Vous êtes sur la page 1sur 2

 

LA POLITIQUE ENERGETIQUE DE LA FRANCE  
 
Depuis environ 30 ans, le contexte énergétique mondial  à beaucoup évolué suite au 

progrès technique, à l’attention portée à l’environnement, aux réorganisations du marché de 

l’énergie…   

Dans un premier temps je détaillerai les mesures mises en place suite à la fixation des 

différents axes de la politique énergétique française, puis je distinguerai les enjeux économiques 

et sociaux de cette même politique et enfin, je définirai les limites d’un politique exclusivement 

nationale.  

Est­ce une bonne solution d’adopter une politique énergétique exclusivement nationale ? 
La France à su faire face aux fluctuations du marché énergétique mondial grâce à une 

politique énergétique toujours fondée autours de quatre axes fondamentaux que l’on retrouve 

dans la loi de programme du 13 juillet 2005. Celle­ci garantie :  

­ La sécurité d’approvisionnement pour conserver l’indépendance énergétique nationale 
­ Un prix compétitif de l’énergie 
­ La préservation de la santé humaine et de l’environnement  
­ L’accès de tous à l’énergie 
Le gouvernement français, pour respecter ses engagements, à mis en place des mesures 

qui prévoient dans un premier temps de réduire les émissions de gaz à effet de serre puis dans un 

second temps à taxer les « pollueurs » et enfin de conserver son indépendance énergétique. 

En effet, en 2005, la France s’est engagée à diviser par quatre ses émissions de gaz à effet 

de serre avant 2050 dans le but de ne pas dépasser le seuil de 2°C de réchauffement climatique. 

Le pays a déjà réussi à atteindre un de ses objectif qui consistait à maintenir ses émissions de 

GES à leur niveau de 1990 sur la période de 2008 à 2012 et prévoit de les réduire de 17 à 25 % 

d’ici 2020 dans le cadre du paquet climat­énergie de l’U.E.  
 
 

Nicolas Sarkozy souhaite aussi instaurer deux taxes carbones. La première  aux frontière 

de l’Union Européenne, devront la payer, les pays « responsables » du changement climatique 

souhaitant faire entrer leurs produits sur le territoire.  La deuxième, pénalisant les ménages et les 

entreprises qui consomment des énergies fortement polluantes. Dans les deux cas, la France fait 

face à des refus de la part des autres pays membres et du parti politique de gauche.  

Afin de consolider son indépendance, la France à lancer la construction de deux 

nouveaux réacteurs nucléaire de nouvelle génération répondant ainsi aux principes de sa 

politique énergétique cité plus haut en produisant 90 %  de l’électricité. Non sans jalouser nos 

voisins européens qui dépendent principalement des gazoducs de Gazprom qui pensent 

sérieusement à adopter la stratégie de l’hexagone.