Vous êtes sur la page 1sur 68

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEURE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

CENTRE UNIVERSITAIRE MAGHNIA

INSTITUT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE

Département d’hydraulique

En vue de l’obtention du Diplôme de licence


En Hydraulique

THEME

Étude de la matière filtrante des


stations de traitement Boughrara

Présenté par :
M. Boukais Mouad
M. Liebdri Oussama

Encadrer par :

Dr. Hadj Mohammed Djelloul C. U. Maghnia

Année Universitaire : 2018/2019


Remercîment

Louange et grâce à Dieu pour m’avoir accordé la patience et le courage pour accomplir ce
modeste travail.
Je souhaite, tout d’abord, remercier mon encadreur Dr. Hadj Djelloul Mohammed. Pour avoir
rempli parfaitement ce rôle et pour les orientations précieuses dont il m’a fait part. Je ne serai
le remercier assez pour son soutien et son suivi scientifique. Je lui dois beaucoup pour la
confiance qu’il m’a témoignée et pour les encouragements et conseils qu’il m’a prodigué.
Ma gratitude s’adresse également à mes parents pour leur soutien et leur encouragement et
bien sur à tous mes amis et collègues.
Je remercie Kabir Sidi Mohamed et Guergabou Fatima, mon maître de stage qui m’a formé et
accompagné tout au long de cette expérience professionnelle avec beaucoup de patience et de
pédagogie.je remercie l’ensemble des employés de station de hammam Boughrara pour les
conseils qu’ils ont pu me prodiguer au cours de ces 15 jours.
Enfin, je remercie tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à l’aboutissement de ce
travail et il me serait impossible de citer tous, mais j’en suis sûr qu’ils s’y reconnaîtront dans
ce remerciement.

i
Dédicace
Je dédie ce modeste travail à :
Mes chers parents (Mohammed et
Aicha) que je les remercie énormément
pour leurs sacrifices, leur soutien et
leurs encouragements durant toutes ces
années,
Que Dieu les gardes pour moi.
Ma sœur et mon frère
Toute la famille BOUKAIS
Tous ceux qui me connaissent

ii
Résume

L’Algérie face a des problèmes en eau qui s’accentuent par l’explosion démographique, le
développement industriel et agricole ainsi que par la sécheresse, a construit le Barrage de Hammam
Boughrara. Pour assurer la concentration en eau potable des villes de Maghnia, Beni-Saf, Ain
Temauchent et Oran, et pour répondre aux besoin irrigation des terres agricoles dans le bassin versant
de la Tafna jusqu'à la cote méditerranéenne.
Nous avons étudies les paramètres physique-chimiques et apprécier la qualité de l’eau brute de ce
barrage, et l’eau traitée a fin de vérifier leur conformité aux normes de potabilité des eaux destinées a
la consommation humaine ainsi que le bon fonctionnement de la station de traitement des eaux de
Barrage Hammam Boughrara en particulier l’influence du charbon actif dans le processus de
traitement grâce a l’interprétation des analyses effectuées sur l’eau brute, l’eau d’avant de filtre a CAG
et l’eau traitée.
Mots clés
Hammam Boughrara, Barrage, Station de traitement, charbon actif, CAG, analyse, filtres.

Summary

Algeria, faced with water problems that are accentuated by population explosion, industrial and
agricultural development as well as drought, has built the Hammam Boughrara Dam. To ensure the
concentration of drinking water in the cities of Maghnia, Beni-Saf, Ain Temauchent and Oran, and to
meet the need for irrigation of agricultural land in the Tafna watershed up to the Mediterranean coast.
We studied the physical-chemical parameters and assessed the raw water quality of this dam, and the
treated water to verify their compliance with drinking water quality standards for human consumption
as well as the proper functioning of the water. Water treatment plant Hammam Boughrara dam in
particular the influence of activated carbon in the treatment process through the interpretation of the
analyzes performed on raw water ACG filter front water and water treated.
Keywords
Hammam Boughrara, Dam, Treatment Plant, Activated Carbon, ACG, Analysis, Filters.

iii
‫الخالصة‬

‫الجزائر ‪ ,‬التي تواجه مشاكل المياه التي تتفاقم بسبب االنفجار السكاني ‪ ,‬والتنمية الصناعية والزراعية ‪ ,‬فضالً عن الجفاف‬
‫‪ ,‬قامت ببناء سد حمام بوغرارة‪ .‬لضمان تركيز مياه الشرب في مدن مغنية وبني صاف وعين تموشنت ووهران ‪ ,‬ولتلبية‬
‫الحاجة إلى ري األراضي الزراعية في مستجمعات تفنا المائية حتى ساحل البحر المتوسط‪.‬‬
‫درسنا الخصائص الفيزيائية والكيميائية وتقييم نوعية المياه الخام لهذا السد‪ ,‬والمياه المعالجة للتحقق من امتثالها لمعايير‬
‫جودة مياه الشرب لالستهالك البشري وكذلك حسن سير العمل في المياه‪ .‬محطة معالجة المياه سد همام بوغرارة على وجه‬
‫الخصوص تأثير الكربون المنشط في عملية المعالجة من خالل تفسير التحاليل التي أجريت على الماء الخام وتصفية‬
‫‪ GAC‬بالماء األمامي والماء المعالجة‪.‬‬
‫الكلمات المفتاحية‬
‫حمام بوغرارة ‪ ,‬سد ‪ ,‬محطة المعالجة ‪ ,‬الكربون المنشط ‪ ,CAG,‬التحليل ‪ ,‬الفلتر‪.‬‬

‫‪iv‬‬
Abréviations et signes

ANRH : Agence Nationale des Ressources Hydraulique.

ANBT : Agence Nationale des Barrages et des Transferts.

ADE : Algérienne Des Eaux.

CAG : Charbon Actif Granulé.

DCO : Demande Chimique en Oxygène.

MES : Matières En Suspension.

MO : Matière Organique.

DBO5 : Demande Biochimique en Oxygène.

TH : Titre Hydrométrique.

SP1 : Station de Pompage n°1.

SP2 : Station de Pompage n°2.

v
Sommaire

Remercîment ............................................................................................................................................ i
Dédicace ......................................................................................................................................................ii
Résume ....................................................................................................................................................iii
Summary .................................................................................................................................................iii
‫ الخالصة‬...................................................................................................................................................... iv
Abréviations et signes ..............................................................................................................................v
Sommaire ................................................................................................................................................ vi
Liste des figures ....................................................................................................................................... ix
Liste des tableaux .....................................................................................................................................x
Introduction générale.............................................................................................................................. 1
Chapitre I : Généralité sur la filtration et les filtres ................................................................................. 3
I.1. Filtration ............................................................................................................................................ 4
I.2. les filtres ............................................................................................................................................ 4
I.3. L’équipement des filtres à matériaux granulaires ............................................................................. 4
I.3.1. Les conditions de service ............................................................................................................ 4
I.3.1.1. Cycles ................................................................................................................................... 4
I.3.1.2. Remise en service ................................................................................................................ 5
I.3.2. Sup portage du matériau............................................................................................................ 5
I.3.3. Lavage des filtres ........................................................................................................................ 6
I.3.4. Planchers pour filtres ouverts en béton ..................................................................................... 6
I.4. les types des filtres ............................................................................................................................ 6
I.4.1. Filtres sous pression ................................................................................................................... 7
I.4.1.1filtres lavables à l'eau seule................................................................................................... 7
I.4.1.2. Filtres lavables par air et eau simultanés ............................................................................ 7
I.4.1.3. Filtres lavables successivement à l'air et à l'eau ................................................................. 8
I.4.2. Filtres ouverts ............................................................................................................................. 9
I.4.2.1. Filtres à sable Aquazur ........................................................................................................ 9
I.4.2.2. Filtres bi-couches médiazur............................................................................................... 10
I.4.3. Filtres à charbon actif carbazur ................................................................................................ 11
I.5. contrôle et régulation des filtres ..................................................................................................... 12
I.5.1. Filtres à débit constant, à encrassement ................................................................................. 12
I.5.2. Filtres à débit constant et à compensation de colmatage ....................................................... 13

vi
I.5.3. Filtres à débit décroissant ........................................................................................................ 13
Chapitre II: Filtration par charbon actif ................................................................................................. 16
II.1. Introduction .................................................................................................................................... 17
II.2. Généralités sur le charbon actif ..................................................................................................... 17
II.3. Le charbon actif à propriétés antiseptiques ................................................................................... 17
II.3.1. Définitions ............................................................................................................................... 17
II.3.2. Domaines d’utilisation ............................................................................................................. 18
II.4. Fabrication du charbon actif .......................................................................................................... 18
II.4.1. Introduction............................................................................................................................. 19
II.4.2. Procédés de fabrications ......................................................................................................... 19
II.4.3. Biomasses ................................................................................................................................ 19
II.4.4. Analyses immédiates ............................................................................................................... 20
II.4.5. Imprégnation des biomasses................................................................................................... 21
II.4.6. Minéralisation ......................................................................................................................... 21
II.4.7. Pyrolyse ................................................................................................................................... 21
II.4.9. Caractérisation du charbon actif ............................................................................................. 22
II.4.9.1. Porosité du CA .................................................................................................................. 22
II.4.9.2. Influence du pH initial ...................................................................................................... 23
II.4.9.3. Capacité d’adsorption : .................................................................................................... 23
II.4.9.4. Surface spécifique ............................................................................................................ 24
II.5. Régénération et Recyclage ............................................................................................................. 24
II.6. Conclusion ...................................................................................................................................... 25
Chapitre III : Présentation de la station Hammam Boughrara .............................................................. 26
III.1. Barrage de Hammam Boughrara ................................................................................................... 27
III.2. Présentation de la station de Hammam Boughrara ...................................................................... 28
III.3. Descriptions de la station et mode de fonctionnement ............................................................... 28
III.3.1. Brise de charge ....................................................................................................................... 28
III.3.2. Pré-filtration ........................................................................................................................... 29
III.3.3. Bassin de coagulation ............................................................................................................. 30
III.3.4. Bassin de floculation............................................................................................................... 31
III.3.5. Bassin de décantation ............................................................................................................ 32
III.3.6. Bassin de nitrification ............................................................................................................. 33
III.3.7. Filtration à sable ..................................................................................................................... 34
III.3.8. Réservoir intermédiaire .......................................................................................................... 36

vii
III.3.9. Filtration à charbon actif ........................................................................................................ 37
III.3.10. Désinfection (post chloration) .............................................................................................. 38
III.3.11. Le pompage .......................................................................................................................... 39
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement Hammam Boughrara............. 43
IV.1. Charbon grains .............................................................................................................................. 44
IV.1.1. Action des charbons ............................................................................................................... 44
IV.1.2. Action absorbante .................................................................................................................. 44
IV.2. station de filtre a charbon ............................................................................................................. 44
IV.3. matériau de filtration (charbon actif granulé) .............................................................................. 45
IV.4. composants des filtres .................................................................................................................. 48
IV.5. Efficacité de traitement et influence du charbon actif ................................................................ 49
IV.6. eau brute-eau traitée .................................................................................................................... 50
IV.6.1. Conductivité ........................................................................................................................... 50
IV.6.2. PH ........................................................................................................................................... 51
IV.6.3. Matières en suspension(MES)................................................................................................ 51
IV.6.4. Matière organique(MO) ......................................................................................................... 51
IV.6.5. Demande biochimique en oxygène(DBO5) ............................................................................ 51
IV.6.6. Demande biochimique en oxygène(DCO) .............................................................................. 52
IV.7. Eau brute-avant CAG et après CAG ............................................................................................... 52
IV.7.1. PH ........................................................................................................................................... 53
IV.7.2. Matière organique ................................................................................................................. 53
IV.7.3. Matières en suspension(MES)................................................................................................ 53
IV.7.4. Phosphate, phosphore total, nitrite ....................................................................................... 53
IV.7.5. Conductivité ........................................................................................................................... 53
IV.7.6. Calcium ................................................................................................................................... 53
IV.7.7. Magnésium............................................................................................................................. 53
IV.7.8. Demande chimique en oxygène(DCO) ................................................................................... 54
IV.7.9. Demande biochimique en oxygène(DBO5) ............................................................................ 54
IV.7.10. Titre hydrométrique(TH) ...................................................................................................... 54
IV.8. conclusion ..................................................................................................................................... 54
Conclusion générale .............................................................................................................................. 55
Bibliographie.......................................................................................................................................... 56

viii
Liste des figures

Figure 1. Plancher à ballettes en béton préfabriquées ................................................................ 6


Figure 2. Colonne double Hydrazur ........................................................................................... 7
Figure 3. Filtre FH ...................................................................................................................... 8
Figure 4. Filtre Aquazur – Phase de lavage air et eau .............................................................. 10
Figure 5. Schéma de principe - phase de lavage à l’eau avec balayage de surface (classement
des matériaux) .......................................................................................................................... 11
Figure 6. Filtre Aquazur V à encrassement .............................................................................. 13
Figure 7. Schéma de filtre à débit décroissant avec commande générale par l’aval ................ 14
Figure 8.Représentations d’un modèle d’USB (à gauche) et d’une microstructure de charbon
actif (à droite). .......................................................................................................................... 19
Figure 9.Structures des pores du charbon actif ........................................................................ 23
Figure 10.Barrage de Hammam Boughrara ............................................................................. 27
Figure 11.Station de traitement de Hammam Boughrara ......................................................... 28
Figure 12.Obturateur à disque .................................................................................................. 29
Figure 13.Tamis rotatif ............................................................................................................. 29
Figure 14.Bassin de coagulation .............................................................................................. 30
Figure 15. Mélangeur et Pompes de dosages de Chlorure ferrique.......................................... 31
Figure 16. Bassin de décantation.............................................................................................. 32
Figure 17. Bassin de nitrification ............................................................................................. 34
Figure 18. Filtres à sable vide avec buses d’air et Chambre de drainage ................................ 35
Figure 19. Pompes de lavage et pompes d’alimentation des filtres à charbon ......................... 36
Figure 20. Conduite d’alimentation des filtres à charbon actif ................................................ 37
Figure 21. Filtre à charbon actif ............................................................................................... 38
Figure 22. Vue basse des filtres à charbon ............................................................................... 39
Figure 23. Pompe doseuse d’hypochlorite de calcium ............................................................. 39
Figure 24. Tour de déconnexion hydraulique .......................................................................... 40
Figure 25. Un anti bélier .......................................................................................................... 42
Figure 26. Station de pompage SP1 ......................................................................................... 42

ix
Liste des tableaux

Tableau 1.Caractéristiques des bassins de la coagulation ........................................................ 30


Tableau 2.Caractéristiques des mélangeurs de coagulation ..................................................... 30
Tableau 3. Caractéristiques des bassins de la floculation ........................................................ 31
Tableau 4. Caractéristiques des mélangeurs de la floculation.................................................. 32
Tableau 5. Caractéristiques du décanteur ................................................................................. 32
Tableau 6. Caractéristiques techniques des racleurs ................................................................ 33
Tableau 7. Caractéristiques du nitrificateur ............................................................................. 34
Tableau 8. Caractéristiques des Filtre à sable .......................................................................... 35
Tableau 9. Caractéristiques du réservoir intermédiaire ............................................................ 36
Tableau 10. Caractéristiques des Filtre à charbon actif............................................................ 37
Tableau 11.caractéristiques générales ...................................................................................... 45
Tableau 12.fiche de données de sécurité .................................................................................. 45
Tableau 13. Les analyses d’eau brute ....................................................................................... 49
Tableau 14. Les analyses d’eau après charbon actif ................................................................ 50
Tableau 15. Les analyses d’eau dans l’ANRH d’Oran ............................................................ 52

x
Introduction générale

1
Dans ce troisième millénaire, le problème de l’eau risque de se poser d’une manière
cruciale, l’Algérie étant parmi les pays démunis en matière de ressource en eau facilement
mobilisable, elle a été contrainte d’adopter le dessalement de l’eau de mer comme solution
face au déficit enregistré dans le domaine de la disponibilité de l’eau. Or, le nord-ouest du
pays est la région ou ce déficit est le plus important. Pour faire face à cette situation, des
barrages et des retenues collinaires ont été réalisés dans cette région. L’eau mobilisée par les
grands barrages est destinés en premier lieu à la satisfaction de la demande en eau potable de
la population. L’eau mobilisée par les petits barrages collinaires est destinée à l’agriculture.
Pour acheminer l’eau des barrages jusqu’à l’agglomération, des ouvrages de transfert
ont été réalisés ou sont en voie de l’être.
L’Algérie face à des problèmes en eau qui s’accentuent par l’explosion
démographique, le développement industriel et agricole ainsi que par la sécheresse, a construit
le Barrage de Hammam Boughrara. Pour assurer la concentration en eau potable des villes de
Maghnia, Beni-Saf, Ain Temauchent et Oran, et pour répondre aux besoin irrigation des terres
agricoles dans le bassin versant de la Tafna jusqu'à la côte méditerranéenne.
Nous avons étudies les utilisation du charbon actif dans la station et l’eau traitée afin
de vérifier leur conformité aux normes de potabilité des eaux destinées à la consommation
humaine ainsi que le bon fonctionnement de la station de traitement des eaux de Barrage
Hammam Boughrara en particulier l’influence du charbon actif dans le processus de
traitement grâce a l’interprétation des analyses effectuées sur l’eau brute, l’eau d’avant de
filtre a CAG et l’eau traitée.
Notre travail est structuré en quatre chapitres, comme suite :
Chapitre 1 : présentation de la station Hammam Boughrara
Chapitre 2. : Généralité sur la filtration et les filtres
Chapitre 3 : charbon active
Chapitre 4: utilisation du charbon actif dans la station du traitement Hammam Boughrara
Conclusion

2
Chapitre I : Généralité sur la filtration et
les filtres

3
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

I.1. Filtration

La filtration est un procédé de séparation dans lequel on fait percoler un


mélange solide-liquide à travers un milieu poreux (filtre) qui idéalement retient les
particules solides et laisse passer le liquide (filtrat). On distingue principalement la
filtration en profondeur (filtration sur lit granulaire) et la filtration avec formation de
gâteau (filtration sur support). Ce sous-chapitre regroupe les mécanismes et lois
régissant la filtration, les moyens de suivi et de contrôle d’un cycle et les différents
systèmes de lavage. La description des principaux filtres est faite à la section les
filtres. (17)
La filtration sur membrane de clarification, développement de la filtration sur
support, est étudiée à la section séparation par membranes. La filtration des boues, qui
inclut plusieurs techniques de filtration avec formation de gâteau, l’est au niveau
des traitements thermiques des boues déshydratées – généralités. (17)

I.2. les filtres

Les lois et mécanismes généraux de la filtration, ainsi que la problématique


des lavages des filtres, sont présentés à la section filtration. Ce chapitre est, lui,
consacré à la technologie des différents filtres dégréement. (17)
Les modalités très diverses de mise en œuvre des matériaux filtrants
granulaires conduisent à la création d’un grand nombre de filtres qui peuvent être
classés selon leurs conditions hydrauliques d’utilisation et leurs conditions de lavage,
ou encore selon leurs modes de fonctionnement :
-débit constant, à encrassement.
-débit constant, à compensation de colmatage par siphon partialisé ou par vanne.
-débit décroissant.

I.3. L’équipement des filtres à matériaux granulaires

Des considérations techniques communes aux différents types de filtres à


matériau granulaire doivent préalablement être rappelées. Elles concernent :
I.3.1. Les conditions de service
I.3.1.1. Cycles
La presque totalité des filtres à matériau granulaire fonctionne par cycles
comportant une période de filtration suivie d’un lavage final. Le paramètre essentiel

4
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

limitant la durée de ces cycles est la perte de charge mais, en deçà d’une perte de
charge maximale acceptable, d’autres paramètres peuvent être préférés :
-le volume filtré ou le temps de cycle (par exemple : 8 h, 24 h, 48 h).
-la turbidité, contrôlable par un capteur turbidimétrie, voire par un compteur de
particules.
La perte de charge maximale est déterminée par :
-la charge hydraulique disponible (hauteur d’alimentation gravitaire ou courbe des
pompes, elles- mêmes choisies en fonction de la consommation d’énergie acceptable),
et/ou la résistance mécanique du plancher de filtre (cas des filtres sous pression).
-le maintien de la qualité de l’eau filtrée, tout au long du cycle, essentiel en filtration
d’eau d’appoint ou d’eau potable. Sur certaines eaux industrielles, cette condition peut
ne pas être imposée et des filtres sous pression peuvent être utilisés avec des pertes de
charge élevées (0,5 à 1,5 bar) ; seule importe alors la qualité moyenne de l’eau.
I.3.1.2. Remise en service
Dans une batterie filtrante, lors de la remise en service d’un filtre lavé, il faut
éviter le sur-débit du filtre qui vient d’être lavé. Le risque est d’autant plus important
que le nombre de filtres est faible ; une équirépartition amont ou aval assure la
meilleure qualité d’eau filtrée. (17)
Dans certains cas, même sans sur-débit, il est opportun de mettre à l’égout les
premières eaux filtrées plus chargées (filtrations très rapides, eaux préalablement non
clarifiées, fortes exigences de qualité telles que : garanties de turbidité inférieure à 0,2
voire 0,1 NTU, de SDI…). Cette phase est souvent appelée maturation. (17)
I.3.2. Sup portage du matériau
La taille effective du matériau pouvant, en pratique, varier de 0,25 mm (grenat
ou sable) à 2 mm (sable) ou 5 mm (anthracite), celui-ci peut être supporté :
-soit par un plancher garni de bosselures percées de fentes d’une largeur très
inférieure à la taille du matériau.
-soit par une couche-support (gravier, grenat…) si les dimensions du matériau filtrant
et les fentes des bosselures ne sont pas compatibles.
Cette couche-support, d’une hauteur de 5 à 40 cm, peut être constituée de deux
à quatre sous-couches de granulométries intermédiaires selon le matériau et le
système de répartition qu’il protège (ramifications ou bosselures).

5
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

I.3.3. Lavage des filtres


Il est toujours assuré en flux ascendant à l’aide d’un ou de deux fluides (en
général air et eau filtrée), sauf cas particuliers (matériaux filtrants plus légers que
l’eau : Filtreur).
I.3.4. Planchers pour filtres ouverts en béton
La qualité de la conception et de la réalisation du plancher est un élément
essentiel pour le bon fonctionnement d’un filtre ; le plancher doit en effet assurer :
-une distribution uniforme des fluides de lavage, et tout particulièrement de l’air de
lavage, ce qui nécessite des tolérances d’horizontalité strictes.
-une étanchéité à l’air et à l’eau, notamment en phase de lavage.
-une tenue mécanique aux efforts ascendants (lavage) et descendants (filtration,
vidanges rapides).
-un fonctionnement durable sans intervention.
Les planchers à bosselures dégermons ont été conçus pour répondre à
l’ensemble de ces critères.
Lorsque l’accès sous le plancher est souhaité, le plancher repose sur un
ensemble de poutres et/ou de poteaux, il peut être constitué :
-de dalles de polyester armé ;
-de dalles de béton préfabriquées (Figure 1).
-d’une dalle monolithique en béton armé.

Figure 1. Plancher à ballettes en béton préfabriquées

I.4. les types des filtres

6
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

I.4.1. Filtres sous pression


Ces filtres sont construits avec des revêtements adaptés aux conditions
d’utilisation. Les dispositifs d’évacuation des eaux de lavage doivent être
particulièrement soignés, de façon à en assurer une collecte uniforme.
Ils se prêtent aisément à un fonctionnement entièrement automatique. SUEZ a
réalisé des unités jusqu’au diamètre de 8 m.
I.4.1.1filtres lavables à l'eau seule
Ces filtres sont, la plupart du temps, chargés d’une couche filtrante unique,
sable ou anthracite. La perte de charge maximale atteinte en fin de cycle peut varier
de 0,2 à 2 bars, essentiellement en fonction de la finesse de la couche filtrante et de la
vitesse de filtration.
Le lavage est assuré exclusivement par retour d’eau dont la vitesse doit être
adaptée à la granulométrie du matériau et à la viscosité de l’eau, donc à sa
température, en général de 15 à 50 m/h voir plus à haute température.
La vitesse d’eau seule de lavage a pour but de classifier le média. Cette vitesse
correspond à une expansion de 15 à 30% selon le type et la granulométrie du média.

