P. 1
178_12222010

178_12222010

|Views: 545|Likes:
Publié parelmoudjahid_dz

More info:

Published by: elmoudjahid_dz on Dec 21, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/29/2014

pdf

text

original

FOOTBALL

Coupe de l'UNAF des vainqueurs de coupe (finale-retour)

Météo
PÉTROLE

MONNAIE

SANTÉ

L’euro à 1,312 dollar

20° à Alger, 30° à In Salah

Le Brent à 92,74 dollars le baril

Le curcuma est un puissant anti-inflammatoire et anti-cancer

La musique diminue la tension artérielle

PP. 16-17

16 Moharram 1432 - Mercredi 22 Décembre 2010 - N° 14081 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

L'ES Sétif remporte le trophée

P. 32

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

ONU-Sahara c aro occidental-M

Conférence de presse du ministre sahraoui des Affaires étrangères

Déclaration de politique générale du gouvernement devant le Conseil de la nation

“Aucune avancée lors de la dernière réunion informelle de Manhasset”
Aucune avancée en vue d'une solution politique au conflit du Sahara occidental permettant l'autodétermination du peuple sahraoui n'a été enregistrée lors du quatrième round des pourparlers informels entre le Front Polisario et le Maroc, a affirmé hier à Alger le ministre sahraoui des Affaires étrangères, M. Mohamed Salem Ould Salek. "Aucune avancée ouvrant la voie à une solution politique permettant l'autodétermination du peuple du Sahara occidental, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale de l'Onu, n'a été enregistrée à ce jour", a déclaré M. Ould Salek lors d'une conférence de presse animée au quotidien El Moudjahid, consacrée à la présentation du bilan de la réunion tenue vendredi et samedi derniers à Manhasset (New York). "Le Maroc a dressé de multiples obstacles, en conditionnant tout progrès dans les négociations à l'acceptation à l'avance de sa souveraineté sur le Sahara occidental, contrairement à l'appel du Conseil de sécurité pour des négociations substantielles sans condition préalable et de bonne foi", a-t-il déploré. M. Ould Salek a indiqué, en outre, que le Front Polisario "a réaffirmé lors de cette réunion son acceptation des trois choix dans le cadre de l'autodétermination, à savoir l'indépendance, l'autonomie où l'intégration au Maroc".
PP. 14-15

Ouyahia répond ce matin aux membres du Conseil de la nation
P. 3

15e journée nationale de la Normalisation

La certification obligatoire, dès 2011 P. 4
L’ambassadeur des USA en visite dans le Hoggar

“La situation sécuritaire à Tamanrasset est bonne” P. 8
Conférence au centre Echaâb des études stratégiques

Ph. : A. Yacef

M. Mohamed Salem Ould Salek, hier au centre de presse d’El Moudjahid

“Wikileaks, phénomène et défis” P. 9

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

EL MOUDJAHID

Météo

20° à Alger, 30° à In Salah

Ce matin, à 9 h 30

, le tem s nord du pays r les régions Sur les région nt nuageux et pluvieux su ec l'arrivée t voilé devena s de soirée, en liaison avral faibles à men né cour de l'Ouest en tion. Les vents seront en gé s régions de le d'une perturbanforçant localement sur km/h). La mer modérés se re fales assez fortes (30/40 sera partiellel'Ouest avec ra agitée. Au Sud, le temps néral faibles à u sera belle à pe et les vents seront en gé ment nuageux km/h). gris et le temps modérés (20/40 samedi, le ciel sera bien localement oraDu jeudi au froid avec des pluies ral. ent sera relativemment sur les régions du litto t de 14° à 18° es, notam es varieron s régions de geus res maximal Les températulittoral et de 6° à 10° sur le és à localeles régions du nts seront en général modér sur s ve l'intérieur. Le s sur régions du littoral. eux avec locament assez fort el sera partiellement nuag. Les tempéraAu Sud, le ci uies sur le nord Sahara °. Les vents 26 es pl lement quelqu es se situeront entre 18° et z forts avec de s maximal modérés localement asse ture l ra seront en géné billons de sable. ° à Alger et à fréquents tour i, le mercure affichera 20onstantine et à Aujourd’hu tna, 18° à C Sétif, 24° à à nnaba, 19° à Ba Oran, 22° à A à Chlef, 22° à Jijel, 14° emcen 16° à Adrar et 30° In Salah. Tl ° Ghardaïa, , 29

oir, d’une Arrivée, ce s pluvieuse perturbation lleps sera partie

Rencontre-débat avec M. Joseph Ged, directeur général de Watania Télécom Algérie, Nedjma
Une rencontre-débat aura lieu au centre de presse Mohamed Abderrahmani d’El Moudjahid, ce matin à 9 h 30. Cette manifestation verra l’intervention du directeur général de Watania Télécom Algérie, l’opérateur de téléphonie mobile bien connu. L’hôte d’El Moudjahid s’exprimera sur la stratégie de son entreprise, l’évolution du groupe et dressera un bilan de la politique suivie.

Le 25 décembre, à 10 h 30

Hommage à Ferhat Abbas

Ce matin, à 9 h 30, au siège du COA

Syndicat national des chercheurs permanents

Conférence de presse sur la 8e édition de la Semaine olympique « Sport Sud »
Le Comité olympique algérien organise ce matin à 9 h 30 au niveau de son siège, une conférence de presse à l’occasion de la 8e édition de la Semaine olympique « Sport Sud » qui se tiendra du 25 au 31 décembre. Cette édition verra la participation étrangère dans certains sports et la tenue d’un symposium scientifique international animé par d’éminents spécialistes algériens et étrangers.

L’association Machaâl Chahid en collaboration avec El Moudjahid organisera une conférence hommage au défunt Ferhat Abbas, président du GPRA. Cette rencontre, qui intervient dans le cadre de la commémoration du 25e anniversaire de sa mort, aura lieu le 25 décembre à 10 h 30 à la salle Mohamed Abderrahmani d’El Moudjahid.

Session ordinaire, ce matin, du conseil national
Le conseil national du Syndicat national des chercheurs permanents tiendra une session ordinaire aujourd’hui et demain, à partir de 9 h 30 au siège du CERIST, Ben Aknoun.

Aujourd’hui au siège d’Algex

Formation en management de projets

Demain, à 9 h, à l’hôtel Mazafran

7e édition du Salon EVE

Conférence de presse, ce matin à 10 h
Le World Trade Center Algeria en partenariat avec la SAFEX lanceront la septième édition du Salon de la femme Eve qui se tiendra du 3 au 8 mars au Palais des expositions, Pins Maritimes. A cet effet, une conférence de presse est prévue ce matin, à 10 h à l’annexe du WTCA, 5, rue des Pins, Hydra, Alger.

Réunion du comité central du FLN
C’est sous la présidence du SG du FLN, M. Abdelaziz Belkhadem, que s’ouvriront demain à 9 h à l’hôtel Mazafran de Zéralda, les travaux de la 3e session ordinaire de la réunion du comité central du parti.

UGTA - Union de wilaya d’Alger

Du 25 au 31 décembre, à Illizi

8e Festival national des sports mécaniques
La Fédération algérienne des sports mécaniques organisera, sous le haut patronage du ministre de la Jeunesse et des Sports, en collaboration avec le wali d’Illizi et la direction de la jeunesse et des sports, le 8e festival national des sports mécaniques à Illizi du 25 au 31 décembre 2010. La FASM a initié un programme spécial en direction des jeunes (300) dont l’âge varie entre 8 et 16 ans en karting, 7 jours d’initiation de formation seront ponctués par un concours où les lauréats seront primés. Des portes ouvertes sur les sports mécaniques de 1963 à ce jour seront organisées au centre culturel d’Illizi du 25 au 31 décembre. La remise des prix (diplômes, coupes, chèques) s’effectuera à la soirée de fin d’année à Illizi avant le retour en caravane à partir du 1er janvier 2011.

Conférence, demain, des cadres syndicaux des entreprises
L’Union de wilaya d’Alger (UGTA) organisera une conférence regroupant les cadres syndicaux des différentes entreprises de la wilaya d’Alger. Cette rencontre se déroulera demain jeudi 23 décembre à partir de 8 h 30 au siège de l’ETUSA. Deux communications sont prévues au programme, en l’occurrence l’introduction sur la déclaration universelle des droits de l’homme et l’intérêt de l’approche genre dans les programmes et projets de développement.

Sous l’égide du ministre de l’Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion de l’investissement, M. Mohamed Benmeradi, un atelier sera organisé sur management de projets, principalement, les méthodes de planification, de contrôle et de suivi des projets complexes. Cet atelier sera organisé, aujourd’hui, à partir de 8 h 30, au siège d’Algex, El Mohammadia, Alger et entre dans le cadre des actions visant à renforcer les compétences des institutions et des entreprises industrielles.

Le 12 janvier, à 17 h, à l’ambassade de Belgique

Les engagements de la dernière tripartite tenus à 90%, selon Sidi Saïd
Le S. G de l’UGTA a affirmé, en marge de la cérémonie de signature d’un accord de partenariat entre l’Algérie et le FME que les engagements de la dernière tripartite ont été réalisés à 90%. Cet un exploit, en deux ans, insistera-t-il, avant de poursuivre qu’une commission est installée pour faire avancer les dossiers en suspens. Il soutiendra également, s’exprimant sur la prochaine tripartite, il dira que celle-

Conférence de presse
L’ambassade de Belgique organise le 12 janvier à 17 h en ses locaux une conférence de presse pour une présentation d’un nouveau moyen de communication qui sera présenté par son concepteur, M. Pierre Guilbert.

Le numéro 4 de la revue « Ettahadi » est sorti

Demain et après-demain, à la salle Atlas d’Alger

L e s d é f i s d u p ro g r a m m e quinquennal au menu
Publication du « Club de presse des amis du Président Abdelaziz Bouteflika », la revue «Ettahadi», parrainée par le quotidien national Akhbar El Youm, vient de sortir son quatrième numéro, consacré aux défis du programme quinquennal 2010/2011. Belle présentation, ce n°4 d’Ettahadi ne manque pas d’intérêt également sur le plan du contenu, considérant les nombreux thèmes traités, se rapportant à la réconciliation nationale, la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011 » et la réaction des médias marocains face au drame sahraoui, notamment. D’autres sujets non moins importants, portant sur la lutte contre la corruption et le crime organisé, la judaïsation de la ville sainte d’El Qods, la vie et l’œuvre du défunt savant religieux cheikh Abderrahmane El Djilali et les manifestations historiques du 11 Décembre 1960, figurent aussi dans ce numéro d’Ettahadi, distribué gratuitement, accompagné d’un poster du Président de la République Abdelaziz Bouteflika, à l’occasion du 2ème anniversaire de la création de ce club de presse.

Aït Menguellet en concert
Le chanteur Lounis Aït Menguellet se produira demain et après-demain, à la salle Atlas d’Alger, a indiqué à Paris son coordinateur artistique, Farid Ouahmed. « C’est pour répondre à une grande partie de son public qui n’a pu assister à la prestation du chanteur dans la même salle en septembre dernier que ces galas ont été organisés », a-t-il souligné. C’est la troisième fois que le chanteur compositeur se produit à la salle Atlas en l’espace d’une année. En février 2010, il signait son retour sur la place algéroise après une absence de plusieurs années. Sa dernière prestation dans cette prestigieuse salle remonte au Ramadhan. Le dernier album de Lounis Aït Menguellet est intitulé «Tawrict Tachebhant » (feuille blanche) dans lequel, il chante l’amour et la raison.

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Nation
Déclaration de politique générale du gouvernement devant le Conseil de la nation

3

Ouyahia répondra ce matin aux membres du Conseil de la nation
Le développement économique, la relance de la croissance, l'amélioration des conditions de vie des citoyens seront aujourd’hui au menu de l'intervention du Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, devant le Conseil de la nation pour répondre aux préoccupations des membres de ce Conseil sur la Déclaration de politique générale du gouvernement, présentée dimanche. Le bilan d'activités du gouvernement couvre la fin du programme quinquennal 20052009 et le lancement du second (2010-2014), qui prévoit une très confortable enveloppe budgétaire de 286 milliards de dollars, soit près de 156 milliards de dollars (11.534 milliards de dinars) d'investissements publics "neufs", et 130 milliards de dollars (9.700 milliards de dinars) pour l'achèvement de projets du programme quinquennal 2005-2009. Dans son exposé, M. Ouyahia avait souligné que "le rétablissement de la sécurité et l'instauration de la concorde civile, puis de la réconciliation nationale, constituent les réalisations fondamentales de notre pays durant cette décennie". Il a soutenu également que "le terrorisme a été vaincu grâce à l'engagement exemplaire de l'Armée nationale populaire, des forces de sécurité et des citoyens volontaires", un engagement qui, a-t-il dit, a été "conforté par le choix du peuple pour la paix et la réconciliation nationale que le gouvernement s'est attelé à mettre en œuvre fidèlement". Le Premier ministre a affirmé, dans ce contexte, que le doublement des effectifs de la police et de la gendarmerie nationales et la densification de leur déploiement complémentaire à travers le pays "ont permis de faire reculer la criminalité de plus de 30 % en quatre années". Abordant le thème de la consolidation de l'Etat de droit, il a rappelé qu'il a été le premier chantier ouvert, il y a dix années, à travers la réforme de la justice, avec comme objectifs le renforcement de la protection des droits et libertés et le raffermissement de la protection du patrimoine public et de l'intérêt général. Le chef de l'exécutif a, en outre, mis en exergue les nouvelles dispositions législatives relatives à la lutte contre la corruption, à la répression du trafic des changes et au renforcement du rôle de la Cour des comptes, notamment. Le Premier ministre a évoqué, aussi, la réforme du service public, rappelant que "d'importantes ressources sont consacrées dans le programme quinquennal d'investissements publics" pour la modernisation de l'administration et le renforcement du rôle des collectivités locales. Quant aux conditions de vie de la population, M. Ouyahia a affirmé qu'elles ont été "profondément redressées" au cours de la décennie qui s'achève par l'amélioration de la prise en charge sanitaire et la préservation du droit à la santé pour tous. Au volet de l'éducation nationale, il a mis l'accent sur la "forte progression" des résultats pédagogiques, la tendance "accrue" vers les sciences exactes et la généralisation de l'enseignement de l'informatique, insistant sur les progrès réalisés par l'université et sa réforme "profonde". Sur le plan économique, M. Ouyahia a affirmé que le développement économique national "doit d'abord compter sur les potentialités locales, publiques

et privées", tout en soulignant que l'Algérie dispose d'atouts importants pour réaliser ellemême son développement économique. "L'Algérie n'a pas besoin de privatiser pour assurer les équilibres de ses finances publiques", avait-il affirmé. Le chef de l'exécutif a relevé également la nécessité de "démultiplier"la participation de la sphère économique pour relancer la croissance, dans la mesure où la dépense publique d'investissements "ne sera pas toujours récurrente". Il a appelé, à cet égard, le capital privé national à s'engager davantage dans l'investissement productif, la création de richesses et d'emplois, et la par-

ticipation à la croissance. L'économie nationale constitue une "source de souveraineté et sa protection est un devoir collectif et non pas une simple question de lois", a-t-il encore estimé. Les débats après le passage du Premier ministre au Conseil de la nation ont été une occasion pour les membres du Conseil de faire part des préoccupations liées au développement local, notamment dans les domaines de l'habitat, de l'agriculture, des travaux publics et d'exprimer des inquiétudes quant au phénomène de l'émigration clandestine, ''la harga", du chômage et les réévaluations financières de projets, et les

sommes qu'elles coûtent au Trésor public. Pas moins de 96 membres du Conseil de la nation ont participé au débat général. Achevés lundi, à la faveur de l'intervention des présidents des groupes parlementaires, les travaux du Conseil de la nation reprendront aujourd’hui avec les réponses très attendues du Premier ministre. M. Ouyahia est attendu sur des questions aussi importantes que la bonne gouvernance, la lutte contre le terrorisme, la corruption, le chômage, l'emploi de jeunes, la relance de l'industrie, l'émigration clandestine ou les perspectives de développement économique.

Du dossier au terrain, aucun répit
Aujourd’hui donc, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, répondra aux questions soulevées par pas moins de 96 membres du Conseil de la nation après la présentation qu’il a faite de la Déclaration de politique générale du gouvernement, dimanche dernier, rappelons-le. Une intervention qui entre dans le cadre de l’exercice démocratique, confortant ainsi ce droit de regard sur les affaires du pays et sur son état, un droit d’autant plus affermi que les pertinentes questions soulevées par les membres du Conseil de la nation trouveront assurément une réponse claire, franche, et sûrement convaincante, dans le sillage de la transparence qui a prévalu dans la présentation de la Déclaration de politique générale. Des questions qui ont tourné essentiellement autour de la lutte contre le terrorisme, la corruption, le chômage et le phénomène de la “harga” ou encore les perspectives de développement économique, mais des interventions qui ont relevé également les importants progrès réalisés dans les différents domaines en matière de développement durant ces dernières années. Il est un fait évident que la donne a énormément changé au regard des mutations enregistrées dans le sillage de la dynamique imprégnée par l’application sur le terrain du programme de développement du Président de la République. Un programme qui a le mérite d’être global et dense ayant ouvert mille et un fronts dans cette véritable bataille, car c’en est une, menée sans relâche aucune contre le sous-développement et dont l’issue visée reste l’émergence de l’Algérie sur tous les plans. Comme toute guerre, ou dans toute bataille, il reste des poches et loin de baisser la garde ou de sonner l’hallali, l’effort reste maintenu car grande est la volonté et la détermination politique d’en venir à bout. Des efforts considérables ont été accomplis, des déficits ont été résorbés, mais il reste encore à faire tant il ne faut surtout pas l’oublier, l’Algérie est revenue de loin, de très loin, quasiment à genoux, en proie à une crise multidimensionnelle, les clignotants, pratiquement tous les clignotants au rouge. Le Président de la République a clairement souligné que l’Algérie ne se désengagera pas de la dimension sociale de sa politique, tout en mobilisant toutes les compétences et les ressources du pays pour asseoir une base économique et par là diversifier l’économie pour rompre avec la seule dépendance vis-à-vis des hydrocarbures. Les transferts budgétaires sociaux se taillent une grosse part dans le cadre du présent programme quinquennal. Dans ce contexte et pour parler à titre d’illustration du secteur de l’habitat, le Premier ministre a déclaré dimanche dernier devant les membres du Conseil de la nation que la politique de l’habitat sera encore poursuivie avec la même intensité avec la programmation de 2 millions de nouveaux logements, dont 1,2 million seront livrés à la fin 2014. C’est dire que l’engagement du Président de la République solennellement pris devant le peuple à l’entame de son premier mandat quant à l’amélioration de ses conditions de vie aura été largement tenu, Ouyahia ayant souligné à cet égard que « les conditions de vie de la population ont été profondément redressées au cours de la décennie qui s’achève par l’amélioration de la prise en charge sanitaire et la préservation du droit à la santé pour tous, entre autres ». L’autre front ouvert sur le plan économique nécessite une adhésion et un rôle accru des potentialités locales, le Premier ministre ne se complexe pas pour autant pour dire que ces potentialités demeurent dans le besoin cependant d’un apport qualitatif de l’étranger. L’Algérie s’apprête à lancer la réalisation de l’autoroute des hauts plateaux et de la rocade nord-sud, elle le fera avec des compétences entièrement nationales. Des compétences comme l’a relevé le ministre de tutelle qui ont vu leur nombre se multiplier et leur expérience s’accroître depuis le lancement du projet de l’autoroute Est-Ouest sur lequel ils ont travaillé aux côtés des techniciens et cadres étrangers. A.M.A.

