L’OFFICIEL NUMÉRIQUE

des métiers du

L’ANNUAIRE DE S UNIVERSITÉS

INCLUS

L’AVENIR

est en numérique sur Passinformatique !

Les métiers d’avenir Les filières et formations qui y conduisent Les conseils et astuces pour bien réussir son stage ou son projet Un blog pour partager vos expériences

www.passinformatique.com

ÉDITO

Inventer le monde de demain

I

maginer des robots et des logiciels pour toutes et tous, rendre les objets intelligents, contribuer au développement durable, améliorer le confort des personnes dépendantes et des malades, changer la vie des citoyens, mais aussi développer des applications pour téléphones, dépanner des ordinateurs, créer des sites, gérer des équipes, mener des programmes internationaux sur les 5 continents, diffuser l’intelligence dans le monde entier, découvrir de nouvelles idées… Le numérique, c’est tout cela et bien plus. Le secteur rassemble près de 80 métiers différents, dans des spécialisations allant des jeux au web, en passant par la recherche, la sécurité, la vente. L’informatique, les télécoms, les services et logiciel, représente près de 1,2 millions d’emplois en France, dont 700 000 créés en dix ans. Le CREDOC prévoit qu’un million de plus le seront dans les 5 ans à venir. En Europe, il est fait état d’un besoin de 900 000 emplois d’ici à 2015 dans le numérique. En France, en mai 2013, 26 % des offres d’emplois enregistrées à l’APEC ont été pour le numérique. Mais le secteur des logiciels et services informatiques, qui a proposé en 2012 près de 35 000 offres d’emplois, n’arrive pas trouver assez de talents pour suivre son rythme de croissance soutenue, en dépit de la crise. Autrement dit, nos entreprises souffrent d’une pénurie de ressources qualifiées, et cela freine leur développement. Alors tentez votre chance. Vous en particulier, mesdemoiselles, car les employeurs tentent l’impossible pour vous convaincre de les rejoindre : des équipes mixtes, c’est pour les entreprises deux fois plus de chances d’inventer l’avenir. Pourtant, malgré les efforts des recruteurs et les progrès des dernières années, les femmes restent minoritaires dans les métiers du numérique : elles occupent à peine 20 % des postes de techniciens et d’ingénieurs, et moins de 5 % des postes de direction ! Féminiser les métiers est devenu une priorité pour le secteur. Pour arriver sur le marché du travail avec une première expérience, très appréciée des employeurs, pensez à l’alternance. Des BTS (Brevets de technicien supérieur) aux masters et diplômes d’ingénieurs en passant par les licences et DUT (Diplômes universitaires de technologie), de plus en plus de formations dans les métiers de l’informatique font une place de choix à l’alternance. Au final, pourquoi ne pas profiter de votre séquence d’observation en milieu professionnel pour découvrir le numérique ? Comme son nom l’indique, ce stage vous permettra d’observer des professionnels en action pendant quelques jours, et ainsi de mieux comprendre en quoi consiste leur métier. Sous la responsabilité d’un professionnel, vous pourrez même effectuer vous-même quelques missions et peut-être ainsi découvrir votre vocation !
Président de Syntec Numérique

Guy MAMOU-MANI

3

SOMMAIRE
03 04-05 06-08 09-13 14-15 16-18 19-22 24 25 26-27
ÉDITO SOMMAIRE PANORAMA DU SECTEUR – Qu’est-ce que l’informatique ? EMPLOI – Un marché porteur qui recrute ! HANDICAP : pourquoi les entreprises du secteur informatique peinent à recruter Pourquoi choisir l’ALTERNANCE Les FORMATIONS pour accéder au secteur de l’informatique TABLE DES MÉTIERS SOMMAIRE FICHES MÉTIERS INDEX alphabétique des métiers

FICHES MÉTIERS

28
28-29 30-31 32-33 34-35 36-37 38-39

LES MÉTIERS du CONSEIL
s Consulting
– Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage – Consultant métier – Urbaniste

s Technique
– Consultant technique – Architecte technique – Architecte système d’information

40
40-41 42-43 44-45 46-47 48-49 50-51 52-53 54-55

LES MÉTIERS du MANAGEMENT et de la GESTION des ENGAGEMENTS
s Management
– Responsable support – Responsable production – Responsable des études – Responsable technique – Responsable des opérations

s Projet
– Manager de ressources – Chef de projet informatique – Directeur de projet

4

s Service
56-57 58-59 60-61 62-63 64-65 66-67 68-69

– Gestionnaire de contrats – Gestionnaire de services

s Méthodes outils et qualité
– Chargé des méthodes outils et qualité – Responsable méthodes et outils

s Qualification
– Analyste test et validation – Consultant en processus de tests – Chef de projet tests

70
70-71 72-73 74-75

LES MÉTIERS des ÉTUDES et du DÉVELOPPEMENT
– Concepteur développeur – Analyste fonctionnel – Consultant progiciel

76
76-77 78-79 80-81 82-83 84-85

LES MÉTIERS du DÉVELOPPEMENT des AFFAIRES
s Commercial
– Consultant avant-vente – Commercial – Responsable partenariats – Responsable commercial

s Marketing
– Chef de produits et offres

86
86-87 88-89 90-91 92-93 94-95 96-97 98-99

LES MÉTIERS de la PRODUCTION
s Infrastructure
– Technicien d’infrastructure – Administrateur d’infrastructure – Expert infrastructures

s Support
– Support clients

s Exploitation
– Pilote d’exploitation – Intégrateur d’exploitation – Chef de projet production

100-102 GLOSSAIRE 103-107 ANNUAIRE des formations 108-114 ANNUAIRE des Universités 5

PANORAMA DU SECTEUR

Qu’est-ce que l’informatique ?
Cinq décennies à peine ont suffi à faire de l’informatique un élément essentiel de notre vie. Du simple clic de souris pour un achat en ligne à l’utilisation du GPS, en passant par la retouche de photos numériques ou encore au plat réchauffé au micro-ondes, bien des gestes de notre quotidien resteraient en suspens sans cette multitude d’applications informatiques, aujourd’hui partie intégrante de notre existence.

L’

informatique est donc partout ! Et les domaines qu’elle touche sont bien plus nombreux que ce que l’on peut s’imaginer. Exit l’idée reçue d’un univers à part, hermétique, réservé aux seuls initiés des mathématiques de haut vol, s’exprimant dans un jargon inaccessible au commun des mortels. Qui dit informatique ne dit pas forcément informaticien. Juristes, commerciaux, biologistes ou gestionnaires, infographistes, publicitaires ou même musiciens, le rayonnement parfois insoupçonné de l’informatique a depuis longtemps dépassé le monde de la technique pour en investir bien d’autres, où les professionnels se forment directement à l’utilisation du matériel. Certes la technique demeure, mais aujourd’hui l’informatique est bien plus que cela. Management, création, commerce, recherche, les informaticiens du XXIe siècle sont aussi

architectes, webmasters, domoticiens et technico-commerciaux pour ne citer qu’eux.

Un secteur qui crée de nouveaux métiers
L’éventail des métiers de l’informatique ne cesse de s’accroître avec notamment l’apparition chaque année de nouvelles professions. Et les milliers de recrutements annuels que compte le secteur ne peuvent qu’éveiller la curiosité et susciter l’intérêt des professionnels en devenir.

6

Mais comment, dans ce foisonnement d’informations et de formations - près de 5 500, pour 20 domaines de spécialisations distincts - s’y retrouver et surtout trouver sa voie en fonction de ses aspirations, de ses goûts et de ses aptitudes ? Pour aller plus avant, les métiers de l’informatique peuvent être déclinés en sept domaines alliant activités et compétences, dans lesquels chacun peut se reconnaître, qu’il soit d’esprit rationnel pour le conseil et l’expertise, créatif pour la conception et le développement, stratège pour la conduite de projets, rigoureux pour l’administration et l’exploitation, attentif pour la formation et l’aide, dynamique pour la commercialisation des produits et des services ou encore scientifique pour l’enseignement et la recherche. Que l’on opte pour des études courtes, pour l’alternance ou pour un cursus de Bac +5, rejoindre les rangs des 1,2 millions* de salariés des filières du numérique et des télécoms est possible, pour peu que l’on prenne la peine d’en pousser la porte…

Êtes-vous plutôt du côté « services » ou « logiciels » ?
Dans la branche, on distingue deux grandes directions. D’un côté, il y a ceux qui créent un logiciel et le vendent et de l’autre ceux qui informatisent et vendent ce service. Dans les deux cas, il faut savoir que le secteur des logiciels et des services reste le premier recruteur de cadres en France. Les mordus de la programmation et du codage, seront majoritairement recrutés par les ESN** et les éditeurs qui réclameront de leurs futures recrues des compétences d’ingénieur spécialisés dans le développement et l’intégration. Les spécialistes des systèmes et réseaux mais aussi les consultants, représentent également des denrées très recherchées par le métier. Bien sûr, l’informatique ne serait rien sans ses cadres commerciaux, indispensables pour développer le chiffre d’affaires des entreprises qui les emploient.

Qu’est-ce qu’un projet informatique ?
Si vous vous intéressez un temps soit peu aux secteurs du numérique et de l’informatique, le « projet » est un terme que vous allez croiser souvent ! Retour sur la définition de projet informatique. Il s’agit d’une ou de plusieurs réalisations constituées d’outils, méthodes ou services informatiques. Par nature complexes, ces derniers réclament des compétences pointues : techniciens, responsables métier, marketeurs, gestionnaires... font alors partie de la chaîne des intervenants. Chacun assume une responsabilité propre : planification, conception, développement, validation, tests...

Les principaux acteurs ? La MOA (Maîtrise d’ouvrage), client du projet (mais pas forcément l’utilisateur) et la MOE (Maîtrise d’œuvre), organe réalisateur du projet, représenté par le chef de projet. Pour entériner la réussite de celui-ci, ces deux organes vont devoir collaborer
* dont 700 000 postes créés en 10 ans ** Entreprise de Services Numérique

7

PANORAMA DU SECTEUR

étroitement. Un contrat, appelé cahier des charges, précisera les engagements de chaque partie. D’autres composantes peuvent être amenées à « graviter » autour du projet, les parties prenantes, représentées par les futurs utilisateurs de l’ouvrage, des institutions financières, le public...

Les contraintes ? Pour mener à bien le projet, le chef de projet devra garantir le respect des objectifs de qualité des livrables, le respect des délais, le respect des coûts et la satisfaction du client. Pour cela, il devra structurer et planifier les phases, piloter le projet et manager l’équipe qui travaille dessus. Les phases ? Trois grandes phases se dessinent.
- La phase préparatoire qui permet de prendre conscience du projet, puis d’étudier l’objet du projet pour s’assurer que sa mise en œuvre est pertinente et qu’il entre dans la stratégie de l’entreprise. Autrement appelée « avant-projet », cette étape se conclut par la mise au point de documents formalisant le projet et indiquant les conditions organisationnelles de son déroulement. - La phase de réalisation, très opérationnelle, est gérée par la maîtrise d’œuvre, en relation avec la maîtrise d’ouvrage. Elle commence par la réception du cahier des charges et se clôture par la livraison de l’ouvrage. - Enfin, la phase de fin de projet qui est la mise en production de l’ouvrage. Il faut alors s’assurer que celui-ci est conforme aux attentes des utilisateurs et faire en sorte que son « installation » et son utilisation se déroulent correctement. Chacune de ces phases peut se décomposer en diverses étapes, bien sûr.

Conclusion ? Le projet informatique, correctement mené, est celui qui dès le départ a défini une méthode de travail commune entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre et où chaque partie a pris ses responsabilités respectives.

8

EMPLOI

Un marché porteur qui recrute !
Le développement des nouvelles technologies dans la vie quotidienne a fait s’accroître le besoin en informaticiens dans des domaines aussi variés que les télécommunications, les réseaux ou le conseil. En près de 10 ans, le secteur du numérique a créé 700 000 postes et l’on estime que le cap du million sera franchi à l’aube 2015. Tout laisse à penser que l’informatique est une branche décidemment porteuse, dont le dynamisme n’est pas prêt de se tarir.
emploi numérique se porte bien. Preuve en est le nombre de jeunes diplômés, cru 2010, déjà en activité. En effet, neuf d’entre eux sur dix justifiant d’un diplôme Bac +4 minimum sont en poste. Un chiffre bien supérieur à celui des autres disciplines. Et les milliers de recrutements annuels du secteur laissent présager le meilleur.

L’

Face à la concurrence, quel niveau de formation pour multiplier ses chances ?
Aujourd’hui, le secteur informatique compte 64 % d’ingénieurs contre 36 % de techniciens. Et plus de 70 % des informaticiens ont une formation initiale de niveau Bac +2 minimum. Mieux vaut donc compter sur un cursus Bac +2/+3 sinon plus, pour amorcer sa carrière dans de bonnes conditions et face à une concurrence accrue. Être spécialisé est un atout supplémentaire aux yeux des employeurs qui peinent à trouver des informaticiens qualifiés. La pénurie d’ingénieurs spécialisés est bien réelle !

9

EMPLOI

Quels sont les profils les plus recherchés ?
Si les ESN* et les éditeurs de logiciels, grands recruteurs du secteur informatique, sont principalement à la recherche d’ingénieurs spécialisés dans le développement ou l’intégration et de spécialistes systèmes ou réseaux, les profils les plus recherchés sont aussi les graphistes, les ergonomes ou encore les commerciaux pour le développement du chiffre d’affaires. Et n’oublions pas les spécialistes du conseil, de l’infogérance, de la conduite du changement, du e-commerce et de la sécurité des systèmes d’information, qui ont un bel avenir devant eux. En outre, disposer d’une double compétence, par exemple informatique et commerciale, est de plus en plus apprécié, voire indispensable aux yeux des employeurs, tout comme la maîtrise de l’anglais d’ailleurs.

CDD ou CDI ?
À l’heure des incertitudes en matière d’emploi, de la multiplication des CDD et autres contrats de travail temporaires et précaires dans bien des disciplines, le secteur de l’informatique, lui, se voit proposer à ses futurs salariés un nombre important de contrats à durée indéterminée (82 % en CDI contre 16 % en CDD). Cet élément essentiel traduit une volonté affirmée du secteur de miser sur le recrutement à long terme.

Quels salaires dans l’informatique ?
Commencer sa carrière à 2 500 € brut mensuels avec un Bac +2, n’est pas une chose exceptionnelle. Pour base, le salaire moyen d’un informaticien dans une ESN est de 3 000 € brut par mois et pour peu que l’on ait poussé ses études à Bac +5, il pourra atteindre les 8 000 € brut en fin de carrière.

Vers une féminisation du secteur
Les stéréotypes ont la vie dure et particulièrement ceux qui collent au domaine de l’informatique. Le constat est d’ailleurs accablant. Moins de 20 % des postes d’ingénieurs ou de techniciens sont pourvus par des femmes. Et que dire des 5 % à peine de postes de direction qu’elles occupent ! Ces dames se désintéresseraient-elles du domaine ? S’en sentiraient-elles exclues ? Malgré les efforts entrepris ces dernières années par les recruteurs, le monde de l’informatique traîne derrière lui une image essentiellement masculine dont il aimerait se défaire. Une évidence pour un secteur par essence tourné vers l’avenir. C’est pourquoi il a fait de la féminisation de ses métiers une de ses principales priorités.
* Entreprise de Services Numérique

10

Je suis une fille, je suis ingénieur : et alors ?
Rim KHALFALLAH, titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique, option réseaux, occupe actuellement le poste de responsable téléphonie.

D’où vous vient votre goût pour l’informatique ? Dès mon plus jeune âge, j’ai connu les joies du PC à la maison. Immédiatement, l’univers informatique m’a fascinée car j’ai pris conscience qu’un simple ordinateur pouvait me donner une possibilité de création infinie et un accès en temps réel au monde entier. En grandissant, ma passion est restée intacte et faire des études en informatique s’est pratiquement imposé à moi : c’était une suite logique à ce que je voulais faire et à ce que je voulais être. Durant vos études, les filles étaient-elles une « denrée rare » ? Pas vraiment, en réalité ! J’ai même été surprise du nombre de filles qu’il y avait dans mes promotions. Certes le nombre de garçons était plus important, mais la différence n’était pas flagrante, non plus. En revanche, je dois avouer que dans le monde du travail, la réalité est un peu plus « machiste », si l’on peut s’exprimer ainsi… Je suis pratiquement la seule femme à travailler dans ce domaine, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je marque ma différence et je suis très bien entourée. Je suis en quelque sorte le « chouchou » de ces messieurs ! L’informatique serait-il un univers d’hommes ? Non pas spécialement. Il est vrai que généralement, les filles ont tendance à opter pour des carrières scientifiques ou commerciales tandis que les garçons vont être plus attirés par des domaines assez techniques. Cela dit, l’informatique ne demande pas d’efforts physiques mais des facultés intellectuelles, c’est la raison pour laquelle les filles ont autant de chances de réussir ! Votre goût pour le monde informatique s’arrête-t-il aux frontières de votre bureau ? Absolument pas. Pour tout vous dire, je suis une grande adepte de tout ce qui est nouvelles technologies. Je ne sais pas comment l’expliquer mais dès qu’une nouveauté sort, je ressens un besoin frénétique d’en savoir plus ou d’aller l’acheter. J’ai toujours besoin de me sentir en avance, je suis un peu comme une geek : toujours à la pointe de la technologie. Mais une geek marrante ! Chaque nouveauté apporte une amélioration sur le produit précédent et c’est pourquoi je ne me lasserai jamais de découvrir tout ce qui sort. Je dois avouer qu’entre un sac à main griffé et un gadget qui coute une fortune, j’opte sans hésitation pour la technologie !

11

EMPLOI

Les secteurs qui recrutent
Tous les secteurs de l’informatique ont pour point commun une évolution constante et semblent par là même pratiquer, toutes proportions gardées, une embauche permanente. Ainsi, qu’il s’agisse du secteur des logiciels ou de celui des services, ils se placent au rang des premiers recruteurs de cadres. On constate en effet que 61 % des informaticiens recrutés l’ont été par des ESN*, des éditeurs de logiciels ou encore des constructeurs. Quant au secteur des télécommunications, avec l’explosion de la téléphonie et de l’Internet mobiles, il est une manne pour les jeunes diplômés.

Les ESN*
C’est le secteur privilégié des jeunes diplômés pour faire leur entrée dans la vie professionnelle. Et les prévisions d’embauches en font le détenteur de la palme du recrutement. Les ESN* assurent auprès des entreprises le conseil en organisation ou en technologie, l’intégration de systèmes, le paramétrage de progiciels, l’infogérance ou encore la sécurité des systèmes d’informations. Les contrats signés avec les entreprises peuvent être pluriannuels. Le secteur s’est considérablement développé ces quinze dernières années, avec notamment une généralisation de la délégation par les entreprises d’activités spécialisées telles que l’informatique.

Les éditeurs de logiciels
Maillons essentiels de la chaîne informatique, les 2 500 éditeurs de logiciels que compte l’Hexagone représentent un secteur qui profite lui aussi d’une importante dynamique. Et s’ils ont, comme d’autres, été amenés à ajouter à leur activité initiale toute une batterie de services allant de l’audit à la formation des utilisateurs, aujourd’hui, ils se réorganisent pour mettre l’accent sur la réalisation de nouvelles versions de leurs produits. Tout laisse donc à penser que le gros de leurs prochains recrutements portera sur les postes de développeur.

Les constructeurs et équipementiers
Face aux innovations, à la baisse des prix des matériels, aux nouveaux systèmes de distributions, ce secteur n’a pas eu d’autre choix que de revoir ses activités. Outre la conception, la fabrication et la commercialisation des matériels informatiques et des périphériques associés, il a dû s’atteler au développement de services, comme suite logique de son activité première : maintenance, hotline, conseil, infogérance, multipliant ainsi les profils recherchés.
* Entreprise de Services Numérique

12

Les distributeurs
Là encore, l’extension des activités du secteur sont autant de postes à pourvoir pour les jeunes diplômés. En effet, les distributeurs sont par définition les intermédiaires entre les constructeurs ainsi que les éditeurs et leur clientèle, mais plus seulement. Le secteur a dû faire face, ces dix dernières années, à une évolution de poids : la démocratisation de l’informatique et avec elle l’écrasante concurrence de la grande distribution. À la vente puis à la maintenance ont été greffées nombre de prestations émanant directement de l’activité mère du secteur : audit, conseil avant-vente, configuration du matériel ou encore intégration de logiciels.

Les opérateurs de télécommunication
Secteur en pleine croissance et innovant par excellence, il est une mine pour les jeunes diplômés. Outre les quatre opérateurs historiques détenteurs d’une infrastructure de télécommunication, ceux de réseaux mobiles virtuels sont de plus en plus nombreux. Face à cette concurrence accrue, l’innovation est la seule solution pour ne pas disparaître. Recherche et développement de projets sont donc les clefs de la réussite.

Les entreprises utilisatrices
L’informatique est devenue en quelques années un outil indispensable de stratégie et de compétitivité des entreprises, de la PME au géant de l’industrie en passant par la banque. Bon nombre d’entre elles ne font pour autant pas partie du secteur de l’informatique. Elles n’en sont que les utilisatrices, ce qui ne les empêche pas d’ailleurs d’être grandes génératrices d’emplois directs ou indirects dans ce secteur.

La recherche et l’enseignement
Impossible de terminer ce tour d’horizon sans évoquer la recherche et l’enseignement qui par principe, représentent un secteur tourné vers l’avenir. Il n’est pas rare que ceux mentionnés précédemment fassent appel à la recherche, fondamentale ou appliquée, en matière d’innovation et établissent avec elle des passerelles nécessaires à leur propre développement. Quant à l’enseignement, tout reste à faire, former les futurs concepteurs comme les futurs utilisateurs.

13

HANDICAP

Handicap : pourquoi les entreprises du secteur informatique peinent à recruter
Depuis la loi du 10 juillet 1987 en faveur de l’emploi des personnes handicapées, tous les établissements de 20 salariés minimum ont l’obligation d’employer 6 % de personnes en situation de handicap sur leur effectif total. Malgré les efforts des employeurs du secteur informatique pour favoriser l’insertion, atteindre l’objectif prévu est ardu…
es entreprises qui œuvrent dans les métiers de l’informatique ont des difficultés considérables à recruter des personnes handicapées », explique Juliette Arnould, responsable Mission Nationale Handicap au sein de Bull. Dans les entreprises du secteur, en effet, le taux moyen de masse salariale concernée serait de 0,58 %, bien loin donc de l’obligation légale. « Dans nos professions, l’emploi est déjà tendu de manière générale. Il l’est d’autant plus sur le « micromarché » de l’emploi des personnes handicapées qui manquent des qualifications nécessaires dans une branche où l’on recrute essentiellement à Bac +5. » Les statistiques montrent, en effet, que la majorité, des personnes handicapées (80 %), ont un niveau inférieur au Bac et que seules 14 % d’entre elles ont un Bac +2 ou plus, toutes formations confondues.

“L

ESN* recherchent personnes handicapées qualifiées
Pour autant les entreprises ne baissent pas les bras et font tout pour faciliter l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Juliette Arnould, responsable de la Mission nationale handicap de Bull, poursuit : « nous misons beaucoup sur les formations en alternance. Comme il est difficile d’identifier directement des profils de niveau Bac +5 (essentiellement
* Entreprise de Services Numérique

14

des ingénieurs), nous explorons de nouvelles pistes, telles que les contrats d’apprentissage, qui permettent à des personnes handicapées d’acquérir les qualifications nécessaires pour travailler dans les métiers du numérique ; nous avons également réalisé un premier guide recensant les bonnes pratiques de chacune des entreprises en matière d’insertion professionnelle de personnes en situation de handicap ». En effet, depuis 2010, les Missions handicap de 14 grandes entreprises du secteur numérique (dont Bull) se réunissent régulièrement au sein d’un groupement collectif « Handicap et numérique » afin de mutualiser leurs efforts. Juliette Arnould ajoute : « Notre autre projet commun porte sur la création d’un portail Internet (www.handi-numerique.fr dont la mise en ligne est prévue d’ici fin 2013) destiné à fournir aux personnes en situation de handicap des informations sur les métiers du secteur informatique, les parcours de formation pour chacun d’eux ainsi que les opportunités d’emploi qui leur sont proposées à l’issue des différents cursus ». 47 % des entreprises d’informatique n’emploient aucun travailleur handicapé mais ont pourtant vraiment la volonté de leur faciliter l’accès à l’emploi. Avec un taux de 3,6 % de personnes handicapées parmi ses effectifs, dont 75 % de cadres ou assimilés, Bull fait figure de bonne élève. Et elle n’est pas la seule à vouloir recruter, c’est bon à savoir !

3 questions
Jennifer PUNDA, Manager de Ressources Humaines, Groupe Umanis

Où en êtes-vous de l’embauche des handicapés au sein de votre ESN* ? Nous affichons un taux de 1,8 %. C’est peu mais beaucoup mieux que l’année dernière où nous peinions à atteindre les 1 % ! Cette faiblesse s’explique par la pénurie des profils. Nous faisons tout pour y remédier : actions de sensibilisation, événements d’entreprise. Nous faisons marcher nos réseaux, également, et essayons de recruter par le biais d’associations, de clubs d’entreprises. Y-a-t-il des postes plus adaptés aux personnes en situation de handicap ? En tant que ESN*, nous sommes prêts à embaucher toute personne handicapée talentueuse et compétente, quel que soit le poste. Il s’avère que sur le marché de l’emploi actuel, il est plus facile d’embaucher des handicapés sur des fonctions support. Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui vue la difficulté de recrutement, un informaticien en situation de handicap a un avenir quasi certain dans le secteur. Le handicap est-il encore tabou ? Il l’est de moins en moins mais ce n’est pas rare, non plus, que les personnes concernées refusent de faire reconnaître leur statut d’adulte handicapé. Il faut donc continuer de communiquer autour du sujet. Le film Intouchables va peut-être contribuer à casser un peu plus ce tabou !
* Entreprise de Services Numérique

15

ALTERNANCE

Pourquoi choisir l’alternance ?
Mettre directement en pratique dans l’entreprise ce que l’on apprend sur les bancs de l’école : telle est la règle de l’alternance. Aujourd’hui, bon nombre d’élèves optent pour ce mode de formation qui permet, en plus des bases d’un métier, d’acquérir une première expérience professionnelle, de bénéficier d’activités complémentaires, et de financer leurs études.

