Vous êtes sur la page 1sur 5

Définition des variantes

I- Introduction :

Lors de la phase de conception, une panoplie de types d’ouvrages s’expose devant l’ingénieur
projeteur. Ce dernier est contraint de choisir le type qui s’adapte le mieux possible au contexte du
projet qu’il a entre les mains. C’est dans cette perspective que le projeteur doit actualiser en
permanence son background à propos des variations des prix des différentes sortes de ponts, des
changements dans la réglementation technique, des nouvelles méthodes d’exécution et des
nouvelles formes d’ouvrages, éventuellement des nouveaux matériaux utilisables. Ainsi, tout choix
est conditionné par les contraintes techniques, économiques et esthétiques :

-Les contraintes techniques se présentent dans les contraintes du site où il est implanté, les
contraintes de la route qu’il supporte, et enfin les contraintes de la disponibilité du matériel et de la
main d’œuvre pendant la période de l’exécution.

-Les contraintes économiques résident dans le fait de choisir une variante qui présente un coût
raisonnable.

- Quant au côté esthétique, il faut juste signaler que la variante choisie doit être compatible
avec le paysage du site.

II- Les ponts en béton armé :


II.1- Pont à poutres en béton armé:
C'est un pont dont l’organe porteur est une ou plusieurs poutres droites qui n’exercent
qu’uneréaction verticale sur leurs appuis intermédiaires ou d’extrémités et dont les efforts
engendrés dans la structure sont principalement des efforts de flexion. Cette variante permet de
considérer des portées variant de 15 à 30 m, il est conçu pour les passages supérieurs d’autoroutes
et pour le franchissement des cours d’eau moyens.

II.2- Pont dalle en béton armé:


Ce type de pont comprend une dalle en béton coulée en place à travée unique ou à plusieurs travées
continues posées sur appuis et dont la gamme de portées s'étend de 8 à 18 m. Il consomme plus de
béton (20 à 30% en plus que les ponts à poutres en BA) et il est plus sensible aux tassements
différentiels, mais il économise considérablement en coffrage, en plus son exécution est encore
aisée ce qui réduit les frais de la main d’œuvre. Reste à noter que sa faible épaisseur s’avère
convenable aux franchissements à très faible tirant d'air.

II.3- Pont à Béquilles :


Le Passage Supérieur à Béquilles est constitué d’un tablier précontraint de hauteur constante ou
variable. Les appuis intermédiaires sont constitués de béquilles encastrées dans le tablier, inclinées à
environ 50 grades et généralement articulées en pied dans un massif de fondation
II.4- Pont en arc:
Le pont en arc exerce une réaction inclinée due à la poussée de l’arc qui a une forte composante
horizontale. Lorsqu’on construit les arches les unes après les autres, les piles doivent être massives
car chaque pile doit pourvoir reprendre la poussée de l’arche déjà construite. On distingue trois types
de ponts en arcs :

-arcs à tablier supérieur (le tablier est placé au-dessus de l’arc).

-arcs à tablier intermédiaire (le tablier est placé au-dessous ou au milieu de l’arc) .

- arc à tablier inférieur (le tablier est suspendu à l’arc par des suspentes).

III- Ponts en be ton précontraint

III.1- Pont dalle en béton précontraint :


Le Passage Supérieur ou Inférieur en Dalle Précontrainte est constitué d’une dalle précontrainte
longitudinalement à des portées de 23 m et armée transversalement, de hauteur constante. La
section transversale comprend généralement des encorbellements. Ce type de pont possède une
très grande résistance au cisaillement et à la torsion, raison pour laquelle il est souvent utilisé en
ouvrages biais et en ouvrages courbes.

III.2- Pont à précontrainte par adhérence (PRAD): Ce pont est constitué de poutres
préfabriquées précontraintes par pré-tension. Les poutres, régulièrement espacées, à un entraxe de
l’ordre de 1 m, sont solidarisées par une dalle coulée en place sur des coffrages perdus.

III.3- Viaduc à travées Indépendantes à Poutres Préfabriquées (VIPP): Le


tablier de ce type est constitué de poutres précontraintes par post-tension de hauteur constante,
solidarisées entre elles par des entretoises d’abouts et un hourdis .Les poutres ont un espacement de
l’ordre de 3 à 4 mètres et leur domaine d’utilisation s’étend entre 25 et 45m (exceptionnellement de
20 à 50 m).

Il présente les avantages suivants :

 Réduction du temps de construction grâce à la possibilité de la préfabrication des poutres


avec la réalisation des fondations et des appuis de l'ouvrage (il permet de gagner environ 20
% du délai nécessaire à la réalisation du même ouvrage par le procédé de construction sur
cintre).
 Faible sensibilité aux tassements d'appuis.
 Economie qui est due à la préfabrication des poutres et de l'exécution du hourdis coulé sur
des prédalles préfabriquées.

Parmi ses inconvénients, on cite :

 Présence des joints de dilatation de chaussée


 Incertitude des déformations différées des poutres par fluage du béton et relaxation des
armatures de précontrainte.
 Nécessité d’un matériel de mise en place des poutres très coûteux qui peut être utilisé de
façon économique pour un nombre suffisant de poutres (minimum 12).

III.4- Pont caisson :


Le tablier est précontraint par des câbles de continuité qui assurent l'assemblage des différentes
travées, ainsi que de câbles de fléau qui soutiennent la structure et les différents voussoirs en phase
de construction dans le cas d'une réalisation par encorbellement. La particularité du pont caisson est
de pouvoir s’adapter à des profils d’ouvrages de franchissement très surbaissés, y compris avec des
formes courbes très accentuées. Il peut être soit mis en place par poussage soit construits en
encorbellement, permettant d'atteindre couramment des grandes portées de l'ordre de 130 ou 140
m, mais dont le domaine d'emploi s'étend jusqu'à 200 m de portée principale.

IV-Ponts métalliques
Le choix des ponts métalliques est de plus en plus fréquent, vue la pluralité de leurs avantages,
àsavoir :

 La légèreté de la structure.
 Une multiplicité des conceptions architecturales.
 Une économie à la construction des appuis et des fondations, supportant une structure à
 poids propre moins élevé.
Néanmoins, cette solution ne peut être envisagée dans notre cas, pour les raisons suivantes :
 La nécessité d’un entretien régulier et coûteux pour palier au problème de la corrosion
 Le prix élevé de l’acier

V-Pont bipoutre mixte


Le tablier des bipoutres mixtes est constitué d’une dalle en béton, connectée à 2 poutres
métalliques, de manière à former un ensemble monolithique. Il peut être à travées indépendantes
ou continues. La dalle participe à la résistance de l’ouvrage en flexion longitudinale et locale, grâce à
sa connexion aux poutres métalliques par des goujons ou des cornières, et à son épaisseur de 20 à 30
cm. Les poutres sont préfabriquées en usine et transportées sur le site par tronçons de 20 à 40 m de
longueur. Elles sont raboutées par soudage sur le site, assemblées aux entretoises et mises en place à
l’aide d’une grue ou lancées ou ripées.

VI-Choix des variantes


Chaque solution d'implantation des appuis correspond à une répartition des travées et de leur
longueur. La portée la plus longue permet à son tour d'orienter le choix du type d'ouvrage le mieux
adapté. Ce choix est réalisé parmi l’offre des diverses solutions de ponts courants. Le tableau ci-après
récapitule les domaines d’utilisation des ponts courants, cependant on ne peut en aucun cas se baser
sur ces données, sans tenir compte du coût de la main d’œuvre et du type des fondations :
Figure 1 :Domaine d'application des ponts courants

Pour des variantes à portées égales, on peut vérifier d’autres critères qui sont présentés dans le
tableau suivant :

Figure 2 :Critères de comparaison à portées égales

L’Influence ouvrage/entourage : l’agressivité du milieu et le nombre des piles (risque de


débordement de l’eau) implique respectivement que le choix du pont mixte et PRAD soit rejeté.

L’esthétique : Le pont dalle nervurée est le choix le plus esthétique, puis il vient après le pont mixte,
ensuite le VIPP et enfin le PRAD. L’esthétique dépend essentiellement de la portée et de l’aspect
architecturel.

Les couts : Le pont mixte est le moins couteux, suivi du VIPP. Le pont dalle est en dernière place vu sa
consommation élevée du béton.

Facilité d’exécution : Le pont mixte est le plus facile à exécuté tandis que le pont dalle reste le
dernier choix à faire vu qu’il exige une manutention et un coffrage spécifique. Généralement, On ne
note pas une grande différence d’exécution entre les ponts VIPP et PRAD, mais la portée limitée de
ce dernier se traduit en un nombre de piles supplémentaires, impliquant un travail de plus.

VI.1-Présentation et description de la variante retenue :


Le choix des dimensions du pont VIPP dépendra des éléments suivants :

 La brèche du fleuve à franchir s’étale sur une distance frôlant les 195 m.
 Le terrain ne présente aucune contrainte obligeant à opter pour un ouvrage courbe.
 La portée du VIPP est contenue dans une plage de 30m à 50m.
 La conception courante au Maroc ne favorise pas les grandes portées.

On opte alors pour cinq travées isostatiques de 38m de portée avec 0,5 m de débordement de
chaque côté (saillie). Puisque Le viaduc portera une voie 2x2 +( 1.26 3mri hna .... , on divisera le
tablier en deux parties indépendantes l’une de l’autre, avec 11,5 m de largeur chacune. Chaque
tablier sera porté par quatre poutres en béton précontrainte reposant sur des appuis en
élastomères.

Remarque : Les deux tabliers seront indépendants même au niveau de la structure


portante(chevêtres -piles-fondations).

39 m

38m

Figure 3:Résultat final de la comparaison

Plan transversale du tablier :

Illustration longitudinal du tablier 1 :

195 m