Vous êtes sur la page 1sur 47

Extrait du Préambule du règlement de visite des musées de la Ville de Paris :

Le personnel du musée a pour mission d’accueillir, de renseigner, de veiller au bon


déroulement de la visite et des manifestations ainsi qu’à la sécurité des personnes, des biens
et des bâtiments. Il est chargé de faire respecter le présent règlement sous l’autorité du chef
d’établissement. Rappel du règlement Article 41

« La mission des agents de surveillance et d’accueil


est celle d’un hôte qui reçoit des amis. »
Sommaire
Chapitre 1 .............................................................................. p 3
C comme mon Cadre de travail
M comme Mam-vp........................................................................................... p 3
M comme Musée de la ville de Paris.................................................................. p 4
S comme Service d’accueil et de surveillance du MAM........................................ p 8
R comme Règles de travail................................................................................ p 9
T comme Temps de travail............................................................................... p 10
P comme Planning.......................................................................................... p 13
N comme Nécessité de service......................................................................... p 14
E comme grille d’Evaluation..............................................................................p 14
V comme Vestiaire...........................................................................................p 15
O comme Outils de travail................................................................................p 15
N comme Numéros utiles : 01 53 67 …............................................................p 15
P comme Plan des salles...................................................................................p 15

Chapitre 2 ........................................................................... p 19
M comme mes Missions
F comme Faciliter le confort du visiteur.......................................... p 19
E comme Empêcher la dégradation des œuvres....................... p 20
A comme Assurer la sécurité du public ............................. p 21

11
Chapitre 3 ............................................................................ p 25
E comme mon Environnement
A comme Accessibilité au public en situation de handicap ................................. p 25
et aux personnes à mobilité réduite
A comme Activité et aide à la visite................................................................... p 25
B comme accueil Bilingue................................................................................. p 28
H comme Heures d’ouverture au public ............................................................. p 29
E comme musées et services des Environs........................................................... p 29
H comme 7 dates clés de l’Histoire du musée..................................................... p 31
O comme 4 Oeuvres monumentales.................................................................. p 31
P comme 3 axes de Programmation.................................................................. p 36
T comme Tarifs................................................................................................ p 36
V comme Venir au musée................................................................................. p 36

Table des fiches techniques

Le plan et la numérotation des salles............................................................ p 16-17


L’extincteur...................................................................................................... p 23
L’évacuation................................................................................................. p 24
L’aide à la visite des collections........................................................... p 26-27
Le plan des environs.......................................................................... p 30
Delaunay.................................................................................... p 32
Matisse................................................................................. p 33
Dufy................................................................................ p 34
Boltanski.................................................................... p 35

Annexes
Le règlement de visite du musée............p 37

22
Chapitre 1
C comme mon Cadre de Travail

M comme MAM-VP

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris a été inauguré en 1961, dans l’aile Est du Palais de
Tokyo, édifié par les architectes Dondel, Aubert, Viard et Dastugue à l’occasion de l’Exposition
Internationale de 1937.

Dès ses origines, les donateurs, collectionneurs ou artistes ont constitués une source essentielle à
l’enrichissement du musée.
Ainsi, c’est au legs exceptionnel du docteur Maurice Girardin (plus de cinq cents oeuvres) que l’on doit les
points forts de l’actuelle collection avec un noyau de peintures fauves, un ensemble important d’oeuvres de
l’Ecole de Paris.

En 1954, l’Electricité de France a fait don de la grande décoration de Raoul Dufy la Fée Electricité.

Les donations Amos (1955) puis Henry-Thomas (1976, 1984, 1986) ont ensuite contribué de façon décisive à
donner au musée son identité.
Le musée a également bénéficié des dons de nombreux artistes.
Par ailleurs, la Ville de Paris avait acquis dès 1937 des oeuvres majeures telles que La Danse de
Matisse.

A partir d’une collection constituée autour de points forts (Bonnard, les arts
+ Pour
décoratifs de l’entre deux-guerres, Delaunay, Dufy, Fautrier, Rouault, Etienne en savoir plus:
Martin...), le Musée d’Art Moderne s’est enrichi de certains ensembles,
illustrant des mouvements contemporains (Nouveau Réalisme, Arte voir la fiche technique :
Povera, Supports/Surfaces, Figuration Narrative, peinture L’aide à la visite des
collections:........................p 26-27
allemande, jeune scène française...), en constituant des
ensembles représentatifs de grandes figures de l’art voir les chapitres suivants :
contemporain et en soutenant la jeune création. > H comme 7 dates clés de l’Histoire
du musée:...................................................p 31

> O comme 4 Oeuvres


monumentales:...................................p 31

> P comme 3 axes de
Programmation:............p 36

33
C comme mon Cadre de travail

M comme Musée de la Ville de Paris :

Extrait du Préambule du règlement de visite des musées de la Ville de Paris :


Les musées de la Ville de Paris assurent une mission de service public qui consiste à conserver, exposer et
enrichir par des acquisitions un patrimoine rare et précieux appartenant à la collectivité. Ils permettent à
chacun d’accéder à la connaissance de ce patrimoine et au plaisir de sa découverte.

Les musées de la Ville sont placés directement sous l’autorité et le contrôle de la Ville de Paris selon une
organisation distincte de celle de l’État, mais inspirée par les mêmes principes

Art. 1er - (Abrogé par Ordonnance 2004-178 du 20 Février 2004, art. 7 23°, JORF 24 février 2004)
L’appellation «musée de France» peut être accordée aux musées appartenant à l’Etat, à une autre personne morale
de droit public ou à une personne morale de droit privé à but non lucratif.
Est considérée comme musée, au sens de la présente loi, toute collection permanente composée de biens
dont la conservation et la présentation revêtent un intérêt public et organisée en vue de la
connaissance, de l’éducation et du plaisir du public.

Art. 2 - (Abrogé par Ordonnance 2004-178 du 20 Février 2004, art. 723°,


JORF 24 février 2004)
Les musées de France ont pour missions permanentes de :
a) Conserver, restaurer, étudier et enrichir leurs collections ;
b) Rendre leurs collections accessibles au public le plus large ;
c) Concevoir et mettre en œuvre des actions d’éducation
et de diffusion visant à assurer l’égal accès de
tous à la culture ;
d) Contribuer aux progrès de la
connaissance et de la recherche
ainsi qu’à leur diffusion.

44
C comme mon Cadre de travail

Afin d’assurer ces missions


permanentes,
le musée s’est organisé en
différents services et pôles

5
DIRECTION
Fabrice Hergott, directeur
Hélène Doignies, assistante

SECRETARIAT GENERAL SERVICE


ÉDUCATIF ET CULTUREL
Lucie Marinier, secrétaire générale
Marie-Sarah Villeroy de Galhau, assistante Anaël Pigeat, Rrsponsable
Pauline Ferre, assistante,
connaissance et dév des publics
Réservation
Robert Riano
Chargés d’action éducative
Marie-Josephe Berengier
Isabelle Martinez
Laurence Le Goistre
Intervenants culturels
Jean-Paul Deroche
Martine Deschildre
Max Kronovsek
Bénédicte Ledru
Dinah Nutttal
Susane Power
Stéphanie Touffet
Émilie Verger
Professeurs-relais
Anne Charbonneau
Catherine Soubise

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ADJOINT SECRETARIAT GENERAL ADJOINT TECHNIQUE


AFFAIRES GENERALES BATIMENT-SECURITE-ACCUEIL

Catherine Alassimone, secrétaire générale adjointe Michel Morin, secrétaire général adjoint
Béatrice Edquist, Budget, suivi des commandes Marc Bouyer : secrétaria
Bich Le Menelec, RH-formation
Audrey Dejter, événements, locations d’espaces,
partenariats
Josia Fabignon, suivi informatique et téléphonie
Marc Bouyer : secrétariat

PÔLE PÔLE BATIMENT-EXPOSITIONS


SÉCURITÉ/SURVEILLANCE/ACCUEIL responsable du suivi du bâtiment,
Michel Lounes: responsable du pôle et des équipes techniques,
Alice Le Gall : responsable adjoint, suivi technique des expositions N
suivi de l’accueil du public Catherine Loïzzo, adjointe au responsable
en charge de la maintenance du bâtiment
Agents Chefs Carmen Sokolenko, adjointe au responsable
Sandrine Le Coq en charge de la production des expositions
Vibichanaraw Guiry Eric Jumel, Suivi bâtiment/maintenance/signalétique
Julia Manchaud-Benjamin
Mireille Lordelot Pôle technique
Jacqueline Severin Équipe ouvriers professionnels
M. Cantacuzene Christian Anglionin, coordination des OP
Marc Courrony
PC de sécurité Thomas François
Responsable : Tony Patay Christophe Pancrassin
Intérim SSIAP 2
Électriciens
Équipe de surveillance et d’accueil Moustapha Diop, électricien
Standard et reprographie Jean-Marie Prévost, électricien
Emma Nagou Carlos Martinez, électricien
Manola Lefevre
Peintres
Ramatoulaye Kouyate
Eric Jumel, peintre
Sous régie Alfred Visvanadane, peintre
N’Guyen Van Su Régie des réserves
M. Voyron Carmelo Garcia-Davies
Service audio visuel
Jean Marie Albet
Patrick Broguières (remplaçant : Jacques Clayeux)
Philippe Sasot
6
DIRECTION
Fabrice Hergott, directeur
Hélène Doignies, assistante

CONSERVATION COMMUNICATION

Marie-Sophie Carron de la Carrière, conservateur en chef, Ombline d’Avezac, responsable


responsable des acquisitions Jacqueline Marques, assistante
Dominique Gagneux, conservateur en chef, pôle prospective,
responsable des restaurations Peggy Delahalle, attachée de presse
Sophie Krebs, conservateur en chef, pôle collections Maud Ohana, attachée de presse
Jacqueline Munck, conservateur en chef, pôle expositions Sophie Charpentier, apprentie
Laurence Bardury, conservateur, suivi des archives expos Fanny-Alma Serée, fichiers, site internet, réseaux sociaux
Choghokate Kazarian, conservateur, suivi du recollement,
signalétique
Sébastien Gokalp, conservateur, pôle documentaire, nouvelles technologies
François Michaud, conservateur, suivi du bâtiment, collections vidéo

