Vous êtes sur la page 1sur 71

Notes sur les tribus du Maroc oriental, notice dressée par les officiers de renseignements du cercle de Fez. 1912.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


CONFIDENTIEL

NOTES

SUR ies

Tribus u Maroc Oriental

NOTICE DRESSÉE

PAR LES OFFICIERS DE RENSEIGNEMENT»

OU CERCLE DE FEZ

PUBLICATION
no
COMITÉ DU MAROC
SI, Hue Cassette, Pari»

1912
CONFIDENTIEL

NOTES

SUR LES

Tribus du Maroc Orienta

NOTICE DRfSSÉE

PAR LES OFFICIERS DE RENSEIGNEMENTS

DU CERCLE DE FEZ

PUBLICATION
nu
COMITÉ DU MAROC
21, Hue Ca««eue, Pari*

1912
K'
CONFIDENTIEL

SUR LKS

Tribus du Maroc Oriental

NOTICE DRESSÉE

PAR LES OFFICIERS DE RENSEIGNEMENTS

DU CERCLE DE FEZ

PUBLICATION
WJ

COMITÉ DU MAROC
21, Hue Ciis*om\ l'ari*

1018
AVIS

Les renseignements confidentiels de cette


Notice sonlceu.v de la cinquième partie, Région
Méditerranéenne, p. 40 et 55,
NOTES
SCK

LIS TBIBIS DU MAROC ORIEMU

Notice dressée par les officiers


de renseignements du eerele de Fei.

I. -RÉGION HST DE FEZ

Le 25 mai 1911, les troupes françaises entraient


à Fe*, assiégée pat* les Arabes de la plaine «lu
Sais et. les tterabers. Les tribus des environs
immédiats de la capitale envoyèrent leurs no-
tables à Fez, qui firent leur soumission au géné-
ral Moinier. Ceux-ci lurent ensuite présentés au
sultan par l'intermédiaire du consul de France,
M. Gaillard. Mouley Hitfid leur accorda l'aman,
moyennant le versement d'une amende de
guerre.
Le eerelo de Fez, fut alors constitué. Il com-
en principe les tribus dp la
prenait plaine du
Sais : OuIatl-eUlladj (Oulad-KItaoua), Clierarda,
llaniyan, Sejaa.
Le* lieutenant de Vaucresson fut laissé à Dar-
Dobibug'' avec les troupes françaises et chargé du
service des renseignements et des rapports avec
le sultan et le consul de France.
L'attaque de nuit du camp de Dar-llebibagh et
le combat de Halilil le 4 juin nous mirent en con-
tact pour la première fois avec les llerabers du
Sud. La marche sur Meknes amena la soumis-
sion des Beni-M'Tir, des (iuerouan et des tribus
du Sais entourant Meknes.
La fraction des Aït-Ayaeli i Ueni-MTir fut rat-
tachée au cercle de Fez tandis que les autres frac-
tions et tribus formaient le cercle de Meknes.
Meknes, où s'installait le gros des forces frau-
dai ses, formait un secteur* sous les ordres du gé-
néral Dalbie/, et le cercle de Fe/. lui était rat-
taché administrativement ; le commandant «le
La mol lie fut nommé chef du service des rensei-
gnements du secteur.
Au Sud de Fez, l'agitation continuait a se ma-
nifester dans la région de Sefrou, où les Ait-
Youssi et les Aït-Tserrouchen d'Imouzzer «cou-
paient les routes et prélevaient un tribut sur les
caravanes. L'occupation de Sefrou par un tabor
de l'armée chérilienne fut décidée. Le 3 sep-
tembre 1911. le général Dalbie/, avec une co-
lonne, installait à Sefrou le tabor du capitaine
d'Ivry. Mais les Aït-YoussMîheraba s'agitèrent
et le* général Dalbie/, par les opérations «les 17 et
18 septembre, les obligea & faire leur soumission.
Un calme relatif régna vers le Sud, ce qui permit
au service des renseignements «l'étudier la région
des Aït-Youssi et des Aït-Tserrouchen, l'oued
(iuigou et ses affluents, l'Atlas jusqu'à la Mou-
louïa.
Mais l'agitation qui avait eu son point de dé-
part chez, les Aït-Wissi se
propagea
chez les
Iteni-Ouaraïne et les tribus a I Est de Fez, Dès le
mois de septembre, il parut indispensable d'en-
trer en relations avec ces tribus, alin d'en étudier
le statut politique, la situation géographique et
de s'y créer des intelligences, afin de parer à
toute éventualité. Le commandant de Lamothe,
l'officier interprète Trenga et le lieutenant Cré-
pin furent envoyés à Fez pour renforcer le ser-
vice.
L'installation du service des renseignements
dans la ville de Fez, lin octobre, bieu que som-
maire, permit d'entrer en contact avec la popula-
tion de (a capitale, les agents du Makhzen, les
notables, les ch or fa, en particulier les chorfa
idrissites et ceux d'Ouazzan.
vira ce à leurs bons offices, les notables des
tribus a l'Est de Fez se présentèrent aux auto-
rités françaises et apportèrent a la connaissance
des habitant les vallées de l'Iu-
groupements
uaouen, «le l'oued Lebeu et «le l'oued Ouergha
un précieux concours.
La grosse tribu des Keni Ouaraïne resla le plus
longtemps impénétrable, mais par l'intermédiaire
intelligente des chorfa «Je Kenadsa, des informa-
teurs habiles permirent d'en établir les grandes
lignes orographiuues entre l'oued Sebou, lln-
naouen et la Moulouïa.
*
* *
La notice indiquant le fractionnement «les tri
bus et la carie, dont la minute a «Hé établie au
200.000* par le capitaine Bernard, complètent
les indications géographiques et politiques re-
cueillies par les officiers du service des rensei-
gnements du cercle «le Fez.

IIAYAINA

La tribu des llayaina s'étend sur un vaste ter-


ritoire. Elle est répartie en trois fractions habi-
tant trois oueds, et commandées par trois caïds.
On peut estimer la population totale à 28.000 habi-
tants, soit 0.720 combattants.
Les llayaina sont Arabes, et se disent origi-
— G—

noires de Tleineen. Leurs ancêtres auraient été


amenés dans le pays par Si Mohammed ben
Lhasscn, dont la fcoubba au toit vert s'élève sur
le territoire des Ouled-Adjana qui en ont la
garde.•
A} Ouled-Rlab.
I. Oulcd-Yahia, 1/3; 11. Ouled-bcn-Mckliklial,
2/3 ; caïd Djiïali ould Hcnda.
I. — OÉ%ED-Y,UIII.
Chacha, 220 tentes. — Hezaina, 50 t., caïd
Mohammed, près do Tfnnaouen; Tomba, 30 t.,
Aïssa ould Ahmed ben Djilali, près des Déni-
Sadden ; Quled-ben~Aicha% 40 t., caïd Tayeb ben
Ouman, rive gauche de rlnnaouen ; Cnaaefia,
1001., rive gauche Innaouen.
Oheraba, 103 tentes. — Ouled-eb-Moualda,
401. ; Outml-el>-Triyaym t. ; Sellai na, 80 t. fffi.
GheratMi 25 t.; entre Bcm-Sadden et Innaouen.
Ouled-Ayad, 230 tentes. — Ouled-Azouz : Ou-
led-Brahim,25L ; Ouled-el-Hadj-Kaddour, 301. ;
Oulcd-Abdelkrim, 25 t.; Mou-Sohabat, 40 t. ;
Oufcd-Hammou : El-Kliemïbya, 50 t. :Ouled-
llaiiimou, 00 t., rive gauche Innaouen. ayant
pour voisins (Ihaaclm, Ouled-el lladj, (tnerâba,
Itcni-Sadden, Otiled-Aynd, Bcni-Ouaraïne.
IL — Oi u:r>-MKMihii\i..
Él-Ghonal, 313 tentes. — IU~Alarma, 1001. ;
Ouled-Daho/IOÎ.; Outcd~Adja,M t laNebi-
guit/inf 15 t. ; Ouled~Salcm, 50 t. ; El-Kou-
diyivn, 50 t. ; Sehbab, 501.
Ooled Reliai, 190 tentes. — Oukd'el~Hos-
sein, 30 L ; Ottted~KttddMiry 30 t. ; Ouled*ct<-
llaian, 20 t. ; Otited-el-Mehari, 10 t.; Rl'Amra,
801. Les quatre premières sont sur ht rive droite
de rlnnaouen. Les Asain sont sur la rive gauche,
_ Il _

Karia, 20 t., rive droite oued Le ben, près des Cl»e-


raga.
Ouled-Ahsen, 20 tentes.
Zouama, 40 tentes.
Ouled-Djabeur, 40 tentes, près de Si-Moham-
mcd-ou-bel-Lhasscn.
Le caïd Ahmed ould el Khiat en est à son troisième
commandement ; il a été emprisonné à Merrnkccli,
puis à Meknes. Pendant ses détentions (2 1/2,
2 1/2, I an), son (Us a eu le commandement de
la fraction. C'est un caïd très bon et juste, déjà
AgéV

G) Ouled-Omran (oued Ouergha).


11.000 habitants, 2.800 combattants. Ils sont
divisés en deux sous-fractions : llachlalfa, 3/5 ;
Otilcd-Youssef, 2/5.
I. — MA*IIIM.KA.
Jaafra, 900 tentes. — tf/-/Jb«/.rt«jyw,900:Ou-
Icd-Salem, Adala, Mcsdou, Aïn-Lckra.
El-TahaUniyn, 400 tentes. — Hayata, Otilcd-
Totimi, Menasra, voisins des Cheraga.
Ouled-Belahina, 300 tentes. — FJ-Adanna,
Ouled-Fodit, Khoumis, rive gauche de l'Oucrgtia
au llad de llecifa.
Ouled-Amara, 200 tentes. — Kl-Ouranun, a
Hi-Moliammed-Sahclé ; FA-Koudamiyn, à Si-
Daoud.
Cr-Rechachiyin, 80 lentes.—-Fl-Ouraniin;El-
Kon<l(iniijins près <l"Aïn-Lckra.
Ouled-Soltan, 10 tentes, voisins des Cheraga
(Beni-Amenr).
Jiahna, 70 tentes, voisins des Cheraga, Sejaa.
El-Hararcha, 50 tentes, voisins des Cheraga,
près de l'oued Ouergha.
Onled-Ghannara, 400 tentes : Ouled-ekK/urif;
Akl-el~ftcrri.
. — 12 -

II.'—. Ot'LED-YotssEp, 1.000 tentes.


Onled-Bonchta, 200 tentes. — Ouled-Yahia ;
Terouana, Ould-Alessaottd, Aïn-Lekraa et Si-
Mohammcd-Sahcli.
El-Meharrin, 300 tentes. —
El-Foukaniyn%
Aïn-Matouf; El-Tahataniin, Bou-Aouad.
Ouled-Djemouah, 100 tentes.
Ouled-Aissa, 400 tentes. — Dec/tara, Ouled-
Ta ha n, Ghomara, Ouled-lloubeker.
Tribus limitrophes : llaouara, Senhaja, Mez-
ziat, Er-Ghioua, Ed-Djaia, Slès, Cheraga, Ouled-
Alian.
Le caïd Ahmed ben Abdalla ben Mohammed
el Moudad, connu sous le nom d'EI Moudad, sur-
nom donné à son grand-père qui avait l'adminis-
tra lion des Ouled Omran, a passé sept à huit ans
dans les prisons du makhzen.
Arrêté une première fois sur la plainte des
cheurfa d'Ouczzan et de Mohammed Abderraman
el Mrani, il fut déporté et emprisonné quatre ans
à Moaador. Belaché, il devait guider les méhallas
qui «levaient opérer contre le rogui Bou-Amara.
Il fut «le nouveau enfermé deux ans a Moga-
dor.
Il subit une nouvelle détention deauinze mois
a Fez et fut relâché au moment de l'arrivée de
nos colonnes. Vigoureux et énergique, il a une
grosse autorité sur sa tribu.
Les llaouara d'Outa comptent avec les Oulad-
Biab et sont sous le commandement de Djilali
ould Henda, 340 hommes; Messassa, 130; Dra-
Ayad, 20 ; El-Kcssar, 30 ; El-Bourcb, 10;Bou-
Acem, 50; B. Bou-Yousscf, 20; Talakka, 20; Bou-
Koubba, 20 ; Mokra, 30.
Cette fraction est très pauvre : charbonnier»,
tisserands et potiers.
Elle n'a pas de chevaux, mais seulement quel'
que» mulets.
— 13 —

Les llaouara dllajer peuvent être rattachés


aux OuIed-AIian. Ils habitent entre les Branès
(Beni-Bou-Ala), les llayainn-Ouled-Djebbar, les
Mtalsa et les Cenhaja.
MARCHE
Ouled-Riab : Souk-el-Arba des Ileborja, Tleta
des Noukhila, Tlcta-Outa-bou-Aban, Djema de
Sedrata.
Ouled-Alian: El-Ilad de Ras-cl-Os 'ïd-Lcben,
Tnin de Sidi-Ali-el-Marnissi, El-Arb.. de Tissa,
Djema de Bricl.
Ouled'Omran : El-Had de Becifa, llad des
Moharrin, Tnin des Outed-Djemoult, Tlaln des
Ouled-Bouchta, Djema des Meharrin, Sebt-Jafra,
Sebt-Ouled-Aïssa. Ils vont aussi a l'Arba de
Tisa et Arba d'Aïn-Mediouna.

