Vous êtes sur la page 1sur 5

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] édité le 4 octobre 2013

Enoncés

1

Continuité des applications linéaires
Exercice 1 [ 00483 ] [correction] Soit u un endomorphisme continu d’un espace vectoriel normé E . Montrer que ∀λ ∈ Sp(u), |λ| u

Exercice 7 [ 00489 ] [correction] Soit E une algèbre de dimension finie non nulle. On désire établir que E peut être muni d’une norme d’algèbre. Soit . une norme sur E . Pour tout x ∈ E , on pose N (x) = sup
a∈E, a =1

ax

Exercice 2 [ 00484 ] [correction] Soient E et F deux espace vectoriels normés. On suppose qu’une suite (fn ) d’éléments de LC (E, F ) converge vers f ∈ LC (E, F ) (au sens de la norme subordonnée) et qu’une suite (xn ) d’éléments de E converge vers x ∈ E . Etablir que fn (xn ) → f (x). Exercice 3 [ 00485 ] [correction] Soient E et F deux espaces vectoriels normés et f ∈ L(E, F ). On suppose que pour toute suite (un ) tendant vers 0, f (un ) est bornée. Montrer que f est continue.

a) Justifier que N (x) existe dans R. b) Etablir que N est une norme d’algèbre sur E .

Exercice 8 X MP [ 00490 ] [correction] Soit f une forme linéaire non nulle et continue sur un espace vectoriel normé E . Montrer que si x ∈ / ker f alors d(x, ker f ) = |f (x)| f

Exercice 4 [ 00486 ] [correction] Montrer que N1 et N2 normes sur E sont équivalentes si, et seulement si, IdE est bicontinue de (E, N1 ) vers (E, N2 ). Exercice 5 [ 00487 ] [correction] Soit u ∈ LC (E, F ). Montrer u = sup
x
E <1

Exercice 9 Mines-Ponts MP [ 02832 ] [correction] Soient d un entier naturel et (fn ) une suite de fonctions polynomiales de R dans R de degré au plus d. On suppose que cette suite converge simplement. Montrer que la limite est polynomiale de degré au plus d, la convergence étant de plus uniforme sur tout segment.

u(x)

F

Exercice 10 [ 03282 ] [correction] Soient E un espace normé de dimension finie et u un endomorphisme de E vérifiant ∀x ∈ E, u(x) x Montrer que les espaces ker(u − Id) et Im(u − Id) sont supplémentaires.

Exercice 6 [ 00488 ] [correction] Soient E un espace vectoriel normé non réduit à {0} et u, v ∈ L(E ) continus tels que u ◦ v − v ◦ u = αIdE pour un certain α ∈ R. a) Etablir que pour tout n ∈ N, u ◦ v n+1 − v n+1 ◦ u = (n + 1)αv n b) En déduire que α = 0.

Exercice 11 [ 03717 ] [correction] E désigne un espace vectoriel normé par N . Soient p et q deux projecteurs d’un K-espace vectoriel E . On suppose p − q < 1 (où . désigne la norme subordonnée à N ) Montrer que p et q sont de même rang.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD

que conclure à propos du spectre de C ? Montrer que les valeurs propres de B sont de module au plus égal à 1 Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . Montrer que C 2 = C .cpgedupuydelome.[http://mp. N ) = M N définit une application continue.j p Enoncés 2 a) Soient X fixé dans Cp et P fixé dans GLp (C) . c) Soit A ∈ Mp (C) telle que la suite ( An ) soit bornée . b) Montrer que f (M.j | 1 i. montrer que φ(M ) = M X et ψ (M ) = P −1 M P définissent des applications continues.dD . d) Soit B ∈ Mp (C) telle que la suite (B n ) tende vers une matrice C .fr] édité le 4 octobre 2013 Exercice 12 CCP MP [ 03786 ] [correction] On munit E = Mp (C) de la norme M = max |mi. montrer que les valeurs propres de A sont de module inférieur à 1.