Odile Burluraux, chargée d’études documentaires


Jessica Castex, chargée d’études documentaires
Emmanuelle de l’Ecotais, chargée d’études documentaires, fonds photo

Marianne Sarkari, secrétaire de documentation


Bernadette Pordoy, secrétaire de documentation
Nadia Chalbi, secrétaire de documentation

ARC
Angeline Scherf , conservateur en chef, pôle ARC
Julia Garimorth, conservateur, collections contemporaines
Anne Dressen, chargée de projet
Véronique Bérard Rousseau, secrétaire de documentation
Sylvie Moreau, secrétaire de documentation

Coordination éditoriale
Anne Montfort , chargée d’études documentaires, responsable éditoriale
N, contrat aidé

Secrétariat
Colette Bargas, secrétaire
Sylvie Fallope, secrétaire

Documentation
Florence Pustienne, bibliothécaire, pôle documentaire

Suivi base des collections


Claude Wolf, chargée d’études documentaires, suivi de g coll
et des dossiers de numérisation
Véronique Rustici

REGIE DES OEUVRES


Régie des expositions et des collections
Jean-Christophe Paolini, régisseur en chef
Christian Hubert, régisseur
N Régisseur
Mathilde Tilly

7
C comme mon Cadre de travail

S comme Service d’accueil et de surveillance du MAM

Mission :
Le service d’accueil et de surveillance doit assurer l’ouverture des salles et l’exploitation du musée en toute
sécurité pour les visiteurs et pour les oeuvres.

Organisation :
- Le service est constitué d’un chef de service, M. Lounes, d’une adjointe au chef de service, Mme Le Gall,
d’une équipe encadrante de 6 agents principaux :
M. Cantacuzene, M. Guiry, Mlle Le Coq, Mme Lordelot, Mme Manchaud-Benjamin et Mme Severin, et d’une
équipe d’une centaine d’agents postés en salle, en PC et à l’accueil.

- L’équipe encadrante effectue différentes fonctions pour mener à bien la mission du service. Elle est en charge
d’ouvrir et de fermer le musée (grilles, portes, éclairage...), de faire remonter les informations de terrain
signalées par les agents (problèmes techniques, dysfonctionnements, problèmes avec les visiteurs...),
d’intervenir en cas de conflit entre les agents ou avec les visiteurs... de donner les consignes, de rappeler le
règlement, de superviser l’emplacement des agents en salle, de gérer toute la partie administrative concernant
le temps de travail (pointage des retards, des absences, des congés, des pauses...).
Enfin, elle participe à l’évaluation du travail et des comportements.

- Le PC est en charge de la sécurité incendie du bâtiment. L’équipe postée au PC veille au quotidien à


la prévention de l’incendie par la formation du personnel, les rondes, la vérification de l’état du
matériel de sécurité... Le matériel de sécurité est composé des moyens de premiers secours,
d’un système de sécurité incendie qui détecte les débuts d’incendie et se charge de
mettre le bâtiment en sécurité pour faciliter l’évacuation, faciliter l’intervention des
pompiers et limiter la propagation du feu.

- Les agents postés en salle assurent la surveillance des salles et des


oeuvres. Ils participent à la protection de ces dernières. Ils sont un
élément essentiel du bon accueil et de l’information du
visiteur. Ils doivent aussi faire respecter le règlement et
anticiper les conflits en restant calmes et courtois.
Ils préviennent le PC et/ou l’équipe encadrante
de tout élément qui leur parait suspect
(départ d’un feu, manque d’un
tableau, cartel tombé,
extincteur dégoupillé…).

88
C comme mon Cadre de travail

Ils sont responsables de la bonne évacuation du public en cas d’alarme. Pour les aider, l’équipe encadrante
intervient à leur demande afin de trouver une solution.

R comme Règles de travail :

Votre entrée à la Ville de Paris est lié à la signature d’un contrat d’engagement ou à la prise d’un arrêté ou
d’une décision d’engagement.
En entrant au service de l’administration municipale, vous devez respecter certaines règles.
Vous êtes responsable de la bonne exécution des tâches qui vous sont confiées.

1. Vous êtes tenu à la probité (honnêteté) et à la discrétion professionnelle

2. Vous devez vous abstenir de toute discrimination envers les usagers et vos collègues et respecter le
principe de laïcité.

3. II est interdit aux agents des services municipaux, sous peine de sanctions disciplinaires, de solliciter des
pourboires ou des étrennes.

4. Vous devez satisfaire aux demandes d’information du public. S’il vous semble que l’information sollicitée
est couverte par l’obligation de discrétion professionnelle, vous devez en référer à votre chef de service.

5. Si vous êtes appelé à vous exprimer publiquement sur vos activités, vous êtes tenu à une
obligation de réserve. Cette disposition vous impose de vous exprimer avec modération sur les questions
relevant de votre activité professionnelle ou de l’action de la Ville de Paris en général et en
particulier sur les questions de sûreté.

6. Si vous commettez une faute, c’est-à-dire un manquement à vos obligations


professionnelles, une sanction disciplinaire peut vous être infligée. Il existe
diverses sanctions, applicables selon l’importance des fautes commises.
Les sanctions applicables aux agents non titulaires sont :
l’avertissement, le blâme, l’exclusion temporaire de fonctions
avec retenue de traitement le licenciement sans préavis ni
indemnité.

9
C comme mon Cadre de travail

7. Vous bénéficiez, à l’occasion de vos fonctions, d’une protection contre les violences, voies
de fait, menaces, injures, outrages ou diffamations,…dont vous pourriez être l’objet.

8. La liberté syndicale est garantie aux fonctionnaires et agents publics.

T comme Temps de travail :

Le temps de travail effectif est défini comme le temps pendant lequel l’agent est à disposition de son em-
ployeur et doit se conformer à ses directives sans pouvoir vaquer librement à ses
occupations personnelles.

Les horaires du service pour les vacataires recrutés


à temps plein (147 h 00 mensuelles) :

- Pour une journée à temps plein :


Arrivée à 9h40 au musée et surveillance dans les salles à partir de 9h55.
Départ des salles à 18h00 et départ du musée à 18h10

- Lors des nocturnes, les horaires sont décalés :


Arrivée à 15h10 au musée et surveillance dans les salles dès que l’agent principal donne le
La

fermeture numéro de salle où travailler.

du musée. Départ des salles à 22h00 et départ du musée à 22h10
Attention... Lors
de la fermeture du
musée, l’équipe encadrante
est responsable de la fermeture
des espaces d’exposition.
Vous devez conserver votre poste en
salle jusqu’à l’arrivée de l’agent chef
chargé de l’évacuation du public et de la
fermeture des portes puis suivre l’agent chef
jusqu’à la sortie de l’espace d’exposition.
Vous devez ensuite attendre le signal de
l’agent encadrant avant de descendre
à vos vestiaires.

10
C comme mon Cadre de travail

Les précisions à connaître pour les vacataires recrutés sur la base


d’un temps complet ou d’un temps partiel (16 h00 hebdomadaires)
qui travaillent la journée entière :

- Les pauses, de 20 minutes (comptées à partir du départ de la salle jusqu’au retour en


salle) sont données les après-midi à tour de rôle par l’agent principal chargé du
planning des salles.

- Les pauses méridiennes :


3 services afin d’assurer à tout moment les 2/3 des effectifs présents en salle.
1er service : de 11h15 à 12h45
2e service : de 12h45 à 14h15
3e service : de 14h15 à 15h45

- Les absences :
Vous devez faire parvenir vos souhaits d’autorisation d’absence au début du mois précédent
afin que l’agent principal qui gère le planning mensuel intègre votre demande.
Les pauses.
Attention... La
sécurité des oeuvres
et du public interdit de
quitter son poste sans le
signaler à un agent chef et
nécessite d’être remplacé.
Les pauses quelles qu’elles soient se
font à l’extérieur des salles.
L’agent en poste doit pouvoir veiller à la
préservation du patrimoine et à la sécurité du public
sans que son attention ne soit détournée.

11
11
C comme mon Cadre de travail

Pour ce faire, vous devez remplir un papier de demande d’aménagement de planning disponible au
bureau de l’équipe encadrante :
Demande d’aménagement de planning vacataires
(copie destinée à l’équipe encadrante)

Nom :
Prénom :
Jour(s) demandé(s) :

Rappel :
- Vous devez faire parvenir vos souhaits d’autorisation d’absence au début du mois précédent la
demande (jusqu’au 10).

Par ex. pour une demande de congé le 8 mars, vous devez le signaler au plus tard le 10 février.

- De plus, nous n’accordons les jours demandés qu’à la condition de ne pas désorganiser le service (ce
que l’on appelle : nécessité de service). Cela signifie qu’une demande peut être refusée.

Paris, le : ---------------------------------------------------- Signature/précédé de la mention « lu et approuvé » :

En cas de retard ou d’impossibilité de venir au travail,


prévenir les agents principaux avant 10h00, en téléphonant au PC de sécurité au 01 53
À
67 40 55.
savoir :
En cas de
refus, pour nécessité Les maladies :
de service, l’agent vacataire Les certificats médicaux doivent être envoyés dans les 48 h à l’adresse
ne peut prendre
son jour et suivante :
prévient de son absence.

Si, toutefois, vous ne pouvez venir, ce Bureau des agents chefs - Musée d’Art Moderne de la
jour ne vous sera pas payé. Ville de Paris – 9 rue Gaston de Saint-Paul - 75016
PARIS

12
C comme mon Cadre de travail

P comme Planning:

Chaque jour, un agent principal est responsable du planning des salles. Il l’affiche le matin et peut-être
amené à le modifier en fonction d’impératifs de toutes sortes.
Vous devrez donc consulter le planning le matin et après la pause repas. > affiché en face du réfectoire.
Le planning des nocturnes est effectué par un autre agent principal.

Une fiche « Pause » ou « Pause déjeuner » renseignée par un


agent d’encadrement de proximité vous est alors données.

