Vous êtes sur la page 1sur 9

BTS ELN

Industriel Mise en service d'un ouvrage 1


Sommaire :
• 1. Définitions
• 2. Préparation
• 3. L'inspection visuelle
• 4. Les mesures spécifiques
• 5. Essais de fonctionnement
• 6. Rédaction du rapport de mise en service

Introduction :
La mise en service permet de vérifier la conformité aux normes des installations
ou des équipements électrique avant leur mise sous tension, elle doit garantir :
• La sécurité Homme / Machine.
• Le bon fonctionnement des installations et des équipements électrique.

1. Définitions :
1.1. Installations électrique :
Une installation électrique comprend l'ensemble des éléments électriques
(canalisations, appareils de commande ou de protection) qui servent à distribuer le
courant électrique jusqu'aux équipements.
Les installations doivent être conformes à la norme NF C 15-100.
1.2. Équipements électrique :
Un équipement électrique est un appareil qui utilise l'énergie électrique
(éclairage, chauffage, machine outil...).
Les équipements doivent être conformes à la norme EN 60204-1.
1.3. Mise en service : (Commissioning)
La mise en service se déroule en 4 étapes à réaliser dans l'ordre indiqué par la fiche
de mise en service :
1. L'inspection visuelle et contrôle de la conformité du matériel.
2. Les mesures spécifiques.
3. Essais de fonctionnement et réglages.
4. Rédaction du compte rendu de mise en service et signature.

2. Préparation :
Avant de commencer la procédure de mise en service l'installation ou l'équipement
doit être mis Hors tension = consignation + VAT.
Il est nécessaire de disposer du Cahier des charges et du dossier technique =
Schémas+ Notices des appareils+implantation.

3. 1ére étape L'inspection visuelle :


L'inspection visuelle permet de s'assurer de la qualité d'exécution, elle permet de
vérifier :

1. Securité : La conformité du matériel aux prescriptions de sécurité.


2. Qualité : Le choix du matériel est correct et installé conformément aux
normes et au dossier technique.
3. L'équipement ou l'installation ne présente aucun dommage visible pouvant
affecter la sécurité des personnes et des biens.

Pour cela il faudra vérifier l'ensemble de ces points :


BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 2
• Armoire en état (étanchéité, porte se fermant à clé, cache bien fixé, présence de
presses étoupes)
• Accessibilité des organes de sécurité.
• Qualité du raccordement et serrage suffisant des conducteurs.
• Repérage des conducteurs et marquage du matériel conforme au schéma.
• Calibre des protections conforme (relais thermique, disjoncteur, porte fusible
et cartouche fusible).
• Réglage des protections conforme aux récepteurs (courant nominal, plaque
signalétique).
• État du matériel en bon état, pas de dégradation visible.
• Fixation du matériel correcte.
• Implantation du matériel dans l’armoire conforme au dossier technique.
• Implantation du pupitre de l’armoire de commande (voyants, BP, …) conforme
au dossier technique.
• La tension de tous les appareils est cohérente au schéma du dossier technique.
• Le matériel est repéré et identifié conforme au schéma électrique.
• La couleur des conducteurs respecte la norme.

: NF C 15-100
Potentiel Couleur
Phase Toutes les couleurs sauf bleu et vert/jaune
Neutre Bleu
Protection Equipotentielle (PE) Vert Jaune

: EN 60204-1
Potentiel Couleur
Puissance (phase 400V ou 230V) Noir
Neutre Bleu clair
Tension provenant de l'extérieur et non coupée par le sectionneur de
Orange
l'armoire
Commande en alternatif (12V, 24V, 115V, 230V ~ etc.) Rouge
Commande en courant continu (12V, 24V ou 48V = etc.) Bleu foncé
Commun en courant continu (0V) Blanc
Protection Equipotentielle (PE) Vert Jaune

• La couleur des voyants et des boutons poussoirs


Norme NF EN 60073 - NF C 20-070
Voyants et poussoirs Sécurité Processus Etat
Rouge Danger Urgence Défaillance
Jaune Attention Anomalie Anomalie
Vert Sécurité Normal Normal
Bleu Action obligatoire
Blanc, gris, noir Indication, information

• Présence des schémas électriques aux normes dans l’armoire.

4. 2éme étape Les mesures spécifiques :


Les mesures réalisées par la suite doivent respecter les règles liées à l'habilitation
électrique.
BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 3

4.1. Mesure de la continuité des liaisons équipotentielles :

Afin d'assurer la sécurité des personnes utilisant l'ouvrage il est nécessaire


d'effectuer la mesure de la continuité des liaisons équipotentielles (PE + DDR =
on évite les dangers liés aux contacts directs et contacts indirects).

Cette mesure permet de contrôler que toutes les parties métalliques de l'ouvrage
sont mises à la terre grâce à un conducteur PE (Vert / Jaune).

