Vous êtes sur la page 1sur 138

28th General Chapter

PREPARATION BOOKLET
SOMMAIRE
Identite Charismatique & Evangelisation
Introduction — 7
Considerations pour le travail en comite — 10
Bibliography — 12

Communaute, Mission, & Ressources


Introduction — 15
Considerations pour le travail en comite — 16
Bibliography — 18

Leadership partage comme fruit du processus de transformation


Introduction — 21
Considerations pour le travail en comite — 23
Bibliography — 25

Appendices
Appendix 1: Une description du Charime xavérien — 27
Appendix 2:  — 33
~~ Communaute internationale : un village — 33
~~ Collaboration internationale (Proposition de l’equipe d’integra-
tion) — 36
~~ La Possibilite d’une communaute internationale, intentionnelle et intercul-
turelle — 38

Processus de Transformation
Rapport au 28ième Chapitre général : le processus de transformation — 41
~~ Introduction — 41
~~ La Belgique — 43
~~ Les Etats-Unis — 44
~~ RDC — 45
~~ Le Kenya — 46

2 | Sommaire ^ Retournez à le sommaire ^


~~ Comité de planification du Chapitre  — 47
~~ Le Leadership général et l’avenir du Processus de transformation — 48
~~ Considérations et actions recommandées — 52

Integration Team
What is it? — 56
Communications and Reports — 57
~~ June 2017 Rencontre de l’équipe d’intégration — 57
~~ February 2018 Rencontre de l’équipe d’intégration — 61
~~ June 2018 Rencontre de l’équipe d’intégration — 65
~~ January 2019 Rencontre de l’équipe d’intégration — 73

Core Teams
De quoi S’agit-il ? — 79
Equipe de base de la Republique du Congo — 80
~~ Communications et rapports — 80
Equipe de base du Kenya  — 89
~~ Communications et rapports — 89
Equipe de base des Etats-unis — 98
~~ Communications et rapports — 98
Rapport d’Haïti — 108
~~ Les défis identifiés — 108
~~ Communauté missionnaire internationale — 111

Chapter Planning Committee


Communications and Reports — 114

Chapter Directives
Directives de la 27e Chapitre Général — 126
Directives de la 26e Chapitre Général — 132

^ Retournez à le sommaire ^ Sommaire | 3


^ Retournez à le sommaire ^
IDENTITE CHARISMATIQUE &
EVANGELISATION

^ Retournez à le sommaire ^
La vision de ton Fondateur était unique.
Il désirait instituer une communauté de laïcs
qui, en tant que religieux frères,
soient envoyés au monde comme missionnaires.
Membres du Peuple de Dieu, ayant fait profession
de ce qui était scellé dans leur baptême et confirmé par l’Esprit Saint,
ils prendralent part à la mission d’évangélisation de l’Eglise,
par une vie de service évangélique
caractérisée par la solidarité et la disponibilité
au milieu des gens.

6 | Identite Charismatique & Evangelisation ^ Retournez à le sommaire ^


INTRODUCTION
L’article 2 de nos Constitutions affirme notre caractère profondément missionnaire
:

Le patronage spécial de Saint François Xavier, qui s’efforça de faire par-


ticiper tous les hommes à la rédemption salvifique du Christ, est un
héritage que la congrégation tient de son fondateur. Par le choix de ce
patron, le fondateur exprimait son désir de voir la congrégation éten-
dre sa présence à tous les pays et à toutes les cultures où elle pourrait
servir la mission de l’Eglise.

La vision unique de Rijken d’une communauté de laïcs qui iraient en tant que frères
religieux profès vers tout pays et toute culture où ils serviraient au mieux la mission
d’évangélisation de l’Eglise est au cœur même de notre identité charismatique.

Le Frère Reginald Cruz écrit dans sa conclusion au manuel du Projet charismatique


:

Le feu (com)passionnel de l’Esprit qui séduisit Rijken serait mis à jour


au fil du temps par des hommes ordinaires comme lui. En vivant la vie
consacrée dans des communautés centrées sur la Parole et le culte de
Dieu, choisissant librement une vie ordinaire qui renonce aux priv-
ilèges et aux droits et en se tournant constamment vers Dieu, ces hom-
mes deviendraient une société de frères en contact avec et responsables
des dons qui sont les leurs, qui seraient transformés en hommes com-
muns qui vivraient une vie réellement contemplative et dont la mission
les amènerait au-delà de leur monde confortable, qui les placerait en
marge de la marge, et qui formeraient ceux qui vivent dans cette marge
à découvrir leurs propres dons.

Ainsi, les critères fondamentaux de l’identité charismatique xavérienne sont les


suivants :

1. Vivre la vie consacrée dans des communautés centrées sur la Parole et le culte de
Dieu.

2. Choisir librement une vie ordinaire qui renonce aux privilèges et aux droits.

3. Se tourner constamment vers Dieu.

4. Toujours chercher à devenir de plus en plus une société de frères en contact avec
et responsables des dons qui sont les leurs et ce sous forme d’une communauté
internationale et interculturelle.

^ Retournez à le sommaire ^ Identite Charismatique & Evangelisation | 7


5. Toujours chercher à être transformés en hommes communs

• vivant une vie réellement contemplative

• qui iraient en mission au-delà de leur petit monde confortable et


qui iraient systématiquement vers la frontière (‘frontier’)

• qui se placeraient en marge de la marge, plus particulièrement par-


mi les pauvres et les marginalisés

• Qui formeraient ceux qui vivent dans cette marge à découvrir leurs
propres dons.

8 | Identite Charismatique & Evangelisation ^ Retournez à le sommaire ^


Premièrement, soit une communauté religieuse a un charisme, soit elle n’en a
pas. Si une communauté n’a pas de charisme, elle ne survivra pas. Ensuite, si
une communauté a un charisme, soit les membres le comprennent, soit ils ne le
comprennent pas. Si une communauté a un charisme mais les membres ne le com-
prennent pas, la communauté ne survivra pas. Troisièmement, si la communauté
a un charisme et le comprend, ses membres peuvent soit s’efforcer de le vivre, soit
refuser de le faire. Si une communauté a un charisme et le comprend plus ou moins
mais que ses membres refusent de le vivre, alors cette communauté ne survivra
pas. Plus précisément : si une quelconque communauté se retrouve du côté négatif
de l’une ou l’autre des affirmations disjonctives ci-dessus, elle ne mérite proba-
blement pas de survivre. Mais attention : cette évaluation n’est pas directement
liée aux faiblesses et échecs des activités humaines ; elle concerne l’importance des
charismes de la vie consacrée en tant que telle. C’est précisément parce que les
charismes sont des dons de l’Esprit à et pour l’église, qu’ils sont trop précieux pour
être confiés indéfiniment à des gens insensibles à la valeur inhérente d’un charisme
ou indifférents quant à leur responsabilité personnelle à embrasser et vivre ses
conséquences pratiques. … Aussi déconcertant que puisse être ce constat pour les
adeptes de certaines tendances contemporaines, il convient de noter que personne
ne peut réellement re-tisser ou re-créer un charisme de vie religieuse … Je suggère
que plutôt que de re-fonder, re-tisser ou re-créer un charisme, les religieux le
reçoivent et y répondent plutôt.

Elizabeth McDonough, “Charisms and Religious Life,” Review


for Religious 52 (Sept.-Oct. 1993): 650-51.

^ Retournez à le sommaire ^ Identite Charismatique & Evangelisation | 9


CONSIDERATIONS POUR LE TRAVAIL EN COMITE
Nous devons essayer de répondre par des actions concrètes aux défis auxquels
nous faisons face en restant fidèles aux critères sur lesquels est fondée notre iden-
tité charismatique. Comme nous le rappelle le Code du Droit canonique : « [Les]
principales fonctions [d’un Chapitre général] sont de protéger le patrimoine de
l’institut … et de favoriser un renouveau approprié en accord avec patrimoine. ».

Considérez à la lumière de la vie future de la Congrégation et des besoins du monde


les défis, les réponses et les questions suivants apparus par rapport à l’identité char-
ismatique pendant le Processus de transformation :

1. A bien des égards nous commençons tout juste à nous approprier et à actualiser
notre charisme, en tant que frères individuels comme en tant que congrégation.
Comment sommes-nous appelés à servir plus clairement et plus pleinement
la formation initiale et continue de l’ensemble de nos frères à la lumière du
charisme ?

Conf. : Rapport au 28ième Chapitre général : le processus de


transformation

2. Comment le monde et les signes de notre époque nous demandent-ils d’actual-


iser de nouvelles expressions de notre charisme et de notre mode de vie, partic-
ulièrement à la lumière de notre vocation à vivre avec et pour les pauvres, à être
évangélisés par les pauvres et à laisser notre mode de vivre et de partager ensem-
ble formés par les pauvres ?

Conf. : Défis CPC, introduction et résumé, Leçons du CPC, Commu-


naute internationale : un village, Collaboration internationale, Funda-
mental Principals

3. Compte tenu de la réalité du vieillissement et de l’amoindrissement des frères


aux Etats-Unis, comment vont-ils continuer à vivre la mission à la lumière de
notre identité charismatique ? Nous croyons que le discernement quant à la
direction future de la vie et de la mission aux Etats-Unis doit être fait par l’en-
semble de la congrégation.

Conf. : June 2018 Recontre de l’équipe d’intégration, Equipe de base


des Etats-unis

4. De quelles façons spécifiques la collaboration entre les frères au Congo et ceux


au Kenya doit-elle être renforcée ? Les deux zones doivent-elles être regroupées
en une seule région ?

10 | Identite Charismatique & Evangelisation ^ Retournez à le sommaire ^


See: February 2018 Rencontre de l’équipe d’intégration, January 2019
Rencontre de l’équipe d’intégration, Compte rendu de l’Equipe de base
congolaise du 2 avril 2018

5. Sommes-nous appelés à une présence xavérienne permanente en Belgique ?


Un nouvel apostolat comme expression de la mission, un site pour la nouvelle
équipe de leadership général, une maison de formation continue et d’étude du
charisme de la Congrégation ?

Conf. : Proposition d’un modèle de leadership congrégationnel, Jan-


uary 2019 Rencontre de l’équipe d’intégration, Rapport au 28ième
Chapitre général : le processus de transformation

^ Retournez à le sommaire ^ Identite Charismatique & Evangelisation | 11


BIBLIOGRAPHY
Congregation for Institutes of Consecrated Life and Societies of Apostolic Life, New
Wine in New Wineskins, 2017.
Robert J Green, C.F.X., “The Dark Side of Our Communal Graced History Up to
1960,” August 4, 1986.
Dr. Ted Dunn, “Transformative Visioning,” Comprehensive Cinsulting Services,
St. Louis MO, 2017.
US Core Team, Chapter Preparation: Internationality, Baltimore MD, October 2018.
Xaverian Brothers, Xaverian Charism Project, June 2012.
Xaverian Brothers, “Reflection Guide for Responding to the Directive from the 26th
General Chapter,” December 2009. An abridged version of this document can be found on
page XXXX.
Add Contemplate and Identity and Mission of the Religious Brother in the Church

12 | Identite Charismatique & Evangelisation ^ Retournez à le sommaire ^


COMMUNAUTE, MISSION, &
RESSOURCES
(RESSOURCES HUMAINES & FINANCIERES)

^ Retournez à le sommaire ^
Tu découvriras
que le charité et l’amitié et l’amitié fraternelle dans la communauté
est une des plus grandes joies
don’t le Seigneur te comble,
et un puissant moyen d’évangélisation.

^ Retournez à le sommaire ^
INTRODUCTION
Au cours de ces quelques dernières années, le processus de transformation nous a
fourni de nouvelles façons de se retrouver pour partager nos vies. Au Congo, les
Frères ont trouvé des façons de rassembler la région de façon à faire entendre la
voix de chacun des Frères. Aux Etats-Unis, les Frères se sont rencontrés chaque mois
depuis janvier 2018 pour une réflexion partagée. Au Kenya, les Frères ont exprimé le
désir de réexaminer leur engagement commun dans la vie religieuse. L’Equipe d’in-
tégration internationale s’est réunie tous les 6 mois pour discuter de questions con-
grégationnelles générales, développer de nouvelles formes de communication inter-
culturelle, et vivre notre identité charismatique partagée dans une optique d’avenir.

Comme nous le rappellent les Principes fondamentaux, la Mission xavérienne est


l’énergie évangélisatrice qui se manifeste grâce à nos vies en commun. Dans un
monde de plus en plus atomisé, nos efforts visant à (re)former une communauté
sont un don de plus en plus important que nous devons partager avec le monde. Au
fur et à mesure que nous apprenons à entrer dans un partage de plus en plus profond
de la foi et de la prière les uns avec les autres, nous « examinons les besoins de notre
époque et les désirs du Seigneur ». Et nous invitons de même l’Eglise et le monde
entier à partager ce même cycle de constante découverte et de réponse commune.

Nous écoles ont été et demeurent toujours le principal fruit de notre mission congré-
gationnelle qui consiste à exprimer l’amour vigilant et compatissant de Dieu envers
les autres. Et comme l’implore de nous notre Fondateur : en tant qu’éducateurs,
nous ne sommes pas limités aux murs de nos institutions, non, nous sommes appelés
à trouver d’autre moyens encore de vivre notre mission aux marges de la société.

^ Retournez à le sommaire ^ Communaute, Mission, & Ressources | 15


CONSIDERATIONS POUR LE TRAVAIL EN COMITE
Considérez à la lumière de la vie future de la Congrégation et des besoins du monde
les défis, les réponses et les questions suivants apparus par rapport à la communauté,
la mission et les ressources pendant le Processus de transformation :

1. Créer une structure qui mobilise les ressources humaines et financières de façon à
servir au mieux la Mission xavérienne aux marges de la société. Son objectif serait
de « générer des projets [apostolats] durables et efficaces » qui constituent des
réponses de notre charisme aux besoins du monde.

See: Directives de la 27e Chapitre Général, Directives de la 26e Chapitre


Général, January 2019 Rencontre de l’équipe d’intégration, Assemblée
kenyane des 9 et 10 août 2018 à Mary-Ward

2. Le 26e Chapitre général a déclaré : « Nous vivons actuellement, et cela depuis


quelque temps, une crise de notre vie communautaire. ». Est-ce encore vrai actu-
ellement ? A la lumière de notre compréhension croissante de notre mission en
tant que ‘communauté en mission’ comment voyons-nous aujourd’hui la ‘com-
munauté’ et notre ‘appel à la communauté’ ? Quelle est la différence entre une
communauté et une ‘collection de personnes’ ? Comment les xavériens vivront-ils
le charisme qui est un don à l’Eglise et au monde d’aujourd’hui ? Comment pou-
vons-nous, en tant que Chapitre, parler directement de ce qu’il faut pour que
nous vivions plus pleinement l’aspect communautaire de notre mission ?

See: Directives de la 26e Chapitre Général, January 2019 Rencontre


de l’équipe d’intégration, Fundamental Principles », Directives de la 27e
Chapitre Général, Rapport au 28ième Chapitre général : le processus
de transformation, Chapter Preparation: Community & Mission »

3. Initier un processus qui créerait et mettrait en place une communauté mission-


naire interculturelle dans un pays où les xavériens n’ont pas encore servi, mais
où nous sommes nécessaires.

Proposition : une communauté internationale (interculturelle) composée de


frères de la R.D.C., du Kenya et des Etats-Unis sera formée afin de :

a. incarner le thème du Village unique comme expression d’une congrégation


mondiale en conscience, vision et comportement – une communauté basée
sur le respect, l’appréciation et le partage honnête de valeurs et d’expériences
interculturelles

b. vivre intentionnellement les Principes fondamentaux

16 | Communaute, Mission, & Ressources ^ Retournez à le sommaire ^


c. revenir à la vision/au charisme original de T.J. Rijken d’une congrégation
d’évangélisateurs missionnaires

d. développer et faire grandir la congrégation dans une nouvelle région géo-


graphique et culturelle

See: Communaute internationale : un village, Collaboration interna-


tionale, Chapter Preparation: Internationality », Chapter Preparation:
Community & Mission »

^ Retournez à le sommaire ^ Communaute, Mission, & Ressources | 17


BIBLIOGRAPHY
Anthony J. Gittins, Living Mission Interculturally: Faith, Culture, and the Renewal of Praxis,
Litergical Press, Collegeville MN, 2015.
Congregation for Institutes of Consecrated Life and Societies of Apostolic Life,
“Identity and Mission of the Religious Brother in the Church,” 2015.
US Core Team, Chapter Preparation: Community & Mission, Baltimore MD, November
2018.
Xaverian Brothers, Xaverian Charism Project, June 2012. Of particular note: the working papers
on Xaverian Mission.

^ Retournez à le sommaire ^
LEADERSHIP PARTAGE COMME FRUIT DU
PROCESSUS DE TRANSFORMATION

^ Retournez à le sommaire ^
Unis comme des frères en une seule congrégation, nous sommes tous égaux devant
Dieu qui distribue charismes et ministerères au service de l’Eglise et de sa mission.
Un bon gouvernement dans las congrégation requiert une collaboration et une
participation à tous les niveaux. Tous les frères sont coresponsables de la vie et des
ouverts de la congrégation.

Constitutions, Article 46

^ Retournez à le sommaire ^
INTRODUCTION
C’est justement parce que la nature même de notre congrégation est d’être une fra-
ternité, un rassemblement de frères qui « sont tous égaux devant Dieu » que la force
et la vitalité de notre vie et de notre mission dépendent du degré auquel l’ensemble
des frères réalisent et concrétisent leur responsabilité « pour la vie et les œuvres de
la congrégation ». Le Processus de transformation a jusqu’à présent généré un plus
grand sens d’appartenance à la congrégation et a suscité ainsi une plus grande prise
de responsabilité envers l’ensemble de la congrégation. Ces expériences initiales sont
le résultat d’une lente croissance de la confiance mutuelle et de l’attention portée aux
autres grâce à une pratique plus cohérente de rencontres et de dialogue.

Un aspect essentiel du Processus de transformation entrepris pas la congrégation est


le développement d’un modèle offrant de meilleures possibilités de leadership part-
agé. Dans ce modèle, les Equipes de base de chaque pays doivent mettre en place des
processus pour que chaque frère partage un dialogue constant avec les autres quant
à la vie et aux œuvres de la congrégation et une évaluation de notre fidélité à notre
identité charismatique. Au fil du temps ces sessions examineront des sujets soumis
par l’Equipe d’intégration portant sur la vie et la mission de la congrégation et ce
processus leur permettra de discerner la direction future qu’empruntera la congré-
gation.

L’Equipe d’intégration est composée de deux représentants de chaque Equipe de base


plus le Supérieur général et les membres du Conseil général. Cette équipe a pour
mission de traiter les contributions des différentes Equipes de base dans un contex-
te international et de travailler à la détermination de l’orientation et de réagir aux
préoccupations soulevées dans chaque région. Elle peut aussi servir de structure pour
l’évaluation continue et l’adaptation de structures et de directives congrégationnelles
et régionales. Le mode le plus efficace de collaboration entre l’Equipe d’intégration
et de Conseil général est encore en cours d’élaboration.

Une pratique de leadership partagé vise à donner à chaque frère de la congrégation


une voix dans les affaires congrégationnelles, et incite ainsi à un plus grand sens
d’appropriation et de responsabilité pour la vie, les œuvres et l’orientation de la con-
grégation. C’est aussi une tentative pour ouvrir la prise de décision au discernement
et à la créativité de chaque membre, pour que nous puissions ressentir l’inspiration
et la direction de l’Esprit de nouvelles façons grâce à nos perspectives aussi diverses
qu’engagées.

A une époque où les structures patriarcales et hiérarchiques s’effritent, il devient de


plus en plus clair qu’il y a un avenir pour une communauté comme la nôtre où les
membres ont une expérience vécue de leur responsabilité pour et leur obligation de

^ Retournez à le sommaire ^ Leadership partage comme fruit du processus de transformation | 21


rendre des comptes à la communauté dans son ensemble.

22 | Leadership partage comme fruit du processus de transformation ^ Retournez à le sommaire ^


CONSIDERATIONS POUR LE TRAVAIL EN COMITE
Considérez à la lumière de la vie future de la Congrégation et des besoins du monde
les défis, les réponses et les questions suivants apparus par rapport au Leadership
partagé pendant le Processus de transformation :

1. Nous continuons à avoir des difficultés à apprendre comment collaborer vérita-


blement, surtout en ce qui concerne le partage de responsabilités et de services.
Notre expérience actuelle en RDC nous enseigne comment partager le leader-
ship et aboutir à une nouvelle compréhension que tous les organes de leadership
devraient créer de nouvelles façons de collaborer avec les membres qu’ils servent.

See: Chapter Preparation: Shared Leadership », DRC Regional Council


Discernment Process, June 2018 Rencontre de l’équipe d’intégration |
L’Équipe de Base du Congo, Rapport au 28ième Chapitre général : le
processus de transformation, Fundamental Principles », Constitutions Article 46

2. La structure de responsabilisation à tous les niveaux doit être clarifiée davantage.


Par exemple : est-il imaginable que l’équipe de Leadership et le Conseil général
doivent rendre des comptes à l’Equipe d’intégration comme représentation de
l’ensemble des membres, comme l’équipe de leadership au Congo doit rendre
des comptes à l’Assemblée des Frères ? Est-ce que ceci nous donnerait un moy-
en d’évaluer la mise en œuvre des directives et des mandats du Chapitre général
? Comment renforcer non seulement la reddition de comptes des frères et des
communautés vis-à-vis du leadership régional et général mais aussi la reddition
de comptes du leadership régional et général vis-à-vis des membres ? Des ques-
tions quant à la façon d’évaluer les structures ont surgi tout au long du processus,
et la recherche de nouveaux modes de communication, de collaboration et de
responsabilisation peuvent fournir une forme d’évaluation constante et d’adap-
tation permanente aux besoins de la congrégation.

See: DRC Regional Council Discernment Process, Chapter Prepara-


tion: Shared Leadership », Rapport au 28ième Chapitre général : le
processus de transformation

Nous devons également clarifier le rôle exact et l’autorité précise du


leadership régional vis-à-vis du leadership général. Notre description
et notre définition du rôle du leadership régional sont quelque peu
vagues, ce qui entraîne souvent des malentendus et des problèmes de
communication.

See: Statutes Articles 47, 66 [2, 7, 9, 11, 17, 18], 67, 68; Directives de la
27e Chapitre Général, Rapport au 28ième Chapitre général : le pro-

^ Retournez à le sommaire ^ Leadership partage comme fruit du processus de transformation | 23


cessus de transformation, Assemblée kenyane des 9 et 10 août 2018 à
Mary-Ward, DRC Regional Council Discernment Process

3. La communication entre régions est incohérente et inadéquate. Comment ren-


forcer la communication entre les différentes régions ? Comment renforcer
la collaboration entre les différentes Equipes de base en préparation des et en
réponse aux réunions de l’Equipe d’intégration ?

4. Le leadership général actuel n’est pas suffisamment international en termes de


membres et de collaboration. Le Conseil général est international dans sa com-
position mais il n’y a pas de Frères africains dans l’équipe de direction générale.
En outre, le fait que l’équipe de leadership se trouve aux Etats-Unis crée une sit-
uation dans laquelle son attention se porte essentiellement sur les préoccupations
des membres aux Etats-Unis. Pour remédier à cette situation, le Comité de plan-
ification du chapitre et l’Equipe d’intégration proposent de modifier la structure
de gouvernance générale. Un tel changement rendrait aussi nécessaire la création
d’une structure de leadership régional aux Etats-Unis. Cette proposition inclut
l’exigence que l’équipe de Leadership général travaille et vive ensemble d’une
façon telle à commencer à former une véritable équipe collaborative internatio-
nale. Avec la communauté missionnaire internationale proposée ci-dessus, ceci
constituerait un deuxième pas concret vers la réalisation de la vision du Fondateur
d’une communauté internationale (et interculturelle) au service de la mission
d’évangélisation de l’Eglise.

See: Rapport au 28ième Chapitre général : le processus de transforma-


tion, Assemblée kenyane des 9 et 10 août 2018 à Mary-Ward, Bulletin
d’information sur la transformation | Réunion de l’équipe d’intégra-
tion de juin 2018

24 | Leadership partage comme fruit du processus de transformation ^ Retournez à le sommaire ^


BIBLIOGRAPHY
US Core Team, Chapter Preparation: Shared Leadership, Baltimore MD, November 2018.
Xaverian Brothers, Xaverian Charism Project, June 2012.

^ Retournez à le sommaire ^ Leadership partage comme fruit du processus de transformation | 25


APPENDICES

26 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


APPENDIX 1:
UNE DESCRIPTION DU CHARIME XAVÉRIEN
Préambule

Nous, Frères xavériens, membres associés et collaborateurs, formons une réelle fa-
mille religieuse, qui s’efforce de réaliser les aspirations spirituelles de Théodore
Jacques Rijken pour sa Congrégation.1 En suivant la voie de notre Fondateur, nous
sommes appelés à vivre des vies ordinaires qui témoignent de l’amour incondition-
nel de Dieu. Nous croyons que la vocation xavérienne est une façon d’être remis à sa
place dans le monde,2 un lieu d’humilité et de simplicité, qui nous donne la grâce de
nous tourner vers Dieu, de tomber amoureux de Dieu, et de nous mettre au service
de Dieu comme disciples de Jésus Christ.3 Chaque choix que nous faisons dans notre
vie nous invite à être plus attentifs, à la simplicité, à la flexibilité et à être ouverts à la
vie commune et ordinaire de tous les jours.4 Nous nous unissons à Dieu par le biais
d’une vie intégrée de contemplation et de service.5 Grâce à la Voie xavérienne, l’Es-
prit de Dieu fait naître en nous la conscience de notre propre potentiel de grâce et
nous mettons librement ce don au service de l’évangile. Grâce à notre apostolat, no-
tamment parmi les pauvres et les marginalisés, nous aidons les autres à découvrir leur
propre moi pour que eux aussi puissent « partager l’amour de Dieu envers le monde
au moyen des dons qui sont les leurs ».6 Dans un esprit d’hospitalité, nous faisons de
notre mieux pour être accessibles et disponibles, comme de véritables frères et sœurs
qui accueillent les autres et les accompagnent dans les joies et les chagrins de leurs
vies.

Une description du Charisme tel que vécu par les Frères

En tant que laïcs consacrés nous faisons en tant que xavériens volontairement le choix
de vivre sans privilèges ni droits particuliers et « d’être formés par Dieu dans la voie
commune, ordinaire, et simple de la vie quotidienne ».7 Motivés pas le but noble que
notre Fondateur a proposé pour la Congrégation, nous choisissons comme voie pour
notre vie la vie intégrée de Marthe et de Marie.8 Comme Marie en présence de Jésus,
nous choisissons la « meilleure partie » en nous tournant vers et en tombant amou-
reux de Dieu. Comme Marthe, nous sommes transformés par cet amour et incités à
nous mettre humblement au service de Jésus par le biais de notre service aux autres.9

Nous aspirons à réaliser la vision de notre Fondateur : être « Une société de Frères
qui s’entr’aident, s’animent, s’édifient mutuellement et qui travaillent ensemble ».10
Nous nous efforçons d’intégrer la prière et la contemplation avec la croissance en
toute amitié au sein de la communauté par le biais d’un dialogue honnête et frater-
nel. Nous comprenons que la « voie de la perfection » envisagée pour nous par notre
Fondateur est une voie de formation constante.11 Cela se passe pour nous dans notre

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 27


vie de communauté comme grâce à nos pratiques individuelles de prière et de con-
templation. C’est en communauté que nous sommes encouragés à découvrir nos
dons et nos talents et à affirmer les dons de nos frères, en s’appelant mutuellement
à un plus grand service pour le Seigneur. C’est ici que nous trouvons l’encourage-
ment et le soutien pour épouser une vie d’ascétisme, de célibat et de contemplation
qui, par la grâce de Dieu, renforce notre engagement public à faire vœu de chasteté,
de pauvreté et d’obéissance.12 En tant que communauté nourrie par la mémoire de
Frères qui ont suivi cette voie avant nous et enrichie par une présence interculturelle
croissante, nous examinons ensemble « les besoins de notre époque et les désirs du
Seigneur à leur (notre) sujet ».13

Nous apprécions et embrassons la nature laïque de notre congrégation enracinée


dans l’Eglise catholique romaine. Nous voyons cependant souvent notre place au sein
de l’Eglise comme marginale : dans la marge, solidaires avec et disponibles pour les
gens, renonçant de notre plein gré à tout sens de pouvoir ou de prestige, et témoi-
gnant des idéaux de la première communauté évangélique.

Nous sommes envoyés dans le monde comme missionnaires, pour participer à la


mission d’évangélisation de l’église. Comme Théodore Rijken, nous croyons que la
meilleure façon de faire ressortir les dons d’un individu passe par l’éducation, mais
nous réalisons que l’éducation peut prendre de nombreuses formes. En ce qui nous
concerne notre mode de vie est intimement lié à notre mission. Nous croyons que
c’est à travers notre vie de témoignage évangélique menée en communauté que nous
répondons à l’appel de l’Esprit « pour exprimer l’amour vigilant et compatissant de
Dieu pour les populations du monde de notre époque ».14 Nous sommes appelés à
vivre notre mission sur la Frontière, qu’il s’agisse de la périphérie de la société parmi
les pauvres et les marginalisés, ou du centre parmi ceux qui sont séparés et coupés de
leur propre moi. Passionnés par le zèle apostolique insufflé par le Saint Esprit, et à
l’exemple de notre saint patron François Xavier, nous sommes prêts à aller au-delà de
ce qui nous est familier et de notre zone de confort pour « aller et répandez la bonne
parole ».

_____________

1. Une allusion à l’Apologia que Rijken adressa à l’évêque Jan Baptist Malou,
1864. CFXGA, 3.5.1.4 : « Par conséquent ce que j’ai établi en 1839 doit
demeurer une société religieuse authentique … L’esprit que doit avoir
la Congrégation xavérienne est l’esprit religieux. C’est là la vocation de
l’ensemble de la communauté conformément à l’intention du fondateur
lui-même et de tous ceux qui désirent s’associer à lui. C’est donc la
vocation pour tous – et cela doit l’être ; personne ne doit oser rentrer

28 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


dans la congrégation sans viser essentiellement le même esprit religieux
…»

2. CConf. Le document de travail sur la Spiritualité xavérienne et


l’importance de la place (base) pour les mystiques moyen-néerlandais.
(Document de travail, p. 17 et suivantes). Nous en trouvons aussi une
explication dans le document de travail sur le Mode de vie xavérien (p.
35), dans le chapitre qui parle de la Communauté.

3. Conf. la nouvelle traduction de la description de Rijken de sa conversion


(Document de travail sur la Spiritualité xavérienne, p. 23 dans la version
anglaise): « à l’âge de 19 ans, après avoir été remis avec force à ma place, je me suis tourné
vers Dieu, je suis tombé amoureux et je me suis mis à Son service ».

