Vous êtes sur la page 1sur 132

Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expli-

quées à la lumière des versets coraniques et les gens sont invités à connaître
la parole d’Allah et à vivre selon Ses préceptes. Tous les sujets qui concernent
les versets d’Allah sont expliqués de telle façon à ne laisser planer ni doute,
ni questionnement dans l'esprit du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, sim-
ple et fluide employé permet à chacun, quel que soit son âge ou son appar-
tenance sociale, d'en comprendre facilement la lecture. Ces écrits efficaces et
lucides permettent également leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui
rejettent vigoureusement la spiritualité resteront sensibles aux faits rappor-
tés dans ces livres et ne peuvent réfuter la véracité de leur contenu.
Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus indivi-
duellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les lecteurs
qui désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le débat très utile
dans le sens où ils seront en mesure de comparer leurs propres réflexions et
expériences à celles des autres.
Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contri-
buer à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans le seul
but de plaire à Allah. Tous les livres de l'auteur sont extrêmement convain-
cants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître la religion à d'au-
tres personnes, une des méthodes les plus efficaces est de les encourager à les
lire.
Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres, les
idées personnelles de l'auteur ou des explications fondées sur des sources
douteuses. Vous ne trouverez pas non plus des propos qui sont irrespectueux
ou irrévérencieux du fait des sujets sacrés qui sont abordés. Enfin, vous n'au-
rez pas à trouver également de comptes-rendus désespérés, pessi-
mistes ou suscitant le doute qui peut affecter et trou-
bler le cœur.
Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme
HARUN YAHYA, est né à Ankara en 1956. Il a effectué
des études artistiques à l'Université Mimar Sinan d'Istanbul, et
a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis les
années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets
politiques, scientifiques et liés à la foi. Harun Yahya est devenu
célèbre pour avoir remis en cause la théorie de l'évolution et
dénoncé l'imposture des évolutionnistes. Il a également mis en
évidence les liens occultes qui existent entre le darwinisme et les
idéologies sanglantes du 20ème siècle.
Les ouvrages d’Harun Yahya, qui ont été traduits en 41 langues,
constituent une collection de plus de 45.000 pages et 30.000
illustrations.
Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et
"Yahya" (Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous
deux lutté contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du
Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui figure sur la couverture des
livres de l'auteur, revêt un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce
sceau signifie que le Coran est le dernier Livre d’Allah, Son ultime
parole, et que notre Prophète (paix et bénédiction sur lui)) est le dernier
maillon de la chaîne prophétique. En se référant au Coran et à la
Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'anéantir les
arguments des tenants des idéologies athées, pour réduire
au silence les objections soulevées contre la religion. Le
Prophète (paix et bénédiction sur lui) a atteint les plus
hauts niveaux de la sagesse et de la perfection
morale, c'est pourquoi son sceau est utilisé avec
l'intention de rapporter le dernier mot.
Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un
seul objectif : communiquer aux autres le message
du Coran, en les incitant à réfléchir à des questions
liées à la foi, telles que l'existence d’Allah, Son
unicité, l'au-delà, et en exposant les
fondations faibles et les idéologies
perverses des systèmes athées.
L'œuvre de Harun Yahya
est connue à
travers de nombreux pays, de l'Inde
aux États-Unis, de la Grande-Bretagne à
l'Indonésie, de la Pologne à la Bosnie, de
l'Espagne au Brésil.
Certains de ses livres sont disponibles dans les langues suivantes : l'anglais, le
français, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'albanais, le chinois, le
swahili, le hausa, le divehi (parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate (bosniaque), le
polonais, le malais, l'ouïgour, l'indonésien, le bengali, le danois et le suédois et de nombreux
lecteurs du monde entier les apprécient.
Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur croyance en Allah, et
à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style sincère et fluide de ces livres confèrent à
ces derniers une touche distinctive qui ne peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui
sont amenés à les consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent plus
soutenir l'athéisme ou toute autre idéologie et philosophie matérialiste, étant donné que ces
ouvrages sont caractérisés par une efficacité rapide, des résultats définis et l'irréfutabilité. Même
s'il y a toujours des personnes qui le font, ce sera seulement une insistance sentimentale puisque
ces livres réfutent telles idéologies depuis leurs fondations. Tous les mouvements de négation
contemporains sont maintenant vaincus de point de vue idéologique, grâce aux livres écrits par
Harun Yahya. L'auteur ne tire pas de fierté personnelle de son travail ; il espère seulement être
un support pour ceux qui cherchent à cheminer vers Allah. Aucun bénéfice matériel n'est
recherché dans la publication de ces livres.
Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du cœur et à devenir de
meilleurs serviteurs d’Allah rendent un service inestimable.
Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des gens, qui mènent
au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent pas à ôter des cœurs le doute, s'avère être
une grande perte de temps et d'énergie. Il est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits
dans le seul but de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que de servir
le noble objectif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un impact si important. Ceux qui
douteraient de ceci se rendront vite compte que Harun Yahya ne cherche à travers ses livres qu'à
vaincre l'incrédulité et à diffuser les valeurs morales du Coran. Le succès et l'impact de cet
engagement sont évidents dans la conviction des lecteurs.
Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés incessantes, des
conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont les perpétuelles victimes, est la
prédominance de l'incroyance sur cette terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en
bâtissant la défaite de l'incrédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de la
création ainsi qu'à la morale coranique, pour que chacun puisse vivre en accord avec elle. En
observant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer les gens dans la spirale de la violence, de
la corruption et des conflits, il apparaît vital que ce service rendu à l'humanité le soit encore plus
rapidement et efficacement. Sinon, il se pourrait bien que les dégâts causés soient irréversibles.
Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort, constitueront par la
volonté d’Allah un moyen par lequel les gens atteindront au 21ème siècle la paix, la justice et le
bonheur promis dans le Coran.
Au nom d’Allah, le Tout
Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Abréviations utilisées
(pbsl) : paix et bénédiction sur lui (fait suite à une
référence au Prophète Mohammed)
(psl) : paix sur lui (fait suite à une référence à un
prophète)
(pse) : paix sur eux (fait suite à une référence aux
prophètes)

www.harunyahya.fr
e-mail : contact@harunyahya.fr

8
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10

DEFINITION DU "KARMA" . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16

LE CONCEPT DE LA REINCARNATION SELON


LE KARMA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22

LA VIE DE L’AU-DELA SELON LE KARMA . . . . . . . .30

LA VIE DE CE MONDE SELON LE KARMA . . . . . . . .40

LE CONCEPTS DU DESTIN DANS


LE SYSTEME DE CROYANCE DU KARMA . . . . . . . . .50

LA VERITABLE PAIX DE L’ESPRIT ET DU


CONTENTEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

ALLAH EST LA SOURCE DE LA VRAIE JUSTICE . . . .76

LE CORAN :
LA REVELATION LA PLUS RECENTE D’ALLAH . . . . .92

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

LA TROMPERIE DE L’EVOLUTION . . . . . . . . . . . . .100

9
Seuls ceux qui
p rennent pour guide le
Coran et la sunnah du
Messager de Allah, puisse Allah lui
accorder la paix et sa bénédiction, dans leur
mode de vie sont totalement libérés des superstitions.
Ils peuvent ainsi aspirer à une belle vie aussi bien
dans ce monde-ci que dans l’autre monde
où cette belle vie se perpétuera
à jamais.
onc, il est important de rappeler, que dans les pages qui
suivent, lorsque nous parlons de Bouddhisme et d’Hin-
douisme, nous parlons en réalité de tendances extrêmement anciennes
qui sont maintenant corrompues et dégénérées de ces religions, et non pas
des religions originelles et de leurs fondateurs. Allah nous a enseigné que
chaque peuple a eu des messagers et des prophètes pour le guider à tra-
vers la révélation. Certains éléments du Bouddhisme qui ressemblent aux
valeurs de l’Islam peuvent nous mener à penser que Bouddha aurait pu
être l’un de ces messagers, qui ont prêché la religion de la vérité. Mais
cette religion est extrêmement ancienne et elle est devenue inévitablement
corrompue après lui, et a perdu son authenticité en se mélangeant avec les
autres cultures et religions des pays dont elle était originaire et dans les-
quels elle se répandit, elle se transforma alors en une religion supersti-
tieuse.1
La croyance du karma est l’une des caractéristiques de ces religions
qui attirent actuellement de l’intérêt dans nos pays. Bien qu’elle encou-
rage les gens à adopter certaines qualités morales positives, sa philoso-
phie contient également plusieurs croyances erronées et
superstitieuses. Il est impossible pour ces derniè-
res, qui forment la base de la

11
L’ISLAM ET LE KARMA

croyance dans le karma, de devenir un chemin vers la liberté pour l’hu-


manité ou d’apporter aux gens une véritable certitude intérieure et paix
de l’esprit. Au contraire, elles font naître de grandes confusions spirituel-
les, car elles poussent les gens à adopter des points de vues erronés et des
pratiques trompeuses. Ce sont ces mauvaises croyances qui constituent le
principal sujet de ce livre.
Avant de considérer les aspects erronés de la croyance du karma, il
serait utile de rappeler ce qui suit : le chemin qui assure le vrai bonheur
et la paix de l’esprit dans ce monde est la religion de l’Islam, et sa source
le Coran que notre Seigneur, Allah, le Seul et l’Unique Seigneur de l’uni-
vers, a choisi pour l’humanité afin de faire renaître parmi les peuples les
vérités qui ont été précédemment révélées aux prophètes et aux messa-
gers, mais oubliées et corrompues dans une certaine mesure presque par-
tout. Comme Allah nous l’a dit, le Coran et la Sunna sont les seuls capa-
bles de sauver l’humanité de l’obscurité et de nous mener vers la lumière
; le Coran est le seul livre étant le moyen de libération de l’humanité.
Allah explique cette vérité par les paroles suivantes, qui s’adressent aux
fidèles des religions qui existaient avant l’Islam :
O gens du Livre ! Notre Messager (Mohamed) vous est certes venu,

12
Harun Yahya (Adnan Oktar)

vous exposant beaucoup de ce que vous cachiez du Livre, et pas-


sant sur bien d’autres choses ! Une lumière et un Livre explicite
vous sont certes venus d’Allah ! Par ceci (le Coran), Allah guide aux
chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait
sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un
chemin droit. (Sourate al-Maidah, 15-16)

Les religions orientalistes attirent


beaucoup de monde en raison du
mystère et du mysticisme qu’elles ins-
pirent, malgré l’irrationalité de leurs
croyances et de leurs pratiques.

13
14
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Alif, Lam, Ra. (Voici) un Livre que nous avons fait descendre sur
toi, afin que -par la permission de leur Seigneur- tu fasses sortir les
gens des ténèbres vers la lumière, sur la voie du Tout Puissant, du
Digne de louange. (Sourate Ibrahim, 1)
Dans ce livre, nous traiterons ces deux aspects de la croyance au
karma qui concernent les pratiques éthiques qui s’accordent aux ensei-
gnements du Coran, ainsi que ces aspects erronés qui ne s’accordent ni
avec le Coran, ni avec la raison et la conscience humaine.
Cependant, nous rappelons, que la croyance au karma, en la forme
pervertie qu’elle a, et en intégrant le concept de la réincarnation, n’est
soutenue par aucune preuve, et n’est contenue dans aucun livre divine-
ment révélé ; il s’agit d’une philosophie qui consiste simplement en idées
que les gens ont formulé. Une philosophie de ce genre pourrait facilement
être mise en place par n’importe qui. En effet, une personne ordinaire
pourrait-elle aussi formuler ces philosophies. De plus, on n’a ni besoin de
savoir ni de temps, car un court moment serait assez suffisant pour for-
muler un système philosophique entier "de croyances non soutenues par
la preuve", étant donné que la croyance en karma ne revendique aucune
base de rationalité.
De plus, nous nous demandons les raisons existantes pour appliquer
les règles d’une philosophie irrationnelle qui manque de véritables preu-
ves pour la soutenir.
Dans ce livre, en utilisant des preuves pour soutenir nos arguments,
nous essayerons de prouver que c’est illogique de croire en karma ou
même d’essayer de vivre en accord avec ou avec une autre philosophie
semblable.

15
La notion de
k a rma est une croyance
superstitieuse attrayante grâce à ses
connotations mystiques et mystérieuses. Elle
constitue une offense à la raison humaine,
à la conscience et à la création à
de nombreux égards.
roire au karma est un élément important dans les religions
orientales superstitieuses comme l’Hindouisme décadent,
le Bouddhisme et le Jaïnisme. Le karma est un mot sans-
krit signifiant "l’action" ou "le mouvement". Dans les reli-
gions indiennes, le karma est conçu comme étant "la loi des causes et ef-
fets". D’après ceux qui croient au karma, les gens connaîtront, dans le
futur, les conséquences de tout ce qu’ils ont fait dans le passé. Le bien
vient du bien, et le mal vient du mal. Il s’ensuit donc que la situation dans
laquelle ils se trouvent aujourd’hui est le résultat du passé.
Toutefois, selon cette croyance, "le passé" signifie la vie qu’une per-
sonne a vécue avant sa vie actuelle ; et le "futur" veut dire son prochain
retour à la vie sur la terre et qui commencera (ou ainsi qu’ils le disent)
après la mort. La raison est que la croyance au karma est basée sur la ré-
incarnation —croire qu’après la mort, les gens reviennent dans ce monde
dans un corps différent, et que le processus de la mort et de la renaissance
est continuel. Ce qui veut dire que quelqu’un qui croit au karma croit
aussi que dans la soi-disant vie que ces derniers auront après la mort, la
réussite qu’ils auront, la position qu’ils occuperont dans la société et la vie
qu’ils meneront, seront déterminées par la façon dont ils
se comportaient dans leur précédente vie et sur leur
degré de moralité dans cette vie.

17
L’ISLAM ET LE KARMA

Par exemple, quelqu’un qui est riche et qui a du succès dans sa vie
est récompensé par la richesse pour avoir été une bonne personne dans sa
vie précédente. De la même manière (selon le concept du karma), quel-
qu’un qui est pauvre, estropié ou a un échec dans sa vie, aura faite de
mauvaises choses dans sa précédente vie et il récolte maintenant le fruit
de ses actions. En fait, ceux qui se souscrivent à ce système de croyance
superstitieux croient que les gens peuvent prendre la forme de plantes ou
d’animaux dans leurs vies successives, en fonction du mal qu’ils ont com-
mis. Dans les paragraphes suivants de ce livre, nous démontrerons en dé-
tail que croire à la réincarnation est simplement une superstition.
A première vue, il peut paraître que croire au karma donnerait aux
gens un solide encouragement à adopter des qualités morales attirantes,
puisqu’ils veulent apprécier les meilleures conditions possibles lorsqu’ils
renaîtront à nouveau dans ce
monde. Cependant, croire à la
réincarnation et à d’autres con-
cepts superstitieux entretenus
par des religions qui embrassent
le karma (comme l’Hindouisme
et le Bouddhisme décadent),
sont contraires à la logique, la
nature et la conscience humaine.
Donc, les lois et les pratiques de
ces religions ne peuvent proba-
blement pas doter les gens de
bonnes qualités morales ; ils ne
peuvent pas apporter la paix in-
dividuelle de l’esprit, la con-
Bien que la philosophie du karma semble encou-
fiance intérieure ou le bonheur. rager un comportement éthique, elle s’oppose
fondamentalement à la croyance dans l’au-delà et
Les conditions de vie misérables à plusieurs aspects de la foi décrits dans le
et l’injustice prévalant dans ces Coran.

18
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Selon le karma, on devient riche et célèbre en récompense de ses bonnes actions ac-
complies dans une vie précédente. Nombreux de ceux qui croient au karma pensent
également qu’il n’existe pas de créateur à même de juger. D’après eux, le karma est sys-
tème autonome.

pays où ces religions sont communes, car là où elles ont été adoptées
comme religion nationale prouve cette vérité.
L’une des principales raisons pour lesquelles quelques enseigne-
ments de l’Hindouisme et du Bouddhisme attirent l’attention est l’intérêt
porté vers eux par certains acteurs et musiciens célèbres. Certaines de ces
célébrités prennent des photos en portant des robes bouddhistes au Tibet,
ou bien elles déclarent avoir trouvé la paix de l’esprit dans la méditation,
autre chose qui intéresse les gens dans ces religions est l’aura de mystère
et de mysticisme avec lesquels elles sont associées dans l’esprit du public.

19
20
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Mais la plus grande majorité de gens influencés par cette aura mys-
tique et qui font de la croyance au karma la base de leur façon de vivre
n’effectuent aucune recherche détaillée dans ces philosophies et n’y pen-
sent pas assez attentivement. Ceci, parce qu’ils sont trop concentrés sur
les aspects moraux spirituels positifs qui leur empêchent de voir que ces
religions, dans leurs conditions décadentes, contiennent plusieurs
croyances contradictoires, illogiques et contraires à la conscience et nature
humaine, ou peut-être préfèrent-ils simplement ignorer ces anomalies.
Cependant, tous ceux qui espèrent échapper à la vie difficile et dé-
primante qu’ils mènent et qui veulent sincèrement que toute l’humanité
soit capable de vivre une vie pleine de bonheur et de tranquillité inté-
rieure, devraient faire un effort pour trouver le meilleur moyen. Ils de-
vraient donc étudier attentivement les philosophies par lesquelles ils sont
influencés et devraient être intérieurement certains que le chemin est le
plus correct, le plus sage et celui qui s’accorde le mieux avec leur cons-
cience.
Le but de ce livre est de montrer aux gens que la recherche de la vé-
rité les a amenés à adopter les messages positifs de la philosophie du
karma, et que ce n’est pas le meilleur chemin puisqu’il dérive d’une reli-
gion basée sur les mythes, les superstitions et les pratiques qui défient la
raison. La seule voie pour eux pour vivre dans le bonheur et apprécier la
paix de l’esprit dans cette vie et dans la vie éternelle après la mort, est d’a-
voir foi en Allah et d’agir en accord avec les ordres du Coran qui est le
livre de la vérité, révélé par notre Seigneur, Allah, pour les gens réfléchis-
sants ; c’est notre seul guide pour le salut, qui amène les gens de l’obscu-
rité vers la lumière. La seule voie est d’appliquer les valeurs morales du
Coran et de craindre Allah, le Créateur des cieux et de la terre, Qui éloi-
gne les gens de la méchanceté, la discorde, la cruauté, l’oppression, l’into-
lérance, le désespoir, le pessimisme, le malheur et de toutes sortes d’actes
répréhensibles, et de vivre en accord avec la sunna de Son Noble
Messager Mohamed (pbsl).

21
D’après la croyance
k a rmique, après leur mort les hom-
mes sont ressuscités sur terre dans
un autre corps, et donc se réincarnent.
Ce postulat est totalement infondé
et superstitieux.
a réincarnation —le concept qui affirme que les gens re-
viennent à ce monde sous une autre forme après leur
mort— résulte de la croyance au karma qui est absolu-
ment fondamentale aux religions indiennes. La relation
entre le karma et la réincarnation est expliquée dans un livre intitulé
Dinler Tarihi (L’histoire des religions) comme suit :
La réincarnation, c’est croire que l’âme passe d’un corps à un autre
après la mort. La réincarnation est un élément et une partie de la phi-
losophie du karma. Selon cette croyance, une âme est soit de haute
naissance, soit de basse naissance en ce qui concerne son degré de
développement. Une personne peut renaître sous forme d’une
plante, d’un animal, d’un être humain ou d’un allah, cela dépend de
ses actions. (Donc, les gens font leur propre destin). (Allah est bien au-
dessus de ce qu'ils Lui imputent) Cette renaissance a lieu suite à la cause
et l'effet. Grâce à la réincarnation, il nous est possible d’avoir la ré-
compense morale et spirituelle pour nos actions. Le bonheur dans la
prochaine vie dépend de la bonne action. Chaque individu est res-
ponsable de sa propre situation. Il n’y a aucun besoin de craindre la
mort. Par les renaissances continues, les gens réalisent leurs désirs et
jouissent d’une satisfaction continuelle.2
Comme nous le constatons, croire au karma
n’implique pas une croyance à la vie de

23
L’ISLAM ET LE KARMA

l’au-delà, mais une croyance à la renaissance dans ce monde avec la même


âme, mais dans un nouveau corps. Ceci, toutefois, est une croyance erro-
née et superstitieuse qui est en contradiction avec ce qu’Allah nous dit
dans le Coran.
Un autre aspect erroné de cette philosophie qui retient l’attention est
de croire que les gens peuvent renaître en tant que dieux. C’est la déclara-
tion la plus superstitieuse et la plus irréaliste jamais faite dans l’histoire
de l’humanité. Une déclaration pareille est polythéiste. C’est un renie-
ment ouvert de l’indivisibilité d’Allah. Il est évident que personne ne peut
être un allah ; il n’y a qu’un seul Allah et Il n’a donné naissance à personne
ni à quoi que ce soit. Allah est le Seigneur, le Créateur, le Protecteur et l’U-
nique Allah de l’univers tout entier et de toutes les créatures vivantes. Il
est unique et n’a aucun semblable. Notre Seigneur, Allah, nous le dit dans
le Coran :
Il est Allah, unique. Allah, le Seul à être imploré pour ce que nous
désirons. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et
nul n’est égal à Lui. (Sourate al-Ihlas, 1-4)

24
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Ceux qui croient à autre chose qu’à cette vérité se sont écartés du vrai
chemin ; ce qui sera à leur détriment dans la vie après la mort.