Pauses déjeuner
Agent:

11h15-12h45
salle :

12h45-14h15 Rappel
important :
salle :
Les pauses.
Attention. La sécurité
des oeuvres et du public
14h15-15h45
interdit de quitter son poste
salle : sans le signaler à un agent chef et
nécessite d’être remplacé.
Les pauses quelles qu’elles soient se font
Ex : Pour les pauses déjeuner, à l’extérieur des salles.
les agents vacataires recrutés de 11h00 à 16h00 L’agent en poste doit pouvoir veiller à la
récupèrent la fiche sur le cahier de signature préservation du patrimoine et à la sécurité du public
de présence. sans que son attention ne soit détournée.

13
13
C comme mon Cadre de travail

Un planning mensuel qui renseigne les jours de présence et les jours de repos hebdomadaires. L’agent
principal référent des agents vacataires établi ce planning de présence mensuel en fonction des nécessités
de service.

Ce planning est nominatif et renseigne pour chaque vacataire les jours de présence et les jours de repos
hebdomadaires.
Lors de la réalisation du planning mensuel, nous tenons compte de certains éléments : nous essayions dans
la mesure du possible de garantir au moins un samedi, un dimanche, un repos de deux jours consécutifs
(pas forcément le week-end) et un repos après la nocturne par mois et pour chaque vacataires.

Une demande d’aménagement du planning peut-être demandé en début de mois pour le mois suivant.
Cette demande peut être refusée dans la mesure où le service ne peut s’organiser autrement.
Pour plus de précision, voir T comme Temps de travail.

N comme Nécessité de service :


Les vacataires sont recrutés pour palier à un manque de personnel lors d’un laps de temps déterminé par
des manifestations temporaires. Le musée en effet recrute des vacataires pour pouvoir présenter au public
le plus large des expositions thématiques ou monographiques dans de bonnes conditions de mise en
sécurité des personnes et de préservation du patrimoine. L’agent principal référent des vacataires établi
un planning de présence mensuel en fonction des besoins de personnels en salle. C’est ce que l’on
appelle «nécessité de service».

E comme grille d’Evaluation :



Vous avez choisi et signé un contrat de travail en tant que vacataire à la
Ville de Paris. Vous devez respecter l’engagement moral que vous avez
signé à la direction avant la signature de votre contrat de travail.

Votre travail donne lieu à un rapport final qui sera envoyé à la
direction des affaires culturelles afin d’évaluer vos
compétences et vos capacités professionnelles lors de
cette vacation en particulier. Elle ne juge en aucun cas
vos orientations philosophiques religieuses ou
sexuelles mais rends compte de votre
comportement et du service rendu sur ce
lieu de travail pendant le laps de temps
de votre contrat.

14
C comme mon Cadre de travail

Les absences, les retards lors de l’arrivée au musée et lors de la prise de poste, les refus d’exécuter un
ordre donné par l’équipe encadrante, l’utilisation du téléphone portable ou de la lecture en salle et en
présence du public, la distraction par des pairs, la fréquence des abandons de postes (pauses toilettes
récurrentes, circulation dans les salles, accompagnement d’une tierce personne…) l’utilisation des voies de
circulation non autorisées, etc… sont pris en compte dans l’élaboration du rapport de fin de mission.

V comme Vestiaire :
Le personnel du musée, qu’il soit titulaire ou vacataire, a l’obligation de laisser ses affaires personnelles
dans un vestiaire dédié à cet effet. Vous devez choisir un casier libre en utilisant un cadenas personnel
pour le fermer. En fin de mission, vous restituez ce casier et le laissez vacant pour une autre personne. Il
est interdit d’occuper le vestiaire d’une tierce personne qu’elle soit titulaire ou pas, de votre connaissance
ou pas pour des raisons d’organisation du service.

O Comme Outils de travail :


Lorsque vous arrivez dans une salle, vous devez absolument faire l’état des lieux et vous assurer du bon état
de marche des outils mis à votre disposition. Signalez aux agents principaux tout élément qui vous
paraîtraient suspect.

1. Le téléphone qui se trouve à proximité de chaque poste de travail en salle.


2. L’extincteur: moyen de premier secours utilisable par tous y compris le public

N comme Numéros utiles : 01 53 67 …




PC de sécurité : 4055 - 7003
Bureau des agents chefs : 4063 / 4064 / 4071 / 4079

P comme Plan des salles :



Voir aussi la fiche technique :
Le plan et la numérotation des salles p 16 - 17

15
15
C comme mon Cadre de travail- fiche technique

Fiche Technique : Le plan et la numérotation des salles


Le plan des salles

16
C comme mon Cadre de travail - fiche technique

La numérotation des salles


La collection permanente se compose de 23 salles :

Salle 1 Salle 2 Salle 3 Salle 3 bis


fauvisme et cubisme Abstraction création Art décoratif l’école de Paris

Salle 10
Salle 4 à 7 (rotonde) Salle 8 (bis et ter) Salle 9 Abstraction des
La sculpture des Dada et le Fautrier et Gruber années 60, entre
années 30 Surréalisme op’art et cinétisme
Legs de Chirico

Salle 11 Salle 12 Salle 12bis Salle 13


Etienne Martin / Bernard Buffet Photos Abstractions des
Nouveau réalisme années 1960-1970

Salle 14 Hantaï Salle 14 bis Salle 15 Salle 16


Peter Doig Accrochage Cerith Wyn Evans –
contemporain Rotonde

Salle 17 Salle 17 bis Salle 18 Salle 19 (Vidéo )


Peinture allemande

Salle 20 (vidéo) Salle Boltanski Salle Matisse Salle Dufy

17
C comme mon Cadre de travail

Les espaces d’expositions sont ré-agencés à


chaque nouveau sujet d’exposition.
Une fiche des salles de ces espaces vous est
fournie en supplément.

18
Chapitre 2
M comme mes Missions
Le FEA Le Front d’Expertise de l’Art
F comme Faciliter le confort du visiteur
E comme Empêcher la dégradation des oeuvres
A comme Assurer la sécurité du public

F comme Faciliter le confort du visiteur


Cette rubrique concerne l’accueil et le comportement de l’agent face au visiteur

Les agents d’accueil représentent le musée aux yeux du public.


L’opinion que le public se fera du musée tient aussi de l’opinion qu’il se fera du personnel de surveillance
et d’accueil.

Une mauvaise qualité de la relation avec le public, ou de la surveillance des bâtiments peut entraîner des
conflits ; les manquements aux consignes peuvent avoir des conséquences gravissimes de plusieurs ordres :
détérioration de l’image du musée, atteinte à la sécurité des personnes et des oeuvres

1. Avoir une tenue impeccable. chaussures de ville, pantalon ou jupe, chemisier ou chemise veste.
2. Avoir une attitude courtoise : Votre courtoisie et votre discrétion, votre efficacité en toutes circonstances
inciteront les visiteurs à avoir eux aussi une attitude correcte et leur donneront envie de revenir avec
autant de plaisir.
3. Etre discret. Surveiller les objets qui peuvent abimer les oeuvres. Eviter d’épier ou de talonner
de façon ostensible et pesante les personnes.
4. S’asseoir en l’absence du visiteur, se lever pour répondre à une question
5. Circuler
dans la salle en présence du visiteur Les conseils
6. Ne pas
manifester de signe d’ennui 1. Les horaires doivent
7. Garder le sourire
être respectés avec
8. Ne pas
suivre un conférencier ou des visites de groupe. Des visites précision

organisées par les conservateurs ou responsables des expositions 2. Les remarques faites au
visiteur doivent être faites de façon
sont prévues

pour les agents. ferme mais pas agressive. En cas de
9. Ne pas apporter
à boire ni à manger (une petite conflit avec un visiteur, garder son sang-
bouteille
est tolérée si elle est bien récupérée
à la froid : n’entrez pas dans la discussion qui

fin du poste) pourrait devenir longue et nuire à votre travail de
surveillance. En cas de conflit avec un collègue, ne
10. Ne pas utiliser son téléphone portable
pas manifester de colère en public et faire intervenir un
pendant la surveillance pour des
supérieur hiérarchique
mesures de sûreté des oeuvres et
3. N’agissez pas seul et demandez de l’aide, faites intervenir le
d’accueil
du visiteur. plus vite possible votre hiérarchie.
4. Soyez tolérant et gentil avec les enfants. Ils méritent le respect autant
qu’un adulte. Si vous devez faire une remarque à un groupe, adressez-vous
de préférence à l’adulte qui les accompagne.
5. Ne pas adresser spontanément la parole au visiteur sauf si son comportement est
contraire au règlement et répondre brièvement et aimablement aux questions des visiteurs.

Rappel du règlement de visite : Article 17, 18, 20

19
19
M comme mes Missions

E comme Empêcher la dégradation des oeuvres


Cette rubrique concerne la surveillance (lutte contre les dégâts involontaires et
le vandalisme ou le vol)

Notre rôle au portique de contrôle


1. Inviter le visiteur à passer au détecteur de métaux en l’informant que nous appliquons le plan national
VIGIPIRATE rouge.
2. Vérifier son sac et ses effets personnels.
3. Ne pas accepter d’armes ou d’objets interdits par le règlement. Inviter le visiteur à déposer les objets
tranchants ou potentiellement dangereux à l’accueil. Les armes ne peuvent être acceptées (proposition
de dépôt au commissariat). De même pour les effets personnels que le visiteur trouve trop précieux pour
le laisser au vestiaire comme par exemple un instrument de musique.
4. Informer tout de suite le visiteur de l’obligation de déposer son sac au vestiaire s’il fait plus de 40 cm
ou si c’est un sac à dos
5. Ne pas oublier sourire et courtoisie : « Bonne visite »

Rappel du règlement de visite : Article 7, 10, 21, 22

Notre rôle au contrôle ticket


C’est un contrôle complémentaire
1. Veiller à ce qu’aucun visiteur ne porte de sac trop grand, de manteau (il peut y avoir un risque de vol
d’oeuvres de petites tailles, selon l’exposition), de cape... renvoyer de façon ferme et courtoise le
visiteur au vestiaire.
2. Si le visiteur persiste, éviter le conflit et prévenez tout de suite un agent principal. Informer le visiteur
de l’arrivée du responsable. Faites le patienter à l’écart en vous occupant des autres visiteurs.
3. Vérifier la date du ticket.

Les conseils : Notre rôle en salle


1. Connaître
1. Etre attentif au comportement des visiteurs vis à vis des oeuvres
l’emplacement des
postes téléphoniques 2. Prévenir les gestes involontaires et de distraction ou de trop grande
et les numéros de curiosité
téléphones (4079-4063-4064. 3. Ne pas se laisser distraire en bavardant avec un collègue ou un
4055-7003 pour donner l’alerte visiteur
le plus rapidement possible 4. Parcourir son rayon de surveillance
2. Mémoriser les objets et oeuvres qui sont 5. Etre attentif au visiteur tardif (qui vient au moment de
sous sa surveillance
la fermeture)
3. Informer immédiatement un responsable en cas
de doute
6. Veiller à ce qu’aucun visiteur n’accède aux

4. Ne pas quitter son poste de travail sans être remplacé parties interdites au public

5. Ne pas manipuler soi-même les objets (sauf en cas de 7. En cas de vol, ne pas poursuivre le

danger imminent et avoir été autorisé par un agent principal) coupable en abandonnant son
6. Connaître le règlement de visite et les tarifs pratiqués
poste mais noter soigneusement
et immédiatement son
signalement précis et
isoler la salle

20
M comme mes Missions

8. En cas de vol ou d’acte de malveillance... Ne rien toucher de l’oeuvre ni de ses environs afin que le
conservateur et les équipes d’intervention puissent utiliser les indices.
9. En cas d’atteinte involontaire à une oeuvre et si le visiteur responsable est encore présent, lui demander
de rester sur place et appeler l’agent chef. Pour la sécurité de l’oeuvre, assurer l’éloignement du public
et ne rien toucher de l’oeuvre ou de son environnement.

Rappel du règlement de visite : Article 19, 27, 36, 37

A comme Assurer la sécurité du public


Cette rubrique concerne la sécurité (réaction en cas de malaise, lutte contre l’incendie ou l’alerte à la
bombe)

Notre rôle face au malaise d’un visiteur

1. Vous devez dans tous les cas isoler la zone de l’accident, faire appel à un collègue et donner l’alerte le
plus rapidement possible au PC puis au bureau des agents principaux.
2. Si vous avez un certificat de sauveteur secouriste à jour, vous pouvez prodiguer les premiers gestes de
mise en sécurité de la victime (PLS, massages...), sinon, vous devez attendre l’intervention de l’équipe
du PC en rassurant les visiteurs et/ou la victime. Ne restez pas seul, faites vous aider
3. Les informations à transmettre au PC :
- le numéro de la salle où l’on se trouve
- la nature de l’accident : malaise, chute…
Les conseils :
- si danger persistant (encombrement, flaque…) 1. Connaître la
- la précision sur la victime : sexe, âge, corpulence topographie des lieux et
- l’état de la victime les plans d’évacuation avec
- Ne raccrocher que sur ordre de l’agent du PC les fléchages verts
2. Connaître l’emplacement des
Rappel du règlement Article 25 postes téléphoniques et les numéros de
téléphones (4079-4063-4064.
4055-7003 pour donner l’alerte le plus
rapidement possible
3. Connaître parfaitement sa mission et son rôle (serre
file ou guide file)
4. Veiller au déverrouillage des issues de secours
5. Travailler toujours dans un esprit d’équipe (prévenir toujours
l’équipe en cas de déplacements)
6. Garder son calme et son sang froid dans toutes les situations : se
souvenir que l’on représente l’image du service public et du musée. Les
visiteurs, quant à eux, nous voient comme des professionnels.
7. Ne pas utiliser les ascenseurs. Ne jamais revenir en arrière.
8. Dans la chaleur et la fumée, l’air frais est près du sol. Se baisser en cas de fumée

21
21
M comme mes Missions

Notre rôle en cas de découverte d’un départ de feu


1. Conserver son calme, ne pas crier au feu
2. Alerter ou faire alerter le PC 4055 et le bureau des agents chefs 4063-4064
3. Si possible, mettre en oeuvre les premiers moyens de lutte contre l’incendie
(extincteurs) et prendre les mesures pour éviter la propagation du feu.
Pour la mise en oeuvre, voir la fiche technique : L’extincteur p 23

Notre rôle en cas d’alarme : l’évacuation


En salle, notre rôle principal en tant qu’agent d’accueil et de surveillance
- Procéder à la bonne évacuation du public
- Veiller à sa sécurité dans les zones de rassemblement.

Pourquoi évacuer ?
Pour mettre en sécurité les visiteurs, car le feu et les fumées sont dangereux et peuvent être mortel.
Les fumées sont extrêmement dangereuses : Elles sont toxiques, chaudes (risques de brûlures) et ôtent toute
visibilité pour l’évacuation.
Rappel du règlement Article 24, 26

Rappel de
bonne pratique

: L’évacuation doit donc être immédiate et bien organisée pour être rapide,
Au quotidien, chacun sûre et éviter tout effet de panique
est responsable de la
prévention par des gestes
simples : Comment évacuer ? voir la fiche technique : l’évacuation p 24
1. Faire respecter l’interdiction
formelle de fumer
2. Nettoyer et enlever les déchets de toutes
sortes, éviter de constituer des dépôts de
matériel inflammables (les gaines ne sont pas des
poubelles, pensez à ceux qui les nettoient !)
3. Ne pas encombrer les dégagements,
passages et sorties de secours

22
M comme mes Missions - fiche technique

Fiche technique : L’extincteur

L’extincteur : c’est un appareil mobile de première intervention utilisable par tous y compris par le public.

L’extincteur est muni :


1. d’un mode d’emploi qui précise les classes de feu qu’il permet d’éteindre
(A, B, C, D, F) précédé de leur capacité d’extinction en chiffre
2. de pictogrammes indiquant les modalités de sa mise en oeuvre
3. les dangers et restrictions éventuels d’utilisation (voltage en électricité par
exemple)
4. d’un scellé et dispositif de verrouillage qui assure qu’il n’a pas servi
5. d’une étiquette de vérification

L’attaque du foyer, mesure pour éviter la propagation du feu :


1. vérifier que l’extincteur fonctionne par une brève pression sur la poignée d’éjection à distance du foyer.
2. s’approcher du feu en se baissant (afin d’éviter les fumées et vapeurs chaudes), se présenter de profil
(afin de minimiser l’effet du rayonnement du feu) et de préférence le dos au vent
3. attaquer la base des flammes. La distance minimale à laquelle on attaque le feu dépend du type de feu
et de l’agent extincteur.

2 types d’extincteurs dans les salles :


1. Extincteur à eau pulvérisée : distance d’attaque du feu 2 à 3 mètres.
2. Extincteur à dioxide de carbone ( CO2) : distance d’attaque du feu 1 mètre. On se rapproche ensuite
quand les flammes ont baissé d’intensité, pour finir l’extinction.
Peut être utilisé en présence d’un courant électrique de moins de 1000 V.

23
M comme mes Missions - fiche technique

Fiche technique : l’évacuation

Comment évacuer ?
1. Suivre l’éclairage de balisage (vert) qui indique les cheminements jusqu’aux sorties.
2. Prendre le chemin le plus court et non pas le cheminement habituel (des plans d’évacuation sont
disponibles à tous les étages)
3. L’escalier 14 (B) est un escalier protégé des flammes et de la fumée. C’est véritablement la colonne
vertébrale de l’établissement.
En cas d’évacuation d’une personne en fauteuil roulant, gardez votre calme et un agent doit rester avec
lui dans l’escalier 14 en attendant l’intervention des pompiers.
4. Mener les visiteurs vers le point de rassemblement le plus proche puis rester dans la zone de sécurité et
veiller à ne pas laisser rentrer de visiteurs (sûreté).
Rassurer le public, rester attentif et garder à l’esprit que vous êtes responsable et professionnel.

Où sont les points de rassemblement ?


Avenue Wilson (entrée principale ou contrôle bas)

Avenue New-York
(issues de secours 1 – 2 et rotonde)

Quelles sont les consignes particulières au MAM ?

Les guides files : ils constituent les têtes de groupe.


- ils montrent l’itinéraire d’évacuation
- Ils dirigent les occupants jusqu’au point de rassemblement
- Ils assistent les personnes à mobilité réduite
- Ils restent au point de rassemblement et attendent d’éventuelles instructions

Les serres files : ils constituent les fins de groupe


- Ils ferment l’évacuation et dirigent les personnes égarées jusqu’au point de rassemblement
- Ils n’autorisent aucun retour
- Ils rendent compte au responsable d’évacuation de l’évacuation partielle ou totale de leur secteur
- Ils restent au point de rassemblement et attendent d’éventuelles instructions

24
Chapitre 3
E comme mon Environnement :
Nous vous invitons à prendre connaissance du site Internet du musée :
http://mam.paris.fr/

A comme Accessibilité au public en situation de handicap et


aux personnes à mobilité réduite
- Stationnement : Trois emplacements GIG GIC devant l’entrée du musée.
- Accès : Entrée annexe en empruntant l’ascenseur, sous le péristyle à droite de l’entrée principale
(une marche de 11cm).
- Aide : Un fauteuil roulant est à la disposition du public. Il est possible de le réserver au 01 53 67 40 00
Le service culturel et éducatif propose aussi des aides adaptées aux handicaps.
- Conditions de visite : Le rez-de-chaussée est accessible, la plupart des salles sont de plain-pied ou
reliées par des plates-formes élévatrices (aide du personnel possible).
Cet étage accueille les expositions temporaires. L’étage supérieur (expositions temporaires de l’ARC)
est accessible partiellement.
Les espaces non accessibles sont : la librairie, les terrasses et le café du musée, les salles de «La
Danse» de Matisse et de la «Fée Electricité» de Dufy, l’exposition Marc Desgrandchamps ainsi que
certaines salles des collections permanentes.
- Tarifs :Entrée gratuite pour la personne handicapée et son accompagnateur dans les
collections permanentes et les expositions temporaires.

A comme Activité et Aide à la visite


- Le Service culturel et éducatif met à la disposition du visiteur des livrets de visite famille
sur Internet et à l’accueil.
Il propose par ailleurs différentes activités pour les enfants, les adultes, les
groupes scolaires et les personnes en situation de handicap.
Les visiteurs peuvent se renseigner à l’accueil ou sur le site Internet du
MAM-VP : http://mam.paris.fr/

- Les Aides à la visite sont des petits dépliants proposés en


début d’exposition pour accompagner la visite du public.