4. Conf. Document de travail sur la Spiritualité xavérienne, p. 22 :


“Grounded in the ordinary, a Xaverian Brother is further invited to
dispose himself to a life of attentiveness, simplicity and openness to
the unspectacular flow of daily life. His way is the ‘ordinary way.’ He is
invited to live in gratitude and in awe of all that which typically escapes
attention or notice because of its smallness, difference, foreignness,
unimportance, brokenness or insignificance. To do so, he must willingly
eschew any attitude, behavior or involvement that exalts or promotes
superiority, privilege, exclusivity or entitlement. He must be open and
hospitable to the unknown and the unexpected, ready to listen, appraise
and respond with a spirit of faith, hope and love.”

5. Conf. Théodore Jacques Rijken’s Plan (ca. 1837-38) « Nous voulons


maintenant nous tourner vers l’image intégrale du présent plan et
considérer deux excellentes qualités que présentera cette Congrégation
et qui sont considérées importantes au sein de l’Eglise : les vies
contemplatives et actives. S’il plaît, en fait, à Dieu de porter le plan que
nous proposons au sommet que nous visons et dont nous espérons qu’il
Lui sera plaisant, les membres auront le privilège de suivre aussi bien la
vie de Marthe que celle de Marie. » [Plan, §61-63]

6. Une allusion aux Principes fondamentaux :

Par ta vie de témoignage évangélique,


Menée en commun avec tes frères,
Dieu désire exprimer
Son amour vigilant et compatissant
Pour ceux qui sont séparés et coupés,

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 29


Non seulement de leurs proches,
Mais aussi de leur propre moi ;
Pour tous ceux qui souffrent
Par privation, négligence et injustice :
Les pauvres, les faibles et les opprimés
De ce monde.
Eux aussi sont appelés
À expérimenter,
À exprimer,
À partager
L’amour de Dieu envers le monde
Au moyen des dons qui sont les leurs.

7. Conf. Principes fondamentaux :

Si tu acceptes
D’être formé par Dieu
Dans la voie commune,
Ordinaire,
Et simple
De la vie quotidienne,
Tu expérimenteras pas à pas
Une libération et une liberté
Dont tu n’avais jamais eu idée auparavant.

8. Conf. Document de travail Conclusion, p.93 : « Le Frère Rijken prit


conscience d’un sens de la vie pour lui-même (et ses disciples) – la vie
non-dichotomisée de Marthe et de Marie, la ghemeyne leven – et aspira
à réaliser ce noble objectif. L’incarnation de cette aspiration se réalisa
cependant sur la base de son humanité grâciée. C’était une humanité
grâciée « ordinaire » de deux façons : (1) autodéterminé pour être sans
privilèges et droits particuliers et (2) ouvert aux irruptions constantes
mais silencieuses de Dieu dans la voie commune de la vie quotidienne.

9. Pour Rijken le ‘service’ ne s’inscrit pas dans une raison humanistique


; il le comprend plutôt dans le contexte de se mettre au service de « Sa
Majesté », d’où l’importance pour le Frère xavérien de voir l’apostolat
non pas simplement comme un service aux autres, mais comme
découlant de l’union avec Dieu en contemplation. Voir le Document de
travail sur la Spiritualité xavérienne, p.22 et suivantes.

10. Conf. Principes fondamentaux :

30 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


Ceci fut la vision
De Théodore Jacques Rijken
Lorsqu’il fonda la congrégation :
Une société de Frères
Qui s’entr’aident,
S’animent,
S’édifient mutuellement,
Et qui travaillent ensemble.

11. Conf. Document de travail sur la Spiritualité xavérienne (p. 25 et


suivantes) sur la vie en commun et la vision de Rijken qui voulait que les
Frères « travaillent avec détermination à leur propre perfection », comme décrit dans
le Plan, et le Document de travail sur le Mode de Vie xavérien (p. 32-
34) : « Rijken et les premiers frères insistèrent sur une consécration de
nature perpétuelle pour qu’eux-mêmes et les membres futurs puissent
passer leur vie profès en volmaaktheid en goestelijke oeffeningen (perfection et
exercices spirituels). Dans la vision de Rijken de la Consécration, les
frères formuleraient des vœux perpétuels pour ce type de vie. ».

12. Conf. la discussion sur la Communauté et les conseils évangéliques


dans les Documents de travail sur la Spiritualité xavérienne, p. 35-39.
Voir notamment la discussion quant aux vœux à la p. 39 :

The Xaverian expression of the life of the evangelical


counsels has always included a consciousness of living
ordinary lives in common. Our sense of poverty inspires us
to live ordinary lives, appreciative and grateful for the gifts of
creation with a consciousness of living with less rather than
more so as to share in the prodigality of God’s love: “The gift
you have received, give as a gift.” It challenges us to care for
the gifts that we hold in common and to carefully confront
any movement toward preoccupation with possessiveness
and autonomy. Our spirit of consecrated celibacy calls us
to live as Brothers to one another in community as well as
to all whose lives we touch. This fraternal love invites us to
appreciate the fundamental uniqueness of each person and
to challenge any movement toward exclusivity, manipulation
or possessiveness. It calls us to attend to the lessons that are
taught in the experience of solitude and aloneness and to
the formative influences that come through the challenges,
joys, and sufferings that constitute a life lived in common.

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 31


The spirit of obedience invites us to listen attentively to the
directives that arise in the course of our ordinary, everyday
lives – some within our own consciousness; some as a result
of our interactions with others; and some that emerge from
the situations that we encounter and from the world in
which we live. This same spirit of obedience invites us to
appraise these directives both individually and communally
and to let these appraisals guide us toward decisions and
actions that will promote and serve the life and mission of
the Congregation. The mission and ministry of the Xaverian
Brothers have always been directed toward ordinary people.
We continually face the challenge of finding ways to have our
life in common (and not so much our talents and resources)
be the witness to the Gospel that we offer to those we serve.
To live in solidarity and availability among those we serve,
we need to live ordinary lives that share in the common
elements of life – gifts and limitations, grace-fullness and
sinfulness. We need to actually live as Brothers in order to
give an authentic witness to those we serve.

13. Conf. Principes fondamentaux

Surtout,
Applique-toi à un partage toujours plus profond
Dans la foi et la prière avec tes frères ;
Cherche, de pair avec eux, comment trouver Dieu
Dans les expériences de la vie.

De cette façon
La communauté examine
Les besoins de notre époque
Et les désirs du Seigneur
À leur sujet.

14. Conf. Principes fondamentaux

32 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


APPENDIX 2:
COMMUNAUTE INTERNATIONALE : UN VILLAGE
En juin 2017, le Frère John Collins a soumis la proposition suivante à l’Equipe d’intégration. Un groupe de
travail de l’Equipe d’intégration l’a analysée en juin 2018 dans le cadre de son travail sur la Collaboration
internationale. Voici les recommandations et les propositions de ce groupe de travail.

Proposition de travail

Proposition : Une communauté internationale composée de frères du Congo, du


Kenya et des Etats-Unis sera formée d’ici juin 2019 afin de :

1. incarner le thème Un village comme expression d’une congrégation globale


dans sa conscience, ses perspectives et son comportement – basée sur le
respect, l’appréciation et le partage honnête de valeurs et expériences
interculturelles

2. vivre intentionnellement les Principes fondamentaux

3. revenir à la vision/au charisme original de T.J. Rijken d’une congréga-


tion d’évangélisateurs missionnaires

4. faire grandir la congrégation dans une nouvelle région géographique et


culturelle

Composition de la communauté : Au moins un frère de chaque région, le nombre


total ne devant pas dépasser six frères. Des dispositions seront prises pour que d’au-
tres se joignent à la communauté sur une base temporaire.

Formation de la communauté : Une période de six mois de préparation, de dévelop-


pement de la communauté et de formation avant l’établissement de la communauté
dans le lieu choisi.

Mission de la communauté : Prendre part à la mission d’évangélisation de l’Eglise,


par une vie de service évangélique et de compassion vécue en solidarité et disponibil-
ité au milieu des gens, particulièrement ceux qui sont séparés, isolés et marginalisés.

Apostolat de la communauté : L’apostolat de la communauté en sera un de prière,


de service et de parole. Les membres de la communauté détermineront l’articulation
particulière de cet apostolat par un processus de discernement qui prendra en con-

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 33


sidération :

1. le rôle de l’évangélisateur missionnaire dans une culture particulière

2. la vision large du Fondateur pour la congrégation telle qu’exprimé dans


ses écrits

3. l’importance historique accordée par la congrégation à l’apostolat


auprès des jeunes

4. les dons, les talents, l’expérience et les intérêts uniques des frères

Engagement vis-à-vis de la communauté : Les frères qui désirent participer à cette


Communauté internationale Un Village doivent être prêts à s’engager à en faire par-
tie pendant trois ans, en plus du programme de formation de six mois.

Emplacement de la communauté : L’Equipe d’intégration créera parmi ses mem-


bres un comité restreint pour étudier les emplacements potentiels pour la création de
la communauté internationale Un Village. Le Comité choisira trois endroits possi-
bles dans des pays où nous ne sommes actuellement pas présents et où la congrégation
a la possibilité de continuer à grandir. Le leadership de la congrégation et les mem-
bres de la communauté seront responsables de choisir par le biais d’un processus de
dialogue et de discernement le pays où la communauté démarrera sa mission.

Motif de cette proposition : La communauté internationale Un Village est proposée


à l’Equipe d’intégration comme un moyen permettant d’avancer dans la voie de
transformation vers une éventuelle refondation de la congrégation. Nous espérons
que le fait de présenter une proposition de travail avec des éléments spécifiques en-
couragera les membres de l’équipe à réfléchir et à créer et articuler leur propre vision
d’une communauté internationale Un Village.

La vision de ton Fondateur était unique.


Il désirait instituer une communauté de laïcs
qui, en tant que religieux frères,
soient envoyés au monde comme missionnaires.

… et confirmé par l’Esprit Saint,


ils prendralent part à la mission d’évangélisation de l’Eglise,
par une vie de service évangélique

34 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


caractérisée par la solidarité et la disponibilité
au milieu des gens..

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 35


COLLABORATION INTERNATIONALE
(PROPOSITION DE L’EQUIPE D’INTEGRATION)
At the Integration Team meeting in June of 2018 an international working group, in collaboration with the
whole Integration Team, produced the following recommendations, suggestions, and proposals.

Les frères congolais ont manifesté leur désir de renforcer la collaboration avec leurs
Frères au Kenya. Comme les deux régions avaient déjà collaboré dans le passé, l’Equi-
pe de base congolaise a eu des échanges avec les Frères congolais qui ont déjà connu
une expérience missionnaire au Kenya ; ils ont conclu qu’il n’y avait aucune difficulté
significative. Ils estiment qu’il y a des solutions pour tout problème qui pourrait se
poser et veulent aller de l’avant pour collaborer avec le Kenya. Puisqu’on a demandé
au comité de fournir des idées pour faire avancer le projet, nous recommandons
qu’un forum soit mis en place pour que les frères des deux régions puissent discuter
de leur collaboration conjointe.

Le comité a examiné la proposition de John Collins publiée précédemment sur la


communauté internationale Un Village. Cette proposition développe des principes
d’une collaboration internationale, dont notamment :

1. incarner le thème Un village comme expression d’une congrégation


globale basée sur le respect, l’appréciation et le partage honnête de val-
eurs et expériences interculturelles

2. vivre intentionnellement les Principes Fondamentaux

3. revenir à la vision originale de T.J. Rijken d’une congrégation d’évan-


gélisateurs missionnaires

4. faire grandir la congrégation dans une nouvelle région géographique et


culturelle
La proposition prévoit notamment une période de formation en communauté avant
l’établissement d’une telle communauté. Nous voyons le besoin d’apporter à la com-
munauté une formation à la mission cohérente et bien élaborée. Les dons authen-
tiques de chaque Frère de la communauté doivent faire partie de la formation. Il
faut aussi une identité spécifique qui tienne compte des problèmes culturels uniques
à chaque région comme expression de la sollicitude de Dieu pour la congrégation.
Il faudra lors de l’élaboration d’une vision examiner aussi les initiatives passées – y
compris les échecs – qui font partie de notre histoire partagée. La vraie communauté

36 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


reconnaît notre lien avec le passé et la nécessité d’être formée par ce passé, aussi im-
parfait qu’il soit.

Parallèlement à la création d’une nouvelle communauté missionnaire, il faut faire


un effort pour renforcer cet aspect de notre charisme pour l’ensemble des Frères.
Il faut notamment songer à une collaboration avec d’autres congrégations et prof-
iter des expériences missionnaires de nos Frères qui ont servi comme missionnaires.
Nous recommandons également que l’équipe de formation internationale soit redy-
namisée et que la troisième année de postulance soit rétablie au Kenya.

Espérons que l’Esprit suscitera chez tous les Frères une conscience plus profonde
de notre identité missionnaire internationale. De plus, certains Frères ressentiront
peut-être le désir de vivre différemment une communauté intentionnelle et de
découvrir de nouveaux dons pour le service missionnaire. L’appel est que certains
Frères poursuivent une nouvelle forme de mission, quittent le familier pour une
communauté à un endroit inconnu.

Comme une nouvelle communauté missionnaire est tout à fait conforme à la vision
du fondateur, nous recommandons que chaque région de la congrégation discute
d’une telle communauté en tenant compte des autres réalités de la congrégation,
y compris le besoin de dialogue, de rencontre et d’unité. Ce travail devrait se faire
avant le chapitre général puisqu’il a le potentiel d’inspirer les Frères sur le chemin de
la transformation et d’une éventuelle refondation de la congrégation.

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 37


LA POSSIBILITE D’UNE COMMUNAUTE INTERNATIONALE,
INTENTIONNELLE ET INTERCULTURELLE

Brugge est notre place historique. C’est là que nous sommes nés comme Congréga-
tion. Y-a-t-il une autre place que nous pouvons garder pour l’histoire de la Congré-
gation comme Brugge ? Nous avons perdu la Maison Mère à Brugge comme l’ap-
pelait notre Fondateur. Le Généralat est une Maison Centrale en Amérique comme
l’appelait le Fondateur. Mais, la Maison Fondatrice est en Belgique. Nous ne pouvons
pas perdre Belgique comme la place où nous sommes nés. Tout le monde est con-
scient qu’il y avait une erreur de perdre cette Maison Mère. Belgique nous est encore
fondamentale pour notre histoire et même pour notre avenir. Cette maison doit être
une communauté internationale, intentionnelle et interculturelle. Ce sera une façon
de vivre le facto au milieu du people de différentes cultures.

Où sommes-nous comme Congrégation et où allons-nous dans l’esprit de la trans-


formation? La Congrégation est une, indivisible et un village.

La question fondamentale est comment nous pouvons faire revivre ce village ainsi
que ses membres pour vivre dans l’harmonie et la concorde le charisme Xavérien
dont nous sommes tributaires. Comment pouvons-nous promouvoir le charisme
Xavérien dans le monde ? Comme un village, nous réaffirmons notre engagement
pour nous solidariser avec les pauvres, les marginalisés et pour nous mettre au ser-
vice des immigrants. La question des immigrants est cruciale aujourd’hui en Europe.
Hier, c’était aux Etats-Unis et nous y sommes allés comme Congrégation. Comment
devrions-nous suivre aujourd’hui dans les pas de notre Fondateur ce domaine de
mission plus que hier ?

Il y a quelques années, le Supérieur Général, Ed Driscoll, dans une de ses lettres


pastorales, avait demandé aux membres de la Congrégation de proposer ensemble
quelque chose pour les immigrants. Qu’avons-nous fait comme Congrégation? L’oc-
casion nous est donnée aujourd’hui de rentrer dans la vision du Fondateur pour
nous engager aussi, comme d’autres Congrégations le font déjà pour les immigrants
en Europe et plus particulièrement en Belgique où notre Frère Yohan Vanhover est
déjà entrain de travailler dans une mission pastorale spéciale du temps modern brisé
par toute sorte de vicissitude. D’autres possibilités de mission en Belgique peuvent
être examinées et exprimées. La raison légitime de l’existence l’église et des Con-
grégations ici sur cette terre est le pauvre, l’étranger, le marginalisé, l’immigrant, le

38 | Appendices ^ Retournez à le sommaire ^


petit. Comment apporter plus d’humanisme dans ce temps de turpitude partout dans
le monde ?

En tout, nous demandons la permission au chapitre général de continuer la mission


que Rijken a commencée en Belgique pour nous renouer à notre histoire. Il est sou-
vent dit : « un peuple sans histoire est un peuple sans âme ».

Pour matérialiser ce projet susmentionné, nous demandons au Comité pour la


Préparation du Chapitre de créer du temps pour que Frère Larry dise quelque chose
au Chapitre Général sur les propriétés et les biens non encore vendus qui serviront à
la longue comme une communauté internationale, intentionnelle et interculturelle
et comme place pour accueillir les immigrants. Nous demandons au chapitre de créer
une commission et des recommendations concrètes qui amèneront ce projet à une
réussite.

Frère Placide Munanga

Frère Ghislain Lembe

Frère Serge Lumbala

^ Retournez à le sommaire ^ Appendices | 39


PROCESSUS DE TRANSFORMATION

40 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


RAPPORT AU 28IÈME CHAPITRE GÉNÉRAL : LE PROCESSUS DE
TRANSFORMATION
INTRODUCTION
Une véritable transformation est autant une question profondément personnelle
pour chaque frère qu’un engagement communautaire renouvelé et revitalisé envers
notre identité charismatique. Cet engagement renouvelé et cette réévaluation con-
duiront – du moins nous l’espérons – à rêver de et à expérimenter avec de nouvelles
structures congrétationnelles qui découlent d’un vécu plus intègre de notre vocation
et d’une dévotion, d’un désir et d’une volonté de participer à son renouvellement et
sa réformation. Il passe par une attitude réellement contemplative et mystique, qui
est très différente de la façon dont nous procédons habituellement. Cette attitude est
une volonté de s’engager dans la direction divine, sans savoir mais avec un engage-
ment sans réserve envers l’action de l’esprit du Seigneur et les uns envers les autres.
S’engager réellement dans la transformation signifie ne pas travailler en sachant mais
plutôt en ne sachant pas. Dans ces premières étapes de ce processus, nous avons en-
tendu des frères commencer à décrire cette réalité à partir de leur propre expérience,
en s’engageant à « travailler ensemble » avec leurs frères pour découvrir la volonté de
Dieu par rapport à notre impulsion charismatique, tout en ne sachant pas où nous
sommes conduits.

Dans son livre Living Mission Interculturally Anthony Gittins écrit :

Le projet commun n’est réellement commun que si l’on recherche et


accepte la contribution de tout un chacun ; l’exclusion d’une quelcon-
que personne, ou le manque de respect pour l’effort individuel, saper-
ont l’engagement de l’individu, laisseront trop de place aux spécialistes
ou deviendront une préoccupation idéologique. En fait, le projet com-
mun exige l’engagement de tout un chacun ; le leadership est vital, mais
un leader sans disciples ou un enseignant sans étudiants est, de fait,
impuissant. Quelle que soit la façon dont le projet commun est conçu
ou articulé, il devrait passer par l’engagement de chacun des membres,
car sans eux il ne saurait être réalisé. Il faut que ce soit clair pour tout
le monde. Ainsi, chacun sait ce qui est demandé pour le bien de l’en-
semble et pour la gloire du Seigneur. Pour le bien de l’apostolat et de
la communauté elle-même, il est important d’identifier ceux qui résis-
tent, activement ou passivement, car si l’on n’atteint pas une « masse

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 41


critique » d’engagement et d’énergie, les perspectives se situent entre
faibles et nulles. (p. 25)

Bien que l’on puisse toujours faire confiance aux individus de bonne volonté, qui
ont l’humilité nécessaire pour être convertis et transformés, et qui ont le sens de la
vocation et de l’engagement à la vie religieuse et à la vocation xavérienne, pour « être
prêts » à la transformation et à la réforme personnelle, la transformation d’un groupe
pose nettement plus de problèmes. Antony Gittins nous rappelle que pour qu’il y ait
réellement un « projet commun », un déversement stimulé par le Saint Esprit de
l’identité charismatique et de la mission, les membres de ce groupe doivent tous être
engagés et responsables. Comme nous le lisons à l’article 46 de nos Constitutions :
« Tous les frères sont coresponsables de la vie et des œuvres de la congrégation. ».

Si nous voulons être honnêtes, nous devons reconnaître que l’une des manifestations
de la peur de notre Fondateur que nous perdions l’esprit religieux s’est manifestée
dans le fait qu’au fil des années un certain individualisme s’est développé (cf. Docu-
ment de travail sur le mode de vie xavérien), ce qui a fait que très peu de frères ont
vécu et réalisé cette responsabilité de façon concrète. Nous avons essentiellement eu
tendance à devenir un groupe de « mecs bons » qui s’engagent et servent tant que
leur santé le leur permet, mais qui ont très peu le sens d’être « une société de Frères
qui s’entr’aident, s’animent, s’édifient mutuellement, et qui travaillent ensemble ».

Depuis ses débuts, lorsque Ted Dunn a commencé à nous guider, le processus a été
lent, mais il a commencé, lentement mais sûrement, à stimuler chez de nombreux
frères la responsabilité dont parle notre Règle. Leur nombre pourra-t-il atteindre
la « masse critique » dont parle Gittins ? Rien n’est moins sûr. Former les cœurs
nécessite de la consistance, de la patience et de la détermination. La réforme et la
transformation sont des travaux de longue haleine – tout comme d’ailleurs toute for-
mation permanente. Pour la plupart d’entre nous au sein de la Congrégation le fait
de s’engager sérieusement dans une pratique cohérente et continue de formation
permanente est une expérience nouvelle. Ce travail est vraiment un processus con-
tinu et permanent. Ce n’est pas une solution à un problème imminent mais plutôt
un engagement au discernement des besoins toujours en évolution de notre monde
et l’appel de notre charisme à répondre de façon unique à ces besoins.

Nous découvrons pendant le travail de l’Equipe d’intégration la profondeur du défi


que représente le fait d’être une congrégation non seulement internationale mais
aussi interculturelle. Il y aura toujours un besoin de conversion en termes de vo-

42 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


lonté d’écoute de, réaction à et travail avec les autres qui sont différents de nous.
Mais même en présence d’une véritable volonté et d’une véritable ouverture, il faut
énormément de persévérance et d’engagement pour commencer à apprendre com-
ment réellement « s’entr’aider, s’animer, s’édifier mutuellement, et travailler ensem-
ble » au-delà de ce qui peut apparaître comme un abîme de différences culturelles et
de préjugés. Anthony Gittins explique dans Living Mission Interculturally :

La thèse de ce livre est que compte tenu des changements démographiques


mondiaux qui se sont produits au cours de la vie de leurs membres vie-
illissants actuels, l’avenir des communautés religieuses internationales
doit intentionnellement devenir de plus en plus interculturel. En effet,
sans le passage fondamental de l’international à l’interculturel, les or-
dres religieux internationaux n’ont pas d’avenir viable. Si nous ne par-
venons pas à vivre ensemble de façon interculturelle, nous nous isole-
rons, nous nous retirerons dans nos groupes culturels respectifs, ou
nous continuerons à contrecœur, peut-être en professant de façon peu
convaincante ce que nous ne visons pas vraiment. (p. 2)

Nous avons perdu depuis longtemps la naïveté de nos précédentes déclarations que
nous sommes « une congrégation internationale » en sous-entendant que nous
étions déjà interculturels. Nous apprenons en expérimentant et en nous trompant
maintes fois que nous devons constamment et chaque fois à nouveau nous engager
à développer entre nous ce caractère interculturel qui nous est pourtant transmis
depuis nos débuts. Et cela exigera toujours beaucoup de temps, d’efforts, de con-
fiance croissante, d’ouverture et d’honnêteté qui ne nous viennent pas facilement.
Le temps et l’effort consentis peuvent nous paraître une distraction inutile de notre
mission, jusqu’à ce que nous réalisions que sans devenir, et donc être, de plus en plus
interculturels, nous échouons à exécuter et à être la mission qui est la nôtre.

LA BELGIQUE
Compte tenu de l’âge et de l’état de santé de nos Frères belges, leur engagement dans
le processus s’est essentiellement limité à la réflexion personnelle et à leur propre
formation continue. Bien que les frères congolais au sein de l’Equipe d’intégration
aient constamment exprimé leur préoccupation et demandé l’inclusion des Frères
belges, en fin de compte peu a été fait pour engager les Frères belges personnelle-
ment, exception faite d’une visite du Frère Ghislain au début du processus. C’est
peut-être eux qui ont subi le changement le plus dramatique de toute la Congréga-

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 43


tion suite à leur déménagement de la maison de la communauté rattachée à l’Institut
Saint François Xavier dans la Mariastraat à une maison de repos avec soins à Herder-
shove. Leur expérience de changement et de sentiment d’être diminués met au défi
chaque frère en tant qu’individu et tous les frères en tant que communauté de répon-
dre à l’appel à la transformation contenu dans leur situation actuelle. Le Frère Ed-
ward continue à les informer de la vie de la Congrégation dans son ensemble. Nous
sommes tous appelés à discerner comment stimuler un lien et un engagement plus
profonds avec nos Frères en Belgique comme avec notre héritage historique belge.

LES ETATS-UNIS
L’équipe de base américaine a assez bien réussi à s’engager dans le processus aussi
bien personnellement que collectivement, et à coordonner les efforts dans l’ensem-
ble de la région américaine. Après une incertitude et une frustration compréhensible
au sujet de leur identité et de leur rôle, le groupe a grandi dans ses relations de con-
fiance, de fraternité et de collaboration. En tant que coordinateurs du groupe, nous
avons eu la puissante expérience de découvrir des profondeurs et des talents ainsi
qu’un puissant engagement pour la vie et la Congrégation auprès de frères que nous
ne connaissions pas vraiment auparavant et qui étaient restés largement en-dehors
des cercles d’autorité et d’influence de la Congrégation. L’expérience de l’équipe de
base américaine a fermement confirmé la possibilité d’atteindre l’engagement d’un
grand nombre de personnes à l’égard du projet commun dont parle Gittins.

Après avoir rencontré presque tous les frères aux Etats-Unis, l’équipe de base a démar-
ré une série de réunions mensuelles dans cinq zones géographiques différentes. Le
taux de participation à ces réunions a atteint un niveau incroyable : 85 % des mem-
bres américains. Les réunions ont été notamment l’occasion d’une réflexion et d’une
discussion partagées sur l’appel de Jésus au Jeune homme riche à vendre toutes ses
possessions pour le suivre, sur une lecture méditative et formative des Principes fon-
damentaux, et puis sur les sujets du Chapitre général : le leadership partagé, le car-
actère international et la communauté et mission. En mai et en juin tous les frères
seront invités à considérer et à partager ensemble sur notre identité charismatique en
tant que Congrégation et ce que le monde attend à l’heure actuelle de notre charisme.

La créativité, le courage et l’engagement de l’Equipe de base sont démontrés par le


risque de créer ce que l’on espère être un processus plus inclusif et discernant pour
la désignation des délégués au Chapitre général. Le fait d’accepter de prendre un
tel risque en faisant les choses d’une façon aussi différente à ce stade de l’histoire

44 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


de la région américaine est la manifestation d’un désir de vie et d’acceptation de
l’échec qui sont des conditions préalables pour le type de changement qu’une vérita-
ble transformation exige.

L’équipe de base américaine s’est récemment rendu compte qu’elle doit devenir plus
un groupe de réflexion et de discernement si elle veut réussir à la fois à créer de bons
processus permettant l’inclusion de tous les Frères américains qui désirent partic-
iper et en même temps discerner une orientation sur la base des rapports des dis-
cussions dans les différentes régions géographiques de la région américaine. Elle est
aussi consciente du fait que ses membres devront établir leurs propres relations et
leur collaboration avec toute nouvelle structure de leadership régional qui pourrait
émerger pour les Etats-Unis.

On peut dire qu’en général les frères aux Etats-Unis ne sont pas habitués à être di-
rectement impliqués dans l’orientation de « la vie et des œuvres de la Congrégation
». Bien que la plupart soient prêts à y participer, ils doivent subir une transformation
de la conscience en termes d’identité internationale et interculturelle de la Con-
grégation et comme élément essentiel du charisme xavérien. Dans l’ensemble il se
dégage cependant parmi les frères aux Etats-Unis un sentiment de plus en plus pro-
noncé qu’ils ne se sont pas seulement engagés dans la préparation du Chapitre mais
qu’ils ont démarré un processus de rassemblement et de travail commun avec une
responsabilité partagée pour la vie et les œuvres de la Congrégation qui deviendra un
modèle permanent pour une nouvelle direction partagée et circulaire.

RDC
L’équipe de base pour le Congo déclare dans son rapport du 26 août 2017 : « Il est
urgent de clarifier les structures régionales … et d’organiser (un) type de leadership
qui collabore et unifie activement. ». Suite à cette recommandation, la région a or-
ganisé une assemblée le 3 février 2017 pour discerner le leadership pour les trois
prochaines années. En partenariat avec le Leadership général et le Conseil régional
un processus a été défini pour stimuler la transformation en cours d’un modèle de
leadership hiérarchique en un modèle plus collaboratif et discernant. Six conseillers
furent désignés et ce groupe s’est vu confier la tâche de désigner, par le biais d’un dis-
cernement accompagné d’un modérateur, les différents rôles de chacun de ses mem-
bres, p.ex. coordinateur régional, trésorier régional, ou encore représentant légal.

Ce discernement des dons et des talents au service de la région et de la Congréga-

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 45


tion se veut un modèle de transformation à l’échelle de la Congrégation du leader-
ship hiérarchique en un leadership partagé qui appelle l’ensemble des Frères à être
responsables de la vie de la Congrégation et de sa Mission. A l’avenir, le Conseil
régional doit être tenu à un mode de discernement collaboratif. Ce mode de trans-
formation doit atteindre tous les niveaux de la vie régionale et congrégationnelle
afin que l’ensemble des Frères se sente partie prenante et responsable de l’évolu-
tion de l’orientation de la Congrégation. Afin d’aider à stimuler ce mouvement, il
faut définir plus clairement le rôle de l’Equipe de base de la région et pleinement le
mettre en œuvre. La relation entre l’Equipe de base et le Leadership régional contin-
ue à être élaborée et clarifiée par l’expérience.

Jusqu’à présent, les effets du Processus de transformation au Congo semblent se


manifester en un sens accru de la responsabilité partagée et du leadership ainsi que
par une ouverture et une transparence accrues entre le leadership et les membres et
une plus grande confiance parmi l’ensemble des frères dans le leadership comme
entre eux. Il y a encore beaucoup de pain sur la planche en termes de formation
continue à la compréhension vécue et la manifestation de « la communauté en tant
que mission ». Le sens accru de confiance doit aussi amener une capacité accrue à se
parler les uns aux autres de questions personnelles et communautaires difficiles et à
affronter plus ouvertement les conflits personnels.

