Vous êtes sur la page 1sur 46

Département Arts de la Table

Comité Professionnel de Développement de l’Horlogerie,


de la Bijouterie, de la Joaillerie et de l’Orfèvrerie

Comment les arts de la table


contribuent à « mieux manger »
Synthèse des résultats d’étude
Septembre 2008
Matthieu Guével

www.qualiquanti.com
12bis, rue Desaix • 75015 PARIS
Tel : +331.45.67.62.06 Fax : +331.45.67.41.44
1
Rappel des objectifs

Etudier l’influence des arts de la table


sur notre manière de manger

Etablir si les arts de la table


peuvent aider à « mieux manger »

2
Rappel de la méthodologie
PHASE 1
Etude quantitative par questionnaire Internet
1005 pers. / France entière

PHASE 2
Etude Qualitative, envoi de sets de vaisselle et suivi
des réactions par un forum internet
18 foyers, avril 2008

1 2 3 4
Avec la vaisselle Envoi d’un Familiarisation Usage du set au
habituelle nouveau set avec le set quotidien
Pendant 1 semaine Premiers jours 2 premières (après 2 semaines,
d’utilisation, effet semaines stabilisation des
nouveauté comportements
3
Profil des participants de Paris / RP

Prénom Age Profession Nb enfants Régime éventuel Choix vaisselle


vigilence au
Caroline 40 Secrétaire CEA 2 enfants Alizée
quotidien

Michele 49 Inactive / conjoint : juriste en entreprise 3 enfants Clématites

Adjointe administrative (hôpital)


Valérie 41 1 enfant New Wave
Conjoint: Comptable énergie
Sandrine 37 Agent SNCF 3 enfants Excentric
vigilence au
Nathalie 40 Consultante psychologue 2 enfants Tourron Cerise
quotidien

Valérie 43 Responsable de magasin PAP féminin 1 enfant de temps en temps Modulo

Charlotte 43 Ebeniste 1 enfant Histoire Naturelle


régime avec
Nathalie 45 controleur de Douane 2 enfants Encanta
diététicienne

Deborah 31 Assistante commerciale (informatique) 2 enfants Authentic

6
Profil des participants Province

Prénom Age Profession Nb enfants Régime éventuel Choix vaisselle


régime
Laetitia 34 Directrice centre culturel 2 enfants de 4 et 7 ans Millefleurs
hyperprotéiné
2 enfants de 7 ans et 1
Laurence 39 secrétaire organisation syndicale Flore
ans
2 enfants de 10 ans et 2 vigilence au
Stéphanie 32 Agent administratif mairie Stones
ans quotidien
Pascale 35 standardiste 1 enfant de 9 ans Tourron Cerise

Assistante de son mari 3 enfants de 16, 13 et 9 Weight Watcher + 1


Céline 38 Athéna Platine
Conjoint: Artisan ans enfant en surpoids

Stephan 36 Préposé PTT 1 enfant de 10 ans Alba

Maud 33 Comptable vacataire 2 enfants de 6 et 4 ans Tulipe Noire

3 enfants de 5ans, 3 ans


Maud & Arnaud 35 Commercial assurances Vivo
et 8 mois
assistante commerciale entreprise régime
Valérie 40 1 enfant de 10 ans Purple
privé "rééquilibrage"

7
I - Le comportement alimentaire
des français et leur vision de
l’alimentation saine
a – dans l’idéal (déclaratif)
En France, manger c’est sacré

• Manger reste une activité très investie, synonyme de plaisir et


de convivialité.

– Pour 94%, bien manger, c’est partager un repas en bonne


compagnie
– Pour 75% c’est dresser une belle table
– Pour 85% c’est bien se tenir à table

• Les participants s'échangeaient des


recettes pendant le forum QuickTime™ et un
décompresseur TIFF (non compressé)
sont requis pour visionner cette image.

– Crustacés au chocolat
– Salades d’étés…
Les français veulent manger sainement

• 84% des sondés disent faire attention à leur alimentation


« J’essaie de bien varier notre alimentation avec les légumes,
poissons, viandes, féculents et laitage. »
« Je ne cuisine pas trop gras et je n'utilise pas de sel »

• Pour 74% des sondés, manger sainement c’est prendre (5) fruits
et légumes frais par jour

• Pour 81% des sondés, manger sainement c’est ne pas grignoter


entre les repas
« Nous sommes contre le grignotage toute la journée, c'est le
meilleur moyen de manger n'importe quoi. »
« Je veille à ce que les repas soient suffisamment copieux pour
que nous n'ayons pas la tentation de grignoter »
11
Le plaisir est une dimension essentielle

• Pour tous, les règles du Bien « Pour moi "mieux manger "n'est
manger ne sont pas viables à pas synonyme de contrainte,
long terme sans plaisir. parce qu'on peut très bien se faire
plaisir en mangeant équilibré,
• Contrairement à toute une varié. »
tradition qui associe santé et
sacrifice, on note une volonté « Au début cela a été dur mais
de réconcilier bien manger et maintenant c' est rentré dans nos
plaisir. habitudes alimentaires. La
restriction s'est transformée en
plaisir. »

12
B – dans la réalité
On observe de fortes disparités entre les repas

Certains repas sont hyper - Certains repas sont désinvestis,


investis vite avalés ou supprimés

(invitations, fêtes, dîner du week- (manger seul, déjeuner en


end, tables mises, belle vaisselle) semaine)
Les activités parallèles se multiplient

« Mon déjeuner d'aujourd'hui. Je


ne mets pas de verre sur la table
car je ne bois jamais en
mangeant. J'ai juste ma
télécommande à portée de main
pour pouvoir zapper. »
Les pratiques « atypiques » se banalisent
Voici différentes pratiques alimentaires, indiquez celles qu'il vous arrive de faire REGULIEREMENT :

Manger au fast-food 35%

Grignoter tout au long de la journée 19%

Manger avec les doigts (autre chose que des sandwichs) 17%

Se " goinfrer " pour satisfaire rapidement une faim subite 14%

Manger dans la voiture 13%

Manger chacun un repas différent au sein du foyer 13%

Boire uniquement des boissons gazeuses, sodas, soft drinks 12%


Base = 816 répondants

Manger chacun de son côté ..., avec des horaires décalés 10%
16
Les individus se sentent infantilisés et culpabilisés

• Ils se sentent exposés à des communications de plus en plus


nombreuses autour du « Bien manger »

• Ils ne savent que faire devant des informations parfois


contradictoires

« Ma fille rentre du collège l'autre jour et me dis "maman, tu sais, le


fait de manger 5 fruits et légumes par jour c'est complètement faux,
les cancérologues ont dit que manger 1 à 2 fruits et légumes par jour
suffisait". Alors où est le vrai : Est ce que cela a vraiment de
l'importance ? Est ce que c'est pour relancer la vente des produits
frais ? »

• Une incitation au découragement, au laisser-aller


17
Les leviers du Bien manger

Les enfants, agent structurant


(obligation de « montrer l’exemple») :
- Efforts pour manger équilibré
- Efforts pour se mettre à table
Un problème de poids dans la famille
- Efforts pour manger à horaires fixes, sans sauter de
« Je me suis inscrite chez Weight Watchers suite à des
repas ni grignoter
problèmes de poids. Cela m'a permis de rééquilibrer les
repas de tout le monde. »
« Lorsqu'on a des enfants, on désire que leur
alimentation soit équilibrée, et le fait d'apprendre à
mieux manger devient une habitude très agréable. »

Le temps (week-end, vacances) La concentration sur le repas, sans


activité annexe

« Le week-end nous prenons un peu plus de temps « Nous prenons nos repas dans la salle à manger. La
pour les repas (…). La grosse différence c est que je télévision n'est jamais allumée mais nous mettons
cuisine beaucoup plus car j ai le temps et en plus cela souvent de la musique. C’est un moment convivial, où
me détend et me plait. » on discute en famille. »

18
Les obstacles au bien manger

Le manque de temps (à midi, en La concurrence d’autres activités


semaine) et la flemme (TV, ordinateur, etc.)