Il n’y a pas de réincarnation :


la mort et la résurrection n’arrivent qu’une seule fois
La réincarnation est une croyance superstitieuse qui n’est confirmée
par aucune source divine. Cependant, il y a des gens partout dans le
monde, à part ceux qui suivent les religions indiennes, qui croient à la ré-
incarnation, ou plutôt espéreraient que l’idée de réincarnation soit vraie.
La raison est que les gens qui ne croient pas à la religion, qui renient l’exis-
tence d’une vie après la mort et qui ont peur de cesser d’exister ou de
vivre en enfer pour toujours après leur mort, trouvent dans la réincarna-
tion une manière de vaincre ces craintes. Croire à la réincarnation est
croire qu’on ne devrait pas avoir peur de la mort ; cela induit les gens en
erreur en pensant qu’ils réaliseront leurs désirs par la voie de la renais-
sance.

25
L’ISLAM ET LE KARMA

Cependant, Allah dit que la mort et la résurrection ne se produisent


qu’une seule fois. Toute personne n’a qu’une seule vie dans ce monde ;
après laquelle elle meurt ; et après la mort elle revient de nouveau à la vie.
Puis, soit elle reste au paradis ou en enfer pour l’éternité, cela dépend de
ce qu’elle a fait dans ce monde et si elle a adoré Allah sans Lui associer de
partenaires. Autrement dit, nous ne vivons qu’une seule fois dans ce
monde, puis nous avons une autre vie dans l’au-delà, qui continuera pour
toujours. Allah nous dit clairement que nous serons incapables de retour-
ner dans ce monde après la mort :
Il est défendu [aux habitants] d’une cité que Nous avons fait périr
de revenir [à la vie d’ici-bas] ! (Sourate al-Anbiya, 95)
… Puis, lorsque la mort vient à l’un d’eux, il dit : "Mon Seigneur !
Fais-moi revenir (sur terre), afin que je fasse du bien dans ce que
je délaissais." Non, c’est simplement une parole qu’il dit. Derrière
eux, cependant, il y a une barrière, jusqu’au jour où ils seront res-
suscités. (Sourate al-Muminune, 99-100)

26
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Comme nous le voyons dans ces versets, lorsque certaines personnes


affrontent la mort, elles espèrent revenir à la vie. Toutefois, à ce moment-
là, il leur sera expliqué que c’est impossible. Dans un autre verset corani-
que, Allah dit ce qui suit au sujet de notre mort et de notre résurrection
parmi les morts :
Comment pouvez-vous renier Allah alors qu’Il vous a donné la vie,
quand vous en étiez privés ? Puis Il vous fera mourir ; puis Il vous
fera revivre et enfin c’est à Lui que vous retournerez. (Sourate al-
Baqarah, 28)
Comme il nous est expliqué dans ce verset, aux origines du monde
nous étions morts : nous n’existions pas, puis Allah nous a donné la vie et

Chaque être humain mourra inéluctablement. Cette mort ne se produira qu’une seule
fois et personne ne retournera sur terre après la mort. C’est une vérité ferme que Allah
révèle dans le Coran. Une autre vérité est que la mort ne représente pas la fin. La mort
met un terme à la vie courte et éphémère des hommes dans ce monde et sonne le com-
mencement de la vie éternelle dans l’au-delà. Chaque individu passera sa vie éternelle
soit au Paradis soit en Enfer, selon son comportement au cours de sa vie dans ce
monde.

27
L’ISLAM ET LE KARMA

28
Harun Yahya (Adnan Oktar)

une forme humaine à partir de cet état. Après, lorsque notre vie cessera,
nos corps se décomposeront et se désintègreront de nouveau dans la terre.
C’est notre deuxième transition à l’état de mort, tout ce qui reste est d’ê-
tre ressuscité, ceci arrivera dans le nouveau monde. Nous serons tous res-
suscités à nouveau dans l’au-delà ; puis, nous comprendrons que nous ne
pourrons jamais revenir à ce monde, et nous nous rendrons compte de
tout ce que nous y avons fait.
Dans d’autres versets, il nous est expliqué qu’après être venus dans
ce monde, nous ne ferons face qu’à une seule et unique mort :
Ils n’y goûteront pas à la mort sauf leur mort première. Et Allah les
protègera du châtiment de la fournaise. C’est là une grâce de ton
Seigneur. Et c’est là l’énorme succès. (Sourate ad-Dukhan, 56-57)
Les versets ci-dessus déclarent clairement et sans équivoque que
nous mourrons une seule fois. Toutefois, beaucoup d’entre nous désire-
raient adopter des croyances superstitieuses, comme croire à la réincarna-
tion, afin de vaincre la peur de la mort et de l’au-delà et de se consoler ; la
réalité est que nous ne retournerons jamais dans ce monde après la mort.
Tout le monde mourra une seule fois, et après la mort, selon la volonté
d’Allah, nous commencerons notre vie éternelle dans le monde prochain.
Allah récompensera une personne au paradis ou la punira en enfer pour
avoir vécu une vie en harmonie avec Son unicité ou d’avoir voilé cette vé-
rité. Allah est la source de la justice éternelle. Il est infiniment miséricor-
dieux et bon, et donne aux humains la juste et véritable récompense pour
leur croyance ou incroyance ainsi que pour leurs actions.
Rechercher la consolation dans des croyances superstitieuses à cause
de la crainte de la mort et celle d’aller en enfer ne ramènera sans doute
qu’au désastre. Toute personne intelligente et consciente, si elle a peur de
ces choses-là, se tournera vers Allah avec un cœur sincère dans l’espoir
d’aller au paradis et d’échapper aux tourments de l’enfer, et elle obéira au
Coran, notre unique guide pour le salut, et vivra par la sunna du
Messager d’Allah (pbsl).

29
Un des aspects de la philosophie
k a rmique est de ne pas cro i re en l’au-
delà. La vérité est pourtant que chaque être
humain entame sa vie éternelle dans l’au-
delà après sa mort.
ans les autres religions qui embrassent le concept de la
réincarnation, on ne croit pas à l’au-delà, sauf parfois et
comme étape intermédiaire entre les vies dans ce
monde. Comme nous l’avons expliqué dans les chapi-
tres précédents, cette fausse idée persiste sur le fait que les gens retour-
nent à ce monde après chaque mort, et que ce processus de transforma-
tion est continuel.
Selon l’Hindouisme décadent, chaque fois que les gens renaissent, ils
le sont dans un état différent, selon ce qu’ils ont fait de bien ou de mal
dans leurs vies précédentes. Il est bien connu que le système de rangs est
toujours prévalant dans la société indienne ; quoi que les gens fassent
dans ce monde, ils ne peuvent pas changer leur classe. Si vous êtes né
comme un intouchable (Dans le système des castes de l'Inde, un intouchable
est une personne hors-caste et donc considérée comme inférieure) vous mourrez
inévitablement comme un intouchable ; si vous êtes né ouvrier, vous
mourrez comme ouvrier. On croit que ce que les gens ont fait dans leur
vie précédente qui détermine dans quel état ils renaîtront. Pour cela, quel-
qu’un d’intouchable dans cette vie renaîtra, selon l’idée du karma, dans
un rang plus haut dans sa prochaine vie si ses actions ont
été bonnes. Encore une fois, et selon cette fausse
croyance, si quelqu’un a un "bon

31
L’ISLAM ET LE KARMA

karma", il renaîtra dans un plus haut rang chaque fois qu’il reviendra à ce
monde, et naîtra finalement dans la plus haute classe comme Brahmana.
On croit que si quelqu’un fait de bonnes actions durant sa vie comme un
Brahmana, il ne reviendra plus dans ce monde. Pour quelqu’un comme
lui, la "roue de la vie" est complète et il a atteint "le nirvana".
D’après cette fausse croyance, "atteindre le nirvana" signifie que cette
personne s’est débarrassée de tous les désirs terrestres et est retournée à
l’âme de Brahmana qui est décrit comme "l’âme du monde", avec lequel
elle est unie. Dans les religions indiennes, on pense que c’est le plus grand
bonheur qu’une âme puisse réaliser. Donc, d’après cette croyance erronée,
bien qu’une personne puisse faire du bien à chaque fois qu’elle renaît
dans ce monde, cela n’entraînera jamais une autre vie, il reviendra et de-
viendra unie avec l’âme du Brahmana.3
Dans certaines sources bouddhistes, on nous donne les informations
suivantes sur la vie après la mort :
Qu’une personne renaisse dans le paradis ou dans l’un des différents
niveaux de l’enfer, les formes de l’existence dans ces endroits sont
transitoires et non pas éternelles. Comme dans l’Hindouisme, la pé-
riode durant laquelle l’individu reste dans ces lieux dépend de la
quantité de bien et de mal qu’il a commis en étant sur terre. Lorsque
le temps proscrit a été achevé, il retournera à la terre. Le paradis et
l’enfer ne sont plus que des états temporaires de l’existence dans les-
quelles les agissements de l’individu sur terre reçoivent leur récom-
pense.4
Nous voyons ainsi que dans le karma, il y a une croyance dans une
sorte de paradis et d’enfer dans lesquels les gens reçoivent la récompense
de leurs actions. Toutefois, et parce que cette croyance ne vient pas d’une
religion de vérité, elle contient plusieurs contradictions et mensonges illo-
giques. Tout d’abord, il est dit que le paradis et l’enfer sont transitoires,
non pas éternels – ce n’est pas ce que nous disent les véritables religions.
L’aspect le plus illogique de cette idée est de croire que ce système

32
Harun Yahya (Adnan Oktar)

entier travaille par lui-même. Autrement dit, l’existence d’un Créateur


Qui a créé la vie de ce monde, Qui a créé le paradis et l’enfer, et Qui ré-
compense ou punit les gens pour leurs actions, est reniée. C’est une pro-
position extrêmement illogique et complètement inacceptable. En l’ab-
sence d’un pouvoir créatif qui gouverne avec justice, une puissance su-
prême capable de créer le paradis et l’enfer, toute déclaration que les gens
iront au paradis ou en enfer est inacceptable par notre intelligence et notre
conscience.
De plus, à part ces croyances, le concept du karma ne donne aucune
explication concernant la manière avec laquelle le paradis et l’enfer ont
existé sans créateur. Ces déclarations sont simplement des croyances erro-
nées, maintenues en tant que traditions et superstitions.

33
L’ISLAM ET LE KARMA

L’au-delà tel que décrit dans le Coran


Allah nous dit dans le Coran que les gens après leur vie sur terre, ils
resteront dans leur "véritable maison" : le monde prochain, pour toujours.
D’après les enseignements du Coran, c’est plutôt ce monde qui est transi-
toire. Tous les gens, et après avoir vécu dans ce monde pour environ 60
ou 70 ans en moyenne, recevront leur récompense au paradis ou en enfer
pour tout ce qu’ils ont fait durant la période passée sur terre. Ceci est ex-
pliqué comme suit dans le Coran :
Cette vie d’ici-bas n’est pas qu’amusement et jeu. La demeure de
l’au-delà est assurément la vraie vie. S’ils savaient ! (Sourate al-
Ankabut, 64)
La présente vie n’est que jeu et amusement. La demeure dans l’au-
delà sera meilleure pour ceux qui sont pieux. Eh bien, ne compre-
nez-vous pas ? (Sourate al-Anam, 32)
Croire à l’au-delà est l’une des croyances de base de l’Islam. Pour
cela, il est impossible pour un musulman d’accepter la validité de toute
croyance qui renie l’existence de l’au-delà, ou d’être guidé par une telle
foi. Ceux qui adoptent une croyance superstitieuse de ce genre sur la base
d’ouïe dire, comme une affectation ou suite de la dernière lubie, ont be-
soin de se rappeler de cela. Allah décrit le destin de ceux qui renient l’exis-
tence du monde prochain avec les paroles suivantes :
Et ceux qui traitent de mensonges Nos preuves ainsi que la rencon-
tre de l’au-delà, leurs œuvres sont vaines. Seraient-ils rétribués au-
trement que selon leurs œuvres ? (Sourate al-Araf, 147)
Comme nous le voyons dans ce verset, ceux qui rejettent les paroles
d’Allah et qui renient l’existence du monde prochain recevront leur ré-
compense. Bien que de telles actions soient bonnes, si elles ne sont pas fai-
tes dans le but de gagner la bénédiction d’Allah et Sa miséricorde pour at-
teindre le paradis, mais plutôt dans le but d’avoir une meilleure vie dans
la prochaine réincarnation, elles ne trouveront pas la faveur avec Allah, à
moins qu’Il le désire ainsi.

34
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Les hommes se préoccupent de nombreuses affaires dans la vie de ce monde : l’école, le travail,
le mariage, la famille, les voyages, la lecture, l’écriture… Or, en se consacrant à ce type d’activi-
tés et en oubliant le fait qu’ils mourront un jour, ces personnes nuisent à elles-mêmes. La vie hu-
maine ne se limite pas à ce monde-ci. Comparée à la vie éternelle de l’au-delà, la vie de ce monde
équivaut à la durée d’un clignement de l’?il. Il est essentiel que l’individu vive sa vie de sorte à
obtenir l’agrément de Allah, à Qui il devra rendre des comptes dans l’au-delà. Quiconque se
laisse entraîner par l’idée du karma et d’autres superstitions et perd donc de vue l’au-delà subira
peut-être une terrible surprise et éprouvera de profonds regrets le Jour du Jugement.

35
L’ISLAM ET LE KARMA

La vie au paradis ou en enfer durera pour toujours


Contrairement aux croyances du karma, le paradis et l’enfer ne sont
pas des lieux dans lesquels nous restons temporairement. Les deux dure-
ront pour toujours. Egalement, aussi bien ceux qui vont au paradis ne le
quitteront jamais, il en est de même pour ceux qui vont en enfer. Il y a une
croyance superstitieuse - non seulement parmi ceux qui acceptent l’idée
du karma, mais également parmi le grand public- que l’enfer n’est que
temporaire, et que lorsque les gens auront survécu aux tortures du feu et
seront ainsi punis, ils iront au paradis. Allah explique ceci par les paroles
suivantes :
Et ils ont dit : "Le feu ne nous touchera que pour quelques jours
comptés !" Dis : "Auriez-vous pris un engagement avec Allah –car
Allah ne manque jamais à Son engagement- ; non, mais vous dites
sur Allah ce que vous ne savez pas." Bien au contraire ! Ceux qui
font le mal et qui se font cerner par leurs péchés, ceux-là sont les
gens du feu où ils demeureront éternellement. Et ceux qui croient
et pratiquent les bonnes œuvres, ceux-là sont les gens du paradis
où ils demeureront éternellement. (Sourate al-Baqarah, 80-82)

Ceux qui craignent que la mort apporte une cessation


de l’existence réclameront l’anéantissement
lorsqu’ils seront en enfer
Comme nous l’avons déjà dit, l’une des raisons les plus importantes
qui fait que les gens croient à la réincarnation est qu’ils ont peur de cesser
d’exister lorsqu’ils meurent. Ceux qui sont effrayés par cette pensée, les
incroyants ou les personnes qui n’ont pas de foi religieuse, évitent de pen-
ser à la mort, ou bien essayent de se consoler en croyant à des supersti-
tions comme la réincarnation.
Toutefois, les gens ne cessent pas d’exister lorsqu’ils meurent. Ce

36
Harun Yahya (Adnan Oktar)

sont uniquement nos corps qui meurent. L’âme vivra pour toujours. Mais,
cette nouvelle vie subsistera dans le prochain monde, non (comme l’idée
de la réincarnation voudrait nous le faire croire) dans celui-ci. Tout le
monde sera récompensé pour ce qu’il a fait durant sa vie terrestre ; leur
récompense sera soit une vie de bonheur et de paix au paradis, où il y a
d’infinies bénédictions et d’innombrables bonnes choses, soit une vie
dans les feux de l’enfer, où il y a une souffrance et une peine insupporta-
bles. La récompense que recevront ceux qui renient Allah est la torture
éternelle de l’enfer ; ils espèreront des milliers de fois qu’ils puissent mou-
rir et cesser d’exister. Néanmoins, ils recevront la véritable et juste récom-
pense pour avoir renié Allah durant leur temps passé sur terre. Allah dé-
crit la situation des habitants de l’enfer dans les versets suivants :
Quant à celui qui recevra son livre derrière son dos, il invoquera la
destruction sur lui-même, et il brûlera dans un feu ardent. Car il
était tout joyeux parmi les siens, Et il pensait que jamais il ne res-
susciterait. (Sourate al-Inshiqaq, 10-14)
Et quand on les y aura jetés, dans un étroit réduit, les mains liées
derrière le cou, ils souhaiteront alors leur destruction complète.
"Aujourd’hui, ne souhaitez pas la destruction une seule fois, mais
souhaitez-en plusieurs." (Sourate al-Furqan, 13-14)
Les tortures de l’enfer sont tellement violentes et douloureuses pour
ceux qui craignent la mort et une fin à leur existence, et tournent leurs vi-
sages loin de la religion d’Allah, recherchant la consolation dans des
croyances superstitieuses. Ceux qui renient l’existence d’Allah et le
monde prochain, espèreront plutôt la fin de leur existence au lieu des tor-
tures de l’enfer.
Tous ceux qui ont appris du Coran l’existence du monde prochain,
des agonies éternelles de l’enfer et la beauté extraordinaire de la vie éter-
nelle au paradis devraient considérer attentivement et sincèrement ces

37
38
Harun Yahya (Adnan Oktar)

choses-là. Seul quelqu’un qui manque d’intelligence et de conscience


douterait de l’existence des peines de l’enfer et refuserait encore de réflé-
chir sur les implications. Face à l’éventualité de vivre en enfer pour tou-
jours, se défaire de cette conscience serait une stupidité alors qu’il faut en-
courager les uns "à faire de leur mieux" durant la courte période que nous
avons sur terre.
En fait, nous devons faire un grand effort pour éviter d’apporter
cette torture sur nous-mêmes, et nous devons suivre méticuleusement les
enseignements qu’Allah nous donne dans le Coran, et faire la meilleure
utilisation possible du temps qui nous est donné dans ce monde en vue
de la réalité de l’au-delà. Nous comprendrons tout de façon complète,
uniquement au bon moment lorsque la mort viendra à nous. C’est ce que
le Coran nous révèle au sujet de ce qui se dit à ce moment-là, à ceux qui
ont essayé d’éviter de penser à ces choses à cause de leur crainte de la
mort :
L’agonie de la mort fait apparaître la vérité : "Voilà ce dont tu t’é-
cartais." Et l’on soufflera dans la trompe : voilà le jour de la me-
nace. Alors chaque âme viendra accompagnée d’un conducteur et
d’un témoin. "Tu restais indifférent à cela. Et bien, Nous ôtons ton
voile ; ta vue est perçante aujourd’hui." Et son compagnon dira :
"Voilà ce qui est avec moi, tout prêt." "Vous deux, jetez dans l’en-
fer tout négateur rebelle, acharné à empêcher le bien, transgres-
seur, douteur, celui qui plaçait à côté d’Allah une autre divinité.
Jetez-le donc dans le dur châtiment." (Sourate Qaf, 19-26)

39
La conviction
k a rmique veut que la vie
de ce monde ne se termine jamais.
Celui qui meurt retourne sur terre dans
un autre corps. Ce qui n’est pas vrai. La mort
c o r respond à la fin de la vie dans ce
monde et le début de la vie
dans l’au-delà.
omme nous l’avions mentionné auparavant, selon le con-
cept du karma, ceux qui font du bien dans leur vie sur
terre seront récompensés par le bien dans la vie à venir,
tandis que ceux qui ont fait du mal seront récompensés
par le mal. Donc, le concept du karma nous dit que notre vie sur terre est
en même temps le résultat de notre vie précédente et la raison de notre
prochaine vie. A première vue, il pourrait paraître que l’attente d’avoir
une autre vie après la mort mènerait ceux qui croient au karma à effectuer
de bonnes actions – c’est-à-dire, il pourrait sembler que les gens qui
croient à l’idée du karma essayeront de bien se comporter afin de mériter
de bonnes choses dans leur vie prochaine, et essayeront d’éviter de faire
du mal.
Toutefois, le karma ne donne pas une assez puissante motivation
pour quelqu’un qui n’a pas pris une décision sincère d’être vertueux,
parce que les gens qui acceptent l’idée du karma croient que la roue de la
naissance et de la mort est infinie et qu’ils renaîtront inévitablement après
chaque mort. Ils pensent qu’ils auront un nombre infini de chances. Alors,
lorsqu’ils font du mal, ils peuvent penser : "Même si j’aurais une mau-
vaise vie la prochaine fois, je pourrai me rattraper dans
la vie qui suivra." Nous voyons donc qu’une phi-
losophie basée sur de tels fonde-

41
L’ISLAM ET LE KARMA

ments injustifiés est incapable d’empêcher les gens de faire du mal.