Figure 2. Colonne double Hydrazur


I.4.1.2. Filtres lavables par air et eau simultanés
Ce sont des filtres à couche unique homogène, lavés par air et eau
simultanément.
Le lit filtrant, homogène sur toute sa hauteur, est supporté par un plancher
métallique ou un collecteur, noyé dans une couche support, sur lequel sont fixées des
bagues où viennent se visser des buselures. Ces filtres sont en général chargés de
sable, parfois d’anthracite.
Les caractéristiques habituelles de ce type de filtre sont les suivantes :
-sable de granulométrie (TE) : 0,55 à 1,35 mm.

7
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

-débit d’air : 55 (m3/h).


-débit d’eau pendant le soufflage : 5 à 7 (m3/h).
-débit d’eau de rinçage : 15 à 25 (m3/h).
-perte de charge en fin de cycle : 0,2 à 1,5 bar.
La hauteur de couche est essentiellement adaptée à la vitesse de filtration et à
l’importance de la charge de matière à retenir. Les vitesses de filtration sont
habituellement de 4 à 20 (m/h). Dans des cas particuliers, on peut utiliser ce filtre
avec des hauteurs de couche de 1 à 2 m et des granulométries de sable comprises entre
0,65 et 2 mm. Les vitesses peuvent alors atteindre :
-20 à 40 (m/h) pour la filtration grossière sous pression d’eaux chargées d’oxydes;
-25 à 40 (m/h) pour la filtration fine d’eaux de mer profondes.
Ces filtres, qui se prêtent très bien à l’utilisation de batteries d’unités de grand
diamètre, présentent de grands avantages : simplicité et sécurité totale de
fonctionnement ; faible débit instantané d’eau de lavage, dont la consommation est
minimale.

Figure 3. Filtre FH
I.4.1.3. Filtres lavables successivement à l'air et à l'eau
Ces appareils sont des filtres possédant un système de reprise inférieure a
grosse section de passage, qui est surmonté de plusieurs couches support du média

8
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

filtrant proprement dit, dans la plus haute des couches support, un réseau de diffusion
d’air sur-pressé est installé.
Les séquences de lavage de ces filtres sont les suivantes :
-Abaissement du plan d’eau au niveau du diffuseur supérieur;
-Dé-(colmatage à l’eau (15m/h pour eau à 15°C) (il s’agit d’éliminer les MES en
majeure partie concentrées sur le haut du média filtrant, et de détisser le lit de sable).
-Abaissement supplémentaire du plan d’eau en dessous du diffuseur supérieur (afin
d’éviter un départ brutal d’eau lors du contre lavage à l’air).
-Contre-Lavage à l’air (50m/h).
-Contre - Lavage à l’eau (15m/h pour eau à 15°C).
-Rinçage à l’eau brute (maturation) au débit normal de traitement.
I.4.2. Filtres ouverts
Vu leur coût, la plupart des installations filtrantes de fort débit destinées à
l’alimentation d’eau potable, ainsi que bon nombre d’installations de clarification
d’eaux industrielles ou résiduaires, utilisent des filtres ouverts, en général en béton.
Il s’agit le plus souvent d’une filtration d’eau décantée, parfois d’une
floculation sur filtre, voire d’une filtration directe sans réactif. Le mode de traitement
influence la conception technologique des filtres et surtout la conception d’ensemble
de la batterie filtrante.
Les principaux filtres ouverts dégermons sont les filtres à sable Aquazur, les
filtres bicouches Médiazur et les filtres à charbon actif Carbazur. Tous ces filtres
mettent en œuvre les équipements décrits à la section équipements des filtres à
matériaux granulaires, notamment les planchers pour filtres ouverts en béton.
I.4.2.1. Filtres à sable Aquazur
Le lavage des filtres Aquazur est du type « air et eau » simultanés : il
s’effectue par retour d’air à fort débit et d’eau à débit réduit, suivi d’un rinçage à débit
moyen ne provoquant pas de mise en expansion du lit filtrant, puisque cette phase n’a
qu’un rôle de transport des matières sorties du lit vers les goulottes d’eau de lavage.
On utilise principalement les filtres Aquazur V, fonctionnant en conception
standard à des vitesses comprises entre 7 et 20 (m/h) et jusqu’à 30 (m/h) dans des
conceptions adaptées, et, dans certains cas, les filtres Aquazur T, en particulier
lorsque la ligne piézométrique est très tendue.

9
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

Figure 4. Filtre Aquazur – Phase de lavage air et eau


I.4.2.2. Filtres bi-couches médiazur
Ce sont des filtres chargés de deux couches de matériaux différents (sable-
anthracite par exemple), à grande hauteur d’eau et vitesse de filtration comprise entre
7 et 20 (m/h). Les filtres bicouches sont normalement lavés à l’air puis à l’eau ; un
lavage à l’air et à l’eau simultanés est cependant possible, moyennant l’adaptation des
filtres.
Les lettres BV et BG indiquent respectivement :
B : bicouche
V : Vé de balayage
G : Goulottes
Le Médiazur BV est le standard degremont pour la bicouche en filtre ouvert, avec vé
de balayage.
Le Médiazur BG est le standard degremont pour la bicouche en filtre ouvert, avec
goulottes suspendues.
Leur conception est identique, à l’exclusion du mode de lavage et
d’alimentation, à celle des filtres Aquazur V.
Les filtres Médiazur BG et BV ont les caractéristiques communes suivantes :
-une grande hauteur d’eau au-dessus du lit filtrant, égale à 1 m au minimum et, dans la
plupart des cas, à 1,20 m.
-une hauteur totale de matériaux généralement comprise entre 0,9 et 1,6 m.

10
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

-une ou plusieurs vannes ou obturateurs à diaphragme, pour isoler totalement


l’alimentation en eau à filtrer pendant les phases vidange et soufflage. Dans le cas des
Médiazur BV, l’alimentation n’est que partiellement isolée lors du rinçage, afin de
réaliser un balayage de surface à vitesse limitée.
Un débit de retour d’eau de lavage important, fonction des matériaux
constituant le lit filtrant, pour les fluidiser et assurer leur reclassement.

Figure 5. Schéma de principe - phase de lavage à l’eau avec balayage de surface


(classement des matériaux)
I.4.3. Filtres à charbon actif carbazur
Ce sont des filtres conçus pour la mise en œuvre du charbon actif en grains
(CAG) ; ils peuvent également être adaptés à la filtration sur d’autres matériaux légers

11
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

(pierre ponce, anthracite…). Le filtre Carbazur GH a une vitesse de filtration de 7 à


20 (m/h):
L'appellation Carbazur GH doit être comprise par Grande Hauteur. En effet,
par ses propriétés et sa place dans la chaîne de traitement, ce filtre est susceptible de
mettre en œuvre dans de bonnes conditions de fortes hauteurs de matériau (jusqu'à 2
m).
Le Carbazur GH peut être équipé de goulottes en acier inoxydable pour la
reprise de l'eau sale de lavage.

I.5. contrôle et régulation des filtres

Une batterie filtrante peut comporter n filtres que l’on doit chercher à
alimenter le plus régulièrement possible, et tout particulièrement en évitant un sur-
débit sur l’un des filtres. Ce problème requiert une attention particulière quand la
batterie ne comporte que deux à trois filtres.
Dans les batteries de filtres sous pression, la pression d’alimentation est
généralement importante et les modes de régulation peuvent être simplifiés :
diaphragme, éventuellement vanne régulatrice.
Les filtres ouverts se distinguent par trois principaux modes de
fonctionnement hydraulique :
I.5.1. Filtres à débit constant, à encrassement
-Une équirépartition du débit total à filtrer est réalisée à l’entrée des filtres, où l’eau
chute d’une hauteur variable suivant l’état du colmatage. Quand le filtre est propre, le
sable est juste couvert d’eau dont le niveau (1) est maintenu par la cote du déversoir
de sortie d’eau filtrée. À encrassement maximal, le niveau atteint la cote du plan d’eau
d’alimentation (niveau 2).
-En général, l’élévation de ce niveau d’eau est de 1,50 m à 2 m, suivant la
granulométrie de la masse filtrante.
-Ces filtres sont les plus rustiques mais comportent des risques de bris de flocs,
pouvant influencer la qualité de l’eau filtrée.

12
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

Figure 6. Filtre Aquazur V à encrassement


I.5.2. Filtres à débit constant et à compensation de colmatage
On recherche, en même temps, que le niveau de l’eau sur les filtres soit fixe ou
varie peu et que l’eau filtrée restituée 2 à 3 mètres plus bas garde un débit constant et
égal au débit total entrant, divisé par le nombre de filtres.
Le maintien du débit constant, quel que soit le degré d’encrassement des
filtres, est assuré par un régulateur, placé à la sortie de chacun d’eux, qui agit soit en
régulateur de débit, soit en régulateur de niveau, avec une équirépartition préliminaire.
Cet organe crée une perte de charge auxiliaire qui est importante lorsque le filtre est
propre et s’annule quand le filtre est totalement colmaté ; le régulateur compense ainsi
le colmatage du lit filtrant.
En comparaison avec les filtres à encrassement, les filtres à compensation de
colmatage présentent l’avantage de la stabilité de la qualité de l’eau traitée et de la
fiabilité de l’exploitation, même en cas de débit rapidement variable.
I.5.3. Filtres à débit décroissant
Certaines batteries de filtres ouverts peuvent fonctionner à débit variable, sans
régulation individuelle, ni sans grande variation de niveau (figure 7).

13
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

Figure 7. Schéma de filtre à débit décroissant avec commande générale par l’aval
Les filtres sont alors alimentés en eau décantée à partir d’une même tuyauterie
ou d’un même canal, sans chute, puisqu’il n’y a pas lieu de faire de répartition.
L’eau filtrée s’écoule dans des vasques individuelles dont le déversoir (9) est
calé pour que le lit filtrant soit couvert à l’arrêt des filtres ou en fonctionnement à petit
débit. Chaque sortie de filtre est équipée d’une vanne d’isolement (7), doublée d’une
vanne (8) créatrice de perte de charge auxiliaire. L’alimentation (1) en eau brute est
ajustée en fonction du niveau dans la citerne d’eau traitée (11) grâce à un détecteur de
niveau (12) et un régulateur général (13).
Dans un tel schéma, on ajuste la perte de charge auxiliaire p créée par la vanne
(8) de telle façon qu’à débit maximal Q traité dans la station :
-le débit individuel des filtres varie suivant leur encrassement de ± m % de la valeur
moyenne de débit Q/N, N étant le nombre de filtres en service. Ainsi, après lavage, un
filtre propre débite : (1 + m/100) × Q/N et un filtre encrassé, avant son lavage, débite :
(1 –m/100) × Q/N. On retient couramment des valeurs de m variant de 20 à 30 %
suivant la vitesse maximale sur sable propre.
-la perte de charge due à l’encrassement du filtre, avant son lavage, soit telle que,
ramenée à sa valeur pour la vitesse moyenne de filtration, elle atteigne les valeurs
habituelles de 1,75 à 2 mètres.
Ces deux conditions fixent à la fois la perte de charge auxiliaire p et la chute
géométrique à prévoir sur les filtres.
Selon le schéma de la figure 26, le débit d’eau brute est modulé en fonction du
niveau dans la citerne et il en résulte un niveau variable sur les filtres. La conduite des
filtres à débit décroissant nécessite la connaissance du débit individuel des filtres, qui

