Vous êtes sur la page 1sur 4

Résumé de cours : Logique, ensembles, applications

I. Logique
1) Et, ou, non, implique.
(∧ =et ∨ =ou P = la négation de P).
Th : P ∧ Q ⇔ P ∨ Q P ∨ Q ⇔ P ∧ Q (lois de De Morgan).
Th : « et » est distributif sur « ou » (P ∧ (Q ∨ R) ⇔ (P ∧ Q) ∨ (P ∧ R))
« ou » est distributif sur « et » (P ∨ (Q ∧ R) ⇔ (P ∨ Q) ∧ (P ∨ R))
Def : La contraposée de P ⇒ Q est Q ⇒ P. La négation de P ⇒ Q est P ⇒ Q. La réciproque de P ⇒ Q est Q ⇒ P.
Th : Une implication est équivalente à sa contraposée : (P ⇒ Q) ⇔ (Q ⇒ P).
Th : La négation de P ⇒ Q est P ∧ Q.
Par exemple, f continue en x0 ⇔ ∀ε > 0, ∃α > 0/ ∀x ∈ I (|x − x0 | 6 α ⇒ |f(x) − f (x0 )| 6 ε) puis
f n’est pas continue en x0 ⇔ ∃ε > 0, ∀α > 0/ ∃x ∈ I (|x − x0 | 6 α et |f(x) − f (x0 )| > ε).
La réciproque d’une implication n’a aucun lien avec cette implication.
2) Quantificateurs.
Def : Soit P(x) une proposition dont les valeurs de vérité sont fonction d’un élément variable x de E.
Quand la proposition P(x) est vraie pour tous les éléments x de E, on écrit : ∀x ∈ E, P(x).
Quand la proposition P(x) est vraie pour au moins un élément x de E, on écrit : ∃x ∈ E, P(x).
Tout résultat contenant une variable doit être précédé du quantificateur adéquat. Ainsi, f(x) = 0 est une
phrase qui n’a aucun sens. Il faut préciser si l’égalité est vraie pour tout x de E (∀x ∈ E, f(x) = 0) ou pour au moins
un x de E (∃x ∈ E/ f(x) = 0 ou encore, l’équation f(x) = 0 a (au moins) une solution).
Xn X n
n(n + 1) n(n + 1)
k= est mauvais et ∀n ∈ N∗ , k= est bon.
2 2
k=1 k=1

X n X n
Ceci aussi est très mauvais : = 2n−1 alors que ceci est bon : ∀n ∈ N∗ , = 2n−1 et que
n
2k n
2k
06k6 2 06k6 2

X n
ceci est faux : ∀n ∈ N, = 2n−1
n
2k
06k6 2

Les phrases suivantes sont très mauvaises : f = 0 ⇔ f(x) = 0 ou aussi f = Id ⇔ f(x) = x. On doit écrire :
f = 0 ⇔ ∀x ∈ E, f(x) = 0 et f = Id ⇔ ∀x ∈ E, f(x) = x.
Méthode pour montrer : ∀x ∈ E, P(x) est vraie (toujours le même schéma) :
soit x ∈ E
. . . et donc P(x) est vraie.
On a montré que ∀x ∈ E, P(x) est vraie.
Méthode pour montrer : ∃x ∈ E/ P(x) est vraie (presque toujours le même schéma) :
soit x0 cet élément (on fournit explicitement un x)
. . . et x0 est tel que P (x0 ) est vraie.
On a montré que ∃x ∈ E/ P(x) est vraie.
Th : ∀x ∈ E, P(x) ⇔ ∃x ∈ E/ P(x) et ∃x ∈ E, P(x) ⇔ ∀x ∈ E/ P(x).
Quand il y a plusieurs quantificateurs :
- on peut permuter deux quantificateurs de même nature.
- on ne peut pas permuter ∀ et ∃. Dans la phrase « ∃x ∈ E/ ∀y ∈ E, . . . » le x fourni ne dépend pas de y ou
encore le x fourni marche pour tous les y. Dans la phrase « ∀y ∈ E, ∃x ∈ E/ . . . » le x fourni peut varier quand y
varie ou encore le x fourni dépend de y.
Par exemple,
- f est une homothétie de E ⇔ ∃λ ∈ K/ f = λIdE ⇔ ∃λ ∈ K/ ∀x ∈ E, f(x) = λx ce qui n’est pas du tout équivalent
à ∀x ∈ E, ∃λ ∈ K/ f(x) = λx.
- (un )n∈N est bornée ⇔ ∃M ∈ R/ ∀n ∈ N, |un | 6 M ce qui n’est pas du tout équivalent à
∀n ∈ N, ∃M ∈ R/ |un | 6 M.
3) Variables muettes.
Dans les expressions suivantes, certaines variables sont muettes :

