Lettre d’information

Novembre 2015

Flash-back
05/09
des associations
06/09 Forums
communes de la
12/09 des
9ème circonscription
13/09
Inauguration de la
de l'Ecluse
05/09 Passerelle
reliant Evry et Soisy-sur-

Seine.
de la Forêt de
27/09 Fête
Sénart à Etiolles.

Fête de la Transition, éco
03/10

09/10
11/10
13/10

-festival citoyen du Val
d'Yerres – Sénart Val de
Seine à Brunoy.
50 ans de la MJC de Ris
-Orangis.
3ème cérémonie de
remise des diplômes de
la Faculté des Métiers de
l'Essonne.
70 ans de l’USRO Union Sportive de RisOrangis.
Discussion générale à
l’Assemblée nationale du
Projet de loi de finances
2016.

Question écrite à N.
sur les
28/10 Vallaud-Belkacem
difficultés liées au
recrutement des AVS.
Examen des crédits de la
«Administration
29/10 mission
générale et territoriale de
l’État» du PLF 2016.
Visite de l’Assemblée
avec les élèves
03/11 Nationale
du Lycée Nadar de
Draveil.
Question écrite à A.
Vidalies sur
de
04/11 l’augmentation
l'activité aérienne à
l'aérodrome de MelunVillaroche.
4ème forum pour l'emploi
à Saint-Pierre-du-Perray.
06/11 Rencontre avec Madame
le Commissaire Bella à
Draveil.
Salon de la
organisé
07/11 Photographie,
par l’ADAC, à SaintGermain-lès-Corbeil.
Amendement sur
de maisons
09/11 l’implantation
de santé dans les zones
carencées.
Cérémonies de
11/11 commémoration de
l’armistice 1914-1918.
Cérémonie de remise
diplômes du BNC
13/11 des
aux élèves du Collège
Dunoyer de Segonzac.

Face à l'horreur, la responsabilité et l'unité
Vendredi 13 novembre 2015, dans la soirée, la France
est sous le choc. Paris est le théâtre d’une série d’attentats sans précédent dans notre histoire.
129 morts, plus de 300 blessés, victimes de la barbarie terroriste/ Leur seul tort : sortir le vendredi soir,
aller au concert, trinquer entre amis aux terrasses des
cafés, vivre libres.
Passé l’effroi, la tristesse et la colère des premières
heures, vient le temps de la riposte, de l’action et de
l’union nationale.
C’est en ce sens que le Président de la République
s’est exprimé devant le Congrès le lundi 16 novembre.
Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse que
j’ai proposé aux parlementaires de l’Essonne de cosigner.
A la suite des attaques terroristes à Paris et SaintDenis du 13 novembre, le Président de la République
s’est exprimé avec gravité, solennité et détermination
devant l’ensemble des parlementaires réunis en Congrès à Versailles.
Comme il l’a rappelé, le combat contre le terrorisme
nécessite une mobilisation internationale et une
solidarité européenne entière. La sécurité de nos
concitoyens appelle des mesures fortes et des évolutions institutionnelles. La concorde nationale requiert
une vigilance citoyenne et l’attachement à nos valeurs
républicaines.
Ainsi, le Président a détaillé les mesures qu’il souhaitait voir mise en œuvre pour que la France se
défende « dans l’urgence et dans la durée ».
Au-delà de la prolongation de l’état d’urgence pour
une durée de 3 mois, le renforcement des moyens des
forces de l’ordre, de nos armées et de la Justice a été
annoncé. Nous souscrivons totalement à cette
orientation que nous soutiendrons dans le cadre
du débat en cours sur le projet de Loi de Finances
2016.
Par ailleurs, le Président de la République a souhaité
le lancement rapide de plusieurs chantiers législatifs

et constitutionnels pour combattre le terrorisme en
s’appuyant sur la force d’un droit adapté à la réalité
des menaces, dans le strict respect de nos principes
républicains. Sur ce volet également, nous entendons nous placer aux côtés du Gouvernement
pour faire aboutir dans les meilleurs délais les
décisions du chef de l’Etat.
Ces propositions efficaces, conformes à la gravité des
enjeux de notre temps et à l’esprit d’unité nationale qui
doit prévaloir s’agissant de la sécurité de nos concitoyens, largement saluées par les applaudissements
de l’immense majorité des parlementaires présents à
Versailles, doivent bénéficier d’un large soutien dépassant les frontières partisanes.
A ce titre, nous, parlementaires de l’Essonne appartenant à la majorité, appelons nos collègues
élus de l’opposition de notre département à participer avec nous, dans un esprit républicain, aux
débats à venir avec la volonté de soutenir les efforts du Président de la République, du Gouvernement et de l’Etat dans son entier pour protéger
notre pays et l’emporter, dans la durée, sur ceux
qui veulent semer la terreur et la mort sur notre
sol.
Nous connaissons le sens des responsabilités des
élus de l’Essonne et souhaitons pouvoir compter sur
leur mobilisation pour être collectivement à la hauteur
du défi et de la légitime attente de cohésion exprimée
par les Essonniens comme l’ensemble des Français.
Romain COLAS, Député de l’Essonne
Michel BERSON, Sénateur de l’Essonne
Carlos DA SILVA, Député de l’Essonne
Claire-Lise CAMPION, Sénatrice de l’Essonne
François LAMY, Député de l’Essonne
Jean-Vincent PLACÉ, Sénateur de l’Essonne
Maud OLIVIER, Députée de l’Essonne
Michel POUZOL, Député de l’Essonne
Cliquez ici pour accéder au communiqué de presse en
ligne

