Vous êtes sur la page 1sur 44

UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE

HOUARI BOUMEDIENNE(1)

FACULTÉ DES MATHÉMATIQUES

DÉPARTEMENT D’ANALYSE

Manuel des solutions aux exercices de


Notes de Cours du module
Analyse Complexe
Par

LAADJ Toufik(2)

Pour

Deuxi`eme ann´ee Licence

Février 2014

(1)
USTHB : Bab Ezzouar Alger, Algérie.
(2)
Page Web : http://perso.usthb.dz/˜tlaadj/
Table des matières

Table des matières ii

0 Les nombres complexes 1


Exercice 0.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Exercice 0.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
Exercice 0.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Exercice 0.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Exercice 0.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Exercice 0.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Exercice 0.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

1 Fonctions élémentaires 8
Exercice 1.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Exercice 1.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Exercice 1.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Exercice 1.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Exercice 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Exercice 1.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Exercice 1.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2 Dérivation dans le domaine complexe 14


Exercice 2.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Exercice 2.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Exercice 2.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

i
Table des matières

Exercice 2.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Exercice 2.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3 Intégration dans le domaine complexe 20


Exercice 3.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Exercice 3.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Exercice 3.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Exercice 3.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Exercice 3.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Exercice 3.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

4 Séries infinies, séries de Taylor, séries de Laurent 26


Exercice 4.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Exercice 4.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Exercice 4.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

5 Théorème des résidus 29


Exercice 5.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Exercice 5.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Exercice 5.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Exercice 5.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Exercice 5.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Exercice 5.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Exercice 5.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Exercice 5.8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Exercice 5.9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

ii
C
h a pi
tr
e 0
Les nombres complexes

Sommaire
Exercice 0.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Exercice 0.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

Exercice 0.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

Exercice 0.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

Exercice 0.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Exercice 0.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

Exercice 0.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Exercice 0.1

Soient z = 2 − i, w = 1 + 3i.
z zw
Écrire les nombres complexes suivants sous forme x + iy : a) , b) .
w z+w

Solution.

Pour écrire un quotient de deux nombres complexes sous forme algébrique x + iy, on multiplie
et on divise par le conjugué du dénominateur. Noter que le conjugué de a + ib est a − ib.
z 2−i (2 − i) (1 − 3i) 2 − 6i − i + 3i2 2 − 7i − 3 −1 7
a) = = = 2 = = − i.
w 1 + 3i (1 + 3i) (1 − 3i) 12 − (3i) 1+9 10 10
zw (2 − i) (1 + 3i) 5 + 5i (5 + 5i) (3 − 2i) 25 5
b) = = = = + i.
z+w 2 − i + 1 + 3i 3 + 2i (3 + 2i) (3 − 2i) 13 13

1
0. Les nombres complexes

Exercice 0.2

Trouver le module et l’argument principal des nombres complexes suivants :


a) z = 4 + 3i, b) z = − cos π5 + i sin π5 , c) z = cos θ − i sin θ π < θ < 3π

2
.

Solution.

Le module ou la valeur absolue d’un nombre complexe a + ib est définie par r = |a + ib| =

a2 + b2 . L’argument principale d’un nombre complexe non nul a + ib est l’angle θ ∈ ]−π, π]
a b sin
définie par cos θ = , sin θ = .
r r
√ 0,6 0.64 Rad
2
a) r = |4 + 3i| = 4 + 3 = 5, 2
θ cos
4 3 0,8
cos θ = , sin θ = ,
5 5
alors l’argument principale θ ' 0, 64 Rad.
sin
q 2 2
π π
b) r = − cos 5 + i sin 5 =
− cos π5 + sin π5
sin π
5
q 4π π
= cos2 π5 + sin2 π5 = 1, 5 5
θ
π cos
− cos
 
5 π  π 4π
cos θ = = − cos = cos π − = cos ,
1 5 5 5 − cos π
5
cos π
5

π  
sin 5 π  π  4π
sin θ = = sin = sin π − = sin ,
1 5 5 5
cos θ = − cos π5 = cos 4π5

d’où l’argument principale θ = . sin θ = sin π5 = sin 4π
5
5
c) On note l’argument de z par φ pour ne pas confondre avec θ.
q
sin
r = |cos θ − i sin θ| = (cos θ)2 + (− sin θ)2 φ = 2π − θ
√ − sin θ

= cos2 θ + sin2 θ = 1, φ
θ
cos θ cos
cos φ = = cos θ = cos (−θ) = cos (2π − θ) ,
1 cos θ

− sin θ
sin φ = = − sin θ = sin (−θ) = sin (2π − θ) , θ
1 sin θ

On a ajouté 2π à − θ pour que φ soit dans l’intervalle cos φ = cos θ = cos(2π − θ)


sin φ = − sin θ = sin(2π − θ)
]−π, π] , alors l’argument principale de z est φ = 2π − θ.

2
0. Les nombres complexes

Exercice 0.3

Représenter les ensembles des points suivants dans le plan complexe.


a) {z ∈ C / |z − 3i| ≤ |z − 3|} , b) {z ∈ C / |z − i| < 3} ,
c) {z ∈ C / |z − i| > 3} , d) {z ∈ C / Re z − Im z < 1} .

Solution.

a) Si z = x + iy, l’inégalité |z − 3i| ≤ |z − 3| devient y


alors, en prenant le carré de deux membres
y−x≥0
2 2 2 2
y−x=0
x + (y − 3) ≤ (x − 3) + y ou − 6y ≤ −6x.
x
D’où y − x ≥ 0. L’ensemble |z − 3i| ≤ |z − 3| est
donc la partie dessus de la droite y − x = 0, la droite
y comprise. Dans la figure ci-contre, c’est la partie
hachurée.
y
|z − i| = 3

b) L’ensemble {z ∈ C / |z − i| < 3} est un disque de


|z − i| < 3
centre z0 = i ≡ (0, 1) et de rayon r = 3, le cercle z0 = i

|z − i| = 3 non compris. Voir la figure ci-contre. x i|


3
=

c) L’ensemble {z ∈ C / |z − i| > 3} est l’extérieur du


y
|z

cercle de centre z0 = i ≡ (0, 1) et de rayon r = 3, le |z − i| > 3

z0 = i
cercle non compris. C’est la partie hachurée dans la
x

figure ci-contre.

d) L’ensemble Re z − Im z < 1 s’écrit sous forme y

x − y < 1 ou y − x + 1 > 0. y−x+1≥0


y−x+1=0
C’est la partie dessus de la droite y − x + 1 = 0,
x
la droite non comprise.
Voir la partie hachurée dans la figure ci-contre.

3
0. Les nombres complexes

Exercice 0.4

Résoudre les équations : a) z 3 + 3z 2 + 3z + 3 = 0, b) (z − 1)4 = 1.

Solution.

a) Tout d’abord, on remarque que z 3 + 3z 2 + 3z + 3 = (z + 1)3 + 2, donc notre problème revient


à résoudre l’équation (z + 1)3 = −2. En écrivant −2 sous forme polaire,

(z + 1)3 = 2 {cos (π + 2kπ) + i sin (π + 2kπ)} , k ∈ Z,

alors, d’après la formule de De Moivre,


    
1 π + 2kπ π + 2kπ
z + 1 = 2 3 cos + i sin ,k ∈ Z
3 3

ou     
1 π + 2kπ π + 2kπ
z = 2 cos
3 + i sin − 1, k ∈ Z.
3 3
√ !
1
 π π 1 1 3
Si k = 0, z = z0 = 2 3 cos + i sin − 1 = 23 +i − 1.
3 3 2 2

1 1
Si k = 1, z = z1 = 2 3 (cos π + i sin π) − 1 = −2 3 − 1.
  √ !
1 5π 5π 1 1 3
Si k = 2, z = z2 = 2 cos
3 + i sin − 1 = 23 −i − 1.
3 3 2 2

En considérant k = 3, 4, ... aussi bien que des valeurs négatives −1, −2, ... on retrouve les trois
valeurs de z déjà obtenues. Ce sont donc les seules solutions ou racines de l’équation donnée.
En général, pour les racines n-ièmes, k = 0, 1, ...n − 1, et il y en a n.

b) Sous forme polaire 1 = cos (2kπ) + i sin (2kπ) = (z − 1)4 , k ∈ Z. D’après la formule de De
2kπ 2kπ kπ kπ
Moivre, z − 1 = cos + i sin ou z = 1 + cos + i sin , k = 0, 1, 2, 3.
4 4 2 2

Si k = 0, z = z0 = 1 + cos 0 + i sin 0 = 1 + 1 = 2.

π π
Si k = 1, z = z1 = 1 + cos + i sin = 1 + i.
2 2

Si k = 2, z = z2 = 1 + cos π + i sin π = 1 − 1 = 0.

3π 3π
Si k = 3, z = z3 = 1 + cos + i sin = 1 − i.
2 2
4
0. Les nombres complexes

Exercice 0.5

Donner les nombres complexes suivants sous forme x + iy.


√ 3 √ −5
a) (1 + i)1000 , b) 3 − i −1 + i 3 .

