Vous êtes sur la page 1sur 145

SEDUIRE LES FEMMES

Secrets et techniques de séduction et d'attraction pour conquérir


le sexe opposé
LE LANGAGE DU CORPS EN AMOUR
CHAPITRE 1
Les secrets pour interpréter les signaux amoureux
CHAPITRE 2
Langage corporel masculin : Découvrez s'il est amoureux d'un homme.
CHAPITRE 3
Pouvez-vous détecter l'attraction entre deux personnes ?
CHAPITRE 4
Les 24 règles pour déchiffrer les femmes avec lesquelles vous traitez
CHAPITRE 5
... Et si je n'aime plus mon partenaire ? Quels sont les signaux d'alerte ?
CHAPITRE 6
Couple d'affinités en astrologie
SEDUCTION
INTRODUCTION
CHAPITRE 1
Comment devenir séducteur
CHAPITRE 2
Comment faire correspondre l'attraction
CHAPITRE 3
La psychologie dans la séduction
CHAPITRE 4
Comment comprendre si l'intérêt est mutuel
CONCLUSIONS
L'ESTIME DE SOI DANS LA SÉDUCTION
CHAPITRE 1
Mot de passe : estime de soi
CHAPITRE 2
Soyez le partenaire idéal en raison de votre estime de soi
CHAPITRE 3
L'estime de soi affecte-t-elle la dynamique du couple ?
CHAPITRE 4
Conseils pratiques pour assurer une bonne estime de soi
LE LANGAGE DU CORPS EN AMOUR
CHAPITRE 1

Les secrets pour interpréter les signaux amoureux

Vous pensez être un observateur attentif ? Pensez-vous que vous êtes si


empathique que vous pouvez apprendre le langage des signes en amour ?
N'avez-vous jamais échoué en ce sens et êtes-vous même celui qui conseille
vos amis les plus proches ? Eh bien, certaines personnes sont nées avec cette
dot, d'autres sont complètement aveuglées par l'attraction et finissent par
trébucher et tomber par terre ! Que vous fassiez partie de la première catégorie,
de la deuxième ou de la voie intermédiaire qui oui est prudente mais a obtenu
une marge d'erreur, ce guide vous aidera à affiner l'art ancien de l'amour,
jusqu'à en saisir toutes les nuances. Reconnaissez un rejet avant de vous brûler,
et si c'est le véritable amour, ne le manquez pas !
Comme vous le savez, il peut être difficile de dire si quelqu'un est attiré par
vous. Certaines personnes communiquent directement ce qu'elles veulent,
d'autres peuvent envoyer une série de signaux confus et contradictoires. Si
vous êtes également attiré par une personne particulièrement ambiguë, la
situation peut devenir encore plus stressante, et si vous interprétez mal les
signaux, vous pouvez aussi ruiner une relation d'amitié ou de connaissance.
Il n'y a pas de moyen sûr de savoir ou de quantifier à quel point quelqu'un vous
aime, mais ce guide vous donnera quelques conseils pour mieux comprendre
la situation.
N'oubliez pas qu'il n'y a pas de règles en amour, mais vous pouvez toujours
vous entraîner à "voir" et "reconnaître" les signaux. Le temps est venu
d'entraîner nos sens à saisir les indices les plus irréfutables de l'attirance entre
l'homme et la femme. Une chasse éternelle entre âmes sœurs.

Rire. Les gens, surtout les femmes, ont tendance à rire


davantage lorsqu'ils sont attirés par quelqu'un. Cela ne veut pas
dire que les gens que vous aimez veulent vous sauter dessus
juste parce qu'ils ont ri à une de vos blagues, mais vous
pourriez le remarquer si cela arrive souvent.

Son regard se porte-t-il sur vous ? Essayez de regarder cette


personne tout d'un coup. Si vous remarquez qu'elle vous regarde
beaucoup ou vous jette des regards furtifs, il y a de fortes chances
qu'elle s'intéresse à vous. Les hommes et les femmes ont tendance
à fixer intensément pendant 2 à 3 secondes la personne qui les
attire, puis à baisser les yeux et à détourner le regard rapidement.
Il est probable que votre prétendant ou votre prétendant tente de flirter
subtilement, en vous regardant plus souvent dans l'espoir de capter votre
attention. C'est un jeu pour deux ! (Cela vous est-il déjà arrivé ?)
Si vos regards se croisent, vous pouvez réagir de deux manières :
regarder ailleurs, en étant insaisissable, ou sourire chaleureusement en
reconnaissant l'autre personne. Il est évident qu'en choisissant l'une de
ces deux réactions, vous enverrez un message de compréhension, plutôt
que de timidité et/ou d'indifférence.

Écoutez. Si votre interlocuteur penche la tête d'un côté, cela


signifie généralement qu'il est intéressé par ce que vous dites.
Gardez à l'esprit que cela ne signifie pas nécessairement qu'il est
attiré par vous. Cependant, l'attention et l'attraction vont souvent
de pair, et si quelqu'un vous écoute déjà, vous avez plus de
chances de le convaincre avec vos paroles.

Contact physique. Qu'il soit discret ou non, le contact physique


permet de manifester son attirance. Remarquez si l'autre personne
trouve une excuse pour vous toucher la main ou l'épaule, ou
même juste pour s'approcher de vous. Peut-être aiment-ils vous
chatouiller en plaisantant ou vous serrer dans leurs bras...
un peu plus que tous les autres amis. Si vous avez l'impression
qu'elle insiste sur le contact physique, il y a de fortes chances
qu'elle soit attirée par vous.
Essayez de rendre la pareille à ces gestes. Si vous appréciez sa
façon d'être proche de vous, parce qu'elle vous semble
électrisante, sincère et correcte, n'ayez pas peur de lui rendre la
pareille. Cela peut être un excellent moyen de montrer que vous
êtes aussi attiré par elle.

• Comment est-il proche de vous ? S'il ne recherche pas le contact


physique, il veut probablement votre entreprise. Il pourrait vous
offrir son aide lorsque vous organisez un événement ou que vous
vous proposez comme partenaire de laboratoire. Il vient peut-être
te voir chaque fois que tu te produis avec ton groupe ou t'envoie
un SMS pour te demander "Comment ça va ? S'il essaie de se
faire remarquer, il y a de fortes chances qu'il soit attiré par vous.
• Imiter le mouvement. Nous, les êtres humains, avons tendance à
"refléter" la posture et les expressions des personnes qui nous
attirent. C'est un processus inconscient qui peut nous amener à
changer la position de nos jambes pour assumer celle de notre
interlocuteur, à ralentir notre rythme pour l'égaler, à sourire
lorsqu'il sourit ou à regarder dans la même direction. La plupart
des gens ne connaissent pas le fonctionnement de ce mécanisme,
mais vous pourriez utiliser cette stratégie pour voir si quelqu'un
est attiré par vous.

Comme il ne s'agit pas d'une science exacte, nous devons non


seulement prêter attention aux indices mentionnés ci-dessus, mais il
est essentiel d'étudier la personne qui nous attire dans d'autres
contextes sociaux également. Car, il faut comprendre si certaines
attitudes sont spécifiques à la personne ou si elles ne sont dirigées que
vers vous. Cela vous évitera des malentendus ! Soyez donc très
attentifs :

• Comment se débrouille-t-il avec les autres ? Il est possible que


ceux que vous aimez considèrent qu'il est important de vous
toucher sur les épaules ou de vous serrer fort dans vos bras.
Cependant, ils peuvent également rechercher le même contact
physique avec de nombreuses autres personnes. Gardez à l'esprit
que certaines personnes sont simplement plus affectueuses que
d'autres, il n'est donc pas facile de dire quand elles sont vraiment
attirées par quelqu'un. Faites attention à la façon dont vous
interprétez le comportement d'une personne qui aime flirter.
Bien que cela puisse provoquer un mécontentement, il n'est pas
forcément vrai qu'ils ne sont attirés que par vous. Même s'il a le
béguin pour vous, il ne dédaigne pas forcément de voir d'autres
personnes qui l'attirent. Ne vous découragez pas juste parce qu'il
y a de la concurrence !
• Au fil du temps, vous pourrez peut-être distinguer les attitudes
qu'il adopte lorsqu'il se sent "attiré" par quelqu'un de la façon
dont il se comporte avec ses amis. Vous ne vous y attendez peut-
être pas, mais certaines personnes se referment sur elles-mêmes
et deviennent étrangement timides lorsqu'elles se tiennent à côté
de la personne qu'elles veulent gagner !

• Mince. Si quelqu'un est attiré par vous, vous devez sentir le


transport qu'il a vers vous. Il vous parle peut-être doucement ou
sensuellement et vous demande toujours comment vous allez. Ce
n'est pas une chose facile à rationaliser. Parfois, vous pouvez
sentir une énergie presque palpable entre vous.

• Rassemblez les indices. Comme il ne s'agit pas d'une science


exacte, il faut considérer que l'attraction ne se manifeste pas par
un comportement unique. Faites donc appel à votre jugement : un
seul regard de l'autre côté de la pièce peut signifier n'importe
quoi. Toutefois, si vous avez souvent des contacts avec une
personne et que vous remarquez qu'elle rit à vos blagues, imite
vos mouvements, recherche un contact physique et apprécie votre
compagnie, vous pouvez raisonnablement supposer qu'elle est
attirée par vous.
Si vous n'êtes pas sûr, demandez à un ami. Si elle vous a vus
ensemble, elle pourrait vous donner un avis extérieur et vous dire
s'il y a une chance qu'elle soit attirée par vous. Mais n'impliquez
pas un ami qui ne sait pas garder un secret !
Les données fournies ne sont-elles pas encore suffisantes ? Bien sûr !
Car, comme si c'était facile, il faut aussi faire confiance à son instinct
et, parfois, être audacieux.

• Sondez le terrain. Si vous pensez que quelqu'un vous aime,


essayez de mieux comprendre la situation. Mettez votre bras
autour de son épaule pendant un film pour voir comment il réagit,
embrassez-le plus longtemps que d'habitude et essayez de
mesurer son intérêt, souriez malicieusement quand vous le
surprenez à vous fixer. Si vous êtes audacieux et que vous savez
flirter, vous vous ferez une meilleure idée de la situation.

• Ayez confiance en vous. Si vous êtes suffisamment sûr que cette


personne est attirée par vous, il y a de fortes chances qu'elle
s'intéresse au moins un peu à vous. Bien sûr, vous voulez être
sûr, mais à un moment donné, vous devez agir. Il y a plusieurs
façons de le faire: lui demander de sortir avec vous, essayer une
approche plus physique, ou simplement lui dire ce que vous
ressentez pour elle.
Ne soyez pas trop agressif et ne spéculez pas trop. Soyez toujours
respectueux.

• Parlez à la personne concernée. En fin de compte, la


communication directe est le moyen le plus sûr de savoir si
quelqu'un vous apprécie. Si vous pensez que l'attraction est
réciproque, essayez de la rencontrer en privé pour lui parler.
Introduisez progressivement la conversation, si vous préférez, ou
déclarez-vous et confessez ouvertement vos sentiments.
Embrassez-la si le moment vous semble propice. Révélez vos
sentiments pour elle et essayez d'établir une compréhension
mutuelle.

• Ne négligez pas les limites de l'attraction. Elle peut être attirée


par vous, mais cela ne signifie pas nécessairement qu'elle
souhaite entamer une relation. L'attraction est une force
primordiale. Nous ne pouvons pas savoir si et quand le ressentir,
mais nous pouvons choisir dans quelle direction l'orienter et
comment réagir. Réfléchissez bien aux conséquences d'une
attraction mutuelle.
Si l'autre personne est déjà engagée, considérez que leur relation
peut être exclusive. Demandez-vous si vous souhaitez vous
engager avec un couple.
Il est également possible que la personne en question ne cherche
pas de relation d'aucune sorte. La façon dont vous percevez
l'attraction n'est pas nécessairement la même que celle de tout le
monde.
CHAPITRE 2

Langage corporel masculin : Découvrez s'il est


amoureux d'un homme.

Vous savez, il n'est pas toujours facile pour les deux sexes de se
comprendre. Il n'est peut-être pas faux de dire que les hommes
viennent de Mars et les femmes de Vénus.
Même à cet égard, le corps de l'homme amoureux a un langage qui
lui est propre : yeux, visage, mains, bras, jambes et pieds sont prêts à
vous donner des signaux d'attraction sans équivoque.
Pensez seulement que, selon le psychologue Arthur Arun, il faut
entre 90 secondes et 4 minutes pour décider à quel point nous aimons
quelqu'un, ce qui met les mots en arrière-plan. En fait, l'intérêt est
principalement suscité par :
• 55 % par le langage corporel
• 38 % par le ton et la vitesse de notre voix
• 7 % de ce que nous disons

Le corps et son langage représentent donc le premier moyen de


communication que nous mettons en place. Pour comprendre
l'importance du corps, Arthur Arun a mené une expérience. Il a placé
des couples d'étrangers l'un en face de l'autre pour qu'ils se racontent
en détail leur vie intime pendant environ une heure et demie. Il leur a
ensuite demandé de se regarder en silence pendant quatre minutes. De
nombreux couples ont dit avoir ressenti une attirance et un couple s'est
même marié.
Êtes-vous prêt à connaître tous les indices afin de pouvoir les
interpréter et de comprendre immédiatement si un homme est vraiment
attiré par vous ? Commençons !
1. Le langage corporel masculin en amour commence par les
yeux.
Combien de choses pouvez-vous dire d'un seul coup d'œil ! Les yeux
d'un homme amoureux, ou du moins très attiré par vous, ne pourront
que communiquer son désir. De quelle manière ? Tout d'abord, faites
attention aux élèves : s'ils sont dilatés ou dilatés, cela signifie qu'il
existe un intérêt physique et une curiosité à votre égard.
De plus, s'il continue à soutenir votre regard de manière fixe, sans
jamais le distraire, vous pouvez être sûr que son cœur bat fort pour
vous. Au contraire, s'il continue à détourner le regard (et non par
timidité), il pourrait ne pas ressentir trop d'intérêt...
2. Faites attention à vos sourcils.

Oui. Même à partir de leurs sourcils et de leurs mouvements


involontaires, vous pouvez dire s'il s'intéresse à vous. S'il a tendance à
les froncer les sourcils, cela signifie qu'il est particulièrement pris et
intrigué, qu'il essaie de vous comprendre en profondeur... Mais s'il
les élève, il montre qu'il est même impressionné par vous. Bon signe :
vous pouvez être sûr de l'avoir pratiquement dans votre poche !
3. Le visage : quand son langage corporel devient explicite.

Si un homme est amoureux de vous, il continuera à toucher son visage.


Ses joues, son menton, ses oreilles, ses lèvres... plus une zone est
délicate et sensible, plus la vulnérabilité amoureuse à laquelle il se sent
exposé à vos côtés le conduira à se taquiner, se toucher et se gratter,
sans un instant de répit, au risque de paraître un peu nerveux. Vous lui
faites ça !
Et s'il continue à te taquiner les lèvres en particulier, cela ne signifie
qu'une chose : il veut t'embrasser dès que possible.
4. Les jambes et les pieds : le corps masculin amoureux
s'exprime aussi par les membres inférieurs.

Faites attention à la façon dont un homme s'assoit quand il est avec


vous. Si ses jambes sont croisées ou croisées par-dessus, ce n'est pas
un bon signe : cela pourrait indiquer une attitude de fermeture. Si ses
jambes sont ouvertes, le message est assez évident : désir sexuel, désir
d'être remarqué, attraction profonde.
Et pendant que vous y êtes, regardez aussi ses pieds : il semblerait que
le fait de les pointer vers quelqu'un en particulier indique un désir. Si
vous n'êtes pas seul, essayez de voir s'il les tourne vers vous...
5. ...Et même avec les supérieurs : les bras et les mains vous
parlent de son attirance.

Pour les bras, il en va de même que pour les jambes : s'ils sont
croisés ou fermés, ils sont susceptibles de vous indiquer la fermeture.
Mais si vous continuez à caresser votre avant-bras, vous pouvez être
sûr que l'attraction est là !
Les mouvements qu'elle fait avec ses mains sont encore plus
significatifs. Si un homme est amoureux de vous, il aura tendance à
faire plus de gestes : une façon inconsciente d'attirer votre attention.
Attention aussi à remarquer que s'il continue à jouer avec des objets
sur la table, du verre aux cigarettes, peut-être en les caressant... cela
pourrait être un signe de désir sexuel envers son interlocuteur.
6. Touche-t-il sa barbe et ses cheveux ? Typique.

Vous discutez gentiment depuis un moment et il se met à toucher ses


cheveux... qu'est-ce que ça veut dire ? L'attrait, bien sûr. Il essaie
inconsciemment de se "rendre beau" pour vous, pour attirer votre
attention. Cela fonctionne un peu comme un animal qui s'exhibe
pendant la parade nuptiale. Et s'il tourmente tout le temps des touffes
de cheveux avec ces doigts, sa gêne risque de se traduire bientôt par
une véritable déclaration d'amour.
Il en va de même même s'il continue à taquiner sa barbe. Une bonne
raison de préférer les hommes qui le portent, même si tous ne sont pas
d'accord...
Et les hommes chauves ? Bien sûr, ils toucheront leur cuir chevelu.
La signification est la même
7. Et s'il touche à sa cravate ? Vous êtes sur un cheval !

Un homme qui fixe la cravate devant vous, qui joue avec elle, qui la
caresse encore plus d'une fois de suite est sans doute fou de vous.
Cherchez donc une excuse pour le faire s'habiller élégamment au
premier rendez-vous et vous aurez immédiatement toutes les réponses
que vous cherchez.
8. Un corps d'homme amoureux, à vrai dire, imite vos gestes.

Un homme fortement attiré par vous, pour le prouver, pourrait


involontairement finir par répéter vos gestes les plus banals, presque
comme s'il cherchait à vous faire comprendre.
Faites donc attention : si vous soulevez un verre et qu'immédiatement
après il le fait aussi, ou si vous touchez votre nez et qu'il vous imite,
sans s'en rendre compte... ils pourraient tous être des signes de sa
passion.
9. Petits soins.

Comment marche-t-il à côté de vous ? Suit-il votre rythme ou a-t-il


tendance à vous surpasser ? Dans le premier cas, vous êtes au centre
de son attention, surtout si, avant d'entrer dans un club, il met son bras
sur votre épaule en accompagnant votre entrée : il vous protège ainsi.
10. Il vous garde au chaud.

Bon signal : partagez avec vous sa veste, son foulard ou un autre


vêtement pour vous assurer d'avoir chaud par une nuit froide. Non
seulement c'est un gentleman, mais il vous transmet aussi son parfum
pour que vous puissiez vous le mettre dans la tête. L'odorat est l'un de
nos sens les plus anciens et les plus développés et celui qui déclenche
le plus nos fantasmes.
11. Gestes de flirt inconscients.

Les spécialistes ont constaté que, comme les animaux, les hommes
et les femmes font certains gestes qui les invitent à mieux se connaître.
Au cours d'une conversation avec un homme, une femme ne se rendra
pas nécessairement compte qu'elle rapproche ses bras de son torse et
se penche vers l'avant pour souligner son décolleté, ou qu'elle ajuste sa
chemise pour montrer ses seins. Pour sa part, l'homme enverra des
signaux d'ouverture en s'asseyant les jambes écartées, les pouces dans
sa poche et les mains tendues (s'ils essaient de montrer leurs parties
génitales, sans être vulgaires, vous êtes en forme !)

Test de miroir :

Si vous voulez le tester et comprendre réellement à quel point il se


soucie de vous, faites l'expérience du miroir : mettez votre main sur la
table basse et voyez s'il fait de même ; touchez votre cou et voyez s'il
fait de même. Comme nous l'avons déjà souligné, nous avons tendance
à copier quelqu'un que nous aimons et qui nous intéresse et à suivre
beaucoup de ses mouvements afin de pouvoir nous mettre au diapason
de l'autre. Lorsque les gens sont attirés les uns par les autres, ils ont
tendance à prendre les mêmes positions et à copier les gestes.
Attention toutefois au double sens du miroir, qui se manifeste aussi
chez les amis ou en général chez ceux qui ont une bonne
compréhension mais pas de passion.
Essayez aussi le test des mains : gardez-les ouvertes et, les paumes
vers le haut, posez-les sur une table ou sur vos genoux : elles sont une
invitation claire pour celui qui doit les prendre entre les siennes et les
tenir serrées.
Langage corporel féminin : Découvrez si elle est amoureuse de
vous

Apprendre à lire les signaux non verbaux d'une femme signifie être
capable de conquérir qui on veut sans problèmes particuliers. Et,
même si cela peut sembler un exploit titanesque, puisque la plupart des
femmes semblent indéchiffrables, vous verrez qu'après avoir analysé
ce chapitre, vous gagnerez en conscience et en confiance. Une fois que
vous savez comment vous comporter, flirter avec des filles (ou des
femmes) ne vous intimidera plus ! Et, vous savez, avoir (ou montrer)
de la confiance en soi est une des armes gagnantes chez une femme.

Saviez-vous que les femmes sont attirées par les hommes dès les
cinq premières minutes?
Eh bien, comment déchiffrer le langage corporel féminin, en réponse
à une cour voilée de notre part, afin de comprendre si, en poursuivant
la tentative, nous prendrons un son de pique ou si notre intention sera
couronnée de succès ?

Analysons brièvement les gestes de l'attraction, sous forme de liste.


Nos fréquentations vont très bien si :

• Croisez vos jambes ;


• Secouez souvent la tête, en ajustant vos cheveux ;
• Il touche son cou ou ses bras ;
• Il lance des regards accompagnés de sourires ;
• Si elle répare sa robe ;
• Si elle se mord les lèvres ;
• S'il vous touche, même en prétendant que c'est par erreur ;
• Elle humidifie ses lèvres avec sa langue en les laissant légèrement
entrouvertes.

Le fait, scientifiquement prouvé, est que ces gestes ne sont souvent


pas perçus comme des signaux d'ouverture et, au contraire, sont
totalement incompris. D'autre part, il n'est pas certain à 100% que ces
mouvements assureront le succès de la tentative mise en place par
l'homme car une femme, même si elle n'est pas intéressée, pourrait
encore se coiffer ou croiser les jambes
!
La beauté de la cour est aussi que, de la part de l'homme, de
découvrir peu à peu les intentions de la femme qu'il veut atteindre et il
ne serait même pas trop intéressant d'arriver au but, sans trop de peine.
Il est vrai que les femmes aimeraient avoir un partenaire qui les
comprenne instantanément et qui, en tout cas, lise bien le signal
envoyé pour continuer la cour, mais il est également vrai que, la
plupart du temps, il doit attendre que l'homme (plutôt qu'une cruche
dans ces circonstances) soit plus que sûr de continuer. En bref, il n'est
pas facile de s'occuper d'une femme dans le domaine de l'amour (mais
vous le savez aussi, puisque vous lisez ce guide).
Il est évident que si elle n'aime pas que nous "essayions", la femme
envoie toujours des signaux d'un autre type, comme par exemple en
gardant les bras croisés et en regardant ailleurs ou en nous regardant
d'un air plutôt agacé par notre comportement, même si, par politesse,
elle continue à nous écouter. La lecture d'un sourire circonstanciel
n'est pas si difficile et nous fera renoncer à être ennuyeux dans une
cour sans avenir.