- L’Aide à la visite des collections permanentes


est un texte mis à disposition du visiteur pour
l’accompagner dans la découverte des
salles de la collection permanente.

Voir la fiche technique :


Aide à la visite p 26 - 27

25
25
E comme mon Environnement - fiche technique

Fiche technique : L’aide à la visite des collections

Aide à la visite collections permanentes


La Fée Electricité - Salle Dufy (niveau 5)
La grande décoration Raoul Dufy, peinte à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et techniques, se
déploie dans l’ancienne salle d’honneur du musée. Elle décrit l’histoire de l’électricité à travers ses
applications et ses inventeurs.
La Danse - Salle Matisse (niveau 3)
La Danse inachevée (1931) et la Danse de Paris (1931-1933) constituent deux des trois versions de la décoration
commandée à Matisse en 1930 par le Docteur Albert C. Barnes pour sa fondation à Merion (Pennsylvanie). Le Mur
de peintures de Buren est installé en vis-à-vis. Dans l’abside, ont lieu des présentations d’ensembles thématiques ou
monographiques de la donation Henry-Thomas.
Fauvisme et cubisme – Salle 1 (Niveau 2)
Matisse, Derain, Vlaminck et Dufy introduisent le parcours de la collection permanente, avec des oeuvres fauves
datant de 1900 à 1907. Dans la même salle, des oeuvres de Picasso, Braque, Léger, Gris dialoguent avec les autres
tendances du cubisme représentées par Delaunay, Gleize et Metzinger.
L’abstraction en France entre les deux guerres – Salle 2 (Niveau 2)
Autour de Rythmes n°1 de Robert Delaunay, différentes tendances de l’abstraction se développent en France, de
l’art non-figuratif (Kupka), au cubisme abstrait (Léger), et au biomorphisme (Arp).
Les arts décoratifs en France entre les deux guerres – Salle 3 (Niveau 2)
Des objets d’art et plusieurs ensembles mobilier classique ou moderniste sont présentés dans cette salle :
Ruhlmann, Printz, Chareau, Dunand, Marinot (Les Sports, 1935 réalisé pour le paquebot Normandie).
Ces objets décoratifs ont été acquis par la Ville de Paris à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et tech-
niques de 1937.
Un choix d’oeuvres majeures du musée est présenté sur la mezzanine : le Nu dans le bain de Bonnard, 30 ans ou
la vie en rose de Dufy, la Femme aux yeux bleus de Modigliani et le Nu à la toile de Jouy de Foujita.
La sculpture des années 30 – rotonde, salles 4 à 7 (Niveau 2)
Des sculptures des années 30 sont exposées dans la rotonde, ancienne entrée monumentale du musée en 1937.
De style classicisant et naturaliste, ces oeuvres sont un parfait exemple de la représentation du corps à cette époque.
Divers documents, notamment audiovisuels, montrent les étapes de la création du Musée d’Art moderne de la Ville
de Paris lors de l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937.
Dada et le Surréalisme / Legs Isabella Pakszwer-de Chirico – Salle 8 (Niveau 2)
Les oeuvres présentées dans cette salle sont issues du legs récent d’Isabella Pakszwer-de Chirico au Musée d’Art
moderne. Giorgio De Chirico, inventeur de la « Pittura metafisica », figure parmi les peintres qui ont marqué le
mouvement surréaliste d’André Breton. Il déjoue néanmoins les classifications préétablies jusqu’à laisser planer
le soupçon d’une régression antimoderne. Cet ensemble exceptionnel de la seconde partie de la carrière
artistique de Chirico comprend soixante et une peintures, sculptures, oeuvres graphiques.
Un ensemble d’oeuvres dada et surréalistes accompagnent cet accrochage.
Fautrier et Gruber - Salle 9 (Niveau 2)
L’oeuvre de Fautrier est particulièrement représentée dans les collections du musée, du réalisme des années 20 à
l’art informel dont il est l’un des représentants après la Seconde Guerre Mondiale.
Autre figure du réalisme de l’entre-deux-guerres, Gruber est un fervent défenseur du beau métier, de l’artisanat
et de la tradition classique. Il s’oppose farouchement à l’art abstrait qu’il considère comme une double trahison
de l’art du passé et des événements contemporains.
Abstraction des années 60, entre op’art et cinétisme - Salle 10 (Niveau 2)
Le musée d’Art moderne de la Ville de Paris est le théâtre d’importantes expositions consacrées à l’art
luminocinétique en France dans les années 60. Des innovations technologiques permettent le développement de l’art
cinétique dont les moyens plastiques sont la lumière, le mouvement et la couleur.
Vasarely, Soto, Cruz-Diez, Takis sont les représentants de ce mouvement.

26
E comme mon Environnement - fiche technique

Etienne Martin / Nouveau réalisme - Salle 11 (Niveau 2)


A la suite d’une importante donation de l’Oréal, des sculptures d’Etienne Martin sont présentées dans cette salle.
Ces oeuvres illustrent les grandes séries qui structurent la démarche de cet artiste singulier qui n’a cessé d’explorer
ses « Mythologies individuelles », selon Harald Szeemann : Demeures, Jeux et racines, matériaux de récupération et
polychromie.
Dans la deuxième partie de la salle est rassemblée une sélection d’oeuvres du Nouveau réalisme qui tente de
redéfinir la relation de l’art au réel : César, Raysse, Hains, Villeglé, Deschamps.
Bernard Buffet - Salle 12 (Niveau 2)
Les collections du Musée d’Art moderne se sont récemment enrichies de deux donations de Virginie, Danielle et
Nicolas Buffet, et d’Ida et Maurice Garnier. Bernard Buffet figure parmi les peintres les plus accomplis d’une
génération d’artistes apparue après la guerre, en 1945, et qui, renonçant à l’abstraction, met en scène un univers
désenchanté.
Sa peinture se caractérise par des décors frustes, des personnages solitaires, une absence de couleurs vives, un
dessin où prédominent la ligne droite et l’angle aigu.
Abstractions des années 1960-1970 - Salle 13 (Niveau 2)
En contrepoint de l’abstraction américaine triomphante au cours des années 1950 à 1970, se développe en France
une autre abstraction, qui parfois trouve son origine dans le surréalisme.
Ces principaux représentants sont : Hartung, Hantaï, Reigl, Degottex, Barré La radicalité de la démarche de ces
artistes singuliers marquera profondément des mouvements français des années 1960 et 1970 comme BMPT (Buren,
Mosset, Parmentier et Toroni) ou Support/Surface.
Hantaï - Salle 14 (Niveau 2)
Grâce à deux dons de l’artiste en 1998 et 1999, l’oeuvre de Simon Hantaï est particulièrement bien représentée
dans la collection du musée.
À partir de 1960, Hantaï développe une technique de pliage qui lui permet de s’effacer et de réduire l’aspect
subjectif de la pratique picturale, pour mettre en avant les seuls éléments constitutifs de la peinture : le support et la
couleur.
Accrochage contemporain - Salle 15 (Niveau 2)
Une sélection d’oeuvres d’artistes contemporains est présentée et sera régulièrement renouvelée au cours de
l’année.
Cerith Wyn Evans - Rotonde, Salle 16 (Niveau 2)
« La part maudite » par Georges Bataille (1949), de Cerith Wyn Evans, appartient à un ensemble de lustres
imposants qui traduisent en morse, par des pulsations lumineuses, des textes défilant sur des écrans à plasma.
C’est un extrait de Georges Bataille qui est ici présenté ; ce texte aborde l’histoire de l’humanité sous l’angle de la
production et de la consommation des richesses, une philosophie de l’histoire où triomphent les facteurs
économiques.
Peinture allemande - Salle 17 (Niveau 2)
Au début des années 1960, la peinture connaît un vif renouveau en Allemagne autour d’un groupe de jeunes
artistes engagés, parmi lesquels Gerhard Richter, Sigmar Polke et Georg Baselitz. Formés dans le contexte
idéologique de la République démocratique allemande, ils s’intéressent aux contradictions implicites de la culture de
masse.
La distance critique, qui vise aussi bien le pop’art alors triomphant que le réalisme socialiste, est caractéristique de
l’esprit de ces peintres.
Salle Boltanski (Niveau 1)
Cette salle réunit un ensemble d’oeuvres emblématiques de l’artiste : La Réserve du Musée des Enfants I et II
(1989), évocation de la fragilité de la mémoire et de la vie ; le Théâtre d’ombre (1984-1997), rappel poétique de
la danse des morts du Moyen-âge, comme de l’univers nostalgique des marionnettes de l’enfance ; les Abonnés du
téléphone (2000), tentative de répertorier l’ensemble de l’humanité à travers les annuaires téléphoniques.
Salle 18 (Niveau 1)
Présentation temporaire de vidéos.

27
E comme mon Environnement

B comme accueil Bilingue


Voici quelques formules utiles en anglais :
Français Anglais
Bonjour, Au revoir, bienvenue, bonne visite Hello, Goodbye, welcome, enjoy your visit
Collections permanentes Permanent collections
Expositions temporaires Temporary exhibitions
Les horaires Opening hours
Nocturnes Evening opening
Nocturne le jeudi jusqu’à 21H45 et Late Night opening every Thursday until quarter to
seulement pour les expositions temporaires. ten PM but only for temporary exhibitions.
Fermeture les lundis et les jours fériés Closed Mondays and public holidays
La visite de l’exposition prends environ 40 The tour takes about forty minutes. So you
minutes. Vous devez vous assurez d’avoir need to be sure you will have time to enjoy
assez de temps pour profiter de l’exposition. yourselves.
Autrement vous êtes les bienvenus demain. Otherwise you will be welcome tomorrow.
Les tarifs Admissions
Gratuité sans ticket pour les collections Free admission without ticket to the collections
Réductions Concessions Senior over 60, Teachers, unemployed
Gratuité pour les moins de 14 ans Free admission for visitors under 14
Les caisses sont justes là The ticket office is just here
Vous avez d’autres caisses à côté du vestiaire You can also buy tickets near the cloakroom
et en bas or downstairs.
Visites guidées Guided tours
La librairie The bookshop
La bibliothèque (ouverte seulement library
aux chercheurs et sur rendez-vous.)