L’attachement à la vie de ce monde est une faiblesse qu’ont la plupart des
gens. Cet attachement est la raison principale pour laquelle ils finissent
par croire à la réincarnation – ils refusent absolument d’abandonner leur
attachement à la vie terrestre. C’est seulement par la compréhension de la
véritable nature de la vie de ce monde que nous pouvons opérer des chan-
gements radicaux dans notre comportement et vivre de façon éthique.
Tous ceux qui connaissent la vraie nature de la vie de ce monde sa-
vent que nous avons été créés afin de servir notre Seigneur, Allah Qui
nous a créé ainsi que l’univers entier, et Qui nous protège et prend soin de
nous. Nous savons également que nous sommes responsables envers
Allah pour tout ce que nous faisons, disons ou pensons ; nous savons
qu’après la mort, nous Lui rendrons des comptes. Le Saint Coran nous ex-
plique la manière dont nous avons été créés afin de servir Allah en tant
que serviteurs dans les versets suivants :

42
Harun Yahya (Adnan Oktar)

O hommes ! Adorez votre Seigneur, Qui vous a créé vous et ceux


qui vous ont précédés. Ainsi atteindriez-vous à la piété. (Sourate
al-Baqarah, 21)
Voilà Allah, votre Seigneur ! Il n’y a de divinité que Lui, Créateur
de tout. Adorez-Le donc. C’est Lui Qui a chargé de tout. (Sourate
al-An’am, 102)
Les croyants qui reconnaissent le pouvoir d’Allah, et craignent sa co-
lère, ne servent qu’Allah et obéissent à Sa volonté inconditionnellement ;
ils évitent de faire du mal et effectuent des actions qui Lui plairont. Dans
les versets suivants, le Coran décrit comment le croyant craint Allah et la
belle récompense qui recevra en conséquence :
O hommes ! Craignez votre Seigneur et redoutez un jour où le père
ne répondra en quoi que ce soit pour son enfant, ni l’enfant pour
son père. La promesse d’Allah est vérité. Que la vie présente ne
vous trompe donc pas, et que le trompeur (satan) ne vous induise
pas en erreur sur Allah. (Sourate Luqman, 33)

43
L’ISLAM ET LE KARMA

Dis : "Puis-je vous apprendre quelque chose de meilleur que tout


cela ? Pour les pieux, il y a, auprès de leur Seigneur, des jardins
sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternelle-
ment, et aussi, des épouses purifiées, et l’agrément d’Allah." Et
Allah est clairvoyant sur [Ses] serviteurs. (Sourate al-Imran, 15)
Les croyants qui craignent Allah doivent réaliser leur devoir pour Le
servir durant toute leur vie, ainsi que prier et effectuer de bonnes actions
afin d’éviter une souffrance éternelle. Dans plusieurs versets coraniques,
Allah nous demande d’être assidu dans nos prières, en Le servant, en ef-
fectuant de bonnes actions et avec un bon caractère :
C’est à Lui qu’appartient ce qui est dans les cieux et sur la terre ;
c’est à Lui que l’obéissance perpétuelle est due. Craindriez-vous
donc d’autres qu’Allah ? (Sourate an-Nahl, 25)
Les biens et les enfants sont l’ornement de la vie de ce monde.
Cependant, les bonnes œuvres qui persistent ont auprès de ton

44
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Seigneur une meilleure récompense et [suscitent] une belle espé-


rance. (Sourate al-Kahf, 46)
Allah accroît la rectitude de ceux qui suivent le bon chemin, et les
bonnes œuvres durables méritent auprès de ton Seigneur une
meilleure récompense et une meilleure destination. (Sourate
Maryam, 76)
… qui sont assidus à leurs salats. (Sourate al-Ma’arij, 23)
Par conséquent, la seule manière pour nous de réaliser une réelle su-
périorité morale de caractère et d’éviter de transiger, même là où elle sem-
ble être en contradiction avec nos intérêts, est d’avoir un amour fort pour
Allah et une puissante dévotion pour Lui, Le craindre et Le servir. L’idée
du karma conseille aux gens d’adopter certaines bonnes qualités.

Tout croyant sait que la beauté de ce monde est éphémère. Il n’oublie jamais que ceux qui vé-
curent dans une immense splendeur des centaines d’années auparavant ont également dû quit-
ter ce monde, laissant dérrière eux à peine quelques ruines de cette magnificence. Les croyants
adoptent par conséquent une attitude et un comportement agrées par Allah.

45
L’ISLAM ET LE KARMA

Cependant, bien que chacun puisse avoir ses propres bonnes qualités,
elles sont limitées, dépendent de certaines conditions et ne sont pas per-
manentes, pour que cette dernière puisse se réaliser, nous devons en tou-
tes circonstances avoir foi en Allah et faire tout ce que nous faisons uni-
quement dans le but d’obtenir Sa grâce ; nous devons Le reconnaître et Le
craindre.

Ce monde est un lieu d'épreuves


Le Saint Coran nous apprend que nous n’aurons qu’une seule vie
dans ce monde, et que le but de cette vie est de nous tester et ce comme
préparation pour notre vie éternelle. C’est-à-dire, une fois que nous au-
rons connu la mort, nous n’aurons aucune chance de retourner à ce
monde et de rattraper les erreurs que nous avons commises. Allah nous
parle du but de notre vie dans ce monde dans ce verset :
Celui Qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de sa-
voir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’est Lui le Puissant,
le Pardonneur. (Sourate al-Mulk, 2)
Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : "Nous croyons
!" sans les éprouver ? (Sourate al-Ankabut, 2)
Tout ce qui nous arrive tout au long de notre vie n’est pas une coïn-
cidence. Chaque événement de notre vie, jusqu’au plus petit détail de
notre destinée, a été créé par Allah pour nous tester. Par exemple, le fait
que quelqu’un soit riche ou célèbre ne veut pas dire qu’il reçoit sa récom-
pense pour les bonnes actions qu’il a faites dans sa vie précédente
(comme le maintient l’idée du karma). Allah est plutôt en train de le tes-
ter par la richesse et la célébrité. Le but est de voir s’il deviendra ou non
gâté en raison de sa fortune, s’il sera ou non reconnaissant et remerciera
Allah. De même, il est faux de croire que quelqu’un de pauvre et qui a des
difficultés dans sa vie souffre des conséquences des mauvaises choses
qu’il a faites dans sa vie précédente. Allah le met à l’épreuve par la pau-
vreté et le malheur. Une des raisons possibles d’avoir une vie comme

46
Harun Yahya (Adnan Oktar)

celle-là est qu’Allah regarde s’ils vont continuer à croire en Lui face aux
difficultés, et s’ils montreront une force de caractère.
Tous ceux qui savent que toutes les bonnes choses dans le monde
sont un don d’Allah, qui l’en remercient, et qui vivent par les limites qu’Il
a établi, en les utilisant d’une manière qui Lui plaira comme présenté
dans le Coran et la Sunna, peuvent attendre d’être bien récompensé dans
la vie à venir. Cependant, tous ceux qui considèrent les dons d’Allah
comme propres à eux et oublient qu’ils viennent de Lui, qui deviennent
pourris et fiers à cause de ces dons et dévient du droit chemin pour faire
des choses qui sont interdites, rencontreront un châtiment mérité dans le
monde prochain. Dans l’au-delà, tout le monde recevra la juste récom-
pense à sa croyance, confiance et acceptation d’Allah et de Ses messagers,
ou bien leur rejet pour les bonnes et les mauvaises choses qu’ils ont faites.
Allah nous dit dans le verset suivant que ce que nous possédons et pour

La vie de ce monde est un lieu d’épreuves qui durent autant que le clignement de l’?il. Allah
éprouve chaque individu au moyen de réactions consécutives aux événements vécus dans
sa vie dans ce monde-ci.

47
L’ISLAM ET LE KARMA

48
Harun Yahya (Adnan Oktar)

lesquels nous sommes responsables ne sont que des tests pour nous :
Et sachez que vos biens et vos enfants ne sont qu’une épreuve et
qu’auprès d’Allah il y a une énorme récompense. (Sourate al-Anfal,
28)
Certaines personnes sont testées par les inquiétudes et les difficultés
dans ce monde. Le degré des difficultés auxquelles nous sommes sujets
ainsi que leur forme, sont entièrement entre les mains d’Allah. Les person-
nes qui sont testés de cette manière devraient, en toute circonstance, avoir
foi en Allah, penser que chaque inquiétude et difficulté aura un dénoue-
ment heureux, être patients et doivent se contenter de ce qu’Allah leur a en-
voyé. Ceci est expliqué dans les versets suivants :
Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de
faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la
bonne annonce aux endurants. Qui disent, quand un malheur les at-
teint : "Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retourne-
rons." Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que
la miséricorde ; et ceux-là sont les biens guidés. (Sourate al-Baqarah,
155-157)
Certes vous serez éprouvés dans vos biens et vos personnes ; et cer-
tes vous entendrez de la part de ceux à qui le Livre a été donné avant
vous, et de la part des associateurs, beaucoup de propos désagréa-
bles. Mais si vous êtes endurants et pieux... voilà bien la meilleure
résolution à prendre. (Sourate al-Imran, 186)
La présente vie n’est que jeu et amusement. La demeure dans l’au-
delà sera meilleure pour ceux qui sont pieux. Eh bien, ne comprenez-
vous pas ? (Sourate al-An’am, 32)
Ceux qui croient à la vraie nature de notre vie dans ce monde et la com-
prennent, et qui vivent en accord avec cette connaissance, connaîtront une
immense joie et paix de l’esprit dans le monde prochain, là où leur vérita-
ble vie commencera. C’est ce que promet Allah à ceux qui croient en Lui. Et
notre Seigneur, Allah, la source de bénédictions illimitées dont la gentillesse
et la miséricorde sont infinies, n’échoue jamais à réaliser Ses promesses.

49
49
La foi en le destin n’existe
pas dans la philosophie karmique.
Pourtant chaque être humain est soumis
à la destinée conçue pour lui par Allah,
sans que personne ne puisse altére r
ce destin.
e concept du destin dans la philosophie du karma est
hautement erroné. D’après ce concept, le destin d’une
personne se trouve entre ses propres mains. Ceci se dé-
crit par les paroles suivantes dans le livre Dinler Tarihi (Histoire des reli-
gions) :
Le karma comprend les résultats de tout ce que nous avons fait de
notre propre volonté. Tout ce qui est fait apporte des conséquences
inévitables à son auteur. Chacun hérite un karma de ce genre.
D’autres genres de karma viendront après. Il ne s’agit pas de déter-
minisme : chacun est libre de faire du bien ou du mal dans les limi-
tes de son propre karma. Le karma de l’individu ne l’oblige pas en
réalité à faire n’importe quoi. D’un point de vue bouddhiste, c’est
notre volonté, non pas nos actions, qui crée un nouveau karma. Nous
verrons les conséquences du karma dans cette vie, ou dans notre pro-
chaine réincarnation, ou dans la réincarnation d’après.5
Comme nous le voyons dans la description ci-dessus, dans la philo-
sophie du karma il n’y a pas de place pour croire à son destin. Il y a plu-
tôt une croyance dans la fausse idée qui dit que les gens créent leur pro-
pre destin. Par exemple, dans la philosophie du karma, la caste
dans laquelle naît une personne en Inde et le genre
de vie qu’elle a, dépendent complètement

51
L’ISLAM ET LE KARMA

de l’attitude qu’elle a eue dans sa précédente vie.


Cependant, c’est Allah Qui, avant que nous naissions, décide de la
destinée d’une personne, Qui prépare tout ce qui nous arrive, et Qui dé-
termine ce que ces événements seront et quel genre de vie nous
aurons. Le Saint Coran nous dit que tout ce qui nous arrive est
la volonté d’Allah, et a été décidé par Lui:

L’être humain naît, grandit, vit et


meurt. Tout ce qu’il a vécu ou qu’il
vivra fait partie de sa destinée. Le des-
tin relève de la science de Allah. Notre
Seigneur est le Créateur qui façonne
toutes les destinées, Qui possède la
puissance et la connaissance infinies.
C’est pourquoi, il est tout à fait inutile
que les croyants sincères se soucient
de ce qui s’est passé ou de ce qui se
produira à l’avenir. Allah rend tout pro-
pice à Ses pieux serviteurs.

52
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Nul malheur n’atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enregis-


tré dans un Livre avant que Nous ne l’ayons créé ; et cela est certes
facile à Allah. (Sourate al-Hadid, 22)

Le Concept Coranique du Destin


L’idée du destin implique qu’Allah crée tous les événements, aussi
bien passés que futurs, en un seul moment. Ceci en retour, signifie que du
point de vue d’Allah, tout ce qui est arrivé depuis que l’univers a été créé
et tout ce qui arrivera jusqu’au jour du dernier jugement, a déjà été expé-
rimenté et est maintenant terminé. Les choses qui ne se sont pas encore
produites, et qui doivent avoir lieu dans le futur, ont en fait déjà eu lieu à
un moment précis qui incluait la totalité de notre passé. Donc, afin que
nous vivions les événements créés instantanément par Allah, nous devons
vivre le passage du temps.
Par exemple, nous aurons besoin d’un temps pour lire ce livre. Nous
avons besoin de temps pour tourner chaque page. Allah, toutefois, con-
naissait déjà chaque page contenue dans ce livre avant qu’elle ne soit

53
L’ISLAM ET LE KARMA

écrite, avant même que les ancêtres qui l’ont produit ne soient nés ; Allah
a connu ce livre bien avant ce moment. Par illustration, imaginons une
personne qui marche dans la rue, elle a besoin d’un temps pour arriver
jusqu’à la fin de la rue, cependant, si nous devions regarder une photo aé-
rienne de la rue et de la personne qui marche, nous pourrions voir en
même temps la personne qui entame son périple ainsi que la fin de la rue.

Deux personnes marchant dans la rue ne peu-


vent pas savoir ce qu’il y a au coin de la rue.
Ils ne peuvent le découvrir qu’en tournant à ce
coin de rue. Pourtant la vision d’un oiseau de
cette même rue est telle qu’il peut voir les voi-
tures, les piétons et les boutiques avant que
ces deux individus ne le puissent.

54
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Nous n’aurions pas besoin du passage de temps comme celui qui marche.
Il est essentiel de comprendre cela, car bien que nous pensions que
nous faisons tout nous-mêmes tout au long de notre vie par notre propre
volonté, en fait nous ne faisons que suivre le cours qui nous est établi par
Allah. Nos vies sont enregistrées comme un film sur une cassette vidéo.
Toutefois, nous ne pouvons pas dérouler la cassette pour voir ce qui se
passe à la fin, tandis que le film entier est connu par Allah en un seul ins-
tant. Dans tous les cas, c’est Allah Qui a décidé et créé chaque détail de ce
film. Tout comme nous pouvons voir la totalité d’une règle d’un bout à
l’autre en un seul instant, Allah aussi regarde la période de temps durant
laquelle nous sommes en vie dans son intégralité, comme si c’était un seul
et unique moment. Par contre, nous ne pouvons connaître ces événements
que lorsque le temps vient pour nous de les faire ; à cet instant seulement,
nous percevons le destin qu’Allah nous a créé.
Chaque moment de la vie de tout individu qui a déjà vécu et qui
vivra dans ce monde, depuis le moment où il est fœtus jusqu’au jour de
sa mort, a été prédéterminé par Allah qui le sait déjà. Aucun détail n’est
insignifiant, que ce soit le premier jour d’école d’un enfant ou le moment
de l’âge moyen où ses premiers cheveux blancs apparaissent. C’est la si-
gnification du destin pour tout le monde sur terre.
Tout ce qui s’est produit dans le passé et tout ce qui se passera dans
le futur est déjà une réalité avec Allah. Le fait que tous les événements fu-
turs nous attendent pour les vivre, illustrent un point important : toutes
les personnes, qu’ils le veuillent ou pas, sont déjà soumises à la desti-
née qu’Allah leur a planifié. Tout comme nous ne pouvons pas changer
notre passé, nous ne pouvons pas non plus le faire avec le futur. Parce que
le futur, comme le passé, est déjà terminé. Tout ce qui va nous arriver -
quand et où allons-nous manger et quelle nourriture nous sera donnée,
qui parlera, combien nous apprendrons, quelles maladies nous attrape-
rons, et quand, où et comment nous mourrons finalement- toutes ces cho-

55
L’ISLAM ET LE KARMA

ses ont déjà été décidées et ne peuvent être changées puisqu’elles existent
dans le savoir d’Allah comme des événements terminés. Tout ce qui reste
pour nous est d’en prendre connaissance par notre propre expérience.
Dans ces circonstances, il n’est absolument pas nécessaire pour nous
d’être désolés pour des choses qui nous sont arrivées, de s’inquiéter et de
se préoccuper ou de les craindre ; ce n’est pas non plus de la sagesse de
notre part, mais si nous le faisons, nous serions entrain d’influencer le
cours des événements dans un film que nous regardons parce que nous
craignons ses personnages.
Par exemple, lorsqu’une personne fait un accident sur le chemin en
allant à un rendez-vous ou un entretien dont elle pense qu’il pourra chan-
ger sa vie, et le rate par conséquent, elle peut subitement désespérer et
voir ce qui lui est arrivé comme un malheur, elle peut même se dire :
"J’aurais dû quitter la maison une minute plus tard, ainsi rien de tout cela
ne serait arrivé." Mais toutes ces complaintes sont vaines : tout –la se-
conde exacte à laquelle elle quittera la maison ce jour-là, le chemin qu’elle
prendra, le moyen de transport qu’elle utilisera, quel autre véhicule sera
impliqué dans l’accident et qui d’autre y sera- a déjà été décidé par Allah
avant sa naissance.
Allah a donné forme au cours de chaque événement dans notre vie
de telle manière à ce qu’ils aient pour nous le meilleur résultat possible si
nous avons confiance en Allah et Lui montrons de la gratitude, nous ne
pourrons pas toujours comprendre la raison de ces événements ou le but
bénéfique pour lequel Allah les a créés, ou bien nous arriverons à com-
prendre ces choses plus tard. Toutefois, si nous arrivons à connaître Allah,
à reconnaître Son infinie puissance et à nous soumettre à Sa volonté, nous
serions absolument sûrs que chaque événement ayant été arrangé par
Allah est ce qui est de meilleur pour nous et le plus approprié. Il n’y a
aucun doute que tout ce qui arrive a été établi par Allah. Bien que nous
puissions connaître des faits nouveaux dans nos vies, Allah a déjà créé
chaque événement avec ses moindres ramifications. En conséquence, Il les

56
Il est totalement inapproprié de s’angoisser à propos du retard dans une affaire. Tout ce
que l’homme vit fait partie de sa destinée. Aucune puissance n’y peut rien changer.

connaît avec une clarté infiniment plus grande que ce que peuvent nous
apporter nos expériences ultérieures.
En conclusion, les gens qui considèrent les choses qui leur arrivent
comme des malheurs et qui se mettent en colère, ont peur ou s’inquiètent,
ne font que s’accabler, en se permettant d’être brisés par des choses qu’ils
n’ont pas le pouvoir de changer et par conséquent ils subissent une ten-
sion. Tandis que si nous réalisons que nous ne faisons que suivre le cours
établi pour nous par notre destin, nous serions relaxés et calmes à cette
connaissance –parce qu’Allah crée nos destinées, et crée toute chose de
manière à ce qu’elle ait le meilleur et le résultat le plus positif pour nous
si nous sommes sincères avec Lui. Ceux qui reconnaissent et aiment

57
L’ISLAM ET LE KARMA

Allah, ont confiance en Sa justice et miséricorde, connaissent une joie in-


finie à savoir que rien ne se produit qui ne soit créé et voulu par Lui dans
Son infinie sagesse. Le croyant croit que seul le bien vient d’Allah, comme
nous le lisons dans le verset suivant :
Et on dira à ceux qui étaient pieux : "Qu’a fait descendre votre
Seigneur ? " Ils diront : "Un bien." Ceux qui font les bonnes œuvres
auront un bien ici-bas ; mais la demeure de l’au-delà est certes
meilleure. Combien agréable sera la demeure des pieux ! (Sourate
an-Nahl, 30)
Dans les versets suivants, nous pouvons constater que la récompense
de ceux qui croient que tout ce qui leur arrive et qui vient d’Allah a un but
positif :
Les jardins du séjour (éternel), où ils entreront et sous lesquels
coulent les ruisseaux. Ils auront là ce qu’ils voudront ; c’est ainsi
qu’Allah récompense les pieux. Ceux dont les anges reprennent
l’âme –alors qu’ils sont bons- [les anges leur] disent : "Paix sur
vous ! Entrez au paradis, pour ce que vous faisiez." (Sourate an-
Nahl, 31-32)

Prendre des précautions ne change pas nos destins


Plusieurs personnes prétendent ne pas comprendre les réalités du ju-
gement, en se disant : "Si tout est décidé, nous n’avons pas besoin de faire
quoi que ce soit", et de cette façon, ils essayent de se prouver qu’il est im-
possible de croire à sa destinée. C’est une pensée très superfi-
cielle. La raison pour laquelle les gens disent ceci est parce que
cela fait aussi partie de leur destinée, bien qu’ils ne le réalisent
pas. Allah a prédéterminé le destin de chacun ;
avec Lui, la vie de chaque individu a déjà été
vécue correctement jusqu’à la fin.
Toutefois, Allah, et pour nous tester