(HIIATA ou BIATA)

La tribu des Chiata est limitée au Nord parles


Tsoul et les Meknassa. Elle borde la vallée de
rlnnaouen et de l'oued Amlil inférieur.
A l'Ouest, l'oued Bou-Halou forme ta limite
entre les Ghiata et les Bcni-Ouaraïne.
Cette même grande tribu forme également la
limite Sud marquée par le djebel Chars, le dje-
bel Tazeka, qui s'élève en pic et domine tonte la
région, le djebel Chiker.
La fraction des Ahl-Doula déborde la chaîne
de montagnes vers le Sud pour s'étendre dans le
bassin de l'oued Mlillo par son affluent l'oued
Doula.
A l'Est, la fraction des Beni-Bou-Keitoun voi-
sine dans la plaine appelée Ard-el-Fahama avec
les llaouara et mélange ses terrains de culture
_ 14 —

sans qu'il y ait de limite géographique très mar-


quée.
Les affluents de la rive gauche de l'Innaouen
drainent les eaux du djebel Tazeka et Chara en
découpant des ravins abrupts el difficiles dans le
pays des Ghiata ; ce sont : l'oued Bou-el-Djeraf,
et son affluent l'oued Ouargin venant de la plaine
de Fa h ma et du djebel Cfiiker : l'oued Aneli et
l'oued El-Adhar qui arrosent les jardins de Taza ;
l'oued Makouda qui est dominé à l'Est par la
Gern-Nasrani ; l'oued Lekahal et l'oued Gerged
qui sortent des pentes Est du Tazeka et traver-
sent la fraction «les Mtcrkat ; l'oued Sidi-Bcguig,
l'oued Zirek, l'oued Kaouan venant des pentes
Nord du Tazeka ; l'oued Bou-llalou venant du
dje' I Chara et ouvrant deux routes: Bab-Tase-
till I Bab-Krakra vers l'oued Ademam et l'oued
Tm< Tout, affluents de l'oued Mlillo et vers la
Moulouïa par la Guetta de Tamda ; Sidi-Moham-
med ou El-Perah (sur I oued Tankraramt), leTreg-
Tcntatart à travers les Beni-Jellidaten et Beggou
ouOutat.
La difficulté du terrain au Sud de l'Innaouen
fait croire aux Ghiata que leur pays restera long-
temps inviolé par les Boumis. Ils ensilotent leurs
flans la montagne, bien qu'ils aient dans
forains
a plaine leurs villages, leurs terrains de culture
et de pâturage ; mais il est certain qu'a la pre-
mière alerte les troupeaux gagneront la montagne
et iront chercher sur le versant Sud du djebel
Taseka et Chara, chez les Bcni-Ouaraïne, Ahl-
Tcida et Ahl-Tclt, un refuge et un appui.
La vallée de l'Innaouen est d'un parcours rela-
tivement facile. Elle est resserrée a hauteur de
t'Agba des Beni-Mcngara (ou Mnggara) et fait à
cet "endroit un coude prononcé vers le Sud. En
face de la kasbah, les roche* se rapprochent au
point que l'on pourrait facilement, «lit-on, y jeter
un pont.
_ 15 —

Plusieurs gués : Mcchra-Derdara, Mechra-el-


Kouas, Mcchra-Sidi-Marez, permettent «le fran-
chir l'Iniiaotien pour atteindre Taza.

A) Ghiata-Sefflia.

Mgasaa. — Ouled-el-Khellouf : El-Mcrazig,


Ouled-Ali-Ben-Brahim ;A/U-Aghbal: El-Keramsa,
Ouled-Abdelali, Ouled-AIi-llalhoUl ; Mouellin-
Ilou-Che/a: Krare m, Ouled-Ali-Chinoun.
Ahl-Tahar. — Ahl-Sedcs : Ouled-Lalrech, Kar-
raout, El-fomamria, Outed-bou-Ineb, Zoualta,
Ouled-el-Ati, Brarek, oued Sidi-Rcguiir ; El-Khe-
mamja, entre Foued Sidi-Reguig et I oued Ger-
ged ; Ouled-Ouchen, rive gauche Innaouen, en
face de Babcl-Arecha ; Amkaket, rive droite
Innaouen, E. de Mechra-Sidi-Abdallah ; Ouled-
Ifajaj : Ouled Bel Kace m, oued Sidi-Reguig ;
Ahl-Bou-Sandiri ;Aïn-Touda ; Mouellin-Bab-el-
Oulia ; Ghcrarfia, Aïn-bou-Dris (dar Si-Moham-
med-Ouazzani) ; Ouled-llammou, Sidi-Moham-
med-Rebbi; Ikni-Mtir : Ahl Boughalcb, kasbadcs
Beni-Mtir, entre Chabet-el-Kharoub et l'Oued-
Kaotian; Ouled-Sidi-Ali ; Ouled-Agack : Ahl el-
Kasba, près deloticdZireg, rive gauche Innaouen,
en face d'EI-Beghla ; Alaouna, Mouellin-Bab-cl-
Left, Brihiym, Moucllin-Dar-Bou-Salah, Djcdian,
Aït-Mcsalha.
Beni-Mengara ou Meggara. — Kherarza% kasba
des Bcni-Mcggara, rive droite Innaouen; Ouled»
Daoud, petit village fortifié sur la rive gauche ;
El'Bizan, petit village dans le djebel El-Khotba.
Ahl-el-Oned, — Ahl-Touahar, sur la rive
gauche de l'Innaouen; Sidi* Yacoub,Ouled* Yahia,
originaire des Beni-Ouarrain ; Oulcd-ben-Chatb,
entre l'oued Gcrged et Fouetl Lekahal ; Ottled-
Ali~llen-Lhasscn\ FA'McUadda', lA-Mailriyn,
Ouled-bou<-Azza, Oïded-el-Fellah,
— m _

B) Ghlata-Foukla.
Hterkat. '— Mouellin-Dar-lzidf dans l'oued
Lckahal; Beni-Snan, Ahl-Dizanet Dar-el-Msclla;
Beni-Mengara, El-Miader ; Ahl-Tamsift, Ouled-
AH, Jfalouan, Ouled-ldman, Cherrakta, Kelaa-
de-ben-Zekhlaa, Ahl-Zaouia (Sidi-bou-Salem-
Foukhania, Salem-Tahtania).
— El»Barda, rive droite et rive
Beni-Oujjan.
gauche de l'Innaouen ; Ahl-Tajaïlt% prés de
Mcchra-Derdara ; Ahl-Tcheka ;Ahl-Emmal ; Abl-
Sebt, oued Makouda ;/t/f/-/t//<7/, oued Makoudn;
Ahl-hoU'leddcr, oued Makouda ; Bcn-At/adatf
oued Makouda \Ahl-Mokda, oued Makouda ; Ahl»
Kctinar, oued Makouda ; Mouellin-Gheddir-el-
Kebch, oued Makouda.
Beni-Bou-Keitoun. — Mouellin Djebel : Ahl-
Sidi-Mediber (fraction de Sidi-Yakoumi, Mjert,
Taoughefemt, El-Kelaa, Mechrcf, Bou-Tama,
Ilahba, Aghil, Aghercm, A roua ; Mouellin-el-
Outa : El-Messara, Maggousa, autour de Taza ;
ZouaIa,Bit ou Ghlem, Janouna-Sefflia (Megraoua) ;
Jahouna-Foukia (Ahl-Bechar) ; Rouf, Azza, Sek-
sef, ou» f Ouarre«,in ; Rotidnn.
Beni-iiOU-Yahmed.—lhaboudcn,Ouled-Abdes-
sadik, Ahl-Tell, Ouled-Alit Ahl-Kasba, El-he-
rajha, Z.erliana, OuUd-Ali-licn-fladj, Ahl-
Zaouia-des-Beni-Masenf Ouled-ltadi, Ajcmntot,
Ahl-Soutien Ouled~et-Mousaouia t Ahl Me-
Itouza, Ahl-Ksir.
Ahl-Doula. — Ouled-AU ou Moussa ;ltechiin,
oued Doula ; Ahl-bisan (Ouled-el-Iladj), oued-
Dotila ; Tahajoutin (EI-Khemotisiin),oiied Doula;
El-Mesban ; Zaouia-el-Foukia des Ouled-Sidi-
bou-Youssef, oued Doula.
— 17 —

MEKNASSA (300 hommes).


Beni-Heiten. — Meknassa Fotikia, sur l'oued
El-Arba.
Beni-Ali. — Meknassa Sefllia, sur l'oued El-
llatlur.

OULED-BOU-IUMA
200 hommes. — Ouled-cl-Adel, Ouled-Mahand,
Ouleil-bon-Yahia, dans la vallée de l'oued Msoun.

MEGBAOLA
150 ù 200 hommes. — El-Mahanda, Ouled bou-
i\//.a (kasbah llayaïta, oued Termest, affluent de
I oiieil El-Arba des Brancs et Dj. Chachoiich),
Ouled Miinsoiir.

OULED BEKKAB
150 à 200 hommes. — Oulel-Alid-Mnnsour,
Ouled-Driss, près «le l'oued El-Arba, zaouïa-
d'Agherous, cheurfa Beni-Saïd, entre les Ouled*
Bakkar et les Mcgraotia.

TSOUL

A) Benl-Foudghil.
Oaled-Zbaïr. —Ouled-ben-llto : Bejaghla, Ain-
Abiiied, lloulifal; Tajait, Toualla, Ihm-Kezama,
llalalma, Boni-Ali, Menckin, Sidi-Maroitf, oued
«les Ouled-Zbaïr, Souk-el-llad dan* l'oued Amlil
Beni-Medidoul. — Ihmi-llou-llafs ou Hott-
Fahas: Et-KoIea,Ouled-Bcii-Tita, Chaoïiïii ; oued
des Ouled-ben-Tita (affluent supé|4iîuTNj« l'oued
— 18 —

Amlil) ; Mouellin-el-Oued : Oulad-Kenea, oued


Zerraz ; Beni-Mcdjoul ; Béni-Fêter, Chenanfa,
Skeika Cktaoua, oued Amlil.
Beni-Omar. '— Sedakra, Beni-Kkalila, El-
llourck1 au sud de l'oued El-Arba ; Mekarcka,
Azeiza, Bcni-Ouazza, Melargka : Mleiln, Mctar-
gha; llendjila : llendjila, Mtalsa ; El-Eummal:
Oitled-Lahscn, Ouled-bou-Chejra, Kaabcha ; Me»
laifa, lladadcka : Moucllin-Arkoul, Moucllin-
( ion i tes.

B) Benl-OurtnaJ, 2*000 hommes.

Kraoua, 200 habitants. — llaita : Bel-Atigat,


El-Aranlja, entre l'oued Zerraz et l'oued Tfazza.
affluents rive gauche Amlil; Kkezazra : Fclalka,
Klie/a/.ra ; Ouled-Mharek : Ouled-Yacoub, Sc-
brara, Ouled-Mbarek.
Beni-FraBen, G00 habitants.— Frasen-Dekkta-
nia, Beni-Alakeum, Tiaint : Moudnin, Zgamfa.
— Behahoua
Ngoucht, 000 habitants. : Ouled-
Ameur, Ouled-bou-Djema, Oulcd-Ali-ben-Baho ;
Ouled-el-lladj : Sebamda, Ouled-Brahim-ben*
Mohammed, (km-Chiaf ; Ahl-es-Zaouia.
El-Khandek, 1.200 habitants. — EUKhamlek :
Oiilcd-bou-Tabet, Ouled-Benaïa, Oulcd-bcn-Om*
ram, Ouled-ben-Abbou, El-Kolta, Otiled-Zahra ;
Tamdert: Louaïha, El-Maïnin, oued Lcmhar;
Melata, Mekenja ; lleni-Fougkal% Ouled»Azouzt
djebel des Beni-Foughal.

C) Blilent, 1.200] habitants.


Béni-Abdallah. — El-iikeraba, Hab-Tahar-
t'hejra, oueil El-Arba.
Êl-Kbandek. — Gouradiin, El-Assasia, h'kor-
fany El'llourckj Ain-Bjebala.
Bab-eMIarcha. — Cklouka, Ouled-hel-Lc-
cheheb, Metalha.
19-

Ouled-Abdallah-Moussa. — Ouled-bou-Leajafn,
BeHi-Derjan.
Beni-Mekoura. — El-Menzelt Er-Hemlat Ou-
Ud-Sekfra, Ou led-Bcn nouna.

BEM-OL'ABALNE

Gheraba. — Beni-Abdelhamid, Beni-Bouzcrt,


Aït-Assou,Zcrarda,Aït-Seghrouchen ou Aït-Tser-
rouchen-dial-llarira, lingliilen, Oulcd-Ali, Ou-
led-ben-Ali, Bcni-Mkoud, Beni-llammad, IJeni-
Achouch.
Du Sud. — Kassioun, Iglwzran, Beni-Zchna,
Beni-Zeggout, Beni-Youb.
De l'Est. - Ahl-Tell, Ahl-Teida, Beni-Jelli-
daten.
Description géograpkique.
La tribu des Beni-Ouaraîne s'étend sur un très
Vaste territoire. Au Nord, elle touche l'oued
Innaouen, et habite l'oued Douze ml an et Malmata.
L'oued Bou~llalou et le djebel Chara, Tazeka et
Chiker forment la limite entre eux et les Hiata.
A l'Ouest, la tribu touche au bassin du Sebou
par l'oued ZIoul, l'oued Slillio(des Bcni-AIaham)
et la tribu dés Ait-Youssi et des Ait-Tserrouchen.
Au Sud, la tribu des Marmoucha et le massif du
Bou-lbelan. A l'Est, elle occupe le versant du
Bou-lbelan, et a pour limite la tribu des Ouled-
el-lladj et la Motilouïa. Le bassin de l'oued
Mlillo, affluent de la Motilouïa, est tout particu-
lièrement peuplé.
tin très gros massif montagneux, le Bou-lbelan,
aven le djebel Moussa on Salah, est le nn-ud oro-
graphique d'où sortent les oueds qui vont vers la
Moiil ou y a et vers le Sebou.
Il n'est pas possible de fixer des limites exactes
a chaque tribu. Il y a un enchevêtrement sur
l'étendue du territoire des Ueni-Ouaraïne-Ghc-
raba provoqué par la nécessité d'aller chercher
des pâturages en étédansla montagne, et en hiver
dans la plaine.
Chaque fraction vit dans une indépendance
complète, c'est ce qui a rendu ce pays si difficile-
ment pénétrable. C'est aussi ce qui explique
qu'il soit resté en « siba », ne payant aucun im-
pôt, ne reconnaissant aucun caïd, aucune auto-
rité.
Les BenMeilidaten de l'Est sont ceux qui sem-
blent représenter un tout qui se tienne à peu près
compact.
La partie centrale, occupée par le gros massif
du Bou-lbelan, du djebel ftekibat, est très peu
habitée. Les Béni-Youb sont cependant dans une
plaine entourée d'un cirque «le hautes montagnes
et auraient de bons pâturages.
La partie Ni rd-Ouest est la plus peuplée, mais
aussi la plus divisée. On dit ces tribus très
belliqueuses, et parmi elles, celle des Aït-Se-
habitant le haut oued
ouzemlan et Matmata.
ghrouchen-dial-Harira Elles sont sorties des
montagnes et ont progressivement chassé les
Beni-Sadden, les Hayainn (Ouleb-Riab). filles
atteignent l'Innaouen et ont incorporé les fractions
0uled-Riab entre Bou-Zemlan et Matmata.
Vers le Sud-Est! tes Kassioua, les Ighezran qui
faisaient partie des Béni Yazra ont été incorporés
à la grande confédération.
Notre arrivée à Fez et noir intention de faire
cesser cet état d'anarchie causent chez les Béni-
Ouaraïne une vive appréhension qui les fera se
grouper contré nous pour la résistance/Mais il
faut tenir compte que les terres cultivables sont
dans les vallées assez facilement accessibles, et
que !o morcellcr nt des tribus ne saurait per-
mettre une entente de longue durée. Enfin, leur
isolement ne permetlra que très difficilement
— 21 -

leur réapprovisionnement en armes et munitions.


