Vous êtes sur la page 1sur 10

LES ALIMENTS APHRODISIAQUES …

TOUS DES PLACEBOS ?


R.J. OPSOMER,
J.P. AUQUIÈRE*
Mots-clefs : ginseng – diététique – dysfonction sexuelle – viticulture belge - phytothérapie
Keywords : ginseng – dietetics – sexual disorders – Belgian viticulture - phytotherapy

Correspondance :
Pr. R.J. Opsomer
Université catholique de Louvain RÉSUMÉ
Cliniques universitaires Saint-Luc
Centre de Pathologie Sexuelle Masculine
(CPSM)
Avenue Hippocrate 10
B-1200 Bruxelles
E-mail : r.opsomer@skynet.be
De tout temps, la sexualité et les performances sexuelles ont sus-
cité l’intérêt des hommes et des thérapeutes à travers le monde.
FOOD APHRODISIACS …. Durant des siècles (voire des millénaires), la phytothérapie a été
ALL PLACEBOS ? le seul « recours » thérapeutique (plus ou moins efficace?) des
Sexuality and sexual performance have always dysfonctions sexuelles; les autres formes de traitement étant le
captured the interest of men and therapists all plus souvent aléatoires ou dénuées de tout fondement, parfois
over the world. For centuries (even millennia),
phytotherapy was the only effective therapeutic même toxiques.
“recourse”; the other forms of treatment being
most often hazardous or void of any foundation • Le ginseng, évalué dans plusieurs études en double aveugle,
and sometimes even toxic. The 20th century saw
the explosion of “scientific” medicine based s’est révélé efficace tant sur le plan de la stimulation de la
on evidence and therapies with synthetical
medications, excluding at the outset, traditional libido que de la « mécanique » érectile
medications, notably phytotherapy and other
alternative therapies. Nevertheless, the end of • Gingembre, ginkgo et bois bandé ne semblent guère plus effi-
the 20th century saw a certain “return to the
sources” with the alternative therapies regai- caces qu’un placebo
ning a place alongside the classic medicine,
including in sexology and this, in spite of the
marketing of the phosphodiesterase type 5 inhi- • Certaines plantes utilisées lors de rituels africains et sud-amé-
bitors, the first oral synthesized drugs that are ricains ne sont pas dénuées d’effets secondaires à court et/ou
actually effective to treat erectile dysfunction.
• Several placebo-controlled studies demon-
long terme. Elles ne sont donc pas recommandées
strated the efficacy of ginseng to improve
libido and erection • La truffe noire (Tuber melanosporum) est réputée aphrodisia-
• Ginger and ginkgo biloba proved as effec-
tive as a placebo
que : une molécule proche de la testostérone a été isolée du
• The truffle (Tuber melanosporum) known champignon : le stéroïde 5-α-androst-16-en-3α-ol
for centuries as having aphrodisiac proper-
ties contains a substance close to testoster- • Le cacao contient plusieurs molécules psycho-stimulantes : la
one : the 5-α-androst-16-en-3α-ol steroïd
• Cacao contains several “psycho-active” théobromine, la phényléthylamine… Le chocolat serait-il un
substances: theobromin, phenylethylamin… stimulant du cerveau et de l’appétit sexuel?
Chocolate: a brain stimulator?
• (Red) wine, at low dosages, has positive
effects on sexual interest and ejaculation. • Le vin (rouge) : boisson « dés-inhibante » à petites doses ?
Furthermore the cardioprotective properties boisson cardio-protectrice… à petites doses également. La
of red wine (the so-called French Paradox)
have been confirmed théorie du « Paradoxe français » est toujours d’actualité. Elle a
• Today the impact of the vascular risk factors été revisitée récemment.
on sexual function is well known. Prevention
of erectile dysfunction is recommended by
adopting a adapted diet and life style. • Impact des facteurs de risques vasculaires sur la fonction
sexuelle et intérêt d’une prévention par une alimentation et
* Université catholique de Louvain, Faculté de une hygiène de vie adaptées.
Médecine, Laboratoire de Botanique pharmaceutique

S160
LES ALIMENTS APHRODISIAQUES ... TOUS DES PLACEBOS ?

INTRODUCTION
Figure 1 – Racines de ginseng : 2 « jambes » inégales.

Depuis l’antiquité, la fonction sexuelle et les


dysfonctions qui en découlent ont suscité l’intérêt
des thérapeutes de « tout bord » : sorciers, chi-
rurgiens-barbiers, médecins, diététiciens, phar-
maciens, botanistes, homéopathes et malheu-
reusement aussi quelques charlatans ont tenté
d’améliorer voire de décupler les performances
sexuelles (1)…. Jusqu’au XXe siècle, les patients
« impuissants» étaient le plus souvent soumis à
des traitements empiriques dont l’efficacité était
très discutable.