c Jean-Louis Rouget, 2019. Tous droits réservés.


1 http ://www.maths-france.fr
n
X n
X n
X Xn
dans uk , la variable k est muette : uk = ui . uk est une fonction de n mais pas de k.
k=0
Zx k=0Zx i=0 Zx k=0 Zx
dans f(t) dt, la variable t est muette : f(t) dt = f(u) du. f(t) dt est une fonction de x mais pas de t.
0 0 0 0
dans lim un , la variable n est muette : lim un = lim up .
n→+∞ n→+∞ p→+∞
dans (ei )16i6n , la variable i est muette : (ei )16i6n = (ej )16j6n .
dans (un )n∈N , la variable n est muette : (un )n∈N = (up )p∈N .
Xn n
X
« ∀k ∈ N, uk = n » est mauvais et « ∀n ∈ N, uk = n » est bon.
k=0 k=0
« ∀n ∈ N, lim un = +∞ » est mauvais et « lim un = +∞ » est bon.
n→+∞ n→+∞
« ∀n ∈ N, (un )n∈N est bornée » est mauvais et « la suite (un )n∈N est bornée » est bon.
« ∀i ∈ J1, nK, (ei )16i6n est une base de E » est mauvais et « (ei )16i6n est une base de E » est bon.
« ∀n ∈ N, (un )n∈N est décroissante » est mauvais et « la suite (un )n∈N est décroissante » est bon.
ln(1 + x) x ln(1 + x) x
« ∀x ∈] − 1, 0[∪]0, +∞[, = 1 − + o(x) » est mauvais et « = 1 − + o(x) » est bon ...
x x→0 2 x x→0 2

II. Ensembles
Intersection et réunion. Soit (A, B) ∈ (P(E))2 . A ∩ B est l’ensemble des éléments x de E qui appartiennent à A et
à B et A ∪ B est l’ensemble des éléments x \ de E qui appartiennent à A ou à B. [
Si (Ai )i∈I est une famille de parties de E, Ai = {x ∈ E/ ∀i ∈ I, x ∈ Ai } et Ai = {x ∈ E/ ∃i ∈ I, x ∈ Ai }.
i∈I! i∈I !
\ [
Donc : ∀x ∈ E, x ∈ Ai ⇔ ∀i ∈ I, x ∈ Ai et ∀x ∈ E, x ∈ Ai ⇔ ∃i ∈ I/ x ∈ Ai .
i∈I i∈I

Th : A ∩ B = A ∪ B et A ∪ B = A ∩ B.
Th : L’intersection et la réunion sont commutatives et associatives dans P(E). L’élément neutre pour ∪ est ∅ et
l’élément neutre pour ∩ est E.
L’intersection est distributive sur la réunion et la réunion est distributive sur l’intersection.
Fonction caractéristique ou indicatrice.
Soit A ∈ P(E). La fonction caractéristique
(ou indicatrice) de A est la fonction de E dans {0, 1}, notée χA (ou 1A )
1 si x ∈ A
définie par : ∀x ∈ E, χA (x) = .
0 si x ∈
/A
Th : χA = 1 − χA , χA∩B = χA × χB et χA∪B = χA + χB − χA χB .
Def : Soit (Ai )i∈I une famille de parties de E (I 6= ∅). (Ai )i∈I est une partition de E si et seulement si
- ∀i ∈ I, Ai 6= ∅,
- [6= j, Ai ∩ Aj = ∅,
∀i
- Ai = E.
i∈I

Dans ce cas, tout élément de E appartient à une et une seule partie Ai , i ∈ I.

