t
l a p1,us longue située du côté l e
plus h a u t . Une compensation par-
t i e l l e des longueurs de travées
e s t possible en j o u a n t sur 1 'avan-
cée des piles-culées, q u i sera
plus importante du côté haut; ses
dimensions seront fixées au maxi-
@ bis 4 travées : profil longitudinal en pente mum compatible avec les caracté-
ristiques géométriques e t mécani-
ques (poussée des t e r r e s ) , e t en

4 tenant compte de 1 'aspect général ;


quant à ' i ' a u t r e pile-culée, e l l e
pourra ê t r e conplètement enterrée,
d o n c invisible (croquis 3bis c i -
contre).

@ 2 travees dissymétriques en P.I. 4 - Une pile-culée apparente du


côté de l a grande travée seulement,
qui e s t déterminante pour l e dimen-
sionnement du t a b l i e r , permettra
d'en réduire l a longueur t o u t en
soulignant l e caractère volontai-
rement dissymétrique de 1 'ouvrage.

O 3 travees en P.S. d'autoroute 5 - Des piles-culées apparentes


. ne s ' imposent généralement pas ,
car les travées de rive sont l e
plus souvent assez courtes e t à
l a limite 'du soulèvement des a-
bouts.
6 - Dans un t e l cas, s i l a lar-
geur de brèche e s t peu importante
3 travées en P.I. : grand tirant d'air ( ,< 10 m) e t l e t i r a n t d ' a i r de
@ 1 'ordre de 7 à 8 rn, 1 a lonqueur
théorique des travées de rive de-
viendrait supérieure à c e l l e de
l a travée centrale : des piles-
culées apparentes permettront de
r é t a b l i r un équilibre entre les
travées.
7 - Cas du franchissement
d'une plate-forme autoroutière
2 x 3 voies au niveau du terrain
O 4 travées : travées centrales longues naturel ou en léger remblai, -les
pieds de talus (pente 2/3) étant
s i tués au d r o i t des piles extrê-
1 II II/ mes : l e rapport des portées e s t
relativement faible e t ne j u s t i f i e
aucunement des pi les-culées appa-
rentes.
E . C 3 : d u franchissement
d'une plate-forme autoroutière
2 x 2 voies en déblai, les pieds
@ 4 travees : travées centrales courtes de talus (pente 1 / 2 ) étant situés
au-delà d u fossé de drainage : l e
rapport des portées théoriques,
voisin de 1 e t même peut-être su-
périeur, j u s t i f i e l a présence de
piles-culées apparentes permet-
t a n t de réduire les travées de
ri "e.
i u r ?eu que l e s ti'tivees L e t , -
a - p..,,
.raies soient courtes, des piles-
4 travees : travees centrales courtes,
@ grand tirant d'air -ulées apparentes s'imposent s i
l ' o n veut obtenir u n r a p p o r t cor-
rect des lon9ueut-s des travées.
Cependant, une solution 5 3 travées
peut être préférable dans u n tel
c a s . On peut aussi passer les piles
interi.iédiaires de 1 'autre côté rip?
fOSZt2i.

4.4. ADAPTATION AU TABLIER ET AU SITE.


Celle-ci dépend de plusieurs facteurs, que l ' o n peut classer
de l a manière suivante :
- l a structure du t a b l i e r , qui peut présenter une grande va-
r i é t é de profils transversaux ;
- l a nature des terrassements aux abords ( t a l u s de remblai ou
talus de déblai) ;
- l'aspect final de l'ouvrage.
La pile-culée pourra donc présenter diverses dispositions :

- en élévation frontale, e l l e pourra régner sous toute l a l a r -


geur du t a b l i e r , ou ê t r e en r e t r a i t , ou en débord ;
- en élévation l a t é r a l e , el l e 'pourra comporter, s o i t des murs
en retour (cas l e plus fréquent) , s o i t des murs en a i l e .
Les schémas ci-après montrent quelques dispositions envisagea-
bles, avec commentaires our chacune d ' e l l e s . I l s correspondent plus parti-
!
culièrement au cas de t a l i e r s en dalle, avec ou sans encorbellements, mais
peuvent ê t r e facilement transposés à d'autres types de structures ; les t r o i s
premières dispositions comportent des murs en retour parallèles au t a b l i e r ,
la quatrième des murs en retour évasés ; l e mur garde-grève éventuel n ' e s t
pas figuré.
Une solution avec des murs en a i l e a aussi é t é parfois réalisée.
- 65 *

Disposition 1

/ /

C ' e s t l a disposition l a p l u s simple e t l a plus fréquemment


rencontrée ; e l l e convient pour toutes les structures. Elle seule e s t à
considérer comme une disposition type.

Disposition 2
detail
- 66 -

Cette disposition convient pour des tabliers en dalle avec en-


corbellements.Par rapport à la précédente, sa longueur réduite (transver-
salement au tablier) constitue un élément favorable quant à la stabilité
de la pile-culée vis-à-vis de la poussée des terres dans la direction de
l'axe de 1 'ouvrage. Elle présente néanmoins 1 'inconvénient d'avoir des
parties en encorbellement,rea prolongement dercelles du tablier, suscep-
tibles.de poser des problèmes de tenue au point de vue mécanique : mo-
mentS.de-torsion dans les murs en retour dus au poids des encorbellements,
poussée-des terres et chocs dus au trafic, effet d'une roue isolée sur
trottoir etc. .. Pour cette raison, on limitera la largeur des encorbelle-
ments, ce qui implique une limitation similaire pour le tablier qu'elle
supporte ; cette disposition ne convient donc pas pour toutes les struc-
tures.

Disposition 3
-

*.

Cette disposition, avec partie arrière en débord sur le tablier,


peut être intéressante s i une surlargeur est nécessaire immédiatement à
la suite du tablier. Toutefois, en raison même de ce débord, des problè-
mes mécaniques se posent, concernant notamment l'accrochage des murs en
retour sur la partie du voile frontal en encorbellement de chaque côté
(efforts de torsion dans le voile), d'autant plus aigus que la partie
vue est de plus grandes dimensions ; par ailleurs, la longueur accrue
-.de la pile-culée par rapport à la disposition (2) constitue un élément
défavorable quant à sa stabilité vis-à-vis de la poussée des terres.
- 67 -

, i:

Disposition 4 - .

Dans cette disposition,particulièrement adaptée lorsque l a voie


inférieure e s t en déblai , les murs en retour sont remplacés par des murs
en .aile plus ou moins évasés, ce qui permet dans de bonnes conditions l e
raccordement de l a voie portée à une voie adjacente parallèle au bord du
talus.. Elle présente u n double i n t é r ê t par rapport à une pile-culée ordi-
naire :
- d'une p a r t , l a longueur du t a b l i e r e s t réduite,
- d'autre p a r t , e l l e permet d ' é v i t e r une extrémité de t a b l i e r
de larseur variable.
En contre-partie, l'accrochage des yoiles latéraux peut poser
quelques problèmes des que leur longueur a t t e m t quelques mètres.

4.5. STRUCTURE ET MORPHOLOG I E.

Une pile-culée de ce type comporte


les mêmes éléments qu'une pile-culee
complètement enterrée, avec en plus des
murs pour soutenir les terres, à savoir.
u n voile frontal e t des murs latéraux,
en retour l e plus souvent.
Les schémqs ci-après montre quatre
dispositions envisageables, les deux pre-
mières relatives au cas d'une fondation
superficielle sur semelle, les deux autres
à celui d'une fondation profonde sur pieux.
68 -

sur semelle sur semelle sur 2 files de pieux sur file unique de pieux
(solution normale) (cas d'un déblai )
à un niveau intermédiaire
(cas d'un débloi )

Dans le cas d'une f o n d a t i o n s u p e r f i c i e l l e , en particulier lors-


que l a voie inférieure e s t en déblai, une fondation à u n niveau intermé-
diaire pourra ê t r e recherchée ; pour des raisons de s t a b i l i t é d'ensemble,
i l e s t recommandé dans ce cas de ne pas approcher l e bord externe de
la semelle à moins de 3 m y en distance horizontale, d u talus f i n i .
Par r a p p o r t à une pi 1 e-culée ordinai re complètement noyée dans
la t e r r e e t fondée sur semelle, la s t a b i l i t e sera assurée p a r un élargis-
sement de l a semelle e t , éventuellement, un excentrement de celle-ci vers
l'avant par r a p p o r t aux descentes de charge matérialisées p a r les colonnes
ou les poteaux.
Lorsque l a pile-culée e s t fondée sur deux f i l e s de pieux, i l
n'y a pas de problème particulier q u a n t à la s t a b i l i t é d'ensemble.
La fondation d'une pile-culée apparente sur une f i l e unique
de pieux e s t fortement déconseillée e t doit ê t r e évitée ; en e f f e t , e l l e
ne s e r a i t envisageable qu'avec des puits de gros diamètre e t à condition .
de trouver une butée des terres suffisante. On lui préférera systématique-
ment une fondation avec deux f i l e s de pieux verticaux (ou deux f i l e s de
pieux verticaux e t une f i l e de pieux inclinés).
Les schémas précédents sont é t a b l i s dans l'hypothèse où les pa-
rements a v a n t des poteaux, du voile frontal e t du chevêtre sont dans l e
même plan. I1 e s t également possible de placer l e voile frontal en r e t r a i t ;
une t e l l e disposition diminue les s o l l i c i t a t i o n s de torsion dans l e che-
vêtre ( c f . pièce 1.3.2 5 3.3.2.3) e t peut présenter des avantages du point
de vue de l ' a s p e c t .
\ \\ \

/
Exemple d'animation d'une pile- culee apparente
- 69'-

I1 .y a lieu de remarquer que dans l e cas .d'une fondation sur


semelle, une nervure de raidissement n ' e s t pas nécessaire, car 1 'ensemble
chevêtre-voile e s t caDab!e à lui seul d'assurer cette fonction, dans l a
mesure où la liaison entre ces deux élements e s t effective, ce-qui impli-
que une étude sérieu:e e t une exécution soignée d u ferraillage correspon-
dan t .

Lorsque l a hauteur dépasse


8 m y on pourra adopter une disposition
analogue à ce1 1 e représentée ci -contre,
comportant des p i l i e r s de section va-
riable, fondés éventuellement sur des
semelles isolées ci les c a r a c t é r i s t i -
ques mécaniques d u sol s ' y prêtent.
Une t e l l e disposition, appliquée à des
p i les-culées ordinaires de hauteur S U -
périeure à l a normale, a é t é décrite
précédemment ( c f . page 3 5 ) . '

4.6. PARAMETRES GEOMETRIQUES - IMPLANTATION.


Le schéma ci-contre d é f i n i t les
paramètres géométriques intervenant pour
l a détermination des dimensions de l a
pi le-culée dans l e sens longitudinal ,
rapporté à 1 'ouvrage (en ce cas, p' e s t
l a pente du talus suivant l e b i a i s ) .
ho + h t + 6
On a toujours : R = - c
P'
: hauteur vue de l a partie frontale
h t : hauteur du tablier au d r o j t de l a
avec corniche ( t r o t t o i r compris)
6 : vide entre l e chevêtre e t l e tablier.

Les dimensions R e t ho sont déterminées par des considérations


géométriques e t liillitées pour des raisons mécaniques. Du seul point de
vue de l ' a s p e c t , on peut adopter l a r è g l e simple suivante, qui fixe une
valeur limite à l a hauteur vue :
T

Pour des raisons de s t a b i l i t é , l a valeur de R sera limitée à 5 m ,


e t l'implantation de l a pile-culée devra se f a i r e à l ' i n t é r i e u r des limites
ainsi définies.
- 70 -

Au-delà de 5 m pour la longueur des murs en retour, une solution


du type pile-culée apparente risque de poser des problèmes e t 1 'on devra
f a i r e une étude comparative avec une solution en culée légère ( c f . dossier
pilote CT 6 6 ) .
Dans l e sens transversal à l'ouvrage (parallèlement à l a ligne
d'appui) , différentes dispositions o n t é t é définies précédemment, ainsi
que les c r i t è r e s de choix en faveur de l ' u n e ou de l ' a u t r e ; c ' e s t en
fonction de l a disposition retenue que sera fixée l a valeur de l a l o n -
gueur de l a pile-culée.
4.7. PREDIMENSIONNEMENT - CALCUL.

I l s concernent la f o n d a t i o n , la partie intermédiaire e t l a partie


supérieure.
-

Compte tenu des e f f o r t s horizontaux supplémentai res produits


par l a poussée des terres sur l e voile f r o n t a l , l a semelle sera plus large
que dans une pile-culée ordinaire e t les poteaux ou colonnes auront leur
section sensiblement augmentée. Quant à l a partie supérieure, les éléments
à dimensionner sont l e voile frontal e t les murs latéraux en console, tous
t r o i s soumis à l a poussée des terres ; de plus, l e voile, associé au che-
vêtre, joue l e rôle de raidisseur pour l'ensemble de l a pile-culée.
L'épaisseur minimale à donner aux murs latéraux e t au voile
frontal peut ê t r e fixée à 20 cm ; c e t t e épaisseur e s t en e f f e t nécessaire
s i l'on veut pouvoir vibrer correctement l e béton, compte tenu du f e r r a i l -
1 age général ement important.
On trouvera à la pièce 1.3.2 5 3 toutes indications utiles le
prédimensionnement, l e calcul des s o l l i c i t a t i o n s , des e f f o r t s e t des fer-
raillages des différents éléments de l a pile-culée, ainsi que les possi-
b i l i t é s de prise en compte des piles-culées apparentes par l e programme PP.
4.8. REALISATION - PROBLEMES D'EXECUTION.
En plus des problèmes généraux e t spéciaux r e l a t i f s à l a réali-
sation des piles-culées ordinaires, i l faut ajouter i c i deux points im-
portants que l'on devra soigner t o u t spécialement :
- Le ferraillage du voile frontal e t des murs en retour, e t
plus particulièrement celui assurant l a jonction de ces éléments avec les
poteaux .
- La réalisation des parements : on se reportera pour cela à ce
qui e s t d i t à ce s u j e t à la pièce 1.1.2 ( c f . page 49) ; on veillera plus
spécialement à é v i t e r toute reprise de bétonnage sur l e s faces vues, ce
qui implique que l e béton correspondant s o i t coulé en une seule f o i s .
1.2.1

N O T I C E DE PRÉSENTATION ET U S A G E DES MODÈLES

Page

1. INTRODUCTION ...................................................................... 1
2. MODELES' DE PILES ................................................................. 1

2.1. P r é s e n t a t i o n des modèles ................................................. 2

2.2. D é f i n i t i o n des types - Classement ................................... 2


2.3. Données géométriques ..................................................... 5

2.4. Choix d ' u n modèle ......................................................... 7

2.5 ; Adapt a t i on géomé t ri que .................................................. 8

2.6. Choix d'un coffrage e t d'un parement ................................ 11

2.7. Consti t u t i on d ' u n appui l o n a .......................................... 11 II


II
1
2.8, S t a n d a r d i s a t i o n ............................................................ 12

2.9, Cûüts a t qua:itit& ...................................................... 12

2.10. P r i s e en compte p a r l e programme P.P. 73 ........................ 12

3. MODELES DE PILES-CULEES ..................'..................................... 13

3.1. P r é s e n t a t i o n des modèles ................................................ 13

3.2. Classement ................................................................... 13

3.3. Données géométriques ...................................................... 14

3.4. Adaptation géométrique - Standardisation .......................... 14

4. - D I S P O S I T I O N S TYPES.