Le XXe siècle a été marqué par l’explosion des Il existe plusieurs espèces de ginseng. Citons
médicaments de synthèse aux dépens de la phy- entre autres :
tothérapie. Toutefois, on assiste aujourd’hui à un – Panax ginseng C.A. Meyer : originaire de Chine
certain retour aux sources après une période de et de Corée. On l’appelle aussi ginseng coréen.
monopole de la médecine scientifique et par les – Panax japonicum C.A. Meyer : encore appelé
preuves (evidence based medicine). La phytothérapie bambou ginseng.
combinée à une diététique et une prise en consi- – Panax quinquefolium L. ou ginseng américain.
dération des facteurs de risques vasculaires nous
fournit aujourd’hui des formules pour restaurer Citons par ailleurs le ginseng de Sibérie : cette
une sexualité défaillante ou améliorer les perfor- plante n’appartient pas au genre Panax mais elle
mances sexuelles : illusion ou réalité ? Traitements a des propriétés similaires au ginseng. Elle appar-
placebos ou substances actives ? tient à l’espèce Eleutherococcus senticosus Maxim
ou Acanthopanax. On l’appelle dans le jargon
local : poivre sauvage ou buisson du diable…
Nous tentons ici d’identifier les végétaux
et aliments susceptibles d’améliorer la fonc- Nous nous limiterons ici à une description des
tion sexuelle masculine: améliorer la rigidité propriétés du ginseng coréen (Korean Red Ginseng
du pénis, relancer la libido… Contrairement –KRG dans la littérature anglo-saxonne). Les
aux idées largement répandues et souvent pré-
principes actifs du ginseng appelés ginsénosides
conçues, une phytothérapie « raisonnée » et la
(panaxosides) sont concentrés dans les racines;
diététique peuvent avoir un intérêt en sexo-
mais on en trouve également dans les feuilles et
thérapie.
les boutons floraux. A ce jour, 25 ginsénosides ont
été isolés (2, 3). Le ginseng contient de multiples
antioxydants: les vitamines C et E, les acides sali-
QUELQUES PLANTES cylique et vanillique. Il contient des phytostérols
qui réduisent le taux de cholestérol. En médecine,
À LA RESCOUSSE DES PANNES les indications du ginseng sont multiples : cer-
SEXUELLES ? taines ont fait l’objet d’études scientifiques (en
double aveugle et versus placebo).
LE GINSENG
Ginseng et sexualité
Le ginseng est une plante de la famille Des études ont été menées chez l’animal et
des araliacées. Il appartient au genre Panax. chez l’homme.
L’étymologie du mot Panax est très symbolique :
ce mot vient du grec « pan » qui signifie « tout » • Etudes chez l’animal
et « akos » qui signifie « remède ». Le ginseng
serait donc une panacée! En chinois, ginseng Murphy a publié deux études démontrant
signifie « racine ressemblant à l’homme ». Cet les effets favorables des ginsengs américains
anthropomorphisme est dû à l’aspect particu- et asiatiques sur la libido et les capacités
lier de la racine : deux jambes de taille inégales copulatoires du rat. Le ginseng et ses com-
munies de multiples radicelles tombant comme posants ginsénosides agiraient directement
des bras (Figure 1). sur le système nerveux central et l’appa-

2009 ; 128, 8 : S160-169


S161
R.J. Opsomer, J.P. Auquière

reil génital. Les ginsénosides faciliteraient confit en fin de repas. Il est utilisé comme anti-
l’érection en induisant une vasodilatation émétique. En Europe, au XVIIe siècle, le gingem-
et une relaxation des corps caverneux via la bre était conseillé aux marins partant en mer pour
production d’oxyde nitrique par les cellules de longues périodes pour prévenir le scorbut. Les
endothéliales et les terminaisons nerveuses; propriétés aphrodisiaques du gingembre sont
par ailleurs les ginsénosides diminuent la discutables : elles sont rapportées par Nicolas
production de prolactine (4,5). Lemery dans son « Traité des drogues simples »
publié en 1702 (cité par Delaveau - 10).
• Etudes chez l’homme

Choi et al. ont comparé l’efficacité du ginseng


rouge (Korean Red Ginseng - KRG) à la trazo- Figure 2 – Racine de gingembre (rhizome).
done et au placebo chez 90 patients : l’effica-
cité globale attribuée au ginseng rouge était
de 60% contre 30% pour la trazodone et le
placebo. L’effet érectogène du ginseng est
attribué à son contenu en saponine (6).

De Andrade et al.ont traité 60 patients présen-


tant des troubles d’érection légers ou modérés
(critères IIEF-5) : il s’agissait d’une étude en dou-
ble aveugle contrôlée par placebo (prise de 1000
mg de KRG trois fois par jour versus placebo). Les
auteurs ont observé une amélioration statistique-
ment significative des scores IIEF (International
Index for Erectile Function) pour les questions 3 et 5
dans le groupe de patients traités par KRG (7).

Hong et al., dans une étude en double aveugle


avec cross-over, ont évalué l’efficacité de KRG
dans une cohorte de 45 patients. L’efficacité de
KRG a été évaluée sur base du questionnaire IIEF,
d’enregistrements pléthysmographiques noctur-
nes par Rigiscan, dosages hormonaux et Doppler
pulsé du pénis combiné à une stimulation audio-
visuelle. Les patients traités par KRG démontrè-
rent une amélioration significative des critères de
l’IIEF (questions 3 et 4). Par ailleurs, les enregis-
trements par Rigiscan révélèrent des paramètres
de rigidité significativement meilleurs chez les
patients traités par KRG comparativement aux
patients soumis au placebo (8). Et les plantes traditionnelles….
les bois exotiques….

