Vous êtes sur la page 1sur 30

FORMATION
:
PROGRAMME
DE
3E



 ACTIVITÉ
FORMATEUR
 ACTIVITÉ
STAGIAIRES
 

DURÉE

9h‐9h30
 Introduction
 Mot
d’accueil,
 
 

Conditions


 Bilan
sur
mes
 Noter
ce
qui
se
fait,
les
attentes
 Remplir
le
questionnaire

pratiques
 S’assurer
du
respect
de
l’écoute
 Prévoir
les
documents


 Explications
sur
les
activités

****RASSURER
LES
STAGIAIRES****

9H
30‐9H
45
 Enseigner
les
 Présenter
les
attentes
des
programmes,
des
inspecteurs
 Discussion
 

sciences

physiques

aujourd’hui

9H50‐10H10
 Programme
de
 Présentation
des
ajouts
et
des
suppressions
dans
le
 Discussion
 

3e
 programme
et
recommandations
du
BO

10h25‐10h45
 Une
démarche
 Rappel
sur
les
étapes
de
la
démarche
d’investigation
+
 Lecture
et
discussion
sur
les
 

d’investigation
 document
élève
 situations
déclenchantes

en
3e
 Sir
Copper
 Attention
à
la
pseudo‐démarche

10h45‐12h00
 Le
socle
 Diaporama
+
les
compétences
en
sciences
physiques
 Commentaires

 

commun
 Grille
du
pilier
3

Compétences
expérimentales

13h‐
13h15
 Les
thèmes
de
 Rappelle
sur
les
thèmes
de
convergence
+
exemple
 Commentaires
 

convergence
 (sécurité
et
santé)


13h15‐16h
 Réalisation
de
 Distribuer
les
thèmes
de
travail
 Réalisation
de
séquences
ou
 

9h‐12h
 séquences
sur
 amélioration
des
séquences
en

12h‐15
h
 les
nouvelles
 intégrant
les
exigences
du
BO

parties

15h‐16h
 Des
outils
 Vidéos,
logiciels
…
 Commentaires
 

pour
nos

cours
















Bilan
sur
mes
pratiques






















Bilan
sur
mes
pratiques

en
sciences
physiques


Depuis
trois
ans,
nous
vivons
la
refonte
des
programmes
en
sciences
physiques.
Et
moi
?
Où
j’en
suis
dans
mes
pratiques
?


D’une
façon
générale,
pendant
mes
cours,

Je
privilégie
une
approche
pédagogique
participative

o oui

(Quels
avantages
?
Quels
inconvénients
?)

o non
(Quels
avantages
?
Quels
inconvénients
?)

Je
prévois
une
ou
plusieurs
manipulations
(TP
découverte,
DI,
TP
évalué)
par
séquence
?

o oui

o non

J’arrive
à
boucler
mon
programme

En
5e
:


o oui


o non


En
4e
:


o oui


o non

En
3e


o oui


o non



Je
m’appuis
souvent
sur
les
acquis
(de
l’école
primaire,
culture
de
l’enfant)
des
élèves

o oui


o non


Je
diversifie
les
formes
d’évaluation
(formative,
sommative,
diagnostique,
expérimentale)


o oui


o non


J’aborde
l’Histoire
des
sciences
avec
mes
élèves

o oui


o non




 5e
 4e
 3e
 Mon
ressenti

J’ai
mise
en
place
des
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 

démarches
d’investigation
 Thème
?
 Thème
?
 Thème
?




J’ai
mise
en
place
des
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 

évaluations
expérimentales
 Thème
?
 Thème
?
 Thème
?




J’ai
mis
en
place
quelques
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 

thèmes
de
convergence
 Thème
?
 Thème
?
 Thème
?




Ai
je
été
inspecté
ces
2
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 

dernières
années
?
 Thème
?
 Thème
?
 Thème
?

Suis‐je
inspecté
cette
année
?

Ai
je
évalué
des
compétences
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 Partie
du
programme
?
 

du
B2i
?
 Thème
?
 Thème
?
 Thème
?




Je
tiens
compte
du
socle
 
 
 
 

commun
dans
la
réalisation
 

de
mes
séquences
 



J’utilise
une
grille
d’évaluation
 
 
 
 

de
diverses
compétences

(transversales,
disciplinaires,

interdisciplinaires)
que

j’utilise
lors
des
bilans.

