Vous êtes sur la page 1sur 736

eÉditions

EYROLLES
Thierry Gallauziaux et David Fedullo

LE GRAND LIVRE DE
� �

L'ELECTRICITE

Cinquième édition 2018

eÉditions
EYROLLES
ÉDITIONS EYROLLES
61, bd Saint-Germain
75240 Paris CEDEX 5
www.editions-eyrolles.com

Sauf indications contraires, Thierry Gallauziaux et David Fedullo sont également les auteurs des schémas et des
photographies dont l'ouvrage est illustré.

Bien que tous les efforts aient été faits pour garantir l'exactitude des données de l'ouvrage, nous invitons le lecteur à
vérifier les normes, les codes et les lois en vigueur, à suivre les instructions des fabricants et à observer les consignes
de sécurité.

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent
ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l'Éditeur ou du Centre français d'exploitation du droit
de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupes Eyrolles, 2005, 2009, 2014, 2016, 2018 ISBN 978-2-212-67606-8
© Éditions Eyrolles, 2019.
Sommaire

Mesurer les valeurs .................................................................. 25


VALEURS ET UNITÉS DE
La mesure d'une tension ...................................................... 26
MESURE La mesure d'une intensité ................................................... 26
La mesure d'une résistance
Un point sur l'électricité ....... .......... 11 ou de la continuité.................................................................... 26

LE DIAGNOSTIC
Les valeurs .. 14 DE L'INSTALLATION
DOMESTIQUE
Les groupements d'éléments ...................................... 17
Les éléments en série.... ...... .... .. . .. .. ..... ........................ 17 Le principe du diagnostic
Les éléments en parallèle.... . .... ........................................ 17 électricité ................................................................................ 30

Les types de courant ............................................................... 19 Les points de contrôle ......................... 33


Le courant continu. ...................................................................... 19
Le courant alternatif ................................................................... 19

Les risques ........................................................................................... 21


Les appareils
de mesure et leur emploi ............... 25 Fiche de contrôle 3 ..... . ......................................................... 37
La prise de terre .............................................................................. 37
Les appareils de mesure. ..... .. ............. ........ ................. 25 Le conducteur de terre et la liaison
l!i·Miit·ld#J·titii&§Mit#
équipotentielle ... La ventilation mécanique contrôlée (VMC) ............ 97
Les conducteurs de protection ..................................... 39 L'aspiration centralisée.... . .. ..................101
---------->t-e�s �au-trenits1rcîS-itfnn-s ........................................................... 41 L'éclatrage--extértea .

Les besoins en puissance . ................103


Les gros appareils ménagers .......................................103
Le chauffage électrique . .... ..............................103
Les procédés de chauffage.... .....................105
Le convecteur .................................................................................106
Le panneau rayonnant... ... ... ...... .......................108
La régulation des convecteurs et des
panneaux rayonnants .......... .............. ... .................................... 110
Le thermostat électromécanique..... ..... ..... ....... ............... 110
Le thermostat électronique ......................................................... 111
Les appareils à chaleur douce .. ......................................112
Les appareils à inertie..... .. ..............114
Les appareils soufflants.... ....................................................114
L'appareil d'appoint ........................................................................ 114
Fiche de contrôle 11 ................................................................. 59 Les soufflants de salle de bains ................................................ 115
Le rideau d'air. ................................................................................... 115
La conformité L 'aérotherme ...................................................................................... 116
de l'installation.... . ... ... . . ............................... 61
Les sèche-serviettes ............................................................116
Les sèche-serviettes rayonnants ............................................... 116
Les sèche-serviettes mixtes........ . .......... ....................... 118
L'infrarouge .......................................................................................119
Les appareils à accumulation.... . . .. . . ............119
Promotelec .... Les plafonds rayonnants plâtre (PRP) ... ................120
Les planchers rayonnants électriques (PRE) ....120
LA PLANIFICATION La production d'eau chaude ..........................................122

DE L'INSTALLATION Isoler pour réduire


les dépenses énergétiques .125
ÉLECTRIQUE
Les ponts thermiques
L'évaluation des besoins ............... 68
La certification et les labels des isolants ..136
Les équipements courants ............................................... 68 La certification des performances ....................136
La prise de terre.... ... . ............. . ..... 68 Les performances thermiques
L'éclairage .................... . ... . . ......................................................... 69 des matériaux .............................................................................138
Les prises confort ......................................................................... 88
Les alimentations spécifiques . ..... . ............. ....... 88 Les solutions d'isolation
Le réseau de communication ...........88 et leurs performances .........................................................146
TV, hi-fi, alarme.... .. . ............................. 89 Les solutions d'isolation des parois
L'accueil des visiteurs .............................................................. 91 verticales ...........................................................................................147
La ventilation mécanique .. .. ..... ................................. 91 L'isolation rapportée par l'intérieur .............147

-
La ventilation mécanique ponctuelle ... ........................ 93 Les complexes de doublage ..............................................148
Sommaire 1

L'isolation avec ossature ......................................................150 Les pièces ..........................................................................................197


L'isolation avec contre-cloison .......................................151 Les couloirs et circulations... . ....................................... 200
L'isolation par l'extérieur (ITE) ... . . ... .. .. .. ............153 L'éclairage............................................................................................. 200
L'isolation thermique des planchers bas........156 Les chambres.......................................................... . . . ..... .......... 202
Les planchers sur terre-plein . ...... .. .. .... .. .. ............156 Le salon................................................................................................... 203
Les planchers bas sur vide sanitaire La cuisine.................................................................... . .................. 205
ou local non chauffé ..............................................................160 Les salles d'eau................................... ......................................... 207
Les planchers avec entrevous en polystyrène .................... 160 Les volumes.... ........................................................ 207
L'isolation thermique des planchers La sécurité .......................................................................................... 211
par une chape flottante ...............................................................16 2 La protection différentie/le .......................................... . . .......... 211
L'isolation des planchers par le dessous...............................164 Le transformateur de séparation des circuits ...................... 211
L'isolation des toitures inclinées ..............................166 La très basse tension de sécurité (TBTS) .............................. 21 2
L'isolation des combles perdus . .... . .. .....167 La classification des appareils ........... ....... . . . ......................... 21 2
L'isolation des combles aménageables............172 Les degrés ou indices de protection ...................... . . .... 214
La liaison équipotentielle locale .......................... ...................... 214
L'isolation monocouche .. . . ....174
Les règles .................................................................... ....................... 218
L'isolation en deux couches ...............................................176
L'isolation des combles neufs Les WC ... ..... ........................................................... .......................... 2 2 2
aménageables avec pare-vapeur Le sous-sol.. . .. . ........................................................................ ...... 2 2 2
hygrorégulanL ...........178 L'extérieur ..................................................................... ....................... 2 23
Les menuiseries extérieures..........................................180
Déterminer le type
Choisir l'abonnement de distribution.
adapté ............................. ................ ..... .....................................183
Les diverses possibilités ................................................ 230
Les tensions de raccordement ................................183
La distribution apparente............................................... 231
La puissance de raccordement ...............................183 La fixation directe sur paroi 231
Estimer la consommation future .............................183 La distribution sous conduits rigides (IRL) 231
Le délesteur et les gestionnaires La distribution sous profilés .. . ................ 231
d'énergie .... .... . ..... ...... ...............186
La distribution encastrée
Les options tarifaires ...... . ...............................................186 dans les parois .. . .. . ................................................................. 23 2
Le tarif option de base..........................................................187
Le tarif option heures creuses. . ... ......187 La distribution semi-encastrée .............................. 23 2
Le tarif option Tempo (EDF) ...........................................187
La distribution par le sol ........................................ ........ 23 2
Le compteur.... . .
En cas de comptage existant .....................................189 La distribution avec une isolation
thermique
En cas d'absence de comptage ..............................193
La distribution par les combles ............................. 233
Réaliser le plan
de l'installation ............ .........................................195 La distribution enterrée .................................................... 234

Le rappel des fonctions La microproduction ..................................... 234

-
des appareillages ...................................................................196 Les énergies renouvelables. ...................................... 235
l!i·i3Ut·ld9ti·tJtit4§Mitl
La cogénération La pose encastrée...

energ1e solaire photovolta1que ................ .... ... 236 Les murs non porteurs en
Les types de panneaux.... ... . . . ....... 237 maçonnerie de petits éléments, cloisons
L'installation des panneaux ...... ........... ...... .... ..... ........... 244 et doublages . . ....... . . .......... ... ..3 27
Le raccordement des panneaux . . .... ........ ................ 251 Les règles pour les carreaux de plâtre pleins
ou alvéolés . . ... .... ............... ..... . .... . ........... . . ............ ..........3 28
Les éoliennes domestiques ........ ....... ............ ............. 260 Les règles pour les cloisons sur ossature
métallique et les doublages.... . .............3 29
L'intégration dans les planchers... .. ... ....3 29
L'alimentation des luminaires .. .......... ... ...................331
La production en site isolé... . . . ...... . ................. 268 Exemples de mise en œuvre ... .

La pose semi-encastrée....
MISES EN ŒUVRE D'UNE
INSTALLATION
La pose avec une isolation thermique ........350
Avant de commencer . . . . .................... 273
La distribution par les combles . .. .........................357
L'outillage
La pose enterrée.
Le matériel.... . ..... 28 2
Les conducteurs. . . . . ............. . . ......... .............. 283 Étude d'exemple
Les conducteurs isolés .. ...... ... . ....... . . . . . . ...... . . ... 283
Les câbles . . ............. 283 Étude de la distribution... ...... .363
La dénomination.... . .... ....................... ................ . ...................... 285 Les montages . .......363
Les profilés . .... .. . . . ......... .. ............. .......... .... 285
Les conduits... .. ...................... . . ..... ............ ... ...... ......... 287 La dérivation individuelle...
L'appareillage .. .... 289
L'ETEL et la GTL ....... .... .. .. .. ...................... . ................ . .........370
Les savoir-faire... . ..... ..... 291 L'ETEL.... ....370
Dépose d'une installation existante . ..... . . ........... 291 La GTL.... . .. .................................. . ................. ..... .......... ............. .... . ..37 2
Faire du plâtre ... ... . . . . .......... . . . ........ .......... 291
Le passage dans les conduits ......... . .. . . ......... ........ 296 Les tableaux de répartition
Les connexions . . .......... ............. . . ...... ......... ... .... ....................... 298 divisionnaires. ..
Le repérage des lignes . . . . . . ....... ................... ........ ... ........ 299
Le tableau de répartition
La distribution..
La pose apparente . ... ... . . . . ... ... . . . . . .... . .. ........... . . ......... ..301 Les dispositifs de protection ........... ....... . ... .............381
La fixation directe sur paroi ................... .......... .... . ......303 Les dispositifs différentiels haute
La pose sous conduits IRL . ....... ... . . .. ...........................305 sensibilité (DDRHS). .. . ....38 2
La pose sous profilés en plastique........ . . ...... .....31 2 Les interrupteurs différentiels.... . ... ..... .......384
Les disjoncteurs différentiels. . . . ....391

-
La pose en vide de construction ............ ..............3 2 2 Les coupe-circuits domestiques .... . . 393
Sommaire

Les disjoncteurs divisionnaires ..393 Les sols tempérés électriques (STE) .......................................446
Le PRP (plafond rayonnant plâtre) ...........................................447
La mise à la terre .........................................................................393
La prise de terre ... ... ..395 Les délesteurs ........................................................... ... ... ...........447
Le conducteur de terre.... ..... . ........................398 Les programmateurs intégrés ........................................450
La barrette de mesure . . . ... ..................................................398 Les thermostats programmables ................................452
La borne principale de terre.... . . . .. ... .................. .......399 La gestion du chauffage par zones ............................453
Le conducteur principal de protection ....................399 Gestion sur une zone...... . . ...... ... ..... . . .... . ......................... 453
Le répartiteur du tableau .....................................................401 Gestion sur deux zones.... ......................453
Les liaisons équipotentielles locales ........................401 Gestion sur trois zones ... ...... ......................................................454
Les conducteurs de protection ... 401 Programmateur deux zones pour émetteurs
La mesure de la terre et le contrôle sans fil pilote .......................................................................................455
Programmateur une ou deux zones
de l'installation ...........................................................................401
pour émetteurs à fil pilote ........................................................... 455
La protection contre les surtensions Programmation par courant porteur (CPL).... ......................458
d'origine atmosphérique ................................................403
Le parafoudre basse tension ...........................................404 Les gestionnaires d'énergie ..........................................462
Le parafoudre pour les circuits Les indicateurs de consommation ........................464
de communication.... Emplacement des thermostats
et des sondes ......................................................................... . .470
Les circuits de puissance ..409 Puissance des émetteurs muraux ..... ...................470
Les prises de courant. .... .. . .......................................409 Régulation du chauffage
Les prises de courant non spécialisées .........411 à eau chaude. .. . . ................... ............................ 473
Les prises de courant 16 A- 2 P + T .......................411
Les prises 20 Aet 32 Aen monophasé ................415 Les circuits d'éclairage ............................... ..... ........... 476
Les prises 32 Aen triphasé ..............................................415 Le simple allumage ................................................................. 476
Les prises commandées .. ...................................................415 L'interrupteur à voyant lumineux ........................... 477
Les prises et les circuits spécialisés ..................417 L'interrupteur automatique ............................................ 479
Lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge, four .....418 Le double allumage ...................... 482
Congélateur, informatique ...................................................418 Le va-et-vient ............................................................ . .. . .482
Plaques de cuisson, cuisinière .. ...................................418 Le télérupteur ......................................................... .......................484
La chaudière.... . .... ........420 Les minuteries ......... ......................................................................489
Le chauffe-eau électrique Le variateur ........................................................................................489
à accumulation . ..............420 Le télévariateur ..............................................................................492
Les chauffe-eau thermodynamiques .......................424 Les commandes à distance ......................................... .494
La ventilation.... .. . . .... ...... ..................................427 La commande par ondes radio ..................................... 494
La VMC (ventilation mécanique La commande à distance par courant
contrôlée) ........................................................................................427 porteur (CP L) ................................................................ .. ......... 494
Les extracteurs.... ... .... . ..............429 Les commandes par détecteur ................................. 498
Le chauffage électrique .......................................................432 L'interrupteur crépusculaire ..................................... . 498
Les convecteurs et les panneaux rayonnants ..432 L'interrupteur horaire .............................................................500
Les convecteurs sans fil pilote... .... . . ....... .... ............432
Les convecteurs à fil pilote ........................... . . ... ........ .... .. .....433 La pose des luminaires ................................ ... ..............500
Les appareils à accumulation ..........................................435 Les plafonniers et appliques ...................... .... .............500
Les éléments chauffants intégrés au bâti ............437 Les plafonniers ....... ....................... .. ...........................................500
Le plancher rayonnant à accumulation ..................................437 Les appliques ................................................................... . ...........502
Le PRE (plancher rayonnant électrique) .................................442 Les spots TBTS encastrés .... ...........................................502
l!J·t3hf·lhiti·t1Wi4§î@tl
Les LED. .. La mise en sécurité d'un tableau ex istanL. . 589
E
Les types de L D.... .. .. ........................ ....... ....................... 505 Le remplacement d'un tableau avec
---------r-ce=s--=s=po=ts=-rT
LE-..D"e=n= ca=s= t re=s-....- ........-.....
........-.- -- .........-.....
-.- --
........ � 0•9..---�pTonrcti1rrrs�b�ilrota:tres....
.....5� ...............:::::::::::58
Le remplacement d'un tableau avec
Les autres montages ........ 510 protections unipolaires ................................................... 593
Les systèmes pour l'accueil des visiteurs .... 510 Le remplacement d'un tableau encastré ......... 597
Les sonnettes et carillons.... . ..
Le portier interphone . ....................................................... 511
DÉPANNAGES
Le portier vidéo... . . ..... ........ 514
Les volets roulants... ... . ...... 517 D'UNE INSTALLATION
Les stores bannes . . . . ............................................................ 517 EXISTANTE
Les détecteurs techniques... . ............... 517
La diffusion sonore.... .... .... . ... . ............ ................. 521 Les pannes d'alimentation
Les enceintes acoustiques........ .............. 521 générale .............. ........ .............. . .......................................... 602
Les systèmes de diffusion sonore.... . . . .............. 521
L'alimentation d'une cave ou d'un garage Le disjoncteur
en immeuble...... ...................... ............................... 523 de branchement .................................................. 603
Les systèmes de charge pour les véhicules
électriques... ... ......... 524 Les surcharges
Les communications ..................................... 526
Le raccordement au réseau public .............................. 528
L'installation téléphonique classique .. ................. 528
Le réseau de communication ......... .. . .. ........ . .............. 530 Le défaut d'isolement . . . ..... .................................. 609
Les niveaux d'équipement ........................................................... 530
Le tableau de communication .................................................... 532 Le déséquilibrage des phases
Les circuits de communication ................. . . ........... . ............ 536 en triphasé ............. ......................... 612
Les socles de prises de communication.... . . ............ 539
Exemples de tableaux. ................. .............. . ... . ..... ............... 544 La coupure d'une phase ................................................... 613
Les raccordements des différentes fonctions..... . ............ 550
Le tableau de répartition
La télévision.... . ......... 557 et les circuits...... . . . .............. 615
L'alarme ..... ............................................................................................. 562
Les solutions domotiques.... . Le dépannage des dispositifs
Le principe.. ....................................................................................... 568 de protection . . ................ 615
Les commandes .......................................... . ..... ........................ 572 Le cas d'un fusible fondu .................................................. 615
Les actionneurs.... ....... 572 Le cas d'un échauffement anormal ....................... 621
La configuration ............................................................................ 574 Les dispositifs différentiels
L'installation du tableau haute sensibilité....
de répartition . ....... 578 Le remplacement d'une protection
modulaire .... .................................... 623

Les pannes pouvant survenir


Le schéma de l'installation ........... .... .......... ............. 584 sur les lignes . ....... 625
Les échauffements anormaux.... . ..... 625 LU

Le remplacement d'un tableau ancien .. ...... 586 Les mauvais contacts (épissures) .......................... 625

-
Les protections réparties ................................................... 586 Les lignes sectionnées.... . . . ....... 627
Sommaire

Les lignes en défaut d'isolement ............................. 631 Un appareil est en défaut d 'isolement ......... 667

Les pannes des circu its de prises L'entretien des appareils de chauffage ....... 668
de courant .. ........ ............................................................ ............... .. 634
Panne sur u n e seule prise .............. 635
Pan ne sur plusieurs prises ............................................. 635
Le remplacement d'une prise ancienne .......... 635 Les suspensions .................. 669
Le cas d'une prise de courant en saillie ................. 637 Les s uspensions à une lampe ..................................... 669
Le cas d'une prise de courant encastrée .. ......... 639 Les pannes des suspensions
La recherche d'une panne à une lampe .. . . . ..... ...... ....... .............................................. 671
sur un circu it de prises ... . .......................................... 644 Les lustres et leurs pannes ............................................. 674

Les pannes des commutateurs Les lampes à poser ................................................................ 679


et leurs remèdes..... . . ..... . ......................... 644 Les pannes des lampes à poser et leurs
Les pannes des variateu rs remèdes ........................ 681
et leurs remèdes ...................................................................... 647 Le montage d'une lampe .... .............................................. 681
Les pannes des télérupteurs
et leurs remèdes.... . .... .......................... 652 Les lampadaires halogènes en 230 V ........... 683
Le cas d'un lam padai re
La recherche d'une panne qui ne fonctionne plus ........................ 684
sur un circuit d'éclairage ............................................... 652 Défaut d'isolement ou cou rt-circuit ..................... 687

Les pannes des sonnettes Les luminaires en TBTS (1 2 V) ............................... 690


et leurs remèdes ..... L'am poule s'éteint ........................ 691
Le luminaire ne s'allume pas ..................... ................... 691
DÉPANNAGES COURANTS Les spots TBTS encastrés .... . .. .................................... 691
DES APPAREILS Les luminaires fluorescents ......................... ............. 695
L'al lumage du tu be est long et difficile ............. 695
Les pannes des chauffe-eau Le tube scintille ou clig note .........................695
électriques . 656 La rég lette ron ronne ................................................................ 695
La rég lette ne s'allume pas .............................................695
L'eau est froide
Les petits appareils
L'eau est trop chaude ... .... . .. . ...... ........................... 661 électroménagers .. . ................ . ..... ................. 697

Le chauffe-eau déclenche le disjoncteur .. 663 L'aspirateur..... . .. ............................ 697


L'aspi rateur fonctionne mais n'aspire plus 698
Les pannes du circuit d'alimentation ............. 663 L'aspi rateur ne se met pas en route ...................... 699
L'aspirateur s'arrête de lu i-même ........................... 702
Les pannes des appareils
de chauffage ................................................................. 665
Le fer à repasser ........ . . .. . .. . ...........................................102
Un appareil ne chauffe p lus ........................................ 665 Le fer ne chauffe plus ............................................................ 703
Le fer chauffe trop ou pas assez .............................. 705
Un appareil chauffe trop ..... ............................................ 667 Le fer déclenche le disjoncte ur .. ......................... 705
Le grand livre de l'électricité

Le fer n e produit plus de vapeur ... ................. 705


pas de froid ..................................................... ................................ .713
Le réfrigérateur produi t trop de froid ................. 71 3
- -,..t,e. . ,fo·'"'u--
---- - r .- .. . --------.-....-
... - . ....- ......�1 0=5�--,.r�e-réfri1rérateur n e proâ U t pa
.. .-
Le four n e s' allume pas . . .... ....... ................ 706 suffisammen t de froid ........... ...... .................................. 713
L' un e des résistan ces n e chauffe plus ............... 706 Le réfrigérateur émet un bruit
Le four chauffe trop ou in suffisamm en t ......... 706 mais n e dém arre pas . ............................ 714
Le four déclen che le disj on cteur .............................. 709 D e l' eau s' accumule au fond
Les gros appareils du réfrigérateur ......................................................................... 714
ménag ers ............. ... ... .................................. 709
Le lave-linge .. . ......... 714
Les plaques de cuisson .... . . . . ....... ...... .... . ..............709 Le lave- lin ge n e démarre pas ..................................... 714
D es plaques en fon te déclen chen t Le lave- lin ge d éclen che le disj on cteur .............. 714
le disj on cteur ............................................................................... 711 La machin e se remplit an orm alemen t ............. 716
U n e plaque n e chauffe plus .. ......................... 711 Le tam bour n e tourn e pas ................................................ 716
U n e plaque à palpeur rougit .......................................... 711 L' eau ch auffe trop ou pas assez . . ......................... 716
Le lave- lin ge n e vidan ge pas . .................................. 716
Le réfrigérateur ................................ .......................................... 711
Le réfrigé rateur fon ction n e mais n e produit

-
Valeurs et
unités de
mesure

C ette partie introductive présente brièvement les principes de base de l'électri­


cité et sa nature . L'objectif est d'éclaircir brièvement le courant électriqu e , mais
sans entrer dans la théorie . Le rappel est fait sur les valeurs et unités essentielles,
ainsi que sur leur différences (intensité , puissance et tension) . Pour rénover une ins­
tallation électrique et maîtriser les dépannages et les réparations des appareillages
électriques , il est important de savoir les mesurer, ce qui est également expliqué en
détail dans cette partie .

Un point sur Il est nécessaire de la produire en perma­

1 'électricité nence à partir d'autres énergies (centrales


thermiques, hydrauliques, nucléaires ou
systèmes de production photovoltaïque ,
L'électricité est une énergie qui existe éolien , de cogénération, etc . ) .
à l'état naturel. Sa manifestation la plus Elle présente l 'avantage d'être facilement
connue est l'éclair lors d'un orage . Mais on transportable, de ne pas nécessiter de
ne peut pas la classer au même titre que les lieu de stockage , d'être immédiatement
autres, car elle présente un inconvénient utilisable et propre . Le seul point que
de taille : elle est difficilement stockable . l'on pourrait lui reprocher est l'aspect
i!J·Miit·ld1tJ·tJt#t#§tt®tl
inesthétique des lignes aériennes à haute Comment ça marche
tension, ainsi que de certaines installa-
tions dans nos habitations . Un courant électrique est la circulation
Malheureusement, si elle est mal maî­ d'électrons libres entre deux points d'un
trisée, l 'électricité est dangereuse . C ' est corps conducteur. L e s électrons sont
pourquoi l'on ne cesse d ' imposer des des particules qui gravitent autour d'un
normes de plus en plus strictes , de créer noyau (comme les planètes autour du
du matériel plus sécurisé et plus perfor­ soleil) . Le noyau et ses électrons consti­
mant. Pour bien maîtriser un domaine , tuent un atome . On appelle électron
il faut parfaitement le connaître , c 'est libre un électron p ouvant se détacher
pourqu o i nous e s s a ierons d ' ex p o s e r facilement de l'atome . On distingue deux
simplement l e s principes . sortes de corps : ceux qui possèdent des
électrons libres, appelés les conducteurs
(essentiellement les métaux) , et ceux qui
n'en possèdent pas, appelés les isolan ts
(verre , porcelaine , p lastique, bois, etc . ) .

L e générateur : un générateur e s t u n
appareil qui produit d e l'électricité . I l
Générateur e s t muni d e deux bornes métalliques. I l
contient un dispositif q u i crée u n excès
d'électrons sur une b orne et un manque
sur l ' autre . On symbolise ces bornes
avec plus ( +) pour le manque et moins
(-) pour l ' excès (figure 1 ) . Lorsqu 'on
Figure 1 : raccorde un récepteur à ses bornes (une
le principe du ampoule sur une pile , par exemple) , le
générateur générateur agit comme une pompe à
électrons. Il absorbe les charges + et ren­
électrique
voie les -. Dans le circuit, les électrons
circulent de la borne - vers la borne + .
L e courant électrique possède donc un
sens. Autrefois, on pensait que le courant
circulait de la borne + vers la borne -.
En réalité , c 'est l 'inverse qui se produit,
mais on a conservé cette convention.
Un courant électrique peut provoquer
divers effets (chimiques ou physiques)
Générateur selon la nature de l ' é lément traversé
(figure 2) .
Électrons
L'effet calorifi que : q uand un courant
Sens des électrons électrique traverse un matériau résistant,
l ' é nergie électrique s e transforme e n

-
... Sens conventionnel énergie calorifique . Cet effet e s t utilisé
Valeurs et unités de mesure

Les effets du courant électrlgue Les applications


Le s f u s ible s
0 L'effet calorifique

� ��>>r& -:::..r Le
ha u ffe-e au
électriq u e
L'éclaira ge h a logène
o u à inc a nde scence

Sous l'effet d u passage du courant


électrique, la lampe s'al lume, son
filament rougit et dégage de la
chaleu r : c'est l'effet calorifique.

Le s app a reil s .CJ


de ch au ffage

Générateur

f) L'effet chimique (électrolyse) Les applications


- Le dépot méta lliq u e p a r électrolyse
(chrom age, c u ivr age, dorure, a rgent u re)
- Le raffin age de cert ain s méta ux
Sous l'effet d u passage du courant
(cuivre d a n s l'exempl e )
électrique, i l se prod uit un échange +
--i'i
•• g,:=;=----, d'électrons entre l'a node et la Cuivre
C athode
00
:::J cathode. C u ivre à 99,9 % à 99 %
Imp u reté s
0:0

�lllllllllllc��
·:
Sol u tion ionique
0 0 00

- L a g a lvanopl astie
0 0 o :

( acide, b as e, e au + s el)
( dépôt de nickel s u r d u pl astiq u e )

L'effet peut être inversé


Avec u ne électrolys e, on peut créer de l'électricité
+ M atière pl astiq u e
reco u verte de
"I 1+

(pile s , b atterie de voit u re , par exempl e ) . grai ss e cond u ctrice

5I
Nickel
Ch a rbo n - -
'------------------, Nickel

"'
Q L'effet magnétique
Zinc
B a rre de cuivre
.. - --"" Les appl ications
- L'électro a i m ant, q u i est utilisé d a ns de
�------'------� nombre u x app a reill age s électriq u es (rel a i s ,
Sous l'effet du passage du contacteurs , sonnette s , etc . ) .
---� courant é lectrique, l'aiguille de l a F e r do u x

.::::t::f
+
boussole dévie. Le courant crée
donc un champ magnétique qui Bobin age-b

��=���=
Ré s i st ance se superpose a u champ électriq u e
+
terrestre.

Pièce de contact
;== �� ;:;�
u asse

L'effet peut être inversé m agnétiqu e q u i attire l a


pièce de cont act.
En fa i sa nt to u rner u ne dyn a mo, - Le s tra n sform ate u rs
p a r exemple, au moyen d ' u ne a utre Lo 000,M' qoi ••�- le
énergi e , on prod u it de l'électricité. bobin age A crée un ch amp
A B m a gnétiq u e qui prod u it de
� l 'électricité d a n s le bobin age B.
- Le s mote u rs électriq u e s

-
Figure 2 : Les effets du courant électrique
l!i·Mi·i·ld?IJ·ll@t#§îtMI
pour l 'éclairage mais aussi pour l e chauf- courant. On a créé ainsi des générateurs
fage (un convecteur électrique utilise ce plus spécifiques (l'alternateur d'une voi-
- _ --�l--�-�l� -----
pnnc t pe) . Dans le cas de 1 'é-c�la-_ t r_a_g_e_,�1-
a �t�u_r_
e_,_p_a_r_e_x_e_m p�l-
e , o u e s e o t e_n_n_e_s�)�-
e t�l�a
résistance se compose d'un filament de majeure partie de l'électricité qui arrive
tungstène porté à incandescence , sous au compteur d 'abonné est produite par
l'effet du passage de l'électricité , dans ce procédé .
une enveloppe de verre contenant un
gaz rare (krypton, par exemple) ou dans Pour achever cette expenence, si l'on
laquelle on a fait le vide . inverse les conducteurs au niveau du
générateur, on constate qu e , dans la
L' e ffe t chimique : s i l ' on fa it p a s s e r solution, la matière se dépose sur l'autre
un c o u r a n t é l e ctrique à trave r s u n e électrode et que la boussole se met à tour­
s o l u t i o n ioniqu e , p a r l ' intermé diaire ner dans le sens inverse. L'ampoule réagit
de deux é l ectrodes , il se produit un de la même manière . On peut donc en
échange d'électrons , donc de matière , déduire que le sens du courant influence
d'une électrode à l ' autre . Cette réac­ certains de ces effets .
tion chimique s'appelle l 'électrolyse. Ce
principe est utilisé dans l 'industrie pour
le raffinage de certains métaux (alumi­ Les valeurs
nium, or, argent) et pour la galvanoplastie
(dépôt métallique sur une autre matière , Pour maîtriser l'électricité domestique, il
par exemple l 'argenture ou la dorure) . convient de bien distinguer et de com­
Mais ce principe mérite d'être appro­ prendre les valeurs qui la caractérisent
fondi, car si le passage du courant crée (figure 3) .
une réaction chimiqu e , le p r o c e ssus
inverse fonctionne aussi et une réaction La différence de p otentiel (symbole U) :
chimique peut créer un courant élec­ un générateur agit comme une pompe
trique . Il suffit de placer l'électrolyse à électrons . Il existe une dépression à
dans un récipient et l'on obtient une pile ses bornes de s ortie que l'on appelle
électrique ou une batterie . différence de potentiel et qui s 'exprime
en volts (symbole V) . Si vous mesurez
L'effet magnétique : une barre d e cuivre avec un appareil adéquat (voltmètre) la
intercalée dans un circuit et traversée par différence de p otentiel sur une prise de
un courant produit un champ magnétique courant (que l'on peut considérer comme
qui a pour effet d'influencer l ' a iguille les bornes de sortie d'un générateur) ,
d'une boussole . Ce principe a lui aussi vous obtiendrez une mesure située entre
un champ d'application très vaste : il a 230 et 240 V. Plus communément, on
permis d'élaborer le moteur électrique, appelle cette valeur la tension. Le terme
le transformateur, la sonnette , la gâche voltage est utilisé improprement comme
électrique de la porte de l'immeuble et synonyme : c'est un anglicisme .
bon nombre de mécanismes pour les
automatismes . L'intensité (symbole I) : quand on bran­
C e principe est lui aussi réversibl e . Par che une lampe sur un générateur, on
exemple, si l'on fait tourner mécanique­ établit un circuit traversant l ' ampoule .

-
ment un moteur électrique , il produit du Un certain flux d 'électrons transite dans
Valeurs et unités de mesure

Les valeu rs en électricité On a une tension de


230 V aux bornes
d'une prise de
La tension La tension U s'exprime en volts (symbole V) courant. On peut
exprimer cette
valeur de la
r!!'.a...::,..,.�==�l!tC:,�---1 entre
Il existe une différe nce de charge
le pôle + et le pôle -. On
façon su ivante :
U = 230 V.
a ppelle cette différence : la On a une
différence de potentiel ou tension. différence de
potentiel ou
tension de
1 ,5 V aux
L'intensité L'i ntensité I s'expri me en ampères (symbole A) bornes
d'une pile.
On peut exprimer l'intensité de cette façon : U = 1 ,5 V
1 = 0,5 A (par exemple) .

La consommation
_-+ L'i ntensité correspond au flot
""'\'rC==::::' La consommation
d'électrons qui traverse un circuit.
s'exprime en
kilowattheures
(symbole kWh)

La puissance La puissance P s'exprime en watts (symbole W)


La consommation
s'obtient en
La puissance représente l'énergie m u ltipliant la
consommée par le récepteur. puissance d'un
appareil (en kW)
par sa d u rée
En courant contin u , la puissance est le produit de la
tension par l'intensité : d'uti lisation (en heures) .
P = U x 1 (en W)
En courant alternatif, il existe plusieu rs puissances : Cette consommation
- la puissance apparente S = U x 1 (en VA) vous est indiquée
- la puissance active P = U x I x cos qi (en W) . par le compteur électrique.
Cos qi est le facteu r de puissance. Il est i nférieur à 1
Générateur pour les circu its inductifs (mote u rs, par exemple) et
égal à 1 pou r une résistance.

La résistance La résistance R s'exprime en ohms (symbole Q)

U ne résista nce est un matéria u


qu i permet à l'énergie électrique de
se tra nsformer en énergie
calorifique.

On peut exprimer la résistance de cette façon :


R = 1 0 Q (par exemple).
En présence d'une tension donnée, on constate q u e Tension Tension
l'intensité est proportionnelle à la résistance. L a l o i constante constante
d 'Ohm donne cette formule :
Générateur U=Rx1 Si R est faible, Si R est élevée,
1 est élevée. 1 est faible.

Figure 3 : l es valeurs en électricité


►ii·i3iit·ld9:i•tl@t4§&tltl
les fils et le filament de la lamp e . Ce C ' est pourquoi la loi d'Ohm n'est pas
flux s 'exprime en ampères (symbole A) . valable pour un moteur, par exemple .
L ' intensité est une valeur importante
à connaître . Une trop grande intensité La puissance (symbole P) : exprimée en
dans un conducteur de section donnée watts (symbole W) , elle évalue la quan­
provoque des é c h auffe m e nts e t d e s tité d ' é ne rgie absorbée par l ' appareil
dégradations . C'est comme exercer une raccordé sur une prise. Elle se calcule
pression trop é levée dans un tuya u . en multipliant la tension par l 'intensité .
C 'est pourquoi l ' on p l a c e , à l ' origine Prenons un exempl e pour illustrer ces
des circuits , des dispositifs permettant valeurs .
de limiter l'intensité , en fonction de leur Nous disposons d'une tension sur u n
usage et de la section des conducteurs . socle de prise de courant d e U = 2 3 0 V.
Certains appareillages portent une men­ Soit une ampoule produisant une inten­
tion d'intensité nominale (In) . Il s 'agit sité de I = 0 , 4 3 5 A .
d'une valeur maximale admissible p our La puissance P = U x I = 230 x 0 , 4 3 5 =
un appareil (en régime normal) , prévue 1 00 , 0 5 W.
par le fabricant pour assurer un fonc­ De même , si vous connaissez la puis­
tionnement correct sans échauffements sance d'un appareil (information que
ni dégradations. vous trouverez a i s é ment sur sa p l a ­
q u e s i g n a l é t i qu e , a i n s i q u e l a t e n ­
La résistance (symbole R) : une résis­ s i o n s u r l a q u e l l e o n l e r a c c o rd e ) ,
tance est u n m a t é riau qui permet à vous pouvez déterminer l ' intensité
l'énergie électrique de se transformer I = P/U .
en énergie calorifique (le filament d'une
lampe ou la résistance d'un c onvecteur, Lorsque les puissances sont plus éle­
par exemple) . On appelle ce phénomène v é e s , o n l e s e x p r i m e e n k i l ow a t t s
l'effet Joule. En présence d'une tension (symbole kW) . U n kilowatt équivaut à
donnée, l'intensité est proportionnelle à 1 000 watts . Un mégawatt (MW) repré­
la résistance . Il existe une relation mathé­ sente 1 000 000 watts .
matique qu 'on appelle la loi d'Ohm dont Pour le courant alternatif, la puissance
la formule est U = R x I . p e u t s ' exprimer é g a l e me n t e n volt­
ampères (VA) ou kilovoltampères (kVA) .
La résistance s 'exprime en ohms (sym­ C ' est l a puissance a p p arente . 1 kVA
bole Q) . On peut donc en déduire que équivaut à 1 kW si l 'appareil raccordé
si l'on augmente la résistance , l'intensité est une résistance pure . La puissance des
diminue , car la tension reste constante . appareils ne présentant pas de résistance
L'inverse est vrai : si l'on baisse la résis­ pure, c'est-à-dire la majorité , ne peut pas
tance, l'intensité augmente . être calculée strictement avec la formule
P = U x I . Un autre paramètre doit être
C ette loi ne s ' a pplique qu ' aux résis­ pris en compte : le facteur de puis­
tances mortes, c ' est-à-dire aux appareils s ance qui modifie légèrement la valeur
dans lesquels l ' énergie é l e c trique se obtenue . La formul e est alors P = U x I
transforme uniquement en énergie calo­ cos(Fi) . On obtient l a puissance active ,
rifique (un convecteur, par exemple) . c ' e s t - à - dire l a p u i s s a n c e r é e l l e m e n t

-
Valeurs et u nités de mesure

consommée, qui s 'exprime en watts . Le la somme des tensions de chaque élé­


cos(Fi) est inférieur à 1 pour les circuits ment . Par exemple , trois piles de 1 , 5 V
inductifs (moteur, par exemple) et égal placées en série fournissent une tension
à 1 pour une résistance pure . de 4 , 5 V. Attention, les piles ne doivent
pas être installées en opposition (borne
La consommation (symbole kWh) : elle plus contre la borne plus d'une autre
s 'obtient en multipliant la puissance d'un pile) : elles se déchargeraient.
appareil (en kW) par sa durée d'utilisa­
tion (en heures) . Toujours dans le même On peut également monter des résis­
exemple , si nous laissons la lampe de tances en série . Dans ce cas , la résistance
1 00 W allumée pendant trois heure s , sa de l'ensemble est égale à la somme des
consommation sera de : résistances . Rtotale = Rl + R2 + R3 .
1 00 W = 0 , 1 00 kW L 'intensité qui traverse l 'ensemble des
0 , 1 00 x 3 = 0 , 300 kWh résistances est la même . En revanche , la
Cette valeur de consommation est celle tension aux bornes de chaque résistance
que vous pouvez voir d é filer sur le dépend de sa valeur propre . Cependant,
cadran du compteur électrique. Elle est la somme des tensions aux b ornes des
utilisée pour l'établissement de la facture résistances est égale à la tension de sortie
d'électricité . du générateur.
I l existe encore beaucoup d ' autres
valeurs en électricité mais o n peut s e D ans une installation électriqu e , o n
contenter d e ces quelques principes d e n'installe pas d'éléments en série . Si l ' o n
base pour l e sujet qui nous intéresse : plaçait p a r exemple deux ampoules d e
l 'installation électrique domestique . même puissance en série, elles seraient
alimentées chacune par u n e tension
égale à la moitié de celle du réseau, donc
Les groupements d 'éléments elles n'éclaireraient pas normalement. Si
l'une de ces ampoules " grillait », le circuit
Selon la disposition des éléments dans serait coupé.
un circuit électrique (en s érie ou en
parallèl e , voir figure 4) , leur groupe­
ment n'aboutit pas aux mêmes valeurs . Les éléments en parallèle
Pour simplifier la compréhension, seuls
des circuits en c ourant continu s ont Un montage est dit en parallèle lorsque
présentés . chaque élément est relié au précédent
par une dérivation .
Il est possible d'installer des générateurs
Les éléments en série en parallèle à condition qu'ils présentent
les mêmes caractéristiques. Dans le cas
On dit d'éléments qu 'ils sont en s é rie contraire, les plus puissants se décharge­
lorsqu 'ils sont placés les uns à la suite raient dans le plus faible. Cette singula­
des autres . S 'il s 'agit de générateurs , par rité peut se produire dans une installation
exemple des piles, la tension disponible de panneaux solaires photovoltaïques. Si
aux bornes de l'ensemble correspond à l 'un des panneaux est mal orienté ou en
l!i·13ilt·ld1ti·l@t4§ tmtttl
ements d 'élements (en courant continu)
Les éléments en série
Les générateurs

Ill 1 11 1 11 111 !I

U1 U2 1 U3
Ne placez p a s l e s générateurs en o p position
1
U totale
ils se déchargeraient.

La tension en sortie des piles est la som m e des tensions de chaq u e pile.
U totale = U 1 + U2 + U3
Dans l'exemple ci-dessus : U totale = 1 , 5 + 1 ,5 + 1 ,5 = 4,5 volts

Les résistances

La résistance totale est la somme de toutes les résistances.


R totale = R1 + R2 + R3
L'intensité est la même dans tout le circuit.
La tension est différente aux bornes de chaque résistance
mais leur somme est égale à la tension du générateu r.
U1 + U2 + U3 = U générateu r

lt-
Les éléments en paral lèle
U1

-- -�
Les générateurs U totale = U 1 ou U2
-11 D a n s l 'exemple ci-contre
Attention : ce montage ne peut U totale = 1 ,5 volts

-
s'effectuer q u'avec des générateu rs Ce montage est i ntéressant
de même tension . S i n o n , l'un se car vous d isposez de plus de
déchargerait dans l'autre. 11 ....- pu issance pour la même tension.

U2

U totale
Les résistances

La résistance équ ivalente à ce groupement en paral lèle


est don née par la form ule su ivante
1 1 1 1
-- = - + - + -
Réq R 1 R2 R3
La tension est la même aux bornes de toutes les résistances.
L'intensité est proportionnelle à chaque résistance.
1 totale = 11 + 12 +13
Plus on place de résistances en parallèle, plus l'intensité augmente. C'est ce qui se
passe quand on branche trop d 'appareils sur l a même prise d e courant.
i totale
Exemple : R1 = 2 Q, R2 = 3 Q et R3 = 5 Q
1/R équiv. = 112 + 1/3 + 115 Figure 4 : Les
1/R équiv. = 3 1/30 groupements
R équiv. = 3013 1 = 0, 96 Q d'éléments

-
Valeurs et unités de mesure

zone ombrée, les autres vont s'y déchar­ possible de transformer un courant alter­
ger, provoquant une baisse du rendement natif en continu grâce à un redresseur.
de l 'ensemble de l' installation . Cet appareil est utile par exemple pour
une éolienne domestiqu e .
Lorsqu'on installe des générateurs e n
parallèle , la tension totale e s t la même
que celle de chaque générateur, en revan­ Le courant continu
che , la puissance disponible est doublée ,
comme dans l 'exemple présenté . Le courant continu (figure 5) est celui
délivré par les piles, les batteries , les
Lorsque des résistances sont montées en panneaux photovoltaïques . . . Les bornes
parallèle, la tension est également iden­ de sortie du générateur sont repérées
tique aux bornes de chaque résistance , par les symboles de polarité ( + et -) .
mais l'intensité qui traverse l'ensemble La tension et l 'intensité délivrées sont
est égale à la somme des intensités qui constantes, tant que le générateur n'est
traversent chaque résistance. pas déchargé . La circulation du courant
Dans ce cas, la résistance équivalente à s'effectue toujours dans le même sens .
l'ensemble est inférieure à la plus petite Le courant continu est désigné e n anglais
des résistances ; elles ne s'aj outent pas, à par les lettres DC (direct current) . Les
la différence des résistances en série . installations é l e ctriqu es ne sont p a s
alimentées e n courant continu . L e cou­
Dans une installation électrique domes­ rant continu peut être fabriqué par effet
tique , les différents circuits sont installés chimique (piles ou batteries) , électro­
en parallèle : circuits de lampes ou de nique (panneaux solaires) ou avec des
prises de courant. Si l'on branche plu­ générateurs intégrant un dispositif en
sieurs appareils sur une prise de courant, rotation comme la dynamo .
avec une multiprise, par exemple , ils
sont tous raccordés en parallèle . Mais si
l'on branche trop d'appareils , l 'intensité Le courant alternatif
devient trop forte et les protections cou­
pent l 'alimentation. C ' est le courant qui alimente toutes
les installations électriques. Le courant
alternatif est d é s igné en anglais par
Les types de courant l e s lettres AC (alternating c u rren t) .
I l change c o n stamment de p o l a rité .
Il existe deux types de courant électrique Intensité et tension varient selon une
(figure 5) : le courant continu et le cou­ courbe sinusoïdale . Il est caractérisé
rant alternatif. Ils sont produits par des par sa fréquence (nombre d'oscillations
systèmes différents qui ne peuvent pas par seconde) exprimée e n hertz (Hz) .
être mélangés dans un même circuit. I l E n France et e n Europ e , l e c o u rant
est possible d e transformer u n courant distribué a une fréquence de 5 0 H z .
continu en courant alternatif grâce à un C ' e s t - à - d ire q u ' i l effe c t u e c i n q u ante
onduleur. Ce dispositif est utilisé notam­ oscillations par seconde , soit cent inver­
ment pour les installations de panneaux sions de polarité par seconde . D ans
solaires photovoltaïque s . Il est également d'autres pays , l a fréquence est diffé-
l!i18iit·lditi·tlt#t#§Mitl
Les de cou rant Représentation graphique d u courant continu

Le courant continu Symbole :":":":":


ou
DC en anglais

Le courant continu est le


-===;::===-- cou rant délivré par les -+------------
0
Temps
piles ou les batteries.

Représentation graphique du courant alternatif


Le courant alternatif Symbole "'
AC en anglais 1 ou U

0 Temps

1 période = 1 /50 de seconde


(ou 50 périodes par seconde)

Attention : en alternatif, on ne parle plus de résistance mais d'impédance. Toutefois, la loi d 'Ohm reste valable pou r
les résistances pures (résistances de chauffage, par exemple). Pour d 'autres éléments, d 'autres valeurs doivent
être prises en compte ; nous n'en aurons pas besoin dans cet ouvrage. En alternatif, la puissance calculée par la
formule : P = U x I représente la puissance apparente. Elle est exprimée en VA (voltampères) ou en kVA. La
puissance active (celle réellement consommée) prend en compte u n facteur de puissance. Cette puissance est
exprimée en watts. Pour une résistance pure, les deux puissances sont égales.

Les types de tension en courant alternatif


Le monophasé (une phase)
Le monophasé est le type de coura nt
Phase le plus distribué. L'alimentation
consiste en deux conducteurs : la
u = 230 V phase et le neutre. La tension entre ces
deux fils est de 230 V.

Neutre

Le triphasé (trois phases)


Phase

U = 230 V U = 400 V
Le triphasé est l'autre type de
Phase 2 courant disponible. L'a limentation
com p rend quatre conducteurs :
trois phases et un neutre.
U = 230 V U = 400 V La tension entre chaque
Phase 3
phase et l e neutre est de
230 V. La tension entre chaque
U = 230 V phase est de 400 V.
Neutre

-
Figure 5 : Les types de courant
Valeurs et u nités de mesure

rente , par exemple 60 Hz aux États-Unis. Le monophasé est mieux adapté aux ins­
Il n'y a pas de pôles plus ou moins en tallations domestiques et convient dans la
courant alternatif, mais une phase et un plupart des cas. La majorité des appareils
neutre . Le courant alternatif est fabriqué électriques domestiques fonctionne sous
sur le principe de l ' effet magnétique cette tension . L'alimentation monopha­
dans une machine en rotation, par des sée comporte deux conducteurs : un
générateurs a p p e l é s alternateurs . I l s conducteur de neutre et un c onducteur
comportent u n e partie fixe , l e stator o u de phase . La tens ion entre ces deux
induite , et u n e partie tournante , le rotor conducteurs est de 230 V.
ou inducteur. Le courant est produit par
la variation du flux du champ magnétique
due à la rotation du rotor dans le stator. Les risq ues
P our faire tourner l ' a lternateur, on a
recours a divers systèmes : des turbines L 'électricité est dangereuse . On déplore
à vapeur ou à gaz (centrales nucléaires en France , chaque année, plusieurs mil­
et thermiques) , des turbines hydrauliques liers d'accidents corporels, dont au moins
(barrages ) , ou un moteur thermique 200 sont mortels , et plus de 4 000 incen­
(groupe électrogène) . dies (source : Promotelec) .

L e c o u ra n t a l t e r n a t i f e s t a d a p t é a u Les incendies : ils peuvent être provo­


transport d e l'électricité s u r d e longues qués par plusieurs phénomènes :
distances , sous haute tension, que l 'on • un échauffement des conducteurs dû
obtient au moyen de transformateurs . à leur section insuffisante ou à une
On réduit ainsi son intensité et les per­ demande de puissance trop importante
tes dues à l'effet Joule dans les câbles (surcharge) ;
de transport . • u n c o u rt - c i r c u i t e n t r e l e s p a r t i e s
conductrices ( c e q u i provoque u n e
Il existe deux types d e courant alternatif surintensité a v e c u n é c h a u ffement
distribué chez les particuliers : le cou­ important) ;
rant triphasé et le courant monophasé . • un mauvais contact dans les appareillages
En général, le courant est distribu é en ou les raccordements (échauffements) ;
triphasé dans le réseau ; le raccordement • un arc électrique dû au mauvais isole­
en monophasé n'utilise qu'une partie des ment des parties conductrices ou à la
conducteurs . présence d'humidité .

Une alimentation en triphasé dispose de Le court-circuit (figure 6) est dû à un


quatre conducteurs : un neutre et trois contact accidentel e ntre la phase et le
phases. La tension entre le neutre et cha­ neutre ou entre deux phases en triphasé .
que phase est de 230 V, et de 400 V e ntre I l provoque une forte augmentation de
deux phase s . Ce type d'alimentation est l 'intensité en un temps très b ref, ce qui
moins répandu que le monophasé , il est se traduit par une augmentation de la
utile si vous avez besoin d'alimenter des température des c onducteurs , modifie
machines spécifiques ou d'une puissance les propriétés du métal , détruit l ' isolant
de raccordement importante (supérieure et échauffe les supports (moulures, gou­
à 18 kVA) . lottes, conduits) .
l!i·Miit·lh9ti·?!@i4§MW
Les risgues
Le court-circuit

Les risques corporels Les surtensions


d'origine atmosphérique
(D'après Schneider)

[t ] ]
Surtension
par conduction
coup de foudre
sur une ligne
aérienne
Prise
terré

Champ
e· lectromagnétique
J'ctl'r---�
Contact direct Surtension
(contact avec un conducteur dénudé) par rayonnement
électromagnétique
coup de foudre
proche d'un
bâtiment

Surtension
par la terre

Contact indirect
(appareil non relié à la prise de terre)

Figure 6 : Les risques


Valeurs et unités de mesure

La surcharge est due au passage d ' une • la nature des chaussures ;


intensité trop importante par rapport à • la durée du contact .
l a section des conducteurs . Les consé­
quences s ont similaires à celles provo­ Toutefois , il est important de savoir
quées par un court-circuit (échauffements qu 'une tension supérieure à 2 5 V en
et risques d'incendie) mais d'une inten­ c o u r a n t a l t e rnatif d a n s d e m a u v a i ­
sité moindre . Cependant, le phénomène s e s c o n d i t i o n s p e u t ê t r e m o rt e l l e .
pouvant durer dans le temps, le risque De même , avec le courant domestique,
reste élevé . une intensité supérieure à 40 mA (milli­
P our se protéger de ces phénomènes , ampères) est mortelle .
on a recours à des dispositifs de protec­
tion interdisant de dépasser une certaine Pour se prémunir contre ces risques , on
intensité selon la section des conducteurs a recours à la prise de terre et aux dis­
du circuit à protéger. Ces dispos itifs positifs différentiels à haute s ensibilité
doivent également assurer une coupure (30 mA) qui permettent de couper l'ali­
très rapide en cas de court-circuit. mentation avant l'électrocution.

Les risques corporels : le p assage du Enfi n , il existe un a u tre risque non


c ourant é l e ctrique à travers le corps négligeable : la surtension. Les surten­
humain peut provoquer des effets patho­ sions les plus importantes sont d ' origine
physiologiques qui vont des picotements atmosphérique : la foudre . La foudre peut
jusqu'à l'arrêt cardiaque. On distingue tomber directement sur une ligne élec­
deux sortes de contacts avec des parties trique aérienne (ce qui est assez rare) ,
électriques (figure 6) : créer une surtension dans le réseau qui
se déplace à la vitesse de la lumière et
• Les contacts directs sont caractérisés atteindre cinq millions de volts . Mais la
par le contact du corps humain avec foudre peut aussi créer une surtension
un conducteur sous tension et le sol . par rayonnement magnétique en tombant
• Les contacts indirects sont caractérisés à proximité d'une habitation ou encore
par le contact du corps humain avec un créer une surtension par le réseau de
appareil accidentellement sous tension terre . Une surtension dans une installa­
et le sol, par exemple un fil dénudé tion électrique se traduit généralement
en contact avec la carcasse métallique par la destruction des équipements élec­
d'un appareil ménager (défaut d'iso­ troniques , la détérioration des appareils
lement) . électroménagers , la p e rturbation des
systèmes d'alarme ou informatiques .
Le passage du courant dans le corps
d épend de nombreux facteurs : Même si le distributeur ERD F met en
• la résistance du corps humain ; ceuvre de nombreux procédés pour évi­
• la callosité et l'humidité des mains (en ter les surtensions dues à la foudre , la
cas de contact avec la main) ; norme exige d'équiper les installations
• la nature du revêtement de sol (plus électriques dans les zones à risque de dis­
ou moins conducteur) ; positifs spécifiques : les parafoudres .
l!i·Mi•t·•ii?ti·l@t4§Mttl
Les a P-arei ls de mesure
Les m ultimètres permettent d'effectuer un
Le multi mètre analogique
ra nd nombre d e mesures : tension alterna-
Les multimètres tive ou continue, intensité a lternative ou
ana logiques sont contin ue, résistance et encore bien d'a utres
construits selon mesures selon les modèles. Préférez toujours
une ancienne un modèle doté d'une protection i nterne
technologie. La (fusible) qui évite de détru i re l 'appa reil en cas
lectu re des de mauvaise mani pulation.
mesures se fait
pa r la position
de l'aiguille sur
un cadra n . Ce
Le multi mètre n u mérique
type d'appareil
demande plus de
manipu lations
qu'un modèle
nu mérique . En
revanche, son
prix est moins
élévé. 11 est
suffisant pour
des tests sur
une insta llation
électrique.

La pi nce ampèremétrique n umérique

Utilisez des cordons munis de pointes de


touche isolées de bonne qua lité pour une plus
g rande sécurité. Certai nes disposent de
capuchons isolants amovibles permettant
d'effectuer une mesure dans une prise de
coura nt, pa r exemple.

Les m u ltimètres n umériques sont très


prati ques : manipu lations réd u ites, lectu re
directe des va leurs. Ils sont pa rfois même
trop précis pour les mesures à réal iser sur
une i n sta llation électrique.

La pince ampèremétrique est très utile pour mesu rer les intensités, surtout si
elles sont élevées. Certa ines permettent aussi de mesurer des tensions et des
résista nces.
Il existe également des ada ptateurs pinces qui s'utilisent a vec les cordons des
m u ltimètres.

-
Figure 7 : Les appareils de mesure
Valeurs et unités de mesure 1

plus de manipulations mais sont géné­


Les appareils ralement moins onéreux. La lecture est

de mesure moins précise que sur un appareil numé­


rique , mais généralement suffisante pour
et leur emploi une installation domestique .

Les multimètres numériques sont précis


P o u r interve n i r s u r u n e i n s t a l l a ti o n et offrent une lecture directe des valeurs.
existante o u lors d e la création d'une Ils sont de plus en plus répandus et leur
installation neuve ou d'une rénovation, prix devient abordable . Choisissez néan­
il est nécessaire de posséder un appareil moins toujours un appareil de bonne
de mesure . Les tests les plus courants fabrication par mesure de sécurité .
s 'effectuent au moyen d'un multimètre .
Celui-ci permet de mesurer la tension, Les multimètres ne sont pas conseillés
l 'intensité, la résistance, la continuité , etc . pour les mesures d'intensités importantes
(10 A au maximum) . On utilise dans ce cas
Il est inutile d'investir dans un appareil un autre appareil appelé pince ampèremé­
très sophistiqué si vous n ' intervenez trique . Il suffit de passer la pince autour
qu ' o ccasionnellement sur une instal­ d'un conducteur pour connaître l'intensité
lation . Préférez touj ours un modèle à qui le traverse. Il n'est pas nécessaire de
fusible incorporé qui protège l 'appareil dénuder le conducteur. Les modèles les
en cas de mauvaise manipulation. Les plus évolués permettent de mesurer les
appareils bas de gamme peu onéreux câbles à plusieurs conducteurs .
en sont souvent dépourvus et ne p ar­ Certains multimètres sont proposés avec
donnent pas les erreurs de réglage ou une pince ampèremétrique en option qui
de manipulation. se branche sur les cordons de mesure .
Certains modèles de pinces permettent
Attention ! Soyez très vigilant lorsque également de mesurer les tensions et les
vous effectuez certaines mesures sous résistances. Néanmoins , la mesure des
tension. Tenez bien les pointes de test intensités n'est pas la plus courante dans
par leur partie isolée . Ne débranchez les installations électriques .
j amais les cordons en cours de mesure .
Écartez-vous toujours de la source sous
tension avant toute manipulation de Mesurer les valeurs
l 'appareil de mesure .
Avant de poser les pointes de mesure
sur les éléments à tester, il faut savoir
Les appareils de mesure ce que vous souhaitez mesurer. Pour
mesurer une tension, réglez l ' appareil
Il existe des multimètres analogiqu e s , en mode voltmètre . Pour mesurer une
c'est-à-dire pourvus d ' u n cadran et d'une intensité , réglez l 'appareil en position
aiguille, et des multimètres numériques ampèremètre .
où les résultats apparaissent sur un affi­
cheur à cristaux liquides (figure 7) . La résistance et la continuité se mesu­
Les multimètres analogiques nécessitent rent en mode ohmmètre , touj ours hors
l!J·itilt·•il9ti·tJ@t%§t@tl
tension . Les mesures de tension et d ' in­ L a mesure d 'une intensité
tensité s ' effectuent sur un circuit sous
tension (figure 8) . La mesure de l'rntens 1te d'u n circuit
électrique avec un multimètre est diffi­
cilement réalisable dans les installations
La mesure d'une tension domestiques et peut être dangereus e
en termes d e manipulations . En effet,
Placez tout d'abord les fiches des cordons l ' a p p areil de mesure doit être placé
dans les borniers appropriés. Générale­ en série avec l ' appareil dont on sou­
ment, on place un cordon sur le commun haite connaître l'intensité , et en cas de
et l'autre sur le symbole V ou une valeur mauvaise interprétation, vous risqu e z
de tension (300 V, 1 000 V) . Placez le d'endommager l e multimètre . Par souci
s électeur d ' unité de mesure sur volt de sécurité , utilisez systématiquement
alternatif ou continu (alternatif pour une une pince ampèremétrique.
installation électrique) .
Placez les pointes de test parallèlement
aux bornes de l'appareil ou de l 'élément La mesure d 'une résistance ou de la
à mesurer. La valeur qui apparaît sur le continuité
cadran indique la tension entre les bor­
nes en volts . La mesure de la résistance s 'effectue aux
bornes de l'appareil hors tension. Vou s
Avec un multimètre analogiqu e , s i vous pouvez mesurer cette valeur directement
ne connaissez pas l ' ordre de grandeur sur la fiche d'un appareil électrique, par
de la tension à me surer, commencez exemple.
toujours par une mesure avec le c ordon
placé sur le bornier 1 000 V, puis changez La mesure de la continuité d'un conduc­
d 'échelle si nécessaire selon les indica­ teur sert à vérifier que celui-ci n'est pas
tions de la tension mesuré e . coup é , par exemp l e dans u n cordon
L e s m u l t i m è t r e s numé r i q u e s d i s p o ­ d'alimentation, un circuit ou une bobine .
sent généralement (selon l e s modèles) Pour mesurer la continuité , vous pouvez
d'un seul réglage de tension, l'appareil utiliser l'appareil de mesure en ohmmètre
s 'adapte de lui-même à la valeur et au ou sur la fonction continuité , indiquée
type de courant (alternatif ou continu) . par un signal sonore .

