Vous êtes sur la page 1sur 6

TS

Produit scalaire dans l’espace

1 Produit scalaire dans l’espace

1.1 Définition
Définition 1.1

− →

Soient u et v deux vecteurs de l’espace et A, B et C trois points tels que

− −−→ → − −−→
u = AB et v = AC

Alors les points A, B et C sont dans un même plan P .



− →
− →
− →−
On définit le produit scalaire de u et v comme étant le produit scalaire u · v dans le plan
P.
Propriété 1.1 (Différentes expressions du produit scalaire)
Avec les notations de la définition précédente, on a les différentes expressions du produit
scalaire suivantes :
1) Avec les cosinus :

− → − →
− →
− →
− →

u · v = || u || × || v || × cos α , où α est l’angle formé par les vecteurs u et v .
2) Avec les normes :

− → − ³ →− → − →
− →
− ´
u · v = 12 || u + v ||2 − || u ||2 − || v ||2

− → − 1³ → − 2 →
− 2 →
− → − 2´
u · v = 2 || u || + || v || − || u − v ||

− → −
u · v = 21 AB 2 + AC 2 − BC 2
¡ ¢

3) Avec un projeté orthogonal :



− → − −−→ −−→ −−→ −−→
u · v = AB · AC = AB · AH , où H est le projeté orthogonal de C sur la droite (AB ).



v

α
A →

H u B

Définition 1.2

− →
− →
− → −
La carré scalaire de u est le réel u 2 = u · u .
q

−2 →
− 2 →
− →−
On a, comme dans le plan, u = || u || et, par suite, || u || = u 2 .

maths.muller@gmail.com P RODUIT SCALAIRE 1/6


Définition 1.3

− →

On dit que deux vecteurs u et v sont orthogonaux si leur produit scalaire est nul :

− → − →
− →−
u ⊥ v ⇔ u ·v =0
Remarque 1.1
Deux droites d 1 et d 2 sont orthogonales si leurs vecteurs directeurs respectifs sont ortho-
gonaux.

1.2 Expression dans un repère orthonormé


Définition 1.4 ³ → − → − → −´
On dit qu’un repère O, i , j , k de l’espace est orthonormé si :

− → − →

• Les vecteurs i , j et k sont deux à deux orthogonaux.

− →
− →

• || i || = || j || = || k || = 1.

Remarque 1.2
Un repère orthonormé de l’espace est donné de manière naturelle par un cube de côté 1.
   0 
Propriété 1.2 x x
³ → − → − → −´ →
− →

Dans un repère orthonormé O, i , j , k de l’espace, soient u y  et v  y 0  deux
z z0
vecteurs. Alors :

− → −
u · v = xx 0 + y y 0 + zz 0

Propriété 1.3
On a alors, avec les notations précédentes :



q
|| u || = x2 + y 2 + z2

En particulier si A(x A ; y A ; z A ) et B (x B ; y B ; z B ) sont deux points de l’espace :

−−→
q
AB = || AB || = (x B − x A )2 + (y B − y A )2 + (z B − z A )2

1.3 Propriétés algébriques


Propriété 1.4

− → − −

Soient u , v et w trois vecteurs de l’espace et k un réel :

− →− → − →−
1) Symétrie : u · v = v · u

− → − − → → − → − → − − → → − →
− →− → − →
− → −
2) Bilinéarité : u · ( v + w ) = u · v + u · w et u · (k v ) = (k u ) · v = k( u · v )
3) Identités remarquables :

− → − →
− →
− → − → −
• ( u + v )2 = u 2 + 2 u · v + v 2

− → − →
− →
− → − →

|| u + v ||2 = || u ||2 + 2 u · v + || v ||2

maths.muller@gmail.com P RODUIT SCALAIRE 2/6



− → − →
− →
− → − → −
• ( u − v )2 = u 2 − 2 u · v + v 2

− → − →
− →
− → − →

|| u − v ||2 = || u ||2 − 2 u · v + || v ||2

− → − → − → − →
−2 → −2
• (u + v ) · (u − v ) = u − v

− → − → − → − →
− →

( u + v ) · ( u − v ) = || u ||2 − || v ||2
Remarque 1.3
À partir des identités remarquables on retrouve facilement l’expression du produit scalaire
avec les normes. Par exemple :

− → − →
− →
− → − →
− →
− → − →
− → − →
− →

|| u + v ||2 = || u ||2 + 2 u · v + || v ||2 ⇔ 2 u · v = ||³u + v ||2 − || u ||2 − || v ||2 ´

− → − →
− → − →
− →

⇔ u · v = 12 || u + v ||2 − || u ||2 − || v ||2

2 Orthogonalité et plans

2.1 Orthogonalité entre une droite et un plan


Propriété 2.1
Si une droite ∆ est orthogonale à deux droites sécantes d 1 et d 2 d’un plan P , alors elle est
orthogonale à toute les droites de P .
Démonstration (démo Bac) 2.1
Soit d une droite de P .

