Vous êtes sur la page 1sur 10

COURS DE GNOSIS N°10

LE DECALOGUE

http://gnosisfrance.org/
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

Cher lecteur, aujourd’hui nous allons aborder un thème d’une


transcendance vitale pour toute personne qui aspire à emprunter le chemin
vertical vers la conquête de l’Être.

Cependant, avant d’aborder ce thème il est nécessaire de comprendre qu’il


y a deux manières d’interpréter une information : la lettre morte et la
lettre vive. Dans ce thème nous allons l’appliquer aux écritures sacrées.

- La lettre morte : interprétation « au pied de la lettre », de façon littérale,


sans aucune perception de la signification profonde des symboles. L’intellect
inférieur n’a pas la capacité de pénétrer jusqu’au fond des choses.

- La lettre vive : interprétation avec le Cœur, avec la Conscience. Elle est


capable d’extraire l’essence pure contenue dans un livre sacré, afin de nous
en permettre la compréhension dans toute sa profondeur. Capacité
d’interpréter les symboles, qui sont le langage de la Conscience.

Si nous lisons un livre sacré comme s’il s’agissait d’un journal ou d’une
revue, il est clair que -outre le fait qu’on n’appréhendera pas la sagesse de
son contenu- nous tomberons dans des erreurs très graves.

Par exemple, dans le Coran on peut lire qu’il faut tuer les infidèles. Si on
l’interprète à la lettre morte, on peut arriver à commettre toute sorte de
barbaries poussés par cette interprétation superficielle et par le fanatisme.
Or, ce postulat contient une grande Sagesse, puisque ces infidèles se
trouvent à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant. Ce sont nos
agrégats psychiques, nos égos qu’il faut « tuer », éliminer, afin que nous
puissions être fidèles à notre Être -Dieu en nous.

Evidemment, pour pouvoir accéder à l’interprétation à la lettre vive, il faut


faire un travail sur soi-même afin d’éveiller sa conscience. De plus, une
connaissance supérieure, une culture ésotérique nous aidera énormément
dans cette démarche. Les Maîtres Gnostiques nous ont aussi dévoilé
beaucoup de versets des livres sacrés grâce à leurs Consciences éveillées.

Nous allons donc étudier à la lettre vive un aspect fondamental pour la vie
d’un étudiant gnostique : le Décalogue.

~2~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

Ce Décalogue ( Deca = 10 ; Logos = Verbe, Parole ) contient les Dix


Commandements que Moïse reçut de Jéhovah sur le Mont Sinaï et qu’il remit
au Peuple -tout ceci étant aussi symbolique.

Pourquoi devons-nous étudier et interpréter


correctement le Décalogue ? Parce que toute
personne qui aspire à l’auto-réalisation
intime de l’Être, à la fusion avec son Dieu,
doit connaitre et accomplir les Lois
Universelles qui nous rapprochent de Lui.

De même qu’il y a des lois de la physique


comme la gravité, les lois de la
thermodynamique, les lois de Newton, etc, il
y a aussi des lois métaphysiques comme le
Karma, la Récurrence, le Retour, etc. Toutes
ces lois -physiques et métaphysiques-
soutiennent l’équilibre et l’harmonie de
l’Univers, du Cosmos (ordre).

Par exemple, si quelqu’un ignore les lois de l’électromagnétisme et qu’il se


rapproche à une certaine distance des câbles de haute tension, il serait
foudroyé et mort instantanément. De la même manière, l’ignorance des Lois
Divines nous a éloigné de la Divinité, de notre propre Être et c’est pourquoi
nous devons connaitre ces Lois et les mettre en pratique pour se rapprocher
à nouveau de Lui. L’être humain souffre, parce qu’il a violé la Loi de la
Création et, en violant la Loi, nous ajoutons de la douleur.

Chaque Commandement est en relation avec une sphère ou Sephira de


l’arbre Séphirotique étudié par la Kabbale. Nous ne rentrerons pas dans les
détails kabbalistiques aujourd’hui, mais sachez que l’étude ésotérique des
Commandements est profondément mystique et scientifique.