Si vous mesurez un courant continu avec Pour mesurer la résistance d'un élément
un multimètre analogiqu e , vous devez dans un circuit, prenez soin de décon­
régler l 'appareil sur ce type de mesure , necter l'un des fils d'alimentation de l'élé­
puis tester avec les pointes de mesure . ment afin de ne pas fausser la mesure .
Si l 'aiguille part en sens inverse de la
lecture du cadran, inversez les pointes Pour mesurer une résistance avec un
de mesure . appareil analogique
• placez les cordons de mesure dans les
La mesure des tensions vous permet de borniers appropriés ;
vérifier que les circuits d'une installation • placez le sélecteur d'unité de mesure

-
sont correctement alimentés . sur ohm ;
Valeurs et u nités de mesure 1

Mesurer les valeurs électri ues


La mesure d'une tension

La tension se mesure aux


bornes d'un récepte u r o u d'un
générateur à l'a ide d ' u n
voltmètre équ i pé de poi ntes
de touche isolées.


V,

' '
,---� -----,._
COM

appropriés.
mA


1 0A

Branchez les cordons de


mesure dans les born iers Sélectionnez le type de tension ... ou DC pour une tension en
Procédez à la mesure. La
valeur de la tension s'affiche
à mesurer : AC pou r l 'alternatif . . . continu. sur le cadran.

Ce type de mesure n 'est pas


La mesure d'une i ntensité

L' i ntensité se mesure très approprié pour une


au moyen d ' u n a m père­ installation électrique. C 'est
pourquoi on préfère souvent
mètre, placé en série la pince ampèremétrique.
avec l'élément dont on
veut mesure r
l'i ntensité. Il suffit d e placer la pince
Générateur
a utou r de l'un des cond ucte urs
qu i ali mentent le récepteur.

La mesure d'une résistance

Si vous mesurez une


La résista nce se mesure aux résista nce dans un
bornes d'un récepteu r circuit, prenez soin
o bligatoire ment h o r s tension de décon necter l'un
a u moyen d'un o h m m ètre. des fils d'alimentation
de cette résistance
pour ne pas fa usser
la mesure.
Générateur

Circuit hors tension

Ce type de mesu re permet de vérifier qu'un circuit n'est


La mesure d'une conti n uité
Pou r tester un cordon,
pas coupé (bobinage ou cordon d'alimentation). Il s'effectue
Pour tester un cordon
placez une pointe de
également avec un ohm mètre. test sur l 'un des
contacts de la fiche et
recherchez le fil
correspondant à
l 'autre extrémité. Vous
devez obtenir les
mesures ci-contre.

-
Une mesure entre O et 5 Q indique que le bobinage est correct. Testez ensu ite l 'autre
contact de la fiche.
Si vous trouvez une
valeur infinie entre
l'une des fiches et les
deux fils à l 'extrém ité,
cela signifie qu'un fil
Une mesure infinie indique que le bobinage est coupé. � est coupé.

Figure 8 : La mesure des valeurs électriques


l!ii8iit·•d?ti·tl@t4§i;M,tJi
• mettez en contact les deux pointes de cela montre que le circuit est cou p é .
test : l'aiguille doit se déplacer vers la Lorsque vous mesurez u n e résistance
droite du cadran sur la valeur O o m ; pure ans u n c 1 r c u 1 t e e ctron 1 qu e ,
si l 'aiguille n 'atteint pas la valeur zéro , u n a p p areil d e chauffage électrique
peaufinez le réglage avec la vis de ou la résistance d'un chauffe-eau , par
calage ; exemple) , l ' appareil vous indique s a
• effectuez l a mesure e n plaçant l e s valeur. Quand vous mesurez d'autres élé­
pointes de la résistance à mesurer. ments comme des bobines (bobine d'un
télérupteur ou d'un relais, bobinage d 'un
Lorsque vous mesurez une continuité , moteur, par exemple) , vous mesurez la
la valeur O ohm indique que le c ourant continuité du circuit pour vérifier qu'il
passe. Par conséquent, le circuit n'est pas n'est pas coupé. La valeur de la résistance
coupé. Si la valeur indiquée est infinie ( oo), n 'est pas significative dans ce cas .

-
Le diagnostic
de l'installation
domestique
L a plupart des installations électriques anciennes ne sont plus aptes à supporter les
appareils modernes que nous sommes amenés à raccorder. Généralement, elles
étaient prévues uniquement pour l ' éclairage et quelques petits appareils de faible
consommation. Ces installations ne sont plus en c onformité avec les règles élémen­
taires de sécurité (prise à côté d'une baignoire, par exemple) : le matériel s 'est usé,
il n'est plus conforme . Dans les logements les plus anciens , les moyens de protection
étaient rudimentaires : par exemple , i l n'y avait pas de prise de terre .

L e d i a g n o s t i c é l e c t r i c ité , d é s o r m a i s travaux ne sont pas réalisés et en cas de


o b l i g a t o i r e a v a n t t o u t e t ra n s a c t i o n problème, le propriétaire engagera sa
immobilière , v a mettre e n avant tous les responsabilité , puisqu 'il ne peut ignorer
défauts d'une installation ancienne . I l est la dangerosité de son bien.
un excellent indicateur de l'état d'une
installation pour qui n'est pas profes­ La rénovation d'une installation existante
sionnel. Un rapport défavorable incitera garantit des circuits adaptés aux appa­
l ' acquéreur ou le locataire à opter pour reils, des prises de courant en nombre
un autre bien, à engager des travaux suffisant et placées aux endroits les plus
de mise en conformité ou la rénovation utiles (avec la prise de terre et des pro­
totale de l'installation électriqu e . Si des tections désormais obligatoires pour les
h!J·13Ut·lh?ti·t!@t4§4Mtl
enfants) , des éclairages qui mettent en Les installations électriques de plus de
valeur l' intérieur, une plus grande sécu­ quinze ans ayant fait l'objet d'une attesta­
rité, mais aussi de réaliser des économies. tion de conform1te par le Consuel epuis
Les nouveaux réseaux de communication moins de trois ans ne nécessitent pas de
remplacent les anciennes lignes et prises diagnostic.
téléphoniques. Ils permettent de créer Cette vérification est l'un des éléments
des réseaux informatiques, de distribuer du dossier de diagnostics techniques
la télévision par Internet . . . Des offres de (DDT) qui rassemble les différents rap­
systèmes domotiques permettent égale­ ports : exposition au plomb, présence
ment de piloter une installation du bout d'amiante , performance énergétique . . . Le
des doigts , ce qui est un avantage pour DDT doit être annexé à la promesse de
les personnes handicapées ou âgées . vente ou, à défaut, à l 'acte authentique.
D e plus, le matériel actuel est beaucoup Le diagnostic de l 'installation électrique
plus performant et il supporte mieux le a pour but d'évaluer les risques pouvant
poids des années . Les travaux sur une porter atteinte à la sécurité des person­
installation électrique ne tolèrent ni l'à­ nes . En effet, les installations électriques
peu-près, ni le mauvais bricolage. anciennes p e uvent être dangereus e s ,
même si elles respectaient les règles de
Il existe des règles très strictes qu 'il est sécurité de l'époque, car les normes ont
obligatoire de respecter. Elles sont le évolu é . Le diagnostic permet de vérifier
fruit de nombreuses années de constats que l 'installation répond aux exigences
et de recherches ayant pour but d'offrir minimales de sécurité définies par la
une totale sécurité . norme expérimentale UTE XP C 1 6-600 .
Il ne certifie pas que l'intégralité de l'ins­
La norme en vigueur s'applique à toutes tallation respecte la norme NF C 1 5- 1 00
les installations ou extensions nouvelles. en vigueur. Le diagnostic permet d'infor­
Par exemple, dans le cas d'une rénova­ mer l'acquéreur de l 'état de l'installation
tion ou d' une extension (aménagement électrique du logement qu 'il va acheter. Il
de combles) , la dernière norme s ' ap­ doit être réalisé par un opérateu r certifié
plique de fait. C'est pourquoi, pour vous par un organisme accrédité .
conformer à la norme en vigueur, repor­
tez-vous, pour chaque anomali e , aux Le diagnostic concerne l ' installation
règles à respecter en cas de rénovation, é l e c trique d e s parti e s p riva tives du
dans la section consacrée à la norme . logement et de ses dépendances , située
en aval de l 'appareil général de com­
mande et de protection (en général le
Le principe du disjoncteur de branchement) , j usqu'aux

diagnostic électricité bornes d'alimentation des appareils fixes


et des prises de courant. Il ne concerne
pas les parties communes des immeu­
Depuis 2009, un état de l ' installation bles collectifs et les c ircuits internes
électrique, si elle a été réalisée depuis des matériels connectés à l'installation
plus de quinze ans , doit être produit en (appareils ménagers , par exemple) et
cas de vente d'un logement. La validité ne porte que sur les éléments visibles

-
du diagnostic est de trois ans . de l 'installation.
Le diagnostic de l 'installation domestique

duou des imrnetJjes balis

=::..-::::-.-..-.--
--�.--_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-
u-dt !I,, - � ,
c.. ,... ,

r.,,...._..... , __ o .... � □ _. _ _... , �


,,.,.. � , � ...

�-••
l� ..--••--u---------­
•-�..-tu--------------
de !opérateur

de létatde r- in!érieun! d'êlectricib!

--
ae.ir .......... i. ...... . ,.....�
,.,..,..,..llft�-·-...........iwt._•nn.Mii�.,,,....,.......
,-,.�-·
- .. . .... .... .... 1.11 .....

_�......,....O,I...
...... � ............. �....... p-ndp,11•.........-................,,
....................... _ .... ,.. .. Clrrl ..

,............,.,_......��.......la-------·
·.rt111•111111t�-....-ai-m-...,,.,_,-.eo_11,.,..i,---.
l'iDl,....,..111(�--,,,_.,_.,.._,.....�

(□ l.........._...._.,......, ....... _....._

Ü l,............,.I'.....,___., __ ,._ ....,. _. ...., ..................

0 ,..,... ..... . __. ... � .. -_....;


O 111 ,--. ......... r.._..•,..._ ._.. ........ .,.,.. _........,
• • 1, .. _ ; �alion des parties du bien lpiê!:es el em!D'.emenlsl n'ayant
0 •...-•--�·-- · • -; e vlsltées el)Jsti/lcallon
0 . ,_,_ _ .............. ....,.. • • _ .. ....__ _ ...... _;

[l
0 11 ........................... __ ......,...,_....,;
0 • ....,. .... __ ._ ......... _ .... �----:

!
0 .............. � .......... _ ... :
a .. .....w.....,,._,..._......,.,..... ;
0 .. ..._ _ ,....... � ;

_______
0 .. .,,..,.,..... ........ ,__ ___ �..,._. .. ..,..,..,__

.. ,.,.. ......
0 .. _...,,........ ,._ • ..,..,,_ . ...... .., ....... __ ;

_
:
D --•--------------l

...... .. ...
-'"-�----•----
(□l,..,....�l'�•._ ,_ _ ,... • ......-C, IM � - � )
_._ ,,,_ . ._,.

....... •�------­
CadMIN l'wil1"111191

1
- ---------
s:.-,. • r.,._

Figure 9 : Exemple de diagnostic électricité


l!i·13f.t·ld1ti·tl&i44tt®t#
Fiches de contrôle de l'i nstal lation d u dia nostlc électricité (d'après norme XP C 1 6-600 et fiche de diagnostic Promotetec)

N ° de la Group�
fiche de Objet des contrôles et risq ues encourus d'anomal ies
contrôle
Présence d ' u n appareil général de commande et de protection de l ' instal lation, facilement
accessible
1 Il est accessible à l'intérieu r du logement et permet d 'interrompre, en cas d'urgence, la totalité de la 81
fou rniture de l'alimentation électrique. Un appareil inaccessible ou inadapté ne permet pas d 'assu rer
la fonction de coupure en cas de danger, d 'incendie, ou d 'intervention sur l'installation électriq ue.

Présence à l'origine de l ' i nstal lation d'au moins u n d ispositif de protection différentiel le (DDR)
Il permet de protéger les personnes contre les risques de choc électrique lors d 'un défaut d'isolement
sur un matériel électriq ue. Son absence, sa défaillance ou son inadaptation peuvent être la cause
2 82
d 'une électrisation ou même d'une électrocution.

Prise de terre et i nstal lation mise à la terre


Ces deux dispositifs permettent lors d'un défaut d 'isolement sur un matêriel êlectrique de dévier à la 1
terre le courant de défaut q ui en résulte. Leur absence, leur mauvaise réalisation ou leur inexistence
3 83
partielle peuvent être la cause d'une électrisation ou même d'une électrocution.

Présence sur chaque circuit d'un dispositif de protection contre les surintensités, adapté à la
section des conducteurs
4 Ces dispositifs placés à l'origine de chaq ue circuit protègent les conducteurs et les câbles contre des 84
échauffements anormaux provoqués par une su rcharge ou un cou rt-circuit. Leur absence ou un
calibre trop élevé peuvent être à l'origine d 'un incendie.

Présence d ' u n e l iaison éq u i potentielle supplémentai re dans chaque local contenant u n e


douche ou une baignoire
Elle évite en cas de défaut que le corps humain soit traversé par un cou rant électriqu e dangereux.
5 85
Son absence peut être la cause d'une électrisation ou même d'une électrocution.

Respect des règles liées aux zones dans chaque local contenant une douche ou une baignoire
Les règles de mise en œuvre de l'installation électriq ue à l'intérieu r de ces locaux permettent d e
limiter les risques de choc électriq ue d u corps humain (électrisation o u même électrocution) q u and il
6 86
est mouillé ou immergé.

Absence de matériels présentant des risques de contact direct avec des éléments sous tension
Les matériels électriq ues dont des parties nues sous tension sont accessibles présentent d'importants
risq ues d 'électrisation ou même d'électrocution (matériels anciens, déteriorés, fils ou câbles
7 87
électriques dénudés, borniers de connexion accessibles . . . ) .

Absence de matériels vétustes ou i n adaptés à l ' usage


Des matériels trop anciens n'assurent pas une protection satisfaisante contre l'accès aux parties nues
sous tension. Ils peuvent posséder un niveau d 'isolement insuffisant et être inadaptés aux puissances
8 88
des appareils actuels. Risq ues de surchauffe, d'électrisation ou même d'électrocution.

Appareils d'util isation fixes situés dans des parties privatives et ali mentés depuis les parties
communes ou situés dans les parties communes et alimentés depuis les parties p rivatives
9 Si l'installation issue de la partie privative n'est pas mise en œuvre correctement ou comporte des 89
appareils inadaptés ou vétustes, le contact d 'une personne avec la m asse d 'un matériel en défaut ou
une partie active sous tension présente des risques d 'électrisation o u même d'électrocution.

I nstal lation et équ i pements électriq ues d ' u ne piscine privée


Les règles d e mise en œuvre de l'installation électrique et des équipements associés à la piscine
permettent de limiter le risque de chocs électriques, du fait de la réduction de la résistance électriq ue
10 8 10
d u corps humain lorsque celui-ci est mouillé ou immergé {électrisation ou même électrocution).

Autres vérifications recommandées


Ensemble de l'installation électrique protégée par au moins un dispositif différentiel à haute sensibilité
11 s 30 mA. Ensemble des socles de prises de cou rant à obtu rateur (évite l'introduction, en particulier 8 11
par un enfant, d 'un objet dans une alvéole d 'une prise avec risque de brûlures g raves, électrisation,
voire électrocution).

-
Figure 1 0 : Les fiches de contrôle du diagnostic
Le diagnostic de l ' installation domestique

Le diagnostic s'effectue sans déplacement dans la partie privative . Sauf dans le cas
de meubles ni démontage d'appareil s , des locaux contenant une douche , une
excepté au niveau d u tableau de répar­ baignoire ou une piscine , sont exclus les
tition . Le diagnostiqueur doit avoir accès circuits de communication (téléphone,
à l 'ensemble des locaux ; il effectue des télévision, réseau informatique . . . ) et les
vérifications visuelles, des mesures et des circuits de signalisation et de commande
essais de fonctionnement (l'installation alimentés en très basse tension de sécu­
devant être sous tension) . Il rédige un rité (TBTS) , inférieure ou égale à 1 2 V en
rapport de visite (figure 9) qui dresse la alternatif et à 30 V en continu .
liste des anomalies constatées et donne
une description des risques encouru s . Afin de respecter les exigences de sécu­
rité , le diagnostic permet de vérifier les
P our les propriétaires désireux de vendre matériels et caractéristiques suivants
dans les meilleures conditions, effectuer • présence et accessibilité d'un appareil
un diagnostic avant la mise e n vente général de commande et de protec­
donne une idée précise de l 'état de l ' ins­ tion ;
tallation électriqu e . • présence d'un ou plusieurs dispositifs
P o u r que le diagnostic soit positif, sans différentiels de sensibilité adaptés à la
anomalies et permette l' évaluation du valeur de la prise de terre et placés à
bien à son meilleur prix, nous allons l'origine de l 'installation électrique ;
passer en revue, dans les paragraphes • présence d'un dispositif de protection
suivants , les différents points de véri­ contre les surintensités adapté à la
fication qui sont définis par l a norme section des conducteurs des lignes, sur
UTE XP C 1 6-600 . Vous pourrez ainsi chaque circuit ;
procéder aux éventuelles améliorations • présence d'une liaison équipotentielle
nécessaires et avoir la garantie d'obtenir et d'une installation sécurisée dans les
un diagnostic parfait. locaux contenant une douche ou une
baignoire .

Les points E n outre , il c onvient d ' id e ntifier les

de contrôle matériels électriques vétustes , n ' étant


p l u s a d a p t é s à l ' u s a g e d e m a n d é ou
présentant des risques de contact direct
L a norme expérimentale X P C 1 6-600 avec des parties sous tension, ainsi que
de 2007, revue en 20 1 5 , sert de base au les c onducteurs non protégés mécani­
diagnostic. Elle définit la méthodologie quement.
et les modalités d'évaluation de l 'état des
installations électrique s . Elle concerne Les organismes de normali sation ont
l ' ensemble des circuits basse tension de défini onze fiches de contrôle présentées
l 'installation situés e n aval du disjonc­ dans le tableau de la figure 1 0 . Nous
teur de branchement ainsi que la partie allons les développer en détail dans les
de l'installation de branchement située paragraphes qui suivent.
l!i·i3ht·ld#i·l@t#§ttaitl
Fiche de contrôle N ° 1 Présence d ' u n appareil général de commande et de protecti o n de l'installation

Exemples cl' ex " 1 g""e"'n"'C "'


es.,-----------------------+-----­
L'appareil général de com m ande et de protection de l'instal lation doit être présent,
assurer la coupure de l 'ensemble de l'installation et :
- permettre d'i nterrompre l'alimentation électrique de l'intérieur du logement ou
dans un emplacement directement accessible depu is l'intérieur O ;
- être un disjoncteur ou un i nterrupteur avec ou sans fonction d ifférentielle 8 ;
à commande manuelle 8 ; à coupure s i m u ltanée o m n i polaire ;
O
- être placé à u n e hauteur maximale de 1 ,80 m, dans u n endroit dont l 'accès ne
s e fait pas par une trappe (gre n ier, vide sanitaire, par exemple), n i dans un
tableau ou u n placard dont la porte est fermée à l 'aide d'un outi l ou d'une clé. I l
p e u t être situé dans u n local an nexe s'il existe u n e com m u n ication d i recte entre
c e local et le logement 0
- ne pas être placé sous un point d 'eau ou au-dessus de feux ou plaques de
c u isson ;
- ne doit présenter qu'un seu l conducteur par borne (disjoncteur de
branchement) 8-

0 Un seul
conducteu r
par borne
Appareil de com m ande et de protection
de l'instal lation (généralement le
disjoncteur de branchement)

Cas d'un branchement long Cas d ' u n local annexe


0 Appareil général de coupure et de Logement
protection accessible directement
depuis le logement

Exemple de Logement
disjoncteu r Apparei l de
de 0 Comm u n i cation com mande et
di recte entre le de p rotection
local et l e logement
branchement

Manoeuvre Porte de
manuelle com m u nication

� :J IU I
� � Coupure
simu ltanée
1111 1 1111 cm Gernge
IIII Ill l lll l llllllll lll lll 1 11112 11112
1 a o a c s oa s4 5 o m n i polaire
l:lmllm fi
HR4J05 0:H8
Il

-
Figure 1 1 : Fiche de contrôle 1
Le diagnostic de l 'installation domestique

Fiche de contrôle 1 figure 1 1 . Le dispositif ne doit pas être


installé à plus de 1 ,80 m de hauteur, à
Le premier point de contrôle concerne moins qu 'il ne soit accessibl e par une
la présence d'un dispositif de coupure marche ou une estrade .
générale et de protection de l'installa­ Il doit être accessible et son installation
tion, qui doit être facilement accessible. n ' est pas autorisée dans un tabl e a u ,
En principe, il s ' agit du disjoncteur de placard o u gaine comportant u n e porte
branchement . fermée par une clé ou un outil . Est éga­
lement interdite toute installation dans un
E n c a s d ' u rg e n c e , i l d o i t p e r m ettre endroit accessible par une trappe avec
d'interrompre la totalité de la fou rni­ ou sans escalier escamotable, comme un
ture d'électricité , en un point unique et grenier, un comble, un vide sanitaire ,
facilement accessible . Vérifiez l'appareil sous un point d'eau ou au-dessus de
visuellement et essayez-le . plaques de cuisson .
Les points suivants doivent être respec­
tés . Le dispositif de coupure doit être pré­ Dans le cas d'un disjoncteur de branche­
sent et permettre de couper, de l'intérieur ment, le raccordement d'un seul conduc­
du logement ou d'un endroit accessible teur par borne doit être respecté , sinon,
directement par le logement, l'ensemble il y a anomalie .
de l' installation électriqu e .

Dans le cas o ù c e t appareil d e coupure Fiche de contrôle 2


est situé, par exemple, dans le garage ,
une porte de communication doit exis­ Cette fiche de contrôle permet de vérifier
ter à partir du logement (figure 1 1 ) . la présence, à l'origine de l 'installation,
Sinon, un dispositif de coupure générale d'au moins un dispositif de protection
supplémentaire doit être installé dans différentielle ( D D R) proté g e a nt toute
l'habitation. l ' installation (figure 1 2) . C e dispositif
permet d 'éliminer les risques de choc
Dans le cas d'une habitation éloignée électrique en cas de contact avec des
du coffret de raccordement au réseau masses sous tension et d'assurer la cou­
public (branchement long) , le disjoncteur pure automatique .
de branchement doit être situé dans le
coffret extérieur, en limite de propriété . Les points suivants doivent être respec­
Vous devez donc disposer d'un autre tés . Le ou les dispositifs doivent être
dispositif de coupure générale et de présents , permettre de couper l'ensemble
protection à l'intérieur de l'habitatio n . de l'installation, comporter l ' indication
de leur courant différentie l résiduel
Le dispositif de coupure générale peut assigné (sensibilité) , qui ne doit pas être
être un disjoncteur ou un interrupteur, réglable (ni en sensibilité , ni en temps
avec ou sans fonction différentielle . de déclenchement) . La sensibilité ne peut
Il doit être à manœuvre manuelle et être supérieure à 650 mA. Elle doit être
assurer une coupure simultanée omnipo­ en adéquation avec la valeur de la prise
laire . Cette fonction est signalée par un de terre (voir fiche de contrôle 3) . La
marquage sur l' appareil , comme illustré sensibilité est inscrite sur l'appareil .
i!J·i8ilf.•U1ti·tJ@t44t®tl
Fiche de contrôle N ° 2 Présence à l'origine de l ' installation d'un dispositif de protection différentielle (DDR)

Exemples d'exigences
Le d ispositif de protection différentielle doit être présent, protéger
l'ensemble de l'installation électrique et
- comporter l 'indication de son courant différentiel résiduel
(sensibilité) Q. Cette sensibilité ainsi que le temps de
déclenchement ne doivent pas être réglables
- ne pas avoir une sensibilité supérieure à 650 mA 8 ;
- se déclencher lors de l'essai de fonctionnement pour un
courant de défaut au plus égal à sa sensibilité
- se déclencher par action sur le bouton de test lorsqu'il est
présent E).
Si le disjoncteur de branchement ne possède pas de fonction
différentielle (cas d'un branchement long, par exemple), la partie
de l 'installation électrique entre cet appareil et les bornes en
aval du dispositif de protection différentielle, protégeant
l 'installation électrique, doit être de classe Il O.

Cas d ' u n branchement long

Disjoncteur de
branchement
non d ifférentiel

Le dispositif différentiel peut être le disjoncteur de


branchement ou un interrupteu r différentiel.

Exemple de disjoncteu r de branchement


différentiel

. :3o r11
re 8
érie i.J
e stJP
D ist8
r, c

Exemple d'un i nterrupteur différentiel


en tête d ' instal lation

I ndication de
la sensibilité
(s 650 mA)

Déclenchement par
action sur le bouton
de test

-
Figure 12 : Fiche de contrôle 2
Le diag nostic de l' installation domestique

L o r s d e s e s s a i s d e fo nctionne m e n t , sont situées dans les parties communes et


l ' appareil doit se déclencher pour u n non visées par le diagnos tic. Néanmoins,
courant de défaut au plus égal à sa sen­ la valeur de l a p rise de terre sera mesurée
sibilité . Si un bouton de test est présent, depuis la partie privative .
il doit déclencher l 'appareil . L'installation de mise à la terre a pour
C e dispos itif diffé rentiel peut être l e but d'éviter les risques de choc électri­
disjoncteur d e branchement s 'il e s t aussi que en cas de c ontact avec des masses
différentiel et que sa sensibilité est com­ anormaleme nt sous tension.
patible avec la résistance de la prise de
terre . Il peut s'agir également d'un ou
de plusieurs interrupteurs différentiels La prise de terre
haute sensibilité (30 mA) placés en tête
de l 'installation. La prise de terre doit ê tre p résente en
tout cas . Il peut s'a gir d'un piquet de
Comme indiqué dans la fiche de contrôle 1 , terre enfonc é dans l e sol , d'une prise de
dans l e cas d'un branchement long , le terre constituée d'une boucle à fond de
disjoncte u r de branchement doit être fouille ou d'un conducteur e nfou i dans
situé dans le coffret extérieur, en limite une tranchée (voir figure 13) .
de propriété . Il n'a généralement pas de La prise de terre ne doit pas être maté­
fonction différentielle. Un interrupteur rial i s é e par un sim pie rac cordement
ou disjoncteur différentiel doit donc être sur des canalisations métalliques (eau,
placé en tête de l 'installation, à l'intérieur gaz . . . ) . Si p lusieurs prise s de terre exis­
de l ' habitation . De plu s , l ' installation tent dans le même loca l , elles doivent
électrique située entre le disjoncteur de être interconnectées et la continuité doit
branchement (dans le coffret extérieur) être vérifiée .
et le ou les dispositifs différentiels pro­
tégeant l'ensemble de l 'installation doit La valeur d e la prise de terre doit être
être de classe II (câbles isolés U 1000R2V mesurée . Sa rés istance (en ohms) doit
sous conduit TPC , par exemple) . être en adéquation avec la sensibilité
du dispositif différentiel placé à l'ori­
gine de l ' insta l lat i o n (disj oncteur d e
Fiche de contrôle 3 branchement, par exemple) ou avec la
sensibilité la plus élevée s'il existe plu­
C e contrôle concerne l a pré s e n c e sieurs dispo sitifs différentiels. Ces valeurs
d ' une installation d e mise à l a terre maximales s ont indiquées dan s le tableau
(figure 1 3) : prise de terre , conducteur de de la figure 1 3 .
terre , liaison équipotentielle principale,
conducteur principal de protection et En c a s d'absence de prise de terre , cette
conducteu rs de protection. anomalie doit être signalé e sur le tableau
de répartition. Dans ce cas, l'ensemble
En immeuble collectif, la présence de de l ' install ation é l e c t r i q u e d o i t être
la prise de terre , de la borne ou de la protégé par un ou plusieurs dispositifs
barrette principale , de la liaison équi­ différentiels haute sensibilité (s 3 0 mA) .
p otentielle principale et de la dérivation Une liaison d'équipotentialité doit exister
individuelle n'est pas vérifiée puisqu 'elles entre les canalisations métalliques des
Le grand livre de l'électricité

Fiche de contrôle N ° 3 Prise de terre et installation de mise à la terre

Section du conducteur principal de terre et de LEP Prise de terre existante avec piquet
Section des conducteurs Section minimale des Section m i n i male du
entre le disjoncteur et le conducteurs de la LEP conducteur principal
tableau de répartition général existante de protection existant
2,5 mm 2 2,5 mm 2 2,5 mm'
(protégé mécaniquement) (protégé mécaniquement)

4 mm' 4 mm' 4 mm'


5,5 à 25 mm 2 6 mm' 6 mm'
25 < section ,; 35 m m 2 6 mm' 1 0 mm'
> 35 mm 2 1 0 mm 2 1 0 mm'

Valeur maximale de la résistance de la prise de terre


Sensibil ité du dispositif Résistance maximale
d lfférentiel de la prise de terre
Vers l'i nstallation ◄ �_:::::':!..
650 mA 77 0
électrique
500 mA 1 00 0
Vers la l iaison équipotentielle
300 mA 1 67 0 supplémentaire (salle
d'eau et cuisine éventuellement)

1 00 mA 500 0
30 mA > 500 0 Vers la l iaison équipotentielle
principale (LEP)
Mesure compensatoi re Dispositif différentiel à haute sensibilité
Borne principale de
r-----;,=-� 30 mA (DDRHS) protégeant Ioule

terre (en maison


l'installation + équ ipolentialité entre les

individuelle, peut
canalisations métal l iq ues, les broches

être confondue
des prises de courant avec terre et la

avec le répartiteu r
masse des gros appareils ménagers.

...,.,.,.__ de terre du tableau)

Cond ucteu r principal


de protection
Barrette de mesure
Autres prises de terre
Conducteur de terre
Prise de terre - 1 6 mm' (cu ivre isolé) ;
par boucle - 25 mm' (cu ivre nu) ;
à fond de fouille Protection contre _ 50 mm' (acier).
la corrosion
Regard de visite

Cave ou

-�· o-����
.· · .·. . -
c::: : �� -
<?

::ti �- ��!!==::'.<:��, a-;;;_...,.,;;...,;..,,;;;::.:c,:=.i;�..;;_..;,aj

/ 2,00 m nviron
/
Piquet en acier galvanisé
de diamètre >: 25 mm

-
Figure 1 3 : Fiche de contrôle 3
Le diagnostic d e l' installation domestique

liquides et de gaz situées dans le local, La continuité est mesurée entre les points
les broches de terre des prises de courant de connexion du conducteur de liaison
et la masse des gros appareils ménagers équipotentielle principale et la borne
(lave-linge , lave-vaisselle, plaques, cui­ principale de terre ou le répartiteur de
sinière , réfrigérateur . . . ). Cette continuité terre du tableau de répartition . La résis­
est vérifiée lors du diagnostic. tance éventuelle mesurée doit être au
plus infé rieure ou égale à 2 ohms .

Le conducteur de terre et la liaison Le conducteur p rincipal de protection


équipotentielle relie la borne p rincipale de terre au
répartiteur de terre du tableau de pro­
Le conducteur de terre relie la prise de tection principal . Pour des installations
terre à la barrette de cou pure (si elle anciennes existantes, en maison indivi­
existe) ou à la borne principale de terre . duelle , i l est admis que le répartiteur de
Ce conducteur de terre ne doit pas avoir terre du tableau de protection fasse office
2
une section inférieure à 16 mm s ' il est de borne ou de barrette principale de
2
en cuivre isol é , 2 5 mm s ' il est en cuivre terre et reçoive directement le raccorde­
nu et 50 mn/ s'il est en acier (galvanisé ment du conducteur de terre .
ou inoxydable) nu . La section du conducteur principal de
protection doit également être en adé­
Une borne ou une barrette principale quation avec la section des conducteurs
de terre doit assurer une connexion reliant le disjoncteur de branchement
performante et durable entre le conduc­ au tableau principal de protection (voir
teur de terre , le conducteur principal tableau de la figure 1 3) .
de protection et le conducteur de la L e conducteur principal d e protection ne
liaison équipotentielle principale (LEP) . peut pas être matérialisé par un raccorde­
La l iaison équip otenti e l l e prin c i p a l e ment sur des canalisations métalliques.
(figure 1 4) consiste à relier à la terre La continuité est mesurée entre le répar­
toutes les canalisations métalliques de titeur de terre du tableau de protection et
l'habitation (eau , gaz, chauffage central , la borne principale de terre . La résistance
gaines métalliques de ventilation ou de éventuelle mesurée doit être au plus
conditionnement d'air . . . ). Quand c e s inférieure ou égale à 2 ohms .
canalisations proviennent d e l'extérieur,
elles doivent être reliées à la LEP au plus
près de leur point de pénétration dans Les conducteurs de protection
le bâtiment.
Les conducteurs de protection (PE) sont
La section minimale du conducteur de les conducteurs de terre qui doivent
la liaison équipotentielle principale doit accompagner chaque ligne é lectrique
être en adéquation avec la section des au départ du tableau de répartition . Ils
conducteurs situés entre la sortie du dis­ sont raccordés sur le répartiteur de terre
joncteur de branchement et l'alimentation du tableau .
du tableau de répartition principal . Ces Tous les circuits électriques doivent com­
sections sont présentées dans le tableau porter un conducteur de protection . Il
de la figure 1 3 . peut être commun à plusieurs circuits .
►!1·13ilt·•ditJ·tltit4§ît®bl
Autres r · les de m i se à la terre Pour une installation neuve ou
entièrement rénovée, la section
a, a,
g> g' � m i n imale du conducteur de la
---------,na-r-s orréqatp-otenttetfe,>rincipatet --:---'!=-- -'!=------------'rr
La LEP
"' ,è____� LEP doit être au moins égale à o------<
_:g _:g ,gi � � a, la moitié de la section du
:::, :::,

Vers le tableau
de répartition
 o a:
,g- *
� (..)
u'.l u'.l
N � E � � :::, c3 � � .2"

<'.3 ,: -�
conducteur principal de
protection avec un minimum
de 6 m m 2 et un maximum
de 25 mm 2 (cu ivre).
Conducteur pri ncipal
de protection

Un cond ucte u r de protection ne


doit pas être constitué de
canalisations métalliques de
g az ou de liqu ides.
Borne
C harpente m étal lique
principale
de terre (si accessible)

Barrette de
cou pure
(mesure)

Conducteu r Ils doivent être reliés à la


terre aussi près que possible
de leur pénétration dans le
bâtiment.

":" Prise de terre

Les canalisations métalliques

Les canalisations et boîtes de connexion


m étalliques posées en apparent (dans les
autres pièces que celles contenant une
douche ou une baignoire) doivent être
reliées à la terre. Sinon il faut adopter la
Les canalisations et boîtes de connexion métal liques mesure compensatoire.
posées en apparent ne sont pas ad m ises dans un local
contenant une douche ou une baignoire.

Le conducteur de protection dans les circuits


Mesure compensatoire
Protection du circuit
ou de l 'ensemble de
l 'installation par u n
ou plusieurs dispositifs
différentiels à haute
Conducteur de C h aq u e socle de prise de cou rant sensibilité (30 mA)
____,'.Il__ protection doit être équipé d'une broche de
terre.
Tous les circuits doivent comporter un
Si le conducteu r de protection
conducteur de protection (il peut être
n'est pas distribué avec tous
commun à plusieurs circu its). Sa section
les circu its (ou partiellement),
doit être au moins égale à celle du
la mesure compensatoire doit
conducteur de phase sans être i nférieure
être adoptée.
à 1 2/1 0 mm.

-
Figure 1 4 : Autres règles de mise à la terre
Le diagnostic de l 'installation domestique

C e tte disposition e s t v é rifiée p a r l a Les autres dispositions


mesure de continuité e ntre la b orne
principale de terre ou un point de rac­ Les conduits métalliques (contenant des
cordement de la liaison équipotentielle conducteurs électriques) et les boîtes de
principale (ou le répartiteur du tableau, connexion métalliques posés en apparent
si la continuité a été vérifiée) , e t la doivent être reliés à la prise de terre . Une
broche de terre des prises de courant mesure de continuité est réalisée entre
et les masses d e s appareils fixe s de ces éléments et la borne principale de
l'installation comme les luminaire s , le terre (ou un point de raccordement de
chauffe-eau , les convecteurs s'ils ne sont l a LEP, ou la barrette de répartition du
pas de classe II. tableau) .
L'utilisation de canalisations métalliques
en tant que conducteurs de protection Les conduits métalliques électriques et
est interdite . les boîtes de connexion métalliques ne
Chaque prise de courant doit disposer s ont pas admis dans un local contenant
d'une broche de terre , sauf les prises spé­ une douche ou une baignoire .
ciales, comme les prises rasoir alimentées Les circuits électriques cheminant dans
par un transformateur de séparation des des conduits métalliques encastrés ou
circuits . noyés doivent être protégés par un
La section du conducteur de protection dispositif différentiel à haute sensibilité
doit être au moins égale à la section s 30 mA.
du conducteur de phase du circuit. Elle
2
ne doit pas être inférieure à 1, 13 mm S i , dans des locaux autres que ceux
(anciens c ondu cteurs de 1 2/ 1 0 mm) contenant une douche ou une baignoire ,
lorsque le conducteur est en cuivre , ou des conduits ou des boîtes de c onnexion
2
inférieure à 2,5 mm si le conducteur est métalliques ne sont pas reliés à la terre ,
en aluminium. il y a lieu d'adopter une mesure com­
p e nsatoire qui consiste à protéger le
Si le conducteur de protection est c o m­ ou les circuits concernés, ou l 'ensemble
mun à plusieurs circuits , sa section doit d e l 'installation électrique, par un ou
être au moins égale à la plus grosse sec­ plusieurs dispositifs différentiels haute
tion du conducteur de phase utilisé dans sensibilité s 30 mA.
ces circuits .
Si les conducteurs de protection n e Les huisseries métalliques contenant des
s o n t pas distribués (installations très conducteurs électriques, et/ou servant de
anciennes , par exemple) ou sont partiel­ support à un appareillage électrique en
lement distribués (uniquement dans la s aillie ou encastré , doivent ê tre reliées
salle d'eau ou la cuisine, comme pour les à la terre . Une mesure de continuité est
installations des années 60/70) , il y a lieu également réalisée.
d' adopter une mesure compensatoire .
Celle-ci consiste à installer en tête des Des condu cteurs cheminant dans ces
circuits concernés , ou en tête de toute huisseries métalliques ou un appareillage
l'installation, un dispositif différentie l à qui y serait fixé ou encastré ne sont pas
haute sensibilité s 30 mA (généralement a dmis dans les locaux contenant une
des interrupteurs différentiels) . douche ou une baignoire .
Présence sur chaque circuit d'un dispositif de protection contre les surintensités,
Fiche de contrôle N ° 4 adapté à la section des conducteurs

h_aque circuiL doit être protégé à son origine ar un dis ositif


d e protection contre les courts-circuits et les su rintensités placé
sur la phase 0-
Le type de protection existant n 'est plus autorisé (fusibles
à broches f), à tabatiére, de type ind ustriel . .. ).
S i le conducteu r de neutre est commun à plusieurs circuits, les
conducteurs de phase correspondants doivent être reg rou pés
sous le même dispositif de protection. Son calibre doit être
choisi en fonction de la plus petite sectio n des conducteu rs.
Les conducteu rs anciens ne doivent pas avoi r u n diamètre
inférieur à 1 2/1 0 m m .
Le tableau de gauche indique le cou rant assigné maxi mal des
dispositifs de protection en fonction de la taille des conducteurs.
Le tableau de d roite indique la section mini male des
conducteurs entre le disjoncteu r de branchement et
l'alimentation du tableau de répartition, e n fonction du courant
d e réglage du d isjoncteur.
Le tableau en bas de page indique le cou rant assigné m i n i mal
0 Chaque circuit est protégé par u n dispositif de protection . d u d ispositif de coupure générale de l 'instal lation, quand cette
fonction n 'est pas assurée par le d isjoncteu r de branchement.
f) Les fusibles à broches ou à tabatière ne sont plus admis.
Diamètre Calibre maximal du Courant de Section Section
ou section dispositif de protection réglage du minimale des minimale des
des (en ampères) disjoncteur conducteu rs conducteurs
conducteurs<•> de en cuivre en aluminium
D i sjoncteur Cou pe-circuit
branchement (mm 2) (mm 2)
d ivisionnaire à cartouches
domestiques 15 A 4 4
1 2/1 0 m m 10 I nterdit ·<ll
30 A 6 ou 5,5 10
1 , 5 mm' 16 10 45 A 10 16
1 6/1 0 m m 16 10 :E 60 A 16 25
2,5 mm' 20 16 75 à 9 0 A 25 35
20/1 0 m m 20 16 10 à 15 A 2,5 4
4 mm' 25 20 20 A 4 6
5,5 mm' 32 25 25 à 30 A 6 ou 5,5 10
·<ll

6 mm' 32 32 40 A 10 16

( 1 ) En rouge, les valeurs ne sont plus normalisées. 50 A 16 25

60 A 16 25

Type de disjoncteur Calibre minimal de l'interrupteur de coupure


de branchement générale de l 'installation électrique

Monophasé 1 0/30 A 40 A

Monophasé 1 5/45 A 63 A

Monophasé 30/60 A 63 A

Monophasé 60/90 A 1 00 A

Triphasé 1 0/30 A 40 A

Monophasé 30/60 A 63 A

-
Figure 15 : Fiche de contrôle 4
Le diagnostic de l 'instal lation domestique

Dans les autres cas , si l'huisserie n'est pas somme des courants assignés de chaque
reliée à la prise de terre , la même mesure dispositif de protection des phases est
compensatoire que précédemment doit adaptée à la section du conducteur de
être adopté e . neutre .
L e s circuits alimentant des prises d e cou­
rant placées à l'extérieur et équipées ou Le courant assigné d ' u n dispositif de
non d'une broche de terre doivent être protection placé à l'origine d'un circuit
protégés par un dispositif différentiel à doit toujours être adapté à la plus petite
haute sensibilité s; 30 mA. secti o n des c o n d u c t e u rs q u i y sont
raccordés . Le tableau de gauche de la
figure 15 indique le courant assigné (ou
Fiche de contrôle 4 calibre) maximal du dispositif de protec­
tion selon la section des conducteurs qui
La fiche de contrôle 4 a pour objet de y sont raccordés .
vérifier la présence, sur chaque circuit,
d'un dispositif de protection contre les La section des conducteurs alimentant le
surintensités , adapté à la section des tableau de protection doit être en adé­
conducteurs (figure 1 5) . Cette vérification quation avec le courant de réglage du
permet d'éviter les risques d'échauffe­ disj oncteur de branchement. Ces indica­
ments anormaux des conducteurs d'un tions sont reportées dans le tableau de
circuit lors d'une surcharge, un court­ droite de la figure 1 5 .
c ircuit ou une mauvaise connex i o n , Dans l e cas d'un tableau divisionnaire , sa
pouvant entraîner des risques d'incendie . ligne d'alimentation doit être reprise sous
un dispositif de protection placé dans le
Le second point de la fiche de contrôle 4 tableau principal. La section des conduc­
n'admet plus la présence, en tant que dis­ teurs d'alimentation doit également être
positifs de protection, des fusibles à taba­ en adéquation avec le courant assigné du
tière (figure 1 6) , à broches rechargeables , dispositif de p rotection situé en amont,
des coupe-circuits de type industriel à en respectant les mêmes valeurs que
cartouches fusibles ou à couteaux, ainsi précédemment.
que des disjoncteurs réglables (hormis le
disj oncteur de branchement) . Le tableau de protection (appelé égale­
La figure 1 6 présente ces anciens dis­ ment tableau de répartition) et le disjonc­
positifs de protection. Si vous disposez teur de branchement ne doivent pas être
de tels appareillage s , une rénovatio n placés sous un point d'eau ou au-dessus
d u tableau électrique (au minimum) est de plaques de cuisson.
indispensable . La connexion des conducteurs sur les
dispositifs de p rotection ne doit pas pré­
Dans une installation, lorsqu 'un conduc­ senter de traces d'échauffement .
teur de neutre est commun à plusieurs Le courant a s s igné (cal ibre) minimal
circuits , soit les conducteurs de phase d'un interrupteur assurant la coupure
des circuits correspondants sont regrou­ de l'ensemble de l 'installation (cas où
pés sous une même protection dont le le disj oncteur de branchement n 'est pas
courant assigné est adapté à la plus petite dans le logement, pour les branchements
section des conducteurs du circuit, soit la longs , par exemple) est déterminé selon
l!i·i#iit·Jd?ti·?!@t4§MMI
ExemP-les de rotections ancien nes

Les fusibles à tabatière


Exemple d'implantation

Raccordement des
conducteurs
Les fusibles à broches
Exemple de tableau Porte-fusibles

Modèle 6 A Modèle 1 5 A
Modèle 20 A
E N TRE E CHAMB RE . � '-
"'
oe-ëtiT1 C OULO I R
Autres systèmes adaptables Embase

Disjoncteur
Adaptateur pour magnétothermique
fusible cartouche Dismatic

Porte-fusibles rechargeables (problèmes) Autres systèmes


Cartouche
fusible
Trace Porte-fusible
d 'échauffement

Fil fusible de Tableau de protection u nipolaire


pour cartouches fusibles

il�
I ,_
1 -- - __
�----1---- - -

-
Figure 1 6 : Exemples de protections anciennes
Le dia gnostic de l 'installation domestique

Protection P-ar interru_P-teur différentiel haute sensibilité


Installations existantes Un i nterrupteur différentiel (ou plusieu rs) protège toute l'installation
Type de disjoncteu r Calibre minimal de l'i nterrupteur différentiel
1 de branchement ou somme minimale des calibres des
interrupteurs différentiels
Monophasé 1 0/30 A 30 A
Monophasé 1 5/45 A 40 A (sans circuit 32 A, ni chauffage électrique)
45 A dans les autres cas
Monophasé 30/60 A 60 A
Monophasé 60/90 A 90 A
Triphasé 1 0/30 A 30 A
Triphasé 30/60 A 60 A

Un i nterrupteur différentiel (ou plusieu rs) protège uniquement les


c i rcuits de prises de courant et les circuits de la salle d'eau
Surface Nombre et cali bre minimal de l'i nterrupteur
du logement différentiel protégeant les circuits de prises et les
circuits de la salle d'eau
S u rface ,: 35 m 2 1 x 25 A

35 < surface ,: 1 00 m 2 1 x 40 A

S u rface > 1 00 m 2 2 x 40 N
(•) Si l'installation est protégée par un disjoncteur de branchement différentiel 1 5/45 A,
un seul interrupteur différentiel 40 A est admis.
Autres cas - Le calibre de chaque i nterru pteur d ifférentiel doit
- être au moins égal au cou rant de réglage de l 'AGCP ou du dispositif de protection contre les suri ntensités placé en amont
(disjoncteu r de branchement)
- être au moins égal à la somme des calibres des d ispositifs contre les surintensités placés en aval .

Figure 1 7 : La protection par interrupteur différentiel haute sensibilité

le type de disjoncteur de branchement liaison équipotentielle permet d'éviter les


(voir tableau au bas de la figure 1 5 ) . risques d'électrocution en cas de défaut
Le c a l ibre minimal du o u d e s i nter­ qui créerait une différence de potentiel
rupteurs différentiels situés en aval du dangereuse dans ces locaux, notamment
disjoncteur de branchement doit res­ à cause de la présence d'eau .
pecter les valeurs indiquées dans les Elle consiste à relier les éléments
tableaux de la figure 17, selon que les conducteurs entre eux, e t l e s masses d e
interrupteurs protègent l ' e nsemble de c e s locaux à la prise d e terre d e l' ins­
l'installation ou une partie uniquement tallation .
(par exemple socles de prises de courant Selon ce contrôle, la liaison équipoten­
et circuits des locaux contenant une dou­ tielle supplémentaire doit relier :
che ou une baignoire) . • les broches de terre d e s prises de
courant (sauf la prise rasoir si elle est
protégée par un transformateur de
Fiche de contrôle 5 séparation des circuits) ;
• les canalisations métalliques d ' e a u
Ce contrôle vise à vérifier la présence froide, d'eau chaude e t d'évacuation ;
d'une liaison équipotentielle supplémen­ • les canalisations métalliques de chauf­
taire dans tous les locaux contenant une fage et de gaz situées à moins de 3 m
douche ou une baignoire (figure 1 8) . La du bord de la baignoire ou du receveur
h!i·ibilt·•d#i·tJtü#§îi®tl
Présence d' une liaison équipotentielle supplémentaire dans chaque local contenant
Fiche de contrôle N ° 5 une douche ou une baignoire
Le pri ncipe d'une liaison équi potentielle s upplémentaire (LES)

Canalisation de g az
0 Connexions
■ Éléments métalliques
Bouche de ventilation
(en cas de conduit métallique)

• Huisserie
métallique

00 • •

Prise de ,a
courant ■
Huisserie
métallique

L..L.-------'-----"'---'----'--..L..---------'--'------'--...L..------- ►
Vers répartiteur de terre du tableau de répartition
Exemple pratique

- Si moins de 3 m

Si moins de 3 m

Armatu re de la chape

pour la réalisation
d ' u ne LES

."l
@

-
Figure 1 8 : Fiche de contrôle 5
Le diagnostic de l' installation domestique

de douche en horizontal, ou du sol en reliés à des canalisations isolantes à


vertical ; pour une douche à l'italienne , paroi externe isolante , l e s appareils
cette distance est prise à partir d'un m é t a l l i qu e s ou é l e ctriqu e s (comme
rayon de 0,60 m autour d'une pomme un sèche-serviette s , par exemple) e t
de dou che fixe , ou d ' u n rayon de l e s grilles métalliques d e s ventilations
1 , 20 m autour de l'origine du flexible naturelles .
de la douchette ;
• les huisseries métalliques de portes ou Les vérifications doivent être effectuées
de fenêtres situées à moins de 3 m du par une mesure de continuité.
bord de la baignoire ou du receveur de La section du conducteur de la liaison
douche , comme précédemment ; équipotentielle supplémentaire ne doit
• le corps métallique de la baignoire ou pas être inférieure à 1 , 5 mm2, s 'il est en
du receveur de douche ; cuivre et protégé mécaniquement (gou­
• les siphons métalliques quand ils sont lotte , conduit) , et à 2 , 5 mm' s 'il n'est pas
raccordés à un appareil électrique ; protégé mécaniquement .
• les masses des appareils électriques
de classe I situés à moins de 3 m du Les connexions d e s divers éléments
bord de la baignoire ou du receveur doivent être sûres et pérennes .
de douche . Même e n cas d'absence d'installation de
terre , tous les éléments cités plus haut
I l n'est pas utile de relier les radiateurs doivent être interconnectés afin d'élimi­
de chauffage central alimentés par des ner tout risque de différence de potentiel
c a n a l i s a tions i s o l a nte s , l e s rob i n e t s (figure 1 9) .

L a LES en cas d'absence d e conducteu r d e P.rotection

Vers tableau électrique ►

-
Figure 1 9 : La LES en cas d 'absence de conducteur de protection
t!4·i3iit·•d9:i•tl@t%§ti&@I
Lors de la mesure de la continuité , si la des volumes 1, 2 et 3 et tous les conduc­
résistance est supérieure à 2 ohms entre teurs de liaison équipotentielle .
un é lément relié à la liaison équipo­ I l e s t p o s s i b l e de r e l i e r l a l i a i s o n
tentielle et une huisserie métallique de équipotentielle supplémentaire s u r le
porte , de fenêtre , ou le corps métallique conducteur de p rotection existant d'un
ou la vidange métallique de la baignoire appareillage , s i s a s e c t i o n n ' e s t p a s
2
ou du bac à douche , il y a lieu d 'appli­ inférieure à 2 , 5 mm (socle d e prise de
quer des mesures compensatoires . courant, par exemple) .
Les éléments c onducteurs comme les
L' ensemble d e l ' installation doit être canalisations en cuivre ou les huisseries
protégé par un dispositif différentiel à métalliques ne doivent p a s servir de
haute sensibilité :s; 30 mA et la rés istance conducteurs de liaison équipotentielle .
d'isolement, mesurée entre ces é léments En effet, leur démontage éventuel provo­
et un élément correctement relié à la querait une coupure de la liaison.
liaison équipotentielle , doit être au moins
égale à 500 000 ohms . Il y a anomalie si S i vous disp o s e z de plus i e u rs salles
ces deux points ne sont pas satisfaits . d'eau, chacune devra posséder sa pro­
pre liaison équipotentielle . D ans le cas
Pour une installation électrique neuve ou d'une rénovation d'un logement dans un
entièrement rénovée , l a liaison é quipo­ immeuble collectif non encore équipé
tentielle supplémentaire est également d'une colonne de terre , vous devez réa­
obligatoire pour tous les locaux conte­ liser une liaison équipotentielle supplé­
nant une douche ou une baignoire . mentaire en cuisine .
La liaison équipotentielle des salles d'eau S ' il n'est pas obligatoire que la liaison
sera réalisée comme suit soit visible dans son intégralité , il est
• soit par un conducteur dont la section recommandé de laisser ses connexions
2
est de 2 , 5 mm (de type H 07V-U, R accessibles .
ou K) s'il est protégé mécaniquement
(posé sous conduit ou goulotte) ; Les éléments suivants doivent être reliés
• soit par un conducteur nu ou de même à la liaison équipotentielle :
type que précédemment dont la sec­ • les c analisations métalliques d ' eau
2
tion est de 4 mm s'il n'est pas p rotégé froide , d'eau chaude , de vidange et de
mécaniquement et fixé directement aux gaz . Il n'est pas nécessaire de relier les
parois (par exemple, au-dessus de la robinets raccordés sur des canalisations
plinthe) . isolantes ;
• les appareils sanitaires métalli­
Les conducteurs ne doivent p a s être ques : d'une part l e corps métallique
noyés directement dans les parois. de la baignoire , par exemple au niveau
Les conducteurs de la liaison équipoten­ des b oulons de fixation des pieds
tielle peuvent être raccordés dans une et, d' autre part, la bonde de vidange
boîte de connexion spécifique , placée métallique ou le siphon métallique ;
dans la salle d'eau ou dans un local adja­ • les huisseries métalliques des portes,
cent mais sur une paroi commu n e . Cette fenêtres et baies ;
boîte sera munie d'un bornier où seront • les armatures métalliques du sol ;

-
raccordés les conducteurs de protection • les canalisations de chauffage central
Le diagnostic de l 'instal lation domestique

ou autres éléments chauffants (sèche­ une installation électrique a n c ienne


serviettes) , quelle que soit la classe devant être diagnostiquée doit respecter
des matériels . Si les canalisations sont les règles d'installation en fonction de
isolantes (PER, PVC-C . . . ) , il n'est pas zones spécifiques. Une installation neuve
nécessaire de les relier ; ou e ntièrement rénovée doit suivre la
• les bouches de VMC si le conduit prin­ règle des volumes des salles d'eau .
cipal , le piquage ou la bouche sont Les zones retenues pour l e diagnostic
métalliques ; électrique sont définies par la norme
• et bien entendu les prises de courant, XP C 1 6-600 . Elle concerne les locaux
luminaires (même s ' ils sont placés au contenant une douche ou une baignoire .
plafond) , chauffages (sauf classe II) et
armoires de toilette . La zone 0 est la zone intérieure de la
baignoire ou du receveur (figure 20) .
Il n'est pas nécessaire de relier L a zone 1 est définie p a r un plan verti­
• les grilles de ventilation naturelle ; cal délimité par le bord extérieur de la
• les accessoires métalliques comme les baignoire ou du bac à douche , et par
porte-serviettes . un plan horizontal situé au-dessus de la
zone 0 et se terminant à une hauteur de
Les connexions peuvent être assurées 2 , 2 5 m du fond de la baignoire ou du bac
par soudure , vissage ou serrage avec un à douche . Pour les douches sans rece­
collier spécial de liaison équipotentielle . veur (douche à l 'italienne) , deux cas de
Il existe des systèmes spéciaux pour les figure sont pris en compte . Si la douche
tuyaux et d'autres prévus pour de mul­ est équipée d'une pomme de douche
tiples usage s , munis d'un feuillard en fixe, le plan vertical est délimité par un
acier inoxydable . cylindre de 0 , 60 m de rayon, dont l'axe
correspond au centre de la pomme de
douche . Si la douche est équipée d'une
Fiche de contrôle 6 douchette avec flexibl e , le plan vertical
est délimité par un cylindre de 1 , 2 0 m de
Cette fiche concerne les règles d ' ins­ rayon dont l'axe est défini par l ' origine
tallation de matériels électriques dans du flexible .
les locaux contenant une douche ou
une baignoire . La norme applicable aux La zone 2 est délimitée par la surface ver­
installations é l e ctriques domestiques ticale extérieure de la zone 1 , une surface
(NF C 1 5 - 1 00) définit des volumes de parallèle située à 0,60 m et une surface
p rotection dans la salle de bains (voir verticale de 2 , 2 5 m à partir du sol .
Les volumes de protection, page 203) . La zone 3 est délimitée par la surface ver­
La définition de ces volumes a évolué ticale extérieure de la zone 2, une surface
avec les mises à jour de la norme . Étant parallèle située à 0,40 m et une surface
donné que les installations anciennes verticale de 2 , 2 5 m à partir du sol .
respectaient les règles en vigueur au
moment de leur réalisation, les volumes Les zones 1 et 2 peuvent être limitées
actuels de la NF C 1 5- 1 00 ne peuvent par une paroi fixe , j ointive au sol ou
pas servir de base pour l 'établissement mobile, à condition que sa hauteur soit
du diagnostic électrique . Par conséquent, d'au moins 1 , 80 m. La limitation de la
iii1ii•t·•di:i•tltii444Mtl
Respect des règles d ' i n stallation en fonction des zones dans chaque local
Fiche de contrôle N ° 6 contenant une douche ou une baignoire

�------------------------��=::==-��::.�����:.���������======-----------j
-------�... _princip.e_cteszone s_(installations existantes)

Hors zone


"ëi
C
Ol
,ii
.0
.!!l
Q) Zone 2
-0
-0

::,
-0
E
11)
N
C\J

Sol fini

0,60 m 0 , 40 m
Matériels autorisés
lr.('e11J:.J..."11l r::ll t: lJ...."'t: l l f•--• •:.t.
H"ii?'.;;,, - - 1 :1spgzfil�1trw
Degré de protection contre l 'eau requ i s ( I P) X7 X4 X3 X1
Socle de prise de courant avec terre (sans terre interdit) Si protégé par
DDRHS
s 30 mA
Prise rasoir IP 20 autorisé
Matériel et appareillage alimenté en TBTS (s 1 2 V en s 50 V en
alternatif et 30 V en contin u ) (1 ) (2) (1 ) (1 ) alternatif
Appareil général de commande et tableau d e répartition
(matériel avec enveloppe métallique interdit)
Appareillage alimenté en basse tension (230 V) avec
capot en matière isolante IP 20 autorisé

Canalisation métallique apparente (avec conducteurs) o u


câble avec revêtement métallique
Conducteu rs sous conduits, gou lottes o u plinthes
(3) (3)
apparents en matière isolante
Matériel de classe 0
Matériel de classe 1 Si protégé par
DDRHS
s 30 mA
Matériel de classe 1 1 (•l autorisé
Chauffe-eau électrique instantané
(4) (4) (4)

- -
o u à accumulation
( 1 ) Le transformateur de sécurité ou le convertisseur doit se situer en dehors des zones 0, 1 et 2 (sauf si placés dans des meubles prévus
pour être installés en zone 2.
(2) Appareillage interdit en zone o.
(3) Les conducteurs placés dans u n conduit d'un seul tenant et sans accessoires sont autorisés.
(4) La masse du chauffe-eau est reliée à la liaison équipotentielle supplémentaire locale et le circuit est protégé par un DDRHS ,; 30 mA.
Interdit Autorisé si les prescriptions sont respectées

Figure 20 : Fiche de contrôle 6


Le d iagnostic de l' installation domestique

Degrés d e protection contre la pénétration des liquides et marquages


Degré de Test Marquage des Marquage des appareils
protection luminaires électrodomestiques

IPX1 Protégé contre les ch utes d'eau verticales • •


IPX3 Protégé contre la pluie
[!]
I PX4 Protégé contre les projections d'eau
& &
IPXS Protégé contre les jets d 'eau
&&
I PX7 Étanche à l'immersion •• ••
Figure 2 1 : Les degrés de protection contre la pénétration des liquides

zone 1 prend en compte la paroi mobile ou métallique, jusqu 'à leur pénétration
en position fermée, la limitation de la dans les appareillages , les tableaux, les
zone 2 s 'estime paroi mobile en position boîtes de connexion ou les matériels (les
ouverte . câbles ne sont pas concernés) .
De même , ne sont pas concernés les
Les matériels autorisés dans les diffé­ conducteurs isolés destinés à l'alimen­
rentes zones s o nt présentés d a n s l e tation des points d ' éclairage en plafond,
tableau de la figure 20. Les degrés de munis de dispositifs de connexion (bor­
protection des matériels et leur signalé­ nes, dominos) ou de douilles en attente .
tique sont présentés dans le tableau de Cette vérification sera mentionnée dans
la figure 2 1 . la fiche de constatations diverses .
Les conducteurs nus et les parties acti­
Les matériels électriques placés sous la ves accessibles doivent être alimentés
baignoire doivent être accessibles uni­ uniquement en TBTS .
quement par démontage du tablier ou Les dispositifs de connexion (dominos,
d 'une trappe au moyen d'un outil . bornes automatiques) doivent être placés
dans des boîtes de connexion avec cou­
vercle ou dans des plinthes ou goulottes
Fiche de contrôle 7 également équipées de leur c ouvercle .
Les dispositifs de protection n e doivent
C e contrôle vise à vérifier l ' ab s ence pas permettre l 'accès aux parties acti­
de matériels présentant des risque s de ves (même pour le neutre) lors de leur
contact direct avec des éléments sous manipulation ou remp l a c e ment. C e l a
tension (figure 2 2 ) , afin d ' éviter tout exclut l e s fusibles à tabatière , à broches
risque d'électrocution. rechargeables, à bascule . . .
Les enveloppes des matériels électriques L'installation électrique placée en amont
doivent être en place et en bon état. du disjoncteur de branchement, située
Les isolants des conducteurs doivent être dans la partie privative , ne doit pas pré­
parfaits . Les conducteurs isolés doivent senter de parties sous tension accessibles ,
cheminer dans des conduits , des gou­ n i d e conducteurs n o n protégés p a r des
lottes ou des plinthes en matière isolante conduits , des goulottes ou moulures.
t!i·itilt·ld?ti·tJt#t#§tffititl
Absence de matériels présentant des risques de contact direct
Fiche de contrôle N ° 7 avec des éléments sous tension

Les enveloppes des matériels électriques doivent être en


place et en bon état O.
Les isolants des conducte u rs doivent être en bon état f).
Les conducteurs doivent être placés dans des moulures,
pli nthes ou conduits isolants o u métal liques, jusqu 'à leur
pénétration dans l 'appare i llage E).
Les d ispositifs de connexion doivent être placés dans des
boîtes fermées par leur couvercle ou dans des goulottes
fermées O.
Les d ispositifs de protection ne doivent pas être d'un type
permettant un contact avec des parties actives lors d e leur
manipulation ou remplacement 0-

-
Figure 22 : Fiche de contrôle 7
Le diagnostic de l ' installation domestique

Fiche de contrôle N ° 8 Absence de matériels électriques vétustes ou inadaptés à l 'usage

• • Appare i llage dangereux à rem placer impérativement


Les appareil l ages en sai l l i e
Les appareil lages Tumbler Q Appareil lage pouvant être conservé si en bon état (en attente de rénovation)
© Appareil lage n'étant plus fabriqué, à remplacer lors d'une rénovation

L
8
•e•

Interrupte u r Autre I nterrupteur I nterru pteu r I nterrupteur I nterrupteur I nterrupteur Prise 2P


rotatif e n modèle en avec capot avec capot avec capot inox en bakél ite e n plastique en plastique
porcelaine porcelaine en laiton en i nox et manette plastique

Divers appareillages anciens Appareillages plastique

D_J
e

Prise 2P Prise 2P Prise triple Poire d'allu mage I nterru pteu r Prise 2 P I nterrupteu r Prise 2P
e n porcelaine en plastique en porcelaine pour fil souple série Azu r série Azu r série Mistral série M istral

Les apparei llages encastrés

I nterru pteur Prise 2P I nterrupteur I nterru pteu r Prise 2P I nterrupteur P rise 2P + T


série l nterlux série l nterlux série Amboise série Railux série Railux série Chambord série Chambord

e
D e e

Q'
1

Interrupteur Prise 2P + T I nterru pteur Prise 2P I nterrupteur


série D iplomat série Diplomat série Neptune série Neptune série Neptune série Neptune 2 série Neptu ne 2

Les prises de plinthe

I nterru pteur Prise 2P I nterrupteur Prise 2 P P rise de plinthe Prise de plinthe Prise de plinthe 2P
série E u ropa série Europa série E u ropa série E u ropa 2P + T 2P en plastique en inox et porcelaine
étroit étroite en plastique

Figure 23 : Fiche de con trôle 8


Le grand livre de l'électricité

Fiche de contrôle 8 rétractable sur toute leur partie visible.


Les anciens conducteurs d'un diamètre
Ce contrôle vise à vérifier l 'absence de inférieur à 12 1 0 mm sont inter 1 ts .
matériels é l ectrique s vétustes ou ina­
daptés aux usages actuels . La figure 23 La figure 2 5 montre des exemples de
présente divers appareillages électriques matériels vétu stes ou présentant des
que vous p ouvez rencontrer et indique risques de contact direct. On peut citer,
ceux qui ne sont plus adaptés aux der­ d'une part, les conducteurs isolés avec
niers standards et modes d 'utilisation . des tresses textiles à guipage en coton,
les filés rosette ou torsadés , les conduc­
Les matériels vétustes , interdits , doivent teurs isolés au caoutchouc natu rel, les
donc être signalés . De plus, ces matériels câbles Müller avec gaine métallique ou
doivent être adaptés à leur usage, notam­ les câbles souples méplats sans gaine
ment disposer d'un degré de p rotection (Scindex) .
suffisant selon l'endroit où ils sont instal­ D ' autre part , s o nt c o n c e r n é s é g a l e ­
lés (voir tableau de la figure 24) . m e n t l e s conducteurs sans disp ositif
de connexion , les boîtes de connexion
I l est à noter que l e s conducteurs vert ou les appareillages sans couvercle ou
et j aune ne doivent j amais être utilisés endommagés, ainsi que les douilles en
comme conducteurs actifs , s a u f s ' il s bout de fil, les douilles de chantier en
s o n t r e c o u v e rts d ' u n r u b a n a d h é s i f plastique qui se dégradent rapidement, ou
d e couleur adaptée ou d ' u n manchon en laiton sans contact de mise à l a terre .

Emplacement ou local Degré de protection minimal


de l'appareillage (IP)

WC, cabinets de toilette 20

Cave, garage, cellier, local chaudière 20

Séjour, chambre 20

Cuisine, lingerie 20

Combles, grenier, escaliers i ntérieurs, circu lations i ntérieures 20

Buanderie, terrasse couverte, véranda, sous-sol, séchoir 21

Coursives extérieu res couvertes 21

Escaliers extérieurs, coursives extérieures non couvertes 24

Cours, jardins, auvents 24

Local poubelles, rampe d 'accès au garage 25

Vide sanitaire 23

Salle d 'eau ou local contenant une douche ou une baignoire Voir fiche N ° 6

Piscine Voir fiche N ° 1 O

-
Figure 24 : Les caractéristiques des appareillages selon leur emplacement
Le dia gnostic de l ' installation domestique

Exeml)les de matériels électri ues vétustes ou présentant des risques de contact direct ,,, onG
Conducteurs isolés avec du caoutchouc et une tresse textile

Épissures

Autres exemples

Figure 25 : Exemples de matériels vétustes


iii·13irt·lh1ti·tltii#§tffltitl
Fiche de contrôle 9 privatives et alimentés à partir des parties
communes, ou des appareils d 'utilisation
Cette fiche de contrôle a pour ob1et la situes dans les p a rties communes et
vérification des installations et des appa­ alimentés à partir des parties p rivatives
reils d'utilisation situés dans les parties (figure 26) .

Appareils situés dans les parties privatives, alimentés depuis les parties communes
Appareils situés dans les parties communes, alimentés depuis les parties privatives
Fiche de contrôle N ° 9

Dispositif de Exemple :
convecteur bijonction
Partie privative Parties
commande et
de sectionnement
communes

Si l'a ppa reil est ali menté


ll'"""'=::::::::=----1 en très basse tension de
sécurité (s 1 2 V en a lternatif
ou 30 V en continu), pas de
d ispositions pa rticulières.

Si l'appa reil est alimenté en basse tension ( 2 3 0/400 V), le


circuit d'alimentation doit être muni d'un dispositif de coupure et
de sectionnement placé dans le logement. Le matériel de classe 1
doit être relié à la terre.

Exemple :
éclairage commandé
Partie privative
depuis l ' i ntérieu r

Si l'appareil est alimenté


en très basse tension de
sécurité (s 1 2 V en a lternatif
ou 30 V en continu), pas de
Interru pteur dispositions particulières.

Figure 26 :
Fiche de
Si l'appa reil est alimenté en basse tension ( 2 3 0/400 V), le circuit d'alimentation
doit être protégé par un dispositif différentiel à haute sensibilité (s 30 mA) et contrôle 9 w
comporter un dispositif de coupure et de sectionnement à proximité de l 'appareil.
Ce dernier point n'est pas obligatoire pour une prise de coura nt ou un éclairage.

-
Le dia gnostic de l ' instal lation domestique

Ces dispositions concernent les immeu­ Fiche de contrôle 1 0


bles collectifs .
Les appareils d'utilisation situés dans une Ce point de contrôle concerne l 'installa­
partie privative et alimentés à partir des tion et les équipements électriques de la
parties communes doivent l 'être soit en piscine . Il a pour but d'éviter tout risque
très basse tension de sécurité (obliga­ d'électrisation augmenté par la présence
toire pour les VMC gaz) , soit en basse d'eau . � es matériels électriques de pis­
tension avec mise à la terre du matériel cine alimentés par un socle de prise de
de classe I. Dans ce cas, l'alimentation courant ne sont pas concernés .
électrique doit être munie d'un dispositif Comme pour les locaux avec douche ou
de commande et de sectionnement, situé baignoire , la norme a défini des volumes
dans le logement et assurant la coupure de protection dans lesquels l'installation
de l' alimentation électrique provenant des matériels électriques doit respecter
des parties communes. Le matériel ne des règles strictes. La définition de ces
doit pas comporter de parties actives volumes correspond à celle de la norme
accessibles. NF C 1 5- 1 0 0 .
Ces cas s ont assez rares, il peut s 'agir de
VMC gaz ou de systèmes de convecteurs Le volume 0 correspond à l'intérieur du
électriques bi-j onction . Ces appareils bassin, ses ouvertures dans les parois ,
disposent de deux résistances, l'une ali­ ou le fond et les pédiluves (figure 27) .
mentée par l'installation des parties com­
munes, assurant une base de chauffage , Le volume 1 est délimité par le volume 0 ,
l 'autre étant alimentée par l 'installation un plan vertical situé à 2 m des bords
privative pour obtenir la température de du bassin, le sol (ou la plage) et un plan
confort. horizontal situé à 2 , 5 0 m au-dessus du sol
(ou de la plage) . Si la piscine comporte
En ce qui concerne les appareils d 'utili­ des éléments structurels a c c essibles ,
sation situés dans les parties communes comme des plongeoirs , tremplins, tobog­
et alimentés à partir des parties p riva­ gans , le volume 1 est limité par un plan
tives, l'installation doit être réalisée soit vertical situé à 1 , 5 0 m des plongeoirs
en très basse tension de sécurité , soit (ou autres) et un plan horizontal situé à
en basse tension (230 V) avec mise à la 2 , 5 0 m au-dessus du niveau accessible
terre des appareils de classe I, protection le plus élevé .
à l'origine du circuit par un dispositif
différentiel haute sensibilité s 30 mA, Le volume 2 est délimité verticalement
et disposer d'un système de coupure et par le plan extérieur du volume 1 et un
de sectionnement situé à proximité de plan parallèle situé à 1 , 50 m, et horizon­
l 'appareil. talement par le sol (ou la plage) et un
Les socles de prise de courant, les appa­ plan horizontal situé à 2 , 5 0 m.
reils d ' é c lairage , les sonnettes et l e s Les volumes 1 et 2 peuvent être limi­
systèmes de contrôle d'accès n'ont p a s tés par une paroi fixe si sa hauteur est
obligation d e disposer d'un système d e supérieure ou égale à la hauteur du
coupure et d e sectionnement à proximité. volume où elle est située. Les règles du
Il est à noter que ces types d'installation contournement horizontal s'appliquent.

-
sont plutôt rares. Les matériels électriques autorisés
l!J·itiit·id1tJ·@tit4§MitJ
Fiche de contrôle N ° 1 0 Installation et équ i pement de la piscine privée

_______ c.
..,.
as des- piscines horA- SO.�-
,........ ---------------------l
�=====;:====::::;-

E
! Volume 1 ! s;i
c,j h
! Volume 2 j E ! Vol u m e 2 I
,,,c,j
0

mimm
- -
---------� l h

1 ,50 m 2,00 m 2,00 m 1 ,50 m

Cas des pisci nes encastrées

E
1 Volume 2 I E 1 Volume 1 ! ,,,
0
! Volume 2 1
,,,
0

Plongeoir

1 ,50 m 2,00 m 2,00 m 1 ,50 m

Choix du matériel électrique


Vol u mes Vol u me 0 Volume 1 Volume 2
I P X8 I P X5 IP X5 (extérieur)
Indice de protection (IP)
I P X2 (intérieur)

Canalisations Classe I l l Classe I l Classe I l

- D D R 30mA
Interdit (sauf TBTS avec Interd it (sauf TBTS avec
- TBTS 1 2 V
Apparei l lage transformateur hors des transformateur hors des
- transfo. de séparation
volumes 0, 1 et 2) volumes 0, 1 et 2)
des circu its
Luminaires de classe I l
Autres appareils de
I nterdit (sauf TBTS avec Interdit (sauf TBTS avec
classe I ou Il avec :
Apparei ls d'utilisation transformateu r hors des transform ateu r hors des
- D D R 30mA
volu mes 0, 1 et 2) volumes 0, 1 et 2)
- TBTS 1 2 V
- transfo. de séparation
des circu its

-
Figure 27 : Fiche de contrôle 1 0
Le diagnostic de l ' installation domestique

dans les volumes de protection sont destinés à un usage pour les piscines
indiqués dans le tableau de la figure 2 7 . (par exemple un groupe de filtration) et
En ce q u i concerne les canalisations , qui ne sont pas alimentés en très basse
elles ne doivent pas comporter de gaines tension de sécurité (limitée à 12 V en
métalliques dans les volumes 0 , 1 et 2 . alternatif et 30 V en continu) ne sont
Leur nombre doit être limité uniquement admis qu'à deux conditions : ils doivent
au strict nécessaire pour alimenter les être situés dans une enveloppe dont
appareillages des volumes O et 1 . l' isolation correspond à une isolation
Tout matériel électrique utilisé pour les supplémentaire avec un degré de protec­
piscines, disposé dans un local ou un tion mécanique IK 07, et l'ouverture de la
emplacement contigu à la piscine et trappe doit provoquer la coupure de tous
accessible par une trappe (ou une porte) les conducteurs actifs des alimentations
située sur la plage de la piscine doit être des matériels. L'interrupteur omnipolaire
protégé par l'un des dispositifs suivants et son entrée de câble doivent être de
alimentation en très basse tension de classe I I .
sécurité limitée à 1 2 V, alimentation par
des transformateurs de séparation des Tous l e s é l é m e nts c o n d u c te u r s d e s
circuits ou encore système de coupure volumes 0, 1 e t 2 doivent être connectés
automatique de l'alimentation . à une liaison équipotentielle supplémen­
Dans ce dernier cas, la pompe (ou autre taire, elle-même reliée aux conducteurs
matériel) doit être reliée au bassin de la de protection des masses des appareils
piscine par des canalisations isolantes, situés dans ces volume s . Doivent être
ou par des canalisations métalliques rac­ reliées à la l i a i s o n é q u i p otent i e l l e
cordées à la liaison équipotentielle de l e s armatures éventuelles du s o l , l e s
la piscine . Les matériels doivent être de conduites métalliques , les éventuelles
classe II . S ' ils sont de classe I , ils doivent charp e ntes métalliques si e l l e s s ont
être reliés à la terre et séparés des élé­ accessibles , les grilles d ' amenée (ou
ments métalliques par une isolation sup­ d'évacuation) d'eau ou d'air métalliques
plémentaire . Ces matériels doivent être (sauf si les canalisations sont isolantes) . Il
accessibles uniquement par la trappe qui n'est pas nécessaire de relier les échelles
doit être munie d'un dispositif de ferme­ et les barrières du bassin, l'échelle du
ture (avec clé ou outil) . Si la trappe est plongeoir et les tremplins .
ouverte , les matériels doivent présenter
un degré de protection IP X5 . La liaison
équipotentielle doit être réalisée et sa Fiche de contrôle 1 1
continuité vérifiée . Enfin, l'alimentation
de ces matériels doit être protégée par Ce contrôle vise à vérifier la présence
un dispositif différentiel haute sensibilité d'appareillages destinés à renforcer la
s 30 mA ou assurée individuellement sécurité des personnes (figure 28) .
par des transformateurs de séparation
des circuits . Il s'agit de constater la présence d'au
moins u n dispositif différentiel haute
Les matériels électriques en basse tension sensibilité s 30 mA protégeant l'ensemble
installés dans le volume 1 , spécialement de l'installation électrique. Cette mesure

-
•ii·Miii·IU9:J•§kit44î®tl
Fiche de contrôle N ° 1 1 Autres vérifications recommandées

Tous les socles de


prises de courant doivent
être munis d 'obturateurs.

Prise avec
capot retiré

L'ensemble de l 'instal lation est protégé


par au moins un dispositif d ifférentiel
à haute sensibilité s 30 mA.

Figure 28 : Fiche de contrôle 1 1

permet d'assurer rapidement la mise hors Après avoir suivi et respecté la liste des
tension de l'ensemble de l'installation dès contrôles présentés, vous êtes prêt à pas­
l ' apparition d'un faible courant de fuite à ser le diagnostic électricité . Lorsque cela
la terre, afin d'éviter tout risque d'électri­ était nécessaire, nous avons indiqué les
sation ou d'électrocution. Lorsqu'il y a un règles concernant les installations neuves
unique dispositif différentiel pour toute ou rénovées, à la suite de chaque fiche
l 'installation, il doit être de type A. de contrôle concernée, pour que vous
Le second contrôle vise à vérifier la connaissiez les anomalies à corriger.
présence de socles de prises de courant
à obturateur d'alvéoles . Les prises équi­ En effet, dans le cas où les vérifications
pées de ce dispositif ne permettent pas d'une fiche de contrôle indiquent que
d'introduire un objet métallique dans les l ' i nstallation n'est plus satisfaisante et
alvéoles, ce qui évite tout risque d'électri­ qu 'il faut rénover cette partie, la norme
sation, de brûlure , voire d'électrocution, en vigueur s' appliqu e . Notons que les
notamment pour les enfants . Toutes les exigences du diagnostic électricité ne
prises de courant doivent être équipées concernent que les installations élec­
de ce dispositif. triques existantes .

-
Le diagnostic de l'instal lation domestique

E n revanche , vous pouvez pro c é d e r La norme NP C 1 5 - 1 00 : la nécessité de


à la mise e n sécurité de l ' installation, réglementer les installations s ' est très tôt
par exemple en plaçant un dispositif fait sentir. Dès 1 9 1 1 , la publication 1 3 7
différentiel haute sensibilité en tête de déterminait l e s instructions concernant
l'installation sans avoir à tout rénover. les installations électriques de première
catégorie dans les immeubles . En 1930
naquit la NP C 11 qui fut transformée
La conformité en USE 1 1 en 1 94 6 . E l l e prenait en

de l'installation compte les règles d'exécution des instal­


lations électriques et l'introduction des
conducteurs en matière synthétique en
Toute installation é l e ctrique d o m e s ­ remplacement des isolants en tissu . En
tique doit être conforme aux normes e n 1956 apparut la première NF C 1 5- 1 00
vigueur a u moment d e sa réalisation . qui fut refondue régulièrement tous les
La norme à respecter pour les installa­ dix ans environ, jusqu'à la dernière en
tions domestique s est la NP C 1 5 - 1 00 . date de 2 0 0 2 . Applicable depuis juin
Elle fixe les règles générales . Elle est 2003, la norme NP C 1 5 - 1 00 évolue en
accompagnée de plusieurs guides pra­ vue d'une harmonisation européenne
tiques permettant de préciser des points et internationale . Elle était publiée par
particuliers , ainsi que d ' autres textes l'Union technique de l'électricité (UTE)
appliquables : et a été rendue obligatoire par l'arrêté du
• UTE C 1 5-520 : Canalisations, modes 22 octobre 1 969. L ' UTE était l 'organisme
de pose, connexions ; national de normalisation du domaine
• UTE C 1 5-559 : Installations d 'éclairage électrotechnique. Il s ' agissait d'une asso­
à très basse tension ; ciation regroupant divers organismes ,
• UTE C 1 5- 1 03 : Choix des matériels en associations professionnelles e t grandes
fonction des influences externes ; entreprises . Désormais toute la norma­
• UTE C 1 5-7 1 2 : Installations photovol­ lisation française est confiée à ]'AFNOR,
taïques ; qui a donc repris la rédaction de la NF
• NP C 1 4- 1 00 ; C 1 5- 1 00 . D epuis 2003, plusieurs amen­
• RT 20 1 2 ; dements ont fait évoluer la norme : les
• Code de la construction. amendements Al à A4 jusqu 'en 20 1 3 ,
puis l'amendement A S de juin 20 1 5 .
Notons également le guide XP C 90-483 Toutes c e s évolutions sont prise s en
Câblage résidentiel des réseaux de com­ compte dans cet ouvrage .
munication, qui , s ' il n'a pas de carac­
tère normatif, précise des règles et des L'amendement A3 qui intégrait les pres­
conseils d'installation . criptions relatives à l'accessibilité aux
p ersonnes handicapées des bâtiments
L e s e x p l i c a t i o n s fo u r n i e s d a n s c e t d'habitation collectifs n'est pas repris par
ouvrage tiennent compte autant que l 'amendement AS . Cependant , ces pres­
possible des prescriptions de ces guides , criptions restent toujours valables (article
dans leurs éditions les plus récentes au R. 1 1 1 - 1 8 du Code de la construction) et
j our de la publication. des maisons individuelles (articles R. 1 1 1 -
,,,.,z,.,.,u,:1-t1@t4AMI
18, R. 1 1 1 - 1 8-4 et R. 1 1 1 - 1 8-5 du Code de habitable) les occupants (au minimum
la construction) . Elles doivent être res- mensuellement) de leur consommation
pectées pour les immeubles collectifs et d 'énergie (par typ e d'énergie) et selon
les maisons individuelles construites dans la répartition minimale suivante : chauf­
le but d'être louées, mises à disposition fage , refroidissement, production d'eau
ou vendues, à l ' exclusion de celles dont chaude sanitaire , réseau de prises élec­
le propriétaire a directement, ou par l'in­ triques et autres. Cette mesure permet­
termédiaire d'un professionnel, entrepris trait de réaliser des économies d'énergie
la construction ou la réhabilitation pour d'environ 10 %.
son propre usage . En cas de rénovation
totale de l ' installation électrique d'un L'article 24 impose la gestion et l'optimi­
logement d'un immeuble collectif situé sation du chauffage . Une installation de
en rez-de-chaussée ou en étage desservi chauffage doit comporter un ou plusieurs
par un ascenseur accessible, prenez en dispositifs d'arrêt manuel et de réglage
compte ces mesures d ' a ménagement . automatique du chauffage en fonction de
Elles p euvent donner une plus-value la température intérieure du local d'habi­
au bien . Les dispositions à respecter tation. La gestion du chauffage permet de
concernent une unité de vie . Pour un réaliser des économies de l'ordre de 30 %.
logement dans u n immeuble collectif
(sur u n seul niveau) , elle est constituée
de la cuisine ou de la partie cuisine d'un Le guide XP C 90-483
studio, du séjour, de la chambre ou de la
partie d'un studio aménagée en chambre , Le réseau de communication domestique
des WC et d'une salle d'eau. Pour une était défini par le guide UTE C 90-483 .
maison individuelle d'un seul niveau , L'amendement A5 de la norme NF C 1 5- 1 00
l ' unité de vie est la même , pour une (applicable depuis novembre 2 0 1 5) pré­
habitation sur deux niveaux, l'unité de cisait les règles d ' installation dans le
vie est située au niveau d ' accès au loge­ chapitre 1 1 . Il est désormais nécessaire
ment et concerne les pièces suivantes : d ' intégrer aussi les prescriptions des
la cuisine, le séjour et un WC comportant arrêtés des 3 et 3 0 août 2 0 1 6 relatifs
un lavabo. Ces dispositions sont prévues à l ' application de l ' article R l 1 1 - 1 4 du
pour tous les handicaps. Nous les signa­ Code de la construction et de l'habitation
lerons dans les sections nécessaires . Dans (pour toutes les installations neuves et
les illustrations, elles sont signalées par entièrement rénovées), dans l e cadre
un logo symbolisant un fauteuil roulant. du plan de relance de la construction.
La réglementation thermique 20 1 2 (RT Ces arrêtés sont entrés e n vigueur en
2 0 1 2) est applicable depuis le 1 e, janvier septembre 2 0 1 6 . I l s introduisent des
2013 pour les bâtiments neufs résidentiels exigences techniques minimales pour
(individuels ou collectifs) . Elle impacte le réseau de communication de chaque
directement les installations électriques, habitation, détaillées dans le nouveau
notamment avec les articles 23 et 24. guide XP C 90-483 qui remplace le guide
L' article 2 3 impose un système d ' affi­ UTE C 90-483 . Désormais, chaque loge­
chage et de mesure des consommations ment doit réglementairement disposer
permettant d'estimer la consommation d'une installation intérieure de commu­

-
d'énergie , d'informer (dans le volume nication matérialisée par une installation
Le diagnostic de l 'installation domestique

filaire unique (câbles à paires torsadées) réal iser un réseau de communication


avec un nombre de prises de communi­ domestique conforme . Le dernier arrêté
cation minimal en fonction de la taille prime naturellement sur les précédents .
du logement . Il est donc nécessaire de Ces nouvelles dispositions sont prises
prendre en compte tous les textes pour en compte dans les sections concernées .

-----
Cochez la case du Cachet et téléphone de l'installateur
type d'installation réalisée. (ne concerne pas les particuliers).
L'attestation de conformité

.J ATTESTATION
w
:::i
(/) DE CONFORMITE
z
H• 1250&·01

0 N o m e t adresse d u
0'HA81TATION □
1- ----0 demandeur d e l'attestation.
LOCAUX N" l"M 1 1t

:::i
l• Mc. 1972

Cette adresse sera utilisée


(.) � --. .-.._
::.... ...... ....__a

pour toute correspondance.


<
>
z
w
...
CAC�ŒT OE l'INSTAl.lATE\JA
Renseig nements
permettant de trouver
le chantier. S 'ils sont

_
insuffisants, joi ndre
l ' installateur soussigné a tteste que l ' i n stal lation électrique, objet de c ette un plan d 'accès . Si le
attestation, est conforme aux prescri ptions de sécuri té en vigueur et que les chantier n 'a pas pu

..
a: parties rénovées sont compatibles, du point de vue de la séc u rité, avec être trouvé, les frais
:::i
w
p arties non rénovées. d'un second
NOM DU CUENT : contrôle seront à la
charge du demandeur.
DU C'1AlffiE1I :
,

..... Signature du demandeur


A0fleSSE

z (obligatoire) .
Code po&t.11

Préciser opération
Oott

:j
collective ou logement
individuel.
• opnllon a:,1a;M : ncrrtn d9 ioglnwa ioentJQues :_ • dt type F : __
a:
• � oe � o. t·� � pw rua. oe 1'1111at:don :

w
> INSTALLATION DOMESTIQUE CHAUFFAGE LECTRIQUE / CLIMATISATION
a: -----'--'---'---'-'--'-'----"-'--'-------'-----'--'---"-"--'---"-'-'--'...C..C.'------'-'--'--"'-'---
., almtnUbQn 1 ::."""' 0111 • maute ci-, ,'5Q;lanQI OIi priM ,. Oirec:t Toutes les rubriques
VI de twre : cf'wnt • &lst . tor'l'l)l<:fflOl'l'
doivent être
� 'l

complétées. La valeur
maximale de la prise
0

de terre est 1 00 Q.
La valeur d u
différentiel est celle de
l'appareil q u i protège
l'ensemble de
l'installation .

À compléter ou à
barrer en l'absence de
chauffage électrique
ou de cli matisation.

$1C IQ1 A
Figure 29 :
Rubrique à compléter pour Concerne une installation
L'attestation de
une installation neuve ou existante non modifiée. conformité
entièrement rénovée.
l!i·13iit·Jd9tJ·tJtit4§tt®tl
Le ra rt de visite

(0) CONSUEL
R A P P O RT D ' I NSPECTIO N *
Type do INSTALLATEUR
bêtlment
N" DE CONTRÔLE :

Installation D Neuve
En""'8menl
D rénovée
BÂTIMENT D'HABITATION CHANTIER

Nombre de logements

Pour chaque prescription, porter une cro1>< dans C (conforme) ou NC (non conforme) - Prescription sans objet : barrer d'un trait les 2 cases C et NC

PRESCRIPTIONS C NC C NC

PROTECTION CONTRE LES CONTACTS INDIRECTS CANALISATIONS


DD D D ,.
01 □ ,.
08 d,tféret1bel - ou • llalson 08 ·> tableau classe Il •·· ·•·····•· . 10 Mode do 00N -·
Ensemble de l'IMtallatiOn Pl'Ob\o' par dtf16rentoel 30 mA DO 11 Contlnu1t• de la pn,tecoon m6car11que
Circuits spécifiques sous dlfférentl� type A □□ 12 -. bolteo .. ... .. . D O '°
Me,ur, de IA CDf3110Cft dl 1.11 Pda de tfflll
Connexk>ns. raccordements .. DO "
Section minirnaie des conducteurs DO "
• • • 1ogemeots : nDD
I N FORMATIONS COM PLÉMENTAIRES
o ....
5 à 9 logements : 13

•• ,1-----+---1----, n D D
ldM{lflcntJon logemlnt ; .

'A
L
1 1

LE.P �6e à la homo principale do temt ot aux canalisations


rMtal�uee. eau, gaz.. éléments conducteur, du bAtiment, etc, ........4, .... DO 14 locaux non équip'5

Tout• canafisahons électriques a\lec condue1eur de prohiction,.. .•..• •• 00 15


PRÉCISIONS ÉVENTUELLES
Continuité des conduc:teors de protection .. ... DO 11

PROTECTION CONTRE LES SURINTENSIT�S


Ptotec:Uon à l'origine de chaque circuit . DD "
Galibre des disposrtifs de prot�k>n (compril àfférentlels) , DD 1•

LOCAL CONTENANT UNE BAIGNOIRE OU UNE DOUCHE

-8PÉCtMEN==
Contlnul!t de la liaison éawooteotielle suot>lémtotakt
D O ,.
avec éléments conducteur! 00 20
èirnents conducteurs non posés .............. .... ............ ......-......... -.•... , 0
U81son équlpotanlielle supplémentaire connexJOOS non visible .. .... D
lll>!UmtL
Voh.1rne O • 1 .• . 0 0 21
Vol\Jrne 2 "•••• .......,M,.••--•••--•••••..• D D 22
VollJme 3 D O ,,
Sanltaores non pos6s .... D
PROTECTION CONTRE LES CONTACTS DIRECTS
SECTIONNEMENT ET COMMANDE
Coupure giinèrole 0 0 ,.
MATÉRIEL ET APPAREILLAGE
D PosA O Non poeé En cours de pose
Conform1t• du mareriel DIO ,.
MISE EN ŒUVRE
Tabtaau de pro!eellon • Gaine Technique logt11T1ent
Repérage dea coridueteurs et circuits
Nombre de ODAHS . �·
!nferrupteur9 sur condlJCteur de phnw
Eclairage TSTS • BT
Ouan11tatrf
Paratoud<e
SEPARATION DES FONCTIONS Rapport é!abh par

ICJ D ..
:□ O oe
Circuits distincts pour foyer, lumineux. posos. chauffage. etc. Le
ClfCUltS spêcia!L$8:S
SectlOrlnernttnl (Orel.ut■ 81 fll �lote} DO • En .,,...,,.. do instaHalet.r
(ou 50n ,apraantantJ
5,gnature .

□ .,
MESURE D'ISOLEMENT
fr,tre COf'IQucteur.. aclrfs et la'Te i!Mu [J I
• Conslata11ons ré$.u�,t de sondage sut le chant,e, ORE: 101A

-
Figure 30 : Exemple de rapport de visite
Le diagnostic de l 'installation domestique

Le Consuel mise sous tension, soit la notification des


non conformités relevées sur un rapport
P our veiller à la conformité des installa­ d 'inspection (figure 30) .
tions , un organisme de vérification a été
créé : le Consuel (Comité national pour En cas de non conformités relevées, vous
la sécurité des usagers de l 'électricité) . devez effectuer les travaux nécessaires ,
Le Consuel intervient sur les installations puis envoyer une déclaration écrite à
neuves et dans les projets de rénovation. la direction régionale du Consuel men­
Par rénovation, on entend la rénovation tionnant avec précision les modifications
totale d'une installation . Il est évident effectuées . Si le courrier est suffisamment
que si vous refaites l' installation d'une précis , le Consuel peut apposer directe­
pièce, vous n'aurez pas besoin de faire ment son visa et renvoyer l 'attestation .
vérifier les travaux. S i le courrier est insuffisant ou s i les non
conformités sont nombreuses, une nou­
En cas de rénovation totale , quand on a velle visite de contrôle est déclenchée .
besoin d'être raccordé au réseau public, Attention ! la contre-visite est facturée
le distributeur exige une attestation de plus cher que la première . Si le chantier
conformité délivrée par le Consuel de est inaccessible ou pas assez avancé le
de la région. j our de la première visite, celle-ci sera
tout de même facturée .
S i vous avez besoin d'électricité pour On comprend facilement la nécessité
exécuter vos travaux, le distrib u t e u r de bien réaliser une installation dès le
p e u t v o u s proposer un raccordement début afin d'éviter des soucis et des frais
provisoire pour la durée des travaux. inutiles. N'essayez pas de bricoler une
Le raccordement définitif ne sera réalisé installation en pensant que cela ne se
qu'après l 'obtention de l 'attestation de verra pas , les vérificateurs du Consuel
conformité (figure 2 9) . connaissent très bien leur métier.

Vingt j o u rs avant la d a t e prévue d e Depuis 2 0 1 0 , si vous installez un système


mise sous tension par l e distributeur, il de production d'électricité (par panneaux
faut transmettre à la direction régionale photovoltaïques, ou autre) , vous devrez
du Consuel l'attestation de conformité faire établir également une attestation
dûment remplie et signée (par le pro­ de conformité par le Consuel pour cette
priétaire ou l 'installateur) . Le formulaire installation .
de l' attestation de conformité doit être
c ommandé à la direction nationale et
accompagné de la participation forfai­ Promotelec
taire aux frais de contrôle , fixée par
arrêté ministériel (un peu plus de 1 1 0 € Association fondée en 1 962 dans le but
pour un non-professionnel) . Un contrôle d e promouvoir la qu alité et la sécu­
par sondage est effectué dans un délai rité des installations électriques, elle
de dix à vingt jours après réception de regroupe des constructeurs , des instal­
l'attestation par le Consuel. À l'issue de lateurs et des distributeurs .
sa visite , le contrôleur vous remet soit Elle décerne des labels de qualité garan­
l'attestation visée permettant d'obtenir la tissant la sécurité , la qualité et les per-
formances des installations supérieures U n bilan d e rénovation électrique et des
aux exigences minimales de la norme . performances de l'installation est réalisé .
Les labels concernent les installations Des contrôles par sondage en cours ou
électriques, avec prise en compte de l'iso­ en fin de travaux sont aussi effectués .
lation du logement, de la production d'eau Pour obtenir un label, il est nécessaire
chaude , des réseaux de communication, d'observer toutes les recommandations de
des économies d'énergie et de la venti­ Promotelec. Des brochures explicatives
lation. Ils sont destinés à la construction sont disponibles sur simple demande ou
neuve , mais également en rénovation. sur le s ite Internet de l'association.
Promotelec publie des brochures sur tout
Les labels sont demandés par le maître ce qui concerne les installations élec­
d'ouvrage (professionnel ou particulier) . triques et l'isolation thermique .
La planification
de l'installation
électrique

D ans le cadre d'un projet neuf, ne vous lancez pas dans la réalisation d ' une
installation sans savoir exactement comment procéder. Étudiez rigoureuse­
ment les besoins afin de réaliser l'installation électrique qui sera la mieux adaptée
au logement, aux désirs des occupants , à leur mode de vie et au niveau de confort
recherché . Nous passerons en revue toutes les possibilités pour le plus grand choix
possible . Certains montages peuvent paraître trop coûteux au début, mais il peut être
judicieux de les prévoir quand même : il est beaucoup plus simple de préparer les
circuits ou les câbles et de les laisser en attente que de réaliser le montage une fois
le logement terminé (par exemple, des stores électriques , un système d'alarme , un
interphone , etc . ) . Quand l ' installation sera terminée , il sera plus difficile de faire des
rajouts . Ne négligez pas ce chapitre , anticipez, prévoyez toutes les utilisations futures
de chaque pièce : nombre de prises suffisant, éclairage le mieux adapté , prises de
téléphone , de télévision . Une prise de courant et un plafonnier par pièce ne suffisent
plus comme c'était le cas auparavant . La norme impose des équipements minimaux
pour chaque pièce .
l!i·13i•t·•h11i·tl@t§§t@tl
L'évaluation équipés d'un conducteur d e terre appelé
--------a e' g�a l e m e n t_ 1· n .
c o n d u c t e u r d e p ·0 t�e c t _
d•-es-be-s-oi�n �s r--------------,� �_�-----,�_ __�_____�_____:_1_ _ -_ 0_______
I l doit être acheminé y compris vers
les appareils qui ne nécessitent pas de
Nous allons à présent dresser la liste des raccordement à la terre , comme les équi­
réalisations à prévoir en fonction des pements de classe II . La prise de terre
besoins des occupants . Certaines sont est un élément essentiel de sé curité .
obligatoires pour la sécurité et la confor­ Elle permet, en cas de contact indirect
mité de l 'installation, d'autres relèvent (figure 3 1 ) , d ' évacuer l ' é lectricité vers le
de l'esthétique et du niveau d e confort sol sans que celle-ci ne traverse le corps.
recherché . Le respect des préconisations C ' est la prise de terre qui permet aux
de la norme en matière d'équipement est appareils de sécurité de se déclencher et
un minimum. N'hésitez pas à prévoir plus de couper automatiquement l ' alimenta­
de prises de courant, de points d'éclai­ tion électrique en cas d ' incident.
rage ou de prises de communication .
D a n s l e cas d ' u n a p p arteme n t , ren­
s e i g n e z - v o u s a u p r è s d u s y n d i c de
Les équipements courants copropriété pour savoir si l ' immeuble
est équipé d'une distribution de terre .
Vou s pouvez aussi inspecter le palier.
La prise de terre À chaque étage , il doit y avoir un petit
boîtier de couleur jaune ou marqué terre
La prise de terre est obligatoire pour sur lequel vous devrez vous raccorder.
toutes les installations électriques domes­ Pour ne pas faire d'erreur, sachez que les
tiques . Toutes les prises de courant et fils aboutissant dans ces boîtiers sont tou­
tous les p oints d'éclairage doivent être j ours de couleur vert et j aune . En outre ,
le diagnostic électrique fourni lors
de la vente doit préciser la présence
Alimentation Contact indirect d 'une prise de terre .
électrique
S i cette distribution n'existe pas, il
faudra en demander l 'installation
Appare i l par lettre r e c o m m a n d é e a d r e s ­
en défaut
d ' isolement
sée au syndic, a fin d' engager sa
responsabilité . D ans l e courrier,
précisez que vous effectuez des tra­
vaux d'électricité et que vous avez
constaté l'absence de prise de terre
dans l ' immeuble . Demandez que
soit inscrite à l'ordre du jour de la
prochaine assemblée générale des

Figure 3 1
Prise Le principe de la mise à
de terre -=-

-
------ Conducteur de protection la terre
La pla nification de l 'instal lation électrique

copropriétaires la question de l'établisse­ pupitre dans une chambre d'enfant . . . ) .


ment d'une prise de terre , d'une colonne C e type d'éclairage doit être associé à
de terre et d'une liaison équipotentielle une autre source lumineuse d' ambiance.
générale, afin que soient respectées les L'éclairage indirect utilise le plafond pour
règles en vigueur concernant la sécurité . réfléchir la lumière . L'ambiance est plus
Précisez qu'en cas d'accident d'origine douce et moins aveuglante qu'avec un
électrique par suite de la négligence de éclairage direct. On obtient cet effet avec
tiers , la responsabilité de chaque partie des appliques murales, des lampadaires
pourrait être recherchée. halogènes ou des plafonniers orientés
En général, l e s immeub l e s c o l l e c ti fs vers le haut.
construits à partir des années 1 960 dis­
posent d'un raccordement à la prise de L'éclairage diffus permet d'éclairer toute
terre au niveau du tableau de protection. la pièce e n plaçant une lampe dans
Les normes de l ' époque n ' imposaient une verrerie , par exemple . L a lumière
pas l e même code c o u l e u r pour les est moins aveuglante et se diffuse à
conducteurs de protection qu 'actuelle­ 360 ° dans la pièce . C ' est l e cas avec
ment . Ils peuvent être noirs ou rouges, la majorité des lustres et suspensions .
par exemple. Enfin, l'éclairage mixte réunit plusieurs
Dans le cas d'une maison individuelle modes dans un même luminaire , par
sans de prise de terre , il faut en créer une exemple une lampe à poser ou de che­
comme indiqué dans la deuxième partie. vet avec u n abat-j our. Moins l 'abat-jour
Elle devra être parfaitement conforme et est translucide, moins l'éclairage diffus
sa résistance mesurée. sera important.
Le choix des luminaires est également
fonction de la décoration choisie . Pour
L'éclairage u n intérieur contemporain ou moderne ,
on privilégie les spots encastrés dans les
L'éclairage est un aspect important d 'une faux-plafonds ou sur rails , des appliques
installation électrique d'un point de vue murales, voire des lampadaire s . Pour un
esthétiqu e , technique et décoratif. I l intérieur classique ou ancien, on privilé­
permet de mettre en valeur un intérieur gie plutôt les lustres de style , les lampes
et d'avoir un confort visuel de qualité et à poser, des éclairages de tableaux . . .
performant s ' il est bien étudié . Il existe
différents modes d'éclairage (figure 3 2) Les pièces fonctionnelles comme la cui­
direct, indirect, diffus ou mixte . s ine ou la salle de bains nécessitent des
é clairages plus étudiés et performants .
L'éclairage direct ou dirigé est possible
avec des spots directionnels qui peuvent D a ns l a c u i s i ne , p a r e xe m p l e , u n e
être encastrés , posés en applique ou sur ambiance agréable e s t nécessaire tout en
un rail . Il permet de focaliser la lumière respectant un niveau de lumière suffisant
sur une zone précise, pour mettre en p our la bonne réalisation des tâches et
valeur une décoration ou des éléments pour la sécurité . Un éclairage d'ambiance
particuliers (tableaux, gravures, sculp­ au plafond illumine toute la pièce . Le
tures . . . ). On l ' utilise également pour diffuseur doit aussi éclairer les murs , les
éclairer des espaces de travail (bureau, p lans de travail et le plafond . La cuisine
l!i·ikiit·ld,t#·tJtü4§Mitl
Les modes d 'éclaira e

L'éclairage direct L'éclairage indirect


Le flux l u m i neux est d i rigé d i rectement s u r la su rface à Le flux l u m i neux est d i rigé vers le plafond q u i réfléchit
éclairer. I l permet de mettre en valeur u n o bjet (tab le, la l u m ière (plus le plafond est clair, meilleur est le
scul pture) ou d ' éclairer une su rface de travail ( l ampe résultat ) . L'éclai rage est doux et les ombres réd u ites .
d e bureau ) . Il correspond à l 'éclairage p rocu ré par les On trouve dans le commerce de nombreux
spots , les plafon n i ers à réflecte ur non tran s l u c i d e . lam padai res ou a p p l i q ues qui procurent ce type
d 'éclairage.

/)

L'éclai rage diffus L'éclairage mixte


Le l u m i naire d iffuse sur 1 80 ou 360 deg rés . Il permet Il réu nit les trois autres modes d ' éclairage dans un
d ' éclairer toute la pièce. L'ampou l e est généralement même l u m inaire. C ' est le cas de la lampe de chevet ou
p l acée dans une verrerie ou laissée apparente si elle de tabl e .
est décorative. C ' est l e cas d u l u stre ou de l a rég lette
f l uorescente.

-
Figure 32 : Les modes d'éclairage
La pla nification de l 'installation électrique

reste éclairée longtemps chaque jour, renversés. P our le chevet, prévoyez une
aussi peut-on y placer avantageusement applique ou un spot légèrement décalé
des tubes fluorescents ou des lampes vers l ' extérieur, au-dessus du lit. Les
LED . Dans cette pièce, il faut également lampes de chevet peuvent aussi tomber
p révoir des écla irages localisés pour ou voir leur fil arraché . L'éclairage du
les espaces de travail (plans de travail, bureau se compose d'un luminaire placé
évier, espace de cuisson) . À cet effet, on à 60 cm au-dessus du plan de travail et
installe généralement des tubes fluores­ doit être situé à l'opposé de la main qui
cents de petit diamètre , des réglettes à écrit afin d ' éviter les ombres . Utilisez
LED , dissimulés par un bandeau , sous des lampes d 'une puissance équivalente
les meubles. Si l'évier est placé devant à des ampoules à incandescence de 75 à
une fenêtre , prévoyez un éclairage spé­ 1 0 0 W.
cifique pour la nuit, comme un spot ou Dans les couloirs et circulations , un éclai­
u n bandeau de spots , situé au-dessus rage puissant n'est pas utile . En revanche ,
d e la fenêtre . L'éclairage de l ' e s p a c e les luminaires doivent permettre de bien
de cuisson est généralement assuré p a r répartir l'éclairage sans comporter de
l ' éclairage d e la hotte aspirante . On pré­ zones d' ombre s . On peut opter pour
voit également un éclairage au-dessus du un ou plus ieurs plafonniers s elon la
coin repas s 'il est placé dans cette pièce configuration de la circulation, ou des
(au-dessus de la table ou du bar) . spots encastrés en faux-plafond . Des
modèles directionnels peuvent permettre
P our l a salle d e bains , prévoyez u n é clai­ de mettre en valeur les objets décoratifs ,
rage d'ambiance et un éclairage dirigé meubles ou tableaux.
au niveau du ou des miroirs de toilette .
L'éclairage d'ambiance doit être suffisant Toutes ces possibilités vous p ermettent
sans être éblouissant .On peut opter pour de c h o i s i r un style d ' é cl a i r a g e . Les
des spots encastrés dans un faux-plafond. emplacements seront choisis soit en pla­
P our les petites pièces , un seul éclairage fonnier, soit en applique avec le mode
au-dessus du miroir peut suffire . Choisis­ d ' é c l a irage d é s iré . L a norme impose
sez des lampes qui ne dénaturent pas les au moins u n plafonnier dans certaines
couleurs (teinte chaude d'IRC supérieur pièces (chambres, séj our, cuisine) . En
à 90) . Les lampes halogènes ou LED , cas d ' imp o s s ibilité t e c h n i q u e ou en
des tubes fluorescents de teinte chaude rénovation, il est admis de remplacer le
peuvent convenir. Le miroir est éclairé le plafonnier par deux appliques ou deux
plus souvent par deux appliques latérales prises de courant commandées . Dans les
ou un éclairage en partie haute . autres pièce s , le choix entre plafonnier
et applique murale est libre . La norme
D ans les chambre s , et plus particulière­ prévoit également un point d'éclairage
ment celles des enfants , il convient d'ap­ minimum à l 'extérieur à chaque entrée
porter une bonne quantité de lumière. La (principale ou de service) .
pièce doit comporter un éclairage général
d'ambiance performant, généralement au P o u r d e s a p p l i qu e s , c h o i s i s s e z d e s
plafond . Celui-ci est de préférence blanc empl acements judicieux . Ne les placez
pour mieux diffuser la lumière . Évitez les ni trop bas ( 1 ,80 m environ) , ni derrière
lampadaires sur pied qui peuvent être une p orte ou dans un couloir trop étroit .
hi4·¾Uüd#i·tit4t4§UM,t#
Les formes des 1am s
Les formes des lampes étaient standardisées pour les modèles à incandescence, disparus. Ces formats sont désormais disponibles
avec d 'autres technologies qui les rendent compatibles aveë-,e1r 1uminairmr nxistants�Erautres- formes- cohabitent -mais- sefl11--------�
propriétaires. Les puissances indiquées (W) correspondent à celles de lam pes à incandescence.

Flamme
Standard Flamme Flamme « coup de vent »
l isse torsadée Tube Sphérique

E E
E E E
E E E
E E
sj' sj'
0 t--
ô
CX)

N
0)
t-- 0
0) 0 t--
0)

60 m m 35 m m 35 mm 35 m m 25 m m 45 m m

w 25 à 1 00 w 1 5 à 60 w 2 5 à 60 w 1 5 à 60 w 25 à 60 w 25 à 60
(iijl E27 B22 (iijl E27 E 1 4 B22 � E 1 4 B22 (iijl E14 � E27 E 1 4 B22 (iiil E27 E 1 4 B22
G lobe
Standard
calotte argentée
Réflecteurs
Sphérique R 50/R 63
E calotte argentée
E Poirette
E
E

E E

Q
E � E
E
E
0
CC)

-------
0
CX)
sj'
;;:;
CX)

80 mm 1 7 mm 45 m m 60/68 m m
w 40 à 1 00 w 25 à 40 w 40 à 1 00 W 25 à 40 40 à 60
(iijl E27 �4 Ili E14 Ili E27 E14
(iijl E27

Réflecteur R 80 Réflecteur R 95 PAR 38


Aspect du verre

E E
E E
0 (!)
CC)

80 mm 95 m m
Lampe dépolie Lampe claire
W 40 à 1 00 W 75 à 1 50 W 60 à 1 20
ij E27 (iiil E27 (iiil E27

Figure 33 : Les formes des lampes

-
La pla nification de l ' installation électrique

Attention ! il existe des règles strictes depuis l'accès de chaque pièce . La norme
pour l'installation des éclairages dans précise que les couloirs et circulations
les pièces humides : salle de bains , cui­ doivent pouvoir être allumés à l ' aide
sine , sous-sol. Des mesures spécifiques d'une commande sans voyant lumineux,
doivent également être respectées pour placée à moins d'un mètre de chaque
les logements soumis à l'accessib ilité accès. Les commandes à voyants lumi­
des personnes handicapées . Ces règles , neux peuvent être placées jusqu'à 2 m de
ainsi que des suggestions , sont présen­ chaque accès . Les commandes peuvent
tées dans les paragraphes relatifs aux être remplacées par des systèmes auto­
différentes pièces. matiques de détection de présenc e .
I l c o nvient également d e c h o i s i r l e L'accès a u sous-sol o u a u garage néces­
mode d e commande souhaité pour les site au minimum un va-et-vient, soit deux
éclairages : un seul point de commande points de commande .
( l ' i nterrupteur) , deux points d e com­
mande (le va-et-vient) , trois points ou Pour le confort de l'habitat, il est impor­
plus (le télérupteur) . Vous pouvez aussi tant de bien choisir ses lampes . Il existe
opter pour un système à variation à partir une grande variété de formes (figure 33),
d'un ou de plusieurs points (le variateur, d'emplois, de puissances et de b ran­
le télévariateur) . Des solutions plus inno­ chements . Ces formes sont prévues à
vantes et pratiques sont possibles grâce l' origine pour les lampes à incandes­
à la domotiqu e . L'architecture de l 'instal­ cence, pour une bonne adaptation aux
lation s'en trouve grandement modifiée. luminaires. Elles sont simples comme les
C 'est une solution à méditer avant de modèles dits standards pour de multiples
commencer les travaux (reportez-vous à applications , ou plus décoratives comme
la section traitant de la domotique) . les flammes ou les globes. Les lampes à
réflecteur permettent d'obtenir un rayon
L ' e mp l a c e m e nt d e s c o m ma n d e s e s t directionnel plus ou moins large .
important. Pour les pièces d'habitation, il Les lampes à incandescence pouvaient
est situé généralement à droite en e ntrant être fabriquées avec un verre clair (uti­
ou à l'extérieur de la pièce , à portée de lisables quand elles étaient dissimulées
main, c'est-à-dire à une hauteur finie dans un luminaire avec verrerie ou abat­
comprise entre 0,9 et 1 , 3 m ( 1 , 10 m est jour) qui dévoile le filament ou dans un
une solution courante et adaptée à la verre dépoli qui le masque et rend la
plupart des cas) . Pour la salle de bains lampe moins éblouissante .
et les toilettes , plutôt à l 'intérieur. D ans Les caractéristiques des lampes sont défi­
une chambre , on peut prévoir une com­ nies selon plusieurs critères . La puissance
mande supplémentaire en tête de lit. nominale est la puissance assignée à la
Dans une entrée , prévoyez la commande lampe. Elle s 'exprime en watts et figure
de l ' éclairage le plus près possible de la généralement sur le produit.
porte d'accès.
L'efficacité lumineuse est le rapport entre
Un grand couloir ou u n escalier néces­ la quantité de lumière émise en lumens et
siteront plusieurs points de commande , sa puissance exprimée en watts (lm/W) .
afin de pouvoir allumer ou é t e indre Plus l ' efficacité lumineuse d'une lampe
i!i·13i·i·•h?ti·tltit4§î'®tl
est grande, plus elle émet de lumière sence de mercure (selon la technologie) .
------ ----+-' ül.J.L_ 1J n e même q u a nt i t é d ' é n e rg i e D e plus, les lampes doivent disposer
consommée (figure 34) . Ainsi, l e s lampes d'une étiquette énergie indiquant leur
fluorescentes ont une meilleure efficacité classement énergétique (de A++ à E) ainsi
lumineuse que les lampes à incandes­ que leur consommation pour 1 000 h de
cence qui convertissent une grande partie fonctionnement, soit e nviron un a n .
de leur énergie en chaleur. Les luminaires disposent également d'une
étiquette énergétique indiquant le type
La température de couleur s ' exprime en de lampes auxquelles ils sont adaptés
kelvins . Elle permet d'évaluer la couleur ou qu'ils comportent par construction.
apparente qui peut être plus ou moins De grands changements dans la dispo­
chaude ou froide . Par exemp l e , d e s nibilité des ampoules sont intervenus
lampes d'une température supérieure à depuis quelques années avec la régle­
5 300 K offrent un blanc bleuté (couleur mentation européenne visant à interdire
froide) . Des lampes d'une température de les lampes énergivores . De 2009 à fin
couleur c omprise entre 3 300 et 5 300 K 2 0 1 2 , on a vu disparaître progressive­
procurent un éclairage blanc et neutre . ment toutes les lampe s à incandescence
En deçà de 3 300 K, la lumière est dite (lampes à filament de tungstène) e n
chaude (tirant vers le j aune) . commençant p a r les modèles de 1 00 W
pour arriver à ceux de 2 5 W.
Le rendu des couleurs est spécifié à l'aide
de l'indice IRC . Il caractérise l ' aptitude Les derniers modèles disparus en 2 0 1 7
d'une lampe à ne pas déformer l 'aspect sont les lampes dites décoratives ambrées
c o loré h a b it u e l des o b j e t s é c l a i ré s . à filament apparent. Le seul modèle de
L e rendu optimal est de 1 00 (lampe à lampe à incandescence encore commer­
incandescence) . D e manière générale , cialisé est le petit tube en E 1 4 destiné aux
si l'indice IRC d'une lampe est égal ou appareils ménagers comme les réfrigéra­
supérieur à 90, le rendu est excellent. teurs , les fours ou les machines à coudre .
Un indice inférieur à 70 est considéré D 'autres modèles et équipements sont
comme mauvais . également touchés par la réglementa­
tion . En 2 0 1 0 , les tubes fluorescents T8
La plupart de ces données doivent être et en U à base d'halophosphates ont
inscrites sur l ' emballage des l a mp e s , cessé d'être commercialisés. Il s 'agit des
notamment la puissance, le flux lumi­ tubes blanc industrie , blanc universel ou
neux, l'équivalence en incandescence , teinte 33 . Les ballasts ferromagnétiques
la durée de vie, le temps de montée en (pour les tubes fluorescents) ne sont
régime (selon la technologie) , les écono­ plus autorisés depuis 2 0 1 7 . Seuls les
mies d'énergie réalisées par rapport à une ballasts électroniques d'une consomma­
lampe à incandescence, la température tion en veille inférieure à 0 , 5 W le sont .
de couleur et le type de culot. D ' autres 2 0 1 6 marque la fin de la mise sur le mar­
informations sont également obligatoires ché des lampes halogènes à flux dirigé
comme le nombre de cycles d'allumage (spots) en basse tension (230 V) et très
et d'extinction, sa capacité à être utilisée basse tension ( 1 2 V) . Les modèles encore
avec un variateur (lampe dimmable) ou commercialisés le sont grâce à des stocks

-
à l 'extérieur, ses dimensions et la pré- existants .
La planification de l' installation électrique

-
Les i nformations sur les 1am s et luminaires

[!] œ
Étiquettes énergie pour les luminaires

[!] œ
Étiquette énergie
pour les lampes 1 Fabricant 11 Produit 1 Fabricant 1 1 Produit 1 Fabricant 1 1 Produit 1 Fabricant I I Produit

Ce luminaire est Ce luminaire comporte Ce luminaire comporte

E N E RG � 'tt com�ble avec:: des Ce lumll\alre oomporte des lampes à LED des lampes à LED
ampoules des classes de1 lampes à LED � et des doullles Intégrées et des doullles
éneriétiques: lntég�es. pour ampoules des pour ampoules des
eHepriMI . EVEpyEIQ dnsesénefiétlques: dassesénl!rgétiques:

fàlt E
1 Fabricant 1 1 Produit ,�

œ a

œ }]
__,_
� LED /
Les lampes de te lumlnatre ne Les lampes à LED de ce Le lum!nalre est vendu avec

Classement
peuvent pas être changées. lumlnalre ne peuvent pas une ampoule de la classe
être cllaniées,. ênergMique: 8119-

Jo,,,/,../.. lil lil JDa/-J,. lil


Luminaire fonctionnant Lu minaire comportant Luminaire comportant Luminaire comportant
Fluo- avec des ampoules uniquement des à la fois des modules à la fois des modules
compactes remplaçables et modules à LED non LED non remplaçables LED non remplaçables
� compatibles avec des remplaçables et des douilles pouvant et des douilles pouvant
ampoules de toutes les accueillir des ampoules accueillir des ampoules
Halogènes
] haute classes énergétiques remplaçables par remplaçables par
l 'utilisateur, ampoules l 'utilisateur, ampou les
efficacité
non incluses i ncl uses

i kWh/lOOOh
Consommation pour
1 000 heures ( 1 an)
3 300 K à 5 500 K
Blanc neutre
i!: 5 300 KI
Blanc froid

La températu re de cou leur se mesure en


kelvins (K). Elle indique si le rendu de

-
l 'éclairage tend plutôt vers un blanc chaud ou
u n blanc froid proche de la lumière du jour.
Équ ivalence des lampes Lu m ière chaude Lumière froide

Équivalence de la puissance des lampes pour un même flux lumineux

I ncandescence Halogène Fluocompacte LED Flux en Lumens

25 W 15 W 7W 2,5 à 3, 6 W 249

40 W 28 W 10 W 4à6W 470

60 W 42 W 13 W 6 à 10 W 806

75 W 50 W 17 W 7, 5 à 1 4 W 1 055

1 00 W 65 W 23 W 15 à 16 W 1 52 1

1 50 W 110 W 35 W 22 W 2452

Exem ples de marquages sur les embal lages des lampes (en plus de l 'étiquette énergie)

Puissance, flux e n lu mens et Doivent également figurer


équ ivalence incandescence - nombre de cycles d 'allumage/extinction ;
- indication si la lampe peut être raccordée
D u rée de vie sur un variateur de flux ;
Temps de montée en rég ime pour que la - les dimensions en millimètres (diamètre
lampe atteigne 60 % de son flux nominal et longueur)
- la quantité de mercure, si la lampe en contient
Économies d 'énergie - l 'adresse Internet où l 'usager pou rra trouver
Température de couleur la marche à su ivre en cas de bris de la lampe.
Type de cu lot En bleu, marquages obligatoires.

Figure 34 : Les informations sur les lampes

11111111
1
l!J·t2ift·ld1ti·rJtii444MrJI
2 0 1 7 marque également la fin de la la lumière sur 300 ° (voire plus) . Les
commercialisation des l ampes P L à deux modèles classiques de lampes LED (hors
broches à starter intégré (lampes CFLni lampes à flux dirigé) ne la diffusent qu 'au
2 pin) . D ' autres lamp e s d'usage plus mieux sur 200 ° ) , les LED étant placées
industriel ne sont plus commercialisées sur un substrat non transparent, ce qui
également. permet de diffuser la lumière uniquement
Pour la plupart de ces disparitions , il par l ' avant.
existe des alternatives de remplacement ; Le filament à LED peut revêtir diffé­
pour d'autres, il sera nécessaire de rem­ rentes formes pour des aspects encore
placer le luminaire . plus décoratifs et on n'hésite plus à les
La technologie d'éclairage à base de LED laisser visibles . Ces modèles sont com­
(Light Emitting Diodes, diodes électrolu­ mercialisés en basse tension (230 V) . Ils
minescentes) est celle qui va remplacer reprennent la plupart des formes déco­
à terme l a plupart de nos ampoules ratives des ampoules à incandescence
(figure 35) . C 'est une technologie qui avec différentes finitions de verre : clair,
s'est très rapidement développ é e et ne dépoli, ambré . I l existe d e s modèles
cesse de progresser, notamment avec dimmables pouvant fonctionner avec un
des puissances désormais équivalentes variateu r d'intensité .
aux anciennes lampes à incandescence . Les lampes LED clas siqu e s en b a s s e
Elles disposent de nombreux avantages tension ne revêtent pas u n caractère
comme une durée de vie exceptionnelle, décoratif particulier, on les choisit pour
une très faible consommation, un allu­ leur efficacité ou quand la lampe n'est
mage à pleine puissance instantané . Elles pas directement visible . Les LED sont
chauffent peu , supportent les atmos­ g é n é ra l e ment d i s s i mu l é e s dans u n e
phères froides et les cycles d'allumage/ enve l o p p e tra n s lu cide . L e s m o d è l e s
extinction répétés. Elles ne comportent standards peuvent être dimmables, chan­
pas de mercure, comme les lampes fluo­ ger de couleur à volonté grâce à une
compactes, et ne créent pas de champ télécommande ou disposer de plusieurs
magnétiqu e . Quelques mises en garde puissances (généralement trois suite à un
ont été soulevées concernant le danger allumage et une extinction) . Ce type de
pour les yeux dû à leur lumière b leuetée, LED existe également en remplacement
mais qui ont été prises en compte ainsi des ampoules halogènes à culot G4 ou
que pour les lampes directionnelles. Avec R7S (ampoules halogènes bâton des
leur développement, leur prix ne cesse lampadaires) et de certaines lampes PL.
de baisser. Les anciens tubes linolites à incandes­
cence peuvent également être remplacés
Plusieurs types de LED et techniques de par des modèles à base de LED (tubes à
mise en œuvre cohabitent (voir page 504 culot S 1 9 , S 14s, S 1 4D) .
pour plus de détails), la dernière étant les Avec la disparition des lampes à flux
LED à filaments : les LED sont montées dirigé halogènes , les lampes LED en
sur un substrat transparent et rec ouvertes reprennent la plupart des modèles .
de phosphore pour apporter un éclairage Il existe également de plus en plus de
plus chau d . Outre leur côté décoratif luminaires à é c l a irage L E D dont l e s
(ampoules ambrées , par exemple) , le lampes ne sont pas remplaçables . En fin

-
principal avantage est qu 'elles diffusent de vie, on doit remplacer tout le luminaire .
La pla nification de l ' installation électrique 1

Les lam�es LED 1 /3) Les lampes LED 230 V à filament

Standard Variantes Edison Variantes Sphérique Variantes

Q� E
w
i
Ambrée E
'SI"
Dépolie Ambrée CO � Dépol•

60 mm D 1 mmable 45 m m
Calotte
a,geo>ée
Ci')
w 4à8 w 1 à 5,5 w 2à4
fiiii!I E27 B22 fiiii!I E27 B22 fiiii!I E 1 4 E27 B22
� �
Calotte Dimmable
◊ 300 ° argentée 10 300 ° 0 300 ° Dimmable

Flamme Variantes Flamme torsadée Flamme coup de vent


Variantes
Variante

E E
E E
t-- cr,
cr, E
'"'0 '"'0 E
0
cr, cr, N

Dimmable
Ambrée
35 mm 35 m m Mat Ambrée
w 2 à 4,5 w 2à4 w 2à4
fiiii!I E 1 4 E27 B 1 5 B22 fiiii!I E14 fiiii!I E1 4
◊ 300 ° Ambrée 10 300 ° ◊ 300 °

Globe Variantes Variantes da filaments décoratifs Tube Variante

E
E
t-­ E
t--
E
'"' 0
0
C')
'"'
l{)

w

80 à 1 25 mm

4 à 10
E27 B22
300 °
m
w 20 à
30 mm
w
Ambrée

2à8
fiiii!I E 1 4 E27
300 °
Q· Ambrée ◊

Figure 35 : Lampes à diodes électroluminescentes (LED) 1/3


h!i·i3iit·•h9,J·tltü4§î@tl
Les lam�s LED 2/3 Flamme coup de vent
Les lampes LED 230 V claasiques
Sphérique

E
E E
E
è;j
C\J
'"'r--
'"'
1.()

0
0
'"'

60 à 66 mm 60 à 66 mm

"◊
w 7 à 16
E27 B22
200 °
Avec détecteur 3 pu issances
de présence sans variateur
"◊
w 3 à 6,2
E 1 4 E27 B22
200 °
"
1-
w
0
3 à 5,5
E 1 4 E27 B22
200 °
"◊
w 4à6
E14
200 °
"◊
w 2à9
E 1 4 E27
200 °

G lobe Cyli ndrique Tube S1 9

!lc=C"-------
1 ______,l)=J 3 1 0 mm

E
E
<X) Tube S1 4s
"◊
w 6
S1 9
320 °

'"'
1.()

<X)

E Tube S14D
300 à 500 mm

"-
w
0
3,5 à 5
S 1 4s
320 °
rAl

�-! �=================================�
Il Il
lClJ

95 à 1 20 mm
�----=-----
80 à 1 1 8 m m 300 à 500 mm

"◊
C\J

3,5 à 5

" "
w
w 10 à 18 w 1 8 à 40 S 1 4O
E27 E27 320 °
PL E27
t -0 200 ° 0- 200 °
UFO
E W 6à 10
" E27
�-------'----' -Q- 200 °
<X)
c,:,

1 1 5 à 1 57 mm
PL G24
� �----r-------------------��
E 6à 10
E G24
0
<X)

"◊
w 1 5 à 36 200 °
<X)
c,:,
E27
1 45 à 1 57 mm
1 20 ° R7S

GX53 G4
!!�
"◊
w 4à7
G X53
�l dfilJ 48 à 55,5 m m "w
"
1 ,5 à 3
G4
1 1 8 mm
w 7à 10
G4
76 mm 1 20 ° 1-0 , -o
300 ° 1 20 °

-
Figure 35 : Lampes à diodes électroluminescentes (LED) 2/3
La planification de l ' installation électrique

Les lamP-8S L E D 3/3 Les lampes LED 230 V à réflecteur


PAR38
RBO

GU1 0

50 m m 39 m m 50 mm 63 mm 80 mm 1 20 mm
w 3à8 w 3 w 6 w 7à8 w 8 à 10 w 15
iill GU10 iill E14 iill E14 iill E27 iill E27 iill E27
◊ 38 à 1 1 0 ° ◊ 1 20 ° ◊ 1 20° ◊ 1 20 ° ◊ 1 20 ° ◊ 30 °

Les lampes LED 1 2 V Les lampes ne sont pas représentées toutes à la même échelle

Capsule GU1 0 12 V MR11 MR16 AR1 1 1

E
E
0
.,,

16 à 19 mm 35 mm 35 mm
w 1 ,5 à 2,5 w 2 w 2,5 w 5,5 à 8 w 6,5 à 1 3
iill G4 iill GU10 iill GU4 iill G U5,3 iill G53
◊ 300 ° ◊ 38 ° ◊ 30 à 38 ° ◊ 25 à 1 1 0 ° Q- 25 à 40'

Figure 35 : Lampes à diodes électroluminescentes (LED) 3/3

Les éclairages à base de LED permettent est le culot (figure 36) . Les culots à vis
également de remp l a c e r les s o u r c e s sont les plus courants . Le petit diamètre
c l a s s i q u e s par des m o d è l e s de forte est noté E 1 4 et le grand diamètre E 2 7 .
puissance comme les éclairages routiers La lettre E corresp ond à l ' i nitiale de
ou les projecteurs . l 'inventeur de la lampe à vide , Thomas
Pour les lampes halogènes très basse Edison, en 1 879.
tension (12 V) à réflecteur, la techno­ Un autre culot, à baïonnette (B) , était
logie LED sera la seule alternative . Le très répandu en France. Dans l'habitat,
côté brillant et chaleureux des ampoules on trouve encore le format B22 et parfois
halogènes disparaît avec ce typ e de des lampes B 1 5 (très petit culot à baïon­
lampes. nette) dans les installations a nciennes .
L'avantage d u système à baïonnette est
Q u e l l e que soit la t e c h n o l o g i e des qu'il est insensible aux vibrations alors
lampes, l 'une des caractéristiques impor­ que des lampes à vis peuvent avoir ten­
tantes à prendre en compte lors de l'achat dance à se dévisser dans le temps .


1!4·i3,,t·ld?tJ·?IWt44Mitl
E40 E27 E14,'SES

HL
822d B15d

□Il
S15

Figure 36 : .1 1. 1 5 m m
Les culots des lampes à
incandescence

on
S19 BA15d BY22d

1�9 m�I

Gx16d S14s S14d

fil
( D D ) D D
Selon leur forme et leur taille, les lampes sont hautes températures (qu artz ou verre
disponibles en plusieurs types de culots . spécial) rempli d'un gaz , sous haute pres­
sion, de la famille des halogènes (fluor,
Les lampes à halogène sont des lampes chrome, iode ou brome) . Le tungstène du
à incandescenc e . Elles ont été inven­ filament se combine avec le gaz halogène
tées en 1959 par General Electric . Elles pour former un mélange qui se redé­
produisent de la lumière en portant un compos e , sous l'effet de la chaleur, en
filament à incandescence . L'ampoule est tungstène et en gaz halogène au contact

-
réalisée dans un matériau résistant aux du filament. Celui-ci se régénère donc
La pla nification de l 'installation électrique

e n permanence , ce qui offre une durée carbone entraînant le ternissement de


de vie jusqu'à quatre fois supérieure à la lampe . De plus, le sel de l'épiderme
celle des lampes à incandescence clas­ réagit à haute température avec le quartz ,
siques . Ce principe de fonctionnement en le fragilisant, ce qui peut entraîner
permet de survolter le filament, ce qui l'éclatement de l'ampoule.
p roduit une lumière plus importante
p our une puissance équivalente . Les Les lampes halogènes peuvent fonc­
lampes halogènes émettent un rayonne­ tionner directement sur le réseau 230 V
ment ultraviolet. Elles doivent donc être (figure 37) . Elles sont adaptées à un fonc­
munies d'un écran en verre ou équipées tionnement avec variateur de lumière .
d ' une double enveloppe : l ' am p o u l e Leur gamme se rétrécit avec la fin de la
halogène e s t enfermée dans u n e seconde commercialisation des lampes à réflec­
ampoule de forme classiqu e . Quand le teur. Les d e rniers modèles s o n t dits
tube halogène est directement accessible économique s car ils offrent pour un
(lampe bâton à culot R7S , par exemple) , même éclairage une puissance réduite .
il est recommandé de ne pas le toucher Les lampes bâton (à culot R7S) large­
avec les doigts , pour deux raisons . Le ment utilisées dans les lampadaires sont
film gras laissé par les doigts produit du commercialisées avec des puissances

Flamme
« coup de vent "
Les lam�s halogène 230 V
Flamme Tube Tube
Standard Flamme Sphérique
torsadée céramique

E E
E E
E
E
8 lO
0

CD
(J)
0

56 mm 36 m m 36 mm 36 mm 46 m m 26/32 m m 1 3/32 m m

W 1 8 à 1 05 W 1 8 à 42 W 1 8 à 42 w 1 8 à 28 w 1 8 à 42 w 1 8 à 70 W 4 0 à 1 50
� E27 B22 � E14 "' E14 � E14 li!ij B22 E 1 4 E27 � E 1 4 E27 [ii!!J B1 5d E27

Capsule quartz Tubes quartz

� l! 78/80 mm
t; I 42
E27
G lobe

1 2,75/1 4 mm

W 1 8 à 53
G9
l!!ijl
1 1 8 mm

w
if
, 20 , 400
R7s
l 1 48 mm

Les lampes halogène 230 V à réflecteu r ne sont plus fabriquées depuis 201 6

Figure 3 7 : Les lampes halogènes 230 V


l!i·i3ilt·ld·iti·tit4N§tt®tl
réduites. Elles cèdent peu à p e u leur Elles offrent une grande diversité de
--------+-tlace aux modèles à base de LED, mais largeurs de faisceaux lumineux (de 1 0
qui ne sont pas encore aussi puissants . à 60 ° ) , permettant d e s éclairages très
ponctuels ou plus diffu s . Les modèles
L e s l a mp e s h a l o g è n e s s o n t é g a l e ­ dits capsule sont encore commercialisés.
ment disponibles e n très basse tension Utilisés notamment dans les luminaires
(figure 38) . Leur gamme diminue éga­ de bureau , ils sont souvent élaborés dans
lement. Les petites lampes dichroïques un verre traité contre les ultraviolets .
(MR 1 6) étaient très utilisées dans de Les lampes en TBTS ( 1 2 V) disposent de
nombreux luminaires, notamment dans culots particuliers constitués de broches
les spots encastrés. Elles peuvent être de diamètre et d'écartement diffé rents .
remplacées par des modèles LED en On les pose dans des douilles en céra­
conservant l ' installation existante (l'ali­ mique prévues pour résister à la chaleur.
mentation est assurée par un transforma­ Pour pallier la disparition des modèles
teur TBTS très basse tension de sécurité) . à réflecteur dans les spots encastrés, il

Les lam�s halogène TBT 1 2 V AR1 1 1

Dichroïq ue M R 1 6

Capsule G 4 Capsule GY 6,35

E E
...
E E
E CO
E

50 m m

9 mm 1 2 mm W 20 à 50
� W 20 à 90 G U5. 3
� " GY6, 35
61 mm
Les lampes halogène 1 2 V à
réflecteur ne sont plus fabriquées W 30 à 1 00
depuis 201 6. � G 53

e cp (Q) @) @ cp
B rochages des lampes très basse tension (1 2 V)
8 1 5 81 5d G4 GY4 GU4 G U5.3 GY6,35

R 1 5 mm
R i i .îl R
4 mm 4 mm 4 mm 5,3 mm 6, 3 5 mm
53 mm

-
Figure 3 8 : Les lampes halogènes TBTS
La pla nification de l ' installation électrique

existe des systèmes d'encastrement pour Il existe deux formes de tubes flu ores­
les LED reprenant l e même principe cents : les tubes linéaires et les tubes
d'installation. Il y a moins de précautions circulaires (circlines) .
à prendre concernant le dégagement de Les tubes de petite longueur (entre 1 50
chaleur de la lampe. Avec les technolo­ et 5 3 1 mm) ont un diamètre de 1 6 mm
gies LED , la chaleur est considérablement (tubes TL mini) .
réduite . On peut donc prévoir un encas­ La catégorie TL5 ou T5 regroupe des
trement dans des espaces peu profonds . tubes d'un diamètre de 17 mm et de
longueurs de 563 à 1 500 mm. Les tubes
Une autre grande fa mille de lampes de 0,60 à 1 ,80 m les plus classiques ont
u t i l i s é e s dans l ' habitat regro u p e l e s un diamètre de 26 ou 28 mm. Ce sont les
l a m p e s flu ores centes (figure 39) , q u i tubes T8 (ou TLD) . Ce sont des tubes dits
représentent les 2/3 de la lumière artifi­ économiques. Les tubes de plus gros dia­
cielle produite dans le monde . Elles se mètre moins performants ont tendance
divisent en deux principaux groupes : les à disparaître .
tubulaires et les fluocompactes.
Comme indiqué, certaines couleurs de
Les premiers tubes fluorescents appa­ tubes ont été supprimées et les nouvelles
raissent en 1 93 8 . Leur principe de fonc­ réglettes ne doivent comporter que des
tionnement repose sur l 'ionisation d'un ballasts électroniques.
gaz sous l'effet du courant. Une décharge Tous les tubes fluorescents ne procurent
électrique dans un tube de verre conte­ pas la même lumière . La plupart s ont
nant une vapeur de mercure à basse dotés d'un marquage de trois chiffres .
pression provoque une luminescence Le premier indique l ' indice de rendu
dans la gamme des ultraviolets , donc fai­ des couleurs . Le chiffre 8 c orrespond
blement visibles . Une poudre recouvrant à un indice compris entre 80 et 90 . Le
l'intérieur du tube transforme ce rayon­ chiffre 9 indique un indice supérieur
nement en lumière visible selon le prin­ à 90. Les deux autres chiffres indiquent
cipe de la fluorescenc e . Tous les tubes la température de couleur. Par exemple,
fluorescents nécessitent un appareillage le nombre 27 signifie 2 700 K, le chiffre
spéc ifique p o u r fonctionner (ballast, 30, 3 000 K. Pour apporter une ambiance
starter et réglette support) . L'investis­ chaude, sans altérer les couleurs , choi­
sement de départ est plus important . sissez une température de 2 700 K. Pour
Cependant, l'utilisation se révèle beau­ simuler une lumière naturelle plus froide ,
coup plus économique que celle des choisissez un tube dont la température
lampes à incandescenc e . Seuls le tube est de 6 500 K.
et le starter nécessitent d 'être remplacés Il est possible de faire varier la lumino­
occasionnellement. Leur durée de vie est sité des tubes fluorescents en utilisant
jusqu ' à douze fois supérieure à celle des des ballasts électroniques spécialement
lampes à incandescence classiques . Leur conçus à cet effet.
efficacité lumineuse dépasse 80 lm/W Les tubes fluorescents sont parfois impro­
contre 1 5 lm/W pour une ampoule clas­ prement appelés " tubes néon " · C 'est par
siqu e . Pour la même quantité de lumière confusion avec les tubes des enseignes
produite, la consommation de courant est lumineuses qui sont remplis avec ce type
donc six fois inférieure . de gaz et procurent une lumière rouge .
hii·tiOt·lii#i·M@&§d®tl
Les tubes fluorescents

W 1 5 à 58 Raccordement des tubes LED


G13
ljiiiijl
Sur réglette existante
451 /1 5 1 4 m m
TB LED Ballast
� ,,.....,.,.,.;�[.....�.., ....,j �, 28 m m W 1 0 à 27 1:B""-=-• ferromagnétique
ljiiiijl G 1 3 Tube à LED
600/1 51 4 m m
TL M rapid start
-- 20 à 65
Starter remplacé par protection
11�
' 40 mm
w
ljiiiijl G 1 3

1.J----7
-.
1
I ,1--------��
Installation neuve

604/1 5 1 4 m m
TL S
_. 20 à 40
Il ► 40 mm
w
ljiiiijl R 1 Bs
Les tubes fluorescents TB halophosphates (blanc
:.�--
-. -_-_
-_-_ -/
----,, 1___
-1,1- _
591 /1 200 m m industrie, blanc universel ou teinte 33) ne sont
TL X plus commercialisés depuis 201 O.
Les ballast ferromagnétiques de classe B1 et B2
40 m m
ne sont plus commercialisés depuis 201 7.
_JI //
Les ballasts électroniques doivent avoir une
..,r/�::::::::::-:_ � �
61 1 /1 521 m m consommation en veille inférieure ou égale à 0,5 W.
---u------/

G5
Principaux brochages
G13 R 1 8s FA6 G t Oq

Principes de raccordement
.1 �
35 4 mm
, 1. mi
Un tube et un ballast Deux tubes et u n ballast Deux tubes et deux ballasts
P h ase
Phase Neutre Phase Neutre

Condensateur Condensateur

vient p
! Ballast allas!
s tub

Starter Starter Starter Neutre

-
Figure 3 9 : Les tubes fluorescents
La pla nification de l ' installation électrique

Les lamP-eS fluocomP-actes à alimentation sé arée


Équivalence
Fonction nement avec ballast ferromag nétique
,--------------,
Arrêt de la commercialisation des
des puissances
PL - S PL - C PL - T
(2 broches) (2 broches) (2 broches) lampes CFL ni 2 broches en 20 1 7.
en Watts
Pas de solution de remplacement
pour certains modèles.

E E E E
E E E E
CO
;::: ;:::
r--
0 5 ---- 25
� �
0 �
(0 (0
;:: ;
8 ---- 40

1 1 /1 2 -- 60

28 m m 27 mm 41 mm 1 41 /207 m m
1 4/1 6 -- 75

W 5 à 11 -----< W 1 3 à 26 PL - Q W 1 6 à 28
!---+- (2 broches) I "'�
"' G23 "' G24d-1 /2/3 "' GX24d-1 /2/3 GR8
1 8/20 -- 1 00

Fonctionnement avec ballast électronique


PL - S PL - C PL - L PL - Q
PL - T (4 broches)
(4 broches) (4 broches) (4 broches)
(4 b roches)

E
E
E E E
E E E E
E
C\J
r--
\!?
r--
'<t '<t C\J r--
0 0

CO CO C\J


<Jl

0
ëi5
0 ;
<Jl

28 m m 27 mm 41 mm 38 m m 1 41 /207 m m

W 5 à 11 W 10 à 26 W 18 à 57 W 1 8 à 80 W 16 à 38
"' 2G7 iij G24q-1 /2/3 "' GX24q-3/4/5 � 2G 1 1 "' G R 1 0q

Les dou i lles


G 23 2G7 2G 1 1 GX24d d-2 d-3

EPi �! �]! Q �]! üÎrH


20,5 mm
G24d
32 m m
d-1 d-2
38 mm
d-3
2 4 mm 44 mm
GX24q
45 mm
q-2
liJ iJ
45 mm
q-3
4 5 mm
q-4

35 mm 35 m m 3 5 mm 35 mm 45 mm 45 m m 45 mm 45 mm

Figure 40 : les lampes fluocompactes à alimentation séparée

B1111
•!J·i2iit·•h1ti·@kit444®t#
Les tubes fluorescents disposent égale­ Les lampes fluocompactes ou à écono­
ment de brochages différents . L'alimenta- mie d ' énergie produisent de la lumière
tian des tubes fluorescents s'effe ctue par d e l a même ma ni è re q u e e s tu e s
l'intermédiaire d'un ballast et d'un starter. fluorescents , à la différence que le tube
Le tube peut disposer de son propre bal­ est miniaturisé et plié en deux, trois ou
last, mais sur certains luminaires, un seul quatre pour gagner en puissance. Elles
ballast permet d'alimenter deux tubes. sont apparues en 1 980 sous deux types
Comme pour les autres source s lumi­ diffé r e n t s . L e s l a m p e s d ' intégration
neuses, une alternative à base d e LED (figure 40) sont équipées d'un culot à
existe . Ces tubes peuvent être installés broche et destinées à des luminaires spé­
dans des réglettes fluorescentes exis­ cialement conçus (on les qualifie égale­
tantes . Il suffit de remplacer le starter par ment de lampes à alimentation séparée) .
celui fourni avec le tube (qui est en fait Les lampes de substitution (figure 4 1 )
une protection) . Certaines réglettes sont sont équipées d e s m ê m e s culots que
directement équipées pour des tubes les lampes à incandescence auxquelles
LED , il n'y a plus de starter. Quand un elles peuvent se substituer. En effet, un
seul ballast alimente deux tubes, il n'est ballast électronique est incorporé dans
pas possible de les remplacer par des leur culot.
tubes LED .
Leurs avantages sont les mêmes que ceux
L a différence entre ces deux types de des tubes fluorescents, à la différence
tubes est que les modèles LED sont plus que le tube n'est pas interchangeable .
chers que les tubes classiques, mais ils Elles sont dites économiques car elles
consomment moins d'électricité . consomment très peu d ' électricité . Les

Les lamP._!! fluocomP-actes 230 V Sticks


Globe (20 000 h*)
(8 000 h')
Hélicoïdale
(8 000 h*)

E
E E E E
0, E E E
(\J
v
v "'
(\J
0,
a:,
� o5

60 à 75,8 m m 64 à 1 21 mm 47,5 m m 28 mm 23/41 m m 39,6 m m


W 8 à 23 W 1 2 à 20 W 5 à 23 W 8 à 11 W 8 à 23 W 1 5 à 33
ljiiij E27 B22 t:;j E27 ljiiij E 1 4 E27 B22 ljiiij E 1 4 E27 B22 ljiiij E 1 4 E27 B22 ljiiij E27 B22
(*) du rée de vie en heures

Figure 4 1 : Les lampes fluocompactes 230 V

-
La pla nification de l ' installation électrique

lampes d'intégration de type PL et fonc­ triple s elon des études d'associations de


tionnant avec un ballast ferromagnétique consommateurs) . Enfin, l 'utilisation de
et c o mportant deux broches ( C F L n i ce type d'ampoules ne remplace pas en
2 pins) ne sont p l u s commercialisées tout p oint l'usage attendu des ampoules
depuis 2 0 1 7 . Quelques fabricants de à incandescence : elles ne fonctionnent
lampes LED proposent une alternative . pas avec un variateur d e lumière et
Mais dans la plupart des c a s , il sera e l l e s n é c e s s it e n t q u e l q u e s m i n u t e s
nécessaire de remplacer les luminaires avant d ' atteindre leur p otentiel lumi­
dans lesquels elles sont utilisée s . neux maximum. Elles créent un champ
magnétique et ne sont pas adaptées à des
Les modèles à quatre broches fonction­ atmosphères froides . En fin de vie , elles
nant avec un ballast électronique sont représentent un déchet p otentiellement
encore disponibles . Toutes ces lampes se dangereux (mercure) qui nécessite un
montent sur des culots très spécifiques. recyclage spécifique .
Les l ampes de substitution ont été la
première alternative au remplacement Ces a m p o u l e s sont à u t i l i s e r à bon
des lampes à incandescence qui dispa­ escient dans les pièces nécessitant un
raissaient peu à peu . Néanmoins , elles éclairage prolongé . Elles sont inutiles ,
p r é s e ntaient de nombreux a l é a s . Le par exemple , dans un couloir ou une
principal reproche qui leur était fait était circulation et ne sont pas adaptées à une
leur prix élevé qui nécessitait au moins commande par minuterie .
quinze mois pour être « amorti " · D e plus, E l l e s o n t p r a t i q u e m e n t d i s p a ru des
leur durée de vie peut être très différente linéaires des grandes surfaces de brico­
d'une marque à l 'autre (du simple au lage , laissant la place aux sources LED .

Comparatif des divers types de lampes


Lampes Lampes h alogènes Lampes • @' LED

�"®--
à incandescence fluocompactes

Types

Durée de vie 1 an
'économies
d'énergl

2 à 4 ans

6 à 20 ans
·-· y
'éc:'n:mles
d'énergie

15 à 25 ans

Rendu des couleurs Excellent Excellent Bon Bon

Efficacité lumi neuse 1 0 à 15 lm/W 15 à 25 lm/W 50 à 85 lm/W 60 à 1 00 lm/W

Variation Oui Oui Certains modèles Certains modèles

Allumage immédiat
Oui Oui Certains modèles Oui
à pleine puissance

Uti lisation dans des


Oui Oui Déconseillé Oui
l ieux froids

Figure 42 : Comparatif des divers types de lampes


l!i·Miit·ld?:i•tlt4t4§tt®tl
On peut encore trouver certains modèles La norme impose un nombre minimal
(standards globes, hélicoïdaux, sticks) de prises en fonction des pièces . Nous
quand une puissance importante est requise. indiquerons ce nombre dans les para­
graphes traitant du plan de l'installation.
Le tableau de la figure 42 résume les Une prise de courant peut être com­
principales caractéristiques des différents mandée par un interrupteur situé à l'en­
types de lampes dispon i b l e s dans le trée de la pièce . Si vous y raccordez un
commerc e . La technologie LED est celle lampadaire ou une lampe, ce système
qui permet le plus d'économies d'éner­ peut remplacer un plafonnier.
gie tout en présentant le moins d'aléas .
Leur prix est en baisse constante et leur Mais attention, l ' installation de prises
durée de vie reste très importante , pour de courant dans certaines pièces (salles
les modèles de qualité . de bains , cuisines) est très réglementée .
Nous évoquerons ces règles dans la par­
Dans la maison, les nombreuses activités tie relative aux pièces .
des occupants nécessitent des éclairages
particuliers . Ils peuvent être utilisés pour
aménager l'espace , créer des volumes, Les alimentations s pécifiques
des ambiances ou mettre en valeur une
décoration . P révoyez tous les é q u i p ements fixe s
dont vous comptez vous équiper e t qui
nécessitent une alimentation électrique .
Les prises confort Cela v a d e l a chaudière à l'amplificateur
d'antenne de télévision, en passant par
Toutes l e s prises de courant doivent les stores électriques ou le portail auto­
obligatoirement posséder une borne de matisé . Il faut prévoir une ligne d'ali­
terre et un système d'obturation automa­ mentation indépendante pour chacun de
tique des alvéoles . Les prises de courant ces appareils .
à fixation à griffes sont interdites depuis
2004. Les prises d e courant s ont très
importantes . N'hésitez pas à en prévoir Le réseau de communication
un nombre conséquent (une tous les trois
mètres environ) . Cela évitera d 'utiliser Les équipements téléphoniqu e s inté­
des rallonges et des prises multiples. Une rieurs anciens , avec des prises en T, ne
entrée, un couloir nécessitent au mini­ sont plus autorisés pour les installations
mum une prise de courant (par exemple, neuves ou entièrement rénovée s . Désor­
pour raccorder l'aspirateur) . mais , c 'est le réseau de communication
qui prime . Les prises analogiques en T
Prévoyez toujours une prise de courant laissent la place aux socles de commu­
à proximité d'une prise de téléphone ou nication équipés de connecteurs RJ4 5 .
de télévision. Évitez de les installer au Ces connecteurs plus évolués sont issus
milieu d'un panneau de mur, cela risque de l ' informatiqu e . I l s permettent de
de gêner l ' ameublement, ou coincées faire passer beaucoup plus d 'informa­
dans un angle où l'accès sera difficile . tions dans un système filaire . La norme

- •
La pla nification de l ' installation électrique

prévoit plusieurs niveaux d 'équipement prise de communication doit être


que nous détaillerons dans la s ection accompagnée d'une prise d e courant.
concernée .
Ces nouvelles prises permettent de rac­ Attention, chaque prise de communication
corder le téléphone analogiqu e , mais doit être alimentée par un câble direct issu
également de distribuer l'accès à Internet, du tableau de communication (on ne peut
le téléphone via IP, la télévision issue pas effectuer de repiquage d'une prise sur
des boxes de fournisseurs d'accè s , de l'autre) . L'installation va donc nécessiter
créer un réseau informatique et, selon le rapidement une grande quantité de câbles
niveau d'équipement choisi , la télévision à distribuer à travers l'habitation.
hertzienne terrestre (TNT) ou satellite .
On peut même utiliser certains conduc­
teurs pour raccorder des systèmes domo­ TV, hi-fi, alarme
tiques comme un système d'interphonie,
de sonorisation, de télécommande ou Les câbles d'antenne de télévision ainsi
d'alarme . Prévoyez des prises de com­ que ceux d'une alarme peuvent être
munication en nombre suffisant, même installés en même temps que les câbles
si vous ne les utilisez pas toutes dans et canalisations électriques . Vou s l e s
l'immédiat. passerez dans des conduits indépendants
ou dans des alvéoles spécifiques dans
Les arrêtés d ' a oû t 2 0 1 6 p révoient un les profilés ou les plinthes électriques .
minimum de deux prises de communica­
tion juxtaposées dans le salon, pour les Pour la chaîne hi-fi (figure 43), vous pou­
logements d'une pièce principale , une vez envisager d'intégrer les câbles des
prise supplémentaire pour les logements enceintes dans l'installation et d'installer
de deux pièces principales et deux prises des prises de raccordement spécifique s .
supplémentaires pour les logements de I l n ' y aura plus de fils apparents entre la
plus de deux pièces principales . chaîne et les enceintes et il est possible
aussi de s onoriser plusieurs pièce s . Il
D e manière généra l e , l e guide existe également des systèmes de diffu­
XP C 90-483 recommande de n ' avoir sion sonore composés d'une centrale , de
aucun p oint éloigné de plus de c inq haut-parleurs et de commandes locales
mètres d 'une prise de communication. qui permettent d'écouter et de comman­
Vous pouvez prévoir une ou deux p rises der la musique dans toutes les pièces de
dans les pièces où elles seront très solli­ la maison . Ces systèmes peuvent aussi
citées, notamment s i elles distribue n t la faire partie d'une installation domotique .
télévision (salon, bureau . . . ). Il est égale­ I l e n v a de même pour les systèmes de
ment possible, avec les niveaux d ' é qui­ home cinéma . Si l'emplacement est prévu
pement supérieurs , d'installer des socles à l'avance , il est possible d'intégrer la
de communication avec trois connec­ connectique au moment de l 'installation
teurs RJ4 5 dédiés à des fonctions sépa­ électriqu e . En plus des prises pour les
rées. Il existe également des duplicateurs systèmes d 'enceintes et des prises de
(sortes de multiprises qui permettent de courant dédiées , il existe des prises
raccorder plusieurs appareils) . Chaque HDMI encastrables, permettant d'éviter
l!i·i3iit· •U1tJ·@@t4§t#Mfll
La distribution audio-vidéo Installation home cinéma

'1 1
1

-----------,
1

>·f
,------t-----
------------T-­

JI .
1

, 0 '------ \
\
\
,,' \
\
\
\
I \
\
\
\
\

0 TV HD 0 Caisson de basses 0 P rise de cou rant @ P rise antenne/satellite


f) Lecteu r DVD, Blu-ray . . . 0 Enceintes frontales () Prise H D M I G, C haîne hi-fi
E) Haut-parleur central 0 Enceintes arrière 0 Prise haut-parleur

Installation hi-fi

--- ----
r-- --- --- --- --- -- -- ---

Exemple de prise H D M I

© Legrand

Exemple de prise haut-parleu r et PC

-
Figure 43 : La distribution audio-vidéo
La planification de l ' installation électrique

les fils apparents entre un lecteur Blu­ La ventilation mécanique


ray et le téléviseur mural, par exemple .
La ventilation ou aération d'un loge­
ment est très importante et ne doit
L'accueil des visiteurs jamais être négligée . Elle est un élément
indispensable du confort . La présence
En appartement, prévoyez une sonnette et l'activité humaines dans une habita­
ou un carillon pour la porte d' entré e . tion sont source de pollution pour l'air
D a n s le c a s d ' u n l ogement avec un ambiant. Notre respiration provoque un
grand couloir de distribution, placez la dégagement de vapeur d'eau et de gaz
sonnerie le plus près possible des pièces carbonique . Lorsqu 'on utilise la douche,
occupées. on provoque un afflux d'humidité . La cui­
En maison individuelle, plusieurs sys­ sine et l 'utilisation des toilettes dégagent
tèmes s ' offrent à vous . Vou s pouvez des odeurs . Le chauffage électrique a
c h o i s i r l e système d e sonnette c l a s ­ une fâcheuse tendance à dessécher l 'air.
siqu e . Dans ce cas , i l faudra qu'il soit Tous ces phénomènes anodins peuvent
alimenté en basse tension (inférieure avoir des conséquences néfastes : mau­
à 5 0 V, généralement 8 ou 12 V) car le vaises odeurs persistantes , dégradation
b outon d'appel situé à l 'extérieur ne doit des murs et des revêtements (humidité ,
présenter aucun danger. Ce système est moisissures) , condensation , développe­
simple à réaliser, mais présente quelques ment des acariens .
désagréments . Si le portail ne vous per­
met pas de voir les visiteurs , il faudra Si le mode de chauffage choisi est élec­
vous déplacer pour voir qui a sonné . trique, il est impératif de créer une bonne
Même si vous pouvez identifier les visi­ isolation thermique dans l ' habitation
teurs , vous devrez sortir pour leur ouvrir (doubles vitrages, isolants pour murs ,
le p ortail . Il est donc utile de prévoir u n planchers et combles) . Cela aura pour
système d e gâche o u d e serrure électrique effet de la rendre encore plus hermétique
qui vous permettra d'ouvrir sans sortir. et vous devrez absolument prévoir un bon
Il existe un système plus élaboré qui est système d'aération. S'il est bien étudié ,
l'interphone ou mieux, le vidéophone . il ne créera pas d'importantes déperdi­
Dans le cas de l'interphone, vous pou­ tions et vous apportera un bon confort .
vez identifier les visiteurs par la voix . Ce Le principe de la ventilation est d'assurer
système intègre une commande de gâche le balayage du logement avec
électrique, vous n'avez donc plus à vous • des entrées d'air dans toutes les pièces
déplacer. D ans le cas du vidéophone , princ ipales (salon, chambres) ;
un système de microcaméra à l'extérieur • des sorties d ' air dans les pièces de
et d e ré cepteur de type télévision à service ( s a l l e d ' e a u , WC , c u i s ine)
l'intérieur permet de surcroît une recon­ obtenues par tirage naturel ou par
naissance visuelle . Les derniers modèles ventilation mécanique ;
de portier vidéo fonctionnent avec deux • la possibilité pour l'occupant d'agir sur
fils seulement : ils peuvent être installés les débits .
en remplacement d'un circuit de son­
nerie classique sans devoir passer de Les entrées d'air sont assurées par des
nouvelle ligne . grilles autoréglables placées dans les
l!i·i3iit·fh#IJ·Otii44t®tl
pièces principales en partie haute des L a hauteur d e tirage des ventilations

Conduit d 'évacuation
menuiseries des murs ou au niveau des

l
coffres de volets roulants . Ces grilles
40 cm
doivent être autoréglables, marquées en - - - - - - ◄ ► minimum
3
module (débits de 1 5 , 2 2 , 5 ou 30 m /h) . "' au-dessus
Hauteur
La somme en modules par pièce est - d u faîtage
de
de 45 en ventilation naturelle et de 30 tirage
e n ventilation m é caniqu e . Les grill e s
d ' aération doivent être équipées d ' u n
Bouche
d 'extraction
auvent de protection côté extérieur e t
d'un dispositif antibruit si l ' habitation ◄

Entrée d'air
se trouve dans une zone bruyante . Il
existe aussi des entrées hygroréglables
qui adaptent leur débit en fonction du
taux d'humidité de l 'air.
S 'il existe une cheminée à foyer ouvert,
celle-ci doit être équipée d'une trappe
d e fe rmeture p o u r les p é r i o d e s d e

Conduits d 'évacuation
non-utilisation afin de n e pas perturber
l'aération.
- - - - - - ◄ - ► - - - - - -
Le passage de l'air e ntre les pièces prin­
cipales et les pièces de service se fait par Hauteur Hauteur
de de
les portes : veillez à assurer un écart de tirage tirage
1 cm entre le bas d e la porte et le sol ;
2 cm pour la cuisine .
Pour un appartement, on assurera un
calfeutrage de la porte palière e n pour­
tour et en bas .
L'aération peut être naturelle , ponctuelle
(aérateurs électrique s dans les pièces
de service) ou centralisée (ventilation
mécanique contrôlée) .

Il est naturellement possible d ' aérer en


ouvrant les fenêtres , mais c'est très insuf­
fisant, notamment pendant l a période Figure 44 : La hauteur de tirage
froide où l ' on évite les courants d'air.
Il existe également l 'aération naturelle En aération naturelle , l ' air est extrait
l'air est évacué par un conduit vertical par des conduits munis d'une grille en
sous l 'effet du tirage nature l . Mais ce partie basse. Les grilles d'extraction sont
principe ne peut pas être maîtrisé et marquées en module :
dépend largement des conditions cli­ • 50- 100 (réglable) pour la salle d'eau
matiques . Il nécessite une ventilation et les WC ;

-
artificielle. • 1 00-400 pour la cuisine .
La planification de l ' installation électrique

La partie haute des conduits doit dépasser la partie haute des fenêtres . La circula­
de 50 cm le faîtage de l'habitation. Ils ont tion d'air se fait à travers ces pièces . L'air
un diamètre de 24 à 26 cm pour la cuisine passe sous les portes des locaux à ven­
et 14 à 16 cm pour la salle d'eau et les tiler et est aspiré par un aérateur méca­
WC , pour un conduit d'une hauteu r de nique. Situé lui aussi en partie haute , cet
tirage de 2 , 5 à 3 , 5 m. La hauteur de tirage aérateur évacue l'air à l'extérieur par un
est la hauteur entre la bouche d'entrée conduit existant (cheminée) ou à créer
d'air (ou la moyenne pour les étages) et (traversée de mur) . Ce type d'aération
le chapeau de la cheminée (figure 44) . obéit à deux grands principes .
Un c onduit de cheminée existant e t
inutilisé peut convenir s ' il répond à ces La ventilation mécanique ponctuelle
spécifications . Elle est définie par la pose d'appareils
dans chaque pièce de service à ventiler
Atte ntion : l e s valeurs énumérées (figure 4 5 ) . Leur fonctio n n e ment est
précédemment n e concernent p a s les indépendant et permet leur utilisation
habitations équipées d ' u ne chaudière seulement lorsque le local est utilisé .
(gaz ou fioul) .
P our rendre leur utilisation pratique ,
Le principe de la ventilation mécanique o n peut faire fonctionner l 'appareil en
est de créer une entrée d'air dans les même temps que l 'éclairage, ou mieux,
pièces principales (sal o n , chambres) , utiliser u n appareil à temporisation qui
une aspiration dans les pièces de service fonctionne automatiquement quelques
(cuisine , salle de bains , WC) et un rejet à minutes encore après que l 'on a quitté
l'extérieur. Les entrées d'air doivent être la pièce . P endant le reste du temp s ,
situées en hauteur - le plus souvent dans l' aération se fait sur l e principe naturel.

Figure 45 : É,�w,tioo de 1•a, ,idé \


La ventilation
mécanique

Entrée
d'air Porte


Circulation de l'air
l!i·Miif·lh1ti·t1@t4§dMI
Pour obtenir un débit suffisant, l'appareil valeurs moyennes des pertes en fonction
doit être adapté au volume et au type de de la nature du conduit.
local à assainir. La pression nécessaire au refoulement
On le calcule ainsi : Débit = Volume x Nr/h de l'air dans le conduit est égale à la
3
Débit : débit de l'appareil en m /h somme des p ertes de charge de toute
3
Volume : volume du local en m l ' évacuation.
Nr/h : nombre de renouvellements du
volume d'air par heure Le choix de l 'appareil dépend de ce cal­
La figure 46 donne quelques exemples cul et nécessite de connaître la courbe
de Nr/h . débit/pression des appareils. Ce type de
courbe est généralement présenté dans
Pièces N r/ h les catalogues des fabricants .
Cuisine (excepté hotte) 6 à 10

Salle d e bains 10 à 1 5
Exemple : considérons une salle de bains
3
8 à 12
de 1 6 , 2 m . La figure 46 indique un NR/h
WC
10 à 1 5
de 10 à 1 5 pour cette pièce .
Buanderie
Le débit nécessaire est donc de :
Cave 4à6 3
1 6 , 2 x 1 0 = 1 62 m /h .
G arage 4à8 Nous portons notre choix sur des appa­
reils du type Vortice (gamme Vort) . Cette
Figure 46 : Le renouvellement d 'air gamme p ropose trois appareils , Micro ,
Médio et Super, dont les courbes de
On distingue deux principes d'aérateurs débit/pression sont présentées figure 49.
électriques (figure 47) : les appareils Les débits indiqués par le constructeur
hélicoïdes et les appareils centrifuges . sont les suivants :
3
Les modèles hélicoïdes (à hélice) peu­ • Vort Micro : 90 m /h sous une pression
vent être installés sur des vitres ou en nominale de 0 , 6 5 mm H 2 O ;
3
traversée de mur. • Vort Medio : 1 6 5 m /h sous une pres­
sion nominale de 2 , 2 mm H 2 O ;
3
Les modèles centrifuges (à turbine) , plus • Vort Super : 260 m /h sous une pres-
puissants , sont installés sur des conduits sion nominale de 5 , 4 mm H 2 O .
longs (chemin é e s , par exemp l e ) . Ils
créent une dépression dans la pièce et À p r e m i è r e vu e , o n p e u t d i r e q u e
permettent une très bonne aération. l ' appareil Medio convient à notre cas
3
Pour les appareils centrifuges, on tiendra puisqu 'il indique u n débit de 1 65 m /h .
compte des pertes de charge (pertes en O r, nous avons besoin d'un débit d e
3
fonction de la forme et de la longueur 1 62 m /h. Cela serait vrai s 'il était installé
du conduit) afin de choisir un appareil en évacuation directe ou sur un conduit
adapté et performant. court. Prenons deux cas de figure .
G) Imaginons que la salle de bains est
Pour obtenir une appréciation satisfai­ située au dernier étage d'un immeuble et
sante , il est nécessaire de connaître la que le conduit d 'évacuation droit a une
forme et la longueur du conduit. La perte longueur de 3 m . Les pertes de charge
de charge s'exprime en " mm H 2 O " (unité (0 , 5 mm H 2 O/m) sont de 1 , 5 mm H 2 O

-
de pression) . La figure 48 présente les (0 , 5 X 3) .
La pla nification de l 'installation électrique

Les t}' es d'extracteu rs


Apparei ls à turbine -.. Trajectoire de l 'air

Centrifuge (tu rbine) Conduit long Exemple d 'appareil

Apparei ls hélicoïdaux


© Vortice

Hélicoïde (hélice) Paroi vitrée Traversée de mur Exemple d 'appareil


La commande des extracteurs pour une VMP (ventilation mécanique ponctuelle)

-'
e---�-�· --
=
�.
:.•.. ....: ......_....

Commande par Allumage conjoint avec Allu mage Allumage et arrêt Détecteur de
interrupteur l 'éclairage et arrêt et arrêt par automatiques selon présence et
indépendant retardé par temporisation programmation le taux d'humidité temporisation

Autres systèmes

Faux-plafond

Aérateur
centrifuge
extérieur

Aérateur
centrifuge
axial

Montage en ligne Util isation d 'un aérateur extérieur

Figure 47 : Les types d'extracteurs


l!i·t3iit·ldili·tltit#§d®M
fisant pour la ventilation de notre local.
L3
Cet appareil n'est pas adapté dans ce cas.
Reportez-vous à l ' intersection avec la

L2
·� Coude = pertes
courbe de l 'appareil Super et vous con­
staterez que cet appareil peut fournir un
3
débit compris entre 200 et 250 m /h, ce
de 1 ,5 mm H 2 0
Aérateu r Réduction = pertes qui correspond à notre projet. Cet aéra­
centrifuge de 1 ,5 mm H 2 O teur constitue la solution idéale pour une
telle situation .
► ►
Coude équerre =
L1 pertes de 1 ,5 mm H 2O

Pertes de charge des


obstacles

L 1 , L2, L3 = Pertes de charge linéaires,


soit 0,2 à 0,5 mm H 2 O par mètre
Pertes totales = L 1 + coude + L2 + réduction + coude + L3

Figure 48 :
Les pertes de charge dans les conduits

Débit (m 3/h)
1 00 200 250
Avec l'appareil Medio , le débit est assuré
p o u r une p r e s s i o n de 2 , 2 mm H 2 O .
On constate q u e l a p e rte du conduit Figure 49 : Courbe de débit/pression
(1 , 5 mm H 2 O) est inférieure à la pression
nominale ; le débit de l 'appareil est donc
entièrement disponible . Cet appareil peut Les aérateurs électriques sont destinés à
être choisi. être installés dans les l ocaux humides.
Cependant, leur emplacement dans la
0 Imaginon s cette foi s qu e la salle salle d ' eau , p a r exemple , dépend de
de bains est située au rez-de-chaussée leur classe et de leur indice de protec­
d'un immeuble de 10 étages. Le conduit tion contre les liquide s . L'alimentation
d'évacuation est de 30 m. Les pertes de électrique doit être réalisée en encastré
charge sont de : 30 x 0 , 5 = 15 mm H2 O . avec pénétration directe dans l 'appareil.
Reportez-vous à l a courbe débit/pression
(figure 49) , puis tracez une ligne hori­ Les a érateurs électrique s doivent être
zontale partant de la valeur des pertes placés en partie haute de la pièc e .
de charge . Pour installer un appareil e n évacuation
directe sur une paroi avec doublage ,
Vou s constatez qu ' à l ' i nterse ction de chemisez le conduit avec un tube en
c ette hori z o ntale avec l a c o u rbe de plastique adapté au diamètre de sortie
l ' ap p a reil M e d i a , l ' a érateur n e peut de l'appareil afin de bien diriger le flux

-
3
fournir que 1 05 m /h, ce qui est insuf- (figure 50) .
La pla nification de l ' instal lation électrique

Extracteu rs d a n s les

VM R : ventilation mécanique répartie


VMP : ventilation mécan ique ponctuelle

Possibilités d'installatio n
des extracteurs

En ligne
Condutt isolé
Entrée d'air
�::��ieure
� :�:��:O��tion
� thermique
'O!:,;,
Extracteu r
Extracteur
,__ _ de cheminée
En plafond avec conduit court En traversée de mur Sur ancien conduit

Figure 50 : Règles d'installation d 'un aérateur

Pour un appareil sur conduit long, si la La ventilation mécanique contrôlée (VMC)


base du conduit est située plus bas que On distingue deux types de VMC , comme
l ' appareil (utilisation d'un conduit de illustré à la figure 5 1 : les simples flux
cheminée existant) , vous pouvez placer et les doubles flux. Pour les VMC simple
u n déviateur de flux a fin de ne pas flux, l e principe des entrées d'air reste
créer de déperditions supplémentaires . l e même , c ' e s t- à-dire p a r les p i è c e s
principales .
Les aérateurs électriques s e fixent classi­
quement à l'aide de vis et de chevilles. L'extraction s 'effectue toujours par les
pièces de service mais de façon per­
La ventilation mécanique répartie com­ manente et conjointe . Le système s e
prend des extracteurs , comme la ven­ compose d'un caisson d'aspiration, placé
tilation ponctuelle, et des entrées d' air généralement dans les combles loin des
s i tu é e s dans les p i è c e s s è c he s . Les chambres à coucher, à partir duquel par­
extracteurs sont répartis dans la salle tent des gaines d'aspiration, de différents
de bains , les WC et la cuisine . Ils sont diamètres, vers les pièces de service.
généralement installés en traversée de
paroi (mur ou fenêtre) et fonctionnent en Une gaine d'extraction relie le caisson
permanence, à la différence des extrac­ à une sortie sur le toit . Ces appareils
teurs ponctuels . Certains extracteurs sont possèdent un commutateur de puissance
hygroréglables : ils adaptent le débit d'air que l'on place habituellement au niveau du
extrait en fonction du taux d'humidité tableau de protection. Il permet d'obtenir
relative de l' air. Cette solution convient tempora irement un débit d ' a spiration
uniquement pour la rénovation. plus important . Les VMC s imple flux
l!iiti•t·ld?t)·§Wi4§i;aa
Les SY,Stèmes de VMC

VMC simple flux

0 Caisson d 'aspiration
f) Sortie de toiture
Q Entrées d 'air (partie haute des menuiseries)
0 Bouches d 'aspiration sanitaires 0 80 m m
0 Bouche d'aspiration cuisine 0 1 25 m m

V M C double flux

0 G roupe d'insufflation/extraction
f) Sortie de toiture
Q Prise d 'air de façade
0 Échangeur thermique
0
Le groupe d 'insufflation/extraction et l 'échangeur thermique
Bouches d'insufflation peuvent être réunis dans le même appareil.
0 Bouches d 'extraction La prise d 'air e n façade peut être remplacée par u n puits canadien.

-
Figure 5 1 : Les différents types de VMC
La pla nification de l 'instal lation électrique

peuvent être autoréglables : leur débit présente aussi l'avantage de préserver


d'air est constant quelles que soient les l 'air frais des habitations en été et d'of­
conditions intérieures ou extérieures . frir un confort accru pour les personnes
Elles p e uvent également être hygro­ allergiques aux pollens ou autres parti­
réglables , ce qui leur permet d'augmenter cules, grâce à la filtration . L'isolation aux
automatiquement leur débit pendant les bruits extérieurs est également meilleure
pointes d'humidité . puisqu 'il n'y a pas d'entrée d'air dans les
menuiseries des pièces sèches. Naturelle­
Pour un fonctionnement correct, il est ment, cette solution est encore meilleure
nécessaire que les entrées d'air soient pour le respect de la RT.
sensiblement égales au débit d'extraction.
Pour respecter la réglementation ther­ Sur le même principe que la VMC simple
mique (RT) , il est préférable de choisir flux, la VMC gaz (figure 52) est conçue
une VMC hygroréglable certifiée CSTBat. pour évacuer les produits de combustion
Certaines VMC sont prévues pour adapter d'une chaudière ou d'un chauffe-eau à
sur leur sortie cuisine une hotte aspirante gaz . L'installation et l 'entretien de ce type
sans moteur et munie uniquement d'un de matériel nécessite l'intervention d'un
filtre graisse. Un interrupteur sur la hotte spécialiste .
permet de commander les vitesses du
caisson de VMC . I l existe également des VM C simple
flux compactes (figure 52) spécialement
Les VMC double flux (figure 5 1 ) ont été conçues pour être installée s dans les
conçues pour limiter la perte de chaleur appartements à rénover. Leur encom­
entraînée par le renouvellement de l ' air. brement est réduit, ainsi que le niveau
La chaleur de l'air vicié extrait des pièces sonore en fonctionnement. Elles peuvent
humides est récupérée pour réchauffer être installées dans un faux-plafond avec
l ' air neuf et filtré pris à l 'extérieur. Les trappe de visite . L'air est évacué à travers
économies de chauffage sont impor­ une paroi .
tantes puisque 70 à 90 % de l'énergie
calorifique de l'air extrait est récupérée . Afin d'améliorer les performances ther­
La contrepartie est un coût plus élevé et miques des habitations, ce qui devient
une installation plus complexe que celle un enjeu majeur, et pour améliorer le
des VMC simple flux. Leur principe de confort intérieur, une solution efficace
fonctionnement est un système d'insuffla­ consiste à raccorder l 'entrée d'air de la
tion combiné à un système d'extraction. VMC double flux à u n puits canadien.
L'air neuf est aspiré par une prise d'air
extérieure , filtré , puis réchauffé dans Le puits canadien est un conduit d'aé­
un échangeur thermique. Il est ensuite ration souterrain, installé à une pro­
insufflé dans les pièces principales . L'air fondeur adéquate pour disposer d'une
vicié est extrait mécaniquement par des température constante . Grâce à ce sys­
bouches situées dans les pièces de ser­ tème , on améliore les performances de
vice , dirigé dans l'échangeur thermique l'échangeur de la VMC double flux. E n
pour transmettre s a chaleur à l'air neuf, hiver, l 'air froid aspiré à l 'extérieur s e
puis évacué par une sortie située sur le réchauffe pendant son parcours souter­
toit. Il est à noter que la VMC double flux rain et arrive tiédi dans l'échangeur. En
Réseau
d'insufflation d'air neuf

Prise d 'air du
puits canadien Gaines
plates

Autres systèmes
VMC pour rénovation en appartement Hotte aspirante pour VMC
0 Caisson d 'aspiration
f) Piquage cuisine
E) Hotte spéciale sans
e moteur avec filtres et
commande de la
deuxième vitesse du
caisson d 'aspiration

Salle de bains VMC gaz


0 Caisson d 'aspiration spécial
autoréglable pour gaz
f) Chaudière
0 Caisson d 'aspiration E) Sortie d 'air en façade
E) Pot à suie avec purge
f) Bouche d 'aspiration 0 Faux-plafond avec trappe de visite

-
Figure 52 : Autres types de VMC
La pla nification de l 'installation électrique

été , l 'air aspiré est rafraîchi en passant tian centralisé (figure 5 3 ) . Passer l'aspi­
dans le sol . Conj ointement à la prise rateur ne sera plus une corvée , surtout
d ' air extérieure , on prévoit une prise dans les habitations à plusieurs niveaux.
d ' air directe pour la demi-saison afin de Les systèmes d'aspiration centralisée se
ménager l'échangeur. composent d 'une centrale installée hors
des zones de vie (garage , cellier . . . ), d'un
réseau de conduits en PVC dissimulés
L'aspiration centralisée dans le sous-sol, les placards ou les
cloisons , et de prises d' aspiration judic­
P ou r une constru ction neuve ou e n ieus ement disposées pour permettre de
c a s d e rénovation lourde , vous pouvez couvrir toute la surface habitable avec
p révoir d'installer un système d'aspira- le flexible .

Pour une meilleure i ntégratio n , 0 Centrale d 'aspiration


l e s bouches d 'aspi ration
sont souvent d isponibles
8 Tuyaux en PVC
dans les mêmes séries E) Prises d 'aspi ration
que l'appareillage
électrique.