LE GINGEMBRE
(Zingiber officinale Roscoe, Zingibéracées).
Plante vivace à rhizome rampant noueux,
chaque nœud pouvant donner naissance à une LE BOIS BANDÉ
pousse (Figure 2). La plante est originaire d’Asie. (Richeria grandis Vahl., Euphorbiacées)
Les principes actifs du gingembre sont des ses- Richeria Grandis (ou bois bandé) pousse dans
quiterpènes et des aldéhydes. Le gingembre agit
les forêts antillaises. Cet arbre est aussi appelé
comme révulsif et favorise l’afflux de sang dans
« bois d’homme ». L’écorce du bois bandé entre
les organes périphériques. En phytothérapie, on
utilise son rhizome réduit en poudre ou en infu- dans la composition du rhum antillais aux pro-
sion ou encore sous forme de teinture, gélules priétés aphrodisiaques (Figure 3). On ne connaît
ou huile essentielle. Par ailleurs, il entre dans la pas exactement le principe actif responsable de
composition de nombreuses recettes culinaires l’effet vasodilatateur puissant de cette prépara-
sous forme d’épice (9-11). En Chine, il est servi tion (1).

S162
LES ALIMENTS APHRODISIAQUES ... TOUS DES PLACEBOS ?

sur les mécanismes centraux et périphériques de


Figure 3 – Ecorces de bois bandé. contrôle de l’érection. Avant l’arrivée du sildénafil
(Viagra®), la yohimbine était la substance la plus
prescrite à travers le monde pour traiter les trou-
bles d’érection. Elle est prescrite à la dose de 5 mg
trois fois par jour.

L’efficacité de la yohimbine a été évaluée dans


de nombreuses études : les résultats sont cepen-
dant contradictoires. L’efficacité étant comparable
à un placebo dans certaines études. Vogt et al.
estiment l’efficacité de la yohimbine à 70% (versus
40% pour le placebo) dans les troubles d’érection
d’étiologie non-organique (14). Une méta-analyse
(15) évaluant sept études extensives sur le sujet
considérait la yohimbine supérieure au placebo.
Toutefois les auteurs des « Clinical Guidelines Panel
on Erectile Dysfunction of the American Urological
Association » estiment que l’on ne peut pas recom-
LE GINKGO BILOBA (L’ARBRE AUX 40 ÉCUS) mander la yohimbine comme traitement des trou-
(Ginkgo biloba L.) bles d’érection d’étiologie organique (16). Porst,
après une revue extensive de la littérature, estime
Cet arbre a été repéré au Japon par des explo- que la yohimbine a sans doute une place dans les
rateurs européens à la fin du 17e siècle. En 1771, troubles d’érection, soit en cure continue durant
Carl von Linné, le célèbre naturaliste suédois, deux mois à la dose journalière de 10 mg trois fois
le nomme : Ginkgo biloba. Les feuilles de ginkgo par jour, soit à la demande 30 à 60 minutes avant le
regorgent de principes actifs notamment des fla- rapport à la dose unique de 10 à 15 mg (17).
vonoïdes et des terpènes qui sont des piégeurs
des radicaux libres, responsables des phénomènes
dégénératifs du vieillissement. L’extrait de ginkgo LE VOMIQUIER
aurait de multiples applications thérapeutiques : (Strychnos nux vomica L)
dans les troubles circulatoires, les troubles de l’at-
tention et de la mémorisation. Il aurait une action Arbre à feuilles persistantes originaire de
préventive contre les « méfaits de l’âge »…. l’Asie du Sud-Est. Les graines sont utilisées dans
des préparations homéopathiques: elles compor-
Sikora et al. ont évalué l’efficacité de gin- tent des alcaloïdes indoliques (essentiellement
kgo biloba (étude prospective en double aveugle de la strychnine), loganine, acide chlorogénique
et contrôlée par placebo et d’une durée de 24 et huile fixe. Traditionnellement, l’extrait de noix
semaines) chez 32 patients (12). Cette étude ne vomique est considéré comme un stimulant du
démontra ni amélioration subjective des symp- système nerveux central, de la libido et des
tômes ni amélioration objective (sur base d’enre- « potentialités sexuelles » (11). Avant la mise sur le
gistrements pléthysmographiques nocturnes) de marché du sildénafil (Viagra®, Pfizer), l’extrait de
la fonction érectile. Des chercheurs coréens ont noix vomique était régulièrement prescrit: il entre
évalué l’effet de ginkgo biloba sur la dysfonction dans la composition de prescriptions magistrales
sexuelle secondaire à la prise de médicaments combinant: chlorhydrate de yohimbine, extrait de
antidépresseurs : il s’agissait d’une étude en dou- noix vomique et méthyl-testostérone.
ble aveugle et contrôlée par placebo. Ginkgo biloba
ne se révéla pas supérieur au placebo (13).
Et d’autres encore ….
LE YOHIMBE
(Pausinystalia yohimbe (K. Schum.) Pierre
ou Coryanthe yohimbe K. Schum
La yohimbine est un alcaloïde extrait de l’écor-
LE TRIBULUS TERRESTRIS
(Zygophyllacée)
ce de Yohimbe, arbre d’Afrique occidentale. La
molécule bloque les récepteurs alpha-2 adréner- Cette plante contient une série de substances
giques. La yohimbine aurait une action à la fois dont des saponines ayant une activité de type sté-

