Vous êtes sur la page 1sur 20

Jean-Christophe Saladin

La prise de parole

Maîtriser son trac et éviter les pièges

Captiver son auditoire

Construire son discours

Améliorer son élocution

Répondre aux contradicteurs


et savoir improviser
S ommaire

Introduction................................................................................ 7

Chapitre 1 – Réussir son intervention dès les premiers mots........ 9


1. Parler, c’est échanger........................................................................................................9
2. Saluer, c’est respecter.....................................................................................................11
3. Regarder, c’est montrer son intérêt........................................................................ 13
4. Apprivoiser le groupe, c’est susciter son intérêt..............................................16

Chapitre 2 – Construire son discours..........................................19


1. Annoncer son plan............................................................................................................ 19
2. Aller à l’essentiel............................................................................................................... 21
3. Convaincre par l’exemple............................................................................................... 22
4. Parler de soi........................................................................................................................23
5. Raconter au style direct..............................................................................................24
6. Supprimer les tournures impersonnelles..............................................................26
7. Diagnostiquer les maladies du discours...............................................................28
8. Soigner le mal................................................................................................................... 36
9. Se méfier des sigles........................................................................................................ 37
10. Employer judicieusement le jargon..........................................................................40
11. Cultiver la brièveté............................................................................................................ 41
12. Déterminer la durée idéale............................................................................................ 41
13. Maîtriser le temps.......................................................................................................... 47
14. Improviser grâce à la construction ternaire.......................................................48

3
La prise de parole pas à pas

Chapitre 3 – Travailler l’élocution................................................51


1. Savoir utiliser les silences............................................................................................ 51
2. Ponctuer son discours à l’oral....................................................................................53
3. Faire varier la hauteur de sa voix..............................................................................56
4. Exercer sa diction........................................................................................................... 57

Chapitre 4 – Maîtriser le non-verbal............................................61


1. Utiliser un micro ?.............................................................................................................61
2. Prendre garde à l’éclairage...........................................................................................62
3. Rédiger un plan plutôt qu’un texte......................................................................... 63
4. Déterminer sa posture : assis ou debout ?..........................................................64
5. Maîtriser ses gestes et ses déplacements...................................................... 66
6. Soigner son apparence................................................................................................. 68
7. Éviter les paroles parasites.........................................................................................71
8. S’appuyer sur un PowerPoint.......................................................................................72
9. Apprivoiser son stress..................................................................................................74

Chapitre 5 – Pallier les problèmes physiologiques,


psychologiques et sociologiques.................................................77
1. Gérer son trac...................................................................................................................77
2. Éviter les trous de mémoire....................................................................................... 80
3. Faire face au stress exercé par le groupe..............................................................81
4. Considérer le public comme un groupe....................................................................82
5. Élaborer les stratégies de la prise de parole..................................................... 86
6. Connaître les étapes de la vie d’un groupe...........................................................99
7. Les deux types de public..............................................................................................114
8. La mise en scène............................................................................................................. 116
9. Répondre aux questions...............................................................................................117
10. Faire face au brouhaha..................................................................................................121
11. Gérer les conflits........................................................................................................... 123

4
Sommaire

Chapitre 6 – Utiliser la boîte à outils techniques (rappels).........129


1. Survivre face à l’autorité............................................................................................ 129
2. Ménager ses arrières.....................................................................................................131
3. Évaluer son public.......................................................................................................... 132
4. Présider la séance.........................................................................................................133
5. Répondre aux questions.............................................................................................134
6. Raconter une histoire..................................................................................................135
7. Neutraliser le perturbateur......................................................................................138
8. Observer les rituels......................................................................................................139

Conclusion................................................................................ 141

5
I ntroduction

Ce petit manuel s’adresse à vous qui êtes inquiet à l’idée de devoir


prendre la parole devant un public. Vous vous sentez désarmé
parce que vous ne savez pas comment analyser la situation que
vous allez devoir affronter. Pourtant des techniques simples – et
qui ont fait leurs preuves depuis longtemps – permettent d’éviter
les principaux écueils de la prise de parole.
Nous vous proposons de les découvrir grâce à un parcours construit
autour de deux axes :
• La « rhétorique » proprement dite, qui comprend la construc-
tion du discours (quoi dire ?) et l’élocution (comment le dire ?).
• L’environnement psychologique et social (quels conflits se
déclenchent lors d’une prise de parole ?).
En effet, la situation de prise de parole ravive des émotions vio-
lentes, difficiles à maîtriser car elles remontent généralement à
l’enfance. En outre, le public auquel on est confronté constitue
un groupe qui a ses propres règles, ses désirs et ses exigences.
Méconnaître ces données risque d’entraîner une catastrophe.
Pour éviter l’ennui d’une présentation uniquement théorique, nous
avons composé ce livre sous la forme d’un enchaînement de propo-
sitions concrètes, illustrées par de nombreux exemples empruntés
principalement à la vie professionnelle.