Solution.
√ n π  π o
a) Sous forme polaire 1+i = 2 cos + 2kπ + i sin + 2kπ . En élevant à la puissance
4 4
1000 les deux membres de cette égalité et à l’aide de la formule de De Moivre

√ n 
1000
π   π o
(1 + i)1000 = 2 cos 1000 + 2kπ + i sin 1000 + 2kπ
4 4
√ 1000 
= 2 cos (250π + 2000kπ) + i sin (250π + 2000kπ)

= 2500 (1 + i0) = 2500 .

b) Sous forme polaire


√ n  π   π o
3−i= 2 cos − + 2kπ + i sin − + 2kπ ,
6 6

    
2π 2π
−1 + i 3 = 2 cos + 2kπ + i sin + 2kπ .
3 3

D’après la formule de De Moivre,


√ 3 n  π   π o
3 − i = 23 cos − + 6kπ + i sin − + 6kπ ,
2 2
√ −5
    
−5 10π 10π
−1 + i 3 = 2 cos − − 10kπ + i sin − − 10kπ .
3 3

Si on a deux nombres complexes s’écrivant sous forme polaire z1 = r1 (cos θ1 + i sin θ2 ) et


z2 = r2 (cos θ2 + i sin θ2 ) , alors le produit z1 z2 = r1 r2 {cos (θ1 + θ2 ) + i sin (θ1 + θ2 )} .
On en déduit que

√ √ −5
    
3 3 −5 23π 23π
3 − i −1 + i 3 =2 2 cos − − 4kπ + i sin − − 4kπ
6 6
√ !
 π π  3 1
= 2−2 cos + i sin = 2−2 +i
6 6 2 2

3 1
= + i.
8 8

5
0. Les nombres complexes

Exercice 0.6

1
Calculer i 6 et représenter les résultats dans le plan complexe.

π  π 
Solution. i = cos + 2kπ + i sin + 2kπ k ∈ Z.
2 2
π  π     
1
2
+ 2kπ 2
+ 2kπ π kπ π kπ
i 6 = cos + i sin = cos + + i sin + , k = 0, 1, ...5.
6 6 12 3 12 3
π π
Si k = 0, z = z0 = cos + i sin ' 0.97 + 0.26i.
12 12
π π π π 5π 5π
Si k = 1, z = z1 = cos + + i sin + = cos + i sin ' 0.26 + 0.97i.
12 3 12 3 12 12
    √ √
π 2π π 2π 3π 3π 2 2
Si k = 2, z = z2 = cos + + i sin + = cos + i sin =− + i.
12 3 12 3 4 4 2 2
π  π  13π 13π
Si k = 3, z = z3 = cos + π + i sin + π = cos + i sin ' −0.97 − 0.26i.
12 12 12 12
   
π 4π π 4π 17π 17π
Si k = 4, z = z4 = cos + + i sin + = cos + i sin ' −0.26 −
12 3 12 3 12 12
0.97i.
    √ √
π 5π π 5π 21π 21π 2 2
Si k = 5, z = z5 = cos + +i sin + = cos +i sin = − i.
12 3 12 3 12 12 2 2

Ces racines sont représentées dans la figure ci-dessous. On notera qu’elles sont également
réparties sur le cercle de rayon 1 centré à l’origine.
y
z1 = cos 5π
12
+ i sin 5π
12
z2 = cos 3π
4
+ i sin 3π
4


3π 12 π + i sin π
z0 = cos 12 12
4

z3 = cos 13π
12
+ i sin 13π
12 13π π
12 12
−1 1 x
17π 21π
12 12

z5 = cos 21π
12
+ i sin 21π
12

z4 = cos 17π
12
+ i sin 17π
12

6
0. Les nombres complexes

Exercice 0.7

Calculer les sommes suivantes :


a) sin x + sin 2x + ...... + sin nx, b) cos x + cos 2x + ...... + cos nx.

Solution. Posons Cn = cos x + cos 2x + ...... + cos nx et Sn = sin x + sin 2x + ...... + sin nx. Si
z = cos x + i sin x, alors d’après la formule de De Moivre,

z 2 = cos 2x + i sin 2x, z 3 = cos 3x + i sin 3x, ...z n = cos nx + i sin nx.

Par addition membre à membre de ces formules,

z + z 2 + ... + z n = cos x + i sin x + cos 2x + i sin 2x + ... + cos nx + i sin nx

= Cn + iSn .

Le terme à gauche est la somme de n termes d’une suite géométrique de raison r = z et de


premier terme z. Cette somme peut s’écrire sous la forme

1 − zn z − z n+1
z + z 2 + ... + z n = z = .
1−z 1−z
z − z n+1 z − z n+1
   
Alors Cn = Re et Sn = Im , donc il nous reste à séparer les parties
1−z 1−z
z − z n+1
réelle et imaginaire de .
1−z
Nous avons 1 n+1 n+1 n+1 n n
z − z n+1 (z − z n+1 ) z − 2 z − 2 z 2 z 2 z− 2 − z 2
= 1 =  1  .
1−z (1 − z) z − 2 z− 2 − z 2
1

n n n+1
Puisque z − 2 − z 2 = −2i sin nx n+1 n+1
 
2
et z 2 = cos 2
x + i sin 2
x , alors

−2i sin nx n+1 n+1 nx n+1 nx n+1


    
z − z n+1 2
cos 2
x + i sin 2
x sin 2
cos 2
x sin 2
sin 2
x
= = +i .
1−z −2i sin x2 sin x2 sin x2

D’où
sin nx cos n+1

2 2
x
Cn = cos x + cos 2x + ...... + cos nx = x
sin 2
et
sin nx sin n+1

2 2
x
Sn = sin x + sin 2x + ...... + sin nx = .
sin x2

7
C
h a pi
tr
e 1
Fonctions élémentaires

Sommaire
Exercice 1.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

Exercice 1.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Exercice 1.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

Exercice 1.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

Exercice 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

Exercice 1.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Exercice 1.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Exercice 1.1

Séparer les parties réelles et imaginaires des fonctions suivantes :


2
a) f (z) = e−z , b) f (z) = sin z, c) f (z) = Ch z, d) f (z) = 2z , e) f (z) = z 2−i .

Solution.

a) f (z) = e−z = e−(x+iy) = e−x e−iy = e−x (cos y − i sin y) = e−x cos y − ie−x sin y,

eiz − e−iz ei(x+iy) − e−i(x+iy) e−y+ix − ey−ix


b) f (z) = sin z = = =
2i 2i 2i

e−y (cos x + i sin x) − ey (cos x − i sin x) (e−y − ey ) cos x i (e−y + ey ) sin x


= = +
2i 2i 2i

8
1. Fonctions élémentaires

ey − e−y ey + e−y
=i cos x + sin x = Ch y sin x + i Sh y cos x.
2 2
Autre méthode : sin z = sin (x + iy) = sin x cos (iy) + cos x sin (iy) .

Puisque cos (iy) = Ch y et sin (iy) = i Sh y, on trouve sin z = sin x Ch y + i cos x Sh y.

c) f (z) = Ch z = Ch (x + iy) = Ch x Ch (iy) + Sh x Sh (iy) .

En notant que Ch (iy) = cos y et Sh (iy) = i sin y, on obtient

f (z) = Ch x cos y + i Sh x sin y.


2 2 2
d) f (z) = 2z = ez Log(2)
= e(x+iy) (ln(2)+2ikπ)
, k∈Z

= e(x
2 −y 2 +2ixy
)(ln(2)+2ikπ) = e(x2 −y2 ) ln(2)−4kπxy+2i{(x2 −y2 )kπ+xy ln 2}

= e(x ) ln(2)−4kπxy {cos [2 (x2 − y 2 ) kπ + 2xy ln 2] + i sin [2 (x2 − y 2 ) kπ + 2xy ln 2]} .


2 −y 2

Pour la détermination principale (k = 0), f (z) = 2(x ) {cos (2xy ln 2) + i sin (2xy ln 2)} .
2 −y 2

e) f (z) = z 2−i = e(2−i) Log(z) = e(2−i)(ln(|z|)+i arg(z)) = e2 ln(|z|)+arg(z)+i(2 arg(z)−ln(|z|))

= e2 ln(|z|)+arg(z) {cos (2 arg (z) − ln |z|) + i sin (2 arg (z) − ln |z|)} .


1
Puisque arg (z) peut s’écrire sous forme arctg xy et ln (|z|) = ln (x2 + y 2 ), on trouve

2
 
y  1
Re (f (z)) = (x2 + y 2 ) earctg( x ) cos 2 arctg xy − ln (x2 + y 2 ) et
2
 
2 2
y
arctg( x ) y
 1 2 2
Im (f (z)) = (x + y ) e sin 2 arctg x − ln (x + y )
2
Noter que arctg xy = Arctg xy + kπ, k ∈ Z, et donc f est une fonction multiforme.
 

Exercice 1.2

Démontrer les relations suivantes :


p p
a) |sin z| = Ch2 y − cos2 x, b) |cos z| = Ch2 y − sin2 x,
p p
c) |Sh z| = Ch2 x − cos2 y, d) |Ch z| = Ch2 x − sin2 y.

Solution.

Nous pouvons calculer le module d’un nombre complexe w, soit par définition en identifiant ses
parties réelles et imaginaires ou par la propriété |w|2 = ww.

9
1. Fonctions élémentaires

Nous allons utiliser la propriété |w|2 = ww ici.


e − e−iz
  −iz
ei(z−z) − ei(z+z) − e−i(z+z) + e−i(z−z)
 iz
e − eiz

2
a) |sin z| = sin zsin z = = .
2i −2i 4
Puisque z − z = 2iy et z + z = 2x, on a
e−2y − e2ix − e−2ix + e2y 1 e2y + e−2y e2ix + e−2ix

2 1
|sin z| = = − = (Ch (2y) − cos (2x)) .
4 2 2 2 2
2
En utilisant les transformations Ch (2y) = 2 Ch y − 1 et cos (2x) = 2 cos2 x − 1, on trouve le
1
résultat demandé |sin z|2 = 2 Ch2 y − 1 − (2 cos2 x − 1) = Ch2 y − cos2 x.

