Vous êtes sur la page 1sur 88

But du transformateur :

Modifier, changer les tensions alternatives, les élever ou les


Abaisser.
Afin de transporter l ’énergie électrique avec le moins de pertes
possible.

élévateur abaisseur

GS
3
380/6 kV 6 kV /380 V
380 V

1
Symbole du transformateur :

2
Utilité du transformateur
pour le transport de
l’énergie électrique

3
Résistance de la ligne d’alimentation
supposés en phase avec 220V
1,5 
150 A

récepteur 220 V
V=?

V = 220 + 150 x 1,5 = 445 V

4
P = R.I2 =1,5.1502 = 33750 W

Putile=150x220=33000 W
1,5 
150 A

récepteur 220 V
V=?

Pertes > Putile


5
T1
1,5  T2 150 A

V=? 220 V

élévateur abaisseur

6
Transfo parfait :

V2 N2
=
V1 N1

La puissance absorbée au primaire est intégralement fournie au


secondaire, il n’y a pas de pertes.

V1.I1 = V2.I2

V2 N2 I1
= = =m
V1 N1 I2

7
T1
1,5  T2 150 A

V=? V21
V22= 220 V
élévateur abaisseur

V2 N2
=  V21= 25xV22 = 25x220 V= 5500 V
V1 N1

8
T1
1,5  T2 I22 =150 A
I21
V=?

V22= 220 V
élévateur abaisseur

I21 = I22 / 25 = 150/25=6 A

9
T1
1,5  T2 I22 =150 A
6A
V=? R.I

V22= 220 V
élévateur abaisseur

R.I = 6 x 1,5 = 9 V

Pertes = R.I2 = 1,5 x 62 = 54 W

10
T1
1,5  T2 I22 =150 A
6A
V=? V12
V22= 220 V
élévateur abaisseur

V12 = (25x220 + 9) = 5509 V

11
T1
1,5  T2 I22 =150 A
6A
V11 V12
V22= 220 V
élévateur abaisseur

V11 = (25x220 +9)/25 = 220,36 V

12
à quoi ressemblent les
transformateurs ?

13
Transformateur de poteau 20 kV / 380 V

14
Transfo tri 450 MVA, 380 kV

15
Transformateur d ’interconnexion de réseau

16
Transformateur triphasé 250 MVA, 735 kV d ’Hydro-Quebec

17
15 MVA, 11000V/2968V, Dy1/Dd0, 50 Hz, 30 tonnes

18
Transfo mono
600 kV
Pour
TCCHT

19
Transformateur sec monophasé : 1000 VA 50 Hz, 220V/110 V

20
21
Constitution-Principe

22
Un transformateur comprend :
• un circuit magnétique fermé, feuilleté
• deux enroulements :
• le primaire comportant n1 spires
• le secondaire comportant n2 spires

I1 I2

V1 V2

23
Circuit magnétique de transformateur triphasé à 3 colonnes

24
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Flux
inducteur

25
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Flux induit, loi de


Lenz

26
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Pour créer le flux induit, des boucles de courant


prennent naissance dans le métal

27
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Ces courants créeraient des pertes Joule suceptibles


d ’échauffer fortement le métal.
28
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

En feuilletant le métal, on empêche le


développement des courants de Foucault

Courant de Foucault très


faibles
29
équations du transformateur

30
 I1
F1
V1 n1
générateur

I2

F2 n2
V2
récepteur

31
m1

i1 i2
+ +

f1 f2 n2
n1

- -

m2
32
m1

i1
+

f1
n1

33
m1

i2
i1 +
+

f1 f2 n2 récepteur


n1

- -

m2
34
Chaque bobine produit un flux propre :

n11  n1   f 1   m1 


n2  2  n2   f 2   m 2 
Le flux mutuel est égal à :  m   m1   m 2

Flux totaux :

n11Total  n1   f 1   m   n1  1   m 2 


n2  2Total  n2   f 2   m   n2   2   m1 
35
Flux traversant 1 spire du primaire : 1 =  + F1

Flux à travers le circuit


magnétique

Flux de fuite

Flux traversant 1 spire du secondaire : 2 =  - F2

Flux à travers le circuit


magnétique

Flux de fuite
36
Le flux commun  est donné par la relation d ’Hopkinson :

n1 I1 - n2 I2 = R
Les flux de fuites se refermant dans l ’air :

n1 F1 = l1 I1

n2 F2 = l2 I2

37
Rappels : la transformation cissoïdale

j ( t + )
a(t) = A sin( t + )  A e =A

d d j ( t + ) j ( t + )
A sin( t + )  Ae =Aje
dt dt
=jA

38
Équations du transformateurs :

équation de maille du primaire :


V1 = R1 I1 + j  n1 1

équation de maille du secondaire :


j  n2 2 = R2 I2 + V2

Relation d ’Hopkinson

n1 I1 - n2 I2 = R
39
Équations du transformateurs :

V1 = R1 I1 + j  n1 1

V2 = - R2 I2 + j  n2 2

n1 I1 - n2 I2 = R
Ces équations ne tiennent pas compte des pertes
fer dans le circuit magnétique.