Allons droit au but : je veux que vous soyez conscient de ces signaux
du langage corporel. La seule chose qu'il vous reste à faire est de lui
faire un compliment et de vérifier soigneusement ses signaux pour voir
comment elle réagit. Rappelez-vous toujours que, comme tout ce qui
existe dans le monde, vous devez vous entraîner. Ne vous démoralisez
pas si vous obtenez un deux de pique à la première occasion !
Persévérez et vous serez récompensé.

L'intérêt :

Pendant la conversation, elle se rapproche de plus en plus et reste près


de vous ;
• Elle vous montre de l'affection : elle vous étreint ou vous touche ;
• Elle se penche sur vous pendant que vous parlez ;
• Elle est si proche de vous qu'elle est en contact étroit. On appelle
aussi "zone intime" une distance de 20 à 30 centimètres entre
vous et la fille en question. Elle est même prête pour le baiser.

Elle n'est pas intéressée :


• Plus on se rapproche, plus elle s'éloigne ;
• Elle essaie de s'enfermer ou elle se tourne dans l'autre sens ;
• Croisez les bras.

Dans tout cela, le contact visuel est vraiment très important, il montre
l'attention et l'engagement !

L'intérêt :

• Il vous regarde dans les yeux et vous sourit de loin ;


• Lors d'un contact visuel, il baisse le regard ou, nerveusement, le
distrait ;
• Les contacts visuels répétés et les sourires multiples sont un signe
certain du langage corporel féminin ;
• Après un échange d'informations, elle vous cherche. Elle
s'applique également à l'intérieur d'un pub et/ou d'un club.

Elle n'est pas intéressée :

• Elle distrait souvent le contact visuel, elle vous regarde


distraitement et elle est froide d'une certaine manière.

Les rires et les sourires sont des indicateurs naturels d'intérêt et


d'approbation. A moins, bien sûr, qu'elle ne se moque de vous !

L'intérêt :

• Il sourit beaucoup pendant que vous parlez ;


• Elle rit quand vous dites quelque chose de drôle ou que vous vous
moquez d'elle ;
• Elle rit aussi quand on ne dit pas quelque chose de drôle.
Elle n'est pas intéressée :

• Elle ne sourit presque jamais ou très rarement ;


• Elle a une expression choquée, en colère ou particulièrement
froide.

Lorsqu'une femme est attirée par un homme, il y a des signes


physiques évidents. Conscients ou inconscients, ce sont des signes
particulièrement positifs, à moins qu'elle ne semble très distraite.

L'intérêt :
• Il joue avec les pointes de ses cheveux ;
• Il passe souvent ses mains dans ses cheveux/sa queue, etc ;
• Il pousse ses cheveux vers l'arrière pour exposer son cou ;
• Il joue avec ses bijoux : il tord sa bague ou touche son collier ;
• Elle touche le bord d'un verre ou des objets près d'elle ;
• Elle passe ses mains sur des zones érogènes comme le cou, la
clavicule, le poignet ou les cuisses.

Elle n'est pas intéressée :

• Elle n'arrête pas de taper des doigts ou de vérifier souvent son


téléphone. C'est un signe de nervosité qui suggère un désintérêt.

La passion et le bonheur sont des signes très clairs dans le langage


corporel d'une femme.

L'intérêt :

• Elle s'assied et est très attentive à vos paroles ;


• Elle parle avec une passion particulière. Le volume de sa voix est
très élevé ;
• Ses expressions faciales sont très vivantes : elle lève les sourcils
et garde les yeux grands ouverts ;
• Elle fait des gestes avec ses mains pour exprimer ce qu'elle dit.
• Elle ne vous intéresse pas :
• Elle répond par des phrases courtes ou un seul mot.

Le contact physique reste le moyen le plus efficace de se connecter


avec les autres et de montrer ses intentions. Des études montrent que
le contact physique établit la confiance, l'affection et ... l'attraction !

L’intérêts :

• Elle sourit, continue de parler et son corps est très détendu quand
on la touche ;
• Elle réagit à votre toucher, en touchant une partie de votre corps
en guise de réponse ;
• Elle accepte votre main sur sa jambe.

Elle n'est pas intéressée :


• Elle devient nerveuse quand on la touche ;
• Elle vous repousse ou vous pousse quand vous essayez de la
toucher.

Et bien sûr, encore une fois, vous pouvez expérimenter avec le miroir !
CHAPITRE 3

Pouvez-vous détecter l'attraction entre deux


personnes ?

Avez-vous déjà été le seul, à table, à avoir remarqué que deux


connaissances flirtaient ? Ou au moins l'un d'entre eux, et vous avez
constaté le manque d'intérêt de l'autre ?
Si la réponse est oui, alors vous êtes un très bon observateur, et vous
avez une forte empathie.

Comment distinguer deux "amants" ? Qu'est-ce qui les trahit devant


l'œil extérieur ?

1. Observez les yeux et les regards

Les yeux sont le premier point de contact : notez si vous les


cherchez et les rencontrez souvent, avec des regards intenses et
durables.
Les pupilles des deux personnes se dilatent et les expressions du
visage deviennent "rêveuses", ce qui montre un niveau élevé
d'implication.
Lorsqu'ils sont en groupe, les deux se regardent en secret ou
évitent de le faire par gêne.

2. Faites attention aux lèvres et aux sourires.


Il mord ses lèvres, elle humidifie les siennes.
Tous deux sont attentifs à la bouche de l'autre et lui parlent tout
près : l'envie de s'embrasser fait son chemin !
Ils sourient ouvertement, spontanément, hochent la tête et se
regardent.
Ils ne peuvent pas cacher leur agitation, en riant exagérément et
en soulignant certaines attitudes.

3. Notez les changements dans la voix et la position du corps

La voix est changée, élevée ou chuchotée.


Ils parlent avec complicité et un style de langage similaire,
limitent les pauses et expriment leur appréciation.
Ceux qui ressentent une attraction imitent inconsciemment le
langage corporel de l'autre : ils copient ses mouvements,
prennent une position en miroir, etc.
Même ceux qui regardent de l'extérieur peuvent remarquer un
fort degré de complicité.

4. Identifier des gestes et des contacts particuliers

Tous deux recherchent un contact indirect, en fixant leurs


vêtements et leurs cheveux ou en touchant des parties de leur
corps et des objets.
Lorsque la distance devient plus exclusive, il peut y avoir des
contacts et des excuses pour se toucher.
La femme montre les parties du corps les plus séduisantes,
l'homme les plus viriles.
Le torse tendu vers la personne concernée et les pieds tournés
dans sa direction sont des indicateurs importants d'intérêt.
L'attraction est une magie qui se produit et ne peut être contrôlée.
Nous ne savons pas comment cela se passe.
Parfois, c'est une flamme de passion qui brûle et s'épuise ;
d'autres, le prélude à quelque chose de plus grand.
En tout cas, lorsqu'il y a attraction entre deux personnes, les
signaux envoyés par le corps sont indéniables !
Donc, si vous êtes témoin de ces dynamiques entre votre, ou
votre, petit ami, vous devriez intervenir le plus tôt possible pour
interrompre ce flux de compréhension sexuelle !
CHAPITRE 4
Les 24 règles pour déchiffrer les femmes avec
lesquelles vous traitez

Que ce soit votre sœur, votre mère, votre amie ou votre compagne,
savoir lire les signaux du langage corporel féminin ne peut qu'être
bénéfique pour votre vie. Si les femmes se rendent compte qu'elles
sont comprises par leur interlocuteur masculin, elles se sentiront plus à
l'aise et vous pourrez profiter d'une interaction plus profonde et plus
authentique.
Alors c'est clair : savoir lire le langage corporel féminin vous aidera
à comprendre si, dans le domaine de la séduction, vous vous en sortez
bien ou pas, et vous saurez éventuellement ajuster votre tir.
Attention toutefois à ne pas être obsédée ou influencée par le
langage corporel féminin. Il peut arriver qu'elle ne soit pas d'accord
avec vous sur un sujet et que vous manifestiez donc un malaise, mais
cela ne signifie pas que vous ne pourrez pas la séduire juste pour cela !
Tout comme il peut arriver qu'une femme ne montre pas beaucoup
d'intérêt mais soit très attirée par vous. Ou bien certaines femmes
envoient des tonnes de faux signaux d'intérêt. Alors, jouez votre jeu,
puis ajustez en conséquence.
Ci-dessous, les 24 piliers qui soutiennent les certitudes et les
incertitudes (conscientes et inconscientes) d'une femme :

1. Prendre un objet et l'utiliser comme barrière

Les barrières (fabriquées de quelque manière que ce soit) représentent


une façon de protéger le corps, également dans un sens métaphorique.
Cela signifie que si une fille fait un obstacle pendant qu'elle vous
parle, c'est que quelque chose ne va pas.
Les barrières peuvent être faites avec plusieurs choses : une boisson,
un paquet de cigarettes, un sac, etc...

2. Se protéger derrière un objet

Une autre façon de faire une barrière est de se protéger derrière un


objet, tel qu'une chaise, une bouteille, un poteau, etc.
Comme pour le signal précédent, si une femme fait une barrière
pendant qu'elle vous parle, cela signifie qu'elle n'apprécie pas quelque
chose.

3. Les bras croisés

Les fameux bras croisés ne sont rien d'autre qu'une forme de barrière
fabriquée à l'aide de notre propre corps. Outre l'inconfort, les bras
croisés pourraient être dus au froid : en effet, lorsque nous avons froid,
l'une des premières choses que nous faisons est de croiser les bras.
Il s'ensuit que vous parlez à une fille qui a les bras croisés, à moins
qu'elle ne se sente froide, elle communique qu'elle n'aime pas quelque
chose dans cette interaction.

4. Des bras croisés renforcés

Semblable au signal précédent, mais plus fort.


Elle consiste à saisir les bras avec les mains (et éventuellement aussi à
les serrer) ainsi qu'à les croiser. Ce signal communique une forte gêne
ou une irritation. Si vous le remarquez chez la fille devant vous, vous
feriez mieux de courir !

5. Un seul bras croisé derrière le dos

En plus des bras croisés classiques, la femme devant vous ne pouvait


croiser qu'un seul bras derrière votre dos.
Habituellement, ce geste représente un léger malaise et le fait qu'elle
cache quelque chose (il se peut aussi qu'elle veuille cacher le malaise
lui-même).

6. Un seul bras croisé

En plus de croiser les bras, vous ne pouvez croiser qu'un seul bras.
Ce signal a la même signification que le fait de croiser les bras, mais il
est plus rassurant, il représente donc une gêne plus légère.
Habituellement, dans une conversation, il est plus facile de faire ce
geste et ensuite de le relâcher plutôt que le classique croisement des
bras (cela peut arriver par exemple en raison de légères dissonances
d'opinion).

7. Chevilles croisées

Les bras ne sont pas les seules parties du corps que vous pouvez
traverser pour ériger des barrières lorsque vous ressentez un malaise.
En fait, une autre partie du corps que vous pouvez traverser sont vos
chevilles. Surtout quand vous êtes assis.
Comme pour les armes, ce signal est aussi une attitude défensive.

8. Jambes et bras croisés

Lorsqu'une femme est assise, elle peut faire un bouclier en joignant ses
bras à ses jambes.
Cette position représente une attitude de fermeture et donc si vous la
remarquez chez la femme en face de vous... vous savez déjà ce que
cela signifie.

9. Jambes croisées

La position jambes croisées est un signe d'intérêt féminin et s'adresse à


ceux qui sont dans la direction où les pieds de la femme pointent.
C'est une position typiquement féminine (avez-vous la moindre idée
de la douleur que cela peut faire à un homme ?) et il est nécessaire de
concentrer son attention sur les jambes de la femme.
En quelques mots, cela devrait être un geste sexy (ou du moins ce sont
les intentions !) et donc si une femme a les jambes croisées et vous fait
face pendant que vous parlez, continuez, vous vous en sortez bien

10. Faites glisser un pied de la chaussure

Il peut arriver que la femme à qui vous parlez fasse glisser son pied
hors de la chaussure (ce qui est bien si elle porte des talons)... ou
qu'elle fasse une sorte de balancement ou de va-et-vient avec la
chaussure presque vide.
Pour comprendre ce que signifie ce signal, je vous pose une question :
quand enlevez-vous vos chaussures ? Quand vous êtes très à l'aise.
Cela signifie que la femme se sent bien avec vous... sans compter
qu'elle pourrait déjà s'imaginer en train d'enlever ses chaussures pour
plus tard (pour le bon connaisseur, quelques mots).
C'est un signe d'intérêt très fort, donc si vous le remarquez, prenez-la
et donnez-lui ce qu'elle veut.

11. Montrez l'intérieur de la cuisse

L'intérieur de la cuisse est une partie très sensible du corps féminin,


donc l'exposer est un geste assez pertinent.
Je vous dis juste que pour exposer l'intérieur de votre cuisse, une
femme doit ouvrir ses jambes... donc, oui, c'est un signe d'intérêt (et
selon la façon dont il peut être plus ou moins incisif).

12.Sortir le coffre

Le sein, outre qu'il abrite une partie du corps féminin très appréciée
des hommes (la poitrine), est également une partie plutôt vulnérable,
donc le fait de l'exposer est un signe évident d'intérêt.
En plus d'être vulnérable devant vous et de vous envoyer un signal
sexuel clair en montrant vos seins, ce geste sert également à attirer
votre attention sur elle.

13. Montrer le poignet


Montrer son poignet indique la sincérité (il est vraiment difficile de
mentir en montrant ses poignets) et est aussi un signe d'intérêt, bien
qu'assez faible.
Les cas dans lesquels vous le remarquerez le plus facilement sont ceux
où une femme fume (il est très facile de montrer son poignet en tenant
la cigarette) ou lorsqu'elle est assise.

14. Découvrir le cou

Le cou est l'une des zones érogènes féminines les plus fortes et un
point assez délicat du corps. Si elle vous montre son cou, c'est une
invitation claire à poursuivre la cour.

15. Déplacer les cheveux

Une façon particulièrement féminine de montrer son cou est de tirer


ses cheveux vers l'arrière, en les agitant. C'est un geste typiquement
féminin et c'est un signe d'intérêt.

16. Avoir la tête posée sur la paume de la main

Avoir la tête posée sur la paume de la main est un signe qu'il faut être
particulièrement prudent car cela cache des pièges. Si elle a fini de se
tenir la main comme si elle se caressait avec une expression visible,
vivante ou rêveuse, c'est le signe qu'elle s'intéresse à vous.
17. Se faire tenir la tête par la main

Si au contraire elle se tient la tête comme si elle était trop lourde,


utilise sa main pour faire un bouclier partiel pour son visage ou même
utilise un coup de poing au lieu d'une main ouverte, alors le signal
représente l'ennui. Et vous ne voulez pas l'ennuyer, n'est-ce pas ?

18. Avoir la tête posée sur le dos des mains

Si, au lieu d'avoir la tête posée sur la paume d'une main, la fille devant
vous a la tête posée sur le dos de ses mains et a peut-être même une
expression de sourire, alors vous avez un signe positif.

19. Se toucher le cou

Le cou est l'un des points érogènes féminins par excellence.


Il s'ensuit que si elle touche son cou pendant que vous parlez, elle vous
associe au plaisir sexuel. Continuez comme ça !

20. Toucher ses cheveux

De quoi se rapproche le cheveu ? C'est autour de mon cou. C'est


pourquoi, si elle touche/ lisse ses cheveux, elle vous lance un
marqueur d'intérêt.

21. Toucher sa poitrine


Comme je l'ai mentionné plus haut, la poitrine est une partie du corps
très délicate et importante pour une femme, donc si elle touche sa
poitrine lorsqu'elle est avec vous, vous pouvez en être heureux.
Au-delà, quand une femme touche sa poitrine, cela fait tomber
l'attention sur son sein... et c'est une façon de tenter l'autre personne de
regarder.

22. Jouer avec les cheveux

En plus de toucher/ lisser ses cheveux, une femme pourrait aussi jouer
avec. Vous savez quand ils les prennent et les tordent ? Cela.
C'est un geste de ruse, alors faites attention.
Si elle joue avec ses cheveux en vous regardant, en vous souriant ou
en vous donnant d'autres signaux positifs, c'est encore un autre signe
d'intérêt.
Si son expression ou son langage corporel en général n'est pas le
meilleur, elle joue probablement avec ses cheveux par ennui.

23. Toucher l'oreille

Si vous connaissez les zones érogènes féminines, vous saurez que


l'oreille, tout comme le cou, est l'une des meilleures.
C'est pourquoi, lorsqu'une femme touche son oreille pendant que vous
parlez, elle vous donne le feu vert.

24. Passer sa langue sur ses lèvres


Les lèvres d'une femme sont un puissant instrument de séduction...
devinez pourquoi !
Les lèvres sont faites pour embrasser... et si une femme passe sa
langue sur ses lèvres devant vous, eh bien, elle pense à vous
embrasser. Vous pouvez la faire si vous le souhaitez.
CHAPITRE 5
... Et si je n'aime plus mon partenaire ? Quels sont
les signaux d'alerte ?

Bien qu'avec ce manuel nous essayions de vous donner confiance et


espoir afin que vous puissiez trouver le véritable amour et être capable
de déchiffrer le langage corporel de votre bien-aimé, nous ne pouvons
pas négliger un aspect important de l'amour : les changements de
sentiments au fil du temps. Si nous voulons créer cette compréhension
parfaite et être mûrs, nous devons également envisager cette
possibilité, car un véritable amour peut durer de six mois à deux ans
(si vous êtes vraiment chanceux), puis d'autres dynamiques de couple
prennent le relais et ce n'est qu'alors que vous pourrez comprendre si
vous avez fait un bon travail d'union et de compréhension.
Mais comment comprendre si vous n'êtes plus amoureux de votre
partenaire ? Si vous êtes ensemble parce que vous avez peur de la
solitude ; si vous avez peur de perdre des amitiés en commun ou si
vous avez peur de la mauvaise opinion que ses proches pourraient
avoir de vous ; si vous parlez longtemps parce que vous ne voulez pas
le décevoir ou le blesser... Nous pouvons le comprendre ensemble, en
analysant les changements que votre relation a subis ; en examinant le
niveau d'attraction et d'intimité physique, la façon dont vous
communiquez et les schémas relationnels négatifs, vous pouvez vous
faire une idée plus claire et, par conséquent, réaliser s'il vous suffit de
travailler un peu plus dur pour que votre relation fonctionne ou si
l'amour que vous ressentez pour l'autre personne s'estompe lentement.
1. Considérez les changements dans votre vie. Les relations
évoluent, tout comme la réalité qui entoure chaque partenaire.
S'adapter au changement ne signifie pas nécessairement qu'on n'aime
plus. Prenez le temps de réfléchir à ce qui se passe dans votre vie, mais
aussi dans celle de votre partenaire, et à la manière dont les
changements pourraient affecter la dynamique de votre relation.
De nombreux couples traversent une "période idyllique" au cours de
laquelle les gens approfondissent leurs connaissances. Quand elle se
termine et qu'ils commencent à se sentir plus à l'aise, on a le sentiment
que la relation est différente. Toutefois, cela ne signifie pas
nécessairement qu'ils ne s'aiment plus.
De même, les principaux changements qui surviennent dans la vie
personnelle d'une personne, comme la recherche d'un nouvel emploi
ou la perte d'un être cher, peuvent générer un stress fluctuant au sein
du couple. Ces changements peuvent compliquer la dynamique
relationnelle dans l'avenir immédiat, mais cela ne signifie pas que la
relation est vouée à l'échec.
Si vous avez des difficultés à comprendre si votre relation est
influencée par des forces externes ou des sentiments internes,
envisagez de consulter un thérapeute relationnel. Cela pourrait vous
aider à mieux évaluer et exprimer ce que vous ressentez.
2. Pensez à la fréquence à laquelle vous recherchez
physiquement votre partenaire. Lorsque deux personnes sont
amoureuses, elles manifestent souvent leur affection physiquement.
Qu'ils se tiennent la main, se câlinent ou soient simplement assis l'un à
côté de l'autre, ils ont souvent envie de se toucher. Cependant, lorsque
l'amour commence à s'estomper, vous pouvez remarquer que le désir
de tendresse fait défaut.
Peut-être battez-vous en retraite lorsque votre partenaire tente de vous
toucher. Ses caresses autrefois désirées ne sont plus les bienvenues.
Souvent, c'est un signe d'avertissement clair.
N'oubliez pas que souvent, la façon dont vous montrez votre affection
et le temps que vous passez dans l'intimité avec votre partenaire ne
restent pas les mêmes tout au long de la relation. Les changements
dans les contacts physiques ne signifient pas nécessairement que vous
n'êtes plus amoureux.
Il est important de comprendre si le contact physique change parce que
la relation change ou parce que vous ne voulez plus faire de câlins.

3. Observez la fréquence à laquelle vous êtes intime avec votre


partenaire. Si vous ne l'aimez plus, vous constaterez peut-être que
vous ne le voulez plus autant qu'avant. Peut-être que vous ne voulez
pas avoir de relations sexuelles parce que vous vous sentez coupable
ou parce que vous ne vous sentez tout simplement plus connecté avec
lui/elle. Vous pouvez aussi vous sentir tellement offensée et blessée
(c'est peut-être pour cela que vous n'êtes plus amoureuse) que vous ne
partagez pas cela avec lui/elle.
Vous pouvez également remarquer que la qualité des rapports sexuels
a diminué. Peut-être que vous n'aimez plus faire l'amour avec lui ou
que vous ne vous sentez pas assez impliqué émotionnellement pour
maintenir le feu de la passion.
Ne confondez pas les différents degrés d'intimité avec l'absence de
désir sexuel. Gardez à l'esprit qu'il est tout à fait naturel que l'intimité
d'un couple fluctue tout au long de la relation. Cependant, si vous vous
sentez rejeté physiquement et que vous n'avez pas ou peu envie de
maintenir un contact physique, que ce soit par une étreinte ou un
rapport sexuel, cela pourrait être le signe avant-coureur d'un problème
plus grave.

4. Essayez de savoir si vous vous sentez plus attiré par d'autres


personnes ces derniers temps. Il est normal de trouver des personnes
autres que votre partenaire attrayantes. Cependant, si vous semblez
regarder autour de vous plus que d'habitude et remarquer d'autres
personnes, vous n'êtes probablement plus amoureux. Lorsque deux
personnes ressentent une forte implication émotionnelle, elles ont
tendance à ne pas chercher d'autres opportunités. Cependant, lorsque
l'amour meurt, ils sont plus ouverts à la prise en compte de la réalité
environnante.
Vous pouvez également constater que vous vous moquez que votre
partenaire regarde d'autres personnes. Ce qui vous dérangeait autrefois
ne vous dérange plus aujourd'hui car vous ne ressentez plus le même
lien ou le même transport qu'autrefois.

5. Demandez-vous si vous préférez passer du temps avec


quelqu'un d'autre que votre partenaire. En général, les couples
amoureux veulent se voir aussi souvent que possible. Cependant, vous
pouvez en arriver à un point où la proximité de l'autre personne est
tout sauf agréable. Peut-être annuler des rendez-vous et faire d'autres
plans pour éviter sa compagnie.