« C'est une contrainte de préparation et de temps : on « Nous mangeons au salon , vers 19h30, devant
réfléchit plus aux repas, aux ingrédients, à la mise en l'émission D&Co que nous ne ratons quasiment jamais
place. Si on décongèle un plat "tout fait" et que l'on . J'ai profité des coupures pub pour aller allumer le four
ouvre le four, ce n'est pas le même timing. » et sortir la pizza du congélateur, mettre deux assiettes
sur la table et retourner chercher la pizza »
« Le dîner est complètement "passé à l'as". La soirée
Le manque de temps est aussi souvent un était consacrée à mettre des objets en vente sur
manque d’envie d’y passer du temps. Ebay. »

La solitude
L’argent
« Le repas a dû durer 5 minutes pas plus. Quand je
suis seul je me remplis le ventre je ne mange pas. » « Manger plus sainement est une contrainte financière
« J'ai remarqué que le soir quand les enfants ne sauf si on a un potager fourni. »
mangent pas avec nous les repas sont moins « Manger bio ça coûte une fortune »
équilibrés. »

19
II - L’impact des arts de la table
sur le comportement alimentaire
a - avant le nouveau set =

les participants n’imaginent pas


que la vaisselle puisse les aider à
manger plus sain
La vaisselle est d’abord un accélérateur de plaisir
"Manger dans de la belle vaisselle….Tout-à-fait et Assez d'accord" avec les propositions

Moins de 35 ans De 35 à 39 ans De 40 à 44 ans


45 ans et plus Ensemble

64%
...fait qu'on à plus de plaisir à
manger 79%
72%
60%
...donne plus envie de cuisiner
69%
62%
44%
...aide à mieux se tenir à table
65%
57%
...fait qu'on apprécie mieux ou 34%
différemment le goût des
57%
aliments 49%
21%
...nous incite à ne plus faire
autre chose en mangeant 36%
28%
12%
...nous donne moins envie de
nous resservir 17%
15%

22
Les freins aux arts de la table sont nombreux

• Les freins à utiliser ou « sortir » un beau service sont principalement


:
– Le manque de temps, ou le manque d’envie de prendre du temps
– L’argent
– Les enfants
– Le sentiment que c’est difficile à laver, peu pratique, fragile

• Pour certains répondants, les leviers du mieux manger (en particulier


les enfants) sont même parfois en contradiction avec l'utilisation d’un
beau service.
– « Avec des enfants, pas évident de faire quelque chose de joli. Si
parfois il m'arrive de mettre une belle nappe, elle est "pourrie"
dans les 5 minutes qui suivent. »
b - après utilisation =

les effets sont réels, certains freins


a priori disparaissent
« J'ai été surprise de voir que notre comportement alimentaire ait pu
changer avec l'arrivée de mon nouveau service. » (Valérie, Paris)
Les participants prêtent plus
attention à leur alimentation

Le contenant influence le contenu

Les disparités entre les repas


s’estompent
Les participants prêtent plus
attention à leur alimentation

Le contenant influence le contenu

Les disparités entre les repas


s’estompent
Le repas redevient un moment « à part »

Dans un contexte de
désinvestissement alimentaire,
les arts de la table permettent de
redevenir acteur du repas.
« Avoir un service comme
celui ci, c'est une arme
contre la banalisation d' un
repas, je suis plus à ce que
je fais ».

Réactive les bons réflexes,


soutient les « bonnes
volontés » :
« Ca m’aide à être plus
rigoureuse dans mon régime ».
27
Meilleure présentation, plus léger, plus varié

« Ce qui m'a surpris le plus c'est


que nous faisons plus attention à
ce que nous mangeons. Une
meilleure présentation en
assiette, des quantités moindres,
des menus plus légers, plus
variés. Je dirais même plus de
grignotage pour ma part, Frank
QuickTime™ et un
décompresseur TIFF (non compressé)
sont requis pour visionner cette image.

encore mais beaucoup moins


qu'avant. L'agréable surprise
dans tout cela une perte de poids
pour part de 5 kg sans avoir
l'intention de faire un régime... »

(Stéphan, Orléans)
Les participants prêtent plus
attention à leur alimentation

Le contenant influence le contenu

Les disparités entre les repas


s’estompent
Couleurs et motifs influencent les aliments

« On essaie de varier les


couleurs, et donc de privilégier
les légumes plutôt que les
féculents. Ca va dans le sens
de mon régime et donc ça
m'aide. »

« Ce soir Guillaume a préparé


des brocolis, mais pour égayer
les couleurs il a ajouté des
carottes. C'est plus joli et plus
varié et peut-être plus
équilibré. »

30
Les formes influencent la composition
« Son asymétrie permet de
structurer le contenu des assiettes :
le côté le plus haut (…) j'y mets
généralement les légumes; puis, en
descendant vers soi, je présente les
viandes et/ou poissons. Ca donne
une impression de "dégradé" de
niveaux. »

« Je suis plus soucieuse de


multiplier les "pôles d'intérêt"
(plusieurs légumes différents dans
l'assiette par exemple). »

31
Dresser une belle table aide à mieux manger

« Je n’apporte plus la casserole à table car ce n’est pas joli, et du coup ça a


permis de réduire les quantités : je fais juste ce qu’il faut pour les assiettes,
chacun se contente de ce qu’il a et on ne se ressert pas (sauf la salade) ».
32
Dresser une belle table aide à mieux manger

« Chez nous c’est pareil, je sers à l’assiette, la casserole a disparue ».

33
Les participants prêtent plus
attention à leur alimentation

Le contenant influence le contenu

Les disparités entre les repas


s’estompent
Du plaisir et de l’attention à tous les repas

Repas hyper- investis Repas « délaissés »


Plaisir et attention

• Dans un contexte de fortes disparités entre des repas, les arts de la


table permettent de diffuser à l’ensemble des repas l’attention et le
plaisir jusqu’ici réservées à certaines occasions seulement.

35
Les repas quotidiens sont moins vite « expédiés »

• Les interviewés passent environ 15


minutes de plus à table avec le
nouveau set.

« Nous restons plus à table de 15 mn


en moyenne ; on déguste et on prend
notre temps, c’est une vraie pause. »
« Nous prenons le temps de nous
parler. Je trouve l'ambiance plus
agréable qu'auparavant, détendue. »

• La nouvelle vaisselle donne aux


participants l’envie de libérer du
temps pour la cuisine et le repas.
Avant / Après
Avant / Après

38
Avant / Après

« Je pense que les arts de la table participent au mieux vivre ensemble. Je


pense que c'est à la portée de tout le monde de faire une belle table de temps
en temps pour passer un bon moment à table avec sa famille ou ses amis. »
39
Les repas solitaires sont moins tristes

« Cyril qui est tout seul devant son


plateau télé le midi, a plus de plaisir à
déjeuner dans ce nouveau service. Il a
l'impression que le repas est plus
original qu'il n'y paraît (et tant mieux
parce que le poisson pané - haricots
verts et riz, tout seul c'est triste!) »

40
Conclusion
« Le fait de changer de vaisselle nous incite à
changer nos habitudes. »
Les arts de la table peuvent aider à mieux manger

• Les arts de la table n’ont pas seulement un rôle décoratif, ils ont un
impact réel sur le comportement alimentaire et le bien manger.

• « Avec le nouveau set on se tire vers le haut » :


– On fais plus attention à ce que l’on mange, on réactive les
« bonnes volontés »
– Les disparités entre les repas s’estompent

• Influence du contenant sur le contenu


– L’envie de « faire joli » invite souvent à manger plus sainement
– Réduction des quantités, augmentation de la variété

• Les répondants s’étonnent eux-mêmes de ces effets.


Sur le long terme, certains effets s’estompent

• Ces effets peuvent évoluer ou s’estomper dans le temps, d’où


l’importance du renouvellement régulier, pour s’adapter aux
nouveaux comportements.

• Toutefois, même après plusieurs semaines, le niveau général


d’exigence des individus s’est accru : on ne revient pas tout à fait à
ses anciennes habitudes.

• On constate par conséquent un « effet de seuil » et une hausse


générale du niveau d’attention et de plaisir à manger.
Les effets évoluent avec le temps
NIVEAU
D’ATTENTION
Effet nouveauté Familiarisation Au quotidien

Elévation du EFFET DE SEUIL


niveau
d’attention
avec le
nouveau set

Niveau
d’attention
avant le
nouveau set TEMPS
Sur le long terme, l’équipement se scinde

Certains éléments sont adoptés D’autres éléments restent


(Platerie et couverts) difficiles à utiliser au quotidien
(Linge de table et verres)
• Ils s’intègrent dans le
quotidien, même sur le long • A l’usage, les verres à pieds sont
terme trop fragiles, pas assez stables,
on les garde pour les grandes
• A l’usage, les freins a priori occasions.
disparaissent
– Cela ne prend pas plus de • Les participants se replient aussi
temps ( sur des sets et serviettes en
– Ce n’est pas forcément plus papiers, plus pratiques que les
fragile serviettes tissu et nappes.
– Ni plus difficile à laver
45
Merci