LE KENYA
Dans le rapport de l’Assemblée régionale kényane du 14 septembre 2017, les Frères
ont exprimé le vif désir de poursuivre en tant que région deux projets ministériels
au centre de leurs efforts de transformation : l’expansion de l’actuel Centre de se-
cours (Rescue Center) à Bungoma et le développement d’une école sur la propriété de
St. Joseph’s Centre. La construction d’une nouvelle infrastructure du Rescue Center est
actuellement en cours et l’école St. Xavier High School à Bungoma semble connaître une
croissance exponentielle. Il n’y a cependant pas encore de sens clair de l’engagement
réel des frères de la région par rapport à ces apostolats et il n’y a pas non plus de plan
de mission tourné vers l’avenir. L’aide et l’orientation de l’ensemble de la Congréga-
tion sont nécessaires.

Peut-être plus important encore : il règne dans la région un sentiment général


d’aliénation et de méfiance vis-à-vis du reste de la Congrégation. Au fil des années,
l’équipe de leadership du Généralat a – par manque de communication et de suivi –
déresponsabilisé les membres de la région kényane, de sorte qu’ils éprouvent un sens

46 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


d’isolation et d’abandon par la Congrégation dans son ensemble. Cela s’est manifesté
par leur difficulté à embrasser et à mettre en œuvre le Processus de transformation
de la Congrégation et par leur résistance à la collaboration avec les frères de la RDC.
Les Frères reconnaissent la nécessité d’un leadership et d’une responsabilité partagés
– chose qu’ils expriment souvent – mais ils n’ont pas de vision concrète sur la manière
d’y arriver.

Les frères de la région kényane se posent souvent entre eux la question de l’engage-
ment. La Congrégation est confrontée à une mise en question fondamentale de l’en-
gagement de la Congrégation et de son leadership vis-à-vis des frères kényans et,
réciproquement, l’engagement des frères de la région les uns vis-à-vis des autres,
envers la mission xavérienne partagée et envers la Congrégation dans son ensemble,
y compris le processus de transformation congrégationnel.

COMITÉ DE PLANIFICATION DU CHAPITRE


Le Comité de planification du Chapitre s’est réuni trois fois pour compléter son
travail : une fois à Rome et deux fois à Nairobi. Le Comité semble s’être réuni très
facilement en un partage de cœur et d’esprit et a été une véritable expérience de di-
alogue et d’écoute véritablement interculturels dans le contexte d’aspirations et de
rêves communs quant à l’orientation future de notre mission, c’est-à-dire de notre
vie et de nos œuvres. Le Comité s’est d’abord développé en partageant ce qu’il a ap-
pelé les « apprentissages » et a identifié des défis auxquels la Congrégation fait face
en ce moment. Il a ensuite proposé l’ébauche d’une nouvelle structure de leadership
qui lui semble mieux adaptée à notre époque et à nos nouveaux modèles de com-
préhension de soi comme étant interculturels, collaboratifs et axés sur la mission.
Suite aux réactions des Equipes de base de chaque région, de l’Equipe d’intégration
et de frères individuels, le comité a finalement formulé à travers un processus vérita-
blement interculturel de collaboration et de discernement une proposition d’orien-
tation, de structure et de programme pour le Chapitre général. Le comité apprécie et
soutient pleinement la vision que ce Chapitre général est un élément du Processus de
transformation global et considère que l’interface durable de ses membres, des Equi-
pes de base et de l’Equipe d’intégration comme une évaluation et une mise en œuvre
continue des directives du Chapitre. De notre point de vue, ce fut un privilège et un
plaisir de partager et de collaborer avec chaque membre de ce comité et, particulière-
ment, de bénéficier de la présence et de la sagesse du Père Philippe Nzoimbengene,
S.J., qui fut notre animateur et notre guide. L’expérience de collaborer aussi bien en
tant que groupe interculturel prouve selon nous qu’il est réellement possible d’aller

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 47


de plus en plus vers cette vision interculturelle et cette compréhension dont parle
Anthony Gittins. Le Comité de planification du chapitre se réunira à nouveau dans
les mois qui suivront le Chapitre pour évaluer son travail à la lumière des évaluations
soumises par les délégués au Chapitre.

LE LEADERSHIP GÉNÉRAL ET L’AVENIR DU PROCESSUS DE


TRANSFORMATION
Le Processus de Transformation congrégationnel a démarré grâce à une initiative du
Supérieur général, le Frère Edward Driscoll, qui croyait que la Congrégation se trou-
vait à une croisée de chemins critique, voire décisive pour la survie et l’épanouisse-
ment futur du charisme xavérien. Il a d’abord consulté et ensuite engagé Ted Dunn,
Ph.D., à titre de consultant et d’animateur dans ce processus. Plusieurs réunions
initiales prometteuses permirent à Ted Dunn d’établir un cadre pour l’examen de
l’appel à transformation au sein de la congrégation ainsi qu’une structure pour en-
gager l’ensemble des frères dans la réalisation d’une forme plus circulaire de discer-
nement, d’orientation et de leadership.

En février 2018, le Frère Edward demanda au Frère John Hamilton et à Christo-


pher Irr de travailler avec Ted Dunn comme coordinateurs du processus. Lors d’une
réunion de l’Equipe d’intégration à Rome le même mois, Ted Dunn organisa un
comité de pilotage pour l’ensemble du processus ainsi qu’un Comité de planification
du Chapitre constitué de façon internationale. Cette réunion fit cependant aussi
remonter une insatisfaction certaine par rapport au rôle de Ted dans le chef de plu-
sieurs membres du Conseil général. Certains participants à la réunion de l’Equipe
d’intégration estimaient qu’elle avait été mal préparée, d’autres jugeaient que Ted
n’avait pas la sensibilité interculturelle nécessaire pour animer nos réunions congré-
gationnelles et plusieurs estimaient que ses honoraires étaient exorbitants et inabor-
dables.

Après mûre délibération, le Conseil général a donc décidé de poursuivre le processus


sans la participation de Ted. Bien que les honoraires de Ted Dunn aient été exces-
sivement exorbitants, il faut dire que ce que certains ont ressenti comme manque de
planification et d’orientation durant la réunion était dû en partie à un manque de
collaboration adéquate entre Ted et le Leadership congrégationnel.

Ted Dunn écrit à la page 35 de son livret La vision transformative :

La fonction du Leadership est de donner de l’inspiration et de l’es-

48 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


poir pour l’avenir tout au long du Cheminement de la transformation.
Il doit appeler aux conversations qui comptent, encadrer et guider le
processus d’élaboration de la vision. Il doit trouver de nouvelles façons
de s’associer, ensemble en tant que dirigeants et membres, en orbitant
autour d’une nouvelle vision d’avenir. Il doit remettre en question le
statu quo et orchestrer les conflits qui doivent être réglés lorsque l’on
abandonne le passé pour créer un avenir ensemble. Votre leadership
fournira les ressources financières, matérielles et humaines nécessaires
pour donner aux membres les meilleures chances de réussir dans leurs
efforts. (p. 35)

Pour des raisons qui ne sont pas claires, il y a eu un manque de leadership et de


responsabilité pour ce « Chemin de Transformation » dans le chef du Leadership
général. Tant avec Ted Dunn qu’après son départ, il a été difficile d’interpréter la
méfiance du leadership vis-à-vis de ce processus. A quelques exceptions près, il y a
eu un manque de convergence entre les exigences du processus et le leadership dans
presque tous les domaines mentionnés ci-dessous (donner de l’inspiration et de l’es-
poir pour l’avenir, appeler aux conversations qui comptent, encadrer et guider le
processus d’élaboration de la vision, remise en question du statu quo et orchestrer les
conflits qui surviennent et qui doivent être réglés).

Un processus aussi ouvert et inclusif fera inévitablement remonter la tension entre


le désir de vie nouvelle et le désir de préserver le statu quo. Cela se voit aussi dans la
tentative du processus de nous demander en tant que Congrégation en quelle mesure
nous vivons fidèlement notre identité charismatique la plus profonde comme décrit
avec inspiration dans les Principes fondamentaux et la Description du charisme. Ted
Dunn décrit cette évolution inévitable de la tension de la façon suivante :

L’une des conséquences majeures de se lancer dans ce Chemin de trans-


formation est que vos structures actuelles qui soutiennent vos efforts à
maintenir votre vie telle qu’elle est aujourd’hui seront confrontées à
une tension accrue. La tension entre votre désir de maintenir le statu
quo (c’est-à-dire ce qui est connu, familier et confortable) et votre as-
piration à une vie nouvelle (donc un changement profond et radical)
sera votre compagnon de route. La mesure dans laquelle vous main-
tiendrez cette tension entre votre réalité actuelle et la transformation
désirée sera un test de vos compétences, de votre détermination et de

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 49


votre discipline. Si elle est bien gérée, cette tension peut être une source
d’énergie et de croissance. Si elle est mal gérée, elle peut facilement en-
traîner une régression et une fragmentation et peut rogner la volonté de
changement et résulter en une perte d’espoir.

Le parcours a certes été parfois difficile. Mais comme indiqué ci-dessous, c’était
éminemment prévisible. Si un désir de « vie nouvelle » est éveillé, il entraînera tou-
jours un besoin de « changement profond et radical ». Et ceci entrera en conflit avec
l’éternel désir humain de garder les choses telles qu’elles sont, de rester somnolent
sur le plan émotionnel et spirituel. La véritable question est de savoir dans quelle
mesure nous arrivons à maintenir cette tension entre nos réalités actuelles et la trans-
formation désirée. Arrivons-nous à reconnaître, à vivre et à travailler la tension ?
Disposons-nous des compétences, de la détermination et de la discipline nécessaires
pour le faire ? Autant de questions qui demeurent essentiellement sans réponse à ce
stade du processus.

Il y a beaucoup de motifs d’espoir au Congo : la détermination des frères au Congo


à relever le défi de prendre plus de responsabilités pour l’ensemble de la Congré-
gation, de sa vie et de ses œuvres ; leur volonté à expérimenter avec des structures
de leadership plus ouvertes, plus transparente et plus responsables ; leurs tentatives
d’intéresser les frères au Kenya à une plus grande collaboration et leur volonté de
servir la formation au Kenya ; leurs premières tentatives de résoudre leur tendance
à éviter les confrontations nécessaires et à éviter des relations plus honnêtes entre
eux ; et finalement leur ouverture aux nouvelles incarnations de notre mission, par
exemple à Haïti. Malgré l’âge et l’état de santé des frères américains, il y a des motifs
d’espoir aux Etats-Unis aussi : la volonté et le désir de 85% des membres à participer
aux réunions mensuelles qui font partie du processus de transformation ; l’initia-
tive de la part de certains à développer une nouvelle prise de conscience de notre
caractère interculturel en tant que Congrégation ; le fait d’être ouvert à passer le
leadership de la Congrégation à l’Afrique ; le vif désir de ceux qui ne se sont jamais
sentis responsables de la Congrégation dans son ensemble à commencer à le faire ;
et maintenant le premier postulant américain depuis très longtemps. Il y a des mo-
tifs d’espoir au Kenya avec l’établissement de deux nouveaux apostolats qui portent
le sceau du xavérianisme kenyan ; la bonne volonté et le désir de plusieurs frères à
développer malgré leur petit nombre un mode de vie qui manifestera réellement
notre vocation charismatique à être « une communauté en mission » ; la volonté
exprimée par certains de quitter leur pays ; le programme de formation croissant et

50 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


bien doté en personnel ; et maintenant le premier postulant non-kenyan.

D’autre part la question reste posée : disposons-nous des compétences, de la détermi-


nation et de la discipline pour suivre un chemin de transformation qui continuera à
susciter les inévitables tensions et à correctement gérer ces tensions ? Nous disposons
sans aucun doute des compétences potentielles nécessaires. Mais disposons-nous de
l’engagement vis-à-vis de notre vie et l’engagement les uns envers les autres pour
faire preuve de la détermination et de la discipline nécessaires pour faire face à ces
tensions honnêtement et correctement lorsqu’elles surviendront ? Jusqu’à présent,
il y a lieu de s’en inquiéter sérieusement.

Ted Dunn :

De nombreux projets visant à développer une vision ont échoué parce


qu’ils remettaient en question les hypothèses fondamentales et les re-
lations structurelles fondamentales de l’organisation. Souvent les or-
ganisations voulaient avoir une vision mais sans vouloir apprendre ou
répondre à ce qu’elles découvraient. C’est le moment où certains efforts
aboutissent à une impasse. Il est important d’envisager le processus
jusqu’au bout et de s’assurer que le leadership soutiendra les change-
ments nécessaires à la réalisation de la vision pour éviter que les gens ne
soient désillusionnés.

Si nous continuons sur ce chemin de transformation, des questions personnelles,


communautaires et structurelles profondes se poseront – comme cela s’est déjà pro-
duit – qui exigeront une réponse de chacun d’entre nous, et en particulier du leader-
ship. A bien des égards une fondation solide est jetée pour ce voyage transformateur
continu. Et pourtant il y a déjà eu des moments où la fondation a été ébranlée. Il
n’est pas simple de faire preuve du courage, de l’engagement, de la discipline et de
la détermination nécessaires pour faire face aux questions très difficiles qui survi-
endront lorsque nos « hypothèses fondamentales de l’organisation et les relations
structurelles fondamentales » seront mises en question. La tentation est grande à ce
moment-là de réduire les problèmes par rapport à de telles hypothèses et structures
fondamentales à des différences d’opinion ou à des conflits de personnalité. La trans-
formation ne consiste cependant pas à simplement nous entendre coûte que coûte.
C’est plutôt un long regard, plein d’amour et honnête sur nous-mêmes à la lumière
de nos désirs les plus profonds de vivre ensemble fidèlement l’appel de l’Evangile,
de notre charisme et de nos Principes fondamentaux. C’est avoir le courage de voir

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 51


clairement et honnêtement où nous sommes fidèles et où nous avons échoué. Il faut
donc de la discipline, de l’humilité et de l’engagement pour s’attaquer, au besoin,
aux hypothèses fondamentales et aux relations structurelles qui se sont montrées in-
adéquates, inopportunes voire nuisibles à la fidélité à notre identité charismatique et
à notre mission. Il faudra de la détermination et de la foi pour partir dans des direc-
tions nouvelles et inexplorées, même si c’est d’abord par expérimentation, et pour,
en fin de compte, construire de nouvelles structures plus fidèles et plus appropriées
au service de la mission à laquelle nous pousse notre charisme.

Nous sommes au tout début d’un processus qui nous demande de changer notre
façon d’être frères les uns envers les autres et envers le monde, pour adopter une
façon plus cohérente et plus en accord avec le don de notre identité charismatique
comme disciples de Jésus et comme Frères xavériens. La conversion et la transforma-
tion ne sont pas un jeu d’enfant. Il y a de nombreuses façons de rationaliser notre
refus de relever ce défi. Il serait facile de ne voir ceci que comme une autre de nos
nombreuses tentatives de trouver une solution magique qui comblera notre vie et
notre destinée. Nous devons cependant être honnêtes envers nous-mêmes et prendre
la responsabilité de ce processus comme de notre Congrégation. Nous sommes à la
croisée des chemins, et c’est notre responsabilité de choisir une direction ; ce sera à
nous de rendre compte à Dieu de notre décision.

CONSIDÉRATIONS ET ACTIONS RECOMMANDÉES


1. Poursuivre le Processus de transformation à tous les niveaux de la Congrégation
et maintenir la structure d’Equipes de base régionales et d’une Equipe d’intégra-
tion internationale qui comprend le Leadership général et une représentation
régionale des Equipes de base.

2. S’il est clair pour l’instant que la plupart des frères ont le désir et la volonté d’ac-
cepter plus pleinement leur propre responsabilité pour la vie et les œuvres de la
Congrégation, il est tout aussi clair que le passage d’une conscience hiérarchique
vers une plus grande responsabilité et force personnelles exigera une formation
personnelle et collective permanente.

3. Bien que la plupart des frères aient bien réagi aux nouvelles structures de collabo-
ration et de leadership partagé, il faut continuer le travail pour réaliser le passage
cognitif de l’individualisme au partage et la prise de décision en communauté.

4. Bien que nous utilisions assez facilement le terme ‘discernement’, il s’agit, en fait

52 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


d’une pratique très disciplinée et contemplative. Pour devenir une communauté
de plus en plus discernante, il faudra un effort constant pour se former à cette
discipline, individuellement et en communauté. Comment utiliser les différents
groupes du Processus de transformation pour aller vers une prise de décision et
l’établissement d’une orientation ?

5. Nous tirons des conclusions de l’expérience acquise quant à la place de chaque


entité dans le processus de leadership partagé, et nous devons donc continuer à
mieux comprendre le rôle de chaque organe et les relations entre eux.

6. Pour qu’un leadership partagé et une responsabilité partagée deviennent réalité,


nous devons développer et bien comprendre la chaîne de responsabilité parmi les
différentes composantes de la Congrégation. Par exemple : que signifie le con-
cept que le leadership élu doit rendre compte à l’Equipe d’intégration et à travers
elle à l’ensemble des membres ? Comment chaque Equipe de base et l’Equipe
d’intégration rendent-elles des comptes aux frères de la région ? Comment le
leadership régional rend-il des comptes aux frères de la région – soit à l’ensemble
de l’assemblée soit par les structures créées par l’Equipe de base dans chaque ré-
gion ? Une définition plus claire de la chaîne de responsabilité fournira aussi un
moyen d’évaluation permanente de l’efficacité de chaque niveau du processus, y
compris du leadership.

7. Notre expérience jusqu’ici renforce notre conviction que les efforts de coordina-
tion et de formation nécessaires pour le Processus de transformation ne doivent
pas être confondus comme ayant un rôle d’autorité. Le mieux serait que le travail
de formation continue des membres au fur et à mesure qu’ils continuent à éla-
borer les implications du processus en cours soit fait par du personnel désigné à
cet effet qui servirait l’ensemble des membres dans le développement de la dispo-
sition de cœur et d’esprit qu’exige un tel modèle de responsabilité, d’engagement
et d’orientation communs.

8. Nous proposons dès lors que la Congrégation crée un Service de formation per-
manente afin de répondre à ce besoin permanent. Il servirait la formation continue
des dispositions de responsabilité, de collaboration et de discernement (comme
indiqué ci-dessus) mais collaborerait aussi avec chacun des groupes, y compris le
leadership de la Congrégation et le personnel du Généralat, au fur et à mesure
qu’ils continuent à définir leurs propres identités et rôles dans le Processus de
transformation et dans la vie de la Congrégation.

^ Retournez à le sommaire ^ Processus de Transformation | 53


- Coordinators of the Transformation Process, John Hamilton and Chris Irr

54 | Processus de Transformation ^ Retournez à le sommaire ^


INTEGRATION TEAM

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 55


WHAT IS IT?
Responsibilites

• Discern directions, plans, and processes at the general level emerging from the
members of the Congregation through the Core Teams.

• Anticipate, identify, and address problems and resistance, especially to intercul-


tural cooperation, living, and working together.

• Ongoing evaluation of plans, processes, and effectiveness of General Leadership.

Criteria

• Members of General Council

• Representatives from each Core Team as selected by Core Team Members

• Willingness and ability to represent faithfully and fully the work, spirit, and con-
cerns of thelir Core Team

• Desire and ability to prioritize the good of the Congregation as a whole over that
of their own region

• Capacity for honest self, regional, and congregational reflection and courage to
express it in the open sessions

• Ability to listen well and openness to thoughts, feelings, and views of others

• Establish an atmosphere of trust and guidance for change at the Congregational


level

56 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


COMMUNICATIONS AND REPORTS
JUNE 2017 RENCONTRE DE L’ÉQUIPE D’INTÉGRATION
Bulletin de la Congrégation - mercredi le 28 juin 2017

Chers Frères, Associés et Partenaires en mission,

Je viens de rentrer de Rome et avant que le début de la routine n’exige mon atten-
tion et mon énergie, je veux partager avec tous nos Frères, Associés et Collègues des
sentiments au sujet de la récente rencontre de l’équipe d’intégration. Comment
vous le savez, peut-être, à partir du mardi le 20 juin jusqu’au vendredi le 23 juin, les
représentants des « core teams » du Congo, du Kenya et des États-Unis se sont réunis
à Rome pour partager les uns avec les autres et avec les membres du Conseil Général
les résultats de leur travail. Je crois, sans exagérer, que les résultats de cette réunion
se révéleront comme un tournant dans la vie de notre congrégation.

Il y a quatre ans, de quelques frères qui étaient présents à cette récente réunion étaient
aussi présents au Chapitre général. Au fur et à mesure que le chapitre se terminait,
certains délégués ont exprimé le sentiment que « quelque chose de nouveau nous
arrivait. » Je crois que, au cours de ces derniers jours, nous avons approfondi notre
sens de « quelque chose de nouveau. » Nous savons de l’Évangile que l’on ne peut pas
verser le « nouveau vin » dans une vieille peux de vin. Au cours de ces quatre jours
nous avons pris des pas au long du chemin qui nous conduit à un engagement à notre
charisme qui est nouveau et plus profond. Notre fondateur nous a donné ce charisme
et il nous a laissé notre mode de vie comme les Principes Fondamentaux le décrivent.
De là nous dérivons la fraternité que nous partageons les uns avec les autres.

Nous nous sommes approchés de la réunion avec l’esprit et le cœur ouverts. Nous
avons mis de côté nos positions préconçues et nos points de vue sur la manière dans
laquelle l’on doit mener notre vie. Nous nous sommes engagés à nous écouter les uns
les autres. Nous nous sommes engagés à écouter le Saint Esprit. Nous nous sommes
écoutés avec respect. Et nous avons réglé nos différences.

La première journée nous avons partagé le travail que chaque ‘core team’ a fait dans sa
région en ce qui concerne la transformation nécessaire. L’un des frères a déclaré que
le processus de transformation nous appelle à une nouvelle direction. La nouvelle
direction exige que nous soyons honnêtes à propos de notre vie et notre mission. Il
faut aussi reconnaître comment nous avons été fidèles à notre appel en même temps

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 57


de nous repentir des manières dans lesquelles nous avons échoué. Chaque région,
me paraît-il, a entrepris l’examen honnête de notre vie et mission avec l’enthousi-
asme, l’ouverture et un grand amour pour la congrégation. (Je vais nous envoyer les
sommaires au début de la semaine prochaine.)

Au cours de la rencontre, ce qui est devenu évident est que nous sommes sur le point
d’une conscience « nouvelle » qui est aussi très profonde. En 1995, le Chapitre
général nous a appelés à cette conscience « nouvelle « : une orientation contempla-
tive dans le monde ; à la mission et le ministère parmi les pauvres et les marginalisés
; à une réaffirmation de notre caractère missionnaire ; et à la reconnaissance de l’in-
ternationalité comme au cœur même de notre identité. Moi j’étais à Carmen Pampa
quand j’ai reçu ces directives. En les listant, j’ai ressenti une grande exubérance et
espoir.

Au cours des vingt-deux dernières années, cette « nouvelle conscience » a pris racine
très lentement et parfois à la dérive. Lors de la réunion récente, il était clair que «la
nouvelle conscience » nous appelle à apprendre à se rapporter, malgré nos différenc-
es d’âge, de culture et de géographie, comme les égaux. Nous nous appelons à vivre
pratiquement en tant que vrais frères qui ont une voix dans la vie des uns et des au-
tres. Nous avons aussi éprouvé ensemble comment l’Esprit de Dieu nous convoque
pour avoir le courage de poser de bonnes questions. Donc la question est devenue
pour nous : « Comment osons-nous, en tant que Congrégation, répondre à ce que
notre monde et notre Église nous demandent ? »

Nous sommes appelés à répondre à ces questions comme « une société de frères »
qui a reçu un le don charismatique spécial du Frère Théodore Jacques Riehen et
aussi de nos ancêtres de la Congrégation. Nous sommes responsables de « donner
avec fidélité le don que nous avons reçu. » Pendant les huit prochaines semaines je
vais demander à des Frères qui ont participé à la rencontre de Rome de partager une
courte réflexion personnelle avec la Congrégation. Certains sujets seront :

• Comment décrivons-nous cette « nouvelle conscience » ? À quoi est-ce que


cette « nouvelle conscience » nous appelle à être et à faire les uns avec les autres
?

• À quoi est-ce que «la nouvelle conscience » nous appelle en tant qu’une seule
compagnie internationale ou interculturelle ?

58 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


• Quelles sont les questions qu’il nous faut le courage pour les poser ?

• Comment vivons-nous ensemble, d’une façon active et obéissante, ces mêmes


questions afin de cherche notre appel à la mission dans le monde d’aujourd’hui
?

Avant les réunions à Rome je fais visite à nos Frères en Belgique pour les informer de
ce que nous faisons en ce qui concerne la transformation. Nous devons continuer à
rechercher avec nos Frères belges les moyens les plus appropriés pour qu’ils puissent
y participer.

La Prière Xavérienne de Transformation, composée par le Frère Larry Harvey se


trouve en bas. Est-ce que je peux vous demander de faire cette prière une partie d
votre exercice spirituel jusqu’au Chapitre de 2019.

Inspiré par les paroles de notre Fondateur, veuillez prier que nous laissions que le
Saint Esprit nous inspire et nous guide en sachant que « le Saint Esprit ne se laisse
lier ni par ces règles, ni par des modèles, mail Il agit où et comme Il veut. » (PF)

Prière pour la Transformation

O Dieu tout aimable, créateur, rédempteur et sanctificateur,


Une fois Tu as inspiré notre fondateur, Théodore Jacques Rijken,
de se tourner vers Toi. De tomber en amour avec Toi.
et de se mettre à ton service. Donc nous prions maintenant
pour notre transformation en tant que des individus,
et en tant que notre Congrégation.

Pendant ce temps où nous nous trouvons au carrefour de grâce


Que nous nous tournions vers Toi et en obéissance
Que nous ouvrions le cœur et l’esprit pour écouter et répondre à la volonté que
Tu as pour nous; Que nous tombions de plus en plus en amour avec Toi.
en nous ouvrant entièrement à ton amour afin de partager cet amour avec tout le
monde.

Que nous nous mettions en tant que Congrégation au service


d’édifier ton royaume tout en reconnaissant que tout
ce que nous avons et nous sommes viennent de Toi. Transforme-nous,

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 59


O Dieu tout aimant, afin que le même feu avec lequel
Tu as enflammé le cœur de Théodore Jacques Rijken
et le cœur des Frères qui nous ont fidèlement précédés,
enflamme maintenant nos cœurs.
De cette façon nous pourrons devenir le don que
Tu veux que nous soyons pour le monde d’aujourd’hui.

Amen
En Jésus-Christ,

Frère Édouard | Supérieur Général

_____________

One Village Reflections

After the June 2017 meeting and the emergence of the “One Village” image, the Brothers of the Integration
Team each wrote reflections on the theme over the course of the next several months. The reflections remain
on our website’s blog. The links are listed below.

• Frère John Collins, Un seul village, 19 July 19 2017 »


• Frère Pual Murray, Disciples du Christ dans la tradi1on xavérienne, 26 July
19 2017 »
• Frère Placide Ngoie Munanga, “Village unique de ma destinée” 2 August
2017 »
• Frère Simon Wasike, “Ma réflexion sur la rencontre à Rome,” 9 August 2017
»
• Frère John Hamilton, “La croissance et le changemenr de conscience,” 16
August 2017 »
• Frère Ghislain Mukonkole, “Encouragé et édifie,” 23 August 2017 »
• Frère Edward Driscoll, “L’invitation à écouter plus profondément,” 30
August 2017 »
• Frère Raphael Wanjala, “Un nouvel élan pour réclamer notre identité,” 6
September 2017 »
• Frère Michael McCarthy, “Notre amitié les uns avec les autres,” 13 September

60 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


2017 »
• Frère Patrick Fumbisha, “Une view indivisible de Marie et Marthe,” 20
September 2017 »
• Frère Daniel Skala, “Un appel personnel de continuer la voie spirituelle,” 27
September 2017 »
• Frère Joseph Kibambe, “Nos Plaies Communautaires,” 4 October 2017 »

FEBRUARY 2018 RENCONTRE DE L’ÉQUIPE D’INTÉGRATION


Transformation Newsletter April 2018 | Rencontre du février de l’équipe d’intégration

L’équipe d’intégration s’est réunie du 20 au 23 février, 2018. L’équipe se compose du


Supérieur Général et des membres du Conseil Général, ainsi que des représentants
des Equipes de Base de chaque Région: Bernard Wandera Jumah,et Simon Wasike du
Kenya; Ghislain Mukonkole et Joseph Kibambe du Congo; et John Collins et Mi-
chael McCarthy des États-Unis. On a ajouté Chris Irr de l’administration générale au
comité étant donné son engagement important avec l’équipe de base des États-Unis.
Ted Dunn, PhD qui était notre consultant pour ce processus, a facilité la réunion.

Après avoir entendu présenter les rapports sur l’état du processus de transformation
et le travail de l’équipe de base de chaque région, l’équipe d’intégration a focalisé son
attention sur le travail des Frères au Kenya pour ouvrir une école secondaire et pour
élargir le ministère du centre de secours à Bungoma . L’expérience actuelle des Frères
au Kenya est malheureusement un sentiment d’aliénation vis-à-vis de la Congréga-
tion et aussi l’expérience d’être seuls dans ses luttes personnelles et ministérielles. Ils
se sentent sans le pouvoir d’établir d’une façon plus ferme la direction de la vie et de
la mission de la Congrégation au Kenya.

À ce moment dans la rencontre, en action plutôt qu’en paroles, l’équipe d’intégra-


tion a commencé à exprimer l’unité de la Congrégation en travaillant ensemble sur
les préoccupations de nos Frères au Kenya. L’équipe s’est divisée en quatre groupes
représentatifs de chaque région de proposer des réponses aux préoccupations des
Frères du Kenya. Presque toutes les réponses des groupes impliquent toutes les ré-
gions de la Congrégation. Ensuite on a soumis les réponses mises aux Frères du Ken-
ya (Raphaël, Bernard et Simon) pour leur synthèse. Malheureusement, il n’était pas
possible, dans le temps disponible dans cette réunion, de déterminer les mesures à

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 61


prendre pour une réponse internationale appropriée aux problèmes.

Ensuite l’équipe d’intégration a commencé à considérer le chapitre général de 2019.


On a recommandé un comité de planification au Conseil Général pour son appro-
bation. Les membres du comité sont les suivants: John Collins, Bernard Wandera Ju-
mah, Peter Wanga, Joseph Kibambe, Vital Mwenge, Chris Irr et John Hamilton. Tous
sont d’accord pour que le Chapitre et sa préparation soient intégrés dans le processus
de transformation y compris la participation de tous les Frères de la Congrégation à
tous niveaux. Jusqu’au présent, le comité a tenu une brève réunion via Zoom. Il se
réunira en personne pour la première fois du 18 au 20 juin, suivi d’une réunion de
l’équipe d’intégration et du Conseil général.