2009 ; 128, 8 : S160-169


S163
R.J. Opsomer, J.P. Auquière

roïdienne. Tribulus terrestris produit une substance LES CHAMPIGNONS


dénommée «protodioscine » supposée se transfor-
mer en DHEA. Des études expérimentales menées Ils constituent une source non négligeable
chez l’animal ont laissé entrevoir la possibilité d’acides aminés, d’éléments minéraux et vitami-
d’améliorer la fonction érectile après administra- nes. Traditionnellement, certains champignons
tion de Tribulus terrestris; résultats toutefois non sont recommandés contre « l’asthénie sexuelle ».
confirmés chez l’homme à ce stade (18- 20). Malheureusement à notre connaissance, la littéra-
ture scientifique est très pauvre à ce sujet. Tardif
a recensé six champignons « réputés » utiles dans
DAMIANA : ... un aphrodisiaque pour les femmes ... ? l’asthénie sexuelle : Boletus aerus, Boletus edu-
Extrait deTurnera diffusa Willd. ex Schultes lis, Cordyceps sinensis, Morchella rotunda, Sparassis
(Turneracées) crispa et Tricholoma matsutake (22). Ajoutons à cette
liste, la célèbre truffe (Tuber melanosporum).
La plante est originaire du Mexique. Les mayas la
connaissaient déjà pour ses propriétés médicinales et La truffe noire du Périgord (Tuber melanos-
aphrodisiaques. On utilise les feuilles séchées pour porum) réputée aphrodisiaque dans la tradition
en faire des extraits alcooliques. Certains fument la populaire, a fait l’objet de quelques études scien-
plante séchée. Elle provoquerait une légère eupho- tifiques. On la dit « productrice de précurseurs »
rie, un peu semblable à celle induite par Cannabis de la testostérone ? En fait, ce champignon, peu
sativa L. (21). Selon Hostettmann : « Beaucoup de fem- esthétique, est caractérisé par un arôme incom-
mes témoignent que des préparations à base de Damiana parable et posséderait un principe actif qui a été
prises une à deux heures avant un rapport leur permet étudié par Claus et al. (23). Ces auteurs auraient
d’être plus excitées sexuellement et d’atteindre l’orgasme mis en évidence dans la truffe une substance
plus facilement » (21). Toutefois il semblerait que cette volatile de structure proche de celle de la testos-
plante soit hépatotoxique ? térone: le stéroïde 5α-androst-16-en-3α-ol. Cette
substance est également produite par le verrat;
ceci expliquerait « l’enthousiasme » des truies à
LA RACINE DU PAROUL rechercher des truffes jusqu’à un mètre de pro-
Plante magique originaire d’Asie. Toute aussi fondeur. L’homme aussi produirait cette « phé-
mystérieuse quant à son éventuelle efficacité romone » (23,24). Il n’est donc pas surprenant
(Figure 4). Il n’y a pas d’information scientifique que la tradition accorde des vertus particulières à
disponible sur cette plante, à notre connaissance. des préparations culinaires à base de truffes (ex :
l’omelette aux truffes). Brillat-Savarin considérait
les truffes comme un excellent aphrodisiaque
pour les femmes en les rendant plus ardentes….
Figure 4 – Bois de Paroul. Rappelons qu’outre la truffe noire (Tuber melanos-
porum Vitt.), il y a aussi la truffe blanche d’Alba
(Tuber magnatum Pico.).

Un autre champignon, le shiitake ou Lentinus


edodes (Berk.) Sing (Agaricaceae) est apprécié en
Chine et au Japon pour ses propriétés nutritives
et aphrodisiaques (21).

LES ALIMENTS

LE CACAO ET LE CHOCOLAT :
DES MÉDICAMENTS IMPORTÉS DU NOUVEAU
MONDE ?
A l’origine, le cacao, extrait de Theobroma
cacao L., (ce qui signifie en grec : nourriture des
dieux) était considéré comme un médicament
(25). Dillinger a publié une analyse exhaustive sur
l’utilisation en médecine du cacao et du chocolat
du XVIe au XXe siècle sous le titre « Food of the

S164
LES ALIMENTS APHRODISIAQUES ... TOUS DES PLACEBOS ?