Il faut donc espérer que lorsqu'on aura occupé
la trouée est-ouest de Fez a la Motilouïa, lorsqu'on
aura occupé la vallée de ce fleuve (Outat-Ksabi)
et que la route de Fez à Ksabi sera libre, le bloc
Beni-Ouaraïne se laissera pénétrer assez facile-
ment.

I. — Beni-Ouaraïne-Gheraba.

BK.M-Ani)Ki,iiAMiD (.'iOOà 000 tentes).


Aït-Tserrouchen, petite fraction détachée de la
tribu des A. T. S.
Aït-Zadra, oued Zadra.
Alt-Zehend, djebel Rkibat.
Ahl-Taiha, & Talha, dans la région du dj. Ta-
seka. Vers Zadra, région difficile.
Aït-Ouggarin. — Ayad, lakradou ou Kitont,
kasbaTajana, Aïn-cr-Reha : Ait-Ahmed ou Moussa,
kasba Tajana ; AU-Mokammed, Aïl-ben-Aïssa,
Aïn-er-Reha.
Ihannounen. —• A'it-lzliten, Aihbou-Larba,
Ascfah, oued-En-Nejma ; Aït-Amor ou Ben-llad»
dou, Tizi-Derbihan, entre Iharrircn et Boni-Zli-
ten ; Aït~AyadAionrem%; Ail-Ahmed ou Moussa-
Aïn-lleka, kasba Tajana.
— laberroukan, au
Iberghazen. El-llajera,
Sud de Talha ; AkUGkar, djebel Chara ; Ahl-
Moulay, Aïn-cr-Relia.
Notables: Kitout des Ouled-A) ad ; Ali : Ben-
Ha m mou ou Ahmed ; Mohammed ou Alimed-hcii-
Taycb, Mohammed ou Ben Aïssa; Mohammed ou
lladdou; Ahmed ou Mimoun ; Ahmed-Zer/ib-Ab-
dallah.
BKSI-BOLZKRT (000 ti 700 tentes).
Aït-Haddou. — Ademan, djebel Tazeka, dje-
bel Cktker, voisins des Biata.
— M —

Aït-Braham. -~Kef-Tebel% El Koudiat, djebel


Ademman , au-dessus «le Bab-el-Arba.
Aït-Amenr. — El-Fendeir (entre Tajana et Bou-
llalou) et Bakira Djebel-Ckiker^ près des Biata.
Aït-AUa. — lias-Aïn-Fendel, djema bou Yala,
dans la montagne, près «le Mehajjat, Mouctlin-
Chcrf.
Aït-bou-Slama.
Notables: Mohammed ou Bel Kessou «les Aït-
Amar ; Abdallah bou Azza des Aït-Braham.
AiT-AssoL (300 à 100 tentes).
Aït-Amran, Ait-Ali ou Lhassen, Aït-Thaleb,
Ait-Ahmed ou Youcef, Aït-Moharamed on Haddou,
Aït-Amenr ou Rahq, a El-Kessarat, sur la pente
regardant Foucd Djemaa.
Ait Isekaken, Sidi-bou-Aïssa, au-dessus de
Kessarat.
Ibechiyn, El-Kessaral.
Ait-Yahia.
Zaoiiia«Je Sidi Mohand el Mostfa el Kandousi,
dont les Aïl-Assou sont les serviteurs religieux.
Zaouia Sidi Mohammed el Bouzian. Zaouia Sidi
AIMI el Aziz.
La fraction des Itayaina-Oiiled-llayan peut
être considérée comme rattachée aux ucni-Oiia-
raïne-Aït-Assou.
Les fractions Asara et Chebabat (0. Biab-
llayaina) peuvent être rattachées aux Ouled-
Ah'd-el-llamid.
Notables : Ahmed ou Mohammed (venu se pré-
senter le 10 janvier 1012).
Zt:ntni>,t (800 tentes).
Aït-Braham. — Dans le «Ijebel a Taghidall, Et-
Gkiab, Tazemmour, El-Kheniis, El-Èedim; dans
la plaine à Aïn-Skhoun.
Ait-Ali ou Mimoun. — Djebel Chara, Aïl-Àb
bed, Itou-Arous {près d'Ilematen).
- 2.1 -

Aït-Lhassen. — Hou-Asker, Aïn-Skhounat


(oued Matmata}.
Aït-Boubeker. — Bou-Zemlan, Itou-
Amejouj,
Arous (Bas oued Matmata).
Beni-Mkhallet. — llemalen, Zebzit.

Air*$Miimi'ttit:s-i>i.M.-llAiun.\ 01: TSKHHOUCIIKN.


Aït-er-Reba. —Ait-Embarek, Aïhlhmdjema,
Aït-Messaoud, Att-Abhou ou Lkassen, oued
Bou-Zemlan ; Ail-Abdallah ou Lkassen, ouc«l
Bou-Zemlan ; Aït-Youssefou lladdou,oueilBou-
Zemlan ; Ail-Ali ou Yous.se/', oued Bou-Zemlan ;
Aït-llelkacrm, oued Bou-Zemlan ; Ait-Satak,
oued Bou-Zemlan.
Aït-Haddou. — Ail»Mokand, Imcsagen, Aïl-
1lau-lkhickrn,AU-llamMououSliman,Aïl-Amor
'
ou llelkacem, oued Malmata : Aït-Abdesselem
ou lladdou, EI-Ghc/una oue«l Matmata ; AU»
lladdou (fraction la plus turbulente) ; Aït-Akka
ou Lkassen.

hu.uuï.ï l?m à 000 tentes).


/ït-Boubeker. — Ait-Aïssa, caïd Kaddour ben
Mohammed Aoughagh ; Aïl-Aliou-Boubeker,enh\
Si Bclkaccm ben Mohammed, habitent a Ain-bou-
Macaï.
Hajaj. — Ail-A y ad, cheikh Ahmed ou Lhas-
sen ; Ait-Mohammed ou Lkassen, cheikh Alui el
Krim. habitent dans l'oued Bourcmcd et entre
l'oueil Matmata et l'oued Ifram.
Iharriren. — Ihamnwuchru, cheikh Ahmed ou
Ali ; Otded-ben-ltamdaii, cheikh Mohammed ou
llii.ho, habitent dans l'oued Ifram.
Aït-Saïd. —Ail-Ahmcdou >VwA,cheikh Moham-
med ben Abdclmalek ; Aïl-Abdennebi, cheikh
Mohammed ou llassein. habitent dans te djebel
des Beni-Scrraj cl à El-Merja, vers les Ahl-Tcll,
entre le djebel Chara et Bekibat. Dans l'oued
-24-

Nejma, affluent de I oued Tmorrout. Villages et


tentes ; cette tribu est très dispersée.
Notable ; le caïd lien Mohammed Aoughah
des Imghileu habite près de KheiuU-el-Gour (il
s'est présenté a Fez le 10 décembre 1912,. C'est
un homme d'une quarantaine d'années, petit,
yeux vifs. Ami de Si Mohammed el Baghdadi.
Son père, Mohammed ben Ayad, mort dans
une rencontre entre les Beni-Ouaraïne, aurait eu
un M «laher » de commandement sur les Imghileu.
Ait-Assou, Beni-Jellidateu (Ahl-Tighiamin, Ahl-
Igli), Beui-llassan, Ueni-Ahmed et Reni-Abdal-
lab.
OIXKO-AI.I (.100 a 100 tentes).
Aït-Aïssa. — Hematen, Msassa, 4'haban,
Aït-Ali ou Aïssa. — Ouaoursen, llajeret-
Mottka.
Aït-Lakhdar. — Msassa.
Alt-Chamel. — Takléat, Ras-Oueddioukhaled,
Boulbib (dans la montagne de Rekibat), oued
Mkhet.
Notable : Ben Saïd, Rougrin.

OixKt>BK>-Ai.i (300 tentes).


Mouellin-el-Fahas. — Oued-El-Fakas.
MouellinAït-Ahmed. — Beni-Abbed-el-Tahtia
(ksar de Ben-llarrouch).
Aït-Saïd-MoueUin bab-el-Outa. — Aïnd-Ars,
dans l'oued Djema.
Oulad-Bejja. — Tahla (dans un ravin se jetant
dans Foueil Ifram).
Aït-Achonr. — Aïn-bou-Madi, oued Djema.
Ahl-Matin (des Beni-Mkoud).

BRSI-MKOI'D(350 tentes).
Les Beni-Mkoud sont répartis dans plusieurs
tribus des Bcni-Ouaraïnc :
-~$3 —

Aït-er-RâdL chez les linghilen, Bab-T«ua,


Tiuailt.
El-Haddftda, chez les Aït-bcn Ali, à Bab-Taza.
Ifasinin. chez les Aït-Assou, à Bab Taza.
EI-AieUa, chez les Zerarda, à El-Azeila, ras
oued El-Ahroar.
Beni-Zliten. chez les Beiii-Ahd el-llamid. dans
la plaine, entre djebel Tazeka el l'oued Ademam.
Ahl-Ohar, chez les Reui-Abd-el-llauiid, ras
oued Bou-llaouad, affluent de l'oued Zlout.
Ahl-Matin, chez les Ait-ben-Ali, à Matin, au-
dessus de Beni-Abed (ras oued Fahs), affluent de
l'oued Zloul.

BEM-IIAMMAO
(100 tentes).
Les Beni-llammad habitent «lans la montagne,
à Tagheroiit, fraction Ait Bou/ian, et dans la
plaine à Ras-Ademam.
Iberdan. — lhaddaden (à Fondak-Miuiona.
Ait-Aïssa. — Ait-Ali ou Aïssa (près des Beni-
Achouch).
Se rattachent aux Ahl-Telt |»ar leur proximité
avec eux.
BKM-A<:IIOI<ii(100tentes).
Habitent la zaouïa des Beiii-Achoiich, à ras
oued Ademam (affluent de l'oued Mlillo).

II. Benl-OuaraTne du Sud.

KASSIOIA
Petite frac Mon, autrefois aux Beni-Yazra.
Oulad-Guemalou. — Oued Bou-Zemlau supé-
rieur.
Tnafa. — Oued Bou-Zemlan, supérieur.
Tazront. — Oued Atchan.
Sarioua. — Oued Atchan.
. — 20-

Ir.iiFzsAN {autrefois aux Bent-Yazra}.


Caïd El Kallouk ou Bou Ferrakch.
Ait-Ali ou AUa. — Nus-Ahmed ou Ali, caïd El
Kellouk ou Bou Ferrakch ; Aït-Mezzian, cheikh
lladdou ; Aït-Saïd, cheikh Ksouiken, habitent le
viltagedeAher-Moumou,ouedAïn Aglibal.aflliient
de l'oued Zloul (affluent du Sebou}.
Ighexran-dial LOuta. — Aït-llammoum, Aït-el-
AserL
Igheiran-dial l'Outa. — AU-Bou-llassan ; Ait»*
Naceur, Aït-Daoud, Bougrin venu à Fez le M «f -
cembre lOlâ); Uhemlalen,
Ighesran-dial-Djebel. —Aït-el-Mokaddem,Aït»
h'hezza ; AïhAnkoud,Aïl-Zeggout; Aït-Ta/èzza,
Mgkila, villages dans l'oued Zloul.
BKM ZKIINA.
Habitent le haut oued Zloul.
Ils sont les serviteurs religieux de Sidi Abd el
Jellil de Bou-Zemlan, qui a un azib & Beni-
Sohan.
BEXI-ZE«ïfiOLT.

BHM-YOIB.
Aït-ben-Aïssa, Ait-Hassan, Àït-Morji.Tagberoot,
Aahesdis, AU-el-Naiz, AU-Idir sont entre les Béni-
AÏahaiu, les l§hezran-dinl-Djebel, les Aït-Lns-
sen et Aït-Slihim (Maruioucha), les Aït-Tserrou-
chen-ldgasen. Ils habitent dans l'oued Tamghilt,
affluent de l'oued des Aït-Tmama venant du Bou-
lbelan et affluent du Sebou.

m. — BenlOuaraTne de l'Est.