Mes
attentes
de
cette
 
 
 
 

formation
 












Enseigner
les
sciences
physiques
aujourd’hui






























 Pratiquer
la
démarche
 Voir
CANEVAS
DE
LA
DÉMARCHE

d’investigation
 
 D’INVESTIGATION
+
EXEMPLE
EN
3E


ENSEIGNER
LES
SCIENCES
 

PHYSIQUES
AUJOURD’HUI
 


 

Aborder
l’Histoire
des
 

SOCLE
COMMUN
 sciences
 
 Voir
le
tableau
Histoire
des
sciences
en
3e

Pratiquer
une
pédagogie
participative,

qui
invite
à
l’élève
à
évoquer
ses
 

conceptions,
à
se
confronter
à
des
faits
 

expérimentaux,
à
s’exprimer
sur
 

différents
supports,
à
échanger
avec
les

autres,
à
inventer
des
protocoles
 

expérimentaux,
à
construire
son
savoir
 
 Aborder
les
thèmes
de

(voir
modèle
constructiviste)
 
 Voir
tableau
les
thèmes
de

convergence

convergence
en
3e


 




Evaluer
des
compétences


du
B2i,
du
socle
commun


 Voir
«
fiche
outil
»





 Diversifier
les
évaluations


 (Diagnostique,
formative,


 sommative,

gestes

expérimentaux
 Voir
l’exemple
d’évaluation
diagnostique
 

Intégrer
l’outil
 en
3e
pour
la
partie
électricité
 

informatique
 












La
démarche
d’investigation.


















 Je
fais
émerger
les

acquis,
les

Le
canevas
d’une
démarche
d’investigation
:
 conceptions.
J’adapte
mon


 projet
d’enseignement




Choix
d’une
situation
déclenchante

Etape
1
 situation
problème
 
 J’aide
à
la
reformulation
du

problème,
je
vérifie
la


 compréhension
de
celui‐ci

Appropriation
du
problème
par
les


élèves

Etape
2
 J’invite
les
élèves
à
une


formulation
orale
ou
écrite


 (confrontation
des
divergences)

Formulation
de
conjectures,


d’hypothèses

Etape
3
 J’invite
les
élèves
à
élaborer
des


expériences



Mise
en
place
de
protocoles


expérimentaux
possibles
pour


résoudre

l’étape
3
 J’apporte
le
matériel
nécessaire


Etape
4
 à
l’élaboration
des
protocoles


 expérimentaux



 Investigation,
résolution
du

problème
 J’invite
les
élèves
à
mettre
en

Etape
5
 commun
leurs
résultats,
à

valider
les
conjectures
ou


 hypothèses
en
argumentant

Structuration
des
connaissances

Etape
6

Je
propose
des
activités
pour

réinvestir
les
connaissances


 construites

Réinvestissement

Etape
7















Histoire
des
sciences.





















HISTOIRE
DES
SCIENCES
EN
3e
:


Partie
du
programme
 Problème
 Connaissance

 Activité
documentaire


A
La
chimie
:
la
sciences
 A1.2
:
l’électron
:
 Constituant
de
l’atome
:
noyau
et
électron
 Histoire
de
l’électron

de
la
transformation
de
la
 comprendre
la
 Histoire
du
modèle
de
l’atome

matière
 conduction
électrique


 A1.5
:
approche
de
 Le
courant
électrique
est
dû
à
:
 Définition
historique
du
sens

l’énergie
chimique
:
une
 ‐ un
déplacement
d’électrons
dans
le
sens
 conventionnel
du
courant

pile
électrique.
 opposé
au
sens
conventionnel
du
courant
 électrique

Comment
une
pile
peut‐ dans
un
métal
 

elle
être
une
source
 ‐ des
déplacements
d’ions
dans
une
solution
 

d’énergie
.
 aqueuse
 


 
 Les
espèces
chimiques
présentes
dans
une
pile
 Invention
de
la
pile

contiennent
de
l’énergie
chimique
dont
une
partie
est

transférée
sous
formes
d’énergie
lorsqu’elle

fonctionne.

L’énergie
mise
en
jeu
dans
une
pile
provient
d’une

réaction
chimique
:
la
consommation
de
réactifs

entraine
l’usure
de
la
pile.

B
Energie
électrique
et
 B1
:
de
la
centrale
 Tension
continu
et
tension
variable
au
cours
du
 Courant
continu
ou
courant

circuits
électriques
en
 électrique
à
l’utilisateur
 temps
;
tension
alternative
périodique.
 alternatif
?

alternatif
 Période.

Valeurs
maximal
et
minimale
d’une
tension.

C
De
la
gravitation
à
 C1
:
interaction
 La
gravitation
gouverne
tout
l’Univers
(système
 L’Histoire
de
l’astronomie

l’énergie
mécanique
 gravitationnelle
 solaire,
étoile
et
galaxie)









Pourquoi deux espèces d’électricité ? Pourquoi deux sens du courant électrique ? L’histoire de l’électricité nous aide à comprendre.