III. Relations
1) Relations binaires.
Def : Une relation binaire R sur un ensemble E est :
réflexive ⇔ ∀x ∈ E, xRx.
symétrique ⇔ ∀(x, y) ∈ E2 , (xRy ⇒ yRx).
anti-symétrique ⇔ ∀(x, y) ∈ E2 , (xRy et yRx ⇒ x = y).
transitive ⇔ ∀(x, y, z) ∈ E3 , (xRy et yRz ⇒ xRz).
2) Relations d’équivalence.
Def : Une relation d’équivalence sur un ensemble E est une relation réflexive, symétrique et transitive.
Les relations suivantes sont des relations d’équivalence :
• l’égalité sur E ensemble quelconque
• la congruence modulo n sur Z (∀(a, b) ∈ Z2 , (a ≡ b [n] ⇔ ∃k ∈ Z/ b = a + kn).
• la relation de similitude sur Mn (K) (∀(A, B) ∈ (Mn (K))2 , A et B semblables ⇔ ∃P ∈ GLn (K)/ B = P−1 AP).
un
• la relation ∼ sur l’ensemble des suites ne s’annulant pas à partir d’un certain rang (un ∼ vn ⇔ → 1).
n→+∞ vn n→+∞
Def : Soit R une relation d’équivalence sur E. Soit x ∈ E. La classe d’équivalence de x est l’ensemble des éléments en
relation avec x : b
x = {y ∈ E, xRy}.

c Jean-Louis Rouget, 2019. Tous droits réservés.


2 http ://www.maths-france.fr
-bx=y b ⇔ xRy.
- Tout élément d’une classe d’équivalence est un représentant de cette classe d’équivalence.
- Les classes d’équivalence forment une partition de E.
3) Relations d’ordre.
Def : Une relation d’ordre sur un ensemble E est une relation réflexive, anti-symétrique et transitive.
Def : La relation d’ordre R est une relation d’ordre total ⇔ deux éléments quelconques de E sont toujours comparables
(∀(x, y) ∈ E2 , (xRy ou yRx)).
La relation d’ordre R est une relation d’ordre partiel ⇔ il existe deux éléments de E qui ne sont pas comparables
(∃(x, y) ∈ E2 , (xnonRy et ynonRx)).
Les relations suivantes sont des relations d’ordre :
6 dans R (ordre total).
L’inclusion dans P(E) (relation d’ordre partiel dès que card(E) > 2).
2
La divisibilité dans N∗ (∀(a, b) ∈ (N∗ ) , b|a ⇔ ∃q ∈ N∗ / a = bq) (ordre partiel)