28
28
E comme mon Environnement

H comme Heures d’ouverture au public

Les horaires d’ouvertures sont différentes des horaires du service.


- Du mardi au dimanche de 10h à 18h : - Nocturne : Jeudi jusqu’à 22h pour les expositions
fermeture des caisses à 17h15 temporaires
Fermeture des salles 17h45 fermeture des caisses à 21h15
- Fermeture du musée le lundi et les jours fériés. fermeture des salles à 21h45
Rappel du règlement Article 2

E comme musées et services des Environs

À proximité : Palais de Tokyo, Musée Galliera (musée municipal), Musée Guimet et son Panthéon
Bouddhique, Fondation Pierre Bergé, Yves Saint Laurent, Mona Bismarck, American Center of art and
culture.

Rive gauche : Musée des égouts de Paris, Musée du quai Branly, Tour Eiffel.

Place du Trocadéro : Musée national de la Marine, Musée de l’Homme, Cité de l’architecture et du


patrimoine, Aquarium du Trocadéro (CinéAqua).

Ligne 72 (du MAM en direction de l’Hôtel de Ville) …Palais de la découverte Grand Palais, Petit
Palais (musée municipal), Musée du Jeu de Paume, Musée de l’Orangerie, Musée d’Orsay, Louvre, Hôtel
de Ville…

voir la fiche technique : le plan des environs p 30

29
29
E comme mon Environnement - fiche technique

Fiche technique : Le plan des environs

1. Musée de l’Homme
2. Musée national de la 7
Marine 10
3. Cité de l’architecture et 13
du patrimoine 5
4. Aquarium du Trocadéro 9 12
(CinéAqua)
5. Musée Guimet
6. Mona bismarck, 4 6
3
American Center of art
and culture 2
14
7. Panthéon Bouddhique 1
8. Tour Eiffel 11
9. Palais de Tokyo
10. Musée Galliera
11. Musée du quai Branly
12. MAM
13. Fondation Pierre Bergé,
8
Yves Saint Laurent
14. Musée des égouts de
Paris

30
E comme mon Environnement

H comme 7 dates clés de l’Histoire du musée :


1937
Le bâtiment a été conçu dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et des techniques de la vie
moderne de 1937.
1953
Avec le legs du docteur Maurice Girardin à la Ville de Paris, le Petit Palais manque d’espace pour
présenter les oeuvres modernes. Les activités du bâtiment tendent alors vers son ouverture et concernent
l’organisation des espaces à des fins muséales.
A l’origine, la Ville de Paris souhaitait scinder les collections du Petit Palais pour créer un musée d’art
moderne, dédié aux courants artistiques du XXe siècle.
1961
Le 6 juillet 1961, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris inaugure ses salles au rez-dechaussée bas “
ouvertes et aménagées en vue de présenter une sélection des oeuvres d’art moderne et contemporain des
collections de la Ville de Paris
Les salons professionnels et amateurs continuent parallèlement de se tenir au musée, parmi
lesquels la Biennale de Paris, le Salon de Mai…
1964
Le 4 juin, la Fée Électricité conçue par Raoul Dufy pour le Pavillon de l’Electricité et de la Lumière lors de
l’exposition de 1937 est installée dans l’ancienne “Salle d’honneur” de l’Exposition internationale.
1967
La création de l’ARC se donne comme mission d’organiser des manifestations d’art vivant
1991 - 1994
Réfection du système de conditionnement d’air des salles d’expositions temporaires du « rez-de-
chaussée haut » et aménagement d’accès au public handicapé.
L’acquisition, en 1993, de la version retrouvée de La Danse inachevée de Matisse entraîne
un nouveau réaménagement de la Salle Matisse.
2005
Au sous-sol, des espaces fermés ont été remis en état afin que le musée puisse
disposer d’une salle obscure le salle 18 pour la diffusion de vidéos de la
collection et puisse également retrouver la salle Boltanski reconfigurée.

O comme 4 Oeuvres monumentales


voir les fiches techniques : Delaunay p25,
Matisse p26, Dufy p 27 et Boltanski p 28.

31
31
E comme mon Environnement - fiche technique

Fiche technique : Delaunay

Salle 2 : Rythmes n°1 de Robert Delaunay (1938)

Date d’acquisition :
Ces compositions monumentales, exposées en 1939 à l’Exposition du groupe des Réalités nouvelles
(considéré comme le premier Salon d’Art abstrait, Galerie Charpentier), furent ensuite données à la Ville
de Paris.

Contexte de création :
De grandes peintures sont commandées à Sonia et Robert Delaunay pour décorer le hall de sculptures du
Salon des Tuileries.
Delaunay, appuyé par l’activité de son épouse Sonia Terk, peintre et créatrice de meubles et de tissus
« simultanés », pose depuis longtemps la question de l’abandon d’une peinture de chevalet au profit d’un
art investissant tous les espaces de la vie quotidienne.

Moyen technique :
A la suite de certains théoriciens de la couleur (Michel-Eugène Chevreul, Ogden Rood), Delaunay
poursuit, avant la première guerre mondiale la recherche d’une peinture fondée sur la loi des contrastes de
couleurs se développant dans le temps et se percevant simultanément.
Ce cubisme particulier, dénommé « Orphisme » par Apollinaire, donnant l’illusion du mouvement, se met
au service d’une thématique d’un monde moderne en plein essor : Tour Eiffel, hélices d’avions en rotation,
sport.

Méthode :
Les disques colorés entrent en mouvement par la seule action physique du regard, et donnent leur rythme
à la composition.
Par un effet « synchromique », la vision est activée par les jeux de courbes et de contre-courbes, des
disques aux cercles concentriques de diverses épaisseurs qui se contrarient, et surtout par les couleurs qui
s’opposent en complémentaires (rouge/vert, bleu/orangé) et en dissonances (rouge/bleu ; rose/rouge,
etc.).

32
E comme mon Environnement - fiche technique

Fiche technique : Matisse

La salle Matisse : La Danse de Matisse

Date d’acquisition :
A l’occasion de l’Exposition internationale des arts et des techniques dans la vie moderne en 1937 et
grâce au budget d’acquisition dont disposent les organisateurs, Raymond Escholier, conservateur au Petit
Palais des collections du futur musée d’art moderne fait l’acquisition pour 95000 francs de l’oeuvre et en
1993, la version retrouvée de La Danse inachevée.

Contexte de création :
La Danse inachevée (1931) et La Danse de Paris (1931-1933) constituent deux des trois versions de la
décoration commandée à Matisse en 1930 par le Docteur Albert C. Barnes pour sa fondation à Merion
(Pennsylvanie).

Moyen technique :
Abandonnant la technique traditionnelle de l’huile sur toile de la première, l’artiste, à travers la seconde,
invente la technique nouvelle des papiers découpés et colorés pour mettre au point sa composition.

33
E comme mon Environnement - fiche technique

Fiche technique : Dufy

La salle Dufy : La Fée Electricité de Raoul Dufy (1937)

Date d’acquisition :
Donner par l’Electricité de France, cette décoration monumentale fut installée au musée en 1964.

Contexte de création :
Dufy reçut pour l’exposition de 1937 la commande de décorations monumentales, notamment celle du
mur concave du hall du Palais de la Lumière et de l’Electricité, édifié par Mallet Stevens sur le Champs-de-
Mars.

Thème :
Dans cette composition de 10 mètres sur 60, se déploie de droite à gauche, sur deux registres principaux,
l’histoire de l’électricité et de ses applications, depuis les premières observations jusqu’aux réalisations
technique les plus modernes.

Moyen technique :
Huile sur contreplaqué, 250 panneaux. médium mis au point par le chimiste Jacques Maroger qui
permettait de retirer au pigment leur opacité et de retrouver « les secrets perdus de la peinture à l’huile des
anciens, leurs couleurs brillantes, ductiles, transparentes ».

Méthode :
rapidité d’exécution (10 mois depuis la conception à la réalisation) travail à partir d’études préparatoires
sur des modèles peints nus puis en costumes, de dessins reportés au calque pour trouver la disposition des
groupes puis projetés grandeur nature sur les panneaux à l’aide d’une lanterne magique.

34
E comme mon Environnement - fiche technique

Fiche technique : Boltanski

La salle Boltanski : Réserve du Musée des Enfants I et II de Boltanski (1989) Les Abonnées
du téléphone (2000)

Contexte de création :
- La Réserve du musée des enfants I et II réalisée à l’occasion de l’exposition « Histoires de Musée » en
1989.
- Les Abonnées du téléphone conçu pour l’exposition « Voilà » en 2000, où des annuaires téléphoniques
du monde entier sont présentés sur des étagères et peuvent être consultés.

Thème :
Rappel des corps absents, souvenir d’une enfance à jamais enfuie, allusion aux tragédies de l’Histoire,
reliques de petits disparus, autant d’interprétations possibles qui reprennent une des thématiques
essentielles de l’oeuvre de Boltanski, la fragilité de la mémoire et de la vie humaine.
- Les Abonnées du téléphone : la présence humaine étant réduite à sa plus simple expression : le
patronyme.