58
Harun Yahya (Adnan Oktar)

dans cette vie sur terre, nous a permis de vivre tout ce que nous faisons
comme étant fait par notre propre volonté. Par exemple, si quelqu’un écrit
un livre, la vérité est qu’avec Allah, ce livre a déjà été écrit et fini avant que
l’écrivain ne naisse et a déjà été lu par ceux auxquels il est destiné. Même
pendant que l’auteur décide ce qu’il va écrire, tout ce qui concerne le livre
–chaque ligne, le début de chaque paragraphe, les titres, les couleurs et les
images utilisées sur la couverture, le nombre de pages, la position de cha-
que ponctuation, et tout autre détail- est déjà présent avec Allah.
Supposons cependant que l’auteur voulait abandonner son écriture,
en se disant : "Puisque ce livre a déjà été écrit, s’il est destiné qu’il en sera
ainsi, je n’ai pas besoin de faire quoi que ce soit." Ceci n’aurait aucun sens
puisque le "si" dans son argument trahit le fait qu’il ne sache pas réelle-
ment si le livre est destiné à être fini ou pas. Ce serait aussi sot que d’en-
tendre quelqu’un frapper à la porte et négliger de se lever et de l’ouvrir,
en pensant, "si la personne dehors est destinée à entrer, elle entrera d’une
façon ou d’une autre." Allah seul sait ce qui est destiné, pas nous.
La vérité est que tout ce que nous vivons a été décidé par Allah
comme faisant partie de notre destinée. Dans les versets suivants, Allah
nous explique que c’est Lui Qui est l’auteur :

59
L’ISLAM ET LE KARMA

Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah Qui les a tués.
Et lorsque tu lançais (une poigné de terre), ce n’est pas toi qui lan-
çais : mais c’est Allah Qui lançait, et ce pour éprouver les croyants
d’une belle épreuve de Sa part ! Allah est audient et omniscient.
(Sourate al-Anfal, 17)
Alors que c’est Allah Qui vous a créés, vous et ce que vous fabri-
quez. (Sourate as-Saffat, 96)
Si on prétend ne pas comprendre ces choses comme elles sont expli-
quées dans le Saint Coran, ou si on prétend l’ignorance afin de "tester" le
destin et refuse d’ouvrir la porte, ou refuse d’écrire le livre, on est toujours
en train de vivre quelque chose qui était destiné à vivre. Dans le même
cas, si une personne refuse de prendre les médicaments dont elle a besoin
lorsqu'elle est malade, en se disant : "Si je suis destiné à guérir, je guéri-
rai", et néglige ainsi sa santé, c’est son destin d’agir de cette manière inin-
telligente. De même, si une personne renie l’existence du destin, c’est
parce que cela fait partie de sa destinée de le faire.
D’un autre côté, quelqu’un d’intelligent et de conscient saura que ce
qu’il vit fait partie du test d’Allah pour lui, et qu’il est responsable de ses
actions bien que les efforts qu’il fait et les résultats qu’il obtiendra ont déjà
eu lieu et sont déjà achevés avec Allah. A ce propos, le Coran donne
l’exemple du conseil de Ya’coub à ses fils :
Et il dit : "O mes fils, n’entrez pas par une seule porte, mais entrez
par portes séparées. Je ne peux cependant vous être d’aucune uti-
lité contre les desseins d’Allah. La décision n’appartient qu’à Allah
: en Lui je place ma confiance. Et que ceux qui placent en Lui leur
confiance la placent en Lui." (Sourate Yusuf, 67)
Comme nous le voyons dans ce verset, Ya’coub conseille à ses fils de
prendre des précautions pour leur sécurité, mais immédiatement après, il
dit que prendre de telles précautions n’empêchera pas la réalisation du
destin qu’Allah a voulu. En fait, les paroles de Ya’coub à ses fils, les actes
de ces derniers en accord avec le conseil et tout ce qui leur arrivera par

60
Harun Yahya (Adnan Oktar)

conséquent ne sont pas plus que le déroulement à temps de ce qui est pré-
sent avec Allah au-delà du temps.
Dans le verset suivant, il nous est expliqué que ces précautions ne
peuvent pas changer la volonté d’Allah :
Etant entrés comme leur père leur avait commandé [cela] ne leur
servit à rien contre les décrets d’Allah. Ce n’était [au reste] qu’une
précaution que Jacob avait jugé [de leur recommander]. Il avait
pleine connaissance de ce que nous lui avions enseigné. Mais la
plupart des gens ne savent pas. (Sourate Yusuf, 68)
Ce verset nous dit que nous n’avons aucun pouvoir d’empêcher une
chose qu’Allah nous a envoyée de se produire. Tout ce que nous pouvons
faire est de Le prier et chercher Sa bénédiction, afin qu’Il utilise nos pré-
cautions comme moyen d’exécution de Sa volonté et nous apporte le
meilleur résultat possible.
Pour résumer, la différence entre quelqu’un qui s’est soumis à Allah
et au destin qu’Il a décrété, et quelqu’un qui est incapable de percevoir la
réalité de la situation, est que le premier est conscient que quoi que nous
fassions, c’est le résultat de la volonté d’Allah autant que nous pourrions
vivre, c’est notre propre initiative indépendante ; tandis que d’un autre
côté, la personne qui n’est pas consciente de ces croyances erronées que
nos actions surviennent dans notre propre sagesse et nos propres capaci-
tés. En fait : "Nul grief à faire au Prophète en ce qu’Allah lui a imposé,
conformément aux lois établies pour ceux qui vécurent antérieurement.
Le commandement d’Allah est un décret inéluctable" (Sourate al-
Ahzab, 38)

61
Il est impossible de trouver
la paix et le bonheur dans la
c royance karmique. La soumission à
Allah et au destin qu’Il a créé est la seule
s o u rce du véritable bonheur et de
la paix durable.
omme nous l’avons déjà dit, l’une des raisons pour les-
quelles les personnes ressentent de l’intérêt pour des
philosophies comme celle du karma, est leur désir d’é-
chapper aux inquiétudes de leur vie, leur manque de
paix de l’esprit et leur malheur. Différentes personnes
essayent plusieurs méthodes propres à elles pour réaliser cela. Toutefois,
en réalité, la seule manière de réaliser le véritable contentement et la paix
de l’esprit est de se soumettre à Allah, respecter les limites qu’Il a établies
et rechercher Sa bénédiction à chaque instant de notre vie. C’est Lui Qui
a créé l’humanité à partir du néant, Qui nous a fait sortir de la non-exis-
tence et nous donna la vie, Qui nous a doté de variétés infinies de nourri-
ture, Qui est infiniment miséricordieux et gentil, Qui donne le bien en re-
tour du bien, nous protège et prend soin de nous, et Qui a créé toute chose
de manière juste pour notre bien ultime.
Allah est l’Unique Seigneur de chaque être vivant et non-vivant dans
l’univers tout entier ; Il est l’Unique Créateur et l’Unique Puissance de l’u-
nivers. Toutes les puissances, toutes les armées, tout le monde et tous les
groupes appartiennent à Allah et Lui sont soumis, qu’ils le sachent ou
non. Allah nous l’explique dans le verset suivant :
Désirent-ils une autre religion que celle d’Allah,
alors que se soumet à Lui, bon gré, mal gré,
tout ce qui existe dans les

63
L’ISLAM ET LE KARMA

cieux et sur la terre, et que c’est vers Lui qu’ils seront ramenés ?
(Sourate al-Imran, 83)
Tous ceux qui se soumettent à Allah, l’Unique Seigneur de tout l’u-
nivers, et qui acceptent Allah comme leur seul Ami et Gardien, se cour-
bent face à Lui avec un amour sincère, de l’obéissance et la crainte, ont
trouvé le seul chemin au salut, car Allah est la Puissance Suprême. On
nous parle de la grandeur d’Allah et de Sa noblesse dans le verset suivant
:
Allah ! Point de divinité à part lui, le Vivant, Celui Qui subsiste
par Lui-même "al-Qayyum". Ni somnolence ni sommeil ne Le sai-
sissent. A Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la
terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il
connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n’embrassent
que ce qu’Il veut. Son trône "Kursiy" déborde les cieux et la terre,
dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le
Très Grand. (Sourate al-Baqarah, 255)
Dans ce verset coranique, il nous est expliqué que si nous nous éloi-
gnons des faux dieux et nous nous tournons vers Allah, nous saisirons
ainsi de Lui une prise de main ferme qui ne peut être éloigné tant que
nous nous y accrochons :
Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de
l’égarement. Donc, quiconque mécroit au rebelle tandis qu’il croit
en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah
est audient et omniscient. Allah est le Défenseur de ceux qui ont la
foi : Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne
croient pas, ils ont pour patrons leurs fausses divinités qui les font
sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du feu, où ils de-
meurent éternellement. (Sourate al-Baqarah, 256-257)
Plusieurs personnes, qui ne réalisent pas cela, recherchent avec er-
reur le soutien et la tutelle d’êtres qui sont en fait impuissants à réaliser
quoi que ce soit et sont aussi faibles qu’eux, ce qui les rend vivants dans

64
Harun Yahya (Adnan Oktar)

la crainte et l’insécurité.
Par exemple, prenons le cas d’une personne avec un problème juri-
dique. Elle engage un avocat pour la défendre, elle croira en lui parce qu’il
connaît le système juridique mieux qu’elle, tant qu’elle continuera à croire
aux capacités de l’avocat et avoir confiance en lui, elle se sentira détendue
et confiante avec tout ce qu’il fera avec son affaire, mais si elle ne confie
pas son affaire à un avocat malgré le fait qu’elle-même ne s’y connaît pas
bien, et prend l’entière responsabilité sur elle-même, elle rencontrera plu-
sieurs inquiétudes et difficultés inutiles. Ou bien, voyons le cas d’une per-
sonne malade et qui se confiera volontairement au soin d’un médecin, en
faisant tout ce qu’il lui dit et en suivant ses conseils, tant qu’elle aura con-
fiance dans les capacités professionnelles du médecin, elle ne cherchera

65
L’ISLAM ET LE KARMA

pas différents médicaments et traitements par elle-même.


Ces deux exemples montrent comment nous faisons confiance en
d’autres personnes et nous nous soumettons à eux à cause de leurs capa-
cités particulières. Etre capable de compter sur quelqu’un en qui nous
avons confiance nous donne un sentiment de paix de l’esprit et de con-
fiance. Cependant, avoir confiance en Allah et nous soumettre à Lui est
une affaire incomparablement plus grande et une chose plus importante
que cela.
Si nous nous soumettons à Allah, nous acceptons volontairement
tout ce qu’Il nous envoie tout au long de notre vie –chaque événe-
ment, chaque image, chaque conversation. Peu importe ce qui ar-
rive, nous ne demandons jamais, "Que se passe-t-il ?" Lorsque
nous vivons une difficulté, nous ne disons jamais : "Si seulement
cela n’était pas arrivé", parce que nous savons que tout ce qui nous
arrive nous a été envoyé par Allah, à qui nous nous sommes sou-
mis en toute confiance et en qui nous avons une foi absolue en Sa
justice, Sa bonté et Sa miséricorde. Il est très important pour nous

66
Harun Yahya (Adnan Oktar)

de nous soumettre à Allah, comme moyen de salut. L’explication


de cette importance se trouve dans le verset suivant :
S’ils te contredisent, dis-leur : "Je me suis entièrement soumis à
Allah, moi et ceux qui m’ont suivi." Et dis à ceux à qui le Livre a été
donné, ainsi qu’aux illettrés : "Avez-vous embrassé l’islam ?" S’ils
embrassent l’islam, ils seront bien guidés. Mais s’ils tournent le
dos... Ton devoir n’est que la transmission (du message). Allah, sur
[Ses] serviteurs est clairvoyant. (Sourate al-Imran, 20)
Et quiconque soumet son être à Allah, tout en étant bienfaisant, s’ac-
croche réellement à l’anse la plus ferme. La fin de toute chose appartient
à Allah. (Sourate Luqman, 22)
Ceux qui ne se soumettent pas à Allah, ayant plutôt confiance en leur
propre sagesse et se considèrent des êtres à part et indépendants, connais-
sent parfois des souffrances et des tourments dans leur vie. Chaque fois
qu’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent, ils commencent immédiatement
à se sentir malheureux et désespérés –alors que s’ils savaient que tout ce
que nous envoie Allah a un bon objectif en ce qui concerne notre destin
final, et se disaient qu’Allah sait des choses qu’ils ne savent pas, rien ne
leur causerait du chagrin ou de l’inquiétude. Par exemple, si quelqu’un
est en retard pour arriver à un lieu ou ne peut pas du tout y arriver, il
pourrait en être triste durant des jours. Toutefois, s’il se soumet à Allah, il
saura que le fait d’être incapable d’y arriver a un but bien précis et posi-
tif, et qu’Allah en a voulu ainsi pour son propre bien, et ainsi, il n’aura pas
la moindre inquiétude. Il n’y aura pas de tristesse ni de crainte pour ces
personnes que ce soit dans ce monde ou dans le prochain, comme nous le
disent ces versets coraniques :
Ceux qui disent : "Notre Seigneur est Allah" et qui ensuite se tien-
nent sur le droit chemin. Ils ne doivent avoir aucune crainte et ne
seront point affligés. Ceux-là sont les gens du paradis où ils de-
meureront éternellement, en récompense de ce qu’ils faisaient.
(Sourate al-Ahqaf, 13-14)

67
68
Harun Yahya (Adnan Oktar)

En vérité, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et


ils ne seront point affligés, ceux qui croient et qui craignent Allah.
Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas tout comme
dans la vie ultime. Il n’y aura pas de changement aux paroles d’Al-
lah. Voilà l’énorme succès ! (Sourate Yunus, 62-64)

Allah donne une bonne vie à ceux qui font du bien


A part la joie et la paix de l’esprit qu’Allah nous promet d’avoir si
nous nous soumettons à Lui et au destin qu’Il nous a déterminé, Il per-
mettra à ceux qui ont foi et confiance en Lui et font de bonnes actions d’a-
voir une bonne vie dans ce monde :
Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant
croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous le récompen-
serons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. (Sourate
an-Nahl, 97)
Et on dira à ceux qui étaient pieux : "Qu’a fait descendre votre
Seigneur ?" Ils diront : "Un bien." Ceux qui font les bonnes œuvres
auront un bien ici-bas ; mais la demeure de l’au-delà est certes
meilleure. Combien agréable sera la demeure des pieux ! (Sourate
an-Nahl, 30)
Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce monde. Afin d’avoir une
bonne vie, nous avons besoin d’amis en qui nous avons confiance et avec
lesquels nous pouvons bénéficier d’une relation d’affection commune et
de véritable intimité. Allah prête Son soutien à Ses serviteurs qui ont une
foi sincère en Lui et Lui font confiance, en leur donnant des amis qui sont
de bons musulmans comme eux –des gens dignes de confiance, honora-
bles, qui sont des amis d’Allah. C’est pourquoi un musulman n’est jamais
tout seul. L’un des plus grands cadeaux d’Allah aux croyants est de leur
garantir d’avoir toujours des compagnons musulmans en qui ils peuvent
avoir confiance, qu’ils aiment et respectent et qu’ils tiennent en haute es-
time comme ils le font pour eux-mêmes.

69
70
71
L’ISLAM ET LE KARMA

L’une des plus grandes difficultés pour les ignorants –ceux qui sui-
vent un code d’éthique différent de celui prescrit par le Coran- qui n’ont
personne à leur côté qui puisse être leur ami ; ils n’ont personne de sage
et de sincère sur qui ils peuvent compter, qui seront à leur côté dans tou-
tes les circonstances et qui leur donneront un soutien basé sur une affec-
tion sincère plutôt qu’un désir quelconque pour un profit personnel.
Les amitiés entre les gens qui ne suivent pas les valeurs établies par
le Saint Coran et démontré dans la Sunna du Messager d’Allah (pbsl),
contiennent toujours un élément de conflit d’intérêt. Ces personnes peu-
vent n’avoir personne près d’elles pour les soutenir si elles se retrouvent
dans des difficultés matérielles ou émotionnelles. Ce qui n’arrive jamais
avec les amitiés entre les vrais musulmans, ils donneront la priorité aux
besoins des autres même lorsqu’ils ont eux-mêmes des besoins. Allah dé-
crit ces qualités dans le verset suivant :
Il [appartient également] à ceux qui, avant eux, se sont installés
dans le pays et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux,
et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que [ces im-
migrés] ont reçu, et qui [les] préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a
pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre avarice,
ceux-là sont ceux qui réussissent. (Sourate al-Hashr, 9)
Un vrai musulman n’apprécie pas d’être en compagnie de ceux qui
n’appellent pas le nom d’Allah, qui se rebellent contre le destin et qui ont
un penchant pour les paroles en l’air. C’est pourquoi Allah assure que les
musulmans soutiennent les autres. Le croyant appelle constamment le
nom d’Allah, parle avec enthousiasme des belles choses qu’Il a créées et
Le remercie pour tous Ses bienfaits. Tout ce qu’il dit à une raison et un but
et lui procure de la joie ; ainsi que de la sagesse, de la beauté, de la force,
de la vérité et de la majesté. Ses paroles ne causent jamais de peine, du
pessimisme ou du désespoir et ne mènent jamais les gens à abandonner
l’espoir de trouver une solution ; ses paroles sont toujours pleines d’es-
poir, comme une annonce de bonnes nouvelles, apportant un éclaircisse-

72
Harun Yahya (Adnan Oktar)

ment à ceux qui les écoutent et leur ouvrant de nouveaux horizons ; ses
paroles sont une subsistance infinie pour la pensée et créent une sensation
d’espace et de relaxation chez l’auditeur. Personne n’offense l’autre, per-
sonne ne dit des choses blessantes et personne ne parle avec jalousie et
dérision ; il y a par contre une véritable amitié, de la joie et de l’affection,
comme il y a l’honnêteté de dire la vérité, et un vrai et sincère conseil dans
les affaires de cette vie et le chemin vers le futur.
Une autre caractéristique d’une bonne vie est le fait qu’elle soit vécue
dans des environnements dignes, sains et confortables. Les musulmans
choisissent toujours l’alternative la plus digne et la plus saine. Les condi-
tions dans lesquelles vivent les ignorants, toutefois, sont généralement in-
dignes, désordonnées et déprimantes. Ces personnes préfèrent des en-
droits à l’écart sombres et enfumés, même pour la récréation –bien que
l’âme de l’homme ait été créée pour ressentir du plaisir dans la propreté
et la beauté des lieux.
Allah peut également donner aux musulmans des conditions de vie
confortables et une abondance matérielle dans ce monde, comme nous le
dit le Saint Coran, certains prophètes comme Mohammed, Salomon,
Joseph et Abraham, que le salut soit sur eux, étaient des personnes aux-
quelles l’abondance et la richesse matérielle ont été données. Par exemple,
Allah nous dit qu’Il a rendu Mohammed (pbsl) riche en lui disant : "Ne t’a-
t-Il pas trouvé pauvre ? Alors Il t’a enrichi." (Sourate ad-Duha, 8)
Cependant, notre Prophète était généreux et donnait tout ce qu’il avait aux
autres qui les préférait toujours, et en arrivait même à rester sans le moin-
dre sou, tout simplement à cause de sa générosité et sa confiance en Allah.
Aussi, Allah a donné à Joseph le contrôle sur toutes les trésoreries d’E-
gypte, et lorsque Salomon pria Allah pour qu’Il lui donne un royaume si
grand que personne d’autre ne pourra posséder, Allah a exaucé sa prière.
Dans le verset suivant, Allah dit aux musulmans qu’à travers Sa munifi-
cence, Il les rendra riches. Dans ce cas, Allah mentionne que même si les gens
sont trop pauvres pour se marier, ils devraient le faire car Il les enrichira :

73
L’ISLAM ET LE KARMA

Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos
esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allah les rend
riches par Sa grâce. Car (la grâce d’) Allah est immense et Il est om-
niscient. (Sourate an-Nur, 32)
Allah peut rendre quelques croyants riches, et s’Il le fait, c’est par Sa
grâce et Sa faveur, mais les croyants ne recherchent jamais les bénéfices
matériels de ce monde comme une fin en soi. Leur seul désir est d’obte-
nir la grâce et la miséricorde d’Allah, et de gagner le paradis qu’Allah a
enjolivé d’un nombre infini de bonnes choses. Ils utilisent ainsi les béné-
dictions et la richesse qu’Allah leur a donné de la meilleure façon possi-
ble, afin d’obtenir Sa bénédiction. Ils ne sont pas des gaspilleurs. Ils pro-
tègent ceux qui se trouvent dans le besoin et leur permettent d’apprécier
les bonnes choses qu’Allah a rendues disponibles. Ils utilisent également
tout ce qu’ils possèdent de la meilleure manière possible pour appliquer
les enseignements cités dans le Saint Coran pour qu’ils soient plus répan-
dus et pratiqués.
Contrairement aux croyants, ceux qui renient Allah ont souvent une
vie de stress infini et de souffrance. Bien qu’ils puissent être riches et avoir
tous les bienfaits de ce monde qu’ils pourraient demander, Allah donne à
ces personnes un serrement de cœur :
Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l’Is-
lam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend la poitrine étroite et gênée,
comme s’il s’efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa pu-
nition à ceux qui ne croient pas. (Sourate al-An’am, 125)
Dans un autre verset, Allah nous dit que ceux qui Lui obéissent se-
ront heureux, tandis que ceux qui ne le font pas auront une vie pleine
d’inquiétude :
Et quiconque se détourne de Mon rappel, mènera certes, une vie
pleine de gêne, et le jour de la résurrection Nous l’amènerons
aveugle au rassemblement. (Sourate Ta Ha, 124)
La seule façon pour nous d’avoir une bonne vie aussi bien dans ce

74
Harun Yahya (Adnan Oktar)

monde que dans le prochain, est d’aimer Allah, de Le craindre, d’obtenir


Son amitié et de respecter les règles et les limites établies dans le Coran.
Les croyances superstitieuses, comme la fausse idée du karma, qui ne tire
pas son origine du Saint Coran, ne peut pas donner une véritable solution
à nos besoins pour le bonheur et notre désir de vivre une bonne vie. Allah
nous explique que c’est Lui-même Qui nous secourt de la détresse :
Dis : "C’est Allah Qui vous en délivre ainsi que toute angoisse.
Pourtant, vous Lui donnez des associés." (Sourate al-An’am, 64)

7575
Le karma est
simplement un concept,
dénué de puissance et de conscience
à même d’apporter la justice. Allah,
Le Compatissant, Le Miséricordieux,
le Supérieur et le Puissant est le seul à
véritablement posséder
la justice.
ans les religions indiennes, on croit que le karma est la
loi de la cause et de l’effet, et que c’est cette loi qui incite
les gens à recevoir la récompense de leurs actions. On
ne croit pas en un créateur qui a fait cette loi et qui la fait
respecter, pourtant, la loi du karma fonctionne d’elle-
même. Par exemple, on croit que si quelqu’un effectue des actes comme
donner de l’argent à des organisations caritatives, il connaîtra de la joie.6
Cependant, il ne peut bien sûr pas y avoir une loi métaphysique de ce
genre sans une puissance ou une volonté qui la rendrait possible.
L’un des aspects les plus inacceptables logiquement du concept du
karma est qu’il nous demande de croire que les valeurs morales peuvent
exister sans que personne ne les applique. Même les lois faites par
l’homme ont des administrations et des institutions pour les appliquer.
Par exemple, la pénalité pour le vol est établie dans chaque pays par les
lois. Cependant, ces lois ne fonctionnent jamais d’elles-mêmes ; il y a tou-
jours des autorités, des institutions et des officiels pour les mettre en vi-
gueur. Lorsque quelqu’un commet un vol, les lois ne se mettent pas en
mouvement pour mettre le voleur en prison de leur propre accord, car il
y a un processus de loi à suivre, et qui est effectué par la police, les juges,
les procureurs et les tribunaux. Les juges prononcent le
jugement selon les lois et le criminel est puni
pour ce qu’il a fait.

