Vous êtes sur la page 1sur 12

Se connecter

 ESPACE GÉNÉRAL
 ESPACE ENTREPRISE
 ESPACE EXPORTATION
 ANNUAIRE ENTREPRISES
 FACTEURS DE PRODUCTION
Information Similaire
Côte d’Ivoire - Les Principales Entreprises En Côte D'Ivoire
Bénin - Sélections Foires, Salons Au BENIN 2015
Tchad - Agences Publicitaires Locales Du Tchad
Tchad - Organisations Patronales Et Syndicats Professionnelle Du Tchad
Niger - LES BANQUES, LES SOCIETES DE FINANCES ET D’ASSURANCE
Togo - SELECTION DE FOIRES ET SALONS AU TOGO
Togo - AGENDA DES RÉUNIONS DU TOGO
Tchad - TAXES LOCALES ET TVA Du Tchad
Guinée Bissau - TAXES LOCALES ET TVA EN GB
Guinée Bissau - Tarifs Douaniers En Afrique De L'Ouest Guinée Bissau
Guinée Bissau - LES ORGANISATIONS PATRONALES ET LES SYNDICATS PROFESSIONNELS DE
LA GB
Guinée Bissau - LES PRINCIPALES ENTREPRISES De La GB
Gabon - TAXES LOCALES ET TVA DU GABON
Centrafrique - LE TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEMAC-Centrafrique
Centrafrique - TAXES LOCALES ET TAXES SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) EN REPUBLIQUE
CENTRAFRICAINE
Burkina Faso - Tarifs Douaniers En Afrique De L'Ouest Burkina Faso
Bénin - LES PRINCIPALES ENTREPRISES DU BENIN
Centrafrique - LES PRINCIPALES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES
Centrafrique - VEILLE CONCURRENTIELLE ALIX
Centrafrique - LE COMMERCE EXTÉRIEUR PAR PRODUITS Au 1er Semestre 2002
Centrafrique - LE COMMERCE EXTÉRIEUR PAR PAYS Au 1er Semestre 2002
Centrafrique - ANALYSE ANNUELLE DU COMMERCE FRANCE / AFRIQUE
Centrafrique - LES ECHANGES COMMERCIAUX AVEC LA FRANCE EN 2003
Centrafrique - VISION DE LONG TERME DE L'AFRIQUE
Centrafrique - LA TAILLE DU MARCHE CENTRAFRICAIN EN 2003-2004

Vous êtes ici


Accueil » Taxes locales et TVA en Côte d'ivoire> Retour à la page de recherche

TAXES LOCALES ET TVA EN CÔTE


D'IVOIRE
CÔTE D’IVOIRE
Commerce et marché
Unions douanières
Taxes locales et TVA
TAXES LOCALES ET FISCALITE EN COTE D'IVOIRE
 
GENERALITE
Taxe sur la Valeur Ajoutée en Côte d'Ivoire
Le taux normal de TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) en Côte d'Ivoire est 18%. Le taux
d'imposition réduit est de 11% pour certaines opérations.

Les biens et services qui sont exonérés de TVA en Côte d'Ivoire sont:

 Eau et électricité,
 aliments de base,
 produits médicaux et pharmaceutiques,
 services bancaires et assurance,
 engrais, pesticides,
 opérations et aliments pour animaux.

Opérations imposables - la TVA est exigible sur les activités de production, la distribution des
biens et la prestation de services en Côte d'Ivoire. La TVA s'applique aux biens et services
importés.

Taux de TVA - Le taux normal est de 18% et 10% pour les commissions et frais perçus par les
institutions financières (les intérêts sont exonérés).

Enregistrement pour la TVA - Les contribuables doivent s'enregistrer auprès des autorités
fiscales locales.

Dépôt et paiement - Les déclarations mensuelles et paiement, le cas échéant, sont dues le 15
du mois suivant.
 