Mercredi 22 Décembre 2010

4

Nation
15e journée nationale de la Normalisation

EL MOUDJAHID

La certification obligatoire, dès 2011, pour les entreprises de pose de canalisations d’AEP et de réseaux de gaz
● 118 produits certifiés à ce jour et un objectif de 1.000 normes à l’horizon 2014.
Enjeux capital dans toute stratégie économique, la certification est ce défi qui consiste à ériger l’entreprise au niveau des standards requis en matière de qualité du produit ou du service mais aussi de performance quant aux normes de gestion et de management. Des exigences qui s’avèrent indispensables pour l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise et la consolidation de son développement. La célébration, hier, de la 15e journée nationale de la Normalisation, sous le thème « la certification, la labellisation et le marquage au service de l’économie nationale » à l’hôtel El-Aurassi par l’Institut algérien de la normalisation (IANOR) a donné aux intervenants de souligner l’intérêt et l’importance de la certification dans la protection et le développement de l’économie nationale tout en soulignant les efforts déployés par l’Algérie dans le domaine en question. A ce propos, le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement a mis en évidence, la qualité comme étant « l’un des piliers de la stratégie de développement industriel, un outil de compétitivité, de préservation de l’économie nationale et de protection du consommateur ». M. Mohammed Bemeradi ajoutera dans le même sens que, notre pays doit prêter à ces deux impératifs, «tout l’intérêt qu’ils méritent et en faire le cœur de ses préoccupations ». Et d’ajouter, à ce titre que le gouvernement, étant conscient de l’enjeu qualité, a entrepris de consolider le système national de la qualité à la faveur d’un ambitieux programme de promotion de la qualité. Lancé en 2 000, ce plan axé sur la mise à niveau et l’accompagnement des entreprises industrielles, publiques et privées dans les domaines du management de la qualité par une assistance financière et l’harmonisation de la législation nationale en matière de normalisation et d’évaluation de la conformité a permis la certification de plus de 1 000 entreprises en 2010 a affirmé le ministre. Une démarche, expliquera t-il qui permet aux entreprises industrielles « de faire face aux défis induits par l’ouverture du marché » notamment à la concurrence des produits importés d’autant plus que l’Algérie s’achemine progressivement vers la levée des barrières douanières avec toutes les conséquences que cela induira sur l’outil national de production. Par ailleurs, ajoutera le ministre, le programme en question est censé contribuer à consolider les instruments de régulation et de contrôle par la conformité aux normes, aux règlements techniques et aux procédures d’évaluation de la conformité aux plans de la sécurité, de la santé des consommateurs et de l’environnement. M. Benmeradi a également rappelé que le gouvernement a engagé un programme de mise à niveau devant englober 20 000 entreprises pour un montant de 360 milliards DA. D’autre part, le gouvernement a mis en place, depuis 2 ans, un programme de soutien (financements et investissements nouveaux) au profit de 200 EPE à potentiel avéré pour une enveloppe de 600 milliards DA. Ces entreprises versées dans les secteurs du BTPH et les TP étaient en situation de désinvestissement depuis une trentaine d’années fera remarquer le ministre. Dans le même contexte, le ministre a rappelé que son département a initié un programme dont les objectifs consistent en la révision du dispositif légal et réglementaire relatif à la qualité et le renforcement des capacités des institutions de l’infrastructure qualité par la mise en place de laboratoires de métrologie primaire (Sidi Abdallah) et secondaires (Constantine et Ouargla) et le développement des organismes d’évaluation et de la conformité. Par ailleurs, le ministre a affirmé que le prix de la qualité permet aux entreprises de mesurer leurs performances et d’identifier les axes de leur développement futur sur la base des résultats obtenus. Aussi, vise-t-il à encourager les entreprises à renforcer leur compétitivité et à récompenser les efforts. Le DG de l’IANOR, a, pour sa part, mis en relief les actions accomplies par son organisme dans le domaine de la certification au titre de l’exercice 2010 et les projections retenues à moyen terme. M. Mohamed Chaoui Aïssaoui a, en outre réaffirmé la nécessité, pour les entreprises natio-

L’ENAP remporte le prix algérien de la qualité
● M. Hocine Henni P-DG : “Une consécration de longues années de labeur”.
Le prix national 2010 de la qualité est revenu à l’ENAP (entreprise nationale des peintures). Spécialisée dans la fabrication de peintures et colles pour les secteurs du bâtiment et de l’industrie, cette entreprise publique économique qui compte six unités de production d’une capacité de production de 150 000 tonnes de peintures et de 50 000 tonnes de produits semifinis (résines, émulsions et siécatifs) implantées à travers le territoire national, emploie 1 600 travailleurs et couvre 70% du marché national a déclaré son P-DG, M. Hocine Henni. « Ce prix traduit pour nous la consécration des longues années de labeur, de performances et de la rigueur » a-t-il déclaré à l’issue de l’annonce des résultats du comité d’évaluation des candidatures en lice pour ce prix soit huit sur un total de 26 candidatures. L’ENAP enregistre depuis 2007, une croissance annuelle de 5% de son chiffre d’affaires passant, ainsi, de 9,2 milliards DA en 2007 à 11,3 Mds DA en 2009 pour atteindre 11,8 Mds DA à la fin de l’exercice en cours selon les prévisions avancées par M. Henni. Aussi, les chiffres indiquent une valeur ajoutée de l’ordre de 4 milliards DA soit une croissance annuelle de 6%. Dotée d’un plan d’investissement de 2 milliards DA sur les trois prochaines années, l’entreprise est passée, depuis 2003 au système de management « version 2008 ». Le renforcement de sa position sur le marché national, la diversification de ses produits, la recherche de partenariats dans la branche et le développement à l’export sont les axes de la politique générale de l’entreprise qui a bénéficié d’un soutien financier de 2 millions de dinars à la faveur du prix arraché avec mérite. D’autres prix d’encouragement ont été remis à des entreprises en guise d’incitation à la persévérance. D. Akila

nale de s’inscrire dans la démarché de la certification en tant qu’élément de développement des capacités à la compétitivité et du label « qualité » dans un contexte miné par la contrefaçon et l’informel. Ainsi, l’année 2010 qui a enregistré le parachèvement des textes d’application de la loi relative à la normalisation et du décret exécutif de 1998 portant statut de l’IANOR et le lancement du projet de jumelage avec l’AFNORFrance a enregistré la publication de 600 normes. Le pôle Certification a recensé 22 nouvelles demandes de certification, réalisé 15 audits et octroyé la marque « Tedj » à 66 produits au profit de 6 entreprises soit 118 produits certifiés a déclaré l’intervenant qui a fait part de la signature de deux accords de coopération avec les organismes de normalisation espagnols et russe. Un projet d’accord avec l’organisme américain ASTM est en cours d’examen entre les deux parties à alors que des négociations sont engagées avec l’homologue libyen pour un accord de reconnaissance mutuelle en matière de certificats de conformité précisera M. Aïssaoui. Aussi, l’IANOR qui a initié une campagne de sensibilisation à l’adresse des entreprises quant à l’importance de la certification vise à atteindre 1 000 normes à l’horizon

2014 a-t-il indiqué. En matière de perspectives, l’IANOR compte créer cinq nouveaux comités techniques nationaux et intégrer dix comités internationaux en 2011. L’autre nouveauté est la norme 26 000 publiée en novembre 2010 qui fera l’objet de séminaires en 2011. Une norme qui s’imposera à l’échelle mondiale dans les domaines, social, politique et économique. Dans son allocution, le DG de l’IANOR a insisté sur la nécessité, pour notre pays de s’aligner sur les normes internationales pour leur rôle dans le confortement de l’économie nationale. D’autre part, M. Aïssaoui a affirmé que « l’élaboration des normes ne suffit plus car c’est leur application qui compte le plus de par l’utilisation des techniques appropriées au premier dont la certification, la labellisation et le marquage. Et de préciser que si la certification est essentiellement appliquée pour les produits et services de large consommation et le marquage pour les produits présentant au danger de sécurité et/ou de santé publique, la labellisation est elle appliquée pour les produits de terroir dans un souci de protection de leurs particularités et de leurs spécificités et afin de les faire connaître. D. Akila

Projet de ville Nouvelle de Boughzoul

Don de 8,2 millions de dollars du FME
Le ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement et la directrice générale et présidente du Fonds Mondial de l’Environnement, M. Chérif Rahmani et Mme Monique Barbut ont présidé, hier, la cérémonie de signature d’un accord de financement par le Fonds d’un projet d’assistance pour le développement des énergies renouvelables et l’économie d’énergie, qu’abritera la nouvelle ville de Boughzoul, dans le cadre de la mise en œuvre du Schéma national d’aménagement du territoire à l’horizon 2030, pour lequel il sera mobilisé prés de 20 millions de dollars, dont 8,2 millions sous forme de contribution de donateurs et du Programme des Nations Unies pour l’environnement et ce, en présence de cadre des secteurs de l’environnement mais également de l’énergie et des mines. Intervenant à cet effet, M. Chérif Rahmani a tenu à mettre en exergue l’émergence aujourd’hui, de nouvelles villes qui se caractérisent par leur aspect, en termes d’architecture mais aussi de projets de développement qui tiennent compte de la nature des énergies utilisées pour la préservation des ressources naturelles. Il soulignera, ainsi , qu’il est désormais indispensable d’aller au-delà des barrières financières, techniques, informationnelles et autres, dans le cadre de la politique intégrée de la ville. Le ministre s’exprimant sur la nouvelle ville de Boughzoul, relèvera que son département a élaboré un master plan avec des compétences, prévoyant l’occupation du sol et l’intégration de l’efficience énergétique dans la construction, avant de poursuivre que ce dernier s’articule par ailleurs sur la mise en place d’ouvrages adéquats pour la protection de la ville contre les catastrophes naturelles, sans omettre la création autour de la ville d’une agriculture qui constituera une sorte de ceinture verte susceptible de réduire les émissions du gaz carbonique. Ces nouvelles villes, insistera- t-il, sera un lieu de transfert de savoir-faire, par excellence de « production » de PME, invitant ainsi les investisseurs nationaux et internationaux à s’impliquer dans les projets de nouvelles villes de Sidi Abdellah, de Goléa, Hassi Messaoud et Boughzoul, dans le cadre d’un partenariat fructueux. Le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement évoquera par ailleurs, le rôle que revêtent les nouvelles villes, face au boom démographique et l’urbanisation effrénée qui touchent essentiellement les grandes villes – cas d’Alger qui abritera, durant les prochaines années une population de 14 millions, d’où l’importance aujourd’hui, de procéder à l’extension de l’espace urbain, à travers la création de nouvelles villes pour désengorger les grandes métropoles. Dans le même sillage, le S. G du ministère de l’Energie et des Mines, précisera que son département a soumis au gouvernement un programme pour le développement des énergies renouvelables, à court, moyen et long termes. Ce même programme, initié dans le cadre d’une stratégie qui met en point de mire l’efficacité énergétique, la préservation de l’environnement prévoit ainsi trois étapes, à savoir 2011/2013 pour la réalisation de projets pilotes, 2013/2014, pour le lancement de projets à travers le pays et enfin 2014/2015 qui sera consacrée au déploiement d’actions à grandes échelles, avec des formations dans le domaine technologique pour la ressource humaine. La directrice générale du Fonds Mondial pour me l’Environnement, M Barbut rappellera pour sa part que le fonds qui est à sa 5e reconstitution, caractérisée par une augmentation de ses ressources à hauteur de 60%, se veut un mécanisme officiel de la mise en œuvre des différentes conventions ratifiées sur les changements climatiques, les produits chimiques et autres, avant de poursuivre que le fonds est doté de 3 ,4 Milliards de dollars, dont 1 milliard pour l’adaptation aux conséquences des changements climatiques. Mme Barbut qui soulignera, la contribution de donateurs de pays émergents au financement du fonds, reviendra sur le partenariat avec l’Algérie qui ne date pas d’hier, rappelant que cette coopération est sanctionnée par un don d’une valeur de 12 millions de dollars pour la préservation du parc qui sera suivi par autre initiative pour la protection des écosystèmes du désert qui sera élargie à d’autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient mais aussi la protection de la biodiversité

biologique et les changements climatiques, notamment à travers une approche plus efficace. S’agissant du projet de la nouvelle ville de Boughzoul, la directrice générale du FME, annoncera que le fonds suit de manière particulière ce dernier, au regard de son importance d’autant plus qu’une ville de cette taille est à même de générer prés d’un million de tonnes de gaz à effet de serre, d’où l’intérêt de réconcilier à travers ce projet le développement local aux enjeux environne-

mentaux, sachant que l’objectif recherché est d’arriver à 0 carbone dans nos villes. Il est à rappeler que cet accord de partenariat entre l’Algérie et le FME pour favoriser le transfert de technologies propres au profit de la ville nouvelle de Boughzoul permettra d’introduire les meilleures pratiques architecturales, la promotion de la recherchedéveloppement et enfin son adaptation aux effets négatifs des changements climatiques. Samia D.

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Nation
Programme présidentiel 2010-2014

5

La croissance, un des objectifs majeurs du quinquennat
L
a croissance demeure au cœur des priorités dans la politique du Président de la République. C’est même un objectif majeur du programme quinquennal 2010-2014. Dans sa vision prospective, la construction d’une économie productive se fraie une place de choix. Sur le terrain, la dynamique nationale créée par le programme du Président participe à mettre le pays sur la voie du développement pérenne. Les programmes d’équipement et de modernisation participent aussi de la détermination affichée chez le chef de l’Etat de résorber les déficits et répondre aux attentes sociales. Toutes les potentialités sont ainsi mobilisées pour mettre en place les assises du développement national. Il faut rappeler qu’à la faveur du processus enclenché, un intérêt singulier va au développement du grand Sud et des hauts plateaux. Cela à l’ombre d’une politique d’équilibre régional qui puisse concrétiser l’équité dans l’implantation des projets de développement et conférer à ces régions un rôle dans le processus de développement global. Il n’est pas besoin de dire que tous les projets de développement sont entourés de toute l’attention requise du Président, animée d’une volonté déterminée à soutenir et impulser le développement. Au cours de toutes les réunions qu’il a présidées , le chef de l’Etat réitère ses instructions à l’endroit de l’exécutif invité à s’ingénier pour traduire dans les faits les objectifs du développement d’autant plus qu’il a toujours affiché une détermination à tenir tous ses engagements particulièrement ceux ayant un rapport direct avec la prise en charge des besoins multiples des citoyens. La stratégie mise en œuvre pour concrétiser le développement est ambitieuse. Le président veut venir à bout de la problématique du chômage, de la crise du logement et particulièrement l’éradication de l’habitat précaire, parallèlement aux objectifs sous tendus par la politique économique et sociale poursuivie durant ce quinquennat avec la même détermination que par le passé récent. Les résultats enregistrés dans ces domaines consti-

60 millions d'ouvrages scolaires produits par l'Algérie en 2010
Soixante millions d'ouvrages scolaires ont été produits, et imprimés par l'Algérie en 2010 puis distribués au niveau des différents établissements scolaires, a indiqué hier, à Tunis le ministre de l'Education nationale, M. Boubekeur Benbouzid. Dans une déclaration à l'APS en marge des travaux de la 20e session de la conférence générale de l’organisation arabe pour l'éducation, les sciences et la culture (ALECSO), M. Benbouzid a souligné que l'année 2010 a été marquée par l'impression de 60 millions d'ouvrages scolaires répondant aux normes scientifiques et techniques internationales. Ces ouvrages d'un niveau éducatif et pédagogique très élevés ont été distribués au niveau des différents établissements scolaires à travers le pays et remis à 50% des élèves à titre gracieux, a ajouté le ministre. Le ministre de l'Education a exprimé le soutien de l'Algérie à la proposition de la délégation syrienne pour l'organisation, à Damas, du Salon arabe du livre scolaire. S'agissant des délibérations de la conférence générale de l'Alecso, M. Benbouzid a indiqué que l'Algérie et la Tunisie ont été désignées vice-présidentes de la conférence générale de l'Alecso ajoutant que l'Algérie a également été élue membre de la commission d'inspection et de contrôle de l'institut des recherches et études arabes, sis au Caire, avec l'Arabie Saoudite et la Jordanie. Créé en 1952 et relevant de l'Alecso, l'institut avait pour objectif d'approfondir les recherches et les études en matière d'enseignement et de culture avant de se détourner de sa vocation pour s'intéresser à la formation et l'octroi de hauts diplômes (magister et doctorat), a tenu à rappeler M. Benbouzid. A cet effet, la conférence générale de l'Alecso a décidé la formation d'une commission d'inspection et de contrôle afin que cet établissement scolaire puisse reprendre les missions et prérogatives qui lui sont assignées.

tuent la preuve irréfutable que les promesses du Président de la République seront tenues, et que l’Algérie viendra au bout de la crise du logement persistante en dépit des efforts de l’Etat consentis depuis l’indépendance. Les pouvoirs publics n’ont pas ménagé les moyens nécessaires pour atteindre ce but stratégique. Les réalisations accomplies dans plusieurs domaines et qui seront consolidées par d’autres acquis à la fin du quinquennat placeront

assurément l’Algérie en position de faire face aux grands enjeux de l’heure. C’est que le pays est à une étape déterminante pour son devenir. Et, c’est conforté par des résultats engrangés à l’ombre du programme présidentiel ayant préparé toutes les conditions d’un nouveau départ vers la modernisation de l’Etat et de son économie, que le pays s’attelle à prendre le train du développement durable. S. Lamari

Un projet de loi pour réguler la promotion immobilière

Des fondations plus solides
Sur les 25.000 promoteurs immobiliers enregistrés, ils sont moins de 2.000 à exercer réellement.

L

e constat est assez consternant. Sur les 24.000 entreprises qui activent sur le marché national de la construction, 400 entreprises seulement disposent de moyens matériels conséquents pour honorer leurs engagements. Et c’est pour mettre de l’ordre dans cette vaste activité et définir les responsabilités de chacun des intervenants, qu’un projet de loi sur la promotion immobilière est en cours d’élaboration. La nouvelle loi sur la promotion immobilière sera plus sévère à l’encontre des fraudeurs, et de tous ceux qui n’auraient pas les moyens et la capacité de tenir les engagements. C’est du moins ce qu’a assuré récemment, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa. Le ministre, qui s’exprimait en marge de l’AG du Fonds de garantie et de caution mutuelle de l’immobilier (FGCMPI), a affirmé que ce projet de loi, qui sera soumis incessamment à la Commission de l’habitat au niveau de l’Assemblée populaire nationale (APN), prévoit la mise en place d’ « un dispositif de contrôle ».

Parmi les nouvelles dispositions en préparation, il est question de mettre des balises dès l’octroi de l’accord pour l’accès à cette activité. Un agrément sera nécessaire, au terme du nouveau cadre légal, afin d’exercer l’activité de promoteur. Cet agrément, délivré par l’administration du secteur de l’habitat, sera exigible dans le dossier de registre du commerce pour les nouveaux entrants. La promotion immobilière va être donc recadrée, et cette nouvelle loi, dont il a été beaucoup question lors de l’assemblée générale du Fonds de garantie et de caution mutuelle de l’immobilier (FGCMPI), prévoit aussi de procéder à la révision de la liste des promoteurs déjà inscrits. 25.000 promoteurs immobiliers sont répertoriés au registre du commerce dont 330 étrangers. Des étrangers issus de 14 pays tels que la Chine, la Turquie, l'Egypte et la Tunisie. Sur les 24.889 entreprises de promotion immobilière, 17.240 ont un statut juridique de personnes physiques et 7.649 un statut de personnes morales. Les dispositions du nouveau

texte de loi visent clairement à en réduire le nombre jugé anormalement élevé par le directeur du FGCMPI. C’est « la multiplication des opérations de promotion sans émargement au fonds de garantie » qui a poussé à ce recadrage, selon Mouloud Dehal. Une première liste, comprenant des dizaines de promoteurs qui ne le sont pas du tout, à l’origine, a été établie par le Fonds. « Le FGCMPI, qui enregistre régulièrement des cas de fraude, rendra publique une nouvelle liste noire en janvier prochain », a annoncé le directeur du fonds. « Il s’agit justement de promoteurs non souscrits au Fonds et qui arnaquaient leurs clients en leur vendant des logements sur plan, en violation du dispositif légal. Les victimes de cette arnaque, a-t-il expliqué, n’ont pas demandé aux promoteurs, un contrat devant notaire. Un document, selon ses termes, qui a la valeur juridique d’un titre de propriété. Mouloud Dehal a affirmé qu’aucune « défaillance » n’a été enregistrée parmi les adhérents du FGCMPI. Les acquéreurs arnaqués n’ont pas

d’autre solution pour récupérer leur argent que celle de saisir la justice. Selon lui, ''faute de moyens conséquents, les entreprises nationales gagneraient en se constituant en groupes capables de construire de gros œuvres''. Relevant que le Fonds a réalisé un excédent de 650 millions de dinars en 2009, M. Dehal a précisé que son établissement s'est porté garant pour le lancement de 3.060 projets ayant permis la construction de 228.000 logements, totalisant une surface de plus 390.000 m2. Le montant global de ces garanties, effectuées entre 2000 et 2010, dépasse les 110 milliards de dinars, a-t-il ajouté. Lancé en août 2000, le FGCMPI compte actuellement 1.410 membres dont 1.100 promoteurs privés. Des promoteurs qui eux, aussi, dénoncent les nombreux problèmes inhérents à l’exercice de leur activité, tel que le manque de ressources financières et de matériaux de construction, ainsi que la rareté des assiettes foncières. Amel Zemouri

Chlef

810 foyers raccordés au réseau de gaz de ville
Huit cent dix foyers ont été raccordés au réseau de gaz de ville durant l’année 2010 dans la wilaya de Chlef, a-t-on indiqué hier à la Direction des mines et de l’industrie (DMI). Ces raccordements ont bénéficié notamment aux communes de Chlef, Ténès, Ouled Farès et Sidi Akacha, note la même source en relevant que cette opération a nécessité la pose de pas moins de 26.5 km de conduites. Cette opération sera renforcée, en 2011, avec le raccordement de 3.288 autres foyers répartis sur les différentes communes de la wilaya, ajoute la même source en signalant que les travaux sont en cours d’exécution. L’enveloppe destinée à la réalisation de ce programme se chiffre à 900 millions de dinars, a-t-on affirmé à la DMI en précisant que l’opération en question fait partie du programme quinquennal 2010/2014 qui prévoit pour la wilaya de Chlef le raccordement au réseau de gaz de ville d’un total de 24.000 foyers pour un coût global de 4.5 milliards de dinars. S’inscrivant dans le cadre des efforts de l’état visant l’amélioration des conditions de vie de la population locale, ce programme vient consolider les actions concrétisées au titre du précédent quinquennal. A la fin de l’année 2009, 30.000 foyers ont été raccordés au réseau portant ainsi à 110.000 foyers le nombre global de raccordements au niveau de la wilaya, dont près de 50 % l’ont été à partir de l’année 2000, rappelle-t-on.