77
L’ISLAM ET LE KARMA

78
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Dire que le karma est une loi qui peut marcher d’elle-même serait en-
core plus illogique que de dire que les lois d’un pays fonctionnent par leur
propre accord, sans que personne ne les mette en vigueur. Imaginez que
les milliards de gens qui ont vécu sur terre jusqu’à présent ont eu une
nouvelle vie dans laquelle ils reçoivent la juste récompense pour tout ce
qu’ils ont fait. Dans ce cas, qui observera comment ils se comportaient
lorsqu’ils étaient sur la terre ? Qui décidera s’ils étaient bons ou mauvais
? Si la vie que nous avons dans notre prochaine incarnation dépend de ce
que nous faisons dans notre vie présente, il doit sûrement y avoir un pou-
voir qui détermine et planifie notre destin. Dans la philosophie du karma,
toutefois, il n’y a aucun pouvoir de ce genre. Selon cette croyance vague
et irrationnelle, tout cela arrive de lui-même. De plus, on croit aussi que
cette prétendue "loi du karma" traite les gens équitablement et leur donne
la récompense exacte et totale pour leurs actions sans fermer les yeux sur
quoi que ce soit ou commettre des erreurs, bien que cette "loi" n’ait en fait
aucun pouvoir pour faire des jugements ou prendre des décisions. Ce sont
des déclarations tout à fait superstitieuses et n’importe quelle personne
intelligente comprendra immédiatement qu’elles sont illogiques, si elle
réfléchit sur le sujet.
Certaines personnes qui croient au karma déclarent qu"la loi du
karma" fonctionne en accord avec la volonté d'Allah –autrement dit, que
c’est Allah Qui décide si nous avons un bon ou un mauvais karma dans
cette vie, et Qui prépare les conditions dans lesquelles nous vivrons dans
notre prochaine vie. Il y a cependant un fait important que ces personnes
ont laissé passer : il n’y a aucune mention de l’idée du karma dans la vraie
religion comme choisie pour l’humanité par Allah et comme communi-
quée à nous par le Coran. Comme nous l’avons déjà dit dans ce livre, l’i-
dée du karma est une croyance superstitieuse qui n’est pas mentionnée
dans le Coran et qui a plusieurs aspects qui se mettent en conflit avec les
croyances de l’Islam. Pour cela, ceux qui croient en l’existence d’Allah ne
devraient pas perdre leur temps avec des philosophies superstitieuses ;

79
L’ISLAM ET LE KARMA

mais plutôt embrasser le Coran et la Sunna du Prophète Mohammed


(pbsl).

C’est Allah Qui récompense les bonnes actions et


Qui est la source de la justice infinie
Tous ceux qui croient en Allah et qui écoutent la voix de leur intelli-
gence et conscience savent qu’Allah, non pas le karma, est la source de la
justice, et Il nous récompense entièrement de tout ce que nous avons fait
durant notre vie sur terre, et voit tout sans cesse, connaît nos secrets les
plus intimes et est le Tout Puissant, le Seigneur Suprême de l’univers tout
entier. Allah nous dit qu’Il donne Lui-même la récompense totale et com-
plète pour toute bonne ou mauvaise action dans plusieurs versets corani-
ques :
Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant ; et quiconque
viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent. Et on
ne leur fera aucune injustice. (Sourate al-An’am, 160)
Et sois patient. Car Allah ne laisse pas perdre la récompense des
gens bienfaisants. (Sourate Hud, 115)
Ils dirent : "Est-ce que tu es... Certes, tu es Joseph !" Il dit : "Je suis
Joseph, et voici mon frère. Certes, Allah nous a favorisé.
Quiconque craint et patiente.. et très certainement, Allah ne fait
pas perdre la récompense des bienfaisants." (Sourate Yusuf, 90)
Allah récompense, aussi bien dans ce monde que dans le prochain,
chacun de nous pour nos actions de la manière la plus juste. Par exemple,
Il nous dit que ceux qui ne croient pas et qui entrent en conflit avec ceux
qui sont bons et leur causent des difficultés, seront punis par Lui dans ce
monde ainsi que dans l’au-delà. Allah, avec Sa justice infinie, punit les in-
croyants et ceux qui font du mal, défait leurs pièges, leur cause des diffi-
cultés et leur fait vivre une vie difficile et pénible. Tandis que dans cette
vie, Il protège les bons qui croient en Lui et ont confiance en Lui et les éloi-

80
Harun Yahya (Adnan Oktar)

gne du mal ; Il leur facilite les difficultés et leur promet une bonne vie.
Allah nous en parle dans les versets suivants :
Allah appelle à la demeure de la paix et guide qui Il veut vers un
droit chemin. A ceux qui agissent en bien est réservée la meilleure
(récompense) et même davantage. Nulle fumée noircissante, nul
avilissement ne couvriront leurs visages. Ceux-là sont les gens du
paradis, où ils demeureront éternellement. (Sourate Yunus, 25-26)
Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant
croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récom-
penserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions.
(Sourate al-Nahl, 97)
Celui qui donne et craint (Allah) et déclare véridique la plus belle
récompense, Nous lui faciliterons la voie au plus grand bonheur.
Et quant à celui qui est avare, se dispense (de l’adoration d’Allah),
et traite de mensonge la plus belle récompense, Nous lui facilite-
rons la voie à la plus grande difficulté. (Sourate al-Layl, 5-10)

La justice infinie d’Allah se manifestera


le jour du jugement
Le jour du jugement sera le jour où tout ce qui a été fait par les bons
et les mauvais durant toute leur vie sur terre aura sa juste récompense.
Selon le concept du karma, c’est dans notre prochaine incarnation
que nous recevrons la récompense à nos actions. Par exemple, ceux qui
font du mal renaîtront dans leur prochaine vie sous forme de plante ou
peut-être comme des esclaves. Et ceux qui font du bien et aident les autres
seront riches ou bénéficieront d’un rang élevé dans leur prochaine vie.
Toutefois, et comme indiqué auparavant, ce n’est pas une récompense
complète pour les bonnes et les mauvaises actions ; ce n’est pas vrai
non plus que nous venons dans ce monde plusieurs fois, mais seu-
lement une seule et unique fois, après cela,

81
L’ISLAM ET LE KARMA

notre véritable vie –la vie dans l’au-delà, qui continuera pour toujours-
commence.
Lorsque nous mourrons, nous serons ressuscités à nouveau le jour
du jugement et rendrons compte de nos actions sur terre. Tandis que ce
processus de rendement de compte s’effectue, tout ce que nous avons fait,
dit ou pensé tout au long de notre vie sera apporté devant nous, et rien ne
sera laissé, tout sera mis entre nos mains. Dans les versets suivants, on
nous parle du choc subi par les incroyants lorsque leur responsabilité est
placée devant eux ce jour-là :
Et on déposera le livre (de chacun). Alors tu verras les criminels,
effrayés à cause de ce qu’il y a dedans, dire : "Malheur à nous, qu’a
donc ce livre à n’omettre de mentionner ni péché véniel ni péché
capital ?" Et ils trouveront devant eux tout ce qu’ils ont œuvré. Et
ton Seigneur ne fait du tort à personne. (Sourate al-Kahf, 49)
Le jour du jugement lorsque nous serons appelés à rendre des comp-
tes pour ce que nous avons fait durant notre vie sur terre, nous aurons la
récompense exacte et aucune injustice ne sera commise :
Au jour de la résurrection, Nous placerons les balances exactes.
Nulle âme ne sera lésée en rien, fût-ce du poids d’un grain de mou-
tarde que Nous ferons venir ? Nous suffisons largement pour dres-
ser les comptes. (Sourate al-Anbiya, 47)

Les bons recevront leur récompense au paradis, tandis


que les mauvais recevront leur châtiment en enfer
Lorsque les gens seront ressuscités après leur mort, et après avoir
rendu des comptes par la justice d’Allah, ils seront envoyés à leur vraie
demeure –le paradis ou l’enfer- où ils resteront pour toujours. Le paradis
et l’enfer sont divisés en plusieurs rangs afin que nous puissions tous
avoir ce qui nous est dû :
Quiconque vient en criminel à son Seigneur, aura certes l’enfer où

82
Harun Yahya (Adnan Oktar)

83
L’ISLAM ET LE KARMA

il ne meurt ni ne vit. Et quiconque vient auprès de Lui en croyant,


après avoir fait de bonnes œuvres, voilà donc ceux qui auront les
plus hauts rangs, les jardins du séjour (éternel), sous lesquels cou-
lent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Et voilà la ré-
compense de ceux qui se purifient [des péchés]. (Sourate Ta Ha, 74-
76)
Ce sont ceux-là qui ont mérité la sentence [prescrite] en même
temps que des communautés déjà passées avant eux parmi les
djinns et les hommes. Ils étaient réellement perdants. Et il y a des
rangs [de mérite] pour chacun, selon ce qu’ils ont fait, afin qu’Al-
lah leur attribue la pleine récompense de leurs œuvres, et ils ne se-
ront point lésés. Et le jour où les impies seront conduits à l'enfer, il
leur sera dit : "Vous avez dissipé vos [biens] excellents et vous en
avez joué pleinement durant votre vie sur terre : on vous rétribue
donc aujourd’hui du châtiment avilissant, pour l’orgueil dont vous
vous enfliez injustement sur terre, et pour votre perversité.
(Sourate al-Ahqaf, 18-20)
Seul Allah est capable de donner à tout le monde la récompense
exacte pour tout ce qu’ils ont fait sans mauvais traitement ou faute. Allah
voit et sait tout, Allah est pardonneur et miséricordieux, n’oublie rien, ne
se trompe jamais et Il est extrêmement juste.

Allah sait, voit et entend tout


Allah est conscient de tout ce qui se passe sur terre –chaque feuille
qui tombe et chaque pensée intime que les gens ont. C’est ce qu’Il dit dans
ce verset coranique :
C’est Lui Qui détient les clés de l’inconnaissable. Nul autre que
Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme,
comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu’Il ne le sache.
Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de
sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. (Sourate al-An’am,
59)

84
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Par exemple, deux personnes ayant une conversation secrète pensent


qu’ils sont les seuls à en être au courant ; cependant, Allah est également
avec eux pendant qu’ils parlent. Allah entend et Il est conscient de leur
conversation secrète et de tout ce qu’ils se chuchotent. Ceux qui ne pen-
sent pas à la présence d’Allah croient que ces discussions secrètes dans
lesquelles ils planifient de mauvaises actions resteront secrètes pour tou-
jours et ne seront jamais découvertes, alors ils n’en seront jamais punis.
Mais, Allah les voit et les entend, tout le temps :
Ne savent-ils pas qu’Allah connaît leurs secrets et leurs conversa-
tions confidentielles et qu’Allah connaît parfaitement les (choses)
inconnaissables. (Sourate at-Tawbah, 78)
Lorsque Allah, Qui sait et voit tout, donne aux gens la récompense
de leurs actions le jour du jugement, Il révèlera les actions et les pensées
qu’ils imaginaient rester secrètes. Allah sait tout, même ce qui est le plus
secret, comme Il nous le dit à travers les versets coraniques suivants :
A Lui appartient ce qui est dans les cieux et sur la terre, ce qui est
entre eux et ce qui est sous le sol humide. Et si tu élèves la voix, Il
connaît certes les secrets, même les plus cachés. (Sourate Ta Ha, 6-7)
Le jour du jugement, tout sera ré-
vélé ; Allah ne gardera aucun secret, et Il
donnera à toutes les personnes la juste
récompense à leurs actions :
Et puis, après cela vous mourrez.
Et puis au jour de la résurrection
vous serez ressuscités. Nous avons
créé, au-dessus de vous, sept cieux.
Et Nous ne sommes pas inattentifs
à la création. (Sourate Al-
Muminine, 15-17)
Afin qu’un jugement équitable soit
donné à quelqu’un ou quelque chose,

85
86
Harun Yahya (Adnan Oktar)

chaque détail visible et invisible doit être connu. Par exemple, les inten-
tions que nous avions en faisant quelque chose doivent être sues, et ce que
nous pensions et faisions quelquefois et dans des lieux où personne ne
pouvait nous voir doivent également être sus ; le jugement doit être
donné selon ces informations. Seul Allah sait tout et voit ce qui est invisi-
ble. C’est pourquoi Il est le Seul Qui puisse prononcer un jugement sur les
gens avec une justice absolue. Dans le verset suivant, on nous dit qu’Al-
lah est l’Omniscient –Il est conscient de la nature intérieure de chaque
chose et de tous les aspects cachés des affaires :
O vous qui avez cru ! Craignez Allah. Que chaque âme voit bien ce
qu’elle a avancé pour demain. Et craignez Allah, car Allah est par-
faitement connaisseur de ce que vous faites. (Sourate al-Hashr, 18)
Il est évident que le concept du karma est simplement une idée, une
invention humaine dépourvue d’intelligence ou de pouvoir, par exemple,
elle est dépourvue d’attention consciente et ne possède pas d’attributs qui
appartiennent à Allah seul, comme “connaître tous les secrets et même
encore ce qui est plus caché" et “entendre toutes les conversations pri-
vées". Un concept de ce genre ne peut pas posséder une puissance ou une
volonté propre. Il serait extrêmement illogique de renier qu’il en est ainsi.
Ce serait comme dire que quelqu’un pourrait inventer un concept propre
à lui puis dire que ce concept administrerait la justice parmi les gens et ar-
rêterait toutes les guerres dans le monde, ce serait comme dire que tous
ceux qui se répètent cette idée chaque jour deviendraient riches. Une telle
déclaration ne serait pas plus qu’une superstition, un manque total de be-
soin essentiel. Afin qu’il y ait une justice en place, il doit y avoir une vo-
lonté pour faire respecter la justice. Le karma n’est qu’un mot, une idée.
Si nous réfléchissons un peu plus attentivement à ce sujet, nous verrons
combien le concept du karma est irrationnel et illogique.

87
L’ISLAM ET LE KARMA

Allah n’oublie rien et ne se


trompe jamais
Lorsque Allah juge les gens, Il
évalue tout ce qui se passe et tout
ce qui se dit. Le jugement qu’Il
donne est le plus correct et le plus
bénéfique. Après tout, c’est Lui
Qui a tout créé. Toutefois, certaines
personnes à faibles opinions ne
peuvent pas concevoir comment
Allah peut savoir et se rappelle de
tout.
Un exemple de ces personnes
donné dans le Coran est celui de
Pharaon qui a vécu au temps de
Moïse. Lorsque Moïse (psl) a dit
qu’Allah montre à chacun le droit
chemin, Pharaon demanda, que
pourrait-il arriver dans ce cas, aux
gens qui vivaient sur terre les pre-
miers temps, montrant ainsi une
grande ignorance :
Notre Seigneur, dit Moïse,
est Celui Qui a donné à cha-
que chose sa propre nature
puis l’a dirigée. "Qu’en est-il
donc des générations ancien-
nes ? " dit Pharaon. Moïse dit
: "La connaissance de leur
sort est auprès de mon
Seigneur, dans un livre. Mon

88
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Seigneur [ne commet] ni er-


reur ni oubli." (Sourate Ta
Ha, 50-52)
Comme Son infinie justice, la
liberté d’Allah de toute confusion
et le fait qu’Il n’oublie rien est un
attribut de Son essence divine. Par
exemple, parce que les hommes
sont faibles et sont des créatures
qui oublient, ils peuvent oublier le
bien ou le mal fait par un ami ou
alors ils peuvent se rappeler des
détails incorrectement ou seule-
ment partiellement. Ceci a généra-
lement un effet négatif sur leur ca-
pacité à penser équitablement et
prendre des décisions correctes.
Cependant, Allah est le
Préservateur (Al Hafiz). Autrement
dit, Il préserve tout en détail. Il est
le Seul dont le savoir englobe tout
ce qu’Il a créé. Par exemple, tout ce
qui concerne quelqu’un le premier
jour d’école –tout ce qu’il dit, sa
façon de marcher et chaque geste
de son comportement- toutes ces
choses sont présentes dans la con-
naissance d’Allah dans toute leur
fraîcheur, exactement comme elles
se sont produites ce jour-là. Et tout
ce qui concerne un fermier ayant

89
L’ISLAM ET LE KARMA

vécu au temps d’Ibrahim (psl) le jour où il a planté des graines dans son
champ est également présent chez Allah. Le jour du jugement, tous ces
détails seront observables, avec toute l’imminence qu’ils avaient le jour où
ils se sont vraiment produits, comme s’ils avaient lieu à ce moment même.
Allah n’oublie rien du tout ; tout est constamment présent dans la
conscience de notre Seigneur. C’est pourquoi Allah peut donner à chacun
de nous la récompense exacte à toutes ses actions. Il est vraiment super-
stitieux d’attendre qu’un concept imaginaire comme le karma puisse ad-
ministrer la justice parmi les gens ; c’est irrationnel et illogique.