Vendredi 13 novembre 2015

Le terrorisme frappe la France, l'Etat au combat
C’est un président combatif et grave qui s’est présenté hier devant
le Congrès réuni à Versailles. Après la tragédie qui a touché notre
pays vendredi 13 novembre, l’heure n’est pas aux tergiversations.
L’heure est à l’unité et à la responsabilité, pour lutter contre la
barbarie.

 Permettre aux services d’enquête et aux magistrats

Plusieurs annonces, nécessaires, ont été faites par le Président de
la République.

manière la plus étroite possible, la spécificité de la menace
terroriste ;

antiterroristes de recourir, dans le cadre de la procédure
judiciaire, à tout l’éventail des techniques de renseignement
offertes par la loi sur le renseignement ;

 Permettre à la procédure pénale de prendre en compte, de la

 permettre aux enquêteurs et aux magistrats d’avoir plus

 L’ÉTAT D’URGENCE

Dès le mercredi 18 novembre, le Parlement a été saisi d’un projet
de loi visant à prolonger l’état d’urgence pour 3 mois.

largement accès aux moyens d’enquêtes les plus
sophistiqués, pour lutter contre les trafics d’armes et alourdir
les peines associées ;

Celui-ci a été adopté par 551 voix contre 6 le jeudi 19 novembre
2015.

 approfondir l’examen de la question de la légitime

 RÉFORME DE LA

défense des policiers et des conditions dans lesquelles ils
peuvent faire usage de leurs armes.

CONSTITUTION

 AUGMENTATION DES MOYENS DES

Le recours à l’article 16 et l’article 36
de la Constitution ne sont pas
adaptés à notre situation. La guerre
dans laquelle nous sommes
désormais engagés est une guerre
d’un nouveau genre qui nécessite
un régime constitutionnel d’état de
crise. Celui-ci a pour objectifs de
permettre aux pouvoirs publics
d’agir, tout en respectant l’état de
droit, contre le terrorisme de guerre.
En 2007, le comité présidé par
Edouard Balladur, avait déjà
suggéré de modifié cet article 36
pour que l’état de siège y figure, au
même titre que l’état d’urgence.

FORCES DE SÉCURITÉ ET DES ARMÉES

François Hollande a demandé au
Gouvernement d’augmenter les
postes indispensables à l’action à
conduire :
 5 000 emplois seront créés

« Le terrorisme ne détruira pas la République car c’est la République qui
détruira le terrorisme »
(François Hollande, 16/11/15)

Aujourd’hui, cette orientation doit
être reprise afin de disposer d’un outil approprié pour mettre en
œuvre des mesures exceptionnelles pendant un certain laps de
temps, sans recourir à l’état d’urgence et sans compromettre nos
libertés publiques.
 CHANTIER LÉGISLATIF

Dès à présent, et sans délai, le Gouvernement va engager un
important chantier législatif visant à :

déchoir de sa nationalité française un individu condamné
pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou
un acte de terrorisme dès lors qu’il bénéficie d’une autre
nationalité (binationaux);

interdire à un binational de revenir sur notre territoire,
s’il représente un risque terroriste, sauf à ce qu’il se
soumette à un dispositif de contrôle draconien ;

expulser plus rapidement les étrangers qui
représentent une menace d’une particulière gravité pour
l’ordre public et la sécurité de la Nation dans le respect de
nos engagements internationaux.

