Vous êtes sur la page 1sur 6

PLENIERE D’OUVERTURE – P110

TOUT SAVOIR SUR LE STATUT DE L’AUTO-


ENTREPRENEUR
2ème TABLE RONDE
SALON DES ENTREPRENEURS - MERCREDI 4 FEVRIER 2009 – 12h00 –
GRAND AMPHITHEATRE
Animateur :

• Philippe BLOCH, Fondateur de Columbus Café et auteur de


« Bienheureux les Fêlés »

Intervenants :

• Hervé NOVELLI, Secrétaire d’Etat chargé des Petites et Moyennes


Entreprises, Créateur du régime de l’auto-entrepreneur
• François HUREL, Président de l’Union des auto-entrepreneurs
• Maria NOVAK, Présidente ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative
Economique)
• Jean-Claude VOLOT, Président Conseil de l’APCE (Agence Pour la Creation
d’Entreprises)

Site : http://www.lautoentrepreneur.fr

L’ORIGINE DU REGIME DE L’AUTO-ENTREPRENEUR


Hervé Novelli dit s’être inspiré pour le régime d’auto-entrepreneur du régime de
travailleur autonome qui existe au Canada.

QUI PEUT DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR ?

• Les personnes physiques de nationalité française exerçant à titre


individuel (et non pas les personnes morales : les associations sans but
lucratif et les sociétés de personnes en sont exclues) ;
• Souhaitant créer une activité principale ou une activité secondaire :
○ Salariés
○ Fonctionnaires
○ Chômeurs
○ Etudiants
○ Retraités

REGLES POUR BENEFICIER DU REGIME DE L’AUTO-ENTREPRENEUR


Trois règles doivent être respectées pour bénéficier du régime de l’auto-
entrepreneur :

© Stella MORABITO, Paris, Salon des Entrepreneurs, Février 2009, notes de conférence 1
1) Déclarer son activité, soit sur le site internet
http://www.lautoentrepreneur.fr soit au CFE (Centre des Formalités des
Entreprises) compétent : la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI) pour
les métiers du commerce ; la Chambre des Métiers (CM) pour les métiers de
l’artisanat ; l’URSSAF pour les activités libérales.
2) Remplir les conditions pour bénéficier du régime fiscal de la micro-
entreprise, ce qui implique de réaliser un chiffre d’affaires annuel inférieur
aux seuils suivants :
a) 80 000€ pour les activités de vente de marchandises, objets,
fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou les
prestations d’hébergement ;
b) 32 000€ pour les activités de prestations autres que celles relevant du
seuil de 80 000€
c) 32 000€ pour les autres prestations de service imposables dans la
catégorie des BNC (Bénéfices Non Commerciaux), c’est-à-dire
principalement les professions libérales (voir annexe des activités
libérales) ;
3) Bénéficier de la franchise de TVA (ce qui est le cas lorsque le CA
annuel n’excède pas les plafonds fixés par la micro-entreprise et que
l’exploitant n’opte pas pour le paiement de la TVA). Dans ce cas l’entreprise
ne facture pas de TVA à ses clients, mais elle ne peut pas récupérer la TVA
que lui facturent ses fournisseurs. Attention ! Si l’entreprise opte pour la TVA,
elle ne peut plus bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise. La
franchise de TVA pose des problèmes en cas d’activité impliquant des
fournisseurs internationaux : dans ce cas -en effet- l’entreprise a besoin
d’avoir un numéro de TVA intra-communautaire pour pouvoir exercer. Cette
question est en cours d’évaluation par les pouvoirs publics.

ACTIVITES EXCLUES

• Activités relevant de la TVA agricole


• Location de matériels et de biens de consommation durable
• Ventes de véhicules neufs dans les autres états membres de l’Union
Européenne ;
• Activités relevant de la TVA immobilière (en ce qui concerne les marchands
de bien, les lotisseurs, les agents immobiliers et les opérations sur les
parts de sociétés immobilières ; en revanche la location de fonds de
commerce et de locaux meublés ne sont pas exclues)
• Locations d’immeubles nus à usage professionnel
• Les officiers publics et ministériels
• La production littéraire, scientifique ou artistique
• La pratique des sports (lorsque les bénéficiaires ont opté pour une
imposition sur la base d’une moyenne des bénéfices des deux ou quatre
années précédentes)
• Les opérations sur les marchés à terme, sur les marchés d’options
négociables et les opérations sur bons d’option

© Stella MORABITO, Paris, Salon des Entrepreneurs, Février 2009, notes de conférence 2
CHARGES SOCIALES FORFAITAIRES
Les charges sociales sont réglées par versement unique mensuel ou trimestriel et
sont calculées forfaitairement sur la base du chiffre d’affaire déclaré pour la
période. Si aucun encaissement n’est intervenu durant la période (mois ou
trimestre) il n’y a rien à déclarer et rien à payer ! Les charges sociales sont
payées chaque mois ou chaque trimestre de manière libératoire pour solde de
tout compte sans régularisation ultérieure.

Les charges sociales sont calculées en % du CA :

• 12% pour les activités de vente de marchandises, objets, fournitures et


denrées à emporter ou à consommer sur place ou les prestations
d’hébergement ;
• 21.3% pour les activités de prestations de services autres que celles
relevant du seuil de 80 000€ ;
• 18.3% pour les prestations de service délivrées par les professionnels
libéraux qui relèvent de la Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et
d’Assurance Vieillesse (CIPAV).

Le forfait social comprend :

• La cotisation d’assurance maladie-maternité et la cotisation


supplémentaire d’indemnités journalières
• La cotisation d’allocations familiales
• La cotisation d’assurance vieillesse du régime de base
• La contribution sociale généralisée (CSG)
• La contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)
• La cotisation au titre de la retraite complémentaire obligatoire
• La cotisation au régime d’invalidité et décès

PAIEMENT FORFETAIRE DE L’IMPOT SUR LE REVENU GENERE PAR


L’ACTIVITE
Il est possible pour l’auto-entrepreneur de payer forfaitairement l’impôt sur le
revenu généré par l’activité à condition d’avoir un revenu du foyer fiscal de
référence pour 2007 en dessous de 25 195€ par part de quotient familial.

Si cette condition est remplie, alors l’impôt forfaitaire sur le revenu est établi
comme suit :

• 1% pour les activités de vente de marchandises, objets, fournitures et


denrées à emporter ou à consommer sur place ou les prestations
d’hébergement ;
• 1.7% pour les activités de prestations de services autres que celles
relevant du seuil de 80 000€ ;
• 2.2% pour les prestations de service délivrées par les professionnels
libéraux qui relèvent de la Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et
d’Assurance Vieillesse (CIPAV).
© Stella MORABITO, Paris, Salon des Entrepreneurs, Février 2009, notes de conférence 3
AVANTAGES DU REGIME D’AUTO-ENTREPRENEUR

• Paiement forfaitaire des charges sociales et de l’impôt sur le revenu en


fonction des encaissements ;
• Absence de déclaration et de paiement forfaitaire si absence
d’encaissement ;
• Franchise de TVA ;
• Exonération du paiement de la taxe professionnelle pendant 3 ans à
compter de la création de l’activité ;
• Dispense d’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés
(RCS) ou au Répertoire des Métiers (RM) ;
• Pas d’impôt sur les sociétés ;
• Pas de publication au bulletin officiel des annonces civiles et
commerciales ;
• La cessation d’activité est soumise à des formalités simplifiées ;
• Dispense du stage de préparation à l’installation (normalement
obligatoire pour les personnes exerçant une activité artisanale) ;
• Une comptabilité allégée (livre tenu au jour le jour et mentionnant
chronologiquement le montant et l’origine des recettes encaissées à titre
professionnel, en distinguant les règlements en espèces des autres
règlements + (pour les activités commerciales) un registre des achats
précisant le mode de règlement)
• Insaisissabilité de tous les biens fonciers bâtis et non bâtis (résidence
principale, terrains, maisons) non affectés à un usage professionnel : il est
indispensable de faire une déclaration notariée publiée au registre des
hypothèques ainsi que dans un journal d’annonces légales du
département.

CE QUE NE PERMET PAS LE REGIME D’AUTOENTREPRENEUR


• En absence d’immatriculation au RCS ou au RM, il n’est pas possible de
souscrire des baux commerciaux
• En absence d’immatriculation au RCS ou au RM, il n’est pas possible d’être
électeur à une CCI ni à une CMA ;
• Il est impossible de « désimmatriculer » son entreprise si –étant déjà
entrepreneur précédemment- on décide d’opter pour le régime d’auto-
entrepreneur

SORTIE DU REGIME D’AUTOENTREPRENEUR


La sortie du régime d’auto-entrepreneur se réalise si :

• Sortie volontaire du régime :


○ il faut en faire la demande au plus tard au 31 décembre de l’année
précédente celle au cours de laquelle on souhaite passer (ou
revenir) à un régime de droit commun
• Absence de CA pendant 12 mois consécutifs :

© Stella MORABITO, Paris, Salon des Entrepreneurs, Février 2009, notes de conférence 4
○Si l’on souhaite continuer son activité on restera dans le régime
fiscal de la micro-entreprise mais il faudra s’immatriculer ;
○ Sinon il faudra déclarer la cessation d’activité au CFE compétent ;
• Dépassement du CA maximum pendant deux années :
○ Si le dépassement n’excède pas 88 000€ pour le commerce et
34 000€ pour les services, on peut continuer à bénéficier du régime
social et fiscal simplifié pendant 2 ans ;
○ Si le dépassement excède88 000€ (commerce) et 34 000€ (services)
le régime du micro-social simplifié cesse au 31 décembre de la
même année et celui du versement libératoire de l’impôt sur le
revenu cesse rétroactivement au 1er Janvier de l’année au cours de
laquelle le dépassement est intervenu

Attention ! Le dépassement du seuil permettant le versement libératoire de


l’impôt sur le revenu (25195€ par part pour 2007) implique la perte du bénéfice
fiscal à partir de la deuxième année civile suivant le dépassement, mais n’a
aucun impact sur les autres bénéfices du régime de l’auto-entrepreneur
(notamment le régime micro-social simplifié et la dispense d’immatriculation), qui
sont maintenus.

© Stella MORABITO, Paris, Salon des Entrepreneurs, Février 2009, notes de conférence 5
REMARQUES D’ORDRE GENERAL
Courant du mois de Février, il sera possible pour les consultants et les professions
libérales de s’inscrire au régime de l’auto-entrepreneur, à l’exception des
professions soumises à des règlementations (ex. médecins).

Pour les salariés il sera nécessaire de respecter un code de déontologie vis-à-vis


de leurs employeurs (ne pas fonder une entreprise dans le même secteur ou en
utilisant des informations réservées).

Les fonctionnaires souhaitant exercer une activité secondaire sous le régime de


l’auto-entrepreneur seront soumis à l’autorisation de leur hiérarchie.

L’ADIE accompagne et finance, grâce à des formules de microcrédit, les créateurs


exclus du crédit (ex. bénéficiaires du RSA). Les bénéficiaires de RSA qui créent
une entreprise sous le régime de l’auto-entrepreneur devraient pouvoir garder
62% du RSA pendant un certain temps, afin de voir leur activité démarrer
correctement avant de ne plus toucher de subventions.

Les entrepreneurs qui sont actuellement sous le régime de la micro-entreprise,


pourront opter pour le régime d’auto-entrepreneur (s’ils ne dépassent pas les CA
autorisés) en en faisant la demande avant le 1er Avril 2009.

L’absence d’un numéro de TVA intracommunautaire pose de réels problèmes à


tous les auto-entrepreneurs qui commercent avec d’autres pays de l’Union
européenne.

© Stella MORABITO, Paris, Salon des Entrepreneurs, Février 2009, notes de conférence 6