Vous êtes sur la page 1sur 3

Mme Morel-TS 1

La fonction exponentielle 2 Propriétés de la fonction exponentielle


2.1 Premiers résultats
Les démonstrations figurant dans ce cours sont à connaı̂tre. On a déjà vu que : exp0 = exp; exp(0) = 1, pour tout x réel, exp(x) exp(−x) = 1 et
exp x 6= 0.
0
1 L’équation différentielle y = y avec y(0) = 1
2.2 Le nombre e
1.1 La loi de désintégration radioactive 1 n
On note e le réel exp(1). On a donc : e = lim (1 + ) .
n→+∞ n
Voir le livre p 102 et le TP fait sur Excel. En prenant différentes valeurs de n, on obtient (par exemple à la calculatrice) des valeurs
approchées du nombre e. Vous devez savoir que : e ≈ 2.718281828
1.2 Résolution approchée par la méthode d’Euler
Voir les exercices faits en classe et les exercices résolus du livre pages 93 et 95. 2.3 Propriétés algébriques
1
Proposition 2.1. 1. Pour tout réel x, exp(−x) = ;
1.3 Résolution exp(x)
0
Théorème 1.1. Il existe une unique fonction f dérivable sur R telle que f = f et f (0) = 1. 2. Pour tout x et y réels, exp(x + y) = exp(x) × exp(y) (la fonction exponentielle
transforme les sommes en produits);
Démonstration :
exp(x)
1. Existence : Cette existence peut se montrer à l’aide de suites adjacentes. La démonstration n’est pas 3. Pour tout x et y réels, exp(x − y) = ;
à connaı̂tre. Elle sera faite ultérieurement. exp(y)
2. Conséquence de l’existence d’une solution : pour tout x ∈ R, f (−x)f (x) = 1 et f ne s’annule pas 4. Pour tout x réel et n entier relatif, exp(nx) = (exp x)n ;
sur R
Pour tout x réel, on pose : ϕ(x) = f (x)f (−x). f étant dérivable sur R, ϕ l’est aussi. Pour tout
0 0 0
réel x, on a : ϕ (x) = −f (−x)f (x) + f (−x)f (x) = −f (−x)f (x) + f (−x)f (x) = 0. Donc ϕ est
5. Pour tout réel x, exp x > 0;
constante sur R : pour tout x réel, f (−x)f (x) = ϕ(x) = ϕ(0) = f (0) × f (0) = 1. On en déduit alors x √
que f ne s’annule pas sur R. 6. Pour tout réel x, exp = exp x.
2
3. Unicité : Soient f et g deux solutions au problème posé. Montrons que f = g. D’après le point
précédent, on a en particulier f (x)f (−x) = 1 et f (−x) 6= 0 pour tout x réel. Donc f (x) = g(x) ⇔ Démonstration :
f (x)f (−x) = g(x)f (−x) ⇔ 1 = g(x)f (−x). Montrons donc que la fonction h définie sur R par 1. Déjà démontré.
h(x) = f (−x)g(x) est constante égale à 1.
0 0 0
f et g étant dérivables sur R, h l’est aussi. Pour tout x réel, h (x) = −f (−x)g(x)+f (−x)g (x) = 0. 2. Soit a un réel quelconque. Il suffit de montrer que pour tout réel x, exp(x + a) = exp(x) × exp(a),
Donc h est constante sur R. Par conséquent, pour tout x réel, h(x) = h(0) = 1, c’est-à-dire, pour soit d’après la relation 1, que exp(x + a) exp(−x) = exp(a).
tout x réel, f (−x)g(x) = 1. D’où, f = g. La solution est donc unique. Soit alors ha la fonction définie sur R par ha (x) = exp(x + a) exp(−x). La fonction ha est dérivable
0
sur R et ha (x) = exp(x + a) exp(−x) − exp(x + a) exp(−x) = 0. Donc ha est constante sur R. Donc
0 pour tout x réel, ha (x) = exp(x + a) exp(−x) = ha (0) = exp(a).
Définition 1.3.1. L’unique solution à l’équation différentielle y = y et y(0) = 1 est appelée
fonction exponentielle. On la note : exp. 1
3. Pour tout x et y réels, exp(x − y) = exp(x) × exp(−y) = exp(x) × d’après les relations 1 et
exp(y)
k 1 2.
A l’aide de la méthode d’Euler, on a trouvé : exp( ) ≈ (1 + )k . En particulier, exp(1) ≈ 4. On montre cette relation par récurrence sur N.
n n
1 Soit P (n) la propriété définie pour n ∈ N par : exp(nx) = (exp x)n .
(1 + )n . D’après les propriétés de la méthode d’Euler, on a donc :
n • Initialisation : P (0) est vraie car si n = 0, exp(nx) = exp 0 = 1 et (exp x)n = (exp x)0 = 1
(car exp x 6= 0).
1 n
exp(1) = lim (1 + ) • Hypothèse de récurrence : On suppose que pour un entier naturel n, exp(nx) = (exp x)n .
n→+∞ n Hérédité : Montrons que exp((n + 1)x) = (exp x)( n + 1).
Mme Morel-TS 2

