Vous êtes sur la page 1sur 6

La géométrie

La géométrie est à l'origine la partie des mathématiques qui étudie les


figures du plan et de l'espace (géométrie euclidienne). Depuis la fin du
xviiie siècle, la géométrie étudie également les figures appartenant à
d'autres types d'espaces (géométrie projective, géométrie non
euclidienne, par exemple).

Depuis le début du xxe siècle, certaines méthodes d'étude de figures de


ces espaces se sont transformées en branches autonomes des
mathématiques : topologie, géométrie différentielle et géométrie
algébrique, par exemple. Si l'on veut englober toutes ces acceptions, il est
difficile de définir ce qu'est, aujourd'hui, la géométrie. C'est que l'unité
des diverses branches de la « géométrie contemporaine » réside plus dans
des origines historiques que dans une communauté de méthodes ou
d'objets.

Géométrie d'image

La photogrammétrie analytique est une « technique qui, à partir de


photographies et en utilisant une modélisation mathématique de la géométrie de prise
de vue, donne une représentation tridimensionnelle du phénomène étudié » (d'après
[3]).

Cette définition classique de la photogrammétrie analytique est tout


d'abord l'écho d'une évolution du matériel photogrammétrique. Mais par
extension, un cours de photogrammétrie analytique porte en général
sur l'étude de la modélisation mathématique de la géométrie de
prise de vue par opposition à la photogrammétrie analogique qui
reproduit par des procédés optico-mécanique les conditions de prise de
vue.

De même qu'un cours de topométrie a pour objectif de connaître les


principes théoriques, le fonctionnement et les usages d'instruments de
mesure tels que les tachéomètres, le but d'un cours de photogrammétrie
analytique est d'étudier l'image prise en tant qu'instrument de
mesure géométrique. Cette connaissance est primordiale car la qualité
géométrique des produits de la photogrammétrie (modèles 3D,
orthoimages) en dépend.

Faire cette étude nécessite notamment de définir le lien entre l'espace et


l'image et de répondre à la question : comment un objet est transformé
en une image ? Autrement dit, il faut connaître la fonction qui associe à
un point M de l'espace son image m, c'est la formule d'image,
notée :

Nous verrons que cela implique, entre autres, de déterminer le


« géoréférencement » de la caméra au moment de la prise de vue, c'est-
à-dire, sa position et son orientation. Les différentes méthodes de
géoréférencement d'images sont exposées dans le cours du même nom.

A priori, les images considérées peuvent être de différents types :


photographie aérienne, photographie terrestre, image à balayage (spatial,
aérien), image radar, laser, autres (acoustique, radiographie)... C'est
pourquoi on devrait parler d'iconométrie plutôt que de
photogrammétrie. Dans ce cours, nous traiterons uniquement le cas
des images aériennes et terrestres de perspective conique et
préciserons, lorsque cela s'avérera nécessaire, si notre propos
concerne plus spécifiquement l'un ou l'autre cas. Pour l'étude des
autres types d'images, il faut se reporter aux cours dédiés.
La formule d'image

Lors de la restitution photogrammétrique, la formule d'image est


appliquée en temps réel lors du déplacement du curseur 3D (appelé aussi
ballonnet) :
Rappels sur la perspective conique

Lors de l'étude de la prise de vues photogrammétriques (voir le cours


spécifique), nous avons vu qu'un appareil photographique classique se
modélise en 1ère approximation par la perspective conique (ou
centrale).

Figure 1 - Représentation de la perspective conique, plans positif et négatif

 S est le centre de la perspective, c'est le centre optique de la caméra


nommé aussi sommet de prise de vue en photogrammétrie.

 P est le plan de projection (ou plan du cliché)

 M est un point du terrain, m est l'image de M

 (SM) est le rayon ou faisceau perspectif


 Ecriture vectorielle

Soit le vecteur unitaire


orthogonal au plan P et o un point
de P

La propriété précédente se traduit


vectoriellement :

Où , réel, peut être vu comme Figure 2 - Traduction vectorielle de la


l'échelle (« locale ») de l'image. perspective conique