− −→ −→
Notons v un vecteur directeur de ∆, u 1 et u 2 des vecteurs directeurs respectifs de d 1 et


d 2 et u un vecteur directeur de d .


− d
v
d1


u
−→
u1

−→
u2
d2


− −→ −→
Comme les droites d , d 1 et d 2 sont incluses dans le plan P , les vecteurs u , u 1 et u 2 sont
coplanaires, et il existe deux réels a et b tels que

− −→ −→
u = a u1 + b u2

− → − → − −→ −→ →
− −→ →
− −→
On a alors v · u = v · (a u 1 + b u 2 ) = a( v · u 1 ) + b( v · u 2 )

− −→ →
− −→
Or ∆ ⊥ d 1 donc v · u 1 = 0, et ∆ ⊥ d 2 donc v · u 2 = 0.

− → −
Au final, v · u = 0 et ∆ ⊥ d .

maths.muller@gmail.com P RODUIT SCALAIRE 3/6


2.2 Vecteur normal à un plan
Définition 2.1


On appelle vecteur normal à un plan P tout vecteur directeur n d’une droite orthogonale
au plan P .
Propriété 2.2


1) Un vecteur n est un vecteur normal à un plan P si il est non nul et orthogonal à
deux vecteurs non colinéaires de P .

− →

2) Si n est un vecteur normal au plan P , alors n est orthogonal à tout vecteur de P .
3) Tous les vecteurs normaux à un plan P sont colinéaires entre eux.
Remarque 2.1


Un vecteur normal n à un plan P suffit à déterminer la direction de ce plan : à partir de

− →

n il suffit de construire deux vecteurs non colinéaires orthogonaux à n pour avoir deux
vecteurs directeurs de P .
Un plan est donc entièrement déterminé par un vecteur normal et un point : le plan pas-


sant par A et de vecteur normal n est l’ensemble des points M tels que
−−−→ → − −−−→ →

AM ⊥ n ⇔ AM · n = 0
Propriété 2.3
Deux plans sont parallèles si, et seulement si, un vecteur normal de l’un est colinéaire à
un vecteur normal de l’autre.
Définition 2.2
On dit que deux plans sont perpendiculaires si l’un contient une droite orthogonale à
l’autre.
Propriété 2.4
Deux plans sont perpendiculaires si, et seulement si, un vecteur normal de l’un est ortho-
gonal à un vecteur normal de l’autre.

2.3 Équation cartésienne d’un plan


Théorème 2.1
L’espace est muni d’un repère orthonormé.
 
a


Soit P un plan de vecteur normal n  b , alors P a une équation cartésienne de la forme
c
ax + b y + c z + d = 0
Réciproquement, l’ensemble des points M (x ; y ; z) de l’espace dont les coordonnées
vérifient ax + b y + c z + d = 0, où a, b et c sont trois réels non tous nuls, est un plan de
 
a


vecteur normal n  b .
c

maths.muller@gmail.com P RODUIT SCALAIRE 4/6


Démonstration (démo Bac) 2.2
⇒ : Soit A(x A ; y A ; z A ) un point de P .
−−−→ → −
M ∈ P ⇔ AM · n = 0
⇔ a(x − x A ) + b(y − y A ) + c(z − z A ) = 0
⇔ ax + b y + c z − ax A − b y A − c z A = 0
⇔ ax + b y + c z + d = 0 (en posant d = −ax A − b y A − c z A )
Ainsi ax + b y + c z + d = 0 est une équation de P .

⇐ : Notons E l’ensemble des points M (x ; y ; z) tels que ax + b y + c z + d = 0.


