Vous êtes sur la page 1sur 6

EPFL-DGC Mécanique des Structures et Solides IV semestre d’été 2001 P. Lestuzzi 39.

Ligne d’influence du moment en travée: Poutre sur quatre appuis


EPFL-DGC Mécanique des Structures et Solides IV semestre d’été 2001 P. Lestuzzi 40.

Lignes d’influence: Poutre sur quatre appuis

Ligne d’influence de l’effort tranchant en travée:

Ligne d’influence de la réaction d’appui R1:


EPFL-DGC Mécanique des Structures et Solides IV semestre d’été 2001 P. Lestuzzi 41.

Relation force-déplacement:

Forme matricielle:
ui = Σ φij Pj ou [ u ] = [ φ] [P ]

Poutre simple:

u1 L 2 -1 P1
=
u2 6 EI -1 2 P2

Relation déplacement-force:
-1
[ P ] = [ φ ] [ u ] = [K ] [ u ] ou Pi = Σ Kij uj
EPFL-DGC Mécanique des Structures et Solides IV semestre d’été 2001 P. Lestuzzi 42.

Méthode des déplacements: Echange des inconnues et conditions

Méthode des Forces Méthode des Déplacements

déplacements
Inconnues
xj
forces

cinématique de compatibilité statique d’équilibre


Conditions
ai0 + Σ aij · xj = 0 bi0 + Σ bij · xj = 0

Système isostatique hyperstatique


fondamental
(xj = 0)

déformation en i force (généralisée) en i


b10
Coefficients
a10
ai0 , bi0
due aux causes extérieures due aux causes extérieures
dans le système fondamental dans le système fondamental

déformation en i force (généralisée) en i


b11
a11
Coefficients
”1” ”1”
aij , bij
due à une cause unique et due à une cause unique et
unitaire en j unitaire en j
dans le système fondamental dans le système fondamental

Hypothèses de base: – linéarité matérielle (matériau élastique linéaire)


– linéarité géométrique (petites déformations)
– validité du principe de superposition
EPFL-DGC Mécanique des Structures et Solides IV semestre d’été 2001 P. Lestuzzi 43.

Méthodes des déplacements: Exemple, 1 degré de liberté en rotation

x1

condition d’équilibre: b10 + b11 · x1 = 0

coefficients:
b10 dans le système fondamental avec x1=0

b11 avec x1=1

b10 P·L2
détermination de l’inconnue: x1 = =
b11 32·EI
EPFL-DGC Mécanique des Structures et Solides IV semestre d’été 2001 P. Lestuzzi 44.

Les moments s’obtiennent par superposition: Mtot = M0 + M1 · x1

M0: moments dans le système fondamental avec x1=0

M1: moments dus à une rotation unitaire imposée à l’endroit


où s’exerce l’inconnue, x1=1

Mtot: moments totaux

Toutes les grandeurs s’obtiennent par une telle superposition.