d’ici 2 ans dans la police et la
gendarmerie qui bénéficieront aux
services de lutte contre le
terrorisme, à la police aux frontières
et à la sécurisation générale du
pays. Cela portera le total des
créations d'emploi de sécurité à 10
000 durant le quinquennat, soit le
niveau de 2007 ;

 le Ministère de
disposera de 2 500 postes supplémentaires ;

la

justice

 1 000 créations d’emplois bénéficieront à l’administration

des douanes ;
 la réduction des effectifs du Ministère de la défense sera

interrompue.
Vendredi 13 novembre, c’est toute la France qui a été attaquée.
C’est notre mode de vie, notre culture, qui ont été la cible
d’assassins lâches, mais déterminés à éradiquer notre mode de vie.
Sans distinction de couleurs, d’origine, de culture ou de religion, ils
ont frappé à l’aveugle dans le seul but de semer l’effroi, de nous
affaiblir, de « nous diviser ici et de nous empêcher là-bas, au Moyen
-Orient » de lutter contre le terrorisme.
Ne leur donnons pas satisfaction. En nous rassemblant autour du
Président de la République, en nous rassemblant autour de
mesures exceptionnellement fortes, nous viendrons à bout de cet
obscurantisme barbare.
Avec l’Europe, avec le soutien de l’ONU, nous intensifierons nos
actions militaires contre Daech, nous soutiendrons celles et ceux
qui luttent sur place, nous frapperons plus fort.

Adoption d’un amendement visant à encourager
l’implantation de maisons de santé dans les zones carencées
Retrouvez ci-dessous l’amendement adopté que j’ai cosigné le 4 novembre et qui vise à encourager l’implantation de maisons de santé dans
les zones carencées en offres de soins.
Exposé sommaire
Nombreuses sont les communes qui font le diagnostic d'une carence en
offre de santé, en zone rurale mais aussi dans certaines zones urbaines sensibles. Pour y remédier, leur choix se
porte de plus en plus fréquemment sur l'ouverture
d'une maison de santé pluriprofessionnelle, qui
constitue alors un immeuble municipal dédié à un
service public de santé.
En assurant la coexistence de différents professionnels de santé au sein d'une même structure,
les maisons de santé pluriprofessionnelles constituent en effet une solution idéale pour attirer les
médecins vers les territoires isolés et résoudre les
difficultés d'accès aux soins.
Sont exonérées de taxe foncière de façon permanente les propriétés de
l'État et des différentes collectivités publiques, à la condition qu'elles
soient affectées à un service d'utilité générale et qu'elles ne produisent
aucun revenu. Ce devrait être le cas des maisons de santé pluriprofessionnelles, qui remplissent une véritable fonction d'utilité publique sans
pour autant générer de profit individuel à destination des collectivités
propriétaires des locaux.
Le présent amendement propose donc de faire bénéficier ces communes
d'une exonération permanente de taxe foncière, à condition que les revenus réalisés au titre de l'exploitation de la propriété immobilière servent
uniquement au remboursement des frais de construction et de fonctionne-

ment des maisons de santé pluriprofessionnelles.
En 2012, il y avait moins de 200 maisons et pôles de santé pluriprofessionnels. A la fin de cette année 2015, nous pouvons en compter 800. En
effet, depuis plusieurs années, la ministre de la santé et les ministres de
la ville successifs font preuve d'un véritable volontarisme pour développer
les maisons de santé pluriprofessionnelles, notamment en zone urbaine
sensible. Récemment, à Vesoul, le Président de la République a confirmé
ces orientations. Il apparaît ainsi en tout point
logique d'accompagner les communes qui sont
elles-mêmes prêtes à s'engager en maîtrise d'ouvrage sur ce type d'infrastructures. C'est l'objet du
présent amendement.
APRÈS ART. 39(C)
I. Après l'article 1384 B du code général des
impôts, il est inséré un article ainsi rédigé :
« Art. 1384 B bis : Les communes et groupements de communes à fiscalité propre peuvent par délibération prise dans les conditions prévues à
l'article 1639 A bis, exonérer totalement ou partiellement, pour la part de
taxe foncière sur les propriétés bâties qui leur revient, pendant une durée
qu'ils déterminent, les maisons de santé pluriprofessionnelles mentionnées à l'article L. 6323 3 du code de la santé publique, à condition que les
revenus réalisés au titre de la propriété immobilière servent uniquement
au remboursement des frais d'installation et de fonctionnement ».
II.

La perte de recettes pour les collectivités territoriales est compensée à due concurrence par la majoration de la dotation globale de
fonctionnement et, corrélativement pour l'État, par la création
d'une taxe additionnelle aux droits mentionnés aux articles 575 et
575 A du code général des impôts.

