Vous êtes sur la page 1sur 24

DUT

GENIE THERMIQUE ET ENERGIE


GTE

MINI
Mini projet :
Etude expérimentale d’un échangeur de
chaleur à tube concentrique

Réalisée par : Encadré par :

EDDAHANI chaimae Mr AGOUNOUN

Année universitaire : 2018/ 2019


PLAN :
Introduction
I. Présentation générale des échangeurs
Définition
Fonctionnement
Application
Différents classements
Circulation des fluides

II. Description des


Table modulaire
Description de l’échangeur tubulaire concentrique TD360a
Système VDAS

III. Calcul thermique d’un échangeur de chaleur


Notation
Équations utilisées et théorie :

IV. Expériences
Procédure
Résultats
Conclusion

2|P a ge
Introduction :
Sans conteste l’échangeur de chaleur (ou échangeur thermique) occupe une place
primordiale et indispensable dans tous les systèmes thermiques, qu’il soit pour un usage industriel
(chimie, pétrochimie, sidérurgie, agroalimentaire –IAA-, production d’énergie), pour
l’automobile, l’aéronautique ou le bâtiment résidentiel ou tertiaire. De manière générale, on
s’accorde à dire que plus de 90% de l’énergie thermique utilisée dans les procédés industriels
transite au moins une fois par un échangeur de chaleur.

C'est pourquoi il faut que les ingénieurs qui étudient la thermodynamique et le transfert de
chaleur doivent savoir comment fonctionnent les différents échangeurs de chaleur. Ils peuvent
utiliser cette information pour décider de l'échangeur de chaleur correct pour leurs propres
conceptions.

Objectif :
Ce travail est pour objectif de l’exploitation d’un échangeur de chaleur à tube concentrique
TD 360a, pour comprendre son fonctionnement, réaliser des tests avec cet échangeur, effectuer
une comparaison avec les résultats des tests.

Pour atteindre cet objectif nous avons introduit le travail par une exposition des domaines
d’application de ce type d’échangeur, un aperçu sur les échangeurs de chaleurs industriels eau-
eau.

Ensuite nous avons présenté une classification des échangeurs de chaleur selon quelques
critères fixés.

Puis nous avons exposé une description de l’échangeur TD360 a ainsi que la liste des
expériences à réaliser. Les résultats obtenus pour différents tests et différents montages, ainsi
qu’une discussion.

Ce travail nous a permis de comprendre le fonctionnement de ce type d’échangeur qui


représente plusieurs échangeurs utilisés dans l’industrie et cela par le calcul du coefficient de

3|P a ge
transfert de chaleur, de l’efficacité et de la différence de températures moyenne logarithmique
pour les deux modes de fonctionnement, aussi pour différentes valeurs de débits.

I .Présentation générale des échangeurs

Définition :
Un échangeur de chaleur est un dispositif permettant de transférer de l'énergie
thermique d'un fluide vers un autre sans les mélanger. Le flux thermique traverse la surface
d'échange qui sépare les fluides.

L'intérêt du dispositif réside dans la séparation des deux circuits et dans l'absence d'autres
échanges que la chaleur, gardant à chaque fluide ses caractéristiques physico-chimiques
inchangées (pression, concentration en éléments chimiques...) hormis bien sûr leur température
et/ou leur état.

Un échangeur se caractérise par les fluides en présence, le but recherché et la puissance à


mettre en œuvre ; ces critères déterminent sa forme et ses dimensions optimales.

Fonctionnement d'un échangeur thermique :


Un échangeur thermique ne mélange pas les deux fluides, il permet simplement le transfert de
chaleur entre les deux. Pour cela, les deux fluides sont séparés par une paroi très conductrice
(cuivre, aluminium, inox, acier). L'écart de température entre les deux fluides permettra le
transfert de chaleur, la chaleur allant toujours du plus chaud vers le plus froid. De ce fait, au
niveau de l'échangeur, le premier fluide entre chaud et ressort refroidi, tandis que le second fluide
entre froid et ressort plus chaud.

Au sein d’un échangeur de chaleur on peut trouver les modes d’échange suivants:

Conduction : c’est la propagation de la chaleur dans la matière, sans transfert de masse. À travers
les solides, la conduction assure un bon transfert de chaleur.