7
La prise de parole pas à pas

Nous avons tenu à l’enrichir de quelques exemples empruntés à


d’autres domaines, tels que la politique, la famille ou la religion,
afin de mettre en évidence le fait que les lois de la prise de parole
s’appliquent à tous les domaines de notre vie.

8
1. 1 Réussir son intervention
dès les premiers mots

Le succès ou l’échec d’une intervention en public se joue souvent


dès les premières secondes, c’est-à-dire dès les premières phrases.
Si l’intervention commence bien, il y a toutes les chances pour
qu’elle continue bien. À l’inverse, si elle commence mal, elle finira
encore plus mal à cause de l’effet d’entraînement et d’amplifica-
tion provoqué par les réactions du public. Nous allons présenter
ici les principes de base de toute intervention publique. Nous les
analyserons en détail au cours des parties suivantes.

1. Parler, c’est échanger


La prise de parole en public, quelle que soit sa forme, n’est pas un
acte solitaire comme peut l’être un travail personnel. Elle prend
nécessairement la forme d’un échange entre deux partenaires :
l’orateur et son public.

A. Le message et l’affect
L’orateur qui pense qu’il lui suffit de lire son texte se trompe lour-
dement. Il croit qu’il a terminé son travail parce qu’il a dit ce qu’il

9
La prise de parole pas à pas

avait à dire, c’est-à-dire le contenu de son message. Or, il n’a accom-


pli que la moitié de la tâche, car son message ne sert à rien s’il n’est
pas compris et accepté par ses auditeurs.
Si c’était le cas, il aurait pu se contenter d’en distribuer le texte ou
de l’envoyer par Internet. D’ailleurs, certains responsables d’entre-
prise ne communiquent que de cette façon et ils s’étonnent ensuite
que personne ne lise leurs messages. Un vrai message ne « passe »
que s’il est entendu physiquement et si l’on y répond tout aussi
physiquement. C’est une relation interhumaine.
Le contenu du message est porté par des affects qui se regroupent
en deux catégories : la bienveillance et l’hostilité – on pourrait dire
l’amour et la haine. Tous les autres sentiments en dérivent, même
l’indifférence qui est une forme de haine non déclarée.
Si l’orateur est seul responsable du contenu de son discours, il est
également responsable des sentiments qu’il provoque chez son
public, qu’il s’agisse d’un auditoire nombreux (conférence), res-
treint (réunion) ou d’un entretien en face-à-face.

B. La frustration et l’agressivité
Contrairement à ce que croient naïvement les tenants de la « théorie
de la communication », le langage n’a pas pour fonction principale
de transmettre les informations (les messages), dont les affects (les
sentiments) seraient des parasites. Il a pour fonction principale de
transmettre des affects, c’est-à-dire de l’amour ou de la haine. La
transmission des informations fournit simplement des supports
pour l’échange des affects qui sont l’expression directe de nos forces
vitales instinctives. Mais nous l’oublions souvent, car la grande
complexité des règles sociales a justement pour but de les rendre
inoffensifs en les cachant.
On pourrait même penser que la fonction principale du langage
est de renforcer les affects en les exprimant sous forme symbolique

