Vous êtes sur la page 1sur 4

Analyse d’un extrait de l’émission du 23 mai 2009

" Le salon de l’agriculture " : le cas du marché du lait : la crise du lait en Aquitaine en
2009

Classe de Première

Thème : la coordination par le marché

Sous thèmes :
les mécanismes de marché
Formation de l'offre, de la demande et du prix d'équilibre sur un marché
Rôle des marchés et régulation concurrentielle
La pluralité des situations de marché
L'entreprise et les marchés
Les stratégies des entreprises
Le contrôle de la concurrence
Notions : Prix d'équilibre, quantité d’équilibre, Information, rationnement de l'offre ou
de la demande, Concurrence parfaite, monopole, oligopole, concurrence
monopolistique,
Coûts, profit, Concentration, coopération, barrières à l'entrée et à la sortie,
différenciation, abus de position dominante

Nous n’étudierons qu’une partie de l’émission de 1mn16 à 11mn47.


Ce TD est un exemple d’application permettant de mieux maîtriser la coordination par
le marché et ses limites

Etape1 le marché du lait en Europe

1. un bref historique

En 20 ans, le contexte a radicalement changé. Le secteur a été marqué par l'abandon


progressif des régulations publiques et par un jeu du marché totalement chaotique, aggravé
par quelques spécificités françaises

A. L'abandon progressif des régulations publiques

1. Les régulations publiques du secteur laitier

Jusqu'au début des années 2000, le secteur laitier fut le secteur agricole le plus régulé de tous.
Tous les leviers de l'action communautaire étaient sollicités, à savoir :
- Des prix administrés. Le prix du marché, théoriquement libre, dépendait en fait étroitement
des prix " indicatifs " fixés par le Conseil ;
- Un encadrement des quantités par le système des quotas laitiers (QL), c'est-à-dire des limites
de quantités de lait, fixées par an et par Etat membre. Le dépassement des quotas donnait lieu
à paiement de pénalités financières ;
- Des actions ponctuelles pour développer la demande de produits laitiers, soit en interne
(distribution de lait aux écoles, aides à l'utilisation de beurre pâtissier), soit à l'exportation
(restitutions, c'est-à-dire des subventions aux exportations de produits laitiers) ;
- Un mécanisme d'intervention : lorsque les prix du marché descendaient en dessous d'un
certain seuil, la Commission était tenue de procéder à des achats de produits laitiers
industriels (beurre et poudre de lait) qui étaient stockés dans l'attente d'une revente ultérieure.

2. L'abandon des régulations publiques

Les producteurs ayant une quasi garantie d'écouler les productions à des prix rémunérateurs et
les Etats n'ayant jamais eu le courage politique de fixer les quotas à des niveaux suffisamment
rigoureux, le système s'est emballé. Les crises des années 80 (un million de tonnes de beurre
stocké finalement livré presque gratuitement à l'URSS) a conduit à une refonte totale du
système.

En 10 ans, le régime communautaire du secteur laitier s'est radicalement transformé :


• le système des prix administrés a été démantelé:
• le prix indicatif a été réduit puis supprimé.
Source : http://www.robert-schuman.eu/question_europe.php?num=qe-144&lg=pl
Questions :
1. Jusqu’en 2000 le marché du lait est-il un marché de concurrence pure et parfaite ?
Expliquez
2. Quels sont les effets pervers observés ? Comment les expliquez- vous ?
3. Quelle est l’évolution depuis 2000 ? Peut-on dire que l’on se rapproche d’une
régulation par le marché ?