LES DIFFERENTS REGIMES D’IMPOSITION EN COTE D’IVOIRE :
Dans le système fiscal ivoirien, il existe quatre (4) régimes d’imposition qu’on pourrait classer en
régimes réels et en régimes forfaitaires :
- les régimes réels : le régime réel normal d’imposition et le régime réel simplifié d’imposition ;
- les régimes forfaitaires : le régime de l’impôt synthétique et la taxe forfaitaire des petits
commerçants et artisans
 
1 – RNI  LE REGIME REEL NORMAL D’IMPOSITION
(RNI ou Régime du bénéfice réel normal)

 LES ASSUJETTIS
Sont obligatoirement soumis au régime du bénéfice réel normal :
1. les marchands de biens et les lotisseurs, quel que soit le montant de leur chiffre d’affaires
annuel;

2. les entreprises (exploitants individuels et personnes morales) dont le commerce principal est
de vendre des marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur
place ou de fournir le logement, les exploitants agricoles, planteurs et éleveurs, lorsque leur
chiffre d’affaires annuel, toutes taxes incluses, excède 150 millions de francs ;

3. les entreprises réalisant des prestations de services lorsque leur chiffre d’affaires annuel,
toutes taxes incluses, excède 75 millions de francs ;

4. les entreprises qui exercent simultanément des activités relevant des deux catégories visées
aux paragraphes 2 et 3 sont soumises au régime du réel dès lors que l’une ou l’autre des deux
limites de 150 millions et 75 millions est dépassée ;

5. les entreprises dont le chiffre d’affaires s’abaisse au dessous des limites prévues aux
paragraphes 2 et 3 ne sont soumises au régime du bénéfice réel simplifié ou, le cas échéant, au
régime de l’impôt synthétique, que lorsque leur chiffre d’affaires est resté inférieur à ces limites
pendant trois exercices consécutifs ; les chiffres limites prévus aux paragraphes 2 et 3 sont
ajustés au prorata du temps d’exploitation pour les entreprises qui commencent ou cessent leurs
activités en cours d’année.
 
L’OPTION POUR LE RNI
1. Les entreprises normalement imposables au régime du bénéfice réel simplifié peuvent opter,
avant le 1er février de chaque année, pour leur imposition au régime réel normal d’imposition.

2. L’option prend effet à compter du 1er janvier de l’année au cours de laquelle elle est exercée
et n’est révocable qu’après les trois exercices comptables qui suivent sa date d’effet et sur
autorisation expresse des services de la DGI ;

3. Les entreprises remplissant les conditions pour relever du RSI qui débutent leur activité
peuvent également opter pour le RNI dans les trente jours du commencement de leur activité.
Dans ce cas, l’option demeure irrévocable pendant les trois premiers exercices comptables.
 
 LES OBLIGATIONS DECLARATIVES ET DE PAIEMENT
- Déclarations comptables et fiscales :
dépôt des états financiers et de la déclaration de résultats le 30 avril.

- Paiement de l’impôt :
les contribuables relevant du RNI sont redevables, au titre du dernier exercice clos, soit de
l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, soit de l’impôt minimum forfaitaire, payables
en trois fractions : 20 avril, 20 juin et 20 septembre . Toutefois, l’ IMF n’est pas dû au titre du
premier exercice comptable.
 
2 – RSI LE REGIME REEL SIMPLIFIE D’IMPOSITION  
(RSI ou Régime du bénéfice réel simplifié)

LES ASSUJETTIS
Sont obligatoirement soumis au régime du bénéfice réel simplifié :
1. les entreprises dont le commerce principal est de vendre des marchandises, objets, fournitures
et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fournir le logement, les exploitants
agricoles, planteurs et éleveurs, lorsque leur chiffre d’affaires annuel, toutes taxes incluses est
compris entre 50 millions et 150 millions de francs ;

2. les entreprises exerçant d’autres activités lorsque leur chiffre d’affaires annuel, toutes taxes
incluses, est compris entre 25 millions et 75 millions de francs ;

3. les entreprises qui exercent simultanément des activités relevant des deux catégories visées
aux paragraphes 1 et 2 ci-dessus, ne sont soumises au régime du réel simplifié d’imposition que
si aucune des deux limites de 150 millions et 75 millions n’est dépassée ;
 
les entreprises soumises au régime du bénéfice réel simplifié dont le chiffre d’affaires s’abaisse au
dessous des limites prévues aux paragraphes 1, 2 et 3 ci-dessus ne sont reclassées au régime de
l’impôt synthétique, que lorsque leur chiffre d’affaires est resté inférieur à ces limites pendant
trois exercices consécutifs .