En 1729, l’Anglais Stephen Gray (1666-1736) découvre le phénomène de conduction. Gray et ses amis inaugurent alors la série des expériences-spectacle
si célèbres au XVIIIème siècle : des jeunes gens sont suspendus au plafond par des cordons de soie ou
isolés sur des tabourets de verre. Les étincelles qu’on leur arrache du nez après les avoir électrisés ou
les feuilles d’or battu qu’ils attirent à distance distraient les salons des riches familles et alimentent la Stephen Gray découvre la
réflexion des Philosophes. Parmi ceux-ci le français Charles-François Dufay (1698-1739). conduction (Les Merveilles
À partir d’expériences sur l’attraction et la répulsion Dufay comprend qu’il existe deux espèces de la Science, Louis Figuier)
d’électricité mais meurt trop jeune pour bien défendre sa théorie.
L’Américain Benjamin Franklin (1706-1790) est celui qui introduira des concepts et un vocabulaire que
nous utilisons encore aujourd’hui. Il considère d’abord l’électricité comme un fluide qui imprègne tous
les corps. Le fluide électrique est pour lui unique, un corps chargé positivement en porte une quantité
supplémentaire, un corps chargé négativement en a perdu. «Plus» et «moins» ne sont donc pas une
nouvelle convention pour désigner deux électricités différentes mais ont le sens réel de gain et de
perte. On lui doit la découverte du paratonnerre.
Nous sortirons de cette première période avec la vision d’un monde des "électriciens" très divisé.

D’un côté ceux qui, avec Franklin, ne croient pas à l’existence de deux espèces d’électricité. De l’autre
ceux qui, à la suite de Dufay, y croient fermement et imaginent donc l’existence de deux courants
électriques se déplaçant en sens inverse l’un de l’autre dans les conducteurs.

Volta et sa découverte de la pile, Davy et l’électrolyse, Oersted, Ampère et l’électromagnétisme, ne


changent rien à l’affaire. Vers 1900, suivant que l’on est d’un côté ou l’autre du Channel, on
enseignera une théorie différente. Celle d’un fluide, et donc d’un courant, unique en Angleterre. Celle La pile de Volta (Les 


de deux espèces d’électricité et de deux courants en France. Merveilles de la Science,
Louis Figuier)
Il sera paradoxal de constater que Ampère, qui a défini le "sens conventionnel" du courant, est un partisan de la théorie des
deux fluides et que, en tant qu’inspecteur de l’Instruction publique, il est l’un de ceux qui aura ancré cette théorie dans la
science française. A la suite de ses travaux il nous parle du sens du courant électrique il faut retenir qu’il désigne le
sens de circulation du fluide positif.


«Il
suffit
de
désigner
la
direction
du
transport
de
l’un
des

principes
électriques,
pour
indiquer,
en
même
temps,
le
sens

du
transport
de
l’autre
;
c’est
pourquoi,
en
employant
dorénavant

l’expression
de
courant
électrique
pour
désigner
le

sens
dans
lequel
se
meuvent
les
deux
électricités,
nous

appliquerons
cette
expression
à
l’électricité
positive,
en

sous­entendant
que
l’électricité
négative
se
meut
en
sens

contraire»12.:

12. Ampère : «Action mutuelle des courants électriques et des aimants» in


«Exposé des Nouvelles Découvertes sur l’Électricité et le Magnétisme, par
MM. Ampère, Membre de l’Académie Royale des Sciences, Professeur à 

l’École Polytechnique et Babinet, Professeur au Collège royal de Saint-Louis.
Paris 1822, page 4.
Il faut attendre les alentours de 1900...

Il faut attendre les alentours de 1900 et la découverte de la structure de l’atome, celle du noyau, celle de l’électron, pour qu’une nouvelle vision du
courant électrique s’impose : il existe bien deux espèces d’électricité. On peut même définir deux courants électriques en sens inverse dans l’électrolyse
des solutions salines ou celle des sels fondus.

Par contre dans un conducteur métallique les charges positives sont fixes et seuls les électrons portant les charges négatives peuvent se déplacer dans
un sens qui est inverse de celui choisi comme "conventionnel" par Ampère. Mais il est trop tard pour revenir en arrière et la science électrique conserve
depuis plus d’un siècle cette "cicatrice" héritée du passé.

Le courant électrique dans un manuel du XIXème siècle Le courant électrique aujourd’hui


Cours élémentaires de Physique : A. BOUTAN et J.-C. D’ALMEIDA - Paris 1874
Physique-Cours de seconde : Guy FONTAINE - Adolphe TOMASINO - Éditions Natha
Etude de documents sur la pile

Un
physicien
honoré

Qui
a
inventé
la
pile
?

Alessandro
Vota
est
un
physicien
italien
qui
a
vécu
 


de
1745
à
1827.
C’est
ce
scientifique
qui
a
inventé
 

la
pile
électrique
en
1800.
Il
découvrit
que
le
 

contact
de
deux
métaux
différents
produit
un
 


courant
électrique.
 