Commençons donc l’étude à la lettre vive de ces Lois Divines…

1er Commandement : Aimer Dieu au-dessus de toutes les


choses et le prochain comme soi-même.

Le premier aspect que nous trouvons, par lequel l’homme enfreint la loi, est
le fait de ne pas savoir qui est Dieu, ni où il se trouve - et logiquement,
pour ceux qui ignorent les principes véraces de la connaissance de Dieu, il
est plus difficile d’exécuter ce commandement.

Dieu est un Feu qui est en tout. Il est en nous et en chacun de ceux que
nous rencontrons. Dieu se trouve en chaque créature vivante, en chaque

~3~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

être humain, en chaque petit animal si petit soit-il ; il se trouve dans chaque
plante et en général, dans tout ce qui a vie ; là, est Dieu. Alors l’homme,
pour aimer Dieu par-dessus toute chose, a besoin d’aimer le prochain, tous
les êtres de la terre sans exception, que ce soit des ennemis, des amis ou
des inconnus.

Dieu est amour ; l’amour est latent dans tout le créé, visible comme
invisible, organique comme inorganique. L'Amour est ce qu'il y a de plus
pur en nous ; c'est l'impulsion qui inspire la vie même ; l'amour est félicité
et harmonie ; il est la force créatrice en action ; l'Amour est divin.

Aimer se montre par des faits, par des actes. On peut parler beaucoup
d'Amour mais s'il n'y a pas de fait qui démontre cet Amour, de quoi parle-
t-on ? Peut-on aimer Dieu et haïr ou mal considérer la personne qui n'a pas
la même croyance que soi ? Peut-on aimer Dieu alors que la douleur des
autres ne nous intéresse pas ?

Donner à manger au pauvre, à l'affamé, donner des médicaments au


malade qui n'a plus d'argent pour se soigner, se réconcilier avec celui qui
nous a fait souffrir, sont des faits qui élèvent l'âme de celui qui les fait.

Synthétisons : Aimer Dieu par-dessus toutes les choses signifie sentir et


découvrir en nous ce principe créateur (Bouddhata, ou Essence divine)
l’apprécier et l’intensifier ; nous incliner vers Lui en adoration et en respect
; le faire vibrer rythmiquement, le voir en tout et en tous. On doit
commencer par aimer en nous-mêmes ce principe vital et ensuite, nous le
verrons chez les autres.

2ème Commandement : ne pas jurer en vain en son saint Nom.

La parole, le verbe est sacré. Cette faculté que nous avons de pouvoir
utiliser la parole, nous donne une grande responsabilité. La parole, le verbe
nous lie à ce que nous avons promis, juré. Et si la chose promise n'est pas
réalisée, alors arrivent les problèmes. Faire intervenir Dieu dans nos affaires
humaines, prendre Dieu à témoin est l'indication que nous ne connaissons
pas l'essence divine de la parole.

L’homme est arrivé à un tel degré d’irresponsabilité et d’irrespect face aux


choses de Dieu, qu’il jure dans des réunions, des cantines et des bars en
démonstration de crânerie avec ses compagnons de beuverie.

Si nous promettons quelque chose, pourquoi en appeler à Dieu puisque


cette promesse, cette parole est d'essence divine ? Le non-respect de la
parole donnée, est un manque de respect envers Dieu, envers soi-même,
envers les autres ; c'est un mensonge, et le mensonge nous coupe de Dieu,
de notre Être Interne.

~4~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

3ème Commandement : sanctifier les fêtes.


Il y a des fêtes commémoratives de toute espèce ; il y a des jours de fête
dans le calendrier, nous pouvons nous demander à juste titre pourquoi il
existerait des jours spéciaux pour sanctifier Dieu.

L’homme a confondu la sanctification avec la paresse : il ne sanctifie jamais


les Fêtes, mais il croit qu’en en travaillant pas il est déjà en train d’exécuter
le commandement ; le lieu où l’homme vulgaire sanctifie la fête, c’est la
cantine, le bar, le cabaret, le stade, le club, etc… Mais jamais dans son
cœur.