AIII.-TKI.T.
Ait-Mohammed on Yousse!, Tlajjout.
Aït-Ksar, oued Tlajjout, affluent de l'oued
Mlillo.
- îî -

Ait-Ichchoo.
Imenebhen. Tlajjout.
Aït-ben'Sghir, Tlajjout.
Aït-Ayach, près de l'oued Doula.
Bem-Khiar, oued El-Arba.
BeniHammad (voir celle tribu), oued El-Arba.
Bani-Achouch (voir cette tribu), oued El-Arba.
Beni-Smaad, oued Tmarrout.
Aït-beo-Abbou.
TichUoujn.
Ksireo. près des Ahl-Doula (Riata).
Aït-elGhaxî.
Ait-Zekri.
Afessou.
Bon-Saad.
Hamidet, oued Hamidet.
AIII.-TKII»A.
El-Mahaïchat, oued Skakia.
El-Kamriat, oued Skakia.
Ouled-Dris, oued Skakia.
El-Oenanda. oued Skakia.
Ahl Tammest, oued Tammest.
Ahl-Smio, oued Sinio.
Meskarat, oued Smio.
Beni-Maban, oued Smio.
Beni-DamaL oued Smio.
Ouled-Larbi, oued Smio.
BK.M-JEI.I.IIUTHX.
Oued des Beni-Mansonr. — Akl-lgli, Ait lias»
san, Beni-Aziz, Béni-Pendkran ou Fendckan ;
Aït-Messad, Oufriden, Akl-Timezraï, Aït-EI
Mansonr.
OueddesBem-Bounser.— Beni-Bounser, Béni-
MkebeL Item-Abdallah, au pied du djebel Mous-
sait ou Salah ; Beni-Bahar, Beni-Smint, Ahl-
Gheras, Ahl-Timgerdin, cheurfa comptant avec
la zaouia de Zcbzit.
— i« —

BOI-AIJMIAM (ou Amie» ou AMIIIM;.


Cette tribu est considérée comme indépen-
dante, bi o que comprise entre les fractions des
Ighezan ci celle des Beni-Youb. Elle se trouve
dans 1 oued Slilio ou oued des Beui-Alam, affluent
de l'oued Mdez (oued Guigo).
Ait-Ali ou Mimoun. — Mechakra : Ouled-
Brahim, Taria-Oudgbar, ISO. oued de* Bcni-
Alabam ; Taourirt, 80, oued des Beni-Alahaiu ;
Ait-ltako, 100, oued 4e» Beni-Alaham ; Béni»
Msuhel, 100, oued des Reni-Alabam.
Idnujeil.---.lA/-0ir; Ahl-Kasba-Taddert, Tam-
mest-dial-Lebbour ; BeniMroura. Mediouna,
oued El-Bechna ; Atl-Yahia, Malan ; Aouselit,
Dchar-kebir-dial-Cheurfa ; Aït-el-lladj. Aït-Mou-
lay-Baho-Cbeurfa.
Aït-Lhassen on Mimoun (300).—Aït-el-GItazi :
Tafedjaret, entre les Beni-Youb, le djebel Tsa-
ghla et Ras-el-Oued ; Aïl-Ghezzou ; Aït-Lhassen
ou Mimoun, Beni-Alaham.

M\RMOI.:IIA ou IMARMOLUIKN.

Tribu indépendante «lu'on rattache comme ori-


gine aux Aït-Cbeghoucnen.
Aït-Lhassen. -*- Au pied du Bou-lblan, voisins
des Beni-Youb. Leur sauvagerie et leur indépen-
dance sont connues.
âït-Slihim. — AU-Bazza, voisins des Beni-
Youb ; Aït-Snmh (voisins d'Almis), on les compte
parfois avec les BeniOuarraïn; Ait-Tmama.
Marmoucha. — Aît-Tmim, oued Marmoucha ;
Ait-Messad, Aïn-Skounat et Souka \ Ait-Ali, Ait-
Lhassen ou Adrar, Aïl-ei-Man.
— *9 —

BHANte

Beni-Mahan ; Bouf; Koubba.


Ouled-Bou-Saaden-
El-Amarna ; Tamra; El-Aïaieha; Chouiab,
Aokhra : l/ajer-Melloul;El-Outja; El-Allât ra;
Nakba; Ouled-Beu-Ali; Tallakehen-Sejjar.
Hadjer-Abdallah : Gker-Biyn ; Sidi-Abdallah ;
Aïn-Azlaf; Ain-ElKltemis.
Fesasra : Behahla; Semmat; El-Amariyn.
Krakra : Kern-Meldes; El-llaoual; Ain-Bou-
llaroun.
Ahl-el-Oned: Cherrad; Ahl-el-Oued, oued
El-Kebir (haut oued Leben).

B) Ouerba.
Beni-Mkhellad : IMlafiyn ; Sekakiyn ; Ouled-
Abdallah; Ouled-Manjour.
: Abdel-Khalkin; Ouled-Guennoun;
Terbiyn
Ouled-lia m mon ; El-Gouzat; Nekhakhsa.
Ouled-Abbou: Mechamra; Bou-Chouka; Bar»
EUAmri; El-Merja; Dra-Tayeb; Dra-El-Mokh-
tar; Aïn-lckam; Aïn-Bendlammon ; Sidi-Bou»
Bebi.
Onled-rUhmoon : Bab-El-Morouj ; Sidi-Malek;
El-Araïs ; Ouled-Sedra.
Ouled-Aïssa : Aïn-Salah; Tamchacht; Fedj»
Tahar; Aïn-Messaoud.
Ahl-Taïnast : Taïnasl-Zerouk ; Ouled-Lhas-
sen; Oulea-Yahia-Ben-Ali; Ouled-Taleb, Ouled-
Omar, El-Meharcha, El-Meissa.
El-Kta : Tamzrart.
El-Khandek : El-llaïna; Moussaouat.

C) AJil-TaTfa.
Ahl-Tiliooan : Ouled-Seghir ; Drari-Abdesse-
lem; Seddari; Beteita; EÏ-llareicha.
-.30 —

Ooied-Seida: Out$d-Bel~Harania ; Nebabla;


Khelalfa; Ouled- Sa ïda.
Chekama, seul Ksar.
BemM)nHaghel ; Felalha; Saida; Felalha;
liahanna; Souamra.
Bou-Haltil : Djemaa-El-Khamsin, oued du
même nom; El-karia; Mehamha; Khochna; Et»
llemadna; h'echamra.
D) Bent-rekkoua.
Beni-Fettah : lhni-Ar[ja; Beni-llassaïn, oued
Djema;. des Beni-Fettah ; h'handekt-Terrab ; El»
llabeila; Djdeïda; Ahl-Es-So/'; El-llouaoum ;
Ouled»Moussa ; El-lladdaïa ; Akarchia.
Ouled-Haddou : El-Anaser; Zougar; Djlaïla:
El-lia y as fa.
Trama : Rl-Karrouka ; El-AUmn ; El-lladjru;
Abaïba; Ain-Tro; Ghoulam; Bou-l.ajbah.
Lehalha : Ouled-Ali; Outed-Lhassen; Ouled»
Mouh (Mohammed).
Ouled-Djerron : Bou-Bahhi; llaskoura; Bab»
Amsiouan; Ain-Tlala; Sidi-Aïssa; Ajanan;
Atn-Bou-KkellaL

H. — RÉGION NORD DE FBZ

CIIERAGA
Au Nord de Fez, la tribu des Cheraga s'étend
entre la vallée de l'oued Sebou et celle de l'oued
Ouergha, entre les Ouled-Jaraa au Sud, les Ouled-
Aïssu h l'Ouest, (es Fichtala, Slès nu Nord, les
llayaina (Ouled-Omran, Ouled-Alian) à l'Est, et
les llamvan au Sud-Est.
Caïd : Ba Mohammed Chergui (pacha de Fez),
Mellah.
-31-

A) Sejaa, 2.UM* h.
ELIIamran, 410 ; Cherurki.Ùfà ; Ouled-bou»
t'kebil, 440 ; Ouled-bou-Khef. 300 ; El-Ghozlan,
300; Ouled Maala, 200; Alouim-Vheurfa, 10;
llanancha-Cheur/a, 100 ; El Beddadalheurfa,
40.
B) Benl-Snoua, 1.000 h.
Beni-Anjel, 100 ; Ouled-Kaceni, 100 ; «*>«/f<i-
.-UcM, H0;4fWf», 100 ; Ouled-lloulrik, 100;
Er-Bouaja, 100 ; Beni-Ouchti, 140; Beni-llabib,
40 ; Beni-Ouati-Cheur/a, 100.
Cl Ouled-Djama.
Traïma, 1.000 ; El-Metar/a, 1.000 ; A.7-
Aoulga, 600 ; Ei~Agor, 400; llamyan, 1.000.
D) Beni-Ameur.
I.l-Oulja, 300 ; Onled-Taleh 300 ; El-lladjer,
300 ; Ouled»Mohammed, 300 ; Kerradsa, 300 ;
Mediouna* Ahl eLOulja, 240 ; Mediouna-Ahl,
Et Djebel, 240.

OLLAD-AISSA
Le Gharb se divise en trois tiers :
Klot;
Sefran;
Beni-Malek.
Les Beni-Malek comprennent plusieurs tribus,
dont les Ouled-Aïssa, compris entre les Hedjaoua-
Oudaïa,Ouled •DjainaCheraga-Fechlala-Setla.
Ils sont sous le commandementd'EI Iladj llam-
mad, ayant pour khalife : El Iladj Mohammed el
Ambri.
El-Anabra. — Ouled-Ali»bou-Youcef, Ouled-
Ckérif, Ouled-Mtoula.
Nouaji. — Sekka/kka, Bekamma, Agagda, El»
Kalaa, El»llouafed.
— M _

— Ziazna, Khf moucha, Ouled-


El-Moiissyn.
At toit,Gond ma y Berraza, Ouled-ttet-teham, Et<
Mouald, Bousma-Ckeurfa.
Zaaf. — AM-el-Kadi, Denagra, Et Baba.
Benibou-Ghexala. — Dechra, Zerouata, El-
Behttra, Jottatla, ChouhoutK Ouled-Yagoub.
Ooled-Husonn — Ouled-bou-Uhoual, Ouled»
Zahra, Ouled-Tayeb, Zaamer.
Bl-Knedda. — Ouled*bou-lladja, Ouled-Omar^
Abbouyat.
Voisins des Pechtala, des Setta :
El-lleramcha, Akerma, Zaiblat, Dénichât, El-
Aouameur, Ouled-Allah, Souahal, Ouled-el-Mra-
bel, Cheurfa, El-Ghouazi.

IIEDJAOUA
Les Ifadjaoua touchent au Sud à l'ouod Sebou
et aux tribus des Oudaïa, des Cherarda (Tekna),
au Nord aux Ouled-Aïssa, à l'Est auxCheraga.
Pacha : El Iladj llammad.
Beni-ltached.
Ouled-Moussa.
Taalba.
Oulad-Slama.

m. — RÉGION NORD-MOT DM FBZ

La région Nord-Est de Fez est très peuplée,


elle comprend des populations arabes dans les
vallées et berbères dans les montagnes du Rif et
au bord de la mer.
Deux vallées principales orientées Est-Ouest,
celle de l'oued Ouergha, affluent du Sebou, con-
duisent les eaux à l'Atlantique.
-.33 —

Dans la région méditerranéenne, les rivières


coulent du Sud au Nord. Les principales sont
l'oued Kert, l'oued lghts, l'oued Nkour, l'oued
Talambadès, l'oued Mcstassa et l'oued Ouringa.
Dans la région de la Mou Km va, l'oued Azrou
ou Msoun, d'abord Nord-Sud, puis après le coude
de Msoun : Ouest-Est, draine toutes les eaux de
la région des Mtalsa, Beni-bou-Yahi et llaouara.
Un massif montagneux 1res peu accentué sé-
pare les vallées de l'oued El-Leben de FOuergha.
W sommets priucipaux sont : le djebel Atii-Me-
diouna, le djebel Rôuknala, le djebel Timnctras,
le djebel Tirara, le djebel Taderr.oust et le djebel
Tainast.
L'oued El-Uben sort de la montagne des Bcni-
Krania.
L'oued Innaouen, qui s'appelle en cet endroit
oued El-Gouzat, sort «lu djebel Tainast.
Au Nord de cette crèle, les eaux se jettent
dans FOuergha. Les principaux affluents sont :
l'oued Amalou, l'oued des Beni-Kezin, l'oued Rou-
Adel, Foucd Tharis, l'oued Rou-llallouïat.
L'Ouergha prend sa source dans le djebel Tidi-
ghin. ta chaîne riflaine, entre le djebel Tiziren
et le djebel des Beni-Asem (Azregcch-Char) est
très élevée et donne naissance & de nombreux
affluents, le principal sur la rive gauche est l'oued
Asfalou ou des Beni-Asem. Sur la rive droite :
Foued El-Aseri, l'oued El-Guezzar, l'oued Sra,
l'oued Sahela, l'oued Mzez, l'oued Aoulaï et l'oued
Aoudour.
Toutes les vallées dont nous venons de parler
sont peuplées de nombreux villages. Les habi-
tants sont pour la plupart sédentaires, et les tri-
bus assez nettement délimitées, l'étude suivante
en donne le fonctionnement:
. — 34 —

SFNIIAJA DE MOSBAII

Fenassa (ouled Bou-Ah*en), sur la ligne de


créle. — Reni-Selman, face a l'oued. .—v Twe
rouai, ~~ El-Menaa. — Bou-Knala,
Ouergha.
«Ijebel Bou Kuala.
Aïu-Mediouna. — Gueznaïa. — Tazouda, caïd
Mohammed ben Amidou.
Ouled-Azam, Ouled-Bouneder, Cheurfa. —
Beni-Koura. —Bou-Ado I (Si Abdallah l»ei Ahmed
chérifj..— Er-Ghioua (Mohammed ben Ali).—
Mez/iat (caïd Mohammed ould Abdesselem).
Ces deux dernières sont sur la rive droite de
l'oued Ouergha.