40
Le transformateur parfait :

l l
 n ’a pas de fuites magnétiques : 1 = 2 = 0

 n ’a pas de pertes Joule : R1 = R2 = 0

 n ’a pas de pertes fer

 possède un circuit magnétique infiniment perméable : R= 0

41
Les équations se simplifient :

V1 = + j  n1 1

V2 = j  n2 2

n1 I1 - n2 I2 = 0

42
On obtient les relations fondamentales suivantes :

V2 I1
n2

V1 n1 I2

V2
n2 Selon n2/n1, le transformateur
n1 élève ou diminue la tension
V1

43
Le flux  est lié à la tension d ’alimentation V1

V1
V1 = + j  n1 1  =  n1

Si la section du circuit magnétique est S,

 Bmax 2
Beff = =  Bmax = V1  Bsaturation
S 2  n1 S

44
Application :

Si un transfo est prévu pour être alimenté, au primaire,


en 220 V 50 Hz, peut-il fonctionner correctement en 60 Hz ?

2 V1 =
2 220
 Bsaturation
 n1 S 2  50 n1 S

2 220  2 220
 2  50 n1 S
2  60 n1 S

Ça fonctionne !
45
Application :

Si un transfo est prévu pour être alimenté, au primaire,


en 220 V 60 Hz, peut-il fonctionner correctement en 50 Hz ?

2 V1 =
2 220
 Bsaturation
 n1 S 2  60 n1 S

Nous aurons au moins :

2 220
  2 220
 Bsaturation
2  60 n1 S 2  50 n1 S
46
Nous pourrons même avoir :

2 220  2 220
 Bsaturation  2  50 n1 S
2  60 n1 S

Ça risque fort de chauffer !

L ’impédance d ’une bobine à noyau ferromagnétique


chute lorsque le « fer » est saturé.

47
B ou  SATURATION

e=f.c.e.m.=d/dt
petit

I
e=f.c.e.m.=d/dt
grand
48
Pour une même d.d.p. , à 60 Hz l ’intensité passe moins
longtemps dans la bobine primaire au cours d’une demi
période qu’en 50 Hz, B atteint une valeur moins importante
en 60 Hz qu’en 50 Hz.

Conclusion : ne pas utiliser un transfo en-dessous de sa


fréquence nominale.

49
Si la section du circuit magnétique est S,

Bmax = 2 V1  2
n1.S = V1
 n1 S  Bmax

n1.S = 2 V1
2f Bmax

2
V  n1.S = V1
2 f  Bmax
50
V2 I1
n2
 La phase de V2 et de V1
V1 n1 I2

ou de I1 et I2 est la même.

j  t + 1
A1 e
= réel  1 = 2
j  t + 2
A2 e

51
Le rendement d ’un transformateur parfait est égal à 1

P1 = V1 I1 cos 1 = V2 I2 cos 2 = P2

52
Impédance ramenée du secondaire au primaire
ou réciproquement
I1 I2 Z2

+
V1 V2 E2

n1 n2
Question posée :

Quel est le modèle de Thévenin sur lequel débite le primaire

53
I1 Z1

+
V1
E1

Z1 = ?
E1 = ?

54
I1 I2 Z2

+
V1 V2 E2
n1 n2

V2 = E2 + Z2 I2
n1
n1 (E2 + Z2 I1)
V1 =
n2 n2

n1 E2 + ( n1 )2 Z2 I1 à identifier avec
V1 =
n2 n2

V1 = E1 + Z1 I1

55
E1 = n1 E2
n2

Z1 n1 2
= ( )
Z2 n2

56
Cette propriété est utilisée en électronique pour
réaliser des adaptateurs d ’impédance.

Exemple, on souhaite connecter un amplificateur


dont l ’impédance de sortie est de 4  sur des
haut-parleurs d ’impédance 8 .

Le théorème de l ’adaptation d ’impédance nous


indique que le transfert d ’énergie est optimum
lorsque les impédances de sortie et de charge
sont égales.

57
4

~ ? 8

Le transfo est tel que vu du primaire, la charge


apparaisse comme valant 4 .

Z1
= (
n1 2 4
)=  n2
= 2
Z2 n2 8 n1
58
Transformateur parfait :
A
0

V1 ~ I2 = 0

I1 = 0

59
Transformateur réel :
A
0

V1 ~

I2 = 0 et I1 = 0

60
Transformateur réel à vide
à vide  I2 = 0

Pour un transfo parfait, I2 = 0  I1 = 0


Or, un transfo réel absorbe un courant I1  0 si I2 = 0.