Il
avait
«
empilé
»
(d’où
le
mot
pile)
plusieurs
 

rondelles
de
métaux
(zinc
et
argent)
séparées
par


 

un
tissu
imbibé
d’eau
salée.
 

Quand
il
fixait
un
fil
électrique
sous
la
pile
et
un
 

autre
au
sommet,
il
arrivait
à
faire
fonctionner
une
 

ampoule
grâce
à
l’électricité
»
dégagée
 
 



 Pour
rendre
hommage
au
génie
inventif
d’Alessandro
Volta,


 
 l’empereur
napoléon
Bonaparte
lui
donna
le
titre
de
compte
en


 1810.
Beaucoup
plus
tard,
son
portrait
se
retrouva
même
sur
les


 billets
de
banque
italiens.
C’est
aussi
en
son
honneur

que
le
mot


 volt
a
été
donné
à
l’unité
de
mesure
de
la
tension
d’un
circuit


 électrique.



De
quoi
est
constituée
une
pile
?
 

Malheureusement,
on
ne
peut
pas
ouvrir
une
pile
pour
 

savoir
comment
elle
est
constitués
car
elle
contient
des
 

produits
toxiques
dangereux.


D’une
façon
générale,
une
pile
est
constituée
de
deux

D’autres
piles
au
cours
du
XIXe

éléments
suivants
:

• Deux
tiges
de
métaux
différents.
Il
peut
s’agir
des
 Au
cours
de
ce
siècle,
d’autres

métaux
suivants
:
or,
argent,
nickel,
bronze,
cuivre,
 piles
furent
mises
au
point.

laiton,
plomb,
fer,
aluminium,
zinc,
etc.
on
appelle
 Les
PILES
à
AUGES
et
les

ces
deux
tiges
des
électrodes.
 PILES
de
WOLLASTON
furent


 utilisées
jusqu'en
1836.

• Une
substance
conductrice.
On
appelle
cette

substance
électrolyte
 
 


Mais
ces
magnifiques
piles
avaient
un
défaut
!
Leur
force
décroissait


 à
l'usage.
Le
principe
est
amélioré
en
1836
par
John
Frederic

Daniell.

En
savoir
plus
sur
l’Histoire
de
la
pile
:
http://dspt.club.fr/les_piles.htm
 La
pile
Daniell
est
la
première
à
offrir
une
source
durable
d'énergie.




A
la
fin
du
XIXé
siècle,
T.A.
Edison
et
G.
Westinghouse
s’affrontent
pour
imposer
le
système
de
distribution
du
courant
qui
leur
paraît
le
meilleur.
C’est
la
bataille
des

courants
:
il
faut
choisir
une
distribution
du
courant
en
«
continu
»
et
une
autre
distribution
du
courant
en
«
alternatif
»







 1882
:
«
je
m’appelle
Thomas
Alva
Edison,
 1885
:



 je
suis
né
en
1847.
 Je
m’appelle
George
Westinghouse,
je
suis


 Je
n’ai
pas
pu
aller
à
l’école
et
j’ai
appris
ce
 né
en
1846.
Je
sais
m’entourer
des


que
je
sais
par
moi
même.
 meilleurs
techniciens
ou
ingénieurs
de



 J’ai
eu
plusieurs
métiers.
Mon
laboratoire
 mon
temps.
Je
suis
un
homme
d’affaires,
je


 est
à
Menlo‐Park
(New
Jersey).
 viens
d’acquérir
le
brevet
d’un
nouvel


 J’ai
inventé
la
lampe
à
incandescence.

 appareil,
le
transformateur.
Avec


 Ce
soir
à
7
heures,
j’illuminerai
le
quartier
 w.Stanley,
nous
avons
installé
le
premier


de
Pearl‐Street.
 réseau
de
transport
en
alternatif
à
Great


 


 
 Barrington.
»
 


 1893
:
 1893
:


 «
Je
pense
que
je
vais
remporter
le
 «
Je
pense
que
je
vais
remporter
le


 concours
pour
l’exposition
de
Chicago.
 concours
pour
l’exposition
de
Chicago,
car


Mes
générateurs
produisent
un
courant
 mon
système
est
moins
couteux.
La



 continu
sous
une
tension
de
110
V.
Ce
qui
 distribution
en
alternatif
est
la
voie


 permet
tous
les
usages
connus
 d’avenir.
Elle
permet
un
transport
en


 aujourd’hui.
Depuis
Volta,
on
sait
produire
 haute
tension
qui
permet
de
placer
les


 des
piles,
je
pense
que
le
courant
continu
 usines
loin
des
villes


est
l’avenir.
 