10
 Réussir son intervention dès les premiers mots

déguisée grâce aux effets de style. Mais il permet aussi de les neu-
traliser en les canalisant dans les échanges verbaux imposés à l’inté-
rieur des groupes sociaux pour empêcher les violences incontrôlées
(les salutations, par exemple). Cela permet de rendre les affects
acceptables par la société, notamment par le jeu de la sublima-
tion. Avant d’en venir aux mains ou au couteau, les bandes rivales
pratiquent des concours d’insultes ou de danse. En revanche, les
sociétés animales ne peuvent régler leurs conflits autrement que
par des rapports de violence directe, car elles n’ont pas accès à
la médiation symbolique du langage. Certains animaux utilisent
néanmoins des moyens symboliques pour impressionner leurs
adversaires (gonflements, rugissements, changements de couleurs).
La psychanalyse a mis en évidence le mécanisme inconscient qui
transforme la frustration en agressivité : on se protège contre une
souffrance en faisant souffrir autrui. Ce principe est très éclairant
dans les relations avec le public lors des prises de paroles. Lorsque
l’orateur constate que son public lui manifeste de l’hostilité, il lui
répond généralement par sa propre hostilité, ce qui ne fait qu’ag-
graver la situation. Or, il ferait mieux de chercher ce qu’il a pu dire
ou faire pour provoquer cette hostilité.
En tout cas, l’observation scrupuleuse de certaines pratiques per-
met à coup sûr de désarmer l’hostilité du public et de provoquer sa
bienveillance. Leur enchaînement forme une sorte de rituel sécuri-
sant. Nous les examinerons au cours de l’ouvrage. Pour l’instant,
pendant les premières minutes de l’intervention, il s’agit d’insister
sur le salut et le regard.

2. Saluer, c’est respecter


C’est un rituel d’ouverture absolument indispensable. En effet, tout
public attend des manifestations d’estime et d’intérêt (c’est-à-dire

11
La prise de parole pas à pas

d’amour) de la part de l’orateur. S’il ne les obtient pas, il sera frus-


tré, donc agressif.
L’ouverture de séance doit se dérouler en six temps :
1. J’entre dans la salle et je m’installe à ma place. En réunion, je
vérifie que la porte est fermée, ce qui signifie que la séance
peut débuter parce que le groupe est présent au complet.
2. Je regarde tout l’auditoire aimablement.
3. Je salue de façon personnalisée, car les gens aiment toujours
qu’on leur adresse la parole individuellement. C’est un signe
d’attention. Si le salut est anonyme, personne ne se sent vrai-
ment concerné. Donc pas de « Bonjour M’sieurs-Dames ! » ;
au minimum, vous direz : « Bonjour Mesdames, bonjour
Messieurs ! », en regardant dans les yeux les gens à qui vous
vous adressez.
4. J’observe un temps de silence (comme si j’attendais une
réponse).
5. J’ajoute une formule aimable, par exemple : « Je suis content
de vous rencontrer » ou « Je vous remercie d’être venus si
nombreux. »
6. Je commence mon intervention (suivi d’un silence).
Même si ces formules vous semblent convenues et artificielles, elles
sont indispensables. Vous pouvez facilement en faire la preuve en
ne saluant pas. Vous verrez alors immédiatement des signes d’im-
patience et d’incompréhension, qui se traduiront rapidement par
des manifestations d’hostilité : on regarde ailleurs, on commence
à envoyer des messages sur les téléphones portables, on ouvre son
ordinateur soi-disant pour prendre des notes mais en réalité pour
lire ses messages ou envoyer son courrier (quand ce n’est pas pour
surfer sur Internet), on bavarde avec ses voisins.

12
3. 3 Travailler l’élocution

Maintenant que vous êtes capable de construire votre discours de


façon convaincante, et même d’improviser sans préparation, il faut
passer aux techniques de parole proprement dites, car le meilleur
discours du monde ne fera aucun effet sur son auditoire si l’orateur
articule mal et ne parvient pas à se faire entendre.

1. Savoir utiliser les silences


La parole est évidemment essentielle, mais elle n’est entendue que
grâce aux silences. Cela s’explique pour des raisons aussi bien
physiologiques que psychologiques.

A. Les raisons physiologiques


Quand on parle, on pense en même temps, et on croit que l’auditeur
entend et comprend en même temps, comme si la compréhension
était instantanée. Or, il n’en est rien. L’influx nerveux a besoin d’un
certain temps pour circuler dans les neurones. Ce temps est très
court, de l’ordre de quelques dixièmes de seconde, mais il est réel
et incompressible, surtout lorsque vous dites une chose nouvelle,
à laquelle l’auditeur ne s’attendait pas.