Figure 53 : L'aspiration centralisée


l!ii3ilt·ld9ti·tJdt4§iU#ltl
Aucun rejet de poussières n'a lieu dans L'éclairage extérieur
les pièces et l 'aspiration est plus efficace ,
puisque la puissance de la centrale est L'éclairage extérieur de l 'habitation est
nettement supérieure à celle d'un aspi­ très important. Il contribue au confort
rateur classique . Il n'y a plus de prob­ et à la sécurité . La norme impose au
lème de bruit : vous p ouvez aspirer les minimum un p oint d'éclairage à chaque
pièces à tout moment. La mise en marche entrée principale ou de service . Un jar­
s'effectue automatiquement lorsque l'em­ din (ou une allée) éclairé est toujours
bout du flexible est introduit dans une dissuasif pour les éventuels visiteurs mal
prise ou manuellement par le biais d'une intentionnés. Le choix d'un éclairage se
commande du flexible . fait en fonction de l 'espace dont vous
Les flexibles sont généralement proposés disposez . Si l'entrée se trouve à proximité
dans des longueurs importantes (jusqu 'à de la rue , un éclairage situé au-dessus
8 m) pour un rayon d'action optimal . Il de la porte ou du garage suffira . Une
existe des p rises d 'aspiration assorties terrasse mérite un système d'éclairage
aux prises électriques pour une intégra­ adapté pour en profiter tard l'été, de
tion parfaite dans le décor. même qu 'une prise de courant pour y

L0

Figure 54 : l 'éclairage extérieur


La pla nification de l ' installation électrique

brancher un gril électrique , par exemple . électrique ou la table de cuisson, le


Si vous disposez d'une allée de plusieurs four, le lave-linge , le sèche-linge ou le
mètres , vous pouvez la baliser à l 'aide lave-vai s selle . Le four à micro-ondes
de bornes dont le flux lumineux sera de et le réfrigérateur ne sont pas de gros
préférence dirigé vers le bas . Dans un consommateurs . Vous devez prévoir une
espace arboré ou recouvert de pelouse , alimentation pour un appareil de cuisson
vous avez le choix entre des b o rnes , électrique , même si vous optez pour la
des candélabres ou des s pots halogènes cuisson au gaz .
dirigés s o u s le feu i l l a g e des a rb r e s
(figure 54) . L e s éclairages à détection
automatique offrent une grande sou­ Le chauffage électrique
plesse d'utilisation à l 'extérieur et un fort
potentiel dissuasif, aussi n 'hésitez pas à Le chauffage é l e c trique p r é sente de
les utiliser. nombreux avantages : il est propre et se
met en fonctionnement rapidement ; les
Des règles spéciales doivent être res­ appareils sont peu coûteux, ils présentent
pectées pour l ' a cc e s s i b ilité aux per­ un choix esthétique qui leur permet de
sonnes handicapées . Elles concernent s'intégrer à tous les intérieurs et ils ne
notamment la signalisation lumineuse nécessitent pas de tuyaux disgracieux .
des boutons de commande et un seuil On peut également les rendre totalement
d'éclairement minimal sur les zones de invisibles en les dissimulant dans le sol
parcours . Le détail de ces mesures est ou le plafond. Cependant, si l'on ne res­
expo s é dans l a partie consacrée aux pecte pas quelques règles , le chauffage
installations extérieure s . électrique revient cher en consommation .
Il n'est envisageable que dans le cadre
d'un logement parfaitement isolé.
Les besoins en puissance
La première règle à respecter est donc
Nous allons à présent passer en revue les d'avoir une habitation thermiquement
appareils gros consommateurs d'électri­ performante. Dans la mesure du possi­
cité . Ils sont déterminants dans le choix ble, adoptez une ventilation mécanique
d'un abonnement adapté . contrôlée double flux qui permettra une
meilleure répartition de la chaleur et une
aération plus saine . Les réglementations
Les gros appareils ménagers thermiques sont de plus en plus strictes
afin de réduire la consommation d'éner­
Ce sont les plus gros consommateurs gie de chauffage. D ans l'idéa l , atteindre
d'électricité . Vou s devez prévoir ceux le niveau de la maison passive permet
dont vous comptez vous équiper. La de s'affranchir d'un système de chauffage
norme veut que chaque gros appareil conventionnel .
soit alimenté par une ligne indépen­
dante , avec des règles spécifiques pour La seconde règle est de prévoir une
la plaque de cuisson et le lave-linge . régulation adaptée au type de chauffage
Les p l u s gros c o n s o m mateurs s o n t , et au confort recherché . La plupart des
p a r o rdre décroissant : l a c u i s i n ière appareils disposent de thermostats inté-
i!J·Miit·ld#i·tJtit#§d®tl
La s:,rogrammatlo n d u chauffage électri(lue - Appareil de chauffage : convecteur ou panneau rayonnant.
Exemple de programmateur 3 zones

WC Salle de bains
Chambre 1
Zone 2
C u isine

Zone 1

Salon

Deltla

La transmission des ordres de Fil i lote zone 1


programmation peut se fai re Fil pilote zone 2
Fil pilote zone 3
par fil pilote, ondes radio ou
cou rant porteur.

Ordre transmis par le programmateur L'apparei l de chauffage fonctionne selon Température de la pièce
_,.,_
,,, Confort Le réglage de température confort sur le thermostat 1 9 °C

> Économique Le réglage de température économique sur le thermostat 1 6 °C

IÛl Absence Le réglage de température hors-gel sur l 'appareil 7 ou 8 °C

C) Arrêt Arrêt du chauffage Pas de chauffage

Température ( ° C) Température ( ° C)

7 9 12 14 18 23 7 9 12 14 18 23
Heures Heures
Exemple de programmation de la zone 1 (zone jour) pou r les Exemple de programmation de la zone 1 (zone jour) pour le
jours de la semaine. week-end.

Température ( 0 C) Température ( ° C)

19 19

1 6 ,----...; 16
1 1
7 12 14 18 23 9 12 14 18 23
Heures Heu res
9 7

Exemple de programmation de la zone 2 (zone confort) pou r les Exemple de programmation de la zone 2 (zone confort) pour le
jours de la semaine. week-end .

Température ( ° C) Température ( ° C)

19 19

16 16
7 9 12 14 18 23 7 9 12 14 18 23
Heures Heures
Exemple de programmation de la zone 3 (zone n uit) pou r les Exemple de programmation de la zone 3 (zone n u it) pou r le
jours de la semaine. week-end.

Figure 55 : la programmation du chauffage


La pla nification de l ' installation électrique

grés plus ou moins élaboré s , permettant réduits , ou une chambre de bébé néces­
d'obtenir une régulation indépendante sitant une température de confort toute
sur chaque appareil. la journée. On peut également laisser la
salle de bains hors zone : le chauffage
Il existe aussi des programmateurs qui reste programmé par le thermostat de
p ermettent de piloter l ' ensemble du l'appareil.
chauffage ainsi que des gestionnaires
d 'énergie qui prennent en compte diffé­ Prenons un exemple (figure 5 5) : vous
rents facteurs de consommation. Les plus travaillez du lundi au vendredi de neuf
s imples sont des a ppareils munis d'une heures à dix-sept heures. Vou s rentrez
horloge m é c a n i q u e o u é l e ctro n i q u e déjeuner le midi. Le week-end, le loge­
couplée à d e s thermostats (thermostat ment est o c cupé en permanence . La
p rogrammable) . Ils sont adaptés aux programmation de la zone jour permet
petites installations . La meilleure solu­ de sélectionner une température éco­
tion reste le programmateur. Il permet, nomique d'environ 16 °C pendant les
en fonction des heures d'occupation du absences et une température de confort
logement, de baisser ou d 'élever auto­ de 19 °C pendant les heures de présence.
matiquement la température selon un D e même , dans la zone nuit , l a tempé­
programme adapté à chaque jour de la rature est abaissée le j our et augmentée
semaine . Les ordres de programmation au niveau confort pendant la nuit. Les
sont couramment transmis aux appareils programmateurs sont équipés de touches
de chauffage par l'intermédiaire d'un fil de dérog a t i o n permettant d ' a n n u l e r
spécial appelé pilote . D 'autres systèmes ponctuellement la p rogrammation en
se développent pour la transmission des cours sans modifier les réglages établis .
ordres de programmation comme les
courants porteurs . C ette technologie per­ D ' autres programmateurs sont adaptés
met d'envoyer des données directement à certains convecteurs sur lesquels on
à travers les fils électriques existants ali­ les connecte afin de programmer l'ap­
mentant les appareils . C'est une solution pareil . Ainsi , chaque appareil peut être
intéressante pour rénover un chauffage programmé séparément. D ' autres encore
é lectrique existant, en changeant uni­ sont plus élaborés et prennent en compte
quement les appareils et en adoptant ce la température extérieure . Chaque type
type de programmateur. de chauffage dispose désormais d'un
vaste choix de programmateurs . Pour une
Pour une gestion efficace du chauffage , installation neuve , le système à fil pilote
le logement est divisé en plusieurs zones est le plus performant. Il existe un vaste
d e vie qui ne n é c e s s itent pas d ' être choix de programmateurs à une, deux
chauffées aux mêmes heure s . Il y a au trois zones ou plus .
minimum deux zones : jour et nuit. La
zone jour comprend les pièces habituel­ Les procédés de chauffage
lement occupées le j our, comme le salon L'émission de chaleur par l ' électricité
ou la cuisine . La zone nuit regroup e est rendue possible par le passage du
l e s chambres à coucher. U n e troisième courant dans un élément résistant. L'éner­
zone peut être définie pour la salle de gie électrique se transforme en énergie
b ains , dont les horaires d'occupation sont calorifique .
l!i·itilt·•d9t#·t!@t4§4MI

Les éléments d'un convecteur GAll� de-.Séc:UJ'.it=é�� rm


Ib=e==o=s= t -----------4
ta�
diffusion thermique électronique

Principe
Air froid ._ Air chaud

� 70 % de chaleur dégagée

t1
; .., par convection naturelle

,
�r rayonnement
% ., ""''"' ,., ..,
Résistance

Résistance Grille d 'amenée d 'air

Sonde de température •

Figure 56 : Le principe du convecteur

Il existe trois principes de chauffage en Le rayonnement consiste à transmettre la


électricité : la conduction, la c o nvec­ chaleur par des radiations visibles ou invi­
tion et le rayonnement . sibles (le soleil est le meilleur exemple) .
Tous les types de chauffages électriques
La conduction est l a transmi s s i o n de utilisent ces deux procédés .
la chaleur à travers un corps de bonne
conductivité thermique . Ce principe n'est Le convecteur
pas utilisé pour le chauffage des locaux. Le convecteur est l 'appareil de chauffage
Il est réservé à la cuisson des aliments électrique le plus courant. Il est constitué
(plaque chauffante électrique) . d'un caisson métallique renfermant :
• une résistance électrique ;
La conve ction est caractéri s é e par l a • un thermostat de régulation ;
transmission de chaleur grâce au dépla­ • un interrupteur de commande ;
cement d ' u n fluide ( a i r ou l i q u i d e ) • une sécurité de surchauffe .
chauffé p a r u n e résistance électriqu e .
L a convection peut être naturelle (l'air Lorsque le courant électrique traverse
chauffé est s oumis à un dép l a cement la résistance, celle-ci échauffe l ' air et
du bas vers le haut) ou forcée par une la diffusion de chaleur se produit par
ô

-
ventilation (appareil soufflant) . convection naturelle (figure 5 6) .
La pla nification de l 'installation électrique

• les résistances blindées bimétalliques


s o n t c o n s ti t u é e s d ' u n e r é s i s t a n c e
tubulaire e n acier souvent enveloppée
dans un dissipateur en aluminium. Ces
résistances ne sont pas discrètes (bruits
de dilatation) ;

...
• les résistances monométalliques blin­
dée s , dont la p artie chauffante est
directement placée dans un profilé
Résistance en fil n u d'aluminium (aucun bruit de dilatation) .

Les convecteurs possèdent des régu­


lations de plus en plus performantes
Dissipateur en (régulations électroniques) .
alliage d'aluminium Choisissez toujours des appareils admis à
la marque NP-Électricité ou NP-Électricité
Enveloppe en acier
Performance .

Isolant
L'installation d'un convecteur doit respec­

...
ter la norme NP C 1 5- 1 00 : installations
électriques à basse tension, notamment
en cas de pose dans une salle d'eau .
Résistance blindée bimétal Installez les convecteurs (et les panneaux
rayonnants) de préférence sur les parois
(isolées) en contact avec l 'extérieur. Évi­
tez de les placer en opposition, c'est-à­
Dissipateur
enveloppe en
dire face à face (figure 58) ou derrière
alliage d'aluminium une porte , un meuble ou e ncore des
rideaux . Ne placez pas de meubles à
moins de 50 cm de l'appareil .

Résistance Les convecteurs sont des appareils très

...
simples à installer. Dans tous les cas,
respectez les indications de la notice de
Résistance blindée monométal
pose fournie avec l 'appareil.

En règle générale , l ' appareil est muni


Figure 57 : Les types de résistances d'un dosseret o u d 'u n e console que
l'on fixe au mur à l 'aide de vis et de
Il existe trois types de résistances électriques chevil l e s . Les c h e v i l l e s do ivent ê tre
(figure 57) utilisées pour les convecteurs adaptées au type de mur dans lequel
• les résistances en fil nu , qui sont géné­ elles sont posée s . Le dosseret est installé
ralement tissées sur un treillis isolant, de façon que le bas du convecteur soit
procurent une mise en chauffe rapide placé au minimum à 1 5 cm du sol fini.
mais elles sont fragiles ; Le convecteur est ensuite raccordé élec-
h!itlilt·lh#J·ti@t#§Mltl
• une sécurité de surchauffe .
L'élément chauffant émet un rayonne-
ment qui se transforme en chaleur au
c ontact d'un objet (mur, meuble) ou

11
d'une personne. Les objets ainsi chauffés
transmettent leur chaleur à l'air ambiant.
Fenêtre 1 1
1
Cet appareil répartit beaucoup mieux la
En opposition chaleur et ne crée pas de sensation de

1
courant d'air comme le convecteur. De
surcroît, il évite les noircissements dus
aux mouvements de poussière . Contrai­
rement au convecteur, il ne dessèche pas
Emplacements des convecteurs l 'air. Dès la mise en route de l 'appareil ,
- Conseillé
le corps humain absorbe le rayonnement
i _ _ _ _ _ J Admis
; _:::,:: J Déconseillé et éprouve une s ensation de chaleur
Interdit immédiate , avant même que l ' air de la
pièce ne soit réchauffé .

Figure 58 : L 'emplacement des convecteurs


Par contre , à puissance égale, un pan­
neau rayonnant sera de taille plus impor­
tante qu 'un convecteur mais d ' épaisseur
triquement dans sa boîte de connexion, moindre .
située derrière l 'appareil , et installé sur On distingue deux catégories de pan­
son dosseret . neaux rayonnants :
Les convecteurs o ffrent u n choix de
puissances allant de 500 à 2 500 W. Plus • les panneaux rayonnants ouverts dont
l 'appareil est puissant, plus sa taille est l 'émetteur (généralement une plaque
importante . d'acier recouverte d'un circuit imprimé
ou une résistance sur un profilé d'alu­
Ces appareils se déclinent sous différen­ minium) est placé dans une enveloppe
tes formes qui vont du modèle plinthe métallique et protégé par une grille ou
au modèle haut et étroit en passant par une tôle perforée ;
de nombreuses variantes.
Une multitude de couleurs sont propo­ • les panneaux rayonnants fermés qui
sées, outre les coloris classiques beige sont de trois types, à savoir :
et blanc . - les panneaux à circulation de
liquide (comme les radiateurs de
Le panneau rayonnant chauffage central à eau chaude)
Le p a n n e a u rayonnant ( o u r a d i a n t , dont l 'élément chauffant est une
figure 59) e s t constitué d ' u n caisson résistance électrique thermoplon­
métallique renfermant : geante ; Ji
\li
• un élément chauffant ; - les panneaux rayonnants dont
• un thermostat (le plus souvent élec­ l 'élément chauffant (résistances blin­
tronique) ; dées) est placé dans une enveloppe

-
• un interrupteur de commande ; complètement fermée ;
La pla nification de l 'installation électrique

Les éléments d'un panneau rayonnant


Sécu rité Élément Thermostat
Exemple d'appareil rayon nant électronique

.:�:·······❖�:❖··•·\·:❖:.•-..:·�•·-\••=-=
:�:.:..•-·••11•.,• ···­

Principe
Élément rayonnant

Chaleur émise '


par • ' . •\\\•' . : ,❖, :•:•:,• , ,•:, , -�·
rayonnement •
�\\\❖:-::::::•.,
::::::::::::::::::::::::::::::::-':•::::::::::::::::::::::;
' •\\\•:•:•:-�

,,
G rille de :: ::
diffusion
Sonde de température
'

Figure 59 : Le panneau rayonnant

- les panneaux rayonnants en matière de l' appare i l . Ce type d'appareil sera


minérale (marbre , roche de lave) , donc installé de préfére n c e sur une
très esthétiques mais dont la mise en paroi isolée , afin de limiter les pertes à
température est longu e . Ils sont plus l'arrière . Les panneaux rayonnants fer­
chers que les appareils rayonnants més offrent une part rayonnée de 20 %
classiques. et les appareils à surface plane sont plus
performants que ceux à surface striée .
Les fabricants améliorent sans cesse les Les appareils ouverts sont plus o u moins
performances des appareils en étudiant performants en fonction de la surface
de nouvelles formes d ' é l ém ents chauf­ occultée par la grille de protection. Mais ,
fants plus performants ou des appareils en règle générale , l e rayonnement est
à poser dans les angles. nettement perçu à partir de 20 % et il est
nécessaire qu'une partie de la chaleur
Les panneaux rayonnants n 'offrent pas soit dissipée par convection, cela dans un
tous des performances identique s . Le souci d'homogénéité du chauffage .
rayonnement représente entre 20 et 3 5 %
de la puissance ; le reste est dissipé par C omme pour les convecteurs , la pose
convection et par des pertes à l'arrière des panneaux rayonnants doit satisfaire
l!J·13iri·ld?ti·tJkit4§Mit#
Contact électriqu e
aux exigences de la norme NF C 1 5- 1 00 .
Évitez d e placer d e s meubles devant les Molette de ré g lage Bilame
appareils afin de ne pas entraver leur
rayonnement et en aucun cas à moins
de 1 , 2 0 m de l 'appareil .

Les panneaux rayonnants existent pour
des puissances allant de 500 à 2 000 W.
électrique

La régu/,ation des convecteurs et des


La températu re désirée La température est
panneaux rayonnants n'est pas atteinte : le atteinte : le bilame
Comme décrit précédemment, les appa­ bilame est froid, le s'est déformé, il a
contact électrique est ouvert le contact
reils (convecteurs ou p anneaux ray­ fermé, le circuit régulé électrique, le circuit
est sou s tension . régulé est hors
tension.
on-nants) sont équipés de thermostats de
régulation . Si vous disposez d'appareils
qui ne sont pas équipés de thermostats , Figure 60 :
il est impératif qu ' ils soient régulés par Principe du thermostat électromécanique
un thermostat d'ambiance mural placé
dans la même pièce que l 'appareil non
équipé de thermostat. déformer en fonction de la température)
ou à un élément à dilatation de liquide .
Le t h e r m o s t a t p e rmet d e r é g u l e r la Lorsque la pièce est froide, le contact
temp é rature d ' u n e p i è c e en a g i s s ant électrique est fermé : le courant passe ,
directement sur l ' appareil et, ainsi, de l ' appareil chauffe . Quand la tempéra­
sélectionner une température adaptée à ture est atteinte , l e bilame se déforme et
l'occupation de chaque pièce . Vous réa­ coupe le circuit : l 'appareil ne chauffe
liserez ainsi des économies d'énergie . plus. Il se remettra à chauffer lorsque la
température baissera de nouveau .
Exemple : vous pouvez choisir une tem­
pérature de 19 ou 20 °C pour le salon, Le thermostat dispose d'une molette de
20 ou 21 °C pour la salle d'eau et 17 °C réglage qui permet de choisir la tempé­
pour les chambres. rature désirée . Cette molette est généra­
lement graduée avec des chiffres qui ne
Un thermostat est une sorte d'interrupteur correspondent pas à la température mais
sensible à la température . On en dis­ à une échelle de température .
tingue deux types
• les thermostats électromécaniques ; Vous devez étalonner l'appareil en fonc­
• les thermostats électroniques. tion de la pièce et de l a température
désiré e . P our c e l a , faites fonctionner
Le thennostat électromécanique l 'appareil en pleine puissance (thermos­
Le thermostat électromé c anique tat réglé sur le chiffre le plus important) .
(figure 60) est constitué d'un contact P lacez u n thermomètre au centre de la
asservi à un b ilame (un bilame est une pièce à une hauteur de 1 , 2 0 m (portes et
pièce métallique qui a la propriété de se fenêtres fermées) . Lorsque la température

-
La planification de l ' installation électrique

désirée est atteinte sur le thermomètre à 8 ° C . En période froide , si vous vous


( 1 9 °C, par exemple) , baissez le réglage absentez plus de 48 heures, réglez vos
du thermostat du convecteur jusqu 'à ce appareils sur cette position. Ils ne seront
que retentisse le déclic indiquant la cou­ pas en arrêt total mais éviteront tout ris­
pure du circuit. Repérez sur quel numéro que de gel à l 'intérieur de l 'habitation.
est réglée la molette : vous saurez que
ce numéro ( 5 , par exemple) correspond Le thermostat électronique
à 19 °C. Répétez cette opération pour Pour commander l ' élément chauffant,
chaque pièce . le thermostat électronique est constitué
Le thermostat électromécanique assure de composants électroniques avec des
une régulation au degré près , voire au capteurs (sondes de température) et des
demi-degré pour certains appareils . Si circuits de puissance .
vous le réglez sur 19 ° C , il met l ' appareil L'étalonnage est réalisé d e la même
en chauffe lorsque la température baisse manière que pour le thermostat électro­
jusqu'à 1 8 °C et arrête l 'appareil lorsque mécanique, vu plus haut. Vous n'enten­
la température atteint 20 ° C . dez plus de déclic mais , généralement,
Outre des chiffres , la molette d u ther­ un voyant lumineux indique le fonction­
mostat peut comporter, avant la position nement de l'élément chauffant. Le boîtier
arrêt (ou 0) , une graduation repérée par de commande du thermostat électronique
un astérisque (*) ou l ' annotation « hors possède lui aussi une molette de réglage
gel "· Ce réglage correspond à la posi­ graduée comme le thermostat électromé­
tion hors gel , c'est-à-dire qu 'il assure le canique mais il possède , en plus, selon
maintien d'une température d'environ 6 les marques, un clavier ou une deuxième

Exemple de boîtier de commande


Témoin de Sélecteur de fonctions Molette de sélection I ndication de la Molette du thermostat pour
chauffe - arrêt des fonctions consommation selon le réglage de la température
- hors-gel - détection d 'absence
- programmation - détection d 'ouverture

"''"�.,::::.'4
- confort et de fermetu re des
- éco fenêtres

m �r-1 / l,�
C) (0) PROG ;çr- E«:O

C Thermor

Figure 6 1 : Exemple de thermostat électronique


h!i·i3iit·IU9ti·@t4t4§Mitl
molette comportant trois ou quatre posi­
Régulation électromécanique
tions (fi ure 6 1 ) . Cette deuxième corn-
mande vous donne le choix entre quatre
possibilités de réglage
• confort : température (de confort) lors
de l'occupation de la pièce ;
Température
• économique : la température de con­ de confort
fort est automatiquement réduite de
4 °C (pour les périodes où la pièce
n 'est pas occupée) ;
• hors gel : pour les périodes d'absence _ Appareil de catégorie B
- Appareil de catégorie A

-�-----�--�---
prolongée
• programme : utilisable seulement si les oc
appareils de chauffage sont raccordés 20 Amplitude 2 °C

à une programmation centralisée .


Amplitude 1 °C
1 9 ,.____.,.__....._.___,.,___..,__._--1-+-Températu re
L'utilité de cette deuxième commande est de consigne
1 8, 5 ,.___�----�---�-
de permettre un choix de températures
18
sans toucher au thermostat.
Un autre avantage du thermostat électro­ 1 0 à 20 mn
Temps e ntre mise en
nique est d ' assurer une régulation au route et arrêt de l 'appareil
dixième de degré près . La température
Rég ulation électronique
est beaucoup plus constante et homo­
gène et le confort s'en trouve amélioré .

La figure 62 présente des comparaisons
entre régulations par thermostats électro­
mécaniques et électroniques. Température
de confort
Dans la plupart des cas, pour satisfaire
aux solutions techniques, adoptez des
appareils de chauffage équipés de ther­
mostats électronique s .
Si vous disposez d e plusieurs appareils
dans la même pièce (avec thermostat oc
électromécanique ou électronique) , vous 20

devez les régler sur la même position 1 9,5 ,_______________


a fi n d ' éviter qu ' u n s e u l a p p a r e i l ne 19 Am l itude 0 1 °C Température
de consigne
fonctionne . 1 8, 5 1---'------------

18
Les appareils à chaleur douce ' '
40 secondes
La chaleur douce (figure 63) est l 'asso­
ciation d e deux s o u r c e s d e c h a l e u r
indépendantes e t complémentaires dans Figure 62 :
un même appareil piloté par une puce. Comparaison des performances des
La première source est le rayonnement thermostats

-
toujours prioritaire et rapidement percep-
La planification de l' i nstallation électrique

Les éléments d'un appareil


Les apl)areils à chaleur douce Thermostat Boîtier de
à chaleur douce Sécu rité électronique commande
thermique

Exemple d'appareil
-
Façade /
rayonnante
Figure 63 :
Les appareils à chaleur douce rayonnant
Second élément chauffant
noyé dans un bloc de fonte température

Les éléments
Les as:1 arells à inertie Sécurité Thermostat Boîtier de
d'un appareil à i nertie
thermique électronique commande

r::igure 64 : Les
appareils à
inertie

Exemple d'appareil Élément chauffant


noyé dans un bloc de fonte
l!i18iit·lh#i·tJ@t#§d®tl
tible . Elle assure l'essentiel des besoins . Les appareils soufflants
La seconde source est le supplément de Les app areils s o u fflants fonctionnent
chaleur qui s'additionne au rayonnement sur le principe de la convection forcée
de la façade . Elle est assurée p a r un (figure 65). L'air est aspiré par un système
corps de chauffe en fonte à haute inertie de ventilation et propulsé à travers une
ou une résistance supplémentaire basse résistance électrique.
température .
Ce système n'est pas très agréable e n
Les appareils à inertie termes de confort, c a r il provoque d e
On dit qu ' u n radiateur est à i n e rtie nombreux courants d'air et brasse énor­
quand son corps de chauffe p ermet de mément les poussières.
restituer de la chaleur même après arrêt
de l'alimentation électrique (figure 64) . L'appareil d'appoint
Généralement, le procédé utilisé est la Les appareils soufflants sont utilisés le
fonte active® . La résistance est moulée plus souvent comme appareils d'appoint
directement dans un bloc de fonte . Ce (appareils mobiles) qui permettent, par
matériau est excellent pour conserver exemple, un petit réchauffage avant la
la chaleur grâce à s o n fort p o uvoir mise en route du chauffage central. Mais
d'inertie thermique. Quand le convec­ comme leur nom l 'indique, ces appareils
teur est alimenté , la fonte du corps de ne sont pas prévus pour fonctionner en
chauffe monte en température . La pièce permanence tant au niveau de la sécu­
est réchauffée par rayonnement et par rité que des performances. Ne prévoyez
conve ction. Lorsque l ' a limentaion se j amais un chauffag e principal assuré
coupe, la fonte continue de restituer de uniquement par ce type d'appareil : vous
la chaleur. Le confort est similaire à celui risquez d 'obtenir un confort tout à fait
des appareils à circulation de liquide sans relatif et une consommation électrique
les inconvénients dus aux bruits ou aux importante . Ont été lancés sur le marché ,
risques de fuites . voici quelques années, des chauffages

L'air ambiant est aspiré par l a turbine Exemple

I
d'appareil
d'appoint
soufflant



Turbine Résistance L'air réchauffé
© Rowenta
(ou hélice) est soufflé

Figure 65 : Le principe de la convection forcée


La planification de l ' installation électrique

Le rideau d'air Exemple d'appareil

C> Thermor x 2
1
Le principe

Entrée

Extérieur Intérieur

Air froid

� Air ambiant

- Soufflerie d'air chaud


Exemple d'instal lation

Figure 66 : Le principe du rideau d'air

soufflants à éléments céramiques pré­ fonctionner e n permanence . I l s sont


tendument très prometteurs ( taille très généralement équipés d'une minuterie
réduite , gros volume chauffé pour une qui permet de limiter leur usage à l 'occu­
faible consommation) , mais qui doivent pation de la salle de b ains . Attention :
finalement être considérés comme des ces appareils sont spécifiques à un usage
a p p a r e i l s d ' a p p o i n t . Att e n t i o n : u n en locaux humides et sont conçus selon
appareil d' appoint mobile utilisé dans des normes de sécurité très strictes , mais
une salle d'eau doit respecter certaines leur installation ne doit pas être réalisée
norme s . D ans tous les cas , n'utilisez n'importe où ni n'importe comment.
que des appareils admis à la norme NF­
Électricité . Le rideau d'air
Le rideau d'air n'est pas un appareil uti­
Les soufflants de salle de bains lisé chez le particulier. On le rencontre
Tous les fabricants d 'appareils de chauf­ à l'entrée des grands magasins où, dès
fage proposent des appareils soufflants que l'on pousse la porte d'entré e , on
fixes pour la salle de bains . Ces appareils sent une forte soufflerie d'air chaud en
permettent une mise en chauffe rapide provenance du plafond : c'est le rideau
du local mais ne sont pas destinés à d'air. Ces appareils , de forte puissance ,
i!J·i#ilt·•d?tJ·?lbt#§dMti
L'aérotherme
--� ;;:" _,_...,..,,,.,..,... _ N

Exemple d 'aérotherme mobile

Exemple d 'aérotherme mobile


utilisé pou r le chauffage ou
l'assèchement sur un chantier

Figure 67 : L 'aérotherme

créent une sorte de rideau d'air chaud sur le marché des appareils utilisant tous
qui empêche la pénétration de l ' air froid les modes de chauffage vus précédem­
dans le local (figure 66) . ment (convection, rayonnement, convec­
tion forcée) , ou qui les combinent afin
L'aérotherme de rendre les appareils plus performants .
L'aérotherme (figure 67) n'est pas non La fonction de séchage des serviettes
plus un app areil utilisé c h e z le par­ est généralement commandée par une
ticulier. Nous ne l e citons que pour minuterie. Le choix de formes , de cou­
information. C'est u n appareil de taille leurs et de performances vous permettra
importante et gros consommateur d'élec­ certainement de trouver l'appareil adapté
tricité , généralement alimenté en tri­ à vos besoins .
phasé (400 volts) , destiné au chauffage
de locaux industriels tels les e ntrepôts Les sèche-serviettes rayonnants
et usine s . Il fonctionne lui aussi sur Les s èche-serviettes rayonnants à cir­
le princ ipe de la convection forc é e . culation de liquide sont les modèles les
plus répandu s . La variété de formes et
Les sèche-serviettes de couleurs vous permettra assurément
Le sèche-serviettes est un appareil de de trouver le modèle a dapté à la salle
chauffage très à la mode aujourd'hui. Il de bains (figure 68) . Ces appareils sont
allie deux fonctions : le chauffage de la constitués d'une structure de tubes creux,
salle de bains et le séchage des serviettes comme les radiateurs de chauffage cen­

-
et des peignoirs . On trouve actuellement tral, dans laquelle est placé un liquide
La planification de l ' installation électrique

Les sèche-serviettes
T Apparei ls à circulation de fluide T Radiant sans fluide

© Noirot
Chauffage par rayonnement C hauffage pa,r rayonnement et soufflerie Chauffage par rayonnement

T Convecteur et soufflant T Radiants et soufflants

Barres pour
serviettes

1
�..IU'\+..-
Rayonnement

Barres pour
© Noirot

serviettes

• 1
© Noirot

Soufflerie +
Figure 68 : Les sèche-serviettes
l!J·i4ilt·ld9ii·@tit#§d®tl
caloporteur (qui véhicule l a chaleur) . • chauffage par soufflerie, par le bas, pour
Une résistance électrique, plongée dans une mise en température rapide ;
le liquide , est p ilotée par une régula­ • c h a u ffa g e p a r s o u ffl e r i e p o u r l e
tion. Certains modèles proposent une séchage des serviettes .
fonction spécifique sèche-serviettes avec
minuterie . L e convecteur/soufflant est équipé d e
On rencontre aussi des appareils rayon­ deux barres sèche-serviettes.
nants fermés et des rayonnants ouverts D 'autres fabricants proposent des appa­
semblables aux appareils classiques mais reils du même type qui combinent quatre
munis de barres sèche-serviettes et d'une fonctions :
régulation spécifique . • chauffage par convection ;
• c h a u ffa g e p a r s o u ffl e r i e p o u r l e
Les sèche-serviettes mixtes séchage des serviettes ;
Les fabricants rivalisent d 'ingéniosité • combinaison des deux précédents ;
pour proposer des appareils aux utili­ • soufflerie de l ' a ir ambiant pour l e
sations multipl e s qui comb inent plu­ séchage des serviettes en été .
sieurs modes de chauffage . Certains de
ces appareils disposent, par exemple , L a fo n c t i o n s o u ffl e ri e s ' e ffe ctue d e
de souffleries d ' air ambiant p o u r l e manière j udicieuse p a r l e s barres sèche­
séchage des serviettes e n période estivale serviettes .
sans être obligé de mettre en service le
module de chauffage . Nous ne présente­ L e s rayonnants/soufflants : i l existe éga­
rons ici que quelques modèles, le choix lement des appareils qui permettent des
étant très vaste . combinaisons de chauffage par rayon­
Convecteurs/soufflants : les fabricants pro­ nement et soufflerie . Leur esthétique est
posent un appareil à fixation murale à hau­ similaire aux appareils à circulation de
teur d'homme qui combine trois fonctions : liquide . Ces appareils proposent généra­
• chauffage d'ambiance par convection lement cinq combinaisons :
pour le chauffage permanent de la • venti l a t i o n de l ' a i r a m b i a n t ( p o u r
salle d'eau ; période estivale) ;

Exemple d'appareil pour salle de bains

Réflecteur métallique

Tube quartz avec


G rille de protection
élément chauffant

Tirette de
I
commande

-
Figure 69 : Le principe du chauffage par infrarouge
La planification de l' installation électrique

• rayonnement ; où ils permettent le chauffage d'une zone


• rayonnement et ventilation ambiante définie, un poste de travail, par exemple .
• ventilation chaude
• rayonnement et ventilation chaude . Les appareils à accumulation
Les appareils à a ccumulation étaient
L 'infrarouge très en vogue jusqu 'à la fin des années
Les appareils à rayons infrarouges étaient soixante-dix mais ils ont souffert d'une
très utilisés pour le chauffage des salles mauvaise image de marque : peu esthé­
de bains mais ils semblent aujourd 'hui tiques, encombrants et chers à l'achat.
p a s s é s de mo d e . C e s a p p areils s ont Leur principe de fonctionnement est
c onstitu é s (figure 69) d ' u n tu b e en d ' a c c u m u l e r la c h a l e u r p e ndant l e s
quartz renfermant une résistance por­ heures creuses (tarif d e nuit) quand l e
tée au rouge qui émet le rayonnement. prix d u courant est moins cher ( - 4 0 %) ,
Derrière ce tube est placé un réflecteur et de restituer l'énergie accumulée pen­
qui permet de diriger le flux du rayon­ dant la journée.
nement. Ce type d'appareil permet une
mise en chauffe très rapide , de l ' ordre Ce type d' appareil (figure 70) est com­
de quelques s e c ondes . L ' a p p a r e i l se posé de résistances électriques insérées
place touj ours en hauteur. Ses princi­ dans un matériau réfractaire (générale­
paux défauts sont l' aspect inesthétique ment de la magnésite ou de la féolite) .
et l' émission de chaleur assez intens e , L ' e n s e m b l e e s t e nv e l o p p é d a n s u n
voire désagréable . matériau isolant e t placé dans une enve­
loppe extérieure en tôle recouverte d'un
Ce type d'appareil est aussi utilisé dans revêtement résistant à la chaleur (résine
les locaux industriels difficiles à chauffer époxy, émail) .

0 Briq ues réfractaires en féolite


Exemple d'appareil f) Résistance blindée en inox
E) R ayonnement par les parois
0 I solation thermiq ue hautes performances
0 G rille de sortie d 'air chaud
Cl) G rille d 'entrée d 'air

Principes de fonctionnement
Dynamique Volet

Tu rbine

Figure 70 : Le principe du chauffage à accumulation


l!i·13iff·•d#J·tJWt4§f#!ltl
Les appareils à accumulation se divisent ancien, mais qui posait des problèmes de
en trois catégories selon leur mode de fissuration du plâtre à ses débuts . Il se
restitution de la chaleur : présente sous la forme de cassettes adap­
• les appareils statiques : la restitution se tables aux divers types de faux-plafonds ,
fait par convection naturelle ; on agit sous forme de films déroulables ou de
sur le débit en jouant sur l'ouverture modules composés d'un film chauffant
de volets ; déjà collé sur un isolant. Il procure un
• les appareils dynamiques (90 % du chauffage basse température uniforme et
marché) : l a restitution se fa it p a r confortable. La consommation d'énergie
convection forcée à l'aide d'une turbine est modéré e . La régu lation peut être
de ventilation ; finement effectuée pièce par pièce grâce
• les appareils statiques compensés : ils à un thermostat électronique . Les PRP
combinent un accumulateur statique et ne prennent pas de place dans la zone
un convecteur d'appoint en vue d'une habitable et restent propres. Malheureu­
relance de chauffe en heures pleines sement , leur installation et leur régu­
en cas de décharge de l ' appareil . lation ne sont pas à la portée de tous,
aussi il ne faut pas hésiter à faire appel
Pour les appareils dynamiques, l a res­ à un professionnel si vous envisagez
titution est régulée par un thermostat ce type d'équipement. De plus, ils ne
d'ambiance intégré ou externe . peuvent pas être installés n 'importe où,
Les principaux fabricants propos e nt des car ils nécessitent un faux-plafond et des
appareils à l'esthétique améliorée et de plaques de plâtre spécialement prévues
taille réduite par rapport aux anciens pour cet usage . Ce type de chauffage est
modèles . Le défaut majeur qui p ouvait particulièrement recommandé pour les
persister était le manque de souplesse pièces hautes de plafond, les lofts , les
d'utilisation de tels appareils . On réglait mezzanines, etc .
l'amplitude de l 'accumulation sans savoir
si elle serait suffisante ou non selon les Les planchers rayonnants
variations de la température extérieure . électriques (PRE)
Les fabricants , e n l i a i s o n ave c E D F, Ce type de chauffage ne peut être envi­
s ' intéressent d e nouveau à l ' a ccumu­ sagé que si vous réalisez une chape (ou
lation et tentent de la remettre au goût du rénovez le revêtement de sol) . Ce p rin­
jour. Le nouveau principe qui se d égage cipe n'a plus rien à voir avec les anciens
est de combiner des appareils à accumu­ systèmes par le sol à température élevée
lation pour la zone jour (salon, entrée) et qui étaient néfastes pour la santé . Les
des convecteurs ou panneaux rayonnants procédés actuels sont basse température
pour la zone nuit, l ' installati o n étant (28 °C au maximum au niveau du sol) .
gérée par une régulation spécifiqu e .
Trois versions du système sont possibles.
Les plafonds rayonnants plâtre (PRP) La première est le plancher rayonnant
Les PRP (figure 7 1 ) utilisent l e même à accumulation . Il nécessite une dalle
principe de fonctionnement que les pan­ d'une certaine é p a isseur et sera plus
neaux rayonnants . Ils chauffent les objets particulièrement adapté à une maison
qui, à leur tour, chauffent l ' air. C ' est individuelle ou à un appartement en
un procédé de chauffage relativement rez-de-chaussée .
La planification de l' installation électrique

I l s e c o m p o s e d ' u n câble c h a u ffant tion d' avoir un abonnement spécifique) .


noyé dans le béton . Il fonctionne sur le Le jour, la chaleur accumulée se dégage
principe de l'accumulation et chauffe la du sol . On utilise le plancher chauffant
dalle de béton pendant la nuit (obliga- comme base de chauffage, le complé-

Les onnantes Exemple de film

Le plafond rayonnant plâtre (PRP)

Film chauffant
sur panneau
d'isolant ou
indépendant

Suspente
iaisons Cordon
aides d'alimentation
Profilé

Cornière

Panneaux neutres

Plaque de plâtre
spéciale PRP

@ Placo
Revêtement mural
Le plancher rayonnant électrique (PRE)

Un thermostat spécial est


installé dans chaque pièce
équipée d'un P R E ou d'un
PRP pou r régler la température.

Chape en béton avec


armature

Câble chauffant

Treillis support du câble chauffant

Cavalier de fixation du treillis

Ravoirage
éventuel
Isolant thermique Figure 7 1 :
Isolant acoustique éventuel Les parois rayonnantes
Plancher support
l!J·i3i•t·ld9t1·16t4§Mltil
ment étant assuré par des convecteurs . pilote situé dans chaque pièce et relié
________.__,_,e s._ derniers n'ont plus u'à réchauffer le de référence à une rogrammation cen­
local de quelques degrés pour atteindre tralisée . Dans ce cas également, le calcul
la température de confort. Leur puissance de la puissance nécessaire et la mise en
installée est donc inférieure à celle d'un œuvre du système seront de préférence
chauffage uniquement par convecteurs . confiés à un professionnel .

Le plancher chauffant est généralement La dernière version e s t un câble fin


p iloté par une régulation très précise chauffant fixé sur une trame qui se pose
qui tient compte d e l a t e m p é rature dans un ragréage ou dans l'épaisseur
extérieure et permet ainsi de module r de la colle à carrelage, sur une dalle ou
l ' accumu l a t i o n . D ' a utres m o d è l e s d e une chape existante . Il est dénommé :
régul ation p e rmettent d ' o b t e n i r u n e sol tempéré électrique (STE) . Le sol doit
remise e n chauffe diurne d e l a dalle si l a être de préférence isol é . Ce système con­
température vient à chuter brutalement . vient dans la rénovation pour un apport
La mise en œuvre de ce type d e chauf­ de c onfort, par exemple dans la salle
fage, bien que paraissant relativement de bains , mais pas comme système de
s impl e , sera de préférence c onfiée à chauffage principal.
u n professionnel . En effet, le calcul des
p uissances à installer est assez ardu . La
réalisation doit être parfaite pour obtenir La production d'eau chaude
un résultat satisfaisant. Tout est à prendre
en compte : étude thermique du local , La production d'eau chaude peut être
nature du béton, mise en place du câble, assurée par un chauffe-eau électrique
surveillance et test de celui-ci p endant à accumulation. C'est un gros réservoir
le coulage de la chape, installation et isolé thermiquement, muni d'une résis­
réglages de la régulation . tance et d'un thermostat (figure 72) . Il ne
nécessite pas d'entretien particulier si ce
Une autre version de ce type d e chauf­ n'est un détartrage de temps en temps.
fa ge connaît a c t u e l l ement u n grand Il e s t propre , silencieux et offre une
développement : le chauffage direct par température constante . Pour des volumes
le sol ou plancher électrique rayonnant importants, il peut fonctionner en perma­
(PRE) . L'élément chauffant est un câble nence ou, si les besoins en eau chaude
noyé dans une chape flottante de béton sont moindres, il peut fonctionner auto­
de faible épaisseur (trois à cinq cen­ matiquement sur le tarif de nuit (avec
timètres) . Cette chape est coulée sur un possibilité de relance manuelle le jour) .
isolant très performant posé sur la dalle . Cette dernière solution permet d e pro­
duire de l'eau chaude au meilleur prix .
L' inertie (temps de réponse lors de la Il faut prévoir l 'installation d u chauffe­
mise en marche) de ce système est très eau électrique le plus près possible du
faible et permet donc une utilisation sans principal point de demande d'eau chaude
complément de convecteurs . La chaleur (douche , baignoire) . Il est déconseillé
est émise sous forme de rayonnement. de dépasser 8 m de canalisations . Si les
La température est régulée par u n ther­ divers points d'eau sont très éloignés les
mostat d'ambiance électronique avec fil uns des autres , rien ne vous empêche
La planification de l' i nstallation électrique

Les chauffe-eau Résistance stéatite


Le chauffe-eau électrique à accu m u l ation 0 Alimentation électrique
Le princip e === f) Thermostat
==---
Q Résistance en stéatite
:,:'.,,,,,

0 Platine avec joint


Q Sondes d u thermostat
G Doigt de gant du thermostat

Résistance blindée
0 Alimentation électrique
8 Thermostat
E) Platine d e fixation
0 Joint d 'étanchéité
Q Doigt de gant du thermostat
G Anode
0 Enveloppe extérieure Q Résistance électrique 0 Résistance blindée
8 Isolant thermique G Thermostat
Q Arrivée d 'eau froide f) Anode anticorrosion
0 Départ eau chaude sanitaire Q Zone d'échange thermique
Le chauffe-eau thermodyna m ique Exemple d'apparei l
Le pri ncipe D'après Chaffoteaux
D'après Steibel Eltron

Compresseur

Évaporateu Ventilateur

Détendeur Départ
.... eau chaude
Col lecteur Appoint
�����tl_____
"' électrique
Anode
anticorrosion

Ballon de
Condenseur stockage
froide
Ballon de stockage ••..--- Échangeur
solaire
L'air aspiré transmet ses calories au fluide frigorigène dans
éventuel
l'évaporateur. Le compresseur comprime le fluide et augmente
(selon les
ainsi sa température. En passant dans le condenseur, le fluide
modèles et
chaud transmet ses calories à l'eau d u ballon.
En passant dans le détendeur, le fluide est refroidi et le cycle
recommence.

Figure 72 : Les chauffe-eau


liii#ilt·lti1ti·tlkit4§tt®ti

Chauffe-eau + [ci +� + [&+ �


Chauffe-eau en
fonctionnement 1 5 - 30 1 30 - 75 1 75 1 1 00 - 1 50 1 1 50 - 250 1
permanent

Chauffe-eau
fonctionnant Déconseillé Déconseillé 1 00 1 1 50 - 200 1 200 - 300 1
en heures creuses

... - - -.
l91 e1 • •• � �

Type de
• • • 1 . . .. 1 1"; 1 ■ - -,- , - • f l l l � ICi' h

Type de logement
- - - - - (@
1 1 1 1 1 ■ ■- r;:w f;h � L.... ProMOTeLec
1
Certification
chauffe-eau des
Chambre 5 pièces appareils
individuelle 2 pièces 3 pièces 4 pièces et plus
ou studio
Vertical 1 00 1 1 50 1 200 1 250 1 300 1

Horizontal 1 00 1 1 50 1 200 1

Thermodynamique 250 1 300 1


ELECTRICITE
- )'erf//rl/ft1HC6

Double puissance 75 1 1 00 1 1 25 1 1 50 1 1 50 ou 200 1


Cat. C

Figure 73 : Le choix de la capacité d'un chauffe-eau

de prévoir plusieurs chauffe-eau (un d 'appareils et leur capacité en fonction


chauffe-eau de 15 ou 30 1, par exemple, de vos b esoins et du type de logement.
peut être placé sous un évier) . Le défaut
de ce système est peut-être sa taille, car il Il existe des c h a u ffe-eau électriqu e s
faudra lui trouver un emplacement judi­ instantanés qui s ' installent directement
cieux qui permette de le dissimuler, tout au point de puisage , par exemple dans
en laissant le maximum d'accessibilité la douch e . Ils sont pratiques en rénova­
en vue d'une réparation ou d'un rem­ tion, mais présentent l'inconvénient de
placement . L'installation dans le volume consommer énormément d ' énergie et
chauffé de l ' habitation est p référable d'être sensibles à l ' entartrage .
en termes de déperditions thermiques .
Choisissez touj ours des modèles per­ L'électricité peut aussi servir d'énergie
fo rma nts . P r é fé re z , d a n s l a m e s u r e complémentaire dans le cas d'un chauffe­
du possibl e , un modèle vertical à u n eau solaire . Elle permet de délivrer le
m o d è l e horizontal . Il s e ra beaucoup complément nécessaire lorsque les pan­
moins sensible à l'entartrage et délivrera neaux solaires thermiques ne produisent
plus d ' eau chaude en fin de réserve pas suffisamment d 'eau chaude . Cette
(la surface de mélange eau chau de/ solution beaucoup plus chère est néan­
eau froide étant moins importante) . Le moins très intéressante en termes de ren­

-
tableau de la figure 73 présente les types dement, l'énergie s olaire pouvant assurer
La planification de l ' i nstallation électrique

facilement plus de 60 % de la chauffe . thermique sera réalisée au niveau de


I l existe également des chauffe-eau à la toiture , des sols et des murs . Il sera
a c c u m u l a t i o n t h e r m o dyn a m i qu e s . I l également nécessaire de prévoir l'amé­
s ' agit d ' u n chauffe-eau couplé à une lioration des fenêtres et portes (doubles
p etite pompe à chaleur qui puise de vitrages, joints d'isolation) et l'installation
l ' énergie dans l'air ambiant et la trans­ d'un bon système de ventilation, comme
forme en chaleur (aérothermie) . L ' air nous l'avons vu précédemment .
peut être puisé à l'extérieur, dans l' air
ambiant ou extrait d'une VMC . L'appoint L'isolation est un travail qui doit être
est assuré par une résistance électriqu e . réalisé avec soin. Un isolant inadapté
L e s fabricants annoncent des économies ou mal posé, une paroi non traitée affai­
d e l ' ordre de 70 % par rapport à un blissent les performances de l 'ensemble
chauffe-eau à accumulation classique . de l'isolation.
L a pompe à chaleur est généralement L'isolation concerne les murs extérieurs ,
efficace pour une plage de température les combles et le sol mais aussi les parois
allant de - 5 à + 35 °C. Un volume de local (mur, cloison) ou le plancher en contact
minimal est requis pour l'installation de avec une cave, un garage ou u n escalier
ces appareils, sinon il faut prélever l' air desservant ces locaux . En règle géné­
extérieur. Le fonctionnement de la pompe rale, on doit isoler toutes les parois en
à chaleur diminue la température du contact avec l 'extérieur ou des locaux
local. De plus , il est à noter que certains non chauffés. Pour un appartement en
appareils p euvent se révéler bruyants . immeuble collectif, les murs en contact
avec des circulations communes non
chauffées sont aussi p ris en c o mpte .
Isoler pou r rédu i re Tout l ' espace habitable doit constituer
un ensemble isolé, indépendamment des
les dépenses autres locaux . Si on le désire , la cave et
énergétiques le garage peuvent aussi être isolés en
cas d'occupation régulière de ces locaux
Un chauffage électrique efficace et ren­ en période froide (atelier dans le garage
table n'est possible que lorsque certaines par exemple) .
conditions sont remplies : une isolation L'isolation des sols sur terre-plein peut
thermique performante , des puissances poser un problème dans un projet de
installées adaptées aux locaux et un sys­ rénovation . En effet, la seule possibilité
tème de régulation adéquat . d'isolation implique une réfection de ce
sol et la pose d'un isolant sous la chape .
L'isolation thermique est indispensable Les déperditions par le sol représen­
lors de la réalisation d'un chauffage élec­ tent à peu près 15 % des déperditions
trique et pour respecter la réglementation totales de l 'habitation . Il est donc utile
thermique. Elle permet de mieux maîtri­ de comparer le surcoût occasionné par
ser les dépenses de chauffage , d ' amélio­ la réfection du sol par rapport au coût
rer le confort en supprimant les parois des déperditions .
froides et les condensations . L ' isolation On dispose sur le marché d'une large
thermique peut également apporter une gamme de produits adaptés à toutes les
meilleure isolation acoustique. L'isolation situations (figure 74) .
1
0 Isolation de la toitu re par l'extérieur
f) Isolation de combles a ménagés
E) Isolation sous chape
C, Isolation de toiture-terrasse
C, Isolation de m u rs rég u l iers
C, Isolation de m u rs i rrég u l iers
G Isolation de combles perdus
8 Isolation des cloisons
0 Isolation avec contre-cloison
Œ) Isolation par l'extérieur
œ Bardages


-0
a ..,,
�, �·
Cl.. C:
�' �
Cl.. '-1
§� -1:..

o·�
La planification de l' installation électrique

Matéria ux isolants
- Matériaux constructifs
- Matériaux constructifs isolants

Isolation intérieure Isolation extérieure Isolation répartie

Figure 75 : Les types d'isolation

Les matériaux d'isolation se présentent • l'isolation par remplissage d ' ossature .


généralement sous forme : La figure 75 illustre ces différents pro­
• de rouleaux ou de panneaux pour les cédé s . Quelle que soit la p osition du
isolants fibreux ; matériau isolant dans la paroi, la résis­
• de plaques pour le polystyrène et le tance thermique est la même . Cependant,
polyuréthane ; les performances en termes d'inertie
• de flocons ou granulats (laine de roche, thermique seront très différentes selon
vermiculite , verre) ; que l'isolant est placé à l 'intérieur ou
• de matériaux de construction (béton à l' extérieur. Il en est de même pour la
cellu laire , b r i q u e s à a l v é o l e s mul­ problématique des ponts thermiques et
tiples) ; de la condensation.
• de panneaux de doublage constitués
d'une plaque de plâtre cartonnée sur L'isolation intérieure est la solution la
laquelle est collé un isolant (laine plus répandue en France , surtout en
minérale, polystyrène ou autre) . Ce rénovation . Elle est d'un coût raisonnable
type d'isolant est désigné sous l'appel­ et relativement simple à mettre en œuvre
lation 1 0 + épaisseur de l'isolant . (à la portée de tout bon bricoleur) .
La pose des isolants est réalisée par
Il existe quatre grands principes d 'iso­ l ' intérieur de l'habitation au niveau des
lation murs extérieurs , des combles et des sols.
• l'isolation intérieure : pose de maté­ Cette s o lution présente d e nombreux
riaux isolants à l 'intérieur du local ; inconvénients . L'épaisseur des isolants
• l'isolation extérieure : pose de maté­ peut diminuer sensiblement la surfa c e
r i a u x i s o l a n t s s u r l e s murs de l a habitabl e . L 'inertie thermique d u mur
construction (par l'extérieur) ; n'est pas mise à profit. Les ponts ther­
• l'isolation répartie : le matériau utilisé miques sont nombreux et difficiles voire
pour la construction des parois est impossibles à éliminer, avec des risques
isolant ; de condensation au cœur des parois .
19·13iit·•h#i·?ltù49Mtitl
En revanche , ce type d'isolation p ermet échafaudage : elle s era confiée de pré­
d'obtenir un habillage impeccable de la férence à un professionnel .
paroi intérieure , quel que soit l'état du Une telle solution est envisageable s i
mur d'origine . le ravalement de l' habitation nécessite
une réfection. Il en est de même pour la
L'isolation extérieure est réalisée par un toiture , ce type d'is olation ne pouvant
isolant posé sur tous les murs extérieurs , être réalisé sur une toiture existante .
recouvert d'un enduit ou d'un bardage . Ce procédé est de loin le plus performant
La toiture peut également être isolée par puisqu'il supprime de fait pratiquement
le même procédé . tous les p onts thermiques . Le confort
La mise en œuvre de c e tte isolation intérieur est amélioré grâce à l ' inertie
est d é licate p a r c e qu'il fau t assurer thermique . La maçonnerie est protégée
l 'étanchéité de la façade et installer un des intempéries et des variations de tem-

Comparaison des différents principes d'isolation therm ique


Critères Isolation i ntérieure Isolation extérieure Isolation répartie

.. •
techniques (fin ition crépi ou bardage) (monomurs, doubles murs)

Le confort intérieur est Le confort intérieur est


Inertie thermique L'inertie thermique d u mur amél ioré pa r la capacité amélioré par la capacité
• d'accumu lation de chaleur


n'est pas utilisable. d'accumulation de chaleur

..
des murs. des murs.
Les ponts thermiques sont Solution satisfaisante dans
Ponts thermiques I l est difficile d'éviter les pratiquement inexistants la plupart des cas. Soig ner


ponts thermiques. (à soigner au niveau des
fo ndations).
Q les détails pour éviter les
ponts thermiques.

Protection contre la La paroi extérie u re ne doit La pea u extérieure assure Le problème de pénétration
Q d'attei
pas permettre à l'ea u une bonne protection
Q être
de la pluie battante doit


pluie battante

..
ndre l'isolant. contre la pl uie. résolu.

Le mur extérieur sèche plus


Le m u r est protégé de la Dépend d u type de m u r, de
Séchage du mur lentement en hiver et
extérieur l'humidité pénètre plus
pluie et sa tem pérature
Q son orientation et de sa

.. •
reste constante. ventilation.
profondément.

Protection contre le La paroi extérieure est L'isolation extérieure


Dépend de la composition
sujette à toutes les protège du gel et des
gel et les écarts de
variations extérieu res écarts de température trop Q et de la perméabilité de la

..
température (risques d e fissures). i mportants.
paroi.

L'isolant doit d isposer d'un La vapeur d'eau doit La va peu r d'eau doit
Humidité pare-vapeur efficace pour pouvoir migrer de l'intérieur pouvoir migrer de l'intérieur
éviter tout risq ue de Q vers l'extérieur à travers le Q vers l'extérieur à travers le
condensation. revêtement extérieur. revêtement extérieur.

Contraintes liées L'isolant doit être recouvert


L'isolant doit être protégé
Cette solution est la plus
à la position de d'une peau i ntérieu re d u rable si les conditions
l'isolant
Q (plaque de plâtre, l a mbris, Q par une peau extérieure
pour éviter sa dégradation.
Q de mise e n œuvre ont été
contre-cloison). bien respectées.

Ave une fi nition bien L'entretie n dépend de la


Par nature, la peau
Entretien réalisée, ne nécessite qu'un nature et de la texture d u
Q entretien courant d u Q extérieure peut nécessiter
u n entretien régu lier.
Q revêtement o u du matériau
revêtement intérieur. extérieur (mur double).
D après L a conception globale d e ! enveloppe e t I energ1e - G u i d e pratique pour architectes - Unrversite de L1ege"

Figure 76 : les principes d'isolation thermique


La pla nification de l ' installation électrique

Les types de ponts thermiques Liaison m u r de refe n d ou cloison/façade

Exemples de ponts thermiques linéaires PTL

Liaison dalle/façade

U n ité (psi) 'ljJ en W/(m.K)

Exemples de ponts thermiques intégrés PTI (ou ponctuels)


Isolation par l'intérieur avec ossatu re Utilisation de hourdis isolants
métallique et tiges filetées sans languette de recouvrement
métalliques

U n ité (khi) X en W/K


Tige fi letée métallique
I solation en sous-face avec panneaux composites
Isolation extérieure avec
fixés par des chevilles métalliques
des chevil les à axe
méta llique

métallique

�'
Cheville
@- méta l l i q u

Figure 77 : Les types de ponts thermiques


lii·ibiit·id?ti·IWt#§M!itl
pérature , ce qui augmente sa pérennité . de paroi (mur/toiture ou mur/fenêtre) .
La fra ilité accrue de la fa ade eut être On appelle ces points faibles ponts ther-
considérée comme un inconvénient avec miques linéaires (figure 77) .
ce type d'isolation. L'entretien p eut éga­
lement être plus important, par exemple Un autre typ e de ponts thermi ques ,
avec des bardeaux en bois . dits intégrés ou ponctuels, est souvent
généré par les éléments de fixation des
L'isolation rép artie concerne les maté­ isolants ou par des ossatures secondaires
riaux de construction de l'habitation. ( o s s a ture métallique d ' une i s o l a tion
E l l e c o m p r e n d la c o n s t ru c t i o n d e s par l'intérieur, p outrelle en béton d'un
murs extérieurs en matériaux isolants plancher à hourdis , chevilles de fixation
(monomurs terre cuite , béton c ellulaire métalliques) . Ils doivent être pris en
ou autres) . L' isolation des combles est compte pour le calcul du coefficient de
e x é c u t é e en i s o l a t i o n intérieure ou transmission thermique U de la paroi.
extérieure , l 'isolation des sols e n isola­ Les ponts thermiques linéaires sont quan­
tion intérieure . L'isolation répartie peut tifiés par le coefficient linéique 'I' (psi)
être adoptée en rénovation en cas de exprimé en W/m.K. Les ponts thermiques
création d'un niveau ou surélévation de intégrés sont caractérisés par le coeffi­
la maison. La figure 76 présente un com­ cient X (khi) exprimé en W/K.
paratif des diverses solutions d'isolation La conséquence des ponts thermiques est
thermique. double . Ils sont une source importante
de perte de chaleur (jusqu'à 40 %) et
peuvent engendrer des désordres dus à
Les ponts thermiques la condensation (figure 78) .

L'architecture d'une constructio n com­ La réglementation thermique et les labels


porte des points où l ' isolation présente indiquent des valeurs de ponts ther­
des faiblesses ou même s'avère inexis­ miques à ne pas dépasser.
tante . Ces points se situent généralement Pour comprendre l'importance des ponts
au niveau d e s changements de plan thermiques et la nécessité de les traiter
(vertical/horizontal) ou des changements ou de veiller à ne pas en créer, on peut

Figure 78 :

-9 --�----
Exemple de
dégradation due à
un pont thermique

-
La planification de l ' installation électrique

- ' (' � .- . - "" ���

-�Fàt+:..�· . � �-J

Figure 79 :
Exemple de diagramme thermique d'un mur

les considérer comme de véritables fui­


tes . Un récipient aux p arois étanches
présente peu d'intérêt pour contenir un
liquide s ' il est percé d'un trou , même
infime . Si l'on considère une habitation
comme un récipient dans lequel on
voudrait conserver non pas un liquide
mais de la chaleur, les ponts thermi­
ques constitueraient autant de trous qui
entraîneraient des fuites de chaleur. Cela
signifie aussi, en pratique , qu'il est inutile
de surisoler une partie du logement ou
d'une pièce , par exemple en laissant une
paroi non traitée . En isolant la moitié des
murs , on n'obtiendrait pas une isolation
à moitié efficace, mais s implement des
performances très localisées et globale­
ment pratiquement nulles, avec en prime
des désagréments .

Tel un liquide , la chaleur emprunte la


voie la plus fa cile pour traverser les
matériaux, c'est-à-dire la moins isolée.
Par exemple, le diagramme thermique
d'une dalle béton reprise dans un mur
en béton cellulaire (figure 79) montre le
comportement du flux thermique. La cha- Figure 80 : Exemples de thermogrammes
l!i·itiit·•h?li·dt#t#§ht#ltl
Localisation des ponts thermiques Q Ponts thermiques linéaires
Zone chauffée
------ -vue-d-'-une-oons-t ruc-t�on-en..coupe..v.el'.tic....=--------------------,-,---------��------­
zone non chauffée

Jonction mur/toitu re inclinée

Toiture i nclinée avec attique

Jonction toiture
inclinée avec
fa ade Toiture avec acrotère

Linteau de
menuiserie Dalle de balcon

Appui de baie

Jonction lancher/fa ade

Jonction mur/plafond du
sous-sol non chauffé

Jonction de mur au sous-sol

Jonction refend/dalle de sol

Vue d'une construction en coupe horizontale

Liaison mur de refend/fa ade


Murs sur locaux
non chauffés

Tableaux de fenêtre

Angle façade

Figure 8 1 : La localisation des ponts thermiques


La planification de l ' installation électrique

leur tente de s 'échapper par la dalle vers Les ponts thermiques ont une intensité
l 'extérieur. Elle est freinée par l'isolant et plus ou moins importante selon le type
la planelle en bout de dall e . de construction ou le principe d'isolation
choisis . Leur traitement doit être adapté
À l 'échelle d'une habitation, i l est pos­ en conséquence (figure 82) .
sible, et parfois surprenant, de réaliser
un thermogramme (figure 80) , au moyen Trois règle s principales sont env i s a ­
d'une caméra infrarouge . Les différences g e a b l e s pour annuler ou réduire l e s
de couleur montrent clairement la pré­ ponts thermiques . E l l e s peuvent être
sence et l 'intensité des ponts thermiques combinées entre elles pour u n résultat
qui peuvent exister dans une habitation . encore plus efficace .
À l 'extérieur, les couleurs froides (vert , La première consiste à créer une barrière
bleu) sont le signe d'une bonne isola­ en plaçant un élément de rupture isolant
tion puisque la chaleur intérieure ne au niveau du passage du flux de chaleur.
traverse pas les parois . Sur la figure 80, Les éléments de construction prévus à
on constate nettement la différence entre cet effet sont les rupteurs de pont ther­
la partie gauche de la maison, isolée par mique disponibles pour de nombreux
l'extérieur, et la partie droite , non isolée . cas de figure . De même , la pose d'une
La façade non isolée laisse apparaître les remontée en matériau isolant tout autour
points faibles comme les linteaux, les d'une chape flottante ou d'une dalle sur
appuis de fenêtre et la liaison mur/toit. terre-plein constitue une barrière .

À l'intérieur, les couleurs froides indiquent La deuxième solution possible consiste


un manque d'isolation, puisque le froid à réduire la section du passage de la
pénètre dans l 'habitation. On constate chaleur. Par exempl e , en réalisant un
que les ouvrants sont des points faibles , plancher sur entrevous isolants , on limite
comme le montre la fenêtre de toit, ainsi le passage de la chaleur à la dalle de
que les planchers et les changements de compression et non plus sur toute l'épais­
paroi . Ils peuvent être dus également seur du plancher. En utilisant des limi­
au manque de soin à la mise en œuvre , teurs de pont thermique, il est possible
entraînant un mauvais positionnement et d'améliorer encore cette solution . Grâce
des fuites d' air. à ce système , le flux sera alors limité aux
seules poutrelles en béton .
Les ponts thermiques se produisent donc
en divers points de la construction dans Enfin, lorsqu 'on ne peut pas arrêter un
les parois en contact avec l 'extérieur ou flux thermique, il faut chercher à rallon­
avec des locaux non chauffés. Les plus ger son parcours . C ' est pourquoi il est
courants se situent à la jonction entre la utile , par exemple, de placer des planel­
façade et (figure 8 1 ) les isolantes en about de dalle . Si le mur
• l e plancher b a s ; est épais (monomur de 30 cm ou plus) ,
• le plancher intermédiaire ; il est possible de placer un élément iso­
• la dalle de balcon ; lant supplémentaire derrière la planelle
• la toiture (en pente ou en terrasse) ; (système de double planelle) .
• les murs de refend ; P o ur u n e c o nstru c t i o n c l a s s ique e n
• les ouvrants . parpaings ou e n briques avec isolation
h!i·Mht·lh1:i•tltit4§Mltl
Incidence de l'isolation sur les ponts thermique
Isolation par l'intérieur Isolation par l'extérieur
0 Pont thermique non traité par le système
d'isolation. Adopter des solutions de correction.
Point.. à traiter a11ec ..s oi □ pou.r_ é.viter nn.. pon _____

0 thermique trop important.


Pont thermique faible ne nécessitant pas de
traitement si réa lisation dans les règles de l'art.
Parois à ossature bois

Isolation répartie M u r manteau

--
Figure 82 : L 'incidence de l'isolation sur les ponts thermiques
La planification de l' installation électrique

p a r l ' intérieur, l e s principaux p o nts de refend, des dalles de balcon et de la


thermiques sont localisés à la liaison jonction entre la façade et le plancher
entre la façade et la toiture , au niveau bas . Avec une isolation par l 'extérieur,
des planchers intermédiaires , des murs la p r i n c i p a l e source de p o nts ther-

Etiq u ette CE des isolants

Nom commercial d u produit Caractéristiques liées au marquage C E

Thermolan
®
CLASSI Conformité à la Directive
eu ropéenne des Produ its
de Construction (EN 1 3 1 62)
Code de désignation des
caractéristiques complémentaires
liées à l'utilisation du prod uit
Euroclasse (voir ci-dessous) N uméro de l'orga nisme notifié
Nom bre de m 2 par u n ité An née d'apposition du marquage CE

Logo et nu méro de certification


ACERMI (garantissant les
Key-Mark ca ractéristiques techniques du
(Marque de certification produit)
volontaire européenne)

_o
=c,
----o--.

�� Autres certifications
Code barres --------i----1��ij�
-:
�c,
�� Code SAP du prod uit

Euroclasses (ructlon au feu)


Contri bution énergétique Classification com plémenta i re
Classe
à la propagation d'un i ncendie Prod uction de fumée Ch ute de gouttes
et débris enfla mmés

Al I n combustible - -

Faible production Pas de gouttelettes/


A2 Pratiquement incombustible S1 de fu mée
do particules enflammées
Résiste à une attaque prolongée des fla mmes et d'un objet
B isolé ardent tout en limitant la propagation de la flamme Gouttelettes/particules
Production moyenne
S2 de fumée
dl enflammées persistant
Résiste à une attaque brève des flammes et d'un objet moins de 10 secondes
C isolé ardent tout en limitant la propagation de la fla m m e
Production i m portante
Gouttelettes/particules
Résiste à u n e attaque brève de petites flammes tout en l i m i-
D tant la propagation de la flamme et d'un objet isolé ardent
S3 de fumée
d2 enflam mées persistant
□lus de 1 o secondes
Résiste à une attaque brève de petites flammes en limitant
E
la propagation de la flamme

F Aucune performa nce détermi née

Figure 83 : Exemple d'étiquette CE pour un isolant


h!i·ifilt·•d11i·t!tit4§î@tl
miques se situe au niveau de la dalle de et du liège expansé . Tous les produits
balcon. Il faut des dis ositions spéci- isolants seront peu à peu concerné s .
fiques et complexes à mettre en œuvre
pour éliminer les p onts thermiques à L e s matériaux d'isolation porteurs tels
cet endroit. Il convient également de que l e béton cellulaire ou les briques
traiter avec soin les jonctions entre la monomur bénéficient d'une certification
façade, le p l ancher bas et l a toiture . NF ou CSTB certified. La résistance ther­
P o u r une c o n s tru c t i o n e n i s o l a t i o n mique de la paroi, y compris le j oint, est
réparti e , l e principa l point n o i r reste évaluée et certifiée.
la dalle de balcon. La liaison entre la
façade et le plancher bas reste problé­
Types d'isolant Con d u ctivité
matique et nécessite un traitement. Il
thermique
en va de même pour les constructions (W/m. K)
a v e c mur m a n t e a u ou d o u b l e m u r . Produ its alvéolai res
L e s constructions en bois n e présentent Matières plastiques a lvéolaires
pratiquement pas de ponts thermiques . Polystyrène expa nsé (PSE) 0,032 à 0,038
Seule la liaison entre le plancher bas et Polystyrène extrudé (XPS) 0,029 à 0,037
Mousse de polyuréthane (PUR) 0,022 à 0,027
la façade est à traiter. Com plexe de doublage (plâtre + PSE) 0,032 à 0,038
Une fois que les ponts thermiques sont Com p l exe de doublage (plâtre + XPS) 0,029
Com plexe de doublage (plâtre + P U R) 0,023
identifiés , il convient de les traiter pour
Verre cel l u laire 0,038 à 0,055
tenter de les éliminer ou de les réduire Isolants mi néraux
de façon sensible. Laine de roche 0,032 à 0,040
Laine de verre 0,030 à 0,040
Laine de verre à souffler 0,050
Com p l exe de doublage (plâtre + laine de verre) 0,034 à 0,035
Com p l exe de doublage (plâtre + laine de roche) 0,034 à 0,035
La certification et les Argile expansée O,l O à 0, 1 6
labels des isolants Perlite 0,050 à 0,060
Vermicul ite 0,060 à 0,080 ,_
Isola nts à base végéta le ou a n i male
Avant de choisir un isolant, il est indis­ Cha nvre 0,039 à 0,042
pensable de connaître ses caractéristiques Lin 0,037 à 0,038
Liège expansé 0,032 à 0,045
thermiques (coefficient de conductivité Laine de mouton 0,035 à 0,042
thermique À et résistance thermique) et Ouate de cellulose 0,035 à 0,045
environnementales . Plu mes de canard 0,033 à 0,042
Fi bres de bois 0,035 à 0,049
Fibres de coco 0,037 à 0,040
Fibragglos 0,09 à 0, 1 0
Laine d e coton 0,037 à 0,040
La certification des performances Laine de bois 0,040 à 0,050
Paille 0,055
�léments constructifs monom u r
Les produits isolants mis sur le marché
Blocs de béton cel l u l a i re 0,08 à 0, 1 1
européen disposent d'une étiquette C E Blocs de terre cu ite à alvéoles verticales vides 0, 1 2 à 0, 1 8
(figure 83) . Elle concerne l e s principales Blocs d e terre cuite à a lvéoles verticales isolées 0,08 à 0,09
Blocs de pierre ponce 0,09 à 0, 1 8
familles d'isolants manufacturés pour le Isola nts à base d'aérogel
bâtiment répondant aux normes euro­ Matelas d'aérogel 0,0 1 3
péennes . Il s'agit des laines minérale s , Pan neaux isolants sous vide (PIV) 0,004 à 0,005

d e s polystyrènes expansés et extrudés , .,


du polyuréthane, du verre cellulaire , des Figure 84 :
laines et des fibres de bois , de la perlite La conductivité thermique des produits isolants
La planification de l' installation électrique

Outre la désignation du produit, la mar­ d'épaisseur et la classe de réaction au


que et les données fabricant, le marquage feu . D'autres mentions peuvent apparaître
CE indique la résistance thermique et le selon les types de produits comme les
À déclarés, les dimensions , la tolérance résistances à la compression, à la traction,

CERTIFICAT ACERMI
4, avenue du Recteur Poincaré 750 1 6 Paris

ISOLANT THERMIQUE MANUFACTURE DU

85 C 18005
BATIMENT

40 1 0
Q ACE¼1 1
Figure 85 :
Exemple d 'étiquette
ACERMI
Caractéristiques e t niveaux d'aptitude certifiés
selon le Règlement Technique ACERMI
I s 0 L E

R= m2 K / W
Classement ISOLE des isolants
1 = Incompressibilité
Niveau Domaine d'emploi
11 Isolation non soumise à des charges
12 CIII* sous chape o u dalle flottante, fond de coffrage, sou bassement
13 CIi* sous chape o u dalle, terre-plein
14 Cl* sous chape ou dalle, lambou rde
15 Pose d i recte de carrelage
S = Stabilité dimensionnelle
N iveau Domaine d'emploi
Sl Isolation non en d u ite, non contre-collée
S2 Com plexe de d o u blage
S3 Support d'end u it
S4 Support d'end u it
0 = Comportement à l'eau
N iveau Domaine d'emploi
01 Com bles e t sous-faces de planchers
02 Parois vertica les et sols
03 Su pport d'en d u it
L = Limite des performances en traction
N ivea u Domaine d'emploi
Ll Tou s l e s ouvrages
L2 Parois vertica les et soubassements
L3 Complexes de dou blage
L4 Su pport d'enduit
E = Comportement aux transferts de vapeur d'eau
N iveau Domaine d'emploi
El Isolation extérieu re, plancher d e com bles
E2 Rampa nt, mur par l'i ntérieur
E3 Rampant, m u r par l'i ntérieur
E4 Isolation i ntérieure en zone froide
ES Sandwiches
• : Les niveaux de compressibil ité sont conformes aux DTU 26. 1 , 52.1 et 5 1 .3
h!J·i#iii·lh?ti·dl@&§Mitl
au passage de l'air et l'absorption d'eau . cloison : Il - S1 - 02 - L2 - E3 ;
tive c'est-à-dire • Isolation extérieure de aroi lourde ,
fournies par le fabricant sous sa respon­ protégée par un bardage rapporté :
sabilité . Pour être sûr des performances I l - S 1 - 02 - L2 - E l ;
d'un isolant, vérifiez également la pré­ • Isolation fixée sur chevrons ou ossa­
sence sur l 'étiquette de la certification tures en rampant :
ACERMI (Association pour la certification - l 'e couche : I l - S 1 - 0 1 - L 1 - E l ,
e
des matériaux isolants) ou Key-Mark - 2 couche avec pare-vapeur : I l -
(Europe) . Ces marquages sont l'aboutis­ S 1 - 0 1 - L1 - E3 ;
sement de contrôles , par un organisme • Isolation sous dallage , sur terre-plein
tiers , destinés à certifier les performances compacté : 14 - S1 - 02 - L2 - E l .
réelles du produit. Les matériaux constructifs à caractère
Les contrôles sont réalisés périodiquement innovant ne rentrant pas dans le cadre
sur des prélèvements effectués en usine . d ' u n e c e rtification existante ou d ' u n
La certification ACERMI porte sur le pou­ DTU (document technique unifié) doi­
voir isolant caractérisé par la résistance vent faire l ' objet d'un Avis Technique
thermique R. Celle-ci dépend du coeffi­ délivré par le CSTB (Centre technique et
cient de conductivité du matériau À (en scientifique du bâtiment) , à la demande
W/m . K , figure 84) et de l 'épaisseur de du fabricant, pour un produit donn é .
l'isolant e (en m) : R = e/À C e t avis prend en compte l e s exigences
réglementaires françaises ainsi que les
Les c a ractéristiques qui déterminent objectifs de performance et de durabi­
l 'aptitude à l'emploi d'un isolant portent lité . Il indique également les conditions
sur cinq critères regroupés dans le terme de mise en œuvre . Il existe également
ISOLE (figure 85) : un agrément technique européen (ATE)
I : incompressibilité , classée de 1 à 5 , ce pour les produits ne bénéficiant pas de
dernier niveau étant le plus performant ; norme harmonisé e , pour un usage déter­
S : stabilité dimensionnelle , classée de miné et valable cinq ans .
1 à 4 ; les produits en vente sur le mar­
ché ont généralement une stabilité S3
ou S4 ; Les perfo rmances thermiques des
0 : comportement à l'eau, classé de 1 à 3 ; matériaux
L : limite des performances mécaniques
à la traction, classée de 1 à 4 ; Avant de traiter de l'isolation, des pro­
E : comportement aux transferts de vapeur duits et des procédés de mise en œuvre ,
d'eau, classé de 1 à 5 . il est important de s 'attarder sur quelques
notions physiques concernant la ther­
Ce classement ne tient pas compte d e la mique.
tenue au feu du produit. Le classement D a ns u n bâtiment comme dans t o u t
ACERMI permet de déterminer aisément le corps solide , la chaleur se propage d e
domaine d'emploi des isolants (figure 86) . trois façons différentes : p a r conduction,
par convection o u par rayonnement
Exemple : (figure 87) . Cela a des incidences directes
• Cas d'une isolation intérieure de paroi sur la façon dont il faut concevoir un
lourde, avec protection par une contre- b âtiment et avec quels matériaux.
La planification de l' i nstallation électrique

Choix d e s isolants selon l e s applications et l e u r certification Acermi

--
Technique d'isolation Schéma Caractéristiques d'emploi et de la paroi 1 s 0 L SC
Murs et parois verticales
� M u r de type Il ou I l l avec isolant et contre-cloison 1 1 2 2
Isolation intérieure de M u r de type I ou IV avec isolant et contre-cloison 1 1 1 2
parois lourdes Mur avec complexe isolant collé sur une plaque de plâtre 1 2 2 3
- M u r avec autre complexe 1 2 2 3
Isolant inséré dans u n bardage ra pporté, traditionnel 1 1 2 2
Isolant pour vêtu res 2 4 3 4
Isolation extérieure Isolant pou r vêtages 3 1 2 2

El
de parois lourdes Isolant collé recouvert d'un enduit hydraulique m i nce armé 2 4 3 4
Isolant fixé mécaniq uement et enduit mince armé 2 5 3 5

l�I

Isolant intégré dans un mur double 1 1 2 2
Isolation i ncorporée
de parois verticales Isolant entre ossatu res bois et parois légères
I
1 1 à4 2 2
Isolant inséré dans u n bardage dou ble peau 1 1 2 2
Toitures et combles
Isolant non recouvert posé sur un pla ncher de comble 1 1 1 1

Isolation en plancher Isolant recouvert par u n plancher bois sur solives 1 1 1 1

9-" l_FJ
de combles perdus Isolant posé sur u n plancher lourd et recouvert de panneaux

,
� 3 1 1 1
de répartitio n des cha rges
Isolant posé sur un plancher léger et recouvert de panneaux
3 1 1 1
de répartition des cha rges
Isolant en rampant sous petits éléments de couvertu re 1 1 1 1
Isolant en rampant sous couvertu re continue 1 1 1 1
Isolatio n en toiture
incli née ou plafond Isolant rapporté sur toiture inclinée lourde 1 1 1 1
1 1 Isolant sur plafonds suspendus
,. '"
1 1 1 1

Planchers et soubassements
Isolation verticale de fondations ou murs enterrés à la
Plancher sur
terre-plein =[J. périphérie de terre-plein ; isolation i ntérieure ou extérieure
utilisée en coffrage ou ra pportée

Isolation de dal lage s u r terre-plein de maisons individuelles


2

3
1

1
3

2
3

Isolation périphérique extérieure de soubassement 3 1 3 3


Plancher s u r cave Isolation en sous-face de plancher fixée mécaniquement
ou vide sanitaire
1 1 1 1 1 2
Plancher sur vide sanitaire - isolation des murs par l'extérieur 2 1 3 3
Plancher sur vide sanitai re - isolation des murs par l'intérieur 2 1 3 3
Revêtement de sol scellé avec mortier de pose mis en œuvre d i rectement sur l'isolant
Sous charge d'exploitation " 500 kg/m2 5 1 2 2 SCl a
Sous charge d'exploitation " 200 kg/m2 4 1 2 2 SCl b

?
Chape ou dalle
Chapes ou dalles Sous charge d'exploitation " 500 kg/m2 3 1 2 2 SC2a
Sous charge d'exploitation " 200 kg/m2 2 1 2 2 SC2b
Plancher chauffant à eau basse tem pérature 3 1 2 2 SC2a
Plancher rayon nant électrique
Isolant plastique alvéolaire 4 1 2 2
Isolant laine minérale 3 1 2 2

SC : classe de compressibil ité des sous-couches isolantes.

Figure 86 : Le choix des isolants selon leur certification


l!i·i3ilt·ld9ti·tltit4§ Mtitl
Les transferts de chaleur
L a conduction
Principe Au niveau d'une paroi

Flux de cha leur

Flux de chaleur à travers une paroi d'un local chauffé vers l'extérieur
La convection
Principe Au niveau d'une paroi

ur
� �=::

Résistance
'\.,. .,_. Jll.frold
1 Il

Échange thermique au niveau d'une paroi de température différente de


celle de la pièce
Le rayonnement
Principe Au n iveau d'une paroi

Chauffage rayonnant

Au n iveau d'une habitation


Apports solaires en hiver,
surchauffe en été, i nertie
thermique

Figure 87 : Les modes de transfert de la chaleur


La pla nification de l ' installation électrique

La conduction est la propagation de la L e rayo n n e m e n t e s t l e tra n s fe r t d e


chaleur à travers un ou plusieurs élé­ chaleur à travers u n gaz o u le vide par
ments en contact direct. Le sens du flux rayonnement infrarouge .
thermique va toujours de l' élément le Dans un bâtiment, les modes de transmis­
plus chaud vers l ' élément le plus froid. sion se combinent. La transmission de
La quantité de chaleur qui se propage la chaleur de l'air ambiant à une paroi
dans un corps, dans un temps donné, s 'effectue en partie par rayonnement et
est prop ortionne l l e à la conductivité en partie par convection. À l 'intérieur
thermique du matériau et à la différence de la paroi , la chaleur progresse par
de température entre les deux faces . S 'il conduction.
n'y a pas de différence de température,
il n'y a pas de flux. En hiver, par exem­ Chaque matériau possède une conduc­
ple, dans un mur, le flux de chaleur va tivité thermique propre . Pour classer les
pénétrer dans la paroi à partir de l 'in­ matériaux selon ce critère , on utilise le
térieur, traverser les différentes couches coefficient lambda O.. ). Il s'exprime en
de matériaux, à différentes vitesses selon watts par mètre kelvin (W/m. K, ou par­
leur nature , et se propager à l'extérieur. fois en W/m. °C) et représente la quantité
Moins les matériaux sont conducteurs, de chaleur traversant un mètre carré de
plus la progression est lente . C'est l ' effet matériau d'une épaisseur d ' u n mètre ,
recherché en hiver. soit un mètre cube, avec une différence
d e température d ' u n degré e ntre les
La convection est le transfert de la chaleur deux faces, dans un temps donné . C'est
d'un corps solide vers un corps gazeux une caractéristique constante et propre
et inversement . La quantité de chaleur à chaque matériau . En notant le score
transmise dépend de la différence de obtenu par un mètre cube de chacun
température entre les éléments , de la des matériaux du b âtiment, on est sûr
vitesse de l'air et de la surface de con­ d'avoir une base de comparaison équi­
tact. Par exemple, une paroi exposée à table permettant un classement objectif.
un vent froid et puissant se refroidira C ' e st le r ô l e du c o effi c i e n t lamb d a .
très rapidement . Plus la valeur de ce coefficient est faible ,

Conducteurs

Granit 3,5
Calcaire ferme 1 ,7
Béton plein 1 ,4
Verre 1 ,1 6
Plâtre 0,46 1
Bois dur (chêne) �
Figure 88 :
Bois tendre (sapin) �
Polystyrène expansé 0,040 à 0,032
La conductivité thermique
Laine m inérale 0,040 à 0,032 de divers matériaux
Air (non ventilé) 0,025

-----------
Isolants sous vide � 0,01 5 à 0,005
Vide 0,0022 Matériau isolant si À < 0,060 W/m.K
l!i·lhilt·ld#J·tlWtk§MitJ
plus le matériau est isolant. Un matériau ficient À est toujours exprimé pour une
est considéré comme isolant si son coeffi- épaisseur fixe d'un mètre . La résistance
cient lambda est inférieur à 0,06 W/m.K. R s'exprime en m . K/W. Plus la résistance
La figure 88 indique l a condu ctivité the rmi q u e d ' u n matériau est élevé e ,
thermique de différents matériaux de plus l e flux d e chaleur est diminu é . La
construction . valeur R doit apparaître sur l 'étiquette
produit du matériau et être certifiée .
Il est intéressant de noter que la conduc­ Par exemple, l e polystyrène expansé pos­
tivité de l'air est de 0,02 W/m . K et que sède un À de 0 , 0 3 2 W/m . K . Un bloc de
celle de l'eau est de 0,56 W/m.K. Par con­ polystyrène de 1 6 cm d'épaisseur a donc
séquent, un même matériau présentera une résistance thermique de
2
des valeurs totalement différentes selon R = 0 , 1 6 m/0,032 = 5 m . K/W
qu 'il est sec ou humide . C ' est pourquoi, La val e u r R e s t utile pour connaître
avant d'isoler un mur humide, il convi­ l ' épaisseur d ' i s olant souhaitée ou
ent de l'assécher ou de stopper la source l 'épaisseur nécessaire pour obtenir une
d'humidité . De même , un isolant hydro­ même isolation avec différents matériaux.
phile en contact avec une fuite ou une Par exemple, pour obtenir une valeur
infiltration perdra la majeure partie de R = 5 avec du granit, dont le coefficient
sa capacité d 'isolation. Pour les calculs À est de 3 , 5 W/m . K , il faudrait
thermiques, s ont retenues les valeurs e = Àx R
utiles de conductivité thermique qui tien­ e = 3,5 X 5 = 17,5
nent compte de l'influence de l'humidité . L a valeur e étant exprimée en mètres,
Cette valeur apparaît sur les étiquettes il fa u t p a r c o n s é q u e n t 1 7 , 5 m de
des produits isolants et doit faire l ' objet granit pour obtenir une isolation
d'une certification . équivalente à 1 6 c m d e polystyrène !
Pour tous les isolants , ce coefficient doit La résistance exprimée par R ne permet
être indiqué par son fabricant et le sera cependant pas de c onnaître la résistance
dans la suite de cet ouvrage pour chaque d'une paroi. En effet, nous avons vu que
isolant présenté . Rappelez-vous, plus le les échanges thermiques ne sont pas les
coefficient À d'un matériau est petit, plus mêmes en surface qu 'à l'intérieur d'un
grand est son pouvoir isolant. matériau . C'est pourquoi, pour détermi­
Grâce à ce coefficient, on peut c alculer ner la résistance réelle d'une paroi, il faut
d'autres caractéristiques, comme la résis­ également prendre en compte sa résis­
tance thermique d'une paroi homogène tance thermique s up erficielle . Celle-ci
d'épaisseur donnée . est due au barrage rencontré par le flux
thermique pour passer de la convection
La résistance thermique d'un matériau (air) à la conduction (paroi opaque) . La
est sa capacité à freiner le flux de chal­ résistance opposée au passage du flux
eur qui le traverse. Pour les matériaux thermique de l ' air ambiant intérieur à la
homogène s , la ré s i s t a n c e thermique paroi est notée Rsi (résistance superfi­
est égale au rapport de l'épaisseur du cielle intérieure) .
matériau en mètres (e) par sa conduc­ La résistance de la paroi vers l'air extérieur
tivité thermique À (R = e/À) . L ' intérêt est notée Rse (résistance superficielle
est que la valeur obtenue dépend de extérieure) . La résistance superficielle

--
2
l'épaisseur du matériau, alors que le coef- s ' exprime, comme R, en m . K/W et varie
La planification de l ' installation électrique

m
Tl - 1 °K
Les performances thermiq ues des matériaux T1

1 L e coefficient de conductivité thermique À 1

Le coefficient de conductivité thermique représente le flux de chaleur par mètre ca rré traversant 1 m de
matériau homogène, pour une différence de température de 1 degré entre l es deux faces.
Les matériaux isolants sont caractérisés par une conductivité thermique faible.
Ce coefficient n'est jamais égal à 0, il y a toujours un tansfert de chaleur.

Coefficient de cond uctivité thermique : À ( l a m bda) - exprimé en W/m.K


Plus À est fa ible, plus le matéria u est isolant. 9é
watt/mèt r/e dK�e 1 vin
r

1 La rési stance thermique R 1

Elle caractérise la capacité d'une paroi à s'opposer au passage de chaleur.


Pour les matériaux homogènes, elle est égale au rapport de l'épaisseur du matériau en mètres par sa conductivité thermique.

Résista nce thermique : R - expri m é en m 2 .K/W


e - é paisseur en m
Plus R est important, p l u s la paroi est isolante. R= -
À -- en w/m.K
On peut a u g m e nter R en a u g menta nt l 'é p a i sse u r du matéri a u .
L a résistance thermique superficielle Rs

Résista nces superficielles (en m 2 .K/W) La résistance thermique superficielle R s représente la résistance
Sens du fl ux Paroi donnant Paroi donnant sur un au passage de chaleur de l'air. Il existe deux types de résistances
sur l'extérieur local non chauffé superficielles : de l'air intérieur a u matériau de construction R si et
R5; R,e R,; + R,e R5 ; R,e R5 ; + R,e de l'élément de construction à l'air extérieur R se - Les valeurs de
ces résistances superficielles sont indiquées dans le tableau ci­
Horizontal 0, 1 3 0,04 0,1 7 0,1 3 0, 1 3 0,26 contre.

Ascendant 0, 1 0 0,04 0, 1 4 0,1 0 0, 1 0 0,20

Descendant 0, 1 7 0,04 0,2 1 0,1 7 0,1 7 0,34

Exemple de mur
L a résistance thermique d'une paroi hétérogène 1 2 3 4
La résistance thermique de la paroi Rtotale est égale à la somme
des résistances thermiques de chaque composant et des 1 : plaque de plâtre
résistances superficielles. 2 : laine minérale
3 : mur en béton
4 : enduit extérieur
Rtota le = R si + R 1 + R2 + R3 + R4 + Rse
I NT.

I Le coefficient de transmission surfacique U T1 Tl - 1 °K

Le coefficient de transmission su rfacique est la quantité de chaleur qui traverse 1 m 2


de paroi pour une différence de 1 degré entre les ambiances. C'est cette valeur
utilisée i nternationalement que nous utiliserons.

Coefficient de transmission surfacique : U - expri m é en W/m 2 .K


Plus U est faible, plus la paroi est performante. Up = _ 1_
U p = U paroi Rtota le

Figure 89 : Les performances thermiques des matériaux


•ii·i2f•t·•U#4·1Wt49U$1t#
2
en fonction du sens du flux thermique thermique de 0 , 1 5 m . K/W, ce qui est un
·
ascendant descendant ou horizontal) . corn la erfor-
La figure 89 , qui récapitule les différents mance globale de la paroi.
critères d e p erformances t h e rmiqu e s
d e s matériaux, présente également les Le coefficient lambda indique la quantité
valeurs de résistance superficielle défi­ de chaleur traversant un mètre cube de
nies par la réglementation thermique. matériau homogène, ce qui permet de
classer, par exemple, les matériaux entre
Grâce à toutes ces valeurs , il est pos­ eux. Grâce à ce coefficient, il est égale­
sible de calculer la résistance thermique ment possible de calculer la résistance
totale d'une paroi composée de plusieurs R totale d'une paroi en fonction de son
matériaux, comme c ' est souvent le cas épaisseur, ou inversement de déterminer
dans un bâtiment. Il suffit d'additionner l'épaisseur de la paroi désirée en fonction
les résistances de chacun des matériaux de la résistance à atteindre .
constituant la paroi et les résistance s Il serait intéressant de connaître le coef­
thermiques superficielles . P a r exemple , ficient lambda des parois pour p ouvoir
la résistance totale d'un mur en béton effectuer un classement, notamment,
de 14 cm d ' épaisseur avec un isolant selon les principes constructifs . Un tel
en laine minérale de 10 cm plus plaque classement permettrait d' avoir des don­
de plâtre est la suivante (en partant de nées chiffrées pour faire son choix, par
l'intérieur) exe m p l e , entre des c onstructions en
Rr otale = Rsi + R plâtre + R isolant + R parpaings , en béton, en briques ou en
béton + Rse béton cellulaire . Cependant, toutes les
Rtotale = 0, 1 3 + 0 , 0 2 1 + 2 , 5 + 0 , 082 + 0,04 parois ne sont pas homogènes et ne font
= 2 , 773 pas un mètre d' épaisseur, c 'est même
La résistance R totale de la paroi est de extrêmement rare . Or, nous savons que
2
2 , 77 m . K/W. le coefficient lambda , qui permet de
Parfois, une paroi comporte des lames classer les matériaux entre eux, exige
d ' air non ventilée s . Celles-ci ont une de telles conditions pour être calculé .
influence directe sur la résistance totale . Le lambda ne peut pas être donné pour
Dans ce cas , il est normal et même néces­ un mur, puisqu 'en pratique celui-ci est
saire de les prendre en compte dans le toujours constitué de divers matériaux
calcul de l a résistance total e . Dans le de différentes épaisseurs .
tableau de l a figure 90 sont indiquées les
valeurs de R des lames d'air, e n fonction C ' e s t p ourqu oi on a recours à u n
du sens du flux thermique, qui peut être troisième critère pour définir l e s per­
horizontal, ascendant ou descendant et formances thermiques dans le bâtiment.
selon l 'épaisseur de la lame d'air. Celle­ C'est un coefficient qui permet d'évaluer
ci doit naturellement être parfa itement la quantité d e chaleur traversant une
étanche . Tout mouvement ou courant paroi hétérogène , à la manière du coef­
d'air détériorerait considérablement les ficient lambda , mais sans ses contraintes .
valeurs indiquées dans ce tableau et Il s 'agit d u coefficient de transmission
2
fausserait le résultat final . Par exemple , surfacique U. Il s'exprime en W/m . K et
dans une paroi verticale, une lame d'air représente la quantité de chaleur traver­
immobile de 7 cm offre une résistance sant un mètre carré de paroi pour une
La pla nification de l 'installation électrique

r-:î;\
Sens du flux �paisseur de la lame d'air en mm
de chaleur
5 7 10 15 25 50 1 00 300

0, 1 1 0,1 3 0,1 5 0,1 7 0, 1 8 0, 1 8 0, 1 8 0, 1 8

Horizontal

Il
0,1 1 0, 1 3 0,1 5 0, 1 6 0, 1 6 0, 1 6 0, 1 6 0, 1 6

Ascendant

Il

1 0,1 1 0, 1 3 0,1 5 0, 1 7 0, 1 9 0,2 1 0,22 0,23
\.
Descendant

Figure 90 : La résistance thermique des lames d'air non ventilées

différence de température d'un degré parois vitrées . Dans ce cas, il sera noté
entre les deux faces. U est un coefficient Uw (pour window : fenêtre en anglais) .
égal au rapport de 1 sur la résistance En conclusion, il est utile de retenir que
totale de la paroi (U = 1/Rtotale ) . Plus le coefficient lambda (),..) est une valeur
U est faible , moins il y a de déperdi­ qui caractérise des matériaux homogènes.
tions . U est une valeur utilisée inter­ On l 'utilise notamment pour indiquer les
nationalement (anciennement appelée performances des isolants . Plus il est
K dans certai n s calculs thermiques) . petit, meilleure est le pouvoir isolant. Par
exemple , la laine de verre présente un
Par exemple, pour un mur en béton de lambda de 0,035 W/m. K environ.
1 4 cm d'épaisseur, la résistance Rror ale La résistance R indique l a capacité à
2
est de 0 , 2 5 m . K/W. U est égal à 1 /0 , 2 5 freiner l a chaleur d ' u n ensemble de
2
= 4 W/m .K. Si l ' on considère u n e diffé­ matériaux différents , comme dans le cas
rence de température de 1 0 °C entre les d'une paroi, en additionnant la résistance
deux faces d'un mur en béton d'une sur­ de chaque couche de matériau . Plus R
face de 50 m', les déperditions seront de est grand, meilleure est l'isolation . Par
2 2
4 W/m . K x 50 m x 1 0 K = 2 000 W exemple , un mur composé d'un enduit
En ne tenant pas compte des résistances extérieur de 1 , 5 cm d'épaisseur, de par­
superficielles, la valeur U d'une hypothé­ paings creux de 20 cm, d'un isolant de
tique paroi homogène d'un mètre 8 cm de laine de verre plus 1 cm de pla­
d'épaisseur correspondrait à la valeur que de p lâtre , offre une résistance totale
2
du coefficient lambda du matériau de R = 2 , 9 5 m . K/W.
cette paroi.
Le coefficient U est utilisé également Le coefficient U est une valeur qui peut

--
pour caractériser les performances des s'appliquer à des matériaux hétérogènes,
•!i·16iit·•d#i·tJ@t#§Mtltl
puisqu 'il est calculé à partir de R. Il per­ que dont la résistance thermique R est
met de classer non plus des matériaux plus grande et de refaire le calcul pour
seuls, mais un ensemble de matériaux, déterminer le nouveau coefficient de
c omme u n e p a r o i . P l u s i l e s t p e tit, transmission surfacique U . Pour ce faire ,
meilleure est l ' isolation. Par exemple, vous pouvez utiliser les données fournies
le même mur en p arpaings , plus isolant pour chaque matériau dans la première
de 8 cm de laine de verre , plus 1 cm de partie de l' ouvrage . Vous pouvez égale­
plaque de plâtre , présente un coefficient ment utiliser les feuilles de calcul ou les
2
U = 0 , 34 W/m . K . logiciels gratuits ou payants disponibles
sur Internet pour effectuer cette tâche
automatiquement .
Les solutions d 'isolation et Quand elles sont connues, les performan­
leurs performances ces acoustiques des solutions d'isolation
sont présentées sous forme d'étoiles . Plus
Tous les matériaux présentés ne sont pas le nombre d'étoiles est important, plus
valables dans tous les cas et pour tous l e produit est performant . Notez qu 'il
les types de parois . Certaines solutions ne s'agit que de comparaisons indica­
sont indispensables pour une configu­ tives entre les différents systèmes . Les
ration donnée, alors que d'autres sont valeurs sont données à titre d'exemple
inutiles voire déconseillées . En fonction et peuvent aussi présenter de bonnes
de la nature des travaux, les matériaux performances acoustiques .
mis en œ uvre p euvent également diffé­
rer : certains peuvent être appliqués à Pour plus d'informations sur les procédés
la rénovation, d ' autres uniquement à un de mise en œuvre des différentes solutions,
projet de construction neuve , dans le cas reportez-vous à l 'ouvrage « Le grand livre
d'un agrandissement ou d'une suréléva­ de l ' isolation ", dans la même collection .
tion d'un bâtiment existant . Nous allons
passer en revue les différentes solutions Les valeurs de performances thermiques
techniques d'isolation thermique pour indiquées dans ce chapitre sont données
vous permettre d e c h o i s i r c e l l e q u i à titre indicatif ou sont des donnée s
convient le mieux au projet souhaité . fabricants . Elles ont pour but de donner
un ordre de grandeu r des performances
Pour chaque solution proposée , les que vous pouvez atteindre en adoptant
valeurs U d e s parois s o n t indiqu é e s les solutions proposées . Pour des valeurs
2
en W/m . K . E n effet, divers systèmes adaptées à chaque cas de figure , vous
c onstructifs et isolants manufacturé s , devez effectuer un calcul, en fonction des
ave c d e s caractéristiques thermiques paramètres propres à l' habitation, pour
certifiée s , sont possibles, notamment en estimer au plus juste les performances
ce qui concerne les parois vertica l e s . possibles ou souhaitée s .
Souvent, p o u r obtenir les mêmes per­
formances avec un autre isolant, il suffit N 'oubliez p a s q u e seuls l e s isolants ther­
d'utiliser un produit de même résistance miques bénéficiant d 'une certification
thermique . Vous p ouvez aussi souhaiter indépendante (ACERMI ou autre) offrent
améliorer un exemple présenté . Dans ce des performances vérifiées de coefficient
cas , il suffit de choisir un isolant thermi- lambda et de résistance thermique . Ces
La pla nification de l ' installation électrique

certifications ont un coût important que condensation interne . Ce procédé offre


nombre de petits fabricants de produits l'avantage d'être rapide et peu onéreux .
isolants naturels ou autres n'ont pas les
moyens de prendre en charge . Dans ce L'isolation par l 'extérieur ou ITE (isola­
c a s , vous devrez faire confiance aux tion thermique extérieure) constitue la
valeurs annoncées par les fabricants ou solution la plus efficace, mais sa mise
vérifier par vous-même si elles corres­ en œuvre , délicate , exige une maîtrise
pondent plus ou moins à celles que nous technique plus avancée .
vous indiqu ons . En e ffet, le discours L'isolation répartie ayant recours à des
commercial dépasse parfois les limites en éléments constructifs isolants concerne
annonçant des performances fantaisistes uniquement les projets neufs . Elle fait
ou surévaluées . Attention aux arguments appel à la maçonnerie roulée qui n'est pas
fallacieux, comme ceux qui consistent à difficile à apprendre, mais qui diffère radi­
évaluer les matériaux en annonçant que calement de la maçonnerie traditionnelle .
2 cm de tel produit é quivalent à 20 cm
de tel autre de la concurrence .
L'isolation rapportée par l'intérieur
La plupart des techniques présentées sont
conformes aux DTU ou font l'objet d'un Cette solution d'isolation est simple à
Avis Technique . Les solutions innovantes mettre en œuvre . Elle consiste à installer
ou utilisées dans d'autres pays européens un isolant et une finition du côté intérieur
nécessitent une étude préalable adaptée des murs en contact avec l'extérieur ou
à chaque cas particulier. des locaux non chauffé s . En plus des
lacunes de cette technique en termes
de ponts thermiques , il existe un autre
Les solutions d ' isolation inconvénient qui est l ' e mprise au sol .
des parois verticales En effet, pour obtenir des performances
correctes, la surface au sol occupée par
Avant d'isoler un mur extérieur, rappe­ l 'isolant est importante . La surface habi­
lons qu'il est primordial de s'assurer qu' il table est diminuée d'autant. Par exemple,
est sain et ne présente pas de traces de avec un isolant de 10 cm d 'épaisseur,
remontées capillaires ou d'infiltrations plus une plaque de plâtre de 1 cm, il
extérieures d'humidité . En effet, outre est aisé de calculer le nombre de mètres
les désagréments et dégradations dus carrés perdus dans les pièces isolées .
à l ' humidité , les capacités d'isolation L'avantage est que l'on dispose de parois
de bon nombre d'isolants seront dégra­ finies prêtes à recevoir le revêtement
dées. Le traitement préalable des zones intérieur (peinture , papier peint, etc . ) .
humides est donc indispensable avant U n autre inconvénient e s t que l 'isolation
tous travaux d'isolation. L'isolation des par l 'intérieur annule les effets de l'inertie
parois verticales peut s ' effectuer de dif­ thermique initiale du mur. De plus, il faut
férentes manières. La plus répandue en prendre des dispositions adaptées pour
France, à tort , est l'isolation par l' inté­ les fixations d'objets lourds .
rieur, malgré les inconvénients qu 'elle
comporte, notamment en ce qui concerne Côté extérieur, la paroi doit être en bon
les ponts thermiques et les risques de état et protégée contre les infiltrations
l!i·i3iii·•d9t1·@@t4§ttMtl
d'eau de pluie. Étant donné que les maté­ parfois des problèmes de manutention,
riaux ne sont pas disposés dans l'ordre notamment dans les maisons à étage ou
croissant de perméabilité à la vapeur en immeubles collectifs .
d'eau , ordre qui permettrait la migration
naturelle de la vapeur, il y a risque de Les plaques sont collées à l a paroi au
condensation interne . C'est p ourquoi un moyen de mortier a dhésif (figure 9 1 ) .
pare-vapeur s'impose dans le cas d'un Elles sont plaquées contre l e plafond et
isolant fibreux. au mur pour parfaire leur adhérence . En
Pour diminuer les ponts thermiques au partie basse, il convient de réaliser un
niveau des sols, dans le cas d'un plancher calfeutrage au moyen de laine minérale
lourd, rappelons qu'il est judicieux de ou de mousse de polyuréthane .
prévoir une isolation sous chape flot­
tante . Dans le même but, prévoyez des Les plaques sont p o u rvues d e bords
planchers intermédiaires de p référence amincis destinés à recevoir les bandes
légers . S'ils sont lourds , réalisez une iso­ de j oint collées à l'enduit. Il s 'agit de
lation des plafonds , en sous-face . bandes de papier destinées à masquer
Les ponts thermiques sont importants au les raccords et à éviter les fissures après
niveau des murs de refend lourds, ce qui séchage . La pose doit être soignée afin
implique aussi de prendre des disposi­ d'éviter toute surépaisseur.
tions dans ce cas . Les plaques de plâtre ont généralement
une épaisseur de 10 mm, ou 1 3 mm, ce
Pour l'isolation intérieure, les p rincipales qui augmente légèrement leurs perfor­
solutions possibles sont les c omplexes mances. Les plaques de plâtre peuvent
isolants collés , l' isolation avec ossature être classiques , hydrofuges, renforcées,
et plaques de plâtre ou l'isolation avec acoustiques, ou pourvues en usine d'une
contre-cloison. couche de finition.

Les complexes de doublage Le collage des complexes isolants ne


L'utilisation de complexes isolants à col­ peut se faire que sur des parois vertica­
ler est la technique la plus facile et la plus les planes et propres : b éton, parpaings ,
rapide . On l 'emploie en neuf ou en réno­ briques de terre cuite , béton cellulaire .
vation lorsque le support est sain, propre Il n ' est pas a dapté aux murs irréguliers .
et plan. Un grand choix de matériaux
isolants commercialisés sous cette forme L ' é p a i s s e u r t o t a l e d u systè m e , n o n
est disponible : laine de verre , laine de négligeable, doit être prise en compte .
roche , polystyrène expansé normal ou Le collage implique e nviron 1 cm d'écart
renforcé thermique et/ou a coustiqu e , par rapport au mur une fois la colle
polyuréthane . . . L e matériau isolant est compressée. Si l'on ajoute l'épaisseur de
collé sur une plaque de plâtre en usine l 'isolant, comprise entre 30 et 1 00 mm
avec éventuellement un pare-vapeur. Les et celle de la plaque de plâtre ( 1 0 ou
plaques mesurent généralement 1 , 20 m 13 mm) , on obtient une épaisseur totale
en largeur et peuvent atteindre jusqu 'à comprise entre 50 mm pour le complexe
3 m de hauteur, ce qui permet de couvrir le moins épais, et donc le moins perfor­
la plupart des hauteurs d'étage sans rac­ mant, et 1 20 mm pour les doublages les
cords . La hauteur des plaques p eut poser plus épais .
La planification de l'installation électrique

Murs en blocs de béton creux de 20 cm d'épaisseur


Isolation avec doublages sur blocs de béton creux avec enduit extérieur de 15 mm (R = 0,23 m2 .l</W).

1
Isolation avec complexe de doublage Complexe plâtre+ laine minérale

Up:0,291
Avec complexe (1O + 100 mm):
R=2,95 m 2 .KfW
épaisseur isolant= 100 mm
Complexe
isolant

Complexe plâtre+ polystyrène expansé

Up:0,22
Avec complexe (1O + 130 mm):
R=4,10 m 2 .KfW
Bande
de joint épaisseur isolant (Ultra 32)= 130 mm

1 Up:0,241
Avec complexe (13 + 120 mm):
R=3,80 m 2 .K/W
épaisseur isolant (Ultra 32)= 120 mm
Calfeutrage

Isolation avec ossature métallique Isolant= laine minérale

Up:0, 19
et plaques de plâtre

Avec laine minérale:


R=5,00 m 2 .K/W

*****
épaisseur= 160 mm

Up:0,231
Canalisations
électriques

Éclisse Avec laine minérale:


R=4 m 2 .K/W
Fourrure
épaisseur= 140 mm
Isolant avec
pare-vapeur
Lisse horizontale Avec laine minérale:
avec appui R=3,15 m 2 .K/W

1
épaisseur= 130 mm
Lisse basse
Up:0,301
Avec laine minérale:
R= 2,85 m 2 .K/W
épaisseur= 100 mm

Figure 91 : L'isolation avec doublages sur blocs de béton creux


l!J· 13irt· lh?ti· tlGt§§ 1;?t«1
Des ponts thermiques ponctuels peu- fixées au sol et de lisses hautes fixées
_ _ t�p_ers_
________ v_en _ ister
_ si la mise en œuvre n'est au plafond. Les lisses servent de sup­
pas soignée au niveau des jonctions port aux éléments verticaux, ou four­
entre les plaques, des liaisons avec les rures, disposés à intervalles réguliers,
menuiseries, des boîtes d'encastrement soit généralement 0,40 ou 0,60 m, c'est­
électriques ou à cause d'un mauvais cal­ à-dire des fractions entières de largeur
feutrage en partie basse ou haute. de plaque de plâtre. En fonction de la
Pour le passage des canalisations des résistance et de la hauteur de la paroi
réseaux électriques ou de plomberie, à isoler, le renforcement de l'armature
derrière les complexes de doublage, il est peut être nécessaire. Prévoyez alors une
possible d'entailler légèrement l'isolant, lisse horizontale sur laquelle seront fixés
mais le moins possible pour ne pas des appuis réglables à clipser dans les
amoindrir ses performances. fourrures.
La pose des complexes doit être soignée L'isolant est installé avant le montage des
pour assurer la bonne étanchéité à l'air et fourrures. Pour éviter qu'il ne se tasse,
à la vapeur d'eau par convection. Toute­ on utilise généralement des panneaux
fois, cela n'empêche pas la migration semi-rigides. Si l'isolant est perméable
de la vapeur par diffusion à travers les à la vapeur d'eau, il convient d'utiliser
matériaux. Même si les complexes sont un pare-vapeur. Prévoyez à cet effet
munis d'un pare-vapeur, la migration du ruban adhésif pare-vapeur pour
s'effectue par les joints entre complexes joindre les lés entre eux. En revanche,
et aux jonctions avec les parois, ce qui l'étanchéité n'étant pas assurée aux jonc­
entraîne des risques de condensation tions avec le sol, le plafond et les parois
interne. latérales, il sera impossible de maîtriser
Il existe des complexes isolants dotés de le flux de vapeur d'eau par diffusion.
rainures réalisées en usine, entre l'isolant Il est préférable d'installer directement
et la plaque de plâtre, pour permettre le sur l'ossature un pare-vapeur rapporté
passage des canalisations électriques ou continu, hygrorégulant ou étanche.
de plomberie. La structure pourra recevoir les plaques
de plâtre qui seront vissées sur les four­
Dans le cas où les murs sont irréguliers rures. Calculez le nombre de plaques et
ou ne permettent pas le collage, il est les espacements pour que les jonctions
possible de fixer les complexes par vis­ entre plaques se fassent sur une fourrure.
sage sur une ossature bois.
Les joints entre les plaques se feront
L'isolation avec ossature également avec une bande de papier et
Si vos murs sont dégradés, irréguliers, de l'enduit, qui doivent être approvision­
en faux aplomb ou atypiques (grande nés en quantité suffisante. Il en va de
hauteur), l'isolation avec ossature est même pour la réalisation de l'étanchéité
une solution. Ce procédé nécessite plus à l'air, qui est assurée par le colmatage
de matériel que le collage. Il est par de l'espace entre les plaques de plâtre
conséquent plus onéreux et plus délicat et le sol.
à mettre en œuvre. Avant la pose des
isolants, il faudra réaliser une ossature Ce procédé présente plusieurs autres
métallique composée de lisses basses inconvénients. À l'épaisseur variable
La planification de l'installation électrique

de l'isolant, il faut ajouter celle de alors pas affaiblies. De même, les perce­
l'ossature métallique, de 18 à 90 mm, ments pour les boîtes d'encastrement
plus une ou deux plaques de plâtre BA électriques peuvent être réalisés sans
10 ou BA 13. La paroi finie n'offre endommager l'isolant.
pas plus de résistance aux charges
lourdes que les doublages collés, d'où L'isolation avec contre-cloison
la nécessité de prévoir des renforts aux Le principe de l'isolation avec contre­
endroits destinés à recevoir des fixa­ cloison est simple. Il s'agit d'un isolant
tions lourdes. L'inertie thermique de la plaqué contre le mur et masqué par une
paroi est également perdue. Il faudra si contre-cloison. L'isolant, semi-rigide ou
possible compenser cette perte par des en panneaux, est fixé mécaniquement
murs de refend ou des cloisons lourdes. ou collé, comme dans le cas des isolants
Il n'est pas judicieux d'opter pour des alvéolaires (figure 92).
ossatures métalliques très larges entre Si l'isolant est perméable à la vapeur
lesquelles on installe les lés d'isolant, d'eau, il faut prévoir également un pare­
car il y a création de ponts thermiques vapeur du côté intérieur afin d'éviter
ponctuels. Pour éviter cela et utiliser tout risque de condensation interne à
l'emprise de l'ossature, il est possible de la paroi. L'étanchéité doit être parfaite
poser l'isolant en deux couches. Dans entre les isolants et aux jonctions avec
ce cas, prévoyez une première couche les autres parois afin d'éviter les risques
sans pare-vapeur entre l'ossature et le de condensation interne.
mur, puis une seconde couche pourvue
d'un pare-vapeur, si nécessaire, entre La contre-cloison, dont l'épaisseur est
les fourrures ou, mieux, un pare-vapeur généralement de 5 cm, peut être réalisée
rapporté. en divers matériaux comme des briques
plâtrières, des carreaux de plâtre ou des
Le système de fourrures de 18 mm avec carreaux de béton cellulaire. Pour la
appuis et lisse horizontale est celui qui finition de la contre-cloison, vous pou­
occupe le moins d'épaisseur. C'est le vez envisager un enduit au plâtre dans
plus utilisé dans le résidentiel. Il offre le cas de briques plâtrières, cependant
l'avantage que l'on peut utiliser n'importe la mise en œuvre nécessite une certaine
quel type d'isolant semi-rigide, ou en dextérité. Vous pouvez aussi opter pour
panneaux classiques ou écologiques. On des plaques de plâtre collées, plus faciles
peut également choisir l'épaisseur selon à poser. Si la contre-cloison est en béton
les performances thermiques et acous­ cellulaire, un enduit pelliculaire adapté
tiques souhaitées. La paroi intérieure est suffira. Les plaques de plâtre sont égale­
finie et prête à recevoir un revêtement. ment possibles, de plus elles permettront
Il existe aussi des plaques de plâtre d'améliorer encore les performances
renforcées, hydrofuges, pré-enduites ou thermiques. Si la contre-cloison est en
acoustiques. carreaux de plâtre, un enduit de finition
sera nécessaire sur les joints avec un rat­
La distribution des réseaux d'eau et issage en partie courante pour éliminer
d'électricité est facilitée puisqu'elle peut les éventuelles traces d'impacts.
se faire entre l'isolant et l'ossature. Les L'avantage de cette solution est la
performances de l'isolation ne seront création d'une maçonnerie en dur côté
l!J·Miit·ld?ti·§Gi#§Mltl
Murs en blocs de béton creux de 20 cm
Isolation avec contre-cloison sur blocs de béton creux d'épaisseur avec enduit extérieur de 15 mm,
lame d'air de 10 mm (R = 0,23 m2.l<IW) et
------------1s• olati- on--aveE-EentFe-Eloison--et-laine-minéralee-------------c=o=n�u=e�-c"""lol·scmen-brtq=s1Jlâtrlère·�
· -----1
de 40 mm avec enduit plâtre de 10 mm.

Renforcement de l'étanchéité
périphérique à la vapeur d'eau

Patte de fixation
recouverte d'adhésif
::::;îï------ Isolant avec pare-vapeur
en papier kraft Avec laine minérale:
R= 3, 15 m2 .l</W
Patte de fixation
épaisseur= 100 mm
de l'isolant
Ruban adhésif
pare-vapeur

Briques plâtrières Avec laine minérale:


ou carreaux de R= 2,85 m2 .K/W
plâtre épaisseur= 100 mm
...,.,,,-+------ Enduit

Isolation avec contre-cloison et polystyrène

Renforcement éventuel de
l'étanchéité à la vapeur d'eau
(mastic d'étanchéité et adhésif
pare-vapeur)

Plaques de polystyrène
extrudé bouvetées
Avec plaques de
polystyrène expansé (Ultra):
R= 3,05 m2 .K/W
Enduit épaisseur= 100 mm
Briques plâtrières
ou carreaux de
plâtre
Avec plaques de
polystyrène expansé (Th 38):
R= 2,60 m2 .K/W
épaisseur= 100 mm

Excepté pour le polystyrène


expansé plastifié qui présente de
meilleures performances acoustiques.

-
Figure 92: L'isolation avec contre-cloison sur blocs de béton creux
La planification de l'installation électrique

intérieur permettant d'apporter de l'in­ et décorée. L'un des inconvénients à


ertie thermique. De plus, les charges considérer est la modification de l'as­
admissibles pour les fixations sont plus pect extérieur de la construction, ce qui
importantes que dans le cas d'une simple implique une demande d'autorisation.
plaque de plâtre. Les éléments qui poseront le plus de
difficulté et nécessiteront un soin tout
Le choix du type d'isolant et son épais­ particulier, sont les tableaux des ouver­
seur sont libres. L'isolant est protégé par tures. En rénovation, il est relativement
la contre-cloison. Les réseaux électriques simple de choisir des isolants de forte
ou de plomberie peuvent cheminer entre épaisseur pour les parois opaques, en
l'isolant et la contre-cloison. Si elle est revanche cela va poser un problème
suffisamment épaisse et que les normes pour l'isolation des tableaux des ouver­
le permettent, le passage des canalisa­ tures, surtout si les châssis sont posés
tions peut aussi s'effectuer dans son du côté intérieur du mur. On imagine
épaisseur par engravement. L'isolant mal dix centimètres d'isolant en recou­
n'est pas entamé par les canalisations et vrement d'une partie de la menuiserie.
n'est pas dégradé.
L'étanchéité à l'air est satisfaisante grâce Sur les tableaux, il conviendra de poser
aux propriétés des parois maçonnées. un isolant moins épais, avec en con­
Le principal inconvénient reste l'épaisseur trepartie l'affaiblissement de l'isolation
d'un tel système d'isolation. Outre à ces endroits. En construction neuve,
l'épaisseur de l'isolant choisi, il faut le problème est évité en posant les
compter une lame d'air de 10 mm, une menuiseries du côté extérieur du mur
épaisseur de briques plâtrières de 40 mm et en prenant soin de garder le bâti en
et un enduit de 10 mm. De plus, le coût contact avec l'isolant.
de la mise en œuvre est important. Prévoyez un parement extérieur de
qualité, car il sera inévitablement plus
fragile que celui d'un mur maçonné
L'isolation par l'extérieur (ITE) traditionnel.

Le principe de l'isolation par l'extérieur Rappelons que, grâce à l'isolation par


ou ITE (isolation thermique extérieure) l'extérieur, l'inertie du mur existant est
consiste à fixer l'isolant sur le côté conservée et optimisée puisque l'isolant,
extérieur du mur. Il peut servir de sup­ placé côté extérieur, évitera au mur de
port pour la finition ou de remplissage s'échauffer ou de se refroidir trop rapi­
derrière une ossature, qui elle-même dement. En outre, l'ordre de position­
supportera la finition. Comme on ne nement des matériaux est respecté en ce
diminue plus les surfaces intérieures, qui concerne la résistance au transfert de
la latitude est plus grande pour la mise la vapeur d'eau, qui doit s'effectuer du
en œuvre et dans le choix des isolants, matériau le plus résistant vers le moins
même épais. Cette solution est intéres­ résistant, de l'intérieur vers l'extérieur. Il
sante à étudier tout particulièrement n'y a alors pas de risque de condensa­
dans le cadre d'un projet de rénovation, tion interne à la paroi. C'est pourquoi le
notamment lorsqu'il est problématique pare-vapeur n'est pas nécessaire pour les
d'intervenir dans une habitation finie isolants fibreux.
►!i·Milt· •d9tJ·titit4§îi®tl
Il en est de même avec les isolants plas­ bâtiment (figure 93), par collage au
tique alvéolaires. En revanche, il ne doit mortier-colle ou par fixation méca-
pas exister de lame d'air entre le mur et nique, ou les deux. Pour le collage, un
l'isolant. profilé de base est fixé mécaniquement
sur la façade. Il est destiné à accueillir
Pour réaliser une isolation par l'extérieur, les panneaux du premier rang tout en
plusieurs solutions sont possibles, selon évitant leur glissement. Pour la fixation
le matériau du mur à isoler (maçonnerie mécanique, on a recours à des chevilles
traditionnelle ou bois) et l'aspect exté­ de fixation à large tête pour un bon
rieur souhaité. Vous pouvez choisir un maintien de l'isolant. Les modèles en
habillage par bardages traditionnels en matière plastique sont préférables afin de
bois ou dérivés, en lames ou en pan­ limiter les ponts thermiques ponctuels.
neaux composites, en matières minérales, Un enduit d'accrochage sera réalisé sur
en terre cuite ou autres. Il est également l'isolant dans lequel sera installé un treil­
tout à fait possible de réaliser un enduit lis d'armature en fibres de verre. Il servira
mince ou un enduit hydraulique tradi­ lui-même de support à une couche de
tionnel, si vous préférez ce style de fini­ fond pour égaliser la surface. L'enduit de
tion. Naturellement, le procédé de mise finition pourra alors être réalisé.
en œuvre n'est pas le même dans chaque Naturellement, l'isolant doit être adapté
cas. Le choix est vaste et libre, puisque à la pose extérieure et être hydrophobe.
les performances thermiques dépendent Les matériaux courants sont le polys­
principalement de l'isolant et dans une tyrène expansé, les laines de roche
moindre mesure de la paroi existante. compressées, les panneaux de fibres
Dans le cas d'une finition enduite, de bois, les panneaux sandwiches de
l'apport en isolation est faible, quant aux fibragglos, etc.
bardages, ils n'ont aucune incidence, à
cause de la lame d'air ventilée qui les Le principal reproche fait à ce procédé
sépare de l'isolant. d'isolation est sa fragilité aux chocs.
Celle-ci, toute relative en pratique,
Un autre procédé d'isolation par dépend du type d'isolant utilisé et de
l'extérieur est envisageable : le double l'emplacement de la construction. Si le
mur. Il est, en de nombreux points, simi­ polystyrène expansé est susceptible de
laire aux précédentes solutions, puisque se déformer sous un choc, il n'en est pas
son principe s'apparente à une isolation de même avec les panneaux de fibres de
par l'extérieur. L'isolant est posé du côté bois ou de fibragglos. Une construction
extérieur du mur porteur. Le parement qui n'a pas de façade sur la voie publi­
extérieur consiste en une paroi lourde, que présente peu de risques. Il suffit
mais non porteuse, généralement en de prendre quelques dispositions de
briques pleines de terre cuite ou de protection dans les angles ou les points
silicocalcaire. de passage.
Les performances thermiques sont inté­
L'isolation par l'extérieur s'exécute ressantes comme le montrent les exem­
couramment avec un enduit. Avec ce ples suivants.
procédé, l'isolant thermique est fixé Une paroi en béton banché de 15 cm
directement sur la paroi extérieure du avec enduit intérieur présente une
La planification de l'installation électrique

2 2
résistance thermique R de 0,08 m . K/W coefficient U paroi de 0,33 W/m .K. On
environ. Avec des panneaux de PSE de peut améliorer ce coefficient avec des
110 mm d'épaisseur, de résistance ther­ isolants plus épais. Avec des panneaux
2
mique R = 2, 8 0 m . K/W, on obtient un sandwiches de fibragglos et polystyrène

Isolation par l'extérieur - support d'enduit sur mur béton Mur en béton banché de 15 cm
d'épaisseur présentant une résistance
Avec panneaux isolants collés thermique R = 0,08 m2 .K/W
et enduit intérieur.

Mur Up: 0,20


(côté extérieur) Avec panneaux de
Panneau isolant fibres de bois
en deux couches
(fixation mécanique):
Première couche
Couche R= 1,43 m2 .K/W
d'accrochage épaisseur= 60 mm
Seconde couche
Treillis R= 3,18 m2 .KJW
d'armature épaisseur =140 mm
.---+- Couche
de fond 1 Up: 0,261
Avec panneaux de laine
de roche compressée
pour extérieur (fixation
Crépi
mécanique):
R= 3,61 m2 .l<JW
épaisseur= 130 mm

-==-- Profilé 1 Up: 0,27 1


__Llblc:,:_�_=::::::=,,,_... ------------
de départ Avec plaques sandwiches
de polystyrène
Avec panneaux isolants fixés mécaniquement
+ Fibralith:
R= 3,38 m2 .K/W
épaisseur= 125 mm
Mur

1 Up: 0,331
(côté extérieur)

Panneau isolant Avec plaques de


polystyrène (PSE)
R= 2,80 m2 .K/W
épaisseur= 110 mm
Couche
d'accrochage Variable selon
Treillis les isolants
d'armature

Couche
de fond

Crépi
Figure 93:
Chevilles L'isolation par
de fixation
l'extérieur d'un mur en
béton
l!i·t3iit·ld#i·tJWt4§Mltl
d'une épaisseur de 125 mm et une résis­ Avec 130 mm de laine de roche com­
2
tance thermique R de 3, 38 m . K/W, on pressée, on peut atteindre un coeffi-
obtient un coefficient U de 0,27 W/m .K. cient U de 0,23 W/m .K pour un mur en
2 2
Ce chiffre passe à 0,26 W/m .K avec des briques et 0,25 W/m .K pour un mur en
panneaux de laine de roche compres­ blocs de béton.
sée pour extérieur d'une épaisseur de Avec 200 mm d'isolant et deux couches
130 mm et une résistance thermique R de de panneaux de fibres de bois, le coef­
2 2
3,61 m .K/W. En augmentant fortement ficient U passe à 0, 19 W/m . K pour un
2
l'épaisseur des isolants traditionnels, on mur en briques et à 0,20 W/m .K pour
peut obtenir des performances très inté­ un mur en blocs de béton.
ressantes. Ainsi, avec 200 mm d'isolant
et cette fois deux couches de panneaux
de fibres de bois (voir figure 93), il est L'isolation thermique
possible d'atteindre un coefficient U de des planchers bas
2
0,20 W/m .K.
Dans la majorité des cas, l'isolation
Les murs composés de petits éléments thermique des planchers concerne uni­
constructifs, comme les blocs creux de quement les projets de construction
béton ou les briques creuses, offrent une ou de rénovation lourde. Les solutions
résistance thermique supérieure à celle rapportées sur un plancher existant sont
d'un mur en béton banché. Cependant, possibles, mais généralement moins
la majeure partie des gains en isolation performantes. Plusieurs solutions sont
ne peut s'obtenir qu'avec des épaisseurs possibles selon qu'il s'agit d'un plan­
conséquentes d'isolant. Les briques cher sur terre-plein, sur vide sanitaire
creuses offrent des performances meil­ ou sur sous-sol non chauffé. Il n'est pas
leures que les blocs de béton. Dès lors nécessaire d'isoler thermiquement les
que les éléments sont pourvus d'alvéoles planchers intermédiaires situés dans le
verticales, les résultats sont nettement volume habitable, entre deux espaces
améliorés. Dans une largeur de 20 cm, chauffés.
ces briques offrent une résistance ther­
2
mique de 0,78 m . K/W. Dans une épais­ Les planchers sur terre-plein
seur de 25 cm, la résistance thermique Les solutions présentées ne sont valables
2
passe à 1,02 m . K/W. En comparaison, que si le plancher sur terre-plein est
une brique de construction traditionnelle adapté au type de construction et si,
à alvéoles horizontales de 20 cm de naturellement, les contraintes de terrain
2
largeur ne dépasse pas 0,47 m . K/W en et autres le permettent.
résistance thermique. La solution la plus courante consiste à
Si l'on ajoute à la maçonnerie des couler une dalle sur un terre-plein com­
plaques de polystyrène de 110 mm pacté et sur la partie haute des semelles
d'épaisseur, dont la résistance Rest égale des fondations (figure 95). En partie
2
à 2, 80 m .K/W, on obtient un coefficient centrale, le terre-plein consiste en un lit
2
U de 0,29 W/m . K si le mur est en briques de pierres concassées recouvert d'une
de 20 cm (figure 94). Si le mur est en couche de sable et d'un film anticapillaire
blocs de béton, le coefficient U est de contre les remontées d'humidité. Une

-
2
0, 31 W/m . K. première couche d'isolant insensible à
La planification de l ' installation électrique

Isolation par l'extérieur - support d'enduit sur mur en petits éléments Variable selon
les isolants
Performances avec un mur en blocs de béton Mur en blocs de béton creux de 20 cm d'épaisseur
avec enduit intérieur présentant une résistance thermique
R = 0,23 m 2 .l<JW + enduit extérieur.

Up : 0, 2 0
Avec panneaux de fibres de bois en deux couches:
Première couche R= 1,43 m 2J </W
épaisseur = 60 mm
Seconde couche R= 3, 18 m 2.KfW
épaisseur= 140 mm
Enduit intérieur

Avec panneaux de laine de roche


compressée pour extérieur:
R = 3,6 1 m 2 .K/W
épaisseur= 130 m m

1 U p : 0, 2 6 I
Avec plaques sandwiches de polystyrène
+ Fibralith: R= 3,38 m 2 .KfW
épaisseur= 125 m m

1 up : o, 3 1 1
Avec plaques de polystyrène (PSE):
R= 2,80 m 2 .KfW
Performances avec un mur en briques creuses
épaisseur= 110 mm
M u r en briques creuses à alvéoles horizontales d e 2 0 cm d'épaisseur avec
enduit intérieur, présentant une résistance thermique R = 0,47 m 2 .l<JW + enduit extérieur.

U p : 0, 1 9
Avec panneaux de fibres de bois en deux couches:
Première couche R= 1,43 m 2 .K/W
épaisseur = 60 m m
Seconde couche R= 3 ,1 8 m 2.KfW

1
épaisseur= 140 m m

U p : 0, 2 3 1
Avec panneaux de laine de roche
compressée pour extérieur:
R= 3,6 1 m 2 .K/W

1
épaisseur= 130 m m

Up : o, 2 s l
Avec plaques sandwiches de polystyrène
+ Fibralith: R= 3,38 m 2.K/W

1
épaisseur= 125 m m

U p : 0, 2 9 j
Avec plaques de polystyrène (PSE):
R = 2,80 m 2 .KfW
épaisseur= 110 m m

Figure 94 : L'isolation par l'extérieur d'un mur en petits éléments


l!i·Miit·ld?ti·tJGi#§ît®tl
Dalle en béton de 140 mm et
Isolation d'un plancher sur terre-plein ou d'un radier chape de 60 mm

_ Solution tr.aditionneUe
lsofant peripliérique et U p : 0,22
Chape flottante étanchéité
Dalle coulée sur isolant Avec polystyrène extrudé sous la dalle :
R= 2,25 m 2 .K/W - épaisseur= 70 mm
+
Polystyrène extrudé sous la chape :
R= 2,45 m 2 .KJW - épaisseur= 70 mm

Avec polystyrène extrudé sous la dalle :


R= 2,00 m 2 .K/W - épaisseur 6 1 mm
+
Polystyrène extrudé sous la chape :
R= 2, 1 0 m 2 .K/W - épaisseur= 60 mm
Avec isolant uniquement sous dalle

1
et sans chape flottante

Up : 0,36 j
Attention : les armatu res métalliques des Avec polystyrène extrudé sous la dalle :
ouvrages en béton ne sont pas représentées.
R= 2,65 m 2 .K/W
épaisseur= 80 mm

Isolation sous radier (système lsoquick)


Dalle en béton armé de 20 cm
Mur porteur (24 cm)
Isolation extérieure (30 cm)
Dalle en béton (radier) U p : 0,09
Avec polystyrène extrudé :
Film de polyane
élément bas de 200 mm
et élément de
blocage de 150 mm
Isolant
(élément de blocage en Dalle en béton armé de 25 cm
polystyrène expansé Péripor•)

Gravillons 4/8 U p : 0, 1 1
(S em)
Avec polystyrène extrudé :
Pierres
élément bas de 200 mm
et élément de
blocage de 100 mm

(élément
périphérique)

C:
(élément bas)
Écran géotextile

Figure 95 : L'isolation des planchers sur terre-plein


La planification de l'installation électrique

l'humidité et incompressible est dispo­ Un autre principe constructif est possible


sée sur le lit de sable. Il peut s'agir, par pour réaliser un plancher sur terre-plein
exemple , de polystyrène extrudé ou il s'agit du radier. Les murs sont érigés
de verre cellulaire. Après ferraillage et directement sur la dalle formant la base de
coulage de la dalle, les murs pourront la construction. Le radier peut être muni
être élevés en appui sur celle-ci. Pour de bêches, c'est-à-dire d'éléments qui
améliorer encore les performances ther­ permettent d'ancrer la dalle dans le sol.
miques, vous pouvez aussi prévoir une Si le radier est plat, des systèmes iso­
chape flottante, sur une seconde couche lants innovants pour les maisons indi­
d'isolant. Interviendra ensuite l'isolation viduelles existent. Sur le terrain, il faut
par l'intérieur. Veillez à limiter le plus décaisser l'emplacement de la maison
possible le pont thermique linéaire en et le niveler. On met en place un écran
about de dalle. Pour ce faire, placez un géotextile, un lit de pierres concassées
isolant périphérique du côté extérieur compactées , puis un lit de gravillon.
des soubassements.
On crée une forme, destinée à recev­
Si le sol est assez stable, compact et n'est oir la dalle, qui consiste en une série
pas un remblai, il est également pos­ d'éléments en polystyrène extrudé de
sible de créer une dalle désolidarisée. Il nouvelle génération. Le système se
s'agit d'intercaler une épaisseur d'isolant compose d'éléments pourvus d'une face
périphérique entre la dalle et la partie lisse inférieure et d'une face supérieure
intérieure des semelles de fondation. En pourvue de tétons. D'autres éléments
prévoyant une isolation par l'intérieur disposant de remontées latérales sont
qui sera posée dans le prolongement de utilisés pour les rangs périphériques. Les
la bande périphérique, les ponts ther­ éléments occupent la totalité de l'emprise
miques seront diminués à la jonction au sol de la construction. Une seconde
mur/plancher. Le principe consiste à couche de plaques d'isolant, avec cette
créer une sorte de dalle flottante. fois des tétons sur leur face inférieure,
est emboîtée sur la première. Ces plaques
Pour juger des performances thermiques, font office d'éléments de blocage pour
prenons l'exemple d'une dalle en béton solidariser l'ensemble.
de 140 mm d'épaisseur. En installant
sous la dalle une couche de polystyrène Sur ce socle en polystyrène, il est alors
extrudé d'une épaisseur de 80 mm et de possible de ferrailler et couler la dalle
2
résistance thermique R = 2,65 m .K/W, on normalement , puis d'ériger les murs.
2
obtient un coefficient U de 0,36 W/m . K , Grâce au débord créé par les éléments
ce qui est un résultat moyen. En choi­ périphériques, il sera possible de créer
sissant des panneaux de polystyrène une isolation par l'extérieur sans aucune
extrudé de 70 mm d'épaisseur, de résis­ discontinuité et, par conséquent, sans
2
tance thermique R = 2,45 m . K/W sous la aucun pont thermique. Ce système
dalle, plus une chape flottante de 60 mm ingénieux et totalement efficace du point
avec des plaques de polystyrène extrudé de vue énergétique a été adopté pour
de 70 mm d'épaisseur et de résistance la construction de maisons passives en
2
thermique R = 2,25 m . K/W, on obtient Allemagne. Il permet d'obtenir des per­
2
un coefficient U de 0,22 W/m .K. formances exceptionnelles.
hii·Milt·•d#ti·t!dti§Mtitl
Il va de soi qu'une étude préliminaire des entrevous isolants en polystyrène
est indispensable pour déterminer si ce avec poutrelles en béton précontraint
type de construction est adapté au projet et chape de compression. Ce procédé -
constructif et au terrain. classique intègre une partie de l'isolation
En ce qui concerne les performances dans le plancher lui-même. Pour un pro­
thermiques, avec une première couche jet de rénovation, il est rare et difficile
d'éléments de 200 mm, une seconde cou­ de refaire entièrement les planchers.
che de blocage de 100 mm et un radier C'est pourquoi on préfère généralement
en béton armé de 200 mm d'épaisseur, ce recourir à l'isolation par le dessus ou par
système permet d'atteindre un coefficient le dessous d'un plancher existant, ce qui
2
U de 0,11 W/m .K. Ce niveau peut encore implique une diminution de la hauteur
être amélioré avec une dalle en béton de des pièces. À moins d'utiliser de fortes
25 cm, une première couche d'éléments épaisseurs d'isolant, ce qui n'est pas
de 200 mm et une couche de blocage toujours possible, ces solutions restent
de 15 0 mm. Le coefficient U atteint alors moins performantes thermiquement.
2
0,09 W/m .K seulement.
Les planchers avec entrevous
Plus classiquement, pour créer un radier, en polystyrène
il est aussi possible d'utiliser des granu­ Il existe plusieurs types d'entrevous
lats de verre cellulaire, en lieu et place ou hourdis. Ils peuvent être en béton,
des éléments de polystyrène. Ils sont en terre cuite ou en polystyrène. Ces
disposés en une couche compactée sous derniers sont les plus appropriés pour
le radier et en remontées périphériques. renforcer les performances thermiques
Avec une épaisseur de 36,5 cm de granu­ d'un plancher. Deux modèles sont dis­
lats, le coefficient U de cette solution est ponibles : avec ou sans languette de
2
égal à 0,2 W/m .K. En portant la couche recouvrement. Ceux qui ne possèdent
de granulats à 49 cm, le coefficient peut pas de languette de recouvrement sont
2
atteindre 0,15 W/m .K. Les granulats sont à proscrire, car ils engendrent des ponts
posés sur un film géotextile et compac­ thermiques importants au niveau des
tés. La forme du radier est délimitée poutrelles en béton. Les entrevous pour­
par des coffrages et la dalle est coulée. vus d'une languette, dont l'épaisseur
Il est important de prévoir un système varie selon les modèles, recouvrent la
de drainage efficace afin d'éviter les partie basse des poutrelles, ce qui assure
infiltrations d'eau dans les granulats, ce la continuité de l'isolation et limite les
qui affaiblirait sensiblement leurs perfor­ ponts thermiques.
mances. Il ne s'agit pas non plus d'une
technique constructive traditionnelle en L'inconvénient de ce type de plancher
France. Par conséquent, elle nécessite isolé par l'intérieur est qu'il persiste des
une étude préalable. ponts thermiques à la jonction entre la
dalle de compression, les poutrelles et
Les planchers bas sur vide sanitaire les murs.
ou local non chauffé Les poutrelles précontraintes sont répar­
Dans le cadre d'un projet constructif, la ties de façon régulière selon le calepi­
solution la plus souvent adoptée pour nage fourni par le bureau d'études ou le
les planchers bas (figure 96) est celle fabricant et étayées là où c'est nécessaire.
La planification de l 'installation électrique

Isolation intégrée a u plancher 1 Up : 0, 27 1


Hourdis isolants à languette de recouvrement Avec entrevous en polystyrène:
Exemple de plancher sur vide sanitaire R = 3,35 m2 .KJW
203 mm

ÎV7ûO�� g
Dalle en béton armé
(épaisseur minimale de 5 cm sur
les entrevous et 3 cm sur les
Armature de la dalle poutrelles)
1 U p : 0, 2 8 1
Avec entrevous en polystyrène:
R = 3,20 m2 .K/W

□��g
203 mm

[\(7û
1 U p : 0,36 1
Avec entrevous en polystyrène:
R = 2,45 m 2 .K/W
Entrevous polystyrène 1 76 mm
à languette de
recouvrement

Hourdis isolants + isolation sous chape flottante Avec polystyrène extrudé sous la chape:
Exemple de plancher sur sous-sol non chauffé R = 2 m 2 .K/W
épaisseur = 61 mm

Étanchéité entre Up : 0, 1 8
Armature éventuelle Chape flottante panneaux d'isolant
(adhésif ou film) Avec entrevous en polystyrène:
de la chape R = 3,35 m 2 .K/W
203 mm
Armature de la dalle

U p : 0, 2 0
Avec entrevous en polystyrène:
R = 3,20 m 2 .K/W
203 mm

Avec polystyrène extrudé sous la chape:


R = 1 m 2 .K/W
épaisseur = 3 1 mm
Sous-face protégée
Dalle en béton armé U p : 0,2 1
Avec entrevous en polystyrène:
R = 3,35 m2 .KJW

Figure 96: L'isolation in tégrée au plancher


Le grand livre de l'électricité

Les entrevous sont placés entre les pou- entrevous en polystyrène de résistance
2
t rel le s . Le fe rr a
___ ___ __ _ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _i ·
ll_a�g�e _ e_st_ _ 1 n_ s_ t_ _llé_ �
a_ , �P_ ui_ s_ l_ a_ __th_ e_ r_ m 1· que R = 3, 35 m .K/W, on obtient
_ _�
2
dalle de compression est coulée. un coefficient U de 0,21 W/m .K.
S'il y a un vide sanitaire sous le plancher, En augmentant l'épaisseur de l'isolant
on utilise des entrevous classiques. S'il situé sous la chape flottante, on peut
y a un sous-sol ou un local non chauffé, augmenter sensiblement les perfor-
prévoyez des entrevous ignifugés ou pro- mances thermiques globales du plan-
tégés par une sous-face incombustible, cher. Par exemple, avec un isolant
par exemple une couche de fibragglos. en polystyrène extrudé de 6 1 mm, de
2
résistance thermique R = 2,00 m .K/W,
Les performances thermiques obtenues des entrevous en polystyrène de résis­
2
grâces aux seuls entrevous isolants sont tance thermique R = 3,35 m . K/W et des
correctes. Les languettes de recouvre­ languettes de recouvrement de 88 mm
ment sont importantes car elles influ­ d'épaisseur, on obtient un coefficient U
2
encent sensiblement les résultats. Plus de 0, 18 W/m .K.
elles sont épaisses, meilleures sont les
performances. L'isolation thermique des planchers par une
Avec des entrevous de polystyrène de chape flottante
176 mm d'épaisseur, de résistance ther­ Le principe de la chape flottante est
2
mique R = 2,45 m .K/W et des languettes relativement simple à comprendre,
de 5 5 mm d'épaisseur, on obtient un cependant il exige une réalisation par­
2
coefficient U de 0, 36 W/m .K. Ce coef­ faite, notamment pour ne pas nuire aux
2
ficient passe à 0,28 W/m .K avec des performances acoustiques. Si seules les
entrevous de polystyrène de 203 mm performances thermiques sont recher­
d'épaisseur, de résistance thermique chées, par exemple dans le cas d'un
2
R = 3,20 m . K/W et des languettes de plancher sur sous-sol ou sur local non
82 mm d'épaisseur. Le coefficient U peut chauffé, il est possible de choisir des
2
être légèrement amélioré à 0,27 W/m .K isolants plastique alvéolaires comme le
avec des entrevous de polystyrène de polystyrène extrudé ou le polyuréthane.
203 mm d'épaisseur, de résistance ther­ En revanche, lorsqu'un plancher thermo­
2
mique R = 3,35 m .K/W et des languettes acoustique est envisagé, il est impératif
de 88 mm d'épaisseur. de choisir un isolant adapté, c'est-à-dire
fibreux. La combinaison de plusieurs iso­
Pour atteindre des performances nette­ lants est possible, par exemple fibreux et
ment plus élevées, le meilleur moyen plastique alvéolaire. L'isolant choisi doit
consiste à réaliser une chape flottante sur présenter une résistance suffisante à la
la dalle de compression. Cette nouvelle compression.
étape permet d'intercaler une épaisseur Le principe de la chape flottante est
supplémentaire d'isolant sous la dalle compatible avec les planchers rayonnants
flottante. électriques ou à eau chaude. La chape
flottante fait partie du volume chauffé
Par exemple, avec des plaques de de l'habitation.
polystyrène extrudé, résistant à la com­
pression, de 31 mm d'épaisseur, de résis­ Une chape flottante (figure 97) se com­
2
tance thermique R = 1, 00 m .K/W et des pose d'un isolant situé sous une chape
La planification de l'installation électrique

Isolation sous chape flotta nte Avec plancher en hourdis béton:


R = 0,15 m2 .l</W
Solution thermique (planchers bas) sur vide sanitaire
Isolation intérieure

Revêtement de sol
Avec plaques de polystyrène:
Plinthe R = 2,65 m2 .K/W
épaisseur de 80 mm

Avec plaques de polystyrène:


R = 2,50 m2 .K/W
épaisseur de 78 mm

Up : 0,40
Avec plaques de polystyrène:
R = 2,00m 2 .KJW
épaisseur de 60 mm
Treillis soudé
désolidarisation
Panneaux isolants incompressibles
(polystyrène ou polyuréthane)
Film polyane ou ruban adhésif
sur les joints si isolant sans feuillure Dalle

Solution thermo-acoustique (planchers d'étage) Avec plancher en béton de 140 mm


et dalle flottante de 50 mm
sur vide sanitaire
Isolation intérieure

Revêtement de sol
Avec plaques de polystyrène extrudé:
Plinthe R = 2,10 m2 .K/W
épaisseur de 60 mm
+
panneau de l aine de roche:
R = 0,45 m2 .K/W
épaisseur de 15 mm

Avec plancher
en béton de 140 mm
et dalle flottante de 50 mm
sur l'extérieur

Avec plaques de polystyrène extrudé:


R = 2, 10 m2 .K/W
Chape flottante épaisseur de 60 mm
désolidarisation
Treillis soudé +
panneau de l aine de roche:
Panneaux de laine minérale compressée
Panneaux isolants incompressibles R = 0,45 m2 .K/W
(on peut utiliser uniquement une couche
(polystyrène ou polyuréthane) épaisseur de 15 mm
de cet isolant en plus forte épaisseur)

Figure 97 : L'isolation d'un plancher par le haut (chape flottan te)


l!iMiit·lhiii·tJdt#§Mttl
armée, désolidarisée des parois verti­ L e coefficient U peut être abaissé à
------ -----
2
cales et de tout autre élément traversant 0,32 W/m .K avec des plaques de polysty­
comme les canalisations, au moyen de rène extrudé de 80 mm d'épaisseur et de
2
bandes d'isolant ou de mousse. résistance thermique R = 2,65 m . K/W.
Pour garantir aussi de bonnes performan­
L'un des inconvénients de cette solution ces acoustiques, prévoyez une première
est la diminution de la hauteur dispo­ couche de panneaux isolants fibreu x,
nible sous plafond, ce qui peut être un comme de la laine de roche compres­
handicap dans certains cas de figure. sée, par exemple. La seconde couche
Malgré cela, c'est le meilleur moyen pourra être en polystyrène extrudé. Bien
pour rénover et isoler par l'intérieur tout entendu, cette combinaison n'est pas
en réduisant les ponts thermiques dus obligatoire. Il est également possib le
aux planchers lourds. L'épaisseur étant de ne choisir qu'un seul isolant fibreux
limitée par la nécessité de respecter un incompressible pour la totalité de la
certain niveau pour les sols, les perfor­ couche isolante.
mances thermiques le sont également.
Dans l'exemple de la figure 97, le plan­
Si seule l'isolation thermique est néces­ cher se compose d'une dalle en béton
saire, le polystyrène e xtrudé, par de 140 mm d'épaisseur sur l'extérieur et
exemple, est un isolant envisageable d'une chape flottante de 50 mm. Avec
pour un plancher bas à rénover. des plaques de polystyrène extrudé de
Prévoyez une bande de désolidarisation 60 mm d'épaisseur, de résistance ther­
2
sur le pourtour de la pièce. Les panneaux mique R = 2,10 m . K/W, plus une couche
isolants seront posés directement sur la de panneaux de laine de roche de 15 mm
dalle de plancher, à bords jointifs, en d'épaisseur, de résistance thermique
2
coupe de pierre. Si les panneaux ont R = 0,45 m .K/W, on obtient un coeffi­
2
des bords droits, il convient de couvrir cient U de 0,35 W/m . K .
d'un film polyane. Cela vaut également Avec la même configuration, mais cette
pour les isolants fibreux . Sinon, on peut fois sur un vide sanitaire, on obtient un
2
aussi coller du ruban adhésif sur les joints coefficient U de 0,33 W/m . K .
entre panneaux afin d'éviter que les lai­
tances de ciment ne pénètrent dans les L'isolation des planchers
joints. Avec les plaques d'isolant en plas­ par le dessous
tique alvéolaire bouvetées ou feuillurées, Cette solution est utile pour isoler ther­
cette précaution n'est pas nécessaire. miquement les planchers hauts ou les
Prévoyez une chape armée de faible planchers bas, par exemple sur local non
épaisseur (s 50 mm), qui recouvrira chauffé. Les systèmes et les procédés
l'ensemble de l'isolant. possibles (figure 98) diffèrent selon le
type de plancher à isoler : plancher léger,
Avec des plaques de polystyrène extrudé dalle de béton, hourdis, etc. Le principe
de 60 mm d'épaisseur, de résistance ther­ consiste à installer un isolant rapporté en
2
mique R = 2,00 m .K/W, sur un plancher sous-face du plancher. L'inconvénient est
en hourdis béton sur vide sanitaire, de la diminution de la hauteur sous plafond
2
résistance thermique R = 0,15 m . K/W, on du local inférieur, ce qui peut être pro­

-
2
obtient un coefficient U de 0,40 W/m . K . blématique dans certains cas.
La planification de l ' installation électrique

Isolation rapportée en sous-face des planchers


Plancher poutrelles et hourdis
Plafond à ossature métallique
Suspentes pour hourdis (antivibratiles)

Fourrure
Isolant (pare-vapeur
du côté chauffé)
Plancher avec poutrelles et
hourdis en béton

Plaque de plâtre Avec laine minérale:


R= 2,50 m2 .K/W
épaisseur= 100 mm

--------- Pare-vapeur rapporté éventuel


Isolant
Plancher léger en bois

Suspente U p : 0, 2 0
Fourrure Avec laine minérale:
R= 5,40 m2 .K/W
��'s::"'i/1---:::f-l-- Isolant (pare-vapeur
épaisseur= 190 mm
'--""
du côté chauffé)

::=:::::::;=::=---ccf=::::::r- 1î- Plaque de plâtre

Lisse ou cornière

Chape flottante de 4 cm
+ laine de roche compressée de 35 mm
+ dalle en béton armé de 20 cm

Isolation rapportée sous dalle Up : 0,2 1


Avec panneaux sandwiches
de fibre de bois liée à la magnésie

I Up :
et polystyrène: épaisseur= 125 mm

�-�!--�- Chape flottante 0, 2 3 1


Isolant
Avec panneaux sandwiches
de fibre de bois liée à la magnésie
et laine de roche: épaisseur= 125 mm
Dalle en béton Plancher avec poutrelles et
hourdis en béton

1 Up : 0,33 1
Panneaux isolants
Fixations
Avec polystyrène expansé:
R= 2,65 m2 .K/W
épaisseur= 85 mm

Figure 98 : L'isolation rapportée en sous-face d'un plancher


1!J· Miit·lh1t1· tltit49 Mit#
2
Un autre inconvénient, dans le cas d'un tenir un coefficient U de 0,20 W/m . K.
plancher lourd, est que cet apport d'iso- Prenons un autre exemple : une dalle en
lation thermique par l'intérieur, ne dimi­ béton de 20 cm d'épaisseur, 35 mm de
nue pas l'importance du pont thermique laine de roche compressée et une chape
linéaire créé par la dalle. flottante de 4 cm. Avec des panneaux
Pour améliorer sensiblement les perfor­ sandwiches de fibragglos (fibres de bois
mances globales, il convient de prévoir liées avec de la magnésie) et de la laine
également une isolation dans le local de roche de 125 mm d'épaisseur, fixés
supérieur, grâce à une chape flottante, mécaniquement, on obtient un coeffi­
2
notamment. cient U de 0,23 W/m .K. Pour la même
Prenons l'exemple d'un plancher avec épaisseur de panneau sandwich, mais
hourdis en béton. Un plafond rapporté, intégrant cette fois du polystyrène, le
2
composé d'une ossature métallique coefficient U est porté à 0, 2 1 W/m .K.
et d'une plaque de plâtre, est créé. Il
incorpore un isolant thermique. Avec
des panneaux de laine de verre de 100 L' isolation des toitures inclinées
mm d'épaisseur, de résistance thermi­
2
que R = 2 , 5 0 m . K/W, cette solution La structure porteuse des toitures incli­
permet d'obtenir un coefficient U de nées est assurée par la charpente, généra­
2
0,35 W/m . K. lement en bois. On peut distinguer deux
grandes familles : les charpentes tradi­
On peut aussi utiliser des panneaux de tionnelles et les charpentes industriali­
polystyrène expansé fixés mécanique­ sées. Leur forme dépend de différents
ment en sous-face avec des chevilles étoi­ paramètres comme l'esthétique générale
les. Pour une épaisseur de 85 mm et une du bâtiment, les spécificités régionales,
2
résistance thermique R = 2,65 m . K/W, les conditions climatiques et le type de
on atteint dans ce cas un coefficient U couverture choisi. Ces paramètres per­
2
de 0 , 33 W/m . K. mettent de déterminer la pente des ver­
Il est possible d'adopter la même solution sants et le dimensionnement des éléments
pour un plancher léger en bois, comme devant assurer une résistance mécanique
dans le second exemple. En partie haute, suffisante. La charpente est ancrée dans
le plancher repose sur une sous-couche la maçonnerie pour éviter tout risque
isolante et des plaques de sol (chape de soulèvement en cas de fort vent.
flottante sèche). Selon les contraintes et la destination des
combles, plusieurs éléments de formes
Une ossature métallique de plafond rap­ diverses sont disponibles. Pour les com­
porté est fixée aux solives au moyen de bles non habitables, on utilise des fer­
suspentes. Le plénum accueille l'isolant mettes en M, en W, en E, en éventail ou
thermique, mais il ne doit pas remplir en ciseaux. Pour les combles aménagea­
tout l'espace disponible. Les plaques bles, on utilise des fermettes en A des­
de plâtre pourront ensuite être fixées tinées à reposer sur la dalle ou à entrait
mécaniquement sur l'ossature. Avec des porteur avec un ou deux appuis.
panneaux de laine minérale de 190 mm Par conséquent, les solutions d'isolation
d'épaisseur, de résistance thermique R = pour les toitures inclinées dépendent
2
5 ,40 m .K/W, cette solution permet d'ob- de nombreux facteurs. En effet, selon le
La planification de l'installation électrique

type de combles, l'isolation sera mise en réalise une isolation complémentaire par
ceuvre différemment. Pour des combles l'extérieur. Les chevrons pourront ensuite
perdus, elle sera réalisée au-dessus du être fixés pour recevoir les liteaux et la
plancher haut ou du plafond rapporté. couverture.
Dans le cas de combles aménagés, elle
sera intégrée à la charpente, si la couver­ Une autre solution consiste à couler un
ture est existante. Elle peut être réalisée mortier isolant allégé entre les solives,
au-dessus de la charpente, dans un projet comme cela se pratique pour les mor­
de construction ou en cas de rénovation tiers de chanvre. Le mortier est disposé
de la couverture. dans les espaces en forme de caissons
Les performances thermiques et acousti­ matérialisés par le revêtement intérieur,
ques du toit dépendent exclusivement du les chevrons, et un habillage situé du
type d'isolant utilisé et, par conséquent, côté extérieur.
de son épaisseur et de sa résistance On peut également se servir des cais­
thermique. sons pour les remplir avec un isolant en
vrac ayant une bonne inertie thermique
La pose d'un pare ou freine-vapeur du comme la ouate de cellulose. On obtien­
côté chauffé de l'habitation est nécessaire dra également une inertie satisfaisante
afin d'éviter la détérioration des pièces avec d'autres isolants comme les laines
de charpente sous l'effet du transfert de et les fibres de bois en panneaux mises
vapeur d'eau. Le pare-vapeur intégré à en ceuvre de façon classique.
l'isolant (papier kraft) n'est plus autorisé. Une autre possibilité consiste à installer
Le pare ou freine-vapeur rapporté est en complément un écran sous toiture
désormais obligatoire. réfléchissant afin de renvoyer vers l'ex­
Par nature, les combles ne sont pas l'en­ térieur une partie de la chaleur due au
droit idéal pour créer de l'inertie thermi­ rayonnement solaire.
que puisqu'ils comportent rarement des Enfin, il existe une dernière solution,
parois lourdes, ce qui est un inconvé­ pratique notamment en rénovation. Elle
nient, notamment pour le confort d'été. consiste à poser des parements à base
De plus, cet inconvénient est amplifié de matériaux à changement de phase
par le fait que les combles sont direc­ (MCP) qui ont des propriétés bénéfiques,
tement soumis au rayonnement solaire. proches de la climatisation naturelle.
Heureusement, il existe des solutions Pour bénéficier des avantages de ces
pour améliorer l'inertie thermique des matériaux, il convient de les associer à
combles. une ventilation efficace. Seule la venti­
La première consiste à créer des pans de lation peut éliminer la chaleur restituée
toiture lourds, sans charpente en bois. Par en période nocturne.
exemple, dans une construction en béton
cellulaire, on peut utiliser des dalles de
toiture également en béton cellulaire. Il L'isolation des combles perdus
s'agit de dalles armées fabriquées sur
mesure, qui font office de pannes et Selon le type de charpente et son acces­
donnent l'inclinaison de la toiture. Pour sibilité, plusieurs solutions d'isolation
parfaire leurs performances thermiques, sont possibles dans les combles perdus.
on les équipe d'un film pare-vapeur et on En règle générale, les performances ther-
l!ii8iit·lh1ti·t1tti444Mbl
Isolation des com bles perdus avec charpente industrielle U p : 0, 1 0
------f
C"'h-
arpentes-i ndustrielle;c------r ,--------------· -�___��__��-�___���---�
A vec l aine miné ra le souffl ée :
Isolation soufflée Ferme ou fermette R = 1 0 m2 .KJW
épaisseur= 460 mm

U p : 0, 1 4
Avec laine minérale souffl ée :
R = 6,50 m2 .K/W
épaisseur= 300 mm

U p : 0,20
Avec laine minérale souffl ée :
R = 5,00 m 2 .l(/W
épaisseur= 230 mm
ou
laine minérale à épandre :
R= 5,00 m2 .K/W
épaisseur= 250 mm
ou
ouate de cellulose projetée :
Membrane R = 5,00 m2 .K/W
pare-vapeur épaisseur= 265/2 10 mm*
rapportée
Suspente
Plaque de plâtre * Épaisseu r de souffl age (après tassement).

Isolation entre fermettes

U p : 0, 1 7
Avec laine minérale :
R = 6,50 m2 .K/W
épaisseur= 260 mm

U p : 0, 1 9
Avec laine minérale :
R= 6,00 m2 .K/W
épaisseur= 240 mm

U p : 0,20
Avec laine minérale :
R = 5,50 m 2 .K/W
épaisseur= 220 mm

Laine minérale
Membrane pare-vapeur rapportée

Figure 99 : L'isolation des combles perdus avec une charpente industrialisée


La planification de l'installation électrique

miques que l'on peut atteindre dans ce est plus performante, cependant il est
cas sont très bonnes, puisqu'on n'est pas préférable de confier cette opération à
limité par l'épaisseur d'isolant à mettre un professionnel.
en œuvre.
En ce qui concerne les performances
Afin de ne pas créer de ponts thermi­ thermiques, pour obtenir un coefficient
2
ques, il convient de préserver la conti­ U de 0,20 W/m . K , par exemple, il faut
nuité avec l'isolant des murs porteurs, choisir une laine minérale de résistance
2
surtout en cas d'isolation par l'extérieur. thermique R = 5,00 m .K/W, d'une épais­
Il est important également de veiller seur de 250 mm si l'isolant est répandu ou
à conserver la bonne ventilation de la de 230 mm seulement si la mise en œuvre
charpente afin d'assurer sa pérennité. s'effectue par soufflage. Cette méthode
garantit une meilleure répartition de
Pour les charpentes industrialisées, deux l'isolant, surtout dans les endroits peu
méthodes sont couramment utilisées. On accessibles. En augmentant l'épaisseur de
peut isoler le plancher avec un matériau l'isolant, on peut atteindre de hautes per­
en vrac, qui sera soufflé ou répandu. On formances. Par exemple, avec 460 mm
peut aussi réaliser une isolation par le de laine minérale soufflée de résistance
2
dessous en installant un plafond rapporté thermique R = 10 m . K/W, on obtient un
2
(figure 99). coefficient U de 0 , 10 W/m .K.

L'isolation est réalisable en vrac avec des Si vous optez pour un isolant en rouleau,
flocons de laine minérale, de la ouate de la seconde solution consiste à coincer
cellulose ou tout autre matériau adapté l'isolant entre les entraits des fermet­
à ce mode d'application. tes. Un plafond rapporté est installé.
Le plafond rapporté est installé avec des Il consiste en un parement en plaques
suspentes sur les entraits des fermettes . de plâtre, fixé mécaniquement sur une
La réalisation doit être soignée pour ossature métallique. Cette solution est
garantir l'étanchéité à l'air. Un pare­ particulièrement utile dans certains cas,
vapeur rapporté assurera une bonne notamment les endroits difficiles d'accès
étanchéité à l'air et à la vapeur d'eau. par les combles. Le plafond rapporté
Il subsistera néanmoins des ponts ther­ assurera l'étanchéité à l'air de la paroi.
miques ponctuels dus aux éléments de Par conséquent, son exécution devra
charpente eux-mêmes, cependant leur être soignée.
impact reste négligeable. Les chiffres
indiqués dans les exemples qui suivent Avec des isolants efficaces d'épaisseur
tiennent compte de ces ponts thermiques. suffisante, les performances thermiques
sont satisfaisantes. Ainsi, avec 220 mm de
Pour délimiter l'espace à isoler et retenir laine minérale de résistance thermique
2
l'isolant, prévoyez des étrésillons. En R = 5 , 5 0 m . K/W, on obtient un coef­
2
cas d'isolation par l'intérieur, ils seront ficient U de 0,20 W/m .K. La valeur de
2
placés au nu intérieur des murs exté­ U peut être abaissée à 0,17 W/m . K en
rieurs. Une trappe d'accès sera aména­ portant l'épaisseur de la laine minérale à
gée. L'isolant est soufflé à la machine 260 mm, avec une résistance thermique
2
ou répandu . La solution par soufflage R = 6 , 50 m .K/W.
l!J·i3i,t·•hiti·tJti&§Mitl
Isolation des combles perdus avec charpente traditionnelle
----- ----1sotati�ur -pt ncher-boic---,a-a>---------t;:aa=us-10itu,e .He.lL( neuL oL U.énD.llatioJ Uaiture
a

(en 1 ou 2 couches)
Avec laine minérale en
deux couches croisées:
couche 1
R =5,00 m2 .l</W
épaisseur=200 mm
+
couche 2
R =5,00 m2 .K/W
épaisseur=200 mm

Up : 0, 1 4
Avec laine minérale:
R = 6,50 m2 .l(/W
épaisseur=300 mm

Up : 0, 1 7
Avec laine minérale:
R =5,50 m2 .K/W
épaisseur=220 mm

membrane et Isolant avec ou sans


étanchéité avec surfaçage côté chauffé
mastic adhésif Membrane pare-vapeur
Isolation s u r dalle béton rapportée obligatoire
(en 1 ou deux couches)
Écran sous toiture HPV
Up : 0, 1 5
Avec laine minérale:
R = 6,50 m2 .l(/W
épaisseur= 260 mm

U p : 0, 1 7
Avec laine minérale en
deux couches croisées:
couche 1
R = 2,50 m2 .K/W
épaisseur=100 mm
+
couche 2
R = 3,00 m2 .K/W
épaisseur= 120 mm

Membrane pare-vapeur conseillée ou obligatoire


si le sol n'assure pas l'étanchéité à l'air

Figure 1 00 : L'isolation des combles perdus avec une charpente traditionnelle


La planification de l ' instal lation électrique

Dans le cas des charpente s tradition­ Si le plancher supérieur est lourd (dalle
nelle s , on dispose généralement d'un béton, plancher sur hourdis en béton
plancher haut qui permettra d'accueillir ou en terre cuite), l'inertie thermique
l'isolant (figure 100). Il suffit alors de sera assurée. Dans le cas d'un plancher
poser des rouleaux ou des panneaux léger, l'inertie sera insuffisante . Il est
isolants dans les combles, à même alors préférable de choisir un isolant
le sol. Même si l'isolant dispose d'un adapté offrant une bonne inertie. Les
pare-vapeur intégré, prévoyez-en un exemples suivants retiennent la solution
indépendant à poser avant l'isolant, ce des isolants en rouleaux ou en panneaux,
qui constitue la meilleure solution. Les cependant, il est tout à fait possible de
lés ou panneaux d'isolants doivent être choisir une mise en œuvre par soufflage.
parfaitement jointifs afin d'éviter tout Sur un plancher léger, avec 220 mm de
pont thermique, potentiellement source laine minérale de résistance thermique
2
de condensation. R = 5, 5 0 m . K/W, on obtient un coeffi­
2
En cas d'isolation par l'extérieur, le point cient U de 0, 17 W/m . K.
important à respecter est la continuité de Sur un plancher lourd, on obtient une
l'isolation. Il faut veiller à ce que l'isolant valeur similaire avec une première cou­
passe au-dessus de la panne sablière, che de 100 mm de laine minérale de
2
pour rejoindre l'isolation du plancher. Il résistance thermique R = 2, 5 0 m .K/W,
ne faut pas, cependant, coller aux élé­ plus une seconde couche de 120 mm de
ments de couverture afin de préserver la laine minérale de résistance thermique
2
ventilation de la charpente. R = 3, 00 m . K/W.
Un autre pont thermique devra être Avec une laine minérale de 26 0 mm
traité. Il se produira au niveau du pignon d'épaisseur et de résistance thermique
2
puisque le mur empêchera la continuité R = 6, 5 0 m . K/W, le coefficient U passe
2
de l'isolation extérieure située de l'autre à l'excellent niveau de 0, 15 W/m .K.
côté. Un début de solution consiste à Dans le cas d'un projet neuf ou de réno­
augmenter le parcours de ce pont ther­ vation lourde, il est également possible
mique afin de l'affaiblir. À cet effet, pré­ d'adopter la solution de l'isolation entre
voyez une isolation également du côté solives, à l'instar des charpentes indus­
intérieur du pignon, sur une hauteur de trialisées, avec un plafond rapporté sur
0, 90 à 1, 00 m minimum, ou, mieux, sur ossature métallique (figure 101). Ce
toute la hauteur du pignon, si cela est choix permet des finitions rapides, côté
possible techniquement et financière­ intérieur, sans qu'il soit besoin de créer
ment. Des complexes isolants à coller de plancher, côté grenier. Naturelle­
conviendront parfaitement. ment, pour profiter du grenier ou créer
Au sol, pour une meilleure efficacité, pré­ un espace de stockage en appui sur les
voyez deux couches croisées d'isolant. solives, il est aussi possible de réaliser
La seconde, posée perpendiculairement un plancher.
à la première, ne nécessite pas de pare­
vapeur. Il n'y aura pas de ponts ther­ Entre les solives, prévoyez un isolant en
miques ponctuels. rouleaux. L'isolant doit être légèrement
L'inconvénient avec ce type d'isolation plus large que les espaces afin d'assurer
est que l'on condamne totalement l'usage une mise en place suffisamment com­
futur du grenier. pacte et ne pas créer de ponts thermiques
l!i·itiit·•d1ti·@tit4§4Mtl
Isolation entre solives
(rénovation)

Up : 0, 1 7
Avec laine m inérale :
R = 6,50 m 2 .K/W
épaisseu r = 260 m m

Up : 0,22
Avec laine m inérale :
R = 5,00 m 2 .K/W
épaisseu r = 200 m m

Figure 1 01 :
Plafond en plaques de plâtre L'isolation entre solives
Mem brane pare-va peur V
rapportée (obligatoire) des combles perdus
avec ou sans surfaçage

supplémentaires sur les côtés. La partie qui est l'un des avantages des combles
supérieure des solives doit être recou­ perdus par rapport aux combles amé­
verte d'isolant. S'il n'est pas assez épais, nageables.
prévoyez une seconde couche. L'étan­
chéité à la vapeur d'eau par diffusion
n'est pas assurée. Il faut pour cela un L'isolation des combles aménageables
pare-vapeur rapporté.
Avec une laine minérale de 2 00 mm Lorsqu'on souhaite profiter des combles
d'épaisseur de résistance thermique pour créer une nouvelle surface habit­
2
R = 5, 00 m .K/W, on obtient un coeffi­ able, la principale difficulté consiste à
2
cient U de 0,22 W/m .K. Ce coefficient libérer un maximum de volume intérieur,
2
peut être diminué à 0, 1 7 W/m .K en choi­ tout en assurant des performances ther­
sissant une laine minérale de 260 mm miques satisfaisantes pour apporter un
d'épaisseur et de résistance thermique confort optimal. Le principe consiste à
2
R = 6, 5 0 m .K/W. Pour assurer l'inertie réaliser l'isolation directement au niveau
thermique, il convient de choisir des des éléments de charpente. Malheureuse­
isolants présentant cette propriété. Cela ment, isoler uniquement l'espace entre
est particulièrement important pour le les chevrons n'est pas suffisant. Il est
confort d'été. Grâce à l'isolation et à nécessaire d'isoler également les che­
l'inertie, on met ainsi les combles à profit vrons par le dessous ou par le dessus.
pour créer un espace tampon protégeant Naturellement, cette dernière option n'est
la partie habitable. La surchau ffe est envisageable qu'en cas de réfection de
limitée en cas de fortes températures, ce la toiture ou de la couverture ou bien en
La planification de l ' installation électrique

cas de construction neuve. Il existe pour Isolation sans écra n sous toiture

cela de nombreux procédés et solutions.


Ils permettent de répondre à la plupart
des cas de figure que l'on peut rencontrer
pour isoler ses combles aménageables.
Quelle que soit la solution choisie, il est
un paramètre fondamental à respecter
pour éviter les problèmes ultérieurs, c'est Pare�vapeu r continu
classique ou hygroregulant
Liteau _
la ventilation de la toiture. En effet, l'iso­ Plaque de plâtre
Isolatio n avec écran sous toiture trad itionnel
lant ne doit jamais être installé directe­
ment contre la couverture ou contre les
liteaux qui la supportent. Il faut respecter
un espace pour permettre la ventila­
tion minimale constante qui évitera les
désordres dus à la condensation. À cet
effet, plusieurs cas de figure peuvent se
présenter, comme illustré à la figure 102. Pare-va peur continu
2 cm Contre-chevron classique ou
hygrorégulant
Dans le cas d'une isolation par l'intérieur Isolation avec écran sous toiture H PV
(Haute perméance à la vapeur d'eau)
en deux couches, soit une couche entre
les chevrons et une autre sous les che­
vrons, il convient de respecter certaines
dispositions en fonction des éléments
installés. Si la toiture n'est pas équipée
d'un film pare-pluie, l'isolant ne doit pas
occuper toute la hauteur des chevrons.
Il faut respecter un espace de ventila­ Pare-vapeur hygrorég u lant
tion minimal de 2 cm, côté toiture. Si Isolation avec écran sur voliges
l'on utilise un écran sous toiture imper­
méable à la vapeur d'eau, il faut prévoir
obligatoirement un espace de ventilation
au niveau des chevrons. L'écran sera
installé sur les chevrons, sous la toiture.
La réalisation d'un contre-chevronnage
sera nécessaire. Il servira de support pour
la fixation des liteaux, ce qui créera un
second espace de ventilation, également
de 2 cm au minimum. Il faut utiliser un
Figure 1 02 : la ven tilation des toitures
pare-va peur continu rapporté, étanche
ou hygrorégulant, pour éviter tout risque
de condensation interne. tion, adaptés à la présence éventuelle
d'un écran sous toiture traditionnel.
Dans le cas d'une couverture réalisée Il est à noter que des produits innovants
sur voligeage, il convient toujours de permettent d'utiliser toute la hauteur
respecter les mêmes espaces de ventila- disponible entre les chevrons, pour
•!ii3ilt·•h?,J·t!Wt4§î@fi
l 'isolation, sans créer d'espaces de venti- Ils sont valables dans tous les cas de
f é sur un écran fi ure en lieu et
sous toiture et un pare-vapeur capable traditionnel, sans écran sous toiture ou
de maîtriser efficacement le transfert de avec écran imperméable à la vapeur d'eau .
la vapeur d 'eau et ainsi d'éviter tout ris­ Avec des pare-vapeur classiques , la ven­
que de condensation dans la charpente . tilation de la toiture doit être respectée
L'écran sous toiture , dit HPV (à haute sur chaque pan. En partie basse , l 'arrivée
perméance à la vapeur d'eau) , empêche de la ventilation peut être directe ou
l 'eau liquide de traverser, par exemple assurée par des grilles placées dans les
en cas de fuite de la toiture , tout en lais­ lambris de sous-face du débord de la
sant passer l 'eau sous forme de vapeur. toiture . En partie haute , elle s ' effectue
L 'écran doit être installé conj ointement au moyen de tuiles chatières ou de faî­
à un pare-vapeur hygrorégulant. tières non scellées , fixées par clipsage .
La particularité de ces pare-vapeur est
leur capacité à adapter leur perméance L'isolation monocouche
e n fonction de l ' humidité relative . Ils Dans ce cas de figure , il s'agit de poser
se comportent comme des p are-vapeur une seule couche d 'isolant sous les che­
classiques tant que l'humidité relative vrons ou les fermettes . Celle-ci est main­
est inférieure à 60 % , soit des conditions tenue par les suspentes et les fourrures
normales dans les logements en hiver. de l'habillage rapporté , qui consiste le
Les flux de vapeur d'eau vers la char­ plus souvent en un parement de plaques
pente et la toiture sont donc diminués. de plâtre (figure 1 03). L'avantage de cette
Lorsque l ' humidité relative a ugment e , solution est une mise en œuvre simple et
comme c'est souvent le c a s en été, l e s rapide , mais elle diminue la hauteur des
pare-vapeur hygrorégulants laissent tran­ combles . Il est obligatoire de choisir un
siter la vapeur d'eau vers l 'intérieur, ce pare-vapeur rapporté pour une meilleure
qui permet l'assèchement des éléments étanchéité à la vapeur d'eau . Cette solu­
de charpente . Le taux d'humidité dans tion est judicieuse lorsque les chevrons
l e s constructions est limité . P endant sont irréguliers .
trois ans , une étude hygrothermique a
été menée par le CSTB pour calculer Pour une isolation par l 'intérieur, l'isolant
le taux d ' humidité dans les différents sera posé en partie verticale ou pied­
éléments de la paroi (parements , bois, droit, au niveau du pan coupé . S'il y a
isolant) , sous différents climats . L'étude des fermettes , il sera posé également sur
montre que les risques de condensation le sol. Il faudra isoler aussi les pignons
à l 'intérieur des matériaux sont sensible­ selon les solutions existantes pour les
ment diminués. Il est à noter que, pour parois verticales, c ' est-à-dire avec des
u n maximum d'efficacité des échanges doublages collés ou une isolation sur
hygrothermiques , il est préférable de ne ossature métallique.
pas appliquer de peinture ou un film Dans le cas d'une isolation par l'extérieur,
étanche à la vapeur d 'eau sur l 'ensemble il faudra veiller à assurer la continuité
des parois intérieures. entre les deux couches d'isolant, inté­
Les p a re-vapeur hygrorégul ants con­ rieure et extérieure, tout en prenant soin
tribuent également à l'étanchéité à l'air de réserver un espace pour la ventilation
de la construction. de la toiture.
La planification de l'installation électrique

Isolation en une couche


Pannes apparentes et plancher lourd
Uniquement si la profondeur des pannes
permet d e poser une épaisseur suffisante
d 'isolant. Si non, adopter une solution
double couche.

Adhésif double face


spécifique
Membrane pare-vapeur
rapportée obligatoire Isolation du
pignon
Mastic d'étanchéité
à la liaison mem brane/
maçonnerie

Pannes recouvertes
et plancher léger

U p : 0, 1 8
Avec laine minérale :
Suspente isolante R = 6,00 m 2 J(/W
spéciale p o u r pare­
vapeur rapporté épaisseur = 240 mm

Membrane
Fourrure
Up : 0,20
pare-vapeur
Avec laine m inérale :
rapportée
obl igatoire R = 5,50 m 2 .KJW
épaisseur = 220 mm
Isolation du
pied-d roit et
recouvrement
de la sabl ière

Mastic
d'étanchéité
à la liaison
membrane/
maçonnerie Figure 1 03 :
Pare-vapeur
continu sous
L'isolation monocouche des
pied-d roit combles aménageables
Lisse
Isolation pièce
inférieure lés de pa re-va peur

Dans le cas d'une isolation répartie, la charpente et, de surcroît, dans une
il suffit d'appliquer la même méthode forte épaisseur en raison des per­
que pour une isolation par l'intérieur. formances thermiques à atteindre.
Le reproche que l'on peut faire à cette Une mise en œuvre soignée est indispen­
solution est la perte de volume qu'el le sable pour assurer la meilleure étanchéité
engendre dans les combles, puisque possible à l'air et à la vapeur d'eau. Si
l'isolant est situé sous la structure de la réalisation n'est pas impeccable, des
l!i·i3i•t·ld1ti·tJ@i#§d®tl
fu ites d' air pourront persiste r a u n iv e a u E n m e tt a n t e n œ u vr e 190 m m d e
-
- ----- = u s o l , des p i g n o ns et d e s a
p==n=n�e=s�. �
L�'u
= �
n i - _� l=a=in
= e �m =i=
n=é� =lc..=e�d'-=e�r=
ra é =-
s i=
s�ta=n
"'-c=-e=----ct=h'-=e=r=m=i"'qL-'u'-'e'-----�
2
que s o lution c onsis te à c hoi s i r un p are- R = 5,40 m .K/W, o n atteint un co e ffi cient
2
va peur ra pporté et à pré voir le traitement U de 0,20 W/m . K. C e nive a u p eut être
2
de t ou s l e s po ints singu l i e rs . ab a i s s é à 0, 19 W/m . K a v e c une l a i n e
L e s réseaux et canalisation s div erses pour- minéra l e de 200 m m de ré s i s t a n c e ther-
2
ront cheminer entre l'isolant et le p arement. mi que R = 5,70 m . K/W.
P ré voy e z e n o u t r e s uff i s amm e n t d e Derrière l e pied-droit d es ferm ettes , le s ol
masti c a c ry l i qu e s ou p l e pou r r é a l i s e r les du c omb l e d o it é g a l e ment r e c e vo ir une

ra c c o rds entre l e s pl a qu e s d e plâ tre e t couche d ' i s olant thermi que . E n i s olatio n
les panne s. Un m od e de re bouch a g e dur p a r l' inté rieu r, s i l e pla nche r e s t l ourd, il
créerait des f i s s u res à c e n iv e au, à cause su b sistera un po nt thermiq u e e n a bou t

des va riat io ns d i men s i on n e l l e s du boi s de dalle .

dues à l' h yg ro métrie .