P

artager son temps entre la théorie et la pratique, entre le centre de formation et l’entreprise, sous la responsabilité d’un salarié « maître d’apprentissage » ou d’un tuteur, est le principe même de la formation en l’alternance, que l’on ait choisi le contrat

d’apprentissage (dès 16 ans) ou celui de professionnalisation.

Contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation ?
Le contrat d’apprentissage s’adresse aux jeunes entre 16 et 25 ans désireux de préparer un diplôme, un titre répertorié ou un titre d’ingénieur. Leur contrat de travail les engage à suivre entre 30 et 35 heures de cours hebdomadaires pour les périodes de formation et à travailler 35 heures par semaine pour les périodes en entreprise. Le contrat de professionnalisation offre la possibilité aux jeunes de moins de 26 ans sans qualification préalable, ainsi qu’aux demandeurs d’emploi quel que soit leur âge, de suivre une formation reconnue par une branche professionnelle. Signé pour une durée de 6 à 12 mois durant laquelle 15 % du temps devraêtre consacré à la formation, ce contrat pourra parfois atteindre 24 mois, avec l’accord de la branche. Dans ce cas, le temps dédié à la formation s’élèvera à 25 % et aura pour objectif, la préparation de diplômes tels que les BTS.

16

L’emploi du temps de l’alternant peut varier selon les organismes de formation. Ainsi le découpage peut être semestriel avec six mois de cours contre six sur le terrain, être hebdomadaire, intercalant une semaine à l’école et une semaine en entreprise, ou encore être organisé sur la base de deux jour et demi de formation pour deux jours et demi de pratique. Mais quelle que soit la formule, il faut garder à l’esprit l’exigence du dispositif, tant par le rythme soutenu qu’il génère que par la régularité du travail qu’il réclame. Assiduité, organisation et sérieux sont les maîtres mots de l’alternance.

Quels sont les atouts de l’alternance ?
Le premier atout est bien sûr celui du salaire versé par l’entreprise au sein de laquelle l’alternant passe la moitié de son temps. Cette rémunération équivaut à un pourcentage du salaire minimum, établi selon son âge et sa progression dans la formation. Ainsi, un étudiant entre 18 et 20 ans, en contrat d’apprentissage, bénéficie d’un salaire correspondant à 43 % du Smic en première année, 53 % en deuxième année et 68 % en troisième année. À partir de 21 ans, ces taux passent respectivement à 55 %, 65 % et 80 % du Smic (niveaux I et II préparés pour la branche concernée*). Source Fédération Syntec. La rémunération des jeunes de moins de 21 ans en contrat de professionnalisation égale 55 % du Smic , voire 65 % pour les titulaires d’un baccalauréat professionnel ou d’un diplôme similaire. Quant à celle des plus de 21 ans, elle peut aller de 70 à 80 % du Smic. Autre avantage, et non des moindres : l’expérience. Car l’alternance permet non seulement d’obtenir un diplôme, mais c’est aussi l’occasion d’accéder à un monde souvent bien éloigné de celui des études, d’appréhender la réalité de la vie professionnelle et d’en saisir le fonctionnement. Connaître les rouages de l’entreprise ou le travail en équipe, sont autant de points forts appréciés des employeurs. Ainsi, 85 % des alternants de la branche informatique ont pu poursuivre leur carrière dans leur entreprise d’accueil, dès la fin de leurs études.

Tous les diplômes et les métiers de l’informatique peuvent-ils se préparer en alternance ?
La branche informatique offre une palette de formations accessibles via l’alternance, qui ne cesse de s’accroître, et ce, du Bac pro au diplôme d’ingénieur en passant pas le DUT, le BTS ou encore le Master. Les cursus de Bac +2, menant au brevet de technicien supérieur (BTS) ou au Diplôme universitaire de technologie (DUT) peuvent être pour la quasi-totalité, suivis en alternance. Plus de 200 licences professionnelles spécialisées en informatique (Bac +3) peuvent être préparées en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Du côté de l‘université, la voie la plus prisée des étudiants ayant choisi l’alternance est celle des MIAGE (Méthodes informatiques appliquées à la gestion) que l’on intègre principalement dès la licence, après un DUT informatique.
* Ces pourcentages du Smic sont ceux annoncés par la branche professionnelle « Études, Conseil, Informatique et Ingénierie »

17

ALTERNANCE

Quant aux écoles d’ingénieurs, elles proposent aux titulaires d’un Bac +2 et parfois même aux bacheliers, la préparation en apprentissage pour plus de 80 diplômes d’ingénieur dans le domaine.

Quelles démarches pour devenir alternant ?
La première démarche est avant tout la recherche de la formation et de l’établissement qui la propose, mais aussi de l’entreprise d’accueil, car il faut le rappeler, toute formation ne peut être validée sans signature d’un contrat de travail. Si compte à rebours il doit y avoir avant la rentrée de septembre, février est le moment idéal pour entamer cette première étape, suivie de celle d’avril à juin, du retrait des dossiers d’inscription à l’envoi des candidatures aux entreprises. Entretiens et dans certains cas tests de sélection s’ensuivent, le but étant de décrocher un contrat dans les meilleurs délais afin de commencer sa formation en toute sérénité.

François CHEVALIER, diplômé d’une licence professionnelle Sécurité et qualité en télécommunication
Après un BTS en informatique de gestion, j’ai opté pour une licence professionnelle en alternance, un bon moyen de mettre à profit des connaissances techniques sur le terrain ! Je n’ai pas souhaité poursuivre mes études, mon Bac +3 me suffisait à acquérir l’indépendance que je souhaitais et m’offrait une vraie spécialisation. C’est un diplôme qui vous permet de devenir consultant en sécurité informatique, administrateur réseaux et après quelques années, responsable de services informatiques, par exemple. C’est aussi une excellente voie pour poursuivre en Master. Pour ma part, ce cursus m’a conduit à monter ma propre entreprise de montage de PC pour particuliers et professionnels, je fais également de l’installation réseaux. Avant cela, j’ai occupé des fonctions de technicien de support et de référent technique, des expériences qui m’ont permis de mettre en pratique les qualités que réclame notre métier : la méthode et la rigueur ! »

18

FORMATION

Quelles formations pour accéder au secteur de l’informatique ?
Nombreux sont les jeunes à vouloir faire de l’informatique leur métier. Avec plus de 70 % des foyers français équipés d’au moins un ordinateur, désormais mêmes les plus petits savent manier la souris. Certains sont si agiles qu’ils rêvent même d’en faire leur métier. Quand choisir ? Que choisir ? Les opportunités dans ce secteur d’activité sont nombreuses. Et il y en a pour tous les goûts et quel que soit le niveau d’étude.

L’

informatique s’est imposée au monde. Si bien d’ailleurs que les écoles proposant des formations dans ce domaine ont poussé comme des champignons. Faire un choix devient alors ardu. Comment se positionner ? Comment être sûr de choisir la formation qui correspond le mieux à nos attentes ? Des questions que chaque jeune qui souhaite embrasser une carrière dans le secteur est amené à se poser un jour. Les cursus les plus complets nécessitent l’obtention du baccalauréat. Mais les décisions d’orientation se prennent aussi souvent avant d’arriver à ce premier grand diplôme. Dès la troisième, en effet, il est possible de commencer à envisager son avenir dans l’informatique grâce à deux options possibles : « Initiation aux sciences de l’ingénieur » ou « Mesures physiques et informatiques » qui démarrent dès la classe de seconde. C’est une fois en première que l’élève devra choisir le baccalauréat qu’il souhaite passer. La filière scientifique reste néanmoins fortement recommandée surtout si l’étudiant se destine à des études d’ingénieur.

Bac +2 : les diplômes les plus utilisés pour se former à l’informatique
Les BTS et DUT sont deux diplômes particulièrement populaires surtout pour ceux qui souhaitent entrer rapidement dans la vie active. En effet, il permettent de former de bons techniciens et représentent également d’excellentes passerelles pour la poursuite d’études, en licence professionnelle par exemple. Deux BTS coexistent dans le domaine informatique : le BTS Services informatiques aux organisations et le BTS Informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques.

Le BTS SIO : Le BTS Services informatiques aux organisations (SIO) remplace depuis la rentrée
2011 le BTS Informatique de gestion. Il forme des techniciens capables de mettre en place des

19

FORMATION

solutions informatiques au sein des entreprises. Le BTS SIO propose deux spécialités qui mènent à deux métiers différents : la spécialité « solution d’infrastructure, systèmes et réseaux » et la spécialité « solution logicielles et applications métiers ». La première permet d’installer, administrer et gérer la maintenance des réseaux et des équipements et des réseaux informatiques. La seconde forme à trouver des solutions logicielles et applicatives. Le titulaire d’un BTS SIO spécialité « solutions logicielles et applications métiers » participe à toutes les phases de la production des solutions logicielles mises en place (définition des cahiers des charges, choix des solutions techniques, réalisation des applications logicielles, mise en place au sein de l’organisation, etc.).

Le BTS IRIS : Le BTS Iris – comprenez « Informatique et réseaux pour l’industrie et les services
techniques » – a remplacé il y a plusieurs années maintenant le BTS Informatique industrielle qui concernait les systèmes informatiques centralisés permettant la commande et la surveillance des procédés industriels. Aujourd’hui, il doit prendre en compte et intégrer les révolutions technologiques et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est dans ce contexte que ce technicien supérieur intervient, précisément sur le développement et la maintenance de systèmes et d’applications informatiques. De fait, le BTS Iris forme le futur professionnel à de multiples compétences : en informatique bien sûr, mais aussi en électronique et en technique commerciale. Il pourra travailler, sous la houlette d’un ingénieur, à la conception et à la fabrication d’un système informatique industriel. Ce travail s’effectue dans les ESN* et dans les sociétés qui réalisent les équipements informatiques.

Nicolas, titulaire d’un BTS informatique de gestion, administrateur réseaux
J’ai eu un ordinateur sur le tard et en découvrant l’informatique j’ai voulu en savoir un peu plus sur le sujet. Après avoir obtenu un Bac STT, j’ai donc décidé de poursuivre par un BTS dans le nouveau domaine qui m’intéressait. Quand on souhaite devenir technicien, ce diplôme est parfait : il vous donne les clés nécessaires pour apprendre à gérer un réseau informatique. L’avantage aussi, c’est que ce cursus vous permet d’aller encore plus loin dans vos études, vous pouvez, par exemple, intégrer une école d’ingénieurs. En ce qui me concerne, cette formation m’a permis de réaliser que j’étais meilleur commercial que technicien. Une fois mon BTS en poche, j’ai donc décidé d’arrêter. Je suis aujourd’hui responsable d’un magasin spécialiste en téléphonie mais qui vend et répare des ordinateurs, également. Du coup, je peux mettre à profit ma double casquette : celle de vendeur et celle de réparateur. Grâce à mon diplôme, je suis en effet capable d’assurer de la maintenance informatique, d’installer des systèmes d’exploitation ou encore de gérer une panne de matériel ! »

Le DUT Informatique : Certainement le plus généraliste de tous les DUT appliqués au secteur ! Ses débouchés se trouvent essentiellement au sein des services d’informatique industrielle dans les entreprises commerciales ou les administrations. Les constructeurs
* Entreprise de Services Numérique

20

(ordinateurs, périphériques), les ESN*, les éditeurs de logiciels, les opérateurs de télécommunications et bien d’autres, constituent une manne pour les jeunes diplômés.

Le DUT Génie électrique et informatique industrielle (GEII) : Ce DUT concerne davantage les férus de sciences physiques et des nouvelles technologies. Il permet d’exercer une large palette d’activités dans des domaines allant de l’électronique aux systèmes automatisés et aux réseaux locaux associés, en passant par l’électronique de puissance, la distribution et la conversion d’énergie ainsi que l’informatique des systèmes industriels. Les principaux débouchés de ce DUT se trouvent dans la maintenance, la vente d’équipements complexes, les contrôles, les études. Les diplômés acquièrent notamment une double compétence hardware/software très recherchée par les entreprises concernées des secteurs publics et privés. Le DUT Réseaux et télécommunications (R&T) : Ce DUT a une vocation clairement technique. À sa sortie, le diplômé en DUT R&T doit être capable de maîtriser les nouvelles technologies de la communication, tant dans ses aspects matériels que logiciels et être capable d’intégrer rapidement les évolutions des technologies et des systèmes. Les débouchés professionnels sont variés. Les exploitants en télécommunications, gestionnaires en téléphonie ou grands réseaux d’entreprise apprécient ces formations, notamment parce qu’elles forment des diplômés directement opérationnels. Le DUT Statistique et informatique décisionnelle (STID) : Voilà un diplôme tourné vers le traitement statistique et informatique des données, qui offre des débouchés dans de nombreuses entreprises : banques, assurances, administrations, sociétés de services, recherche et développement… Toutes ces entreprises ont besoin de spécialistes qui sauront faire parler les chiffres pour les aider à prendre des décisions dans leurs services d’audit, de contrôle de la qualité ou d’études et de recherche. L’enseignement fait la part belle à l’apprentissage de l’utilisation des logiciels qui permettent de traiter l’information chiffrée de nature scientifique ou économique (par exemple, les logiciels de base de données). Le DUT Services et réseaux de communication (SRC) : Ce DUT prépare à tous les
métiers de la conception interactive et allie connaissances techniques, éditoriales et artistiques. Le recrutement des étudiants traduit bien cette ouverture : scientifiques, littéraires et techniciens se retrouvent dans cette formation, qui a pour vocation de former des généralistes du multimédia et d’Internet, capables de dialoguer avec les directions techniques comme avec les spécialistes du marketing, les techniciens spécialistes des télécommunications et de l’informatique ou les créatifs et les spécialistes de l’image, du texte et du son.

À l’université : la MIAGE
La Miage (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) est sans doute l’une des formations les plus recherchées par les sociétés informatiques. Elle forme des professionnels de l’ingénierie des systèmes d’information des entreprises et favorise le développement d’une double compétence en informatique d’une part, et en gestion des entreprises et économie d’autre part.
* Entreprise de Services Numérique

21

FORMATION

Depuis leur intégration dans le LMD, les 20 Miage proposent un parcours en 3 ans : L3, suivie d’un master professionnel en 2 ans. Elles recrutent à Bac +2/+3 (BTS, DUT, L2, L3 en informatique) et se préparent en formation initiale ou continue ou en e-learning (formation à distance via Internet). À l’issue de la formation, les « Miagistes » peuvent exercer des fonctions en qualité de développeur, gestionnaire d’application, d’auditeur informatique, par exemples. Ceux qui souhaitent exercer un métier centré sur une approche technique et technologique s’orientent davantage vers des fonctions d’administrateur de bases de données, d’intégrateur d’exploitation, d’expert et technologie Internet et multimédia ou de systèmes décisionnels.

Écoles d’ingénieurs : généralistes ou spécialisés, comment choisir ?
Donner un bagage scientifique, technique et managérial doublé d’une spécialisation sectorielle : telle est la vocation des écoles d’ingénieurs et autres écoles spécialisées. On ne compte plus les écoles à avoir intégré dans leur cursus un pôle informatique, réseaux, systèmes d’information et multimédia. Parmi elles, les écoles d’ingénieurs habilitées par la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), pour lesquelles il existe plusieurs voies d’accès. Car toutes ne recrutent pas exclusivement après une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE). Les écoles post-bac ont également un rôle à jouer et présentent l’avantage d’entrer dans le vif du sujet dès les premières années. Les ingénieurs généralistes sont capables de s’adapter à une multitude de métiers différents, même s’ils choisissent une orientation sectorielle. En effet, si les écoles disent former des ingénieurs généralistes alors qu’elles entrent dans un domaine de spécialisation, c’est parce que certaines d’entre elles proposent un tronc commun en 1re année de cycle ingénieur avant d’amener leurs élèves vers la voie d’une spécificité sectorielle ou fonctionnelle en 2e ou en 3e année. Tandis que d’autres, en revanche, lissent cette approche professionnelle tout au long du cursus ingénieur. La spécialisation en informatique n’est abordée qu’en fin de cursus. Le marché de la formation ne se résume pas pour autant aux écoles d’ingénieurs. Les grands noms du secteur (ESN* , distributeurs…) ne réservent d’ailleurs pas leur recrutement aux seules « grandes écoles ». Dans le domaine informatique, l’offre de formation est pléthorique, mais certaines écoles proposent des cursus entièrement consacrés à l’informatique, sans être pour autant des écoles d’ingénieurs habilitées par la CTI. Leur offre de formation et les titres ou certificats délivrés relèvent exclusivement de la compétence de chaque école.

Et pourquoi pas un doctorat en informatique ?
Les détenteurs d’un diplôme de niveau Bac +5 vont pouvoir poursuivre leurs études en doctorat. La sélection se fera alors sur dossier. Voie d’excellence, celle-ci permet aux candidats de rejoindre les bancs d’équipes de recherche dans des domaines scientifiques. Trois années d’études et de recherches supplémentaires pour obtenir le « must » des diplômes, le précieux doctorat de niveau Bac +8 !
* Entreprise de Services Numérique

22

MÉTIERS

Les fiches

TABLE DES MÉTIERS

L

a table des métiers présentée ci-dessous recense l’ensemble des emplois types existant dans le secteur d’activité de l’informatique, répertoriés par famille et sous famille – classement OPIIEC, regroupement par proximité entre les activités et entre les compétences.

Pour plus d’informations sur un métier en particulier, retrouvez-le sous forme de fiche détaillée à partir de la page 28.

˾ INFRASTRUCTURE
- Technicien d’infrastructure - Administrateur d’infrastructure - Expert infrastructure

˾ CONSULTING
- Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage - Consultant métier - Urbaniste

˾ EXPLOITATION
- Pilote d’exploitation - Intégrateur d’exploitation - Chef de projet production

˾ SUPPORT
- Support clients

˾ TECHNIQUE
- Consultant technique - Architecte technique - Architecte système d’information

Production

Conseil
˾ MANAGEMENT
- Responsable support - Responsable production - Responsable des études - Responsable technique - Responsable des opérations

˾ COMMERCIAL
- Consultant avant-vente - Commercial - Responsable partenariats - Responsable commercial

Développement des affaires

Études et développement

Management et gestion des engagements

˾ PROJET - Manager de ressources - Chef de projet informatique - Directeur de projet

˾ SERVICE - Gestionnaire de contrats - Gestionnaire de services ˾ MÉTHODES OUTILS ET QUALITÉ - Chargé méthode outils et qualité - Responsable méthodes et outils ˾ QUALIFICATION - Analyste test et validation - Consultant en processus de test - Chef de projet test

˾ MARKETING - Chef de produits et offres

- Concepteur développeur - Analyste fonctionnel - Consultant progiciel

24

SOMMAIRE FICHES MÉTIERS
28
LES MÉTIERS du CONSEIL
s Consulting
28-29 30-31 32-33 34-35 36-37 38-39

70

LES MÉTIERS des ÉTUDES et du DÉVELOPPEMENT
– Concepteur développeur – Analyste fonctionnel – Consultant progiciel

– Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage – Consultant métier – Urbaniste

70-71 72-73 74-75

s Technique
– Consultant technique – Architecte technique – Architecte système d’information

76

LES MÉTIERS du DÉVELOPPEMENT des AFFAIRES
s Commercial
– Consultant avant-vente – Commercial – Responsable partenariats – Responsable commercial

76-77

40

LES MÉTIERS du MANAGEMENT et de la GESTION des ENGAGEMENTS
s Management
– Responsable support – Responsable production – Responsable des études – Responsable technique – Responsable des opérations

78-79 80-81 82-83 84-85

s Marketing
– Chef de produits et offres

40-41 42-43 44-45 46-47 48-49 50-51 52-53 54-55 56-57 58-59 60-61 62-63 64-65 66-67 68-69

86

LES MÉTIERS de la PRODUCTION
s Infrastructure
– Technicien d’infrastructure – Administrateur d’infrastructure – Expert infrastructures

86-87 88-89 90-91 92-93 94-95 96-97 98-99

s Projet
– Manager de ressources – Chef de projet informatique – Directeur de projet

s Support
– Support clients

s Service
– Gestionnaire de contrats – Gestionnaire de services

s Exploitation
– Pilote d’exploitation – Intégrateur d’exploitation – Chef de projet production

s Méthodes outils et qualité
– Chargé des méthodes outils et qualité – Responsable méthodes et outils

s Qualification
– Analyste test et validation – Consultant en processus de tests – Chef de projet test

25

INDEX ALPHABÉTIQUE DES MÉTIERS
oici un index alphabétique des appellations courantes des métiers du numérique. Chaque appellation renvoie à une fiche métier type (en gras dans l’index) pour lequel nous avons choisi de développer : les fonctions, le profil, les formations et les possibilités d’évolution professionnelle.

V

88-89 88-89 88-89 88-89 96-97 88-89 88-89 88-89 96-97 72-73 70-71 64-65 70-71 38-39 36-37 38-39 36-37 92-93 92-93 72-73 30-31 78-79 72-73 60-61 84-85 84-85 52-53 52-53 98-99 68-69 78-79 78-79 78-79 70-71 76-77 28-29

Administrateur d’applications Administrateur d’infrastructure Administrateur de bases de données Administrateur de messagerie Administrateur de production Administrateur réseau Administrateur sécurité Administrateur système Analyste d’exploitation Analyste fonctionnel Analyste réalisateur Analyste test et validation Analyste-programmeur Applications architect Architecte Architecte système d’information Architecte technique Assistant aux utilisateurs Assistant micro-informatique Business Analyst Business consultant Chargé d’affaires Chargé d’études en organisation et informatique Chargé des méthodes outils et qualité Chef de marché / produits Chef de produits et offres Chef de projet Chef de projet informatique Chef de projet production Chef de projet test Commercial Commercial sédentaire Commercial terrain Concepteur développeur Consultant avant-vente Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage

66-67 66-67 66-67 72-73 74-75 66-67 28-29-30-31 28-29-3031-72-73 28-29-30-31 30-31 74-75 74-75 34-35 66-67 66-67 66-67 80-81 82-83 54-55 54-55 80-81 46-47 62-63 54-55 60-61 34-35 90-91 28-29-30-31 34-35 66-67 56-57 58-59 76-77 90-91 78-79

Consultant en automatisation de tests Consultant en processus de tests Consultant en qualification logiciel Consultant en système d’information Consultant ERP Consultant expert en processus de tests Consultant Expert Métier Consultant fonctionnel Consultant Maîtrise d’Ouvrage (Maître d’Ouvrage) Consultant métier Consultant produit Consultant progiciel Consultant technique Consultant test et qualité Consultant tests-support Consultant validation logiciels Development & partnership manager Directeur commercial Directeur de programme Directeur de projet Directeur des partenariats Directeur technique Efficiency manager Engagement manager Expert en méthodes et qualité Expert en technologie Expert infrastructures Expert métier Expert technique Expert tests Gestionnaire de contrats Gestionnaire de services Ingénieur avant-vente Ingénieur bases de données Ingénieur d’affaires

26

70-71 98-99 90-91 70-71 90-91 74-75 60-61 60-61 74-75 64-65 90-91 90-91 90-91 76-77 90-91 64-65 64-65 64-65 96-97 98-99 64-65 98-99 70-71 52-53 50-51 94-95 96-97 94-95 80-81 94-95 76-77 76-77 76-77 84-85 42-43 54-55 70-71 52-53 52-53-54-55 58-59 60-61 64-65 48-49 82-83 44-45 78-79 98-99

Ingénieur d’étude Ingénieur de production Ingénieur déploiement Ingénieur développement Ingénieur infrastructure Ingénieur intégration Ingénieur méthodes informatiques Ingénieur méthodes outils et qualité Ingénieur progiciel Ingénieur qualité/intégration logiciel Ingénieur réseau Ingénieur sécurité Ingénieur système Ingénieur technico-commercial Ingénieur télécom Ingénieur test Ingénieur test et validation Ingénieur test fonctionnel Intégrateur d’exploitation Intégrateur de production Intégrateur/testeur Integrator operating Lead developper Manager de projet Manager de ressources Operating technician Operational analyst Operator Partner manager Pilote d’exploitation Pre-sales consultant Pre-sales engineer Pre-sales support Product manager Production manager Program Manager Programmer Project leader Project Manager Propriétaire de services Quality assurance engineer Recetteur fonctionnel Responsable centre production de services Responsable commercial Responsable d’agence Responsable de compte Responsable de déploiement logiciel

80-81 44-45 48-49 80-81 44-45 62-63 56-57 80-81 42-43 54-55 60-61 40-41 46-47 50-51 82-83 78-79 48-49 56-57 58-59 92-93 64-65 68-69 66-67 80-81 40-41 92-93 92-93 90-91 36-37 34-35 94-95 86-87 86-87 92-93 86-87 92-93 94-95 92-93 86-87 92-93 92-93 86-87 86-87 64-65 64-65 32-33 36-37

Responsable des alliances stratégiques Responsable des études Responsable des opérations Responsable des ventes indirectes Responsable groupe développement Responsable méthodes et outils Responsable opérationnel de compte Responsable partenariats Responsable production Responsable projet Responsable qualité Responsable support Responsable technique Ressource manager Sales manager Sales representative Service delivery manager Service level manager Service owner Service support Software test engineer Software test project manager Software testing expert Strategic partnership manager Superviseur Hotline Support clients Support technique System & Network engineer Technical architect Technical consultant Technicien d’exploitation Technicien d’infrastructure Technicien d’intégration Technicien de maintenance Technicien déploiement Technicien micro-informatique Technicien pilote d’exploitation Technicien poste de travail Technicien réseau Technicien support Technicien sur site Technicien système Technicien télécom Test analyst Testeur Urbaniste Urbaniste technique

27

Famille : CONSEIL

Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage
Consultant Maîtrise d’Ouvrage • Expert métier • Consultant Expert Métier • Consultant fonctionnel

Le consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage aide la maîtrise d’ouvrage dans l’expression du besoin, la réalisation de l’étude préalable et l’analyse d’opportunité. s Fonctions
Le consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage possède un rôle de médiateur entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. Il a un rôle important à jouer dans la relecture du cahier des charges et de son dépouillement. Également appelé chef de projet maîtrise d’ouvrage, chef de projet utilisateur ou encore assistant à la maîtrise d’ouvrage, les activités du consultant en assistance sont multiples : l’assistance à la maîtrise d’ouvrage notamment dans la définition de l’objectif du projet, la définition et la conception du projet, la participation à la sélection de solutions adéquates, le suivi et la vérification de l’avancement du projet et le respect du cahier des charges, la participation à la définition du plan de recettes, la participation à la livraison du projet et la garantie de la conformité, la communication sur l’avancée du projet, l’animation d’une équipe d’utilisateurs, ainsi que la participation à l’analyse d’impacts sur l’organisation et les processus de travail. Et quelques activités spécifiques liées à l’accompagnement dans la conduite du changement, et la définition des actions de formation de l’utilisateur.

s Profil
En débutant, le consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage intervient sur certaines étapes du projet pour lui permettre de gagner en expertise, et ensuite couvrir tous les segments du projet.
˾ LES COMPÉTENCES

Les interventions du consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage seront différentes en fonction de la taille du projet. Selon son niveau d’expérience, il participe à tous les segments du projet ou à certains d’entre eux (étude d’opportunité, recette…). Une bonne connaissance du marché (acteurs, produits, offres, prix…) est nécessaire, ainsi que celle d’un domaine fonctionnel. Le consultant en assistance possède des méthodes de conception des systèmes d’information,

28

Sous-famille : Consulting
Code ROME : M1806
Conseil
et une maîtrise des normes et outils de développement, sans oublier des outils d’accompagnement du changement et s’engage sur une qualité.
˾ LES QUALITÉS

Une importante culture technologique, une bonne compréhension de l’environnement concurrentiel, une maîtrise des concepts, des notions, des techniques et des méthodes de gestion de projet et de traitement des problématiques fonctionnelles : toutes ces qualités, le consultant doit les acquérir.