Convection : ce mode de transfert de chaleur apparaît entre deux phases dont l'une au moins est
mobile, en présence d'une différence de température. Le mouvement des phases peut être
provoqué par des différences de densité dans le fluide, le transfert de chaleur est dit de convection
naturelle ou libre. Le mouvement peut être provoqué par une dégradation d'énergie mécanique, le
transfert de chaleur est dit de convection forcée. Cette dernière est essentielle pour ces appareils
(échangeurs).

4|P a ge
Rayonnement : c’est l’émission d’énergie par les surfaces des corps sous forme de radiation. Elle
correspond à un échange de chaleur par l'intermédiaires d'une onde de nature électromagnétique et
qui ne nécessite aucun support matériel (cas du vide, certains gaz plus ou moins transparent et de
certains solide).

Donc, le transfert de chaleur qui a lieu au sein d’un échangeur fait intervenir le mode convectif
dans chacun des deux fluides et le mode conductif à travers la paroi qui les séparent.
Généralement, le rayonnement est faible et sera négligé.

Applications :
Les échangeurs thermiques peuvent assurer plusieurs fonctions :

 Préchauffeur ou refroidir d’un liquide ou d’un gaz


 ils peuvent servir à refroidir un fluide chaud dans le but d'éviter des dommages dus à
une température trop élevée ; c'est le cas typique du radiateur automobile
 ils peuvent encore transférer de l'énergie depuis un milieu qu'on veut garder confiné
vers un système plus accessible comme dans une centrale nucléaire
 Ils peuvent servir à recycler la chaleur avant son rejet dans le milieu naturel, comme
le fait un récupérateur sur air vicié dans une installation de ventilation à double flux
 les échangeurs de chaleur sont indispensables au fonctionnement d'une machine
frigorifique, qu'il s'agisse d'un frigo, d'un climatiseur ou d'une pompe à chaleur

Différents classements :

Il existe différents classements des échangeurs de chaleur suivant le critère utilisé. Le classement
peut être envisagé en fonction :

 de la nature des deux fluides ;


 du mode de circulation des fluides ;
 du mode de transfert de chaleur ;
 du contact direct ou non entre les deux fluides ;
 du mode de construction ;
 l'application concernée.

Circulation des fluides :


Au sein de l’appareil, la circulation des fluides peut être organisée de plusieurs façons :

5|P a ge
 à co-courant ou courants parallèles (anti-méthodique) : les fluides parcourent la surface
d’échange dans le même sens.

 à contre-courant ou à courants opposés (méthodique) : l’écart de température reste alors


important sur toute la surface d’échange.

 à courants croisés : ce fonctionnement est considéré comme étant intermédiaire aux modes
co-courants et contre-courants.

REMARQUE : Le mode de circulation influe également sur la qualité et l’efficacité du


transfert. Un échangeur à co-courants signifie que l’entrée des deux fluides (chaud et froid) se
situe du même coté de l’échangeur. La configuration dite méthodique est celle ou les fluides
circulent à contre-courants. On l’appelle méthodique car c’est cette configuration qui permet
d’obtenir les meilleures performances d’échangeurs. En effet, pour une circulation à co-courant
des fluides, la température de sortie du fluide chaud ne pourra pas être plus basse que la
température de sortie du fluide froid tandis qu’à contre courant, il est possible d’abaisser la
température du fluide chaud à une valeur qui tendra vers la température d’entrée du fluide froid.
Des représentations graphiques illustreront plus loin ces distinctions.

6|P a ge
II. Description des matériels :

Table modulaire :

La partie principale est le module de service TD360 (figure1). C'est un cadre compact avec
deux circuits d'eau (chaud et froid) et des instruments pour mesurer et afficher le débit et la
température de l’eau, permettant d'accueillir plusieurs types d’échangeurs de chaleur. Ce module
assure une alimentation stable du débit et de la température d’eau chaude et d’eau froide à
l'échangeur. Les circuits d'eau froide et d'eau chaude ont des connecteurs.

Figure 1: Table modulaire TD360


7|P a ge
Différents composants du module : (Figure 2et 3)

 Réservoir d'eau de capacité 7.5 litres comportant un indicateur de niveau d'eau avec une
résistance électrique contrôlée Par un régulateur PID (1);
 Une pompe avec un débit de 4,5 l/min à 1 bar (2) ;
 Une vanne électrique ouvrira l'alimentation en eau du réservoir (3) ;
 Lampes témoin de l'état du réservoir : plein, à moitié plein, vide (4) ;
 Le circuit d'eau froide possèdera un régulateur de débit (5) ;
 Quatre connecteurs pour thermocouple de type K avec un afficheur numérique
 (6) ;
 Des thermocouples au niveau des connecteurs rapides pour le retour ou la sortie de chaque
fluide (7);
 Deux afficheurs numériques multi lignes afficheront les valeurs des températures et des
débits pour chacun des fluides(8) ;

Figure 2. Réservoir, pompe et vanne électrique

8|P a ge
Figure 3 composants de module suite

Chaque échangeur possèdera une plaque support pour le fixer sur la base du banc à l'aide de
quatre écrous moletés avec schéma synoptique montrant le détail des raccordements à effectuer.

Figure 4 Plaque support

Remarque : Ce module est accompagné des échangeurs de chaleur en option TD360a,


TD360b, TD360c et TD360d. Chaque échangeur de chaleur se place à l'avant du module de
service et se connecte à ses circuits d'eau et de mesure de température.

9|P a ge
Système VDAS :

Pour enregistrer automatiquement les résultats des expériences, gagner du temps et réduire
les erreurs de mesures, le module de service fonctionne avec le système VDAS (Versatile Data
Acquisition System) de TecQuipment, il est constitué de deux parties (matériel et logiciel).

Description de l’échangeur TD360a :

L’échangeur TD360a fait partie de la série d’appareils permettant d’effectuer des essais. Cet
appareil d’essai s’avère parfait pour étudier le fonctionnement et le comportement en
fonctionnement d’un échangeur de chaleur à tube concentrique.
TD360a est un échangeur à base d’un tube et d’une calandre, il constituer de deux tubes, l’un
à l’intérieur de l’autre , le tube extérieur constitue la calandre, dans le tube intérieur circule le
fluide chaud en provenance du module de service, et dans l’autre tube circule le fluide froid, la
chaleur se transférée entre les deux tubes , vous pouvez raccorder les circuit d’eau pour réaliser
des expériences en mode contre-courant ou co-courant.
Cet échangeur de chaleur constitué de deux parties égales avec des thermocouples
supplémentaires placés ou milieu, cela permet d’aider l’étudiant à mieux comprendre comment la
température change le long de la surface d’échange.

Figure 5 : Echangeur tubulaire concentrique TD360a

III. Calcul thermique d’un échangeur de chaleur

Notation

10 | P a g e
11 | P a g e
Équations utilisées et théorie :
 Température moyenne :

Il faut déterminer la température moyenne pour les deux circuit - chaud et froid - pour des
équations de transfert de chaleur et les calculs de capacité calorifique et de densité d’eau .C’est la
valeur calculée de la température en un point situé au milieu des point d’entrée et de sorties des
circuits.

Pour trouver la température moyenne de circuit froid :

Pour trouver la température moyenne de circuit chaude :

 La chaleur spécifique
La chaleur massique ou chaleur spécifique, est une grandeur qui reflète la capacité d'un matériau à
accumuler de l'énergie sous forme thermique, pour une masse donnée, quand sa température
augmente de 1 degré (k ou c).
C’est un produit de la masse d’un matériau(m) et sa capacité calorifique spécifique(c) :
C=m×c

 La chaleur spécifique à pression constante (Cp) :


Le rapport de la variation de chaleur sur la variation de température :
∆𝑄
𝑐=
∆𝑇
𝑄
𝐶𝑝 =
∆𝑇
Pour déterminer la chaleur spécifique pour la température moyenne il faut utiliser la figure 6,
l’équation suivant :

𝐶𝑝(𝑇°𝐶 ) 𝑇 + 100 5.26


= 0.996185 + 0.0002874 ( ) + 0.011160 ∗ 10−100.36𝑇
𝐶𝑝(15°𝐶 ) 100

12 | P a g e
Figure 6 La chaleur spécifique à pression constante de l’eau

la densité ρ :

Quand la température de l'eau est élevée, d'une part l'agitation thermique tend à éloigner les
molécules les unes des autres, et d'autre part les liaisons hydrogène entre les molécules se rompent
en permanence pour établir de nouvelles liaisons avec d'autres molécules (ce sont les sauts
moléculaires). La densité a tendance à diminuer quand la température augmente.

Lorsque la température descend au-dessous de 4°C, ce mouvement incessant diminue suffisamment


pour que les liaisons hydrogène créent dans l'eau liquide des structures qui, comme dans la glace,
laissent un espace vide entre les molécules. La densité a alors tendance à diminuer quand la
température baisse.

