Vous êtes sur la page 1sur 45

Module:

Routage IP
Dr. S. OUBBATI
s.oubbati@lagh-univ.dz
Département d’électronique.
Université Ammar Thelidji – Laghouat.
Présentation Routage IP
• Note Routage IP = (TD * 0.40) + (Examen*0.60)

• Note Examen = Examen/20.

• Note TD = (TestTD/13) + 7 (absences+participations+ RESPECT………).

• UE Fondamentale

• 1 H 30 Cours & 1 H 30 TD par semaine.


Conseils

 Utiliser internet et la bibliothèque

 Poser des questions


Cours N°1:
Commutation dans les
LANs

Dr. S. OUBBATI
s.oubbati@lagh-univ.dz
Département d’électronique.
Université Ammar Telidji – Laghouat.
Sommaire
• Les éléments d’un réseau (Rappel)
• La commutation dans les LANs
 Interconnexions
Fonctionnement des ponts
Principe de la commutation dans les
LANs
Techniques de commutations
Les éléments d’un
réseau
Pourquoi un réseau?
Un réseau informatique
Est un ensemble d'appareils (ordinateurs et
périphériques) reliés entre eux dans le but
de permettre à ses utilisateurs de transférer
des informations électroniques. Il permet de
communiquer, partager des ressources
matérielles et logicielles.
Lien physique
Les données informatiques se présentent sous forme d'un flux
d'informations binaire ou bits, de nature électrique, optique,
etc...

La communication de ces données entre un émetteur et un


récepteur; nécessite en premier lieu la présence d'un lien ou
vecteur physique.
Matériel d’interconnexion
Le concentrateur (Hub/Concentrateur)
Quand il reçoit une information en provenance d'un des ordinateurs
connectés, le hub la diffuse à tous les autres ordinateurs connectés,
quelque soit le destinataire réel du message.

Il est parfois appelé : hub, concentrateur ou multi répéteur.

Principe de fonctionnement :
Quand il reçoit une information en provenance d'un des ordinateurs
connectés, le hub la diffuse à tous les autres ordinateurs connectés,
quelque soit le destinataire réel du message.
Matériel d’interconnexion
Limitations
Le du répéteur
répéteur (repeter)
est un dispositif électronique combinant un récepteur et un émetteur, qui compense
1.lesDiminution du d'un
pertes de transmission débit par
média nœud
(ligne, fibre, radio) en amplifiant et traitant
éventuellement le signal, sans modifier son contenu.
2. Limitations physiques
3.Principe
Distance maximumduimposée
de fonctionnement répéteur: par Ethernet
Le répéteur permet d'augmenter la limite de distance d'un réseau, limitée à 100 m,
4.entre
Nombre limité
deux interfaces deLehubs
réseaux. en est
signal reçu cascade
amplifié mais perd en qualité. Il
5.n'évite
Unpasmême domaine
aux collisions de collision
de se propager à travers le réseau.
Matériel d’interconnexion
Le commutateur (Switch)
Le commutateur a pour tache d'interconnecter les machines du réseau;
Il se connecte comme un hub.

Principe de fonctionnement du switch :


Un commutateur (switch) se comporte comme un pont filtrant : quand
il reçoit une information en provenance d'un des ordinateurs connectés,
le switch la transmet à ordinateur destinataire du message.
Contrairement au hub, on peut donc dire qu'il est « intelligent », car il
capable de savoir qui est le destinataire d'un message.
Matériel d’interconnexion
Le routeur (router)
Un routeur est un élément intermédiaire dans un réseau informatique
assurant le routage des paquets.

Principe de fonctionnement du routeur:


Son rôle est de faire transiter des paquets d'une interface réseau vers une
autre, au mieux, selon un ensemble de règles.
La commutation dans
les LANs
Interconnexion
Est une fonction pour réaliser le fonctionnement de réseaux
hétérogènes
• Hétérogénéité des réseaux :
– Matériels
– Capacité
– Taille de paquets
– Protocoles
– Services
• Selon le niveau d’hétérogénéité considéré : Mise en
oeuvre d’un dispositif d’interfonctionnement
Interconnexion
• Techniques employées:
– Amplification
– Encapsulation
– Fragmentation/Réassemblage
– Conversion de protocole/service
• Equipements employés:
– Répéteurs (Repeter)
– Concentrateurs (Hub)
– pont (Bridge)
– Commutateurs (Switch)
– Routeurs (Router)
Modèle OSI
• Méthode : Identifier le niveau d’hétérogénéité afin de
déterminer les fonctions requises pour établir l’interconnexion
(Modèle OSI)
Niveau trame:
Pont ou commutateur de trames
1. Interconnexion par filtrage de trames
 Performance
• Diminution de la charge par segment physique
• Augmentation de la bande passante disponible par transmissions
parallèles
 Sécurité
• Isolation des trafics
 Flexibilité des débits
 Augmentation de la portée géographique
• Utilisation de liens point à point
 Indépendance des segments
 Capable de convertir des trames de formats différents
(ex : Ehernet Token Ring).
Niveau trame:
Pont ou commutateur de trames
2. Pont (ou commutateur) est un relais
 Retransmet les trames en fonction de l'adresse MAC de destination
MAC

3. Séparation en domaines de collision:

Permet de segmenter le réseau en sous-réseaux indépendants


Transmission de trames en parallèle (sur des ports différents).
 dispositif actif filtrant (collision) : permet de diminuer la charge du
réseau.
 Pas de limitation du nombre en cascade
Niveau trame:
Pont ou commutateur de trames

• les trames entre A<-->B ne sont pas transmises sur le segment 2

• les trames entre C<-->D ne sont pas transmises sur le segment 1,

• la distance entre A et D est en théorie illimitée avec ponts et segments


en cascade ,
• les collisions sont filtrées.
Principe de la
commutation dans les
LANs
Commutation dans LANs
 Issue de la téléphonie (RTC) et des réseaux grande distance (WAN)

 Apparition dans Ethernet (Switched Ethernet)


 garantit une certaine bande passante
 évite les problèmes de collisions.
 permet des communications full-duplex

 Aujourd'hui, les commutateurs sont largement utilisés dans les


réseaux Ethernet.
Principe de la commutation
 Commutation = mise en relation directe d'un port d'entrée avec un
port de sortie

 établissement d'une liaison point à point dynamiquement (réseaux


locaux) en fonction d'une table d'acheminement (FDB : Forwarding
Data Base)
 PAS de problème d'accès multiples au support (évite les collisions)
Principe de la commutation (2)
 Table construite par analyse du trafic entrant (@MAC source)

 Les trames à destination d'une @ non présente dans la table


sont répétées sur tous les ports sauf le port d'entrée

 Plusieurs trames peuvent être traitées simultanément

 Mémoire limitée dans le commutateur


 les entrées les plus anciennes sont effacées
 un timer est associé à chaque entrée de la table
 il est réinitialisé lors de la réception d'une trame de cette
provenance
Problème de
congestion !
Problème de congestion
 Plusieurs ports d'entrée peuvent simultanément être dirigés vers un
même port de sortie
 saturation des files d'attente (perte de trames)
Problème de congestion (2)
 Contrôle de flux "back pressure" dans certains commutateurs

 émission de données vers les liens qui consomment trop de


ressources du commutateur -> provoque l'arrêt des émissions
(collisions) en CSMA/CD (ne fonctionne que pour du half-duplex)

 en full-duplex, émission d'une trame particulière indiquant un délai


pendant lequel l'équipement ne doit plus émettre de trames
Techniques de
commutation
Techniques de commutation
 Cut through ou fast forward – (commutation rapide à la volée)
 dès que le port de destination est connu (premier champ de la trame
Ethernet), les données sont recopiées directement vers le port de sortie
 plus performante en terme de nombre de trames commutée par
seconde.
 elle propage les trames erronées et en particulier les trames ayant subi
des collisions.

 Store & Forward – (stockage avant retransmission)


une trame est entièrement mémorisée avant retransmission
permet vérification du CRC, des longueurs minimales et maximales des
trames, détection des trames de collision
 mais: mémoire sur le commutateur, délai supplémentaire
Techniques de commutation (2)
 Fragment-free– (stockage avant retransmission)
 équivalente au « cut-through » mais supprime les trames trop courtes
(ayant subi des collisions).

 méthode au choix de l'administrateur du commutateur : la méthode est


fixée par une commande.

 méthode adaptative :

 démarrage en mode « cut-through »

 passage en "store & forward" au delà d'un certain seuil de taux


d'erreurs calculé par vérification des CRC

 retour en mode "cut-through" en dessous du seuil


Types de
commutation
Types de commutation
 On distingue deux types principaux de
commutation:

 Commutation de circuits.

 Commutation de paquets.
Types de commutation
 Commutation de circuit
 Établissement d’un circuit avant la communication
par les commutateurs intermédiaires.
 Le circuit est dédié à une seule communication.
 Transmission d’un signal continu.
Types de commutation
 Commutation de circuit
 Il est nécessaire d’établir un chemin de bout en
bout avant de transmettre des données
Utilisée dans les réseaux téléphoniques.
- Durée de l’établissement est petite par rapport à
la conversation.
- Qualité et délai de transmission constants.
Mal adaptée au trafic téléinformatique.
- Courts échanges de données avec de longues
pauses.
Types de commutation
 Commutation de paquets
 Base des réseaux informatiques modernes.
 Paquet : petit bloc de données (ex. 512 octets d’un
eMail).
 Apparue pour résoudre les problèmes de la
commutation de messages (attente non négligeable
de transfert de messages).
 Elle consiste à découper le message en petits blocs
auxquels sont associées des informations sur
l’émetteur et le destinataire.
Types de commutation
 Commutation de paquets

 On distingue des paquets :


- ATM (Asynchronous Transfer Mode) :
paquets très petits de taille fixe.
- IP (Internet Protocol) : paquets de longueur
variable.
- Ethernet : paquets de longueur variable mais
différents de ceux de type IP.
Types de commutation
 Commutation de paquets
Types de commutation
 Commutation de paquets
• La source découpe le message à transmettre en paquets et les
transmet l’un après l’autre au premier commutateur.

• Un commutateur transmet un paquet reçu dès que possible sans


attendre les prochains paquets.
- Le séquencement des informations n’est plus garanti

• Le destinataire réordonnance et réassemble les paquets reçus pour


obtenir le message initial.
Types de commutation
 Commutation de paquets
Avantages
• Optimiser au maximum l’utilisation des liens.

• La petite taille des paquets évite de monopoliser la ligne.

• Conversion de codes et de formats possible.

Inconvénients

• Délai de transfert variable.

• Pertes de paquets possibles.


Types de commutation
 Commutation de paquets
• La commutation de paquets décline deux modes d’acheminement
possibles :

1) Le mode datagramme ou non connecté : est le mode


naturel de la commutation de paquets.

2) Le mode orienté connexion ou plus simplement mode


connecté. Il porte aussi le nom de circuit virtuel (CV).
Types de commutation
 Commutation de paquets (mode non connecté)

• Les paquets transitent dans le réseau indépendamment les


uns des autres.
- Chaque paquet d’un même message peut emprunter un
chemin différent des autres.
• Aucune réservation de ressources n’est effectuée
préalablement à tout envoi de données.
- En cas de surcharge du réseau, des blocs d’informations
peuvent être perdus.
• Les paquets arrivent chez le destinataire sans aucune garantie
de séquencement.
- A l’arrivée, il faut réordonner les paquets du message car des
paquets peuvent aller plus vite que d’autres.
Types de commutation
 Commutation de paquets (mode connecté)
• Etablissement d’un chemin fixe dans le réseau par un
mécanisme particulier.
• Lors de la phase d’établissement de la connexion, les
différentes ressources nécessaires au transfert sont réservées.
• Tous les paquets d’un même message suivent le même
chemin défini pour chaque message.
- Un paquet contient l’identificateur du circuit virtuel mais pas
les adresses source et destinataire.
- le séquencement des informations est garanti.
• Lorsque l’échange est terminé, une phase de déconnexion
libère les ressources.
• Le circuit virtuel peut être utilisé par d’autres paquets en cas
de silence.
Conclusion sur la commutation
Meilleur accès au média

 Meilleur contrôle de la bande passante : le trafic est dirigé vers la


station spécifiée uniquement
 La charge du réseau est mieux répartie (segmentation du trafic)

 Moins de conflits d'accès, collisions réduites

Les trames de diffusion sont répétées sur tous les ports

Intelligence dans le port du commutateur

 Analyse des trames, mémorisation, prises de décision


 Temps de traversée de l'équipement plus élevé

 Deux techniques : "store & forward" et "cut through


s.oubbati@
lagh-univ.dz
UATL2018