Université-formation

La reconduction de la formation du certificat d'aptitude à la profession d’avocat pas du ressort de l’université

L

a formation pour l’obtention du certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA), ouverte habituellement au niveau de l’université pour les licenciés en droit "ne peut être reconduite par l’université qu’à la demande du ministère de la justice et garde des sceaux", a affirmé, hier, le vice recteur chargé de la pédagogie de l’université de TiziOuzou. ''Le rôle de l’université, dans la préparation du CAPA, se limite à dispenser cette formation aux postulants, en application d’une convention passée entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et son homologue de la justice", a précisé M. Mitiche, qui répondait aux préoccupations émises par des étudiants de la faculté de droit de Boukhalfa, entres en grève au

début de décembre courant, revendiquant l’ouverture, au sein de la faculté de droit de l’UMMTO, d’une formation CAPA. S’agissant d’une seconde revendication des étudiants de la même faculté, relative au "gel" des inscriptions au magister dans la filière des sciences juridiques, ce responsable a fait remarquer que ''cette décision a été prise par la commission nationale d’habilitation des études de post-graduation, qui a subordonné la levée de cette mesure à l’assainissement des listes des étudiants en instance de soutenance du mémoire de magister''. "Ce gel est également motivé par le fait qu’un enseignant de rang magistral ne peut encadrer, tout au plus, que quatre magistrants, nombre allégrement dépassé actuellement dans de

nombreux cas, au risque de se répercuter négativement sur la qualité de l’encadrement ", a-t-il soutenu. En attendant l’aboutissement de cette opération d’assainissement des anciennes listes des inscrits au magister, l’université de Tizi-Ouzou vient de procéder, selon la même source, à l’inscription d’une cinquantaine d’étudiants en master en sciences juridiques, parmi des détenteurs d’une licence dans cette filière, et ce en application d’une circulaire ministérielle numéro 6, datée du 11 octobre dernier, relative à l’inscription aux études de master, au titre de l'actuelle année universitaire. Concernant la préparation du diplôme de doctorat système LMD, le vice recteur chargé de la pédagogie a relevé l’inscription, cette année, de 32 candidats parmi des détenteurs du master,

dans les domaines des sciences et technologie, filières génie civil (12) et génie électrique ( 20). L’ensemble de ces doctorants sont encadrés par des enseignants de rang magistral, et sont rattachés à des laboratoires de recherche agrées à cet effet, condition essentielle d’habilitation de cette formation du troisième cycle, est-il souligné. Evaluant, par ailleurs, l’introduction du système LMD au sein de cette université, comptant plus de 45.000 inscrits en cycle de graduation, ce responsable a fait état d’un taux de 38 p.c des étudiants ayant opté pour ce nouveau régime des études supérieures, en signalant, au passage, "la possibilité offerte aux étudiants du système classique d’intégrer le LMD, pour peu qu’ils aient leurs acquis validés ".

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Nation
Elevage
(CCLS), les éleveurs, les chambres d'Agriculture, les Directions des Services Agricoles (DSA) et les ERIAD, précise le communiqué. Au cours de cette rencontre de concertation, le ministre a par ailleurs annoncé "l'ouverture des points de vente des aliments de bétail et leur rapprochement des zones d'élevage", ajoute le communiqué. Le premier responsable du secteur a également fait état de "la généralisation des opérations de concassage de l'orge et d'ensachement notamment au niveau des unités de l'Office national de l'aliment du bétail (ONAB)". M. Benaïssa a exprimé en outre sa "disponibilité de travailler de concert avec les professionnels de la filière afin d'améliorer et de répondre aux besoins croissants de la population", indique-t-on de même source. De leur côté, les éleveurs ont mis l'accent sur "la nécessité d'une meilleure organisation de l'approvisionnement afin d'éviter la spéculation sur l'aliment du bétail". Le ministère rappelle à l'occasion le lancement, dans le cadre de la politique du Renouveau agricole et rural, d'un programme de développement de la production des viandes rouges qui repose, notamment, sur la dynamisation du programme de mise en défens des parcours steppiques, l'extension des superficies consa-

7

Création d'un Comité de coordination régional pour assurer les aliments du bétail
Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural M. Rachid Benaïssa a annoncé hier, lors d'une rencontre avec des éleveurs ovins des zones steppiques, la création d'un Comité de Coordination régional chargé d'assurer l'approvisionnement régulier des éleveurs en aliments de bétail, a indiqué un communiqué du ministère. Ce Comité regroupera, notamment, les coopératives de Céréales et de Légumes Secs crées aux plantations pastorales, l'aménagement et la création de points d'eau, la couverture sanitaire et l'approvisionnement en intrants et aliments de bétail. Cette rencontre avec les éleveurs fait suite à celles tenues avec les professionnels des différentes filières agricoles, "dont l'organisation répond au souci de favoriser le dialogue direct et d'améliorer la sécurité alimentaire en Algérie", souligne le communiqué.

Energie

Alnaft décale au 17 mars 2011 l'ouverture des offres du 3e appel pour l'exploration des hydrocarbures en Algérie
L'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) a décalé au 17 mars 2011 l'ouverture des offres du 3e appel d'offre d'exploration des hydrocarbures au lieu du 3 mars initialement prévu. "La remise et l'ouverture des offres du 3e appel à la Concurrence national et international pour les opportunités de recherche et d'exploration des hydrocarbures sont décalées au 17 mars'', indique Alnaft sur le site du ministère de l'Energie et des Mines. La signature des contrats de recherche et d'exploitation des périmètres qui seront attribués lors de cet appel d'offre a été reportée quant à elle au 30 septembre 2011, ajoute la même source. Contacté par l'APS, le président du comité de direction d'Alnaft, M. Sid Ali Betata, a précisé qu'il s'agissait d'un décalage de la date d'ouverture des offres, induit par l'étalement des sessions des ''Data Room'', et non pas d'un report. ''La prolongation de ces sessions jusqu'au 26 décembre 2010 a été rendue nécessaire par le besoin de faire participer de nouvelles entreprises étrangères, qui ont demandé à prendre part à cet appel d'offres'', a indiqué le PDG d'Alnaft. De nouvelles compagnies ont été ainsi pré qualifiées par Alnaft pour participer à cet appel d'offres, notamment l'indonésienne ''Petramina'' et l’omanaise ''Petrogaz'', a-t-il fait savoir. Alnaft avait également revu le statut de certaines compagnies soumissionnaires à l'instar de l'Emiratie ''Danagas'', qui a été acceptée comme opérateur-investisseur, alors qu'elle a été retenue lors de la manifestation d'intérêt comme investisseur. Un peu plus de la moitié (45 compagnies) des 85 pré-qualifiées, avaient manifesté le 30 septembre dernier leur intérêt pour cet appel d'offres, dont certaines d'entre elles sont habituées à investir en Algérie tels que BP, Shell, Total et Chevron. Alnaft avait également répondu positivement à la doléance de certaines entreprises, qui l'ont sollicitée pour prolonger les ''Data Room'' afin de pouvoir prendre part à toutes les présentations sur les périmètres proposés à la recherche et à l'exploration. "Notre intérêt est de voir plus de compagnies soumissionner et participer à ce troisième appel d'offres", a précisé M. Betata. L'investissement dans l'exploration des hydrocarbures en Algérie a pâti des effets de la crise économique mondiale. Seulement 7 périmètres des 26 proposés à l'adjudication ont été attribués au titre des deux premiers appels d'offres. L'Algérie avait annoncé, fin novembre dernier, par la voie de son ministre de l'Energie et des Mines, qu'elle allait, à travers de nouvelles actions, intensifier l'exploration et les investissements dans les hydrocarbures pour assurer sa sécurité énergétique.

Energies renouvelables :

Les lauréats de la meilleure publication scientifique récompensés
Les lauréats de la meilleure publication scientifique en énergies renouvelables et hydrogène de l'année 2010 ont été récompensés hier à Alger par le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER). Les prix décernés interviennent dans le cadre de la célébration de la traditionnelle journée du Solstice d'hiver (21 décembre) , date qui marque la journée la plus courte de l'année. Ainsi, le Dr Mellit Abed, de l'université de Jijel, s'est vu attribuer le prix de la meilleure publication du Solstice d'hiver de l'année 2010 pour ses travaux sur l'optimisation et le contrôle des systèmes photovoltaïques. Le prix de la meilleure réalisation est revenu, quant à lui, au Dr Noureddine Moummi, de l'université de Biskra, qui a réussi à mettre au point un dispositif utilisant les énergies renouvelables dans le domaine de la climatisation. De son côté, le Dr Fatma Zohra, de l'université d'Oran, s'est adjugée le prix d'encouragement pour avoir réalisé des études expérimentales sur les énergies photovoltaïques, alors que le prix honorifique de l'année 2010 a été décerné au Pr Belkacem Draoui, de l'université de Béchar. D'autre part, un prix d'encouragement a été attribué à l'équipe qui travaille sur le projet relatif à l'efficacité énergétique et l'utilisation de l'énergie solaire dans le secteur du bâtiment. Des chercheurs admis à la retraite ont été, pour leur part, honorés en reconnaissance de leurs travaux et contributions au développement des énergies renouvelables. M. Maïouf Belhamel, directeur du CDER, a souligné à cette occasion, que la prise en charge de l'évaluation scientifique est "délicate" et exige une "attention tout à fait particulière". Cette évaluation conditionne, dans une très large mesure, a-t-il expliqué, "la qualité, le sérieux et la crédibilité". Au sujet des prix décernés, il a indiqué que ces récompenses sont attribuées chaque année pour "encourager les contributions scientifiques et technologiques les plus remarquables en énergies renouvelables sous toutes leurs formes". Le directeur de la valorisation au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Labed Seifeddine, a annoncé le lancement, à partir de l'année prochaine, d'un concours sur le produit le plus valorisant pour encourager l'innovation dans le domaine de la recherche scientifique. "Il s'agit d'établir des passerelles entre les produits de la recherche et la sphère socio-économique pour rétablir la relation de confiance qui doit exister entre le monde académique et le secteur industriel", a-t-il souligné.

Commerce

Un marché de gros pour la wilaya d’El Tarf
Un investissement de 106 millions de dinars a été consenti pour la réalisation d’un marché de gros des fruits et légumes dans la wilaya d’El Tarf, a-t-on indiqué à la direction du Commerce et des prix (DCP). Inscrite au titre du programme quinquennal 2010-2014, cette réalisation constitue "l’une des priorités de ce secteur névralgique qui connaît un regain certain d’activité" et permettra de "moraliser les pratiques commerciales et de lutter contre les dépassements constatés", a-t-on noté. Pour l’heure, a-t-on rappelé, les commerçants en fruits et légumes de la wilaya s’approvisionnent dans les marchés de gros des wilayas limitrophes, ce qui "répercute inéluctablement par une augmentation excessive des prix de vente aux consommateurs en raison, notamment, des longs déplacements et des frais de transport’’. Pour les responsables de la DCP, cette infrastructure "vient à point nommé pour mettre un terme aux contraintes rencontrées par certains mandataires du marché local Hellala-Aïssa’’ qui fait office de marché de gros, géré par la représentation locale de l’Union générale des commerçants et artisans. Dans le même cadre, la DCP a bénéficié d’un projet de réalisation d’un laboratoire pour le contrôle de la qualité et de deux marchés couverts. Ces trois infrastructures, à réaliser au chef-lieu de wilaya, à El Kala et à Dréan, sont dotées d’une enveloppe financière globale de 186 millions de dinars, selon la même source.

Chlef

2.700 emplois créés dans le secteur des forêts
Quelque 2.700 emplois ont été créés dans le secteur des forets de la wilaya de Chlef durant l’année 2010 à la faveur des programmes de développement accordés à la wilaya, selon un bilan de la conservation des forêts. Ces emplois ont été générés grâce à la concrétisation des opérations de développement affectées à la wilaya dans le cadre du programme de consolidation de la croissance économique (PCCE) et du programme de proximité et de développement rural intégré (PPDRI), a expliqué la même source, qui fait état dans ce sens d’une évolution estimée à plus de 200 postes d’emploi par rapport à l’année précédente. Ce nombre sera consolidé davantage en 2011 avec la réalisation prévue de 41 projets de proximité au titre du PPDRI et 7 autres opérations du PCCE, a noté la même source, en relevant l’impact de ces programmes sur les plans socio économique et environnemental des zones rurales concernées. En plus du désenclavement et la stabilisation de la population, les actions prévues au titre de ces programmes permettent également une amélioration des conditions de vie de la population rurale sachant, a-t-on relevé de même source, que la population ciblée par le PPDRI est estimée à plus de 250.000 habitants.

Jijel

Des résultats positifs attendus du programme de réhabilitation des infrastructures agricoles
Des "résultats positifs" devraient couronner l’action de réhabilitation et de redéploiement menée à Jijel au niveau des infrastructures agricoles et rurales "inutilisées ou sousexploitées", a estimé lundi le directeur des services agricoles (DSA). Outre la création d’une centaine de nouveaux emplois, le secteur agricole enregistrera, à la faveur de cette opération d’envergure, un gain de 1,11 million de litres de lait et des productions de 456 quintaux de viandes rouges et de près de 6.000 quintaux de viandes blanches, selon le même responsable. Les activités concernées dans ce programme sont au nombre de 27 pour l’élevage bovin laitier, de 37 pour l’aviculture de chair et de 8 pour l’élevage ovin. Cette opération, conduite en exécution de l’instruction ministérielle du 14 décembre 2009, a récemment donné lieu, à Jijel, à la tenue d’un atelier auquel avaient pris part les différents opérateurs impliqués dans la mise en œuvre de ce programme. Ce dernier porte, rappellet-on, sur la réhabilitation de 72 unités implantées dans 17 communes de la wilaya, pour un coût total de plus de 152 millions de dinars.

Mercredi 22 Décembre 2010

8

Coopération
L’ambassadeur des USA en visite dans le Hoggar
S'exprimant lors d'un point de presse animé en marge de cette visite, l'ambassadeur américain a souligné que son pays "œuvre au développement et à l'élargissement des opportunités de coopération, dans tous les domaines, avec l'Algérie, de sorte à promouvoir les différents volets de la coopération bilatérale". M. Pearce s'est félicité également de l'opportunité que lui a offert cette visite pour "découvrir et apprécier différentes spécificités caractérisant la région, notamment son patrimoine culturel et sa biodiversité". Le diplomate américain, qui a émis le souhait de voir se développer davantage les échanges culturels entre l'Algérie et les Etats-Unis, a annoncé la programmation d'une visite prochaine d'une troupe musicale américaine dans la wilaya de Tamanrasset. L'ambassadeur américain a en outre mis à profit sa visite dans cette région pour rencontrer les autorités locales et des notables de la région de l'Ahaggar avec lesquels il a évoqué les potentialités en matière de développement. Il s'est rendu, d'autre part, au centre universitaire 'Hadj Moussa Akhamoukh de Tamanrasset, où il a pris connaissance de certaines activités scientifiques dispensées par cette institution, et échanger des propos avec des étudiants sur l'importance de la langue anglaise dans la recherche scientifique. Le musée du parc national de l'Ahaggar à Tamanrasset a fait l'objet d'une visite du diplomate américain qui a pris part aussi à une réception organisée en son honneur par l'association culturelle ''Pour

EL MOUDJAHID

Algérie-France

“La situation sécuritaire à Tamanrasset est bonne”
L'ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, M. David Pearce, a affirmé hier à Tamanrasset que la situation sécuritaire dans cette ville était "bonne" et que la lutte contre le terrorisme est du ressort des Etats de la région. S'exprimant en marge d'une visite effectuée dans la wilaya de Tamanrasset, dans le cadre de tournées dans différentes régions du pays pour une "meilleure connaissance" de l'Algérie, le diplomate américain a souligné que la situation sécuritaire dans la région de Tamanrasset était "bonne", avant d'ajouter que "la lutte contre le terrorisme relève du ressort des Etats de la région". Il a, par ailleurs, évoqué les "importantes potentialités" touristiques que recèle cette région de l'extrême Sud algérien, ainsi que les perspectives de l'activité touristique dans la région, au cours d'une visite à une agence de voyages locale.

Des experts en prospection à Boughezoul
Une équipe d'experts français effectuent une mission de prospection dans la ville de Boughzoul, sud de Médéa, pour examiner les opportunités d’investissement et de partenariat dans les domaines du développement durable et des énergies renouvelables, a indiqué hier le chef de daïra de Chahbounia. Cette mission de prospection s’inscrit, a-t-il souligné, dans le cadre des démarches entreprises par le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, initiateur de cette visite, en vue de promouvoir et de mettre en valeur les potentialités qu’offre ce "méga-projet de ville nouvelle en matière de développement durable et d’énergie renouvelable". Un exposé des opportunités d’investissement et de partenariat dans ces deux créneaux a été présenté, au cours de ce déplacement, auquel ont pris part des représentants du ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, des responsables de l’établissement de gestion de la ville nouvelle de Boughezoul et un groupe d’étudiants. Divers aspects en relation avec la préservation du riche patrimoine faunistique du lac de Boughezoul et son environnement immédiat ont également été passés en revue lors de cette visite, a-t-on ajouté.

l'Imzad". Une occasion pour lui de prendre connaissance de certains aspects du patrimoine culturel local de la région, à l'instar des genres musicaux du Tindi et de l'Imzad.

Office national du tourisme

Vers l’ouverture de représentations à l’étranger ?
Le directeur général de l’Office national du tourisme (ONT), M. Ahmed Bouchedjira, a déclaré que son organisme envisageait d’ouvrir des représentations à l’étranger dans les pays d’où provenait sa clientèle à savoir le marché européen, celui d’Asie, la Chine et la Corée et celui de la Russie. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire "Les Afriques", paraissant en trois éditions simultanément à Casablanca, Dakar et Yaoundé, le DG de l’ONT a indiqué que la promotion de la destination Algérie était construite sur une stratégie visant "l’accroissement et l’amélioration de l’offre hôtelière ainsi que la qualité et la compétitivité du produit dans l’objectif d’atteindre à l’horizon 2015, les deux millions et demi de touristes par an". Pour cela, a-t-il dit, "nous valorisons les nombreuses potentialités dont nous disposons sur l’ensemble du territoire à commencer par la biodiversité, en mettant en valeur les parcs naturels du Nord et Sud, le tourisme saharien, le tourisme culturel et le patrimoine antique". M. Bouchedjira a ensuite signalé que 49 entrepreneurs allaient investir dans 49 projets d’infrastructures touristiques avec, à la clé, près de 5.200 lits supplémentaires et la création de 77.000 emplois. Cette opération s’ajoutait aux 474 autres projets (pour 45.500 lits) concrétisés depuis 2008, date de l’adoption du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT), a-t-il précisé avant de souligner qu’"au total ce sont 523 projets qui ont été initiés pour une capacité supplémentaire de 50.600 lits dont près de 20.000 de catégorie haut de gamme et 80.000 emplois". Après avoir noté qu’en deux ans près de 70 % des objectifs de départ qui étaient fixés à 75.000 lits à l’horizon 2014 et à 110.000 emplois ont été réalisés. M. Bouchedjira à indiqué que dans le cadre de la stratégie de développement de l’activité touristique, l’Office allait adapter son produit aux demandes de ses différents publics comme c’est le cas des Chinois, dont "le nombre d’entrées progressait". "Nous serons sûrement amenés à leur proposer des circuits combinant plusieurs pays de la sous-région d’Afrique du Nord, voire avec l’Afrique de l’Ouest via la Transsaharienne", a-t-il indiqué en précisant que "la clientèle cherchait à traverser les frontières en visitant deux ou trois pays".

EL MOUDJAHID

Coopération

9
Représentant le Chef de l’Etat à la cérémonie d’investiture de M. Alpha Condé

Conseil des ministres arabes de l’Intérieur et de la Justice

Vers la réactivation de la Convention de lutte antiterroriste
MM. Daho Ould Kablia et Belaïz représentent l’Algérie.

M. Ziari remet un message du Président Bouteflika au Président guinéen
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Abdelaziz Ziari a participé hier, à Conakry à la cérémonie d'investiture du Président guinéen M. Alpha Condé en tant que représentant du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, indique un communiqué de l'APN. A l'occasion, M. Ziari a remis un message du Président Bouteflika au Président Alpha Condé dans lequel il lui a exprimé ses vœux de succès dans sa mission au service de son pays et les sentiments d'amitié qu'il lui voue ainsi qu'au peuple guinéen auquel il a souhaité davantage de progrès et de prospérité, précise la même source.

L

es conseils des ministres arabes de l'Intérieur et de la Justice ont examiné mardi au Caire, les moyens à même de réactiver la Convention arabe de lutte antiterroriste et à renforcer la coopération entre les deux conseils. La réunion, à laquelle participent le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia et le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz, a approuvé les recommandations issues des commissions préparatoires relevant des deux conseils relatives à la réactivation de la convention arabe de lutte antiterroriste et aux moyens permettant le raffermissement de la coopération entre les deux Conseils.

A l'issue de la séance à huis clos, les ministres signeront cinq conventions arabes concernant le renforcement de la coopération entre les pays arabes dans les domaines sécuritaires et judiciaires. Il s'agit de la convention arabe de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, de la convention de lutte contre la corruption, de la convention de lutte contre le crime organisé transfrontalier de la convention de lutte contre les crimes liés aux technologies de l'information et de la communication (TIC) et enfin de la convention arabe sur le transfèrement des détenus incarcérés dans les établissements pénitentiaires et de rééducation.

La séance plénière d'ouverture de la réunion a été marquée par les interventions du président d'honneur du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur, le ministre saoudien de l'Intérieur, M. Nayef Ben Abdelaziz et le sécrétaire général de la Ligue arabe, M. Amr Moussa ainsi que les présidents des deux sessions actuelles de l'intérieur et de la justice. Les intervenants ont affirmé que la convention arabe de lutte antiterroriste était "la première du genre" en matière de lutte contre le terrorisme, estimant que cette convention "traduisait l'engagement des pays arabes à faire face au terrorisme à différents niveaux". Les cinq conventions reflètent l'adaptation des pays arabes

à l'ère de la globalisation "étant donné qu'un Etat ne peut à lui seul faire face aux crimes qui marquent notre époque", indiquent des sources proches de la Ligue arabe, affirmant que les ensembles régionaux "peuvent lutter contre ces crimes". Lors des travaux de la 26e session du conseil des ministres arabes de la Justice, les ministres avaient adopté lundi la proposition algérienne sur la criminalisation du paiement de rançon dans les crimes terroristes. Les ministres arabes de la Justice avaient adopté, lors de cette réunion, la nouvelle composition de bureau exécutif. L'Algérie a été élue vice-présidente de ce bureau, rappelle-ton.

Algérie-Burkina Faso

Signature par l'Algérie de 4 conventions dans les domaines sécuritaire et judiciaire

L'

Algérie a signé hier au Caire à l'issue des travaux de la réunion des ministres arabes de la justice, quatre conventions à même de renforcer la coopération interarabe dans les domaines sécuritaire et judiciaire. Les conventions ont été signées par le ministre de l'Intérieur et des collectivités locales, M. Dahou Ould Kablia et le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaiz. Il s'agit de la convention arabe de lutte

contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, de la convention arabe de lutte contre la corruption, de la convention de lutte contre le crime organisé transfrontalier et de la convention de lutte contre les crimes liés aux technologies de l'information et de la communication (TIC). L'Algérie à émis des réserves concernant la convention arabe sur le transfèrement des détenus incarcérés dans les établissements pénitentiaires et de

rééducation. Les ministres arabes de la justice ont souligné lors de la réunion la nécessité de réactiver la convention arabe de lutte antiterroriste et de renforcer la coopération entre les deux conseils à travers notamment la mise en oeuvre de leurs décisions. Ils ont relevé que la convention arabe de lutte antiterroriste était "la première du genre" en matière de lutte contre ce fléau, estimant que cette convention "traduit l'en-

gagement des pays arabes à faire face au terrorisme à différents niveaux". Par ailleurs, les ministres arabes de la justice avaient adopté lundi lors de leur 26ème session à laquelle a participé M. Belaiz, la proposition algérienne sur la criminalisation du paiement de rançons dans les crimes terroristes. Les participants ont désigné le nouveau bureau exécutif et élu l'Algérie au poste de vice-président de ce bureau.

M. Ziari remet un message du Président Bouteflika à son homologue burkinabé
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Abdelaziz Ziari, a remis un message du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika à son homologue burkinabé, M. Blaise Compaoré, réélu le 21 novembre dernier. Dans ce message, le Chef de l'Etat a réitéré ses vives félicitations et ses vœux de succès au Président Compaoré et de progrès et de prospérité au peuple burkinabé, a indiqué lundi un communiqué de l'APN.

Session extraordinaire du Conseil économique et social

Ould Abbès aux Emirats Arabes Unis

Benbada au Caire

L

e ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada prendra part aujourd’hui, au Caire à la session extraordinaire du Conseil économique et social de la Ligue arabe, en prévision du deuxième Sommet économique et social arabe, prévu le 19 janvier à Charm ElCheikh, a indiqué le ministère dans un communiqué. Cette session portera sur le suivi des conclusions et des décisions du

sommet arabe économique tenu en 2009 au Koweït et des décisions des sessions ordinaires des Sommets arabes tenus durant la période 2001-2010, a indiqué la même source.Lors de cette réunion, plusieurs questions économiques seront examinées à l'instar des projets de raccordement au réseau électrique arabe, le plan d'un réseau ferroviaire arabe, le programme urgent de la sécurité alimentaire arabe, l'union douanière arabe et la

sécurité du développement arabe. Il sera également question de questions sociales relatives notamment au programme intégré de soutien à l'emploi et de résorption du chômage dans les pays arabes, le programme arabe de lutte contre la pauvreté, le programme arabe de mise en oeuvre des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le développement de l'enseignement dans le monde arabe et l'amélioration des soins

sanitaires. La session examinera en outre le projet de liaison maritime entre les pays arabes, le projet de connexion des réseaux Internet arabes et la relance de l'initiative de la banque internationale arabe (fonds consacré aux projets d'infrastructures, la création d'opportunités de travail à travers le soutien des PME et l'investissement dans le développement humain).

Un plan d’action pour la coopération bilatérale en matière de santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès et son homologue émirati, M. Hassan Hanif ont convenu hier, à Abou Dhabi de l'élaboration d'un programme d'action pour renforcer la coopération bilatérale en matière de santé. MM. Ould Abbès et Hanif ont examiné lors d'une séance de travail les voies et moyens à même de promouvoir la coopération bilatérale dans le domaine de la santé à travers l'échange d'expériences et les programmes de santé publique, a-t-on appris de source diplomatique. En visite aux Emirats Arabes Unis, M. Ould Abbès qui a été reçu par Cheikh Saoud Ben Saqr Kassimi, membre du Haut conseil et gouverneur de l'Emirat de Ras elKheima a présenté un exposé sur la situation socio-économique en Algérie et les effets positifs des réformes engagées. Il a également passé en revue le programme quinquennal en cours de réalisation et les grandes perspectives en matière de développement, de progrès et d'amélioration du niveau de vie des citoyens algériens. M. Ould Abbès a visité la firme pharmaceutique Newpharma à Abou Dhabi et l'entreprise Ras el-Kheima d'industrie pharmaceutique.

Conseil des ministres arabes de l’Habitat et de l’Urbanisme

Nourredine Moussa au Caire
Nourredine Moussa , ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme , président de la 26e session , participe aux travaux de la 27e session du Conseil des ministres arabes de l’Habitat et de l’Urbanisme qui se tiendra au siège de la Ligue Arabe au Caire les 22 et 23 décembre 2011. L’ordre du jour de cette session porte sur l’examen et l’adoption des points examinés par la commision technique et approuvés par le bureau exécutif dudit Conseil lors de ses 73e et 74e session. Il s’agit notamment des travaux de la commission des codes arabes unifiés, du Congrès Arabe de l’Habitat, la conception de bases de données et information, l’annuaire arabe sur l’urbanisme vert, la coopération avec le programme des Nations unies pour les établissements humains ainsi que d’autres sujets d’ intérêt partagé.

Djiar reçoit l’ambassadeur d’Afrique du Sud
Le renforcement de la coopération algéro-sud-africaine dans le domaine de la jeunesse et des sports a été au centre des entretiens, hier à Alger, entre le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar, et l'ambassadeur de l'Afrique du Sud, M. Joseph Kotane. Cette rencontre intervient, précise un communiqué du ministère, dans le cadre du protocole de coopération entre les deux parties, signé récemment à Alger à l'occasion de la tenue de la grande commission mixte. D'autre part, M. Djiar a reçu l'ambassadeur de Corée du Sud à Alger, avec lequel il s'est entretenu sur la nécessité d'un "échange d'expérience en matière des sports entre les deux pays, notamment en ce qui concerne les aspects techniques".

Célébration du solstice d’hiver 2010

Le CDER récompense les meilleurs travaux de recherche sur les énergies renouvelables
Dans le cadre de la célébration de la traditionnelle journée du solstice d’hiver (21 décembre), le centre de développement des énergies renouvelables (CDER) a organisé hier une cérémonie de remise du prix de la meilleure publication scientifique en énergies renouvelables et hydrogène du solstice d’hiver 2010. Cette distinction scientifique attribuée chaque année aux publications parues dans la Revue des énergies renouvelables du CDER est revenue cette année au Dr Adel Mellit, maître de conférence de l’université de Jijel récompensé pour son travail de recherche sur la photovoltaïque à travers 29 publications internationales et 2 publications dans la revue du centre. Dans la catégorie des prix d’encouragement, le CDER a remis le prix de la meilleure réalisation au Dr Noureddine Moummi de l’Université de Biskra qui a présenté une recherche sur la climatisation à base d’énergies renouvelables. Ont été également récompensés Mme Fatima Zohra Zerhouni de l’Université d’Oran et M. Belkacem Draoui de l’Université de Béchar ainsi que les chercheurs du projet CDER-CNERIB qui mènent un projet pilote sur l’utilisation de l’énergie solaire dans le secteur du bâtiment. Lancée en 1998, la Revue du CDER cotée au CERIST et parrainée par l’UNESCO se veut une tribune des chercheurs dans les domaines des énergies renouvelables et un outil de valorisation des résultats des recherches dans le cadre du programme national prioritaire. Elle se compte parmi les rares revues algériennes spécialisées qui ont permis à des chercheurs algériens de publier leurs travaux de recherche et de soutenir par la même leurs thèses de doctorat en Algérie au lieu de l’étranger. Le directeur du CDER, M. Belhamel, souhaite faire de la revue trimestrielle des énergies renouvelables un mensuel capable de satisfaire toute la demande nationale de publication des travaux de recherche dans le domaine des énergies renouvelables et l’élever au rang des revues internationales de renom. Un avis partagé par M. Labed de la Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRSDT) qui a également plaidé pour l’amélioration de la production scientifique nationale et le soutien des publications spécialisées. Dans ce sillage, il annonce le lancement à partir de l’année prochaine du concours de la meilleure innovation au niveau des laboratoires et centres de recherche et du concours de produit le plus valorisant du secteur socio-économique. Hamida B.

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Nation

11

Selon la commissaire en charge des activités de promotion en Algérie des droits de l’homme auprès de la CADHP

L'Algérie “s’est beaucoup développée”
en matière de promotion des droits de l'homme (CADHP)

L’

Algérie "s'est beaucoup développée" en matière de promotion des droits de l'homme, a affirmé mardi à Alger la commissaire en charge des activités de promotion en Algérie des droits de l'homme, auprès de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP), Mme Zainabo Kayitesi Sylvie. "Nous avons constaté beaucoup de développements en matière de promotion des droits de l'homme en Algérie. Nous avons relevé que des efforts ont été consentis par rapport à la mission que nous avions effectuée en décembre 2009", a déclaré Mme Kayitesi lors d'une conférence de presse animée au siège de l'APS, au terme d'une mission effectuée par une délégation du CADHP en Algérie du 13 au 21 décembre. Mme Kayitesi, également, présidente du groupe de travail sur la peine capitale en Afrique, a souligné que la promotion des droits de l'homme n'est pas uniquement l'affaire du gouvernement mais, aussi, celle de la société civile. Relevant que des "améliorations" ont été constatées dans les différents endroits visités par la délégation du CADHP, notamment la prison d'El Harrach, un commissariat de police à Birtouta, un centre d'accueil des femmes en détresse à Bousmail, elle a indiqué que "ces efforts devront être poursuivis pour régler le problème du surpeuplement dans les prisons". A ce sujet, Mme Catherine Dupe Atoki, rapporteur spécial sur les prisons et les conditions de détention en Afrique et présidente du Comité sur la prévention de la torture, des traitements inhumains, cruels et dégradants, a précisé que la prison visitée (El Harrach), présente un surpeuplement car, a-t-elle expliqué, cet établissement abrite 2900 détenus alors que sa capacité est de 2100 détenus. Mme Atoki a, cependant, noté que les autorités algériennes "sont à pied d'œuvre pour régler ce problème", grâce à la construction de 81 prisons, dont 2 ont été déjà réceptionnées et 13 le seront bientôt. Elle a exprimé, à cet égard, sa satisfaction des efforts déployés par le gouverne-

ment pour améliorer la situation des détenus les qualifiant de "remarquables". Elle a rappelé que la question de la surpopulation carcérale est une "préoccupation majeure" en Afrique. Mme Atoki a soulevé, en outre, la préoccupation de la délégation du CADHP par rapport à la question de la peine de mort qui n'a pas été encore abolie en Algérie, ainsi que le problème de la durée de la détention préventive. L'Algérie n'a pas aboli la peine capitale mais elle observe depuis 1993 un moratoire sur l'exécution de cette peine. S'agissant de la question de la torture, elle a indiqué que la Hier au CADHP note que "l'Algérie est l'un des rares pays africains à avoir criminalisé la torture", saluant, à ce effet, "les mesures prises en vue de l'éradication de cette pratique". De son côté, Mme Soyata Maiga, commissaire et rapporteur spécial des droits des femmes au sein de la CADHP, a mis en exergue les efforts déployés par l'Etat algérien en matière de scolarisation des filles, en particulier au niveau secondaire et universitaire, et la présence "importante" des femmes dans les secteurs de l'éducation, de la santé et de la justice. Elle a salué, à cette occasion, la volonté politique qui existe "au plus haut niveau" sur cette question et qui s'est traduite par une révision constitutionnelle "en faveur d'une plus grande représentation des femmes aux postes électifs". Elle a relevé, aussi, les "avancées" réalisées dans le domaine des droits de la famille, à travers l'amendement du Code de la famille.

siège de l’APS

Ph. A. Hamadi

"La relecture du Code de la famille doit être poursuivie en vue d'éliminer progressivement toutes les dispositions discriminatoires qui y sont contenues à l'égard de la femme et de la fille", a-t-elle préconisé. "Des campagnes de sensibilisation et d'information des populations, en particu-

lier des femmes, sur les réformes législatives, les politiques et les programmes, doivent être renforcées, en collaboration avec les organisations de la société civile", a ajouté le rapporteur spécial de la femme du CADHP.

“Beaucoup d’éléments positifs”
état des droits de l’homme en Algérie est appréciable, il y a beaucoup d’éléments positifs. Concernant les droits économiques l’Algérie est très en avance, le niveau est très élevé. Concernant les droits civils et politiques, ces droits en général sont respectés. Depuis la dernière visite en décembre 2009 nous avons constaté que beaucoup a été fait en Algérie pour le respect des droits de l’homme et nous ne pouvons qu’encourager le gouvernement algérien à continuer”, a déclaré hier Mme Zaïnabo Kayitesi Sylvie qui a animé, hier, une conférence de presse au siège de l’APS à l’issue de la mission que la délégation a effectuée en Algérie du 13 au 21 décembre 2010, à l’invitation du gouvernement algérien. Cette mission a précisé Mme Zaïnabo Kayitesi Sylvie vient compléter la mission de la Commission africaine effectuée l’année dernière. Les entretiens avec les différents acteurs se sont focalisés sur les droits de la femme, la peine de mort, les conditions dans les prisons, les droits des détenus, la question de la torture. Nous pouvons dire à l’issue de ces entretiens que nous avons constaté beaucoup de développement en matière de promotion et de protection des droits de l’homme en Algérie. Nous avons constaté que beaucoup d’efforts ont été faits depuis la dernière visite en 2009. Nous saluons tous ces efforts faits par le gouvernement algérien ainsi que la contribution des autres institutions et de la société civile pour la réalisation des droits de l’homme en Algérie, a souligné l’oratrice. La délégation de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a visité une prison ainsi qu’un centre pour femmes en détresse. S’agissant des prisons il a été constaté que le pays essaye de mettre en application les instruments régionaux. Nous avons déploré quelques constats, notamment concernant les prisons. Nous avons relevé le problème de surpopulation carcérale qui est en train d’être résolu. Nous avons été informé que le gouvernement est en train de construire d’autres pri-

L’

sons, et nous avons salué ces efforts, note Mme Zaïnabo Kayitesi Sylvie qui précise que le programme de réalisation de nouveaux centres pénitentiaires en Algérie comprend la réalisation de 81 prisons, 13 seront bientôt achevées, et 2 sont presque achevées. La délégation prend note des mesures prises pour désengorger les établissements pénitentiaires par la construction de nouvelles prisons et l’introduction de peines alternatives à l’emprisonnement (travaux d’intérêt général). Elle a apprécié les résultats des programmes éducatifs mis à la disposition des détenus pour favoriser leur réinsertion sociale et professionnelle, ainsi que le respect des standards minimaux en matière de logements, de nourriture, de soins de santé et de loisirs dans la prison d’El Harrach. La délégation a également discuté avec le ministère de la Justice pour voir comment les détenus en attente d’un jugement n’attendent pas longtemps avant que leur affaire soit jugée. Nous avons un rapport exhaustif à remettre aux parties où sont précitées d’autres domaines de préoccupation. S’agissant de la question de la peine de mort, la délégation salue le moratoire observé par l’Algérie depuis 1993, et se félicite des grâces présidentielles intervenues pour commuer les peines de mort prononcées en peine de prison à perpétuité ou à durées déterminées. La délégation encourage la poursuite des débats sur la question de l’abolition de la peine de mort au sein de la société, entre les différents acteurs. Concernant la question de la torture, la délégation note que l’Algérie est l’un des rares pays africains à avoir criminalisé la torture. Elle apprécie les mesures prises et les efforts consentis en vue de l’éradication de la pratique, notamment la sensibilisation continue, les contrôles exercés à plusieurs niveaux, ainsi que la poursuite systématique des auteurs d’actes de torture. S’agissant des droits de la femme, la délégation salue les efforts faits dans ce domaine, notamment la révision constitutionnelle en son art. 31 bis qui permet

une plus forte représentation des femmes dans les postes électifs. Nous attendons le projet de loi organique qui va mettre en application ces dispositions de sorte qu’elles soient mises en œuvre dans les plus brefs délais. La délégation note les avancées réalisées dans le domaine du droit de la famille à travers la relecture du code de la famille ainsi que les dispositions en faveur de la promotion des droits de la femme. La délégation apprécie les efforts déployés par l’Etat en matière de scolarisation des filles, en particulier au niveau secondaire et universitaire, ainsi que la présence importante des femmes dans les secteurs de l’éducation, de la santé et de la justice. La délégation estime que la relecture du code de la famille doit être poursuivie en vue d’éliminer progressivement toutes les dispositions discriminatoires contenues, à l’égard de la femme et de la fille. Des campagnes de sensibilisation et d’information des populations et en particulier des femmes sur les réformes législatives, les politiques et programmes, doivent être renforcés en collaboration avec les organisations de la société civile. La délégation réitère son appel à l’Etat, partie Algérie, en vue de faire de la Déclaration spéciale visée à l’art. 34 (6) du Protocole portant création de la Cour africaine et de ratifier les instruments régionaux suivants : le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique et la Charte africaine de la démocratie, des élections et la gouvernance. En général notre mission a constaté que beaucoup a été fait, mais nous voulons que l’Algérie soit un pays exemplaire en matière de droits de l’homme. Le gouvernement et les organisations de la société civile doivent mettre en synergie leurs efforts pour la promotion des droits de l’homme, souligne Mme Zaïnabo Kayitesi Sylvie. M. Brahim

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Palestine

Monde
Le Président Abbas

13
Commission européenne

“La reconnaissance du futur Etat palestinien vient en vertu de la paix”
a reconnaissance notamment par le Brésil du futur Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 vient en vertu de la paix basée sur les résolutions de la légalité internationale, a affirmé hier, le président palestinien Mahmoud Abbas. Le président Abbas a fait cette déclaration en recevant la représentante brésilienne auprès de l'Autorité palestinienne, Lidjia Maria Sherrer, au siège de l'Autorité à Ramallah (Cisjordanie), a précisé l'agence de presse Wafa. Mahmoud Abbas a salué, à cette occasion, la décision du Brésil de reconnaître un Etat palestinien sur les frontières de 1967. Il a aussi réaffirmé la détermination des Palestiniens à œuvrer pour un règlement pacifique du conflit israélo-palestinien, assurant que cette démarche constitue une "option stratégique" pour la Palestine. A propos du processus de paix actuellement dans l'impasse, le président Abbas a expliqué que la reprise des négociations israélo-palestiniennes, interrompues en raison de l'intransigeance d'Israël sur la colonisation, nécessite la définition d"'un objectif clair basé sur la solution de deux Etats" et un arrêt de toutes formes de colonies. Le Brésil, ainsi que l'Argentine et la Bolivie ont reconnu récemment un Etat palestinien libre et indépendant sur les frontières de 1967, alors que l'Uruguay projette de le faire début 2011.

Le chaos dans les aéroports européens “inacceptable”

L

L

e chaos qui règne dans de nombreux aéroports européens en raison du mauvais temps est "inacceptable" et "ne devrait pas se reproduire", a estimé hier le commissaire aux Transports Siim Kallas. "Je suis extrêmement préoccupé par le niveau des perturbations que la neige a causé pour voyager en Europe. C'est inacceptable et ne devrait pas se reproduire", a dit M. Kallas dans un communiqué. Le commissaire européen a prévu de réunir "dans les prochains jours" les représentants des aéroports euro-

péens pour leur demander "des explications". Il faudrait que les transports aériens soient en mesure de mieux fonctionner à l'avenir dans des situations similaires, a-t-il dit. "Ces dernières années nous ont appris que la neige en Europe occidentale n'est pas une circonstance exceptionnelle", a-t-il fait remarquer avant de plaider pour une "meilleure préparation". Sinon, a-t-il dit, la Commission est prête à présenter des mesures législatives "sur les exigences de service minimum pour les aéroports".

Avions cloués au sol sur des pistes recouvertes d'un manteau neigeux, passagers passant la nuit dans des aérogares bondés, trains retardés: des chutes de neige inhabituelles ont semé la pagaille dans les transports européens à quelques jours de Noël. Des milliers de passagers ont été forcés de passer la nuit dans des halls d'aéroports, parfois dans des lits de camps comme à Francfort, en Allemagne, ou à Roissy, près de Paris, tandis que le ciel européen était désorganisé par l'annulation en cascade des vols.

Approbation du nouveau gouvernement irakien par le Parlement
e Parlement irakien a donné hier, son accord pour le nouveau gouvernement irakien sous la conduite du Premier ministre Nouri AlMaliki, neuf mois après la tenue des élections legislatives, ont rapporté les médias. Les parlementaires ont approuvé séparément, et à la majorité, la nomination de 29 ministres ainsi que trois vicePremiers ministres que comporte ce nouveau cabinet. M. Al-Maliki assurera quant à lui l'intérim des trois portefeuilles de la sécurité (Défense, l'Interieur et la sécurité nationale), alors que le ministère du Commerce reviendra à Rouz Nouri Chaouiss. La liste des membres de cette équipe gouvernementale a été soumise lundi soir au président du Parlement Osama al-Noujaifi qui a confirmé avoir reçu "le projet et les noms des personnes nommées aux 42 postes ministériels et gouvernementaux". L'Assemblée irakienne a également adopté le programme du gouvernement, défini en 43 points et qui entend libéraliser l'économie, développer la production pétrolière et combattre le terrorisme. Selon la Constitution, le Parlement doit approuver le noms de chaque ministre ainsi que le programme du gouvernement. Les ministres doivent ensuite prêter serment mais, certains portefeuilles font encore l'objet d'âpres discussions.