2
b)
eiz + e−iz
  −iz
e + eiz ei(z−z) + ei(z+z) + e−i(z+z) + e−i(z−z)
 
2
|cos z| = cos zcos z = =
2 2 4
−2y 2ix −2ix 2y −2y −2ix
 2y 2ix

e +e +e +e 1 e +e e +e
= = +
4 2 2 2
1
= (Ch (2y) + cos (2x)) .
2

Par les transformations Ch (2y) = 2 Ch2 y − 1 et cos (2x) = 1 − 2 sin2 x, on obtient la relation
1
cherchée |cos z|2 = 2 Ch2 y − 1 + 1 − 2 sin2 x = Ch2 y − sin2 x.

2
ex+iy − e−(x+iy) ei(y−ix) − e−i(y−ix)
c) Nous avons Sh z = Sh (x + iy) = = = i sin (y − ix) .
2 2
D’après la relation a),
q q
|Sh z| = |i sin (y − ix)| = |sin (y − ix)| = Ch2 (−x) − cos2 y = Ch2 x − cos2 y.

ex+iy + e−(x+iy) ei(y−ix) + e−i(y−ix)


d) Ch z = Ch (x + iy) = = = cos (y − ix) .
2 q 2 p
D’après la relation b), |Ch z| = |cos (y − ix)| = Ch2 (−x) − sin2 y = Ch2 x − sin2 y.

Exercice 1.3

Résoudre dans C les équations suivantes :


a) Im (sin z) = 0, b) Re (Sh z) = 0, c) sin z = 43 i, d) Sh z = 2i , e) ez = −2.

Solution.

a) D’après l’exercice 1.1 b), sin z = sin x Ch y + i cos x Sh y.


La partie imaginaire de sin z s’annule si cos x Sh y = 0, ce qui est équivalent à cos x = 0 ou
π
Sh y = 0. D’où x = + kπ, k ∈ Z ou y = 0.
2
b) Tout d’abord, nous séparons les parties réelles et imaginaires de la fonction Sh z.

10
1. Fonctions élémentaires

Nous avons

Sh z = Sh (x + iy) = Sh x Ch (iy) + Ch x Sh (iy) = Sh x cos y + i Ch x sin y.

π
+ kπ, k ∈ Z.
La partie réelle de Sh z s’annule si Sh x cos y = 0, d’où x = 0 ou y =
2
4
c) D’après l’exercice 1.1 b), sin z = sin x Ch y + i cos x Sh y. Alors sin z = i entraı̂ne
3
4
sin x Ch y = 0 et cos x Sh y = . Puisque Ch y ≥ 1, on aura sin x = 0 ou x = kπ, k ∈ Z. En
3
remplaçant dans la deuxième équation on obtient

4 4 4
cos (kπ) Sh y = ou Sh y = = ,
3 3 cos (kπ) 3 (−1)k
!  
4 k 4
d’où y = Argsh = (−1) Argsh , et donc les racines cherchés sont
3 (−1)k 3
 
k 4
zk = kπ + i (−1) Argsh , k ∈ Z.
3

i
d) D’après la question b), Sh z = Sh x cos y + i Ch x sin y. Donc l’équation Sh z = est
2
1
équivalente à Sh x cos y = 0 et Ch x sin y = .
2
Si Sh x = 0, i.e. x = 0, on aura
 
1 π 5π
sin y = ou y = + 2kπ ou y = + 2kπ, k ∈ Z .
2 6 6
π π  1
Si cos y = 0 i.e. y = + kπ, k ∈ Z, on obtient Ch x sin + kπ = (−1)k Ch x = ou
2 2 2
(−1)k
Ch x = et ceci n’est pas possible car Ch x ≥ 1.
2
i
Alors, les racines de l’équation Sh z = sont
2
π  
 5π
zk = i + 2kπ ou zk = i + 2kπ , k ∈ Z.
6 6

e) Si ez = ex cos y + iex sin y = −2, alors ex cos y = −2 et ex sin y = 0.


Puisque ex > 0, on aura sin y = 0 ou y = kπ, k ∈ Z. Donc la première équation devient

−2 −2
ex cos (kπ) = −2 ou ex = = k
= 2 (−1)k+1 .
cos (kπ) (−1)
Ceci est possible seulement si k + 1 est un nombre pair. Dans ce cas x = ln 2. Alors les racines
de l’équation ez = −2 sont zk = ln 2 + i (1 + 2k) π, k ∈ Z.

11
1. Fonctions élémentaires

Exercice 1.4

Démontrer que e(Log z) = z et montrer que


l’égalité Log (ez ) = z n’est pas toujours vérifiée.

Solution.

Soit z un nombre complexe, nous avons

e(Log z) = eln(|z|)+i arg(z) = eln(|z|) {cos (arg (z)) + i sin (arg (z))}

= |z| {cos (arg (z)) + i sin (arg (z))} .

La dernière formule est exactement l’écriture du nombre complexe z sous forme trigonométrique,
i.e. |z| {cos (arg (z)) + i sin (arg (z))} = z, d’où Log (ez ) = z.

En ce qui concerne la deuxième partie de l’exercice, par exemple dans le cas de la détermination
principale, si nous prenons z = 4iπ, nous obtiendrons Log (ez ) = Log (e4iπ ) = Log (1) = 0 ce
qui est différent de 4iπ.

Exercice 1.5

Calculer a) Log (1 + i) , b) ii , c) (1 − i)3−3i .

Solution.
√ π

a) Log (1 + i) = ln (|1 + i|) + i arg (1 + i) = ln 2 + i 4
+ 2kπ , k ∈ Z.

π π
b) ii = ei Log i = ei (ln|i|+i arg i) = ei(ln 1+i( 2 +2kπ)) = e−( 2 +2kπ) , k ∈ Z.

c) (1 − i)3−3i = e(3−3i) Log(1−i) = e(3−3i) {ln(|1−i|)+i arg(1−i)}


√ √ √
= e(3−3i) {ln 2+i(− π4 +2kπ )}
= e3 ln 2+3(− π4 +2kπ )+3i(− π4 +2kπ−ln 2)

1 √  √ 
= 2 2 e3(− 4 +2k)π cos 3 − π4 + 2kπ − ln 2 + i sin 3 − π4 + 2kπ − ln 2
3 

√ 1 √  √ 
= 2 2e3(− 4 +2k)π cos 3 3

4
π + 3 ln 2 − i sin 4
π + 3 ln 2 , k ∈ Z.

12
1. Fonctions élémentaires

Exercice 1.6

Calculer les limites suivantes :


cos (2z) e2z + 1
a) limπ , b) lim π z .
z→ 4 Ch (iz) + i Sh (iz) z→−i 2 e + i

Solution.
cos π2

cos (2z) 0 0 0
a) limπ =  = √  √  = √ √ = forme
Ch i π4 + i Sh i π4

z→ 4 Ch (iz) + i Sh (iz) 2 2
− 2 0
2
+ i i 22 2 2
indéterminée.
Donc on doit trouver un moyen pour enlever l’indétermination, pour cela on va remplacer
Ch (iz) par cos z et i Sh (iz) par − sin z. On obtient

cos (2z) cos (2z) cos2 z − sin2 z


limπ = limπ = limπ
z→ 4 Ch (iz) + i Sh (iz) z→ 4 cos z − sin z z→ 4 cos z − sin z
(cos z − sin z) (cos z + sin z) π π √
= limπ = cos + sin = 2.
z→ 4 cos z − sin z 4 4

e2z + 1 e−iπ + 1 −1 + 1 0
b) lim π z
= −i π = = forme indéterminée.
z→−i 2 e + i e 2 +i −i + i 0
Par décomposition de numérateur e + 1 = (ez )2 − i2 = (ez − i) (ez + i) nous voyons que
2z

e2z + 1 (ez − i) (ez + i) π


lim π z
= lim z
= e−i 2 − i = −2i.
z→−i 2 e +i π
z→−i 2 e +i

Exercice 1.7

z
Montrer que lim n’existe pas.
z→0 z

Solution.

Si la limite existait elle serait indépendante de la façon dont z tend vers 0.


Si z → 0 le long de l’axe des x, alors y = 0 et z = x + iy = x, z = x − iy = x ; la limite cherchée
x
est donc lim = 1.
x→0 x
Si z → 0 le long de l’axe des y, alors x = 0 et z = x + iy = iy, z = x − iy = −iy ; la limite
−iy
cherchée est lim = −1.
x→0 iy
Les deux expressions étant différentes, dépendant de la façon dont z → 0, il n’y a pas de
limite.

13
C
h a pi
tr
e 2
Dérivation dans le domaine complexe

Sommaire
Exercice 2.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Exercice 2.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

Exercice 2.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

Exercice 2.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

Exercice 2.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

Exercice 2.1

À l’aide de la définition calculer la dérivée de f (z) = z 2 − z.

Solution.

Par définition, la dérivée en z0 si elle existe est

f (z) − f (z0 ) z 2 − z − (z02 − z0 ) z 2 − z02 − (z − z0 )


lim = lim = lim
z→z0 z − z0 z→z0 z − z0 z→z0 z − z0
(z − z0 ) (z + z0 ) − (z − z0 ) (z − z0 ) (z + z0 − 1)
= lim = lim = 2z0 − 1.
z→z0 z − z0 z→z0 z − z0

La limite existe pour tout z0 dans C, donc la dérivée de f est donnée par

f 0 (z) = 2z − 1, z ∈ C.

14
2. Dérivation dans le domaine complexe

Exercice 2.2

Montrer que les fonctions complexes suivantes ne sont pas dérivables aux points indiqués.
a) f (z) = z, pour z ∈ C, b) f (z) = Re z, pour z ∈ C, c) f (z) = Im z, pour z ∈ C.