6. Écoutez-vous pendant que vous parlez à votre partenaire. La


plupart du temps, les amoureux utilisent un langage doux et
respectueux. Cependant, si l'étincelle d'amour fait défaut, chacun peut
remarquer les aspects désagréables de l'autre et, par conséquent, les
mettre en évidence dans son discours.
Par exemple, vous pouvez remarquer que vous êtes trop méticuleux
avec lui ou que vous critiquez souvent son comportement, mais vous
pouvez aussi parler de lui en mal avec vos amis et votre famille.

7. Demandez-vous si vous ne vous confiez plus comme avant.


Votre partenaire a probablement été la première personne à laquelle
vous avez voulu vous ouvrir d'une certaine manière. Cependant, vous
préférez maintenant parler à tout le monde sauf à lui. L'idée de
partager vos pensées, vos sentiments, vos émotions et vos
informations personnelles avec votre partenaire peut vous sembler
épuisante ou vous pensez simplement qu'il ne mérite pas de vous
connaître.
Il se peut aussi que vous ne vouliez pas écouter ce qu'il a à dire. Peut-
être n'êtes-vous pas intéressé ou ne pensez-vous pas qu'ils méritent
votre attention.

8. Notez si vous avez du mal à communiquer. Lorsque vous


parlez à votre partenaire, est-ce parce que vous sentez que vous devez
le faire ? Avez-vous des difficultés à trouver des sujets de discussion
ou avez-vous du mal à lui parler ? Dans ce cas, il est probable que
vous ne soyez plus amoureux.
Au début, les problèmes de communication au sein du couple ne sont
pas évidents. Par exemple, la qualité et le contenu des conversations
peuvent commencer à devenir de plus en plus superficiels. Au fil du
temps, vous pouvez avoir l'impression que la fréquence va s'amincir
jusqu'à ce que vous tombiez dans le mutisme le plus complet.

9. Demandez-vous si vous avez des secrets. La sincérité est l'une


des caractéristiques de l'amour. Si vous commencez à cacher quelque
chose à votre partenaire, même des activités simples que vous n'auriez
pas omis auparavant, peut-être que vos sentiments changent. Si vous
ne vous sentez pas à l'aise ou si vous ne voulez pas partager ce que
vous faites au quotidien, peut-être n'êtes-vous plus amoureux.

10. Contrôlez la façon dont vous communiquez avec les autres. Si


le dialogue avec votre partenaire est pratiquement inexistant, mais que
vous vous retrouvez à bavarder pendant des heures avec un collègue
ou d'autres personnes, cette attitude peut indiquer que vous regardez
autour de vous. Peut-être n'aimez-vous plus parler à votre partenaire
parce que vous êtes attiré ou amoureux d'une autre personne.
Si vous vous ouvrez à quelqu'un avec des détails très intimes et
personnels, vous n'êtes probablement plus amoureux de votre
partenaire. Votre intérêt pour quelqu'un d'autre peut suggérer une
attirance physique ou simplement que vous n'êtes pas très en phase
avec votre partenaire.

11. Demandez-vous si vous évitez de parler de l'avenir. Quand on


est amoureux, on ne peut s'empêcher de s'enthousiasmer en pensant à
l'avenir pour le partager avec ceux qui nous entourent. Si vous
regardez devant vous, mais que vous ne le voyez pas, peut-être n'êtes-
vous plus amoureux.
Peut-être même changerez-vous de sujet lorsque votre partenaire vous
fera partager ses projets d'avenir, éviter de vous poser des questions
sur votre avenir ou même penser à prendre du recul par rapport aux
projets dont vous avez toujours parlé, comme avoir des enfants ou
acheter une maison ensemble.

12. Essayez de comprendre si vous êtes jaloux des autres couples


ou si vous vous sentez mal à l'aise avec eux. Lorsque vous passez
une soirée avec un couple très proche, êtes-vous jaloux de leur lien ?
Vous préférez être ailleurs en ce moment ? Si la présence de deux
personnes qui s'aiment vous met en difficulté, c'est peut-être parce que
vous n'êtes plus amoureux de votre partenaire.

13. Demandez-vous si vous vous souciez encore de surmonter les


contrastes. Vous avez peut-être remarqué qu'au début de la relation,
vous étiez très déterminé à résoudre les problèmes et les désaccords
qui surgissaient de temps en temps. Cependant, cela ne vous intéresse
plus. Si vous n'essayez pas de trouver une solution, vous risquez de ne
plus vous sentir impliqué dans cette relation.
De même, vous pouvez constater que vous ignorez les problèmes que
vous avez essayé de résoudre. Peut-être pensez-vous que cela n'en vaut
plus la peine, ou bien vous vous en fichez tout simplement.

14. Pensez à ce que vous ressentez lorsque vous dites "Je t'aime".
Avez-vous l'impression de mentir lorsque vous dites à votre partenaire
que vous l'aimez ? Vous sentez-vous obligé de dire ces deux petits
mots puissants ? Dans ce cas, il est très probable que vous ne soyez
plus amoureux.
Il en va de même lorsque l'autre personne vous dit qu'elle vous aime.
Vous pouvez vous sentir mal à l'aise ou même coupable lorsqu'ils
prononcent ces mots. Gardez à l'esprit que si vous dites que vous
l'aimez juste parce que vous vous sentez obligé, vous êtes
définitivement prêt à mettre fin à cette relation.
CHAPITRE 6

Couple d'affinités en astrologie

S'il est vrai que le signe du zodiaque influence le comportement des


individus, alors le désir de vérifier la compatibilité astrologique d'un
couple est logique. Le zodiaque est une partie de la sphère céleste,
divisée en 12 sections appelées signes. Ils prennent le nom de la
constellation située dans ses limites au deuxième siècle avant Jésus-
Christ. On pense que les signes du zodiaque sont originaires de
Mésopotamie vers 2000 avant J.-C. ; les Grecs ont adopté les
symboles des Babyloniens et les ont transmis à d'autres civilisations
anciennes.
Le nom des constellations est associé à des figures religieuses ou
mythologiques, ou à des animaux et des objets de l'Antiquité ; en 1925
et 1928, l'Union astronomique internationale a fixé leur nombre (88),
leurs noms et leurs limites. Les astrologues établissent des cartes,
appelées horoscopes, sur lesquelles sont indiquées les positions que les
corps célestes occupaient au moment de la naissance d'une personne.
La position des étoiles le long de l'écliptique, c'est-à-dire le long de la
trajectoire du Soleil dans son mouvement apparent autour de la Terre,
est importante.
Lorsque les astrologues établissent qu'une personne appartient à un
certain signe, ils se réfèrent au point que le Soleil occupait au moment
de la naissance de cette personne. L'horoscope est ensuite divisé en 12
"maisons", qui constituent la période de 24 heures pendant laquelle la
Terre effectue une rotation complète autour de son axe. Chaque
maison a un rapport avec un aspect spécifique de la vie d'une
personne, comme le mariage, la santé, le travail, les voyages.
SEDUCTION
INTRODUCTION

Les relations, l'amour et le sexe sont des thèmes qui ont toujours
fasciné et excité les êtres humains. Aujourd'hui, les études sur la
psychologie, les effets biologiques et hormonaux ont permis de faire
d'énormes progrès dans ce domaine et de définir les lignes directrices
d'une stratégie de séduction idéale.
Toutes les réactions liées à la séduction se déroulent sur le plan
émotionnel et neuronal, avec la mise en place d'une lutte
psychologique entre le prétendant et le courtisé. Cependant, il est très
important de ne pas adopter ces techniques uniquement pour des
conquêtes sexuelles, mais pour identifier le partenaire idéal et peut-
être établir une relation heureuse et durable avec lui.
Pour ce faire, il convient toutefois d'éliminer définitivement tous les
préjugés présents à cet égard et de mettre en œuvre une stratégie,
personnalisée, qui comporte une attention particulière à la commission
d'erreurs et à la mise en œuvre d'une attitude qui tend à exalter ses
talents plutôt que ses faiblesses. La stratégie vise également à capter
l'intérêt de la contrepartie qui réagit différemment selon les signaux
envoyés par le séducteur. C'est pourquoi une bonne stratégie doit
accorder une grande importance aux instincts. Il est en effet
impossible d'étudier toutes les réactions possibles que l'autre partie
pourrait mettre en œuvre et il est donc nécessaire de combler ces
lacunes théoriques en s'appuyant sur une réaction instinctive de
l'organisme qui soit adéquate et qui conduise aux objectifs fixés.
Il est également important de comprendre que le succès de la
stratégie de séduction ne dépend pas de la position sociale qu'elle
occupe. Les hommes et les femmes qui sont dans la partie de
courtoisie, au moins pendant la phase initiale,uniquement sur la
conversation et les intérêts du séducteur.
La séduction peut même durer plusieurs mois. Un sujet peut être
réticent à s'ouvrir à une relation, même s'il est clair qu'il a un intérêt
particulier pour le séducteur, et que ce dernier doit donc faire preuve
de ténacité et de patience, grâce auxquelles il doit désamorcer la
résistance émotionnelle du courtisé et établir une relation avec lui.
La séduction ne prendra fin que lorsque les deux sujets seront dans
une situation de confort ou plutôt de bien-être général, ce qu'il ne faut
pas confondre avec la monotonie. Même une fois qu'il a atteint cet
état, le séducteur est obligé de poursuivre sa cour, en surprenant et en
rassurant constamment son partenaire. C'est seulement ainsi, en effet,
qu'une relation peut être définie comme saine et que le séducteur aura
atteint son objectif, qui est de faire coïncider le but de sa vie avec celui
de son partenaire.
CHAPITRE 1

Comment devenir séducteur

La séduction peut être considérée comme un véritable art. Elle peut


être définie comme la capacité à attirer l'attention émotionnelle
d'autres sujets, dans un but non seulement sexuel mais aussi
sentimental. La séduction, en effet, exploite les lignes invisibles
tracées par le sentiment, c'est-à-dire une sorte d'harmonie qui permet
de relier les pensées et les émotions des autres. C'est aussi pour cette
raison que les sujets empathiques, c'est-à-dire ceux qui sont capables
de percevoir plus que d'autres les sentiments ressentis par d'autres
individus, sont plus à même d'appliquer des techniques de séduction.
Étant un art, la séduction peut également être raffinée et n'est pas
seulement le résultat de capacités innées présentes chez les individus
depuis leur naissance. Il est possible d'optimiser les résultats et
d'identifier les erreurs qui peuvent compromettre le succès d'une
approche aimante. Devenir un séducteur nécessite donc de l'étude, de
l'application et de la désinhibition. En fait, seuls ceux qui parviennent
à être spontanés tout au long de la phase de courtoisie pourront profiter
des avantages non seulement dans l'immédiat, mais aussi dans en
établissant une relation saine et durable.
Afin d'optimiser votre technique de séduction, vous pouvez vous
inspirer d'exemples classiques du passé et les imprimer dans une
mentalité actuelle. Les hommes et les femmes sont constamment
soumis à des influences idéologiques qui peuvent entraîner des
changements psychologiques et biologiques. Si, par exemple, l'homme
a été considéré pendant des siècles comme la figure séduisante, ou
plutôt le sexe sur lequel repose le fardeau de la cour, ce concept a
aujourd'hui profondément changé. La femme est également devenue,
en fait, grâce à un processus d'affirmation au sein de la société généré
par des luttes et des manifestations intellectuelles, une séductrice
potentielle, avec toutes les implications psychologiques qui en
découlent.
Sur les traces de Casanova
Comme prévu, pour réussir dans le domaine complexe de la séduction
et de la cour, il est possible de se référer à un exemple classique du
passé. Casanova, dans ses mémoires, raconte qu'au cours de ses 73
ans, il a eu plus de 120 liaisons amoureuses avec autant de femmes.
Cependant, il a utilisé une technique bien pensée qui lui a permis de
séduire non seulement n'importe quelle femme, mais aussi des filles et
des femmes des couches supérieures de la société qui lui garantiraient
une relation affective qualitativement plus satisfaisante. Il n'a pu, grâce
à son savoir, approcher des femmes d'une extrême beauté, toutes de
sang noble, qu'en mettant en pratique son savoir de séducteur.
Ce que Casanova a laissé au monde entier, cependant, est une simple
autobiographie. Il ne fait jamais référence dans ses mémoires à la
technique avec laquelle il abordait ces filles et aux méthodes de
séduction utilisées. Le plus grand conquérant de tous les temps, du
moins dans le domaine de l'amour, a cependant mis en évidence sa
tendance à tomber amoureux facilement, sa fragilité devant un corps
féminin.
L'homme présente généralement des faiblesses beaucoup plus
importantes que la femme. Il se présente avec une série d'inhibitions
qui ne lui permettent pas de se montrer aux femmes de la bonne
manière, en soulignant les aspects négatifs de son caractère et en
dissimulant ses qualités. La femme, en revanche, bénéficie d'une
grande sécurité que celle que possède le sexe masculin, ce qui lui
permet d'aborder une relation d'une manière différente, en se plaçant
souvent sur un plan plus élevé que son partenaire.
Dans chaque tentative de séduction, on met donc en pratique un
algorithme qui doit tenir compte d'une série de variables, implicites
dans les caractères et les personnalités des deux sujets, et qui doit
s'adapter à tout imprévu. Beaucoup dépend de la maturité avec
laquelle on juge et de la sécurité, même si elle est apparente, dont on
fait preuve.
1.1.1 - Courtiser est un art : l'apprendre est fondamental pour
réussir dans la vie.
Casanova a fait de la séduction non pas une simple technique
d'approche mais un véritable art. Bien qu'il n'ait jamais été possible de
retracer la manière dont son idéologie relationnelle a été mise en
œuvre, il a réussi à se faire connaître dans le monde entier pour ses
réalisations. C'est précisément dans ce sens que la séduction est
considérée comme le fruit d'un instinct artistique capable de montrer
son talent, non pas d'un point de vue sexuel, mais d'un point de vue
purement empathique.
La cour consiste en fait à mettre en pratique une série d'attitudes, de
clins d'œil et de blagues capables de provoquer et d'éveiller une
émotion, qui pourrait bientôt se transformer en attraction, dans un
autre sujet. En même temps, il faut faire très attention à ne pas
commettre d'erreurs qui pourraient dégonfler la relation, déplacer
l'attention du partenaire vers une autre personne ou réduire sa
réputation. Il est donc possible de comparer tout l'acte de séduction à
une partie d'échecs, où le prétendant joue les premiers coups et doit
pouvoir aller jusqu'à l'échec et mat sans trop accélérer et sans risquer
de prendre des risques excessifs qui pourraient conduire à la défaite,
tout en restant aussi spontané et naturel que possible.
Pour toutes ces raisons, la séduction est un art. Pouvoir rester froid et
naturel, ne pas paniquer et garantir la sincérité et l'honnêteté tout au
long de la relation est parfois très compliqué. L'esprit humain, en effet,
doit faire face à un stress excessif pendant la cour et, pour cette raison,
ne peut pas garantir qu'il conserve la lucidité nécessaire pour atteindre
son but.
Il est donc essentiel de maîtriser au mieux tout l'art de la cour. Il est
important de comprendre que l'attirance pour un autre sujet ne doit pas
être obtenue par des plans qui impliquent la force ou la manipulation,
mais doit être obtenue par l'influence empathique que la fascination et
la sécurité peuvent générer. L'attraction, cependant, n'est que la phase
qui précède la séduction : une fois obtenue, il est nécessaire de
maintenir la concentration à un niveau élevé afin de pouvoir optimiser
sa stratégie relationnelle. Tout le
confort qui constitue la base d'une relation durable doit être basé sur
l'attraction.
Mieux vaut être Casanova que Don Giovanni

Il est également très important de comprendre la différence entre la


figure de Casanova et celle de Don Giovanni. Ce dernier personnage a
en effet attiré un nombre de femmes beaucoup plus important que
celles séduites par Casanova. La raison, cependant, ne réside pas dans
la capacité à impliquer complètement les femmes mais dans la manière
dont la technique de séduction est mise en œuvre. Casanova, en effet,
ne séduisait que les femmes appartenant à l'élite de la société de
l'époque, tandis que Don Giovanni avait pour seul but la réalisation de
rapports sexuels. La mentalité est donc complètement opposée, malgré
les deux attitudes et les deux idéologies appartiennent au concept de
séduction.
En réalité, cependant, la technique adoptée par Don Giovanni n'est pas
considérée comme un véritable art. Son plan relationnel n'était pas
basé sur la mise en pratique d'une série de phases qui mèneraient
d'abord à l'attraction puis à la conquête émotionnelle, mais sur la folie
de son homologue et sa naïveté. En ce sens, la séduction apparaît
comme un acte vil et indécent, adopté dans le seul but de satisfaire son
plaisir sexuel.
Cependant, une relation ne peut pas être basée uniquement sur cela,
car l'attraction pourrait bientôt prendre fin et le prétendant serait obligé
de trouver constamment de nouveaux partenaires à manipuler. La
séduction de Casanova s'avère donc nettement plus raffinée, plus liée à
l'émotion réelle qu'au désir sexuel, et finalement plus artistique. Il est
donc bon de distinguer les genres de séduction, notamment en fonction
des objectifs que les sujets se fixent. Cependant, l'être humain, qu'il
soit homme ou femme, a toujours tendance à chercher un partenaire
qui puisse l'accompagner pour le reste de sa vie, à vouloir établir une
relation durable capable d'assurer un avenir radieux et à rechercher un
partenaire ou un compagnon capable de garantir constamment l'intérêt
et le désir : en bref, l'être humain poursuit toujours le véritable amour.
L'idée d'homéostasie : la reproduction est le
principal objectif de la vie humaine.

Bien qu'il semble cynique de le dire, le but principal de l'humanité est


de se reproduire. Tous les individus sont en effet liés à un aspect
purement instinctif qui lie l'homme au monde animal. Pour continuer à
vivre à travers les siècles et pour dominer et gouverner la planète
entière, les êtres humains ont dû se reproduire. L'accouplement a
provoqué une variation génétique de plus en plus hybride. En ce sens,
l'homme a pris le chemin de l'évolution, ce qui a conduit à des
processus d'amélioration et de sélection. Ainsi, l'homme a vu
augmenter la probabilité de survie, l'espérance de vie et a modifié les
raisons de la reproduction.
La principale motivation qui conduit à la reproduction aujourd'hui
n'est pas la survie du genre, mais l'amour. L'être humain se reproduit
pour former une famille avec son partenaire, et l'acte d'accouplement
représente le sommet qui exprime les sentiments mutuels. Une fois
que la famille est formée, l'homme doit se protéger et protéger les
autres des dangers et des éléments négatifs qui caractérisent la société.
Et c'est précisément de cette manière que se forme ce qu'on appelle
l'homéostasie sociale. L'être humain ne pourrait pas se reproduire si
chaque individu restait toujours dans sa propre maison. Mais dès qu'il
part, il s'expose à des dangers et à de fausses séductions, et il est donc
important de reconnaître les aspects positifs de la vie et de les
poursuivre.
Cette homéostasie se caractérise également par son dynamisme, qui
permet à l'être humain de suivre la voie de l'évolution et de ne pas
s'arrêter au simple acte de reproduction. En bref, selon cette théorie, la
reproduction représente le point culminant de la vie de l'homme, car
tout le cortex cérébral est orienté de manière à garantir une réponse
efficace pour assurer non seulement la survie mais aussi la
reproduction ; en même temps, son importance est éclipsée par tous les
intérêts et les plaisirs, mais aussi les déceptions, les douleurs et les
chagrins qui composent la vie.
Chaque homme est un maillon de la chaîne
biologique naturelle
Si nous analysons la vie de l'homme, il est possible de constater que
chaque individu n'est rien d'autre qu'un minuscule maillon de la chaîne
biologique infinie qui représente l'existence entière. Même si ce
discours peut sembler assez cynique, il est évident que sur cette
planète, l'être humain n'est que de passage. La reproduction représente
donc un acte altruiste, qui permet à la chaîne de continuer à s'allonger
et à la vie de tout le genre sur Terre de se poursuivre.
Cependant, l'explosion démographique qui a marqué les siècles passés
a entraîné un changement radical de l'environnement social et
économique. Mais chaque individu n'a pas perdu sa fonction originelle
: l'homme n'est rien d'autre qu'une machine biologique qui doit
garantir la continuité de l'existence du genre auquel il appartient.
L'esprit humain doit donc imaginer la séduction comme un acte tout à
fait naturel et biologique. La cour ne doit donc pas être un élément
anxiogène, mais doit être pratiquée comme une activité spontanée et
nécessaire, utile à l'ensemble de l'humanité. L'avenir de l'humanité
dépend de chaque technique de séduction adoptée avec succès, de
chaque inhibition évitée et de chaque famille qui se forme lentement.
1.3 - Craintes, angoisses et préjugés : tous les obstacles sur la voie
du succès
Le succès de la technique de séduction ne peut être obtenu que si tous
les éléments qui peuvent compromettre l'efficacité de la méthode
utilisée sont compris, abordés et surmontés. Ces éléments obstructifs
sont souvent représentés par des peurs, des angoisses et des anxiétés
qui peuvent caractériser l'ensemble de l'acte de séduction et même les
préjugés que possèdent certains individus par rapport à la manière dont
la cour est faite.
Ces difficultés ne permettent pas de mettre en œuvre ses techniques de
façon spontanée et spontanée, elles conduisent à une distorsion de la
réalité et à une exagération de ses problèmes. Pour avoir une plus
grande probabilité de succès dans ce domaine, il est nécessaire d'avoir
une bonne dose d'estime de soi. Sinon, vos défauts sont exposés et
même surestimés et vous finissez souvent par échouer dans vos
intentions de séduction.
Le rejet comme symbole de la peur

La principale crainte est représentée par la possibilité que l'ensemble


de la cour se termine par un rejet brutal de l'objet individuel d'intérêt
empathique. En réalité, le cauchemar, surtout chez les hommes, est
que ce rejet peut en quelque sorte être transmis à d'autres femmes,
avec pour conséquence que toute tentative d'approche imprudente se
termine de la même manière, c'est-à-dire par un échec.
La naissance de la peur du rejet remonte même aux tribus indigènes,
dans lesquelles chaque guerrier était alterné avec un petit groupe de
femmes, dans le but de se reproduire. Si l'attitude ou la performance
sexuelle du guerrier s'était avérée négative, il aurait été exclu de ce
privilège et les femmes l'auraient rejeté à jamais. Il est donc clair que
le rejet d'une technique de séduction est assimilé a priori à un élément
totalement négatif, ce qui conduit à la création d'un sentiment de peur.
En fait, la société moderne a maintenant dépassé ce concept. Si une
femme rejette un homme, cela ne signifie pas aujourd'hui que d'autres
femmes suivront cette décision. La mentalité de l'être humain a en
effet évolué et s'est de plus en plus tournée vers les extrêmes de la
liberté. L'augmentation des possibilités d'approche d'un individu, grâce
aussi à des techniques informatiques ultra-rapides, a permis
l'élimination presque totale de la variable représentée par la peur, pour
laisser place à la débrouillardise et à l'estime de soi.
La peur est le principal problème qui se manifeste durant la première
phase de tout le processus de séduction, c'est-à-dire l'approche.
L'anxiété et l'angoisse peuvent perturber tous les
plans

