Vous êtes sur la page 1sur 385

Les Fatawa Du Comite Permanent (www.alifta.

net)
Tome 1
Les Dogmes Religieux
Compilé par www.islam-dine-rappel-pdf.com et http://kitabpdf.wordpress.com

SOMMAIRE DES CHAPITRES

Catégories de Tawhîd (monothéisme)


Tawhid-ul-Rububiyyah (unicité du Seigneur)
l'Unicité divine
L'imploration du secours et l'invocation d'un autre qu'Allah
Chercher de l'aide
Chercher protection
Voeu
Immolation destinée à acheter la faveur d'un autre qu'Allah
Vénérer un autre qu'Allah (Qu'Il soit Exalté)
L'exorcisme (la Roqya) et les amulettes
Le pouvoir de l'œil
Possession des djinns et son traitement
Traitement des troubles psychologiques
Les amulettes
Se posterner devant un autre qu'Allah
Jurer par autre qu'Allah
La crainte
Désespèrer de la miséricorde d'Allah
Se confier à Allah "At-Tawakol"
Le rigorisme religieux
L'exagération dans la construction des tombes et l'édification de
mosquées au-dessus de ces tombes
Exagérer au sujet du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam)
Voir le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en songe
La supplication At-Tawasol"
La bienveillance traduit l'obéissance - par la bienveillance se fait
l'obéissance
La sorcellerie
Les miracles : vérité et mensonge
Le mauvais augure
La photographie
les grands péchés
"Al Chirk Al Akbâr ""polythéisme majeur"""
Polythéisme mineur
l'intention
Les fausses divinités "At-Tawâghit"
Les catégories du Tawhîd (l'Unicité)

La première question de la Fatwa numéro ( 9772 ) :

Q1: Que veut-on dire par Tawhîd Ar-Roboubiyya (l'Unicité du Seigneur),


Tawhîd Al-'Olouhiyya (l'Unicité de Sa divinité) et Tawhîd Al-'Asmâ' Was-
Sifât Wadh-dhât (l'Unicité de Ses noms et Ses attributs et de Son
essence)?

R1 : Tawhîd Ar-Roboubiyya (l'Unicité du Seigneur) consiste à attribuer à


Allah Seul des actes, comme: le fait de créer le monde, d'octroyer la
subsistance aux hommes, de les ressusciter, de les faire mourir, etc. Quant
au Tawhîd Al-'Olouhiyya (l'Unicité de Sa divinité), cela consiste à diriger
toute adoration à Allah Seul, comme: l'acquittement de la prière (As-Salâ),
l'observation du jeûne (As-Siyâm), l'accomplissement du grand pèlerinage
(Al-Hadj), le versement de l'aumône prescrite (Az-Zakâ), les vœux les
offrandes, etc. Alors que Tawhîd Al-'Asmâ' Was-Sifât (l'Unicité de Ses noms
et attributs) consiste à décrire Allah Le Tout Puissant en usant des noms et
des attributs qu'Il S'est donnés Lui-même (dans Son Livre) ou par le
truchement de Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), sans
anthropomorphisme ni assimilation ni altération ni dénigrement des
attributs d'Allah, (Exalté soit-Il).

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Prière et la Bénédiction d'Allah


soient sur son Messager, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Affifî
Ghoudayân ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 8943 ) :

Q1: Quelles sont les différentes catégories du Tawhîd (l'Unicité) avec la


définition de chacune d'elles ?

R1: Les catégories du Tawhîd (l'Unicité) sont au nombre de trois: Tawhîd Ar-
Roboubiyya (l'Unicité du Seigneur), Tawhîd-Al-'Olouhiyya (l'Unicité de Sa
divinité) et Tawhîd Al-'Asmâ' was-Sifât (l'Unicité de Ses noms et attributs).
D'abord, Tawhîd Ar-Roboubiyya, c‟est avoir la conviction qu'Allah Seul est Le
Créateur, Le Pourvoyeur de la subsistance, c'est Lui Qui donne la vie et Qui
donne la mort, ainsi qu'Il est le Seul à gérer en Maître absolu le Royaume
des cieux et de la terre. Avoir également une foi convaincue qu'Allah l'Exalté,
est le Seul Digne de juger et de promulguer les législations en envoyant des
Messagers et en révélant des Livres Célestes, Allah, (l'Exalté) a dit : Al-A‟râf
7: Verset 54 La création et le commandement n'appartiennent qu'à Lui.
Toute gloire à Allah, Seigneur de l'Univers! Tawhîd-Al-'Olouhiyya (l'Unicité
de Sa divinité): C‟est de vouer à Allah, L'Exalté, toutes sortes d'adoration.
Nul autre que Lui ne doit être adoré, nul autre que Lui ne doit être invoqué,
nul autre que Lui ne doit être appelé au secours ou à l'assistance. On ne fait
de vœux, ni d'offrandes que pour Lui, on n'égorge de sacrifices que pour Lui.
Allah, (L'Exalté), a dit : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 162 Dis: «En vérité,
ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah,
Seigneur de l‟Univers. Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 163 A Lui nul
associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me
soumettre.» Il, (Exalté soit-Il), a dit également : L'abondance(Al-Kawthar)
108: Verset 2 Accomplis la Salât pour ton Seigneur et sacrifie. Quant au
Tawhîd Al-'Asmâ' was-Sifât (l'Unicité des noms et des attributs d'Allah): C'est
de nommer Allah, le Très-Haut, par les noms qu'Il s'est donné Lui-même et
de Lui attribuer les qualités qu'Il S'est attribué Lui-même dans Son Livre ou
par la voie de Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dans les Hadiths
authentiques, tout en Lui attribuant ces noms et attributs sans
anthropomorphisme ni assimilation ni interprétation erronée ni
dénigrement des attributs divins: La consultation(Ach-Choûrâ) 42: Verset 11
Il n'y a rien qui Lui ressemble; et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant.

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète


Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Affifî Allah ibn Bâz

Tawhîd Ar-Roboubiyya (L'unicité du Seigneur)

La gestion du monde

La première question de la Fatwa numéro ( 9272 ) :

Q1: Est-ce que celui qui croit qu'un autre qu'Allah peut gérer le monde
est un mécréant ?

R1: Quiconque croit en cela est mécréant parce qu‟il a associé quelqu'un
d'autre à Allah dans Sa souveraineté ; il est même plus mécréant que
beaucoup de polythéistes qui ont associé à Allah d'autres divinités.

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète


Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du comité Président
`Abd-Ar-Razâq Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz
La question 3 et 4 de la Fatwa numéro (782) :

Q3: Sa teneur: (Nous avons des enfants et nous voulons leur apprendre
à méditer sur l'œuvre de la création d’Allah, (Gloire et Pureté à Lui). La
terre qui est au-dessus de la surface de l'eau, qu'est-ce que la porte
sur l'eau ? On dit aussi que: "la terre est formée de sept couches; et que
chaque couche est peuplée d'habitants"; parmi ce qu'on cite également:
"entre autres ces couches terrestres, il y en a de ceux qui sont de
pierres d'argile sèche (Sidjîl) plus brûlantes que le feu, Allah y place les
âmes des damnés et des incrédules". On rapporte de même que "Hâroût
et Mâroût sont des anges tourmentés dans la terre". Qu'Allah vous
récompense! Dites-nous! Quel est leur châtiment) ?

R3: Premièrement: Il n'y a point de terre au-dessus de la surface de l‟eau


pour que tu demandes sur quoi elle est portée sur l'eau; mais plutôt, au-
dessus de l‟eau, il y a les couches de l'atmosphère et le ciel; et les autres
éléments du cosmos se maintiennent à leur état et gardent leurs places
prédestinées par la Volonté d'Allah, (l'Exalté). Allah, (Le Très Haut), a dit: Le
Créateur(Fâtir) 35: Verset 41 Allah retient les cieux et la terre pour qu'ils ne
s'affaissent pas. Et s'ils s'affaissaient, nul autre après Lui ne pourra les
retenir. I Cette stabilité réside peut-être dans un secret qu‟Allah a confié
(par ordre divin révélé) à ces créations et que seuls connaissent ceux
auxquels Allah a facilité les moyens de le découvrir parmi les savants
spécialisés dans les signes universels et autres. Dans[le Sahîh d'Al-
Boukhârî]d'après `Alî (qu'Allah soit satisfait de lui): Parlez aux gens (en
matière de la religion) selon leur intelligence, voulez-vous qu'on démentisse
ce qu'Allah et Son Messager avaient dit .

Deuxièmement: Allah a indiqué que la terre est formée de sept couches. Il a


dit: Le divorce(At-Talâq) 65: Verset 12 Allah qui a créé sept cieux et autant
de terres. Outre ce verset, les savants qui ont épuisé un effort personnel de
raisonnement, ont affirmé que: "ce sont des couches qui se superposent les
unes aux autres et qui sont séparées par l'air; et que chaque couche est
peuplée d'habitants parmi les créatures d'Allah, en tirant leur argument de
la Parole du Très Haut: Le divorce(At-Talâq) 65: Verset 12 Entre eux (Son)
commandement descend, afin que vous sachiez qu'Allah est en vérité
Omnipotent et qu'Allah a embrassé toute chose de (Son) savoir. Parmi eux
également ceux qui ont dit qu'elle était formée de sept couches collées les
unes aux autres, en tirant l'argument du Hadith: Quiconque s'empare
illégalement d'une parcelle de terre, Allah lui enserrera le cou avec sept
terres le jour du jugement dernier .

Troisièmement : (Sidjjîn) est une affaire qui fait partie de Inconnaissable


(Al-Ghayb) que nous ne devons pas discuter que dans la limite de ce que est
indiqué par Allah dans Son Livre ou dans ce que Son messager (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) nous a expliqué. Allah, (L'Exalté), a dit: Les fraudeurs(Al-
Moutaffifîn) 83: Verset 7 Non...! Mais en vérité le livre des libertins sera
dans le Sijjîn - Les fraudeurs(Al-Moutaffifîn) 83: Verset 8 et qui te dira ce
qu‟est le Sijjîn? - Les fraudeurs(Al-Moutaffifîn) 83: Verset 9 Un livre déjà
cacheté (achevé). Nous devons donc croire en cela sans y ajouter mot, sinon
nous risquons de transgresser les limites de ce qu‟Allah nous a interdit
lorsqu'Il dit: La voyage nocturne(Al-„Isrâ‟) 17: Verset 36 Et ne poursuis pas
ce dont tu n'as aucune connaissance.

Quatrièmement : Hâroût et Mâroût sont deux parmi les anges d'Allah, qu'Il
envoya pour mettre Ses serviteurs à l‟épreuve; ils n‟ont fait que ce qu‟Allah
leur avait commandé de faire. Ils étaient donc obéissants aux ordres d'Allah
dans ce dont ils étaient chargés. C'est à Allah d'éprouver Ses serviteurs
comme bon Lui semble; point de rival qui puisse contester Son jugement ni
Sa légitimité. Allah, l'Exalté, a dit: La vache(Al-Baqara) 2: Verset 102 Et ils
suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que
Solayman n‟a jamais été mécréant mais bien les diables: ils enseignent aux
gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârout et
Mârout, à Babylone; mais ceux-ci n‟enseignaient rien à personne, qu‟ils
n‟aient dit d‟abord: «Nous ne sommes rien qu‟une tentation: ne sois pas
mécréant» .

Quant aux dires qu‟ils étaient deux anges et se sont métamorphosés en


deux hommes pour avoir commis les péchés, et que l'accès aux cieux leur a
été interdit et qu'ils subissent des tourments dans le monde ici-bas ou qu'ils
sont suspendus par les cheveux, tout ce fatras de mensonges et autres
propos pareils sont de la parole des menteurs parmi les conteurs. Il incombe
donc au musulman de rejeter ces propos et d‟éviter la lecture des livres
suspicieux comme celui de (Badâ'i‟ Az-zohour Fi Waqâ'i‟ Ad-Dohour). En fait,
son auteur et ses semblables sont eux qui forgent de tels mensonges. Allah
Sait mieux.

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète


Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn Solymân `Abd-Allah ibn `Abd Ar-Rahman 'Abd-Ar-Razâq
ibn Manî` ibn Ghadayân `Affifî

Q4: Sa teneur : ( Le Rocher de Jérusalem qui était le point de départ de


la monture du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lors de son
Ascension, on dit qu’il (ce rocher) est suspendu grâce au pouvoir divin.
Veuillez nous donner votre avis religieux à ce sujet, Qu'Allah vous
rétribue par le bien!

R4 : Toute chose est placée dans son ordre établi par la permission d'Allah
soit dans les cieux et ce qu'ils comportent, soit dans les terres et ce qu'elles
renferment, y compris le rocher sur lequel porte la question. Allah, (le Très
Haut), a dit: Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 41 Allah retient les cieux et la
terre pour qu'ils ne s'affaissent pas. Et s'ils s'affaissaient, nul autre après Lui
ne pourra les retenir. I Allah,l'Exalté, a dit également: Les romains(Ar-
Roûm) 30: Verset 25 Et parmi Ses signes le ciel et la terre sont maintenus
par Son ordre; Le Rocher de Jérusalem n'est pas suspendu dans l'espace ni
entouré d'air de partout, il reste plutôt encore attaché d‟un côté à la
montagne dont il fait partie, en état de consistance avec elle, et tous les deux
(ce rocher et cette montagne) existent encore à l'endroit où ils sont par les
mêmes raisons cosmiques normales établies comme il en est du reste des
créatures de l'univers. Nous ne nions pas là la Puissance d'Allah de retenir
une partie du cosmos dans l'espace. Tout l'ensemble des créatures existent
dans l'espace par la Puissance d'Allah comme nous l'avons déjà dit, comme
Allah a brandi le mont At-Tour sur le peuple de Moïse lorsqu'ils se sont
abstenus de suivre les commandements qu'il les leur avait apportés, et le
mont (At-Tour) était suspendu dans l'espace par le Pouvoir d'Allah, (l'Exalté)
, qui a dit: La vache(Al-Baqara) 2: Verset 63 (Et rappelez-vous) quand Nous
avons contracté un engagement avec vous et brandi sur vous le Mont -:
«Tenez ferme ce que Nous vous avons donné et souvenez-vous de ce qui s‟y
trouve afin que vous soyez pieux!» et Il a dit également: Al-A‟râf 7: Verset
171 Et lorsque Nous avons brandi au-dessus d‟eux le Mont, comme si c‟eût
été une ombrelle. Ils pensaient qu‟il allait tomber sur eux. «Tenez fermement
à ce que Nous vous donnons et rappelez-vous son contenu. Peut-être
craindrez vous Allah». Mais nous tenons à faire montrer la réalité, et la
réalité est que le rocher qui existe à Jérusalem (Bayt Al-Maqdis) n'est pas
complètement suspendu dans l'espace et n'est pas séparé de tous ses côtés
de la montagne, mais il lui reste lié, formant un tout inséparable.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn Solymân `Abd Al-Allah ibn `Abd-Ar- `Abd-Ar-Razâq
ibn Mani` Rahman ibn Ghadayân `Affifî

La Fatwa numéro ( 8805 ) :

Q: Est ce que le Coran mentionne les sept terres ou bien il y a un hadith


d'après le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) portant sur ce sujet,
car c'est un sujet de discorde entre nous? Dans quelle Sourate du
Glorieux Coran ou bien dans quel Hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam), ceci est-il mentionné? Qu'Allah vous rétribue de la
meilleure récompense.

R : Il est confirmé dans le Glorieux Coran qu'Allah a créé sept terres comme
Il a créé sept cieux. A ce propos, (l'Exalté ) a dit: Le divorce(At-Talâq) 65:
Verset 12 Allah qui a créé sept cieux et autant de terres. Entre eux [Son]
commandement descend, afin que vous sachiez qu‟Allah est en vérité
Omnipotent et qu‟Allah a embrassé toute chose de [Son] savoir. Il est
prouvé aussi dans le Hadith authentique que les terres sontau nombre de
sept, Al-Boukhârî et Mouslim ont rapporté d'après Sa'îd ibn Zayd, qu'Allah
soit satisfait de lui, que le Messager d‟Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
avait dit: Quiconque s'empare illégalement d'une parcelle de terre, Allah lui
enserrera le cou avec sept terres le jour du jugement dernier". Dans les
deux Sahîh, d'après `A'îcha, il existe un Hadith élevé au Prophète (Marfou`)
dans ce sens.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn 'Abd Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Affifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 1542 ) :

Q: Nous trouvons et nous lisons dans certains journaux arabes des


nouvelles à propos des opérations chirurgicales effectuées par certains
médecins en Europe pour changer le sexe, ainsi cette intervention
change le mâle en femelle et vice versa, est-ce que c'est permis, n'est-il
pas une sorte d'intrusion dans les affaires du Créateur Qui possède
exclusivement le pouvoir de créer et de façonner? Quelle est la position
de l'Islam sur ce sujet?

R1 : Parmi les créatures, personne ne pourrait changer le mâle en femelle ou


la femelle en mâle, cela ne leur incombe pas et est au-delà de leurs
compétences humaines et dépasse les limites de leur capacité quel que soit
le niveau de leur savoir et de leurs connaissances en ce qui concerne la
matière et ses spécificités. Il s'agit là d'une affaire divine par excellence,
comme Allah, (l'Exalté) , a dit: La consultation(Ach-Choûrâ) 42: Verset 49 A
Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu‟Il veut. Il fait
don de filles à qui Il veut, et don de garçons à qui Il veut, La
consultation(Ach-Choûrâ) 42: Verset 50 ou bien Il donne à la fois garçons et
filles; et Il rend stérile qui Il veut. Il est certes Omniscient et Omnipotent.

Au début de ce verset, Allah, (Gloire et Pureté à Lui), nous indique qu'Il est
assurément le Seul capable d'accomplir un tel acte, et à la fin du verset, Il
nous a montré la raison de cela qui est la perfection de Son Omniscience et
de Son Omnipotence. Mais dans certains cas, on trouve que l'organe génital
du nouveau-né porte à confusion alors on ne saurait s'il est garçon ou fille. Il
se peut qu'on croie d'abord qu'il s'agit d'une fille alors que l'enfant est en
réalité un garçon ou vice versa. A l‟âge de puberté, ambiguïté se dissipe le
plus souvent, et la vérité se révèle manifestement. Dans ce cas, les médecins
lui effectuent une intervention chirurgicale pour l'aider à s‟accommoder avec
la réalité de son sexe masculin soit-il ou féminin. Peut-être cela n'exigerait-il
pas nécessairement une opération ou une chirurgie. Ce que les médecins
font en pareils cas, consiste en fait à mettre à nu la réalité sexuelle du
patient, leur intervention chirurgicale ne vise donc pas d'opérer le
changement de sexe. Ceci dit, on comprend donc qu'ils ne s'impliquent pas
dans ce qui s'avère un droit exclusif d'Allah, mais simplement, ils ne font
que démontrer aux gens ce qu'est caché de l'œuvre créative d'Allah. Et Allah
est le Plus Savant.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn 'Abd Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Affifî Allah ibn Bâz

La question 4 de la Fatwa numéro ( 189 ) : Q4: "Cet enfant est un don de


Mourchid (le Guide), et c’est lui qui augmente la subsistance et la
diminue". Quel est l’avis religieux concernant une telle croyance ?

R4 : Quiconque croit que l'enfant est un don fait par un autre qu'Allah et
que quiconque à part Allah pourrait faire augmenter ou diminuer la
subsistance, est un polythéiste dont l‟incrédulité dépasse même celle des
Arabes et leurs semblables à l'époque de l'Ignorance (la Djâhiliyya), qui
même avant de devenir musulmans, lorsqu'on leur demandait: "Qui est-ce
qui leur pourvoie la subsistance du ciel et de la terre et qui est celui qui fait
sortir le vivant du mort et le mort du vivant ?", ils répondaient : "C'est Allah".
Pourtant, ils adoraient leurs fausses divinités en prétendant qu'elles les
rapprochaient davantage d'Allah. A ce propos, Allah, (l'Exalté), a dit:
Jonas(Yoûnous) 10: Verset 31 Dis: «Qui vous attribue de la nourriture du
ciel et de la terre? Qui détient l‟ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du
mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout?» Ils diront:
«Allah». Dis alors: «Ne Le craignez-vous donc pas?» et Il a également dit :
Les groupes(Az-Zoumar) 39: Verset 3 Tandis que ceux qui prennent des
protecteurs en dehors de Lui (disent): "Nous ne les adorons que pour qu'ils
nous rapprochent davantage d'Allah". En vérité, Allah jugera parmi eux sur
ce en quoi ils divergent. Allah ne guide pas celui qui est menteur et grand
ingrat. et Il a dit aussi : La royauté(Al-Moulk) 67: Verset 21 Ou quel est
celui qui vous donnera votre subsistance s'Il s'arrête de fournir Son
attribution?

Il est confirmé dans la Sunna que Seul Allah peut donner ou priver. Citons,
à titre d'exemple un hadithrapporté par Al-Boukhârî dans son Sahîh, dans le
chapitre intitulé "L'invocation d'Allah après la prière", que Warrâd, le scribe
d'Al-Moghîra ibn Cho'ba a dit : Al-Moghîra ibn Cho'ba m'a dicté une lettre
adressée à Mo'âwiyya que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) disait à
la fin de chaque prière prescrite : Il n'y a point de dieu autre qu'Allah, Seul,
sans associé, à Lui la Royauté, à Lui la louange, et Il est Capable de tout
faire. O mon Seigneur! Nul ne peut empêcher ce que Tu donnes, et nul ne
peut donner ce que Tu retiens, et aucun riche, devant Toi ne peut se réfugier
auprès de ses biens Cependant, il se peut qu'Allah pourvoie Son serviteur
d'une progéniture et lui procure une subsistance généreuse, grâce à son
invocation et son imploration du seul secours d'Allah. Comme il est
clairement visible dans la Sourate d'Ibrâhîm (Abraham) dans l'invocation
d'Ibrâhîm Al-Khalîl (l'ami privilégié faite à son Seigneur et comment Allah
l'exauça. Il en est de même dans la Sourate de Maryam (Marie) et la Sourate
d'Al-'Anbiyyâ‟ (les Prophètes) et d'autres encore, tout comme l'invocation faite
par Zakariyyâ (Zacharie) à son Seigneur Qui l'exauça. Il est aussi prouvé que
'Anas , qu'Allah soit satisfait de lui, avait dit : J'ai entendu le Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dire : Celui qui se réjouit de se voir
procurer une subsistance généreuse et qu'on lui prolonge sa longévité, qu'il
entretienne ses liens de parenté Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim
chacun dans son recueil de hadiths authentiques (Sahîh), et Allah est
l'Omniscient

Que la Prière et la bénédiction d'Allah soient sur notre Prophète Mohammad,


Sa famille et ses Compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn Sulymân `Abd-Allah ibn `Abd Ar-Rahman 'Abd Ar-Razâq
ibn Mani` ibn Ghadayân `Affifî

La question 6 de la Fatwa numéro ( 9688 ) :


Q6: Y a-t- il un être humain qui procure la subsistance aux autres
créatures ou protège-les contre le mal ?

R6 : Certes, Allah Seul est le Grand Pourvoyeur, le Tout Puissant,


l'Inébranlable, et c'est Lui qui exauce l‟angoissé lorsqu'il L'invoque, et dissipe
et détourne le mal. Quant à l'être vivant, Allah pourrait s'en servir comme un
moyen ou une raison susceptible d'assurer la subsistance à autrui et de
repousser le mal loin de lui, par la permission d‟Allah, (le Très Haut). Quant
à l'homme, il ne pourrait procurer ni pour lui-même ni pour autrui, ni bien
ni mal.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
'Abd Ar-Razâq `Affifî
Ghoudayân ibn Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 10909 ) :

Q2: Certains gens disent : Comment se fait que toute subsistance


provienne d'Allah, alors que je pourrais augmenter le taux de mon
travail quotidien pour acquérir un plus grand salaire, comment donc la
subsistance m'est-elle déjà prédestinée et fatalement écrite et que je ne
puisse l'augmenter ni la diminuer ?

Est ce qu'il y a des livres qui abordent des sujets pareils à nous
recommander ?

R2 : Certes, Allah est le Détenteur par excellence de toute subsistance, c'est


Lui qui la procure, prédestine, pourvoie en l'attribuant directement et en
suscitant les causes de son acquisition. Alors que l'homme se met à procéder
à la cause de sa subsistance quoi qu'elle soit aisée ou difficile, beaucoup ou
peu. Allah détermine et dispose les motifs de la subsistance et les procure
par Sa grâce et Sa Miséricorde. Sur ce, le fait d‟estimer et d‟octroyer la
subsistance est une affaire divine, alors que la poursuite des causes et
l'acquisition de la subsistance est une affaire du Serviteur.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La question 5 de la Fatwa numéro ( 5167 ) :

Q5: Certains disent : Dans la nuit des temps, l'homme était un singe,
puis il s'est évolué, est-ce que cela est vrai ? Y a-t-il une preuve ?

R5: Cette assertion est mensongère, et la preuve en est qu'Allah a montré


dans le glorieux Coran les étapes de la création d'Adam, (Le Très Haut) dit :
La famille d‟Imran( 'Al –„Imrân) 3: Verset 59 Pour Allah, Jésus est comme
Adam qu'Il créa de poussière, Puis, cette poussière fut mélangée à l'eau
jusqu'à devenir une boue collante qui se colle aux mains, ensuite Le Très
Haut a dit : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 12 Nous avons certes
créé l‟homme d‟un extrait d‟argile. Et l'Exalté a dit aussi : Les rangés(As-
Sâffât) 37: Verset 11 Car Nous les avons créés de boue collante! Puis,
lorsque cette boue s'est transformée en argile crissante, Le Très Haut a dit :
Al-Hijr 15: Verset 26 Nous créâmes l‟homme d‟une argile crissante, extraite
d‟une boue malléable. Puis, une fois endurcie, cette argile crissante est
devenue glaise comme la poterie, à cet effet, Le Très Haut a dit : Le Tout
Miséricordieux(Ar-Rahmân) 55: Verset 14 Il a crée l‟homme d‟argile
sonnante comme la poterie; Et enfin, Allah façonna l‟homme à l‟image et la
forme qu'Il désira et souffla en lui de Son Ame - en lui insufflant ainsi la vie -
Le Très Haut a dit : Al-Hijr 15: Verset 28 Et lorsque ton Seigneur dit aux
Anges: «Je vais créer un homme d‟argile crissante, extraite d‟une boue
malléable, Al-Hijr 15: Verset 29 et dès que Je l‟aurai harmonieusement
formé et lui aurai insufflé Mon souffle de vie, jetez-vous alors, prosternés
devant lui». Telles sont les étapes successives de la création d‟Adam selon le
Coran. Quant aux étapes successives de la création de la descendance
d'Adam, Allah Gloire à Lui a dit : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 12
Nous avons certes créé l‟homme d‟un extrait d‟argile. Les croyants(Al-
Mou‟minoûn) 23: Verset 13 puis Nous en fîmes une goutte de sperme dans
un reposoir solide. Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 14 Ensuite,
Nous avons fait du sperme une adhérence; et de l‟adhérence Nous avons créé
un embryon; puis, de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons
revêtu les os de chair. Ensuite, Nous l‟avons transformé en une tout autre
création. Gloire à Allah le Meilleur des créateurs!

Quant à l‟épouse d‟Adam, Eve, Allah, (l'Exalté), a indiqué qu‟Il l'a créée de
son mari, lorsqu'Il dit : Les femmes( An-Nisâ‟ )' 4: Verset 1 O hommes!
Craignez votre Seigneur qui vous a créés d‟un seul être, et a créé de celui-ci
son épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup
d‟hommes et de femmes.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

Comment l'Homme a-t-il été créé?

La question 6 de la Fatwa numéro ( 2612 ) :

Q6: Puisque Allah insuffle la vie à l’embryon après le quatrième mois,


est -ce que cela veut dire que le spermatozoïde qui s'unit à l’ovule de la
femme et qui est à l'origine de la formation de l'embryon est dépourvu
de vie ou bien quoi ?

Le sperme et l'ovule de la femme, chacun a sa propre condition de vie qui lui


est propice. S'ils restent sains à l'abri de toute infection, chacun d'eux sera,
selon la permission et l'omnipotence d‟Allah, prêt pour une fécondation. Et
c'est ainsi que le fœtus se formera par la puissance d‟Allah. Le fœtus, lui
aussi, aura une vie qui lui est propice pendant son développement et son
passage par les diverses étapes embryonnaires connues. Une fois la vie lui
est insufflée, une autre vie sera animée en lui, par la Permission d'Allah le
Subtil, le Connaisseur Parfait. Quoi que se soient les efforts déployés par
l'homme, même s'il était un médecin habile, il ne décèlera jamais les secrets
cachés de la grossesse, de ses raisons et de ses étapes. Il n'en découvre
cependant, grâce à la science et après l'auscultation et certains examens
médicaux, que quelques symptômes et manifestations. A cet égard, Allah,
l'Exalté, a dit : Le tonnerre(Ar-Ra‟d) 13: Verset 8 Allah sait ce que porte
chaque femelle, et de combien la période de gestation dans la matrice est
écourtée ou prolongée. Et toute chose a auprès de Lui sa mesure. Le
tonnerre(Ar-Ra‟d) 13: Verset 9 Le Connaisseur de ce qui est caché et de ce
qui est apparent, Le Grand, Le Sublime. Et Il a dit : Loqman(Louqmân) 31:
Verset 34 La connaissance de l'Heure est auprès d'Allah; et c'est Lui qui fait
tomber la pluie salvatrice; et Il sait ce qu'il y a dans les matrices.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Vous êtes les vicaires d'Allah sur terre

La première question de la Fatwa numéro ( 3014 ) :

Q1: J'ai lu dans quelques livres l'expression suivante (et vous, O les
musulmans! Vous êtes les vicaires d'Allah sur terre.) Quel est l’avis
religieux à cet égard ?

R1 : Cette expression transmet une signification incorrecte; puisqu'Allah Le


Très Haut est le Créateur Parfait et le Détenteur absolu de toute chose, Il n'a
jamais délaissé Sa Création ni Son Royaume (Gloire et Pureté à Lui) pour
qu'Il désigne un vicaire Le suppléant sur Sa terre. Allah fait plutôt que les
gens succèdent les uns aux autres sur terre. Alors à chaque fois qu'un
individu, une communauté ou une nation périsse, Allah suscitera d'autres
pour les succéder, prendre la relève et peupler la terre. A juste titre, L'Exalté
a dit : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 165 C'est Lui qui a fait de vous les
successeurs sur terre et qui vous a élevés, en rangs, les uns au-dessus des
autres, afin de vous éprouver en ce qu'Il vous a donné. Et le Très Haut a dit
aussi : Al-A‟râf 7: Verset 129 Ils dirent: «Nous avons été persécutés avant
que tu ne viennes à nous, et après ton arrivée.» Il dit: «Il se peut que votre
Seigneur détruise votre ennemi et vous donne la lieutenance sur terre, et Il
verra ensuite comment vous agirez». Et Il a dit : La vache(Al-Baqara) 2:
Verset 30 Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: "Je vais établir sur la
terre un vicaire "Khalifa". C'est-à-dire : Une nouvelle créature - Adam et sa
lignée - qui succède aux autres créatures qu'Il a précédemment créé.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

Pourrait-on dire que l'air ou autre est "naturel"?

La question 2 de la Fatwa numéro ( 9552 ) :

Q2: Serait-il permis d'employer l'expression suivante: « ce courant d'air


est naturel » ou ce n'est pas autorisé?

R2: Si l'on voulait dire par là que le climat est tempéré, cela sera donc
permis.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

Tawhîd-Al-'Olouhiyya (L'unicité de la divinité)

Le témoignage qu'il n'y a de dieu qu'Allah

La question 1, 2 et 3 de la Fatwa numéro ( 7887 ) :

Q1: Pourquoi la religion musulmane a-t-elle été désignée par (l'Islam) ?

R1 : Parce que celui qui adopte la religion de l'Islam, se soumet


complètement à Allah et obéit pleinement aux ordres et aux
commandements révélés de la part d'Allah et enjoints par son Messager
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) Allah, Le Très Haut, a dit: La vache(Al-
Baqara) 2: Verset 130 Qui donc aura en aversion la religion d'Abraham,
sinon celui qui sème son âme dans la sottise? Jusqu‟à Sa parole: La
vache(Al-Baqara) 2: Verset 131 Quand son Seigneur lui avait dit: «Soumets-
toi», il dit: «Je me soumets au Seigneur de l‟Univers». Il a dit également: La
vache(Al-Baqara) 2: Verset 112 Non, mais quiconque soumet à Allah son
être tout en faisant le bien, aura sa rétribution auprès de son Seigneur.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd Al-Allah `Abd Al-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
ibn Qaûd Ghadayân `Afifî Allah ibn Bâz

Q2: Qu'est-ce qu'on entend par "Al-`Ibbâda" (L'adoration)?

R2 Al-`Ibbâda veut dire le culte absolu rendu à Allah, Gloire et Pureté à Lui,
en tenant à accomplir ce qu‟Il nous a commandé et à éviter ce qu‟Il nous a
interdit. Les savants la définissent comme étant un nom englobant tout ce
qu'Allah aime et agrée.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

Q3: Serait-il permis de dire cette phrase: « Il n'y a qu'une seule issue
fatale et pourtant les raisons qui y mènent sont multiples » ?

R3 : Oui, il est permis d'employer une telle expression et nul grief en cela s'il
plaît à Allah.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 7701 ) :

Q1: La bonne parole (la parole du Tawhîd) est comme l'a dit le Messager
d'ath-thaqalîn (les humains et les djinns), (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), dans le hadith: Celui qui dit : Il n'y a de divinité qu'Allah et
j'atteste que Mohammad est le Messager d'Allah, aura accès au Paradis
Cette parole parfaite qui se compose de deux parties, d'abord la
négation (il n'y a point de divinité) suivie par (qu'Allah) pour affirmer le
caractère restrictif, attestant l'unicité d'Allah, Le Très Haut. Pour ce qui
est de la seconde partie attestant que Mohammad (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) est le Messager d'Allah, dans quel livre pourrais-je la trouver
? Si cette attestation de foi existe avec ses deux parties dans le Coran
et dans les Hadiths du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), dans
quel autre livre pourrais-je les retrouver réunies ?

R1 : L'attestation de Foi qui est le premier pilier de l'Islam, est mentionnée à


maintes reprises dans le Coran avec ses deux parties, quant à la première
partie, elle se trouve dans le verset suivant dans lequel (L'Exalté) dit : La
vache(Al-Baqara) 2: Verset 255 Allah! Point de divinité à part Lui, le Vivant,
Celui qui subsiste par lui-même «Al-Qayyûm». Et dans Sa parole :
(Mouhammad) 47: Verset 19 Sache donc qu'en vérité il n'y a point de
divinité à part Allah Et également Sa parole: Les bestieux(Al-„An‟âm) 6:
Verset 102 Voilà Allah, votre Seigneur! Il n'y a de divinité que Lui, Créateur
de tout. Et dans la deuxième partie, lorsque L'Exalté dit: La victoire
éclatante(Al-Fat-h) 48: Verset 29 Muhammad est le Messager d‟Allah. Et
ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre
eux. Allah, (l'Exalté) , dit également : La famille d‟Imran( 'Al –„Imrân) 3:
Verset 144 Muhammad n‟est qu‟un messager - des messagers avant lui
sont passés -.

Quant à la Sunna, nous trouvons dans les deux Sahîhs, d'après Ibn `Omar,
qu'Allah soit satisfait d'eux, que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) avait dit: L'Islam est bâti sur cinq (piliers): l'attestation que nul ne
mérite d'être adoré en dehors d'Allah et l'attestation que Mohammad est le
Messager d'Allah, l'acquittement de la prière, le versement de la Zakât
(l'aumône légale), l'accomplissement du Hadj (le pèlerinage à la Maison
Sacrée) et le jeûne du mois de Ramadan. Et dans (Le Sahîh de Mouslim ),
`Omar (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit : Alors que nous étions assis
auprès du Messager d'Allah, -à lui bénédiction et paix d'Allah-, apparut
devant nous un homme aux vêtements d'une blancheur éclatante et aux
cheveux très noirs. On ne voyait sur lui aucune trace de voyage et
(pourtant,) aucun d'entre nous ne le connaissait. Il s'assit face au Prophète -
à lui bénédiction et paix d'Allah-, appuyant ses genoux contre ceux du
Prophète et posant ses deux mains sur les cuisses du Prophète; puis il dit :
"O Mohammad ! Informe-moi au sujet de l'Islam." Le Messager d'Allah -à lui
bénédiction et paix d'Allah- répondit : "L'Islam consiste à ce que tu
témoignes qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah et que Mohammad est le
Messager d'Allah, que tu accomplisses parfaitement la salât que tu
t'acquittes de la Zakâ, que tu jeûnes (durant le mois de) Ramadan et que tu
fasses le grand pèlerinage de la Maison (Sacrée) si tu as les moyens de t'y
rendre." Il (le visiteur) dit : "Tu as dit vrai." Nous fumes étonnés par son
attitude : Il le questionnait pour confirmer ses dires… L'homme poursuivit
en ces termes : "Informe-moi au sujet de la foi (al-imân)." Le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) répondit : "Elle consiste à ce que tu apportes foi à
Allah, à Ses anges, à Ses livres, à Ses Messagers, au Jour Dernier et que tu
croies à la prédestination avec ses (aspects) de bien et de mal." Il répliqua :
"Tu as dit vrai." Puis, il ajouta : "Informe-moi au sujet de la Bienfaisance (al-
'ihsân)." Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit : "(L'ihsân consiste) à
ce que tu adores Allah comme si tu Le voyais, car si toi tu ne Le vois pas,
Lui, certes, te voit." Il poursuivit : "Informe-moi au sujet de l'Heure." Il (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) répondit : "Le questionné n'en sait pas plus à ce
sujet que celui qui interroge." Il dit : "Alors informe-moi au sujet de ses
signes (annonciateurs)." Il (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) répondit : "(L'Heure
surviendra lorsque) la servante engendrera sa maîtresse, que tu verras les
va-nu-pieds, dénudés, miséreux, gardiens de troupeaux rivaliser (en
hauteur) dans les constructions." `Omar (qu'Allah soit satisfait de lui)
raconte : Puis il partit. Je restai un instant (ainsi, sans savoir de qui il
s'agissait…) Puis, il (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) me dit : "O `Omar Sais-tu
qui était celui qui (m') interrogeait ?" Je dis : "Allah et Son Messager savent
mieux." Il (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit :"C'était Djibrîl. Il est venu vous
enseigner votre religion." .

Dans les deux Sahîhs, d'après 'Obâda ibn As-Sâmît , Qu'Allah soit satisfait
de lui, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Quiconque
témoigne qu‟il n‟y a point de divinité digne d‟être adoré à part Allah et que
Mohammad est son esclave et messager et que Jésus (`Issa) est le serviteur
et le messager d'Allah, Son verbe jeté dans le sein de Marie et une émanation
d'Allah ; que le Paradis est une vérité et que l'Enfer est une vérité, Allah le
fera entrer au Paradis, quelles qu'aient été ses oeuvres. , Dans Al-Boukhârî,
d'après 'Anas , Qu'Allah soit satisfait de lui, le Messager d'Allah -à lui
bénédiction et salut- a dit : J'ai reçu l'ordre de combattre les gens jusqu'à
ce qu'ils disent : "Il n'y a de divinité qu'Allah." S'ils disent cela, s'ils prient
comme nous, s'ils se tournent du côté de notre qibla, s'ils égorgent leurs
animaux comme nous, leurs sangs et leurs biens nous seront invulnérables
sauf à bon escient (c'est-à-dire s'ils commettent un crime.), et Allah règlera
leurs comptes . Dans les deux Sahîhs, d'après `Itbân (Qu'Allah soit satisfait
de lui) a dit : Allah préservera du feu de l‟enfer celui qui dira : « Il n‟y a pas
d‟autre divinité qu'Allah » et cela dans le but de satisfaire Allah .

Les Gens de science ont interprété ces Hadiths et les propos tournant autour
de ce même sens, en disant: Celui qui formule ces deux attestations de foi et
qui s'engage à les appliquer, en s'acquittant des prescriptions d'Allah, en
évitant les interdictions et en vouant un culte exclusif à Allah Seul, sera
reçu, tout de suite, au Paradis. Quant à celui qui meurt en ayant commis
quelques péchés à l'exception du polythéisme, et avant de s'en repentir, le
cas de celui-ci dépendra de la Volonté d'Allah, s'Il veut, Il lui pardonne et le
Paradis sera sa rétribution en récompense des œuvres pies qu'il faisait, et s'Il
veut, Il lui accordera un châtiment correspondant aux péchés qu'il a
commis, puis il sera reçu au Paradis comme c'est indiqué à plusieurs
reprises dans les Hadiths rapportés d'après le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam), par une chaîne ininterrompue (motawatir). Puisque le Coran
s'explique par lui-même et ainsi pour la Sunna, Allah, l'Exalté, a dit: Les
femmes( An-Nisâ‟ )' 4: Verset 48 Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui
donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. et ce verset est
révélé à l'intention de ceux qui ne se sont pas repentis.

Quant à Sa Parole Divine, Gloire à Lui, : Les groupes(Az-Zoumar) 39: Verset


53 Dis: «O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre
détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d‟Allah. Car Allah pardonne
tous les péchés. Elle a été révélée au sujet des repentis, selon le consensus
des gens de la science, ce même avis est également professé par les Gens de
la Sunna et du Consensus parmi les compagnons du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) et ceux qui ont suivi leurs traces parmi les hommes du
savoir et de la foi, comme les quatre Imams et leurs disciples

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 8377 ) :

Q: Je voudrais vous poser une question qui était l'objet d'un grave
désaccord parmi un certain nombre de gens. En voici le sujet de ce
différend: Le mot "Allah" et le mot "Mohammad" étaient écrits d'une
manière enchevêtrée sur la porte d'une mosquée au gouvernorat
d'Adelp. Les gens se sont donc divisés à cet égard en deux camps.

Il y en a parmi eux ceux qui ont dit qu'il n'était pas permis de les écrire
de cette manière, ils ont appuyé leur avis en disant que Mohammad,
que la bénédiction et la paix d'Allah soient sur lui, dans le cas présent,
serait placé au même rang qu'Allah, et ceci n'est pas acceptable. L'autre
groupe a dit que le fait d'écrire les deux noms ensemble, n'était pas du
tout illicite, car Allah, à Lui la Parfaite Puissance et La Majesté, a réuni
et mentionné le nom du Prophète à côté de Son Propre Nom à maintes
reprises. Je voudrais que vous me montriez la bonne consultation
religieuse, et je vous remercie énormément.

R : Selon les textes de la Charia (Loi islamique), le fait de réunir ensemble les
deux noms est prouvé dans l'attestation de Foi qui déclare qu'Allah est
Unique et que Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est son Messager,
les deux noms viennent aussi réunis dans le premier appel à la prière
(l'Adhân), ainsi que dans le second appel à la prière (Al-'Iqâma), dans ce
hadith: L'Islam est bâti sur cinq piliers: l'attestation que nul ne mérite
d'être adoré en dehors d'Allah et l'attestation que Mohammad est le
Messager d'Allah , et dans d'autres endroits encore, tout en soulignant aux
personnes majeures, ce à quoi il faut croire concernant les égards et respect
dus à Allah et à Son prophète, comme dans l'attestation de foi que le majeur
doit prononcer en disant " j'atteste qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah et que
Mohammad est le Messager d'Allah". Mais le fait d'écrire les deux noms
d'une manière à ce qu'ils s'enchevêtrent, est une affaire qui n'a jamais existé
ni dans le Coran ni dans la Sunna du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), pourtant il y a un danger très grave de commettre une telle chose,
car il y aurait là une certaine assimilation avec la foi erronée des Chrétiens
qui confessent la Trinité (At-Tathlîth), dogme et mystère du Dieu unique en
trois personnes coexistantes: le père, le fils et le Saint-Esprit. Ceci rappelle
aussi le faux culte de l'unité de l'existence; et il pourrait servir de prétexte à
rendre un culte exagéré au Messager d'Allah et à l'adorer au même titre
qu'Allah. Sur ce, et pour toutes ces raisons, il faut absolument interdire
l'écriture du Nom d'Allah avec celui du Prophète Mohammad sous cette
forme d'arabesque calligraphique qui les faisait apparaître entrelacés et
enchevêtrés. Il est de même inadmissible de citer les deux noms d'une
manière ordinaire (Allah- Mohammad) soit sur la porte d'une mosquée ou
autre, évitant ainsi tout équivoque ou confusion, prenant en compte les
avertissements et les interdictions déjà cités.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 1988 ) :

Q1: Quelle est la vérité de l'Islam?

R1 : L'Islam est expliqué dans la réponse faite par le Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) à Djibrîl (Gabriel) (`Alaihi As-Sallâm) lorsqu'il l'a
interrogé sur l‟Islam, alors le Prophète a dit : L'Islam, c'est d'attester qu'il
n'y a de divinité qu'Allah et que Mohammad est Son prophète, d'accomplir la
prière obligatoire, de s'acquitter de l'aumône légale (la Zakâ), d'observer le
jeûne au mois de Ramadan et de se rendre à la Mecque pour s'acquitter du
grand pèlerinage si l'on possède les moyens. L'Islam comprend aussi
d'autres actes de foi comme la croyance en Allah, en Ses anges, à Ses Livres,
en Ses messagers; croire au jour du Jugement Dernier et au destin qu'il soit
bon ou mauvais. L'Islam comprend aussi la Bienfaisance (al-'Ihsân) qui veut
dire que le musulman doit adorer Allah comme s'il Le voyait, parce que s'il
ne le voit pas en réalité, Allah, Lui, le voit. Quand on dit Islam donc, on
entend toutes ces choses puisque Allah dit : La famille d‟Imran( 'Al –„Imrân)
3: Verset 19 Certes, la religion acceptée d'Allah, c'est l'Islam. Dans le
Hadith de Gabriel lorsqu'il a interrogé le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) sur l'Islam (al-'islâm), la foi (al-'imân) et la bienfaisance (al-'ihsân), le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a fait la réponse précitée, tout en
ajoutant qu'en fait, Gabriel lui a posé toutes ces questions pour faire
apprendre aux gens leur religion. De tout ce qui précède, il s'avère donc que
l'Islam signifie la soumission complète aux ordres d'Allah, en apparence
comme en cachette, et l'abstention de commettre ce qu'Il a interdit, en
apparence comme en cachette, tel est l'Islam parfait .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 6 de la Fatwa numéro ( 4150 ) :

Q6: Quel est le véritable assujettissement ? Est-ce qu'elle désigne le fait


d'assujettir autrui, s'ils ne professaient pas l'Islam ?

R6 : L'assujettissement a plusieurs formes : 1- L'assujettissement réel et


général de toutes les créatures en tout temps et en tout lieu, qui doit
appartenir exclusivement à Allah Seul comme c'est décrit dans cette parole
divine : Marie(Maryam) 19: Verset 93 Tous ceux qui sont dans les cieux et
sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exception], en
serviteurs. Marie(Maryam) 19: Verset 94 Il les a certes dénombrés et bien
comptés. Marie(Maryam) 19: Verset 95 Et au Jour de la Résurrection,
chacun d‟eux se rendra seul auprès de Lui. Et comme il figure dans le
Hadith Transcendant (Qoudsi)rapporté par Mouslim d'après 'Abou Dharr Al-
Ghîfâriy (Qu'Allah soit satisfait de lui), le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a dit : Allah, l'Exalté, a dit : " O Mes serviteurs ! Je Me suis à Moi-
même interdit l'injustice de même Je l'interdis entre vous. Aussi ne vous
livrez pas à l'injustice les uns envers les autres" ...le reste du hadith. De
même, dans le Hadith où figure cette invocation très connue: O Seigneur je
suis Ton serviteur, fils de Ton serviteur, fils de Ta servante, mon destin est
en Tes mains, Ton jugement envers moi est exécuté, Ta sentence envers moi
est juste, je Te demande par chaque nom qui T'appartient et que Tu T'es
nommé Toi-même ou que Tu as révélé dans Ton Livre ou que Tu as enseigné
à l'une de Tes créatures ou dont Tu es le seul dépositaire, Je Te demande de
faire que le Glorieux Coran soit la chose la plus chère à mon cœur la lumière
qui m'accorde le discernement, la dissipation de mon chagrin et le
soulagement à mon souci . Tel est assujettissement universel, prédestiné,
réel et général, imposé en vertu du fait qu'Allah est le Seigneur de toutes les
créatures et qu'Il a Seul le droit d'agir selon Sa propre Volonté et à eux de se
soumettre à Lui, bon gré mal gré. Nul ne pourrait contredire Son jugement et
Il est le Compatissant, le Connaisseur Parfait Qui n'a point de partenaire
dans Sa Souveraineté absolue.

2 - Il existe aussi l'assujettissement par vénération et honneur à Ses élus et


bien-aimés parmi les prophètes, les anges et l'ensemble des vertueux parmi
Ses serviteurs comme dans cette parole divine: La voyage nocturne(Al-„Isrâ‟)
17: Verset 1 Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur
[Muhammad], de la Mosquée Al-Harâm à la Mosquée Al-Aqsâ dont Nous
avons béni l‟alentour, et Sa parole divine à propos des anges : Les
Prophètes(Al-„Anbiyâ‟) 21: Verset 26 Mais ce sont plutôt des serviteurs
honorés. , et lorsqu'Il dit, (Gloire et Pureté à Lui), au sujet de l'ensemble des
gens vertueux: Le discernement(Al-Fourqân) 25: Verset 63 Les serviteurs du
Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui,
lorsque les ignorants s‟adressent à eux, disent: «Paix», jusqu'à la fin de la
sourate Al-Forqân. C'est un assujettissement qu'Allah a exclusivement
accordé aux pieux et aux élus de parmi Ses serviteurs pour les honorer et
leur faire hommage. 3- L'assujettissement d'un être humain envers un autre,
il s'agit là d'une forme particulière d'assujettissement, limitée et temporaire.
Cet assujettissement est légitime, quand il se produit en conséquence d'une
guerre islamique menée contre les mécréants. En ce cas, Allah le rendit
permis aux musulmans victorieux et à ceux qui achètent d'eux leurs
prisonniers de guerre, tout en exigeant des droits en faveur de ces esclaves.
Quant à l'assujettissement illégitime, il se produit en conséquence de
l'enlèvement des gens libres ou d'une agression injuste, ou bien lorsqu'il
résulte de l'achat de tels gens inéquitables. Conformément à ce qu'a dit le
Prophète, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Allah, l'Exalté, dit : «Je serai
l'Adversaire de trois catégories de personnes le Jour de la Résurrection: Celui
qui fait une alliance en mon nom, mais s'avère être traître, celui qui asservit
un homme libre, puis le vend et récolte son prix, et celui qui engage un
travailleur et après s'être complètement tiré avantage de lui, s'abstient de lui
verser son salaire.» Hadith rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 6149 ) :

Q3: Je désirais connaître l'interprétation de cette parole : (Il n'y a


d'autre divinité sauf Allah, Mohammad est le Messager d'Allah).

R3 : L'attestation qu'(il n'y a d'autre divinité sauf Allah) et que (Mohammad


est Son Messager) est le premier des piliers de L‟Islam. Par (Il n'y a d'autre
divinité sauf Allah), il s'agit d' attester qu'Allah est le Seul digne d'être adoré,
cette expression est formée d'une négation et d'une affirmation à la fois. (Il
n'y a d'autre divinité) nie l'adoration de quiconque sauf Allah et la forme
restrictive (sauf Allah) affirme qu'Allah est le Seul digne d'adoration,
l'Unique, Qui n'a pas de partenaire. Nous vous conseillons, en outre, la
consultation de cet ouvrage intitulé (Fath Al-Madjîd Charh Kitâb At-Tawhîd)
par l'écrivain le Cheikh 'Abd-Ar-Rahman ibn Hassan. L'écrivain y présente
une explication simplifiée de ce sujet dans le chapitre traitant de l'unicité
(At-Tawhîd) et l'interprétation de cette partie de la formule de l'attestation de
foi: (Il n'y a d'autre divinité sauf Allah). Quant à la seconde partie:
(Mohammad est le Messager d'Allah), cette assertion implique que
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est l'Envoyé d'Allah et son
Messager et que le musulman est par conséquent ordonné de croire en ceci
et de l'accepter en exprimant son approbation par la parole, l'action et la foi
évitant tous les dits, les actes et les intentions qui se contredisent avec cette
attestation. Autrement dit, il s'agit d'obéir aux ordres du Messager d‟Allah,
de croire en ses déclarations et ses paroles, d'éviter ses interdictions et ses
avertissements et de n'adorer Allah qu'en accomplissant les actes cultuels
qu'Il a légiférés.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 7150 ) :

Q : Il est bien connu que l'Islam est révélé pour libérer les gens et la
liberté en Islam, comme l'a définie l'un des savants divins, est: être
esclave par rapport à Allah et libre par rapport aux gens. Nous vous
prions de nous expliquer succinctement le concept de
l'assujettissement en Islam et comment se fait l'affranchissement de
l'esclave par son maître et tout ce qui a rapport à ce sujet, en montrant
la raison pour laquelle le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
a pris 'Anas comme servant et celle pour laquelle `Omar a employé un
garçonnet à son service, etc.

R1 : L'assujettissement, c'est la soumission, la servitude et l'asservissement


à Allah en obéissant à Ses commandements, en évitant Ses interdictions et
en respectant Ses ordres dans le but de se rapprocher de Lui (Exalté soit-Il),
de mériter Sa récompense, et d'éviter Sa colère et Son châtiment. Tel est le
véritable assujettissement qui n'appartient exclusivement qu'à Allah. Quant
à l'esclavage, c'est une forme d'assujettissement temporaire qui pourrait être
dû à plusieurs raisons, dont la principale l'attachement à la mécréance qui
entraîne la prise de prisonniers de guerre de parmi les mécréants, au cours
des guerres islamiques légitimes (le djihad ).

Et en ce qui concerne l'affranchissement d'un esclave , ceci a des raisons


que les savants avaient démontré dans l'ouvrage intitulé "Al-`Itq"
(l'affranchissement): il se peut que le maître affranchit son esclave cherchant
par cela la satisfaction d'Allah, il se peut qu'il l‟affranchit à titre de
versement d'un prix de sang, ou d'expiation d'un serment de divorce
manqué, etc. Quant au fait de prendre un serviteur, il est permis selon ce
qui est approuvé dans le hadith de 'Anas et dans d'autres Hadiths encore.
Les serviteurs étaient en fait tolérés pour prêter main au Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), pour l'assister dans ses besoins personnels et pour
servir en tant que rapporteurs de ses bonnes mœurs et de ses vertus ; ce qui
ne se contredit en rien avec assujettissement consacré à Allah Seul.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 7559 ) :

Q1: Un mécréant a annoncé son conversion à l'Islam, est ce qu'il doit


prononcer l'attestation de Foi tout de suite ou accomplir les ablutions
d'abord?

R1: Il doit prononcer l'attestation de foi d'abord, avant de se purifier pour


accomplir la prière. En ce cas, il lui est recommandé par la charia
de prendre un bain rituel (ghousl), parce que le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) a ordonné à quelques-uns parmi ses compagnons de prendre un
bain rituel, lorsqu'ils ont annoncé leur conversion à l'Islam.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Qa`oud Bâz

La question 8 et 9 de la Fatwa numéro ( 8897 ) :

Q 8, 9 : Les musulmans de partout posent dans les diverses séances


d'orientation religieuse des questions et ils s'attendent à des réponses
rationnelles et sophistes, qui soient admises par la raison de ceux qui
refusent de connaître le Coran et la Sunna par intuition. Ces
musulmans qui posent ces questions ont, en fait, affaire à ceux qui se
basent dans leurs argumentations sur la Raison, c'est-à-dire qu'ils
donnent seulement leur approbation à la Raison et ne se fient qu'à elle
seule, voilà pourquoi des réponses rationnelles et convaincantes, sont
exigées. De tels gens œuvrent avec acharnement et ne cessent de semer
le doute et de fomenter la discorde parmi les musulmans ignares (dont
la foi religieuse n'est pas suffisamment ancrée dans leurs cœurs). Il y en
a parmi eux, ceux qui traitent les musulmans avec courtoisie et respect
comme les Chinois et les Malaisiens et parmi eux aussi, ceux qui
détiennent le pouvoir et s'occupent de politique comme les Bouddhistes
à la province de Pattani (en Thaïlande): Comment pourrions-nous
répondre à leurs fausses allégations qui suivent:

1 - "Elle (votre religion) ne diffère en rien de la nôtre, puisque nous


adorons et nous prosternons devant des statues de pierres en Malaisie ,
alors que vous dépensez des sommes exorbitantes -en vendant des
biens-fonds et des objets précieux, pour vous rendre à La Mecque , où
vous vous inclinez, vous vous prosternez et vous faites la
circumambulation autour des pierres de La Ka`ba à La Mosquée Sacrée
(Al-Masdjîd Al-Harrâm), et nous avons vu cela à la télévision, pendant
les saisons du grand pèlerinage". Ils ont, en outre, ajouté: "En tout état
de cause, ce sont toutes des pierres sans parler de vos convictions
religieuses, hormis ce qui est manifeste?". Ceux qui propagent ces
futilités sont des Mages Mazdéens, des Chinois, des Malaisiens...

2 - Ils ont également avancé ceci: "Les diverses religions sont pareilles
aux nombreuses fleuves qui ont des sources diverses et qui coulent
toutes en fait d'une source lointaine et unique, depuis les terrains les
plus élevés, pour se jeter en fin de compte dans une mer unique". Par
cette phrase, ils veulent dire que: "Toutes les religions prêchent à leurs
adeptes de pratiquer les bonnes mœurs et de faire les œuvres utiles et
profitables pour le bien-être de tous les humains et leur réussite dans la
vie présente et dans celle de l'au-delà.. Puis, ces hommes seront
rassemblés devant Allah, c'est ce qu'ils entendent par: De la source
unique à la mer unique".

3 - Autrement dit, -selon eux- celui qui s'attache à une religion


quelconque parmi les religions, aura le salut; car c'est le droit d'Allah (la
question de la croyance et de la foi) et il n'incombe qu'à Allah d'en
juger, soit en embrassant la religion islamique, bouddhique ou
chrétienne. Faisant ceci, ils visent à brouiller ou jeter le doute parmi
les rangs des musulmans et surtout parmi leurs progénitures. Nous
voudrions votre avis religieux le plutôt possible. En vous remerciant
d'avance, nous attendons impatiemment votre réponse.

Tout en sachant que ces propos ou cette philosophie est celle professée
par les moines bouddhistes thaïlandais. De plus, des hommes politiques
thaïlandais ont entrepris de semer ces idées dans les rangs des enfants
de musulmans qui reçoivent leur éducation dans leurs écoles
gouvernementales, c'est fait dans le but d'enraciner ces idées en l'esprit
de la majorité de ces élèves, pour en fin de compte, servir l'objectif
d'une politique visant à polariser les musulmans aux Bouddhistes, aux
Malaisiens, aux Siamites...etc. ...et c'est ainsi qu'ils œuvrent. Par
exemple, la secte chiite interprète faussement cette parole d'Allah,
Gloire et Pureté à Lui: Tâ-hâ 20: Verset 14 et accomplis la SSalât pour
te souvenir de Moi. , en disant: Celui qui évoque Allah en son for
intérieur en guise de prière, ne doit pas accomplir la Salât de la façon
dont elle est effectuée (chez les Sunnites). Les adeptes de cette
confession ont, en fait, pratiqué une sorte de prière ésotérique qui se
fait: En fermant un instant les yeux et en concevant le processus de la
prière en leur esprit...et de cette manière-là la prière est accomplie,
selon eux. Ils ont prétendu même que la prière ésotérique était plus
efficace et plus durable que la prière ordinaire effectuée par une suite
d'actes visibles, c'est-à-dire, de sa façon connue, en tirant leur
argument de cette parole divine: Les abeilles( An-Nahl) 16: Verset 96
Tout ce que vous possédez s'épuisera, tandis que ce qui est auprès
d'Allah durera. . Ils interprètent faussement ce verset, en disant: La
Salât que vous accomplissez visiblement à l'aide de vos membres, ne
dure que le temps de s'en acquitter, alors que "ce qui est auprès d'Allah
durera" c'est-à-dire le cœur que vous mettiez, en accomplissant la
prière, restera toujours en vous -dans vos poitrines- vous entendez sa
voix -à chaque pulsation- et son image -la manière de concevoir la
prière- vous revient souvent à l'esprit. Alors faites la prière une fois par
jour, soit au commencement de la journée, au petit matin, soit à la fin
de la journée, vers le coucher du soleil.

Le mieux est d'accomplir chacune des prières en son temps n'importe


où que vous vous trouvez et même dans les toilettes, pendant les repas
et pendant vos rapports conjugaux avec vos femmes. C'est le contenu
du propos du prêcheur qui est venu nous assister à la séance
d'orientation et de sensibilisation. Qu'Allah nous guide tous vers ce qu'Il
aime et agrée.

R 8, 9: La différence entre nous et ce que vous avez mentionné des propos


de ces Athées , est bien flagrante. Les musulmans, eux, vouent un culte
exclusif à Allah, l'Unique, en suivant tout ce qui est révélé dans Son Noble
Coran et en croyant en tout ce qu'a transmis Son messager Mohammad
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) de la part de son Seigneur qui l'a envoyé aux
djinns, aux êtres humains, aux Arabes , aux non Arabes , aux hommes et
aux femmes et Qui a fait de lui le sceau des Prophètes (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam). Il, Exalté soit-Il, a ordonné aux deux Mondes (les djinns et les
humains) de le suivre et de s'attacher à ce qui lui a été révélé (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam). Quant aux Athées, ils suivent leurs passions et leurs
raisonnements futiles, qui ne pourraient aucunement les sauver du
châtiment d'Allah, ni les guider vers les actes et les paroles qui méritent Sa
satisfaction (Exalté soit-Il), Qui a dit: Le récit(Al-Qasas) 28: Verset 50 Et qui
est plus égaré que celui qui suit sa passion sans une guidée d'Allah? Quant
à cette assertion mensongère: "Les religions émanent toutes d'une même
source", elle est certes fausse. C'est plutôt l'Islam qui est la vraie religion
qu'Allah a chargé Ses messagers de transmettre, qui émane d'Allah, l'Exalté,
ayant créé les djinns et les Hommes pour l'adopter et ayant révélé les Livres
renfermant ses enseignements dont le plus glorieux est le Noble Coran. Allah
a, en outre, envoyé les Messagers prêcher cette même religion (l'Islam- la
soumission) dont Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), fut le Sceau.
En ce qui concerne les autres religions, leurs sources sont les avis et les
raisonnements des gens, qui ne sont pas garantis. Il n'y en a rien qui soit
valide ou qui mérite la considération sauf ce qui s'accorde avec la charte de
la loi religieuse révélée aux Messagers (`Alaihîm Assallâm). Puis, après la
mission de Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), aucune des opinions
et aucun des raisonnements des gens ne sont acceptables ni même ce que
prêchent les Livres précédant le Coran, sauf ce qui s'accorde avec la charia
apportée par le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Allah, l'Exalté, a dit:
La famille d‟Imran( 'Al –„Imrân) 3: Verset 31 Dis: "Si vous aimez vraiment
Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés.
L'Exalté a dit également : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 155 Et voici un
Livre (le Coran) béni que Nous avons fait descendre - suivez-le donc et soyez
pieux, afin de recevoir la miséricorde -

Allah, l'Exalté, a dit à propos de Son Prophète Mohammad (Salla Allah


`Alaihi Wa Sallam) : Les femmes( An-Nisâ‟ )' 4: Verset 65 Non!... Par ton
Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu‟ils ne t‟auront
demandé de juger de leurs disputes et qu‟ils n‟auront éprouvé nulle angoisse
pour ce que tu auras décidé, et qu‟ils se soumettent complètement [à ta
sentence]. Le Très Haut a dit: Al-A‟râf 7: Verset 156 Et Ma miséricorde
embrasse toute chose. Je la prescrirai à ceux qui (Me) craignent, acquittent
la Zakât, et ont foi en Nos signes, Al-A‟râf 7: Verset 157 Ceux qui suivent
le Messager, le Prophète illettré qu‟ils trouvent écrit (mentionné) chez eux
dans la Thora et l‟Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le
blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et
leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui,
le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec
lui; ceux-là seront les gagnants. Puis, l'Exalté a dit: Al-A‟râf 7: Verset 158
Dis: «O hommes! Je suis pour vous tous le Messager d‟Allah, à Qui
appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il
donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en Son messager, le
Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que
vous soyez bien guidés». Les versets, dans ce sens, sont en fait très
nombreux.Dans les deux Sahîhs, on rapporte que le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam)a dit: Les prophètes d'avant moi ont été envoyés à leurs
propres peuples. Quant à moi, Allah m'a envoyé à l'humanité toute entière.
.Dans (le Sahih de Mouslim), il est rapporté que le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam)avait dit: Par Celui qui détient mon âme entre Ses mains!
Toute personne juive ou chrétienne parmi cette nation, qui mourra sans
avoir cru en ce qui m‟a été révélé, fera partie des damnés de l'Enfer. . Les
hadiths relatifs à ce sujet, sont bien nombreux. Il faut donc conseiller à ces
athées et les inviter à la Vérité, tout en leur rappelant la mauvaise issue de
leur incrédulité, et que leur fin promise sera l'Enfer, s'ils ne croient pas en
Mohammad le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et suivent ce
qui lui a été révélé (de la part d'Allah) pour acquérir la récompense grandiose
et la fin heureuse.

Quant aux assertions qui viennent de personnes qui n‟acceptent que ce qui
s‟accorde avec la raison, il faudrait leur montrer avec le langage qu'ils
comprennent que: la raison n'est pas infaillible, et que tous les gens n'ont
pas tous le même niveau de raisonnement; c'est pourquoi la pure loi
religieuse venant d'Allah a été révélée pour ne pas reposer sur les
raisonnements des esprits. En fait, il faut compter sur tout ce que le Livre
d'Allah - le Coran - a indiqué; étant le Livre de la Vérité de toute évidence,
car il n'y a personne de plus véridique qu'Allah l'Exalté, puisqu'Il est
l'Omniscient et le meilleur Connaisseur des conditions de Ses serviteurs;
puis se confier à ce qui est authentiquement rapporté d'après le Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam); car il ne prononce rien sous l'effet de
la passion; ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée; car le livre d'Allah
est infaillible et exempt de toute futilité; et parce que le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) est immunisé de toute erreur dans tout ce qu'il transmet
d'après Allah, l'Exalté; voilà pourquoi Allah - à lui la Puissance et la Majesté-
a ordonné dans Son Livre majestueux de recourir à Son jugement au cas où
il y aurait une contestation, et à Son Livre ainsi qu'à la Sunna de Son
prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), comme (L'Exalté) a dit: La
consultation(Ach-Choûrâ) 42: Verset 10 Sur toutes vos divergences, le
jugement appartient à Allah. . Il a dit également qu'Il soit (Exalté): Les
femmes( An-Nisâ‟ )' 4: Verset 59 O les croyants! Obéissez à Allah, et
obéissez au Messager et à ceux d‟entre vous qui détiennent le
commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le
à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera
bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). Ni Allah ni
Son prophète n'ont enjoint le recours à la raison, rien que parce qu'elle est
incapable de résoudre les problèmes et les discordes. Nous implorons Allah
d'accorder à tous Sa réussite dans ce qu'Il agrée et de donner Son assistance
à tous pour en savoir plus sur Sa religion, s'y attacher fermement et
abandonner ce qui s'y oppose, Il est certes Généreux et Bienfaisant.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre Président
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
Qa`oud Ghoudayân Bâz

La fatwa numéro ( 11110 ) :

Q: La bonne parole (celle du monothéisme) est certes l'un des cinq


piliers de l'Islam, la question est: Est ce que le Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) nous l'a appris comme nous la disons: (Il n'y a
d'autre divinité qu'Allah, Mohammad est le Messager d'Allah) ou bien de
cette manière: Il n'y a d'autre divinité qu'Allah? Y a-t-il dans le Coran et
les recueils de Hadiths authentiques, ce qui traite de ce sujet, et si la
réponse est affirmative, cela figure dans quelle sourate? Et dans quel
verset cela est-il mentionné ? Dans quel recueil parmi les livres de
Hadith accrédités, dans quelle page, dans quel chapitre parmi ceux de
hadith? La communauté musulmane dispose-t-elle du droit d'ajouter un
mot ou une phrase à n'importe quel verset coranique ou à un hadith
authentique, même si cela était bon et valable? Quel est l'avis religieux
sur ce fait?

Il a fait la réponse suivante:

R: La bonne parole (celle du monothéisme): Il n'y a d'autre divinité qu'Allah


(Lâ 'Illaha 'ilâl-Allah), est -comme mentionné dans la question déjà citée- l'un
des cinq piliers de l'Islam, c'est en effet le premier de ses piliers. Le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) nous a enseigné cette bonne attestation ainsi
que le reste des cinq piliers dans son Hadith: L'Islam est bâti sur cinq
(piliers): l'attestation que nul ne mérite d'être adoré en dehors d'Allah et
l'attestation que Mohammad est le Messager d'Allah, l'acquittement de la
prière, le versement de la Zakât (l'aumône légale), l'accomplissement du Hadj
(le pèlerinage à la Maison Sacrée) et le jeûne du mois de Ramadan.
Rapporté par 'Ahmad, Al-Boukhârî , Mouslim , An-Nassâ'î , et At-Tirmidhî
d'après Ibn `Omar (Qu'Allah soit satisfait des deux), ainsi que dans le Hadith
du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): J'ai reçu l'ordre de combattre
les gens, jusqu'à ce qu'ils témoignent qu‟il n'y a point de divinité en dehors
d‟Allah et que je suis l'Envoyé d'Allah. S‟ils le font, leurs vies et leurs biens
seront préservés sauf quand ils seraient condamnés par la loi islamique et
leur compte incombe à Allah. Rapporté par les six principaux compilateurs
de Hadith.

Il est aussi rapporté d'après Ibn 'Abbâs (Qu'Allah soit satisfait des deux), que
quand le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avait envoyé Mo'âdh au
Yémen, il lui avait dit: Vous allez rencontrer des gens (Chrétiens et Juifs).
La première chose à laquelle tu devras les appeler c'est l'attestation qu'il n'y
a de divinité qu'Allah Selon une autre variante: Invite-les à attester qu'il
n'y a d'autre divinité qu'Allah, et que Mohammad est l'Envoyé d'Allah. S'ils
se conforment à cette invitation, informe-les qu'Allah leur prescrit cinq
prières à accomplir le jour et la nuit. S'ils y consentent, informe-les qu'Allah
leur prescrit une aumône qui sera perçue sur les riches parmi eux pour être
dépensée aux pauvres parmi eux. S'ils se soumettent à tout cela, garde-toi
de toucher à leurs biens précieux et redoute la plainte de l'opprimé, car rien
ne s'interpose entre Allah et elle. Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim .

Allah (Exalté soit-Il) nous a ordonné d'obéir à Ses ordres ainsi qu'aux ordres
de Son Messager Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dans tout ce
qu'Il a promulgué de législations, que ce soit du ressort du Coran ou de la
Sunna. Allah -Gloire à Lui- dit: La famille d‟Imran( 'Al –„Imrân) 3: Verset 32
Dis: «Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos... alors Allah
n‟aime pas les infidèles! Et Il a dit: Les femmes( An-Nisâ‟ )' 4: Verset 80
Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Allah. Il a aussi dit:
L'exode(Al-Hachr) 59: Verset 7 Prenez ce que le Messager vous donne; et ce
qu'il vous interdit, abstenez-vous en;

La 'Omma (La communauté Musulmane) n'est pas autorisée d'ajouter un


jugement oral, un terme ou une phrase au contenu du Livre d'Allah ou de la
Sunna de Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), puisque tout ajout
est considéré comme une pure innovation hérétique, et il est prouvé que le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Celui qui innovera dans notre
religion des choses qui n'en font pas partie, qu'on le lui rejette. Selon une
autre variante: Tout acte non conforme a nos enseignements est à rejeter. .

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd- Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
'Abd-Ar- Razâq `Affifî
Qa`oud Bâz

La question 6 de la Fatwa numéro ( 5318 ) :

Q6: Celui qui est mort en ayant cinq épouses ou plus, est-il considéré
comme un musulman pour qu'on prie sur lui après sa mort nonobstant
la parole d'Allah (Exalté soit-Il): La vache(Al-Baqara) 2: Verset 85
Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste? Ceux
d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans
cette vie,

R6: L'attestation de foi : (Il n'y a d'autre divinité qu'Allah) n'est valable que si
elle émane sincèrement du tréfonds du cœur, et Allah ne l'accepte que si elle
est ainsi dite; mais dans la vie présente, celui qui prononce l'attestation de
foi, est considéré comme un musulman qui a absolument tous les droits des
musulmans, même s'il n'est pas sincère; parce qu'on ne doit tenir compte
que de ce qui est apparent et Seul Allah juge intention de Ses serviteurs.
Celui qui prononce l'attestation de foi et qui pourtant agit d'une manière qui
la viole et la contredit, devient mécréant; comme celui qui commet
intentionnellement les prohibitions après en avoir été prévenu, tels: le
fornicateur et celui qui épouse les femmes qui lui sont interdites en mariage
... Parmi ce qui entache cette profession de foi de nullité, -suivant la plus
valide parmi les opinions des ulémas, citons le fait de celui qui abandonne
sciemment la prière rejetant tout ordre ou conseil, le fait de porter des
amulettes ou des talismans qui ne comportent pas des versets coraniques,
croyant en leur pouvoir surnaturel. Cependant, le fait d'attribuer à ces
amulettes un pouvoir curatif ou de protection contre les djinns et le mauvais
œil, est prohibé, sans pour autant être considéré comme une œuvre qui
annule l'Islam. Ceci se compte parmi les types du polythéisme mineur (Ach-
Chîrk Al-'Asghar), comme dans le hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) quand il dit: Qu'Allah ne mène jamais à bon terme les affaires de
quiconque porte une amulette. Qu'Allah n'accorde jamais Sa protection à
quiconque porte une amulette en forme de coquillage Quant au fait de
porter des amulettes où sont écrits des versets coraniques, il y a un
désaccord entre les Ulémas en ce qui concerne son autorisation Cependant
selon l'avis le plus prépondérant, de telles amulettes sont prohibées, suivant
le principe de la généralité des preuves et en vue d'éviter tout prétexte qui
mènerait peut-être la personne ultérieurement à porter une autre chose
illicite.

Le fait aussi d'implorer le secours des morts, des idoles ou d'autres, entre
autre les objets non vivants ou de demander le secours auprès le monde
invisible tels les djinns, ou mêmes les hommes, les êtres vivants tout en leur
demandant ce dont nul à part Allah, ne pourrait l'exaucer, est considéré
comme une contradiction avec les principes de l'Islam

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd- Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
'Abd-Ar- Razâq `Affifî
Qa`oud Bâz

L'imploration du secours d'un autre qu'Allah

La fatwa numéro ( 2787 ) :

Q: Un homme vit parmi un groupe de gens qui implorent le secours d'un


autre qu'Allah, lui est-il permis d'accomplir la prière derrière eux?
Faudrait-il les abandonner? Sont-ils des polythéistes majeurs? Le fait
de les prendre comme alliés, serait-il considéré comme l'alliance avec
les vrais mécréants ?

R: Si ces gens parmi lesquels tu vis, implorent, comme tu l'as déjà


mentionné, le secours des autres en dehors d‟Allah, comme les morts, les
personnes absentes parmi les vivants, ou les arbres, les pierres, ou les
planètes, etc.; ils sont certes des polythéistes qui ont atteint le degré de
polythéisme majeur et ont ainsi renié la religion de l'Islam. Il sera donc
prohibé de les prendre pour alliés, tout comme les mécréants, il n'est aussi
pas permis d'accomplir la prière derrière eux ou de vivre parmi eux,
exception faite pour celui qui cherche à les guider vers le droit chemin avec
une preuve explicite et aspire à la réforme de leur condition religieuse, grâce
à ses efforts. Sinon, il doit donc les abandonner et rejoindre un autre groupe
avec lequel il parvient à faire prévaloir les fondements et les lois de l'Islam et
à revivifier la Sunna du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et s'il ne
trouve pas de groupe qui l'aide à accomplir cela, il devra donc s'isoler de
l'ensemble de ces groupes égarés, même si cela lui causera de dommage;
selon ce qui est prouvé d'après Hodhayfa, (Qu'Allah soit satisfait de lui) qui a
dit: Tandis que tout le monde interrogeait l'Envoyé d'Allah (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) sur le bien, moi, je l'interrogeais sur le mal par crainte
d'en être atteint. - "O Envoyé d'Allah, lui dis-je, nous étions dans l'ignorance
et dans le mal; quand Allah nous a envoyés ce bien (c.-à-d. l'islam). Est-ce
que, après ce bien le mal viendra-t-il de nouveau?". - "Oui", répondit-il. - "Et,
repris-je, après ce mal, il y aura-t-il du bien?". - "Oui, mais il ne sera jamais
pur". - "Qui le troublera?". - "Des gens qui suivront une autre Sunna que la
mienne et qui guideront vers une autre voie que ma bonne voie et dont
tantôt vous approuverez les actes, tantôt vous les désapprouverez". - "Et
après ce bien, y aura-t-il encore de mal?". - "Oui, il y aura des hérauts aux
portes de l'Enfer, qui appelleront à eux les gens et qui précipiteront dans
l'Enfer ceux qui répondront à leur appel". - "O Envoyé d'Allah, lui dis-je,
décris-nous ces hérauts". - "Ils seront de notre race et ils parleront notre
langue". - "Que m'ordonnes-tu de faire si j'assiste à cela?". - "Tu devras
suivre la communauté des musulmans et leur leader". - "Mais si (alors) les
musulmans n'ont ni communauté, ni leader?". - "Ecarte-toi de toutes ces
sectes, devrais-tu pour cela rester attacher au tronc d'un arbre, jusqu'à ce
que la mort t'advienne, en te trouvant dans cette posture". Hadith approuvé
par Al-Boukhârî et Mouslim

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn 'Abd-Ar- Razâq `Abd- Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Affifî Allah ibn Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 3716 ) :

Q2: J'entends et je vois des gens qui disent: Que les bien-aimés d'Allah
(les Waliys) ont le pouvoir de faire ce qu'ils veulent des hommes dans la
vie présente. Ils disent aussi: Qu'ils ont quarante visages (formes
diverses), tantôt on les voit avec un visage humain, tantôt en serpent
ou en lion etcetera. Ils visitent les cimetières et dorment là-bas; et ils y
rôdent toute la nuit. Ils prétendent enfin: Que (le wali) se présente à eux
en songe et leur dit: "Allez-vous-en! Vous êtes guéris!". De telles paroles
sont elles vraies ou non?
R2: Les alliés d'Allah ne peuvent rien pour personne, ils sont des gens
ordinaires comme le reste des humains et ne sont dotés d'aucun pouvoir
surnaturel. Ils ne peuvent transgresser les lois divines ni n'apparaissent
sous aucune forme autre que la forme humaine, telle la forme d'un serpent,
d'un lion, d'un singe ou n'importe quelle autre forme animale. Cette faculté
d'incarnation, Allah en a doté seulement les anges et les djinns. La visite des
cimetières est en fait permise dans le seul but d'invoquer Allah et demander
Son pardon et Sa miséricorde en faveur des morts. Il n'est jamais admissible
d'y aller pour demander la bénédiction et la guérison auprès de ses
habitants (les morts) et implorer leur secours ou demander leur aide en vue
de dissiper certains maux ou satisfaire certains besoins. Ceci est plutôt un
acte de polythéisme majeur tout comme l'immolation en faveur d'un autre
qu'Allah, que ce soit auprès des tombes des Waliys ou d'autres. Tout ce que
vous venez de mentionner au sujet de ces gens-là, est considéré comme une
violation de la loi islamique (Charia), voire même l'une des innovations
hérétiques répréhensibles et des dogmes polythéistes.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La fatwa numéro ( 4154 ) :

Q: L'imam (prédicateur) d'une mosquée d'un village d'Egypte où nous


vivons, est un homme Soufi, affilié à la confrérie dite Châdhliyya
comme l'appellent ses adeptes. Cet homme invite les gens à supplier les
créatures d'Allah, tels: les prophètes, les alliés d'Allah, et il les incite à
visiter les tombes surplombées de dômes. Il leur autorise de faire le
serment par le nom du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et par le
Walî, comme il leur rend licite l'expiation dans le cas du viol ou de
rupture du serment prêté. Nous sommes l'un des groupes islamiques,
refusant ces idées, nous avons donc essayé de débattre avec lui au sujet
des erreurs qu'il commet, et qu'il apprend aux gens. Cependant, il y
insiste et il se base sur des Hadiths faibles (Da`îf) et apocryphes
(Mawdou`). Cet homme, peut-on accomplir la prière derrière lui? Etant
donné que la construction de notre mosquée n'est pas encore achevée;
nous avons, en fait, collecté quelques donations, mais la mosquée n'est
pas encore construite? Voilà, nous vous prions de nous donner votre
avis religieux sur cette question! Qu'Allah l'Exalté nous accorde Son
soutien et qu'Il vous accorde toute réussite! Au surplus, cet homme a
accusé de mécréance les Cheikhs de l'Islam, entre autres: le Cheikh de
l'Islam 'Ahmad ibn Taymiyya et l'imam Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb
Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb (Qu'Allah soit satisfait d'eux et qu'Il leur
accorde Sa Miséricorde).