14
Chapitre I: Généralité sur les filtrations et les filtres

peut être mesuré suivant le même schéma par la hauteur de lame sur le déversoir (9)
ou une perte de charge dans une restriction de section (vanne…).
Ce type de régulation des filtres conduit :
-à une grande hauteur d’eau au-dessus du lit filtrant.
-à une hauteur de filtre et donc à un génie civil plus important que celui d’un filtre
fonctionnant à la même vitesse moyenne.
-à une qualité d’eau filtrée moins bonne en début de cycle, du fait de la forte vitesse
initiale.
-à l’isolement prolongé d’un filtre pour son lavage. En effet, il faut d’abord vider par
filtration un volume d’eau important au-dessus du lit filtrant, puis laver et faire un
démarrage progressif du filtre, opérations qui peuvent demander près d’une heure par
filtre. Ceci peut conduire à augmenter d’une unité le nombre de filtres par rapport à
une régulation classique;
-à une exploitation relativement aisée lorsque le débit général et la qualité de l’eau à
filtrer sont constants.
-à une exploitation en revanche beaucoup plus délicate quand :
-le débit général à traiter sur la station varie : il faut alors modifier à chaque variation
du débit général la perte de charge auxiliaire créée par la vanne (8).
-la qualité d’eau à filtrer décroît subitement : dans ce cas, le niveau dans la goulotte
d’eau décantée s’élève rapidement. Ceci entraîne des risques de débordement
important par le trop-plein. (4)

15
Chapitre II: Filtration par charbon actif

16
Chapitre II : Filtration par charbon actif

II.1. Introduction

Les charbons actifs sont d’origines végétales, minérales et animales. Ils ont
toujours joué un rôle prépondérant aussi bien dans l’activité domestique que dans
l’activité industrielle et agricole de l’homme.
Les charbons actifs ont un pouvoir adsorbant très élevé et ont une place
privilégiée dans la purification de l’eau, la décoloration des sucres, la récupération des
solvants volatiles, la fixation des colorants et le traitement des gaz. (1)

II.2. Généralités sur le charbon actif

Le charbon actif est une forme poreuse du carbone, qui peut être fabriqué à
partir d'une variété de matières premières carbonées. Les principaux produits utilisés
pour sa fabrication, sont faits à partir de déchets agricoles et forestiers tels que les
coques de noix de coco, coques d’amande, noyaux de pêche, les pépins de raisin, les
noyaux d’abricots, noyaux de cerises, les pierres d'olive, les coques d’arachide,
coquilles de noix, balle de riz, les réservoirs d’huile de palme, et la bagasse de canne à
sucre. (2)
Ils sont généralement les adsorbants les plus couramment utilisés pour
l’élimination des composés organiques et des microorganismes de l’air et de l'eau.
Toute matière avec une haute teneur en carbone, peut être utilisée comme matière
première pour la production de charbons actifs.
Les charbons actifs sont couramment utilisés dans les processus de traitement
et de dépollution des eaux usées et polluées, en raison principalement de leur structure
très poreuse et de leur grande surface spécifique. Les propriétés physico-chimiques
des charbons actifs sont essentiellement dépendantes des conditions de la préparation,
qui peuvent être fondées sur les procédés d’activation physique ou chimique favorise
la formation de nouvelles pores. C’est l'élargissement du diamètre des pores lors de
l'activation qui permet d’activé le charbon, efficace pour l'adsorption des
microorganismes et autres colorants des solutions aqueuses. (3)

II.3. Le charbon actif à propriétés antiseptiques

II.3.1. Définitions
Le charbon actif à propriétés antiseptiques (CAPA) est un charbon qui a les
capacités à travers ses agents chimiques de détruire (bactéricide) ou de paralyser ou

17
Chapitre II : Filtration par charbon actif

empêcher la multiplication (bactériostatique) les microorganismes pathogènes tels que


les bactéries, responsables des infections. Les sels de métaux ont des propriétés
antiseptiques qui détruisent les bacilles anaérobies.
Les acides utilisés sont tous bactéricides notamment l’acide chlorhydrique et
l’acide nitrique (utilisé aussi comme virucide). La coloration par la méthode de Gram
permet de différencier les bactéries. C'est une préparation coloré au violet de gentiane
plus une solution ioda- iodurée qu’on lave à l'alcool, certaines se décolorent, ce sont
les gram- tel que le E. coli et les gram+ tel que le S. aureus.
II.3.2. Domaines d’utilisation
La fabrication des charbons actifs à partir des sous-produits agricoles a un
double objectif notamment la conversion de déchets non désirés et du surplus
agricoles en matériau adsorbant efficace pour la suppression des polluants organiques
des eaux usées. Les CAPA sont utilisés dans le domaine industriel, agricole, minier et
principalement dans le domaine de la santé publique pour : dépolluer, désodoriser,
décolorer l’air et ou les eaux usées polluées de toutes sortes d’éléments inorganiques
et microorganismes. Les CA sont principalement utilisés à des fins d'adsorption, une
tâche pour laquelle il est bien conçu, mais son travail d’adsorption est limité à deux
phases : La phase gaz/vapeur (généralement de l'air) ou la phase liquide
(généralement de l'eau). L’adsorption dans une solution, comparativement à
l’adsorption dans l’air est relativement simple à faire expérimentalement, car il n y a
aucuns changements de volume et les techniques modernes d'analyse peuvent être
facilement adaptées aux changements de concentration dans les solutions mesurées,
aussi complexe soient ils. L’adsorption compétitive peut se produire entre le solvant
et le soluté. L’adsorption de la solution peut être encore plus compliquée parce que le
soluté peut changer chimiquement, ou sa concentration peut varier dans la solution.
Les atomes du CA ont une grande surface interne qui créent des forces d’attraction
vers l’extérieur appelées forces de Van der Waals. Ces forces entrainent l’adsorption
des molécules présentes dans les milieux gazeux et liquides environnants.
Certaines molécules ont des structures qui les rendent plus facilement
adsorbables que d'autres. (4)

II.4. Fabrication du charbon actif

18
Chapitre II : Filtration par charbon actif

II.4.1. Introduction
Les charbons actifs sont issus de matières premières bon marché ou gratuites.
Ils sont produits à partir de presque tous les matériaux contenant du carbone
organique, principalement le bois brut, la sciure de bois, coques de noix de coco,
d’arachide, noyaux de fruits, la tourbe, le lignite, le charbon minéral, la bagasse, les
matières synthétiques, polymères et les résidus pétroliers (5). Dans cette partie,
l’étude portera sur la fabrication et l’utilisation du charbon actif.et leurs utilisations
dans les environnements industriels, agricoles, miniers, hospitaliers et globalement
publics.
II.4.2. Procédés de fabrications
La matière première est calcinée en absence d’oxygène pour obtenir un solide
amorphe riche en carbone. La structure et la nature chimique d’un charbon actif
évoluent tout au long des processus de fabrication. Sa structure est formée de feuillets
de carbone arrangés de manière irrégulière laissant des interstices entre eux. Ainsi, le
matériau ne possède qu’une porosité rudimentaire dite primaire (pores trop petits ou
en nombre restreint) et ne peut être employé comme adsorbant sans un traitement
complémentaire. En conséquence, le pouvoir adsorbant du charbon est créé ou
augmenté en éliminant par un procédé d’activation les goudrons et autres matières
carbonées désorganisées issues de la décomposition du composé organique qui
obstruent les pores. L’espace libre entre ces feuillets constitue la microporosité du
matériau. (6)

Figure 8.Représentations d’un modèle d’USB (à gauche) et d’une microstructure de


charbon actif (à droite)
II.4.3. Biomasses
Les caractéristiques physico-chimiques des charbons actifs dépendent du type
de la biomasse utilisée et des conditions d'activation. Les charbons actifs sont classés

19
Chapitre II : Filtration par charbon actif

en trois types (en poudre, en granulés et en fibreux) en fonction de leurs tailles, de


leurs formes et de chaque type application spécifique.
II.4.4. Analyses immédiates
Les résultats de l’analyse immédiate sont exprimés en termes d'humidité, de
matières volatiles, de cendres et teneur en carbone fixe Un gramme de biomasse est
chargé dans un creuset avec couvercle et chauffée de la température ambiante à 110°C
dans un four jusqu'au séchage complet.
-Taux d’humidité :
Le charbon actif est généralement défini sur une base d’humidité libre certains
taux d'humidité sont estimés par exemple à 3, 8 et 10%.si le CA est bien conditionné
dans des contenants hermétiques. Le taux d'humidité ne porte pas atteinte au pouvoir
d'adsorption, mais il dilue le carbone.
-Taux de matières volatiles :
Le charbon actif en dehors de l’humidité, du carbone fixe et des cendres
contient d’autres matières telles que les goudrons et autres composés organiques
obstruant les pores qui sont appelés matières volatiles.
Pour déterminer le taux de MV, l’échantillon a été placé dans un four tubulaire
à 950°C pendant 6 min pour déterminer la quantité de matières volatiles. Le creuset
couvert a été retiré du four et refroidie à tube chambre la température dans un
dessiccateur. (7)
-Taux de cendres :
La teneur en cendres d'un charbon actif est le résidu qui reste quand la matière
carbonée est brûlée. Le matériau inorganique contenu dans le charbon actif est
mesurée comme la teneur en cendres, en général dans la gamme comprise entre 2 et
10% (Yang, 2003).
Pour déterminer la teneur en cendres, environ 1 g de l'échantillon est mis dans
un creuset couvert et chauffé dans le four à moufle de la température ambiante à 750 ◦
C pendant 3 h. Puis, le creuset a été placé dans un dessiccateur pour refroidissement
jusqu’à la température ambiante et on obtient ainsi les cendres.
Teneur en carbone fixe.
La teneur en carbone fixe a été obtenue en soustrayant les taux d'humidité, de
matières volatiles et de cendres contenu dans la biomasse de 100%.

20
Chapitre II : Filtration par charbon actif

II.4.5. Imprégnation des biomasses


La matière première est imprégnée avec des sels de métaux et mis sous forme
de pâte puis ce mélange est agité pour une homogénéisation. La réorganisation
structurale permet de développer une microporosité et une méso porosité par
élargissement du diamètre des pores. La taille des pores dans le charbon actif final est
déterminée par le degré d’imprégnation ; plus celui-ci est élevé, plus le diamètre des
pores est grand. Il existe plusieurs types d’imprégnations qui sont l’imprégnation à
pression atmosphérique, l’imprégnation sous vide et l’imprégnation sous vide avec
agitation qui ont chacune ses avantages et ses inconvénients compte tenu des critères
choisis et des paramètres désirés.
II.4.6. Minéralisation
La minéralisation consiste principalement à déterminer le taux de métaux
contenu dans la biomasse imprégnée. Après la carbonisation totale des échantillons
des biomasses imprégnées de chlorure de zinc ont été diluées avec l’acide
chlorhydrique à 20% sur un thermostat agitateur à 90°C jusqu’à la dissolution totale.
Après agitation le mélange est refroidi, filtré, puis lavé avec de l’eau distillée.
Les biomasses imprégnées avec du nitrate d’argent ont ensuite été traité avec
HNO3 à la concentration de 20% et est agité à 90°C (12) jusqu’à la dissolution totale.
Après agitation, le mélange est refroidi, filtré, puis laver soigneusement avec de l'eau
distillée.
II.4.7. Pyrolyse
Les charbons actifs sont obtenus par pyrolyse de différents composés
organiques : bois, coques de noix de coco, coques d’arachide, noyaux de fruits,
bambous, charbon, lignite, tourbe et résidus pétroliers. Les propriétés physico-
chimiques des charbons actifs sont essentiellement dépendantes des conditions de la
préparation, qui peuvent être fondées sur les procédés d’activation physique ou
chimique favorisant la formation de nouvelles pores.
Les échantillons de CA sont soumis à la pyrolyse et à l'activation physique
CO2 à la température d'activation de 600°C pour une durée de 1 h avant le
refroidissement sous flux d'azote. Ainsi, le paramètre le plus important est la
température de pyrolyse comprise entre 500-800 ° C (9) ou l’activation chimique à
une température comprise entre 400-600°C avec une vitesse de chauffe lente pour
qu’une plus grande proportion de matières volatiles s’échappe sans subir de
dégradation thermique Le processus d'activation consiste à traiter la matière première

