Vous êtes sur la page 1sur 4

SECTIONS BILINGUES

FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES

FORMULAIRE DE MATHÉMATIQUES
I. COMBINATOIRE  DÉNOMBREMENTS B. NOMBRES COMPLEXES

card(A ∪ B) = card(A) + card(B) − card(A ∩ B) Forme algébrique z = x + iy


card(A × B) = card(A)card(B) Forme trigonométrique z = |z|(cos ϕ + isin ϕ)

Soit E un ensemble de n éléments.


Forme exponentielle z = |z|eiϕ

Nombre de permutations de E : n! = 1 · 2 · 3 · · · n ; 0! = 1 ~v −−→


Nombre d'arrangements de p éléments de E : M (z) OM = x~u + y~v
Q
Apn = n(n − 1) · · · (n − p + 1) OP = x = Re(z) = |z| cos ϕ
|z|
Nombre de p-listes de E : np OQ = y = Im(z) = |z| sin ϕ
p éléments de E :
Nombre de sous-ensembles de
ϕ p
OM = |z| = x2 + y 2
p
 
n p
An n(n − 1) · · · (n − p + 1) n! O P ~u
Cn = = = =
p p! p! p!(n − p)!
Opérations algébriques :
p n−p p+1 p p+1
Propriétés : Cn = Cn Cn+1 = Cn + Cn z + z 0 = (x + iy) + (x0 + iy 0 ) = (x + x0 ) + i(y + y 0 )
zz 0 = (x + iy)(x0 + iy 0 ) = (xx0 − yy 0 ) + i(xy 0 + x0 y)

II. PROBABILITÉS
Conjugué :
Si A et B sont incompatibles, P (A ∪ B) = P (A) + P (B)
z = x + iy = |z|eiϕ ; z = x − iy = |z|e−iϕ
Cas général : P (A ∪ B) = P (A) + P (B) − P (A ∩ B)
1 1
P (A) = 1 − P (A) ; P (Ω) = 1 ; P (∅) = 0 x = (z + z) ; y = (z − z)
2 2i
card(A)
Dans le cas de l'équiprobabilité, P (A) = z + z 0 = z + z 0 ; zz 0 = zz 0 ; zz = x2 + y 2 = |z|2 ;
card(Ω)
Formules des probabilités totales : 1 z x −y 1 −iϕ
= = 2 2
+i 2 2
= e
Si A1 , A2 ,··· , An forment une partition de l'événement A z zz x +y x +y |z|
X n
P (A) = P (Ai ), et, pour tout événement B : Module et argument d'un produit, d'un quotient
i=1
P (B) = P (B ∩ A1 ) + P (B ∩ A2 ) +··· +P (B ∩ An )
z |z|
|zz 0 | = |z||z 0 | 0 = 0

et
z |z |
Si A et B sont indépendants, P (A ∩ B) = P (A)P (B)
0
zz 0 = |z||z 0 |[cos(ϕ + ϕ0 ) + isin(ϕ + ϕ0 )] = |z||z 0 | ei(ϕ+ϕ )

z |z| |z| 0
0
= 0 [cos(ϕ − ϕ0 ) + isin(ϕ − ϕ0 )] = 0 ei(ϕ−ϕ )
z |z | |z |
III. ALGÈBRE
A. IDENTITÉS REMARQUABLES Formule de Moivre et applications :

(formules valables sur C et donc sur R) pour tout entier relatif n non nul, on a :

(cos ϕ + isin ϕ)n = cos nϕ + isin nϕ ; (eiϕ )n = einϕ


(a + b)2 = a2 + 2ab + b2 ; (a − b)2 = a2 − 2ab + b2 ;
z n = [|z|(cos ϕ + isin ϕ)]n = |z|n (cos nϕ + isin nϕ) =
a2 − b2 = (a + b)(a − b) ; a2 + b2 = (a + bi)(a − bi) ; = |z|n einϕ
(a + b)3 = a3 + 3a2 b + 3ab2 + b3
ièmes
Les racines n de l'unité sont
(a − b)3 = a3 − 3a2 b + 3ab2 − b3 i 2kπ

uk = e n où k ∈ 0, 1, 2, ..., n − 1
a3 − b3 = (a − b)(a2 + ab + b2 )
−−→ −−→
a3 + b3 = (a + b)(a2 − ab + b2 ) Angle orienté de deux vecteurs AB et CD
−−→ −−→ z D − zC
Formule du binôme de Newton :
AB, CD = arg
zB − z A
(a + b)n = an + Cn1 an−1 b +··· +Cnk an−k bk +··· +bn