4.1. Raccordemeut avec J e t a b l i e r ........................................... 15

4.2. Raccordement avec l a f o n d a t i o n ........................................ 16

.
3 3 , D; mensi ons couran t e s ..................................................... 17
5. - ANNEXE. Canevas pour 1 ' é t a b l i s s e m e n t d ' u n e p e r s p e c t i v e de p i l e .. 18
- 1 -

-
1 INTRODUCTION

ie catalogue de modèles d'appuis a un t r i p l e rôle :


- définir des appuis adaptés aéométriquement e t mécaniquement
auxtabliers q u ' i l s doivent porter;
- permettre un choix parmi une assez grande variété de formes,
de manière à s a t i s f a i r e au mieux aux impératifs géométriques
e t mécaniques, compte tenu de l a possibilité de prise en compte
par le calcul automatique (directement ou par simulation),
- contribuer au bon aspect de l'ouvrage dans son ensemble e t son
environnement, lorsqu'il s ' a g i t d'appuis vus, ce qui e s t tou-
jours l e cas des piles intermédiaires e t parfois celui des piles-
culées p o u r l a partie supérieure.
Cette notice a pour b u t l a présentation des modèles de piles e t de
piles-culées , d o n t l a description e t les modalités d ' u t i l i s a t i o n font 1 'objet
des pièces 1.2.2 e t 1 . 2 . 3 , en précisant que les modèles proposés sont desti
nés essentiellevent aux
______~--
~ ~- ouvrages courants.

E l l e e s t complétée d ' une part ( 5 4 ) , p a r de? \(,yl;


1
, : ~ E L ,
applicables à l a fois aux piles e t aux piles culées, r e l a t i f s au profi-
lage de la face supérieure lorsque l'intrados a une pente transversale,
t
e t au raccordement à l a fondation ; e t d'autre p a r t par une annexe per-
mettant d ' é t a b l i r rapidement des perspectives de piles à l ' a i d e d ' u n
canevas sur translucide.

~AODÈLES DE PILES

I l s f o n t l ' o b j e t de l a piece 1.2,2, qui constitue une reprise beau-


coup plus complète de la pièce 1 . 2 e t d u sous-dossier 2 du précédent dossier-
pilote P,P 64, qui proposaient e t définissaient quelques modèles simples, mais
dont une utilisation exclusive pouvait conduire à une certaine monotonie,
en raison du peu de variété des formes proposées,
I1 e s t précisé que les modèles proposés sont destinés exclusivement
à porter des tabliers continus, c'est-à-dire q u ' i l s recoivent une seule liqne
d'appareils d'appui. Toutefois, i l n ' e s t pas exclu de s'en inspirer pour con-
cevoir des appuis aptes à porter des tabliers en travées indépendantes, l a
différence p o r t a n t essentiellement sur l'épaisseur qui ,dans ce cas,doit C t r ,
d ' a u moins 1 mètre en t ê t e pour permetire un appui convenable des deux travées
adjacentes.

Dans les modèles de piles, seule l a partie ____ vue e s t décrite, à


l'exclusion de l a partie enterrée, pour laquelle des indications sont
données dans la N O T I C E GENERALE (pièces 1.1.1 e t 1.1.2).
- 2 -

Les modèles décrits définissent géométriquenent u n coffrage suscep-


t i b l e d ' ê t r e immédiatement transposé à un cas concret, moyennant une a d a p t a -
t i o n simple le plus souvent. Pour l'établissement de ces modèles on a u t i l i s é
notamment les résultats d'une étude esthétique sur les appuis d'ouvrages,
établie par M. FRALEU, Architecte D . P . L . G .

2.1. PRESENTATION DES MODELES.


........................
Les modèles définissent le plus souvent un élément isolé - voile,
col onne, poteau - parfois aussi un ensemble indissoci able ( p a r exemple,
t r o i s poteaux reliés par une traverse horizontale).
Les modèles proposés sont définis à partir de données géométriques
standard, fixées en fonction des conditions usuelles d ' u t i l i s a t i o n . Toutefois,
certains des modèles proposés i ci présentent des p a r t i cul a r i tés de coffrarie,
voire même éventuellement des singularités de formes; i l s sont, bien entendu,
réservés à un usage bien délimité; de toute manière, les coûts peuvent d i f f é -
rer de façon importante d'un modèle à l ' a u t r e e t l'on ne devra pas choisir
n'importe quel modèle sous prétexte q u ' i l figure au catalogue. Dans ce b u t ,
des indications sur le domaine d ' u t i l i s a t i o n de certains modèles y sont don-
nées en même temps que leurs caractéristiques propres.
Chaque modèle e s t d é c r i t p a r une vue de face, une vue de p r o f i l ,
u n p l a n ( à l ' é c h e l l e 1/200) e t une perspective isométrique ( à l ' é c h e l l e 1/100)
permettant de bien v o i r l a forme du premier coup d ' o e i l ; pour certair,: d'entre
eux, des vues de d é t a i l définissent les dimensions de certaines parties t e l l e s
qu'avant-becs, rainures, e t c , Les cotes maicimales e t minimales y sont préci-
sées, ainsi que les f r u i t s éventuels. La longueur n ' e s t pas précisée, mais i l
y a lieu de remarquer que, s i certaines formes s'accommodent de longueurs quel-
conques, d'autres, en revanche, ne sont intéressantes ou souhaitables que s i
l a longueur ou p l u t ô t le rapport Longueur e s t compris entre certaines valeurs;
Hau te-ur 1
pour certains rnadèicc!, l a convenance de forne e s t sicndlée p,:: l ' - i n d i c 3 t i o n dec
- 1 , 5 extrê-ec souhaitablesde ce r a p p o r t ou coefficient de forme, désigné
par K ,
E n f i n , l'indication des quantités principales (volume de béton e t sur-
face de coffrage) complète l a description de chaque modèle; e l l e permet d'en
f a i r e une estimation rapide,et aussi de comparer entre eux différents modèles
d u p o i n t de vue économique.

2.2,

- Appuis constitués par des éléments lonqs ou voiles; chaque


élément reçoit au moins deux appareils d'appui ( 5 1.1 e t 1 . 2 ) .
- Appuis constitués p a r des éléments courts : colonnes s i leur
section horizontale e s t ronde, poteaux s i leur section h o r i -
zontale e s t carrée, rectangulaire ou polygonale; chaque é l é -
ment reçoit un seul appareil d'appui ( 5 1 . 3 ) .
- 3 -

- Appuis spéciaux, de forme composite, destinés plus particuliè-


rement à des viaducs ou à certains ouvrages en s i t e u r b a i n ( 5 2).
Les appuis des deux premières catégories peuvent ê t r e pris en compte
a r l e programme de calcul automatique PP 73, s o i t rigoureusement, s o i t moyen-
[ ) :ant des approximations mineures, En ce qui concerne les appuis de l a t r o i s i è -
( ) me catégorie, i l s ne sont en général pas calculables p a r l e programme PP (des-
( ) centes de charges non verticales , sections très variables , e t c . ,. ) .

Dans chacune des t r o i s catégories, les formes sont variées e t clas-


sées en a l l a n t de l a plus simple à l a plus complexe, La forme l a plus simple
e s t constituée p a r un para1 lélépipède rectangle pour les voiles , c q cylindre
à base circulaire pour les colonnes e t u n prisme à base carrée pour les poteaux.
Les formes plus complexes dérivent de ces dernières, s o i t par l'adjonction de
f r u i t s sur certaines faces, s o i t p a r celle de plans supplémentaires en plus ou
en moins grand nombre, s o i t par une combinaison de f r u i t s e t de plans.
Chaque modèle e s t caractérisé par sa section horizontale à l a base
e t au sommet; toute section horizontale intermédiaire peut donc s'en déduire,
puisque les faces sont toujours à base de plans, de p D r t i o n s de cy1 i n d w o b de
cône, a f i n d ' é v i t e r des complications de coffrages. Un même élément d'appui
pourra ainsi a v o i r une base rectangulaire e t sa face supérieure constituée,
par exemple, de deux trapèzes accolés par leur base ou 1 'inverse (trapèzes
en bas, rectangle en h a u t ) ; le raccordement se f a i t latéralement p a r des t r i -
angles, Les schémas ci-après montrent de t e l s a p p + - i s , avec l a flglir2zGIn74 Lez sec
tions horizontales à différents niveaux,

Les sections horizontales l e s plus courantes sont définies c i -


dessous pour les voiles, les colonnes ou les poteaux.

O
Voiles Colonnes e: >o.ilaux
- 4 -

Les formes proposées pour les appuis des deux premières catéaories
sont caractérisées p a r leur enveloppe qui en délimite en quelque sorte l e
contour ( c f . pièce 1.1.2, page 1 ) . Elles sont classées selon l e contour
général de l'enveloppe, v u de face e t vu de profi1,ce qui permet de défi-
n i r neuf modèles de base.
A l'exception des modèles de base 2E e t 3C, ces modèles de base
peuvent également ê t r e u t i l i s é s pour l'étude des formes des colonnes e t
des poteaux.
La numérotation des voiles (5 1.1 de l a pièce 1 . 2 . 2 ) e t des mo-
dèles de colonnes ( 5 1.3 de l a pièce 1 . 2 . 2 ) résulte de l a considération de
ces 9 modèles de base, schématisés ci-après.

Groupe

1
O

O
O
O
n
On trouvera ci-dessous quelques formes ressortant des inodèles
de base 1 A e t 3B.

groupe @ ,type B Ne convient pas


pour des colonnes

Modèle de base Modèles dérivés

En ce qui concerne les appuis spéciaux, on peut distinguer


- les appuis marteaux, souvent rencontrés en s i t e u r b a i n lors-
que l a place au sol e s t limitée ;
- 5 -

- les appuis en portique, également u t i l i s é s en s i t e u r b a i n ,


- les appuis de formes diverses, que l'on peut classer p a r réfé-
rence aux dernières l e t t r e s de l'alphabet en raison de leur
ressemblance de forme avec ces dernières : U , V , X, Y . . ..
Toutefois, pour les appuis spéciaux, des problèmes peuvent se
présenter concernant : le cal cul , le coffrage, l e f e r r a i l l a g e ,
...
l e bétonnage, l e coGt, l ' a d a p t a t i o n au t a b l i e r , e t c ;
de p l us, un soin p a r t i cul i e r devra ê t r e apporté à 1 'exécution,
en rapport avec le choix esthétique.
Ces appuis, n'étant pas d'usage courant, sont décrits d'une manière
sommaire sous forme de simples schémas, destinés surtout à donner
des idées.

Comme i l a é t é précisé plus h a u t , les modèles proposés des deux


premières catégories sont définis à partir de données géométriques normal i-
sées. Ces données sont exprimées SOUS forme de paramètres, définis selon l a
terminologie retenue dans l a NOTICE GENERALE (pièce l m l . l -page, 2 e t pièce
1.1.2, page 6 ) .

Longueur

Conventionnel leraent,
les f r u i t s des deux sché-
mas ci-contre sont néga-
tifs.

+--------I,
I I
I-L- -- --- --
I J

Ces paramètres sont définis ci-après pour des appuis en forme de


voile délimités par quatre plans, d o n t toute section horizontale e s t rectangu-
l a i r e , e t pouvant comporter un fruit sur chacune des faces :
- l a HAUTEUR V U E , fixée uniformément à 5 m , valeur voisine du
t i r a n t d ' a i r normal (4.85 m) sous un P.S. autoroutier; bien
entendu, i l ne s ' a g i t l à que d'une valeur de référence, choi-
s i e pour des raisons de commodité e t permettant de comparer
entre eux différents modèles,
- l'EPAISSEUR, d o n t l a valeur minimale e s t fixée à 0,50 m, suf-
fisante mécaniquement dans tous les cas où l a hauteur,vue e s t
de 5 rn ou même davantage, e t permettant l e plus souvint l'im-
p l a n t a t i o n sur terre-plein central, Une épaisseur de 0,50 m d o i t
ê t r e considérée comme normale dans tous les cas où, indépen-
damment de conditions mécaniques, des considérations,,de forme
H
- 6 -

ne conduisent pas à prévoir des surlargeurs ; pour des ap-


puis de ponts courants, l'épaisseur maximale à envisager
ne devrait pas alors dépasser 0,80 m ; c ' e s t cette dernière
valeur qui a é t é choisie pour définir un certain nombre de
modèles e t l'on peut f i x e r l a règle suivante :
voiles d'épaisseur constante, à parements latéraux
verticaux (groupe 1) : l'épaisseur sera uniformément
de 0,50 m
voiles d'épaisseur variable, à parements latéraux
avec f r u i t s ; les épaisseurs minimales e t maximales
sont :
0,50 m à l a base e t 0,80 m au sommet pour les appuis
du groupe 2
0,80 m à l a base e t 0,50 m au sommet pour les appuis
du groupe 3.
I1 y a lieu de préciser que l a valeur de 0,80 m
pour 1 'épaisseur maximale d u voile doit ê t r e considérée
comme une limite à ne pas dépasser, mais que l ' o n s ' a c -
commodera souvent d ' une val eur moi ndre .
- l a LONGUEUR, essentiellement variable pour les appuis en
forme de voile (recevant au moins deux appareils d'appui),
voisine de 1 'épaisseur pour les appuis en forme de colo'nnes
ou de poteaux (recevant un seul apparei 1 d'appui). Cette
longueur dépend non seulement de conditions techniques, mais
aussi de considérations esthétiques : pour certaines formes
d'appui, i l y a lieu de respecter certaines proportions entre
longueur e t hauteur. I1 y a lieu de préciser que l a longueur
à considérer e s t celle de l a face supérieure, q u i e s t une
donnée l i é e à l'implantation des appareils d'appuis : s i 1
l'appui e s t constitué p a r un seul voile, celui-ci recevra
2 ou 3 appareils d'appui ; s ' i l e s t constitué p a r plusieurs
voiles, ces derniers recevront l e plus souvent 2 appareils
d ' appui .

D'une façon générale, on réduira l a lonqueur des voiles


a ce qui e s t nécessaire pour l'implantation des appareils
d'appui , compte tenu des c r i t è r e s mécaniques e t esthétiques.
Pour le choix de l a longueur on se reportera à ce q u i e s t
d i t dans l a NOTICE GENERALE ( c f . pièce 1.1.1, page 16 e t
pièce 1.1.2, page 33) e t dans le dossier GUEST 69 (page 47) ,
ainsi q u ' a u x 5 2 . 5 , 2 . 7 e t 2.8 ci-après.
- l e FRUIT éventuel, qui peut concerner, s o i t les faces la-
térales , s o i t les faces d'extrémité, s o i t 1 'ensemble.
Selon l e cas, l e f r u i t peut ê t r e imposé p a r les dimen-
sions minimales e t maximales que l ' o n aura fixées ou, au
contraire, f a i r e l ' o b j e t d ' u n choix. Si l ' o n reprend les
schémas de l a page 5 , qui définissent un voile du groupe 2 ,
type B, les options suivantes sont envisageables :
- 7 -

épaisseurs en bas f r u i t imposé


1- e t en h a u t fixées
2 - épaisseur en bas fixée choix sur l e f r u i t , l i m i t é ce-
pendant par l a valeur maximale
de l'épaisseur en h a u t
3 - épaisseur en h a u t fixée choix sur l e f r u i t limité ce-
pendant p a r l a valeur minimale
de 1 'épaisseur en bas.
- Sens
-------- -------- ( f r u i t
longitudinal d'extrémité)
1 - longueurs en bas e t en h a u t fixées f r u i t imposé
2 - longueur en h a u t fixée choix sur l e f r u i t ,
limité par l a valeur
minimale éventuelle
de l a longueur en bas.

En f a i t , l a valeur à donner au f r u i t e s t généra-lement


l i é e à une question d'aspect ; e l l e doit donc pouvoir f a i r e
l ' o b j e t d ' u n certain choix, compte tenu des conditions à
respecter sur les valeurs minimales e t maximales des dimen-
sions, t e l l e s qu'elles o n t é t é fixées. Pour un certain nom-
bre de vodèles, y compris les modèles de base, des valeurs
conseillées pour l e fri!it aux extrémités (négatif ou p o s i t i f )
sont données pour chacun d'eux.
D'autre p a r t , on peut ériger en principe que l e f r u i t
doit êtrenettement visible, ce qui conduit aux valeurs mi--
nimales suivantes :
- f r u i t latéral --
1
50

- f r u i t d'extrémité : 1 s i F < O, OL
a
Si l'on nepeut-respecter ces
pas de f -___
ruit.
---- - Dans
Nota certains modèles comportant un f r u i t ' u r les faces
1 atéral e s , a valeur de ce dernier a été fixée en vue d'obtenir
l e meilleur aspect pour l a hauteur figurée, à savoir 5 m . I1
se peut que cette valeur ne puisse ê t r e conservée lorsque la
hauteur dev ent importante, e t le projeteur devra alors f a i r e
une a d a p t a t on ( c f . Cj 2 . 5 ) .