IV. Applications
1) Injections, surjections, bijections.
Def : Soit f une application de E vers F.
• f est injective ⇔ ∀ (x1 , x2 ) ∈ E2 , (x1 6= x2 ⇒ f (x1 ) 6= f (x2 ))
⇔ ∀ (x1 , x2 ) ∈ E2 , (f (x1 ) = f (x2 ) ⇒ x1 = x2 ) (le plus utilisé)
⇔ ∀y ∈ F, l’équation y = f(x), d’inconnue x ∈ E, a au plus une solution.
(Si f est une application linéaire d’un espace vectoriel E vers un espace vectoriel F et uniquement dans ce cas : f est
injective si et seulement si Ker(f) = {0}. Si f est une application d’un intervalle I de R dans R et uniquement dans ce
cas : si f est strictement monotone sur I, alors f est injective. Si de plus f est continue : f est injective si et seulement
si f est strictement monotone).
• f est surjective ⇔ ∀y ∈ F, ∃x ∈ E/ y = f(x).
⇔ ∀y ∈ F, l’équation y = f(x), d’inconnue x ∈ E, a au moins une solution.
• f est bijective ⇔ ∀y ∈ F, ∃!x ∈ E/ y = f(x).
⇔ ∀y ∈ F, l’équation y = f(x), d’inconnue x ∈ E, a exactement une solution.
Th : Soient f une application de E vers F et g une application de F vers G.
Si f et g injectives, alors g ◦ f injective. Si f et g surjectives, alors g ◦ f surjective. Si f et g bijectives, alors g ◦ f
bijective.
Th : Soient f une application de E vers F et g une application de F vers G.
Si g ◦ f injective, alors f injective. Si g ◦ f surjective, alors g surjective.
Def : Soit f une bijection de E sur F.
La réciproque de f est l’application de F vers E définie par : ∀(x, y) ∈ E × F, y = f(x) ⇔ x = f−1 (y).
Th : Si f est bijective, f−1 ◦ f = IdE et f ◦ f−1 = IdF .
Th : Soit f une application de E vers F. Si il existe une application g de F vers E telle que g ◦ f = IdE et f ◦ g = IdF ,
alors f est bijective et de plus g = f−1 . En général, une seule égalité ne suffit pas (penser à f : N → N et
n 7→ n + 1
g : N → N ).
n − 1 si n > 1
n 7→
0 si n = 0
−1
Th : Soit f une bijection de E sur F. Alors, f−1 est une bijection de F sur E et f−1 = f.
Th : Soient f une bijection de E sur F et g une bijection de F sur G. g ◦ f est bijective et de plus (g ◦ f)−1 = f−1 ◦ g−1 .
2) Image directes, images réciproques d’une partie par une application.
Soit f une application d’un ensemble E vers un ensemble F. Soient A une partie de E et B une partie de F.
L’image directe de la partie A par l’application f est : f(A) = {f(x), x ∈ A}. f(A) est donc l’ensemble des images des
éléments de A par f :

∀y ∈ F, (y ∈ f(A) ⇔ ∃x ∈ A/ f(x) = y) .

L’image réciproque de la partie B par l’application f est : f−1 (B) = {x ∈ E/ f(x) ∈ B} = {x ∈ E/ ∃y ∈ B/ y = f(x)}.
f−1 (B) est donc l’ensemble des antécédents des éléments de B par f :

∀x ∈ E, x ∈ f−1 (B) ⇔ f(x) ∈ B .

c Jean-Louis Rouget, 2019. Tous droits réservés.


3 http ://www.maths-france.fr
f−1 (B) a toujours une signification même si f n’est pas bijective. Dans la notation f−1 (B), il ne faut pas lire ; l’image
de la partie B par la réciproque de f. Par contre, si f est bijective, f−1 (B) est l’ensemble des images des éléments de
B par la réciproque f−1 .
Th : Soit f : E → F une application.
2 
1) ∀(A, B) ∈ (P(F)) , f−1 (A ∩ B) = f−1 (A) ∩ f−1 (B), f−1 (A ∪ B) = f−1 (A) ∪ f−1 (B) et f−1 (CF (A)) = CE f−1 (A)
(tout se passe bien avec l’image réciproque).
2
2) ∀(A, B) ∈ (P(E)) , f(A ∩ B) ⊂ f(A) ∩ f(B) (avec égalité pour tout (A, B) si et seulement si f est injective),
f(A ∪ B) = f(A) ∪ f(B) (ça se passe nettement moins bien avec l’image directe).

3) ∀A ∈ P(E), A ⊂ f−1 (f(A)) (avec égalité pour tout A si et seulement si f est injective) et ∀B ∈ P(F), f f−1 (B) ⊂ B
(avec égalité pour tout B si et seulement si f est surjective).

c Jean-Louis Rouget, 2019. Tous droits réservés.


4 http ://www.maths-france.fr