Maturita bilingue 1/4 Formulaire de mathématiques


C. TRIGONOMÉTRIE D. EQUATIONS DU SECOND DEGRÉ

Soit a, b et c des nombres réels, a 6= 0 et ∆ = b2 − 4ac


1 OP = cos ϑ L'équation az 2 + bz + c = 0 admet

Q M OQ = sin ϑ
ϑ cos2 ϑ + sin2 ϑ = 1
-si ∆ > 0, deux√solutions réelles :√
−b + ∆ −b − ∆
P 1
sin ϑ z1 = et z2 =
O tan ϑ =
cos ϑ
pour 2a 2a
π −b
ϑ 6= + kπ -si ∆ = 0, une solution réelle double : z1 = z2 =
2 2a
-si ∆ < 0, deux solutions complexes conjuguées :

√ √
−b + i −∆ −b − i −∆
Formules d'Euler :
z1 = et z2 = z1 =
2a 2a
1 1 iϑ
cos ϑ = (eiϑ + e−iϑ ) et sin ϑ= (e − e−iϑ ) Dans tous les cas : az 2 + bz + c = a(z − z1 )(z − z2 )
2 2i
−b c
Formules d'addition : ei(a+b) = eia eib avec z1 + z2 = et z1 z2 =
 a a
cos (a + b) = cos a cos b − sin a sin b
cos (a − b) = cos a cos b + sin a sin b E. SUITES ARITHMÉTIQUES ; SUITES GÉOMÉTRIQUES
(formules valables sur C et donc sur R)

sin(a + b) = sin a cos b + cos a sin b
sin(a − b) = sin a cos b − cos a sin b Premier terme u0
 tan a + tan b Suites arithmétiques un+1 = un + r ; un = u0 + nr ;
 tan(a + b) =

1 − tan a tan b u0 + un
 tan(a − b) = tan a − tan b u0 + u1 + · · · + un = (n + 1)
2

1 − tan a tan b n
Formules de duplication :
Suites géométriques un+1 = qun ; un = u0 q ;
1 − q n+1
cos 2a = cos2 a − sin2 a = 2cos2 a − 1 = 1 − 2sin2 a u0 + u1 + · · · + un = u0
1−q
sin 2a = 2 sin a cos a
1 1 IV. ANALYSE
cos2 a = (1 + cos 2a) et sin2 a = (1 − cos 2a)
2 2
Formules de transformation :
A. PROPRIÉTÉS ALGÉBRIQUES
DES FONCTIONS USUELLES
1
cos a cos b = [cos(a + b) + cos(a − b)] 1. Fonctions logaritme et exponentielle :
2
1 ea
sin a sin b = [cos(a − b) − cos(a + b)] e0 = 1 ; ea+b = ea eb ; ea−b = ; (ea )b = eab
eb
2 Z x
1 1
cos a sin b = [sin(a + b) + sin(a − b)] ln x = dt où x > 0 ; e(α+iβ)x = eαx (cos βx + isin βx)
2 1 t
p+q p−q ln 1 = 0 ; ln e = 1
cos p + cos q = 2 cos cos
2 2
ln ab = ln a + ln b
p+q p−q a
cos p − cos q = −2 sin sin ln = ln a − ln b
2 2 b
p+q p−q
sin p + sin q = 2 sin cos ln x 1
2 2 ln ax = xln a ; loga x = ; loga c =
ln a logc a
p+q p−q
sin p − sin q = 2 cos sin
2 2 ax = ex ln a et ax = bx logb a où a, b > 0
Valeurs remarquables  
y = ex ⇔ x = ln y ∀x∈R et y ∈ 0; ∞
π π π π
0 π 2. Fonctions puissances
6 4 3 2
√ √
1 2 3 xα = eαln x où x > 0 ; x0 = 1
sin 0 1 0
2 2 2 xα
√ √
3 2 1 xα+β = xα xβ et xα−β = ; (xα )β = xαβ
cos 1 0 −1 xβ
2 2 2
√ Pour tout n ∈ N − {0}, on a
3 √
tan 0 1 3 0 √    
3 y = n x ⇔ x = y n ∀ x ∈ 0; +∞ et y ∈ 0; +∞