ÊTRE UN BON

s Formation

& Pré-requis

C’est l’expérience qui prime. Ainsi, cet emploi est accessible à des personnes de niveau Bac +5, ou justifiant d’une expérience significative de 7 à 10 ans. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

CONSULTANT EN ASSISTANCE À LA MAÎTRISE D’OUVRAGE
C’EST :
• Savoir aider à l’expression des besoins • Savoir rédiger les cahiers des charges • Savoir analyser des réponses et aider au choix des solutions techniques • Savoir piloter un projet

École d’ingénieurs - École de commerce - Formations universitaires.
˾ CERTIFICATIONS

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Chef de projet


CONSULTANT EN ASSISTANCE À LA MAÎTRISE D’OUVRAGE

Directeur de projet

Analyste fonctionnel Concepteur développeur Chef de projet test Consultant métier

Urbaniste Chef de projet Consultant métier

Source OPIIEC

29

Famille : CONSEIL

Consultant métier
Consultant Maîtrise d’Ouvrage (Maître d’Ouvrage) • Expert métier • Consultant Expert Métier • Consultant fonctionnel • Business consultant

Le consultant métier aide le client dans l’expression du besoin, la réalisation de l’étude préalable et l’analyse d’opportunité. Il rédige le cahier des charges, conçoit la solution fonctionnelle, conduit le projet, coordonne les différents acteurs et anime les réunions. Il valide la production de la maîtrise d’œuvre et il est le support auprès des utilisateurs. s Fonctions
Il est celui qui analyse et définit les périmètres fonctionnels. Il recueille, identifie et analyse les besoins. Il est également chargé de rédiger le cahier des charges et les spécifications fonctionnelles. On demande au consultant métier la réalisation d’une étude préalable mais aussi d’une étude d’opportunité et de faisabilité. La gestion de projet fait également partie de ses fonctions.

s Profil
Ses activités principales consistent à modéliser les processus métiers, à analyser et définir les périmètres fonctionnels, à recueillir, identifier et analyser les besoins. Il anime les comités métiers, aide le client à exprimer ses besoins, communique avec la maîtrise d’œuvre, suit les équipes projet et contrôle le recettage. Les activités spécifiques à ce métier consistent à définir le système d’information cible, à faire de la conduite du changement et à former les utilisateurs. Après plusieurs années, le consultant métier acquiert une expérience de plus en plus pointue dans un domaine fonctionnel en particulier.
˾ LES COMPÉTENCES

Outre des connaissances générales en informatique, il sera demandé au consultant métier des connaissances fines d’un ou plusieurs environnements métiers et la maîtrise de progiciels et applications d’un ou plusieurs métiers.
˾ LES QUALITÉS

Être doté d’un bon esprit d’initiative, savoir orienter le client, animer une équipe et communiquer représentent des qualités indispensables à l’exercice du métier. Un raisonnement déductif est aussi absolument nécessaire.

30

Sous-famille : Consulting
Code ROME : M1806
Il est indispensable de bien connaître au moins un univers fonctionnel, ou d’avoir une expérience dans un autre secteur d’activité que l’informatique d’environ 7 à 10 ans. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Formations universitaires - Diplôme d’une Grande École en informatique ou gestion - Écoles de commerce
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

Pas de certification exigée.

CONSULTANT MÉTIER
C’EST :
• Savoir modéliser les processus Métiers (cartographie, flux …) • Être capable d’analyser et définir les périmètres fonctionnels • Recueillir, identifier et analyser les besoins • Animer des comités métiers • Savoir analyser l’expression des besoins • Rédiger un cahier des charges • Rédiger les spécifications fonctionnelles • Rédiger une étude préalable • Savoir gérer un projet
Source OPIIEC

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Responsable méthodes et outils


CONSULTANT MÉTIER

Chef de projet

Analyste fonctionnel

Consultant avant-vente

Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage

Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage

31

Conseil

s Formation

& Pré-requis

Famille : CONSEIL

Urbaniste
L’urbaniste est celui qui assiste aux phases d’avant-vente et de suivi et qui participe au coaching et à la formation des nouveaux urbanistes. Il propose la vision à long terme du système d’information et assure la cohérence des choix dans le temps. Il construit et gère à partir de la stratégie de l’entreprise la cartographie métiers. s Fonctions
Dans son métier, l’urbaniste réalise la conception stratégique du système d’information. Il pilote l’urbanisation du SI, conçoit et met en place les règles de gouvernance du système d’information en relation avec l’architecte système d’information. Il est également le garant de l’analyse des processus métiers, des flux et de la réalisation de la cartographie.

s Profil
Un urbaniste qui débute, commencera par la réalisation de cartographie. Puis, plus il aura de l’expérience, plus il prendra à sa charge les autres activités attendues d’un urbaniste (conseil, stratégie, gouvernance). Pour mener à bien sa mission, l’urbaniste devra maîtriser la rédaction des règles d’urbanisme et de gouvernance du système d’information. Il devra, également, savoir définir un plan d’urbanisation et mettre en place des règles de gouvernance du système d’information. L’application des stratégies métiers, la définition des axes stratégiques du système l’information et la gestion de projet feront partie de ses missions quotidiennes.
˾ LES COMPÉTENCES

Outre de bonnes connaissances générales en informatique, il sera demandé à l’urbaniste la maîtrise des calculs du ROI / TCO (Return on investment / Total cost ownership). Mais aussi de savoir modéliser des organisations et processus et de connaître les méthodologies de cartographie.
˾ LES QUALITÉS

Posséder un bon esprit d’initiative, avoir le sens de la relation client, savoir animer une équipe, communiquer et être doté d’une grande capacité d’analyse est absolument indispensable dans ce métier.

32

Sous-famille : Consulting
Code ROME : M1806
Une première expérience significative dans une société de conseil ou une ESN* pourra être un atout essentiel. En général, en effet, ce poste requiert 10 à 15 ans d’expérience sur des projets d’envergure orientés métiers ou projets (avec une forte expertise métier). Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Peu importe la formation initiale, l’expérience définie en pré-requis est indispensable.
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

URBANISTE
C’EST :
• Posséder une très bonne culture SI • Faire preuve d’une haute capacité d’analyse et de synthèse • Être doté d’un esprit critique • Avoir de bonnes connaissances des métiers de l’entreprise et des métiers informatiques (mise en œuvre, gestion de projets, production, sécurité, qualité… ) • Savoir défendre ses propositions • Aimer rédiger et s’exprimer oralement • Savoir vulgariser l’information

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Métiers transverses Directeur de projet


URBANISTE

Management

Consultant métier Architecte système d’information

Métiers transverses

* Entreprise de Services Numérique

Source OPIIEC

33

Conseil

s Formation

& Pré-requis

Famille : CONSEIL

Consultant technique
Expert technique • Expert en technologie • Technical consultant

Le consultant technique conseille, analyse et met en œuvre la solution retenue par le client dans le cadre de projets complexes. s Fonctions
Le consultant technique, dans sa mission, doit appréhender et définir les besoins du client, recommander et définir l’architecture technique en cohérence avec la stratégie du client. Il occupe une véritable place de support durant les phases de développement, de test et de mise en place opérationnelle. Il anime des groupes de travail et sert de support aux différentes équipes impliquées dans le projet. Il apporte une expertise technique aux projets auxquels il est associé et assure une veille technologique sur son domaine de compétences. Plus spécifiquement, il gère le projet, met en place la politique de sécurité, participe à l’élaboration des propositions commerciales et aux phases d’avant-vente. Il est aussi celui qui prépare l’industrialisation du développement et réalise des formations.

s Profil
Le consultant technique intervient sur des projets de plus en plus complexes, de par leur : taille, budget, complexité fonctionnelle ou technique, localisation géographique (multiculturel, multisites, international, off-shore). Il peut évoluer au bout de quelques années vers des postes d’architecte technique, de responsable technique ou de chef de projet.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les méthodes, normes et outils de conception et de développement et les techniques de conduite de projet. Il a la connaissance de l’architecture technique (matériel, système et réseau) et s’impose comme l’expert d’une ou plusieurs technologies.
˾ LES QUALITÉS

Outre des qualités indispensables d’écoute, de sens de l’initiative, d’esprit d’équipe, le consultant technique est curieux.

s Formation

& Pré-requis

Plusieurs années d’expérience dans le monde technique sont nécessaires. Formations accessibles en VAE et en apprentissage.

34

Sous-famille : Technique
Code ROME : M1802
- BTS ou DUT Informatique - Licence professionnelle Informatique - Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires Informatique
˾ CERTIFICATIONS

Aucune certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

ÊTRE UN BON

Expert infrastructure


CONSULTANT TECHNIQUE

Architecte technique

CONSULTANT TECHNIQUE
C’EST :
• Comprendre le besoin du client • Savoir concevoir et modéliser une architecture technique particulière • Être capable de mettre en place des audits, de réaliser des études et du conseil des problématiques techniques liées à son domaine d’expertise • Savoir conseiller pour permettre l’optimisation de l’utilisation des outils et système en place • Être une véritable assistance à la maîtrise d’ouvrage sur les questions techniques • Savoir définir les spécifications techniques d’un projet • Être capable de rédiger des cahiers des charges techniques pour le maître d’œuvre
Source OPIIEC

Concepteur développeur

Responsable technique

Consultant progiciel

Chef de projet

35

Conseil

˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Famille : CONSEIL

Architecte technique
Architecte • Urbaniste technique • Technical architect

Il a en charge la définition de l’architecture technique du système d’information, en veillant à la cohésion entre les aspects matériels, applicatifs, les systèmes d’exploitation, les réseaux… s Fonctions
L’architecte technique analyse les besoins en liaison avec les architectes spécialistes des systèmes d’information mais aussi l’impact des nouvelles solutions dans le système d’information. Il est aussi chargé de préconiser des choix techniques en s’engageant sur un fonctionnement en service régulier. Il est celui qui conçoit et valide l’architecture technique du système d’information. Il participe également à l’intégration du projet, il assure le support aux projets, fait de la veille technologique et participe aux actions d’avant-vente. Plus spécifiquement, son poste l’amènera à réaliser des formations, à assurer l’encadrement de l’équipe technique mais aussi à conduire les propositions commerciales sur les aspects techniques. Il est un gestionnaire de projet.

s Profil
L’architecte technique dispose d’une expertise sur une technologie particulière et d’un bon niveau de connaissance. Il est donc essentiel pour lui de communiquer et de travailler avec d’autres architectes occupant les mêmes fonctions que lui mais ayant d’autres domaines d’expertise de manière à partager et capitaliser les connaissances. 7 à 10 ans d’expérience dans le monde de la technique (administration, intégration, études et développement…) seront généralement nécessaires pour accéder à ce poste. L’architecte technique peut après quelques années prétendre à de nouvelles fonctions pour devenir architecte systèmes d’information ou responsable technique.
˾ LES COMPÉTENCES

On réclamera de l’architecte technique une expertise spécifique dans les systèmes, les bases de données, les réseaux, la sécurité, la performance… Maîtrisant les nouvelles technologies, il connaît les méthodes de développement et d’intégration et sait maîtriser les risques.
˾ LES QUALITÉS

L’architecte technique est curieux et dynamique. Il sait prendre des initiatives, animer une équipe, communiquer avec le staff mais aussi le client.

36

Sous-famille : Technique
Code ROME : M1802
7 à 10 ans d’expérience dans le monde de la technique (administration, intégration, étude et développement) sont nécessaires à l’exercice de cette profession. Formation possible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Certificat de qualification professionnelle d’architecte technique.
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

Pas de certification exigée.

ARCHITECTE TECHNIQUE
C’EST :
• Maîtriser la conception d’une architecture technique • Savoir mettre en œuvre une politique de sécurité et de performance • Être capable de réaliser une étude technique des différents scénarios d’architecture retenus • Être capable de participer au maquettage de la solution • Savoir définir des conditions et des procédures d’intégration technique • Pouvoir prendre part à la préparation de l’industrialisation du développement • Savoir réaliser un audit des performances d’une architecture • Être capable de gérer un projet
Source OPIIEC Évolutions possibles

s Évolution professionnelle
Origines possibles

Expert infrastructure


ARCHITECTE TECHNIQUE

Architecte système d’information

Consultant progiciel Consutlant technique

Chef de projet

Responsable technique

37

Conseil

s Formation

& Pré-requis

Famille : CONSEIL

Architecte système d’information
Applications architect

L’architecte de système d’information conçoit les différents éléments d’un système d’information et la manière dont ils vont s’imbriquer. Il gère aussi les évolutions du système, en fonction des évolutions technologiques et des besoins de l’entreprise. s Fonctions
Les principales étapes de l’activité d’un architecte de système d’information consistent à analyser le système existant, comprendre les attentes des utilisateurs, les traduire en solution informatique puis participer à la réalisation du nouveau système. Le cœur de sa mission, très technique, consiste à modéliser et à décomposer le système, ce qui lui permet de faire ensuite des choix en matière de matériel, de logiciels ou de progiciels. Il élabore ensuite un plan de développement ou d’intégration qu’il transmet au chef de projet. C’est sur cette base que vont travailler les développeurs et les intégrateurs.

s Profil
Dans son métier, l’architecte d’information s’impose comme l’interlocuteur de son client, il participe ainsi aux briefs et rend compte régulièrement de l’avancée du projet. Une expérience à ce type de poste permet traditionnellement d’évoluer dans deux directions, soit vers l’expertise technique, soit vers le conseil.
˾ LES COMPÉTENCES

Impliquant une vision synthétique et globale des systèmes d’information, cette fonction requiert aussi une excellente connaissance du fonctionnement de l’entreprise, de ses métiers et de ses flux. Les systèmes d’information sont hétérogènes et de plus en plus complexes : les applications se renouvellent sans cesse, notamment dans le domaine des réseaux et des télécoms. Désormais, c’est donc sur sa capacité à imaginer un système évolutif et flexible que l’on juge un architecte de système d’information.
˾ LES QUALITÉS

La fonction requiert de la rigueur, de la méthode ainsi que de bonnes capacités à s’adapter

38

Sous-famille : Technique
Code ROME : M1806
aux évolutions technologiques. Des qualités personnelles sont aussi requises pour cette profession comme la créativité, la capacité d’abstraction, d’écoute du client, la patience et la curiosité.

s Formation

& Pré-requis

Généralement, cette fonction est proposée à des informaticiens de niveau Bac +4/5 disposant de plusieurs années d’expérience : c’est un préalable indispensable pour acquérir une vision globale du système. Une expérience de 7 à 10 ans dans le monde du conseil ou du développement en système d’information est généralement demandée pour un tel poste. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

ARCHITECTE SYSTÈME D’INFORMATION
C’EST :

De nombreuses universités proposent des masters pro spécialisés dans l’informatique de gestion et les systèmes d’information, et plusieurs écoles d’ingénieurs disposent de cursus dans ce domaine.
˾ CERTIFICATIONS

• Savoir concevoir et modéliser • Connaître les principaux systèmes d’exploitation • Connaître les protocoles réseaux et les normes de sécurité • Connaître les normes et les méthodes de développement
Urbaniste

TOGAF

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Consultant technique


ARCHITECTE SYSTÈME D’INFORMATION

Architecte technique

• Savoir conduire un projet

Chef de projet


Source OPIIEC

39

Conseil

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Responsable support
Superviseur Hotline

Le responsable support, dans son appellation la plus courante, anime une équipe de support technique et veille à la qualité de service apportée aux utilisateurs. Il parvient à ces objectifs en analysant les résultats obtenus et en optimisant les procédures d’assistance. s Fonctions
Le responsable support est l’un des postes les plus centraux d’une entreprise face à ses utilisateurs. Il doit aider à identifier et analyser les incidents comme les dysfonctionnements décrits par ces derniers. Dès lors, il doit mettre en place des outils de reporting. En optimisant les procédures d’assistance et en collectant les informations qui permettent de faire évoluer l’environnement technologique (ou les fonctionnalités logicielles), il peut définir les procédures pour mettre en place le processus d’assistance. Le groupe de support technique sous ses ordres doit se fier à sa capacité de jugement.

s Profil
Le rôle du responsable support est directement impacté par la taille de l’entreprise au sein de laquelle il évolue. Sa tâche sera plus complexe si celle-ci est importante. A contrario, il devra se montrer davantage force de proposition dans une petite structure où les procédures sont moins formalisées.
˾ LES COMPÉTENCES

Quatre grands axes autour de la fonction de responsable support : des techniques de prise d’appels aux outils de gestion des incidents, en passant par la maîtrise des méthodes de diagnostics et la gestion des engagement.
˾ LES QUALITÉS

Le superviseur hotline doit entretenir un rapport privilégié avec ses clients car il est leur interlocuteur le plus fréquent. Il doit veiller à maintenir un discours cohérent et rassurant, mais doit bien garder à l’esprit de tenir à jour ses interventions, ce qui demande un grand sens de l’organisation. Assez peu de prises d’initiatives puisque ce sont ses clients qui sont demandeurs de ses services, donc à lui de proposer la solution la mieux adaptée pour répondre à leurs attentes et leurs besoins.

40

Sous-famille : Management
Code ROME : M1803 s Formation

& Pré-requis

Les études qui mènent à ce poste sont relativement courtes puisqu’un Bac +2 suffit à intégrer une entreprise. Dans le cas où le candidat peut justifier d’une expérience professionnelle équivalente, il peut aussi prétendre à un poste de responsable support.

˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- BTS Informatique de gestion : administration des réseaux locaux - DUT Informatique
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

ITIL

RESPONSABLE SUPPORT
C’EST :
• Savoir diagnostiquer pannes ou anomalies • Savoir analyser des dysfonctionnements • Savoir rédiger les procédures • Savoir conduire un projet
Management

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Support clients

Gestionnaire de services

RESPONSABLE SUPPORT

Manager de ressources Consultant avant-vente

Emploi à composante technique

Source OPIIEC

41

Management et gestion des engagements

Formation accessible en VAE et en apprentissage.

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Responsable production
Production Manager

Le responsable de production pilote l’ensemble des opérations et des moyens de production dont il a la charge. s Fonctions
Être Production Manager, ce n’est pas seulement superviser et orchestrer l’ensemble de la production informatique dans son domaine d’activité. Il faut également coordonner la réalisation de traitements informatiques, tout en restituant dans les meilleures conditions les meilleurs facteurs de qualité, de délais et de coûts. C’est en cela que le Responsable production peut se targuer d’améliorer la productivité. Tout en organisant de manière optimale les ressources techniques et humaines du service de production, il veille à la fiabilité du système et à la sécurité des données. En sus de la supervision de la maintenance des matériels et logiciels d’exploitation, tout en optimisant les ressources informatiques et en manageant les ressources vives d’une entreprise, il élabore de manière rigoureuse les budgets, définit les éléments constituant le référentiel de production. Ainsi il garantit le maintien en conditions opérationnelles, pilotant au passage les changements intervenant dans son domaine d’activité. Il peut parfois être encore au plus près du terrain en assurant une veille technologique.

s Profil
Les activités du responsable de production pourront varier selon la taille de l’entreprise et l’environnement technologique. Souvent issus des métiers tels que chef de projet production, architecte technique, ou encore intégrateur d’exploitation, sa carrière peut évoluer vers le poste de Directeur de projet.
˾ LES COMPÉTENCES

Il est souvent explicitement demandé aux personnes désirant devenir responsable production d’avoir d’importantes connaissances architecturales et fonctionnelles du système d’information, mais aussi des connaissances techniques et fonctionnelles du patrimoine applicatif. L’environnement d’exploitation doit couler de source pour lui, et ce afin d’être plus réactif et productif pour mener à bien les missions qui lui sont dévolues. Les normes et procédures de sécurité doivent être acquises, surtout pour un tel poste d’analyse des risques qui demande un certain sens du

42

Sous-famille : Management
Code ROME : M1803
commandement. Des notions juridiques représentent un plus indéniable dans l’accomplissement satisfaisant de son travail.
˾ LES QUALITÉS

à-vis de ses clients.

ÊTRE UN BON

s Formation
apprentissage.

& Pré-requis

Une certaine expérience de la production de 5 à 10 ans valorisera la formation, accessible en VAE et en

RESPONSABLE PRODUCTION
C’EST :
• Savoir organisation et planifier l’ensemble de la production informatique (exploitation, support et assistance aux utilisateurs, projets) • Savoir mettre en place des tableaux de bord de gestion • Savoir négocier avec les fournisseurs • Savoir estimer des risques techniques • Savoir élaborer des propositions d’optimisation technique et financière • Savoir diriger l’équipe production

˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Formations universitaires Informatique à partir d’un Bac +4 - Écoles d’ingénieurs
˾ CERTIFICATIONS

ITIL

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Chef de projet production


RESPONSABLE PRODUCTION
Directeur de projet

Architecte technique

Intégrateur d’exploitation


Source OPIIEC

43

Management et gestion des engagements

Responsable production requiert un esprit d’initiative très important, pour être convaincant face à l’équipe qu’il va être appelé à manager. Il doit clairement assumer son leadership mais doit pour cela avoir un discours sans faille, en soignant sa communication auprès de ses collaborateurs mais aussi vis-

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Responsable des études
Responsable groupe développement • Responsable d’agence

Le responsable des études coordonne les projets informatiques, qu’il s’agisse de développement ou d’intégration, en s’appuyant sur une équipe d’informaticiens d’études et de managers. s Fonctions
Principalement chargé de superviser et de coordonner les projets informatiques du moment de leur conception jusqu’à l’étape finale de leur mise en exploitation, le responsable des études doit pouvoir assurer tous les moments clés d’un projet. Il met ses capacités d’analyse en œuvre pour calculer au plus juste les moyens matériels et financiers à appliquer pour chacun d’entre eux. Ses capacités managériales doivent lui servir au moment de diriger les équipes de chefs ou de directeurs de projets. Il reste l’interlocuteur clé auprès des services et/ou clients en apportant une réponse adaptée aux besoins des directions fonctionnelles. Il compte également parmi ses prérogatives la négociation avec les sous-traitants, mais doit aussi veiller au respect de la qualité et des processus qualité. Le responsable des études ne relâche jamais son attention, puisqu’il suit régulièrement les évolutions conceptuelles et logicielles informatiques, pour être en capacité de proposer à ses clients les intégrations dans les systèmes d’information. En identifiant les nouveaux besoins du marché, il peut concevoir de nouveaux produits et de nouveaux services. De part sa position hiérarchique élevée, le responsable des études peut être amené à participer aux recrutements où son avis est évidemment pris en compte.

s Profil
Difficile de commencer directement une activité professionnelle à un poste aussi exigeant que responsable des études. Ce sont souvent des architectes techniques ou des directeurs de projet qui peuvent prétendre savoir maîtriser l’environnement technique pour une collaboration efficace en proximité avec leur équipe.
˾ LES COMPÉTENCES

Il lui est forcément nécessaire de pouvoir mettre à profit ses connaissances architecturales et fonctionnelles des systèmes d’information au travers des méthodes, des normes et des outils de développement pour mener à bien sa mission. Les connaissances juridiques et financières, ainsi

44

Sous-famille : Management
Code ROME : M1803
qu’une certaine maîtrise des techniques de négociation sont un plus indéniable pour tout candidat au poste de responsable des études.
˾ LES QUALITÉS

cace.

s Formation

& Pré-requis

ÊTRE UN BON

Cet emploi type est destiné à des personnes ayant une longue expérience dans les métiers du Conseil ou des Études ou une expérience significative en tant qu’architecte technique ou directeur de projet. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

RESPONSABLE DES ÉTUDES
C’EST :
• Savoir définir la stratégie informatique liée à la conception, à la réalisation et à l’intégration de logiciels • Savoir planifier un schéma directeur • Savoir conduire un projet • Savoir optimiser et gérer des budgets • Savoir définir des orientations techniques (méthodes, outils, qualité…) • Savoir manager un groupe

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires en informatique
˾ CERTIFICATIONS

- Project Management Professionnal (PMP) du Project Management Institute (PMI)

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Directeur de projet

Responsable des opérations

RESPONSABLE DES ÉTUDES

Architecte technique

Gestionnaire de contrats

Source OPIIEC

45

Management et gestion des engagements

Avec de telles responsabilités, être responsable des études requiert un grand sens de l’organisation, de savoir manager son équipe pour un travail plus effi-

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Responsable technique
Directeur technique

Le responsable technique est chargé de manager l’ensemble de l’activité technique de l’entreprise. Sa mission se partagera souvent entre avant-vente, développement et après-vente. s Fonctions
Le responsable technique est chargé d’encadrer et d’animer une équipe de consultants techniques. Il est aussi celui qui gère les relations avec les partenaires et garantit la fiabilité, la performance et l’évolution du système d’information. Il garantit également l’intégration et l’encadrement technique des projets, supervise les activités de conseil. Il conseille et coordonne la production et le développement technique de l’entreprise, définit et suit le budget. Plus spécifiquement, il est celui qui conçoit les offres de service et conseille les équipes projets.

s Profil
Dans une petite structure, les activités du responsable technique pourront être effectuées par d’autres profils comme le chef de projet. La taille des équipes managées variera selon son expérience à ce type d’emploi. Selon son parcours d’origine, le responsable technique peut être l’expert d’un environnement technique spécifique ou au contraire donner une dimension plus orientée management au poste. Évolutions possibles : manager de ressources, consultant avant vente, gestionnaire de services.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les techniques de négociation, il possède de solides compétences techniques (systèmes, base de données, réseaux, sécurité, performance…). Il a aussi été formé à la finance d’entreprise.
˾ LES QUALITÉS

Il est capable de prendre des décisions, sait animer une équipe, communique avec facilité et fait preuve d’initiative.

46

Sous-famille : Management
Code ROME : M1802 s Formation

& Pré-requis

Le responsable technique est diplômé Bac +5 ou équivalent et a environ 10 années d’expérience comme consultant technique tout en ayant exercé une activité de management. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

RESPONSABLE TECHNIQUE
C’EST :
• Savoir manager, organiser, planifier et contrôler les activités d’une équipe de consultants techniques • Être organisé et être capable d’animer des réunions liées à l’évolution technique • Savoir superviser des projets techniques • Contrôler des procédures et des documents de synthèse • Être garant du respect des procédures et des méthodes d’assurance qualité • Superviser le suivi et la mise en œuvre des procédures d’achat
Source OPIIEC

Consultant technique

Responsable des études

Directeur de projet

RESPONSABLE TECHNIQUE

Responsable production

Architecte technique

Responsable des opérations

47

Management et gestion des engagements

˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Responsable des opérations
Responsable centre production de services • Service delivery manager

Le responsable des opérations est responsable du pilotage d’un ou plusieurs contrats stratégiques, tant par le respect des engagements que par la gestion financière de ce ou ces contrats. s Fonctions
Celui qui est communément appelé en anglais Service Delivery Manager assure la maîtrise d’œuvre des prestations dans le respect des engagements contractuels de service et des niveaux de marge convenus. Il assure la gestion de la relation client, en préparant et animant les comités de pilotage. Il est demandé au responsable des opérations de négocier et de contractualiser les modifications ou extensions de services. Pour cela, il doit mettre en place des tableaux de reporting internes et externes, organiser des comités stratégiques concernant les évolutions, tout en veillant à gérer les activités associées à l’exécution des prestations de service. S’il est en charge de la gestion du budget qui lui a été notifié, il doit veiller à gérer des risques opérationnels. Il est aussi qualifié pour valider les propositions techniques en veillant à l’équilibre budgétaire, en participant activement à l’élaboration des contrats et des conventions de service.

s Profil
Une solide expérience en management permet à un responsable des opérations d’être plus efficace. Plus il avancera dans son parcours professionnel, plus il lui sera demandé de gérer des opérations de plus en plus critiques et complexes, donc plus intéressantes. Un bon moyen à terme de prendre la direction d’une entité.
˾ LES COMPÉTENCES

Être Service Delivery Manager requiert des compétences spécifiques dans des domaines aussi variés que le Droit du Travail, ou le sens de l’organisation de l’entreprise et des processus métiers. Un niveau certain de culture informatique et commerciale est indispensable, car il faut être en mesure de valider et de qualifier des affaires. En s’investissant dans la connaissance des technologies, de l’organisation de l’entreprise et des processus métiers, il pourra mener à bien les tâches qui lui sont confiées.

48

Sous-famille : Management
Code ROME : M1803
˾ LES QUALITÉS

Doté d’un grand sens des responsabilités, d’un esprit d’initiative fort, mais aussi en apportant un soin approprié à la communication auprès de ses clients comme auprès des équipes qu’il sera appelé à manager, le responsables des opérations se doit d’être présent sur tous les fronts.

s Formation

& Pré-requis
ÊTRE UN BON

Avoir une très bonne connaissance des différents emplois informatiques grâce à son expérience professionnelle viendra apporter un plus à un futur responsable des opérations. Il est conseillé d’avoir déjà eu par le passé un ou plusieurs postes à responsabilités dans le management. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

RESPONSABLE DES OPÉRATIONS
C’EST :
• Savoir détecter et analyser des nouveaux besoins client • Savoir manager et animer une équipe • Faire face à une gestion de crise • Savoir cartographier des risques • Savoir déléguer • Savoir gérer un projet et sa sécurité

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

- ITIL - Service Manager - COBIT

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Sous-famille : management

Management

RESPONSABLE DES OPÉRATIONS

Chef de projet

Direction d’entité

Source OPIIEC

49

Management et gestion des engagements

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Manager de ressources
Ressource manager

Le manager de ressources est chargé d’affecter les ressources humaines dont il a la responsabilité, sur des projets de l’entreprise. Il doit aussi bien connaître les compétences de ses collaborateurs, que les besoins nécessaires à la réalisation du projet. s Fonctions
Le manager ressources est celui qui gère les ressources humaines, évalue et fait évoluer les compétences des collaborateurs de son équipe en fonction de leurs potentialités et des besoins des projets à venir. Il assure également la formation de l’équipe, recrute les collaborateurs, propose les ressources adéquates au chef de projet et au directeur de projet. Il se connecte aux réseaux transverses de compétences et inscrit les collaborateurs dans les communautés. Il est amené à optimiser les affectations des collaborateurs et à avertir le management des besoins prévisionnels forts, ainsi que des baisses de charges.

s Profil
Le manager ressources s’impose comme une fonction support fournie au projet, sauf pour les très gros projets. Les responsabilités du manager de ressources peuvent être réparties sur d’autres emplois dans l’entreprise. Il a généralement travaillé opérationnellement sur des projets, éventuellement en tant que chef de projet. Au bout de quelques années à ce poste, il peut aspirer à de nouvelles fonctions : directeur de projet / fonction RH.
˾ LES COMPÉTENCES

Des connaissances techniques / métiers seront indispensables pour exercer cette fonction. Maîtriser les techniques de coaching et de gestion des ressources humaines fait également partie des compétences requises.
˾ LES QUALITÉS

Un manager ressources doit faire preuve d’esprit d’initiative, maîtriser l’orientation client. Il doit

50

Sous-famille : Projet
Code ROME : Non pertinent
aussi savoir animer une équipe et communiquer. Savoir écouter et avoir le sens de la négociation sont absolument indispensable.

s Formation

& Pré-requis
Management et gestion des engagements

Le manager de ressources a travaillé opérationnellement sur des projets, éventuellement en tant que chef de projet. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

MANAGER DE RESSOURCES
C’EST :
• Savoir définir des objectifs individuels et collectifs • Savoir manager une équipe • Être capable de planifier l’activité des collaborateurs • Savoir sélectionner des ressources humaines en fonction des compétences et des besoins du projet • Être capable d’estimer les coûts des ressources humaines affectées au projet • Savoir définir des programmes de formation pour développer les compétences de son équipe • Savoir conduire des entretiens d’embauche ou d’évolution de carrière • Être capable d’anticiper les besoins à venir pour les nouveaux projets en respectant les contraintes budgétaires
Source OPIIEC

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles


Toutes les fonctions de responsabilité

Directeur de projet

MANAGER DE RESSOURCES

Fonctions RH

51

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Chef de projet informatique
Chef de projet • Manager de projet • Project leader • Project manager

Rattaché au directeur des études ou au directeur informatique, le chef de projet conçoit, développe, met au point et livre des applications pour le compte d’un client. s Fonctions
Il occupe une fonction très transversale puisque sa mission première consiste à piloter un projet de A à Z, en faisant travailler différents spécialistes de manière coordonnée. Véritable interface et point de rassemblement de toutes les compétences amenées à intervenir au sein du projet comme les ingénieurs, les techniciens, les clients, les fournisseurs…, il est aussi le garant de l’avancée de l’opération et du respect des délais fixés. Dans sa mission, le chef de projet va devoir étudier et définir les besoins du client mais devra aussi élaborer un cahier des charges qui prévoira la suite des événements : moyens et budget nécessaires à la réalisation du projet. Véritable soutien technique à chaque étape de l’opération, il anime, encadre et coordonne les équipes qui travaillent sur le projet, en répartissant et en contrôlant les tâches. Il contrôle également la qualité des développements, veille au respect des plannings et des coûts, conseille, assiste et forme les utilisateurs. Informaticien de formation, il assure aussi le suivi de l’intégration du projet : qu’il s’agisse d’une application ou d’un progiciel à adapter aux spécificités de l’entreprise, le chef de projet veille toujours à ce qu’il s’intègre correctement au système d’information de l’entreprise.

s Profil
De par son rôle d’organisateur, le chef de projet va se voir confier des missions autant techniques que managériales.
˾ LES COMPÉTENCES

Le rôle d’organisateur qu’il tient au sein de l’opération exige du chef de projets de solides qualités en gestion de projet. Ses missions étant à la fois techniques et managériales, il devra non seulement connaître les outils mais aussi savoir gérer une équipe. Ses connaissances techniques devront lui permettre d’intégrer un progiciel ou bien de développer une solution spécifique adaptée à la demande des utilisateurs.

52

Sous-famille : Projet
Code ROME : M1803
˾ LES QUALITÉS

Véritable technicien et informaticien avéré, le chef de projet informatique devra montrer des qualités de rigueur, un grand sens de l’organisation, des capacités de management et d’écoute.

Pour devenir chef de projet, il est recommandé d’être titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique. Pourront aussi postuler, les diplômés d’un Bac +4/+5 dans une filière informatique. Toutefois, une compétence technique spécifique sera systématiquement exigée. De même qu’il leur sera souvent demandé d’avoir une double compétence ou de connaître plusieurs domaines fonctionnels (gestion commerciale, ressources humaines, finance...). Il devra également souvent justifier d’une expérience d’au moins 5 ans dans les métiers du développement ou du conseil. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

CHEF DE PROJET
C’EST :
• Montrer des qualités de leadership, de rigueur et d’adaptation • Avoir le sens du service client • Avoir des capacités d’analyse et de synthèse • Posséder de bonnes qualités managériales

Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

Project Management Professionnal (PMP) du Project Management Institute (PMI) - International Project Management Association (IPMA)

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Concepteur développeur Consultant technique / Consultant métier Consultant progiciel Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage Analyste fonctionnel


CHEF DE PROJET

Directeur de projet Responsable des opérations Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage
Source OPIIEC

Responsable méthodes et outils

53

Management et gestion des engagements

s Formation

& Pré-requis

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Directeur de projet
Directeur de programme • Responsable projet • Project Manager • Program Manager • Engagement manager

Un directeur de projet informatique peut exercer ses fonctions soit dans les ESN* soit dans des entreprises de divers secteurs. Son rôle ? Diriger des projets complexes et encadrer les équipes qui travaillent à ses côtés. s Fonctions
Dans le cadre d’opérations dites « complexes » et stratégiques, le directeur de projets est celui qui pilote la mission. Il est le négociateur du projet mais aussi celui qui va déterminer le plan de qualité de service : il va s’engager auprès de son client à remplir un certain nombre d’objectifs, dans un temps donné et pour un coût donné. Il va également être en charge de rédiger les documents contractuels inhérents à sa mission. Polyvalent, il va pouvoir, au sein des ESN*, notamment, avoir à assurer la direction de plusieurs opérations en même temps. Il manage son équipe mais pourra être aussi amené à manager celle du client chez qui il opère. Il peut aussi avoir à travailler avec d’autres prestataires et sous-traitants sur la même mission.

s Profil
On ne devient pas directeur de projet informatique en sortant de l’école. Généralement pour atteindre un tel poste, il faut d’abord avoir prouvé ses qualités d’informaticien acquises au cours d’expériences significatives.
˾ LES COMPÉTENCES

Être un bon manager est absolument indispensable pour exercer cette fonction. Il faut également maîtriser la négociation commerciale, l’accompagnement au changement et avoir une excellente connaissance de l’entreprise tant au niveau de son environnement qu’au niveau de son fonctionnement. D’un point de vue purement technique, ce poste réclame un grand savoirfaire technologique, la maîtrise des méthodes, des normes et des outils de développement. Mais aussi la maîtrise technique et fonctionnelle des applications et des services en place. Connaître l’ensemble des technologies liées à l’Internet fait également partie des prés-requis ainsi que la maîtrise complète des systèmes d’information de l’entreprise.
˾ LES QUALITÉS

Être rigoureux et méthodique est absolument indispensable. Le directeur de projet doit aussi faire preuve d’une grande capacité d’adaptation. En tant que manager principal du projet, il doit
* Entreprise de Services Numérique

54

Sous-famille : Projet
Code ROME : M1803
aussi savoir communiquer avec ses équipes, écouter et faire valoir sa position.

s Formation

& Pré-requis
Management et gestion des engagements

On demandera au directeur de projet un diplôme d’école d’ingénieurs ou 5 années d’école supérieure. Une expérience d’environ dix ans dans la conduite de grands projets sera également nécessaire pour parvenir à ce poste. Formations accessibles en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

DIRECTEUR DE PROJET
C’EST :
• Savoir encadrer un projet et établir un budget prévisionnel • Savoir manager et staffer ses équipes • Savoir définir les prestations • Savoir suivre un projet et mener à bien son avancement • Savoir gérer les risques • Savoir concilier des activités de maîtrise d’ouvrage et de maîtrise d’œuvre

- Project Management Professionnal (PMP) du Project Management Institute (PMI) - International Project Management Association (IPMA)

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Chef de projet


DIRECTEUR DE PROJET

Responsable des études

Responsable méthodes et outils

Toutes fonctions de responsabilités

Source OPIIEC

55

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Gestionnaire de contrats
Responsable opérationnel de compte • Service level manager

Le gestionnaire de contrats assure le pilotage du contrat de services dont il a la responsabilité. Il définit les indicateurs et veille à garantir les niveaux de services contractualisés. s Fonctions
Le gestionnaire de contrat participe et s’engage dans l’élaboration du contrat de services. Il définit le contenu et les modalités de mise en œuvre de services à travers les descriptifs des SLA et SLR. Il veille aussi à la prise en compte des facteurs impactant le contrat de services tout au long de son cycle de vie. Il est également celui qui est responsable de l’élaboration des plans de progrès et celui qui formule les plans d’actions. Il s’assure de l’impact de tout changement sur le niveau de service, particulièrement sur les engagements de niveau de service et sur les accords opérationnels (interne et sous- traitance). Il analyse et évalue les résultats des indicateurs et propose des plans d’action. Il assure le reporting client, le suivi budgétaire du contrat de services, pilote la contractualisation des contrats de sous-traitance et veille à ce que le service soit rendu. Plus spécifiquement, il est celui qui participe au cycle de vente, qui assure la formation aux spécificités du métier et participe à l’identification des services créateurs de valeur.

s Profil
Le poste de gestionnaire de contrats peut être différent selon les clients dont il a la charge et de par la criticité de leur business. Un gestionnaire de contrats débutant interviendra sur les contrats les moins stratégiques de l’entreprise (chiffre d’affaires, difficulté, importance…). Il pourra par la suite aspirer à d’autres postes de gestion des fournisseurs ou des contrats.
˾ LES COMPÉTENCES

Le gestionnaire de contrats doit comprendre le service contractualisé et avoir de solides connaissances en contrôle de gestion. Il maîtrise les mécanismes budgétaires, comprend les enjeux business du client. Il possède également de solides connaissances techniques et connaît les acteurs et produits du marché. Il possède également la connaissance des méthodologies des grands standards internationaux. Il sait négocier et gérer des situations de crise.

56

Sous-famille : Service
Code ROME : M1803
˾ LES QUALITÉS

Le gestionnaire de contrat sait négocier, initier, communiquer, animer et créer du lien.

s Formation

& Pré-requis
Management et gestion des engagements

Le gestionnaire de contrats dispose généralement de 5 à 10 ans d’expérience en informatique ou dans le contrôle de gestion. Formations accessibles en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

- Formations supérieures - Écoles d’ingénieurs - Formations universitaire en Informatique ou en contrôle de gestion - École de commerce
˾ CERTIFICATIONS

GESTIONNAIRE DE CONTRATS
C’EST :
• Savoir mettre en œuvre des process de gestion du service • Être capable de détecter et analyses des nouveaux besoins client • Participer à la rédaction du contrat de services • Savoir négocier avec l’ensemble des acteurs du contrat de service • Être capable d’animer et posséder de réelles capacités à fédérer

- ITIL - eSCM-SP

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Gestionnaire de services

Responsable des opérations

Famille : développement des affaires

GESTIONNAIRE DE CONTRATS

Gestions des fournisseurs ou des achats

Famille : Conseil

Famille : Développement des affaires

Source OPIIEC

57

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Gestionnaire de services
Propriétaire de services • Service owner

Le gestionnaire de services est garant de la bonne fourniture de ce service et en charge de sa perpétuelle amélioration pendant toute la durée du contrat et suivant les termes de celui-ci. s Fonctions
Le gestionnaire de services garantit le bon fonctionnement du service. Force de proposition pour les évolutions et l’amélioration de celui-ci, il est aussi le responsable de l’application des procédures en vigueur et participe à leur évolution. Il assure la bonne vie du service que le client a acheté et il a la responsabilité de la résolution des incidents (en cas de crise). C’est aussi celui qui analyse les problèmes qui surviennent et la pertinence des plans d’actions. Véritable interface avec le client, il est son interlocuteur technique privilégié. Plus spécifiquement, il est chargé de participer à la vie du service et à sa promotion. Enfin, il produit des éléments de reporting sur le service.

s Profil
L’emploi à ce poste peut être différent selon le périmètre du service dont le gestionnaire de services a la charge. Le collaborateur expérimenté pourra être source de proposition pour faire évoluer le contrat de services. Avec l’expérience, le gestionnaire de services prendra en charge de plus en plus de services (différents ou chez des clients différents). Il peut ensuite évoluer vers des postes de gestionnaire de contrats, responsable des opérations ou de consultant avant-vente.
˾ LES COMPÉTENCES

Il connaît parfaitement bien l’organisation de l’entreprise et des processus métiers. Il possède de solides connaissances techniques. Il a également la connaissance des méthodologies des grands standards internationaux et des procédures opérationnelles du client.
˾ LES QUALITÉS

Le gestionnaire de services est reconnu pour sa capacité d’analyse et son esprit de synthèse. En outre, il sait aussi faire preuve d’initiatives, travailler en équipe et répondre aux besoins et attentes du client.

58

Sous-famille : Service
Code ROME : Non pertinent s Formation

& Pré-requis

Le gestionnaire de services a 5 à 10 ans d’expérience dans les fonctions de réalisation technique en production ou en études et développement. Il est également préférable qu’il ait pu exercer plusieurs rôles auparavant.

Peu importe la formation initiale, c’est l’expérience qui est indispensable.
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

- ITIL - eSCM-SP

GESTIONNAIRE DE SERVICES
C’EST :
Évolutions possibles

s Évolution professionnelle
Origines possibles

Famille : production

Gestionnaire de contrats Famille conseil

GESTIONNAIRE DE SERVICES

Responsable des opérations Consultant avant-vente

• Être capable de mettre en œuvre le contenu d’un contrat de services • Être capable de présenter des documents clairs et attrayants • Montrer des capacités d’intervention auprès des différents acteurs du service • Être capable de restituer • Être force de proposition • Savoir déléguer et contrôler

Famille : études et développement

Sous-famille : méthodes outils et qualité

Source OPIIEC

59

Management et gestion des engagements

˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Chargé des méthodes outils et qualité
Ingénieur méthodes outils et qualité • Ingénieur méthodes informatiques • Responsable qualité • Expert en méthodes et qualité • Quality assurance engineer

Il définit et met en place les procédures qualité et les méthodes à utiliser. Il s’assure qu’elles sont respectées. Son expertise sur le sujet lui permet d’informer et de convaincre de l’intérêt et de l’utilité de ses choix en matière de qualité et de méthodes. s Fonctions
Il définit et gère les méthodes et les normes que l’entreprise utilise, met en place des procédures qualités intégrées au guide méthodologique. Il est aussi chargé de choisir les outils de qualité de développement et les outils d’assurance qualité. C’est également celui qui définit et gère les référentiels de développement, met en place une stratégie de certification et de tests et qui suit le respect des procédures dans chaque projet. Plus spécifiquement, il est amené à participer à la formation qualité et méthodes de ses collègues.

s Profil
Le chargé des méthodes et des outils qualité peut être, selon le type d’organisation, directement rattaché à la Direction Générale. Plus il aura d’expérience et plus il pourra être amené à prendre en charge une équipe en terme de management. Chef de projet test, consultant en processus de test ou encore responsable méthodes et outils sont les évolutions de carrière possibles à ce poste.
˾ LES COMPÉTENCES

Il possède la maîtrise des processus d’assurance qualité, des méthodes, normes et outils de développement. Il connaît très bien les environnements de développement et d’exploitation. Il est aussi reconnu pour ses connaissances fonctionnelles et architecturales du système d’information.
˾ LES QUALITÉS

Qualités requises à ce poste : faire preuve d’un esprit d’initiative, avoir le sens de l’orientation client, être capable d’animer une équipe. Il sait aussi communiquer, écouter et négocier.

60

Sous-famille : Méthodes outils et qualité
Code ROME : M1802 s Formation

& Pré-requis

L’emploi est accessible à des personnes expérimentées dans un parcours technique d’environ 5 à 10 ans. Il a une bonne connaissance des méthodologies existantes. Formation accessible en VAE et en apprentissage.

- BTS ou DUT Informatique - Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires Informatique avec une spécialisation testing
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

Aucune certification n’est exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

CHARGÉ DES MÉTHODES OUTILS ET QUALITÉ
C’EST :
• Être capable de définir les plans de développement dans le respect des règles méthodologiques retenues • Savoir définir les plans de test • Savoir définir les plans de qualité • Être capable de conduire un projet

Analyste test et validation


CHARGÉ DES MÉTHODES OUTILS ET QUALITÉ

Consultant en processus de test Sous-famille : Service Sous-famille : projet

Chef de projet test Concepteur/ développeur Analyste fonctionne Consultant progiciel

Chef de projet test Responsable méthodes et outils

Source OPIIEC

61

Management et gestion des engagements

˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Responsable méthodes et outils
Efficiency manager

Le responsable méthodes et outils est chargé d’industrialiser et de définir les process de pilotage des projets. Il le fait en s’appuyant sur des méthodologies, des outils et un réseau de compétences associées. Il est, en particulier, en charge de générer le suivi et le reporting du projet et est le responsable de la fiabilité de ce suivi. Il déroule également les process projet permettant de garantir la qualité de la production. s Fonctions
Il est celui qui met en œuvre la méthodologie adoptée pour le projet. Déployer les outils de suivi adoptés pour le projet, définir et mettre en place les process de suivi de la qualité sur le projet, être connecté avec un réseau de compétence de gestion de projet (s’en servir et l’alimenter) et générer le reporting et le suivi du projet font partie de ses activités quotidiennes. Il supporte également le chef de projet sur l’analyse de ces reportings. Plus spécifiquement, il s’assure de la cohérence des méthodologies et outils avec les acteurs en interface avec le projet (clients ; fournisseurs mais aussi cotraitants, services de supports internes à l’entreprise…). Il participe, en représentant le projet, aux audits internes et externes pouvant être effectués sur le volet production. Il mène les analyses de risques et alertes. Dans une petite structure, le chef de projet ou le directeur de projet prendra les responsabilités du responsable méthodes et outils. Plus le projet est grand, plus le rôle est indispensable ; néanmoins, ces activités peuvent être conçues comme un service rendu par une structure externe au projet.

s Profil
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les outils de suivi et assure le pilotage du projet. Il connaît les techniques de gestion des risques, la démarche qualité et les méthodologies de production des projets informatiques. Il a également la maîtrise des techniques et méthodes associées à chaque phase de projet (analyse causale…) et connaît parfaitement l’organisation de l’entreprise dans laquelle se déroule le projet.

62

Sous-famille : Méthodes outils et qualité
Code ROME : M1802
˾ LES QUALITÉS

Esprit d’initiatives, esprit de synthèse, sens de la communication, de la relation client et de la communication sont les qualités requises pour ce poste.

s Formation

& Pré-requis
ÊTRE UN BON
Management et gestion des engagements

Il a acquis une expérience d’au moins 4 ans plutôt en tant que responsable de projet. Il pourra évoluer dans deux directions au sein de sa famille : soit apporter un service, un support à des projets de plus en plus gros ou de plus en plus complexes, soit prendre un rôle vu du client d’adjoint au chef de projet. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

RESPONSABLE MÉTHODES ET OUTILS
C’EST :
• Savoir initialiser un projet dans son ensemble en sachant reprendre les assets des phases d’avant-vente • Savoir faire adhérer l’équipe aux processus de suivi et aux usages des outils • Être capable de participer à la cohésion de l’équipe • Mettre en place de tous les indicateurs nécessaires au suivi et à la gestion de projets • Être capable de définir et suivre un budget prévisionnel • Savoir définir et suivre un planning de réalisation • Savoir conduire un projet

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

ICEC (International Cost Engineering Council)

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Consultant en processus de test

Directeur de projet

Chef de projet

RESPONSABLE MÉTHODES ET OUTILS

Chargé des méthodes outils et qualité

Consultant métier

Source OPIIEC

63

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Analyste test et validation
Ingénieur test • Intégrateur/testeur • Ingénieur test et validation • Ingénieur qualité/intégration logiciel • Ingénieur test fonctionnel • Recetteur fonctionnel • Testeur • Software test engineer • Test analyst

L’analyste test et validation réalise les scénarios de tests et consigne les résultats en utilisant ses compétences de développement, d’intégration et des plateformes et outils de tests. Il s’assure qu’une application correspond au cahier des charges, qu’elle ne détériore pas le système d’information, qu’elle est utilisable sur tous types de matériels et dans tous les cas d’utilisation. s Fonctions
L’analyste test et validation est chargé d’analyser et d’évaluer les exigences utilisateurs, les spécifications et les modules. Il participe à la stratégie et à la conception des tests, réceptionne les environnements de tests, élabore et met en place les outils de tests, crée les données de tests et écrit les procédures. Il est aussi celui qui exécute les cas de tests, soit manuellement, soit en utilisant des outils d’exécution. Il consigne aussi les résultats de l’exécution. Il participe à l’écriture du rapport de synthèse et suit les anomalies. Plus spécifiquement, il est chargé de rédiger des plans de test et des scripts ou automates de tests, de mettre à jour les référentiels de tests. Il est également amené à proposer et mettre en œuvre les actions qualité, préventives ou correctives et à réaliser la revue de tests.

s Profil
L’emploi peut s’exercer dans des sociétés spécialisées dans la prestation de recettage. Au bout de quelques années, l’analyste test et validation pourra prétendre à d’autres postes : chef de projet test, consultant en processus de test, chargé méthodes et qualité.
˾ LES COMPÉTENCES

L’analyste test et validation maîtrise les outils de test. Il maîtrise aussi les problématiques et les enjeux des tests, les métriques associées au logiciel et au test du logiciel. Il connaît les acteurs du marché et les familles d’outils proposés. Il a aussi la connaissance des modèles d’évaluation et d’évolution des processus, des méthodes et normes qualité mais aussi la connaissance d’un ou plusieurs domaines fonctionnels.

64

Sous-famille : Qualification
Code ROME : M1805
˾ LES QUALITÉS

Persévérant et communiquant, il fait preuve d’initiative, sait animer une équipe et a le sens de l’orientation client.

s Formation

& Pré-requis
Management et gestion des engagements

Il est indispensable pour devenir analyste test et validation d’avoir une expérience de l’un des emplois de la famille Études et Développement ou de suivre une formation spécifique au testing d’un niveau Bac +2, voire plus. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

ANALYSTE TEST ET VALIDATION
C’EST :
• Être capable de définir des caractéristiques de la qualité des logiciels et le rôle des tests • Maîtriser les différentes techniques de test • Savoir définir et mettre en œuvre des scénarios de test • Savoir réaliser des rapports d’avancement • Être capable d’estimer et planifier des tests • Maîtriser l’écriture des scripts de test

- BTS, DUT, DEUST, Licence pro, Master pro - École d’ingénieurs Informatique - CNAM « Analyst Testing »
˾ CERTIFICATIONS

CFTL/ISTQB

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Concepteur développeur

Chef de projet test

Analyste fonctionnel

ANALYSTE TEST ET VALIDATION

Consultant en processus de test

Consultant progiciel

Chargé méthode outils et qualité

Source OPIIEC

65

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Consultant en processus de tests
Consultant en qualification logiciel • Consultant expert en processus de tests • Consultant en automatisation de tests • Expert tests • Consultant tests-support • Consultant validation logiciels • Consultant test et qualité • Software testing expert

Le consultant en processus de tests conseille et accompagne dans la mise en place ou l’évolution des plateformes d’évaluations logicielles aussi bien les aspects méthodologiques que techniques et opérationnels. Il étudie et mène des actions d’évolutions et d’amélioration de ces plateformes. s Fonctions
Le consultant en processus de tests est celui qui apporte un support méthodologique aux opérationnels sur le processus et les techniques ou dans la conception et le suivi du testing dans un projet. Il aide aussi au choix d’une plateforme de tests et accompagne son intégration dans une organisation ou un projet. Il évalue la maturité de l’organisation du processus de tests et identifie ses possibilités d’améliorations. Il est amené à conseiller sur les stratégies de tests, à accompagner une organisation dans la mise en œuvre d’un centre de test. Il participe à la définition et à la mise en œuvre d’un dispositif permettant d’évaluer la qualité du test et du produit, préconise la mise en place d’indicateurs et de tableaux de bord de test et réalise des audits. Plus spécifiquement, il est celui qui accompagne l’équipe jusqu’à la mise en production (accompagnement du changement).

s Profil
Les activités conduites par le consultant en processus de tests sont liées aux projets auxquels il participe qui peuvent être très variées. Il intervient sur des projets de plus en plus complexes, soit de par leur criticité, taille, budget, complexité fonctionnelle ou technique, localisation géographique (multiculturel, multisites, international, offshore...). Il peut évoluer, ensuite, vers des fonctions de responsable des études, responsable des opérations, directeur de projet, responsable méthodes et outils.
˾ LES COMPÉTENCES

On demande au consultant en processus de tests de connaître le cycle de vie d’un SI et son processus de fabrication, de maîtriser les outils de gestion des exigences et de savoir définir et gérer les tests. Il doit aussi être capable de répondre aux problématiques et aux enjeux des tests.

66

Sous-famille : Qualification
Code ROME : Non pertinent
Il connaît également les modèles d’évaluation et d’évolution des processus, les acteurs du marché et les méthodes de génération automatique de tests. Il sait gérer et analyser des risques. Il possède aussi de solides connaissances dans un ou plusieurs domaines fonctionnels.

Principales qualités à posséder : esprit d’initiative, orientation client, animation d’équipe, écoute et négociation, communication.

ÊTRE UN BON

s Formation

& Pré-requis

L’emploi de consultant en processus de test repose sur une expérience d’environ 10 ans en ingénierie logicielle ou en testing qualité. Le niveau de formation requis est Bac +4/5 ou une expérience équivalente. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

CONSULTANT EN PROCESSUS DE TESTS
C’EST :
• Être capable d’élaboration des stratégies de tests du logiciel • Savoir évaluer des outils et élaborer des préconisations • Maîtriser l’analyse des bilans de projet • Savoir mettre en place d’une méthode de gestion des tests logiciels • Être capable de rédiger des plans de qualification et de tests • Être capable de définir des caractéristiques de la qualité des logiciels • Maîtriser des coûts et des délais • Savoir accompagner des collaborateurs
Source OPIIEC

- Écoles d’ingénieurs, Master, MIAGE Informatique - CNAM « le Métier de Consultant Tests logiciels »
˾ CERTIFICATIONS

CFTL/ISTQB

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Chef de projet test

Responsable des études Responsable des opérations Directeur de projet Responsable méthodes et outils

Chargé méthodes outils et qualité

CONSULTANT EN PROCESSUS DE TESTS

Analyste test et validation

Consultant avant-vente

67

Management et gestion des engagements

˾ LES QUALITÉS

Famille : MANAGEMENT ET GESTION DES ENGAGEMENTS

Chef de projet test
Software test project manager

Le chef de projet test définit, organise et conduit les projets de tests en vue d’un objectif de qualité. s Fonctions
Il établit ou révise une stratégie de tests pour le projet, estimer les charges et planifier les tests, gère le budget et le planning, suit et contrôle l’implémentation et le déroulement des tests. Il est aussi celui qui organiser et effectue les revues de projet et qui détermine si les objectifs ont été atteints. Il évalue et améliore les processus, la qualité du produit et clôture l’opération de tests. Il effectue un bilan de capitalisation, manage l’équipe de tests en respectant les engagements (coût, délais, qualité). Il coordonne les relations avec les différents intervenants. Plus spécifiquement, le chef de projet test qualifie ou homologue des logiciels, participe à des projets techniques et accompagne la conduite du changement.

s Profil
L’emploi pourra être différent d’une entreprise à une autre selon que le chef de projet test fait les choix d’outillage et le recrutement de l’équipe. L’outillage du projet pourra également impacter l’emploi ainsi que la formalisation documentaire. Il pourra conduire à des postes de : directeur de projet, responsable des études, chargé méthodes outils et qualité.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les problématiques et enjeux des tests et les méthodologies et normes d’évaluation des produits. Il connaît les différents acteurs du marché et possède les techniques de tests et outils associés. Il sait gérer les risques et il a la connaissance des aspects économiques et légaux des projets tests. Il est également compétent dans un ou plusieurs domaines fonctionnels.
˾ LES QUALITÉS

Le chef de projet test sait écouter et négocier. Autres qualités requises : orientation client, esprit d’initiative, animation d’équipe, communication.

s Formation

& Pré-requis

L’emploi est accessible à des chefs de projet expérimentés de niveau Bac +4/5 ou équivalent, ou des analystes testeurs ayant suivi une formation spécifique.

68

Sous-famille : Qualification
Code ROME : M1805
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Écoles d’ingénieurs, Master, MIAGE Informatique - CNAM « le Métier de Chef de projet Tests Logiciels »
˾ CERTIFICATIONS

CFTL/ISTQB

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Analyste test et validation

Directeur de projet Responsable des études

ÊTRE UN BON

CHEF DE PROJET TEST

CHEF DE PROJET TEST
C’EST :
• Savoir mettre en place des outils de tests et des campagnes de tests • Savoir rédiger des plans de tests • Être capable de définir des caractéristiques de la qualité des logiciels et du rôle des tests • Être organisé et savoir animer des comités de suivi du projet • Pouvoir planifier des tâches et gérer des ressources • Être capable de rédiger et présenter des tableaux de bord (résultant de l’exécution des campagnes de tests) • Savoir conduire un projet
Source OPIIEC

Chargé méthodes outils et qualité

Chef de projet

Sous-famille : Service

69

Management et gestion des engagements

Famille : ÉTUDES ET DÉVELOPPEMENT

Concepteur développeur
Ingénieur développement • Ingénieur d’étude • Analyste-programmeur • Analyste réalisateur • Lead developper • Programmer

En fonction de l’analyse des besoins des utilisateurs et de l’étude fonctionnelle, le développeur va participer à la réalisation de la phase de spécification détaillée, et implémenter la solution avec les technologies retenues, tout en respectant délais et normes de qualité définis. s Fonctions
Le concepteur développeur participe à l’analyse détaillée en fonction de l’étude des besoins des utilisateurs et de l’analyse fonctionnelle. Il conçoit l’application et les tests, réalise la documentation associée, implémente la solution avec les technologies retenues. Il est aussi celui qui déroule les tests et gère la maintenance corrective et évolutive de l’application. Plus spécifiquement, il est chargé de former des utilisateurs, participe à la mise en production, accompagne pendant la recette et assure le support client. Il s’occupe, également, de la rédaction de la documentation technique, de l’élaboration des jeux d’essais et du packaging de l’application fournie.

s Profil
La taille et la complexité des projets vont impacter l’emploi du concepteur développeur. Dans une petite structure, un concepteur développeur expérimenté peut être amené à traiter des aspects d’architecture. Le périmètre technologique, plus ou moins important d’un projet, donne une envergure différente à l’emploi. Certains projets peuvent favoriser une proximité de contact avec le client, alors que d’autres n’impliqueront aucun contact avec ce dernier. L’expertise technique attendue sera différente entre un débutant et un concepteur développeur confirmé. Les activités de conception et de spécification ne sont pas toujours confiées à un concepteur développeur peu expérimenté. Analyste test et évolution, chef de projet, consultant technique, analyste fonctionnel représentent les évolutions de carrière possible du poste.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les méthodes et techniques de programmation. Il connaît les outils de développement et le langage de la programmation. Il est aussi formé à un, voire plusieurs systèmes

70

Code ROME : M1805
d’exploitation. Il est capable également d’utiliser l’outil de maquettage. Enfin, il maîtrise mes méthodes de spécification et de conception.
˾ LES QUALITÉS

Le développeur concepteur est rigoureux et méthodique. Il fait preuve d’initiative. Il sait communiquer et animer une équipe.

s Formation

& Pré-requis

Cet emploi est accessible à des débutants, les recrutements se font généralement sur des niveaux pouvant varier de Bac +2 à Bac +5. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

CONCEPTEUR DÉVELOPPEUR
Études et développement

C’EST :
• Savoir modéliser des caractéristiques d’une application • Savoir rédiger des spécifications détaillées • Développer et tester dans le langage retenu • Être capable de réaliser du prototypage • Être capable de rédiger de la documentation technique • Élaborer des jeux d’essais • Packager et fournir une application

- BTS ou DUT Informatique - Licence professionnelle Informatique - CQP Développeur Nouvelles Technologies - Écoles d’ingénieurs Informatique - Formations universitaires Informatique
˾ CERTIFICATIONS

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Analyste test et validation Consultant technique

CONCEPTEUR DÉVELOPPEUR
Analyste fonctionnel

Chef de projet

Source OPIIEC

71

Famille : ÉTUDES ET DÉVELOPPEMENT

Analyste fonctionnel
Consultant fonctionnel • Consultant en système d’information • Chargé d’études en organisation et informatique • Business Analyst

La mission de l’analyste fonctionnel consiste à concevoir fonctionnellement une application. Pour cela, il doit analyser les besoins des utilisateurs et les formaliser avant de proposer les solutions les mieux adaptées. s Fonctions
L’analyste fonctionnel assure la responsabilité d’un ou plusieurs processus fonctionnels en termes d’analyse. Il est aussi celui qui définit les spécifications fonctionnelles détaillées, réalise le cahier des charges fonctionnel, définit les tests associés à ces phases. Référent pour l’équipe projet sur les aspects fonctionnels, il participe à sa mise en œuvre et à la qualification de la solution. Il analyse et modélise aussi des besoins utilisateurs métier.

s Profil
Concevant et animant les formations utilisateurs, l’analyste fonctionnel a pour mission de décrire les spécificités d’une application informatique sous une forme compréhensible par les clients/ utilisateurs finaux et les informaticiens en charge du développement. Il s’appuie sur une forte connaissance métier. En général, ce métier n’est pas l’exercice de toute une vie et reste, le plus souvent, associé à un « passage » dans un parcours professionnel.
˾ LES COMPÉTENCES

Pour exercer ce métier, il est nécessaire de maîtriser les méthodes, normes et outils de conception mais aussi les techniques d’organisation. La connaissance d’un ou plusieurs univers fonctionnels est généralement indispensable. L’analyste fonctionnel connaît les méthodes pour conduire et suivre les recettes fonctionnelles d’une application. Il est aussi capable de maquetter des applications ou des systèmes d’information. Communicateur d’excellence, il est également capable de mener avec précision une démarche d’analyse des besoins, de dialoguer avec l’équipe informatique, de gérer d’éventuels conflits. Il est reconnu pour son talent rédactionnel et sait manager une équipe.
˾ LES QUALITÉS

Il sera demandé à l’analyste fonctionnel un excellent esprit d’initiative et synthèse. Il devra également être capable d’animer une équipe et être un bon communiquant. Le sens de l’orientation client est là aussi essentiel.

72

Code ROME : M1806 s Formation

& Pré-requis

Il est indispensable de bien connaître au moins un univers fonctionnel, ou d’avoir une expérience dans un autre secteur d’activité que l’informatique pour avoir accès à cette fonction. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires Informatique ou dans un domaine fonctionnel (Finance, Ressources Humaines, Transport…)
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

Pas de certification exigée.

ANALYSTE FONCTIONNEL
Études et développement

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

C’EST :
• Savoir concevoir et modéliser l’architecture fonctionnelle d’une application • Être capable de concevoir et animer des ateliers d’expression des besoins des utilisateurs • Savoir réaliser des interviews utilisateurs • Savoir rédiger des guides utilisateur et des guides métier • Être capable de préparer et conduire une réunion

Concepteur développeur

Chef de projet Consultant avant-vente

ANALYSTE FONCTIONNEL

Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage Consultant métier

Support clients

Analyste test et validation

Source OPIIEC

73

Famille : ÉTUDES ET DÉVELOPPEMENT

Consultant progiciel
Consultant ERP • Consultant produit • Ingénieur progiciel • Ingénieur intégration

Après avoir participé aux travaux d’analyse avec la maîtrise d’ouvrage, le consultant progiciel développe les nouvelles fonctionnalités, paramètre le progiciel et contribue à son intégration. s Fonctions
Il est celui qui élabore les spécifications fonctionnelles, réalise l’analyse d’écart. Véritable interface sur la partie fonctionnelle entre la MOE et la MOA, il assure des phases de maquettage et de prototypage. Dans ses fonctions, il est chargé de prendre en charge une partie des travaux de recette. Il participe à des missions d’expertise produit auprès de la MOA, réalise les développements et le paramétrage et assure l’intégration. Il peut aussi avoir à prendre en charge une partie de la qualification fonctionnelle. Il doit maîtriser les livrables des sous traitants. Au besoin, il propose des alternatives standards aux développements spécifiques. Il sert également d’intermédiaire avec l’éditeur. Plus spécifiquement, il est celui qui forme les utilisateurs au produit.

s Profil
La taille et la complexité des composants du progiciel vont impacter l’emploi et le rendre plus ou moins vaste. Au démarrage, et selon l’expérience d’origine, il peut être amené à ne prendre en charge que les activités de paramétrage et de tests, puis petit à petit s’impliquer dans les phases de conception. Evolutions possibles : consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage, analyste test et validation, chef de projet.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les méthodes d’analyse et de qualification. Il a la connaissance des composants ou du module produit (au moins un) et du domaine fonctionnel (au moins un). Il possède une solide culture technique et est doté d’aptitudes fonctionnelles. Il fait preuve d’une capacité à convaincre.
˾ LES QUALITÉS

Il sait analyser et synthétiser, communiquer et animer une équipe. Il sait prendre des initiatives et a le sens de l’orientation client.

74

Code ROME : M1805 s Formation

& Pré-requis

Le consultant progiciel possède une expérience dans un domaine fonctionnel ou une bonne connaissance d’un applicatif du marché. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Écoles d’ingénieurs Informatique - Formations universitaires Informatique
˾ CERTIFICATIONS

Pas de certification exigée.

ÊTRE UN BON

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

CONSULTANT PROGICIEL
Études et développement


Concepteur développeur

C’EST :

Consultant en assistance à la maîtrise d’ouvrage

CONSULTANT PROGICIEL

Analyste test et validation

Chef de projet

• Être capable de participer à la rédaction du cahier des charges • Savoir concevoir et modéliser une architecture fonctionnelle • Être capable de concevoir et mettre en œuvre des tests fonctionnels • Être capable d’animer des réunions

Source OPIIEC

75

Famille : DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES

Consultant avant-vente
Ingénieur avant-vente • Ingénieur technico-commercial • Pre-sales consultant • Pre-sales support • Pre-sales engineer

Le consultant avant-vente fournit un appui technique aux commerciaux pour les aider lors des différentes phases du process de vente. s Fonctions
Le consultant avant-vente analyse les besoins du prospect, en vue de proposer la solution la mieux adaptée. Il soutient, démontre et argumente l’offre et ses choix devant le client. Il contribue à identifier les critères de faisabilité et de rentabilité. Il assiste le commercial lors des différentes phases de vente. Il contribue à l’élaboration de propositions techniques. Il maquette la solution technologique. Sans oublier la prospection de nouveaux acheteurs, la participation à des salons professionnels et à des conférences, et à la mise en œuvre de solutions, la supervision du démarrage de la réalisation du projet et le suivi du développement. Le responsable avantvente doit contribuer aux spécifications des évolutions produit, en assurant une veille technologique et économique.

s Profil
Son expérience lui permettra de prendre en charge des projets de plus en plus complexes. L’activité du responsable avant-vente dépend donc du degré de complexité du projet traité.
˾ LES COMPÉTENCES

Si le responsable avant-vente est plutôt généraliste ou plutôt spécialisé sur des sujets très pointus, les projets de taille importante peuvent être gérés en mode projet avec la constitution d’une équipe de plusieurs responsables avant-vente travaillant chacun sur une partie spécifique de la solution. Quoiqu’il en soit, il sera amené à réaliser des études techniques, rédiger des cahiers des charges, personnaliser des produits, répondre à des appels d’offres et faire de la négociation commerciale. Il élabore les argumentaires généraux et les méthodologies permettant d’initialiser la qualification des besoins du prospect. Son rôle de manager (planification, coordination et contrôle) lui permet d’intervenir en support des consultants ou des ingénieurs commerciaux.

76

Sous-famille : Commercial
Code ROME : H1102
˾ LES QUALITÉS

Le responsable avant-vente devra être créatif et avoir un sens aigu du service, un grand esprit d’initiative, et un relationnel client important. Il devra être à l’écoute de ses équipes. Avoir une bonne culture économique, des connaissances techniques sur les acteurs et produits du marché.

s Formation

& Pré-requis
ÊTRE UN BON

Pour exercer cet emploi, il devra disposer d’une expérience technique, quelque soit son niveau de qualification. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

CONSULTANT AVANT-VENTE
C’EST :
• Savoir établir une relation de confiance avec le client • Savoir s’ouvrir aux autres • Savoir s’exprimer et écrire correctement

- Écoles d’ingénieurs, Grandes Écoles - Formations universitaires Informatique
˾ CERTIFICATIONS

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Sous-famille : Études et développement Sous-famille : Infrastructure Famille : Conseil Chef de projet Responsable commercial

Responsable partenariats Chef de projet

CONSULTANT AVANTVENTE

Directeur de projet

• Savoir piloter des réponses aux appels d’offres • Savoir gérer plusieurs projets en même temps

Commercial Marketing

Source OPIIEC

77

Développement des affaires

• Savoir réagir et être capable de s’adapter

Famille : DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES

Commercial
Ingénieur d’affaires • Responsable de compte • Chargé d’affaires • Commercial sédentaire • Commercial terrain • Sales representative

Le commercial réalise, voire dépasse, les objectifs commerciaux (quantitatifs et qualitatifs) qui lui sont fixés en répondant aux besoins des clients et prospects, sur un secteur déterminé et dans le respect de la stratégie commerciale de l’entreprise. s Fonctions
Le commercial gère un portefeuille de clients, analyse et comprend les problèmes ou les besoins des clients et leur propose une solution adaptée à une demande ou une problématique. Il promeut l’offre de services ou de produits dont il a la charge, développe l’activité auprès de prospects et rend compte de son activité commerciale. Plus spécifiquement, il participe aux actions de mailing et au suivi des collaborateurs chez les clients. Il se rend aussi dans les salons.

s Profil
Le commercial peut exercer son activité sur le terrain, en face à face ou par téléphone. Il peut être en contact direct avec l’utilisateur ou avoir affaire à des intermédiaires. Un commercial expérimenté peut avoir un spectre plus large dans les activités annexes qui lui sont confiées. Les commerciaux les plus expérimentés peuvent se voir confier la responsabilité d’un ou plusieurs comptes clients considérés comme stratégiques pour l’entreprise. Un commercial peut évoluer en tant que chef de produit et offre ou responsable commercial.
˾ LES COMPÉTENCES

Le commercial maîtrise les techniques de vente et de négociation. Il possède de solides connaissances des produits et/ou services de l’entreprise. Bien sûr, il doit aussi maîtriser parfaitement le secteur dans lequel il intervient.
˾ LES QUALITÉS

Le commercial a le sens du service, il s’exprime bien, possède le sens de la relation client. Il fait, bien sûr preuve d’initiative et met toutes les chances de son côté pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixé : il est persévérant.

78

Sous-famille : Commercial
Code ROME : D1407 s Formation

& Pré-requis

Le commercial peut débuter sur ce type d’emploi sans expérience significative. Toutefois la complexité d’une offre ou d’un environnement technologique peut entrainer la recherche de profils plus expérimentés. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Bac Sciences et Techniques de Gestion option Mercatique - BTS ou DUT Techniques commerciales - Écoles de Commerce - Écoles d’ingénieur option ingénieur d’affaires
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

COMMERCIAL
C’EST :
• Prospecter et fidéliser de nouveaux clients potentiels • Être capable d’élaborer une proposition commerciale en conformité avec la politique commerciale • Participer à l’élaboration de la proposition technique • Savoir conclure une vente (négociation) • Suivre l’avancement des projets

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Chef de produit et offres

COMMERCIAL

Responsable commercial

Source OPIIEC

79

Développement des affaires

Famille : DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES

Responsable partenariats
Directeur des partenariats• Responsable des ventes indirectes • Responsable des alliances stratégiques • Partner manager • Development & partnership manager • Strategic partnership manager

Le responsable partenariats analyse le marché, recherche et identifie les partenariats potentiels. Il crée, développe et gère des programmes de partenariats, d’affiliation. s Fonctions
Le responsable partenariats développe des plans d’action afin de gérer et accroître les partenariats existants. Il est garant du chiffre d’affaires et de la marge commerciale, développés par son réseau de partenaires. Il assure une veille afin d’identifier tous les partenaires potentiels en ciblant, en identifiant et en prospectant les partenaires potentiels. Il anime un réseau de partenaires. Il négocie et signe des accords de partenariats. Il définit la stratégie, le contenu et les axes des programmes de partenariats. Il assure la mise en place des accords et suit leur évolution dans un Business Plan Partenaires. Il analyse les résultats pour évaluer les performances et la rentabilité de chaque accord. Il recrute et anime un réseau de revendeurs. Le responsable partenariat met en place des programmes partenaires afin de les convaincre et les engager. Il participe au développement des outils pour assurer une interface commerciale avec les sites partenaires. Il recrute et anime une équipe de collaborateurs dédiés au suivi des partenaires.

s Profil
Selon la taille de l’entreprise, son périmètre d’actions peut couvrir tous les partenariats ou seulement ceux d’un domaine de compétences spécifique.
˾ LES COMPÉTENCES

Ses compétences sont stratégiques et opérationnelles, et concernent précisément la négociation d’accords complexes, la mise en place de tableaux de bord, la prospection et la fidélisation de nouveaux partenaires, l’animation d’un réseau de partenaires, mais aussi le management. Le responsable partenariat possède une culture marketing, et maîtrise de ce fait toutes les techniques commerciales et de négociation. Il est capable de conduire des réunions. De plus, il connaît tous les produits et/ou services de l’entreprise.

80

Sous-famille : Commercial
Code ROME : D1407
˾ LES QUALITÉS

Esprit d’initiative, leadership, relationnel client, animation d’équipe, et une grande communication sont les principales qualités que doit posséder le responsable partenariats.

s Formation

& Pré-requis
ÊTRE UN BON

Il est préférable que le responsable partenariats ait exercé une fonction dans la vente directe auparavant. Ce type d’emploi s’adresse à des personnes expérimentées, de niveau Bac +4/5. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

RESPONSABLE PARTENARIATS
C’EST :
• Être méthodique et organisé • Être capable de remporter l’adhésion de ces propres idées en interne • Avoir une très bonne culture commerciale et marketing • Être capable de nouer des projets d’alliance sur le long terme avec des sociétés parfois concurrentes

- Écoles supérieures de commerce - Formations universitaires
˾ CERTIFICATIONS

- Possibilité d’acquérir des certifications « Gestion des partenariats » dans certaines grandes écoles (Ex : Insead, Essec…) ou auprès de certaines associations professionnelles (Ex : ASAP).

Origines possibles

Évolutions possibles

Commercial

Responsable commercial

RESPONSABLE PARTENARIATS

Chef de produits et offres

Responsable marketing

Source OPIIEC

81

Développement des affaires

s Évolution professionnelle

Famille : DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES

Responsable commercial
Directeur commercial • Sales manager

Le responsable commercial est le garant du chiffre d’affaires et de la marge commerciale sur le périmètre qui lui est alloué. Il peut participer à la définition de la stratégie commerciale, et à la responsabilité de la conduire. Il fixe les objectifs et les axes prioritaires des actions commerciales. s Fonctions
Le responsable commercial participe à la définition de la politique commerciale de l’entreprise, à partir de la stratégie de celle-ci. Il fixe les objectifs et les axes prioritaires, il dirige et accompagne l’équipe commerciale. Il participe à la promotion de l’image et de la notoriété de l’entreprise, et à la négociation sur certains comptes stratégiques. Il reste attentif aux évolutions du marché et aux offres de la concurrence afin d’adapter en permanence les offres de l’entreprise. Le responsable commercial est également en charge du recrutement et de la formation de ses équipes commerciales. Il assure enfin l’interface des autres services de l’entreprise.

s Profil
En fonction de la taille de l’entreprise, le responsable commercial prendra plus ou moins à sa charge le développement et le suivi des clients. La complexité de son activité sera impactée par le niveau concurrentiel du marché dans lequel il se trouve.
˾ LES COMPÉTENCES

Les compétences du responsable commercial sont très diversifiées. De la conduite de la politique commerciale à l’animation et le développement d’une équipe commerciale, (pilotage de la performance), en passant par la définition des objectifs commerciaux (définition, moyens, plan d’action…), ou encore l’animation de réunion.
˾ LES QUALITÉS

Le responsable commercial se doit d’être au fait des techniques commerciales et de la négociation de haut niveau. De plus, des qualités liées au management sont indispensables pour mener sa mission. Autonomie, prise d’initiatives, disponibilité, flexibilité, diplomatie et sens du contact, organisation et méthodes sont les principales qualités du responsable commercial.

82

Sous-famille : Commercial
Code ROME : D1407 s Formation

& Pré-requis

Dans la majorité des cas, le responsable commercial aura fait ses preuves auparavant comme chef de pub junior, puis chef de groupe, et ensuite directeur de clientèle. Tout dépend bien sûr de la taille de l’agence et de la hiérarchie des fonctions.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

Formations commerciales associées à une grande expérience.
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

Pas de certification exigée.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

RESPONSABLE COMMERCIAL
C’EST :
• Savoir assurer le suivi d’un budget • Savoir étudier le marché et en tirer des plans d’actions adaptés • Savoir motiver les équipes commerciales • Savoir gérer et organiser • Savoir être à l’écoute de ses équipes et pouvoir travailler avec des gens de milieux professionnels très différents • Savoir concilier les impératifs financiers et techniques • Savoir résister au stress

Commercial

Management

Responsable partenariats

RESPONSABLE COMMERCIAL

Directeur général

Consultant avant-vente

Directeur de filiale

Source OPIIEC

83

Développement des affaires

Famille : DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES

Chef de produits et offres
Chef de marché / produits • Product manager

Le chef de produits et offres étudie le marché, les attentes des clients, les concurrents, les produits existants… pour définir les produits de l’entreprise de leur conception à leur commercialisation. Son objectif est de dynamiser et de rentabiliser l’offre de l’entreprise. Il doit pour cela étudier l’opportunité de lancer de nouveaux produits ou d’adapter des produits existants. s Fonctions
Au sein de l’entreprise, le chef de produits et offres pilote ou réalise des études nécessaires à l’évolution ou au renouvellement des produits (analyse des besoins, étude comparative…) en ayant une vision prospective. Il est aussi celui qui organise et anime des groupes de réflexions. Il est amené à définir une offre de produits ou de services, à identifier et détecter des produits partenaires ou des compétences complémentaires. Il suit l’évolution des ventes pour modifier la stratégie produit. Dans sa mission, le chef de produits et offres est celui qui manage et anime l’équipe, gère le budget et participe à l’élaboration de la stratégie commerciale. Il est aussi chargé du suivi de l’évolution des ventes pour modifier la stratégie produit au besoin. Il fait également de la veille technologique et produits.

s Profil
Il sera prioritairement confié au chef de produits et offres expérimenté des produits dont les enjeux sont importants. Un chef de produits et offres expérimenté pourra prendre en charge plusieurs produits.
˾ LES COMPÉTENCES

Il sera demandé au chef de produits et offres une bonne démarche qualité et la connaissance de l’environnement technique qui encadre son entreprise. Une excellente connaissance du marché (clients, partenaires, concurrents…) sera également essentielle ainsi, bien sûr, que la maîtrise des techniques marketing et des domaines fonctionnels.
˾ LES QUALITÉS

On réclame du chef de produits et offres qu’il sache travailler sous contraintes. Doté d’un bon

84

Sous-famille : Marketing
Code ROME : M1703
esprit d’initiative, il a le sens de l’orientation client. Il aime communiquer et travailler en équipe, il sait aussi s’en faire l’animateur.

s Formation

& Pré-requis

Ce poste s’adresse à des diplômés de niveau Bac +4 à Bac +5 ayant 10 à 15 ans d’expérience en marketing ou recherche et développement ou consulting… Il a donc développé des compétences en mode projet qui lui permettent d’acquérir un excellent savoir-faire dans de nombreux domaines selon son parcours. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

ÊTRE UN BON

CHEF DE PRODUITS ET OFFRES
C’EST :
• Savoir réaliser des études de faisabilité technique et économique du lancement d’un nouveau produit • Être capable de réaliser des études comparatives, des études de marché et des études prospectives • Concevoir des outils d’aide à la vente • Mettre en place des actions marketing • Être capable d’analyser des informations sur les produits, le marché, la concurrence, les clients… • Savoir chiffrer le coût du développement de son produit • Être un bon gestionnaire de projet • Être un bon manager d’équipe • Être capable de négocier
Source OPIIEC

- Formations universitaires - Écoles d’ingénieurs Informatique ou dans un domaine fonctionnel (Finance, Ressources Humaines, Transport…) sont d’excellentes passerelles pour accéder à cet emploi
˾ CERTIFICATIONS

Pas de certification exigée.

Origines possibles

Évolutions possibles

Responsable marketing


CHEF DE PRODUITS ET OFFRES

Responsable de centre de profit

Consultant métier Chef de projet

Directeur de projet

Fonctions managériales

85

Développement des affaires

s Évolution professionnelle

Famille : PRODUCTION

Technicien d’infrastructure
Technicien système • Technicien d’intégration • Technicien réseau • Technicien télécom • Technicien déploiement

Le technicien d’infrastructure intègre et déploie les équipements et ressources informatiques. s Fonctions
Le technicien d’infrastructure intervient dans la mise en place effective de l’architecture, il installe et fait évoluer les équipements informatiques, assure la maintenance préventive et gère les dysfonctionnements. Il est aussi celui qui alimente régulièrement les tableaux de bord de suivi de son activité, qui applique les règles de sécurité et effectue toutes les opérations nécessaires à l’intégration des infrastructures selon les procédures et normes. Préparer les mises en condition des équipements à déployer et tester les équipements informatiques, fait également partie de ses attributions. Plus spécifiquement, le technicien d’infrastructure participe à la formation des utilisateurs, assure le support technique et gère les droits d’accès des utilisateurs.

s Profil
Le technicien d’infrastructure, selon l’organisation de la société qui l’emploie, intervient sur un ou plusieurs domaines techniques : système, réseau, sécurité, télécom, base de données… La disponibilité du service est souvent garantie 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et de ce fait le technicien d’infrastructure travaille très souvent en horaire décalé. Il peut être amené à développer un savoir-faire très pointu dans un domaine (système, réseau, sécurité, télécom…) qui pourra le conduire à prendre en charge petit à petit des activités attendues de l’administrateur d’infrastructure.
˾ LES COMPÉTENCES

Il connaît les normes et procédures de sécurité, possède également des connaissances sur les logiciels, les matériels et sur les infrastructures informatiques selon son domaine d’intervention (système, réseau…).
˾ LES QUALITÉS

Il est réactif et rigoureux, aime communiquer. Il comprend les besoins du client et sait travailler en équipe.

86

Sous-famille : Infrastructure
Code ROME : M1810 s Formation

& Pré-requis

Ce poste est accessible à des débutants issus d’une formation technique de niveau Bac +2 ou avec une expérience équivalente. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- BTS Informatique de gestion - DUT Informatique ou Télécom
˾ CERTIFICATIONS

- Habilitation électrique selon le domaine d’intervention - Certifications éditeurs et/ou constructeurs

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

ÊTRE UN BON TECHNICIEN D’INFRASTRUCTURE C’EST :
• Être capable de réaliser une intégration matérielle et logicielle • Connaître les bonnes pratiques des méthodes et des procédures d’intégration • Savoir installer, paramétrer et configurer des ressources informatiques • Être capable de gérer des outils dédiés à son domaine d’intervention (système, réseau...) • Réaliser des tests d’évaluation

Pilote d’exploitation

Administrateur d’infrastructure

TECHNICIEN D’INFRASTRUCTURE

Support clients

Support clients

Source OPIIEC

87

Production

Famille : PRODUCTION

Administrateur d’infrastructure
Administrateur système • Administrateur réseau • Administrateur de bases de données • Administrateurs d’applications • Administrateur de messagerie • Administrateur sécurité.

L’administrateur d’infrastructure a pour mission d’administrer les ressources nécessaires à la production attendue de son domaine (système, réseau, sécurité, bases de données, messagerie...) dans le respect des règles de l’art, des contrats passés avec les fournisseurs et des contrats de service. s Fonctions
L’administrateur d’infrastructure, selon l’organisation de la société qui l’emploie, intervient sur un ou plusieurs domaines techniques : système, réseau, sécurité, télécom, base de données… L’emploi pourra être différent si l’entreprise a mis en place une démarche qualité de service et selon les outils d’administration qu’elle choisit d’utiliser. Plus il aura d’expérience, plus il sera amené à participer à des projets et interviendra moins sur les activités liées à la garantie de continuité de service.

s Profil
˾ LES COMPÉTENCES

Il est celui qui analyse la mise en production des ressources de l’informatique. Il élabore et suit les contrats de service avec les utilisateurs et met en production les ressources de l’informatique : ainsi, il installe et configure les équipements informatiques. Développer et mettre en œuvre des automatisations de procédures, maintenir les conditions générales de production et de service (résolution d’incidents sur son domaine technique), administrer et optimiser les ressources de l’informatique font aussi partie des compétences qu’il doit maîtriser. L’administrateur infrastructure veille aussi au bon fonctionnement des briques techniques et fonctionnelles. Plus spécifiquement, il doit être capable de proposer des scénarios d’évolution des infrastructures, d’ apporter une vision technique dans le cadre du chiffrage d’un projet, de participer au processus d’avant-vente et de former des utilisateurs.
˾ LES QUALITÉS

Seront demandées à l’administrateur d’infrastructure, des qualités de rigueur et de réactivité,

88

Sous-famille : Infrastructure
Code ROME : M1801
un esprit d’initiative, le sens de l’orientation client. Il devra également savoir animer une équipe et être un bon communiquant.

s Formation

& Pré-requis

Les recrutements se font à des niveaux Bac +2 à Bac +4 ou expérience équivalente. La formation est accessible par la VAE et l’apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- BTS Informatique de gestion - DUT Informatique - Licence professionnelle Informatique - CQP Administrateur de réseaux d’entreprise - CQP Administrateur systèmes - CQP Administrateur de bases de données
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON ADMINISTRATEUR D’INFRASTRUCTURE C’EST :
• Savoir administrer des équipements informatiques de son périmètre d’intervention • Savoir mettre en production et déployer des ressources informatiques • Être capable de garantir la continuité du service aux utilisateurs • Connaître les techniques d’écriture de scripts d’automatisation

Certifications éditeurs et/ou constructeurs.

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Technicien d’infrastructure

Expert infrastructure

Supports clients

ADMINISTRATEUR D’INFRASTRUCTURE

Intégrateur d’exploitation

Pilote d’exploitation

Chef de projet production

Source OPIIEC

89

Production

Famille : PRODUCTION

Expert infrastructures
Ingénieur système • Ingénieur réseau • Ingénieur déploiement • Ingénieur sécurité • Ingénieur bases de données • Ingénieur télécom • Ingénieur infrastructure • System & Network engineer

L’expert infrastructures réalise les mêmes activités que l’administrateur d’infrastructure. Il réalise également le conseil et le support auprès des clients et participe à la conception des architectures informatiques. s Fonctions
L’expert infrastructures analyse, préconise et valide des solutions techniques. Il est aussi celui qui conçoit et met en œuvre des solutions techniques, des normes et des procédures. Il a pour objectif d’optimiser les performances des infrastructures. Il participe au processus d’avant-vente, apporte une vision technique dans le chiffrage de projet. Il anticipe les besoins informatiques et assure une veille technologique permanente. Plus spécifiquement, il est celui qui gère le budget lié à la performance et à l’optimisation des systèmes, qui forme et sensibilise les utilisateurs aux réseaux et à la sécurité et qui analyse les risques et les menaces, tout en évaluant les conséquences.

s Profil
L’expert infrastructures, selon l’organisation de la société qui l’emploie, intervient sur un ou plusieurs domaines technique : système, réseau, sécurité, télécom, base de données… Il peut travailler sur le site de l’entreprise qui l’emploie ou sur le site d’un client. Plus l’ingénieur d’infrastructure aura de l’expérience plus il pourra intervenir sur la conception de l’architecture informatique.
˾ LES COMPÉTENCES

Il possède la maîtrise des nouveaux produits ou technologies. Il comprend le fonctionnement de l’entreprise et de ses métiers. Il connaît les procédures normes et les standards de sécurité.
˾ LES QUALITÉS

Esprit d’initiative, orientation client, Animation d’équipe, communication, rigueur et réactivité sont les principales qualités de l’expert infrastructures.

90

Sous-famille : Infrastructure
Code ROME : M1801 s Formation

& Pré-requis

Cet emploi s’adresse à des personnes ayant développé une première expérience technique, comme administrateur d’infrastructure par exemple. Formations accessibles en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Écoles d’ingénieurs - Formations universitaires Informatique
˾ CERTIFICATIONS

Certifications éditeurs et/ou constructeurs.

ÊTRE UN BON

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

EXPERT INFRASTRUCTURES
C’EST :
• Être capable d’analyser les besoins • Savoir rédiger des cahiers des charges, d’appels d’offre, de procédures et de documentation • Être capable d’analyser des propositions techniques • Savoir mettre en place des tableaux de bord • Savoir analyser des risques et des menaces et en évaluer les conséquences

Administrateur d’infrastructure

Chef de projet production

EXPERT INFRASTRUCTURES

Chef de projet production

Responsable production

Source OPIIEC

91

Production

Famille : PRODUCTION

Support clients
Support technique • Technicien poste de travail • Technicien micro-informatique • Assistant micro-informatique • Technicien de maintenance • Technicien sur site • Assistant aux utilisateurs • Technicien support • Service support

Le support clients assure le déploiement et le support sur le parc informatique dont il a la responsabilité. Il établit un diagnostic et apporte une solution aux demandes de ses clients internes et/ou externes. Il peut intervenir sur des domaines techniques ou fonctionnels. s Fonctions
Le technicien support assiste le client et lui offre un conseil adapté à son contexte (client interne et/ou externe). Il assure un support aux utilisateurs dans le respect du niveau de services contracté, diagnostique et corrige les dysfonctionnements décrits par les utilisateurs, installe et configure le parc informatique et réalise l’intégration de nouveaux composants en respectant normes et standards définis. Il est aussi celui qui assure la maintenance préventive, réalise les évolutions et les mises à jour et suit les incidents. Plus spécifiquement, il est chargé aussi de former les utilisateurs, de rédiger des documentations pour les utilisateurs et de constituer des bases de connaissance d’incidents. Il centralise, analyse et transmet les besoins d’amélioration des applications.

s Profil
La taille du parc informatique et l’hétérogénéité des environnements de travail impacteront l’emploi de support clients. Les interventions de déploiement et de mises à jour interviennent parfois en horaires décalés. Ainsi, dans certains secteurs, les interventions par téléphone pourront avoir lieu 24 heures/24 et 7 jours/7. Le parcours d’un support clients peut être initié en réalisant des activités en interne, pour ensuite gagner en compétences et se rapprocher des clients externes. Il peut ensuite évoluer comme technicien d’infrastructure, administrateur d’infrastructure, responsable support ou formateur.
˾ LES COMPÉTENCES

Le support client maîtrise les méthodes de diagnostic, les outils de gestion des incidents et les méthodes d’organisation du poste de travail. Il connaît, bien sûr, les normes et procédures de sécurité, l’architecture technique utilisée mais aussi les logiciels et matériels réseaux. Il possède la technique de prise d’appel et s’exprime parfaitement bien à l’oral.

92

Sous-famille : Support
Code ROME : H1101
˾ LES QUALITÉS

Doté d’un esprit d’initiative, il a le sens de l’orientation client, sait communiquer et animer une équipe. On réclamera surtout du support clients une grande résistance au stress et une forte maîtrise de soi.

s Formation

& Pré-requis
ÊTRE UN BON SUPPORT CLIENTS C’EST :
• Savoir utiliser des outils de distribution logicielle • Diagnostiquer des pannes ou des anomalies pour apporter les corrections nécessaires • Savoir écouter des utilisateurs

Il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience particulière. Cet emploi est accessible à des débutants de niveau Bac à Bac +2. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- Bac Professionnel Micro-informatique réseaux installation maintenance (MRIM) - Bac Sciences et technologies de la gestion (STG) spécialité gestion des sytèmes d’information (GSI) - DUT Informatique - BTS Informatique de gestion : administration des réseaux locaux
˾ CERTIFICATIONS

ITIL

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles


SUPPORT CLIENTS

Techncien d’infrastructure

Administrateur d’infrastructure Responsable support

Formateur

Source OPIIEC

93

Production

Famille : PRODUCTION

Pilote d’exploitation
Technicien pilote d’exploitation • Technicien d’exploitation • Operating technician • Operator

Le pilote d’exploitation assure la surveillance de l’ensemble des ressources informatiques pour les maintenir en conditions opérationnelles. s Fonctions
Le pilote d’exploitation effectue toutes les opérations courantes nécessaires au démarrage et au bon fonctionnement des infrastructures informatiques selon les procédures. Il exécute les actions et suit les applications et les flux applicatifs conformément aux procédures du dossier d’exploitation. Il est aussi celui qui surveille et contrôle le bon déroulement des opérations d’exploitation. Il détecte les incidents et met en œuvre une résolution de premier niveau ou escalade conformément aux procédures définies au préalable. Il participe au respect du contrat de service. Plus spécifiquement, il élabore et met à jour la documentation technique.

s Profil
Le technicien pilote d’exploitation exerce son activité dans plusieurs environnements technologiques et applicatifs. La disponibilité du service est souvent garantie 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et de ce fait le technicien pilote d’exploitation travaille très souvent en horaire décalé. C’est un emploi de débutant. Le technicien pilote d’exploitation peut évoluer vers d’autres fonctions au pilotage. Il travaille sur le site du client ou sur une plateforme multi-clients. Son lieu de travail est un site très sécurisé. Le métier évolue aujourd’hui vers la supervision des systèmes et des réseaux à l’aide d’outils logiciels.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les systèmes et outils de la plateforme, les normes et standards d’exploitation et de sécurité, les systèmes et outils de supervision. Il est doté d’une excellente connaissance de l’informatique et des réseaux, il sait travailler en équipe. Garant de la sécurité informatique, il doit aussi être capable de suivre et de s’adapter à l’évolution technologique.
˾ LES QUALITÉS

Les qualités requises pour ce poste sont : l’esprit d’initiative, le sens de l’orientation client, la capacité à animer une équipe. Savoir communiquer, être réactif et rigoureux sont également des atouts majeurs pour ce poste.

94

Sous-famille : Exploitation
Code ROME : M1810 s Formation

& Pré-requis

Emploi accessible à des débutants. Formation possible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

BTS Informatique de gestion
˾ CERTIFICATIONS

ITIL

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

ÊTRE UN BON

Support clients

PILOTE D’EXPLOITATION
C’EST :
• Savoir maintenir en condition opérationnelle des infrastructures informatiques dans le respect des consignes et de la planification • Savoir superviser des infrastructures informatiques et du patrimoine applicatif • Être capable de résoudre ou d’escalader les incidents selon les procédures fournies • Savoir superviser des serveurs et du patrimoine applicatif

PILOTE D’EXPLOITATION

Intégrateur d’exploitation

Coordinateur de pilotes

Source OPIIEC

95

Production

Famille : PRODUCTION

Intégrateur d’exploitation
Analyste d’exploitation • Administrateur de production • Operational analyst

L’intégrateur d’exploitation assure la bonne exploitation du patrimoine applicatif de l’entreprise et participe au respect des contrats de services définis avec les utilisateurs. s Fonctions
Il conçoit et réalise des solutions optimales d’exploitation des applications et des flux et définit l’automatisation des process ou des chaînes de traitement. Il met en production des évolutions et des maintenances des applications et des chaînes de traitement. Il industrialise la production des applications et assure la compatibilité avec l’architecture de production. Il est aussi chargé d’optimiser et d’automatiser le traitement des applications et des flux, de rédiger les procédures d’exploitation, de gérer les sauvegardes et les archivages de données. Il participe à l’analyse et résout les incidents non-procédurés. Il est responsable de la mise en œuvre des normes d’exploitation et des contrats de services.

s Profil
L’intégrateur d’exploitation exerce son activité dans plusieurs environnements technologiques et applicatifs. Il peut évoluer comme chef de projet production, administrateur d’infrastructure ou expert. Au fil du temps, l’intégrateur d’exploitation va devenir de plus en plus polyvalent. Il va apprendre à maîtriser la chaîne de production de bout en bout. Il acquiert une expérience qui augmente son périmètre technologique pour permettre à certains de devenir d’excellents experts.
˾ LES COMPÉTENCES

Il maîtrise les normes et procédures de sécurité, les méthodes, normes et outils d’exploitation. Il possède les connaissances techniques et fonctionnelles des applications et des logiciels et les architectures techniques.
˾ LES QUALITÉS

L’intégrateur d’exploitation est analytique, il a le sens de l’orientation client, il sait communiquer, animer une équipe et prendre des initiatives.

96

Sous-famille : Exploitation
Code ROME : M1810 s Formation

& Pré-requis

Une expérience d’environ 3 ans est exigée dans un environnement de production. Des débutants peuvent être intégrés s’ils sont accompagnés par des référents. Formation accessible en VAE et en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- BTS Informatique de gestion - Licence professionnelle Gestion des systèmes d’information (Gsinfo) option analystes d’exploitation et des responsables d’exploitation systèmes réseaux et applications (APSRA)
˾ CERTIFICATIONS

ÊTRE UN BON

INTÉGRATEUR D’EXPLOITATION
C’EST :
• Savoir planifier et ordonnancer des travaux d’exploitation • Résoudre les incidents • Être capable de mettre à jour et d’optimiser des paramètres d’ordonnancement, de planification • Savoir réaliser des tests d’intégration • Gérer des évolutions • Être capable de réaliser des scripts

ITIL

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

Pilote d’exploitation

Chef de projet production

INTÉGRATEUR D’EXPLOITATION

Administrateur d’infrastructure

Concepteur développeur

Expert

Source OPIIEC

97

Production

Famille : PRODUCTION

Chef de projet production
Ingénieur de production • Responsable de déploiement logiciel • Intégrateur de production • Integrator operating

Le chef de projet production est responsable de l’intégration jusqu’à la mise en production, aussi bien sur les aspects matériels, logiciels que réseaux dans le respect des normes et standards édictés. s Fonctions
Le chef de projet production participe à la rédaction du plan d’intégration en production. Il coordonne et manage de bout en bout de la chaîne d’intégration jusqu’en production. Par ses fonctions, il est le responsable des engagements pris dans le contrat de service. Chargé de définir les évaluations de charges, délais et coûts, il participe à l’information sur le projet d’intégration.

s Profil
Le chef de projet production exerce son activité dans plusieurs environnements technologiques et applicatifs. Au cours de sa carrière, il sera amené à gérer des projets de plus en plus complexes de part leur taille, complexité fonctionnelle ou technique ou encore localisation géographique (multiculturel). Après quelques années, il pourra se voir proposer d’intégrer d’autres postes : expert en infrastructures, gestionnaire de services d’exploitation ou encore architecte technique.
˾ LES COMPÉTENCES

Il doit être capable de gérer la plateforme technique support des applications. Il a la maîtrise des méthodes, outils et normes d’exploitation et connaît parfaitement l’environnement de développement et de production. Il maîtrise aussi l’architecture technique du système d’information et l’organisation de l’entreprise.
˾ LES QUALITÉS

Pour exercer ce métier, il faudra faire preuve d’un grand esprit d’initiative, savoir animer une équipe, communiquer et surtout gérer le stress.

98

Sous-famille : Exploitation
Code ROME : M1810 s Formation

& Pré-requis

Les recrutements se font sur des profils issus de la production de niveau Bac +4 ou Bac +5. Formation accessible en VAE ou en apprentissage.
˾ PRINCIPALES FORMATIONS

- École d’ingénieurs - Formation universitaire en informatique
˾ CERTIFICATIONS

ITIL

ÊTRE UN BON

s Évolution professionnelle
Origines possibles Évolutions possibles

CHEF DE PROJET PRODUCTION
C’EST :
• Avoir le sens de l’organisation et savoir coordonner l’ensemble des travaux d’intégration en ayant une vision globale de la solution d’architecture proposée (matériel, logiciel, réseau, organisation…) • Être capable de prendre du recul sur l’architecture technique et applicative • Savoir évaluer des risques et l’impact de la mise en production • Savoir coordonner des ressources humaines • Être capable de conduire de réunion • Savoir gérer un projet • Être polyvalent
Source OPIIEC

Intégrateur d’exploitation

Expert indrastructure

CHEF DE PROJET PRODUCTION

Gestionnaire de services Architecte technique

Administrateur d’infrastructure

Responsable de production

99

Production

GLOSSAIRE

C

ertains termes utilisés pour décrire les métiers du numérique peuvent parfois faire peur. Pas de panique, on vous explique les principaux ici ! ADMINISTRATION
On parle d’administration dans le cadre de la gestion de bases de données ou de réseaux par exemple. La personne en charge de l’administration (l’administrateur) est responsable de la mise en place et du suivi de l’ensemble qui lui est confié. L’administration consiste dans un premier temps, en l’affectation de ressources adaptées aux besoins puis, en la mise en place de standards qui devront être respectés par tous les acteurs, du développeur à l’utilisateur. Au quotidien, il s’agit d’ajuster en permanence les ressources aux besoins, de veiller au bon fonctionnement et à la qualité de service, de remettre en état, en cas de panne, l’ensemble qui lui est confié, et de faire respecter les normes de sécurité.

APPLICATION
Une application, aussi appelée logiciel ou programme, est un outil autonome dans son environnement qui permet d’accomplir une ou plusieurs tâches. Les traitements de texte, les tableurs ou encore les navigateurs de web sont autant d’applications.

ARCHITECTURE
Historiquement, l’architecture est un art pluridisciplinaire qui vise à imaginer, concevoir et réaliser des édifices destinés à être utilisés, dans le but de satisfaire des objectifs économiques, sociaux, militaires ou encore esthétiques. Ce terme est aussi employé pour décrire les composants d’un système complexe et les relations qui les unissent pour répondre à des besoins. L’architecture d’un système numérique recouvre la ou les structures d’un système que sont les logiciels et les matériels, ainsi que leurs propriétés respectives et leurs relations internes et externes. On peut aussi parler de l’architecture d’un système d’information, d’un réseau ou encore d’une base de données.

AUDIT
L’audit informatique a pour rôle de contrôler les activités informatiques d’une entreprise afin d’établir la conformité aux lois et aux règlements, vérifier la fiabilité des informations financières et assurer la réalisation et l’optimisation des opérations.

BASE DE DONNÉES
C’est un ensemble organisé d’informations à l’état brut et reliées entre elles par des liens logiques qu’un système de gestion spécifique maintient à jour en fonction de leur contenu. Cette organisation des informations correspond à une modélisation prévue dès sa conception et qu’il est possible de faire évoluer. On parle aussi de Database.

BESOIN
À l’origine d’un projet, il y a un besoin qui vise à pallier un manque ou à améliorer une situation existante. Dans le cadre d’un projet informatique, il s’agit le plus souvent d’un besoin fonctionnel qui nécessite de modifier le système d’information. On procédera donc à une analyse des besoins qui débouchera sur une expression des besoins.

BUREAU D’ÉTUDES
Les bureaux d’études sont en charge de la conception de produits, qu’il s’agisse d’une conception intégrale ou d’une évolution.

CAHIER DES CHARGES
Ce document est rédigé sous la responsabilité du maître d’ouvrage et comprend deux volets, l’un fonctionnel et l’autre, technique. La partie fonctionnelle rappelle les origines de

100

la demande et les objectifs du projet. Elle expose entre autres, le besoin et la quantification prévisionnelle des volumes et fréquences d’utilisation, les contraintes et dépendances comme le budget. La partie technique quant à elle, expose les principes du système qui va apporter la solution. Le cahier des charges servira de référence permanente au maître d’œuvre.

CERTIFICATION
La certification est un diplôme attestant de vos compétences en informatique. La différence avec la VAE est qu’elle porte uniquement sur une technologie spécifique. Par exemple la certification Windows ne comprend que les compétences relevant de ce domaine.

CONDUITE DU CHANGEMENT
Le changement peut parfois déstabiliser. La conduite de changement (ou pilotage de l’innovation) doit faciliter le passage d’un projet à un nouveau et réduire les facteurs de rejet des utilisateurs. Pour cela, le pilote doit faire participer l’utilisateur à la conception du projet, l’informer à chaque étape de la réalisation pour qu’il comprenne et accepte les changements et en s’assurant qu’il possède toutes les connaissances théoriques et pratiques nécessaires.

ESN (anciennement SSII)
Une Entreprise de Services Numérique est une société experte dans le domaine des nouvelles technologies et de l’informatique. Son objectif premier est d’accompagner ses clients dans la réalisation d’un projet. La société englobe donc plusieurs métiers, du conseil à la conception et la réalisation d’outils, en passant par la formation.

IMPLÉMENTER
Le terme « implémentation » est un anglicisme qui désigne l’action de programmer, c’est-àdire de concevoir et réaliser un système d’exploitation ou un logiciel adapté aux besoins du client. Attention, ne pas confondre avec l’action d’implanter qui consiste à installer un logiciel.

MAÎTRE D’OUVRAGE et MAÎTRE D’ŒUVRE
Selon la terminologie issue du monde du bâtiment, le maître d’ouvrage est celui qui commande un bien ou un service à un maître d’œuvre qui a la charge d’en diriger la réalisation et la livraison, conformément au cahier des charges. Il en est de même dans le monde du numérique.

MOE / MOA
Dans la réalisation d’un projet, le maître d’ouvrage (MOA), soit le client, définit l’objectif, le calendrier et le budget consacré. Le maître d’œuvre (MOE), soit le chef de projet, est chargé du bon déroulement de la réalisation, notamment d’un point de vue technique, tout en respectant le cahier des charges qui le lie au MOA.

OFF-SHORE
Dans le domaine informatique, on dit qu’une tâche informatique est off-shore lorsqu’elle est sous-traitée dans un autre pays où la main d’œuvre est généralement moins chère. Cela concerne principalement le développement d’application, la réalisation de sites web ou encore l’exploitation et la transformation de données.

PÉRIMÈTRE / SPÉCIFICATIONS / UNIVERS FONCTIONNELS
Avant de concevoir un produit, il est important de définir un périmètre fonctionnel, c’est-à-dire de clarifier les enjeux fonctionnels du projet. Ainsi, cela permettra d’avoir une vision précise des frontières du produit et limitera les risques d’incompréhension entre les différents acteurs de sa création.

PLAN DE RECETTE / RECETTAGE / ACCEPTATION
Le plan de recette consiste à vérifier si le produit correspond aux attentes formulées par le client. Cela s’effectue en deux étapes. Lors de la recette usine, tous les prestataires se réunissent pour effectuer des tests techniques et manuels. Ensuite, le client effectue la recette utilisateur et vérifie si le produit correspond à ses besoins et s’il fonctionne comme il le souhaite.

PROCESSUS
Cette notion fondamentale correspond à un ensemble d’activités définissables et mesurables, enchaînées dans un ordre déterminé. Le processus a pour objet, la production d’un résultat final déterminé.

101

GLOSSAIRE
PROGICIEL
Le progiciel est la contraction des mots « produit » et « logiciel ». Il s’agit d’un ensemble de programmes vendu à plusieurs utilisateurs et destiné à une même fonction, par exemple de gestion ou de comptabilité. Ce type de logiciel s’oppose aux logiciels développés en interne dans une entreprise et qui remplissent une fonction sur mesure.

PROJET
Dans bien des domaines, les actions innovantes sont pour la plupart, menées en « mode projet ». Au sein d’une entreprise ou d’une organisation, les intervenants sont déchargés de leurs tâches habituelles afin de participer à un projet, avec un début et une fin identifiés. Le projet informatique se caractérise par un objectif, une réponse à un besoin identifié, un cahier des charges fonctionnel et l’application d’un plan-qualité.

QUALITÉ
La qualité d’un système a pour but de satisfaire un client en apportant une solution à son problème, et ce, même si il n’a pas été en mesure de formuler clairement son besoin.

RÉSEAUX
Un réseau informatique désigne l’ensemble d’équipements reliés entre eux afin de partager des informations. Chaque extrémité d’une connexion (un ordinateur, un routeur, etc.) s’appelle un nœud. Quant aux moyens matériels et logiciels utilisés, ils constituent l’infrastructure réseau. Il existe plusieurs types de réseaux que l’on détermine en fonction de leur structure, leur étendue, leurs fonctionnalités, etc.

RISQUE
Mener à bien un projet, c’est aussi admettre la survenue de risques éventuels et être capable d’en enrayer les effets. C’est l’un des rôles du chef de projet : mettre en place un plan de gestion des risques, en les identifiant, en les évaluant et en les traitant par des plans d’actions préventifs ou curatifs.

SUPPORT CLIENT
Derrière cette terminologie se trouve l’ensemble des moyens mis à disposition des clients pour répondre à leurs demandes. Il s’agit principalement d’un support après vente, commercial, technique, de livraison ou de maintenance, mais aussi d’un support d’information avant achat.

SYSTÈME D’INFORMATION
Le système d’information d’une entreprise est l’ensemble des processus propres à ses métiers ainsi que les stocks et les flux d’information qui éclairent ces processus. Il ne doit pas être confondu avec le système informatique qui lui est l’ensemble des moyens matériels et logiciels qui assure le stockage, le traitement et le transport des données.

SYSTÈME D’INFRASTRUCTURE
Dans le domaine informatique, le système d’infrastructure désigne l’ensemble des équipements matériels informatiques (matériels et réseaux). Il est un élément primordial à la bonne interopérabilité entre les éléments des systèmes d’information.

SYSTÈME D’EXPLOITATION
Le Système d’Exploitation (SE) est l’interface entre la machine et les logiciels. Il nous permet d’utiliser des programmes sans avoir affaire à la complexité de la machine physique. C’est lui qui s’occupe d’établir le lien entre l’application, l’ordinateur (mémoire, processeur, etc.) et l’utilisateur.

URBANISATION DU SYSTEME D’INFORMATION
L’urbanisation du Système d’Information (SI) peut être comparée à une ville américaine. L’objectif est d’organiser tous les logiciels en blocs de manière à ce qu’ils interagissent entre eux mais qu’ils conservent quand même leur indépendance. Ainsi, lorsque l’on supprime une application, cela ne doit pas avoir de répercussions sur les autres.

VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE (VAE)
La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est un diplôme qui permet de valider vos compétences en matières informatiques. Ce diplôme est accessible à toute personne justifiant au moins trois ans d’expérience en relation avec la finalité du diplôme.

102

ANNUAIRE DES FORMATIONS


3IL

fin de vous aidez dans votre recherche de formation, nous vous proposons une liste (non-exhaustive) des établissements d’enseignement supérieurs formant aux métiers des STIC (Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication) ; ainsi que les principaux organismes professionnels - Source Association Pasc@line

CESI

43, rue Sainte-Anne - BP 834 87015 Limoges Cedex 1 Tél. : +33 (0)5 55 31 67 29 Web : http://www.3il.fr

Centre d’Arras

7, rue Diderot 62000 Arras Tél. : +33 (0)3 21 51 67 18

AFTI
Domaine de Corbeville RD 128 BP46 91401 Orsay Cedex Tél. : 01 69 33 05 37 Web : http://www.cfa-afti.com

Centre de Rouen Mont Saint Aignan
1, rue G. Marconi Parc de la Vatine 76130 Mont Saint Aignan Tél. : +33 (0)2 35 59 66 20

Centre de Paris Nanterre

ARTS et METIERS Paristech
École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers 151, boulevard de l’Hôpital 75013 Paris Tél. : 01 44 24 62 99 Web : http://www.ensam.fr/

93, boulevard de la Seine - BP 602 92006 Nanterre Tél. : +33 (0)1 55 17 80 00

Centre de Saint Nazaire

Boulevard de l’Université Campus de Gavy Océanis - BP 152 44603 Saint-Nazaire Tél. : +33 (0)2 40 00 17 00

Centrale Lille
Cité Scientifique - BP 48 59651 Villeneuve d’Ascq Cedex Tél. : 03 20 33 53 53 Web : http://www.ec-lille.fr/

Centre d’Angoulème

86, route de Breuty Domaine universitaire 16400 La Couronne Tél. : +33 (0)5 45 67 05 92

Centre de Bordeaux

Centrale Lyon
36, avenue Guy de Collongue 69134 Ecully Cedex Tél. : 04 72 18 60 00 Web : http://www.ec-lyon.fr/

60, rue de Maurian BP 17 33291 Blanquefort Cedex Tél. : +33 (0)5 56 95 50 50

Centre de Pau

Centrale Marseille
Technopôle de Château-Gombert 38, rue Frédéric Joliot Curie 13451 Marseilles Cedex 20 Tél. : +33 (0)4 91 05 45 45 Web : http://www.ec-marseille.fr/

8, rue des Frères d’Orbigny 64000 Pau Tél. : +33 (0)5 59 32 57 62

Centre de Toulouse

Rue Magellan - BP 87501 31675 Labège Cedex Tél. : +33 (0)5 61 00 38 38

Centre de Montpellier

Centrale Nantes
1, rue de la Noë BP 92101 44321 Nantes Cedex 3 Tél. : 02 40 37 16 00 Web : http://www.ec-nantes.fr/

69, impasse Mac Gaffey Val de Croze 34070 Montpellier Tél. : +33 (0)4 99 51 21 30

Centre d’Aix en Provence

Centrale Paris
Grande Voie des Vignes F-92295 Châtenay-Malabry Cedex Tél. : +33 (0)1 41 13 10 00 (standard) Web : http://www.ecp.fr/

Europôle de l’Arbois BT Martel - BP 30 13545 Aix-en-Provence Cedex 04 Tél. : +33 (0)4 42 97 14 20

Centre de Lyon

19, avenue Guy de Collongue 69134 Ecully Cedex Tél. : +33 (0)4 72 18 89 89

103

ANNUAIRE DES FORMATIONS
Centre de Nancy
2 bis, rue de la Crédence 54600 Villers-lès-Nancy Tél. : +33 (0)3 83 28 46 46 Web : http://www.eicesi.fr/ http://www.exia.cesi.fr/

ENSEIRB
École Nationale Supérieure d’Électronique, Informatique et Radiocommunication de Bordeaux 1, avenue du Docteur Albert Schweitzer - BP 99 33402 Talence Cedex Tél. : +33 (0)5 56 84 65 00 Web : http://www.enseirb-matmeca.fr

CPE Lyon
École Supérieure Chimie Physique Électronique de Lyon 43, bd du 11 Novembre 1918 - Bât 308 69100 Villeurbanne Tél. : 04 72 43 17 00 Web : http://www.cpe.fr

ENSI Bourges
88, boulevard Lahitolle 18020 Bourges Cedex France Tél. : +33 (0)2 48 48 40 00 Web : http://www.ensi-bourges.fr/

ECE Paris École d’Ingénieurs
37, quai de Grenelle Immeuble Pollux 75015 Paris Tél. : 01 44 39 06 00 Web : http://www.ece.fr/

ENSICAEN
6, boulevard Maréchal Juin 14050 Caen Cedex Tél. : +33 (0)2 31 45 27 50 Web : http://www.ensicaen.fr/

ENSIIE
École Nationale Supérieure d’Informatique pour l’Industrie et l’Entreprise 1, square de la résistance F-91025 Évry Cedex Tél. : 01 69 36 73 50 Web : http://www.ensiie.fr

EFREI
30/32, avenue de la République 94800 Villejuif Cedex Tél. : 01 46 77 46 77 Web : http://www.efrei.fr/

EIGSI
26, rue Vaux de Foletier 17041 La Rochelle Cedex 1 Tél. : 05 46 45 80 00 Web : http://www.eigsi.fr/

ENSISA
École Nationale Supérieure d’Ingénieurs Sud Alsace • 12, rue des Frères Lumière 68093 Mulhouse cedex Tél. : 03 89 33 69 00 • 11 rue Alfred Werner 68093 Mulhouse cedex Tél. : 03 89 33 63 20 Web : http://www.ensisa.uha.fr/

EISTI
Campus de Cergy
2 boulevard Lucien Favre - CS 77563 64075 Pau Cedex Tél. : 01 34 25 10 10

Campus de Pau

ENSSAT
6, rue de Kerampont - BP 80518 22305 Lannion Cedex Tél. : 02 96 46 90 00 Web : http://www.enssat.fr/

26, avenue des Lilas 64062 Pau Cedex 9 Tél. : 05 59 14 85 30 Web : http://www.eisti.fr/

EMSI
École de Management des Systèmes d’Information 12, rue Pierre Sémard BP 127 38003 Grenoble Cedex 01 Tél. : +33 (0)4 76 70 60 60 Web : http://www.grenoble-em.com/accueil_ecole. aspx?ecole=emsi

EPF Ecole d’Ingénieurs
3 bis, rue Lakanal - 92330 Sceaux Tél. : 01 41 13 01 51 Web : http://www.epf.fr/

EPSI
École Privée des Sciences Informatiques 70, rue Marius-Aufan 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 55 90 06 30

ENSEEIHT
École Nationale Supérieure d’Électrotechnique, d’Électronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications 2, rue Charles Camichel - BP 7122 F 31071 Toulouse Cedex 7 Tél. : +33 (0)5 34 32 20 00 Web : http://www.enseeiht.fr/

EPITA
École pour l’Informatique et les Techniques Avancées 14-16, rue Voltaire 94276 Kremlin Bicêtre Cedex Tél. : +33 (0)1 44 08 01 01 Web : http://www.epita.fr/

104

ESAIP Angers
18, rue du 8 mai 1945 - BP 80022 49180 St Barthélemy d’Anjou Tél. : 02 41 96 65 10 Web : http://www.esaip.org

ESME Sudria
38, rue Molière 94200 Ivry sur Seine Tél. : +33 (0)1 56 20 62 00 Web : http://www.esme.fr/

ESEO
École Supérieure d’Électronique de l’Ouest 4, rue Merlet de la Boulaye - BP 30926 49009 Angers Cedex 01 Tél. : +33 (0)2 41 86 67 67 Web : http://www.eseo.fr/

ESILV
École Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci Pôle Universitaire Léonard de Vinci 92 916 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 41 16 70 00 Web : http://www.esilv.fr/

ESIEA
École Supérieure d’Informatique Électronique Automatique • 9, rue Vésale 75005 Paris Tél. : +33 (0)1 55 43 23 23 • 72, avenue Maurice Thorez 94200 Ivry Sur Seine Tél. : +33 (0)1 43 90 21 21 Web : http://www.esiea.fr/

HEI
École des Hautes Études d’Ingénieurs 13, rue de Toul 59046 Lille Cedex Tél. : +33 (0)3 28 38 48 58 Web : http://www.hei.fr/

INP
Institut polytechnique de Grenoble Grenoble INP - Ensimag et Esisar 46, avenue Félix Viallet 38031 Grenoble Cedex 1 Tél. : +33 (0)4 76 57 46 01 Web : http://www.grenoble-inp.fr

ESIEE Engineering
Cité Descartes 2, bd Blaise Pascal - BP 99 93162 Noisy Le Grand Cedex Tél. : +33 (0)1 45 92 65 00 Web : http://www.esiee.fr/

INSA Lyon
20, avenue Albert Einstein 69621 Villeurbanne Cedex Tél. : +33 (0)4 72 43 83 83 Web : http://www.insa-lyon.fr

ESIGELEC
École pour l’Informatique et les Techniques Avancées Technopôle du Madrillet Avenue Galilée - BP 10024 76801 Saint Étienne du Rouvray Cedex Tél. : +33 (0)2 32 91 58 58 Web : http://www.esigelec.fr

INSA Rennes
20, avenue des Buttes de Coësmes - CS 14315 F-35043 Rennes Cedex 7 Tél. : +33 (0)2 23 23 82 00 Web : http://www.insa-rennes.fr

ESIGETEL
Ingénieurs en Sciences du Numérique 33, rue Victor Hugo 94800 Villejuif Tél. : 01 45 15 03 20 Web : http://www.esigetel.fr/

INSA Toulouse
135, avenue de Rangueil 31077 Toulouse Cedex 4 Tél. : +33 (0)5 61 55 95 13 Web : http://www.insa-toulouse.fr

ESIL
École Supérieure d’Ingénieurs de Luminy Domaine de Luminy - Case 925 13288 Marseille Cedex 09 Tél. : (+33) 4 91 82 85 00 Web : http://www.esil.univmed.fr

Institut Mines Telecom
(ex-Groupe des Ecoles des Télécommunications) 46, rue Barrault 75634 Paris Cedex 13 Tél. : +33 (0)1 45 81 80 80 Web : http://www.mines-telecom.fr

Esisar
Membre de l’Institut polytechnique de Grenoble Grenoble INP 50, rue Barthélémy de Laffémas - BP54 26902 Valence Cedex 9 Tél. : 04 75 75 94 00 Web : http://esisar.grenoble-inp.fr

ISEN
Institut Supérieur de l’Électronique et du Numérique (Brest, Lille, Toulon) 41, bd Vauban 59046 Lille Cedex Tél. : 03 20 30 40 50 Web : http://www.isen.fr/

105

ANNUAIRE DES FORMATIONS
ISEP
Institut Supérieur d’Électronique de Paris 28, rue Notre-Dame des Champs 75006 Paris Tél. : 01 49 54 52 00 ou 03 Web : http://www.isep.fr/

Polytech’ Clermont-Ferrand
Université Blaise Pascal - Campus des Cézeaux 24 avenue des Landais - BP 206 63174 Aubière Cedex Tél. : 04 73 40 75 00 Web : http://www.polytech-clermont.fr

ISIMA
Institut Supérieur d’Informatique, de Modélisation et de leurs Applications Campus de Cezeaux - BP 10025 63173 Aubiere Cedex Tél. : +33 (0)4 73 40 50 00 / 50 35 Web : http://www.isima.fr

Polytech’ Grenoble
Adresse postale
Université Joseph Fourier Polytech’Grenoble - BP 53 38041 Grenoble Cedex 9

Adresse géographique

ISTIC
UFR informatique Électronique - Université de Rennes 1 Campus de Beaulieu 263, avenue du Général Leclerc - CS 74205 35042 Rennes Cedex Tél. : +33 (0)2 23 23 39 95 Web : http://www.ifsic.univ-rennes1.fr

28, avenue Benoît Frachon 38400 St-Martin-d’Hères Tél. : +33 (0)4 76 82 79 02 Web : http://www.polytech-grenoble.fr/

Polytech’ Lille
ESIEE (École Supérieure d’Ingénieurs en Électronique et Électrotechnique) Avenue Paul Langevin 59650 Villeneuve d’Ascq Cedex Tél. : +33 3 28 76 73 00 Web : http://www.polytech-lille.fr

ISTY
Institut des Sciences et Techniques des Yvelines

ISTY Informatique

Pôle universitaire scientifique et technologique de Vélizy Bâtiment Mermoz - 10/12, avenue de l’Europe 78140 Vélizy Villacoublay Tél. : +33 (0)1 39 25 38 50

Polytech’ Marseille
Filière Génie Industriel et Informatique Domaine Universitaire de Saint Jérôme Avenue Escadrille Normandie Niemen 13397 Marseille Cedex 20 Tél. : +33 4 91 05 60 00 Web : http://www.polytech-marseille.fr/

ISTY Mécatronique

28, boulevard Roger Salengro 78711 Mantes-la-Ville Tél. :+33 (0)1 34 78 88 90 Web : http://www.isty.uvsq.fr

Polytech’ Montpellier
Place Eugène Bataillon 34095 Montpellier Cedex 5 Tél. : +33 (0)4 67 14 31 60 Web : http://www.polytech.univ-montp2.fr/

ITESCIA
Campus Cergy
10, avenue de l’Entreprise 95800 Cergy Tél. : 01 34 20 63 63 Web : http://www.itescia.fr/

Polytech’ Nantes
La Chantrerie Rue Christian Pauc - BP 50609 44306 Nantes Cedex 3 Tél. : +33 (0)2 40 68 32 00 Web : http://www.polytech-nantes.fr/

Campus Pontoise

8 rue Pierre de Coubertin 95300 Pontoise Tél. : 01 30 75 36 36 Web : http://www.itescia.fr/

Polytech’ Nice
(Département Sciences Informatiques) Les templiers, 930, route des Colles - BP 145 06903 Sophia Antipolis Cedex Tél. : 04 92 96 50 50 Web : http://www.polytech.unice.fr/

Mines de Douai
941, rue Charles Bourseul - BP 10838 59508 Douai Cedex Tél. : +33 (0)3 27 71 22 22 Web : http://www2.mines-douai.fr

Mines de Nantes
La Chantrerie - 4, rue Alfred Kastler - BP 20722 F-44307 Nantes Cedex 3 Tél. : 02 51 85 81 00 Web : http://www.mines-nantes.fr

Polytech’ Orléans
École Polytechnique de l’Université d’Orléans Galilée, 8, rue Léonard de Vinci 45072 Orléans Cedex 2 Tél. : +33 (0)2 38 41 70 50 Web : http://www.univ-orleans.fr/polytech

106

Polytech’ Paris UPMC
Université Paris 6 Bâtiment Esclangon - Boîte Courrier 135 4, place Jussieu 75252 Paris Cedex 5 Tél. : +33 (0)1 44 27 73 13 Web : http://www.polytech.upmc.fr/

FORMATIONS MANAGÉRIALES
EMSI
École de Management des Systèmes d’Information 12, rue Pierre Sémard - BP 127 38003 Grenoble Cedex 01 Tél. : +33 (0)4 76 70 60 60 Web : http://www.grenoble-em.com/accueil_ecole. aspx?ecole=emsi

Polytech’ Annecy - Chambéry
BP 80439 - 74944 Annecy le Vieux Cedex Tél. : +33 (0)4 50 09 66 00 Web : http://www.polytech.univ-savoie.fr/

ESCEM
École Supérieure de Commerce et de Management

Polytech’ Tours
Département Informatique 64, avenue Jean Portalis 37200 Tours Tél. : +33 (0)2 47 36 14 14 Web : http://www.polytech.univ-tours.fr/

Campus de Tours

1, rue Léo Delibes - BP 0535 37205 Tours Cedex 3 Tél. : + 33 (0)2 47 71 71 71

Campus de Poitiers

Supélec
Plateau du Moulon - 3, rue Joliot-Curie 91192 Gif-sur-Yvette cedex Tél. : + 33 (0)1 69 85 12 12 Web : http://www.supelec.fr/

11, rue de l’Ancienne Comédie - BP 5 86001 Poitiers Cedex 3 Tél. : + 33 (0)5 49 60 58 00

Campus du Futurocope

Téléport 2 - Av. Cassin - BP 10204 86962 Futuroscope Chasseneuil Cedex Tél. : +33 (0)5 49 49 48 48 Web : http://www.escem.fr/

TELECOM Nancy
Ingénieurs en Numérique Université de Lorraine - Campus Aiguillettes 193, avenue Paul Muller - CS 90172 54602 Villers-lès-Nancy Tél. : 03 83 68 26 00 Web : http://www.telecomnancy.eu/

ESIEE Management
Cité Descartes 2, bd Blaise Pascal BP 99 - 93162 Noisy le Grand cedex Tél. : 01 45 92 60 00

Telecom ParisTech
46, rue Barrault 75013 Paris Tél. : +33 (0)1 45 81 77 77 Web : http://www.telecom-paristech.fr/

ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES
CINOV
4, avenue du Recteur Poincaré 75782 Paris Cedex 16 Tél. : + 33 (0)1 44 30 49 30 E-mail : contact@cicf.fr Web : site web Fédération CICF / site web CICF Informatique

Telecom Saint-Étienne
Université jean Monnet 23, rue du Docteur Remy Annimo 42000 Saint-Étienne Tél. : +33 (0)4 77 91 58 88 Web : http://www.telecom-st-etienne.fr

Fédération Syntec
mandatée par le Syntec numérique 3, rue Léon Bonnat - 75016 Paris Tél. : +33 (0)1 44 30 49 00 Web : http://www.syntec-apprentissage.fr

UTC
Université de Technologie de Compiègne rue du Dr Schweitzer 60200 Compiègne Tél. : 03 44 23 44 23 Web : http://www.utc.fr/

UTT
Université de Technologie de Troyes 12, rue Marie Curie - BP 2060 10010 Troyes Cedex Tél. : +33 (0)3 25 71 76 00 Web : http://www.utt.fr/

107

ANNUAIRE ANNUAIRE DES DES FORMATIONS UNIVERSITÉS
es établissements universitaires proposent également de nombreuses formations dans le secteur du numérique (formations spécialisées, généralistes, ou managériales) pour différents cursus. Aussi, par souci d’exhaustivité et pour facilité vos recherches de formations, nous vous proposons une liste des établissements universitaires classés par région.

ALSACE
Université de Haute-Alsace
2, rue des Frères Lumière 68093 Mulhouse Cedex Tél. : 03 89 33 60 00 Web : http://www.uha.fr

Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne

Domaine Universitaire 33607 Pessac Cedex Tél. : 05 57 12 44 44 Web : http://www.u-bordeaux3.fr

Université Bordeaux 4 - Montesquieu
Avenue Léon Duguit 33608 Pessac Cedex Tél. : 05 56 84 85 86 Web : http://www.u-bordeaux4.fr Domaine Universitaire Avenue de lUniversité - BP 576 64012 Pau Cedex Tél. : 05 59 40 70 00 Web : http://www.univ-pau.fr

Université de Strasbourg
4, rue Blaise Pascal - CS 90032 67081 Strasbourg Cedex Tél. : 03 68 85 00 00 Web : http://www.unistra.fr/

Université de Pau et des Pays de l’Adour

AQUITAINE
CNAM Aquitaine
16, cours de la Marne 33800 Bordeaux Tél. : 08 11 65 76 56 Web : http://www.cnam-aquitaine.fr

AUVERGNE
Université Clermont-Ferrand 1 Auvergne
49, boulevard François Mitterrand 63001 Clermont-Ferrand Tél. : 04 73 17 79 79 Web : http://www.u-clermont1.fr

ICSV

16, cours de la Marne 33800 Bordeaux Tél. : 08 11 65 92 59 Web : http://www.cnam-aquitaine.fr

INTEC

16, cours de la Marne 33800 Bordeaux Tél. : 05 57 57 30 50 Web : http://intec.cnam.fr/

Université Clermont-Ferrand 2 Blaise-Pascal
34, avenue Carnot - BP 185 63006 Clermont-Ferrand Cedex Tél. : 04 73 40 63 63 Web : http://www.univ-bpclermont.fr

Université Bordeaux 1

351, cours de la Libération 33405 Talence Tél. : 05 40 00 60 00 Web : http://www.u-bordeaux1.fr

BASSE NORMANDIE
Université de Caen Basse Normandie

Université Bordeaux 2 - Victor Segalen
146, rue Léo Saignat 33076 Bordeaux Cedex Tél. : 05 57 57 10 10 Web : http://www.u-bordeaux2.fr

Esplanade de la Paix BP 5186 14032 Caen Cedex 5 Tél. : 02 31 56 55 00 Web : http://www.unicaen.fr

108

BOURGOGNE
Université de Bourgogne
Campus Montmuzard BP 27877 21078 Dijon Cedex Tél. : 03 80 39 35 50 Web : http://www.u-bourgogne.fr

CENTRE
Université d’Orléans
Château de la Source BP 6749 45067 Orléans Cedex 2 Tél. : 02 38 41 71 71 Web : http://www.univ-orleans.fr

BRETAGNE
Université Catholique de l’Ouest Bretagne Nord - UCO BN
Campus de la Tour d’Auvergne 37, rue du Maréchal Foch BP 90431 22204 Guingamp Cedex Tél. : 02 96 44 46 46 Web : http://www.uco-bn.fr/

Université François Rabelais de Tours
3, rue des Tanneurs BP 4103 37041 Tours Cedex Tél. : 02 47 36 66 00 Web : http://www.univ-tours.fr

CORSE
Université de Corse - Pascal Paoli
7, avenue Jean Nicoli BP 52 20250 Corte Tél. : 04 95 45 00 00 Web : http://www.univ-corse.fr

Université Catholique de l’Ouest Bretagne Sud - UCO BS
Le Vincin - BP 17 56610 Arradon Tél. : 02 97 46 33 61 Web : http://www.uco-bs.com

Université de Bretagne Occidentale
3, rue des Archives CS 93837 29238 Brest Cedex 3 Tél. : 02 98 01 60 20 Web : http://www.univ-brest.fr 4, rue Jean Zay BP 92116 56321 Lorient Cedex Tél. : 02 97 87 66 66 Web : http://www.univ-ubs.fr

CHAMPAGNE-ARDENNE
Université de Reims Champagne-Ardenne

Université de Bretagne Sud - UBS

9, boulevard de la Paix 51097 Reims Cedex Tél. : 03 26 91 30 00 Web : http://www.univ-reims.fr

FRANCHE COMTE
Université de Franche-Comté
1, rue Claude Goudimel 25030 Besançon Cedex Tél. : 03 81 66 66 66 Web : http://www.univ-fcomte.fr

Université Rennes 1

2, rue du Thabor CS 46510 35065 Rennes Cedex Tél. : 02 23 23 35 35 Web : http://www.univ-rennes1.fr

Université Rennes 2

HAUTE NORMANDIE
Université de Rouen
1, rue Thomas Becket 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex Tél. : 02 35 14 60 00 Web : http://www.univ-rouen.fr

Campus Villejean (Rennes) Place du Recteur Henri Le Moal CS 24307 35043 Rennes Cedex Tél. : 02 99 14 10 00 Web : http://www.uhb.fr

109

ANNUAIRE ANNUAIRE DES DES FORMATIONS UNIVERSITÉS
Université du Havre
25, rue Philippe Lebon - BP 1123 76063 Le Havre Cedex Tél. : 02 32 74 40 00 Web : http://www.univ-lehavre.fr

Université d’Evry Val d’Essonne

Boulevard François Mitterand 91025 Evry Cedex Tél. : 01 69 47 70 00 Web : http://www.univ-evry.fr

ILE-DE-FRANCE
CNAM
292, rue Saint-Martin 75141 Paris Cedex 3 Tél. : 01 40 27 20 00 Web : http://www.cnam-iim.org

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

12, place du Panthéon 75231 Paris Cedex 5 Tél. : 01 44 07 80 00 Web : http://www.univ-paris1.fr

FACO Paris

115-117, rue Notre-Dame des Champs 75006 Paris Tél. : 01 53 10 24 70 Web : http://www.facultefaco.com

Université Paris 10 Paris Ouest Nanterre-La Défense
200, avenue de la République 92001 Nanterre Cedex 1 Tél. : 01 40 97 72 00 Web : http://www.u-paris10.fr

Institut Catholique de Paris - ICP
21, rue d’Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : 01 44 39 52 00 Web : http://www.icp.fr

Université Paris 11 Paris Sud

Pôle Sciences et Techniques Industrielles
292, rue Saint-Martin 75003 Paris Tél. : 01 40 27 23 30 Web : http://formation-paris.cnam.fr 92916 Paris-La Défense Cedex 01 41 16 70 00 Web : http://www.devinci.fr

15, rue Georges Clémenceau 91405 Orsay Cedex Tél. : 01 69 15 67 50 Web : http://www.u-psud.fr

Université Paris 12 Paris Est Créteil Val de Marne
61, avenue du Général de Gaulle 94010 Créteil Cedex Tél. : 01 45 17 10 00 Web : http://www.univ-paris12.fr

Pôle Universitaire Léonard de Vinci

PSL Research University

Université Paris 13 Paris Nord

45, rue d’Ulm - 75005 Paris Tél. : 01 44 32 38 58 Web : http://www.parissciencesetlettres.org

99, avenue Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse Tél. : 01 49 40 30 00 Web : http://www.univ-paris13.fr

Université de Cergy-Pontoise

33, boulevard du Port 95011 Cergy-Pontoise Cedex Tél. : 01 34 25 60 00 Web : http://www.u-cergy.fr

12, place du Panthéon 75231 Paris 5 Tél. : 01 44 41 57 00 Web : http://www.u-paris2.fr

Université Paris 2 Panthéon-Assas

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
55, avenue de Paris 78035 Versailles Cedex Tél. : 01 39 25 78 00 Web : http://www.uvsq.fr

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

17, rue de la Sorbonne 75005 Paris Tél. : 01 40 46 28 97 Web : http://www.univ-paris3.fr

110

Université Paris 4 - Sorbonne
1, rue Victor Cousin 75230 Paris Cedex 5 Tél. : 01 40 46 22 11 Web : http://www.paris4.sorbonne.fr 12, rue de l’Ecole de Médecine 75006 Paris Cedex 6 Tél. : 01 40 46 16 16 Web : http://www.parisdescartes.fr 4, place Jussieu - 75005 Paris Tél. : 01 44 27 44 27 Web : http://www.upmc.fr

Université Montpellier 1

5, boulevard Henri IV - CF 19044 34967 Montpellier Cedex 2 Tél. : 04 67 41 74 18 Web : http://www.univ-montp1.fr

Université Paris 5 - Descartes

Université Montpellier 2 Sciences et Techniques

Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie

Place Eugène Bataillon 34095 Montpellier Cedex 5 Tél. : 04 67 14 30 30 Web : http://www.univ-montp2.fr

Université Montpellier 3 - Paul-Valéry
Route de Mende 34199 Montpellier Cedex 5 Tél. : 04 67 14 20 00 Web : http://www.univ-montp3.fr

Université Paris 7 - Diderot

5, rue Thomas Mann 75251 Paris Cedex 13 Tél. : 01 57 27 82 06 Web : http://www.univ-paris-diderot.fr

LIMOUSIN
Université de Limoges
Hôtel de lUniversité 33, rue François Mitterrand - BP 23204 87032 Limoges Cedex Tél. : 05 55 14 91 00 Web : http://www.unilim.fr

Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis Cedex 2 Tél. : 01 49 40 67 89 Web : http://www.univ-paris8.fr

Université Paris 9 - Dauphine

Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75775 Paris Cedex 16 Tél. : 01 44 05 44 05 Web : http://www.dauphine.fr

LORRAINE
CNAM Lorraine
4, rue du Dr Heydenreich 54000 Nancy Tél. : 03 83 85 49 00 Web : http://www.cnam-lorraine.fr/

Université Paris-Est Marne-La-Vallée
Cité Descartes 5 boulevard Descartes Champs-sur-Marne 77454 Marne-la-Vallée Cedex 2 Tél. : 01 60 95 75 00 Web : http://www.univ-mlv.fr

Université de Lorraine (INP Lorraine)
2, avenue de la Forêt de Haye - BP 3 54501 Vandoeuvre-lès-Nancy Cedex Tél. : 03 83 59 59 59 Web : http://www.inpl-nancy.fr

LANGUEDOC-ROUSSILLON
Université de Nîmes
Rue du Docteur Georges Salan 30021 Nîmes Cedex 1 Tél. : 08 25 31 41 16 Web : http://www.unimes.fr 52, avenue Paul Alduy 66860 Perpignan Cedex Tél. : 04 68 66 20 00 Web : http://www.univ-perp.fr

Université de Lorraine (Nancy 1 - Henri Poincaré)
24-30, rue Lionnois - BP 60120 54003 Nancy Cedex Tél. : 03 83 68 20 00 Web : http://www.uhp-nancy.fr

Université de Perpignan - Via Domitia

Université de Lorraine (Nancy 2)
25, rue Baron Louis - BP 454 54001 Nancy Cedex Tél. : 03 83 34 46 00 Web : http://www.univ-nancy2.fr

111

ANNUAIRE ANNUAIRE DES DES FORMATIONS UNIVERSITÉS
Université de Lorraine (Paul Verlaine - Metz) Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Ile du Saulcy - BP 80794 57012 Metz Cedex 1 Tél. : 03 87 31 50 50 Web : http://www.univ-metz.fr

Le Mont Houy 59313 Valenciennes Cedex 9 Tél. : 03 27 51 12 34 Web : http://www.univ-valenciennes.fr

MIDI-PYRENEES
INP Toulouse
6, allée Emile Monso Zone Industrielle du Palays BP 34038 31029 Toulouse Cedex 4 Tél. : 05 62 24 21 00 Web : http://www.inp-toulouse.fr

Université du Littoral Côte d’Opale
1, place de lYser BP 1022 59375 Dunkerque Cedex Tél. : 03 28 23 73 73 Web : http://www.univ-littoral.fr

Université Lille 1 Sciences et Technologies
Cité scientifique 59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex Tél. : 03 20 43 43 43 Web : http://www.univ-lille1.fr 42, rue Paul Duez 59000 Lille Tél. : 03 20 96 43 43 Web : http://www.univ-lille2.fr

Institut Catholique de Toulouse
31, rue de la Fonderie - BP 7012 31068 Toulouse Cedex 7 Tél. : 05 61 36 81 00 Web : http://www.ict-toulouse.fr 2, rue du Doyen Gabriel Marty 31042 Toulouse Cedex 9 Tél. : 05 61 63 35 00 Web : http://www.univ-tlse1.fr 5, allée Antonio Machado 31058 Toulouse Cedex 9 Tél. : 05 61 50 42 50 Web : http://www.univ-tlse2.fr 118, route de Narbonne 31062 Toulouse Cedex 9 Tél. : 05 61 55 66 11 http://www.ups-tlse.fr Web :

Université Lille 2 - Droit et Santé

Université Toulouse 1 - Capitole

Université Lille 3 Charles-de-Gaulle

Université Toulouse 2 - Le Mirail

Rue du Barreau - BP 60149 59653 Villeneuve-d’Ascq Cedex Tél. : 03 20 41 62 28 Web : http://www.univ-lille3.fr

PAYS DE LA LOIRE
CNAM - Institut Colbert
Domaine universitaire choletais 5, boulevard Pierre Lecoq 49300 Cholet Tél. : 02 41 49 22 56 Web : http://www.institut-colbert.fr

Université Toulouse 3 - Paul Sabatier

NORD-PAS-DE-CALAIS
Université Catholique de Lille
60, boulevard Vauban - BP 109 59016 Lille Cedex Tél. : 03 20 13 40 20 Web : http://www.univ-catholille.fr

ICES

17, boulevard des Belges BP 691 85000 La Roche-sur-Yon Tél. : 02 51 46 12 13 Web : http://www.ices.fr

Université d’Artois

9, rue du Temple - BP 665 62030 Arras Cedex Tél. : 03 21 60 37 00 Web : http://www.univ-artois.fr

St. Edward’s University

17, rue Merlet de la Boulaye 49000 Angers Tél. : 02 41 86 90 79 Web : http://www.stedwards.fr/

112

3, place André Leroy - BP 10808 49008 Angers Cedex 1 Tél. : 02 41 81 66 00 Web : http://www.uco.fr

Université Catholique de l’Ouest - UCO

Université Aix-Marseille (Université de Provence)

Université d’Angers

3, place Victor Hugo 13331 Marseille Cedex 3 Tél. : 04 91 10 60 00 Web : http://www.up.univ-mrs.fr

40, rue de Rennes - BP 73532 49035 Angers Cedex 1 Tél. : 02 41 96 23 23 Web : http://www.univ-angers.fr

Université Aix-Marseille (Université Paul Cézanne)
3 avenue Robert Schuman 13628 Aix-en-Provence Cedex 1 Tél. : 04 42 17 28 00 Web : http://www.univ.u-3mrs.fr

Université de Nantes

1, quai de Tourville - BP 13522 44035 Nantes Cedex 1 Tél. : 02 40 99 83 83 Web : http://www.univ-nantes.fr

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Université du Maine

Avenue Olivier Messiaen - 72085 Le Mans Cedex 9 Tél. : 02 43 83 30 00 Web : http://www.univ-lemans.fr

74, rue Louis Pasteur 84029 Avignon Cedex 1 Tél. : 04 90 16 25 00 Web : http://www.univ-avignon.fr

Université du Sud Toulon-Var
Avenue de l’Université - BP 20132 83957 La Garde Cedex Tél. : 04 94 14 20 00 Web : http://www.univ-tln.fr Grand Château 28, avenue Valrose BP 2135 06103 Nice Cedex 2 Tél. : 04 92 07 60 60 Web : http://www.unice.fr

PICARDIE
Université de Picardie - Jules Verne
Chemin du Thil - 80025 Amiens Cedex 1 Tél. : 03 22 82 72 72 Web : http://www.u-picardie.fr

Université Nice Sophia Antipolis

POITOU-CHARENTES
Université de La Rochelle
Avenue Michel Crépeau 17000 La Rochelle Cedex Tél. : 05 46 45 72 11 Web : http://www.univ-larochelle.fr/

RHONE-ALPES
AFPICL - Université Catholique de Lyon
25, rue du Plat 69288 Lyon Cedex 2 Tél. : 04 72 32 50 12 Web : http://www.univ-catholyon.fr

Université de Poitiers

15, rue de l’Hôtel Dieu 86034 Poitiers Cedex Tél. : 05 49 45 30 00 Web : http://www.univ-poitiers.fr

Université Catholique de Lyon
Site de Bellecour 25, rue du Plat 69288 Lyon Cedex 02 Tél. : 04 72 32 50 12 Web : http://www.univ-catholyon.fr/

PROVENCE ALPES COTE D’AZUR
Université Aix-Marseille (Université de la Méditerranée)
58, boulevard Charles Livon 13284 Marseille Cedex 7 Tél. : 04 91 39 65 00 Web : http://www.univmed.fr

Université de Savoie

27, rue Marcoz - BP 1104 73011 Chambéry Tél. : 04 79 75 85 85 Web : http://www.univ-savoie.fr

113

ANNUAIRE ANNUAIRE DES DES FORMATIONS UNIVERSITÉS
Université Grenoble 1 - Joseph Fourier
BP 53 - 38041 Grenoble Cedex 9 Tél. : 04 76 51 46 00 Web : http://www.ujf-grenoble.fr

Université Lyon 3 - Jean Moulin

Université Grenoble 2 Pierre Mendès France

1, rue de l’Université 1er étage au-dessus de l’entresol - 69007 Lyon Tél. : 04 78 78 70 48 Web : http://www.univ-lyon3.fr

151, rue des Universités - BP 47 38040 Grenoble Cedex 9 Tél. : 04 76 82 54 00 Web : http://www.upmf-grenoble.fr

DOM-TOM
Université de la Nouvelle-Calédonie
Campus de Nouville
145, avenue James Cook - BP R4 98851 Nouméa Cedex Tél. : 06 87 29 02 90 Web : http://www.univ-nc.nc

Université Grenoble 3 - Stendhal

BP 25 - 38040 Grenoble Cedex 9 Tél. : 04 76 82 43 00 Web : http://www.u-grenoble3.fr/stendhal

Université Jean Monnet

Université de la Polynésie Française
Campus dOutumaoro
BP 6570 - 98702 Faa’a Tél. : 06 89 80 38 94 Web : http://www.upf.pf

34, rue Francis Baulier 42023 Saint-Etienne Cedex 2 Tél. : 04 77 42 17 00 Web : http://www.ujm.univ-st-etienne.fr

Université Lyon 1 - Claude Bernard
43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex Tél. : 04 72 44 80 00 Web : http://www.univ-lyon1.fr

Université de la Réunion
Campus du Moufia
15, avenue René Cassin - BP 7151 97490 Saint-Denis-de-La Réunion Cedex 9 Tél. : 02 62 93 80 80 Web : http://www.univ-reunion.fr

Université Lyon 2 - Lumière
86, rue Pasteur 69365 Lyon Cedex 7 Tél. : 04 78 69 70 00 Web : http://www.univ-lyon2.fr

Université des Antilles et de la Guyane
Campus de Fouillole
BP 250 - 97157 Pointe-à-Pitre

Tél. : 05 90 48 30 30 Web : http://www.univ-ag.fr

114

L’OFFICIEL des MÉTIERS du NUMÉRIQUE

« Action menée dans le cadre de la convention de coopération signée le 23 décembre 2008 entre le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et la Fédération Syntec avec le concours des fonds collectés au titre de la taxe d’apprentissage. » Fédération Syntec – 3, rue Léon Bonnat – 75016 Paris – Tél. : 01 44 30 49 00
s Publication : La fédération Syntec mandatée par Syntec Numérique s Conception des fiches métiers : OPIIEC s Conception de l’ouvrage, rédaction, réalisation, diffusion : s Photo couverture : ©Fotolia.com s Impression : Corlet s Papier certifié PEFC : garanti l’utilisation de papier issu de forêts

durablement gérées tout au long de la chaine de fabrication

Souces de l’ouvrage : - L’OPIIEC : L’observatoire prospectif des métiers de la Branche, il a pour vocation de permettre à la Branche d’adapter sa politique de formation au travers d’études prospectives à caractère quantitatif et/ ou qualitatif. - Pasc@line : L’association Pasc@line a pour objectif la coopération efficace des établissements d’enseignement et des professionnels autour des points suivants pour la sensibilisation des jeunes à l’importance du domaine des STIC, d’aider les établissements d’enseignement à mieux communiquer sur les opportunités et les métiers offerts, et ce à tous niveaux et vers les jeunes de toutes origines, de favoriser l’adaptation des programmes pédagogiques pour mieux préparer les jeunes aux évolutions des métiers et aux attentes des entreprises, dans un environnement international, et travailler à comprendre et anticiper l’évolution des métiers des STIC ainsi que leurs incidences sur les autres métiers et sur l’économie. Note de l’éditeur : La Fédération Syntec décline toute responsabilité pour les erreurs ou omissions, de quelque nature qu’elles soient, qui pourraient se trouver dans la présente édition de « l’Officiel des Métiers du numérique ».

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful