Vous êtes sur la page 1sur 80

ROYAUME DU MAROC

UNIVERSITÉ ABDELMALEK ESSAADI


FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES
TANGER
DÉPARTEMENT DES PHYSIQUES

MÉMOIRE DE PFE LICENCE EN SCIENCES ET TECHNIQUES GÉNIE CIVIL

Présenté en vue de l’obtention du


Dipl^
ome de Licence ès Sciences et Techniques
Option:GÉNIE CIVIL

ÉTUDE COMPARATIVE DE DIMENSIONNEMENT


D’UNE STRUCTURE MÉTALLIQUE,ENTRE LES RÈGLES
CM 66 ET L0EU ROCODE3

Par :
KALOUCH HAMMAM 1
JAADI MOHAMED 2

Encadrant Pédagogique : MABSSOUT MOKHTAR 3


Encadrant Professionnel : LAKEHAL MOHAMED 4

Année Universitaire : 2014-2015

1. Étudiant En 3emeannée LST Génie Civil à la FST Tanger


2. Étudiant En 3emeannée LST Génie Civil à la FST Tanger
3. Professeur et Chef de la filière Licences ès Sciences et Techniques Génie Civil à la FST Tanger
4. Ingénieur civil, Gérant de bureau CAEB Tanger
Table des matières

I Présentation de projet et Étude au vent 9

1 Présentation de projet 10
1.1 Présentation de bureau d’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.1 Fiche signalétique du bureau d’études . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.2 Organigramme de bureau d’étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.2 Généralités sur le matériau acier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3 Critère de ruine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4 Prescriptions des règles CM66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.5 Prescriptions de L’Eurocode 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.6 Présentation générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.7 Cahier des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8 Présentation de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8.1 Aspect général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8.2 Données géométriques de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8.3 Données concernant le site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8.4 Type de structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

2 Étude Au Vent 15
2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2 Pression dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.1 Pression dynamique de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.2 Calcul des coefficients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.3 Action statique du vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.3 Calcul des pressions dynamiques Wn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

II Étude comparative de Dimensionnement entre les règles CM 66 et l0 EC3 24

3 Dimensionnement des pannes 25


3.1 Principe de dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.2 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.1 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.2 Vérification de la résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.3.3 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.3.4 Vérification au cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.3.5 Vérification au déversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.4 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.4.1 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.4.2 Vérification de la résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.4.3 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.4.4 Vérification au cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.4.5 Vérification au déversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

1
3.5 Dimensionnement des liernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.5.1 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.5.2 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.6 Dimensionnement de l’echantignolle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.6.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.6.2 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.6.3 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.7 Dimensionnement de la panne sablière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.7.2 Vérification aux instabilités Flambement-Flexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.7.3 Calcul selon les règles CM66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.7.4 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

4 Dimensionnement des Lisses 40


4.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.2 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.2.1 Calcul en flexion horizontale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.2.2 Calcul en flexion verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.3 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.3.1 Calcul en Flexion horizontale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.3.2 Calcul en flexion verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.4 Calcul des suspentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.4.1 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.4.2 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

5 Dimensionnement des potelets 44


5.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5.2 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5.3 Calcul selon les règles CM66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5.3.1 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5.3.2 Vérification des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5.4 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.4.1 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
5.4.2 Vérification des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

6 Dimensionnement des contreventements 47


6.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.2 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.2.1 Calcul de la poutre au vent en pignon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.2.2 Calcul de la palée de stabilité en long pan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
6.3 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
6.3.1 Calcul de la poutre au vent en pignon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
6.3.2 Calcul de la palée de stabilité en long pan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

7 Dimensionnement du portique 50
7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
7.2 Dimensionnement des traverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
7.2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
7.2.2 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
7.2.3 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
7.3 Dimensionnement du poteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
7.3.1 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
7.3.2 Calcul selon l0 EC3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
7.3.3 Calcul selon les règles CM 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

2
7.3.4 Vérification de déplacement en tête de poteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

III Assemblages 64

8 Assemblages selon l’Eurocode 3 65


8.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.2 Types d’assemblages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.2.1 Assemblages par boulons non précontraints . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.2.2 Assemblages par boulons précontraints . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
8.2.3 Assemblages par soudure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
8.3 Étude des assemblages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
8.3.1 Dimensionnement de renfort traverse-poteau encastré . . . . . . . . . . . . . . . . 66
8.3.2 Assemblage traverse-traverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
8.3.3 Assemblage poteau-traverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

9 Conclusion 75

3
Document rédiger par le logiciel LATEX

4
Remerciements

Nous voudrons en premier lieu remercier chaleureusement et beaucoup plus notre encadrant
pédagogique Mr MABSSOUT MOKHTAR, et notre encadrant professionnel Mr LAKEHAL
MOHAMED, qui ont suivi et ont encadré ce travail avec intérêt et disponibilité, aussi pour leurs
directions scientifiques, leurs qualité pédagogique, professionnelle, et humaine, durant toute la
période de notre stage de fin d’étude.
Nous tenons aussi a remercier beaucoup les membres de jury pour avoir accepté à évaluer ce travail.

Sans oublier de remercier tous les enseignants de la Faculté des Sciences et Techniques de
TANGER, qui ont contribué à notre formation universitaire.

Une pensée pour toute les personnes que nous n’aurons pu oublier, qui ont de près ou de loin
contribué à l’élaboration de ce travail.

5
DÉDICACES

A ma chère mère, nulle formation ne peut traduire mes sentiments d’amour, de gratitude pour
tous tes sacrifices, ton affection et tes prières.
A mon cher père, pour m’avoir soutenu tout au long de mon parcours, pour ton
amour et tes prières
A ma sœur,
A mes frères,
A ma famille et mes amis,
je dédie ce travail, en reconnaissance d’une confiance que les mots ne
sauraient d’écrire.

KALOUCH HAMMAM

A ma mère pour sa bienveillante présence


A mon père pour son soutien de tous les instants
A mon frère et mes sœurs
A mes amis de toujours
Je dédie le fruit de ces inoubliables années d’études.

JAADI MOHAMED

6
Introduction générale

Grâce à ces avantages, la charpente métallique est un mode de construction de tout premier
ordre, qui se développe de plus en plus dans le monde.

Surtout pour les grands projets industriels, et commerciaux tels que les grandes usines, les
hangars à stockages et les super marchés.

L’utilisation des matériaux acier, s’est imposé d’abord par ses qualités de résistance, ses avan-
tages esthétiques, mais également parce qu’elle permet l’édification des ossatures dont les sections
exiguës occupaient moins de place que les autres matériaux employés, jusqu’alors du coup, l’en-
semble de la charpente métallique acquiert un aspect de légèreté, tout en permettant de donner
aux pièces porteuses des portées inusitées.

Cette importance croissante que revêtit la charpente métallique a été toujours impulsée et
soutenu par un travail de recherche et de normalisation sur l’acier, et a qui aboutit à une meilleure
maitrise du calcul et de l’exécution. Conscients de grand intérêt que présente ce matériau, nous
avons entrepris ce travail de fin d’étude sur un sujet qui traite du dimensionnement et d’étude
d’un hangar industriel en charpente métallique avec les deux normes CM 66 et l0 Eurocode3.

7
Résumé

Ce projet de fin d’études consiste à étudier un hangar métallique situé a la zone industrielle
de Gznaya à Tanger, avec les deux règlements CM 66 et Eurocode3.

Les calculs ont permis de déterminer les sections des profilés permettant de garantir la sécurité
et la stabilité de l’ouvrage compte tenu des charges qui lui seront appliquées au cours de sa vie.

Les calculs et vérifications ont été conduits conformément aux règles EC3 et CM 66 et les
charges climatiques selon N V 65.

On a suivi l’ordre chronologique de descente de charge (pannes, traverses, poteaux...). Pour


mener à bien notre travail, on a défini au préalable les charges qui s’appliqueront sur notre ouvrage.
C’est ainsi que nous avons effectué une étude au vent, puis nous avons dimensionnée les différents
éléments de la structure métallique (pannes, lisses, potelets. . . ), en s’intéressant au système de
contreventement sous la notion de ”la poutre au vent” et ”le palée de stabilité”.

On a défini un modèle de portique auquel on a appliqué la combinaison la plus défavorable des


charges suscitées en vérifiant les instabilités élastiques.
Notre travail s’est étalé sur trois parties :

La première partie regroupe les réglementations, et traite des caractéristiques de l’acier, et une
étude au vent bien détaillée.

La deuxième partie se focalise sur le dimensionnement manuel de la structure, avec les règles
CM 66 et l0 eurocode3, on tirant des conclusions sur les caractéristiques de chaque norme.

La troisième partie traite l’assemblage de la construction on se limitant sur un dimensionnement


avec l0 eurocode3, dont la formulation est semblable a celle des règles CM 66.

8
Première partie

Présentation de projet et Étude au vent

9
Chapitre 1

Présentation de projet

1.1 Présentation de bureau d’étude


Le bureau d’étude CAEB, est un bureau de conseil, d’assistance et d’étude du bâtiments, très
célèbre dans le nord du Maroc, et particulièrement dans la région Tanger Tetouan,sous la direction
de l’ingénieur Mr LAKEHAL Mohamed.

1.1.1 Fiche signalétique du bureau d’études


Nom raison social C.A.E.B
Secteur d’activité Conseil, Assistance et Étude de bâtiments
Forme juridique S.A.R.L
Siège social 6 Rue Mohammedia, 4eme étage
Appartement No 14 TANGER, MAROC
Tél 06 61 38 56 12
E-mail medlakehal@yahoo.fr

1.1.2 Organigramme de bureau d’étude


M.LAKEHAL Mohamed : Gérant
Mlle.EL AZMANI Soumaya : Ingénieur
M.HAMADI Amine : Technicien
Mlle. ABOULJALIL Dounia : Secrétaire

1.2 Généralités sur le matériau acier


L’acier est un matériau constitué essentiellement de fer et de carbone. Ce dernier n’intervient
que pour une très faible part. L’acier est généralement obtenu par une opération en 2 phases :
1ère phase : L’introduction et la combustion de minerai de fer, de coke et de castine dans un
haut-fourneau qui permet l’obtention de la fonte (matériau de plus de 1, 7% de carbone).
2ème phase : On convertit la fonte liquide en acier, à une température de 1500C environ sous
insufflation d’oxygène. Cette opération a pour objectif de décarburer la fonte. L’acier obtenu ne
possède plus qu’un faible pourcentage de carbone.

L’acier liquide est coulé ensuite dans des lingotières en cuivre carrées ou rectangulaires. On
obtient ainsi des blooms, des brames et des billettes dits semi-produits qui vont par la suite être
laminés pour donner au métal les dimensions et formes souhaitées.

10
On fabrique ainsi des produits plats (plaques et tôles) à partir de brames et des produits longs
(cornières, tés, poutrelles IPE, HEA, HEB. . . ) à partir de blooms et de billettes.

CARACTÉRISTIQUE DE QUELQUE PROFILE

1.3 Critère de ruine


Dans les règles CM 66, le comportement de l’acier est supposé purement élastique et l’on
considère que l’état limite théorique de résistance est atteint lorsque la contrainte maximale
régnant dans la section se trouve égale à la limite d’élasticité. Dans les deux autres textes, Addi-
tif 80 et l0 Eurocode3, sous certaines conditions portant sur l’élancement géométrique des parois
comprimées de la section, cette même limite constitue le seuil du comportement plastique du
matériau ; ce comportement étant le plus souvent supposé parfaitement plastique, seule la distribu-
tion de contraintes est modifiée par rapport au cas précédent et l’expression finale de la résistance
théorique reste proportionnelle à la limite d’élasticité. De longue date, les règles françaises ont
été fondées sur une courbe enveloppe des points de plus grande scission du cercle de MOHR,
construite à partir des valeurs limites pour les sollicitations simples.

Critère de ruine CM 66

11
Critère de ruine EC3

A la fois l0 Additif 80 et l0 Eurocode3 retiennent, pour leur part, la combinaison générale des trois
contraintes principales, dite contrainte équivalente de Von Mises, pour établir leur critère théorique
de ruine :
1
× [(σ1 − σ2 )2 + (σ2 − σ3 )2 + (σ1 − σ3 )2 ] ≤ fy2 (1.1)
2
Pour les états plans de contraintes σ3 = 0, cette expression se réduit à :

σ12 + σ22 + σ1 × σ2 ≤ fy2


Soit, en faisant intervenir les contraintes σ et τ régnant dans une même facette :

σ 2 + 3τ 2 ≤ fy2
La figure ci-dessous résume les contraintes limites de référence utilisées par les règles disponibles :

Les contraintes limites de référence


L0 Eurocode3 introduit également, en matière de résistance des sections, deux évolutions notables
par rapport aux règles antérieures.
Pour les vérifications de résistance en traction au droit des sections nettes, sauf exception, la
référence préconisée n’est plus la limite d’élasticité de l’acier mais sa limite de rupture, notée fu ;
on utilise, dans un tel cas, un coefficient partiel de sécurité différent,γM 2 , dont la valeur est fixée
à 1,25.
Lorsque, du fait de l’élancement géométrique des parois comprimées de la section, la ruine in-
tervient par voilement local prématuré par rapport au critère élastique habituel, un calcul élastique
de la résistance est toutefois maintenu, portant sur une section affaiblie, dite efficace, on utilise,
dans un tel cas, un troisième coefficient partiel de sécurité, noté γM 1 et dont la valeur est fixée à
1,10.

12
1.4 Prescriptions des règles CM66
Le règlement CM66 ne comporte pas de prescriptions visant de manière spécifique les modalités
de l’analyse de structure.
Ce n’est qu’au stade de la vérification de la stabilité des poteaux que l’on se trouve amené à
distinguer deux types de structures :
Les structures à nœuds fixes : la stabilisé latérale est assurée extérieurement par une autre
structure ou intérieurement au moyen d’une triangulation mettant en jeu des rigidités d’effort
normal.
Les structures à nœuds déplaçables : celles dont la stabilité latérale repose sur la mise en jeu
des rigidités de flexion de leurs éléments et de leurs assemblages.
Dans le règlement CM66 le comportement des structures courantes à nœuds déplaçables reste
valablement analysé par un calcul élastique de 1er ordre dès lors que :
Les déplacements latéraux restent cantonnés dans des limites raisonnables (article 3.9 recomman-
dant de borner le déplacement en tête des poteaux au l/200 de leur hauteur).
La stabilité des poteaux est établie en considérant leurs longueurs de flambement tenant compte
du caractère déplaçable des nœuds.

1.5 Prescriptions de L’Eurocode 3


En matière d’analyse de structure L0 Eurocode3 passe par une distinction entre :
– Les ossatures souples pour lesquelles des dispositions doivent impérativement être prises pour
tenir compte des effets de second ordre.
– Les ossatures rigides qui, au contraire, peuvent valablement être analysées par un calcul au
1er ordre.
0
L eurocode3 fixe comme seuil de prise en compte des effets de second ordre, la valeur 0.1 du
rapport entre Vsd la résultante verticale des actions pondérées appliquées et Vcr la valeur critique
de la charge verticale obtenue par amplification de ce chargement pondéré :
Vsd
≥ 0.1
Vcr
Pour les ossatures planes étagées composés de poutres et de poteaux encastrés, ce critère est à
évaluer pour chaque étage, il peut être remplacé par l’inégalité :
Vsd δ
× ≥ 0.1
Hsd h
Une troisième catégorie de structure est envisagée par l0 Eurocode3 : les structures contreventées
pour lesquelles la stabilité latérale est assurée par un système de contreventement qui leur est
extérieur et suffisamment rigide pour que l’on puisse juger qu’il équilibre l’ensemble des actions
horizontales. Le règlement stipule que ; pour que cette condition puisse être jugée comme satisfaite ;
le présent système de contreventements doit réduire au moins 80% les déplacements latéraux de
l’ossature qu’il stabilise.

1.6 Présentation générale


Le projet dont on effectue les calculs de structure, est un projet de construction d’un hangar
métallique, situé à la zone industrielle de Gznaya à Tanger, cet hangar dont la structure principale
sera en acier, s’étend sur 1269m2 .

Il convient avant d’aborder notre étude, de présenter ses principales caractéristiques, ainsi que
les exigences et contraintes auxquelles nous allons faire face.
Nous présenterons succinctement, d’abord le cahier des charges, puis la structure elle même.

13
1.7 Cahier des charges
Notre cahier des charges est constitué principalement des exigences du maitre d’ouvrage, Nous
ne présenterons ici que celles directement liées à notre travail.
– La structure porteuse doit être en Acier ;
– les aciers seront de type S235 pour les profilés de la structure ;
– le hangar doit pouvoir supporter les effets du vent selon le cahier des prescriptions communes
applicables au calcul des surcharges dues au vent au Maroc, du ministère de l’équipement ;
– les effets thermiques seront négligeable.

1.8 Présentation de la structure


1.8.1 Aspect général
Notre hangar en structure métallique occupera une superficie de 1269m2 , elle aura une forme
de base rectangulaire et aura deux versants.

1.8.2 Données géométriques de l’ouvrage


– Longueur : 54m
– Largeur : 23.5m
– Hauteur au faitage : 9m
– Pente de versants : 9.66°

1.8.3 Données concernant le site


Le hangar sera implanté sur un sol de contrainte admissible σsol = 2bars.

1.8.4 Type de structure


La structure de notre hangar sera de type portique, notre choix est motivé ici par les points
suivants :
– Besoin d’avoir un espace sous toiture libre.
– Cout de réalisation faible par rapport à une structure poteau-ferme en treillis.
– Pour une porté de 23.5m le portique reste plus économique, ces portiques auront un espace-
ment de 6m.
Nous travaillerons avec le modèle hyperstatique de degré 3, Encastré en pieds de poteau.

14
Chapitre 2

Étude Au Vent

2.1 Introduction
Dans le domaine de la charpente métallique, le vent peut enduire des efforts qui sont très
importants et qu’on ne peut pas négliger. Ces actions du vent sont calculées à partir de valeurs
de référence de vitesse ou de la pression dynamique.
Elles sont représentées par des pressions exercées normalement aux surfaces, et dépendent de :
– La vitesse du vent.
– La catégorie de la construction et ses proportions d’ensemble.
– L’emplacement de l’élément considéré dans la construction et son orientation par rapport à
la direction du vent.
– Les dimensions de l’élément considéré.
– La forme de la paroi (plan ou courbe) à laquelle appartient l’élément.
Dans cette partie, les calculs serons effectués conformément aux règles N V 65, ainsi peut-on définir
la pression élémentaire s’exerçant sur l’une des faces d’un élément de parois par :

W = q10 × Km × Ks × Kh × δ × (Ce − Ci ) × β (2.1)

15
? q10 pression dynamique de base à 10m à partir du sol.
? Kh est un coefficient correcteur du à la hauteur au dessus du sol.
? Ks est un coefficient qui tient compte de la nature du site ou se trouve la construction
considérée.
? Km est le coefficient de masque.
? δ est un coefficient de réduction des pressions dynamiques, en fonction de la plus grande
dimension de la surface offerte au vent.
? Ce et Ci sont les coefficients de pression extérieure et intérieure.
? β : coefficient de majoration dynamique.

2.2 Pression dynamique


2.2.1 Pression dynamique de base
Par convention et conformément à la norme N V 65, les pressions dynamiques de base normale
et extrême sont celles qui s’exercent à une hauteur de 10m au-dessus du sol, pour un site normal,
sans effet de masque sur un élément dont la plus grande dimension est é gale à 0.50m.
Le hangar étudié étant situé sur la zone TANGER, il est considéré comme appartenant à la
région III qui est caractérisée par :
Région III
pression dynamique de base normale pression dynamique de base extrême
135daN/m2 236daN/m2
Pression dynamique de base pour la zone III

2.2.2 Calcul des coefficients


 Coefficient de la hauteur au-dessus du sol
Pour des hauteurs comprises entre 0 et 500m à partir du sol, la pression dynamique de base
est multipliée par un coefficient Kh qui est définit par la formule suivante :

H+18
Kh = 2.5 × [ H+60 ]
Ceci sachant que la zone de construction du hangar est sensiblement horizontale sur un grand
périmètre.
(9+18)
Kh = [2.5 × (9+60)
] = 0.98

Vu la hauteur de la construction, qui est de 9m, on a adopté le diagramme simplifié suivant :

16
Diagramme simplifié
Cette simplification du diagramme consiste à prendre une valeur constante de KH sur chaque 5m
à partir des premiers 10m sur lesquels KH est égal à 1.
Les valeurs à prendre en compte pour KH sont résumées dans le tableau suivant :
H(m) 0-10 10-15 15-20 20-25
KH 1 1.1 1.18 1.26
Effet de la hauteur d’après le diagramme simplifié
Donc : on va prendre Kh = 1

 Coefficient de site
Le coefficient de site est un coefficient d’augmentation pour les sites exposés comme les littoraux
et de réduction pour les sites protégés comme au fond d‘une cuvette bordée de collines sur tout
son pourtour.
Les valeurs du coefficient du site sont données sur le tableau suivant :
Région IV III II I
Site protégé - 0.8 0.8 0.8
Site normal 1 1 1 1
Site exposé 1.2 1.25 1.3 1.35
Coefficients de site
Pour notre construction, il s’agit d’un site exposé, donc Ks = 1.25.
La zone industrielle de Gznaya à Tanger, est considérée comme un site exposé ; moins de 6km
de littorale.

 Coefficient de masque
Il y a effet de masque lorsque la construction envisagée est masquée et protégée par d’autres
constructions de grande probabilité de durée.
L’environnement de construction étant sans obstacles, on prend alors Km = 1.

 Coefficient des dimensions


Les pressions dynamiques s’exerçant sur les éléments d’une construction (pannes, poteaux,
etc..), doivent être affectés d’un coefficient de réduction δ en fonction de la plus grande dimension
(horizontale, verticale) de la surface offerte au vent (maitre-couple) intéressant l’élément considéré,
et de la cote H du point le plus haut de la surface considérée.

17
Coefficient de réduction des pressions dynamiques δ

A partir de cet abaque nous déterminons le coefficient δ pour chaque élément étudié et ce au
moment de nécessité vu la variété des longueurs du projet.
Pour notre exemple, nous avons trouvé :
– Pour le Pignon : δ = 0.78
– Pour le Long pan : δ = 0.73

 Coefficient de majoration dynamique


Dans la direction du vent, il existe une interaction dynamique entre les forces engendrées par les
rafales de vent et la structure qui lui est exposée. Cette interaction peut engendrer des vibrations
dans la structure, et si une résonance y lieu, de grands périodes d’oscillation pouvant causer la
ruine. Pour tenir compte de cet effet, il faut pondérer les pressions dynamiques de base par un
coefficient.
La période propre T du mode fondamental d’oscillation d’une construction fait l’objet de
l’annexe 4 des règles N V 65, qui fournit une formule forfaitaire pour les bâtiments à ossature
métallique :
T = 0.1 √HL
– H :hauteur totale du bâtiment en m
– L :longueur du bâtiment parallèle au vent
Donc :
– Vent perpendiculaire au pignon L = 54m ⇒ T = 0.12s
– Vent perpendiculaire au long pan L = 23.5m ⇒ T = 0.18s

• Cas du vent normal


0.5[cm] Le coefficient de majoration dynamique β est donné par la formule suivante :

β = θ(1 + τ ξ)
θ : Coefficient global dépendant du type de la structure. Dans notre cas θ = 0.7 puisque la
construction a une hauteur inférieure à 30m.
τ : Coefficient de pulsation fonction de H, pour H = 9 nous avons τ = 0.36
ξ : Coefficient de réponse dépend du mode propre d’oscillation de la structure, il est donné par
l’abaque suivant :

18
Coefficient de Réponse
Pour notre cas nous obtenons :
Vent perpendiculaire au pignon : ξ = 0.2 ⇒ β = 0.75
Vent perpendiculaire au long pan : ξ = 0.26 ⇒ β = 0.77

• Cas du vent extrême


Dans le cas du vent extrême, le coefficient β devient :
βextreme = βnorm (0.5 + θ/2)
Nous obtenons :
Vent perpendiculaire au pignon : βextreme = 0.64
Vent perpendiculaire au long pan : βextreme = 0.65

2.2.3 Action statique du vent


 Rapport de dimensions λ et coefficient γ0
Le coefficient λ est le rapport entre la hauteur du bâtiment et la dimension offerte au vent.
Donc suivant la direction du vent on a : λ = hb ou λ = ha Le coefficient γ0 quant à lui est
déterminé selon λ à partir de l’abaque suivant :

Valeurs de coefficient γ0

19
Pour ce qui est de notre projet nous avons les données suivantes :
Vent perpendiculaire au pignon : λb = hb = 0.38
Vent perpendiculaire au long pan : λa = ha = 0.16
Ce qui donne pour γ0 les valeurs suivantes :
Vent perpendiculaire au pignon : γ0 = 0.85
Vent perpendiculaire au long pan : γ0 = 0.92

 Actions extérieurs
• Parois Verticales
Vent perpendiculaire au pignon :
Face au vent ⇒ Ce = 0.8
Faces sous le vent ⇒ Ce = −(1.3γ0 − 0, 8) = −0.305
Vent perpendiculaire au long pan :
Face au vent ⇒ Ce = 0.8
Faces sous le vent ⇒ Ce = −(1.3γ0 − 0.8) = −0.4

• Toitures
Vent perpendiculaire aux génératrices Les valeurs de Ce pour les toitures sont directement lues
sur l’abaque suivant :

Valeur de Ce en fonction de α
Vent perpendiculaire aux génératrices : (α = 9.66°etγ0 = 0.92)
Face au vent ⇒ Ce = −0.38
Face sous le vent ⇒ Ce = −0.25
Vent parallèle aux génératrices(α = 0 et γ0 = 0.85)
Donc : Ce = −0.28

 Actions intérieurs
Les coefficients de pression Ci qui s’exercent de façon homogène sur toutes les surfaces de
l’intérieur de ce hall, dépendent de la perméabilité µ de la construction, qui est égale au rapport
de la surface totale de ses ouvertures à sa surface totale. Dans notre cas, la porte coulissante peut

20
s’ouvrir à 10, 63% de la face 1 du bâtiment (ce qui dépasse la limite de 5% imposée par la N V 65).
Nous étudions donc le cas d’une construction partiellement ouverte.

• Vent perpendiculaire au Pignon (Face 1)

Cas 1 : Fermée
Dépression ⇒ Ci = −0.6(1.3γ0 − 0.8) = −0.183 on prend Ci = −0.2
Pression ⇒ Ci = +0.6(1.8 − 1.3γ0 ) = +0.42
Cas 2 : Ouvert
Face 1 ⇒ Ci = −0.6(1.3γ0 − 0.8) = −0.183 on prend Ci = −0.2
Faces 2, 3 et 4 ⇒ Ci = +0.8 ∀γ0
Partiellement ouverte :

Remarque :

D’après NV 65 art.2,14 Lorsque −0, 2 ≤ Ci ≤ 0 on prend Ci = −0.2 et Lorsque 0 ≤ Ci ≤ +0.15


on prend Ci = +0.15
D’après l’N V 65 art.2.144 la 1er interpolation se fait toujours entre les actions de même signe.
On utilise une interpolation linéaire entre le cas fermé et ouvert. Face 1 nous avons Cif = −0.2
et Cio = −0.2 donc Cip = −0.2 Faces 2, 3 et 4 Cif = +0.42 et Cio = +0.8 donc on utilise la formule

µ − µf er
Cip = Cif + (Cio − Cif ) (2.2)
µou − µf er

d’où Cip = +0.49


Les coefficients de pressions intérieures pour les versants de toitures auront les mêmes valeurs
que celles des parois intérieures fermées pour notre cas Cip = +0.49 donc pour les versants de
toitures T 1 et T 2 Cip = +0.49

• Vent normal a la face 3

Cas 1 : Fermée
Dépression ⇒ Ci = −0.6(1.3γ0 − 0.8) = −0.183 on prend Ci = −0.2
Pression ⇒ Ci = +0.6(1.8 − 1.3γ0 ) = +0.42
Cas 2 : Ouvert
Face 1 ⇒ Ci = +0.6(1.8 − 1.3γ0 ) = +0.42
Faces 2, 3 et 4 ⇒ Ci = −(1.3γ0 − 0.8) = −0.305
Partiellement ouverte :
Face 1 ⇒ Cif = +0.42 et Cio = +0.42 même signe donc Cip = +0.42
Faces 2, 3 et 4 ⇒ Cif = −0.2 et Cio = −0.305 donc on utilise la formule suivant :
µ−µ f er
Cip = Cif + (Cio − Cif ) µouv −µ f er
= −0.22

versants de toiture Cip = −0.22

21
• Vent normal à la grande face(long pan)

Cas 1 : Fermée
Dépression ⇒ Ci = −0.6(1.3γ0 − 0, 8) = −0.24
Pression ⇒ Ci = +0.6(1.8 − 1.3γ0 ) = +0.36
Cas 2 : Ouvert
Face 1 ⇒ Ci = +0.6(1.8 − 1.3γ0 ) = +0.36
Faces 2, 3 et 4 ⇒ Ci = −(1.3γ0 − 0.8) = −0.4
Partiellement ouverte :
Face 1 ⇒ Cif = +0.36 et Cio = +0.36 même signe donc Cip = +0.36
Faces 2, 3 et 4 Cif = −024 et Cio = −0, 4 donc on utilise la formule suivant :
µ−µ f er
Cip = Cif + (Cio − Cif ) µouv −µ f er
= −0.27

versants de toiture ⇒ Cip = −0, 27

 Coefficient de pression résultant Cr


• Vent perpendiculaire au Pignon Face 1

Face 1 : nous avons Ce = +0, 8 et Cip = −0, 2 ⇒ Cr = +1


Faces 2, 3 et 4 : Ce = −0, 305 et Cip = +0, 49 ⇒ Cr = −0, 8
Versants de toitures T1 et T2 : Cr = −0, 77

• Vent normal a la face 3

Face 1 : Ce = −0, 305 et Cip = +0, 42 ⇒ Cr = −0, 72


Faces 2 et 4 : Ce = −0, 305 et Cip = −0, 22 ⇒ Cr = −0, 085 donc Cr = −0, 2
Face 3 : Ce = +0, 8 et Cip = −0, 22 ⇒ Cr = +0, 21
Versants de toiture T1 : Cr = −0, 06 ⇒ Cr = −0, 2
Versants de toiture T2 : Cr = −0, 06 ⇒ Cr = −0, 2

• Vent normal à la grande face(long pan)

Face 1 : Ce = −0, 4 et Cip = +0, 36 ⇒ Cr = −0, 76


Faces 2 : Ce = +0, 8 et Cip = −0, 27 ⇒ Cr = +1, 07
Face 3 : Ce = −0, 4 et Cip = −0, 27 ⇒ Cr = +1, 07
Face 4 : Ce = −0, 4 et Cip = −0, 27 ⇒ Cr = −0, 13
Versants de toiture T1 : Cr = −0, 11 ⇒ Cr = −0, 2
Versants de toiture T2 : Cr = +0, 02 donc Cr = +0, 15
Les différents résultats des coefficients de pression obtenus ci-dessus sont regroupés dans le tableau
ci-dessous :

22
différents résultats des coefficients de pression obtenus

2.3 Calcul des pressions dynamiques Wn


Dans ce tableau on a représenté les coefficient de pression résultants les plus défavorable pour
le calcul des élément de la construction :

Les actions Cr à retenir pour le calcul des éléments


Dans ce tableau on a représenté Wn :

Faces Wn (daN/m2 We (daN/m2


F1 131.62 230.33
F 2 et F 4 131.81 230.67
F3 134.26 234.95
T 1 et T 2 -94.85 166
Les pressions dynamiques a retenir dans les calculs

23
Deuxième partie

Étude comparative de Dimensionnement


entre les règles CM 66 et l0EC3

24
Chapitre 3

Dimensionnement des pannes

les pannes sont destinées à supporter la couverture et à


transmettre aux cadres les charges agissant sur la toiture, elles
sont disposées parallèlement à la ligne de faı̂tage, elles sont
généralement disposées à un entraxe constant.
Dans notre projet nous avons choisi un entraxe de 1.5cm.

3.1 Principe de dimensionnement


Les pannes fonctionnent en flexion déviée car elles sont
posées inclinées d’un angle α qui égale à la pente des versants
de la toiture.
Elles sont soumises à :
– -Une charges verticales : (poids propre de la panne et de la couverture) ; cette charge est
décomposée en une composante f parallèle à l’âme de la panne et une autre composante t
parallèle aux semelles.
– -Une charge oblique : due au vent et parallèle à l’âme de la panne.
Les pannes sont dimensionnées par le calcul, pour satisfaire simultanément aux :
– -conditions de la résistance.
– -conditions de la flèche.
– -conditions de déversement.
– -conditions de cisaillement.

3.2 Évaluation des charges


• Charges permanentes : elles comprennent le poids de la couverture,de l’isolant et de l’étanchéité.
Bac Acier Isolant Etanchéité Charge suspendu poids de la panne
8daN/m2 9daN/m2 7daN/m2 5daN/m2 13.2daN/m2

Donc on a :
G = (8 + 9 + 7 + 5 + 13.2) × 1.5 = 63.3daN/ml

• Charges d’exploitations : dans le cas de toiture inaccessibles on considère uniquement dans


les calculs, une charge d’entretien qui égale aux poids d’un ouvrier et son assistant et qui est
1 2
équivalent à deux charges concentrées de 100daN chacune est situées à et de la portée de la
panne. 3 3

25
On a alors : p = 100daN et l = 6m
ql2 pl
Donc : =
8 3
8p 8 × 100
d’où :q = = = 44.44daN/ml
3l 3×6

• Charges climatiques : on tient compte de l’effort de vent sur la structure, la pression du vent
normal la plus défavorable est : V = −94.85daN/m2
Donc : V = −94.58 × 1.5 = −142.27daN/ml

3.3 Calcul selon les règles CM 66


3.3.1 Calcul des sollicitations
ELU ELS
1.33G + 1.5Q = 150.79daN/ml G + Q = 107.74daN/ml
1.33G + 1.42(Q + V ) = −54.79daN/ml G + V = −78.97daN/ml
G + 1.75V = −185.67daN/ml G + Q + V = −34.57daN/ml
1.33G + 1.5V = −129.22daN/ml

Dans notre cas, la combinaison la plus défavorable est :


G + 1.75V = −185.67daN/ml
La charge linéique maximale sur les pannes, compte tenu de la continuité des bacs acier de la
couverture est : n = 1.25 × (−185.67) = −232.09daN/ml
la décomposition de n selon les deux axes yy 0 et zz 0 conduit à :
f = ncos(α) = −232.09 × cos(9.66) = −228.8daN/ml
t = nsin(α) = −232.09 × sin(9.66) = −38.94daN/ml

3.3.2 Vérification de la résistance


• Calcul des moments Les pannes sont chargées uniformément, donc les moment sont données
par les formules suivantes :

f l2 tl2
My = et Mz =
8 32
2
228.8 × 6 38.94 × 62
D’où My = = 1029.68daN.m et Mz = = 43.88daN.m
8 32

26
• Calcul des contraintes Après avoir calculé les moment de flexion, on obtient les contraintes
de flexion σy et σz selon les formules :
My Mz
σy = et σz =
I I
( )y ( )z
v v
On doit vérifier que : σ = σy + σz ≤ σe
Par tâtonnement on a choisi un profilé IPE100, après la non vérification de la condition pour
les profilés IPE100 et IPE120 on a choisi un IPE140.
I I
Pour ce profilé on a : ( )y = 77.3cm3 et ( )z = 12.3cm3
v v
Alors : σ = 168.8M P a < 235M P a
Donc le profilé IPE140 vérifie le critère de la résistance selon les règles CM66.

3.3.3 Vérification de la flèche


1
D’après les règles CM66, les pannes doivent présenter une flèche inférieur à de leur portée,
200
sous l’application des charges maximales non pondérées(ELS).
Les charges non pondérées, les plus défavorables à prendre en compte sont :
G + Q = 107.74daN/ml
La décomposition de cette charge selon les deux axes yy et zz donne :
f = 1.25 × 107.74 × cos(9.66) = 132.76daN/ml
t = 1.25 × 107.74 × sin(9.66) = 22.6daN/ml

Il s’agit de vérifier que :


ly lz
fy ≤ = 3cm et fz ≤ = 3cm
200 200
l 4
2.05 2 )
t( 2.05 22.6 × 10−2 × 30004
On a : fy = = = 0.1cm < 3cm
384 EIz 384 2.1.105 × 44.9 × 104
5 f l4 5 132.76 × 10−2 × 60004
etfz = = = 1.97cm < 3cm
384 EIy 384 2.1.105 × 541.2 × 104

Donc la flèche est bien vérifiée pour le profilé IPE140 selon les règles CM66.

27
3.3.4 Vérification au cisaillement
Selon l’article 1.313 des règles CM66 la vérification vis-a-vis du cisaillement se traduit par :
1.54τ < σe
dans notre ces efforts tranchants a deux composantes Ty et Tz .
L’effort tranchant Ty est repris par la section de l’âme, et l’effort tranchant Tz est repris par
la section des deux semelles.
Tz fl
Dans le plan (zz) on a : τz = avec Tz = et Al = (h − 2e)a
Al 2
228.8 × 6
sachant que l’on a : f = 228.8daN/ml ⇒ Tz = = 686.4daN or Al = 593.14mm2
2
686.4 × 10
Alors : τz = = 11.57M P a
593.14
Ty tl
Dans le plan (yy) on a : τy = avec Ty = 0.625 et As = be
2As 2
38.94 × 6
sachant que l’on a : t = 38.94daN/ml ⇒ Ty = 0.625 = 73.01daN or As = 503.07mm2
2
73.01 × 10
Alors : τy = = 0.72M P a
2 × 503.07
On a 1.54τmax = 1.54 × 11.57 = 17.82M P a < 235M P a

Donc la section résiste au cisaillement.

3.3.5 Vérification au déversement


La semelle inférieur peut présenter un risque de déversement en cas de soulèvement de la panne
sous la surpression du vent, ce qui correspond à la combinaison
G + 1.75V .
Les vérifications réglementaires du déversement des pièces à section constante en I et doublement
symétrique passent, selon l’article 3.611 des règles CM66, par le calcul de la contrainte de non
déversement.
Iz h2
σd = 40000 2 (D − 1)BC
Iy l
calcule des coefficient D, C et B.
r
jl2
D= 1 + 0.156
Iz h2
D : coefficient caractéristiques des dimension de la pièce.
j : le moment d’inertie de torsion, pour IPE140 j = 2.45cm4 .
h : la hauteur de profilé, pour profilé IPE140 h = 140mm.
l : la longueur de la panne, dans notre cas l = 6m.
Iz : le moment d’inertie minimal, pour IPE140 Iz = 44.9cm4 .
r
2.45 × 6002
Donc : D = 1 + 0.156 = 4.07
44.9 × 142
C : coefficient caractéristiques de la répartition longitudinale des charges.
Pour une pièce uniformément chargée et reposant sur deux appuis de même nature on a :
C = 1.132
B : coefficient caractéristiques du niveau d’application des charges.
Dans notre cas, les charges sont appliquées au niveau de la fibre supérieure.

28
r
βC 2 βC
Donc : B = 1 + (0.405 ) − 0.405
D D
Le coefficient β est donnée en fonction du mode d’appui, et de la répartition des charges, pour
notre cas β = 1
r
1 × 1.132 2 1 × 1.132
Alors : B = 1 + (0.405 ) − 0.405 = 0.89
4.07 4.07

• La contrainte de non déversement :


44.9 0.142
σd = 40000 (4.07 − 1) × 0.89 × 1.132 = 5.588daN/mm2 = 55.88M P a < σe
541.2 62
Donc il y a risque de déversement, alors on détermine :
λ0 : Élancement fictif.
r
l 4 Iy σd
λ0 = (1 − )
h BC Iz σe
r
6 4 541.2 55.88
Donc : λ0 = (1 − ) = 258.84
0.14 0.89 × 1.132 44.9 235
La contrainte d’Euler : σk
π2E π 2 × 2.1 × 105
σk = = = 30.93M P a
λ20 258.842
Le coefficient de flambement : K0
r
σe σe σe
K0 = (0.5 + 0.65 ) + (0.5 + 0.65 )2 − = 10.13
σk σk σk
Le coefficient de déversement : Kd
K0 10.13
Kd = σd = = 3.19
1 + (K0 − 1) 55.88
σe 1+ (10.13 − 1)
235

• Calcul des σf y et σf z
On doit d’abord calculer les moment maximaux :
qz l 2 233.21 × 36
My = = = 1049.44daN m
8 8
qz l 2 13.28 × 36
Mz = = = 14.94daN m
32 32
Où :
qy = 1.25Gsin(α) = 13.28daN/ml
qz = 1.25(Gcos(α) + 1.75V ) = −233.21daN/ml
Donc :
My 1049.44 × 104
σf y = = = 135.76M P a
I 77.3 × 103
( )y
v
Mz 14.9400 × 104
σf z = = = 12.150M P a
I 12.3 × 103
( )z
v

29
Il faut vérifier que :
Kd σf y + σf z ≤ σe
3.19 × 135.76 + 12.15 = 445.22M P a > 235M P a
cette condition n’est pas vérifiée

D’où : on augmente la section vers un IPE160.


D C β σd λ0 σk K0 Kd σf y σf z
4.1 1.132 1 51.89MPa 268.9 28.66MPa 10.92 3.42 96.54MPa 8.96MPa
⇒ Kd σf y + σf z ≤ σe = 339.12M P a > 235M P a, la condition n’est pas vérifiée.
Donc on augmente la section vers un IPE180.

3.4 Calcul selon l0 EC3


3.4.1 Calcul des sollicitations
Selon l’Eurocode3 les combinaison des charges à considérer sont :
ELU ELS
1.35G + 1.5Q = 152.15daN/ml G + Q = 107.74daN/ml
1.35G + 1.5V = −127.95daN/ml G + V = −78.97daN/ml
G + 1.75V + 0.5Q = −163.45daN/ml G + 0.9(Q + V ) = −24.74daN/ml
1.35(G + V + Q) = −46.62daN/ml
G + 1.5V = −150.1daN/ml

Dans notre cas, la combinaison la plus défavorable est :


G + 1.75V + 0.5Q = −163.45daN/ml
La charge linéique maximale sur les pannes, compte tenu de la continuité des bacs acier de la
couverture est : n = 1.25 × (−163.45) = −204.31daN/ml
la décomposition de n selon les deux axes yy et zz conduit à :
f = ncos(α) = −204.31 × cos(9.66) = −201.41daN/ml
t = nsin(α) = −204.31 × sin(9.66) = −34.28daN/ml

3.4.2 Vérification de la résistance


• Calcul des moments

f l2 tl2
My = et Mz =
8 32
201.41 × 62 34.28 × 62
D’où My = = 906.35daN.m et Mz = = 38.56daN.m
8 32
On doit vérifier que :
My α Mz β
( ) +( ) <1
Mply Mplz
Nous avons : α = 2 et β = 1.
Par tâtonnement on a choisi le profilé IPE100, mais après la non vérification de ce dernier, on
a choisi un profilé IPE120.

30
My α Mz β
( ) +( ) = 0.77 < 1 .......................la condition est vérifiée
Mply Mplz
Wply fy Wplz fy
Avec : Mply = et Mplz =
γM 1 γM 1

3.4.3 Vérification de la flèche


Les charges non pondérées, les plus défavorables à prendre en compte sont :
G + Q = 107.74daN/ml
La décomposition de cette charge selon les deux axes yy et zz donne :
f = 1.25 × 107.74 × cos(9.66) = 132.76daN/ml
t = 1.25 × 107.74 × sin(9.66) = 22.6daN/ml

Il s’agit de vérifier que :


ly lz
fy ≤ = 3cm et fz ≤ = 3cm
200 200
l 4
2.05 t( 2 ) 2.05 22.6 × 10−2 × 30004
On a : fy = = = 0.17cm < 3cm
384 EIz 384 2.1.105 × 27.65 × 104
5 f l4 5 132.76 × 10−2 × 60004
etfz = = = 3.35cm > 3cm
384 EIy 384 2.1.105 × 317.8 × 104

Donc la flèche est bien vérifier pour ce profilé.


Alors on opte un IPE140, qui est caractérisé par : fy = 0.1cm < 3cm et fz = 1.19cm < 3cm.

3.4.4 Vérification au cisaillement


Nous devons vérifier les conditions suivantes :
Vy < Vply et Vz < Vplz
Vpl : valeur de calcul de la résistance plastique au cisaillement.
Avy fy A f
Avec : Vply = √ et Vplz = vz√y
γM 0 3 γM 0 3
Av : Aire de cisaillement.
γM 0 : Coefficient partiel pour résistance des section transversale, quelque soit la classe de la
section.
pour un IPE120 on a : Avy = 10.6cm2 et Avz = 7.6cm2
10.6 × 102 × 235 7.6 × 102 × 235
Donc : Vply = √ = 13074.35daN et Vplz = √ = 9374.06daN
1.1 × 3 1.1 × 3
5tl fl
Et : Vy = = 64.28daN et Vz = = 604.23daN
16 2

D’où les conditions sont largement vérifiées.

31
3.4.5 Vérification au déversement
(Le déversement= un flambement latéral+ une rotation de la section transversale).
On doit vérifier alors que :
Mf < Mdev
On a :
WplY fy
Mdev = χLT × βw ×
γM 1
Où : βw = 1 et γM 1 = 1.1 pour les sections des classes 1 et 2.

Avec :
1
χLT = p
ΦLT + Φ2LT + λ2LT
Et :
ΦLT = 0.5(1 + αLT (λLT − 0.2) + λ2LT )
λLT √ l
λLT = β w et λLT = r
λ1 1 ltf
iz C1 [1 + ( )2 ]
20 iz h
On a un profilé IPE 140 de classe 1 ⇒ βw = 1 et Wply = 88.34cm3 et iz = 1.65cm et h = 14cm
αLT : coefficient d’imperfection de déversement, pour profilé laminé ⇒ αLT = 0.21
C1 = 1.132 (chargement uniformément répartie)
λLT = 53.98
s r
E 2.1 × 105
λ1 = π =π = 93.91
fy 235
r
βw Wply fy λLT √ 53.98
λ̄LT = = βw = = 0.57 > 0.4 ⇒ risque de déversement.
Mcr λ1 93.91
ΦLT = 0.5(1 + 0.21(0.57 − 0.2) + 0.572 ) = 0.7
1
χLT = √ = 0.9
0.7 + 0.72 − 0.572
88.34 × 103 × 235
Donc : Mdev = 0.9 × 1 × = 1698.53daN m
1.1
f l2 132.76 × 36
Avec : Mf = = = 597.42daN m
8 8
Alors : Mf < Mdev est bien vérifiée

• Conclusion
On ce qui concerne la résistance on remarque que les règles CM66 sont plus contraignant que
l’EC3, la marge de plasticité autorisée par les règles CM66 est négligeable par rapport à celle
recommandé par l’EC3, en outre la condition de la flèche a tranché pour les deux règlements c’est
elle qui donne dans la majorité des cas le profilé final.
Le cisaillement est largement vérifié pour les deux règlements, cela peut être justifié par le fait
que les profilés IPE ont été conçus essentiellement pour assurer une grande résistance à l’égard de
l’effort de cisaillement.

32
Les deux règlements prévoit le risque de déversement de la panne, mais on remarque que les
règles CM66 sont plus contraignant que l’EC3.

3.5 Dimensionnement des liernes


Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction, elles sont généralement formées des
barres rondes ou des cornières, leur rôle principal est d’éviter la déformation latérale des pannes.

∗ La réaction R au niveau du lierne :


5tl 5 × 38.94 × 6
R= = = 146.02daN
8 8
∗ Les efforts de traction dans les tronçons de lierne :

R 146.02
Le tronçon L0 ⇒ T0 = = = 73.01daN
2 2
Le tronçon L1 ⇒ T1 = 219.03daN
Le tronçon L2 ⇒ T2 = 365.05daN
Le tronçon L3 ⇒ T3 = 511.07daN
Le tronçon L4 ⇒ T4 = 657.09daN
Le tronçon L5 ⇒ T5 = 803.11daN
Le tronçon L6 ⇒ T6 = 949.13daN
Avec : Ti = (2i + 1) × T0 et i ∈ [2; 6]

∗ L’effort dans les diagonales L7


T6
2T7 sin(θ) = T6 ⇒ T7 = = 1109.23daN
2sin(θ)
1.42
Avec : θ = Arctg( ) = 25.33°
3
Donc le tronçon plus sollicité est : L7

3.5.1 Calcul selon les règles CM 66


• Traction simple :

D2
N = T7 ≤ Aσe où : A = π
r 4
T7
Donc : D ≥ 2 ⇒ D ≥ 7.75mm
πσe
Pour des raisons pratiques, et pour plus de sécurité on prend une barre ronde de diamètre
D = 12mm.

33
3.5.2 Calcul selon l0 EC3
• Traction simple :

Afy
N = T7 ≤ Npl où : Npl =
s γM 1
T7 γM 1
Donc : D ≥ 2 ⇒ D ≥ 8.13mm
πfy

Donc : on prend une barre ronde de diamètre D = 12mm.

3.6 Dimensionnement de l’echantignolle


3.6.1 Introduction
L’échantignolle est un dispositif de fixation per-
mettant d’attacher les pannes aux portiques.
Le principal effort de résistance de l’échantignolle
est le moment de renversement dû au chargement
(surtout sous l’action de soulèvement du vent).

• Excentrement :
L’exentrement t est limité par la condition sui-
vante :
b b
2 ≤t≤3
2 2
Pour notre cas on a un profilé IPE140
Donc : ⇒ 27.3cm ≤ t ≤ 10.95cm
Alors on prend t = 10cm

• Pression de soulèvement
La pression de soulèvement reprise par l’échantignolle est :
P = G + 1.75V = 63.5 + (1.75 × 142.27 = −185.47daN/ml

34
• Effort résultant :
L’effort tranchant appliqué sur celle-ci est égale à :
Pl
R=2 = 1112.82daN (Echantignolle intermédiaire)
2
Pl
R= = 556.41daN ( Echantignolle de rive)
2

Moment de reversement :

Mr = Rt = 11128.2daN cm
Avec R : l’effort tranchant appliqué sur echantignolle intermédiaire.

3.6.2 Calcul selon les règles CM 66


L’echantignolle doit vérifier la formule de contrainte suivante :
Mr 6Mr
σ= = ≤ σe
Wechan ae2
ae2
Avec : Wechan =
6
et a = 18cm est la largeur de la section de la traverse IPE400

Donc l’épaisseur e de l’échantignolle doit vérifier :


r
6Mr
e≥ = 12.56mm
aσe

Donc : on prend e = 1.5cm

3.6.3 Calcul selon l0 EC3


L’echantignolle doit vérifier la formule de contrainte suivante :
Wpl fy
Mr ≤ Mpl =
γM 1
Mr γM 1 111282 × 1.1
Donc : Wpl ≥ = = 520.89mm3
fy 235
ae2
Avec : Wpl =
s 6
6Mr γM 1
Donc : e ≥ = 12.5mm
afy
Donc : on prend e = 1.5cm

35
3.7 Dimensionnement de la panne sablière
3.7.1 Introduction

Une panne sablière est une poutre placée horizontalement à la base du versant de toiture.
Sur le mur de façade. On la nomme ainsi car on la posait sur un lit de sable, qui en fuyant,
permettait à la poutre de prendre sa place lentement. Le pré-dimensionnement nous a conduit à
choisir une panne sablière IPE160. La panne sablière est sollicité par son poids propre, plus d’un
effort de compression provenant de la pression de vent dans le pignon.

3.7.2 Vérification aux instabilités Flambement-Flexion


L’effort de compression de vent :
l
hl f l h f l h+f lH
N = Vn ( + 2 ) = Vn ( ( + )) = Vn = Vn
22 2 2 2 2 2 2 22
Le moment ultime de flexion :
Charge permanente : P = 15.8dan/ml (IPE160)
P l2 15.8 × 62
Mz = = = 71.1daN.ml
8 8
Le moment plastique :
Mplz = Wplz fy = 26.1 × 103 × 235 = 6133500N mm = 613.35daN m
L’effort normal de plastification :
Npl = Afy = 20.09 × 102 × 235 = 472115N = 47211.5daN

36
3.7.3 Calcul selon les règles CM66
On vérifie la sablière à la flexion composée.
Donc on doit vérifier que :
9
(Kσc + σf ) ≤ σe (3.1)
8

• L’élancement
λy = 91.18 et λz = 326.08 et λ1 = 93.9
L’élancement maximal : λmax = λz = 326.08
Le flambement se fait dans le plan zz
on a : La contrainte de compression simple :
N 5015.01 × 10
σc = = = 24.95M pa
A 20.1 × 102
La panne fléchie dans son plan verticale sous l’effet de son poids propre :
P × l2 15.8 × 62
Mf = = = 71.1daN.m
8 8
La contrainte de flexion est donc :
Mf 71.1 × 104
σf = = = 6.54M pa
Wy 108.7 × 103
Cette panne travaille en flexion composée, or selon les règles CM66 on devrait vérifier :
9
(KσC + σf ) ≤ σe
8
Le coefficient de flambement :
r
σe σe σe
K = 0.5 + 0.65 × + (0.5 + 0.65 × )2 −
σk σk σk
E
Avec : σk = π 2 × 2 = 19.49M pa
λ
donc : K = 15.91 d’où :
9 9
(KσC + σf ) = (15.91 × 24.95 + 6.54) = 453.93 ≥ 235M pa
8 8
donc, ce n’est pas vérifiée.
Vérification pour HEA120
L’élancement :λy = 122.69 et λz = 198.67
L’élancement maximal : λmax = λz = 198.67
Le flambement ce fait dans le plan zz.
N 5015.01 × 10
σc = = = 19.82M pa
A 25.3 × 102
P × l2 19.9 × 62
Mf = = = 89.55daN.m
8 8
Mf 89.55 × 104
σf = = = 8.42M pa
Wy 106.3 × 103
E
σk = π 2 × 2 = 52.51M P a
λ
K = 6.08
d’où :
9
(KσC + σf ) = 145.04 ≤ 235M P a.......................la condition est bien vérifiée
8

37
3.7.4 Calcul selon l0 EC3
Il faut vérifier la relation suivante :

N γM 1 Kz γM 1 Muz
+ ≤1 (3.2)
χmin Npl Mplz
lf = Kf l0 = 1 × 6 = 6m Articulé-Articulé
lf 600
L’élancement : λy = = = 91.18
iy 6.58
lf 600
λz = = = 326.08
iz 1.84 s
λy λz E
λ̄y = = 0.97 λ̄z = = 3.47 Avec :λ1 = π = 93.9
93.9 93.9 fy
λ¯z ≥ λ̄y , Le flambement ce fait dans le plan z-z.

 Courbe et axe de flambement IPE160


On se basant sur le tableau de l’eurocode 3, intitulé choix de la courbe de flambement par type
h 160
de section. on fait les vérification suivants : = = 1.95 ≥ 1.2 et tf = 7.4 ≤ 40mm donc, l’axe
b 82
de flambement est l’axe zz, la courbe de flambement est la courbe b, et le coefficient de réduction
est : χ = 0.0994, pour une valeur proche de λ̄ = 3, qui est une méthode rapide, sinon pour avoir
des résultats plus exactes ; la courbe b, nous donne le facteur d’imperfection α = 0.34
ensuite :
φz = 0.5[1 + α(λ̄z − 0.2) + λ̄2z ] = 0.5[1 + 0.34(3.47 − 0.2) + 3.472 ] = 7.07
Coefficient de réduction de flambement :
1
χz = min(1; p ) = min(1; 0.075) = 0.075
φ + φ2 − λ̄2
Wplz − Welz 26.1 − 16.65
µz = λ¯z (2βwz − 4) + = 3.47 × (2 × 1.3 − 4) + ( ) = −4.29
Welz 16.65
µz N 4.29 × 5015.01
et Kz = min(1.5; 1 − ) = min(1.5; 1 + )
χ z fy A 23.5
0.075 × −2
10 × 20.1
Kz = min(1.5; 7.07) = 1.5
N γM 1 Kz γM 1 Muz 5015.01 × 1.1 1.5 × 1.1 × 71.1
Donc : + = + = 1.74 ≥ 1
χmin Npl Mplz 0.075 × 47211.5 613.35
Pour un IPE160, La condition n’est pas vérifiée, donc soit on augmente la section vers IPE180,
ou vers un HEA120.

• L’élancement
lf 600
λy = = = 122.69
iy 4.89
lf 600
λz = = = 198.67
iz 3.02
λy λz
λ̄y = = 1.3 λ̄z = = 2.11
93.9 s 93.9
E
Avec :λ1 = π = 93.9
fy

38
λ¯z ≥ λ̄y , Le flambement ce fait dans le plan z-z.

 Courbe et axe de flambement HEA120


h 114
= = 0.95 ≥ 1.2 et tf = 8 ≤ 100mm donc, l’axe de flambement est l’axe zz, la courbe
b 120
de flambement est la courbe C, le facteur d’imperfection α = 0.49

φz = 0.5[1 + α(λ̄z − 0.2) + λ̄2z ] = 3.19


Coefficient de réduction de flambement :
1
χz = min(1; p ) = min(1; 0.18) = 0.18
φ + φ2 − λ̄2
Wplz − Welz
µz = λ¯z (2βwz − 4) + = −2.42
Welz
µz N
Kz = min(1.5; 1 − ) = min(1.5; 2.13) = 1.5
χ z fy A
N × γM 1 Kz × γM 1 × Muz
Donc : + = 0.84 ≤ 1
χmin × Npl Mplz
La condition est vérifiée, pour un HEA120

39
Chapitre 4

Dimensionnement des Lisses

4.1 Introduction

Les lisses de bardages sont constituées de poutrelle (IPE,UPN,UPA) disposées horizontalement,


elles portent sur les poteaux du portique ou sur les potelets intermédiaires, les lisses travaillent en
flexion déviée et son sollicitées par :
– Une Charge horizontale due à la pression de vent.
– Une charge verticale due au poids propre de lisse et celui de bardage.
Dans notre projet, nous avons choisi d’utiliser des lisses UPN d’une portée de 6m, qui égale
exactement à la distance entre portique, et d’un espacement de 2m entre elles.
on prend le poids du bardage :
– Pbard = 8daN/m2
– Pisolant = 9daN/m2

4.2 Calcul selon les règles CM 66


4.2.1 Calcul en flexion horizontale
Les lisses sont destinées à reprendre les efforts du vent sur le bardage.

 Vérification de la résistance
La pression engendrée par le vent extrême vaut : Ve = 230.667daN/m2
donc pour les lisses : P = Ve × d = 230, 667 × 2 = 461.334daN/ml

40
461.334 × 62
My = = 2076.003daN.ml
8
My
Donc : σ =
I
( )y
V
I My 2076.003 × 104
ce qui donne : ( )y = = = 88340.55mm3 = 88.34cm3
V σ 235
Donc on peut choisit un UPN160.

 Condition de la flèche
Elle doit être vérifiée sous une charge non pondérée :
Ve 461.334
Vn = = = 263.62daN/ml
1.75 1.75
5 Vn l 4 5 263.62.10−2 × 60004
soit : f = = × + 22.90mm = 2.29cm
384 EIy 384 2.1 × 105 × 925 × 104
l
f≤ = 3cm
200
La condition de la flèche est vérifiée pour ce profilé UPN160.

4.2.2 Calcul en flexion verticale


Une lisse fléchit verticalement en outre, sous l’effet de son poids propre et le poids du bardage
qui lui est associé.
Dans ce cas la charge verticale non pondérée vaut : P = 18.8 + (2 × 17) = 52.8daN/ml
La flèche verticale est alors :
5 P l4 5 52.8 × 10−2 × 60004
f= = × = 49.74mm = 4.9cm ≥ 3cm
384 EIy 384 2.1 × 105 × 85.3 × 104
la flèche n’est pas vérifiée, donc on doit mettre des suspentes à mi-portée.
dans ce cas la flèche sera :
l 4
2.05 2 )
P ( 2.05 52.8 × 10−2 × 30004
f= = × = 1.27mm < 3cm
384 EIz 384 2.1 × 105 × 85.3 × 104
la condition de la flèche est bien vérifiée.

 Vérification des contraintes


Les contraintes maximales de flexion ont lieu à mi-portée des lisses, sous l’effet conjugué des
moments My et Mz .
Il faut donc vérifier que :
σy + σz < σe (4.1)
My Mz
donc : + < σe
I I
( )y ( )z
V V
Avec : My = 2076.003daN.ml
52.8 × 32
et Mz = = 59.4daN.ml
8

41
My Mz 2076.003 × 104 59.4 × 104
Donc : + = + = 211.42 < 235M pa
I I 116 × 103 18.3 × 103
( )y ( )z
V V
Donc la condition de la contrainte est bien vérifiée.

4.3 Calcul selon l0 EC3


4.3.1 Calcul en Flexion horizontale
• Condition de résistance

My = 2076.003daN.ml
Wpl fy
Il faut que : My ≤ Mpl =
γM 1
My γM 1 20760.03 × 1.1 × 103
donc : Wpl ≥ = = 97174.6mm3 = 97.17cm3
fy 235
qui correspond bien a un UPN140.

• Condition de la flèche Elle est à vérifier sous une charge non pondérée :
5 Vn l4 5 263.62 × 10−2 × 60004
fz = = × = 22.9mm = 2.29cm ≤ 3cm
384 EIy 384 2.1 × 105 × 925 × 104
la flèche est bien vérifiée.

4.3.2 Calcul en flexion verticale


• de la flèche

P = 52.8daN/ml
5 P l4 5 52.8 × 10−2 × 60004
fy = = × = 4.9cm ≥ 3cm
384 EIz 384 2.1 × 105 × 85.3 × 104
la flèche est encore excessive, il faut donc :
– Soit adopter un profilé supérieur en l’occurrence UPN160.
– Soit disposer des suspentes à mi-portée, pour créer un appui intermédiaire, dans ce cas la
lisse fonctionne en continuité sur 3 appuis verticalement.
Or, la vérification des contraintes est la même pour les deux règlements, donc : on doit adopter
des profilés UPN160, pour les lisses.

4.4 Calcul des suspentes


De la même façon que les liernes, nous allons dimensionner les suspentes.
l 6
R = 1.25Qy = 1.25 × 52.8 × = 198daN
2 2
R
T1 = = 99daN
2
T2 = R + T1 = 99daN
T2 297
T3 = = = 469.71daN
2sin(θ) 2sin(18.43)

42
4.4.1 Calcul selon les règles CM 66
• Traction Simple :

N = T3 ≤ Aσe
D2
Avec : A = π ×
r r 4
T3 4697.1
donc : D ≥ 2 ⇒D≥2 = 5.04mm
πσe π × 235
Pour des raisons pratiques, et pour assurer plus de sécurité on prend une barre ronde de diamètre
D = 10mm.

• Remarque Les lisses de pignon, sont disposées de la même manière que sur les longs pans.

4.4.2 Calcul selon l0 EC3


• Traction Simple :

Afy
N = T3 ≤
γM 1
D2
Avec : A = π ×
s r 4
T3 γM 1 4697.1 × 1.1
donc : D ≥ 2 ⇒D≥2 = 5.29mm
πfy π × 235

Pour des raisons pratiques, et pour assurer plus de sécurité on prend une barre ronde de diamètre
D = 10mm.

• Remarque Les lisses de pignon, sont disposées de la même manière que sur les longs pans.

43
Chapitre 5

Dimensionnement des potelets

5.1 Introduction
Les potelets sont le plus souvent des profilés en I ou H destinés à rigidifier la clôture (bardage)
et résister aux efforts horizontaux du vent, ils sont considérés comme articulés dons les deux
extrémités. quatre potelets seront disposés entre les deux poteaux de rive.

5.2 Évaluation des charges


Le potelet travaille à la flexion sous l’effet du vent provenant du bardage et des lisses, et à la
compression sous l’effet de son poids propre, du poids du bardage et de celui des lisses qui lui sont
associées, et de ce fait il fonctionne à la flexion composée.

• Charge permanente

-Le poids des lisses⇒ Gl = 3 × pl × e = 3 × 18.8 × 4.7 = 265.08daN


-Le poids du bardage⇒ Gbar = pbar hp e = 17 × 8.6 × 4.7 = 687.14daN

44
• Charge climatique

Ve = 230.33daN/m2 ⇒ Ve = 230.33 × 4.7 = 1082.551daN/ml

5.3 Calcul selon les règles CM66


5.3.1 Vérification de la flèche
5 pl4 l
f= ≤
384 EI 200
1000pl3 1000 × 1082.551 × 10−2 × (8600)3
Où : I ≥ ⇒ Imin = = 8538.72cm4
384E 384 × 2.1 × 105
Ce qui correspond à un profilé HEA260

5.3.2 Vérification des contraintes


Les potelets sont sollicités à la flexion due au vent et à la compression(due aux poids des
potelets, de bardage et des lisses)
Il sont assujettis au portique par appuis glissants, ainsi ils ne supportent en aucun ces la toiture.

• Effort de compression

G = 265.08 + 687.14 + (68.2 × 8.6) = 1538.74daN


-La contrainte de compression simple vaut :
G 1538.74 × 10
σ= = = 1.77M P a
A 86.82 × 102
-les élancements sont :
lfy 860
λy = = = 78.39
iy 10.97
lfz 860
λz = = = 132.3
iz 6.5
Donc : λmax = λz = 132.3 ⇒ le plan de flambement est le plan de flexion.
Le coefficient de flambement K est donné par la relation :
r
σe σe σe
K = (0.5 + 0.65 ) + (0.5 + 0.65 )2 −
σk σk σk
2 2 5
π E π × 2.1 × 10
Avec : σk = 2 = = 118.41M P a
λ r (132.3)2
235 235 2 235
Donc : K = (0.5 + 0.65 ) + (0.5 + 0.65 ) − = 2.89
118.41 118.41 118.41
9
Il faut vérifier que : (Kσ + σf ) ≤ σe
8
Vn h2 618.6 × 8.62
On a : Mf = = = 5718.95daN ml
8 8
Mf 5718.95 × 104
Donc : σf = = = 68.37M P a
I 836.4 × 103
( )y
v
9
Alors : (2.89 × 1.77 + 68.37) = 82.67M P a ≤ σe ..........................est bien vérifiée.
8

45
5.4 Calcul selon l0 EC3
5.4.1 Vérification de la flèche
5 Ve l4 l 1000Ve l3
f= ≤ ⇒I≥ = 8538.72cm4
384 EI 200 384E
Ce correspond à un profilé HEA260

5.4.2 Vérification des contraintes


• Effort de flexion
On a :
Vn h2 618.6 × 8.62
Mf = = = 5718.95daN ml
8 8
Et on a :
fy 919.8 × 10−6 × 235 × 105
MR = Mpl = Wpl = = 19650.27daN ml
γM 1 1.1

Alors : Mf < MR ..........................est bien vérifiée.

• Effort de compression

G = 1538.74daN
La contrainte de compression simple vaut :
Afy 86.82 × 102 × 235
Npl = = = 185479.09daN
1.1 1.1
Donc : N ≤ Npl ...................est bien vérifiée

46
Chapitre 6

Dimensionnement des contreventements

6.1 Introduction
Les contreventements sont des dispositifs conçu pour reprendre les efforts horizontal du vent
dans la structure et les descendre au sol, ils sont disposée en toiture dans le plan des versants
(poutre au vent) et en façade (palée de stabilité).
Et doivent reprendre les efforts horizontal appliqués tant sur les pignons que sur les long pan.

6.2 Calcul selon l0 EC3


6.2.1 Calcul de la poutre au vent en pignon
Elle sera calculée comme un poutre à treillis reposant sur deux appuis et soumises à réactions
horizontaux supérieures des potelets auxquelles on adjoint l’effort d’entrainement des efforts hori-
zontaux.

L’effort F du en tête de potelet se décompose en :


• Un effort F de compression simple en tête du poteau.
• Un effort Fd de traction dans les diagonales.

• Calcul des forces :

h1 L1 7 4.7
F1 = Ve = 230.33 × × = 1894.46daN
2 2 2 2
h2 L1 L2 7.8 4.7 4.7
F2 = Ve ( + ) = 230.33 × ×( + ) = 4221.94daN
2 2 2 2 2 2
h3 L2 L3 8.6 4.7 4.7
F3 = Ve ( + ) = 230.33 × ×( + ) = 4654.96daN
2 2 2 2 2 2

47
• Effort de traction dans les diagonales :

On ne fait travailler que les diagonales tendues et on considère


que les diagonales comprimées ne reprennent aucun effort, car du
fait de leurs grand élancement, elles tendent à flamber sous faibles
efforts, suivant le sens du vent, c’est l’une ou l’autre des diagonales
qui tendue.
Le contreventement de versant est une poutre à treillis supposée
horizontal, par méthode des coupures, on établit que l’effort Fd dans
les diagonales d’extrémité (les plus sollicitées) est donné comme suit :
R − F1
R − F1 = Fd cos(α) ⇒ Fd =
cos(α)
4.7
Avec : R = F1 + F1 + F1 = 10771.36daN et α = tg −1 ( ) = 38°
6
10771.36 − 1894.46
Donc : Fd = = 11264.94daN
cos(38)

• Section de la diagonale :

-Dimensionnement en traction :
Afy γM 0 N 1 × 11264.94
N = Fd ≤ Npl = ⇒A≥ =
γM 0 fy 235 × 10

Donc : A ≥ 4.79cm2 ⇒ une barre cornière égale : L45 × 45 × 6 (A = 5.09cm2 )

6.2.2 Calcul de la palée de stabilité en long pan


Les palées de stabilité doivent reprendre les efforts de vent sur pi-
gnon transmis par le contreventement des versants (poutre au vent),
on ne fait travailler que les diagonales tendues, comme dans le cas
de la poutre au vent.
Par la méthode des coupure, on obtient :
R − F1 = N cos(β) ⇒ N = R−F
cosβ
1

7
Or : β = arctg( ) = 49.40°
6
10771.36 − 1894.46
Alors : N = = 13640.52daN
cos(49.40)

• Section de la diagonale :

-Dimensionnement en traction :
Afy γM 0 N 1 × 13640.52
N = Fd ≤ Npl = ⇒A≥ = = 5.8cm2
γM 0 fy 235 × 10

Donc : A ≥ 5.8cm2 ⇒ une barre cornière égale : L45 × 45 × 7 (A = 5.86cm2 )

48
6.3 Calcul selon les règles CM 66
6.3.1 Calcul de la poutre au vent en pignon
• Section de la diagonale :

-Dimensionnement en traction :
N 11264.94
A= σe
= 235×10
= 4.79cm2

Donc : on a le même résultat de l0 EC3L45 × 45 × 6

6.3.2 Calcul de la palée de stabilité en long pan


• Section de la diagonale :

-Dimensionnement en traction :
N 13640.52
A= σe
= 235×10
= 5.8cm2

Donc : on a le même résultat de l0 EC3 (L45 × 45 × 7)

49
Chapitre 7

Dimensionnement du portique

7.1 Introduction
Les portiques qui constituent l’ossature principale des bâtiments,sont supposés de traverses, qui
supportent les pannes, et des poteaux qui supportent les traverses, cette ossature a pour fonction
première de supporter les charges et les actions agissants sur la structure et les transmettre aux
fondations. Elle doit ensuite permettre la fixation des éléments d’enveloppe (toiture est façade) et
de séparation intérieure.

7.2 Dimensionnement des traverses


7.2.1 Introduction
Les traverses sont les éléments porteurs horizontaux ou parfois inclinés, constituant la partie
des cadres de halle supportant la toiture. En cas de nœuds traverses poteaux rigides, les traverses
transmettent également aux poteaux les forces horizontaux dues au vent. Dans cette partie nous
allons faire l’étude et le dimensionnement de la traverse d’un portique encastré en pied dans le

50
plan du portique et articulé en pied dans le plan du long pan.
Ce portique se compose d’une traverse de portée de 23.5m. L’encastrement des portiques est égale
à 6m.

 Évaluation des charges


• Charges permanentes
Elles comprennent en plus du poids propre de la traverses, le poids des pannes, de la couverture,
de l’isolant et de l’étanchéité.
dans notre cas on a :
– Bac acier : 8daN/m2
– Isolant : 9daN/m2
– Étanchéité : 7daN/m2
– Charges suspendues : 5daN/m2
– Panne IPE140 : 12.9daN/ml
– Traverse poids estimé IPE270 : 36.1daN/ml
D’où :
6×7
G = 29 × 6 + 36.1 + 12.9 × = 571.3daN/ml
1.5

• Les surcharges d’exploitation

Q = 20 × 6 = 120daN/ml

• Les surcharges climatiques

? Vent 1 : Vent sur long pan

– Poteau au vent : Vn1 = 123.19 × (Ce − Ci ) = 123.19 × (0.8 + 0.27) = 131.81daN/m2 donc
Vn1 = 131.81 × 6 = 790.86daN/ml
– Poteau sous le vent : Vn2 = 123.19 × (Ce − Ci ) = 123.19 × (−0.2) = −24.64daN/m2 donc
Vn2 = −24.64 × 6 = −147.82daN/ml
– Traverse au vent : Vn3 = 123.19 × (Ce − Ci ) = 123.19 × (−0.2) = −24.64daN/m2 donc
Vn3 = −24.63 × 6 = −147.826daN/ml
– Traverse sous le vent :Vn4 = 123.19 × (Ce − Ci ) = 123.19 × (+0.15) = 18.47daN/m2 donc
Vn4 = −24.63 × 6 = 110.87daN/ml

51
? Vent2 : Face pignon

– Poteau Vn1 = Vn2 = 131.63 × (−0.305 − 0.49) × 6 = −627.87daN/ml


– Traverse Vn3 = Vn4 = 131.63 × (−0.28 − 0.49) × 6 = −608.13daN/ml

? Vent3 : Derrière Pignon

Vn1 = Vn2 = Vn3 = Vn4 = 131.63 × −0.2 × 6 = −157.95daN/ml

• Calcul des sollicitations à l’aide du logiciel RDM6


Il s’agit de déterminer :
– Les réaction d’appuis Ha ,He ,Va et Ve
– Les moments maximaux Mb ,Mc et Md
Ces sollicitations sont déterminées à partir des actions que nous venons de calculer et que nous
portons les formules appropriées aux différents cas de charge.
Le tableau qui suit regroupe l’ensemble de ces sollicitations :

52
Tableaux des sollicitations calculés par le logiciel RDM6

53
 Combinaisons de charges selon les règles CM 66
réaction d’appuis(daN )
Ha He Va Ve
1.33G + 1.5Q 8306.59 -8306.59 11338 11338
G + 1.75Vn -8266.5 8266.5 -18559.75 -18559.75
1.33G + 1.42(Q + Vn -2632.66 2632.66 -9497.77 -9497.77
G + Q + Vn -1537.8 1537.8 -6257 -6257
G+Q 6036.6 -6036.6 8239.6 8239.6
G + Vn -2585.7 2585.7 -7687.3 -7687.3

Moment(daN m)
Ma Mb Mc Md Me
1.33G + 1.5Q -15318.5 -33500.32 -10253.88 -33500.32 15318.5
G + 1.75Vn 31698.1 53088.25 -24034.15 53088.25 -31698.1
1.33G + 1.42(Q + Vn 22459.88 26643 -11408.9 26643 -22459.8
G + Q + Vn 14878.7 17487.5 -7406.5 17487.5 -14878.7
G+Q -11692.5 -24345.5 11988.9 -24345.5 11692.5
G + Vn 11769.7 21713.5 -9487.6 21713.5 -11769.7

 Combinaison de charges selon l0 EC3


réaction d’appuis(daN )
Ha He Va Ve
1.35G + 1.5 × 1.2Vn Q -6899.18 7467.3 -16901.32 ∗ ∗ ∗∗
G + 1.75Vn -8266.5 8266.5 18519.75 ∗ ∗ ∗∗
1.35G + 1.5Q 8306.6 -8306.66 11338 ∗ ∗ ∗∗

Moment(daN m)
Ma Mb Mc Md Me
1.35G + 1.5 × 1.2Vn Q 27846.13 48138.08 -21536.19 48138.08 -27846.14
G + 1.75Vn 31698.6 53088.25 -24034.15 53088.25 -31698.1
1.35G + 1.5Q -15318.52 -33500.32 16497.18 -33500.32 15318.52

7.2.2 Calcul selon l0 EC3


Les moments maximaux sollicitant à la traverse sont :
– Au faitage : Mc = −24034.15daN.m
– Aux appuis : Mb = 53088.25daN.m
.
Les modules nécessaires sont :
Wpl fy M γM 1
M ≤ Mpl = ⇒ Wpl ≥
γM 1 fy
donc :
24034.15 × 103 × 1.1
Au faitage : Wpl ≥ = 1125cm3 → IP E400
235 × 102
53088.25 × 103 × 1.1
Au appuis : Wpl ≥ = 2484.98cm3 → IP E550
235 × 102
Généralement on dimensionne la traverse par le moment de faı̂tage Mc rt on la renforce par
les jarrets au niveau d’appuis pour des raisons économique.
Donc on adopte un IPE400 pour les traverses.

54
 Vérification de la flèche
Le calcul de la flèche est réalisé au faitage de la traverse sous l’action G.
Le moment dans une section S vaut :
Gl G
M (x) = Mb + x − x2 + Ma
2 2
En intégrant la relation de la déformée :
d2 y −M d2 y −1 Gl G
2
= ⇒ 2
= (Ma + Mb + x − x2 )
dx EI dx EI 2 2
dy −1 Gl 2 G 3
⇒ = ((Ma + Mb )x + x − x + K1 )
dx EI 4 6
l G l Gl l 2 l Gl3 l
pour x = ⇒ K1 = ( )3 − ( ) − (Ma + Mb ) = − (Ma + Mb )
2 6 2 4 2 2 24 2
−1 x2 Glx3 G
y(x) = ((Ma + Mb ) + − x4 + K 1 x + K 2 )
EI 2 12 24
−1 x2 Glx3 G 4 Glx3 lx
pour : x = 0 ⇒ y = 0 ⇒ k2 = 0 y(x) = ((Ma + Mb ) + − x − − (Ma + Mb ) )
EI 2 12 24 24 2
l −1 l2 Gl4 Gl4 Gl4 l2
ymax = y( ) = ((Ma + Mb ) + − − − (Ma + Mb ) ) =
2 EI 8 96 384 48 4
1 4 2
(5Gl + 48 × (Ma + Mb ) × l )
384EI
Avec :
– E = 2.1 × 106 daN/cm2
– I = 23130cm4
– Ma = −14801.5daN.m
– Mb = −20119.5daN.m

Donc : ymax = 1.646cm ≤ 11.915cm..........................la flèche est bien vérifiée.

 Vérification de déversement
La semelle supérieure de de la traverse ne peut pas déverser, car elle est immobilisé latéralement,
bloquée par les pannes.
En revanche, la semelle inférieure peut déverser sous la combinaison : 1.35G + 1.5 × 1.2Vn

• Charges permanentes
– Poids propre de l’IPE400 : 66.3daN/m
– Poids propre de la panne IPE140 : 12.9daN/m
– Couverture+isolant+.. 29daN/m2

Donc : G = 29 × 6 + 7 × 12.9 + 66.3 = 330.6daN/m

55
• Charges climatiques :

Vn = −94.85 × 6 = −596.1daN/m
Donc : 1.35Gcos(α) + 1.5 × 1.2Vn = −584.39daN/m
On doit vérifier que :
Mf ≤ Mdev
On a :
Wpl fy
Mdev = χLT βw
γM 1
Où : βw = 1 et γM 1 = 1.1 pour les classes 1 et 2. Avec :
1
χLT = p
φLT + φ2 − λ̄2LT
et
2
φLT = 0.5[1 + αLT (λ¯LT − 0.2) + λ¯LT ]
λLT √ l
λ¯LT = βw et λLT = r
λ1 1 ltf
iz C1 (1 + ( )2 )
20 iz h

On a un profilé IPE400 de classe 1 ⇒


βw = 1
Wply = 1307cm3
iz = 3.95cm
h = 400mm
tf = 13.5mm
l = 11.92m
αLT = 0.21
C1 = 1.132 (Charge uniformément répartie)
s
E
donc : λLT = 114.03 et λ1 = π × = 93.9
fy
λ¯LT = 1.2 ≥ 0.4 ⇒ risque de déversement
φLT = 1.8 et χLT = 0.5
Donc : Mdev = 13961.13daN.m et Mf = 10379.23daN.m
Alors : Mf ≤ Mdev ...............est bien vérifiée
Donc le IPE400 est convenable pour la traverse.

7.2.3 Calcul selon les règles CM 66


 Vérification de la résistance
σ ≤ σe
donc :
Mc
≤ σe
I
( )
V
d’où :
I Mc 24034.15 × 104
( )≥ = = 1022.72cm3
V σe 235
Ce qui correspond a un IPE400

56
 Vérification de la flèche
le même calcul d’avant vue à 7.2.2(vérification de la flèche) page 54, conduit à :
fmax = 1.64cm ≤ 11.915cm

 Vérification au déversement
La contrainte de non déversement :
Iz h2
σd = 40000 (D − 1)BC
Iy l2
Calcul des coefficients D,C et B :
r
jl2
D= 1 + 0.156
Iz h2
Avec :
– j = 51.08cm4
– h = 400mm
– l = 11.92m
– Iz = 1318cm4
donc :
r
51.08 × 11922
D= 1 + 0.156 = 2.52
1318 × 402
et C = 1.132
r
βC 2 βC
B= 1 + (0.405 ) − 0.405
D D
avec : β = 1 d’où : ⇒ B = 0.83
La contrainte de non déversement :
1318 × 0.42
σd = 40000 × (2.52 − 1) × 0.83 × 1.132 = 3.66M pa ≤ σe = 235M pa
23130 × 11.922
Donc : Il existe un risque de déversement.
r r
l 4 Iy σd 11.92 4 23130 3.66
λ0 = (1 − ) = × (1 − ) = 255.57
h BC Iz σe 0.4 0.83 × 1.132 1318 235

π2E π 2 × 2.1 × 105


σk = = = 31.73M pa
λ20 255.572
r
σe σe σe
K0 = (0.5 + 0.65 ) + (0.5 + 0.65 )2 − = 9.9
σk σk σk

K0 9.9
Kd = σd = = 8.7
1 + (K0 − 1) 3.66
σe 1 + × (9.9 − 1)
235
P = G + 1.75Vn = 330.6 + 1.75 × (−94.85) = 164.61daN
P l2 164.61 × 11.922
My = = = 2923.6daN.m
8 8

57
Mf 2923.6 × 10
σf y = = = 25.29M pa
I 1156
( )y
V
Il faut vérifier que :
Kd σf y ≤ σe

Donc : Kd σf y = 8.7 × 25.29 = 220M P a ≤ 235M P a

Alors : le IPE400 est bien vérifié

7.3 Dimensionnement du poteau


7.3.1 Calcul des sollicitations
• Charges permanentes :
– Traverse IPE400 : 66.3daN/m
– Panne IPE140 : 12.9daN/m
– Panne sablière HEA120 : 19.9daN/m
– Cornière L45 × 45 × 6 : 4daN/m
– Couverture et isolant : 29daN/m2

G = 66.3 × 11.92 + 12.9 × 6 × 7 + 19.9 × 6 + 4 × 7.58 × 6 + 29 × 6 × 11.92 = 3707.5daN

• Charge d’exploitation :
Charge d’entretien :75daN/m2
Donc :
P = 75 × 11.92 × 6 = 5364daN

• Charge Climatique :
Voir tableau des sollicitations

7.3.2 Calcul selon l0 EC3


Le moment le plus défavorable revient à la combinaison : G + 1.75Vn
Ma = 31698.1daN.m

 Vérification de la résistance
Le moment le plus défavorable revient à la combinaison : G + 1.75Vn
Ma = 31698.1daN.m
Il faut vérifier que :
Wpl fy
Ma ≤ Mpl =
γM 1
Ma γM 1 31698.1 × 1.1 × 104
⇒ Wply ≥ = = 1483740.851mm3 = 1483.74cm3
fy 235
Donc : on opte un IPE450 (Wply = 1702cm3 )

58
 Vérification au Flambement Flexion
Kc + K1 Kc Kc
– Nœud 1 : Facteur de rigidité : η1 = = =
Kc + K1 + K11 + K12 Kc + K12 Kc + K12
– Nœud 2 : η2 = 1 Poteau à pied encastré.
– Kij = Les rigidités effectives des poutres
I
– Kc = La rigidité du tronçon de poteau considéré.
L
I : étant le moment d’inertie correspondant au plan de flambement considéré et
L :La longueur de poteau.
– K1 = K2 = 0 Il n’y a pas de poteaux adjacents.

Dans notre cas :


33740
Kc = = 48.2cm3
700
Iy (traverse) 23130
K12 = 1.5 = 1.5 × = 14.76cm3
l 23.5 × 100
l : l’entraxe entre poteaux dans le plan du portique.
48.2
η1 = = 0.76
48.2 +
s14.76
1 − 0.2(η1 + η2 ) − 0.12 × η1 η2
lky = l0 × = 7 × 3.4 = 23.84m
1 − 0.8(η1 + η2 ) + 0.6 × η1 η2
lkz = 0.5 × l0 = 3.5m (Encastré-Encastré)

Il faut vérifier la relation suivante :


N γM 1 Ky γM 1 My
+ ≤1
χmin Npl Mply
• Moment ultime de flexion : My = Ma = 31698.1daN.m
• Moment plastique : Mply = Wply fy = 1702 × 235 × 10−1 = 39997daN.m
• L’effort normal de plastification : Npl = Afy = (98.82 × 235) × 10 = 232227daN
L’élancement :
lky 83.84 × 100
• λy = = = 129
iy 18.48
lkz 3.5 × 100
• λz = = = 84.95
iz 4.12
• λ1 = 93.9
L’élancement réduit :
• λ¯y = 1.37
• λ¯z = 0.9
Courbe et axe de flambement :
h 450
= = 2.36 ≥ 1.2 et tf = 14.6 ≤ 40mm
b 190
λz ≤ λy ⇒ Axe de flambement yy ⇒ Courbe a ⇒ α = 0.21

1
χy = min(1; q ) = min(1; 0.43) = 0.43
2 ¯ 2
φy + φy − λy
2
Avec : φy = 0.5(1 + α(λ¯y − 0.2) + λ¯y ) = 1.56
Mb 53088.25
ψ= = = 1.67 ≥ 1 ⇒ ψ = 1 ⇒ βwy = 1.8 − 0.7ψ = 1.1
Ma 31698.1

59
Wply − Wely µy N
µy = λ¯y (2βwy − 4) + = −2.33et Ky = min(1.5; 1 − ) = 1.3
Wely χy fy A
avec : N = 1.35G + 1.5P = 1.35 × 3707.5 + 1.5 × 5364 = 13051.12daN
N γM 1 Ky γM 1 My
+ = 1.27 ≥ 1...............la condition n’est pas vérifiée.
χmin Npl Mply
Donc : on opte pour les poteaux des profilés IPE500.
De même façon on a :
• Kc = 68.85cm3 et K12 = 14.76cm3
• η1 = 0.82 et η2 = 1
• lky = 27.05m et lkz = 3.5m
• Moment ultime de flexion : My = Ma = 31698.1daN.m
• Moment plastique : Mply = 51559daN.m
• L’effort normal de plastification : Npl = Afy = 271425daN
L’élancement :
• λy = 132.4
• λz = 81.20
• λ1 = 93.9
L’élancement réduit :
• λ¯y = 1.41
• λ¯z = 0.86
Courbe et axe de flambement :
h
= 2.5 ≥ 1.2 et tf = 14.6 ≤ 40mm
b
λz ≤ λy ⇒Axe de flambement yy ⇒ Courbe a ⇒ α = 0.21

1
χy = min(1; q ) = min(1; 0.41) = 0.41
2 ¯ 2
φy + φy − λy
2
Avec : φy = 0.5(1 + α(λ¯y − 0.2) + λ¯y ) = 1.62
Mb 53088.25
ψ= = = 1.67 ≥ 1 ⇒ ψ = 1 ⇒ βwy = 1.8 − 0.7ψ = 1.1
Ma 31698.1
Wply − Wely µy N
µy = λ¯y (2βwy − 4) + = −1.55et Ky = min(1.5; 1 − ) = 1.17
Wely χ y fy A
avec : N = 1.35G + 1.5P = 1.35 × 3707.5 + 1.5 × 5364 = 13051.12daN
N γM 1 Ky γM 1 My
donc : + = 1.92 ≤ 1................est bien vérifiée
χmin Npl Mply

7.3.3 Calcul selon les règles CM 66


 Vérification de la résistance
Le moment le plus défavorable revient à la combinaison : G + 1.75Vn
Ma = 31698.1daN.m
Il faut vérifier que :
Ma
σ= ≤ σe
I
( )y
v
I Ma 31698.1 × 104
⇒ ( )y ≥ = = 1348855.319mm3 = 1348.85cm3
v σe 235
Donc : on opte un IPE450 (Wply = 1702cm3 )

60
 Vérification au Flambement Flexion
D’après la combinaison suivant : 1.35G + 1.5P
On a :
• L’effort normal vaut : N = 13051.12daN
N 13051.12 × 10
• La contrainte de compression simple vaut :σ = = = 11.29
A 115.5 × 102
Les élancements :
lf y 350
• λy = = = 17.13
iy 20.43
lf z 350
• λz = = = 81.2
iz 4.31
• λmax = λz = 81.2

Le coefficient de flambement est donné par la relation :


r
σe σe σe
K = (0.5 + 0.65 ) + (0.5 + 0.65 )2 − = 1.46
σk σk σk
Avec :
π 2 × 2.1 × 105
σk = = 314.34M pa
81.22
Il faut vérifier que :
9
(Kσ + σf ) ≤ σe
8
Mf 31698.1 × 104
Avec : la contrainte de flexion : σf = = = 164.4M pa
I 1928 × 103
( )y
V
donc :
9 9
(Kσ + σf ) = (1.46 × 11.29 + 164.4) = 203.49M P a
8 8
9
Alors : (Kσ + σf ) ≤ σe = 235M P a..........................est bien vérifiée
8

7.3.4 Vérification de déplacement en tête de poteau


La vérification des déplacements en tête de poteau est nécessaire afin de se prémunir contre
les désordres dans les éléments secondaires(couverture, bardage, lisse...). Ces déplacements sont
vérifiés à l’ELS sous deux cas de charges possibles.

61
• Cas de charge 1 : G + Vn
Introduisons un effort fictif P appliqué en B horizontalement qui va crée deux réactions Ra et
Re au niveau de l’encastrement en A et en E.

En un point M du poteau, situé a une ordonnée x, le moment vaut :


q
Mx = x2 + Ma − Ha x − Ra x
2
avec : q = G + Vn = 1152.46daN/m
d’après les résultats de RDM6 pour G + Vn on a :
Ma = 11769.7daN.m et Ha = −2585.7
Ph h2 (2K + 6) + 3hf
Md = × 2 = 0.51P
4 h (K + 2) + hf + (h + f )2
Itraverse h 23130 7
K= × = × = 0.28
Ipoteau s 48200 11.92
– Traverse IPE400 I = 23130cm4
– Poteau IPE500 I = 48200cm4
– h = 7m longueur du poteau
– s = 11.92 longueur de traverse
Donc :
• Md = 0.51P
Md
• Re = = 0.07P
h
• Ra = P − Re = 0.93P
d’où le moment devient :
q
Mx = x2 + Ma − Ha x − 0.93P x
2
L’énergie potentielle interne du poteau vaut :
1 Rh 2
W = M dx
2EI 0 x
1 R h q 2
W = 0
( x + Ma − Ha x − 0.93P x)2 dx
2 5 3
2EI 2 4 3
1 Rh q h h h 2 2 2h
W = ( + qMa − q(Ha + 0.93P ) + M a h − M a (Ha + 0.93P )h + (H a + 0.93P ) )dx
2EI 0 10 3 4 3

∂W −0.93 h4 Ma h2 h3
∆= (P = 0) = (q + − Ha ) = −1.23cm
∂P 4EI 8 2 3
Avec :

62
• E = 2.1 × 106 daN/cm2
• Iy = 48200cm4 (IP E500)
• q = Vn = 7.9086daN/cm
• h = 700cm (longeur du poteau)
• Ha = −2585.7daN
• Ma = 11769.7 × 102 daN.cm
• ∆ = −1.23 × 10−2 m
On doit vérifier :
∆ 1

h 300
On a :
∆ 1.23 × 10−2
= = 0.001757
h 7
Donc :
∆ 1
≤ ......................est bien vérifiée.
h 300

• Cas de charge 2 : G + P
Les mêmes démarches conduisent à : M (x) = Ma − Ha x − 0.93P x
On obtient alors après la résolution de l’intégrale de l’énergie potentielle interne du poteau :
∂W −0.93
∆= (P = 0) = (3h2 Ma − 2Ha h3 ) = 2.24cm
∂P 6EI
Avec :
• E = 2.1 × 106 daN/cm2
• Iy = 48200cm4 (IP E500)
• G = 361.6daN/m
• P = 75 × 11.92daN/m
• h = 700cm(longeurdupoteau)
• Ha = 5861.9daN
• Ma = 17392.4 × 102 daN.cm
• ∆ = 2.24 × 10−2 m
∆ 1
Donc : = 0.0032 ≤ ...............................est bien vérifiée.
h 300

63
Troisième partie

Assemblages

64
Chapitre 8

Assemblages selon l’Eurocode 3

8.1 Introduction
La conception et le calcul des assemblages constituent une étape déterminant dans l’élaboration
de la sécurité globale et locale de toute la structure. Il s’agit bien évidemment de points de passage
obligés pour les sollicitations régnant et transitant dans les différents éléments et qui, en cas de
défaillance de certains d’entre eux, mettent en cause le fonctionnement global de la structure.
Le CM 66 fournit des formules de calcul de la résistance ultime des assemblages et la contrainte
de référence utilisée est généralement la limite d’élasticité de l’acier des constituants vérifiés.
L0 Eurocode3 vise également la résistance ultime des assemblages mais la fonde généralement sur la
limite de rupture des constituants vérifiés et l’affecte d’un coefficient partiel de sécurité spécifique.
Dans ce qui suit on va traiter les assemblages par boulons précontraints selon l’eurocode 3.

8.2 Types d’assemblages


8.2.1 Assemblages par boulons non précontraints
Il s’agit de boulons prévus pour être mis en œuvre avec un serrage non contrôlé : leur com-
portement au serrage ne fait l’objet d’aucune investigation particulière lors de leur fabrication. Ils
sont généralement de classes de qualité 4.6, 4.8, 5.6, 5.8, 6.6, 6.8, 8.8 et 10.9, les trois dernières
classes étant les plus couramment utilisées. Ces assemblages permettent de reprendre des efforts
d’orientation quelconque par rapport à l’axe des vis. Leurs comportements vis-à-vis des efforts
perpendiculaires et parallèles sont différents et donc requièrent des vérifications propres.

8.2.2 Assemblages par boulons précontraints


Il s’agit de boulons aptes à la mise en œuvre de la précontrainte par serrage contrôlé. Seules les
classes de qualité 8.8 et 10.9 sont concernées et le marquage spécifique HR figure impérativement
sur chaque élément du boulon (vis, écrou et rondelles). L’identification HR distingue le boulon
à haute résistance à serrage contrôlé des boulons normaux de classes de qualité identique. Les
boulons HR peuvent être utilisés en cisaillement lorsqu’ils sont serrés comme des boulons normaux,
les rondelles ne sont alors plus nécessaires. Quelle que soit l’orientation des efforts appliqués à
l’assemblage, ses limites de fonctionnement en tant qu’assemblage précontraint sont directement
dépendantes de la précontrainte initiale qui lui a été appliquée. Pour le CM 66, le fonctionnement
de l’assemblage précontraint est attendu jusqu’à l’état limite ultime, ce qui signifie d’imposer
un niveau élevé à la précontrainte des boulons, le plus élevé compatible avec les caractéristiques
mécaniques de l’acier qui les constitue. Pour l’Eurocode 3, la précontrainte n’est considérée que
comme une amélioration du fonctionnement de l’assemblage, essentiellement vis-à-vis des états
limites de service, et le comportement attendu à l’état ultime est finalement celui d’un assemblage
par boulons ordinaires.

65
8.2.3 Assemblages par soudure
Le soudage est un procédé qui permet d’assembler des pièces par liaison intime de la matière,
obtenue par fusion ou plastification. Le soudage présente par rapport au boulonnage, plusieurs
avantages :
– Il assure la continuité de la matière, et de ce fait, garantit une bonne transmission des
sollicitations
– Il dispense de pièces secondaires (goussets, attaches, . . . .)
– Il est de moindre encombrement et plus esthétique que le boulonnage
En revanche, il présente divers inconvénients :
– Le métal de base doit être soudable
– Le contrôle des soudures est nécessaire et onéreux
– Le contrôle est aléatoire
– Il exige une main d’œuvre qualifiée et un matériel spécifique
Deux grandes familles d’assemblages soudés doivent être distinguées : ceux pour lesquels les joints
sont conçus de sorte à reconstituer directement la continuité de la matière (en général au prix d’une
préparation par usinage des bords des pièces assemblées) et ceux pour lesquels la transmission
d’efforts se fait par cordon d’angle. Dans tous les cas, l’opération de soudage doit impérativement
assurer une fusion du métal déposé et du métal de base des pièces de façon à garantir une parfaite
continuité locale de la tenue mécanique.
Ceci justifie que la première catégorie des joints ne nécessite aucune vérification de résistance par
calcul. En revanche, la taille des cordons d’angle nécessaires à la transmission d’un effort donné
doit faire l’objet d’un calcul de dimensionnement.

8.3 Étude des assemblages


8.3.1 Dimensionnement de renfort traverse-poteau encastré
Le rôle des jarrets est de renforcer la section de la traverse pour pouvoir résister les moments
les plus sollicité au niveau des points B et D (Md , Md ) et au faı̂tage (Mc ), ils sont déterminés par
une analyse mathématique sur le diagramme des moments :

66
 Calcul de la longueur du jarret
Notre jarret est réalisé par un oxycoupage en biseau d’une poutrelle IPE400.
La longueur de jarret se détermine en considérant qu’au F (point d’amorce du jarret), la
contrainte maximale dans la traverse est : fy .
Les moments obtenus dans le calcul de la traverse sont :
– Mb = 33500.32daN m
– Mc = 16497.18daN m
– Md = 33500.32daN m
Le moment résistant de la traverse (IPE400) :
Wply fy 1307 × 235 × 10−1
Mf = Mply = = = 27922.27daN m
γM 1 1.1
La courbe de moment est parabolique, de la forme : y = ax2
Pour x = S = 11.92m on a : y = Mb + Mc = 49997.5daN m
y 49997.5
Donc : a = 2 = = 351.8daN/m
s 11.922
Pour x = S − L on a : y = MF = 27922.27daN m
Donc : y = ax2 ⇒ 27922.27 = 351.88(11.92 − L)2
Alors : L2 − 23.84L + 62.73 = 0
où : ∆ = 317.42 > 0 ⇒ L = 3m
Donc : la longueur du jarret est : L = 3m.

67
8.3.2 Assemblage traverse-traverse

Caractéristique géométrique des profilé et donnés de calcul :


– L’effort sollicitant les assemblages est le moment Mc = 16497.18daN m correspond au point
d’interconnexion des traverses.
– Les boulons utilisés sont des boulons de haut résistance HR10, 9 de diamètre D = 20mm.

La distance entre axe des boulons ainsi d’entre axes des boulons et bords des pièces (pinces)
sont limitées par :
Des valeurs minimales :
– pour facilité la mise en place des boulons.
– pour permettre de passage des clefs.
– pour éviter le déchirement des tôles.
Des valeurs maximales :
– pour conserver un bon contact entre les pièces assembler (ce qui augmente le frottement et
limite les risque de corrosion).
– Pour éviter des assemblages trop longs.

 Le rayon des boulons


Sachant que :
d0 = D + 2mm si D ≤ 20mm
d0 = D + 3mm si D > 20mm
Donc dans notre cas on a : d0 = 22mm.

68
 Distance entre les boulons
Les distance entre les boulons sont déterminés les conditions suivantes :
P1 ≥ 2.2d0 = 48.4mm
P2 ≥ 3d0 = 66mm
D’où pour des raisons pratiques et pour assurer plus de sécurité on prend : P1 = 90mm et
P2 = 120mm

 Pince transversal et pince longitudinal


1.2d0 ≤ e1 ≤ (12tf ; 150mm)
1.2d0 ≤ e2 ≤ (12tf ; 150mm)
Donc :
26.4mm ≤ e1 ≤ (192mm; 150mm) ⇒ e1 = 60mm
33.0mm ≤ e2 ≤ (192mm; 150mm) ⇒ e2 = 50mm

 La force de précontrainte
La force de précontrainte est donnée par la formule suivante :
Fp = 0.7 × fub × As
Avec : fub = 100daN/mm2 et la section résistance As = 245mm2 correspond au boulon de
classe de qualité 10.9.
D’où Fp = 0.7 × 100 × 245 = 17150daN

 Épaisseur des soudures


Épaisseur de soudures de semelle sur la platine :
af = K × 0.7 × tf = 6.62mm (K = 0.7 pour S235)

Épaisseur de soudures de l’âme sur la platine :


aw = K × 0.7 × tw = 4.21mm (K = 0.7 pour S235)

 Épaisseur de platine
L’épaisseur de platine est définis par :
F
t=
ta ts
375( + )
ca cs
αMc
Avec : F =
1.8(hp − 2tf )
38 + n 38 + 8
et α = = = 0.46
20 + 10n 20 + 80
Avec :
– n : nombre des boulons.
– hp : hauteur de platine=(htraverse + hjarret ) = 800mm
Donc :
0.46 × 16497.18 × 103
F = 5454daN
1.8(800 − 27)

69
Et on a :
P1 − t w 90 − 8.6
– ta = = = 40.7mm
2 2
– ca = ta − aw = 40.7 − 4.21 = 36.49mm
– ts = e1 − tf = 60 − 13.5 = 46.5mm
– cs = ts − tf = 46.5 − 13.5 = 33mm
Donc :
5454
t= = 5.76mm
40.7 46.5
375( + )
36.49 33
Pour des raisons pratiques, et pour assurer plus de sécurité on prend t = 10mm.

 Vérification du moment Mc

La condition de vérification est :


Mu ≤ Mr = ΣNi di
Lors de calcul nous considérons uniquement les boulons tendus, c’est à dire les quatre boulons de
rangé supérieur.
Avec :
– d1 = hp − e1 = 740mm
– d2 = d1 − P1 = 650mm
– d3 = d2 − P1 = 560mm
– d4 = d3 − P1 = 500mm
Mc di
On a : Σd2i = 1533700mm2 et nFp = 137200 et Ni =
Σd2i
Il faut vérifier que :
Mc di
Ni = ≤ nFp
Σd2i
Donc :
16497.18 × 103 × 740
– N1 = = 7960daN ≤ nFp
1533700
16497.18 × 103 × 650
– N2 = = 6992daN ≤ nFp
1533700
16497.18 × 103 × 560
– N3 = = 6023.61daN ≤ nFp
1533700

70
16497.18 × 103 × 500
– N4 = = 5378.23daN ≤ nFp
1533700

Donc :
Mr = ΣNi di = 16497536.6daN mm
Mu = Mc = 16497180daN mm
Mr > Mu ..........................est bien vérifiée.

 Vérification de la pression diamétrale des boulons


La condition de vérification est :
N1 t
≤ FB = 2.5αFu d
2 γM b
Avec :
e1 P 1 1 Fub
α = min( ; − ; ) = min(0.9; 1.11; 2.77; 1) = 0.9
3d0 3d0 4 Fu
N1
Donc : FB = 14256daN et = 3980daN
2
N1
Alors : ≤ FB ............est bien vérifiée.
2

8.3.3 Assemblage poteau-traverse

Les efforts sollicitants l’assemblage sont :


– Mb = 33500.32daN m correspond au point d’interconnexion de poteau-traverse.
– L’effort de flexion (cisaillement)=8306.6daN .
– Les boulons utilisés dans ce cas sont des boulons de haute résistance HR10.9 de diamètre
D = 20mm.

71
 Le rayon des boulons
Sachant que :
d0 = D + 2mm si D ≤ 20mm
d0 = D + 3mm si D > 20mm
Donc dans notre cas on a : d0 = 22mm.

 Distance entre les boulons


Les distance entre les boulons sont déterminés les conditions suivantes :
P1 ≥ 2.2d0 = 48.4mm
P2 ≥ 3d0 = 66mm
D’où pour des raisons pratiques et pour assurer plus de sécurité on prend : P1 = 90mm et
P2 = 120mm

 Pince transversal et pince longitudinal


1.2d0 ≤ e1 ≤ (12tf ; 150mm)
1.2d0 ≤ e2 ≤ (12tf ; 150mm)
Donc :
26.4mm ≤ e1 ≤ (192mm; 150mm) ⇒ e1 = 60mm
33.0mm ≤ e2 ≤ (192mm; 150mm) ⇒ e2 = 50mm

 La force de précontrainte
La force de précontrainte est donnée par la formule suivante :
Fp = 0.7 × fub × As
Avec : fub = 100daN mm2 et la section résistance As = 245mm2 correspond au boulon de
classe de qualité 10.9.
D’où Fp = 0.7 × 100 × 245 = 17150daN

 Épaisseur des soudures


Épaisseur de soudures de semelle sur la platine :
af = K × 0.7 × tf = 0.72 × 16 = 7.84mm (K = 0.7 pour S235)

Épaisseur de soudures de l’âme sur la platine :


aw = K × 0.7 × tw = 0.72 × 10.2 = 4.99mm (K = 0.7 pour S235)

 Épaisseur de platine
L’épaisseur de platine est définis par :
F
t=
ta ts
375( + )
ca cs
αMb
Avec : F =
1.8(hp − 2tf )
38 + n 38 + 8
et α = = = 0.46
20 + 10n 20 + 80

72
Avec :
– n : nombre des boulons.
– hp : hauteur de platine=(htraverse + hjarret ) = 800mm
Donc :
0.46 × 33500.32 × 103
F = = 11147.38daN
1.8(800 − 32)
Et on a :
P1 − t w 90 − 10.2
– ta = = = 39.9mm
2 2
– ca = ta − aw = 39.9 − 4.99 = 34.91mm
– ts = e1 − tf = 60 − 16 = 44mm
– cs = ts − tf = 44 − 16 = 28mm
Donc :
11147.38
t= = 10.95mm
39.9 44
375( + )
34.91 28
Pour des raisons pratiques, et pour assurer plus de sécurité on prend t = 12mm.

 Vérification du moment Mb

La condition de vérification est :


Mu ≤ Mr = ΣNi di
Lors de calcul nous considérons uniquement les boulons tendus, c’est à dire les quatre boulons de
rangé supérieur.
Avec :
– d1 = hp − e1 = 740mm
– d2 = d1 − P1 = 650mm
– d3 = d2 − P1 = 560mm
– d4 = d3 − P1 = 500mm
Mb di
On a : Σd2i = 1533700mm2 et nFp = 137200 et Ni =
Σd2i
Il faut vérifier que :
Mb di
Ni = ≤ nFp
Σd2i

73
Donc :
33500.32 × 103 × 740
– N1 = = 16163.68daN ≤ nFp
1533700
33500.32 × 103 × 650
– N2 = = 14198daN ≤ nFp
1533700
3
33500.32 × 10 × 560
– N3 = = 12232daN ≤ nFp
1533700
33500 × 103 × 500
– N4 = = 10921.40daN ≤ nFp
1533700

Donc :
Mr = ΣNi di = 33500443.2daN mm
Mu = Mb = 33500320daN mm
Mr > Mu ..........................est bien vérifiée.

 Vérification de la pression diamétrale des boulons


La condition de vérification est :
N1 t
≤ FB = 2.5αFu d
2 γM b
Avec :
e1 P 1 1 Fub
α = min( ; − ; ) = min(0.9; 1.11; 2.77; 1) = 0.9
3d0 3d0 4 Fu
N1
Donc : FB = 17107.2daN et = 8081.84daN
2
N1
Alors : ≤ FB ............ est bien vérifié.
2

 Vérification au cisaillement
La condition de vérification est :
T A
≤ Fv = 0.5Fub
8 1.25
T 8306.6
On a : = = 1038.32daN
8 8
245
Et : Fv = 0.5 × 100 × = 9800daN
1.25
T
Donc : ≤ Fv .................est bien vérifiée.
8

74
Chapitre 9

Conclusion

Notre travail de fin d’étude était pour nous l’occasion d’approfondir nos connaissances que ce
soit au niveau du calcul manuel des structures métallique et la prise en considération des normes
en vigueur, ou encore au niveau de l’initiation et la familiarisation avec des logiciels de calcul,
comme le Robot Structural Analysis, RDM6, Power Connect.

Les spécifications indiquées dans l0 Eurocode3 et le CM 66 partagent un noyau inspiré de


théories similaires (Euler pour le flambement, déversement). Cependant leurs politiques de vérification
des éléments en acier sont très différentes.

L’approche de l0 Eurocode3 est la plus complexe des deux : chaque comportement pouvant
affecter une barre est clairement défini et vérifié par plusieurs méthodes. Grâce à sa transparence
à l’égard des différents comportements, l0 Eurocode3 aide à mieux optimiser une structure mais
présente des difficultés de calcul à la main.

D’après notre dimensionnement on constate que les deux règlements donnent presque les mêmes
profilés de dimensionnement, mais en matière d’assemblages, nous avons travaillé avec l0 eurocode3.

En général, l’incidence de l0 Eurocode3 devrait être faible sur le poids des structures métalliques
usuelles, mais plus forte sur des structures spéciales où des méthodes d’analyse plus sophistiquées
s’imposent.

Dans le présent rapport nous avons essayés de donner une méthode générale et détaillée pour
l’étude de ce type de projet, cherchant à en faire un exemple pratique de calcul des hangars
métalliques.

75
Annexe

Facteur de moment uniforme équivalent

76
Rigidité effective d’une poutre

Coefficient de différentes valeurs de cas dans le cas de charges trans-


versales

77
Courbe de flambement

Caractéristiques géométriques des boulons

Limite d’élasticité et résistance à la traction des boulons

Coefficient partiel de sécurité des boulons

78
Bibliographie

• Aciers de construction caractéristiques et bases de choix LOUIS FRUITET et GUY MURRY

• Règles neige et vent NV65 JACQUES MAYERE

• Règles définissant les effets de la NEIGE et du VENT sur les constructions et ANNEXES
Règles NV.65 révisées 1967, 1970, 1974, 1975 et 1976. Janvier 1978 et annexes

• Guide de calcul : structures métalliques CM 66 -Additif 80 – Eurocode 3


JEAN MOREL

• Calcul des structures métalliques selon l’Eurocode 3


JEAN MOREL

• Règles de calcul des constructions en acier Règles CM Décembre 1966


Edition Eyrolles

• Les pieds de poteaux encastrés en acier


YVON LESCOUARC’H

• Résistance des matériaux Formulaire JEAN COURBON et JEAN NOEL THEILLOUT

• Constructions Métalliques composants de contreventement LUIS FRUITET

• Notes de cours RDM et Calcul des Structures ABDERRAHIM EL OUMRI FST TANGER

79