Gods : cure for humanity ? » (26). Louis Lemery LA VIGNE ET LE VIN


en 1702 déclare que : « le chocolat est un fortifiant,
qu’il favorise la digestion et adoucit les humeurs âcres, « Je ne connais de sérieux ici bas que la culture
de la vigne » Voltaire
qu’il est aphrodisiaque et favorise la conception. Il
réveille et fortifie la mémoire » (27). Au XIXe et au Les propriétés du vin de raisin ont été étu-
début du XXe siècle, le chocolat est considéré tour diées en détail depuis Pasteur qui considérait
à tour comme médicament, fortifiant, complément le vin « comme la plus saine et la plus hygiénique
alimentaire et stimulant (28, 29). Les théologiens des boissons ». Les raisins de cuve utilisés pour
aussi donneront leur avis sur les « dangers » de la la production du vin sont le plus souvent issus
consommation de chocolat. de Vitis vinifera L. Les principaux constituants
du vin sont, outre l’eau et les alcools, les acides
Le cacao est riche en phényléthylamine, un organiques et les dérivés phénoliques. Parmi les
précurseur de la sérotonine impliquée dans la acides organiques figurent l’acide tartrique (qui
régulation de l’humeur. De ce fait le cacao a un contribue à la fraîcheur du vin) et l’acide mali-
effet euphorisant et légèrement antidépresseur. Il que qui est transformé en acide lactique lors de
contient aussi une concentration non négligeable la fermentation malo-lactique. Au cours de cette
en magnésium connu pour son effet anxiolytique. dernière, le vin perd son acidité. Parmi les dérivés
Enfin, il contient de la théobromine et de la caféi- phénoliques : on distingue les acides phénols, les
ne: deux substances psycho-stimulantes. pigments phénoliques (flavonoïdes et anthocya-
nes) et les tanins. Les anthocyanes sont les pig-
Le chocolat, quant à lui, est composé de cacao, ments rouges de la pellicule des raisins noirs; on
de sucre, de beurre de cacao et de sel. Ce savant les retrouve aussi dans la feuille de vigne en fin de
mélange lui confère des propriétés psycho-stimu- cycle végétal (35).
lantes auxquelles recourent beaucoup de person-
Traditionnellement on estime que la culture de
nes : notamment les étudiants en période d’exa-
la vigne en plein air est vouée à l’échec au-delà du
mens ! Certaines personnes versent dans la « cho-
50e parallèle et qu’en particulier en Belgique les
colatomanie », véritable dépendance à une drogue
conditions climatiques ne se prêtent pas à la pro-
douce : le chocolat. Celui-ci contient de l’ananda-
duction d’un vin de qualité. En réalité, ces deux
mide en faible quantité, substance cannabinoïde affirmations sont erronées car il existe des vigno-
endogène aux propriétés euphorisantes (30). bles dans des contrées aussi septentrionales que
les régions de Sachsen et Saale-Unstrut (ancien-
En 1999, deux brefs articles publiés dans la revue
nement Allemagne de l’Est) et l’île Bornholm
« The Lancet » stigmatisaient les propriétés anti-
(Danemark). En ce qui concerne la Belgique, la
oxydantes du chocolat (31,32). Plusieurs travaux ont
vigne y fut introduite dès le haut Moyen Age lors
démontré que les flavonoïdes contenus dans le cho- de l’établissement des premiers monastères…les
colat noir (en particulier l’épicatechin) avaient un moines ayant besoin de vin pour leurs offices. Un
effet cardio-protecteur. Par contre, le chocolat au lait vignoble est cité à Gand à l’abbaye Saint-Pierre
peut interférer avec l’absorption des anti-oxydants dès 815 et à Tournai dès 945 (36, 37). La viticulture
contenus dans le chocolat pur (33). se concentra au Moyen Age dans les environs
de Louvain et sur la rive gauche de la Meuse de
Huy à Liège. La première mention de vignobles à
CHOCOLAT ET FONCTION SEXUELLE Louvain remonte au début du XIIe siècle. R. Van
Uytven rapporte que 23 pressoirs publics étaient
Classiquement, on attribue au chocolat des
recensés en 1411 à Louvain. Dans cette même
propriétés aphrodisiaques car il augmenterait
ville, en 1473, les vendanges produisirent 13.741
le désir et la satisfaction sexuelle. Une étude
hl de vin (38). Les vignobles belges disparurent
réalisée par Salonia comparant deux groupes de progressivement à partir des 15e et 16e siècles pour
volontaires féminines (un groupe consommant du trois raisons : des vendanges compromises suite
chocolat journellement et un deuxième groupe ne à des conditions climatiques défavorables (gel
consommant pas de chocolat), démontre l’amélio- de printemps, orages et grêle) plusieurs années
ration des scores du Female Sexual Function Index d’affilée (« au cours de la petite glaciation »),
(FSFI) chez les volontaires « soumises » à la prise la meilleure rentabilité d’autres cultures et la
quotidienne de chocolat. Toutefois rapportée à concurrence des vins allemands et français. La
l’âge, la différence entre les deux groupes n’est viticulture se maintint à Louvain jusqu’au XVIIIe
plus statistiquement significative (34). siècle (le dernier pressoir ferma ses portes en

2009 ; 128, 8 : S160-169


S165
R.J. Opsomer, J.P. Auquière

1720) et à Huy jusqu’en 1947 pour ré-apparaître Le vin : un médicament ?


dès 1964 sous l’impulsion de Charles Legot.
Dans l’antiquité, le vin est considéré comme
Le réchauffement climatique est bien percep- un antiseptique. Au XIIe siècle déjà, la mystique
tible en Belgique car depuis 1996 il n’y a plus eu allemande Hildegarde de Bingen prescrivait du
de dégâts dus au gel dans les vergers lors de la vin pour traiter les maladies du cœur (39). Dès
période critique des « saints de glace » dans le 1819, S. Black, cité par Adam et Jault, consta-
courant du mois de mai. Actuellement plus de 100 tant dans une étude épidémiologique sur l’an-
vignobles sont recensés en Belgique (Figure 5). Il gine de poitrine que cette affection était fréquente
en Irlande et paradoxalement peu rapportée en
est tout à fait possible de produire vin blanc, vin
France, déclarait que cette différence était liée aux
rouge et vin mousseux en Belgique; plusieurs AOC
« habitudes et mode de vie des français, la douceur de
ont d’ailleurs été délivrées récemment pour des
leur climat et le caractère particulier de leur humeur »
régions précises de Flandre et de Wallonie.
(35). Cette affirmation pourrait être considérée
comme le premier énoncé du fameux « Paradoxe
français ». En novembre 1991, à l’occasion d’un
Figure 5 – Petit vignoble à Grez-Doiceau scoop télévisé sur CBS, les américains découvrent
(Ardennes brabançonnes). le « French Paradox » : la mortalité par affection
ischémique cardiaque est plus faible en France
qu’aux Etats-Unis (35). La réalité du paradoxe
français a été analysée, validée, contredite et
finalement nuancée au cours des deux dernières
décennies. Elle a eu le mérite d’induire des études
épidémiologiques et expérimentales de qualité
permettant de comprendre le rôle des procyani-
dines du vin sur l’endothélium et sur la proliféra-
tion cellulaire.