Une fois la peur du rejet surmontée, le prétendant est en plein


processus de séduction. Cette phase peut conduire à la formation de
sentiments contradictoires : d'une part, le désir de tout découvrir sur
son partenaire, d'autre part, l'angoisse qui pousse le prétendant à
abandonner sa tentative de fuite. Si le rejet peut être source de tristesse
et de déception, l'anxiété et l'angoisse peuvent avoir des conséquences
encore plus graves. Un sujet anxieux se sentira en effet incapable
d'effectuer une technique de séduction appropriée et sera amené à fuir
en présence de l'autre partie. L'anxiété de l'approche peut donc durer
des semaines, des mois, voire des années.
1.3.3 - Les aspects cachés de la séduction : les préjugés obscurcissent
l'esprit humain
Le dernier obstacle peut être une blessure. En fait, l'être humain suit
des instincts, créés par des distorsions de la réalité qui deviennent des
convictions, ce qui peut conduire à la formation de préjugés. Une très
belle femme n'est pas toujours injoignable : penser à partir déjà
vaincue peut générer un renoncement dû essentiellement à des
préjugés.
Pour cette raison, il est nécessaire d'approfondir la connaissance d'un
sujet qui suscite l'intérêt et l'attraction, avant même de mettre en
pratique la technique de séduction proprement dite. En effet, il est
fondamental de se faire une idée personnelle et correcte d'un individu
et de ne pas se baser sur ce que disent les autres sujets ou sur ce que
l'on pense sans le savoir. Une fois le préjugé surmonté, tous les autres
obstacles disparaissent, perdent leur valeur et peuvent être abordés
avec plus de conviction par leurs propres moyens.
Il est important de ne pas sous-estimer cet obstacle, car souvent la
renonciation à la cour est la principale cause d'échec.
CHAPITRE 2

Comment faire correspondre l'attraction

Le but de l'ensemble de la séduction est de susciter chez le partenaire


un sentiment d'attraction similaire, voire supérieur à celui éprouvé par
le prétendant. Mais atteindre cet objectif n'est pas facile. En effet, le
séducteur doit être capable de provoquer, sans exagération, l'autre
partie, en veillant à ne pas tomber dans le ridicule, la monotonie ou
même l'apathie, car dans ces cas l'attention du partenaire pourrait
facilement être captée par d'autres situations.
Beaucoup de gens pensent que le succès d'une technique de séduction
dépend avant tout de la classe sociale à laquelle le prétendant
appartient. C'est l'excuse la plus classique de quelqu'un qui a tenté
d'approcher un individu et qui a fini par échouer. En fait, quelle que
soit la richesse possédée, une telle approche dépend presque
entièrement des capacités empathiques du séducteur. Comprendre ce
que l'autre partie peut ressentir est un avantage non négligeable. Si l'on
sombre dans l'apathie, la séduction se terminera de la même manière,
que l'on soit un riche prétendant ou un pauvre prétendant. Le seul
élément capable d'influencer une relation peut être la notoriété, mais
dans ce cas, le charme peut ne pas durer longtemps si l'on ne possède
pas les compétences appropriées pour ces situations.
Il est donc bon d'essayer de mettre en œuvre une technique de
séduction à la fois originale et engageante, qui montre tous les points
forts et qui est basée sur l'estime de soi, mais pas sur la vanité.
Les principales règles à suivre pour devenir un
excellent séducteur

Afin d'atteindre vos objectifs relationnels avec un pourcentage de


réussite nettement plus élevé, vous pouvez vous appuyer sur une
théorie de mise en œuvre qui vous permet d'affiner de plus en plus
votre stratégie de séduction. Cette théorie repose sur quelques règles
simples, que le prétendant doit nécessairement suivre et retenir
pendant toute la phase d'approche. Certaines de ces règles peuvent
sembler triviales, mais lorsque la cour commence, ces trivialités
peuvent affecter le succès.
Il y a essentiellement quatre règles à suivre : ne pas imposer votre
attractivité, essayer de susciter des émotions, ne pas tomber dans
l'apathie et suivre votre instinct.
N'imposez pas votre attractivité

Une relation résultant d'une cour réussie doit être totalement spontanée
et naturelle. Cela signifie que le séducteur ne doit jamais essayer d'être
apprécié à tout prix, en imposant son charme et son attrait, mais doit
montrer ses talents afin de déclencher une attraction instinctive chez
l'autre partie.
Souvent, la relation se termine parce que le séducteur peut devenir
brusque ou même violent. Ce n'est en aucun cas un comportement
approprié, surtout si le sujet courtisé appartient au sexe féminin.
Souvent, d'ailleurs, une telle attitude peut être mise en place afin de
combler certaines lacunes que possède le prétendant et dont il a
pleinement conscience. Le résultat, cependant, est de les mettre en
évidence plutôt que de les dissimuler.
Susciter des émotions est le premier pas vers la
conquête du cœur

La conquête du cœur d'un individu n'est que la dernière étape de tout


un processus de séduction, qui peut durer des heures, des jours, des
semaines, voire des mois. Mais la réalisation de cet objectif est liée à
l'accomplissement de petits pas quotidiens, qui sont représentés par la
capacité à susciter de l'autre côté de la relation un sentiment qui
devient de plus en plus grand.
La rapidité avec laquelle il est possible de faire la cour est cependant
dictée par la personne séduite, et plus précisément par son caractère, et
non par le séducteur, qui a pour tâche de ne jamais trop accélérer la
relation, au risque de faire partir en fumée tout ce qu'il a conquis
jusqu'à présent.
Même être capable de sourire un jour sombre peut être un pas
important vers la conquête du cœur. Il va sans dire que le genre
féminin aiment les surprises, les cadeaux et les nouveautés : un
bouquet de roses rouges, une boîte de chocolats et autres gentillesses
de ce genre sont un excellent exemple de la manière de susciter une
émotion simple et de gagner le cœur d'une femme.
L'apathie est l'ennemi de la séduction

Le cas complètement opposé à celui que nous venons de décrire est


l'apathie. Une relation, même aux premiers stades du processus de
séduction, peut rapidement sombrer dans l'apathie et la monotonie.
Cela conduit à une perte d'intérêt rapide, avec pour conséquence
l'échec de toute la relation. Dans ces cas-là, la faute incombe
entièrement au séducteur qui est incapable de provoquer des émotions
valables chez l'autre partie.
L'apathie est considérée comme la situation anti-émotion par
excellence et entraîne des conséquences désagréables et négatives dans
tous les domaines, et pas seulement dans le domaine relationnel. Dans
une tentative d'approche, cette négativité est encore amplifiée et le
sujet courtisé peut évaluer le séducteur comme ennuyeux, fastidieux et
sans charme.
L'apathie ne doit donc pas être comprise comme l'incapacité d'attirer
l'attention de l'autre partie, mais comme l'absence totale de volonté
d'éveiller des sentiments chez elle. C'est souvent le résultat d'un
manque d'intérêt, même de la part du séducteur qui n'entame son
propre processus de séduction que pour une raison se référant au
plaisir, au sens le plus égoïste du terme. Ce type de relations ne dure
donc pas longtemps et se termine parfois avant même d'avoir
commencé.
Dans les relations, l'instinct bat la logique

Il est donc important de suivre les règles qui viennent d'être annoncées
de manière assez stricte. Cela signifierait cependant que toute la
stratégie de séduction serait basée sur la logique. En réalité, une
relation qui implique pleinement des émotions ne peut que suivre
l'instinct. Au contraire, d'une certaine manière, c'est précisément ce
dernier élément qui suscite les émotions les plus fortes et qui est à
l'origine des progrès les plus évidents. On peut donc dire que l'instinct,
au moins en matière de séduction, bat la logique. Un homme ou une
femme qui entre dans la catégorie des courtisés appréciera de plus en
plus un geste tout à fait instinctif, à condition qu'il soit positif, plutôt
qu'une réaction basée sur une logique stricte. En même temps, il n'est
pas possible de fonder la séduction uniquement sur l'instinct, car
l'instinct trahirait tôt ou tard le prétendant, avec des conséquences
négatives qui pourraient même conduire à la fin de la relation.
La théorie du paon s'applique également à l'être
humain

Un des éléments qui conduit à une augmentation des taux de réussite


de la technique dite du paon. Cet animal fantastique est apprécié et
connu dans le monde entier pour sa belle queue, formée de plumes
caractérisées par des couleurs vives et inimitables. Ce que l'être
humain devrait vraiment apprendre de cet animal, cependant, c'est sa
capacité à attirer l'attention.
Un homme est capable de se montrer en portant des vêtements qui
attirent l'attention ou en posant des gestes qui le distinguent, tant
positivement que négativement.
Habituellement, les personnes ayant une beauté esthétique inférieure
sont appelées à se pavaner, en essayant d'une certaine manière de
compenser les déficiences visuelles, surtout lors des premiers rendez-
vous.
Cependant, une fois que vous avez réussi à attirer l'attention du sujet à
qui vous alimentez une attraction particulière, vous pouvez mettre en
évidence toutes les autres qualités de caractère qui ne peuvent être
montrées à l'extérieur. Bien sûr, ce type d'attitude ne peut être mis en
œuvre que si elle est en corrélation avec son propre caractère. Si un
individu a un caractère doux ou neutre, il ne peut pas adopter ce genre
de comportement, ce qui bouleverse sa façon d'être. La théorie du
paon peut en effet avoir des conséquences négatives, en attirant les
antipathies des prétendants concurrents et des sujets courtisés eux-
mêmes.
Être détesté est cependant une méthode pour aborder un sujet. Selon la
théorie du paon, il est en effet très important que, quelle que soit la
réaction générée chez les autres individus, elle attire l'attention de la
société dans son ensemble, en visant certains objectifs en particulier.
La théorie du paon est valable pour les femmes comme pour les
hommes, tant pour les prétendants que pour ceux qui veulent attirer
l'attention afin d'être courtisés.
La position sociale compte-t-elle plus que le
charme ?

Comme annoncé précédemment, l'une des plus grandes erreurs que


l'on puisse commettre dans le domaine de la séduction est de penser
qu'un individu s'intéresse davantage à la réputation et à la position
sociale du prétendant qu'à sa beauté intérieure et extérieure. Ce
concept ne peut être valable que pour une certaine catégorie
d'hommes et de femmes qui se soucient davantage de leur économie
future, plutôt que d'envisager sérieusement les conséquences
émotionnelles et vitales qu'elle pourrait avoir.
Le fait d'occuper une bonne ou une excellente position sociale peut
donc compter de manière favorable si le prétendant est un excellent
séducteur. Parmi les facteurs qui peuvent changer, même légèrement,
la considération et la réputation dans les pensées de l'individu courtisé,
il y a son travail, ses amitiés et son mode de vie.
Mais penser que le succès de la stratégie de séduction adoptée ne
dépend que de cela est une attitude qui met le séducteur en position
d'échec dès la première approche.
Indépendamment de sa propre économie et de son mode de vie, un
prétendant ne doit séduire un sujet que s'il est réellement intéressé et
attiré, sans s'impliquer ou se laisser distraire par d'autres facteurs qui
ne sont pas directement liés à la séduction.
Les responsabilités cèdent la place au flux des
événements

Dans un monde plein de responsabilités, de stress et de charges, les


relations devraient être un moment de loisir et non d'anxiété et
d'angoisse. C'est pourquoi il est conseillé de commencer une relation
sans se surcharger de craintes et d'inquiétudes, mais en laissant les
événements suivre leur cours. C'est un peu comme si l'on comptait sur
le hasard ou le destin, mais c'est l'une des méthodes les plus efficaces
qui vous permet de vous acquitter de vos responsabilités et de vous
fier presque entièrement à votre instinct, en ne laissant à la logique que
l'acte de mettre en œuvre des règles préalablement annoncées.
Une telle attitude permet d'exprimer au mieux son essence, de montrer
les mérites de son caractère et de mettre en évidence les qualités qu'il
possède. Le sens des responsabilités agit dans certains cas comme un
frein inhibiteur et ne permet pas au prétendant de s'exprimer au mieux,
ce qui génère une diminution de l'attention et du niveau d'attraction du
sujet courtisé.
Grain et persévérance : deux éléments
fondamentaux dans l'amour
Deux caractéristiques très appréciées par le prétendant sont la
détermination et l'amour. Surtout si le sujet courtisé est une femme,
ces vertus représentent une valeur non négligeable. Le cran et la
persévérance sont en effet des signes distinctifs de caractère, non
seulement au moment de la séduction, mais tout au long de la vie,
même dans l'avenir éventuel du couple. Pour une femme, le fait de
savoir qu'elle a un homme courageux et qui ne cède jamais à ses côtés
est un élément fondamental qui stimule l'intérêt et l'attraction.
Même une femme avec ces caractéristiques est appréciée dans le
monde masculin.
En fait, le cran est considéré comme un courage inventif. Un séducteur
courageux est capable de mener et de gérer toute la relation, d'animer
une relation monotone et d'animer la conversation. Seule une personne
fougueuse est capable d'assumer des responsabilités, parfois même
pour le couple.
Un sujet persévérant, en revanche, est un combattant né qui
n'abandonne pas trop facilement. Il ne faut pas confondre la
persévérance avec la polémique et l'insistance : un séducteur
persévérant n'est pas mendiant ou nécessiteux, car il est parfaitement
conscient de ce qu'il veut et de ses objectifs et s'efforce de les atteindre
avec ténacité.
Au cours de la séduction, il est possible que le sujet courtisé s'éloigne
du séducteur, peut-être en s'approchant d'autres prétendants potentiels,
pour tester la ténacité du séducteur : si ce dernier jetait immédiatement
l'éponge, cela signifierait que l'intérêt porté n'est pas réel ou fort ;
inversement, si le prétendant s'avère prêt à tout pour retrouver son
amour, alors le sujet courtisé subira une augmentation considérable du
niveau d'attraction.
Séduire une femme : la protéger pour la conquérir

Si la femme se trouve dans la position d'être courtisée, son intérêt est


lié à une attitude particulière mise en œuvre par le séducteur. La
femme veut en effet être protégée et sauvegardée, tant des autres
prétendants possibles que des aspects négatifs de la société et des
craintes de la vie future.
La protection est une caractéristique importante car elle nous permet
de comprendre la force du sentiment d'attirance qu'un homme ressent,
dans ce cas en position de séducteur, envers la femme. La séduction
peut donc également être considérée comme un moment d'étude, au
cours duquel une femme peut comprendre à quel point elle peut
compter sur son futur partenaire et quelles sont ses attentes à son
égard, et permet en même temps à l'homme de comprendre comment
une femme entend être protégée et protégée.
La protection est également un symptôme d'affinité : grâce à elle, il est
possible
d'approfondir de plus en plus la relation afin de déterminer quels sont
les liens réels et les intérêts communs sur lesquels fonder la relation.
Ce qui est souvent sous-estimé, c'est la demande de protection
émotionnelle, dont la femme a besoin. Elle a besoin d'une affection
constante, d'être encouragée et soutenue, surtout dans les moments
délicats et les difficultés.
Plus elle se sent en confiance, plus les
investissements sentimentaux d'une femme dans
son partenaire sont importants

La confiance est également un élément de base dans une relation. En


effet, mais une fois qu'elle a gagné sa confiance, la femme se montre
prête à s'investir totalement dans la relation. C'est pour ça il est très
important pour l'homme d'atteindre ce but, qui est un point
fondamental qui dépasse le cadre de la séduction elle-même. Toutes
les relations, en particulier les relations amoureuses, sont basées sur la
confiance et c'est pour cette raison qu'un homme doit être capable de
surmonter toutes les difficultés pour atteindre celle d'une femme.
Ne laissez pas tout se dérouler trop facilement : les
femmes aiment les bagarres.
S'il était possible de représenter une relation amoureuse dans un
graphique mathématique, celui-ci montrerait certainement une
tendance ondulante et oscillatoire. La vie d'un couple est en effet
caractérisée par des hauts et des bas. Pendant les périodes de
prospérité, l'homme doit toujours être disponible et soutenir son
partenaire autant que possible. À l'inverse, dans les moments difficiles,
c'est-à-dire ceux qui se caractérisent par des incongruités de pensée et
des malentendus, l'homme doit être rigide et ne pas céder autant que
possible à son partenaire. Chaque individu est libre d'exprimer sa
propre pensée, même si parfois celle-ci n'est pas partagée par son
partenaire. Parfois, c'est la femme elle-même qui cherche un moment
de confrontation. En fait, la relation doit faire face à ces moments pour
se renforcer et se consolider, afin de pouvoir surmonter des moments
encore pires. Mais si, dans ces moments-là, l'homme s'avère fragile, la
femme se tournera certainement vers une autre stratégie, qui pourrait
même signifier la fin de la relation.
Il est donc crucial pour l'homme d'être prêt, ferme et courageux dans
ces circonstances. La femme, même si elle ne le démontre pas
pleinement pour l'instant, appréciera grandement une telle attitude et
lui rendra ensuite la pareille en augmentant sa confiance dans son
partenaire et en recherchant une plus grande protection.
La relation entre les hommes et les femmes est donc très difficile à
interpréter, et le succès dépend d'une infinité de facteurs impossibles à
prévoir à l'avance. C'est pourquoi il est nécessaire d'établir non pas une
simple relation, mais une véritable alliance qui permette à chaque
membre du couple de prendre de plus en plus conscience de
l'importance de son partenaire et de lutter contre toute adversité dans
le présent et le future.
CHAPITRE 3

La psychologie dans la séduction

Le processus de séduction se poursuivant dans le temps, des aspects


psychologiques entrent en jeu qui ne peuvent absolument pas être
négligés. Beaucoup de ces aspects sont liés au statut social de l'un des
deux sujets. En fait, il est essentiel de garder sa réputation intacte
quelle que soit la relation et être vu en train de flirter en public pourrait
avoir un impact négatif sur celle-ci. Il peut en résulter une plus grande
ouverture envers le séducteur lorsque la personne courtisée est en
vacances, ou en tout cas loin de la société dans laquelle elle vit. A
l'inverse, dans la vie quotidienne, les sujets ont tendance à conserver
une plus grande discrétion. Le séducteur est tenu de ne pas rompre cet
équilibre ou de ne pas le forcer. Il n'est pas facile de s'introduire dans
la vie d'un individu et il n'est pas possible d'obtenir immédiatement
tout ce que l'on veut, tant physiquement qu'émotionnellement. De
nombreuses personnes, par exemple, n'acceptent pas de contact avant
un certain temps, alors que beaucoup d'autres sont plus expansives à
cet égard.
La raison principale de ce balancement émotionnel se trouve dans les
conséquences sociales et psychologiques d'une relation.
Configuration d'une relation sexuelle

En parlant de psychologie, il devient impossible de ne pas parler de


sexe. L'être humain accorde beaucoup d'importance au sexe en tant
qu'expression maximale du plaisir physique. Mais l'approche
séduisante ne doit pas se fonder uniquement sur la réalisation de cet
objectif, car on finirait par perdre de vue toutes les autres
caractéristiques qui composent une relation. Le sexe peut améliorer
l'estime de soi, apporter des avantages émotionnels et même accroître
l'efficacité intellectuelle d'une personne. Nombre de ces avantages sont
dus à la libération énergétique et hormonale qui a lieu dans le corps
humain, avant, pendant et après l'acte sexuel.
Il est toutefois important de ne pas en arriver rapidement à avoir des
relations sexuelles. Non pas parce que cela indique dans la société
moderne, une sous-estimation de son propre corps, mais parce que ce
faisant, on accélère trop le temps, ne permettant pas d'obtenir une
connaissance adéquate de l'autre partie et générant une réduction
progressive du désir physique et mental.
Le sexe fait désormais partie de la société en tant qu'élément ordinaire,
et a progressivement perdu le charme et la modestie qui le
caractérisaient autrefois. C'est pourquoi il devient important, d'un
point de vue psychologique, de revenir à une plus grande protection de
son corps, ce qui ne peut se faire qu'avec une prise de conscience de
l'importance du physique.
Les trois phases de la cour

Vous pouvez diviser la séduction en trois étapes ou phases différentes.