R: Le fait d'invoquer les morts et d'implorer leur secours en dehors d'Allah


ou avec Lui, est un polythéisme majeur qui fait sortir quiconque de la
religion de l'Islam. Quoique celui qu'on invoque ou qu'on supplie soit un
prophète ou autre. Il en est de même pour l'invocation des absents (les
djinns ou les anges ou autres), c'est également un acte de polythéisme
majeur qui correspond au reniement de la religion de l'Islam, qu‟Allah nous
en préserve! La prière derrière de telles personnes, est inacceptable en raison
de leur polythéisme. Mais celui qui implore le secours d'Allah - qu'Il soit
exalté- et Le sollicite en Le suppliant, par leur intermédiaire ou quand il
tourne autour de leurs tombes sans croire en leur pouvoir, mais juste en
espérant que leur dignité auprès d'Allah soit une raison pour qu'Il exauce
son invocation; alors, il est innovateur pécheur qui pratique l'un des actes de
polythéisme. On craint donc pour lui qu'il ne tombe dans le polythéisme
majeur! Nous implorons Allah le Glorieux de vous aider pour répandre le
Tawhîd (Monothéisme), pour faire prévaloir le juste et pour combattre les
innovateurs.

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète


Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 5 de la Fatwa numéro ( 5553 ) :

Q5: Est-il permis d'implorer le secours des prophètes, des Waliy (alliés
d'Allah) et des pieux dans leur vie et après leur mort, soit pour dissiper
le mal ou pour apporter le bien? Est-il aussi permis de les supplier pour
satisfaire les besoins et réaliser les espérances ?

R5: Le fait d'appeler des morts au secours, qu‟ils soient des prophètes ou
d'autres personnes, n'est pas permis, cela est plutôt considéré comme un
acte de polythéisme majeur. Quant au fait d'implorer le secours du vivant
présent et la demande de son aide dans ce qu'il pourrait réaliser, ceci est
désirable et permis. De là, la Parole d'Allah, (Gloire et Pureté à Lui), à propos
du récit de Moïse: Le récit(Al-Qasas) 28: Verset 15 L'homme de son parti
l'appela au secours contre son ennemi.

Quant à la supplication par l'intermédiaire des vivants ou des morts, parmi


les prophètes ou les autres personnes, en les suppléant avec leur personne,
par leur rang sublime, leurs vertus, ceci n'est pas permis, mais plutôt
considéré comme une innovation hérétique et un des actes menant au
polythéisme.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 6972 ) :

Q: Un homme accomplit les prières, observe le jeûne et tient à


accomplir tous les piliers de l'Islam et malgré tout, il invoque d'autres
personnes avec Allah, étant donné qu'il supplie les Waliy (alliés d'Allah),
leur demande de lui accorder la victoire et croit qu'ils peuvent apporter
le bien et détourner le mal. Dites nous -qu'Allah vous comble de Ses
bienfaits- leurs enfants musulmans qui attestent de l'unicité d'Allah et
qui n'associent personne à Allah, peuvent-ils hériter de tels parents? De
même, quel est l'avis religieux concernant ces enfants?

R: Celui qui accomplit la prière, observe le jeûne et s'acquitte de tous les


piliers de l'Islam et qui pourtant invoque et supplie les morts, les absents,
les anges et d'autres, est un polythéiste. Si on l'avertit et qu'il refuse en
insistant à commettre ce péché jusqu'à sa mort, il aura commis un acte de
polythéisme majeur. Cela le fait sortir du cercle de la religion de l'Islam. Une
fois mort, on ne le lave pas, on n'accomplit non plus pour lui la prière
funèbre (Salât Al-Djanâza), on ne l'enterre pas dans les cimetières des
Musulmans, on n'invoque pas Allah pour lui accorder Sa miséricorde. Ses
enfants, ses parents, ses frères musulmans et croyants en l'unicité d'Allah,
n'héritent pas de lui, ainsi que les autres personnes du même rang parmi les
Musulmans, en raison de leur divergence en religion dans ce cas; suivant ce
Hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Le Musulman n‟hérite
pas de l‟infidèle, ni l‟infidèle du Musulman. Rapporté par Al-Boukhârî et
Mouslim .

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 7308 ) :

Q3: Les adeptes du Soufisme prétendent qu'ils se servent de gens


vertueux et qu'ils implorent leur secours seulement d'une manière
métaphorique et qu'ils connaissent bien que c'est Allah Seul (Gloire à
Lui) qu'on doit appeler au secours en réalité, comment pourriez-vous
répondre à ceux-ci ? Ils avancent aussi comme prétexte leur permettant
l'appel au secours aux gens vertueux le verset que voici: Le butin(Al-
‘Anfâl) 8: Verset 17 Ce n'est pas vous qui les avez tués: jusqu'à la fin
de noble verset, comment répondre à propos de cela ?

R3: Premièrement: Appeler à l'aide et au secours d'un autre qu'Allah parmi


les morts, les absents, les idoles ou autres, est une sorte d'association de
quelqu'un d'autre à Allah, il en est de même pour l'imploration et l'appel au
secours en dehors d'Allah, par l'intermédiaire des vivants dans les affaires
dont nul ne peut accomplir sauf Allah, or ceci entre en fait dans le cadre du
polythéisme majeur et fait sortir de la religion de l'Islam.

Deuxièmement: Le fait d'avancer comme prétexte justifiant leur imploration


du secours d'autres qu'Allah, la Parole d'Allah: Le butin(Al-„Anfâl) 8: Verset
17 Ce n'est pas vous qui les avez tués: mais c'est Allah qui les a tués. est
une fausse justification, parce que ce verset est ainsi interprété: Ce n'est pas
toi qui a pu atteindre les yeux des mécréants dans la bataille de Badr avec
leur grand nombre et leur déploiement partout dans le champ de bataille à
l'aide de ce que tu as lancé, toi le faible!, de peu de cailloux que tu disposais
dans ta main! Mais c'est Allah le Tout Puissant Qui a agit de manière à ce
que ces cailloux atteignent leurs yeux, tous, grâce à Son pouvoir, (qu'Il soit
Exalté). Le verset est donc tout à fait loin du sujet de l'appel au secours d'un
autre qu'Allah. Ce verset parle en fait de l'importance de prendre les
dispositions nécessaires même s'ils sont faibles tel le lancement de cailloux,
tout en tenant à implorer sincèrement l'aide d'Allah et en comptant
réellement sur Lui, et là sont venues, grâce à la Volonté et au Pouvoir
d'Allah, les bonnes conséquences. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), en lançant les cailloux, tenait aussi à invoquer Allah Seul contre
eux et à demander à Allah Seul de lui accorder la victoire sur les ennemis, et
il n'a point invoqué les gens vertueux et les pieux.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 9272 ) :


Q2: Est ce que l'appel au secours d'une personne absente ou d'un mort,
tient du polythéisme majeur?

R2: Certainement, le fait d'implorer le secours des morts ou des absents,


entre dans le cadre du polythéisme majeur, et c'est un péché qui fait sortir
celui qui le commet de la religion de l'Islam conformément à la parole
d'Allah, Exalté soit-Il: Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et
quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve
évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En
vérité, les mécréants, ne réussiront pas. Et à Sa Parole, qu'Il soit Loué et
Exalté: Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 13 Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui
appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui,
ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Le
Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas votre
invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le
jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des
nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La fatwa numéro ( 9582 ) :

Q: Les Salafis (ceux qui suivent la Sunna et le Coran comme le faisaient


les pieux prédécesseurs des premiers siècles de l'hégire) sont souvent
sévèrement accusés de réprouver et de détester les Waliy (alliés d'Allah),
et parmi les preuves que ceux qui accusent les Salafis, avancent pour
démontrer que l'imploration au secours du mort est permise: le Hadith
de l'Homme aveugle qui est venu implorer le secours du Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) après sa mort, j'ai appris qu'il s'agissait là d'un
Hadith authentique (sahîh), ce qui a causé une sorte de malaise ou une
grande confusion pour certains. Nous vous prions de nous renseigner
sur ce sujet extrêmement important?

R: Après avoir examiné le sujet de consultation, le Comité a répondu


par ce qui suit: Le Hadith de l'Homme aveugleest rapporté par l'Imam At-
Tirmidhî selon ce qu'il a transmis `Othmân ibn Hanîf (Qu'Allah soit satisfait
de lui): Un homme aveugle est venu dire au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) : "Invoque Allah en ma faveur pour me guérir!". - "Si tu veux, je
L'invoquerai (en ta faveur), mais si tu prends ta cécité en patience, cela sera
dans votre intérêt", a dit le Prophète. - "Mais invoque, Allah pour moi!", a
demandé l'homme. A ce moment-là, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) lui a ordonné de faire parfaitement les ablutions pour prier deux
Raka' (unité rituelle) et d'invoquer moyennant cette Formule : " Mon
Seigneur, je Vous demande par Votre Prophète Mohammad, Prophète de la
Miséricorde. Je me suis dirigé vers mon Seigneur par toi (Mohammad) pour
que ma demande soit acceptée. O mon Seigneur ! Rend-le (Mohammad) mon
intercesseur Et il a dit : C'est un hadith bon, authentique et étrange qui
n'est connu que tel quel d'après le hadith de Abou Dja`far Al-Khattmaî .

Ce hadith, même à supposer qu'il est authentique, ne signifie pas que


l'aveugle invoque en la personne du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam),
mais il invoque certes Allah le Très Haut, en s'adressant au Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) durant sa vie, l'homme a aussi demandé à Allah
l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) pendant sa vie
pour voir son désir se réaliser.

Rien dans ce Hadith ne montre l'approbation d'invoquer les morts, et Abou


Al-`Abbâs ibn Taymiyya (qu'Allah lui fasse miséricorde), avait parlé avec
beaucoup de faveur de ce hadith et a explicité son sens dans son ouvrage
intitulé "Qâ`ida Djalîla fî At-Tawasoul Wal-Wassila"Je vous conseille donc de
consulter ce livre pour en tirer plus de profit.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 2213 ) :

Q3: Certains parmi ceux qui s'adonnent aux innovations hérétiques et


qui invoquent les morts disent : Comment diriez-vous que le mort ne
pourra pas nous être bénéfique alors que Moussa (Moïse) (`Alaihi
Assalâm) avait pu alléger le nombre des prières imposées (lors de
l'Ascension et du Voyage Nocturne du Prophète Mohammad) de
cinquante à cinq seulement ? D'autres parmi eux disent : Comment
diriez-vous que chaque innovation hérétique est un égarement, qu'en
dites-vous donc de la notation des voyelles brèves et des points
diacritiques du Coran ? Tout cela a eu lieu après la mort du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ! Comment pourrions-nous répondre à
ces innovateurs ?

R3 : Premièrement : La règle générale est que les morts n'entendent pas


ceux qui les appellent parmi les gens (vivants), et qu'ils ne peuvent pas
exaucer l'invocation de ceux qui les invoquent, comme ils ne peuvent pas
communiquer avec les êtres vivants même s'ils sont des prophètes, puisque
leurs actes ont pris fin suite à leur mort, selon la parole d'Allah (Exalté soit-
Il) : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 13 tandis que ceux que vous invoquez, en
dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte.
Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas
votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre.
Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner
des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé. Et Sa parole : Le
Créateur(Fâtir) 35: Verset 22 tu ne peux faire entendre ceux qui sont dans
les tombeaux. Et aussi Sa parole : (Al-Ahqâf) 46: Verset 5 Et qui est plus
égaré que celui qui invoque en dehors d‟Allah, et que la vie ne saura lui
répondre jusqu‟au Jour de la Résurrection? Et elles [leurs divinités] sont
indifférentes à leur invocation. (Al-Ahqâf) 46: Verset 6 Et quand les gens
seront rassemblés [pour le Jugement] elles seront leurs ennemies et nieront
leur adoration [pour elles]. Et selon ce hadith du Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) : Si le fils d'Adam meurt, ses actes prennent fin, à
l'exception de trois choses : une aumône dont la récompense est continuelle,
une science utile et un fils qui invoque Allah en sa faveur Rapporté par
Mouslim dans son Sahîh (recueil de hadiths authentiques).Mais l'exception à
cette règle générale est ce qui est certifié par une preuve évidente, telles que
les paroles du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) adressée aux tués
parmi les gens d' Al-Qolayb parmi les mécréants qui entendirent l'appel du
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à l'issue de la bataille de
Badr , ainsi que sa prière en commun avec les prophètes (`Alaihim Assalâm)
lors de son Voyage Nocturne (Al-Isrâ'), et les propos qu'il a entretenus avec
eux dans les Cieux lors de son Ascension (Al-Mi`râdj), dont le conseil que
Moussa donna à notre Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en vue de
demander la Permission d'Allah d'alléger le nombre de prières prescrites aux
musulmans, et notre Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) demanda cela
à maintes reprises à Allah jusqu'à ce que le nombre de prières ait été
diminué à cinq prières pendant le jour et la nuit. Ces exceptions sont en fait
une sorte de miracles et de prodiges qui doivent être pris comme tels et qui
ne doivent pas être proposés comme critère de Qiyyâs (raisonnement
analogique) pour d'autres phénomènes qui suivent une règle générale, étant
donné que l'analogie sur les exceptions dans des affaires ordinaires est
interdite tant qu'il n'y a pas de raison justifiant cela, et la raison dans un tel
sujet ne peut pas être connue parce qu'elle entre dans le cadre de
l'Inconnaissable et il n'y a pas dans le Coran ni dans le hadith du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ce qui porte sur un sujet pareil alors il faut
l'adhérer à la règle générale.

Deuxièmement : La 'Omma (La Communauté musulmane) est appelée à


conserver le Coran par écrit et par récitation, et à le lire de la même manière
que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'a enseigné lui-même. La
langue des Compagnons du Prophète (Qu'Allah soit satisfait d'eux), était une
langue arabe correcte, parce qu'il n'y avait que très peu de non-arabes parmi
eux, et parce qu'ils accordaient un grand soin à réciter le Coran exactement
comme il a été révélé. Cet intérêt et ce soin ont duré pendant l'époque des
Califes Bien-Guidés, alors il n'y avait aucune crainte qu'ils modifient
l'intonation dans la récitation ou dans la lecture du Coran sans ponctuation
ni notification. Mais à l'époque du Califat (règne Islamique) de `Abd-Al-Malik
ibn Marawân, quand le nombre des musulmans non-arabes, augmenta et
qu'ils se mêlèrent aux Musulmans arabes, le Calife craignit qu'ils récitent
mal ou qu'ils trouvent une difficulté dans la lecture du Coran qui était alors
sans ponctuation ni notification (des voyelles brèves ou longues). C'est alors
que `Abd-Al-Malik ibn Marwân ordonna de ponctuer le Coran et d'y ajouter
les signes nécessaires de notification. Ce travail fut achevé par Al-Hassan Al-
Bassrî , et Yahya ibn Ya`mour (Qu'Allah leur fasse miséricorde), ces deux
hommes furent parmi les plus pieux des adeptes, des plus conservateurs et
des plus attentionnés envers le Coran contre toute conspiration, déviation ou
altération. Ils essayèrent ainsi de faciliter sa lecture, son enseignement et
son apprentissage comme il l‟était au temps du Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam). De tout ce qui précède, il s'avère donc que la ponctuation et la
notification du Coran, entre dans la généralité de l'ordre de préserver le
Coran, de l'enseigner et de l'apprendre de la façon dont l'a enseigné le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à sa Communauté, pour que
l'Annonce soit accomplie, que la loi islamique soit établie et que le Coran
demeure jusqu'au jour où Allah héritera la terre entière et tout ce qu'elle
comporte, même si cela n'existait pas à l'époque du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam). La ponctuation du Coran n'est donc pas une innovation
parce que l'innovation est : tout ce qu'on ajoute sans preuve qui lui soit
particulière et sans preuve générale qui s'y applique et qui s'étende à
d'autres faits. Certains parmi ceux qui argumentent dans les Sounan (les
lois établies) et les Bida' (les innovations hérétiques) appellent ce procédé :
Un libre intérêt, et non une innovation. On peut appeler cela une innovation
du point de vue linguistique, parce qu'il s'agit d'ajouter quelque chose de
nouveau qui n'existait pas auparavant, en dehors du point de vue religieux,
ce n'est pas une innovation parce que cela entre dans la généralité de l'ordre
de préserver le Coran et de perfectionner sa prononciation, son
apprentissage et son enseignement. On peut citer à cet égard la parole de
`Omar, (qu'Allah soit satisfait de lui), lorsqu'il réunit les gens derrière un
seul Imam dans la prière de At-Tarâwiyyh (Prières surérogatoires pendant les
nuits de Ramadan) : "Quelle bonne innovation est celle-ci!" Il est très clair
donc que la ponctuation du Coran se justifie par l'ordre général de la
préservation du Coran tel qu'il fut révélé.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 2017 ) :


Q: Que diriez-vous à propos d'un innovateur qui commet des actes
d’innovation relevant du polythéisme tel que l’imploration du secours
des Alliés d'Allah et l’accomplissement de la prière dans leurs tombes
espérant qu'ils lui fournissent leur bénédiction ? Cet homme s’est marié
avec une femme divorcée, d'abord il avait des rapports avec elle une
fois après l'autre, en cachette, puis quand elle fut enceinte et que cela
devint visible, il s'est marié avec elle en vertu d’un acte officiel, mais le
mariage était tout à fait loin de la voie d’Allah. Ensuite la femme donna
naissance à une fille qui a maintenant deux ans. Cet innovateur s'est
repenti et il a décidé d'éviter toute innovation et de suivre la Sunna de
notre Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Il a lu en fait
le livre intitulé "Fath Al-Madjîd Charh Kitâb At-Tawhîd", ainsi que
d’autres livres des gens de la Sunna, et il s’est repenti de l'adultère et
des actes immoraux. Sa femme est actuellement enceinte et il demande
: Qu’est-ce qu'il doit faire ? Doit-il payer une expiation pour l’adultère
qu’il a commis ? Et que doit-il faire avec ses proches parents qui
insistent encore à suivre leurs innovations relevant du polythéisme,
renseignez-moi ?

R1: Premièrement : Certes, le polythéisme est le péché le plus grave parmi


tous les péchés, les innovations dans le domaine religieux sont considérées
comme un crime affreux, et l‟adultère est un péché majeur duquel celui qui
le commet doit se repentir sincèrement et s'éloigner afin qu‟Allah lui accorde
Son Pardon. Si cet homme s'est repenti et s‟il a imploré le Pardon d‟Allah,
nous implorons Allah d‟exaucer son repentir, de pardonner son péché, de le
préserver à l'avenir et de transformer ses péchés en bonnes œuvres Il lui
incombe aussi d'afficher constamment son regret et son repentir et de
multiplier les bonnes œuvres, car les bonnes œuvres dissipent les
mauvaises. Il doit aussi s'éloigner des pas et des tentations de Satan car il
ordonne la turpitude et le blâmable. Allah (qu'Il soit Exalté) a dit : Le
discernement(Al-Fourqân) 25: Verset 68 Qui n‟invoquent pas d‟autre dieu
avec Allah et ne tuent pas la vie qu‟Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit;
qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une
punition Le discernement(Al-Fourqân) 25: Verset 69 et le châtiment lui
sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement
couvert d‟ignominie; Le discernement(Al-Fourqân) 25: Verset 70 sauf celui
qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre; ceux-là Allah changera
leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et
Miséricordieux; Le discernement(Al-Fourqân) 25: Verset 71 et quiconque
se repent et accomplit une bonne œuvre c‟est vers Allah qu‟aboutira son
retour. Allah (qu'Il soit Exalté) a dit aussi : La lumière(An-Noûr) 24: Verset
21 O vous qui avez cru! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les
pas du Diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Cet
homme doit donc remercier Allah pour l‟avoir guidé vers le droit chemin
après qu'il a été un pécheur égaré.

Deuxièmement : Il doit déployer des efforts pour guider ses proches, ses
parents et le reste de sa famille en les invitant à la pure Unicité d‟Allah (At-
Tawhîd al-khâlis) et au rejet de toute sorte d'innovation et de superstitions,
et en les appelant à s‟attacher au Coran et à la Sunna et à les appliquer, en
espérant qu‟ils répondent à son appel, se repentent de leur polythéisme et de
toutes leurs innovations et qu'ils deviennent ainsi une force qui l‟appuie
dans son appel au Juste, et c'est à Allah qu‟on doit demander l‟aide.

Troisièmement : Si auparavant, il était un pécheur qui commettait le


polythéisme majeur à l‟instar des gens qui ont vécu durant la Djâhiliyya
(l'époque de l'Ignorance qui a précédé l'avènement de l'Islam) qui régnait
avant la venue du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et s‟il s'est marié
avec la femme citée pendant la période où il était égaré, sa résipiscence se
considère en fait comme un repentir du polythéisme et comme un début
d'une nouvelle vie islamique. Dans ce cas, l‟ancien contrat de son mariage
avec cette femme reste valide, à condition que cette femme déclare son
repentir du polythéisme et des péchés du passé comme lui. Et cela parce que
le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a approuvé les contrats de
mariage de ceux qui se sont mariés pendant la période préislamique, avant
qu‟ils n'embrassent l‟Islam sans rien leur demander à propos des détails et
des circonstances de leur mariage et sans renouveler leurs contrats de
mariage. Les enfants provenant aussi de ces anciens mariages se ramènent
de toute évidence à leurs parents. Tout ce qu‟ils doivent donc faire, c‟est de
remplacer les mauvaises actions par les bonnes, de multiplier les bonnes
œuvres et de s'éloigner obstinément des actes blâmables.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons..

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 9336 ) :

Q1: Si l'imam d'une mosquée a l’habitude d’implorer le secours des


morts dans les tombes en disant que ces tombes sont celles des alliés
d'Allah et qu’on implore leur secours pour qu’ils deviennent des
médiateurs entre Allah et nous. M'est-il permis d'accomplir la prière
derrière lui alors que je suis une personne qui appelle à l'Unicité ? Je
vous prie de bien vouloir me donner des renseignements au sujet des
vœux, de l’imploration et de la supplication !

R1 : Il n'est pas permis accomplir la prière derrière quiconque implore le


secours des morts dans les tombes ou qui leur fait des vœux parce que c'est
un associateur, et un homme qui tombe dans l'Association est un homme
indigne d‟être un imam, et sa prière n'est pas valide. Le Musulman n'est pas
autorisé à accomplir sa prière derrière lui, conformément à la Parole d'Allah
(Gloire à Lui) : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 88 Mais s'ils avaient donné
à Allah des associés, alors, tout ce qu'ils auraient fait eût certainement été
vain. Et Sa Parole (qu'Il soit Loué et Exalté) : Les groupes(Az-Zoumar) 39:
Verset 65 En effet, il t‟a été révélé, ainsi qu‟à ceux qui t‟ont précédé: «Si tu
donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine; et tu seras très
certainement du nombre des perdants. Les groupes(Az-Zoumar) 39: Verset
66 Tout au contraire, adore Allah seul et sois du nombre des
reconnaissants».

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La fatwa numéro ( 2871 ) :

Q1: Quel est l'avis religieux quant à l’accomplissement de la prière


derrière celui qui adresse ses supplications au Messager d’Allah, aux
Waliys (les Alliés d'Allah) ou à `Alî ibn `Abou Tâlib (qu'Allah soit satisfait
de lui) et qui croit qu’elles seront exaucées, car la plupart des gens au
Pakistan invoquent le Messager d’Allah ou `Alî ou `Abd-Al-Qâdir Al-
Djilânî pour leur apporter du bien et les protéger du mal ?

Q3: Quel l'avis religieux à propos de celui qui croit que le Messager, les
Waliys (les alliés d'Allah) et les cheikhs savants sont encore vivants, et
que leurs âmes sont présentes et conscientes ? De même, quel est le
jugement religieux à l'égard de celui qui a la foi que le Messager d’Allah
est une "lumière" pure, et qui renie sa nature humaine?

R : Premièrement : L'invocation est l'un des cultes d'adoration. Or les


cultes d'adoration sont des droits d'Allah (à lui la Magnificence et la Majesté)
uniquement, et le fait de les adresser à quelqu'un d'autre qu'Allah est une
association. Le Livre (le Coran), la Sunna et le Consensus attestent
l'interdiction d'invoquer un autre qu'Allah. Quant aux preuves fournies par
le Coran, on citera la Parole du Très Haut qui dit : Jonas(Yoûnous) 10:
Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni
te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes». Dans ce
verset coranique et dans d'autres, il y a une indication claire que l'invocation
d'un autre qu'Allah est une mécréance, un polythéisme et un égarement.
Quant aux arguments de la Sunna, certains sont confirmés dans les Sounan
(Traditions : actes et paroles du Prophète) : d‟après An-No'mân ibn Bachîr le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : l'invocation est l‟essentiel de
l'adorationPuis, il a récité La parole d'Allah (Gloire et Pureté à Lui) : Le
pardonneur(Ghâfir) 40: Verset 60 Et votre Seigneur dit: "Appelez-Moi, Je
vous répondrai. Et ce qu'arapporté At-Tabarânî, avec sa succession de
rapporteurs, que du vivant du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), il y
avait un hypocrite qui faisait du mal aux croyants. Certains d'entre ceux-ci
ont dit : "Allons demander secours au Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) contre cet hypocrite ". Informé, le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) leur a dit : "On ne doit pas me demander secours, le secours est
à demander à d'Allah" Dans ce hadith, il y a la preuve qui démontre d‟une
façon évidente qu‟il est interdit de demander secours au Prophète ou à
n'importe qui d'autre. Le Prophète a détesté donc que le terme "demander
secours" soit employé à son égard, bien qu'il eût pu le faire pendant sa vie,
afin de protéger l'intégralité de l'Unicité et de barrer le chemin aux prétextes
du polythéisme, montrant ainsi sa politesse et sa modestie vis-à-vis de Son
Seigneur, et avertissant la Communauté contre tous les moyens susceptibles
de mener au polythéisme dans les paroles et les actions. Ceci concernait un
acte que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) pouvait faire pendant sa
vie. Comment donc serait-il permis qu'on le supplie après sa mort et qu'on
lui demande des choses que personne ne pourrait exaucer à part Allah (à Lui
l'Omnipotence et la Majesté). Et si c‟était le cas pour le Prophète lui-même
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) comment serait-il donc possible de supplier
ceux qui sont au-dessous de son rang ? Quant au consensus, la
Communauté a décidé à l'unanimité que l'invocation est une caractéristique
propre attribuée à Allah (à Lui la magnificence et la Majesté). S'adresser
donc par l'invocation ou la supplication à un autre qu'Allah serait une pure
association.

Deuxièmement : L'audition des voix est l'une des caractéristiques des êtres
vivants, l'être humain, une fois mort, ne perçoit plus les voix des gens de la
vie d'ici-bas et n‟entend plus leurs paroles, Allah (Exalté soit-Il) a dit : Le
Créateur(Fâtir) 35: Verset 22 tu ne peux faire entendre ceux qui sont dans
les tombeaux. Le Très Haut a affirmé à Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) qu'il ne pourrait faire entendre ceux qu'il appelle (à l'Islam) en les
comparant aux morts. Selon la règle de base de la comparaison, le
comparant est plus fort que le comparé quant aux caractéristiques de la
comparaison établie. Donc les morts sont encore plus caractérisés par leur
impuissance d'entendre et de répondre comparés aux entêtés qui avaient fait
la sourde oreille à l'appel du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et se
faisaient aveugles en disant: "Nos cœurs sont durs", à ce propos Le Très
Haut dit : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils
n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient
vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne
peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.

Quant au fait que les tués parmi les mécréants, qui avaient été enterrés
dans Al-Qolayb le jour de Badr ont entendu l'appel du Messager (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) et sa question : "Avez-vous trouvé vrai ce que votre
Seigneur vous a promis ? Certes nous avons trouvé vrai ce que notre
Seigneur nous a promis". Et le fait qu'il ait dit à ses Compagnons : "Vous
n'êtes pas plus auditeurs à ce que je leur dit qu'eux !", lorsqu'ils renièrent
son appel aux gens d'Al Qolayb, ceci est l'une des spécificités qu'Allah lui
attribua. Cette spécificité a été mise à l'exception du principe général avec la
preuve.

Troisièmement : Le Coran a indiqué que le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa


Sallam) est un mortel, ainsi, Allah (Exalté soit-Il) a dit : Les groupes(Az-
Zoumar) 39: Verset 30 En vérité tu mourras et ils mourront eux aussi; Il a
aussi dit (qu'Il soit Exalté) : La famille d‟Imran( 'Al –„Imrân) 3: Verset 185
Toute âme goûtera la mort. Et lui (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est inclus
dans cette généralisation. Les Compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux), les
savants après eux et la Oumma (la Communauté musulmane) se sont mis
d'accord à l'unanimité sur le fait qu'il est mort. Si le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) n'est pas immortel, les Waliys et les Cheikhs
prioritairement, ne le sont pas. La règle de base dans les questions relevant
de l'Inconnaissable est que Seul Allah en a la Science. Allah (qu'Il soit Exalté)
a dit : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 59 C‟est Lui qui détient les clefs de
l‟Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est
dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu‟Il ne
le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de
sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. Le Très Haut a aussi dit :
Les fourmis(An-Naml) 27: Verset 65 Dis: «Nul de ceux qui sont dans les
cieux et sur la terre ne connaît l‟Inconnaissable, à part Allah». Et ils ne
savent pas quand ils seront ressuscités! Mais Allah (qu'Il soit Exalté) fait
part de Sa Connaissance de l'Inconnu à qui Il veut parmi Ses Messagers, Il a
dit (qu'Il soit Exalté) : Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 26 [C‟est Lui] qui
connaît le mystère. Il ne dévoile Son mystère à personne, Les djinns(Al-
Jinn) 72: Verset 27 sauf à celui qu‟Il agrée comme Messager et qu‟Il fait
précéder et suivre de gardiens vigilants, Il a dit également, (qu'Il soit Exalté)
: (Al-Ahqâf) 46: Verset 9 Dis: «Je ne suis pas une innovation parmi les
messagers; et je ne sais pas ce que l‟on fera de moi, ni de vous. Je ne fais
que suivre ce qui m‟est révélé; et je ne suis qu‟un avertisseur clair». Il est
authentiquement rapporté dans un hadith long de 'Omm Al-`Alâ' qu'elle a dit
: Quand 'Othmân ibn Mazh'oun est mort, nous l'avons enveloppé dans ses
vêtements. Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est venu chez
nous, je me suis adressée au mort en ces mots : "Qu'Allah soit
miséricordieux envers toi, ô Abou As-Sâ'ib! Mon témoignage pour vous est
qu'Allah (Exalté soit-Il) t'a honoré", Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) a dit : "Comment sais-tu qu'Allah l'a honoré ?" J'ai répondu : "Je
ne sais pas, que mon père et ma mère soient sacrifiés pour toi". Le Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :" Quant à lui, la certitude (la
mort) est venue pour lui de son Seigneur, et je lui souhaite tout le bien. Par
Allah, bien que je sois le Messager d'Allah, je ne sais pas ce qui sera fait de
moi". J'ai dit : "Par Allah, je ne témoignerai de la piété de personne après lui"
rapporté par 'Ahmad et inséré par Al-Boukhârî sous le chapitre "Des
funérailles" de son Sahîh, et dans sa version à lui : Je ne sais pas ce que
l'on fera de moi alors que je suis Le Messager d'Allah. Il est
authentiquement rapporté dans de nombreux hadiths que le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit qu'Allah lui a fait savoir les fins prévues de
certains de ses compagnons et il leur a annoncé qu'ils auront accès au
Paradis.

Et dans le hadith de `Omar ibn Al-Khattâb (qu'Allah soit satisfait de lui),


rapporté dans le Sahîh de Mouslim , Que Djibrîl (l'Archange Gabriel) a dit
au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : "Informe-moi au sujet de
l'Heure (du Jugement)". Il répondit : "L'interrogé n'en est pas plus savant que
celui qui le questionne" Puis, le Messager n'a rien ajouté d'autre à part ses
signes, ce qui prouve qu'il s'agit de l'Inconnaissable, et qu'Allah lui en a fait
savoir ceci seulement au moment du besoin, sans lui faire connaître les
autres secrets du monde invisible. De même, Allah (Gloire et Pureté à Lui), a
fait savoir à son Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qu'il sera pardonné
dans la Sourate Al-Fath. Il est attesté qu'il a dit (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) : Le Prophète sera au Paradis et Abou Bakr sera au paradis, et
`Omar sera au paradis, et 'Othmân sera au paradis, et 'Alî sera au paradis,
et Talha sera au paradis, et Az-Zobayr sera au paradis, et `Abd-Ar-Rahman
ibn 'Awf sera au paradis, et Sa'd ibn Mâlik sera au paradis (Sa'd ibn Abi
Waqqâs) et Sa'îd ibn Zayd sera au paradis et Abou `Obayda ibn Al-Djarrâh
sera au paradis (qu'Allah soit Satisfait d'eux tous). Ceci relève de la science
de l'Inconnaissable qu'Allah a fait savoir à Son Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam).

Quatrièmement : Si en décrivant le Messager d‟Allah (Salla Allah `Alaihi Wa


Sallam) comme étant une « lumière émanant de la Lumière Divine », on
entend que la vraie Lumière Divine a constitué son essence, on s‟oppose
alors au Coran qui soutient son humanité. Si on le qualifie de lumière dans
le sens où la Révélation apportée par lui a permis à des êtres humains de
retrouver la bonne voie, cette affirmation est juste. Nous avons énoncé une
Fatwa, à cet égard, dont le contenu est le suivant : "Le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a une lumière, c'est la lumière du Message et de la Bonne
Direction par laquelle Allah a guidé la clairvoyance de qui Il veut parmi Ses
serviteurs. Indubitablement, la lumière du Message et de la Bonne Direction
sont de la part d'Allah". Le Très Haut a dit : La consultation(Ach-Choûrâ) 42:
Verset 51 Il n‟a pas été donné à un mortel qu‟Allah lui parle autrement que
par révélation ou de derrière un voile, ou qu‟Il [Lui] envoie un messager
(Ange) qui révèle, par Sa permission, ce qu‟Il [Allah] veut. Il est Sublime et
Sage. La consultation(Ach-Choûrâ) 42: Verset 52 Et c‟est ainsi que Nous
t‟avons révélé un esprit [le Coran] provenant de Notre ordre. Tu n‟avais
aucune connaissance du Livre ni de la foi; mais Nous en avons fait une
lumière par laquelle Nous guidons qui Nous voulons parmi Nos serviteurs.
Et en vérité tu guides vers un chemin droit, La consultation(Ach-Choûrâ)
42: Verset 53 le chemin d‟Allah à Qui appartient ce qui est dans les cieux et
ce qui est sur la terre. Oui c‟est à Allah que s‟acheminent toutes les choses.
Cette lumière n'est pas acquise de la part de l'ultime des élus comme le
prétendent les athées, mais son corps (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est en
chair, sang et os, etc. Il a été créé d'un père et d'une mère, il n'a pas eu de
vie antérieure précédemment à sa naissance. Quant à ce qui est rapporté, à
savoir que la lumière du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fut la
première chose créée par Allah et qu‟Allah a extrait une poignée de lumière
de Son propre visage et que c‟est à partir de cette poignée qu‟il a créé
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et que quand Allah a regardé la
poignée, Il en a jailli des étincelles et que de chaque étincelle Allah a créé un
prophète, ainsi que l‟idée selon laquelle tous les humains sont créés à partir
de la lumière du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), toutes ces
affirmations ne sont pas du tout authentiquement rapportées du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). (p.366 et suivantes de - L'Ensemble des
Fatawa- d'Ibn Taymiyya, tome dix-huitième.)

Cinquièmement : Le fait de dire que l'Envoyé d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa


Sallam) n'est pas un être humain comme nous, est susceptible d'être vrai ou
faux. Nous avons énoncé une Fatwa, à cet égard, dont le contenu est le
suivant : "C'est un terme général qui est susceptible d'être vrai ou faux. Si on
veut prouver l'humanité du Prophète, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), mais
en disant qu'il n'est pas complètement semblable à tous les êtres humains,
mais il partage avec eux le même type de caractéristiques dont le fait de
manger, boire, être en bonne santé ou tomber malade, retenir ou oublier,
vivre ou mourir, épouser les femmes….etc. Ainsi qu'il profite des
spécifications qu'Allah lui accorda dont la Révélation, son envoi aux Hommes
comme annonciateur, avertisseur et appelant à Allah, par Sa permission ;
comme une lampe éclairante, ceci est tout à fait vrai. Et c'est une chose
prouvée par la réalité constatable et par le Coran. Allah, (qu'Il soit exalté) a
dit: La caverne(Al-kahf) 18: Verset 110 Dis: «Je suis en fait un être humain
comme vous. Il m‟a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique! Quiconque,
donc, espère rencontrer son Seigneur, qu‟il fasse de bonnes actions et qu‟il
n‟associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur». Il lui ordonna
d'informer sa Communauté qu'il est un être-humain, comme eux, et qu'Allah
l'a distingué pour assumer les responsabilités du Message et lui révéla la
Charia de l'Unicité et la Bonne Voie... etc. Allah (qu'Il soit exalté) a dit, au
sujet du discours ayant eu lieu entre les prophètes et leurs communautés :
Abraham(„Ibrâhîm) 14: Verset 10 Leurs messagers dirent: «Y a-t-il un doute
au sujet d‟Allah, Créateur des cieux et de la terre, qui vous appelle pour vous
pardonner une partie de vos péchés et vous donner un délai jusqu‟à un
terme fixé?» [Les mécréants] répondirent: «Vous n‟êtes que des hommes
comme nous. Vous voulez nous empêcher de ce que nos ancêtres adoraient.
Apportez-nous donc une preuve évidente». Abraham(„Ibrâhîm) 14: Verset 11
Leurs messagers leur dirent: «Certes, nous ne sommes que des humains
comme vous. Mais Allah favorise qui Il veut parmi Ses serviteurs. Il ne nous
appartient de vous apporter quelque preuve, que par la permission d‟Allah.
Et c‟est en Allah que les croyants doivent placer leur confiance. Les
prophètes ont donc attesté qu'ils sont des êtres humains comme nous, mais
Allah les dota du Message. Allah (qu'Il soit Exalté), dote ceux qu'Il veut parmi
Ses serviteurs par ce qu'Il veut, et Il choisit et distingue ceux qu'Il veut, pour
faire sortir les gens des ténèbres à la lumière, divers exemples en atteste
dans le Coran. Mais si on veut dire que le Messager n'est carrément pas un
être humain ou qu'il est un être humain différent des autres et qu'il ne
partage pas les mêmes caractéristiques avec eux, cette affirmation est
totalement fausse et démentie par la réalité constatable, c'est une mécréance
claire parce qu'elle s'oppose au Coran qui a prouvé que les messagers sont
tous des êtres humains, semblables aux Hommes sauf dans les domaines où
Allah les a dotés de spécificités, dont la Révélation, le prophétisme, le
Message et les miracles.

Dans tous les cas, on ne peut pas utiliser cette affirmation sans avoir
recours à l'explication détaillée dans le but d'éviter la globalisation et la
confusion qu'elle peut provoquer. C'est pour cela que ce mot n'est pas utilisé
dans le Coran, sans une explication détaillée, qui met l'accent sur les
spécificités des prophètes comme montré dans les versets précités, et comme
Allah (qu'Il soit Exalté) le dit : Les versets détaillés(Foussilat) 41: Verset 6
Dis: «Je ne suis qu‟un homme comme vous. Il m‟a été révélé que votre Dieu
est un Dieu unique. Cherchez le droit chemin vers Lui et implorez son
pardon». Et malheur aux Associateurs Les versets détaillés(Foussilat) 41:
Verset 7 qui n‟acquittent pas la Zakât et ne croient pas en l‟au-delà! De
même, le fait de dire que les prophètes sont tout à fait semblables aux
Hommes risque de les amoindrir et de fournir un prétexte pour renier leur
message, par ailleurs, le fait de démentir leur ressemblance aux Hommes
risque de mener à l'exagération, et de leur accorder des qualités qui ne sont
pas les leurs, comme celles qui qualifient uniquement Allah (qu'Il soit
Exalté). Le musulman doit donc avoir recours à l'explication détaillée, pour
distinguer le vrai du faux et le bon chemin de l'égarement.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La fatwa numéro ( 3068 ) :

Q1 : Ces jours-ci, on trouve un groupe de musulmans qui exagère dans


son amour pour les morts ; ces gens invoquent les morts, demandent
leur aide et se plaignent auprès d'eux, croyant qu'ils assistent à leurs
rassemblements lorsqu'ils les invoquent et qu’ils peuvent dissiper leurs
maux. Parmi les habitudes répandues entre ces gens : se rassembler une
certaine nuit dans une chambre obscure pour invoquer `Abd-Al-Qâdir Al-
Djilânî (qu'Allah lui fasse miséricorde) mille fois, prétendant qu’ils
agissent ainsi sur son ordre et qu’il assiste à leur réunion pour satisfaire
leurs demandes s'ils l'invoquent. Ils tirent leurs arguments des vers
suivants qu’ils récitent avec tant d'amour, de vénération et d’humilité :
O pôle des habitants du O plaisir de mes yeux,
ciel et de la terre et leur leur pluie au temps sec !
secours !
O fils des dignitaires O celui qui fut le
élevés, tu les as hérités ! meilleur de ceux qui
s'appelaient Mohiyy-Ad-
Dîn (régénérateur de la
religion) !
O meilleur secours La cime des Waliys
depuis toujours et à (alliés d'Allah) par
présent ! excellence et par mérite
Le plus proche parmi les Certes toi la religion t'a
pauvres à son Seigneur appelé régénérateur de
la religion
Te voilà l'appel d'Allah O meilleur secours soit
t'est venu écoutant un assistant proche !
Tu es mon souverain Dénommé d'un sublime
brillant dans l'univers nom régénérateur de la
religion

Et entre autres :

Quiconque m'appelle Une véhémence


mille fois dans sa l'envahie dissipant sa
solitude somnolence
Je lui réponds avec Qu'il appelle O `Abd-Al-
allégresse pour son Qâdir régénérateur de la
invitation religion
O meilleurs secours O maître sois présent
`Abd-Al-Qâdir avec pour moi ! O
vitesse! régénérateur de la
religion !

Ils citent aussi:

O maître ! mon soutien, Soit mon partisan


mon secours ! O mon contre l'ennemi par le
renfort ! secours !
Défendeur de mon Le successeur d'Allah
honneur, prends la main entre nous est le
tendue au secours ! régénérateur de la
religion
La caverne de l'anxieux, Asile du faible, garant de
bord de sûreté pour tout celui qui donne le vœu
cœur troublé
Secours du noyé O seigneurs des
trébuchant dans la mer seigneurs 'Abd-Al-Qâdir

Ils récitent ces vers, ensuite ils appellent Mohiyy-Ad-Dîn 'Abd-Al-Qâdir


mille fois. Chez nous dans la ville de (An-Nâhour), il y a une tombe d'un
Waliy que les Musulmans appellent et invoquent avec beaucoup de
soumission et d'humilité lors de leurs assemblées de la manière
suivante :
O Patron de An-Nâhour ! Dans l'ouïe, les membres
Sois un allié pour moi ! et la bonne vue
Que je jouisse d'une O confluent des biens !
longue vie et non pas O 'Abd-Al-Qâdir !
d'un temps éphémère !
Sois un refuge pour moi Pour les difficultés du
le jour de la grandeur ! temps un temps lointain

De tels vers existent en abondance dans toutes les maisons et il se peut


qu'on ne trouve pas le Coran dans ces maisons-là. Ces gens récitent ces
poèmes dans toutes les occasions et les cérémonies et même ceux qui
appartiennent au domaine des sciences religieuses y participent et les
autorisent. Je vous prie de bien vouloir méditer sur le sens de ces vers
puis de répondre aux questions suivantes par des preuves tirées du
Coran et de honorable Sunna. J'espère que votre réponse sera claire afin
que nous puissions la publier et la distribuer entre les musulmans en
vue de faire valoir le Vrai et de faire disparaître l'Erreur et en espérant
que les gens suivront le droit chemin.

Q1 : Est-il permis au musulman de réciter de tels vers en guise


d'adoration et qu’il croit en leurs sens ?

Q2 : Est-il permis que le musulman appelle `Abd Al-Qâdir Al Djilâni


(qu'Allah lui fasse miséricorde) mille fois dans une chambre obscure
avec tant d’humilité et de recueillement et qu'il réclame sa présence ?

Q3 : Quel est l'avis religieux concernant celui qui agit de la sorte ?

Q4 : Est-il permit au musulman d'accomplir la prière derrière ceux qui


ont ce genre de croyance et qui participent à ces cérémonies ? Et quel
est le devoir des musulmans envers eux ?

R: Premièrement : Le fait d‟invoquer d'autres qu'Allah, parmi les morts et


les absents et d'implorer leur aide et leur secours pour détourner un mal ou
pour guérir un malade ou autre - est un acte de polythéisme ; parce que ces
invocations et ces implorations sont dans leur essence des actes d'adoration
qui doivent s'adresser à Allah Seul, c'est une reconnaissance de l'Unicité
d'Allah. Le fait de les adresser à quiconque à part Allah et de réciter les
invocations citées dans la question et d'y croire est un acte de polythéisme
majeur qui fait sortir de la religion de l‟Islam - à Allah ne plaise ! Allah
(Exalté soit-Il) a dit : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et n‟invoque pas, en
dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras
alors du nombre des injustes». Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si Allah
fait qu‟un mal te touche, nul ne peut l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il te
veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi
Ses serviteurs. Et c‟est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux. Il a dit aussi :
Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 18 Les mosquées sont consacrées à Allah:
n‟invoquez donc personne avec Allah. Et Il a dit (Gloire et Pureté à Lui) : Les
croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et quiconque invoque avec Allah
une autre divinité, sans avoir la preuve évidente [de son existence], aura à en
rendre compte à son Seigneur. En vérité, les mécréants, ne réussiront pas.
Beaucoup d'autres versets coraniques attestent le droit exclusif d'Allah à être
appelé au secours et à être imploré. Il est authentiquement rapporté que le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Si tu souhaites une chose
demande-la à Allah, et si tu as besoin d'aide demande l'aide d'Allah Jusqu'à
la fin du hadith.

Deuxièmement : De ce qui précède, il s‟avère que le musulman ne doit pas


appeler le Cheikh 'Abd Al-Qâdir Al Djilâni ou qui que ce soit parmi les
prophètes et les pieux pour qu‟ils viennent ou pour qu'ils dissipent l'angoisse
ou pour qu'ils accordent leurs bénédictions aux assistants du cercle ou pour
n‟importe quelle autre affaire. L'appeler est plutôt un acte qui entre dans le
cadre de l'association majeure, alors que celui qui est appelé désavoue celui
qui l'invoque, il ne l'entend pas et ne lui répond pas non plus. Comme Allah
(Exalté soit-Il) a dit après avoir énoncé les versets affirmant qu'Il est l'Unique
Seigneur : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 13 Tel est Allah, votre Seigneur: à
Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de
Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Le
Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas votre
invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le
jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des
nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.

Troisièmement : De tout ce qui précède, il s‟avère que celui qui agit de la


sorte parmi les musulmans, fait un acte de polythéisme majeur
conformément au Livre d'Allah (le Coran) et à la Sunna de Son Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).

Quatrièmement : A partir de cela, il n‟est pas permis d‟accomplir la prière


derrière celui qui commet ce péché puisqu‟il est considéré comme un
polythéiste qui sort de la religion de l'Islam.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 3 et 5 de la Fatwa numéro ( 3321 ) :

Q3: Le musulman a-t-il le droit de dire dans son invocation : "O


serviteurs des plus beaux Noms d'Allah, répondez à mes besoins et
mettez-les en application" ?

R3: L'imploration des serviteurs des plus Beaux Noms d'Allah pour subvenir
aux besoins est un acte de polythéisme, puisque c'est une imploration faite à
d'autres en dehors d'Allah ; à des serviteurs absents et imaginaires sur
lesquels on ne connaît aucun argument légitime. Allah (Exalté soit-Il) a dit :
(Al-Ahqâf) 46: Verset 5 Et qui est plus égaré que celui qui invoque en
dehors d‟Allah, et que la vie ne saura lui répondre jusqu‟au Jour de la
Résurrection? Et elles [leurs divinités] sont indifférentes à leur invocation.
(Al-Ahqâf) 46: Verset 6 Et quand les gens seront rassemblés [pour le
Jugement] elles seront leurs ennemies et nieront leur adoration [pour elles].
Allah (Exalté soit-Il) a dit : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et
quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve
évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En
vérité, les mécréants, ne réussiront pas. Allah (Exalté soit-Il) a dit aussi :
Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui
ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des
injustes». Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si Allah fait qu‟un mal te
touche, nul ne peut l‟écarter en dehors de Lui. Il a dit aussi, (Exalté soit-Il) :
Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 18 Les mosquées sont consacrées à Allah:
n‟invoquez donc personne avec Allah. Allah (Exalté soit-Il) a également dit :
Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 6 Or, il y avait parmi les humains, des mâles
qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit
qu‟accroître leur détresse. On rapporte un hadith authentique selon lequel
le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Si tu souhaites
une chose demande-la à Allah, et si tu as besoin d'aide demande l'aide
d'Allah D'autres versets et hadiths indiquent que l'invocation visant à
demander le bien ou à éviter le mal ne peut se faire à d'autres en dehors
d'Allah. L'invocation faite à d'autres est donc une sorte d'association,
puisque c'est un acte d'adoration.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

Q 5: Le musulman peut-il écrire les noms spirituels (les djinns ou les


Anges), les plus Beaux Noms d'Allah ou autres porte-bonheur et
formules magiques connues chez les spiritualistes, dans le but de se
protéger contre les maux des djinns, de Satan et de la magie ?

R5: Le recours aux djinns et aux Anges et l'imploration de leur aide pour
repousser le mal ou apporter le bien ou pour se protéger contre le mal des
djinns, constitue un acte de polythéisme majeur qui aboutit à faire sortir de
la religion islamique, qu'Allah nous en préserve, que ce soit par leur
invocation ou par l'écriture de noms sur un talisman pour le porter, ou pour
le laver et boire son eau, etc., et s'il croit que ce talisman ou son lavage peut
apporter du bien ou éviter le mal sans recours à Allah.

Concernant l'écriture des plus Beaux Noms d'Allah sur des amulettes à
porter, certains Ulémas des premiers musulmans l'ont permis. D'autres
Ulémas l'ont blâmé, à cause de l'interdiction générale des talismans et de
leur port, puisqu'ils constituent un prétexte pour le port des autres genres
de talismans qui associent d'autres avec Allah, et puisque leur port pourrait
également les exposer aux souillures, ce qui constitue une humiliation de
ces Noms, et c'est l'avis le plus correct.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La fatwa numéro ( 4144 ) :

Q: Il y a ici un homme qui aurait adoré d'autres en dehors d'Allah, qui


aurait invoqué d'autres qu'Allah ou qui aurait sacrifié en faveur d'un
Cheikh comme cela arrive en Egypte. Serait-il excusé par son ignorance
ou non ? Et s’il n'est pas excusé par son ignorance, quelle serait donc
votre réponse en ce qui concerne l'histoire de "Dhât 'Anwâtt" (un arbre
ayant des saillies). Donnez-nous votre fatwa et qu'Allah vous
récompense.

R: La personne qui doit remplir ses obligations religieuses n'a pas d'excuses
pour adorer en dehors d'Allah ou se rapprocher par les sacrifices et les vœux
faits à d'autres en dehors d'Allah ou par d'autres actes de culte consacrés à
Allah, à moins que cette personne ne se trouve dans un pays non
musulman, et que le message de l'Islam ne lui soit pas parvenu. Dans ce
cas, on pourrait l'excuser pour n'avoir pas été informée, et non pas pour son
ignorance conformément auhadith cité par Mouslim et rapporté par Abou
Hourayra selon lequel le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
dit : Par Celui qui détient l'âme de Mohammad entre Ses mains! Toute
personne juive ou chrétienne parmi cette nation, qui mourra sans avoir cru
en ce qui m‟a été révélé, fera partie des damnés de l'Enfer. Le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'a pas donné d'excuse à ceux qui ont
entendu son Message. Or, celui qui vit dans les pays musulmans a
certainement entendu le message du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam). On ne l'excuserait donc pas pour son ignorance en ce qui concerne
les fondements de la foi.

Au sujet des gens qui ont demandé au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) de leur permettre d'avoir un arbre ayant des saillies, pour y
accrocher leurs armes, ces gens étaient récemment convertis à l'Islam, et ils
ont seulement demandé cela au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
sans le faire. D'autre part, cette demande contredisait la Charia islamique et
le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) les en a blâmés. Ils se sont donc
abstenus de le faire.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 4259 ) :

Q: Quel est l'avis religieux concernant la demande de secours auprès


d'une personne morte en disant par exemple : "ô Untel, apporte-moi le
secours" ? Et quel est l'avis religieux concernant la demande de secours
auprès des vivants absents ?

R1: Premièrement : Il faut donner conseil à la personne qui demande le


secours auprès d'un mort et lui rappeler que cet acte est prohibé, voire une
association à Allah. Si cette personne persiste dans ses actes, elle devient
polythéiste, parce qu'elle demande à quelqu'un de faire quelque chose dont
Seul Allah est Capable. Elle a attribué à autrui un droit qui devrait être à
Allah Seul. Allah (Exalté soit-Il), a dit : La table servie(Al Mâ‟ida) 5: Verset 72
Quiconque associe à Allah (d'autres divinités), Allah lui interdit le Paradis;
et son refuge sera le Feu. .

Deuxièmement : La demande du secours d'un vivant qui n'est pas présent


est prohibée, parce que c'est une invocation d'un autre en dehors d'Allah, et
une demande qu'il fasse quelque chose que Seul Allah peut faire. C'est
également un acte de polythéisme. Allah (Exalté soit-Il) dit : La caverne(Al-
kahf) 18: Verset 110 Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu'il
fasse de bonnes actions et qu'il n'associe dans son adoration aucun autre à
son Seigneur". L'invocation du vivant absent est une sorte de culte. Il faut
conseiller celui qui la fait, et s‟il refuse, il serait polythéiste et apostat.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La fatwa numéro ( 5034 ) :

Q: Nous vous prions de nous donner une fatwa concernant des groupes
de gens qui composent des cercles dans les mosquées en évoquant Allah
et Son Messager en des termes qui s'opposent à l'Unicité. Ils disent par
exemple en chœur : "O Messager d'Allah, viens à mon aide". Ils se
mettent à répéter ces propos. Une personne les guide en disant : "O clé
des trésors d'Allah, ô Ka`ba de la manifestation d'Allah, ô Trône pour
l'établissement d'Allah, ô Trône pour la descente d'Allah, rends nous
plus riches, ô Messager d'Allah, c'est à toi que nous nous adressons, ô
bien-aimé d'Allah, toi, toi le Messager d'Allah".

R: Premièrement : L'invocation d'Allah en groupe et en chœur à la manière


des soufis est une innovation hérétique. Dans un hadith authentique, le
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Celui qui innovera
dans notre religion des choses qui n'en font pas partie, qu'on le lui rejette. .
Deuxièmement : L'invocation d'un autre en dehors d'Allah et l'imploration
de son secours pour pousser un malheur ou dégager une tristesse constitue
un acte prohibé d'association majeure. En effet, l'invocation et l'imploration
constituent des actes de dévotion et de rapprochement qu'il faudrait
consacrer à Allah Seul, autrement, on commettrait un acte de polythéisme
majeur qui aboutit à l'apostat, qu‟Allah nous en préserve. Allah (Exalté soit-
Il) dit : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah,
ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du
nombre des injustes». Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si Allah fait qu‟un
mal te touche, nul ne peut l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il te veut un bien,
nul ne peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs.
Et c‟est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux.

Il a dit aussi (Exalté soit-Il) : Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 18 Les


mosquées sont consacrées à Allah: n‟invoquez donc personne avec Allah. Et
Il a dit (Exalté soit-Il) : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et
quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve
évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En
vérité, les mécréants, ne réussiront pas. D'autres versets encore mettent
l'accent sur l'obligation de consacrer les actes de dévotion à Allah Seul. Dans
un hadith authentique, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
dit : Si tu souhaites une chose demande-la à Allah, et si tu as besoin d'aide
demande l'aide d'Allah Et il a dit aussi (`Alaihi Assallâm) : L'invocation,
c'est l'adoration même. .

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 4 de la Fatwa numéro ( 5476 ) :


Q4 : Il y a chez nous un homme considéré comme un Pieux.

( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 140)

Il vit entre nous, et les gens l'honorent humblement. Chaque année, ou


au cours de l'année, on lui fait un festin spécial auquel assistent les
hommes de toutes les tribus. Quelqu'un pourrait lui dire, par exemple :
"tu viendras dîner chez moi, pour me donner ta bénédiction". Un autre
l'inviterait au déjeuner. Le festin se compose d'un ou de deux sacrifices.
Il se peut que l'on réunisse de 50 à 60 invités en une seule nuit ou une
journée. Si le festin est fait le soir, on pourrait faire des invocations
collectives. Résultat : les coûts du festin pourrait atteindre 100 Livres,
à la charge de la personne chez laquelle le festin a lieu. Et, à la sortie
du Waliy, la personne ayant fait le festin lui donne 50 ou 20 Livres au
moins. C'est ce que font les gens riches chaque année. Il connaît
également celui qui implore Allah par son honneur, même en son
absence. Voici un exemple : Si une personne qui croit en lui subit
quelque malheur et dit : "Monsieur Untel, par ta bénédiction et ton
honneur auprès d'Allah, je te demande de pousser un des malheurs de
ce monde" comme la maladie, la peur du voyage ou de l'obscurité de la
nuit etc. Et après l'invocation, il dit : "je te devrais 5 Livres si tu me
guéris ou si tu élimines les causes de mes craintes." Tout ceci en
l'absence du Pieux, et quand il le rencontre une autre fois, il lui dit :
"voici une livre pour toi". Alors, le Pieux lui répond : "non, donne-moi
les 5 Livres que tu m'as promis, au moment de ton malheur". Alors le
premier s'étonne parce que le Pieux n'était pas présent à ce moment-là.
Ceci pourrait-il provenir des bonnes œuvres de ladite personne, ou
alors est-ce l'un des actes prohibés des voyants qui prétendent prédire
Al-Ghayb (l'Inconnaissable) ? Nous vous prions de nous expliquer si cet
acte est bon ou prohibé ?
R4 : Premièrement : Le fait d'invoquer les Waliys (les alliés d'Allah) ou les
pieux en dehors d'Allah pour pousser un malheur, remédier à une maladie
ou rendre un chemin de voyage sûr est un acte de polythéisme majeur qui
aboutit à l'apostasie. Allah (Exalté soit-il) dit : Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset
18 Les mosquées sont consacrées à Allah: n‟invoquez donc personne avec
Allah. Et Il a dit (Exalté soit-il) : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et
n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si
tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes».

Deuxièmement : La prétention de connaître l'Inconnaissable est une


mécréance. A ce sujet, Allah (Exalté soit-il) dit : Les fourmis(An-Naml) 27:
Verset 65 Dis: "Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne
connaît l'Inconnaissable, à part Allah".

Troisièmement : Les sacrifices faits à d'autres en dehors d'Allah, avec


l'intention d'acquérir la bénédiction de ce Waliy , sont interdits et le
sacrificateur en est maudit selon le hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) qui dit : Allah maudit celui qui immole pour autre entité
qu‟Allah (Exalté Soit-Il). Allah (Exalté soit-il) dit : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6:
Verset 162 Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma
mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. Les bestieux(Al-„An‟âm)
6: Verset 163 A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis
le premier à me soumettre.» Par contre, si le sacrifice est fait avec l'intention
d'honorer les frères, de les nourrir et de faire de bonnes actions, cela
n'implique aucune action interdite.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 6 de la Fatwa numéro ( 6009 ) :

Q6: Mon père croit à un Cheikh décédé connu comme Waliy (Allié
d'Allah). Il l'implore, demande son aide et l'associe à Allah lors de ses
invocations. Par exemple, il dit : "O Allah, O maître `Abd-As-Sallâm!"
Quel est l'avis religieux à ce propos ? Tout en prenant en compte que
mon père fait les prières, jeûne le mois de Ramadan et donne la Zakâ.

R6: Le fait d'invoquer les morts et les absents qu'ils soient des prophètes ou
des Waliys, qu'on les invoque seuls ou en les associant à Allah est un
polythéisme majeur, même si on fait la prière et on jeûne le mois de
Ramadan, car Allah (Gloire et Pureté à Lui) dit : Jonas(Yoûnous) 10: Verset
106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te
nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes». De même Il
dit (Gloire et Pureté à Lui) : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 13 Tel est Allah,
votre Seigneur: à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous
invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un
noyau de datte. Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils
n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient
vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne
peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.

Les versets à ce sujet sont multiples.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 6310 ) :

Q1: Un homme illettré dit : "J'atteste qu'il n'y a aucune divinité en


dehors d'Allah et que Mohammad est Son messager (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam)", mais il invoque d'autres qu'Allah et implore le secours des
walis en disant : "J'implore ton secours ô Badawiyy et ô Hossayn." Il
consacre des vœux à d'autres en dehors d'Allah (qu'Il doit Exalté) et fait
des caresses sur les mausolées en commettant l'association majeure et
non seulement l'association mineure. Est-il, en ce cas, un associateur
ou simplement ignore-t-il l'unicité sans être mécréant ? Est-il permis de
prier derrière lui, de le marier et de consommer la chair de ses
sacrifices puisqu'il évoque le nom d'Allah en sacrifiant ? Nous vous
prions de nous donner votre réponse, Qu'Allah vous aider.

R1: L'invocation en dehors d'Allah est une association, Allah (Exalté soit-Il) a
dit : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et quiconque invoque
avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve évidente [de son
existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En vérité, les
mécréants, ne réussiront pas. Et Il dit (Exalté soit-Il) : Jonas(Yoûnous) 10:
Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni
te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes».

Il y a certains types d'implorations qui constituent une association et


d'autres qui sont prohibés ou sont considérés comme des innovations
hérétiques. Mais, tous ces genres sont interdits. En ce qui concerne le fait de
caresser les mausolées, cet acte est interdit et il est considéré comme une
association. Il faut informer toute personne ayant commis un acte
d'association de la conséquence de son acte en lui en fournissant les
arguments. Si la personne se repent, Allah en soit loué, sinon, cette
personne sera jugée mécréante. Et il sera donc interdit de prier derrière un
associateur, de le marier et de manger son sacrifice même s'il évoque le nom
d'Allah.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La fatwa numéro ( 7366 ) :

Q: Est-ce que quelqu'un, autre qu'Allah, pourrait-il pousser le malheur


et l'empêcher d'avoir lieu? Cette question implique une dizaine d'autres
questions. Dans la plupart des écoles islamiques, on pose cette
question: Y a-t-il quelqu'un autre qu'Allah qui puisse pousser le mal?

Les gens posent fréquemment cette question, mais personne n'y


répond. Alors, on est hanté par le désir de chercher des moyens
différents pour savoir si quelqu'un autre qu'Allah pouvait pousser un
mal. On pose cette question de différentes façons et on en demande la
réponse aux Oulémas. Nous vous prions donc de nous donner une
réponse claire, parce que chez nous, si quelqu'un voudrait repousser un
malheur, il fait des invocations en dehors d'Allah pour résoudre son
problème.

1- Si c'est vrai qu'il y a quelqu'un qui pourrait repousser les malheurs en


dehors d'Allah, qui pourrait-il donc écouter et répondre d'une distance
lointaine, dans sa vie, et après sa mort ?

2- Et, si nous supposons qu'il pourrait entendre son invocateur d'une si


longue distance, une autre question se pose: peut-il comprendre toutes
les langues du monde quand les gens l'appellent avec leurs différentes
langues, telles que l'allemand, l'anglais, etc. ? .

3- Si votre réponse est positive, et qu'il peut bien comprendre toutes les
langues du monde, alors, une autre question se pose: pourrait-il
entendre et répondre, en même temps, tous les gens avec leurs
différentes langues, ou plutôt il aurait besoin de consacrer des heures
déterminées pour pouvoir répondre à chacun.
4- Est-ce que cette personne dort ou elle n'est pas saisie ni par la
somnolence ni le sommeil ? Et, si cette personne dort, on doit donc
avoir un calendrier pour indiquer les moments de repos et d'éveil, ou
bien, pourrait-elle nous entendre dans le sommeil?

5- D'autre part, il se peut qu'il y ait quelqu'un qui a certains besoins


mais qui ne sait pas s'exprimer et évoque ces besoins dans son cœur. La
dite personne pourrait-elle répondre aux besoins évoqués ainsi?

6- L'homme s'expose depuis la naissance jusqu'à la mort, à différentes


sortes de problèmes. Alors, si Allah seul se charge de résoudre ces
problèmes, donc, on n'a pas besoin de recourir à autrui. Mais, si
quelqu'un d'autre avait cette compétence, et pouvait nous sauver de ces
malheurs, alors, quelle serait l'utilité de recourir à Allah?

7- Si Allah est incapable de résoudre tous les problèmes, certains diront


que certains problèmes sont résolus par le Seigneur de l'Univers, et
d'autres le sont chez d'autres personnes. Les gens doivent donc
posséder une liste de ces problèmes qui sont dans les compétences
divines, et celles qui sont en dehors d'Allah. .

8- Celui qui empêche le malheur de toucher les gens, peut-il également


faire le mal ou pousser seulement le mal? Et s’il pousse seulement le
mal, qui alors fait parvenir le malheur aux gens?

9- En bref, si nous supposons qu'Allah fasse parvenir le mal et un autre


puisse l'en empêcher, alors, si Allah veut nuire à quelqu'un et l'autre
insiste à l'empêcher, qui gagnerait à la fin?

10- Si on veut faire la prière funéraire pour un bienfaiteur ou un


malfaiteur, de qui devrait-on implorer le pardon?

R: Allah, qui n'est jamais saisi ni de somnolence ni de sommeil, est le seul


qui entend les invocations là où elles sont, dans toutes les langues. Il répond
aux invocations des gens, quel que soit leur état, qu'ils soient raisonnables
ou non. C'est Lui le seul qui peut nuire et faire le bénéfice à quiconque d'une
manière réelle. Mais, ce qui arrive sous l'effet des autres, ne sont que des
causes ordinaires qu'Allah a permis à ses fidèles de faire, par Sa propre aide,
et c'est Lui qui organise les circonstances qui ont produit ces faits. Le
médecin, par exemple, parvient à déterminer la maladie et prescrire le
remède, par l'aide d'Allah, mais Allah seul favorise le remède et la guérison.
De même Il aide le paysan à cultiver la terre, semer les grains et arroser la
terre par Son aide. Allah seul organise les conséquences et produit les
causes, en faisant planter les plantes, et les arbres et en fournissant les
graines et les fruits, et ainsi de suite.

1- Par conséquent, il n'y a personne autre qu'Allah qui puisse repousser un


malheur réel, mais il se peut qu'Allah consacre une certaine personne à
rendre capable de repousser ce malheur, comme le cas du médecin et du
paysan cité ci-dessus. Le fait de repousser le malheur appartient à Allah qui
met un autre moyen en utilisant Son aide. Personne autre qu'Allah ne peut
entendre l'invocateur ou lui répondre d'une si longue distance. Les morts ne
peuvent pas entendre ceux qui les appellent et invoquent, d'ailleurs, si ils
pouvaient entendre, ils ne pourront pas répondre à leurs besoins. Allah,
(Exalté soit-Il), dit : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 13 Tel est Allah, votre
Seigneur: à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en
dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte.
Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas
votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre.
Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner
des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.

2 - Personne ne connaît toutes les langues du monde, sauf Allah. Aucun être
ne peut entendre tous les invocateurs pour leur répondre.

3- Supposant que quelqu'un à part Allah connaisse toutes les langues de


l'univers, ce qui est impossible, il ne pourrait pas entendre la plupart d'entre
eux en même temps. Il ne pourrait non plus leur répondre, puisque leurs
demandes et leurs lieux seraient totalement différents.

4- Un homme ne peut pas écouter toutes les personnes tout le temps. Il


pourrait oublier, négliger, s'affaiblir et dormir. Mais, les demandes, les
invocations sont continues, alors, il serait incapable de les réaliser sauf
Celui qui subsiste par Lui-même «Al-Qayyoum».

5- Personne ne peut connaître les besoins qui se cachent dans la conscience


d'autrui, sauf Allah. Alors, comment se peut-il à autrui de réaliser les
besoins des gens s‟ils ne les disent pas ?

6-10 De ce qui précède, on constate qu'Allah seul a véritablement le pouvoir


de repousser le malheur et d'apporter le bonheur. A ce propos, Allah dit :
Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui
ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des
injustes». Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si Allah fait qu‟un mal te
touche, nul ne peut l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il te veut un bien, nul ne
peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et
c‟est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 et 5 de la Fatwa numéro ( 9027 ) :

Q3: En temps de malheurs ou de catastrophes, les gens ont l'habitude


de dire : "O Messager d'Allah" et de s'adresser aux Waliys (alliés d'Allah).
Ils se dirigent aux tombeaux des pieux pour les implorer en cas de
maladie. Ils disent : «Allah fait pousser le malheur par eux, alors nous
recourons à eux. Mais, notre intention se dirige vers Allah, parce que
l'influence vient d'Allah». Est-ce de l'association ? Faut-il les considérer
comme des associateurs, bien qu'ils accomplissent leurs prières et
récitent le Coran et même s'ils font beaucoup d'autres bonnes actions ?

R3: Les pratiques de ces gens font partie de l'association qui caractérisait les
gens avant l'Islam à l'époque de l'Ignorance. Ils invoquaient leurs idoles, lât,
`Ozza et Manât etc, imploraient leurs secours et les glorifiaient, en espérant
qu'ils les rapprocheraient d'Allah. Ils disaient : Les groupes(Az-Zoumar) 39:
Verset 3 "Nous ne les adorons que pour qu'ils nous rapprochent davantage
d'Allah". Et aussi : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 18 "Ceux-ci sont nos
intercesseurs auprès d'Allah". Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a précisé que l'invocation constitue un culte qui ne devrait pas être
fait un à autre qu'Allah. De même, Allah a interdit d'invoquer un autre en
dehors de Lui. Il (Exalté soit-Il) a dit: Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et
n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si
tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes». Jonas(Yoûnous) 10:
Verset 107 Et si Allah fait qu‟un mal te touche, nul ne peut l‟écarter en
dehors de Lui. Et s‟Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il en
gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et c‟est Lui le Pardonneur, le
Miséricordieux. Les musulmans doivent donc dire : Prologue(Al-Fâtiha) 1:
Verset 5 C‟est Toi [Seul] que nous adorons, et c‟est Toi [Seul] dont nous
implorons secours. dans chaque rak'a (unité de prière) de leurs prières,
pour se rappeler que la dévotion et l'adoration ne doivent se faire à qu'à
Allah et que l'imploration du secours ne doit s'adresser qu'à Allah et non aux
prophètes et aux pieux. Il ne faut pas se laisser tromper par les nombreuses
prières, le jeûne et les autres cultes des personnes en question parce qu'elles
font partie de ceux qui ont perdu le droit chemin, en pensant faire de bonnes
actions, et ceci parce ces actions ne sont pas établies sur les principes de
l'Unicité pure, elles sont donc vaines. Les arguments cités dans le Coran et
la Sunna attestent que ces gens sont des associateurs et que leurs actions
sont vaines. Consultez donc les versets coraniques, les hadiths authentiques
et les livres des hadiths qui traitent cette question. Nous implorons Allah de
nous guider tous au droit chemin.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q5: Les Waliys (alliés d'Allah) peuvent-ils entendre ceux qui les
invoquent ? Que signifie le hadith du prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) qui dit : Je jure par Allah, vos morts entendent les bruits de
vos souliers Prière de me répondre.

R5: Le principe est que les morts, qu'ils soient des bienfaiteurs ou non, ne
peuvent pas entendre les paroles des Hommes, conformément au verset qui
dit : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils n‟entendent
pas votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous
répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut
te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé. Il dit
également, (Gloire et Pureté à Lui) : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 22 tu ne
peux faire entendre ceux qui sont dans les tombeaux. Cependant, Allah
peut faire entendre aux morts la voix d'un de Ses messagers pour une
Sagesse certaine, comme Il a fait entendre la voix de Son Messager (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) aux mécréants tués dans la bataille de Badr, pour
les humilier et les blâmer, et pour honorer le Messager (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) qui a dit à ses compagnons, dont certains se sont demandés si
les morts pouvaient entendre : Ils entendent mieux que vous ce que je dis
mais ils ne peuvent me répondre Consultez à ce sujet les livres "An-
Nobowât"(Les Prophéties), "At-Tawassol wa Al-Wassîla" (L'Imploration et le
Moyen), et "Al-Forqân" (Le Discernement) qui sont des œuvres du Cheikh de
l'Islam Ibn Taymiyya renfermant des explications suffisantes à cet égard.

Quant au fait que le mort, une fois enterré, entende le bruit des souliers des
vivants qui l'ont accompagné, c'est une caractéristique particulière qui fut
confirmée dans le texte. On ne doit rien y ajouter puisque c'est une exception
aux arguments généraux qui attestent le fait que les morts ne peuvent pas
entendre, comme nous l'avons cité précédemment.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 6 de la Fatwa numéro ( 7267 ) :

Q6: Quel est l'avis religieux au sujet de celui qui implore l'aide des
Waliys (alliés d'Allah) au moment des épreuves ou des crises ?

R6: Celui qui implore l'aide des Waliys (alliés d'Allah) décédés ou absents est
considéré comme un associateur commettant une association majeure, car
Allah (Exalté soit-Il) a dit : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et n‟invoque pas,
en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu
seras alors du nombre des injustes». Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si
Allah fait qu‟un mal te touche, nul ne peut l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il
te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut
parmi Ses serviteurs. Et c‟est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Qa`oud Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 8818 ) :

Q2: Au mois de Ramadan et à la suite de toutes les deux Rak`a (unité de


prière), on invoque Allah par l'un des compagnons du Prophète. On dit,
par exemple: ''par la vie du compagnon Untel, puisse Allah accepter nos
prières et nos jeûnes''. J'ai conseillé aux prieurs de ne pas agir de la
sorte, mais en vain. Alors, je me suis mis à prier tout seul, dans un coin
de la mosquée. Devrais-je prier avec eux ou dois-je me contenter de
prier tout seul comme je le fais maintenant ? Je vous prie de me
répondre, puisse Allah vous en rétribuer.

R2: L'invocation par l'honneur ou par la vie du Messager d'Allah, de l'un de


ses compagnons ou d'autres personnes, n'est pas permise. Les cultes doivent
se faire tels qu'Allah a prescrit. Or, Il n'a pas prescrit des invocations de ce
genre. L'invocation prescrite consiste en l'imploration d'Allah Seul, par Ses
plus Beaux Noms, par Ses Attributs, par Son Unicité, par la foi en Lui et par
les bonnes actions et non par l'honneur ou la vie de telle ou telle personne.
Les personnes chargées par les obligations religieuses doivent se limiter donc
aux prescriptions divines. Par conséquent, l'invocation d'Allah par l'honneur
ou la vie de quelqu'un est une innovation hérétique. A ce sujet, nous citons
le hadith authentique du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) où
il dit : Celui qui innovera dans notre religion des choses qui n'en font pas
partie, qu'on le lui rejette. Ce hadith est approuvé par Al-Boukhârî et
Mouslim.Le Messager (`Alaihi Assallâm) a dit également : Tout acte non
conforme a nos enseignements est à rejeter.

Ce hadith est rapporté par l'imam Mouslim dans son Sahîh .

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 9610 ) :


Q1: Un musulman qui atteste qu'il n'y a aucune divinité sauf Allah et
que Mohammad est Son Messager, qui accomplit les cinq prières, mais
qui invoque quelqu'un avec Allah, à sa mort, faut-il faire la prière
funéraire sur lui et rejoindre ses funérailles ou non ?

R1: L'invocation est une sorte de culte, le fait de l'adresser à un autre en


dehors d'Allah constitue un polythéisme majeur qui aboutit à l'apostasie.
Allah (Exalté soit-Il) dit : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et
quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve
évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En
vérité, les mécréants, ne réussiront pas. Il dit également : Jonas(Yoûnous)
10: Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter
ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes». c‟est-à-
dire, du nombre des associateurs.

Par conséquent, il est évident qu'il ne faut pas faire la prière funéraire sur la
personne qui agit de la sorte, ni rejoindre ses funérailles si elle meurt sans
se repentir.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz

La fatwa numéro ( 6773 ) :

Q: Dans le pays où je me trouve, il y a de nombreux cheikhs qui font les


choses suivantes : Ils frappent les tambours, visitent les tombeaux, y
sacrifient les bêtes, tels que les agneaux, les dromadaires et les vaches
et y font cuire les aliments. Ces actions sont-elles prohibées ou non? Ils
bâtissent une coupole en dehors de la ville, et y frappent les tambourins
et les timbales et là-bas lèvent leur voix en disant : "secours-nous ô
cheikh Al-Djilânî" ou encore ils citent un autre cheikh. Ils se mêlent
aux gens, prennent leur argent et disent : "C'est pour la visite du cheikh
Untel", et ainsi de suite. Si quelqu'un tombe malade, ils le prennent
avec eux, lui lisent des versets et lui disent de sacrifier un mouton, un
taureau ou une chamelle. Au cours de l'année, les gens payent beaucoup
d'argent et se rendent chez ces personnes. Ces actions sont-elles
prohibées par notre religion ?

R: Premièrement :Il est interdit de sacrifier les dromadaires, les vaches, les
agneaux, et autres sur les tombeaux. C'est une association qui aboutit à
l'apostat, si l'intention de ces gens est de se rapprocher de ces morts pour
avoir leur bénédiction, puisque le rapprochement doit être recherché auprès
d'Allah Seul, Il dit (Exalté soit-Il) : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 162 Dis:
«En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort
appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. Les bestieux(Al-„An‟âm) 6:
Verset 163 A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le
premier à me soumettre.» Par ailleurs, il est absolument interdit aux
hommes de frapper les tambourins, mais il est permis aux femmes de le faire
pour annoncer les noces.

Deuxièmement : L'imploration des morts ou des vivants, que ce soit les


djinns, les Anges ou les êtres-humains et leur invocation pour apporter le
bien ou repousser le mal sont des actions du polythéisme majeur qui aboutit
à l'apostasie. Allah (Exalté soit-Il) dit : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et
n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si
tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes». Jonas(Yoûnous) 10:
Verset 107 Et si Allah fait qu'un mal te touche, nul ne peut l'écarter en
dehors de Lui. Et s'Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il en
gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Par ailleurs, il est interdit aux
hommes et aux femmes de frapper les timbales.

Troisièmement : Le fait que les Cheikhs soufis visitent les gens pour
prendre leur argent est assimilé à de la mendicité, et c'est une manière
injuste de prendre l'argent des gens. Il faut, autant que possible,
recommander à ces gens d'arrêter ces mauvaises actions, les réprimander et
conseiller à leurs disciples de déployer leur argent dans des moyens licites.

Quatrièmement : Le fait d'invoquer le remède pour le malade en lisant les


versets coraniques et les invocations prophétiques authentiquement
rapportées du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est licite. Mais, le fait
de visiter les personnes que tu as mentionnées et qui lisent des poèmes et
demandent au malade de faire des sacrifices est prohibé, parce que c'est une
innovation hérétique, et un moyen de prendre de l'argent d'une manière
injuste. Cette action risquerait de constituer une association si les sacrifices
sont faits pour les djinns, les morts ou autres pour empêcher le mal ou
apporter le bien.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 5318 ) :

Q3: Allah le Très-Haut dit : Al-A’râf 7: Verset 180 C'est à Allah


qu'appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms
Quel est le droit permis pour celui qui invoque Allah en L'appelant par
Ses meilleurs Noms? Doit-il L'implorer en L'appelant par dix de Ses
noms ou plus? Ou bien doit-il solliciter uniquement le nom qui
correspond à sa requête exprimée afin de l'obtenir?

R3: Il est légiféré d'invoquer Allah en L'implorant par Ses plus beaux noms;
car Allah le Très-Haut dit : Al-A‟râf 7: Verset 180 C'est à Allah
qu'appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms
D'autre part,il a été rapporté par l'imam 'Ahmad d'après Ibn Mas`oud qui a
dit: le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit : Il n'y a pas une
personne qui est atteint par un chagrin ou une tristesse alors qu'il implore
Allah en disant : O Allah, je suis Ton serviteur, fils de Ton serviteur, fils Ta
servante. Mon destin est entre Tes mains. Effectif est Ton jugement et juste
est ce que Tu as décrété pour moi. Je T'implore par tous les noms qui sont
les Tiens, par lesquels Tu t'es appelé, ou que Tu as enseigné à l'une de Tes
créatures ou que Tu as révélé dans Ton livre ou que Tu t'es approprié dans le
secret de Ta science de l'inconnaissable de faire du Coran l'apaisement de
mon cœur, la lumière de ma poitrine, la dissipation de ma tristesse et la fin
de mon souci; sans qu'Allah ne dissipe son chagrin et sa tristesse et le
remplace par une ouverture (solution à ses affaires). Il dit : on lui dit : O
Messager d'Allah, devons-nous l'apprendre? Certes oui, toute personne qui
l'a entendu, doit l'apprendre .

Et celui qui invoque Allah peut L'implorer par n'importe quel nom figurant
parmi Ses plus beaux noms qu'Il s'est attribué ou que le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) Lui a attribué. Et s'il choisit parmi ses noms ce qui
correspond le mieux à la requête de sa demande c'est encore mieux, tel que:
O le Secoureur, secoure moi, O Le tout Miséricordieux, soit miséricordieux
envers moi. Mon Seigneur, pardonne-moi et soit miséricordieux envers moi;
car Tu es certes Le Repentant par excellence, le Très Miséricordieux.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 9de la Fatwa numéro ( 8946 ) :

Q 9: Les invocations font-elles éviter ce qui est prédestiné ?

R9: Allah (Gloire à Lui) a légiféré les invocations et les a recommandées. Il


dit : Le pardonneur(Ghâfir) 40: Verset 60 Et votre Seigneur dit: "Appelez-
Moi, Je vous répondrai. De même, Il a dit: La vache(Al-Baqara) 2: Verset
186 Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi.. alors Je suis tout
proche: Je réponds à l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Alors, si
le Serviteur prend les mesures nécessaires légiférées et invoque Allah, cela
fait partie de la prédestination. C'est donc, repousser une prédestination par
une autre, si Allah le veut bien sûr, et il a été affirmé dans un hadith
authentique du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui dit : Certes, le
Serviteur se prive de sa subsistance lorsqu'il est atteint d'un péché, et rien
ne repousse cette prédestination, si ce n'était l'invocation et rien ne prolonge
la vie que la bienfaisance .

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La fatwa numéro ( 9766 ) :

Q.: Est-il permis lors de la demande d'aide à Allah (Exalté soit-Il), de


L'invoquer par des paroles telles que, par Allah le Puisant le Grand: "O
Allah Le Fournisseur d'aide!", "O Seigneur" ou lors de la demande d'une
facilité: "O Seigneur celui qui facilite" etc... Quelle est la règle pour cela
? Quel est le jugement de la charia pour celui qui dit ceci par oubli, ou
ignorance ou volontairement?

R: Il est permis d'invoquer Allah par les expressions que tu viens de citer,
car celui qui est désigné dans tes invocations par le fournisseur de l'aide et
celui qui facilite c'est Allah (Exalté soit-Il), puisque tu dis "ô Seigneur" à la
fin de l'invocation et ceci que tu le dises par oubli ou par ignorance ou
volontairement.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
'Abdallah ibn Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghadayân Baz

Solliciter de l'aide

La fatwa numéro ( 433 ) :

Quel est l'avis de la Charia concernant celui qui invoque les djinns et
les diables afin qu'ils nuisent à une personne, comme le fait de dire
délibérément ou non: prenez-le, emportez-le, échappez vous avec! Quel
est le jugement de celui qui les invoque par cette parole, car j'ai
entendu dire que celui qui invoque les djinns, Allah n'acceptera ni sa
prière ni son jeûne, il ne sera pas enterré dans les cimetières des
musulmans et les musulmans ne doivent ni suivre le cortège de ses
funérailles ni prier pour lui la prière que l'on accomplit sur le mort.

R: Demander de l'aide aux djinns et le fait d'avoir recours à eux pour arriver
à certains buts, qu'il vise le bien ou le mal d'autrui, est du polythéisme. Car
cette personne jouit du privilège que lui accorde le djinn en satisfaisant ses
demandes et en accomplissant ses besoins. En revanche le djinn jouit du
respect que lui voue l'être humain et du fait que celui-ci ait recours à son
aide pour parvenir à ses buts. Allah le Très-Haut dit : Les bestieux(Al-
„An‟âm) 6: Verset 128 Et le jour où Il les rassemblera tous: «O communauté
des djinns, vous avez trop abusé des humains». Et leurs alliés parmi les
humains diront: «O notre Seigneur, nous avons profité les uns des autres, et
nous avons atteint le terme que Tu avais fixé pour nous.» Il leur dira: «l‟Enfer
est votre demeure, pour y rester éternellement, sauf si Allah en décide
autrement.» Vraiment ton Seigneur est Sage et Omniscient. Les bestieux(Al-
„An‟âm) 6: Verset 129 Et ainsi accordons-Nous, à certains injustes l‟autorité
sur d‟autres, (injustes) à cause de ce qu‟ils ont acquis.

Et Allah le Très Haut dit : Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 6 Or, il y avait
parmi les humains, des mâles qui cherchaient protection auprès des mâles
parmi les djinns mais cela ne fit qu‟accroître leur détresse. Donc, si un être
humain sollicite l'aide d'un djinn afin de lui repousser le mal ou s'il
recherche protection auprès d'un djinn afin de le préserver d'un mal qu'il
craint, tout cela est du polythéisme.

Et Allah n'acceptera ni la prière ni le jeûne d'une telle personne, car Allah le


Très-Haut dit: Les groupes(Az-Zoumar) 39: Verset 65 "Si tu donnes des
associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine; et tu seras très certainement
du nombre des perdants." Celui qui est connu pour être sur ce polythéisme,
on ne prie pas sur lui s'il meurt et on ne suit pas son cortège funèbre et on
ne l'enterre pas dans le cimetière des musulmans.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du comité
'Abdallah ibn Mani' 'Abdallah ibn Ghadayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî

La question 2 et 3 de la Fatwa numéro ( 1711 ) :

Q 2: Quel est l'avis religieux sur un musulman qui atteste qu'il n'y a de
Dieu qui mérite d'être adoré à part Allah et que Mohammad est Son
messager et dit durant la prière en se levant ou en s'asseyant : "O
Messager d'Allah, O Abou Al-Qâsim, O Cheikh 'Abd-Al-Qâdir ou d'autres
expressions qui marquent une sollicitation d'aide?

R2: Le fait d'invoquer le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou une


autre personne comme 'Abd-Al-Qâdir Al-Djilânî ou Ahmad At-Tidjânî
durant la prière lorsqu'il se lève ou lorsqu'il s'assoit et leur demander de
l'aide en vue d'en tirer profit ou d'éviter par leur grâce un mal, c'est une
sorte de polythéisme majeur. C'est ce qui était répandu à l'époque
préislamique et Allah a envoyé Ses messagers (`Alaihim As-Sallâm) pour le
combattre et en sauver les gens en les guidant à l'unicité d'Allah (Gloire à
Lui) et en rendant Allah Unique dans l'adoration et l'invocation, car la
sollicitation de l'aide en dehors des choses possibles ne doit être qu'auprès
d'Allah le Très-Haut, car ceci fait est une adoration et celui qui la voue à
autre qu'Allah est un polythéiste, et c'est un des enseignements d'Allah à Ses
serviteurs, lorsqu'Il leur a appris à dire : Prologue(Al-Fâtiha) 1: Verset 5
C‟est Toi [Seul] que nous adorons, et c‟est Toi [Seul] dont nous implorons
secours. Il dit aussi : Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 18 Les mosquées sont
consacrées à Allah: n‟invoquez donc personne avec Allah. Et Il leur a
montré que c'est Lui le Seul qui détient le fait de repousser un mal et de le
retirer et de combler de bienfaits et de faire profiter Ses serviteurs de Son
bien sans interruption. Nul ne peut empêcher Ses dons, ni les accorder
lorsqu'Il l'en prive, ni détourner le sort qu'Il a prescrit. C'est lui l'Omnipotent
qui dit : Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah,
ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du
nombre des injustes». Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si Allah fait qu‟un
mal te touche, nul ne peut l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il te veut un bien,
nul ne peut repousser Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs.
Et c‟est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux. Il dit aussi : Le Créateur(Fâtir)
35: Verset 13 Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui appartient la royauté,
tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas
maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14
Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils
entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont
nier votre association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui
est parfaitement informé.
De même, Il dit: (Al-Ahqâf) 46: Verset 5 Et qui est plus égaré que celui qui
invoque en dehors d‟Allah, et que la vie ne saura lui répondre jusqu‟au Jour
de la Résurrection? Et elles [leurs divinités] sont indifférentes à leur
invocation. (Al-Ahqâf) 46: Verset 6 Et quand les gens seront rassemblés
[pour le Jugement] elles seront leurs ennemies et nieront leur adoration
[pour elles]. et aussi : Les croyants(Al-Mou‟minoûn) 23: Verset 117 Et
quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve
évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En
vérité, les mécréants, ne réussiront pas. Allah considère l'invocation
d'autres que Lui dans ces versets comme de la mécréance et du polythéisme,
Il a affirmé qu'il n'y a pas de créatures plus égarées que celui qui invoque en
dehors de Lui. Et il est affirmé dans un hadith où Le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit à Ibn `Abbâs (Qu'Allah soit satisfait des deux): "Si tu
as quelque chose à demander, demande-la à Allah et si tu demandes de
l'aide, demande à Allah" Il a dit aussi (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :
L'invocation, c'est l'adoration même. .

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

Un musulman atteste qu'il n'y a aucun Dieu qui mérite d'être adoré
qu'Allah et que Mohammad est le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam), et qui dit, en voyant quelque chose tomber, et qu'il ne veut
pas qu'elle soit endommagée: "O Messager d'Allah, O Cheikh Ahmad At-
Tidjânî est ce que sa parole est considérée comme du polythéisme ? Ou
ces expressions n'ont rien de mal pour celui qui les prononce et que
le musulman peut les prononcer sans tomber dans le polythéisme, et
sans rendre nulles ses actions? Nous vous prions de nous écrire votre
fatwa en nous donnant les arguments du Coran et de la Sunna du
Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).

R3: Allah, Exalté soit-Il, l'Unique est le Gardien par Excellence et


l'Omniscient, alors la personne qui ne veut subir aucun dommage lorsqu'il
tombe ou qui craint pour soi ou pour autrui ou un de ses proches de subir
un malheur quelconque, doit recourir à Allah qui possède le royaume de tout
l'univers, et qui connaît les secrets, même les plus cachés. Il faut donc lever
les mains vers Lui et Lui dire nos besoins, et L'invoquer humblement et en
secret pour qu'Il nous préserve contre tout malheur lorsqu'on tombe et
lorsqu'on dort ou en étant éveillé et dans toutes les situations, pour dissiper
le malheur et tout ce qu'il a subi. Allah, (Exalté soit-Il), a dit : La vache(Al-
Baqara) 2: Verset 186 Et quand Mes serviteurs t‟interrogent sur Moi.. alors
Je suis tout proche: Je réponds à l‟appel de celui qui Me prie quand il Me
prie. Qu‟ils répondent à Mon appel, et qu‟ils croient en Moi, afin qu‟ils soient
bien guidés. Il dit aussi : Al-A‟râf 7: Verset 55 Invoquez votre Seigneur en
toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n‟aime pas les
transgresseurs. et Le pardonneur(Ghâfir) 40: Verset 60 Et votre Seigneur
dit: «Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à
M‟adorer entreront bientôt dans l‟Enfer, humiliés». La personne que Satan
parvient à faire oublier l'invocation d'Allah, invoquant autrui, que ce soit les
prophètes, les pieux, les djinns ou démons afin de le préserver ou de
préserver ses proches contre un malheur quelconque, a donc associé une
autre divinité à Allah, car il espère avoir le bien, craint le mal, et compte sur
un autre qu'Allah pour satisfaire ses désirs et ses besoins. Ainsi, cette
personne est polythéiste, son refuge est l'enfer et quelle mauvaise
destination! Pourtant cette divinité qu'il associe à Allah ne peut empêcher un
malheur ni lui satisfaire ses besoins ni lui faire réaliser ses projets. Allah, le
Très-Haut dit : (Saba‟) 34: Verset 22 Dis: «Invoquez ceux qu‟en dehors
d‟Allah vous prétendez [être des divinités]. Ils ne possèdent même pas le
poids d‟un atome, ni dans les cieux ni sur la terre. Ils n‟ont jamais été
associés à leur création et Il n‟a personne parmi eux pour Le soutenir».
(Saba‟) 34: Verset 23 L‟intercession auprès de Lui ne profite qu‟à celui en
faveur duquel Il la permet. Quand ensuite la frayeur se sera éloignée de leurs
cœurs, ils diront: «Qu‟a dit votre Seigneur?» Ils répondront: «La Vérité; C‟est
Lui le Sublime, le Grand». Il a dit également : La voyage nocturne(Al-„Isrâ‟)
17: Verset 56 Dis: «Invoquez ceux que vous prétendez, (être des divinités) en
dehors de Lui. Ils ne possèdent ni le moyen de dissiper votre malheur ni de
le détourner. et aussi Les fourmis(An-Naml) 27: Verset 62 N‟est-ce pas Lui
qui répond à l‟angoissé quand il L‟invoque, et qui enlève le mal, et qui vous
fait succéder sur la terre, génération après génération, - Y a-t-il donc une
divinité avec Allah? C‟est rare que vous vous rappeliez!

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 4 , 5 , 6 et 7 de la Fatwa numéro ( 1727 ) :

Q 4: Le Waliy (allié d'Allah) peut-il aider une personne qui est loin de lui
comme le cas d'une personne vivant en Inde et le Waliy est en Arabie
Saoudite. Le saoudien peut-il aider l'indien physiquement, bien que le
sa`oudien soit en Arabie Sa`oudite et l'indien en Inde ?

R4: Il est possible que les vivants parmi les Waliys et les autres aident ceux
qui leur demandent secours, dans les limites des circonstances normales en
donnant de l'argent, par exemple, en intercédant auprès d'un responsable,
en portant secours pour empêcher un malheur, et bien d'autres moyens qui
sont dans les limites des compétences humaines habituelles. Tandis que les
causes extraordinaires qui dépassent la puissance humaine, comme
l'exemple cité par le demandeur, cela ne dépend pas des humains, mais
dépend d'Allah seul, sans aucun associé, puisqu'il est Omnipotent. Les lois
universelles dépendent de Lui: Il fait exécuter celles qu'il désire et éloigne ou
empêche d'autres. C'est pourquoi la véritable invocation lui revient, et le
refuge est chez Lui seul. L'aide ne provient que de Lui, seul, parce qu'Il a
embrassé toute chose par Son savoir, Sa sagesse et Sa miséricorde, comme Il
règne sur toute chose par Sa puissance et Sa domination. Nul ne peut
empêcher ce qu'Il donne, ni donner ce qu'Il empêche, nul ne peut non plus
empêcher ce qu'Il a décidé, car Il est le Tout Puissant. Allah, le Très-Haut, a
dit : (Al-Ahqâf) 46: Verset 5 Et qui est plus égaré que celui qui invoque en
dehors d‟Allah, et que la vie ne saura lui répondre jusqu‟au Jour de la
Résurrection? Et elles [leurs divinités] sont indifférentes à leur invocation.
(Al-Ahqâf) 46: Verset 6 Et quand les gens seront rassemblés [pour le
Jugement] elles seront leurs ennemies et nieront leur adoration [pour elles].

Il dit aussi : Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 13 Tel est Allah, votre Seigneur: à
Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de
Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Le
Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas votre
invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le
jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des
nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé. De même, Il nous a
appris à dire dans la Sourate Al-Fâtiha : Prologue(Al-Fâtiha) 1: Verset 5
C‟est Toi [Seul] que nous adorons, et c‟est Toi [Seul] dont nous implorons
secours. D'autre part, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
nous a ordonné de ne jamais demander le secours, ni demander l'aide d'un
autre en dehors d'Allah, suivant cette parole du Prophète: Si tu souhaites
une chose demande-la à Allah, et si tu as besoin d'aide demande l'aide
d'Allah

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

Q5: Est-ce que `Alî (Qu'Allah soit satisfait de lui) pourrait aider
quelqu'un en cas de malheur?

R5: `Alî (Qu'Allah soit satisfait de lui) a été tué et il ne savait pas que son
tueur avait l'intention de le tuer et il n'a pas pu se défendre, Alors comment
pourrait-il empêcher le malheur d'arriver aux autres après sa mort, tandis
qu'il n'a pu se défendre durant sa vie? La personne qui croit que `Alî ou
quiconque parmi les morts, ont la puissance d'apporter du bien ou de
faciliter, ou d'empêcher un malheur, est un polythéiste, puisque ce pouvoir
est une particularité qui appartient à Allah seul, (Gloire et Pureté à Lui).
Toute personne qui attribue cette puissance à autrui, en y croyant ou en
demandant son aide, l'a considéré comme Dieu. Allah, (Exalté soit-Il), dit :
Jonas(Yoûnous) 10: Verset 107 Et si Allah fait qu‟un mal te touche, nul ne
peut l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il te veut un bien, nul ne peut repousser
Sa grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et c‟est Lui le
Pardonneur, le Miséricordieux.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

Q6: Est-ce que Al-Khidhr (`Alaihi As-Sallâm), est le gardien des rivières
et des déserts? Est-ce qu'il aide celui qui perd son chemin, s’il
l'appelle?

R6 : L'avis correct des Oulémas est que Al-Khidhr (`Alaihi As-Sallâm), est
décédé bien avant qu‟Allah n'envoie Sa révélation au Prophète Mohammad
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Il dit dans le Coran : Les Prophètes(Al-
„Anbiyâ‟) 21: Verset 34 Et Nous n‟avons attribué l‟immortalité à nul homme
avant toi. Est-ce que si tu meurs, toi, ils seront, eux, éternels? Certains
Oulémas estiment qu'il était vivant jusqu'à ce qu'il a rencontré notre
Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). La Sunna prouve qu'il
mourut après le décès du Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), d'une courte durée, que le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
a déterminé, dans ce hadith : Vous voyez cette nuit là, d'ici cent ans il ne
restera plus personne sur cette terre parmi ceux qui y sont aujourd'hui Par
conséquent, son cas est le même que celui des mortels. Il n'entend pas celui
qui l'appelle, ni ne peut lui répondre. Il ne pourrait non plus guider celui qui
a perdu son chemin, s'il lui demandait. Et si on suppose qu'il soit encore
vivant, il est donc absent. Par conséquent, son cas est le même que celui des
absents donc il n'est pas permis de l'invoquer, ni de lui demander assistance
dans la difficulté ou dans l'aisance.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

Q7: Un homme pieux fut décédé en Inde et son tombeau se trouve dans
une région qui s'appelle Ajmiz. Est-il permis de lui demander de l'aide?
Pourrait-il aider celui qui la lui a demandée sans repousser la demande
de personne?

R7: C'est la même réponse que la cinquième question qui dit que le fait de
demander de l'aide aux morts est du polythéisme, et ils sont incapables de
répondre à leurs appels. En fait, ils ne peuvent pas les entendre. Ils vont se
désavouer d'eux et de leurs cultes et les arguments à ce sujet dans le Coran
et la Sunna sont nombreux, dont les paroles divines : Le Créateur(Fâtir) 35:
Verset 13 Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui appartient la royauté, tandis
que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de
la pellicule d'un noyau de datte. Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous
les invoquez, ils n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils entendaient,
ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre
association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est
parfaitement informé. et aussi : (Al-Ahqâf) 46: Verset 5 Et qui est plus
égaré que celui qui invoque en dehors d‟Allah, et que la vie ne saura lui
répondre jusqu‟au Jour de la Résurrection? Et elles [leurs divinités] sont
indifférentes à leur invocation. (Al-Ahqâf) 46: Verset 6 Et quand les gens
seront rassemblés [pour le Jugement] elles seront leurs ennemies et nieront
leur adoration [pour elles].

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La première question de la Fatwa numéro ( 2251 ) :

Q1: Il y a deux groupes, l'un d'eux dit: Le fait de rechercher de l'aide


auprès des prophètes et des Waliys (alliés d'Allah) constitue un fait de
mécréance et de polythéisme en prenant comme argument le Coran et
la Sunna prophétique. L'autre groupe prétend que le fait de rechercher
de l'aide auprès de ces personnes est juste puisqu'ils sont les biens
aimés d'Allah (Exalté soit-Il) et ses bons fidèles élus. Alors, quel est le
groupe qui est sur la vérité?

R1: Demander de l'aide à autre qu'Allah pour guérir les maladies, faire
tomber la pluie, prolonger sa vie, ainsi que d'autres compétences divines qui
sont particulières à Allah, sont une forme de polythéisme majeur lequel
mène à l'apostasie (sortir de la religion) ; également, le fait de demander de
l'aide aux morts ou aux personnes absentes à l'instar de la personne qui
recherche de l'aide auprès des anges, des djinns ou des hommes pour se
procurer un bien ou repousser un mal ; certes, elle commet du polythéisme
majeur qu'Allah ne pardonne pas, sauf celui qui s'en repent. Et cela, parce
que ce genre d'invocation représente à la fois un moyen de se rapprocher et
un acte d'adoration exclusivement permis que s'ils sont dédiés à Allah Seul
avec sincérité. Les preuves qui appuient cet avis sont les paroles divines
dans lesquelles Allah éduque Ses fidèles en disant Prologue(Al-Fâtiha) 1:
Verset 5 C‟est Toi [Seul] que nous adorons, et c‟est Toi [Seul] dont nous
implorons secours. De même il dit : La voyage nocturne(Al-„Isrâ‟) 17: Verset
23 Et ton Seigneur a décrété: "N'adorez que Lui; et La preuve(Al-Bayyina)
98: Verset 5 Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Allah, Lui
vouant un culte exclusif, . Il a dit aussi Les djinns(Al-Jinn) 72: Verset 18
Les mosquées sont consacrées à Allah: n‟invoquez donc personne avec Allah.
D'autre part, cela a été confirmé par la parole du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) qui dit à `Abd-Allah ibn `Abbâs, (qu'Allah soit satisfait de
lui et de son père) : Si tu souhaites une chose demande-la à Allah, et si tu
as besoin d'aide demande l'aide d'Allah ainsi que le hadith rapporté par
Mo'âdh: : Et le droit d'Allah sur les Serviteurs est de L'adorer et de ne rien
Lui associer et Celui qui meurt en donnant un égal a Allah, entrera dans l'
Enfer Cependant, demander de l'aide à autre qu'Allah, dans le cadre des
rapports sociaux qu'Allah a accordé aux êtres, comme la consultation du
médecin pour donner le remède ou encore le recours aux personnes pour
nourrir les affamés, donner à boire aux assoiffés, ou les aumônes que les
riches donnent aux pauvres, etc. Toutes ces formes d'aide entre les êtres
humains ne sont pas des actes de polythéisme, il s'agit d'entraide entre les
créatures dans la vie de tous les jours ou encore le fait d'acquérir quelque
chose et tout ce qui fait partie de la vie. De même que recourir aux
personnes vivantes et absentes par les moyens tangibles, tels que les moyens
de correspondance, la télégraphie, les appels téléphoniques, etc.

Quant à la vie des prophètes, des Martyrs et tous les Waliys, elle constitue
une vie dans le purgatoire (barzakh: période de purification précédant le
paradis). Allah Seul connaît la vérité. En tous cas, elle ne ressemble pas à la
vie qu'ils menaient ici bas. La vérité est donc du côté du premier groupe qui
voit que le recours à autre qu'Allah constitue du polythéisme, conformément
à ce que l'on a dit précédemment.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 4162 ) :


Q 2: Un des oulémas peiux, nous a dit que les Waliys (alliés d'Allah)
peuvent satisfaire les besoins des gens si on le leur demandait en
dehors d'Allah. Et il a pris pour preuve le hadith suivant du Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : Allah a élu des gens pour
répondre aux besoins des autres, ceux-ci auront la sécurité le jour du
Jugement Dernier .

R2: Le recours à la personne vivante et présente dans les limites de ses


compétences et ses possibilités est permis, tel que celui qui demande un prêt
d'argent ou la demande de l'aide physique ou morale auprès d'une personne
puissante, la réclamation d'un droit ou l‟éloignement d'une injustice.

Demander de l'aide aux morts, est un acte de polythéisme, de même que


demander de l'aide aux personnes vivantes mais absentes, parce que ces
personnes sont incapables de réaliser ce qu'on leur demande de faire,
conformément au sens général renfermé dans ces paroles divines : Les
djinns(Al-Jinn) 72: Verset 18 Les mosquées sont consacrées à Allah:
n‟invoquez donc personne avec Allah. et Jonas(Yoûnous) 10: Verset 106 et
n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si
tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes». , Le Créateur(Fâtir) 35:
Verset 13 Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui appartient la royauté, tandis
que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de
la pellicule d'un noyau de datte. Le Créateur(Fâtir) 35: Verset 14 Si vous
les invoquez, ils n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils entendaient,
ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre
association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est
parfaitement informé. Les versets coraniques qui soutiennent cet argument
sont nombreux, et c'est d'Allah qu'on implore l'aide.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La demande de protection

La question 2 de la Fatwa numéro ( 6799 ) :

Q2: Quel est l'avis religieux concernant une femme qui a demandé la
protection auprès d'Allah de son époux et vice versa ?
R2: Il faut protéger toute personne ayant demandé la protection auprès
d'Allah en Le glorifiant. Il a étérapporté par 'Abou Dâwoud et An-Nasâ'î avec
une chaîne de transmission authentique, d'après Ibn `Omar (Qu'Allah soit
satisfait des deux), que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
dit : Celui qui demande au nom d'Allah, donnez-lui. Et celui qui cherche la
protection d‟Allah, mettez-le à l‟abri. Et celui qui vous appelle, répondez-lui,
celui qui accomplit un bien pour vous, récompensez-le, et si vous ne trouvez
pas de quoi le récompenser, alors priez pour lui dans vos invocations,
jusqu‟à ce que vous voyiez que vous l‟avez rétribué. Cette protection devra
être fournie à la personne, si elle n'a aucune obligation envers ce dont elle
veut être protégée, tel que la religion, le droit de l'époux, le talion, ou autres.
Dans ces cas, il ne faut pas protéger cette personne, mais, au contraire, il
faut la forcer à remplir ses devoirs, à moins que la partie adverse ne le lui
permette et ceci conformément aux preuves.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

Le vœu

La question 2 de la Fatwa numéro ( 2251 ) :

Q 2: En ce qui concerne la question de vouer des vœux à autre qu'Allah,


un groupe voit qu'il ne faut vouer aucun vœu à quiconque autre
qu'Allah, sinon c'est du polythéisme et de la mécréance puisque c'est
une adoration qui ne doit être vouée qu'à Allah. Tandis que l'autre
groupe pense que ces genres de vœux constituent de bonnes actions
qu'il faut rétribuer. Quel est l'avis correct parmi ces deux opinions ?

R2: Les vœux constituent un genre de culte qui n‟est dû qu'à Allah Seul. Il
est interdit de les consacrer à quiconque autre qu‟Allah. En faisant cela, on
consacre un culte, qui ne doit être que pour Allah seul, à autrui. La
personne faisant des actes d'adorations pour autre qu'Allah tels que les
vœux ou les sacrifices (immolation) ou par tout autre moyen, est considérée
comme polythéiste, conformément aux versets coraniques : La table servie(Al
Mâ‟ida) 5: Verset 72 Quiconque associe à Allah (d'autres divinités), Allah lui
interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de
secoureurs!

Et toute personne chargée de remplir des obligations religieuses, qui croit


licite le fait de faire des vœux ou des sacrifices en faveur des morts, commet
un acte de polythéisme majeur. Elle sort ainsi de la religion de l'islam, et il
faut lui demander de se repentir durant trois jours. Si cette personne refuse
de se repentir, elle devra être soumise à l'exécution.

Le fils peut bénéficier de l'argent de son père, de son vivant, autant qu'il le
désire. Ainsi, il peut prendre ce dont il a besoin d'une manière convenable,
sans le lui dire, s'il était pauvre et incapable de ganger sa vie, et cela
conformément au hadith de `A'îcha, concernant l'histoire de Hind Bint `Otba,
l'épouse de Abou Soufyân, qui se plaignait auprès du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) de son époux Abou Soufyân qui ne lui donnait pas assez
d'argent pour elle et ses fils. Il lui a dit : Prend de son argent juste ce qu'il te
faut pour tes besoins et ceux de tes enfants, conformément à la bienséance
.

La vérité se révèle, donc, du côté du premier groupe qui voit que le vœu doit
être consacré à Allah seul, puisque le vœu consacré à autrui constitue de la
mécréance et du polythéisme..

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 1644 ) :

Q3: Si le père d’un individu s'acquitte régulièrement des cinq prières et


respecte les piliers de l'islam, mais en même temps, il croit qu'il est
licite de présenter des sacrifices ou faire des vœux auprès des
tombeaux, tels que les mausolées et les tombes. Dans ce cas, son fils
aurait-il le droit de prendre l'argent de son père pour ce qui lui suffirait
pour s'établir une carrière, ou l'hériter après son décès ?

R3: La personne chargée des obligations religieuses qui croit licite de faire
des vœux et des sacrifices consacrés aux morts, commet un acte de
polythéisme majeur qui fait sortir ainsi de la religion islamique. On demande
donc à la personne ayant commis cet acte, en la forçant à se repentir durant
trois jours. Si elle refuse, elle serait exécutée. En ce qui concerne l'argent
que le fils a pris pour construire son avenir et en ce qui concerne l'héritage
de son père, cela dépend de l'état actuel du père ainsi que l'état dans lequel,
il sera mort. Si le père est mort en adoptant toujours cette croyance sans se
repentir, le fils ne l'héritera pas, conformément aux paroles du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui dit : Le Musulman n‟hérite pas de
l‟infidèle, ni l‟infidèle du Musulman. Les Oulémas sont d'accord sur
l'authenticité de ce hadith.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

Troisième question de la fatwa no. ( 3863 ) :

Q3: Quel est l'avis religieux concernant les vœux voués à autre qu'Allah
?

R3: Les vœux voués à autre qu'Allah font partie du polythéisme puisqu'ils
impliquent de la glorification et du rapprochement pour les personnes visées
par ces vœux voués; puisque l'engagement à réaliser ces vœux, sera une
adoration, s'ils sont des actes d'obéissance envers la personne visée et
l'adoration ne doit être vouée qu'à Allah Seul. Il existe de nombreux
arguments à ce sujet, dont les paroles divines : Les Prophètes(Al-„Anbiyâ‟)
21: Verset 25 Et Nous n‟avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous
n‟ayons révélé: «Point de divinité en dehors de Moi. Adorez-Moi donc». Donc,
le fait de les vouer à autre qu'Allah tient du polythéisme.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 5 de la Fatwa numéro ( 4042 ) :

Q5: Il y a chez nous beaucoup de nombreux gens qui vouent des vœux à
autre qu'Allah parmi les morts en leur faisant des sacrifices et ils disent
en même temps : "O Seigneur, si notre Seigneur fait réussir mon fils ou
ma fille, je sacrifierai un agneau pour toi, Cheikh tel".

R5: Les vœux consacrés à autre qu'Allah font partie du polythéisme. De


même, les sacrifices voués à autre qu'Allah sont du polythéisme,
conformément aux paroles d'Allah, Gloire à lui, La vache(Al-Baqara) 2:
Verset 270 Quelles que soient les dépenses que vous avez faites, ou le vœu
que vous avez voué, Allah le sait. et, Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 162
Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort
appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. Les bestieux(Al-„An‟âm) 6:
Verset 163 A Lui nul associé! ainsi que le hadith du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) : Allah maudit celui qui immole pour autre entité
qu‟Allah (Exalté Soit-Il). Les vœux font partie des actes de dévotion
mentionnés dans les paroles divines : Les bestieux(Al-„An‟âm) 6: Verset 162
mes actes de dévotion,

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 4299 ) :

Q2: Les vœux voués à autres qu'Allah sont nuls et n'ont pas lieu d'être.
Les vœux faits par une personne en faveur d'un Cheikh tel que Mohy-
Ad-Dîn ou `Abd-Al-Qâdir Al-Djilânî en partageant la viande entre les
pauvres et faisant parvenir la récompense à l'âme du Cheikh pour
acquérir la bénédiction de sa part, sont-ils permis? Si ce n'est pas le cas
peut-on consommer ces viandes vouées? Et compteraient-elles parmi
les viandes prohibées indiquées dans le Coran : La table servie(Al
Mâ’ida) 5: Verset 3 ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui
d'Allah, puisque l'animal sacrifié est un animal propre. Serait-ce
interdit à cause d'un faux vœu ?

R 2 : Premièrement : Les vœux et les sacrifices sont voués à Allah et font


partie des actes d'adoration. En conséquence, il est interdit d'en consacrer à
autre qu'Allah, glorifié soit-Il. C'est pourquoi, toute personne ayant voué un
vœu ou un sacrifice à autre qu‟Allah, aurait associé une autre divinité à
Allah. Ce péché devient plus grave si la personne ayant fait les vœux, croyait
qu'un mort avait le pouvoir de lui apporter du bien ou d'empêcher un
malheur, puisque c'est de l'association dans la seigneurie ainsi que dans la
divinité.

Deuxièmement : Les vœux consacrés à autre qu'Allah sont nuls et n'ont pas
lieu d'être. Par conséquent, toute les nourritures vouées à autre qu' Allah,
ainsi que les animaux dont il est permis de consommer la chair, reviennent à
celui qui l'a fait tant que ces animaux ne sont pas totalement égorgés. Si les
animaux sont égorgés pour autre qu'Allah, ils seront considérés comme des
bêtes mortes qui sont interdites à la consommation, conformément au verset
coranique cité ci-dessus.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance


des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La première question de la Fatwa numéro ( 5000 ) :


Q1: Quel est l'avis religieux concernant la demande d'aide auprès des
mausolées des Waliys (alliés d'Allah), et le fait de tourner autour de ces
mausolées, de rechercher la bénédiction dans ses pierres, de leur vouer
des vœux, de se coller à ces tombes et de les utiliser comme un moyen
de se rapprocher d' Allah?
R1: Le fait de demander de l'aide auprès des mausolées des waliys, de leur
vouer des vœux, de les prendre comme moyen de se rapprocher d'Allah, en le
leur demandant, tout cela constitue des actes de polythéisme majeur qui
abjure la religion islamique. La conséquence de ces actes est une vie
éternelle en enfer pour ceux qui meurent sans se repentir. Quant à la
tournée autour des tombes, et le fait de s'y coller, tous ces actes constituent
des innovations interdites, et des actes de dévotion voués à autre qu'Allah.
Ces actes pourront être considérés comme du polythéisme, si la personne
croit que le mort a le pouvoir d'attirer le bien ou d'empêcher un malheur, ou
si l'intention est de se rapprocher du mort en faisant le tour de sa tombe.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 9913 ) :


Q3: Certaines personnes font des vœux de consacrer une certaine
somme d'argent, ou un sacrifice afin d'acquérir ce qu'elles désirent et
parmi eux il y en a qui demande la guérison. Et d'autres réclament un
droit violé, et ainsi de suite. Certains peuvent vouer ces vœux pour
Allah, et par amour pour Allah, en faveur de telle ou telle personne.
Nous vous prions de nous donner des informations utiles concernant les
vœux et ses obligations? Qu'Allah vous rétribue en bien ici-bas et dans
l'au-delà.
R3: Premièrement : Il est prohibé au musulman de vouer un vœu,
conformément aux paroles du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : Le
vœu n'apporte aucun bien, mais on l'arrache plutôt de chez l'avare Mais, si
on voue de faire une bonne action, on s'engage à l'accomplir, selon la parole
du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : Celui qui a fait le vœu d‟obéir
à Allah, doit s'y maintenir; celui qui a fait le vœu de désobéir, ne doit pas
désobéir. Ce hadith a été rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim.
Deuxièmement : Le vœu voué à autre qu'Allah est du polythéisme majeur,
puisque le vœu constitue un acte d'adoration, et le fait de le consacrer à
autre qu'Allah est du polythéisme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abdallah ibn Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghadayân Baz
La fatwa numéro ( 9412 ) :
Q: Je suis un jeune étudiant au lycée. Depuis mon enfance, toute ma
famille au Soudan avait l'habitude de visiter les mausolées des Cheikhs
pour s'y frotter, acquérir de la bénédiction et leur vouer des vœux. Mais,
je refuse ces scènes. Cependant, je ne peux pas l'avouer, puisque je
serai mécréant à leurs yeux. Certainement, ils m'empoisonneraient ou
me feraient du mal. Ils prétendent que ces morts ont des prodiges parce
qu'ils sont des Waliys (alliés d'Allah). La plupart d'entre eux prétendent
avoir vu Allah. Je les enviais au fond de moi-même, jusqu'au moment
où j'ai rencontré un groupe qui s'appelle 'Anssâr As-Sunna Al-
Mohammadiyya "Les partisans de la Sunna de Mohammad", qui m'ont
expliqué que ces prétentions étaient fausses et constituaient du
polythéisme, et que ces gens étaient des innovateurs. Ils m'ont expliqué
que toute innovation menait en enfer. J'ai trouvé chez eux quelques
livres sur le monothéisme, du Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb,
mais je ne peux pas les acheter parce que je n'ai pas assez d'argent.
D'ailleurs, je les emprunte pour les rendre le plus tôt possible.
Je vous prie, en tant que père, et en étant une personne qui appelle au
chemin de la vérité, de m'expliquer dans un message particulier, votre
avis sur ce groupe, en me donnant quelques livres, si possible, pour
illuminer mon chemin. Car la satisfaction d'Allah est mon but.
R: Le fait de vouer les vœux auprès des mausolées des Cheikhs constitue du
polythéisme majeur. En fait, le vœu est un acte d'adoration et le consacrer à
autres qu'Allah, est du polythéisme majeur, de même que les invoquer et
leur demander secours; car l'intention est la recherche de leur bénédiction.
On a rapporté un hadith, d'après Abou Wâqid Al-Laîthy qui contient des
arguments soutenant cet avis comme l'a rappelé Cheikh Mohammad ibn
`Abd-Al-Wahâb, (qu'Allah lui fasse miséricorde), dans son œuvre intitulé
"Kitâb At-Tawhîd" (Le Livre du Monothéisme", dans le chapitre concernant
celui qui recherche la bénédiction auprès d'un arbre, ou d'une pierre, etc. Il
en est de même pour celui qui se frotte aux mausolées recherchant la
bénédiction des morts.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
'Abdallah ibn Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghadayân Baz
La fatwa numéro ( 9412 ) :
Q: Je suis un jeune étudiant au lycée. Depuis mon enfance, toute ma
famille au Soudan avait l'habitude de visiter les mausolées des Cheikhs
pour s'y frotter, acquérir de la bénédiction et leur vouer des vœux. Mais,
je refuse ces scènes. Cependant, je ne peux pas l'avouer, puisque je
serai mécréant à leurs yeux. Certainement, ils m'empoisonneraient ou
me feraient du mal. Ils prétendent que ces morts ont des prodiges parce
qu'ils sont des Waliys (alliés d'Allah). La plupart d'entre eux prétendent
avoir vu Allah. Je les enviais au fond de moi-même, jusqu'au moment
où j'ai rencontré un groupe qui s'appelle 'Anssâr As-Sunna Al-
Mohammadiyya "Les partisans de la Sunna de Mohammad", qui m'ont
expliqué que ces prétentions étaient fausses et constituaient du
polythéisme, et que ces gens étaient des innovateurs. Ils m'ont expliqué
que toute innovation menait en enfer. J'ai trouvé chez eux quelques
livres sur le monothéisme, du Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb,
mais je ne peux pas les acheter parce que je n'ai pas assez d'argent.
D'ailleurs, je les emprunte pour les rendre le plus tôt possible.
Je vous prie, en tant que père, et en étant une personne qui appelle au
chemin de la vérité, de m'expliquer dans un message particulier, votre
avis sur ce groupe, en me donnant quelques livres, si possible, pour
illuminer mon chemin. Car la satisfaction d'Allah est mon but.

R: Le fait de vouer les vœux auprès des mausolées des Cheikhs constitue du
polythéisme majeur. En fait, le vœu est un acte d'adoration et le consacrer à
autres qu'Allah, est du polythéisme majeur, de même que les invoquer et
leur demander secours; car l'intention est la recherche de leur bénédiction.
On a rapporté un hadith, d'après Abou Wâqid Al-Laîthy qui contient des
arguments soutenant cet avis comme l'a rappelé Cheikh Mohammad ibn
`Abd-Al-Wahâb, (qu'Allah lui fasse miséricorde), dans son œuvre intitulé
"Kitâb At-Tawhîd" (Le Livre du Monothéisme", dans le chapitre concernant
celui qui recherche la bénédiction auprès d'un arbre, ou d'une pierre, etc. Il
en est de même pour celui qui se frotte aux mausolées recherchant la
bénédiction des morts.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
'Abdallah ibn Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghadayân Baz
L'immolation assignée à un autre qu'Allah

La question 4 de la Fatwa numéro ( 2450 ) :


Q.4 : Des gens vouent des sacrifices pour des morts des temps anciens
dans leurs pays. Ils prétendent qu'ils étaient des Waliys (alliés d'Allah) .
Parfois aussi, ils consacrent une partie de leurs troupeaux et leurs
cultures à ces morts, pour acquérir la bénédiction et éloigner le
malheur de leurs familles, et leur demander le bien.
R4: Les sacrifices faits auprès des tombeaux, et le fait de consacrer une
partie de ses troupeaux pour les abattre dans ces lieux en plus des fruits, ou
céréales que l'on distribue aux gens dans ces lieux, tout cela constitue des
actes prohibés par l'islam et qui sont du polythéisme majeur si l'intention est
de se rapprocher du mort ou autre créature pour acquérir le bien, empêcher
le malheur ou espérer son intercession auprès d'Allah, ou les autres objectifs
que recherchent les adorateurs des tombeaux.
Le comité permanent a déjà reçu une question semblable. La réponse fut
donnée dans la fatwa no.(189) dont le texte viendra plus tard.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La Fatwa numéro ( 189 ) :
Q: Quel est l'avis religieux concernant la prosternation et le sacrifice
faits sur les mausolées ? .

R: La prosternation et les sacrifices sur les mausolées font partie des


anciens cultes idolâtres de la période qui a précédé l'islam. Ces actes sont
donc du polythéisme majeur, puisque ce sont des actes d'adoration, et
l'adoration ne doit être que pour Allah Seul. Et celui qui la voue à autre
qu'Allah est un polythéiste. Allah (Exalté soit-Il) dit dans le Coran : Dis: «En
vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à
Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été
ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» Il a dit également : Nous
t‟avons certes, accordé l‟Abondance. Accomplis la Salât pour ton Seigneur
et sacrifie. et bien d'autres versets coraniques qui confirment le fait que la
prosternation et le sacrifice sont des actes de dévotions qui ne doivent être
faits que pour Allah, sinon ce serait du polythéisme majeur. D'ailleurs, il n'y
a aucun doute que l'intention de ceux qui visitent les cimetières, en s'y
prosternant et y faisant des sacrifices, est de glorifier les morts.Dans un long
hadith, Mouslim a rapporté, concernant la prohibition du sacrifice à autre
qu'Allah et la malédiction de celui qui sacrifie pour autre qu'Allah, d'après
'Alî ibn 'Abî Tâlib (Qu'Allah soit satisfait de lui) que le Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a dit quatre paroles : Allah a maudit celui qui
égorge (un sacrifice) pour autre qu'Allah, et Allah a maudit celui qui maudit
ses parents, Allah a maudit celui qui reçoit chez lui un innovateur, Allah a
maudit celui qui change les repères de la terre D'autre part, Abou Dâwoud
a rapporté dans ses Sounans,d'après Thâbit ibn Ad-Dahhâk (Qu'Allah soit
satisfait de lui) ce hadith : Un homme qui fit vœu d'égorger des bêtes à
Babwâna, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'interrogea à ce
propos. '' Y avait-il (à cet endroit) une des idoles (adorées) qui remontent à la
période de la Djâhiliyya?". - " Non", répondit l'homme. "Y a-t-il alors (à cet
endroit) une des fêtes de Djâhiliyya?''. - "Non", affirma l'homme. A ce
moment-là, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui dit : "Accomplis
ton vœu car on ne doit pas faire le vœu de faire quelque chose d'interdit ou
d'impossible
De ce qui précède, on constate la malédiction de toute personne ayant
sacrifié pour autre qu'Allah et la prohibition du sacrifice sur tout lieu où l'on
glorifie autre qu'Allah, que ce soit une idole, un tombeau, ou un lieu de
réunion où les gens avaient l'habitude de s'y réunir avant l'islam, même si ce
sacrifice était pour la satisfaction d'Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
Le paragraph 3 de la Fatwa numéro ( 4770 ) :
Q: Quel est l'avis religieux sur le mort qui prétend être un allié d'Allah,
et que l'on bâtisse des murailles sur son tombeau ?
R: Le sacrifice voué à la personne qui, selon vous, prétend être un Waliy
(allié d'Allah), est un acte de polythéisme. La personne qui fait ce sacrifice
est un polythéiste maudit, et le sacrifice sera considéré comme une bête
morte, dont il est interdit au musulman d'en consommer la chair. Cela est
prouvé selon les paroles divines : Vous sont interdits la bête trouvée morte,
le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui
d'Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d'une chute ou morte
d'un coup de corne, et celle qu'une bête féroce a dévorée - sauf celle que
vous égorgez avant qu'elle ne soit morte -.
D'autre part, 'Alî (Qu'Allah soit satisfait de lui) a dit, selon le Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Allah maudit celui qui immole pour
autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il). .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La question 11 de la Fatwa numéro ( 5276 ) :
Q11: Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit: Allah
maudit celui qui immole pour autre entité qu’Allah (Exalté Soit-Il). Que
signifie ce hadith? Nous, les habitants du Sud, nous avons l'habitude de
sacrifier pour nourrir les invités ou la famille, et de dire: Au nom d'Allah
et selon la religion du Messager d'Allah, une aumône par laquelle nous
recherchons la satisfaction d'Allah. Qu'Allah nous en rétribue, moi et
ma famille.
R11: Le hadith désigne l'interdiction du sacrifice voué aux morts, tels que
les prophètes et les alliés d'Allah, pour se procurer leur bénédiction, ainsi
que le sacrifice voué aux djinns afin de les satisfaire et en espérant combler
leurs besoins ou éviter leur méchanceté est du polythéisme majeur.
La personne qui commet ces actes mérite la malédiction d'Allah et Sa colère.
Tandis que le sacrifice ou l'abattage des bêtes pour honorer les invités, ou
pour nourrir la famille, ainsi que le sacrifice pour le rapprochement d'Allah,
et que l'on fait comme aumône, dont on recherche la rétribution de la part
d'Allah pour les morts et les vivants. Tout cela est permis, d'ailleurs, ce sont
de bonnes actions qu'Allah rétribue. De même pour les sacrifices présentés,
au nom des vivants et des morts, au Jour du Sacrifice (L'Eîd Al-'Adha).
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abdallah ibn 'Abdallah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qaûd Ghadayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 5921 ) :


Q: Quelques personnes de la famille du mort apportent, ce qu'ils
appellent du ''Djadf'', du bétail, au cimetière pour l'immoler à une
distance d'environ cent mètres du tombeau, ensuite il sera partagé
entre les personnes présentes. Le bétail peut être une brebis, du bœuf
ou du chameau. Veuillez nous conseiller.
R2: Il est interdit d'immoler auprès d'une tombe et il en est de même pour ce
qui est appelé le ''Djadf'', à cause de ce que cela engendre comme intention
de rapprochement et d'adoration pour autre qu'Allah, et Le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) a maudit ceux qui immolent (sacrifient) pour
d'autres qu'Allah rapporté par Mouslim. Quant au fait que la famille du
mort prépare le repas aux personnes présentes, ceci s'oppose à la Sunna
qui, au contraire, assigne aux autres de préparer aux proches du défunt, un
repas; et ce, conformément au hadith authentique dans lequel le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a ordonné de préparer le repas à la famille de
Dja`far, lorsqu'on annonça sa mort.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Prière et la Bénédiction d'Allah
soient sur son Messager sa famille et ses compagnons
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 2 et 3 de la Fatwa numéro ( 6208 ) :


Q2 : On immole, chaque année à `Achourâ' à peu près de 40 moutons et
brebis et plus de 10 vaches auprès des mausolées des saints. Des
musulmans fabulateurs se réunissent pour lire le Coran avec l'intention
d'implorer Allah pour les morts, ensuite, ils mangent de la bête
sacrifiée. Je vous demande de nous délivrer une fatwa sur ce sujet avec
des preuves.
R2: Premièrement : Ce que vous avez cité au sujet du sacrifice de bêtes
auprès des mausolées de waliys (les alliés d'Allah) relève du polythéisme.
L'auteur de cet acte est maudit parce qu'il immole (des bêtes) pour d'autres
qu'Allah. On a rapporté un hadith authentique où le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit : Allah maudit celui qui immole pour autre entité
qu‟Allah (Exalté Soit-Il). . De là, il n'est permis de manger de la viande de
ces bêtes égorgées auprès du tombeau, que ce soit de l'agneau ou du bœuf.
Deuxièmement : Réciter le Coran sur les morts est une innovation
hérétique récente. Il a été authentiquement rapporté que le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Celui qui innovera dans notre religion des
choses qui n'en font pas partie, qu'on le lui rejette. Hadith approuvé par Al-
Boukhârî et Mouslim
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz
Q3: Il y a un tombeau d'un Waliy (allié d'Allah) auprès duquel on immole
annuellement des bêtes avec l'intention d'implorer et de prier en faveur
des morts, ensuite on supplie les enterrés pour que la pluie tombe. Ce
sont des musulmans ignorants qui ne savent pas ou bien négligent le
jugement d'un tel acte. Veuillez nous livrer une fatwa à propos de ce
sujet !
R3: Ce que vous avez mentionné concernant le sacrifice auprès de la tombe
du ce Waliy est un acte de polythéisme. Quant à son invocation, on va en
détailler: sa supplication et son imploration ainsi que sa requête pour faire
tomber la pluie est une forme de polythéisme majeur; solliciter l'intercession
de ces Waliys (alliés d'Allah) auprès d'Allah par le biais de sa dignité et de
son honneur, est une innovation hérétique illicite tout autant qu'un moyen
qui peut mener au polythéisme; ce que doit faire le croyant, c'est de solliciter
Allah- Gloire à Lui- par Ses Noms et Ses Attributs les plus beaux, lui vouer
une Unicité exclusive et accomplir les bonnes œuvres. Les responsables
doivent ramener le polythéiste à Allah pour qu'il se repentit sinon il doit être
mis à mort conformément au hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) qui a dit : Celui qui abandonne sa religion (l‟Islam), tuez-le. , ce
hadith est rapporté par Al-Boukhârî dans son Sahîh.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La fatwa numéro ( 6773 ) :


Q: Dans mon pays, il y a beaucoup de Cheikhs qui font les choses
suivantes: Si quelqu’un tombe malade, on l'emmène chez eux, pour
qu’ils récitent sur lui des versets coraniques, puis ils lui demandent de
leur apporter un mouton, un taureau, une chamelle ou d’autres
bestiaux. Les gens leur versent annuellement beaucoup d’argent et ont
souvent recours à eux. Est-ce interdit par notre religion ?
R: Premièrement: Il n‟est pas permis d‟égorger auprès des tombes, des
chameaux, des vaches ou des moutons, etc. C‟est du polythéisme, qui fera
sortir la personne de la religion de l‟Islam, si elle fait le sacrifice en cherchant
la bénédiction des saints; Car on ne fait des sacrifices que pour Allah,
(Exalté Soit-il), Qui dit: Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma
vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul
associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me
soumettre.» . De même, il est absolument interdit pour un homme de taper
sur des tam-tams, tandis que les femmes peuvent le faire pour annoncer un
mariage.
Deuxièmement: La Roqya (l'exorcisme) d‟un malade par la récitation du
Coran, des évocations et des invocations prophétiques confirmées, est
légitime. Quant au recours aux gens dont vous parlez, pour qu‟ils récitent
sur le patient des vers de poésie et lui demandent d‟égorger un mouton ou
un taureau par exemple, ceci n‟est pas permis, car c'est une Roqya innovée
et une obtention illicite de l'argent des gens, et cela peut même être du
polythéisme, si le sacrifice est fait pour un djinn ou un mort, etc., dans le
but d‟éviter un mal ou de générer un bien.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 7125 ) :
Q2: A propos des visites rendues aux tombeaux des Waliys (alliés
d'Allah): Les gens visitent leurs tombes pour solliciter leur secours dans
les situations périlleuses telles que la maladie ou la sécheresse, etc. On
immole auprès de ces tombeaux du bétail ou de la volaille pour qu'Allah
leur accorde la pluie ou la guérison du malade .
R2: Il n'est pas permis de faire cela, car c'est un acte de polythéisme
conformément aux paroles divines: Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de
dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers.
A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me
soumettre.» De même Allah (Exalté soit-Il) dit: Accomplis la Salât pour ton
Seigneur et sacrifie.
De même, on a rapporté un hadith authentique d'après le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) qui avait dit : Allah maudit celui qui immole pour
autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il).
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz
Les 2 questions 3 et 4 de la Fatwa numéro ( 7267 ) :
Q3: Quel est l'avis religieux concernant celui qui sacrifie (des bêtes)
auprès des mausolées pour solliciter leur aide et leur secours en
espérant que ceux-ci leur amènent le bien et leur évitent le mal?
R3: Sacrifier auprès des mausolées est du polythéisme majeur et l'auteur de
cet acte est maudit conformément au hadith authentique rapporté par `Alî
(Qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam)a dit : Allah maudit celui qui immole pour autre entité qu‟Allah
(Exalté Soit-Il). le Hadith
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

Q4: Quel est l'avis religieux concernant celui qui mange de la bête
sacrifiée auprès des tombes ?
R4: Celui qui mange de cette bête sacrifiée est pécheur, car Allah (l'Exalté)
dit : Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce
sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah, la bête étouffée, la
bête assommée ou morte d'une chute ou morte d'un coup de corne, et celle
qu'une bête féroce a dévorée - sauf celle que vous égorgez avant qu'elle ne
soit morte -. verset
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz
La question 5 de la Fatwa numéro ( 7350 ) :
Q5: Dans notre village, certains savants utilisent les tambours et les
tam-tams, construisent des mosquées au-dessus des tombes et égorgent
des moutons, des vaches, des chameaux et autres, pour ces tombeaux.
Ils collectent de l’argent auprès des gens, à des fréquences mensuelles
ou annuelles. Seraient-ils visés par la parole d’Allah: Ceux dont l’effort,
dans la vie présente, s’est égaré, alors qu’ils s’imaginent faire le bien. ?
R5: Oui, ils sont visés par le sens général du verset, car ils sacrifient pour
autres qu‟Allah, Gloire à Lui, ce qui est un acte polythéiste. Quant à
l‟utilisation des tambours et tam-tams, c‟est un péché blâmable. Qu‟Allah,
Gloire à Lui, les guide et les mène vers le repentir du polythéisme et des
péchés.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 6 de la Fatwa numéro ( 8071 ) :


Q6: On peut citer, parmi les traitements qu'ils emploient pour guérir les
malades, le fait d'immoler du mouton ou de la volaille sur la tête ou la
poitrine du malade ou de lui faire tenir en main, une boucle d'argent, un
petit morceau de tissu ou une poignée de sable que l'on prétend tirer du
tombeau d'un Waliy (allié d'Allah). Quel est l'avis religieux concernant
ce genre de traitements, est-il permis de croire les informations
fournies par ces gens-là?
R6: Il est interdit de sacrifier (des bêtes) pour tout autre qu'Allah. Le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a maudit celui qui égorge (une bête)
pour tout autre qu'Allah, car c'est là une forme de polythéisme. Allah, Le
Très Glorieux, dit : Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie
et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé!
Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» et il
est authentiquement rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
a dit : Allah maudit celui qui immole pour autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-
Il). .
Les modes de traitement que vous avez mentionnés dans votre question sont
tous blâmables et illicites, même si le sacrifice est voué à Allah -Gloire et
Exalté soit-il. Il n'est pas permis non plus de croire à ce que disent, ces gens
car ce sont des charlatans et des mystificateurs. Le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit : Quiconque va consulter un voyant, se verra
refuser sa prière pendant quarante jours Il a aussi dit : Quiconque va voir
un devin ou un voyant et prête fois à ses propos, aura nié la révélation
descendue sur Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 9258 ) :


Q1: Ma femme souffre d’une maladie qu’on appelle « Az-Zâr ». C’est une
sorte d’épilepsie, dont elle fut frappée suite à la fréquentation d'amies
souffrant du même problème. Celles-ci, quand elles aiment bien
quelqu’un, elles lui passent leur maladie.
Il faut savoir que c’est une parmi ses amies qui assure le traitement de
ma femme . Ma question est la suivante : Ma femme veut que j’égorge
un mouton, et le consacrer à Allah (Pureté à Lui) pour qu’elle soit guérie
de cette maladie. Toutefois, je ne sais pas si c’est vraiment pour Allah,
ou pour une de ses amies ? J’ai refusé donc de le faire. Alors, elle a
emprunté de l’argent contre une partie de ses bijoux, pour pouvoir faire
le sacrifice. Est-ce permis ? Qu’est-ce que je dois faire ? Veuillez
m’éclaircir, que vous soyez récompensé par Allah.
R1: Immoler (une bête) pour autre qu‟Allah (Pureté à Lui), est un acte de
polythéisme majeur. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a maudit
celui qui le fait. Par conséquence, il est inadmissible de procéder à
l‟immolation en question, pour traiter la maladie de votre épouse. Le
traitement recommandé est plutôt, le recours aux médicaments reconnus,
l'exorcisme « Roqya » légitime, la récitation du Coran et les invocations
confirmées. Vous devrez tout de même conseiller votre épouse et l‟appeler à
délaisser ce genre d'actes, et à chercher à guérir par les traitements permis.
Qu‟elle soit rétablie et guidée.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 4 de la Fatwa numéro ( 9879 ) :


Q4: Quel est l'avis religieux au sujet de la circumambulation (Tawâf)
autour des mausolées des Waliys (alliés d'Allah), et concernant le fait
d'immoler (des bêtes) pour les morts ou faire des vœux? Qui est le Waliy
en Islam? Est-il licite de l'implorer, qu'il soit mort ou vivant?
R4: Immoler (des bêtes) ou faire des vœux (Nadhr) pour le compte des morts
est du polythéisme majeur. Le Waliy (saint) est celui qui obéit à Allah,
exécute Ses ordres et abandonne Ses interdictions, sans manifester pour
autant des marques de prodige. Il est illicite de demander des invocations
aux Waliys ou aux morts, par contre vous pouvez solliciter les vivants pieux
pour implorer Allah. Il est aussi illicite d‟effectuer la circumambulation
autour des tombeaux, étant donné que cette pratique est spécifique à La
Ka`ba honorée Si la procession autour des tombeaux, vise la proximité des
inhumés, c'est alors une forme de polythéisme majeur. Mais au cas où
l'intention serait de se rapprocher d'Allah, c'est de l'innovation hérétique
blâmable, car on ne procède pas autour des tombeaux ni on n'y prie, même
si on recherche la satisfaction d'Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
Membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Bâz

La question 6 de la Fatwa numéro ( 6949 ) :


Q6: Certaines personnes disent que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) immolait (des bêtes) et en faisait de l'aumône au nom de son
épouse Khadîdja, et trouvent que c’est un prétexte justifiant
l’immolation sur les tombeaux. Ils disent : « On fait de l'aumône au nom
des décédés». Est-ce permis ?

R6: Ce que faisait le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), n‟est pas
similaire à l‟acte que vous mentionnez dans votre question. Lui, il n‟a jamais
sacrifié sur les tombeaux ou les mausolées, ni dans le but de chercher la
bénédiction auprès des vertueux. Il égorgeait (des bêtes) à la recherche de la
satisfaction d‟Allah, et distribuait la viande sur les amies de Khadîdja,
qu'Allah soit satisfait d'elles, en guise d'aumône ainsi que par respect aux
liens familiaux.
Les innovateurs immolent (des bêtes) sur les tombes, pour satisfaire celui
qui y est enterré, et pour obtenir Sa bénédiction, ce qui est du polythéisme,
même s‟ils distribuent cette viande en guise de charité.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La fatwa numéro ( 2527 ) :


Q: Quelques croyants viennent chez nous à la campagne et disent que la
prière et le pèlerinage de ceux qui immolent (des bêtes) pour les djinns,
ne sont pas admis. En entendant cela, je me suis repenti envers Allah et
j'ai décidé de ne plus recommencer. Le problème, c'est que j'ai accompli
le pèlerinage (le Hadj) qu'on prétend, par conséquent, être annulé.
Veuillez m'informer de la validité de mon pèlerinage; car au cas où il ne
serait pas accepté, j'entreprendrais un nouveau pèlerinage !
R: Immoler (des bêtes) pour les djinns est une association d'autre avec Allah
(Gloire et Pureté à Lui). Si l'auteur de cet acte meurt sans se repentir, son
destin sera l'Enfer où il demeurera éternellement.
Le polythéisme annule les bonnes actions, car Allah, (Gloire et Pureté à Lui),
dit : Mais s'ils avaient donné à Allah des associés, alors, tout ce qu'ils
auraient fait eût certainement été vain.
Loue Allah qu'Il t‟ait accordé le repentir de ce péché majeur qui efface toute
bonne action. Recommencez votre pèlerinage et si votre repentir est sincère,
Allah a promis au repentant de lui accorder le pardon et de substituer ses
mauvaises actions en des bonnes actions. Allah dit : Qui n‟invoquent pas
d‟autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu‟Allah a rendue sacrée, sauf à
bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela
encourra une punition et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la
Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d‟ignominie; sauf
celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre; ceux-là Allah
changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et
Miséricordieux;
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 2 et 7 de la Fatwa numéro ( 4246 ) :


Q2: Quel est l'avis religieux concernant celui qui grandit dans son pays
et ne connaît de la religion que les cinq piliers de l'Islam, qu'il respecte
mais qui pourtant, immole (des sacrifices) pour les djinns, les implore
au besoin sans savoir pour autant que la Charia islamique interdit de
tels actes? Peut-on l'excuser pour son ignorance ou l'accuser d'être
polythéiste sans l'avoir informé?
R2: Les savants doivent enseigner à l'auteur de telles actions et l'informer
que l'immolation (de bêtes) pour d'autres qu'Allah, tels les djinns, les
prophètes, les anges ou les idoles, est une forme de polythéisme majeur qui
peut exclure la personne de la religion islamique. Il en va de même si on les
implore en leur demandant d'assurer ses besoins, ce qui est tout autant du
polythéisme qui peut abjurer l'Islam également. L'immolation et
l'imploration, sont deux actes d'adoration qui ne doivent être voués qu'à
Allah, sinon c'est une forme de polythéisme majeur. Allah (Pureté à Lui) dit :
Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort
appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce
qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» Dis:
"Chercherais-je un autre Seigneur qu'Allah, alors qu'Il est le Seigneur de
toute chose?" Il dit aussi: et n‟invoque pas, en dehors d‟Allah, ce qui ne
peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des
injustes». Et si Allah fait qu'un mal te touche, nul ne peut l'écarter en
dehors de Lui. Et s'Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. Il dit
aussi : Accomplis la Salât pour ton Seigneur et sacrifie. Le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Allah maudit celui qui immole pour autre
entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il). S'il insiste sur l'immolation pour les djinns et
leur imploration afin qu'ils assurent ses besoins, il aura commis le
polythéisme majeur. Il n'a aucune excuse ayant été informé par la preuve du
Coran et de la Sunna. On dit alors que c'est un mécréant et polythéiste
majeur.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

Q7: Un polythéiste égorge des animaux et prétend que les musulmans


peuvent en manger conformément au verset coranique qui dit: Mangez
donc de ce sur quoi on a prononcé le nom d’Allah si vous êtes croyants
en Ses versets (le Coran). . Il dit que ce verset est explicite et n'a pas
besoin d'exégèse et insiste sur son application sans entendre les avis
des Oulémas. Cet homme est-il mécréant ?
R7: L'avis de celui qui rend licite l'égorgement (d'une bête) par un polythéiste
majeur qui prononce le nom d'Allah durant l'égorgement, est fautif. Cette
personne n'est pas mécréante car il n'y a pas d'arguments évidents qui
affirment son infidélité. Elle ne peut pas s'appuyer sur le sens général de ce
verset qui est spécifié par le consensus des savants qui affirment
l'interdiction de l'égorgement (de bêtes) par un polythéiste. On doit guider
cette personne en lui indiquant l'interdiction de son acte.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 5728 ) :


Q2: Un groupe de gens possédant une vallée appelée 'Omm As-Saffâ'
achète annuellement un taureau ou une vache au premier jour de l’été,
et l’égorge dans As-Saffâ'. Moi personnellement, je trouve que c’est du
polythéisme, car cette immolation vise les djinns et les diables,
habitant la vallée en question.
Ils le font au jour de l’an, à un seul endroit précis, alors que si c’était à
des lieux différents, cela pourrait passer sans embarras, car dans ce cas-
là, ce serait à la recherche de la satisfaction d’Allah. Quel est l’avis
religieux à ce propos ? Est-ce du polythéisme ou pas ? Et pourquoi ?
R2: Si c'est ce que vous avez mentionné est réel, au sujet de l‟immolation
(des bêtes) dans cette vallée, ce sera du polythéisme, car Allah (Exalté soit-Il)
dit: Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort
appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce
qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» Et Il dit:
Accomplis la Salât pour ton Seigneur et sacrifie. . Le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) dit: Allah maudit celui qui immole pour autre entité
qu‟Allah (Exalté Soit-Il). , rapporté par Mouslim dans son Sahîh.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 4 de la Fatwa numéro ( 5898 ) :


Q4: On conseille à une catégorie de malades de voir des médecins
arabes. Le malade atteint par les djinns ou par d'autres maux va chez
ces médecins qui ordonnent d'égorger un genre spécifique de volaille,
par exemple un coq de couleur noire ou blanche. Ensuite, on applique le
sang de la bête immolée sur le malade sans prononcer probablement le
nom d'Allah. Quel est l'avis religieux concernant ces pratiques ?
R4: Le sacrifice pour tout autre qu'Allah est un acte de polythéisme majeur
Allah, (Pureté à Lui) dit : Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion,
ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul
associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me
soumettre.» . Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a maudit celui qui
immole (une bête) pour tout autre qu'Allah. Il est interdit de se rendre chez
ces imposteurs et charlatans qui pratiquent des actes de polythéisme. Il est
aussi défendu de les solliciter et de croire en eux.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 8 de la Fatwa numéro ( 9228 ) :


Q8: Le fait d'immoler (une bête) pour tout autre qu'Allah est illicite et
relève du polythéisme. Quel est l'avis religieux concernant le fait
d'égorger des bêtes pour ses hôtes ou ses proches? Veuillez me
conseiller!
R8: Si vous recherchez à se rapprocher de celui pour qui vous immolez (la
bête) afin de réaliser un profit ou repousser un préjudice, vous commettrez
alors du polythéisme. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a maudit
celui qui immole des bêtes pour un autre qu'Allah.
Cependant, il n'y a pas d'inconvénient à égorger la bête en prononçant le
nom d'Allah pour faire manger ses hôtes et ses proches.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Bâz

La fatwa numéro ( 9867 ) :


Q: On a lu dans le journal Ar-Riyâd dans son numéro 6411 daté du
1/5/1406 de l'Hégire, un article intitulé (l'abatage au seuil d'une
nouvelle maison), dont une copie est ci-jointe. La rédactrice y pose une
question sur la justesse de cette pratique devenue pour certains, une
habitude." Pour cette raison, je vous envoie la photocopie de cet article
pour me renseigner sur l'abatage au seuil d'une nouvelle maison, une
des pratiques dont j'ignore l'origine. Néanmoins, cette pratique relève
d'une croyance chez les gens pour éviter le mauvais œil ainsi que pour
bénir la maison, et pour prévenir les misères et les malheurs. Et,
comme on croit que la prévention ne peut pas détourner le destin,
j'aimerais m'assurer de la véracité ou de la fausseté de cette croyance.

R: Si on veut par cette pratique la satisfaction des djinns et la prévention


contre les malheurs, alors elle n'est pas seulement prohibée mais aussi elle
est considérée comme un acte de polythéisme. Or, il paraît que ceci est le
véritable but d'égorger une bête au seuil d'une maison avant d'y habiter et
seulement avant d'y habiter.
Mais si on veut par cet abatage un geste de générosité envers les nouveaux
voisins et de faire leurs connaissances ainsi que de remercier Allah pour la
nouvelle maison et recevoir les proches et les amis à cette occasion, alors
c'est une pratique louable. Mais ceci après avoir habité la maison. On ne doit
pas égorger les bêtes ni au seuil ni au vestibule de la maison.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 4461 ) :


Q: Certains oulémas ont dit que le polythéiste de la communauté
musulmane actuelle, est semblable aux gens du Livre en ce qui
concerne la licité de leur viande et le mariage avec leurs femmes; car
Les Juifs ont pour Livre la Torah et pour prophète Moussa (Moïse)
(`Alaihi As-Sallâm). Même s'ils étaient menteurs. De même, les
Chrétiens, leur Livre est l'Evangile et leur prophète est Jésus, même
s'ils étaient menteurs. Car ils ont tous prétendu ceci, ensuite ils ont
renoncé à leur religion. De ce fait, les polythéistes de la communauté
musulmane actuelle prétendent que Le Coran est leur Livre et que
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est leur Prophète. Alors, il
est licite de se marier avec leurs femmes et de manger de leurs bêtes
sacrifiées comme les gens du Livre .
R: Celui qui croit en Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) puis associe
avec Allah d'autres divinités en se prosternant à elles ou en leur présentant
des vœux (Nadhr) et en leur sacrifiant des bêtes, n'est pas semblable aux
gens du Livre. Mais, c'est un apostat à qui l'on doit conseiller de se repentir
à trois reprises, après qu'on lui eut bien montré le Vrai avec des preuves à
l'appui et qu'on l'eut guidé vers le bon chemin. Sinon, il doit être tué et son
argent ira à la trésorerie des Musulmans. Ses proches musulmans ne
peuvent pas l'hériter. Manger de sa bête sacrifiée est illicite et il ne doit pas
se marier avec une musulmane. Et même s'il est déjà marié à une
musulmane, le contrat de ce mariage devra être annulé. Contrairement aux
mécréants, le mariage avec des femmes des gens du Livre, ainsi que leurs
héritages et leurs bêtes sacrifiées sont licites. Ils sont incités à la conversion
à l'Islam et s'ils obéissent, Allah en soit Loué. Sinon, ils doivent payer "Al-
Djiziyya" (impôt par tête dit capitation). Mais ils ne doivent pas être tués
pour leur mécréance.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La première question de la Fatwa numéro ( 8659 ) :


Q1: Il y a des gens chez nous qui visitent les mausolées des Waliys
(alliés d'Allah) et immolent des bêtes en guise de vœux au nom de ces
bien-aimés d'Allah. Ensuite, ils offrent cette viande aux gens avoisinant
les cimetières ou les mausolées qu'ils visitent. En manger est-il permis?
Ou bien cela rentre dans le sens du verset: Vous sont interdits la bête
trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un
autre nom que celui d'Allah,
R1: Si ce que vous racontez est vrai, il est prohibé alors de manger de la
viande de ces bêtes sacrifiées parce que celles-ci ne sont pas égorgées pour
Allah ni en Son nom. Cet acte est considéré comme du polythéisme majeur,
car Allah, (Pureté à Lui) dit: Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de
dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers.
A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné, et je suis le premier à me
soumettre.» et selon le Hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):
Allah maudit celui qui immole pour autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il). .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La fatwa numéro ( 10685 ) :


Q1: Est-il permis de manger la viande d'une bête égorgée à l'occasion de
la fête de la naissance du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et des
autres fêtes liées à la naissance des bien-aimés d'Allah ?
R1: Ce qui est égorgé à l'occasion de la fête de la naissance d'un Prophète ou
d'un allié d'Allah visant leur glorification, n'est donc pas égorgé pour Allah.
Ceci est du polythéisme, alors il n'est pas permis d'en manger. Il a été
prouvé que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Allah maudit
celui qui immole pour autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il). .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Bâz

La fatwa numéro ( 10685 ) :


Q2: Quel est l'avis religieux concernant celui qui prétend être
musulman juste par les paroles, alors qu'en réalité il se comporte
comme les innovateurs et les polythéistes. Est-il un vrai musulman?
Est-il permis de manger de la viande des bêtes qu'il égorge?
R2: Quiconque prononce l'attestation de foi, croyant ce qu'elle indique et se
comporte selon ses principes, est un fidèle musulman. Celui qui contredit
cela par des paroles ou des actes de polythéisme, est un infidèle même s'il
prononce l'attestation, prie, et jeûne; des actes tels que l'appel du secours
des morts ou le sacrifice des bêtes par respect et glorification aux morts. Il
n‟est pas donc permis de manger de ses offrandes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Bâz

La fatwa numéro ( 8264 ) :


Q: Au nom d'une divinité autre qu'Allah, les mécréants coupent les
oreilles des bestiaux et les laissent errer dans la nature et ne les
touchent de quelconque manière après cela. Est-il permis au musulman
de les égorger et de manger de leurs viandes?
R: Si ce que tu dis est vrai et si le fait de prendre ces bêtes vagabondes, ne te
provoquera aucun mal, alors il est permis de les prendre, d'en égorger ce qui
est mangeable au nom d'Allah et selon la Charia, ainsi que d'en manger.
Même que le fait de les prendre est une obligation à celui qui peut le faire
pour dénoncer ces actes répréhensibles et mettre fin au polythéisme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La fatwa numéro ( 200 ) :


Q: Lorsqu'une querelle ou une dispute se passe entre deux ou trois
personnes ou plus, concernant une affaire quelconque, le Cheikh de la
tribu ou les grands du village se réunissent pour résoudre le problème et
après avoir étudié tous les aspects de l'affaire et avoir connu la source
du conflit et identifié le fautif ils obligent ce dernier à égorger deux ou
trois bêtes (ou plus dans d'autres cas) et l'autre partie est obligée
d'égorger une seule bête, en plus d'autre choses qu'ils peuvent leur
demander. Chacun des adversaires doit égorger les bêtes énoncées alors
que les grands du village et les arbitres sont invités à manger. Que les
adversaires soient riches ou pauvres, ils sont obligés de suivre cette
tradition nommée "Al-Borha" ou "Al-`Atâma". Dans la plupart des
conflits, les gens ne s'adressent pas aux services gouvernementaux
concernés pour résoudre leurs problèmes. Ce qui m'intéresse est de
savoir si ces coutumes sont permises et celui qui fait cela est-il visé par
le hadith: Allah maudit celui qui immole pour autre entité qu’Allah
(Exalté Soit-Il). ou non, sachant qu'il égorge la bête et fait couler le
sang pour la satisfaction d'une ou de plusieurs personnes, ou pour le
Cheikh et les grands de la tribu? J'espère que vous pourrez me guider.
R: L'arbitrage entre les adversaires afin de punir le fautif, soutenir la victime,
réconcilier les deux parties et résoudre les différends par la justice basée sur
la Charia de l'Islam est un droit légitime selon le Coran et la Sunna, comme
Allah, l'Exalté, l'a annoncé: Et si deux groupes de croyants se combattent,
faites la conciliation entre eux. Si l‟un d‟eux se rebelle contre l‟autre,
combattez le groupe qui se rebelle, jusqu‟à ce qu‟il se conforme à l‟ordre
d‟Allah. Puis, s‟il s‟y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitables
car Allah aime les équitables. et a dit: Il n‟y a rien de bon dans la plus
grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l‟un d‟eux ordonne une
charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque
le fait, cherchant l‟agrément d‟Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une
récompense énorme.
Cependant, les animaux égorgés par les deux adversaires après la
réconciliation; qu'ils soient nombreux ou pas; s‟ils sont considérés comme
donation et égorgés en remerciement d'Allah pour avoir résolu ce problème à
l'amiable et pour reprendre la vie de paix et de fraternité d'avant, alors c'est
un bon geste approuvé par la Charia et par la plupart des verstes coraniques
et des hadiths encourageant les bonnes actions et le remerciement d'Allah
pour Ses bienfaits. C'est ce qu'ont fait les compagnons tels que Ka'b ibn
Mâlik à condition de ne pas considérer cela comme une habitude ou une
obligation ou de surpasser ses capacités matérielles et de se fatiguer sinon
ce sera interdit même si on a obligé les deux parties à faire cela, et même si
le fait de contredire les ordres du Cheikh et des grands de la tribus, est
considéré comme une honte, et même si la réconciliation a échoué et le
jugement est entravé et le conflit s'est intensifié, car ceci est une législation
qui n'est pas autorisée par Allah. Sauf si le but est de réprimander le fautif
selon ses erreurs et soutenir la victime, là c'est permis d'utiliser l'argent
comme un moyen de punition selon l'avis de certains savants en
jurisprudence islamique (Fiqh)
L'argent, utilisé pour réprimander le coupable, est versé à la trésorière du
village ou pour des œuvres de bienfaisance. On est pas obligé égorger des
bêtes pour les personnes chargées de l'arbitrage ou pour ceux qui assistent à
la conciliation. Le jugement de ces bêtes égorgées n'est pas celui des
sacrifices égorgés pour autre qu‟Allah comme pour les idoles ou auprès des
tombeaux des pieux ou pour les djinns afin de se rapprocher d‟eux, pour
satisfaire un besoin, repousser un mal, ou générer un bien, mais ceci est
plutôt une interdiction de l'innovation dans la religion et une action qu‟Allah
n‟a pas permise dans Sa Charia, alors cela rentre plus dans le sens du verset
coranique: Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils
de Marie, comme Seigneurs en dehors d‟Allah que dans le sens du hadith:
Allah maudit celui qui immole pour autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il).
Toutefois, les deux actes font partie de l'égarement et de l'imposture.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n iben Ghadayân `Afifî

La fatwa numéro ( 480 ) :


Q: Quand il y a un conflit entre deux tribus et qu’on craint qu'elles
s'entretuent, une troisième tribu intervient pour les réconcilier, et
égorge une bête chez l'une d'elles pour unir les parties du conflit.
Quel est donc l'avis religieux concernant la bête égorgée ?
R: Si le but d'égorger la bête chez l'un des adversaires n'est que pour la
réconciliation des deux parties et se réunir pour en manger ensemble, alors
c'est un moyen de réaliser la réconciliation qu'Allah a ordonnée selon Son
dire: Les croyants ne sont que des frères. Etablissez la concorde entre vos
frères, et craignez Allah, et un moyen de les unir, pour effacer la rancune et
l'hostilité de leurs âmes et pour témoigner de la bonne hospitalité envers
ceux qui ont assisté à cette réconciliation, alors nous ne voyons aucun mal
en cela.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n iben Ghadayân `Afifî
La question 2 de la Fatwa numéro ( 1984 ) :
Q2: Il y a une tradition chez certaines tribus arabes, de devoir acquérir
la satisfaction, les uns des autres . Celui qui désire la complaisance de
quelqu'un va chez lui en emmenant une brebis et ne pénètre l'entrée de
sa maison qu'après l'avoir égorgée au nom d'Allah. Quelques fois, la
personne va avec la brebis, mais l'hôte l'accueille et la lui prend en
disant que la bête lui est interdite et il égorge une autre à l'honneur du
visiteur.
Est-il permis de manger de la viande de l'une ou des deux bêtes ou bien
il n'est pas permis?
R2: Que l'homme immole une bête quelconque pour un autre homme en
ayant pour but, de lui faire preuve de générosité et d'hospitalité; afin qu'il en
mange lui, sa compagnie et n'importe quel invité, cet acte n'est pas
seulement licite, mais aussi recommandé dans les hadiths authentiques. Il a
été prouvé à travers un hadith de Abou Hourayra (qu'Allah soit satisfait de
lui) que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Que celui qui croit
en Allah et au Jour du jugement dernier, soit généreux à l‟égard de son hôte.
Le hadith. Il a été prouvé également selon le hadith de Abou Charîh Al-
Ka`bî que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Celui qui croit en
Allah et au Jour Dernier, qu'il reçoive son hôte généreusement et lui donne
sa récompense, un jour et une nuit et la durée de l‟hospitalité est de trois
jours. Tout ce qui est accordé au-delà est considéré comme une aumône et
qu'il ne séjourne pas chez lui au point de l'embarrasser. .
Mais, si le fait d'égorger une bête ne vise à rien d'autre que la glorification et
la grandeur de la personne, ceci est réprouvé, que la bête égorgée soit
consommée ou non. Cet acte étant alors un aspect de polythéisme qui est
condamné à être maudit, parce que c'est une immolation destinée à autre
qu'Allah. Il a été rapporté que `Alî (Qu'Allah soit satisfait de lui) avait dit: le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a dit en quatre mots: Allah a
maudit celui qui égorge (un sacrifice) pour autre qu'Allah, et Allah a maudit
celui qui maudit ses parents, Allah a maudit celui qui reçoit chez lui un
innovateur, Allah a maudit celui qui change les repères de la terre Ce n'est
donc pas permis de manger de la bête égorgée, même si la personne qui
immole mentionne le nom d'Allah; car, les actes sont jugés d'après les
intentions. Dans ce cas-là, une bête a été immolée en faveur d'un autre
qu'Allah, juste pour le glorifier et lui rendre hommage et non pas pour qu'il
en mange.
Cependant, s'il l'offre vivante, et l'autre l'a prise et l'a égorgée ou a égorgé
une autre pour ses hôtes, alors c'est permis de manger des deux bêtes, car
elles n'ont pas été égorgées pour sa grandeur ou sa gloire.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 4160 ) :


Q3: Quel est l'avis religieux concernant l'immolation des bêtes pour un
hôte malgré le verset coranique disant: ce sur quoi on a invoqué un
autre nom que celui d'Allah, ‫؟‬
R3: Il est permis d'égorger des bêtes pour son hôte en mentionnant le nom
d'Allah au moment de l'égorger. Ceci ne rentre pas dans le sens général du
verset disant: ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah,
mais ce verset désigne tout ce qui est immolé pour rechercher la faveur d'un
autre qu'Allah comme les morts pour se rapprocher d'eux. Tandis que le but
d'égorger une bête pour son hôte est de lui témoigner de l'hospitalité et non
pas pour l'adorer, car le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) nous a
ordonnés de prendre soin de nos hôtes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
Membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz
La fatwa numéro ( 9573 ) :
Q: Quel est l'avis religieux concernant l'offrande d'une bête que
j'entends égorger, en se disant au fond de moi ou en annonçant à mes
hôtes que c'est une aumône pour Allah, à l'occasion de la réussite de
mon fils, ou parce qu'il a été sauvé d'un accident de voiture ou à
l'occasion d'un évènement heureux. O Cheikh! M'est-il autorisé de
manger de cette offrande ou non? Tout en sachant que je ne jure pas
souvent par Allah ni je fais des vœux pour faire telle ou telle chose.
Mais seulement quand un fait heureux a lieu, je dis que cette offrande
est une aumône vouée à Allah. Guidez-nous sur ce que j'ai mentionné,
qu'Allah vous récompense! Et quelle est la bonne voie que nous
devrions suivre ?
R: Le principe dans les actions, exige que celles-ci doivent être basées sur
l'intention; et que l'intention constitue une condition préalable pour avoir la
récompense sur l'acte. Alors le musulman se doit, dans chaque dépense qu'il
déploie d'avoir l'intention de se rapprocher d'Allah, l'Exalté. Si jamais, il y a
eu une occasion légale; comme la venue d'un convive ou l'encouragement de
son fils, et ainsi de suite; et qu'il a eu l'intention de se rapprocher du sentier
d'Allah, il n'y aurait aucun mal à manger de l'animal égorgé.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Afifî Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn
Ghoudayân Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 3535 ) :


Q2: Quel est l'avis religieux concernant la prière derrière un homme qui
mange de la bête sacrifiée à autre qu'Allah; cet homme se justifie en
prétextant qu'au moment de l'égorgement, le nom d'Allah a été évoqué
sur la bête sacrifiée?
R: Le sacrifice à un autre qu'Allah est une sorte de polythéisme; et le
jugement du sacrifice dont le nom d'Allah n'a pas été évoqué est le même
que celui de la bête morte. Il n'est pas permis d'en manger, même si le nom
d'Allah a été prononcé sur elle dans le cas où on aurait pu constater qu'elle a
été immolée à un autre qu'Allah. Celui qui en consomme en se basant sur
son raisonnement personnel, il faut lui indiquer le jugement. Mais celui qui
en mangera après avoir su le jugement religieux, ne sera pas digne d'être un
imam et la prière devrait être alors faite derrière quelqu'un d'autre.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

Glorifier autre qu'Allah


La fatwa numéro ( 2294 ) :
Q: Quel est l'avis religieux quant au fait de se tenir debout à l'arrivée
d'une personne et l'embrasser ?
R: Premièrement: Concernant le fait de se tenir debout pour la personne
qui entre, Ibn Taymiyya a donné une réponse détaillée en se basant sur des
preuves légitimes. Il a dit(Qu'Allah lui fasse miséricorde): "Ce n'était pas une
des coutumes des prédécesseurs à l'époque du Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) ni à l'époque de ses califes bien-guidés, de se lever pour le saluer
lorsqu'ils le voyaient arriver, comme le font beaucoup de gens actuellement.
Mais, 'Anas ibn Mâlik a dit : "Il n‟y avait personne qui était plus aimée par
eux que le Messager d‟Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et quand ils (les
compagnons) le voyaient, ils ne se levaient pas parce qu‟ils savaient qu‟il
détestait cela. Mais, il se peut qu'ils se levaient pour celui qui était en voyage
comme un signe de bon accueil"Il a été aussi rapporté que le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) s'est mis debout pour 'Ikrîma et qu'Il a dit
aux Ansârs, lorsque Sa`d ibn Mou`âdh est arrivé : "Levez-vous pour votre
maître" Il était venu pour mener Banou Qoraydha, parce qu'ils ont désobéi
à ses consignes. Les gens doivent suivre la voie des prédécesseurs à l'époque
du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui est le meilleur des siècles, et
la meilleure des paroles est celle d'Allah et le meilleur chemin est celui de
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Aucune guidée ne vaut celle du
meilleur des hommes de l'humanité et celle du meilleur des siècles. La
personne pour qui on se lève, ne doit pas approuver cela de la part de ses
amis, qui ne sont pas sensés se lever pour elle, sauf si c'est une rencontre
habituelle. Mais, se lever spontanément pour celui qui était en voyage est
permis. Et si c'est une coutume désignant le bon accueil du visiteur et si on
ne le fait pas, peut-être il le prendra comme un manque de respect, surtout
s'il ignore que cela est conforme à la sunna, alors il est préférable de se lever,
parce que c'est mieux pour les relations humaines et pour éviter la rancune.
Par contre, s'il est au courant des coutumes en concordance avec la Sunna,
il ne faut pas se lever car ceci ne va pas l'offenser. Se lever pour une
personne de cette manière, n'est pas ce que signifie le hadith du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui a dit: On réserve à celui qui se réjouit
que les gens se tiennent debout pour lui, sa place en Enfer Il faut savoir
que se lever pour celui qui est assis, n'est pas comme se lever pour celui qui
arrive: au deuxième cas il y a cette notion de parité contrairement au
premier. Il a été a rapporté dansle Sahîh de Mouslim Lorsque le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fut malade, il dirigea la prière en position
assise, et les gens firent la prière debout, alors, le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) leur ordonna de asseoir en disant : Ne me vénérez pas
comme font les non-Arabes. Il est recommandable donc, de suivre les
habitudes des prédécesseurs. Celui qui ne croit pas en cela, et qui n'est pas
au courant que c'est la coutume et qui risque de causer du mal en
délaissant la tradition, doit être le moins offensant possible.Les paroles du
Cheikh de l'islam ont pris fin à ce point-ci. On peut ajouter l'histoire de Ka'b
ibn Mâlik lors de son repentir à Allah et celui de ses deux amis (qu'Allah soit
satisfait d'eux). Quand Ka'b est entré à la mosquée, Talha ibn `Obayd-Allah
s'est précipité vers lui pour le saluer et le féliciter de son repentir, et le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'a pas dénoncé son geste.Ceci
démontre la possibilité de se lever pour recevoir celui qui arrive, et le saluer.
Ces propos sont confirmés par ce qui été rapporté du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam): Lorsqu'il entra chez Fâtima, sa fille, elle se tint debout
et le prit par la main et le fit asseoir à sa place et lorsqu'elle entra chez lui, il
la prit par la mai, puis la fit asseoir à sa place C'est un hadith bon (hassan)
selon At-Tirmidhî .
Deuxièmement: Quant à faire la bise, il a été rapporté ce qui démontre que
c'est acceptable Selon `A'îcha (qu'Allah soit satisfait d'elle), Zayd ibn Hâritha
vint à Médine, alors que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
fut chez moi. Zayd frappa à la porte, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) se leva nu en tirant ses vêtements. Je jure par Allah que je n'ai
jamais vu le Prophète nu, ni avant ni après, et il le prit dans ses bras et lui
fit la bise" rapporté par At-Tirmidhî qui a dit que c'est un hadith (bon)
hassan. Quant au sens du terme "nu", cela veut dire ne portant qu'un
pagne. De même, Abou Hourayra (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit: Le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avait embrassé (son petit-fils) Al-
Hassan ibn `Alî, alors 'Al-'Aqra` ibn Hâbis l'a vu et a dit au Prophète: J‟ai dix
enfants et je n‟ai jamais embrassé aucun d‟entre eux. Le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a dit : "Allah ne fait pas miséricorde à celui qui
ne se montre pas miséricordieux envers les gens Hadith approuvé par Al-
Boukhârî et Mouslim.Ce hadith prouve la légitimité de s'embrasser, si c'est
un signe de pitié. Quant au fait de s'embrasser en rencontre normale, il y a
des preuves que c'est inadmissible, et qu'on doit se limiter à se serrer la
main. Qatâda (qu'Allah soit satisfait de lui), a dit: J'ai dit à 'Anas: "A
l'époque du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), se serrait-on la main?".
Il m'a répondu par l'affirmative. " Rapporté par Al-Boukhârî. Selon 'Anas
(qu'Allah soit satisfait de lui): Quand les gens du Yémen sont venus, le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : "Sont venus les Yéménites ;
ils sont les premiers à me serrer la main" Rapporté par 'Abou Dâwoud, avec
une chaîne de transmission authentique.Aussi Al-Barrâ' (qu'Allah soit
satisfait de lui), a rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
dit: Si deux Musulmans se rencontrent en se serrant la main, Allah leur
pardonnera leurs péchés avant qu'ils ne se séparent rapporté par 'Abou
Dâwoud, par 'Ahmad et par At-Tirmidhî qui l'a considéré comme
authentique.D'après 'Anas (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit: Un homme
est venu dire au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): On rencontre son
frère (en religion) ou son ami, est-il obligatoire de s'incliner devant lui ?". - "
Non". -"L'embrasse-t-on donc?". -" Non ". - " Lui serre-t-on la main ?". -
"Oui". rapporté par At-Tirmidhî qui l'a classé comme bon (hassan) avec une
faible chaîne de transmission, car parmi les rapporteurs Handhala As-
Sadowsî considéré par les oulémas, comme faible, mais peut-être At-
Tirmidhî l'a jugé hadith bon (hassan), en se basant sur d'autres
hadiths.Aussi 'Ahmad , An-Nasâ'î , At-Tirmidhî et autres l'ont rapporté avec
une chaîne de transmission authentique. Il a été considéré authentique par
At-Tirmidhî selon, Sifwân ibn `Assâl: Deux Juifs ont interrogé le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à propos des neuf Signes évidents. Une fois
qu'il leur a donné la réponse, ils se sont mis à embrasser ses mains et ses
pieds en lui disant : "Nous attestons que tu es un Prophète Le hadith.Et At-
Tabarânî a rapporté avec une bonne chaîne de transmission, selon 'Anas ,(
qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit Quand les Compagnons du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) se rencontraient, ils se serraient la main. Au
retour d'un voyage, ils s'embrassaient Ceci a été mentionné par Ibn Moflih,
dans "Al-'Adâb Ach-Char`îyya" (les règles de courtoisie selon la Charia)
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre Président
`Abd-Allah ibn Ghoudayân Abd Al- Azîz Ibn Abdallah Ibn Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 7113 ) :


Q2: Est-il de l'Islam (des préceptes moraux de l'Islam) de se pencher à
titre de glorification, ou de se déchausser à titre de vénération, lorsque
quelqu'un rencontre son frère (musulman) et veut le saluer? Tout cela
est des coutumes de nos ancêtres Veuillez me donner une explication
complète en réponse à ma question?
R2: Il n'est pas autorisé de se pencher au moment de la salutation ni de se
déchausser pour une personne.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Azîz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Bâz

La question 3 de la Fatwa numéro ( 5313 ) :


Q3: Nous nous sommes inscrits à l'un des clubs de karaté en Amérique.
L'entraîneur avait dit alors : Lorsque la personne qui est en face de toi
s'incline pour toi, tu dois te pencher (incliner le buste en baissant la
tête) . Nous avons refusé en lui expliquant la raison de notre refus
conformément aux préceptes de notre religion (l'islam), puis il a accepté
notre prétexte; mais il a dit : à condition que nous inclinions la tête
seulement, et puisque c'est lui (l'entraîneur) qui s'incline le premier;
alors il nous incombe de lui rendre le même geste. Quelle est votre
opinion ?
R3: Il n'est pas permis de s'incliner pour saluer un musulman ou un
mécréant ni par la partie supérieure du corps ni par la tête; car l'inclination
est un geste d'adoration, et l'adoration est réservée à Allah Seul.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La fatwa numéro ( 2378 ) :


Q: On rapporte qu'un jour, le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
est sorti voir un groupe de ses compagnons en s'appuyant sur un bâton,
alors ils se sont mis debout. Il leur ordonna : Ne vous levez pas pour
saluer comme font les non-Arabes, les uns glorifient les autres .
a) Quel est l'avis religieux concernant les étudiants qui se mettent
debout au moment où leurs professeurs entrent en classe? Est-ce
permis ou non?
b) Est-il interdit que les gens se mettent debout les uns pour les autres
dans les séances publiques pour se saluer et serrer la main?
R: La meilleure guidée est celle de Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) et la pire des choses, ce sont les innovations. Et le meilleur des
siècles est celui où vivait le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam);
ensuite les siècles suivants , cela était authentifié par le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam). Dans le contexte de la salutation, lorsque le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) arrivait à l'endroit où se trouvaient
ses compagnons, ils ne se mettaient pas debout pour le saluer car ils
savaient bien qu'il détestait ce geste. Alors le professeur ne doit pas ordonner
ses étudiants de se lever pour lui, et eux aussi ne doivent pas se soumettre
lorsqu'il les ordonne, car il n'y a certainement pas d'obéissance à un
serviteur pour désobéir Le Créateur.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La fatwa numéro ( 2123 ) :


Q: Est-il permis de se mettre debout pour saluer, à titre de vénération,
un hymne national ou un drapeau national?
R: Il n'est pas permis au musulman de se mettre debout pour glorifier un
drapeau national ou un hymne national quelconque, car ce protocole est
l'une des innovations odieuses qui n'existaient pas au temps du Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ni à l'époque des Califes bien-guidés
(Qu'Allah soit satisfait d'eux) .Cette innovation est incompatible avec la
perfection du culte monothéiste indispensable, et la sincérité de vouer une
vénération pure uniquement à d'Allah. Elle est aussi un artifice qui mène au
polythéisme. C'est une sorte d'assimilation aux mécréants, une imitation de
leurs coutumes répugnantes et une conformité avec leur vénération exagérée
pour leurs dignitaires et leurs protocoles. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a interdit (aux musulmans) de s'assimiler à eux ou de les imiter.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 5963 ) :
Q3:Quel est l'avis religieux concernant le salut du drapeau dans l'armée,
le salut militaire adressé aux officiers et le fait de raser la barbe?
R3: Il n'est pas permis de saluer le drapeau, car c'est une innovation
inventée, et le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Celui qui
innovera dans notre religion des choses qui n'en font pas partie, qu'on le lui
rejette. Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim. Quant au salut militaire des
officiers en guise de respect pour leur hiérarchie, ceci est permis. Mais
l'exagération en cela, est interdite, qu'ils soient officiers ou non.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La fatwa numéro ( 6894 ) :


Q: Veuillez m'indiquer l'avis religieux concernant celui qui travaille
dans l'armée égyptienne, un métier qui pour lui, est une source de
subsistance; cependant, les règlements et les codes militaires lui
imposent d'exécuter le salut militaire en signe de glorification comme
font les non-arabes et selon une manière autre que celle qu'Allah et son
Messager nous ont ordonnée. Il nous incombe également de saluer le
drapeau de l'Etat, et les lois que nous appliquons et qui nous arbitrent
sont des lois (codes militaires ) autres que la Charia d'Allah.

R: Il n'est pas permis de saluer le drapeau et il faudrait juger par la charia


de l'islam et recourir à son arbitrage. Le musulman ne doit pas saluer les
leaders ou les supérieurs par les salutations des non-muslmans car les
textes (du Coran et de la Sunna) affirment l'interdiction de s'assimiler ou
d'imiter les mécréants; de plus, cette imitation constitue une exagération
effrénée dans leur glorification.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
Les Roqyas et les amulettes

les Roqyas
La question 2 de la Fatwa numéro ( 143 ) :
Q2: Si un homme, souffrant d'un mal quelconque, demande qu'on lui
fasse une Roqya. On lui écrit sur un papier quelques versets coraniques
et on lui dit de tremper ce papier dans de l'eau et d'en boire. Est-ce
licite?
R2: Nous avons déjà émis une fatwa, à partir de Dâr Al-'Iftâ' (organisme
chargé de délivrer les fatwas), pour une question semblable, dont voici le
contenu: "Ecrire quelques versets du Coran, sur un verre ou sur une feuille,
boire de l'eau dans le verre lavé ou l'eau où la feuille a été trempée, tout cela
est permis, conformément au sens général cité par les Propos Divins: Nous
faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour
les croyants. En effet, le Coran constitue un remède spirituel et physique,
conformément au Hadithrapporté par Al-Hâkim dans (Al-Mostadrak) et Ibn
Mâdja dans (As-Sounan) “Pratiques cultuelles constantes du Prophète”selon
Ibn Mas`ûd que la satisfaction d'Allah soit sur lui, que le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Je vous recommande les deux remèdes: le
miel et le Coran et cequ'est rapporté par Ibn Mâdja selon `Alî (que la
satisfaction d'Allah soit sur lui), que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a dit: Le Coran est le meilleur des remèdes De même, Ibn As-Sonnî
a rapporté, selon Ibn 'Abbâs (que la satisfaction d'Allah soit sur eux): Pour
la femme en accouchement difficile, prenez un récipient propre, et inscrivez
dessus les versets coraniques suivants: Le jour où ils verront ce qui leur est
promis, il leur semblera qu'... et le verset Le jour où ils la verront, il leur
semblera n'avoir demeuré qu'un soir ou un matin. et le verset Dans leurs
récits il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. puis lavez-
le, ensuite, dans ce même verre, donnez à boire à la femme, puis mouillez
avec de l'eau son ventre et son visage.
De même,d'après Ibn Al-Qayîm indique dans (Zâd Al-Ma`âd), Al-Khallâl a dit:
`Abd-Allah ibn 'Ahmad m'a raconté que son père écrivait, sur une coupe ou
sur un objet propre des versets coraniques, aux femmes lorsque leur
accouchement est difficile, il inscrit ce qui est mentionné par le Hadith relaté
par Ibn `Abbâs (que la satisfaction d'Allah soit sur eux,): Il n'y a aucune
divinité à part Allah, l'Indulgent, le Généreux, Gloire à Allah, le Maître du
Trône, le Magnifique Louange à Allah, Seigneur de l‟univers. Le jour où ils
verront ce qui leur est promis, il leur semblera qu'ils n'étaient restés (sur
terre) qu'une heure d'un jour. Voilà une communication. Le jour où ils la
verront, il leur semblera n‟avoir demeuré qu‟un soir ou un matin. De même,
Al-Khallâl a dit: `Abou Bakr Al-Marwadhî nous a dit que Abou Abdullah avait
rencontré un homme qui lui dit: Abou `Abd-Allah, voudrais-tu nous écrire
quelque chose pour une femme qui est en accouchement difficile, depuis
deux jours. Il lui dit alors: apportez-moi un grand verre et du safran,
ensuite, je l'ai vu écrire pour plusieurs personnes. Ibn Al-Qayîm a dit aussi:
selon un groupe des prédécesseurs, on écrit pour, le patient, des versets
coraniques, ensuite il boit l'eau (après avoir lavé l'objet utilisé). Et, Modjâhid
a dit: il n'y a pas d'inconvénients à écrire des versets coraniques, puis laver
l'objet (sur lequel ils ont été inscrits) pour faire boire l'eau au malade. Il y a
également un hadith semblable à ce dernier, relaté selon Abou Qalâba . C'est
la fin des propos de Ibn Al-Qayîm .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n ibn Al Ghay?n `Afifî

La fatwa numéro ( 446 ) :


Q: La récitation de la sourate Al-'Ikhlâs et des deux sourates
protectrices (Al-Falaq et An-Nâs), et celle d'Al-Fâtiha, pour se faire
soigner, serait-ce licite? Le Messager d’Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) et les premiers musulmans y ont-ils recouru? Nous vous prions
de nous instruire
R: La récitation de la sourate Al-'Ikhlâs et des deux sourates protectrices (Al-
Falaq et An-Nâs), et de la sourate d'Al-Fâtiha, ainsi que les autres sourates
du Coran, dans le but de soigner le malade par la Roqya était approuvée par
le Messager d‟Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Il récitait lui-même ces
invocations et le permettait à ses compagnons. Al-Boukhârî et Mouslim
rapportent dans deux Sahîhs,par Mo`amir selon Az-Zahrî selon `Orwâ selon
`A'îcha (que la satisfaction d‟Allah soit sur elle), que le Messager d‟Allah
avait l‟habitude de souffler sur son propre corps, pendant la maladie
précédant sa mort, en récitant la sourate Al-'Ikhlâs (le monothéisme pur) et
les deux sourates protectrices ( Al-Falaq et An-Nâs). Et, lorsqu'il était devenu
plus faible, je soufflais sur son corps en récitant les mêmes sourates, puis je
prenais ses mains, et les faisais passer sur tout son corps, pour leur
bénédiction Mo`amir a dit: J‟ai donc demandé à Az-Zahrî comment soufflait-
il? Il répondit: “Il soufflait dans ses mains, puis les faisait passer sur son
visage”. . Al-Boukhârî a également relaté, selon Abou Sa`id Al-Khodrî, ,
(qu'Allah soit satisfait de lui) Pendant que certains compagnons du
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) passaient par l'une des tribus
arabes, celle-ci refusa de les recevoir. Et lorsque le chef de la tribu arabe fut
piqué, on demanda aux compagnons du Prophète un remède ou une
personne qui soigne par le Coran, ils leur dirent : "Vous refusez de nous
offrir votre hospitalité, nous vous aidons à condition que vous nous donniez
quelque chose". Alors les gens de la tribu promirent de leur offrir un
troupeau de moutons. Un des compagnons récita la sourate " Al-Fâtiha ",
accumula de la salive et souffla. Ainsi, le chef guérit. Les habitants leur
offrirent les moutons, mais les compagnons dirent: "On ne peut accepter cela
jusqu'à ce que nous demandons l'avis du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam)." Ils consultèrent le Prophète qui sourit et dit : "Et qui est ce qui
vous a dit que c'est une Roqya, prenez les moutons et réservez m'en une
part". Donc, au premier hadith, le Prophète a lu les sourates désignées ci-
dessus, pour se soigner pendant sa maladie, et, au deuxième hadith, il a
approuvé que les compagnons lisent la sourate Al-Fâtiha, en guise de Roqya.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd Al-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Sulymân ibn Mani` Rahm?n ibn Al Ghay?n `Afifî

La première question de la Fatwa numéro ( 1257 ) :


Q1: Certains savants écrivent les versets du Coran sur des plaques
noires et lavent l'écriture par l'eau et en boivent dans le but d'acquérir
une science ou gagner de l'argent ou se guérir, etc. Ils écrivent
également sur une feuille qu'ils suspendent au cou pour se protéger.
Est-ce permis ou prohibé?
R1: Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a permis la Roqya par le
Coran, les évocations, et les invocations tant qu‟elle ne comporte pas des
rites polythéistes et ne contient pas des propos incompréhensibles, commeil
a été rapporté par Mouslim dans son Sahîh par `Awf ibn Mâlik qui a dit : A
l'époque préislamique, nous pratiquions certaines formes d'exorcisme. Un
jour, nous sommes venus dire au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):
"O Messager d'Allah, qu'est ce que vous en pensez? ". Il a dit :"Il n'y a aucun
mal à cela tant que vos Roqyas ne contiennent pas des rites ou propos
polythéistes .
L'ensemble des savants ont permis la Roqya, si elle est pratiquée comme on
a évoqué ci-dessus et si on croit que c'est juste un moyen qui n'a de l'effet
que grâce à la volonté d'Allah, l'Exalté. Quant à suspendre un objet au cou,
ou l'accrocher à un des organes du corps, à part le Coran, tout le reste est
prohibé; c'est même un acte de polythéisme, commea dit l'Imam 'Ahmad
dans son Mosnad, dans un hadith de `Imrân ibn Husayn (que la satisfaction
d'Allah soit sur lui) Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) vit un
homme portant un bracelet en cuivre, il lui dit : "Pourquoi tu portes ce
bracelet?". Il répondit: "A cause de la fatigue". Le Prophète lui ordonna :
"Enlève-le, car il ne fait qu'accroître ta fatigue. Si tu meurs en portant ce
bracelet, tu ne réussiras point". Et ce qu'a été rapporté par `Oqbâ ibn `Amir
selon Prophète, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Il a dit: Qu'Allah ne mène
jamais à bon terme les affaires de quiconque porte une amulette. Qu'Allah
n'accorde jamais Sa protection à quiconque porte une amulette en forme de
coquillage et dans unetransmission de 'Ahmad aussi Celui qui porte une
amulette, commet un acte de polythéisme et cequ'a rapporté 'Ahmad et
'Abou Dâwoud par Ibn Mas`oud (Qu'Allah soit satisfait de lui), qui a dit: J'ai
entendu le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dire: Certes,
l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch. en
forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font
partie du polythéisme .
Même si ce qui est accroché, étaient des versets coraniques, ce serait
prohibé aussi, pour 3 raisons: La première: La plupart des hadiths selon le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) prohibent de porter des amulettes.
La deuxième: Oter tout prétexte inventé. La troisième: Tout ce qui est
suspendu peut être exposé à l'humiliation en allant aux toilettes, en faisant
la toilette intime, et en ayant des relations conjugales...etc.
Quant à écrire une sourate ou quelques versets coraniques sur une plaque,
un plat ou une feuille, laver ces derniers avec de l'eau ou avec du safran ou
autre, et boire de l'eau résultant du lavage afin de se procurer la bénédiction
ou acquérir du savoir ou gagner de l'argent, ou avoir une bonne santé. Rien
ne prouve que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ait fait cela, ni ses
compagnons. De même, il n‟a pas permis à sa 'Omma de le faire, bien que les
motifs soient réunis. D‟autre part, selon nos connaissances, il n‟y a aucune
trace authentique des compagnons, que la satisfaction d'Allah soit sur eux,
qui indique qu‟ils aient fait des choses semblables ou donné la permission de
le faire. De ce fait, il est prioritaire de renoncer à ce genre d'actes, et se
contenter de réciter les invocations prescrites par la législation islamique qui
sont les verstes coraniques, les plus beaux noms d‟Allah, et les invocations
et implorations vérifiées du Prophète, et autres, dont la signification est bien
connue, et qui ne contiennent aucune suspicion de polythéisme. Il faut
également se rapprocher d‟Allah par les actions qu'il a prescrites, en
espérant qu‟il nous pardonne, mette fin à nos malheurs, et nous donne le
savoir bénéfique. Ceci serait bien suffisant. Et, quiconque se suffit de suivre
les prescriptions divines, inscrites dans la législation islamique, Allah le
satisfera.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abd Al-Allah `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
ibn Mani' Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 4 de la Fatwa numéro ( 2392 ) :


Q.: Quel est l’avis religieux en ce qui concerne la recherche du remède
dans le Coran, et l'utilisation de ses sourates comme Roqya, et
concernant les amulettes faites avec les versets coraniques?
R4: Premièrement: Il est permis de se soigner par le Coran, selon les
hadiths authentiques indiqués dansles deux Sahîhs,dont le hadith de Abou
Sa`îd Al-Khodrî qui a dit: Un groupe de Compagnons de l'Envoyé d'Allah
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) étaient en voyage. Arrivés dans une tribu
arabe, ils demandèrent l'hospitalité qui leur fut refusée. Puis, ils leurs dirent:
"Y a-t-il parmi vous qui sait exorciser? Car le chef de cette tribu fut piqué, -
ou blessé". Un des Compagnons répondit: "Oui, je peux l'exorciser". Cet
homme alla voir le chef et récita alors Louange à Allah, Seigneur de
l‟univers. Le malade guérit et donna à l'homme un troupeau de moutons
comme rétribution. Mais le Compagnon dit qu'ils n'y toucheraient pas avant
de consulter l'Envoyé d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Il vint trouver le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et lui fit part de ce qui s'était passé:
"O Envoyé d'Allah! Par Dieu, je n'ai fait que réciter sur le malade la sourate
Al-Fâtiha". Le Prophète sourit et répondit: "Qui t'a appris que c‟est un
exorcisme?", puis il lui dit: "Prenez les moutons et m'en réservez une part".
Ce hadith confirme qu'il est licite de se faire soigner par le Coran.
Deuxièmement: : Tandis que pour le port des amulettes, c‟est interdit selon
la majorité des savants, et ce parce que la plupart des hadiths interdisent le
port de amulettes afin d‟éliminer tout prétexte inventé.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
Membre Président
`Abd-Allah ibn Qa`oud Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn Baz

La fatwa numéro ( 2734 ) :


Q: Je m'occupe du conseil et de l'orientation, à Tabouk, car je suis
Imam de l'une de ses mosquées. Je guide les gens dans la prière du
vendredi et les prières collectives. J’ai créé une bibliothèque qui
renferme un grand nombre de livres de valeur sur la Tradition
prophétique. D'autre part, je donne des leçons de religion à la même
mosquée, sur les hadiths, la jurisprudence islamique, le monothéisme
et l'exégèse. Je guéris les malades par les invocations islamiques
(Roqya) authentiques et transmises selon le Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) dans les hadiths authentiques; telles que la
Roqya qu'il pratiquait avec sa famille et ses compagnons; ainsi que la
Roqya que lui a fait l'Ange Gabriel. Je ne fais rien en dehors de ces
hadiths, et vous savez bien que la Roqya est confirmée par la Sunna.
J'utilise plus fréquemment la Roqya indiquée dans le livre du Cheikh de
l'Islam intitulé ('Idhâh Ad-Dalâla fi `omoum Ar-Risâla) "Clarification des
preuves dans l'ensemble du Message", ainsi que ses nombreuses œuvres
connues. Je lis également ce qui a été mentionné par les livres de Ibn
Al-Qayîm dont: "Zâd Al-Ma'âd". Je ne vous cacherais pas que je suis
payé pour faire la Roqya. Je me réfère, dans cette question, au hadith
rapporté dans les deux Sahîhs. Selon Abou Sa`îd Al-Khodrî qui justifie
la permission de faire la Roqya et d'en recevoir une rétribution.
D'ailleurs vous connaissez bien ce hadith. Ce qui me pousse à recevoir
un payement en échange de ce service, c'est que je voudrais me suffire
à moi même, sans demander l'aumône aux gens. Je suis aveugle, ma
situation familiale est difficile, en plus, je n'ai pas un travail fixe. Je
prends ce salaire parce que je sais que c'est licite, mais certains
ignorants protestent en prétendant que c'est illicite, sans me donner
aucune preuve qui l'atteste. C'est pourquoi j'implore Allah et vous prie
de me donner une fatwa, en m'indiquant ce qu'il faut faire, pour que je
sois clairvoyant, et pour convaincre ceux qui protestent par ignorance.
Si vous trouvez que ce que je fais est une mauvaise action, je vous prie
de me donner une fatwa convaincante. Soyez certain que, je ne
contredirai jamais votre opinion.
R: Si le cas est tel que vous l'avez indiqué, que vous guérissez les malades
par le recours à la ruqya licite, que vous n'avez utilisé que les invocations
pertinentes transmises par le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) et que vous êtes soucieux de consulter les avis mentionnés dans les
livres connus du savant Ibn Taymiyya que la miséricorde soit sur lui, à cet
égard, en plus de Ibn Qayîm Al-Djawziyya (qu'Allah soit satisfait de lui), dans
son livre "Zâd Al-Ma'âd", ainsi que les livres des gens de la Sunna et du
consensus . Donc, votre œuvre est autorisée, et sera rétribuée si Allah le
veux. Il n'y a pas d'inconvénient que vous soyez rémunéré en échange, et
cela, conformément au hadith de Abou Sa`îd Al-Khodrî (qu'Allah soit satisfait
de lui), que vous avez indiqué. Nous invoquons Allah de vous rétribuer pour
les bonnes actions que vous avez mentionnées, dont le fait de guider les
gens, et de les éduquer, en plus de la prière collective que vous guidez, et la
bibliothèque qui contient des livres de valeur écrits par les gens de la Sunna
et du consensus .
Nous invoquons Allah aussi de vous rétribuer pour les bonnes actions que
vous avez faites pour vos frères, de vous aider à en faire davantage, et de
vous satisfaire par Ses dons, pour que vous n'ayez plus besoin de tendre la
main aux gens, car Allah est -Gloire à Lui- est Tout proche et répond aux
invocations.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La question 4 de la Fatwa numéro ( 4086 ) :


Q4: Est-il permis de lire le Coran pour un malade pour la satisfaction
d'Allah, gratuitement ou en échange d'argent?
R4: Si l'objectif est de protéger le malade en lui faisant une ruqya, par le
Coran, ceci est autorisé, d‟ailleurs, c'est préférable, conformément aux
paroles du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui a dit: Celui qui se
trouve capable d'aider son frère qu'il le fasse alors Le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a en effet recouru à ces invocations ainsi que ses
compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux). Il est prioritaire de le faire
gratuitement, mais, on peut également en demander une rémunération,
puisque cet acte s'est révélé confirmée par la Sunna. Si l'objectif est de
laisser la rétribution au malade, il ne faut donc pas le faire, puisque aucune
preuve dans la charia ne l'atteste. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a dit à cet égard: Celui qui innovera dans notre religion des choses
qui n'en font pas partie, qu'on le lui rejette. Hadith approuvé par Al-
Boukhârî et Mouslim
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz

La Fatwa numéro ( 6773 ) :


Q: Dans le pays où je réside, il y a de nombreux Cheikhs. Lorsque
quelqu'un tombe malade, on le prend chez eux pour qu'on lui lise
quelques versets coraniques. Puis on dit d'apporter un agneau, un
taureau ou une chamelle, ou toute autre bête à sacrifier. Au cours de
l'année, les gens dépensent beaucoup d'argent pour se rendre chez ces
Cheikhs. Ceci serait-il prohibé par notre religion?
R: Faire la Roqya pour les malades, par la récitation du Coran, des
évocations et des invocations prophétiques qui furent transmises du
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est autorisée. Mais, le fait de
se rendre chez les cheikhs que vous avez mentionnés, pour qu'ils lisent
quelques versets du Coran, en plus des sacrifices, tout ceci n'est pas
autorisé, puisqu'il constitue une sorte de Roqya innovée, et une usure illicite
de l'argent des gens. Cela risque d'être du polythéisme si le sacrifice est fait
pour les djinns ou les morts ou autres; pour repousser un malheur ou
apporter un bien.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 6779 ) :
Q3: Quel est le jugement concernant l'inscription de quelques versets
du Coran et de boire l'eau de la Roqya parce que j'ai vu des gens qui
font cela actuellement?
R3: Cela n'a pas été confirmé par le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
ni par ses califes bien-guidés ni par aucun des compagnons (que la
satisfaction soit sur eux) alors ne pas le faire est préférable, et c'est Allah qui
détient le savoir.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La fatwa numéro ( 7323 ) :
Q: Au `Eîd Al-Fittr de l'année 1403 de l'hégire, je me suis marié avec
une jeune fille analphabète, orpheline de mère. Au début du mois de
Dhoul Hidja, elle a été touchée par une maladie psychologique
consistant à pleurer et sangloter et parfois elle va jusqu'à crier et
lamenter à très haute voix. Son père l'a emmenée alors chez lui et lui a
apporté un devin pour la soigner. Ce dernier utilisait des fumées fétides
et a ordonné de l'emprisonner tout au long du mois de Moharram dans
une chambre sombre, une méthode appelée "traitement voilé" et cela a
était fait sans prendre ma permission. Elle est guérie et elle est restée
chez sa famille les mois de Safar et Rabî` I et elle est revenue à notre
maison au début de Rabî` II. Dès son retour, la maladie est revenue et
maintenant je la fait suivre par un spécialiste en psychologie qui l'a
soigne par le Coran et les invocations transmises et d'autres
traitements. Cependant, sa famille n'est pas convaincue et veulent
qu'elle aille chez ce devin et m'ont interdit de lui lire le Coran quand
elle est en crise, parce que le devin leur a dit que j'était la raison de la
décadence de sa maladie; sachant que je lui lisait les deux sourates
protectrices "Al-Falaq" et "An-Nâs" et "le verset du Trône". Alors qu'est
ce je dois faire si son père l'emmène chez un autre devin? Guidez-moi
au plutôt possible.
R: Tu as bien agit en la soignant par la lecture du Coran et par les
invocations du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) mais il est interdit de
la laisser toute seule avec un étranger qui lui fait la ruqya et c'est prohibé
qu'elle découvre ses parties génitales devant lui ou qu‟il la touche. De
préférence que tu t'occupes personnellement (ou l'un de ses proches) de son
traitement et que tu l'emmène aussi à l'hôpital, ou chez le psychologue qui
est spécialiste en la matière.
En ce qui concerne le fait de l'emmener chez les devins, c'est interdit par la
parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Quiconque va voir un
devin et lui pose des questions sur une affaire quelconque, se verra refuser
sa prière pendant quarante jours rapporté par Mouslim dans son Sahîhet
aussi le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Quiconque va voir un
devin et prête foi à ses propos, il aura nié la révélation descendue sur
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)Qu'Allah aide tout le monde à
suivre le bon chemin et y persister et à délaisser le chemin contraire.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 7804 ) :
Q3: Quel est le jugement concernant les personnes qui lisent le Coran
sur les gens et appellent les djinns, les voient et veillent à ce qu'ils ne
touchent pas la personne sur qui ils lisent le Coran?
R3: La Roqya du musulman pour son frère en lisant le Coran est valable et
le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'a approuvée tant qu‟elle ne soit
pas du polythéisme mais si on utilise les djinns, on les voit et on prend leur
promesse de ne pas toucher la personne pour qui on lit le Coran alors ce
n'est pas permis.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La première question de la Fatwa numéro ( 7919 ) :
Q1: Il y a des invocations qu'on récite pour éloigner le scorpion, d'après
ce qu'on dit, et je l'ai déjà essayé et c'était efficace et son contenu est
(O mon Seigneur, c'est l'exorcisme du scorpion qui est passé aux Juifs
et aux Chrétiens, ensuite il dit: "Qu'est ce qui t'a fait pleurer, O
Messager d'Allah?". Il a répondu:"Une des montures des gens de l'Enfer
qui est le scorpion, sa queue est comme une scie et le haut de sa
poitrine est plus dur qu'une pièce de monnaie". Gabriel l'a abattu, a vidé
son sang et son poison, alors Allah a respiré trois fois. Il dit alors : "Sois
sous la protection d'Allah et préservé sur une Tablette (auprès d'Allah)".
Quel est l'avis religieux concernant cette Roqya, que vous soyez
récompensé par Allah.
R: La Roqya par ce qui est indiqué n'est pas correcte, ce qui est correct est la
récitation du Coran et des invocations prouvées par les hadiths
authentiques, comme la Roqya qu'a fait Abou Sa`îd Al-Khodrî pour le
polythéiste, par la récitation de la sourate "Al-Fâtiha";et il n‟est pas permis
utiliser ce genre de Roqya. On doit plutôt délaisser cette méthode et prévenir
les gens quant à son interdiction.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La fatwa numéro ( 8016 ) :
Q: Quel est l’avis religieux concernant la Roqya faite par le Coran, les
évocations et invocations transmises par le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam)?
R: La Roqya par le Coran, les évocations et les invocations transmises par le
Prophète est autorisée. Elle vise à protéger l'homme, prévenir et repousser ce
qui peut le toucher comme maladies, en récitant le verset du Trône, la
sourate Al-Fâtiha, ainsi que les trois dernières sourates (Al-'Ikhâs, Al-Falaq
et An-Nâs), et O Seigneur des hommes, écarte le mal et délivre-le (de sa
maladie), Tu es le Guérisseur et il n‟y a pas d‟autre guérison en dehors de
celle que Tu accordes. Une guérison qui ne laisse aucune trace de mal et:
qu'Allah vous protège par Ses paroles entières de tous les diables, de toute
bestiole venimeuse et de tout mauvais œil et ainsi de suite.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La fatwa numéro ( 4519 ) :
Q: Une personne appelée (.................) a fait une demande auprès de la
principauté de la région du Riyad pour lui permettre de vendre des
Roqyas et des amulettes au marché, car l'organisme de la promotion de
la vertu et l'interdiction des péchés, a exigé la permission de la
principauté. La demande nous a été adressée. "On vous propose de
donner les permissions nécessaires au requérant après conviction, et de
mettre les règlements qui puissent protéger les citoyens d'être
exploités. Merci de nous faire part de ce que vous en pensez, et de la
possibilité de donner ce genre de permis, à celui qui répond aux
conditions qui seront posées.
R: Il y a déjà une fatwa semblablesur l'avis religieux, quant à l'écriture du
Coran ou des évocations prophétiques, sur une feuille ou sur un plat par
exemple, puis le laver avec de l'eau pour que le malade en boive afin de
guérir. Il n'est pas confirmé que le Prophète ni les Califes bien-guidés ni Les
compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux), avaient recours à ce genre
d'action. Ce qui est bien c'est de suivre les pas du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), de ses califes bien-guidés, et de ses compagnons, que la
satisfaction d'Allah soit sur eux. Voilà le contenu de la "Fatwa": "Le Prophète
a permis la Roqya avec le Coran, les évocations et les invocations tant que ça
n'implique pas rites polythéistes ou des propos incompréhensibles. Car ilest
rapporté par Mouslim dans "Sahîh"que `Awf ibn Mâlik a dit A l'époque
préislamique, nous pratiquions certaines formes d'exorcisme. Un jour, nous
sommes venus dire au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : "O
Messager d'Allah ! Qu'en pensez vous ?". Il a dit : "Il n'y a aucun mal à cela
tant qu'elles ne comportent pas des rites polythéistes." Tous les savants
sont unanimes sur l'autorisation de ce genre de Roqya mentionné ci-dessus,
tout en considérant que rien ne se passe sans la volonté d'Allah. Mais porter
quelques chose au cou ou l'attacher à n'importe quel partie du corps, autre
que les versets du Coran, est prohibé et considéré comme du polythéisme,
d'après ce qu'arapporté l'Imam 'Ahmad dans son Mosnadpar `Imrân ibn
Hossayn (que la satisfaction d'Allah soit sur lui), Le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) vit un homme portant un bracelet en cuivre, il lui dit :
"Pourquoi tu portes ce bracelet?". Il répondit: "A cause de la fatigue". Le
Prophète lui ordonna : "Enlève-le, car il ne fait qu'accroître ta fatigue. Si tu
meurs en portant ce bracelet, tu ne réussiras point". et ce qu'a rapporté
`Oqba ibn Amir que le Prophète, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), a dit:
Qu'Allah ne mène jamais à bon terme les affaires de quiconque porte une
amulette. Qu'Allah n'accorde jamais Sa protection à quiconque porte une
amulette en forme de coquillage et dans la version de 'Ahmad aussi: Celui
qui porte une amulette, commet un acte de polythéisme et cequ'a rapporté
'Ahmad et 'Abou Dâwoud par Ibn Mas`oud (que la satisfaction soit sur lui) ,
qui a dit:"J'ai entendu le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
dire: Certes, l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-
Towala", qqch. en forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de
son mari) font partie du polythéisme même si ce qu'on porte sont des
versets coraniques, c'est toujours prohibé pour 3 raisons:
Premièrement : L'ensemble des hadiths prophétiques affirmant la
prohibition de porter des talismans ou des amulettes.
Deuxièmement: Dans le but d'ôter tout prétexte inventé
Troisièmement: Tout ce qu'on attache au corps peut être exposé à
l'humiliation, en le gardant en cas de passage aux toilettes, de nettoyage
intime et pendant les rapports sexuels... etc
Concernant le fait d‟écrire la sourate ou les versets Coraniques sur une
plaque, un plat ou une feuille et les laver avec de l'eau, du safran ou autre,
puis boire cette eau, à la recherche de la bénédiction, de la science, des
moyens de subsistance ou de la santé... etc. Il n'y a aucune confirmation que
le Prophète a fait ceci ou qu'il l'a approuvé, ni ses compagnons (que la
satisfaction d'Allah soit sur eux). Il est préférable donc de délaisser ceci et de
se contenter de ce qui est confirmé par la charia qu'est la Roqya avec le
Coran, les plus Beaux Noms d'Allah, les évocations et les invocations
prophétiques, ayant un sens clair, tout en étant loin du polythéisme, à la
recherche de l'agrément et de la récompense d'Allah par ce qu'Il a
recommandé, et dans l'espoir qu'Il soulagera nos maux, et nous accordera la
science utile et valable. Cela est bien suffisant et celui qui se suffit de ce
qu'Allah a recommandé, Allah le satisfera certainement. C'est Allah qui guide
nos pas.
Il ne faut donc, pas donner à la personne en question une permission pour
vendre les Roqyas et les amulettes, au contraire, il faut prohiber ce genre de
ventes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La question 4 de la Fatwa numéro ( 8693 ) :
Q4: Quel est le traitement légal pour celui qui est touché par un djinn?
R4: Faire une Roqya par la récitation du Coran et les évocations
authentiques rapportées du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et lire le
livre "Al-Kalam At-Tayyîb" d'Ibn Taymiyya, le livre "Al-'Adhkâr" d'An-
Nawwawî et le livre "Al-Wâbil As-Sayb" d'Ibn Al-Qayîm; et tu trouveras ce
que tu recherches.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La question 1 et 2 de la Fatwa numéro ( 9120 ) :
Q1: Est-il permis pour le musulman de se soigner par n'importe quel
genre de Roqya?
R1: C'est permis de faire la Roqya si elle ne comporte pas de rites
polythéistes, comme les sourates et les versets du Coran, ainsi que les
évocations rapportées par le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et c'est
prohibé si ceci relève du polythéisme comme le fait de soigner un malade en
marmonnant les noms des djinns ou de gens pieux ou des propos
incompréhensibles, car on craint que ce soit du polythéisme, étant donné la
parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Il n'y a aucun mal à
faire des Roqyas tant qu'elles ne comportent pas des rites ou des propos
polythéistes rapporté par Mouslim .
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
Q2: Est-il permis qu'un musulman prie Allah avec Ses Noms Divins pour
guérir les maladies?
R2: C'est permis car Allah dit: C'est à Allah qu'appartiennent les noms les
plus beaux. Invoquez-Le par ces noms et le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), quand il a fait la Roqya pour guérir les gens, en disant: O Seigneur
des hommes, écarte le mal et délivre-le (de sa maladie), Tu es le Guérisseur
et il n‟y a pas d‟autre guérison en dehors de celle que Tu accordes. Une
guérison qui ne laisse aucune trace de mal . .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La première question de la Fatwa numéro ( 9440 ) :
Q1: Quel est l'avis religieux au sujet du recours au Saîd (la personne qui
exorcise par la Roqya) en cas d'extrême souffrance, on n'a pas trouvé de
traitement pour un malade, et le Saîd a déjà guéri plusieurs cas
identiques grâce à l'ordre d'Allah et on croit infiniment qu'Allah est le
Seul Guérisseur. Certains n'ont pas apprécié cela tandis que nous, on
croit que le Sayed n'est qu'une cause tout comme le médecin. Alors
quelle est votre opinion?
R1: Il est permis pour le malade de se soigner de sa maladie par tous les
traitements possibles et valables, par la Roqya (l'exorcisme) légale, et les
évocations prescrites, mais il est prohibé d'aller voir des prêtres ou des
charlatans qui prétendent savoir l'inconnu et prescrivent des talismans et
des exorcismes polythéistes même s'ils sont parmi ceux qu'on appelle "Saîd".
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Baz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 7324 ) :
Q2: Un homme qui était gravement malade est allé voir tous les
médecins mais il n'a pas été guéri par ces docteurs. Il est allé après cela
à un homme, en suppliant, implorant et recherchant la bénédiction
auprès des tombes. Allah l'a guéri par ce polythéiste. Est-ce que le fait
d'aller chez cet homme est permis en considérant qu'il est allé plusieurs
fois. Les gens ont été influencés et ont vraiment cru que cette personne
pourrait guérir les gens avec ses pratiques polythéistes, qu'Allah nous
préserve, alors quel est le jugement par rapport à cette question?
R2: : Il est prohibé d'aller chez quelqu'un qui pratique des rites polythéistes
en priant les morts dans leurs tombes et leur demandant secours en
espérant guérir grâce à ses prières et son exorcisme. Même si quelques uns
sont guéris, il se peut que cela soit une simple coïncidence avec le destin
alors on croit que c'est grâce au polythéiste et peut être la maladie est
provoquée par le diable, alors il pousse le malade à recourir à ces
associateurs et dès que le malade va chez eux, le diable le laisse tranquille.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La première question de la Fatwa numéro ( 9645 ) :
Q1: Certaines personnes chez nous font sortir le djinn du malade en
lisant des versets coraniques et prétendent que lors du traitement d'un
malade, Gabriel (`Alaihi As-Sallâm) est descendu du ciel et les a aidé à
faire sortir le djinn ce qui a causé des différends et des divisions entre
les gens, alors veuillez nous clarifiez sur ce fait et est ce que Gabriel
(`Alaihi As-Sallâm) peut descendre après le Messager d'Allah (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) soit pour les aider comme ils ont prétendu ou pour
autre chose?
R1: C'est permis de soigner un malade touché par le djinn en lisant des
versets coraniques ou par une ou plusieurs sourates, du fait que la Roqya
(l'exorcisme) par le Coran est approuvée par la Charia, mais en ce qui
concerne la descente de Gabriel on n'en a aucune source qui l'affirme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn Abd Al- Aziz Ibn Abdallah Ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Baz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 4798 ) :
Q3: Quel est l'avis religieux concernant l'exorcisme et les amulettes si
c'est fait par le Coran? Quel est le jugement sur celui qui porte sur lui
le livre "Al-Hissn Al-Hassîyn" ou le livre "Hirz Al-Djawchan" ou "As-Saba`
Al-`Oqoud As-Soulaymâniyya"? Est-il vrai ce qu'on dit de ces livres,
qu'ils protègent du mauvais œil et de l'envie.. etc. On dit aussi qu'ils
contiennent des versets coraniques seulement comme les deux sourates
"Al-Falaq" et "An-Nas" et le verset du Trône? Est ce que la lecture de ces
livres suffit pour nous sauvegarder sans les porter avec nous?

R3 : L'effet du mauvais œil

La fatwa numéro ( 3624 ) :


Q: L'effet du djinn sur les humains ou vise versa et l'effet du mauvais
œil de l'envieux envers l'envié .
R: L'effet du djinn sur les humains ou vise versa et l'effet du mauvais œil de
l'envieux envers l'envié tout cela est réel et connu mais tout est sous la
permission du destin d'Allah non sa permission légitime mais concernant
l'effet du mauvais œil du envieux envers l'envie alors c'est actuellement
approuve et effective entre les gens et le Prophète Mohammad (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a assuré, disant: Le mauvais œil est une vérité, s'il y a
une chose qui devance la prédestination, ce serait le mauvais œil Il a aussi
dit Pas d'exorcisme que pour se protéger contre le mauvaise œil ou se guérir
de la fièvre. Il y a plusieurs hadiths dans ce sens on demande à Allah la
santé et de se tenir bon au juste
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

Ce qui est permis c'est la Roqya (l'exorcisme) par le Coran et par les
évocations et par tout ce qui n'est pas polythéisme et tout ce qui n'est pas
interdit comme évocation.
mais considérer les livres "Al-Hissn Al-Hassîyn" ou "Hirz Al-Djawchan" ou
"As-Saba' Al-`Oqoud As-Soulaymâniyya" comme des talismans est interdit.
Concernant la lecture du "verset du trône" avant de dormir c'est bénéfique et
lire aussi les sourates "Al-'Ikhlâs" "Al-Falaq" et "An-Nâs", est aussi profitable.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq Abd Al- Aziz Ibn
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Abdallah Ibn Baz
La première question de la Fatwa numéro ( 6387 ) :
Q1: Est-ce que le mauvais œil est réel? Le Très Glorieux a dit : et
contre le mal de l’envieux quand il envie». . Le hadith suivant attribué
au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), C'est le mauvais œil qui a
causé la mort du tiers de ceux qui existent dans les tombes est-il
authentique? Lorsque la personne atteinte connaît son envieux, que
doit-il faire ou dire? Est-ce que le reste de l'eau utilisée par l'envieux
pour se laver est utile pour la guérison de la victime? La personne
atteinte doit-elle en boire ou l'utiliser pour se laver ?
R: L'appellation "mauvais œil" vient du fait que l'envieux utilise son œil pour
envoûter quelqu'un. Ainsi, l'envieux voit chez quelqu'un quelque chose qui
lui plaît. Puis, sa mauvaise âme éprouve un sentiment nuisible qui peut
causer du mal aux autres et lance alors des rayons venimeux qui affectent la
personne enviée, avec la volonté d'Allah. C'est pourquoi le Tout-Puissant a
ordonné au Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), de se
réfugier auprès de Lui contre le mal de l'envieux conformément à ce verset
coranique: et contre le mal de l‟envieux quand il envie». Tout auteur d'un
mauvais œil est envieux, mais tout homme envieux n'est pas forcément
auteur d'un mauvais œil Comme le terme «envieux» renferme une notion
générique, demander la protection d'Allah contre tout homme envieux c'est
demander donc refuge auprès de Lui contre tout auteur d'un mauvais œil Ce
mauvais œil se produit par des rayons venimeux lancés par la mauvaise âme
de l'envieux à travers ses yeux en direction de l'envié. Certains de ces rayons
peuvent atteindre la personne visée, d'autres non. Ils peuvent lui causer du
mal lorsqu'elle est fragile, c'est-à-dire lorsqu'elle n'est pas protégée par les
invocations et les exaltations du Seigneur. Mais quand ces rayons visent une
personne qui invoque son Seigneur constamment, ils ne peuvent point lui
causer du tort et pourraient même se retourner contre leur auteur. (Extraits
de "Zâd Al-Ma`âd, avec adaptation).Les hadiths prophétiques confirmant
l'existence réelle du mauvais œil sont nombreux.
A ce propos, `A'îcha (qu'Allah soit satisfait d'elle), rapporte: Le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) m'ordonnait de pratiquer la Rokya pour me
protéger contre le mauvaise œil Rapporté dans les deux Sahîhs. Selon un
hadith rapporté par Mouslim , 'Ahmad et At-Tirmidhî , qui l'a authentifié,
d'après Ibn `Abbâs (qu'Allah soit satisfait de lui), le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit: Le mauvais œil est une vérité, s'il y a une chose
qui devance la prédestination, ce serait le mauvais œil Et si on vous ordonne
de laver le récepteur de l'envie, lave-le L'imâm 'Ahmad et At-Tirmidhî ont
rapporté un hadith, selon lequel 'Asmâ' Bint `Omays a dit: O Prophète
d'Allah! Banou Dja'far est souvent atteinte par le mauvais œil Pourrons-nous
les exorciser? Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) répondit: "Oui, s'il
y avait quelque chose qui dépasserait la prédestination (Al-Qadar), ce serait
le mauvais œil .Aussi, 'Abou Dâwoud rapporte que `A'îcha, (qu'Allah soit
satisfait d'elle), a dit: On commandait l'envieux de faire l'ablution, puis on
lave l'homme touché par le mauvais œil par l'eau de l'ablution De même,
l'imâm 'Ahmad , Mâlik , An-Nassâ'î et Ibn Hibbân qui l'a authentifié d'après
Sahl ibn Honaîf : Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fut mis en
route en compagnie en direction de la Mecque et lorsqu'ils arrivèrent au
défilé dit Al-Khirâr à Al-Djohfa; Sahl ibn Honaîf - qui fut un homme blanc,
fort et beau - se mit à se laver, 'Amir ibn Rabî'a lui adressa "un regard
envieux", en disant : Je ne vis jamais un corps pareil, alors Sahl tomba.
Lorsque le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) vint, on lui dit : "Pouvez-
vous sauver Sahl?". Il leur demanda : "Vous soupçonnez quelqu'un Ils
répondirent : 'Amir ibn Rabî'a lui adressa "un regard envieux". le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), furieux, convoqua 'Amir et s'exclama :
"Pourquoi l'un de vous tue son frère! Lorsque vous voyez ce qu'il te plaît prie
Allah de le bénir". Ensuite, il lui ordonna de laver Sahl, alors il lava son
visage, ses mains, les avant-bras, ses genoux et les extrémités de ses pieds
et les sous vêtements dans un pot puis il fît couler l'eau sur la tête et le dos
de Sahl, puis il renverse le pot, 'Amir exécuta l'ordre, alors, Sahl, guéri, se
leva et marcha avec compagnons .
En fait, les savants musulmans s'accordent sur l'existence réelle du mauvais
œil vu les nombreux hadiths prophétiques sur ce sujet et la réalité qui le
confirme. En ce qui concerne le hadîth mentionné par vous Le tiers des
morts (des habitants des cimetières) furent victimes du mauvais œil il n'a
aucune authenticité, à notre connaissance, dans la Sunna. Toutefois,
l'auteur de "Nayl Al-'Awttâr" a indiqué que Al-Bazzâr a rapporté avec une
chaîne de transmission authentique, d'après Djâbir, qu'Allah soit satisfait de
lui, que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Beaucoup de
musulmans meurt d'après la prédestination d'Allah et à cause de l'envie Le
musulman doit donc se protéger contre le mal des diables, des djinns ainsi
que le mal émanant des hommes. Pour ce faire, il doit renforcer sa foi en
Allah, s'en remettre complètement à Lui et L'invoquer constamment. De
plus, il doit pratiquer les formules prophétiques de protection d'une manière
permanente et citer souvent les deux sourates de protectrices (Al-Falaq et
An-Nâs), dites "Al-Mo`wadhatîn"; ainsi que la sourate Al-'Ikhlâs et le verset
d'Al-Koursî (Le verset du Trône). On peut aussi prononcer les invocations et
formules de protection suivantes : Je me protège (trois fois) à l'aide de la
Parole divine la plus parfaite contre Ses créatures nuisibles Et La parole
d'Allah la plus parfaite m'en garde contre Sa colère, Son châtiment, Ses
créatures nuisibles et contre l'insinuation perfide des diables et de leur
présence De même, dans Sa Parole Divine: "Allah me suffit. Il n'y a de
divinité que Lui. En Lui je place ma confiance; et Il est le Seigneur du Trône
immense". Il y a bien entendu, beaucoup d'autres invocations authentiques
que le musulman peut pratiquer quotidiennement, et c'est ce qu'a voulu dire
Ibn Al-Qayîm, au début de la réponse; lorsqu'on est certain ou plus ou
moins certain de l'envieux, on doit lui demander de se laver en faveur de la
personne atteinte. Ainsi on lui apporte de l'eau dans un grand récipient où il
doit faire ses ablutions en se lavant la bouche, le visage, les mains, les pieds
et les genoux (en lavant le genou droite avec la main gauche et le genou
gauche avec la main droite), et en s'aspergeant à l'intérieur de ses habits.
Puis, l'envieux verse l'eau qu'il aura utilisée sur la tête de la victime par son
dos et le malade sera guéri, par la grâce d'Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 4393 ) :
Q2: Est-il permit de s'encenser à l'aide des herbes naturels ou par des
feuilles pour prévenir le mauvais œil?
R2: Il n‟est pas permis de se soigner de l'œil par les façons qui ont été
indiquées parce que ce ne sont pas des vraies façons pour le soigner et peut-
être l‟odeur de l'encens satisfait les djinns et les diables et les appelle pour
les aider pour guérir. Le remède par la Roqya est ce qui est approuve par les
hadiths authentiques.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 11308 ) :
Q: Je sens parfois une dureté dans mon cœur et d'autrefois je sens du
mal comme le polythéisme caché ou bien la jalousie de quelques
personnes alors quel est le traitement spécifique que je dois exhorter et
méditer beaucoup l'invocation du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam): O mon Seigneur ! Eloignez-moi de Vous attribuer
consciemment des associés ! Et pardonnez-moi ce que je fais par
méconnaissance ! et l'invocation pour les personnes dont je me sens
jaloux d'eux pour effacer mes fautes alors y-a-t il un autre traitement
qui pourrait me soigner?
R: Tu dois te rappeler d‟Allah plus et lire le Glorieux Coran plus et
augmenter tes prières et les leçons des grands Imams et avec fidélité et
sincérité envers Allah, tout en évitant l'hypocrisie et tout en essayant de
satisfaire Allah pour gagner la vie de l'au-delà. Concernant la jalousie, on
doit être convaincu que tous les biens est un don d'Allah Qui est Celui qui a
distribué entre les gens comme Il a dit: C'est Nous qui avons réparti entre
eux leur subsistance dans la vie présente et qui les avons élevés en grades
les uns sur les autres, afin que les uns prennent les autres à leur service. La
miséricorde de ton Seigneur vaut mieux, cependant, que ce qu'ils amassent.
et que la personne doit aimer à son frère ce qu'il aime avoir comme le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : L'un d'entre vous n'est
croyant que s'il aime pour son frère (en religion) ce qu'il aime pour lui-même.
et de s'occuper de lui même loin de la jalousie et l'envie de ce qui est
usable de bon faits ou de bon dires.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La possession d’un humain par un djinn et son remède

La question 2 de la Fatwa numéro ( 3512 ) :


Q2: Est-ce que le hadith suivant n’est pas un vrai argument prouvant le
pouvoir des djinns sur les humains ? D'après Abou As-Sâ'ib qui dit:
Nous sommes entrés chez Abou Sa`îd Al-Khodrî, pendant que nous
étions assis, nous avons écouté des bruits sous son lit. Nous y avons
jeté un coup œil et nous avons trouvé un grand serpent dans le lit. Je
me suis préparé pour le tuer, Abou Sa`îd, qui faisait la prière, m'a
adressé un signe pour m'asseoir et j'ai repris ma place. Lorsqu'il a
terminé sa prière, il nous a montré une chambre dans la maison et a
dit: "Tu vois cette chambre?". Je lui ai répondu : "Oui". Il a dit : "Un
jeune homme parmi nous y habitait et était un nouveau marié. Lorsque
nous somme sortis en compagnie du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) pour Al-Khandaq, ce jeune homme excusait le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) pour revenir chez lui chaque jour à midi, le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a donné l'autorisation. Un
jour, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a dit : "Prends ton
arme sur toi je te crains pour toi les Banou Qorayzha". Le jeune homme
a pris son arme et lorsque il est revenu, a aperçu son épouse debout
près de la porte, il se mit à la poignarder par son javelot, elle lui a dit:
"Arrête ton javelot et entre dans la chambre pour voir ce qui m'a poussé
à sortir". Il entra et trouva un grand serpent replié dans son lit, il le
transperça de sa lance qu'il dressa au milieu de la maison.
Malheureusement, le serpent s'agita sur le bout de la lance et le jeune
homme s'écroula, de sorte qu'on ne sait pas qui, d'entre les deux, a été
le premier à mourir. ... etc rapporté par Mouslim dans le Sahîh
(Michkât Al-Masâbiyyh), chapitre de ce qui est licite ou illicite à manger
R2: Premièrement: Le hadith est authentique d'après sa chaîne de
transmission (sanad) et son énoncé (matn).
Deuxièmement : Adam, le père de l‟humanité a été crée d‟un extrait d‟argile,
puis a pris la forme d‟un homme parfait. Les djinns ont été crées du feu,
puis sont devenus des êtres vivants males et femelles. Le prophète
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fut envoyé pour les deux genres
(humains et djinns). Certains se sont convertis à la foi et d‟autres, ont choisi
la mécréance. L‟être humain pourrait porter préjudice au djinn, en étant
conscient ou pas, comme le djinn pourrait nuire à l‟homme l‟assommer ou le
tuer. Le djinn pourrait de même nuire à un autre djinn. Celui qui contredit
ceci, sans connaissance de leurs états, poursuit ce dont -il n‟a pas
connaissance, et est en désaccord avec le contenu des versets coraniques à
ce sujet. Allah, L'Exalté, a dit : Il a crée l‟homme d‟argile sonnante comme la
poterie; et Il a créé les djinns de la flamme d‟un feu sans fumée. Il a dit
aussi : Nous avons certes créé l‟homme d‟un extrait d‟argile. Les versets. Il
a adressé Sa parole aux djinns: Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur
nierez-vous? Il leur a dit aussi: O peuple de djinns et d‟hommes! Si vous
pouvez sortir du domaine des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous
ne pourrez en sortir qu‟à l‟aide d‟un pouvoir [illimité]. Allah, Le Magnifique a
mis les djinns sous l‟autorité de son Prophète Salomon (`Alaihi As-Salâm) ,
Allah, L'Exalté, a dit: Nous lui assujettîmes alors le vent qui, par son ordre,
soufflait modérément partout où il voulait. De même que les diables,
bâtisseurs et plongeurs de toutes sortes. Et d‟autres encore, accouplés
dans des chaînes. L'Exalté a dit aussi: Et parmi les djinns il y en a qui
travaillaient sous ses ordres, par permission de son Seigneur. Quiconque
d'entre eux, cependant, déviait de Notre ordre, Nous lui faisions goûter au
châtiment de la fournaise. Les versets, Il a dit: et parmi les diables il en
était qui plongeaient pour lui et faisaient d'autres travaux encore, et Il a dit:
(Rappelle-toi) lorsque Nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour
qu‟ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent [à sa lecture] ils dirent:
«Ecoutez attentivement»... Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur
peuple en avertisseurs Ils dirent: «O notre peuple! Nous venons d‟entendre
un Livre qui a été descendu après Moïse, confirmant ce qui l‟a précédé. Il
guide vers la vérité et vers un chemin droit. O notre peuple! Répondez au
prédicateur d‟Allah et croyez en lui. Il [Allah] vous pardonnera une partie de
vos péchés et vous protègera contre un châtiment douloureux. Et
quiconque ne répond pas au prédicateur d‟Allah ne saura échapper au
pouvoir [d‟Allah] sur terre. Et il n‟aura pas de protecteurs en dehors de Lui.
Ceux-là sont dans un égarement évident. et Il a dit: Et le jour où Il les
rassemblera tous: «O communauté des djinns, vous avez trop abusé des
humains». Et leurs alliés parmi les humains diront: «O notre Seigneur, nous
avons profité les uns des autres, et nous avons atteint le terme que Tu avais
fixé pour nous.» Il leur dira: «l‟Enfer est votre demeure, pour y rester
éternellement, sauf si Allah en décide autrement.» Vraiment ton Seigneur est
Sage et Omniscient. Et ainsi accordons-Nous, à certains injustes l‟autorité
sur d‟autres, (injustes) à cause de ce qu‟ils ont acquis. Lisez les versets de
la Sourate d‟Al-Djinn. Pour plus de détails sur leurs états et actions, la
récompense des croyants parmi eux, et le châtiment des mécréants. Cela ne
nous étonne pas le fait qu‟un djinn puisse préjudicier un humain, comme un
humain puisse nuire à un djinn qui prend la forme d‟un animal par exemple,
comme ce qui est mentionné au hadith que vous avez cité dans votre
question, et dans un autre hadithrapporté par Al-Boukhârî et relaté par
'Abou Horayra, (qu'Allah soit satisfait de lui), que le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit: Un Djinn redoutable me poursuivait la veille pour
m'interrompre la prière, Allah m'aida à le capturer. Je voulus l'attacher à un
des piliers de la mosquée pour que vous le regardiez tous le matin mais je
me suis rappelé de l'invocation de mon frère Solaymân disant: "Seigneur,
pardonne-moi et fais-moi don d'un royaume tel que nul après moi n'aura de
pareil. Ensuite, il le relâcha En général, il y a parmi les humains aussi
bien que parmi le djinns, des croyants et des mécréants, des bons ou
malins, des utiles ou nuisibles aux autres, tous ceci selon la volonté d‟Allah
Le Glorieux Le Magnifique, d‟après les explications précédentes.
Finalement : L‟univers des djinns et leurs états est de l‟invisible pour les
humains qui n‟en savent que ce que le Livre d‟Allah a dit à leur égard, ou ce
qui est confirmé par la Sunna prophétique. Ill faut croire donc, à tous ce qui
est cité au Livre et à la Sunna, sans manifester son étonnement, ou sa
dénonciation, et ne pas aller plus loin, car argumenter le dessus, en le
confirmant ou le niant, est considéré comme parole non basée sur un savoir,
et ceci est défendu par Allah, Gloire à Lui, qui a dit : Et ne poursuis pas ce
dont tu n‟as aucune connaissance. L‟ouïe, la vue et le cœur: sur tout cela, en
vérité, on sera interrogé.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 5 de la Fatwa numéro ( 4306 ) :
Q5: Quand une personne est malade, il prononce des paroles
incompréhensibles alors les gens disent qu'il est attaqué par le djinn,
cela est-il vrai ou non et ils apportent une personne qui retient le Coran
pour lire devant lui jusqu'à ce qu'il revienne à son état normal aussi
pour le mariage, on lit des choses qui l'empêchent de s'approcher de sa
femme le jour du mariage est-ce vrai ou non?
R5: Premièrement: Au début, le djinn est un genre de créatures d'Allah
nomme dans le Coran et la Sunna et ils sont responsables ; ceux qui croient
en Allah entrent au paradis et ceux qui sont polythéistes vont à l‟enfer, et
l'attaque des djinns aux humains est vraie, actuellement des médicaments
légitimes sont utilisés pour soigner les personnes atteintes, à savoir les
invocations et la récitation du Coran.
Deuxièmement: Ensuite lire des choses empêchant le mari de faire l'amour
avec sa femme dans la nuit des noces ou bien au moment de contracter le
mariage, c'est un genre de sorcellerie et c'est prohibé et il est interdit de le
faire et celui qui la pratique prouve sa prohibition au Coran et à la Sunna.
En ce cas, le Châtiment corporel infligé par la Charia au sorcier est
l'exécution.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 5802 ) :
Q3: Il y a des gens qui sont attaqués par les djinns et on dit qu’il est
ensorcelé par une force supérieure ou il est ensorcelé par un djinn, qui
peut être païen ou chrétien; alors il lui ordonne de faire des choses
contradictoires à l'islam comme par exemple de ne pas prier ou d'aller à
l'église ou de faire des choses qu'il ne supporte pas et sinon ils les
torturent, alors quel est le chemin légitime pour se débarrasser des
djinns?
R3 : L'attaque du djinn aux êtres humains est vraie et si le djinn ordonne
à l'être humain de faire une chose prohibée, l‟être humain doit tenir à la loi
divine et refuser l'ordre du djinn et s'il commet le mal, il doit invoquer Allah
contre son mal et se fortifier en lisant le Coran, les invocations légitimes et
les exhortations prouvées par le Prophète et la récitation de sourate Al-
Fâtiha et réciter sourate Al-'Ikhlâs et les deux sourates protectrices dites "Al-
Mo`wadhatîn", ensuite cracher dans ses mains et essuyer son visage et son
corps, puis lire trois fois et cracher entre ses mains et essuyer ses mains et
son corps et aussi faire la Roqya, en lisant les sourates du Coran et ses
versets et les invocations en se réfugiant auprès d'Allah pour guérir et se
prévenir de Satan ou des êtres humains, et se référer au livre "Al-Kalam At-
Tayb" d'Ibn Taymiyya le livre "Al-Wâbil As-Sayb", par Ibn Al-Qayîm, et "Al-
'Adhkâr" par An-Nawwawî où existent plusieurs genres de Roqya.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 6618 ) :
Q1: L’un de nos frères qui habite le désert est venu nous poser cette
question: J'habite une maison dans le désert, elle est héritée par mon
père, mon grand-père et mes ancêtres et dans la dernière période, et
surtout au 2 Ramadan, j'ai eu une catastrophe disant depuis ce jour-là
et je suis jeté par les cailloux dedans et dehors de ma maison et les
lampadaires s'éteignaient seuls sans que je puisse voir qui fait cela et
les plats se cassent et quelqu'un me taquine sans le voir et je suis resté
quelques jours dans cette catastrophe et j'ai appelé ma tribu pour
m’aider à résoudre ce problème mais ils ont répondu que peut-être
c'était un ennemi qui accomplissait ces actes et ils sont venus avec moi
et dès que la nuit tomba, ils ont vu et ils m'ont cru et ont insisté à
quitter la maison et à la vendre.
La question est: Quelle est votre interprétation de ces catastrophes et
comment les résoudre et quelle est la loi énoncé par Allah et par la
Charia?
R1: Peut-être ce sont quelques-uns des djinns qui t'ont attaqué et taquiné,
pour que tu leur laisses ta maison ou bien pour seulement te taquiner et
jouer. Peut-être ils se vengent de quelque chose que tu ignores, en tout cas
refuge-toi auprès d‟Allah et préserve-toi en lisant le Coran à la maison, le
verset d'Al-Koursî quand tu te couches et protège-toi par Allah de tout mal
provenant des créateurs et dit: Je me protège (trois fois) à l'aide de la Parole
divine la plus parfaite contre Ses créatures nuisibles Et dis chaque fois que
tu entres à la maison O Allah, je Te réclame une meilleure entrée et une
meilleure sortie, au Nom d'Allah, nous entrâmes et nous sortîmes et nous
nous confions à Notre Seigneur et le matin et le soir tu répètes trois fois:
Au Nom d'Allah que rien sur la terre ni dans le ciel ne pourrait nuire grâce à
Lui, Il est l'Audient, l'Omniscient
En général, tu dois lire le Coran dans ta maison et les invocations
prophétiques approuvées par le Prophète et tu te mentionnes toujours Allah
le matin et le soir, dans la maison et tu trouveras tout dans le livre "Al-
Kalam At-Tayb" d'Ibn Taymiyya et le livre intitulé "Al-Wâbil As-Sayb" d'Ibn
Al-Qayîm, le livre de les "Adhkârs" d'An-Nawwawî et dans d'autres livres de
hadiths.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 6913 ) :
Q: Dans une nuit, mon frère, âgé de 15 ans, s’est dirigé à pied vers une
des vallées du sud, et il a raconté qu'il avait trouvé un corps qui lui
paraissait comme un (chat) et il a dit que ce corps l'a accompagné à une
distance près d'un kilomètre, il s’est alors senti nerveux et ses
mâchoires se sont collées. Il raconte: Cet animal marchait une fois à ma
droite, une fois à ma gauche une fois derrière moi et une autre devant
moi. Il a dit qu'il a essayé plusieurs fois de mentionner Allah mais il n'a
pas pu le faire et il a dit qu'il a essayé de lancer des mouvements pour
éloigner ce corps mais aussi il n'a pas pu le faire ensuite tout à coup, ce
corps a disparu selon ce qu'il avait dit et il a continué son chemin vers
la maison mais il est resté a souffrir à peu près deux semaines de la
nervosité et la réflexion, ensuite il a subi une épilepsie et je l'avais
transporté à Al-Dammam je l'avais pris a l'hôpital mais des amis m'ont
dit que mon frère était atteint par la folie et qu'il avait vu un djinn,
c'est ce qu'ils m'ont dit et ce n'est pas la peine d'être hospitalisé, mais il
doit voir un médecin arabe, ainsi, obligé à cause de la maladie de mon
frère je suis allé chez une personne à Al-Dammam qui dit qu'il traite les
maladies causées par le djinn. Arrivant là-bas, il a mis le garçon devant
lui et s'est mis à prier à haute voix sur le Prophète et à dire à voix basse
des mots inconnus, ensuite il a mis de l'eau dans une tasse et il a lu sur
l'eau Al-Fâtiha et quelques mots que je n'ai pas entendu puis il a donné
de l'eau au garçon, ensuite il nous a donné de l'encens et il a dit en
s'adressant au garçon: "Encenses-toi avec, sous notre surveillance".
Ensuite, nous l'avons visité une autre fois et il a répété ce qu'il avait
fait avec le garçon la fois précédente et il nous a dit de continuer à lui
rendre la visite pour six séances, une séance par semaine et puis nous
allons écrire son nom chez nous et nous verrons si nous pouvons le
traiter chez nous ou non et il a dit que nous surveillons le garçon qui
s'encense de même ceux qui sont à Nadjrân 'Abhâ et plusieurs zones et
il a dit qu'il connaît le malade qui se trouve à Koweït ainsi d' autre part
il ne prend pas d'argent, autre que ce que la personne lui même donne
sans le demander, quant à la santé du garçon, il va mieux après la
permission d'Allah de même, ma foi par permission d'Allah est forte
comme les montagnes et je n'ai aucun doute qu'Allah est le Seul
Protecteur mais ma visite à cette personne n'est pas par croyance qu'il
va guérir mon frère, mais par croyance, alors, et tout le temps que mon
frère ne sera pas guéri que par Allah veuillez d'abord me conseiller à ce
que je dois faire. Est ce que je continue à prendre mon frère chez cette
personne ou vous me conseillez de faire autrement ?
Deuxièmement: Est ce que c'est permis légalement, la méthode du
traitement offerte par cette personne aux gens ?
R: Si ton frère disait la vérité, il est donc touché par le djinn et son
traitement sera par l'exorcisme légal, tout en lisant le Coran comme sourate
Al-Fâtiha et Dis: «Il est Allah, Unique. et Dis: «Je cherche protection
auprès du Seigneur de l‟aube naissante, et Dis: «Je cherche protection
auprès du Seigneur des hommes. et le verset d'Al-Koursî et d'autres des
sourates du Coran et ses versets et les invocations et les prières du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), comme qu'Allah vous protège par Ses
paroles entières de tous les diables, de toute bestiole venimeuse et de tout
mauvais œil et comme O Seigneur des hommes, écarte le mal et délivre-le
(de sa maladie), Tu es le Guérisseur et il n‟y a pas d‟autre guérison en dehors
de celle que Tu accordes. Une guérison qui ne laisse aucune trace de mal et
référez-vous au livre de "Al-Kalam At-Tayb" d'Ibn Taymiyya et le livre intitulé
"Al-Wâbil As-Sayb" d'Ibn Al-Qayîm et les "Adhkârs" d‟An-Nawwawî pour
savoir ce qui convient à la maladie de ton frère et ensuite les lire sur lui ou
pour qu'il les lise sur lui-même et nous vous conseillons de ne visiter plus
cet homme ou quelqu'un d'autre pour traiter ton frère ou quelqu'un d'autre,
vu que celui-ci même s'il a bien fait en lisant Al-Fâtiha, il a aussi dit des
mots à voix basse, dans le but de les cacher, sur de l'eau dans une tasse et
le lui a donné à boire. Ces mots pourraient être des mots du Satan ou une
demande d'aide auprès des djinns, c'est de la divination et le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), nous a interdit de visiter les devins. Il nous suffit
d'exercer l'exorcisme légal au lieu de visiter les devins et à propos de ce qu'il
vous a dit, qu'il sait ce qui se passe a Nadjrân et 'Abhâ et dans d'autres
zones, cela prouve qu'il est un prêtre et qu'il demande l'aide auprès du djinn,
qu'Allah guérisse ton frère et qu‟il raffermisse notre foi et la vôtre.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 4 de la Fatwa numéro ( 7501 ) :
Q4: Il y a une femme épileptique qui est ensorcelée par une femme
djinn, et pour la guérir on doit frapper cette femme djinn, cependant
elle refuse de quitter le corps de la femme musulmane. Est-il possible
dans ce cas de la brûler pour qu'elle sorte du corps de la femme
musulmane?
R: Il est absolument interdit de la brûler car c'est uniquement Allah seul qui
punit par le feu.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 8040 ) :
Q: Je suis un homme aveugle et je loge dans une maison habitée par les
djinns, ces derniers se manifestent chaque nuit pour me déranger et ils
me font vraiment peur, maintenant j'ai le Saint Coran et quand je
l'ouvre et je le mets à l'envers contre le sol, les djinns disparaissent.
Quelques-uns m'ont dit que c'est interdit de mettre la face du Coran
contre terre, veuillez me conseiller?
R: Tu dois citer le nom d'Allah plusieurs fois avant de dormir et réciter le
verset d'Al-Koursî, la sourate Al-'Ikhlâs (Le monothéisme pur), sourate Al-
Falaq (L'aube naissante) et sourate An-Nâs (Les hommes), tu dois chercher
également la protection par les paroles parfaites d'Allah contre tout mal
venant des êtres qu'Il a créés, tu répètes cela trois fois jour et nuit et tu dis
au nom d'Allah, avec Lui rien ne peut être atteint sur terre ou dans le ciel,
Allah l'Audient et l'Omniscient trois fois jour et nuit. En faisant cela, tu vas
te débarrasser de tout mal du djinn ou d'autres. Par ailleurs, c'est interdit de
mettre la face du Coran contre terre parce que cet acte est considéré à la fois
comme un mépris pour la sacralité du Coran et une satisfaction à Satan.
Enfin, nous implorons Allah pour qu'Il prenne soin de toi et pour qu'Il nous
protège tous contre Satan.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 8122 ) :
Q3: Traiter de l'épilepsie chez nous en Egypte consiste à se rendre aux
églises surtout à l'église Marie Guergues ou aller chez les sorciers et les
charlatans qui se trouvent partout dans les villages, cela aiderait parfois
à la guérison dit-on. Alors, est-il permis d'agir ainsi? Tout en sachant
que si la personne malade n'a pas été traitée le plus tôt possible, elle
risquerait de perdre sa vie et de mourir. Et quel est le traitement établi
par Allah pour cette maladie puisque Allah a créé un remède pour
chaque maladie excepté la vieillesse? Veuillez nous expliquer le
traitement en détail.
R3: Il n'est pas permis ni de se rendre aux églises pour traiter l'épilepsie ni
d'aller chez les sorciers ni les charlatans.
Quant aux méthodes permises pour traiter cette maladie serait l'exorcisme
légal (Ar-Roqya Ach-Char`iyya) c'est-à-dire un Cheikh récite sur le malade
une partie du Coran, comme les sourates: Al-Fâtiha, Al-'Ikhlâs, Al-Falaq, An-
Nâs et le verset d'Al-Koursî ainsi que les invocations et les prières connues et
rapportées par le Messager d‟Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Traitement de la maladie psychique
La fatwa numéro ( 3828 ) :
Q: Je suis une jeune fille musulmane pratiquante âgée de vingt ans, je
suis mariée depuis un an et demi à peu près, et grâce à Allah j'ai eu un
bébé depuis six mois, l'accouchement était normal, cependant une
semaine après l'accouchement, j'ai senti l'angoisse et cela ne m'est
jamais arrivé avant, au point que rien ne m'intéresse plus, même pas le
bébé. Je suis allée chez un psychiatre qui m'a prescrit des
médicaments, je les ai pris jusqu'à il n'y a pas longtemps, or cela ne m'a
pas aidé à revenir à mon état normal d'avant l'accouchement et je me
suis lassée de la longue période du traitement.
Je prie Allah pour qu'Il vous aide à trouver un traitement légitime
contre cette angoisse et de m'indiquer un traitement efficace pour que
je revienne à mon état normal et afin que je puisse prendre soin de mon
mari, de mon enfant et de bien servir la maison. D'ailleurs, j'ai déjà
entendu ce Hadith: Celui qui boit l'eau de Zamzam qu'il y mette une
intention J'aimerais bien que vous m'expliquez ce hadith et de me dire
s'il est applicable à mon état ou s'agit-il seulement des maladies
organiques? Et si l'eau de Zamzam m'est vraiment utile si Allah le
permet, dans ce cas comment pourrais-je la transporter chez moi?
R: Ayez confiance en Allah, abandonnez-vous à Lui en vous en remettant
entre Ses mains et ne perdez pas l'espoir en Sa clémence, Sa grâce et Sa
bienfaisance; car Allah, Exalté soit-Il, n'a pas créé une maladie sans remède,
c'est pourquoi, vous devez prendre les choses par leurs causes, c'est-à-dire,
il faut continuer à consulter les médecins spécialistes pour diagnostiquer la
maladie et bien la traiter. En plus, lisez sur vous-même les sourates, Al-
Ikhlâs, Al-Falaq, An-Nâs trois fois, en soufflant dans les mains après chaque
fois, ensuite essuyez le visage et tout ce qui est possible de votre corps,
répétez cela plusieurs fois jour et nuit et avant le sommeil. Récitez également
la sourate Al-Fâtiha à n'importe quelle heure pendant la journée ou le soir,
et lisez le verset d'Al-Koursî dans votre lit avant de dormir. Cela est le
meilleur exorcisme avec lequel l'homme peut se protéger contre le mal. Il faut
aussi implorer Allah par l'invocation concernant la tristesse en disant: Il n'y
a de divinité qu'Allah, le Grand et le Compatissant. Il n'y a de divinité
qu'Allah, Seigneur des cieux, de la terre et du Royaume Infini . Lisez
également sur vous-même l'exorcisme du Messager d'Allah (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), en disant: O Seigneur des hommes, écarte le mal et
délivre-le (de sa maladie), Tu es le guérisseur et il n‟y a pas d‟autre guérison
en dehors de celle que Tu réalises. Une guérison qui n‟amène pas d‟autre
affection Ou les autres invocations, prières, exorcismes, mentionnés dans le
recueil du hadith, et cités par An-Nawwawî dans le livre intitulé "Riyâd As-
Sâlihiyyn" ainsi que le livre des invocations. Quant à ce que vous avez
mentionné à propos du hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam),
concernant l'eau de Zamzam qu'il a dit: Celui qui boit l'eau de Zamzam qu'il
y mette une intention ce hadith,rapporté par 'Ahmad et Ibn Mâdja d'après
Djâbir ibn `Abd-Allah est bon "hassan" mais on a aussi un autre hadith plus
correct dans lequel le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), dit à propos
de l'eau de Zamzam : Elle est bénie et nourrissante et un remède rapporté
par Mouslim et 'Abou Dâwoud cela est la version d'Abou Dâwoud Si vous
avez besoin de l'eau de Zamzam vous pouvez demander à l‟un des pèlerins
de votre pays pour qu'il vous en apporte à son retour de pèlerinage
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
Les amulettes
La question 5 de la Fatwa numéro ( 515 ) :
Q5: Quel est l'avis religieux en ce qui concerne l'écriture d'un verset
coranique sur un pendentif pour le mettre autour du poignet ou
l'accrocher au cou par exemple, ou d'effacer cette écriture par l'eau ou
par un autre liquide afin d’asperger ou de laver le corps avec cette eau.
Est ce que cela est considéré comme un acte de polythéisme ou non?
Et est-il permis de faire cela ou non?
R5: Ecrire un verset ou tout le Coran et l'accrocher autour du cou ou
quelque chose pareille, pour se protéger d'un mal qu'on craint ou bien pour
se guérir d'un mal, est une des questions sur lesquelles il y a eu de
nombreuses controverses entre les prédécesseurs. Certains d'entre eux
avaient interdit cela en le considérant comme les amulettes interdites à
suspendre. Ils s'appuient sur le sens général de la parole du Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam): Certes, l'exorcisme, les amulettes et les talismans
(comme "At-Towala", qqch. en forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a
rend éprise de son mari) font partie du polythéisme rapporté par 'Ahmad et
'Abou Dâwoud qui ont dit que le sens de ce hadith est général à tous les
talismans et n'est pas particulier au pendentif d'une chose autre que le
Coran. Ils ont également dit que la permission de mettre une amulette du
Coran mènerait à la suspension d'autres choses que le Coran. Par
conséquent, on a interdit de suspendre un pendentif contenant du Coran
pour qu'il ne soit pas un prétexte pour suspendre autre chose.
Troisièmement: Ils ont dit que ce qui est accroché au corps de l'homme est
souvent la chose la plus humiliée parce qu'on le porte même dans les
toilettes, pendant le lavage et durant les rapports intimes ainsi que d'autres
actes similaires. Parmi ceux qui soutiennent cet avis: `Abd-Allah ibn
Mas`oud et ses disciples, ainsi que 'Ahmad ibn Hanbal, selon une version
que plusieurs de ses compagnons ont choisie et les successeurs l'ont
confirmée. Certains Oulémas ont autorisé de porter des amulettes contenant
du Coran ou les plus beaux noms d'Allah, à ce propos, on cite `Abd-Allah ibn
`Amr ibn Al-`Ass et d'après `Abou Dja`far Al-Bâqir et 'Ahmad d'après une
autre version. Ces savants ont considéré que l'interdiction s'applique
seulement aux amulettes contenant une chose se rapportant au
polythéisme. Mais le premier avis est le meilleur et son argumentation est la
plus forte car il aide à bien maintenir la croyance et cela protège et garde le
monothéisme contre toute sorte du polythéisme. Quant à ce qui a été
rapporté par Ibn `Amr il s'agissait de faire apprendre le Coran à ses enfants
en l'écrivant sur des plaques et de suspendre ces plaques aux cous des
enfants. cela n'était donc pas dans le but d'utiliser ces plaques comme des
talismans contre le mal ou comme porte-bonheur. Quant au fait d'effacer
cette écriture par de l'eau ou autre et l'asperger sur le corps ou même se
laver avec cet eau, il n'y a pas de hadith authentique qui a été rapporté à ce
propos du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Cependant, on raconte
qu' Ibn `Abbâs, (qu'Allah soit satisfait de lui), écrivait des mots du Coran et
ordonnait de les faire boire au malade, mais ce hadith n'est pas sûr.L'imam
Mâlik rapporte dans son livre (Al-Mowattâ'): que `Amir ibn Rabî`a a vu Sahl
ibn Honayf se mit à se laver, il dit : "Je ne vis jamais un corps pareil", alors
Tomba Sahl. Lorsque le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) vint, on lui
dit : "Pouvez-vous sauver Sahl Ibn Honayf". Il leur demanda : "Vous
soupçonnez quelqu'un ?". Ils répondirent : "`Amir ibn Rabî`a. Il lui adressa
un regard envieux" . Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), furieux,
convoqua 'Amir et s'exclama :" Pourquoi l'un de vous tue son frère! Lorsque
vous voyez ce qu'il te plaît prie Allah de le bénir". Ensuite, il lui ordonna de
laver Sahl, alors il lava son visage, ses mains, les avant-bras, ses genoux et
les extrémités de ses pieds et les sous vêtements dans un pot puis il fît
couler l'eau sur la tête et le dos de Sahl, puis il renverse le pot, 'Amir exécuta
l'ordre, alors, Sahl, guéri, se leva et marcha avec compagnons .
Et dans une autre transmission: Il faut se laver. Ensuite il lui ordonna de
laver Sahl, guéri, se leva et marcha avec le Prophète, (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) EtCette histoire a été rapportée par l'imâm 'Ahmad et At-Tabarânî.
De cela, certains savants "Oulémas" ont agrée l'écriture du Coran, de
l'invocation et de les effacer ainsi que le fait de laver le malade;
conformément à l'histoire de Sahl Ibn Honayf ou bien par rapport à ce qui
est relaté par Ibn `Abbâs de l'influence de cette histoire, même si elle était
faible. De même, Ibn Taymiyya a indiqué dans le douzième volumede
[L'ensemble des fatwas], la permission de cela et il a dit: ('Ahmad et d'autres
Oulémas ont permis ce sujet) et Ibn Al-Qayîm a indiqué dans son livre " Zâd
Al-Mi`ad", dans la médecine prophétique qu'un groupe parmi les
prédécesseurs ont agrée ce sujet, il y a parmi eux Ibn `Abbâs, Modjâhid et
Abou Kalâba ) et dans tous les cas, on ne peut considérer ce fait comme une
sorte de polythéisme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n iben Ghadayân `Afifî
La question 1 et 2 de la Fatwa numéro ( 992 ) :
Q1: Quel est l'avis religieux concernant de porter des versets coraniques
dans la poche comme les petites copies du Coran dans le but d'être
protégé contre l'envie ou contre un mal quelconque tout en considérant
que ce sont des versets sacrés d'Allah, et la croyance que ces versets
protègent l'homme fait partie de la croyance pure en Allah, de même si
on a mis ces versets dans la voiture ou autre chose semblable dans le
même but? La troisième question: Quelle est la sentence religieuse en
ce qui concerne le fait de porter une amulette contenant des versets
pour se protéger contre l'envie et le mauvais œil ou pour une autre
raison comme par exemple: pour réussir, pour se guérir d'une maladie
ou pour détourner une sorcellerie etc.? La quatrième question: Que dit
la religion au sujet de porter des versets coraniques, pour Al-Roqya,
dans des chaînes en or ou pour se protéger contre le mal?
R1: Allah, Exalté soit-Il, a révélé le Coran pour que les gens le récitent
cultuellement afin de comprendre ses sens et de la sorte ils auront la
connaissance de ses prescriptions qu'ils se chargeront d‟appliquer. Ainsi le
Coran leur sera une guidance, un rappel qui adoucit leurs cœurs et
frissonne leurs peaux, une purification de leurs esprits de l'ignorance et de
l'égarement et pour que leurs âmes soient pures des vices du polythéisme
ainsi que des péchés qu'ils ont commis. De même, Allah a révélé le Coran
pour qu'il soit une miséricorde à celui qui a ouvert son cœur et prêté l'oreille
à cet appel divin en étant témoin. A ce propos, Allah le Très-Haut a dit: O
gens! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce
qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants. et
a dit: Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont (certains
versets) se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui redoutent leur
Seigneur frissonnent (à l'entendre); puis leurs peaux et leurs cœurs
s'apaisent au rappel d'Allah. Voilà le (Livre) guide d'Allah par lequel Il guide
qui Il veut. et Il a dit: Il y a bien là un rappel pour quiconque a un cœur,
prête l‟oreille tout en étant témoin. Allah, Gloire à Lui, a fait du Coran un
miracle pour Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et une preuve
claire que Mohammad est un Envoyé d'Allah pour tous les gens afin de leur
informer la Charia et une Miséricorde pour eux et pour établir contre eux
une preuve. En ce sens Allah l'Exalté, dit: Et ils dirent: «Pourquoi n‟a-t-on
pas fait descendre sur lui des prodiges de la part de son Seigneur?» Dis: «Les
prodiges sont auprès d‟Allah. Moi, je ne suis qu‟un avertisseur bien clair».
Ne leur suffit-il donc point que Nous ayons fait descendre sur toi le Livre et
qu‟il leur soit récité? Il y a assurément là une miséricorde et un rappel pour
des gens qui croient. et dit: Tels sont les versets du Livre explicite. et dit:
Voici les versets du Livre plein de sagesse. et d'autres versets encore.
Il va de soi que le Coran soit essentiellement le Livre de la législation
islamique qui édicte et éclaircit les prescriptions divines, il est la preuve par
excellence, le miracle ultime et l'argument irréfutable avec lequel Allah a
soutenu son Messager Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Toutefois
il s'est avéré que le Prophète a fait la Roqya sur lui-même par le Coran en
récitant les trois sourates protectrices dites "Al-Mo`wadhât": (Dis: Allah est
Unique), (Dis: "Je cherche protection auprès du Seigneur de l'aube
naissante") et (Dis: "Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes").
De même, il s'est avéré qu'il avait autorisé la Roqya, s'il ne s'agit pas du
polythéisme, c'est à dire, la Roqya légale qui se fait seulement par la lecture
du Coran et les prières légales, il a aussi approuvé la Roqya pratiquée par
ses compagnons, et il leur a permis la récompense qu'ils ont eu sur ce fait.
D'après 'Awf ibn Mâlik qui a dit: A l'époque préislamique, nous pratiquions
certaines formes d'exorcisme. Un jour, nous sommes venus dire au Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : "O Messager d'Allah ! Qu'en pensez vous ?".
Il a dit : "Il n'y a aucun mal à cela tant qu'elles ne comportent pas des rites
polythéistes." rapporté par Mouslim dans son Sahîh,et d'après Abou Sa`îd
Al-Khodrî (qu'Allah soit satisfait de lui), a dit Certains compagnons du
Prophète étaient partis en expédition. Ils firent halte près d‟une tribu de
nomades arabes un soir et leur demandèrent l‟hospitalité, mais ceux-ci
refusèrent. Or il advint que le chef de cette tribu fut piqué (par un scorpion)
et on n‟avait trouvé aucun remède efficace. L‟un des nomades dit : "Si vous
demandez aux gens qui viennent de camper, peut-être que l‟un d‟eux
possède un traitement." On se rendit auprès des compagnons du Prophète et
on leur exposa la situation : "Notre chef a été piqué par un scorpion et nous
ne trouvons rien pour le guérir, y a-t-il parmi vous quelqu‟un qui dispose
d‟un médicament à nous donner ?" – "Oui, répondit l‟un des compagnons du
Prophète, par Allah, je suis exorciste, mais comme vous nous avez refusé
l‟hospitalité, je ne prononcerai aucune formule, tant que vous n‟aurez pas
stipulé une rétribution forfaitaire." Les nomades se concertèrent et
acceptèrent de nous remettre un certain nombre de moutons. L‟exorciste se
rendit au chevet du patient et après lui avoir lancé quelques gouttes de
salive, il récita la formule suivante : "Louange à Dieu, le Seigneur de
l‟univers." (Première sourate du Coran). Le malade qui semblait entravé par
des liens se mit alors à marcher sans ressentir le moindre mal. Quand les
nomades eurent payé leur dû, l‟un des compagnons du Prophète dit :
"Maintenant, partageons." – "Non, lui répliqua l‟exorciste, nous ne le ferons
pas tant que nous ne retournerons pas auprès du Prophète. Nous lui
raconterons notre histoire et alors, il décidera de ce qu‟il y a lieu de faire."
Une fois près de l‟Envoyé de Dieu, nous lui relatâmes nos péripéties et celui-
ci s‟écria : "Qui vous a dit qu‟il s‟agit d‟un exorcisme ?" Puis il ajouta : "C‟est
une belle prise. Répartissez ces moutons entre vous et donnez-moi une part."
Et le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) se mit à rire. rapporté par Al-
Boukhârî et Mouslim et selon `A'îcha (qu'Allah soit satisfait d'elle), Quand le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) se mettait au lit, il soufflait dans les
deux paumes de ses mains en récitant: " Il est Allah, l'Unique ", ainsi que les
deux sourates protectrices "Mo`wdhatayn" (Al-Falaq et An-Nâs). Ensuite, il
passait ses deux mains sur le visage et sur toutes les parties de son corps
qu'il pouvait atteindre. `A'îcha a ajouté: "Lorsqu'il fut malade, il m'ordonna
de lui faire moi-même ces mêmes pratiques" rapporté par Al-Boukhârî.
D'après `A'îcha (qu'Allah soit satisfait d'elle), Le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) exorcisait un de ses parents en le frottant avec sa main droite et
en disant: O Allah, Seigneur des hommes, chasse le mal, guéris-le, car Tu es
Celui qui guérit ; il n'y a d'autre guérison que la Tienne et c'est une guérison
qui ne laisse pas la moindre maladie rapporté par Al-Boukhârî d'autres
hadiths qui prouvent que le Messager a exercé la Roqya par le Coran ou
autres et qu'il l'a autorisée, tant qu'il ne comporte pas des actes du
polythéisme. Cependant, rien qui prouve que le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam), auquel le Coran a été révélé et qui en est le vrai connaisseur de
ses dispositions et de sa valeur, n'a mis sur lui-même ou sur quelqu'un
d'autre une amulette contenant du Coran pour se protéger contre l'envie ou
contre un mal quelconque. De même, il n'a pas porté le Coran ou quelques
versets dans ses vêtements, dans ses bagages ou encore sur sa monture
pour qu'il soit protégé contre le mal provenant des ennemis ou pour
remporter une victoire ou pour lui faciliter le chemin ainsi que la vicissitude
du voyage. Ainsi, le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'a
utilisé aucune amulette ayant pour objectif d'apporter le bien ou de protéger
contre le mal et si cela était légal, le Prophète aurait dû le faire, l'informer et
l'expliquer à sa communauté.
En application la parole d'Allah: O Messager, transmets ce qui t‟a été
descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n‟aurais
pas communiqué Son message. Et si le Prophète a fait quelque chose de
cela et l'avait expliqué à ses compagnons, ils auraient dû nous le rapporter
et l'appliquer puisqu'ils sont les plus dignes de l'exhortation de la
communauté, et ils sont les meilleurs mémorisant de la loi divine oralement
et pratiquement car ce sont eux qui ont suivi et vécu l'enseignement du
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Mais rien de cela n'a été
prouvé ni rapporté par eux, ce qui montre que le fait de porter le Coran, de le
mettre dans la voiture, dans la maison ou dans la caisse des biens tout
simplement pour lutter contre l'envie ou pour être protégé contre le mal ou
pour toute autre raison ayant pour objectif d'apporter un bien ou de lutter
contre un mal, tout cela n'est pas permis. Aussi, le fait de le considérer
comme une amulette ou de graver quelques versets sur une chaîne d'or ou
d'argent par exemple pour qu'il soit suspendu au cou n'est pas permis parce
que cela s'oppose à la tradition du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), ainsi qu'aux comportements de compagnons (qu'Allah soit satisfait
d'eux), et surtout car cela est inclut en général dans ce hadith: Qu'Allah ne
mène jamais à bon terme les affaires de quiconque porte une amulette. et
dans une transmission Celui qui porte une amulette, commet un acte de
polythéisme rapporté par l'Imam 'Ahmadet dans la parole générale du
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): L'exorcisme, l'amulette et les
talismans (comme "At-Towala", qqch. en forme de grain qui ensorcelle la
femme et l'a rend éprise de son mari) font partie du polythéisme or Le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), a fait l'exception des Roqyas, celles
qui ne contiennent pas de polythéisme, il les a autorisées comme on l'a déjà
mentionné. Quant aux amulettes, le Prophète n'a rien exclu, elles sont donc
toutes interdites. Et cela est l'avis de `Abd-Allah ibn Mas`oud et de `Abd-
Allah ibn `Abbâs, ainsi que certains compagnons et un groupe des Suivants
parmi eux les compagnons de `Abd-Allah ibn Mas`oud comme 'Ibrâhîm ibn
Yazîd An-Nokha`î. Certains oulémas ont autorisé de porter des amulettes
contenant du Coran ou des plus Beaux Noms d'Allah dans le but d'être
protégé ou dans ce sens. Ils ont excepté cela du hadith du Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), concernant les talismans. Cette exception était faite
par analogie à celle concernant l'exorcisme qui ne contient rien de
polythéisme et vu que le Coran est la parole d'Allah et l‟un de Ses attributs,
on peut donc y penser la bénédiction et la bienfaisance ainsi qu‟en les plus
beaux noms d‟Allah, l'Exalté, sans que cela soit considéré comme un acte de
polythéisme. En ce sens, il n' est pas interdit d'utiliser les versets coraniques
pour en faire des amulettes ou autre chose pareille ou de les porter ou de les
suspendre afin d'obtenir la bénédiction et le bienfait. Cette opinion a été
attribuée à un groupe parmi eux `Abd-Allah ibn `Amr ibn Al-`Ass, mais cette
transmission n'est pas sûre car Mohammad ibn 'Ishâq fait partie de sa
chaîne de transmission, et il est considéré comme dissimulateur. Même si
cette histoire a été avérée vraie, elle ne prouve pas l'autorisation de porter
des amulettes parce que cette version montre que `Abd-Allah enseignait le
Coran aux adultes et l'écrivait pour les enfants sur des plaques de bois et les
faire suspendre à leurs cous, il paraît qu'il faisait cela pour qu'ils répètent et
apprennent par cœur et non pas pour les protéger contre l'envie ou contre
un mal quelconque, ce ne sont pas donc des amulettes du Coran. On doit
également dire que le Cheikh 'Abd-Ar-Rahman ibn Hassan, dans son livre
[Fath Al-Madjîd] avait choisi l'avis de `Abd-Allah ibn Mas`oud ainsi que de
ses compagnons, qui interdit les amulettes contenant du Coran ou d'autre
chose disant que cela est l'opinion exacte pour trois raisons: Premièrement:
Généraliser l'interdiction et rien ne la rend particulière. Deuxièmement:
Lutter contre les prétextes qui poussent les gens à suspendre autre chose.
Troisièmement: Parce que si le Coran était suspendu, il serait humilié par
l'auteur en le portant avec lui. dans la salle du bain pour satisfaire ses
besoins naturelles etc. Allah seul le sait.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn 'Ibrâhîm Ibn Mohammed Al El
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Cheikh
Q2: Quel est l'avis religieux en ce qui concerne la lecture faite sur l'eau
de Zamzam par certaines personnes pour en donner à boire ensuite à
une personne quelconque dans le but de réaliser un souhait ou pour la
guérir?
R2: On a rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), avait bu
de l'eau de Zamzam, en portait sur lui et invitait les musulmans à en boire;
il a dit: Celui qui boit l'eau de Zamzam qu'il y mette une intention et selon
Ibn `Abbâs le Messager d'Allah, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) vint chercher
de l'eau, alors Al-`Abbâs a dit: "O Fadl! Vas chez ta mère et rapporte à
l'Envoyé d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) la boisson qu‟elle a préparée".
– "Donne-moi à boire", reprit le Prophète. – "O Envoyé de Dieu, répondit Ibn
`Abbas, ils plongent leurs mains dans cette eau". – "Donne-moi à boire",
insista le Prophète. (On lui en donna). Et alors il but. Ensuite, il se dirigea
vers le puits de Zamzam, là où l‟on tirait de l‟eau et où on donnait à boire.
Travaillez, dit-il aux gens, car votre tâche est méritoire». Puis, il ajouta : «Si
je savais que vous ne seriez pas encombrés, je descendrais pour mettre la
corde ici, et il désigna son épaule » rapporté par Al-Boukhârî et d'après Ibn
`Abbâs a dit: le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), a dit: L'eau de
Zamzam est fonctionne de l'intention du buveur. Si vous en buvez à
l'intention d'être guéri, Allah vous guérira.. Si vous en buvez, pour qu'elle
vous nourrisse et satisfasse votre faim, elle vous épargnera, grâce à Allah,
toute faim; et si vous en buvez parce que vous êtes assoiffés, Allah vous
désaltérera, en mettant fin à votre soif. Il est le piquer de Djibrîl et la boisson
d'Ismâ'îl rapporté par Ad-Daraqâttanî et selon Al-Hâkim et d'après `A'îcha
(qu'Allah soit satisfait d'elle), Elle s'approvisionnait de l'eau de Zamzam et
informait que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) s'en approvisionnait
également rapporté par At-Tirmidhî et d'autres hadiths concernant le mérite
de l'eau de Zamzam et ses caractéristiques
Bien que certains de ces hadiths sont mis en question, cependant quelques
oulémas les ont authentifiés en s'appuyant sur la pratique des compagnons
du Prophète qui les ont appliqués et par conséquent ces hadiths restent
applicables jusqu'à nos jours. Cela est également prouvé par ce
hadithrapporté par Mouslim dan son Sahîh, que le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit à propos de Zamzam Elle est bénie et nourrissante
De même, 'Abou Dâwoud a ajouté dans un hadith bon: Une guérison qui
n‟amène pas d‟autre affection Rien ne prouve que le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), faisait des récitations sur l'eau de Zamzam afin d'en
donner à boire à un de ses compagnons dans le but de réaliser un souhait
ou de se guérir et cela malgré la bénédiction de cette eau, son haut degré et
la généralité de son bienfait. Et malgré le grand désir du Prophète de porter
tout le bien à sa communauté ainsi que ses plusieurs visites pour Zamzam
avant l'hégire et pendant l'accomplissement des rites de la `Omra et du Hadj
à la Maison Sacrée après l'hégire. De même, rien ne prouve que le Prophète a
indiqué à ses compagnons de faire des récitations sur l'eau de Zamzam, et si
cela était légal, il aurait dû le faire et l'expliquer à sa communauté, car le
Prophète n'a négligé ni de bien sans le montrer aux musulmans ni de mal
sans avertir la communauté. Pourtant, il n'y a pas d'inconvénient à lire sur
l'eau de Zamzam pour l'utiliser dans le but de la guérison comme les autres
eaux, voire elle est plutôt préférable grâce à ce qu'elle contient de
bénédiction et de guérison selon les hadiths déjà mentionnés.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn 'Ibrâhîm Ibn Mohammed Al El
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân Cheikh
La question 3 de la Fatwa numéro ( 1545 ) :
Q3: Quel est l'avis religieux concernant ceux qui écrivent des versets
coraniques et ordonnent le malade de les mettre autour du cou ou de
les accrocher sur n'importe quelle partie de son corps, prétendant que
cela est la raison de sa guérison. Sachant qu'ils agissent ainsi pour
gagner de l'argent, mais certains parmi eux ne prennent rien?
R3: Le vrai est que l'écriture des versets du Coran ou d'autres invocations
connues et les accrocher au cou d' un malade dans le but de le guérir est
interdite pour trois raisons:
Premièrement: L‟ensemble des hadiths concernant l'interdiction de porter
des amulettes, donc rien ne rend cette interdiction particulière.
Deuxièmement: Lutter contre les prétextes, car si on permet d'écrire des
versets du Coran pour les mettre autour du cou cela mènerait les gens à
porter autre chose.
Troisièmement: Tout ce qui est porté serait exposé à la profanation en le
portant en allant à la salle de bains pour satisfaire les besoins naturels,
pendant la purification des impuretés et en faisant de pareilles choses. Et si
tout cela est interdit, donc l'obtention de l'argent en faisant cela sera aussi
interdit.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 7 de la Fatwa numéro ( 2775 ) :
Q7: Il y a un imam qui porte une amulette contenant du Coran et il fait
habituellement des amulettes pareilles pour autrui. Sachant que cet
homme est l'imam qui guide les musulmans dans la prière, est-ce que
l'imamat de cet homme est valable? Et la prière des gens derrière lui
est-elle également valable ou non?
R7: Porter une amulette contenant des versets du Coran ainsi que tout ce
qui lui est semblable est défendu selon les opinions les plus probantes des
oulémas. Quant aux amulettes qui contiennent autre chose que le Coran,
elles sont tout à fait illicites. De plus, les degrés de jugement diffèrent selon
les intentions de la personne qui porte l'amulette: d'une part, cet acte
pourrait être considéré comme un polythéisme majeure (chirk 'Akbar), si la
personne avait cru que l'amulette avait un effet sur lui sans la volonté
d'Allah; d'autre part cela pourrait relever un polythéisme d'un degré moins
élevé ou bien une hérésie ou seulement un péché. En tout cas, il n'est
permis ni de porter une amulette ni de faire la prière derrière celui qui en fait
ou en porte.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 2749 ) :
Q: Que pensez-vous en ce qui concerne le talisman et l'amulette
contenant des versets coraniques?
Autrement dit, est-ce qu'il est permis au musulman de porter une
amulette contenant des versets coraniques ou non?
R: Ecrire tout le Coran ou un verset et le mettre sur le corps ou quelque
chose pareille dans l'objectif de se protéger contre un mal qu'on craint ou
pour se guérir d'une maladie est une question qui a fait de nombreuses
controverses entre les prédécesseurs: Certains d'entre eux ont interdit cela
en les considérant comme les amulettes interdites à porter. Ils s'appuient
sur le sens général de la parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):
Certes, l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch.
en forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font
partie du polythéisme rapporté par 'Ahmad et 'Abou Dâwoud qui ont dit que
le sens de ce hadith est appliqué en général sur toutes les amulettes et ne
concerne pas particulièrement celles contenant autre chose que le Coran. De
même, ils ont dit que la permission de porter une amulette contenant des
versets du Coran mènerait à porter des amulettes contenant autres chose
que le Coran. Par conséquent, on a interdit de porter une amulette qui
contenant du Coran pour que ne soit pas un prétexte pour en porter
d'autres.
Troisièmement: Ils ont signalé que tout ce qui est suspendu sur le corps de
l'homme est le plus souvent profané car on le porte même dans la salle de
bains, pendant la satisfaction des besoins naturels et aux moments des
rapports sexuels ainsi que pendant d‟actes similaires. Parmi ceux qui
soutiennent cette opinion `Abd-Allah ibn Mas`oud et ses disciples ainsi
qu'Ahmad ibn Hanbal, d'après une version que plusieurs de ses compagnons
ont choisie et leur successeurs l'ont confirmée. Pourtant certains oulémas
ont permis la suspension des amulettes contenant du Coran ou des plus
beaux noms d'Allah. A ce propos, on cite: `Abd-Allah ibn `Amr ibn Al`Ass, De
cela, 'Abou Dja`far Al-Bâqir et 'Ahmad. Ces oulémas ont considéré que
l'interdiction s'applique uniquement aux amulettes contenant une chose
relevant du polythéisme. Mais la première opinion est la plus probante car
elle aide à maintenir la croyance et elle protège et garde le monothéisme
contre toute sorte du polythéisme. Quant à ce qui a été rapporté Ibn `Amr, il
s'agissait, en fait, de faire apprendre le Coran à ses enfants en l'écrivant sur
des tablettes et à les suspendre à leurs cous. Et cela n'était donc pas dans le
but d'utiliser ces tablettes comme des amulettes qui protègent les enfants
contre le mal ou pour leur porter bonheur.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 3040 ) :
Q: Est-il permis au musulman d'écrire quelques versets du Coran ou de
les réciter sur l'eau à boire ou encore de les mettre sous son oreiller ou
près de la porte ou dans d'autre endroits?
R: Il n'y a pas du mal en ce qui concerne la récitation du Coran sur l'eau
pour un malade et lui demander de la boire. Cela est prouvé par une
tradition rapportée dans le recueil [Sounan Abou Dâwoud ]précisément dans
le livre de la médecine selon le Prophète,(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Quant au fait de porter des amulettes, contenant des versets coraniques ou
autre chose, cela n'est pas permis, tout en sachant qu'il y a deux sortes d‟
amulettes que la personne porte:
La première: l'amulette contenant des versets du Coran.
La seconde: l'amulette contenant autre chose que le Coran.S'il s'agit d'une
amulette contenant des versets du Coran, alors les avis des prédécesseurs
sont partagés en deux:
Le premier: Il est interdit de la porter, cela est l'avis d' Ibn Mas`oud et Ibn
`Abbâs et la parole de Hodhayfa et `Oqbâ ibn `Amir et Ibn `Akîm et c'est
aussi l'avis d'un ensemble des adeptes parmi eux les compagnons d' Ibn
Mas`oud c'est l'opinion de 'Ahmad d'après une transmission que plusieurs
de ses compagnons ont choisi et que les successeurs ont confirmé. Cet avis
est basé sur ce qui a étérapporté par 'Ahmad et 'Abou Dâwoud ainsi
qu'autres d'après Ibn Mas`oud (qu'Allah soit satisfait de lui), a dit avoir
entendu Le Messager, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), dire: Certes,
l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch. en
forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font
partie du polythéisme Le Cheikh `Abd-Ar-Rahman ibn Hassan 'Al Ach-
Chaykh (qu'Allah soit satisfait de lui), a dit dans [Fath Al-Madjîd]: cela est le
meilleur avis pour trois raisons claires pour celui qui médite:
La première: L'interdiction est générale à toutes les amulettes sans
exception ni particularité.
La deuxième: Pour lutter contre les prétextes qui mèneraient à porter des
amulettes contenant autre chose.
la troisième: Car si l'on a porté une amulette du Coran, ce dernier sera
profané lorsqu'on entre dans la salle de bain pour satisfaire les besoins
naturels et pendant la purification rituelle ainsi que des cas similaires.
Le deuxième avis: La permission de porter des amulettes contenant des
versets du Coran. Cela est l'avis de `Abd-Allah ibn `Amr ibn Al-`Ass et
d‟après ce qui a été rapporté par `A'îcha et c‟est aussi l'avis de 'Abou Dja`far
Al-Bâqir et 'Ahmad. Ces Oulémas ont considéré que l'interdiction dans le
hadith déjà cité concerne uniquement les amulettes contenant du
polythéisme.
Quant aux amulettes qui ne contiennent ni du Coran ni des plus beaux
noms d'Allah, elles sont donc considérées comme un acte de polythéisme
parce que le sens de ce hadith est général: Certes, l'exorcisme, les
amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch. en forme de grain qui
ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font partie du polythéisme

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète


Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre Président
`Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 3189 ) :
Q: Quel est l'avis religieux concernant Al-Roqya et les amulettes?
R1: La Roqya serait légitime, si elle était faite par le Coran ainsi que les plus
beaux noms d'Allah et les invocations légales ou par des récitations
similaires, tout en croyant que toutes ces choses ne sont que des moyens et
des causes, sachant que c'est Allah qui détient le mal, le bien et la guérison.
Et cela d'après la parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Il n'y a
aucun mal à faire des Roqyas tant qu'elles ne comportent pas des rites ou
des propos polythéistes Le Prophète l'avait fait pour des compagnons et elle
a été faite sur lui-même (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Quant aux exorcismes interdits, ce sont ceux qui diffèrent de ce qu'on a
mentionné auparavant, et cela d'après ce que les savants ont déclaré. Quant
au fait de porter des amulettes, cela est interdit soitlles contiennent du
Coran ou autre chose, d'après les hadith rapportés à ce propos.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 3206 ) :
Q: Quel est l'avis religieux concernant ceux qui pratiquent la
sorcellerie? Autrement dit, ceux qui écrivent des versets du Coran ou
les plus beaux noms d'Allah, (Exalté soit-Il), et les vendent aux gens en
leur disant que ceci les protégerait. De même, pour un nouveau-né ou
un malade, ils écrivent des versets coraniques sur une feuille en
l'accrochant autour de son cou. Ils le font également aux étudiants en
leur disant que cela les rendrait intelligents. Notons que tout ceci se
passe surtout dans notre pays, en Afrique et dans certains pays arabes.
R: Il est interdit d'écrire autre chose que le Coran et les plus beaux noms
d'Allah sur des feuilles pour qu'elles soient portées par des malades, des
êtres humains ou des animaux, dans le but de se faire soigner ou de se
protéger contre les maladies, les ennemis ou l'envie etc. De même, il est
interdit aux étudiants de porter de pareilles choses pour être plus
intelligents , ou être rapide dans l'apprentissage et la compréhension ou
pour la réussite etc. Tout cela a été appelé par le Prophète, (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), un polythéisme d'après ses paroles: Celui qui porte une
amulette, commet un acte de polythéisme Il est aussi interdit d'acheter ces
écritures et de les porter. De plus, le prix payé en échange de ces feuilles est
illicite. Les responsables doivent lutter contre ces actes en punissant les
gens qui les pratiquent ainsi que ceux qui vont chez eux. Les responsables
doivent également informer les gens que ces amulettes ont été interdites par
le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), de sorte qu‟ils retrouveront le
bon chemin et quitteront les pratiques prohibées.
Mais l'écriture des versets du Coran et les plus beaux noms d'Allah et ce qui
leur ressemble des prières et des invocations est un objet de controverse
entre les savants, il y en a ceux qui l'ont interdite parmi les prédécesseurs et
ceux qui l'ont autorisée. L'opinion probante est que cela est interdit car les
hadiths concernant l'interdiction de porter des amulettes sont généraux et
encore pour empêcher de porter des amulettes qui contiennent autre chose
que le Coran et enfin pour protéger le Coran et les plus beaux noms d'Allah,
loin de ce qui ne leur conviennent pas.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 4393 ) :
Q3: Est-il permis d'accrocher autour du cou d'un malade une amulette
(hirz) sur laquelle on a écrit des invocations prophétiques honorables,
des versets du Coran et des supplications auprès des Alliés d'Allah
parmi les compagnons du Prophète, les pieux et sur laquelle sont
écrites aussi des paroles
incompréhensibles qui ne font pas partie de la langue des Arabes ou
des dessins des étoiles ou encore les noms du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), dans le but de se protéger contre le mal ou pour
apporter le bien? Je voudrais également vous informer Cheikh, que
notre mère va chez ces sorciers qui lui disent qu'elle et toute sa famille
sont victimes de la sorcellerie ou de la magie! Mais nous ne l’écoutons
pas et ne la croyons jamais, pourtant il se peut qu'elle nous ait mis des
médicaments dans la nourriture et les boissons et il se peut aussi
qu’elle nous ait mis des amulettes dans les vêtements ou dans nos lits
sans que nous le sachions, car nous avons trouvé chez elle des
amulettes au nom de chacun de nous, on lui a reproché cela mais elle a
refusé de nous écouter?
R3: Premièrement: Il n'est permis de mettre cette amulette (hidjâb) ni sur
une personne ni dans les vêtements ni même dans les maisons dans le but
d'apporter un bien ou de se protéger contre un mal, car celle-ci fait partie
des talismans interdits et cela est considéré comme un polythéisme vu le
sens général de la parole du Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):
Certes, l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch.
en forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font
partie du polythéisme et ce hadith également: Celui qui porte une
amulette, commet un acte de polythéisme
Deuxièmement: Vous devez être remerciés pour avoir conseillé votre mère et
l'avoir blâmé sur le fait de porter des amulettes, d'en mettre dans les lits et
les vêtements, d'aller chez les sorciers et les charlatans. De plus, vous devez
continuer à la conseiller, à l'enseigner et à la blâmer mais doucement et avec
politesse, implorant Allah pour qu'Il aide à se repentir de ces actions illicites
qu'elle accomplit. Et vous n'aurez pas commis de péché à cause des
mauvaises actions de votre mère, cela si vous avez fait ce que vous auriez dû
faire pour la conseiller et la blâmer pour ce que vous avez su, mais vous
n'êtes pas coupable pour ce que vous n'avez pas su de ses actions illicites.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 4184 ) :
Q: Un professeur et l'arrière grand-père de ma mère m'ont appris le
Coran, mais ils écrivaient les versets du Coran sur des bagues et les
vendaient aux gens, maintenant ils sont décédés et avant leur mort, ils
m'ont ordonné de m'engager à la récitation du Coran. Alors je me suis
engagé à lire le Coran jusqu'à ce qu'Allah m'a aidé à comprendre le
monothéisme, ensuite il me paraît que ce qu'ils faisaient n'était pas
valable. Puis-je donc prier pour eux et implorer Allah pour qu'Il leur
accorde Son pardon? Que la paix, la miséricorde et la bénédiction
d'Allah soient sur vous.
R: L'écriture des versets du Coran pour être portée comme des amulettes est
interdite. De même, porter une amulette du Coran souhaitant la protection,
la guérison ou l'arrêt d'un mal est interdit. Mais malgré cela, vous pouvez
prier pour votre professeur ainsi que votre grand-père et implorer Allah de
leur accorder Sa miséricorde et Son pardon, même s'ils faisaient cela durant
leur vie car ces pratiques ne sont pas considérées comme du polythéisme
mais ce sont seulement des actes interdits, sauf si vous avez su qu'ils
faisaient
autre chose prouvant leur mécréance comme par exemple prier les morts,
ou demander l'aide et le secours auprès des djinns ou encore tout ce qui est
considéré comme une sorte de polythéisme. En ce cas vous ne devriez ni
prier pour eux ni demander d'Allah de leur accorder Son pardon. Qu'Allah
vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad,
ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 3529 ) :
Q2: Le contenu de la question est: Une personne a écrit pour une autre
des amulettes contre une somme d'argent, ensuite ce dernier a su que
le fait de porter des amulettes est interdit dans Islam, alors doit- il
payer à l'auteur une rémunération ou non?
R2: Le juste en cela est que porter des amulettes est interdit, soit que
l'amulette contient des versets du Coran ou autre chose et par conséquent, il
est également interdit de prendre ou de payer de l'argent en échange.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 7 de la Fatwa numéro ( 5006 ) :
Q7: Un malade est allé chez un théologien, celui-ci lui a écrit sur une
feuille des versets du Coran, ensuite il lui a dit : "Dès que tu rentreras
chez toi frappe un clou sur chacun de ces mots écrits du Coran »,
comme par exemple Alif, Lâm, Mim. C'est le Livre au sujet duquel il
n'y a aucun doute, il récite sur la lettre ('Alîf) des mots et ensuite il
met un clou là-dessus, de même sur la lettre (lâm) et sur le (Mîm) ainsi
de suite jusqu'à la fin. Ensuite il cache cette feuille pendant dix ou
quinze jours. Est-ce que cela est un acte relevant du polythéisme?
Sont-elles des amulettes? Et est-ce que cela est permis?
R7: Cela est interdit car étant considéré comme des amulettes interdites par
le Prophète, (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): puisse Allah ne jamais mener à
bon terme les affaires de quiconque porte une amulette. Puisse Allah ne
jamais accorder Sa protection à quiconque porte une amulette en forme de
coquillage et dans une autre narration Celui qui porte une amulette,
commet un acte de polythéisme
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 6724 ) :
Q2: Est-il permis de mettre un morceau de tissu, de cuir ou quelque
chose de similaire sur l'abdomen d'un bébé ou d'un adulte? De même,
nous faisons ces pratiques chez nous dans le sud, veuillez- nous donner
votre avis?
R2: Si vous mettez ce morceau d'étoffe ou de cuir, comme une sorte
d‟amulettes c'est-à-dire dans le but d'apporter un bien ou de se protéger
contre un mal, alors ceci est illicite, voire il est plutôt considéré comme un
polythéisme. Mais si cela était fait pour un but valable comme, par exemple,
pour bien tenir le nombril de l'enfant ou pour tirer le dos, en ce cas cela n'est
pas interdit.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 2853 ) :
Q3: Est-il valable d'accomplir la prière derrière l'imam d'une mosquée,
qui écrit des amulettes?
Cet homme écrit des amulettes, non pas dans l'objectif de pratiquer la
sorcellerie; mais pour des choses simples comme par exemple: pour
quelqu'un qui a mal à la tête ou pour l'allaitement d'un nouveau-né, et
pour des choses similaires aussi. Veuillez nous répondre clairement à
cette question, car il y a certains ulémas qui disent que cet imam est
polythéiste et que la prière derrière lui n'est pas valable.
R3: Il est permis d'accomplir la prière derrière celui qui écrit des amulettes
si elles contiennent du Coran et des invocations légitimes, pourtant il est
inconvenable qu'un imam fasse des amulettes; car le fait de les porter est
interdit. Mais si ces talismans contenaient des propos de polythéisme, en ce
cas il serait interdit d'accomplir la prière derrière celui qui les a écrit et il
faut lui montrer que cela est un acte relevant du polythéisme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 8 de la Fatwa numéro ( 4503 ) :
Q8: Est-il permis d'accomplir la prière en portant des amulettes ou non
?
R8: Les Oulémas se sont mis d'accord sur l'interdiction de porter des
amulettes contenant autre chose que le Coran. Quant aux amulettes qui
contiennent des versets coraniques, elles sont l'objet de controverse entre les
savants: certains parmi eux ont autorisé leur port et d'autres l'ont interdit.
Et nous pensons que l'avis le plus probant est l'interdiction; car, le sens du
hadith, qui interdit cela, est général; pour empêcher les gens de prendre cela
comme prétexte pour porter d'autres amulettes. Par conséquent, il est plutôt
interdit de les porter pendant l'accomplissement de la prière.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre Président
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
Qa`oud Ghoudayân Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 4405 ) :
Q1: (Sa teneur) Quelqu'un a trouvé dans une copie jointe, à une
amulette, des récits imaginaires et des propos polythéistes avec des
versets coraniques, les gens se précipitent pour obtenir cette copie car
on lui a accordé des croyances incorrectes. Raison pour laquelle cette
personne a envoyé cette copie aux savants pour faire le nécessaire et
pour qu'ils corrigent ce qu'elle contenait de mensonges tout en publiant
une réponse et la diffuser parmi les gens de façon convenable?
R1: Cette copie contient des versets, des sourates du Noble Coran et à peu
près trois pages où l'auteur explique les avantages de cette copie qu'il lui a
donné le nom de "Hidjâb Al-Hissn Al-Hassîyn". Elle contient également cinq
pages où les connaisseurs de son grand père expliquent les avantages de
cette amulette ainsi que la supplication (At-Tawasol) par la bénédiction du
Prophète Al-'Adnânî (descendant d'Adnân, aïeul du Prophète), en outre, elle
contient des versets qu'on a nommés les sept versets sauveteurs et leur
invocation. Par conséquent, cette copie est considérée comme une hérésie
pour plusieurs raisons:
Premièrement: Parce qu'elle contient une supplication (tawasol) par la
bénédiction du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), pour qu'elle soit
utile à celui qui l'a prise comme une amulette dans le but de lui apporter un
bien ou pour le protéger contre un mal, et cela est interdit car il le mènerait
au polythéisme.
Deuxièmement: La prétention de son auteur et quelques connaisseurs que
cette amulette est utile en en citant les avantages, n'est qu'une présomption
sans fondement et illicite vu que c'est un type de polythéisme, de même sa
prétention qu'elle est un abri fort est un mensonge et une calomnie, car
Allah Le Très Haut est le seul Protecteur et pas d'abri que ce qu'Il a créé, rien
ne prouve que cette copie soit un abri fort soit dans le Coran ou la Sunna.
Troisièmement: Le fait de considérer cette copie comme une amulette
ressemble au fait de porter des talismans qui est un acte de polythéisme car
cela se contredit avec l'idée de la confiance entière en Allah. Sachant que
cette copie ne contient pas seulement du Coran, mais c'est un mélange de
versets coraniques et d'autres paroles, alors le fait de la prendre comme une
amulette n'est pas légitime ou plutôt interdit ; comment peut-on donc
l'appeler ? Al-Hidjâb Al-Hassîyn?!
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 9868 ) :
Q1: Est-il permis d'utiliser une chaîne pour l'auto-préservation, pour le
marketing ou pour l'offrir à une jeûne fille pour la demander en
mariage?
R1: Premièrement: il est interdit de l'utiliser comme une amulette pour se
protéger contre un mal quelconque ou pour commercialiser des
marchandises ainsi que pour faire bon débit d'une marchandise dans les
marchés.
Deuxièmement: Il est permis d'offrir une chaîne d'or à une jeune fille en
guise de fiançailles et en vue de se préparer au mariage, mais cela est
interdit si on croit que la chaîne apportera du bien ou protègera contre du
mal.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Qa`oud Bâz
La fatwa numéro ( 10536 ) :
Q: Après l'accouchement, la femme porte, sur elle, un morceau de fer
pendant une période de 40 jours, tout en croyant que ce fer la protège
contre le mal des djinns et qu'il lui apporte le bien, sans l'intervention
d'Allah, bien que c'est Allah qui est leur Créateur. Cela a déclenché un
débat entre moi, ma mère et mon épouse. Nous demandons auprès de
vous un conseil pour ma mère et mon épouse, souhaitant que votre
conseil serait bénéfique pour résoudre ce problème ayant eu lieu dans
toutes les tribus de Zafâr? De même, veuillez conseiller les musulmanes
qui croient que le fer apporte du bien ou protège du mal en dehors
d'Allah. Veuillez également me donner un bon conseil convaincant à
propos de ce sujet pour que je puisse guider les gens vers la bonne voie.
Sachez qu'on fait la même chose pour un garçon circoncis: le même
délai que la femme lui est accordé, il ne fait ni la prière ni le jeûne mais
il porte sur lui un morceau du fer pendant 40 jours. Je voudrais un
conseil et une preuve claire le plus tôt possible; qu'Allah vous
récompense au nom de l'Islam et des musulmans.
R: Porter un morceau de fer par une femme après l'accouchement ou par un
garçon circoncis fait partie des formes de polythéisme majeur qui mènent à
l‟hérésie, si cela était fait dans le but d'apporter du bien ou se protéger
contre le mal, car Allah dit: Et si Allah fait qu‟un mal te touche, nul ne peut
l‟écarter en dehors de Lui. Et s‟Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa
grâce. Il en gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et c‟est Lui le
Pardonneur, le Miséricordieux. et d'après 'Imrân ibn Hossayn, qu'Allah soit
satisfait de lui, Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) vit un homme
portant un bracelet en cuivre. Il lui demanda: "Qu'est-ce que cela?" L'homme
répondit: "C'est contre la faiblesse." Le Prophète lui dit alors: "Débarrasse-
t'en car cela ne t'apportera que plus de faiblesse. Si tu meurs en portant ce
bracelet, tu ne réussiras jamais". et d'après 'Oqba ibn `Amir, qu'Allah soit
satisfait de lui, Qu'Allah ne mène jamais à bon terme les affaires de
quiconque porte une amulette. Qu'Allah n'accorde jamais Sa protection à
quiconque porte une amulette en forme de coquillage rapporté par 'Ahmad.
Et dans une autre version: Celui qui porte une amulette, commet un acte
de polythéisme
Vous avez bien fait en conseillant votre mère et votre épouse pour les guider
à laisser cette hérésie qui mène au polythéisme et qu'Allah vous accorde Ses
bienfaits.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La question 2 et 3 de la Fatwa numéro ( 181 ) :
Q2: Est-ce licite d’égorger un animal par celui qui atteste qu'il n'y a
point d'autre divinité qu’ Allah, accomplit la prière, acquitte la zakât,
fait le jeûne et effectue le pèlerinage, mais porte des amulettes
contenant du Coran et autres choses?
R2: S'il porte des amulettes contenant du Coran ou des plus beaux noms
d'Allah ainsi que Ses attributs alors la bête immolée est licite, mais si les
amulettes contiennent autre chose que le Coran, la bête sera illiciteet cela
conformément à ce que rapportent 'Ahmad et Abou Dâwoud qui ont rapporté
d'après Ibn Mas`oud, qu'Alla soit satisfait de lui, avoir dit: " j'ai entendu le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) dire: Certes, l'exorcisme, les
amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch. en forme de grain qui
ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font partie du polythéisme
et puisqu'il est avéré que cela est un acte du polythéisme, alors la bête
immolée par celui qui porte ces amulettes est illicite, car cet homme est
considéré comme un polythéiste s'il croit que les talismans apportent du
bien ou du mal ; mais s'il croit que ces talismans ne sont que des causes et
qu' Allah Seul est celui qui accorde le bien et qui peut nuire, dans ce cas
porter des amulettes est un polythéisme d'un degré moins. Cependant,
s‟abstenir à manger de cette bête immolée est préférable et cela pour
l'empêcher de porter ces amulettes et pour l'avertir.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du comité
'Abd Al-Allah ibn Mani' `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî
Q3: Est-ce que le fait de porter des amulettes contenant du Coran ou
autre chose rend l'homme mécréant?
R3: Il y a deux sortes d‟amulettes que l'on porte:
La première: Les amulettes qui contiennent des versets coraniques.
La deuxième: Celles qui contiennent autre chose que le Coran.
S'il s'agit d'une amulette du Coran, les avis des prédécesseurs sont alors
partagés en deux:
Le premier: Il est interdit de la porter, tel qu'il est l'avis d' Ibn Mas`oud et
Ibn 'Abbâs ainsi qu‟il est évident de l'opinion d' Hodhayfa et 'Oqba ibn `Amir
et `Abd-Allah ibn 'Akîm et un groupe des Suivants comme les compagnons d'
Ibn Mas`oud. C‟est également l'opinion d 'Ahmad d'après une transmission
que plusieurs de ses disciples ont choisie et que ses successeurs ont
confirmée. Cet avis est fondé sur ce qui a étérapporté par 'Ahmad et 'Abou
Dâwoud et d'autresd'après Ibn Mas`oud, qu'Allah soit satisfait de lui,
Certes, l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch.
en forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font
partie du polythéisme Le cheikh 'Abd-Ar-Rahman ibn Hassan 'Al Ach-
Chaykh, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit dans son livre [Fath Al-Madjîd],
que cette opinion est la plus probante pour trois raisons apparentes pour
celui qui médite:
La première: L'interdiction est globale intéresse toutes les amulettes sans
exception ou particularité.
La deuxième: Pour empêcher les prétextes, puisque cela pourrait mener à
porter des amulettes contenant autre chose que le Coran.
La troisième: Car si quelqu‟un porte une amulette contenant des versets du
Coran, celui-ci sera profané lorsqu'on entre dans la salle de bain et pendant
la purification rituelle ainsi que des cas similaires.
Le deuxième avis: L'autorisation. c'est l'avis de `Abd-Allah ibn 'Amr ibn Al-
`Ass et ce qui est évident de ce qui a été rapporté par 'A'îcha, c‟est aussi
l'avis de 'Abou Dja`far Al-Bâqar et 'Ahmad dans une transmission. Ces
savants ont considéré que l'interdiction dans le hadith déjà cité concerne
uniquement les amulettes contenant du polythéisme.
Quant aux amulettes qui ne contiennent ni des versets coraniques ni les
plus Beaux Noms d'Allah ni de Ses Attributs, elles sont considérées comme
une sorte du polythéisme car le sens de ce hadith est général: Certes,
l'exorcisme, les amulettes et les talismans (comme "At-Towala", qqch. en
forme de grain qui ensorcelle la femme et l'a rend éprise de son mari) font
partie du polythéisme
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du comité
'Abd Al-Allah ibn Mani' `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî
La question 7 de la Fatwa numéro ( 4798 ) :
Honorable cheikh, j'ai trouvé sur mon chemin une feuille écrite, j'ai
voulu l'éloigner du chemin pour que les pieds ne la touchent pas,
ensuite j'ai jeté un coup d'oeil sur l'écriture pour savoir si elle contenait
du Coran, pour la prendre mais j'y ai trouvé ce texte : "A graver sur une
bague d'or, à évaporer par de l'ambre et à porter la bague après avoir fait
la purification complète, puis invoquer constamment Allah le Très Haut
et Le Majestueux à la fin de chaque prière mille cent trente fois 1130
fois, l'on doit faire cela pendant une semaine commençant le vendredi,
au début de n’importe quel mois, après la prière du matin jusqu'au jeudi
après la prière du soir (Al-`Ichâ'). Ensuite on invoque "les deux noms"
après chaque prière rituelle tant que possible. Cela a des mystères et
des secrets qui contiennent un grand étonnement et qui sont
inestimables, c'est pourquoi il ne faut jamais révéler leurs secrets à une
autre personne ou même à votre fils afin qu'il ne les utilise pas pour
causer du mal à quiconque des serviteurs d'Allah". Je souhaite avoir vos
explications concernant ce texte en montrant s'il est licite ou illicite.
R7: Tout ce qui est mentionné dans la question est interdit de le faire ou de
le considérer comme une amulette. il est également interdit exécuter le
contenu de ce texte, car il s'agit d'une gravure inconnue qui peut contenir
des sortes de polythéisme puisque cela renferme. Des invocations illégitimes
pendant un délai déterminé par un nombre donné de jours qui n'est pas
mentionné dans la législation islamique et il contient aussi des invocations
par deux noms inconnus. Tout cela est interdit et il n'est pas permis de le
pratiquer. Par conséquent, celui qui porte cette bague doit s'en débarrasser,
renoncer à ces invocations et effacer la gravure faite sur la bague tout en
implorant à Allah le pardon. Enfin, nous demandons à Allah de nous
accorder la grâce et la préservation.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Se prosterner devant un autre qu'Allah
La question 2 de la Fatwa numéro ( 4400 ) :
Q: Il y en a des gens qui prétendent que quiconque aurait cru en l’Islam
en se conformant au Message de Mohammad (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) et en se dirigeant vers la direction de la Ka`ba pour la prière, il
est alors musulman même s'il se prosterne devant son cheikh et on ne
peut jamais le considérer comme mécréant ou polythéiste. Ils disent
même que Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb avait tort lorsqu'il prêchait de
la perpétuité des polythéistes dans l'Enfer, s'ils ne se sont pas repentis
avant la mort. Pour ces gens, Allah punira, certes, les polythéistes de
cette communauté, mais les fera entrer ensuite au Paradis, car nul ne
demeurera éternellement en Enfer parmi la communauté de
Mohammad.
R: Quiconque ayant cru en le Message de notre Prophète (Salla Allah 'Alaihi
Wa Sallam) et en tout ce qui figure dans la législation divine, s'il se prosterne
par la suite devant un autre qu'Allah, soit un ''Wali'' (allié d'Allah), un
tombeau d'un saint ou celui d‟un cheikh d'une confrérie, il est considéré
alors mécréant, apostat et polythéiste, même s'il prononce les deux
attestations de l'Islam; car ses actes contredisent ses paroles. Cependant, on
peut lui accorder des excuses s'il ignore l'ampleur de son acte. Il ne sera
châtié qu'après une connaissance de l'Islam et après une explication bien
argumentée. En ce cas, on lui accorde un délai de grâce de trois jours pour
réfléchir et renoncer à ce qu'il a fait tout en espérant qu'il se repentît, mais
s'il insiste à se prosterner devant un autre qu'Allah, après l'explication, il
sera exécuté pour son apostasie conformément à la parole du Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam): Celui qui abandonne sa religion (l‟Islam), tuez-le.
rapporté par Al-Boukhârî, dans son recueil authentique,d'après Ibn 'Abbâs ,
qu'Allah soit satisfait de lui. Cela dit, l'explication et l'argumentation ne sont
qu'une sorte d'avertissement avant la punition et ne sont pas considérées
comme une période respective pour qu'il soit nommé mécréant car il est déjà
mécréant à cause de sa prosternation devant un autre qu'Allah et par le fait
de vouer une oblation ou sacrifier une bête en faveur d'une personne en
dehors d'Allah. Le Coran ainsi que la Sunna ont montré que celui qui meurt
en étant associateur ne sera jamais pardonné et demeurera perpétuellement
dans l'Enfer. Allah, l'Exalté, dit: Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui
donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Il dit aussi: Il
n‟appartient pas aux associateurs de peupler les mosquées d‟Allah, vu qu‟ils
témoignent contre eux-mêmes de leur mécréance. Voilà ceux dont les
œuvres sont vaines; et dans le Feu ils demeureront éternellement.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Qa`oud Bâz
La question 4 de la Fatwa numéro ( 4360 ) :
Q4: Est-ce que celui qui a attesté qu'Allah est le Créateur et le
Pourvoyeur et que Le Messager est Mohammad (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam), mais il n'a rien fait que la prière; pourtant, il se prosterne
devant son cheikh et sacrifie des animaux en faveur d'une personne en
dehors d'Allah, est-ce que cette personne est musulmane ou non?
R4: Se prosterner devant un autre qu'Allah et sacrifier un animal en faveur
d'une personne en dehors d'Allah sont des actes du polythéisme (chîrk).
Ainsi, celui qui connaît cela, pourtant accomplit ces actes polythéistes est
considéré comme polythéiste mécréant et quoi qu'il fasse comme bonnes
actions: "justice, prière, jeûne ou autres" Allah ne les acceptera pas car les
œuvres des mécréants ne sont pas agréées. Et si la personne décédée était
mécréante, Allah ne lui pardonnera pas, conformément à la parole de
l'Exalté: Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A
part cela, Il pardonne à qui Il veut. Allah dit dans un autre verset:
Quiconque associe à Allah (d'autres divinités), Allah lui interdit le Paradis; et
son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs! IL dit aussi :
Mais s'ils avaient donné à Allah des associés, alors, tout ce qu'ils auraient
fait eût certainement été vain. Mais si la personne se repentit sincèrement
avant de mourir, alors Allah lui pardonnera comme Allah Exalté soit-Il
l'affirme : Dis: «O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre
détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d‟Allah. Car Allah pardonne
tous les péchés. Les ulémas de l'islam se sont mis d'accord par unanimité
que ce verset a été révélé à propos des repentis. Par contre, le verset de la
sourate An-Nisâ' qui stipule: Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne
quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Ce verset a été révélé à
propos des gens non repentis qui sont morts en étant mécréants et en ayant
commis des péchés. Qu'Allah nous accorde la préservation.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 7 de la Fatwa numéro ( 9868 ) :
Q7: Est-ce qu'il est permis de s'incliner devant quelqu'un comme les
parents?
R7: Il est interdit de s'incliner devant quelqu'un. Pire encore, il s'agit d'un
acte de polythéisme, car l'inclinaison (ar-rokou') est un acte d'adoration
exclusif à Allah, Exalté Soit-Il, exactement comme la prosternation. Par
conséquent, il n'est pas permis de s'incliner devant un autre qu'Allah, Gloire
à Lui.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
Jurer par un autre qu'Allah
La fatwa numéro ( 436 ) :
Q : J'ai eu une discussion avec l’un des frères à propos de l'interdiction
de jurer par un autre qu'Allah. Elle s'est déroulé comme suit:
Je dis, tout en se basant sur ce que j'avais étudié dans mon jeune âge,
que le fait de jurer par un autre qu'Allah est une sorte de polythéisme
mineur tel qu'il est mentionné dans le livre du cheikh Mohammad ibn
`Abd-Al-Wahâb qui dit: "Le polythéisme mineur consiste à jurer par un
autre qu'Allah et lorsque l'on dit je n'ai qu'Allah et toi ou je compte sur
Allah et sur toi et ainsi de suite .... " Alors ce frère a rétorqué en disant
qu'Il est permis de jurer par l Coran; car celui-ci est un Attribut parmi
les Attributs d'Allah Le Très Haut. D'autres frères présents à cette
discussion ont donné multiples réponses soutenant cet avis. Nous avons
besoin d'un éclaircissement de la part du comité de consultation
organisme de l'Iftâ') dans lequel nous avons confiance pour son
acharnement à vérifier les hadiths authentiques. Veuillez nous répondre
à ce propos, et qu'Allah vous en récompense.
R: Jurer par un autre qu'Allah ainsi que les expressions : "ce que Allah veut
et tu le veux" ou "je n'ai qu‟Allah et toi" ainsi que d'autres propos similaires,
si ceci a été dit avec l'intention sincère de glorifier celui par lequel on a juré,
alors cela est un polythéisme "chîrk" majeur. Si la personne a dit ces propos
avec ignorance on doit l'informer, si elle insiste toujours, en ce cas elle est
comme celui qui connaît déjà l'avis religieux concernant ce sujet, tous les
deux sont donc considérés comme de grands polythéistes. L'avis religieux est
de même pour celui qui dit : "ce que Allah et toi veulent" ou "si ce n'était pas
Allah et toi" si jamais il croit que la personne en question est un associé à
Allah et que sa volonté est égale à celle d'Allah. Cependant, si on a dit ces
propos ou on a juré par un autre qu'Allah seulement verbalement sans
intention sincère, alors cela est considéré comme un "chîrk", polythéisme
mineur. Mais cela ne veut pas dire que le musulman le prenne à la légère car
le polythéisme mineur est le plus grand péché après le polythéisme majeur.
Dans ce sens, Ibn Mas`oud , qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit: Je préfère
jurer mensongèrement par Allah que de jurer honnêtement par un autre. Le
faux serment fait partie des grands péchés, toutefois Ibn Mas`oud, qu'Allah
soit satisfait de lui, a considéré que le polythéisme mineur est un péché plus
grave que le faux serment. Notons que le serment exige la glorification de ce
que par lequel on a juré et c'est ça l'origine de l'interdiction. Quant à celui
qui dit: "ce qu'Allah et toi veulent et d'autres propos similaires", la
coordination par" et" exige l'égalité entre celui qui vient avant et celui qui
vient après et cela n'est pas du tout permis car Allah n'a pas d'égal: Il n'y a
rien qui Lui ressemble; et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant. Quant au fait
de jurer par Le Coran, cela n'entre pas dans cette rubrique car le Coran est
les paroles d'Allah c‟est- à- dire l‟un de Ses Attributs et le serment légal
consiste à jurer par Allah ou par un de Ses Noms ou l‟un de Ses Attributs. A
ce propos le Prophète (Sallah Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Quiconque
voudrait jurer, qu'il jure au nom d'Allah ou qu'il se taise. rapporté par Al-
Boukhârî d'après `Omar .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n iben Ghadayân `Afifî
La fatwa numéro ( 508 ) :
Q: Un homme a voulu acheter une marchandise à un commerçant. Ce
dernier lui en a présenté trois genres. Le client lui a demandé :"Dis-moi
laquelle est la meilleure ». Le marchand lui a répondu: " Par confiance,
celle-ci est la meilleure". Aucun des deux n'avait l'intention de prêter
serment, ils voulaient juste que confiance et vérité règnent entre eux.
Est-ce que ceci est considéré comme une mécréance et un athéisme?
R: Si l'un des deux ne voulait jurer par un autre qu'Allah en disant "par
confiance", mais voulait tout simplement que l'autre soit honnête en disant
la vérité, cela ne pose pas de problème. Cependant, il faut éviter cette
expression qui parait comme un serment par la confiance. Par contre, si la
personne avait vraiment l'intention de jurer par la confiance, dans ce cas il
s'agit d'un serment par un autre qu' Allah, ce qui est considéré comme un
"chirk", polythéisme mineur qui est l‟un des péchés capitaux conformément
à ce qui a été rapporté par : `Omar Ibn Al-Khattâb , qu'Allah soit satisfait de
lui, que le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Quiconque
jure par autre qu'Allah, aurait commis un acte de polythéisme ou aurait
mécru. Dans un autre hadith Il dit: Celui qui jure par la confiance "Al-
'Amâna", n'est pas l'un des nôtres Ibn Mas`oud (Qu‟ Allah satisfait de lui ) a
dit : " Je préfère jurer mensongèrement par Allah que de jurer honnêtement
par un autre."
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du comité
'Abd Al-Allah ibn Mani' `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî
La première question de la Fatwa numéro ( 1332 ) :
Q1: Quel est l'avis religieux concernant le fait de jurer par un autre
qu'Allah, est-ce un "chirk" polythéisme ou non?
R1: Il est interdit de jurer par un autre qu'Allah quelqu‟il soit: un roi, un
Prophète, un saint "wali" ou autres créatures. Ceci est recommandé par ce
qu'a rapporté Ibn `Omar (Qu'Allah soit satisfait d'eux) que le Messager
d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam): trouva `Omar ibn Al-Khattâb dans
un convoi, tandis qu'il était en train de jurer par son père, alors le Messager
d'Allah les appela en disant: "Allah vous interdit de jurer par les noms de vos
aïeux ? Celui qui veut jurer qu‟il jure au nom d‟Allah ou qu‟il se taise !" Et
dans une autre version, le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
dit: Que celui qui veut prêter serment, le prête au nom d'Allah . Lorsque le
Prophète avait entendu Qoraych jurer par ses ancêtres, il a dit Ne jurez pas
par vos aïeux rapportés par Mouslim et d'autres.Donc le Prophète a interdit
de jurer par un autre qu'Allah. Or, toute interdiction est, par principe,
prohibée. Plus encore, il a été rapporté que le Prophète a nommé cet acte un
polythéisme "chirk". Dans ce sens, `Omar ibn Al-Khattâb, qu'Allah soit
satisfait de lui, a rapporté que le Messager (Sallah Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
dit: Quiconque jure par autre qu‟Allah a commis un acte de polythéisme.
Ce hadith est rapporté par Ahmad selon une chaîne de transmission jugée
authentique "sahîh", il est aussi rapporté par At-Tirmidhî qui le considère
comme "hasan" bon, et il est jugé authentique par Al-Hâkim. D'après Ibn
`Omar le Messager d'Allah (Sallah Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Quiconque
jure par autre qu'Allah, aurait commis un acte de polythéisme ou aurait
mécru. Les Ulémas ont jugé cela comme un polythéisme mineur, et ils l'ont
considéré comme une sorte de mécréance, mais à un degré moindre que la
grande mécréance qui fait excommunier la personne de la confession,
qu'Allah nous protège, puisque cela est l‟un des péchés capitaux. C'est
pourquoi Ibn Mas`oud (Qu‟ Allah soit satisfait de lui) disait: "Je préfère jurer
mensongèrement par Allah que de jurer honnêtement par un autre." Cela est
encore soutenu par ce qui a été rapporté par 'Abou Horayra que: Le
Messager d'Allah (Sallah Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Celui d'entre vous
qui jure par Al-Lât et Al-'Ozzâ (deux idoles qu'on adorait à l'époque
préislamique) qu'il dise alors : "Il n'y a d'autre dieu qu'Allah". Quant à celui
qui a invité son frère (en religion) à s'adonner ensemble aux jeux d'hasard,
qu'il fasse alors aumône (à titre d'expiation)." rapporté par Mouslim et
d'autres.Le Messager d'Allah a donc ordonné aux musulmans qui ont juré
par les deux idoles (Al-Lât et Al-'Oza) de prononcer, tout de suite,
l'attestation qu'il y a point de divinité qu‟ Allah, car le serment par un autre
qu'Allah se contredit avec l'Unicité d'Allah, car il sous-entend une
glorification pour un autre qu' Allah par des mots et des formules qui Le
désignent spécialement. Quant à ce qui a été rapporté dans quelques
hadiths concernant le serment par les ancêtres, on doit dire que cela existait
avant l'interdiction suivant les habitudes des arabes à l'époque préislamique.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abd Al-Allah `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
ibn Mani' Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 1779 )
Q: Quel est l'avis religieux à propos de celui qui cherche l'aide auprès
des djinns, comme la pratique de la divination, afin de connaître
l'inconnaissable (al-Ghayb: savoir absolu d'Allah)?
L'Islam comment juge-t-il l'hypnose par laquelle l'hypnotiseur acquiert
une grande puissance qui lui permet de contrôler l'hypnotisé et par
conséquence lui faire renoncer à un acte illicite, le guérir d'une maladie
psychique ou en lui demander d'accomplir un acte quelconque ?
Quel est l'avis religieux lorsque quelqu'un dit: (Par le droit de telle
personne! ). Est-ce que cela est considéré comme un serment ou non?
Veuillez nous éclairer.
R: Premièrement : Al-Ghayb "savoir absolu d'Allah" est limité au Seigneur
Exalté soit-Il, aucun de ses créatures ne le connaît ni djinn ni autre, sauf ce
qu'Allah a révélé à qui IL a voulu de Ses Anges ou Ses Messagers. Allah le
Très-Haut a dit: Dis: "Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne
connaît l'Inconnaissable, à part Allah". De même, Il a dit à propos de Son
prophète Soulaymân (`Alaihi As-Sallâm) et les djinns qu'Il a mis à son
service: Puis, quand Nous décidâmes sa mort, il n‟y eut pour les avertir de
sa mort que la «bête de terre», qui rongea sa canne. Puis lorsqu‟il s‟écroula, il
apparut de toute évidence aux djinns que s‟ils savaient vraiment l‟inconnu,
ils ne seraient pas restés dans le supplice humiliant [de la servitude]. Allah
le Très-Haut a également dit: [C‟est Lui] qui connaît le mystère. Il ne dévoile
Son mystère à personne, sauf à celui qu‟Il agrée comme Messager et qu‟Il
fait précéder et suivre de gardiens vigilants, D'après An-Niwâs ibn Sam`ân,
qu'Allah soit satisfait de lui, le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) a dit: Lorsque Allah veut révéler des paroles divines, Il énonce la
révélation et les cieux en tremblent - à moins qu'il ait dit: ou s'ébranlent
fortement - par crainte d'Allah. Lorsque les occupants des cieux entendent
cela, ils sont foudroyés et tombent en prosternation devant Allah. Le premier
à relever la tête est Jibrîl (Gabriel) à qui Allah révèle ce qu'Il veut. Puis les
anges de chaque ciel voyant Jibrîl passer prêt d'eux lui demandent: "Qu'est-
ce que notre Seigneur a dit?" Il répond: «Il a dit La vérité, c'est Lui le Sublime
le Grand". Et tous les anges de répéter les mêmes propos de Jibrîl (Gabriel).
Ce dernier transmet la révélation là ou Allah lui a ordonné de le faire. Et
dans le recueil des hadiths authentiques, d'après 'Abou Horayra (Qu'Allah
soit satisfait de lui), le Messager d'Allah (Sallah Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
dit: Lorsque Allah décrète un ordre au ciel, les Anges battent des ailes en
signe de soumission à Sa parole. Ils sont alors effrayés par le son de cette
parole comparable au choc d'une chaîne de métal frottée contre un rocher
très lisse. Quand ensuite la frayeur se sera éloignée de leurs cœurs, ils
diront: "Qu'a dit votre Seigneur?" Ils répondront: "La Vérité; C'est Lui le
Sublime, le Grand". Cette parole est entendue par un démon qui prête
discrètement l'oreille. Or, ces démons sont jucher les uns sur les autres.
Soufyân illustra cela en écartant les doigts de la main inclinée - et celui qui a
entendu la parole la transmet à ceux qui sont au dessous de lui, et ainsi de
suite de proche en proche, jusqu'à ce qu'il atteigne le sourcier ou le divin.
Mais il est possible que cet espions soit touché par un météorite avant de
transmettre la parole, comme il peux qu'il a transmette avant d'être atteint.
Le sorcier ou le divin rajoute alors cent mensonges à cette information, et les
gens de dire: "Ne nous avait-il pas dit un jour ceci et cela". Il sera véridique
en raison de cette parole qui a été entendue du ciel.
De ce fait, il est interdit de demander l'aide auprès des djinns ou d'autres
créatures pour connaître l‟inconnaissable soit en les invoquant, en les
flattant ou en pratiquant la divination ou autre encore, car cela est considéré
comme "chirk" polythéisme puisque c‟est une sorte d'adoration et Allah avait
informé Ses serviteurs de n'adorer que Lui tout en disant: C‟est Toi [Seul]
que nous adorons, et c‟est Toi [Seul] dont nous implorons secours. Le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: à Ibn 'Abbâs : Si tu souhaites
une chose demande-la à Allah, et si tu as besoin d'aide demande l'aide
d'Allah Le hadith.
Deuxièmement: L'hypnose est une sorte de divination qui utilise un djinn
par lequel l'hypnotiseur aurait un pouvoir sur l'hypnotisé en lui faisant
parler par sa langue, en lui donnant une capacité pour accomplir certains
actes, et cela si ce djinn était honnête avec l'hypnotiseur. Le djinn se sert de
l'hypnotisé au service de l'hypnotiseur pour accomplir les tâches qu'il lui
demande ou pour lui transmettre les nouvelles dont il a besoin à l'aide de
djinn si celui ci est honnête. Il n'est donc pas permis d'utiliser l'hypnose ni
de la considérer comme un moyen ou une voie pour rechercher la place
d'une chose volée ou perdue, pour guérir un malade ou accomplir un travail
quelconque à l'aide de l'hypnotiseur. Cela est même considéré comme un
"chirk" polythéisme, selon ce qui a été mentionné ci-dessus et parce qu'il est
un recours à un autre qu'Allah, et car cela dépasse les causes naturelles qu‟
Allah a révélées à Ses créatures.
Troisièmement: Lorsque une personne dit: "par le droit de telle personne"
cela pourrait être un serment, comme on dit je jure par le droit de telle
personne, la formule "par tel" ici signifie le serment. Ou bien cela pourrait
être une supplication ou une demande d'aide à la personne ou à son
pouvoir. Dans les deux cas il est interdit de prononcer de telles paroles.
Dans le premier cas, il s'agit du fait de jurer par une créature auprès d'une
autre, ce qui est interdit, donc jurer par une créature sur Allah est forcement
interdit. D'ailleurs, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a jugé que le
fait de jurer par un autre qu'Allah est considéré comme "chirk" polythéisme
en disant: Quiconque jure par autre qu'Allah, aurait commis un acte de
polythéisme. rapporté par 'Ahmad , 'Abou Dâwoud , At-Tirmidhî et Al-
Hâkim qui l'a authentifié.
La deuxième éventualité, il s'agit d'une supplication. Les compagnons
(Qu'Allah soit satisfait d'eux) n'ont jamais supplié par la personne du
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) ou par sa dignité ni durant sa vie ni
après sa mort. Ce sont eux qui connaissaient sa valeur et sa dignité auprès
d' Allah, qui connaissaient la Charia et ce sont eux qui ont passé par des
tribulations durant la vie du Prophète et après sa mort mais ils ont eu
uniquement recours à Allah en implorant Son aide. S'il n' était donc pas
interdit de supplier par la personne ou par la dignité du Prophète, (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) ce dernier l'aurait dû enseigner à Ses compagnons
puisqu'Il n'a laissé aucun acte, qui approche à Allah, sans le leur ordonner
ou les guider à l'accomplir. Tout cela prouve que la supplication par
quiconque n'est pas permise, puisque la permission de celle-ci par le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) n'a pas été prouvée. De plus, le fait
que ses compagnons ne l'ont pas faite est une autre preuve.
Quant à ce qui a été rapporté à propos des compagnons (Qu'Allah soit
satisfait d'eux) qu'ils imploraient Allah à travers la supplication par
l'invocation du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), cela était, en fait,
durant sa vie. Comme au cours de l'année de sécheresse, ils ont demandé la
pluie. Mais, après la mort du Prophète, `Omar (Qu'Allah soit satisfait de lui)
est sorti pour faire la prière pour qu‟il pleuve en disant: O mon Seigneur,
nous nous réclamions de notre Prophète auprès de Toi et Tu nous envoyais
la pluie; à présent nous nous recommandons de l‟oncle de notre Prophète,
envoie-nous la pluie. Et il se mettait à pleuvoir. Il voulait dire par
l'invocation de Al-`Abbâs à Allah mais pas la supplication par la dignité de
Al-`Abbâs, car la dignité du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) est plus
considérée que celle de Son oncle; ce qui indique que si la supplication était
la visée de `Omar il aurait dû supplier Allah par la dignité du Prophète au
lieu de Le supplier par la dignité d'Al-'Abbâs. Or, les compagnons ne l'ont
pas fait. En plus, la supplication par la dignité des prophètes ou par les
pieux est une sorte de polythéisme comme est avéré par les expériences
vécues, donc cela est interdit pour empêcher les prétextes et pour protéger le
monothéisme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 3760 ) :
Q: Est-il permis de jurer par un autre qu'Allah?
R: Il n'est pas permis de jurer par un autre qu' Allah, car le Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Allah, le Très-Haut, vous interdit de jurer par
vos pères. Que le jureur jure par Allah ou bien qu'il se taise. Hadith
approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim.Dans une version selon Abou Dâwoud
et An-Nasâ'î, d'après 'Abou Horayra, qu'Allah soit satisfait de lui : Ne jurez
pas par vos pères ou vos mères, et ne jurez par Allah que si vous êtes
sincères. De même, 'Abou Dâwoud et At-Tirmidhî rapportent
authentiquement que le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
dit: Quiconque jure par autre qu'Allah, aurait commis un acte de
polythéisme ou aurait mécru. .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 4767 ) :
Q : L'Institut Secondaire de la Poste à Riyad a constaté la présence,
dans le "serment du scoutisme", de l'expression suivante: "Je promets
par mon honneur de déployer tous mes efforts pour accomplir mon
devoir envers Allah, la patrie et le roi, d' aider les gens en tout moment
et d'appliquer la loi du scoutisme." Ce texte figure dans la brochure
éditée par le secrétariat général du comité du scoutisme arabe. Nous
vous avons joint une copie de la couverture, la préface de cette
brochure et la page sur laquelle figure l'expression susdite. Veuillez
l'examiner et nous donner votre avis à son propos, précisant s' il est
permise ou non, pour pouvoir le déclarer ou le modifier en se basant sur
une consultation "fatwa" légale. Enfin, nous voulons saisir l'occasion
pour vous remercier et pour vous exprimer notre reconnaissance pour
ce que vous faites pour servir cette religion musulmane, espérant qu'
Allah nous guide tous vers la bonne voie.
R: Premièrement : Il est interdit de jurer par un autre qu'Allah soit un père,
un leader, un honneur, une dignité ou autre. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi
Wa Sallam) a dit: Quiconque voudrait jurer, qu'il jure au nom d'Allah ou
qu'il se taise. Hadith approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim.Il a aussi dit:
Que celui qui veut prêter serment, le prête au nom d'Allah rapporté par An-
Nasâ'î. Il a dit également: Quiconque jure par autre qu'Allah, aurait commis
un acte de polythéisme. .
Deuxièment: Le musulman ne doit pas mettre Allah au même plan que
autres choses comme la patrie, le roi ou le leader en prêtant des promesses
de travailler en leur service; mais qu'il dise: je m'engage devant Allah à
déployer mon effort pour faire mon devoir envers Allah seulement, puis
ensuite pour servir ma patrie, aider les musulmans et appliquer les
règlements du scoutisme qui ne violent pas la Charia d'Allah, Exalté soit-Il.
Troisièment: Le travail de l'homme doit être conforme à la Charia d'Allah,
Exalté soit-Il, de telle sorte qu‟il n'est pas permis que l'on fasse des
promesses d'appliquer, d'une façon absolue, la loi d'un pays ou d'une
catégorie d‟êtres humains.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 4876 ) :
Q2: Est-ce qu'il est permis d' accomplir la prière derrière quelqu'un qui
jure par un autre qu'Allah, porte des amulettes et croit en l’un des
cheikhs du Soufisme ?
R2: Jurer par un autre qu'Allah pourrait être une forme de polythéisme
mineure ou majeure, selon l'intention de l'auteur. De même, certaines
amulettes pourraient être une forme de polythéisme majeure et d'autres
pourraient en être une forme mineure. Concernant le fait de croire en l‟un
des cheikhs du Soufisme, cela est jugé en fonction de ce que on y croit. Or,
vous n'avez pas précisé ceci dans la question. Cependant, il faut conseiller à
cet imam de ne pas faire ce qui ne plait pas à Allah; s'il a accepté le conseil,
vous pouvez prier derrière lui, sinon vous priez derrière un autre.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre Président
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
Qa`oud Ghoudayân Bâz
La fatwa numéro ( 4950 ) :
Q : Un citoyen est venu prétendre qu'il est permis de jurer par le Coran
et qu'il jure par le Noble Coran tout en étant indifférent; nous lui avons
conseillé de ne plus le faire mais il n'a pas accepté. Que pensez-vous de
cela?
R: Il est permis de jurer par Allah et par Ses Attributs. Le Coran tout en
étant la parole d'Allah est donc l‟un de Ses Attributs, il est donc permis de
jurer par le Coran si l'intention de la personne est de jurer par les paroles
d'Allah. Cependant, si la personne jure par les feuilles du recueil du Saint
Coran et par l'encre avec lequel il a été écrit, cela est interdit vu que les
feuilles et l'encre ne sont que des objets et il est interdit de jurer par un
objet, conformément à la parole du prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam):
Quiconque voudrait jurer, qu'il jure au nom d'Allah ou qu'il se taise. .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre Président
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
Qa`oud Ghoudayân Bâz
La question 4 et 5 de la Fatwa numéro ( 6261 ) :
Questions 4 et 5: En cas de litige entre deux personnes, des hommes
âgés prennent la charge de les réconcilier et lorsqu'une de ces deux
personnes nie la parole de l'autre, il jure par un cheikh parmi les pieux.
Ils prennent alors le Coran et vont au tombeau. Ils accompagnent
certains proches de la personne fautive pour approuver ses paroles. Ces
gens font cela car ils croient que si cette personne ment elle sera vouée
à la perdition ou la mort. D'ailleurs, ces gens ont une autre habitude, en
cas de litige entre les membres de leur tribu, un homme parmi eux se
charge de les réconcilier et une fois que le litige est réglé, on oblige la
personne fautive à sacrifier un animal et à payer dix livres pour que la
personne qui a raison, soit satisfaite; et c'est ainsi que la réconciliation
est obtenue. Quel est donc l'avis religieux vis-à-vis de ces pratiques?
R 4 et 5: Il est interdit de jurer par un autre qu'Allah. Des preuves
authentiques l'interdisent d'une manière générale. Or, le fait de jurer par un
cheikh parmi les pieux, est considéré comme un serment par un autre
qu'Allah, il faut donc conseiller à la personne qui le fait, de s'en abstenir,
tout en lui expliquant que cela est illicite et pourrait même être du
polythéisme majeur si elle a juré par cet homme pieux afin de le vénérer
comme on vénère Allah Exalté soit-Il. De même, il est interdit de visiter les
tombeaux pour jurer auprès d'eux, car cela est une hérésie, un acte
répréhensible et est une voie vers le polythéisme "chirk".
Quant au sacrifice et l'argent payé pour la réconciliation, nous n‟y trouvons
aucun mal si cela était convenu entre les deux parties en litige.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 8999 ) :
Q: Chez nous au Soudan, beaucoup de gens jurent par les cheikhs et les
tombeaux, cela pourrait se faire même dans les tribunaux légaux. Si le
juge demande à l'inculpé de jurer par le Coran il jure, sans hésiter, un
faux témoignage; mais si le juge lui demande de jurer par le tombeau,
alors il s'abstient et avoue sa malfaisance. Cela est dû au fait que les
gens considèrent que s'ils jurent par le tombeau d'un cheikh en étant
menteurs ils pourraient être atteints par une malédiction puisqu'ils
pensent que le tombeau apporte le mal ou le bien. Quel est donc l'avis
religieux à ce propos? Est-il permis au juge de demander aux gens de
jurer par un tombeau ou par un cheikh?
Surtout qu'un des ulémas nous a dit qu'en cas de nécessité, il est
permis de jurer par le tombeau plutôt que par le Coran afin de pouvoir
restituer le droit d'un opprimé. Cet avis est-il valable ?
Veuillez nous expliquer ceci avec plus de détails et de preuves, qu'Allah
vous en récompense.
R: Il est interdit de jurer par un tombeau ou par un cheikh. De même, il
n'est pas permis au juge de demander à quiconque de jurer par ces derniers.
Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Quiconque jure par autre
qu'Allah, aurait commis un acte de polythéisme ou aurait mécru. Le
serment n'est légal que si on jure par le Nom d'Allah, par l‟un de Ses Noms
ou bien par l‟un de Ses Attributs.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 7 de la Fatwa numéro ( 9688 ) :
Q7: Est-ce qu'il est permis de jurer par le Coran? Et qu'en est-il pour le
fait de jurer par un autre qu'Allah?
R7: Il est permis de jurer par le Coran car celui-ci est la parole d'Allah et l‟un
des Attributs d'Allah, Exalté soit-Il. Par contre, il n'est pas permis de jurer
par un autre qu'Allah, conformément à la parole du Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam): Quiconque jure par autre qu'Allah, aurait commis un
acte de polythéisme. .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La crainte
La question 2 de la Fatwa numéro ( 3942 ) :
Q2: Comment peut-on avoir une foie solide, appliquer les prescriptions
d'Allah et avoir la crainte de Son châtiment ?
R2: Cela s'acquiert par la récitation du Coran tout en étudiant et en
méditant ses sens ainsi que ses dispositions. De même, par l'étude de la
biographie du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) pour connaître les
détails de la Charia, s'engager à les appliquer et s'attacher à cela par le
dogme, les actes et les paroles. Il faut également avoir présent à l'esprit
qu'Allah vous observe à tout moment, adoucir le cœur, en lui faisant sentir
Sa Grandeur, se rappeler toujours du Jour du Jugement Dernier avec ses
moments effrayants et pénibles le châtiment et la rétribution fréquenter les
hommes pieux et éviter les malfaiteurs.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 11 de la Fatwa numéro ( 6375 ) :
Q11: Si une belle femme a incité un homme à commettre l'adultère
avec elle mais qu’ il a refusé, Allah abritera-t-Il sous Son Ombre au Jour
du Jugement Dernier?
R11: Si une belle femme a incité un homme à commettre l'adultère avec elle
mais celui-ci a refusé par crainte d'Allah, il a donc bien fait et Allah le
récompensera même si cette femme n'avait pas d‟autorité sur lui. Quant à
l'évaluation de cette récompense et l'explication de son genre et de sa
manière, c'est Allah Seul qui le sait car cela fait partie des choses
inconnaissables (Ghayb: savoir absolu d'Allah). A ce propos, le Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit dans un hadith authentique: Sept
personnes seront ombragées par Allah sous Son ombre le jour où il n'y aura
d'ombre que la Sienne . Il a cité parmi eux: Un homme qu'une femme de
haute position sociale et doté d'une grande beauté, a appelé à elle et qui lui
dit: «Je crains Allah».
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 6303 ) :
Q: Je suis professeur dans une école primaire. Je suis satisfait de cet
emploi honorable et je remercie Allah de ce don, mais ce qui me
préoccupe, c'est que je m'efforce à croire en Allah seul et à ne craindre
que Lui Seul sans associé. J'implore Allah que ce ne soit pas de
l'ostentation. Je crois en Allah Seul, je Le crains. Je ne cherche qu'à
faire ce qui pourrait Le satisfaire, et à m'abstenir de tout ce qui peut
provoquer Son mécontentement. Mon seul souci, à l'heure actuelle,
c'est de m' abstenir de toute forme de polythéisme.
Comme je viens de le dire, je suis professeur, Allah Seul sait si j'assume
ma tâche avec fidélité; mais une fois que j'entends dire qu'un
superviseur ou un responsable chargé de surveiller l'application des
programmes et d'évaluer le niveau des élèves, une peur me saisit; une
peur qui ressemble à celle d'un croyant tenu devant son Créateur. En
d'autres termes, je pâlis d'une manière visible. Frères, cette peur devant
un homme sans force ni puissance n'est-ce pas un aspect de
polythéisme, d'autant plus que cet homme ne craint pas Allah? Frères,
guidez-moi vers le bon chemin. Je suis tenaillé par le remords. Pour
plus de précision, j'ajoute que je redouble d'efforts dès qu'on me
prévient d'une visite prévue du surveillant. Guidez-moi vers le bon
chemin. Qu'Allah vous en récompense!

R: La crainte d'Allah est l'une des meilleures et des plus grandes dévotions.
Elle est l'un des cultes les plus intègres qu'Allah nous a prescrit d'accomplir
sincèrement pour Lui. Allah dit N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur
de Moi, si vous êtes croyants. A celui qui remplit la condition de Sa crainte,
Allah a promis de lui accorder deux paradis; Il dit Et pour celui qui aura
craint de comparaître devant son Seigneur, il y aura deux jardins; Allah a
de même fait l'éloge des anges en les qualifiant de craindre leur Seigneur; Il
dit Ils craignent leur Seigneur, au-dessus d'eux, Les versets qui en
attestent foisonnent dans le Coran.
Le cheikh 'Abd-Ar-Rahman ibn Hassan a mentionné dans son livre intitulé
''conquête du glorieux'' (Fath Al-Madjîd) que la crainte est de trois types:
L premier est la crainte dissimulée: C'est quand une personne craint qu'un
mal ne lui arrive par quelqu'un autre qu'Allah, comme des idoles ou les
despotes. Tel est, à titre d'exemple, le cas des membres de la tribu de Houd
qui, selon le verset coranique, ont dit à leur Prophète: Nous dirons plutôt
qu‟une de nos divinités t‟a affligé d‟un mal». Il dit: «Je prends Allah à témoin
- et vous aussi soyez témoins - qu‟en vérité, je désavoue ce que vous
associez, en dehors de Lui. Rusez donc tous contre moi et ne me donnez
pas de répit. Allah a aussi dit: Et ils te font peur avec ce qui est en dehors
de Lui. Tel est le cas des adorateurs des tombes et des idoles, ils les
craignent et les utilisent pour intimider les monothéistes qui récusent
l'idolâtrie et commandent d'adorer sincèrement Allah Seul. Cette attitude est
bien en contradiction avec le monothéisme.
Le deuxième genre de peur est quand l'homme délaisse ses devoirs par
crainte des gens; ceci est interdit car il s'agit d'une forme de polythéisme qui
va à l'encontre des principes du monothéisme pur; ceci est à l'origine de la
descente de ces versets: Certes ceux auxquels l‟on disait: «Les gens se sont
rassemblés contre vous; craignez-les» - cela accrut leur foi - et ils dirent:
«Allah nous suffit; Il est notre meilleur garant». Ils revinrent donc avec un
bienfait de la part d‟Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent
ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d‟une grâce immense. C‟est le
Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N‟ayez donc pas peur d‟eux. Mais
ayez peur de Moi, si vous êtes croyants.
Le troisième genre de peur est la peur naturelle: Telle la crainte d'un
ennemi, d'une bête ou autres. Cette peur n'est pas blâmable, la preuve en
est qu'Allah l'a mentionnée en rapportant l'histoire de Moïse -que la paix
d‟Allah soit sur lui- Il sortit de là, craintif, regardant autour de lui. le
verset.
Or, il est évident que votre peur de l'inspecteur intègre dans le troisième
genre, soit la peur naturelle. Vous devez vous dévouer dans votre travail, que
le surveillant vienne ou pas, redoubler d'effort en enseignant à vos élèves, ce
qui peut leur être utile. Vous devez aussi renforcer leur foi en leur récitant
intensivement le Coran, en méditant longuement sur le sens de ses versets,
et en appliquant les règles qui y sont consignées.
Veillez aussi à faire la prière en son temps prescrit, ainsi que les autres
prescriptions islamiques. Qu'Allah nous accorde la persévérance pour
accomplir les bonnes œuvres.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 10561 ) :
Q1: Je crains le châtiment d'Allah -Exalté soit-Il-; mais je n'ai pas assez
d'énergie pour accomplir les devoirs religieux. En lisant les ouvrages
des ulémas, nos prédécesseurs, je trouve que le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) et ses compagnons s'efforçaient de participer à tous
les domaines relevant de bonnes œuvres. Ils pleuraient et se
considéraient même comme désobéissants. Que puis-je faire pour
accéder au Paradis, et pour échapper à l'enfer et pour être au nombre
des dévots au jour du Jugement dernier?
R1: Le fait de craindre Allah et Son châtiment est louable conformément à la
Charia. Cette crainte renforce la piété chez le serviteur d'Allah, l'invite à
exécuter Ses ordres et à éviter Ses prohibitions. Dévouez-vous corps et âme
à Allah et craignez Le sincèrement. Vous serez ainsi plus déterminé à
accomplir les actes d'obéissance et à vous éloigner des péchés. Lisez
intensivement le Coran, en méditant sur son sens, pour qu'il vous serve de
mode de vie et d'exhortation.
Lisez aussi la biographie du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) et sur
ses compagnons (qu'Allah soit satisfait d'Allah); leurs bonnes œuvres seront
pour vous un modèle à suivre.
Qu'Allah nous accorde le succès, la détermination à appliquer les principes
du culte, et à accomplir de bonnes œuvres.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 5265 ) :
Q : Monsieur le cheikh, veuillez nous mettre le point sur l'authenticité
du hadith suivant et sur ceux qui l’ont rapporté, qu’Allah vous en
récompense pleinement. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
dit: Un homme n'a jamais fait aucune œuvre pie dit aux siens: "Quand
je mourrai, brûlez mon corps et répandez la moitié de mes cendres sur
la terre, et l’autre moitié dans la mer". - "Par Allah, ajoute le Prophète,
si Allah le veut, Il peut lui infliger le châtiment le plus terrible qu'Il ait
jamais infligé à personne au monde". Quand cet homme meurt, les siens
réalisèrent sa demande. Mais, Allah donna ordre à la mer de réunir les
éléments qu'elle avait reçus et enjoignit à la terre d'en faire autant pour
ce qu'elle avait reçu. Une fois l'homme ressuscité, Allah lui dit:
"Pourquoi as-tu agi ainsi?". - "A cause de la crainte que Tu m'inspirais,
répondit-il; Tu le sais mieux que personne". Allah alors lui pardonna.
R: Dans le recueil de hadiths authentiques de l'imam Al-Boukhârî au
chapitre intitulé "La crainte d'Allah" on cite d'après `Othmân ibn 'Abî
Chayba, selon Djarîr d'après Mansour selon Rab`î, d'après Hodhayfa que le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit Il y avait, parmi vos
prédécesseurs, un homme qui ne croyait pas que ses actions furent bonnes.
Par conséquent, il dit à sa famille: "Quand je mourrai, brûlez mon corps et
jetez les cendres dans la mer dans un jour où il fait très chaud.'' Ils l'ont fait,
mais Allah collectées ses particules et lui a demandé : Pourquoi as-tu fait
cela?". Il répondit, «La seule chose qui m'a poussée à le faire, est la crainte
que je prouvais pour Toi".
D'après Mousa, d'après la version de Mo`tamir qui a entendu son père dire
que Qatâda a rapporté d'après les paroles de 'Oqba ibn `Abd-Al-Ghâfir selon
Abou Sa`îd, Qu'Allah soit satisfait de lui, que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi
Wa Sallam) "a mentionné un homme des peuples précédents ou à qui Allah
a donné tant de richesses et des enfants. Quand il fut à l'article de la mort, il
dit à ses enfants: "Faites ce que je vous ordonne ou bien j'attribuerai mon
legs à d'autres héritiers. Quand je serai mort, brûlez-moi, broyez mon
cadavre et, laissez le vent répandre mes cendres, puisque je n'ai fait aucun
bien et Allah est certes Capable de me châtier pleinement". Les enfants
s'étant conformés à cette recommandation, pourtant Allah rassembla les
cendres de cet homme et lui dit: "Qui t'a poussé à agir ainsi?". - "La crainte
que Tu m'inspirais", répliqua l'homme. Seule cette parole put le racheter.
J'ai rapporté ce hadith à 'Abou `Othmân. Il m'a dit qu'il a entendu Salmân
rapporter ce même hadith en ajoutant jetez-moi en plein mer ou une
expression de ce genre.
Il s'agit donc d'un homme qui, poussé par la crainte d'Allah et l'ignorance de
l'étendue de la puissance d'Allah,
a fait le testament déjà cité à ses enfants; pourtant Allah lui a accordé Sa
miséricorde et lui a pardonné.
Le cheikh de l'Islam Ibn Taymiyya (Qu'Allah lui fasse Sa miséricorde), après
avoir cité le hadith et la polémique des ulémas à son égard, a dit : "Cet
homme fut la proie du doute et de l'ignorance quant à la puissance d'Allah
de ressusciter un cadavre brûlé et dispersé dans l'air, il a aussi manqué de
confiance quant à la puissance d'Allah à ressusciter celui qui a subi ce sort .
Ce sont là deux fondements incontournables de la foi.
Le premier est relatif à Allah, le Très-Haut, c'est croire en Sa toute-
puissance.
Le deuxième est relatif au jour du Jugement dernier: C'est croire qu'Allah
ressuscitera ce mort et le récompensera ou le châtiera selon ses actions.
Toutefois, cet homme, en gros, croyait en Allah et au jour du Jugement
dernier, c'est à dire il croyait qu'Allah récompense et châtie les hommes
après la mort, en plus , il a accompli une bonne œuvre, à savoir sa crainte
d'être châtié par Allah à cause de ses péchés, pour toutes ces raisons, Allah
lui avait pardonné.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Le désespoir en la miséricorde d'Allah

La question 3 de la Fatwa numéro ( 7901 ) :


Q3: Dans un verset du Coran, Allah le Tout-Puissant dit, Au nom d'Allah
le Tout Miséricordieux et le Miséricordieux Dis: «O Mes serviteurs qui
avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de
la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Allah dit
vrai. Selon l'interprétation donnée par certains exégètes, ce verset
signifie qu' Allah, Exalté soit-Il, pardonne tous les péchés y compris le
polythéisme. S'agit-il, dans ce verset, du polythéisme mineur ou du
polythéisme majeur, ou des deux à la fois?
R3: Dans le verset suivant: Dis: «O Mes serviteurs qui avez commis des
excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d‟Allah.
Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c‟est Lui le Pardonneur, le Très
Miséricordieux. Allah, Glorifié soit-Il, interdit à Ses serviteurs de désespérer
de Sa miséricorde et leur promet fermement, Glorifié soit-Il, de pardonner
tous leurs péchés sans exception, que ce soit des péchés véniels ou mortels,
qu'ils relèvent du polythéisme majeur ou mineur, à condition de s'en
repentir. Le pardon est donc la règle générale pour ceux qui se repentissent
de leurs péchés conformément au verset suivant: Et je suis Grand
Pardonneur à celui qui se repent, croit, fait bonne œuvre, puis se met sur le
bon chemin».
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Le confier à Allah

La fatwa numéro ( 598 ) :


Q: Un groupe d'étudiants ont lu le hadith suivant: Un bédouin vint au
prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) et lui dit : Je l'attache (sa
chamelle) ou je m'en remets, il lui répondit: Attache ton chameau et
confie-toi à Allah. Certaines personnes disent que ce hadith n'est pas
authentique. Veuillez nous éclairer quant à son authenticité.
R: Dans son recueil de hadiths, At-Tirmidhî a rapportéd'après la version
d'Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, a dit Un homme vint au Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) et lui dit: Je l'attache (sa chamelle) ou je m'en
remets, il lui répondit: attache ton chameau et confie-toi à Allah. Ensuite
At-Tirmidhî a cité d'après Yahyia ibn Sa`îd Al-Qattân qu'il considère ce
hadith contestable; ensuite At-Tirmidhî a dit ce hadith est étrange parmi
ceux qui sont rapportés par 'Anas et que c'est la seule version qu'il a
rapportée. At-Tirmidhî d'ajouter: 'Amr ibn 'Omayya Ad-Damarî dans une
version similaire a rapporté sur le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
des propos similaires. Al-Hâfiz Al-Haythamî, a mentionné dans son ouvrage
intitulé "Madjma' Az-Zawâ'id wa Manba` Al-Fawâ'id" ce hadith rapporté par
At-Tirmidhî qui dit d'après 'Amr ibn 'Omayya qui a dit: O Messager d'Allah,
dois-je laisser mon chameau libre et mettre ma confiance en Allah? "Attache-
le, puis mets ta confiance en Allah". Lui rétorqua le Prophète. Ce hadith a
été rapporté par At-Tabarânî, selon deux chaînes de rapporteurs, la première
comporte le nom de 'Amr ibn `Abd-Allah ibn 'Omayya Ad-Damarî, que je ne
connais pas, mais le reste des rapporteurs sont fiables.Il a cité aussi dans le
tome X, sous la rubrique " la confiance en Allah et attache-la et confie-toi à
Allah, ce qui suit:
d'après 'Amr ibn 'Omayya Ad-Damarî il a dit: O Messager d'Allah, dois-je
laisser mon chameau libre et mettre ma confiance en Allah? "Attache-le puis
mettez votre confiance en Allah hadith rapporté par At-Tabarânî selondes
chaînes de rapporteurs et l'une de ces chaînes comporte les noms des
rapporteurs cités dans le recueil de hadiths authentiques, sauf Ya'qoub ibn
`Abd-Allah ibn 'Amr ibn 'Omayyia, mais il est digne de confiance.
As-Sayouttî a mentionné dans son ouvrage ''Ad-Djâmi' As-Saghîr", dans la
lettre ''Hamza"(première lettre de l'alphabet ) a cité ce hadithrapporté par At-
Tirmidhî ,et le classe parmi les hadiths faibles.
En somme, ce hadith a soulevé les controverses, mais son sens est correct
car le Coran et la tradition "Sunna" ont instauré le principe à suivre, à savoir
celui de respecter le principe de la causalité tout en ayant confiance en
Allah. Celui qui tient aux causes tout en négligeant la confiance en Allah est
alors polythéiste. En revanche, celui qui abandonne son moi à Dieu et
délaisse la loi de causalité, est ignorant, fautif et perdant. Ce qui est
recommandé licitement c'est d'unir (d'associer) les deux principes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
Membre membre vice Président du comité
'Abd Al-Allah ibn Mani' `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî
La fatwa numéro ( 2798 ) :
Q: Avoir de la confiance en Allah ne signifie ni se jeter dans la piscine
sans savoir nager, ni s'exposer au danger en faisant un geste sportif
auquel vous ne vous n'êtes pas entraîné, ni laisser le moustiquaire pour
se coucher hors de la chambre, ni négliger d'utiliser l'insecticide si vous
dormez dans la chambre vous exposant ainsi à la fièvre, ni laisser votre
sac ou votre casier ouvert sans le verrouiller, et par conséquent vous
risquez de perdre vos affaires. Quel est donc le vrai sens de la confiance
en Allah. Veuillez nous informer et agréez nos meilleurs remerciements.
R: Se confier à Allah, c'est s'en remettre à Lui, Exalté, soit-Il, c'est une
obligation, voire un des fondements de la foi, car Allah le Très-Haut dit Et
c'est en Allah qu'il faut avoir confiance, si vous êtes croyants". La confiance
en Allah constitue une des forces morales requises pour atteindre tout
objectif. Le croyant doit y joindre d'autres moyens lui permettant de parvenir
à ses fins, tels les pratiques cultuelles, entre autres, l'imploration d'Allah, la
prière, l'aumône, et la préservation des liens de parenté. Il doit aussi
s'intéresser aux causes matérielles lui permettant d'atteindre ses objectifs,
causes préétablies par la loi divine régissant l'univers, comme les exemples
cités dans la question pour cette consultation. Il faut aussi suivre l'exemple
du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) qui fut le meilleur des confiants
en Allah et qui, pourtant, cherchait d‟autres moyens compatibles avec sa
confiance parfaite en Allah le Très-Haut. Celui qui délaisse les autres
moyens accessibles permettant d'atteindre son objectif, se contentant
ainsi d'avoir confiance en Allah, va à l'encontre de la Sunna du Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam); son attitude est qualifiée d'impuissance, non
pas d'une confiance en Allah selon les normes de la Charia.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 3571 ) :
Q: Mon nom est `Abd-Al-Qawî (serviteur du Puissant), est-il légal de
porter un nom pareil dans l'Islam ? Peut-on dire je m'en remets à Allah,
ensuite à toi ou peut-on employer des expressions analogues? Veuillez
me conseiller.
R: Il est permis qu'une personne dise: je m'en remets à Allah, ensuite à toi.
S'en remettre à Allah, c'est Lui confier toute affaire et compter sur Lui, car,
C'est Lui -Exalté soit-Il- qui dispose à son gré de l'univers. S'en remettre au
serviteur après s'être remis à Allah, le Très-haut, c'est se référer à celui-ci à
la limite de ses capacités; car la volonté du serviteur est subordonnée à celle
d'Allah. Allah dit pour celui d‟entre vous qui veut suivre le chemin droit.
Mais vous ne pouvez vouloir, que si Allah veut, [Lui], le Seigneur de l‟Univers
; de même Il a dit Ceci est un rappel. Que celui qui veut prenne donc le
chemin vers son Seigneur! Cependant, vous ne saurez vouloir, à moins
qu‟Allah veuille. Et Allah est Omniscient et Sage.
Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) nous explique la basede cela;
An-Nasâ'î rapporte dans un hadith authentiqued'après la version de Qatîla
Un Juif vint au Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) et lui dit : "Vous
commettez des actes de polythéisme! Vous dites:"C'est selon la volonté
d'Allah et ta volonté" et "je jure par la Ka`ba". Le Prophète ordonné alors au
musulmans désirant jurer de dire:"Je jure par le seigneur de la Ka`ba" et de
dire: "C'est selon la volonté d'Allah puis selon ta volonté". Dans un hadith
authentique, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit : Ne dites pas :
"Si Allah et quelqu'un d'autre le veulent". Vous devez plutôt dire :"Si Allah le
veut, puis dans un second temps si un tel le veut." Quant au fait de porter
le nom ou le surnom d'Abd-Al-Qawî, c'est permis car Al-Qawî (le Puissant)
est l'un des noms d'Allah le Très-Haut.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Huitième question de la fatwa numéro ( 7804 ) :
Q8: Parfois je redoute la maladie Que dois-je faire?
R8: Ayez confiance en Allah, remettez-vous à Lui, implorez Son pardon et la
bonne santé ici bas et dans l'au-delà. Faites de bonnes œuvres pour qu'elles
puissent vous servir dans l'au-delà. De même, évitez tout ce qui peut vous
rendre malade, contactez les médecins dans les hôpitaux ou dans les
cliniques pour juger de votre état, qu'Allah nous accorde Son soutien.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 6 de la Fatwa numéro ( 9580 ) :
Q6: Je voudrais une explication exhaustive du hadith suivant pour
pouvoir bien le comprendre: Si seulement vous vous en remettez à
Allah tel qu'il le faut vraiment, il vous fournira des moyens de
subsistance comme Il les fournit aux oiseaux: ils s'envolent le matin
affamés et rentrent le soir rassasiés. ?
R6: Ce hadith est rapporté par `Omar, qu'Allah soit satisfait de lui : le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Si seulement vous vous en
remettiez à Allah tel qu'il le fallait vraiment, il vous fournirait des moyens de
subsistance comme Il les fournit aux oiseaux: ils s'envolent le matin affamés
et rentrent le soir rassasiés. c'est un hadith rapporté par l'Imam 'Ahmad,
At-Tirmidhî, An-Nasâ'î, Ibn Mâjda, Ibn Hayân et Al-Hâkim. At-Tirmidhî :dit
qu'il est bon et authentique.
Effectivement, s'en remettre à Allah consiste à avoir un cœur confiant en
Allah, le Très-Haut, en toute sincérité, à compter sur Lui pour accéder à tout
ce qui est utile et pour éviter tout ce qui est nuisible dans les affaires de la
vie d'ici-bas et dans l'au-delà. Le sens de ce hadith est que si les gens
parviennent à s'en remettre à Allah, évidemment de tout leur cœur, à
compter entièrement sur Lui pour se procurer le bien et repousser les maux,
en prenant soin de faire les efforts nécessaires, Allah leur octroiera des biens
de toutes parts, à l'instar des oiseaux. En effet, Allah pourvoit à la
subsistance de ces êtres dès qu'ils font leur simple aller retour, qui constitue
un genre de requête toutefois aisée. Cependant, le fait de s'en remettre à
Allah n'exclut pas l'effort exigé pour trouver sa subsistance, instauré comme
loi naturelle par Allah, c'est même une de Ses recommandations. Donc, le
fait de prendre en compte les moyens et de les rechercher par les cinq sens
est une obéissance, et le fait de s'en remettre à Allah de tout son cœur est
une marque de foi. Allah le Très-Haut dit: Et craignez Allah. C'est en Allah
que les croyants doivent mettre leur confiance. Il associe la remise de soi à
Allah à la piété définie comme la prise en charge des moyens, alors que s'en
remettre à Allah sans ce critère est considéré comme un signe de pure
impuissance, même s'il revêt une certaine forme de remise de soi à Allah. Le
serviteur ne doit donc pas substituer l'un à l'autre, mais il faut que cette
remise de soi à Allah fasse partie des moyens qui lui assurent la réalisation
de son but.
Qu'Allah vous accorde le succès et que la Prière et la Bénédiction d'Allah
soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
Le rigorisme

La question 5 de la Fatwa numéro ( 8946 ) :


Q5: Quelle est selon les normes de la religion, la limite qui, une fois
dépassée, peut être considérée comme du rigorisme? Quelle en est donc
la définition? Et quelle est à l'opposé la limite du laxisme?
R5: La limite qui, une fois dépassée, constitue du rigorisme, c'est le fait
d'excéder le légitime. Le terme signifie, un ''approfondissement mêlé à de
l'afféterie et à du maniérisme''. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
nous a défendu d'être rigoriste. Il dit: Gardez-vous de l'exagération (dans la
Religion), car c'est la chose qui a fait périr ceux qui vous ont précédés.
hadith rapporté par 'Ahmad et par d'autres rapporteurs, selon une chaîne de
transmission authentique.Quand au laxisme, il s'agit du fait de manquer
d'obéissance aux prescriptions religieuses, comme par exemple, commettre
le concubinage, la médisance et le cancanage; ou bien délaisser des devoirs
religieux tels la piété filiale, la préservation des liens de parenté, le fait de
rendre le salut ou d'autres.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 9808 ) :
Q3: Qu'est ce que les orateurs grandiloquents ''motafayhikoun''?
R3: Ce sont les orateurs qui ne prononcent que des discours emphatiques,
abusant de maniérisme.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
L'exagération dans la construction des tombes et l'édification des
mosquées au-dessus de ces tombes

La fatwa numéro ( 4440 ) :


Q1: Le fait de blasphémer (dire des paroles qui outragent la religion)
mène-t-il à accuser immédiatement son auteur de mécréance? S'agit-il
de la religion en ce cas, ou l'insulte peut elle présenter une excuse? Si
cet acte est commis par les femmes et les enfants, quel en est l'avis
religieux?
2- Peut-on prendre pour excuse l'ignorance en ce qui concerne le fait de
tourner en dérision la barbe, le voile couvrant le visage, la chemise, ou
les musulmans en général et de même pour le blasphème?
3 - L'ignorance peut-elle servir d'excuse pour certains péchés tels le
culte des tombeaux ou idolâtrie?
Peut- elle aussi servir d'excuse pour les employés dont le travail est de
lutter contre toute activité religieuse?
4 - Le fait de débattre pour convaincre quelqu'un qui immole pour
gagner la faveur de quelqu'un d’autre qu'Allah, ou qui invoque quelqu'un
d’autre que Lui, est-ce un devoir que peut accomplir un musulman
ordinaire qui connaît bien ces questions ? Quelles sont les autres
conditions requises pour débattre par preuve les gens qui commettent
de tels péchés?
R: 1- : Faire appel aux gens pour qu'ils suivent le sentier d'Allah par la
parole sage, le bon conseil et l'argumentation basée sur les meilleures
preuves, est bien recommandée dans notre religion. Le Très-Haut dit: Par la
sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur.
Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c‟est ton Seigneur qui connaît
le mieux celui qui s‟égare de Son sentier et c‟est Lui qui connaît le mieux
ceux qui sont bien guidés.
2 - Le prédicateur doit connaître à fond ce qu'il prêche comme prescriptions
ou prohibitions; car il se peut qu'il s'acharne bien à faire le bien et à être
utile pour autrui, mais, se retrouve, par ignorance, en train d'interdire ce qui
est permis et permettre ce qui est interdit, tout en se croyant être sur la
bonne voie.
3 - Le blasphème, la dérision de certains principes du Coran ou de la Sunna
ainsi que le mépris de ceux qui les observent rigoureusement, tels les
hommes qui laissent pousser la barbe ou les femmes qui portent le voile;
tous ces actes sont des formes de mécréance. Si leur auteur est un adulte
responsable selon la Charia, vous devez lui conseiller; ensuite, s'il insiste sur
son attitude, il est alors mécréant. Allah le Très-Haut dit: Dis: "Est-ce
d'Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous
moquiez?" Ne vous excusez pas: vous avez bel et bien rejeté la foi après
avoir cru.
4 - L'idolâtrie et le culte des tombes sont des formes de polythéisme. La
personne majeure qui est légitimement responsable et qui commet de tels
péchés doit être informée du verdict de la Charia concernant son attitude.
S'il s'en abstient de faire ces péchés, il n'a rien à craindre; sinon, il sera
considéré comme un polythéiste, et s'il meurt en persistant sur la même
attitude, il sera condamné éternellement à l'Enfer. Il est alors inexcusable
après être informé du verdict de la Charia. Il en est de même pour celui qui
immole pour gagner la faveur de quelqu'un d'autre qu'Allah.
5 - Il incombe donc à chacun de changer les actes répréhensibles selon ses
aptitudes. C'est pourquoi le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a cité
trois étapes pour changer l'acte répréhensible, il a dit: Quiconque parmi
vous s‟aperçoit de quelque chose de répréhensible, qu'il la redresse de la
main ; s'il ne le peut pas, que ce soit de sa langue ; s'il ne le peut pas
toujours, que ce soit de son cœur. Or, cette dernière attitude constitue le
degré le plus faible de la foi. Ceux qui peuvent user de la force pour changer
les actes répréhensibles sont les gouverneurs et leurs députés. Les ulémas
condamnent par la parole, et le reste désapprouve par leur cœur; toutefois,
certains d'entre eux peuvent parfois changer l'acte répréhensible par la
parole. Le Très-Haut dit: Allah n'impose à aucune âme une charge
supérieure à sa capacité. Le serviteur ne doit pas s'accabler de charges non
prescrites par Allah. Nous devons signaler que tout changement d'un acte
répréhensible, de quel niveau qu'il soit, doit être préévalué selon ses
conséquences: qu'on doit d'abord prendre en considération les avantages et
les inconvénients qui peuvent résulter de ce changement, si c'est un
avantage, on peut entreprendre ce changement, sinon, on doit s'abstenir à le
faire pour l'intérêt général. Mais si les avantages et les inconvénients du
changement de cet acte se contredisent avec ceux qui résultent de l'état
actuel des choses, il est permis d'en délaisser les moins avantageux
pour parvenir aux plus avantageux. De même, si les inconvénients du
changement se contredisent avec ceux qui résultent de l'état actuel des
choses, il est permis d'en commettre les moins préjudiciables, en vue d'éviter
les plus préjudiciables. Si les avantages et les inconvénients s'équivalent,
éviter les préjudices serait alors préférable à l'acquisition des avantages.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 8086 ) :
Q: Un conseil qui proviendrait de Makkah Al-Mokarramah "La Mecque
honorée" prétend que le hadji `Abd-Allah ibn Mostafa a raconté ce qui
suit: Je dormais quand j'ai eu en songe le Prophète (Salla Allah 'Alaihi
Wa Sallam). Il m'a ordonné de transmettre le message suivant aux
musulmans qui les exhorte à coopérer et à avoir de la foi. Il ajoute que
celui qui lit ce message doit le copier huit fois et le diffuser, il en sera
récompensé par un bonheur qui l'atteindra après dix jours. Par contre,
poursuit-il, celui qui s'abstient de promulguer ce message en sera châtié
par la maladie. Si je mens, je meurs mécréant. Cela est-il vrai ou non?
Est-il licite ou illicite d'aller rendre visite à la tourelle où se trouve un
mort et d'y immoler des poules ou des brebis sous prétexte que le
défunt est marabout?
R:D'abord cette vision est invalide et apocryphe, elle ressemble àcelle qu'on
attribue au serviteur de la chambre du Prophète. L'honorable cheikh 'Abd-
Al-`Azîz ibn Bâz a déjà écrit sur ce sujet de façon détaillée un article qui fut
publié dans les journaux locaux et autres.
Deuxièmement : La circonvolution autour des tombes est illicite. Si
l'intention est de chercher à gagner la faveur des morts qui y sont enterrés,
c'est alors du polythéisme du plus haut degré qui peut faire excommunier
celui qui le commet de l'Islam. En effet, la circonvolution est un acte rituel.
Le Très-Haut dit: et qu'ils fassent les circuits autour de l'Antique Maison.
Or, pratiquer un culte pour tout autre qu'Allah relève du polythéisme.
Troisièmement : L'immolation aux tombes est illégale. Si c'est par intention
de chercher à gagner la faveur du mort qui y est enterré, c'est alors du
polythéisme du plus haut niveau, car le Très-Haut dit: Dis: «En vérité, ma
Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah,
Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné,
et je suis le premier à me soumettre.» Le rite du pèlerinage "nosok'' désigné
par ce verset est l'immolation. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
dit: Allah maudit celui qui immole pour autre entité qu‟Allah (Exalté Soit-Il).
hadith rapporté par Mouslim dans son recueil de hadiths authentiques.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 9785 ) :
Q: Des gens visitent le tombeau du Prophète Jonas, que la paix soit sur
lui, ils font une circonvolution autour de ce tombeau. Ils y mettent des
sachets de friandise, de l'argent ou des pièces de tissu de couleur verte,
et cela à travers les fenêtres de la pièce en verre et en aluminium qui
entourent le tombeau. Allah sait mieux s'ils font ceci uniquement par
amour d'Allah ou pour gagner Sa faveur par l'intermédiaire de ce
prophète. Le ministère des affaires islamiques "waqfs" confisque ces
friandises, cet argent et ces tissus. Toutefois, les responsables de la
mosquée distribuent parfois cette friandise à leurs proches alors que le
tissu se vend sous forme de rubans d'un centimètre de longueur et d'un
centimètre de largeur à un demi dinar. L'acheteur met le morceau en
main ou en poche pour repousser le préjudice ou la maladie. Quant à
l'argent, Allah Seul sait où il va. Manger cette friandise, est-ce licite ou
non? Qu'Allah vous fasse récompense
R2: (A) La visite des tombeaux pour toute personne autre que les femmes est
une tradition islamique "Sounna", car le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) a dit: Visitez les tombes, car elles vous rappellent de l'au-delà .(B)
Il est illicite de faire des circonvolutions autour du tombeau d'un prophète
ou d'une autres personne, de mettre de l'argent, de la friandise, des aliments
ou du tissu sur la tombe. En effet, cela constitue un acte polythéiste si
l'intention est de chercher à gagner la faveur de l'enterré, qu'il s'agisse d'un
prophète ou d'un autre.

(C) Ce que vous citez à propos du tombeau du Prophète Jonas est incorrect.
Personne ne connaît la place d'aucune tombe de prophète à l'exception de
celles des Prophètes Mohammad et 'Ibrâhîm, que la bénédiction et la paix
d‟Allah soient sur eux. Celle de Ibrahim se trouve en Palestine. Celui qui
prétend connaître l'endroit de la tombe de Jonas ou d'un autre Prophète, est
menteur ou est victime de mensonges.
D. Même si l'on connaissait l'endroit du tombeau de Jonas ou d'un autre, il
est illicite de chercher à gagner sa faveur en faisant des pratiques cultuelles
qui lui sont destinées, en lui offrant des friandises ou des tissus, en frôlant
son tombeau, ou en lui demandant un service quelconque; car Allah le Très-
Haut dit: Les mosquées sont consacrées à Allah: n‟invoquez donc personne
avec Allah. Il dit aussi: Et si Allah fait qu'un mal te touche, nul ne peut
l'écarter en dehors de Lui. Et s'Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa
grâce. le verset.
(E) Les friandises et les autres articles offerts aux tombes n'ont rien de béni
ni de particulier. On doit les partager entre les pauvres car c'est de l'argent
délaissé par ses propriétaires.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La question 10 de la Fatwa numéro ( 5741 ) :
Q: Celui qui accompagne un polythéiste à la tourelle d'un marabout
pour y faire une circonvolution ou pour assister à un banquet, est-il
tout autant polythéiste ou bien il a simplement commis un péché
malgré lui, surtout si le visiteur de la tombe est son père ou sa mère, et
au cas où il refuserait, il les mécontenterait?
R10: Il est illicite de conduire quelqu'un à l'une des tourelles pour faire une
circonvolution ou pour y assister à un banquet organisé à cette occasion.
Celui qui commet cet acte commet un péché qui relève de l'entraide à
commettre un acte répréhensible et injuste. Que le père ou la mère soient les
personnes concernées par cela, ceci ne justifie pas ce péché car Le Prophète,
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Nulle obéissance à une créature dans
la désobéissance au Créateur .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 1258 ) :
Q: Si un homme sculpte une idole représentant un être humain ou un
animal à partir d'une matière première utile telle que l'or, l'argent , ou
d'autres métaux pour servir d'ornement, et qu'ensuite, il regrette ce
qu'il a fait et décide de transformer cette statue en quelque chose
d'utile conformément à la Charia, tel que des pièces de monnaie, des
bijoux ou une un bâtiment est-ce licite? Quel est le sens du mot
''adorées'' cité dans le hadith suivant du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) : "le Prophète a demandé à celui qui a fait un voeu d'immoler
des chameaux à Bouwâna Y a-t-il, interrogea-le Prophète, (à cet
endroit) une des idoles (adorées) qui remontent à la période
préislamique 'Djâhiliyya" ?
R: On doit détruire les statues, venir à bout des images et éliminer leurs
traits qu'elles soient destinées à être adorées ou à servir de décoration et cela
pour dénier le mal (l'acte répréhensible et pour protéger le monothéisme. Le
mot ''adorée'' dans la phrase Y a-t-il, interrogea-le Prophète, (à cet endroit)
une des idoles (adorées) qui remontent à la période préislamique 'Djâhiliyya"
est un adjectif qui indique que les statuettes sont souvent fabriquées pour
être adorées, il n'est pas cité par prudence. Cependant, il est permis de se
servir des débris des statues d'une manière adéquate, qui peuvent servir à
construire des murs et des mosquées, à en faire de la monnaie ou à
fabriquer des bijoux pour les femmes. Il est aussi permis de se servir de
papiers, de panneaux et des voitures qui contenaient des images déjà
effacées. La preuve en est le hadithrapporté par Mouslim d'après Abou Al-
Hayâdj qui a dit: " 'Alî me dit un jour : Ne veux-tu pas que je te charge
d'une mission telle que l'Envoyé d'Allah m'a chargée de faire? Eh bien! tu ne
laisses aucune représentation figurée sans l'effacer ni un tombeau saillant
sans l'aplanir. le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) s'est limité à
ordonner à 'Alî -qu'Allah soit satisfait de lui-, d'effacer les images et de
niveler les tombeaux élevés au plan du sol. Il a aussi considéré bien suffisant
ce que 'A'icha a fait du rideau de sa chambre qui contenait des images. Elle
avait taillé en coussins de manière à dissimuler les images qui y figuraient.
Le Prophète avait approuvé son geste sans lui ordonner de le de le morceler.
En effet, il est permis, en principe, d'employer ces matières. Leur interdiction
n'est que temporaire; une fois que disparaît la raison pour laquelle leur
usage a été interdit, il est de nouveau permis de les utiliser pour des fins
adéquates selon la Charia.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abd Al-Allah `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
ibn Mani' Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 5 et 6 de la Fatwa numéro ( 3201 ) :
Q: M'est-il permis de démolir les petites mosquées où se trouvent les
tombes de marabouts considérés comme des saints "Walis" ? Puis-je
ensuite prendre ce qui en reste, par exemple le plafond pour usage
personnel?
R : D'abord, la construction des mosquées, qu'elles soient petites ou
grandes, sur un ou des tombeaux est illicite; la preuve en est que, dans
plusieurs hadiths authentiques, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
interdit cet acte et a maudit celui qui le commet. C'est au gouverneur et à
ses adjoints qu'incombe la tâche de détruire de telles mosquées pour mettre
fin à cet acte répréhensible, étant donné que la construction de ces édifices
relève de l'impiété. De même, si un groupe de musulmans possèdent
l'autorité et la puissance nécessaires, ils doivent alors les démolir, mais à
condition que cette destruction ne mène pas à des dissensions
inextinguibles. En effet, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) n'a pas
détruit les idoles qui entouraient La Ka„ba ni celles qui étaient dedans au
début de sa prédication (da`wa), malgré qu'il lançait appel au monothéisme,
tout en tournant en dérision les illusions des idolâtres qui les adoraient.
Mais une fois l'Islam affermi, et les musulmans devenus plus puissants, le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) les a démolies au cours de la
conquête de La Mecque .
Deuxièmement: Si vous détruisez ces petites mosquées, il vous est permis
de prendre les parties qui peuvent vous être utiles, à condition d'être en
mesure d'éviter les dissensions et les préjudices .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 189 ) :
Q: Quel est l'avis religieux concernant la prosternation sur les tombeaux
et l'immolation des bêtes en leur faveur?
R2: La prosternation sur les tombeaux et l'immolation devant eux sont des
signes du paganisme propre à l'époque préislamique et de polythéisme
majeur. Chacun de ces actes constitue une pratique cultuelle et toute
pratique cultuelle ne peut être consacrée qu'Allah Seul. Celui qui voue un
culte à un autre qu'Allah est polythéiste. Allah le Très-Haut dit: Dis: «En
vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à
Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été
ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» Le verset. Il dit aussi: Nous
t‟avons certes, accordé l‟Abondance. Accomplis la Salât pour ton Seigneur
et sacrifie. Nombreux sont les versets qui démontrent que la prosternation
et le sacrifice sont des pratiques cultuelles. Les destiner à quelqu'un autre
qu'à Allah est une forme de polythéisme majeur, il va de soi que celui qui se
rend aux tombeaux pour s'y prosterner et y immoler n'a pour autre intention
que les glorifier et les célébrer par le biais des offrandes et de la
prosternation.De même, Mouslim a rapporté un long hadith sous la rubrique
''le sacrifice pour tout autre qu'Allah est illicite, et celui qui le commet est
maudit''. Dans ce hadith, 'Alî ibn 'Abou Tâlib qu'Allah soit satisfait de lui, a
dit: le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) m'a informé de quatre paroles:
Allah a maudit celui qui égorge (un sacrifice) pour autre qu'Allah, et Allah a
maudit celui qui maudit ses parents, Allah a maudit celui qui reçoit chez lui
un innovateur, Allah a maudit celui qui change les repères de la terre
Aussi, 'Abou Dâwoud a rapporté dans son recueil de hadithsd'après Thâbit
Ibn Ad-Dahhâk qu'Allah soit satisfait de lui, a dit: Un homme qui fit vœu
d'égorger un chameau à Bouwâna interrogea le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) à ce sujet. Le Prophète lui demanda y-a t-il dans ce lieu une des
idoles (adorées) qui remontent à la période de Djâhiliyya?". - " Non", répondit
l'homme. "Y a-t-il alors une des fêtes de Djâhiliyya?''. - "Non", affirma
l'homme. A ce moment-là, le Prophète lui dit : "Accomplis ton vœu ; car le
vœu doit absolument être exécuté sauf s'il s'agit d'une désobéissance à Allah
ou d'un vœu de ce qu'on ne possède pas. Ceci dénote que la malédiction
poursuit celui qui immole pour tout autre qu'Allah et qu'il est interdit
d'immoler dans tout lieu qui glorifie quelqu'un autre qu'Allah, que ce lieu
comprenne une idole ou un tombeau, ou qu'il soit fréquenté par des
mécréants, même si c'est dans l'intention de satisfaire Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn Soulaymân ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Manî` Ghoudayân
La première question de la Fatwa numéro ( 1644 ) :
Q1: J'ai eu des controverses avec ceux qui considèrent licite
l'accomplissement de la prière dans un tombeau ou dans une mosquée
qui renferme un ou des tombeaux, en me basant sur des hadiths
authentiques et incontestables, j' ai pu réfuter les doutes qu'ils sèment.
Toutefois, ils m'ont objecté par ce qui suit: 'A'icha qu'Allah soit satisfait
d'elle, où priait-elle après la mort du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam), alors que l'enterrement de ce dernier était dans son domicile à
elle? A l'intérieur ou à l'extérieur de sa maison? Ils ajoutent aussi que le
Prophète et ses compagnons ont prié dans la Mosquée sacrée où sont
enterrés Hagar l'épouse d'Abraham, que la paix d’Allah soit sur lui, ainsi
que d'autres prophètes. Je vous prie, honorable cheikh, de m'informer
quant à la véracité de leurs propos; est-ce vrai qu'elle a été enterrée,
Hagar, à La Maison sacrée "Al-Harâm", ainsi que d'autres prophètes?
Est-il vrai que 'A'icha priait chez elle après la mort du prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam). Veuillez me citer des références à ce propos.
R1: Les deux recueils de hadiths authentiques ont cité, d'après 'A'icha
qu'Allah soit satisfait d'elle, qu'elle a dit : "au cours de la maladie du
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), qui a précédé sa mort , il a dit :
Qu'Allah maudisse les Juifs et les Chrétiens; ils ont pris les tombes de leurs
Prophètes pour mosquées. 'A'icha Qu'Allah soit satisfait d'elle d'ajouter: Il
mettait en garde contre le fait de ce comporter de la sorte. Si ce n'était cette
recommandation, sa tombe aurait été creusée à l'extérieure de sa demeure,
mais l'on craignit qu'elle soit adoptée comme une mosquée Au recueil
authentique "Sahih" de Mouslim d'après Djondob ibn `Abd-Allah qui a dit
que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Vos prédécesseurs ont
pris les tombes de leurs Prophètes et de leurs pieux pour mosquées. Que
vous ne preniez pas les tombes pour mosquées. Je vous mets en garde
contre cette pratique Aussi dans son recueil, Mouslim a rapporté Il vous
est interdit de s'assoire sur les tombes et de prier en leur direction , Le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) la a interdit de peindre le tombeau,
d'y construire un édifice, et de s'asseoir dessus. Il a donc maudit les Juifs et
les Chrétiens car ils avaient transformé les tombes de leurs prophètes en
temples, ce qui fut interdit par le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam). Il
a aussi prohibé de prier en direction des tombes et d'y faire une construction
quelconque. Il visait, de ce fait, à protéger le monothéisme et à barrer les
prétextes menant au polythéisme. Il s'avère donc qu'il n'est pas permis de
prier dans les mosquées construites au dessus de tombes ainsi que la
construction de mosquées au-dessus.
Quant à la question concernant le lieu où 'A'icha, qu'Allah soit satisfait
d'elle, accomplissait sa prière après l'enterrement chez elle du Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), si c'est à l'intérieur ou à l'extérieur de sa
maison
R: La réponse en est que 'A'icha, qu'Allah soit satisfait d'elle, est l'un de ceux
qui ont rapporté des hadiths considérés comme authentiques d'après le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), et qui portent sur la défense de
considérer les tombes comme des mosquées. C'est de la sagesse d'Allah
Exalté soit-Il. Si elle avait prié dans cette chambre qui renferme les
tombeaux, elle aurait transgressé les hadiths qu'elle rapportait, elle même,
d'après le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), ce qui serait déplacé de
sa part. Elle priait donc dans les autres chambres de la maison.
Conformément à ce qu'on vient de mentionner, le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) n'a pas été enterré dans la mosquée, mais il fut enterré
dans sa maison. Néanmoins, lorsque la mosquée du Prophète fut agrandie
par Al-Walîd ibn `Abd-Al-Malik, il y fit introduire la maison du Prophète,
c'est pour cela qu'on a cru, ultérieurement, que le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) fut enterré dans la mosquée, chose qui n'est pas vraie. Et
puisque les compagnons savaient bien les recommandations du Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), ils l'enterrèrent dans sa maison et pas dans
la mosquée.
En ce qui concerne le fait que Hagar fut enterrée dans La Mosquée Sacrée
"Al-Harâm" ainsi que d'autres prophètes, rien, à notre avis, ne le prouve.
Quant aux historiens qui prétendent être détenteurs de cette information, on
ne peut compter sur eux étant à court de preuves confirmant sa validité.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
Membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 5 de la Fatwa numéro ( 2450 ) :
Q5: Quel est l'avis religieux concernant la prosternation sur les tombes
et l'immolation en leur faveur?
R5: La prosternation sur les tombeaux et l'immolation devant eux sont des
signes du paganisme propre à l'époque préislamique et de polythéisme
majeur. Chacun de ces actes constitue une pratique cultuelle et toute
pratique cultuelle ne peut être consacrée qu'Allah Seul. Celui qui voue un
culte à un autre qu'Allah est polythéiste. Allah le Très-Haut dit: Dis: «En
vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à
Allah, Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été
ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» Il dit aussi: Nous t‟avons
certes, accordé l‟Abondance. Accomplis la Salât pour ton Seigneur et
sacrifie. Nombreux sont les versets qui démontrent que la prosternation et
le sacrifice sont des pratiques cultuelles. Les destiner à quelqu'un autre qu'à
Allah est une forme de polythéisme majeur, il va de soi que celui qui se rend
aux tombeaux pour s'y prosterner et y immoler n'a pour autre intention que
les glorifier et les célébrer par le biais des offrandes et de la prosternation.
Mouslim a rapporté un long hadith sous la rubrique ''le sacrifice pour tout
autre qu'Allah est illicite, et celui qui le commet est maudit''. Dans ce hadith,
'Alî ibn 'Abou Tâlib qu'Allah soit satisfait de lui, a dit: le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) m'a informé de quatre paroles: Allah a maudit celui qui
égorge (un sacrifice) pour autre qu'Allah, et Allah a maudit celui qui maudit
ses parents, Allah a maudit celui qui reçoit chez lui un innovateur, Allah a
maudit celui qui change les repères de la terre Aussi, 'Abou Dâwoud a
rapporté dans son recueil de hadithsd'après Thâbit ibn Ad-Dahhâk qu'Allah
soit satisfait de lui, a dit: Un homme qui fit vœu d'égorger un chameau à
Bouwâna interrogea le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à ce sujet. Le
Prophète lui demanda y-a t-il dans ce lieu une des idoles (adorées) qui
remontent à la période de Djâhiliyya?". - " Non", répondit l'homme. "Y a-t-il
alors une des fêtes de Djâhiliyya?''. - "Non", affirma l'homme. A ce moment-
là, le Prophète lui dit : "Accomplis ton vœu ; car le vœu doit absolument être
exécuté sauf s'il s'agit d'une désobéissance à Allah ou d'un vœu de ce qu'on
ne possède pas. Ceci dénote que la malédiction poursuit celui qui immole
pour tout autre qu'Allah et qu'il est interdit d'immoler dans tout lieu qui
glorifie quelqu'un autre qu'Allah, que ce lieu comprenne une idole ou un
tombeau, ou qu'il soit fréquenté par des mécréants, même si c'est dans
l'intention de satisfaire Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 6425 ) :
Q2: Q: Est-il permis de prier dans une mosquée où on a enterré un ou
plusieurs morts, sachant que je suis obligé d'y prier, étant donné qu'il
n'y en a pas d'autres et que si je n'y prie pas, je manquerai à la prière
commune et la prière du vendredi?
R2: Il faut déterrer les morts ensevelis dans ces tombeaux et les transporter
dans des cimetières publics ou d'autres. Il est illicite de prier dans une
mosquée comportant un ou plusieurs tombeaux.
Vous devez donc chercher une autre mosquée, dans les limites du possible
pour accomplir la prière commune et la prière du vendredi.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 3315 ) :
Q1: Quel est l'avis religieux concernant la prière dans une mosquée qui
renferme des tombeaux du commun des gens ou des saints "walis"?
R1: Il est illégal que le musulman prie dans une mosquée construite sur un
tombeau. La preuve en est les textes qui interdisent la construction des
tombeaux sur les mosquées et qui figurent dans les deux recueils de hadiths
authentiques d'après 'A'icha, qu'Allah soit satisfait d'elle, que 'Omm Salama
a mentionné au Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) qu'elle a vu une
église en terre d'Abyssinie et dans laquelle elle remarqua la présence
d'image. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) dit alors: Ce sont ces
gens-là qui - lorsque un homme ou un Serviteur pieux meurt parmi eux-
construisent une mosquée et y façonnent des images. Ce sont eux les pires
créatures auprès d'Allah. D'autres hadiths authentiques rapportés par des
compilateurs de hadiths comme Ibn 'Abbâs qu'Allah soit satisfait d'eux, qui a
dit : Le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a maudit les
femmes qui fréquentent les tombes, ceux qui les prennent pour mosquées et
ceux qui les ornent de lampe (c'est-à-dire les entourer d'un voile somptueux
ou d'un mausolée). Dans les deux recueils des hadiths authentiques, on
cite, d'après 'A'icha, qu'Allah soit satisfait d'elle, qu'elle a dit, le Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Allah maudit les Juifs et les Chrétiens
qui ont pris pour lieux de prière les tombeaux de leurs prophètes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 4 de la Fatwa numéro ( 4259 ) :
Q4: Est-il licite de construire des mosquées sur les tombeaux des saints
"walis" et d'y prier alors qu'il existe d'autres mosquées dépourvues de
tombeaux dans le même village?
R4: Il est illicite de construire des mosquées sur les tombeaux des saints
"walis". De même, il n'est pas permis d'y accomplir la prière car le Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Allah maudit les Juifs et les Chrétiens
qui ont pris comme lieu de prière les tombeaux de leurs prophètes. C'est un
hadith authentique.D'autre part, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
a dit aussi: Vos prédécesseurs ont pris les tombes de leurs Prophètes et de
leurs pieux pour mosquées. Que vous ne preniez pas les tombes pour
mosquées. Je vous mets en garde contre cette pratique ,rapporté par
Mouslim dans son recueil de hadiths authentiques. Mouslim rapporte aussi
d'après Djâbir ibn `Abd-Allah que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
a interdit de plâtrer la tombe, de s'asseoir dessus et de construire dessus
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 4335 ) :
Q3: Est-il licite de prier dans une mosquée où se trouve une tombe?
Faut-il baiser le seuil de l'entrée de la mosquée de Al-Hosayn et d'As-
Sayîda Zaynab, baiser la loge, supplier Allah en leur noms, implorer leur
aide, se déplacer
d'un lieu à un autre pour célébrer la commémoration d'un saint et lui
rendre hommage?
R3:Premièrement: il est illicite de prier dans une mosquée construite sur
un tombeau, ou dans une mosquée où un tombeau fut inséré après sa
construction. Le corps de la personne morte doit être exhumé et transporté
dans des cimetières publics, vu la pluralité des hadiths qui défendent la
prière dans une mosquée construite sur un tombeau.
Deuxièmement: Il est illicite de baiser les seuils des mosquées de Al-Hosayn
et d'As-Sayîda Zaynab, les seuils d'autres mosquées ou leurs loges, car ceci
constitue une forme de soumission à d'autres qu'Allah et de glorification des
morts et des non-animés, ce sont des pratiques non légiférés par Allah. Ceci
pose les assises du polythéisme en associant les saints "walis" ensevelis
dans ces tombeaux à Allah, ainsi que la supplication d'Allah en leurs noms.
D'autre part, demander leur soutien relève du polythéisme majeur, Allah le
Très-Haut dit: Et quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans
avoir la preuve évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son
Seigneur. En vérité, les mécréants, ne réussiront pas. Il dit aussi: Tel est
Allah, votre Seigneur: à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous
invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un
noyau de datte. Si vous les invoquez, ils n‟entendent pas votre invocation;
et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du
Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des nouvelles
comme Celui qui est parfaitement informé.
Troisièmement: Il est illicite de célébrer la naissance du Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) ou celle d'autres personnes, il est illicite aussi de
voyager pour assister à ces cérémonies. Le vénérable cheikh `Abd- Al-`Azîz
ibn `Abd-Allah ibn Bâz a déjà écrit sur ce sujet de façon détaillée le qualifiant
d'innovation hérétique non instaurée ni par le Prophète (Salla Allah 'Alaihi
Wa Sallam) ni par ses compagnons, qu'Allah leur accorde Sa satisfaction, ni
par les Ulémas des siècles de prédilection. Tout le bien réside dans le fait de
suivre leur voie.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 4521 ) :
Je vous envois ce message pour vous poser la question suivante:
Q: Est-il licite de prier dans une mosquée où se trouve un tombeau? Des
Ulémas disent qu'il est illicite d'y prier, et s'il n'existe pas d'autres
mosquées au village à l'exception de celle-ci, il est mieux de prier chez
soi que dans cette mosquée qui renferme un tombeau. D'autres
estiment que c'est licite d'y prier étant donné que le tombeau du
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) et ceux de ses deux
compagnons, Abou Bakr et `Omar se trouvent dans sa mosquée, La
question me préoccupe, c'est pourquoi je vous envois cette lettre pour
que vous me conseilliez, surtout que j'habite à la campagne au Sénégal
et nous n'avons au village qu'une seule mosquée qui renferme quatre
tombeaux dont trois se trouvent annexés à la partie sud de l'édifice,
alors que le dernier tombeau est parfaitement à l'intérieur de la
mosquée. Veuillez m'éclairer, preuve à l'appui, sur la vérité de cette
question que j'ignore totalement. Je vous ai posé cette question
conformément au verset suivant: Demandez donc aux gens du rappel si
vous ne savez pas.
R: Premièrement : Il est illicite de construire des mosquées au-dessus des
tombeaux et d'y prier conformément au hadith rapporté par 'A'icha qu'Allah
soit satisfait d'elle; qui a dit: Durant Sa maladie, le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) avait l'habitude de placer un de ses vêtements sur son
visage, puis lorsque celui ci le gêner au point de étouffer il ôtait et disait : "
qu'Allah maudisse les Juifs et les Chrétiens , ils ont construit des lieux de
culte sur les tombes de leurs prophètes." Afin de mettre en garde contre le
fait de se comporter de la sorte. Si ce n'était cette recommandation, sa tombe
aurait été creusée à l'extérieur de sa demeure, mais l'on craignit qu'elle soit
adoptée comme lieu de prière. rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim. Et
d'après Djondob ibn `Abd-Allah qu'Allah soit satisfait de lui, a dit: "cinq jour
avant qu'il ne s'éteigne, j'ai entendu le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) dire: Je m'en remets à Allah et affirme n‟avoir parmi vous aucun
ami intime (khalîl) car Allah m‟a pris pour intime ami tout comme Il a pris
Abraham pour intime ami. Si je devais prendre comme intime ami un
homme de ma communauté, j‟aurais choisi Abou Bakr Les peuples qui vous
ont précédés prenaient les tombes de leurs fidèles et de leurs Prophètes pour
mosquées. Que vous ne preniez pas les tombes pour mosquée. Je vous
l'interdit. rapporté par Mouslim Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
a défendu de construire les mosquées au-dessus des tombeaux et a maudit
ceux qui y procèdent, démontrant ainsi que c'est là un péché capital.
Il en est de même pour la construction des mosquées sur les tombeaux et la
prière à l‟intérieur, qui sont des formes de rigorisme, de prétexte menant au
polythéisme, qu'Allah nous en préserve, c'est pourquoi 'Aicha (qu'Allah soit
satisfait d'elle) a dit: Afin de mettre en garde contre le fait de se comporter
de la sorte. Si ce n'était cette recommandation, sa tombe aurait été creusée à
l'extérieur de sa demeure, mais l'on craignit qu'elle soit adoptée comme lieu
de prière.
Deuxièmement : Si une mosquée a été construite au-dessus d'un ou de
plusieurs tombeaux, elle doit être détruite, puisqu'elle a été bâtie sur une
transgression des prescriptions divines. Conserver cette mosquée et y
accomplir la prière signifie que l'on insiste à commettre un péché, à faire
preuve de rigorisme, et à glorifier la personne enterrée dans la tombe sur
laquelle la mosquée a été construite. Ce qui aboutit au polythéisme, qu'Allah
nous en préserve. Allah, l'Exalté, a dit: n'exagérez pas dans votre religion,
Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Gardez-vous de
l'exagération (dans la Religion), car c'est la chose qui a fait périr ceux qui
vous ont précédés. Mais au cas où une mosquée a été construite sur une
terre qui ne comprend aucun tombeau, et qu'ultérieurement un tombeau y
fut placé, la mosquée ne doit pas être détruite, mais il faut exhumer le corps
enseveli et l'ensevelir ailleurs, dans les cimetières des Musulmans.
L'enterrement dans une mosquée est un acte répréhensible, il suffit d'en
extraire le tombeau pour mettre fin à cet acte.
Troisièmement : Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a fondé sa
mosquée sur la piété et la satisfaction d'Allah le Très Glorieux, il n'y fut pas
enterré après sa mort, mais il a été enterré dans la chambre de 'Aicha
(qu'Allah soit satisfait d'elle), lorsque Abou Bakr (qu'Allah soit satisfait de lui)
fut mort, il fut enterré à son tour dans la même pièce, de même pour `Omar
(qu'Allah soit satisfait de lui). Cette pièce à l'époque n'était ni inclue dans la
mosquée, ni orientée vers la Qibla, mais elle était située à gauche du lieu de
la prière (l'oratoire) hors de la mosquée. Cette pièce, entreprise par 'Othmân
(qu'Allah soit satisfait de lui), ne fut pas intégrée à la Mosquée du Prophète
lors de son agrandissement. Elle n'y fut intégrée qu'après l'époque des sages
califes (qu'Allah leur accorde Sa satisfaction). De là, la prière dans la
Mosquée du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) est licite, et même mille
fois meilleure qu'ailleurs à l'exception de la prière faite dans la Mosquée
sacrée, à l'opposé des autres mosquées construites au-dessus du tombeau
où la prière y est illicite.
Quatrièmement : Vous ne devez pas accomplir la prière obligatoire chez
vous, mais en groupe avec des frères dans une mosquée différente que celle
qui est construite sur le tombeau, fût-ce dans un espace ouvert. Vous devez
bâtir une mosquée conformément aux prescriptions divines pour y accomplir
les cinq prières en groupes; aussi observerez les lois de la Charia et éviterez
les interdits d'Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 4874 ) :
Q: Quel est l'avis religieux concernant la construction des mosquées au-
dessus des tombeaux et leur destruction si elles ont déjà été construites
sur des tombeaux ?
R: Il est illicite de construire des mosquées sur les tombeaux car le Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a défendu de prendre les tombeaux pour lieu
de prière. Il a également maudit ceux qui y contribuent, tout autant que
ceux qui les construisent et y accomplissent la prière. Si des mosquées sont
construites sur des tombeaux, elles doivent être détruites parce qu'elles ont
été fondées contrairement aux normes de la Charia; leur conservation et le
fait d'y maintenir la prière sont susceptibles de donner lieu au polythéisme.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 5093 ) :
Q: Les habitants de notre village ont détruit une mosquée pour la
reconstruire. Mais cette mosquée était bâtie sur un tombeau. Après
avoir entrepris la construction, l'édifice a englobé le tombeau qui n'a
pas été déplacé hors de la mosquée. Quel est l'avis religieux concernant
les donations collectées pour cette mosquée? Est-il licite d'y accomplir
la prière vu qu'elle est construite sur un tombeau, sachant que le
tombeau se trouve dans une pièce dont la porte donne sur la mosquée?
R: Si vos propos sont conformes à la réalité, il est illicite de faire des
donations pour la construction de cette mosquée, de participer à sa
construction, ou d'y prier. Au contraire, une telle mosquée doit être détruite.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 7137 ) :
Q2: Quel est l'avis religieux concernant celui qui construit ou participe
à la construction d'une mosquée au-dessus d'un tombeau entouré de
plusieurs autres tombeaux? Ce lieu manifeste-t-il un aspect de
polythéisme? Quel est, en particulier, l'avis de la religion concernant
les artisans comme le peintre, le décorateur ou toute personne qui a
participé à la construction de cette mosquée, que doivent-ils faire de
l'argent gagné de cette œuvre, surtout qu'ils en ont besoin?
R2: Dans un hadith authentique, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
- a dit: Qu'Allah maudisse les Juifs et les Chrétiens qui ont pris les
tombeaux de leurs prophètes comme lieu de prière. Dans un autre hadith
authentique, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Vos
prédécesseurs ont pris les tombes de leurs Prophètes et de leurs pieux pour
mosquées. Que vous ne preniez pas les tombes pour mosquées. Je vous
mets en garde contre cette pratique Dans un troisième hadith authentique,
le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a défendu de plâtrer les
tombeaux, de construire dessus ou de s'asseoir dessus.
Il est donc illicite au musulman de transgresser ou de participer à
transgresser les interdits d'Allah. Toute personne qui a commis ces péchés
doit s'en repentir à Allah le Très Glorieux et éliminer -si possible- l'oeuvre
répréhensible qu'il a commise. Si son repentir est sincère et que ses actions
ultérieures sont bonnes, espérons qu'Allah lui accorde le pardon et la grâce.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
Membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Qa`oud Bâz
La fatwa numéro ( 7210 ) :
Q: Chez nous, il y a beaucoup de tombes, certaines d'entre elles sont
surmontées de pierres blanches ou noires et sur lesquelles on élève des
constructions. On prétend limiter la construction seulement aux
tombes dont les inhumés jouissaient d'une bonne réputation. Ceux qui
se sont mal comportés comme les assassins n'en bénéficient pas.
Personnellement, je pense que la construction sur les tombeaux est
illicite, j'ai donc décidé de détruire ces constructions. Est-ce licite d'y
procéder? Veuillez me conseiller, qu'Allah vous en récompense.
R: La construction au-dessus des tombeaux est une innovation hérétique
blâmable qui constitue autant un excès de glorification de l'exhumé qu' un
motif de polythéisme. C'est aux responsables des musulmans ou à leurs
délégués qu'incombe la tâche de détruire ces constructions qui sont au-
dessus des tombeaux, de les aplanir au niveau du sol afin de venir à bout de
cette innovation hérétique et d'empêcher tout motif menant au
polythéisme.Dans ce sens, Mouslim a rapporté dans son recueil de hadiths
authentiquesd'après Abou Al-Hayâdj Hayyân ibn Hossayn qui a dit: `Alî
(qu'Allah soit satisfait de lui) Ne veux-tu pas que je te charge d'une mission
telle que l'Envoyé d'Allah m'a chargée de faire? Eh bien! tu ne laisses aucune
représentation figurée sans l'effacer ni un tombeau saillant sans l'aplanir.
Dans un hadith authentique, le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
défendu de construire au-dessus des tombeaux de les plâtrer, et de s'asseoir
dessus.
Cependant, ne prenez pas l'initiative de les détruire, de crainte de vous
causer du mal sans toutefois parvenir à votre but. Vous devez, par contre,
soulever la question au juge ou au gouverneur pour s'en charger et pour
avertir les musulmans du péril de ces constructions, car c'est à lui, et aux
autres responsables, qu'incombe cette responsabilité.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 7350 ) :
Q: Quelle est l'interprétation du verset du Très Glorieux: Et c’est ainsi
que Nous fîmes qu’ils furent découverts, afin qu’ils [les gens de la cité]
sachent que la promesse d’Allah est vérité et qu’il n’y ait point de doute
au sujet de l’Heure. Aussi se disputèrent-ils à leur sujet et déclarèrent-
ils: «Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux».
Mais ceux qui l’emportèrent [dans la discussion] dirent: «Elevons sur
eux un sanctuaire». Que veut-Il dire par Sa Parole: "Construisez sur
eux un édifice.
et "Elevons sur eux un sanctuaire". Ce verset ne constitue-t-il pas
une preuve qui légalise la construction au dessus des tombeaux, bien
que vous ayez réfuté à maintes reprises cette pratique?
R1: Nous avons déjà précisé qu'il est illicite de construire des mosquées au-
dessus des tombeaux; des preuves multiples en attestent, de plus que cette
pratique peut donner accès au polythéisme en vouant un culte aux
personnes enterrées dans ces tombeaux. Rien, dans le verset coranique cité,
ne prouve qu'une telle construction fut effectivement édifiée, en effet, le récit
relate un passé qui porte sur un acte contesté par les preuves de la Charia,
et dont les auteurs sont condamnables.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La question 2 de la Fatwa numéro ( 7353 ) :


Quel est l'avis religieux concernant le blasphème commis de la part des
proches dont le lien de parenté remonte au premier niveau, par
exemple, le père ou le frère? Quel est l'avis de la Charia concernant les
mausolées tels celui de 'Ibrâhîm Ad-Dissouqî - As-Sayîd Al-Badaouî - Al-
Hosayn et d'autres. Quel est l'avis religieux concernant les mosquées où
se trouvent ces tombeaux? Peut-on leur appliquer le hadith du Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) selon lequel Allah maudit les Juifs et les
Chrétiens qui ont pris les tombeaux de leurs prophètes pour lieux de
prières?
R2: Premièrement : Le blasphème est une forme d'apostasie majeure
surtout si le blasphémateur prétend être musulman. On doit interdire cet
acte répréhensible en conseillant à celui qui a insulté, de ne plus le faire,
peut-être s'abstiendra-t-il de le faire et s'en repentira-t-il à Allah, le Très
Glorieux, d'autant plus que le pécheur est l‟un des proches. Le Prophète
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Quiconque parmi vous s‟aperçoit de
quelque chose de répréhensible, qu'il la redresse de la main ; s'il ne le peut
pas, que ce soit de sa langue ; s'il ne le peut pas toujours, que ce soit de son
cœur. Or, cette dernière attitude constitue le degré le plus faible de la foi.
Deuxièmement: Il est illicite de construire des mosquées au-dessus des
tombeaux, d'y enterrer les morts ou d'y prier car le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) a dit: Vos prédécesseurs ont pris les tombes de leurs
Prophètes et de leurs pieux pour mosquées. Que vous ne preniez pas les
tombes pour mosquées. Je vous mets en garde contre cette pratique ce
hadith est rapporté par Mouslim dans son recueil de hadiths authentiques.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 8705 ) :
Q1: J'habite dans un village situé au sud de la Tunisie où il y a une
mosquée qui renferme, dans l'un de ses coins, un tombeau. Ce dernier
est situé à l'intérieur d'une pièce où l'on n'accomplit pas la prière.
Cependant, certaines personnes visitent ce tombeau tous les vendredis
soirs. Elles y apportent des aliments, les offrent en aumône à l'intérieur
de la mosquée. Est-il licite de procéder à de telles actions? Et quel est
l'avis religieux concernant la prière dans une telle mosquée? Veuillez
m'éclaircir à propos de tous les détails relatifs à ce sujet.
R1: Premièrement: Il est illicite de prier dans une mosquée où se trouve un
tombeau, car le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a interdit cet acte et
a maudit celui qui prend les tombeaux pour des mosquées.
Deuxièmement: Il est illicite de considérer la mosquée qui renferme un
tombeau un lieu pour donner l'aumône et offrir de la nourriture, ceci
constitue tout autant une forme d'innovation hérétique qu'un moyen d'avoir
la bénédiction de l'inhumé. Si l'aumône offerte a pour objectif de gagner la
faveur du mort, c'est alors un cas de polythéisme majeur.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 9686 ) :
Q1: Est-il licite de taxer de mécréance celui qui accomplit la prière dans
un mausolée, dans le seul but d'être béni par le saint "wali" qui y est
enterré si jamais il l'était réellement?

R1: Il est illicite de prier dans un endroit qui renferme un tombeau. Si la


prière a pour but de gagner la faveur du wali, il s'agit donc d'un cas de
polythéisme majeur. Allah le Très Glorieux a dit: Dis: «En vérité, ma Salât,
mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de
l‟Univers.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 10422 ) :
Q: Au centre de notre village se trouvait un vieux cimetière dont les
ruines ont été éliminées par la municipalité et le terrain aménagé pour
servir de quartier formé d'habitations à loyer modéré. Il en resta une
grande surface libre où les hommes charitables ont construit une
mosquée pour que les habitants du quartier y prient. Après
l'achèvement de la construction, une polémique s'est déclenchée entre
les habitants du village, au sujet de la légalité de la prière dans cette
mosquée. Ils se sont divisés en deux groupes: partisans et opposants.
Quel est l'avis religieux concernant cette mosquée? Faut-il la détruire
ou la conserver? La prière que l'on y accomplit, est-elle valide ou non?
R: Si le terrain sur lequel est édifiée la mosquée ne contient aucun tombeau,
la prière y est valide; Sinon, il faut détruire cette mosquée qui y est
construite.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 11086 ) :
Q: Notre mosquée se situe dans le village de Bayang dans la région de
Landool entourée d’une enceinte qui a été construite après un violent
séisme qui a secoué la région en 1955 et pendant lequel les murailles et
les fondements de la mosquée se sont écroulés. Sur ce, les responsables
et les chefs du village ont décidé de le restaurer et de niveler le terrain
situé à l'est de la mosquée déjà mentionnée, sachant que cette surface
servait auparavant de cimetière. De fait, en nivelant le terrain à l'aide
des machines modernes telles les bulldozers, on y a trouvé un grand
nombre de dépouilles mortelles qui ont été transportées et ensevelies
ailleurs, alors qu'une autre partie a été transportée à l'ouest de la
mosquée, à l'intérieur de l'enceinte de la même mosquée. 1- Est-il licite
d'y accomplir la prière commune et celle du vendredi? 2- Si la réponse
est négative, peut-on remédier à ce problème en élevant une barrière ou
un mur pour séparer du reste de la mosquée le côté où se trouvent les
dépouilles, à l'instar de la Mosquée du Prophète à Médine en Arabie
Saoudite ? 3- Si la réponse à la dernière question est négative, peut-on
remédier à ce problème en construisant un deuxième étage pour y
accomplir les prières obligatoires tout en laissant le premier étage pour
servir aux autres affaires qui ne concernent pas la prière? 4- Peut-on
continuer d'accomplir la prière quotidienne obligatoire dans cette
mosquée tout en cherchant un autre endroit convenable pour y fonder
une nouvelle mosquée?
R: Si la mosquée actuelle a été restaurée au-dessus d'un terrain dépourvu
de tombeaux, il faut exhumer les corps ensevelis au côté ouest et en
transporter les dépouilles soit au cimetière des Musulmans, si le mort est
musulman, soit à celui des mécréants, si le mort est mécréant .On doit
entasser les dépouilles de chaque mort musulman dans une même fosse et
la niveler à l'instar des autres tombeaux pour que le mort ne soit pas injurié.
Si le transfert des dépouilles de l'ouest de la mosquée s'avère impraticable, il
n'y a pas d'inconvénient à isoler cette partie du reste de la mosquée à l'aide
d'une muraille. Mais si le terrain même sur lequel est construite la mosquée
renferme des tombeaux, il faut s'efforcer de chercher un autre terrain valide
pour y élever une mosquée et conserver le premier terrain tel qu'il était à
l'origine, c'est-à-dire un cimetière. Quant à la Mosquée du Prophète elle n'a
pas été construite au-dessus des tombeaux, par contre, les trois tombeaux
se trouvaient hors de la Mosquée à savoir le tombeau du Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) et ceux de ses deux compagnons Abou Bakr et
`Omar qu'Allah soit satisfait d'eux. A l'origine, ces trois tombeaux se
trouvaient à la maison de 'A'icha (qu'Allah soit satisfait d'elle), puis quand
Al-Walîd ibn 'Abd-Al-Malik a entrepris l'agrandissement de la mosquée, il y a
introduit la pièce qui a été isolée du reste de la mosquée par une muraille
qui l'entourait de tous les côtés.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 10913 ) :
Q: Dans notre village il y a une grande mosquée où l'on accomplit la
prière du vendredi, mais cette mosquée renferme des tombeaux qui
donnent sur d'autres. Je sais bien que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) a interdit cela, toutefois, il y a un hadith -comme vous le savez-
qui défend d'abandonner la prière du Vendredi. Alors, que puis-je faire?
Dois-je renoncer à accomplir la prière du vendredi ou dois-je l'accomplir
sur les tombeaux? Il faut aussi souligner qu'il n'existe pas d'autres
mosquées dans notre village à part celle-ci.
R: Il vous est illicite de faire la prière du vendredi dans une mosquée qui
renferme des tombeaux, mais il faut que vous fassiez de votre mieux pour
trouver une autre pour y prier. De même, vous devez tâcher de transporter
ces tombeaux dans un cimetière public. Sinon, tentez de trouver des
hommes de charité capables d'acheter un nouveau terrain pour y construire
une mosquée et y accomplir la prière du vendredi.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Afifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 7095 ) :
Q: Nous avons une vieille mosquée entourée d'un cimetière très ancien
à tel point qu'on ne peut le reconnaître si ce n'était que par un tombeau
unique à proximité de la mosquée. Les habitants du village veulent
agrandir cette mosquée de manière à y intégrer le tombeau apparent et
les autres tombeaux, sachant que ce lieu est le plus convenable pour y
construire la mosquée. Est-ce licite d'y procéder?
R: Il est illicite d'intégrer le tombeau cité partiellement ou intégralement à la
mosquée .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 1448 ) :
Q: Un homme a construit une mosquée au Yémen, il a fait le testament
à sa famille de l'enterrer dans cette mosquée. Après sa mort, on
l'enterra devant la Direction "qibla", la distance qui sépare sa tombe de
la mosquée est d'un mètre. Veuillez nous éclaircir sur l'avis de la Charia
concernant ce sujet.
R: Il faut exhumer ce corps et le transporter loin de la mosquée, dans le
cimetière général. Garder ce tombeau à l'intérieur de la mosquée est
susceptible de donner accès au polythéisme, surtout s'il est orienté vers la
Direction "qibla". C'est alors, encore plus défendu et se rapproche du
polythéisme, car c'est à l'enterré que le culte est rendu. La preuve de cette
interdiction est le hadithrapporté par Al-Boukhârî et Mouslim dans leurs
deux recueils de hadiths authentiquesd'après Abou Horayra qu'Allah soit
satisfait de lui, que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit:
Qu'Allah maudisse les Juifs et les Chrétiens qui ont pris les tombeaux de
leurs prophètes pour lieux de prières. De même, Mouslim a rapporté que le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Il vous est interdit de
s'assoire sur les tombes et de prier en leur direction Aussi, Mouslim a
rapporté que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Vos
prédécesseurs ont pris les tombes de leurs Prophètes et de leurs pieux pour
mosquées. Que vous ne preniez pas les tombes pour mosquées. Je vous
mets en garde contre cette pratique
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre vice Président du Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 2909 ) :
Q1: Certaines personnes charitables se chargent des frais de la
construction des mosquées. Ils consacrent une place à l'intérieur de la
cour de la mosquée ou au devant pour y être enterré, ou pour enterrer
certains membres de leur famille, croyant gagner ainsi la faveur d'Allah.
Ils consultent les Ulémas qui parfois légalisent d'être enterré dans un
endroit autour de la mosquée ou devant elle, à condition d'en être
séparée par une muraille. Est-ce licite?
R1: Il est illicite de consacrer un endroit de la mosquée pour y enterrer celui
qui l'a construite ou autres. Nombreuses sont les preuves qui défendent la
construction des mosquées au-dessus des tombeaux. Dans les deux recueils
de hadiths authentiques d'après 'A'icha qu'Allah soit satisfait d'elle que Omm
Salama mentionna au Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) une église
qu'elle vie en terre d'Abyssinie et dans laquelle elle remarqua la présence
d'images. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) dit alors: Ce sont ces
gens-là qui - lorsqu'un homme ou un serviteur pieux meurt parmi eux -
construisent un lieu de prière autour de sa tombe et y façonnent ces images.
Ce sont eux les pires créatures auprès d'Allah. D'autre part,les
compilateurs de hadiths ont rapporté,d'après Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit
satisfait d'eux, que Le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a
maudit les femmes qui fréquentent les tombes, ceux qui les prennent pour
mosquées et ceux qui les ornent de lampe (c'est-à-dire les entourer d'un voile
somptueux ou d'un mausolée). Les hadiths authentiques du Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) foisonnent à ce sujet.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 6154 ) :
Q: Je discute avec mes parents et quelques personnes de mon
entourage à propos des innovations hérétiques telles que la prière dans
les mosquées où se trouvent des tombeaux, l'imploration des morts, et
toute attitude analogue. La plupart me répondent que les ulémas prient
dans ces mosquées, y voient les gens accomplir la prière et ne disent
rien, et on me réplique, est-ce que je sais mieux que ces savants? En
vain, j'essaye de les convaincre, ils me rétorquent: nous avons suivi la
même voie que nos parents, ce n'est pas toi qui vas réformer l'univers.
Ils me citent les ulémas qui prient dans les mosquées d' Al-Hosayn et
As-Sayîda Zaynab, qu'Allah leur accorde Sa satisfaction. Je leur réponds
que ceux-là ne se trouvent pas en Egypte et que même s'ils y étaient
cela ne justifie pas de les implorer et de ne pas implorer Allah. Toujours
en vain, c'est comme si je m'adressais à des pierres. Ils me taxent de
mécréance et d'autres péchés; je ne sais que faire avec mon père et ma
mère vu leur droit. Chaque fois que ma mère me gronde, je lui dis que
As-Sayid Al-Badaoui et ses homologues ne peuvent rien et ne possèdent
rien de la puissance d'Allah, elle me répond que ce sont là des élus
d'Allah et d'autres réponses qui relèvent du polythéisme majeur, -
dispensez-moi de vous les répéter-. Que puis-je faire? Veuillez me
conseiller.
R: Premièrement: Il est illicite de construire les mosquées au-dessus des
tombeaux, de prier dans les mosquées édifiées au-dessus des tombeaux ou
d'implorer les morts pour s'attirer un bénéfice ou repousser un préjudice. Au
contraire, l'invocation et l'imploration du mort est une forme majeure de
polythéisme qui peut aboutir à l'apostasie, qu'Allah nous en préserve!
Deuxièmement: L'argument ne peut être uniquement fondé sur les actes et
les paroles des ulémas, car ils peuvent se tromper comme ils peuvent avoir
raison. Beaucoup d'entre eux introduisent dans la religion des innovations
hérétiques. Il faut donc se baser sur la Parole d'Allah le Très Glorieux et sur
la "Sunna" tradition authentique du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam).
Troisièmement: Vous devez persévérer à rappeler vos parents et votre
entourage à la vérité, persistez à le faire et supportez les offenses que vous
subissez, puisse Allah, par votre intermédiaire, guider de nombreuses
personnes à la bonne voie et transformer les adversaires hostiles et les
détracteurs en adjoints qui vous soutiennent. Soyez doux envers vos parents
et comportez-vous avec eux d'une manière convenable car Allah le Très-Haut
dit: Nous avons commandé à l‟homme [la bienfaisance envers] ses père et
mère; sa mère l‟a porté [subissant pour lui] peine sur peine: son sevrage a
lieu à deux ans. «Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu‟envers tes parents.
Vers Moi est la destination. Et si tous deux te forcent à M‟associer ce dont
tu n‟as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux
ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers
Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que
vous faisiez ». Qu'Allah vous accorde Son soutien, qu'Il vous aide à persister
sur le droit chemin, et qu'Il guide, par votre intermédiaire, vos parents et les
autres personnes vers le bon chemin, Il est le Tout-Puissant.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 9224 ) :
Q: Je travaille provisoirement dans la Mosquée honorée du Prophète. Je
m'installe devant la façade pour empêcher les visiteurs de toucher la
pierre ou la façade dans le but d'y trouver une bénédiction. J'ai pris
l'habitude, en entrant à la mosquée, d'y accomplir la prière de la
salutation de la mosquée, ensuite je me dirige vers la façade pour
accomplir mon travail. Avant de commencer, je salue le Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) ainsi que ses deux compagnons, qu'Allah soit
satisfait d'eux. Or, un collègue me prévient que cet acte est illicite et
que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a interdit que son
tombeau tienne lieu de célébration, il est donc illicite de saluer le
Prophète et ses compagnons chaque jour. Quel est donc l'avis religieux
concernant ce que je fais? Qu'Allah vous accorde Son soutien et qu'Il
vous bénisse.
R: Il est illicite de faire du tombeau du Prophète un endroit fréquenté de
façon quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. Ceci contribue à le célébrer
et à le glorifier. Abou Dâwoud a rapporté le hadith suivant dont la chaîne de
transmission est bonne, rapporté par des transmetteurs dignes de confiance,
d'après Abou Horayra, qu'Allah soit satisfait de lui, que le Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: "Ne faites pas de vos demeures des tombes;
et ne faites pas de ma tombe un lieu de pèlerinage et priez pour moi; car vos
prières (vos invocations de bénédictions divine pour moi) me parviennent où
que vous soyez." Par ailleurs, de multiples preuves confirment cette idée.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 2501 ) :
Q: Plusieurs femmes, après avoir accompli l'obligation du pèlerinage
(Hadj), se rendent à Médine pour visiter la Mosquée du Prophète et sa
tombe (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam). La femme doit-elle visiter à la fois
la Mosquée du Prophète et sa tombe (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), ou
peut-elle se limiter à l'une d'elles? ou bien les deux visites ne sont-elles
pas obligatoires? Veuillez nous conseiller.
R: Il n'est pas obligatoire de visiter la Mosquée du Prophète ni pour les
femmes ni pour les hommes. C'est une simple tradition "sunna" qui a pour
but d'y prier seulement. On peut même voyager pour visiter cette mosquée.
De même, la visite du tombeau du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
n'est pas obligatoire, c'est une sunna aussi, mais qui ne doit pas être en soi
le but du voyage; au même titre que la visite des autres tombeaux. Une telle
visite doit avoir pour but de méditer, de contempler et de se rappeler le jour
du Jugement dernier. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a visité les
tombeaux dans ce but, il a invité les musulmans à les visiter, non pour y
recevoir une bénédiction ni pour implorer l'appui des morts à exécuter les
besoins ou à repousser les préjudices, comme le font beaucoup
d'innovateurs hérétiques, fussent-ils des hommes ou des femmes. Au cas où
la visite d'un tombeau, fût-il celui du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) ou d'un autre, dépendrait d'un voyage à entreprendre, la visite est
alors illicite. En effet, d'après des hadiths authentiques le Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) a dit: Seules trois mosquée méritent de seller les
montures pour s'y rendre: La Mosquée de l'Envoyé d'Allah, la Maison Sacrée,
et la Mosquée Al-'Aqsa (à Jérusalem : Al-Qouds). Il est à noter qu'il est
illicite que les femmes visitent les tombeaux conformément à un hadith
authentique du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) qui dit: Le
Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a maudit les femmes qui
fréquentent les tombes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 2506 ) :
Q: Une personne veut visiter La Mosquée honorée du Prophète à Médine
alors qu'il se trouve à La Mecque. Elle demande si cela est permis ou
pas?
R: Il est permis au musulman de voyager vers la ville de Médine pour prier
dans la mosquée du Prophète, c'est même favorable car la prière y est mille
fois meilleure qu'ailleurs, à l'exception de la mosquée sacrée . Si cette
personne se trouve à La Mecque, sa prière dans la Mosquée sacrée est
préférable au voyage entrepris pour prier dans la Mosquée du Prophète, car
la prière dans la Mosquée Sacrée équivaut à cent mille prières accomplies
ailleurs. Par ailleurs, il est interdit de voyager jusqu'à Médine pour visiter le
tombeau du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) ou pour visiter d'autres
tombeaux car d'après des hadiths authentiques le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) a dit: Seules trois mosquée méritent de seller les
montures pour s'y rendre: La mosquée sacrée (de La Mecque), la mosquée de
l‟Envoyé d'Allah (à Médine), et la Mosquée Al-'Aqsa (à Jérusalem : Al-Qouds).
Ce hadith est rapporté par l'Imam 'Ahmad, Al-Boukhârî, Mouslim, Abou
Dâwoud, An-Nasâ'î et Ibn Mâdja.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
la question 3 de la Fatwa ( 4230 ) :
Q: Est-il permis d'exprimer son intention de voyager visiter les tombes
des prophètes et des hommes pieux, tels que notre Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) et d'autres? Cette visite est-elle licite ou non?
R3: Il n'est pas permis de voyager pour visiter les tombes des prophètes, des
hommes pieux, ou d'autres. C'est une innovation hérétique; la preuve en est
le hadith du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) dans lequel il a dit:
Seules trois mosquée méritent de seller les montures pour s'y rendre: La
mosquée sacrée (de La Mecque), la mosquée de l‟Envoyé d'Allah (à Médine),
et la Mosquée Al-'Aqsa (à Jérusalem : Al-Qouds). Il a dit aussi: Tout acte
non conforme a nos enseignements est à rejeter. Quant à la visite des
tombeaux entreprise sans exiger de voyage, c'est une "sunna" tradition selon
le hadith du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) qui dit: Visitez les
tombes, car elles vous rappellent de l'au-delà ce hadith est rapporté par
Mouslim dans son recueil de hadiths authentiques.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 7275 ) :
Q: Je suis âgé de 80 ans, je suis né le 13/4/1903. J'ai atteint cet âge et
Allah ne m'a accordé la permission de visiter ni la Ka`ba honorable ni la
mosquée du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam). J'aime tellement le
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam). Je prie Allah pour lui de jour
comme de nuit, je le vois souvent en songe. La dernière fois était
aujourd'hui. Ce n'est qu'aujourd'hui que je le divulgue. Je possède une
maison médiocre, j'ai une fille unique qui a un fils orphelin; ils vivent
chez moi pour me servir. Mon revenu est modeste mais ma passion de
visiter le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) est grande; Est-ce que
je vends cette maison pour jouir de la visite du Prophète bien aimé?
R: Premièrement: Nous souhaitons que votre songe soit du bien.
Deuxièmement: Il n'est pas permis de voyager pour visiter la tombe du
Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) Ce qui est permis, c'est la visite de
sa mosquée pour y prier -ce qui n'est pour autant pas obligatoire-. Une fois
chez lui, c'est permis de saluer le Prophète ainsi que ses deux compagnons.
Il n'est pas permis que vous vendiez votre logement pour cette visite, par
contre, obéir au Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) observer
rigoureusement sa tradition "sunna" et son exemple pour être récompensé
d'Allah en tout temps et tout lieu, sont des gages de bonheur et de succès
dans ce bas-monde et dans l'au-delà.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 7 de la Fatwa numéro ( 10768 ) :
Q7: Est-il obligatoire pour les pèlerins, hommes et femmes, de rendre
visite à la tombe du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), à Al Baqî',
à Ohoud et à Qibâ'; ou bien est-ce une obligation uniquement pour les
hommes?
R7: Il n'est pas obligatoire pour les pèlerins, hommes ou femmes, de visiter
le tombeau du Prophète Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), ni Al-Baqî' non plus.
Bien au contraire, il est interdit en général, aux hommes de voyager pour
visiter les tombeaux, alors que la visite des tombeaux est totalement
interdite aux femmes même sans voyage entrepris. Le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) a dit: Seules trois mosquée méritent de seller les
montures pour s'y rendre: La mosquée sacrée (de La Mecque), la mosquée de
l‟Envoyé d'Allah (à Médine), et la Mosquée Al-'Aqsa (à Jérusalem : Al-Qouds).
ce hadith est approuvé.D'autre part, Le Messager d'Allah (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) a maudit les femmes qui fréquentent les tombes. Il suffit
aux femmes de prier dans la mosquée du Prophète et qu'elles multiplient
leurs saluts au Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) dans la mosquée et
ailleurs.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 4297 ) :
Q2: Quel est l'avis religieux au sujet de la visite des tombeaux -soit les
tombeaux des pieux-. En effet, certaines personnes se rendent à la
sépulture de l'homme pieux, accompagnées de leurs proches et de leurs
familles, y compris les femmes. Ces visiteurs y mènent une brebis que
l'on immole aux côtés du tombeau. Ils mangent et y résident pendant
un jour ou plus, parfois même jusqu'à l'aube. Ce tombeau se situe à plus
ou moins 20 km de leurs demeures. Ils transportent à leurs amis et à
leurs parents, qui résident ailleurs, une partie de cette viande en tant
que cadeau ou aumône. Il est à noter que le nom d'Allah a été prononcé
en immolant la bête. Des gens prétendent que cette viande équivaut à
celle du porc, et qu'elle est illicite, car Allah, l'Exalté, dit: Mangez donc
de ce sur quoi on a prononcé le nom d'Allah Toutefois, l'objectif visé
par ce voyage est de gagner la faveur d'Allah en visitant le tombeau de
l'homme pieux, en implorant et en recevant de lui la bénédiction. De
même, lorsque deux personnes sont en désaccord, chacune d'elles jure
par le tombeau de cet homme pieux. On y tient des célébrations
annuelles. Parmi nos coutumes, je cite que si l'on tombe malade
gravement ou légèrement, si l'on est atteint d'une maladie mentale, on
accompagne le malade au tombeau de l'homme pieux. Parfois, ce
malade guérit grâce à cette visite. Quel est l'avis de l'Islam sur ce sujet?
Veuillez nous éclairer.
R: Premièrement, Il est illicite de voyager pour rendre visite aux tombeaux
car selon le hadith du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) : Seules trois
mosquées méritent qu'on selle les montures pour s'y rendre: la Mosquée du
Prophète, La mosquée sacrée (de La Mecque), et la Mosquée Al-'Aqsa (à
Jérusalem : Al-Qods).
Deuxièmement, Il est licite que les hommes, non les femmes, visitent les
tombeaux situés dans le même village c'est- à- dire sans voyager; et ce pour
méditer et implorer Allah de les pardonner s'ils sont musulmans, car selon le
hadith du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) : Jadis, je vous
interdisais de visiter les tombes et voilà que je vous ordonne de les visiter ;
car elles vous rappellent l'au-delà. Il faut suivre son exemple (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) dans la visite rendue aux habitants d'Al-Baqî et aux
martyrs de Ohoud , il faut les saluer et invoquer Allah pour qu'Il leur
pardonne.
Troisièmement: L'imploration des morts, l'invocation de leur secours et de
leur aide, l'immolation sur leurs tombeaux, croire qu'ils peuvent causer du
bien, repousser le mal, guérir le malade ou rendre l'absent à ses parents, ce
sont là des manifestations du polythéisme majeur qui conduisent à
l'apostasie.
Quatrièmement: Immoler pour d'autres qu'Allah devant les tombeaux pour
recevoir la bénédiction des inhumés, y implorer Allah et y rallonger le séjour
dans l'espoir de recevoir la bénédiction des morts, invoquer Allah en usant
de leur dignité et leur puissance et ainsi de suite.. Toutes ces pratiques sont
des innovations hérétiques, même plus, ce sont des voies menant au
polythéisme majeur. Il est illicite de les commettre, il faut conseiller ceux qui
les commettent de s'abstenir de les faire.
Cinquièmement: L'immolation devant le tombeau en quête de la bénédiction
des morts est un acte répréhensible et une innovation hérétique ; par
conséquent, il ne faut pas en manger afin de bloquer tout chemin menant au
polythéisme. Si l'immolation a pour but de gagner la faveur du mort, c'est
immédiatement du polythéisme majeur, même si le nom d'Allah a été
prononcé en immolant la bête sacrifiée. En effet, l'intention qui réside dans
le cœur est prise en considération plus que la parole, car c'est l'intention qui
est à la base des actes cultuels.
Sixièmement: Ce qui advient aux malades qui se rendent aux tombeaux
n'est pas, en soi, une preuve qui rend cette pratique légitime. En effet, la
guérison pourrait coïncider avec le temps de la visite selon le sort prédestiné
par Allah le Très Glorieux. Les ignorants peuvent y voir une conséquence de
la proximité de l'homme pieux inhumé; d'autant plus que les voeux de
certains idolâtres et des djinns pourraient être réalisés par le biais de Satan,
ce qui ne justifie en aucune façon cet acte qui constitue en revanche une
forme de polythéisme. Même si leurs besoins ont été réalisés, ceci pourrait
être une tentation des diables pour que ces gens persistent sur leur
polythéisme. Cette guérison pourrait, comme déjà cité, coïncider avec le sort
prédestiné d'Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre Président
`Abd-Allah ibn Qa`oud `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz
La question 13 de la Fatwa numéro ( 4264 ) :
Q13: Est-ce vrai que l'Imam Ibn Al-Qayîm a réprimandé ceux qui
voyagent pour visiter le tombeau du Prophète 'Ibrâhîm, Al-Khalîl? Où
trouve-t-on ces propos? Est-il licite de voyager pour visiter le tombeau
du Prophète 'Ibrâhîm, et si c'est le cas, quelle en est la preuve? Est-ce
que Ibn Al-Qayîm a soutenu l'idée de anéantissement de l'Enfer? Où
peut-on trouver ces propos?
R13: Premièrement, ne voyage que pour visiter trois mosquées, selon le
hadith du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) : D‟après Abou
Hourayra, le Prophète a dit : Seules trois mosquées méritent que l'on sangle
les montures pour s'y rendre. C'est l'avis de Ibn Al-Qayîm, qu'Allah lui fasse
miséricorde, et celui de son maître, cheikh Ibn Taymiyya, c'est aussi l'avis de
nombreux ulémas qui mettent en application le hadith déjà mentionné. De là
paraît que, selon l'avis le plus prépondérant des ulémas, voyager pour visiter
le tombeau du Khalîl ('Ibrâhîm) est illicite conformément au hadith cité.
Deuxièmement: Pour connaître l'opinion de Ibn Al-Qayîm à propos de
l'anéantissement de l'enfer, vous pouvez consulter son ouvrage intitulé "Al-
wâbil As-Sayyîb". Il y affirme que l'enfer ne s'anéantit jamais, tel est aussi
l'avis du groupe des gens de la sunna et du consensus.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre Président
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
Qa`oud Ghoudayân Bâz
La fatwa numéro ( 5339 ) :
Q: Dans notre pays, les gens organisent chaque année une fête autour
de la tombe d’un homme pieux et ils appellent cette fête (une noce). Cet
homme est l’un des biens-aimés d’Allah (les Waliys), et en organisant
cette fête les gens visent à faire accorder la récompense d’Allah à celui-
ci. Dans cette fête, ils sacrifient des vaches et des moutons et ils
nourrissent les visiteurs participant dans le but de se rapprocher
d’Allah par le biais de la supplication par la dignité du mort. Ces noces
ne sont pas un simple banquet.
Dans la fête sont observés aussi d’autres comportements tels:
l’illumination des tombes des Waliys et leur décoration avec les lampes
multicolores et les voiles qui se posent sur et autour des tombes
revêtues de marbre ou de ciment. Ce jour-là, les gens invitent aussi les
medias pour couvrir l’évènement: l’encens est alors brûlé et une fête
célébrant l’anniversaire du prophète est organisée ; les gens, debout ou
assis, commencent alors à prier à haute voix tout en répétant,
accompagnés ou pas par des instruments musicaux, la chanson de la
louange et du remerciement. Cela, est appelé: invocation explicite
(Dhikr Djalî). Ensuite les gens s’orientent vers les tombes, prétendant
que c’est un acte béni, et commencent à lire le Coran et à accomplir la
prière à côté du tombeau.
Dans cette fête, les cadeaux et les donations s'offrent. L'argent collecté
se dépense dans la construction de nouvelles pistes et logements pour
les visiteurs, ou dans la construction d'une demeure qui ressemble à
une mosquée au dessus de la tombe, ou d’une mosquée à côté de la
tombe. Les visiteurs, hommes, femmes, et enfants, se mettent à
implorer la miséricorde d'Allah et à le supplier de leur accorder des
enfants et de l'argent ou bien de dissiper leur angoisse et de leur éviter
les malheurs et les maladies etc. Ensuite, les héritiers du mort, leur
représentant ou quiconque parmi les organisateurs de la fête arrive et
appelle les gens à lui prêter serment de suivre toujours la conduite et le
comportement du mort ; cela est d'ailleurs leur but parce que ce
serment est considéré comme une voie qui mène au droit chemin. Tout
cela est accompagné de la supplication d'Allah, le Grand et de
l'imploration de Sa Satisfaction. Les visiteurs font en fait de très
longues distances pour venir à cette fête ; il yen a parmi eux ceux qui
atteignent et même dépassent les frontières du pays afin que leurs
images apparaissent dans les journaux et afin d'annoncer aux gens leur
arrivée ; comme le fait par exemple d'annoncer l’arrivée de quiconque,
le serviteur de Agmiz Ach-Charîf en Inde, un tel.. Badka ou Karatchaï.
Les cadeaux et les donations des gens sont alors immédiats et
dépêchés. Tout d’abord, ils commencent par accepter les cadeaux des
députés avant que ceux- ci ne partent. Et ils offrent aux visiteurs
comme cadeaux quelques fleurs cueillies du jardin du mort, de sa
tombe, ou d'un terrain annexé à sa tombe. Ils envoient aussi aux gens
des lettres imprimées partout dans le monde et dans les capitales
sacrées. La Mecque et la Médine. Moi personnellement, j'ai consulté
certaines de ces correspondances adressées aux musulmans, de
Bangladesh et du Pakistan. Ces correspondances étaient écrites dans
leur propre langue et ces gens viennent à l'Arabie Saoudite pour
travailler. Ces lettres que j'ai vues être envoyées de la part du député (d'
Agmiz Ach-Charîf ) en Inde il écrit démontrant les horaires des
pratiques, c.-à-d. il explique comment et quand les circonvolutions
"Tawâf" autour de la tombe aura lieu, comment et quand la porte du
paradis s'ouvrira t- elle, qu'Allah nous protège de cela. Bref, ils
encouragent les gens et ils les menacent à travers ces lettres qu'ils
seront punis s'ils n’envoient pas leurs cadeaux. Ils leur demandent aussi
d'envoyer les adresses de leurs amis pour éviter la punition; et les gens
obéissent croyant qu'ils font quelque chose de louable. Mon cher
monsieur, il y a chez nous une rivière qui côtoie la tombe d’un homme
pieux très réputé qui appelait à l’islam et son nom est Chah Djallâl Al-
Yamânî, qu'Allah lui fasse miséricorde, dans la région de Salmet où les
gens prétendent en fait que les poissons qui vivent dans cette rivière
sont des poissons sacrés …si un poisson meurt, les gens prient sur lui
et l’enterrent. Dans cette région les gens ne mangent pas aussi les
pigeons parce qu’elles appartiennent comme ils prétendent à cet
homme pieux ; alors c’est impossible de les manger. Nous avons aussi
une tortue sacrée etc. Cette semaine une chose étrange a eu lieu; le
servant d’un homme qu’on ne connaît pas du tout est venu dire qu’il
veut organiser une (noce) pour son Cheikh. Il importa alors 25
chameaux du Pakistan (le chameau est en fait un animal rare chez
nous, on le connaît seulement par les livres relatant les histoires des
déserts et des arabes. Cet homme a acheté aussi des milliers de vaches
et de moutons et a placé ces bestiaux dans les expositions de la capitale
afin que les gens les voient. Et toutes ces bêtes étaient des sacrifices
(avec un emblème et une guirlande nationaux). Les gens ont été
fascinés par ses bêtes et ils furent conduits à dos de chameau vers
l’endroit de la fête, accompagnés par des rangs de voitures et de
véhicules militaires. Toutes les mesures de sécurité militaire ont été
prises et des centaines de milliers parmi le public ainsi que les
dirigeants du pays ont participé aux noces. Les visiteurs, parmi lesquels
existaient de grands dirigeants et responsables civiles et militaires, ont
passé trois jours pour pouvoir arriver aux noces en voitures et il y en eu
ceux qui se sont déplacés par hélicoptères. Puis les gens ont prêté
serment auprès du représentant (Morchid). Nous craignons de tomber
dans le péché et comme ils disent: les gens suivent la religion de leurs
souverains, ou bien disent : celui qui vous commandera sera comme
vous. Nous implorons le pardon d’Allah, Il est le Miséricordieux, le
Pardonneur.
Toujours, il y en a ceux qui appellent à la construction de nouvelles
tombes et invitent les gens à organiser de telles fêtes menant à
l’égarement et qui obligent les gens à dépenser leur argent en inventant
des histoires relatant la valeur et la grandeur du mort pour lequel la
fête est organisée; au point que les voitures et les autobus s’arrêtent
près des tombes et les gens se mettent à y jeter leur argent ou à saluer
le mort. Ces tombes sont devenues des sources de gain, qu’Allah nous
protège de cela.
Donnez nous votre avis à la lumière du Coran , de la Sunna et du
consensus de la communauté, afin d'éviter tout équivoque, qu'Allah
vous rétribue et c'est sur Allah qu'on compte et c'est Lui que nous
invoquons pour nous protéger de tomber dans de telles innovations et
polythéisme, pour nous appuyer et nous aider à nous attacher à la juste
croyance et à l'adorer sincèrement, et pour nous guider comme Il a
guidé son Prophète, à Sa bénédiction et salut. Ici dans notre patrie à
Bengladesh particulièrement, et dans tous les pays des musulmans
généralement. Nous sommes faibles dans le domaine de la religion,
indiquez nous donc le rôle qu'on doit jouer dans cette crise religieuse
qu'on vient de vous citer. Votre avis est très important pour nous ;
l'affaire est vraiment urgente afin de faire face aux mécréants et aux
diables qui appellent constamment au polythéisme et à l'innovation?
Qu'Allah nous pardonne tous.
R: Toutes ces choses que vous avez mentionnées sont des innovations
niables et des aberrations auxquels Satan appelle les gens déraisonnables et
insensés pour les éloigner du droit chemin d‟Allah. Ce droit chemin vers
lequel Allah -Gloire à Lui- a guidé le groupe gagnant parmi les différentes
doctrines de cette communauté.
En effet, l'Islam ne reconnaît pas l‟organisation de fêtes et de célébrations en
faveur de quiconque parmi les cheikhs et les prophètes. L‟Islam interdit
aussi l‟immolation de bêtes pour n‟importe qui à part Allah parce que c‟est
un polythéisme majeur qui conduit celui qui le commet à l‟Enfer où il reste à
jamais. Allah -Gloire à Lui- dit: Dis: «En vérité, ma Salât, mes actes de
dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l‟Univers.
A Lui nul associé! le verset. L‟Islam désapprouve aussi le fait de chercher la
bénédiction auprès des pierres et de la poussière des tombes. Un tel
comportement est considéré en fait comme une association à Allah, c‟est du
polythéisme majeur et l‟Islam n‟autorise pas la construction sur les tombes
ni leur revêtement par le marbre. Tout au contraire, le prophète a interdit
cela et l‟Islam empêche toute prière, toute récitation, toute immolation toute
distribution de nourriture et toute circonvolution (Tawâf) autour des tombes.
L‟Islam autorise seulement la visite des tombes pour la considération et pour
invoquer Allah en faveur des morts qui y sont enterrés. C‟est interdit donc de
supplier les morts par leurs personnes, ou par leur dignités, cela est une
innovation et une voie qui mène au grand polythéisme. Allah est le Seul en
fait a être supplié par Ses Noms et Ses Attributs, par l'attestation de son
unicité et de la foi en Lui et par la pratique de bonnes actions. Et comme
preuve attestant que l'Islam interdit le fait de chercher la bénédiction auprès
des tombes et des morts qui y sont enterrés parce que cela relève du grand
polythéisme,on présente ce hadith rapporté par At-Tirmidhî et d'autres selon
une chaîne de transmission authentique, d'après Abou Wâqid Al-Laythî qui a
dit: Nous sortîmes en expéditions avec le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) pour la bataille de Hounayn, alors que nous venions récemment de
nous convertir à l'Islam, Les plothéistes avaient l'habitude de se recueillir au
pied d'un jujubier aux branches duquel ils suspendaient leurs armes. Ils
surnommaient cet arbre: Thât 'Anwât. Apercevant un jujubier, nous dîmes
au Prophète: "O Prophète d'Allah, désigne-nous un arbre Thât 'Anwât
semblable au leur." Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) s'esclama:
"Allah est le plus grand! L'Histoire se répète. Par Celui qui détient mon âme
entre Ses mains, vous venez de tenir mes mêmes propos que ceux qu'ont
tenus les enfants d'Israël à Moussa. à Moussa.. désigne-nous une divinité
semblable à leurs dieux."
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
L’exagération dans des affaires concernant le Messager d’Allah (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam)
La question 7 et 8 de la Fatwa numéro ( 189 )
Q7: Est-ce que la lumière de Mohammad émane t-elle d’Allah ou bien
comprend elle une autre source?
R7: Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) possède une lumière qui est
la lumière du Message céleste et de la direction d‟Allah vers laquelle Il a
Guidé -Gloire à Lui - ceux qu‟Il désire parmi ses serviteurs. Certes, la
lumière du message et de la direction émane d‟Allah. Allah dit: Il n‟a pas été
donné à un mortel qu‟Allah lui parle autrement que par révélation ou de
derrière un voile, ou qu‟Il [Lui] envoie un messager (Ange) qui révèle, par Sa
permission, ce qu‟Il [Allah] veut. Il est Sublime et Sage. Et c‟est ainsi que
Nous t‟avons révélé un esprit [le Coran] provenant de Notre ordre. Tu n‟avais
aucune connaissance du Livre ni de la foi; mais Nous en avons fait une
lumière par laquelle Nous guidons qui Nous voulons parmi Nos serviteurs.
Et en vérité tu guides vers un chemin droit, le chemin d‟Allah à Qui
appartient ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Oui c‟est à
Allah que s‟acheminent toutes les choses. Cette lumière n‟est pas donc
inhérente au Dernier des Messagers comme le prétendent certains apostats
parce que son corps (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) est fait de chair, de sang
et d‟os etc. Et comme tout être humain, il a un père et une mère et il n‟a pas
été créé avant sa naissance. Ce n‟est pas juste donc de dire qu‟Allah a tout
d‟abord créé la lumière du Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) ou de dire
qu‟Allah a saisi une poignée de la Lumière de sa Face Honorable et que cette
poignée est Mohammad puis Il l‟a regardée, alors elle fit tomber des gouttes
et de chaque goutte fut créé un prophète ou bien toutes les créatures furent
créées de sa lumière (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam). Rien de cela n‟est
accordé par le Prophète? (Page 366 et suivants [Recueil des fatwas d' Ibn
Taymiyya ] la dix huitième partie ).Qu'Allah vous accorde la réussite et que la
paix et le salut soient sur notre Prophète Mohammad ainsi que sa famille et
ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n iben Ghadayân `Afifî
Q8: Est ce que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) visite lui-
même le mort ou bien simplement son image qui se présente auprès de
lui?
R8: La présence du Prophète ou de quiconque parmi ceux dont les âmes
sont auprès de leur Créateur, est une des affaires de l'inconnaissable
(Ghayb) qui ne peut être connue qu‟à travers un texte divin adressé de la
part d'Allah à ses serviteurs. Personne ne doit donc entrer dans un débat
portant sur un tel sujet sans se référer d'abord à un texte religieux légitime.
Et il n‟est pas certifié ni dans le Coran ni dans les Hadiths prophétiques que
le Messager d‟Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) s'est rendu un jour chez
un mort ni par sa personne ni par son image. Ce qui est bien connu, c‟est
que les gens vont se rassembler autour de lui (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
le jour du Jugement dernier, réclamant qu‟il intercède en leur faveur auprès
d'Allah afin qu‟ils soient sauvés du châtiment. Ce jour-là, il remplira aussi
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam), conformément à certains Hadiths confirmés,
d‟autres fonctions qui lui ont été préalablement spécifiées par Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn 'Abd Al-Allah ibn Abd Ar- `Abd-Ar-Razâq
Soulaymân ibn Manî` Rahm?n iben Ghadayân `Afifî
La fatwa numéro ( 642 ) :
Q: Le premier sujet: le Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
n'est pas un être humain comme nous .
R: Cette expression n‟est pas absolue, elle est susceptible d'être vraie ou
fausse: il est vrai si elle est employée pour affirmer que le Prophète (Salla
Allah 'Alaihi Wa Sallam) est un être humain qui n'est pas tout à fait pareil
dans tous les aspects humains ; mais comme tout être humain, il mange,
boit, tombe malade, guérit, se souvient et oublie, vit et meurt et se marie
avec des femmes et ainsi de suite en se distinguant par ce qu'Allah lui a
attribué d'avantage tels que la révélation, être envoyé aux gens en tant
qu'avertisseur et annonciateur, en appelant à Allah par Sa permission et
comme une lampe éclairante. Dans ce cas cette expression est véridique et la
réalité en témoigne ainsi que le Coran qui confirme ce point, Allah Gloire à
Lui a dit: Dis: «Je suis en fait un être humain comme vous. Il m‟a été révélé
que votre Dieu est un Dieu unique! Quiconque, donc, espère rencontrer son
Seigneur, qu‟il fasse de bonnes actions et qu‟il n‟associe dans son adoration
aucun autre à son Seigneur». Le Prophète est ordonné donc d'annoncer à sa
communauté qu‟il est un être humain comme eux. Cependant Allah l'avait
choisi pour endurer les responsabilités du Message et la loi du Monothéisme
et de la bonne direction. Allah -Gloire à Lui- a dit en rapportant le dialogue
qui a eu lieu entre les prophètes et leurs communautés: Leurs messagers
dirent: «Y a-t-il un doute au sujet d‟Allah, Créateur des cieux et de la terre,
qui vous appelle pour vous pardonner une partie de vos péchés et vous
donner un délai jusqu‟à un terme fixé?» [Les mécréants] répondirent: «Vous
n‟êtes que des hommes comme nous. Vous voulez nous empêcher de ce que
nos ancêtres adoraient. Apportez-nous donc une preuve évidente». Leurs
messagers leur dirent: «Certes, nous ne sommes que des humains comme
vous. Mais Allah favorise qui Il veut parmi Ses serviteurs. Il ne nous
appartient de vous apporter quelque preuve, que par la permission d‟Allah.
Et c‟est en Allah que les croyants doivent placer leur confiance. Les
messagers d'Allah attestent donc qu'ils sont des êtres humains comme nous,
mais c'est Allah qui gratifie quiconque Il veut parmi Ses Serviteurs, de quoi Il
veut, celui qu‟Il veut et choisit parmi eux celui qu‟Il veut pour faire sortir les
gens, à travers Lui, de l‟obscurité à la lumière. Et le Coran cite à cet égard
plusieurs exemples.
Cependant, si par cette expression, on veut dire que le Prophète n'est pas du
tout un être humain ou qu'il est un être humain qui diffère totalement des
êtres humains et qui ne possède aucune des spécificités par lesquelles se
caractérise généralement l'espèce humaine; ce sera donc une fausse diction
qui va à l'encontre de la réalité, une mécréance manifeste parce qu'elle se
contredit avec ce que le Coran avait cité affirmant que les prophètes sont des
humains comme tous les êtres humains et qu'ils ne se distinguent des
hommes que par ce qu'Allah leur avait attribué de la Révélation, de la
Prophétie, du Message et de miracles.
Et si par ce terme, on veut dire que le Prophète n'est pas comme les êtres
humains en raison de son savoir de l'Inconnaissable et qu'il possède le
pouvoir complet, nous allons parler de cela dans notre réponse de la
deuxième et la troisième question dans cette consultation Fatwa.
Et si celui qui prononce ce mot veut dire autre chose, qu‟il explique donc son
but, qu‟il dévoile alors son intention pour qu'on puisse discuter avec lui.
En tous cas, il ne faut pas dire ce mot, négativement ou affirmativement
sans donner les explications et les détails nécessaires parce que c'est un mot
vague et très équivoque et c'est pour cette raison que le Coran ne l'avait
mentionné qu'en fournissant les explications qui démontrent en quoi les
prophètes se distinguent du reste des humains comme on a vu dans les
versets précédents.
Et comme Il dit -Gloire à Lui - : Dis: «Je ne suis qu‟un homme comme vous.
Il m‟a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique. Cherchez le droit chemin
vers Lui et implorez son pardon». Et malheur aux Associateurs qui
n‟acquittent pas la Zakât et ne croient pas en l‟au-delà!
Comme il est à craindre de dire que les prophètes ne diffèrent absolument
pas des humains, semant ainsi les doutes d'une manière ou d‟une autre
autour de la question de leur prophétie. Il est aussi très dangereux de dire
qu'ils sont absolument différents des humains ouvrant ainsi une porte qui
mène à l'exagération dans l‟amour des prophètes au point de leur attribuer
des qualités et des compétences dont nul ne peut dispenser à part Allah le
Très -Haut. Le musulman, en prononçant ce mot, doit donc détailler et
expliquer afin de distinguer le vrai du faux et le droit chemin de l'égarement.
Deuxième sujet : le Messager d’Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
connaît l'Inconnaissable (Al-Ghayb).
R: Savoir l'Inconnaissable est une compétence exclusive d'Allah. Allah le
Très -Haut a dit: Dis: «Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne
connaît l‟Inconnaissable, à part Allah». Et ils ne savent pas quand ils seront
ressuscités! Et Il dit, Gloire à Lui : C‟est Lui qui détient les clefs de
l‟Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est
dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu‟Il ne
le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de
sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. Allah dit aussi: La
connaissance de l‟Heure est auprès d‟Allah; et c‟est Lui qui fait tomber la
pluie salvatrice; et Il sait ce qu‟il y a dans les matrices. Et personne ne sait
ce qu‟il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra.
Certes, Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur.
L'Exalté dit aussi: Dis: «Je ne détiens pour moi-même ni profit ni
dommage, sauf ce qu‟Allah veut. Et si je connaissais l‟Inconnaissable,
j‟aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m‟aurait touché. Je ne
suis, pour les gens qui croient, qu‟un avertisseur et un annonciateur». Et Il
dit également: Dis: «Je ne suis pas une innovation parmi les messagers; et
je ne sais pas ce que l‟on fera de moi, ni de vous. Je ne fais que suivre ce qui
m‟est révélé; et je ne suis qu‟un avertisseur clair». ainsi que d‟autres versets
qui assurent qu‟Allah- Gloire à Lui - possède Seul la science de
l‟inconnaissable mais qu‟Il a appris à quelques uns de ses serviteurs tels les
Messagers et les Anges quelques affaires relevant de l‟inconnu avec un
certain taux que Lui Seul détermine. Allah -Gloire à Lui - dit: Dis: «Je ne
sais pas si ce dont vous êtes menacés est proche, ou bien, si mon Seigneur
va lui assigner un délai. [C‟est Lui] qui connaît le mystère. Il ne dévoile Son
mystère à personne, sauf à celui qu‟Il agrée comme Messager et qu‟Il fait
précéder et suivre de gardiens vigilants, Il dit -Gloire à Lui - expliquant
l‟état affolé des Anges lorsqu‟ils entendent ses Paroles -Gloire à Lui- et
comment agissent t-ils après que leur effroi disparaît: Quand ensuite la
frayeur se sera éloignée de leurs cœurs, ils diront: "Qu'a dit votre Seigneur?"
Ils répondront: "La Vérité; C'est Lui le Sublime, le Grand". Et il est rapporté
par Al-Boukhârî a rapporté dans son recueil de hadiths authentiquesd'après
`Abd-Allah ibn `Omar qu'Allah soit satisfait d'eux, que le Messager d'Allah
(Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) avait dit: Les clefs du savoir absolu d'Allah
(l'Inconnaissable, Al-Gayab), sont au nombre de cinq que Seul Allah connaît:
: La connaissance de l‟Heure est auprès d‟Allah; et c‟est Lui qui fait tomber
la pluie salvatrice; et Il sait ce qu‟il y a dans les matrices. Et personne ne sait
ce qu‟il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra.
Certes, Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur. , De même,
Mouslim a cité le hadith de `Omar ibn Al-Khattâb qui rapporte que Gabriel a
interrogé le prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) à propos de l‟islam, de la
croyance et de la bienfaisance puis il l‟a questionné à propos de l'Heure,
alors le Prophète répondit : Celui qui est interrogé n'en sait pas plus sur elle
que celui qui l'interroge. Mais je t'informe sur ses signes précurseurs:
"Quand la femme donnera naissance à sa maîtresse. Que tu verras les va-
nu-pieds se montrer plus arrogants dans leurs construction, voilà les signes
de l'Heure": La connaissance de l‟Heure est auprès d‟Allah; et c‟est Lui qui
fait tomber la pluie salvatrice; et Il sait ce qu‟il y a dans les matrices. Et
personne ne sait ce qu‟il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle
terre il mourra. Certes, Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur.
.
Dans le Hadith authentique, il est rapporté que 'Omm Al-`Alâ' Al-'Anssâriyya
qui est l'une de celles qui ont prêté serment devant le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam) a informé le Prophète que 'Othmân ibn Mazh`oun est
resté chez eux lorsque les 'Ansârs ont assuré par voie de suffrage le logement
des immigrés (les Mohâdjirînes) parmi eux, 'Omm Al-`Alâ' a dit: 'Othmân
(qu'Allah soit satisfait de lui) est tombé malade alors je me suis mise à le
soigner jusqu'à sa mort, puis on l'a laissé entortillé dans sa robe et lorsque le
Prophète entra, je lui ai dit qu'Allah t'accorde sa miséricorde, ô Abou As-
Sâ'ib, J'atteste de ta droiture, Allah t'a honoré, à ce moment le Prophète
répondit: Comment savez-vous que Allah l'a honoré? Je lui ai répondu: "Je
ne sais pas. Que mon père et ma mère soient sacrifiés pour toi, ô Messager
d'Allah! Mais qui d'autre est digne d'elle (si ce n'est pas `Othmân)?" Il a dit:
"Quant à lui, par Allah, le Paradis lui est promis, et je souhaite le meilleur
pour lui. Par Allah, même si je suis le Messager d'Allah, je ne sais pas ce
qu'Allah fera de moi. Dans une autre version: Par Allah! Je ne sais pas ce
que l'on fera de moi alors que je suis Le Messager d'Allah. le hadith. Selon
Al-Boukhârî et Mouslim, d'après Ibn Abbâs il a dit: On demanda au
Messager d'Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) à propos des enfants des
païens. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) répondit: «Allah qui est
leur Créateur sait le mieux leurs oeuvres. Les textes du Coran et de la
Sunna dans ce sens sont nombreux, et il est très claire que le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avait de l‟inconnaissable que ce qu‟Allah lui
avait révélé et appris.
Le troisième sujet: le Messager d’Allah (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
possède le pouvoir parfait.
R: Si par le mot pouvoir parfait on veut dire que le Prophète (Salla Allah
'Alaihi Wa Sallam), à lui bénédiction et salut, est parfait d‟une manière
relative c'est-à-dire parfait par rapport aux autres êtres humains, cela est
donc permis et cela a été même confirmé,. Cependant, si par ce mot on
désire attribuer au Prophète un pouvoir absolu, cela sera donc faux et cela
sera une exagération concernant le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
et une comparaison rapprochant la créature au Créateur, ce qui est
totalement refusé parce que le Pouvoir Absolu n‟appartient en vérité qu‟Allah
Seul. Le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) ne possède qu‟un pouvoir
limité provenant du Pouvoir d‟Allah et non pas de son être (Salla Allah 'Alaihi
Wa Sallam). C‟est pour cette raison que le Prophète est passé comme tout
être humain par des moments de force et des moments de faiblesse qui
dépendaient de son état de santé ou de maladie, et Allah -Gloire à Lui -
l'avait ordonné de dire aux mécréants lorsqu‟ils lui ont demandé de leur
montrer les miracles: "En vérité, les miracles ne dépendent que d'Allah."
et Allah -Gloire à Lui- lui avait ordonné de leur dire lorsqu‟ils ont hâté le
châtiment: "Si ce que vous voulez hâter dépendait de moi, ce serait affaire
faite entre vous et moi." Ainsi que d‟autres versets attestant qu‟il ne possède
pas (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) le pouvoir absolu et que la Puissance
absolue n‟appartient qu‟à Allah Seul. A cet égard on cite aussi le Hadith
authentique: que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) tomba de son
cheval et a été blessé au visage au point qu'il dirigea la prière en position
assise et le hadith parlant de sa blessure, le jour de la bataille de Ohoud et
le hadith parlant du jour où il était allé au Taëf, avant l‟Hégire pour appeler
à l‟unicité d‟Allah. Dans le recueil authentique de Al-Boukhârî ] d'après Ibn
Abbâs qu'Allah soit satisfait d'eux, que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa
Sallam) a dit: Ceux qui ont fortement encouru la Colère d'Allah sont ceux
qui ont fait saigner le visage de leur Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam)
et dans le même hadith , il est rapporté que Sahl ibn Sa'd à qui on demanda
à propos de la blessure du Prophète, il dit: " Le casque du Prophète fut brisé
sur sa tête, son visage était plein de sang et il eut une dent cassée. On
apercevait „Ali ramener plusieurs fois de l‟eau au fond de son bouclier, alors
que Fâtima (qu'Allah soit satisfait d'elle) rinçait les blessures. Mais, quand
Fâtima s‟aperçut que le sang coulait de plus en plus, en dépit de l‟eau
versée, elle prit une natte, la fit calciner et appliqua (la cendre) sur la plaie.
Alors l‟hémorragie cessa. Ce jour-là la dent du Prophète s'est cassée, son
visage s‟est blessée et le casque a été cassé au-dessus de sa tête. S‟il
possédait (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) le pouvoir absolu, comment ses
ennemis ont-ils pu donc blesser son visage et briser sa dent et casser sa
protection au dessus de sa tête.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre
Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre vice Président du comité
'Abd Al-Allah ibn Mani' `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî
La fatwa numéro ( 2777 ) :
Q1: Un homme dit que Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
représente une barrière entre les deux sphères de la possibilité et de
l'obligation. Il représenterait donc un degré au-dessus de celui de la
possibilité et de l'occurrence, et un degré au-dessous de celui de
l'obligation. Prière de me donner une réponse claire.
R1: Allah (Exalté soit-Il) est Le Seul dont l'existence est due par Lui-même.
Son existence ne vient pas d'autrui. Les autres existences sont possibles en
elles-mêmes, elles ont acquis leur existence d'Allah (Exalté soit-Il) et
dépendent de Sa Volonté et Sa Puissance. Il peut les maintenir ou les
anéantir selon Sa volonté. Notre Prophète, Mohammad (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) est semblable aux autres êtres-humains, Allah l'a créé à partir
d'un homme et d'une femme, selon les textes du Coran et de la Sunna, et
comme en témoigne la réalité perceptible. Ensuite, Il l'a rappelé lorsque son
terme arriva. Son existence est donc possible, comme toutes les autres
créatures, sauf qu'Allah lui a donné une certaine particularité en le
choisissant pour être le porteur de Son Message au monde entier, et pour
qu'il soit le dernier des Prophètes (Salla Allah `Alaihim Wa Sallam). Il n'y a
donc pas de barrière entre l'obligation et la possibilité, à l'unanimité des
esprits raisonnables, pour que Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
soit cette barrière ou s'y place. En principe, il existe trois dispositions
intellectuelles selon les savants : l'obligation, l'impossibilité et la possibilité,
c'est-à-dire : les possibilités intellectuelles que sont la probabilité d'existence
et d'inexistence. Il n'y a donc pas de quatrième disposition, serait-ce la
barrière ou l'intercession. Quiconque prétendrait l'existence d'une quatrième
disposition sous la forme d'une barrière ou d'une intercession, s'opposerait
aussi bien aux exigences intellectuelles qu'aux exigences textuelles.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q2 : Il dit aussi : "Nous ne pouvons pas dire que Mohammad (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) est un Dieu, nous ne pouvons pas non plus le
qualifier autrement. Nous nous en remettons à Allah (Exalté soit-Il) qui
Seul connaît sa vérité". Nous vous prions de nous éclairer.
R2: Il a dit vrai en disant : "Nous ne pouvons pas dire que Mohammad (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) est un Dieu", mais, il s'est tout de suite contredit,
en disant "nous ne pouvons pas non plus l'appeler autrement", puisque les
preuves purement rationnelles et celles puisées dans le Coran, la Sunna et le
consensus des savants musulmans attestent que la divinité est attribuée à
Allah Seul (Exalté soit-Il). Alors, si Mohammad ne peut pas être un Dieu, en
référence aux preuves rationnelles et scripturaires, il devrait obligatoirement
être autre qu'Allah (Exalté soit-Il), vue l'obligation née de l'impossibilité qu'il
soit un Dieu et de celle de la divinité d'Allah et de Sa souveraineté d'après les
preuves rationnelles et scripturaires.
D'ailleurs, le fait qu'il dise : "Nous nous en remettons à Allah (Exalté soit-Il)"
etc. implique un doute manifeste dans la différenciation entre Allah et Son
Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Cette contradiction constitue une
véritable mécréance qui s'oppose à la réalité ainsi qu'aux preuves
intellectuelles et textuelles véridiques, puisque Allah (Gloire et Pureté à Lui)
a indiqué dans le Saint Coran que Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) est un être humain. De même, tous les musulmans sont unanimes
sur le fait qu'il fut né d'un homme et d'une femme, et qu'il rentre dans la
généralité de ce verset : O hommes! Nous vous avons créés d‟un mâle et
d‟une femelle, le verset.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q3: Il dit aussi que la courbe de la possibilité avait deux limites ou deux
points : le début et la fin. Mais, il prétend que ces deux points sont
bannis dans le cas du Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et se
sont confondus de telle sorte que l'on ne remarque pas la différence
entre eux, et que le Voyage Nocturne (Al-'Isrâ') ne fut que de lui vers lui-
même. Prière de nous instruire.
R3: La possibilité constitue l'une des trois dispositions intellectuelles. Sa
signification est un fait mental total. La possibilité de toute chose constitue,
à un pied égal, la possibilité de son existence ou de son anéantissement,
selon la Puissance Divine, sans aucune différence, dans ce contexte, entre
les Messagers d'Allah (Salla Allah `Alaihim Wa Sallam) et les autres
créatures. A l'unanimité des esprits raisonnables, la possibilité n'a donc pas
deux limites ou points pour le début et la fin, pour qu'on puisse dire : ils
furent bannis dans le cas du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
D'ailleurs, le fait de prétendre la confusion de ces deux points chez le
Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), au point qu'il n'y ait aucune
différence entre lui et Allah, et au point que son Voyage Nocturne ne fut que
de lui vers lui-même, implique de dire que le Messager (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) est uni à Allah, Allah est Très Elevé, au-dessus de tout cela.
C'est une véritable mécréance qui fait sortir de la religion islamique, puisse
Allah nous en préserver. En fait, cette opinion s'oppose à la question
précédente qui dit que l'on ne pouvait pas dire que Mohammad est un Dieu,
ni le qualifier autrement, etc., de même, cela constitue une obstination à
l'égard des textes, de la raison et de la réalité.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q4: Il dit encore que la vérité dans le verset coranique qui dit : Puis il
se rapprocha et descendit encore plus bas, est que le Messager d'Allah
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'est pas différent d'Allah (Exalté soit-Il),
alors, il ne faut pas prétendre qu'il y avait deux existences, puisque le
Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'a vu que lui-même.
Instruisez-nous.
R4: La vérité est que celui qui s'est approché ainsi, était l'Archange Gabriel
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) afin que le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) puisse le voir, et cela, conformément aux informations
authentiquement rapportées du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Quiconque prétendrait que celui qui s'était ainsi rapproché était Allah
(Exalté soit-Il), commettrait une faute très grave. De même, le fait de nier
qu'il y a deux existences et de prétendre que Mohammad (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) ne voyait que sa propre image implique l'unicité de l'existence, ce
qui constitue une véritable mécréance, comme précité.
Enfin, des réponses précédentes, on constate que la personne ayant tenu les
propos indiqués dans ces questions n'est pas sur la voie de la vérité mais sur
celle du faux. Cet homme n'est pas un croyant et est encore moins des gens
de la Sunna et les consensus, c'est un mécréant apostat même s'il prétendait
être musulman.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 3091 ) :
Q1: Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est-il le premier
qui fut créé ou fut-ce Adam ?
R1: Le premier homme qui fut créé fut Adam (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam),
selon le consensus des musulmans, et selon les textes explicites du Coran.
Et notre Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), est un homme de sa
descendance. Tandis que les dires de quelques ignorants qui prétendent que
notre Prophète est le premier des êtres ou qu'il fut créé de la lumière divine
ou de la lumière du Trône divin, sont des dires faux qui n'ont aucun lien
avec la vérité.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 13 de la Fatwa numéro ( 5782 ) :
Q 13: Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est-il une lumière
d'Allah, comme le disent certain ? Cette lumière est-elle celle du Trône
d'Allah (Glorifié et Exalté soit-Il) ?
R13: La lumière du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est celle de la
guidance et du droit chemin, comme Allah (Exalté soit-Il) l'a dit: Et en vérité
tu guides vers un chemin droit, et Il a dit (Exalté soit-Il) : O Prophète! Nous
t‟avons envoyé [pour être] témoin, annonciateur, avertisseur, appelant (les
gens) à Allah, par Sa permission; et comme une lampe éclairante. Son corps
ne constitue pas une lumière, ni ne vient de la lumière d'Allah comme décrit
dans la question. Le Messager est un homme en chair et en os, qui vient
d'un père et d'une mère comme tous les êtres-humains, comme l'a voulu la
Loi Divine pour les Hommes. Il mangeait, buvait et subvenait à ses besoins.
Il avait une ombre quand il marchait sous le soleil ou autre. Tandis que la
lumière désignée par ces Paroles Divines : Une lumière et un Livre explicite
vous sont certes venus d'Allah! Par ceci (le Coran), Allah guide aux
chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. signifie la Révélation
qu'Allah lui a faite. Aucun argument tiré du Coran ou de la Sunna n'a
prouvé qu'il s'agissait de la lumière du Trône. Le fait de le prétendre est donc
un mensonge.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 6534 ) :
Q: Chez nous, au Pakistan, les savants de la secte dite Al-Baryalawiyya
croient que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'avait pas
d'ombre, ce qui signifie qu'il n'était pas humain. Le hadith concernant
ce sujet, est-il authentique ? Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
n'avait-il pas d'ombre ?
R: Ce sont de faux propos, qui s'opposent aux textes du Coran et de la
Sunna explicite, qui indiquent que Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) est un humain. Il ne diffère pas dans sa forme humaine des autres
hommes. Il a aussi une ombre comme les autres. Le Message qu'Allah lui a
prodigué ne l'exempte pas de sa réalité humaine avec laquelle Allah l'a créé
d'une mère et d'un père. Allah (Exalté soit-Il) dit : Dis: "Je suis en fait un
être humain comme vous. Il m'a été révélé le verset, et Il a dit (Exalté soit-Il)
: Leurs messagers leur dirent: "Certes, nous ne sommes que des humains
comme vous. le verset.
Le hadith qui dit que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a été créé à
partir de la lumière d'Allah est un hadith controuvé.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 6756 ) :
Q2: (Sans toi, sans toi, les corps célestes n'auraient pas été créés). Ce
hadith est-il controuvé ou faible ?
R2: En fait, Al-`Adjlaounî l'a mentionné dans son livre "Kachf Al-Khafâ wa
Mouzîl Al-'Ilbâs `Ammâ Ichtahar mîn Al-'Ahâdîth `ala Alsinât An-Nâs" (la
divulgation du mystère et le dévoilement du doute sur les hadiths répétés
par les gens) en disant ce qui suit : "As-Saghânî dit qu'il est forgé (Mawdou`)
, puis, il a repris : "et je dis : sa signification est toute fois correcte, bien qu'il
ne soit pas un hadith". Nous disons : il est faux dans le fond et dans la
forme, puisque Allah (Exalté soit-Il) n'a créé les êtres que pour qu'ils
L'adorent, tel qu'Il l'a dit : Je n‟ai créé les djinns et les hommes que pour
qu‟ils M‟adorent. Aucun hadith du Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
ne justifie que les êtres ont été créés pour lui, ni les corps célestes, ni
aucune autre créature. Le hadith mentionné a été évoqué par Mohammad
ibn `Alî Ach-Chawkânî dans son œuvre "Al-Fawâ'id Al-Madjmou'a Fi Al-
'Ahâdith Al-Mawdou`a" (Les bénéfices regroupés dans les hadiths
controuvés). Il y dit : "As-Saghânî dit que ce hadith est forgé (Mawdou`)", les
Paroles Divines le confirment : Allah qui a créé sept cieux et autant de
terres. Entre eux [Son] commandement descend, afin que vous sachiez
qu‟Allah est en vérité Omnipotent et qu‟Allah a embrassé toute chose de
[Son] savoir.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 4 de la Fatwa numéro ( 6793 ) :
Q4: J'ai entendu un professeur dire que le Messager d'Allah (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) fut créé à partir de la lumière divine. Est-ce vrai ?
R4: Les paroles de ce professeur sont fausses parce qu'elles s'opposent aux
textes et à la réalité. Les évidences concrètes et les témoignages indiquent
tous que le Messager fut créé à partir d'une mère et d'un père qui sont `Abd-
Allah ibn `Abd-Al-Mottalib et 'Amîna bint Wahb, et son ascendance est bien
connue.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 7325 ) :
Q1: Est-il vrai que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a été créé
à partir de la Lumière d'Allah (Exalté soit-Il) ? Cette idée est-t-elle
conforme au concept de Perfection d'Allah (Exalté soit-Il) ? Nous vous
prions de nous donner une fatwa à cet égard, en nous fournissant les
preuves du Coran et de la Sunna.
R1: Il n'y a rien dans le Coran ni dans la Sunna du Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) qui justifie que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) fut créé à partir de la Lumière Divine. Au contraire, les évidences
concrètes et les témoignages indiquent tous qu'il fut créé à partir d'une mère
et d'un père, comme tous les êtres-humains, et son ascendance est bien
connue, ce qui renie les prétentions qui disent qu'il fut (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) créé à partir de la Lumière Divine. Cela s'oppose en outre à la
Perfection Divine.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 7529 ) :
Q: La plupart des gens croient que les choses furent créées à partir de la
lumière de Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et que sa lumière
fut créée à partir de la Lumière Divine. Ils ont l'habitude de dire des
hadiths tels que : "Je suis la Lumière d'Allah, et tout vient à partir de
ma lumière", et "la lumière de Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) fut la première qu'Allah créa". Existe-t-il une source pour ces
paroles ? Ils relatent également d'autres propos tels que "Je suis Arabe
sans A (Rabb signifie en arabe Seigneur), Je suis Ahmed sans M (Ahad
signifie en arabe Unique)". Ces paroles sont-elles justes, ont-elles une
origine?
R: Nous avons déjà répondu à cette question en détails dans la fatwa
no.2871)dont voici le contenu : (Le fait de dire que le Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) possède une partie de la Lumière Divine, si on
entend par-là que c'est une lumière propre à Allah, ces propos s'opposent au
Coran qui confirme l'humanité du Messager. Mais, si on insinue que c'est
une lumière, compte tenu du Message auquel il a fait appel, et qui fut un
moyen pour guider les êtres, ces propos sont valables). Le comité a émis une
fatwa à cet égard dont le contenu est le suivant : (Le Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) possède une lumière qui est celle du Message et de
la guidance qui a éclairci le chemin aux fidèles selon la Volonté d'Allah. Il n'y
a aucun doute que cette lumière vient d'Allah. Allah (Exalté soit-Il) dit : Il
n‟a pas été donné à un mortel qu‟Allah lui parle autrement que par
révélation ou de derrière un voile, ou qu‟Il [Lui] envoie un messager (Ange)
qui révèle, par Sa permission, ce qu‟Il [Allah] veut. Il est Sublime et Sage.
Et c‟est ainsi que Nous t‟avons révélé un esprit [le Coran] provenant de Notre
ordre. Tu n‟avais aucune connaissance du Livre ni de la foi; mais Nous en
avons fait une lumière par laquelle Nous guidons qui Nous voulons parmi
Nos serviteurs. Et en vérité tu guides vers un chemin droit, le chemin
d‟Allah à Qui appartient ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre.
Oui c‟est à Allah que s‟acheminent toutes les choses. Cette lumière n'est
pas acquise des Derniers des Prophètes, comme le prétendent certains
athées. Quant à son corps, il était en chair et os, et il est né d'une mère et
d'un père. Il n'a pas été créé avant sa naissance. Et le fait de dire : au début
de la création, Allah a créé la lumière du Messager (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) d'une poignée de la Lumière de sa Face, puis, il y a jeté un regard,
alors elle fit tomber quelques gouttes, et Allah a créé de chaque goutte un
Prophète, ou de dire qu'Allah a créé tous les êtres de la lumière du Messager
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'est pas valable et n'a nullement été
authentiquement rapporté du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)). De
la fatwa précédente, on constate que cette conviction est fausse, et les
paroles "Je suis Arabe sans A (Rabb signifie en arabe Seigneur), Je suis
Ahmad sans M (Ahad signifie en arabe Unique)" n'ont aucun lien avec la
réalité. Les qualités de Divinité et d'Unicité sont propres à Allah (Exalté soit-
Il), il est interdit de qualifier une des créatures par l'un des Attributs d'Allah
(Exalté soit-Il), que ce soit des Prophètes ou d'autres Hommes.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 9886 ) :
Q3: Peut-on dire qu'Allah a créé les Cieux et la Terre pour la création du
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ? Et que signifie le hadith "Sans
toi, sans toi, les corps célestes n'auraient pas été créés". Est-ce un
hadith ? Est-il authentique? Prière de nous éclaircir à ce sujet.
R3: Les Cieux et la Terre ne furent pas créées pour lui (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam), mais, Allah les a créées pour les raisons qu'il a déjà indiquées
dans le Coran. Il a dit (Exalté soit-Il) : Allah qui a créé sept cieux et autant
de terres. Entre eux [Son] commandement descend, afin que vous sachiez
qu‟Allah est en vérité Omnipotent et qu‟Allah a embrassé toute chose de
[Son] savoir. Le hadith cité n'est qu'un mensonge que l'on attribue
faussement au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et n'est nullement
authentique.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La fatwa numéro ( 4283 ) :
Q1: Au sujet de la vie du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : Le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) est-il vivant dans sa tombe
honorable par la résurrection physique et en ayant une vie concrète ici-
bas ou est-ce qu'il mène sa vie dans le plus haut rang du Paradis, dans
l'autre monde au purgatoire, sans aucune obligation, tel qu'il l'a dit en
mourant : "Je préfère rejoindre Le Plus Haut Compagnon", et que son
corps illuminé est maintenant sans âme, tel qu'il fut mis dans le
tombeau; et son âme au plus haut rang du Paradis; de même, sa
résurrection aura lieu au jour du Jugement Dernier, comme Allah
(Exalté soit-Il) l'a indiqué : et les âmes accouplées
R1: Notre Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) mène, dans
son tombeau, une vie dans le purgatoire, où il est comblé des bienfaits, par
les plaisirs qu'Allah lui réserve au Paradis, en récompense à ses actions
glorieuses dans sa vie (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Son âme n'a pas
rejoint son corps, pour qu'il mène une vie pareille à celle du monde d'ici-
bas, et elle n'est pas revenue à son corps pour qu'il soit vivant comme au
jour du Jugement Dernier. C'est une vie dans le purgatoire, une vie
intermédiaire entre le monde d'ici-bas et l'au-delà. Ainsi, on sait qu'il est
décédé comme les Prophètes et les autres Hommes qui l'ont précédé. Allah
(Exalté soit-Il) a dit: Et Nous n‟avons attribué l‟immortalité à nul homme
avant toi. Est-ce que si tu meurs, toi, ils seront, eux, éternels? Et Il a dit :
Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître, [Seule] subsistera La Face
[Wajh] de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse.
Il a dit également : En vérité tu mourras et ils mourront eux aussi; et bien
d'autres versets qui mettent l'accent sur le fait qu'Allah l'a rappelé à Lui. Les
compagnons l'ont lavé et enveloppé dans son linceul, comme ils ont fait la
prière funèbre sur son corps puis l'ont enterré. D'ailleurs, s'il était vivant, ils
n'auraient pas fait ce qu'on a l'habitude de faire des morts. De plus, Fâtima
(qu'Allah soit satisfait d'elle) avait réclamé son héritage du Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), parce qu'elle était certaine qu'il était décédé, et en
fait, aucun des compagnons ne s'est opposé à cette vérité. Au contraire,
'Abou Bakr (qu'Allah soit satisfait de lui) lui avait répondu que les Prophètes
n'étaient pas succédés.Par ailleurs, les compagnons s'étaient réunis pour
choisir un calife pour les musulmans qui succèdera au Prophète. Ils ont
donc accordé le califat à Abou Bakr (qu'Allah soit satisfait de lui). Les
compagnons n'auraient pas agi de cette manière si le Messager d'Allah était
encore vivant, ils étaient donc unanimes sur le fait qu'il était décédé. D'un
autre côté, lorsque les tentations s'étaient propagées, aux temps de `Othmân
et `Alî (qu'Allah soit satisfait des deux), et avant cela et même après, les
compagnons n'ont pas recouru à son tombeau pour le consulter sur les
solutions à ces problèmes. S'il était vivant, ils n'auraient pas manqué de le
consulter; au contraire, ils avaient besoin d'être sauvés des malheurs qui les
entouraient. L'âme du Messager d'Allah se trouve dans le plus haut rang du
Paradis, du fait qu'il soit le meilleur des Hommes, Allah lui a procuré la plus
haute demeure au Paradis (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q2: Est-ce que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) peut entendre
les invocations et les implorations qui se font dans sa tombe honorable
ou les bénédictions particulières que l'on invoque Allah de lui accorder,
selon le hadith qui dit : "Celui qui invoque les bénédictions pour moi
sur ma tombe, son invocation me parviendra", jusqu'à la fin du hadith.
Ce hadith est-il authentique, faible ou controuvé ?
R2: Le principe est que les morts en général ne peuvent pas entendre les
implorations des vivants ni leurs invocations, et cela conformément aux
Paroles Divines : tu ne peux faire entendre ceux qui sont dans les
tombeaux. Rien ne prouve, ni dans le Coran, ni dans la Sunna authentique
que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) entend les invocations et les
implorations des Hommes, pour que ce soit un privilège qui lui serait
accordé. Ce qui est authentiquement rapporté, c'est que les paix et les
bénédictions des Hommes lui parviennent uniquement, que ces invocations
soient faites sur sa tombe ou ailleurs, selon le hadith de `Alî ibn Al Husayn
Ibn `Alî (qu'Allah soit satisfait d'eux) Il vit un homme fréquenter un fossé
près de la tombe du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), il y entrait
pour faire des invocations. Il lui interdit de faire un tel acte et il lui dit : "je
vous raconte un hadith que j'ai entendu de mon père, qui l'a entendu de
mon grand-père et qui l'a entendu du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) il dit : "Ne prenez pas ma tombe pour une célébration, ni vos
maisons pour des tombes mais saluez-moi parce que vos salutations me
parviennent où que vous soyez .Mais, pour le hadith qui dit : Celui qui
invoque les bénédictions pour moi sur ma tombe, son invocation me
parviendra. Quant à celui qui prie sur moi de loin, on me fera parvenir sa
prière c'est un hadith faible selon les savants.
Tandis que le hadithrapporté par Abou Dâwoud par un bonne succession de
rapporteurs, selon Abou Horayra (qu'Allah soit satisfait de lui), que le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Toute personne qui
m'adresse ses salutations, Allah ne tardera pas de me faire ressusciter pour
lui rendre le salut Il n'est pas clairement évoqué que le Messager entend les
salutations des musulmans, mais, il se peut qu'il y réponde si les Anges l'en
informent. D'ailleurs, si nous supposons que le Messager d'Allah peut
entendre les salutations, cela n'implique pas qu'il entende également les
invocations et les implorations.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q3: L'imploration et la demande de secours auprès du Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) dans les besoins et la sollicitation de son
assistance dans les désastres et les calamités, si on y recourt près ou
loin de son honorable tombeau, constituent-elles une forme
d'association exécrable ou non ?
R3: L'imploration du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) après sa mort,
son exhortation et l'invocation de son aide et de son secours pour accomplir
les intérêts et repousser les catastrophes est une association majeure qui
conduit à l'apostat, que ce soit fait auprès de son tombeau ou loin. Cette
imploration peut revêtir des formes d'expression différentes, comme de dire :
"O Messager d'Allah, guéris-moi" ou "fais que l'absent retourne" ou d'autres
formes, car Allah (Exalté soit-Il) généralise Son ordre en disant : Les
mosquées sont consacrées à Allah: n‟invoquez donc personne avec Allah. Le
Très Glorieux dit aussi : Et quiconque invoque avec Allah une autre
divinité, sans avoir la preuve évidente [de son existence], aura à en rendre
compte à son Seigneur. En vérité, les mécréants, ne réussiront pas. Il dit
aussi (Exalté soit-Il) : Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui appartient la
royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même
pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Si vous les invoquez, ils
n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils ne sauraient
vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne
peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q4: Quelle est la formule privilégiée de Salut que l'on doit dire en
abordant l'honorable tombeau du Prophète ? Est-ce ''Que la Paix et la
Bénédiction soient sur vous, ô messager d'Allah'' ou bien ''O Allah,
accordez la Paix à Mohammad et à la famille de Mohammad" formulée
en modalité d'invocation ? Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
regarde-t-il les hommes qui le saluent sur son tombeau honorable ? Est-
ce qu'il a sorti sa main de son tombeau honorable et l'a tendue à l'un
des Grands compagnons ou à l'un des pieux pour répondre au salut ?
R4: (A) A ce que je sache, aucune formule fixe ne nous est parvenue du
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) pour le saluer au tombeau. On peut
dire à la visite du tombeau : ''Que la Paix et la Bénédiction soient sur vous, ô
messager d'Allah'', formule qui implique la sollicitation et l'expression tout
en indiquant une déclaration. Mais on peut tout autant faire la prière
Ibrahimique en disant ''O Allah, accordez la Paix à Mohammad". Toutefois, il
est préférable d'employer la première formule, celle exprimant le fait à
l'instar du salut émis sur les autres tombeaux et parce que Ibn `Omar
(qu'Allah soit satisfait des deux) disait en visitant la sépulture du Prophète
Que le Salut soit sur toi, Messager d'Allah ! Que le Salut soit sur toi, Abou
Bakr ! Que le Salut soit sur toi, père ensuite il partait.
(B) Rien n'indique, ni dans le Livre ni dans la Sunna authentique que le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) voit les visiteurs de son tombeau. Le
principe, c'est qu'il ne les voit pas jusqu'à preuve du contraire dans le Livre
ou la Sunna.
(C) Le principe pour le mort, fut-il Prophète ou autre, c'est qu'il ne bouge pas
dans sa sépulture, ni en tendant la main ni en remuant d'autres parties du
corps. Ce que l'on prétendit de ce que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) ait détaché la main du tombeau est de l'illusion et de la pure
imagination sans aucun lien avec la réalité.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Les 2 questions 3 et 5 de la Fatwa numéro ( 7351 ) :
Q3: Que dois-je répondre si on me pose la question sur l'endroit où se
trouve Allah ?
R3: Vous répondrez : '' Il se trouve sur Son Trône''. Car Il a dit (Exalté soit-Il)
: Le Tout Miséricordieux S‟est établi «Istawâ»sur le Trône.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q5: Est-il vrai que le ciel et la terre ne furent créés qu'à l'intention de
Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ?
R5: Ceci n'est pas vrai. Allah a créé les djinns et les Hommes pour qu'ils
L'adorent Tout Seul sans autre divinité. Il a dit (Exalté soit-Il) : Je n‟ai créé
les djinns et les hommes que pour qu‟ils M‟adorent. Allah (Exalté soit-Il) a
asservi les cieux et la terre à Ses serviteurs. Il dit (Exalté soit-Il) : Et Il vous
a assujetti tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, le tout venant de Lui.
Jusqu'à la fin du verset. Il a créé les cieux et la terre pour que Ses
serviteurs prennent conscience de la perfection de Son savoir et de Sa
puissance, comme Il l'a dit (Exalté soit-Il) : Allah qui a créé sept cieux et
autant de terres. Entre eux [Son] commandement descend, afin que vous
sachiez qu‟Allah est en vérité Omnipotent et qu‟Allah a embrassé toute chose
de [Son] savoir.
Le hadith auquel vous faites allusion est sans fondement, comme l‟ont
souligné les savants, dont Adh-Dhahabî .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 2857 ) :
Notre Prophète Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) peut-il voir
derrière un voile ?
R2: Mohammad (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a été créé en humain comme
tous les autres Hommes. Mais lorsque Allah l'a privilégié en l'envoyant
comme Messager à tous les Hommes, Il l'a informé et l'a caractérisé en lui
apprenant ce qu'Il n'a appris à personne et en le dotant de certaines
spécificités. Allah (Exalté soit-Il) a dit : sauf à celui qu‟Il agrée comme
Messager et qu‟Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants, Parmi les
autres preuves qui appuient cette vérité, ce qui a été authentiquement
rapporté du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui a dit : Ne croyez
pas que je ne suis pas au courant de vos génuflexions et de vos
prosternations. Je vous vois en vous tournant mon dos Le principe, c'est
qu'il est comme tous les humains, il ne peut voir derrière un voile ce qui est
inaccessible à la vue à l'exception de ce qui a été spécifié par une preuve.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
membre membre Président
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
Qa`oud Ghoudayân Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 1727 ) :
Q3: Entend-il les morts ? (c'est-à-dire : le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam)).

R3: L'ouïe est une des caractéristiques des vivants. L'Homme, une fois mort,
perd le sens de l'ouïe et ne peut plus entendre la voix des vivants ni ne peut
prendre conscience de leurs paroles. Allah (Exalté soit-Il) dit : tu ne peux
faire entendre ceux qui sont dans les tombeaux. Allah (Exalté soit-Il) a
assuré à Son Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) la non-réponse de
ceux qu'il exhorte pour se convertir à l'Islam, en les comparant aux morts.
Dans la comparaison, le comparant est plus important que le comparé quant
au rapport de similitude. Par conséquent, les morts sont a fortiori plus
susceptibles de ne pas pouvoir entendre ni répondre que les récalcitrants qui
s'entêtent à ne pas adhérer à l'appel du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), et qui disent ''nos cœurs sont enveloppés et impénétrables''. En ce
fait, Allah (Exalté soit-Il) dit : Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui appartient
la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont
même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Si vous les
invoquez, ils n‟entendent pas votre invocation; et même s‟ils entendaient, ils
ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre
association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est
parfaitement informé. Quant au fait que les mécréants morts enterrés à Al-
Qolayb à la bataille de Badr aient entendu l'appel du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) lorsqu'il s'adressa à eux en leur disant : Avez-vous
trouvé vrai ce que votre Seigneur avait promis ? Car nous avons trouvé vrai
ce que nous a promis notre Seigneur et sa parole à ses compagnons : Ils
m'entendent mieux que vous ne le faites lorsqu'ils désapprouvèrent le fait
qu'il ait adressé la parole aux morts d' Al-Qolayb, ceci relève de ses
spécificités par lesquelles Allah l'a privilégié. C'est donc une exception à la
règle générale appuyée par une preuve. Il en va de même pour l'écoute du
mort des sabots du cortège funèbre, qui est aussi une des exceptions de la
règle, et ainsi cette parole du prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :
Toute personne qui m'adresse ses salutations, Allah ne tardera pas de me
faire ressusciter pour lui rendre le salut qui relève également de l'exception
à la règle
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 2641 ) :
Q : Un croyant dont la foi est conforme au Coran et à la Sunna croit que
le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) peut l'entendre lorsqu'il le
salue et qu'il prie sur lui auprès de sa tombe. Est-ce que malgré cette
croyance, il reste un musulman appartenant aux gens de la Sunna et du
consensus ou est-il un innovateur qui suit sa propre passion ?
R : Premièrement : Il n'est pas imposé au musulman qu'à chaque fois qu'il
entre dans la mosquée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) il se
dirige vers le tombeau du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) pour y
faire des invocations, ni de le fréquenter une fois après l'autre et d'en faire
une célébration, chose défendue par la religion, d'après le hadithrapporté
par Abou Dâwoud et dont la chaîne de transmission est vérifiée par ses
narrateurs fiables, d'après Abou Horayra (Qu'Allah soit satisfait de lui), le
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : "Ne faites pas de vos
demeures des tombes; et ne faites pas de ma tombe un lieu de pèlerinage et
priez pour moi; car vos prières (vos invocations de bénédictions divine pour
moi) me parviennent où que vous soyez." et d'après le hadithrapporté par
Abou Ya`la, le Juge 'Ismâ`îl et Al-Hafîz Ad-Diyâ' Mohammad ibn `Abd-Al-
Wâhid Al-Maqdisî dans "Al-Mokhtâra" (la Sélection) selon `Alî ibn Al-
Hosayn. Il vit un homme fréquenter un fossé près de la tombe du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), il y entrait pour faire des invocations. Il lui
interdit de faire un tel acte et il lui dit : "je vous raconte un hadith que j'ai
entendu de mon père, qui l'a entendu de mon grand-père et qui l'a entendu
du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) il dit : "Ne prenez pas ma
tombe pour une célébration, ni vos maisons pour des tombes mais saluez-
moi parce que vos salutations me parviennent où que vous soyez"" La
chaîne de transmission de ce hadith est bonne. Les compagnons (qu'Allah
soit satisfait d'eux) veillaient plus que nous sur le bien et aimaient plus que
nous le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), ils connaissaient mieux que
nous les droits qu'il a sur la communauté et les convenances de sa visite.
Malgré cela, il ne nous est pas parvenu que quiconque d'entre eux
fréquentait sa tombe (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) pour y faire des
invocations. Ce qui a été authentiquement rapporté d'après Ibn `Omar
(Qu'Allah soit satisfait des deux), c'est que lorsqu'il se rendait à Médine
uniquement après un voyage, il allait à la tombe du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), et disait, ''Que le Salut soit sur toi, Messager d'Allah !
Que le Salut soit sur toi, Abou Bakr ! Que le Salut soit sur toi, père !"
ensuite, il partait. C'est pourquoi Mâlik ibn 'Anas (qu'Allah lui fasse
Miséricorde) a réprouvé que les habitants de Médine se rendent à la tombe
du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à chaque visite de sa mosquée. Il
a dit : ''rien ne pourrait réformer les derniers de cette communauté autre que
ce qui a réformé les premiers''
Deuxièmement : Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) vit dans sa
tombe une vie d'intervalle qui lui permet de jouir des plaisances et des
honneurs qu'Allah lui accordera s'Il le veut, c'est donc une vie tout à fait
différente de celle menée en ce bas monde, car Allah (Exalté soit-Il) dit : En
vérité tu mourras et ils mourront eux aussi; ensuite, au Jour de la
Résurrection, vous vous disputerez auprès de votre Seigneur.
Les compagnons (Qu'Allah soit satisfait d'eux) ont accompli la prière des
funérailles sur le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et l'ont placé dans
une sépulture, ce qui ne pouvait se faire s'il vivait toujours de la vie de ce
bas monde. Ils ont, par la suite, fait face à de nombreux problèmes et
événements, ils n'ont pas recouru au Prophète dans son tombeau pour le
consulter et demander son avis, alors qu'ils en avaient bien besoin, ce qui
témoigne que la mort l'avait saisi, et que sa fin était arrivée comme il advient
des autres humains. Les compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux) ont été
bien conscients de cela, ils ont élu les Califes après lui et se sont efforcés
dans les affaires de leur religion et de leur vie en ce monde en s'appuyant
sur Le Livre et La Sunna de leur Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam),
sans se référer à lui ni le consulter dans sa tombe. Le principe, pour les
morts, c'est qu'ils ne peuvent entendre la parole des vivants.En revanche,
l'Imam 'Ahmad et Abou Dâwoud ont rapporté un hadith dont la chaîne de
transmission est bonned'après Abou Horayra (qu'Allah soit satisfait de lui)
que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Toute personne qui
m'adresse ses salutations, Allah ne tardera pas de me faire ressusciter pour
lui rendre le salut De là, vous pouvez déduire que l'homme à propos duquel
vous consultez, n'est pas blâmable, étant donné le hadith cité.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La vision du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dans le sommeil
La question 3 de la Fatwa numéro ( 5428 ) :
Q3: Quel est le sens du hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) Celui qui me voit en rêve, me verra dans la réalité ?
R: La signification du hadith dans cette version, c'est que celui qui voit le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en rêve tel qu'il était en ce bas-
monde doit être sûr de la réalisation de l'interprétation de son rêve dans sa
vie, car sa vision sous son image est vraie comme en témoigne la fin du
hadith car le diable ne prend jamais ma forme .
Référez-vous à l'interprétation de ce hadith dans l'ouvrage de ''Fath Al-Bârî''
d'Ibn Hadjar (qu'Allah lui fasse miséricorde) dans le chapitre de
"l'Interprétation". Le hadith ne signifie pas la vue de la personne du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) au réveil.De même, Al-Boukhârî a rapporté ce
hadith dans le chapitre de "L'Interprétation"d'après 'Anas (qu'Allah soit
satisfait de lui) il a dit : le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit
littéralement : Celui qui me voit en rêve, me voit réellement, car le diable ne
s'assimile jamais à moi cela signifie que celui qui a vu le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) sous la forme physique qu'il revêtait en ce bas-
monde, a eu une vision vraie, car Satan ne peut jamais prendre sa forme.Par
ailleurs, Mouslim a rapporté dans son Sahîhle même hadith
avec les termes suivants : Celui qui me voit en rêve, c'est comme s'il
m'avait réellement vu, car le diable ne prend jamais ma forme avec un
doute, il n'a pas évoqué la vue dans la réalité, il signifie la vérité de la vision
et de l'exécution de son interprétation.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz

La fatwa numéro ( 9898 ) :


Q: Dans le Sahîh de Boukhârî, figure un hadith narré par 'Anas (qu'Allah
soit satisfait de lui) selon lequel le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a dit: Celui qui me voit en rêve, me verra dans la réalité, car le
diable ne prend jamais ma forme. Est-ce que cela veut dire qu'on peut
voir le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en éveil ? Il est à noter
qu'un grand débat fut lancé autour de ce sujet et certaines personnes
prétendirent avoir vu le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en
éveil, et elles se sont justifiées par ce hadith.
R: La loi d'Allah a établi de donner la vie aux Hommes en ce bas-monde,
pour inspecter lesquels seraient les meilleurs dans le bien, ensuite Il les
soumet à la mort lorsque leur terme arrive, enfin Il les ressuscite le Jour du
Jugement Dernier pour les juger et les rétribuer. Allah (Exalté soit-Il) dit :
Comment pouvez-vous renier Allah alors qu‟Il vous a donné la vie, quand
vous en étiez privés? Puis Il vous fera mourir; puis Il vous fera revivre et
enfin c‟est à Lui que vous retournerez.
Il dit aussi (Gloire et Pureté à Lui) dans la sourate Al-Mou'minoun : Et
puis, après cela vous mourrez. Et puis au Jour de la Résurrection vous
serez ressuscités. Allah, L'Exalté, a généralisé cette loi universelle parmi les
Prophètes et les Messagers, même avec notre Prophète Mohammad (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam). Allah (Exalté soit-Il) dit : En vérité tu mourras et
ils mourront eux aussi; ensuite, au Jour de la Résurrection, vous vous
disputerez auprès de votre Seigneur. L'Envoyé d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) fut décédé après avoir transmis le Message d'Allah qui lui permit
de compléter la religion et a ainsi établi un argument sur Ses créatures. Ses
compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux) accomplirent la prière funèbre sur
lui et l'ont inhumé à l'endroit où il trouva la mort dans la chambre de `A'ïcha
(qu'Allah soit satisfait d'elle). Par la suite, au temps des Califes biens guidés,
des faits et des événements ont eu lieu. Les Califes les ont traités selon leurs
propres efforts sans recourir au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
Celui qui prétend l'avoir vu au réveil, l'avoir écouté ou lui avoir parlé avant le
Jour du Jugement Dernier prétend des faits faux, car il s'oppose aux textes
et à la loi du Créateur dans Ses créatures. Rien dans ce hadith n'atteste le
fait que sa vue en personne aura lieu dans ce bas-monde, il est possible que
ce soit le Jour de la Résurrection, il est probable qu'on voit l'interprétation
du rêve, car ce rêve est véridique, la preuve en est les autres versions du
hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :
[Celui qui me voit en rêve] me voit réellement Jusqu'à la fin du hadith. Le
croyant peut le voir en rêve sous sa forme réelle (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) et avec ses caractéristiques dans ce bas-monde.
Si vous voulez en savoir plus, référez-vous aux écrits de l'érudit 'Ahmad ibn
Hodjr qui explique ce hadith dans son ouvrage "Fath Al-Bârî".
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
Abou Tâlib
La question 4 de la Fatwa numéro ( 5293 ) :
Q: On peut lire dans des hadiths cités dans les recueils d' Al-Boukhârî et
de Mouslim qu' Abou Tâlib subira le moins de torture et de souffrance
parmi les Hommes le Jour du Jugement Dernier. D'autres hadiths
expriment que les membres de la famille du Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) qui ne se convertirent pas à l'Islam seraient en Enfer, parmi
lesquels son père. Ceci signifie-t-il qu'ils seront immortalisés en Enfer ?
R: Abou Tâlib subira le moins de châtiment le Jour du Jugement Dernier
grâce à l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en sa
faveur auprès d'Allah, qui réduira et allègera la souffrance et la torture
infligées par l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
comme dans le hadithrapporté par Mouslim d'après Ibn `Abbâs (qu'Allah soit
satisfait des deux) qui a dit que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
dit: Celui qui est parmi les gens de l'Enfer et qui subira le châtiment le
moins douloureux est Abou Tâlib : il met des chaussures qui font brûler son
cerveau et d'après ce qui a étérapporté par Mouslim et par d'autres selon
Al-`Abbâs ibn `Abd-Al-Mottalib qui a dit : O Messager d'Allah ! As-tu rendu
service à Abou Tâlib en quoi que ce soit comme il t'a protégé, a pris soin de
toi, et t'a défendu ? Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : "Sans
moi, il aurait été au plus bas fond du Feu" Et dans une autre version
d'après Al-`Abbâs : J'ai dit : "O messager d'Allah, en vérité, Abou Tâlib t'a
défendu et t'a aidé, serais-tu bénéfique pour lui ?" Il (le Prophète) a dit: "Oui,
je l'ai trouvé dans les profondeurs les plus basses de l'Enfer et je l'ai sorti à
la partie supérieure" .De même, Mouslim a rapporté d'après 'Abou Sa`îd Al-
Khodrî qu'on mentionna devant le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
son oncle Abou Tâlib, alors il dit : Peut-être mon intercession l'aidera au
Jour de la Résurrection, et il sera placé dans la partie supérieure du Feu qui
atteindra ses chevilles pour faire bouillir son cerveau .
Tout Homme qui meurt mécréant est éternisé en Enfer, qu'il soit un des
proches du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou non. Le Très Glorieux
généralise cette loi dans un verset : Et ceux qui ont mécru et traité de
mensonges Nos versets, ceux-là sont les gens du Feu où ils demeureront
éternellement. Et quelle mauvaise destination! Les versets qui traitent de la
même question en attestent.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 5656 ) :
Q1: Est-ce que Abou Tâlib mourut croyant ou mécréant ?
R1: Abou Tâlib ibn `Abd-Al-Mottalib ibn Hâchim mourut mécréant, car Le
Très Glorieux s'adressant à son Envoyé (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à
propos d' Abou Tâlib, a dit : Tu [Muhammad] ne diriges pas celui que tu
aimes Le Très Haut a défendu Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
de demander la grâce pour son oncle dans le verset : Il n‟appartient pas au
Prophète et aux croyants d‟implorer le pardon en faveur des associateurs,
fussent-ils des parents alors qu‟il leur est apparu clairement que ce sont les
gens de l‟Enfer. Les deux Sahîhs (les recueils des hadiths authentiques d'Al-
Boukhârî et de Mouslim) ont fixé que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) s'est rendu chez son oncle Abou Tâlib agonisant, il trouva chez lui
`Abd-Allah ibn 'Omayya et Abou Djahl, il lui dit : "O mon oncle dis : "Il n‟y a
pas d‟autre Divinité qu'Allah", et je témoignerai pour toi auprès d'Allah".
Mais, Abou Djahl et Abdou Allah Ibn 'Omayya s‟écrièrent : "O Abou Tâlib
renieras-tu donc la foi de `Abd-Al-Mottalib ? Le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) renouvela plusieurs fois sa proposition, tandis que les deux
autres l‟incitaient à la rejeter. A la fin, Abou Tâlib annonça qu‟il restait fidèle
aux croyances de `Abd-Al-Mottalib et il refusa de prononcer la profession de
foi (Il n‟y a pas d‟autre Divinité qu'Allah). Alors le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) dit : "Par Allah, je demanderai pour toi le Pardon d'Allah
tant que cela ne m‟est pas interdit" C‟est à la suite de cet événement que
furent révélées les Paroles Divines suivantes : Il n'appartient pas au
Prophète et aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs,
fussent-ils des parents Allah (Exalté soit-Il) révéla aussi : Tu [Muhammad]
ne diriges pas celui que tu aimes: mais c‟est Allah qui guide qui Il veut. Il
connaît mieux cependant les bien-guidés.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
L'Intercession
La fatwa numéro ( 315 ) :
Q: Dans mon pays, il y a une tombe qu'on pense être celle d'un homme
vertueux. Au-dessus on a édifié une chambre ornée et complètement
décorée. Cette tombe a deux serviteurs qui se transmettent cette
fonction par héritage. Ils invitent les gens par ces paroles : "cette nuit,
l'homme vertueux enterré dans cette tombe a dit telle ou telle chose et
a demandé telle ou telle chose". Cette tombe a captivé les cœurs des
gens qui habitent aux alentours, ils sont convaincus de tout ce que leur
disent ces charlatans. Par conséquent, ils essayent de se rapprocher
d'Allah par des actes prohibés : tourner autour du tombeau, égorger les
bêtes etc. Quel est l'avis religieux à propos de celui qui croit au mal
dissipé ou au bien accordé par ce Pieux ? Est-il permis de faire un vœu
ou d'égorger pour ce Pieux ? Et quelle est l'obligation de la personne qui
connaît les recommandations et les interdits du dogme islamique et qui
habite avec ces gens qui croient aux tombes et aux Alliés ?
R: La Sunna prophétique est évidemment claire à propos de la visite des
tombes Dans les hadiths Sahîhs, dont celuirapporté par Mouslim dans son
Sahîh d‟après Borayda (qu‟Allah soit satisfait de lui) qui a dit : Le Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) leur enseignait (aux Compagnons) ce
qu'ils devaient dire à chaque fois qu'ils sortaient pour visiter le cimetière,
alors ils disaient : "que la paix soit sur vous, ô habitants de la demeure
parmi les croyants et les musulmans, et avec la volonté d'Allah, nous vous
rejoindrons, vous êtes nos prédécesseurs, et je prie Allah pour votre bien-
être et pour le nôtre ,L'Imam 'Ahmad et At-Tirmidhî (qui a jugé bonne la
succession de rapporteurs de ce hadith) ont rapporté qu' Ibn `Abbâs
(qu‟Allah soit satisfait des deux) a dit : Le Messager d'Allah (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) est passé par les tombes de Médine, Il a tourné son visage
vers elles et a dit: "que la paix soit sur vous, habitants des tombes, qu'Allah
vous pardonne ainsi qu'à nous. Vous êtes nos prédécesseurs, et nous vous
suivrons Ainsi les quatre Califes, les compagnons et les disciples ont fait de
même. Quant à se diriger vers la tombe pour invoquer Allah croyant que cet
acte est plus bénéfique et en implorant Allah par le décédé et en espérant
son intercession auprès d'Allah, la Charia n'a aucunement décrété ces actes
qui sont explicitement interdits. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Dis: «Invoquez
ceux qu‟en dehors d‟Allah vous prétendez [être des divinités]. Ils ne
possèdent même pas le poids d‟un atome, ni dans les cieux ni sur la terre. Ils
n‟ont jamais été associés à leur création et Il n‟a personne parmi eux pour Le
soutenir». Ce verset a affirmé que cet invoqué pourrait être un propriétaire
sinon un associé sinon un assistant sinon un intermédiaire sans la
permission d'Allah. En effet, toutes ces catégories ne sont pas valables, ce
qui est vrai, c'est que l'intercesseur ne peut intercéder auprès d'Allah que
par la permission d'Allah. Allah (Exalté soit-Il) a d'ailleurs dit : Et ils
n'intercèdent qu'en faveur de ceux qu'Il a agréés ces paroles divines ont
confirmé que l'agrément d'Allah est une condition. Ce sont donc deux
conditions qui permettent l'intercession. Les compagnons (qu'Allah soit
satisfait d'eux) ne cherchaient jamais à se rapprocher d'Allah par
l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui-même, mais ils
lui demandaient d'invoquer Allah, car il est permis de demander de l'aide à
un vivant présent capable de faire ce qu'on lui demande. Cependant, il est
interdit de lui demander tout ce qui appartient à Allah Le Très-Haut. Ceci
dans le cas des vivants, quant aux morts, il est absolument interdit de
chercher à se rapprocher d'Allah par leur intercession ou par leur assistance
puisque c'est un acte qui peut conduire à l'Association comme précité.
Ainsi, celui qui se rend à cette tombe a deux objectifs :
Le premier, c'est d'adorer Allah, et ceci est interdit parce qu'il revient à
commettre deux péchés : la retraite devant un cimetière et l'adoration d'Allah
dans un tombeau. C'est un moyen d'Association que le Messager (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a interdit. Quant à l'interdiction de la retraite devant une
tombe,Al-Tirmidhî a rapporté dans son Sahîhqu' Abou Wâqid Al-Laythy a dit
: Nous sommes sortis en compagnie du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) en direction de Hounayn, nous étions des nouveaux musulmans.
Les polythéistes avaient un arbre sous lequel ils se retranchaient et sur
lequel ils accrochaient les armes appelé arbre "ayant des saillies". Ensuite,
nous sommes passés par un arbre, nous avons dit au prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) détermine pour nous un arbre ayant des saillies comme
eux. Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Allah est Grand, vous
reproduisez les habitudes des êtres-humains, je jure par Allah, Le Détenteur
de mon âme, que vous répétez ce que les fils d'Israël ont demandé à Moussa
(Moïse) : "désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux." Il dit: "Vous
êtes certes des gens ignorants". Certes vous suivrez les traditions de vos
prédécesseurs" .
Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a déclaré que cette demande de
prendre un arbre comme refuge et d'y accrocher des armes pour la
bénédiction est semblable à celle des fils Israël à Moussa (Moïse). Il en est de
même pour la retraite devant les tombes.Par ailleurs, At-Tirmidhî et Abou
Dâwoud et Ibn Mâdja ont rapporté dans leurs Sounanqu' 'Abî Horayra
(qu'Allah soit satisfait de lui) a dit : le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a dit : "Ne faites pas de vos demeures des tombes; et ne faites pas
de ma tombe un lieu de pèlerinage et priez pour moi; car vos prières (vos
invocations de bénédictions divine pour moi) me parviennent où que vous
soyez." Le prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a également interdit
l'adoration d'Allah devant les tombes.Alors, Al Boukhârî et Mouslim
ontrapporté d'après 'Abou Horayra (qu'Allah soit satisfait de lui) qu'il a
rapporté que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :
Qu'Allah combatte Les Juifs qui ont pris les tombes de leurs Prophètes pour
sanctuaires Il en résulte que l'interdiction est exclusivement absolue de
prendre les tombeaux comme des mosquées ou des lieux d'adoration, à
travers l'édification d'une mosquée ou sans cela.
Par contre, la visite des morts pour les appeler et les implorer croyant qu'ils
ont un pouvoir de rendre profit ou de dissiper un mal est un polythéisme
majeur. Celui qui agit de la sorte le fait soit par ignorance, soit en
connaissance de cause. Dans ce dernier cas, il serait évidemment
associateur au point de sortir de l'islam. Mais s'il ignore, il faudrait le
renseigner, s'il se repent, qu'Allah en soit loué, sinon il subira le même
jugement que celui qui agit en connaissance de cause. Les preuves en sont
abondantes. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Dis: «O vous les infidèles! Je
n‟adore pas ce que vous adorez. Jusqu'à la fin de la Sourate, Allah (Exalté
soit-Il) a dit : Et nul n‟est égal à Lui». et dans le hadith qodsi (hadith révélé
par Allah et rapporté par le Prophète dans ses propres termes) : Celui qui
fait un acte d'association, Je l'abandonne ainsi que son acte Pour répondre
à la question, il est interdit d'édifier, d'orner et de décorer des constructions
sur un tombeau puisque c'est une vénération et une glorification pour le
mort, ce qui constitue une innovation. Parmi les conseils prophétiques
adressés à `Alî ibn Abou Tâlib (qu'Allah soit satisfait de lui), on rapporte les
parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : Ne laisses aucune
image sans l'effacer ni un tombeau saillant sans l'aplanir. .
Il est authentiquement rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a interdit de plâtrer la tombe, de s'asseoir dessus et de construire
dessus Quant aux obligations, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
les résument dans le hadith suivant : Quiconque parmi vous s‟aperçoit de
quelque chose de répréhensible, qu'il la redresse de la main ; s'il ne le peut
pas, que ce soit de sa langue ; s'il ne le peut pas toujours, que ce soit de son
cœur. Or, cette dernière attitude constitue le degré le plus faible de la foi. Il
faudrait donc détruire ces bâtiments si on en a la possibilité, de même, il
n'est pas permis de demeurer avec ces gens tant qu'on a la capacité de
s'installer avec d'autres personnes qui ne commettent pas ces actes
prohibés. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Craignez Allah, donc autant que vous
pouvez, Quant au fait d'égorger les bêtes et de faire des vœux à un Allié, ce
sont des actes d'Association majeure, car ce sont des cultes consacrés à
Allah L'Unique et Le Vrai. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Dis: «En vérité, ma
Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah,
Seigneur de l‟Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qu‟il m‟a été ordonné,
et je suis le premier à me soumettre.» De même, le Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) a dit : Celui qui fait un vœu d'obéir à Allah, doit Lui
obéir ; et celui qui a fait vœu de Lui désobéir, ne doit pas Lui désobéir , Un
homme qui fit vœu d'égorger des bêtes à Bouwâna interrogea le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à ce propos, '' Y a-t-il, interrogea-le Prophète,
(à cet endroit) une des idoles (adorées) qui remontent à la période de
préislamique "Djâhiliyya" ? " Non " répondit l'homme. " Y a-t-il alors (à cet
endroit) une des fêtes de Djâhiliyya ? '' Non", affirma l'homme. A ce moment-
là, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui dit : "Accomplis ton vœu ;
car on ne doit pas accomplir un vœu de désobéissance à Allah ou un voeu
impossible Toutes ces preuves ont affirmé que les actes d'immolation des
bêtes et de formulation des vœux lorsqu'ils sont faits à Allah (Exalté soit-Il)
constituent une adoration, et s'ils sont faits à un autres, ils constituent des
actes d'association.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre
comité
`Abd-Allah ibn Soulaymân ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Manî` Ghoudayân
La question 2 de la Fatwa numéro ( 1328 ) :
Q2: Est-il permis au musulman de se rapprocher d'Allah par
l'intercession des Prophètes et des hommes vertueux, puisque certains
ulémas ont permis l'intercession par les Waliys (Alliés d'Allah) tant que
l'invocation est adressée seulement à Allah, d'autres l'ont interdit. Quel
est l'avis religieux à propos de ce sujet ?
R2: Le Waliy (L'Allié d'Allah) : C'est celui qui croit en Allah, Le craint et
ordonne ce qui est décent et proscrit ce qui est blâmable. On trouve à leur
premier rang, les Messagers et les Prophètes (Salla Allah `Alaihim Wa
Sallam). Allah (Exalté soit-Il) a dit : En vérité, les bien-aimés d‟Allah seront
à l‟abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, ceux qui croient et
qui craignent [Allah].
Il y a plusieurs manières de se rapprocher d'Allah en l'implorant par Ses
Alliés :
Premièrement : Il est admis au musulman de demander à l'un des Alliés
vivants d'invoquer Allah pour qu'Il l'enrichisse, le guérisse d'une maladie, le
guide vers le droit chemin, lui accorde le succès ...etc. Citons à titre
d'exemple la demande de certains compagnons au Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) d'implorer Allah de leur envoyer la pluie. Après avoir prié
et invoqué Allah, ses supplications ont été favorablement entendues et la
pluie s'est mise à tomber. Puis sous le Califat de `Omar (qu'Allah soit
satisfait de lui), certains compagnons ont demandé à Al-`Abbâs d'invoquer
Allah de leur envoyer la pluie. De sa part, Al-`Abbâs a imploré Son Seigneur
et les compagnons, de leur part, ont dit Amen (en guise d'écho à son
invocation). Bien d'autres évènements au temps du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) et après sa mort sont consacrés à la demande des
musulmans à leurs frères d'invoquer Allah pour eux pour qu'Il leur apporte
un bien ou pour qu'Il empêche un mal.
Deuxièmement: L'Homme invoque Allah et cherche l'intercession par
l'amour qu'il porte au Prophète, à ses disciples et aux Alliés d'Allah en
disant:" O Seigneur, je Te demande par l'amour que je porte à Ton Prophète,
par mon observance de ses commandements et par l'amour que j'ai pour Tes
Alliés que Tu me donnes telle ou telle chose..." cela est admis parce qu'il
s'agit d'une imploration d'un serviteur d'Allah par ses bonnes œuvres,
comme ce fut le cas dans le récit des trois voyageurs qui se sont retrouvés
dans une grotte cherchant une issue par l'imploration par leurs bonnes
œuvres.
Troisièmement : Il est interdit d'invoquer Allah par la renommée du
Prophète ni par celle des Alliés en disant: "O Seigneur, je Te demande par la
renommée de Ton Prophète ou celle d' Al-Hosayn" par exemple, parce que la
renommée des Alliés -aussi illustres qu'il soient- notamment celle de notre
prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'est pas un motif légal ou normal
d'obtenir la Grâce Divine. Pour cela, les compagnons ont renoncé à chercher
refuge par la renommée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dans
leur supplication à Allah de leur envoyer de la pluie et ont préféré demander
à son oncle Al-`Abbâs de faire les invocations, bien que la renommée du
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) soit supérieure à celle de n'importe
quel autre individu. Ainsi, les compagnons qui sont la meilleure génération
de tous les temps, les plus connaisseurs des droits du Prophète et qui sont
ceux qui l'aiment le plus (qu'Allah soit satisfait d'eux) n'ont jamais cherché à
se rapprocher d'Allah par l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) après sa mort.
Quatrièmement : Il est interdit au musulman d'invoquer Allah en jurant par
son Allié, par le droit du Prophète ou par Ses Elus en disant:" O Seigneur, je
Te demande telle chose par l'intercession de Ton Allié ou par la renommée de
Ton prophète". Cet acte est explicitement interdit, puisqu'il ne faut pas
affirmer le serment par la créature sur une autre, et le fait de l'adresser à
Allah Le créateur est encore plus défendu. Ensuite, l'obéissance d'un homme
n'est pas un motif suffisant pour jurer par son nom ou se rapprocher d'Allah
par son intercession. Tout cela est affirmé par les preuves afin de préserver
la foi musulmane et d'éviter tout ce qui conduit à l'Association.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
'Abd Al-Allah `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
ibn Mani' Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 1711 ) :
Q1: Un musulman atteste qu'il n'y a de Divinité qu'Allah et que
Mohammad est Son Messager. En invoquant Allah, il dit: "O Seigneur,
donne-moi tel ou tel bien ici-bas et dans l'au-delà, je Te demande par la
renommée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou par la
bénédiction du Messager ou par la sainteté de l'Elu ou par la renommée
du Cheikh At-Tîdjânî ou par la bénédiction du Cheikh As-Sinousî". Quel
est l'avis religieux à propos de ce sujet ?
R1: Celui qui cherche à se rapprocher d'Allah en L'invoquant par la
renommée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) par sa sainteté, sa
bénédiction ou par d'autres renommées des hommes vertueux ou par leur
sainteté ou leur bénédiction en disant: "O Seigneur, je Te demande par la
renommée de Ton Prophète, par sa sainteté, sa bénédiction, de me donner
des biens et des enfants, de m'accorder le paradis, de me protéger contre le
châtiment de l'Enfer", celui-ci n'est pas classé parmi les associateurs; mais
dans tous les cas, c'est un acte interdit pour éviter l'Association, et pour
empêcher le musulman de commettre un péché menant à l'Association. Sans
doute, l'imploration par la renommée des Prophètes et des hommes vertueux
est l'un des moyens qui, avec le temps, conduisent à l'Association selon les
expériences et les événements passés. Ainsi, le Coran et le Sunna
comportent des preuves qui affirment catégoriquement que l'un des objectifs
de la Charia est de fermer la porte devant tout ce qui peut mener à
l'Association et aux choses illicites. Allah (Exalté soit-Il) a dit: N‟injuriez pas
ceux qu‟ils invoquent, en dehors d‟Allah, car par agressivité, ils injurieraient
Allah, dans leur ignorance. De même, Nous avons enjolivé (aux yeux) de
chaque communauté sa propre action. Ensuite, c‟est vers leur Seigneur que
sera leur retour; et Il les informera de ce qu‟ils œuvraient. Allah (Gloire à
Lui) a défendu aux musulmans de blasphémer les divinités des polythéistes
malgré le fait que ces croyances ne soient pas valides pour ne pas leur
donner l'occasion d'insulter Allah L'Unique et Le Vrai par vengeance pour
leurs divinités. De même, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
maudit ceux qui font des tombes des édifices de culte de peur qu'on les
adore, au même titre qu'il est interdit à l'homme d'être seul avec une femme
étrangère, et à la femme de se montrer en toilette devant les hommes
étrangers et de sortir parfumée et qu'Allah (Exalté soit-Il) a ordonné aux
hommes de baisser le regard devant les toilettes des femmes et aux femmes
de baisser leurs regards, parce que tout cela est une source de fascination
qui conduit aux vices et à l'adultère. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Dis aux
croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C‟est plus pur
pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu‟ils font. Et
dis aux croyantes de baisser leurs regards, Il est authentiquement rapporté
que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Qu'Allah maudisse les
juifs et les chrétiens qui ont pris les tombes de leurs prophètes comme lieux
de prière. Cette interdiction est justifiée par le fait que la supplication par
l'intercession de la renommée ou de la sainteté fait partie de l'adoration,
l'adoration étant exclusive. Ni le Coran ni la Sunna du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) ni les actes des compagnons n'évoquent un acte similaire,
c'est pourquoi nous en déduisons qu'il s'agit d'une innovation. Le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Tout acte non conforme a nos
enseignements est à rejeter. .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd Al-Allah `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
ibn Qaûd Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 2961 ) :
Q1: Quel est l'avis religieux à propos de l'imploration par les Prophètes
et les Alliés ?
R1: L'imploration par les prophètes et les Alliés est un thème ayant
plusieurs divergences de vue. Premièrement : Il est permis de demander au
Prophète ou à l'Allié -de leur vivant- d'invoquer Allah. Citons à titre
d'exemple, la requête d'un bédouin au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) assis dans sa chaire pour le prêche du vendredi d'invoquer Allah
pour leur envoyer la pluie. La demande du Prophète fut exaucée et la pluie
tomba abondamment. le vendredi suivant, le même bédouin demande au
Prophète de prier Allah de cesser la pluie à cause du mal qui a atteint les
gens, et pour le deuxième fois, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
imploré Allah d'envoyer de la pluie sur les vallées et les collines etc. Ce
hadith est rapporté par 'Anas ibn Mâlik qui a dit : Au temps du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), les gens ont été atteints d'une sécheresse.
Tandis que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) faisait le prêche du
vendredi, un bédouin est venu et a dit: O Messager d'Allah, je suis venu de
chez un peuple qui ne peut trouver à manger, invoque pour nous Allah pour
que la pluie tombe. Le Messager d'Allah leva alors ses mains, et il n'y avait
pas au ciel un seul nuage, je jure que le Prophète était encore sur sa chaire
lorsque le ciel éclaira, et la pluie tomba versement sur sa barbe (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam). On ne vit pas le soleil pendant une semaine. Le vendredi
suivant, le même bédouin se leva (ou il dit "un autre") et il dit : "O Messager
d'Allah, les constructions se sont effondrées et les biens ont péri, invoque
Allah pour nous". Il releva les bras vers le ciel et dit : " O Allah, fais que la
pluie tombe autour de nous et non sur nous" Les nuages se dispersèrent à
mesure qu'il levait les bras vers leur direction. Médine devint magnifique,
l'eau abonda et tout le monde parlait de sa bonne récolte rapporté par Al-
Boukhârî et Mouslim. On a rapporté aussi qu' Anas (qu‟Allah soit satisfait de
lui) a dit que quand survenait une sécheresse, `Omar ibn Al-Khattâb
(qu‟Allah soit satisfait de lui) exécutait des prières de l‟Istisqâ (invocation
pour la pluie) par Al-`Abbâs ibn `Abd Al-Muttalib et disait : O mon
Seigneur, nous nous réclamions de notre Prophète auprès de Toi et Tu nous
envoyais la pluie ; à présent nous nous recommandons de l‟oncle de notre
Prophète, envoie-nous la pluie. Et il se mettait à pleuvoir rapporté par Al
Boukhârî. En réalité, ce n'est pas une imploration ni par la renommée ni par
la sainteté ni par le droit de quelconque, c'est plutôt une supplication par
l'invocation du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) de son vivant de leur
envoyer de la pluie ou d'empêcher un mal. Il en est de même pour
l'invocation d' Al-`Abbâs. Il en résulte que ce premier type d'imploration est
de premier degré, la preuve en est le renoncement de `Omar et des
compagnons (qu‟Allah soit satisfait d'eux) d'invoquer Allah par l'intercession
du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) après sa mort, en faveur de
l'imploration par son oncle Al-`Abbâs. En fait, le Prophète (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) est respecté vivant et mort, et sa renommée auprès d'Allah et des
croyants est précieuse et grandiose vivant et mort.
Deuxièmement : Il est interdit d'implorer Allah par la renommée d'un
Prophète ou par sa sainteté ou sa bénédiction, de même il est interdit
d‟implorer Allah par la renommée des hommes vertueux, leur sainteté ou
leur bénédiction en disant : "O Seigneur, je Te demande par la renommée de
Ton Prophète, par sa sainteté, sa bénédiction, de me donner des biens et des
enfants, de m'accorder le paradis, de me protéger contre le châtiment de
l'Enfer", celui-ci n'est pas classé parmi les associateurs; mais dans tous les
cas, c'est un acte interdit pour éviter l'Association, et pour empêcher le
musulman de commettre un péché menant à l'Association. Sans doute,
l'imploration par la renommée des Prophètes et des hommes vertueux est
l'un des moyens qui, avec le temps, conduisent à l'Association selon les
expériences et les événements passés. Ainsi, le Coran et le Sunna
comportent des preuves qui affirment catégoriquement que l'un des objectifs
de la Charia est de fermer la porte devant tout ce qui peut mener à
l'Association et aux choses illicites. Allah (Exalté soit-Il) a dit: N‟injuriez pas
ceux qu‟ils invoquent, en dehors d‟Allah, car par agressivité, ils injurieraient
Allah, dans leur ignorance. De même, Nous avons enjolivé (aux yeux) de
chaque communauté sa propre action. Ensuite, c‟est vers leur Seigneur que
sera leur retour; et Il les informera de ce qu‟ils œuvraient. Allah (Gloire à
Lui) a défendu aux musulmans de blasphémer les divinités des polythéistes
malgré le fait que ces croyances ne soient pas valides pour ne pas leur
donner l'occasion d'insulter Allah L'Unique et Le Vrai par vengeance pour
leurs divinités. De même, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a
maudit ceux qui font des tombes des édifices de culte de peur qu'on les
adore, au même titre qu'il est interdit à l'homme d'être seul avec une femme
étrangère, et à la femme de se montrer en toilette devant les hommes
étrangers et de sortir parfumée et qu'Allah (Exalté soit-Il) a ordonné aux
hommes de baisser le regard devant les toilettes des femmes et aux femmes
de baisser leurs regards, parce que tout cela est une source de fascination
qui conduit aux vices et à l'adultère. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Dis aux
croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C‟est plus pur
pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu‟ils font. Et
dis aux croyantes de baisser leurs regards, Il est authentiquement rapporté
que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Qu'Allah maudisse les
juifs et les chrétiens qui ont pris les tombes de leurs prophètes comme lieux
de prière. Cette interdiction est justifiée par le fait que la supplication par
l'intercession de la renommée ou de la sainteté fait partie de l'adoration,
l'adoration étant exclusive. Ni le Coran ni la Sunna du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) ni les actes des compagnons n'évoquent un acte similaire,
c'est pourquoi nous en déduisons qu'il s'agit d'une innovation. Le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Tout acte non conforme a nos
enseignements est à rejeter. .
Troisièmement : Il est interdit de supplier les Prophètes et les Alliés d'Allah,
de solliciter leur assistance dans les affaires du suppliant, comme le fait de
dire : "O Messager d'Allah, dissipe mes soucis ou guéris-moi", ou de dire :
"Soutien ! Soutien ! O Messager d'Allah" ou "O Hussein", tout cela est une
sorte d'association majeure qui exclue son auteur de l'islam. Allah a révélé
Sa Parole et Ses livres, et a envoyé Ses Messagers afin d'abolir tous ces
mensonges et d'avertir les gens contre ces extravagances.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3 de la Fatwa numéro ( 3207 ) :
Q3: Dans le livre "Chifâ' As-Siqâm fi ziyârat Khayr Al-'Anâm" (Guérir le
Mal par la Visite du Meilleur des Etres) de Cheikh Taqî-Ad-Dîn As-Sobkî
Ach-Châfi`î dans le chapitre concernant la supplication, l'assistance et
l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) de la page 160
à 178, j'ai constaté une divergence de vues et des hadiths qui excitent
l'interrogation. Pourriez-vous m'informez sur ce livre notamment le
chapitre concernant la supplication ?
R3: Visiter les tombes des morts est l'une des traditions prophétiques car le
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a visité les tombes et incitait à les
visiter, cela pour le rappel et l'avertissement. De même, cette visite rappelle
l'Au-delà et profite aux morts par la prière pour eux et la demande de pardon
par le fait de dire : "Que la paix soit sur vous, habitants de ces demeures
parmi les croyants et les musulmans. Bientôt, si Allah le veut, nous vous
rejoindrons. Nous implorons Allah de vous accorder, et à nous aussi, le
bien", et d'autres invocations prophétiques concernant la visite des tombes.
Mais rendre visite aux morts pour solliciter leur aide, leur supplication et
leur intercession est une forme d'Association, et il est interdit de préparer un
voyage pour leur visite. Mais la plupart des gens ont exagéré dans la visite
des cimetières, ils y ont voyagé, imploré les morts d'apporter le bien et
d'empêcher le mal et commis d'autres hérésies inventées. Parmi les gens qui
ont exagéré dans cet acte prohibé, le Cheikh Taqey Ad-Dine As-Sobkey Ach-
Chafe`y dans son livre (Guérir le Mal par la Visite du Meilleur des Etres).
Cependant le Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Hâdi dans son livre "As-Sârim
Al-Mankî fî Ar-Rad `Ala As-Sobkî" (La Ferme Réfutation en Répondant à As-
Sobkî) a répondu à ce livre. Si vous voulez en savoir plus, je vous conseillerai
de lire (La Ferme Réfutation) et "At-Tawasoul Wa Al-Wasîla" (la Supplication
et le Moyen) d'Ibn Taymiyya (qu‟Allah leur fasse Miséricorde) puisqu'ils
répondent par des arguments et des propos clairs.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 3627 ) :
Q1: Le fait de faire des Waliys (alliés d'Allah) un moyen de guérir des
maladies, de visiter les cimetières en emportant des bêtes sacrifiées, en
faisant des vœux, et de célébrer les anniversaires des Waliys.
R1: Le fait de faire des Alliés d'Allah un moyen de guérison contre les
maladies en disant : "O Allah, guéris-moi par l'honneur de ton wali untel" est
interdit, puisque cela constitue un moyen qui pourrait conduire à associer
quelqu'un à Allah, et une supplication innovée qui n'a aucune relation avec
la législation islamique purifiée. Si par contre, une personne invoque en
disant : "O Imam Ach-Châfi`î, guéris mon malade", c'est un acte de
polythéisme majeur.
Le fait de visiter les cimetières est conforme à la Sunna, puisqu'il vise à
rappeler la mort aux fidèles, à les aider à en tirer des leçons et à invoquer
Allah en faveur des décédés pour leur pardonner et être Miséricordieux
envers eux. Mais, visiter les cimetières pour chercher la bénédiction auprès
des morts, leur demander le secours et les supplier de répondre aux
demandes ou empêcher le malheur, tout cela constitue un acte de
polythéisme majeur qui fait sortir de l'Islam, qu'Allah nous en préserve. De
même, le fait de faire des vœux en présentant des bêtes sacrifiées aux morts,
constitue également un acte de polythéisme majeur. L'immolation des bêtes
pour les morts même sans vœux est considérée comme une forme de
polythéisme majeur. Allah (Exalté soit-il) dit : Et ton Seigneur a décrété:
"N'adorez que Lui; Et Il a dit aussi : Et quiconque invoque avec Allah une
autre divinité, sans avoir la preuve évidente [de son existence], aura à en
rendre compte à son Seigneur. En vérité, les mécréants, ne réussiront pas.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 4217 ) :
Q1: Le fait d'implorer Allah par une de Ses créatures. Le demandeur dit
: "Cette question a suscité beaucoup de controverses dans la
communauté islamique. La plupart des savants ont été favorable à cette
imploration, dont l'Imam 'Ahmad l'imâm des gens de la Sunna, Ibn
Qodâma, An-Nawwawî, Ach-Chawkânî, et Ibn Hodjr Al-`Asqalânî ainsi
que beaucoup d'autres savants, dont également Mohammad ibn `Abd-Al-
Wahâb. Le Cheikh Mohammad y est-il favorable ou non ? Quelle est la
réponse exacte à cette question et quelles en sont les preuves
suffisantes pour répondre à ceux qui prétendent que seuls Ibn Taymiyya
et Al-'Albânî ont interdit la supplication par l'un des êtres ?
R1: Le fait de supplier par l'honneur des êtres ou par leur droit, qu'ils soient
des Prophètes ou des Pieux est une source de divergence entre les savants,
mais, la plupart conviennent sur son interdiction. Le Cheikh de l'islam Ibn
Taymiyya et le Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb .
Une question fut adressée à la commission qui répondit comme suit :
Le Waliy C'est celui qui croit en Allah, le craint et ordonne ce qui est décent
et proscrit ce qui est blâmable. On trouve à leur premier rang, les Messagers
et les Prophètes (Salla Allah `Alaihim Wa Sallam). Allah (Exalté soit-Il) a dit :
En vérité, les bien-aimés d‟Allah seront à l‟abri de toute crainte, et ils ne
seront point affligés, ceux qui croient et qui craignent [Allah].
Il y a plusieurs manières de se rapprocher d'Allah en l'implorant par Ses
Alliés :
Le premier : Il est admis au musulman de demander à l'un des Alliés
vivants d'invoquer Allah pour qu'Il l'enrichisse, le guérisse d'une maladie, le
guide vers le droit chemin, lui accorde le succès ...etc. Citons à titre
d'exemple, la demande de certains compagnons au Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam) d'implorer Allah de leur envoyer la pluie. Après avoir prié
et invoqué Allah, ses supplications ont été favorablement entendues et la
pluie s'est mise à tomber. Puis lorsque les compagnons demandèrent à Al-
Abbâs durant le califat de `Omar (Qu'Allah soit satisfait d'eux) d'invoquer
Allah de faire tomber la pluie. Al-Abbâs a imploré Son Seigneur et les
compagnons, de leur part, ont dit Amin (en guise d'écho à son invocation).
Bien d'autres évènements au temps du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) et après sa mort sont consacrés à la demande des musulmans à
leurs frères d'invoquer Allah pour eux pour qu'Il leur apporte un bien ou
pour qu'Il empêche un mal.
Le deuxième : L'Homme invoque Allah et cherche l'intercession par l'amour
qu'il porte au Prophète, à ses disciples et aux Alliés d'Allah en disant:" O
Seigneur, je Te demande par l'amour que je porte à Ton Prophète, par mon
observance de ses commandements et par l'amour que j'ai pour Tes Alliés
que Tu me donnes telle ou telle chose..." cela est admis parce qu'il s'agit
d'une imploration d'un serviteur d'Allah par ses bonnes œuvres, comme ce
fut le cas dans le récit des trois voyageurs qui se sont retrouvés dans une
grotte cherchant une issue par l'imploration par leurs bonnes œuvres
Le troisième : Il est interdit d'invoquer Allah par la renommée du Prophète
ni par celle des Alliés en disant: "O Seigneur, je Te demande par la
renommée de Ton Prophète ou celle d' Al-Hosayn par exemple, ceci n'est pas
permis, la renommée des Alliés -aussi illustres qu'il soient- notamment celle
de notre prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'est pas un motif légal ou
normal d'obtenir la Grâce Divine. Pour cela, les compagnons ont renoncé à
chercher refuge par la renommée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)
dans leur supplication à Allah de leur envoyer de la pluie et ont préféré
demander à son oncle Al-Abbâs de faire les invocations, bien que la
renommée du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) soit supérieure à celle
de n'importe quel autre individu. Ainsi, les compagnons qui sont la meilleure
génération de tous les temps, les plus connaisseurs des droits du Prophète
et qui sont ceux qui l'aiment le plus (qu'Allah soit satisfait d'eux) n'ont
jamais cherché à se rapprocher d'Allah par l'intercession du Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) après sa mort.
Le quatrième : Il est interdit au musulman d'invoquer Allah en jurant par
son Allié, par le droit du Prophète ou par Ses Elus en disant:" O Seigneur, je
Te demande telle chose par l'intercession de Ton Allié ou par la renommée de
Ton prophète". Cet acte est explicitement interdit, puisqu'il ne faut pas
affirmer le serment par la créature sur une autre, et le fait de l'adresser à
Allah Le créateur est encore plus défendu. Ensuite, l'obéissance d'un homme
n'est pas un motif suffisant pour jurer par son nom ou se rapprocher d'Allah
par son intercession. Tout cela est affirmé par les preuves afin de préserver
la foi musulmane et d'éviter tout ce qui conduit à l'Association.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 et 3 de la Fatwa numéro ( 5156 ) :
Q2: En se levant pour se mettre debout, quelques personnes ont
l'habitude de dire : "O honneur du Prophète", "O honneur du Messager
d'Allah" ou "O satisfaction de mes parents". Les savants disent à ce
propos que c'est une association, parce que la personne engage une
médiation entre elle et son Créateur. Ils argumentent par le hadith où
le Messager dit : "Jeune homme, si tu as besoin d'aide, demande-la à
Allah", jusqu'à la fin du hadith.
R2: Le fait d'appeler l'honneur du Prophète ou la satisfaction des parents en
se levant signifie que l'on demande l'aide à celui qu'on appelle, et cela
constitue un polythéisme majeur, qu'Allah nous en préserve.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q3: Un conflit s'est produit entre moi et un homme qui apprend le
Coran par cœur et qui a fait le grand pèlerinage à la Maison sacrée J'ai
dit : le fait de supplier Allah par l'honneur du Messager d'Allah (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam) et par l'honneur des Walis est permis, tel qu'il
fut cité dans le livre "Al-Fawz wa An-Nadja Fi Al- Hidjra 'Ila Allah" (La
récompense et la survivance dans le choix du chemin d'Allah). Mais, il
m'a dit que c'était illicite de supplier Allah par l'honneur de qui que
soit, parce qu'Allah, (Exalté soit-Il) dit : Et quand Mes serviteurs
t'interrogent sur Moi.. alors Je suis tout proche: et parce qu'Allah n'a
besoin de la médiation de personne, ni de la supplication par Ses
Prophètes ou Ses Waliys, autrement c'est une association. Il continua
ainsi à parler longuement jusqu'à ce qu'il dise dans un dialecte
marocain : "Qu'a Mohammad à te donner, nous l'aidons en demandant la
prière d'Allah pour lui". Ayant dit cela, serait-il devenu un mécréant ?
Et, comme je l'ai dit plus haut, est-il permis de supplier par l'honneur
du Messager d'Allah et des Prophètes (`Alaihim As-Sallâm) ou non ?
R3: Ce que vous avez mentionné concernant celui qui donne tort à ceux qui
appellent l'honneur du Messager d'Allah (`Alaihi As-Sallâm), après sa mort,
ou supplie Allah par son honneur, en disant : Qu'a Mohammad à te donner,
nous l'aidons en demandant la prière d'Allah pour lui, ceci est une
impertinence, une impolitesse qu'il ne convient pas au musulman de dire, de
plus, il déplaît aux gens et les empêchent d'écouter ses conseils et de profiter
de son savoir, mais, il n'est pas apostat parce que, apparemment, il n'avait
pas l'intention d'humilier le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam). Il
voulait juste expliquer que le fait de s'aider du Messager d'Allah (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), ou supplier Allah par son honneur est inutile, parce que
le Messager d'Allah, après sa mort, ne possède aucune puissance pour nuire
ou faire du bien à quiconque. Simplement, il s'est mal exprimé, et n'avait pas
l'intention de dévaloriser le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam),
il voulait seulement expliquer qu'il est le serviteur d'Allah et Son Messager,
et que nous reconnaissons son message et son haut rang sans d'autant
l'élever au rang de la divinité en l'invoquant ou en demandant son aide,
puisque c'est du polythéisme. Pourtant, il n'a pas bien choisi ses mots pour
guider au chemin d'Allah par la sagesse et la bonne exhortation, sachant que
le fait d'invoquer le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ou d'autres
prophètes ou Walis, et le fait de demander leur secours, constituent un acte
de polythéisme majeur. La supplication d'Allah par leur honneur ne l'est pas,
mais est considérée comme une innovation hérétique menant au
polythéisme, c'est pourquoi il faut y renoncer. Il est permis de supplier Allah
par Ses Plus Beaux Noms et Ses Attributs, en reconnaissant qu'Il est Unique
et en croyant en Lui, et par les bienfaits qui nous rapprochent d'Allah.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 2 de la Fatwa numéro ( 5441 ) :
Q2 : Un homme qui appartient au Soufisme est l'Imam d'une mosquée,
il a dit un jour au prêche du vendredi : "Il ne faut pas dire Allah est en
haut, en bas, à droite ou à gauche". Il invite les gens à supplier par les
êtres comme les Prophètes et les Walis. De même, il lit le Coran pour
des gens qui n'accomplissaient pas leurs devoirs envers Allah,
détruisaient la vie conjugale des gens, et se baladaient dans les rues en
hurlant et en frappant les gens. Il les désigne en tant que Walis. Serait-
ce l'unicité de l'existence et l'incarnation, et ces nombreuses
inventions. Doit-on prier derrière lui ? Peut-on aussi prier derrière son
muezzin ? Peut-on accomplir les cinq prières quotidiennes à domicile,
ou plutôt faut-il prier derrière cet homme ? Pour la prière du vendredi,
pourrait-on chercher une autre mosquée ?
R2 : Premièrement : Les preuves attestent qu'Allah est au-dessus de toutes
les créatures, il s'est installé sur Son Trône d'une manière qui convient à sa
Grandeur, tel qu'Il l'a dit (Exalté soit-Il) : Le Tout Miséricordieux S‟est établi
«Istawâ»sur le Trône. Ceci constitue la croyance des gens de la Sunna et du
consensus parmi les compagnons du Prophète et les disciples et ceux qui les
ont suivi avec bienfait. Nous vous conseillons de lire le livre "Al-`Olow Lil `Alî
Al-Ghaffâr" (La hauteur est pour le Plus Haut, le Pardonneur) de Mohammad
ibn 'Ahmad ibn `Othmân ibn Qâymâz Adh-Dhahabî. Celui qui dit qu'on ne
dit pas Allah est en haut, en bas, à droite ou à gauche contredit les preuves
attestées par le Coran, la Sunna et le consensus des musulmans depuis le
temps des compagnons du Prophète (que la satisfaction d'Allah soit sur eux).
Il faut lui dire ce qui est juste, et s'il insiste, il sera considéré comme un
mécréant apostat, et dans ce cas, il ne faut pas prier derrière lui.
Deuxièmement : Son invitation de supplier par les êtres tels que les
Prophètes et les Walis est considérée comme non valide, et il faut le
conseiller de renoncer à cela. Nous avons fourni une réponse détaillée sur le
jugement quant à la supplication, dont voici le texte : Il est interdit
d'implorer Allah par la renommée d'un Prophète ou par sa sainteté ou sa
bénédiction, de même il est interdit d‟implorer Allah par la renommée des
hommes vertueux, leur sainteté ou leur bénédiction en disant : "O Seigneur,
je Te demande par la renommée de Ton Prophète, par sa sainteté, sa
bénédiction, de me donner des biens et des enfants, de m'accorder le
paradis, de me protéger contre le châtiment de l'Enfer", celui-ci n'est pas
classé parmi les associateurs; mais dans tous les cas, c'est un acte interdit
pour éviter l'Association, et pour empêcher le musulman de commettre un
péché menant à l'Association. Sans doute, l'imploration par la renommée des
Prophètes et des hommes vertueux est l'un des moyens qui, avec le temps,
conduisent à l'Association selon les expériences et les événements passés.
Ainsi, le Coran et le Sunna comportent des preuves qui affirment
catégoriquement que l'un des objectifs de la Charia est de fermer la porte
devant tout ce qui peut mener à l'Association et aux choses illicites. Allah
(Exalté soit-Il) a dit : N‟injuriez pas ceux qu‟ils invoquent, en dehors d‟Allah,
car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance. De même,
Nous avons enjolivé (aux yeux) de chaque communauté sa propre action.
Ensuite, c‟est vers leur Seigneur que sera leur retour; et Il les informera de
ce qu‟ils œuvraient. Allah (Gloire à Lui) a défendu aux musulmans de
blasphémer les divinités des polythéistes malgré le fait que ces croyances ne
soient pas valides pour ne pas leur donner l'occasion d'insulter Allah
L'Unique et Le Vrai par vengeance pour leurs divinités. De même, le Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a maudit ceux qui font des tombes des
édifices de culte de peur qu'on les adore.
au même titre qu'il est interdit à l'homme d'être seul avec une femme
étrangère, et à la femme de se montrer en toilette devant les hommes
étrangers et de sortir parfumée et qu'Allah (Exalté soit-Il) a ordonné aux
hommes de baisser le regard devant les toilettes des femmes et aux femmes
de baisser leurs regards, parce que tout cela est une source de fascination
qui conduit aux vices et à l'adultère. Allah (Exalté soit-Il) a dit : Dis aux
croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C‟est plus pur
pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu‟ils font. Et
dis aux croyantes de baisser leurs regards, Il est authentiquement rapporté
que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Qu'Allah maudisse les
juifs et les chrétiens qui ont pris les tombes de leurs prophètes comme lieux
de prière. Le fait de supplier par l'honneur ou la sainteté, ou autres, dans
l'invocation constitue un culte, et le culte doit se faire tel qu'il fut décrit dans
les textes saints. Aucun texte, ni du Coran, ni de la Tradition, ni même
reporté des compagnons du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) n'a
mentionné ce genre de supplication. On constate donc que c'est une
innovation. Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Tout
acte non conforme a nos enseignements est à rejeter. .
Troisièmement : Les personnes qui ne remplissent pas leur obligations
envers Allah, détruisent la vie conjugale et se baladent dans les rues en
hurlant et en frappant les gens. Ses gens sont les alliés de Satan, et non pas
d'Allah, et celui qui prétend le contraire est un menteur et compterait parmi
eux. Il faut également les avertir de la conséquence de ces erreurs et leur
expliquer que ces actes violents la législation imposée par Allah, de même, il
faut leur dire qu'ils doivent y renoncer. S‟ils n'accomplissent pas les prières,
ils seront donc parmi les mécréants, et cela conformément aux paroles du
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) : Le pacte qu'il y a entre
nous et eux, c'est la prière, et celui qui la délaisse aura certes mécru. .
Quatrièmement : Il ne faut pas prier derrière cette personne, ni la prière du
vendredi, ni toute autre prière. Il faut donc, pour accomplir les prières du
vendredi et les autres prières collectives, que vous cherchiez une autre
mosquée plus proche et un Imam qui vous satisfait quant à sa dévotion et à
son honnêteté.
Cinquièmement : Quant au muezzin, vous n'avez rien mentionné qui
contredise la religion pour que nous puissions vous donner un avis religieux
en ce qui concerne la prière derrière lui.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 6384 ) :
Q1: Peut-on supplier Allah par le Coran ou les jours en disant par
exemple : "Je T'invoque Allah par le jour de `Arafat, et autres"?
R1: Il est permis de supplier Allah par le Coran, parce qu'il représente les
paroles d'Allah dans la forme et le contenu. Les paroles d'Allah font partie de
ses qualités divines, c'est pourquoi la supplication d'Allah par l'une de Ses
qualités est permise et ne s'oppose pas à Son unicité et ne constitue pas un
prétexte pouvant mener au polythéisme, tandis que la supplication par l'une
des journées tel qu'il est indiqué dans l'exemple, n'est pas permise parce
qu'elle constitue une supplication par un être créé, et donc, elle constitue un
prétexte pouvant mener au polythéisme, et parce que cela contredit les
preuves de la Charia, comme l'a dit le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam) : Tout acte non conforme a nos enseignements est à rejeter.
rapporté par Mouslim dans son Sahîh .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 6949 )
Q1: Quelques savants disent que la supplication est une question de
doctrine (Fiqh) et non pas une question de crédo, qu'en est-il vraiment
?
R1: La supplication par l'honneur du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi
Wa Sallam), par sa personne ou son rang durant l'invocation d'Allah est
illicite parce qu'elle peut mener au polythéisme. Il fut donc nécessaire de
faire des recherches sur ce sujet pour déterminer ce qui est juste d'après les
recherches du credo. Tandis que la supplication d'Allah par Ses Beaux
Noms, Ses Attributs, et par le fait de suivre le chemin de Son Messager et de
faire les obligations imposées par Charia, tout cela est licite et permis.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 4 de la Fatwa numéro ( 8817 ) :
Q4 : Quel est l'avis religieux sur la personne qui dit "par la bénédiction
du Prophète", "par la bénédiction du Cheikh tel" ou "par la bénédiction
du Coran". Serait-elle un apostat?
R4 : Premièrement : Le fait de supplier Allah par la bénédiction du Coran
est permis et n'est pas une association.
Deuxièmement : Le fait de supplier Allah par la bénédiction de quelques
personnes comme le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fait partie des
innovations hérétiques réprouvées parce que la supplication est un culte
prescrit dans les textes. En fait, aucun texte islamique ne prouve qu'il soit
permis de supplier par l'honneur ou la bénédiction des personnes. Le
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : Tout acte non
conforme a nos enseignements est à rejeter. .
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La Fatwa numéro ( 8879 ) :
Q : Quel est l'avis religieux sur la lecture du livre "Dalâ'il Al-Khayrât"
(Les Signes du Bien), de l'Imam Mohammad ibn Solymân Ad-Djazwalî qui
contient quelques parties renfermant des supplications au Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et des demandes d'intercession telles que
: "O notre bien aimé Mohammad, nous sollicitons Allah par toi, et te
demandons d'intercéder en notre faveur auprès de Lui, Le Seigneur et
Le Majestueux", "O Allah, nous sollicitons son intercession auprès de
Toi, puisqu'il est Ton intercesseur favori, nous T'adjurons par lui,
puisqu'il est le plus grand par qui on pourrait T'adjurer, nous Te
sollicitons par lui, puisqu'il est le plus proche à Toi et c'est lui qui jouit
du plus grand honneur".
R: Si le livre renferme, comme vous l'avez mentionné, des parties de
sollicitation au Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et des
sollicitations de son intercession auprès d'Allah (Exalté soit-Il), en vue de
subvenir aux besoins, il n'est pas permis de le lire, car Allah (Exalté soit-Il) a
dit : Dis: "L'intercession toute entière appartient à Allah. Il a aussi dit
(Exalté soit-Il) : Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission? Et
Il a dit : Ont-ils adopté, en dehors d‟Allah, des intercesseurs? Dis: «Quoi!
Même s‟ils ne détiennent rien et sont dépourvus de raison? Dis:
"L'intercession toute entière appartient à Allah. Jusqu'à la fin du verset.
En vous attachant au Saint Coran et aux invocations prophétiques
authentiques, vous n'aurez pas besoin de lire ces parties dudit livre. En fait,
les livres renfermant les invocations prophétiques sont assez nombreux, tels
que "Riâdh As-Sâlihiyyn", et "Al-Adhkâr An-Nawwawiyya" , les deux étant
écrits par l'Imam An-Nawwawî, ainsi que le livre "Al-Kalam At-Tayib" d' Ibn
Taymiyya et "Al-Wâbil As-Sayib" par le savant Ibn Al-Qayîm (qu'Allah leur
fasse Miséricorde), et bien d'autres œuvres rédigées par les Gens de la
Sunna.
Qu'Allah vous accorde la réussite et que la Paix et le Salut soient sur notre
Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 9016 ) :
Q1: Veuillez nous expliquer la différence entre un croyant et un
polythéiste, sachant qu'il existe des gens qui accomplissent les prières
quotidiennes, accomplissent le jeûne du Ramadan et font le grand
pèlerinage ainsi que tous les œuvres de bienfaisances, mais sollicitent
les Prophètes et les gens du Bien. Est-ce permis?
R1: Si le musulman commet un acte d'incroyance dont la sollicitation des
morts pour guérir les malades, demander de l'abondance ou des enfants, il
sort de l‟Islam, et ses œuvres pies, telles que la prière, le jeûne, et autres
cultes, seront vaines. S‟il meurt ainsi, ayant commis des pêchés mineurs
(qui ne s'élèvent pas au rang du polythéisme) tels que le vol et l'usure, il sera
donc sous le pouvoir d'Allah, s'Il le veut, Il lui pardonnera, sinon, Il le
punira.
Vu que votre question est générale, sachez que si la sollicitation est faite
pour la raison que vous avez citée, vous en savez le jugement, mais, si elle
est faite pour faire une invocation par l'honneur des Prophètes et des gens
du bien sans les solliciter en personne, c'est donc une innovation hérétique
et une des voies du polythéisme.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager sa famille et ses compagnons
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 3, 4 et 6 de la Fatwa numéro ( 9047 ) :
Q3: Que dites-vous des paroles de l'Imam Ibn Taymiyya (le Cheikh de
l'Islam) dans son œuvre "Iqtiddâ' As-Sirât Al-Moustaqîm"? Les oulémas
se sont seulement disputés quant à l'adjuration par le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), en particulier. Il y a deux avis en ce qui
concerne la doctrine de Ahmad. Selon Ahmad, dans son œuvre "Mansaq
Al-Marwadhî", sur le sujet de la supplication du Prophète (Salla Allah
`Alaihi Wa Sallam), ce qui indique que l'adjuration a lieu par lui, mais,
l'incontestable est qu'elle n'a pas lieu.
Il dit également dans "Madjmou' Al-Fatawa" (L'Ensemble des Fatwas):
"Si, au lieu de solliciter Allah, Exalté soit-Il, en leur demandant
l'invocation en notre faveur, ou par nos œuvres pies, on les sollicite
pour leur personne, cela ne donne aucune raison pour répondre à nos
invocations. C'est une sollicitation vaine. Ainsi, ceci ne fut pas rapporté
du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), d'une manière authentique,
ni connue d'après ses compagnons. En outre, dans le livre "Mansaq Al-
Marwadhî", selon Ahmad c’est une supplication par l'honneur du
Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).
R3: Ce que Ibn Taymiyya, le Cheikh de l'Islam a dit selon les grands
jurisconsultes, à propos de ces dits livres, ne diffère pas dans le sens, fût-ce
exprimé en d'autres mots.
L'explication: Les grands jurisconsultes tels que Mâlik , Abou Hanîfa , et
Ach-Châfi`î , qu'Allah leur fasse miséricorde, ont dit que l'adjuration par
quelqu'un d'autre qu'Allah est interdite en général, que ce soit un Prophète
ou autre, et par la suite, elle ne compte pas. Ceci est l'avis le plus juste selon
'Ahmad. De même, cet avis est préféré par le Cheikh de l'Islam, Ibn Taymiyya
qui dit: "C'est juste. L'autre avis dit que l'adjuration par le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), était permise et avait lieu, et que certains disciples
de l'Imam Ibn Hanbal le permettaient en général pour les Prophètes. Donc,
en se fondant sur ce principe, l'adjuration à Allah par le Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), ou les autres Prophètes est permise. C'est ce que
conteste le hadith sur la sollicitation de l'aveugle par le Prophète. Ibn
Taymiyya a dit que l'avis indiquant que l'adjuration par le Prophète était
permise et avait lieu était faible et marginal, de plus, tout ce qui se base sur
ce principe, dont la permission d'adjurer Allah par le Prophète et tous les
moyens de supplication qui s'y attachent. L'avis du Cheikh de l'Islam est
l'avis correct, que partagent l'unanimité des oulémas, il est également
conforme aux preuves de la Charia.
Qu'Allah vous aide à remporter le succès et que la Prière et la Bénédiction
d'Allah soient sur son Messager, sa famille et ses compagnons
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q4: Que dites-vous du message du Cheikh Soulaymân ibn Sahmân au
Cheikh 'Alî ibn Abd-Allah ibn `Issa où il dit son jugement concernant la
réfutation de celui qui prétend que le fait de solliciter par la vertu des
prophètes et des aimés d'Allah était permis. Le Cheikh de l'Islam a dit
qu'il ne connaît personne qui a dit une chose pareille, et qu'il n'est pas
permis d'adjurer par le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), à
l'exception de l'avis d' Al-`Izz ibn `Abd-As-Salâm sur l'authenticité du
Hadith.
R4: L'avis rapporté par le Cheikh Soulaymân ibn Sahmân d'après le Cheikh
de l'Islam, Ibn Taymiyya qui dit: "Je ne connais aucun avis qui dit cela, de
même il n'est pas licite d'adjurer par notre Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), à l'exception de l'avis d' Al-`Izz ibn `Abd-As-Salâm sur l'authenticité
du Hadith. Vous pouvez le savoir en vous conférant aux pages 337 et 347 de
Tome 1 dans le livre "Madjmou' Al-Fatawa".
Le Hadith désigné ici est: Le hadith dans lequel un aveugle supplie le
Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et lui demande son
intercession auprès d'Allah, pour qu'il lui rende la vue. Ce Hadith fut relaté
par At-Tirmidhî et An-Nassâ'î et Ibn Mâdja d'après 'Othmân ibn Honayf
d'après le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).De même, Ibn Taymiyya,
qu'Allah lui fasse miséricorde, démontre que, en supposant l'authenticité du
hadith, il ne constitue pas une preuve évidente sur la permission de la
supplication du Messager d'Allah en personne, mais, c'est une sollicitation à
Allah par l'invocation du Prophète auprès d'Allah pour qu'il rende l'aveugle
voyant.
En ce qui suit, Ibn Taymiyya évoque certains hadiths rapportés et
accompagnés de ses commentaires pour plusd'illustration: At-Tirmidhî
rapporte un Hadith authentique selon le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), qu'il a appris qu'un homme disait en invoquant Mon Seigneur, je
Te demande par Ton Prophète Mohammad, Prophète de la Miséricorde. Je
me suis dirigé vers mon Seigneur par toi (Mohammad) pour que ma
demande soit acceptée. O mon Seigneur ! Rends-le (Mohammad) mon
intercesseur De même, An-Nassâ'î a rapporté une invocation semblable.
De même, chez At-Tirmidhî et Ibn Mâdja selon 'Othmân ibn Honayf : Un
homme aveugle est venu dire au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam):
"Invoque Allah en ma faveur pour me guérir !". - "Si tu veux, je L'invoquerai
(en ta faveur), mais si tu prends ta cécité en patience, cela sera dans votre
intérêt", a dit le Prophète. - "Mais, invoque Allah pour moi !", insista
l'homme. A ce moment-là, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui a
ordonné de faire parfaitement les ablutions pour prier deux Raka`(unité
rituelle de prière) et d'invoquer moyennant cette Formule : "Mon Seigneur, je
Te demande par Ton Prophète Mohammad, Prophète de la Miséricorde. Je
me suis dirigé vers mon Seigneur par toi (Mohammad) pour que ma
demande soit acceptée. O mon Seigneur ! Rends-le (Mohammad) mon
intercesseur ! Aussi At-Tirmidhî a dit: Ce Hadith est bon et authentique.Il
fut également relaté par An-Nassâ'î d'après 'Othmân ibn Honayf dont voici le
texte intégral Un aveugle a dit: "O Messager d'Allah! Invoque Allah qu'Il me
rende ma vue". Il lui dit: "Va faire tes ablutions, puis fait une prière de deux
rak'a, puis dis: (O Allah, je m'adresse à Toi et Te demande par la vertu de
Ton Prophète, Mohammad, le Prophète de la Miséricorde, O Messager
d'Allah, O Mohammad, je m'adresse à Alla par toi pour me réaliser ma
demande. O Allah, fais-le intercéder en ma faveur)". Et, Allah lui réalisa sa
demande. .
D'autre part, l'Imam 'Ahmad a dit, dans son Mousnad: "Rawh nous a
rapporté d'après Cho`ba selon 'Omayr ibn Yazîd Al-Khattamî Al-Madinî qui a
dit: J'ai entendu `Imarâ ibn Khozayma ibn Thâbit qui raconte selon 'Othmân
ibn Honayf qu'un homme aveugle s'était rendu chez le Messager d'Allah et
lui dit: "Messager d'Allah, invoque Allah qu'il me guérisse". Il lui dit: "Si tu
veux, je reporte cela qui serait mieux pour le jour du Jugement Dernier,
sinon, j'invoquerai Allah pour toi". Il lui répondit: "Non, invoque Allah pour
moi." Alors, le Messager l'ordonna de faire ses ablutions, puis faire une
prière de deux rak'a, puis faire cette invocation: "O Allah, je t'invoque et
m'adresse à toi par l'honneur de ton Prophète Mohammad, le Prophète de la
Miséricorde, ô Mohammad, je m'adresse à Allah par ton honneur pour
répondre à ma demande. Allah, fais-le intercéder en ma faveur. Il dit, ainsi
fit l'homme, et il fut guérit. Et, ce hadith constitue une supplication à Allah
par le Prophète, en faisant l'invocation.
Il y a donc des gens qui disent que la supplication par le Prophète, mort ou
vivant, est permise dans l'absolu. C'est donc le prétexte que prennent ceux
qui supplient par le Messager après sa mort, ou en son absence. Ils pensent
que la supplication de l'homme aveugle et les compagnons durant sa vie
signifiait l'adjuration par Mohammad à Allah, en d'autres mots, qu'ils
demandent d'Allah par la personne du Prophète, de répondre à leurs
demandes, pensant que la supplication par Mohammad n'exige pas que ce
dernier invoque Allah pour eux, ni qu'ils lui obéissent. Pour eux, que le
Messager invoque pour eux ou non, ils supplient par lui, qu'ils lui aient obéi
ou non. En outre, ils prétendent qu'Allah subviendrait aux besoins de celui
qui supplie par le Prophète, sans que ce dernier n'invoque Allah à son tour,
comme il a répondu à l'aveugle qui fut appuyé par les invocations du
Messager en plus de ses propres invocations. Pour eux, les deux cas
constituent un moyen de sollicitation. Ils pensent que toute personne qui
invoque Allah par le Messager fait comme l'aveugle et donc, ce que le
Prophète lui a dit de faire, leur était permis. Mais, le fait est que ce principe
est faux, selon la loi islamique, parce que ce qu'ils disent ne correspond pas
aux principes islamiques.
Il y a certains qui disent également: Cette question est un fait de
témoignage, dont le jugement est constant dans les cas semblables. Le
jugement change lorsque le cas diffère. D'ailleurs, la différence est bien
constante dans la Charia entre la personne pour laquelle le Messager a
invoqué Allah, et entre toute autre personne qui n'a pas bénéficié de cette
invocation, c'est pourquoi il est impossible de juger les deux cas
pareillement.
Le dit aveugle a eu l'intercession du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam),
c'est pourquoi il a dit dans son invocation: Seigneur! Fais-le intercéder en
ma faveur il a donc su qu'il était son intercesseur. si tu le veux, sois
patient, sinon, j'invoquerai Allah pour toi Il a demandé au Prophète (Salla
Allah `Alaihi Wa Sallam), d'invoquer Allah pour lui, et le Prophète lui
ordonna de prier et d'invoquer pour lui-même aussi, et de dire dans son
invocation: Seigneur! Fais-le intercéder en ma faveur Ceci prouve que ces
mots Je T'invoque et je m'adresse à Toi par ton Prophète Mohammad
signifient: par la grâce de son invocation et de son intercession, comme l'a
dit `Omar : "O Seigneur! On avait l'habitude, pendant la sécheresse, de Te
solliciter par Ton Prophète, et Tu nous répondais, et Tu faisais tomber la
pluie".
Les deux hadiths ont le même sens: Le Messager (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam) a appris à un homme de solliciter Allah par le Messager dans sa vie,
tout comme `Omar qui a mentionné qu'ils sollicitaient Allah par Mohammad
pendant la sécheresse. Puis, après sa mort, ils demandaient à quelqu'un
d'autre de solliciter Allah à sa place.
Si la sollicitation par Mohammad pouvait se faire, qu'il soit mort ou vivant,
ils n'auraient pas renoncé à faire cela puisqu'il est le meilleur des êtres et le
plus proche d'Allah, au lieu de solliciter par quelqu'un d'autre.
Ainsi, si l'aveugle avait sollicité par le Messager, sans que ce dernier ne
sollicite Allah à son tour, les compagnons auraient donc fait comme
l'aveugle. Ils ont renoncé à faire cela, et ont demandé aux autres de solliciter
pour eux, bien qu'ils soient les premiers gens de l'Islam, les Emigrés (les
Mouhâdjirînes), les Auxiliaires (les 'Ansârs), partisans du Prophète ainsi que
ceux qui l'ont suivi avec bienfaisance parce qu'ils connaissent, mieux que
nous Allah et Son Messager, ainsi que leurs droits, et ce qui est permis de
dire dans l'invocation, ce qui est bien et ce qui n'est pas permis, ainsi que ce
qui ne convient pas. Ils savent également ce qui est plus bénéfique que
l'autre. Dans les temps difficiles, ils utilisent tous les moyens possibles pour
invoquer et demander d'empêcher le malheur. Ceci met en évidence qu'ils
ont appliqué les moyens licites, et qu'ils ont renoncé aux autres moyens
illicites.
C'est pour cela que les jurisconsultes ont mentionné dans leurs œuvres, en
ce qui concerne la sollicitation pour faire tomber la pluie (Al-'Istisqâ'), que les
compagnons du Prophète avaient fait, sans mentionner ce qu'ils ont laissé:
Le fait de solliciter par le Messager, dans sa vie, signifiait qu'ils demandaient
son invocation, mais après sa mort, personne entre eux ne lui demanda son
invocation, que ce soit auprès de son tombeau ou plus loin, comme le font
beaucoup de gens dans les tombeaux des gens du bien, en sollicitant les
morts ou adjurant Allah par eux, et ainsi de suite..
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
Q6: Je vous prie de m'expliquer la dernière opinion de Cheikh de
l'Islam, et s'il le dit parce qu'elle est authentiquement rapporté par
l’imam Ahmad (que la satisfaction d'Allah soit sur lui), ou, c’est une
formule de demande de guérison, comme il paraît dans le contexte?
R6: La signification était éclaircie dans la réponse à la troisième question.
Tandis que pour les paroles rapportées d'après l'imam Ahmad en ce qui
concerne la sollicitation au moyen du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa
Sallam), avec la formule de demande de guérison, nous ne possédons
aucune preuve pour l'attester. Et, si on était sûr que 'Ahmad (qu'Allah lui
fasse miséricorde), l‟avait fait, il n‟y a aucune preuve pour l'attester. Donc,
l'avis correct est celui de la plupart des oulémas parmi les gens de la sunna
parce qu'ils possèdent les preuves de la Charia.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
"L'obéissance a lieu par le bienfait''
La fatwa numéro ( 3177 ) :
Q: Est-il permis de prendre part à une affaire qui exige de se raser la
barbe, en plus de l'incapacité d'accomplir certaines prières à temps, en
obéissance aux ordres militaires dans les actes interdits?
R: Le musulman ne doit pas prendre part à quelque chose qui exige de
commettre ces actes, ou une partie de ces actes, parce que c'est une
désobéissance aux ordres d'Allah et de Son Messager, mais si la personne
est forcée à le faire, par la force de la loi, l'affaire sera donc en dehors de son
pouvoir et nous sollicitons Allah de l'en faire sortir; c'est Lui qui a dit: Et
quiconque craint Allah, Il Lui donnera une issue favorable, et lui accordera
Ses dons par (des moyens) sur lesquels il ne comptait pas. Il a dit
également Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Qa`oud Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 7726 ) :
Q1: Les lois en vigueur en Egypte permettent aux pharmaciens de
posséder deux pharmacies seulement. Certains collègues ne s'en
contentent pas, et, désirent augmenter le nombre des pharmacies à 3
ou 4. Pour échapper à la loi en ce qui concerne la concession des
licences pour les pharmacies, le pharmacien cherche un autre collègue
qui ne possède aucune pharmacie ou qui possède une seule, pour se
mettre d'accord sur l'exploitation du nom de ce dernier pour une
troisième pharmacie, et cela pour le compte du premier pharmacien, à
moyennant une certaine somme annuelle ou mensuelle. Quel est l'avis
religieux en ce qui concerne cet accord. Cet argent serait-il pris pour un
faux témoignage, ou on pourrait le considérer comme un moyen de
coopération afin d'éviter la gêne en ce qui concerne l'intérêt des gens,
ou pour échapper aux restrictions imposées par les lois. Prière de nous
guider
R1: Un accord pareil est illicite parce qu'il implique le mensonge, la tricherie
et la tromperie des dirigeants qui adoptent une législation qui tient compte
de l'intérêt du peuple, sans s'opposer à un des principes islamiques. En
plus, les parties de l'accord sont menacées de voir leur affaire dévoilée.
D'autre part, l'argent que donne la personne ayant eu la troisième
pharmacie, au deuxième pharmacien, selon l'accord, mensuellement ou
annuellement, est illicite.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro ( 9524 ) :
Q: Je suis un employé du gouvernement, et le régime ne me permet pas
d'ouvrir un magasin sous mon nom. Si, je le fais sous le nom d'une
autre personne, qui n'est pas employée, et que je dirige le magasin par
une procuration générale qui me donne le droit de vente et d'achat, de
même que je mène toutes les activités du propriétaire, et je prends à
ma charge le gain et la perte. Est-ce licite?
R: Si le cas est tel que vous l'avez mentionné, il ne vous est pas permis,
puisqu'il implique le mensonge, la tromperie et la fraude contre les
dirigeants en violant les lois adoptées en vue de sauvegarder la gestion de
l'activité gouvernementale qui vous fut assignée pour servir la nation, pour
prendre soin des intérêts publics et pour empêcher tout égoïsme. En ce qui
concerne votre question, la nature de l'homme et son amour pour soi le
prédominent, et donc, il préfère son intérêt personnel et y déploie un plus
grand effort et, par la suite, il manque à l'intérêt publique, en s'imaginant
qu'il fait le contraire.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah
`Abd-Ar-Razâq `Afifî
Ghoudayân ibn Bâz
La question 8 de la Fatwa numéro ( 3552 ) :
Q8: Le croyant devrait-il commettre des infractions pour satisfaire au
dirigeant et aux gens, ou serait-il meilleur de suivre les prescriptions du
Coran et de la Sunna du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)?
R8: Le croyant doit renoncer à ces infractions et suivre les prescriptions du
Coran et la Tradition du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et ceci est
une chose bien connue. Il ne doit pas obéir au dirigeant ou à quiconque en
désobéissant à Allah, conformément au hadith du Prophète: Point
d'obéissance que pour accomplir des actions louables. et aussi sa parole,
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), Nulle obéissance à un être humain dans la
désobéissance au Créateur .
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La fatwa numéro 2986 ) :
Q: Les adeptes d'une secte nommée Ach-Châdhiliyya, ne font ni prière
ni jeûne ni Zakât. Ils considèrent une personne parmi eux, qu'ils
appellent "Sayidna" (notre maître), comme leur seigneur qui s'occupera
d'eux au Jour du Dernier Jugement. Ils croient qu'il est capable de leur
pardonner les péchés commis dans ce monde d'ici-bas. Ils se
rassemblent d'une façon hebdomadaire, tous les lundi et vendredi au
matin et au soir. Mon père m'oblige à suivre cette secte et se fâche
conter moi si je fais la prière ou le jeûne. Il me dit: "Sayidna (notre
maître) nous pardonne tout, il nous protégera contre le châtiment de
l'enfer. On ira donc forcement au paradis." Ce qu'il dit est totalement
faux bien évidemment, car la personne en question est un être humain
comme les autres. Veuillez me guider. Je sais et reconnais qu'Allah est
mon Dieu et Seigneur, que Mohammad est mon prophète et que l'islam,
dont j'accomplis les cinq piliers, est ma religion. Si j'obéis à mon père à
ce sujet, je serai en discorde avec les ordres d'Allah mon Créateur Qui a
dit Exalté soit-Il: alors ne leur dis point: "Fi!" et ne les brusque pas, Si
je désobéis à mon père, il se fâche de moi et me réprimande, pour que
je l'accompagne aux réunions de cette secte. Sachant que je ne suis pas
encore indépendant financièrement et que personne ne me soutient en
ma position sauf ma mère. Veuillez me guider pour que je puisse
satisfaire à Allah, sans chercher la colère de mon père qui n'est pas
convaincu des actes d'adoration que je fais (jeûne et prière) voire de la
religion musulmane.
R: Si le cas est comme vous dites, et que votre père et les autres adhérents
de cette secte ne font pas de prière, tout en considérant leur cheikh comme
leur seigneur, capable de leur garantir le paradis, et de leur faire pardonner
les péchés, ils sont donc des mécréants . Si votre père vous ordonne de les
suivre et vous interdit de prier et de jeûner, vous ne devriez pas obéir car
Nulle obéissance à un être humain dans la désobéissance au Créateur
Obéissez aux ordres d'Allah, évitez ce qu'Il a interdit, tout en étant
bienfaisant à vos parents, afin d'appliquer ce qu'Allah, Le Très-Haut a
recommandé: Nous avons commandé à l‟homme [la bienfaisance envers] ses
père et mère; sa mère l‟a porté [subissant pour lui] peine sur peine: son
sevrage a lieu à deux ans. «Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu‟envers tes
parents. Vers Moi est la destination. Et si tous deux te forcent à M‟associer
ce dont tu n‟as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste
avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne
vers Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de
ce que vous faisiez ». Joignez donc le parti des pieux fidèles qui croient à
tout ce qu'Allah a recommandé à Son Messager, et qui appliquent les
jugements du Livre et de la Sunna. Endurez les ennuies et les gênes à la
recherche de la récompense d'Allah. Suivez le chemin de celui qui se donne à
Allah, ce qui est le meilleur de tout chemins. Il faut que vous vous sépariez
de vos parents, de peur d'être égaré par eux. Qu'Allah facilite pour vous les
moyens de subsistance licite. C'est Allah seul Qui contrôle ceux-ci, non pas
votre père ni quiconque des Serviteurs.
Qu'Allah guide nos pas. Que Sa prière et bénédictions soient sur notre
prophète Mohammad, sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La question 6 de la Fatwa numéro ( 5953 ) :
Q6: Une femme dont le père après avoir appris qu'elle a porté le voile, a
rompu ses relations avec elle. Quel est donc l'avis religieux sur ce fait?
R6: Si le cas est comme vous l'avez cité, donc, le fait que son père rompt ses
relations avec elle, ne lui nuira pas, au contraire, il ne lui est pas permis de
faire ainsi, puisqu'elle a fait un acte d'obéissance à Allah; tandis que le fait
de renoncer au voile est un pêché et, par la suite, il n'est pas permis d'obéir
à quiconque pour désobéir à Allah. Le père serait ainsi pécheur, puisse Allah
le guider au bon chemin.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
La première question de la Fatwa numéro ( 5994 ) :
Q1: Si une jeune fille désire porter le "niqâb" (voile couvrant le visage)
après avoir lu que c'est une obligation, mais ses parents refusent et lui
disent que leur obéissance est une obligation plus importante que le
"niqâb", est-ce juste? Comment serait-ce donc puisque le Messager
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), dit: Celui qui s'oppose à ma Sunna,
n'est pas des miens D'ailleurs, s'il constitue un devoir, alors le devoir
est du même rang que l'obligation, selon les quatre doctrines, sauf celle
de l'Imam Mâlik qui le classe entre l'obligation et les œuvres
surérogatoires. Prière de nous dire si le "niqâb" compte pour une
obligation, alors, comment devrais-je me vêtir au moment où mon père
me menace de me faire enlever le voile devant tout le monde, parce que
le "niqâb" soulève les soupçons contre mes frères.
R1: L'obéissance des parents est obligatoire dans le cas du bienfait, mais,
s'ils demandent de commettre un pêché, il ne faut pas leur obéir,
conformément aux paroles prophétiques: Point d'obéissance que pour
accomplir des actions louables. Attache-toi donc au voile, et essaye de
convaincre tes parents et leur expliquer le jugement islamique. Ne donne pas
de l'importance à leurs menaces, et demande à Allah de venir à ton aide
puis, aie recours à tes bons proches pour qu'ils donnent conseils à tes
parents, puisse Allah les en faire bénéficier.
Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète
Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance
des Fatwas (Al-Iftâ’)
vice Président du
membre membre Président
comité
`Abd-Allah ibn `Abd-Allah ibn `Abd-Ar-Razâq `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-
Qa`oud Ghoudayân `Afifî Allah ibn Bâz
L'exorcisme
La question 2 de la Fatwa numéro ( 845 ) :
Q2: Est-ce que l’exorcisme est illicite, sachant que la plupart des
habitants de l'île Guadeloupe où j'habite y croient. Par exemple, une
fille peut apporter une partie des vêtements d'un jeune homme qu'elle
aime pour la donner au sorcier pour le rendre amoureux d'elle. Aussi, on
prétend que le sorcier compétent peut vous empêcher de faire des jeux
du hasard ou de fumer. Est-ce vrai? Un sorcier pourrait-il avoir des
compétences pareilles?
R2: L’exorcisme: C'est tout ce qui est fait d'une manière subtile et dont la
cause est inconnue. Il comprend différents types. Le jugement sur cette
question diffère selon le genre, comme il diffère selon la réalité de son
existence. On peut qualifier une éloquence de style de magique. Si cette
éloquence est déployée pour expliquer le juste et le faux, elle est donc licite,
puisqu'elle aurait son effet chez les interlocuteurs. Mais si elle est utilisée
pour les détourner du droit chemin et pour changer les faits, elle est donc
illicite, et pourrait atteindre le rang de la mécréance puisqu'elle aura son
effet su