Vous êtes sur la page 1sur 37

Université Moulay Ismail

Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers ENSAM-Meknès


Département d’Energétique

Cours
Mécanique des Fluides
Cycle Ingénieur - 3ème année

Pr. Mohammed SRITI

1 M. Sriti Cours Mécanique des fluides - ENSAM 02/11/2019


Sommaire

 Chap1: Définitions et généralités


 Chap2: Statique des Fluides
 Chap3: Cinématique des Fluides
 Chap4: Dynamique des Fluides Parfaits
 Chap5: Dynamique des Fluides Réels

2 M. Sriti Cours Mécanique des fluides - ENSAM 02/11/2019


Chapitre 4
Dynamique des fluides parfaits
Sommaire

1. Introduction
2. Ecoulement permanent de fluide parfait isovolume
3. Théorème de Bernoulli
4. Mesure de pression et de vitesse
5. Théorème global d’Euler

4 M. Sriti Cours Mécanique des fluides - ENSAM 02/11/2019


1. Introduction :

 La dynamique des fluides, c’est l’étude du mouvement d’un fluide ainsi


que les forces qui provoquent ce mouvement.
 L’état mécanique et thermodynamique d’un fluide en un point sont définis
par la connaissance de sa masse volumique , sa pression P, sa vitesse V et
sa température T.
 Les équations du mouvement doivent permettre de déterminer ces
grandeurs en chaque point de l’écoulement.
 Ici, on s’intéresse à la dynamique des fluides incompressibles ( =cte) et
parfaits (viscosité nulle).
 Pour établir les équations du mouvement, on applique des principes
fondamentaux de la physique:
 Principe de conservation de la masse  Equation de continuité
 Principe de conservation de quantité de mvt  Equations de quantité de mvt
 Principe de conservation d’énergie  Equation de Bernoulli

Pour appliquer ces principes, il faudra faire un certain nombre d’hypothèse


concernant :

 Nature du fluide (visqueux, non visqueux, newtonien ou non )


 Nature des Forces (Surfaciques, massiques, dérivant d’un potentiel, …)
 Nature d’énergies mise en jeu et leur mode de transfert,
 Type d’écoulement (stationnaire, instationnaire, …)
 Type des conditions aux limites.
2. Ecoulement permanent de fluide parfait isovolume
2.1 Hypothèses :
 (.)
 Ecoulement permanent : 0
t
 Fluide isovolume : masse volumique constante (=cte)
 Fluide idéale ou parfait : viscosité nulle (  =0)

2.2 Principe de conservation de la masse: dS


dm dV (S)
Soit un volume matériel V limité par une surface S
et de masse m. (V)

L’équation de la conservation de la masse, pour un fluide isovolume est:

dm d  
   dV    dV    v n dS  0
dt dt V t V S

   v n dS  0
S
7
Exemple 1:

 On considère un écoulement de fluide incompressible dans un conduit de


masse volumique ρ
 S1 et S2, respectivement, des sections en entrée et sortie du conduit
 dm1 et dm2, les quantités de fluide traversant S1 et S2 pendant une
durée t

8
 La conservation de la masse donne :
dm1  dm2  1 dV1   2 dV2
 1 S1dx1   2 S 2 dx2

 En divisant par dt on abouti à :

dx1 dx 2
 1 S1  2 S2   1 S 1 v1   2 S 2 v 2
dt dt

 Puisque le fluide est incompressible:

 Donc, l’équation de la continuité se ramène à :

S 1 v1  S 2 v 2
v1 et v2, sont les vitesses moyennes d’écoulement de fluide traversant,
respectivement, les sections S1 et S2 du conduit.
9
 Débit massique :
Le débit massique est la masse de fluide traversant une section droite S du
conduit par unité de temps:
dm dx
Qm  S Sv (Kg/s)
dt dt
 Débit Volumique :