 
 


 
 Interviews
de
George
Westinghouse
en


 Interviews
de
T.A.
Edison
en
1882
puis
en
 1885
puis
en
1893


 1893
 










Les
astronomes
d'hier
et
d'aujourd'hui


Histoire
de
l'astronomie


L'astronomie
remonte
à
plusieurs
milliers
d'années.
Il
est
possible
qu'elle
ait
pris
naissance
à
l'époque
des
hommes
de
Cro‐Magnon
qui

s'interrogèrent
sur
leur
avenir,
essayant
d'interpréter
les
messages
inscrits
dans
le
ciel,
sculptant
sur
des
os
et
peignant
leurs
grottes
des

motifs
qu'ils
avaient
observés
dans
le
ciel.

Les
premières
mesures
astronomiques
remontent
à
environ
6700
ans,
date
à
laquelle
on
trouve
au
nord
de
Carnac,
dans
le
Morbihan,
en

France
les
premiers
alignements
de
menhirs.
Ils
seront
suivis
par
les
pierres
dressées
de
Stonehenge
en
Angleterre
qui
remonte
à
4600
ans.


 

De
gauche
à
droite
Aristote,
 

Hipparque,
Ptolémée
et
Copernic.

Chacun
à
sa
mesure
a
modifié

notre
vision
de
l'univers.



L'astronomie
 était
 déjà
 une
 science
 en
 Mésopotamie,
 au
 Moyen‐Orient,
 il
 y
 a
 4300
 ans.
 On
 a
 en
 effet
 découvert
 dans
 l'actuel
 Irak
 les
 premiers
 relevés
 concernant

l'observation
des
éclipses
de
Lune,
des
comètes
ainsi
que
les
premières
prédictions
des
conjonctions
des
planètes
entre
elles.


C'est
 ainsi
 qu'il
 y
 a
 plus
 de
 2000
 ans,
 les
 astronomes
 babyloniens
 prédirent
 la
 conjonction
 de
 Jupiter
 avec
 Saturne
 dans
 les
 Poissons.
 Selon
 des
 simulations

informatiques
récentes,
c'est
peut‐être
cet
événement
qui
devint
l'étoile
des
Mages".

Une
chose
est
quasi
certaine,
ce
phénomène
guida
trois
Mages
en
Palestine,
à
Nazareth,
où
devait
naître
un
certain...
Jésus.
Selon
les
tablettes
cunéiformes
que
nous
ont

laissé
les
Babyloniens,
cet
événement
se
serait
produit
en
l'an
7
avant
l'ère
chrétienne.

Mais
c'est
aux
philosophes
Grecs
comme
Platon,
Aristote,
Thalès
ou
Pythagore
que
nous
devons
les
bases
de
l'astronomie.
Ces
grands
penseurs
considéraient
que
la

symétrie,
l'ordre
régnait
dans
la
nature.
Mais
ces
lois
générales
n'étaient
pas
fondées
sur
l'expérience
mais
uniquement
sur
la
réflexion,
la
théorie.
Elles
n'offraient
donc

aucune
certitude
puisqu'ils
n'ont
jamais
essayé
de
prouver
ce
qu'ils
disaient.
C'est
pourquoi
beaucoup
de
leurs
idées
se
sont
avérées
fausses
par
la
suite.
Ceci
dit
on
y
a

cru
durant
des
centaines
voire
des
milliers
d'années.

500
ans
environ
avant
Jésus‐Christ,
le
chiffre
0
est
inventé
en
Inde.
Grâce
à
ce
chiffre,
les
Indiens
furent
les
inventeurs
des
plus
grands
nombres
qu'on
puisse
concevoir.

Vers
‐146
avant
Jésus‐Christ,
l’astronome
et
mathématicien
grec
Hipparque
de
Nicée
mesura
visuellement
la
position
d'un
bon
millier
d'étoiles
et
recalcula
la
distance

du
Soleil
et
de
la
Lune.
C'est
Hipparque
également
qui
découvrit
la
précession
des
équinoxes,
la
lente
dérive
de
l'axe
de
rotation
de
la
Terre
qui
donne
à
tour
de
rôle
la

place
d'Etoile
Polaire
à
différentes
étoiles
en
comparant
la
rotation
sidérale
du
Soleil
à
sa
rotation
tropicale.

Vers
 140
 de
 notre
 ère,
 Ptolémée
 reprend
 la
 théorie
 d'Hipparque.
 Il
 confirme
 tout
 en
 corrigeant
 le
 système
 géocentrique
 d'Aristote.
 Il
 considère
 que
 la
 Terre
 est
 au

centre
 de
 l'Univers
 et
 que
 le
 Soleil
 et
 les
 planètes
 tournent
 autour
 de
 nous.
 Il
 se
 base
 en
 fait
 sur
 ce
 qui
 lui
 indique
 son
 intuition,
 ses
 observations,
 sans
 réellement

chercher
à
comprendre
les
irrégularités
des
orbites
planétaires
qu'il
observe
dans
le
ciel.