DETAIL DF FRACTIONNAIENT DES SKMIAJA


DE MOSBAII

Beni-Koura. — Serima, en Nzala-Gberarza ;


Ouled- Tuleb- Abdallah, Oulcd-Abdallah-heit-
Mohainmed ; El-Broumyin ; El-Merouy.
Bou-Adel. — Kerraiha ; Ouled Ar/'a ; Oitted-
Mimoun ; Daher.
Ouled Azem. — ikmria ; Dahar-Lahra ;
Amalo ; Ouled'Bou-Ndar,
Tasouda. — Dar-llasna ; Sedrala.
Am-Mediouiia.—Aïn-Ghettari;Atn-Mediouna;
ituled-Abdallah.
Kexnaïa. — EUKaria ; El-Koudia ;Djama-el-
Koubia.
Bouknala. — El-Mékarmeder;Ouled-Moussa;
Et-Merabtin.
El-Menaa-Tizerouna : un village.
Beni-Selman. --• Bemanra; Ank-el-llajar ;
Outéd-el-Ayachi ; Outed-Aïssa.
Ouled-bou Hassaonn — Fenassa; Ouled-El-
Ghazi ; El-Kelia.
Mesziat, 1.200.— Khemalcha; El-Kelaa; llajer-
Rieb, en face de Bou-A/oun des Uhioua ; Taon-
net, notable Sidi Bouzid, caïd Mohammed ben
Abdesselem; Dehier ; Ahl-Sta: Aehaich ; Hajer-
Mabed,.prèsde FOuergha ; Ouled-bou Sultan, sur
FOuergha; Demna.
Er-Ohioua- — Bab-el»OueMtertmt l'oued Ouer-
gha, en face de Tazouda, entre Ouergha et Sra,
près de Kour'a-Menoiiala, voisins des Mtioua.
Er» Item ta.
El-lladjiin
El-Ansar.
Bou-Azzount près des Mtioua et de l'Oued et
Sra.
Notable: caïd Mohammed ben llammouetsonllls
Ahmed. Celui-ci, venu h Fez (31 décembre 1911),
avec N el Mehdi Daoudi.

SEXIIAJA DEGHEIKH)

A) Senliaja-FouJria.
Asameur, haut oued Leben et au Nord.
Semamda.
Ouled-Bechir.
Ziaïna, près d'Asameur et de FArba de Sidi
Messaoud.
Aouchtan, oued Aouchtan.
Ouled-Ahmed.
Ouled-Brahim, près des Marnissa.
Beni-Krama, village de Tadernoust, source de
l'oued El-Leben.
Béni-Ahmed, Sidi-Daoud, village.
Ahl-Amalou, village Oued- A ma Ion.
Djala. — Ahl-lmoula, i mosquées, sur l'oued
Bou-Ace m, affluent de FOuergha ; El-Araba ;
El-Ansor ; Rl-Ouada.
~â6 — •

B Sefllia
El-Moharim, .1mosquée», aux sources deOudei-
ben-Ali. affluent du haut oued Leben, voisins des
Branes-lleiii-bou-Ala. Notable ; Si Ali ben Lhas-
s.'u. Son frère, Si Mohammed ben Lhasseu était
caïd de tous les Senhaja de Ghedou sous Abdel*
Aziz.
El-Mahamda, voisins des Beni-Oulid.
Tamda, oued Tamda, affluent de FOuergha.
Beni-Kezin. oued de Beni-Kezin. affluent de
FOuergha.
Bab-Msila, voisins des Reni-Kezin.
Boureda,mr l'oued Ouergha, sous le comman-
dement de Mohammed el Idri, des Marnissa..
lue autre division a été donnée :
Kheial/a: Oiiled-Brahim ; Boureda ; Bab-M«ila ;
Tamda ; Ouled-Ahmed.
IhniTachtout ; Beni-Kezin ; El-Mahamda ; El-
Mohariin.

COMMANDEMENT DEL HADJ MOHAMMED


EL IDRI
.1. Alarnissa....... 2.000 h.
//. lleni Attirât 1.100'
C. Outed-boti Slama........ 300
D. Beni-Bcchir... 300
/;. Beni-Oiioujen ....... .10(1
F. Fennassa..... ....... 400
G Boni Oulid.............. 1.000
.//. Itourctla............... 200

Total......... 6.000 h.

A, — MABNISSA, 2.000 h.
Beni-Yahia (800 h.). — Tonnes,oued Ouergha;
Bouvhan, oued Ouergha ; Kandeh-el-lslan ;
— 37 —

Beni-Assa ; Koudia, oued Rou-Acem ; Zaouia»


bou-lrman, oued Rou-Acem.
Kassioua, 1.300 <h. — Ouled-lmran ; A/ras;
Brab-r ; ttuted-Bou-llaninu ; Ouzaï ; Tizeri ;
Amchai'ht.

B. -- BENI-AMHAT, 1.100 h.
Ouled Abbott, 300 h.
Ouled Hassein. aoo h.
Dienouna.
Ouled-Saïd-dïkbelft.
Ouled-Bouslama, 500 h., v. SenluuVSraïr.

€\ - OILED-ROF-SLAMA
Djeina-t'heurla'Tafraout UTOuezzan); Dem»
nel»Bouzid; 'luria ; Babel-Haït ; El-Aionn ;
Ouled- Fat ma ; Knatra, oued el-Guezzan, affluent
de FOuergha.

D. — REM-RECHIR

E. — RENI-OtJEXJEN, S00 h.
Kb. : El Iladj Ahmed ben el Iladj Abdcsselem.
El-lladjer, Et-Aroussa, Ouled Medan, Aï Ut,
Djema-Detm.

F. — FENNASSA, 400 h.
Bar rata, Zaouaona, Se Itou m, Ouled-ou-
Allam, Ouled-Ali-et-Marabel.
— 38 —

G* - BENI-OULID, 1.000 h.

Gharfa. — lliaïna, Skourigin, Cherarta, Tim»


trust.
Ouled-Louan. — Djerara, Zerarka, Ouled-
Djdidi, El-An sur.
Ziama. — Zurkia, Aïn-Abdoun, Akl-Sof, El-
h'ob, Mizab. Aïn-llamra.
Er-Reba. — Ouled-er-Gkezel, Ouled*bou-Tin,
Ouled-Aziz, Amsker, llajer-Kellal.

11. - BOIIBEDA

lloiireda, village des Senhaja-Oulcd-GhedoU,


200 h.

MTIOlA,2.000h.
Caïd : Si Kl Mehdi Daoudi, habitant Fez.
Mtioua dlal Djebel.
Ouied-bou-Adi. — Ihmouda, Si Mohammed
Ouled Si Mohammed ; Zaouia, Mohammed ben
llainmoii, venu ; Djaafra, El Iladj Mcssaoud,
venu ; Taonnat, Mohammed bel Iladj ; Asmel,
Mohammed Ouled Dahman (venu) ; Assouel,
Abdallah ben Si Abdesselem (venu).
Ahl-el-Oued. — Taonnat, cheikh Sellam ; Bénir
Herber, Abdallah ben Sidi Abdesselem; El-Kelaa,
El Iladj llammoii.
Reba el-Fouki. — Aichtonn, Mohammed ben
llissaïn ; Nadour, Abdallah ben Sahth : Khcl-
taba.
Mtioua dlal l'Outa.
Mtioua-Dial-Oula. — Imebreden, Abdesselem
el Cadi ; Meckkour, Si Ali ben Si Hammoii ;
— 39 —

Tizerin, El llammou ben Chla ; Dckar-FelUdi,


Mohammed bel Lhasscn ; Mourzai ; Tidja,
Abdallah ben Amar ; ElrKelaa, Hamdan ben
Ali.
Timottras. — Bab-Mekaraz, Si llammou
Mohammed ; El-Karia-Abdesselem, Zebati ;
Kelba, Bou tledoud, Si 11am mou.

BEM-ZEBOIIAL, n.000 h.
Beni-Mellottl. — El-Azaib, oued Amzex ou Sti-
tou. Notable: El Iladj Mohammed, Ouled-Omar-
ben-Tayeb : El-Kelaa ; Tameza ; Igher-Alel/oul ;
Beni-Asem ; Jaouerla.
Béni Bouban. — Ouled-llerrached. ouetl Aou-
dour. Notable: Scllam Ouled Ali bel Iladj ; Ta fo-
rait ; Ouled-ben-Hkaled; Iteni-Abdallah.
Ouled Ka ce m. — Beni-Dakoul, oued Aoudour.
Notable: llabibou Ouled ben Ottnan : Zaouia;
Ouled-Aziz ; Bcni-Fcddin.
Beni-Mka. — Ahl-ldzar, oued Aoulaï. El
Moueddi Ouled llnmman ben Larbi ; Taiteferah :
Beni-Mejrouk ; Noukla ; Zaouia.
Ouled-Brahim. — El-Mahlouma, notable :
Mohammed Oud ben Mohammed; Ouled-Sahab;;
Agheroud ; Tazradra, oued Aoulaï ; El-Kelaa,
entre Min/e/ et Aoulaï ; En*Noutda ; Ut-Mcka ;
Aïn-llcrda.
Les Beiii-Zerou.il, sur le «lalier du pacha El Iladj
Ilammad.

D.IAIA
Cbeurfa-Zerka : Zbar-Mchil; Kl-Mcssoui:Touz-
er-Bemcl (oued Aoulaï).
Talgbera ; Boii-Zrourouf ; Azib-Jnlef ; -Oulcd-
Kroun ; Beni-Saïd, oueil Mozcz.
Béni - Mohammed ; Karaka - Azib - el - Haut -
motiini ; Bab-cl-Arba, oued Mze/ ; Dahel-oti-
— 10 —

Bou-Tahar (Azib du Maghzcn, au confluent de


FOuergha.

SETTA
Mesker : Menouala ; El-Bral : Zaouia ; Aïn-
Ouerd ; Mxsiourou ; Aïii-er-Belio ; Zuata ; Dar-
lladdad ;Sedriin; Mcdjmoiila ; Che/zan : Mahlil ;
Enchchcuch; Bou-Sourat; Draoui; S.-bou-Zitoun;
Gedouma ; Beinou ; Klier-Ben nain ; Beni-Ger-
rouch ; llarraki ; Haidous; Ifc/aoucn ; llajeriin.
Oueil Droudar, venant des Bcni-Mesgtiilda et
du Djemaa Bcden.

BENI-Ot BIAGEL
Pocha: El-lladj-llammnd.
Dajla, oued Aoulaï.
Khcd-el-Brel, oued Aoulaï; EI-Aoiida, oued
Aoulaï ; Tafornout, oued Aoulaï ; Oitislan, oued
Aoiilaï;EI-Boiir, oued Alouaï: Zaouia Taouledman,
oued Aoulaï : Ta/a r in, oucdTazzert;Tazzert, oued
Ta/zcrt; EI-Mghala, oued Tazzerl.
Beni-Kissan.
Dermi (Fouki ctSeflli, près «le l'oued Aoudour:
Ta/rout, pr«>s de l'oued Aoudour ; El-Amoniiiïn.
près «le l'oued Aoudour : EI-Mi/ab, près «le l'oued
Aoudour ; El-Mouïa, prés de l'oued Aoudour ;
Ascdour (S 1et F'), près de Foued Aoudour ; Zaouia,
près «le l'oued Aoudour; Kl-Kitoun. près de l'oued
Aoudour ; El-Kelliïn, près de l'oued Aoudour ;
Aïn-Douar, près de Foued Aoudour ; Beni-Kisnn,
oueil Ouergha ; El-lfaoïita, oiicd Ouergha ; K"-Ali-'
hen-Ahilesselcut. oued Ouergha.
Les Beni-Onriagcl sont compris entre l'oued
Ouergha, l'oued Aoulaï, les Djaïa, les Beni-Zc-
ronal et Foued Aoudour.
— 41

IV. — RÉGION SUD DE FEZ

La région sud de Fez est habitée par deux


grandes tribus berbères : les Aït-Youssi et les
Aïl-Tserroiichcn fou Scghrouchcn).
A. Les Aït-Youssi se subdivisent en Gheraba «|iii
habitent autour de Sefrou et en Djbaïlia qui
s'étendent depuis Foued Guigo jusqu'à la Mou-
lotiya.
Au cours des opérations effectuées en septer?
bre 1911 et janvier I!l 12 deux fractions «les G',
raba ; les Aït-er-Beba et les Aït-Makhlouf, ont fait
leur soumission. Les Aït-Fingo habitant Foued
Amekla continuent à inquiéter Sefrou.
Les Aït-Youssi de la montagne occupent la
partie la plus aride et la plus difficile de l'Atlas.
Les Aït-llalli au Sud-Est habitent dans les vallées
de Foued Sebou, de l'oued Seghina, Amekla, Zgan.
Zra; ils sont sous l'autorité nominale «lu caïd
Lhadj lladdou secondé par Mohammed cr Bami.
Ils sont rentrés en relations avec nous.
Les Aït-Messaoud ou Ali habitent Foued Guigo.
les deux versants de l'Atlas, l'oued Enjil affluent
de la Moulouïu. Ils sont voisins des Bcni-Mguild.
Les Aït-Messaoud ou Ali sont sous l'autorité
nominale du caïd Mohammed ould Omar, ils
sont restés jusqu'ici dans un état de neutralité du
sans doute a leur éloignetnent.
Tous les Aït-Youssi étaient autrefois groupés
sous la haute autorité «lu caïd Omar el Youssi.
Celait un grand seigneur berbère qui comman-
dait la route de Fez au Talilalet par Ksabi. Il a
été assassiné dans un guet-npens au retour dune
petite opération contre ses voisins les Tserrou-
chen. Depuis, les influences se sont morcelées et
son fils Mohammed ould Omar bien qu'intelligent
est loin «Favoir l'autorité de son père.
— 42 —

B. Les Aït-Tserrouchen. — Les Aït-Tserrouchen


forment deux Ilots au milieu des Aït-Youssi.
1° L?s Aït-Tserrouchen dTmouzzer habitent la
montagne qui domine la plaine du Sais entre les
Aït-Youssi, les Deni-Mtir et les Beni-Mguild. Le
petit groupe des Aït-Arfa s'y rattache. Il écoute la
parole du chérif Si Raho liabitant a Anoceur et
faisant cause commune avec les Aït-Fringo dissi-
dents, qui nous restent particulièrement hostiles.
La région de l'oued Amekla et d'Imouzzcr a été
par la colonne Dalbiez en janvier 1912.
Sarcourue
lais l'ennemi, usant de la tactique si souvent
employée par les Berbères de l'Atlas, s'enfuit dans
les montagnes et les forêts semées de ravins
innaccessildes, mettant en sOreté ses tentes et ses
troupeaux. Il descendit ensuite dans la plaine
pour refaire ses coups de mains dans les environs
de Sefrou, toujours vaillamment repoussé par le
capitaine Richard d'Ivry.
Cependant, l'hiver, chassés par la neige qui
recouvre l'Atlas, les Berbères seront dans l'obli-
gation de chercher les pâturages et ils seront à
ce moment plus vulnérables.
2° Les Aït-Tserrouchen-Djbailia habitent la ré-
du Djebel Tischoukt (ou Tchotikt) entre
f;ion
'oued Seghina et Foued Guigo. Leur centre prin-
cipal est El-Mers au pied du pic «le Lalla-oum-
el-Bent. Ils voisinent dans Foued Guigo et dans
le Djebel Tagnancit avec les Aït-Halli et ils
s'étendent «lans l'oued Mdezfnom que prend l'oued
Guigo avant de devenir le Sebou) entre les Nar-
moiicha et les Beni-Alam. Si Mohammed Tser-
rouchni et Si Akka,son filsatné.habitentTnghzotit-
n'Ouagga dans l'oued Seghina. Ce chérif semble
avoir sur le groupe des Aïf-sidi-Ali une assez
grosse autorité.
/_ 43 ~

SEFROU ET VILLAGES DÉPENDANT DE


SEFROU
Ksours du commandement de Sefrou : Mezde-
gha-ed-Djerf (A.-Faska) ; EMlsabis; Ed-Djerad ;
À.-Sidi-^ oussef-dial-cl-Ouala, sur l'oued Sebou,
àMechra-Beddad, 5ksours, 200 tentes ; Chedadka;
Senaja ; Ouled-Sidi-Youcef, près Sefrou ; Azaba.