Moyen technique :
- Réserve du Musée des Enfants I : Installation de vêtements d’enfants sur 6 rangs d’étagères métalliques
dans l’ancienne réserve du Musée des enfants, située au sous-sol.
L’éclairage est constitué de 28 lampes de bureau fixées au sommet des étagères, Tissus, métal, lampes
- Réserve du Musée des Enfants II : Installation de 55 photographies encadrées avec éclairage,
Photographie noir et blanc, lampes
- Les Abonnées du téléphone : Installation comportant environ 2500 annuaires venant du monde entier
disposés sur des étagères

35
E comme mon Environnement

P comme 3 axes de Programmation


Aujourd’hui, le Musée propose aux visiteurs trois axes de programmation qui coïncide avec les trois étages

- L’étage des collections qui peut aussi accueillir des expositions (Marc Desgrandchamps).
La collection du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris est présentée dans les espaces du rez-de-
chaussée bas, selon un parcours chronologique de 1901 à nos jours, où se succèdent salles thématiques
et monographiques. Elle se conclut par la visite de l’espace Boltanski et de la « salle 18 », un espace
consacré à la projection d’oeuvres vidéos.
- L’étage historique avec des rétrospectives ou des expositions modernes de grande envergure, en général
des monographies : Bonnard, Van Dongen, Basquiat, De Chirico…
Il peut aussi accueillir des expositions d’artistes vivants très confirmés : Morellet, Christopher Wool,
Baselitz ou des projets thématiques de grande envergure : Les Années 40.
- L’ARC : la scène contemporaine internationale et française avec des expositions individuelles ou
collectives de très jeunes artistes: Dynasty, la Scène mexicaine, Bertlle Bak ou des expositions individuelles
d’artistes confirmés : Kara Walker, Larry Clark, Roman Ondak, …

T comme Tarifs
Il existe plusieurs tarifs et exonérations. Le prix varie, selon les expositions, de 5 à 11 €.

Demi-tarif Jeunes de 14 à 26 ans inclus, titulaires des minima sociaux, allocation parents isolés, allocation
personnalisée d’autonomie, aide sociale de l’Etat pour les réfugiés
Tarif réduit Personnes de plus de 60 ans, chômeurs, documentalistes des établissements scolaires
en activité, enseignants en activité, famille nombreuse, Paris-Famille, Sauvegarde de l’Art
Français, Société de l’Histoire de l’Art Français, Société francaise d’archéologie, Société
nationale des Antiquaires de France, titulaire de la carte Améthyste, titulaire de la
V comme
carte Emeraude.
Venir au musée
Gratuité Enfant de moins de 13 ans (inclus), personne titulaire de la carte

voir la fiche technique : handicapé et son accompagnant, fonctionnaire de la Ville de Paris,

le plan des environs p 30 artistes adhérents de la Maison des artistes, sur présentation à la
caisse de la carte de la maison des artistes ou de l’attestation

Bus : lignes 32, 42, 72, 80, 82 et 92 de cotisant à la caisse de la sécurité sociale de la Maison
Métro : ligne 9 - Arrêts Alma-Marceau ou Iéna
des Artistes.
RER : ligne C - Arrêt Pont de l’Alma

Station Vélib’: 2 avenue Marceau
A savoir. : Les visuels des cartes sont
disponibles à l’accueil.

Rappel du règlement de visite :


Article, 4, 5

36
36
Fiche annexe : Le règlement de visite

Le règlement de visite
Preambule
Les musées de la Ville de Paris assurent une mission de service public qui consiste à conserver, exposer et enrichir par des acquisitions un
patrimoine rare et précieux appartenant à la collectivité. Ils permettent à chacun d’accéder à la connaissance de ce patrimoine et au plaisir
de sa découverte.
Tous les objets présentés dans les musées sont des objets uniques qui, pour beaucoup, ont traversé les siècles et qu’il est
impératif de préserver dans leur intégrité pour les générations futures. Les toucher, même très légèrement, porte atteinte à cette intégrité.
Le personnel du musée a pour mission d’accueillir, de renseigner, de veiller au bon déroulement de la visite et des
manifestations ainsi qu’à la sécurité des personnes, des biens et des bâtiments. Il est chargé de faire respecter le
présent règlement sous l’autorité du chef d’établissement.
Chaque visiteur est invité à respecter les mesures de protection et de sécurité et à ne pas perturber les bonnes
conditions de visite.
Article 1

Conditions d’accès
Article 2 à 8

Le vestiaire
Article 9 à 16

Du bon usage du musée


Article 17 à 20

Consignes liées à la sécurité des personnes, des biens, et des bâtiments


Article 21 à 29

Dispositions relatives aux jardins, péristyles, cours


Article 30

Dispositions relatives aux groupes


Article 31 à 34

Dispositions relatives aux prises de vues et copies


Article 35 à 43

Le règlement est affiché à l’entrée du musée et disponible sur Internet dans la rubrique Informations pratiques
> EXPOSITIONS TEMPORAIRES > Acheter votre billet coupe-file (accès en cliquant sur « Réserver »).

37
Règlement de visite des musées de la ville de Paris
Préambule
Les musées de la Ville de Paris assurent une mission de service public qui consiste à conserver, exposer et enrichir par des acquisitions un
patrimoine rare et précieux appartenant à la collectivité. Ils permettent à chacun d’accéder à la connaissance de ce patrimoine et au plaisir
de sa découverte.
Tous les objets présentés dans les musées sont des objets uniques qui, pour beaucoup, ont traversé les siècles et qu’il est impératif de
préserver dans leur intégrité pour les générations futures. Les toucher, même très légèrement, porte atteinte à cette intégrité.
Le personnel du musée a pour mission d’accueillir, de renseigner, de veiller au bon déroulement de la visite et des manifestations ainsi qu’à
la sécurité des personnes, des biens et des bâtiments.
Il est chargé de faire respecter le présent règlement sous l’autorité du chef d’établissement.
Chaque visiteur est invité à respecter les mesures de protection et de sécurité et à ne pas perturber les bonnes
conditions de visite.
Article 1
Le présent règlement s’applique :
- aux visiteurs des musées de la Ville de Paris
- aux personnes et aux groupes autorisés à occuper des locaux pour des réunions, des réceptions, des conférences, concerts, spectacles ou des
manifestations diverses, sans préjudice des dispositions particulières qui peuvent leur être notifiées
- à toute personne étrangère au service, présente dans l’établissement même pour des motifs professionnels

Conditions d’accès
Article 2
Les musées sont ouverts tous les jours de 10h. à 18h. sauf le lundi et les jours fériés sous réserve de dispositions particulières à certains établissements.
Le chef d’établissement peut décider, en accord avec le directeur des affaires culturelles, de modifier ces horaires pour des événements exceptionnels.

Article 3
L’accès aux collections permanentes est gratuit.
Toutefois, la gratuité ne s’applique pas :
- au Palais Galliera - musée de la mode de la Ville de Paris où les collections sont présentées dans le cadre d’expositions temporaires et à Hauteville House,
maison d’exil de Victor Hugo à Guernesey, où les collections sont présentées dans le cadre de visites-conférences
- aux Catacombes et à la Crypte archéologique du Parvis de Notre-Dame, musées de sites
- dans les musées où une exposition temporaire occupe les espaces réservés aux collections

Article 4
L’accès aux expositions temporaires et aux activités pédagogiques et culturelles est payant. Les différentes tarifications, réductions ou exonérations
applicables sont fixées par arrêté municipal.

Article 5
L’entrée et la circulation dans le musée sont subordonnées à la possession d’un titre d’accès en cours de validité :
- ticket payant ou gratuit délivré par une caisse
- carte délivrée par une autorité habilitée
- attestation de réservation pour les groupes
Les visiteurs doivent rester en possession de ce titre dont la présentation pourra être exigée à tout moment.
Un laissez-passer établi par la direction du musée est nécessaire pour circuler dans les locaux non ouverts au public et en dehors des heures normales
d’ouverture.

Article 6
Dans les musées adaptés en totalité ou en partie pour permettre la circulation de personnes dont la motricité est réduite, la visite peut s’effectuer en
fauteuil roulant.
Le musée décline toute responsabilité pour les dommages causés à des tiers par ces véhicules ou leurs occupants.

Article 7
Il est interdit d’introduire dans le musée des objets qui, par leur destination ou leurs caractéristiques, présentent un risque pour la sécurité des personnes,
des oeuvres ou du bâtiment, et notamment :
- des armes et munitions
- des substances explosives, inflammables ou volatiles
- tous les objets lourds, encombrants ou nauséabonds
- des animaux, à l’exception de ceux utiles à l’accompagnement des personnes reconnues handicapées
Le refus de se conformer aux dispositions de cet article entraîne l’interdiction d’accès au musée.

Article 8
L’utilisation des téléphones portables, la consommation de nourriture de boisson et de tabac ne sont possibles que dans les endroits spécifiquement
signalés dans chaque établissement.

38
Le vestiaire
Article 9
Pour le confort de la visite et sous réserve de la configuration particulière de certains musées, un vestiaire est mis gratuitement à la disposition des visi-
teurs. Le dépôt au vestiaire donne lieu à la remise d’une contremarque.
Les pourboires sont interdits. Le vestiaire est réservé aux seuls visiteurs du musée.

Article 10
L’accès des salles du musée est subordonné au dépôt obligatoire :
- des cannes et béquilles, sauf celles nécessaires aux personnes âgées ou handicapées
- des parapluies sauf s’ils peuvent être contenus pliés dans un vêtement ou dans un sac à main
- de tout objet pointu, tranchant ou contondant
- des sacs et objets dont l’une des dimensions excède 40 centimètres
- des casques de motocycliste
- des pieds et supports d’appareils photographiques
- des oeuvres d’art ou fac-similé, des moulages et affiches
- des poussettes-cannes en cas de grande affluence.

Article 11
Ne doivent pas être déposés au vestiaire :
- les sommes d’argent
- les papiers d’identité
- les chéquiers et cartes de crédit
- les objets de valeur, notamment les bijoux, les appareils photographiques et les caméras.

Article 12
En cas de perte, vol ou dégradation d’un objet ou d’un ensemble d’objets déposé au vestiaire sous un numéro unique, le visiteur peut prétendre à
indemnisation sous réserve de produire les justificatifs nécessaires et conformément aux procédures en vigueur à la Ville de Paris.
Le musée décline toute responsabilité pour les vols d’objets non déposés au vestiaire.

Article 13
Les agents reçoivent les dépôts dans la limite de la capacité du vestiaire. Les objets de grande dimension peuvent être refusés temporairement en période
d’affluence.

Article 14
Pour des raisons de sécurité, l’acceptation d’un sac ou d’un paquet au vestiaire peut être subordonnée à son ouverture par le visiteur.
Les agents peuvent refuser le dépôt des objets dont la présence ne leur paraît pas compatible avec la sécurité de l’établissement.

Article 15
Tout dépôt au vestiaire doit être retiré le jour même avant la fermeture de l’établissement.
En cas de perte de la contremarque, les objets ne pourront être récupérés qu’à la fermeture du musée.
Les objets non retirés à la fermeture sont considérés comme des objets trouvés.