Solution.
f (z) − f (z0 )
Par définition, la fonction f n’est pas dérivable en z0 si la limite lim n’existe pas,
z→z0 z − z0
i.e. la limite dépend de la manière dont z tend vers z0 .

f (z) − f (z0 ) z − z0 x − iy − (x0 − iy0 )


a) Si z = x + iy, lim = lim = x→x
lim .
z→z0 z − z0 z→z 0 z − z0
y→y0
0 x + iy − (x0 + iy0 )

x − x0
Pour y = y0 et x → x0 , la limite cherchée est lim = 1.
x→x0 x − x0

−iy + iy0 −i (y − y0 )
Pour x = x0 et y → y0 , la limite cherchée est lim = lim = −1.
y→y0 iy − iy0 y→y0 i (y − y0 )

La limite obtenue dépendant de la façon dont z → z0 , la dérivée n’existe pas i.e. la fonction f
n’est dérivable en aucun point.

f (z) − f (z0 ) Re (z) − Re (z0 ) x − x0


b) lim = lim = x→x
lim .
z→z0 z − z0 z→z0 z − z0 y→y0
0 x + iy − (x0 + iy0 )

x − x0
Si y = y0 et x → x0 , la limite est lim = 1.
x→x0 x − x0

0
Si x = x0 et y → y0 , la limite est lim = 0.
y→y0 iy − iy0

f (z) − f (z0 ) Im (z) − Im (z0 ) y − y0


c) lim = lim = x→x
lim .
z→z0 z − z0 z→z0 z − z0 y→y0
0 x + iy − (x0 + iy0 )

0
Si y = y0 et x → x0 , la limite est lim = 0.
x→x0 x − x0

y − y0 1
Si x = x0 et y → y0 , la limite est lim = = −i.
y→y0 iy − iy0 i

15
2. Dérivation dans le domaine complexe

Exercice 2.3

Examiner si les fonctions suivantes sont holomorphes sur le domaine indiqué.


x y
a) f (z) = e−y (cos x + i sin y) , sur C, b) f (z) = 2 2
+i 2 , sur C\ {0},
x +y x + y2
c) f (z) = x2 − y 2 + 2ixy, sur C, d) f (z) = (x2 − y 2 − 2xy) + i (x2 − y 2 + 2xy) , sur C.

Solution.

Si les dérivées partielles sont continues dans le domaine indiqué, les équations de Cauchy-
Riemann
∂u ∂v ∂u ∂v
= et =−
∂x ∂y ∂y ∂x
sont nécessaires et suffisantes pour que f = u + iv soit holomorphe.

∂u ∂v
a) u = e−y cos x et v = e−y sin y. = −e−y sin x, = −e−y sin y + e−y cos y.
∂x ∂y
∂u ∂v
Il est claire que 6= , la première équation de Cauchy-Riemann n’est pas satisfaite. Alors
∂x ∂y
la fonction f n’est pas holomorphe sur C.

x y
b) u = , v= 2 . Alors
x2 +y 2 x + y2

∂u x2 + y 2 − 2x2 y 2 − x2 ∂v x2 + y 2 − 2y 2 x2 − y 2
= = , = = .
∂x (x2 + y 2 )2 (x2 + y 2 )2 ∂y (x2 + y 2 )2 (x2 + y 2 )2

Pour la même raison que celle qui précède f n’est pas holomorphe sur C\ {0}.

∂u ∂v ∂u ∂v
c) u = x2 − y 2 , v = 2xy. = 2x, = 2x, = −2y, = 2y.
∂x ∂y ∂y ∂x
Les équations de Cauchy-Riemann sont satisfaites, la fonction f est donc holomorphe sur C.

d) u = x2 − y 2 − 2xy, v = x2 − y 2 + 2xy. Alors

∂u ∂v ∂u ∂v
= 2x − 2y, = −2y + 2x, = −2y − 2x, = 2x + 2y.
∂x ∂y ∂y ∂x

Les équations de Cauchy-Riemann sont ainsi satisfaites et la fonction f est holomorphe sur C.

16
2. Dérivation dans le domaine complexe

Exercice 2.4

a) Montrer que la fonction u définie ci-dessous est harmonique.

u (x, y) = x2 − y 2 − 2xy − 2x + 3y, x, y ∈ R.

Trouver une fonction v pour que la fonction f = u + iv soit holomorphe.


b) Mêmes questions pour la fonction

u (x, y) = y cos y Ch x + x sin y Sh x, x, y ∈ R.

Solution.
∂u ∂ 2u ∂u ∂ 2u
a) = 2x − 2y − 2, = 2. = −2y − 2x + 3, = −2.
∂x ∂x2 ∂y ∂y 2
∂ 2u ∂ 2u
On obtient + = 2 − 2 = 0, ce qui montre que u est harmonique.
∂x2 ∂y 2
Pour trouver une fonction v pour que f = u + iv soit holomorphe, on utilise les équations de
Cauchy-Riemann.
Les équations de Cauchy-Riemann s’écrivent
∂v ∂u
= = 2x − 2y − 2, (2.1)
∂y ∂x
∂v ∂u
=− = 2y + 2x − 3. (2.2)
∂x ∂y
En intégrant l’équation (2.1) par rapport à y, il vient

v = 2xy − y 2 − 2y + C1 (x) , (2.3)

où C1 (x) est une fonction réelle de x.


Par substitution de (2.3) dans (2.2) on obtient
d d
2y + C1 (x) = 2y + 2x − 3 → C1 (x) = 2x − 3 → C1 (x) = x2 − 3x + c,
dx dx
où c désigne une constante. D’où de (2.3)

v = 2xy − y 2 − 2y + x2 − 3x + c.

∂u
b) = y cos y Sh x + sin y Sh x + x sin y Ch x = (y cos y + sin y) Sh x + x sin y Ch x,
∂x
∂ 2u
= (y cos y + sin y) Ch x + sin y Ch x + x sin y Sh x = (y cos y + 2 sin y) Ch x + x sin y Sh x.
∂x2
(2.4)

17
2. Dérivation dans le domaine complexe

∂u
= cos y Ch x − y sin y Ch x + x cos y Sh x = (cos y − y sin y) Ch x + x cos y Sh x,
∂y
∂ 2u
= (− sin y − sin y − y cos y) Ch x − x sin y Sh x, (2.5)
∂y 2
∂ 2u ∂ 2u
Par addition de (2.4) et (2.5) on obtient + = 0, la fonction u est donc harmonique.
∂x2 ∂y 2
Les équations de Cauchy-Riemann s’écrivent
∂v ∂u
= = (y cos y + sin y) Sh x + x sin y Ch x, (2.6)
∂y ∂x
∂v ∂u
=− = (− cos y + y sin y) Ch x − x cos y Sh x. (2.7)
∂x ∂y
En intégrant (par parties) l’équation (2.6) par rapport à y, il vient

v = (y sin y + cos y − cos y) Sh x − x cos y Ch x + C1 (x) = y sin y Sh x − x cos y Ch x + C1 (x) .


(2.8)
Par substitution de (2.8) dans (2.7) on obtient
d
y sin y Ch x − cos y Ch x − x cos y Sh x + C1 (x) = (− cos y + y sin y) Ch x − x cos y Sh x
dx
d
→ C1 (x) = 0 → C1 (x) = c, où c désigne une constante.
dx
D’où de (2.8) on obtient
v = y sin y Sh x − x cos y Ch x + c.

Exercice 2.5

Quelle est la nature des singularités de chacune des fonctions suivantes?


z+3 1
a) 2 , b) .
z −1 sin z12

Solution.
z+3 z+3
a) Nous avons f (z) = 2
= , puisque
z −1 (z − 1) (z + 1)
z+3
lim (z − 1) f (z) = lim = 2 6= 0,
z→1 z→1 (z + 1)

le point z = 1 est un pôle simple.


De même z = −1 est aussi un pôle simple à cause de
z+3
lim (z + 1) f (z) = lim = −1 6= 0.
z→−1 z→−1 (z − 1)

18
2. Dérivation dans le domaine complexe

Nous pouvons déterminer δ tel qu’il n’existe pas d’autre singularité que z = 1 dans le cercle
|z − 1| = δ, il suffit de choisir δ = 1, on en déduit que z = 1 est pont singulier isolé. De la
même façon z = −1 est aussi un point singulier isolé.
1 1
1
= kπ ou z = ± √ , k ∈ Z∗ . De plus

b) On obtient des singularités pour sin z2
= 0, i.e.
2
z kπ
comme g (z) n’est pas définie pour z = 0, ce point est aussi une singularité. De même, puisque
1
z = 0 est une singularité de g z1 =

, z = ∞ est une singularité de g (z).
sin (z 2 )
Décrivons maintenant la nature de ces singularités. En utilisant la règle de L’Hôpital

z− √1
 
1 kπ 1 −1
lim1 z − √ g (z) = lim1 1
 = lim1 −2 1
= √ 6= 0
z→ √

kπ z→ √

sin z 2 z→ √
kπ z3
cos z2 2kπ kπ cos (kπ)

et
z+ √1
 
1 kπ 1 −1
lim z + √ g (z) = lim 1
 = lim −2 1
= √ 6= 0.
z→ √−1 kπ z→ √−1 sin z 2
−1
z→ √ z3
cos z2 2kπ kπ cos (kπ)
kπ kπ kπ

1
Les singularités z = ± √ , k ∈ Z∗ sont donc des pôles simples. Comme nous pouvons entourer

chacune de ces singularités par un cercle de rayon δk n’en contenant pas d’autre, on en déduit
qu’elles sont isolées.
Etant donné que l’on ne peut pas trouver d’entier n tel que lim (z − 0)n g (z) = A 6= 0, on en
z→0
déduit que z = 0 est une singularité essentielle. De plus comme tout cercle de rayon δ centré
en z = 0 contient d’autres singularités que z = 0, on en déduit que z = 0 est une singularité
non isolée.