Irak

Inde-Russie

Lula doute de la capacité de la médiation américaine à instaurer la paix au Proche-Orient
e président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva s'est dit "convaincu" que la paix ne pourrait être instaurée au ProcheOrient "tant que les Etats-Unis officieraient en tant que médiateur", rapportaient hier les agences de presse. "Je suis convaincu que nous ne parviendrons pas à instaurer la paix au Proche-Orient tant que les Etats-Unis seront les tuteurs des négociations dans la région", a-t-il affirmé. M. Lula, qui quittera son poste le 1er janvier, a également commenté l'impasse du programme nucléaire de l'Iran, qui a débouché sur l'application de plusieurs sanctions décidées par le Conseil de sécurité de l'ONU. Il a également réitéré ses critiques portant sur la structure actuelle du Conseil de sécurité, soulignant que plusieurs pays émergents devraient s'accorder sur l'octroi de nouveaux sièges permanents au Conseil.

L

Accord pour la construction de 2 réacteurs nucléaires russes

L

L

e président russe Dimitri Medvedev et le Premier ministre indien Manmohan Singh, ont signé hier à New Delhi, un accord portant sur la construction par la Russie de deux réacteurs nucléaires, à la faveur de la visite en Inde du président russe, selon un communiqué commun. Les réacteurs nucléaires seront construits dans une centrale située dans l'Etat du Tamil Nadu, au sud de l'Inde, où Moscou implante actuellement deux autres unités. M. Medvedev et son hôte, le Premier ministre indien se sont fixés, d'autre part, comme objectif le doublement de leurs échanges commerciaux d'ici 2015, à 20 milliards de dollars, a indiqué la même source. Saluant un partenariat stratégique "spécial et privilégié", Manmohan Singh a déclaré que la Russie était "un ami de longue date qui est resté à nos côtés lorsque nous en avions besoin par le passé". Le président russe a souligné pour sa part le soutien de Moscou à New Delhi, "un candidat sérieux et méritant" pour un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU.

Conférence au centre Echaâb des études stratégiques

«Wikileaks, phénomène et défis»
● Wikileaks est-il le révélateur de la vulnérabilité de la toile ?

L

e centre Echaâb des études stratégiques a organisé, hier, une conférence sur le thème « Wikileaks, phénomène et défis », animée par M. Abdelaziz Derdouri, spécialiste en sécurisation des réseaux informatiques. Le sujet défraie la chronique avec l’émergence fulgurante d’un passionné d’informatique australien, en l’occurrence Julian Assange, qui a ouvert en quelque sorte, la boîte de Pandore en rendant publique, une quantité impressionnante de documents confidentiels sur son site web. L’orateur déclare d’emblée qu’il se garde de porter un jugement quelconque sur cette affaire, sur le brutal déferlement de ces « câbles » diplomatiques fournis par le site Wikileaks, il s’abstient également d’épiloguer sur de possibles manipulations concoctées à l’ombre d’une officine secrète. Son but est de proposer une approche explicative des failles qui se sont produites dans le système informatique d’une superpuissance planétaire. Il aborde le phénomène « Wikileaks », si tant est que le terme soit adapté, du point de vue de la question désormais récurrente de la sécurisation maximale des réseaux informatiques, d’en cerner les causes qui ont permis que s’orchestrent des fuites aussi importantes de documents, de rapports politiques et diplomatiques dont la teneur a été reprise par les grands médias internationaux. Il propose d’abord une définition du site dont il date l’année de création en 2006. Wikileaks s’est manifestement illustré en novembre 2010 en faisant des révélations de télégrammes émanant de la diplomatie américaine. Le conférencier rappelle que le site s’est déjà signalé en rendant publics des documents confidentiels. Il en a cité quelques exemples dont la publication d’une liste

Ph. T. Rouabah

d’emplacements industriels et d’infrastructures sensibles, des notes sur Sarah Palin, femme politique américaine, membre du parti républicain. Au-delà des prises de positions controversées ou contrastées que Wikileaks ait pu susciter à des degrés divers, en suscitant des mouvements de sympathie ou au contraire, en provoquant des levées de bouclier particulièrement virulentes de la part de ses détracteurs, l’orateur s’est borné à saisir un aspect infiniment essentiel selon ses conclusions, qui consiste à mettre le doigt sur la vulnérabilité des réseaux informatiques et par ricochet, à veiller à mettre en place des stratégies de riposte adéquates et efficaces contre leur piratage, car il est question de sécurité et de stabilité. En d’autres termes, faire face aux cyber-attaques et à la cybercriminalité. Ces actes délictueux ou malveillants peuvent provenir de différentes manières et à l’aide d’instruments pernicieux tels les botnets, véritable cheval de Troie. Ces attaques qui s’opèrent par intrusion, sont anonymes, sournoises et particulièrement préjudiciables. La question de la vulnérabilité des réseaux est au cœur de la stratégie de riposte qui est incontournable. En effet, une simple clé USB

peut être à l’origine d’une intrusion dans un système et peut induire des conséquences néfastes. Le conférencier, M. Derdouri, insiste sur la nécessité de se prémunir en procédant à des contrôles, en adoptant des règles draconiennes de vigilance permanente, interne et externe car les impacts de ces attaques sont importants tant sur les plans économique, social, politique, financier que sécuritaire. La parade ultime repose, aux yeux de l’orateur, sur l’obligation de former, de surveiller, de contrôler sans répit. Partant du constat que les « pirates de la toile » font preuve d’une maîtrise qui va crescendo et que les Etats d’une manière générale ne réagissent pas encore avec la célérité requise, il est indispensable de dresser des stratégies de riposte préventive. C’est le message qu’a voulu transmettre le conférencier, non sans omettre de signaler à propos de notre pays, que la sophistication des attaques des hackers, doit inciter nos responsables à associer l’aspect sécurisation optimale des réseaux informatiques, notamment pour ce qui concerne la mise en place du projet e-gouvernement. L’orateur n’a eu de cesse de rap-

peler que nos logiciels doivent être conçus chez nous, qu’il est sage de former des informaticiens aguerris. Il y a un investissement à mobiliser dans ce domaine. Le débat qui s’en est suivi fut particulièrement intéressant dans la mesure où il a suscité beaucoup d’interrogations. Wikileaks est-il un révélateur cruel d’un état de vulnérabilité patent ? Les hackers pourront-ils constamment mettre en péril la sécurité des systèmes sans coup férir apparemment ? Julian Assange, l’homme par qui la déferlante est arrivée, a-t-il agi de son propre chef ou a -t-il été l’instrument d’un complot savamment ourdi ? Les questionnements ont fusé de toute part, trahissant visiblement un intérêt que l’on comprend parfaitement. Julian Assange qualifié de terroriste HighTech par certains hommes politiques américains, aura déchaîné les passions et provoqué des fuites sans précédent dans l’histoire de la diplomatie. M. Bouraïb

Mercredi 22 Décembre 2010

14

Monde
Sahara occidental
et à la presse étrangère, situation dénoncée par les ONG internationales et la communauté internationale. Un état de quasi siège est observé dans les territoires occupés. Le Parlement européen, Amnesty internationale humain Rights, la Fédération internationale des droits de l’homme et l’Organisation mondiale contre la torture entre autres, ont demandé l’ouverture d’une d’enquête internationale par une commission indépendante. Les premiers rapports établis par les ONG internationales confirment la situation de gravité de la situation et le degré de désapprobation de la communauté internationale qui s’est tout récemment traduit par un geste significatif à travers l’expulsion de la délégation marocaine du Festival mondial de la jeunesse qui se tient en ce moment à Pretoria, en Afrique du Sud. Le diplomate sahraoui dans le débat face à l’assistance a rappelé la volonté du gouvernement sahraoui de continuer à suivre le chemin qui ramène à la paix et à la tenue du référendum. Jusqu’à présent dira-t-il, le gouvernement marocain a refusé d’emprunter cette voie en bloquant toutes les issus depuis 2003, avec l’avènement du Roi Mohamed VI qui a décidé de renier les engagements pris antérieurement à cette date par le défunt souverain, Hassan II. Le diplomate sahraoui a noté que le peuple sahraoui a fait la démonstration par son combat en faveur de la liberté, qu’il restait attaché à son droit à l’indépendance en dépit des difficultés et qu’il n’y aura aucun reniement jusqu’à la victoire finale. Ce droit a, aujourd’hui , la reconnaissance de la communauté internationale. Le peuple sahraoui poursuit son combat de façon pacifique, mais le ministre sahraoui des Affaires étrangères se pose la question de savoir jusqu’où cette situation continuera à être supportable face à l’intransigeance marocaine. Pour M. Mohamed Salem Ould Salek, la patience à des limites naturelles. Les situations d’Intifidha dans les terri-

EL MOUDJAHID

Un combat inlassable en faveur de la paix et de la liberté L
e ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique, M. Mohamed Salem Ould Salek a assuré un point de presse hier au Centre de Presse d’El Moudjahid. Cette intervention survient au lendemain du déroulement du quatrième round des négociations informelles qui s’est achevé le 18 décembre dernier à Manhasset à New York entre les représentants du Polisario et du gouvernement marocain. Le diplomate sahraoui a été catégorique soulignant qu’aucune avancée pouvant ouvrir la voie à la solution politique devant mener à l’autodétermination n’a été constatée. Cette voie vers l’autodétermination est reconnue par les Nations unies conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité et aux recommandations de l’Assemblée générale. Les multiples obstacles dressés par les représentants marocains empêchent toute évolution de la situation, constate le ministre des Affaires étrangères sahraoui M. Mohamed Salem Ould Salek, qui a appelé que le Front Polisario restait fidèle à ses revendications celles de l’indépendance de l’intégration ou de l’association (autonomie) laissant le peuple sahraoui souverain libre de se déterminer. Le diplomatie sahraoui regrette la remise en cause d’un processus décidé avec l’ancien souverain, marocain, d’aller au voie d’autodétermination. Il dénonce également les complicité des gouvernements français et espagnol qui depuis 2004, tentent de légitimer le fait accompli colonial marocain ce sont des impondérables qui, liés, entre eux plongent la région et le Maroc lui-même dans l’incertitude et l’instabilité reconnues comme sources potentielles de dangers par le diplomate sahraoui. Les derniers développements dans les territoires occupés du Sahara occidental notamment à Gdeim Izik et El-Ayoun, sont la démonstration d’une totale rupture entre les deux belligérants. M. Mohamed Salem Ould Salek rappelle que les territoires occupés restent fermés aux observateurs étrangers

toires occupés sont un signe avant-coureur. Le Front Polisario en appelle ainsi à tous ceux qui peuvent utilement influer sur le gouvernement marocain pour qu’il entame un dialogue sérieux devant mener à l’application des résolutions internationale en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui, de le faire avant qu’il ne soit trop tard. Pour le diplomate sahraoui, les Nations unies doivent prendre leurs responsabilités, M. Mohamed Salem Ould Salek a également rappelé la contribution à la sécurisation de la région, à la lutte contre le terrorisme et contre le crime organisé notamment le trafic de la drogue dans les régions libérées et tout au long du mur érigé par le Maroc. Cette contribution a été confirmée par les observateurs internationaux. Sans cette contribution, la situation dans ces zones serait dramatique souligne l’orateur. Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, relève que la situation créée par le Maroc au Sahara occidental, nuit considérablement aux deux peuples. Tous ceux qui ont le pouvoir de contribuer à ramener la paix dans le région, doivent ramener le gouvernement marocain au respect de ses engagements internationaux et à faciliter la mise en application du processus référendaire au Sahara occidental. TAHAR Mohamed Al Anouar

Guinée

M. Alpha Condé, le nouveau Président prête serment
Le nouveau président guinéen élu, Alpha Condé, a prêté serment hier, à Conakry lors de la cérémonie de son investiture à la tête de l’Etat pour un mandat de cinq ans. Le président Condé (72 ans) a pris officiellement ses fonctions en présence de plusieurs personnalités et invités dont le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Abdelaziz Ziari, représentant du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Selon des médias reçus à Dakar, une quinzaine de chefs d’Etat ont assisté à cette cérémonie. Il s’agit notamment des présidents de six pays d’Afrique de l’Ouest, ainsi que de dirigeants de quatre autres pays africains. Au lendemain de son élection, le président Condé, fort de la légitimité populaire, a affirmé que la Guinée sera reconstruite par toutes les composantes sur la base de "la bonne gouvernance et la réconciliation nationale", évoquant la mise en place d'"un gouvernement d'ouverture choisi selon les critères de la compétence et l'intégrité". Appelant à "la mobilisation" de toutes les énergies, le président Condé a notamment annoncé que la priorité, dans la gestion, sera donnée aux grands chantiers sur fond de "rupture avec toute la gestion passée", en mettant fin à "la dilapidation et à l’absence d’Etat. L’investiture de M. Condé vient mettre une fin officielle à la transition entamée en janvier 2010 à travers un processus électoral destiné à rétablir l’ordre constitutionnel suite à une crise politique née de la prise du pouvoir par une junte militaire en décembre 2008. De son côté, le président guinéen par intérim, le général Sékouba Konaté, a demandé aux militaires d’accompagner le président Condé et le soutenir dans sa mission, soulignant que "l’armée est apolitique". En outre, au lendemain de la proclamation officielle des résultats de la présidentielle, l’Union africaine (UA) a levé la mesure de suspension de la participation de la Guinée aux activités de I'organisation panafricaine, ainsi que les sanctions imposées à ceux dont les actions faisaient obstacle au processus de retour à I'ordre constitutionnel. Le président Condé a été élu au second tour de l’élection présidentielle en Guinée avec 52,52 % des voix contre 47,48 % pour son adversaire Cellou Dalein Diallo.

Référendum au Soudan

Les questions en suspens au centre d'une rencontre tripartite à Khartoum
Les questions en suspens en prévision du référendum sur l'avenir du Sud du Soudan ont été examinées hier, à Khartoum par les présidents soudanais Omar Al-Bachir, égyptien Hosni Moubarak et le guide de la révolution libyenne, le colonel Maammar El Gueddafi, rapporte l'agence de presse soudanaise.
La rencontre tripartite a porté notamment sur les "moyens d'aider les partenaires soudanais à parvenir à un accord sur les questions en suspens qui empêchent la réalisation complète" de l'accord de paix de 2005, selon Suna. Le Soudan doit organiser un référendum sur l'avenir du Sud du pays le 9 janvier, conformément à l'accord de paix global (CPA) signé en 2005, et qui a mis fin à deux décennies de guerre civile entre le Nord et le Sud du pays. Un autre référendum prévu dans le même cadre sur l'avenir de la région d'Abeiy (centre), prévu initialement pour la même date, a été reporté sindie. Le président soudanais a réaffirmé lundi son engagement pour la tenue de cette consultation populaire à la date prévue.

Kenyan

Le Président Kibaki condamne l'attentat de Nairobi
Le Président kenyan, Mwai Kibaki, a condamné hier, l'attentat perpétré lundi soir contre un autobus dans le centre de la capitale kenyanne Nairobi qui a fait trois morts et des blessés. "Il est vraiment malheureux que des gens puissent agir de façon si inhumaine, au point d'utiliser des engins mortels pour faire du mal à des innocents", a déclaré le chef de l'Etat kenyan. M. Kibaki a promis de traduire devant la justice les auteurs de cet acte, assurant qu'aucun effort ne sera épargné pour assurer la sécurité de la population. Au lendemain de cette attaque, la sécurité a été renforcée à Naïrobi et "particulièrement près des rues fréquentées et des stations de bus" pour parer à d'éventuelles nouvelles attaques, selon une source sécuritaire. L'attentat de lundi soir a visé un autobus en stationnement qui devait se rendre dans la capitale ougandaise, Kampala, faisant trois morts et 23 blessés. Selon les premiers éléments de l'enquête, une personne à bord du bus a actionné un engin explosif au moment où un garde de sécurité vérifiait le contenu des valises des voyageurs.

Côte d’Ivoire
La camp d'Alassane Ouattara, président élu de la Côte d'Ivoire, a appelé hier, les Ivoiriens à " la désobéissance au gouvernement" du président sortant Laurent Gbagbo. Dans un communiqué, Guillaume Soro, le Premier ministre du gouvernement de M. Ouattara a exhorté le peuple ivoirien à la "désobéissance au gouvernement factice de Laurent Gbagbo", appelant la population à s'organiser et à manifester "jusqu'au départ de Laurent Gbagbo du pouvoir". La Côte d'Ivoire s'est retrouvée au lendemain de l'élection présidentielle du 28 novembre dernier, avec deux présidents proclamés, le sortant Laurent Gbagbo et son rival l'opposant Alassane Ouattara reconnu par la communauté internationale comme le président élu du pays. Le duel entre les deux leaders s'est traduit depuis jeudi par des violences ayant fait plus de 50 morts et plus de 200 blessés, selon des estimations de l'Onu. mission de paix en Côte d'Ivoire, en proie à une grave crise politique depuis le second tour du scrutin présidentiel du 28 novembre dernier. "Des hommes armés menacent les employés de notre mission de paix, après le refus de l'ONU de répondre à la demande de Gbagbo (président sortant) de retirer ses forces de ce pays", a dénoncé le chef de l'Opération de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci), M. Choï YoungJin. "Ils se sont approchés des maisons de nos employés pour leur demander de partir", a ajouté M. Choï. L'ONU a rejeté, il y a quelques jours, la demande du président sortant Laurent Gbagbo exigeant le départ des forces de l'Onuci, et décidé de renouveler pour une durée de six mois le mandat de sa mission en Côte- d'Ivoire. L'Onuci s'est engagée à poursuivre sa mission dans ce pays où sévit une grave crise politique depuis plus de deux semaines, née du bras de fer opposant les deux présidents proclamés, Gbagbo et son opposant Alassane Ouattara.

Le camp Ouattara appelle "à la désobéissance au gouvernement" de Gbagbo

L'ONU condamne vivement les menaces contre sa mission de paix
L'ONU a vivement condamné mardi les menaces proférées par des hommes armés contre sa

Washington n'exclut pas des sanctions
Les Etats-Unis n'exclut pas lundi d'imposer des sanctions à la Côte d'Ivoire "dans les prochains jours", et appelé Laurent Gbagbo à

renoncer à la présidence du pays. "Nous savons que l'Union européenne a trouvé un accord pour imposer des sanctions à l'ancien président Gbagbo ce matin", a indiqué le porte-parole du département d'Etat Philip Crowley. "Les Etats-Unis ont un processus similaire en cours, et nous sommes prêts à imposer des sanctions supplémentaires dans les prochains jours", a-t-il ajouté. Un peu plus tôt, la MaisonBlanche avait appelé Laurent Gbagbo à renoncer à la présidence ivoirienne et s'était dit prête à imposer des sanctions contre lui et sa famille, répétant qu'Alassane Ouattara était aux yeux des EtatsUnis le vainqueur légitime de l'élection du 28 novembre.

Agences

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Forum
Hier au centre de presse d’El Moudjahid

15

Conférence de presse de M. Mohamed Salem Ould Salek, ministre sahraoui des Affaires étrangères

“Aucune avancée enregistrée lors de la dernière réunion informelle avec le Maroc”
et du gouvernement espagnol actuel qui, depuis 2004, ont voulu, tous les deux, légitimer le fait accompli colonial marocain". Le chef de la diplomatie sahraoui a déploré que "la présence de la France et de l'Espagne au sein du groupe des Amis du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental eut empêché une action positive et nécessaire du Conseil de sécurité pour faire respecter les accords conclus entre les deux parties et l'accomplissement de la Minurso de son mandat". Il a aussi exprimé son regret de voir l'Espagne et la France préférer "soutenir l'expansionnisme marocain qui met en cause "L'administration coloniale s'active pour faire disparaître les traces du crime commis et n'autorise pas la visite du territoire aux étrangers", a-t-il affirmé, ajoutant que le nombre définitif des victimes "n'a pu être établi à ce jour". "L'occupant marocain reconnaît officiellement la détention de plus de 150 personnes et les arrestations continuent sans relâche", a-t-il noté, rappelant que le Parlement européen, Amnesty International, Human Rights Watch, la Fédération internationale des droits de l'homme et l'Organisation mondiale contre la torture, entre autres, ont demandé l'ouverture d'une enquête internationale par une commission indépendante. Il a indiqué que les premiers rapports établis par Amnesty International, Human Rights Watch "confirment notamment que le Maroc a utilisé des munitions et balles réelles contre la population civile et ont recueilli les témoignages de personnes blessées par balle". M. Ould Salek a réfuté, d'autre part, "la tendance et la volonté manifestes, aux mobiles politiques qui n'échappent à personne, de vouloir lier, à tout prix, la lutte du peuple du Sahara occidental pour son indépendance au terrorisme", rappelant, dans ce sens, la déclaration, récente du département d'Etat américain qui affirme qu'il n'existe aucun contact ou présence d'al-Qaïda dans les territoires sahraouis. "Nous considérons que le chemin emprunté par le nouveau monarque du royaume voisin est périlleux et comporte des risques incalculables", a-t-il dit, ajoutant que "les vrais amis du Maroc, de la région du Maghreb et de la paix, doivent conseiller à Mohamed VI à honorer les engagements qui, au nom du royaume, furent négociés par son père en 1991 sous les auspices de l'Onu".

"Aucune avancée" en vue d'une solution politique au conflit du Sahara occidental permettant l'autodétermination du peuple sahraoui n'a été enregistrée lors du quatrième round de pourparlers informels entre le Front Polisario et le Maroc, a affirmé hier à Alger le ministre sahraoui des Affaires étrangères, M. Mohamed Salem Ould Salek. "Aucune avancée ouvrant la voie à une solution politique permettant l'autodétermination du peuple du Sahara occidental, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale de l'Onu, n'a été enregistrée à ce jour", a déclaré M. Ould Salek lors d'une conférence de presse au quotidien El Moudjahid, consacrée à la présentation du bilan de la réunion tenue vendredi et samedi derniers à Manhasset (New York).

e Maroc a dressé de multiples obstacles, en conditionnant tout progrès dans les négociations à l'acceptation à l'avance de sa souveraineté sur le Sahara occidental, contrairement à l'appel du Conseil de sécurité pour des négociations substantielles sans condition préalable et de bonne foi", a-t-il déploré. M. Ould Salek a indiqué, en outre, que le Front Polisario "a réaffirmé lors de cette réunion son acceptation des trois choix dans le cadre de l'autodétermination, à savoir l'indépendance, l'autonomie où l'intégration au Maroc". "Le peuple sahraoui est souverain pour choisir librement entre ces options à travers un référendum démocratique, organisé par les Nations unies, en coopération avec l'Union africaine (UA)", a-t-il ajouté, rappelant que son pays a accepté la tenue de deux autres réunions informelles proposées par l'envoyé personnel du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara occidental. "L'action est inscrite en conformité avec les termes de la résolution du Conseil de sécurité qui demande

"L

Ph : A. Yacef aux deux parties en conflit de trouver une solution politique mutuellement acceptable, juste et durable qui garantit le droit à l'autodétermination du peuple de Sahara occidental", a-t-il expliqué. Il a souligné que "les efforts louables déployés par l'Onu pour surmonter les obstacles inacceptables dressés par le Maroc pour prévenir l'expression libre du peuple sahraoui n'ont pu aboutir, à ce jour, à cause de l'intransigeance du gouvernement marocain et la complicité de la France, membre permanent du Conseil de sécurité, les frontières établies par ces mêmes pays durant l'époque coloniale et acceptées par les peuples du continent africain", appelant ces deux pays à "revoir leurs politiques et stratégies qui vont à l'encontre de leurs propres intérêts". Le MAE sahraoui a relevé que les derniers développements "majeurs" dans les territoires occupés du Sahara occidental, notamment à Gdeim Izik et à El-Ayoun occupée "démontrent la rupture totale qui existe entre le peuple sahraoui et l'occupant marocain".

Droits de l’homme au Sahara occidental

Des ONG américaines appellent à la mise en place d’un mécanisme de surveillance
L'organisation américaine des droits de l'homme, Robert F. Kennedy Center for Justice and Human Rights (RFK Center, basée à Washington) et la fondation Open Society Foundation (New York) ont appelé hier le Conseil de sécurité de l'ONU sur l'urgence de l'introduction d'un mécanisme de surveillance des droits de l'homme au sein de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO).
mesures supplémentaires ne furent pas prises pour faire face à la montée de la violence et de l'instabilité". "Nous vous demandons instamment de reconsidérer cette décision et d'appeler l'Organisation des Nations unies à conduire une enquête sur les récents incidents au Sahara occidental", notent-elles dans cette lettre dont une copie a été également adressée à la secrétaire d'Etat américaine, Mme Hillary Clinton. En rappelant la brutalité et les moyens utilisés par les forces marocaines contre les camps sahraouis, les arrestations arbitraires et les conditions de détention des Sahraouis, ainsi que les difficultés d'accès aux territoires occupés de la presse, des organisations nongouvernementales (ONG) et de la MINURSO, ces deux organisations ont soutenu que "ces incidents auraient pu être minimes si le mandat de la MINURSO avait été élargi aux questions relatives aux droits de l'homme". En outre, notent-elles dans leur lettre, "alors que le gouvernement marocain envisage de procéder à une enquête sur ces événements, une enquête internationale indépendante dirigée par l'Organisation des Nations unies est essentielle pour comprendre les causes et les circonstances de ces violences". Dans ce sens, elles soulignent qu'elles se joignaient au Parlement européen pour "réclamer une enquête internationale afin de clarifier les événements et demander des comptes pour les violations commises, ce qui est essentiel pour les négociations". "Ce récent conflit et l'absence d'informations fiables mettent en évidence à nouveau le besoin urgent d'un système de surveillance des droits de l'homme qui doit être inclus dans le mandat de la MINURSO", notent RFK Center et la fondation Open Society dont le fondateur et président est le célèbre financier et philanthrope américain George Soros. Pourtant, observent-elles,"bien que le mandat de la MINURSO prévoit un suivi du maintien de l'ordre public au Sahara occidental, l'absence de surveillance des droits de l'homme est incompatible à ce mandat et aux principes généraux du Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU", affirmant que "le leadership du Conseil de sécurité est indispensable pour assurer le respect des droits de l'homme du peuple sahraoui". Par ailleurs, les deux organisations rappellent à la présidente du Conseil de sécurité que lors de sa création en 1991, l'objectif principal de la MINURSO consistait à surveiller le cessez-le-feu et à organiser un référendum d'autodétermination conformément au Plan de règlement. Toutefois, ajoutent-elles, "près de deux décennies plus tard, le référendum n'a pas eu lieu" et "dans l'intervalle, le peuple du Sahara occidental souffre de graves violations de ses droits individuels et collectifs des droits de l'homme, dont les derniers incidents" de Gdeim Izik. Sur ce point, elles attirent l'attention de Mme Rice que plusieurs organisations des droits de l'homme telles Amnesty International et Human Rights Watch, ainsi que le Bureau du Haut commissaire aux droits de l'homme (HCDR) avaient rapporté à plusieurs reprises les cas de violations des droits humains et avaient appelé à la création d'un mécanisme pour assurer un suivi adéquat et continu de la situation des droits de l'homme. "Préoccupées par les violations des droits de l'homme contre le peuple sahraoui, nous vous appelons à soutenir la mise en place d'un mécanisme qui permettrait de surveiller et d'établir des rapports sur les droits de l'homme dans les territoires sahraouis, et ce, lorsque le Conseil de sécurité se réunira en avril 2011 pour examiner le mandat de la MINURSO", demandent ces deux organisations à la présidente du Conseil de sécurité qui a été priée, en outre, de "réexaminer la décision du refus d'enquête sur les violences récentes au Sahara occidental" suite au veto d'un seul membre du Conseil de sécurité. APS

D

ans une lettre adressée à la présidente en exercice du Conseil de sécurité, Mme Susan Rice, ces deux organisations ont exprimé leur "déception au refus du Conseil de sécurité, en novembre dernier, de la proposition d'envoi d'une mission d'enquête sur les événements tragiques au Sahara occidental" suite à l'assaut militaire marocain contre des camps sahraouis. A ce propos, elles ont souligné à Mme Rice, qui est également la représentante permanente et l'ambassadrice des EtatsUnis à l'ONU, que le Conseil de sécurité "a l'obligation de protéger la stabilité et les droits de l'homme" au Sahara occidental, ajoutant qu'il était "regrettable que des

Mercredi 22 Décembre 2010

16

Santé
Hypertension Artérielle

EL MOUDJAHID

Les spécialistes appellent à la généralisation des appareils de mesure
• Plus de 17 millions de décès, soit un tiers de la mortalité mondiale, sont imputables aux maladies cardio-vasculaires.
rencontre qui a regroupé plus de 300 praticiens spécialistes été l’occasion de débattre de différentes questions ayant tarit au traitement, au diagnostic et à l’épidémiologie de l’hypertension artérielle en Algérie. La place des antagonistes dans la prise en charge de l’hypertension et dans la nephroprotection ont été également abordés au cours de cette manifestation qui a été encadrée par éminents spécialistes algériens et étrangers. En général, l’hypertension artérielle ne présente aucun symptôme susceptible d’alerter le malade. Selon les spécialistes, cette maladie chronique silencieuse qui cause des dégâts irréversibles notamment chez des sujets à risque tels que les fumeurs, les diabétiques et les personnes âgées, est découverte dans la majorité des cas à l’occasion d’un examen de routine. Les spécialistes qui ont insisté sur la consultation dés l’apparition des premiers symptômes qui sont généralement les céphalées, les bourdonnements d'oreille, les vertiges et les troubles visuels, ont appelé à la généralisation des appareils de mesure de la pression artérielle qui permettent le contrôle de la maladie. Selon les conférenciers, l’hypertension est attribuable à une grande pression du sang sur la paroi des artères qui fait que l’appareil cardio-vasculaire doit travailler plus fort, peut endommager les vaisseaux sanguins de tout l’organisme.» S’agissant des traitements en vogue, les conférenciers ont évoqué « le Cozaar, l’Hyzaar et Fortzaar» dont la maîtrise de la tension artérielle est inégalée par rapport aux autres antagonistes des récepteurs de l’angiotensine (ARA) et qui sont, selon les spécialistes, prescrits aux patients qui ont besoin d’une maîtrise accrue de leur hypertension». La forte prévalence de l’hypertension artérielle (HTA) parmi la population adulte algérienne fait que cette maladie représente un véritable problème de santé publique. Plusieurs études scientifiques, menées aussi bien par le ministère de la santé que par des chercheurs dans le cadre de travaux universitaires, montrent que cette affection aux conséquences particulièrement redoutables touche près de 30% des personnes adultes. L’évolution spectaculaire de cette affection inquiète les spécialistes et en particulier les cardiologues qui évoquent la nécessité d’une sensibilisation permanente des populations à risque mais également des recherches poussées pour de nouveaux traitements de l’hypertension artérielle. Kamélia H

Les risques de cancer du sein augmenteraient avec le travail de nuit
D' après une récente étude sur le sujet, les femmes qui travaillent de nuit auraient plus de risques de développer un jour le cancer du sein.
n e nouvell e étude a été présentée mardi 14 décembre sur le thème du cancer du sein et des risques liés pour les femmes travaillant de nuit. Ainsi, plusieurs chercheurs ont établi que les femmes travaillant de nuit, notamment si cela concerne une période supérieure à 3 ans et pour des nuits complètes, avaient plus de risques de contracter un cancer du sein que celles travaillant de jour. Ce constat a été posé après qu'une étude a été menée auprès de 1.234 femmes. Ces femmes interrogées avaient toutes contracté un cancer du sein entre 2005 et 2007 et ont été comparées à un autre groupe de femmes de profils similaires. Ainsi, il est apparu que les femmes ayant un jour travaillé dans leur vie de nuit avaient 40% plus de risques de contracter le cancer du sein que les autres femmes. L'augmentation de ce risque varie en fonction de la fréquence de ce travail de nuit, et notamment son prolongement dans le temps. Il apparaitrait ainsi que plus une femme change de rythme dans une semaine, plus elle augmente le risque de contracter la maladie. Cela serait dû à la différence de sécrétion d'hormones variant entre la nuit et le jour.

U

P

remière cause de mortalité dans le monde, les maladies cardiovasculaires sont à l’origine de plus de 17 millions de décès chaque année. Aujourd’hui, il est clairement établi que l’acquisition de mauvaises habitudes alimentaires, de modes de vie préjudiciables à la santé dont le tabagisme et la sédentarité constituent la cause essentielle de l’émergence et de l’augmentation croissantes des cas de diabète et d’hypertension artérielle qui est le premier facteur de risque des maladies cardiovasculaires, d’où l’intérêt de les prendre en charge de manière précoce. C’est dans ce cadre que le laboratoire MSD a organisé une journée scientifique portant sur la bonne pratique de prise en charge de l’hypertension. Cette

Pub

Novartis: essai concluant pour un médicament contre la myélofibrose
L'étude de phase III, l'une des dernières étapes avant une demande d'homologation, a permis d'établir que l'INC424 réduisait la taille de la rate chez les patients atteints par cette maladie, selon un communiqué du laboratoire helvétique. La rate filtre le sang et diminue le volumes de globules rouges. Mais chez les patients souffrant de myélofibrose, la production de globules rouges par la moelle osseuse est entravée. En réduisant l'activité de la rate, les patients retrouvent donc un volume plus élevé de globules rouges dans le sang. Le médicament a également permis de diminuer les symptômes de cette maladie, notamment la fatigue, des sueurs nocturnes, des démangeaisons et la perte de poids. Selon Novartis, peu de traitements sont actuellement disponibles, notamment la transplantation de cellules souches de moelle osseuse. Mais seuls environ la moitié des patients survivent plus de cinq ans à ce traitement.

Dyslexie : l'imagerie médicale peut dire si un adolescent vaincra ce handicap

L

'imagerie du cerveau permet de prédire, dans la plupart des cas, si un adolescent souffrant de dyslexie pourra ou non surmonter ce trouble de l'apprentissage de la lecture, selon des travaux de chercheurs publiés lundi. "Cette découverte apporte un éclairage sur la manière dont le cerveau de certains dyslexiques compense les difficultés de lecture", explique Alan Guttmacher, directeur de l'Institut national américain de la santé de l'enfant et du développement humain, qui a financé cette recherche. "La compréhension de l'activité cérébrale liée à la compensation de ce handicap pourrait conduire à développer des techniques capables d'aider les dys-

lexiques à renforcer ce mécanisme", poursuit-il. "De la même manière, de nouveaux traitements pourraient être développés pour ceux souffrant de dyslexie dont le cerveau ne parvient pas à compenser ce trouble", ajoute le Dr Guttmacher. Les 45 enfants ayant participé à cette étude, âgés de onze à quatorze ans, ont été soumis à une batterie de tests pour évaluer leurs capacités de lecture. Il a été déterminé que 25 étaient dyslexiques. Ces adolescents avaient de grandes difficultés à apprendre à lire malgré une intelligence, une vision et une audition normales ainsi qu'un accès aux instructions habituelles de lecture. Les chercheurs de l'Université de Stanford

(Californie, ouest) dont l'étude paraît dans les Annales de l'Académie amédes Sciences ricaine (PNAS) du 20-25 décembre, ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour déterminer l'utilisation d'oxygène dans les différentes parties du cerveau impliquées dans une activité particulière. Ils ont également recouru à un autre type d'IRM dit par tenseur de diffusion pour établir une sorte de carte de la matière blanche, le câblage du cerveau, afin de voir les différentes connexions entre diverses zones cérébrales.Les auteurs de l'étude ont constaté que 13 de ces jeunes dyslexiques activaient une certaine région du cerveau plus souvent que les autres.

ANEP N° 835567 du 21/12/2010

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Santé
Fruits rouges
Les fraises, cerises, myrtilles, framboises… contiennent des polyphénols bons pour le cœur et les artères. Ils contribuent de manière La goutte, maladie douloureuse, pourrait être liée à la consommation de fructose chez les femmes. Diminuer les boissons sucrées comme le soda, et même le jus d’orange, serait alors bénéfique. La consommation de boissons riches en fructose, comme les sodas ou le jus d’orange, serait associée à une augmentation du risque de goutte chez les femmes. Une étude américaine publiée dans la revue Journal of the american medical association vient en effet de montrer qu’en grandes quantités, le fructose augmente l’uricémie – le taux sanguin d’acide urique – et par extension le risque de voir se développer la maladie. Hyon K. Choi et son équipe de l’université de Boston, étaient déjà parvenus à cette conclusion en 2007, mais sur un public masculin. Or les hommes sont davantage sujets à la goutte. Dans le cas d’espèces, ils ont analysé les données concernant 78.906 femmes, suivies de 1984 à 2006 et sans antécédents goutteux. Après ces 22 années de suivi, 778 nouveaux cas ont été diagnostiqués.

17

Le curcuma est un puissant anti-inflammatoire et anti-cancer
Le curcuma est l’anti-inflammatoire naturel le plus puissant identifié à ce jour. Il se révèle efficace contre les inflammations digestives et pour prévenir les inflammations articulaires. Mais il joue aussi un rôle dans la prévention du cancer : à âge égal, les Hindous ont 8 fois moins de cancers du poumon que les Occidentaux, 9 fois moins de cancer du côlon, 5 fois moins de cancer du sein et jusqu’à 10 fois moins de cancer du rein. Les Hindous ne sont certainement pas moins exposés que les Occidentaux aux éléments cancérigènes de l’environnement. La différence serait attribuable à leur consommation élevée de curcuma, laquelle est en moyenne de 1,5 à 2 g de curcuma par jour (l'équivalent d’un quart à une demicuillère à café). Ces effets sur la santé sont dus à la curcumine, un antioxydant très puissant. A noter qu’en laboratoire, cette molécule inhibe la croissance d’un très grand nombre de cancers : côlon, foie, estomac, ovaires, sein, leucémie...

Fructose, un sucre à prendre avec des pincettes ?
Même le jus d’orange… «Nous avons constaté que la consommation croissante de boissons riches en fructose accroît le risque de goutte, conclut ainsi Hyon K. Choi. À partir d’une consommation d’un soda par jour, ce risque augmente de 74 %. Et à partir de deux sodas quotidiens il est multiplié par 2.» Rappelons que le fructose est un sucre d’origine naturelle, présent en abondance dans les fruits et le miel. Ainsi, selon les auteurs, «même le traditionnel verre de jus d’orange matinal serait plus néfaste si vous en consommez un par jour plutôt qu’un par mois». Ils se veulent néanmoins rassurants, soulignant la faible incidence de la goutte chez les femmes : moins de 6 % après 65 ans. Ils soulignent malgré tout qu’il est «important de réduire la consommation de fructose, tant chez les femmes que chez les hommes». En effet, les sodas, consommés en excès, sont en partie responsables des nombreux cas de diabète ou d’obésité.

efficace au bien-être cardiovasculaire. Ils améliorent l’élasticité de la paroi des vaisseaux sanguins. Les polyphénols augmentent la capacité antioxydante sanguine et améliorent l’équilibre du bilan lipidique.

Projecteurs sur la Vitamine D !
La vitamine D joue plusieurs rôles importants, du métabolisme a la santé du cœur. Une étude récente montre qu'il aide à booster le cœur pendant la perte de poids. Dans le "American Journal of Clinical Nutrition", des chercheurs allemands ont reporté qu'une dose de 83 microgrammes de vitamine D par jour baissait les niveaux de triglycérides, des facteurs d'inflammation comme la tumeur nécrose "TNFAlpha", et certaines maladies cardio-vasculaires. On sait déjà qu'une déficience en vitamine D augmente les risques d'osteopénie, d'ostéoporose, de faiblesse musculaire, de fracture, de cancers bénins, de maladies autoimmunes, de maladies infectieuses et de maladies cardio-vasculaires. Selon une étude réalisée à Chicago, le manque de sommeil réduirait la tolérance du corps humain au glucose et entrainerait également une résistance à l'insuline, une hormone de régulation du glucose. L'expérience a été réalisée sur des hommes et des femmes quadragénaires. Ces personnes n'ont pratiqué aucune activité physique et se sont nourris sans contrainte pendant tout la durée de l'étude. En réduisant leur temps de sommeil de 8,5 heures à 5,5 heures par nuit, les taux de sucre de ces personnes étaient comparables à ceux des diabétiques. Le manque de sommeil, associé à une alimentation trop riche ainsi qu'à une absence d'activité physique, augmenterait donc le risque de diabète.

La musique diminue la tension artérielle
Ecouter de la musique est bon pour le moral mais aussi pour la santé du cœur. La musique apaise également la douleur et l’anxiété. Alors n’hésitez pas, écoutez quotidiennement vos musiques préférées… Des chercheurs américains ont analysé une série d’études ayant porté sur les effets de la musique sur la santé, réalisées pour la plupart auprès de personnes souffrant d’un problème cardiaque. Ils constatent ainsi que le fait d’écouter de la musique diminue l’hypertension et la fréquence des battements du cœur. Par rapport à des sujets cardiaques n’écoutant pas de musique, ceux qui se sont laissés charmer par une mélodie agréable durant trente minutes ont vu leur tension artérielle diminuer, tout comme leur fréquence cardiaque et leur angoisse. Comment expliquer ce phénomène ? La musique améliore la circulation sanguine. Plus précisément, la musique stimule la sécrétion d’endorphine, une hormone qui agit sur les vaisseaux sanguins et provoque leur dilatation. En revanche, un morceau musical jugé désagréable ou stressant aura l’effet inverse avec un rétrécissement des vaisseaux, défavorable pour le cœur. Il faut donc choisir des mélodies agréables, joyeuses ou relaxantes.

Diabète

Dormez plus !

RE POIV LE

L’épice qui guérit
Le poivre a des vertus digestives, anti-rhumes, anti-douleurs, il aide à soigner la gastro-entérite, les bronchites et stimule la libido. Le poivre met du piquant dans la vie et nous garde en bonne santé. Le poivre aide à digérer ! On le

Les idées reçues sur le stress sont nombreuses mais pas toujours exactes. Le stress fatigue. Vrai. Face à une sollicitation permanente et répétitive, notre organisme puise sans relâche dans ses réserves énergétiques et lutte pour s’adapter. Si notre hygiène de vie est mauvaise, notre corps ne trouve plus le carburant nécessaire et tombe en panne. Vous ressentez alors la fatigue, qui dans certains cas de stress durable ne sera pas réparée par le sommeil. Il convient dans ce cas de restructurer son sommeil, c’est à dire retrouver son propre rythme, sa propre horloge interne. Pour cela, inutile de dormir plus, il convient juste de dormir mieux : couchez-vous et levez-vous à heures régulières, ne prenez pas d’excitants avant d’aller au lit… Un déséquilibre alimentaire favorise le stress. Vrai. Notre façon de penser, de sentir, de percevoir, dépend de notre santé physique et biologique. Pour cela, il faut veiller à maintenir un équilibre alimentaire entre les différents nutriments que nous ingérons. Préférez les sucres lents (céréales, pommes de terre, pâtes, riz…) plutôt que le sucre ou la pâtisserie. Diminuez les graisses et préférez les graisses végétales. Veillez à consommer suffisamment de "bonnes" protéines (poissons, viandes,

œufs, laitages). Et inversement, le stress conduit à des comportements alimentaires néfastes Vrai. La perte du rythme des repas, le grignotage, les déjeuners pris sur le pouce dans de mauvaises conditions… sont des comportements induits par le stress. Les aliments choisis sont principalement ceux que nous ressentons comme dé-stressants : sucres rapides, sodas, graisses… car ils nous font plaisir. On ne le dira jamais assez, ré-équilibrez votre alimentation et prenez le temps de manger, en choisissant un endroit calme, tempéré et qui vous permet d’être assis. Le repas est un vrai moment de détente pour votre organisme. Le chocolat et d’une manière plus générale les sucreries sont des aliments anti-stress Faux. Ils appartiennent à la catégorie des sucres rapides c’est-à-dire qu’ils passent directement dans le sang en donnant un coup de fouet quasi-immédiat mais de courte durée. Il convient de privilégier les sucres lents qui eux agissent sur le long terme. Les sucres présentent néanmoins l’avantage de faire plaisir, ce que nous recherchons lorsque le stress nous gagne. Néanmoins, ils font grossir s’ils sont consommés plus que de raison. Le stress entraîne des carences en vitamines et en oligo-éléments. Faux. Le stress n’a pas d’incidence directe

sur les taux de vitamines et d’oligo-éléments présents dans l’organisme. Ce sont les déséquilibres alimentaires induits par un état de stress qui peuvent conduire à des carences. Prendre un complément nutritionnel ne répondra que ponctuellement à ce déséquilibre sans agir sur le long terme. La prise d’un complément vitaminique doit, par ailleurs, être décidée par votre médecin et effectuée sous sa surveillance car la présence de certaines molécules en trop fortes quantités dans le sang peut être néfaste pour l’organisme.

sait, la digestion débute par la bouche et dans ce processus, la salivation joue un rôle important. Elle commence à séparer certains composants de nos aliments pour les rendre plus faciles à assimiler par l’organisme, elle forme le bol alimentaire en amalgamant les aliments réduits en bouillie par la mastication et elle protège les dents en réduisant l’acidité du milieu buccal.

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Culture
Festival international du film arabe à Oran

19

Les courts-métrages algériens, Le dernier passager et Khouya entrent en compétition
Deux courts-métrages algériens, "Le dernier passager" de Mounes Khemar et "Khouya" de Yanis Koussim ont été présentés hier, à la cinémathèque d’Oran, au titre de la compétition dans cette catégorie de films de la 4ème édition du Festival international du film arabe (FIFAO). "Le dernier passager", d’une durée de 7 minutes, montre la mal-vie d’un jeune qui se donne la mort en sautant, du haut d'une crique, dans le vide. Son âme erre, une dernière fois, dans la ville pour partir à la rencontre d’une femme qu’il a aimée, mais aussi au théâtre où devait se produire "Princesse", une de ses vedettes préférées. Mounes Khemar transmet, à travers l’image, toutes les pesanteurs d’une ville et d’une vie sans perspectives qui ont poussé ce jeune à accomplir l’irréparable. "Khouya" de Yanis Koussim parle de violence familiale. Une mère et trois sœurs subissent la violence d’un frère qui subsiste à leurs besoins et qui veille sur "l’honneur de sa tribu". Violence au quotidien. La situation dégénère lorsqu’une des filles est demandée en mariage. Celle-ci refuse. Le frère, blessé dans son amour-propre, réagit violemment. Les filles se révoltent. L’une d’elles saisit un couteau et tue son frère. Finalement, c’est la mère qui endosse le crime, comme pour se punir d’avoir toujours privilégié le fils unique au détriment de ses sœurs. Le jeune réalisateur, ayant déjà à son actif "Khti" (Ma sœur) primé par plusieurs festivals, dépeint "l’univers parallèle" des femmes, qui arrivent à vivre, en dépit de l’oppression et de la "hogra" des hommes. Le public, venu en grand nombre, contrairement aux journées précédentes, a été agréablement surpris de découvrir le court-métrage de la marocaine Jihan El-Bahhar, "Ame perdue". Mourad est un artiste. Il est portraitiste. Il est fauché comme les blés car son métier ne lui rapporte rien. Dans sa sordide chambre, ses £uvres prennent vie et discutent avec lui pour lui reprocher tout et rien.Finalement, Mourad quitte son monde et met un terme aux discussions désobligeantes et blessantes avec ses "créations", en couvrant les toiles, une à une, de bâches. Pour sa part, le cinéaste tunisien Malik Amara, avec son film "Le linge sale", a signé une comédie digne des œuvres italiens. Radhi, un quinquagénaire est le souffre-douleur de sa monstrueuse épouse qui le maltraite et l’humilie à chaque occasion. Il rêve de se débarrasser de ce fardeau. Il échaffaudera tous les plans pour tuer "proprement" sa femme et mener la "dolce vita" grâce à une assurance-vie à laquelle il avait souscrit. Malik Amara est fortement influencé par les cinéastes italiens. Les "traces" de Fellini, dans la manière de filmer les femmes toutes aussi obèses, laides et cyniques les unes que les autres, sont nettement visibles dans ce film. Les rires du public et les applaudissements qui ont suivi la projection, montrent que le cinéaste a fait "mouche". Reste à convaincre le jury. Le menu proposé pour hier, a également comporté, "Sabeel" de l’émirati Khalid Al Mahmoud et "Rouge pâle" de l’égyptien Mohamad Hammad. Dans "Sabeel", deux adolescents s’installent au bord d’une route déserte, pour proposer aux rares usagers des légumes cueillis dans leur petit jardin. Ils doivent gagner de l’argent pour acheter des médicaments à leur grand-mère agonisante. Dans "Rouge pâle", Mohamad Hammad décrit les relations entre l’adolescente Cheyma et sa grand-mère, avec laquelle elle vit. Deux générations, deux conceptions de vie différentes. Chayma puise dans ses économies pour acheter des sousvêtements plus à la mode. Sa grand-mère refuse cette "innovation" et l’oblige à plonger ses sous-vêtements dans du chlore afin qu’ils perdent leurs couleurs. Pour l’ultime journée de la compétition, prévue aujourd’hui, le programme proposé comporte le troisième court-métrage algérien en compétition, "Garagouz" d’Abdenour Zahzah, qui vient de remporter un quatrième prix, en quelques mois, au festival du film de Dubai. La proclamation du palmarès aura lieu jeudi lors de la cérémonie de clôture de cette 4ème édition du FIFAO.

M. Abdallah Hassan Ahmed

M. Abou Dhikra

“Le meilleur gage du cinéma arabe est d’investir dans les jeunes”

“Le FIFAO est un grand acquis que tous les Arabes doivent soutenir”

L

e meilleur gage d'avenir pour le cinéma arabe est "d'investir dans les jeunes", a estimé hier, à Oran le réalisateur et producteur émirati Abdallah Hassan Ahmed, en marge de la 4ème édition du festival international du Film arabe (FIFAO). "Les pays d'Europe, d'Amérique et d'Asie investissent énormément dans les jeunes. Pourquoi pas nous", s'estil interrogé en trouvant que le court métrage est un meilleur créneau pour l'émergence de jeunes talents de producteurs, réalisateurs et comédiens. "De jeunes producteurs et réalisateurs aux Emirats Arabes Unis (EAU), qui avaient à leur actif des courts métrages, peuvent réaliser aujourd'hui sans

complexe de longs métrages", a-t-il déclaré à l'APS. A ce propos, il a indiqué que la nouvelle vague de jeunes cinéastes des pays du Golfe a produit des films qui ont eu des "succès retentissants, augurant d'un avenir prometteur". Selon Abdallah Hassan Ahmed, certains anciens producteurs doivent réviser leur méthode de travail et leur technique, en déclarant que "la nouvelle génération de cinéastes, indépendante, a une nouvelle vision du cinéma, loin des techniques hollywoodiennes". Au sujet du FIFAO, il a estimé que ce festival est unique en son genre en terme de promotion du film arabe favorisant l'émergence de nouveaux talents. "J'apprécie beau-

coup ce festival qui m'offre la possibilité d'apprendre davantage de mes aînés arabes", a-t-il dit en faisant remarquer qu'Oran possède tous les atouts pour être une capitale incontournable du cinéma arabe. Ce jeune réalisateur émirati est considéré comme un pionnier de l'industrie du cinéma aux Emirats Arabes Unis et également l'un des premiers réalisateurs dans ce pays. Ses œuvres ont obtenu plusieurs consécrations aussi bien arabes qu'internationales. Actuellement, il participe à la majorité de la production des films aux EAU. A noter que Abdallah Hassan Ahmed est membre du jury des longs métrages à la 4ème édition du festival international du film arabe à Oran.

L

e président du Conseil d’administration de l'Union des producteurs arabes des œuvres télévisuelles, M. Ibrahim Abou Dhikra, a affirmé hier, à Oran que le festival international du Film arabe d’Oran (FIFAO) "est un grand acquis que tous les arabes doivent soutenir". Intervenant à l’occasion d'une cérémonie organisée par l’Union en l’honneur de M. Mustapha Arif, commissaire du FIFAO, M. Abou Dhikra a souligné que le festival cinématographique d’Oran "se distingue par sa consécration à l'identité arabe comme étant le seul événement cinématographique qui ouvre son espace exclusivement au cinéma arabe". "Un regroupe-

ment arabe autour de ce festival qui honore la nation est nécessaire et nous œuvrerons tant que possible à le soutenir et à le préserver", a indiqué le président de l'Union relevant de la Ligue arabe. M. Abou Dhikra a également exprimé son souhait à ce que ce festival international arabe "puisse poursuivre la consécration de cette identité et sa consolidation et qu'elle puisse être toujours dans son contenu, de son jury et ses prix", ajoutant que l’accueil du cinéma étranger dans le cadre de l'hospitalité "ne réduit pas la distinction dont se singularise le FIFAO. Il a souligné que l'Union valorise ces espaces et les initiatives des promoteurs qui s'efforcent à transmettre le

message de la culture arabe dans le monde et renforce sa position, notamment à travers les médias lourds des chaines satellitaires arabes qui couvrent environ 75 pour cent de la télédiffusion du monde entier. M. Abou Dhikra a présenté, au commissaire du FIFAO, M. Arif Mustapha, au nom de son organisme, l'écusson de l’Union, qui est un prix de première classe de l'Union des producteurs arabes des œuvres télévisuelles. M. Abou Dhikra a honoré, à cette occasion, Nabila Rezaik, au nom de tous les membres du comité organisateur du FIFAO d'Oran, en notant que cet hommage est dédié également à la femme algérienne.

Ain Temouchent

Tamanrasset
loppement. Venus de 13 wilayas du pays, dont certains du sud (Ouargla), des hauts plateaux (Djelfa et M’sila) où cet art est méconnu, les stagiaires se pencheront sur les techniques de fabrication et de manipulation de marionnettes, la mise en scène du texte à l’espace, la scénographie et la technique vocale. Les techniques du son et logiciel et le training corporel, constituent les autres thèmes qui seront traités, une semaine durant, à cette occasion. Parmi les sept encadreurs désignés pour cette formation, il y a lieu de noter la présence de MM. Missoum Larouci, dramaturge, Halim Rahmouni, scénographe et Chouat Aissa, spécialiste en training corporel. Cette session de formation qui prendra fin samedi, sera sanctionnée par des diplômes qui seront délivrés aux participants et leur permettront de prendre part à la deuxième session dite "de deuxième degrés", prévue l’année prochaine.

Faire des journées de formation “une tradition”

L

a direction de la culture de la wilaya d’Ain Temouchent ambitionne de faire des journées de formation aux arts de la marionnette une tradition annuelle", a affirmé hier, son premier responsable. La session de formation, ouverte en début de semaine, doit s’insérer dans ce cadre, pour non seulement pérenniser cette opération, mais aussi pour améliorer le niveau du Festival national culturel du théâtre de marionnettes (FNCTM), qu’organise annuellement la wilaya, a indiqué M. Mohamed Bouchahlata. Cette formation, qui a été la principale recommandation des différents jurés des trois dernières éditions du festival, "doit s’inscrire dans cette lignée pour être +budgétisée+ dans le cadre du festival", a-t-il ajouté. Cette première session a été financée par le ministère de la Culture pour le compte de la direction de la culture de wilaya, a-t-on signalé. Tout en insistant sur la mise en valeur du savoir-faire de l’art

de la marionnette, à travers des sessions de formation, vu que "les ateliers à eux seuls ne suffisent pas", le directeur de la culture a affirmé que cette opération assurera "un certain équilibre entre les participants au festival". Elle profitera également au jury de sélection des troupes participant au FNCTM, a-t-il dit. La session de formation et d’initiation, ouverte à la bibliothèque "Malek Bennabi" d’Aïn Temouchent au profit de 21 membres de troupes théâtrales versées dans le monde des poupées, mettra également en valeur les tendances de chacun des marionnettistes en prévision de leur spécialisation lors des prochaines journées de formation. Encadrées par des enseignants de l’Institut national des arts dramatiques d’Alger, ces journées se proposent, selon M. Bouchikhi, cadre à la direction de la Culture, d’établir un état des lieux du théâtre de marionnettes et de dégager les voix et moyens nécessaires à son déve-

Poursuite du 3e festival national des musiques et chansons amazighs

L

es activités de la 3ème édition du Festival national des musiques et chansons amazighes se poursuivent hier, à Tamanrasset pour la troisième journée dans une ambiance artistique colorée, animée par des vedettes de la chanson amazigh de différentes régions du pays. Cette manifestation est également caractérisée par la présentation d'une série de communications inhérentes au patrimoine amazigh et animées par des chercheurs, ayant trait notamment à l'histoire, à la situation et aux perspectives de la chanson amazigh, et aux voies susceptibles de permettre la préservation de ce patrimoine culturel ancestral. Dans une communication intitulée ''Musique et chant chez l'Amazighe des Aït Soltane'', le Dr. Omar Bouzid, chercheur en musicologie, a abordé les genres musicaux, les instruments utilisés par cette société amazighe et leur rôle dans la composition poétique et les arrangements acoustiques. Dans sa communication ''La chanson amazigh de la vallée du M'zab, entre présent difficile et avenir prometteur'', M. Djamel Eddine Debbèche, chercheur en patrimoine local de la

région du Mzab, consacré à la situation que traverse la chanson amazighe mozabite. Il a, à ce propos, abordé les caractéristiques artistiques du ''Azelouane'', genre lyrique féminin propre à la région du Mzab chanté notamment durant les fêtes sociales locales, tout en mettant en exergue la rhétorique poétique locale chantant la révolution, les voyages, l'invocation et les louanges à Dieu. Le chercheur Rachid Bellil a, de son côté, évoqué l'art Ahellil des amazighs de Zenata et les risques menaçant son développement, notamment le changement des instruments de musique et le désintéressement des jeunes à ce type de patrimoine artistique saharien. Inaugurée samedi dernier à Tamanrasset, cette manifestation culturelle, qui regroupe des troupes artistiques des différents genres d'expression amazigh, dont le targui, chaoui, kabyle et mozabite, constitue un espace de compétition entre participants sur les prix des meilleures interprétation, composition et participation, sous la supervision d'un jury présidé par le chef d'orchestre national, M. Sâad Kheddam.

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

éries temp In

Société

23

Le chaos dans les aéroports européens “inacceptable”
Le chaos qui règne dans de nombreux aéroports européens en raison du mauvais temps est "inacceptable" et "ne devrait pas se reproduire", a estimé hier le commissaire aux Transports Siim Kallas.
"Je suis extrêmement préoccupé par le niveau des perturbations que la neige a causé pour voyager en Europe. C'est inacceptable et ne devrait pas se reproduire", a dit M. Kallas dans un communiqué. Le commissaire européen a prévu de réunir "dans les prochains jours" les représentants des aéroports européens pour leur demander "des explications". Il faudrait que les transports aériens soient en mesure de mieux fonctionner à l'avenir dans des situations similaires, a-t-il dit. "Ces dernières années nous ont appris que la neige en Europe occidentale n'est pas une circonstance exceptionnelle", a-t-il fait remarquer avant de plaider pour une "meilleure préparation". Sinon, a-t-il dit, la Commission est prête à présenter des mesures législatives "sur les exigences de service minimum pour les aéroports". Avions cloués au sol sur des pistes recouvertes d'un manteau neigeux, passagers passant la nuit dans des aérogares bondés, trains retardés: des chutes de neige inhabituelles ont semé la pagaille dans les transports européens à quelques jours de Noël. Des milliers de passagers ont été forcés de passer la nuit dans des halls d'aéroports, parfois dans des lits de camps comme à Francfort, en Allemagne, ou à Roissy, près de Paris, tandis que le ciel européen était désorganisé par l'annulation en cascade des vols.

Australie : le naufrage du bateau d'immigrants a probablement fait 48 morts

Q

uarante-huit personnes sont présumées mortes, après le naufrage mercredi d'un bateau chargé d'immigrants irakiens et iraniens près de l'île australienne de Christmas Island, a indiqué hier le Premier ministre australien Julia Gillard. "Nous ne saurons peut-être jamais le nombre exact de victimes,

mais d'après les informations dont on dispose, il y avait au moins 90 personnes à bord du bateau", a déclaré Julia Gillard aux journalistes. Quarante-deux personnes ont été récupérées vivantes, avait indiqué le gouvernement australien vendredi dernier. "Cela signifie qu'il y a environ 18 personnes qui manquent",

en plus des 30 morts comptabilisés en fin de semaine dernière, a-t-elle ajouté. L'embarcation de fortune, qui s'est fracassée mercredi sur les rochers de Christmas Island dans une mer démontée, transportait selon les premières estimations une centaine d'immigrants, des familles pour la plupart. L'île Christmas est un

territoire australien, situé dans l'océan Indien à 2.600 km des côtes nord-ouest de l'Australie et quelque 300 km des côtes indonésiennes. En 2010, environ 5.000 demandeurs d'asile en provenance d'Iran, d'Irak et du Sri Lanka ont atteint les côtes australiennes à bord d'embarcations de fortune, parties d'Indonésie.

Le bilan du séisme dans le sud-est de l'Iran s'alourdit à 12 morts

Japon

Des chercheurs japonais ont donné naissance à une "souris gazouilleuse"
Des chercheurs japonais ont annoncé mardi avoir donné naissance à une souris qui gazouille comme un oiseau, à l'issue d'une "évolution" génétique qui pourrait, espèrent-ils, éclairer les origines du langage humain. Une équipe de scientifiques de l'Université d'Osaka (ouest) ont modifié génétiquement des souris dans le cadre de leur "Projet de souris évoluée". "Nous avons croisé des souris génétiquement modifiées sur plusieurs générations afin de voir ce qui allait se passer", a déclaré le chef de l'équipe, Arikuni Uchimura. "Nous avons examiné les bébés souris l'un après l'autre (..) Et un jour, nous en avons découvert un qui chantait comme un oiseau", at-il raconté, ajoutant que la "souris gazouilleuse" était née par hasard, mais qu'elle pouvait transmettre son don aux générations suivantes. "J'étais surpris car je m'attendais surtout à avoir des souris avec des modifications de leur aspect physique", a-t-il dit lors d'une interview par téléphone. Il a toutefois reconnu que le projet avait également produit "une souris avec des pattes plus courtes et une queue de teckel". Le laboratoire, dirigé par le professeur Takeshi Yagi, travaille désormais sur plus de 100 "souris gazouilleuses". L'équipe espère que ces travaux permettront de comprendre comment le langage humain évolue. Les scientifiques ont découvert que les oiseaux utilisent différents éléments sonores, les mettent en paquets comme des mots et les alignent ensuite pour produire des "chants" qui sont soumis à certaines règles linguistiques. "Les souris sont plus faciles à étudier que les oiseaux car ce sont des mammifères et leur structure cervicale, ainsi que d'autres aspects biologiques sont plus proches des humains", a expliqué M. Uchimura. "Nous examinons comment une souris qui émet de nouveaux sons peut influencer des souris ordinaires dans un même groupe (..) en d'autres termes, si cela a des connotations sociales", a-t-il ajouté, en rappelant que les souris ne couinent que lorsqu'elles sont soumises à un stress. Les chercheurs se sont aperçus que les souris mutantes gazouillaient plus fort selon les situations, ou quand les mâles étaient placés avec des femelles. Les pépiements "peuvent être en quelque sorte l'expression de leurs émotions ou de leur condition physique", a indiqué M. Uchimura.

Vingt-deux morts dans un accident de bus en Malaisie
ont été blessées et sont soignées”, a déclaré Aminuddin Abdul Rahim, porte-parole des services d'incendie et de secours. “Les opérations de recherche et de secours se poursuivent et nous attendons encore le nombre définitif de victimes”, a-t-il encore dit. Le bus revenait d'une visite de Cameron Highlands, une ville de montagne construite au début du XXe siècle par les colons britanniques et devenue, depuis quelques années, un des principaux sites touristiques de Malaisie.

L

L

ourd bilan à la suite d'un accident de bus dans le centre de la Malaisie. Vingtdeux personnes, essentiellement des touristes thaïlandais, sont morts lorsque leur véhicule s'est renversé après avoir heurté un poteau, ont indiqué lundi 20 décembre les autorités malaisiennes. “Plus de quinze autres [personnes]

e bilan du séisme qui a ébranlé lundi soir le sud-est de l'Iran s'est élevé à 12 morts et 15 blessés, ont rapporté mardi des médias. Selon le gouverneur de la province de Kerman où s'est produit le séisme de magnitude 6,5 sur l'échelle de Richter, cinq nouveaux corps ont été découverts tandis que les habitants de trois villages se trouvent toujours

sous les décombres. Un précédent bilan a fait état de sept morts. Le tremblement de terre a été ressenti dans la province de Sistan-Baluchestan, à la frontière avec l'Afghanistan et le Pakistan, ainsi que dans les villes de Zahedan, Bam, Khash et Iranshahr, a indiqué auparavant l'agence de presse iranienne Fars.

Italie

Arrestation de 34 membres d'une organisation criminelle à Naples
lice a également, procédé à la mise sous séquestre de biens notamment, d'une entreprise de transport, de véhicules et d'une zone d'élevage, appartenant à cette organisation, selon la même source. La veille, les mêmes services liés à la DDA ont appréhendé à Livourne, en Calabre, un officier des carabiniers pour collusion avec la mafia calabraise, a rapporté l'agence ANSA. "Le capitaine Spadaro Tracuzzi a travaillé ces trois dernières années jusqu'à juin pour la direction antimafia de Reggio Calabre, après avoir été membre d'une cellule opérationnelle", a précisé cette source.

L

es services italiens de lutte contre la grande criminalité ont interpellé hier à Naples, 34 personnes en relation avec l'organisation criminelle dite "Camorra", a-t-on annoncé de source policière à Rome. Les arrestations ont été effectuées à l'issue d'une opération policière de "grande envergure" intervenue à la suite d'une enquête coordonnée par la direction italienne des enquêtes antimafias (DDA), a-t-on précisé. Les personnes arrêtées et qui appartiennent à trois clans mafieux, sont soupçonnées d'implication dans une série de meurtres, d'extorsion de fonds, de possession illégale d'armes et d'enlèvements, a-t-on ajouté. La po-

Mercredi 22 Décembre 2010

EL MOUDJAHID

Sports
F O O T B A L L
Ligue des Champions (tour préliminaire)

31

Coupes africaines

La JSK et l'ESS directement qualifiées pour les 1/16e de finale

“Il faudra se méfier de cette équipe de Bangui”, selon Alain Michel

L'

Le tirage au sort des compétitions africaines effectué, au siège de la CAF au Caire, a été plus ou moins favorable à la JSK et à l'ESS. Elles sont directement qualiféés pour les seizièmes de finale de ces compétitions qui verront également la participation du MCA en tant que champion d'Algérie en titre. Si l'ESS (Ligue des champions) et la JSK (Coupe de la CAF) sont exemptées du premier tour, le MCAlger aura à en découdre avec le champion de la République centrafricaine l'O. Réal de Bangui. A priori, il s'agit d'un match largement à la portée de la formation algérienne. Néanmoins, en football, notamment à l'échelle africaine rien n'est acquis d'avance. De plus, cette rencontre aller qui aura lieu à Bangui entre les 28,29 ou 30 janvier 2011 se jouera dans des conditons climatiques pour le moins très difficiles. Le CA Batna, finaliste de la Coupe d'Algérie 2010, aura face à lui une équipe d'An Nasr de Benghazi qui avait affronté l'ESS dans la Coupe de l'UNAF. En dépit du manque d'expérience dans de telles compétitions, les Batnéens demeurent optimistes pour passer ce tour. Les 1/16èmes de finales pour l'ESS et la JSK qualifiées pour ce tour auront lieu à partir des mois de février et mars se présentront sous de bons auspices du fait qu'elles n'auront pas de gros calibres devant eux. On peut dire qu'elles auront, d'ici-là, assez de temps pour s'y préparer. Il est certain que l'Algérie sera représentée par quatre équipes : MCA, ESS, JSK et CAB. Le MCAlger et l'ESS joueront la 15ème èdition de la Ligue des champions, alors que la JSK et le CAB joueront la 8e édition de la Coupe de la CAF. Le moins que l'on puisse dire et que nos représentants sont décidés à aller le plus loin possible dans leurs compétitions (Ligue des champions et la Coupe de la CAF). Lors de la précédente édition, l'ESS et la JSK sont parvenues à la phase de poules. La JSK a même atteint les demi-finales de cette Ligue des champions remportée par le Tout-Puissant Mazembé, finaliste de la Coupe du monde des clubs. Il a été battu en finale par l'Inter de Milan sur le score de 3 à 0. Il est évident que nos clubs ne participeront pas à ces deux compétitions régies par la CAF pour faire de la figuration. Ils viseront directement le pactole du lauréat. H. Gharbi

entraîneur du MC Alger, Alain Michel, a estimé que son équipe devra prendre très au sérieux son duel face au Real de Bangui (Centrafrique), pour le compte du tour préliminaire de la Ligue des Champions d'Afrique, dont le tirage au sort a été effectué lundi au siège de la Confédération africaine de football (CAF) au Caire. "On a hérité d'une équipe dont il faudra se méfier. Le football centrafricain est en pleine progression grâce aux dernières performances de sa sélection aux éliminatoires de la CAN-2012. On devra bien se préparer pour ce rendez-vous, d'autant qu'on a l'avantage de jouer le match retour chez nous", a indiqué lundi à l'APS le coach du MCA.

Le champion d'Algérie sortant se déplacera à Bangui pour disputer le match aller prévu entre le 28 et le 30 janvier 2011, tandis que la rencontre retour aura lieu à Alger entre

le 11 et le 13 février 2011. En cas de qualification aux 1/16e de finales, le MC Alger sera opposé à l'équipe zimbabwéenne de Dynamos, exempte du tour préliminaire. Les partenaires de Hamza Koudri joueront le match aller à Harare entre 18 et le 20 mars 2011, avant d'accueillir leur adversaire à Alger lors de la période du 1er au 3 avril. "Si nous passerons l'écueil du Real de Bangui, on sera opposé à une bonne équipe de Dynamos qui s'était déjà qualifiée, lors de la précédente édition, à la phase des poules. Ça sera vraiment un sérieux client pour nous, mais nous devons tout d'abord passer ce tour préliminaire". En ce qui concerne l'objectif du Doyen dans cette épreuve phare de la CAF, qu'il retrouve après 11

ans d'absence, l'entraîneur des Rouge et Vert reste confiant. "C'est vrai que notre parcours en championnat est loin d'être positif, mais nous avons les moyens d'aller le loin en Ligue des Champions. Nous visons d'atteindre la phase des poules, ce qui sera une grosse performance pour nous", a-t-il ajouté. En cas de qualification pour les 1/8e de finale, le MC Alger croisera le fer avec El Merreikh (Soudan) ou le vainqueur de la double confrontation entre Gruppo desportivo inter club (Angola) et Township Rollers FC (Botswana). Le match aller est prévu à l'extérieur entre le 22 et le 22 avril, alors que la rencontre retour se déroulera à Alger entre le 6 et le 8 mai 2011.

Comité de supporters du MCA

Djebaïli président
Le comité de supporters du MCA vient de se constituer légalement conformément à l'arrêté ministériel n°39 du 1er juillet 2010 qui fixe le modèle des cahiers des charges devant être souscrit par les sociétés commerciales et clubs sportifs. Par conséquent, le président du comité de supporters du MC Alger est Djebaïli Mustapha. Il est secondé par cinq vice-présidents qui sont dans l'ordre : Derriche Tarek, Boutaleb Kamel, Lamri Farès, Saâdaoui Wahid et Oudni Baghdad. Mecebeb Azzedine est désigné comme secrétaire général de ce comité. Le trésorier est Djebaïli Mohamed-Amine et Remini Karim comme le trésorier Adjoint. Ce comité de supporters du MCAlger est composé également de neuf membres qui sont : Ameziane Abdelmadjid, Hiouani Ahmed, Aboudil Slimane, Zougari Nacer, Djouglaf Riad, Boukrouna Nour-Eddine, Allas Khaled, Senisna Moussa et Abib Abderrahmane. Il est certain que ce comité de supporters du MCA pourra jouer son rôle comme il se doit pour faire en sorte que la sportivité règne au sein du doyen des clubs algériens et que la violence soit bannie de nos stades. Hamid G.

La commission de discipline de la Ligue nationale de football (LNF), a infligé un match à huis clos pour le MC Oran et l’USM Annaba pour mauvais comportement de leur galerie, a rapporté hier la LNF sur son site. Pour les Oranais, c’est suite au jet de projectiles causant blessures, lors de sa rencontre face au WA Tlemcen (1-2), disputée samedi dernier. Le WAT a d’un également écopé second avertissement pour jet de projectiles. La commission a laissé ouvert le dossier pour complément d’information, précise la même source. L'USMAn a été sanctionnée, pour sa part, à cause des jets de fumigènes. C’est la troisième infraction pour le club de Annaba. Ainsi, le MCO jouera face à la JSM Béjaia e sans public (13 journée), idem pour l'USMAn, qui accueillera l'USMA à huis clos, pour le compte de la 15e journée.

Un match à huis clos pour le MC Oran et l'USM Annaba

Meilleurs athlètes 2010

Coupe du Qatar

Lancement de l'opération de sondage
Le sondage des meilleurs athlètes de l'année 2010 organisée depuis 1977 par l'agence ''Algérie Presse Service'' entre dans sa phase active, avec le lancement hier, de la liste des athlètes nominés. Le sondage s'effectuera, comme il est de coutume, avec le concours de la presse nationale qui aura à désigner les trois meilleurs athlètes dans les différentes catégories de prix (hommes et dames) ainsi que le meilleur espoir de l'année. Les lauréats seront connus le 30 décembre prochain et la cérémonie de remise des distinctions aura lieu dans le courant du mois de janvier 2011 dans un des grands hôtels de la capitale. Comme les saisons précédentes, les prix institués, en hommage à titre posthume à des journalistes sportifs de renom qui ont marqué par leurs qualités humaines et professionnelles le paysage sportif et médiatique algérien, sont au nombre de cinq. Le prix "Brahim Dahmani", en hommage au journaliste de l'APS, qui a occupé plusieurs postes en débutant par la rédaction sportive, passant par le service culturel avant d'être nommé à un poste à l'étranger (Harare-Zimbabwe), disparu en 1987, récompense le meilleur sportif de l'année. Le prix "Abdelkader Hamani" un des premiers journalistes de la rédaction sportive de la télévision, récompensera la meilleure sportive de l'année, alors que le prix "Mokhtar Chergui'', en hommage à l'ex-responsable de la rubrique sportive du quotidien ''El Moudjahid'' sera remis au meilleur espoir sportif. Le prix de ''la personnalité sportive'' de l'année porte le nom de feu "Mekhlouf Boukhezar", journaliste de l'ENTV, alors que le prix "Abdellah Benyekhlef", en hommage à l'inimitable animateur des années 60 et 70 de la radio Chaîne 3, récompensera la meilleure équipe de l'année. Un prix spécial "Handisport" est décerné à l'athlète qui s'est distingué durant l'année 2010, et qui aura émergé grâce à ses performances et sa régularité dans les résultats. Une liste exhaustive d'athlètes susceptibles d'être nominés dans le sondage des meilleurs athlètes de l'année 2010 est envoyée aux différents organes de presse. Cette liste est laissée naturellement à l'appréciation des différentes rédactions sportives qui pourront faire d'autres propositions.

Nadir Belhadj et Al Sadd se qualifient pour la finale

Volley-ball : L'ancien international volleyeur Abdelghani Ghoul honoré à Bejaia
L'ancien international volleyeur Abdelghani Ghoul a été honoré à Bejaia, lors de son jubilé organisé en fin de semaine à la salle de l'OPOW de Bejaia, en présence des sélections vétérans de Bejaia, de Sétif, de Marseille (France) et une sélection de la ligue de la wilaya d'Alger composée des joueurs de l'équipe nationale de 1980. Organisé par l'association des anciens volleyeurs de Bejaia, en partenariat avec la ligue de volley-ball, cette manifestation a été l'occasion des retrouvailles et également une opportunité pour dire "tout la reconnaissance" des organisateurs à Ghoul qui a fait les beaux jours du club de la "Bravour de Bejaia". Le nombreux public qui s'est déplacé à la salle OPOW de Bejaia est sorti très satisfait du beau plateau proposé, avec en lever de rideau un match entre la sélection de wilaya de Sétif qui a battu son homologue de Bejaia (2-1). La seconde rencontre au menu a opposé une sélection d'internationaux des années 1980 à celle de la ville de Marseille, match terminé en faveur des Algériens (2-1). Le clou du spectacle a mis en évidence la finale qui a opposé la sélection des internationaux des années 1980 face à celle de Sétif. Dirigé par les arbitres internationaux Tabet et Kadri, le match, d'un niveau très plaisant, a tourné en faveur des Sétifiens, plus frais physiquement. A la fin du jubilé, les hôtes de la ville de Bejaia ont été conviés à une soirée au cours de laquelle, des cadeaux ont été échangés, dans une ambiance très conviviale.

Le club qatari d'Al Sadd, où évolue le défenseur international algérien Nadir Belhadj, s'est qualifié lundi soir pour la finale de la Coupe du Qatar, après sa victoire en demi-finale face au Qatar SC, aux tirs au but (3-2) (temps réglementaire 2-2). Titularisé dans une position d'ailier, poste qu'il occupe depuis quelques matchs, l'international algérien a largement contribué à la qualification de son équipe pour le dernier stade de cette épreuve. Auteur d'un match correct avec des nombreux centres précis pour les attaquants d'Al-Sadd, c'est dans la séance des tirs au but que Belhadj s'est le plus illustré. Alors que les deux équipes en étaient à deux réussites de part et d'autre après quatre tirs, Belhadj a réussi son tir au but, pour donner l'avantage à son équipe. Le dernier tireur du Qatar SC a raté son tir, ce qui a permis AlSadd d'accéder en finale. Al-Sadd affrontera en finale la formation d'Umm-Salal, ce samedi. Belhadj aura ainsi une belle occasion de remporter son premier titre sous les couleurs d'Al Sadd, qu'il avait rejoint durant l'intersaison en provenance de Portsmouth (Div 2 anglaise), pour un contrat d'une durée de 3 ans. Nadir Belhadj avait indiqué lundi à la presse locale, qu'il comptait finir la saison en cours avec son club, démentant ainsi les informations l'annonçant partant vers l'Europe.

Mercredi 22 Décembre 2010

FOOTBALL
Coupe de l'UNAF des vainqueurs de coupe (finale-retour)

CAF : "Presidential Award" pour Mohamed Raouraoua
La Confédération africaine de football (CAF) a décerné au président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, le prix "Presidential Award", lundi soir au Caire en marge de la cérémonie des Glo Awards organisée par l’instance africaine, a rapporté mardi la FAF sur son site. M. Raouraoua a été récompensé pour "son engagement dans le développement du football en Afrique", indique-t-on de même source. Six autres présidents de Fédérations africaines, à savoir Kirsten Nematandani (Afrique du Sud), Samir Zaher (Egypte), Kwesi Nyantakyi (Ghana), Jacques Anouma (Côte d’Ivoire), Iya Mohammed (Cameroun) et Aminu Maigari (Nigeria) ont également été distingués lors de ce gala. Pour rappel, plusieurs prix ont été décernés au cours de la soirée: le Camerounais Samuel Eto'o a été sacré meilleur joueur africain de l'année 2010, le Ghana meilleure sélection africaine et le Serbe Milovan Rajevac, qui dirigeait la sélection ghanéenne au Mondial-2010, meilleur entraîneur. La formation congolaise du Tout-Puissant Mazembé, première équipe africaine à atteindre la finale du Mondial des clubs, a reçu le prix du club de l'année, alors que l'équipe nationale féminine du Nigeria a été choisie comme meilleure sélection dans sa catégorie. Le milieu de terrain du club égyptien d'Al-Ahly, Ahmed Hassan, a été désigné meilleur joueur de l'année évoluant sur le continent africain. Enfin, le Ghanéen du club italien de l'Udinese, Kwadwo Asamoah, a obtenu la récompense du meilleur espoir africain devant l'Algérien Ryad Boudebouz qui termine deuxième.

ESS 3 - An Nasr de Benghazi 2

L'ES Sétif remporte le trophée

CAF Awards : Madjid Bougherra dans l'équipe type de l'année
Le défenseur international algérien des Glasgow Rangers (Div 1 écossaise), Madjid Bougherra, figure dans l'équipe type de l'année en Afrique, établie par la Confédération africaine de football (CAF) à l'issue de la cérémonie du Glo CAF Awards tenue lundi au Caire. Bougherra avait atteint les demi-finales de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2010 avec la sélection algérienne, en plus d'une participation en Coupe du monde en Afrique du Sud. Avec son équipe des Rangers, Bougherra s'est adjugé en 2010 le doublé (coupe de la Ligue - championnat). Madjid Bougherra avait été nominé pour le titre du meilleur joueur africain en 2010, remporté par l'attaquant international camerounais, Samuel Eto'o (Inter Milan). Voici par ailleurs l'équipe type de l'année 2010: Gardien: Vincent Eniyama (Nigeria) Défenseurs: Ouail Jomaâ (Egypte), Ahmed El Mohamedi (Egypte), Madjid Bougherra (Algérie), Taye Taiwo (Nigeria) Milieux: Ahmed Hassan (Egypte), Andre Ayew (Ghana), Kevin Prince Boateng (Ghana). Attaquants: Samuel Eto'o (Cameroun), Gyan Asamoah (Ghana), Didier Drogba (Côte d'Ivoire).

Karim Ziani (Wolfsburg) dans le viseur du FC Lorient
L'équipe française du FC Lorient (Ligue 1), s'intéresse de près aux services du milieu international algérien du Vfl Wolfsburg (Bundesliga), Karim Ziani, en vue d'un éventuel transfert durant le mercato d'hiver, rapporte hier la presse locale. Ziani qui avait rejoint l'Allemagne en 2009 en provenance de l'Olympique de Marseille pour un contrat de 4 ans, n'est que rarement utilisé cette saison par l'entraîneur Steve McLaren, et serait déjà porté sur la liste des libérables. Ziani n'est pas le seul Algérien à intéresser les Merlus, puisque le milieu du FC Valence (Liga espagnole) Sofiane Feghouli, serait une cible privilégiée de l'équipe bretonne. Selon la même source, Lorient serait en passe de demander à Valence le prêt pour six mois avec une éventuelle option d’achat de Sofiane Feghouli. L'ancien joueur de Grenoble ne joue quasiment pas sous ses nouvelles couleurs. Feghouli est lié à Valence jusqu’en juin 2014.

Championnat professionnel de Ligue 2 (11e journée)
Résultats et classement à l'issue de la 11e journée du Championnat professionnel de Ligue 2 de football, disputée hier ES Mostaganem - USM Bel-Abbès CA Batna - Paradou AC US Biskra - O Médéa NA Hussein Dey - RC Kouba JSM Skikda - CR Témouchent SA Mohammadia - AB Merouana ASM Oran - CS Constantine MO Constantine - MSP Batna 3-2 2-0 2-0 0-0 1-0 2-1 1-1 2-2

Classement 1. CS Constantine 2. USM Bel-Abbès 3. MSP Batna --. RC Kouba - . CA Batna 6. US Biskra 7. NA Hussein Dey - . O. Médéa 9 . ASM Oran 10. MO Constantine --. AB Merouana --. SA Mohammadia --. ES Mostaganem 14. Paradou AC --. JSM Skikda 16. CR Témouchent

Pts 22 19 18 18 18 17 16 16 15 14 14 14 14 11 11 7

J 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11 11

Equipe nationale A' : stage du 24 au 29 décembre à Alger

En amical : Algérie A'-Tchad ce 28 décembre au stade du 20-Août

L'

équipe nationale des A' rentrera en stage, à Alger, sous la houlette du sélectionneur national, Abdelhak Benchikha. Pour ce stage, il a convoqué 22 joueurs dont neuf joueurs de l'ESS. Il s'agit de Hachoud, Ikhlef, Laïfaoui, Lemouchia, Delhoum, Djallit, Djabou, Metref et Bouazza. Benchikha cherche, à priori, à baser son groupe sur l'équipe en forme du championnat national de Ligue1: l'ESS. Il a également convoqué quatre joueurs de la JSM Bejaia, la meilleure attaque du championnat national avec 25 buts. En effet, Benchikha a convoqué Si Mohamed Cédric, Meftah, Zerdab et Ahmed Gasmi. Comme l'ASO est une équipe qui marche très bien en ce moment, le sélectionneur national a fait confiance à

Zazou, Messaoud et Soudani. Ce dernier aura ainsi l'occasion de se distinguer et montrer qu'il s'agit d'un bon attaquant. Djediat, par contre, n'a pas été convoqué pour ce stage. Cela ne veut pas dire qu'il ne le convoquera pas pour les autres stages de l'EN A'. Ce stage de l'équipe nationale qui se terminera le 29 décembre courant sera ponctué par un match amical contre son homologue du Tchad au stade du 20-Août à partir de 15 h 30 ce 28 décembre. Il est évident qu'il s'agit d'un test qui ne sera que trop utile pour Benchikha en vue de jauger son groupe avant le début de la phase finale de la CHAN2011 organisée par le Soudan du 4 au 25 février 2011. L'Algérie est tombée dans le groupe A avec le pays organisateur le Soudan, ainsi que

l'Ouganda et le Gabon. Les "Verts" sont décidés à réaliser un bon parcours. H. Gharbi LES 22 CONVOQUÉS : Zemmamouche, Si Mohamed Cédric, Doukha, Hachoud, Meftah, Ikhlef, Zazou, Laïfaoui, Belkalem, Khoualed, Lemouchia, Delhoum, Zerdab, Djallit, Messaoud, Djabou, Gasmi Ahmed, Metref, Soudani, Yahia-Chérif, Bouregba, Bouazza.

Ph. : Archives

Le représentant algérien, l'ES Sétif s'est adjugé le trophée de la Coupe de l'UNAF des vainqueurs de Coupe de football, après sa victoire sur An Nasr de Benghazi de Libye par 3 à 2 (mi-temps: 3-0), en finale retour disputée hier soir à Sétif. Les buts de la rencontre ont été inscrits par Metref (5), et Djallit (36, 38), pour l'ESS, et Zoghb (65) et Ifossa (75) pour An Nasr de Benghazi. L'ES Sétif déja victorieuse au match aller (3-1), succède au palmarès de l'épreuve au club tunisien le CS Sfaxien.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->