Ohmmètre réglé sur le plus petit calibre (Ω).


Il est conseillé d'utiliser un contrôleur d'installation qui doit être alimenté sous une tension à vide de 4V à
24V avec un courant d'essai minimal de 0,2A.

La mesure est effectuée hors tension entre le bornier de terre de l'armoire


(barrette PE) et l'ensemble des points de masses métalliques accessible :
• Coffret, bâtis, porte métallique, etc.
• Masses des récepteurs, etc.

Mise à la terre des appareils

 RMQ : Le commun au secondaire d'une alimentation DC ou transformateur est relié à la Terre (PE).

Liaison équipotentielle

 Le raccordement de la barrette de terre doit être correct et suffisant


BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 4
 La liaison équipotentielle est réalisée avec le bâti et les masses du récepteur
4.2. Mesure de l'absence de court-circuit :
Afin d'assurer la sécurité des biens on se doit de vérifier la qualité de réalisation
du câblage.

Un multimètre en position ohmmètre régler sur le plus grand


calibre (MΩ).

La mesure est effectuée hors tension et l'on doit mesurer la résistance entre
chaque conducteur actif du circuit de puissance et au primaire du
transformateur mais aussi au secondaire du transformateur (enroulements
primaire et secondaire).

Pour le circuit de puissance entre chaque conducteurs actifs les valeur mesurées
doivent être : ou le multimètre doit afficher : .
Pour l'enroulement primaire du transformateur : ≠0≠∞.
Pour l'enroulement secondaire du transformateur : ≠0≠∞.

4.3.Mesure de la résistance d'isolement :


Afin d'assurer la sécurité des personnes et des biens il faut vérifier le bon état
des isolants électriques de l'ouvrage.
Isolant pour les conducteurs, gaine pour les câbles, vernis pour les bobinages.

Avec le temps la qualité des isolements peut se détériorer, des courants de fuites
induisent un défaut d'isolement qui peut provoquer des dégâts plus ou moins
graves (le pire des défauts est le court-circuit).

La mesure se fait à l'aide d'un mégohmmètre ou un contrôleur d'installation:


Cet appareil injecte une tension de 500V => s'équiper des EPI.
Il faut mesurer l'isolement des conducteurs de chaque circuit
par rapport à la terre en l'absence de récepteurs entre les conducteurs.
Plusieurs mesures doivent être effectuées :

 Entre chaque conducteur actif sur le circuit de puissance (appareils de protection


ouverts).
 Entre chaque conducteur actif et le conducteur PE sur le circuit de puissance.
 Entre chaque conducteur actif et le conducteur PE sur le récepteur.
 Entre chaque conducteur actif et le primaire et secondaire du transformateur.

Tension nominale du circuit Tension d'essai Résistance d'isolement


(en V) DC (en V) (en MΩ)
TBTS et TBTP 250 V R ≥ 0,25 MΩ
U ≤ 500 V 500 V R ≥ 0,5 MΩ
U > 500 V 1000 V R ≥ 1,0 MΩ

4.4. Test du dispositif de protection différentiel (DDR) :


BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 5
Contrôle sous tension => déconsignation + EPI.
Assurer correctement la protection des personnes => vérifier le déclenchement
du différentiel (DDR).
La mesure doit mettre en évidence l'intensité de déclenchement du différentiel, le
temps de déclenchement (en ms) et la tension de défaut (en V).
Les dispositifs différentiels en Basse Tension ne déclenche pas réellement à IΔn
mais à partir de : IF représente le courant permettant le déclenchement du
différentiel.

Contrôleur d'installation.

utilisation d'un contrôleur utilisation d'un contrôleur CA6115n


Saturn100+ (LEM) (Chauvin Arnoux)
Le contrôleur permettra de connaître le temps de déclenchement (en ms) et si la
sensibilité de déclenchement (IΔn en mA) du DDR est conforme.
Afin d'éviter le déclenchement non désiré d'un différentiel de sensibilité
inférieure se trouvant en amont on utilisera la méthode Amont-aval.

Il faut relier l'appareil à une phase amont du différentiel à contrôler et placer les
cordons restants (Neutre et Terre) au Neutre en aval du différentiel à tester
(Méthode utilisable seulement en monophasé ou en triphasé avec Neutre).

L'appareil va injecter un courant qui va augmenter sous forme de rampe (plusieurs


pas de 50% à 103% de IΔn, chaque niveau de courant est maintenu constant pendant
200ms).