Ceci démontre que les fêtes auxquelles font allusion les Écritures Sacrées,
ce sont des Fêtes de l’Âme. Ce sont les moments d’avènement de l’Être vers
nous, où, le mental propre et un cœur rempli d’amour, nous nous
prosternons humblement pour rester à prier et à parler avec notre propre
Dieu.

4ème Commandement : honorer Père et Mère.


Même à la lettre morte, nous voyons que nous devons honorer ceux qui,
dans ce monde, nous prêtèrent leur corps pour que nous prenions une
nouvelle existence : le père et la mère physiques de ce monde ; eux aussi
méritent le respect et l’honneur de leurs enfants.

Mais en allant plus profond, à l'intérieur de chacun de nous, nous avons un


Père et nous avons une Mère : le Père Interne, le Père qui est dans les
cieux, notre Être Intime ; : la Mère Bénie Devi Kundalini, la Mère de Feu, la
Mère Céleste, le dédoublement féminin de notre Être à l’intérieur de chacun
de nous.

C'est une chose d'honorer son père et sa mère terrestres, c'en est une autre
d'honorer son Père et sa Mère Célestes. Pour honorer le Père Céleste, il faut
éliminer tout ce qui est faux en nous, c'est à dire, les défauts
psychologiques. Pour honorer la Mère Céleste, il faut apprendre à respecter
l'énergie, la vie, la nature, à être purs, en pensées, en paroles et en actions.

5ème Commandement : ne pas tuer.


Tuer, c'est attenter à la vie. Tuer, c’est couper la vie ou le souffle divin. Le
contraire de mort, c’est : vie. Tuer, c’est détruire la vie qui palpite dans
toute la nature. Ainsi, comme aucun mortel n’est capable de donner
(d’inspirer) ce souffle divin, il ne doit pas non plus le retirer à rien, ni à
quiconque : ni à une plante, ni à une fleur, encore bien moins aux êtres
d’aucune espèce.

~5~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

Ne pas tuer, c’est collaborer avec la Grande Vie Universelle. On ne tue pas
seulement avec le poison, la balle ou le poignard ; on tue aussi avec la
pensée, les paroles et les œuvres : une parole maladroite, mordante ou à
double tranchant comme le mépris, blessent aussi et tuent les sentiments
et les bonnes intentions des êtres.

Dieu dit simplement : tu ne tueras pas, mais il n’a pas spécifié qui ni en
quel temps, ni où ; il ordonna seulement à l’humanité de ne pas tuer.

Nous avons déjà dit que dans tout corps vivant se trouve Dieu comme
manifestation de vie ; bien entendu ôter la vie à un être vivant, qu’il soit
animal ou humain, c’est dépouiller Dieu de son temple, parce que l’homme
est le temple de Dieu et là où il y a vie, là se trouve Dieu manifesté en
souffle.

On ne tue pas seulement avec du poison ou un revolver, mais aussi avec la


pensée, avec des paroles blessantes, des regards moqueurs ou haineux,
des actions inharmonieuses. C'est ainsi qu'on peut tuer l'élan ou le courage
des gens pour agir.

6ème Commandement : ne pas forniquer.

Il y a eu beaucoup de confusion entre deux termes : forniquer et commettre


l'adultère. Les dictionnaires, les éducateurs, la majorité des religieux
confondent la fornication avec l’adultère. Ceci est une grave erreur, qui a
coûté très cher à l’être humain et sont responsables, tous ceux qui
enseignent que la fornication est l’union sexuelle hors du mariage ou l’union
sexuelle avant le mariage.

Fornication, c’est une perte d’énergie et adultère, c’est autre chose.

Adultère, c’est s’unir sexuellement avec quelqu’un qui n’est pas son
conjoint. Il existe aussi l’adultère en pensées et en sentiments.

Fornication, c’est une perte d’énergie, de n’importe laquelle des énergies du


corps : mental, émotionnelle, psychique, physique, sexuelle ; cette
dernière étant la plus notoire ; peu importe quand, comment ou avec qui,
la définition est catégorique.

Le 6ème commandement fait explicitement référence au fait de répandre


l'Energie Sexuelle. La fornication est le fait de gaspiller les Eaux de la Vie,
les Eaux Séminales, les Eaux Sexuelles ou Energie Sexuelle. Qui abandonne
la fornication aura de la Vie en abondance, car la Vie se trouve dans la
semence sexuelle.