Par ailleurs, les chiffres d’affaires limites prévus aux paragraphes 1, 2 et 3 précités sont ajustés
au prorata du temps d’exploitation pour les entreprises qui commencent ou cessent leurs activités
en cours d’année.
 
 L’OPTION POUR LE RSI
1. Les entreprises normalement imposables au régime de l’impôt synthétique peuvent opter,
avant le 1er février de chaque année, pour le régime du réel simplifié ;

2. L’option prend effet à compter du 1er janvier de l’année au cours de laquelle elle est exercée
et n’est révocable qu’après les trois exercices comptables qui suivent sa date d’effet et sur
autorisation expresse des services de la DGI.

3. Les contribuables remplissant les conditions pour relever du régime de l’impôt synthétique
peuvent opter, avant le 1er février de chaque année, pour le régime du réel simplifié. L’option est
irrévocable pendant trois ans.

 LES OBLIGATIONS DECLARATIVES ET DE PAIEMENT


-Déclarations comptables et fiscales:
dépôt des états financiers et de la déclaration de résultats le 30 avril.

-Paiement de l’impôt :
Les contribuables relevant du RSI sont redevables, au titre du dernier exercice clos, soit de
l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, soit de l’impôt minimum forfaitaire, payables
en trois fractions : 20 avril, 20 juin et 20 septembre.
Remarque : les entreprises nouvelles assujetties à ce régime sont exonérées de l’ IMF au titre de
leur premier exercice comptable.
 
3 - TAXE FORFAITAIRE
 
LE REGIME DE LA TAXE FORFAITAIRE DES PETITS COMMERCANTS ET ARTISANS.
 
Sont soumises à la taxe forfaitaire des petits commerçants et artisans les personnes qui réalisent
un chiffre d’affaires toutes taxes incluses inférieur à 5 millions de francs et les personnes réalisant
certaines activités (colporteur, cordonnier, vulcanisateur…).

La taxe forfaitaire est libératoire de la contribution des patentes et des licences, des taxes
communales et des centimes additionnels correspondant, de l’impôt sur les traitements et
salaires et de la contribution à la charge des employeurs. Elle est perçue au profit des
municipalités sur le territoire des communes et au profit des départements en dehors de celles-ci.

L’assiette, le recouvrement et le contrôle sont assurés par les services communaux dans le
périmètre communal et par la DGI en dehors de ces périmètres.
 
NB : Ces informations sont données à titre indicatif, pour plus de détails veuillez vous
référer au  Code général des Impôts de Côte d’Ivoire.
 
4 - IMPOT SYNTHETIQUE
Sont soumis au régime de l’impôt synthétique :
1. Les personnes physiques dont le commerce principal est de vendre des marchandises, objets,
fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fournir le logement, les
exploitants agricoles, planteurs et éleveurs, lorsque leur chiffre d’affaires annuel, toutes taxes
incluses, n’excède pas 50 millions de francs ;

2. Les personnes physiques exerçant d’autres activités (prestations de services imposables à


l’impôt BIC) lorsque leur chiffre d’affaires annuel, toutes taxes incluses, n’excède pas 25 millions
de francs ;
3. Les personnes physiques qui exercent simultanément des activités relevant des deux
catégories visées aux paragraphes 1 et 2 ci-dessus ne sont soumises à l’impôt synthétique que
dans la mesure où aucune des deux limites de 50 millions et 25 millions n’est dépassée.
Remarque :
Les personnes morales ne peuvent être soumises à l’impôt synthétique.
L’impôt synthétique se substitue, pour les assujettis, à la patente, à l’impôt sur les bénéfices
industriels et commerciaux et à la taxe sur la valeur ajoutée.

L’OPTION POUR LE RSI


Les contribuables relevant du régime de l’impôt synthétique peuvent opter, avant le 1er février
de chaque année, pour le régime du bénéfice réel simplifié d’imposition. L’option prend effet à
compter du 1er janvier de l’année au cours de laquelle elle est exercée et elle n’est révocable
qu’après les trois exercices comptables qui suivent sa date d’effet et sur autorisation expresse
des services de la DGI.

LA DETERMINATION ET LE PAIEMENT DE L'IMPOT SYNTHETIQUE


Le montant de l’impôt dû est fixé à partir des éléments contenus dans la déclaration du
contribuable.