L’équipe d’intégration continue à lutter comme elle essaie de développer une con-
science véritablement internationale, c..-à-d,, le sens réel de notre «Un Seul Vil-
lage», à la fois comme l’Équipe d’Intégration et la Congrégation entière.

L’Équipe de base du Congo

À la conclusion de la réunion d’intégration, l’équipe de base du Congo a défini les


objectifs suivants pour les cinq prochains mois :

• Soutien au nouveau conseil régional et son développement en un modèle de


leadership partagé qui est discerné.

• Une assemblée pour tous les membres de la région à la fin avril. Les commu-
nautés serontt invitées à fournir leurs plans actuels et futurs pour la croissance
et le développement communaux. Un but est de donner une nouvelle vie aux
communautés actuelles. Il y aura ensuite une réunion sous-régionale à Likasi
et à Lubumbashi.

• Travailler à la construction d’une école sur terre que la Congrégation possède


à Kipushi, en commençant par une seule salle de classe et en agrandissant au
besoin. Quelque chose doit être fait avec la terre ou il peut être légalement
perdu aux squatters.

• L’équipe de base encourage le Frère Placide dans son œuvre continue sur le
développement d’une commission scolaire responsable de la formation des
facultés dans les écoles Xavériennes.

• L’espoir de tenir au Kenya, en juin, une réunion des membres des équipes

62 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


de base du Congo et du Kenya pour envisager une collaboration encore plus
grande entre les membres des deux régions.

Dans une discussion de suivi avec Chris Irr et John Hamilton le 2 avril, Vital et Ghis-
lain ont mentionné que l’équipe de base avait entamé une discussion concernant
l’appel aux frères du Congo à contribuer aux besoins communaux et ministériels au
Kenya. Il devait y avoir une réunion de suivi avec tous les frères du Congo qui ont
vécu et servi au Kenya le samedi 7 mai.

L’Équipe de base du Kenya

TL’équipe de base du Kenya a défini les objectifs suivants pour les cinq prochains
mois:

• Nécessité d’une autonomisation complète de tous les Frères au Kenya pour mener
de nouvelles missions. Peut-être avec des Frères des autres régions de la Congré-
gation et / ou des bénévoles aussi?

• Créer une personne-ressource régionale pour rédiger des propositions de fi-


nances. Cette personne travaillerait avec un agent d’avancement professionnel.

• Souligner le besoin d’animateurs dans chaque communauté. Les communautés


devraient partager leurs préoccupations communes avec les dirigeants régionaux.

• L’équipe de base doit organiser des réunions régulières avec le conseil régional.
Les rôles et la relation entre les deux groupes doivent être clarifiés. À certains
moments, on se demande «Qui dirige le processus de transformation?» On sem-
ble craindre que l’équipe de base remplace le conseil régional. En réponse, On
a souligné que la tâche de l’équipe de base est d’animer et de coordonner le dia-
logue régional et la formation continue pour une responsabilité et un leadership
partagés.

• Commencer une discussion dans la région sur le leadership partagé aux niveaux
des réunions communautaires et régionales.

Toute la région s’est réunie à Pâques à Nairobi pour célébrer le Triduum de Pâques
et se réunir.

Équipe de base des États-Unis

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 63


L‘équipe de base des États-Unis a rendu compte du processus de quatre mois qui avait
lieu dans les diverses régions du pays. Ils ont signalé qu’ils avaient jusqu’ici appris à
la suite de ce processus:

• La capacité de partager à un niveau personnel avec d’autres Frères comprend


ceux qui en ont l’expérience jusqu’à ceux pour qui c’est quelque chose de nou-
veau, jusqu’à ceux pour qui trouvent le partage personnel très difficile.

• En tant que facilitateurs de ce processus, les membres de l’équipe de base


doivent rencontrer des Frères individuels là où ils sont et non pas là où les
facilitateurs veulent qu’ils soient.

• Puisque, pour un certain nombre de frères, le partage personnel avec d’autres


frères est relativement nouveau, des encouragements et des affirmations sont
nécessaires pour approfondir cette expérience.

• Pour ceux qui connaissent le partage personnel, ce processus de réflexion of-


fre un chemin vers un sens croissant de la communauté et de la Congrégation.

• Certains frères expriment l’opinion que tout ce processus de transformation


est trop lent.

• Certains frères veulent voir des résultats concrets immédiats, tels qu’exprimés
par les mots: «Faites quelque chose». Ils veulent dire par là qu’ils veulent
que le leadership fasse quelque chose. Ils fonctionnent à partir d’un modèle
hiérarchique de leadership. L’idée d’un style de leadership partagé n’est pas
comprise ou est perçue comme quelque chose d’étranger et d’inacceptable.

• Peut-être que l’hésitation d’un Frère à partager sa prière et sa réflexion per-


sonnelle sont des préoccupations réelles liées aux questions de confiance et de
vulnérabilité.

• La réalisation du discernement n’est pas quelque chose de rapide et facile,


mais plutôt un processus continu, engageant la vie

T’équipe de base a résumé: «En conclusion, on peut dire qu’avec ce processus, nous
sommes seulement au début de quelque chose de nouveau pour nous en tant que
Congrégation. Si, aux États-Unis, où la plupart des frères sont des hommes plus
âgés, nous pouvons grandir et développer notre volonté et notre capacité à partager
sur un plan plus personnel, il y a de l’espoir pour le discernement communautaire et

64 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


le leadership partagé. Cela pourrait conduire à un nouveau départ.»

Les objectifs de l’équipe de base pour les cinq prochains mois sont de poursuivre le
processus entamé et de développer, à la lumière des retours d’expérience et de l’ex-
périence des frères, un autre processus de réflexion basé sur les Principes fondamen-
taux. L’objectif est de passer d’une réflexion personnelle et intérieure à une réflex-
ion basée sur notre mode de vie et notre identité charismatique. Nous commençons
ensemble à partager comment les vies sont formées individuellement et ensemble
par la Règle de Vie qui est notre façon spéciale de discipoler avec Jésus et de servir le
monde.

Il y aura aussi une réunion, au mois de mai, de ces frères qui désirent discerner en-
semble de nouvelles formes de vie, intentionnellement les Principes fondamentaux
en tant que communauté en mission.

JUNE 2018 RENCONTRE DE L’ÉQUIPE D’INTÉGRATION


Bulletin De Transformation - juin 2018 | Prochaine réunion de juin de l’équipe d’intégration

L’équipe d’intégration se réunira à la Casa Bonus Pastor à Rome du 21 au 24 juin.


Il sera précédé d’une réunion de trois jours du Comité de planification du Chapitre
général. Les membres de ce comité sont les frères John Collins des États-Unis, les
frères Joseph Kibambe et Vital Mwenge du Congo, et les frères Bernard Jumah et Pe-
ter Wanga du Kenya. Ce sera la première réunion en personne du Comité. J’espère
que d’ici la fin de cette réunion, nous ferons une proposition concernant la compo-
sition et la logistique du Chapitre général prévu pour juillet 2019, ainsi qu’un pro-
cessus pour inclure les membres dans les travaux du Chapitre au moyen du processus
de transformation en cours. . Le Chapitre général doit être vu comme un moment
qui n’est pas séparé du processus de réforme et de transformation à l’échelle de la
Congrégation.

Un objectif est une réorientation continue de notre conscience d’un modèle hiérar-
chique à un modèle de partage et de discernement communautaire. Apprendre le
discernement communautaire exigera d’abord un niveau plus profond de confiance
et de communication entre nous tous, si nous devons commencer à être capables
d’écouter profondément la voix de chaque frère pour l’inspiration du Saint-Esprit
pour la direction présente et future de notre vie et mission. Le Conseil Général se
réunira à la fin de la réunion élargie de Rome le 25 juin. Alors que nous essayons de
passer d’une direction hiérarchique à une forme plus inclusive, circulaire et collé-

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 65


giale, il est important que nous voyions un général Chapitre comme un moment dans
le processus global de la transformation ainsi que du discernement communautaire
et de l’orientation..

L’Équipe de Base du Congo

À la lumière de l’appel que nous nous voyons en tant que Congrégation comme «Un
Seule Village», l’équipe de base au Congo a commencé à discerner comment aug-
menter la collaboration entre les régions du Kenya et du Congo. Il a commencé par
rassembler les frères congolais qui ont vécu et ont travaillé au Kenya et qui se mettront
ensuite, en collaboration avec l’équipe de base du Kenya, à initier un dialogue plus
approfondi entre les régions sur les conditions et les obstacles à une collaboration
plus fructueuse et intégrée . L’un des principaux points de l’agenda de l’équipe d’in-
tégration est d’être un dialogue honnête et ouvert sur ce que toutes les régions et
tous les frères doivent faire pour devenir plus fidèles à la vision du Fondateur d’une
Fraternité internationale unique au service de l’Église et le monde à travers le travail
d’évangélisation. Nous avons tous réalisé qu’une véritable harmonisation et intégra-
tion à travers des cultures aussi divergentes est beaucoup plus difficile que prévu par
les appels initiaux des chapitres précédents.

L’équipe de base du Congo a également été impliquée dans l’intégration de son rôle
avec celui du Conseil régional nouvellement reconnu et ratifié. Les Frères du Congo
sont dans les premières étapes de la tentative de redéfinir le leadership du modèle de
la hiérarchie vers un modèle plus transparent, collégial et responsable qui serait plus
fidèle à l’esprit de l’Article 46 de nos Constitutions:

Unis en tant que frères d’une congrégation, nous sommes tous égaux devant Dieu qui distribue
le charisme et les ministères afin que nous puissions servir l’Église et sa mission. Un bon gou-
vernement dans la Congrégation requiert une collaboration et une participation dans tous les
domaines. Tous les frères sont responsables de la vie et des œuvres de la congrégation.

Établir des modes de collaboration et de collégialité dans lesquels tous les frères
reconnaissent et réalisent leur responsabilité «pour la vie et l’œuvre des congréga-
tions» c’est une tâche difficile. La transformation de la conscience de la hiérarchie
à la collégialité et à la collaboration entre tous exige une réforme permanente basée
sur un dialogue et une réflexion partagés. Les efforts au Congo à cet égard serviront
d’expérience active continue pour ce que, dans le temps, nous espérons réaliser à
travers la Congrégation. Afin de travailler davantage à développer une nouvelle con-

66 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


science de la fraternité et du leadership partagé, le nouveau Conseil Régional au
Congo s’engage à travailler, avec l’aide d’un facilitateur, à partager toutes les tâches de
manière collaborative et collégiale, à reconnaître leur responsabilité envers l’ensem-
ble de la région, et donc de faire leur travail en toute transparence à tous les frères.
De plus, le Conseil et l’équipe de base s’engagent à travailler ensemble pour que les
rôles de gouvernance et d’animation et de transformation spirituelles se complètent
de plus en plus.

L’Equipe de base du Kenya

L’équipe de base du Kenya s’est réunie à Lodwar les 18 et 19 mai. Ils ont discuté des
progrès réalisés dans la région depuis la dernière réunion de l’équipe d’intégration.
Ils ont noté que des progrès notables ont été accomplis dans l’incorporation des col-
laborateurs laïcs, en particulier dans les ministères de la congrégation nouvellement
ouverts. Il a été rapporté que le directeur récemment nommé à l’école secondaire
St. Xavier à Bungoma apporte des changements positifs dans l’école. Par exemple,
il travaille sur un plan stratégique de cinq ans. Le Centre Rijen a également fait du
progrès grâce auxquels trois enfants ont été intégrés avec succès à leurs familles et à
leurs besoins scolaires.

En plus de lutter pour soutenir les ministères nouvellement ouverts au Kenya, nous
continuons à adopter des ministères collaboratifs et un partenariat avec l’Église locale
comme la seule autre alternative viable à l’avenir. Par exemple, les frères sont actuel-
lement engagés à travailler dans le diocèse de Lodwar et d’autres avaient des expéri-
ences pastorales à court terme dans le diocèse de Kitale et dans le vicariat apostolique
d’Isiolo. Tous ces lieux seraient appropriés pour une collaboration et un partenariat
à long terme pour engager les frères dans le ministère.

Les animateurs communautaires ont été nommés dans chacune des communautés
pour faciliter une coordination efficace dans toute la région. Leur rôle est de com-
muniquer les préoccupations de la communauté au conseil régional et aussi de faci-
liter un environnement favorable à la vie de prière communautaire et personnelle et
à toute autre préoccupation pour le bien-être des frères.

La région a besoin de personnes-ressources compétentes et dévouées. Les individus


qui peuvent déterrer nos peurs ou notre ignorance. Par exemple, Ted Dunn a aidé
à démarrer la résolution de la situation actuelle. Une partie du personnel spécifique
nécessaire peut inclure: mobilisateur de développement régional, formateurs, chefs

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 67


de projet, enseignants, ministres sociaux, leaders transformateurs, accompagna-
teurs, collaborateurs, partenaires, leaders visionnaires.

Pour établir des structures d’organisation et de direction fiables qui peuvent le mieux
soutenir notre vie en communauté, les membres ont suggéré un leadership partic-
ipatif. Les dirigeants devraient être des partenaires et des accompagnateurs et non
autoritaires. Les leaders devraient être des individus qui peuvent favoriser le parte-
nariat et la collaboration. En outre, ils doivent montrer qu’ils sont prêts à consulter
les autres.

Lors de la prochaine assemblée régionale, les membres ont proposé que le niveau
d’engagement des Frères envers la vie commune dans la communauté soit un sujet de
discussion. Le niveau d’engagement actuel de chaque frère déterminerait en grande
partie l’avenir que nous voulons.

Équipe de base des États-Unis

Le rapport de l’équipe de base des États-Unis pour la réunion de l’équipe d’intégra-


tion de février 2018 à Rome s’est terminé par la déclaration suivante:

«Si aux États-Unis, où la plupart des frères sont des hommes plus âgés, nous pouvons grandir
et développer dans notre volonté et notre capacité à partager sur un plus niveau personnel,
il y a un espoir pour le discernement communautaire et leadership partagé. Cela pourrait
conduire à un nouveau départ.»

L’équipe de base peut rapporter que l’un des résultats du processus de réflexion de
quatre mois / quatre sessions qui ont été lancées en janvier 2018 est une volonté et
une capacité croissantes de partager à un niveau personnel. Les matériels de réflex-
ion contenus dans la brochure les Prochains pas, développée par le frère John Ham-
ilton et Chris Irr, sont un catalyseur de cette croissance du partage personnel de la
part des frères qui ont participé à ce processus. Une autre contribution importante
est la facilitation des réunions régionales fournies par les membres de l’équipe de
base. Leur préparation pour ce rôle comprenait plusieurs jours de prière, de réflex-
ion, de partage et de discernement tenus, à deux occasions distinctes, au cours du
processus de réflexion de quatre mois. En outre, les membres de l’équipe de base et
le leadership ont participé dans quelques téléconférences (sessions Zoom) et après
chacune des quatre sessions, afin d’écrire des rapports et des évaluations de chaque
session. Au cours de ces sessions ensemble, l’équipe de base a commencé à entrer

68 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


de plus en plus profondément dans la confiance et le partage qui sont les conditions
nécessaires à la transformation.

Plus de quatre-vingt-cinq pour cent (85%) des frères de la Région USA ont saisi
l’opportunité de participer au programme de réflexion. Le programme a eu lieu dans
cinq régions géographiques de la région: Baltimore, Maryland; Louisville, Kentucky;
Middletown, Connecticut; Danvers, Massachusetts et Westwood, Massachusetts. Au
cours de la dernière session, on a demandé aux frères s’ils souhaitaient poursuivre ce
processus de réflexion en participant à un deuxième programme de quatre sessions /
quatre mois. Plus de quatre-vingt-dix pour cent (90%) des participants ont répondu
par l’affirmative. À la suite d’une réponse aussi positive, exprimée par les frères, la
phase deux du programme de réflexion sera centrée sur nos Principes fondamen-
taux. Une fois de plus, frère John Hamilton et Chris Irr sont chargés de fournir aux
frères de la Région USA le matériel de réflexion pour ces sessions. Ils ont produit
une brochure intitulée Lectures dans les Principes fondamentaux. La première ses-
sion de la deuxième phase aura lieu au mois de juin.

Nous espérons qu’à travers la réflexion individuelle et le partage de groupe, nous


pourrons mieux apprécier, non seulement nos Principes fondamentaux, mais aussi
notre appel unique, en tant que disciples de Jésus, à être frères les uns envers les au-
tres et envers notre monde à travers le charisme de Theodore James Ryken.

_____________

Bulletin d’information sur la transformation | Réunion de l’équipe d’intégration de juin 2018

Réunion de l’équipe d’intégration

La semaine dernière, nous avons rendu compte de la réunion du comité de planifica-


tion du chapitre de juin. Cette semaine, nous aimerions vous informer de ce qui s’est
passé lors de la réunion de l’équipe d’intégration qui s’est tenue du 21 au 24 juin.

Les membres de l’équipe d’intégration sont: Joseph Kibambe, Ghislain Mukonkole


et Vital Lembe du Congo; Bernard Jumah, Peter Wanga et Simon Wasike du Ken-
ya; Michael McCarthy et John Collins des États-Unis; Edward Driscoll, Paul Mur-
ray, Daniel Skala, Raphaël Wanjala, Placide Ngoie et Patrick Fumbisha du Conseil
général.

On avait présenté les rapports des équipes de base aux États-Unis, au Congo et au

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 69


Kenya à l’équipe d’intégration à l’avance. On a formé « quatre groupes de travail in-
ternationaux» pour traiter de ces rapports, y compris les travaux du comité de plan-
ification du chapitre, Chaque groupe a reçu une «brève» sur les problèmes et les
besoins de chaque région en préparation pour le chapitre général. Ces groupes ont
travaillé pour préparer une proposition concrète. Et ensuite chaque groupe devait
partager avec un autre sa proposition pour obtenir des réponses et des suggestions.
Le cas échéant, on a ensuite édité les propositions avant d’être soumises à l’équipe
d’intégration pour discussion et soumission au Conseil général pour son approba-
tion ou à la région pour la suite.

La double intention de ce processus était, premièrement, de réfléchir et de travail-


ler ensemble en tant que corps international, plutôt que de continuer à avoir des
conversations sur les régions isolées ou des conversations sur la notion abstraite
d’internationalité. Nous avons pensé qu’il serait important de se parler en tant que
Frères Xavériens, plutôt qu’en tant que régions séparées du Kenya, du Congo et des
États-Unis. Comme le demandait un Frère lors de la discussion, «Sommes-nous
une seule association unifiée ou un groupe d’associations régionales? «La Congréga-
tion est internationale. L’internationalité n’est pas un horizon abstrait, mais plutót
une description vécue de qui nous sommes. Ainsi, le processus de cette réunion a
tenté de manifester cette réalité et de la mettre à nu sur le présent et l’avenir de la
Congrégation.

Deuxièmement, nous voulions que ce processus soit intégral. Nous voulions que les
Frères qui participent à ces réunions mettent à profit leurs expériences du proces-
sus de transformation dans leurs régions sur les décisions de la Congrégation pour
l’avenir. La présence du Conseil général au sein de l’équipe d’intégration permet au
groupe non seulement d’être un corps consultatif, mais également un corps collab-
oratif. «Le discernement,» a noté un Frère, «n’est pas un moyen d’acheter plus de
temps ou de rester immutable, mais un moyen d’embrasser la liberté et le courage
de risquer quelque chose de nouveau, de vivre, de répondre à l’appel pour plus» Le
processus que l’équipe d’intégration a subi est toujours provisoire, toujours sujet à
davantage de discernement et de rétroaction, mais nous espérons qu’il ne s’agira pas
d’une possibilité de se soustraire à la responsabilité ou de la possibilité d’un change-
ment.

Ce qui suit est un résumé, avec des documents supplémentaires, du travail et des ré-
flexions des “groupes de travail”.”

70 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


Leadership fraternel partagé

Brêve # 1 | English » — Français »

Membres: Patrick Fumbisha, John Collins, Simon Wasike

Comment résultat de leur travail sur la brève, les membres de ce groupe de travail ont
présenté la proposition écrite suivante: English » — Français ».

Après avoir reçu les commentaires du groupe de travail sur la composition des sec-
tions, ce groupe a proposé des amendements à leur proposition initiale, qui ont été
enregistrés comme notes lors de la discussion en grand groupe: English » — Français
»

Depuis la réunion de l’équipe d’intégration, on a avancé les recommandations pour


l’Assemblée régionale / la retraite du Kenya à partir du 5 jusqu’ au 11 août. Les frères
de la région du Kenya se réuniront en retraite. Le Frère François Musongo et le Frère
Ghislain Mukonkole Lembe, du Congo, se joindront aux Frères du Kenya en retraite
et les guideront dans un processus de réflexion et de discernement sur le thème
du Leadership Fraternel partagé. Frère Edward Driscoll a envoyé un enregistrement
vidéo pour présenter le processus et le thème aux Frères au Kenya. Nous partagerons
un rapport sur ce processus dans un proche avenir.

Comme le groupe de travail a suggéré, la question de la structure régionale des États-


Unis sera abordée dans le cadre du processus de préparation du chapitre, qui sera
présenté prochainement.

Collaboration Internationale

Brève # 2 | English » — Français »

Membres: Peter Wanga, Dan Skala, Joseph Kibambe

A travers leur travail sur la brève, les membres de ce groupe de travail ont présenté
une proposition écrite au groupe de travail traitant la préparation du chapitre. Après
avoir reçu les commentaires du groupe traitant la préparation du chapitre et aussi
de toute l’équipe d’intégration, ce groupe chargé de la collaboration internationale a
présenté la proposition écrite finale: Collaboration internationale

Préparation du chapitre

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 71


Brève # 3 | English » — Français »

Membres: Placide Ngoie, Michael McCarthy, Vital André Mwenge, Raphael Wangala

Le comité de planification du chapitre a créé cette brève. La brève mentionne les


«14 leçons» (ou apprentissages) qui ont été produites lors de la réunion du CPC,
que nous avons déjà publiées dans le bulletin précédent. Vous pouvez les revoir ici:
English » — Français ».

Après leur travail en commun, en partageant avec le groupe de travail sur la collabo-
ration internationale et en partageant avec toute l’équipe d’intégration, ce groupe de
travail a fait la proposition suivante: Français & English ».

La composition des membres du chapitre général

Brève # 4 | English » — Français »

Membres: Bernard Jumah, Ghislain Mukonkole Lembe, Larry Harvey, Paul Murray

Le comité de planification du chapitre a créé cette brève. C’est ainsi que les «14
leçons ou apprentissages» produits lors de la réunion du CPC ont été joints à ce rap-
port. Vous pouvez les revoir ici: English » — Français ».

Après des discussions au sein du groupe de travail, avec le groupe de travail sur le
leadership fraternel partagé et avec toute l’équipe d’intégration, le groupe de travail
a fait une proposition écrite: English » & Français ».

Évaluation

Pour guider ce processus, nous avons pourvu plusieurs moments pendant la réunion
de l’équipe d’intégration pour voir comment le travail s’intégrait au mouvement de
transformation. En particulier, nous avons demandé aux petits groupes de travail de
réfléchir à leur partage après le premier jour de travail ensemble. Ensuite, on a de-
mandé dans le grand groupe, que tout le monde a partagé ce qu’ils ont appris de l’ex-
périence dans leurs groupes de travail. À la fin de la réunion, les frères ont partagé de
nouveau leur expérience et leurs réflexions sur le travail et la conversation qu’ils ont
eue pendant le processus de quatre jours. À toutes les étapes, il y avait des tensions et
des difficultés, et les Frères ont également parlé des nombreuses grâces de travailler et
de partager de cette manière. Un Frère a commenté: «Nous devons continuer à créer
de l’espace et du temps pour communiquer les uns avec les autres de cette manière.»

72 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


Un autre a observé: «J’ai eu une forte réaction; hors de proportion avec ce qui se
disait. Je me suis rendu compte que j’apportais des questions personnelles que je ne
le pensais. »Un autre a partagé:« Je dois me vider. »« Nous ne devrions jamais être
satisfaits de notre travail », a commenté un autre Frère. Plus de Frères ont partagé
leur gratitude et leur reconnaissance pour l’engagement pris dans le travail acharné
de chaque Frère au cours de la semaine et pour l’ouverture au processus. Plusieurs
Frères ont mentionné la facilité avec laquelle ils étaient capables de travailler en-
semble “à travers les cultures”, suggérant que peut-être la “culture xavérienne” est
quelque chose que nous partageons tous plus profondément que nos nationalités ou
différences linguistiques et culturelles.

Je vous remercie,

Frère John Hamilton et Chris Irr

JANUARY 2019 RENCONTRE DE L’ÉQUIPE D’INTÉGRATION


By Fr. Philippe

Le processus de transformation face aux défis majeurs de la Congrégation

Introduction : La réunion élargie de l’Équipe d’Intégration (avec le Frère Général,


le Comité de Préparation du Chapitre et le Conseil Général) s’est déroulée à Rome,
à la Casa Bonus Pastor, du dimanche 27 janvier à jeudi 31 janvier. Après deux jours
d’échanges guidés et animés par Anthony J. Gittins, CSSp, autour du thème « in-
terculturalité, Communauté intentionnelle et vision », la réunion s’est attelée à ré-
fléchir sur les défis majeurs auxquels la Congrégation comme corps doit faire face
dans les temps actuels.

But de la réunion : Identifier nos défis en tant que Congrégation en ce moment


de l’histoire du monde, et formuler et présenter ces défis de manière claire et com-
préhensible à tous les frères de la Congrégation, pour permettre et stimuler leur
réflexion, leur réaction et leur réponse en vue du prochain Chapitre (Juillet-août
2019). Mais, comme l’a rappelé le Frère Général, ce Chapitre n’est pas un but en soi.
Le chapitre n’est qu’un moment sur le chemin de la transformation engagée par et
dans toute la Congrégation. En effet, l’objectif ultime, pour le prochain Chapitre,
c’est, d’une part, de comprendre les besoins de nos frères et sœurs en humanité et
d’écouter attentivement leur appel à notre charisme aujourd’hui ; et, d’autre part,
susciter l’engagement de toute la Congrégation à réponde à ces besoins et à cet appel,

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 73


tels qu’identifiés par les frères eux-mêmes.

Déroulement du travail : Les points de vue partagés et les échanges à propos des
défis et des réponses possibles à suggérer au Chapitre se sont appuyés sur les 14 défis
identifiés et discernés par le Comité de Préparation du Chapitre (Nairobi, novembre
2018), à savoir :

1. Identité charismatique de la Congrégation.


2. Proximité avec les pauvres
3. Article 46 des Constitutions
4. Impliquer toute la Congrégation (toutes les Régions) dans la recherche des solu-
tions pour sauver une œuvre en difficulté ou en voie de disparition.
5. Coordination en toute confiance au sein du leadership régional.
6. Avons-nous besoin les uns des autres pour la croissance de la Congrégation ?
7. Notre engagement dans l’Eglise locale et notre attention à ses besoins ses besoins.
8. La reddition de comptes (l’habitude de rendre compte) et la communication par-
mi les frères dans la Région et envers l’ensemble de la Congrégation.
9. Ouverture d’esprit par rapport aux questions sociales (comprendre les réalités
sociales actuelles).
10. Stimuler le caractère unique de chaque membre.
11. Comment soutenir et guider les Frères dans leurs désirs ?
12. Contribution des frères américains à la Congrégation
13. Qu’est-ce qui nous empêche de nous engager dans le leadership partagé ?
14. Initier des œuvres de subsistance (autofinancement) dans les régions.

Après réflexions et discussions en petits groupes de cinq, les Frères sont parvenus,
ensemble, à une reformulation plus enrichie des défis qui semblent se présenter
actuellement à l’ensemble de la Congrégation. En plus de cette reformulation, les
Frères sont parvenus à un consensus autour de quelques réponses spécifiques à pro-
poser au Chapitre, pour faire face à ces défis (cf. tableau ci-dessous).

A propos du choix des capitulaires et à propos des scrutins au prochain Chapitre


: La dernière session de la rencontre, le jeudi après-midi, le Frère John Hamilton a
commenté les propositions élaborées par le CPC (Nairobi, novembre 2019) en vue :

(1) d’un processus de discernement plus élargi sur le choix et la désignation des par-
ticipants au Chapitre ; (2) d’une procédure plus allégée pour l’organisation des scru-
tins : l’élection discernée du Général et de trois Conseillers, sur la base d’un profil

74 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


répondant aux défis de la Congrégation. Au lieu de quatre, le CPC a suggéré de
limiter la composition du Conseil à trois Conseillers (un par région, le premier en
nombre de suffrages faisant office de Vicaire). Ils vivraient tous ensemble dans la
même communauté, dans un pays très accessible, encore à choisir.

Les Frères ont ensuite brièvement échangé autour de ces propositions, le Frère John
Hamilton a apporté les précisions nécessaires, qui doivent être encore affinées et
davantage précisées lors des prochains travaux du CPC (du 29 mars au 2 avril 2019),
avant l’étape du Chapitre proprement dit.

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 75


CFX (Rome, 27-31 janvier 2019) Équipe d’intégration – Comité de Préparation du Chapitre – Conseil Général

DEFIS MAJEURS REPONSES CONCRETES A PROPOSER AU CHAPITRE


Identité charismatique et évangélisation : Incarner notre charisme : plutôt que des idées et des idéaux,
traduisons davantage en actes notre identité charismatique.
1) actualiser (être attentif aux signes des temps) et Les pauvres (évangélisation et crédibilité) : Développer une
se réapproprier le charisme xavérien ; attention plus accrue aux besoins des pauvres, même entre
nous ; accepter nos propres pauvretés multiformes et se
2) souci des pauvres ; proximité avec les plus laisser évangéliser par la vie et la foi des pauvres dont nous
pauvres ; se laisser évangéliser par les pauvres ; nous faisons proches.
notre manière de vivre et partager ; Une seule région africaine (vision, structure, collaboration,
leadership) : Cette proposition devrait être comprise dans
3) mission : contribution des Frères des USA ; l’horizon de la fraternité xavérienne et de la vision commune
collaboration entre Frères du Kenya et de RDC ; qui inspirent la mission xavérienne. Les core-teams du Kenya
mission xavérienne en Belgique. et de RDC se chargent, chacun indépendamment, de
demander à chaque frère de sa région son avis sur la
question.
Pré-rapport en mars au CPC et rapport plus substantiel en
juillet au Chapitre. Cependant, quelle que soit la réponse des
Frères de l’Une ou l’autre Région, il faudra apprendre à se
connaître davantage dans nos différences et dans nos points
communs, avancer à petits pas et sincèrement, tout en évitant
de tout renvoyer à un discernement qui allonge le temps de la
décision et s’éternise.
Mission en Belgique (souhait d’une présence pratique et
missionnaire) : Réunir les éléments (dispositions et avis des
Frères Belges sur la question, attentes et intention des Frères
congolais, facilités légales et financières).
Une équipe (Ghislain, Placide et Lawrence) rend compte au
Chapitre en juillet.
Leadership partagé comme fruit du processus Poursuivre le processus de transformation, pour susciter plus
de transformation : de solidarité dans la manière de devenir un « nous » et
d’interagir, et pour une plus profonde fraternité (se rencontrer,
1) difficultés dans le partage des responsabilités, de s’occuper les uns des autres, offrir sa présence, quitter notre
l’autorité et des services ; « ego » pour plus de collaboration).
- Le travail de transformation s’inscrit dans la vision du
2) devoir de rendre compte à chaque niveau de fondateur. La pratique du leadership en RDC n’est pas le
leadership, modèle parfait, mais il porte des valeurs. C’est un pas vers la
maturité du leadership. Le leadership devrait aboutir à au
3) insuffisance de communication à différents partage d’une partie du pouvoir.
niveaux : créer l’habitude des rapports à partager sur - Mais il convient de tenir compte de certaines spécificités des
ce qui se fait dans les Régions et dans les régions, et éviter d’uniformiser les modèles de leadership.
Communautés. - Pour stimuler le sentiment d’appartenance et le sens de la
communication : encourager les Régions et les
Communautés à la pratique des mini-comptes-rendus sur ce
qu’elles réalisent et sur les synergies qu’elles développent.
- Chaque Frère est responsable de sa vie personnelle, mais la
coresponsabilité communautaire (vie) et missionnaire
(œuvres) demande de rendre compte à tous les niveaux (cf.
Const. 46). Ce ne sont pas seulement les Frères et les
Communautés qui doivent rendre compte à l’équipe du
leadership régional, mais cette dernière également est
appelée à rendre compte à tous les Frères de la Région et à
la Congrégation entière à travers le leadership Général (Frère
Général et Conseil Général).