Allah est le plus Miséricordieux et Pardonneur


Il y a plusieurs versets qui nous révèlent qu’Allah est miséricordieux,
bienveillant et pardonneur envers Ses serviteurs :
N’as-tu pas vu qu’Allah vous a soumis tout ce qui est sur la terre
ainsi que le vaisseau qui vogue sur la mer par Son ordre ? Il retient
le ciel de tomber sur la terre, sauf quand Il le permettra. Car Allah
est plein de bonté et de miséricorde envers les hommes. (Sourate
al-Hajj, 65)
Et ton Seigneur est en vérité Lui le Tout Puissant, le Très
Miséricordieux. (Sourate ash-Shu’ara, 9)
Quiconque agit mal ou fait du tort à lui-même, puis aussitôt im-
plore d’Allah le pardon, trouvera Allah pardonneur et miséricor-
dieux. (Sourate an-Nisa, 110)
Allah, Qui est infiniment miséricordieux, pardonne les mauvaises ac-
tions de Ses serviteurs s’ils se repentent et changent de conduite. Il trans-
forme les mauvaises actions en bonnes ; tout au long de leur vie sur terre,
Il leur donne des opportunités pour se corriger. Dans le Coran, Il nous dit
que s’Il devait nous punir tous pour nos mauvaises actions immédiate-
ment, il n’y aurait plus aucun être vivant sur terre. Cependant, Allah teste
Ses serviteurs par le biais du temps qu’Il leur donne, et leur donne d’in-

90
Harun Yahya (Adnan Oktar)

nombrables opportunités pour obtenir Sa grâce et Sa miséricorde, et d’at-


teindre le paradis. Dans ce verset, Il décrit comment Il nous donne une
période de temps précise pour effectuer ces tâches :
Si Allah s’en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait
sur cette terre aucun être vivant. Mais Il les renvoie jusqu’à un
terme fixe. Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retar-
der d’une heure ni l’avancer. (Sourate al-Nahl, 61)
Ceux qui ont foi en Allah et ont confiance en Lui, qui savent
qu’Allah est infiniment juste et miséricordieux et se soumettent à Lui,
connaîtront la paix de l’esprit et une confiance intérieure dans l’Au-delà,
sachant avec certitude qu’ils recevront la juste récompense à leurs actions
sur terre, et qu’aucune injustice quelle ne leur sera faite.
Toutefois, ceux qui choisissent comme guide une loi, une règle ou un
mythe comme l’idée du karma qui n’a pas de place dans la religion de la
vérité, commettent de graves erreurs. Ils ont oublié qu’aucune loi imagi-
naire, aucun être ni personne impuissante ; eux-mêmes créés et qui sont
incapables de créer quoi que ce soit, ont inventé et donné un nom ; ne
peut leur être utile, ni dans ce monde ni dans le prochain. Ces personnes
ignorent le fait que tous ces concepts sont de "faux dieux" qui ne peuvent
pas administrer la justice aux hommes et n’ont aucun pouvoir pour res-
susciter ou faire renaître les gens à la vie de nouveau après leur mort ou
déterminer quelles vies ils auront dans le premier lieu. Ces personnes de-
vraient savoir qu’Allah est l’Unique Créateur de l’humanité, et que Lui
seul a le pouvoir de juger et de comprendre les raisons cachées des cho-
ses. C’est ce qu’Allah nous dit dans le Coran :
Chercherai-je un autre juge qu’Allah, alors que c’est Lui Qui a fait
descendre vers vous ce Livre bien exposé ? Ceux auxquels Nous
avons donné le Livre savent qu’il est descendu avec la vérité ve-
nant de ton Seigneur. Ne sois donc point du nombre de ceux qui
doutent. (Sourate al-An’am, 114)

91
Le Coran est le seul
véritable guide pour toute
l’humanité. Il est resté inaltéré
depuis le jour de sa première
révélation..
omme nous l’avons déjà dit, plusieurs personnes recher-
chent l’amour, la paix, la confiance intérieure, l’amitié, la mi-
séricorde et la bienveillance –des choses que seul Allah peut
leur donner-en s’éloignant d’Allah, comme l’idée du karma.
Ces croyances sont, toutefois, basées sur la superstition et l’erreur. Seul Allah,
notre Créateur, Qui comprend notre nature intérieure et sait comment nous
pouvons être heureux et satisfaits. Pour cela, la manière la plus correcte et la
meilleure pour nous à suivre est le chemin qui nous est montrée par Allah qui
a décrit la bonne façon et la bonne religion pour nous dans le Coran, Sa plus ré-
cente révélation. C’est ce qu’Allah dit à ce sujet :
C’est le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute, c’est un guide pour
les pieux. (Sourate al-Baqarah, 2)
Allah a révélé le Coran au Prophète Mohamed (pbsl) pour nous le faire
parvenir, pour nous expliquer le but pour lequel l’humanité, la vie dans ce
monde et la mort ont été créés, de nous parler de l’existence de l’au-delà, la
fin du monde et le jour du jugement, et de nous parler de plusieurs choses es-
sentielles que nous devions savoir comme les bonnes qualités de caractères
qui font plaisir à Allah. Allah S’est révélé aux autres prophètes avant qu’Il ne
révèle le Coran, mais tous les précédents Livres divinement révélés, avec le
temps, sont devenus partiellement altérés. Toutefois, le
Coran est la révélation divine la plus récente et
n’a jamais été modifié. Allah

93
L’ISLAM ET LE KARMA

94
Harun Yahya (Adnan Oktar)

nous dit que le Saint Coran sera protégé, et ne connaîtra aucun change-
ment, dans le verset suivant :
En vérité c’est Nous Qui avons fait descendre le Coran, et c’est
Nous Qui en sommes gardiens. (Sourate al-Hijr, 9)
Les croyants sont absolument confiants en sachant que le Coran est
la parole d’Allah et le seul guide pour l’humanité. C’est une très grande
évidence. Par exemple, le style inimitable dans lequel le Coran est écrit et
les significations cachées sont des preuves évidentes qu’il vient d’Allah.
De plus, il y a plusieurs miracles dans le Coran. Par exemple, il nous parle
de quelques faits scientifiques qui n’étaient pas connus au temps de sa ré-
vélation, il y a environ 1400 ans, mais ont été découverts seulement au
XXème siècle.
A part ces faits scientifiques, le Coran contient également des infor-
mations sur des événements futurs. Plusieurs autres miracles du Coran
ont eu lieu lorsque ces événements se sont véritablement produits au
cours de l’histoire. Une autre caractéristique marquante du Coran est le
fait qu’il soit entièrement débarrassé des contradictions. Tout au long de
l’histoire, les ennemis de l’Islam ont approché le Coran avec des esprits
préjudiciables, et ont fourni de très grands efforts afin de trouver quelque
chose qui fut, selon leur propre logique superficielle, contradictoire. Mais
le Coran, étant la parole d’Allah, ne contient aucune contradiction quelle
qu’elle soit. Allah nous parle de cette caractéristique du Coran dans le ver-
set suivant :
Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S’il provenait d’un autre
qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions ! (Sourate
an-Nisa, 82)

Le Coran est un guide qui nous aide à distinguer le vrai


du faux
Il y a plusieurs idées, philosophies et croyances actuellement dans le
monde, qui sont basées sur des croyances, des idées et des pratiques su-

95
L’ISLAM ET LE KARMA

perstitieuses et dangereuses, bien qu’elles aient également quelques caracté-


ristiques positives. Le concept du karma, par exemple, contient plusieurs élé-
ments erronés et superstitieux. Il est vrai qu’il y a des choses qui le concernent
qui pourraient encourager les gens à mener une bonne vie moralement.
Cependant, la seule manière de distinguer ce qui est véritablement bien de ce
qui est véritablement mauvais est de consulter le Saint Coran et la Sunna du
Prophète (pbsl), qu’Allah nous a envoyé comme seul guide. Tout au long de
ce livre, nous avons décrit quelques caractéristiques du karma, et avons expli-
qué pourquoi différents aspects de cette idée sont vrais ou faux. En le faisant,
notre seul critère et source de référence ont été les versets du Saint Coran. Par
exemple, en critiquant la croyance en la réincarnation qui forme la base de la
philosophie de karma, nous avons été guidés par le Coran. La raison à cela est
que toutes les sources, à part le Livre d’Allah et la Sunna de Mohamed (pbsl),
sont les produits de la pensée humaine, alors ils ne peuvent absolument pas
être fiables. L’unique source absolument crédible est le Livre d’Allah et la
Sunna de Son Messager. Ceux qui se font des illusions du fait qu’ils puissent
vivre leur vie selon un autre livre ou source ne peuvent pas éviter l’erreur.
Allah nous parle de la capacité du Coran à distinguer le vrai du faux
dans le verset suivant :
Auparavant, en tant que guide pour les gens. Et il a fait descendre le
discernement. Ceux qui ne croient pas aux révélations d’Allah auront,
certes, un dur châtiment ! Et Allah est puissant, détenteur du pouvoir
de punir. (Sourate al-Imran, 4)
Le Saint Coran est l’unique Livre qui montre à l’humanité le chemin vers
la libération, qui nous avertit sur notre vie éternelle après la mort, qui indi-
que le chemin droit et qui est capable d’être un guide pour ceux qui veulent
obtenir la grâce d’Allah et Sa miséricorde, et d’atteindre Son paradis. Et la re-
ligion de l’Islam, comme elle nous est communiquée dans le Coran, est l’uni-
que religion choisie par Allah pour l’humanité au cours de cette ère. Allah
nous en parle dans ce verset :
Et quiconque désire une religion autre que l’islam, ne sera point
agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants. (Sourate al-Imran,

96
Harun Yahya (Adnan Oktar)

85)

97
Ou que vous di-
siez: ‹Si c'était à nous
qu'on avait fait descendre le
L i v re que nous aurions certainement
été mieux guidés qu'eux.› Voilà certes que
vous sont venus, de votre Seigneur, preuve, guidée et
miséricorde. Qui est plus injuste que celui qui traite de men-
songes les versets d'Allah et qui s'en détourne? Nous punirons
ceux qui se détournent de Nos versets, par un mau-
vais châtiment, pour s'en être détournés.
(Sourate al-Anam, 157)
ans plusieurs religions orientales, comme le concept du
karma et d’autres croyances de ce genre, il y a évidemment
quelques caractéristiques empruntées ou héritées des véri-
tables religions ou des anciens peuples. Toutefois, au cours
du temps, ces croyances ont été altérées en raison de l’addi-
tion d’éléments de superstition et de mythes transmis de génération en géné-
ration. Tandis qu’ils demandent aux gens d’adopter des qualités morales po-
sitives et de vivre en paix, ils contiennent également plusieurs éléments irra-
tionnels comme adorer des vaches, les saluer comme si c’étaient des person-
nes, et considérer les souris et les singes comme des êtres sacrés. C’est pour-
quoi tous ceux qui désirent apporter des qualités positives comme la paix,
l’amour, l’amitié et le consentement intérieur dans leur vie, et qui désirent
sincèrement garantir que ces qualités deviennent plus répandues parmi l’hu-
manité en général, devraient se diriger vers Allah et vers le Saint Coran, le
livre qu’Il nous a révélé et choisi pour nous comme guide. C’est seulement
dans le Coran que nous trouverons la solution à chaque problème qui nous
inquiète et que nous voulons régler. Allah a créé chacun de nous de telle
façon à ce que nous trouvions la paix de l’esprit si nous suivons la religion
qu’Il a Lui-même choisie pour nous :
Dirige tout ton être vers la religion exclusivement [pour Allah], telle
est la nature qu’Allah a originellement donnée aux hommes –pas de
changement à la création d’Allah- Voilà la religion de
droiture ; mais la plupart des gens ne savent
pas. (Sourate ar-Rum, 30)

99
100
haque détail dans cet univers est le signe d'une création su-
périeure. A l'inverse du matérialisme, qui cherche à nier la
réalité de la création dans l'univers, et qui n’est en fait
qu'une tromperie qui n'a rien de scientifique.
Une fois le matérialisme infirmé, toutes les autres théories fondées
sur cette philosophie deviennent caduques. La principale parmi ces der-
nières n’est autre que le darwinisme, autrement dit, la théorie de l'évolu-
tion. Cette théorie, qui soutient que la vie est née de la matière inanimée
par pure coïncidence a été démolie par la reconnaissance que l'univers a
été créé par Allah. C'est Allah Qui a créé l'univers et qui l'a conçu dans le
moindre détail. De ce fait, il est impossible que la théorie de l'évolution,
qui soutient que les êtres vivants n'ont pas été créés par Allah mais sont
le produit de coïncidences, soit vraie.
La théorie de l'évolution ne résiste ni à l'analyse ni aux dernières dé-
couvertes scientifiques. La conception de la vie est extrêmement com-
plexe et étonnante. Dans le monde inanimé, par exemple, nous pouvons
explorer la fragilité des équilibres sur lesquels reposent les ato-
mes et plus loin, dans le monde animé, nous pouvons
observer la complexité de la conception qui a
pu unir ces atomes et

101
L’ISLAM ET LE KARMA

comment sont extraordinaires les


mécanismes et les structures telles
que les protéines, les enzymes et les
cellules, qui en sont issues.
Cette conception extraordinaire
de la vie a réfuté le darwinisme à la
fin du 20ème siècle.
Nous avons traité ce sujet, en
plein détail, dans certaines de nos
autres études et nous continuons
toujours à le faire. Cependant, nous
pensons qu'en raison de son impor-
tance, il serait utile de résumer ce
qui a été avancé.
Charles Darwin

L'effondrement scientifique du darwinisme


Bien que cette doctrine remonte à la Grèce antique, la théorie de l'évolu-
tion n'a été largement promue qu'au 19ème siècle. Le développement le plus
important qui a irrésistiblement propulsé cette théorie comme sujet majeur
dans le monde scientifique est la publication en 1859 du livre de Charles
Darwin intitulé L'origine des espèces. Dans ce livre, Darwin a nié que les dif-
férentes espèces vivantes sur terre aient été créées séparément par Allah.
Selon Darwin, tous les êtres vivants auraient un ascendant commun et se se-
raient diversifiés à travers le temps suite à de petits changements.
La théorie de Darwin n'est basée sur aucune découverte scientifique con-
crète ; comme il l'a lui-même admis, il ne s'agit en fait que d'une "hypothèse".
De plus, comme il le reconnaît dans le long chapitre de son livre intitulé "Les
difficultés de la théorie", cette théorie a échoué à donner des réponses aux
plusieurs questions cruciales qui l’entourent.
Darwin a donc investi tous ses espoirs dans les nouvelles découvertes
scientifiques, qu'il espérait voir résoudre "les difficultés de la théorie".

102
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Cependant, contrairement à ses espérances, les découvertes scientifiques ont


étendu les dimensions de ces difficultés.
La défaite du darwinisme face à la science peut être résumée en trois
points essentiels :
1) Cette théorie ne peut en aucun cas expliquer comment la vie a été
produite sur terre ;
2) Il n'existe aucune découverte scientifique démontrant que les "méca-
nismes évolutionnistes" proposés par cette théorie aient quelque pouvoir
pour se développer.
3) Les fossiles à notre disposition révèlent, tout à fait, le contraire de ce
que suggère la théorie de l'évolution.
Dans cette section, nous examinerons sommairement ces trois points es-
sentiels.

La première étape insurmontable : l'origine de la vie


La théorie de l'évolution se base, en principe, sur le fait que toutes les es-
pèces vivantes se sont développées à partir d'une cellule vivante unique qui
est apparue sur terre il y a 3,8 milliards d'années. Mais la théorie de l'évolu-
tion ne peut répondre au fait de savoir comment une seule cellule a pu pro-
duire des millions d'espèces vivantes aussi complexes. Et si une telle évolu-
tion s'est vraiment produite, pourquoi les traces de cette évolution ne peu-
vent-elles être observées dans les archives fossiles ? Mais, tout d'abord, nous
devons analyser le premier stade du processus évolutionniste présumé.
Comment est apparue cette "première cellule" ?
Comme la théorie de l'évolution nie la création et n'accepte aucune sor-
te d'intervention surnaturelle, elle entretient l'idée que "la première cellule"
était accidentellement née suivant les lois de la nature, mais sans aucune con-
ception préalable, ni plan, ni arrangement d'aucune sorte. Selon cette théorie,
la matière inanimée doit avoir produit accidentellement une cellule vivante.
C'est, hélas, une revendication incompatible avec les règles élémentaires des
sciences biologiques.

103
L’ISLAM ET LE KARMA

"La vie vient de la vie"


Dans son livre, Darwin n'a jamais mentionné l'origine de la vie. Les
connaissances scientifiques primitives de son époque étaient fondées sur
la supposition que les êtres vivants avaient une structure très simple.
Depuis les temps médiévaux, la génération spontanée est une théorie lar-
gement partagée. Elle affirme que des matières non vivantes s'associent
pour former des organismes vivants. On croyait ainsi que les insectes
naissaient des restes de nourriture et que les souris provenaient du blé.
Des expériences intéressantes ont été conduites pour tenter de démontrer,
en vain, la véracité de cette théorie. Du blé a été placé sur un chiffon sale
dans l'espoir que des souris en sortent au bout d'un moment, mais sans
succès.
L'apparition de vers sur de la viande a, par contre, été considérée à
tort comme une preuve de génération spontanée. Or, quelque temps plus
tard, il est devenu manifeste que les vers n'apparaissaient pas sur la
viande spontanément, mais y étaient transportés par des mouches sous
forme de larves, invisibles à l'œil nu.
D'autre part, durant la période où Darwin a écrit L'origine des espèces,
l'idée que les bactéries pouvaient apparaître de la matière inanimée était
largement partagée dans le milieu scientifique.
Mais, cinq ans après la publication du li-
vre de Darwin, la découverte de Louis Pasteur
a réfuté cette croyance qui constituait la base
de la théorie de l'évolution. Après une longue
période consacrée à la recherche et l'expéri-

Louis Pasteur a démontré l’impossibilité de la pré-


tention que "la matière inanimée peut être à l’ori-
gine de la vie".

104
Harun Yahya (Adnan Oktar)

mentation, Pasteur conclut de façon définitive : "La revendication que la ma-


tière inanimée peut produire la vie est enterrée dans l'histoire pour toujours."7
Les avocats de la théorie de l'évolution se sont longtemps opposés
aux découvertes de Pasteur. Depuis lors, le développement de la science
a révélé comment était complexe la structure de la cellule d'un être vivant,
et l'idée que la vie puisse naître accidentellement se trouve dans une im-
passe plus grande encore.

Les efforts peu concluants du 20ème siècle


Le premier évolutionniste qui s’est intéressé à la question de l'origine
de la vie au 20ème siècle fut le célèbre biologiste russe, Alexandre Oparin.
Il proposa diverses thèses dans les années trente pour tenter de prouver
que la cellule d'un être vivant serait le fruit du hasard. Ces études, cepen-
dant, furent condamnées à l'échec et Oparin a dû faire la confession sui-
vante :
Malheureusement, l'origine de la cellule reste, en réalité, une ques-
tion qui représente le point le plus sombre de toute la théorie de l'é-
volution.8
Les disciples évolutionnistes d'Oparin ont essayé de continuer les ex-
périences pour résoudre l'énigme de l'origine de la vie. L'expérience la
plus célèbre est celle du chimiste américain Stanley Miller en 1953. Lors
de son expérience, il associa les gazes qui étaient censés exister dans l'at-
mosphère initiale de la terre, puis y ajouta de l'énergie. Miller réussit à
synthétiser plusieurs molécules organiques (des acides aminés) présentes
dans la structure des protéines.
Mais il ne fallut que quelques années pour apprendre que cette expé-
rience, qui avait alors été présentée comme un pas important achevé au
nom de la théorie de l'évolution, devait être invalidée car l'atmosphère
utilisée dans l'expérience différait largement de celle des conditions réel-
les de la terre.9

105
L’ISLAM ET LE KARMA

L’un des mensonges les plus sérieux avancés par les évolutionnistes consiste à
imaginer que la vie ait pu apparaître spontanément sur une terre dite “primitive”,
telle qu’elle est représentée sur l’image ci-dessus. Ils essayèrent notamment d’é-
tayer leurs idées par leurs études menées comme par exemple l’expérience de
Miller. Leurs efforts se soldèrent une fois encore par un échec au vu des faits scien-
tifiques : des résultats obtenus dans les années 1970 prouvèrent que l’atmosphère
supposée exister à l’époque de la terre primitive était totalement inadaptée à la vie.

Après un long silence, Miller reconnut que les conditions atmosphé-


riques mises en place n'étaient pas réalistes.10
Tous les efforts des évolutionnistes tout au long du 20ème siècle pour
expliquer l'origine de la vie se sont soldés par des échecs. Jeffrey Bada, gé-
ochimiste de l'Institut Scripps de San Diego, le reconnaît dans un article
qu'il publie dans le magazine Earth en 1998 :
Aujourd'hui, alors que le 20ème siècle touche à sa fin, nous nous
trouvons toujours face au plus grand problème non résolu et que
nous avions toujours eu depuis le début du 20ème siècle : quelle est
l'origine de la vie sur terre ?11

106
Harun Yahya (Adnan Oktar)

La structure complexe de la vie


La cause principale de l'impasse majeure dans laquelle se trouve la
théorie de l'origine évolutionniste de la vie réside dans le fait que même
les organismes vivants considérés comme les plus simples ont des struc-
tures incroyablement complexes. La cellule d'un être vivant est plus com-
plexe que tous les produits technologiques développés par l'homme.
Aujourd'hui, même dans les laboratoires les plus développés du monde,
une cellule vivante ne peut pas être produite, en associant uniquement
des matières inorganiques.
Les conditions requises pour la formation d'une cellule sont trop im-
portantes en terme de quantité pour pouvoir avancer l'idée de coïnciden-
ces et la retenir comme explication convaincante. La probabilité que les
protéines, composantes de la cellule, soient synthétisées par hasard est de
l'ordre de 1 pour 10950 pour une protéine moyenne composée de 500 aci-
des aminés. En mathématiques, une probabilité de l'ordre de 1 sur 1050 est
considérée comme relevant quasiment du domaine de l'impossible.
La molécule d'ADN, qui se trouve dans le noyau de la cellule et
qui stocke l'information génétique, est une banque de données in-
croyable. Selon les calculs établis, si l'information codée de l'ADN était
retranscrite, on obtiendrait l'équivalent d'une bibliothèque géante
composée de 900 volumes d'encyclopédies de 500 pages chacun.
A ce stade, nous sommes confrontés à un dilemme très intéressant :
l'ADN ne peut se reproduire qu'à l'aide de quelques protéines spécialisées
(les enzymes). Et la synthèse de ces enzymes ne peut être obtenue qu'en
utilisant l'information codée de l'ADN. Mais comme les uns dépendent
des autres, ils doivent exister en même temps pour que la reproduction se
fasse, et ce qui plonge dans une impasse totale le scénario de la vie pro-
duite par elle-même. Le célèbre évolutionniste, le professeur Leslie Orgel,
de l'Université de San Diego en Californie, le reconnaît dans la publica-
tion du numéro de septembre 1994 du magazine Scientific American :
Il est extrêmement improbable que des protéines et des acides nuclé-

107
L’ISLAM ET LE KARMA

iques, tous les deux reconnus comme étant structurellement com-


plexes, aient surgi spontanément au même endroit, et ce en même
temps. Tout comme il semble impossible d'avoir l'un sans l'autre. Et
donc, à priori, il est possible de conclure que la vie n'a jamais pu être le
résultat de réactions chimiques.12
S'il est impossible que la vie soit apparue à la suite de causes naturel-
les, alors l'idée qu'elle a été "créée" de façon surnaturelle doit être admise. Ce
fait contredit clairement la théorie de l'évolution dont le but principal est de
nier l'idée de création.