21
Chapitre II : Filtration par charbon actif

avec de la vapeur (CO2 et O2) ou de produits chimiques pour développant ainsi la


structure des pores. Il existe deux procédés d’activation :
-Activation physique :
Le matériau brut est carbonisé à une température d’environ 600°C pendant 6 à
8 heures. L’activation physique consiste en une oxydation du carbone obtenu à haute
température (800-1000°C) (8) par un agent gazeux faiblement oxydant pendant 24 à
72 heures. Les gaz principalement utilisés, seuls ou en mélange, sont l’air, la vapeur
d’eau ainsi que le dioxyde de carbone. Le contrôle de la température est un paramètre
important. De plus, la maîtrise du procédé doit être complète pour créer une taille des
pores bien définie, uniforme et adaptée aux applications visées. Généralement, les
charbons actifs produits par activation physique présentent une structure poreuse fine.
-Activation chimique :
En ce qui concerne le procédé chimique, la carbonisation et l’activation sont
réalisées simultanément entre 400 et 600°C (10) ou entre 500 et 800°C (11) en
présence de catalyseurs d’oxydation : acide phosphorique, acide sulfurique, sulfure de
potassium, chlorure de zinc, sels de cuivre, sels d’argent, etc. Généralement, les
charbons actifs produits par activation chimique présentent une structure poreuse
ouverte (les pores débouchent à la surface du grain), idéale pour l’adsorption de
grosses molécules. L’activation chimique présente beaucoup plus d'avantages que
l'activation physique, à savoir un plus grand rendement, une plus grande surface
spécifique et un meilleur développement de la structure poreuse du charbon.
II.4.9. Caractérisation du charbon actif
Après la pyrolyse, le lavage et le séchage des CA à 105°C pendant 24h, les
principales caractéristiques des charbons actifs sont déterminées par le test à l’indice
d'iode et au bleu de méthylène (mg/g) et la surface BET (m2/g), pour déterminer la
taille des pores. (13)
II.4.9.1. Porosité du CA
A partir du CA obtenu, on détermine les différentes porosités tels que les
microporeux, les méso poreux ou les macroporeux. (10)

22
Chapitre II : Filtration par charbon actif

Figure 9.Structures des pores du charbon actif


Le charbon actif est caractérisé par un vaste système de pores de taille
moléculaire dont la surface interne varie de 400m2/g à plus de 2000m2/g.
La structure des pores dépend du choix de la matière première. Les différentes
structures poreuses peuvent être obtenues en faisant varier le degré d'activation du
charbon actif. (8)
II.4.9.2. Influence du pH initial
L'effet du pH initial sur l’efficacité d’adsorption d’un colorant a été examiné
sur une plage de valeurs de pH de 2 à 10 (14). La décoloration est moins élevée au pH
initial de 2 et le colorant adsorbé augmente lorsque le pH est passé de 2 à 7. Au delà
d’un pH de 7, la décoloration n’est plus significative, d’où le choix d’un pH inférieur
ou égal à 7 pour les prochaines expériences. Pour cette raison, un pH au plus égal à 7
sera sélectionné pour les expériences futures.
II.4.9.3. Capacité d’adsorption :
La capacité d'adsorption des charbons actifs préparés est déterminée par la
méthode d'adsorption au bleu de méthylène (MB) et la capacité de l'indice d'iode
(mg/g). L’adsorption en phase liquide est utilisée pour évaluer la capacité d'adsorption
des charbons actifs sur divers polluants d'eaux contaminées. Le test à l’indice d’iode
permet de déterminer la microporosité du charbon actif. Les CA microporeux sont
efficaces pour l’adsorption dans l’air des odeurs et des colorants et aussi des petites
molécules.
Le bleu de méthylène est une molécule relativement grande et est souvent
utilisé comme adsorbat dans l'adsorption en phase liquide, et sa valeur peut
indirectement indiquer le montant des méso pores dans les charbons actifs. La

23
Chapitre II : Filtration par charbon actif

molécule du BM est accessible aux ports de diamètre supérieur à 1,5 nm. En outre,
ces résultats sont conformes à la valeur des différentes surfaces spécifiques et du
volume des pores. (15)
II.4.9.4. Surface spécifique
La surface spécifique d'un solide est étroitement liée à sa structure poreuse.
Charbons actifs utilisés pour fabrication de catalyseur ont généralement une surface
spécifique de 800 à 1200 m2/g, selon le degré d'activation. La surface spécifique
(m2/g) de carbone poreux est plus souvent déterminée partir de la mesure d'adsorption
de gaz à l'aide de la théorie Brunauer-Emmett-Teller BET (Hu et Srinivasan, 1999).
La méthode la plus couramment employée pour caractériser ces aspects structurels de
la porosité est basée sur l'interprétation de l'isotherme d'adsorption d’azote (par
exemple, N2 à 77K) à son point d'ébullition de 77K. C’est l’isotherme l'adsorption
recommandée, bien que l’argon à 77 K soit également utilisé.

II.5. Régénération et Recyclage

Lorsqu’ils sont utilisés en tant qu’adsorbant, les CA se saturent


progressivement et finissent par ne plus pouvoir fixer les molécules à sa surface. Afin
de valoriser au mieux ces matériaux et ne pas en faire un déchet ultime, il apparait
donc important de pouvoir le régénérer de façon à ce qu’il puisse retrouver ses
propriétés initiales d’adsorbant. Il existe un certain nombre de techniques de
régénération du CA : thermique, à la vapeur d’eau, chimique (extraction par solvant,
par fluide supercritique ou décomposition des adsorbats par des agents oxydants ou
réducteurs), électrochimique ou encore biologique
Il est aussi important de penser à recycler les CA quand à un moment ils ne
peuvent plus être régénérés, afin qu’ils puissent servir de nouveau pour la fabrication
de nouveaux charbons ou pour servir de compost ou qu’ils soient complètement
incinérés en respectant les normes environnementales. Comme technique de
recyclage, l’utilisation d’un séparateur électrostatique ou la méthode de dégradation
électrochimique peut être envisagée (16).

24
Chapitre II : Filtration par charbon actif

II.6. Conclusion

La fabrication des charbons actifs s’achève par un lavage à l’eau pure ou des
acides minéraux pour éliminer les cendres. Ensuite ont lieu des opérations de séchage,
d’étiquetage et de conditionnement. Leurs caractéristiques et performances sont
déterminées ou vérifiées par des tests d’indices d’iode ou de bleu de méthylène en
laboratoire.

25
Chapitre III : Présentation de la station
Hammam Boughrara

26
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

III.1. Barrage de Hammam Boughrara

Le barrage de Hammam Boughrara est l’un des 11 barrages qui se trouvent à


l’extrême Ouest de l’Algérie Nord Occidentale, a proximité (11 Km) de la ville de
Maghnia ville frontière avec le Maroc, à 60 Km à l’ouest de Tlemcen et à 150 Km au
sud Ouest de la ville portuaire d’Oran. Le but de ce barrage est de mobiliser les eaux
des Oueds de la région, son bassin versant a une superficie d’environ 4000 Km².Il a
été mis en eau le 11 Octobre 1998, il a une capacité totale de 177 millions de m³
d’eau. (15)
Depuis sa mise en eau, la retenue du barrage a accumulé des eaux chargées en
polluants provenant des rejets urbains et industriels de la ville de Maghnia, et des
eaux de drainage des bassins versants frontaliers. (15)
Les résultats des compagnes de mesures et d’analyses montrent que les eaux
de la retenue du barrage de Hammam Boughrara sont de classe « excessivement
polluée » à cause de leurs tenus élevées en matière organiques et des composés azotés
et phosphatés. L’origine de cette dégradation est due aux apports des polluants
provenant de deux sources :
-Apports exogène : Rejets des eaux usées urbaines et industrielles.
-Apports endogènes : développement d’algues proliférantes en surface
(favorisé par les changements climatiques.

Figure 10.Barrage de Hammam Boughrara

27
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

III.2. Présentation de la station de Hammam Boughrara

Le traitement des eaux du barrage de Hammam Boughrara se fait au niveau


d’une station de traitement qui est situé juste à côté. Cette station a été conçu (2004)
et dimensionnée pour traiter les eaux brutes du barrage qui renferment des taux élevés
de phosphates et d’ammonium et pour produire 580 l/s d’eau potable. La station
assure une alimentation en eau potable de la ville de Maghnia par un transfert de 13
Km du long de barrage de Hammam Boughrara. Ce transfert permet de satisfaire la
demande en eau potable de Maghnia à une capacité journalière plus de 50000 m3/j
avec un fonctionnement de 24/24 h. Le débit d’eau brute entrant dans la station est de
2200 m3/h. Pour une meilleure fiabilité du processus, la station est constituée de deux
chaînes de traitement. (16)

Figure 11.Station de traitement de Hammam Boughrara

III.3. Descriptions de la station et mode de fonctionnement

III.3.1. Brise de charge


L’eau du barrage s’écoule par gravité jusqu’à la station de traitement à travers
un tuyau de dérivation de taille DN1400. De ce tuyau principal, une jonction DN800
conduit à l’installation d’entrée (brise de charge). Toutes les installations en aval se
trouvant entre l’installation d’entrée (brise de charge) et le réservoir intermédiaire
(bâche d’eau) sont disposées de façons à permettre un écoulement par graviter, sans
le moindre pompage. (16)

28
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Figure 12.Obturateur à disque


III.3.2. Pré-filtration
A partir de la chambre d’entrée de la brise de charge, l’eau passe sur mur
submergé et s’écoule dans la deuxième chambre où le tamis à tambour rotatif
motorisé sert à retirer tous les particules grossière de taille supérieur à 1,4 mm avec un
système automatique de décomptage du tamis, l’eau s’écoule dans la chambre de
sortie. Il y a un système d’injection pour la soude caustique (NaOH), destinée à
augmenter le pH de l’eau brute ce qui convient mieux pour la précipitation des
métaux lourds et du phosphate pouvant se trouver dans l’eau brute (injection si
nécessaire).

Figure 13.Tamis rotatif

29
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

III.3.3. Bassin de coagulation


L’eau s’écoule par graviter à partir de la chambre de mesure de débit à travers
le tuyau DN600 dans deux bassins de coagulation respectif. Chaque bassin de
coagulation est dimensionné pour retenir l’admission respective de 1050 m3/h
pendant environ 3 minutes, chacun avec un mélangeur rapide vertical (64 tr/min) et un
volume de 55 m3. Pour favoriser la déstabilisation des groupes ioniques présent dans
l’eau et intensifier leur tendance adhésive ainsi pour accélérer les collisions entre les
particules, on ajoute le coagulant (coagulant utilisés : Chlorure ferrique ; FeCL3,
sulfate de fer ; FeSO4, chlorosulfate ferrique). La dose spécifique du coagulant est
déterminée par des tests (jar-test) répétés lors de la phase initiale de fonctionnement.
Un polymère synthétique cationique est injecté à la sortie du bassin de coagulation ;
celui-ci est destiné à améliorer l’agglomération des composées déstabilisées et à
générer la floculation dans les étapes suivantes du processus.
Tableau 1.Caractéristiques des bassins de la coagulation
Bassin caractéristiques
Nombre 02
Débit d’une seule chaîne 1100 m³/h
Dimension hors tout 4x 4 x 3.6 m
Volume de rétention 55m³
Durée de rétention 3 minutes

Figure 14.Bassin de coagulation


Tableau 2.Caractéristiques des mélangeurs de coagulation
Type de mélangeur HCRKO/1500-64-5.5

30
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Fabriquant INVENT
Diamètre 1500 mm
Longueur d’arbre / Diamètre d’arbre 3200 mm / 114.3 mm
Distance par rapport au fond 300 mm
Poids du mélangeur 300 kg
Puissance nominale du moteur 5.5 kW

Figure 15. Mélangeur et Pompes de dosages de Chlorureferrique


III.3.4. Bassin de floculation
A partir des réservoirs de coagulation, l’eau s’écoule dans les bassins de
floculation, constitués de deux chambres de réaction séparés au moyen d’un déversoir
et d’un compartiment d’évacuation. Un mélangeur lent (20 tr/min) est installé dans
chaque chambre de réaction, ces mélangeurs conviennent idéalement pour la
floculation avec un volume utile total de 286 m3 qui permet un temps de rétention de
15 min au débit nominal (1050 m3/h). Après avoir été déstabilisées par le coagulant,
les particules colloïdales s’agglomèrent lorsqu’elles entrent en contact avec le
polymère synthétique, les flocs ainsi formés peuvent se décanter.
Tableau 3. Caractéristiques des bassins de la floculation
Bassin caractéristiques
Nombre 02
Débit d’une seule chaîne 1100 m³/h
Dimension hors tout 2x (6.4x6.4 x 3.5) m
Volume de rétention 286 m³