Pour déterminer la densité de l’eau pour la température moyenne il faut utiliser la figure 7,
l’équation suivant :

999.839 + 16.952 ∗ 𝑇 − 7.99 ∗ 10−3 ∗ 𝑇2 − 46.241 ∗ 10−9 ∗ 𝑇4 − 281.03 ∗ 10−12 ∗ 𝑇5


𝛒=
1 + 16.887 ∗ 10−3 ∗ 𝑡

13 | P a g e
Figure 7 la densité de d’eau en fonction de la température

 Transfert de chaleur, bilan énergétique et rendements :

Dans les échangeurs de chaleur la transmission de chaleur s’effectue d’un milieu plus
chaud à un milieu plus froid.
Quel que soit le type de l’appareil utilisé il est possible d’établir le bilan thermique
global en écrivant que la quantité de chaleur Q perdu par le fluide chaud est égale à celle
récupérée par le fluide froid, si l’on néglige les pertes thermiques :

𝐐 = 𝐦 × 𝐜𝐩 × 𝚫𝐓
𝐐 = 𝐐𝐞 = 𝐐𝐚 = 𝐦𝐜 × 𝐜𝐩𝐜 × 𝚫𝐓𝐜 = 𝐦𝐟 × 𝐜𝐩𝐟 × 𝚫𝐓𝐟
𝐐 = 𝐐𝐞 = 𝐐𝐚 = 𝐕𝐜 × 𝛒𝐜 × 𝐜𝐩𝐜 × 𝚫𝐓𝐜 = 𝐕𝐟 × 𝛒𝐟 × 𝐜𝐩𝐟 × 𝚫𝐓𝐟

Par ailleurs on peut appliquer l’équation de Fourier

Q = U S ΔTLM

Q : quantité de chaleur transmise par unité de temps en kcal /h ;
U : coefficient global de transfert de chaleur en kcal /h. m2. °C ;
S : surface totale d’échange de l’appareil en m2 ;
ΔTLM : différence de température logarithmique moyenne en °C.

*Le coefficient de transfert U dépend de plusieurs facteurs : nature du fluide, sa vitesse


d’écoulement, composition chimique du matériau et dimension du tube, taux d’encrassement de
la paroi qui sépare les deux fluides…etc.
Pour le calculer il faut utiliser l’équation suivant :

14 | P a g e
𝑄
𝑈=
𝐴 ∗ 𝐿𝑀𝐷𝑇

*Différence de température moyenne logarithmique (LMTD) :


Les échangeurs parfaits sont définis comme des surfaces au contact desquelles les fluides à
réchauffer ou refroidir cheminent parallèlement. Leur cheminement peut être:
-à co-courant (dans la même direction)
- à contre-courant (dans des directions opposées)
Le profil de température n'étant pas linéaire, on emploie habituellement une moyenne
logarithmique de la différence de température entre les circuits chauds et froids à chaque extrémité
de l’échangeur de chaleur, nommée: LMDT

𝐿𝑀𝐷𝑇 = [(𝑇𝑓2 − 𝑇𝑐2 )– (𝑇𝑓1 − 𝑇𝑐1)]/𝑙𝑛(𝑇𝑓2 − 𝑇𝑐2)/(𝑇𝑓1 − 𝑇𝑐1))

Le coefficient d’équilibre énergétique (CEB) :


𝐐𝐚
𝐂𝐄𝐁 =
𝐐𝐞
Le rendement :

On définit l’efficacité d’un échangeur comme le rapport du flux de chaleur effectivement transféré
dans l’échangeur au flux de chaleur maximal qui serait transféré dans les mêmes conditions de
températures d’entrée des deux fluides dans un échangeur tubulaire de longueur infinie
fonctionnant à contre-courant :

𝑄
ɳ=
𝑄𝑚𝑎𝑥

Cas où le fluide chaud commande le transfert : qcc˂ qcf

On définit alors une efficacité de refroidissement :


𝑇𝑐1 − 𝑇𝑐2
ɳ𝑟 =
𝑇𝑐1 − 𝑇𝑓2

Cas où le fluide froid commande le transfert : qcf˂qcc

On définit alors une efficacité de chauffage

𝑇𝑓2 − 𝑇𝑓1
ɳ𝑐 =
𝑇𝑐2 − 𝑇𝑓1

15 | P a g e
16 | P a g e
Expérience :
 Procédure :
Dans un premier temps il faut raccorder et monter l’échangeur à co-courant et régler
la température du réservoir de chauffage à 60°C.

