Vous êtes sur la page 1sur 16

Dans la première partie de notre dossier consacré au cinéma et à la télévision en Afrique (E.a.

DOSSIER
n°9/10) nous avons tenté de répondre à la question suivante: quelle réalité recouvre aujourd’hui
l’impact des satellites sur la production et la diffusion tant des programmes nationaux que des
films africains de fiction? Le constat qui s’en dégageait est que l’arrivée de satellites en Afrique
(il y a environ une dizaine d’années) a aggravé la dépendance des télévisions vis à vis des
programmes importés et mis en crise le cinéma dans la plupart des pays africains. Entre 60% et
85% des programmes des télévisions proviennent de l’étranger et sont généralement fournis
gratuitement au titre de la coopération culturelle par les pays occidentaux ou sponsorisés par des
produits commerciaux. Les séries américaines (Dallas, Dynasty), françaises ou les télénovelas
brésiliennes qui ont commencé à être diffusées en 1986 sont depuis lors très familières des
téléspectateurs africains. Les faibles moyens dont disposent les télévisions africaines ne leur
permettent pas de concurrencer les séries importées avec des œuvres plus attractives. Depuis
quelques années cependant nombre de télévisions (et les cinéastes en particulier) se sont lancés
dans la production de séries télévisées “à la sauce africaine” avec des succès parfois étonnants à
l’exemple de la télévision guinéenne. En attendant la réalisation du projet ambitieux à l’échelle
continentale de “Africa Scoop”, initié depuis 1991 par la Fepaci.Cette seconde partie du dossier
traite des expériences de productions de séries dans quelques pays d’Afrique.

In the first part of our dossier on the cinema and television in Africa (A.S. no. 9/10), we tried to
answer the following question: what is the real impact of satellites on the production,
broadcasting and distribution of national Tv channel programmes and African fiction films?
It emerged that the arrival of satellites in Africa (about ten years ago) has increased the
dependence of television channels on imported programmes and the cinema (only in its early
stages) has reached crisis point in the majority of African countries. Between 60 and 85% of
television programmes come from abroad and are generally supplied free of charge by way of
cultural cooperation by Western countries or sponsored by commercial products. The American
51
(Dallas, Dynasty) and French soap operas or the Brazilian telenovelas which began to be
broadcast in 1986 are now very familiar to African Tv audiences. The slender means available
to African televisions do not allow them to compete against the imported series with more
attractive productions. However, for a few years now a number of television companies (and
filmmakers in particular) have gone in the production of Tv serial with an African dressing, at
times with surprising succes, such as the case of Guinean television. In the meantime, the
ambitious project on a continental scale of “Africa Scoop”, started up in 1991 by Fepaci, has
yet to be realized.
This second part of the dossier deals with the experiences of serial productions in some African
countries.

LA PRODUCTION DE SERIES
PAR LES TV AFRICAINES
SERIAL PRODUCTIONS BY
AFRICAN TVs
numéro 11/premier trimestre
number 11/ first quarter 1995
Séries/SENEGAL Serials/SENEGAL

Les anti-Dallas The Senegalese


sénégalais anti-Dallas
par Sambolgo Bangré by Sambolgo Bangré

Entre 1991 et 1993, la télévision Between 1991 and 1993,

sénégalaise a réalisé deux Senegalese television produced

séries télévisées. two Tv serials: Fann Océan

L’échec de Fann Océan which was a flop and Lat Dior

et le succès de Lat Dior. which was a success.

La télévision sénégalaise est l’une des Senegalese television is one of the first
premières de la sous région ouest-africaine in the west African sub-region to start the
à produire des séries télévisées afin de production of television serials in order to
détrôner l’influence des séries américaines dethrone the influence of American series
sur les téléspectateurs sénégalais. Débutée over Senegalese Tv audiences, which
en 1986, en effet, la diffusion des séries began in 1986 when the American Dallas

52
américaines Dallas, Dynastie, ou de la série and Dynasty or the French Châteauvallon
française Chateauvallon, touche tous les were first shown, occupying all homes
foyers du Plateau à Pikine en passant par from the Plateau to Pikine via Gueule
Gueule Tapée. En 1992, la fièvre Dallas est Tapée. In 1992, the Dallas fever was at its
à son comble. Très tôt cependant, des anti- pitch. Very soon, however, the anti-Dallas
DOSSIER

Dallas font entendre leurs voix et réclament faction made their voices heard by asking
à la télévision nationale la production de the national Tv company to produce serials
séries similaires à celles importées. similar to the imported ones.
Au nombre de ceux-ci, se trouve Mamadou These voices included that of Mamadou
Seyni Mbengue, écrivain et diplomate de Seyni Mbengue, a writer and career
carrière. Dès 1986, il imagine et propose à diplomat. As early as 1986, he had the idea
la télévision sénégalaise une comédie de and proposed to Senegalese television a
moeurs basée sur la vie quotidienne à comedy based on daily life in Dakar. Fann
Dakar. Fann Océan, du nom du quartier Océan, from the name of the residential
résidentiel de Dakar, relate les district of Dakar, relates the marital and
mésaventures conjugales et familiales d’un family adventures of a member of the
nouveau riche, Massaté Cissé, marié à une nouveau riche, Massaté Cissé, married to
femme plus jeune que lui de 25 ans. a woman who is 25 years younger than
Intrigues, conflits, individualisme forcené et him. Intrigues, conflicts, forced
solidarité populaire tissent la trame du récit. individualism and popular solidarity are
Faute de moyens financiers pour le réaliser, woven into the story. Due to a lack of
la télévision sénégalaise laisse traîner le financial means to produce it, Senegalese
projet pendant près de quatre ans dans ses Tv let the project languish for almost four
tiroirs. En 1990, l’idée d’une coproduction years in its drawers. In 1990, the idea of a
avec d’autres télévisions occidentales est coproduction with other Western television