19
C
h a pi
tr
e 3
Intégration dans le domaine complexe

Sommaire
Exercice 3.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

Exercice 3.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Exercice 3.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Exercice 3.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Exercice 3.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

Exercice 3.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Exercice 3.1

Z (2,4)
Calculer (2y + x2 ) dx + (3x − y) dy le long de
(0,3)
a) la parabole x = 2t, y = t2 + 3,
b) la ligne brisée formée par les segments de droite (0, 3) à (2, 3) et (2, 3) à (2, 4) ,
c) le segment de droite d’extrémités (0, 3) et (2, 4) .

Solution.

a) Les points (0, 3) et (2, 4) de la parabole correspondent respectivement à t = 0 et t = 1.


L’intégrale donnée a alors pour valeur
Z 1 Z 1
 2 2 2 33
24t2 + 12 − 2t3 − 6t dt = .
   
2 t + 3 + (2t) 2dt + 3 (2t) − t + 3 2tdt =
t=0 0 2

20
3. Intégration dans le domaine complexe

b) Le long du segment de droite d’extrémités (0, 3) et (2, 3), y = 3, dy = 0 et l’intégrale


curviligne vaut Z 2 Z 2
2 44
6 + x2 dx = .
 
6+x dx + (3x − 3) 0 =
x=0 0 3
Le long du segment de droite d’extrémités (2, 3) et (2, 4), x = 2, dx = 0 et l’intégrale curviligne
vaut Z 4 Z 4
5
(2y + 4) 0 + (6 − y) dy = (6 − y) dy = .
y=3 3 2
44 5 103
Le résultat demandé est donc = + = .
3 2 6
c) Une équation de la droite joignant (0, 3) à (2, 4) est 2y − x = 6. On en tire x = 2y − 6. D’où
la valeur de l’intégrale curviligne
Z 4 Z 4
2 97
8y 2 − 39y + 54 dy =
 
2y + (2y − 6) 2dy + {3 (2y − 6) − y} dy =
y=3 3 6

1
Ce résultat peut aussi être obtenu en utilisant y = (x + 6).
2
Exercice 3.2

Z
Évaluer zdz de z = 0 à z = 4 + 2i le long de la courbe C dans les cas suivants.
C
a) la courbe C définie par z = t2 + it,
b) la courbe C formée des segments joignant 0 à 2i et 2i à 4 + 2i.

Solution.

a) Les points z = 0 et z = 4 + 2i sur C correspondant à t = 0 et à t = 2. L’intégrale curviligne


considérée vaut donc
Z 2 Z 2 Z 2
2 2 8
2t3 − it2 + t dt = 10 − i.
  
(t2 + it)d t + it = t − it (2t + i) dt =
t=0 0 0 3

Autre méthode. L’intégrale donnée s’écrit


Z Z Z
(x − iy) (dx + idy) = xdx + ydy + i xdy − ydx
C C C

Les équations paramétriques de C sont x = t2 , y = t de t = 0 à t = 2 ; l’intégrale curviligne a


donc pour valeur
Z 2 Z 2 Z 2 Z 2
2 2 3 8
−t2 dt = 10− i.
   
t (2tdt)+(t) (dt)+i t (dt)−(t) (2tdt) = 2t + t dt+i
t=0 t=0 0 0 3

21
3. Intégration dans le domaine complexe

b) L’intégrale donnée vaut


Z Z Z
(x − iy) (dx + idy) = xdx + ydy + i xdy − ydx.
C C C

La droite qui joint 0 à 2i joint les points (0, 0) et (0, 2), on a donc sur cette droite x = 0, dx = 0
et la valeur de l’intégrale est
Z 2 Z 2 Z 2
(0) (0) + ydy + i (0) (dy) − y (0) = ydy = 2.
y=0 y=0 y=0

Sur le segment de droite 2i, 4 + 2i on a y = 2, dy = 0, d’où


Z 4 Z 4 Z 4 Z 4
xdx + (2) (0) + i (x) (0) − 2dx = xdx + i (−2) dx = 8 − 8i.
x=0 x=0 0 0

Et le résultat demandé est = 2 + (8 − 8i) = 10 − 8i.

Exercice 3.3

I I I
Évaluer les intégrales dz, zdz et z − idz, où C est une courbe fermée simple.
C C C

Solution.

Ce sont des conséquences du théorème de Cauchy car les fonctions 1, z et z −i sont holomorphes
dans C et ont des dérivées continues.
Ces résultats peuvent aussi être établis directement à partir de la définition de l’intégrale.

Exercice 3.4

I
1
Évaluer dz où C désigne une courbe fermée et z = a est
Cz −a
a) à l’extérieur de C, b) à l’intérieur de C.

Solution.
1
a) Si a est à l’extérieur de C, alors f (z) = est holomorphe à l’intérieur de C et sur C.
I z−a
1
Alors d’après le théorème de Cauchy dz = 0.
z−a
C

22
3. Intégration dans le domaine complexe

y
b) Supposons a intérieur à C et soit Γ un cercle de rayon
C
ε, centré en z = a, tel que Γ soit à l’intérieur de C [ceci
peut être réalisé car z = a est un point intérieur]. Γ
ε
a
D’après une conséquence du théorème de Cauchy
I I
1 1
dz = dz. (3.1)
z−a z−a x
C Γ

B) D’autre part sur Γ, |z − a| = ε ou z − a = εeiθ , i.e. z = a + εeiθ , 0 ≤ θ ≤ 2π. D’où tenant


compte de dz = iεeiθ dθ, le deuxième membre de (3.1) devient
Z 2π Z 2π
iεeiθ dθ

=i dθ = 2πi,
θ=0 εe 0

qui est le résultat cherché.

Exercice 3.5

SoitI C le cercle |z| = 3. Évaluer I


sin (πz 2 ) + cos (πz 2 ) e2z ez
I
a) dz, b) dz, c) dz.
(z − 1) (z − 2) (z + 1)4 (z + 1) (z − 4)
C C C

Solution.
1 1 1
a) De = − , on tire
(z − 1) (z − 2) z−2 z−1

sin (πz 2 ) + cos (πz 2 ) sin (πz 2 ) + cos (πz 2 ) sin (πz 2 ) + cos (πz 2 )
I I I
dz = dz − dz.
(z − 1) (z − 2) z−2 z−1
C C C

L’application de la formule de Cauchy pour a = 2 et a = 1 donne

sin (πz 2 ) + cos (πz 2 )


I
dz = 2πi sin π22 + cos π22 = 2πi,
  
z−2
C

sin (πz 2 ) + cos (πz 2 )


I
dz = 2πi sin π12 + cos π12 = −2πi,
  
z−1
C

car z = 1 et z = 2 sont à l’intérieur de C et sin (πz 2 ) + cos (πz 2 ) est holomorphe dans C.
L’intégrale considérée vaut donc 2πi − (−2πi) = 4πi.

23
3. Intégration dans le domaine complexe

b) Soit f (z) = e2z et a = −1, la formule intégrale de Cauchy s’écrit


I
(n) n! f (z)
f (a) = dz. (3.2)
2πi (z − a)n+1
C

Si n = 3, alors f 000 (z) = 8e2z et f 000 (−1) = 8e−2 . Dans ces conditions la formule (3.2) de-
vient
e2z
I
−2 3!
8e = dz,
2πi (z − a)4
C

8
d’où l’on tire la valeur de l’intégrale considérée πie−2 .
3
ez
c) Les singularités de z → sont z1 = −1 et z2 = 4. Seul z1 = −1 est à l’intérieur
(z + 1) (z − 4)
z
e
de C. Alors la fonction f (z) = est holomorphe dans C et donc par l’application de la
z−4
formule intégrale de Cauchy on aura

ez
I I
f (z) 2
dz = dz = 2πi f (−1) = − πie−1 .
(z + 1) (z − 4) z+1 5
C C

Exercice 3.6

En utilisant la formule intégrale de Cauchy, montrer que

Z2π
3
cos4 θdθ = π.
4
0
 
iθ dz 1 1
Indication : Poser z = e , C le cercle unité |z| = 1, d’où dθ = et cos θ = z+ .
iz 2 z

Solution.
 
dz 1 iθ  1 1
iθ iθ
On pose z = e . D’où dz = ie dθ = izdθ ou dθ = et cos θ = e + e−iθ = z+ .
iz 2 2 z
On a donc, si C désigne le cercle unité |z| = 1 :

Z2π I   4 I  
4 1 1 dz 1 1 4 31 2 1 1 1
cos θdθ = z+ = 4 z + 4z + 6z 2 + 4z 3 + 4 dz
2 z iz 2i z z z z z
0 C C
I   I  
1 1 4 2 4 1 1 3 6 4 1
= z + 4z + 6 + 2 + 4 dz = z + 4z + + 3 + 5 dz
16i z z z 16i z z z
C C
I I I I
1 3
 3 1 1 1 1 1
= z + 4z dz + dz + 3
dz + dz.
16i 8i z 4i z 16i z 5
C C C C

24
3. Intégration dans le domaine complexe
I
3
La fonction z +4z est holomorphe dans C, donc d’après le théorème de Cauchy (z 3 + 4z) dz =
C
0. I
(n) n! 1
Pour f (z) = 1 et a = 0, la formule intégrale de Cauchy s’écrit f (0) = dz.
2πi z n+1
C
Si n = 0, 2, 4, on obtient
I I I
1 1 1
dz = 2πi, dz = 0, dz = 0.
z z3 z5
C C C

Z2π
3 3
D’où cos4 θdθ = (2πi) = π.
8i 4
0

25
C
h a pi
tr
e 4
Séries infinies, séries de Taylor, séries
de Laurent

Sommaire
Exercice 4.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Exercice 4.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Exercice 4.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

Exercice 4.1

Déterminer le domaine de convergence des séries


+∞ +∞
X (−1)n−1 z 2n−1 X
a) , b) n!z n .
n=1
(2n − 1)! n=1

Solution.
(−1)n−1 z 2n−1 (−1)n z 2n+1
a) Si un = , alors un+1 = . D’où si l’on ne tient pas compte de la
(2n − 1)! (2n + 1)!
valeur z = 0, valeur pour laquelle la série converge, nous avons

un+1 2
z (2n−1)! |z|2 (2n−1)! |z|2
lim
= lim − (2n+1)!
= lim = lim = 0 < 1.
un n→+∞ n→+∞ (2n−1)!(2n+1)(2n) n→+∞ (2n+1)(2n)

n→+∞

pour tout z fini. La série converge donc quel que soit z, ce que l’on traduit en disant la série
converge pour |z| < +∞. De façon équivalente on peut dire que le cercle de convergence est
infini ou que le rayon de convergence R = +∞.

26
4. Séries infinies, séries de Taylor, séries de Laurent

b) Si un = n!z n , un+1 = (n + 1)!z n+1 . En excluant z = 0 valeur pour laquelle la série donnée
converge, nous avons
(n + 1)!z n+1

un+1
lim = lim
= lim (n + 1) |z| = +∞.
n→+∞ un n→+∞ n!z n n→+∞

La série converge donc seulement pour z = 0.

Exercice 4.2

Soit f (z) = Log (1 + z), où l’on considère la branche qui prend la valeur zéro pour z = 0.
a) Développer f (z) en série de Taylor au voisinage de z = 0.
b) Déterminer le domaine de convergence de la série de (a).

Solution.

a) On a
1
f (z) = Log (1 + z) f (0) = 0, f 0 (z) = = (1 + z)−1 f 0 (0) = 1,
1+z
f 00 (z) = − (1 + z)−2 f 00 (0) = −1, f (z) = − (−2) (1 + z)−3
000
f 000 (0) = 2!,
...

f (n+1) (z) = (−1)n n! (1 + z)−(n+1) , f (n+1) (0) = (−1)n n!.

Alors
f 00 (0) 2 f 000 (0) 2
f (z) = Log (1 + z) = f (0) + f 0 (0) z + z + z + ...
2 3 4
2! 3!
z z z
=z− + − + ...
2 3 4
1
Autre méthode. Si |z| < 1, = 1 − z + z 2 − z 3 + .... On obtient alors par intégration entre
1+z
0 et z
z2 z3 z4
Log (1 + z) = z − + − + ...
2 3 4
(−1)n−1 n
b) Le n-ième terme est un = z = an z n . D’après le critère de d’Alembert
n

an n + 1
R = lim = lim − = lim n + 1 = 1,
n→∞ an+1 n→∞ n n→∞ n
et la série converge pour |z| < 1.
On peut montrer que la série converge pour |z| = 1 sauf pour z = −1.
Ce résultat est aussi une conséquence du fait que la série converge dans un cercle qui s’étend
jusqu’à la singularité la plus proche (i.e. z = −1) de (f (z)).

27
4. Séries infinies, séries de Taylor, séries de Laurent

Exercice 4.3

Déterminer le développement en série de Laurent des fonctions suivantes au voisinage


des singularités indiquées.
e2z z
a) f (z) = ; z = 1, b) f (z) = ; z = −2.
(z − 1)3 (z + 1) (z + 2)

Solution.

a) Soit z − 1 = u. Alors z = 1 + u et
( )
e2z e2+2u e2 2u e2 (2u)2 (2u)3 (2u)4
= = · e = 1 + 2u + + + + ...
(z − 1)3 u3 u3 u3 2! 3! 4!
e2 2e2 2e2 4e2 24 2
= + 2 + + + e u + ...
u3 u u 3 4!
2 2
e 2e 2e2 4e2 2 2
= + + + + e (z − 1) + ...
(z − 1)3 (z − 1)2 z − 1 3 3

Le point z = 1 est un pôle d’ordre trois, ou pôle triple. La série converge pour toute valeur de
z 6= 1.

b) Soit z + 2 = u. D’où

z u−2 2−u 1 2−u


1 + u + u2 + u3 + ...

= = · =
(z + 1) (z + 2) (u − 1) u u 1−u u
 
2
+ 2 + 2u + 2u2 + ... − 1 + u + u2 + u3 + ...

=
u
2 2
= + 1 + u + u2 + ... = + 1 + (z + 2) + (z + 2)2 + ...
u z+2

Le point z = −2 est un pôle simple. La série converge pour toute valeur de z telle que
0 < |z + 2| < 1.

28
C
h a pi
tr
e 5
Théorème des résidus

Sommaire
Exercice 5.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

Exercice 5.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Exercice 5.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Exercice 5.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

Exercice 5.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

Exercice 5.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

Exercice 5.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Exercice 5.8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Exercice 5.9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

Exercice 5.1

z 2 − 2z ez
Trouver les résidus de (a) f (z) = et (b) f (z) = en tous les pôles
(z + 1)2 (z 2 + 4) sin2 z
à distance finie.

Solution.

(a) f (z) possède un pôle double en z = −1 et des pôles simples en z = ±2i.

29
5. Théorème des résidus

Le résidu en z = −1 est

z 2 − 2z (z 2 + 4) (2z − 2) − (z 2 − 2z) (2z)


 
1 d 2 14
lim (z + 1) · 2 = lim 2 =− .
z→−1 1! dz (z + 1) (z 2 + 4) z→−1 (z 2 + 4) 25

Le résidu en z = 2i est

z 2 − 2z
 
−4 − 4i 7+i
lim (z − 2i) · = = .
z→2i (z + 1)2 (z + 2i) (z − 2i) 2
(2i + 1) (4i) 25

Le résidu en z = −2i est

z 2 − 2z
 
−4 + 4i 7−i
lim (z + 2i) · = = .
z→−2i (z + 1)2 (z + 2i) (z − 2i) 2
(−2i + 1) (−4i) 25

ez
(b) f (z) = possède des pôles doubles en z = 0, ±π, ±2π, ... i.e. z = mπ, m ∈ Z.
sin2 z
Méthode 1.

Le résidu en z = mπ est
ez (z − mπ)2 sin z + 2 (z − mπ) sin z − 2 (z − mπ)2 cos z
 
ez
 
1 d 2
lim (z − mπ) = lim
z→mπ 1! dz sin2 z z→mπ sin3 z

En posant z − mπ = u ou z = u + mπ, cette limite peut être écrite sous la forme

eu+mπ [u2 sin u + 2u sin u − 2u2 cos u] mπ u2 sin u + 2u sin u − 2u2 cos u
lim = e lim = emπ .
u→0 sin3 u u→0 sin3 u

Méthode 2. (à l’aide des séries de Laurent)


ez
Cette méthode consiste à développer f (z) = en série de Laurent dans le voisinage de
sin2 z
1
z = mπ et à chercher le coefficient de qui est le résidu demandé. On pose pour
z − mπ
simplifier les calculs, z = u + mπ. On doit alors développer la fonction en série de Laurent dans
emπu mπ e
u
le voisinage de u = 0 ; la fonction considérée prend alors la forme = e .
sin2 (mπ + u) sin2 u
À l’aide des développements de Maclaurin de eu et sin u on trouve par division
u 2 u 3 u u 2 3
mπ eu mπ 1 + u + 2! + 3! + ... mπ 1 + u + 2! + 3! + ...
e = e = e
sin2 u 3 5 2 2 4 2
u − u3! + u5! − ... u2 1 − u3! + u5! − ...

u2 u3  
mπ 1+u+ + + ... 1 1 5 u
=e 2!
u2
3!
2u4
 = emπ + + + + ... ,
u2 1 − 3
+ 45
− ... u2 u 6 3

le résidu en z = mπ est donc emπ .

30
5. Théorème des résidus

Exercice 5.2

ez
I
1
Calculer dz le long du cercle C d’équation (a) |z| = 3 et (b)
2πi z 2 (z 2 + 2z + 2)
C
|z| = 1.

Solution.
ez
(a) La fonction à intégrer possède un pôle double z = 0 et deux pôles simples
z 2 (z 2 + 2z + 2)
en z = −1 ± i [ racines de z 2 + 2z + 2 ]. Tous ces pôles sont intérieurs à C : |z| = 3.

Le résidu en z = 0 est

ez (z 2 + 2z + 2) ez − ez (2z + 2)
 
1 d 2
lim z 2 2 = lim = 0.
z→0 1! dz z (z + 2z + 2) z→0 (z 2 + 2z + 2)2

Le résidu en z = −1 + i est

ez ez
   
z − (−1 + i)
lim (z − (−1 + i)) = lim 2 lim
z→−1+i z 2 (z 2 + 2z + 2) z→−1+i z z→−1+i (z 2 + 2z + 2)
e−1+i 1 e−1+i
= · = .
(−1 + i)2 2i 4

Le résidu en z = −1 − i est

ez ez
   
z − (−1 − i)
lim (z − (−1 − i)) = lim 2 lim
z→−1−i z 2 (z 2 + 2z + 2) z→−1−i z z→−1−i (z 2 + 2z + 2)
e−1−i 1 e−1−i
= · = .
(−1 − i)2 −2i 4

On a alors par le théorème des résidus

ez
I
1
dz = somme des résidus intérieur à |z| = 3.
2πi z 2 (z 2 + 2z + 2)
C
e−1+i e−1−i e−1
=0+ + = cos (1) .
4 4 2

(b) Le seul pôle intérieur à |z| = 1 est z = 0. Puisque le résidu en z = 0 est 0, on a donc

ez
I
1
dz = 0.
2πi z 2 (z 2 + 2z + 2)
C

31
5. Théorème des résidus

Exercice 5.3

Z+∞ Z+∞
1 x2
Évaluer (a) dx et (b) dx.
6
x +1 (x2 + 1)2 (x2 + 2x + 2)
0 −∞

Solution.