500
ans
plus
tard
on
retrouve
le
chiffre
0
en
Chine.
Très
curieux
par
tout
ce
qui
les
entoure,
les

astronomes
chinois
découvrent
que
le
ciel
tourne
autour
de
l'étoile
Polaire,
ils
inventent
le
calendrier
 Le
système
héliocentrique
de
Copernic.


de
365.25
jours
et
découvrent
les
taches
solaires
avant
l'invention
du
télescope.

A
la
même
époque
les
astronomes
indiens
décrivent
les
comètes,
les
météores,
la
forme
ronde
de
la

Terre
et
de
la
Lune,
les
éclipses,
les
occultations
d'étoiles
et
de
planètes
par
la
Lune,
les
phénomènes

météos...
Pendant
ce
temps
en
Europe
les
astronomes
croient
toujours
que
la
Terre
est
plate
et
ne

s'occupent
plus
de
science.
Mais
ils
avaient
une
excuse;
l'Empire
Romain
s'était
écroulé
en
l'an
467
et

les
barbares
avaient
envahi
l'Europe...

Au
Moyen‐Age
les
astronomes
arabes
notèrent
la
position
des
principales
étoiles,
de
la
Voie
Lactée

ainsi
que
les
mouvements
de
5
étoiles
errantes,
les
5
premières
planètes.
Ils
découvrirent
également

l'inclinaison
du
plan
de
l'écliptique
sur
l'équateur
céleste
(23°35')
et
quantité
d'autres
phénomènes
qui

relèvent
de
la
mécanique
céleste.

Au
16e
siècle
l'astronome
polonais
Copernic
postula,
comme
Aristarque
le
prédisait
déjà
17
siècles
plus

tôt,
que
le
Soleil
était
fixe
au
centre
de
l'Univers
et
que
la
Terre
et
les
planètes
tournaient
autour
de
lui

ainsi
que
l'illustre
le
dessin
présenté
à
droite.
Depuis,
l'Homme
n'est
plus
le
centre
de
l'Univers.

Mais
il
faudra
encore
attendre
un
siècle
et

l'invention
de
la
lunette
astronomique

pour
que
Galilée
et
les
savants
de
son

époque
se
rendent
compte
de
la
grandeur

de
l'univers
et
croient
vraiment
que
la

Terre
tourne
autour
du
Soleil.


Le
célébrissime
Newton
et
quelques
unes
de
ses
inventions.

Galilée
mourut
en
1642,
le
jour
de
la
naissance
du
petit
Isaac
Newton.
La
réputation
de
Newton
vient
du

fait
qu'il
fut
l'un
des
premiers
chercheurs
qui
utilisa
des
formules
mathématiques
pour
expliquer
un

phénomène

Sa
méthode
était
simple
:
expérimenter,
observer
et
noter
ses
résultats,
ce
que
nous
appelons
aujourd'hui

la
"méthode
scientifique"
que
tu
apprends
à
l'école.


 En
1687,
Newton
découvrit
la
loi
de
la
gravitation
universelle
qui
gouverne
tout
l'univers
et
il
expliqua

grâce
à
elle
pourquoi
la
Lune
ne
tombe
pas
sur
la
Terre.
Il
expliqua
également
les
propriétés
de
la
lumière,

comment
se
forme
l'arc‐en‐ciel
et
inventa
le
télescope
qui
porte
aujourd'hui
son
nom
parmi
de
nombreuses
autres
inventions.


Stephen
Hawking
occupe
la
chaire
de
Mathématique
à
l'Université
de
Cambridge
que
Newton
occupait
avant
lui.

Mais
pour
expliquer
certaines
propriétés
étranges
de
la
matière
et
de
la
lumière,
les
chercheurs
ont
dû
corriger
les
anciennes
théories
et
même
les
remplacer
par
de

nouvelles
théories
plus
complètes.

Au
19eme
siècle,
Maxwell
puis
Lorentz
découvrirent
la
théorie
du
champ
électromagnétique
et
expliquent
que
la
lumière
peut
se
propager
dans
l'espace
toute
seule,

sans
aucun
support.
En
1905,
Planck,
Bohr
et
Dirac
inventèrent
la
physique
quantique
et
en
1915
Einstein
découvrit
pratiquement
seul
la
théorie
de
la
relativité
et

inventa
la
théorie
de
l'espace‐temps
courbe.

Aujourd'hui
des
mathématiciens
comme
Stephen
Hawking,
Andreï
Linde
ou
Steven
Weinberg
cherchent
à
unifier
toutes
les
lois
de
la
physique
en
une
théorie
(celle
des

particules
élémentaires
ou
la
théorie
concurrente
des
supercordes)
qui
tient
compte
de
la
gravitation,
c'est
la
gravitation
quantique,
mais
ils
rencontrent
d'énormes

problèmes
tellement
le
sujet
est
difficile
à
comprendre
et
les
calculs
complexes.
Leur
objectif
final
n'est
rien
de
moins
que
d'expliquer...
tout
l'univers
!
Ils
espèrent
un

jour
comprendre
pourquoi
l'univers
s'est
formé,
comment
il
est
né
et
comment
il
finira...


























































Quelques
outils
pour
nos
cours.





