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
alors envisagée. Un accord de coproduction companies was envisaged. A coproduction
est signé entre l’Office de Radio Télévision agreement was signed between the Office
Sénégalaise (Orts), la Rtbf (Radio Télévision de Radio Télévision Sénégalaise (Orts), the

DOSSIER
Belge Francophone) par le biais du Cirtef. Rtbf (Radio Télévision Belge
Sont également associés au projet, la société Francophone) through the Cirtef. The
belge Videcam et l’Acct. La réalisation du Senegalese director Johnson Traoré was
feuilleton, en 6 épisodes de 52 minutes given the task of producing the serial, in
chacun, est confiée au réalisateur sénégalais six 52-minute episodes. The cost was 180
Johnson Traoré. Son coût : 180 millions de million Cfa francs. Shooting began on 23rd
francs Cfa. Le tournage débute le 23 September 1991 and ended during the first
septembre 1991 et prend fin au cours du quarter of 1992. Fann Océan was given an
premier trimestre de 1992. Fann Océan unequalled media campaign and the
bénéficie d’un battage médiatique sans pareil assistance of Belgian technicians. An
et de l’assistance de techniciens belges. Il est African and European distribution were
par ailleurs assuré dès le début du tournage, also assured from the beginning of the
d’une distribution africaine et européenne. Il shooting.
ne fallait pas plus pour susciter l’optimisme Nothing was lacking to encourage the
de ses partenaires et aiguiser l’appétit des optimism of the partners and whet Tv
téléspectateurs. La première diffusion de audiences’ appetites. Fann Océan was first
Fann Océan intervient au cours de l’année broadcast in 1993. It was a
93. C’est la déception. A l’unanimité comme disappointment. Unanimously, as a Dakar
l’écrit un hebdomadaire dakarois : “les weekly wrote, “the Tv audiences give it a
téléspectateurs lui décernent la palme du prize for the dullest scenario”. In a word,
scénario le plus insipide”. Pour tout dire, Fann Océan was considered a big flop. The

53

▲ Fann Océan - Assi Dieng Ba dans le rôle de Marie Yansane/ Assy Dieng Ba as Marie Yansane

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
Fann Océan est considéré comme un gros controversy then emerged over the
bide. La polémique naît autour de la excessive budget of the series and the
démesure du budget et de la qualité du film; quality of the film, its distribution and of
de la diffusion et bien sûr, autour d’autres course several other issues. Mactar Silla
points. Mactar Silla (présentement directeur (today director of Tv5 Afrique) who was
de Tv5 Afrique) qui assurait le rôle de executive producer of the serial with Orts
producteur délégué du feuilleton au sein de today has very bitter feelings tinged with
l’Orts, éprouve aujourd’hui beaucoup irritation when he justifies the positive side
d’amertume teintée d’irritation lorsqu’il of the project. “It was the first time that
justifie le côté positif du projet. “C’était la our filmmakers had the opportunity to
première fois que nos cinéastes ont eu work for Tv, on a text produced by a writer
l’opportunité de in a public/private
travailler pour la North-South
télévision, sur la base partnership. I
d’un texte produit par think that at the
un auteur dans un level of the
partenariat mechanism of
public/privé Sud- financing, no
Nord. Je pense qu’au African television
niveau du mécanisme has had the
de financement, benefit of an
aucune télévision experience like
africaine n’a this. The high cost
bénéficié de cette of the film was
expérience. L’on a criticized. But who
reproché le coût élevé

54
paid except the
du film. Mais à qui televisions from
céla a-t-il coûté sinon the North?
aux télévisions du Senegalese Tv did
Nord? La télévision not make any real
DOSSIER

sénégalaise n’a rien financial


mis en terme d’apport contribution, its
financier réel, mis à only contribution
part sa contribution was in people and
en personnel et en ▲ Fann Océan - Samba Ka Samb avec Binta Ba/
technical material.
matériel technique. La Samba Ka Samb with Binta Ba The production of
production de ce film this film enabled
a permis la formation de maquilleuses, de make-up artists and technicians to be
techniciens, la création de costumes pour la trained, costumes were made for Tv, local
télévision, la rémunération des techniciens technicians were paid at their fair worth at
locaux à leur juste valeur, c’est à dire, au the same rates as the Belgian technicians.
même niveau que les techniciens belges. A The way I see it, nothing was done, once
mon sens, rien n’a été fait, après que le film the film was made, for it to be shown. Fann
ait été réalisé pour sa diffusion. Fann Océan, Océan was, in the long run, an excellent
à terme, a été une excellente opération du operation from the partnership point of
point de vue du partenariat.” Au Sénégal, view.”
certains ne semblent pas l’entendre de cette Some in Senegal were not prepared to
oreille et ont vite fait de jeter Fann Océan, à accept that and quickly threw Fann Océan
tort sans doute, dans l’océan des bides. Loin into the sea of flops, most certainly
de se décourager, la télévision sénégalaise wrongly. Far from being discouraged,