S’il existe n ∈ N tel que v n = 0. F ) par les normes existant sur E et F . Il existe un vecteur x = 0 vérifiant u(x) = λx et alors |λ| x = u(x) u x puis |λ| car x > 0. u F u < 1 donc E Pour tout x ∈ E tel que x E = 1. fn (xn ) − f (x) F fn (xn ) − fn (x) F + fn (x) − f (x) F avec fn (xn ) − fn (x) F fn xn − x E → 0 (car fn est bornée) et fn (x) − f (x) F fn − f x E → 0 donc fn (xn ) − f (x) F → 0. Ainsi (yn ) est une suite convergeant vers 0 dont la suite image (f (yn )) n’est pas bornée. N1 ) vers (E. n ∈ E tel que xn √ nx .fr] édité le 4 octobre 2013 Corrections donc s = sup u(x) x E <1 3 Corrections Exercice 1 : [énoncé] Soit λ une valeur propre de u. alors pour le plus petit de ces entiers v n−1 = 0 et v n = 0 et la relation u ◦ v n − v n ◦ u = (n + 1)αv n−1 permet de conclure α = 0. Pour α = 1/n. u = sup x =1 u(x) s puis l’égalité annoncée. on obtient u(x) F s d’où l’on déduit u(x) F Exercice 2 : [énoncé] Notons . Exercice 6 : [énoncé] a) Par récurrence sur n ∈ N en écrivant u ◦ v n+2 − v n+2 ◦ u = (u ◦ v n+1 ) ◦ v − v n+2 ◦ u puis u ◦ v n+2 − v n+2 ◦ u = (n + 1)αv n+1 + v n+1 ◦ u ◦ v − v n+2 ◦ u et en simplifiant via v n+1 ◦ u ◦ v − v n+2 ◦ u = v n+1 (u ◦ v − v ◦ u) b) (n + 1)αv n donc (n + 1) |α| v n ( u v + v u ) vn Si pour tout n ∈ N.cpgedupuydelome. Supposons que f ne soit par continue. La propriété annoncée est alors immédiate. il existe x 1/n et f (xn ) > ε.. ∃x ∈ E. on a F u(x) u x E u . v n = 0 alors on obtient (n + 1) |α| 2 u v pour tout n ∈ N ce qui implique α = 0.dD Exercice 4 : [énoncé] La continuité de l’application linéaire IdE de (E. Considérons alors y = n n √ √ On a yn = 1/ n donc yn → 0 et f (yn ) > nε → +∞. on a u n n+1 x n x n+1 s F puis n+1 s n A la limite quand n → +∞. l’application linéaire f n’est donc pas continue en 0 et par suite il existe ε > 0 vérifiant ∀α > 0. la norme induite sur LC (E.[http://mp. u v n+1 + v n+1 un Exercice 5 : [énoncé] Pour tout x ∈ E tel que x E < 1. Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . N2 ) équivaut à l’existence d’un réel α 0 vérifiant N2 (x) αN1 (x) pour tout x ∈ E . x α et f (x) > ε. Exercice 3 : [énoncé] Par contraposée.