2.4. M I _ X -0LlJN -MQ)E_LE_


a - Le choix d'un modèle de pile se fera en appliquant les prin-
ci pes e t recommandations donnés dans 1 a NOTICE GENERALE ( pi ecti 1. i . 2 ,pages
33 e t suivantes) e t en s ' i n s p i r a n t également du dossier GUEST 69 pour
ce qui concerne l'aspect. S u r ce dernier point, on notera que l e choix
d'une forme ne saurait se f a i r e sans t e n i r compte de l'adaptation géo-
métrique ( c f . 5 2.5),ct que certains modèles comportant, par exemple,
- 8 -

des f r u i t s ou des faces triangulaires ne sauraient s'accommoder de hau-


teurs t r è s variables dans un même ouvrage, ce q u i permet de procéder
à une premi ère é1 imi nati on.

b - Bien entendu, l e choix d ' u n modèle devra se f a i r e en tenant


compte de 1 'importance de 1 'ouvrage, de l a manière d o n t i 1 sera vu e t
de son environnement ; i l s e r a i t i n u t i l e , en e f f e t , de prévoir des f o r -
mes compliquées pour des appui s d ' ouvrages courants en rase campagne ,
q u i s'accommoderont bien des formes les plus simples, qui sont aussi
1es pl us economiques .
c - Si cela s'avère u t i l e , l e projeteur n'hésitera pas à f a i r e
quelques vues perspectives, prises de points de vue rapprochés, afin de
juger du bien-fondé du choix q u ' i l aura f a i t préalablement ; c e t t e ma-
nière de f a i r e , souvent fructueuse, permettra l e cas échéant d ' é v i t e r
des erreurs sur l e plan de 1 ' e s t h é t que en modi.fiant, s ' i l l e f a u t , les
bases choisies initialement.

2.5. AoApTAIloM-SEo~ETeIQUE.
Quel que s o i t l e modèle d appui que 1 'on aura choisi, i 1 v a
lieu de d é f i n i r .non seulement les valeurs des paramètres géométriques
en fonction des données l i é e s au s i t e e t au t a b l i e r , mais encore les dis-
positions permettant d ' a j u s t e r l'appui au mieux des impératifs l i é s à
l'ouvrage ; c ' e s t l ' o b j e t de l'adaptation, qui portera sur :
.- l e raccordement avec l e t a b l i e r
- l a hauteur
- l'épaisseur
- l a longueur
- les f r u i t s eventuels
- l e biais
- l e raccordement avec l a fondation.
Ces différents facteurs sont analysés ci-après. 1

Raccordement avec l e t a b l i e r - Dans un bon nombre de cas, l a


portion de surface d'intrados située au d r o i t de l'appui n ' e s t pas ho-
rizontale, que ce soit du f a i t d'un dévers ou de l a combinaison d'une
pente longitudinale e t d'un biais. Le problème e s t alors de définir l a
face supêrieure de 1 ' appui c t lit ;&y+t,rfp +es brssaçes ( cf. en?le~~en:
',c= 1 . 4 1 ) c c ~ ~ ~ r tenu
% e de ce que deux solutions sont envisageailes :

- l a face supérieure courante de l'appui e s t parallèle à l'in-


trados
- l a face supérieure courante de l'appui e s t horizontale.

La première solution e s t à considérer comme c c w d i e s i l'appui


e s t constitué de colonnes, de poteaux ou de voiles réunis en t ê t e p a r un
chevêtre .
Lorsque l'appui e s t constitué de plusieurs voiles, sans chevêtre,'
la deuxième solution e s t à considérer comme norinaleet devra donc ê t r e
préférée toutes les fois que cela sera possible ; c ' e s t , du r e s t e , l a
seule qui s o i t envisageable avec certains modèles d o n t la forme ne s ' a c -
commoderait pas d'une face supérieure non horizontale. Si l'appui comporte
plusieurs voiles, ceux-ci pourront avoir même hauteur ou des hauteur 1é-
gèrement différentes, selon 1 'importance de l a pente de 1 'intrados.
- 9 -

L'ensemble de ces dispositions e s t schématisé p. 15, étant pré-


cisé par a i l l e u r s que pour l a mise au p o i n t de détail d u coffrage i l sera
tenu compte de l a pièce 1.4.19 1 (bossages).
Hauteur - Lorsque l e tirant d ' a i r sous l'ouvrage correspond au
gabarit normal ou s'en écarte peu, i l n'y aura pas de problème majeur
d'adaptation, s i ce n ' e s t que l a hauteur vue des voiles sera l e plus sou-
vent différente en t o u t p o i n t de l 'ouvrage, du f a i t de l a combinaison des
pentes longitudinale e t transversale des voies inferieure e t supérieure ;
toutefois ces différences de hauteur seront ggnéralement limitées e t l ' o n
adoPtera pour l e raccordement avec l e t a b l i e r 1 'une des dispositions tjché-
iaatisées p. 15.
Par contre, s i l e t i r a n t d ' a i r devient important ( 7 à 8 m par
exemple) ou s i l a hauteur e s t t r è s variable d'une ligne d ' a p p u i à une
autre, ou l e long d'une même ligne d'appui, certains modèles ne convien-
nent pas ; l e projeteur devra alors commencer par f a i r e u n choix préala-
ble en éliminant les modèles incompatibles : si l a hauteur e s t t r è s va-
riable, par exemple, un f r u i t e s t déconseillé ; d'autre p a r t , certaines
formes ne sont acceptables esthétiquement que s i un certain rapport entre
l a longueur e t l a hauteur e s t respecté : or, l a longueur e s t souvent dé-
termi née par 1 ' espacement des apparei 1s d ' appui extrêmes , donc fixée à
priori.
Epaisseur - On a vu précédemment qu'une épaisseur minimale ab-
solue de 0,50 m é t a i t nécessaire ; cette valeur e s t admissible sans res-
t r i c t i o n sur tout terre-plein central destiné à permettre une implanta-
tion d'appui, q u i ne s e r a i t pas toujours possible avec une épaisseur
plus grande. Les problèmes d'adaptation geometrique concernent cette
possibilité d'implantation sur terre-plein central seulement dans le cas
d'épaisseurs supérieures, q u i peuvent ê t r e imposées pour des raisons me-
caniques ou esthétiques (on devra alors t e n i r compte des dispositifs de
sécurité éventuels) ; c e t t e question e s t évoquee dahs l a NOTICE GENERALE
( c f . pièce 1.1.2, page 2 ) .
Longueur - Directement l i é e à l a largeur biaise de l ' i n t r a d o s ,
on a vu qu'elle dépend du nombre e t de l a répartition des points d ' a p -
, p u i , ainsi que du nombre de voiles dans l e cas d ' u n appui à voiles mul-
t i p l e s ; des limites peuvent lui ê t r e fixées, en fonction de c r i t è r e s
mécaniques,esthétiques ou économiques.
Lorsque 1 'appui e s t constitué par plusieurs yoiles receyant
chacun 2 appareils d ' a p p u i e t si l ' o n ne considère que l e côté esthétique,
i l y a lieu de remarquer que l a longueur des voiles n ' e s t pas indépen-
dante de leur forme e t qu'une certaine proportion est à respecter entre
les pleins constitués par l e s voiles e t les vides constitués par les i n -
tervalles entre ces derniers ; ceci e s t i l l u s t r é par les schémas ci-
dessous.

l,o <-
Al s1,5
ho
Mais, bien entendu, i l e s t sndispen;able de ne reten r que les cas
techniaaement acceptables.
- 10 -

Par a i l l e u r s , s i l'on a affaire à u n l o t d'ouvrages courants


d u type PSI-DP par exemple, i l e s t intéressant e t généralement possible
de définir une (ou plusieurs) longueur standard pouvant s'adapter à tous
les ouvrages de même type du l o t , quels que soient l e profil en travers
e t l e biais. Cette adaptation peut ê t r e obtenue en jouant s u r . ï e nombre,
l'espacement e t l a répartition des points d'appui, dans les limites fixées
dans l a NOTICE GENERALE ( c f . pièce 1.1.1, page 1 6 ) .
F r u i t ( s ) éventuel(s) - Pour des appuis de hauteur modérée (6 t?
à 7 m ) un f r u i t latéral e s t rarement nécessaire e t , de plus, des parements
verticaux s o n t plus f a c i l e s à r é a l i s e r . L'adaptation portera plutôt sur l e
f r u i t des faces d'extrémité, intéressant lorsqu'il permet de réduire l a
longueur à l a base ; on se reportera à ce qui e s t d i t plus h a u t , en 2.3.
Cependant, pour certains types d'ouvrages , par exemple les ponts cri I?<;lles
pleines ou élégies d ' i n e r t i e variable, l'emploi de f r u i t s latéraux peut
ê t r e u t i l e , voire nécessaire, pour des raisons d'esthétique ( c f . NOTICE
GENERALE, pièce 1 . 1 . 2 , page 41).
Biais - Le biais a une incidence sur l a longueur e t l e nombre
de voiles, parfois sur l a forme, mais pas toujours ; sur ce dernier point,
i l y a lieu de distinguer deux cas :
- l'appui e s t nettement en r e t r a i t ar rapport à l ' a r ê t e de
7
l ' i n t r a d o s : i l n'y a pas de problème particu i e r ;
- l'appui n ' e s t pas en r e t r a i t par rapport à l ' a r ê t e de l ' i n -
trados : i l y a en ce cas une convenance de forme à rechercher ou une
adaptation à f a i r e , par exemple prévoir un avant-bec ou u n pan coupé
( c f . schéma ci-dessous ; en outre, on évitera toute disposition qui con-
duirait à des angles aigus.

d'intrados
pan coupe

Le plus souvent, l a solution e s t u n cas d'espèce e t déPendi.(\


du type de t a b l i e r , du modèle retenu pour l'appui, de l'emplacement des
appareils d'appui extrêmes, e t c .... Cependant, sur l e plan esthétique l a
t7reniiilrc qnlution > n u i P P r p t r a i t ) e - t n 6 n é r a l w v n t à prpfilrer.

Raccordement avec l a fondation - Celui-ci peut se f a i r e de


plusieurs manières, selon l e modèle d'appui e t selon l e nombre r ' ' ; i c n q t c .
dans l e cas l e plus simple d'un voile parallélépipédique, celui-ci peut
se prolonger directement jusqu'à l a fondation ; s ' i l s ' a g i t d'une forme
complexe, délimitée par un assez grand nombre de plans, on préférera
l ' a s s e o i r sur un soubassement ; enfin, s.i l'appui se compose de plusieurs élé-
rrents, ces derniers reposeront sur l a nervure servant de raidisseur à l a
semelle. Ici encore, on peut aboutir à une certaine standardisation en
rattrapant des inégalités de hauteur de l a partie vue p a r c e l l e du sou-
bassement ou de l a nervure.
- 11 -

Ces d i f f é r e n t e s d i s p o s i t i o n s types, d é c r i t e s dans 1a NOTICE


GENERALE ( p i è c e 1.1.2, page 22),sont rappelées à l a f i n de l a présente
p i è c e ; e l l e s s ' a p p l i q u e n t à l a f o i s aux p i l e s e t aux p i l e s - c u l é e s .
2.6. C- H_O_I X- _D'EN
_ _ _C_O F_F R_A_G E_ -ET_ _D_' U_N _PAREMENT.
_-_--------------
I l n ' e s t p e u t - ê t r e pas i n u t i l e de r a p p e l e r i c i que l e c h o i x
d ' u n parement n ' e s t pas indépendant du modèle r e t e n u . I 1 s e r a i t i n o p p o r t u n
de p r é v o i r des parements coûteux pour des appuis de forme s i m p l e en r a s e
campagne e t , à l ' i n v e r s e , des appuis de formes complexes, en s i t e u r b a i n
p a r exemple, m é r i t e n t des parements p l u s r i c h e s e t s u r t o u t p a r t i c u l i è r e -
ment soignés : à une recherche de formes d o i t correspondre une recherche
dans l e s coffrages e t parements. Pour ces problèmes de parements, on se
r e p o r t e r a à ce q u i e s t d i t à ce s u j e t dans l a NOTICE GENERALE ( c f . p i è c e
1.1.2, pages 49 e t s u i v a n t e s ) .

Un p o i n t i m p o r t a n t à s i g n a l e r concerne l ' e x é c u t i o n des a r ê t e s :


on é v i t e r a dans t o u t e l a mesure du p o s s i b l e l e s a r ê t e s v i v e s , q u i s e r o n t
chanfreinées. Ces chanfreins, plans ou c y l i n d r i q 9 e s , s e r o n t l i m i t é s au s t r i c t
nécessaire a f i n de ne pas a m o l l i r l e s formes ( l a r g e u r de 2 c m au plus).

Chanfrein plan , ,,,,Chanrin cylindrique

I I ' /
R ~ l a 2 c m

2.7. CONSTITUTION D'UN APPUI LONG.


_ _ - _ _ - _ _ _ _ _ _ _ - _ _ I - - - - - - - - - - -

Le problème se pose dans l e cas d ' a p p u i s compo és de v i l e s ,


l o r s q u e l a longueur de l a l i g n e d'appui dépasse c e l l e q u i s e r a i t souhai-
t a b l e pour un seul v o i l e ( l e cas d'appuis c o n s t i t u é s p a r des colonnes ou
des poteaux ne pose pas de problème a p r i o r i , puisque ces éléments sont
en p r i n c i p e disposés chacun au d r o i t d ' u n a p p a r e i l d ' a p p u i ) .

I 1 f a u t a l o r s p r é v o i r p l u s i e u r s v o i l e s , ce q u i i m p l i q u e l e
c h o i x de l a longueur de chacun d'eux e t de l e u r nombre, ces deux para-
mètres n ' é t a n t pas indépendants. On peut envisager p l u s i e u r s d i s p o s i t i o n s ',
a i n s i qu'on l ' a vu dans l a NOTICE GENERALE ( p i è c e 1.1.2,page 34); c ' e s t
a i n s i qu'un v o i l e unique de longueur donnée p e u t ê t r e remplacé p a r deux
v o i l e s (ou davantage) de longueur r é d u i t e , moyennant éventuellement une
r é p a r t i t i o n un peu m o d i f i é e des a p p a r e i l s d ' a p p u i . Le problème se pose
a l o r s de s a v o i r q u e l l e longueur donner à chacun de ces v o i l e s : du s e u l
p o i n t de vue technique, c e t t e q u e s t i o n e s t t r a i t é e dans l a p i è c e 1.1.1
( c f . page 16) de l a NOTICE GENERALE ; du p o i r i t de vue e s t h é t i q u e , on se
r e p o r t e r s à 1.1 p i è c e 1.1.2 ( c f . p ~ g e33) c e t t e même NOTICE GENERALE.

Pour 1 ' a p p l i c a t i o n p r a t i q u e , on se r e p o r t e r a aux i n d i c a t i o n s


f i g u r a n t au catalogue des MODELES, ( p i è c e 1.2.2 5 1.2) i n d i q u a n t q u e l l e s
s o n t l e s p o s s i b i l i t é s en f o n c t i o n de l a longueur de l a l i g n e d'appui ou
de l a l a r g e u r b i a i s e du t a b l i e r .
- 12 -

2.8. STANDARDISATION.
---------------
La standardisation envisagée i c i e s t d'ordre géométrique ; elle-
s'applique aux appuis du type en voile e t peut se présenter sous t r o i s
aspects : I

1 - Normalisation des épaîsseurs e t des f r u i t s dans les modèles


de base ; ces dimensions o n t été définies précédement, au
5 2.3.
2 - Détermination du nombre e t des longueurs de voiles en fonc-
tion des profils en travers normalisés définis au CAT. 75.
3 - Détermination d'une (ou plusieurs) longueur de voile, dans
l e cas d ' u n l o t d'ouvrages ayant des profils transversaux il

divers e t présentant des biais quelconques.


i l

Les principes e t les éléments de cette standardisation sont ex-


posés dans la pièce 1 . 2 . 2 ( § 1.1 e t 1 . 2 ) .