Vidéos
:

http://www.lesite.tv/index.cfm?nr=2&d=131&ne=2


exemple
:
Chimie
des
matériaux
:
Traitement
de
surface



piles
:
 

http://dspt.club.fr/les_piles.htm


Énergie
:

http://www.explorateurs‐energie.com/index.php

1.
Qu'est‐ce
que
l'énergie
?
 2.
Les
sources
d'énergie
 3.
Les
problèmes
liés
à
l'énergie

Qu’est‐ce
que
l’énergie
?
 Charbon
 Rejets
liés
à
la
combustion
des
sources

Les
transformations
de
l'énergie
 Pétrole
 d'énergie
fossile

Equilibre
général
de
la
terre
 Gaz
 Autres
effets

Mesurer
l'énergie
 L'énergie
nucléaire
 Déchets
polluants

L'électricité,
vecteur
d'énergie
 Eau
 Augmentation
de
l'utilisation
de
l'énergie

Le
parcours
de
l'énergie
 Biomasse
:
le
bois
 et
répartition
dans
le
monde

Les
différente
sortes
d'énergie

 Biomasse
:
le
biogaz
 4.
Que
peut‐on
faire
?

L'énergie
grise
 Biomasse
:
les
biocarburants
 Changer
nos
habitudes


 Soleil
 Améliorer
l'habitat

Vent
 Améliorer
la
gestion
des
transports
 

Géothermie
 Labels
et
technologie


 
 Différents
scénarios

Logiciel
pour
la
sécurité
routière
:

http://www.sciences‐edu.net/telechargement/telechargement.htm



L'oscilloscope
virtuel
:
OSCILLO
v.3.5

http://www.sciences‐edu.net/telechargement/telechargement.htm



Des
kits
en
électricité
:

http://www.edf.com/accueil‐fr/atelier‐enseignants‐399.html

*

Unités
et
principes
de
mesure





*
Utilisation
domestique
de
l'électricité





*
Circuit
électrique,
résistance
et
loi
d'Ohm





*
Facturation





*
Economie
d'énergie





*
Electricité
et
sécurité
 

Animation
sur
l’énergie
cinétique


Vitesse
et
énergie
d’une
moto

http://physiquecollege.free.fr/_private/troisieme/energie/energie_cinetique_scooter.htm



Animation
flash
sur
l’énergie
cinétique


Lâché
d’une
bille

http://physiquecollege.free.fr/_private/troisieme/energie/energie_cinetique_qcm.htm



Conservation
de
l’énergie
mécanique

http://physiquecollege.free.fr/_private/troisieme/energie/conservation_energie_mecanique.htm















































Fiche
outil

Construire
une
séquence
en
sciences
physiques






















Fiche
guide
pour
préparer
ses
séquences
:


Problématique
 


Durée

 

Type
d’activé

Programme
 Connaissances
 Capacités


 


Socle
commun
 Critères
d’évaluation

Socle
commun
et
critères
 [Pilier x] 

d’évaluation
 







[Pilier
y]
 


 


[Pilier z] 


Près
requis
 



Matériel

 


















Quelques
situations
déclenchantes



























Situations
déclenchante/
Situation
 Partie
du
programme

 capacité

problème

Sir
Copper
dans
le
nord.
 UTILISATION
DES
MÉTAUX
DANS
LA
VIE
QUOTIDIENNE
:
quels
sont
 Observer,
recenser
des
informations
pour
distinguer
quelques

les
métaux
les
plus
couramment
utilisés
?

 métaux
usuels
et
pour
repérer
quelques­unes
de
leurs
utilisations.

L'ÉLECTRON
ET
LA
CONDUCTION
ÉLECTRIQUE
DANS
LES
SOLIDES
:
 Pratiquer
une
démarche
expérimentale
afin
de
comparer
le

tous
les
solides
conduisent­ils
le
courant
électrique
?
 caractère
conducteur
de
différents
solides.

Valider
ou
invalider
une
hypothèse
sur
le
caractère
conducteur

ou
isolant
d’un
solide.

Extrait
film
Peur
Bleue
 L'ION
ET
LA
CONDUCTION
ÉLECTRIQUE
DANS
LES
SOLUTIONS
 Pratiquer
une
démarche
expérimentale
afin
de
comparer

AQUEUSES
:
toutes
les
solutions
aqueuses
conduisent­elles
le
 (qualitativement)
le
caractère
conducteur
de
l’eau
et
de

courant
électrique
?
 diverses
solutions
aqueuses.

Valider
ou
invalider
une
hypothèse
sur
le
caractère
conducteur

ou
isolant
d’une
solution
aqueuse.