La subdivision n'a lieu que sur une base chronologique, mais la durée
de chaque phase varie en fonction des attitudes adoptées par les deux
protagonistes de la relation.
La première phase de la cour s'appelle l'approche. Il s'agit d'une phase
très particulière dans la mesure où le séducteur doit intuiter la
prédisposition du sujet sur lequel il a un intérêt. Sur la base de cette
intuition, le séducteur peut essayer d'adopter une approche
plus ou moins impétueuse. Il arrive cependant que l'intuition initiale se
révèle fausse et que le séducteur doive rapidement revenir sur ses pas
avant que l'autre partie ne détermine la fin prématurée de la relation.
Dans la phase initiale, les deux sujets commencent leur connaissance,
généralement avec une attitude qui tend à une froideur principalement
due à la méfiance. En fait, le corps humain a tendance à ne pas faire
confiance à l'autre trop rapidement et les tensions émotionnelles et
musculaires ne se relâchent que lorsque le sujet courtisé commence à
faire confiance au séducteur. L'avenir et la solidité de la relation
dépendront avant tout de cette phase, qui peut être considérée comme
le moment où le couple commence à jeter les bases de la relation
ensemble.
La phase centrale est définie comme la phase constructive de la
relation entre deux sujets. En plus des intérêts, dans cette phase, le
véritable caractère et la personnalité des membres individuels du
couple, initialement cachés, commencent à émerger. Les deux sujets,
cependant, ont tendance à garder cachés les vrais défauts, ceux dont ils
ont le plus honte. Il est important dans cette phase de multiplier les
contacts : le fait que même le sujet courtisé tente de rechercher le
soutien du séducteur est synonyme d'intérêt. Au cours de cette phase,
les premiers contacts physiques non négligeables, tels que les étreintes
ou les baisers, peuvent même être atteints. Ces contacts ne doivent pas
être sous-estimés par le séducteur, car ils représentent une réelle
ouverture de la part de la personne courtisée vers une relation plus
profonde et plus sérieuse.
La troisième phase est au contraire celle qui détermine la fin de la
séduction et le véritable début de la relation. La connaissance, à ce
stade de la relation, est beaucoup plus établie et les premiers signes de
confiance commencent à se manifester. Habituellement, dans cette
phase, l'un des deux sujets pourrait entraîner des accès de jalousie, qui
doivent cependant toujours être interprétés dans une vision optimiste.
La jalousie est en fait un signal fort indiquant que le sujet se soucie
d'une manière particulière de son homologue et, par conséquent,
pourrait s'avérer être un premier sentiment de véritable amour. Cette
phase est également fondamentale, car commettre une erreur pendant
que la relation se solidifie entraînerait un effondrement du niveau de
confiance, avec toutes les conséquences imaginables.
La subdivision du processus de séduction amène à penser à
l'importance de maintenir les rythmes bas pendant ces phases
relationnelles initiales. En fait, l'accélération pourrait apporter un
bénéfice immédiat, peut-être même un contact physique rapide, mais
elle n'apporte pas de bénéfices relationnels futurs. Dans ce cas, la
relation s'avérera être une fin en soi et, en dehors de l'esthétique, les
sujets ne se connaîtront que très peu. La confiance ne décollera jamais
vraiment et la relation se fermera dans un avenir proche.
L'attraction : secrets et conseils
Afin de garantir que les trois phases se terminent régulièrement et
correctement, il convient de cultiver l'intérêt et l'attrait. Si pendant la
phase d'approche, le séducteur est obligé de freiner sa volonté et ses
désirs, en ne s'appuyant que partiellement sur l'instinct, ce qui lui
garantit une bonne dose de spontanéité et de naturel, dans les phases
suivantes, l'augmentation de la confiance lui permet de jouer un peu
avec l'imagination.
Il est donc nécessaire d'identifier certaines méthodes qui permettent
d'augmenter l'attraction qu'un sujet ressent
envers son partenaire. Ce jeu d'attractions est né de secrets cachés et
seulement partiellement révélés, afin de rendre l'autre partie curieuse.
Les secrets peuvent concerner des événements de votre passé, des
surprises pour votre avenir ou même des révélations piquantes sur le
sexe. La relation ne peut devenir piquante que si les deux sujets, en
plus de se chercher, ont tendance à se provoquer mutuellement,
d'abord seulement mentalement, de manière à augmenter le désir
ressenti par l'un envers l'autre, et seulement ensuite aussi sur le plan
physique.
La provocation représente donc un stimulus psycho-physique très
important, qui permet des avancées importantes dans la relation du
couple.
Se sentir à l'aise signifie avoir atteint ses objectifs

Beaucoup de gens se demandent quel est le bon moment pour


interrompre le processus de séduction et se lancer dans la vie d'un vrai
couple. En réalité, il n'est pas possible de définir a priori le moment le
plus approprié pour effectuer ce type de traduction, non seulement
relationnelle, mais aussi mentale. Ce qui pourrait être utile en ce sens,
c'est de comprendre son propre sentiment et son niveau de bien-être.
La confiance, dans ce sens, peut devenir un indicateur très important.
Au moment où un sujet, qu'il soit séducteur ou courtisé, se sent
capable de dire un secret ou toute autre nouvelle à son partenaire, il est
alors possible de considérer que la phase de séduction est terminée. La
confiance est en fait synonyme de confiance totale : certaines
nouvelles ne sont annoncées que si vous êtes certain que votre
partenaire est capable de les garder correctement.
Et, bien sûr, la confiance est la base d'une relation saine et durable.
Dans ce cas, il est important de maximiser votre niveau d'empathie,
car vous devez savoir si votre partenaire se trouve dans un état de
confidentialité similaire au vôtre. Si vous estimez que votre partenaire
est tout aussi prêt et capable de se confier à vous de la même manière,
alors vous pouvez vous sentir tout à fait à l'aise ; inversement, si vous
estimez que votre partenaire n'est pas encore prêt à franchir cette étape
importante, alors vous devez prolonger le processus de séduction,
peut-être en trouvant d'autres moyens d'accroître encore votre
confiance en vous.
Par conséquent, la phase qui anticipe la fin du processus de séduction
se caractérise par l'application d'un jeu psychologique et empathique
que chacun des deux sujets est appelé à interpréter. La reconnaissance
des sentiments d'autrui est en tout cas l'une des conditions requises
pour définir un couple complet et fait partie intégrante du processus de
séduction.
Les erreurs les plus courantes commises dans le
cadre d'une approche relationnelle

Chacune des phases précédemment analysées peut générer une série


d'erreurs qui peuvent mener à la ruine de la relation ou créer les
conditions idéales, pour autant qu'elle se termine clairement. Il y a des
erreurs très particulières, qui se réfèrent à un cas unique ou à une
situation extrême, et des erreurs qui, au contraire, engagent dans une
plus large mesure un grand nombre d'aspirants séducteurs.
Ces erreurs peuvent être le résulta d'une inexpérience totale ou être
causées par des facteurs qui agissent directement sur les différents
systèmes de l'organisme humain. Dans ce dernier cas, l'anxiété, qui
prend des connotations
catastrophiques dans certaines circonstances, fait certainement partie
de ces dernières. Dans ces cas, le séducteur devra trouver d'autres
moyens de gérer une relation sans risquer d'être dominé par ce
sentiment, qui pourrait même prendre des formes pathologiques.
Afin d'éviter de commettre des erreurs et des fautes, il est parfois
nécessaire de mettre en place une sorte de stratégie théorique
séduisante qui permet à la relation de se poursuivre selon certains
plans fixes. Cela pourrait
toutefois éliminer totalement la variante instinctive, qui permet de
rester spontané, surtout pendant la phase d'approche. Il ne reste donc
plus qu'à garder à l'esprit les effets qui pourraient découler de certaines
de ces erreurs afin d'essayer de les éviter, lors de l'approche
séduisante.
L'erreur la plus courante que peut commettre un séducteur est de
vouloir avoir des relations sexuelles le plus rapidement possible. Aller
droit au but est synonyme de peu de maturité sur le plan relationnel et
de peu de respect non seulement envers son partenaire, mais aussi
envers soi-même. Il est bon de respecter le moment de l'adaptation à
une relation qui est la sienne et celle des autres, et de suivre de
manière optimale les échelles de temps de l'évolution de la relation.
Beaucoup de femmes, en position de courtiser, ont tendance à
s'éloigner de leur séducteur précisément parce que ce dernier
manifeste son désir sexuel de façon excessivement évidente. Cela
entraîne une réduction du niveau de confiance et ne permet pas à la
femme d'acquérir la confiance nécessaire pour assurer la poursuite
d'une relation saine.
Le confort est un objectif et non le point de départ

Le confort a déjà été identifié comme un indicateur de bien-être dans


une relation. Il représente donc le point final du processus de séduction
et le point de départ d'une relation.
Se sentir à l'aise, cependant, doit être une réussite. Dans une relation
juste et saine, il n'est pas possible de se sentir ainsi dès le début. Il est
important de se fier à son instinct, mais il est encore plus important de
se fier à son instinct, mais il est encore plus important de se sentir libre
de la phase d'approche pour parler d'une manière qui soit totalement
exempte de freins inhibiteurs. En outre, le confort ne doit pas être
confondu avec la monotonie ou l'apathie, qui, comme nous l'avons vu
plus haut, sont les principales raisons de l'échec de la relation.
Bien commencer mais mal continuer

Une autre erreur peut cependant se produire dans la phase centrale et


finale du processus de séduction. Dans ce cas, le séducteur a une
approche presque
optimale, mais il se retrouve sans arguments dans les moments
suivants. Souvent, cette erreur est due à un manque d'intérêt réel pour
le partenaire ou à un manque de compréhension empathique de l'autre
partie. Cette attitude peut être améliorée avec le temps, mais un sujet
n'est pas toujours prêt à attendre longtemps que son séducteur affine sa
technique.
C'est pourquoi il est important de remplir les journées de votre
partenaire de manière complète, en organisant des événements et en
essayant constamment de le surprendre de manière positive. Pour ce
faire, il n'est pas nécessaire d'inventer quelque chose de frappant tous
les jours, mais il suffit de mettre en pratique des gestes simples, qui
peuvent même améliorer sa journée avec un sourire.
L'importance des trois premières secondes :
briser la glace

La phase la plus compliquée de l'ensemble du processus de séduction


est celle qui anticipe la phase d'approche. En fait, les trois premières
secondes prennent une importance considérable dans la cour. Faire une
erreur dans ces quelques moments est difficile mais pas impossible. Il
suffit parfois d'un regard, d'un rire excessif, pour compromettre toute
possibilité de réussite dans la relation.
Indépendamment de la possibilité de se tromper, ces trois secondes
représentent le moment crucial pendant lequel le séducteur doit briser
la glace. Toute relation commence par un embarras total pour les
protagonistes. Briser la glace est le moyen de transformer cette gêne
en énergie positive. Il suffit de peu, d'une blague, d'une présentation au
style simple et élégant, ou vous pouvez surprendre le sujet courtisé de
n'importe quelle manière, même en l'effrayant.
Cependant, comme nous l'avons dit, il est important de ne pas attirer
les aversions de la personne courtisée, sinon vous finiriez par ruiner la
relation avant même de l'avoir commencée.
Même dans ces moments-là, la psychologie joue un rôle de premier
plan. Un simple échange de regards peut en effet prendre des
significations beaucoup plus larges que celles qu'ils représentent d'un
point de vue cynique. Il est possible d'en déduire l'avenir de la relation,
d'entrevoir une seule miette d'intérêt sur laquelle fonder la séduction et
même de comprendre les pensées vécues "sur la peau" par le sujet
courtisé. Le séducteur, en tout cas doit faire preuve de confiance en soi
et ne pas paniquer. La prise de conscience par ses propres moyens
reste la seule arme disponible à exhiber lors d'un processus de
séduction, et la perdre pendant les trois premières secondes
représenterait une chute de style ainsi qu'un véritable échec.
CHAPITRE 4

Comment comprendre si l'intérêt est mutuel

Bien entendu, une approche séduisante ne peut se poursuivre de


manière appropriée et conduire à la construction d'une véritable
relation que si la personne courtisée montre également de l'intérêt. Cet
intérêt est d'abord purement physique. Le séducteur, en effet, pendant
toute la phase de la démarche ne peut se montrer que dans son aspect
esthétique et dans sa façon de s'habiller, mais aussi dans ses attitudes,
qui pourraient être construites ad hoc et mises en pratique juste pour
l'occasion. Sans un intérêt esthétique sous-jacent, la relation ne pourra
guère progresser, mais ce n'est pas toujours le cas. De nombreux
sujets, d'un niveau esthétique inférieur à d'autres, par exemple, n'ont
pu mener un processus de séduction qu'après avoir noué une forte
amitié avec le sujet qui les intéresse.
Une fois le test esthétique passé, c'est-à-dire une fois que la personne
courtisée a donné son accord tacite pour continuer la séduction, il est
possible de montrer toutes les autres qualités, mais aussi tous les autres
défauts, que la personne courtisée devra évaluer. Naturellement,
deviner si l'intérêt de la personne courtisée est réel ou apparent devient
très compliquée.
Il y a cependant des signes irréprochables qui montrent clairement ce
que pense le prétendant et que, bien sûr, le séducteur est tenu de saisir.
Ce sont des expressions faciales, comme la gêne, la surprise, mais
aussi le dégoût et l'ennui, ou certains indices, comme le fait de baisser
le regard et de toucher ses cheveux.
Suivre attentivement les mouvements de votre partenaire est donc un
grand avantage, car cela vous permet de mettre en place une stratégie
de séduction visant ce dernier est conscient que chaque détail pourrait
être amplifié, même de façon remarquable, au fur et à mesure que la
relation se poursuit, et il est obligé de comprendre s'il est prêt ou non à
supporter les éléments négatifs de son caractère, en ne prêtant
attention qu'aux positifs, ou si certaines caractéristiques lui sont
insupportables.
A l'inverse, le séducteur est tenu de comprendre si l'intérêt de l'autre
partie est réel ou apparent.
Quels sont les indicateurs d'intérêt les plus
courants ?

Il n'est pas facile de comprendre quelles peuvent être les réactions d'un
sujet courtisé. Beaucoup dépend de son caractère. Il est beaucoup plus
facile de comprendre un individu expansif qu'un sujet timide et gênant.
De plus, il faut considérer que l'être humain, par habitude et par
l'imposition de la société, a été amené à porter de plus en plus un
masque pour dissimuler son vrai caractère, qui ne se manifestera que
dans des relations intimes et durables. Compte tenu de cela, la
possibilité de à les anticiper. L'empathie est en effet une vertu très
importante dans ce domaine et permet d'obtenir un excellent
pourcentage positif de tentatives de séduction.
Reconnaître le manque d'intérêt en prêtant
attention à certains comportements

Si le partenaire ne montre aucun intérêt, le séducteur doit alors décider


s'il doit changer sa stratégie de séduction ou changer totalement la
personne qu'il veut séduire. Le sentiment est un sentiment qui surgit
généralement immédiatement entre deux individus, alors qu'il ne peut
que rarement se former au fur et à mesure que la relation se poursuit.
Il y a certains signaux que le sujet courtisé lance, parfois même par
inadvertance, au séducteur pour indiquer le manque d'intérêt qu'il
ressent. Cette apathie peut être générée par l'absence d'objectifs
communs, la différence d'âge ou l'incapacité de séduire le tentateur. Si
le sujet courtisé, par exemple, baille, cela signifie que l'attention portée
à la cour a complètement disparu, et qu'il faut donc animer la soirée ou
abandonner sa tentative.
Un autre signal qui peut être catégorisé dans ce domaine est l'absence
de réponses pendant la conversation. Généralement, ce type de
situation conduit à la formation d'un sentiment de gêne qui enveloppe
les deux sujets, qui seront plus tentés de ne pas poursuivre la relation.
Le sujet désintéressé a également tendance à tourner son regard vers
d'autres objectifs, à essayer de converser avec d'autres sujets ou à
utiliser son smartphone au milieu du dialogue.
La théorie de l'"épaule" : efficacité et résultats

De nombreux séducteurs ont indiqué que l'utilisation d'une épaule était


la stratégie idéale pour augmenter leurs chances de succès. S'appuyer
sur une épaule, c'est-à-dire sur un sujet qui aide de quelque manière
que ce soit à poursuivre la cour, permet de mettre en évidence les
vertus du séducteur, mais aussi de lui profiter dans la phase
d'approche.
En fait, comme mentionné ci-dessus, l'une des plus grandes difficultés
pour le séducteur survient lorsqu'il doit briser la glace, c'est-à-dire
initialiser la relation avec le sujet sur lequel il a un intérêt. L'épaule a
pour tâche d'aborder le sujet au nom du client, mais pas seulement.
L'épaule a toujours pour tâche de recevoir les amis ou les petites amies
du sujet que le séducteur veut courtiser, afin de ne pas interférer avec
la poursuite de la relation entre les deux amants possibles.
Ce type de stratégie peut être mis en œuvre en particulier dans les
environnements
très fréquentés, comme les lieux publics ou les discothèques, mais elle
n'est pas efficace dans tous les autres cas. En fait, la personne courtisée
préfère toujours avoir une relation en face à face avec son séducteur.
De plus, de nos jours, les chats, utilisés à la fois dans les ordinateurs
personnels et les smartphones, permettent d'entrer en relation directe
avec la personne que vous souhaitez séduire, ce qui simplifie la mise
en œuvre de toute la stratégie de courtage.
Il est donc toujours bon d'étudier attentivement votre stratégie de
séduction, en fonction de vos habitudes et de celles de votre
partenaire, et il est essentiel d'assumer tout type de situation ou de
scénario, afin d'être prêt à mettre en pratique une attitude correcte,
quoi qu'il arrive.
La simplicité comme moyen le plus efficace
d'attirer l'attention

L'étonnement est l'une des réactions considérées comme les plus


favorables dans un processus de séduction. Mais il est toujours
important de garder à l'esprit que l'exagération peut conduire à un effet
totalement contraire à celui souhaité. Le conseil est donc d'utiliser la
simplicité comme seule arme gagnante. Pouvoir gagner le cœur d'un
individu en n'utilisant que la simplicité permet d'atteindre la
conscience que le sujet courtisé est réellement intéressé, voire
amoureux, du caractère et de la personnalité du séducteur. À l'inverse,
si le prétendant compte sur des cadeaux et autres expédients pour
séduire un autre individu, il aura toujours l'impression que l'esprit
plutôt que le cœur de l'autre partie a été gagné. C'est pourquoi le
séducteur, s'il a l'intention d'acheter un cadeau
ou une pensée qui pourrait surprendre son partenaire, devra attendre la
fin de la démarche pour le faire.
Cela évite également de créer une accélération excessive du processus
de séduction, ce qui provoquerait des réactions indésirables chez
l'autre partie.
Il est donc possible d'attirer l'attention tout en restant dans une large
gamme de simplicité. Et c'est l'objectif qu'un vrai séducteur doit
pouvoir atteindre : être apprécié dans la simplicité, en effet, va
renforcer l'humeur du couple lorsque les moments d'émerveillement
seront générés.
En outre, la simplicité réduira les effets des attitudes négatives et des
caractéristiques non appréciées par l'autre partie. Tout sera étouffé et
l'amplification excessive des sentiments sera inhibée.
Être soi-même signifie se faire aimer pour ce que
l'on est.

La seule façon de garantir que la simplicité soit maintenue pendant


toute la durée de la cour est d'être soi-même.
Ce n'est que sans altérer l'image de soi qu'il est possible d'obtenir des
avantages durables dans une relation amoureuse.
La simplicité et la spontanéité permettent au futur partenaire
d'apprécier son séducteur pour ce qu'il est vraiment, sans créer une
fausse image du sujet devant lui.
Le seul élément qu'il faut réellement inhiber est l'anxiété qui, même si
elle est l'une des caractéristiques d'une personnalité et d'un sujet, ne
permet pas de poursuivre une relation saine. De plus, l'anxiété ne
permet pas d'être vraiment soi-même, car toutes les fonctions
biologiques et psychiques sont altérées et confuses et les attitudes qui
en découlent ne contiennent qu'une miette par rapport à l'idée initiale
que l'on voulait vraiment adopter.
Le fait de garder un profil bas, sans exagérer les attitudes et les
avancées séduisantes, conduira également à un niveau d'anxiété
beaucoup plus faible, avec un bien-être général considérablement plus
élevé. Un tel comportement, en plus de réduire les erreurs de
génération, contribue à augmenter l'estime de soi, ce qui condui
à une meilleure maîtrise des situations, à la gestion de son humeur et à
un contrôle empathique accru.
La simplicité augmente donc considérablement les chances de mener à
bien l'ensemble du processus de séduction, atteindre tous les objectifs
que le prétendant s'était fixés, tant sur le plan sentimental que sexuel.
CONCLUSIONS

En fin de compte, la séduction peut être définie comme le jeu


psychique le plus excitant et le plus engageant qui existe, car il permet
d'exalter ses instincts et nécessite un engagement unique et
inimaginable. Il est important de ne pas sous-estimer la constance et
l'engagement qui exigent une approche séduisante, car, sans ces
éléments, on finirait presque certainement par échouer dans ses
intentions.
En matière de séduction, il est donc fondamental de comprendre ce
que peut penser l'autre partie et de savoir si l'intérêt est réciproque ou
non. Dans ce cas également, il s'agit d'un jeu purement empathique,
dans lequel le séducteur est tenu de prêter une attention particulière à
tous les mouvements, même les plus petits, et à toutes les expressions,
notamment les expressions du visage de son interlocuteur, qui lui
permettent d'anticiper et de surprendre ainsi son partenaire.
Pour ce faire, il est possible de s'appuyer sur une épaule ou de mener
les opérations d'approche en première personne. Dans les deux cas,
cependant, vous devez toujours adopter une attitude simple, qui vous
permette de montrer votre personnalité de manière réelle et sincère. Ce
genre d'attitude sera certainement apprécié par l'interlocuteur qui sera
appelé à provoquer et à attirer l'attention du séducteur, parfois même
de manière très explicite.
Le séducteur est également tenu de modifier la stratégie avec laquelle
il entend courtiser un certain sujet en fonction de sa personnalité et de
son caractère. Il est impossible de séduire une personne timide avec
une attitude fanfaronne et exagérée, tout comme il est impossible de
séduire une personne expansive avec une stratégie ennuyeuse et
monotone.
Le séducteur est donc obligé d'appliquer toutes les connaissances en
matière sexuelle et psychique de manière à augmenter autant que
possible les chances d'atteindre les objectifs fixés et de réussir, en
espérant un avenir de couple heureux et durable.
L'ESTIME DE SOI DANS LA SÉDUCTION
CHAPITRE 1

Mot de passe : estime de soi


L'estime de soi est fondamentale pour tirer le meilleur parti de la vie. Parce que le niveau
d'estime de soi d'une personne provient d'une comparaison entre elle-même et le monde qui
l'entoure, si la comparaison est fausse, les conclusions sont fausses.

L'estime de soi est l'idée que chacun se fait de lui-même. Comme une "évaluation". Quel est
votre score ?

Comme il s'agit d'un concept subjectif, de l'extérieur, le jugement que l'individu porte sur lui-
même et que nous percevons peut être complètement différent de ce que nous pensons
objectivement être correct.
Par exemple : une personne faible peut avoir une faible estime de soi et se considérer toujours
comme médiocre même si elle ne l'est pas. À l'inverse, une personne apparente peut penser
que rien ne lui est interdit parce qu'à ce moment-là, elle a beaucoup de succès.
Ce dernier exemple nous fait comprendre que l'estime de soi n'est pas un concept statique,
mais dynamique. Comme une grande entreprise qui est normalement assez stable, mais qui
peut connaître des hauts et des bas, générés par des événements qui se produisent en son sein
ou à l'extérieur. Bien sûr, il serait souhaitable que l'estime de soi reste toujours au plus haut
niveau, mais c'est une utopie !
L'estime de soi peut venir de l'intérieur ou de l'extérieur de soi.
Une estime de soi réussie
Aujourd'hui, malheureusement, elle tend à venir de l'extérieur, par la chimère du succès, vu
sous ses innombrables formes : richesse, carrière, prestige, victoire, etc.
La croyance commune est simple : c'est vrai si vous réalisez quelque chose dans le domaine
dans lequel vous travaillez ou vivez. Rien n'est plus absurde, car on confie ainsi son propre
bonheur à un résultat, qui souvent ne dépend même pas entièrement de nous (conditions
faciles, chance, etc.). Un tel résultat est souvent si matériel qu'il s'agit souvent de frapper un
concept aussi spirituel que le bonheur. Ce que vous obtenez est un substitut de l'estime de soi.
La personne ne développe pas de réelle volonté, mais sa force est uniquement orientée vers la
réalisation de l'objectif, elle est donc névrosée.
Par exemple, il existe de nombreuses techniques pour augmenter l'estime de soi (nous vous
en montrerons quelques-unes plus tard), et même de nombreuses écoles avec des cours et des
examens (par exemple le PNB). En général, toutes ces disciplines tendent à utiliser
l'amélioration de l'estime de soi pour réussir dans la vie, libérant ainsi tout discours éthique
et/ou existentiel de l'amélioration du sujet. En réalité, il s'agit toujours de "convaincre" le sujet
en augmentant sa confiance en soi. N'oubliez pas : le changement, l'auto-analyse, doit partir de
vous !
Ce mécanisme peut conduire à certains résultats, mais si vous lisez la définition de l'estime
de soi, vous en comprendrez les limites : je peux avoir une faible estime de soi parce que j'ai
peu confiance en moi, alors "je me donne une mauvaise note". Si j'augmente la confiance, cela
augmente aussi l'estime de soi, mais cela n'a rien à voir avec le monde extérieur et peut faire
plus de mal que de bien.

Voyons l'exemple classique :


Luigi est un commercial qui a une faible estime de soi. Cela le pénalise beaucoup dans son
travail. Il décide donc de s'inscrire à un cours de SIG (You're Immensely Great), une nouvelle
technique infaillible pour augmenter son estime de soi. Au bout de six mois, sa confiance en
lui a triplé et il ressent en lui un enthousiasme sans précédent. Il se lance dans son travail avec
un grand dévouement, améliorant ses résultats. Il obtient une augmentation de 15% des ventes
(SIG fonctionne !). Est-ce que ça va ? Analysons la situation objectivement.
Luigi est tellement imbu de sa nouvelle activité qu'il travaille 30% de plus qu'avant, pour lui
il n'y a que du travail, le seul domaine dans lequel il sent qu'il "vaut" quelque chose.
Le seul à avoir tiré profit de cette situation est certainement l'entreprise (augmentation du
chiffre d'affaires avec un petit bonus pour Luigi), mais Luigi est le rare d'avant, une sorte de
"nerd" du travail qui obtient quelque chose de plus parce qu'il a été "programmé" pour
travailler beaucoup plus. Au premier échec, Luigi s'effondre et retourne à ce qu'il était avant.
Luigi aurait dû comprendre que dans le travail (comme dans toute activité où il y a un
résultat) il suffit de donner le meilleur de soi, de jeter son cœur par-dessus la ligne d'arrivée,
sans avoir l'angoisse de la victoire. Si les résultats sont encore médiocres, nous pouvons nous
en contenter ou choisir une autre voie plus facile (par exemple, la réduction des effectifs dans
le travail ou les études), sans ressentir le poids stupide de la défaite. Il est nécessaire de
comprendre comment se débarrasser de l'estime de soi de la réussite :

Pour comprendre les limites de ce choix ;


Trouvez un meilleur choix.

Pour réaliser le premier point, nous devons travailler sur 4 concepts.

1) Votre valeur est indépendante de ce que les autres pensent de vous - Essayez de
fréquenter les bars en dehors des studios de télévision d'un grand diffuseur ; beaucoup de
jeunes filles essaient cette approche avec des agents plus ou moins douteux pour "aller à la
télévision". Leur estime de soi est nulle, ils sont prêts à s'exciter si quelqu'un leur dit "bien" et
à déprimer si on les écarte. Il en va de même pour les grandes ou présumées (à de rares
exceptions près). Morale : ceux qui courent après le succès et qui pensent qu'ils n'existent que
s'ils deviennent célèbres n'existent pas vraiment, ils ne brillent pas de leur propre lumière.
C'est comme la lune : belle de loin parce que le soleil l'éclaire, mais déserte et fantomatique
vue de près. Le point 1) est celui qui nous permet d'affronter un examen en toute tranquillité
ou de nous déclarer à la personne que nous aimons.
Dans le premier cas, il est important de savoir ce que nous avons fait "avant", de ressentir avec
une conscience claire, et non le vœu que nous allons faire. Nous devons considérer l'examen
comme un moyen supplémentaire d'apprendre quelque chose, et non comme un jugement sur
notre personnalité.
Dans le second cas, quelle que soit la réponse, nous restons ce que nous sommes : si la
réponse est négative, il est inutile de désespérer (avec la phrase classique : "sans elle, ma vie
n'a pas de sens" : qui ne sait pas comment vivre par lui-même comment peut-il attendre d'une
autre personne qu'elle résolve sa vie?), nous avons compris que nous avions tort en visant la
mauvaise personne. Nous pouvons nous tourner vers d'autres pays pour améliorer notre vie.

2) Personne ne doit se sentir moins important qu'une autre personne - ce concept est
très important. Chacun de nous a sa propre dignité et nous ne pouvons pas la perdre en
réduisant notre identité devant une autre personne. On peut l'estimer, mais pas l'adorer ou le
craindre. Trop de gens s'annulent devant un supérieur ou un supérieur présumé ; richesse,
noblesse, hiérarchie, succès : rien de tout cela ne peut justifier de se sentir inférieur devant
quelqu'un, quel qu'il soit. Il peut y avoir du respect, mais pas de soumission. Ceux qui se
dépersonnalisent en un mythe ne s'estiment souvent pas assez. Pensez au fan qui attend
pendant des heures son chanteur ou son acteur préféré, pensez au fan qui se dépersonnalise
dans l'équipe. Le gagnant n'est pas le fan, même si avec son fan il pense avoir un rôle dans
l'histoire d'un succès sportif. Ce sont les joueurs qui sont riches et célèbres : même si l'équipe
remporte le trophée maximum, le fan ne reste qu'un zéro anonyme. Le supporter doit le faire
pour le bien du sport qu'il regarde, et non pour exalter sa personnalité dans une victoire qu'il
croit à tort être la sienne. Les gangs de jeunes sont un exemple vraiment inquiétant de manque
d'estime de soi. L'individu se réunit en groupe pour se sentir plus fort, plus important, mais ce
faisant, il ne réalise pas qu'il signe sa nullité existentielle. Dans un gang, seul le chef compte
pour quelque chose : comment un individu peut-il accepter de recevoir des ordres d'un être qui
lui ressemble dans un régime fondamentalement dictatorial ?
Vous sentez-vous en admiration devant un supérieur, ne savez-vous pas comment répondre
calmement et sereinement à ses prétentions absurdes, vous sentez-vous excité devant une
personne puissante ? Si c'est le cas, vous vous considérez comme moins important que lui et
votre estime de soi fait défaut. Il est incroyable de voir comment des populations entières
acceptent encore la monarchie (un exemple de désenchantement massif). Comment peut-on
accepter que, par sa naissance, une personne ait plus de droits que moi ?
3) Personne ne doit se considérer comme plus important qu'une autre personne - Il ne
faut évidemment pas faire l'erreur inverse : ceux qui se surestiment (et qui pensent être
meilleurs que les autres et font tout leur possible pour le faire paraître) sont fondamentalement
stupides. Contrairement à la fille qui se croit laide, c'est la femme qui se croit belle et qui ne
voit pas tous les défauts pour lesquels les hommes l'évitent. Le concept d'estime de soi n'a rien
à voir avec la superbe surestimation de sa propre personnalité. Ceux qui pensent être
importants (la phrase classique : "Elle ne sait pas qui je suis !") n'ont en fait aucune estime de
soi car la plupart du temps ils se rendent ridicules ou, dans le cas de personnes puissantes ou
présumées puissantes, ils se rendent odieux ou haineux. Personne ne peut m'imposer un signe
d'estime, quel qu'il soit. Ceux qui pensent avoir le moindre privilège pour la position sociale
qu'ils ont atteinte, pour le succès qu'ils ont obtenu, pour le rang hiérarchique qu'ils occupent,
etc. n'ont pas une véritable estime d'eux-mêmes ; en fait, s'ils pensent ainsi, ils se
considéreront comme inférieurs à ceux qui sont au-dessus d'eux.

4) Qui doit prouver qu'il vaut quelque chose ne vaut rien - Un joueur d'échecs médiocre
lorsqu'il perd est utilisé pour trouver des excuses telles que des trous de concentration, des
variantes malchanceuses ou autre, tandis que lorsqu'il gagne, il se félicite de ses jeux
merveilleux et s'en vante auprès de tous ceux qu'il rencontre : il ne considère même pas le fait
que ce jour-là, c'était l'adversaire qui n'était pas très concentré ! Un sportif pratique son sport
non pas parce qu'il l'aime, mais parce qu'il lui permet d'émerger dans un groupe de personnes,
un groupe au sein duquel il a ses victimes qui rient fortement chaque fois qu'il parvient à les
battre. Un adolescent défie un de ses pairs dans une épreuve de courage et, si celui-ci refuse
(parce qu'il est plus intelligent), il se moque de lui en le traitant de lâche.
Trois courts exemples pour montrer combien sont courantes les personnes qui sont toujours
en compétition, parce qu'elles pensent que la comparaison avec les autres est l'étalon pour
mesurer leur propre valeur. Souvent, ces personnes n'aiment pas vraiment ce qu'elles font,
mais elles le font juste pour se démarquer, pour se sentir importantes. La plupart du temps, ils
n'obtiennent que des résultats légèrement supérieurs à la moyenne, mais ils les exagèrent pour
magnifier leur image : ils sont très peu nombreux. Ceux qui sont vraiment utiles n'ont pas
besoin de prouver leur valeur.
La comparaison avec soi-même
Beaucoup de gens pensent qu'ils sont immunisés contre l'amour-propre de la réussite avec un
raisonnement similaire : j'ai atteint un point dans ma vie où je me rends compte que je n'ai rien
à prouver à personne, mais à moi-même je le fais. Qu'y a-t-il de mal à cela ?
Dans ce raisonnement, il y a deux lacunes.

La première est une insécurité profonde car, dans tous les cas, l'estime de soi est basée sur ce
que vous pouvez faire, sur les résultats. Comme nous le verrons dans le paragraphe suivant,
l'individu a une valeur indépendamment de ce qu'il peut faire parce qu'il a des valeurs morales
et des objets d'amour.

La seconde est qu'implicitement, on se confronte aux autres. En fait, on a tendance à choisir


des choses qui seraient difficiles à faire pour les autres. Comme pour dire : je le fais pour moi,
pour me prouver que je suis meilleur que les autres. En fait, si l'on devait choisir quelque
chose que tout le monde peut faire, il n'y aurait "aucun goût". Vous voulez toujours vous
distinguer.
L'estime de soi à partir des valeurs morales

Le lecteur doit avoir senti que l'estime de soi doit venir de l'intérieur, pour être positive et
durable. Malheureusement, le plus simple est de considérer simplement les valeurs morales
comme suffisantes pour l'estime de soi du sujet. Une personne honnête, bonne, qui craint
Dieu, etc. peut être objectivement considérée comme une très belle personne, mais n'a souvent
pas une bonne estime d'elle-même, même si elle est immunisée contre la flatterie du succès.
La raison en est que ses qualités ne sont pas existentielles, elles sont plutôt abstraites et ont des
points de contact discontinus avec la réalité. En d'autres termes, être honnête est oublié ou
n'est pas utilisé pendant une grande partie de la journée. Si la valeur morale n'est pas
transformée en valeur existentielle (par exemple, lorsqu'elle est associée à une profession bien-
aimée et pleinement vécue), elle est incapable de construire une bonne estime de soi. C'est le
cas de tous ceux qui font de la spiritualité un pivot de leur vie, mais qui sont ensuite
incapables de l'utiliser pour s'apprécier eux-mêmes.
Il faut dire que la crise des valeurs qui est invoquée de toutes parts (pensez aux appels de
l'Église catholique contre le matérialisme rampant) est souvent le résultat du passage d'une
estime de soi fondée sur des valeurs morales à une estime fondée sur la réussite.
L'estime de soi à partir des valeurs existentielles

Aujourd'hui, le bien-être a trouvé un facteur commun à toutes les personnes qui sont
heureuses : la présence d'objets d'amour. Celles-ci deviennent les valeurs existentielles sur
lesquelles doit reposer l'estime de soi du sujet. Non pas sur la réussite, non pas seulement sur
les valeurs morales, mais aussi sur les valeurs existentielles, c'est-à-dire sur les objets d'amour.
Ce n'est qu'avec cette révolution qu'il est possible de construire une bonne estime de soi. C'est
tout ? Oui, mais il doit être bien compris. En fait : beaucoup de gens ont des objets d'amour,
mais ils finissent par ne pas les utiliser dans la construction de l'estime de soi, continuant à
chercher le succès.
D'autres ne comprennent pas comment inclure dans leur vie les facteurs à prendre en compte
de toute façon, c'est-à-dire le succès et les valeurs morales ; ils ne comprennent pas que le
succès, s'il vient, est le meilleur, mais qu'il ne doit pas être la base de notre bonheur, le résultat
n'est pas pertinent, si nous aimons ce que nous faisons. Les valeurs morales sont utiles parce
qu'en fin de compte elles facilitent la vie et nous permettent de créer notre propre monde
d'amour qui n'est pas vide et nous permettent d'être en paix avec les autres.
Si notre estime de soi ne repose pas sur le fait que nous savons aimer, nous sommes
condamnés. Un homme vaut s'il sait aimer. Sans les objets d'amour qui occupent
principalement notre cœur, il y a les ténèbres.

Une erreur courante consiste à confondre l'estime de soi (le vœu qui nous est donné) avec le
vœu qui est donné à notre vie. Pour diverses raisons, notre vie peut être insatisfaisante, mais le
vœu que nous continuons à nous donner est très bon parce que nous avons des valeurs morales
et existentielles, nous continuons à essayer, à jeter notre cœur sur le but.
Estime de soi et personnalité
La relation entre l'estime de soi et les personnalités critiques n'explique pas toujours
clairement pourquoi l'estime de soi dépend de la personnalité dans son ensemble plutôt que de
l'une de ses composantes ; il est également vrai que les personnalités critiques individuelles
peuvent influencer l'estime de soi en l'orientant dans une certaine direction. Êtes-vous sur la
liste ?
Jetez un coup d'œil :

Paresseux - S'ils sont orientés vers la réussite de l'estime de soi, ils essaient d'utiliser des
raccourcis sans fin vers cette réussite dont la réalisation par des voies normales semble peser
comme un rocher. Ils ne sont pas toujours capables de construire une estime de soi basée
uniquement sur des valeurs morales et/ou existentielles, car cela nécessiterait trop de
ressources.

Irrationnel - Ils sont parfois convaincus que le succès est facilement obtenu par des moyens
non conventionnels. Cependant, ils peuvent avoir des objets d'amour et/ou des valeurs morales
prioritaires. Habituellement, une mauvaise estime de soi est liée à d'autres personnalités
critiques présentes dans le sujet.
Inhibitions - L'inhibition peut les conduire à une estime de soi de la réussite car le succès
atténue l'inhibition (pensez au succube classique des parents qui "doivent" bien réussir à
l'école), alors que les valeurs morales et/ou existentielles sont toujours vécues de manière
presque pathologique.

Mystique - Personnalité classique dans laquelle l'estime de soi ne peut se passer de valeurs
morales qui éclipsent souvent les valeurs existentielles.

Faible - Personnalités dont l'estime de soi repose sur la réussite, le jugement et l'approbation
des autres. Ils peuvent posséder des valeurs morales élevées, mais ils sont étouffés par
l'évaluation externe, tandis que les objets d'amour sont également vécus intensément, mais
jamais considérés avec la plus haute priorité, une priorité qui appartient à tous ceux qui jugent
les faibles.

Phobie - En général, être phobique en soi n'altère pas la construction de l'estime de soi qui
dépend des autres personnalités.

Abandonné - Ils peuvent avoir une estime de soi (de diverses sortes) même forte s'ils ne
ressentent pas le poids moral de leur débauche.
Survivants - Par définition, ils renoncent au succès, ont des valeurs morales médiocres et
n'ont généralement pas de valeurs existentielles élevées. Leur estime de soi est comme leur
vie, médiocre, tout au plus suffisante.

Insuffisant - En tant qu'estime de soi, ils ne brillent pas de leur propre lumière et ne
"copient" pas celle de ceux qui les gèrent.
Indécis - Le succès et l'indécision ne s'entendent pas très bien, alors soit ils souffrent
beaucoup de l'incapacité à atteindre le sommet, soit ils choisissent spontanément de fonder
leur estime de soi sur des valeurs morales et/ou existentielles.

Statique - Par définition, ils ont une bonne estime de soi pour le succès ; dans de nombreux
cas, ils peuvent également renforcer leur estime de soi sur les deux autres types.

Violent - La plupart du temps, la violence est identifiée avec la recherche "à tout prix" d'une
estime de soi réussie.

Pathosensible - Une sensibilité exagérée à la douleur n'est pas directement liée à une forme
particulière d'estime de soi. Généralement, cela découle d'autres personnalités présentes dans
le sujet. Ce n'est que dans l'idéalisme pathosensible que l'estime de soi est fondée sur la valeur
morale de sa "bonté".

Les romantiques - Après tout, l'idée romantique est l'ancêtre de l'estime de soi de la réussite
car si l'idée n'est pas réalisée, il y a échec romantique, futilité de vivre. Pour un romantique,
l'objet de l'amour devient davantage une dépendance et, en tant que tel, n'est jamais mis à la
base de l'estime de soi, qui dépend totalement de sa conquête, plutôt que de son expérience.

Intolérant - Comme l'intolérant est esclave des attentes, l'estime de soi pour la réussite est la
plus fréquente. Les valeurs morales et les objets d'amour peuvent aussi être vécus pleinement,
mais ils n'atteignent jamais la priorité de la réussite.

Simpliste - En général, la construction de l'estime de soi ne dépend pas strictement des


simplifications que le sujet a mises en œuvre.

Insatisfaits - Par définition, leur estime de soi est celle de la réussite.

Apparences - La naissance de la personnalité (apparaître plutôt qu'être) est précisément


motivée par l'importance accordée au succès.

Contemplatifs - Ils ont tendance à privilégier l'estime de soi par rapport aux valeurs morales
(culture, civilisation, etc.), mais ne sont souvent pas insensibles à la fascination de la réussite.
Vieillesse - En soi, un âge psychologique avancé n'est pas corrélé à une certaine forme
d'estime de soi.
CHAPITRE 2

Soyez le partenaire idéal en raison de votre estime


de soi
Bien que les femmes soient de plus en plus autonomes et entreprenantes, elles recherchent
par nature la sécurité de leur partenaire ; elles veulent un homme confiant qui puisse prendre
soin d'elles et de leur progéniture. Je sais, je n'ai pas découvert l'eau chaude ! C'est une
certitude, répétée également dans les volumes précédents, que nous avons bien imprimé dans
nos esprits. Mais qu'est-ce que cela signifie d'être confiant ? Comment l'appelleriez-vous ?
De nombreux hommes/garçons sont convaincus qu'être confiant signifie être courageux et
sans peur : il faut donc prendre des risques sans trop penser aux conséquences. D'autres
pensent qu'avoir confiance en soi est la même chose qu'être courageux, arrogant, intimidant et
être des "trous du cul". En réalité, c'est exactement le contraire : un tel comportement dénote
un manque total de confiance.
Il y a évidemment beaucoup de confusion sur le sujet ! Donnons donc la bonne définition
d'une personne de confiance. Une personne sûre d'elle est une personne qui croit en ses
capacités (confiance en soi) et qui agit avec détermination. Un tyran a besoin d'intimider les
autres pour se sentir comme quelqu'un. Ceux qui font des actions extrêmes ou qui agissent
avec audace pour se faire remarquer cherchent constamment à obtenir l'approbation des autres.
Ceux qui font usage de la force ou de menaces ne peuvent être pris en considération et se faire
entendre des autres par d'autres moyens. Toutes ces attitudes dénotent une grande insécurité
intérieure. Une personne sûre d'elle n'a pas besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce
soit, elle croit en ce qu'elle pense et en ses capacités, indépendamment de ce que font les
autres. Une personne sûre d'elle se met en rapport avec les autres en communiquant d'égal à
égal sans supériorité, sans être effrontée ou arrogante. Sans élever la voix ni enrichir ses thèses
de blasphèmes et de jurons.
Alors, répétons ensemble la formule pour être confiant : SÉCURITÉ = CONFIANCE EN
SOI (estime de soi) + DETERMINATION (objectifs), et ici nous ouvrons les portes à d'autres
définitions et concepts. Nous parlerons de la détermination et des objectifs dans un avenir
proche. Pour l'instant, concentrons-nous sur la confiance en soi.
La confiance en soi signifie croire en ce que vous pensez et en vos capacités, être cohérent
avec vos idées et vos actions. Ceci est déterminé par votre estime de soi. Ainsi, pour
comprendre comment avoir confiance en soi, nous devons d'abord comprendre les
mécanismes qui peuvent influencer notre niveau d'estime de soi. Qu'est-ce que l'estime de soi
? Évaluez votre confiance en vous et découvrez ce qui vous retient. Nous définissons l'estime
de soi : "L'estime de soi est une perception subjective, c'est une évaluation de soi et de sa
valeur personnelle. L'estime de soi est essentiellement la mesure dans laquelle vous vous
appréciez. Si vous vous trompez sur les paramètres de l'estime de soi, vous pourriez vous
rabaisser tous les jours alors qu'en réalité, ce n'est pas le cas. L'estime de soi est une variable
et, en tant que telle, elle augmente et diminue tout au long de la vie ; ce n'est pas une
caractéristique innée et immuable, elle est déterminée par notre façon de faire, de penser et de
nous comporter. De plus, les gens influencent continuellement leur estime de soi et, à leur
tour, sont influencés par celle-ci (cercle vicieux ou vertueux). Exemple de cercle vertueux :
après avoir fait quelque chose que vous vous êtes promis de faire, vous vous sentirez plus
comblé et vous agirez immédiatement avec plus de confiance pour accomplir d'autres actions
similaires. "William James (1890/1983) définit l'estime de soi comme la relation entre le soi
perçu et le soi idéal ; le premier est la considération qu'un individu élabore sur lui-même selon
les caractéristiques qui, de son point de vue, sont présentes ou absentes dans sa vie, le soi idéal
est plutôt l'idée de la façon dont il voudrait être et le modèle de vie qu'il envisage. On peut
aller jusqu'à dire que, selon James, le sentiment d'estime de soi découle de la relation entre la
réussite et les attentes, en fait, sans aucun doute, la plupart des facteurs qui influent sur la
création du niveau personnel d'estime de soi découlent des résultats/résultats des tests
auxquels nous sommes appelés à faire face quotidiennement dans la vie". Certaines attitudes
révèlent un manque d'estime de soi et nuisent à notre capacité à nous sentir bien dans notre
peau et dans celle des autres. Nous verrons bientôt quels sont les obstacles les plus courants à
la croissance de notre estime de soi. Avant de comprendre comment agir sur soi-même pour
augmenter l'estime de soi, nous devons nous assurer que nous ne commettons pas d'erreurs
grossières, ceux qui adoptent les attitudes suivantes bloquent au moins la croissance de
l'estime de soi à eux-mêmes ou en abaissent encore le niveau. STOP !
Avez-vous déjà parlé à une femme pendant des heures et l'avez-vous entendue dire NON
lorsque vous lui demandiez son numéro ? Le problème se pose lorsqu'une personne s'évalue
en se comparant aux autres. Se comparer aux autres est une terrible façon de se juger soi-
même. Il y aura toujours quelqu'un de meilleur que vous et vous n'avez pas à vous sentir
comme un raté. L'estime de soi est renforcée par la pratique. Elle augmente avec les résultats,
mais pas parce que vous vous comparez aux autres ou que vous en tirez quelque chose de
positif, mais simplement parce que vous avez fait ce que vous vous étiez promis, donné le
meilleur de vous-même et dépassé vos attentes ! C'est comme si vous vous fixiez l'objectif de
soulever plus de kilos que n'importe qui d'autre dans le gymnase. C'est inutile, vous échouerez
toujours. Il faut plutôt se fixer comme objectif d'essayer de soulever plus de poids que la fois
précédente. Un défi avec vous-même, qui dépend UNIQUEMENT de vous, et non une
comparaison avec les autres.
...Et la séduction ? Lorsque vous sortez dans le but d'obtenir 10 numéros ou de faire arrêter
10 filles, vous avez déjà manqué le départ. Parce que vous fixez l'objectif en fonction de
facteurs externes. Les objectifs corrects dans ces exemples sont les suivants : demandez le
numéro de chaque fille à qui vous parlez et allez approcher chaque fille mignonne que vous
voyez. Ce sont des objectifs qui augmentent votre estime de soi car la FIN n'est pas d'obtenir
le numéro, mais juste de le demander. C'est à vous de demander. Donc, si vous pouvez le
demander, ce sera le résultat satisfaisant, et non pas le fait qu'elle vous le donne ou non ! Pour
l'approche, le raisonnement est le même : on ne peut pas s'attendre à ce que toutes les filles
soient présentes ou cessent de parler... en fait, le but est d'aller vers elles et de s'approcher et
non d'espérer une réponse positive. Sur ces points, vous devez vous évaluer, en vous
engageant à faire de votre mieux par rapport à hier. Les problèmes de la vie, les imprévus,
arrivent à tout le monde et font partie de notre expérience. Malheureusement, certaines
personnes, au lieu d'accepter et d'affronter les difficultés qui se présentent, sont mises à terre
ou ignorées. Ces deux attitudes dénotent un manque de maturité et donc un manque d'estime
de soi. Exemple : dans une relation de couple pendant une dispute, l'homme a tendance à
ignorer le problème et à s'éloigner en espérant qu'avec le temps tout sera résolu alors que la
femme a tendance à ruminer et à se déprimer à cause de banalités. Il suffirait d'aborder le
problème ensemble de manière constructive en communiquant mieux. Ceux qui sont déprimés
et désespérés face à un problème, ou ceux qui le minimisent et l'ignorent complètement, en
prétendant que rien ne s'est passé, ont peur des émotions qu'ils ressentiraient en acceptant cette
circonstance. L'intensité de ces émotions effraie l'individu et refuse d'accepter ce qui s'est
passé afin de se préserver. En réalité, ce faisant, il n'avance pas dans sa croissance personnelle,
mais reste bloqué, et pendant longtemps, il portera avec lui le poids de cette pensée
problématique. Si vous vous comportez ainsi lorsqu'un événement inattendu se produit, prenez
une grande respiration et, l'esprit clair, analysez le problème et commencez à réfléchir à la
manière d'agir pour le résoudre. Prenez la responsabilité d'accepter et de traiter le problème. Il
n'est pas facile pour tout le monde d'exprimer ce qu'il ressent, surtout s'il s'agit d'émotions
négatives. La difficulté de mettre en mots ce que l'on ressent est une difficulté courante, mais
le problème n'est pas toujours de trouver les mots ; il y a ceux qui manquent de maîtrise de soi.
Un exemple simple est celui d'un homme qui est abandonné par la jeune fille et qui, au lieu
d'accepter la douleur et de l'évacuer en pleurant, reste impassible. Certaines personnes plus
sensibles, suite à des événements qui les ont profondément blessées (perte, humiliation,
séparation, etc.) ont créé une barrière, comme un mur autour d'elles. Ces personnes ont laissé
échapper toutes les émotions fortes qu'elles ne pouvaient pas gérer. Le mur éloigne de vous la
douleur des sentiments négatifs, mais il fait la même chose avec les sentiments positifs (joie,
amour). Vivre derrière cette barrière signifie vivre dans l'indifférence et l'insensibilité. Outre le
fait que ce n'est pas vivre : les femmes ne veulent pas d'un homme apathique ou indifférent à
leurs côtés.
Certaines personnes, en revanche, ne peuvent pas vivre derrière l'insensibilité du mur, mais
se contentent de retenir et de réprimer tous ces sentiments forts en leur for intérieur. Dans les
deux cas, la solution est la suivante. Il n'y a pas à avoir honte d'être sensible et de ressentir des
émotions intenses, prenez le temps d'accepter les émotions que vous ressentez, concentrez-
vous sur les sentiments que vous avez refoulés à l'intérieur de vous-même, essayez de les faire
sortir et de les vivre. Exprimez et jetez toutes les émotions négatives pour pouvoir vous en
débarrasser. Une attitude trop condescendante et passive doit être corrigée en apprenant à
exprimer sereinement une opinion même si elle est en désaccord avec celle des autres. Il est
encore plus important pour votre estime de soi de dire aux autres de changer leurs
comportements qui vous mettent mal à l'aise ou que vous n'aimez pas parce qu'ils sont
offensants. Ne pas exprimer ses propres idées, toujours céder aux autres et ne jamais dire
"Non", ne fait qu'empirer votre estime de soi. Voici comment résoudre l'obstacle : lorsque
vous vous sentez fortement en désaccord avec les autres, et que vous sentez que vous devez
dire votre opinion mais que vous ne le pouvez pas, prenez une respiration et dites une courte
phrase standard. Ensuite, d'autres vous poseront des questions pour approfondir et vous
pourrez exprimer vos idées petit à petit, à votre manière. Voici quelques phrases que vous
pourriez dire : "Je pense que nous pourrions le faire d'une autre façon...", "Je pense qu'il y a un
meilleur choix...", "Vous savez, je connais une façon plus efficace d'agir / de se comporter."
Trouver des excuses et des justifications pour ne pas agir ou prendre ses responsabilités à
chaque fois est une attitude fatigante et inefficace.
Si vous avez l'habitude de remettre à demain, essayez cet exercice. Au réveil, décidez de 4
ou 5 choses à faire au cours de la journée, puis choisissez les deux choses les plus faciles à
faire et concentrez-vous sur celles-ci. Si vous trouvez toujours des excuses pour tout, quand
vous en trouvez, dites-vous la vérité. C'est-à-dire qu'au lieu de dire "je n'ai pas le temps
aujourd'hui", dites "faire cette chose est une douleur et je n'en ai pas envie, c'est pourquoi
aujourd'hui je décide de ne pas le faire", ou, en l'appliquant à la séduction, "je n'ai pas envie de
me forcer à faire ce genre de démarche maintenant, je sais que je le ferai quand je me sentirai
prêt. Vous apprendrez ainsi à être honnête avec vous-même et à prendre de petites
responsabilités.
Vous devez également faire attention aux incohérences. Se plaindre de l'environnement
pollué et ne pas faire la collecte indifférenciée ; se plaindre du salaire des joueurs et continuer
à suivre les matchs ; se plaindre de la vieille ville polluée par le smog quand on se promène et
se plaindre des embouteillages quand on est en voiture ; ressentir du dégoût pour la saleté et
jeter des mégots de cigarettes et du chewing-gum par terre ; dire qu'on respecte les femmes et
qu'on cherche l'âme soeur et rester à l'intérieur à regarder du porno. ... sont tous des exemples
d'incohérence. Les petits gestes quotidiens sont plus importants que vos idées exprimées par la
voix : agissez selon vos valeurs puis exprimez une idée cohérente avec ce que vous faites sera
honnête et simple. Les choses qui ne vont pas dans le monde ne sont rien d'autre que nos petits
gestes. Se responsabiliser en se disant "je n'ai fait qu'une petite chose qui n'aurait pas dû être
faite" est typique des personnes qui ont une faible estime de soi. Il est inutile et puéril de se
justifier en disant : "Si les autres le font, je peux le faire aussi. Si d'autres personnes font la
queue à la caisse, je peux le faire aussi. Si un homme dérange une femme, alors je peux le
faire aussi. J'ai vu cette personne le faire, alors je peux me permettre de le faire aussi". L'effet
"troupeau" est l'une des choses qui annule le plus votre individualité. Il vous rend égal à la
masse, inutile, copie médiocre d'individus médiocres. Vous devez commencer à penser et à
agir avec votre tête en fonction de vos valeurs. Lorsque vous commencez à penser de manière
indépendante, vous commencez à développer votre personnalité et votre estime de soi. Si vous
voyez quelqu'un faire quelque chose de mal, demandez-lui pourquoi il le fait, quelles sont ses
motivations, puis expliquez-lui pourquoi vous pensez que cette chose ne devrait pas être faite
de cette façon.
Une autre attitude à éviter est de blâmer les autres et de leur faire porter le chapeau si
quelque chose se passe mal comme vous l'espériez. C'est une méthode certes pratique et
immature, mais qui ne fait pas ressortir nos personnalités et nos valeurs. Exemples : "Elle
n'était pas là parce que c'est une salope", "L'approche s'est mal passée parce qu'il y avait trop
de bruit", "Sans sa jalousie, j'aurais beaucoup plus d'amis maintenant", "Ça ne marche pas
avec elle parce que c'est une emmerdeuse". Blâmer les autres est une attitude courante, surtout
chez les personnes qui pensent devoir se défendre. Ils se sentent menacés et constamment
attaqués par les autres. Ils ont peur que quelqu'un leur dise rapidement : "Je t'ai vu, tu as fait
une erreur, tu n'es pas capable de la faire ! Je le savais, tu n'es bon à rien !". Ces personnes
essaient toujours de prouver quelque chose aux autres et, lorsqu'elles échouent, elles attribuent
la cause à des éléments extérieurs afin de ne pas assumer la responsabilité de l'échec. Tout cela
se produit lorsque vous vous sentez en insécurité, c'est un mécanisme pour vous protéger. Si
vous n'êtes pas prêt à prendre vos responsabilités, votre estime de soi en souffrira grandement.
Selon les opinions des autres, comme la contrainte de blâmer les autres, la recherche constante
de l'approbation des autres est également synonyme de relation déformée avec
l'environnement social et de signe évident d'un manque d'estime de soi. À la base de ces deux
attitudes, il y a la même insécurité et la même crainte d'être inadéquat, ce qui conduit à une
incapacité substantielle à décider par soi-même.
Suivez les suggestions de tous les points précédents et vous apprendrez progressivement à
être respecté et apprécié pour votre véritable personnalité. Personne n'apprécie vraiment
quelqu'un qui met ses valeurs en veilleuse et qui suit toujours les autres comme un chiot. La
vie, les relations et la communication sont constituées d'un échange continu d'idées qui
s'améliorent toujours.
Les préjugés et les généralisations, tels que : "Les femmes en jupe sont plus faciles", "Les
filles du Sud sont plus passionnées...", finiront par vous faire subir le même sort. Ils penseront
à vous : "Il est comme tout le monde", "Ah, c'est un de ces gars qui font un paquet de beuh/
pense qu'il sait tout", alors, dès que vous vous rendez compte de votre attitude, arrêtez
maintenant. Les personnes qui ont une grande estime d'elles-mêmes évitent, et ne sont pas
victimes, de généralisations et de préjugés de ce genre.
Il en va de même pour les préjugés, lorsque vous rencontrez une nouvelle fille, ne soyez pas
partial ou pressé ; c'est une personne nouvelle, unique, différente de toutes les autres, vous
commencerez par ces idées et vous verrez que vous pourrez communiquer sans filtres
restrictifs.
Votre façon de penser affecte votre corps et votre comportement. Une humeur négative
modifie involontairement votre langage corporel et votre façon de faire aussi. Il s'agit de la
psychosomatique. En bref, si vous avez eu une journée "non" ou si vous êtes stressé, vous
pouvez aussi tout faire pour ne pas le montrer en contrôlant vos muscles autant que possible,
mais soyez assuré qu'une certaine émotion s'échappera de vos expressions faciales. Le but est
d'apprendre à penser de manière positive, à ressentir des émotions positives afin de les
transmettre aux autres dans vos interactions. S'approcher quand on est insatisfait, essayer de le
cacher, n'a aucun sens. Les malheurs de la vie arrivent à tout le monde, la différence est de
savoir comment y faire face. Tout commence avec votre esprit, votre façon de penser, les
choix que vous faites. Souvenez-vous de cela... et que faites-vous ? Faites-vous des choses
pour les autres ou pour vous-même ? D'ailleurs, ceux qui ont une forme saine de confiance en
soi connaissent aussi leurs propres limites, et développent donc une manière positive de les
accepter. D'autre part, ceux qui n'ont pas confiance en eux fondent tout sur les autres pour être
bien, et essaient de faire des choses qui ne les intéressent pas juste pour trouver l'approbation
des autres.
Note : Lorsque vous demandez l'approbation des femmes, vous devenez un "homme en
besoin" de leur attention - le bon garçon/paillasson typique. De plus, ces personnes ont
tendance à ne pas prendre de risques, de peur de se tromper. Ils savent que tôt ou tard, ils
feront une erreur et ils s'attendent à la commettre. D'autre part, les personnes confiantes
prennent certains risques et sont prêtes à affronter la désapprobation des autres pour obtenir ce
qui est important pour elles. Ils s'acceptent pour ce qu'ils sont et n'ont pas besoin de
confirmation pour se sentir acceptés. L'estime de soi et la confiance en soi sont des traits qui
influencent grandement la vie des gens, et il est possible de les développer.
CHAPITRE 3

L'estime de soi affecte-t-elle la dynamique du


couple ?
Est-il vrai que ceux qui ne s'estiment pas assez peuvent établir des relations
interpersonnelles agréables et satisfaisantes ?

L'amour suffit pour surmonter les problèmes de couple ! Non, c'est faux !

Aimer une autre personne implique une hypothèse importante : s'aimer soi-même. Cela peut
sembler banal, mais si nous ne sommes pas en paix avec nous-mêmes, comment pouvons-
nous nous sentir bien dans un contexte social et de couple ?
Lorsque nous traversons une période de crise dans le couple, il est fondamental de se
connaître et de s'accepter mutuellement, afin de pouvoir faire la lumière sur le conflit que nous
vivons.
Cela conduit à une plus grande sécurité et à une plus grande confiance en soi et en ses
propres capacités.
L'augmentation de l'estime de soi et de la confiance en soi donne une plus grande capacité à
entretenir des relations solides, dans la sphère émotionnelle mais aussi professionnelle et
sociale.
Une bonne estime de soi confère également une plus grande capacité de séduction et rend
plus charismatique.
Malheureusement, il existe de nombreuses situations de couple problématiques dans
lesquelles le sentiment de vide et la démotivation d'être ensemble prévalent.
Voyons ci-dessous quelques exemples :
Il y a un manque de confiance et une difficulté à se laisser aller...
Souvent, vous ne pouvez plus faire confiance à votre partenaire et cela ne vous permet pas de
vous aimer vous-même. Vous avez donc tendance à abandonner votre partenaire par crainte
d'être abandonné. En réalité, la peur profonde est de s'exposer à la possibilité d'être blessé.
Vous n'êtes plus en mesure de prendre des décisions ensemble et de mener une vie de couple
heureuse et constructive.
Les partenaires se trouvent dans une situation d'immobilité, ils se blâment et s'accusent
mutuellement de ne pas pouvoir entretenir une relation satisfaisante.
Par conséquent, l'amélioration de l'estime de soi a également de grands avantages dans une
relation de couple.

L'estime de soi dans le couple : un élément fondamental


L'estime de soi n'est pas quelque chose de statique, mais fluctue entre des hauts et des bas
pendant toute une vie.
Lorsque nous travaillons à améliorer l'estime de soi, nous pouvons également surmonter de
nombreux problèmes psychologiques, acquérir de nouvelles compétences pour gérer l'anxiété
et le stress, ainsi que nous remettre des blessures émotionnelles dues au rejet ou à l'échec.
En outre, de nombreuses études scientifiques ont montré qu'une meilleure estime de soi
entraîne une plus grande satisfaction dans la vie de couple.
Une faible estime de soi, en revanche, peut avoir des effets négatifs importants sur la vie de
couple et nuire non seulement à la relation mais aussi au sentiment amoureux. (Nous
reviendrons sur ce sujet dans les chapitres suivants).

Autodestruction et manque de respect de soi


Habituellement, dans la vie de couple, nous réunissons les aspects les plus positifs de notre
personnalité, même les moins positifs, comme nos peurs et nos insécurités. C'est pourquoi
nous pouvons parfois finir par être autodestructeurs, au point de perdre notre estime de soi.
Si nous souffrons d'une faible estime de soi, nos défauts peuvent être particulièrement
impressionnants en ce qui concerne nous-mêmes et la relation.
La peur de l'abandon est la principale, qui conduit à des modes de comportement négatifs, tels
que la dépendance émotionnelle, la jalousie pathologique et la manipulation.
Ceux qui ont l'impression de souffrir d'un manque d'estime de soi en amour ont le sentiment
de ne pas avoir confiance dans la possibilité d'être aimé et de ne pas pouvoir s'affirmer dans
une relation. Les signes sont clairs :

Des émotions douloureuses.


La vie sentimentale est l'une des composantes fondamentales de toute vie : il y a une grande
différence, par exemple, entre une personne qui est sereine même lorsqu'elle n'a pas de
partenaire, et une personne qui, dans la même situation, se sent abandonnée. Elle modifie la
façon dont la personne en question est perçue et valorisée. S'il y a un manque d'estime de soi,
quand l'amour est brisé, des positions rigides émergent, de "on ne se sent bien que seul" à
"personne ne voudra jamais de moi". L'estime de soi et les émotions sont étroitement liées.
Un manque d'estime de soi conditionne la possibilité de se sentir suffisamment équipé pour
être heureux.

La peur de perdre un être cher.


Tout le monde a pensé, au moins une fois, qu'il n'avait pas d'autre possibilité (si ça tourne mal,
que dois-je faire ?).
Même entre l'estime de soi et la peur, il existe une relation étroite. Une situation de faible
estime de soi génère la peur : "Je suis une personne insupportable : je dois faire en sorte qu'elle
ne le remarque pas, sinon je serai seul. "Peut-être que je dois faire avec, sinon je serai seul."
Le risque ici est de s'annuler par amour. Si la psychologie nous a appris quelque chose sur le
sujet, c'est qu'une telle relation est fragile. Il y a une sorte de court-circuit : celui qui s'annule
n'est pas content de le faire et voudrait sentir qu'il est vu par l'autre pour ce qu'il est. Le fait de
se cacher permet au partenaire de s'éloigner : il se sent rejeté à son tour, n'étant pas impliqué
dans une relation spontanée. C'est cette difficulté à trouver un dialogue intime dans le couple
qui rend l'union fragile ; aucun des deux n'est satisfait.

Faible estime de soi et sexualité.


Dans une situation de manque d'estime de soi en amour, la sexualité est également affectée.
L'approche des hommes et des femmes en matière de sexualité est différente. Le plaisir, le
partage sont également similaires, mais c'est le "comment" qui est différent ; ce sont les
attentes qui changent.
Là aussi, si le manque d'estime de soi ne permet pas de se sentir autorisé à affirmer ses désirs,
il crée une situation propice à de forts malentendus.
Un aspect central est le manque de compréhension des relations : une femme, par exemple,
peut se sentir obligée de se livrer à des rapports sexuels qu'elle juge insatisfaisants pour ne pas
déplaire à son partenaire. Un homme peut se trouver dans la position de ne pas comprendre
pourquoi cette femme pourrait être mécontente de la situation : il ne se prêterait jamais à une
telle chose !
Là aussi, la situation devient douloureuse pour les deux : l'homme se sent rejeté, la femme a le
sentiment de ne pas être acceptée dans ses désirs. Si c'était la femme qui avait des difficultés
d'estime de soi, elle pourrait se sentir obligée de continuer à se comporter comme elle le fait,
sans donner d'explications, afin de ne pas risquer de perdre l'autre. Si c'était l'homme, elle
pourrait commencer à accuser la femme d'être distante et peu impliquée : elle doit se protéger
d'une fierté blessée.
Il faut garder à l'esprit que ce sont des choses très complexes et délicates : bien que celle
décrite ci-dessus soit assez fréquente, et également caractéristique de l'approche féminine et
masculine de la sexualité, la vie est plus nuancée. Cependant, dans les situations où l'on se
sent mal, ces positions ont tendance à devenir plus rigides et les nuances deviennent des
jugements : "Les hommes ne sont pas intéressés par les besoins des femmes".

À qui la faute ?
Cette dernière affirmation péremptoire nous amène à une question qui surgit inévitablement
lorsque nous parlons de situations dans lesquelles quelqu'un souffre : la culpabilité.
Et la culpabilité va de pair avec un doute : est-ce le mien ou le vôtre ? Est-ce que ce sont les
autres qui sont des partenaires inadéquats, ou suis-je incapable de trouver quelqu'un ?
Demander qui est à blâmer, c'est un peu comme dire "je suis malchanceux en amour". Le
problème est déplacé hors de tout contrôle, au prix de la transformation d'un problème en un
destin immuable. Si le destin veut que je sois malchanceux, ou si la bonne personne ne
m'arrive pas en face de moi, rien ne peut être fait (sauf se sentir mal).
D'autre part, ce sont des questions centrales pour la vie de chacun : on essaie de ne souffrir
que ce qui est nécessaire, et seulement dans une mesure que l'on est capable de tolérer.
Ceux qui remettent en question leur éventuel manque d'estime de soi en amour font cependant
déjà, dans une certaine mesure, un effort supplémentaire : ils se demandent si toute cette
malchance dans les relations dépend de quelque chose en eux.
Il aborde la question d'une autre manière : "Y a-t-il quelque chose en moi qui fait qu'il m'est
difficile de trouver quelqu'un avec qui je me sens bien, même si une telle personne est peut-
être là pour moi ?
Ce ne sont ni les autres qui sont indisponibles, ni moi qui sommes inadéquats, mais il y a un
problème à résoudre quelque part.

Problème : l'estime de soi dans l'amour


L'estime de soi dans un sens plus général est à la base de la possibilité d'avoir une estime de
soi en amour.
Penser à ne pas pouvoir trouver quelqu'un qui puisse nous aimer dépend en grande partie de la
possibilité de se sentir digne d'être aimé.
Ce n'est pas toujours un problème évident pour ceux qui le vivent : il y a beaucoup de gens qui
ne mettraient pas en doute leur capacité à se sentir respectés et bien, mais malgré cela, ils ont
des difficultés apparemment inexplicables dans le domaine sentimental. Autrement dit, leurs
problèmes se limitent (apparemment) à ce seul domaine.
En revanche, ceux qui souffrent parce qu'ils ont des doutes sur leur valeur personnelle, c'est
comme s'ils avaient le sentiment de ne rien mériter ou de ne mériter que quelque chose qui
vaut peu, parce qu'ils ont eux-mêmes le sentiment de ne pas valoir grand chose.
Ceux qui s'interrogent sur tout cela se demandent généralement si c'est bien ainsi que les
choses devraient être :
Ils se demandent de quoi dépend cette croyance. Ils se demandent s'il est nécessaire de
souffrir.
Ils commencent à se demander pourquoi ils essaient de satisfaire les besoins des autres dans
l'espoir d'être à nouveau aimés.
On commence à en avoir vraiment marre des déceptions.
Il se rend compte qu'il ne peut pas se décider à quitter une personne qui souffre.
Il estime que le besoin d'être rassuré sur sa propre valeur l'a peut-être conduit à rechercher des
relations dominées par l'insécurité.
Il se rend compte que cette insécurité n'a pas conduit à des relations heureuses, mais au
sentiment de ne pas être vu par les autres, de ne pas être valorisé et de ne pas être important.
Il commence à penser qu'il a développé une réelle dépendance émotionnelle vis-à-vis de son
partenaire.
Cette situation a peut-être aussi conduit à :

L'être aimé est accablant (il est traité comme un paillasson) ;


Suppression de l'être aimé ("tu es trop proche de moi").

Comme cela a fait mal ! Ce sont des situations qui confirment les craintes de ceux qui
souffrent d'une faible estime de soi en amour. Ce sont des situations qui semblent confirmer : "
(En amour) je ne vaux pas grand-chose".

Une faible estime de soi en amour : un remède ?