2.9. ------------------
COUTS ET QUANTITES.
Les prix composés types donnés au 5 7 de l a pièce 1.3.1 permet-
tent de déterminer l e coût global d'une pile en fondation superficielle,
en fonction d ' u n certain nombre de paramètres t e l s que l a profondeur de l a
fondatjon, l a largeur de la semelle, e t c ...,
dans l'hypothèse d'une hau-
teur vue standard de 5 m e t de voiles simples d'épaisseur constante m i n i -
male 0,50 m. Cela constitue en quelque sorte un coût niinimal, correspon-
d a n t à 1 'appui courant standard. r

Afin de tenir compte de l'incidence du choix f a i t sur les modè-


l e s , incidence q u i porte essentiellement sur l a partie située au-dessus
de l a semelle (voile ou f û t ) , des éléments d'avant-métré sont fournis
avec chaque modèle, dans l a pièce 1.2.2 ; i l s donnent les quantités cor-
respondantes de béton e t de coffrage pour une hauteur de 5 m. I1 e s t donc
possible, par référence avec l e modèle de base standard, d'évaluer avec
une bonne approximation l e supplément de coût à attendre du f a i t de ce
choix ; bien entendu, i l sera tenu compte, l e cas échéant, de ce que les
coffrages spéciaux sont plus chers une majoration e s t à appliquer pour
t e n i r compte de l a hauteur réelle (tirant d ' a i r supplémentaire, partie
enterrée) e t 1 'on pourra admettre que les quantités sont proportionnelles
à l a hauteur ; on n'oubliera''pas, l e cas échéant, l e soubassement ou l a
nervure.
A
Dans les formules donnant l'expression des quantités, l a lon- 'i
gueur 'IL" du voile figure come variable.

........................................
2.10. PRISE EN COMPTE PAR LE PROGRAMME P.P. 73.
La plupart des modèles proposés, courts ou longs, sont calcu-
lables par le programe P.P. 73, s o i t directement, s o i t moyennant des
approximations mineures ou simulations, Lorsqu'un mqdèle est calculable
directement, aucune indication n'est mentionnge. . S ' - T ~ e s t calculable par
simulation (recherche d ' u n e souplesse équivalente) 1 ' i n d i c a t i o n corres-
pondante e s t mentionnée. Si l e programe P.P. n'est' pas u t i l i s a b l e , on
,devra recourir à un autre mode de calcul, manuel par exemple.
- 13 -

-
3 MODÈLES DE PILES- CULÉES

I l s f o n t l ' o b j e t de l a pièce 1.2.3, mais sont. présentés dans


u n e s p r i t différent de celui des pil2s. En e f f e t , s i l a structure d'une
pile dans son ensemble e s t toujours à peu près l a même, à savoir une fon-
d a t i o n à u n niveau assez peu variable (de 1 m à 3 m de profondeur envi-
ron) e t une partie en élévation (voiles, colonnes ou poteaux) de hauteur
minimale d'environ 5 m , i l en va différemment d'une pile-culée, car sa con-
ception, donc sa structure, dépend essentiellement du type e t du niveau de
f o n d a t i o n retenus.

En raison de l a multiplicité des dispositions envisageahles,


e t a f i n de ne pas a l o u r d i r exagérément l e catalogue des modèles, i l a
paru préférable de décrire e t de d é f i n i r séparément les différents élé-
ments : fondation, partie intermédiaire, partie supérieure. Cette distinc-
tion permet. un classement des types de piles-culées, selon l e niveau ou l e
type de fondation, e t selon les dispositions de l a partie supérieure. Cette
description constitue les t r o i s premières parties du catalogue des modèles
de p i les-culées.
La quatrième partie de ce catalogue décrit e t d é f i n i t les carac-
téristiques propres des éléments des piles-culées apparentes.
La cinquième partie propose un certain nombre d'exemples, obtenus
p a r assemblage des éléments définis dans les premières parties, e t choisis
parmi ceux paraissant les mieux adaptés aux ouvrages auxquels i l s sont des-
t i nés.
3.2. CLASSEMLNJ-.
Le classement des éléments constitutifs concerne l a fondation
e t l a partie supérieure, qui peuvent d ' a i l l e u r s ê t r e confondues dans cer-
tains cas (piles-culées en t ê t e de t a l u s ) .
3.2.1. .............................
Classement selon l a f o n d a t i o n .
Ce classement reprend les principes énoncés dans l a NOTICE
GENERALE (pièce 1.1.3), à savoir l a distinction entre fondations superfi-
ciel les e t fondations profondes.
Dans le cas de fondations superficielles, un certain nombre de
dispositions sont envisagées, selon l e niveau de l a semelle ; dans l e cas
de fondations profondes , les dispositions sont également nombreuses e t
diffèrent selon l a disposition des pieux, leur nombre, leur type, leur
diamètre, e t c . . .
3.2.2. -C1 . , *assement
--7------T -------
selon 1a ~ ~ ~ t j ~ - s g p e r j g w g .
On retrouve également dans ce classement les dispositions dé-
finies dans l a NOTICE GENERALE (pièce 1.1.3). On distinguera 4 types
pri nci paux :
1 - chevêtre simple pouvant ê t r e court ou long
2 - chevêtre avec mur garde-grève
3 - chevêtre avec d a l l e de transition
4 - chevetre avec mur garde-grève e t dalle de transition
A l ' i n t é r i e u r de ces quatre types principaux, on trouvera plusieurs dis-
positions types selon l a façon d o n t e s t résolu l e raccordement avec les
terres environnantes e t selon Ta section du t a b l i e r : dalle rectangu-
l a i r e , dalle à encorbellements latéraux, ....
- 14 -

3.3. DONNEES GEOMETRIQUES.


.....................
C e l l e s - c i concernent c e r t a i n s éléments c o n s t i t u t i f s t e l s que
l e s colonnes ou l e s poteaux, a i n s i que l a p a r t i e supérieure, à l ' e x c l u -
s i o n de l a f o n d a t i o n .

- C g d g n ~ g s - g ~ - p g m g x-
Leurs dimensions t r a n s v e r s a l e s s e r o n t
conformes à c e l l e s q u i o n t é t é d é f i n i e s dans l a NOTICE GENE-
RALE ( p i è c e 1.1.3); l e s v a l e u r s minimales à r e t e n i r s o n t
0,60 m de diamètre pour cne colonne c y l i n d r i q u e e t 0,510 m
pour l e s côtés dans l e cas d ' u n poteau de s e c t i o n carrée.

- !31&_trg - Sa l a r g e u r e s t e s s e n t i e l l e m e n t v a r i a b l e e t dépend
de p l u s i e u r s paramètres, mais son épaisseur minimale, q u i e s t
une donnée géométrique l i é e à l a n é c e s s i t é de r é s e r v e r un es-
pace l i b r e s u f f i s a n t sous l e t a b l i e r , p e u t ê t r e f i x é e à 0,60 m.

Sa longueur sera, s e l o n l e cas, s o i t un peu s u p é r i e u r e


à c e l l e de l a l i g n e d ' a p p u i , s o i t é g a l e à l a l a r g e u r u t i l e
b i a i s e du t a b l i e r , s ' i l y a un mur garde-grève ou une d a l l e de
t r a n s i ti on.

3.4. ADAPTATION -
. . . . . . . . . . . . . . .STANDARDISATION.
. . . . . . . . . . . .GEOMETRIQUE .............
Comme pour l e s p i l e s i n t e r m é d i a i r e s , il e s t p o s s i b l e de d é f i n i r
des d i s p o s i t i o n s types permettant d ' a j u s t e r l ' a p p u i au mieux des impéra-
t i f s l i é s à l ' o u v r a g e . Comme, dans l a p l u p a r t des cas, l a p i l e - c u l é e s e r a
c o n s t i t u é e d'éléments v e r t i c a u x placés au d r o i t des p o i n t s d ' a p p u i , on
peut d é f i n i r ces d i s p o s i t i o n s types en f o n c t i o n du nombre e t de l ' e s p a -
cement des apparei 1s d ' appui.

E l l e s c o n s i s t e n t à d é f i n i r , pour une l a r g e u r b i a i s e donnée de


l ' i n t r a d o s , l e nombre e t l'espacement des éléments v e r t i c a u x , compte tenu
des i m p é r a t i f s l i é s au t a b l i e r (espacement maximal à ne pas dépasser pour
l e s a p p a r e i l s d ' a p p u i ) e t à l ' e x é c u t i o n (espacement l e p l u s grand p o s s i b l e
e n t r e l e s colonnes ou l e s poteaux, a f i n de f a c i l i t e r l e s o p é r a t i o n s de
remblaiement). Ces d i s p o s i t i o n s s o n t d é f i n i e s à l a p i è c e 1.2.3.

-
4 DlSPOSlTlONS TYPES

E l l e s s o n t a p p l i c a b l e s à tous l e s codèles d'appiii e t concernent.


les t r o i s points suivants :

- l e r a c c o r d e m n t avec l e t a b l i e r , obtenii v a r l e n r o f i l a g e de l a I
face s u p é r i e u r e de l ' a p p u i e t une d i s p o s i t i o n a p p r o p r i é e des bossages
- l e r a c c o r d e m n t avec l a f o n d a t i o n ;
- l e s diri.ensions courantes à r e t e n i r .

E l l e s s o n t d é f i n i e s aux schécas des t r o i s paves s u i v a n t e s .


- 15 -
RACCORDEMENT AVEC LE TABLIER

i - ------ rn
e t bossages inférieurs identiques
P
bo s sages su pé r i eu rs i dent i ques
--_A- ---

Faces supérieures des voiles


horizontales e t décalées

-__- ou bossages infér,ieurs identiques


bossages supérieurs identiques
b DO
disposition normale
6h=d(LotDo)

12à15 Faces supérieures horizontal es


I
,
A2
ri: m bossages i n f é r i eurs d i f f é ren t s
bossages supérieurs identiques
01.----- disposition normale
4 A*- 4 A l s 15 cm

h ?
----- aht" I 1

n nervures supérieures de
hauteur vari able
i
abis -a LO bv DO Y
y -
-----
LO ,,

Variante de 3 , sans l i m i t a t i o n
de pente transversale
-------
nervure supéri eure
----- _---- de hauteur vari able

Nota- Si l'appui comporte un voile unique, le choix se fera entre une disposition
t e l l e que I ( f ? c e 5rpPr.ieiire p a r i i l l è l e à l ' i n t r ? d r s ) ou 3 ( f z c e qupérieure
horizontale).

CAS DES COLONNES OU DES POTEAUX (palees)

Le chevêtre sera parallèle à 1 'intrados (disposition nor~ale) PLI b i ? ï . ï t c n t a l .


- Irj -
RACCORDEMENT AVEC LA FONDATION

Cas d'un voile unique

1, Le voile est prolongé jusqulà' la semelle .


...................................

----------
Cas d'emploi :voile simple parallépipédique,semelle a faible profondeur :
(DG2m)

2- -Le- -voile
- - - -repose
- - - -sur ------.---
- - -un-soubassement
- arasé à 0,30m en dessous du niveau
de la voie inférieure.
c

soubassement

Détail

Cas d'emploi : voile comportant


............ des fruits ou faces multiples,
semelle à grande profondeur ( 2 1 h ,< D 6 4m 1.

Soubassement

Cas de voiles multiples


- soubassement.
......................................
Les voiles reposent sur une nervure

m m

Cas de colonnes ou poteaux ( palees)


r
I
I hnervure - soubassement

......................................
Même disposition que pour des voiles multiples.

nervure

..~ . ~~~ ~ . ~ __ .... .... .... .


.
- 17 -

DIMENSIONS COURANTES

SENS TRANSVERSAL
.......................

Niveau de la plate.form
TT i-r
Béton de propreté -/
épaisseur

It 1 B

---
Détail

h > C-B-a B b
s02-- 4 OUA 4

q60 m ,< hs ,< o,80 m


Nervure
ou soubassement

......................
SENS LONGITUDINAL

LO I

- -de-(oup-colonnes)
-Cas Iu-
sie-u-
r s -vgiles-

.voir
detail

m I I

L J 4
LS *

L, + 0,40 <L,,<L, t O , ~ O + 2h
. LS= ( n -
* 0,2 )e
*n =nombre d’éléments
(voiles ou colonnes)

,,-voile ou nervure

Condition de débord
hS
d,< hs
- 18 -

5- ANNEXE

Pour j u g e r l ' a s p e c t d'une p i l e ou d ' u n ensemble de p i l e s ,


après a v o i r e f f e c t u é l e c h o i x du modèle e t l a r é p a r t i t i o n des éléments
v e r t i c a u x ( v o i l e s , poteaux, colonnes) l e l o n g des l i g n e s d ' a p p u i , il
e s t c o n s e i l l é d ' e n f a i r e au moins une r e p r é s e n t a t i o n en p e r s p e c t i v e ''vs"
s u e l l e " , ce terme é t a n t employé i c i p a r o p p o s i t i o n à l a r e p r e s e n t a t i o n
c'es d i f f é r e n t s modèles s e l o n une p e r s p e c t i v e s i m p l i f i é e d i t e "axonomé-
t r i q u e " , q u i en donne une assez bonne image d e s c r i p t i v e , c e r t e s , mais
fragmentaire parce que r e p r é s e n t a n t un élément i s o l é e t f o r t d i f f é r e n t e
de ce que p e u t v o i r un observateur une f o i s l ' o u v r a g e terminé.

7
l ' o b s e r v a t e u r e s t p l a c é F U p o i n t O,
i ?,, dont l e s CoL rdonnées s o n t d é f i n i e s
au schéma c i - c o n t r e ; c e t emplace-
ment permet de Cien v o i r l'ensemble.
de l a p i l e sij;,s un angle r a i s o n n a -
appui \ <
b l e , s o i t 30"< a 40" pour une l o n -

T r o i s exemples , obtenus à p a r t i r des modèles proposés , m o n t r e n t


l e r é s u l t a t que l ' o n p e u t o b t e n i r p a r l ' e m p l o i de c e t t e méthode.

Pour 1 ' u t i l i s a t i o n p r a t i q u e du canevas, un t r a p s l u c i d e non c o t é


est joint, i n fine.
- 19 -

CAS
- - -D-
' U-
N -OUVRAGE
- - - - - -B I- S -:-P-O-S-
A I- - - F-' .
I T-I O-N-DE

La position du point de f u i t e F ' dépend du biais de l'ouvrage.


F' se déplace sur l'axe o x ( c f . schéma de l a page 19) e t son abscisse
e s t donnée par l a formule :
400
o i = 1 0 . t g (T e en grades
- e ) OF' {
en cm
dans laquelle 8 e s t l'angle formé par l a ligne d'appui e t l e b o r d d u
t a b l i e r , t e l q u ' i l e s t defini au schéma ci-dessous.
Quel que s o i t l e sens d u b i a i s , 8 e s t toujours pris du même
côté de 1 'appui par rapport à 1 'observateur. Les deux cas de figure pos-
sibles sont représentés s o i t :
< 8, < 100
I
0 gr

100 gr '-< e2 \< 200 gr

8 sera pris en valeur absolue.

\
\
\ Position de
\\l'observateur
Bord du tablier

Bord du tablier
4
- 20 -
v)
W
z
ix I
\
- 23 -
+
/ I
I
l
i
I
I
1.2.2

MODÈLES DE PILES

Page

1. - A P P U I S COURANTS ............................................................... 1

1.1. - Catalogue de formes des v o i l e s élémentaires ................. 2


1.2. - S t a n d a r d i s a t i o n des longueurs des v o i l e s élémentaires.
C o n s t i t u t i o n d ' u n appui long p a r l a combinaison de
v o i l e s élémentaires standardisés . . . .. .. .. . . .. . . .. . . ... . . . . . . . .. 20

1.3. - Catalogue de formes des colonnes e t des poteaux.. . . . . . . . . . . 33

2. - APPUIS NON COURANTS OU SPECIAUX _ . . . . . . . . . . . . _ . . . . . . . . . . .... .. ... . . . . . . . 48


-1 -

1 APPUIS COURANTS
I)

Les modèles représentés dans c e t t e première s é r i e s o n t d e s t i n é s


à une u t i l i s a t i o n courante, e t un c e r t a i n nombre d ' e n t r e eux peuvent ê t r e
considérés comme types. Seule l a p a r t i e vue e s t d é c r i t e dans l e s catalogues
de formes des v o i l e s é l é m e n t a i r e s , des colonnes e t des poteaux.

C e r t a i n s p r é s e n t e n t une p a r f a i t e c o n t i n u i t é de formes e t s o n t
donc d'une r é a l i s a t i o n r e l a t i v e m e n t simple ; en o u t r e , i l s peuvent ê t r e
p r i s en compte d i r e c t e m e n t p a r l e programme de c a l c u l automatique ( i l
n ' y a en ce cas pas de mention p a r t i c u l i è r e à ce s u j e t ) . Les a u t r e s , t e l s
l e s appuis à faces m u l t i p l e s , p r é s e n t e n t de l é a e r e s d i s c o n t i n u i t é s de
formes, ce q u i i m p l i q u e , b i e n entendu, une e x é c u t i o n un peu p l u s d é l i c a t e
( s o i n p a r t i c u l i e r à a p p o r t e r au c o f f r a g e ) ; cependant, i l s peuvent encore
ê t r e p r i s en compte p a r l e programme de c a l c u l automatique, moyennant une
s i m u l a t i o n , ce q u i e s t a l o r s mentionné.

Choix e t a d a p t a t i o n des d i f f é r e n t s modèles s o n t d é f i n i s p i è c e


1.2.1 5 2.3 à 2.5.
Pour chaque modèle, on donne 1 ' e x p r e s s i o n des deux q u a n t i t é s
p r i n c i p a l e s , à s a v o i r l e volume de béton (en 1713) e t l a s u r f x e t o t a l e
de c o f f r a g e (en m2). Pour l e c a l c u l de ces expressions, on s ' e s t p l a c é
dans l e s hypothèses s u i v a n t e s :
. h a u t e u r vue : Hv = 5 m
. appui d ' é p a i s s e u r constante : E = 0,50 m
. appui d ' é p a i s s e u r v a r i a b l e : é p a i s s e u r maximale E é g a l e à 0,80 m.
Lorsque l a hauteur vue s ' é c a r t e de 5 m, il e s t f a c i l e d ' o b t e n i r
l e s q u a n t i t é s p a r une s i m p l e p r o p g r t i o n . 1

Ces q u a n t i t é s ne r e p r é s e n t e n t pas à e l l e s seules l e c o û t ; il


f a u t également t e n i r compte du degré de complexité des c o f f r a g e s e t des
f e r r a i l l a g e s , e t 1 'on peut de ce p o i n t de vue d i s t i n g u e r 3 c a t é g o r i e s :

- c a t é g o r i e 1 : c o f f r a g e simple, ne comportant que des s u r f a -


ces planes r e c t a n g u l a i r e s en n o r h r e r é d u i t ( 4 en général),
appuis de forme para1 l é l é p i p é d i q u e ) ;

- c a t é g o r i e 2 : c o f f r a g e simple, mais comportant en p l u s des


s u r f a c e s c y l i n d r i q u e s ou coniques;

- Z a t é g o r i e 3 : c o f f r a g e complexe, comportant des s u r f a c e s


planes en p l u s ou moins grand nombre, e t de f o r m v a r i é e s
( r e c t a n g l e s , t r i angles e t c ),...
1.1. Catalogue de formes des voiles élémentaires.

Pour la numérotation des formes des voiles élémentaires, - u n


chiffre suivi d'une l e t t r e - se reporter à l a piece 1.2.1 page 4 .
Pour certains i.iodèles de p i l e s , des variantes sur les coffrages
d'avant-bec sont figurées. E l les ne sont no;"!li.i:enient à envisager que
lorsque 1 'épaisseur d u voile e s t importante ( 9 , 3 0 à 1 m n a r exemple). Four
des voiles courants de 0,50 ni d'épaisseur ou moins a u x extrimités, de t e l l e s
variantes n'ont en général aucun impact sur le plan de l ' a s p e c t des ouvrages.
(MODÈLE DE BASE lA]

Y L Y

H"

I
i

Epaisseur normalisée : E = ?,SO rn (valeur minimale )

Volume du téton :V = 2,5L 1


) pour E = 0,50rn ,H= 5,OO m
Surface des coffrages: S = 10 L t 5 , O

Voir DCtail A

h l u m e du :béton : V, = V + 0,47
Surface des coffrages : S, = S + 1,3

Volume du beton : v2 = v

Surface des cafftages :S 2 = S


.k

+ 2,g
l,o
Voir D6tail B
9
\ '.\ I
(MODÈLE IA i l

O
E : < 0,80 II
I
l
K.< 0,8 I

Beton : 3,O L
i
l
pour E = 0,80 rn , H, 5,OO m

-I
Coffrages : 10,O L + 4.0

Détail
- - - - - - -A-

Calcul Automatique: par simulation

tg a! >/ 0,lO

n variante

E : < 0,80
K : < 0,8
Béton : 3,O L

Coffrages: 10,O L + 8,O

- - _ -B-
-Détail

=a

Calcul Automatique :par simulation


O Face superieure

E : < 0,80
K: 0,6

Béton : 3,s L
Coffrages: 10,O L + 4,o

Detail A

Calcul Automatique : par simulation

E < 0.80 a

K : = 0,6
Béton : 3,33 L

Coffrages : 10,O L + 6,O


Detail B
k

(MODÈLE IA 5 )

E : < Op0
Calcul Automatique: par simulation
K : ,< 0,8

Béton : 3,667 L

Coffrages : 10,O L + 6,0

* Detail des tolerances


Detail A oar ramort au sol fini V \ I I

I
tg. CY >, 0,lO

)6M
-(

E : < 0,80
Calcul Automatique : par simulation
K: 0,8

Béton : 3,667 L

Coffrages : 10,O L + 6,O

Detail B
* Detail des tolerances
7

LO
r I

E : 0,50 rn (épaisseur normalisée 1

F : voir ci.dessous (1)


K : Indifférent

Béton : 2,5 Lo - 1,25


pour F =0,10
Coffrages: .10,0 L o

-
Nota. Dans tous les voiles présentant
un fruit négatif, la longueur rni-
nirnale a l a base L , sera de 1,50 rn
Cette forme d'appui convient pour
des hauteurs moyennes ( r
5 ni ) .

( 1 ) Valeur de- F-
- Valeur minimale : 0,lO
L
O
- Valeur maximale conseillée : c e l l e correspondant à L I = 0,6 L , s o i t F=0,2
O
V
- Dans l e cas d ' u n l o t d'ouvrages l a possibilité de réemploi f a c i l e des CO'"-
frages impose l e c h o i x d ' u n f r u i t unique pour tous les voiles.
Les schémas ci-dessous i l l u s t r e n t l e cas o ù L1 = 0,6 Lo, pour Hv = 5 m e t
différentes valeurs de Lo. c

a 'I
Lor 3 m L,=4rn Les 6 m

F= 0,12 F r 0,16 F= q 2 0 F = 0,24

Échelle : 4 1 2 0 0
- 8 -

(MODÈLE IB I )

3
E : < 0,80
F : 0,lO ,< F ,< 0,20
K : 0,4 ,< K < 0,8
3,O Lo - - - 1,0
Béton :

Coffrages : ~ O , OL, +
3 LO
1 - 1,0 )
1 'pour F = 0,lO

LO
Détail A

Calcul Automatique: par simulation


tg Q >, 0,lO

(MODELE I B 2)

variante

E : ,< OJO
F ,: 0,lO ,< F ,< 0,20
K: 0,4 < K ,< 0,8
Béton : 3,67 Lo - 2,O
pour F = 0,lO
Cof?rages ; 10,O Lo + 1,0
Détail A

Calcul Automatique : par simulation


- 9

(MODÈLE DE BASE 1C)

E : 0,50
1 variantes

F : voir ci-dessous (I)


K : indifférent

Béton : 2,5 L o t 0,625


pour F=O,O5
Coffrages : 10,O Lo t 7,5

(1) Valeur de F
- Valeur minimale : 0,05

- Valeur maximale : 0,lO

- Valeur conseillée : celle corresp0ndant.à LI = 1,2 L o , s o i t 0 , l LO -


H"
Les schémas ci-dessous, é t a b l i s avec c e t t e valeur conseillée,
pour différentes longueurs Lo e t deux hauteurs différevtes ( 5 m e t 8 m )
montrent l e résultat obtenu.

L,r4m

Lo= 4 m Lo= 5 m

F = 0,06 F =0,08 F = 0,lO FirOP5

Échelle î / 2 0 0
- 10 -
IC -11

c
(MODÈLE

E : 6080

F : 2 0,05

K : 0,4 <K O,8

Béton : 3,O L , --
1 - 0,5
12 L,
pour Fi0,OS
Coffrages : 10,O L, + 1+ 1,5 = Lo + 0,50
(Li
Ll
Detail A

Calcul automatique :par simulotion


I tg CY >, 0,lO

E : Q 0,80
r

o
F : =0,05

K : 0,4 Q K Q 0,8
Béton : 3,67 Lo + 1,0
pour Fi0,OS
Coffrages cz 10,O Lo + 8,5

Détail A

Calcul Automatique : par simulation

+ tg a >, 0,lo
- 11 -

(MODÈLE I C 3)

E : < 0,80
F : 0,05 a0,10

K : 0,4 < K < 0,8


Beton : 3,67 Lo t 0,83

Coffrages N 10,O Lo t 8,5 I pour F=O,O5

Detail A

tg a >, 0,lO
Calcul Automatique : par simulation
(MODÈLE I C 41

E : ,< 0,80
F : F, = F2 0,IO

K : 0,4 $ K $ 0,8
Béton : 4,O Lo.+ 1,28 )
\ pour F=O,IO
Coffrages 10,O Lo + 12,O I
Demi - plan coupe A A

Calcul Automatique : par simulation

E: < 0,80
F: F,N 0,05 F2 N 0,20

K: 0,4 < K < 0,8


pour:
+
Béton : 4,O Lo 0,45
1 FI = 0,05

Coffrages = 10,O L o + 9,s \ F2 = 0,20

Calcul Automatique: par simulation -


Demi face supérieure

Detail C

10
- 13

)6M
-(

9-
9
/

variante

E : ,< 0,80
F : = 0,10
K: (i,4 < K < 0,8 /Voir detail page 4

Béton : 7,55 L, + 2,O ( tolerances)


Quantités calculees pour les
2 volumes (avec F = 0,101
Coffrages 20,O L o + 19,O

Demi-face supérieure

Calcul Automatique :par simulation


- 14 -

(MODÈLE ~ B C )

ho Appui coiilposé de deux éléments


disposés symétriouement

E : 0,80

F : 0,ï0

K: O$ < K < 0,8


' Lo -

t
8go 19332 Quantités calculées pour les
2 volumes ( avec F = O J O
Coffrages E 20,O Lo + 12,O

Demi- face supérieure

Caicui ;fu?omatique :par simulation

,
CMODÈLE DE BASE 2A)

1!IEl variantes
-

E,
K:

Béton
< 0,80 E, >, 0,50
0,4 < K <. 0,8 ou 1,2 ,< K < 1,5

: 3,25 L,o

Coffrages: 10,O Lo + 6,5 ).


Dour: EO :0,80
E, 3 0,50

(MODÈLE DE BASE 2 B l
I
va riantes
c

E, ,< 0,80 E, >, 0,50


F : N O,IO
K : indifferent
Béton : 3,25 Lo- 1,s
.pour F=O,lO
Coffrages e 10,O Lo + 1,5
- 16

(MODÈLE DE BASE 2c)

variantes

E, < 0,80 E, >, O,5O

= 0,05
F :
K : indifferent
I
Béton : 3,25 Lo +0,8 F I 0,05
'i
i

Coffrages ci 10,O Lo +9,0 I Pour E, = 0,80


E, r 0 , 5 0

NOTA - Les modèles représentés ci-dessus ( Z A , ?El, 2 C ) e t ciAaprès ( 3 A ,


3 B , 3 C ) sont des modèles de base, à partir desquels i l e s t possible, sur-
t o u t à partir des modèles de base 2 A e t 3 A , de varier les formes p a r in-
troduction de plans supplémentaires, de rainures, e t c . , . , comme cela a
é t é f a i t pour les modèles de type 1 . Ces formes dérivées ne sont pas re-
présentées i c i , car e l l e s diffèrekt assez peu de celles qui se rattachent
au type 1 (pages 3 à 1 4 ) ; une adaptation e s t r??iarimoins nécessaire dans cha-
que cas.
Pour les modèles de base présentant à l a fois u n f r u i t d'extré-
mité e t un f r u i t latéral négatif (ZB, 2 C ) ou positif ( 3 B , 3 C ) , l'aspect
ainsi conféré à l ' a p p u i par ces différents f r u i t s e s t généralement suffi-
sant en soi ; i l n'y a ,lors pas lieu d e rechercher des formes dérivees de
ces modèles de base.
- 17 -.

. (MODÈLE DE BASE 3 A )

va riantes

K: 0,4 ,< K < û,8 OU 1,2 < K < 1,5


Beton : 3,251 Lo Eo I0,50
Pour E, s0,80
Coffrages N 10,O Lo + 6,5

(MODÈLE DE BASE 3 B I

variantes
-

E, >, 0,50 E, < O,SO


F : LX O,IO à0,20

K : indifferent
Béton : 3,25 Lo - 1,75 Eo = 0,50
Pour E, = 0,80
Coffrages 10,O Lo + 1,5 F =O,lO
- 18 -

(MODÈLE DE BASE 3cI

LO
r I

IlEl variantes

E, >, 0,50 E, < 0,80


F = 0,05

K: indifférent

Béton : 3,25 Lo + 0,88


Eo I 0,SO
pour E, 0,80
Coffrages : 10,o Lo + 9,0 F =0,05
- 19

1.2. Standardisation des longueurs des voiles élémentaires.


Constitution d'un appui long par la combinaison
de voiles élémentaires standardisés
- 20 -

-
1.2 STANDARDISATION DES ,LONGUEURS DES VOILES ÉLÉMENTAIRES

1.2.1. OBJET

L'objet de cette étude, qui s'applique uniquement aux ponts-


dalles, est de définir au mieux une lonqueur unique de voile élémentaire
susceptible de s'adapter à un ensemble d'ouvrages dont la construction
est prévue en série (groupements par lots), mais dont les caractéristi-
ques géométriques sont différentes.
On distinguera successivement le cas du voile unique comportant
2 ou 3 points d'appui, ensuite celui des voiles multiples dans 1 'hypo-
thèse d'une dalle sans encorbellements latéraux, à laquelle on peut rat-
tacher le cas d'une dalle à larges encorbellements, comme on le verra
plus loin.

Les limites d'emploi courantes sont les suivantes en fonc-


ion de la largeur biaise d'intrados :
- inférieure à 8 m 1 seul voile
- comprise entre 8 m et 10 m 1 ou 2 voiles
- supérieure à 10 m n voiles
La largeur droite LI de tablier à considérer pour le bon
positionnement des appareils d'appui, vis-à-vis des efforts dans le
tablier, est égale à la largeur de la dalle rectangulaire de même é-
paisseur et de même aire que la dalle réelle : on la désignera par
"largeur conventionnelle d'intrados" LI.
Dans le cas où les encorbellements sont faibles*on pourra
indifféremment prendre pour L I la largeur utile du tablier ou la lar-
geur de llintrados. Dans le cas où les encorbellements sont importants'
cette largeur LI est définie par le schéma ci-dessous.