Article 16
Les objets trouvés dans le musée sont portés au vestiaire puis transférés à l’issue d’une durée d’un mois au service central des objets trouvés de la
Préfecture de police, 36 rue des Morillons, 75015 Paris.

Du bon usage du musée


Article 17
Afin de préserver le calme nécessaire à la visite du musée et de permettre le bon déroulement des manifestations qui y sont organisées, il est demandé aux
visiteurs d’éviter de troubler les lieux par leur attitude, leur tenue ou leurs propos.

Article 18
Il n’est pas permis de procéder à des quêtes dans l’enceinte de l’établissement ni de s’y livrer à tout commerce, publicité ou propagande.
Toute enquête, tout sondage d’opinion auprès des visiteurs doivent être soumis à une autorisation préalable du chef d’établissement.

Article 19
Toute action risquant de porter atteinte à la sécurité des personnes, des biens et des bâtiments est rigoureusement proscrite.
Pour assurer la protection des collections, il est notamment interdit de :
- toucher aux oeuvres et au décor, de s’appuyer sur les vitrines, socles et autres éléments de présentation
- de franchir les obstacles destinés à protéger les oeuvres et le décor
- d’apposer des graffitis, affiches, marques ou salissures

Article 20
Dans l’intérêt général, les visiteurs sont tenus de suivre les recommandations ou de se conformer auxn instructions qui leur sont communiquées par le
personnel. Dans le cas contraire, ils pourront recevoir l’injonction de quitter le musée et s’y conformeront sans délai.

39
Consignes liées à la sécurité des personnes, des biens et des bâtiments
Article 21
Pour des raisons de sécurité, le personnel peut être amené à tout moment à demander aux visiteurs d’ouvrir sacs et paquets et d’en présenter le contenu à
l’entrée ou à la sortie comme en tout endroit du musée.

Article 22
Les bagages, sacs ou colis fermés ainsi que tout objet paraissant présenter un danger, abandonnés hors du vestiaire pourront, pour des raisons de sécurité,
être détruits sans délai ni préavis par les services compétents.

Article 23
Les visiteurs contribuent à la sécurité en signalant à l’agent d’accueil ou à l’agent de surveillance le plus proche tout accident ou événement anormal.

Article 24
Si l’évacuation du bâtiment est nécessaire, elle s’effectue dans l’ordre et la discipline sous la conduite du personnel du musée conformément aux consignes
reçues de ce dernier.

Article 25
En cas d’accident ou de malaise, il est interdit de déplacer le malade ou l’accidenté, de le faire boire ou de lui administrer un médicament quelconque
avant l’arrivée des secours.
Si, parmi les visiteurs, un médecin, un infirmier, un secouriste intervient, il lui est demandé de présenter sa carte professionnelle ou d’habilitation et de
demeurer auprès du malade ou de l’accidenté jusqu’à son évacuation. Il est invité à laisser son nom et son adresse à l’agent du musée présent sur les lieux.

Article 26
En présence d’un début d’incendie, le sinistre doit être signalé immédiatement :
1. Verbalement à un agent de la surveillance
2. Dans les établissements équipés, par l’utilisation des boîtiers « bris de glace » répartis dans les espaces et
reliés au Poste de Contrôle.

Article 27
Tout visiteur du musée est invité à donner l’alerte en cas de déplacement ou d’enlèvement suspect d’une oeuvre.
Conformément à l’article R. 642-1 du Code pénal, chacun est tenu de prêter main-forte au personnel du musée lorsque le concours des visiteurs est requis.
En cas de tentative de vol, des dispositions d’alerte peuvent être prises comportant notamment la fermeture des accès et le contrôle des sorties, le temps
nécessaire pour se livrer aux investigations indispensables.

Article 28
En cas d’affluence excessive, de trouble, de grèves ou d’insuffisance de personnel et en toute situation de nature à compromettre la sécurité des personnes
ou des biens, il peut être procédé à la fermeture totale ou partielle du musée ou à la modification des horaires d’ouverture.
Le chef d’établissement ou son représentant peuvent prendre toute mesure imposée par les circonstances.

Article 29
Tout enfant égaré est confié à un agent du musée qui l’accompagne à l’accueil. Si cet enfant n’a pas été rejoint par ses proches à la fermeture du musée, il est
conduit au commissariat de police le plus proche.

Dispositions relatives aux jardins, péristyles, cours


Article 30
Est interdit tout acte susceptible de menacer ou porter atteinte à la sécurité des personnes et des biens notamment :
- escalader
- se livrer à des courses-poursuites, bousculades, glissages, escalades ;
- gêner la circulation des visiteurs ;
- pratiquer des exercices ou jeux de nature à troubler la tranquillité des lieux, à causer des accidents ou à dégrader les ouvrages et plantations ;
- se déplacer en rollers ;
- apposer des affiches ou écriteaux mobiles et effectuer des inscriptions ou graffitis de quelque nature que ce soit ;
- se baigner ou patauger dans les bassins, marcher, courir sur les margelles ;
- s’asseoir ou marcher sur les pelouses ;
- détériorer les plantations, cueillir des fleurs, casser ou couper du feuillage, mutiler les arbres ou y monter ;
- jeter à terre papier ou détritus ;
- camper ou installer même quelques instants tout dispositif destiné au campement ;
- abandonner, même quelques instants, des objets personnels.

Dispositions relatives aux groupes


Article 31
Les visites de groupes sont conduites par un responsable qui s’engage à faire respecter l’ensemble du présent règlement. Il est l’interlocuteur unique du
service d’accueil du musée.

Article 32
L’effectif de chaque groupe, déterminé par le chef d’établissement en fonction des capacités d’accueil est au maximum de trente (30) personnes.
Pour les groupes scolaires, il est exigé au minimum un accompagnateur pour 7 élèves de classes maternelles ou primaires et un pour 15 élèves du
secondaire. Les visiteurs en groupe doivent respecter la fluidité de visite pour le confort de l’ensemble des autres visiteurs.

40
Selon l’affluence, il pourra être demandé aux groupes de se fractionner afin de faciliter la circulation des autres visiteurs.

Article 33
Les groupes doivent réserver un horaire de visite. Leur admission dans le musée se fait sur présentation au contrôle du bulletin de réservation envoyé au
responsable du groupe.
Les groupes se présentant spontanément peuvent ne pas être accueillis si les capacités d’accueil sont atteintes.
La Ville de Paris ne détermine pas de catégories particulières de conférenciers ou d’accompagnateurs de groupes.

Article 34
La visite en groupe doit s’exercer dans le respect des conditions de visite fixées dans le présent règlement.

Dispositions relatives aux prises de vues et copies


Article 35
Dans les salles des collections permanentes, les oeuvres peuvent être photographiées ou filmées pour le seul usage privé de l’opérateur.
Le musée décline toute responsabilité au regard de tout usage public non déclaré.
Dans les salles où sont présentées des expositions temporaires, les prises de vues peuvent faire l’objet de restrictions signalées à l’entrée des salles ou à
proximité des oeuvres.

Article 36
Pour la protection des oeuvres comme pour le confort des visiteurs, l’usage des flashes, des lampes et autres
dispositifs d’éclairage est interdit.

Article 37
Il est interdit de photographier ou de filmer les installations et équipements techniques.

Article 38
Tout enregistrement, prise de vue ou prise de son dont le personnel et le public pourraient faire l’objet nécessitent, outre l’autorisation du chef d’établisse-
ment, l’accord des intéressés.
Le musée décline toute responsabilité vis-à-vis des tiers en cas d’infraction à ces dispositions.

Article 39
Sans préjudice des dispositions de l’article précédent, la photographie professionnelle, le tournage de films,
l’enregistrement d’émissions radiophoniques et de télévision sont soumis à une réglementation particulière.

Article 40
L’exécution de copies d’oeuvres du musée nécessite une autorisation du chef d’établissement. Les bénéficiaires
sont tenus de se conformer à la présente réglementation et aux prescriptions
particulières qui leur sont communiquées en ce qui concerne notamment la protection des oeuvres à copier et les
droits de reproduction éventuels.

Article 41
Le personnel du musée et au premier chef les agents d’accueil et de surveillance est chargé de faire appliquer le
présent règlement.

Article 42
La méconnaissance des prescriptions du présent règlement expose les contrevenants à l’expulsion de
l’établissement et le cas échéant à des poursuites judiciaires.

Article 43
Le présent règlement sera porté à la connaissance du public dans chaque musée de la Ville de Paris par voie
d’affichage.

41
Index alphabétique
A
A comme Accessibilité au public en situation de handicap et aux personnes à mobilité réduite...
A comme Activité et Aide......................................
A comme Assurer la sécurité du public....................................

B
B comme accueil Bilingue.......................................................

E
E comme grille d’Evaluation ...............................................
E comme Empêcher la dégradation des oeuvres........................
E comme musées et services des Environs................................

F
F comme Faciliter le confort des visiteurs...............................

H
H comme Heures d’ouvertures au public....................
H comme 7 dates clés de l’Histoire du musée.........................

M
M. comme MAM-VP.....................................................................
M. comme Musée de la ville de Paris.......................................

N
N comme Nécessité de service........................................
N comme Numéros utiles : 01 53 67 …...................................

O
O comme 4 Oeuvres monumentales...............................
O comme Outils de travail...............................................

P
P comme 3 axes de Programmation................................
P comme Plan des salles.........................................................
P comme Planning.................................................................

R
R comme Règles de travail:..............................................

S
S comme Services d’accueil et de surveillance du MAM...

T
T comme Tarifs.........................................................................
T comme Temps de travail...................................................

V
V comme Venir au musée............................................................
V comme Vestiaire...............................................................

Eléments fournis par la ville et le musée pour chaque vacataires

1. Un Engagement moral signé à la direction


2. Un Contrat de travail : arrêté et décision d’affectation
3. Un Dossier d’accueil comprenant : 1 livret, 1 mémento, 1 fiche de demande de carte de cantine, 1 fiche de renseignement,
1 fiche de demande de remboursement partiel des titres de transport et 1 badge, 1 planning 147h pour les vacataires temps-
plein.

42

Centres d'intérêt liés