AIT-YOUSS1

'!,. — Gheraba.
Aïr-Kll-RKHA
A-Er-Reba, 300 tentes. — A.-Faska, 120 ;
A.-Taleb, 0ksours : Mezdegha-ed-Djçrf (Chedaja),
du Ct de Sefrou, Ksirct-Omar, Ksirct-Lhassen,
Ksiret-el-llabib, Ksirct-et-llaoucin-bel-Ghazi, Izc-
baïn, A.-tlassi ou Ahmed ; A.-Aïssa ou Lkas-
sen, 200.
A.-Daoud ou Ali. — A.-Hlal, caïd Bougrîn,
3 ksours : A.-lladou ou Moussa, 70 ; A.-Blal,
30 ; Imchenfen, 2.1 ; A.-Ahmed ou Beki. 20 ; A.-
Ali ou Ahmad,80 ; Gueschata, près des Beni-Sad-
den, M', A.-Mogkri) ksours : Ksiret-Aït-Chaïb,
30; Ksirct-Aouirt, 30; Zaouia-Ta/ou ta de Sidi-
Hassan, 40; Aghbal, 20 ; A.-el-Iladj, 20: Ksiret-
Mohammed ou Saïdou El-H.-Taïb,20 ; Iguelouan,
3 ksours, 60; A.-lladdou ou Moussa, 30 i A.-
Ynhia, 30 ; A.-Yacoub, 70.
AÏT-MAHIlMH F
Caïd reconnu des A.-Mttkhïoiif : Mohammed
ben llammou.
J.~.ltYou Bako: A.-Moussa, A.-Saïd, A.-Zai-
kouin, A.-Àbd-el-Mouda, oued Guigo.
A.-Malek ou Said ; A.-lladdou ou Ali, llaina-
— 44 —

jen, A.-Bou-Zian. A. ou Brahim, originaires des


Beni-Alaham.
A.-Kkelifa: une fraction fixée au milieu des
A.-Bebaa ; une traction dans la montagne, vers
Aïotin-Snad ; une fraction dans l'oued Guigo.

AÏT-MtlMiO
180 à 170 lentes.
A.-Sellou-Boukouïa-N -Kandar.
A.-Ali-Boukouïa-N.-Kandar.
A.-Lhassen (A.-Rezouk) N.-Kandar.
Iharrassen-Chaba-Touila.
Ihoua-Anoseiir, voisins des A.-Moussa.
A.-el-Meskin Ameklaksar.
A.-lchchou-Ameklaksar.
A.-Mohammed A.-Lhasscn-Ameklaksar.
A.-Azzou, caïd.
A.-Amor, I).-Djebel Boukaïa, touchant Imotiz/er
et Kandar.

n. — DJaballla A.-Youssi de la
montagne).
I. — AÏT-MESSAOUOou ALI.
A.-Hamza. — A.-Tett, 80 tentes, une partie à
Sef; Izouggaren, 30, une partie à Oued-Guigo ;
A.-ltaho ou Amor, 30, une partie à Oued-Guigo;
.1.- Yahia, 30, une partie à Oiicd-Guigo ; A-liesri,
40, une partie à Oued-Guigo: A.-Kaîs, 100, une
partie n Oued-Guigo ; A.Almis, 100, amenés
d'Almis par le caïd Omar-el-Yonssi.
Ikhater. — A.-ben-Bouhou, 80 tentes, oued
Guigo et Imjil ; A.-Bouhott, 30, Guigo et Imjil;
A.-Aïssa,W. Enjil ; A.-Lhassen ou Kermous,20,
Imjil et Tnkkant-Amokran ; A.-ben-Saïd, 30,
Guigo et Imjil ; A.-Yacoub, 100, Enjil et Tckiat ;
A.-Saïd-Messaoud, 25, Enjil et Takhant-Amo-
kran: laouin, 12, Enjil ; 10, Guigo.
— 43 —

A.-ben-Amor. — A.-Mohammed ou Baho, Ti-


jan ; A.-Khetlou, Tijan ; A-Saïd ou Omar, 60,
Zcklat ; Imenhain, las ou Kibel ;.I.-Jt7 ou //*/</-
dou, Tijam ; A.-Boubekeur, Tijam ; Khouhkat,
33, Zaouïa Klioukhat.
A.-ben-Haddou. — Imerhan, Imckouiat, 80,
Enjil ; A .-Atckam, A.-Yakia.
IL — AÏT-HAIXI,
Caïd : El-Hadj-Haddou, 1.200 tentes, 4 ksours. —
A.»Lkassen, 230 tentes; A.-Akmed (Altmedj ou
SUman ; A.-Alla (A.-Daottd) Ckeubana, près
Maghir, 180; A.-llammi ou Bouteib, Tajanat,
30; A.-er-liakmi,oued Serghina, 100; A.-Atman,
oued Serghina, 200 ; A.-ben-Moussa, oued Ser-
ghina, 100 ;A.-Bouleman (A.-Bako), 150 ; .1.-
Ilammou, 70 ; A,-ben-Youcef, 10 ; A.»Gkezzan
(A.-Alla), A.-ben-Fekkir, oued Guigo, 180;
A.»Kkebback, oued Guigo, 60 ; A.-Amor ou
Abid, oued Guigo, 30 ; A.-AU Lkassen, près
Sidi-Ali-A.-Tserr, 120 ; A.-Grann, au milieu des
A.-Tserrouchen ; A-Zian (A.-Haho-dial-Moham-
medou Rami), 130.
A.-Aliou Lhassen$ù\u\ Zra(Blcd). fr'Tazra, 20.
tbadisscn, 30.
.l.-//o«/<ow,Sahcl-en-Aïa, Beni-Ala (Mezdagra),
60.
4 ksours tout pclils : A.-Daoud, A.-Amor, A.-
Alla, A.-Lhassen.
Le caïd, El Iladj lladdou, est venu à Aïoun-
Smar le 3 septembre 1911, habile Sefrou ; sa tribu
et sa tente sont à Cheurbana.

AlT-TSERBOtîCHEN
I. — Aït-Tserrouchen d Immouzzer.
Ait-lkhelf.— A.-bou-Azza,60 tentes, à Imouz-
zer. Caïd : Mohammed ou Mezzial, venu le 27aoiU
— 40 —

1911 ; A,-Lhassen ou llossain, 150, à Iraouzzer.


Hammami ben Mohammed; A.-Salah, 90, à
Tafrent, entre Imouzzer et Kandar. llammou Ali ;
A.-Messian, 45, à Hamria; A.-Belkacem, 45, à
Tizi-n-Brahim. Mohammed ben Ali; A.-Lkassen
ou Ikkelf, 60, a Sahel-Achar; Sidi-Ha h ho f est
des Aït-Arfa, est installé sur les terres des Aït-
Youssi-Gheraba (Aït-Fringo-lboua).
Ait-Abdallah. — A.-Iddir, 150, à El-llcrahir.
El Iladouein ould Touda; El-llajaj, 130, à Tir'
zer't. Saïd ou Mohammed ; A.-Arfa de Lent»
douar, 30, Daïa Aoua; A.-Ouadefel, 50, Chaabat-
el-Kharoub. llajoui ben Ali; A.-Seba, 80, Tan-
feklit. Mohammed ou Akka; A.-Abbou ou Mo-
hammed, iO, Bou-Saïd, entre Aït-Seba et Béni-
Mtig. Akka bou Ichechou; A.-Lhassen ou Vous
sel", 20, près des Aït-Seba (a Djerf). llammou ou
El Iladj; A,-Youssef ou llammou, 30, h Tiizilt.
Ali ou El Iladj; AheUTarga, 16, à Tiizilt; I-
Ali ou Aïssa, A.-el-Medjoub, 20, à El-Blouz.

II. — Aït-Tserrouchen de la montagne.


AÏT-8IDI-.U.I
Aït*Ahmed. — A.-Akka, A,-Ichechou, Ijrgni,
A.-Sidi-Akka, Akl-Tazrout, 500 tentes, Mah-
mouda. Darg, près de l'oued Seghina. Fraction
très faible; A.-Ali, 60, El-Mers, marché des Aïl-
Tscrrouchen; A.-Youssef, 150, Taghit (fraction
riche) ; A .-Lkassen, 60, El-Mers ; .I .-Belkacem
ou llammou, 60, djebel Tischoukt. Sidi Moham-
med Azcroual; A.-Mohammed-Amezian, 160,
Bcn-Smin, entre Skoiira et Beni-Graim (fraction
riche) \A.-Mokand, 500,Tachfacht, près du «liebel
Tagnaneit, territoire pris aux Aït-llalli ; El-Aotin,
près de Tischoukt; A.-Abderrahman, 200, Kl-
Mers.
Idghassen. — Imhaouchen, A.-llammou-
Yahta, A.dten-lckechou,' A.-Mohammedou Ali,
— 47 —

A.-Ahmed, A.-Moulay-Saïd, 800, entre Skoura,


Foued Mdès elles Beni-Alaham; A.-Abdallah,
150, El-Mcrs.

BEM-SADDEN
Caïd : Omar ould Touda.

I. — Alt-Sllman.

Aït-Sliman. — A.-Amettr, 70 à 80 tentes. Caïd


Omar ou Touda, cheikh Ahmed Abdelkerim.
El-Kifan (Koudia), entre Beni-Sadden et Zrarsa,
et Aït-Tserrouchen et Aït-er-Reba ; . I .-flamidan,
50, Ali ou Raho. El-Kifan et Kef-el-Beger; A.»
Saïd-hel-Lhassen, 60, Saïd ou Hammou-Moham-
med ou Lbassen-Maamma, Bir-Chelala, petites
kasbahs, voisins Aït-Amouyer et Ibamouden.
Hzala. — A.-Amouyes, 50, Mohammed ou
Saïd, Bir-el-Aïa, voisins des Aïl Ameur; EÎ-Braiel,
50, Abbou-hen-Mohammcd, Aïn Kadous. Se sont
sauvés chez les Beni-Ouaraïn. Ils sont maintenant
revenus chez eux avec les Bcni-Sadd«;ii, Bou-
Zemlan, Aïn-Fellaj; A.-Mimoun, 40 a 45, Lhas-
sen ou Itou-Ali; Ouguiten, 70 à 80, Mohammed
ou ben Aïssa. Sidi Abdallah-Moul-Hadjch-Saïd,
voisins des Ouled-el-Iladj.

H. — Aït-Bekl.

Iharaouden, 150 tentes. — A.-Chaho, Bon Ali


ben Ali ou Berraho: A.-Amor ou Chako, Tebomla,
zaouia de Sidi-Mohammed-hen-Ahmed-el-1Mie/-
zani: A.»Alton, Mohummed ou lladdou: I.-
Allah, Ali ou Lhasseii; A.-Xaceur, EI-Ghazî-bel-
Ha«ij~l.arbi, près de Gem-Bouzouf. In seul douar
— 48 —

au milieu de la tribu : Tebouda-Aïn-Deheb. .1.-


Ilasscin, A.-Saïd, A.-Salait.
Aït-Abbou, 100 tentes. — Iharkaten, A*>Dja-
heur, Mohammed ou Akka, ami du caïd Omar ou
Touda. Ds. oued Sebou à El-Mtira, Médita; .1.-
Abbou, 3 ksour. Mohammed ou Ali. Aït-Sbit,
près du Sebou.
Aït-Imelouf, 120 à 130 tentes.— .1. ou Berkam,
Lhassen ou llammou, voisins de Gueschata des
Aït-cr-Bebu, rive gauche du Sebou ; A .-Moussa,
A.-ben-Akmed, A.-llassein, A.-ben-Atman, A.»
ben-Ali Ali ou ben-N«ceur; A.-bou-Azza.
Un seul douar à Cheïrat : Koudia-Ali-llassi-Dar-
cl-GhezIan.

BEXI-YAZRA

Metamagha. — El-Mtarnagka-Sef/ia, Moham-


med-el-Kaddour, 10 tentes; Ouled-Amir, 40;
Ouled-Salmoun, Kraoucfia, N'Jajra, N'Gada
(kasba), 50; Noualat, 30; Mgnerkei, 40.
Rebaa-Lousti. — El-Menzel, petite ville, 300;
El-Kelaa, près «le Menzel ; El-Kasba, près de
Menzcl, 300; Kraleck,ï>$.
Arba-el-Fouki, Béni Sourat. — Dar-Akonn.
Mohammed ben Itougrini, parent de Mohammed
ben Boughris, 100; Outed-Atiikottdou,U);Ouled-
Embarek, 30; Ouled-Mènent, 30; Aïn-Beida,
Ouled-Mokran, 100; Taskeroat. ,r,0; Mellaka,M;
Taakit, 100.
Àrba dElMgbila. — Une seule djcmaa; un
ksar dansToiied Mghila.
Zra. — Cette fraction est peu importante; elle
est sur la rive gauche du Sebou, ilans l'oued Zra,
entre Aïn-Aghbal et l'oued Sebou.
— 40

V. - RÉGION MÉDITERRANÉENNE

Différents informateurs nous ont donné de la


région rifaine des indications géographiques et
politiques. Il ne faut y attacher de valeur que
celle d'un premier renseignement ayant besoin
d'être recoupé et complété.

RIF
MTIORAf.KSEST A OL'EftT
Trifas, région Oudjda; Kebdana, zone espa-
gnole; Oulad-Settout, zone espagnole; Guelaïa,
zone espagnole ; Beni-Said, Temsaman, Béni»
thtriagkel, Bokkoïa, lleni-lelteuf, Beni-bon-
Feralt, lleni-Gmil, Mlioua-der-ltif.
<:KMMAI.KS EST A OUEST
lieni-Oukil, région Oudjda; Beni-bou-Yaki.
Beni-Oulickek, Tafersil, Beni-Touzin, Targuist,
Senhaja de Sraïr; Zcrket, des Senhaja de Sraïr;
Beni-Bounser,des Senhaja de Sraïr; Tarzoul,âes
Senhaja de Sraïr; Beni-Seddat, des Senhaja «le
Sraïr.
MÉRimO.YAf.KS
Iteni-Snassen, région Oudjda ; Mtalsa, Guez»
naïa, Mgraouai Bent'-Amart, Beni-Mesdoui,
Beni-Bechir, Senhaja de Sraïr ; Bcni»Kkennous.

F Tribus littorales.
KEBDANA zone espagnole).
OFLED-SETTolT zone espagnole/
Sidi Mohammed Amezian est un chérif de la
fraction des Arczenran.
V 4
— 30 —

GUELAIY
Beni-bou-Gaier, 4.300 h. -— Imaïaten, Asa-
meur, Zerroura-Kert, lazanen, l'kemlala.
Beni-bou 11rour, 2.000 h.
Béni Sidel-Ahl-Gada, 4.000 h.~ Akbttet, Bad-
douïa, Ouled-Yacin, Jouaoua, IleniFelkau.
Bem-Sikar esp}, 1.000 h. ou Chiker (ar.).—
Abdouna, Azeghegkan.
2.000 h. — Ferkana, lleni-
Ferajia Mezouja,
Ncar, Akl-en-Nadour, Msamir, Barraka,

BENI-SAID
Izomel. — Tazarin (port), Tiferzouin (port),
A tria, Isoummer, Ijouamen, zaouïa Sidt-el*Man-
sour ; Ferakbiin, zaouïa Sidi-Aïssa Ould-cl-
Amin-ben-Aïssa.
BeniTmaït.— Ouled-Kklottf, Zaouïa- Moule//
Idris, Akl-Tlel, dans la montagne ; Malon-Otman,
Souk Tleta deJerrari: Tonkount, cheikh Asdad
des Ould-Si-Tayeb; Ouled-Duoud, Izahmounen.
Ottled-Abdaïm. — Cheurfa-Zegzaoua, caûl
Akechich ; iterrekana, Kaduour-ben-Amar des
Oiilcd-Botizian ; Ouled el-Fkik, Bou-llenni, Se-
baoun, Zaouïa Si-el-Badj-Makammedt Tijedil,
Berrout.
Mejaou. -g- Ckemlala ; llaouz-Kerl, Si-A'fcssa
(port) ; .1. l/en-/tournanf zaouïa Si-Abdel-Jebbar,
Alaounen.
Tchoukt. —.' TckoukL labdounen (Et-Badj-
itouzian).

BENI-TEMSAMAN 4.000,
Beni-Maghenin, 400. — Kasbeted- Dur ; Kasbet-
Sefjflia.
Arba-el-Fouki, 000. — Omchanen, lieni-Azza^
— 51 —

Ahl-Mzaourou, El-Kcllouchen (Ouled-Si-bon.


Yakoub).
Beni-bou-Idir, 000. — EUMarabetiyn, Klie-
cheb-Oumshar.
Beni-Taban, 500. —Ahl-lguedi, AhlAmaad.
Trogont, 900. — Et-Merabetiyn, Tebouda,
Zaouïa Bouzouika.

BEN1-OI1GHIAGIIEL, 12.000 h.
Beni-Abdallah, 700 h., caïd Ahmar Trahar. —
Kemmoun : Beni-Mesnaouï, Kebir-el-Caïd-Kad-
dour.
A'U-Zian.
Aïl-eUMarabtin.
Ouchen, 1.200, caïd Boubeker. — Ait»Ali,
600 ; Amoussaou Ahmed, Dchera O. FMI.-Saïd.
Ail-Youcef ou Ali : Adjdir.
Beni-boU'Ayach, près dcsKeni-Tou/in.
Aït-Arous, djebel.
Ait-Bou, Ayach.
Beni-Hadifa. — Tamerkatt., Tizemmourin
(F'S'i ; Ikarrounen, Ikaddousen, Ilou-Aehebel
Un, djebel Hamman.
El-Marabtin. 1.800. —• Souain, Ajdir, Tafersit,
djebel Sidi-bou-Khiar, au centre des Beni-Ouria*
gliel.

BOKKOYA OU BOLKOUIA, 1.800 h.

BEM-YEITEFT, 700 h.
Du Sud au Nord, oued Oitaouizcrt. oued Touti-
sift (ksours nombreux non cités).
Amezouj, Tarzout ou Ayach, Iteni-Chiker,
Ouaouizert, Izeriahan, Talambadès, Asameur,
— 5* —

Zaouia, Suado, cru* village; Tigghaltim, S'Non*


Yakoub* Nadès.

BENI-B0F-FERA1L 500 b., OIUHILebradj.


Du Sud au \ord.
Aouni, Tazarin, Dar-Zihhlef, Ouled-ltehata,
Idrighen, Aounottf, lieni-bou-Gemel, Tijerouin,
Iharrounett, loufasen, Izlougen, Et-Arara, Ou».
ted-ben-Messaoud, Djnanat, laltech.

REM-GMIL, oued Meslassa.


Ouled-el-Beklit, Tigmamin, Ouled-Amar ou
(haib, Tafraout, tehomoiiiirn, l'aida, Ich >uin,
Tazroul, lleisen, Tighefert, Isoamer, Il llak,
Beni-Ckeboun, Azagkar, Airem. Ottaram, Ta»
zaert, Meslassa, port sur la mer.

m:\l-.\M ART, 1.200 h.


Jkaouna
Ouled-Hussein.
Aït-Satd-Khtetfî.
Ouled'Abbou.

"
2* Tribus centrales.
RENI-OFLICHEK, 1.100 à 1.500.
Ahl-Asrou. 100. — Ouled»AIL J)ar»Azrou,
Touloul ou Talilif, El-Marabtinn, Idariyn.
Beni-lkhleL 100. — Imouckouan, îlaoula,
Ziaui, louai da ne a, Ouled-Abdesselem, Djema
Kar-fellaten, Ouled-lia m mou, Ighezerounen,
Ta lia a in, Ahl-Taourirt.
Ouled-Abdemmour, 30u. ~ Ifettaten, louchi-
53

khen, loujamen, Ouled-Bouzian, Neni-Houkr-


dan% harrouehen, NouHalen.
Ouled-Abdelasil, 300. — Ifekkar, Outed-Dja»
ber* Taouarda.
Oued es Sobl, oued OuliHl-Abtlennoiir, oued
Joiirdunen, affluent du Kerl.

TAFERStT,700h.
Caïd Abdesselem el Fvrsigi.
Béni-Mohammed. — Beni»llaïdows, lmagemr
Boa-liafor a.
Beni-Khaled. —Beni-Mdin, Beni-Yerrou, Béni»
Youcef.
Oued Tafersit se jetant a EI-AbaMa des Mtalsa.
Oued llammou, a Sidi-.Mohand. Il sert à irriguer
la plaine de Tamtelt.
Souk-el-Tin de Sidi-Embarek.

BENI-TOIZLX 5 khoumous).

Igherbiyn. — Ouled-llrahim ou Alla: Iboubes-


sin, Ibouakilin, Iberdaau ; Oulad»el»Kassem :
Ihardoumen, Ibou-llargamen, Imsallen, Ita-
llariouen: Beni-bou-leri : Icheinlalen. Imaroii-
chen, Itoulalin, liudiouin; Zenaguin : lkhetoulin,
Ihaouzin; Imdiouin; AU ou Anguiclt : Aït-bou-
Ghazi, Aït-bou-.Mdour; lient-Uelloul ; Aït-Balio
ou llammou, Aït-Adjouza, Imerebtin.
Beni-Taban. — Tafadisl ; Iguerdouhen; AU»
Dehar : Ahl-Zaouïa. Aït-Amran; AU»Amran.
Ahl-Tasait. — Beni-Ybyi : Ijaounen, Aït-Ta-
lamrit, Tizra-Lakda; Ait-Laali : Izoïigaren, Iha-
tlouten; Aït-Zian : Atmanen. Aït-el-Mehdi.
Ikadottlen: Aït-Ouaras. Ouled-cl-Hadj Amar ;
Jrzouken : Ouled-ben-Mohammed; Aït-Djaa; Aït-
l/and ou Amar : Aïssiten; Ighermaouas : Aït-
_ M —

Dehar, Ijeraïn, Aït-Tarint» Aïn-Sebaouot; Béni-


Hassan : Ait-Talha, Alt-Hammou ou Lkassen,
Aït-Saka; Innahin : Aït-Lhassen-Sammer, Iraon-
ken; louardijem: Ichaïbin, Ikhiaren, Ibatarin;
lltni-bou-Tekbach ; Ibou-Lahfatin, Ibou-China-
lin, I bu-A marin, lhadouten, Alt-lzreï; Imeniten:
Ibou-Ayadin, Ikakriouin, Islimaten; tleni-Mitik :
Aït-bou-ltrahtm, Ijetaren, Aîn-Tamart; Ihadou-
then : Aït-bou-Dileb, Aït-Tar/out.

TARGIJ1ST, 400 à 500 h.

AU»Azza, au Sud du djebel Targuist.


El-Malemin, près de Sidi-bou-Smtn, au Nord
de Foued Gheis.
Merraha, gros village.
Oued-el-lteipour, zaouia principale.
Ait-Aïssa, dOuled-Sidi-el-lladj-Ali-Kheuilkh.
Mzada,
Zaouia»AU-Azach.
Izemmouren.
Taourirt.
Tanout.
Igermedjoulen.
llteltiouen.

SENIIADJA DE SRAIR

Les Senhadja de Sraïr comprennent les tribus


suivantes:
1. Reni-Seddat. -—2. Béni Khennous.—3. Béni*
Bounser. — 4. Zcrket. — 3. Ktama. — 6. Béni-
Ahmed. — 7. Beni-Bechir. — 8. Tarzout. —
9. Beni-bou-Chibet. — 10. Mtioua dn Rif.
I. - BKNI-SEDDAT, 600 b.
Azeila oued Azeila, versant suu;
Tighisa — —
Zgara — —
Asaka -— —
Agersif — . —
Ouareg (ras oued Ouergha, sortant «lu djebel*;
Imaziouen (Tîdighin ou Tidraiioh :
Bou-Kefer, voisin des Zerket ;
Imasiuen, oued Ourmga;
Tisegha ;
TiUlouin ;
Tamedda;
Xahara, voisins des Mtioua du Rif ;
Arbi;
Igerntech;
Talarouak.

2. — RENI-KHENNOFS, 300 cou.ballants.


laraben; Ifri; Tamsiit; Bou-A ta; lgri»lmgen;
Leddai; Tagraou; Ileni-Taiman ; Tizi-Khellab.
Oued Bcni-Khennous Ouergha supérieur.

3. — BEM-BOl NSEB, 300 combattants.


Tttmeddit, zaouia 3 djaina; Amaaktan, zaouïa
2 djaraa; laltaren; l.ouda; Zaouia El-Kr noter
(Si Mohammed Akliemlich); Adouz; Zerket;
Anderfou.
Oued des Reni-Rounser ou Souk-el-Kbobar
(Ouergha).
4. — ZERKET, 700 h.
Bel-llakem; Bou-Kerouach; Timilout ; Agken-
noui; Germalet; Semmaal; Mtar; Tizi-Mterga,
versant sud; Igedman, oued Ouaousefra; Bou-
Ghileb, zaouïa Sidi-Mohammed-Seddik-Khem-
— sis —

lich, ayant 1res grosse inUuence chez les Beni-


Ougbiaghel ; Ouled-Dahman ; lsi»Amaren ;
Bameid; Ifellihan ; Ll-Kituun; Fragouaich ;
Ikherouden; tmetat; louarian; Aougeni; Hou»
Enjel; Allai; Oughsun; Itou-liai, versanl nord;
Douhdouk, ksar de Si-Mohammed Kouis; Si»
Amure n.

3. - KTAMA ou KOlTOl MA, 2.000 h.


