Vous êtes sur la page 1sur 7

La compréhension humaine

dans l’art de délibérer


David CAPES 5 janvier 2007 Sénart - Université pour tous

Edgar Morin à Sénart => 3 objectifs :


• se comprendre soi-même
• comprendre les autres
• apprendre à comprendre

QUATRES enjeux spécifiques aux contextes de délibération =>


• 1 _ La compréhension est liée à une Situation Problématique Complexe.
• 2 _ Les compréhensions subjectives & intersubjectives sont prises en charge dans une
dynamique d’apprentissage collectif de l’inter-compréhension aboutissant à un
travail de production de représentations partageables d’un réalité reconnue comme
telle, évaluée en l’état et comme pouvant être améliorée : « objectivation mélioriste ».
• 3 _ Cette dynamique d’apprentissage collectif situé est associable à un temps de
projet de gestion de la situation de délibération, modélisable en 4 étapes.
• 4 _ L’évaluation, la révision, l’amélioration de ces outils de conceptualisation suppose
la confrontation à des situations expérimentées, nous en exposerons deux,
souhaitant échanger avec le public sur d’autres situations rencontrées ou à construire.
1
L'intercompréhension aidant
à délibérer, s’appliquant à des
« situations problématiques complexes »

une situation délibérative


peut être conçue
comme une
[ situation - problématique - complexe ]
ce qui suppose :

1 _ des dynamiques dans l’espace et dans le temps caractérisant la [situation],


associées à
2 _ un ensemble de problèmes [problématique ] correspondant à des
insatisfactions et/ou des incertitudes en interaction,
s’appuyant sur… et se référant à…
des données quantitatives et qualitatives,
à des critères axiologiques et mélioratifs,
et/ou à des besoins de connaissances,
3 _ cet ensemble socio-cognitif et d’agir concret étant
en interdépendance [complexe].
2
La dynamique d’intercompréhension
entre quatre pôles d’assertions
Une dynamique d’intercompréhension
opère du fait d’interactions entre quatre pôles
d’affirmations / prises de position ( assertions ) :
<-> sur l’axe qui relie le subjectif à l’intersubjectif
<-> sur l’axe qui relie le rationalisé à l’objectivé

Les interactions se
traduisent par des
Ces interactions intersubjectif dissonances socio-
réalisent un travail de cognitives et des
production de opérations :
représentations
partageables d’un
rationalisé objectivé de persuasion,
réalité reconnue
comme telle, évaluée de rationalisation,
en l’état et comme d’expérimentation,
pouvant être subjectif
de constatation,
améliorée, il s’agit de concrétisation…
d’une « objectivation 3
mélioriste ».
La gestion d’une situation délibérative
s’inscrit dans un temps de projet
modélisable en 4 étapes
Cette modélisation n’est qu’un arrière-
plan méthodologique et méta-cognitif
pour le gestionnaire ou le participant à la
situation délibérative.

Etape 1 : Favoriser l’expression personnelle et collective en réponse à des questions


du type : “qu’est ce qui pose problème dans la situation ?”, “comment sait-on que la
situation est insatisfaisante ?”, “par référence à quels manques ou à quelles
améliorations possibles dit-on que cela pose un (ou plusieurs) problème(s)
et donc => “vers quels changements s’orienter ?”,
Etape 2 : Restituer, regrouper, reformuler les affirmations recensées
en tant qu’elles relèvent des quatre pôles et des traitements précités.
Etape 3 : Proposer et négocier des modalités de mises en débat
et traitement des enjeux de délibération, mises en débat orientées
vers des capacités de production de résultats appropriables,
testables, constatables, concrétisables, évaluables.
Etape 4 : Accompagnement des productions collectives de :
décisions, planification d’actions, modalités et critères d’évaluation,
4
échéances de repositionnement de délibérations.
Premier exemple : situation délibérative de
gestion des politiques du stationnement
Une Municipalité avec centre-ville historique
veut gérer différemment les règles de
stationnement en vue de favoriser
le dynamisme économique
Assertions intersubjectives : 1/ nous
avons besoin de règles de
stationnement mieux ajustées aux
contraintes d’activités économiques, 2/
la Mairie doit débloquer les décisions…

Assertions objectivées : 1/ les


Assertions rationalisées : après avoir chevauchements d’attribution
recenser les problèmes exprimés, il (Etat/Intercomm/Commune)
ressort que les améliorations bloquent les améliorations, 2/
prioritaires attendues relèvent 1/ de des efforts ont été faits pour
l’action des fourrières et 2/ des satisfaire les besoins des
localisations des places réservées habitants/électeurs …

Assertions subjectives : 1/ je constate que


les habitants subissent moins de
contraintes que moi chef d’entreprise, 2/ en
tant que Maire, je ne peux pas tout décider
(mais je peux proposer de coordonner)… 5
Deuxième exemple de situation délibérative :
concilier hydro-électicité et halieutique
Une intercommunalité veut concilier sur son
territoire le développement d’un tourisme de
pêche et la présence d’activités hydroélectriques

Assertions intersubjectives : 1/ nous


avons intérêt à mettre en place des
solutions qui valorisent les deux
activités, 2/ nous devons éviter les
solutions simplistes et chercher à
innover, 3/ l’emploi c’est prioritaire …
Assertions rationalisées : 1/ il faut
caractériser les périodes sensibles Assertions objectivées : 1/ la pêche
sources de conflit et enjeux est porteuse d’un potentiel de
financiers, 2/ il est possible de développement touristique, 2/ les
concevoir des techniques d’alerte, gains économiques et d’emplois
de synchronisation, de gestion des favorisent l’hydroélectricité …
activités en période sensible.

Assertions subjectives : 1/ je ne peux pas


développer le tourisme de pêche si les
lâchers d’eau hydroélectriques détruisent
les frayères, 2/ je ne peux pas équilibrer le
budget de la commune sans les revenus de 6
l’hydroélectricité …
La compréhension humaine
dans l’art de délibérer
David CAPES 5 janvier 2007 Sénart - Université pour tous

Edgar Morin à Sénart => 3 objectifs :


• se comprendre soi-même
• comprendre les autres
• apprendre à comprendre

Appliqués à la gestion d’une situation délibérative, ces trois objectifs sont ainsi
traduits; il s’agit :
1 _ d’appliquer à soi-même un effort de compréhension du statut des
assertions que “je” soutiens personnellement ou que “nous” soutenons
collectivement,
2 _ de partager avec les autres un système et des visées
de compréhension des assertions avec lesquelles un
« nous » sommes engagés dans une délibération,
3 _ d’orienter les apprentissages collectifs de
l’inter-compréhension vers des améliorations du statut des
assertions (personnelles, collectives, institutionnelles, politiques,
scientifiques..) mobilisées dans la délibération et agissant sur la situation. 7