Adoption d’un amendement visant à réguler les «parachutes dorés»
Mercredi 7 octobre, l’amendement CF71A visant à réguler et plafonner les « parachutes dorés », que j’ai déposé avec Laurent
Grandguillaume, Pascal Cherki, RazzyHammadi, Pascal Terrasse, Christine Pires-Beaune, Karine Berger, Alain Fauré et Michel Pajon, a été adopté.
Retrouvez ci-dessous son exposé sommaire.
Les dérives constatées en matière de « parachutes dorés » sont
toujours d'actualité, en témoignent les exemples récents.
Le principe du plafonnement de la déductibilité du bénéfice imposable de ce type d'indemnités de départ avait été adopté lors du
projet de loi de finances pour 2009, à l'initiative d'un amendement
rassemblant des parlementaires de tous bords (MM. Carrez, Bouvard, Migaud, etc.).
Le plafond de déductibilité est aujourd'hui fixé à six fois le plafond
annuel de la sécurité sociale, soit 228 240 euros au 1er janvier
2015.

Il apparaît aujourd'hui indispensable d'encourager les entreprises
et leurs dirigeants à adopter des comportements plus raisonnables
en matière de rémunération et d'indemnités de départ. L'opinion
publique n'admet plus que certaines entreprises accordent de telles
indemnités de départ, avec à la clé une incitation fiscale de la part
de l'État.
Cet amendement a pour objet de diviser par deux cet avantage
fiscal, correspondant à la déductibilité des indemnités de départ du
bénéfice imposable de l'entreprise. Il convient en effet de limiter au
maximum ce type de dépenses fiscales qui récompensent certaines pratiques excessives.

Augmentation de l'activité aérienne à l'aérodrome
de Melun-Villaroche : ma question à Alain Vidalies
Retrouvez ci-dessous la question écrite que j’ai adressée à Alain
Vidalies, Secrétaire d'État, auprès de la Ministre de l'Ecologie, du
Développement durable et de l'Energie, chargé des transports, de
la mer et de la pêche, au sujet d'une potentielle augmentation de
l'activité aérienne à l'aérodrome de Melun-Villaroche.

les-Moulineaux et de Toussus-le-Noble au profit
d'autres plateformes pourrait
impacter directement l'aérodrome de Melun-Villaroche.

M. Romain Colas attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès
de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche au sujet d'une
potentielle augmentation de l'activité aérienne à l'aérodrome de
Melun-Villaroche.

Or un certain nombre d'associations de riverains s'inquiètent des
conséquences immédiates d'une telle évolution.

Le Syndicat mixte du pôle d'activité de Villaroche (Sympav) a, en
effet, récemment déclaré vouloir augmenter le nombre de vols d'affaire accueillis jusqu'ici, le faisant passer de 5 à 50 par mois et
répondant ainsi à la baisse progressive du nombre de vols de ce
type à l'aéroport du Bourget.

Les nuisances sonores et environnementales que cela pourrait
engendrer - dues notamment à l'altitude particulièrement basses
des nouvelles trajectoires en raison de l'activité aéroportuaire d'Orly - se répercuteraient sur un territoire extrêmement large, dans
des zones très urbanisées comme celles de Melun et de Sénart, et
des communes essonniennes telles que Evry et Corbeil-Essonnes.
Dans ce cadre, Romain Colas souhaite que lui soient précisées les
perspectives précises ayant trait à ce projet ainsi que ses implications tant humaines qu'environnementales.

D'autre part, la réduction des activités du pôle héliportuaire d'Issy-

L'Assemblée Nationale a reçu le 3 novembre dernier Roger Nkodo Dang, Président du
Parlement Panafricain au sujet du projet d'électrification de l'Afrique. Permettre à une nouvelle
partie de l'humanité d'accéder à la lumière, c'est contribuer à l'émergence d'un monde plus éclairé.
Nous en avons tous besoin.
3 novembre 2015 - Visite de Roger Nkodo Dang à l’Assemblée Nationale

Dernières news sur mon site internet
«Administration générale et territoriale de l’État»: ma question à Clotilde Valter
Réparer les erreurs de la droite et rétablir la justice fiscale pour les retraités les plus modestes
Faciliter l’accès à la propriété par l’élargissement du prêt à taux zéro
Égalité et citoyenneté, le Gouvernement mobilisé plus que jamais
Examen des crédits de la mission « Administration générale et territoriale de l’État » du PLF 2016
Difficultés liées au recrutement des auxiliaires de vie scolaire : ma question à Najat Vallaud-Belkacem
La protection universelle maladie : une mesure de justice, de simplification et d’égalité

Me contacter
N’hésitez pas à me contacter à l’Assemblée Nationale ou à ma permanence parlementaire.
Romain COLAS
Député de l’Essonne
126, rue de l’Université
75355 Paris 07 SP
01 40 63 60 00

romaincolas.fr

Romain COLAS
Député de l’Essonne
Permanence parlementaire, 59 rue Pierre Brossolette
91130 RIS-ORANGIS
01 69 52 32 60

@romaincolas

ColasRomain

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful