Vous êtes sur la page 1sur 21
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Le bilan se présente en deux parties désignées comme l’actif (à gauche) et le passif (à droite). Son contenu et sa présentation sont normalisés. Il se prête à deux approches d’interprétation compatibles l’une avec l‘autre.

Au plan juridique, il correspond à un inventaire de droits & obligations :

- Le passif l’ensemble des droits détenus par des tiers sur l’entreprise,

- L’actif recense les droits que possède l’entreprise.

D’un point de vue économique, le bilan montre le patrimoine de l’entreprise :

- Les ressources dont elle dispose,

- Les emplois qu’elle fait de ces ressources transformées de fait en avoirs.

On parle d’emplois à l’actif et de ressources au passif.

Le bilan correspond à une « photo » à un instant donné : la date d’arrêté comptable influence donc fortement sa physionomie (cf. principe de permanence des méthodes).

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Le passif se compose de deux types de ressources, les fonds propres et les dettes :

- Les dettes correspondent aux engagements financiers de l’entreprise vis-à-vis de tiers,

- Les fonds propres aux ressources en provenance des propriétaires, le capital ou générées par l’entreprise, ses résultats.

Les fonds propres correspondent à la différence entre ce que l’entreprise possède, l’ensemble de ses avoirs et ce qu’elle doit à des tiers, ses dettes.

C’est la raison pour laquelle en analyse financière on parle d’actif net. L’actif net correspond à l’actif diminué de toutes les dettes et des éléments d’actif qui n’ont aucune valeur.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Pour comprendre la logique de représentation des ressources et des emplois d’une entreprise, construisons son bilan à l’issue d’un mois d’activité et de quelques opérations.

Pour créer l’entreprise, les associés réunissent leurs apports (ici un montant total de 150) et les déposent dans un compte à la banque :

- La somme due par l’entreprise à ses actionnaires est positionnée au passif. Elle constitue le capital de l’entreprise au niveau des fonds propres.;

- La somme dont elle dispose en contrepartie en banque est positionnée à l’actif. Ce sont des disponibilités.

L’actif et le passif correspondent à la même quantité de capitaux.

Leur égalité est parfaite.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Enrichissons l’hypothèse pour voir « vivre le bilan ».

L’entreprise acquiert un outil de production pour une valeur de 75. Elle choisit de l’autofinancer partiellement (25) et de recourir pour le solde à un emprunt bancaire (50). Le nouvel actif est financé :

- grâce à la reconversion d’un actif existant : une partie de ses disponibilités bancaires pour 25 ;

- et à une nouvelle ressource : un prêt bancaire pour 50.

Le total du bilan est modifié mais l’équilibre demeure.

La société ne s’est ni appauvrie, ni enrichie.

Ses fonds propres sont inchangés.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Les dirigeants entreprennent de constituer un stock de marchandises.

Ils achètent des marchandises pour une valeur totale de 50. Le fournisseur leur consent un délai de paiement de trois mois.

Le règlement étant reporté, il n’y a pas de décaissement immédiat.

Le stock apparaît à l’actif. Il est valorisé à son prix d’achat.

Le délai de paiement est une dette vis-à-vis des fournisseurs qui a permis d’acquérir ce stock. Elle apparaît au passif, comme une ressource, pour 50.

Il n’y a ni création ni diminution de richesse : l’entreprise doit autant qu’elle possède.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Des clients achètent pour une valeur de 40 des marchandises que l’entreprise avait achetées 30.

Les dirigeants concluent la vente à crédit, en octroyant un délai de paiement de deux mois.

A l’actif :

- le stock diminue de 30 (la valeur des marchandises vendues) .

- un nouvel actif apparait égal au droit de se faire payer 40 à deux mois.

Le total de l’actif est modifié.

Pour maintenir l’équilibre entre l’actif et le passif, une nouvelle ressource doit apparaître. Cette ressource est une richesse créée par l’entreprise, un bénéfice, qui vient renforcer ses fonds propres puisqu’elle lui appartient. Ce bénéfice est la différence entre le chiffre d’affaires issu des ventes réalisées et le coût d’achat des marchandises vendues.

- Ventes = 40

- Marchandises consommées pour réaliser ces ventes = 30

Si le même niveau de ventes avait été réalisé avec moins de marchandises vendues, par exemple 30, le bénéfice serait de 20. Il n’est pas lié aux achats de marchandises mais au niveau de consommation des achats.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

A l’issue de l’exercice, les associés décident de l’affectation des résultats.

S’agissant de bénéfices, ils peuvent :

- Les mettre en réserves, c'est-à-dire les laisser au bénéfice de l’entreprise. La mise en réserves peut avoir un caractère obligatoire pour des raisons légales ou statutaires, ou être librement décidée.

- Les reporter s’ils ne veulent pas statuer sur leur affectation définitive. On parle de report à nouveau. Cette affectation « par défaut » est définitive pour tout l’exercice. Au delà les fonds deviennent de nouveau distribuables.

- (Se) les distribuer en rémunération de leurs apports (par un versement de dividendes), les dividendes venant rémunérer leur apport de fonds et le risque qu’il leur fait subir.

Si ce sont des pertes, elles sont comptabilisées directement en report à nouveau et viennent diminuer les fonds propres de l’entreprise.

Attention : Les fonds conservés en réserves au delà du montant de réserves légales (le cas échéant) et ceux comptabilisés en « report à nouveau » sont distribuables si les actionnaires le décident.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Dans les documents comptables, le classement des éléments d’actif s’appuie sur leur capacité à être rapidement convertis en monnaie. Ainsi s’établit la distinction entre l’actif immobilisé et l’actif circulant.

L’actif immobilisé comprend les biens destinés à servir de façon durable l’entreprise

:

- Les immobilisations incorporelles (biens ou droits sans matérialité : brevets, logiciels, marques, fonds de commerce achetés etc.)

- Les immobilisations corporelles (biens matériel destinés à servir de façon durable à l’activité : terrain, construction, machines, matériel etc.)

- Les immobilisations financières (montants engagés dans d’autres sociétés sous forme de prêts, de cautionnements, de titres de participation, d’actions ou d’obligations détenues à long terme à titre de placement).

Ils sont inscrits au bilan pour leur valeur d’acquisition (ou valeur brute).

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

L’actif circulant comprend les disponibilités et les biens qui, sauf exception, n’ont pas vocation à rester durablement et vont se transformer en cash :

- les stocks (destinés à être vendus ou consommés: matières premières, produits intermédiaires, produits finis …)

- les créances envers les clients et acomptes versés aux fournisseurs

- les autres créances d’exploitation vis à vis du personnel, d’organismes sociaux etc. dont les disponibilités (montants détenus en caisse, en banque ou les avoirs et placements temporaires des excédents de trésorerie).

Certaines opérations sont des opérations de régularisation : charges constatées d’avance, écarts de conversion, etc.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

La classification du passif se fonde sur l’origine des ressources.

Les capitaux propres incluent les mises de fonds des associés et les ressources internes dégagées par l’entreprise :

- le capital social, dont la modification est soumise à des contraintes réglementaires et à des décisions statutaires

- les réserves, constituées des bénéfices antérieurs non distribués aux associés

- les bénéfices ou les pertes de l’exercice.

Les provisions pour risques et charges sont des ressources mises de côté pour couvrir des risques probables ou charges non encore avérées, liés à des opérations générées au cours de l’exercice ou des exercices précédents.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Les dettes recensent les ressources issues de tiers :

- Les dettes contractées auprès de banques ou de marchés financiers;

- Les dettes envers les fournisseurs et les avances / acomptes reçus de clients

- Toutes les autres dettes dont les dettes d’exploitation (y compris les dettes fiscales et sociales ainsi que les salaires à payer).

Comme à l’actif, certaines opérations sont des opérations de régularisation : produits constatés d’avance, écarts de conversion etc.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Le compte de résultat explique comment l’entreprise s’enrichit ou s’appauvrit durant un exercice comptable.

Le résultat est la différence entre les produits et les charges. Les produits augmentent sa richesse, les charges la diminuent .

Trois résultats intermédiaires conduisent au résultat, dont sont déduits aussi la participation des salariés et l‘impôt sur les sociétés.

- Le résultat d'exploitation, issu de l'activité courante de l’entreprise par différence entre les produits et charges d’exploitation ; un résultat d'exploitation insuffisant indique une mauvaise maitrise des coûts ou un chiffre d'affaires insuffisant.

- Le résultat financier, résultat de la politique de financement et de placement de l’entreprise.

- Le résultat exceptionnel , qui correspond à des événements ou décisions ne relevant pas de l’activité courante.

Attention à la nuance entre charge et achat : Un achat d’actif n’appauvrit l’entreprise que si le bien acheté n’est pas consommé. Ainsi l’acquisition d’un stock de marchandise n’est pas une charge tant que la marchandise reste dans le bilan de l’entreprise et que sa valeur lui reste donc acquise.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Les produits sont classés dans les mêmes trois catégories.

- Au niveau de l’exploitation :

Les ventes de marchandises enregistrent les ventes en l'état de marchandises acquises auprès de tiers tandis que la production vendue trace les biens fabriqués (activité industrielle) ou les services rendus.

La production stockée vise les biens ou les services produits non encore commercialisés à la date d'arrêté des comptes.

La production immobilisée enregistre les produits ou services utilisés par l’entreprise pour son propre compte.

- Les produits financiers listent les produits de placements à revenus fixes ou variables, ceux qui résultent d’opérations de change et les escomptes obtenus auprès de fournisseurs.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Les produits exceptionnels regroupent les produits sans rapport avec l'exploitation et qui ne présentent pas de caractère récurrent :

sur opérations de gestion (par exemple des subventions ou indemnités d'assurances perçues) ;

sur opérations en capital (dont le prix de vente des actifs cédés, le prix de revient de l'actif cédé étant compté comme charge exceptionnelle).

NB : La vente d’un ancien siège est exceptionnelle, mais on peut considérer que la revente d’un camion est courante pour une entreprise de transport.

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

Le classement des charges suit la même logique.

- En termes d’exploitation, les achats doivent être corrigés de la variation des stocks pour correspondre à des charges de l’exercice c’est-à-dire des consommations :

Si l'entreprise puise dans ses stocks (Stock Final < Stock Initial), elle comptabilise ce prélèvement comme une consommation qui vient en déduction du résultat.

A l’inverse, une augmentation de stocks a un effet bénéfique sur le résultat.

- Les autres charges d’exploitation sont les frais généraux (loyers, prestations de services), impôts et taxes liés à l’exploitation et les salaires et charges sociales du personnel (dirigeants salariés, salaires versés aux employés, charges patronales).

- Les dotations aux amortissements, dépréciation ou provisions constatent dans le compte de résultat la perte de valeur d’éléments d’actifs:

la consommation progressive des actifs immobilisés (leur usure au service de l’entreprise) ;

la perte de valeur d’un actif immobilisé au-delà de sa simple usure ;

les charges ou pertes non encore effectives mais que des événements en cours rendent probables sur des actifs circulants (stocks ou créances).

CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Cliquez pour modifier les styles du texte du
CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE
Cliquez pour modifier les styles du texte du masque
• Deuxième niveau
? Troisième niveau
- Quatrième niveau
. Cinquième niveau
‹pied de page›
‹date/heure›
|
P.‹#›

- Les charges financières regroupent les intérêts et agios sur emprunts bancaires, les pertes de change et les escomptes accordés à des clients. Cet élément mérite une attention particulière car cette pratique si elle porte sur des montants importants vient nuancer l’analyse du chiffre d’affaires.

- Les charges exceptionnelles ont le même classement que les produits exceptionnels. On y retrouve des pénalités diverses ainsi que la valeur nette comptable des actifs cédés au cours de l’exercice (cette valeur permettant au plan fiscal d’apprécier la plus ou moins-value).