31
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Durée de rétention 15.7 minutes


Tableau 4. Caractéristiques des mélangeurs de la floculation
Nombre de mélangeurs 04 hyperboloïdes
Type de mélangeur HCRKO/2000-20-0.75
Fabriquant INVENT
Diamètre 2000 mm
Vitesse de rotation 20 tr/min
Distance par rapport au fond 200 mm
Poids du mélangeur 170 kg
Puissance nominale du moteur 0.75 KW
Longueur d’arbre 4125 mm
Diamètre d’arbre 114.3 mm
III.3.5. Bassin de décantation
L’eau s’écoule par graviter à partir des déversoirs de la floculation dans deux
clarificateurs (décanteurs) respectifs, conçus sous forme d’une combinaison d’un
réservoir de sédimentation et d’un épaississeur de boues qui permet un recyclage
maximal de 20% de ces boues et 80% restant sont rejeté à l’oued.
Tableau 5. Caractéristiques du décanteur

Bassin caractéristiques
Nombre 02
Débit d’une seule chaîne 1100 m³/h
12x12x 6m (longueur largeur hauteur)
Dimension hors tout (prof totale 8.5m) Pente 10%
Entonnoir DNS 2m, DNI : 0.8 m,
prof : 1.5m

Figure 16. Bassin de décantation

32
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Tableau 6. Caractéristiques techniques des racleurs


Nombre racleurs 02 pièces
Fabricant HERMANNS
Longueur d’arbre 7.60 m
Diamètre de racleur 11.80 m
Nombre de lames raclantes au fond 8
Nombre de lames dans l’entonnoir de boue 2
Type de moteur épicycloïdal
Puissance de l’entrainement 0.25kW
Vitesse de rotation moteur--- vitesse de sortie 1335 tr/min --- 0.30tr/min
Tension moteur 400V ,50 Hz
III.3.6. Bassin de nitrification
L’eau s’écoule dans deux bassins de nitrification respectifs par graviter. L’eau
du barrage a une teneur élevée en ammonium. La teneur moyenne est d’environ 2 ,25
mg /l. Un processus de nitrification s’avère nécessaire, le principe de la nitrification
consiste en l’oxydation par des bactéries autotrophes aérobies, de l’azote
ammoniacale en azote nitrique (nitrate).Les espèces, dites nitrifiante, sont des
bactéries autotrophes qui tirent leur énergie de l’oxydation de l’ammoniaque et qui
utilisent les sources de carbone minéral (CO2) pour synthétiser la matière vivante. Les
bactéries responsables de la nitrification sont les nitrosomonas et les Nitrobacter, la
nitrification s’effectué en deux étapes :
-La nitritation : oxydation des ions ammonium en nitrite :
NH4+ +3/2 O2 2H+ + H2O + NO2-
-La nitratation : oxydation des nitrites en nitrate :
NO2- + ½ O2 NO3-
Le processus est installée afin d’enlever la teneur en Ammonium NH4+ qui se
transforme en Nitrite NO2 et en suite NO3.
Remarque :
La pré-chloration : L’eau nitrifiée subira une injection d’hypochlorite de
Calcium pour but d’oxyder les éléments résiduels de la nitrification et d’autre métaux
tels que : le Fer et le Manganèse.

33
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Tableau 7. Caractéristiques du nitrificateur


Bassins caractéristiques
Nombre 02
Débit max d’une seule chaîne 1100 m³/h
Dimension hors tout Long :15.80 m Large: 9.40 m Prof :7.10 m
Nombre des blocs par réservoir 1092 pièces
Modèle Biodek FB12.19
Fabriquant MUNTERS, Allemagne
Total : 2200 m³/h
Débit d’admission, moyenne horaire
par réservoir : 1100 m³/h
Température moyenne de l’eau 20°C
Concentration en ammonium max 10 g/m³
Longueur d’un seul bloc 1.20 m
Largeur d’un seul bloc 0.60 m
Hauteur d’un seul bloc 0.60 m
Surface totale spécifique du bloc 240m²/m³

Figure 17. Bassin de nitrification


III.3.7. Filtration à sable
La filtration est un procédé physique destinée à clarifier un liquide qui contient
des matières solides en suspension en le faisant passer à travers un milieu poreux : On
utilise des filtres à sable. Chaque chaîne de traitement contient un groupe de trois

34
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

filtres à sable à ciel ouverts (niveau de la surface libre), disposés en parallèle, chacun
à une superficie totale de 63 m2.
Tableau 8. Caractéristiques des Filtre à sable
Bassins caractéristiques
Nombre 06 filtres / 03 par filière
Capacité de chaque filtre 354 m3/h
Type V
Surface 63 m2
Longueur des filtres 9m
Largeur des filtres 2 x 3.5 m
Taux de filtration 15 m3/h/ m2
Débit des eaux de lavage à contre
945 m³/ h
courant
Débit de lavage à l’air 3500 m³/h/m2
Quantité d’eau pour un lavage à
188 m³
contre courant
Granulométrie Sable 0.71 mm-1.25 mm (1.15 m quartz)
Granulométrie gravier 1.5 mm-2.5 mm (15 cm)
Profondeur d’eau au dessus du sable 1.20 m

Figure 18. Filtres à sable vide avec buses d’air et Chambre de drainage

35
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

III.3.8. Réservoir intermédiaire


L’eau s’écoule dans le réservoir intermédiaire (bâche d’eau 680 m3) qui est
utilisé pour retenir le filtrant pour le lavage à la fois des filtres à sables et des filtres à
charbon actif granulé (CAG), et pour laisser la stabilisation de chlore afin d’éviter
l’oxydation de charbon. L’eau filtrée à sable est transféré aux filtres à CAG à partir
des réservoirs intermédiaires par deux pompes submersibles de conception similaire à
celle des pompes de lavage à contre-courant.
Tableau 9. Caractéristiques du réservoir intermédiaire
Réservoir caractéristiques
Nombre 01
Longueur 15,00 m
Largeur 12,00 m
Profondeur 4.50 m
Capacité / volume utile 810 m³ / 630 m³
Matériel de construction Béton

Figure 19. Pompes de lavage et pompes d’alimentation des filtres à charbon

36
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Figure 20. Conduite d’alimentation des filtres à charbon actif


III.3.9. Filtration à charbon actif
On utilise des filtres à charbon actif (4 filtres commun pour les deux filières)
qui permettent l’élimination des oxydants, des substances organiques et d’améliorer
les paramètres organoleptiques (goût, l’odeur, couleur).
Tableau 10. Caractéristiques des Filtre à charbon actif
bassin caractéristiques
Nombre 4 filtres
Type V
Capacité de chaque filtre 525 m3/h
Surface du filtre 9x (2x3.5)=63 m2
Taux de filtration 8.3-11.1 m/h
Durée de rétention 10.8-14.4 min
Débit des eaux des eaux de lavage à
1260 m3/h
contre courant
Quantité d’eau pour un lavage 252 m3
Lit de CAG 2m
NORIT CAG 830
Type du CAG Granulométrie CAG
0.6 mm-2.36 mm
Prod. et fournisseur
Norit Nederland B.V.
Densité apparente
500 kg/ m3
PH
alcalin
Volume du lit de chaque filtre 126 m3

37
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Figure 21. Filtre à charbon actif


III.3.10. Désinfection (post chloration)
On utilise de l’hypochlorite de calcium.

38
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Figure 22. Vue basse des filtres à charbon

Figure 23. Pompe doseuse d’hypochlorite de calcium


III.3.11. Le pompage
Le transfert de l’eau traitée, à partir de la station de traitement, jusqu'au deux
réservoirs de stockage et de distribution passe essentiellement par les installations
suivantes :
-Première station de pompage appelée SP1.
-Tour de déconnexion.
-Deuxième station de pompage appelée SP2.
-Réservoir de distribution pour la zone EST appelé R.EST.
-Réservoir de distribution pour la zone OUEST appelé R.OUEST.

39
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Figure 24. Tour de déconnexion hydraulique


On peut décrire cette station comme suit :
-Un local électrique avec équipement d’arrivée MT (moyen tension) de 30000 Volts
Deux transformateurs MT : 30000 volts / 5500 volts ; capacité 1000 KVA.
-Un transformateur BT (basse tension) : 30000 volts / 400 volts ; (capacité 160 KVA)
-Une bâche de volume de 2000 m³.
-Une conduite d’alimentation en eau traitée de diamètre Ø 800 mm.
-Une conduite de vidange de la bâche de diamètre Ø 300 mm avec deux vannes
d’évacuation (opercule DN 300 PN 10 + papillon DN 300 PN 10/16).
-Une conduite de débordement de diamètre Ø 600 mm avec une vanne d’arrêt
(papillon DN 600 PN 16).
-Une conduite d’aspiration principale de diamètre Ø 1000 mm avec une vanne d’arrêt
(papillon DN 1000 PN 10) Et un transmetteur de pression différentielle.
-Trois conduites secondaires d’aspiration de diamètres Ø 500 mm avec une vanne
d’arrêt (papillon DN 500, PN 10) plus un joint de dilatation en caoutchouc et un
robinet pour l’échappement d’air pour chaque ligne.
- Trois groupe électropompes (deux G.E.P en service et un troisième en aide)

40
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

- moteur électrique triphasé à induction (Alimentation : 5500 volts, Intensité du


courant : 79 A).
- pompe centrifuge monocellulaire à double aspiration et axe horizontal (Hauteur de
refoulement : 147 m, Capacité : 990 m³ /h, Rendement : 83 %, Vitesse de rotation :
1480 tours / min, Puissance : 480 KW).
-Trois conduites secondaires de refoulement de diamètres Ø 500 mm avec un clapet
anti retour de type (battant DN500 PN 25) plus une vanne motorisée, (pour le
démarrage du G.E.P, papillon DN 500, PN25) et un joint de dilatation métallique pour
chaque ligne en plus des transmetteurs de pression et des ventouses.
-Une conduite de refoulement principale de diamètre Ø 700 mm avec sa vanne de
vidange (Papillon DN 700, PN 25) et une vanne d’arrêt (papillon DN 700 PN 25) plus
un débitmètre pour le comptage de type ultrasonique.
-Débitmètre pour le comptage de l’eau traitée refoulée par la station de pompage n°1
-Un anti bélier :
1-Compresseur d’air
2-Interrupteur à flotteur
3-Soupape de sécurité
4-Crochets de levage
5-Entrée d’inspection 220*320 mm
6-Tableau de commande et contrôle compresseur
7-Manomètre ф 80 mm
8-Pressostat
9-Vanne d’arrêt d’air
10-Indicateur visuel de niveau PN40
11-Soubassement métallique en fer 30*100*10
12-Prise DN400 PN40
13-Soupape de décharge.

41
CHAPITRE III : Présentation de la station Hammam
Boughrara

Figure 25. Un anti bélier


-Un réservoir d’une capacité de 10 m³ remplis d’eau jusqu’à 2/3 de son volume.
-Un compresseur pour la production d’air occupant le 1/3 du volume restant.
-Une conduite de raccordement de diamètre Ø 400 mm avec une vanne d’arrêt
(PapillonDN 400 PN 25).
Le niveau haut de la bâche se situe à une hauteur d’environ 1.20 m au dessus de l’axe
horizontal de chaque G.E.P.
-Un pont roulant de manutention.

Figure 26. Station de pompage SP1

42
Chapitre IV: Utilisation du charbon
actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

43
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

IV.1. Charbon grains

Certains charbons actifs en grains sont reconstitués à partir des charbons en


poudre, avec adjonction d’un liant : ils se présentent alors sous forme de petits grains
de forme cylindrique, obtenus par passage dans une filière.
A taille effective des charbons actifs granulés est très variable et recouvre
toute une gamme, allant de 0.4 mm à plusieurs millimètres. (18)
IV.1.1. Action des charbons
On utilise les charbons en grains en lits filtrants dont les caractéristiques
doivent être particulièrement étudiées le charbon agit en effet de plusieurs façons.
IV.1.2. Action absorbante
Le charbon actif absorbe la majorité des polluants dans les eaux. Cette
absorption est très variable suivent le charbon utilisé et le polluant considéré.
Pour l’étudier, on tracera la courbe isotherme d’adsorption ce polluant et le
polluant considéré.
On détermine ainsi le poids de polluant que le charbon peut retenir, en
fonction de la concentration en polluant de l’eau à traiter. On peut également
comparer plusieurs charbons entre eau.
L’osai statique doit être suivi d’un essai dynamique en colonne permettant de
déterminer les caractéristiques d’emploi : hauteur de lit filtrant, vitesse de filtration,
détermination du front d’absorption et de sa d’avancement dans la masse filtrante.
(18)

IV.2. station de filtre a charbon

Le filtrat vivant des filtres a gravier sera pompé vers les filtres a charbon actif
granulé a l’aide des pompes submersibles installées au réservoir intermédiaire,
constituée de dix lits de filtrage, chacun d’une surface d’environ 63m2 selon un taux
minimum de filtration de 8.3m/h ou de 11.1 m/h si un filtre est en cours de lavage à
contrecourant. (19)
Les filtres sont des filtres de gravité de type V, a admission maximale et haut
débit de filtration. La durée de rétention de l’eau à filtrer est de 14.4 min. le lit de
filtration du charbon actif de chaque filtre constituent volume de 126 m3. La
profondeur d’eau au-dessous du lit de filtration durant le processus de filtration est
d’environ 0.5m. (19)

44
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

Un système de faux planché a été prévu. Un accès au fond, est prévu a des fins
de contrôle et de nettoyage. Les buses ont fentes fines.
Les filtres exécuteront une procédure automatique de lavage à contre-courant.
Il pourra être activé manuellement par un système automatique grâce a des vannes
papillon sandwich à fonctionnement électropneumatique.
Il a été estimé qu’un filtre doit être lavé à contre-courant tous les 3 jours. (19)

IV.3. matériau de filtration (charbon actif granulé)

Le matériau de filtration est le NORIT CAG 830, du charbon actif granulé


développé tout particulièrement pour la purification de l’eau potable, avec des
propriétés d’adsorption entre autre de substances organiques naturelles, colorants,
pesticides, détergents, solvants et produit par activation à l’aide de vapeur choisi de
charbon, et sa dureté naturelle le rend particulièrement adapté a une réactivation
thermique. (20)
Tableau 11.caractéristiques générales
Indice d’iode 1000
Adsorption du bleu de méthylène 19 g/1000 g
Charge de micropolluants
Atrazine a 1 μg/l 35 mg/g
DBS a 1 mg/l 115 mg/g
Phénol a 1 mg/l 45 mg/g
Densité apparente 500 kg/m3
Densité après lavage a contre courant et
435 kg/m3
drainage
Taille effective 1 mm
Valeur de déchloration de moitié 5 cm
Tableau 12.fiche de données de sécurité
1. Identification du produit et producteur
Nom commercial NORIT GAC 830
Application plus important Absorbent
NORIT Nederland B.V.
Producteur
Nijverheidsweg Noord 72

45
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

B.P.105
www.norit.com
2. Composition
Nom chimique Charbon actif (active a la vapeur)
Formule chimique Essentiellement C
Numéro CAS 7440-44-0
Numéro EINECS 231-153-3
Code Douanier 38021000
Composition 100% charbon actif
3. Identification des dangers
10 mg/m3 (il n’y a pas de CMT pour le
Concentration maximale tolérable charbon actif, cette valeur est pour
poussières incommodantes)
4. Premiers secours
Attention médical N’est pas nécessiter immédiatement
Inhalation Amener le sujet a l’air
Contact avec la peau Lavage immédiat à l’eau et au savon
Lavage immédiat, abondant et prolongé a
Contact avec les yeux
l’eau
Boire un ou deux verres d’eau (ne jamais
Ingestion rien donner par la bouche a une personne
inconsciente)
5. mesure de lutte contre l’incendie
Prévention Pas de flammes nues et ne pas fumer
Mousse ou CO2
Extinction
Ne pas utiliser de jet d’eau
6. mesures à prendre en cas de dispersion accidentelle
Voir 8, moyens de protection
Protection individuelle
individuelle
Voir 13, considérations relatives à
Méthodes de nettoyage
l’élimination
7. manipulation et stockage

46
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

Conserver a l’écart de solvants


(possibilité d’adsorption de leurs vapeurs
Stockage par ce charbon actif) et d’oxydants
puissants
A conserver dans un endroit sec
Le charbon actif humide consomme de
l’oxygène provenant de l’air, de ce fait,
de dangereux bas niveaux d’oxygène
peuvent se former. Avant l’entrée du
personnel dans le filtre devra être
Manipulation déterminée, et en conséquence les
procédures de travail pour concentration
de bas niveaux d’oxygène devront être
suivies.
Les équipements de protection
appropriés devront être portés.
8. moyens de protection
Inhalation Porter un masque a poussières
Peau Gants en plastique
Yeux Lunettes spéciales
9. propriétés physiques et chimique
Aspect Granulés noir
Odeur Sans odeur
Point de fusion Non applicable
Pression de vapeur Nulle
Ph Non applicable
Densité spécifique 200-600kg/m3
Température d’inflammation ASTM
>350°C
D3466-76
10. stabilité et réactivité
Stabilité Stable aux conditions normales
Produits de décomposition dangereux Dioxyde de carbone et monoxyde de carbone

47
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

11. informations Toxicologiques


NORIT GAC 830 Considéré, aucuneffet
Inhalation n’a notre connaissance dans les
conditions normales d’utilisation
Basé sur la recherche des effets
Ingestion médicaux une dose de 50 g est
inoffensive
Une irritation est possible, pas de
Les yeux
symptômes connus
Pas d’effets nocifs connus, pas de cas
Contacts avec la peau
recensé d’adsorption par la peau
12. informations Ecologiques
DBO 1 à 2 mg O2/g charbon actif
DCO 2000 mg O2/g charbon actif
Biodégradabilité Non
Toxicité sur les poissons Non
13. considérations relatives à l’élimination
L’élimination du charbon vierge ne
nécessite pas l’usage des moyens
Elimination des matériaux réservés aux déchets dangereux
Se conformer aux règlements et arrêtés
en vigeur

IV.4. composants des filtres

Le contrat couvrira la conception, la fabrication, la fourniture et la véraison de


l’ensemble des stations et du matériel nécessaire pour assurer une installation de
filtration complète, en parfait état de fonctionnement, notamment :
-vanne d’admission des filtres.
-matériau de filtration.
-système complet de plancher de filtres avec système d’eau de lavage et de
distribution d’air.

48
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

-tuyaux de sortie de filtre, vannes.


-vanne d’eau de lavage tuyauterie et armatures.
-accès au faux fond.
-équipement de commande des filtres. (20)

IV.5. Efficacité de traitement et influence du charbon actif

Afin de suivre l’amélioration de la qualité de l’eau et l’efficacité de traitement


en particulier, l’influences du traitement avec le charbon actif, une série d’analyse
l’eau ont été effectué au laboratoire de la station de HAMMAM BOUGHRARA pour
certaine et au laboratoire de l’ANRH d’Oran pour d’autre. Ces analyses ont concerné
l’eau brute, d’eau d’avant le filtre a charbon actif et l’eau d’après filtre a charbon (eau
finale). Les résultats des analyses sont résumés dans les tableaux 1 et tableau 2 qui
suivent les tableaux de l’annexe.
Tableau 13. Les analyses d’eau brute
Nom du lieu Barrage Hammam Boughrara
Autres
Eau brute Eau brute Eau brute Eau brute
indications
Date de Norme eau
17/12/2018 19/12/2018 22/12/2018 24/12/2018
prélèvement potable
Heure de
7:30am 7:50am 6 :00am 7 :10am
prélèvement
DCO (mg/l) 30 40 50 40 -
DBO5 (mg/l) 5.2 7.4 9.0 7.4 -
Nitrite (mg/l) 0.28 0.86 0.39 0.73 0.5
Ammonium
4.26 4.41 3.47 4.92 0.5
(mg/l)
Phosphate
4.39 3.95 3.68 2.9 0.5
(mg/l)
Phosphore total
4.65 4.37 5.40 3.60 5mgP2O5/l
(mg/l)
Calcium (mg/l) 94 80 80 80 200
Magnésium
47 51 51 48 150
(mg/l)
30(op.12 115
TH (/°F) 43 39 41 40
°F)
M. Organique
7.7 6.5 7.1 7.3 -
(mg/l)
MES a 105°
12 10 8 6 -
(mg/l)
Conductivité
1200 1160 1040 1010 2800
(us)

49
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

PH 7.81 7.88 7.86 7.57 6.5-9.5

Tableau 14. Les analyses d’eau après charbon actif


Nom du lieu Barrage Hammam Boughrara
Eau traitée Eau traitée Eau traitée Eau traitée
Autres après après après après
indications charbon charbon charbon charbon
actif actif actif actif Norme eau
Date de potable
17/12/2018 19/12/2018 22/12/2018 24/12/2018
prélèvement
Heure de
7:30am 7:50am 6 :00am 7 :10am
prélèvement
DCO (mg/l) 20 30 30 30 -
DBO5 (mg/l) 3.4 5.2 5.8 5.6 -
Nitrite (mg/l) 0.04 0.00 0.00 0.05 0.5
Ammonium
0.03 0.06 0.07 0.03 0.5
(mg/l)
Phosphate
0.36 0.42 0.41 0.34 0.5
(mg/l)
Phosphore
0.60 0.97 1.66 0.69 5mgP2O5/l
total (mg/l)
Calcium
90 77 80 80 200
(mg/l)
Magnésium
45 48 46 48 150
(mg/l)
30(op.12
TH (/°F) 41 36 39 39
115 °F)
M.
Organique 6.0 4.5 5.1 5.3 -
(mg/l)
MES a 105°
4 4 4 2 -
(mg/l)
Conductivité
1410 1200 1050 1120 2800
(us)
PH 7.20 7.25 7.22 7.17 6.5-9.5

IV.6. eau brute-eau traitée

IV.6.1. Conductivité
La mesure da conductivité donne une évaluation globale des ions présentes
dans l’eau, ion essentiellement minéraux.
Les valeurs moyennes de la conductivité enregistrée dans l’eau brute et l’eau
traitée varie de 1010 à 1200 μs/cm 1050 à 1410 μs/cm respectivement.