0
exp((n + 1)x) = exp(nx + x) 3. Pour tout x ∈ R, exp x = ex > 0. La fonction exponentielle est donc strictement
= exp(nx) × exp(x) d’après la relation 2
= (exp x)n × exp x d’après la relation de récurrence croissante sur R.
= e exp x)n+1 Par conséquent, pour tous réels x et y, ex < ey ⇔ x < y et ex = ey ⇔ x = y.
La propriété P (n + 1) est donc vraie.
• P (0) est vraie et P est héréditaire. Donc d’après l’axiome de la récurrence, P (n) est vraie pour 4.2 Approximation affine au voisinage de zéro
tout entier naturel n. 0
• La fonction exponentielle est dérivable en zéro et exp 0 = exp 0 = 1. Donc la courbe
Reste à voir le cas où n est négatif. Soit p ∈ Z
représentative C de la fonction exponentielle admet au point A(0; 1) une tangente (T )
N. On peut alors poser p = −n avec n ∈ N.
1 1 d’équation : y = x + 1.
Alors exp(px) = exp(−nx) = = = (exp x)−n = (exp x)p .
exp nx (exp x)n
x x x x x La fonction affine x 7→ x + 1 est donc une approximation affine de la
5. Pour tout réel x, exp x = exp( + ) = exp( ) × exp( ) = (exp( )2 > 0. Or, on é déjà montré •
2 2 2 2 2 fonction exp au voisinage de zéro.
que pour tout réel x, exp x 6= 0, donc pour tout réel x, exp x > 0.
x
6. Pour tout x réel, (exp )2 = exp x d’après la relation précédente. Donc, puisque exp x > 0 pour tout • Etude de la position relative de C et (T ) À savoir faire parfaitement. . .
x √
2 Afin d’étudier cette position relative, il faut étudier le signe de d(x) = ex − x − 1.
0
x réel, exp = exp x.
2 La fonction d est dérivable sur R et d (x) = ex − 1. Or, puisque e0 = 1 et que la
0
fonction exp est strictement croissante sur , ex > 1 ⇔ x > 0. Donc d (x) > 0 pour
0
x > 0 et d (x) < 0 pour x < 0. On obtient donc le tableau de variations suivant pour
3 Notation définitive de la fonction exponentielle la fonction d :
Si l’on applique les relations précédentes, on obtient : x −∞ 0 +∞
n n 1 p √ 0
pour tout n entier relatif, exp n = exp(n × 1) = (exp 1) = e et exp = exp 1 = e. d (x) - 0 +
x
2 d & 0 %
La convention : pour tout x réel, exp x = e prolonge à tous les réels l’égalité obtenue pour les entiers.
Cette notation permet d’écrire des formules conformes à l’usage d’une notation puissance :
La fonction d admettant un minimum sur R égal à 0, on en déduit que pour tout x
1 réel, d(x) = ex − x − 1 ≥ 0.
1. e = e;
La courbe C est donc située au-dessus de sa tangente en zéro (T ).
2. e0 = 1; On a montré de plus la relation : pour tout x réel, ex ≥ x + 1