Le chiffre d’affaires annuel servant de base à la fixation de l’impôt exigible est celui qui a été
déclaré par le contribuable ou retenu par le service des Impôts après instruction du dossier du
contribuable.

Les contribuables sont tenus d’effectuer spontanément auprès de la recette des Impôts du lieu
d’exercice de leur activité, avant le 15 du mois, un versement égal au 1/12ème du montant de
leur impôt annuel exigible.

Lorsqu’un contribuable exploite simultanément, dans une même localité ou dans des localités
différentes, plusieurs établissements, boutiques, magasins, ateliers, chantiers, et autres lieux
d’exercice d’une activité, chacun d’entre eux est considéré comme une entreprise ou exploitation
distincte faisant dans tous les cas l’objet d’une imposition séparée, dès lors que le chiffre
d’affaires total réalisé au titre de l’ensemble des activités exercées ne place pas de plein droit le
contribuable sous le régime du réel simplifié ou du réel normal.

LES OBLIGATIONS COMPTABLES :


• La tenue d’une comptabilité selon le système minimal de trésorerie ;
• La tenue d’un registre chronologique de toutes les factures des achats et des dépenses ;
• La tenue d’un registre chronologique numérique de toutes les factures des ventes ou des
prestations.

LE TARIF DE L'IMPOT SYNTHETIQUE :


Le montant de l’impôt synthétique est déterminé selon le tableau ci-après : 

Chiffre d’affaires Montant de l’impôt exigible

Jusqu’à 5.000.000 Néant


De 5.000.001 à 6.000.000 491.400

De 6.000.001 à 7.000.000 573.300

De 7.000.001 à 8.000.000 655.200

De 8.000.001 à 9.000.000 737.100

De 9.000.001 à 10.000.000 819.000

De 10.000.001 à 11.000.000 900.000

De 11.000.001 à 12.000.000 982.000

De 12.000.001 à 13.000.000 1.064.000

De 13.000.001 à 14.000.000 1.146.600

De 14.000.001 à 15.000.000 1.228.500

De 15.000.001 à 16.000.000 1.310.000

De 16.000.001 à 17.000.000 1.392.000


De 17.000.001 à 18.000.000 1.474.200

De 18.000.001 à 19.000.000 1.556.100

De 19.000.001 à 20.000.000 1.638.000

De 20.000.001 à 21.000.000 1.719.900

De 21.000.001 à 22.000.000 1.801.800

De 22.000.001 à 23.000.000 1.883.700

De 23.000.001 à 24.000.000 1.965.600

De 24.000.001 à 25.000.000 2.047.500

De 25.000.001 à 26.000.000 2.129.400

De 26.000.001 à 27.000.000 2.211.300

De 27.000.001 à 28.000.000 2.293.200

De 28.000.001 à 29.000.000 2.375.100


De 29.000.001 à 30.000.000 2.457.000

De 30.000.001 à 32.000.000 2.480.000

De 32.000.001 à 34.000.000 2.640.000

De 34.000.001 à 36.000.000 2.800.000

De 36.000.001 à 38.000.000 2.960.000

De 38.000.001 à 40.000.000 3.120.000

De 40.000.001 à 42.000.000 3.280.000

De 42.000.001 à 44.000.000 3.400.000

De 44.000.001 à 46.000.000 3.600.000

De 46.000.001 à 48.000.000 3.760.000

De 48.000.001 à 50.000.000 3.920.000

 
Pour les contribuables dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 15.000.000 de francs, des
coefficients particuliers seront appliqués à la cotisation de l’impôt synthétique exigible figurant
aux tarifs de l’impôt synthétique, dans les conditions suivantes :
• 0,5 pour les contribuables dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 10.000.000 de francs ;
• 0,7 pour les contribuables dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 15.000.000 de francs.
REMARQUES :

- Les contribuables soumis à l’impôt synthétique ou à la taxe municipale ne sont pas autorisés à
imputer sur leur cotisation d’impôt l’acompte d’impôt sur le revenu du secteur informel (AIRSI).

- Ils subissent une retenue à la source de 10% par les organismes payeurs de l’Etat, des
établissements publics nationaux et des collectivités territoriales sur toutes les sommes que ces
organismes leur versent. Cette retenue constitue un acompte d’IGR pour ces contribuables.
 