I
I 1

(Les aires hachurees sont égales)

1.2.2. CAS DU V O I L E UNIQUE.


, *

Cette disposition est recommandable lorsque le nombre de points


d'appui est de'? ou 3 (éventuellement 4) et s i la longueur correspondante
du voile reste acceptable du point de vue de l'aspect ; en effet, le cata-
logue des formes élémentaires qui précède fait apparaître que certaines
formes de voiles ne sont esthétiques que s i le rapport lon ueur est &
très nettement inférieur à 1. Les paramètres à prendre en compte sont
définis aux deux schémas ci-après, dans le cas de 2 et de 3 points d'appui.
I I
I
I
I
1
I I

- 2-- points
-----_--- ---
d'appuis.
En reprenant les dispositions définies au paragraphe 2.2.1.4.
de l a pièce 1.1.1, on peut poser :

-LI = k (Lo
sin cp
- 26)

k ayant pour valeurs extrêmes*1,4 e t 2; e t 6 9,50 et 0,25 m


(avafit-becs excl UF ) .
I
On obtient ainsi deux droites délimitant l e domaine d'emploi
d ' u n voile de longueur donnée en fonction de l a largeur biaise. A t i t r e
d 'exemple, u n voile de 4 m de longueur (Lo = 4 m ) convient pour des lar-
geurs biaises de 4,2 à 71m
.-

- 3-- p--------- --
i n t s ' d'appui.
De ' l a même façon, on peut poser :
LI = k (Lo - 26)
sin cp
k a y a n t p o u r valeurs extrêmes:1,4 et 1,6, e: 6 : 0 , 5 0 e t 0 , 2 5 m.

On obtient comme précédemment deux droites délimitant l e do-


maine d'emploi d ' u n voile de longueur donnée en fonction des lazoeurs
biaises. .
Le graphique ci-dessous traduit ces dispositions.

Longueur d'un 'voile unique

LO
(m) t * Nombre de points d'appui

in L

't
''
D *-
*is
L? 0
/ 0
/ 0
Pour les voiles de plus de 5 m de long, 0 0
prévoir 3 (éventuellement 4 ) appareils 8,
' 2
d'appui. 0
/

AU delà de 10 m de largeur biaise


I
prévoir en general plusieurs voiles
3 au lieu d'un seul.

-
Nota
I

1 - La standardisation de la longueur des voiles uniques reste


limitée. En e f f e t , on v&i't sur le graphique précédent que l a plage d'em-
ploi d ' u n voile de longueur donnée e s t assez limitée e t que l'on sera
souvent conduit, pour standardiser les longueurs des voiles uniques, à
adopter plusieurs longueurs de voi1e.s ( 2 ou 3 ) ; de plus,ces longueurs
seront l e plus souvent différentes de la longueur qui sera retenue peur
1es pal ées composées de pl usi eurs voi 1es.
Par exemple, u n voile de 6 m de longueur ( L = 6 m), qui con-
vient pour des largeurs biaises comprises entre 7 , O m'et 8,8 m seulement,
n ' e s t guère u t i l i s a b l e dans l e cas de voiles multiples pour lesquels l a
longueilr niaxiiiiale e s t généraleilient inférieure à 5 iii.
': "ju'' ' ,.?
..;
2 - Dans l e cas d'une dalle à larges epcorbellements, l a l o n -
gueur d ' u n voile unique sera t r è s voisine de l a largeur biaise de l ' i n -
trados, en raison de l a position obligatoire des points d'appui extrêmes.
CP% DE3 V O I L E S NULTIPLES

Une t e l l e disposition e s t conseillée lorsque l e nombre de points


d'appui e s t supérieur à 3 , ou lorsque l a longueur de l a ligne d'appui
conduirait à des dimensions importantes pour u n voile unique. I1 e s t é -
galement à noter que certaines formes de voile ne sont envisageables
q u 'avec des longueurs réduites , ce qui conduira frequemment , pour des
questions d'aspect,à adopter ce type de solution.

Dans tous les cas, chacun des voiles élémentaires reçoit deux
apparei 1s d'appui seulement.
Le schéma ci-dessous , qui reprend les dispositions indiquées
dans la NOTICE GENERALE (ce. pièce 1.1.1 fj 2 . 2 . 1 . 4 ) , d é f i n i t les paramè-
t r e s à prendre en compte pour une dalle quasi rectangulaire.

( A, = distance entre axes des appareils d'appui s u r un voile


I
\
( XI = distance eutre les-appareils d'appui de deux voiles consécutifs
(
( 6 = débord ( 6 2 0,25 m )
(
( n = nombre de voiles élémentaires
( P

( La longueur d ' u n voile élémentaire e s t : Lo = A, t 26


Entre les différents paramètres, on a les relations e t condi-
tions suivantes ': ..'

(1) x, + hi =- LI
n sin CP
avec A, i XI 2 4m et XI < 5 m

De ces deux relations on t i r e :

ho=[-Ll
n sinCP
1 avec la condition :
,
LI
2 n sin CP
2x0 2
LI
3n sinP

d ' o ù Lo
-L4 -

La dernière condition peut encore s ' é c r i r e : 2 n ~ , < - <L I


sin CP
,
3 n ~ ,

ce q u i permet de connaître immédiatement les limites d'emploi d'un couple


donné de valeurs ( n , A,); par exemple, s i n = 2 e t A,= 2,50 m, l a l a r -
geur biaise d'intrados compatible sera comprise entre 10 m e t 15 m.
La recherche d'une longueur standard pour les voiles Lo = A,+ 2 6
consiste à trouver une valeur A, t e l l e que les différents couples (A,, A , )
r e l a t i f s aux différentes largeurs biaises d' intrados des ouvrages du l o t
respectent les conditions précédentes.
Dans l e cas de l o t s importants, on pourra éventuellement re-
chercher -
deux e t non pas une seule longueur s t a n d a r d pour les voiles.
Cette recherche e s t f a c i l i t é e par l'emploi de l'abaque de la
page suivante.
Description de l'abaque
L'abaque, sur lequel l a largeur b i a i l e conventionnelle d'intrados
figure en abscisse e t l a distance A,, des deux points d'appui en ordonnée,
se compose d'une s é r i e de droites délimitant les domaines possibles d ' u t i -
lisation d'une valeur A, en fonction d u nombre de voiles ( n ) , de l a lar-
geur biaise conventionnelle de l'intrados (LI/sin cp ) e t du r a p p o r t x? .
A,
Pour chaque nombre n de voiles élémentaires, l e domaine d'ern-
ploi e s t limité d'une p a r t par la condition l < -A1
< 2 e t d'autre part
par les deux conditions A, + A, 3 4 m e t A, < 5 m.
A0

La partie inférieure de l'abaque comporte 5 échelles graduées


d o n n a n t par lecture directe, en fonction du nombre de voiles, l a distance
entre axes de deux voiles successifs 'e = A, + A, pour chaque valeur de L I
sin CP

Mode d'emploi de l'abaque


On entre dans l'abaque p a r les différentes valeurs de LI
sin p
qui s o n t les données du l o t d'ouvrages considéré. A chacune de ces va-
leurs correspond une certaine plage d'un ou de plusieurs domaines,et
1 'on devra choisir une valeur de A, t e l l e que pour chaque valeur de &,
l e p o i n t défini par l e couple +,(- A,) se trouve à l ' i n t é r i e u r de l ' u n
des domaines de l'abaque e t convienne d'autre p a r t pour l e t a b l i e r .
A t i t r e d'exemple, on voit qu'une longueur A, de 2 m y à la-
quel 1e correspond une longueur minimale des voiles élémentaires de 2,50 m ( 6 = 0,25)
peut ê t r e envi sag& quel 1 e que s o i t 1 a 1 argeur biaise du t a b 1 i e r .
-
Nota - D'iine façon générale e t pour des raisons économi(ues, lorsque
deux valeurs de n sont possibles pour une même laygeur biaise, on don-
nera l a préférence à celle qui comporte le nombre minimal de voiles é-
lémentaires. Par exemple, dans l e cas d'une largeur b i a i s e L d e 16 m ,
sin CP
qui peut s'accommoder de 3 ou 4 voiles, on choisira plutôt uhe disposi-
t i o n à 3 voiles.
- 26-

Cas d'une dalle à larges encorbellements latéraux.


11 se ramerie au cas précédent en considérant l a dalle rec-
angulaire géométriquement équivalente définie pase 20
O( 1 e t l'on vérifiera que l e débord I'd" de la dalle équivalente
ar r a p p o r t à l'intrados permet de s a t i s f a i r e à l a condition 0,5X, 3 d t 6
O( ) afin que les points d'appui extrêmes se trouvent bien à l ' i n t é r i e u r de
() l ' i n t r a d o s . Cette condition limite l a plage possible d'emploi d'un voile
0 de longueur donnée en fonction des portées biaises.

1.2.f e APPLICATION PRATIQUE DE LA STANDARDISATION.

On trouvera, pages suivantes, les résultats pratiques de l a stan-


dardisation, d o n t les principes o n t é t é définis précédemment. I l s se
présentent sous deux formes d.ifférentes :
- Un ensemble de schémas à l ' é c h e l l e de 1/200 définissant
en élévation les valeurs limites inférieure e t supérieure
de largeur biaise d'une dalle rectanqulaire, en fonction
du nombre e t de l a longueur des voiles élémentaires. Dans
l e cas d ' u n voile unique, on considére des longueurs rondes
de 3 m à 8 m ; dans l e cas de voiles multiples, deux lon-
gueurs normal isées o n t é t é retenues:

LO = 2,50 ni e t L
O
= 3 , O O II' ( 6 = 0,25)

Ces deux valeurs permettent, avec des dimensions rai-


sonnables pour les voiles élémentaires, de s'adapter prati-
quement à tous les cas.
Ces schémas, é t a b l i s dans l e cas d'un t i r a n t d ' a i r
normal de 5 m y permettent en outre de se f a i r e une idée
de l'aspect obtenu dans chaque cas lorsque les voiles sont
de forme rectangulaire.
- Deux abaques donnant imniédiatement,dans le cas desvoiles
multiples, en fonction d u biais e t pour les différents
profils types d u CAT. 75, le honbre de voiles à u t i l i s e r ;
ces abaques sont é t a b l i s ppUr les de'ux valeurs normalisées
de la longueur des voiles élémentaires définies ci-dessus.
Leur mode d'emploi e s t le suivant : on repère l ' i n t e r s e c -
tion de la verticale matérialisant l e profil avec la ligne
du biais; cette intersection se situe dans un certain do-
maine définissant le n o h r e de voiles élémentaires pouvant
être utilisé.
---- -- - Soit le profil 2 du CAT (14,50 m) , pour le-
Exemple
quel une longueur de voile élémentaire de 2,50 m a é t é
choisie; on aboutit aux résultats suivants :
- 100 gr 2cp 2 73 gr z 3 voiles
- 73 gr > cp >, 60 gr z 3- voiles ou 4 voiles
- 60 gr > c p 2 52 N 4 voiles
etc ...
CAS DU VOILE UNIQUE
( Les largeurs du tablier sont des largeurs biaises)

Y---

25 7
-I-_ 25
!
I
___ 7,OO 0

9,ao
P -1
-8
CAS DES VOILES MULTIPLES : L, = 2,510 m

Il=2

L z * - 'c - 9

n=4
k=l
I
I
I
I
I
I
l
l
I

n= 4
k=2 I

lI
I
il I
I
l
I
29 -

ABAQUE pour L o = 2,50m


Biais (O ( g r )

Lo = 2,50 m (6= 0,25 rn)


p 40

NOTA
Les droites matérialisant
un profil type du CAT. 75 cor-
respondent à des dalles sans
encorbellements latéraux.
t

' 30

/
20
/
\

I
/
\
/

I \
\

/
/

\
\ /
,

r + \

- /

-
I r
O 5 10 5 2? 25 30 35
CAS DES VOILES MULTIPLES : Lo = 3,OO rn

(Les largeurs du tablier sont des largeurs biaises )

Il= 2

I. 5,OO 4-
7,50 I
--+I

15,OO
~- 22 50 ..
-1 4

20,00/2 30,00/2
r
I - - z - I

1= 4

t-
L
-7
25,00/2

iL L
-4

c
I r
37,50/2
-
I

d
I

I- 5,OO I= 5,OO la- 7,50


--
I-
7,50
31 .
Biais (gr)

ABAQUE pour L o = 3,OO m


,IID<O
/’
/’

L, = 3,OO m ( 6 = 0,25 m) /

,/
/‘

/”

/ il/-
/
I //
i
/”
40

Nombre de voiles
__ et domaine d’utilisation
_1--__

7-
.

30

,//

20

.A

i
!5
20 25 30 35
- 32 -

1.2-5 - CAS DE DEUX TABLIERS ACCOLES (avec ou sans vide c e n t r a l ) .


La sol ution dépendra des valeurs respect.i,vgs des 1 argeurs des
t a b l i e r s , e t l'on peut distinguer t r b i s cas : .. ~

1 - Les tabliers o n t même largeur - On appliquera purement e t


simplement les principes définis ci-dessus à chacun des , t a b l i e r s .
2 -'Les tabliers o n t des largeurs peu différentes - On se place
dans l'hypothèse o ù l a longueur des voiles e s t l a même pour les deux t a -
bl iers.

Comme i l e s t souhaitable pour l ' a s p e c t de conserver l e même


intervalle A, entre l e s voiles, on a avec les notations du schéma :
= 2A, t A, t 2a
L1 .
L2 = 2.4, t A1 t 2b

La solution consistera donc à jouer sur les valeurs du débord


aux extrémités a e t b , en modifiant légèrement l a règle de répartition
des points d ' a p p u i définie précédemment, selon laquelle a (ou b ) =.0,5Al
La règle modifiée
..
~
sera . l a suivante :
, I r

I 1

. L -J

3 - -Les
- t a b l i e r s o n t des largeurs très différentes.

I1 e s t souhaitable pour l'aspect des ouvrages que les rapports


entre les vides e t les pleins r e l a t i f s aux deux tabliers accolés soient
sensiblement égaux.
En premier lieu les nombres de voiles de chacun des t a b l i e r s
doivent ê t r e en rapport avec leurs largeurs. En j o u a n t sur les valeurs
des débords aux extrémités a e t b dans les limites indiquées au 5 précé-
d a n t e t éventuellement iur l a longueur des voiles, i l e s t possible d'ob-
t e n i r une homogénéité d i aspect des appuis des t a b 1 i e r s accolés.
Lorsqu'il n'y a pas de vide entre les deux t a b l i e r s (ou un vide
t r è s f a i b l e ) , on cherchera à obtenir pour l ' i n t e r v a l l e entre les deux ap-
pareils d'appui A e t B une valeur A' q u i s o i t égale ou peu différente de
celles des intervalles A, e t A 2 ( c f . schéma ci-dessous).
- 33 -

1.3. Catalogue de formes des colonnes et des poteaux


(MODÈLES DE BASE 19
7%- (Section p r é e )

a = 1,OOm a = 0,ûOm a=0,60m

A
\ / \

a 2 0,50m

Béton : 5,0a2
(pour H? 5,OO m)
Coffrage : 20,O a

A réserver au cas d’ouvrages peu b i a i s .


Si les éléments sont de faible section ( a 0,60 m ) ,
ils doivent être liaisonnes en tête par un chevêtre. \ /
En l’absence de chevêtre, une dimension
minimale de 1 m permet de placer des vérins
Emplacement des vérins
(cf. schema ci-contre ) .

aqpareil d’appui

-% ~ _
6ection circulaira
_

Béton

Coffrages
(pour H -
V-
5,OO m )

La section circulaire convient pour tous ouvrages, même tres biais.


=
Un chevêtre est necessaire, s i 4 0,60 m .
Le coffrage, s’il est realiçe a l’aide de deux demi- cylindres, peut Emplacement des verins
poser quelques problemes (eviter toute trace de raccord sur
ie parement fini ) .