La recherche d'une sensibilisation conduit à d'autres questions. Mais surtout, elle conduit à
développer la volonté de se sentir mieux.
L'expérience d'avoir peu confiance dans la possibilité d'être aimé, surtout après une déception,
serait en soi très fréquente. Tout passe. C'est la clé : normalement, elle passe, et elle peut
laisser des traces positives. Ceux qui souffrent apprennent de ce qu'ils ont perdu, comprennent
mieux ce qu'ils veulent, changent d'attitude, acquièrent un nouveau sentiment de sécurité.
Le vrai problème est lorsque ce manque d'estime de soi en amour devient l'un des thèmes clés
d'une vie. C'est ce qui arrive à quelqu'un qui a le sentiment que ces épisodes se répètent à
l'identique, et que la déception ne disparaît jamais. C'est la situation caractéristique d'un
manque d'estime de soi.
Lorsque vous vous posez ces questions, vous savez que vous êtes dans un moment délicat. Les
difficultés liées à l'estime de soi sont particulièrement fréquentes aujourd'hui, et nous sommes
bien conscients de la façon dont elles peuvent affecter la vie des gens.
Si vous avez une telle difficulté, vous vous demandez à quel point votre vie a été affectée par
la difficulté de vous donner de la valeur. Il y a beaucoup de doutes, et généralement une
certaine honte.
Améliorer l'estime de soi dans l'amour, c'est accepter que l'on puisse être aimé.
L'affection pour soi-même a besoin d'un espace serein dans lequel naître. Avec le temps, il y
aura aussi un moyen de voir que la nouvelle sécurité peut porter ses fruits : les difficultés qui
étaient auparavant écrasées peuvent devenir, rassemblées la force nécessaire, l'occasion de
comprendre qui vous êtes et comment vous pouvez chercher un moyen d'être aussi heureux
que possible.

3 façons fréquentes dont une faible estime de soi nuit à l'harmonie d'un couple.
1) Le choix du soutien
Dans le choix du partenaire, nous tous, nous signalons un schéma inconscient qui se répète et
représente un modèle de relation intériorisée.
Ceux qui ont une faible estime de soi sont amenés à choisir des relations de dépendance à
l'égard du partenaire. Le choix du partenaire pour le "soutien" implique un conflit permanent
dans le couple, caractérisé par le renoncement à son vrai soi, pour le besoin d'être aimé.
Souvent, ceux qui utilisent ce schéma pour choisir un partenaire estiment qu'ils ne méritent
pas l'amour.

2) Besoin de réassurance
Les personnes ayant une faible estime de soi ont besoin d'être constamment rassurées sur leur
valeur par leur partenaire. Tout cela, bien sûr, use la relation qui devient étouffante et
frustrante.
Dans ce mode relationnel au sein du couple, l'objet de l'amour doit toujours correspondre à
l'image intériorisée qui satisfait ce besoin. Lorsqu'il n'y a plus de correspondance et que le
modèle internalisé échoue, des conflits surgissent et il n'est plus possible de maintenir le lien.

3) Le choix narcissique
Dans ce cas, ceux qui manquent d'estime de soi choisissent le partenaire dans le couple parce
qu'ils cherchent à satisfaire une attente subjective.
Lorsque le couple travaille dans ces modes relationnels, il finit par éprouver de la déception et
de la frustration. La peur de la perte et la méfiance prennent le dessus, et selon le modèle
intériorisé, il y a la peur de l'abandon, de la trahison ou de la prévarication de l'autre.
Facteurs dérivés d'une faible estime de soi qui
influencent un rapport de couple.
1) L'insécurité conduit à une image négative de soi et à la pensée qu'une autre personne ne
peut pas aimer son partenaire pour ce qu'il est. Vous pensez que vous n'êtes pas assez bon pour
l'autre personne parce que vous pensez que vous n'êtes pas assez bon pour elle. Une relation
avec une personne en insécurité signifie qu'elle est toujours anxieuse de ne pas savoir ce que
vous faites et où vous êtes et devient même méfiante à chaque message ou appel téléphonique
qu'elle reçoit.

2) En rapport avec le premier élément, nous avons la jalousie. Les personnes en insécurité
deviennent possessives à l'égard de leur partenaire et comme nous l'avons dit, elles
commencent à se méfier.

3) Le dernier aspect d'une relation dans laquelle l'un des deux partenaires a une faible estime
de soi est celui qui concerne les finances du couple : un exemple est la thérapie par le
shopping, qui incite une personne à acheter des articles qui améliorent son humeur. Cela peut
améliorer l'humeur pendant une courte période, mais à long terme, cela ne fera qu'aggraver le
problème du couple. Ces trois facteurs peuvent naturellement conduire à la perte de l'être
aimé.

Comme nous l'avons dit dès le début, tout vient de la perception de soi-même. Si l'on s'aime
soi-même et que l'on accepte ses propres forces et faiblesses, on peut aussi aimer les autres.
L'important est précisément de comprendre que vous avez des défauts et de ne pas en avoir
honte pour ne pas les transformer en un complexe. Parallèlement, nous devons être honnêtes
avec nous-mêmes : si nous avons peur ou si nous nous sentons tristes ou en colère à propos de
quelque chose, nous ne devons pas avoir honte d'exprimer ces sentiments de peur de faire
mauvaise impression. Nier son émotivité n'augmente pas l'estime de soi, tout comme se
résigner à un certain état d'esprit ou banaliser une situation n'aide pas la relation.
Se connaître, c'est savoir ce que l'on veut et ce que l'on peut offrir à l'autre afin de parvenir à
une relation mature, épanouie et authentique. Dans une relation de couple, il est essentiel de
pouvoir exprimer à son partenaire ce que l'on pense, ce que l'on ressent et ce que l'on veut,
sans naturellement contraindre l'autre à restreindre sa liberté.
Toutefois, il ne faut pas négliger l'importance d'écouter le point de vue de son partenaire et de
le respecter, mais aussi de dialoguer avec lui tout en étant à l'écoute de ses problèmes.
Quelques mots prononcés au bon moment augmentent la considération que notre partenaire a
pour nous.
Pour retrouver une faible estime de soi en amour, il faut se permettre de faire des erreurs et de
pardonner ses fautes, être patient et compréhensif avec soi-même, ne pas s'exalter, se satisfaire
du meilleur de ce que l'on peut faire et donner, croire en soi et ne pas se décourager,
reconnaître ses qualités et ses forces, s'apprécier, avoir confiance en soi, ne pas être timide et
s'aimer même physiquement.
Augmentez la faible estime de soi en amour vous pouvez !
Faible estime de soi : les tests
Il existe une série de "symptômes", ou plutôt de signaux, qui, s'ils sont perçus, peuvent vous
faire prendre conscience que vous avez un problème de perception de vous-même. C'est le cas
:

Le perfectionnisme ;
Utilisation répétée de phrases comme "ce n'est pas pour moi", "je ne peux pas
le faire", "je ne suis pas prêt", etc.. ;
L'autocritique et la culpabilité ;
L'envie ;
Manque d'initiative ;
Indécision ;
La volonté d'éviter les conflits ;
la méfiance ;
Narcissisme.


CHAPITRE 4
Conseils pratiques pour assurer une bonne estime
de soi
Notre estime de soi se forme pendant notre jeunesse. Au fil du temps, le fait d'être
constamment critiqué par la famille, les amis et la société tend à nous priver lentement de la
valeur que nous nous accordons ; par conséquent, ayant une faible estime de soi, nous nous
dépouillons de notre confiance en soi et devenons incapables de prendre les décisions les plus
petites et les plus insignifiantes. Toutefois, ces sentiments négatifs ne doivent pas
nécessairement être permanents : à cette fin, nous pouvons apprendre à améliorer notre estime
de soi afin de pouvoir nous sentir plus confiants et prendre les mesures nécessaires pour nous
assurer une vie meilleure et plus heureuse.
Apprenez à connaître l'estime de soi. L'estime de soi est un aspect très important de notre
bien-être émotionnel. Avoir une grande estime de soi signifie être capable de s'aimer et de
s'accepter tel qu'on est, se sentir généralement satisfait de soi-même. Au contraire, avoir une
faible estime de soi signifie ne pas être heureux de nos particularités.

Le Centre australien pour les interventions cliniques, par exemple, décrit les
personnes ayant une faible estime de soi comme "des personnes ayant des
croyances négatives profondément ancrées sur elles-mêmes et sur le type de
personne qu'elles sont. Ces croyances sont souvent considérées comme des
vérités concrètes, inséparables de leur identité".
Les problèmes liés à une faible estime de soi peuvent durer toute une vie et
causer des problèmes même graves, comme être victime d'une relation abusive,
se sentir constamment mal à l'aise ou craindre un échec qui empêche la
moindre tentative d'améliorer sa vie.

Evaluez votre estime de soi. Reconnaître que vous avez une faible estime de soi est la
première étape pour améliorer et maîtriser cette inclination mentale. Si vous avez des pensées
négatives à votre égard, vous avez peut-être une faible estime de vous-même. Ces pensées
négatives peuvent porter sur un seul trait de votre personne, comme le poids ou l'apparence
physique, ou peuvent concerner plusieurs domaines de votre vie, tant personnelle que
professionnelle.

Si votre voix intérieure ou vos pensées sur vous-même sont surtout critiques et
négatives, vous avez probablement une faible estime de vous-même.
Si votre voix intérieure a tendance à être positive et rassurante, vous avez
probablement une bonne estime de vous-même.

Écoutez votre voix intérieure. Lorsque vous avez des pensées sur votre personne, assurez-
vous de reconnaître si elles sont positives ou négatives. Si vous avez du mal à déterminer ou à
remarquer des schémas récurrents, essayez de les noter pendant plusieurs jours ou pendant une
semaine entière. En les relisant, il sera plus facile de mettre en évidence vos attitudes.
Souvent, la voix intérieure d'une personne ayant une faible estime de soi se
présente sous la forme d'un râleur, d'un généraliste, d'un catastrophiste, d'un
lecteur de pensées ou d'une personne qui ne peut s'empêcher de comparer quoi
que ce soit à autre chose.
Chacun de ces chiffres ne fait qu'insulter ou présumer le pire
quant à la perception que les autres ont d'eux-mêmes.
- Faire taire cette voix intérieure négative est la première étape
pour développer votre confiance en soi. La prochaine étape
consistera à la remplacer par des pensées plus positives.
- Par exemple, votre voix intérieure pourrait dire : "Je n'ai pas
obtenu l'emploi auquel j'ai postulé, je suis une personne sans
valeur et je serai au chômage pour toujours. Remplacez cette
croyance par une pensée plus positive : "Je suis désolé de ne pas
avoir obtenu ce travail, mais j'ai travaillé dur et je trouverai
certainement le travail qui me convient, je dois juste continuer à
chercher.

Découvrez la source de votre faible estime de soi. Personne n'en hérite à la


naissance : une estime de soi généralement faible vient d'une enfance où les
besoins fondamentaux n'ont pas été satisfaits, où les avis reçus n'étaient que
négatifs ou encore où vous avez été victime d'un événement indésirable grave.
Connaître la source de vos problèmes d'estime de soi peut vous aider à les
surmonter.
Si, en analysant votre voix intérieure, vous remarquez des
schémas particuliers, essayez de retracer vos émotions à l'envers
pour revenir aux premiers souvenirs qui les concernent.
Si, par exemple, votre négativité porte sur votre poids ou votre
apparence physique, essayez de vous rappeler le premier épisode
où vous avez commencé à vous sentir mal à l'aise à cause de vos
kilos : la cause pourrait être un commentaire particulier ou un
groupe de commentaires.

Fixez-vous un objectif pour améliorer votre estime de soi. Pour la


développer, vous devez apprendre à transformer votre voix intérieure de critique
et négative à encourageante et positive. Fondamentalement, vous devez prendre
la décision de reformuler favorablement toute pensée qui vous concerne.
Commencez par l'objectif d'être plus positif envers vous-même, et ce faisant,
vous ferez le premier pas sur le chemin qui vous mènera à accroître la confiance
que vous avez en vous.
Par exemple, votre objectif pourrait être : "Je serai plus positif et
je me tournerai vers moi-même comme je le ferais vers un ami et
non un ennemi.

Faites la liste de vos points positifs. Concentrez-vous sur les choses que vous
aimez chez
vous pour vous rappeler qu'il n'y a pas que ces aspects auxquels votre méchante
voix intérieure consacre des pensées négatives constantes. Félicitez-vous pour
vos réalisations sans vous limiter.
Les personnes qui ont une grande estime d'elles-mêmes sont
capables d'accepter leurs propres qualités tout en sachant qu'elles
ne sont pas parfaites.
Collez votre liste dans un endroit visible, par exemple le miroir de
la salle de bain, et regardez-la tous les jours. À mesure que vous
apprendrez à devenir plus positif, vous pourrez ajouter d'autres
éléments à votre liste.

Créez un journal de bord positif. Notez vos réalisations, les compliments que
vous recevez et les pensées positives que vous avez à votre sujet. Les pensées
critiques ne disparaîtront peut-être pas complètement, mais en vous concentrant
davantage sur les pensées positives, vous serez en mesure d'améliorer votre
estime de soi en général.
Un journal intime est un outil puissant qui vous permet de suivre
votre dialogue intérieur et d'augmenter la valeur que vous vous
donnez.
Utilisez votre journal de positivité pour créer une opposition
efficace aux pensées négatives récurrentes. Si, par exemple, vous
avez tendance à vous dénigrer parce que vous n'avez pas le
courage de parler franchement d'un sujet, notez dans vos pages
toutes les occasions où vous pouvez vous dépasser et être
complètement honnête.

Utilisez l'agenda pour introduire des cibles. Vous pouvez vous fixer
des objectifs qui vous permettent de vous améliorer dans tous les
domaines de votre vie, mais n'oubliez pas de ne pas vous attendre à la
perfection. Assurez-vous que vos objectifs sont clairs et précis, et laissez
une "marge de manœuvre" pour les imperfections.
Par exemple, au lieu de dire "Je m'opposerai toujours aux
personnes qui propagent des sentiments de discrimination
et de haine", fixez-vous un objectif différent tel que "Je
ferai de mon mieux pour m'opposer calmement aux idées
de ceux qui propagent des sentiments de discrimination et
de haine".
Au lieu de dire : "Je ne mangerai plus jamais de dessert et
je perdrai 15 kilos", donnez-vous l'objectif suivant : "Je
m'efforcerai d'adopter un mode de vie plus sain, de faire de
meilleurs choix alimentaires et de faire plus d'exercice".

Pardonnez-vous d'être imparfait. N'oubliez pas que vous êtes, comme


tout le monde, un être humain. Pour avoir une bonne estime de soi, il
n'est pas du tout nécessaire d'atteindre la perfection. En étant capable de
vous accepter tel que vous êtes, tout en sachant que vous devez vous
améliorer d'une certaine manière, vous gagnerez en confiance.
Créez votre propre mantra pour vous-même, par exemple :
"C'est bon, je suis toujours une personne merveilleuse.
Par exemple, si vous vous êtes emporté avec vos enfants et
que vous leur avez crié dessus alors qu'ils jouaient dans le
parc, vous pouvez vous dire : "Je ne suis pas parfait, et je
vais essayer de maîtriser mes émotions. Je vais m'excuser
auprès de mes enfants pour avoir crié et leur expliquer
pourquoi je me suis fâchée. C'est bon, je suis toujours une
bonne mère."

Demandez l'aide d'un thérapeute. Si vous pensez que vous n'êtes pas
capable d'améliorer votre estime de soi par vous-même, ou si vous êtes
très contrarié par l'idée d'explorer les racines de votre manque de
confiance en soi, vous pouvez demander l'aide d'un thérapeute. Un
thérapeute professionnel peut vous aider à identifier et à gérer les racines
de vos problèmes d'estime de soi.
La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est un
traitement qui peut s'attaquer aux pensées négatives
automatiques que vous avez sur vous-même et vous
apprendre à gérer vos émotions de manière saine.
Pour ceux qui souffrent de troubles et de complexes plus
graves liés à l'estime de soi, la thérapie psychodynamique
permet de faire un travail plus approfondi et de s'attaquer
plus efficacement aux racines du problème.

Dédié à la charité. Contribuer à une cause en dehors de leurs propres


besoins permet à beaucoup de se sentir mieux dans leur peau. Le
bénévolat dans une organisation caritative vous aidera, vous et les
personnes qui reçoivent votre soutien, ce qui est une solution gagnante
pour tous.
Choisissez une organisation caritative qui s'occupe d'une
cause qui vous tient à cœur.
Faites du bénévolat avec un ou plusieurs amis - l'expérience
sera plus agréable, le travail sera plus léger et l'organisation
caritative en bénéficiera également.

Trouvez du temps pour prendre soin de vous. Il semble parfois


impossible de trouver du temps pour soi, mais il est bon de garder à
l'esprit que se consacrer à des choses qui nous font nous sentir détendus
et heureux peut contribuer à améliorer notre estime de soi et notre
productivité, tant sur le plan personnel qu'au travail.
Cherchez un passe-temps qui peut vous faire sentir mieux,
physiquement et mentalement. Certaines personnes disent
que le yoga, le vélo ou la course à pied les aident à trouver
le calme et à se sentir plus positifs et centrés.

Entourez-vous de personnes positives. Si vous êtes conscient d'une


influence négative qui vous fait vous sentir mal dans votre peau, essayez
de la minimiser ou d'arrêter de la voir complètement. Par conséquent,
engagez-vous à passer du temps avec des personnes qui peuvent être
positives et qui peuvent vous aider à accroître votre confiance en vous.
Faites savoir à vos proches que vous essayez d'améliorer
votre estime de soi afin qu'ils puissent vous encourager et
vous soutenir pendant le processus.
Faites part de vos intentions à votre famille et à vos amis,
par exemple en disant : "Je m'engage à améliorer mon
estime de soi. Si vous le souhaitez, vous pouvez m'aider en
me signalant les occasions où je m'adresse à moi-même en
termes négatifs afin que je puisse prendre davantage
conscience de mes fautes.

Nourrissez-vous de manière saine. Opter pour des aliments pauvres en


sucre et en graisses mais riches en nutriments sains vous aidera à vous
sentir plus énergique, à améliorer votre état de santé général et à prévenir
les troubles glycémiques.
Évitez les régimes dictés par des modes passagères et ne
mettez dans votre panier que des aliments frais et naturels,
aussi peu transformés que possible.
Arrêtez de manger des sucreries, des bonbons, des gâteaux
et des barres de chocolat, et évitez les boissons gazeuses
pour éviter les symptômes tels que le manque d'énergie et
les migraines. En plus de vous exposer au risque
d'affections physiques, chacun de ces aliments (et boissons)
est incapable de nourrir votre corps et vous oblige à ingérer
des calories vides.
Les fruits, les légumes, les légumineuses et les viandes
maigres doivent être à la base de votre alimentation.
Considérez-les comme le carburant qui permet à votre
corps de recevoir toute l'énergie et la nourriture dont il a
besoin pour faire face à vos journées, pour accomplir vos
tâches professionnelles et familiales, pour protéger votre
corps contre les maladies et pour vous assurer une vie
longue et saine qui vous permet de profiter plus longtemps
de l'amour de votre famille.

Faites plus d'exercice. Même si vous n'avez pas le temps d'aller à la


salle de sport, une petite marche suffit souvent pour maintenir votre
corps en mouvement et améliorer votre santé. Un peu d'exercice peut
vous faire sentir mieux, plus énergique et soutenir efficacement votre
système immunitaire.
De nombreuses personnes confirment que marcher à
l'extérieur est revigorant et revitalisant, surtout si elles
passent beaucoup de temps à l'intérieur en raison de leur
travail.
Même une petite séance d'entraînement de 10 minutes, une
ou deux fois par jour, est bonne pour la santé.
Trouvez le temps de vous occuper quotidiennement de votre hygiène personnelle et de
votre apparence physique. Consacrer du temps et de l'attention à votre hygiène, à votre
image et au choix de vos vêtements et accessoires vous permettra de vous sentir plus confiant
et d'avoir plus confiance en vous.
Vous reconnaissez quand une norme est inaccessible. Tout comme dans les œuvres de
Picasso, étant une condition purement subjective et souvent auto-imposée, la perfection varie
avec l'observateur. Il est certes correct de vous donner des normes élevées, mais assurez-vous
qu'elles ne sont pas purement illusoires, car la vie s'écoule souvent différemment de ce que
nous avions prévu. Au contraire, vous pouvez vous sentir frustré de ne pas correspondre à
l'image idéale que vous avez construite de vous-même.
Une norme très élevée n'est pas toujours quelque chose de mauvais, car elle
pousse les gens à s'améliorer et à faire les choses mieux et plus efficacement
dans la poursuite de l'excellence.

Pardonnez-vous. Si vous voulez éviter la tendance naturelle de l'homme à devenir


improductif dès que les choses tournent mal, vous devez apprendre à pardonner vos erreurs et
à vous motiver en mettant en avant vos réalisations et vos points forts - ce n'est qu'ainsi que
vous pourrez apprécier qui vous êtes à tout moment.
Conseil :
Entourez-vous de personnes qui se soucient de vos sentiments ! Ceux qui ne
s'intéressent pas à votre bien-être ne contribuent en aucune façon à développer
votre estime de soi.
Soyez déterminé. Afin de développer votre estime de soi, vous devez vous
engager à atteindre vos objectifs. Faites les choses dans votre propre intérêt, en
gardant à l'esprit que pour pouvoir aider les autres, vous devez d'abord vous
aider vous-même.
N'essayez pas d'impressionner les autres. Si vous voulez que les autres vous
jugent positivement, il vous suffit d'être vous-même et de montrer que vous
avez confiance en vos capacités.
Vous êtes ce que vous êtes et personne ne peut changer cela. Soyez vous-
même et n'essayez pas de copier les autres.
Dites-vous que vous vous sentez en sécurité et sociable, même si ce n'est pas le
cas. Vos sentiments et vos convictions viennent directement de vos pensées,
donc le fait de penser que vous êtes confiant et extraverti vous permettra de le
devenir. Pensez et agissez comme si vous n'aviez pas du tout conscience de ce
que signifie avoir une faible estime de soi.
La chose la plus importante que vous devez faire est de croire en vous-même,
il n'y a pas d'autres secrets. Croire qu'on peut faire quelque chose, c'est en
devenir capable.
Votre force intérieure vous permettra d'atteindre les objectifs que vous vous
êtes fixés dans la vie. Si vous faites un faux pas, aidez-vous de la chute et
essayez de nouveau.
Regardez-vous dans le miroir tous les jours. Cherchez quelque chose à admirer
: votre apparence physique, vos réalisations ou vos exploits.
Veillez à ce que votre dialogue intérieur soit toujours positif. Rappelez-vous à
quel point vous êtes fabuleuse ou radieuse aujourd'hui. Faites de la positivité
votre état naturel.
Ne laissez pas les campagnes publicitaires dans les magazines et autres médias
compromettre votre estime de soi. Le marketing exploite souvent les craintes et
les insécurités des consommateurs en essayant de faire remonter ces sentiments
négatifs à la surface. Opposez-vous fermement aux efforts maléfiques du
marketing, en utilisant votre confiance et votre conscience intérieures.
Ignorez les commentaires négatifs des gens. N'écoutez que votre voix
intérieure positive et ne perdez pas confiance en vous : personne ne peut vous
reprocher de vouloir être vous-même.
Les personnes qui critiquent constamment les autres sont des personnes de peu
de valeur humaine. S'ils étaient les personnages d'un livre, ils ne vaudraient
même pas le coût de l'encre ou du papier utilisé pour raconter leurs horribles
actes.