3. Pour tout x réel, ex > 0;


4.3 Limites
−x 1
4. Pour tout x réel, e = x; • Pour tout réel x, ex ≥ x + 1. Or, lim (x + 1) = +∞. Donc lim ex = +∞.
e x→+∞ x→+∞
x+y x y 1
5. Pour tout x et y réels, e =e e ;
• lim ex = lim e−x = lim = 0. Donc la droite d’équation y = 0 est
ex x→−∞ x→+∞ x→+∞ ex
6. Pour tout x et y réels, ex−y = ey ; asymptote à C en −∞.
7. Pour tout x réel et n entier relatif, enx = (ex )n ; On obtient alors le tableau de variations suivant :
x √ x −∞ 0 1 +∞
8. Pour tout x réel, e 2 = ex . 0
exp +
+∞
4 Etude de la fonction exponentielle %
e
4.1 Sens de variation exp %
1
1. La fonction exp est strictement positive sur R. %
2. La fonction exp est dérivable et donc continue sur R. 0
Mme Morel-TS 3

4.4 Courbe La fonction g est dérivable sur ]0; +∞[ et la fonction exponentielle est dérivable sur R,
donc d’après le théoème de composition, la fonction f est dérivable sur ]0; +∞[.
À savoir faire à main levée et plus précisément avec un tableau de valeurs. 0 1 2 0 1 2 √ 1
De plus, g (x) = √ − 3 . Donc pour tout x ∈]0; +∞[, f (x) = ( √ − 3 ) × e x+ x2 .
2 x x 2 x x
4.5 Des limites importantes
ex
1. lim = +∞
x→+∞ x

2. lim xex = 0
x→−∞

ex
Théorème 4.1. 3. Pour tout n ∈ N, lim = +∞
x→+∞ xn

4. Pour tout n ∈ N, lim xn ex = 0


x→−∞

ex
5. Pour tout P polynôme, lim = +∞
x→+∞ P (x)

Démonstration :
xx x x
1. Pour tout x réel, ex > x. Donc, pour tout x > 0, e 2 > soit, puisque x > 0, (e 2 )2 > ( )2 . Or,
2 2
x x2 ex x
(e 2 )2 = ex , donc pour tout x > 0, ex > . Comme x > 0, on a alors > .
4 x 4
ex
Or, lim x = +∞. Donc, par comparaison des limites, = +∞.
x→+∞ x
x −x x
2. lim xe = lim − −x = lim − x = 0.
x→−∞ x→−∞ e x→+∞ e
x ex eX n
3. Si n = 0, le résultat est évident. Pour tout n 6= 0, on pose X = . On a alors : n = ( ) .
n x nX
ex 1 eX n
Donc lim = lim ( ) .
x→+∞ xn X→+∞ nn X
eX ex
Or, lim = +∞ et lim un = +∞, donc, par composition des limites, lim =
X→+∞ X u→+∞ x→+∞ xn
1 eX n
lim ( ) = +∞.
X→+∞ nn X
4. Même chose, en passant par le même changement de variable.
5. C’est une reformulation du point 3.

4.6 Complément de dérivation


Soit u une fonction définie et dérivable0 sur 0un intervalle I de R. Alors la
Théorème 4.2.
fonction eu est dérivable sur I et (eu ) = u × eu .
0
Démonstration : La fonction exponentielle étant dérivable sur R avec (exp) = exp, il suffit d’appliquer
le théorème de la dérivée des fonctions composées.

x+ x12
Exemple : Soit f la fonction définie sur ]0; +∞[ par f (x) = e .
√ 1
La fonction f est la composée des fonctions exponentielle et de la fonction g : x 7→ x+ .
x2