(a)
Z
1 Im z
On considère dz, où C désigne le contour fermé
z6 +1 ΓR
C
de la figure ci-contre formé du segment [−R, +R] et du
demi cercle ΓR décrit dans le sens direct.
πi 3πi 5πi 7πi 9πi 11πi
Puisque z 6 +1 = 0 pour z = e 6 , e 6 ,e 6 ,e 6 ,e 6 ,e 6 , Re z
1 −R R
ces valeurs de z sont les pôles simples de 6 .
z +1
πi 3πi 5πi
Seuls les pôles e 6 , e 6 et e 6 sont à l’intérieur de C, d’où en utilisant la règle de L’Hôpital :
  1 
πi πi 1 1 −5πi
Résidu en e 6 = limπi z−e6 6
= limπi 5 = e 6 ,
z→e 6 z +1 6 6z 6
  z→e
3πi 3πi
 1 1 1 −5πi
Résidu en e 6 = lim3πi z−e 6 6
= lim3πi 5 = e 2 ,
z→e 6 z +1 z→e 6 6z 6
  1 
5πi 5πi 1 1 −25πi
Résidu en e 6 = lim5πi z−e 6 6
= lim5πi 5 = e 2 .
z→e 6 z +1 z→e 6 6z 6
D’où Z  
1 1 −5πi 1 −5πi 1 −25πi 2π
6
dz = 2πi e 6 + e 2 + e 2 = ,
z +1 6 6 6 3
C
i.e.
ZR Z
1 1 2π
6
dx + dz = . (5.1)
x +1 z6 +1 3
−R ΓR

Si l’on prend la limite des deux membres de (5.1) quand R → +∞ et si l’on utilise le fait
que
Z Zπ
1 1
lim dz = lim R ieiθ dθ = 0,
R→+∞ 6
z +1 R→+∞ (R eiθ )6 + 1
ΓR 0

ZR Z+∞
1 1 2π
on obtient lim 6
dx = dx = .
R→+∞ x +1 x6 +1 3
−R −∞
Z+∞ Z+∞
1 1 1 π
Noter que dx = dx = .
x6 +1 2 x6 +1 3
0 −∞

32
5. Théorème des résidus

z2
(b) Les pôles de situés à l’intérieur du contour C de la figure de (a)
(z 2 + 1)2 (z 2 + 2z + 2)
sont z = i d’ordre 2 et z = −1 + i d’ordre 1.

Le résidu en z = i est
z2
 
d −12 + 9i
lim (z − i)2 = .
z→i dz (z − i)2 (z + i)2 (z 2 + 2z + 2) 100

Le résidu en z = −1 + i est
z2
 
3 − 4i
lim (z − (−1 + i)) = .
z→−1+i (z 2 + 1)2 (z − (−1 + i)) (z − (−1 − i)) 25
D’où
z2
 
−12 + 9i 3 − 4i
I

dz = 2πi + =
(z 2 + 1)2 (z 2 + 2z + 2) 100 25 50
C
ou
ZR
x2 z2
Z

dx + dz = .
(x2 + 1)2 (x2 + 2x + 2) 2 2 2
(z + 1) (z + 2z + 2) 50
−R ΓR

En prenant la limite de ces expressions quand R → +∞ et en remarquant que la deuxième


intégrale tend vers 0
Zπ 2
z2 R eiθ
Z

lim dz = lim  R ie dθ = 0,
(z 2 + 1)2 (z 2 + 2z + 2)
 2 
R→+∞ R→+∞
ΓR 0 (R eiθ )2 + 1 (R eiθ )2 + 2R eiθ + 2

nous obtenons le résultat demandé. i.e.


Z+∞
x2 7π
2 dx = .
(x2 + 1) (x2 + 2x + 2) 50
−∞

Exercice 5.4

Z2π Z2π
1 1
Évaluer (a) dθ et (b) dθ.
3 − 2 cos θ + sin θ 2 + sin θ
0 0

Solution.
eiθ − e−iθ z − z −1 eiθ + e−iθ z + z −1
(a) Soit z = eiθ . D’où sin θ = = , cos θ = = , dz = izdθ et
2i 2i 2 2
alors
Z2π I I
1 1 dz 2
dθ = −1 z−z −1
= dz,
3 − 2 cos θ + sin θ 3− 2 z+z2 + 2i
iz (1 − 2i) z 2 + 6iz − 1 − 2i
0 C C

33
5. Théorème des résidus

où C est le cercle de rayon 1 centré à l’origine.


2
Les pôles de sont les pôles simples
(1 − 2i) z 2 + 6iz − 1 − 2i
q
−6i ± (6i)2 − 4 (1 − 2i) (−1 − 2i) −6i ± 4i 2−i
z= = = 2 − i ou .
2 (1 − 2i) 2 (1 − 2i) 5
2−i
Seul est à l’intérieur de C.
5
2−i
Le résidu en est
5
  
2−i 2 2 1
lim z− 2
= lim =
2−i
z→ 5 5 (1 − 2i) z + 6iz − 1 − 2i z→ 5 2 (1 − 2i) z + 6i
2−i 2i

d’après
I la règle de L’Hôpital.
2 1
D’où 2
dz = 2πi = π, qui est la valeur demandée.
(1 − 2i) z + 6iz − 1 − 2i 2i
C

eiθ − e−iθ z − z −1
(b) On pose z = eiθ . D’où sin θ = = , dz = ieiθ dz = izdθ et donc
2i 2i
Z2π I I
1 1 dz 2
dθ = z−z −1
= dz,
2 + sin θ 2+ 2i
iz z2 + 4iz − 1
0 C C

où C est le cercle unité centré à l’origine.


2
Les pôles de 2 sont obtenus en résolvant z 2 + 4iz − 1 = 0 et sont donnés par
z + 4iz − 1
q
−2i ± (2i)2 − (−1) (1) √  √ 
z= = −2i ± −3 = −2 ± 3 i.
1
√ 
Seul −2 + 3 i est à l’intérieur de C, car
 √  √  √  √
−2 + 3 i = 2 − 3 < 1 et −2 − 3 i = 2 + 3 > 1.

√ 
Le résidu en −2 + 3 i est
√  
 
 2 2 1
lim√ z − −2 + 3 i 2
= lim√ =√
z→(−2+ 3)i z + 4iz − 1 z→(−2+ 3)i 2z + 4i 3i

d’après
I la règle de L’Hôpital.
2 1 2π
D’où 2
dz = 2πi √ = √ , qui est la valeur demandée.
z + 4iz − 1 3i 3
C

34
5. Théorème des résidus

Exercice 5.5

Z+∞
cos (mx) π
Montrer que 2
dx = e−m , m > 0.
x +1 2
0

Solution.
eimz
I
On considère dz où C est le contour de la figure de l’exercice 3. La fonction à intégrer
z2 + 1
C
possède des pôles simples z = ±i, mais seul z = i est intérieur à C.

Le résidu en z = i est
eimz e−m
 
lim (z − i) = .
z→i (z − i) (z + i) 2i
D’où
eimz e−m
I  
dz = 2πi = πe−m
z2 + 1 2i
C
ou
ZR
eimx eimz
Z
dx + dz = πe−m
x2 + 1 z2 + 1
−R ΓR

i.e.
ZR ZR
eimz
Z
cos mx sin mx
dx + i dx + dz = πe−m .
x2 + 1 x2 + 1 z2 + 1
−R −R ΓR

Puisque
ZR ZR ZR
sin mx cos mx cos mx
dx = 0 et dx = 2 dx,
x2 + 1 2
x +1 x2 + 1
−R −R 0
on aura
ZR Z imz
cos mx e
2 2
dx + 2
dz = πe−m .
x +1 z +1
0 ΓR

Si l’on fait tendre R vers +∞ et si l’on utilise le fait que


Zπ iθ Zπ
eimz eimR e eimR cos θ e−mR sin θ
Z
lim dz = lim dθ = lim dθ = 0,
R→+∞ z2 + 1 R→+∞ (R eiθ )2 + 1 R→+∞ (R eiθ )2 + 1
ΓR 0 0

Z+∞
cos mx π
on obtient le résultat demandé. i.e. 2
dx = e−m .
x +1 2
0

35
5. Théorème des résidus

Exercice 5.6

Z+∞
sin π
Montrer que dx = .
x 2
0

Solution.

La méthode de l’exercice 5.5 nous conduit à con- Im z


eiz CR,r
sidérer l’intégrale de le long du contour de ΓR
z
la figure de l’exercice 5.3. Toutefois étant donné
que z = 0 appartient au contour d’intégration et
Γr
qu’une singularité ne peut appartenir à un tel con- Re z
tour, on modifie celui-ci en évitant le point z = 0 −R −r r R

comme il est montré à la figure ci-contre ; on ob-


tient ainsi le contour CR,r = [−R, −r] ∪ Γr ∪ [r, R] ∪ ΓR où Γr et ΓR sont des demi cercles centrés
à l’origine de rayons r et R.
eiz
I
Le point z = 0 étant à l’extérieur de CR,r , on a dz = 0 ou
z
CR,r

Z−r ix Z iz ZR ix Z iz
e e e e
dx + dz + dx + dz = 0.
x z x z
−R Γr r ΓR

En changeant x en −x dans la première intégrale et en combinant avec la troisième, on


trouve
ZR
eix − e−ix eiz eiz
Z Z
dx + dz + dz = 0
x z z
r Γr ΓR
ou
ZR Z iz Z iz
sin x e e
2i dx = − dz − dz. (5.2)
x z z
r Γr ΓR

On fait tendre r → 0 et R → +∞. La deuxième intégrale du second membre tend vers zéro
car
Zπ Zπ
eiz eiR(cos θ+i sin θ)
Z
lim dz = lim Rieiθ dθ = lim ieiR cos θ e−R sin θ dθ = 0.
R→+∞ z R→+∞ R eiθ R→+∞
ΓR 0 0

36
5. Théorème des résidus

Si l’on pose z = reiθ dans la première intégrale du deuxième membre de (5.2), on voit que sa
limite est
Z0 iθ Z0
eiz eire
Z

− lim dz = − lim ireiθ dθ = − lim ieire dθ = πi
r→0 z r→0 reiθ r→0
Γr π π

par passage à la limite sous le symbole d’intégration.

On a donc
ZR Z+∞
sin x sin x π
lim 2i dx = πi ou dx = .
r→0
R→+∞
x x 2
r 0

Exercice 5.7

Z+∞
xp−1 π
Montrer que dx = , 0 < p < 1.
1+x sin (pπ)
0

Solution.
z p−1
I
Considérons dz. Le point z = 0 étant Im z
1+z
C ΓR
un point de branchement, on utilisera le contour
C = [r, R] ∪ ΓR ∪ [R, r] ∪ Γr de la figure ci-contre,
Γr
Γr et ΓR sont des cercles centrés à l’origine de r R
Re z
rayons r et R, où l’axe réel positif est la coupure −1

et où [r, R] et [R, r] coı̈ncident avec l’axe des


x mais sont montrés séparés pour une meilleure
compréhension.

La fonction que l’on intègre a un pôle simple z = −1 intérieur à C.

Le résidu en z = −1 est

z p−1 p−1
lim (z + 1) = (−1)p−1 = eπi = e(p−1)πi .
z→−1 1+z
z p−1
I
On a donc dz = 2πie(p−1)πi ou
1+z
C

z p−1 z p−1 z p−1 z p−1


Z Z Z Z
dz + dz + dz + dz = 2πie(p−1)πi .
1+z 1+z 1+z 1+z
[r,R] ΓR [R,r] Γr

37
5. Théorème des résidus

On peut donc écrire


ZR Z2π p−1 Zr p−1 Z0 p−1
xp−1 R eiθ iθ (xe2πi ) reiθ
dx + iR e dθ + dx + ireiθ dθ = 2πie(p−1)πi ,
1+x 1 + R eiθ 1 + xe2πi 1 + reiθ
r 0 R 2π

où l’on a posé z = xe2πi pour l’intégrale le long de [R, r], l’argument de z ayant augmenté de
2π en parcourant le cercle ΓR .

Si l’on prend la limite quand r → 0 et R → +∞, remarquant que la deuxième et la quatrième


intégrales tendent vers zéro, on trouve
Z+∞ Z0
xp−1 e2πi(p−1) xp−1
dx + dx = 2πie(p−1)πi
1+x 1+x
0 +∞

ou
Z+∞
2πi(p−1) xp−1
dx = 2πie(p−1)πi

1−e
1+x
0
si bien que
Z+∞
xp−1 2πie(p−1)πi 2πi 2πi 2πi π
dx = 2πi(p−1)
= −(p−1)πi πi(p−1)
= −pπi πi πip −πi
= πip −pπi
= .
1+x 1−e e −e e e −e e e −e sin (pπ)
0

Exercice 5.8

Z+∞
Ch (ax) π
Montrer que dx =  πa  , où |a| < 1.
Ch x 2 cos
0 2

Solution.
eaz
Z
Im z
Considérons dz où C est un rectangle de
Ch z 3πi
C 2
sommets −R, R, R + πi, −R + πi, voir figure −R + πi R + πi
eaz
ci-contre. Les pôles de sont simples et sont
Ch z πi
2
obtenus pour Ch x = 0, i.e. z = k + 12 πi,

Re z
k ∈ Z. −R R
iπ − πi
2
Le seul pôle situé à l’intérieur de C est 2
.
eaz iπ
Le résidu de en z = 2
est
Ch z
iπ iπ

 eaz ea 2 ea 2 a iπ
limiπ z − 2
= iπ
 = π = −ie
2 .
z→ 2
Ch z Sh 2 i sin 2

38
5. Théorème des résidus

On a donc d’après le théorème des résidus,


Z az
e  iπ
 iπ
dz = 2πi −iea 2 = 2πea 2 ,
Ch z
C

ce qui peut s’écrire

ZR Zπ Z−R Z0
eax ea(R+iy) ea(x+πi) ea(−R+iy) iπ
dx + idy + dx + idy = 2πea 2 . (5.3)
Ch x Ch (R + iy) Ch (x + πi) Ch (−R + iy)
−R 0 R π

Quand R → +∞ la deuxième et la quatrième intégrale du premier membre tendent vers zéro.


Pour montrer cela considérons la deuxième intégrale ; de

+ e−R−iy 1  R+iy −R−iy 1 R


R+iy
e  1
|Ch (R + iy)| =
≥ e − e = e − e−R ≥ eR ,
2 2 2 4

on déduit π
Zπ aR
a(R+iy)
Z
e e (a−1)R
Ch (R + iy) idy ≤ 1 eR dy = 4πe

4
0 0

et le résultat en découle si l’on remarque que le second membre tend vers zéro quand R → +∞
car |a| < 1.
De la même façon on peut montrer que la quatrième intégrale du premier membre de (5.3) tend
vers zéro quand R → +∞. L’égalité (5.3) devient alors
 R 
 Z eax ZR ax
e  iπ
lim dx + eaπi dx = 2πea 2
R→+∞  Ch x Ch x 
−R −R

ou ZR
aπi eax iπ
dx = 2πea 2

1+e lim
R→+∞ Ch x
−R

car Ch (x + πi) = Ch x. On a donc


ZR Z+∞ iπ
eax eax 2πea 2 2π π
lim dx = dx = = −a iπ iπ =
.
R→+∞ Ch x Ch x 1+e aπi
e 2 +e 2 a cos πa
2
−R −∞

De Z0 Z+∞
eax eax π
dx + dx =
cos πa

Ch x Ch x 2
−∞ 0

on tire en changeant x en −x dans la première intégrale


Z+∞ −ax Z+∞ ax Z+∞
e e Ch (ax) π
dx + dx = 2 dx = ,
Ch x Ch x Ch x cos πa
2
0 0 0

d’où l’on déduit le résultat cherché.

39
5. Théorème des résidus

Exercice 5.9

Z+∞
Log (x2 + 1)
Démontrer que dx = π Log 2.
x2 + 1
0

Solution.
I
Log (z + i) Im z
On considère dz le long du contour C
z2 + 1 Γ
C
formé d’une portion de l’axe réel de −R à R et du
demi-cercle Γ de rayon R, voir figure ci-contre. Le
Log (z + i)
seul pôle de intérieur à C est le pôle i
z2 + 1
simple z = i, et le résidu est Re z
−R R
Log (z + i) Log (2i)
lim (z − i) = .
z→i (z − i) (z + i) 2i

On a donc d’après le théorème des résidus


I  
Log (z + i) Log (2i) 1
2
dz = 2πi Res (f, i) = 2πi = π Log (2i) = π ln (2) + π 2 i,
z +1 2i 2
C

en utilisant la détermination principale du logarithme. Ce résultat peut s’écrire sous la


forme
ZR Z
Log (x + i) Log (z + i) 1
dx + dz = π ln (2) + π 2 i
x2 + 1 2
z +1 2
−R Γ
ou
Z0 ZR Z
Log (x + i) Log (x + i) Log (z + i) 1 2
dx + dx + dz = π ln (2) + π i.
x2 + 1 x2 + 1 z2 + 1 2
−R 0 Γ

En changeant x en −x dans la première intégrale, on obtient


ZR ZR
Log (i − x)
Z
Log (i + x) Log (z + i) 1
dx + dx + dz = π ln (2) + π 2 i,
x2 + 1 x2 + 1 2
z +1 2
0 0 Γ

où puisque Log (i − x) + Log (i + x) = Log (i2 − x2 ) = Log (x2 + 1) + πi,

ZR ZR
Log (x2 + 1)
Z
πi Log (z + i) 1
dx + dx + dz = π ln (2) + π 2 i.
x2 + 1 2
x +1 2
z +1 2
0 0 Γ

40
5. Théorème des résidus

Quand R → +∞ l’intégrale le long de Γ tend vers zéro car


π
it
Z Z
Log (z + i) Log (R e + i)
it
Log (R + 1) + 2π
lim dz = lim
Rie dt ≤ lim 4π
R = 0.
R→+∞ z2 + 1 R→+∞ R 2 e2it + 1
R→+∞ R 2−1
Γ 0

On a alors en prenant les parties réelles et imaginaires

ZR Z+∞
Log (x2 + 1) Log (x2 + 1)
lim dx = dx = π ln 2.
R→+∞ x2 + 1 x2 + 1
0 0

41