51
La prise de parole pas à pas

Vous devez donc laisser à votre auditeur le temps de comprendre


ce que vous venez de dire avant de passer à la suite, sinon, il est
obligé d’écouter la nouvelle phrase alors qu’il n’a pas fini de com-
prendre la précédente.
Au bout de quelques phrases, cela crée un effet d’accumulation. Il y
a embouteillage, engorgement, appelez cela comme vous voudrez,
mais le résultat est que votre auditeur cesse de vous écouter parce
qu’il est saturé. Du coup, il se met à penser à autre chose et perd
sa concentration.
Comment y remédier ? Tout simplement en faisant des pauses de
plusieurs secondes.
Attention ! Il ne s’agit pas de trente secondes, ni d’une minute. En
revanche, vous pouvez aisément vous taire pendant deux, trois ou
cinq secondes. C’est déjà appréciable.

B. Les raisons psychologiques


Le silence de la pause a un autre effet : il provoque l’attente de
l’auditeur, donc son attention. Une parole en flux continue est
généralement monotone alors que le silence réveille l’auditoire.

Situation 17 : 1988, entre deux tours électoraux


Souvenez-vous de François Mitterrand.
C’était avant le deuxième tour de la présidentielle de 1988. Le pré-
sident sortant passait à la télévision et il était assis, assez fatigué et
très immobile. Il parlait face à la caméra en regardant le spectateur
droit dans les yeux. Il articulait très lentement et laissait des silences
incroyablement longs entre les phrases.
Il disait des choses du genre : « Faites-moi… confiance ! » Pourtant,
il traînait déjà pas mal d’« affaires » derrière lui et il y avait un réel
problème de confiance. Mais il avait l’air tellement calme et sûr de
lui, que l’on avait envie de le croire, de lui faire confiance.

52
 Travailler l’élocution

Pour un peu, on se serait levé pour aller voter pour lui. D’ailleurs,
c’est ce que la majorité a fait.

Règle 19
Faites des pauses de plusieurs secondes entre les phrases.

Attention ! Il ne s’agit pas de faire des pauses de cinq secondes


après chaque phrase. Le public s’endormirait ou penserait que
l’orateur a pris du valium à haute dose. Réservez les pauses de
cinq secondes pour les fins de paragraphes.

2. Ponctuer son discours à l’oral


A. Un peu d’histoire
Depuis quand y a-t-il des paragraphes à l’oral ? Il y en a depuis
que l’on a inventé l’écriture ou, plus exactement, depuis que l’on a
inventé la ponctuation, ce qui n’est pas la même chose, car, autre-
fois, on écrivait tout en majuscule, sans séparer les mots et sans
ponctuation. En fait, on ne pouvait lire un texte que si on le connais-
sait déjà avant. D’ailleurs, on écrivait surtout des textes sacrés que
l’on connaissait par cœur.
On a inventé la ponctuation à l’époque de Charlemagne, en même
temps que l’écriture minuscule. Cela s’est produit à peu près à la
même période dans tout l’Occident pour le latin, le grec, l’arabe et
l’hébreu, puis cela est passé dans les langues modernes.
Or, la ponctuation est l’équivalent écrit du silence. Si on la com-
prend de cette façon, la lecture d’un texte devient immédiatement
plus aisée.

53
La prise de parole pas à pas

B. Les pauses longues et les pauses brèves


Le point à la fin d’une phrase indique un silence assez long, pen-
dant lequel on reprend sa respiration.
La virgule indique un silence nettement plus court, pendant lequel
on ne reprend pas sa respiration.
Le point-virgule se situe entre les deux. Il sépare généralement des
membres de phrase, qui n’ont pas de verbe. Il permet de couper des
phrases très longues, tout en faisant comprendre que l’on n’a pas fini.

Règle 20
Utilisez les trois principaux types de pauses, à savoir :
1. La longue, qui est l’équivalent du point en fin de phrase.
2. La courte, qui est l’équivalent de la virgule.
3. La très courte, qui sert uniquement à mettre un mot en
valeur.

C. Un exercice de pause
Le plus simple est de prendre une fable de La Fontaine, soit « Le
Corbeau et le Renard » que tout le monde connaît.
Première lecture : « Le Corbeau et le Renard de Jean de la Fontaine.
Maître Corbeau sur un arbre perché, tenait en son bec un fro-
mage… »
Cela ne va pas du tout, car on ne sait pas où faire des pauses, surtout pour
le titre. D’ailleurs, vous avez remarqué que, dans les livres, on n’écrit pas
les titres comme le reste du texte : ils sont écrits en caractères plus gros,
composés au milieu de la ligne, avec du blanc au-dessus et au-dessous. Or,
en typographie, le blanc est l’équivalent du silence dans le discours parlé.