Mais
où
a
été
tué
Sir
Copper
?
 TESTS
DE
RECONNAISSANCE
DE
QUELQUES
IONS
:
comment
 Suivre
un
protocole
expérimental
afin
de
reconnaître
la

reconnaître
la
présence
de
certains
ions
en
solution
?
 présence
de
certains
ions
dans
une
solution
aqueuse.


 Faire
un
schéma.

Le
tour
du
magicien
SuperLux
 RÉACTION
ENTRE
L’ACIDE
CHLORHYDRIQUE
ET
LE
FER
:
quels
 Suivre
un
protocole
pour
:

produits
sont
formés
?
 ‐
reconnaître
la
présence
des
ions
chlorure
et


 des
ions
hydrogène
;

‐
réaliser
la
réaction
entre
le
fer
et
l’acide

chlorhydrique
avec
mise
en
évidence
des

produits.

Faire
un
schéma.

Le
tour
du
magicien
SuperLux
 L’ALTERNATEUR
:
comment
produire
une
tension
variable
dans
le
 Pratiquer
une
démarche
expérimentale
pour
illustrer

temps
?
 l’influence
du
mouvement
relatif
d’un
aimant
et
d’une
bobine


 pour
produire
une
tension.

Manga
 NOTION
DE
GRAVITATION
:
pourquoi
les
planètes
gravitent­elles
 Suivre
un
raisonnement
scientifique
afin
de

autour
du
Soleil
et
les
satellites
autour
de
la
Terre
?
 comparer,
en
analysant
les
analogies
et
les

différences,
le
mouvement
d’une
fronde
à
celui

d’une
planète
autour
du
Soleil.

Un
coeur
qui
bat
 
 Construire
le
graphique
représentant
les

variations
d'une
tension
au
cours
du
temps.

En
extraire
des
informations
pour
reconnaître

une
tension
alternative
périodique,
pour

déterminer
graphiquement
sa
valeur
maximale

et
sa
période.

Décrire
le
comportement
de
la
tension
en

fonction
du
temps.

Utiliser
un
tableur
pour
recueillir,
mettre
en

forme
les
informations
afin
de
les
traiter.









Mais
où
a
été
tué
Sir
Copper
?


Le
12
juillet
2007,
Sir
Copper
est
retrouvé
sans
vie
dans
les
couloirs

d’une
usine.


Sur
le
sol,
aucune
trace
de
sang
!

L’expert
Gil
Grissom
pense
qu’il
a
été
amené
là
alors
que
le
crime
a
eu
lieu
ailleurs.

A
quelques
pas
de
là,
se
trouvent
cinq
laboratoires
de
recherche.


Grissom
a
la
conviction
que
le
crime
a
eu
lieu
dans
un
de
ces
laboratoires
!




Labo
3

 Labo
1

 

Chlorure
de
 Sulfate
de
 

cuivre
 fer
II
 

Chlorure
 
 

de
sodium

 


Labo
4

 Labo
2
:
 

Acide
 Chlorure
de
 

sulfurique
 fer
III
 



 



 


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………


Le
tour
du
magicien
SuperLux








 On
a
marché
sur
la


 Lune


 MANGA
SCIENCE,


 ©
Hergé/Moulinsart

 VOLII


 ©
1992,


 YOSHITOH
ASARI





/
Gakken


 Co.Ltd./Pika


 Edition


 



Le
tour
du
magicien
SuperLux




























Evaluer
des
compétences
du
B2i
en
3e.


TENSION
CONTINUE
ET
TENSION
ALTERNATIVE
PÉRIODIQUE
:
qu'est­ce
qui
distingue
la
tension
fournie
par
le
secteur
de
celle
fournie
par
une
pile
?

Connaissance
 Capacité

Tension
continue
et
tension
variable
au
cours
 Construire
le
graphique
représentant
les
variations
d'une
tension
au
cours
du
temps.

du
temps.
 En
extraire
des
informations
pour
reconnaître
une
tension
alternative
périodique,
pour

Tension
alternative
périodique.
 déterminer
graphiquement
sa
valeur
maximale
et
sa
période.

Période.
 Décrire
le
comportement
de
la
tension
en
fonction
du
temps.

Valeurs
maximale
et
minimale
d’une
tension.
 Utiliser
un
tableur
pour
recueillir,
mettre
en
forme
les
informations
afin
de
les
traiter


B2i
:
Je
sais
créer
un
tableau
pour
faire
une
présentation
synthétique



B2i
:
Je
sais
modifier
une
feuille
de
calcul



B2i
:
Je
sais
réaliser
un
graphique
de
type
donné




 B2i
:
Je
sais
envoyer
un
message
avec
un
fichier
joint








Exemple
de
thème
de
convergence
:
sécurité,
santé


Les
solutions
acides
et
basiques.