Vous êtes sur la page 1sur 2

Sucre ou asparthame ?

Drogue ou poison ?
A l'état naturel, par exemple dans les fruits, le sucre est accomagné de vitamines (B1) et de
minéraux (magnéisum) indispensables à son métaboliem. En revanche, le sucre raffiné (le sucre
blanc, mais aussi le sucre roux) n'en contient pas et oblige donc notre corps à puiser ces vitamines et
minéraux dans ses propres réserves (le calcium des os par exemple). La consommation quotidienne
de sucre raffiné produit un excès permanent d'acidité et l'organisme doit alors puiser de plus en plus
de minéraux pour tenter de corriger ce déséquilibre. Le sucre raffiné n'apporte donc que des calories
"vides".

Le sucre raffiné provoque une hyperglycémie (montée brutale du taux de glucose dans le sang),
ce qui entraîne la sensation d'avoir fait le plein d'énergie mais ce n'est que de courte durée puisque le
pancréas réagit en sécretant de l'insuline. On fait alors une hypoglycémie réactionnelle qui pousse à
reconsommer du sucre ... L'excès de sucre entraîne une réelle dépendance et il peut être comparé à
une drogue.

Les autres effets sont, en vrac : diabète, obésité, risque de cancer, maladies cardio-vasculaires.

La solution à ça ?
L'asparthame. Ca parait sympa à première vue. Ca semble une bonne solution, aussi les diabétiques
et les personnes au régime ont elles rempli leurs placards de poudre et autres comprimés aux
pouvoirs édulcorants.

Mais l'asparthame est un poison en vente libre !

Une fois ingéré il se transforme en plusieurs poisons :

– la phénylalanine qui, une fois qu'elle est montée au cerveau (et il suffit d'une seule prise
d'asparthame), elle fait chuter le taux de sérotonine, conduisant à des désordres émotionnels tels
que la dépression. Une consommation chronique d'asparthame va, quant à elle, carrément
modifier la chimie cérébrale conduisant à des pertes de mémoire, voire même une destruction des
neurones comme on l'observe dans la maladie d'Alzheimer. De plus, la phénilalanine qui se
concentre dans le placenta peut provoquer des cas d'arriération mentale.

– le méthanol : qui contient un cancérigène (le formaldéhyde) qui cause des dommages à la rétine,
soppose à la reproduction de l'ADN et cause de malformations prénatales. Mais d'autres
symptomes sont répertoriés : maux de tête, bourdonnements, dérangements gastro-intestinaux,
faiblesses, vertiges, frissons, trous de mémoire, engourdissements, douleurs fulgurantes des
extrêmités, troubles du comportement. Il est recommandé de limiter sa consommation de
méthanol à 7,8mg / jour et 1 litre de boisson édulcorée en contient 56mg !)

– la dicétopipérazine : impliquée dans l'apparition de tumeurs au cerveau et des polypes utérins.


Les grands consommateurs de boissons "light" souffrent d'une série de maux dont ils ne
s'expliquent pas l'origine. Il s'agit en fait de la maladie de l'asparthame caractérisée par :

- douleurs de type fibromyalgie


- spasmes
- vertiges, nausée, maux de tête
- acouphènes
- lancements, engourdissements
- douleurs articulaires
- dépressions
- crises d'angoisse
- discours incohérents
- vision trouble
- pertes de mémoire

La vraie solution ?
Le xylitol.
Présent dans les prunes, les framboises, les bananes et les endives, il est obtenu industriellement à
partir de bois de bouleau. Il est déjà largement utilisé comme édulcorant dans les pays scandinaves.
Il ne présente que des avantages :

– un goût sucré indentique au saccharose sans arrière goût mais avec une valeur énergétique
inférieure de 40%

– il peut être consommé sans aucun problème par les diabétiques

– - il est non acidifiant pour l'organisme et son emploi réguolier permet de prévenir la carie
dentaire.

Maintenant, chacun fait ce qu'il veut. Je n'oblige personne à arrêter de boire du coca-light ou de
mastiquer des chewing-gum light ... je ne fais pas une liste des produits contenant de l'aspartham, ça
serait trop long !

Je ne fais qu'informer, faites comme vous le voulez ... après tout, faut bien crever de quelque
chose !