Page 2 sur 3

76 | Integration Team ^ Retournez à le sommaire ^


CFX (Rome, 27-31 janvier 2019) Équipe d’intégration – Comité de Préparation du Chapitre – Conseil Général

Communauté, mission et ressources (en Créer un « Bureau international d’intendance » qui se chargera
de mobiliser les ressources humaines et financières.
personnel et en finances) :
Propositions concrètes :
1) Stewardship : planification, fundraising pour
- Responsable : le Frère Général ; rencontre périodique (1 fois
initier les œuvres d’autofinancement. l’an à différents endroits diversifiés) ; transparence accrue de
2) Confiance et engagement les uns à l’égard des gestion avec audit interne régulier
autres, apprendre à se connaître réellement et - But : générer des projets durables et féconds
profondément les uns les autres. - Spécificités : un bureau assez spécifique et spécialisé,
distinct du « bureau d’avancement », distinct également du
3) Créer une Communauté interculturelle ouverte à « bureau de finances ».
tous, avec une préparation suffisante. - Recruter des experts fiables et sûrs, formés à la gestion des
projets et à la comptabilité moderne. Eviter l’amateurisme, qui
comporte beaucoup de risques d’échecs et de confusion.
Solution suggérée : Le CPC s’en charge, en mars, pour
formuler une résolution plus concrète à proposer au Chapitre.

Ne faudrait-il pas que le Chapitre redéfinisse ce qu’est une


Communauté xavérienne ?
- Aborder la question de la Communauté est délicat et difficile.
On peut arriver à un véritable désastre. D’où la nécessité,
parfois, d’une personne extérieure (un expert) qui nous aide à
aborder la question de manière théorique et pratique :
comment vivre la dimension communautaire de notre
engagement xavérien ?
- Que chaque Frère se pose d’abord sincèrement cette
question : « que signifie pour nous une communauté
aujourd’hui ? ». D’après notre charisme, la Communauté c’est
la base. C’est une Communauté en vue de construire le
Royaume de Dieu. Il s’agit d’une communauté de vie, mais
une Communauté intentionnelle : il faut une volonté pour
construire et réaliser une véritable et vraie communauté, avec
un cœur et un esprit, pour transformer notre Communauté
locale en un groupe où on peut dialoguer en toute simplicité.
- Réaliser la différence entre une communauté (communion)
et une vie commune (chacun a sa chambre). Il ne suffit pas
d’être ensemble, il faut encore une communion de cœur et
d’esprit, grâce notamment aux rencontres fréquentes et
régulières. Mais au-delà de l’intentionnalité et de tous les
efforts humains, il est crucial de ne pas oublier que la vie en
Communauté est mystère, et l’aborder toujours en tant que
tel.
Initier une Communauté internationale et interculturelle.
- Cette question n’a fait que trop durer. Il serait bon que le
Chapitre prenne cette fois-ci une option concrète.
- Si on ne présente pas quelque chose de concret, il n’y aura
pas de réponses de la part des Frères. Mais il est important
de présenter clairement le projet et de manière positive.
- Solution suggérée : le soin de présenter des propositions
concrètes est laissé aux différents Core-Teams (Kenya, USA,
RDC). Ils en parlent à la base et identifient les volontés. Mais
la manière de procéder est laissé au jugement et à la créativité
de chaque Core-Team. Timing suggéré : chaque Core-Team
remet un petit rapport au CPC (fin mars) ou au Chapitre (en
juillet).

Page 3 sur 3

^ Retournez à le sommaire ^ Integration Team | 77


CORE TEAMS

78 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


DE QUOI S’AGIT-IL ?
Les responsabilités et les critères ont été présentés par Ted Dunn à l’Equipe d’intégration le 8
décembre 2016

Responsabilités :

• Planification et mise en œuvre de processus et de moyens de communication pour


les Partenaires des Equipes de base, c’est-à-dire les Frères dans les régions qui
aideront avec le travail de transformation.

• Coordination avec l’Equipe d’intégration et de Leadership.

• Anticipation, identification et résolution de problèmes et de résistances

• Evaluation continue des processus

• Etablissement d’une atmosphère de confiance et tournée vers le ‘changement’

Critères (pour le groupe en tant que tel, pas pour un individu)

• Engagé et favorable au Chemin de la transformation

• Représentation diversifiée de personnes clés

• Un mix exploitable de talents et de styles

• Preneurs d’initiative

• Travailleurs volontaires et capables

• Comprend et apprécie le processus

• Comprend et apprécie le partage intime

• Comprend et respecte les confidences

• Communicateur capable et crédible

• Capable de gérer l’ambiguïté d’un processus émergent

• Comprend le besoin de tensions et disposé à s’attaquer aux tensions et aux conflits

• Savoir jouer en équipe

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 79


• Capable d’écrire, de synthétiser

• Créatif et capable de sortir des sentiers battus

EQUIPE DE BASE DE LA REPUBLIQUE DU CONGO


Coordinateurs : Ghislain Mukonkole & Vital André Mwenge Muganza
Autres membres : Crispin Kibeo, François Musongo, Marc Kabwita Mufaka, Joseph
Kibambe

COMMUNICATIONS ET RAPPORTS
Rapport d’activités de la Région congolaise | 23 août 2017

Voici en quelques lignes le rapport des activités de notre équipe :

1. Finalisation du rapport de Rome.

2. L’assemblée régionale organisée le 9 juillet dernier.

3. La retraite annuelle sur le sujet de la communauté (le premier objectif de notre


plan)

Suite à l’assemblée, des réunions d’équipe ont été régulièrement organisées afin
d’approfondir nos propositions pour les Frères.

Nous avons aussi eu la retraite annuelle avec pour intention de démarrer le travail sur
le premier objectif relatif à la vie en communauté, malgré le fait que certains groupes
doivent encore participer (à la session d’introduction).

A la fin de la retraite annuelle, les Frères ont exprimé leurs désirs et leurs priorités.
En voici la synthèse :

Il est urgent de clarifier les structures régionales : coordinateur, conseil


régional, conseillers généraux, trésorier et représentant légal.

Organiser un type de leadership qui collabore et unifie activement.

Organiser les finances régionales afin de capitaliser sur les ressources


locales, faciliter les services aux Frères en nommant deux responsables
pour la distribution d’argent liquide : le premier à Likasi et le deuxième

80 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


à Lubumbashi.

TCes préoccupations des Frères ont conduit l’équipe de transformation à réviser


d’urgence le Directoire régional avec les directives pour la gestion de la région à tous
les niveaux : le Conseil régional, le Représentant légal, la gestion des communautés
et des œuvres (apostoliques) de la Congrégation et la gestion d’apostolats extérieurs
à la Congrégation.

Pour y parvenir, nous avons demandé à chaque membre de l’équipe de proposer une
formulation, nous produirons ensuite sur cette base un texte à soumettre aux Frères
de la région.

Nous avons aussi prévu une session de formation courant octobre avec un expert en
gestion financière – soit un expert de l’évêché, soit quelqu’un d’une autre congréga-
tion.

Pour le reste du rapport notons que les Frères réagissent de façon positive aux appels
que l’équipe a partagés et qu’ils s’impliquent dans le processus.

Nous pensons toutefois que pour que notre travail soit plus efficace, il serait bon que
vous nous mettiez au courant de ce qui se passe dans les autres régions afin de faire
avancer le travail des autres régions et vice-versa.

Il nous faut aussi un budget pour faciliter la communication et les déplacements des
membres qui assistent à nos réunions ainsi que pour payer d’éventuels animateurs.

Dans la mesure du possible pourriez-vous aussi organiser une réunion annuelle par
vidéoconférence avec Ted pour qu’il puisse aussi nous donner une orientation.

D’autre part et pour que l’ensemble des membres de l’équipe de transformation


puissent faire du travail réellement efficace nous demandons que la participation au
travail de l’équipe d’intégration à Rome se fasse selon le principe de rotation tel que
proposé lors de notre réunion à Nairobi.

Nous voulons aussi que les Frères qui vont à Haïti soient impliqués dans le processus
selon les procédures établies par le Généralat.

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 81


Fait à Lubumbashi, le 23 août 2017

L’équipe de base de la RDC

_____________

Rapport des coordinateurs de la transformation réunion de février 2018 à Rome

L’Equipe de base du Congo stipule dans son rapport du 23 août 2017 que : « Il est
urgent de clarifier les structures régionales …. (et d’)organiser un type de leadership
qui collabore et unifie activement. ». Suite à cette recommandation, la région a
organisé une assemblée le 3 février 2018 dans le but de discerner le leadership pour
les trois années à venir. Un processus fut défini en collaboration avec le Leadership
général et le Conseil régional pour stimuler la transformation en cours d’un modèle
de leadership hiérarchique en un modèle plus collaboratif et discernant. Six con-
seillers ont été choisis et c’est à eux qu’il revient de désigner grâce à un discernement
facilité par un animateur les rôles de chacun d’entre eux, p.ex. coordinateur région-
al, trésorier régional et représentant légal.

Ce discernement des dons et des talents au service de la région et de la Congréga-


tion se veut un modèle pour une transformation à l’échelle de la Congrégation avec
un passage du leadership hiérarchique à un leadership partagé qui appelle tous les
Frères à être responsables de la vie de la Congrégation et de sa Mission. Le Conseil
régional devra à l’avenir respecter un mode de discernement collaboratif. Et comme
l’Assemblée l’a demandé, ce mode de transformation doit atteindre tous les niveaux
de la vie régionale et congrégationnelle, afin que l’ensemble des Frères se sente partie
prenante et responsable de l’orientation en plein développement de la Congréga-
tion. Le rôle que joue l’Equipe de base dans la région doit être défini plus clairement
et doit être mis en œuvre plus pleinement pour aider à encourager ce mouvement.

Quelles mesures devons-nous prendre pour continuer au Congo la transformation


naissante de la région d’un modèle de vie hiérarchique vers un modèle partagé et
discernant qui sera étendu à l’ensemble de la Congrégation ?

_____________

DRC Regional Council Discernment Process

The three reports from these discerment meetings were too lengthy to reprint here, but provides a quality

82 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


chronicle of the process for discnerment that was led by Fr. Philippe Nzoimbengene, SJ.

• First Meeting | March 18, 2018 » Original French »

• Second Meeting | March 25, 2018 » Original French »

• Third Meeting | April 22, 2018 » Original French »

_____________

Compte-rendu de la Réunion mixte: Core Team et Conseil Régional, tenue à Lubumbashi le


dimanche 06 mai 2018

Réunis à Lubumbashi, sous la Direction du Frère Patrick FUMBISHA, les membres


du Core-Team ainsi que ceux du nouveau Conseil Régional ont échangé autour de
deux principaux points :

1. La définition et la compréhension des différents services au sein du Conseil


Régional ;

2. La collaboration entre le Core-Team et le Conseil Régional.

ITour à tour, les frères ont donné d’abord leur compréhension du pourvoir collégial
au sein du Conseil régional. De ces interventions, nous pouvons retenir en substance
ce qui suit :

Les membres du Conseil régional sont tous responsables de la vie des frères dans la
Région. Ils agissent ensemble, et au nom de tous ; ils impliquent le plus grand nom-
bre de frères dans le processus de prise d’importantes décisions. La coresponsabilité
étant le maître mot, aucun membre du Conseil ne devrait se considérer au-dessus des
autres, même si les rôles sont différents.

Pour y parvenir, la confiance devra être développée dans le petit groupe qu’est le
Conseil, et dans le grand groupe qu’est la Région. De la même manière, il faudra
développer l’estime de l’autre et le respect du travail qu’il fait. Aussi, la sollicitude,
l’écoute attentive à l’égard des frères ainsi que la compassion devront animer tous les
membres du Conseil. Mais puisque tout ne sera pas facile, il faut s’encourager mutu-
ellement et éviter de trop agir seul.

En effet, a-t-on renchéri, toutes ses valeurs nous les avons apprises dans nos familles
biologiques. C’est à chacun de garder sa conscience droite et active, pour faire ce qui

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 83


est bien pour le groupe. Notre cœur, notre âme et notre esprit devront tous entrer en
danse pour arriver à cet idéal.

Cette manière de travail, dans la collégialité, c’est tout une école : nous apprenons à
vivre et à travailler d’une nouvelle manière, celle qui nous invite à une large ouver-
ture, les uns envers les autres, en vue de favoriser ce leadership participatif, un lead-
ership fraternel.

S’agissant des différents services au sein du Conseil Régional, nous nous som-
mes référés au document, résultat du processus de discernement mené par le Père
Philippe.

Nous avons fait la relecture dudit document, au regard des réalités de notre Région
et de nos Constitutions. C’est ainsi que, pour certains services, une certaine clarifi-
cation a été apportée. C’est notamment pour :

1. Le Coordonateur Régional : il est le premier responsable de la Région et devra


se rend disponible pour l’animation de la Région. En effet, et au regard des critères qui
avaient été arrêtés en Assemblée, le Coordonnateur régional ne devrait pas avoir une autre responsabil-
ité d’obligation dans la région. C’est lui qui ordonne, avec l’appui de son Conseil, les
transactions financières.

Note : Le Frère Joseph, en tant que Coordonnateur régional, ne devra plus servir com-
me Co-animateur du Core-team et membre de l’Equipe d’intégration. Il a été convenu que
lors de la prochaine réunion de l’équipe d’intégration, un autre membre du Core-team sera
désigné pour assumer cette tâche avec le Frère Ghislain.

2. Le Représentant Légal : il exerce ce service en collégialité avec les deux suppléants.


Ainsi, la nécessité de rédiger le Règlement d’Ordre Intérieur de l’ASBEL s’est
avérée urgente, travail qui devra être réalisé dans le meilleur délai. Quant à la
désignation des deux suppléants, nous avons proposé que le coordonateur et l’ac-
tuel représentant légal servent comme suppléants. Toutefois, la question est restée
en suspens pour approfondissement en assemblée ;
3. Quant à l’Economat Régional : il va fonctionner comme c’est le cas actuellement.
En effet, l’Econome régional est responsable des finances, aidé par les deux cais-
siers. Le Coordonateur Régional ne donnera pas des injonctions aux caissiers
enmatière d’argent ; il se référera directement à l’Econome régional, pour éviter
des interférences.

84 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


Note: - au niveau de l’ASBEL, l’Econome Régionalservira comme Trésorier de l’ASBL, et le
Secrétaire du Conseil assumera cette même fonction (Secrétariat) au sein de l’ASBEL ;
4. Le Conseiller chargé de la formation : En considérant les différentes structures
qui ont la formation comme mission, dans la Région (Equipe de formation et
CoreTeam), nous avons nommé ce service comme Conseiller Chargé des voca-
tions et non pas chargé de la formation. Les dossiers des aspirants à admettre
dans la Congrégation devront passer au Conseil pour examen et approbation. Ce
Conseiller devra travailler en étroite collaboration avec le Directeur de la Maison
de formation. Nous avons proposé qu’il fasse partie du Core-Team, s’il y a lieu.
5. Le service des Projets de développement : se service ne s’occupera que des pro-
jetsde la région, et non ceux des communautés. Il est souhaitable que la commis-
sion qui sera constituée autour de lui, soit représentative des communautés de la
Région. Ces projets qui devront émaner de l’Assemblée, seront approfondis au
niveau de la Commission des projets. Mais c’est le Conseil qui décidera en défin-
itive et qui faire connaitre aux frères de la région la décision finale.
Le deuxième point de notre rencontre portait sur la manière dont devront collaborer
le Conseil Régional et le Core-Team, pour le bien de notre région.

Ici, le mot « COLLABORATION » a été inscrit en lettres d’or, comme pour inviter
les membres des deux structures à l’amélioration de la vie de la région (relations, ges-
tion, développement, transformation..). Nous sommes deux structures distinctes,
pour une seule cause, à savoir le développement de notre fraternité et la construction
de notre avenir commun.

Le Core-Team aura des assemblées à organiser dans le cadre de la transformation,


mais il devra toujours en informer le Conseil Régional. En effet, il faudra éviter des
surprises désagréables.

Nous avons décidé que le Conseil Régional et le Core-Team doivent se rencontrer


une fois tous les six mois, pour partager les expériences et, éventuellement, évaluer
l’action du Conseil et la Gestion de la Région.

Quant à la remise et reprise entre le conseil sortant et celui entrant, elle sera faite
aussitôt que le Supérieur Général rendra officielle la nomination du Conseil région-
al.

Tous les membres des deux structures régionales étaient présents, à l’exception du

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 85


Frère Crispin qui s’est excusé pour une obligation professionnelle.

Lubumbashi, le 06/05/2018

Frère Vital-André Mwenge

Rapporteur.

_____________

Compte rendu de l’Equipe de base congolaise du 2 avril 2018

Frères Vital Mwenge, Ghislain Mukonkole, John Hamilton et monsieur Chris Irr.

L’Equipe de base pour le Congo s’est réunie la semaine dernière. Ghislain a présenté
un résumé de la réunion de l’Equipe d’intégration à Rome en février. L’Equipe s’est
ensuite intéressée à la planification des activités de l’Equipe de base et de la Région
pour la période de février à juin.

L’Equipe a entamé un débat sur la situation au Kenya, plus particulièrement les be-
soins de la nouvelle école et du centre de secours à Bungoma. Il y eut aussi une dis-
cussion sur l’appel aux Frères du Congo d’aider à répondre aux besoins du Kenya à
la lumière du constat congrégationnel que nous devons être « un seul village ».

Il y aura une réunion de l’Equipe de base et de l’ensemble des Frères qui ont servi au
Kenya le samedi 7 avril. Il y a plus de 10 Frères du Congo qui sont dans le cas. Le
but de cette réunion est d’encourager le service au Kenya. Les Frères qui y ont vécu
et servi partageront entre eux et avec l’Equipe de base leurs propres expériences,
tant positives que négatives. L’on espère que ce partage d’expériences dégagera des
schémas d’aspects positifs et négatifs qui peuvent stimuler une discussion sur la façon
de les résoudre. L’on discutera aussi de la question de savoir comment avoir un tel
dialogue entre les Frères du Congo et du Kenya.

Nous avons ensuite discuté de la relation entre le nouveau Conseil régional et l’Equi-
pe de base. Il n’y a pas eu jusqu’à présent de communication avec l’Equipe de base
ni avec l’ensemble de la région quant au processus de discernement auquel participe
le Conseil régional. Le Frère John et monsieur Chris Irr communiqueront par télé-
phone avec le Frère Patrick Fumbisha pour voir quelle est l’intention du Conseil par
rapport aux communications avec l’Equipe de base. L’importance d’une telle com-
munication a été soulignée puisqu’elle permettra aux deux groupes de commencer à

86 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


apprendre comment se compléter et collaborer au mieux. On a aussi remarqué qu’à
terme l’Equipe de base devra entreprendre des formations en discernement pour
l’ensemble de la région. Le Frère Vital a reçu une copie du deuxième rapport et de-
mande si c’était dans le but de la distribuer parmi les membres de l’Equipe de base
ou même de l’ensemble de la région. Chris Irr suggère que le matériel du Généralat
transmis au nouveau Conseil régional et au médiateur soit être partagé avec l’Equipe
de base.

Le groupe se réunira à nouveau par Zoom le vendredi 4 mai à 18.00.

_____________

Résultat des réflexions régionales sur les deux premiers thèmes du processus de transformation

Dans le cadre de la préparation au prochain Chapitre Général, les Frères de la Ré-


gion Congolaise se sont réunis le dimanche 04 novembre dernier, pour réfléchir et
échanger au sujet des deux premiers thèmes. Les Frères de Fungurume et Likasi se
sont rencontrés à la Maison de Formation, à Likasi, sous l’animation du Frère Vital.
Ceux de Kasenga, Kipushi et Lubumbashi, au Scolasticat, à Lubumbashi, sous l’an-
imation du Frère Ghislain. Les résultats de ces réflexions se présentent comme suit :

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 87


Résultat des réflexions régionales sur les deux premiers thèmes du processus de transformation
ns le cadre de la préparation au prochain Chapitre Général, les Frères de la Région Congolaise se sont réunis le dimanche 04
embre dernier, pour réfléchir et échanger au sujet des deux premiers thèmes. Les Frères de Fungurume et Likasi se sont rencontrés à
Maison de Formation, à Likasi, sous l’animation du Frère Vital. Ceux de Kasenga, Kipushi et Lubumbashi, au Scolasticat, à Lubumbashi,
s l’animation du Frère Ghislain. Les résultats de ces réflexions se présentent comme suit :
Leadership
1. Synthèse des réflexions
Thèmes Niveau personnel Niveaux régional Niveau congrégationnel
Leadership Ma responsabilité pour ma croissance et 1. Initiative de dialogue en Attentes vis-à-vis du leadership
mon développement : communauté : congrégationnel et des frères de la
Assiduité aux exercices spirituels ; lectures Le dialogue existe : à table, dans de congrégation :
formative et informative, dans le souci petites rencontres, dans l’informel Cette question pose le vrai problème
d’aller plus loin ; assiduité à la prière (spontanément entre deux frères)... d’internationalité : le désir d’attribuer
(personnelle et communautaire) et à Les efforts existent donc, malgré les aux frères africains des rôles
l’apostolat ; partages de foi dans la joie de difficultés rencontrées et les blocages importants dans le gouvernement de la
la fraternité xavérienne ; un choix auxquels ont fait face, par moments, Congrégation, doit être sincère et
judicieux des sites internet ; une écoute suite à des incompréhensions. Mais il honnête. Les frères des autres régions
attentive des autres, de nos pasteur (le faut davantage d’effort et de volonté, sont-ils prêts à accepter un frère
Pape en particulier), pour purifier nos dans la charité et la sincérité. africain dans un rôle important de
motivations de départ ; vouloir et Cependant, ces initiatives doivent gouvernement ?
s’efforcer à faire la volonté de Dieu. Tout être promues dans les maisons de Les frères voudraient également qu’un
ceci nous conduira à un véritable savoir- formation ou deux frères africains soient
faire et savoir-être. 2. Résultats positifs du impliqués dans l’administration de la
processus de transformation Congrégation, à Baltimore ; nous
dans notre région : voulons un frère qui nous porte, nous

L’accompagnement du Père Philippe comprend et connait nos besoins, qui
a beaucoup contribué à la est proche des frères ; il écoute ses
clarification des services du Conseil frères et leur rend service, il doit être
Régional (les différents rôles), modéré ;

clarification qui doit se poursuivre, à

clarification des services du Conseil frères et leur rend service, il doit être
tous les niveaux) ;
Régional (les différents
L’implication de tous rôles),
les frères de la modéré ;

clarification qui doit se poursuivre, à
région, dans ce processus, est aussi
tous les niveaux) ;
un signe positif ; le fait que les

L’implication
communautés de aient
tous les désigné
frères de leur
la

région, dans ce processus, est aussi
animateur et économe ;
un
Mais signe des
positif ; le fait
efforts que les à
restent
communautés
poursuivre ; aient nos désigné leur
valeurs
animateur et économe ;
traditionnelles et le trésor déposé en
Mais
nous par des
nos efforts restent nous
parents, doivent à
poursuivre ; nos
aider à nous améliorer ; valeurs
traditionnelles et le trésor déposé en
nous par nos parents, doivent nous
Les grâces connues et les moments de Décisions et manières de vivres éloignées de Que faire ?
Expérience
joie
du passé et vie commune aider à nous améliorer ;
notre charisme
Expérience La survie de la région aux crises du La recherche personnelle d’un emploi, au Faire participer le plus grand
Les grâces connues et les moments de Décisions et manières de vivres éloignées de Que faire ?
du passé et personnel et la régénération détriment des œuvres de la congrégation ; le nombre de frères dans la
joie notre charisme
vie (persévérance dans la foi) ; la croissance mauvais choix des facultés pour les frères qui prise des grandes décisions,
. Expérience La survie de la région aux crises du La recherche personnelle d’un emploi, au Faire participer le plus grand
commune des œuvres et ministères ; le terminent le noviciat (études, parfois sans au niveau régional comme au
du passé et personnel et la régénération détriment des œuvres de la congrégation ; le nombre de frères dans la
développement et la croissance de la vie débouchée spécifique, et en inadéquation avec niveau de la congrégation.
vie (persévérance dans la foi) ; la croissance mauvais choix des facultés pour les frères qui prise des grandes décisions,
dans la région ; la collaboration avec les besoins réels de la Congrégation ou de la
commune des œuvres et ministères ; le terminent le noviciat (études, parfois sans au niveau régional comme au
d’autres congrégations et diocèse ; le région) ; trop faible engagement dans la
développement et la croissance de la vie débouchée spécifique, et en inadéquation avec niveau de la congrégation.
retour des frères à Kasenga ; la pastorale des jeunes (restée une affaire de
dans la région ; la collaboration avec les besoins réels de la Congrégation ou de la
réconciliation facile des frères ; la quelques volontaires) ; perte des dévotions et
d’autres congrégations et diocèse ; le région) ; trop faible engagement dans la
pluriethnicité (richesse de la diversité) ; la fêtes traditionnelles (Sacré-Cœur, par
retour des frères à Kasenga ; la pastorale des jeunes (restée une affaire de
célébration régulière de certains exemple) ; disparition de nos traces
réconciliation facile des frères ; la quelques volontaires) ; perte des dévotions et
événements (jubilés, professions fondatrices en Belgique (déception totale au
pluriethnicité (richesse de la diversité) ; la fêtes traditionnelles (Sacré-Cœur, par
religieuses, accueil de nouveaux jeunes…) sujet de la maison des Frères en Belgique) ;
célébration régulière de certains exemple) ; disparition de nos traces
la générosité et la disponibilité de certains manque d’ouverture à l’internationalité sur
événements (jubilés, professions fondatrices en Belgique (déception totale au
frères à servir les missions, même les plus l’ensemble de la congrégation ; trop faible
religieuses, accueil de nouveaux jeunes…) sujet de la maison des Frères en Belgique) ;
démunies ; l’apprentissage, au quotidien, manque
la générosité et la disponibilité de certains autonomisation
d’ouverture des régions de sur
à l’internationalité la
de ce que c’est qu’être frère xavérien ; les Congrégation ; il faut souligner
frères à servir les missions, même les plus l’ensemble de la congrégation ; trop faible que la
démunies ; l’apprentissage, au quotidien, autonomisation des régions de la
de ce que c’est qu’être frère xavérien ; les Congrégation ; il faut souligner que la
encouragements des autres frères ; la pratique de remise et reprise et le souci de
collégialité du conseil, est aussi un signe continuité font défaut ;;
positif ; la vie fraternelle en communauté,
dans la région et dans la congrégation
tout entière ;

Lubumbashi, le 08/11/2018

Frères Vital Mwenge
Secrétaire de l’Equipe de Base

88 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


EQUIPE DE BASE DU KENYA
Coordinateurs : Simon Wasike & Bernard Juma
Autres membres : Daniel Ongeso Ohola, Joseph Mbithi

COMMUNICATIONS ET RAPPORTS
Assemblée régionale du Kenya sur la Transformation et le renouveau de la Congrégation | 14
septembre 2017

Après avoir écouté le partage profond des Frères, voici les points qui sont ressortis
comme les besoins pressants de la région et ce par ordre de priorité.

a) Mission

BLes Frères estiment que nous ne pouvons vivre notre identité qu’à travers la mis-
sion. Et notre mission est la mission de l’église que nous envisageons d’accomplir,
mais en même temps nous manquons à l’heure actuelle de mission bien définie et de
mission régionale.

Les Frères ont mis l’accent sur l’éducation que la majorité d’entre nous ont reçue et
reçoivent toujours et sur le programme des enfants des rues qui doit être notre fer de
lance pour stimuler une prise de conscience.

Les Frères désirent poursuivre la mission qui était en préparation déjà en 2011, en
suivant le plan existant, en le parcourant avec un expert avant de le présenter et de
s’engager à le voir progresser avec espoir et confiance en la providence du Seigneur et
en notre propre providence.

Les Frères on affirmé unanimement que la mise en place de « notre propre école »
serait primordiale et stimulerait l’apostolat auprès des enfants de la rue qui mobili-
sera les Frères après leur formation en la matière.

Nous voulons entrer dan le mystère de la prise de risque, d’autres l’ont fait avant nous.
Un voyage de mille kilomètres commence par un seul premier pas. Considérant le
peu de ressources et d’investissements dont nous disposons jusqu’à présent, en tant
que Frères déjà formés dans différents domaines notre devoir est de nous engager
dans tous les aspects de l’apostolat possible et de continuer à être suffisamment créa-
tifs pour chercher des moyens et des façons pour renforcer et soutenir nos apostolats
et nos missions, par exemple en faisant appel aux Frères qui savent comment rédiger
des propositions ou, si possible, en demandant au leadership général d’écrire des

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 89


propositions afin d’aller vers les bienfaiteurs, le secteur bancaire.

Ainsi les Frères se sont mis d’accord pour démarrer en janvier 2019 une école xavéri-
enne à St Joseph’s Center à Bungoma en utilisant notre infrastructure existante. Les
Frères suivants ont accepté de porter ce processus :

1. Kennedy Mulongo Wangila


2. Vincent Misiati
3. Daniel Ongeso
4. Anthony Dindi
5. Moses Barasa

En outre, les Frères suivants ont accepté de superviser le progrès du projet des en-
fants des rues à Bungoma :

1. Edmond Juma
2. Simon Wasike
3. Daniel Ongeso
4. Festus Kathuki

En ce qui concerne la mission, inviter les Frères à faire partie de l’appel à la mission,
p. ex. plus d’interaction avec les Frères belges.

b) Leadership

Les Frères attendent de voir les ajustements en matière de leadership régional suite
au départ de certains membres du conseil. Ils estiment qu’une lourde charge repose
sur les épaules d’une seule personne, sans un quelconque soutien, et que ceci pour-
rait limiter l’aspect de consultation et de collaboration et faciliter le travail d’équipe
et la prise de décision.

