Vous êtes sur la page 1sur 3
 
Réaliser un reportage radio : un billet
Rappel : L’angle/ Les 5 W
Pas de bon reportage sans un angle bien défini, que ce soit en radio, en presse écrite, en télévision ou sur Internet.L’expérience prouve, avec les élèves, que l’une des principales causes d’un reportage «bancal» est lié au fait qu’iloscille entre plusieurs anglesLorsqu’un journaliste coisit de traiter un sujet, il sait qu’il ne pourra pas en aborder tous les aspects. Il aurait alorstoutes les cances d’aboutir ! un reportage difficile ! construire et confus pour l’auditeur. Il doit donc définir son angle" qu’est#ce qu’il veut privilégier dans la so$$e des infor$ations ! sa disposition % &uel aspect du sujet va#t#il traiter %La recerce des réponses aux six questions de base # &ui% &uoi % &uand % '( % Pourquoi % )o$$ent % # per$et derédiger l’infor$ation essentielle ! partir de laquelle le journaliste va déter$iner l’angle de son reportage. )’est le filconducteur qui lui per$et de trier les infor$ations " en coisir certaines et en refuser d’autres. )’est ainsi qu’il vadonner de la coérence ! son reportage.*ans la recerce d’un angle, le journaliste privilégie la proxi$ité, la nouveauté, l’insolite, ce qui est le plus vivant, le plus concret. Le plus susceptible de susciter la curiosité de l’auditeur et de capter son attention + ource " ttp"--cace.$edia.education.gouv.fr-file-)L/I-01-2-3rouver#un#angle4516012.pdf 
Qu’est-ce-qu’un billet ?
)’est le texte que le journaliste écrit sur un sujet de société. Le journaliste pose une question et le billet 7 répond.5 exigences "
une structure " un début, un $ilieu, une fin. 8ne prase d’accroce, un plan, c’est#!#dire une organisation coérente des idées, une cute,
des argu$ents " il faut $ontrer que l’on $a9trise les sujets. Il faut des infor$ations précises " ciffres, statistiques, exe$ples, citation d’une personne no$$ée*eux t7pes "
Le papier de desk 
 est un papier rédigé sans sortie en reportage. Le journaliste travaille dans la rédaction. Iltraite des infor$ations qui lui viennent de différentes sources. Il utilise le plus souvent des dép:ces d’agencesde presse, des articles de journaux, des textes et docu$ents divers. Le journaliste co$plète ces infor$ationsen effectuant des recerces sur Internet et en utilisant le télépone.
Le papier de reportage
 est le produit d’un reportage. Pour le aliser, le reporter va collecter desinfor$ations sur le terrain. Il observe, prend des notes, pose des questions sur le sujet qui l’intéresse.
L’écriture radio :
Accroche les auditeurs :
La pre$ière prase contient l’infor$ation d’actualité, $ais elle doit égale$ent retenir l’attention. ;eille< ! ce que votre écriture soit accroceuse, en particulier au début de caque nouvelle. i vous accroce< vos auditeurs, ils resteront ! l’écoute.
!tilise le présent :
 Le présent, c’est le te$ps du récit = il est adapté au traite$ent de l’actualité.
Rédige des phrases courtes :
 L’infor$ation est souvent co$plexe, vos auditeurs ne peuvent pas revenir enarrière, ils doivent co$prendre instantané$ent. >édige< vos prases sur le $odèle " sujet-verbe-co$plé$ent.)ontente<#vous d’une idée par prase. vite< les propositions subordonnées, pose< plut?t un point etco$$ence< une nouvelle prase.
"o#e précis :
 ;os textes doivent :tre courts, caque $ot est i$portant. 8tilise< donc le $ot juste. @iencoisir ses verbes. /éfie<#vous d’:tre et avoir, verbes passe#partout et i$précis.
$arle a%ant d’écrire :
 8n journal radio est un exercice oral. Le présentateur dit les infor$ations. crive<votre texte en le $ur$urant. &uand vous accroce< sur un $ot, cange<# le, vous risque< d’accrocer !l’antenne. &uand vous ave< écrit votre texte, relise<#le ! voix aute. i le résultat ne vous plait pas, $odifie<le texteource " ttp"--AAA.5Bdansuneredaction.co$-
La prise de son :
 
Le coix du lieu d’enregistre$ent "
 Ce ja$ais se $ettre ! proxi$ité d’une source sonore bru7ante " route bru7ante, cli$atisation,ventilateur d’ordinateur, sauf si ce bruit sert l’a$biance du reportage, co$$e les sons de la rue lorsd’un $icro trottoir.
Dviter les lieux réverbérants
Pendant l’enregistre$ent+
il faut tenir l’enregistreur fer$e$ent
utiliser un pied s’il est fourni # et ne pas le tapoter.
 Ce ja$ais donner le $icro ! la personne qui parle, seul le preneur de son tient l’enregistreur.
@ien positionner le $icro lors d’une prise de son de proxi$ité, co$$e lors de l’intervieA d’une personne par exe$ple " l’enregistreur doit :tre en dessous de la bouce et légère$ent de biais pour éviter des bruits de souffle de la bouce trop présents ainsi que les consonnes plosives, «p, t», trèsdésagréables ! l’écoute.ource " ttp"--cace.$edia.education.gouv.fr-file-)L/I-02-2-fice4conseil4prise4de4son4516022.pdf 
Le &ontage :
I$porter les ficiers sons soit avec la carte *, soit en brancant l’enregistreur sur l’ordinateur par le biaisd’un cable
'uvrir Eudacit7
 ouvrir le son brut... plus une piste vierge sur laquelle on «copie-colle » les élé$ents sonores que j’auraisélectionnés
/ixage avec des sons dFa$biance, de la $usique. Il 7 a une $ultitude de bruits libres de droit sur le site suivant " AAA.universal#soundbanG.co$
Pour continuer le travail plus tard, il faut « enregistrer sous » . &uand il est fini, il faut « exporter ».
Le tra%ail ' e((ectuer
Par groupe de 5 "
"éance ) : L’écriture
)oisir un sujet
ffectuer des recerces pour obtenir des infor$ations fiables Hstatistiques, faits
>e$plir le tableau suivant "ujetEngleJK3onEccroce)ute
>édiger ! l’écrit l’article radio

Évaluer

576648e32a3d8b82ca71961b7a986505