54
 Travailler l’élocution

Imaginons un code de signes typographiques pour indiquer les


silences. Intercalons pour cela des barres obliques aux endroits où
il faut un silence : trois pour un grand silence, deux pour un moyen
et une pour un court. C’est facile, il suffit de suivre la ponctuation.
Deuxième lecture : « Le Corbeau et le Renard de Jean de la Fontaine.
/// Maître Corbeau, // sur un arbre perché, // tenait en son bec
un fromage. /// Maître Renard… »
C’est nettement mieux, mais on peut améliorer en séparant le titre pro-
prement dit du nom de l’auteur.
Troisième lecture : « Le Corbeau et le Renard // de Jean de La
Fontaine. /// »
On peut encore améliorer en ajoutant une micropause entre le Corbeau
et le Renard.
Quatrième lecture : « Le Corbeau / et le Renard // de Jean de La
Fontaine. /// »
Encore plus ?
Cinquième lecture : « Le Corbeau / et / le Renard // de Jean de
la Fontaine. /// »
À ce niveau, le but est atteint, car vous mettez en valeur chacun des deux
protagonistes de la fable tout en éveillant la curiosité de l’auditeur.

Règle 21
Donnez du relief à votre discours grâce aux silences qui per-
mettent de mettre certains mots en valeur.

55
La prise de parole pas à pas

3. Faire varier la hauteur de sa voix


Chaque personne parle avec une hauteur de voix particulière (sa
tessiture) et un timbre particulier, qui font que l’on reconnaît sa voix
parmi toutes les autres. Aucune n’est « meilleure » qu’une autre.
En revanche, certaines personnes en font un usage plus expressif
que d’autres. Elles savent jouer de la variété des hauteurs : leur
voix monte et descend entre le grave et l’aigu.
Quand nous parlons, notre voix change sans cesse de hauteur au
cours des phrases, comme les instruments de musique pendant
que l’on joue une mélodie. C’est cet art de la variation qui donne
du relief au discours.
À l’inverse, une voix monocorde endort le public et les personnes
qui ont ce défaut doivent absolument le corriger. Il est vrai que
c’est souvent la timidité qui en est la cause. Pour y échapper, le
meilleur moyen est de se dire que l’on raconte une histoire – à la
manière des chansonniers.
Quand on écoute attentivement une personne qui parle, sans s’oc-
cuper de ce qu’elle dit, mais seulement en écoutant la « chanson »,
on s’aperçoit que sa voix suit une ligne particulière entre les graves
et les aigus, comme une mélodie.
Ainsi, quand on pose une question, la voix monte à la fin de la
phrase. Et elle descend quand on répond à une question ! D’ailleurs,
c’est comme cela que l’on sait qu’il s’agit d’une question ou d’une
réponse. Sinon, on dirait de la même façon : « Ça va ? » et « Ça va ! »,
alors que le premier est une question et le second une réponse.
Nous pourrions imaginer un code pour montrer que la voix monte
et descend. Ce serait :

Ça va ?

56
La prise de parole

En entreprise, patrons, managers et salariés éprouvent parfois de grandes


difficultés à prendre la parole devant leurs collaborateurs, collègues, clients
et fournisseurs, partenaires et médias.

Maîtriser le trac, animer un exposé, structurer son temps de parole, capter


l’attention de son auditoire, s’entraîner et se préparer..., voici un manuel de
survie qui va permettre à tous de surmonter les principaux obstacles de la
prise de parole en public :
 Quels pièges éviter.
 Quelles recettes sont indispensables à une prise de parole efficace.
 Comment contrôler son émotivité et améliorer son élocution.
 Comment aborder n’importe quel sujet avec brio grâce à la technique
« ternaire » de construction du discours.

Jean-Christophe Saladin enseigne la culture générale au Pôle universi-


taire Léonard de Vinci et, depuis 10 ans, dirige Rhétorik’Art, institut de
formation spécialisé dans la prise de parole en public. Il a déjà publié
sur le sujet : Mieux parler en public et Mieux communiquer avec son
public aux éditions Vuibert, Small Talk ou l’art de la conversation chez
Couverture © Fotolia – Conception graphique :

Nomad.

ISBN : 978-2-311-62116-7

9:HSMDLB=[WVV[\: 12,00