Dans le c as d'u n e cha rp e n te traditi on­ L'isolation en deux couches


n e l l e , il f a u d r a i n s t a l l e r la s t r u c tu r e I l s ' a g i t d e l a m é t h o d e co u r a n t e
métal l i que e ntre les p a n n e s , q u i s e ro nt (figure 104). C'e s t l e cho ix généralement
s ource de po nts thermi q u e s po n c t uels r e t e n u po u r les c harp e n t e s t r a d i t i o n ­

sur to ute leu r s u rf a c e . n e l l e s . U ne p remi è re c o u c h e d ' i s o l a n t

En rén ov ati o n , l o rs qu e l e s pa n n e s ne the r miqu e s a n s p a re-v a p eur p rend p l a c e

sont p as rectili g n e s ou s i e lle s s on t ma l e ntre les c hev ro ns . Co mme t o u jours , u n

é qu a r r i e s , l e s op é r a t i o n s de d é c o u pe e sp a c e d e 2 c m es t re s p ecté du c ôté d e
s o nt lo n g u e s e t d é l i c a t e s. L e s c h u t e s l a couv e rture pou r per mett re la v e nt i ­

de ma tériau s o n t p lus n o m bre u s e s . La la ti o n. P a r consé qu ent, c ' e s t l' é p aiss eu r

coup e d es pla qu e s de p l âtre e s t a u s s i d e s che vron s qu i dé t ermi n e l ' é p a i s s e u r

plus d iffi cile . max imale d e la p remiè re couche d' is olant

à mettre e n œu vre .
En ce qu i c o n c e r n e l e s p e rfo rma n c es La s e c o n d e co u ch e d ' is o l a n t d o it êtr e

t h e r m i q u e s , av e c u n e l a i n e m in é r a l e rec ouv erte d 'u n pa re-v a p e u r rappo rté ,

de 220 mm d 'ép a i s s e u r, de r é s i s t a n c e p lacé du côté chau ffé . Elle recou vrira l a


2
thermi qu e R = 5 , 5 0 m . K/W, o n p eut p remi ère cou ch e et s era ma i nt enue p a r
ob t e n i r u n c o e ff i c i e n t U d e 0,20 W/ l e s susp e n tes et l e s fourrures de l 'os s a ­
m'. K. C e c o e ffi cient p e u t êtr e d i m inué tu r e mé ta l l iqu e . La s e c o nde c o u che e s t
2
à 0, 18 W/m .K ave c u ne laine minéra l e g énérale me nt interrompue au niveau d e s
de 240 mm d ' é p a i s s e u r et d e r é s i s ta nce p annes intermédi a i r e s . Tou t e fo is , s i l a
2
the rmiqu e R = 6 m . K/W. s e conde c ou che d' is olant est é p aisse et s i

Si la structure se compos e de fe r mettes , il l e s p an n e s so nt de p etite s e c ti o n , c e l l e s ­

n'y a plu s de p h é no mè nes d e po nts t her­ ci pourro nt êtr e c a c h é e s p a r l e pa rement

m iqu e s au ni ve au de s p a nne s , c o ntrai ­ e t re couve rte s p a r l e p are-vap e u r.

re m e n t a ux c h arp e n t e s tra d iti o nnelles . D e p lu s, les s y st ème s d'o s s a t u r e s o n t


Ceu x qu i su b s i s t e ront s e ront d u s a u x p rati qu e s po u r cou p e r la p e nt e de l a
seules sus pente s de l 'os sature m étallique , to iture , e n p artie ha u te , pou r c ré e r u n
mais leur imp a c t restera m i n im e . C' est plafonnage horizo ntal.
la solution l a p l u s c ou rante d a n s c e cas Il est également possible de créer une ossa­
de figu r e . tu re en bois. Il faut alors installer un contre-
La planification de l'installation électrique

Isolation en double couche


(pannes masquées)
Lame d'air Isolant sans su rfaçage

Isolant avec o u
sans surfaçage

Fourrure

pare-vapeur
rapportée
obligatoire
U p : 0, 1 4
Isolation du Avec 1 re couche
pied-droit et
recouvrement
de laine minérale
de la sablière Isolation du entre chevrons
pignon (Lambda 0,035 W/m.K) :
Mastic R = 1 ,70 m 2 .KfW
d'étanchéité
épaisseur = 60 mm
à la liaison
membrane/ +
maçonnerie 2• couche de
laine mi nérale
sous chevrons
R = 6,85 m 2 .KfW
épaisseur = 240 mm
Lisse
Isolation pièce
i nférieure
Première couche d'isolant
entre chevrons
- Lambda � 0,036 W/m.K
- R � 1,65 m'.K/W.

Mastic d'étanchéité
U p : 0, 1 8
Avec 1 re couche
de laine minérale
entre chevrons
(Lambda 0,035 W/m.K) :
R = 1 ,70 m 2 .KfW
épaisseur = 60 mm
+
2• couche de
Figure 1 04 : laine mi nérale
L'isolation en deux sous chevrons :
R = 4,55 m 2 .KfW
couches des combles épaisseur = 1 60 mm
aménageables

chevronnage fixé perpendiculairement hygrorégulant). Agrafez les joints entre


aux chevrons pour une solidité parfaite. les lés en recouvrement sur l'ossature
et renforcez l'étanchéité avec du ruban
Sur les contre-chevrons, agrafez un adhésif pare-vapeur. Réalisez les joints

-
pare-vapeur continu (film PE, PP ou périphériques avec du mastic d'étanchéité.
l!#·i3iit·•h1ti·Mkit4§Mitl
Cl o u e z de s t a s se a u x su r l e s c o n t r e- entre l' i s o l ant e t l a pl a q u e d e plâ tre .
chevrons, comme su pp_ o�r= t s�d=e�s�pl"'--"-'
la=q4-'u=e=s�-�P�o=u=r�c=e�m =o=d=e'-d',,,_'""'in""s"--'t=a=
l l=
a t=io
""'--'
n,_ . ""
o""'
n'-"p,.__.e,,.,u,._.t'-'c'-'-h"--'o'"""i""
si"'--
r _____
de plâtre . Rés ervez un v id e t e c hniqu e p a r mi l e s nombr e u x t yp e s d' i s o l a n t s
p o u r p erme ttre le pas s a g e de s c a n a l i - a d a p tés. L e s p e r fo rma n c e s s ont légè re -
sati o ns é l e c tr i que s. D e pl u s, le p are -v a - ment su périe u re s à ce l l e s qu e l' o n p eut
peur s e tr ou v ant en r etrai t du p a r ement, atteindre a vec u ne isolation monocouche ,
vou s l i mi t ez l e s risqu e s de p e rforation sa ns perte de v o l ume inutile du c omb l e.
acci de n t e l l e . P o u r l e s p erfor mance s the r m iqu e s, a v ec

Cette so luti o n autori s e l a p o s e d e ! a m- une p remi è re c ouche d e laine mi n é ra l e

bri s, c l ou és su r l es t a ss e a ux. ent r e che v rons d e 60 mm d e rési stance


2
L e s s o l ut i o n s s u r c o n t r e - c h e v ro n n a g e thermi q u e R = 1,70 m . K/W, pu i s u n e

sont t rè s uti l i sé e s d a n s l e s p a ys d 'Euro p e s e c o n d e c o u c h e so u s c h e v r o n s d e


2
du Nord. 160 m m (R = 4, 5 5 m .K/W), on o btient
2
Da n s le s s o l uti o ns t r aditionne l l e s a v e c un c o e ffi cient U d e 0, 18 W /m .K. C e coef-
2
p a r e -v a p e u r r a pp o r t é, c h o i s i ss e z d e s f icient p e ut être d iminu é à 0, 14 W/ m .K
su spente s is o l antes s pé cifique s. Ell e s p er- a v ec une pr emi è re co uc h e d e laine miné-
mettent de m ain t enir l ' is o l ant en assurant ra i e e n tre c h e vr o ns de 60 mm, d e rés i s-
2
l a f ix ati o n du pare -v a p eur. L e s f o u rru re s tance the rm i qu e R = 1, 70 m . K/W, pui s
de su pp ort d e s pl a qu e s de plât r e sont une s e c o nde c o uche s o u s c h e vr o ns d e
ain s i p lac é e s p ar-d e ss u s le p a r e -v a p e u r 240 mm a vec u n e résistance thermiqu e
2
et ménagent u n vide qu i p eu t s e rvir p our R = 6, 85 m .K/W.
pa s ser l e s c a n a l i sation s él e c t ri q u e s tout
en l im it ant l e s ris qu e de p erc e m ent d e L'isolation des combles neufs
l a mem brane . En ca s d e p lanc h e r l ége r, aménageables avec pare-vapeur
pl a c e z l e p a r e -v a peu r sou s l 'i s o l ant du hygrorégulant
pi e d-dr o it. L' u t i l i s a t i o n d' u n p a r e -v a p e u r h yg ro ­
Le s p on ts thermique s p onc tuels créés p a r régu l ant , co mme in di qu é pré c éd emment

l e s pannes re stent fai b l e s, puisqu e l a pre ­ (voir figure 102), est u ne sol ution a daptée
mi è re c ouche d' is o l ant entre les che vr ons p o u r l ' i s o l a t i o n d e s c o mb l e s a m é na ­
le s i s o l e un p eu de l ' e x té rieur. ge a bl e s a ussi b ien en mo no couche qu 'en
deu x c ou c hes (f igur e 105), d a ns l e ne uf.

Co mm e dans le cas d'u ne charpente t ra­ I l s' a g i t de la m e i l l e u r e s o l u t i o n p o ur


ditionnel le , en is olation par l'in térieu r, i l a ss u r e r l a parf aite ét anché ité à l' a ir, et

est néc essai r e d' iso ler égale ment l e pie d­ à la v a p eur d' e a u pa r c o n v e c ti o n , d e
droit et l a pa rt ie du sol si t u ée derri ère , l e c e t t e p artie de l' ha b itatio n . P eu i mp o r t e

c a s éché ant. En isolatio n par l' e xtérie ur, qu e l ' i s o l a nt t h e rmiq u e s o i t p o sé e n


il f au dra vei ll er à as surer la c o ntinu i té de une o u d e ux c o uc hes. L e p a r e-v a p e ur

l 'is o l ati on entre les deu x c ô tés d e s murs. e s t in dép en da nt e t i l s' i ns ta ll e a v a n t l e

De m êm e , il ne f a u t p a s néglig e r l a pare m ent. Il e st insta l lé c o njo inte m ent à


continuité du p are -v a p eur, qu i d o i t ê tre un é c r a n s ous toiture H P V, on m a îtri se

assurée avec d e s band e s de ruban adhés if ains i p a rfa ite me n t le fl u x d e v a p e u r da ns

col lé es entre l e s lés . Le s b o rds d e l' is olant l a charpente.


de v ront ê tr e p a rf ai t ement j ointi fs p o u r

ne pas dégrad er l e s p e rf o r ma n c e s. L e s L e s rés e a u x e t c a n a l is a t i o ns p o ur ront


rés e a u x d o m e sti qu e s po u r r o n t pass e r p a ss e r entre l' i s o l an t t h e rm i q u e e t l e
La planification de l'installation électrique

Up:0, 1 4
Isolation avec pare-vapeur i ndépendant hygrorégu lant et écran H PV
Avec 1 re couche de
Solution en deux couches laine minérale entre
(charpentes traditionnel les) chevrons:
Écran sous toiture HPV R= 2,25 m 2 .K/W
épaisseur= 80 mm
+
2 e couche de
laine minérale
sous chevrons :
Adhésif double face R= 6,25 m 2 .K/W
épaisseur= 220 mm
1 '• couche d'isolant
(en contact avec Up: 0, 1 7
l'écran HPV)
Avec 1 re couche de
2• couche laine minérale entre
d'isolant chevrons:
Raccord R= 2,25 m 2 .K/W
d'angle épaisseur= 80 mm
recouvrement
des lés
+
Isolation 2 e couche de
du laine minérale
pied-droit sous chevrons:
R= 4,55 m 2 .K/W
épaisseur= 160 mm

Mastic
d'étanchéité
Étanchéité pour
gaines électriques

Solution en une ou Up: 0, 12


deux couches
Avec 1 re couche de
(charpentes laine minérale entre
industrialisées) fermettes:
R= 6,25 m 2 .K/W
épaisseur= 220 mm
+
2 e couche de
laine minérale
sous fermettes:
R= 2,25 m 2 .K/W
épaisseur= 80 mm

Up: 0, 1 7
Avec laine minéra l e
en une couche:
R= 6,25 m 2 .K/W
épaisseur= 220 mm
derrière le
pied-droit

Figure 1 05 : L 'isolation des combles avec pare- vapeur hygrorégulant


lii·itilt·ld9t1·tJkit4§t#!itl
pare-vapeur. Le film sera par conséquent de 220 mm, de résistance thermique
2
immanquablement perc é en divers R = 6,25 m . K/W, on obtient un coef­
2
endroits, aussi il est important de veiller ficient U de 0,17 W/m . K . En ajoutant
à rétablir l'étanchéité à l'air partout où une seconde couche de laine minérale
cela est nécessaire, au moyen de rosaces de 80 mm, de résistance thermique R =
2
adhésives spécifiques . Il en sera de 2,25 m .K/W, le coefficient U descend à
2
même pour tous les conduits traversant 0,12 W/m . K .
le pare-vapeur (gaines de VMC, etc.).
Pour solidariser le pare-vapeur à l'ossature
métallique, on colle de l'adhésif double Les menuiseries extérieures
face sur les fourrures. Les lés doivent se
chevaucher et leurs jonctions doivent Les chapitres précédents ont montré que
également être étanchéifiées au moyen les solutions et les produits d'isolation
de ruban adhésif. Enfin, les raccords pour les parois opaques sont nombreux.
situés au niveau des pannes, des pignons Pour parvenir aux performances souhai­
et du sol doivent être collés avec un cor­ tées, que ce soit pour respecter stricte­
don de mastic spécifique. De même, la ment la réglementation ou pour atteindre
lisse basse de l'ossature des pieds-droits un niveau d'isolation encore plus élevé,
sera posée sur un cordon de mastic il suffit de faire son choix parmi la
d'étanchéité. Le parement, classiquement multitude de matériaux, d'épaisseurs et
des plaques de plâtre, est fixé méca­ de modes de mise en œuvre. Tous les
niquement à l'ossature comme dans les niveaux de performance sont accessibles
solutions précédentes. selon le soin et le budget que l'on sou­
L'avantage de ce procédé est aussi de haite consacrer à l'isolation.
pouvoir disposer de la totalité de la hau­
teur des chevrons ou des fermettes, ce Ce qui est vrai pour les parois opaques
qui permet de profiter au maximum du se révèle bien plus compliqué pour les
volume intérieur des combles. parois vitrées . En matière d'isolation
En ce qui concerne les performances thermique, elles demeurent le principal
thermiques, pour une isolation en deux point faible de nos maisons. Leur rôle
couches sur charpente traditionnelle, étant avant tout de faire pénétrer la
avec une première couche de laine lumière du jour dans les pièces, nous ne
minérale entre chevrons de 80 mm, de pouvons pas nous en passer. Le princi­
2
résistance thermique R = 2,25 m . K/W et pal inconvénient des parois vitrées est
une seconde couche sans pare-vapeur de la difficulté à concilier transparence et
2
160 mm (R = 4,5 5 m .K/W), on obtient isolation thermique. C'est une gageure
2
un coefficient U de 0,17 W/m . K . Ce pour la recherche qui n'a pas encore
2
coefficient peut être porté à 0,14 W/m . K trouvé la solution idéale, à des coûts
avec une première couche d e laine raisonnables.
minérale entre chevrons de 80 mm, de Pour donner un ordre de grandeur, nous
2
résistance thermique R = 2,25 m . K/W et avons vu qu'il était possible d'atteindre,
une seconde couche sans pare-vapeur de pour une paroi opaque, un coefficient U
2 2
220 mm (R = 6,25 m .K/W). inférieur à 0,15 W/m . K, soit le niveau
Dans le cas de fermettes, en isolation exigé pour les maisons passives. Or, dans
monocouche, avec une laine minérale le domaine des parois vitrées, ce coeffi-
La planification de l'instal lation électrique

Performances des menuiseries Exemples de performances de triples vitrages


Exemples de performances de doubles vitrages Type de vitrage Coefficient Ug (W/m 2 .K)
Type de vitrage Coefficient Ug (W /m 2 .K) Verre peu émissif (4 m m), argon (10 mm), 0,8
verre extra clair (4 mm), argon (10 m m),
Simple vitrage 6 m m 5,7 verre peu émissif (4 m m )
Double vitrage 4 - 12 - 4 2,9
Double vitrage 6 - 12 - 6 2,8 Verre peu émissif (4 m m), argon ( 1 2 m m), 0,7
Double vitrage 4 - 12 - 4 1,7 à 1,9 verre extra clair (4 mm), a rgon (12 m m),
lame d'air, peu émissif verre peu émissif (4 mm)
Double vitrage 6 - 12 - 6 1,9 Verre peu émissif (4 m m ), argon (16 mm), 0,6
Lame d 'air, peu émissif verre extra clair (4 m m), argon (16 mm),
Double vitrage 4 - 12 - 4 1,3 à 1,7 verre peu émissif (4 m m )
lame argon, peu émissif
Verre peu émissif ( 4 m m), krypton ( 1 2 m m), 0,5
Double vitrage 6 - 12 - 6 1,6
verre flotté (4 m m), krypton (12 mm),
lame argon, peu émissif
verre peu émissif (4 m m )
Double vitrage 4 - 16 - 4 1,1
lame argon, peu émissif
Survitrage de 4 mm lame 3
d'air de 12 mm (4 - 12 - 4) Exemple de double vitrage avec
film de polyester métallisé
Les menuiseries aluminium Ce type de vitrage peut atteindre un
à rupteurs de ponts thermiques coefficient Ug de 0,6 W/m 2 .K.
Dormant
Rupteurs de ponts thermiques
(en rouge)

Joint
Film de polyester

Ouvrant

Exemple de porte pour maison passive en PVC 1o·apres Rehaul


70 m m
Vitrage
Profilés e n PVC
Joints

Coupe verticale Coupe horizontale Raidisseur

Fenêtre à deux ouvrants simultanés en PVC Panneaux d'habillage


Performances de la fenêtre : Uw de 0,79 à 1,0 W/m2 .K

Injection de polyuréthane

U = 0,77 W/m 2 .K

Seuil en aluminium

Rupteur de pont thermique

Étanchéité

Figure 1 06 : Les performances des menuiseries

.

i!J·Mi•t·ld1:J•tlt4t#§tt®tl
cient explose : un simple vitrage présente critères auxquels on ne pense pas forcé­
2
un coefficient U de 5,7 W/m . K. Il est ment pour cet é ui ement, à savoir le
aisé de comprendre que ces points par­ niveau d'isolation thermique et acoustique.
ticuliers de la construction devront faire En plus d'une mise en œuvre parfaite,
l'objet d'une attention toute particulière. pour éviter tout pont thermique et pour
Il convient d'agir dès la conception, assurer l'étanchéité à l'air et à l'eau de
en suivant les règles de la construction l'habitation, deux composants essen­
bioclimatique. L'intérêt de placer peu tiels déterminent les qualités et les
d'ouvertures au nord pour limiter les pertes performances des fenêtres ou des portes­
apparaît encore plus flagrant. Les ouver­ fenêtres : le vitrage et le châssis.
tures au sud, plus elles sont nombreuses Les menuiseries extérieures vitrées étant
ou grandes, créent aussi des déperditions. composées de plusieurs éléments, il faut
Cependant, celles-ci sont contrebalan­ plusieurs valeurs pour définir leurs per­
cées par les apports solaires en hiver. formances thermiques, donc plusieurs
Les simples vitrages ne sont plus aux coefficients U.
normes. Il est indispensable de choisir les Le coefficient Ug (glass) caractérise
meilleurs vitrages en comparant les per­ les performances du vitrage, qui peut
formances, les caractéristiques et les prix. être simple, double ou triple. Pour les
Un bon prix à l'achat n'est pas forcément performances du châssis, on utilise Uf
une option judicieuse. En effet, on ne (fra me) . Le coefficient Uw (window)
change pas régulièrement ses fenêtres. indique les performances de la fenêtre
Une économie sur l'investissement de dans sa totalité, c'est-à-dire vitrage plus
départ peut s'avérer une mauvaise idée châssis . La réglementation thermique
par la suite à cause de l'énergie sup­ utilise Ujn (jour/nuit), pour tenir compte,
plémentaire dépensée inutilement. Les notamment, des volets, quand il y en a.
menuiseries extérieures doivent être En effet, lorsque les volets sont fermés,
considérées comme un investissement les performances des parois vitrées sont
qui exclut tout produit bas de gamme. améliorées grâce à l'espace intermédiaire
Il est important également de vérifier les créé entre la fenêtre et l'extérieur.
performances thermiques et acoustiques Pour intégrer des parois vitrées direc­
du bâti des fenêtres . En effet, ils peuvent tement sur l'extérieur, sans système
aussi être source de grandes disparités d'ouverture, la principale valeur à retenir
en termes de qualité. pour guider votre choix est Ug. Pour
Il ne faut pas non plus négliger le choix évaluer les performances des différents
de la porte d'entrée. Outre l'esthétique et modèles proposés par les fabricants, com­
la solidité, il est important de vérifier des parez leur coefficient Uw (figure 106).

ê
La planification de l' installation électrique

Choisir dispose toujours d'une tension de 230 V,


mais entre deux phases, on dispose de
l 'abonnement 400 V.

adapté Ce type de tension n'est intéressant que


si vous êtes équipé d'appareils de forte
puissance fonctionnant en triphasé . Un
L'abonnement que vous allez souscrire autre problème est que, étant pourvue de
auprès du distributeur se décompose en trois circuits en 230 V, il faut que l'ins­
trois éléments principaux : tallation soit répartie le mieux possible
• la tension de raccordement (230 V en entre les trois circuits, sinon le disjonc­
monophasé ou 400 V en triphasé) en teur risque de se déclencher intempes­
fonction de vos besoins et des possi­ tivement. On appelle cela l'équilibrage
bilités du distributeur ; des phases .
• la puissance de raccordement (selon
vos besoins personnels) ; Attention : pour une même puissance
• les options tarifaires qui dépendront de de raccordement, on ne dispose pas
l'équipement prévu et de son utilisation. des mêmes possibilités d'utilisation en
triphasé et en monophasé .
La facture d'électricité qui vous sera En effet, un abonnement de 9 kVA en
fournie prendra en compte ces éléments . monophasé offre une intensité maximale
Elle se compose : de 45 A (I = P / U). En triphasé, vous
• d'une prime fixe (abonnement) détermi­ pouvez disposer aussi d'un abonnement
née en fonction de la puissance sous­ de 9 kVA, mais celui-ci prend en compte
crite et des options tarifaires choisies ; les trois circuits en 230 V et offre une
• du prix des kWh consommés . intensité maximale de 15 A par circuit.
Vous devez donc veiller à réaliser un
Il est donc très important de choisir la équilibrage parfait et ne pas surcharger
solution la mieux adaptée au projet . les lignes . Cela complique un peu plus
l'installation.

Les tensions de raccordement Dans la plupart des cas, le distributeur


propose le monophasé, sauf en cas de
Comme indiqué, deux types de courant contraintes liées au réseau ou si cette
sont distribués en France : le monophasé tension est indispensable pour certaines
et le triphasé. Le monophasé (230 V) est machines ou appareils .
le type de tension le plus répandu. Le
distributeur met à la disposition du par­
ticulier une arrivée de courant en deux L a pu issance d e raccordement
fils (phase et neutre).
C'est la solution la plus simple pour Estimer la consommation futu re
réaliser une installation, puisque tous les
appareils fonctionnent en 230 V. Quand vous aurez déterminé vos besoins,
Pour le triphasé, le distributeur met vous pourrez faire une estimation de la
à disposition quatre fils (un neutre et puissance de raccordement nécessaire
trois phases). Entre neutre et phase, on à l'installation . Il suffit d'ajouter les
l!i·16ilt·•d911·1k&t4§4MM
P � issan �e
Vos équ ipements
necessa1re

En plus de
l'éclairage,
vous utilisez
uniquement
des appareils 3 kW
ménagers
de laible
consommation.

En plus de
l'éclairage,
vous utilisez
des appareils
ménagers

6 kW
de faible
consommation,
un chauffe-eau
électrique et au
moins un appa­
reil gros
+ ou �
consommateur.

g
En plus de
l'éclairage,
VOUS utilisez

"
des appareils
ménagers

9 kW
de faible
consommation,
un chauffe-eau
électrique et au
moins deux
appareils gros
consommateurs.

Vous disposez d'une


habitation équipée
tout électrique : chauffage,
eau chaude, gros appareils 9 à 1 8 kW
Figure 1 07 : électroménagers.

Les puissances de
raccordement

puissances (en kW) des appareils gros à disposition plusieurs formules d'abon­
consommateurs (gros électroménager, nement. Il s'agit de déterminer celle qui
chauffe-eau, chauffage électrique) dont sera la mieux adaptée à l'habitation.
vous souhaitez vous équiper pour obtenir Cependant, plus le niveau de puissance
une estimation de la puissance maximale. choisi est élevé, plus l'abonnement sera
Il faut prendre en compte le fait que vous cher. Si le niveau est trop bas, le fonction­
n'utiliserez pas tous ces appareils en nement simultané de plusieurs appareils
même temps. Ce calcul fait, choisissez la provoquera le déclenchement du disjonc­
puissance existante immédiatement supé­ teur de branchement (appareil de pro­
rieure à votre calcul. Le distributeur met tection installé par le distributeur). Mais,
La planification de l'installation électrique

C i rcuits non prioritaires


Le délesteur

0 Si P est faible, NP1 et N P2 sont alimentés.


Délesteur
réglé à 45 A Fil s pilotes o u
contacteurs


_____..___, Disjoncteur d'abonné
Circu its
prioritaires
réglé à 45 A

C i rcuits non prioritai res
f) Si P augmente, N P1 puis NP2 sont coupés.

LJ
Circu its
pr ioritaires
Q Lorsq ue P décroît, N P 1
puis NP2 sont remi s en service.
Vous ne dépassez jamais la pu issance souscrite.

Le g estionnaire d'énergie (principe)


o,;

Pan neau de
comptage = = Bus de
,;: �== =;, ►
je ele el le el
e p rogram mation Boîtier de
► 1 3 5 7 t 11 ts 15 prog rammation
G estionnaire en ambiance _______
d'énergie :
délesteur et N P1
gestion du
chauffage

N P2

LJ
B us de téléi nfo rmation
N P3

6
Circuits
priorita ires Circuits non priorita ires
N P4

Figure 1 08 : Le principe du délesteur

sur simple demande, le distributeur peut à choisir une puissance importante de


augmenter la puissance de l ' installation. raccordement, et donc un abonnement
La figure 1 0 7 présen t e qu e l q ue s plus cher. Il faut tenir compte du fait que,
exemples pour guider votre choix. si vous avez choisi un chauffage de type
Dans le cas d'un chauffage électrique, le accumulation, celui-ci fonctionnera la
calcul effectué précédemment indiquera nuit, quand vous n'utilisez pas les autres
une valeur relativement élevée obligeant appareils. La puissance devra donc être
•!i!itiit·•U#i·lkit#§î@til
suffisante pour permettre le fonctionne­ gestionnaires d'énergie fonctionnent sur
ment du chauffa e ou des a areils le même rinci e, avec une ro ramma-
ménagers. Choisissez dans ce cas la tion pour le chauffage. Ils se composent
puissance immédiatement supérieure au d'un délesteur placé dans le tableau élec­
total des équipements censés fonction­ trique et d'un module de programmation
ner simultanément. De même, lorsque et de contrôle installé en ambiance. Les
vous installez une régulation pour un plus évolués permettent de gérer égale­
chauffage électrique, toutes les zones ne ment la production d'eau chaude sani­
chauffent pas simultanément. taire. Ils sont raccordés directement au
compteur électronique afin d'analyser les
paramètres de consommation en temps
Le délesteur et les gestion naires réel. Ces systèmes permettent donc de
d'énergie minimiser la puissance de raccordement,
tout en assurant automatiquement la
Dans le cas d'un chauffage électrique, gestion de la consommation de l'instal­
il existe des appareils qui permettent lation électrique, sans jamais dépasser la
de choisir une puissance inférieure à au puissance souscrite.
calcul obtenu : le délesteur (figure 108) En général, pour une maison individuelle
et les gestionnaires d'énergie. Réglé sur la correctement isolée, avec un chauffage
puissance de l'abonnement, un délesteur électrique doté d'une bonne programma­
gère la consommation. Il dispose d'un tion, une puissance d'abonnement maxi­
circuit prioritaire sur lequel est raccor­ male de 12 kVA en monophasé répond à
dée l'installation électrique (excepté le la plupart des besoins.
chauffage) et d'un ou plusieurs circuits
non prioritaires réservés au chauffage
électrique. Plus la consommation aug­ Les options tarifaires
mente sur le circuit prioritaire, plus le
délesteur coupe les circuits de chauffage. Après avoir déterminé la puissance à
Il les remet en service automatiquement souscrire pour l'installation, vous pour­
lorsque la demande prioritaire baisse. Cet rez choisir l'option tarifaire la mieux
appareil présente l'avantage d'être entiè­ adaptée. Les options tarifaires varient
rement automatique : il gère l'installation selon la puissance souscrite et l'offre du
sans que vous ayez à vous en soucier. Les distributeur.

Pu issance Type d 'abonnement Courant I ntensité d isponible (A)


Figure 1 09 :
souscrite Les abonnements
Monophasé Triphasé


Base HC Tempo 230 V 400 V

• •
3 kW Monophasé 15

•• •• ••
6 kW 30 3 X 10
9 kW Monophasé 45 3 X 15

• • •
ou
1 2 kW 60 3 X 20
triphasé

• • •
1 5 kW 75 3 X 25
1 8 kW 90 3 X 30
La planification de l'installation électrique

He
6h 6h 6h
-----------<

300 jours bleus 43 jours blancs 22 jours rouges

He : heures creuses
Hp : heures pleines Figure 1 1 0 : L'option Tempo (EDF)

La figure 109 présente les options possibles fonctionner la nuit (chauffe-eau, chauffage
selon les puissances de raccordement. à accumulation, chauffage électrique). Il
faut que la différence de prix de l'abon­
nement soit compensée par une forte
Le tarif option de base consommation pendant les heures creuses.
Mais rien ne vous empêche, pour les gros
La consommation est facturée sur le tarif appareils ménagers comme les lave-linge,
de base de la puissance, quelle que soit sèche-linge ou lave-vaisselle, de les faire
l'heure de la journée. Le prix de l'abon­ fonctionner également à ces heures-là.
nement est moins élevé, mais vous payez Il existe de nombreux modèles que l'on
le kilowattheure à un prix élevé. peut programmer en départ différé. Prenez
vos précautions en appartement, si vous
ne voulez pas vous fâcher avec vos
Le tarif option heu res creuses voisins ! Si vous disposez d'une habitation
tout électrique, le double tarif est indis­
Le double tarif ou tarif de nuit est un pensable. Dans les autres cas, faites une
type d'abonnement qui permet de estimation.
bénéficier d'un prix avantageux du
kilowattheure (environ 40 % de moins
que le tarif de base) pendant certaines Le tarif option Tempo (EDF)
h e ures. Généralement, ce créneau
horaire se situe la nuit (entre 23 h 0 0 et Cette option (figure 110), disponible pour
7 h 00), période où la consommation les compteurs électroniques , découpe
générale baisse. Mais, selon les régions l'année en trois périodes tarifaires, elles­
et les distributeurs, celui-ci peut être mêmes divisées en heures creuses et en
quelque peu différent et offrir égale­ heures pleines, ce qui donne en tout six
ment un passage en heures creuses dans créneaux différents de tarification.
l'après-midi.
Les jours sont répartis par couleur
Cette option est payante et augmente le • 300 jours bleus (prix bas) ;
prix de l'abonnement classique. Elle ne • 43 jours blancs (prix semblable à l'op­
sera donc choisie que pour des installations tion heures creuses) ;
comportant des appareils susceptibles de • 22 jours rouges (prix élevé).
►!i·i3iit·•d9tJ·i@t4§Mitl
La couleur du jou r et celle du lende­ S i cette option para ît intére ss ante, i l faut
----- - -�m
=a=i n�(�a-'-'p�r=
è s 20 h) s ont s ignalée s su r le néanmo i ns constater qu'en pér iode de
compteur, le boît ier du di stri buteur ou forte dema nde, le pri x du k ilowattheure
s u r Internet. e st t rès élevé. Les pointes corres pondent
géné ralement aux pé r i ode s de grand
Chaque période e s t éga lement partagée fro id lors que le chauffage électri que est
en heure s creus e s et en heure s ple i ne s . très s olli cité.

Le rlx de l'électricité Prix annuel des abonnements au tarif


réglementé en France métropolitaine
€uros TTC Abonnements
1 000 - option de base
- option heures creuses
800 - option Tempo

600

400

200

0
3 kVA 6 kVA 9 kVA 1 2 kVA 1 5 kVA 1 8 kVA 24 kVA 30 kVA 36 kVA
Pu issance souscrite

Prix du kWh au tarif réglementé


en France métropolitaine

€uros TTC
0,80 Option de base Option Option Tempo HP : heures pleines
heures creuses HC : heures creuses
0,70
0,60

0,50
Jours bleus Jours blancs Jours rouges
0,40
0,30

0,20

0,1 0

0
3 à 1 5 kVA HC HP HC HP HC HP HC HP
Tarifs EDF au 0 1 /0 1 /20 1 6

Figure 1 1 1 : Le coût des abonnements e t des options tarifaires

- •
La planification de l'instal lation électrique

Les constructeurs de matériel électrique où arrivent toutes les canalisations élec­


proposent des centrales de gestion de ce triques et de communication. Il se peut
tarif qui prennent directement en compte que seul le disjoncteur de branchement
les informations transmises par le comp­ soit installé à l'intérieur de l'habitation.
teur et gèrent automatiquement toute Dans certains cas (habitations éloignées
l'installation. Mais pendant la période de la voie publique), compteur et dis­
rouge, elles interdisent ou diminuent joncteur peuvent être installés dans un
autant que possible l'usage des appareils coffret à la limite de la propriété.
gros consommateurs d'énergie. Pendant Dans le cas d'un immeuble collectif, si
les périodes rouges, il est vivement le compteur n'est pas placé à l'intérieur
conseillé de disposer d'un mode de chauf­ du logement avec le disjoncteur, il doit
fage autre que l'électricité (par exemple, être placé dans une gaine technique sur
une cheminée avec insert ou un poêle). le palier ou regroupé avec d'autres dans
Pour comparer les options tarifaires, un local spécialement prévu à cet effet
reportez-vous à la figure 111. (figure 113).

À présent, examinons le compteur et le


Le compteur disjoncteur afin que vous puissiez savoir
ce dont vous disposez (figure 113).
Nous avons vu que choisir un abonne­ Sur le compteur apparaissent diverses
ment adapté à ses besoins méritait réflex­ informations comme le type de courant
ion. Nous allons à présent évoquer les et la tension délivrés, la consommation
cas auxquels vous pouvez être confronté et éventuellement la tarification heu­
en ce qui concerne le compteur. res creuses. Deux types de compteurs
cohabitent actuellement : les compteurs
électromécaniques et les compteurs
En cas de com ptage existant électroniques. Les compteurs électromé­
caniques sont ceux que l'on appelait
Dans le cas où l ' habitation est déjà couramment les « compteurs bleus "· Les
occupée, pour conna ître le t yp e compteurs électroniques, quant à eux,
d'abonnement et la puissance disponible, disposent de touches donnant accès à
consultez simplement la dernière facture diverses informations qui s'affichent sur
du distributeur, où tous ces renseigne­ l'écran de l'appareil (consommation,
ments sont indiqués. type d'abonnement, période tarifaire
S'il s'agit d'une habitation que vous en cours, etc.). Les compteurs électro­
venez d'acquérir, il faut examiner le niques permettent de gérer tous les types
panneau de comptage ou panneau de d'abonnement. Il n'est pas nécessaire
contrôle (figure 112) afin de définir ce d'en changer quand vous optez pour un
dont vous disposez. Les anciens pan­ autre abonnement, comme c'était le cas
neaux consistent en un tableau en bois avec les compteurs électromécaniques.
sur lequel sont fixés plusieurs appareils : Ils sont pourvus systématiquement d'un
le compteur, le disjoncteur et autres contact heures creuses et d'un bus de
modules selon les cas. Dans les installa­ téléinformation (TIC : téléinformation
tions récentes, le compteur est situé dans client) qui permet de les relier à un
la GTL (gaine technique de logement) gestionnaire d'énergie. Ils peuvent égale-
l!J·13iif·lh91i·tJtù4§Ufltttl
Pour compteurs électromécaniques (existants)
Les panneaux de comptage intérieurs
our comp eurs e ec romques
Platine

Emplacement
des plombs

Compteur
électronique
Compteur
électromécanique

Disjoncteur
Disjoncteur d 'abonné
d 'abonné Exemple de tableau Exemple de tableau
bois équipé bois prépercé

.. ...
Figure 1 12 :
compteur/disjoncteur L es panneaux de
\ �il----
--- Rail support de compteu r Comptage

\ , .. , �·· m
a La platine assure la séparation physique
des circuits répondant à la N FC 1 4 - 1 00
et à la NFC 1 5 - 1 00.
Boîtier de téléreport
pour relevé à distance Exemple de platine en plastique

Le panneau de comptage Les panneaux de comptage extérieurs


pou r installation solaire

Emplacement
pour premier
compteur
électronique

Coffret pour
panneau de
Exemple de coffret équipé
comptage

Coffret pour raccordement


et coupe- circuit

Emplacement Les panneaux de com ptage situés à


pour second l 'extérieur dans un coffret sont destinés
compteur aux branchements longs (habitation à plus
électronique de 30 m de la limite d u domaine public).

ment être équipés d'une prise de relevé à Tous ces types de compteurs vont faire
distance qui vous dispense d'être présent place a un nouveau compteur dit « com­
lors des relevés de consommation par le municant ,, Linky. Il s'agit du projet AMM
distributeur. (automated meter managemen t) . C'est
La planification de l'installation électrique

Emplacements des compteu rs dans le collectif

Appartement Appartement

Compteur sur le palier ou en gaine technique Compteurs regroupés en local technique


Les types de compteurs
Compteur électromagnétique Compteur électronique monophasé Compteur « communicant »
Figure 1 1 3 : simple tarif monophasé

Les compteurs
Écran
d 'affichage
des
i nformations
Touches de
sélection et
de défilement

I ntensité
nominale
consommation et tension de
raccordement

Compteur électromagnétique Compteur basé s u r le d ispositif


double tarif avec asservissement Compteur électronique triphasé
AMM (Automated meter
managemen� qui permet
l 'automatisation des
Consommation prestations tech niques
heures creuses manuelles (mise en service,
coupure, type d'abonnement,
Consommation
changement de pu issance . . . ) .
heures pleines
Ce nouveau type de compteur
Intensité I ntensité comporte également un
nominale u nominale contact pour les heures
et tension de et tension de creuses et un TIC
raccordement raccordement (Télé-information client) qui
permet de raccorder u n
gestionnaire d 'énergie, par
exemple. Ce type de compteur
doit à terme remplacer tous les
autres modèles.

un projet qui se développe en Europe et informations au gestionnaire de réseau


aux États-Unis . Ce nouveau système est par courant porteur à longue distance .
appelé à se généraliser en remplacement Pour le consommateur, l ' avantage est
de tous les compteurs existants . Le comp­ de pouvoir accéder aux informations
teur communique en permanence des sur sa consommation en temps rée l ,
•!i·itiit·ld?ti·d!WtJ§d®tJi
Les d i sjoncteu rs de branchement
Exemples de disjoncteurs

I l I l Il I l
��
J

1811!4 1N181

�(
11 11 Il Il Cette opération ne peut être exécutée que par
un professionnel agréé ou par un techn icien
d'ERDF.
Disjoncteur monophasé Disjoncteur triphasé

Le disjoncteu r en détail


D B C 045 2 1 500
§]Appareil sélectif, obligatoire
pour le respect de la norme. Il 1\. _j_
se déclenche avec u n retard
0 ·� Ir 1 5-45A

T
de 40 ms, laissant les Disjoncteur
dispositifs différentiels haute différentiel
sensibilité (30 mA) couper le
circuit en défaut en premier. IJn : 500 mA •
Si l 'appareil ne porte pas ce Nb de pôles 2
sigle, il est à déclenchement pôle protégé 1
instantané. Un 250V - 50 ,._,

0 Boutons ou manette de commande (marche/arrêt)


f) Bouton de test de la fonction d ifférentielle
9 Indication de l'intensité de réglage (en fonction de l 'abonnement)
0 Indication de la plage de réglage (ici de 1 5 à 45 A)
------ C, Indication de la fonction différentielle
C, Sensibilité de la fonction différentielle (500 mA pour les disjoncteurs de branchement)
Q Nombre de pôles : 2 (indication du courant monophasé), 4 pour le triphasé
C, Tension nominale
€) L'appareil est certifié N F USE ou N F.

Figure 1 14 : Les disjoncteurs de branchement

-
La planification de l'installation électrique

d'être facturé selon l'énergie réellement en limite de propriété, il peut être non
consommée, de permettre des actions à différentiel, comme expliqué plus loin.
distance sans être présent (relevé, modi­ À ce stade, vous connaissez la tension
fication d'un contrat, coupure et remise et la puissance dont vous disposez. Si
en route à distance) et l'accès à de nou­ l'une ou l'autre ne vous convient pas,
velles offres tarifaires. Mais ce système est contactez le distributeur.
également très intéressant pour le distri­
buteur, qui n'a plus besoin d'envoyer ses Peut-être l'emplacement où est situé le
techniciens pour de multiples opérations. comptage ne vous satisfait-il pas. Dans
Il pourra anticiper les pointes de consom­ ce cas, il faudra également examiner le
mation, limiter les fraudes et proposer problème avec le distributeur.
des offres adaptées selon les habitudes Mais attention, ne prévoyez pas de
des consommateurs. Il pourra également l'installer n'importe où. Des règles très
gérer à distance des systèmes de contrats strictes sont à respecter. Il est interdit
prépayés. Cependant, ce système fait de poser le disjoncteur dans un local
polémique car il est intrusif et permet de humide (WC, salle de bains, trop près
connaître de multiples informations sur d'un point d'eau), dans les endroits diffi­
vos habitudes de vie. cilement accessibles (pièce indépendante
ne communiquant pas directement avec
Le disjoncteur de branchement ou AGCP le logement), dans un escalier, sur une
(appareil général de commande et pro­ cloison légère. Évitez les chambres et
tection) représente le point de livraison l'exposition à la chaleur, par exemple
du distributeur (figure 114). L'installation au-dessus d'un radiateur ou d'un appareil
électrique domestique débute après de cuisson. Dans tous les cas, l'avis du
l'AG CP. L'alimentation du tableau de distributeur sera primordial. Dans le cas
répartition y sera raccordée. L'ampérage d'une construction neuve ou d'une réno­
maximal disponible y est indiqué. Il per­ vation avec remaniement des cloisons, le
met de déterminer la puissance souscrite panneau de comptage doit être installé
(par exemple, 45 A en monophasé cor­ dans la gaine technique de logement.
respondent à 9 kVA). Vous y trouverez
également la sensibilité de la fonction
différentielle (généralement 5 00 mA), En cas d'absence
ainsi que le nombre de pôles (2 pôles, de com ptage
vous êtes en monophasé, 4 pôles, en
triphasé). L'appareil, comme le comp­ Si vous n'avez pas encore déterminé
teur, est protégé par des plombages qu'il l'emplacement du comptage ou que vous
est interdit de retirer pour accéder aux prévoyez des travaux de maçonnerie
branchements internes. Cela est réservé (doublage des murs, par exemple) vous
au distributeur. Le disjoncteur permet la empêchant de le faire installer rapide­
mise hors tension de toute l'installation ment, vous pouvez demander une ins­
en cas d'urgence, c'est pourquoi il doit tallation provisoire. À la fin des travaux,
en permanence être accessible. Pour une vous devrez présenter au distributeur
installation conforme à la norme, l'AGCP l'attestation de conformité établie par
doit être de type S (appareil sélectif). Si le Consuel pour pouvoir être raccordé
le disjoncteur est installé dans un coffret définitivement au réseau.
l!i·12Ui·•d?ti·@Wt4§4®tl
Le principe de distribution Exemples de raccordement

Appartement Palier

Appartement neuf ou après rénovation lourde


(remaniement des cloisons) avec compteur électronique.

Appartement Palier

b Panneau
de comptage
Prise de
téléreport
(si compteur
électronique)
Appartement rénové sans remaniement des cloisons.

0
Appartement

Disjoncteur de Compteur
branchement électromécanique
0 Raccordement de l'immeuble 0 Distributeur d 'étage
8 Pied de colonne f) Compteur
Q Tableau services généraux Q Tableau d 'abonné Idem ci - dessus avec compteur électromécanique et palier
de surface suffisante.
0 Prise de terre C!) Colonne montante
Q Colonne de terre @ Dérivation i nd ividuelle
Figure 1 15 : Les immeubles collectifs

Dans le cas d'un appartement , vous l'extérieur et le disjoncteur à l'intérieur.


devez contacter le distributeur, qui éta­ Cette solution présente l'avantage de
blira un devis de raccordement au réseau, ne pas nécessiter la présence des occu­
et qui exécutera les travaux ou les fera pants pour les relevés. Dans le cas d'un
exécuter par une entreprise agréée. En compteur électronique, le relevé pourra
immeuble collectif , une canalisation se faire sur le palier grâce à la prise
distribue l'électricité à tous les niveaux de téléreport. En cas de rénovation de
la colonne montante. Chaque logement l'installation électrique, le panneau de
est raccordé à cette colonne au niveau comptage sera installé obligatoirement
d'un coffret de distribution d'étage. dans la GTL.
Généralement, la dérivation consiste en En maison individuelle, le raccordement
un câble, posé ou non sous gaine, reliant est quelque peu différent. Une partie
le panneau de comptage à la dérivation des travaux vous incombe , celle du
sur le palier (figure 115). domaine privatif, l'autre sera réalisée par
Dans le cas d'un compteur électromé­ le distributeur sur devis. Plusieurs cas
canique et si le palier est assez vaste, il de figure sont possibles. Le compteur

-
est possible de faire poser le compteur à peut se situer dans un coffret extérieur
La planification de l'installation électrique

Types de branchements
Aérosouterrain


'
Domaine public : Domaine privé Domaine public Domaine privé

Figure 1 1 6 : Souterrain (ou aérosouterrain pour partie enterrée)

Le raccordement d'une Disjoncteur


maison individuelle Disjoncteur
non différentiel
d ifférentiel

Domaine Domaine privé Domaine Domaine privé


public public

D Coffret - Lignes électriques • Compteur Disjoncteur de branchement

spécialement prévu à cet effet, dont les de l'habitation avec l'AGCP, si la distance
références vous seront communiquées de raccordement avec le coffret extérieur
par le distributeur. Il doit être placé en est inférieure à 30 m (figure 1 1 6) .
limite de la voie publique afin que les Au-delà de 3 0 m, le compteur doit être
agents du distributeur puissent y accéder placé à l'extérieur avec un disj oncteur
sans avoir à pénétrer dans la propriété . de branchement non différentie l . Un
autre système de coupure sera placé à
Le coffret peut être encastré dans u n l'intérieur de l'habitation et fera office
mur de clôture o u dans l e mur même d'AGCP.
de l'habitation, si celle-ci j ouxte la voie
publique .
Le disjoncteur sera placé à l 'intérieur de Réaliser le plan de
l 'habitation. La liaison entre le coffret de
comptage et le disjoncteur se fait sous l'installation
terre (pour plus de détails sur les règles
à respecter pour cette installation, voir À ce stade , i l est nécessaire de traduire
page 3 5 6) . les souhaits et les besoins des occupants
Si vous avez opté pour le double tarif, les sur un plan, en tenant compte des exi­
conducteurs requis devront être passés gences de la norme . Pour ce faire , vous
e n même temps . allez utilis e r le plan architectural de
l' habitation (des copies, naturellement)
En cas de nécessité , il est également pos­ et y implanter les divers appareillages
sible de placer le compteur à l' intérieur avec leurs liaisons d ' interdépe ndance
i!i·i3iit·•d#J·@t1i%§4MI

d Interrupteur
(simple allumage) �ocle..de_prlse _d.e. .c_OJ.UaD
( 1 0 / 16 A + terre)

Jf 0
I nverseur
(va-et-vient, 2 points Socle de prise de télévision
de commande) (antenne)

0 Commutateur double
(double allumage)
8 Socle de prise de

e
communication
Figure 1 1 7 :
@
Bouton-poussoir


Socle de prise hi-fi
(pour commande d'un
télérupteur ou d'une sonnette) (haut-parleurs) L es symboles simplifiés
pour le plan

CJ
Q Carillon
Sortie de fil

®-
-
Chauffe-eau
Convecteur

® Point d'éclairage
(plafonnier ou lustre)

Gaine technique de l ogement
(GTL) ou tableau électrique

Q
Point d'éclairage
Divers
(applique murale)

(schématisées par des lignes en poin­ d'éclairage à partir de plusieurs boutons.


tillé). Vous pouvez utiliser les symboles Vous définirez l'emplacement des points
que nous vous proposons (figure 117) ou d'éclairage, des prises de courant, des
d'autres à votre convenance, si vous ne prises de communication, de télévision,
les trouvez pas suffisamment significatifs. ainsi que des appareils fixes comme les
convecteurs, le chauffe-eau, la gaine
technique de logement ou l'emplacement
Le rappel des fonctions d'un tableau électrique divisionnaire, etc.
des appareillages
Il est conseillé d'apporter le maximum
L'interrupteur : c'est un mécanisme qui d'attention au plan, car vous devrez le
permet de commander un point d'éclai­ suivre pendant toute la réalisation de
rage ou une prise de courant. L'inverseur l'installation. Il vous évitera d'oublier
(ou va-et-vient) : toujours utilisé par certains montages en cours de travaux.
paire, il permet la commande à partir de Pour vous aider, nous effectuerons une
deux endroits différents. étude pièce par pièce en vous proposant
Le commutateur double (ou double diverses solutions pour chacune. À vous
allumage) : il permet deux commandes de choisir et d'adapter des solutions au
différentes à partir du même mécanisme. projet de construction. Le rappel des
Le bouton-poussoir : utilisé seul, il normes pour les pièces à risques et le
peut commander une sonnette ou un niveau d'équipement minimal est indiqué
carillon de porte d'entrée. Utilisé en pour chaque pièce.
association avec un télérupteur, il per­
met de commander un point d'éclairage Pour mieux vous guider sur un plan
par autant de boutons qu'on le désire. d'ensemble, nous travaillerons sur un
Associé à un télévariateur, il permet la exemple : une maison de plain-pied avec

-
commande et la variation d'un point sous-sol (figure 118).
La planification de l'installation électrique

Chambre

Entrée
couloir

Cuisine Salon/salle à manger

Rez-de-chaussée Sous-sol

figure 1 1 8 :
Exemple de plan
Buanderie
architectural

Garage

Les ièces Une prise de courant doit être installée


à proximité de chaque prise de commu­
Afin de réaliser une installation dans le nication et de télévision.
respect de la norme et offrant un degré Il est judicieux de prévoir une prise de
suffisant de confort, voici quelques règles courant à l'entrée de chaque pièce pour
que nous appliquerons à notre exemple. l'utilisation de l'aspirateur.
Un point d'éclairage doit pouvoir être Dans le cas d'une maison individuelle,
commandé à partir de chaque issue de prévoyez un éclairage extérieur à chaque
la pièce concernée. Il est généralement entrée principale ou de service. Un ou
placé du côté de l'ouvrant, à portée de plusieurs de ces éclairages peuvent être
main, à une hauteur du sol fini comprise commandés automatiquement par détec­
entre 0, 90 et 1, 30 m. Au-delà de deux tion de présence.
points de commande, l'utilisation d'un L ' instal lation de chauffage doit être
télérupteur est recommandée. pilotée par une régulation permettant
- ()(}
lt®) W:,_, t- B )
,. Sous-sol

(o
)/ �
du ( 1 f l Salle de bains

® ©
[7DT G) I
Chambre

0 ou@ 1
®
Entrée
couloir
- ©
Figure 1 1 9 :
Les points
d'éclairage

Cuisine

Salon/salle à manger

Dans les pièces principales, lorsque le plafond est constitué d'une dalle pleine,
iS2'.\ Applique murale préfabriquée ou en poutrelles et hourdis, u n point d'éclai rage en plafond est
obligatoire. En cas de rénovation, s'il n 'est pas possible d'installer u n point d'éclairage

QS} Point d e centre en plafond


en plafond, il peut être remplacé par un ou des points d'éclairage muraux et/ou une ou
plusieurs prises commandées ( ces dernières sont interdites dans les WC
et la salle de bains).
Ces recommandations constituent un équipement minimal. Selon la taille de la pièce et le niveau de confort recherché, un
point de centre peut être com plété par une ou plusieurs appliques murales ou des prises commandées.

l'abaissement de température sur au La norme prévoit un nombre minimum


moins deux zones (pour un studio ou un de points d'éclairage et leur emplace­
deux pièces, une seule zone). ment (figure 1 1 9). Dans les chambres,
Prévoyez une prise de communication séjour et cuisine, quand le plafond est
par pièce principale et dans la cuisine. constitué d'une dalle pleine, d'éléments
Celle de la salle de séjour doit être située de prédalle ou de hourdis avec dalle de
près de la prise de télévision et d'une compression, le point d'éclairage doit
prise de courant, dans un emplacement être situé au plafond. S'il n'est pas utilisé,
non occulté par une porte. L'équipement il pourra être complètement dissimulé.
minimal exigé par la norme est un socle L'éclairage peut être complété par une
de prise de communication par pièce ou plusieurs appliques ou prises de cou­
principale (chambre, séjour, bureau, rant commandées. En cas de rénovation
etc.). Il est admis de n'équiper le loge­ totale, ou si des impossibilités techniques
ment que de deux socles, à condition que ne permettent pas de réaliser ces points
chaque pièce principale soit desservie d'éclairage en plafond, il peut être assuré
par un câble de communication depuis par deux points en applique ou deux
le tableau de communication et mis en socles de prises de courant commandées.
attente dans une boîte.
Si les prises de communication n'assurent Dans les toilettes, salles de bains, circula­
pas la distribution de la télévision, l'équi­ tions et autres pièces, le point d'éclairage
pement minimal doit être de deux prises est possible au plafond ou en applique.
2
coaxiales pour les logements jusqu'à Dans les logements de 35 m et plus, il
2
1 00 m et trois prises au-delà. faut au minimum deux circuits d'éclairage.
La planification de l 'installation électrique

Généralités
Couloirs et circu l ations
Hauteur d e pose

<1 m

Prévoyez un dispositif de commande manuelle à moins d'un


mètre de chaq u e accès . . .
h ;,, 0,90 m
et s 1 ,30 m <2m

Sol fini ou un d ispositif de commande manuelle à voyant lumineux à


moins de deux mètres de chaq u e accès.

Dans l 'optique d'une installation future ou utilisez des interrupteurs


de dispositifs à détection de présence automatiques à détection
en remplacement de systèmes manuels, de présence.
il est recommandé de d istribuer u n
conducteur de neutre (laissé en attente)
dans chaque boîtier d e point de
Figure 120 : commande.

1111 Dispositions spécifiques pour l'accès


Les dispositifs de
Pièces concernées (unité de vie) : la cuisine, le séjour,
commande dans � aux personnes handicapées une chambre, u n WC et une salle d'eau .
les circulations

9 s h s 1 , 3 rn
0, rn 9 s h s 1 , 3 rn
0, rn

h
h

Commande de l 'éclairage Escaliers Apparei l l ages de commande


Le dispositif de commande de l'éclai rage Prévoir u n d ispositif de commande de Les dispositifs de com mande doivent
doit être situé à l 'intérieur et à l'entrée d e l 'éclairage à chaque niveau . Les être posés à une hauteu r comprise
chaque pièce. Un socle de prise d e luminaires doivent être adaptés pour entre 0,90 et 1 ,30 m . Cette
courant supplémentaire dans les pièces de supprimer toute zone d 'ombre. disposition concerne les commandes
l'unité de vie doit être placé à proximité du d 'éclairage, de volets roulants, les
dispositif de commande de l'éclairage. Ce thermostats d 'ambiance, etc.
socle de prise de courant ne doit pas être
commandé.

Ces dispositions ne s'appliquent pas aux L'installation des points d ' éclairage
annexes non attenantes comme un abri s'effectue obligatoirement sur un boî­
de jardin ou un garage. tier équipé d'un D CL (dispositif de
■ii·16i·i·IO'iti·?l@i4§Mlt#
connexion pour luminaire) permettant de Les couloirs et circulations
brancher/débrancher le luminaire sans
accès possible aux conducteurs de l'ins­ L'équipement minimal impose par la
tallation. Cette disposition ne concerne norme n'est pas restrictif et l'on peut
pas l'alimentation des spots encastrés envisager des solutions plus confortables.
dans un faux-plafond, par exemple, ni les Il faut au minimum un point d'éclairage
luminaires prévus pour un raccordement au plafond ou en applique, commandé
direct dans certaines conditions d'in­ soit par un dispositif de commande
fluence externe (en extérieur, réglettes manuelle sans voyant lumineux situé à
fluorescentes étanches dans un sous-sol moins d'un mètre de chaque accès, soit
ou un garage . . . ) . à l'aide d'un dispositif de commande
Dans le cas d'un point de centre à allu­ manuelle à voyant lumineux placé à
mage multiple, il est admis de ne pas ins­ moins de deux mètres de chaque accès,
taller de boîtier DCL. En effet, ces boîtiers soit par un système automatique à détec­
ne permettent qu'un allumage simple. tion de présence (figure 120).
Le nombre de points d'éclairage sur un Prévoyez également un conducteur de
même circuit est limité à huit. Dans le cas neutre au niveau de chaque boîtier
de spots ou de bandeaux lumineux, on d'appareillage de commande pour un
compte un point d'éclairage par tranche raccordement ultérieur de dispositifs à
de 300 VA dans la même pièce . détection automatique.
Pour l'extérieur, prévoyez un point En ce qui concerne les prises de courant,
d'éclairage au niveau de la porte d'entrée la norme prévoit un minimum d'une prise
2
ou de service, ainsi qu'à proximité de la pour tout local de plus de 4 m et dans
porte de garage. chaque circulation.
Le nombre minimal de prises de courant
est également prévu par la norme. Il sera En ce qui concerne les prises, l'exemple
indiqué pour chaque pièce dans les para­ de la figure 121 montre que l'on peut en
graphes qui leur sont consacrés. prévoir au moins deux, ainsi qu'une prise
Pour les logements concernés par l'ac­ de communication (placée à côté d'une
cessibilité aux personnes handicapées, prise de courant pour brancher un com­
le dispositif de commande de l'éclairage biné de téléphone sans fil, par exemple)
doit être situé à l'intérieur et à l'entrée et éventuellement une alimentation pour
de chaque pièce de l'unité de vie, à une un convecteur électrique (selon le type
hauteur comprise entre 0, 90 et 1, 30 m. de chauffage prévu).
Il est obligatoire de prévoir également
un socle de prise supplémentaire (non
commandé) à proximité immédiate du L'éclairage
dispositif de commande de l'éclairage (à
côté ou en dessous). Cette prise peut ne Exemple 1 (figure 122) : l'architecture
pas être considérée comme supplémen­ du couloir avec un retour nécessite
taire dans la cuisine ou le salon. au moins deux points d'éclairage . Ils
Pour les logements sur plusieurs niveaux, sont commandés avec un télérupteur
tout escalier doit comporter un dispositif ou un télévariateur par l'intermédi­
d'éclairage supprimant toute zone d'ombre, aire de boutons-poussoirs situés au
commandé à chaque niveau desservi. niveau des accès, dans le respect des
La planification de l' installation électrique

Figure 1 2 1 : d'entrée, commandé par un interrup­


Les prises de teur simple (un seul point d'allumage).
l'en trée
Exemple 2 (figure 122) : l'éclairage est
réalisé avec deux détecteurs de présence
qui permettront de balayer tout le cou­
loir. Pour la descente vers le sous-sol, on
NF C 1 5- 1 00 adopte un système de va-et-vient comme
équipement minimal
dans le premier exemple. L'éclairage
1 point de
centre en de la porte d'entrée est assuré par un
plafond ou
une applique interrupteur simple ou éventuellement

r@
murale
un détecteur de présence.
1 socle de
prise de
Il s'agit d'exemples. Rien ne vous
courant pour
toute surface
empêche de prévoir des appliques
supérieure murales à la place des points au plafond.
à 4 m2
Si vous optez pour ces exemples, à ces
points d'éclairage peuvent être raccordés
distances maximales prévues par la de nombreux types de luminaires au
norme. Le télérupteur permet de com­ goût de chacun (lustres, hublots, rails de
mander l'allumage des points lumineux. spots, halogènes encastrés, dans le cas
Le télévariateur permet en plus de d'un faux-plafond).
faire varier leur intensité lumineuse. Il est nécessaire de prévoir également
Le va-et-vient est tout indiqué pour tous les autres appareillages (figure 123)
l'éclairage de l'escalier du sous-sol. susceptibles d'être installés.
Dans le cas d'une maison individu­ Par exemple, pour une maison individuelle
elle, il convient de prévoir un éclai­ • un bouton-poussoir à l'extérieur relié
rage extérieur au-dessus de la porte à la sonnette de la porte d'entrée ;

Exemple 1 Exemple 2

I
I
I
I
I

Entrée
Figure 1 22 :
Exemples
de solutions
d 'éclairage

Commandes à
détection de
présence et zone
de détection
h!1· itili·•h?ti· t1tü4§ ®titi
Maison individuelle Appartement

I I
I I
I I

Entrée Entrée Figure 123 :


Autres équipements

0 Sonnette avec 0 Sonnette avec


commande par commande par
bouton-poussoir bouton-poussoir

8 Interphone ou 8 I nterphone ou
vidéophone vidéophone
8 Clavier de E) GTL
commande d e
l 'alarme 0 Chauffe-eau
électrique

• un combiné d'interphone ou de vidéo­ possibilité par deux points en applique


phone pour l'ouverture du portail ; ou deux prises de courant commandées.
• éventuellement, une interface de com­ La pièce doit être équipée de trois socles
mande pour l'alarme. de prise de courant au minimum, répar­
ties en périphérie , et d'une prise de
Dans le cas d'un appartement communication. Si la télévision n'est pas
• un bouton-poussoir sur le palier relié d