Comme a, µb et c ne sont
¶ pas tous nuls supposons, par exemple, que a 6= 0.
d
Le point A − ; 0 ; 0 appartient à E .
a
On a alors pour tout point M (x ; y ; z) :

d
µ ¶
−−−→ →−
AM · n = a x + + b y + c z = ax + b y + c z + d
a

Donc :
M ∈ E ⇔ ax + b y + c z + d = 0
−−−→ →−
⇔ AM · n = 0


⇔ M ∈ P , où P est le plan de vecteur normal n passant par A.


E est donc le plan de vecteur normal n passant par A.
 
Exemple 2.1 2


Dans un repère orthonormé, on donne le point A(1 ; −5 ; 0) et n  4 .
−3


Alors le plan P passant par A et ayant n comme vecteur normal a pour équation :
2(x − 1) + 4(y + 5) − 3z = 0, c’est à dire : 2x + 4y − 3z + 18 = 0

Exemple 2.2
Énoncé :
³ → − → − → −´
Dans un repère orthonormé O, i , j , k , soit P 1 le plan d’équation : 2x − 3y + z − 6 = 0.

1) Déterminer le point d’intersection A de P 1 avec l’axe Ox.


2) Soit B (5 ; −3 ; 1).
−−→
a) Montrer que le vecteur AB est normal au plan P 1 .
b) Déterminer une équation cartésienne du plan P 2 passant par le point B et pa-
rallèle à P 1 .
3) Soit P 3 le plan d’équation : x + y + z − 3 = 0.
a) Démontrer que les points A et B appartiennent au plan P 3 .

− →

b) Déterminer un vecteur n normal au plan P 3 et prouver que n est un vecteur
du plan P 1 .

maths.muller@gmail.com P RODUIT SCALAIRE 5/6


c) Montrer que les plans P 1 et P 3 sont perpendiculaires.
d) Déterminer l’intersection des plans P 1 et P 3 .
Solution :
½
y =0
1) L’axe Ox est défini par : donc A a des coordonnées de la forme (x ; 0 ; 0).
z =0
Comme A ∈ P 1 , 2x + 3 × 0 + 0 − 6 = 0 ⇔ x = 3. Donc A(3 ; 0 ; 0).
 
2
−−→ −−→
2) a) On a AB  −3  donc AB est un vecteur normal à P 1 .
1
−−→
b) Comme P 2 // P 1 , ont peut prendre AB comme vecteur normal de P 2 .
Par ailleurs P 2 passe par B . Son équation est donc :
2(x − 5) − 3(y + 3) + (z − 1) = 0 ⇔ 2x − 3y + z − 20 = 0
3) a) Les coordonnées de A et B vérifient l’équation de P 3 :
3 + 0 + 0 − 3 = 0 et 5 − 3 + 1 − 3 = 0
Donc A et B appartiennent à P 3 .
 
1

− 
b) Un vecteur normal à P 3 est n 1 .
1

− −−→ →

On a n · AB = 2 − 3 + 1 = 0 donc n est orthogonal à un vecteur normal de P 1
donc c’est un vecteur de P 1 .
−−→ → −
c) Les plans P 1 et P 3 ont leurs vecteurs normaux AD et n orthogonaux. Ils sont
donc perpendiculaires.
d) D’après ce qui précède, les plans P 1 et P 3 sont sécants suivant une droite ∆
qui passe par A. ½
2x − 3y + z − 6 = 0 (L 1 )
M (x ; y ; z) ∈ ∆ ⇔ (S)
x + y + z − 3 = 0 (L 2 )

On cherche une représentation paramétrique d’une droite. Pour cela on va choi-


sir une des inconnues, ici y, que l’on va prendre comme paramètre et on va ex-
primer les deux autres en fonction de celle-ci.

Éliminons z : (L 1 ) − (L 2 ) ⇔ x − 4y − 3 = 0 ⇔ x = 3 + 4y
Éliminons x : (L 1 ) − 2 × (L 2 ) ⇔ −5y − z = 0 ⇔ z = −5y
Enfin posons y = t notre paramètre qui peut prendre n’importe quelle valeur
réelle. 
 x = 3 + 4t
Finalement on obtient : (S) ⇔ y=t , t ∈ R qui est une représentation
z = −5t

paramétrique de ∆.
 
4


La droite ∆ admet le vecteur u  1  comme vecteur directeur.
−5

maths.muller@gmail.com P RODUIT SCALAIRE 6/6