Il a été démontré que le vin (et non l’alcool)


avait un pouvoir antioxydant : en fait ce sont les
flavonoïdes du vin qui ont un effet inhibiteur sur
l’oxydation des LDL. Les vins rouges ont un pou-
voir antioxydant plus élevé que les vins blancs. La
A : rangées de plants de Chardonnay
richesse du vin en polyphénols aux vertus anti-
oxydantes, est à la base du paradoxe français. Ces
polyphénols agiraient entre autres, en protégeant
les lipoprotéines de type LDL contre l’oxydation.
Ce phénomène contribuerait, in fine, à diminuer la
formation de la plaque athéromateuse. Ainsi ces
antioxydants contribueraient à diminuer le risque
de maladie cardio-vasculaire (35).

La quantité et la qualité des polyphénols du


vin est fonction du type de fermentation : un vin
issu d’une fermentation longue contiendra une
quantité importante de polyphénols (flavonoï-
des, acides-phénols). Par ailleurs, les vins rouges
contiennent des tanins condensés. Le vin élevé en
barrique contient en plus des tanins hydrolysa-
bles (35, 40).

DISCUSSION
Au cours du XXe siècle, le stress, la pollution,
une alimentation industrielle et déséquilibrée ont
contribué à altérer la qualité de vie et à perturber
B : rangées de Pinot Noir les fonctions sexuelles érotique et reproductrice

S166
LES ALIMENTS APHRODISIAQUES ... TOUS DES PLACEBOS ?

de l’homme et de la femme. Un retour aux sources ments et tous les « traitements pharmacologiques»
s’est amorcé depuis quelques années notamment doivent être appliqués sous contrôle médical.
sous l’impulsion des écologistes qui ont stigma-
tisé les dérives de notre société de consommation.
A la fin du siècle dernier, qui a été le siècle des ALIMENTATION MODERNE ET HYGIÈNE DE VIE
médicaments de synthèse, le monde médical est
Où en sommes-nous aujourd’hui ? Notre ali-
revenu peu à peu « à la raison » en concédant
mentation peut-elle venir au secours de notre santé
une place, certes réduite, mais significative aux
sexuelle défaillante ? L’alimentation serait-elle la
médecines « naturelles » telles que la phytothé-
troisième médecine? (41). La première méde-
rapie. Par effet de balancier : d’autres médecines
cine : c’est la médecine scientifique (moderne) des
alternatives sont (ré)apparues : l’aromathérapie,
signes ou symptômes jusqu’aux traitements des
la gemmothérapie….
maladies les plus complexes. La deuxième méde-
cine est représentée par les « médecines douces » :
l’homéopathie, la naturopathie. L’homéopathie
LES MÉDECINES ANCIENNES utilise des médicaments à des doses « très faibles
ET TRADITIONNELLES et même extrêmement petites »; en cela, elle s’op-
Dans la tradition universelle, de nombreux pose à la médecine « scientifique ». La troisième
aliments sont réputés aphrodisiaques. Certains médecine : c’est l’alimentation (45) et l’on rejoint
agiraient en stimulant le désir; d’autres auraient ici l’adage d’Hippocrate :
la propriété de pallier à des pannes sexuelles.
Certains aliments évoquent, par leur aspect, le « Que ton alimentation soit ta seule médecine »
sexe de l’homme ou de la femme (1). Très souvent
il s’agit d’une association d’idées, d’une simili-
tude de forme ou d’une valeur symbolique. Dans En médecine, et à fortiori en sexologie: faut-il
l’antiquité, l’homme était persuadé que s’il incor- encore opposer le « tout naturel » au « tout de
porait la force de l’animal mâle (de préférence synthèse » ? Il convient de reconnaître les apports
en rut), il bénéficierait d’une meilleure puissance de la biochimie sans négliger les bienfaits des
virile…. médecines alternatives sur la santé de l’homme.
Ces options peuvent d’ailleurs se succéder dans
Parmi les plantes réputées aphrodisiaques ou le temps ou se compléter.
vasodilatatrices, une plante se dégage avec une
certitude scientifique: le ginseng (2-8). A notre Les effets « collatéraux positifs» du vin et
connaissance, c’est la plante qui a été la plus des repas en société sont maintenant reconnus :
étudiée par les scientifiques et qui a fait l’objet le vin favorise le rapprochement social et les
d’études bien menées (en double aveugle et ver- « accords » gastronomiques aux sens premier et
sus placebo chez l’animal et chez l’homme). Le second du terme. Le vin tout comme le chocolat
mode d’action du ginseng est complexe: il semble fait l’objet d’intenses recherches aux plans bio-
que cette plante ait un effet direct sur la fonction chimique et médical : de nouveaux constituants
sexuelle et par ailleurs un effet adaptogène (2 ,3). aux propriétés anti-oxydantes sont régulière-
ment découverts (31-35, 40). Une consommation
Les autres plantes semblent agir sur la condi- modérée de vin rouge (deux verres par jour) est
tion physique et/ou psychique du sujet et auraient recommandée.
donc indirectement un impact sur les perfor-
mances sexuelles. Certaines ont manifestement Les facteurs de risques vasculaires (diabè-
un effet purement placebo (ou suggestif – cf. la te, hypercholestérolémie, hypertension et tabac)
Théorie des Signatures) (1). Cependant en sexo- ainsi que le mode de vie (sédentarité, dépression)
logie, l’effet placebo a une importance non négli- ont un impact négatif sur la fonction sexuelle (42-
geable. 44). La correction de ces facteurs peut dans cer-
tains cas améliorer la fonction sexuelle. Toutefois,
Par ailleurs, il convient de mettre en garde les résultats définitifs de ces études ne sont pas
contre les « drogues » issues de plantes exotiques encore assez étayés à ce stade.
qui stimulent le système nerveux central et qui
indirectement augmentent le désir, désinhibent le
patient paralysé par l’angoisse de performance. CONCLUSION
Leur innocuité - toxicité est mal connue! Nous
souhaitons mettre en garde le lecteur pour éviter Une alimentation variée, basée sur le régime
toute dérive; il convient de baliser les comporte- méditerranéen, comportant une consommation

2009 ; 128, 8 : S160-169


S167
R.J. Opsomer, J.P. Auquière

modérée de vin (rouge) joue très probablement 19. Bedir E, Khan IA : New steroidal glycosides from the fruits of
Tribulus terrestris. J Nat Prod 2000; 63 (12) 1699-1701.
un rôle favorable dans la quête d’un mode de vie
20. Adaikan PG, Gauthaman K, Prasad RN et al.: Proerectile
sain et d’une sexualité équilibrée. La diététique et pharmacological effects of Tribulus terrestris extract on the
la médecine sexuelle sont en constante évolution; rabbit corpus cavernosum. Ann Acad Med Singapore 2000; 29
(1): 22-26.
les recherches en cours et à venir nous aideront 21. Hostettmann K. Tout savoir sur les aphrodisiaques naturels,
très certainement à mieux sélectionner nos ali- Editions Favre, Lausanne, 2000.
ments (41,46, 47). La phytothérapie, tout comme 22. Tardif A. La mycothérapie – Médecine par les champignons.
Collection Douce alternative, Editions Amyris, Bruxelles,
les médicaments de synthèse, sera prescrite dans 2007.
un but strictement médical pour traiter des dys- 23. Claus R, Hoppen HO, Karg H : The secret of truffles : a steroi-
fonctions sexuelles et non pas… pour « booster » dal pheromone? Experentia 1981; 37: 1178-1179.
des performances…. car là n’est pas notre rôle de 24. Langley P. : La truffe, un aphrodisiaque. La Recherche, 1982;
136: 1058-1060.
médecin (48). 25. Opsomer C. Le cacao du côté de la science. In : « Chocolat
– de la boisson élitaire au bâton populaire XVIe – XXe siècle » –
Catalogue d’exposition, Galerie de la CGER, Bruxelles, 1996,
chapitre 6, 91-104.
26. Dillinger TL, Barriga P, Escarcega S et al.: Food of the gods :
Cure for humanity ? A cultural history of the medicinal and
RÉFÉRENCES ritual use of chocolate. Am Soc Nutritional Sciences 2000; 2057S
- 2072S.
1. Bertrand B. L’herbier érotique. Histoire et légendes des plantes 27. Lemery L : In Hoefer : Nouvelle biographie générale depuis les
aphrodisiaques. Editions Plume de Carotte, Toulouse, 2005. temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements
2. Serrand M. Ginseng: mille ans de bienfaits. Editions Alpen, bibliographiques et l’indication des sources à consulter. Tome XXX,
Monaco, 2005. Paris, colonne 603-604, 1859.
3. Nocerino E, Amato M, Izzo AA : The aphrodisiac and adap- 28. Servais P. Médecine, diététique et chocolat au XIXe siècle.
togenic properties of ginseng. Fitoterapia 2000; 71: S1-S5. In : « Chocolat – de la boisson élitaire au bâton populaire XVIe –
4. Murphy L, Cadena RA, Chavez D, et al. : Effect of American XXe siècle » – Catalogue d’exposition, Galerie de la CGER,
ginseng (panax quinquefolium) on the male copulatory Bruxelles, 1996, chapitre 13, 211-220.
behaviour in the rat. Physiology and Behavior 1998; 64: 445- 29. Servais P, Geubel A. Médecine et chocolat au XXe siècle.
450. In : « Chocolat – de la boisson élitaire au bâton populaire XVIe –
5. Murphy L, Jer-Fu Lee T : Ginseng, sex behaviour and nitric XXe siècle » – Catalogue d’exposition, Galerie de la CGER,
oxide. Ann N.Y. Acad Sci 2002; 962: 372-377. Bruxelles, 1996, chapitre 15, 237-246.
6. Choi HK, Seong DH, Rha Kh : Clinical efficacy of Korean red 30. Di Tomaso E, Beltramo M, Plomelli D : Brain cannabinoids in
ginseng for erectile dysfunction. Int J. Impotence Res 1995; 7: chocolate. Nature 1996; 382: 677-678.
181-186. 31. Arts ICW, Hollman PH, Kromhout D : Chocolate as a source
7. De Andrade E, De Mesquita A, De Almeida Claro J, et al. : of tea flavonoids. The Lancet 1999; 354: 488.
Study of the efficacy of Koren Red Ginseng in the treatment 32. Lazarus SA, Hammerstone JF, Schmitz HH : Chocolate
of erectile dysfunction. Asian J Androl 2007; 9: 241-244. contains additional flavonoids not found in tea. Letter to the
8. Hong B, Hwan Ji Y, Hyuk Hong J, et al. : A double-blind cross- editor. The lancet 1999; 354: 1825.
over study evaluating the efficacy of Korean Red Ginseng in 33. Serafini M, Bugianesi R, Maiani G, et al. : Plasma antioxidants
patients with erectile dysfunction: a preliminary report; J Urol from chocolate. Nature 2003; 424 : 1013.
2002; 168: 2070-2073. 34. Salonia A, Fabbri F, Zanni G, et al.: Chocolate and women’s
9. Wolf P. Les aliments contre les troubles sexuels. Editions sexual health: an intriguing correlation. J Sex Med 2006; 3: 476-
Trajectoire, Paris, 2007. 482.
10. Delaveau P. Expliquez-moi les épices - Aromates ou médica- 35. Adam A, Jault J.L. Le bonheur est dans le vin. Les Editions de
ments ? Editions Pharmathèmes, Paris, 2006. l’Homme, Montréal, 2006.
11. De La Roque O, De La Roque R. Les plantes médicinales du 36. Van Uytven R. La viticulture dans le duché de Brabant. In :
jardin d’Aphrodite, Librairie de Médicis, Orsay, France, 2000. « Les Routes de laTreille ». Catalogue d’une exposition organi-
sée par la CGER – Bruxelles 1990, p.52-57.
12. Sikora R, Sohn MH, Engelke B et al.: Randomized placebo-
controlled study on the effects of oral treatment with gingko 37. Theyskens J. La vigne – Traité pratique de sa culture sous verre et
biloba extract in patients with erectile dysfunction. J Urol à l’air libre suivi de l’histoire de vignobles de Belgique.- Editions
1998; 159: 5 (suppl.240). Lebègue, Paris et Bruxelles, 3e édition, 1887.
13. Byung-Jo K, Seung-Jae L, Moon-Doo K et al.: A placebo-con- 38. Van Uytven R. De drankcultuur in de zuidelijke Nederlanden
trolled, double blind trial of gingko biloba for antidepressant- tot in de XVIIIde eeuw – extrait d’un catalogue d’exposition
induced sexual dysfunction. Human Psychopharmacology 2002; sur le thème « Drinken in het verleden » –- Stedelijk museum
17: 279-284. Van Der Kelen- Mertens, Louvain, 1973.
14. Vogt HJ, Brandl P, Kockott G: Double-blind, placebo-control- 39. Ferris P. Les remèdes de santé d’Hildegarde de Bingen, Collection
led safety and efficacy trial with yohimbine hydrochloride in Marabout Santé, N°2859, Editions Marabout, 2002.
the treatment of non-organic erectile dysfunction. Int J Impot 40. Berke B, Vauzour D, Castagnino C, et al. : Vin et santé :
Res 1997; 9: 155-161. découvertes récentes. Journal de Pharmacie de Belgique 2003;
15. Ernst E, Pittler MH : Yohimbine for erectile dysfunction : a 58 : 57-74.
systematic review and meta-analysis of randomized clinical 41. Seignalet J L’alimentation ou la troisième médecine. Collection
trials. J Urol 1998; 159: 433-436. écologie humaine, Office d’Edition Impression Librairie
16. Montague D, Jarow JJ, Broderick GA et al.: Chapter 1: The (O.E.I.L.), François-Xavier de Guibert, Paris, 2004.
management of erectile dysfunction: an AUA Update. J Urol 42 Roumeguère Th, Wespes E : Troubles érectiles et maladies
2005; 174: 230-239. cardiovasculaires en pratique clinique. Rev Med Brux 2007; 28:
17. Porst H. Oral pharmacotherapy of erectile dysfunction. In : 360-366.
Standard Practice in Sexual Medicine. Edited by Porst H and 43. Montorsi P, Roumeguère Th, Montorsi F, et al.: Is there a link
Buvat J. Blackwell Publishing, 2006. between erectile dysfunction and coronary artery disease?
18. Yan W, Ohtani K , Kasai R et al. : Steroidal saponins from EAU Update (Series 2) 2004; 43-8.
fruits of Tribulus terrrestris. Phytochemistry 1996; 42(5):1417- 44. Roumeguère Th, Wespes E, Carpentier Y, et al.: Erectile
1422. dysfunction is associated with a high prevalence of hyperli-

S168
LES ALIMENTS APHRODISIAQUES ... TOUS DES PLACEBOS ?

pidemia and coronary heart disease risk. Eur Urol 2003 ; 44: 47. Médart J. Manuel pratique de nutrition – L’alimentation préven-
355-359. tive et curative, Editions De Boeck, Bruxelles, 2005.
45. Raynaud J. Prescription et conseil en phytothérapie. Editions Tec 48. Opsomer RJ : Les médicaments « modernes » sont-ils inoffen-
& Doc, Lavoisier, Paris, 2007. sifs ? – Avant-propos au symposium du CPSM « Les dysfonc-
46. Curtay JP, Razafimbelo R. Le guide familial des aliments soi- tions sexuelles d’origine médicamenteuse ou autre ». Louvain
gneurs. Editions Albin Michel, Paris, 2005. Med 2007, 126 : S70-71.

2009 ; 128, 8 : S160-169


S169