50
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

Une conductivité élevée traduit une quantité de sels solubles et ionisables très
importantes.
Cette valeur important de l’eau est probablement du au réseau hydrographique
de la Tafna qui est caractérisé par une eau très minéralisée liés a la nature des terrains
traversés.
IV.6.2. PH
Le PH sert au contrôle de la qualité de l’eau, il joue un rôle principal à la fois :
-dans les propriétés physico-chimiques
-dans les processus biologiques.
-dans l’efficacité de certains traitements.
Les valeurs du PH des eaux brutes et des eaux traitées qui varie de 7.57 à 7.88
et 7.17a7.25respectivement présentent une moyenne répondant aux normes de
l’O.M.S qui varie entre 6.5 et 9.5.
IV.6.3. Matières en suspension(MES)
La concentration des matières en suspension dans l’eau brute et l’eau traitée
sont faibles et acceptables selon les normes de l’O.M. S(30mg/l)eau traité.
IV.6.4. Matière organique(MO)
L’eau brute résulte des résidus des rejets urbains traitée au niveau de la station
d’épuration de LAKFAF et qui s’accumulent dans le retenus de barrage.
Pour l’eau traitée les valeurs des matières organiques diminuent en passant par
le filtre charbon actif grains qui absorbent les matières organiques.
IV.6.5. Demande biochimique en oxygène(DBO5)
Les phénomènes d’autoépuration dans les eaux résultent la dégradation des
charges organiques polluantes, sous l’action du microorganisme. Il résulta une
consommation d’oxygène qu’il n’existe pas de norme pour les eaux potable, il est
bien évident que celle-ci ne doivent pas voire une DBO5 signification ainsi la
directive communauté européenne prévoie pour les eaux ayant subis un traitement
normale physique et chimique avec décontamination microbienne liée aux résidus des
rejets d’eau usées d’origine domestique des villes de Oujda qui déversent directement
dans l’Oued Mouileh cette concentration diminue de 9a3.4 mg d’O2/l dans l’eau
traitée qui est inférieure aux normes européenne, cette diminue est due lors de passage
aux procédés de traitement de la station(l’adsorption sur CAG, l’oxydation par des
micro-organique et la désinfection).(21)

51
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

IV.6.6. Demande biochimique en oxygène(DCO)


La demande chimique en oxygène est d’autant plus élevée dans l’eau brute elle
est de l’ordre de 50mg d’O2/l, l’analyse de ce paramètre montre une concentration
plus élevée que celles de la DBO5, la différence entre ces deux paramètres indique la
présence d’une quantité importante de matière non biodégradable prouvant des
effluents des Oueds due aux rejets industriels qui se divers directement (14).dans
l’eau traitée la concentration de DCO a diminué de 20mg d’O2/L, cette diminution est
due aux phénomène d’oxydation et de précipitation chimique lors du traitement aux
procédés dans la station, la directive de communauté européenne prévoie une valeur
fuie inférieur a 20mg d’O2/l.

IV.7. Eau brute-avant CAG et après CAG

Elle concerne les résultats des analyses effectuées le 24/02/2018 a l’ANRH


d’Oran, qui sont représentées par les tableaux suivent :
Tableau 15. Les analyses d’eau dans l’ANRH d’Oran
Nom du lieu Barrage Hammam Boughrara
Eau traitée avant Eau traitée après
Autres indications Eau brute
charbon actif charbon actif
Date de
24/12/2018 24/12/2018 24/12/2018
prélèvement
Heure de
7:05am 7 :06am 7 :09am
prélèvement
DCO (mg/l) 40 30 30
DBO5 (mg/l) 7.4 5.8 5.6
Nitrite (mg/l) 0.73 0.00 0.05
Ammonium (mg/l) 4.92 0.07 0.03
Phosphate (mg/l) 2.90 0.41 0.34
Phosphore total
3.60 1.66 0.69
(mg/l)
Calcium (mg/l) 80 80 80
Magnésium (mg/l) 48 46 48
TH (/°F) 40 39 39
M. Organique
7.3 5.1 5.3
(mg/l)
MES a 105° (mg/l) 6 4 2
Conductivité (us) 1010 1040 1120
PH 7.57 7.17 7.21

52
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

IV.7.1. PH
Le PH de l’eau brute 7.57 après injection du coagulant qui est un sel a cet effet
le PH diminué suite a l’action de ce sel, le CAG d’après les résulta obtenus n’a
l’influence sur PH de l’eau.
IV.7.2. Matière organique
La richesse de l’eau brute en matière organique est due aux diversement des
résidus de matière organique de la station d’épuration et qui s’accumulent au niveau
du bassin de barrage, la diminution de la matière organique est due a la filtration sur
charbon actif dont rôle est l’adsorption des M. organiques.
IV.7.3. Matières en suspension(MES)
La diminution de la MES est due au phénomène d’oxydation et précipitation
chimique lors des procédés de traitement dans la station, le CAG contribue
efficacement dans son élimination.
IV.7.4. Phosphate, phosphore total, nitrite
La réduction de ces os paramètres est due à l’efficacité des étapes de
traitement de coagulation (phosphate, phosphore total) et nitrification (ammonium,
nitrites) précédant le CAG. Nous remarquons que le CAG joue un rôle important dans
la diminution des nitrites, et exerce une influence moindre sur le phosphore et
l’ammonium.
IV.7.5. Conductivité
Les valeurs de conductivité dans l’eau brute sont liées a la nature des terrains
traversés, dans l’eau traitée on observe une petite augmentation qui est due processus
chimique.
IV.7.6. Calcium
La valeur de calcium est toujours liée au processus chimique qui se produit
dans le traitement avant le CAG, et d’après ces résultats le CAG contribue a sa
réduction.
IV.7.7. Magnésium
On observe une petite élévation qui est due au processus chimique qui se
produit au sein du CAG. Les procédés avant le CAG n’ont pas d’influence sur le
magnésium, d’après les résulta obtenus.

53
Chapitre IV: Utilisation du charbon actif dans la station du traitement
Hammam Boughrara

IV.7.8. Demande chimique en oxygène(DCO)


On observe une diminution cela est dû a l’oxydation et précipitation chimique
lors du traitement avant le CAG. Pratiquement le CAG n’a pas d’influence sur la
DCO.
IV.7.9. Demande biochimique en oxygène(DBO5)
On observe une légère augmentation de valeur DBO5 cela s’explique par le
faite que le prélèvement de cet échantillon a été effectué dans filtre avant lavage mais
elle reste toujours conforme aux normes.
IV.7.10. Titre hydrométrique(TH)
Le titre hydrométrique on observe une légère augmentation de la valeur cela
s’explique par la présence des composés calcium le CAG n’influe pas.

IV.8. conclusion

D’après les analyses effectuées le charbon actif a permis de réduire les


matières en suspension, la matière organique, phosphate, phosphate totale, le calcium,
les nitrites, et a un degré moindre l’ammonium, mais il engendre une légère
augmentation du PH, de la DBO5 et la conductivité de l’eau traitée, il semble n’avoir
d’influence sur la DCO et le titre Hydrométrique(TH), donc Le traitement de l’eau par
le charbon actif granulé est un procédé efficace.

54
Conclusion générale

L’étude de l’évolution de quelques paramètres physico-chimique et l’affinage


de l’eau par charbon actif durant l’analyse de l’eau traitée et de l’eau brut fournit des
renseignements sur le fonctionnement de la station.
Les résultats des analyses de l’eau brute montrent des teneurs très fluctuantes
et élevées des paramètres indicateurs de pollution comme DBO5, DCO, NH4+ , PO4 ,
MO, MES, tableau de synthèse.
Les eaux brutes du barrage sont fortement perturbées traduisant une pollution
organique d’origines urbaines et industrielle des villes et des agglomérations qui se
trouvent en Algérie et au Maroc.
L’un des facteurs accentuant la pollution est la sécheresse engendrant un faible
débit dans les Oueds qui alimentent a leur tours le barrage de hammam Boughrara.
Le charbon actif granulé avec des propriétés d’absorption élimine les
substances organiques naturelles, colorants, pesticides, détergent, solvant et composé
chlorés à l’origine de problème de gout et l’odeur. En plus une réduction de la DBO5,
la DCO et les MES.
D’après les analyses effectuées le charbon actif a permis de réduire les
matières en suspension, la matière organique, phosphate, phosphate totale, le calcium,
les nitrites, et a un degré moindre l’ammonium, mais il engendre une légère
augmentation du PH, de la DBO5 et la conductivité de l’eau traitée, il semble n’avoir
d’influence sur la DCO et le titre Hydrométrique(TH).
Les teneurs des analyses de l’eau traitée ont des valeurs admissibles et
conformes aux normes d’O.M.S dues au bon fonctionnement de la station de
traitement.
Le traitement de l’eau par le charbon actif granulé est un procédé efficace, au
niveau national il est utilisé seulement dans la station de Hammam Boughrara.

55
Bibliographie

(1). ADSORPTION ISOTHERME DE L’ACIDE ACÉTIQUE PAR DES


CHARBONS D’ORIGINE VÉGÉTALE. J. Avom, J.K.M., M.R.L. Matip, P.Germain,
et Africain Journal of Science and Technologie (AJST), 2001, Journal of
Environnemental Management, Vol 2 pp 481-497.
(2). Preparation and characterization of activated carbons from corn cob. LEE,
C.Y.C.a.S.L. Taipei: Department of environmental Engineering and healt, 1997.
(3). Kinetic and calorimetric study of the adsorption of dyes on mesoporous active
carbon prepared from coconut coir dust. Jeremias de Souza Macedo, N.B.d.C.J., Luis
Eduardo Almeida,, A.R.C. Eunice Fragoso da Silva Vieira, Iara de Fátima Gimenez,,
and L.S.B. Neftali Lênin Villarreal Carreno,515-522 : Journal of Colloid and Interface
Science, 2006, Vol 298.
(4). Carbon materials and catalytic wet air oxidation of organic pollutants. (F. Stu¨
bera, J. Fonta, A. Fortunyb, C. Bengoaa, A. Eftaxiasa and A. Fabregata.
(5). Caracrerization of synthetic carbon carbons actived with phosphoric acid.
A.M.Pusity, O.I.P., A.Martinez-Alonso, F.Suarez-Garcia, J.M.D.Tascon.s.l.: Applied
surface science, 2002, Vol 200.
(6). Microporous carbons and their characterization: the present state of the art.
Stickle. s.l.: Carbon, 1990, Vol 28-1.
(7). Preparation of activated carbons from coffee residue for the adsorption of
formaldehyde.Virote Boonamnuayvitayaa, Srisuda Sae-ungb, Wiwut
Tanthapanichakoonc. s.l.: Department of Chemical Engineering.
(8). Carbons as supports for industrial precious metal catalysts. E. Auer, A.F, J.
PIETSCH*, T. Tacke. s.l.: Applied catalysis, 1998, Vol 34.
(9). Production of carbon adsorbents by utilizing agricultural waste corn cob. W.T.
Tsai a, C.Y. Chang b, S.Y. Wang b, C.F. Chang b, and H.F.S.a. S.F. Chien a. s.l. :
Department of En6ironmental Engineering and Health, Chia Nan Uni6ersity of
Pharmacy and Science 2000.

(10). Porous carbon. MANOCHA, S.M. S.l.: Department of Materials Science, Sardar
Patel University, Vallabh Vidyanagar 388 120, India, 2003, Vol. 28, parts 1 & 2.

56
(11). THE PREPARATION OF ACTIVE CARBONS FROM COAL BY
CHEMICAL AND PHYSICAL ACTIVATION. A.AHMADPOUR, a.D.D.D:
Department of Chemical Engineering, 1996, Vol 34.
(12). Peanut Shell Activated Carbon: Characterization, Surface Modification and
Adsorption of Pb2+ from Aqueous Solution. XU Tao, A.L.X: Chinese Journal of
Chemical Engineering, 2008, Vol 16.
(13). ordered mesoporous carbons: Implication of surface chemistry, pore structure
and adsorption of methyl mercaptan. Dae Jung Kim a, Hyung Ik Lee b, Jae Eui Yie c,
Seung-Jai Kim d, Ji Man Kim b, s.l.: Carbon, 2005, vol 43.
(14). REMOVAL OF METHYLENE BLUE FROM AQUEOUS SOLUTION BY
BIOADSORPTION ONTO Ricinus communis EPICARP ACTIVATED CARBON.
T. Santhi, S. Manonmani: Chemical Engineering Research Bulletin, 2009.
(15). ANBT(1999);l’eau hydrologique a été menée par l’institut d’état de projets de la
recherché scientifique <UKRGUIPROVODKH….>.
(16). CONDOTE(2005) ; rapport de projet de transfert des eaux de Barrage hammam
Boughrara vers la ville de Maghnia.
(17). http:// www.suezwaterhandbook.fr ; consulté le 13/01/2019.
(18).DEGREMEONT(1972) ; Mémento technique de l’eau. Edition
Dégréement(1972) N°193.
(19). CONDOTE(2005) spécification technique transfert des eaux du Barrage
Hammam Boughrara vers la ville de Maghnia et vers le système Tafna lindane
dressant gmbh. Technologie l’environnement et l’eau avril 2005.
(20). NIJVERHEID SWEG NORD (1975) amers fort thé netherlarids document n
830/01-05 charbon actif en grains version 01-05.
(21). H.BYADI et J. GAGNEUR (1991), nature et évolution de la matière minérale et
organique dans le bassin de la Tafna (n-w-algérien), Université de Tlemcen.

57