LES TAUX D'IMPOSITION
Les taxes à la consommation
La nature de la taxe : Taxe sur la Valeur Ajoutée
Le taux standard : Le taux de base est de 18%.
Le taux réduit : Le taux réduit est de 11% pour certaines opérations. Sont exemptés de TVA :
l'eau et l'électricité, les biens alimentaires de base, les services médicaux et pharmaceutiques, les
opérations bancaires et d'assurance, quelques opérations de commerce international, les engrais,
les produits phytosanitaires, et les aliments pour le bétail et animaux de basse-cour.
Les autres taxes à la consommation
Les taxes sur les sociétés
Le taux standard

Impôt sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC)

Impôt sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) pour une entreprise qui réalise un chiffre d'affaires infé
de Francs CFA.

Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères


20% (retenue à la source).
La taxation des plus-values
L'impôt sur les plus-values à long terme est inclus dans l'impôt sur les sociétés.
Les déductions et les crédits d'impôt.
 
Les avantages fiscaux non-prescrits donnent droit à des déductions. Par ailleurs au titre de la
TVA, les acquisitions de biens et de services affectées par les entreprises agro-industrielles sont
exonérées de l'impôt sur les traitements et les salaires.
 
Les autres taxes sur les sociétés :
Droits d'apport, taxe sur les salaires, taxe foncière, droits de timbre, taxe sur les transferts, droits
de licence d'exploitation, contributions de sécurité sociale, prélèvement sur les primes
d'assurance. Pour plus d'informations, consultez la Direction Générale des Impôts de Côte
d'Ivoire.
Les taxes sur le revenu des personnes
Le taux standard
Impôt Général sur le Revenu (IGR) 37,5%
Les déductions et les crédits d'impôt Sont déductibles de l'impôt général sur le revenu: les primes
d'assurance vie, les intérêts des prêts, les pensions versées à des parents dépendants ou un
conjoint, et l'impôt général sur le revenu lui-même.
 
Les régimes spéciaux concernant les expatriés :
Il n'y a pas de régime fiscal particulier pour les expatriés.
 
LES SOURCES D'INFORMATION FISCALE
Les autorités fiscales:
- Direction Générale des Impôts
- Direction Générale des Douanes
- Trésor et Comptabilité publique
Les autres ressources utiles:
- Doing Business - Côte d'Ivoire
- WEF : Rapport Mondial sure la Compétitivité des entreprises / section côte d’Ivoire
 
Les règles comptables de référence en Côte d’Ivoire

 L'année fiscale

L'année fiscale commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre de la même année.

 Les normes comptables

Le système comptable de l'UEMOA est en vigueur en Côte d'Ivoire.

 Les organismes comptables

Conseil Comptable Ouest Africain

 Les organismes professionnels

Association des Ordres d'Experts-Comptables d'Afrique de l'Ouest

 La structure des comptes

A la clôture de chaque exercice le dirigeant établit et arrête les états financiers de synthèse
conformément aux dispositions de l'Acte uniforme portant sur l'organisation et l'harmonisation
des comptabilités. Le dirigeant établit un rapport de gestion. La publication du rapport de gestion
est une obligation. Toute modification dans la présentation des états financiers de synthèse doit
être signalée dans le rapport de gestion et, le cas échéant, dans celui du commissaire aux
comptes.

 La certification et l'audit

Le contrôle des comptes est réalisé par des commissaires aux comptes. Ils s'engagent à certifier
la régularité et la sincérité des états financiers de synthèse et d'assortir sa certification de
réserves ou la refuser, en précisant les motifs. Vous pouvez contacter un auditeur externe :
Deloitte, Ernst & Young.
 

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de l'Association IZF (adresser les
demandes à contactizf@izf.net(link sends e-mail) ).
Clause de non-responsabilité
L'Association IZF s'efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du
possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de
l'utilisation et de l'interprétation de l'information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer
des conseils personnalisés qui supposent l'étude et l'analyse de cas particuliers.

Cette fiche a été réalisée par :


- DIABAKATE Anzoumane, Correspondant IZF en Côte d’Ivoire
 

   Date de parution : Septembre 2014

Source : Direction Générale des Impôts

 
 

 Mentions légales |
 A propos d'IZF |
 Contacts |
 Partenaires |
 Conditions générales |
 Votre publicité sur ce site