Si N (x) = 0 alors a → ax est l’application nulle et pour a = 1E .dD p − q N ( x) < N ( x) . En choisissant sur Rd [X ]. P (αd )) L’application ϕ est un isomorphisme de R-espaces vectoriels de dimensions finies.fr] édité le 4 octobre 2013 Exercice 7 : [énoncé] a) L’application a → ax est linéaire donc continue sur E espace de dimension finie. Pour z ∈ E . la propriété uk (x) = x donne uk+1 (a) − uk (a) = x En sommant ces relations pour k allant de 0 jusqu’à n − 1. ker f ). On en déduit que les espaces ker p et Imq ne sont pas supplémentaires et donc il existe un vecteur x = 0E vérifiant x ∈ ker p ∩ Imq On a alors (p − q )(x) = p(x) − q (x) = −x donc N ((p − q )(x)) = N (x) Or N ((p − q )(x)) C’est absurde.[http://mp. . b]. . b) N : E → R+ . supposons rgp = rgq et. . H ) puis |f (x)| |f (z )| = |λ| |f (x)| d z (x. En notant f la limite simple de (fn ). la norme équivalente . f (αd )). f (αd )). . . c’est aussi une application linéaire continue car les espaces engagés sont de dimensions finies et il en est de même de ϕ−1 . Exercice 11 : [énoncé] Par l’absurde. on obtient un (a) − a = nx ax + sup a =1 4 a(λx) = sup |λ| ax = |λ| sup a =1 a =1 ax = |λ| N (x) et N (x+y ) = sup a =1 a(x + y ) sup ( ax + ay ) a =1 sup a =1 et donc ay = N (x)+N (y ) Enfin N (xy ) a → ay . N (x)N (y ) car a → a(xy ) s’obtient par composition de a → ax par 1 n 1 u (a) − a ( un (a) + a ) n n Ainsi x = 0 et donc ker(u − Id) ∩ Im(u − Id) = {0}.H ) Cette inégalité vaut encore quand λ = 0 et cela permet d’affirmer f puis l’inégalité complémentaire de la précédente. Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . . ∞. .cpgedupuydelome. N (λx) = sup a =1 Corrections Exercice 10 : [énoncé] Soit x ∈ ker(u − Id) ∩ Im(u − Id). Par suite on peut introduire sa norme triple qui est justement N (x). Par la formule du rang dim E − dim ker p < rgq et donc dim E < dim ker p + rgq Exercice 9 : [énoncé] Considérons α0 . . |f (x)| = |f (x) − f (y )| f x − y donc |f (x)| f d(x. . En notant P l’élément de Rd [X ] déterminé par ϕ(P ) = (f (α0 ). . Si λ = 0 alors z = λ(x + y/λ) donc z |λ| d(x.H ) et donc les deux espaces ker(u − Id) et Im(u − Id) sont supplémentaires. . . quitte à échanger. De plus. . On peut écrire x = u(a) − a pour un certain a ∈ E et on a u(x) = x. |f (x)| d(x. on obtient x = 0E . on peut affirmer que (fn ) converge uniformément vers P sur le segment [a. αd des réels deux à deux distincts et ϕ : Rd [X ] → Rd+1 définie par ϕ(P ) = (P (α0 ).b] . par la formule du rang x = 2 a →0 n dim ker(u − Id) + dim Im(u − Id) = dim E Exercice 8 : [énoncé] Pour tout y ∈ ker f . Par continuité de l’application ϕ−1 . . on peut écrire z = λx + y avec y ∈ H et λ = f (z )/f (x). Pour tout k ∈ N.[a. En particulier (fn ) converge simplement vers P et en substance P = f . . . on a ϕ(fn ) → (f (α0 ). on peut écrire ϕ(fn ) → ϕ(P ). on a donc fn → P dans Rd [X ]. ramenons-nous au cas où rgp < rgq .

c) Soit λ une valeur propre de A et X un vecteur propre associé AX = λX avec X = 0 On a alors An X = λ n X donc |λn | X avec X ∞ ∞ = An X p An X ∞ = max |xj | = 0. Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . 1 j p On en déduit que la suite (λn ) est bornée et donc |λ| 1.[http://mp.dD .cpgedupuydelome. elle est bornée et donc les valeurs propres de B sont de modules inférieurs à 1. Or B 2n = B n × B n → C 2 donc par unicité de la limite C = C 2 . d) B n → C donc par extraction B 2n → C . b) L’application f est bilinéaire au départ d’un produit d’espaces de dimensions finies donc continue. On en déduit que SpC ⊂ {0. Puisque la suite (B n ) converge. 1} car les valeurs propres figurent parmi les racines du polynôme annulateur X 2 − X .fr] édité le 4 octobre 2013 Corrections 5 Exercice 12 : [énoncé] a) Les applications φ et ψ sont linéaires au départ d’un espace de dimension finie donc continues.