Maturita bilingue 2/4 Formulaire de mathématiques


B. DÉRIVÉES ET PRIMITIVES Comportement à l’infini :
(les formules ci-dessous servent à la fois à dériver et trouver une
lim ln x = +∞ ; lim ex = +∞ et lim ex = 0
primitive) x→+∞ x→+∞ x→−∞
1. Dérivées et primitives des fonctions usuelles :
Si α > 0, lim xα = +∞ et si α < 0, lim xα = 0
x→+∞ x→+∞
f (x) f 0 (x) Intervalle de validité
Croissances comparées à l’infini :
  ex
k 0 − ∞; +∞ lim = +∞ ; lim xex = 0
x→+∞ x x→−∞

ln x ln(x + 1)
 
x 1 − ∞; +∞
lim = 0; lim =0
x→+∞ x x→+∞ x
 
xn nxn−1 − ∞; +∞ Si α > 0, alors on a :
1 −1 ex ln x
  
− ∞; 0 ou 0; +∞
 lim α = +∞ ; lim = 0; lim xα e−x = 0
x→+∞ x x→+∞ xα x→+∞
x x2
1 −n
où n ∈ N∗
   
− ∞; 0 ou 0; +∞ 2. Limites de suites
xn xn+1
√ 1   Si α > 0, lim nα = +∞ et si α < 0, lim nα = 0
x √ 0; +∞ n→+∞ n→+∞
2 x
Si a > 1, lim an = +∞ et si 0 < a < 1, lim an = 0
α α−1
  n→+∞ n→+∞
x où α ∈ R αx 0; +∞
an
1   Si α > 0 et a > 1, lim = +∞
ln x 0; +∞ n→+∞ nα
x
 
ex ex − ∞; +∞ 3. Formes indéterminées des limites
0 ∞
«∞−∞» «∞·0» « » « »
cos x − sin x

− ∞; +∞
 0 ∞

sin x cos x

− ∞; +∞
 D. CALCUL INTÉGRAL
Formules fondamentales :
1 nπ o
1 + tan2 x =
Z b
tan x R\ + kπ , k ∈ Z
cos2 x 2 Si F est une primitive de f , alors f (t)dt = F (b) − F (a)
a
−1 n o Z x
cotanx = −1−cotan2 x R \ kπ , k ∈ Z Si g(x) = f (t)dt, alors g 0 (x) = f (x)
sin2 x
a Z x Z a Z b
 
erx où r ∈ C rerx − ∞; +∞ f (x) − f (a) = 0
f (t)dt ; f (t)dt = − f (t)dt
a Z c bZ a
b Z c
2. Opérations sur les dérivées : Formule de Chasles : f (t)dt = f (t)dt + f (t)dt
a aZ b
u et v représentent des fonctions, k ∈ R, α ∈ R − {0} Z b
 b Z b
(u + v)0 = u0 + v 0 ; (ku)0 = ku0 Linéarité : αf (t) + βg(t) dt = α f (t)dt + β g(t)dt
!0 !0 a Z ba a
1 u0 u u0 v − uv 0
(uv)0 = u0 v + uv 0 ; =− 2; = Positivité : si a ≤ b et f ≥ 0, alors f (t)dt ≥ 0
u u v v2 a
h i0 Intégration d’une inégalité :
u (v(x)) = u0 (v(x)) · v 0 (x) Z b Z b
u0 si a ≤ b et f ≤ g, alors f (t)dt ≤ g(t)dt
(eu )0 = eu u0 ; (ln u)0 = ; (uα )0 = αuα−1 u0 a a
u Z
b Z b
si a ≤ b, alors f (t)dt ≤ f (t) dt