.verin

‘-appareil
d’appui
III
b >, 0,50
a<2b
(Section recta ng u Iaire)

Beton :5(a.b)
Coffrage : 1 0 ( a + b )

Plus favorable que la forme carree,


a section rquivalente ( encombrement
transversal moindre 1.

I: 1
a ,<2b
(Section.- elliptique)

Beton : 3 , 9 3 (a.b)
Coffrage :7,85 (a+b)

Coffrage delicat a realiser et coûteux


(utilisation de lames de bois etroites )
(Section carrée)

a>O50
1’ ’

2 2
Béton : 1,67 (ao+a,+aoa,)

Coffrages : 10 (ao+al)

(Section circulaire)

Coffrage délicat a realiser et coûteux.


En l’absence de chevêtre,la valeur de a. ou devra
être, le cas échéant, suffisante pour placer
des verins (cf. page 3 4 ) .
37 -

(MODÈLE DE BASE3C)

(Section carrée)

Béton : 1,67 (a:+ a: 4- ad a, )

Coffrages : 10 ( a z a l )

(Section circulaire)

>, 0,60

Béton : 1,31(41+4:+@0.4, 1

Coffrages :7,85 (40+ 41

Coffrage délicat a réaliser et coheux.


La valeur de a. ou de devra être, le cas échéant,
suffisante pour placer des vérins ( cette forme n'y est pas favorable ) .
JI ”

CMQDÈLES dérivés de 1A ( page


..,,
34 ,>

Hexagone regulier
(11

b>, 0,60 m
c I 0,s a P 0,577 b
-
1 2

beton : 3,25 a2= 4,33 b2


coffrage: 15a = 17,32b

Hexagones allongés
(2) (3)
a
7

b >, 0,50m b 0,60 rn *


ag2b d2i0,4b

béton: -
5b ( a 0,289 b ) 3,50 ab
coffrage: 10 (a+0,577b) 2i 11,O a + 1,0 b
Calcul Automatique : par simulation

Octogone régulier
(4)

4 5

1’
a>0,60m
c = 0,414a
béton :4,14a2
coffrage : 16.57 a

P I
Octogone allonge
(5)

a g 2 b
b >, 0,50rn

béton : 5b (a-0,172 b )
coffrage : 10 (a+0,657 b )
Calcul Automatique : par simulation
39

UI
Schéma de
ferraillage
Detail A

Béton : 3,75a2
Coffrage : 20a

a = 2b
b>, 0,50111
* ' *0,50 m : dimension minimale pour
Calcul Automatique : par simulaiion appareil d'appui et vérin

I
pour b I 0,2 a Détail B ~ schema de
Coffrage :?6 a ferraillage
I

Lignes d'oppui
possible

a >, 0,80m
b 0,2a
Calcul Automatique: par simulation
b 3 0,2011-1
-40 -

0x8)

a,< 2b

Béton : 2,5a + 0,90


Coffrages :10,0a +11,0

Calcul Automatique : par simulation


b = 0.80 m
c = 0,50 m

cgpDétail A

___. a

c >, 0,SO

I
Éclairage
k b c i o g o n e régulier
base carrée

a > 0,15 Hv
Béton : 4,71 a2

Coffrages : 18,3a

Calcul Automatique : par sirnulation


L v o i r détail
modele 1A5, p 6

(1AO)

base rectangulaire

>;O
Detail B
Béton :4,5aa.b

Coffrages : 10a +8 b
2

Calcul Automatique: par simulation

Lvoir détail
modèle 1A5, p 6
coffrage complexe

a base rectangulaire
Detail A

Béton:5ab -0,38 b 2
pour b = 0,80
Coffrages : = 10a+8,2 b

Calcul Automatique : p a r simulation


“4
[--.voir page 6

particularites de coffrage :
angles rentrants

base carrée Detail B

Béton : 4,5aa2
pour b=O,5a
Coffrages : LX 20a
0,4 a ,< b < 0,Sa

Calcul Automatique : par simulation voir page 6


(MODÈLES DERIVÉS DE 3 C ( page 37 1)

Base l a r g e .
Attention particuliere a porter
aux arêtes de la grande diagonale
(chanfreins indispensables )

bo >, 0,60

a= 1,5 b

3 compris entre 1,5 et 2 detail A


a0
Béton
bo
:0,56 (a:

C6ffrages :6,0

C?lciil Automatique
+ a: + aoa, 1
( a. + a, )

: par simulation
v Lchanfrein
(z2cm)

Peut convenir pour des ouvrages


dont l'angle de biais est voisin
de 50 g r .

suivant la direction d'observation

F i 0,21 a
HV
a,< 0,3 H,

Béton : E 5 . 1 a2

Coffrages : 20,Oa

Calcul Automatique : par simulation


?-
Base large
H
Particularité de coffrage : angles rentrants

112 vue L- ciessus

a,= 2a0

F= ae
2H

Beton : 9,2 a i

Coffrages : 26,2 a.

arête verticale

Calcul Automatique : par simulation


45 -
1 I
ASSOCIATION DE COLONNES OU DE POTEAUX
APPUIS COMPOSÉS

. .

Dans l a plupart des cas l'emploi de colonnes ou poteaux nécessite


d'en employer plusieurs p o u r constituer une ;;$me p i l e , e t de les r e l i e r en
t ê t e par u n chevêtre, e t en pied l e plus souvent par une semelle nervurée.
On treuvera p. 16 à 19 de l a pièce 1.1.2 des indications sur les dispositions
de base habituelles pour de t e l s appuis.
Ce q u i s u i t d é f i n i t schématiquement d'autres modes non classiques
d'usage de plusieurs colonnes ou poteaux.
On trouvera ci-après t r o i s exemples d'association de colonnes
e t de poteaux. Chacune de ces associations e s t constituée de deux éléments
de moyennes dimensions réunis en t ê t e par une traverse, q u i peut ê t r e un
ckevêtre porteur ; cette disposition offre l'avantage de permettre de dis-
poser des vérins sans problème particulier. La pi l e peut éventuellement
ê t r e consti tuée de plusieurs associ ations de ce genre, chacune jouant en
gros le rôle d'un voile dans une pile de voiles multiples.
Deux exemples de piles composées montrent ensuite ce que l'on
peut obtenir à partir d'éléments d'assez grandes dimensions réunis par
une traverse, respectivement en partie b x s e e t à l a partie supérieure.

___ -~

( E a _-
tion de 2 colonnes cylindriques)

Nota, Prévoir une ligne de reprise de bétonnage


bien marquee (en creux) au niveau de
la traverse inférieure .

Béton : = 9 (7,85 $J+0,32 1


Coffrages :=33,2 9 - 1,3
p
Rema ra ue.
I1 e s t assez rare qu'une
t e l l e association corres- Détail A

ponde à un espacement
fonctionnel des appareils
d ' a p p u i , iorsqu'ii y a üne Detail A
::,ul n association d 2 colonnes reprise
p 2 r l i s n e d'appi'i.
46

@ G a t i o n de 2 poteaux rectangulaires)
___

Details

Béton : Ia ( I O b + 0 , 4 5 )

Coffrages : = 22 a + 20 b - 0,80 r a - L w0,5a


+r

Pcmarque : c f . page 45 .
29 25a ___l

Nota- Prévoir une ligne de reprise au


niveau de la traverse inférieure.

E-I

Beton .c + l V 3 5)
a (lob pour des hauteurs

Coffrages= 26,2 a + 20 b - 1,80


de traverses

-voir détail A
page 45
47

a 1,5 b

Remarque :
6onne exécution
d i f f i c i ie (reprises
de bétonnage) notain-
ment pour les pare-
ments.

(dérivé de IC 3)
2 - APPUIS NON COURANTS ou SPÉCIAUX

(Se reco<t.Or p i è c e 1.1.2 fj 41

Les modèles représentés dans cette deuxième série sont destinés


ou esthé-.
à des u t i l i s a t i o n s bien particulières (raisons fonctionnelles
tiques, ou les d e u x ) , e t ne sauraient ê t r e considérés come des appuis-
types ; i l s doivent plutot ê t r e regardés comme des exemples de ce qu'il.
e s t possible de f a i r e pour ries ouvrages "courants".
I l s présentent tous des discontinuités de formes e t sont donc
d'une réalisation plus délicate que les précédents, que ce s o i t du point
de vue du coffrage ou de celui du ferraillage ; en outre, i l s ne peuvent
ê t r e pris en compte par l e programme de calcul automatique e t devront donc
ê t r e calculés manuellement. De plus i l s présentent souvent des oints
c r i t i q ____
u e s p- u_ _r _ l e dimensionnems
__ p_s_
(cas des appuis m V, par exempile

Pour certains d'entre eux, des indications sont données con-


cernant leur u t i l i s a t i o n éventuelle : type de t a b l i e r auquel i l s s'adap-
tent plus particulièrement, conditions e t contraintes d'implantation,
e t c . . . ). Enfin, e t en raison de leur plus ou moins grande complexité de
formes, aucune expression des quantités n ' e s t donnée e t l'on devra en
f a i r e directement 1 'évaluation. Pour des raisons surtout esthétiques,
mais aussi mécaniques, on s'efforcera de respecter les proportions tel les
qu'elles ressortent des dessins fournis.
- 49 '-

ci>
(Modèle dérivé du 3 B)

@odèle ~~ dérivé du 3 C j
i~
Convient pour des tabliers a encorbellem'ents

Hauteur modérée (H 5 m ).

Mêmes observations que ci- dessus .


Remarque :

Ce modèle, ainsi que l e s


suivants jusqu'à S 1 1 inclus)
e s t à r e t e n i r lorsque l a
place au sol ebt limitée,
e t l a hauteur q-i;dérée.
(,,,>
czIIID
Coffrages complexes

Coffrages complexes

Utilisation : en site urbain, lorsque la place
au sol est limitée. .

Hauteur : moyenne (5m a importante (8-10 m ) .

-
Mêmes observations que ci dessus .
L,< 0,8 H

Utilisation : dans le cas d’une recherche d’aspect .


Coffrage spécial

Ferraillage delicat

Hauteur moyenne : H 5m
Variantes possibles sur les géométries
-
du vide et des avant becs.

--,
7-
,,( S 1 8)

Coffrage spécial

Hauteur moyenne ‘V 5 m
1.2.3
MODELES DE PILES-CULËES

Page

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1. FONOATION ............................ .................... .................................... 2

1.1. -Fondation u p-e-r_f-i-c-i -e -l l--e ...........................................................


- -- - - -- -- - --s- 3
1.1.1. Semelle dans le t e r r a i n naturel ....................................... 3

1 . 1 . 2 . Semel l e au dessus du t e r r a i n naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

1 . 2 . _Fondation
_ _ _ _ _ - _ - _ profonde ---- ......................................................
_-__------- sur pieux 11

1.2.1. Pieux verticaux sur 2 f i l e s ............................................ 12


1 . 2 . 2 . Pieux verticaux sur 2 f i l e s e t pieux inclinés s u r . . . . . .. . . . . . . . . . 16
1 file.
1.2.3. Pieux verticaux sur 1 f i l e ou piles-colonnes ..................... 17

2. PARTIE INTERMEDIAIRE .......................... ............................................. 20

2.1. Dispositions types ..* .............................................................. 21


2 . 2 . Nombre e t espacement des colonnes ou des poteaux . . . . . . . . ................. 23

3. PARTIE SUPERIEURE. ...................... . .................................................. 26

3.1. D i s p o s i t i o n s types . . . . . . . . . . . ..................................................... 27

3.2. Modèles types ............................................................. :. . . . . . . . . . . 31.

4. PZLE:I-c'lrEES APFAKEP!TES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47.


5 , t;!'-j'/:rLE? . . ............................ ......................................................... 44
- 1 -

INTRODUCTION.

La présente p i è c e comporte c i n q p a r t i e s d i s t i n c t e s :

1 - FONDATION
2 - PARTIE INTERMEDIAIRE.
3 - PARTIE SUPERIEURE.
4 - PILES-CULEES APPARENTES.
5 - EXEMPLES.

Les t r o i s premières d é c r i v e n t e t d é f i n i s s e n t séparément l e s


éléments c o n s t i t u t i f s d ' u n e p i l e - c u l é e e n t i è r e m e n t noyée dans l e r e m b l a i
ou peu apparente ; l a quatrième d é f i n i t l e s c a r a c t é r i s t i q u e s propres de
chacun des éléments c o n s t i t u t i f s d ' u n e p i l e - c u l é e apparente ; e n f i n l a
cinquième montre un c e r t a i n nombre d'exemples obtenus p a r l a combinaison
de ces éléments c o n s t i t u t i f s a v ( a v a n t - p é t r é s .

I 1 e s t r a p p e l é i c i que l a L ~ n ~ e i i t d'une i ~ t ~ pile-culee e s t i n -


séparable d ' u n c e r t a i n nombre de données e t d ' o p t i o n s p r é l i m i n a i r e s ; on
se r e p o r t e r a pour c e l a à l a NOTICE GENERALE, p i è c e 1.1.3, 5 1.2. A l a
d i f f é r e n c e des p i l e s ( p i è c e 1 . 2 . 2 ) , 1 ' a d a p t a t i o n au s i t e j o u e sénéralement
pour l e s p i l e s - c u l é e s un r ô l e majeur p a r r a p p o r t à l ' e s t h é t i q u e . C ' e s t
ce q u i e x p l i q u e l a d i f f é r e n c e de p r é s e n t a t i o n des deux p i è c e s .

Pour chacun des éléirients c o n s t i t u t i f s , on a mis en évidence, en


l e s séparant, l e s données e t l e s dimensions à d é f i n i r .

Pour l a mise au p o i n t du d é t a i i du c o f f r a g e , on se r e p o r t e r a à
l a p i è c e 1.4.1.
- 2 -

1 1- FONDATION 1

On distinguera les deux principaux types de fondation envisagés


dans la NOTICE GENERALE (cf. pièce 1.1.3, fj 2 . 2 ) , à savoir les fonda-
tions superficielles et les fondations profondes sur pieux. A l'intérieur
de ces deux types, plusieurs cas'sont envisagés ; ils sont classés de l a
manière suivante :

1.1, FONDATION SUPERFICIELLE

1.1.1. Semelle dans le terrain naturel.


1. Semelle filante.
2. Semelles isolées.

1.1.2. Semelle ou sommier au dessus du terrain naturel.


1. A un niveau intermédiaire.
2. En tête de talus de remblai.

1.2, FONDATION PROFONDE SUR PIEUX

1.2.1. Pieux verticaux sur 2 files


1.2.2. Pieux verticaux sur 2 files et pieux inclinés sur 1 file.
1.2.3. Pieux verticaux sur 1 file ou piles-colonnes.

Pour t o u s détails complémentaires concernant les fondations en


général , on se reportera au dossier FOND 72, et plus particulièrement aux
Fascicules 4 et 5.
- 3 -

1.1- FONDATION SUPERFK I E LLE

1.1.1. SEMELLE DANS LE TERRAIN NATUREL

C'est la solution normale lorsque le remblai d'accès est exécu-


té après l'ouvrage ou lorsque, étant execute à l'avance, i l risque de
tasser. La morphologie de la fondation d6pend du niveau du terrain natu-
rel par rapport à celui des appareils d'appui. On peut alors distinguer
3 cas principaux :

Cas 1
Remblai de hauteur moyenne
2,5m < hr < 6 m I
l

t - Chevëtre

- - - Colynes ou poteaux

.
1.

. L-- - Semelle
Cas particulier : remblai de grande hauteur

Cas 2
Faible remblai (<2,5m)

Voile

Semelle

Cas 3
Déblai

I -EN.
I ri Semelle
I I
I l
-4-

A -. SEMELLE FILANTE.

a -. Cas d ' u n remblai de hauteur moyenne,


i&Kajne-@gmqlgi : disposition courante lorsqu'un remblai d'accès
e s t exécuté après construction de 1 'ouvrage.