~6~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

Nous ne forniquons pas seulement par les organes sexuels, mais aussi, par
la pensée, par la parole. Il y a des pensées luxurieuses, des discussions
ambiguës, des sourires tendancieux, des paroles malsaines, des paroles à
double sens ; il y a des images pornographiques, des discours qui justifient
toute forme d'aberrations sexuelles, etc.

Actuellement, la science défend la fornication la montrant comme une


fonction naturelle, sans laquelle il ne peut y avoir de développement normal
de la personne. Pourtant la logique toute simple pourrait nous faire douter
d'une telle assertion.

Personne ne peut nier que la Vie, la Force Créatrice se trouve dans nos
organes sexuels. Nous tous sommes nés d'un homme et d'une femme qui
s'unirent sexuellement pour procréer. Tous les organismes physiques
viennent d'une union sexuelle.

Comment, donc, peut être acceptée la thèse officielle selon laquelle la perte
de la semence est une nécessité vitale, si la semence contient justement la
Vie ?

Les anciens alchimistes parlaient de la transmutation des métaux ; ils


faisaient référence à un processus naturel de transmutation de l'énergie
créatrice, ou transformation. La transmutation de l'énergie sexuelle est une
méthode aussi ancienne que la création, pour une transformation en
profondeur.

La Science Gnostique enseigne, dans des cours plus avancés, les techniques
précises pour la transmutation de l’énergie ; elle enseigne aussi les
Mystères du Sexe, du Mariage et de l’Amour ; l’Arcane AZF, la Conception,
le contrôle de la Natalité, etc…

7ème Commandement : ne pas voler.

Voler c’est dérober, s’emparer de ce qui est à autrui sans consentement de


son propriétaire, avec ou sans violence. Lorsque nous nous emparons d'une
chose qui ne nous appartient pas, même s'il s'agit d'une chose très
insignifiante, nous rompons un équilibre, une harmonie.

L’utilité est permise par la Loi Divine, mais gagner excessivement dans les
affaires, c’est déjà du vol ; c’est un attentat contre le patrimoine de la
société, c’est de l’accumulation de richesses. Non seulement on vole
économiquement ; on vole aussi l’honneur des personnes, la dignité et les
vertus de la femme, les biens fonciers, la volonté des personnes, etc.

~7~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

On peut voler l'honneur de quelqu'un par des paroles maladroites ou


malintentionnées. La personne va en souffrir beaucoup ; c'est pourquoi on
apprend à ne plus parler sur les autres, à ne pas se mêler de la vie d'autrui,
à ne plus prendre part aux commérages.

La Vie même que nous avons reçue à la naissance, si nous la gaspillons


inutilement en de multiples évènements, nous nous convertissons en des
voleurs de la Vie.

8ème Commandement : ne pas faire de faux témoignages,


ni mentir.

Le verbe, parlé et écrit doit s’utiliser sagement ; il ne doit pas s’utiliser pour
calomnier ni diffamer quiconque. Affirmer ce que nous ignorons ou ce que
nous méconnaissons, c’est de la fausseté. Le mensonge est opposé à la
Vérité. Nier la réalité des choses, c’est mentir. Le leurre, la trahison,
l’hypocrisie et la fraude, c’est le mensonge lui-même déguisé en apparence
de vérité et des justifications du manque de sincérité et de courage.

Le mensonge est le moyen le plus facile pour éluder la responsabilité. Le


mensonge est l’excuse même, que nous portons à fleur de lèvres. Celui qui
nie la vérité et méprise la justice, aime le mensonge et devient un lâche.

Les calomnies vont directement contre ce Commandement, de même que


leurs compagnons : la méchanceté, la haine, la rancune, l’arrogance, la
vengeance, délits qui offensent le Père, qui est la Vérité.

Par inconscience, nous déformons les faits, les évènements. Nous racontons
à notre manière, sans douter un seul instant de notre possible erreur ; c'est
ainsi que nous nous convertissons en faussaires.