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
devait entamer, à la suite de Fann Océan, la Senegalese Tv started, after Fann Océan
coproduction d’un projet ambitieux : retracer the coproduction of an ambitious project:
en épisodes de 52 minutes la vie de Lat Dior, the story of the life of Lat Dior, hero of the

DOSSIER
héros de la résistance à la colonisation resistance to French colonization, in 52-
française. Le tournage de ce film historique minute episodes. A real epic, this film for
visait à corriger les imperfections des livres Tv which associated above all the Rts and
biographiques sur ce héros sénégalais. the skills of national production
Véritable fresque épique, ce téléfilm qui companies, united all the conditions to be
associait surtout la Rts et les compétences the Tv event of 1992 when it was first
des sociétés nationales de production shown, with detailed reconstructions of
réunissait toutes les conditions pour être costumes and settings, many famous actors
l’événement télé de l’année 92 au moment de etc. The warm reception by the public did
sa première diffusion. Reconstitution not fail it.
minutieuse dans les costumes et les décors,
pléiades d’acteurs célèbres, etc. L’accueil
chaleureux du public ne l’a pas démenti.

Séries/GUINEE Serials/GUINEA

Des productions Original


originales productions for
pour un public enthusiastic
enthousiaste audiences
par Yaye Haby Barry* by Yaye Haby Barry* 55
Stars nationales, langues National stars, local languages
locales et vie quotidienne. and daily life.

C’est la formule gagnante des That is the winning

séries guinéennes. formula of Guinean series.

Quatre jours par semaine, du lundi au Fours days a week, from Monday to
jeudi à partir de 21 heures, les Guinéens Thursday, from 9.00 p.m., the Guineans
s’agglutinent devant leur poste de crowd around their Tv sets to watch the
télévision pour s’abreuver des séries serials on their national channel. Here,
télévisées que leur propose leur chaîne unlike in other African cities, the stars are
nationale. Ici, contrairement à ce qui se not called Carrington, Colby, etc. ... like
passe dans les autres villes africaines, les the characters in Dallas and Dynasty but
vedettes n’ont pas pour nom Carington, they have typically Guinean names. Since
Colby, etc ... comme les personnages des 1986, Guinean tv has successfully
Dallas ou Dynastie, mais elles portent des produced Tv serials in the national
noms typiquement guinéens. Depuis 1986, languages (Soussou, Malinké, Kissi etc.)
la télévision guinéenne a débuté, avec only nine years after the national Tv

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
succès, la production de séries télévisées company came into existence and it is one
en langues nationales (soussou, malinké, of the poorest in the region. These
kissi, etc.), après seulement 9 ans productions came to fill an obvious gap as
d’existence de la télévision nationale, une the majority (60%) of productions shown
des plus pauvres pourtant de la région. were foreign and aimed to inform
Ces productions sont venues combler un audiences of the beneficial traditional
vide évident au niveau de l’antenne qui customs which are tending to disappear
passait le plus souvent des productions and make the population aware of the
étrangères (60 %) et répondent à un damaging effects of certain other Guinean
besoin de faire connaître les us et traditions. The cast of these series are
coutumes bénéfiques qui ont tendance à generally of ten troupes (Benso Sodia,
disparaître et de sensibiliser la population Lewru-Dyere, Nylpalowu) who each act in
sur les méfaits de certaines traditions their own language.
guinéennes. The main source of inspiration of the
Ces séries sont généralement interprétées series is true-life daily events. Each time
par une dizaine de troupes (Benso Sodia, the shortcomings of Guinean society are
Lewru-Dyere, Nylpalowu) qui jouent exposed. Rumour has it that it is not
chacune dans sa langue. La principale uncommon for people to go and tell the
source d’inspiration des séries restent les producers what they should denounce.
faits quotidiens vécus. Despite its relative technical success and
Les travers de la société guinéenne sont, scripts which are often vague, these series
chaque fois, dénoncés. have gone beyond the borders of Guinea
Il n’est pas rare que des gens des quartiers through programme exchanges with
viennent chaque fois raconter à la neighbouring countries sharing the same
production ce qu’il faut dénoncer. languages and cultures.
Malgré sa relative réussite technique et ses The enthusiasm of audiences when the

56 scénarios souvent approximatifs, ces séries


ont franchi les frontières de la Guinée par
le biais des échanges de programmes avec
series was shown in other countries, in
particular Mali, has led Unesco to
envisage a coproduction between Guinea,
les pays limitrophes partageant la même Mali and Burkina.
DOSSIER

culture et les mêmes langues. Since 1986, the film archives of Guinean
L’engouement suscité par la diffusion de Tv have acquired almost 400 hours of
ces séries dans ces pays, notamment au these series.
Mali, a amené l’Unesco à envisager une Even if the technical quality of these series
coproduction entre la Guinée, le Mali et le often leaves much to be desired, they
Burkina. nevertheless remain original products that
Depuis 1986, les archives de la télévision definitely make Guinean television one of
guinéenne comptent près de 400 heures de the most creative in Africa.
productions de ces séries.
Certes, même si la qualité technique des (*Head of Documentation and Archives,
ces séries laisse souvent à désirer, ces Rtg)
dernières n’en demeurent pas moins des
produits originaux qui font de la télévision
guinéenne certainement l’une des plus
créative de l’Afrique.

(*Chef du service Documentation et


Archives de la Rtg)

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
Séries/BURKINA FASO Serials/BURKINA FASO

L’Epopée des L’Epopée des

DOSSIER
Mossé pour Mossé to
restaurer restore
l’histoire Burkina’s
burkinabè history
et ..... and ....
consommer consume
africain African
par Zoumana Wonogo by Zoumana Wonogo

Il est un fait que la Télévision nationale du Burkina National Television is one of the
Burkina (Tnb) est l’une des plus anciennes oldest in French-speaking western Africa:
en Afrique Occidentale francophone. Et il est this is a fact. And it is also a fact that this
aussi un fait que cette télévision tourne avec television is run with about 95% of foreign
environ 95 % de productions étrangères. Une productions. A television that aims to be
télévision qui se veut sérieuse et bien serious and really national finds it hard to
nationale s’accommode difficilement de ne put up with broadcasting nothing but the
diffuser que la culture des autres. C’est une culture of others. This is a situation

57
situation sans avenir bien que le monde soit à without a future, although in the world it is
l’heure du village planétaire. the time of the planetary village.
C’est dans ce souci, appuyé par le coût élevé It was with this concern, and also because
des productions venant de l’étranger, que la of the high cost of foreign productions,
Tnb a mis en chantier L’épopée des Mossé, that Burkina national Tv (Tnb) set to work
une série qui répond à l’attente du public, à on L’épopée des Mossé, a series to satisfy
l’instar des feuilletons brésiliens, américains audiences in the same way as Brazilian,
et français. Dès le départ, le produit était American and French series do. From the
conçu pour être tourné en vidéo. Mais sur le start, the product was conceived as a video
terrain, les données ont changé. Le format de production. But once at work, the situation
production sur super 16 mm tiré en Beta Sp a changed. A super 16mm production format
été remplacé par un format grand écran. printed in Beta Sp was replaced by a large
Néanmoins, le feuilleton garde ses trente- screen format.
trois épisodes de vingt-six minutes chacun. However, the series maintained its thirty-
L’épopée des Mossé n’a pas l’ambition d’être three twenty-six minute episodes
un anti-Dynastie ou anti-Dallas”; pour le L’épopée des Mossé was not aimed at
réalisateur Adama Traoré, elle vient tout being an “anti-Dynasty or anti-Dallas”;
d’abord pallier à une insuffisance au niveau for the director Adama Traoré, it was to
des programmes et ensuite, essayer de fill a gap in the programme schedule and
conquérir le monde pour divulguer la culture then try to conquer the world and spread
burkinabè. Sans se l’avouer, il reconnaît que Burkinabé culture. Without admitting it, he
le feuilleton pose le problème des acknowledges that the series set the
programmes sans les productions étrangères. problem of programmes without foreign
Aujourd’hui, plus difficile à obtenir avec la productions, which are more difficult to
décote du franc Cfa. Pour la réalisation de obtain today with the below par rating of

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
l’oeuvre, une société de financement des
oeuvres cinématographiques et
audiovisuelles du Burkina (Soficab) a été
mise en place. Une souscription a été lancée
à 10 000 Fcfa au départ, puis ramenée à 5
000 Fcfa.
Ici se pose tout le problème de
l’acceptation de l’oeuvre par le public
burkinabè. Si le feuilleton a des objectifs
nobles, il faut cependant reconnaître que
les esprits n’ont pas été suffisamment
préparés pour le recevoir.
Le Burkina Faso regorge d’une
multitude d’ethnies et les Mossé sont l’ethnie
majoritaire. Dès lors qu’il s’est agit d’un
feuilleton sur ce peuple majoritaire,
beaucoup de gens ont vu en cela une source
de division des Burkinabè. De tout cela, il
ressort que le feuilleton est venu mal à
propos. Conséquence, la Soficab qui devait
être un financement populaire n’a pas
répondu à cela. Mais comme il fallait coûte
que coûte réaliser L’épopée des Mossé, l’Etat
▲ Une scène de bataille dans L’Epopée des Mossé/A battle-s
a été obligé d’intervenir à hauteur de 100
millions pour le tournage des deux épisodes

58
pilotes. De quoi parle, en fait, L’épopée des
Mossé? Les Mossé, originaires de Gambaga,
localité située dans l’actuel Ghana, ont
fondé, à partir du Xe siècle, un vaste empire.
L’épopée des mossé est celle de la princesse
DOSSIER

Yennenga, une amazone émérite. Elle


conduisait d’une main de fer les troupes de
son père, le roi Nédéga, roi du Dagomba.
Selon l’une des multiples versions de cette
histoire, les généraux de la cour ont drogué
son cheval la veille d’une bataille. Le
lendemain, aussitôt que la princesse a
enfourché son cheval, celui-ci s’est emballé
et s’est rendu dans la brousse. Au gré du
destin, elle fit la rencontre d’un chasseur
nommé Rialé et de leur union naquit
“Ouédraogo”, ou “étalon” en mooré, en
souvenir du cheval qui s’était emballé.
Ouédraogo est alors considéré comme le
fondateur de l’empire des Mossé.
Le feuilleton qui portera ce nom
entend traiter de cette histoire qui a nécessité
les compétences de plusieurs intelligences
burkinabè comme le Professeur Joseph Ki- ▲ La princesseYennenga et Rialé dans la série L’Epopée des
Zerbo et le Maître Pacéré Titinga Frédéric. des Mossé

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
the Cfa franc. To produce the series, a
company for the financing of film and
audiovisual productions of Burkina

DOSSIER
(Soficab) was set up. A subscription was
opened at 10,000 Cfa francs to start with,
then reduced to 5,000 Cfa francs. This is
where the problem of the acceptance of the
series by the Burkina audience lies. If the
series had noble aims, it must nevertheless
be recognized that mentalities were not
sufficiently prepared to receive it.
Burkina Faso has a multitude of ethnic
groups and the Mossé form the majority.
As it was a series on the majority ethnic
group, many people saw in this a source of
division of the Burkina population. The
result was that the series could not have
come at a worse time.
Consequently, the Soficab which was to be
a popular loan, did not meet that aim.
But as L’épopée des Mossé had to be made
whatever the cost, the State intervened
with 100 million to make the first two pilot
scene from L’Epopée des Mossé episodes.
What is the story of L’épopée des Mossé?
The Mossé, originally from Gambaga,
today in Ghana, founded a vast empire in
the 10th century.
The epic of the title is that of Princess
Yennenga, a highly skilled horsewoman.
59
She led the troops of her father, King
Nédéga of Dagomba, with an iron hand.
According to one of the many different
versions of this legend, the generals of the
court drugged her horse on the eve of a
battle. The next day, when the princess
mounted her horse, the animal bolted and
went into the bush.
Destiny led her to meet a hunter called
Rialé and from their union was born
“Ouédraogo” or “stallion” in Mooré, in
memory of the horse which had bolted.
Ouédraogo has since then been considered
the founder of the empire of the Mossé.
The series with this title intends telling this
story which has required the skill of
several Burkina intellectuals, including
Professor Joseph Ki-Zerbo and Pacéré
Titinga Frédéric.
Mossé/Princess Yennenga and Rialé in the series L’Epopée

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
Séries/EGYPTE Serials/EGYPT

Menaces pour Threats to


les séries Egyptian
égyptiennes!! serials!!
par Ahmed Atef by Ahmed Atef

D’après une étude sociologique récente, According to a recent sociological study,


les seuls plaisirs pour les marginaux en the only pleasures for those on the fringe
Egypte sont: le match de foot, le café of society in Egypt are football matches,
populaire et les séries télévisées. popular cafés and Tv serials.
Cependant, on peut croire avec le grand However, we may well believe along with
essayiste américain Noam Chomsky que Noam Chomsky, the leading American
les médias, et notamment la télévison, sont scholar, that the media, and television in
les machines modernes de propagande et particular, are modern machines for
de manipulation des idées. La télévision propaganda and the manipulation of
dans le monde arabe est née et a grandi ideas.
sous la forme gouvernamentale. (90% des Television in the Arab world was born and
chaînes arabes présentes sont la propriété has grown up as a product of the
de l’Etat: une quinzaine de satellites et une government. (90% of the Arab channels
centaine hertziennes). Avant tous ses are owned by the State: about fifteen
confrères arabes, l’Egypte a pris satellite channels and a hundred Hertzian
l’initiative et a créé sa télévision en 1960. channels).

60 Elle a découvert depuis le début


l’importance des séries télévisées comme
Ahead of all its Arab brother states, Egypt
took the initiative and set up its television
in 1960.
grand facteur d’influence sur le peuple.
DOSSIER

Ces séries télévisées ont occupé entre 15 From the start it discovered the
et 20 h. par semaine de la diffusion importance of television serials as a factor
télévisée en 1960 et sont arrivées à 250 h. of great influence over the population.
par semaine sur les 7 chaînes nationales en These series occupied between 15 and 20
1994. Les deux chaînes satellites hours of television per week in 1960 and
égyptiennes diffusent à leur tour presque reached 250 hours per week on the seven
125 h. de drame télévisé par mois. Le national channels in 1994.
budget de la production audiovisuelle s’est The two Egyptian satellite channels
élevé, en 1994, à 20 millions de dollars broadcast almost 125 hours of televised
(pour une quarantaine de séries ou drama per month. In 1994 the budget for
d’émissions). audiovisual production rose to 20 million
C’est avec la série télévisée Le Caire et les dollars (for about forty serials or
gens, produit dans les années 60, que ce programmes).
genre télévisé a commencé à être le plat It was with the Tv series Cairo and people,
majeur et préféré des téléspectateurs. Des produced during the 1960s, that this
sujets comme la liberté de la femme, le television genre became the favourite dish
poids de la tradition ainsi que la nouvelle on Tv audiences’ menu.
ère arabe ont été traités franchement et Issues such as the emancipation of women,
cela pour la première fois. Maintenant, the weight of traditions as well as the new
l’effet de la série égyptienne sur le plan Arab era were dealt with honestly and for

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
arabe est l’équivalent de la série the first time at that period. Today, the
américaine sur le plan mondial. Il y a 20 effect of the Egyptian series on the Arab
ans aussi que le mois de Ramadan (le mois world is the equivalent of the American

DOSSIER
de jeun islamique) est devenu la grande series on a worldwide scale.
saison de la télévision. Plus d’une dizaine For twenty years, the month of Ramadan
de nouvelles séries sont diffusées tout au (the month of the Muslim fast) has been
long de la journée, chaque année, pendant the high season on Tv. Every year, more
ce mois. than a dozen new series are shown all day
Toute l’année, 19h15 (l’heure de long during this month.
diffusion de la série principale) est Concerning the rest of the year, 7.15 p.m.
devenue un rendez-vous quotidien sacré et (when the main series is broadcast) has
peut être aussi la seule rencontre familiale become a sacred daily appointment and
pendant la journée. Ce qui a fait de la série may also be the only time when the family
le sujet majeur des discussions du peuple gets together during the day.
entier le lendemain de sa diffusion et en This has led to the series becoming the
plus, l’idéal rêvé et mérité à suivre. most important talking point of the whole
Quant à la qualité artistique de ces séries, country the day after its showing and,
elle est influencée par deux grands corps: moreover, the dreamt-of ideal to be
l’esprit étroit du comité de censure à la followed.
télévision et la liste d’empêchements As for the artistic quality of these serials,
imposés par les chaînes des pays du Golfe it is influenced by two main bodies: the
(premier acheteur des séries télévisées). narrow leeway granted by the Tv
Comme toute censure dans le Tiers- censorship committee and the list of vetoes
Monde, celle de l’Égypte avait toujours imposed by the Tv companies of the Gulf
peur des tabous tels que le sexe, la religion states (the prime buyers of Tv series). Like

61
et la politique. Quant aux chaînes du all censorship in the Third World, that of
Golfe, et en particulier de l’Arabie Egypt has always been the fear of the
Saoudite, la tendance courante est taboos of sex, religion and politics. As for
l’opposition à toute représentation the Gulf Tv channels and in particular
humaine naturelle. Les scènes qui Saudi Arabia, the current trend is totally
comportent toute sorte d’attouchement against every kind of natural human
physique même entre la mère et son fils representation.
sont prohibées. Les cérémonies The Gulf censors refuse to accept scenes
d’enterrement sont interdites ainsi que la which entail any physical contact, even
citation du mot roi. between mother and son. Funerals are
Face à la lutte menée par plusieurs forbidden as is any mention of the word
dramaturges et en réponse à plusieurs “king” in any way.
crises sociales, le ministre égyptien de In the face of the struggle led by several
l’information a augmenté la marge de playwrights and in response to the many
liberté d’expression. Il intervenait lui- social crises, the Egyptian Minister for
même plusieurs fois pour laisser passer Information has widened the margin of
une scène provocatrice ou une critique freedom of expression.
sévère au pouvoir. On a pu voir pour la He himself has intervened on several
première fois la vie des terroristes dans la occasions to let a provocative scene or a
série Non, et une analyse de la relation harsh criticism of Power get by.
avec Israël dans la série Raafat Al For the first time, we have been able to
Haggan, ou une chronologie de l’histoire see the life of terrorists in the series No or
de l’Égypte contemporaine dans la série an analysis of the relationship with Israel
La porte de Halawani etc... La télévision in the series Raafat Al Haggan or a
avait coutume depuis presque dix ans de chronology of the history of modern Egypt

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
présenter chaque année une partie des as in the series The door of Halawani and
histoires du célèbre “Mille et une nuits”. so on. For nearly ten years, Tv has
L’imagination de la dernière partie presented each year a part of the stories of
diffusée cette année a beaucoup évolué. the famous “Arabian nights”. The
Cela n’empêche pas les disputes qui imagination of the last part broadcast this
n’arrêtent jamais entre la censure et les year had greatly evolved, but this does not
écrivains. belie the fact that disputes between
Cette année a vu aussi la naissance d’un censorship and writers never stop.
nouveau phénomène: la domination des This year also saw the birth of a new
épisodes en plusieurs parties. phenomenon: the domination of serials in
Le seul but était de continuer le succès que
la première partie avait connu: le tout
réalisé sur le modèle du soap opera
américain.
Les nuits de Helmeya est le premier
feuilleton arabe à compter cinq parties.
C’est grâce au grand talent de son écrivain
Ossama Anwar Okacha que la dernière
partie a pu traiter des grands sujets
considérés presque prohibés tels que le
jumelage de corruption entre les gens du
pouvoir et les hommes d’affaires, la
polygamie ainsi que la vente des armes
aux groupes terroristes.
On doit avouer aussi que depuis

62
l’apparition d’Okacha, le feuilleton
télévisé en Égypte a pu se développer et
prendre un autre chemin plus sérieux et
plus artistique.
Sa série Arabesque, diffusée en 1994 était
DOSSIER

la plus remarquable de toutes ses œuvres.


Dans la plupart de ses feuilletons, Okacha
présente son histoire dans un quartier
populaire du Caire.
C’est au Ghoureya, au sein du Caire
traditionnel, que le héros du feuilleton
Hassan Al Noemani, recherche ses
origines ainsi que celle de son pays. C’est
un ancien combattant de la guerre ▲ L’histoire de l’Egypte dans le feuilleton La porte de Halaw
d’Octobre 1973 contre Israël, son
intention est d’envisager les grands
changements des valeurs dans la société.
Sa femme le quitte pour épouser un inculte several parts. The only aim was to
qui possède une grande fortune, après continue the success of the first part on
quelques années de travail au noir dans le the model of American soap operas... The
pays du Golfe. Sa vie change grâce à sa nights of Helmeya was the first Arabic
rencontre avec le grand savant égyptien serial in five parts.
des études nucléaires, qui arrive des États- It is thanks to the great talent of its writer
Unis où il réside. Hassan le protège des Ossama Anwar Okacha - known as the
poursuites des gens de la Mossad (service Naguib Mahfouz of television - that the

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
d’intelligence israélienne) qui veulent last part was able to deal with major
qu’il retourne en Amérique pour issues considered almost forbidden, such
poursuivre ses études. La plus important as corruption by men in power and

DOSSIER
semble être la question posée par Okacha businessmen, polygamy as well as the sale
et discutée tout au long du feuilleton: of arms to terrorist groups. We also have
quelle est notre identité en Égypte? to admit that since the appearance of
Sommes-nous des pharaons, des Arabes, Okacha, television serials in Egypt have
des musulmans, des Africains ou des evolved and taken a more serious and
méditerranéens? Sommes-nous un mélange artistic course.
de tout cela? His serial Arabesque, broadcast in 1994,
has been the most remarkable of all his
works. Like the majority of serials,
Okacha set his story in a popular district
of Cairo.
The hero of the serial, Hassan Al
Noemani looked for his origins as well as
those of his country in the Ghoureya, in
the heart of traditional Cairo.
He is a veteran of the 1973 October War
against Israel and he emerges from the
war to see great changes in the values of
society.
His wife leaves him for a very rich but
uneducated man who has made a fortune
after a few years of working illegally in
the Gulf. Hassan’s life changes when he
meets an important Egyptian scientist
specialized in nuclear studies, who has
arrived from the United States
63
where he lives.
Hassan protects him from the Mossad (the
Israeli intelligence service) who want him
to return to America to continue his
studies there.
The most important thing seems to be the
question asked by Okacha and discussed
throughout the serial: what is our identity
in Egypt?
Are we Pharaohs, Arabs, Muslims,
wani/The history of Egypt in the series The door of Halawani Africans or a Mediterranean people?
Or are we a mixture of all that?
All these important issues have been
Tous ces grands sujets ont été présentés presented in a very Egyptian dramatic
dans un contexte dramatique très égyptien: context: the colloquialisms, the costumes
l’argot, les coutumes ainsi que la façon de and the way of speaking and dreaming.
parler et de rêver. Cela justifie d’autre part Besides, this justifies the great success of
le grand succès de toutes les séries écrites all the serials written by Okacha.
par Okacha.

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
Séries/AFRIQUE DU SUD Serials/SOUTH AFRICA

Les feuilletons South African


sud-africains soaps set their
visent les sights on
marchés world markets
internationaux by Russell Honeyman

par Russell Honeyman


Writer-producer Mfundi Vundla is
currently working on a second 52 part
Ecrivain-producteur Mfundi Vundla, travaille
series of his successful soap, Generations.
actuellement sur une deuxième série de 52
The first series of weekly thirty minute
épisodes de son feuilleton populaire,
episodes recently ended after a year’s
Generations. La première série d’épisodes
broadcasting on Sabc’s Ccv Tv channel.
hebdomadaires de trente minutes vient de
Generations was broadcast at 9.10 p.m. on
terminer après une année de diffusion sur la
Friday evenings and obtained high
chaîne Ccv Tv du Sabc (la télévision sud-
viewship figures in that slot. Vundla says
africaine). Generations passait à 21h10, le
that he is also working on a treatment of
vendredi soir et était vu par un large public à
the story for black American viewers and
cette heure-là. Vundla dit qu’il travaille
audiences in other parts of Africa. He is
également au traitement de l’histoire pour un
public afro-américain et pour des spectateurs
dans d’autres régions de l’Afrique. Il est

64 convaincu que les feuilletons sud-africains


obtiendront très bientôt un marché mondial.

“La raison pour laquelle nous n’avons pas vu


DOSSIER

Generations dans d’autres pays africains est


un manque de volonté politique.
“Generations” est arrivé à une époque où le
Sabc était en pleine transformation. Nous
avons maintenant une association de
diffuseurs de l’Afrique Australe et
Occidentale (Saba), une initiative de Sissulu,
le Pdg du groupe du Sabc. Les membres du
Saba examinent actuellement les questions de
coproductions et l’établissement d’un marché
régional de télévision. Ici, en Afrique du Sud,
le Sabc possède l’infrastructure pour produire
le matériel pour l’Afrique. La première chose
que nous devons faire est de nous occuper de
l’Afrique anglophone. Un diffuseur kényan
est en train de négocier les droits pour diffuser
Generations et j’étais personnellement
impliqué dans les négociations avec un
diffuseur au Bénin. Nous discutions du ▲ Le mâitre chien de Salah Abou Seif (94), un film produit po
doublage du feuilleton en français. En Afrique made for television

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
du Sud, nous avons des facilités importantes convinced that South African soaps will
pour le doublage.” soon obtain a world market.
Vundla admet que son emploi de langues

DOSSIER
locales n’aide pas les ventes internationales. “ The reason why we haven’t seen
“D’un point de vue des affaires, il est logique Generations in other African countries has
pour nous de réaliser les feuilletons en anglais. been because of a lack of political will.
De mon point de vue, nous sommes toujours Generations came at a time when the Sabc
en train d’apprendre la forme. Je pense qu’à was in transformation. We now have an
un moment donné l’Afrique du Sud deviendra association of Southern African and East
un protagoniste dans la productions de African broadcasters (Saba), which has
feuilletons. Plus nous en réalisons, plus nous been an initiative of Sissulu, the group Ceo
pouvons en vendre, non seulement en Afrique of the Sabc.
mais aussi dans le reste du monde, y compris Some of the issues they are looking into
les Antilles. En ce moment je me prépare pour are co-productions and the establishment
faire une offre à la Bet (Black Entertainment of a regional Tv market. Here, in South
Television, une chaîne câblée aux Usa) pour Africa, the Sabc has the infrastructure to
laquelle j’ajouterais un scénario américain et produce material for Africa.
des acteurs américains à Generations. Il n’y a The first thing we will do is to deal with
jamais eu de feuilleton noir dans l’histoire de English speaking Africa. A Kenyan
la télévision américaine.” Pendant mai et juin broadcaster is currently negotiating for
de cette année, l’Urtna (l’organisation rights to broadcast Generations, and I was
africaine sans but lucratif pour la distribution involved in negotiations with a
d’émissions) et le Saba tiendront des réunions broadcaster in Benin.
en Afrique du Sud, avec l’objectif de faciliter We were discussing dubbing the soap into
French. We have excellent dubbing

65
facilities in South Africa.”
Vundla accepts that his use of local
languages does not help international
sales. “From a business perspective it
makes sense for us to produce soaps in
English. The way I look at it we are still
getting to know the form.
I think that South Africa will at some point
become a (global) player in the production
of soaps. The more and more we do them
the more we sell not only to Africa, but
also to the rest of the world, including the
Caribbean. Right now I’m getting ready to
make a proposition to Bet (Black
Entertainment Television, a Usa pay Tv
channel), where I would add American
storylines and actors to Generations. There
has never been a black soap in the history
of American television.”
During May and June of this year, both
Urtna (the not-for-profit African
programme distribution organisation) and
Saba will be holding meetings in South
our la télévision / Le mâitre chien by Salah Abou Seif, a film Africa aimed at facilitating the production
and distribution of African programming.

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995
la production et la distribution d’émissions Perhaps the world’s first universal black
africaines. Peut-être que le premier feuilleton soap will come from South Africa.
noir universel viendra de l’Afrique du Sud....
Generations
Generations Generations is a glossy soap opera set in
Generations se déroule dans le milieu chic de the glamorous world of advertising in
la publicité, dans la riche banlieue nord de Johannesburg’s opulent Northern suburbs.
Johannesburg. Le feuilleton a de hautes It has high production values and uses
valeurs de production et utilise des thèmes universally accessible themes. It is the
universellement accessibles. C’est l’histoire de story of two families and their struggle to
deux familles et de leur lutte pour survivre survive in today’s competitive world. The
dans le monde compétitif d’aujourd’hui. story opens in 1994 in post apartheid
L’histoire commence en 1994 dans l’Afrique South Africa.
du Sud post-apartheid. Paul Moroka est le Paul Maroka owns the only black
propriétaire de la seule agence de publicité de advertising agency in South Africa. Old
propriété noire en Afrique du Sud. De vieilles tensions are reawakened when a daughter
tensions se réveillent quand une fille de la of the Mthembu family, an award winning
famille Mthembu, une scénariste qui a été scriptwriter, joins Paul Maroka’s agency.
primée, entre dans l’agence de Paul Maroka. This starts the conflict which is central in
Ceci est le début du conflit qui devient le Generations.
thème central de Generations. The background to the story is peculiarly
Le contexte de l’histoire est particulièrement South African - the two families were
sud-africain - les deux familles étaient originally aspiring middle class blacks
autrefois des membres de la classe moyenne living in Sophiatown - a western suburb of
avec des aspirations sociales, qui vivaient à Johannesburg that gained notoriety in the

66
Sophitown, una banlieue de l’ouest de fifties when it was demolished to make way
Johannesburg devenue célèbre pendant les for white occupants in apartheid South
années cinquante au moment de sa démolition Africa. The two families lost their property
pour les habitants blancs dans l’Afrique du and income and were moved to
Sud de l’apartheid. Les deux familles one Meadowland, in Soweto.
DOSSIER

perdu leurs biens et leurs revenus et on les a The head of the Maroka family, Paul,
déplacées à Meadowlands, à Soweto. Le chef succeeded by fronting for white
de la famille Maroke, Paul, a réussi dans la vie businesses which were not allowed to
en servant de façade aux activités car derniers operate in Soweto under the apartheid
n’avaient pas le droit d’opérer à Soweto à regime. The fortunes of the Mthembu
l’époque de l’apartheid. Entretemps, les family meanwhile took a steep decline.
fortunes de la famille Mthembu ont subi un Generations is produced by Safritel, the
fort déclin. Generations est produit par production arm of the Sabc, who
Safritel, l’organe de production du Sabc, qui a appointed Sias Odendal as executive
nommé Sias Odendal producteur en chef. producer.
Generations a gagné du terrain en Afrique du Generations carved new territory in South
Sud puisque le feuilleton a touché un large Africa since it obtained a wide audience
public en dépit des barrières de race et de across race and language barriers. About
langue. Environ la moitié du dialogue est en half the dialogue is in English. Local
anglais. Les langues locales, le xhosa et le languages Xhosa and Sotho are also used,
sotho, sont également employées et sous- and English subtitles are provided.
titrées en anglais. Les ventes internationales International sales are handled by
sont gérées par Broadcast Enterprises, la Broadcast Enterprises, the programme
branche du Sabc qui s’occupe de la marketing arm of the Sabc.
commercialisation.

numéro 11/premier trimestre


number 11/ first quarter 1995