COUPES TRANSVERSALES

I :
Colonnes ou poteaux ~ . H1
,
- 0 c ou a
I

' T.N. kJ-4


I

Variante

"béton de propreté
épaisseur E 10

PLAN

I 1 t

NOTA - La semelle sera toujours


rectangul ai r e en p l a n , hori zon-
-
t a l e e t , en principe, centrée
sur les colonnes ou l e s poteaux;
une nervure lui s e r t de raidis-
seur, excepté dans l e cas de
l a yariante.
- 5 -

DONNEES DIMENSIONS A DEFINIR

Ls : longueur de l a sepelle
D : profondeur, fixée selon
1 es données géotechniques. L -(n-O,2)e ,valeur conseillée
S

H1
: hauteur t o t a l e de l a pile- B : largeur de la semelle B 2 1,50 m
culée.
b : largeur de la nervure b = Oc + 0,lO m
flc : dimension transversale des
colonnes ou des poteaux hs : hauteur de l a semelle h s > - T e t 0,60 m
Ou a ( c f . partie intermédiaire).
n : nombre de colonnes.
h n : hauteur de l a nervure hs+hr,=0,3e e t h,ah,
e : espacement des colonnes. Cette valeur h n e s t à majorer pour re-
(dépend de l a coupe trans- prendre les e f f o r t s dus aux tassements
versale du t a b l i e r e t du différentiels,dans l e cas de ponts t r è s
biais).
larges fondés superficiellement sur un
R* : charges à porter (réactions
sol irrégulier ( c f . pièce l . : c l 5 2.2.4.3)
du t a b l i e r t poids propre de
d : débord de l a semelle sur l a
nervure (peut ê t r e supprimé) d < h,
l a pile culée).

i* : Contrainte admissible sous l a Pour l e prédimensionnement de l a semelle,


semelle. c f . pièce 1.3.1 fj 3 . 2 . 2 ou FOOT 67.

Les valeurs de R e t de 9 correspondent au même état-limite : d ' u t i l i s a t i o n ou ultime,


Y

selon celui qui e s t prépondérant.

!
-----------
Limite d'emploi--- - S o l u t i o n devenant peu avantageuse lorsque l e
poids de t e r r e porté p a r l a semelle devient largement supérieur à l a réac-
tion d'appui maximale du t a b l i e r .

Gas-partlcul Ier- i-rembl al-be-9rande-Sauteur -


Lorsque la hauteur du remblai devient importante (au-delà de
6 à 7 m ) l e poids de t e r r e porté par l a semelle e t , par voie de consé-
quence, sa largeur deviennent souvent prohibitifs ; i l e s t alors préfé-
rable de rechercher un autre mode de fondation , s o i t en t ê t e de remblai,
s o i t sur semelles isolées ( c f . page 7 ) .

b - Cas d'un faible reriblai.

En raison de l a hauteur
t réduite de l a pile-culée, les
colonnes ou poteaux sont rem-
t voile
hauteur < 2 m placés par un voile qui joue
épaisseur
conreiilee = 0,50 rn
l e rôle de nervure pour l a
semelle ; on aura toujours l a
condi t i o n :
B - E
hs 2 ; I
- 6 -

c - Cas d u déblai

La pile-culée se réduit à
u n p e t i t massif de fondation en
t ê t e de talus , j o u a n t l e rôle
de sommier.
voir details Sa face supérieure sera
ci- dessous
aràsée de manière à suivre l e
profil transversal du t a b l i e r ,
en réservant un espace l i b r e
d ' a u moins 15 cm destiné à fa-
disposition i disposition 2 c i l i t e r l a mise en place des
appareils d'appui e t à placer
éventuellement des vérins pour
soulever l e t a b l i e r ( c f . pièce
1.4.1).
Transversalement, e l l e
présentera dans sa partie avant
a une découpe destinée à f a c i l i t e r
l'accès aux appareils d'appui
( c f schémas ci-contre),

--- ------LS - Elle dépend de la configuration de l a partie


- Longueur
supérieure du massif : en présence d ' u n mur garde-grève, e l l e sera sen-
siblement égale à l a largeur biaise d u t a b l i e r ; dans l e cas contraire,
e l l e pourra ê t r e limitée à l a distance entre appareils d'appui extrêmes
( c f . Longueur du chevêtre, page 28).
--- -----B - Elle détermine l a capacité portante d'une fon-
- Largeur
dation en t ê t e de taltis,qui dépend de 5 paramètres ( c f . FOND 7 2 , Fasci-
cule 4 , § 4.2.2.3 e t Fascicule 5 , 5 5.3.1.4):
- l'inclinaison du talus P
- les valeurs de c e t cp : caractéristiques d u terrain
- l a distance do de 1 a face externe à 1 ' a r ê t e d u talus f i n i
- l a fiche D.
La capacité portante diminue lorsque l a pente du talus augmente
e t lorsque les autres valeurs diminuent. Généralement l a valeur de B sera
comprise entre 1 m e t 1,50 m .
En l'absence de dalle de transition ou s i cette derniere e s t tri%
courte ( 1 ni à 1,5 m ) , 1~ f o n d a t i o n sera toujours centrée sur l a ligne d'appui
.......................
Conditions de s t a b i l i t é - La fondation sera stable s i les deux
conditions sui vantes sont respectées :
- la pression sur l e sol horizontal e s t inférieub-e à 4
- les coefficients de sécurité de l a s t a b i l i t é du talus seul
( r l ) e t du talus avec fondation ( I?,) sont supérieurs à 1,5.
- - En présence d ' u n mur garde-grève, on adoptera l'une des disposi-
%Nota
tions représentées page 10.
- 7 -

8 . SEMELLES ISOLEES.

----------
Domaine d'emploi - C'est une disposition conseillée lorsque l a
différence de cote entre l e t a b l i e r e t l a fondation devient importante
( >, 9 à 10 m ) . Les schémas ci-dessous définissent une t e l l e pilr-culée.

EL E VAT ION

-poteau ou voile

-
r-
1 Ligne d'appui

L- -

NOTA - Dans l e sens transversal (sens B ) i l peut y avoir lieu d ' é l a r g i r


à la base les poteaux constituant l a partie intermédiaire e t de les ex-
centrer vers l ' a v a n t , ainsi que les semelles. Les semelles, toutes iden-
tiques, seront centrées sur l a base des poteaux ou des voiles, donc pas
nécessairement sur l a ligne d'appui.

Cette disposition e s t avantageuse lorsque les desLentes de


charge sont peu nombreuses e t espacées;par r a p p o r t à une semelle f i l a n t e
e l l e permet une réduction importante d u poids de t e r r e à porter. Elle
n ' e s t envisageable que s i l a qualité d u sol l e permet (absence de t a s -
sements différentiels appreciables) ou s i 1 'ensemble de l a pile-culée e s t
convenablenient raidi à sa partie supérieure.

Dimensions à définir

D : profondeur L, : L, >, 1,50 iî~

H,: hauteur t o t a l e de l a pile-culée B : B=ct2h,


b,c :dimeGsions des poteaux ou des voiles hs : h,
is - b
2 7 - e t h , 3 0,60 rn
R : charge à porter p a r l a semelle
4 : pression admissible. I cf. p. 5 b , c : éventuel Iement (cf .p 2 1 e t 22
et l'on doit vérifier la condition ?,1R 4 F
B.LS
-8-

SEMEL SEMELLE ou SOMMIER AU DESSUS DU TERRAIN NATUREL

1. A EN NIVEAU INTERPIEDIAIRE.

___-

(distance droite)

Cette solution e s t intéressante lorsque l e remblai d'accès de


hauteur moyenne ou importante e s t exécuté à l'avance e t présente peu de
risques de tassements.
Le niveau de l a fondation sera choisi de manière que les des-
centes de charge du t a b l i e r puissent se f a i r e directement p a r l ' i n t e r -
médiaire d'un voile plein de hauteur maximale égale à 2 m. Une distance
droite d ' a u moins 3 m e s t à réserver entre l e bord externe de l a semelle
e t l e talus ( c e t t e distance peut ê t r e réduite à 2 m en cas de t ê t e de
remblai améliorée e t de corps de remblai peu plastique). La portance
nécessaire de l a fondation e s t de l ' o r d r e de 1,2 bar à 1 , 5 bar pour
des ouvrages courants.
On devra s'assurer que l a sujétion des 3 m ne conduit pas à
allonger o u t r e mesure l a portée du t a b l i e r e t perdre ainsi l'avantage
économique de ce type de pile-culée.

2. EN TETE DE TALUS DE REMBLAI


...........................
l a fondation se compose d ' u n sommier reposant sur une zone de
remblai t r a i t é (grave - l a i t i e r ou grave-ciment). Le sommier sera posé
l e plus h a u t possible, compte tenu de l a conr'itim de r;iise hors gel.

Cieux dispositions s o n t à retenir :


- seule l a t ê t e d e remblai e s t t r a i t é e sur 1 m de hauteur environ;
- le remblai e s t t r a i t é sur toute sa hauteur.
Les s c h . : i i ~ s de 'o. page suivante définissent ces deux dispositions, ainsi
que les valeurs courantes des principaux paramètres.
-9-

- Tête de remblai t r a i t é e
Variante

2s;of d l 0 droit

&-------"y I
i - 1 . ' I > I

h= l m
Valeurs courantes
d z 3,50 m

- Remblai t r a i t . é sbr t o u t e sd hauteur

/ I . '
' _
' .\

Dimensions à définir. On se reportera aux indications concer-


n a n t 1 e c a s - a Ü - d ~ b T a i - T c ~ ~ - p6â )~.e

- - - - - - -de- -choix
Critères - - - - Une t e l l e solution v ' e s t valable que s i l e
remblai e s t exécuté assez longtemps à l'avance, afin de limiter les tas-
sements. Elle n ' e s t intéressante que s i l a reaction d'appui maximale e s t
relativement petite par rapport au poids propre d'une pile-culee classi-
que pour laquelle les terres à porter constitlreraient la partie principale
de l a charge.
Elle e s t avantageuse e t parfois la seule à r e t e n i r , en cas de
remblai de hauteur importante.
Cas d ' u n mur garde-grève
------------- e t leu)
----- -------- d ' u n e dalle de transition.
-- ..........................
I l e s t rappelé que l a larqeur B de l a fondation n ' e s t pas l i é e
à la géométrie de l a partie supérieure, qui dépend notamment de la dis-
tance entre lignes d'appui du t a b l i e r e t de l a dalle de transition, mais
e s t déterminée uniquement en fonction des réactions d u t a b l i e r e t de l a
dalle de transition éventuelle, ainsi que des caractéristiques du terra'in.
Pour cette raison, l a configuration de l'ensemble peut ê t r e t r è s diver-
s i f i é e , comme l e montrent les schémas de la page 10. CePendant on évitera,
par engraissement du sommier, les fai bles décrochements qui ne permettraient
d'économiser que de petites quanti tés de béton, t o u t en compliquant coffrage
e t f e r r a i 11 age.
-10-

c d e

a210cm

Z6ne engraissée

t
I

+.I c

-
B I' -B '
* 2 .I_ 2
a 2 1 0 cm

I I
ne sera pas centréeesur l a ligne d'ap-
*E'= pui du tablier, mais e l l e sera placée
- *
A
Q *
Valeurs courantes de D1
de telle manière que
(RD max + RD min) D T
- 11 -

1.2- FONDATION PROFONDE SUR PIEUX

3 dispositions courantes sont décrites ; elles sont classées suivant le nombre et l'inclinaison
des files de pieux.
1.2.1- PIEUX VERTICAUX SUR 2 FILES
1 T.N. ou remblai
_- -- -- __
r:
I I
Semelle ou sommier

1. Cas du deblai ou d'un


r9mblai execute a l'avance.

2- Cas d'un remblai exécuté


aprés construction de la
pile. cuke ou de l'ouvrage.
I

" /
--- L ._
-. --

c-
- ~~ Pieux verticaux sur 2 files

Semelle

Pieux verticaux sur 2 files

1.2.2,PlEUX VERTICAUX
.-_
SUR 2 FILES-
- -
et PIEUX INCLINÉS
_--____
SUR 1 FILE

Semelle ou sommier

Cas du déblai
remblai executé

Pieux verticaux sur 2 files


Pieux inclinés sur 1 file

1.2.3 - PIEUX VERTICAUX SUR 1 FILE ou PILES- COLONNES


-

T.N.

Chevêtre

Cas du déblai ou d'un


remblai exécuté à I'avanc Pieux verticaux sur 1 file
ou piles-colonnes

kjgnt?-d_e_1,2,3: pieux verticaux et inclines sur 1 file


- 12 -

1.2.1 - PIEUX VERTICAUX SUR DEUX FILES


1. - DEBLAI 01' REMBLAI EXECUTE A L'AVANCE.

Coupe transversale Elevation partielle

béton de propreté
. .
'-1 I I I ' épaisseur 2 IO

Cette disposition e s t recommandable lorsque l a voie inférieure


e s t en déblai O U cue l e remblai e c t exicuté a i'avùnces -ct que les fi-
f o r t s horizontaux sotit peu importants ( i l s peuvent ê t r e repris par l a
réaction horizontale du terrain sous l a semelle). C'est l a disposition l a
plus employée dans les ouvrages courants en cas de fondations profondes .
La semelle sera placée l e plus h a u t possible, compte tenu de
l'espace à réserver sous l e t a b l i e r p o u ~accéder aux appareils d'apphi;
e l l e e s t complétée par une nervure d o n t l e rôle, essentiellement d'ordre
géométrique, e s t d'assurer l e calage des appareils d'appui au niveau requis.

Données Dimensions à d é f i n i r

- Niveau de l'intrados - g : diamètre ou section des


pieux.
- g : diamètre ou section des pieux
- L : longueur des pieux, l i é e aux - Nombre de pieux
données géotechniques - k ! : distance entre l e s f i l e s de
pi eux.
(préfabriqués - B : largeur de l a semelle
- nature des béton (ou exécutés en - h,: hauteur de la semelle
pi eux (pl ace
métal On trouvera à l a page sui-
- R : charge t o t a l e à porter (réac- vante un rappel des c a r a c t é r i s t i -
tion du t a b l i e r t poids propre ques des différents types de pieux
de l a semelle t poids des e t des indications sur les dimen-
pi eux). sions transversales de l a semelle.
- Force portante d ' u n pieu. - b : largeur de l a nervure.
- h,: hauteur de l a nervure.
- 13 -

Le diamètre des pieux doit ê t r e considéré, t a n t ô t comme une


donnée, t a n t ô t comme une dimension à f i x e r , de laqueile dépendront les
dimensions transversales de l a semelle >(B e t h,) : l a semelle l a plus
petite sera obtenue avec l e plus p e t i t diamètre, d o n t l a valeur e s t fixée
à 0,60 m pour des pieux exécutés en place.

Le diamètre est'souvent un élément d'une offre e t doit s a t i s -


f a i r e à diverses conditions : portance t o t a l e , nombre de pieux, coût,
e t c ... I1 fera donc l ' o b j e t d'une dTscussion, d o n t on trouvera les élé-
ments dans l a N O T I C E ' G E N E R A L E , pl'èces 1 . 1 . 2 e t 1.1.3. Quant au dimension-
nement proprement d i t , on trouvera des éléments dans l e dossfer FOND 72,
Fascicules 4 e t 5.

PIEUX - Le diamètre des pieux e s t l i é à leur longueur, selon l a règle


suivante applicable aux pieux en b&J>~-_a_r_mle:
1
pieux préfabriqdés : 4 >, -
I-

30
de la longueur
1
- pieux exécutés en place : Q 2 - de la longueur
20

Pieux préfabriqués battus 1 Pieux exécutes en place

l Longueur maximale
30

9
40

12
50

15
60

12
70

M
80

16
L (m)
Force ortante
mo ,&e 50 90 140 140 200 250
I d'utiisation (1) 6
3 @ valeur normale
La distance entre axes des deux f i l e s e s t f? =
2 , 5 !J valeur minimale
Domaine d'emploi ( c f . FOND 72, Fasiicule 4; 54 2,3.1).

<
I 5 rn ,c, L

8 m < L ,< 15 m
8 m : pFeux préfabriqués battus