Vous êtes sur la page 1sur 3

École Supérieur Polytechnique Algèbre II

ISMS Année : 2019 - 2020


TD N◦ 3 : Série d’exercices sur réduction
Sauf mention contraire K = R ou C.
Exercice 1
Diagonaliser ou trigonaliser dans Mn (C) les matrices suivantes :
     
0 2 −1 1 4 −2 0 3 2
 3 −2 0  ,  0 6 −3 , −2 5 2 .
−2 2 1 −1 4 0 2 −3 0
Exercice 2
Expliquer sans calculs pourquoi la matrice suivante n’est pas diagonalisable :
 
1 0 1
0 1 0 .
0 0 1
Exercice 3
On considère la matrice
 
1 0 0
A = 0 0 −1
0 1 2
1. Justifier que A n’est pas diagonalisable.
 
1 0 0
2. Montrer que A est semblable à la matrice 0 1 1.
0 0 1
Exercice 4
Soit m un nombre réel et f l’endomorphisme de R3 dont la matrice dans la base canonique
est
 
1 0 1
A =  −1 2 1.
2−m m−2 m
.
1. Quelles sont les valeurs propres de f
2. Pour quelles valeurs de m, l’endomorphisme f est-il diagonalisable ?
3. On suppose m = 2 . Calculer Ak pour tout k ∈ N.
Exercice 5
Soit n ≥ 2 un entier et A ∈ Mn (R) une matrice de rang 1.
1. Montrer que 0 est une valeur propre de A d’ordre de multiplicité m0 ≥ n − 1.
2. En déduire le polynôme caractéristique de A.
3. Montrer que A est diagonalisable si et seulement si Tr(A) 6= 0.
1
Exercice 6

Soit n ≥ 2 un entier et
 
a b ··· b
..
b a . b 
 


A= .. .. 
 . b a .
. b 
 .. .. .. 
 . . . 
b ··· ··· b a
1. Montrer que a − b est une valeur propre de A d’ordre de multiplicité ma−b ≥ n − 1.
2. En déduire le polynôme caractéristique de A et montrer que A est diagonalisable.
3. Pour tout p ∈ N, calculer Ap .

Exercice 7

Soit
 
1 2 2
A = 2 1 2 .
2 2 1
1. Diagonaliser A et et en déduire An pour tout n ∈ N.
2. On pose J = A + I3 . Soit n ∈ N. Calculer J n et en déduire An .
3. Exprimer en fonction de leurs termes initiales toutes les suites (xn )n∈N , (yn )n∈N
et (zn )n∈N solution du système récurrent suivant :

xn+1 = xn + 2yn + 2zn

∀n ∈ N, yn+1 = 2xn + yn + 2zn .

zn+1 = 2xn + 2yn + zn

Exercice 8

Pour a, b, c des nombres complexes, on pose


 
a b c
M (a, b, c) =  c a b 
b c a
et J = M (0, 1, 0).
1. Exprimer M (a, b, c) en fonction de I3 , J et J 2 .
2. Démontrer que J est diagonalisable dans M3 (C) et donner son spectre.
3. En déduire que M (a, b, c) est diagonalisable dans M3 (C) et donner son spectre.

2
Exercice 9

Soit n ≥ 1 et A, B ∈ Mn (R) tels que AB−BA = A. Le but de l’exercice est de démontrer


que A est nilpotente.
1. Montrer que, pour tout k ≥ 0 , on a Ak B − BAk = kAk .
2. On considère l’application φB : Mn (R) → Mn (R) définie par

∀M ∈ Mn (R), φB (M ) = M B − BM.
Vérifier que φB est un endomorphisme de Mn (R). .
3. Montrer que si Ak 6= 0, alors k est une valeur propre de φB .
4. Conclure.

Exercice 10

On considère la matrice
 
0 1 0 0
0 0 1 0
A=
0

0 0 1
−1 0 −1 0
2iπ
1. On pose j = e 3 . Que vaut j 4 + j 2 + 1 ?
2. Proposer une matrice inversible P ∈ M4 (C) et une matrice diagonale D ∈ M4 (C)
telles que P −1 AP = D .
3. Soit I un intervalle de R non réduit à un singleton.
(a) En déduire les solution X : I → M4,1 (C) de l’équation différentielle X 0 = AX.
(b) Déterminer l’ensemble des solutions y : I → C de l’équation différentielle

y (4) + y 00 + y = 0
et préciser parmi ces solutions celles qu sont à valeurs dans R.