On ne peut plus négliger R, les équations deviennent


V1 = + j  n1 1

V2 = j  n2 2

n1 I1 - n2 I2 = R
61
Le bobinage primaire absorbe un courant égal à :

I1 =
n2
I2 + R V1
n1 j  n12

R V1
est le courant magnétisant noté I10
j  n12

V1 V1 n12
I10 = = avec L1 =
j
n12 j  L1 R
R
62
Relation d ’Hopkinson : n I = R
Expression de l ’inductance : n  = L I

n n nI n2
L= = =
I I
R R

63
Modélisation du transformateur

64
Schéma équivalent :

I1 n2 I2
n1 I2
I10

V1 V2
L1
n1 n2

Transformateur
parfait 65
Diagramme de Fresnel :

V1

2
V2 I2 *n2/n1
1
I1

I10 

66
Prise en compte des pertes fer :

Le flux alternatif provoque des courants de Foucault


qui, bien que diminués par le feuilletage du circuit magnétique,
échauffent ce dernier.
Le flux alternatif provoque également des pertes par
hystérésis (retournement des petits aimants élémentaires).

En plus du courant absorbé I10 pour faire circuler le flux ,


le primaire absorbe une intensité I1F en phase avec la tension
V1 et responsable des pertes fer.

I1F est une intensité active, en phase avec V1

I10 est une intensité réactive en quadrature avec V1

67
Pfer = V1 I1F = V1 I1V cos 1v

I1V = I10 + I1F


1v déphasage entre V1 et I1V

V1 1v

I1V
I1F

I10
68
Les pertes fer sont approximativement proportionnelles à
la tension V1 et proportionnelles au carré de la fréquence
de V1.

V12
Pfer = V1 I1F =
Rf

69
Schéma équivalent :

I1 n2 I2
n1 I2

I1V

I1F I10 V2
V1
Rf L1
n1 n2

Transformateur
parfait

70
n2 I2 + I1V
I1 =
n1

V2
n2

V1 n1

Lorsque le courant absorbé par la charge placée au


secondaire est très important, I1 >> I1V, le transfo
se comporte à peu prés comme un transfo parfait.

71
Schéma équivalent du transfo réel en charge
Lorsque les courants absorbés sont importants, on doit prendre
en compte :
• les chutes de tension dans les résistances ohmiques
des bobinages primaires et secondaires.

• les chutes de tension dans les inductances de fuites.

V1 = (R1+ j  l1) I1 + j  n1 1
V2 = - (R2 + j  l2) I2 + j  n2 2
n2 I2 + I1V = n2
I1 = I2 + I10 + I1F
n1 n1
72
Schéma équivalent du transfo réel en charge

I1 R1 l1 n2 I2
n1 I2 l2 R2

I1V

I1F I10
V1 V2
Rf L1
n1 n2

Les chutes de tension aux bornes de R1 et l1 étant faibles


devant V1, on peut intervertir (Rf, L1) et (R1, l1).
73
Schéma équivalent du transfo réel en charge

I1 R1 l1 n2 I2
n1 I2 l2 R2

I1V

I1F I10
V1 V2
Rf L1
n1 n2

Appliquant le théorème du transfert d ’impédance, on peut


ramener R1 et l1 au secondaire en les multipliant par
(n2/n1)2
74
Schéma équivalent du transfo réel en charge

En les groupant avec R2 et l2, on pose :


n2 2
Rs = R2 + ( ) .R1
n1
2
l l
s = 2 +(
n2
n1
) . l1

75
Schéma équivalent du transfo réel en charge

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10
V1 n2 V2
V1 V1
Rf L1 n1
n1 n2

Transfo parfait

76
Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10
V1 n2 V2
V1 V1
Rf L1 n1
n1 n2

Réluctance du circuit magnétique

77
Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10
V1 n2 V2
V1 V1
Rf L1 n1
n1 n2

Pertes fer

78
Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10
V1 n2 V2
V1 V1
Rf L1 n1
n1 n2

Pertes cuivres = effet Joule

79
Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10
V1 n2 V2
V1 V1
Rf L1 n1
n1 n2

Fuites de flux

80
Équation de Kapp = équation de maille du secondaire

n2 . V1
n1 l
= V2 + (Rs + j  s) I2

n2 . V1
n1
l
j s I2
2 V2 2

I2 Rs I2
Diagramme de Kapp 81
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai à vide :

I2 = 0
A

V1 V2
~

V2 n2
=
V1 n1

82
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai à vide :
I1V

W I2 = 0
A

~ V1

P1V
cos 1v =
P1V V1 I1V

83
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai à vide :

I1F = I1V cos 1v

I10 = I1V sin 1v

I1 très faible, on considère que les pertes cuivres


sont nulles.

84
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai en court-circuit : V1cc


P1cc I2cc

W I2
A

V1 A
~

Le secondaire est en court-circuit, donc le primaire doit être


alimenté sous faible tension.

85
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai en court-circuit :

W I2
A

V1 A
~

V1 très faible, on considère que les pertes fer sont nulles.

2
P1cc  Rs I2cc  Rs
86
Le diagramme de Kapp se réduit à un triangle rectangle
V2 = 0

n2 . V1cc
n1
l
j s I2cc

R2 I2cc
n2 2 2
l
 s I2cc =
(
n1
V1cc ) - (Rs I2cc)  ls
87
Chute de tension

Diagramme vectoriel de Kapp


V20

n2
n1
. V1
l
j s I2
2 V2 2

V2
I2 Rs I2

Rs I2 cos2

l  I sin
s 2 2
88