Vous êtes sur la page 1sur 36

BASES HYDRAULIQUES,

LES PERTES DE CHARGES

Centre de perfectionnement Codification


FRANCIS MONNOYEUR 482 S
Ce document est la propriété de BERGERAT MONNOYEUR TRAVAUX PUBLICS et ne peut être communiqué sans son autorisation.
Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Préface

Ce document explique ce que sont les pertes de charges et leurs conséquences.

Ce chapitre peut sembler sans intérêt pour le mécanicien, cependant la notion de pertes de
charges prend de l'importance lors de la réalisation de montage en adaptation.

Les pertes de charges anormales sont souvent à prendre en considération lors de diagnostics.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 2


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Table des matières

Définition............................................................................................................................................4
Les pertes de charges .......................................................................................................................6
Les pertes de charges distribuées ...................................................................................................8
Exercices sur les relations entre débit et pression.........................................................................16
Analyse des exercices précédents...................................................................................................22
La perte de charge localisée .............................................................................................................24
Les différents écoulements ..............................................................................................................28
Le nombre de Reynolds ...................................................................................................................30
Exemple de tableau / régime d'écoulement .................................................................................... 32
Exercice d'application numérique ....................................................................................................34
Notes personnelles............................................................................................................................36

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 3


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Définition

Dans un circuit où un débit d'huile circule, la pression en amont est toujours supérieure à la pression en
aval.

Ce phénomène est la conséquence d'une difficulté de circulation générée par les frottements de l'huile
sur la paroi du conduit.

Il y a une différence de pression ou perte de charge généralement désignée par ∆P (Delta P, différence
de pression) entre les extrémités du circuit.

Dans une installation bien conçue, les pertes de charge sont faibles.

Les pertes de charges ne doivent pas dépasser 10% de la pression utile de travail.

La perte de charge est dite "distribuée" quand elle concerne l'ensemble d'une canalisation ou d'un
circuit.

Une ∆P dite localisée est également générée entre l'entrée et la sortie d'un composant, explication et
exemple page 24.

Remarques.

Certaines conditions de travail justifient des pertes de charges volontaires, par exemple ;
- le gavage des clapets anti-retour de réaspiration sur les circuits d'équipement des pelles hydrauliques,
- la retenue de charge menante, circuits de rappel de bras, descente de flèche des pelles hydrauliques,
- la création de signal load sensing sur des mouvements en charge menante, par exemple ;
- équipement arrière de tracto-pelles,
- circuit de direction load sensing des tombereaux rigides et articulés

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 4


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Définition

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 5


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges

Le débit est constant en tous les points d'un même circuit.

Ce sont les vitesses de circulation qui varient en fonction des sections.

Q = S1 V1 = S2 V2 = S3 V3 = ... = constante

La perte de charge est dite "localisée" quand elle concerne un raccord, un coude, un étranglement ou un
composant.

Elle peut atteindre une valeur très importante qui ne doit pas être négligée.

Les pertes de charges sont la conséquence des frottements;


- entre fluide et paroi (tuyauterie, raccord, composant),
- entre les molécules du fluide lui-même.

Une augmentation des pertes de charges se traduit par une augmentation de puissance perdue
équivalente au Débit X ∆P.

Les pertes de charges installent les conditions d'un mauvais rendement de l'installation.

Des pertes de charges importantes sont génératrices :


- de consommation d'énergie supplémentaire, la puissance installée doit être supérieure à la
puissance utile correspondant aux besoins réels,
- d'échauffement de la charge d'huile,
- de l'usure plus rapide de la charge d'huile,
- de vibrations qui détruisent les raccordements et fixations,
- de bruits.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 6


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 7


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées

L'expérience suivante permet de mettre en évidence l'influence du frottement sur la ∆P.

Le niveau du fluide est maintenu constant dans le réservoir par l'orifice d'évacuation du trop plein.

L'extrémité de la ligne d'écoulement est obturée par un robinet.

Le fluide étant au repos, il n'y a aucune différence de pression le long de la ligne d'écoulement (principe
de Pascal).

Suivant le principe des vases communicants, le niveau du fluide est identique dans tous les tubes
manométriques.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 8


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 9


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées (suite 1)

Circulation d'un débit dans la ligne d'écoulement.

Par l'orifice légèrement ouvert, un débit circule dans la ligne d'écoulement.

La hauteur du fluide dans les tubes manométriques baisse pour se stabiliser selon une droite, fonction
de la différence de hauteur H.

La hauteur H correspond à la ∆P entre les extrémités de la ligne d'écoulement.

La hauteur du fluide dans les tubes est fonction de la pression qui règne à la base de chacun d'eux.

La pression décroît au fur et à mesure que l'on s'éloigne du réservoir, (la longueur de frottement
augmente).

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 10


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées (suite 1)

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 11


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées (suite 2)

Augmentation du débit.

A une augmentation du débit dans la ligne réalisée par une plus grande ouverture du robinet correspond
une augmentation de H, donc de la ∆P.

La perte de charge augmente avec le débit.

Remarque.

Au-delà d'une certaine vitesse du fluide, une augmentation du débit provoque une importante perte de
charge.

Une étude approfondie des phénomènes de frottement ferait apparaître des perturbations dans
l'écoulement du fluide.

Le commentaire de ces perturbations fait l'objet du sujet " les différents écoulements", page 28.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 12


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées (suite 2)

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 13


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées (suite 3)

Augmentation de la section d'écoulement.

Le montage est modifié, la section de la ligne d'écoulement est augmentée tout en concevant la même
section de passage au robinet.

Pour une valeur de débit identique, la vitesse de circulation du fluide dans la ligne d'écoulement est plus
faible.

La hauteur H correspondante est plus faible, donc la ∆P est plus faible.

La perte de charge ∆P diminue avec une augmentation de la section de circulation.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 14


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les pertes de charges distribuées (suite 3)

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 15


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercices sur les relations entre débit et pression

Cas d'une restriction.

Des exercices simples permettent de mettre en évidence les relations entre débit et pression dans un
circuit comprenant une restriction.

Une pompe à cylindrée fixe tourne à un régime constant, elle débite dans un circuit comportant un
étranglement.

Positionner de façon logique l'aiguille des manomètres dans les cas de figure ci-contre :

Le débit est identique sur les trois montages.

1er cas : pas de restriction, robinet grand ouvert.

2ème cas : restriction sur la ligne, robinet légèrement fermé.

3ème cas : restriction plus importante sur la ligne, robinet presque fermé.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 16


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercices sur les relations entre débit et pression

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 17


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercices sur les relations entre débit et pression, (suite 1)

Avec le même circuit que précédemment, le régime de la pompe augmente, la restriction du circuit est la
même.

Positionner de façon logique l'aiguille des manomètres dans les cas de figure ci-contre.

La restriction est la même dans les trois cas.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 18


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercices sur les relations entre débit et pression, (suite 1)

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 19


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercices sur les relations entre débit et pression, (suite 2)

Le circuit comprend un vérin en plus de la restriction.

La résistance au mouvement du vérin varie.

Positionner de façon logique l'aiguille des manomètres dans les cas de figure ci-contre.

Le débit de la pompe et la restriction sont les mêmes pour les quatre phases de fonctionnement.

Compléter les schémas ci nécessaire pour sécuriser l'installation.

Remarque.

Dans la pratique, la restriction est réalisée par l'ouverture plus ou moins complète du distributeur.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 20


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercices sur les relations entre débit et pression, (suite 2)

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 21


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Analyse des exercices précédents

Nous avons constaté que pour que le circuit monte en pression ;

Il faut une restriction qui s'oppose à la libre circulation de l'huile.

Cette pression se trouve en amont de la restriction, c'est-à-dire entre la pompe et la restriction.

Quand le débit de la pompe augmente, l'huile afflue en plus grande quantité et "se coince" au niveau de
la restriction, ce qui fait encore augmenter la pression entre la pompe et la restriction.

Par contre, la pression en aval de l'étranglement est déterminée par l'effort résistant, c'est-à-dire par la
charge qui s'exerce.

Cette pression "aval" est donc indépendante du débit.

Nous pouvons en déduire que les valeurs des pressions indiquées par le manomètre "amont" dépendent
d'une part de la charge et d'autre part du débit de la pompe.

Les ∆P s'additionnent tout le long du circuit.

La pression la plus faible est en bout, côté écoulement libre (réservoir).

La pression la plus élevée est en sortie pompe.

La pompe supporte l'ensemble des ∆P générées par le circuit.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 22


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Analyse des exercices précédents

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 23


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES La perte de charge localisée

Un composant installe un obstacle sur le débit d'huile.

Les fabricants donnent des informations relatives à la ∆P en fonction du débit et de la viscosité de l'huile.

Par exemple pour un distributeur, ∆P pour P vers A ou B et A ou B vers T.

Illustrations, page 25 et 27,

Extrait d'un catalogue de présentation de filtres.

Exemple de tableaux indiquant la ∆P crée par un filtre installé sur un circuit de retour.

Les différents tableaux correspondent à des tailles de filtres différents.

Remarque.

Le cas d'un ∆P crée par un filtre en retour peut sembler dérisoire, pourtant elle peut prendre de
l'importance pas l'effet de la différence des surfaces utiles dans un vérin.

Pour un vérin ayant des surfaces utiles dans le rapport de ½, 1 000 kPa de contre pression dans la
vidange d'un font de vérin nécessite 2 000 kPa de pression d'alimentation côté tige pour manœuvrer le
vérin à vide.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 24


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES La perte de charge localisée

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 25


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES La perte de charge localisée, (suite 1)

Dans le cas d'un filtre, il faut tenir compte de la ∆P du support, (corps plus raccordement) en plus de la
∆P propre de l'élément filtrant.

∆P totale = ∆P du corps + ∆P de l'élément.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 26


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES La perte de charge localisée, (suite 1)

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 27


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les différents écoulements

Différents types d'écoulement.

Suivant la section des canalisations et la vitesse du fluide nous obtenons 3 formes d'écoulement.

- Ecoulement laminaire :

La vitesse d'écoulement est faible, aucun tourbillon important ne vient perturber le trajet effectué par le
fluide.

Dans un tel écoulement les particules constituant le fluide circulent sous forme de filets parallèlement à
la paroi de la canalisation et entre elles.

Ce type d'écoulement est celui recommandé dans le fonctionnement d'une installation.

- Ecoulement turbulent:

Sous l'action des aspérités de la paroi, le fluide est soumis à des tourbillons, il y a des courants de
circulation désordonnés et aléatoires au sein du fluide lui-même.

Les particules ne circulent plus en bon ordre dans une direction, mais s'influencent, se frottent et se font
obstacle mutuellement.

Ce type d'écoulement est fortement déconseillé dans le fonctionnement d'une installation.

Des études plus poussées font apparaître un écoulement turbulent lisse, (les filets ondulent), et un
écoulement turbulent rugueux.

- Ecoulement critique.

L'écoulement critique est théorique, à une certaine vitesse l'écoulement laminaire est très instable, toute
perturbation le transforme brusquement en régime turbulent lisse.

L'écoulement laminaire proche du critique constitue un compromis entre la qualité de fonctionnement de


l'installation et son prix de fabrication.

La viscosité influence beaucoup le passage de l'écoulement laminaire à l'écoulement critique, par contre
influence peut l'écoulement turbulent.

Une huile froide atteint un écoulement critique à faible vitesse plus facilement qu'à chaud.

Dans un souci de qualité, il faut donc limiter au maximum les changements de section, le nombre de
raccord, les coudes trop serré.

Il faut penser également au raccordement et intersections des perçages dans les blocs forés.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 28


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Les différents écoulements

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 29


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Le nombre de Reynolds

Le type d'écoulement est déterminé par le nombre de Reynolds (Re).

Vt x D
Re =
Vc

Re : Nombre de Reynolds
Vt : Vitesse du fluide en m/s
D : ∅ de la canalisation en m
Vc : Viscosité cinétique en m²/s

Re critique ≈ 2300
Ecoulement laminaire : Re < Re critique
Ecoulement turbulent : Re > Re critique

Le type d'écoulement et la perte de charge dans une tuyauterie peuvent être déterminés par lecture sur
un tableau.

Paramètres à connaître : - la viscosité de l'huile (choix du tableau)


- le débit en l/mn, échelle horizontale
- le diamètre intérieur de la tuyauterie en mm, échelle oblique.

La lecture de la ∆P se fait sur l'échelle verticale, à gauche.

Pour éviter les écoulements turbulents, suivant le type de pompe, on admet dans la pratique les vitesses
de circulation suivantes, en m/s.

Pompe Aspiration Refoulement Retour Drainage


Engrenages 0,80 à 1 m/s 4 à 5 m/s 2 à 3 m/s 1 à 1,5 m/s
Palettes 0,80 à 1 m/s 4 à 5 m/s 2 à 3 m/s 1 à 1,5 m/s
Pistons 0,50 à 0,80 m/s 5 à 7 m/s 2 à 3 m/s 1 à 1,5 m/s

En m/mn.

Pompe Aspiration Refoulement Retour Drainage


Engrenages 48 à 60 m/mn 240 à 300 m/mn 120 à 180 m/mn 60 à 90 m/mn
Palettes 48 à 60 m/mn 240 à 300 m/mn 120 à 180 m/mn 60 à 90 m/mn
Pistons 30 à 48 m/mn 300 à 420 m/mn 120 à 180 m/mn 60 à 90 m/mn

Ce sont des valeurs moyennes retenues pour des huiles ayant une viscosité comprise entre 2,8 et 4,5°E
et une densité comprise entre 0,85 et 0,9.

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 30


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Le nombre de Reynolds

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 31


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exemple de tableau / régime d'écoulement

Ce tableau permet la détermination du diamètre d'un conduit (en mm, échelle centrale) à partir d'un débit
(en l/mn, échelle de gauche) et d'une vitesse limite fixée (en m/mn, échelle de droite).

Le diamètre intérieur d'un tube peut être calculé par la relation ;

22 x Q
Φ=
V

Φ, diamètre en millimètre
Q, débit en litre / minute
V, vitesse en mètre / seconde

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 32


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exemple de tableau / régime d'écoulement

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 33


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercice d'application numérique

Supposons que la pression créée par l'effort résistant soit de 10.000 kPa dans le vérin, pression
indiquée par le manomètre (B).

Notons les pressions indiquées par le manomètre (A) pour différents régimes de la pompe pendant le
déplacement du vérin.

Analyse.

1. La pression indiquée par le manomètre (B) en aval de la restriction ne varie pas avec le débit.

Elle ne dépend que de l'effort résistant.

2. La pression indiquée par le manomètre (A) en amont de la restriction augmente avec le débit de la
pompe.

3. Nous pouvons en déduire que les pressions relevées en (A) dépendent de la charge du vérin et du
débit de la pompe.

4. Pour faire abstraction de la charge du vérin, étudions l'évolution de la différence de pression

∆P = A - B.

5. Le tableau ci-contre montre que la ∆P évolue au carré de l'augmentation du débit de la pompe.

Débit x 2 Þ ∆P x (2x2)
Débit x 3 Þ ∆P x (3x3)
Débit x 4 Þ ∆P x (4x4)

∆P / Q2 = constante

Dans l'exemple, 500 / 1102 = 2000 / 2202 = 0,0413

Le chiffre 0,0413 est un coefficient qui caractéristique la restriction.

Une étude plus poussée nous conduirait à la conclusion suivante :

Si nous restreignons un circuit hydraulique, les différences de pression entre l'amont et l'aval de
l'étranglement sont proportionnelles au carré du débit, quelle que soit la charge.

L'évolution de la différence de pression ∆P et en fonction du débit Q, permet d'écrire la formule ;


2
∆P = KQ

Le coefficient K dépend de la restriction et d'elle seule.

∆P
La relation permet d'écrire Q=
K

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 34


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Exercice d'application numérique

Régime de la Débit de la pompe Pression en A Pression en B ∆P A-B


pompe
400 t/mn 110 l/mn 10 500 kPa 10 000 kPa 500 kPa
800 t/mn 220 l/mn 12 000 kPa 10 000 kPa 2 000 kPa
1 200 t/mn 300 l/mn 14 500 kPa 10 000 kPa 4 500 kPa
1 600 t/mn 440 l/mn 18 000 kPa 10 000 kPa 8 000 kPa

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 35


Les pertes de charges
BASES HYDRAULIQUES Notes personnelles

Centre de Perfectionnement Francis Monnoyeur 482 S 36