Le leadership inclusif facilitera une communication aisée et des visites régulières aux
différentes communautés pour connaître les expériences et les luttes des différents
membres de la communauté en question, p. ex. une retraite à Lodwar.

En visitant fréquemment différentes communautés, le leader spirituel se familiaris-


era avec ce qui se passe.

c) Bien-être des Frères

90 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


Les Frères ont unanimement suggéré qu’il était tout à fait acceptable de considérer
que le bien-être des Frères dépend des besoins de tout un chacun. Ils estiment que
c’est une façon de motiver et de responsabiliser les Frères à entretenir la flamme.
Ce bien-être peut aussi prendre d’autres formes, en demandant par exemple à la
congrégation d’aider les Frères qui n’ont pas de structures simples pour poser la tête
quand ils prennent une pause vacances, et cela pourrait se faire non pas d’un coup
mais progressivement.

d) appel à l’unité
e) personnel
f) bonne intendance (« stewardship »)

Autres éléments

• Etablir une feuille de route et développer un agenda de transformation

• Voir les besoins de la même perspective

• Accents mis au bon moment

• Meilleure performance dans les domaines de responsabilité

• Eviter les divisions, les alliances ou les mentalités divergentes comme facteurs
provoquant la discorde

• Un bon échange d’informations parmi les Frères comme moyen de développer


la confiance.

N.B. Le compte rendu de la réunion régionale doit être envoyé à tous les Frères dans
la région.

_____________

Rapport des coordinateurs de la transformation Réunion de février 2018 à Rome

ILes Frères ont exprimé dans le compte rendu de l’Assemblée régionale kenyane du
14 septembre 2017 le vif désir de la région de mener deux projets apostoliques au
centre de leurs efforts transformationnels : l’expansion de l’actuel Rescue Center à Bun-
goma et le développement d’une école sur la propriété de St. Joseph’s Centre. Le Rescue
Center a réussi sous le leadership de Francis Masicha et des Frères Dan Ongeso et
Edmund Juma à réunir dans le courant de l’année passée plusieurs enfants de la rue

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 91


avec leurs familles. Il y a des contacts avec un bailleur de fonds potentiel qui est prêt
à construire une infrastructure plus importante sur le terrain que nous détenons ac-
tuellement. En janvier l’école à St. Joseph’s Center a ouvert avec 15 étudiants, 2 Frères à
temps plein et 2 à temps partiel, 2 enseignants laïcs et 2 cuisiniers.

Lors de leur retraite/assemblée du mois d’août, les Frères ont unanimement affirmé
que le démarrage « de notre propre école » et la stimulation de l’apostolat auprès des
enfants des rues seraient d’une importance capitale. Deux groupes ont été formés
pour stimuler le développement de ces apostolats. La question quant au rôle et aux
responsabilités de ces groupes dans le développement continu et le futur contrôle de
ces projets demeure. L’équipe de leadership général a par un manque de communi-
cation, de suivi et de compréhension déresponsabilisé au fil des années les membres
de la région, qui ressentent maintenant un sentiment d’isolation et d’abandon par la
Congrégation dans son ensemble. Comme exprimé dans leur rapport de septembre,
les Frères kenyans reconnaissent le besoin de leadership et de responsabilité partagés
mais n’offrent aucune vision concrète sur la manière d’y parvenir.

Comment la Congrégation dans son ensemble et la Région kenyane partageront-elles


et développeront-elles une collaboration fraternelle et une responsabilité partagée
qui serviront à responsabiliser et à renforcer la vie et la mission au Kenya ?

_____________

Réunion et résolutions du Groupe de base kenyan Réunions d’avril et de mai 2018

Réunion et résolutions du Groupe de base kenyan

Suite aux contraintes en termes de distance et de communication, l’équipe de base


a réussi à se rencontrer deux fois depuis la dernière réunion d’intégration à Rome.
Lors de la première réunion du 1er avril 2018, certains membres du groupe se sont
rencontrés et ont planifié une réunion à Lodwar du 11 au 13 mai. Afin d’accommod-
er certains membres cette réunion a ensuite été postposée au 18–20 mai. Voici les
questions directrices de la réunion :

• Où en sommes-nous depuis les dernières réunions ?


• Comment allez-vous aborder la question de la pérennité au Kenya ?
• Quel est notre environnement actuel et à quoi ressemblera-t-il à l’avenir, par
exemple dans 5 ans ?
• Quel immobilier voulons-nous posséder, louer, consolider, rénover ou céder ?

92 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


• Quel genre de personnes-ressources envisageons-nous ?
• Quelles sont les structures d’organisation et de leadership qui soutiendront au
mieux votre future vie en communauté ?
• Quels sont les points de discussion/partage proposés pour la prochaine assemblée
régionale ?

Les Frères ont partagé leurs sentiments sur la base des questions ci-dessus. Ci-des-
sous une synthèse de leur partage.

Synthèse du progrès actuel du Groupe de base

AIl y a actuellement des progrès importants dans l’incorporation des collaborateurs


laïcs, en particulier dans les apostolats nouvellement ouverts de la congrégation. Le
nouveau directeur de St. Xavier High School à Bungoma amène des changements positifs
dans l’école. Il travaille notamment sur un plan stratégique quinquennal. Le Ryken
Center fait également état de certains progrès : trois enfants ont réintégré leurs fa-
milles et leurs besoins scolaires sont couverts.

La proposition visant à disposer d’un responsable de projet engagé par le Généralat


pour travailler en collaboration avec la personne de référence locale n’a pas encore
été mise en œuvre. Le conseil général devrait donner son avis sur cette proposition.
Ceci résoudrait le problème de pérennité des missions étant donné que la subvention
congrégationnelle pour les projets diminue d’année en année tel que communiqué
précédemment.

Bien que nous ayons des difficultés à soutenir les apostolats nouvellement lancés
au Kenya, nous continuons à fermement soutenir les ministères collaboratifs et les
partenariats avec l’Eglise locale comme seule autre alternative viable pour embrasser
un avenir. Ainsi, les Frères se sont actuellement engagés à travailler dans l’évêché de
Lodwar et d’autres ont eu de brèves expériences pastorales à l’évêché de Kitale et au
Vicariat apostolique d’Isiolo. Tous ces lieux seraient propices pour une collabora-
tion et un partenariat à plus long terme pour engager les Frères dans l’apostolat.

Des animateurs de communauté ont été désignés dans l’ensemble des communautés
afin de faciliter une coordination efficace à travers la région. Leur rôle est de com-
muniquer les préoccupations de la communauté au conseil et de stimuler un envi-
ronnement favorable à la vie de prière personnelle et communautaire ou toute autre
préoccupation de bien-être des Frères.

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 93


Il est prévu d’avoir à l’avenir de très petites communautés, une situation qui est égale-
ment vécue dans de nombreuses autres congrégations religieuses. La région compte
actuellement sur seulement 16 Frères profès et 3 novices.

L’avenir semble encore incertain pour certains membres en raison du niveau d’en-
gagement inconnu des membres régionaux. La viabilité est également liée aux types
et niveaux de qualification et aux compétences des membres. Sur ce point la conclu-
sion était néanmoins que l’avenir dépend en premier lieu de l’acceptation du présent.

La ferme à Bungoma devrait fournir un certain revenu sous forme de nourriture, ce


qui aiderait à réduire les coûts de fonctionnement (alimentaires) de l’école.

La région a besoin de personnes ressources compétentes et dévouées. Des personnes


qui peuvent faire remonter nos peurs ou notre ignorance. Par exemple : Ted nous
a aidés à amorcer notre sortie de l’impasse actuelle. Parmi le personnel spécifique
nécessaire on peut citer : quelqu’un pour mobiliser le développement régional, des
formateurs, des gestionnaires de projets, des enseignants, des gens pour le ministère
social, des accompagnateurs, des collaborateurs, des partenaires, des leaders vision-
naires.

Les membres ont suggéré qu’il fallait un leadership participatif si on veut réaliser des
structures organisationnelles et de leadership qui soutiennent au mieux notre vie en
communauté. Les leaders devraient être des partenaires et des accompagnateurs et
ne devraient pas être autoritaires. Il soit s’agir d’individus capables de stimuler le
partenariat et la collaboration. Ils doivent, en outre, se montrer prêts à consulter les
autres.

Lors de l’assemblée régionale suivante, les membres ont proposé que le niveau d’en-
gagement des Frères dans la vie communautaire au sein de la communauté soit un
sujet de discussion. Le niveau d’engagement actuel de chaque Frère individuel dé-
terminerait en une large mesure l’avenir que nous désirons.

_____________

Assemblée kenyane des 9 et 10 août 2018 à Mary-Ward

Leadership

94 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


1. Nous devons élire notre équipe de leadership.
2. Il faut une pleine participation des Frères dans l’élection de l’équipe de leader-
ship.
3. Les Frères ont besoin de clarté par rapport à la durée du mandat de l’équipe de
leadership ; il faut donc que les Frères sachent pendant combien de temps les
Frères élus doivent rester en fonction avant qu’une nouvelle élection ne soit or-
ganisée.
4. Les Frères du généralat doivent donner aux Frères dans la région la possibilité de
participer pleinement au choix des leaders à tous les niveaux de la vie des Frères.
5. Les Frères ont besoin d’une véritable responsabilité partagée qui remonte de la
communauté jusqu’au niveau plus élevé. En plus, les Frères ont besoin de lead-
ership partagé, d’ouverture et d’un leadership qui engage l’ensemble des Frères.
Les Frères n’ont par exemple pas besoin de recevoir de l’information de seconde
main.
6. Les Frères ont besoin de dirigeants qui rendent des comptes et qui font participer
tous les Frères dans la prise de décision dans la région.
7. Des dirigeants qui encouragent la collaboration et le partenariat avec l’Eglise lo-
cale, d’autres congrégations et la laïcité.
8. Les Frères ont besoin d’une équipe de leadership inclusive avec des tâches claire-
ment définies.
9. Il faut que les Frères apprennent à avoir confiance en leurs dirigeants, ce qui
peut être réalisé en faisant pleinement participer les Frères à l’élection de leurs
dirigeants.

NB : Les membres de l’équipe de base et de l’équipe de leadership actuelle devront


être mandatés pour formuler des questions qui seront diffusées parmi les Frères pour
discussion au sein de leurs différentes communautés. Les 17 et 18 novembre 2018
sont les dates suggérées pour une mini-assemblée pour délibérer sur ces questions.

Vocation et Formation

1. Il faut qu’on l’on se rende plus visibles et attrayants pour attirer des vocations.

2. Est-ce que l’environnement dans la région soutient ou décourage la visibilité des


Frères dans leur mission de promotion des vocations ?

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 95


3. Nous devons soutenir les apostolats qui peuvent donner une identité à la région:
qui nous sommes en tant que Frères xavériens au Kenya. Les Frères devront trou-
ver les moyens et les méthodes pour être visibles pour les gens afin de promouvoir
le royaume de Dieu.

4. Il est nécessaire de travailler ensemble à la promotion des vocations et à respons-


abiliser les Frères chargés du programme de formation.

5. Nous, les Frères de la région comptons depuis de nombreuses années moins de 20


membres. C’est donc une préoccupation importante qu’il faut aborder. Som-
mes-nous efficaces ? Et si non, pourquoi pas ? Les incitations à la réflexion
ci-dessus nous appellent à tous réfléchir à de nouvelles façons et stratégies pour
s’ouvrir aux autres et obtenir plus de vocations.

6. Nous sommes tous des ‘promoteurs de vocations’, il faut collaborer avec différents
évêchés pour promouvoir les vocations.

7. Nous devons nous concentrer sur la formation initiale pour bien préparer les
Frères à des tâches spécifiques dans leur vie future de Frères, pour rester concen-
trés et pour que les Frères plus âgés puissent continuer à encourager et à soutenir
les Frères plus jeunes.

Communauté et engagement

1. Bien que l’engagement soit un effort personnel, il porte sur la manière dont je vis
ma vie de Frère religieux authentique qui reflètera et donnera un sens pertinent
à mon identité.

2. Notre engagement envers le mode de vie xavérien doit re-créer et donner la vie
aux autres alors même que nous aspirons à rester un d’esprit et de conviction.

3. Le fait même que les Frères peuvent regarder vers le passé et voir les pas qu’ils ont
franchis en tant que Frères xavériens en termes d’années et de service constitue
un signe d’engagement.

4. Il n’y a pas de niveau identifiant l’engagement des Frères, mais c’est un aspect de
la tradition des Frères xavériens quant à la manière de vivre les principes fonda-
mentaux dans notre vie en tant que Frères religieux.

5. Le respect de notre vie en communauté est basé sur notre engagement à affirmer

96 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


le caractère unique de notre Frère individuel parce que nous sommes appelés à
être un de cœur et d’esprit.

6. La communauté est un centre où nous pouvons approuver ce que nous sommes.


Nous devons dès lors parler à nos Frères dans la communauté, et ne pas parler
derrière leur dos.

7. Puisque nous coexistons, nous devons être ‘le gardien de nos Frères’.

8. Nous devons être humbles nous-mêmes, nous avons besoin de Frères pleinement
impliqués dans les apostolats et qui collaborent à l’ensemble de nos missions.
Nous devons compter les uns sur les autres et nous faire mutuellement confiance
dans nos communautés.

Construire la confiance entre les Frères de manière à développer la pleine participa-


tion des Frères dans les activités régionales. L’unité des Frères qui se concentre sur
les points forts du Frère plutôt que sur ses faiblesses.

Soutenir nos Frères avec des idées, des ressources et des moyens, surtout ceux qui
sont sur le terrain, dans les apostolats.

Être accompagnés par une personne qui nous aidera à identifier nos défis, préoccu-
pations et enjeux et à déterminer comment les relever.

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 97


EQUIPE DE BASE DES ETATS-UNIS
Coordinateurs : Michael McCarthy & John Collins
Autres membres : James Connolly, George Donnelly, Richard Lunny

COMMUNICATIONS ET RAPPORTS
Rapport des interviews assurés par l’Equipe de base américaine | 22 mai 2017

A l’attention de : Equipe de base USA (George, Mike, Jim, John, Bob, Paul et Rich)
De la part de : Rich Lunny
Concerne : Rapport interviews
Date : 22 mai 22 2017

1e remarque :

Avant de commencer, permettez-moi de suggérer pour ceux qui l’ont, d’apport-


er Give Us This Day que nous utiliserons éventuellement pendant la prière ! Si
quelqu’un désire préparer une prière d’ouverture, ce serait magnifique ! Mes notes
ne mentionnent pas ce point donc je ne suis pas certain si nous avions parlé de prière
lors de nos réunions fin mai à Baltimore.

2e remarque :

Bob et moi avons reçu l’ensemble des comptes rendus de nos visites auprès des Frères
et nous avons décidé que tous les membres de l’équipe doivent les recevoir. Bob fera
des copies de tout ce matériel pour nous tous et nous les remettra quand on se voit.
Nous pensions que nous pouvions en tant que groupe faire remonter les principales
idées exprimées dans ces nombreuses conversations et que nous pourrons ensuite
dresser une liste de ces idées dans l’ordre que nous déciderons. Lorsque nous nous
verrons, il serait bien qu’on établisse une sorte d’ordre du jour pour le temps que
nous passerons ensemble !

* * * *

Exception faite de Cos (RIP), j’ai eu l’occasion de rencontrer tous les Frères qui
m’avaient été assignés.

Bob et moi avons pensé que je devrais attendre le bon moment, mais Cos était à
l’hospice avant même que je n’aie eu le temps de lui parler. Mes notes indiquent que
quelqu’un devait parler à Paul LeBelle en Floride mais ça n’a pas été fait. Je l’ai invité

98 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


à participer à notre réunion avec Joe P., Rich Mazza et Bill Lyons de samedi matin
dernier, mais il avait un autre engagement.

Je dois vous dire que j’ai vraiment aimé parler avec les Frères ; c’était une telle inspi-
ration d’entendre « leur histoire », leurs idées et leurs suggestions pour l’avenir. J’ai
essayé de rester fidèle au scénario dont nous avions convenu, mais comme vous l’avez
peut-être aussi constaté, les conversations sont allées dans tous les sens. Chaque dis-
cussion de groupe était très différente. Pour rassurer les gens que j’écoutais vraiment
alors même que je ne prenais pas de notes, j’ai une ou deux fois répété ce que j’avais
entendu un Frère dire. Plusieurs Frères ont répété que ce genre de rencontres avec
des conversations ‘ouvertes’ devrait continuer à l’avenir !

Tout le monde semblait parfaitement disposé à parler de sa jeunesse à la maison, avec


ses parents et ses frères et sœurs. Pour certains Frères c’était une occasion de réfléchir
au passé et d’évoquer de bons souvenirs. Pour certains savourer ces bons souvenirs
était aussi une bonne façon de briser la glace. Certains Frères parlaient de la tradition
de repas pris en famille avec leurs parents et grands-parents tous les dimanches. Ils
parlaient des relations entre et parmi leurs proches, ce qui a apporté quelques rires,
de la joie et la prise de conscience que « à l’époque c’était tout simplement comme ça
». On aurait pu continuer indéfiniment mais après un certain temps, nous avons dû
passer aux autres questions – avec évidemment la possibilité de revenir sur ce sujet si
nécessaire. Vous avez peut-être eu la même expérience.

Avec certains Frères j’ai commencé la réunion par la deuxième question : « Quand
vous êtes-vous senti le plus béni et nourri ou quand avez-vous eu des difficultés pour
réaliser vos objectifs ? ». La plupart des Frères ont beaucoup réfléchi à cette ques-
tion et ils étaient bien préparés pour en discuter. Certains Frères sont venus à notre
réunion avec des notes qu’ils avaient prises en réfléchissant à des communautés et
des écoles où ils avaient servi en mission dans le passé. Ils avaient eu le temps de se
rappeler des maisons où ils avaient vécu qui étaient formidables et d’autres qui ne
l’étaient pas du tout, en fonction de qui faisait partie de la communauté. La plupart
des Frères estimaient que le facteur décisif dans la vie de la communauté, c’est le
supérieur.

Il semblerait que les relations sont au cœur des bonnes communautés et des excel-
lentes communautés. Les gens se sont rendus compte que c’est dans la communi-
cation et l’ouverture entre et parmi les Frères que se forgent les véritables amitiés.
Les relations sont au cœur d’une bonne vie de communauté. Il est intéressant de

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 99


constater que les amitiés sincères ne sont pas nécessairement liées à l’âge. En effet,
certains Frères se sentent nettement plus proches de Frères plus âgés (20 ou 30 ans
plus âgés) que de Frères de leur propre âge. Il a aussi été souligné qu’il y avait cer-
tains Frères merveilleux qui dans certaines communautés sont restés dans leur coin
pendant de nombreuses années. Les communautés réellement formidables semblent
être celles avec des Frères qui ont appris à se connaître mutuellement en ouvrant
leur esprit et en partageant leur vie. Comme l’enseignement était au cœur de notre
apostolat, certains Frères plus anciens ont pris le temps d’aider de jeunes Frères qui
étaient réceptifs à une telle aide, surtout les nouveaux Frères du collège. Ce type de
mentorat a été à la base d’amitiés qui ont duré toute une vie !

En regardant vers l’avenir, plusieurs préoccupations se sont fait jour, notamment :

• Que faire s’il n’y a plus que quelques Frères qui seraient à Xaverian House ou qui
vivraient seuls ?

• Comment nous occuper les uns des autres si certains Frères vivent seuls et ont
peut-être besoin d’aide, même s’ils n’en sont pas conscients ?

• Quand faut-il intervenir pour aider un Frère qui estime ne pas avoir besoin d’aide
?

• Que pouvons-nous faire pour les Frères qui sont très proches de la mort, même si
nous vivons à une certaine distance d’eux ?

• Quand chaque Frère décide-t-il de quoi il a besoin à l’avenir ? … plutôt que de


se le faire imposer.

• Que pouvons-nous faire pour mieux impliquer les Associés dans les communautés
existantes, les petits groupes, Xaverian House et auprès de ceux qui vivent seuls ?

• Que pouvons-nous faire nous, ‘les Frères en général’, pour soutenir les Frères qui
s’occupent de nos Frères malades et âgés ?

Voilà, chers Frères, le résumé de mes visites. J’espère que vous allez bien et je me ré-
jouis de vous voir lundi matin (Condo’s).

Rich Lunny

_____________

100 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


Lettre aux Frères de la région américaine, 9 novembre 2017

DChers Frères,

Comme indiqué dans ma dernière lettre à la Congrégation, je tiens à nous inform-


er de l’évolution de notre processus de transformation, particulièrement en ce qui
concerne les Etats-Unis. Je tiens tout d’abord à remercier les membres de l’Equipe de
base américaine (les Frères John Collins, James Connolly, George Donnelly, Robert
Green, Richard Lunny et Michael McCarthy) pour leur investissement en matière
de croyance, de temps et d’énergie pour votre compte. Durant la première série de
réunions régionales, 70% des Frères américains ont participé à des réunions en pe-
tits groupes ou des conférences individuelles. Vous avez exprimé à ces Frères votre
appréciation d’avoir été invités pour la première fois en de nombreuses années à
parler de ce qui est important dans votre vie.

Nous avons eu durant la première moitié du mois d’octobre une deuxième série de
réunions au sujet de notre transformation congrégationnelle. Vous avez exprimé
votre frustration et votre préoccupation quant au fait qu’on parlait en généralités et
que rien de concret ne se précise. En tant que Supérieur général, je comprends vos
sentiments. Nous nous sommes engagés dans un processus pour lequel nous n’avons
aucun réel précédent. Le Conseil général découvre que notre transformation con-
grégationnelle est un chantier en cours. Je tiens à vous remercier en mon nom per-
sonnelle et au nom du Leadership congrégationnel de votre ouverture d’esprit et de
votre volonté à continuer à œuvrer pour ce processus.

Permettez-moi de faire le point sur l’activité récente. Pour votre information, le


leadership de la congrégation (John Hamilton, Paul Murray, Dan Skala, Larry Har-
vey, Chris Irr et Ed Driscoll) ont rencontré notre animateur, Ted Dunn, le jeudi
2 novembre avant de rencontrer les membres de l’Equipe de base américaine (voir
ci-dessus) le vendredi 3 novembre. Nous avions pour but de faire quatre choses :
réfléchir à ce que nous avions entendu jusque là lors des rencontres ; développer au
mieux les prochaines étapes pour la région américaine ; renforcer le partenariat en-
tre l’Equipe de base et le Leadership de la Congrégation ; planifier les actions pour
le printemps.

Au fur et à mesure que les deux groupes ont partagé les résultats des réunions précé-
dentes dans les différentes régions et communautés des Etats-Unis, les sujets suivants
sont remontés à la surface :

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 101


• En dévoilant nos désirs personnels les plus profonds, nous avons découvert
une affinité avec tous les Frères en général.

• En continuant ce partage, nous espérons découvrir une direction commune.

• Nous voulons nous engager à vivre ensemble pour affronter un avenir incon-
nu. Et nous cherchons à envisager ensemble un avenir basé sur notre réaction
commune aux Principes fondamentaux.

• Une transformation enracinée dans les Principes fondamentaux est une trans-
formation à la fois personnelle et communautaire.

• Nous recherchons une vision collaborative qui renforce notre sens de respons-
abilité partagée pour l’expression vécue de notre mission aujourd’hui.

Sur la base de vos contributions et suite à la réflexion partagée, le Leadership con-


grégationnel et l’Equipe de base américaine ont considéré une proposition qui est à
la fois formative et concrète et qui sera le sujet de notre prochaine série de réunions
régionales début décembre. Nous avons décidé qu’il serait plus sage de présenter
personnellement la proposition dans son entièreté afin de répondre à vos questions.
Suffit-il de dire qu’à l’heure actuelle, la proposition consiste en fait en deux invita-
tions. La première invitation est de créer une communauté (ou des communautés)
dont les membres s’engagent à vivre notre charisme de façon intentionnelle et for-
mative à la lumière de nos Principes fondamentaux et au service des pauvres et des
marginalisés. La deuxième invitation demande à l’ensemble de nos Frères de s’en-
gager à des expériences de formation continue qui nous aident à approfondir notre
spiritualité en vivant le charisme de façon plus consciente.

Vous recevrez d’ici début décembre le matériel qui esquissera un plan général ainsi
qu’une nouvelle copie des Principes fondamentaux et la Description du charisme qui
constituent en réalité le contexte de notre transformation congrégationnelle. Com-
me je l’avais décrit dans ma récente lettre à la Congrégation, nos Frères au Congo et
au Kenya se sont engagés dans le développement de nouveaux projets d’apostolats.
Dans ces deux pays, les troubles politiques rendent les déplacements difficiles et dan-
gereux. Ces conditions limitent la capacité des Frères à assister aux réunions autant
qu’ils le souhaiteraient. Gardez-les dans vos prières.

Unis dans la prière,

102 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


Frère Edward Driscoll

_____________

Equipe de base américaine | 27 novembre 2017

Chers Frères,

Comme le mentionne le Frère Edward dans sa lettre du 8 novembre, l’équipe de base


américaine et le Leadership congrégationnel ont passé de nombreuses heures à essay-
er de discerner la direction dans laquelle nous sommes appelés suite à nos partages
durant les réunions individuelles et de groupe organisées partout où la Congrégation
est présente aux Etats-Unis. Le résultat de cette réflexion et de ce discernement est
un appel nous invitant tous à considérer la possibilité de soit créer de nouvelles com-
munautés en mission ou bien de renouveler et d’approfondir le caractère intention-
nel des communautés existantes afin de vivre nos Principes fondamentaux d’une telle
façon que de nouvelles formes de vivre notre vocation à être une communauté en
mission puissent se développer. La deuxième invitation est que nous nous engagions
tous à un renouveau et une transformation personnels et communautaires à travers
un dialogue permanent entre les Principes fondamentaux et la Description de notre
charisme d’une part et notre expérience vécue d’autre part.

Afin de continuer sur la voie de la transformation personnelle et communautaire,


nous sommes tous invités à partager pendant quatre mois un processus de réflexion
et de discernement partagés dans l’ensemble des régions américaines. Nous espérons
que suite à ce processus de prière, de réflexion et de partage, certains d’entre nous se
sentiront appelés à former de nouvelles communautés en mission qui commencero-
nt à évoluer grâce à leur vie et leur mission partagées. Ceux qui sentent la possibilité
d’une telle vocation seront invités à se réunir dans le courant du mois de mai afin de
discerner ensemble la façon dont ils sont appelés à aller de l’avant. Nous espérons
que ces mois permettront de continuer pour nous tous le processus perpétuel vers la
formation continue personnelle et communautaire, la reformation et la transforma-
tion auxquelles nous sommes tous appelés.

Des réunions régionales organisées en décembre permettront de décrire cette pro-


chaine phase de notre processus de transformation et de répondre à toutes vos ques-
tions. A ce moment-là, nous nous réunirons aussi en prière afin de demander l’aide
du Seigneur et nous recevrons une nouvelle édition des Principes fondamentaux et

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 103


de la Description du Charisme comme principales sources (avec les Ecritures) de
notre réflexion et discernement permanents.

Voice les dates des réunions en décembre ainsi que la personne de contact pour cha-
cune d’entre elles :

[...]

Merci de faire savoir à la personne de contact pour votre région si vous êtes en mesure
ou non d’assister à la réunion. Nous entrons dans la période de l’Avent, en attendant
la venue du Seigneur ; puisse notre partage durant les mois à venir renforcer notre
désir et notre volonté à :

[Être] prêt à répondre à Dieu


lorsqu’Il te demande
si tu es disponible
afin qu’il soit plus nettement
présent dans ta vie
et, par toi, dans le monde.
With our wishes for a blessed Advent,

The U.S. Core Team and Congregational Leadership

[ Le livret et la série de réflexions que l’Equipe de base américaine a publiés de décembre à avril étaient
intitulés “Transformation | Next Steps”. Vous pouvez les consulter à l’adresse suivante : https://xavb.
ro/2YXPo7A ]

_____________

Rapport des Coordinateurs du processus de transformation Réunion de février 2018 à Rome

Dans leur rapport régional du 31 août 2017, les membres de l’Equipe de base des
Etats-Unis ont parlé de la création de « conversations qui s’attaquent à notre façon de
penser qui consiste à maintenir le « statu quo » et qui donnent aux Frères un meil-
leur sens de direction et de connexion avec les Frères d’autres régions. A partir du
mois de janvier, les Frères de la région américaine ont commencé un processus part-
agé de réflexion et de discernement qui est mis en œuvre et animé par les membres de
l’Equipe de base américaine et du Leadership général. Le processus se déroulera sur
une période de quatre mois (janvier – avril) ; en mai un groupe de Frères volontaires

104 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


se réunira pour discuter de la possibilité de former des communautés intentionnelles
engagées à vivre les Principes fondamentaux de manière plus radicale. Qu’il participe
ou non à la réunion du mois de mai, chaque Frère est invité à discerner comment
approfondir sa réponse à l’appel de communauté et de mission.

Ces conversations ont été conçues pour favoriser une communication plus pro-
fonde, plus ouverte et en toute confiance parmi les Frères. Pendant de nombreuses
années, un grand nombre d’entre eux a ressenti un sentiment croissant de sépara-
tion et d’individualisme qui avait diminué le sentiment d’être une communauté en
mission. Donc bien que de nombreux Frères expriment de l’espoir et de la gratitude
en entrant dans ce partage mutuel plus personnel et plus confiant, il y a aussi une
résistance due au manque d’expérience de partage d’une vie commune. Les Frères
de la région expriment dans le rapport régional du mois d’août le désir d’être plus
proches de leurs Frères au Kenya et au Congo. L’Equipe de base doit garder à cœur
ce désir au fur et à mesure que les Frères progressent vers les prochaines étapes de la
transformation régionale.

Le désir des Frères d’une plus grande intimité et communauté a été évoqué. Com-
ment continuer à le stimuler, à y répondre et à l’étendre au niveau international ?

_____________

Rapport de l’Equipe de base des Etats-Unis, juin 2018

Le rapport de l’Equipe de base américaine pour la réunion de l’Equipe d’intégration


de février 2018 à Rome conclut par la déclaration suivante :

Si nous parvenons à grandir et à nous développer dans notre volonté


et notre capacité à partager à un niveau plus personnel aux Etats-Unis,
où la plupart des Frères sont des hommes plus âgés, il y a de l’espoir,
aussi bien pour un discernement en communauté que pour le leader-
ship partagé. Ça pourrait être un nouveau départ.