a a
C. LIMITES DE FONCTIONS USUELLES ET DE SUITES Z b
1. Limites de fonctions si a ≤ b et m ≤ f ≤ M , alors m(b − a) ≤ f (t)dt ≤ M (b − a)
a
Comportement à l’origine : Intégration par parties :
Z b Z b
0
b
u0 (t)v(t)dt

sin x u(t)v (t)dt = u(t)v(t) a −
lim ln x = −∞ ; lim =1 a a
x→0 x→0 x

Si α > 0, lim xα = 0 et si α < 0, lim xα = +∞


x→0 x→0
Croissances comparées à l’origine :
lim xln x = 0 ; si α > 0, lim xα ln x = 0
x→0 x→0

Maturita bilingue 3/4 Formulaire de mathématiques


V. CONIQUES

Conique de foyer F,

parabole ellipse hyperbole

1 1
Le paramètre p = d(F ; (D)) a = OA = axe focal a = OA = axe focal
2 2
p 1
Sommet A : AF = 1 c = OF = distance focale
2 c = OF = distance focale
2
2

M F + M F 0 = 2a |M F − M F 0 | = 2a

a2 = b2 + c2
1 c2 = a2 + b2
b = OB = petit axe
2

Equation réduite par rapport à l’axe Equation réduite (par rapport Equation réduite (par rapport
de symétrie et à la tangente au aux axes de symétrie), le centre aux axes de symétrie), le centre
sommet S(xs , ys ) d’ellipse S(xs , ys ) : de l’hyperbole S(xs , ys ) :

(y − ys )2 = ±2p(x − xs ) (x − xs )2 (y − ys )2 (x − xs )2 (y − ys )2
+ = 1 (E) − = 1 (H)
a2 b2 a2 b2
ou ou ou
2
2
(x − xs ) = ±2p(y − ys ) (y − ys ) (x − xs )2 (y − ys )2
(x − xs )2
2
+ =1 − =1
a b2 a2 b2

Asymptotes :

b
(y − ys ) = ± (x − xs )
a
ou
a
(y − ys ) = ± (x − xs )
b

Tangente en M0 (x0 ; y0 ) :
Tangente en M0 (x0 ; y0 ) pour Tangente en M0 (x0 ; y0 ) pour

l'équation (E) : l'équation (H) :


(y − ys )(y0 − ys ) = ±p(x − xs + x0 − xs )
(x − xs )(x0 − xs ) (x − xs )(x0 − xs )
ou + −
a2 a2
(x − xs )(x0 − xs ) = ±p(y − ys + y0 − ys ) (y − ys )(y0 − ys ) (y − ys )(y0 − ys )
+ =1 − =1
b2 b2

VI. GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE DANS L’ESPACE Angle de deux droites : Angle de deux plans :

Formules valables dans un repère orthonormé direct (O;~i; ~j; ~k) |~u · ~v | |n~1 · n~2 |
cos α = cos α =
Produit scalaire des vecteurs ~u(u1 , u2 , u3 ) et ~v (v1 , v2 , v3 ) :
||~u|| · ||~v || ||n~1 || · ||n~2 ||

~u · ~v = ~u · ~v · cos (~u, ~v ) = u1 v1 + u2 v2 + u3 v3
Produit vectoriel : |u~p · n~ρ |
Angle d'une droite p et d'un plan ρ : sin α =
||u~p || · ||n~ρ ||
~ = ~u ∧ ~v = (u2 v3 − u3 v2 ; u3 v1 − u1 v3 ; u1 v2 − u2 v1 )
w
−−→ −−→ Distance d'un point M (m1 ; m2 ; m3 ) au
Aire du parallélogramme ABCD : A = AB ∧ AD
planρ : ax + by + cz + d = 0 :

Volume du parallélépipède ABCDEFGH :


am1 + bm2 + cm3 + d
−−→ −−→ −→ d= √
V = (AB ∧ AD) · AE a2 + b2 + c2

Maturita bilingue 4/4 Formulaire de mathématiques