Le Dispositif Différentiel à courant Résiduel DDR doit déclencher dans un temps


inférieur à celui préconisé par la norme (EN 61008 Interrupteur différentiel et
EN 61009 disjoncteur différentiel) :

DDR Haute Sensibilité IΔn = 30mA


Courant de défaut IF Temps maximal de déclenchement
IΔn / 2 15 mA Pas de déclenchement
IΔn 30 mA 300 ms
2 × IΔn 60 mA 150 ms
5 × IΔn 150 mA 40 ms
Infos : Les temps maximums de coupure sont définis de manière à garantir
l'absence de blessure en cas de contact direct avec un conducteur sous
tension.

Le Dispositif Différentiel à courant Résiduel DDR doit déclencher pour un


courant compris entre 50% et 100% de sa sensibilité IΔn.

2éme Methode
Pour vérifier les déclenchements des disjoncteurs différentiels ( DDR ), on doit réaliser
l’un ou l’autre des schémas ci-dessous.
BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 6
Une résistance variable R est montée entre une phase et la terre et on mesure les
courants à l'ampèremètre ou un autre principe peut être utilisé où l’on place la
résistance R entre une phase à l’aval du différentiel et une autre phase à l’amont

En règle générale on utilise un contrôleur de différentiel avec valeur de déclenchement


et temps de réponse ( < 40ms pour un différentiel instantané) ou le contrôleur
d’installation.

4.5. Mesure de la résistance de la prise de terre :


On utilise un mesureur de terre ou un contrôleur d’installation composé d'un
générateur G statique qui est alimenté par piles et fournit le courant de mesure I.

5. 3éme étape Essais de fonctionnement :


Les essais de fonctionnement sont réalisé sous tension et nécessite au minimum une
habilitation B1V (exécutant électricien) et l'utilisation des EPI (voisinage de
tension).

5.1. Contrôle de l'ordre des phases :


Pour les alimentations triphasées, l'ordre des phases doit être contrôlé car les
moteurs doivent tourner dans un certain sens au risque de détruire le matériel si le
sens n'est pas correct.

Contrôleur d'installation.
BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 7

La mesure doit être réalisée avec l'alimentation sous tension mais le récepteur
non alimenté (ex : contacteur ouvert) en cas d'erreur d'inversion de phase pour ne
pas détériorer le matériel.

Les phases doivent être dans le bon ordre (sens horaire ou sens anti horaire).

5.2. Vérification à vide :


Cet essai consiste à mettre progressivement l'équipement sous tension en fermant
les protections une par une dans l'ordre suivant :

• 1ère étape : Alimentation.


•2ème étape : Circuit de Commande.
•3ème étape : Circuit de Puissance.

Voltmètre placé sur le calibre adapté (VAC ou VDC).

Il faut mesurer sur chaque départ la tension et s'assurer que la valeur est
conforme.
Lorsque l'équipement est entièrement sous tension, il faut vérifier le bon
fonctionnement à vide du ou des récepteur(s).

• Le fonctionnement des récepteurs doit être correct.


• Les valeurs mesurées doivent être conforme à celle attendue (voir exemple ci-
dessous) :
Entre deux phases sur le circuit de puissance (Triphasé) : .
Entre Phase et Neutre sur le circuit de puissance (mono ou Triphasé) :
Entre 24V et le 0V ou PE au secondaire d'un transformateur : .
Entre le potentiel + et le - au secondaire d'une alimentation DC : .

5.3. Vérification en charge :


Cette vérification permet de contrôler :

• Les tensions aux bornes des récepteurs en charge.


• Les intensités absorbées.

Pince multifonctions

• Les valeurs mesurées pour le courant doivent correspondre aux courants


nominaux indiqués sur la plaque signalétique du récepteur.
A partir des mesures du courant il faut :
- Vérifier le réglage de la protection thermique :
entre 105% et 120% de IN (105% × IN ≤ IR ≤ 120% × IN).
- Vérifier le réglage Ith (Intensité thermique) du variateur de vitesse.
BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 8
• Les mesures de tensions doivent correspondre aux valeurs mesurées à vide, si
la valeur diffère trop il se peut qu'il y ait une chute de tension trop importante au
regard de la norme.
Chute de tension autorisée (ΔU en %)
Eclairage Autres usages
Alimentation directe par réseau public BT 3% 5%
Alimentation par poste HT/BT 6% 8%

A partir des mesures de tension il faut :


- Vérifier le réglage ULn (Tension réseau) du variateur de vitesse.
- Vérifier le réglage rFr (Fréquence de sortie) du variateur de vitesse.

6. 4éme étape Rédaction du rapport de mise en service :


Le rapport de mise en service permet de garder une trace des résultats des
contrôles.
Il regroupe toutes les étapes et met en évidence les points de conformité ou de
non-conformité.
La rédaction du rapport doit être faite dans un langage technique clair, précis et
correctement orthographié.
A la fin du compte rendu il faut dater et signer le document.
BTS ELN
Industriel Mise en service d'un ouvrage 9