Le faux témoignage est une atteinte à l'intégrité


de la personne qui en est la victime. Le faux
témoignage, le mensonge, la tromperie, ont
rempli le monde de souffrances.

Le Verbe est sacré. Le Verbe est divin. Le Verbe a


un grand pouvoir. C'est pourquoi, jouer avec le
Verbe pour tromper, est un acte aux conséquences
catastrophiques. Seul le moi psychologique est
capable de telles erreurs.

~8~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

9ème Commandement : ne pas désirer la femme du prochain.

Là, nous y tombons tous. Seul y échappe celui qui a désintégré ses défauts
totalement, annihilant le Moi psychologique.

Pour cela, nous avons besoin de comprendre très à fond le poste qu’occupe
la femme à l’intérieur de l’espèce, de ne pas la confondre avec un
instrument de plaisir comme le fait l’homme ordinaire de la rue.

La femme est le temple sacré de la conception de la Vie et elle n’est pas à


désirer, mais à aimer vraiment, proprement en pensées, parole et œuvre,
quand elle nous revient comme épouse.

Dans un couple où il y a un respect mutuel des deux époux, l'adultère ne


peut exister. Le respect mutuel est une émanation divine de l'Amour.

10ème Commandement : ne pas convoiter les biens d'autrui.

Convoitise, c’est appétit désordonné d’acquérir des richesses ou des biens,


c’est avidité d’accumulation, désir effréné, ambition démesurée de vouloir
posséder ce que d’autres possèdent.

La sagesse cosmique enseigne que chacun a ce qu’il mérite et ce que, par


Loi, il a le droit d’avoir. L’homme vient au monde pour recevoir ce qu’il a
gagné pour lui, que ce soit bon ou mauvais ; mais c’est lui-même qui gagne
les biens matériels ou les karmas.

Pour ce motif, c’est une erreur de désirer ou de convoiter e qui n’est pas à
nous et qui ne nous revient pas, en accord avec la Loi. Nous devons accepter
les desseins tracés par nous-mêmes dans des existences antérieures,
conformément à nos propres actes.

La convoitise nous remplit de rancœur, de haine et d'envie. On convoite


toutes sortes de choses ; des positions sociales, des postes, des pouvoirs,
des vertus, des biens matériels.

Lorsque nous convoitons les biens d'autrui, nous nous rendons malheureux.
Il pourrait se faire qu'on convoite une certaine vertu ou une certaine faculté
qu'on a pu observer chez une autre personne. On va essayer d'imiter cette
personne, et on sera toujours malheureux de ne pouvoir faire comme elle.

La convoitise nous fait enfreindre le 1er Commandement, "Aimer Dieu au-


dessus de toute chose". La convoitise nous fait accumuler tant de titres,
honneurs et biens, à la recherche d'un bonheur dont elle est incapable.

~9~
Cours de Gnosis par mail Leçon N°10

Conclusion

Si nous faisons une analyse du décalogue, nous verrons qu’il a deux aspects
bien définis :

-Le premier aspect nous transmet les Lois que nous devons respecter
envers la Divinité.

-Le second aspect nous transmet les Lois que nous avons à respecter envers
les hommes pour pouvoir nous débrouiller et coexister en harmonie avec
nos semblables.

L’Arbre Séphirotique ou Arbre de la Vie représente l’Être. En Lui, nous


pouvons voir les dédoublements successifs qui se réalisent depuis l’Esprit
(notre Être) jusqu’à la matière (notre corps physique).

« Chacun de ces Séphiroth est une partie autonome de Notre Être et depuis
la dimension qui leur correspond, ils influent en nous et en notre conscience.
Nous devons connaître leurs caractéristiques et savoir les utiliser pour la
meilleure conduite de notre œuvre »

Si nous analysons ce message, immédiatement nous nous rendons compte


que pour le mener à bien, avant tout, comme condition de base et logique,
nous devons respecter leurs principes, leurs particularités et leur
commandement.

Nous espérons que cette leçon ait pu vous apporter un peu de Lumière sur
ce thème si transcendant et pourtant si mal compris par l’humanité.

Salutations cordiales,
Gnosis France

~ 10 ~