Les mécanismes imaginaires de l'évolution


Le deuxième élément important qui remet en question la théorie de
Darwin est que les deux concepts clefs de la théorie, considérés comme "les
mécanismes évolutionnistes", n'avaient en fait aucune réalité évolutionniste.
Darwin a entièrement fondé sa théorie de l'évolution sur le mécanisme
de la "sélection naturelle". L'importance accordée à ce mécanisme ressort
clairement de l'intitulé même de son livre : L'origine des espèces, au moyen de
la sélection naturelle…
Pour la sélection naturelle, les êtres vivants qui sont les plus forts et les
mieux adaptés aux conditions naturelles de leur environnement sont les
seuls à pouvoir survivre, et ce dans le cadre de ce qu’on appelle la lutte pour
la vie. Ainsi, dans un troupeau de cerfs sous la menace d'animaux sauvages,
seuls les plus rapides survivent. De ce fait, le troupeau de cerfs sera com-
posé uniquement des individus les plus rapides et les plus forts. Mais il est
incontestable que ce mécanisme n'entraîne aucune évolution du cerf et ne le
transforme pas non plus en une autre espèce vivante telle que le cheval.
Le mécanisme de sélection naturelle n'a donc aucun pouvoir évolution-
niste. Darwin en était totalement conscient et a dû l'exposer dans son livre
L'origine des espèces en disant : "La sélection naturelle ne peut rien faire jusqu'à ce
que des variations favorables aient la chance de se produire."13

108
Harun Yahya (Adnan Oktar)

L'influence de Lamarck
Comment ces "variations favorables" pourraient-elles ainsi se produire ?
Darwin a essayé de répondre à cette question en se fondant sur la connais-
sance scientifique limitée de son époque. Selon le biologiste français Lamarck,
qui vécut avant Darwin, les créatures vivantes transmettraient les caractéris-
tiques acquises pendant leur vie à la génération suivante. Ces caractéristi-
ques, qui s’accumulent d'une génération à une autre, entraîneraient la forma-
tion d'une nouvelle espèce. Selon Lamarck, les girafes, à titre d'exemple, au-
raient évolué à partir des antilopes ; ayant lutté pour manger les feuilles des
grands arbres, leurs cous se seraient allongés de génération en génération.
Darwin a aussi proposé des exemples similaires, et dans son livre
L'origine des espèces, a affirmé, par exemple, que certains ours qui se rendaient
dans l'eau pour trouver de la nourriture se seraient transformés en baleines
avec le temps.14
Cependant, les lois de l'hérédité découvertes par Mendel et vérifiées en-
suite par la science de la génétique, et qui se sont développées au 20ème siè-
cle, ont complètement démoli la légende selon laquelle des caractéristiques
seraient transmises aux générations suivantes. Ainsi, la théorie de la sélection
naturelle est tombée en éclipse en tant qu'élément dans l'histoire de l'évolu-
tion.

Le biologiste fran-
çais Lamarck défen-
dit l’idée selon la-
quelle les girafes
sont les descendan-
tes d’antilopes.
Alors qu’en réalité,
les girafes sont le
fruit de la création
d’Allah, comme tous
les autres êtres vi-
vants.

109
L’ISLAM ET LE KARMA

Le néodarwinisme et les mutations


Pour trouver une solution, les darwinistes ont avancé l'idée de "la
théorie synthétique moderne", plus communément connue sous le terme
de "néodarwinisme", et ce à la fin des années 1930. A la sélection naturelle,
le néodarwinisme a ajouté les mutations qui sont des altérations formées
dans les gènes des créatures vivantes en raison de facteurs externes com-
me la radiation ou des erreurs de reproduction comme étant "la cause de
variations favorables".
Aujourd'hui, le modèle qui représente la théorie de l'évolution dans
le monde est le néodarwinisme. La théorie maintient que des millions de
créatures vivantes sur la terre se sont formées suite à un processus par le-
quel de nombreux organes complexes de ces organismes comme les
oreilles, les yeux, les poumons et les ailes, ont subi "des mutations", c'est-
à-dire des désordres génétiques. Pourtant, une évidence scientifique con-
tredit cette théorie : les mutations n'aident pas les créatures vivantes à se
développer, bien au contraire, elles leur toujours été nuisibles.
La raison en est très simple : l'ADN a une structure très complexe et
des changements aléatoires ne peuvent qu'avoir des effets destructeurs.
C'est ce que nous explique le généticien américain, B. G. Ranganathan :
Tout d’abord, les mutations sont infimes dans la nature, et secundo,
elles sont à la plupart nuisibles vu leur caractère aléatoire., plutôt que
des changements ordonnés de la structure de gènes ; n'importe quel
changement aléatoire dans un système fortement ordonné ne sera
que pour le plus mauvais, et pas pour le mieux bien sûr. Par exem-
ple, si un tremblement de terre devait secouer une structure forte-
ment ordonnée, comme le cas d’un bâtiment, il y aurait un change-
ment aléatoire dans la structure de ce bâtiment, qui ne serait pas du
tout une amélioration dans tous les cas.15
C'est sans surprise qu'aucun exemple de mutation utile, c'est-à-dire
qui est censé développer le code génétique, n'a été observé jusqu'ici.
Toutes les mutations se sont avérées nuisibles. Il a été observé que la mu-

110
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Suite à la catastrophe de Tchernobyl, de nombreux bébés sont nés avec des


malformations. Les évolutionnistes associent les mutations aux origines des
êtres vivants. Or, cette photo témoigne des effets désastreux sur les êtres hu-
mains des mutations.

tation, qui est présentée comme "un mécanisme évolutif", n'est en réalité
qu'une modification génétique qui nuît aux êtres vivantes et les handi-
cape. (La mutation la plus célèbre chez l'être humain est le cancer). Un
mécanisme destructif ne peut en aucun cas être "un mécanisme évolutif".
Par ailleurs, la sélection naturelle "ne peut rien faire par elle-même" com-
me Darwin l'a aussi admis. Ceci nous montre qu'il n'existe aucun "méca-
nisme évolutif" dans la nature. Et puisque c’est le cas notamment, le pro-
cessus imaginaire de "l'évolution" ne saurait se produire.

Le relevé des fossiles : aucune trace de


formes intermédiaires
La preuve la plus évidente que le scénario suggéré par la théorie de
l'évolution ne s'est pas produit, n’est autre que les archives fossiles qui
nous la fournissent.
Selon la théorie de l'évolution, chaque espèce vivante est issue d'une

111
F O S S I L E S V I VA N T S

FOSSILE DE CREVETTE DATANT DE


CREVETTE
195 MILLIONS D’ANNEES

FOSSILE DE LIBELLULE DATANT DE


LIBELLULE
150 MILLIONS D’ANNEES

FOSSILE DE FOURMI DATANT DE


FOURMI
100 MILLIONS D’ANNEES

REQUIN FOSSILE DE REQUIN DATANT DE 400


MILLIONS D’ANNEES

112
Harun Yahya (Adnan Oktar)

espèce qui l'a précédée. Une espèce existante précédemment se métamor-


phose en quelque chose d'autre au cours du temps, et toutes les espèces
sont venues en vie de cette façon. Selon cette théorie, cette transformation
se met en place graduellement sur des millions d'années.
Si cela avait été le cas, alors de nombreuses espèces intermédiaires
auraient dû exister et vivre durant cette longue période de transforma-
tion.
Par exemple, certaines espèces mi-poisson/mi-reptiles auraient dû
exister dans le passé et acquérir des caractéristiques de reptiles en plus de
celles de poissons qu'elles avaient déjà. Ou il aurait dû exister des oiseaux
reptiles ayant acquis quelques caractéristiques d'oiseaux en plus des cel-
les des reptiles qu'ils avaient déjà. Comme ils étaient dans une phase de
transition, il devait alors s'agir de créatures vivantes déformées, déficien-
tes et infirmes. Les évolutionnistes, qui se réfèrent à ces créatures imagi-
naires, pensent qu'elles ont vécu dans le passé en tant que "formes inter-
médiaires".
Si de tels animaux avaient réellement existé, il devrait y en avoir des
millions, voire des milliards en nombre et en variété. Plus important en-
core, il devrait exister des traces de ces étranges créatures dans le relevé
des fossiles. Dans son livre, L'origine des espèces, Darwin l'explique :
Si ma théorie est correcte, des variétés intermédiaires innombrables, liant in-
timement toutes les espèces du même groupe, devraient certainement avoir
existé… Par conséquent, la preuve de leur existence précédente ne pourrait
être retrouvée que parmi les restes de fossiles.16

Les espoirs de Darwin volent en éclats


Cependant, malgré une recherche acharnée de fossiles dans le mon-
de entier, depuis le milieu du 19ème siècle, les évolutionnistes n'ont pas
retrouvé la moindre forme intermédiaire. Tous les fossiles retrouvés pen-
dant la période des fouilles ont montré que, contrairement à ce qu'espé-

113
L’ISLAM ET LE KARMA

raient les évolutionnistes, la vie sur terre est bien apparue de manière sou-
daine et entièrement formée.
Un célèbre paléontologue britannique, Derek V. Ager, l'admet bien
qu'il soit lui-même un évolutionniste :
Ce qui apparaît à l'examen minutieux des fossiles, que ce soit au ni-
veau des ordres ou des espèces, n’est pas, à maintes reprises, l'évolu-
tion progressive mais l'explosion soudaine d'un groupe aux dépens
d'un autre.17
Cela signifie que, selon les archives fossiles, toutes les espèces vivan-
tes sont apparues de façon soudaine et entièrement formées, sans aucune
forme intermédiaire. C'est exactement le contraire des suppositions de
Darwin. Ce qui est la preuve déterminante que les créatures vivantes ont
bien été créées. La seule explication à ce qu'une espèce vivante apparaisse
de façon aussi soudaine et entièrement formée sans aucun ancêtre inter-
médiaire est que cette espèce a été créée. C'est également ce qu'admet le
célèbre biologiste évolutionniste Douglas Futuyama :
La création et l'évolution épuisent à elles seules les explications pos-
sibles sur l'origine des êtres vivants. Ou que les organismes sont ap-
parus sur terre entièrement développés ou ils ne le sont pas. S'ils ne
sont pas apparus entièrement développés, alors ils doivent s'être dé-
veloppés à partir d'espèces préexistantes grâce à un processus de
modification. S'ils sont vraiment apparus entièrement développés,
ils doivent en effet avoir été créés par une intelligence toute puis-
sante.18
Les fossiles montrent que les créatures vivantes sont apparues sur
terre dans un état complet et parfait. Cela signifie que "l'origine des espè-
ces" est à l'opposé des suppositions de Darwin. Il s'agit non pas d'évolu-
tion, mais de création.

114
Harun Yahya (Adnan Oktar)

La légende de l'évolution humaine


Le sujet le plus souvent évoqué par les défenseurs de la théorie de l'é-
volution est celui de l'origine de l'homme. Les darwinistes prétendent que
l'homme d'aujourd'hui s'est développé à partir de quelques créatures qui
ressemblent au singe. Pendant le prétendu processus évolutionniste, que
l'on suppose avoir commencé avant 4 à 5 millions d'années, il a été affirmé
que certaines "formes intermédiaires" entre l'homme actuel et ses ancêtres
existaient. Selon ce scénario complètement imaginaire, quatre "catégories"
de base sont dénombrées :
1. L'Australopithèque
2. L'Homo habilis
3. L'Homo erectus
4. L'Homo sapiens
Les évolutionnistes appellent les premiers ancêtres prétendus des
hommes, qui sont semblables aux singes, les "australopithèques", ce qui
signifie "singes sud-africains". Ces êtres vivants n'étaient en réalité rien
d'autre qu'une vieille espèce de singe qui s'est éteinte. La vaste recherche
faite sur des spécimens d'australopithèques divers par deux anatomistes
célèbres sur l’échelle mondiale, et qui sont originaires d'Angleterre et des
Etats-Unis, Lord Solly Zuckerman et le professeur Charles Oxnard respec-
tivement, a montré que ces espèces ont appartenu à une espèce de singe
ordinaire qui s'est éteinte et n'avait aucune ressemblance avec les êtres hu-
mains.19
Dans leur classification, les évolutionnistes attribuent le terme "ho-
mo", c'est-à-dire "homme", pour désigner l'étape suivante de l'évolution
humaine. Selon eux, les êtres vivants appartenant aux catégories de
l'Homo sont plus développés que ceux de l'australopithèque.
Les évolutionnistes conçoivent un schéma d'évolution imaginaire en
organisant les différents fossiles de ces créatures selon un ordre particu-
lier. Ce schéma est imaginaire parce qu'aucune relation évolutionnaire en-
tre ces différentes classes n'a jamais été prouvée. Ernest Mayr, un des prin-

115
L’ISLAM ET LE KARMA

cipaux défenseurs de la théorie de l'évolution au 20ème siècle, l'admet en


disant que "la chaîne remontant à l'Homo sapiens est en réalité perdue."20
En schématisant la chaîne de liens de la façon suivante
"Australopithèque => Homo habilis => Homo erectus => Homo sapiens",
les évolutionnistes déduisent que chacune de ces espèces est l'ancêtre de
la suivante. Mais les découvertes récentes des paléoanthropologues ont
révélé que l'Australopithèque, l'Homo habilis et l'Homo erectus ont vécu
dans différentes régions du monde et pendant la même époque.21
De plus, un certain segment des humains faisant partie de la classe

UX
FA
Les journaux et magazines
pro-évolution véhiculent ré-
gulièrement les représentations
imaginaires d’êtres humains “primitifs”. Les his-
toires basées sur ces croquis chimériques trouvent leur
source uniquement dans l’imagination de leurs auteurs. Pourtant force est de
constater que le nombre d’articles consacrés à l’évolution dans les magazines
scientifiques est en chute libre, grâce aux nombreuses preuves scientifiques ayant
démonté la théorie de l’évolution.

116
Harun Yahya (Adnan Oktar)

des Homo erectus a vécu jusqu'à des époques très récentes. L'Homo sa-
piens neandarthalensis (l'homme de Neandertal) et l'Homo sapiens sa-
piens (l'homme actuel) ont coexisté dans la même région.22
Cette situation indique apparemment l'impossibilité d'une lignée gé-
néalogique quelconque entre ces différentes classes. Stephen Jay Gould,
un paléontologue de l'Université de Harvard, explique l'impasse dans la-
quelle se trouve la théorie de l'évolution, bien qu'il soit lui-même un évo-
lutionniste :
Qu'advient-il de notre échelle si trois lignées d'hominidés coexistent
(l'australopithèque africanus, l'australopithèque robuste et l'Homo
habilis) et qu'aucune ne provient clairement d'une autre ? De plus,
aucune des trois n'a montré de tendances évolutionnistes pendant
leur existence sur terre.23
Bref, le scénario de l'évolution humaine que l'on cherche à soutenir
à l'aide de divers dessins de quelques créatures "mi-singe/mi-homme"
paraissant dans les médias et les livres scolaires, c'est-à-dire au moyen
d'une propagande éhontée, n'est qu'une légende sans fondement scienti-
fique.
Lord Solly Zuckerman, un des scientifiques les plus célèbres et les
plus respectés du Royaume-Uni, a effectué pendant des années des re-
cherches sur ce sujet et a tout étudié, particulièrement, pendant 15 ans des
fossiles d'australopithèques. Il a finalement conclu, malgré le fait qu'il est
lui-même un évolutionniste, qu'il n'existe en réalité aucun arbre généalo-
gique constitué de ramifications rattachant l'homme à des créatures sem-
blables au singe.
Zuckerman a aussi établi un intéressant "spectre de la science". Il a
formé un spectre des sciences allant des disciplines qu'il considère com-
me scientifiques à celles qu'il considère comme non scientifiques. Selon le
spectre de Zuckerman, les disciplines les plus "scientifiques", c'est-à-dire
fondées sur une base de données concrètes, sont la chimie et la physique.
Ensuite viennent les sciences biologiques suivies par les sciences sociales.

117
L’ISLAM ET LE KARMA

A l'autre extrémité du spectre, qui est la partie considérée comme la


"moins scientifique", se trouvent les perceptions extrasensorielles, dont
font partie la télépathie et "le sixième sens", et enfin la théorie de "l'évolu-
tion humaine". Zuckerman en explique les raisons :
Nous nous déplaçons alors directement du registre de la vérité objec-
tive dans ces champs de la science biologique présumée, comme la
perception extrasensorielle ou l'interprétation de l'histoire des fossi-
les humains, où pour le fidèle (l'évolutionniste) tout est possible, et
où le partisan ardent (de l'évolution) est parfois capable de croire en
même temps à plusieurs choses contradictoires.24
La légende de l'évolution humaine ne repose que sur quelques inter-
prétations préconçues à partir d'un certain nombre de fossiles déterrés
par certaines personnes qui adhèrent aveuglément à leur théorie.

La formule darwinienne !
Après avoir passé en revue les preuves techniques, examinons main-
tenant la superstition qui aveugle les évolutionnistes avec un exemple à
la portée de tous :
La théorie de l’évolution stipule que la vie est apparue par hasard.
Des atomes inconscients et sans vie se seraient donc assemblés pour for-
mer une cellule dans un premier temps, puis des êtres vivants à part en-
tière, et notamment l’homme. Réfléchissons un instant. En rassemblant
tous les composants nécessaires à la vie, tels que le carbone, le phosphore,
l’azote et le potassium, on n’obtient rien d’autres qu’un tas de matières.
Quels que soient les traitements entrepris, cet amas atomique ne peut en
aucun cas former le moindre être vivant. Afin de rendre notre exemple
plus parlant, faisons une expérience et observons au nom des évolution-
nistes ce qu’ils prétendent sans le dire à haute voix sous le nom de “la for-
mule darwinienne” :
Supposons que les évolutionnistes amassent dans de grands barils
une quantité considérable de matériaux présents dans la composition des

118
Harun Yahya (Adnan Oktar)

êtres vivants (le phosphore, l’azote, le carbone, l’oxygène, le fer, le magné-


sium). Ils peuvent en plus ajouter n’importe quel matériel n’existant pas
dans des conditions normales, mais qu’ils jugent nécessaires. Ils peuvent
aussi incorporer autant d’acides aminés (qu’il est impossible de former
dans des conditions naturelles) et de protéines (dont la probabilité de for-
mation de chacune est de 1 sur 10950) qu’ils le souhaitent. Qu’ils exposent
ces mixtures à la chaleur et à l’humidité voulue. Qu’ils remuent leurs mé-
langes au moyen de l’équipement technologique souhaité. Qu’ils placent
leurs éminents scientifiques aux côtés de ces barils. Qu’ils attendent pen-
dant des milliards, voire des trillions d’années. Ils sont libres de recréer
toutes les conditions qu’ils croient nécessaires à la formation d’un être hu-
main. Quoi qu’ils fassent, ils ne pourront jamais tirer de ces barils un être
humain, capable de penser, d’examiner sa propre structure cellulaire sous
l’œil d’un microscope électronique. Ils ne pourront jamais produire de gi-
rafes, de lions, d’abeilles, de canaris, de chevaux, de dauphins, de roses,
d’orchidées, de lys, d’œillets, de bananes, d’oranges, de pommes, de dat-
tes, de tomates, de melons, de pastèques, de figues, d’olives, de raisins, de
pêches, de faisans, de papillons multicolores ou tout autre des milliards

Comparés aux ap-


pareils photos et
aux magnétopho-
nes, l’œil et l’oreille
sont, de loin, plus
complexes, plus
performants et bien
mieux conçus que
les produits de la
plus haute techno-
logie.

119
L’ISLAM ET LE KARMA

d’êtres vivants sur la planète. Ils ne pourraient même pas obtenir la moin-
dre cellule de l’un d’entre eux.
En somme, les atomes inconscients ne peuvent pas s’assembler pour
former une cellule. Ils ne peuvent pas décider spontanément de mettre en
route la division cellulaire, ni de créer quoi que ce soit, et certainement
pas des êtres vivants dotés d’intelligence. La matière est un amas dé-
pourvu de conscience et de vie. Elle ne naît que par la création supérieure
de Dieu.
La théorie de l’évolution défend le contraire, ce qui est une pure
aberration. Il suffit de réfléchir un instant sur les idées évolutionnistes
pour voir la vérité se profiler d’elle-même, comme dans l’exemple cité ci-
dessus.

La technologie de l'œil et de l'oreille


Un autre sujet qui demeure sans réponse pour les adeptes de la thé-
orie évolutionniste est l'excellente capacité de perception de l'œil et de l'o-
reille.
Avant d'aborder la question de l'œil, essayons de répondre briève-
ment à la question suivante : "comment nous voyons" ? Des rayons de lu-
mière venant d'un objet forment sur la rétine de l'œil une image inversée.
A cet instant, ces rayons de lumière sont transmis sous forme de signaux
électriques par des cellules et atteignent un endroit minuscule que l'on ap-
pelle le centre de la vision à l'arrière du cerveau. Ces signaux électriques
sont perçus en tant qu'images dans ce centre du cerveau suite à un long
processus. A partir de ces informations techniques, essayons de réfléchir
maintenant.
Le cerveau est isolé de la lumière. Cela signifie que l'intérieur du cer-
veau est complètement sombre et que la lumière n'atteint pas le lieu où se
trouve le cerveau. Le centre de la vision est un endroit complètement obs-
cur où aucune lumière ne pénètre jamais ; il pourrait même s'agir du lieu
le plus sombre que vous n'ayez jamais connu. Et malgré tout, vous arri-

120
Harun Yahya (Adnan Oktar)

vez à voir un monde éclatant de lumière dans cette profonde obscurité.


L'image formée dans l'œil est si précise et distincte que même la tech-
nologie du 20ème siècle n'a pas été capable de l'obtenir. Regardez, par
exemple, le livre que vous lisez, les mains avec lesquelles vous le tenez,
levez maintenant votre tête et regardez autour de vous. Avez-vous jamais
vu une image aussi précise et distincte que celle-ci ? Même l'écran du té-
léviseur le plus perfectionné produit par le plus grand fabricant de télévi-
seurs dans le monde ne peut vous fournir une image aussi nette. C'est une
image tridimensionnelle, en couleur et d'une extrême précision. Pendant
plus de cent ans, des milliers d'ingénieurs ont essayé d'obtenir une telle
précision de l'image. Des usines ont été construites, d'énormes locaux y
ont été consacrés, de nombreuses recherches ont été menées, des plans et
des conceptions ont été faits pour obtenir les meilleurs résultats. Regardez
maintenant un écran de téléviseur et le livre que vous tenez dans vos
mains. Voyez la grande différence d'acuité et de netteté qu'il y a entre les
deux. De plus, l'écran de téléviseur ne vous propose qu'une image bidi-
mensionnelle, alors que face à vos yeux vous obtenez une perspective tri-
dimensionnelle qui comporte également la profondeur.
Pendant des années, des dizaines de milliers d'ingénieurs ont bien
essayé de concevoir un téléviseur tridimensionnel qui obtient la qualité
de la vision de l'œil. Ils ont effectivement mis en place un système tridi-
mensionnel de téléviseur mais il est impossible de le regarder sans lunet-
tes. Par ailleurs, ce n'est qu'un système artificiel à trois dimensions.
L'arrière-plan apparaît flou et le premier plan ressemble à un décor en pa-
pier. Il n'a jamais été possible de reproduire une vision aussi nette et dis-
tincte que celle de l'œil. On décèle une perte de la qualité de l'image aus-
si bien pour la caméra que pour le téléviseur.
Les évolutionnistes prétendent que le mécanisme à l'origine de cette
image si pointue et si distincte est le fait du hasard. Maintenant, si quel-
qu'un vous disait que votre téléviseur est le produit du hasard, que tous
ses atomes se sont assemblés et ont composé un appareil capable de pro-

121
Quiconque regarde par la fenêtre
voit les images du paysage qui se
forment dans son cerveau et
non dans le monde externe
même.

LUMIERE

SIGNAUX
ELECTRIQUES

La lumière perçue par les


yeux est transformée en
signaux électriques par
DES SIGNAUX
ELECTRIQUES les cellules optiques
FORMANT L’IMAGE et est ainsi transmise
D’UN PAYSAGE au centre de la vision
à l’arrière du cerveau.
“La conscience” dans
notre cerveau perçoit
ces signaux électriques
comme s’il s’agissait d’un
paysage.

122
Harun Yahya (Adnan Oktar)

duire une image, qu'en penseriez-vous ? Comment des atomes pour-


raient-ils réaliser ce que des milliers de personnes sont incapables de con-
cevoir ?
Si un appareil produisant une image plus primitive que celle de l'œil
ne peut avoir été formé par hasard, il est donc tout à fait certain que l'œil
et l'image que l'œil lit ne peuvent être le fruit du hasard. La même logique
s'applique à l'oreille. L'oreille externe capte les sons transmis par le pa-
villon auriculaire et les dirige vers l'oreille moyenne qui transmet les vi-
brations du son en les intensifiant ; l'oreille interne transmet ces vibrations
au cerveau en les transformant en signaux électriques. Tout comme pour
l'œil, l'audition se réalise dans le centre de l'audition au niveau du cer-
veau.
Ce qui se produit pour l'œil est aussi vrai pour l'oreille. C'est-à-dire
que le cerveau est isolé du son comme de la lumière : il ne laisse pas en-
trer de son. De ce fait, peu importe que l'environnement extérieur soit
bruyant, l'intérieur du cerveau est complètement silencieux. Néanmoins,
les sons les plus fins sont perçus dans le cerveau. Dans votre cerveau, qui
est isolé du son, vous écoutez les symphonies d'un orchestre et entendez
tous les bruits d'un lieu animé. Cependant, si à ce moment-là le niveau du
son dans votre cerveau devait être mesuré par un appareil précis, on cons-
taterait qu'un silence total y règne.
Comme c'est le cas des images, des décennies d'efforts ont été occu-
pés à tenter de produire et de reproduire un son fidèle à l'original. Tous
ces efforts ont donné naissance à des appareils d'enregistrement de sons,
à des systèmes de haute fidélité (Hi-fi) et à des systèmes susceptibles de
mesurer le son. Malgré toute cette technologie et des milliers d'ingénieurs
et d'experts travaillant d'arrache pied, aucun son ayant la même acuité et
la même clarté que le son perçu par l'oreille, n'a encore été obtenu. Pensez
aux systèmes Hi-fi de haute qualité produits par les plus grandes sociétés
de l'industrie de la musique, et même là, lorsque le son est enregistré, il
perd un peu de sa qualité. De la même façon quand vous allumez un ap-

123
L’ISLAM ET LE KARMA

pareil de haute fidélité, vous entendez toujours un sifflement avant le son


de la musique. Cependant, les sons qui sont produits par la technologie
du corps humain sont extrêmement précis et d'une grande netteté. Une
oreille humaine ne perçoit jamais un son accompagné par un sifflement
ou alors entaché de parasites comme le fait d’ailleurs l'appareil de haute
fidélité ; elle perçoit le son exactement tel qu'il est, clair et net. C'est ainsi
que cela a fonctionné depuis la création de l'homme.
Jusqu'à maintenant, aucun appareil visuel ou d'enregistrement pro-
duit par l'homme n'a été aussi sensible et aussi performant dans la percep-
tion des données sensorielles comme c’est le cas de l'œil et l'oreille.
Cependant, derrière la vision et l'audition, se cache une vérité beau-
coup plus importante.

A qui appartient la conscience qui voit et


entend dans le cerveau ?
Qui est-ce qui voit un monde agréable et plaisant, écoute des sym-
phonies ou le gazouillement des oiseaux et peut sentir la rose ?
Les stimulations provenant des yeux, des oreilles et du nez d'un être
humain vont au cerveau comme des impulsions nerveuses électrochimi-
ques. En biologie, en physiologie et dans les livres de biochimie, vous
pouvez trouver tous les détails sur la formation de l'image au niveau du
cerveau. Mais, vous ne recevrez jamais l'information la plus importante à
ce sujet : qui donc perçoit les impulsions nerveuses électrochimiques en
tant qu'images, sons, odeurs et événements sensoriels au niveau du cer-
veau ? Il y a une conscience dans le cerveau qui perçoit tout cela sans res-
sentir le besoin d'avoir un œil, une oreille ou un nez. A qui appartient cet-
te conscience ? Il ne fait aucun doute que cette conscience n'appartient pas
aux nerfs, à la couche grasse et aux neurones qui constituent le cerveau.
C'est pourquoi les matérialistes darwiniens, qui croient que tout est cons-
titué de matière, ne peuvent donner de réponse à cette question.

124
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Car cette conscience est l'âme créée par Allah. L'âme n'a besoin ni
d'œil pour voir les images, ni d'oreille pour entendre les sons. En outre,
elle n'a pas non plus besoin du cerveau pour penser.
Chaque personne qui lit cette évidence scientifique très claire devrait
penser à Allah Tout-Puissant, Le craindre et chercher refuge auprès de
Lui. Lui, qui enserre l'univers entier en un espace sombre de quelques
cm3 dans un format tridimensionnel, coloré, fait d'ombre et de lumière.

Une croyance matérialiste


Les connaissances que nous avons présentées jusqu'ici établissent
que la théorie de l'évolution est une revendication à l'évidence en contra-
diction avec les découvertes scientifiques. La prétention de la théorie de
l'évolution à propos de l'origine de la vie est inconciliable avec la science.
Les mécanismes évolutionnistes qu'elle propose n'ont aucun pouvoir sur
l'évolution et les données connues qui se rapportent aux fossiles démon-
trent que les formes intermédiaires nécessaires selon la théorie n'ont ja-
mais existé. Aussi, il serait certainement logique que la théorie de l'évolu-
tion soit mise à l'écart comme une idée non scientifique. Il existe un nom-
bre incalculable d'idées qui, comme celle qui considère la terre comme le
centre de l'univers, ont été rayées des préoccupations de la science à tra-
vers l'histoire.
Malgré cela, la théorie de l'évolution demeure obstinément à l'ordre
du jour de la recherche scientifique. Certains vont jusqu'à tenter de faire
passer les critiques formulées contre cette théorie pour "des attaques con-
tre la science." Pour quelle raison le font-ils ?
La raison en est que la théorie de l'évolution est une croyance dog-
matique indispensable à certains cercles. Ces milieux sont aveuglément
dévoués à la philosophie matérialiste et adoptent le darwinisme parce
qu'il est la seule explication matérialiste qui peut être avancée dans le ca-
dre des mécanismes de la nature.
Mais de manière assez intéressante, ils leur arrivent aussi de le recon-

125
L’ISLAM ET LE KARMA

naître de temps en temps.


Richard C. Lewontin, célèbre généticien et évolutionniste, de l'Uni-
versité de Harvard, avoue qu'il est "un matérialiste avant d'être un hom-
me de science" en ces termes :
Ce n'est pas que les méthodes et les institutions scientifiques nous
obligent d'une façon ou d'une autre à accepter une explication maté-
rielle du monde phénoménal, mais c'est, au contraire, que nous som-
mes forcés, par notre adhésion, à priori aux causes matérielles, de
créer un appareil d'investigations et un jeu de concepts qui produi-
sent des explications matérielles. Et, peu importe que cela soit con-
traire à l'intuition, peu importe que cela soit mystificateur pour le
non initié. En outre, ce matérialisme est absolu, donc nous ne pou-
vons pas admettre [une intervention divine] sur le pas de la porte.25
Ces déclarations explicites montrent que le darwinisme est un dog-
me entretenu uniquement par adhésion à la philosophie matérialiste. Ce
dogme soutient qu'il n'y a aucun être à l'exception de la matière. De ce
fait, il affirme que la matière inanimée et inconsciente a créé la vie. Il sug-
gère que des millions d'espèces vivantes différentes telles que les oiseaux,
les poissons, les girafes, les tigres, les insectes, les arbres, les fleurs, les ba-
leines et les êtres humains sont issues du résultat d'interactions de la ma-
tière, comme la pluie torrentielle ou l'éclair de la foudre, etc. c'est-à-dire
de la matière inanimée. C'est un précepte à la fois contraire à la raison et
à la science. Pourtant les darwinistes continuent à défendre cette théorie
pour "ne pas admettre une intervention divinexx sur le pas de la porte".
Quiconque ne regarde pas l'origine des êtres vivants avec un préjugé
matérialiste conviendra de cette vérité évidente : tous les êtres vivants
sont l'œuvre d'un Créateur, qui est tout-puissant, sage et omniscient. Ce
Créateur est Allah, Il est Celui Qui a créé l'univers entier à partir du né-
ant, Il l'a conçu sous la forme la plus parfaite et a façonné tous les êtres vi-
vants.

126
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Le sortilège le plus puissant au monde : la théorie de l’é-


volution
Quiconque est libre de préjugés et de l’influence d’une idéologie par-
ticulière, quiconque est capable de faire fonctionner sa raison et sa logique
comprendra que la croyance en la théorie de l’évolution, qui rappelle les
superstitions des sociétés dépourvues de connaissance de la science ou de
civilisation, est tout à fait impossible.
Comme nous l’avons expliqué plus haut, les avocats de la théorie de
l’évolution sont persuadés que quelques atomes et molécules jetés dans
un grand chaudron peuvent donner naissance à des universitaires, à des
scientifiques tels que Einstein ou Galilée, à des artistes comme Humphrey
Bogart, Frank Sinatra ou Luciano Pavarotti, à des antilopes, des citron-
niers ou des œillets. Se rendre compte que ce sont justement des scientifi-
ques et des individus instruits qui défendent cette théorie insensée justi-
fie l’emploi du qualificatif de “plus puissant sortilège au monde”. Jamais
auparavant une idée ou une conviction n’avait à ce point aveuglé et dé-
muni les hommes de leur capacité d’entendement. Leur égarement est
pire que celui des Egyptiens adorant le roi soleil Ra, celui des peuples
d’Afrique vouant un culte aux totems, celui du peuple de Saba adorant le
Soleil, celui de la tribu du Prophète Abraham (psl) adorant les idoles
qu’ils avaient façonnés de leurs propres mains, ou celui du peuple du
Prophète Moïse (psl) adorant le veau d’or.
Allah a déjà fait allusion, dans le Coran, à cette absence de raisonne-
ment. Dans de nombreux versets, Il révèle que l’esprit des hommes sera
scellé et qu’ils seront incapables de voir la vérité.
Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les
avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs cœurs
et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et pour eux
il y aura un grand châtiment. (Sourate al-Baqara, 6-7)
… Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux,

127
L’ISLAM ET LE KARMA

mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas.
Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels
sont les insouciants. (Sourate al-A’raf, 179)
Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et qu'ils pus-
sent y monter, ils diraient : “Vraiment nos yeux sont voilés. Mais
plutôt, nous sommes des gens ensorcelés." (Sourate al-Hijr, 14-15)
Les mots ne peuvent pas exprimer la surprise qu’un tel sortilège par-
vienne à avoir une emprise aussi vaste sur la vérité depuis 150 ans. Il se-
rait compréhensible que quelques individus isolés croient à ce genre de
scénarios impossibles, bourrés de stupidités et d’illogismes. Or, dans le
cas présent, seul le mot “magique” peut expliquer que des personnalités
des quatre coins du monde pensent que des atomes inconscients et sans
vie aient pu soudainement décider de s’assembler pour former un univers
parfait dans son organisation, sa discipline, son raisonnement et sa cons-
cience ; une planète nommée Terre avec toutes ses caractéristiques qui la
rendent si propice à la vie ; les êtres vivants dans leurs innombrables com-
plexités.
Le Coran raconte l’opposition entre le Prophète Moïse (psl) et
Pharaon afin de montrer que les partisans de philosophies polythéistes in-
fluencent, en fait, les autres par la magie. Lorsqu’il fut informé de la véri-
table religion, Pharaon invita le Prophète Moïse (psl) à rencontrer ses pro-
pres magiciens. Moïse (psl) invita les magiciens à faire preuve de leurs ap-
titudes en premier. La suite vient dans les versets suivants :
“Jetez”, dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux
des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie.
(Sourate al-A’raf, 116)
Les magiciens de Pharaon furent capables de tromper tout le monde,
à l’exception du Prophète Moïse (psl) et de ceux qui croyaient en lui. Ses
preuves rompirent le sortilège en “avalant ce qu’ils avaient fabriqué” :
Et Nous révélâmes à Moïse : “Jette ton bâton.” Et voilà que celui-ci

128
Harun Yahya (Adnan Oktar)

se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se ma-


nifesta et ce qu'ils firent fût vain. (Sourate al-Araf, 117-118)
Quand l’auditoire comprit qu’il avait été sous l’influence d’un sorti-
lège et que ce qu’il avait vu n’était qu’une illusion, les magiciens perdirent
toute leur crédibilité. Aujourd’hui aussi, à moins que ceux qui croient et
défendent ces idées ridicules aux apparences scientifiques n’abandonnent
leurs superstitions, ils subiront une amère humiliation le jour où la vérité
nue émergera et que le sortilège sera déjoué. Le célèbre écrivain et philo-
sophe britannique Malcolm Muggeridge affirma également :
“Moi-même je suis convaincu que la théorie de l’évolution, en parti-
culier dans l’étendue où elle a été appliquée, sera l’une des plus bel-
les plaisanteries dans les livres d’histoire du futur. La postérité s’é-
merveillera devant l’incroyable crédulité suscitée par une hypothèse
aussi douteuse et peu solide.”26
Ce futur n’est pas si lointain. Au contraire, le public comprendra
bientôt que “le hasard” n’est pas une divinité et considérera la théorie de
l’évolution comme le pire mensonge et le plus terrible sortilège au monde.
Ce sort commence rapidement à se rompre. De plus en plus de personnes
perçoivent la véritable face de cette théorie et se demandent comment
elles ont pu se laisser berner.

Ils disent : "Gloire à Toi ! Nous n’avons

de savoir que ce que Tu nous as appris.

Certes, c’est Toi l’Omniscient, le Sage."

(Sourate al-Baqarah, 32)

129
L’ISLAM ET LE KARMA

Notes
1. Note de l’éditeur : Néanmoins, Allah nous dit Facsimile of the First Edition, Harvard University
: "N’injuriez pas ceux qu’ils invoquent, en de- Press, 1964, p. 189
hors d’Allah, car par agressivité, ils injuriaient 14. Charles Darwin, The Origin of Species : A
Allah, dans leur ignorance." (Sourate al-An’am, Facsimile of the First Edition, Harvard University
109) Alors même si les gens ont de lamentables Press, 1964, p. 184.
superstitions, il nous incombe de parler poliment 15. B. G. Ranganathan, Origins ?, Pennsylvania :
pour qu’ils ne deviennent pas des ennemis de The Banner Of Truth Trust, 1988
l’Islam à cause de notre comportement. C’est la 16. Charles Darwin, The Origin of Species : A
guidance du Coran. Facsimile of the First Edition, Harvard University
2. Prof. Dr. Gunay Tumer, Prof. Dr. Abdurrahman Press, 1964, p. 17
Kucuk, L’Histoire des religions, Edition Ocak, 17. Derek A. Ager, "The Nature of the Fossil
Ankara 1993, pp. 91-92 Record", Proceedings of the British Geological
3. L’encyclopédie des grandes religions et des sectes, Association, vol. 87, 1976, p. 133
1964, Istanbul, p.52 18. Douglas J. Futuyma, Science on Trial, New
4. Dr. Ali Ihsan Yitik, La relation de l’idée du karma York : Pantheon Books, 1983, p. 197
dans les religions indiennes avec l’idée de la réincarna- 19. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower,
tion, pp. 130-131 New York : Toplinger Publications, 1970, pp. 75-
5. Prof, Dr Gunay Tumer, Prof. Dr Abdurrahman 94 ; Charles E. Oxnard, "The Place of
Kucuk, L’histoire des religions, Edition Ocak, Australopithecines in Human Evolution :
Ankara 1993, p.163 Grounds for Doubt", Nature, vol. 258, p. 389
6. http://hellfire.dusers.drexel.edu/~bud- 20. J. Rennie, "Darwin's Current Bulldog : Ernst
dha/Buddhism/concepts/karma.htm Mayr", Scientific American, décembre 1992
7. Sidney Fox, Klaus Dose, Molecular Evolution 21. Alan Walker, Science, vol. 207, 1980, p. 1103 ;
and The Origin of Life, New York : Marcel A. J. Kelso, Physical Antropology, 1ère éd., New
Dekker, 1977, p. 2 York : J. B. Lipincott Co., 1970, p. 221 ; M. D.
8. Alexander I. Oparin, Origin of Life, (1936) New Leakey, Olduvai Gorge, vol. 3, Cambridge :
York, Dover Publications, 1953 (Réimpression), p. Cambridge University Press, 1971, p. 272
196 22. Jeffrey Kluger, "Not So Extinct After All : The
9. "New Evidence on Evolution of Early Primitive Homo Erectus May Have Survived
Atmosphere and Life", Bulletin of the American Long Enough To Coexist With Modern Humans",
Meteorological Society, vol. 63, novembre 1982, Time,
pp. 1328-1330 23. décembre 1996
10. Stanley Miller, Molecular Evolution of Life : 24. S. J. Gould, Natural History, vol. 85, 1976, p. 30
Current Status of the Prebiotic Synthesis of Small 25. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower,
Molecules, 1986, p. 7 New York : Toplinger Publications, 1970, p. 19
11. Jeffrey Bada, Earth, février 1998, p. 40 26. Richard Lewontin, "The Demon-Haunted
12. Leslie E. Orgel, "The Origin of Life on Earth", World", The New York Review of Books, 9 janvier
Scientific American, vol. 271, octobre 1994, p. 78 1997, p. 28
13. Charles Darwin, The Origin of Species : A

130