L’Equipe de base constate que l’un des résultats du processus de réflexion de quatre
mois/quatre sessions initié en janvier 2018 a été une volonté et une capacité crois-
santes à partager à un niveau personnel. Le matériel de réflexion du livret Next Steps
développé par le Frère John Hamilton et par Chris Irr a été un catalyseur pour cette
croissance dans le partage personnel des Frères qui ont participé au processus. Une
autre contribution importante est celle des membres de l’Equipe de base qui ont joué

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 105


le rôle d’animateurs pendant les réunions régionales. Ils se sont notamment préparés
à ce rôle par plusieurs jours de prière, de réflexion, de partage et de discernement
organisés à deux reprises durant les quatre mois du processus de réflexion. En outre,
après chacune des quatre sessions, des membres de l’Equipe de base et de l’Equipe de
Leadership ont participé à des téléconférences (par Zoom) afin de fournir des rap-
ports et des évaluations des sessions.

Plus de quatre-vingt-cinq pour cent (85%) des Frères de la région américaine ont
saisi l’occasion de participer au programme de réflexion qui a été organisé à cinq en-
droits de la région : à Baltimore, Maryland ; à Louisville, Kentucky ; à Middletown,
Connecticut ; à Danvers, Massachusetts et à Westwood, Massachusetts. On a demandé
au cours de la dernière session aux Frères s’ils désiraient poursuivre ce processus de
réflexion en participant à un deuxième programme de quatre sessions/quatre mois.
Plus de nonante pour cent (90%) des participants ont répondu par l’affirmative. Vu
cette réaction positive des Frères, la phase deux de notre programme de réflexion sera
centrée sur nos Principes fondamentaux. Ce seront une fois de plus le Frère John
Hamilton et Chris Irr qui fourniront aux Frères de la région américaine le matériel
de réflexion pour ces sessions. Ils ont produit un livret intitulé Lectures des Princi-
pes fondamentaux. La première session de la phase deux se tiendra au mois de juin.

Nous espérons que cette réflexion individuelle et le partage en groupe nous per-
mettront de mieux apprécier non seulement nos Principes fondamentaux mais aussi
notre vocation unique, comme disciples de Jésus, à être Frères les uns pour les autres
et pour notre monde à travers le charisme de Théodore Jacques Rijken.

_____________

Rapport de l’Equipe de base des Etats-Unis, janvier 2019

Près de 85% de la région a continué à participer au processus mensuel de réflexion


Croisée de chemins pleine de grâce pendant les sept mois de juin 2018 à janvier 2019. Le livret
Lectures des Principes fondamentaux préparé par le Frère John Hamilton et par Chris Irr a
fourni des sujets de réflexion de juin à septembre 2018. Les sujets de réflexion pour
la période octobre-décembre 2018 étaient, eux, basés sur les quatre sujets pré-capit-
ulaires (caractère international (interculturel), communauté, mission et leadership
partagé) ainsi que sur le matériel quant au processus de discernement. Une fois de
plus, le Frère John Hamilton et Chris Irr ont préparé avec l’aide d’autres personnes
plusieurs livrets de réflexion sur ces sujets à l’usage des Frères qui ont participé aux

106 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


sessions de réflexion mensuelles.

En plus des réunions mensuelles organisées au sein de la région américaine, les


Frères ont également participé au processus approuvé par le Conseil général pour la
désignation des délégués au 28e Chapitre général qui se déroulera du 21 juillet au 3
août 2019 à Rome. Les détails de ce processus avaient été présentés dans une lettre
de l’Equipe de base à l’ensemble des Frères de la région du 31 octobre 2018. On a
demandé aux Frères de prier, réfléchir et discerner pour déterminer s’ils ressentaient
l’appel de Dieu à être délégué au prochain Chapitre général. Les Frères qui ressen-
taient un tel appel étaient priés d’écrire quelques paragraphes décrivant pourquoi ils
se sentaient appelés et à envoyer ce matériel écrit à l’Equipe de base au plus tard pour
le 14 novembre 2018. Quatorze Frères de la région ont soumis leurs noms et leurs
documents écrits pour considération.

L’étape suivante dans ce processus de discernement de délégués a été la rencontre de


ces quatorze Frères avec l’un des quatre groupes géographiques de la région. Comme
indiqué dans la lettre du 31 octobre 2018 de l’Equipe de base, l’intention de ces ren-
contres entre les délégués potentiels et un groupe régional [géographique] était que
tous s’engagent dans une discussion objective et éclairée permettant au groupe et au
Frère de répondre ensemble à l’appel de Dieu concernant le délégué potentiel. Suite
à ces rencontres entre la région locale et les délégués potentiels, les noms de ceux que
la région a discernés comme étant appelés à ce rôle de délégués devront être soumis à
l’Equipe de base. La région géographique locale doit non seulement fournir les noms
des délégués potentiels mais est aussi priée de soumettre un paragraphe ou deux ex-
pliquant les raisons pour lesquelles elle propose chaque délégué potentiel. Les noms
de ces Frères et le matériel écrit les concernant doivent être soumis à l’Equipe de base
au plus tard le 4 février 2019.

Un bulletin de vote avec les noms des délégués proposés et les descriptions des rai-
sons pour lesquelles ils ont été proposés, sera envoyé à l’ensemble des Frères de la
région des Etats-Unis. Ces bulletins de vote devront être renvoyés au plus tard pour
le 27 février 2019 et les résultats seront publiés le 28 février 2019.

Au total, neuf Frères seront élus comme délégués pour représenter la Région des
Etats-Unis au 28e Chapitre général.

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 107


RAPPORT D’HAÏTI
Révérends frères, bonjour. En réponse à la demande du frere supérieur général, du conseil général et du
comité préparatoire au 28 été chapitre général, nous, frères Adolph, joseph et vincent, nous nous sommes
réunis 3 fois en Haïti afin de ratifier les défis auxquels la nouvelle équipe de direction aura besoin. Nous
avons également voulu identifier les frères qui nous semblent avoir ces qualités.

D’abord nous voulons montrer que nous sommes très reconnaissants au frere
supérieur général, aux membres du conseil général et du comité préparatoire du
chapitre général pour nous avoir présenté au cours de leurs réunions la réalité de
notre congrégation avec ses forces et ses limites.

Ensuite nous tenons à remercier les rédacteurs des documents “ le processus de


transformation face aux défis majeurs de la congrégation “, “ défis CPE, introduc-
tion et résume “, “taches de l’équipe de base “, pour leur professionnalisme, leur
clarté, leur assurance que la congrégation est dans la bonne voie, leur optimisme
sur l’avenir de la congrégation.

Durant nos réflexions et échanges, nous avons remarqué que les 14 défis discernes
sont une présentation des désirs des frères qui sont exprimés plusieurs fois dans
toutes nos régions. Ainsi nous croyons que ces 14 défis constituent pour chaque
frere de notre congrégation l’essentiel de ce qui doit être fait pour préparer notre
avenir.

En même temps ces défis sont une interpellation pour chacun d’entre nous dans
la mesure où ils nous invitent à mettre l’accent sur les choses sur lesquelles nous
n’avons pas suffisamment mis l’attention.

LES DÉFIS IDENTIFIÉS


Défis 1. Identité charismatique de la congrégation.

Dans le passé, des sessions furent organisées sur le charisme de notre congrégation.
Il est nécessaire que chaque région fasse une évaluation pour voir comment cette
étude de notre charisme a été actualisée, comment la concrétiser et la communiquer
aux générations futures des frères.

Défis 2 proximité avec les pauvres.

L’engagement envers les pauvres est un ministère de toute la congrégation et de


toute la communauté, nous devons éviter des engagements personnels. Ensuite, la
pauvreté ne se résume pas seulement avec l’assistance aux nécessiteux ou aux autres
personnes que nous côtoyons. Nous devons être attentifs aussi aux frères de notre
communauté et aux ouvriers qui ont besoin aussi de notre attention.

108 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


Défis 4. Implication de toute la congrégation.

Ce défi recommande à chaque dirigeant de notre institut, a quelque niveau qu’il


soit, de travailler avec tout le monde, pas seulement avec ses amis ou les personnes
de son obédience. Tout en remerciant nos dirigeants qui nous transmettent des
nouvelles de la congrégation par la publication des updates, nous souhaitons que
ces updates ne contiennent pas seulement des informations, qu’on envisage d’y in-
sérer aussi des questions de réflexion pour les frères.

Défis 5. Coordination en toute confiance.

Bien que les régions n’ont pas de statut canonique, nous recommandons que beau-
coup de pouvoir leur soit confié pour la gestion des choses quotidiennes afin d’évit-
er des retards dans la prise des décisions. Ensuite pour ne pas avoir des conflits
unitiles entre les conseillers généraux et les coordinateurs régionaux, nous recom-
mandons le bon sens à tout le monde, que chacun sache ce qu’il est sensé de faire et
que le supérieur général précise davantage le rôle de chacun.

Défi 7. Notre engagement dans l’église locale.

Notre engagement dans l’église locale devrait être fait dans un esprit de réciprocité
pour ne pas nous faire utiliser et profiter. Nous devons montrer aux diocèses que
nous avons aussi des difficultés financières et matérielles.

Défi 8. La reddition des comptes.

Bien que nous n’avons pas beaucoup de choses à dire en ce qui concerne ce défi,
nous insisterons assez sur la nécessité de savoir rendre compte pas seulement de fi-
nances, mais aussi de tout ce que nous faisons et aussi d’exprimer que nous sentons
le besoin d’être accompagné.

Défi 9. Ouverture d’esprit par rapport aux questions sociales.

Nous reconnaissons que la congrégation emploie beaucoup de moyens pour la


formation spirituelle des frères, cependant nous encourageons pour la formation
intégrale des frères. Cette formation intégrale va permettre aux frères de mettre à
jour leurs compétences autres que spirituelles et aussi de s’adapter aux conditions
exigées par les ministères dans lesquels ils sont engagés.

Défi 10. Stimuler le caractère unique de chaque frere.

Un défi important que nous encourageons. Beaucoup d’éléments concernant ce


défi sont partagés en beaucoup d’autres défis.

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 109


Défi 11. Comment soutenir et guider les frères dans leurs désirs.

Ce défi, nous l’abordons sous deux aspects : communautaire et individuel.

A) La communauté devient un défi pour chaque congrégation. Ce qu’il faut en-


courager dans nos communautés c’est le partage. Il faut éviter de confier nos prob-
lèmes aux gens de l’extérieur de la communauté. Nous devons également partager
équitablement les responsabilités entre tous les membres de notre institut afin
d’éviter que d’autres frères puissent vivre dans la stagnation.

B) Sur le plan individuel, nous devons soutenir les frères dans leurs désirs et éviter
de décourager les bonnes volontés. Nous devons nous intéresser à ce que chaque
frere fait, améliorer les relations entre les frères et les dirigeants. Nous devons bien
maîtriser les procédures à adopter et éviter d’avoir des attitudes qui découragent et
manifestent parfois notre mauvaise foi.

Défi 12. Contribution des frères américains.

D’abord nous devons être reconnaissants envers tout ce que les frères américains
ont fait. Cependant leur mission n’est pas encore terminée, nous les encourageons
à assurer encore leur contribution en étant plus présent dans nos communautés,
à nous apprendre à faire des décisions ensemble et non individuellement. Nous
souhaitons également qu’au cas où la vente d’une propriété en Amérique soit envis-
agée, que tous les frères de la congrégation soient consultés.

Défi 13. Leadership partage.

Il est difficile de trouver des leaders qui remplissent tous les critères, c’est pourquoi
nous éviterons d’être très rigides au risque de faire que ces critères deviennent des
obstacles pour trouver des leaders disponibles.

Defi 14. Initier des œuvres de subsistance.

• nous devons être exigeants en confiant les œuvres de subsistance aux personnes
compétentes et disponibles.

• nous devons lutter pour que nos pays puissent avoir des structures politiques et
économiques viables étant donné que celles que nous avons actuellement sont la
cause de notre misère.

• nous devons encourager les œuvres tant communautaires que régionales.

• nous devons éviter que toutes nos actions soient gratuites surtout en Haïti.

110 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


COMMUNAUTÉ MISSIONNAIRE INTERNATIONALE
Nous frères de Haïti proposons que la communauté missionnaire internationale
souhaitée soit en même temps la future maison généralice et qu’elle soit installée en
belgique pour des raisons suivantes :

1. Donner vie à cette région belge en voie de disparition.

2. Étant la région de fondation, elle permettra les frères de visiter de temps en


temps les lieux de fondation.

3. C’est un endroit central pour faciliter les liaisons avec les régions.

4. C’est facile d’obtenir les visas de la belgique tant au Congo qu’au Kenya.

2. Qualités dont la nouvelle équipe aura besoin.

• un homme spirituel : régulier aux exercices spirituels tant en communautés


qu’en régions et capable d’initier les autres membres sur le charisme de notre
institut.

• une personne ayant le sens de responsabilité, soucieuse de la bonne marche de la


congrégation, conservatrice et défenseuse du patrimoine tant spirituel et matéri-
el afin que l’histoire de la congrégation ne soit pas effacée.

• un bilengue et soucieux de sa propre formation pour palier à certaines insuffi-


sances.

• un dirigeant ayant une bonne santé physique et mentale qui permettra nos di-
rigeants d’être en mouvement.

• un homme compatissant, capable de guérir les blessures des frères et préoccupe


de leur croissance personnelle tant spirituelle, morale et professionnelle.

• un manager qui maîtrise les normes ( règles ) de l’administration et de la ges-


tion, capable de bien remplir lui même les tâches qui lui sont confiées afin d’in-
spirer confiance.

• collaborateur qui accorde une grande importance à l’aide des autres en sachant
qu’il peut se tromper et commettre des erreurs.

• une personne communicative qui a un esprit d’initiative, qui a le sens d’écoute,


capable de travailler en équipe et sous pression, exemplaire dans sa communauté
et sa région,qui jouit de la bonne réputation des frères.

^ Retournez à le sommaire ^ Core Teams | 111


• un homme prévoyant qui sait tirer les conséquences sur les actes qu’il pose, qui
favorise le caractère unique de chaque frere en profitant de la formation spécial-
isée en faveur des performances des ministères spécifiques des frères.

Cette liste n’est pas exhaustive, nous avons seulement choisi les critères qui nous
paraissent importants. En plus, nous savons qu’il sera difficile de trouver des frères
capables de remplir tous les criteres. C’est pourquoi nous insistons sur le travail en
équipe à tous les niveaux, les lacunes d’un frere seront compensées par les capacités
des autres.

3. Identification des frères.

Nous, frères xaveriens, vivant et exerçant nos ministères en Haïti, selon les expéri-
ences vécues dans le passé, bien que limitées pour nous seulement à la région con-
golaise, nous recommandons à nos dirigeants et au comité préparatoire au chapitre
général de ne pas procéder à l’identification des frères qui feront parti du leader-
ship futur de notre congrégation. Nous faisons cette proposition pour des raisons
suivantes :

• d’abord l’annonce de cette idée risque de nous entraîner dans une campagne
précoce avec des accointances sentimentales qui risquent de nous détruire au
lieu de nous aider à bien servir notre congrégation.

• ensuite en ce qui concerne particulièrement le Congo, notre constat est que l’on
a souvent élu des leaders qu’on contestera après. La raison est que la sélection de
ces leaders a été faite selon les critères sans objectivité.

Nous souhaitons qu’en tout ce que nous faisons et disons, le bien de la congréga-
tion soit privilégié au lieu de nos intérêts personnels.

Nos salutations fraternelles.

Les frères de Haïti.

112 | Core Teams ^ Retournez à le sommaire ^


CHAPTER PLANNING COMMITTEE

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Planning Committee | 113


COMMUNICATIONS AND REPORTS

Coordinators: John Hamilton and Chris Irr


Members: John Collins, Bernard Jumah (June 2018 - November 2018) Joseph Kibambe (June 2018),
Crispin Kibao (November 2018 - present), Serge Lumbala (November 2018 - present), Joseph Mbithi
(January 2019 - present), Vital Mwenge, Fr. Philippe Nzoimbengene, SJ (November 2018 - present), Peter
Wanga (resigned March 2019).

Transformation Newsletter | Volume I, No. 3 | July 2018

Chapter Planning Committee Meeting, June 18-20, 2018

TLe comité de planification du 28e chapitre général s’est réuni à Casa Bonus Pastor
à Rome du 18 au 20 juin. Les membres du comité de planification du chapitre sont:
Les frères Vital Mwenge et Joseph Kibambe du Congo, les frères Bernard Jumah et
Peter Wanga du Kenya et le frère John Collins des États-Unis. Les confrères John
Hamilton et Chris Irr sont les coordinateurs du comité.

La première journée de la réunion a été consacrée à une réflexion personnelle et


partagée sur l’histoire évangélique du jeune homme riche. Une grande partie de la
réflexion et du partage a porté sur la question de savoir comment nous entendons
l’appel de Jésus à nous en ce moment de notre vie et de la vie de la Congrégation.
Nous avons réalisé que pour entendre l’appel ensemble, nous devions améliorer no-
tre capacité d’ouverture, d’écoute et de partage. Une partie de cette ouverture ex-
ige que nous apprenions comment mieux laisser les choses qui nous empêchent de
répondre plus pleinement au nouvel appel de Jésus en ce moment. Deux questions
directes se sont posées: le Christ vit-il en nous si nous ne pouvons pas vivre ensemble
à l’international? Nos ministères sont-ils parfois des obstacles à notre poursuite plus
profonde du Christ?

L’appel à un partage plus approfondi entre frères nous demandera la création d’une
«culture de confiance». Cela implique de reconnaître combien il est difficile pour
chacun d’entre nous d’exprimer ce qui est le plus important pour nous et de crain-
dre comment elle sera reçue. . Cela exigera également de nous que nous apprenions
mieux à garder la confiance lorsque les gens nous font confiance avec certains aspects
de leur vie.

Tout cela suggère un mouvement dans notre Congrégation de hiérarchie à leader-


ship partage. Nous devons travailler en collaboration pour créer des espaces, des
structures, des processus, et anti-structures qui encouragent le mouvement vers un

114 | Chapter Planning Committee ^ Retournez à le sommaire ^


leadership et une responsabilité partagés entre tous les frères, et ne constituent pas et
ne modifient pas une structure hiérarchique qui crée la tendance opposée à la dére-
sponsabilisation et à l’impuissance parmi les frères. Nous créons un espace les uns
pour les autres en apprenant à nous vider.

La clé de ce chapitre et au-delà est que les voix des frères doivent être entendues et
assisté à. Le contexte dans lequel nous devons travailler comprend l’Évangile, les
principes fondamentaux et les écrits du fondateur.

Le deuxième jour, le comité a scindé les dyades et a réfléchi ensemble à l’expérience


hypothétique: si vous étiez les deux derniers frères Xaverian, que feriez-vous? Les
membres ont vécu cela comme un exercice très important et stimulant. À partir des
résultats de chaque dyade, le comité a formulé une liste d’apprentissage qui serait
soumise à l’équipe d’intégration en tant que contenu du processus global de prépa-
ration du 28e Chapitre général.

Leçons

1. Nous devons travailler en collaboration et avec discernement. Cela exige un


engagement en temps et en énergie.

2. Les structures hiérarchiques peuvent entraîner une perte d’autonomie. De


nouveaux modes de vie en commun doivent nous rendre plus autonomes et
nous appeler à l’initiative, à l’engagement et à la responsabilité. (Leadership
fraternel partagé)

3. Consultation >>> Collaboration (Administrateur vs. Leader ?).

4. Aller courageusement vers l’extérieur.

5. Etablir des relations et apprendre à se connaître plus profondément, à l’échelle


internationale et à travers tous les âges, a un vrai sens.

6. Nous devons apprendre du passé, qui nous montre que lorsque nous n’aban-
donnons pas, la vie est possible même en temps de crise ou avec des ressources
limitées, et dans la vieillesse. Nécessité d’une rencontre entre jeunes et moins
jeunes.

7. L’étude et le partage de l’histoire de la Congrégation nourrissent notre présent


et notre avenir. Nous devons regarder l’avenir avec espoir. Nous pouvons ap-

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Planning Committee | 115


prendre des erreurs du passé. Nous pouvons aussi apprendre d’autres congré-
gations religieuses et d’autres ressources. Référence : vision de Ryken - Évan-
gile - Constitution (Principes fondamentaux + Statuts).

8. TIl y a des points de vue différents (divergents ?) sur la façon dont nous essay-
ons d’incarner le charisme aujourd’hui et dans le futur. Nous ferons face à des
difficultés à ce sujet au fur et à mesure que nous avancerons dans le Chapitre.

9. La rigidité dans le moment présent n’est pas encouragée. Acceptez que des
changements se profilent. Nos ministères nous empêchent-ils de suivre le
Christ plus profondément ?

10. Sauvegarder nos missions actuelles en étant enracinés, avec dynamisme,


dans notre passé et ouverts aux besoins changeants du monde. Nous adapter-
ons-nous à n’importe quel prix, ou serons-nous fidèles aux racines très pro-
fondes de notre origine ?

11. Nous devons être prêts à expérimenter de nouvelles possibilités de mission et


d’autres moyens. Nous avons besoin de plus d’une semence pour faire avancer
la vie de la Congrégation.

12. Développer une culture de confiance : Ouverture - Écoute - Partage

13. Reconnexion à notre engagement en tant que Frère Xavérien

Le Comité a ensuite abordé la question de savoir comment appliquer ces leçons à la


Chapitre général et sa préparation dans toute la Congrégation.

Notre partage par congrégation devrait refléter notre sentiment d’être une fraternité
qui découvre sa direction pour un avenir auquel tout le monde participe et pour le-
quel tout le monde partage la responsabilité.

Ces leçons devraient informer notre façon de travailler et dans quel contexte nous
travaillons. Qui serait capable de faire ça?

Les leçons doivent être utilisés comme base de réflexion personnelle dans toutes les
régions de la Congrégation. Espérons que cela va commencer à nous amener tous
plus en harmonie avec l’approche partagée et collaborative.

Toutes les idées et les pensées des frères doivent être mises à profit, une véritable di-

116 | Chapter Planning Committee ^ Retournez à le sommaire ^


versité de pensées.

Il doit y avoir des exemples vivants et puissants de ces leçons dans nos vies actuelles.

On s’inquiète du fait que lorsque ces leçons sont renvoyés dans les régions, le sen-
timent de “Un village” sera perdu. Comment prenons-nous en compte à la fois les
différences dans chaque région et la vérité plus profonde de notre unité en tant que
congrégation?

Le comité a ensuite discuté de la sélection des membres pour le chapitre. Il a préparé


un «Bref» de ses réflexions à présenter au sous-comité pour l’adhésion au chapitre
de l’équipe d’intégration. Une des principales préoccupations du Comité était que le
prochain Chapitre soit considéré comme une partie du processus de transformation,
un «moment dans le processus», et ne mène pas sa propre vie en dehors du processus
à l’échelle de la Congrégation.

La prochaine réunion du Comité est prévue à Nairobi du 12 au 16 novembre 2018.


_____________

Chapter Planning Committee Report from their November 2018 Meeting


Originally included in February 15, 2019 Transformation Newsletter »

Défis CPC, introduction et résumé

Nos Principes fondamentaux nous exhortent à “Etudier et réfléchir aussi sur l’histoire de la con-
grégation, car cette histoire est l’expression actuelle et le développement vivant du charisme de ton Fondateur.
Tu y découvriras les voies mystérieuses de Dieu dans le cycle de mort et de renaissance, qui a marqué la vie de
la congrégation. … Pendant que tu réfléchis, en prière, sur le passé, que tu jauges le présent, et que tu prépares
l’avenir avec tes frères, veuille donc tenir compte de cette histoire et de ce service apostolique (d’éducation
chrétienne). Mais, comme Rijken, sois aussi ouvert aux nécessités de l’Eglise et du monde, et sois prêt à suivre le
Christ là où Il te conduit.” Comme le Comité de planification du Chapitre étudie, réfléchit
et prie de la sorte, il entend l’Eglise et le monde en appeler à l’aspect fondamental de
notre charisme qui nous exhorte à être proches des pauvres.

En priant Jésus d’être envoyés là où il nous veut actuellement, le Comité ressent un


appel au renouveau et à la refondation, en prenant les mesures concrètes qui re-
structureront notre vie et notre travail conformément à la vocation qui est à la base
de notre fondation et qui est d’être là pour les pauvres et parmi eux. Il faudra dès
lors se détacher des œuvres et des modes de vie que nous avons développés qui nous

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Planning Committee | 117


éloignent des pauvres, tout comme une ouverture d’esprit et du cœur pour répondre
comme nous le pouvons aux besoins de l’église locale et universelle et du monde.

Cela exigera une implication plus immédiate dans la vie et les besoins de l’église lo-
cale. Cela exige que nous soyons en syntonie avec les dons uniques de nos membres
et nécessite la volonté de répondre par ces dons à ce dont le monde a le plus besoin
de nous. Faire cela parmi les pauvres soulignera notre propre pauvreté, notre beso-
in de nous supporter les uns les autres dans nos faiblesses et de nous encourager et
nous soutenir mutuellement. Cela nous permettra de mieux comprendre que nous
ne pouvons répondre que en tant que communauté. Nous devons vivre ensemble en
pauvreté commune et partagée pour pouvoir ainsi subsister comme les pauvres parmi
lesquels nous vivons. Dans ce sens, la communauté est à la fois locale et congréga-
tionnelle.

Nous participons à la mission du Christ en tant que confrérie religieuse unique en


accord avec notre charisme unique pour la vie et le service. Nous devons exercer no-
tre mission avec le zèle pour les âmes et l’imagination courageuse de Saint François
Xavier. Nous sommes conscients du fait que cette refondation dans le service aux
pauvres doit tenir compte de façon réalist¬e des grandes différences d’âge, de santé
et de nombres dans la Congrégation. C’est pourquoi ceci doit être avant tout la vie et
l’œuvre d’une congrégation unie. Cette diversité d’âge, d’expérience, de santé et de
stabilité financière indique comment il est important que nous reconnaissions notre
vie et notre mission partagées en tant que congrégation.

Le discernement de cette vie renouvelée de mission auprès des pauvres exigera de


nous que nous nous appropriions toujours plus pleinement l’appel de l’article 46 de
nos Constitutions.

Unis comme des frères en une seule congrégation, nous sommes tous égaux
devant Dieu qui distribue charismes et ministères au service de l’Eglise et de
sa mission. Un bon gouvernement dans la congrégation requiert une col-
laboration et une participation à tous les niveaux. Tous les frères sont core-
sponsables de la vie et des œuvres de la congrégation.

Le processus de transformation que nous avons entamé doit se poursuivre pour per-
mettre à chaque frère d’exercer cette responsabilité. Les structures de gouvernance
de la Congrégation doivent dès lors chercher à répondre à deux défis principaux :
(1) stimuler et approfondir les processus qui favorisent la croissance de la congréga-

118 | Chapter Planning Committee ^ Retournez à le sommaire ^


tion en amitié et amour fraternel, leadership partagé, discernement, et orientation ; (2)
concentrer et stimuler la mission de la Congrégation qui consiste à servir et à vivre
parmi les pauvres et les marginalisés du monde. En réponse à ces défis, le Comité
propose une structure de leadership congrégationnel qui sera elle-même une équi-
pe internationale collégiale et collaborative. En vivant ensemble et en formant une
communauté intentionnelle, cette équipe aura une expérience directe des difficultés
et des possibilités d’une communauté interculturelle et disposera du temps néces-
saire ensemble pour stimuler le discernement continu de notre compréhension en
évolution constante du sens de la mission et du leadership partagé. Par son caractère
international et sa mobilité elle pourra être présente et à l’écoute des régions et des
communautés de la Congrégation.

Défis mis en exergue par le CPC


Ces défis découlent d’une session de remue-méninges. Conf. notes en annexe »

1. Identité charismatique de la Congrégation


2. Proximité des pauvres
3. Article 46 des Constitutions
4. Impliquer toute la Congrégation (toutes les régions) dans la recherche des
solutions pour sauver une œuvre en voie de disparition.
5. Coordination en toute confiance au sein du leadership régional.
6. Avons-nous besoin les uns des autres pour la croissance de la Congrégation ?
7. Notre engagement dans l’église locale et ses besoins.
8. La reddition de comptes et la communication parmi les frères dans la région
et envers l’ensemble de la Congrégation.
9. Ouverture d’esprit par rapport aux questions sociales (comprendre les réal-
ités actuelles)
10. Stimuler le caractère unique de chaque membre.
11. Comment soutenir les frères dans leurs désirs. (Comment guider les frères
dans leurs désirs.)
12. Contribution des frères américains à la Congrégation
13. Qu’est-ce qui nous empêche de nous engager dans le leadership partagé ?

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Planning Committee | 119


14. Initier des œuvres de subsistance dans les régions.
Défis organisés par thème
• Identité charismatique de la Congrégation (1)
• Proximité des pauvres (2)
o Notre engagement dans l’église locale et ses besoins (7)
o Ouverture d’esprit par rapport aux questions sociales (comprendre les
réalités actuelles) (9)
o Initier des œuvres de subsistance dans les régions (14)
•• Article 46 (3)
o Avons-nous besoin les uns des autres pour la croissance de la Congré-
gation ? (6)
o Stimuler le caractère unique de chaque membre (10)
o Comment soutenir/guider les frères dans leurs désirs ? (11)
o Impliquer toute la Congrégation (toutes les régions) dans la recherche
de solutions pour sauver une œuvre en voie de disparition (4)
o Contribution des frères américains à la Congrégation (12);
o Qu’est-ce qui nous empêche de nous engager dans le leadership part-
agé ? (13)
 Coordination en toute confiance au sein du leadership régional
(5)
 La reddition de comptes et la communication parmi les frères
dans la région et envers l’ensemble de la Congrégation (8)

Proposition d’un modèle de leadership congrégationnel

[Le texte en rouge ci-dessous indique les modifications apportées à la proposition lors de la réunion du CPC
de mars 2019.]

Pour nous, le leadership général a pour mission d’accompagner les régions et les
frères dans leur croissance et leur développement - surtout sur le plan spirituel -
dans leur appropriation du charisme et dans l’application des directives du Chapitre
général. Mais il supervise aussi la gestion de la congrégation au niveau canonique
tout comme la gestion des biens, les missions, les apostolats et les questions de per-
sonnel. Il doit y avoir une relation dynamique entre le Conseil général, l’équipe
d’intégration et les équipes de base.

120 | Chapter Planning Committee ^ Retournez à le sommaire ^


Il serait très utile que les Conseillers généraux se rendent assez régulièrement dans
d’autres régions pour écouter les frères et pour les aider, les encourager et les édifier
dans leurs efforts personnels et régionaux.

Nous avons conçu et nous proposons le modèle suivant en ce qui concerne le futur
Leadership congrégationnel :

Les délégués élisent pendant le Chapitre général le supérieur général et quatre con-
seillers. On désignera le premier des quatre conseillers comme Vicaire. Il faut veiller
à maintenir une représentation régionale équilibrée, avec au moins un conseiller de
chaque région.

• L’équipe de 5 Frères constituant le Conseil général se développera à Baltimore


en formant une communauté internationale et un groupe collaboratif de tra-
vail.

• Cette communauté devra quitter Baltimore un an après son entrée en fonction


pour s’installer dans un autre pays, facilement accessible depuis toutes les ré-
gions de la Congrégation ;

L’administration, elle, restera encore à Baltimore, compte tenu des collaborateurs


laïcs qui travaillent avec nous, mais aussi pour continuer la recherche de fonds pour
les missions ;

La collaboration étroite doit exister entre les bureaux administratifs et le bureau du


Conseil Général.

Au moins deux Frères africains seront affectés au bureau administratif à Baltimore


où plusieurs possibilités de travail s’offrent à eux : implication dans les finances
générales, la recherche et la collecte de fonds, le ministère pastoral auprès de Frères
américains âgés, la gestion des actifs américains, le travail avec le bureau XBSS.

Proposition pour la préparation du Chapitre entre février et juillet

1) Nous soumettrons le travail du Comité de planification du Chapitre (CPC) lors


de la réunion de l’Equipe d’intégration de janvier pour considération, réaction
et ajustement.
2) Le travail de l’équipe d’intégration (de janvier) sera ensuite soumis à nouveau aux
équipes de base régionales qui demanderont aux frères de réfléchir au contenu

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Planning Committee | 121


et d’y travailler avant de faire part de leurs réactions au CPC. Les équipes de base
devront créer des processus dans chaque région afin de faire participer l’ensemble
des frères.
3) Les frères de la région devront transmettre leur feedback au CPC avant le 25 mars
2019. Les propositions peuvent alors être peaufinées lors de la réunion du CPC
qui se tiendra du 29 mars au 2 avril 2019.
4) L’équipe de base de chaque région concevra un processus par lequel tous les Frères
devront :
a) Ratifier les Défis auxquels la nouvelle équipe de leadership devra faire face
ainsi que
b) Les qualités/capacités dont la nouvelle équipe de leadership aura besoin.
c) Les frères de la région, organisés par l’équipe de base, identifieront ensuite les
frères de la réunion qui possèdent selon eux ces qualités.
d) Un paragraphe décrivant les qualités de la personne concernée devra être
rédigé qui comprenne à la fois les qualités qui rendent le frère apte à la tâche
et au moins une de ses limitations.
5) Ces paragraphes descriptifs doivent être soumis au CPC au plus tard le 15 mai
2019.
a) Le CPC demandera ensuite aux frères dont le nom aura été soumis de rédiger
un paragraphe expliquant pourquoi il estime lui-même être un bon candidat,
comme l’estiment manifestement ses frère.
b) Le CPC préparera ensuite ces noms et ces descriptions à l’usage des délégués
au Chapitre au moment de la désignation du Supérieur et du Conseil général.
i) Remarque : Il s’agit d’un simple avis de la communauté aux délégués au Chapitre ; il est bien en-
tendu que le Chapitre et ses délégués ont leurs propres prérogatives pour désigner des gens qui ne
sont pas repris dans les recommandations des régions.

Le rapport original comportait une annexe qui a été omise ici en raison de sa longueur. L’annexe contenait des
notes tirées de la conversation autour des défis, mentionnées ci-dessus. Voir la communication originale en
cliquant ici »

_____________

Report from the March 2019 Chapter Planning Meeting


Voir le rapport complet ici : xavb.ro/2QyovnI

122 | Chapter Planning Committee ^ Retournez à le sommaire ^


Une grande partie de ce qui est dans le rapport a été réimprimée dans d’autres par-
ties de ce livret (par exemple, le programme Chater, la liste des délégués, de petits
groupes, etc.), nous avons donc choisi d’imprimer ici seulement quelques parties du
rapport.

III. Seven sharing-groups and three Preliminary-committees

Tout au début du Chapitre, deux types de groupes seront constitués pour porter et
inspirer le cheminement intérieur (prière) et réflexif (conversation) du Chapitre :
sept groupes-de-partage et trois Commissions-préliminaires. Méthodologie: Les
sept groupes-de-partage et les trois Commissions- préliminaires fonctionnent de
manière indépendante, dans une écoute commune (c.-à-d. fraternelle, collégiale et
ouverte) et constante de l’Esprit-Saint, et dans la compréhension approfondie du
processus de transformation, dont le chapitre se veut un moment décisif et une étape
importante.

A garder à l’esprit : Le chapitre n’est qu’un moment sur le chemin de la transforma-


tion engagée par et dans toute la Congrégation. En effet, le but primordial, pour ce
Chapitre, c’est, d’une part, de comprendre les besoins de nos frères et sœurs en hu-
manité et d’écouter attentivement leur appel à notre charisme aujourd’hui ; et, d’au-
tre part, susciter l’engagement de toute la Congrégation et de chaque Frère à réponde
à ces besoins et à cet appel, tels qu’identifiés par les Frères eux-mêmes..

IV. Three parts in the chapter flow

Trois tâches (activités) vont ponctuer chronologiquement le déroulement du


Chapitre:

Questions d’arrière-fond : Au regard de nos trois défis, quatre questions peuvent


faire l’objet d’un partage.

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Planning Committee | 123


a) La réponse proposée (le contenu et la formulation) est-elle conforme à nos
principes fondamentaux et à nos Constitutions ?

b) La réponse proposée (le contenu et la formulation) est-elle conforme au


langage actuel de l’Église et à l’esprit de l’Évangile ?

c) La réponse proposée (le contenu et la formulation) est-elle adaptée aux


tendances culturelles actuelles de notre monde globalisé et aux besoins de nos
frères et sœurs en humanité (au-delà de nos régionalismes et de nos intérêts
individuels) ?

d) Souhaitez-vous proposer une (un autre type de) réponse supplémentaire à ce


défi ?

124 | Chapter Planning Committee ^ Retournez à le sommaire ^


CHAPTER DIRECTIVES

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 125


DIRECTIVES DE LA 27E CHAPITRE GÉNÉRAL
Enraciné dans notre interprétation du Charisme xavérien, le 27e Chapitre général
affirme les pratiques et directives suivantes quant à la Communauté & la Spiritual-
ité :

• Chacun d’entre nous doit régulièrement méditer à l’interprétation actuelle de


notre charisme et doit régulièrement examiner sa vie personnelle et sa vie en
communauté à la lumière de cette déclaration. Il y va de la responsabilité per-
sonnelle de chacun.

• Chacun de nous est aussi responsable du discernement des exercices spirituels


traditionnels qui nous aideront à grandir dans l’amour de Dieu, du voisin et de
soi-même.

• De même, chaque communauté est responsable du même discernement des


exercices spirituels traditionnels qui l’aideront à être une communauté dy-
namique.

• Chaque frère est encouragé à trouver les pratiques qui nourrissent les disposi-
tions du cœur et de l’esprit qui nous amènent vers une plus grande intimité avec
soi- même, les autres – et particulièrement

• Voici quelques moyens pour « intégrer la prière et la contemplation avec le


développement de l’amitié au sein de la communauté » :

Introduire ou continuer le partage de la foi avec nos Frères et d’autres


personnes qui sont disposées à se faire mutuellement confiance à ce
niveau-là du partage ;

Prévoir chaque jour du temps pour la lecture spirituelle et trou-


ver des moyens de partager le résultat de cette lecture avec nos
Frères, Associés et Collaborateurs ;

Trouver le temps, chaque jour, de nous isoler pour contempler


l’amour que Dieu nous porte et qu’Il porte à nos Frères et au
monde ;

• Nous sommes ainsi encouragés, en tant que Frères en communauté :

À se rencontrer régulièrement pour planifier des activités en commu-


nauté et pour partager notre vie, nos aspirations et notre foi ;

À être attentifs à la façon dont nous prions, célébrons, offrons l’hos-

126 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^


pitalité, utilisons nos ressources et à notre relation avec notre famille ;
etc.

À grandir en responsabilité les uns vis-à-vis des autres, y compris par


un effort de chaque Frère et chaque communauté pour examiner ses
habitudes financières locales à la lumière de notre déclaration sur
le charisme, y compris comment nous vivons notre responsabilité, y
compris financière, dans des domaines comme les budgets, les opéra-
tions bancaires et le reporting financier.

• Nous nous engageons à fournir des programmes de formation et un accompag-


nement spécifiques pour chacun de nos Frères, mais plus particulièrement pour
nos Frères profès temporaires et plus âgés. Le programme de formation initial
des Frères xavériens veillera à imprégner les jeunes xavériens de l’importance du
service aux pauvres et aux marginalisés. L’on s’assurera qu’il y ait une formation
continue active afin de soutenir les Frères dans leur développement spirituel,
théologique et professionnel durant leur ministère.

Enraciné dans notre interprétation du Charisme xavérien, le 27e Chapitre général


affirme les pratiques et directives suivantes quant aux Finances :

• Le Comité financier congrégationnel et le Trésorier général :

Continueront à affiner, à actualiser et à modifier un plan financier à


long terme pour la vie et la mission xavériennes qui servira de contexte
aux budgets annuels ;

Affecteront les recettes en provenance des ventes planifiées de biens


immobiliers aux Etats-Unis et en Angleterre aux fonds investis de la
congrégation plutôt que aux budgets de fonctionnement annuels ;

Continueront à présenter un rapport financier annuel aux membres


qui comprendra notamment des informations sur le plan financier et
les prévisions à long terme..

• Le Service XBSS aux Etats-Unis réajustera la grille des cotisations pour ses ser-
vices et ses programmes en fonction des besoins, pour que ses activités contin-
uent à être financées par les cotisations de sponsoring et sa quote-part des reve-
nus d’investissement annuels du Van Gerwen Trust.

• L’administration générale :

Engagera des services de consultance professionnels afin d’examiner

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 127


des modifications éventuelles dans le fonctionnement, la gestion et les
taux d’occupation de Ryken House comme de Xaverian House et des
alternatives futures pour les membres aux Etats-Unis et en Belgique
lorsque les options actuelles ne seront plus viables ;

Examinera les possibilités de services administratifs partagés futurs


permettant éventuellement de réduire les coûts de fonctionnement du
généralat ;

Maximisera la valeur des propriétés immobilières résidentielles en


Belgique afin d’aider au financement des besoins futurs en Belgique et
dans d’autres régions de la congrégation.

Limitera à l’avenir à un (1) million de dollars US le budget des sub-


sides congrégationnels pour la vie et la mission xavériennes en Afrique
et à Haïti ;

Développera en collaboration avec les dirigeants régionaux des res-


sources aidant à identifier et à développer des relations avec des dona-
teurs tiers pour financer des initiatives apostoliques (p.ex. des ONG,
des fondations, des organisations de solidarité ecclésiastiques, etc.) et
des attentes de financement de nouvelles initiatives (p.ex. des services
payants, des structures d’aide et la collecte de fonds dans le pays lui-
même, l’aide internationale, etc.).

Enraciné dans notre interprétation du Charisme xavérien, le 27e Chapitre général


affirme les pratiques et directives suivantes quant aux Apostolats :

• Puisque c’est par notre vie de témoignage évangélique menée en communauté


que nous répondons à l’appel de l’Esprit à « exprimer l’amour vigilant et com-
patissant de Dieu pour les gens de ce monde » un Frère qui vit son apostolat doit
normalement faire partie d’une communauté de Frères religieux, conformé-
ment à l’appel et à l’esprit de nos statuts quant au choix des conditions de vie et
de l’apostolat.

• Étant donné qu’un Frère ne prend pas sa retraite de la mission ni de l’apostolat,


chacun d’entre nous doit constamment répondre aux besoins actuels du monde
et de l’Eglise et discerner comment il peut au mieux y répondre vu notre âge,
notre état de santé et nos talents.

• Nous proposons la création en Afrique d’une Association pour l’Education


xavérienne afin de stimuler la qualité de l’enseignement et pour garantir que
l’école locale congolaise, kenyane ou soudanaise avec des enseignants xavériens

128 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^


soit imprégnée du charisme xavérien.

• Chaque école ou implantation sociale sponsorisée ou gérée par les Frères


xavériens ou avec du personnel xavérien en Afrique, en Amérique latine et en
Amérique du Sud s’engagera régulièrement en faisant une auto-évaluation à la
lumière du charisme xavérien et en mettant l’accent sur l’éducation religieuse et
l’apostolat auprès des jeunes.

• Avant d’initier une nouvelle œuvre ou un nouveau projet congrégationnel, il


faut garantir :

La durabilité de la vie de prière et du mode de vie de la communauté


xavérienne ;

Que la nouvelle œuvre ou le nouveau projet soit conforme à la voca-


tion de la Congrégation dans son option préférentielle pour les pau-
vres et les marginalisés et pour l’évangélisation des peuples du monde ;

Que la communauté et l’œuvre/le projet ait l’assurance que suffisam-


ment de ressources financières, de personnel et de soutien seront
disponibles pour rendre l’œuvre/le projet auto-suffisant.

• Nous proposons un examen et une évaluation des modèles de Corporate Mem-


ber et XBSS quant à leur efficacité et durabilité futures.

Le 27e Chapitre général confirme que le Programme des Associés (le Xaverian
Brothers Associate Program) est un moyen d’accompagner les autres dans le dével-
oppement d’une vie intégrée de contemplation, de service, et de communication
avec les Frères dans la Voie xavérienne.

• Le 27e Chapitre général embrasse la « Description du Charisme tel qu’il est vécu
par les Associés » comme une expression fidèle de la Voie xavérienne pour ceux
qui ont été appelés à la vie célibataire, mariée ou de prêtre.

• Les membres du 27e Chapitre général recommandent que nos régions afric-
aines au Congo et au Kenya examinent l’établissement de programmes pour les
Associés moyennant des contacts avec et le soutien des Frères africains et de la
direction congrégationnelle. Les aspirations mondiales du Fondateur peuvent
nous encourager à explorer une expansion similaire de cette Association avec des
membres de notre famille xavérienne vivant en Belgique, en Angleterre et dans
d’autres régions missionnaires de la Congrégation.

• Les membres du 27e Chapitre général reconnaissent la responsabilité des Frères

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 129


à se familiariser avec le Programme des Associés et à accueillir les Associés dans
notre vie. Les coordinateurs du Programme fourniront régulièrement des infor-
mations et des ressources aux Frères.

• Les Frères xavérians s’efforcent de servir nos Associés dans leur formation con-
tinue par leur encadrement et en développant avec eux des relations person-
nelles mais aussi en leur fournissant des ressources spirituelles et de formation
découlant de la tradition de la Congrégation. Ces ressources peuvent prendre la
forme de prières et de services, de données historiques, de media audio-visuels,
ainsi que de guides apostoliques, de retraites et de journées de méditation et de
réflexion.

Enraciné dans notre interprétation du Charisme xavérien, le 27e Chapitre général


affirme les pratiques et directives suivantes quant à la Gouvernance :

• Le Supérieur général doit faciliter l’écoute congrégationnelle et sa réponse créa-


tive à la voie de Dieu telle qu’elle est identifiée dans les besoins du monde et de
la situation locale des Frères.

• Le Supérieur général doit stimuler et encourager chaque frère à vivre plus


fidèlement le Charisme dans sa vie et à prendre plus de responsabilités quant à
la vie et la mission de la Congrégation.

• Le Supérieur général doit apporter une présence pastorale appropriée pour tous
les Frères de la Congrégation.

• Le Supérieur général doit exercer l’autorité spirituelle en animant un dialogue


mutuellement formatif et créatif parmi les frères, les associés et les collabora-
teurs.

• Dans la mesure du possible, le style de direction du Supérieur général doit être


collaboratif et multiculturel et doit faire preuve de créativité pour surmonter les
problèmes de langue.

• Le Vicaire sera à même de remplir le rôle du Supérieur général lorsque celui-


ci est absent, malade ou s’il devait décéder. Il doit participer à la direction de la
Congrégation afin d’aider le Supérieur général tout en assumant ses respons-
abilités lorsque cela s’avère nécessaire.

• Le Conseil général doit contrôler la mise en œuvre des pratiques et directives


du Chapitre et doit responsabiliser la direction générale pour qu’elle les stimule
dans l’ensemble de la Congrégation.

130 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^


• Dans la mesure du possible le Conseil général doit se réunir dans les différentes
régions de la Congrégation et doit prendre lors de chaque réunion du temps
pour écouter l’expérience et les idées des frères de la région pour en tenir
compte dans ses décisions.

• Dans la mesure du possible le Conseil général doit être représentatif des dif-
férentes cultures et expériences de la Congrégation.

• Chaque région de la Congrégation devra disposer d’un coordinateur ou d’un


responsable qui aura les responsabilités suivantes :

Réunir les frères de la région pour la prière, la formation continue,


les célébrations ainsi que le discernement régional et congrégationnel
et la détermination de la voie à suivre ;

Être une présence pastorale parmi les Frères de la région ;

Faciliter la communication parmi les membres de la région quant aux


dossiers congrégationnels ;

Représenter l’autorité générale dans les questions personnelles et con-


grégationnelles, tout en maintenant une consultation permanente avec
le Supérieur général.

• Ce coordinateur sera désigné par le Supérieur général après consultation avec


l’ensemble des Frères de la région ; il devra être suffisamment libre d’autres re-
sponsabilités apostoliques pour exercer son rôle d’animateur et d’administrateur
au sein de la région. Il doit disposer des assistants et des conseillers nécessaires
pour assumer ses responsabilités conformément aux besoins de la région. Les
besoins spécifiques de chaque région seront traités conformément à l’article 67
de nos Constitutions, comme déterminé dans les besoins du monde et la situa-
tion locale des Frères.

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 131


DIRECTIVES DE LA 26E CHAPITRE GÉNÉRAL
Document original »

FORMATION À LA MISSION

En tant que Congrégation en mission, nous devons réfléchir à la mission xavérienne


qui s’ouvre à nous et nous demander comment y répondre. C’est pourquoi nous
encourageons les Frères à se réunir en communautés, en groupes intentionnels et
en regions pour réfléchir à et pour discerner notre mission communautaire et pour
formuler notre réponse à celle-ci. Les résultats de ces réunions seront envoyés au
leadership congrégationnel.

Nous demandons qu’une commission internationale soit établie pour continuer à


promouvoir l’étude et l’interprétation de notre vision fondatrice, de notre charisme
et de leurs conséquences durables pour la vie et la mission de la Congrégation. Un
des objectifs de cette commission serait d’offrir une articulation impérieuse de la
vision de Ryken, de son choix de François Xavier comme Saint Patron, et de l’iden-
tité congrégationnelle. Cette formulation devra être utilisée en formation initiale
et continue. De plus, cette articulation inspirera les apostolats des Frères et de leurs
collaborateurs pour répondre aux besoins de l’Eglise et du monde actuel.

Nous sommes aussi invités à continuer à réfléchir au témoignage que nous apportons
en vivant notre mission en communauté.

D’où nous sommes actuellement vers là où nous voulons être

De: une compréhension essentiellement fonctionnelle et axée sur les tâches


qui attache trop de valeur aux catégories et classements, aux rôles et aux
fonctions, au niveau individuel comme celui de la communauté

Vers: une façon de vivre inclusive et fidèle qui épouse la mission de chaque
frère comme une réponse fondamentale à la vocation continuellement
émergeante de sa vie et le sens sans cesse renouvelé et en développement
du charisme de la Congrégation

La directive visant la Définition de la mission implique un glissement d’une image de mis-


sion essentiellement fonctionnelle et axée sur le travail vers une image qui naît de la
vocation unique du frère et de sa participation à la mission xavérienne. Cette ‘mis-
sion’ en est une qui demeure fondamentale et significative au fil du temps et à travers
toutes les évolutions que subissent la vie individuelle et la vie de la communauté. Une
telle définition :

132 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^


• Éliminerait la frontière entre les ‘actifs’ et les ‘retraités’
• Soulignerait la vocation unique de la personne en tant qu’instrument de la
présence de Dieu
• Minimiserait l’importance de compétences professionnelles qui mettent l’ac-
cent sur la gestion, le contrôle, la compétence/concurrence, afin de
• Mettre en exergue l’importance du développement/de la formation person-
nelle, émotionnelle et spirituelle.
• Admettre et affirmer la vérité que notre présence apostolique est enracinée
dans les espaces pauvres, brisés et blessés de notre être.

COMMUNAUTÉ

Nous vivons actuellement, et cela depuis quelque temps, une crise de notre vie com-
munautaire. Il y a, par exemple, peu de communautés dans la Congrégation où les
jeunes frères peuvent être envoyés pour y continuer leur formation à la vie religieuse
xavérienne. Nous demandons avec insistance à la nouvelle administration générale et
à tous les frères de faire de la revitalization de notre vie communautaire une priorité.
Nous devons former des communautés de prière, leurs members devant être plus
présents les uns aux autres; ainsi la Congrégation deviendra la principale source de
vie pour chaque frère.

Nous demandons qu’une task force soit formée pour rechercher d’autres formes d’as-
sociation, y compris le bénévolat, les membres associés et les members temporaires.

D’où nous sommes actuellement vers là où nous voulons être

De: un sentiment de la communauté comme une collection d’individus qui


se réunissent pour accomplir une tâche bien définie et qui devient dès
lors trop individualiste, autonome, débrayée ou superficielle

Vers: une forme de fraternité plus coresponsable, en acceptation mutuelle et


interdépendante telle que reflétée dans les Principes Fondamentaux

La directive Communauté demande de remplacer une trop grande autonomie, isolation


et individualité dans nos relations par une plus grande conscience de la réalité col-
lective et interdépendante de nos vies. Ceci implique qu’on mettrait moins l’accent
sur le ‘Je’ et plus sur nous en tant qu’éléments uniques et indispensables de la vie
d’autres dont nous avons décidé de partager le sort. Une telle évolution dans notre
image nécessiterait

• Que les relations entre nous jouent un rôle nettement plus central dans notre
conscience, nos activités et notre sens des responsabilités

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 133


• Le renouvellement de la pratique de propriété commune et de pauvreté com-
munautaire

• Un mouvement vers une écoute partagée à la recherche de direction, tant au


niveau individuel qu’à celui de la Congrégation

• discernement en communauté d’une identité et d’une raison d’être, qui émerge de


la qualité de notre vie partagée

ATTITUDE CONTEMPLATIVE

Le Chapitre Général rappelle à chaque frère qu’il est impossible de cultiver un regard
contemplatif sans consacrer chaque jour du temps à la prière personnelle et commu-
nautaire, à la méditation, à la lecture spirituelle et à d’autres pratiques, notamment
celles qui se trouvent dans les Statuts de notre Constitution et qui encouragent un
style de vie empreint de plus de prières.

Devenir des hommes de prière signifie aussi que nous permettons au Seigneur de
nous rendre de plus en plus présents et accueillants les uns envers les autres, ainsi
que pour ceux que nous servons et pour le monde qui nous entoure.

D’où nous sommes actuellement vers là où nous voulons être

De: une préoccupation de productivité, d’efficacité et de succès, trop sou-


vent contrôlée par des réactions inconscientes de désir et d’aversion

Vers: des vies plus méditatives en relation avec soi-même, les autres et Dieu,
plus pleinement disponibles et obéissant à la volonté de Dieu pour nous
et pour notre service au monde.

La directive relative à la Méditation contemplative demande que l’on passe d’une image de
la mission centrée sur nos plans, projets et capacités à une qui réalise que le point
central est celui de l’obéissance à la volonté de Dieu qui nous est révélée à tout mo-
ment « dans la voie commune, ordinaire et simple de la vie quotidienne ». Ce glisse-
ment a des conséquences très importantes pour :

• la façon dont nous considérons et utilisons notre temps

• ce que nous considérons comme significatif et important dans notre vie et


celle des autres

• notre ouverture et notre hospitalité vis-à-vis des autres et des personnes,


événements et situations qui dérangent nos plans et projets personnels

134 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^


• notre engagement à ‘être prêts’ en obéissance et au service de la parole de Dieu
et du monde.

APOSTOLAT PARMI LES PAUVRES ET LES MARGINALISÉS

Au cours des douze mois à venir, chaque frère et chaque communauté devront ex-
aminer en prière leur pratique personnelle de pauvreté et de simplicité. Ceci doit
passer par un examen du style de vie, de la propriété commune, de la dépendance, de
la disponibilité et de la responsabilisation vis-à-vis de la communauté ainsi que des
liens et des interactions avec le monde qui nous entoure.

Nous demandons que chaque région géographique de la Congrégation examine et


élabore des stratégies en réponse aux appels suivants :

• Comment chaque institution, chaque communauté et chaque apostolat


répond-il auxbesoins des pauvres et des marginalisés?

• Comment les frères peuvent-ils se sensibiliser aux structures de notre société


qui provoquent et maintiennent la pauvreté?

• Est-ce que notre travail avec les pauvres leur permet de devenir les acteurs de
leur proper développement?

• Plus particulièrement en Afrique, comment transformer un “modèle de


charité” en un modèle “d’autosuffisance et de développement”?

Nous demandons que la Congrégation tout entière identifie une question sociale
particulière et y apporte une solution après avoir entendu toutes les regions géo-
graphiques de la Congrégation.

D’où nous sommes actuellement vers là où nous voulons être

De: le sentiment que nous exerçons notre mission depuis une position de
pouvoir, d’illumination ou de droit (que nous sommes d’une manière ou
d’une autre au centre et nous occupons d’autres qui sont marginalisés)

To: un sens de mission partant de notre expérience humaine commune de


vulnérabilité et de besoin les uns des autres, réalisant ainsi notre ob-
ligation en tant que religieux profès d’être près de et d’exercer notre
mission auprès de ceux qui « sont séparés et coupés, non seulement de
leurs proches mais aussi de leur propre moi ; pour tous ceux qui souf-
frent par privation, négligence et injustice : les pauvres, les faibles et les
opprimés de ce monde. »

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 135


La directive quant à la Mission auprès des pauvres et des marginalisés demande que l’on passe
d’une image de mission qui sert au départ d’une position de pouvoir, de richesse et
de contrôle qui nous place au ‘centre’ et les autres ‘dans la marge’ à une image de mis-
sion qui identifie notre propre pauvreté et notre propre marginalisation d’une façon
telle que nous sachions que notre place réelle est auprès de ceux que le ‘monde’ voit
comme des ‘exclus’. Cette évolution aurait des conséquences pour :

• nos pratiques personnelles et communautaires de pauvreté et de simplicité

• notre besoin en et notre utilisation de ressources monétaires

• notre relation avec les cultures et sociétés qui attachent beaucoup de valeur aux
revenus, à l’abondance et au statut social

• notre ré-examination théorique et pratique des propos de l’Évangile et le vœu


de pauvreté et une simplification de notre vie personnelle, commune et con-
grégationnelle.

CARACTÈRE INTERNATIONAL

Indépendamment de la composition de notre communauté nous sommes appelés


– en tant qu’individus et en tant que congrégation – à adopter d’autres façons de
penser, d’autres façons de nous comprendre, d’autres façons de nous soutenir mutu-
ellement et de nouvelles missions à travers le monde.

Nous demandons que les frères africains soient de plus en plus impliqués dans la di-
rection congrégationnelle et régionale, par exemple dans l’administration générale,
le conseil général, les comités, etc.

Il doit y avoir un effort concerté (y compris une préparation, une facilitation et une
animation adéquates) pour créer des communautés réellement intentionnelles et
multiculturelles à travers la Congrégation.

D’où nous sommes actuellement vers là où nous voulons être

De: une image de la Congrégation, de ses structures et de ses pratiques-


dominée par la culture et les interprétations culturelles de chaque mem-
bre

Vers: une image centrée sur la mission et des structures congrégationnelles


qui reflètent la richesse et les possibilités de notre diversité culturelle et
qui est fondée dans le caractère commun d’une culture de vie religieuse
telle que vécue dans le charisme et la tradition xavériens.

136 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^


La directive pour le Caractère international demande que l’on passe d’une image de la
mission qui prend forme essentiellement sur base de nos propres perspectives cul-
turelles et nationales à une image informée par une prise de conscience, une sensi-
bilité et une appréciation accrue vis-à-vis d’autres expériences et vécus culturels qui
existent parmi nous en tant que frères et parmi ceux auprès desquels nous sommes
appelés à vivre notre apostolat. Ce changement aurait des conséquences pour :

• notre auto compréhension et notre gouvernance en tant que Congrégation

• notre façon d’être présents et réceptifs aux personnes appartenant à d’autres


traditions culturelles, religieuses et formatives

• de sérieux efforts pour évaluer et mettre en œuvre dans notre vie de tous les
jours les éléments communs et fondamentaux de nos traditions congrégation-
nelles

• l’appréciation de nos traditions culturelles, nationales et linguistiques dif-


férentes

• la transcendance de ces traditions dans un environnement partagé

DISCERNEMENT DE L’AVENIR

La nouvelle direction congrégationnelle continuera à évaluer les structures actuelles


du gouvernement afin d’améliorer la collaboration et la coresponsabilité parmi tous
les membres de la congrégation.

• Quels sont les principaux obstacles au discernement personnel et congréga-


tionnel ?

• Comment la structure de gouvernement de ces douze dernières années nous


a-t-elle aidés à jeter « un long regard rempli d’amour sur le réel» ?

• Comment promouvoir le discernement qui mène à une vision plus claire et à


une capacité accrue « d’être prêts » à suivre une nouvelle direction ?

• De quelles structures régionales et/ou géographiques avons-nous

• besoin pour donner l’occasion à tous les frères de participer au discernement


de cette direction ?

D’où nous sommes actuellement vers là où nous voulons être

De: un modèle d’organisations hiérarchique au sein duquel l’autorité est

^ Retournez à le sommaire ^ Chapter Directives | 137


perçue comme appartenant exclusivement aux dirigeants, débouchant
sur différents degrés de passivité, de résistance ou d’évasion de respons-
abilité pour l’ensemble de la part de certains membres

Vers: une relation mutuelle engageante et collaboratrice qui stimule le di-


alogue, le discernement en communauté et un sens de responsabilité
partagée pour la mission et la voie empruntée par la Congrégation

La directive pour le Discernement de décisions demande de passer d’une image d’obéis-


sance hiérarchique, passive et souvent imprégnée de résistance à une situation où
l’on voit l’obéissance comme un acte profond d’écoute de la volonté et de la voie de
Dieu au sein d’une communauté engagée et collaborative. Cette évolution exigera :

• un engagement renouvelé de chaque frère vis-à-vis de chaque autre membre


de la Congrégation

• un sens actif de responsabilité personnelle pour la vie et la mission de la Con-


grégation

• le développement de structures appropriées à travers toute la Congrégation


qui stimulent un dialogue profond et un discernement communautaire pro-
fond qui permet une prise de décision partagée et qui rend possible de déter-
miner ensemble la voie à suivre

• une direction animatrice ou transformative qui considère que sa tâche princi-


pale est de promouvoir l’engagement, la collaboration, l’inter responsabilité
et le dialogue parmi les membres de la Congrégation.

138 | Chapter Directives ^ Retournez à le sommaire ^