Le débit volumique, est la quantité de volume de fluide traversant la


section S du conduit par unité de temps :

dV dx
QV  S Sv (m 3 /s)
dt dt

v, est la vitesse moyenne d’écoulement de fluide à travers S

10
 Débit Constant : Exemple 2
 Soient deux conduits de sections S1 et S2 de flux, respectivement qm1 et qm2
versant sur un seul conduit de section S et de flux qm,

qm1

qm

qm2

La loi de la conservation de la masse impose que le flux entrant égal le flux
sortant:

q m1  q mé  q m  S 1 v1  ρS 2 v 2  ρSv  q m
 S 1 v1  S 2 v 2  Sv  q v
11
Donc , les débits sont tjrs constants:

q m  ρSv  Cte et q v  Sv  Cte

 Vitesse moyenne :

 En général, la vitesse d’écoulement du fluide dans un conduit n’est


pas constante, car il existe des forces de frottements près de la paroi;
on parle souvent de vitesse moyenne liée au débit par la relation :

qV qm
qV  v.S et qm  ρv.S  v  
S ρ.S

12
2.3 Principe de conservation de quantité de mouvement:

 Soit un élément de volume fluide dV, de masse dm


et de masse volumique . dS
dm dV (S)

L’application de la 2ème loi de Newton (Principe (V)


Fondamental de la dynamique) à la particule
fluide de volume dV , donne :

   
dv 
dF  dm   dV   dFV  dFS
dt

dF : Force d’accélération de l’élément dV

dFV : Force de volume de l’élément dV

dFS : Force de surface de l’élément dS

13
 Forces volumiques ou massiques:
 La résultante de forces massiques appliquée à l’élément de volume
dV et de masse dm est:   
dFv  m f   V f

 On définit la densité des forces massiques ou gravitationnelles :



 dFv
f  lim
m  0  m

 
Si f g : accélération de la pesanteur

 Forces surfaciques:
 La résultante des forces surfaciques appliquée à l’élément de volume
dV , limité par une surface dS, est:  
 
d Fs   dS   n dS
t

n : Vecteur normal à dS

 La contrainte normale à dS

 : Tenseur des contrainte appliqué en un point
 Conservation de la quantité de mouvement:
Donc, la variation de la quantité de mouvement pour tout le
domaine matériel de volume V limité par la surface S, est

d   t  

dt 
V
 v dV  
V
 f dV    n dS
S

 D’après Orstrogorski, on a encore:

d   
dt  V
 v dV    f dV   div dV
V V
2.4 Tenseur des contraintes :
Pour un fluide en mouvement, le tenseur des contraintes s’écrit :
   
   P    2 D

 Soit en indices:  ij   P  ij   ij   P  ij  2  Dij

Avec: 1   vi  v j 

Dij  
2   x j  xi 


 : Tenseur unitaire

 : Tenseur des contraintes visqueuses

D : Tenseur de déformation
 : Viscosité dynamique du fluide
 Dans le Cas d’un fluide idéal ( =0), ou fluide au repos, on a:
 
  P  ou  ij   P ij
2.4 Equations du mouvement d’Euler :
Dans le Cas d’un fluide idéal isovolume (=0, =cte), les équations en
forme globale s’écrivent :
 div v dV  0
 V
   
 V   dV  V  f dV   S P n dV

Les équations du mouvement en forme locale deviennent :



 div v  0 ,   cte
  
  v    1 2 
  rotv  v   grad  P   v    f
 t  2 

  vi
Ces équations s’écrivent en   x  0 ; i  1,2 ,3

 v
i
forme d’indices :  vi P
 i   vj    fi
  t  xj  xi
2.5 Conditions aux limites :
Un problème d’un fluide isovolume est caractérisé par les grandeurs
physiques suivantes: 3 Composantes de vitesse (vi) et la pression P.
Nous aurons donc, un système fermé de quatre équations pour quatre
inconnues.
 La résolution d’un tel problème, nécessite donc des conditions de
frontière du domaine fluide pour chaque grandeur physique inconnue
dans le système d’équations, ce sont des conditions aux limites.
 Condition cinématique:
 Si v est la vitesse de la particule fluide en un point M de la surface Ƒ,
et v’ la vitesse du milieu adjacent au même point M, à l’instant t, la
condition cinématique est :
'  
(v  v ) n  0 sur Ƒ
 Si le milieu adjacent est fixe, pour tout point de surface Ƒ, alors on a:

v n0 sur Ƒ

 Condition dynamique:
 Le vecteur contrainte est continu en un point M de la frontière Ƒ,
donc on a :   ' 
 (n )   (n ) sur Ƒ

Soit : P  P' sur Ƒ


Remarque:

 Pour le cas d’un fluide idéal, c’est la condition de glissement à la


paroi d’un solide fixe: la vitesse normale à la paroi est nulle.
 Pour le cas d’un fluide visqueux, c’est la condition d’adhérence à la
paroi solide: les composantes normale et tangentielle sont nulles.
 La pression est continue à la traversée de la frontière Ƒ.

20
3. Théorème de Bernoulli
3.1 Ecoulement permanent et irrotationnel :
 L’équation de la dynamique en forme vectorielle devient:

 1 2  
 grad  P   v    f  0
 2 
Si les forces volumiques dérivent d’un potentiel scalaire, dans le cas
de la pesanteur, tel que: 
f   grad U avec U  gz  cte

 Donc l’équation d’Euler devient :

 1 2 
 grad  P   v   g z  0
 2 
Donc, on intégrant cette équation le long d’une ligne de courant, on
obtient le théorème de Bernoulli : 1 2
P  v  g z  cte
2

Théorème de Bernoulli :
 La somme des pressions est égale à l’énergie mécanique totale par
unité de volume
 l’énergie mécanique totale se conserve le long d’un tube de courant.

P : Pression statique
g z : Pression de pesanteur
1 2
v : pression cinétique
2
1 2
P  gz   v : énergie mécanique totale
2
 Les différentes forme d’énergie :

1
p   v 2   gz  cte : pression ( Pa  J / m 3
)
2
p 1 2
 v  gz  cte : enérgie ( J / kg )
 2

 Si on multiplie par un volume unitaire V, chaque terme de


l'équation , celle-ci a la dimension d'une énergie :

1 2
pV  mgz
  mv  Cte  Em (J)

Energiepotentielle due Energiepotentielle due 2 


aux forcesde pression aux forcesde pesanteur
Energie cinétique

Energie mécanique
23
L'absence de frottement dû à la viscosité négligée (fluide parfait)
conduit logiquement l’absence de la dissipation d'énergie au cours de
l'écoulement.

 Si on Si on divise par g, chacun des termes de l'équation a la


dimension d'une hauteur :

p v2
 z
   Cte  H (m)
g
 2g

Hauteur de
Hauteur position Hauteur
manométriq ue dynamique
     
Hauteur piézométri que
         
Charge totale
3.2 Ecoulement instationnaire et irrotationnel :
Dans le cas d’écoulement instationnaire, l’équation de la dynamique
devient:

v  1 2 
   grad  P   v   gz 
t  2 

 Si la vitesse dérive d’un potentiel scalaire (t) , on a à chaque instant:


 v   
v  grad  ( t ) et  grad  
t  t 

25
 La relation de Bernoulli en mouvement non permanent s’écrit:

 1
  P   v 2   gz  c ( t )
t 2

La constante est la même pour tout le domaine fluide à chaque instant.

3.3 Ecoulement permanent et rotationnel :

 La relation de Bernoulli en mouvement s’écrit:

   1 2 
 rotv  v   grad  P   v   gz 
 2 

  1 2
Or rotv  v  surface equipotentielle ( P   v   gz )
2
 On peut définir deux types de lignes équipotentielles de ce champ.

Les lignes de courant dont le vecteur unitaire tangent parallèle à v .

 Celles dont le vecteur unitaire tangent parallèle à rotv ce sont les
lignes de tourbillon.

 Sur chacune de ces lignes, on a :

1 2
P   v   gz " cte"
2

La constante dépend de la ligne de courant ou la ligne de


tourbillon choisie.
En résumé:


P  P   gz : pression motrice
4. Mesure de pression et de vitesse
4.1 Mesure de pression statique: Manomètre
 Soit un fluide pesant en mouvement dans un conduit, de masse volumique ,
 On veut mesurer la pression sur la paroi solide du conduit,
 Pour cela, on installe un dispositif de mesure de pression (manomètre)
débouchant sur la paroi du conduit

 A l’équilibre, la pression statique affichée par le manomètre est:

Patm
P, 

h 
P  cte
 1

P=cte

P  Patm  1 g h
29
 ρ1 est la masse volumique du fluide contenu dans le manomètre (ρ1>ρ),
 h est la différence de niveaux dans le manomètre.

4.2 Mesure de vitesse: Tube de Pitot


 Soit à mesurer la vitesse v du fluide en mouvement de masse
volumique ,
 Pour se faire, on utilise un tube de Pitot constitué de deux orifices
servant la prise des pressions dynamique en A (point d’arrêt) et
statique (en B).
 Ces orifices sont reliés par un manomètre contenant un fluide de
masse volumique ρ1>ρ

30
 A l’équilibre, la relation de Bernoulli entre A et B, donne :

1
PA   v B2  PB
2
PA  PM et PB  PN

Et ( PM  PN )  ( PA  PB )   1 gh

 Donc, la au point du fluide au point B, est :

2 1
vB  g h

h est la dénivellation dans le manomètre

31
4.3 Applications :

 Vidange d’un réservoir - Théorème de Torricelli

On considère une cuve remplie d'un liquide parfait


et incompressible, dans laquelle a été percé un
trou de petite taille à une hauteur h en dessous de
la surface libre du liquide.
On note A un point choisi au hasard sur la surface
libre du liquide et un point pris au niveau du jet
libre généré par le trou.

Montrez que :
vB  2 gh
Relation de Torricelli

32
 Tube de Venturi:

Un conduit de section principale SA subit un étranglement en B où sa


section est SB. La vitesse d’un fluide augmente dans l’étranglement,
donc sa pression y diminue : vB > vA  pB < pA

Montrez que :

1  1 1  2
p A  pB    2  2 qv  kqv2
2  SB S A 
33
5. Théorème d’Euler: Loi d’Energie pour Fluide parfait
De manière générale, le théorème d’Euler traduit la variation de la
quantité de mouvement du fluide dans un domaine d’étude.

Pour un écoulement permanent de de fluide parfait, la forme


intégrale de l’équation d’Euler est :

d        
dt V  u dV 
t   u dV   (  u ) u n dS   F ext  FV  F S
v S

Soit pour un écoulement permanent de de fluide parfait dans une


conduite, l’équation d’Euler ds’écrit :

 
    
 F ext  FV  F S  Q m . U sortie  U entrée
34
5. Théorème d’Euler: Loi d’Energie pour Fluide parfait

De manière générale, le théorème d’Euler traduit la variation de la


quantité de mouvement du fluide dans un domaine d’étude.

Pour un fluide circulant dans un tube entre deux sections S1 et S2 de


vitesses de débits, respectivement, U1 et U2 pendant un intervalle de
temps donnée, dans le cas permanent, s’écrit:

Pour un écoulement permanent de


fluide parfait incompressible, la forme
intégrale de l’équation d’Euler s’écrit :

 (.)
0 et   Cte
t

35
d        
dt V  u dV   t   u dV   (  u ) u n dS   F ext  FV  F S
v S

La conservation du débit massique entre l'entrée et la sortie de


sections S1 et S2 de la conduite, on a:

Q m  U 1 S 1  U 2 S 2

Il convient donc, l’équation d’Euler comme suit:

     
 
 Fext  FV FS    PndS   gdV  Qm U 2  U1 
S V

36
Application 1 : Théorème d’Euler

Les sections (1) et (2) de la canalisation sont caractérisées par les aires S1et S2, les
pressions p1 et p2 et les vitesses : v 1  v 1 u x et v 2  v 2  cos  u x  sin  u y 

    

 
p2,S2 
v2

 ux
Réponse:

FS  Qm U 2 Cos  U 1  
p1,S1 v1

37