Raccordement de l’échangeur de chaleur Raccordement du module de service


Th1 entrée eau chaude Th1 et alimentation en eau chaude
Th2 sortie eau chaude Th2 et retour eau chaude
Th3 (uniquement sur le module TD360a) Th3
Tc1 entrée eau froide (permutez avec Tc2 en Tc1et alimentation en eau froide
écoulement à contre-courant)
Tc3 sortie eau froide (permutez avec Tc1 en Tc2 et retour eau froide
écoulement à contre-courant)
Tc3 (uniquement sur le module TD360a) Tc3
Tableau de raccordement des échangeurs de chaleur

Puis créez un tableau de résultats et si vous avez un système VDAS, sélectionnez


l’échangeur à étudier, le logiciel créera pour automatiquement pour vous un tableau
lorsque vous commencer à prendre des valeurs.

Pour vérifier la température locale de l’air ambiante pour référence utilisez un


thermomètre de précision.

Pour le premier essai, utiliser des vannes manuelles de commende de débit pour régler
les débits d’eau chaude et froide. Attendez au moins cinq minutes pour les
températures dans l’échangeur de chaleur se stabilise.

Puis relevez les températures des circuits d’eau chaude et d’eau froide.

Répétez la procédure pour différents débits. Et pour le mode à contre-courant

 Tableau de résultats (co-courant)


17 | P a g e
18 | P a g e
1800
1600
1400
1200
1000
mf
800
U
600
400
200
0
1 2 3 4

Figure : variation de U en fonction du Débit

ɳ
25

20

15

ɳ
10

0
1 2 3 4

Figure 3.24 variation de ɳ en fonction du Débit

LMDT
39
38
37
36
35
LMDT
34
33
32
31
1 2 3 4

Figure : variation de LMDT en fonction du Débit

19 | P a g e
 Tableau de résultats (contre-courant)

20 | P a g e
ɳ
30
25
20
15
ɳ
10
5
0
1 2 3 4

Figure : variation de ɳ en fonction du Débit

LMDT
39

38

37

36
LMDT
35

34

33
1 2 3 4

Figure : variation de LMDT en fonction du Débit

U
1600
1400
1200
1000
800
U
600
400
200
0
1 2 3 4
Figure : variation de U en fonction du Débit

21 | P a g e
Interprétations :

 Lorsque la valeur du débit froid (mf) diminue, le coefficient de transfert de chaleur


diminue
 lorsque la valeur du débit froid (mf) diminue l'efficacité moyenne ɳ de la température
diminue
 lorsque la valeur du débit froid (mf) diminue la différence de température moyenne
logarithmique de la température diminue

30

25

20

15 ɳ contre_courant
ɳ co-courant
10

0
1 2 3 4

Figure : variation de ɳ en fonction du Débit

 lorsque la valeur du débit froid (mf) diminue l'efficacité moyenne ɳ de la température


diminue de 0.13% a 0.21% pour le mode à co-courant et de 0.15% à 0.28% pour le
mode à contre-courant.
 Les valeurs de l'efficacité moyenne de la température en le mode à contre-courant
supérieures à celles de l'efficacité moyenne de la température en le mode à co-courant.

22 | P a g e
Conclusion :
L’étude des échangeurs est complexe, on doit connaitre exactement, sa géométrie
(surface d'échange et section de passage des fluides).Ses caractéristiques thermo
physiques, les vitesses d'écoulement des fluides, les températures d'entrées des fluides,
etc.
Le domaine des échangeurs de chaleurs peut être considéré comme une synthèse
des domaines suivants: transferts thermiques, mécanique des fluides, corrosion,
encrassement

23 | P a g e
Références

https://fr.wikipedia.org/wiki/Échangeur_de_chaleur

https://www.encyclopedie-energie.org/les-echangeurs-de-chaleur/

https://www.encyclopedie-energie.org/les-echangeurs-de-chaleur/

https://www.techniques-ingenieur.

Google image

https://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/energies-th4/echangeurs-de-chaleur-
42376210/echangeurs-de-chaleur-be9516/echangeurs-tubulaires-be9516niv10002.html

24 | P a g e