Benl-Tmin. — As m art as, oued des Reni-bou-
Rafetl ; Irgliouen, voisins des Bcni-Zeroual ;
Bernes ; Zaouia-Sounni ; Asammer ; Jamnet.
Temsaout. — Temsaout-eLHamra (2 ks.), dans
Foued $Uei,Mergel ; Azagkar ; Bekaïr ;Aguer-
cif.
Amset. — OuachU; Zerougkout ;Tametagui ;
Gouriha; Tainza ; Bou-Maai ; Azaghar ; Tis»
ket ; Oued-Tout (on Ouettout) ; Akadjer ; Ade»
gkous ; Amgoud-el'Mcllak ; Ma ou Zaghar
(Souk et Tleta), dans Foued Amzez.
Sommai. — Boa-Flou; Jerro; Ckkara;Mc-
ziaz ; El-Azib ; Taria ; lieni-Hassan, entre oued
Tarzout et oued des Beni-Aïssi ; Talghsount ;
Aila, près de Beni-Berber ; Dar-Aghetlab.
Beni-Aïssi. — Beni-Aissi; Béni»Ahmed ; El-
Maghzen; Sahel,oued Beni-Aïssi; Aghbal ; Fer»
sioua ; Zdad ; Ijerdaren ; Imazougar, oued
Tleta de Ktama.
Beni-Hameid : un gros village.

6. — BENI-AHMED. 1.200 h.
Oued Ouergha : Zaouia dial Botma ; Azrou-
Zouggar ; zaouïa Ali»el-llakem : Izourdez ;
Igrebji : Tisemlal; Dahas : Iger-Sennan; Ta for»
noui : Isousna ; Tiberraiu : Tamiandès ; Beni-bou-
Znouba : Akraren; Tarirecht ; zaouia de Sidi-
Ahmed-Akhemlich.
— M —

Ooed Imouoeien affluent oriental Ouergha ;


loukran ou Oukeghen ; Tigheza; Imacheren ou
Mâcher in; Ademam; J/oM3**#«f»(Souk-el-Arba};
Outil ; Tasfaout,

7. — RENI-BECIIIR, 350 h.
Oued Onaousefra : Outil; Imsed; Imaten; El»
Koura; Tafftrt; Tatracht; Ougriden; Tasasnout;
Fedda-elMana; Tageziri; Bou-tladi.

8. —TARZOl T, Djebala, 500 à 600. Oued


Tarzout, affluent de Foued Sra.
El-Kelaa : Ouled-her-Rahinan (F 1) ; Ouled»
Ikhelft {V); Ouled HOuerlit (V), Skakia-lieni-
Meriem (Sâ) ; Akhctft (F1); Taghiamezit (S1);
El-Kelaa : Beni-Merouan (F 1) ; Ouled-Abekar ;
Ademan; lammouren; Tazarin (S1); Igouraren
(&);Tirighin{$1).

9. — BENI-BOII-CHIBET (oued des


Beni-bou-Chibet).
Beni»Ayeck; 8El-Mdaoud; Taourirt; Tamailt;
El-Khandek (F et S1); Ibezzazen (F 1et S'); Taria ;
El-AzilOuled-el-lkkkal; El-Marafa; Amazzer;
Batoui, Ouled-ben-^ahra ; El-Bechiriin ; Teffah;
Azaghar; Mtioua; Khandektoul ; Taberrant.
Djebel Tifelouest, au Sud de la tribu.

10. — MTIOUA DU R1F, 1.600 h.


Beni-Mkail, rive gauche oued Messassa, du Sud
au Nord : Talal-el-Ars ; El-Benian, Maouelli,
Tagma, Ikhenikhen, Agersif, Atoul, Agermalek,
Tala-Aboii.
Toulal: Toulal, Tamalout, Imenza, Cheinour,
A)n-Beida.
— 5»

Ikerifem ; Ikerifen, Kelghaman, Talamekren,


Hou-Sellam, Kl-Arara, lhaddouten, Titoula-lr*-
Titoula, Izeramouren, Zaouïa-Sidi-el-llajd-Bra-
ham, Bou-Meddour, Êl-Benian.
tsentmonren : Toujjed, Takiuout, Izzemmou-
reu, Taglit. El-Kelaa, Sidi-Fetouch (au bord île
la mer!, Kl-Djelui, El-Berria.
Ouaonkda : du Nord au Sud, Ouaoukda, Tain-
«Iraghin, Tisoudai. Termes!, Nzada, liouaen.
t'a ta m za ta ; Talanizela, gros village ; Ain-
Beida, Bou-IIorma.
Ilemi-Hameid : Tiferkiouan. Azzi, Agersif,
Tamalout, Tamaïlt, llouggan, Imenkouren, Ta-
regedalt, oued Taferka, venant du djebel Bcni-Ka-
cem et du djebel Berret, traverse la plaine d'Isa-
gen.

3* Tribus méridionales,

EL-MTALSA
Ouled-Abbou. — Ouled-llakoum, voisins de
Kasbet-Msoun ; Ouled Mousi, oued Engad, affluent
de Foued Msoun; Ouled-Akmed, caïd Bellout;
Ouled- Yahia, caïd El Adi ou Mezzaou; Ouled-
Taleb, caïd El Mozion Allai; Ouled-Ameur-bon-
lladdou, oued Bousouab, affluent de Foued
Msoun.
Ouled-Daoud, houz Aïn-Zorah. — Ouled-Mi-
moun, dans le djebel Aïn-Zorah, au centre des
Mtalsa: Ouled-llakoun; Igkomaten, caïd Larbi
ben Diba El Ghomati; Ibenaïssalen.
Ouled^Hanunou, caïd El Kandousi bou Fer-
kouch. — Zarakna. oued Siah; Ouled»Smatn,
oued Siah, source Zrakna, village Sebbat-dial-
Aïn-Amar; Ouled-Dris, entré oued Kert et oued
Jaouna, voisins des Keznaïa; El-Ababda, oued
— 38 —

Kert, voisins des Beni-Oulichek ; Ika rriche n,


entre Kert et oued Siah.
Outod-Salam.—Ouled-hàchou : Ouled-Moussa,
oued Kert; Ouled-Raha, ouetl Kert; Ouled-Ali-
ben-llammou, oued Kert; Ouled-Daoud, oued
Kert. Ouletl»Hrakim»bou-AU : El-Felatcha, oued
Kert ; Ouled-Boubeker, Meraïta village, oued Siah ;
Ouled-Aidra, Touhaint village; Ouled-Meriem ;
Ouled-Rrahim, oued Siah. Kelalcha : Kl-llebara;
oued Siah; El-llasniouen, Imariren. El-Hadj-
Amor.

GL'EZENNAIA 01 KEZNAIA

(100 chev. principal. Chaouïa et Djbarna.)

Beni-Tounès. 1.200. — Ahl»Azrou : Tizi, Far-


gouça, Khenidjen ; Et-Arkoub : Akhemdouk,
Tastit; Hou-llazem, Khebbaba, Taghilasl-er»
llouten, Taghilast-el-llemman.
Beni-Mohammed. 800. — Beni-bou»Yetto, Ou»
ted-Taïar : Ouled-Ikhelef, Ouled-Rrahim; Ouled-
Zian : Karroun, Ouled-Moussa, Mouloudin.
Ouled-Ali-ben-Alssa. — Otded-Sidi-Aùsa, Ou-
led»Sidi-lland-ou»Moussay El-Ghorfat.
Béni Acem. — Acht-Alnenej : Acht-Braret, lar
ou Ahdoud; Ouled-Ali ou Fares; Ikarouan, 400,
Mohammed Amezian; Izkiriten, 500; Karouchen,
500, M* ben Kejouba; Ikhouanin, 400, El Iladj
Mohammed Ibkich: Ikaboun, 300, El HaiHAmar;
Acht»lfaran, 1.090; Boured, 300; oued Boured.
Caïd Mohammadi Sidi bou Msat, tué à Oudjda;
Tamjount, 190, oued Tamjount; lharrassen, 600.
Chaouïa.—Ouled-lladdom : \Unarmn, Djbarna,
700, caïd Mohammed Bougrouch ; El-lloudadj ;
Ouled-Mohand : Ouled-Taounza, Kennoul; lha»
moulin, 900 : Oulcd-Mohammcd ou Lhassen ; El-
Heraira ; Atn-el-Humra, 800 : Outcd-llauiuiou
ou Lhasseu, Harthlîyin.MulIttb ; Otud-Magkaru :
Kl-lloudiadj, Laazib. Acht ou Farzaz.
CaïdMaouch ben Allai.
Mezouar des Cheurfa (environ 600), El lladdj
Mohammed Harrab.
Chérif : Si Mohammed bett el Iladj Abdesse-
lem.

BENI-MESDOL'I, 300 b.
Ihaousen, Touzzel,lzemmouren,Tazoulil, El»
Hassan, Asif-Ouadid, TaggeddistyEt-Kotla,
lazzougen, oued Gheis. X
f
TABLE DES MATIERES

I. — HM40\ fei i* Fi< ,


llayaina , 5
labial» 13
Ueltuatsa 17
Ouled Bmi-Hiiuu , 17
liegrauua.,, 17
«Jufed Bekkar lï
Tsoul '.. 17
Heul-Ouaraïne. 19
Brauès 39
II. — KKGIOX Xoat»DCFEI 30
Clteraga 30
Oitlad Aïssa 31
Itedjaoua 3i
III. — RétatKtKoia-fer m IV* 3*
Senhaja «I»'Jloshah 3V
Smhaja «le tiheduii 3T»
Cuuituaudeiueul d'KI Iladj Mohammed el tdri. 3o
Mlloua 3M
Beui-Zeroual 30
Diaïa 39
Sella 40
Béni Ouriaghel 40
IV. — RKGKNC Ses MIFi* 41
Aït-Youasi 13
Aït-Twrroiiehen. 45
Beni-Saddeit.... 47
Beui-Yaxra 48
V. — HCCHKC MÊMTE*«A>fclLX\K 40
Rit..... iS
Tribu» littorales ^ 49
Tribus centrales ..<%, Ï 52
Tribu* uiéridionalex .Z TT.....CW.... 5S
CMIIE
(g j; j g\
Le» tribus de l'Est de Fear. \f.A..-.i- y... S

tuât. — mraunmi un*, a» euam, 11.


COMITÉ IDXJ MAB.OG

Président : M. %m, ETIENNE, ancien Ministre de la Guerre.


Trésorier ; M. RB*KFOlfRET.
jtfemam.'MM.
AUGUSTINBERNARD. Professeur «le Géographie de l'Afri-
que «lu Nord à la Sorbonne;
Prince ROLAND BONAPARTE;
PAULBOURDE;
Comte A wtCASTRIES;
J. CHAILLEY, Député;
J. CHARLES-HOUX, ancien Député ;
Le Général DERRECAGAIX;
S. DERYIMX, Président du Conseil d administration de
la CuinpîitfjHM'Paris-Lyon-Méditerranée;
F. GUILLAIX. ancien Ministre «les Colonies ;
J. IIEKBETTF.. Puhlieiste;
0. BOUDAS, Professeur à l'Ecole des Langues Orientales
virantes;
UÎCIE-XROBERT. Sénateur;
Comte B. m LABRY;
Le Général ne LACROIX;
RENÉ MILLET, Ambassadeur de France ;
MIMABT. Ministre plénipotentiaire;
RKCÉ MOULIN';
RBXBPIXOX; !
GEORGESPRKSTAT;
R.REGOULY;
RRXESTROUMB.Gouv. général honoraire des Colonies ;
Marquis R. DBSEGOXZAC;
Le Général VARIGAULT;
Secrétaire général : AUGUSTE TERRIER ;
Secrétaire général adjoint ; J. LADRBIT DE LACHARRIÈRE;
Secrétaire : ROBERTDE CAIX ;
Siège du Comité : 21, Itl6 Cassette, Paris.
Tout Français souscripteur et une somme au moins égale
à 20/r. devient adhérent du Comité */» Maroc et reçoit
T « Afrique française », organe mensue Comité.
Adresser les souscriptions au Trést >< du Comité du
Maroc, 21, rut Cassette, Paris-®".
Pari*. — Imprimerie Levé. 17, rue Cassette.
GCXLVIITiÉ: X)XJ MAROC

Président : M. Kr«;. ÊTIEXXE, aucieu Minislr»' de la Guerre.


Trésorier : M. RESÊ FOURKT.
Memhte* : MM.
AUGUSTINRERXARlh Professeur «letitagraphic «le UAfrî
*|tt**«lu Nord à lu Sorhouiie;
Prinee ROIANIIBONAPARTE;
PAIX BtlURDE;
Comte A ni: CASTRIES;
J. CHAILLEY, IV-niité;
J. Cil ARLES-ROUX, ancien Député ;
Le lié» éral DERRECAGAIX;
S. DERYILLE. Président «lu Conseil d'admîuislratioti de
la foiinpagiiu' Paris Lyon-Médil«'rranée ;
F. GUILLAIX. ancien Ministre «les C«donic>;
J IIERBETTE. Publuisle;
O. BOUDAS, professeur ït l'Ecole «les («indues Orientales
vivantes;
Li«:n:\ HUBERT. Sénateur:
Comte E. DKLABRY;
Le Général DE LACROIX;
BEXÊ MILLET, Ambassadeur de France ;
MIMAIT. Ministre plt'iiipolenliaire;
ItRxÉ MOULIN;
KKSÉPIXOX;
GHONSESPRESTAT;
R. REÇOIT,Y:
ERXESTROUME.Gouv. général honoraire des Colonies ;
Marauis R. DKSEGOXZAC;
LeGénéral VARIGAULT;
Secrétaire général : AlttliSTETERRIER ;
Secrétaire*général adjoint :J. LADREITOE LACI1ARRIÈRE;
Secrétaire : ROBERTDECAIX ;
Siège du Comité : 21, rue Cassette, Paris.
Tout Frmirtiix souscripteur dune somme au moins égale
à 20 fr. devient adhérent du CornLé du Mai'oc el reçoit
r « Afrique fronçai** », organe mensuel du Comité.
Adresser les souscriptions au Trésorier du Comité du
Maroc, 21, rue Cassette, Paris-tir.
Pari*. — Imprimeriel.«*vé,lî, nw «*as**tte.