2. la situation du marché 2000 - 2008

Le prix du lait payé aux producteurs français continue de monter, ce qui devrait entraîner de
nouvelles augmentations de 5% à 10% en 2008 des prix des yaourts, du fromage et du beurre.
Le prix payé aux producteurs va augmenter de 26% au deuxième trimestre, selon la
Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), après 20% au quatrième trimestre 2007
et 37% durant les trois premiers mois de cette année.L'industrie laitière estime "à près de 1,5
milliard d'euros l'impact de cette augmentation dans ses prix de revient" car le lait représente
entre 50% et 90% des coûts des différents produits laitiers.
Les consommateurs devraient ainsi cette année payer leurs produits laitiers entre 5% et 10%
plus chers, "à condition que les distributeurs fassent des efforts", estime M. Picot.
Selon Atla, une hausse de 10% représente en moyenne une dépense supplémentaire de 6 euros
par mois pour un ménage.
La tension est toujours très forte entre industriels et distributeurs pour répartir, en rognant sur
leurs marges, l'impact de cette explosion des prix. (….)
La consommation française de produits laitiers, l'équivalent de 371 kg de lait entier par
habitant en 2006, est déjà en baisse de 7% par rapport à 1997, selon une étude du
ministère de l'Agriculture, à cause surtout de la consommation de lait liquide (-20%) et de
beurre (-12%).
Deuxième pays producteur européen avec un peu moins de 23 milliards de litres par an
fournis par 3,8 millions de vaches et 90.000 producteurs, la France, qui a perdu 50.000
producteurs en 10 ans, n'arrive même plus à réaliser le maximum du "quota" qui lui a été
accordé par l'Union européenne.
Or le contexte mondial a changé, depuis l'instauration en 1984 des quotas laitiers pour lutter
contre la surproduction, avec une explosion des prix agricoles et alimentaires,
conséquence notamment d'une demande en forte hausse des pays émergents comme
l'Inde ou la Chine, où le développement économique change les habitudes alimentaires.
"Ce n'est pas une surprise et cela confirme nos craintes. Le prix du lait sera très élevé cette
année car la demande mondiale de produits laitiers continue de progresser", a déclaré
lundi à l'AFP Olivier Picot, président de l'Association de la transformation laitière (Atla)
qui regroupe industriels privés et coopératives.
Aussi l'UE a donné son feu vert à une augmentation de 2%, à partir d'avril, de la production
de lait malgré les réticences de plusieurs pays, dont la France, qui craignent un retour de
bâton pour la profession si les marchés mondiaux se retournaient
Source : http://www.france24.com/fr/20080422-augmentation-prix-lait-alimentation
Questions :
1. Quelle est la hausse du prix des produits laitiers en 2008 ? Quelles conséquences sur le
pouvoir d’achat des ménages ?
2. Quels sont les facteurs qui peuvent vous permettre de justifier l’augmentation du prix
des produits laitiers (distinguez les facteurs relevant de l’évolution de l’offre de ceux
relevant de l’évolution de la demande)
3. Comment évolue le prix payé aux producteurs de lait depuis 2007?

Etape 2 : La crise du lait en Aquitaine : : Visionner l’émission : cliquez sur le lien :


Samedi 23 Mai

Regardez l’extrait de l’émission allant de 1mn16 à 11mn 47

Questions :
1. Comment a évolué le prix du lait au cours du premier semestre 2009 ? Est-il désormais
rentable pour un agriculteur de produire du lait ?
2. Quelles sont les raisons avancées par les intervenants pour expliquer l’évolution du
prix du lait ?
3. Comment aurait du évoluer le prix des produits laitiers en 2009 ? Est ce le cas ?
4. Comment les agriculteurs expliquent-ils cette évolution du prix des produits laitiers ?
5. Les agriculteurs interrogés dans l’émission considèrent-ils que la régulation par le
marché est la plus apte à assurer un juste prix du lait ? Pourquoi ?
6. Que revendiquent –ils ? Comment justifient-ils ces revendications ?

A partir des étapes 1 et 2, elaborez une problématique et rédigez un plan sur le sujet de
dissertation suivant : « le marché du lait est-il capable de s’autoréguler ? »
Etape 3 : Visionnez le film Un reportage sur la grève du lait par Terre-net web Tv : une
Tv web des professionnels de l’agriculture:
Quels sont les enjeux du rendez-vous des ministres de l'agriculture le 5 octobre à
Bruxelles ?

1. A partir du reportage, rédigez une accroche de l’introduction qui montre l’actualité du


sujet
2. Elaborez une ouverture de la conclusion qui s’interroge sur les capacités de l’Europe à
résoudre la crise du lait