Vous êtes sur la page 1sur 216

PROGRAMME D’ÉCOLOGIE INTERNATIONALE

Stage II en écologie internationale – ECL 737

RAPPORT DE STAGE EN ECOLOGIE INTERNATIONALE :

Mise en place d'un parcours écotouristique dans le département


de Huehuetenango au Guatemala, AC.

Remis à Colette Ansseau

Rédigé par Laurent Denais

Août 2006

Université de Sherbrooke
Liste des tableaux______________________________________________________________________ iii
Liste des cartes _________________________________________________________________________iv
Liste des figures ________________________________________________________________________ v
Liste des annexes _____________________________________________________________________ viii
Résumé _______________________________________________________________________________ 1
Introduction ___________________________________________________________________________ 3
1 Définition de l'écotourisme___________________________________________________________ 5
1.1 L'importance de l'écotourisme___________________________________________________ 7
1.2 Écotourisme et protection de l'environnement_____________________________________ 10
1.3 Les limites de l'écotourisme ____________________________________________________ 10
1.4 Écotourisme au Guatemala ____________________________________________________ 12
1.5 Potentiel touristique de la zone d’étude __________________________________________ 14
1.5.1 Province de Huehuetenango ___________________________________________________ 14
1.5.2 Problèmes environnementaux de la région ________________________________________ 17
1.5.3 Biodiversité________________________________________________________________ 18
2 Objectifs_________________________________________________________________________ 21
3 Méthodologie_____________________________________________________________________ 23
3.1 Identification de l’aire de travail de la région Huista _______________________________ 23
3.2 Identification des sites et centres d’intérêts des « municipios » _______________________ 24
3.3 Caractérisation des sites et centres d’intérêt ______________________________________ 25
3.3.1 Description physico-biologique des « municipios »_________________________________ 25
3.3.2 Description des sites touristiques _______________________________________________ 25
3.3.3 Choix et localisation géographique des sites touristiques_____________________________ 26
3.4 Localisation géographique des routes et voie d’accès _______________________________ 27
3.4.1 Chemin de randonnée ________________________________________________________ 27
3.4.2 Transport en commun ________________________________________________________ 30
3.5 Etude d’impact ______________________________________________________________ 30
3.6 Phase de communication ______________________________________________________ 30
3.6.1 Guide touristique ___________________________________________________________ 31
3.6.2 Site Internet________________________________________________________________ 31
4 Résultats et discussions_____________________________________________________________ 32
4.1 De Huehuetenango à Jacaltenango ______________________________________________ 32
4.2 Chemin écotouristique de la région Huista________________________________________ 32
4.3 « Municipio » de Jacaltenango__________________________________________________ 38
4.3.1 Description physico-biologique ________________________________________________ 38
4.4 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Jacaltenango___________ 47
4.4.1 Les sites naturels____________________________________________________________ 47
4.4.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Jacaltenango _____________________________ 58
4.4.3 Route, et chemin de randonnée vers Concepción Huista _____________________________ 72
4.5 « Municipio » de Concepción Huista _____________________________________________ 74
4.5.1 Description physico-biologique ________________________________________________ 74

i
4.6 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Concepción Huista ______ 84
4.6.1 Les sites naturels____________________________________________________________ 84
4.6.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Concepción Huista ________________________ 90
4.6.3 Route, et chemin de randonné vers San Antonio Huista _____________________________ 95
4.7 « Municipio » de San Antonio Huista ____________________________________________ 97
4.7.1 Description physico-biologique ________________________________________________ 97
4.8 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de San Antonio Huista ____ 105
4.8.1 Les sites naturels___________________________________________________________ 105
4.8.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de San Antonio Huista _______________________ 113
4.8.3 Route, et chemin de randonné vers Santa Ana Huista ______________________________ 120
4.9 « Municipio » de Santa Ana Huista _____________________________________________ 123
4.9.1 Description physico-biologique _______________________________________________ 123
4.10 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Santa Ana Huista ______ 130
4.10.1 Les sites naturels___________________________________________________________ 130
4.10.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Santa Ana Huista_________________________ 136
4.10.3 Route, et chemin de randonné vers Nentón ______________________________________ 139
4.11 « Municipio » de Nentón______________________________________________________ 142
4.11.1 Description physico-biologique _______________________________________________ 142
4.12 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Nentón_______________ 156
4.12.1 Les sites naturels___________________________________________________________ 156
4.12.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Nentón_________________________________ 163
4.12.3 Route, et chemin de randonné vers Jacaltenango __________________________________ 168
4.13 Etude d’impact _____________________________________________________________ 171
4.13.1 Analyse des impacts sur l’environnement et le milieu naturel ________________________ 172
4.14 Communication _____________________________________________________________ 173
4.14.1 Guide touristique __________________________________________________________ 173
4.14.2 Site Internet_______________________________________________________________ 175
4.15 Chemin de la région Huista, « écotouristique » ou non ? ___________________________ 176
Conclusion __________________________________________________________________________ 178
Recommandations ____________________________________________________________________ 180
Bibliographie ________________________________________________________________________ 182
Annexes ____________________________________________________________________________ 188

ii
Liste des tableaux

Tableau 1 : Quelques définitions de l'écotourisme régulièrement citées dans la littérature 6


Tableau 2 : Caractéristiques principales des écosystèmes de la province de Huehuetenango 16
Tableau 3 : Nombre d’espèce faunique identifié pour la région du Nor-Occidente 19
Tableau 4 : Flore répertoriée sur les plateaux des Cuchumatanes Huehuetenango 19
Tableau 5 : Faune rencontrée sur le site naturel du « Cerro Q’anil » 50
Tableau 6 : Flore rencontrée sur le site naturel du « Cerro Q’anil » 50
Tableau 7 : Faune rencontrée sur le site naturel du « Río Azul » 53
Tableau 8 : Flore rencontrée sur le site naturel du « Río Azul » 53
Tableau 9 : Flore répertoriée dans le « municipio » de Santa Ana Huista 129
Tableau 10 : Faune répertoriée dans le « municipio » de Santa Ana Huista 130
Tableau 11 : Liste des points de distribution du guide écotouristique de la région Huista 174

iii
Liste des cartes

Carte 1 : Localisation de la province de Huehuetenango 14


Carte 2 : Localisation des différents types de forêt de la province de Huehuetenango 15
Carte 3 : Localisation de la région Huista 22
Carte 4 : Localisation de la zone d’étude de la région Huista 23
Carte 5 : Présentation du Chemin écotouristique de la Région Huista et sa situation au Guatemala 33
Carte 6 : Zones naturelles de la Région Huista 34
Carte 7 : Zones naturelles traversées par le chemin écotouristique de la Région Huista 35
Carte 8 : Ecosystèmes de la Région Huista 36
Carte 9 : Ecosystèmes traversés par le chemin écotouristique de la Région Huista 37
Carte 10 : « Municipio » de Jacaltenango, Huehuetenango 38
Carte 11 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Jacaltenango 46
Carte 12 : Chemins de randonnée de Jacaltenango 49
Carte 13 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Jacaltenango 58
Carte 14 : « Municipio » de Concepción Huista, Huehuetenango 74
Carte 15 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Concepción Huista 83
Carte 16 : Chemins de randonnée de Concepción Huista 86
Carte 17 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Concepción Huista 90
Carte 18 : « Municipio » de San Antonio Huista, Huehuetenango 97
Carte 19 : Aires boisées et érodées du « municipio » de San Antonio Huista 106
Carte 20 : Chemins de randonnée de San Antonio Huista 108
Carte 21 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de San Antonio Huista 113
Carte 22 : « Municipio » de Santa Ana, Huehuetenango 123
Carte 23 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Santa Ana Huista 128
Carte 24 : Chemins de randonnée de Santa Ana Huista 133
Carte 25 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Santa Ana Huista 136
Carte 26 : « Municipio » de Nentón, Huehuetenango 143
Carte 27 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Nentón 155
Carte 28 : Chemins de randonnée de Nentón 158
Carte 29 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Nentón 164

iv
Liste des figures

Photo 1 : « El Cerro Q’anil » 51


Photo 2 : Site de recueillement au sommet du « Cerro Q’anil » 51
Photo 3 : Point de vue du haut du « Cerro Q’anil » 51
Photo 4 : Le « Río Azul » 54
Photo 5 : « El puente viejo del Río Azul » 55
Photo 6 : Grotte aux abords du « Río Azul » 55
Photo 7 : Extraction du jus de la canne à sucre 57
Photo 8 : Produit final, « la panela » 57
Photo 9 : « Cooperativa del Río Azul » et le fruit de la plante de café 60
Photos 10, 11 : Œuvres de José Cupertino Delgado, « Casa del Arte » 61
Photos 12, 13 : Œuvres de José Cupertino Delgado, « Casa del Arte » (2) 62
Photos 14, 15 : Œuvres de Bruno Delgado Camposeco 63
Photos 16, 17 : Métier à tisser, « Bolsitas » et « Cintas », la Placita de la Cruz 64
Photo 18 : Sombrero à la mode de « Todos Santos Cuchumatanes » 64
Photo 19 : Masques en bois utilisés pour les danses traditionnelles 65
Photo 20 : « Muñecas » en costumes traditionnels 65
Photo 21 : Danseur du « Baile de los Torros » 66
Photo 22 : Sculpture religieuse en bois 66
Photo 23 : Tissus utilisés pour le « Corte típico » 66
Photo 24 : Sculpture d’art maya 67
Photo 25 : Piscine du « Río Azul » 68
Photo 26 : Café Restaurant Azul 70
Photo 27 : « Casa Grande » 70
Photo 28 : Chambre avec salle de bain Privée « La Placita » 71
Photo 29 : Chambre avec salle de bain commune « La Placita » 71
Photo 30 : Le « Río Azul » sur le chemin entre Jacaltenango et Concepción Huista 73
Photo 31 : « Nacimiento del Río Azul » 87
Photo 32 : Vue sur la vallée sur le chemin entre Concepción Huista et le « Nacimiento du Río Azul » 87
Photos 33, 34 : Prière de femmes au centre Yulá 89
Photo 35 : « Beneficio ecológico » 91
Photo 36 : Visite d’une ferme de production de café 91
Photos 37, 38, 39, 40 : Boucles d’oreilles confectionnées par Francisco Recinos 93
Photo 41 : Chambre de l’hôtel Chayito 94

v
Photo 42 : Point de vue entre Concepción Huista et San Antonio Huista 96
Photo 43 : « La Ermita Hipan’a » 107
Photo 44 : Intérieur de « La Ermita Hipan’a » 107
Photo 45 : Cascade « Las canoas » 110
Photo 46 : Cascade « Yalancu » 110
Photo 47 : « Las Peñas Ixcu » 112
Photo 48 : « El Cerro Ixcu » 112
Photo 49 : Point de vue depuis les falaises « Ixcu » 112
Photo 50 : Piscine de San Antonio Huista 114
Photo 51 : Café Huistlan 115
Photo 52 : Façade « El Paso » 116
Photo 53 : Chambre simple « El Paso » 117
Photo 54 : Chambre double « El Paso » 117
Photo 55 : Façade « Monte Sinai Regalo de Dios » 118
Photo 56 : Chambre simple « Monte Sinai » 118
Photo 57 : Chambre double « Monte Sinai » 118
Photo 58 : Chambre double de l’hôtel « Don Napo » 119
Photo 59 : Chambre double de « l’hospedaje Don Napo » 120
Photo 60 : « El puente Viejo » 121
Photo 61 : Point de vue sur la route entre San Antonio et Santa Ana Huista 122
Photo 62 : « Cueva del Limón » 132
Photo 63 : Vue du « Río Limón » sur le chemin de la grotte 132
Photo 64 : Cascade du « Sumidero » 135
Photo 65 : « El Sumidero » 135
Photo 66 : Chambre simple « El Paso » 138
Photo 67 : Chambre triple « El Paso » 138
Photo 68 : Salle à manger de l’hôtel « El Paso » 138
Photo 69 : « Cerro Palewitz » 140
Photo 70 : Arrivée au bord du « Río Azul » près du village La Laguna 140
Photo 71 : Paysage aux abords du « Río Nentón » 141
Photo 72 : « El Hoyo Cimarrón » 157
Photo 73 : Vue de l’écosystème du « Cimarrón » 157
Photos 74, 75 : La « Laguna brava » 160
Photo 76 : « Río Lagartero » 162
Photo 77 : La « Laguna Candelaria » 162
Photo 78 : Puits rencontré sur le chemin de randonnée vers la « Laguna Candelaria » 162

vi
Photo 79 : Chambre simple « Hotel las Peñas » 167
Photo 80 : Chambre double « Hotel las Peñas » 167
Photo 81 : Chambre simple « Hotel Esquipulas » 167
Photo 82 : Chambre double « Hotel Esquipulas » 167
Photo 83 : Chambre simple « La Pensión » 168
Photo 84 : Chambre double « La Pensión » 168
Photo 85 : « Río Catarina » 169
Photo 86 : Vieux pont suspendu du « Río Catarina » 170
Photo 87 : Rencontre du « Río Azul » et du « Río Catarina » 170

vii
Liste des annexes

Annexe 1: Système de classification des écosystèmes du Guatemala 189


Annexe 2: Fiche de terrain pour récolter l’information des sites d’intérêt écotouristique 193
Annexe 3: Critères d’évaluation physique et technique de randonnée d’Allibert 199
Annexe 4: Situation des sites touristiques développés, en développement et à développer, de la région
Huista 201

viii
Résumé

Depuis une vingtaine d’année, l’écotourisme s’est fortement développé à travers le monde
entier. Les nombreux avantages que présente cette activité, comme faire bénéficier les populations
locales des revenus générés par le tourisme, ou bien le caractère protecteur des aires naturelles qui
lui est attribué, a su faire de l’écotourisme une activité grandissante et reconnue des touristes
amateurs de grands espaces et soucieux de la protection de l’environnement.

Au Guatemala, le tourisme est une des principales activités économiques du pays.


Cependant, ce sont des régions bien précises du Guatemala qui se développent chaque année, due à
la fréquentation toujours grandissante des touristes du monde entier. Les investisseurs touristiques
s’installent principalement dans ces grands centres déjà développés laissant de côté les régions un
peu plus excentrées, qui ainsi ne peuvent développer leur potentiel touristique que très lentement.
Pourtant, ces régions mériteraient une attention particulière puisqu’elles renferment de nombreuses
potentialités touristiques. De plus, la plupart de ces investisseurs touristiques vont proposer dans la
majorité des cas, un service qui ne se soucie que peu ou pas de la protection des ressources
naturelles, et qui ne profite pas non plus aux communautés locales.

La province de Huehuetenango, qui se situe au Nord-Ouest du Guatemala, fait partie de ces


régions possédant un potentiel touristique important, mais qui ne bénéficient pas d’une
fréquentation accrue de touristes chaque année. Ainsi, la province de Huehuetenango n’a pas la
possibilité de se développer façon conséquente ni de mettre en valeur son potentiel touristique.
Dans le but de promouvoir la province de Huehuetenango comme destination touristique et
ainsi augmenter la fréquence des visiteurs, un projet respectant les critères écotouristiques requis a
été mis en place dans la région Huista, une zone qui se situe en plein cœur de la province de
Huehuetenango. Le chemin écotouristique de la région Huista propose une randonnée d’une
centaine de kilomètres à travers cinq régions différentes. Pour ces cinq régions, il a été réalisé : une
description physico-biologique, une description des climats, et une description des différents
écosystèmes rencontrés. En outre, afin de mettre en valeur l’aspect touristique du chemin, les sites
naturels des cinq régions ont été répertoriés en mettant en évidence leur intérêt touristique, leur voie
d’accès et les différentes activités possibles qui s’offrent aux touristes une fois rendu sur place. En
plus des sites naturels, une mise en valeur de cinq chefs-lieux de la région Huista, correspondant
aux cinq destinations du chemin de randonnée, a été effectuée en mettant en évidence les hôtels, les
restaurants et les activités présentes au cœur de la ville.
1
Afin d’informer les touristes de l’existence du chemin écotouristique de la région Huista,
un guide reprenant directement l’information recueillie lors de l’investigation, a été réalisé, donnant
aux touristes désireux d’effectuer le parcours écotouristique, l’information nécessaire pour faciliter
leur séjour dans la région Huista. Ce guide, qui se compose d’une cinquantaine de pages, est
disponible en version anglaise, espagnole et française et sera prochainement distribué dans les
grands centres touristiques du Guatemala. Plus tard, un site Internet concernant le chemin
écotouristique de la région Huista, sera prochainement en construction.

Ainsi, grâce à la création du chemin écotouristique de la région Huista, qui est la première
partie d’un projet d’écotourisme qui continuera à se développer dans la région Huista, il est possible
d’imaginer que, la province de Huehuetenango bénéficiera dans un futur proche d’une fréquentation
plus importante de touristes, et pourra à long terme développer une plus grande partie de son
potentiel touristique, en accueillant par exemple de nouveaux investisseurs qui devront adopter une
attitude respectueuse des aires et ressources naturelles.

2
Introduction

Le tourisme est au premier rang des industries en expansion rapide (Secrétariat de la


Convention sur la Diversité Biologique, 2004), mais il constitue également une source de
perturbation croissante des écosystèmes fragiles. Ses impacts sociaux économiques et
environnementaux sont immenses et complexes, surtout parce que le tourisme se concentre sur des
sites naturels et culturels vulnérables (Secrétariat de la CDB, 2004). Ainsi, ces sites se fragilisent
d’année en année par un tourisme de masse favorisant la surconsommation des ressources
naturelles, et par le développement d’infrastructures touristiques répondant à une demande toujours
grandissante (Manier, 2005).
De plus, il se peut que les gains à court terme provenant du tourisme, prennent le pas sur
les considérations environnementales à long terme, notamment en ce qui concerne la conservation
et l'utilisation durable de la diversité biologique, et cet aspect est d’autant plus important dans les
régions sous-développées, qui sont également celles où la biodiversité est la plus grande.
Paradoxalement, les écosystèmes et les ressources biologiques naturelles qui peuvent être menacées
par le développement du tourisme, fournissent les biens et services mêmes qui sont à l'origine de
cette industrie (Secrétariat de la CDB, 2004).
Il est donc primordial de veiller à ce que le tourisme se développe en harmonie avec les
considérations environnementales, les écosystèmes et qu’il tienne compte de la capacité de support
du milieu naturel, pour que les sites d'attrait touristique perdurent. Face à cela, de nouvelles formes
de tourisme sont apparues ces dernières années, et semblent répondre au besoin qui se fait sentir, de
maintenir les sites naturels en état afin que l'industrie puisse continuer. Ainsi, différentes formes de
tourisme soucieux de la pérennité des sites se sont développées et qui peuvent se résumer sous
l'appellation « tourisme durable » (Tardif, 2003). Cependant, le tourisme durable ne permet pas
seulement de garder des sites touristiques en état, mais il doit répondre également à une demande
des populations locales à être considérées et impliquées dans l'établissement de projets touristiques.
De cette manière, le tourisme durable peut générer des emplois et des revenus, entraînant
alors une grande incitation à la conservation. En outre, il permet d'accroître la sensibilisation du
public à la multitude de biens et services dispensés par la diversité biologique, ainsi qu'à la nécessité
de respecter les connaissances et les pratiques traditionnelles. Le tourisme durable peut être donc
considéré comme une alternative qui engloberait les préoccupations économiques et
environnementales et donner ainsi un sens pratique au développement durable.

Cependant, l'expression « tourisme durable » reste très générale, et de nombreuses


3
possibilités de mise en pratique peuvent répondre à ce terme. Pourtant, il existe une branche plus
connue du tourisme durable qui est en activité depuis une dizaine d'année et qui est communément
appelée « écotourisme ».
L'écotourisme est désormais devenu une activité importante dans les aires naturelles du
monde entier (Drumm & Moore, 2002). À l’échelle du tourisme international, les « écotouristes »
peuvent profiter pleinement de leur voyage, tout en étant impliqués dans l'apprentissage de
l'importance de la conservation de la biodiversité et des cultures locales. De plus, la plupart des
projets d'écotourisme produisent des revenus qui sont destinés à la conservation de la biodiversité et
apportent des bénéfices économiques aux communautés locales.
Les activités que renferme l'écotourisme sont nombreuses et diverses. Elles peuvent être
constituées par exemple par l'observation dans son milieu naturel d'une espèce particulière de la
faune ou de la flore qui est rare ou endémique. Elles peuvent également faire l'objet de différents
intérêts en même temps, comme la découverte d’un écosystème, d’une vie sylvestre abondante, de
hauts indices de diversité d'espèces, de formations géomorphologiques inhabituelles, ou encore de
manifestations culturelles historiques ou contemporaines uniques dans un contexte naturel (Drumm
& Moore, 2002). De plus, les parcours écotouristiques peuvent prendre différentes formes de mise
en œuvre, ils peuvent aussi bien être associés à un séjour de longue durée qui nécessitent différents
moyens de transport, qu'à un court séjour ne nécessitant aucun transport spécifique. Ainsi,
l’écotouriste peut aussi bien partir à la découverte d'un site ou d'une espèce en particuliers, à pied, à
vélo, à cheval, en voiture ou en bateau, ou bien opter pour toutes ces possibilités en les répartissant
tout le long de son séjour.
Toutefois, il est facile de trouver de nombreuses propositions de la part d’opérateurs
touristiques permettant aux touristes d’effectuer des parcours sous l’appellation « écotourisme ».
Cependant, pour qu’un parcours écotouristique soit considéré comme tel, celui-ci doit répondre à
différents critères bien précis.

Afin de bien situer le sujet dans son contexte, le présent rapport fait un rappel de la
définition de l’écotourisme, pour ensuite établir une problématique conséquente, dans le but de
définir les objectifs du projet de façon clair. La partie méthodologie met en avant les outils et la
méthode utilisés pour réaliser le projet. Enfin, la partie résultats et discussions présente les résultats
obtenus et éclairci certains points de ces derniers.

4
1 Définition de l'écotourisme

L’écotourisme s’est développé à la suite du mouvement environnemental qui a pris forme


au début des années 1970. L’intérêt grandissant du public pour l’environnement et les voyages
orientés vers le plein air, couplé avec la croissante insatisfaction envers le tourisme de masse, a
montré à l’industrie du tourisme qu’il y avait une place pour l’écotourisme (Orams, 1995; Weaver,
1998 ; Honey, 1999). Il n'existe pas de consensus sur l'origine du mot « écotourisme » (Fennell,
2001). Selon certains auteurs, il serait apparu pour la première fois en anglais dans un article de
Romeril (1985) (Blamey, 2001). Cependant, l’écologiste mexicain Ceballos-Lascurain a utilisé le
mot espagnol ecoturismo plus précocement (Fennell, 2001). Pourtant, c’est Budowski (1976) qui est
généralement cité comme le pionnier concernant le concept même d’écotourisme (Blamey, 2001;
Orams, 2001; Honey, 1999). Il reconnaît que la relation entre le tourisme et l’environnement naturel
tend à être conflictuel, mais que le potentiel existe pour une relation basée sur les bénéfices
mutuels. Sa description de la relation symbiotique qui pourrait s’ensuivre ressemble à l’idée
contemporaine qu’on se fait de l’écotourisme, sans toutefois utiliser le terme (Blamey, 2001). Le
tableau 1 contient un échantillon de quelques définitions que l’on rencontre fréquemment dans la
littérature sur l’écotourisme. On peut remarquer que suivant les auteurs, et selon leur époque, les
définitions varient. Ainsi celle de Ceballos-Lascurain (1987) met l’accent sur une proximité
recherchée avec la nature par les touristes, alors que les définitions plus récentes (voir celle de
Honey, 1999) ont plutôt cherché à mettre en lumière une variété de principes associés au
développement durable (Blamey, 2001) qui était le concept phare de l'époque, depuis la parution du
rapport Bruntland en 1987, en passant par le Sommet de la Terre à Rio en 1992 et, plus récemment,
le Sommet de Johannesbourg en 2002.

Ainsi, pour Drumm & Moore (2002), l'écotourisme présente un moyen de faire bénéficier
autant les populations locales que les aires protégées concernées. En effet, selon ces auteurs, il s'agit
d'une composante idéale au sein d'une stratégie de développement durable dans laquelle les
ressources naturelles peuvent s'utiliser comme des attractions touristiques, sans pour autant causer
de dommages aux aires naturelles. De plus, le motif fondamental jouant en faveur de l'écotourisme
est que les entreprises de tourisme locales ne vont pas détruire les ressources naturelles, mais
doivent bien au contraire s'attacher à leur protection. Toutefois, il est évident que la gestion
écologique d’un site touristique doit être effectuée par des gestionnaires compétents et responsables
afin de faire perdurer le site, sans qu’il ne perde de sa valeur par une exploitation intensive non
réfléchie. L'écotourisme doit présenter une stratégie viable pour gagner de l'argent et

5
simultanément, conserver les ressources qui sont à l'origine du secteur écotouristique. Ainsi,
l'écotourisme peut être considéré comme une « activité durable » générant des revenus sans pour
autant diminuer les ressources naturelles dont elle profite (Drumm & Moore, 2002).
Erreur ! Tableau 1 : Quelques définitions de l'écotourisme
régulièrement citées dans la littérature (Tardif, 2003)

Les éléments essentiels pour la bonne réussite d'une initiative d'écotourisme sont
caractérisés de la manière suivante :
(Blamey, 2001 ; Drumm & Moore, 2002 ; Epler Wood, 2002 ; Tardif, 2003)
• Faible impact du touriste sur les ressources des aires naturelles protégées ou
non ;
• Intégrer les différents acteurs (les particuliers, les communautés, les
écotouristes, les opérateurs touristiques et les institutions gouvernementales)

6
lors des phases de planification, de développement, de mise en œuvre et de
suivi ;
• Respecter les cultures et traditions locales ;
• Générer des revenus durables et équitables pour les communautés locales et
pour le plus d'acteurs impliqués possible, y compris les opérateurs
touristiques privés ;
• Produire des revenus qui seront destinés à la préservation des aires protégées ;
• Eduquer tous les acteurs engagés quant à leur rôle au niveau de la
préservation et de la gestion du parcours, afin de maximiser les chances de
continuation du projet dans le long terme.

1.1 L'importance de l'écotourisme


Ces vingt dernières années, le tourisme a connu une croissance très importante. D'après
l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le tourisme a augmenté de 7,4 % en l'an 2000, son
taux de croissance le plus élevé sur presque dix ans, et presque le double de la croissance
enregistrée en 1999 (WTO, 2001). D'après Drumm & Moore (2002), ce sont les zones de l'Asie de
l'Est et du Pacifique, qui affichent le taux de croissance le plus important avec 14,5 %. Sur le
continent américain, c'est l'Amérique centrale qui connaît l’augmentation la plus forte avec une
croissance de plus 8,8 %.

Il semblerait que, de tous les domaines du tourisme, c'est le tourisme de la nature, et


notamment l'écotourisme, qui ait augmenté davantage, et particulièrement dans la zone des
tropiques (Drumm & Moore, 2002). D'après l'OMT, de toutes les dépenses liées aux voyages
internationaux, environ 7 % sont attribuables au tourisme de nature (Ceballos-Lascuráin, 1993). De
plus, tandis que le tourisme en général augmentait à un taux annuel de 4 %, les voyages dans la
nature ont augmenté à un taux annuel de 10 à 30 % (Drumm & Moore, 2002). Les destinations
générales des clients des opérateurs d'écotourisme travaillant avec l'étranger et ayant leur siège aux
États-Unis, montrent les préférences suivantes (Higgins, 1996) :

• Amérique centrale, 39 % ;
• Amérique du sud, 25 % ;
• Amérique du nord, 18 % ;
• Mexique et Caraïbes, 5 % ;
• Autres secteurs, 13 %.
7
Ainsi l'écotourisme connaît une croissance annuelle oscillant entre 10 et 15 % selon l'OMT
(WTO, 2001).

L'attrait pour les sites naturels semble être en rapport direct avec l'intérêt croissant pour
l'environnement (Drumm & Moore, 2002). Plus le public est informé de la fragilité de
l'environnement, plus il prend conscience des enjeux écologiques, et veut en savoir plus sur les
espèces en danger, les habitats menacés et désire comprendre les enjeux de la conservation des
forêts tropicales, à travers sa propre expériences sur le terrain (Drumm & Moore, 2002). Ainsi, les
touristes souhaitent évaluer dans quelles mesures ils peuvent se rendre utiles pour la conservation
de la biodiversité. Face à cette augmentation de l'intérêt pour le tourisme de nature, l'industrie du
tourisme a dû s'adapter à ces nouvelles conditions de marché, en proposant, pour certaines agences,
davantage d'excursions dans la vie sylvestre que de vacances à la mer. En outre, un nouveau type
d'agence a commencé à se développer, qui se spécialise dans les voyages de nature et
d'écotourisme. Une enquête portant sur les opérateurs d’écotourisme travaillant avec l’étranger et
ayant leur siège aux Etats-Unis révèle que le nombre d’opérateurs à augmenté de 820 % entre 1970
et 1994, soit une moyenne de 34 % par an (Higgins, 1996).

Avec les années, l'écotourisme s'est avéré être un outil important dans la protection et la
conservation de la nature. En effet, l'écotourisme permet aux voyageurs de venir en aide aux aires
naturelles qui ont besoin d'être protégées, en plus de permettre un dépaysement total, l’aventure et
la découverte, qui sont les principaux facteurs recherchés lors d’un voyage touristique de nature.
Toutefois, les principaux acteurs de l'écotourisme, à savoir les gestionnaires des aires protégées et
l'industrie du tourisme, se sont difficilement entendus sur la mise en œuvre des différents projets
d'écotourisme. Les deux parties ont eu besoin d'un temps d'adaptation afin de comprendre leur
fonctionnement mutuel. Ainsi, le terme « écotourisme » a été utilisé pour toutes sortes d'activités
qui ne respectaient pas les principes fondamentaux d’un projet écotouristique comme l’implication
des communautés dans l’élaboration du projet et la répartition équitable des revenus. Par contre, si
on utilise le terme dans son plein sens, il recouvre une stratégie très importante de conservation, et
ceci, dans l'optique d'un développement durable. Ainsi, on retrouve différents termes parents qui
sont souvent associés avec l'écotourisme mais qui diffèrent seulement par certains points : (Drumm
& Moore, 2002)

– Tourisme de la nature : Se réfère au tourisme basé sur la visite des ressources


naturelles. Contrairement à l'écotourisme il n'implique pas forcément la notion de

8
protection ou de durabilité.
– Tourisme de la nature durable : Se rapproche plus de l'écotourisme que le
« Tourisme de la nature » mais ce type de tourisme ne prend pas forcément en
compte la relation directe entre le touriste et la nature mais utilise des procédés qui
se veulent peu polluants. Ainsi une attraction demandant une forte mécanisation
pourra être considérée comme du tourisme de la nature durable, mais créée
néanmoins des barrières entre le visiteur et l'environnement naturel.
– Tourisme culturel, ethnographique ou du patrimoine culturel : Ce genre de
tourisme se base sur la découverte d'un mode de vie et d'une culture différente
souvent ancestrale. Il se peut que dans ce type de tourisme, on retrouve une forte
motivation dans l'apprentissage de la culture autochtone, notamment en ce qui
concerne l'utilisation des ressources naturelles. En Équateur, la communauté Cofán
enseigne aux visiteurs l'usage traditionnel des plantes médicinales. Cette forme de
tourisme peut-être considéré comme un élément de l'écotourisme.
– Tourisme scientifique ou de recherche : Se réfère au tourisme ayant des objectifs
spécifiques de recherche. Ces types de projets sont courants dans les aires naturelles
et contribuent souvent à les protéger. Certains de ces voyages pourraient être
considérés comme écotouristiques car ils offrent des informations sur l'écologie de
la zone et satisfont en même temps la plupart des critères de l'écotourisme, mais ils
ne permettent pas un apport direct de revenus aux communautés locales.
– Tourisme Vert/Durable : Peut-être considéré comme la partie du tourisme qui
« devient vert ». Ceci inclut les lignes aériennes plus efficaces quant à leur
consommation d'énergie, l'industrie de la croisière recyclant ses déchets ou encore
les grandes chaînes d'hôtels adoptant des réglementations favorables à
l'environnement.

Face à toutes ces définitions qui se rapprochent de l'écotourisme, il apparaît difficile de


qualifier sans équivoque une véritable activité écotouristique. Un projet doit satisfaire tous les
critères nécessaires énoncés par Blamey (2001), Drumm & Moore (2002), Epler Wood (2002) et
Tardif (2003), et doit respecter les principes généralement établis de l'écotourisme. Les projets ne
parvenant pas à satisfaire tous les critères, ne bénéficient véritablement pas à long terme ni à la
préservation de la nature ni aux personnes et communautés impliquées. Ainsi, il est peut-être plus
facile de considérer l'écotourisme (qui vise à protéger des aires naturelles en recourant au tourisme)
et le tourisme durable (qui travaille à rendre toute l'industrie du tourisme plus respectueuse de

9
l'environnement) comme deux missions cruciales mais distinctes.

1.2 Écotourisme et protection de l'environnement

L'écotourisme peut contribuer à la protection de l'environnement de diverses façons


possibles. Tout d'abord il peut générer des fonds qui seront destinés aux aires protégées. En second
lieu, il peut créer des emplois pour les communautés des environs et ainsi créer des motivations
économiques en vue de défendre les aires protégées. En troisième lieu, il peut fournir aux visiteurs
une éducation sur l'environnement. Quatrièmement, il peut fournir la justification nécessaire pour
déclarer la protection de certaines aires naturelles ou augmenter l'aide assignée à ces aires. Enfin,
les programmes d'écotourisme visent à limiter les impacts négatifs des touristes de la nature
(Drumm & Moore, 2002). Ces cinq critères peuvent être utilisés comme des lignes directrices pour
le suivi d'un projet d'écotourisme, qui permettra de savoir si le projet peut-être considéré comme tel
ou bien simplement comme un projet de « tourisme de la nature » voire de « tourisme de la nature
durable ». Ce sera en appliquant tous les critères dans les lieux appropriés que les planificateurs et
professionnels de la conservation réaliseront leurs objectifs à long terme. D'une manière générale, si
l'on répond positivement à la question suivante : « le tourisme contribue-t-il à promouvoir le plan de
préservation de l'aire donnée à long terme? » il est probable que nous soyons en présence
d'écotourisme (Drumm & Moore, 2002).
Enfin, un autre aspect avantageux de l'écotourisme, c'est qu'il peut se développer dans les
aires appartenant à un statut de protection moins formel que les aires protégées, les réserves privées
et les réserves internationales de la biosphère. De ce fait, il peut arriver que l'écotourisme aide à
fournir un statut de protection à des aires encore non protégées de façon formelle.

1.3 Les limites de l'écotourisme

Bien que l’écotourisme présente de nombreux avantages en ce qui concerne la protection


de l'environnement, on peut rencontrer des difficultés dans la durabilité d'un projet, à savoir, « est-
ce que celui-ci va être rentable à long terme? ». L'écotourisme reste une filière toute neuve, il est
très apprécié des amateurs de la nature, mais il reste très instable comme source de revenus
(Hamilton, 2002 ; Tardif, 2003). Il paraît évident pour tous les acteurs, que cette filière ne peut
réaliser ses buts que si les gîtes et les agences de voyage attirent des touristes, rémunèrent le
personnel et offrent aux investisseurs une certaine rentabilité. Le défi consiste à définir des
orientations pour un écotourisme qui est motivé par des idéaux mais ralenti par une réticence des
investisseurs, qui ne se satisfont pas de petits bénéfices (Hamilton, 2002). Toutefois, même si
10
l’écotourisme ne peut devenir une activité lucrative, il est important qu’il puisse avant tout générer
une source de revenus intéressante et constante pour les communautés locales. Pour cela, il est
nécessaire que la communauté locale soit encadrée dans un premier temps pour qu’elle soit capable
par la suite de diriger le projet elle-même et maintenir un apport économique local.
L’écotourisme connaît encore une évolution désordonnée sur le plan économique. Pour les
voyageurs, c’est l’aventure, mais les bailleurs de fonds, les propriétaires de gîtes et les agences,
préfèrent des chiffres sans surprise qui garantissent une certaine rentabilité. L’un des problèmes de
base, c’est la pénurie d’informations pertinentes (Hamilton, 2002). Les éventuels investisseurs
souvent ne disposent pas des chiffres fiables qu’il leur faut sur les coûts, la logistique et le nombre
prévu de visiteurs et, de ce fait, ils prennent parfois de mauvaises décisions (Epler Wood, 2002). Il
est donc absolument nécessaire d'effectuer des études de marché qui visent des régions
particulières, puisque les réalités de l’écotourisme vont varier considérablement d’un endroit à
l’autre (Epler Wood, 2002). Ainsi, les taux de fréquentation dans le Pacifique Sud sont parmi les
plus élevés de la profession, mais les bénéfices restent généralement assez faibles (Hamilton, 2002).

La difficulté d'obtenir des statistiques qui permettraient d'évaluer la capacité d'un projet
écotouristique à se maintenir dans le temps, réside dans l'entente de ce qui doit être mesuré et qui
pose problème. Seulement, un problème réside dans la définition que l'on fait de l'écotourisme.
Conformément à cette définition, « il s’agit de faire, dans les espaces naturels, des voyages qui
minimisent la dégradation de l’environnement et favorisent le bien-être des autochtones ». Cette
définition exprime le point de vue de bien des acteurs du domaine, mais pas nécessairement celui
des organismes publics chargés de recueillir les statistiques. De plus, l’écotourisme peut renfermer
de nombreux domaines d’activité, cela consiste-t-il à débarquer d’un bateau de croisière pour aller
admirer une colonie d’ibis rouges pendant quelques heures ? Ou à descendre des rapides dans une
région sauvage ? Ou encore à se rendre dans un endroit reculé des Andes dans l’espoir d’observer
une espèce d’oiseau particulièrement rare ? Ainsi, chaque organisme, comme le ministère du
Tourisme, le ministère de l’Environnement ou le ministère des Forêts, va privilégier ses propres
orientations (Hamilton, 2002) au lieu de collaborer afin d’en sortir les principaux problèmes et y
remédier plus rapidement. On parle souvent indifféremment de tourisme naturaliste, de tourisme
d’aventure et des autres tourismes « verts », mais chacun d’entre eux représentent une facette
différente de ce qui constitue le tourisme, avec des exigences qui leurs sont propres pour ce qui est
du marketing, des infrastructures et de la planification (Hamilton, 2002). Ainsi, tant qu'il n'existera
pas une entente entre tous les acteurs du tourisme, il sera difficilement possible de mettre en place
des projets écotouristiques viables et durables au niveau économique et qui, par conséquent, ne

11
pourront se développer que très lentement, ce qui limiterai la progression d’une protection de la
nature à grande échelle.

En effet, la filière étant dominée par de minuscules entreprises, même lorsqu’ils présentent
une réussite économique, les gîtes ne peuvent pas devenir de grandes entreprises, sinon ils ne font
plus de l’écotourisme. Beaucoup d’experts pensent que l’écotourisme ne sera jamais une affaire très
lucrative. Seulement 30 % environ des entreprises qui se consacrent au tourisme vert atteindraient le
seuil de rentabilité, et seulement 17 % ont un taux de rendement de 20 % par rapport à leur
investissement (Hamilton, 2002). La moitié des entreprises ont un taux de fréquentation de moins
de 30 % pendant la saison morte. Afin d'augmenter les chances de réussites d'un projet, il est
nécessaire de proposer des lieux qui offrent des attractions telles que de vastes réseaux de sentiers,
une rivière à explorer, un sentier pédestre dans le couvert forestier, ou une ferme aux papillons. Plus
il y a d’activités concrètes, plus les touristes resteront longtemps sur les lieux et plus ils seront
susceptibles de revenir.

S’agissant de la réussite économique, les partisans de l’écotourisme doivent, au-delà de


leur idéalisme, faire preuve de réalisme. Dans le tourisme véritablement vert, on ne peut guère
s’attendre à un taux élevé de rentabilité (Epler Wood, 2002). De nombreuses entreprises
d’écotourisme auront besoin d’un dispositif d’aide se composant de prêts assortis de taux peu élevés
et de dons pour des projets de proximité, notamment pour la formation qui permettra aux
autochtones de prendre le relais une fois les experts extérieurs et les financements disparus.
L’écotourisme ne sera jamais une filière économique importante (Hamilton, 2002).
Toutefois le marché de l’écotourisme est porteur, il a un avenir prometteur pour les populations
locales, les espaces naturels et les créateurs d’entreprise qui ont le dynamisme et la détermination
qu’il faut pour laisser leur empreinte sur la frontière verte du tourisme.

1.4 Écotourisme au Guatemala

Au Guatemala, le tourisme est une des principales activités économiques du pays. En 2001,
plus de 835 000 touristes ont apportés 535,3 millions de dollars (Wantland Arce, 2003). Cependant,
on peut se demander de quelles manières les communautés bénéficient de ces revenus. Est-ce que le
tourisme améliore la qualité de vie des habitants vivant sur les lieux d'activités ? Ou bien est-ce que
le tourisme répond uniquement à une demande des investisseurs étrangers, qui proposent un service
ne se souciant que peu ou pas de la protection des ressources naturelles et culturelles ?
D’après Wantland Arce (2003), il semblerait que le tourisme n'ait pas encore profité aux
12
communautés, bien qu’elles soient un attrait touristique en elles-mêmes. Un des problèmes majeur
est que les investisseurs touristiques ne sont pas conscients de la nécessité d'insérer les
communautés dans leurs projets, par exemple en créant des emplois pour les autochtones, afin
d'assister à un changement positif dans la qualité de vie des habitants (Wantland Arce, 2003). Par
conséquent, il serait plus intéressant pour les communautés, qu’elles s’organisent dans la mise en
valeur de leur environnement pour éviter que les grands investisseurs ne profitent de ces précieuses
ressources dans un but uniquement lucratif sans volonté de partage avec les populations
autochtones.

Au Guatemala, le touriste est à la recherche d'un dépaysement complet, qu’il soit naturel
ou culturel et, dans la majorité des cas, veut vivre au contact des populations locales rurales. Il
passe en moyenne une semaine dans le pays et ses frais sont les transports, les repas et
l'hébergement, mais généralement, les devises apportées lors de sa visite ne restent pas dans les
lieux où se trouvent les principaux attraits, c'est-à-dire auprès des communautés locales (Wantland
Arce, 2003).
De plus, selon Wantland Arce (2003), dans ce pays, certaines régions très touristiques sont
avantagées par le gouvernement. En effet, les régions comme l'Antigua Guatemala,
Chichicastenango, Panajachel et le Petén se voient doter de nombreuses infrastructures (hôtels,
transport) (Wantland Arce, 2003) facilitant l'accès au touriste « consommateur ». Selon Wantland
Arce (2003), il est nécessaire, face à ce favoritisme, que l'Institut guatémaltèque de Tourisme
(INGUAT) ne se limite pas à augmenter la promotion des différents sites d'intérêts, mais qu’il
investisse également dans la génération de micro entreprises touristiques et dans le développement
de nouveaux produits touristiques qui s'intègrent dans les communautés rurales.

Ainsi, le tourisme responsable, durable et l'écotourisme, sont des alternatives de


développement qui insèrent les communautés dans les activités économiques. Ils produisent
emplois, santé et éducation. Ils permettent la création de micro entreprises et la conservation des
ressources naturelles et culturelles. En outre, ils intègrent d'autres activités de développement socio-
économique, comme l'agronomie, la foresterie et la production artisanale. Des projets de tourisme
durable dans d'autres pays ont aussi permis la législation de terres, c’est à dire qui ont reçu un
niveau de protection légal, ont permis l'éducation (hygiène, services, lecture, écriture, technologie),
ils ont évité la migration et ont permis l'intégration des jeunes aux projets (Tardif, 2003 ; Wantland
Arce, 2003 ; Vigna, 2004). En outre, la création de micro entreprise touristique local produit
davantage d'emplois (Wantland Arce, 2003). Pour que le tourisme devienne une alternative de

13
développement, il est impératif que le changement de stratégie se fasse au niveau du gouvernement,
des chefs d'entreprise et des communautés. Pour pouvoir effectuer un tourisme responsable et
durable, il est indispensable que les communautés deviennent les principaux gestionnaires des
projets, et que le gouvernement et les institutions d'appui (Internationales ou ONG) agissent comme
des fournisseurs et des guides.

1.5 Potentiel touristique de la zone d’étude

1.5.1 Province de Huehuetenango

Au Guatemala, le territoire est divisé en 22 provinces. Chaque province est divisée en


différentes régions appelées « municipios ». Chaque « municipios »est alors soumis à l’autorité du
Maire du chef-lieu portant le même nom que le « municipio ». La province de Huehuetenango se
trouve au Nord-Ouest du Guatemala, à la frontière du Mexique (Carte 1) et présente une superficie
de 7 403 km2.

Carte 1 : Localisation de la province de Huehuetenango (Castañeda, 1998)

14
Le relief de la province est très diversifié allant de 300m dans les basses terres, à 3700m
d’altitude, entraînant une grande diversité dans les écosystèmes et la biodiversité. Ainsi nous
trouvons des forêts très humides subtropicales, des forêts sèches avec des pâturages, un peu plus en
altitude des forêts tempérées et ensuite des forêts de montagnes avec divers pins, le sapin
guatémaltèque (Abies guatemalensis) et différentes espèces de chênes (Castañeda, 1998).

Carte 2 : Localisation des différents types de forêt de la province de


Huehuetenango (Castañeda, 1998)

15
Les forêts de montagnes recouvrent la plus grande superficie de la province. La forêt sèche qui
représente 6,8% du territoire de Huehuetenango est le seul écosystème de plaine. Pratiquement 90%
des autres écosystèmes de la région sont montagnards (Castañeda, 1998). Les différents types
d’écosystèmes sont représentés sur la carte 2 et décrits dans le tableau 2.

Tableau 2 : Caractéristiques principales des écosystèmes de la province de Huehuetenango


(Castañeda, 1998)
Écosystèmes % Caractéristiques climatiques Végétation et cultures
Forêt humide de 36,8 Précipitation : 1000 à 1500 mm ; Essences les plus utilisées : Chênes, Pins
(P. pseudostrobus, P. montezumae, P.
basse montagne T° moy. annuelles : 15 à 23°C oocarpa), Aulnes (Alnus jorulensis)

Altitude : 1500 à 2400 m Cultures : Maïs, haricots blé, légumes de


zone tempérée, avocats, pêches.
Forêt très humide 19,1 Précipitation : 2000 à 3000 mm ; Essences les plus utilisées : Cyprès
(Cupressus lusitanica) ; Pins (P.
de basse T° moy. annuelles : 12 à 18,6°C ayacahuite, P. rudis, P. pseudostrobus) ;
Chênes ; Aulnes (Alnus jorulensis)
montagne Altitude : 1800 à 2400 m
Cultures : Blé, maïs, légumes, pomme,
poire, pêche.
La forêt est majoritairement présente.
Forêt humide de 1,2 Précipitation : 1200 à 1600 mm ; Essences les plus utilisées : Pins (P.
ayacahuite, P. rudis) ; Genévrier
montagne T° moy. annuelles : 12°C (Juniperus Standleyii)

Altitude : 2500 à 3000 m Cultures : Blé et pomme de terre


Principalement utilisé pour l’élevage de
brebis
Forêt très humide 7,6 Précipitation : 3500 mm ; Essences les plus utilisées : Abies
guatemalensis ; Pins (P. ayacahuite, P.
de montagne T° moy. annuelles : 11°C rudis) ; Cyprès (Cupressus lusitanica)

Altitude : 2800 à 3000 m Cultures : Blé, maïs


Forêt très humide 16,5 Précipitation : 2136 à 4327 mm ; Essences les plus utilisées : Terminalia
amazonia ; Ceiba pentandra ;
subtropicale T° moy. annuelles : 21 à 25°C Enterolobium cyclocarpun

chaude Altitude : 80 à 1600 m Cultures : Café, cacao, agrumes


cardamome, bétail, haricots.
Forêt humide 12 Précipitation : 1100 à 1400 mm ; Essences les plus utilisées : Chênes, Pins
(P. oocarpa)
subtropicale T° moy. annuelles : 20 à 26°C
Cultures : Maïs, haricots
tempérée Altitude : 650 à 1700 m
Forêt sèche 6,8 Précipitation : 600 à 800 mm ; Essences les plus utilisées : Juniperus
comitana ; Palmiers (Brahea dulcis)
subtropicale T° moy. annuelles : 19 à 24°C
Cultures : Tomates, haricots, maïs,
Altitude : 400 à 800 m poivron du Chili, légumes

Ce territoire majoritairement montagneux provient de la chaîne de montagne des


Cuchumatanes. De nombreuses rivières traversent ces montagnes et permettent d’alimenter le

16
bassin du Golfe du Mexique. Des trois principaux cours d’eau qui forment la rivière Usumacinta,
deux prennent leur source dans la province. La formation géologique des Cuchumatanes date de 80
millions d’années, et présente des conditions écologiques et géographiques exceptionnelles qui
favorisent grandement l’endémisme.

1.5.2 Problèmes environnementaux de la région

Huehuetenango est un département majoritairement rural : 80% de sa population vit de


l’agriculture et 85% vit en zone rurale, et donc dépend directement des écosystèmes (Ministerio de
Economía de Guatemala, 2004). Pourtant la nécessité de subvenir aux besoins de la population est
semble indispensable. En effet, une étude environnementale récente a été effectuée pour la région
des Hautes–Terres de Huehuetenango, qui a identifié une série de problèmes particuliers
(CORDESA, 2000 a) :

- L’érosion continue des terres, particulièrement due à l’avance des frontières


agricoles, le manque d’eau potable, la diminution de la biodiversité, la
marginalisation de l’agriculture dépendant de l’utilisation de produits chimiques et
en général un faible niveau de vie régionale qui permettrait de vivre une vie saine.

De même, la problématique socio environnementale actuelle de la région peut se résumer


de la manière suivante :
- Il existe une grande concentration de la population dans les départements de
Huehuetenango et de Quiché. De plus, la population est très dispersée et très
inégalement reparties à travers les deux départements, ce qui se traduit par une pression
importante sur les terres agricoles, en utilisant ces terres de manière non durable
(CORDESA, 2000 b).
- La détérioration des ressources naturelles de la région de Huehuetenango et de
Quiché, est accentuée par l’agriculture sur les terres volcaniques qui satisfait les besoins
alimentaires. La dégradation des ressources naturelles met en danger la sécurité
environnementale nationale, puisque l’on peut considérer que sur ces terres, se cultive
une grande partie de la production nationale : 60% du maïs, 30% des haricots, 60% des
pommes de terres, 30% de la production de porc et 85% de la production de brebis
(CORDESA, 2000 a, b).
- L’avance de la frontière agricole provoque une forte pression sur les terres,
généralement sur les versants de montagne, mais aussi les récoltes continue,
17
occasionnent de forts taux d’érosion et la lixiviation des nutriments. Cette situation
s’aggrave avec l’augmentation de la population qui détériore chaque fois un peu plus la
capacité des terres agricoles. En général, les activités agricoles et d’élevages de la
région, utilisent des quantités très importantes de pesticides et de fertilisants qui
contaminent sérieusement les sols et l’eau, générant des risques importants pour la santé
autant pour les producteurs que pour les consommateurs (Jolon Morales, 2003).

D’après la classification des sols du Guatemala, il existe 13 types de sols différents ; de ces
sols, 26% sont considérés adéquat pour une utilisation agricole intensive et 70% sont considérés a
vocation forestière (Lanuza & Curruchiche, 1997). La composition de ces sols d’origine calcaire,
volcanique ou de sable sédimenté, les rend particulièrement perméables. Ces caractéristiques
facilitent le transport des contaminants vers les eaux souterraines. D’autre part, la déforestation a
causé un niveau significatif d’érosion des sols. La perte des sols dans les zones de couvert végétal
dense, s’élève entre 20 et 300 T./ha/an (Lanuza & Curruchiche, 1997). En raison de cette situation,
on estime qu’environ 63% des sols du pays sont sujets à différents stades d’érosion (Lanuza &
Curruchiche, 1997). Ainsi, il existe des zones de forte sensibilité aux problèmes de désertification,
accentuée par les phénomènes de surpopulation, de l’exploitation intensive des unités de
production, de la mauvaise distribution de la terre, de la pauvreté, de la perte de l’autosuffisance
alimentaire entre autres. Tous ces facteurs sont intimement reliés en un processus qui entraîne une
détérioration des conditions environnementales et sociales.

1.5.3 Biodiversité

La région du Nor-Occidente, qui englobe les provinces de Huehuetenango et de Quiché,


est une des aires possédant une biodiversité des plus importante du pays, et qui présente le plus
grand nombre d’espèces endémiques dans différents groupes taxonomiques (Jolon Morales, 2003).
Cependant, les études scientifiques englobant toute la région sont rares. Toutefois, les données
citées dans ce document proviennent de différentes études effectuées localement à travers la région.
Ainsi, l’inventaire des vertébrés a été effectué entre 1996 et 1998, et les données ont été collectées
dans 17 sites différents (Jolon Morales, 2003). Il y est inclus également l’information sur les
oiseaux, les mammifères, les amphibiens et les reptiles (CDC-CECON, 2000), et les invertébrés
(Cano et al., 2000) (Tableau 3). L’information reportée se base également sur des études de la
distribution des espèces par provinces biogéographiques (Land, 1970 ; Campbell & Vanini, 1989 ;
Rockstroh, s. d.) ce qui peut donner des résultats extrapolés indiquant ainsi un nombre plus
important d’espèces qu’il en existe réellement, entraînant également des chiffres d’espèces
18
endémiques plus importants. Il est nécessaire de préciser que la majeure partie du travail réalisé
s’est concentrée sur le département de Huehuetenango et très peu sur la région de Quiché (Jolon
Morales, 2003).

Tableau 3 : Nombre d’espèce faunique identifiés pour la région du Nor-Occidente


(Campbell & Vanini, 1989a ; ASIES, 1994b ; CDC-CECON, 2000c ; CONAP,
1999d ; Cano et al., 2000e)
Groupe Nombre de Genres Espèces Total Total d’espèce
taxonomique familles probable pour le pays
Vertébrés
c c
Amphibiens 7 15 61c 87a 112d
Reptiles 12c 38c 127c 190a 214d
Oiseaux 50c 185 c
350c 222b 738d
Mammifères 15c 44c 64c 97-134b 251d
Poisson 10b 34 b
≥200b - 651b
Invertébrés
Scarabéidé 28e 700e

Les études qui décrivent la flore présente sur les lieux sont peu nombreuses et
l’information peu disponible. Toutefois, il existe deux études bien documentées concernant les
plateaux des Cuchumatanes, ce qui donne une bonne idée de la diversité des zones d’altitude entre
3000 et 3828m (Carrasco, 1998 ; Velize Pérez, 2000). Dans ces études, il a été répertorié au total 60
familles et 319 espèces végétales lesquelles sont groupées par couches et présentées de la manière
suivante : couche arborescente 22, couche arbustive avec 50 et la couche herbacée avec 226
espèces, on y reporte également un haut taux d’endémisme. (Tableau 4)

Tableau 4: Flore répertoriée sur les plateaux des Cuchumatanes Huehuetenango


(Carrasco, 1998 ; Velize Pérez, 2000)
Composition Structure
Familles Nombre d’espèces % Strates Nombre d’espèces %
Asteraceae 67 21 Herbacée 226 70,85
Poaceae 26 8,15 Arbustive 50 15,67
Schophulariaceae 13 4,08 Arborescente 22 6,9
Polypodiaceae 11 3,45 Lichens 9 2,82
Lamiaceae 12 3,76 Lianes 5 1,57
Caryophyllaceae 9 2,82 Épiphytes 5 1,57
Gentianaceae 9 2,82 Parasites 2 0,63
Rosaceae 9 2,82 Total 319 100
Ericaceae 7 2,19
51 autres familles 156 48,90
Total 319 100 Endémisme 62 19,40

19
Les données récoltées au moyen d'un projet spécifique d'espèces de flore endémiques
(CDC-CECON, 2000), indiquent un total de 118 espèces endémiques pour la région Nor-Occidente,
avec comme base les données présentées pour les 17 systèmes écologiques terrestres identifiés pour
la région (Jolon Morales, 2003). En ce qui concerne les espèces endémiques, on retrouve dans la
forêt sèche de Huehuetenango, deux espèces endémiques en voie de disparition, Decatropis
paucijuga et Comocladia guatemalensis (Ministerio de Economía de Guatemala, 2004). Dans
d’autre région comme les Cuchumatanes, on retrouve de la famille des Asteraceae, Cuchumatanea
steyermarkii qui se développe entre 3600m et 3800m d’altitude à Chémal et à Todos Santos, et
Juglans steyermarkii, une espèce endémique de noyer (Ministerio de Economía de Guatemala,
2004). Certaines espèces fauniques sont également endémiques. On retrouve alors Felis tigrina,
Tapirus bairdi et Pharomachrus auriceps l’oiseau emblématique appelé Quetzal.
Il existe donc quatre zones identifiées d’endémisme dans la province de Huehuetenango
(Castañeda, 1998) :
- Les terres hautes des Cuchumatanes.
- Le Boquerón, canyon de Selegua.
- La forêt sèche de Nentón.
- La forêt très humide de Barillas.

D’après ces données sur le département de Huehuetenango, on peut se rendre compte de


l’importance du potentiel territorial de cette région. La richesse scénique, floristique et faunique que
renferme la région est très importante et représente un intérêt touristique important. Cependant, on
peut également se rendre compte de l’impact non négligeable de certains problèmes comme
l’avancée toujours grandissante de l’agriculture, qui a un lien direct avec le problème de la
déforestation. Toutefois, il n’est pas envisageable de limiter l’avancée de l’agriculture, qui est
source de revenus, sans trouver une autre forme d’activité génératrice de revenus et capable
d’assurer une protection légale des espaces verts et des ressources naturelles.

Il semble donc nécessaire de mettre rapidement en place des systèmes de développement


durable qui permettraient de limiter la dégradation des écosystèmes et les espèces qui les
composent.

20
D'après la richesse scénique et les ressources naturelles dont la région de Huehuetenango
dispose, on se rend compte qu’il existe un vaste potentiel pour le tourisme et l'écotourisme dans la
province. De plus, en 2003, la province de Huehuetenango, a enregistré 92 emplacements
archéologiques, sept emplacements naturels et deux secteurs potentiels pour être déclarées comme
secteurs protégés (Oficina departamental de planificación 2003). Ainsi, l'écotourisme semble être
un bon compromis entre développement économique, protection et conservation de la nature.
Pourtant il apparaît que ce domaine d’activité n’est pas encore au maximum de son développement
et nécessite encore de nombreux exemples de réussite pour que l'on intègre celui-ci directement
dans les plans de développement touristique du pays. Il est donc intéressant de continuer à
développer des projets d'écotourisme à l'échelle locale, notamment dans la région de
Huehuetenango, qui possède un potentiel touristique très important. De plus, le développement de
l'écotourisme fait partie intégrante de la lutte contre la pauvreté (Oficina departamental de
planificación, 2003), et favorise la mise en place de réglementations pour la protection d’une aire
naturelle.

Ainsi, la province de Huehuetenango présente un vaste potentiel pour le tourisme, mais


cette filière n’est que très peu développée dans la région. En effet, comme nous l’avons vu
précédemment, la fréquence touristique au Guatemala est très importante mais reste principalement
dans les grands centres touristiques déjà bien développés. Il serait donc intéressant de faire
connaître cette région aux touristes qui se rendent au Guatemala, afin que la région profite
également de cette affluence touristique. La fréquence touristique dans la région aura pour effet
d’amener de nouvelles sources de revenus et aidera à améliorer l’économie locale. Ainsi, le présent
projet à pour objectif d’augmenter la fréquence touristique annuelle de région, en créant un chemin
écotouristique en plein coeur de la province de Huehuetenango.

2 Objectifs

Le présent projet consiste à développer un chemin ou route touristique à travers la région


Huista (Carte 3). La région Huista ou « Mancomunidad Huista », présente une superficie territoriale
de 1288 km2, ce qui équivaut à 16,83 % du département de Huehuetenango.

21
Carte 3 : Localisation de la région Huista
(SEGEPLAN-USIGHUE a, b, c, d, e, 2002 ; Mancomunidad Huista, 2005)

Elle présente une population de 200 591 habitants dont 72% appartiennent aux communautés
mayas Akateko, Mam, Popti’ et Chuj (Mancomunidad Huista, 2005). Ce projet, situé en plein
coeur de la région Huista, a pour but de mettre en valeur les différents intérêts écologiques et
culturels présents dans cette région, afin de développer une partie de l’économie touristique. Ce
projet s’effectuera à l’aide de l’association écologiste « Verde-Azul » qui est une organisation
apolitique, non lucrative, basée dans la municipalité de Jacaltenango. Cette organisation se
consacre à promouvoir la protection, la conservation, l’utilisation et le maintient soutenable de
l’environnement et des ressources naturelles. Cette mission s’effectue à travers différents projets
d'éducation et de sensibilisation visant l’amélioration de la qualité de vie humaine.

Dans un premier temps, l'objectif de ce travail, sera de définir une route touristique passant
à travers la région Huista. Cette route sera identifiée à partir des différents centres d'intérêts
naturels, paysagers et culturels rencontrés dans la région. Ces centres d'intérêts seront définis sur
place, à l’aide de la documentation locale, lors des différents temps de reconnaissances effectués sur
le terrain, ainsi qu’avec la coopération des acteurs locaux. Ainsi, le parcours écotouristique de la
région Huista qui reliera les municipalités choisies présentera l’information suivante :

22
• Description générale et cartographie des différents écosystèmes de chacun des
« municipios » traversés par la route écotouristique.
• Situation des points de vue remarquables rencontrés le long du chemin.
• Situation des aires de pique-nique.
• Situation des aires de camping.
• Dans chacun des chefs-lieux des « municipios » identifiés, les éléments culturels
d’intérêt comme l’artisanat, les manifestations culturelles ou bien la culture de
produits locaux (café, miel, maïs, haricots, fruits) seront mis en valeur. De la même
manière, les sites naturels d’intérêt comme les sites archéologiques et les lieux de
cultes mayas seront également identifiés. Enfin les établissements proposant des
services d´hôtellerie et de restauration seront situés au sein même de la municipalité.

3 Méthodologie

3.1 Identification de l’aire de travail de la région Huista


La région Huista est composée de huit « municipios ». Sur ces huit « municipios », il a été
choisi de faire passer le parcours écotouristique dans les secteurs présentant des sites d’intérêt pour
le tourisme.

Carte 4 : Localisation de la zone d’étude de la région Huista


(SEGEPLAN-USIGHUE a, b, c, d, e, 2002)

23
Ainsi, seul cinq « municipios » sur huit ont été choisis car ils présentent le plus grand
potentiel touristique de la région. Il faut noter cependant, que le « municipio » de Todos Santos
présente un potentiel touristique très important et, est déjà une destination touristique de renom du
Guatemala. Pour cette raison, ce « municipio » n’a pas été retenue pour le projet. Les
« municipios » retenus pour la route écotouristique sont les suivants (Carte 4) :
• Jacaltenango
• Concepción Huista
• San Antonio Huista
• Santa Ana Huista
• Nentón

3.2 Identification des sites et centres d’intérêts des « municipios »


Pour chacun des « municipios » retenus, il a été choisi de faire passer la route
écotouristique dans les chefs-lieux portant le même nom, car ces municipalités présentent des
services plus nombreux et de plus grand attraits touristiques. Pour chacune des municipalités
suivantes, Jacaltenango, Concepción Huista, San Antonio Huista, Santa Ana Huista et Nentón,
les centres d’intérêts suivant ont été identifiés :
1. Sites naturels présentant un intérêt écologique, un intérêt archéologique ou
bien un intérêt culturel, comme les sites où se déroulent les cérémonies
mayas.
2. Les coopératives et les associations d’agriculteurs, produisant des produits
locaux dont le système de production présente un intérêt touristique.
3. Les boutiques de tous types d’artisanat (sculpture sur bois, peinture,
création de costumes traditionnels, tissage).
4. Les restaurants, pouvant accueillir un groupe d’une dizaine de personne, et
proposant des plats variés et typiques du Guatemala.
5. Les hôtels.
6. Autres lieux présentant un centre d’intérêt mais ne rentrant pas dans les
catégories précédentes (piscines, jardins publics, musée).

24
3.3 Caractérisation des sites et centres d’intérêt

3.3.1 Description physico-biologique des « municipios »

Afin de mieux connaître la région étudiée, chaque « municipio » sera décrit d’une façon
générale au niveau écologique et géographique. Pour chaque « municipio » sont retenus les critères
suivants :

Aspects territoriaux :
- Localisation et extension du territoire.
- Carte du « municipio ».
- Climat et principaux écosystèmes (le système de classification des écosystèmes du
Guatemala effectué par le « Departamento de Sistemas de Información del Instituto
Nacional de Bosques – INAB », (INAB, 2001) est présentée à l’annexe 1).

- Faune et Flore (les noms scientifiques des plantes cités dans le présent rapport ont
été vérifiés à l’aide du « Diccionario de las plantas útiles de Guatemala » Alistun,
1995).

La description physico-biologique des « municipios » est basée sur l’information récoltée


auprès du chef-lieu de chaque « municipio ». Une partie de cette information a été fournie par
l’Association « Mancomunidad de municipios de los Huistas ». Ainsi, les références suivantes ont
été utilisées pour la description de chaque « municipios » :

- La Unidad del Sistema de Información Geográfica de Huehuetenango - La Secretaría de


Planificación y Programación de la Presidencia en Huehuetenango (SEGEPLAN-
USIGHUE a, b, c, d, e, 2002)

- Ejercicio Profesional Supervisado (EPS, a, b, c, 2004)

- Ejercicio Profesional Supervisado (EPS, a, b, 2005)

3.3.2 Description des sites touristiques

Pour chaque site touristique identifié au point 3.2, des fiches descriptives ont été établies,
permettant de récolter l’information nécessaire de façon simple et constante. Ainsi, cinq fiches
différentes ont été créées respectivement pour les sites naturels, les coopératives et autres sites, les
boutiques d’artisanat, les restaurants et les hôtels (Annexe 2).

25
Chaque site touristique sera également caractérisé par des photographies représentatives du
lieu ou de l’infrastructure, permettant ainsi de mettre en valeur le produit ou le centre d’intérêt
choisi comme attraction touristique. Pour chaque site touristique identifié, les photos suivantes
seront prisent :

1. Sites naturels : photographie caractéristique du lieu ; paysage, monument


archéologique ou monument rituel.
2. Coopératives, associations et autres : photographie de l’infrastructure, de la
méthode de production, et du produit final.
3. Boutiques d’artisanat : photographie des œuvres, et des produits finaux.
4. Restaurants : photographie de la salle à manger.
5. Hôtels : photographie de chambres.

3.3.3 Choix et localisation géographique des sites touristiques

Dans chacun des « municipios » de la région Huista, il existe de très nombreux sites
naturels possédant un attrait touristique important. Toutefois, face au grand nombre de ces sites et
au temps imparti pour le projet, il a été décidé de sélectionner les sites naturels présentant le
potentiel touristique le plus important. Les sites les plus attractifs ont été choisis en discutant avec la
population locale, les acteurs locaux, et les employés de chaque Bureau Municipal de Planification
(« Oficina Municipal de Planificación », OMP).
Chaque centre touristique naturel sera caractérisé par un point de référence géographique :
la Latitude, la Longitude donné au format UTM /UPS et l’Altitude donné en mètre. En effet, les
sites naturels étant toujours excentrés de la municipalité, ces points seront situés sur une carte
représentative des chemins de randonnée de la municipalité correspondante. Cette méthode
s’appliquera également pour les coopératives ou associations qui n’apparaissent pas toujours sur la
carte de la municipalité. En ce qui concerne les boutiques d’artisanat, les hôtels et les restaurants,
ces derniers se trouvant généralement en plein cœur de la municipalité, ils seront situés à l’aide d’un
code de couleur sur une carte ou un croquis de la municipalité.

La situation des points géographiques se fera à l’aide d’un GPS « GPS III plus » GARMIN
International, Inc., et le traitement de ces points se feront à l’aide du logiciel informatique ESRI
Arcview v.3.2.

26
3.4 Localisation géographique des routes et voie d’accès
Afin que le touriste puisse se déplacer facilement d’un centre d’intérêt à un autre, que se
soit un centre d’intérêt proche d’une municipalité ou pour aller d’une municipalité à une autre, les
chemins et routes d’accès seront identifiés en effectuant une reconnaissance sur le terrain. Pour
chacune des routes, il sera proposé, dans la mesure du possible, deux possibilités pour se rendre au
site naturel :

1. par un chemin de randonnée


2. par transport en commun

3.4.1 Chemin de randonnée

Chaque chemin de randonnée sera premièrement recherché sur le terrain et par la suite
situé géographiquement à l’aide du GPS. Ceci permettra d’effectuer une carte de la route
écotouristique à travers toute la région étudiée. Pour chaque chemin de randonnée, le travail suivant
sera effectué :
• Localisation géographique du point de départ et d'arrivée
• Nombre de kilomètres à parcourir
• Dénivelé du terrain
• Temps moyen pour effectuer la randonnée
• Equipement recommandé
• Explications afin de trouver le chemin facilement
• Situation des points de vue
• Situation des aires potentielles de pique-nique et de camping
• Évaluation de la difficulté de la randonnée

Les points de départ et d’arrivée du chemin, le nombre de kilomètres et le dénivelé du


terrain seront mesurés lors des sorties sur le terrain à l’aide du GPS. Le temps moyen pour effectuer
la randonnée sera déterminé à partir des distances parcourues, chronométrées à toutes les 15
minutes près et le temps de marche indiqué n’inclura pas les temps de repos effectués.
L’équipement recommandé, se limitera à conseiller les randonneurs sur la quantité de nourriture et
l’approvisionnement en eau à prévoir avant d’entamer la randonnée. Ces conseils seront donnés en
fonction de la fréquence de rencontre le long du chemin de petits commerces permettant l’achat
d’eau et de nourriture.

27
Afin que les touristes puissent trouver facilement le bon chemin, des explications seront
données pour les randonnées, permettant de se rendre aux sites voulu. Dans la région Huista, il
existe de nombreux sentiers différents qui mènent à différents endroits. Il est donc très facile pour
un touriste de se perdre à travers ce « réseau routier ». Il sera alors conseillé aux groupes
d’écotouristes de prendre les services d’un guide connaissant la région et le chemin, lorsqu’il
s’agira de voyager d’une municipalité à l’autre, sur la route écotouristique proprement dite.
La situation des points de vue, des aires de pique-nique et des sites de camping sera
déterminée à l’aide du GPS et ces points seront situés sur la carte par des symboles représentatifs.
La localisation des points de vue sera effectuée sur le terrain et sera déterminée en fonction de
différents critères. Premièrement, il faut que l'accès à ce point de vue soit aisé, deuxièmement qu'il
présente un intérêt écologique ou présente simplement un intérêt esthétique ou culturel. En ce qui
concerne les aires de pique-nique et de camping, elles seront définies suivant l’espace disponible
pour effectuer un campement ou pour se reposer. Elles seront également définies en fonction de
l’ombrage et de la présence d’un point de vue ou d’un élément récréatif comme la présence d’une
rivière pour se baigner, si l’eau ne présente pas de danger pour la santé.
Le chemin sera évalué, pour la difficulté, en classes selon les termes « Facile » « Moyen »
ou « Difficile ». L’évaluation de la difficulté s’effectuera à l’aide de critères établis de façon
personnelle. Les critères suivants seront pris en compte :

• Longueur du chemin (L) : longueur du chemin en kilomètre.


• Largeur de chemin (l) : correspond au nombre de personnes pouvant marcher sur la
route côte à côte (Largeur maximum = largeur d’une route pouvant faire passer
deux véhicules côte à côte).
• Dénivelé (D) : correspond aux différences d’altitude effectuée lors de la randonnée.
• Appréciation personnelle (AP) : correspond à la difficulté physique du chemin. Elle
prend en compte le dénivelé en fonction du nombre de kilomètres parcouru (un
chemin ayant un dénivelé positif1 de 1000m effectué sur 5km, ne présente pas la
même difficulté qu’un chemin ayant un dénivelé positif de 1000m effectué sur
15km). De plus il sera pris en compte lors de l’appréciation personnelle, la qualité
du chemin (sol meuble ou solide), l’ombrage ainsi que la présence ou l’absence de
véhicules motorisés.

1
Un dénivelé est dit positif lorsque l’altitude de départ est inférieure à l’altitude d’arrivée.

28
De plus il sera rajouté au niveau de difficulté trouvé, l’évaluation physique et technique
d’Allibert (Allibert, sans date), organisme spécialisé dans la randonnée de montagne. L’évaluation
physique est classée suivant les termes « Relax », « En forme », « Bonne forme » et « Grande
forme ». L’évaluation technique est représenté par le symbole suivant : « ». La difficulté
technique est représentée par le nombre de fois où apparaît le symbole (« »;« »;
« » ; 3 bottes représentant le niveau technique le plus difficile). Les critères d’évaluation de
randonnée d’Allibert sont présentés en annexe 3. Toutefois, l’évaluation d’Allibert ne s’appliquant
qu’aux grandes randonnées, celle-ci ne sera appliquée que pour les randonnées nécessitant au
minimum trois heures de marche.

Ainsi, les niveaux de difficultés définit correspondent à :


Facile : L : de 0 à 3 km
l : 2 personnes ou plus (type route)
D : < 200m de dénivelé positif
Moyen : L : de 3 à 8 km
l : 2 personnes
D : 200 ≤ D < 500m de dénivelé positif
Difficile : L : > 8 km
l : 1 personne
D : ≥ 500m de dénivelé positif

Exemple d’évaluation d’un chemin :


Pour une randonnée de 7km (3 heures de marche) sur un chemin de la largeur d'une route
et avec un dénivelé positif de 1000m :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * 1
Difficile * * 2
Résultat : « Difficile »
Niveau physique : « En forme »
Niveau technique :

On additionne ensuite le nombre d’étoile pour chaque ligne, et le niveau attribué au chemin
correspond à la ligne qui contient le plus grand nombre d’étoiles. Dans notre exemple, le chemin
sera classé « Difficile ».

29
3.4.2 Transport en commun

Afin que tous les touristes puissent profiter des sites naturels de la région Huista, en plus
de l’existence du chemin de randonnée, il sera proposé de se rendre dans chaque municipalité à
l’aide des transports en commun effectuant la navette entre ces dites municipalités. Les horaires, les
lieux d’embarquement, les temps de voyage et les prix seront indiqués en fonction de chaque point
de départ et de chaque destination.

3.5 Etude d’impact


Une fois que la route et les sites touristiques de la région Huista seront situés et décrits, il
sera nécessaire d’effectuer une étude d’impact de la route écotouristique, afin d’évaluer les risques
et les différents impacts d’une affluence touristique sur le milieu naturel et sur les populations
locales.
Les domaines pouvant être touchés par un tel projet et qui seront analysés pour l’étude
d’impact, sont les suivants :
- Flore - Paysage
- Faune - Patrimoine culturel
- Sol - Population locale

En fonction des résultats de l’étude d’impact, et la route semble n’avoir que peu ou pas
d’impacts négatifs sur les populations et l’environnement, alors une phase de communication devra
être effectuée pour faire connaître le nouveau site touristique permettant ainsi l’ouverture au public
de la route écotouristique.

3.6 Phase de communication


Afin de faire savoir au public l’existence d’un chemin écotouristique dans la région Huista,
une phase de communication est indispensable auprès du public. Pour cela, lorsque la route sera
bien définie et lorsque tous les sites touristiques seront répertoriés, l’élaboration d’un guide
touristique sera alors mise en place ainsi que la création d’un site Internet. Le guide ainsi que le site
Internet, seront alors mis à la disposition du public en trois langues :
- Anglais
- Espagnol
- Français

30
3.6.1 Guide touristique

Le guide touristique présentera la carte du chemin écotouristique et sa situation


géographique au Guatemala. Il sera fait une présentation générale du chemin en mettant en avant les
différents avantages qu’il présente, ainsi que les types d’écosystèmes que le touriste traversera lors
de sa randonnée. Pour chaque municipalité, il sera présenté un schéma de la municipalité, situant les
différents sites répertoriés (musée, boutique d’artisanat, hôtels, restaurants) avec leurs coordonnées
respectives, les heures d’ouverture, en faisant une rapide description de ce que l’on peut y trouver et
y faire. De plus, une description de chaque site naturel se trouvant proche des municipalités sera
incluse dans le guide, en essayant de mettre en avant son intérêt écologique historique ou culturel.
Enfin le guide sera agrémenté de photographies caractérisant au mieux les centres d’intérêt de
chaque site touristique répertorié. Dans cette partie des explications plus précises seront données
pour que le touriste puisse trouver le chemin sans difficulté.
La distribution du guide s’effectuera au travers du Guatemala, dans les principaux centres
touristiques du pays. Les édifices ciblés pour la distribution sont les restaurants, les hôtels, les
boutiques et les gares routières ou compagnies de bus.

3.6.2 Site Internet

Le site Internet reprendra en grande partie les informations proposées dans le guide
touristique. Il sera toutefois envisageable d’effectuer une visite interactive du chemin
écotouristique, en proposant par exemple à l’internaute de voir les sites naturels et autres paysages
en cliquant sur une partie précise de la route ou sur le site touristique en lui-même.
L’adresse électronique du site Internet sera ensuite proposée à différentes associations et
organisations de voyages, spécialisées en écotourisme et dans la protection des aires naturelles, avec
lesquelles des contacts ont déjà été établis. Les sièges principaux de ces organisations sont situés au
Brésil, et en France. Ceci permettra de faire connaître l’existence de la route écotouristique hors des
frontières guatémaltèques et ainsi élargir la clientèle touristique de la région Huista.

31
4 Résultats et discussions

4.1 De Huehuetenango à Jacaltenango


Afin de se rendre dans la région Huista, il faut prendre un bus qui va de Huehuetenango à
Jacaltenango. Il existe trois compagnies qui assurent le trajet. Tous les bus pour Jacaltenango se
prennent à la station centrale de Huehuetenango. Les horaires pour Jacaltenango sont : 3h00, 5h00,
10h00, 11h00, 12h00, 15h00, 16h00 et 17h00. Le trajet de Huehuetenango à Jacaltenango prend
environ 3h45 et coûte 22 Quetzales par personne.

4.2 Chemin écotouristique de la région Huista


Le chemin écotouristique de la région Huista passe à travers les « municipios » de
Jacaltenango, Concepción Huista, San Antonio Huista, Santa Ana Huista et Nentón (Carte 5). Ce
chemin proposé aux touristes fait pratiquement 100km de long (98,6km), passe à travers trois zones
naturelles (ou climats) (Carte 7), et 12 écosystèmes différents (Carte 9). La région Huista contient à
elle seule 20 écosystèmes (Carte 8) et 6 zones naturelles différentes (Carte 6). La description des 6
zones naturelles et des 19 écosystèmes de la région Huista est présenté par « municipio » dans la
partie « Description physico-biologique » des cinq différents « municipio ».

Légende des Ecosystèmes :


1-12 Forêt Semi décidue Mixte Sub-Montagnard
1-14 Forêt Semi décidue Mixte de Montagne de Niveau Inférieur
1-26 Forêt Latifoliée de Montagne de Niveau Inférieur
1-27 Forêt Mixte de Montagne de Niveau Inférieur
1-29 Forêt Latifoliée de Montagne de Niveau Supérieur
1-30 Forêt Mixte de Montagne de Niveau Supérieur
1-32 Forêt Latifoliée de Haute Montagne
1-33 Forêt Mixte de Haute Montagne
1-34 Forêt de Conifères de Haute Montagne
2-06 Autres Arbustes avec Végétation de Latifoliées
2-07 Autres Arbustes avec végétation Mixte ou de Conifères
3-02 Pâturages Marécageux avec Palmiers et/ou Arbustes
4-01 Systèmes Agricoles Dominés par les Latifoliées
4-02 Systèmes Agricoles Dominés par une Végétation Mixte
4-03 Systèmes Agricoles Dominés par les Conifères
4-04 Systèmes Agricoles Dominés par les Pâturages et Arbustes
4-05 Systèmes Agricoles Dominés par les Arbustes et Pâturages
4-06 Systèmes Agricoles avec Présence de 25 à 50% de Café
et/ou Cacao, et/ou de Cardamome
4-07 Systèmes Agricoles avec Présence de plus de 50% de Café
et/ou Cacao, et/ou de Cardamome
5-02 Lacs d’une Superficie Inférieure à 10 Km2
6-02 Aires non interprétées

32
Légende :

Municipalité

Limite de municipio
Chemin de randonnée
Rivière
Point de vue
2,3 0 4,6 Km Campement
Aire de pique-nique

Carte 5 : Présentation du Chemin écotouristique de la Région Huista et sa situation au Guatemala (Elaboration personnelle, 2006)

33
MEXICO

Légende :
Zones Naturelles :

Forêt Humide Subtropicale de Basse Montagne

Forêt Humide Subtropicale Tempérée

Forêt Très Humide Subtropicale de Basse Montagne

Forêt Très Humide Subtropicale de Montagne

Forêt Très Humide Subtropicale Chaude

Forêt Sèche Subtropicale Chaude

Carte 6 : Zones naturelles de la Région Huista


5,1 0 10,2 Km (Elaboration personnelle, 2006)

34
Légende :

Municipalité

Chemin Ecotouristique

Zones Naturelles :
Forêt Humide Subtropicale de Basse Montagne
Forêt Humide Subtropicale Tempérée

1,8 0 3,6Km Forêt Très Humide Subtropicale de Basse Montagne


Forêt Sèche Subtropicale Chaude

Carte 7 : Zones naturelles traversées par le chemin écotouristique de la Région Huista (Elaboration personnelle, 2006)

35
Légende :

Ecosystèmes :
(La signification des codes est donnée page 32)

1-12 2-07
1-14 3-02
MEXICO 1-26 4-01
1-27 4-02
1-29 4-03
1-30 4-04
1-32 4-05
1-33 4-06
1-34
4-07
2-06
5-02
6-04

5,1 0 10,2 Km Carte 8 : Ecosystèmes de la Région Huista


(Elaboration personnelle, 2006)

36
Légende :

Municipalité

Chemin Ecotouristique

Ecosystèmes :
(La signification des codes est donnée page 32)

1-12
1-27
1-30
1-33
1-34
2-06
2-07
4-01
4-02
4-03
4-04
4-05

1,6 0 3,2 Km 4-06


4-07

Carte 9 : Ecosystèmes traversés par le chemin écotouristique de la Région Huista (Elaboration personnelle, 2006)

37
4.3 « Municipio » de Jacaltenango

4.3.1 Description physico-biologique

a. Localisation
Le « municipio » de Jacaltenango est situé à 123 kilomètres de la ville de Huehuetenango
et à 385 kilomètres de Guatemala Ciudad. Il se trouve précisément au pied de la colline Sajb'ana,
dans les périphéries du Río Azul. Ce plateau fait partie de la chaîne de montagne des
Cuchumatanes.

b. Superficie
Le « municipio » de Jacaltenango, compte une superficie totale de 212 km2 et la
municipalité de Jacaltenango présente une altitude de 1437 mètres au-dessus du niveau de la mer, et
se localise à la latitude 15°40'00 "et à la longitude 91°42'45" (Carte 10).

Carte 10 : « Municipio » de Jacaltenango, Huehuetenango (Municipalidad de Jacaltenango, 2006)

38
c. Climat
Le climat varie selon la localisation des communautés, qui se situent entre 1000m et
1816m d’altitude, et présente une température moyenne annuelle variant de 10°C à 32°C. Le chef-
lieu de Jacaltenango est situé sur un plateau rocheux, au cœur des Cuchumatanes. Son point
culminant se trouve à une altitude de 1437m au-dessus du niveau de la mer, avec une température
moyenne annuelle de 24 degrés centigrades.

D’après le système de classification des zones naturelles du Guatemala, on trouve dans le


« municipio » de Jacaltenango trois zones naturelles différentes (INAB, 2001 ; SEGEPLAN-
USIGHUE, 2002 b), possédant les caractéristiques suivantes :

- Forêt Humide Subtropicale de Basse Montagne :


Altitude : 1800 à 2000m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1057 à 1588 mm
Température moyenne annuelle : 15 à 23 degrés centigrades
Sol : le type de sol du « municipio » de Jacaltenango est approprié pour les cultures du
maïs, des haricots, du blé, de légumes et arbres fruitiers comme la pêche, la poire et
l’avocat. Toutefois, il existe un problème de déforestation dans le « municipio » de
Jacaltenango, qui détruit les forêts protectrices des sources d’eau potable, ce qui
entraîne de nombreux problèmes de sècheresse durant la saison estivale au niveau
des bassins versant.

- Forêt Humide Subtropicale Tempérée :


Altitude : 1000 à 1500m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2000 mm
Température moyenne annuelle : 18 à 24 degrés centigrades
Sol : prédominent les sols superficiels, de texture moyenne et lourde, bien drainés, de
couleur brune dans des secteurs boisés. Les pentes rencontrées sont comprises entre
32% et 45%. Type d’agriculture : café, maïs, blé, haricot, arachide, soja, espèces
forestières utilisées comme bois de construction.

- Forêt Sèche Subtropicale Chaude :


Altitude : 500 à 1000m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 800 à 1000 mm

39
Température moyenne annuelle : 24 à 30 degrés centigrades
Sol : les sols en général, sont superficiels et lourds, pauvrement drainés et de couleur
brune. Les pentes sont comprises entre 0% et 32%, mais les pentes de 12% et 32%
sont prédominantes. Les cultures rencontrées nécessitent une faible demande en
eau, comme la tomate, le tabac, le soja et le sorgho. On y rencontre également des
cultures de « jocote marañón » (Anacardium occidentale), un fruit qui s’emploi
pour l’élaboration de boissons fermentées.

d. Ecosystèmes
Dans le « municipio » de Jacaltenango, huit écosystèmes différents ont été répertoriés
d’après le « Departamento de Sistemas de Información del Instituto Nacional de Bosques – INAB,
(INAB, 2001). Une brève description de chacun des huit écosystèmes est donnée ci-dessous :

- Forêt Semi décidue Mixte Sub-Montagnard :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 900 - 1546m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 2510 mm
Moyenne : 1106 mm
Phénologie : Semi décidue
Humidité : Sec
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 750,46
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,69
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Pinus oocarpa., Quercus sp., Guazuma ulmifolia, Acacia,
pennatula, Bursera bipinnata, Cordia sp., Xylosma sp., Agave
sp., Senecio deppeanus, Serjania sp., Calliandra sp.

- Forêt Mixte de Montagne de Niveau Inférieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 1500 - 2313m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm

40
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 1664 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide – Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2473,5
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,28
Espèces dominantes : Pinus oocarpa, Quercus peduncularis.
Espèces fréquentes : Agarista mexicana, Arbutus xalapensis, Agave oppascidens,
Brahea dulcis, Byrsinoma crassifolia, Comocladia
guatemalensis, Desmodium angustifolium, Dyphisa floribunda,
Inga leptaloba, Juniperus comitana, Liquidámbar styraciflua,
Myrica cerifera, Pachyrrizus erosus, Pinus maximinoi, Pinus
tecunumanii, Quercus sapotifolia, Quercus tristis, Quercus spp.,
Rhus vestita, Saurauia sp., Senecio deppeanus, Stillingia
sanguinolenta.

- Forêt Mixte de Montagne de Niveau Supérieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 2000 - 2933m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5000 mm
Moyenne : 1644 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 4318,92
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,98
Espèces dominantes : Pinus pseudostrobus, Pinus spp., Quercus spp.
Espèces fréquentes : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis
vaccionioides, Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon,
Didymopanax morototoni, Eupatorium sp., Ostrya virginiana,
Pinus maximinoi, Pinus montesumae, Quercus brachystachys,
Rhamnus pringlei, Lantana híspida, Liquidámbar styraciflua,
Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera, Indigofera miniata,
Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia sp.,
Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

- Autres Arbustes avec végétation Mixte ou de Conifères :


Type de végétation : Mixte et de Conifères

41
Altitude : 131 - 4051m
Température moyenne annuelle, °C : 5 - 25
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5119 mm
Moyenne : 1699 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 1575,42
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 1,45
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes
Mixtes et de Conifères.
Exemples : Acacia pennatula, Alnus spp., Arbutus xalapensis, Baccharis vaccionioides,
Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon, Didymopanax morototoni,
Eupatorium sp., Ostrya virginiana, Pinus pseudostrobus, Pinus maximinoi,
Pinus montesumae, Quercus brachystachys, Rhamnus pringlei, Lantana
híspida, Liquidámbar styraciflua, Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera,
Indigofera miniata, Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia
sp., Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.
Abies guatemalensis, Pinus hartwegii, Juniperus standleyii, Cupressus
lusitanica, Chiranthodendron pentadactylon, Cestrum sp., Salvia sp., Stipa
sp., Mahonia volcanicola, Ranunculus geoides, Fuchsia michoacanensis,
Valeriana prionophylla, Dalia australis, Ribes ciliatum, Baccharis
vaccinioides, Gimnosperma glutinosa, Tigridia pavonia, Halenia shannonii,
Alnus jurulensis, Rhamnus serrata, Symphoricarpus microphyllus,
Eupatorium semialatum.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des secteurs de forêts
dégradées et terrains de cultures abandonnés où se développent différents
types d'arbustes, bien que l’on puisse trouver quelques secteurs d'espèces
Mixtes et de Conifères. On trouve également dans ce type d'écosystème, les
différents secteurs qui ont été affecté par des incendies et qui commencent
leur processus de régénération naturelle.

- Pâturages Marécageux avec Palmiers et/ou Arbustes :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 759m
Température moyenne annuelle, °C : 24 - 27
Précipitation annuelle : Minimum : 800 mm
Maximum : 4708 mm
Moyenne : 1663 mm

42
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 375,6
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,35
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Dans cet écosystème, il existe, outre des espèces de
graminées, plusieurs types d'arbustes et palmiers. Dans le secteur de Nentón,
Huehuetenango on peut trouver un sol humide dans lequel se développent en
même temps que des arbustes, des arbres de type Ahuehuete ou Sabino
(Taxodium mucronatum).

- Systèmes Agricoles Dominés par une Végétation Mixte :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 218 - 3721m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 1465 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 7087,2
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 6,54
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes
Mixtes.
Exemples : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis vaccionioides,
Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon, Didymopanax morototoni,
Eupatorium sp., Ostrya virginiana, Pinus pseudostrobus, Pinus maximinoi,
Pinus montesumae, Quercus brachystachys, Rhamnus pringlei, Lantana
híspida, Liquidámbar styraciflua, Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera,
Indigofera miniata, Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia
sp., Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé de cultures où l’on peut


rencontrer des secteurs de forêts Mixtes ou arbres dispersés de diverses
espèces de latifoliées et de conifères.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Arbustes et Pâturages :


Type de végétation : Latifoliée

43
Altitude : 0 - 3420m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 3200 mm
Moyenne : 1294 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Sec et Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2479,13
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,29
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -.
Observations générales : Dans cet écosystème, nous remarquons une plus grande
présence d’arbustes comparativement aux pâturages, lesquels se régénèrent dû
fait de l'abandon des terrains. Un secteur caractéristique de cet écosystème se
trouve dans la commune de Nentón, Huehuetenango.

- Systèmes Agricoles avec la Présence de plus de 50% de Café et/ou Cacao, et/ou de
Cardamome :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 500 - 1700m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 860 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 2856 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 3530,01
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,26
Espèces dominantes : Coffea arabiga.
Espèces fréquentes : Grevillea robusta, Inga spp., Cibystax donnell-smithii, entre
autres.

Observations générales : Nous trouvons dans cet écosystème toute la ceinture de


plantation de café, qui se trouve au pied de la chaîne de montagne volcanique
du pays, dont la caractéristique principale est l’ombre importante donnée par
les espèces latifoliées qui croissent avec la culture.

44
e. Flore et faune
Jacaltenango dispose d’un climat varié qui permet l'existence d'une grande diversité de
flore et faune, décrites ci-dessous :

- Flore :
La diversité d’arbres fruitiers, de plantes comestibles, médicinales, d'ornement et arbres de
construction, détermine une zone végétale riche qui couvre le « municipio » et qui est directement
liée à l'altitude aux températures et au régime pluvial. Par sa position géographique, le
« municipio » est soumis à une grande variété climatique, qui aide au développement de différentes
zones naturelles de végétation qui favorise le maintien d’un climat humide dans la région,
permettant à la végétation de passer une saison sèche sans grande difficulté. Les espèces d'arbres
fruitiers et d’essences ligneuses, plantes médicinales et d'ornement, rencontrées dans le
« municipio » sont :
- Arbres fruitiers : mangue (Mangifera indica), orange (Citrus sinensis), lime (Citrus
limetta), citron (Citrus limon), papaye (Carica papaya), grenade (Punica granatum),
goyave (Psidiu guajava) et « jocote » (Sponias purpurea), etc.
- Essences ligneuses : « cedro » (Cedrela mexicana), bois d'ébène (Dalbergia funera),
acajou (Swietenia humilis), pin (Pinus spp.), cyprès (Cupressus lusitanica) et
pinabete (Abies guatemalensis), etc.
- Plantes alimentaires : maïs (Zea mays), haricot (Phaseolus vulgaris), arachide
(Arachis hypogaea), poivron (Eugenia uniflora), canne à sucre (Saccharum spp.),
anis (Pimpinella anisum), etc.
- Plantes et arbres médicinaux : rose de Jamaïque (Hibiscus sabdariffa), eucalyptus
(Eucalyptus spp.), etc.
- Plantes ornementales : dahlias (Dalia imperialis), glaïeuls (Gladiolus hortulanus),
roses (Rosa spp.), bougainvilliers (Bougainvillea buttiana) et marguerites (Aster sp.),
etc.

La zone forestière, les espèces représentatives et la déforestation du « municipio » de


Jacaltenango sont présentées carte 11. Face au problème de déforestation du « municipio » de
Jacaltenango et face aux potentialités forestières qu’il possède, des efforts ont été fait pour la
gestion des forêts, afin de favoriser l'ensemencement et le bois de bonne qualité pour le commerce
comme l’acajou (Swietenia humilis), « cedro » (Cedrela mexicana) et le cerisier (Prunus capuli).
De plus, les arbres tel que pomme cannelle (Eugenia uniflora), grévillier (Grevillea robusta),

45
« cushin » (Inga leptoloba), le leucène (Leucaena leucocephala), l’aulne (Alnus arguta) et le cyprès
(Cupressus lusitanica), qui fournissent l'ombre aux plantations de café, favorisent le maintien des
sols et permettent la conservation des sources d'eau potable.

Carte 11 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Jacaltenango


(SEGEPLAN-USIGHUE b, 2002)
46
- Faune :
La faune que possède le « municipio » est favorisée par le climat tempéré, et les parties
hautes et basses qui déterminent les climats chauds et froids. Le climat chaud favorise la présence
de cailles (Callipepla californica), colombes (Columba sp.), perroquets (Pionus maximiliani) et une
grande variété d'oiseaux (Ortalis vetula, Caragyps atratus, Cassidix mexicanus, Tordus rtitorcues).
On trouve également des lapins (Sylvilagus floridans), des iguanes (Iguana iguana), des chats de
montagne (Urocyon cinereoargenteus), l'ours fourmilier (Myrmecophaga tridactyla) et de
nombreuses espèces de serpents (Coronella sp.). Les climats froids présentent une atmosphère
adéquate pour les animaux comme le coyote (Canis latrans), le cochon sauvage de montagne
(Tayassu tajacu), moutons et brebis. Le secteur urbain se localise là où le climat est le plus
agréable, c'est-à-dire dans une zone de climat tempéré. En général la présence d'animaux
domestiques et de ferme est fréquente dans tout le « municipio » comme les chevaux, ânes, porcs,
chiens, chats, lapins et volailles.

4.4 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Jacaltenango

4.4.1 Les sites naturels

Pour le « municipio » de Jacaltenango, trois sites naturels ont été répertoriés, se trouvant
proche de la municipalité de Jacaltenango.

El Cerro Q’anil :

Situation géographique :
Latitude : 635846 2
Longitude : 1730688
Altitude : 2021m

Voies d’accès : (Carte 12)


Pour accéder au « Cerro Q’anil », il existe la possibilité de s’y rendre à pied ou par la route
par transport motorisé. Pour se rendre au site par la route, il faut prendre la direction de la
municipalité de San Antonio Huista, et rouler environ 25 à 30 minutes jusqu’au lieu appelé
communément « El Rancho ». Après être arrivé au « Rancho », il faut marcher jusqu’au sommet
pendant approximativement 25 minutes. Pour se rendre à pied depuis Jacaltenango jusqu’au

2
La Latitude et la Longitude sont données au format UTM /UPS.

47
sommet de la colline, il faut marcher environ 5km en passant de 1400m d’altitude à 2021m. Le
sentier pour se rendre à Q’anil, passe à travers une partie de la forêt humide tropicale tempérée ainsi
qu’à travers les plantations de café. Pour commencer le chemin il faut prendre la direction « la
Molida » indiqué sur la carte de la municipalité de Jacaltenango (Carte 13), passer le carrefour où se
trouve le « sabino » (Taxodium mucronatum, arbre dont le tronc fait environ 6m d’envergure) et
prendre le chemin suivant sur la droite. Il faut compter environ deux heures de marche pour arriver
au sommet.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile 0
Moyen * * * 3
Difficile * 1
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas3

Description du site :
« El Cerro Q’anil » est un site cérémonial maya. On trouve au sommet trois monuments
principaux qui correspondent aux tombes des trois personnages de la légende de « Xhuwan
Q’anil », Juan Méndez, Juan Mendoza et Juan Carmelo. Aujourd’hui on y vient toujours pour
effectuer des cérémonies religieuses qui se trouvent être le 1er jour de chaque mois pour y faire des
prières et des offrandes. Les cérémonies les plus importante se déroulent durant le « Ijom Hab’il »
(nouvel an maya) et « Pohxuhew » (remerciement pour les premières récoltes), ainsi de cette
manière, le peuple de Jacaltenango rend hommage à ses protecteurs.

3
Comme expliqué dans la méthodologie dans le paragraphe « 3.4.1 Chemin de randonnée », les évaluations du
« Niveau physique » et du « Niveau technique » ne sont pas applicables pour des randonnées de moins de trois heures
de marche.

48
Légende :

Municipalité

Limite de municipio
Chemin de randonnée
Rivière
Site naturel
0,54 0 1,08 Km Point de vue
Aire de pique-nique

Carte 12 : Chemins de randonnée de Jacaltenango (Elaboration personnelle, 2006)


49
Faune et flore rencontrée :
Faune :
Tableau 5: Faune rencontrée sur le site naturel du « Cerro Q’anil »
(Carmen Silvestre, 2003)
Cerf de Virginie Odocoileus virginianus
Ecureuil des montagnes Sciurus griseoflavus
Tatou noir Cabassous centralis
Renard gris Urocyon cinereoargenteus

Flore :
Tableau 6: Flore rencontrée sur le site naturel du « Cerro Q’anil »
(Carmen Silvestre, 2003)
Bois sanglant Croton draco
Pin Pinus oocarpa
Mûrier blanc Morus alba
Ricin Ricinus spp.
Figuier Ficus spp.
Morelle Solanum spp.
Avocatier Persea americana
baume du Pérou Myroxylon balsamum
« Chalun » Inca spurea
Chêne Quercus spp.
Goyavier Psidium guajava
Figuier du Guatemala Ficus guatemalensis
« Paterna » Inga paterna
Cyprès de Lusitanie Cupressus lusitanica
Grévillier Grevillea robusta
Gmelina Gmelina arborea
Avocatier sauvage Persea schiedeana
Eucalyptus Eucalyptus spp.
Saule Salix chilensis

Observations :
Au sommet de la colline, il existe un point de vue sur la municipalité de San Antonio
Huista et les Cuchumatanes. Il est possible d’amener sa nourriture, pour y pique-niquer et se
reposer. Si le touriste se rend au « Cerro Q’anil » un jour de culte il est important qu’il respecte les
lieux de méditation et les personnes se recueillant, en évitant la dégradation des bâtiments et en
gardant le silence.

50
Photo 1 : « El Cerro Q’anil »

Photo 2 : Site de recueillement au sommet du « Cerro Q’anil »

Photo 3 : Point de vue du haut du « Cerro Q’anil »


51
Le « Río Azul » :

Situation géographique :
Latitude : 639533
Longitude : 1732565
Altitude : 1271 m

Voies d’accès : (Carte 12)


Pour voir le Río Azul, il est possible de s’y rendre à pied, en microbus (transport en
commun) ou autre moyen de transport. Les microbus en direction de San Marcos (Carte 13) passent
par le nouveau pont du Río Azul, et vous amènent en 15 min pour 3 Quetzales. Avant d’arriver au
pont la route passe devant la « piscine du Río Azul ». A pied, en partant de Jacaltenango, il faut
suivre la direction « Río Azul » indiqué sur la carte 13 « Cabecera municipal de Jacaltenango ». La
première partie du chemin s’effectue sur la roche mère, et descend vers un premier pont (25 minutes
de marche). Il faut marcher encore 5 min avant d’arriver au vieux pont de bois du Río Azul. De là il
est possible de remonter la rivière jusqu’au pont de la route de San Marcos. En suivant la route vers
Jacaltenango sur 300m, on arrive à la « piscine du Río Azul ».

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4

Moyen 0
Difficile 0
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
Le Río Azul, est une rivière qui prend sa source dans la partie haute de Concepción Huista.
La rivière tiens son nom de la couleur de son eau due au sol argileux sur lequel elle chemine. Tout
le long des berges du Río Azul se trouve des places pour se baigner au cœur d’une végétation
luxuriante.

52
Faune et flore rencontrée :
Faune :
Tableau 7 : Faune rencontrée sur le site naturel du « Río Azul »
(Carmen Silvestre, 2003)
Cerf de Virginie Odocoileus virginianus
Ecureuil des montagnes Sciurus griseoflavus
Tatou noir Cabassous centralis
Renard gris Urocyon cinereoargenteus
Murino Myotis spp.
Rongeur Microtus guatemalensis
Habromys lophurus
Lapin à queue blanche Sylvilagus floridanus
« Taltuza » Orthogeomys spp.
Ecureuil gris Sciurus carolinensis
Coyote Canis latrans
Opossum commun Didelphis marsupialis
Belette à longue queue Mustela frenata
Raton laveur Procyon lotor
Agouti paca Cuniculus paca
Poto Potos flavus
Ocelot Felis pardalis

Flore :
Tableau 8: Flore rencontrée sur le site naturel du « Río Azul »
(Carmen Silvestre, 2003)
Bois sanglant Croton draco
Pin Pinus oocarpa
Trompette d’or Tecoma stans
Ricin Ricinus spp.
Figuier Ficus spp.
« Pomarrosa » Zyzigium jambos
Avocatier Persea americana
Pomme cannelle Annona squamosa
« Cajete colorado » Heliocarpus mexicana
Bois de l’orme Trema micrantha
« Chalun » Inca spurea
« Coyew » Persea schiedeana
Chêne Quercus spp.
« Guachipilin » Diphysa robinioides
Goyavier Psidium guajava
Yucca géant Yucca elephantipes
sapotier blanc Casimiroa edulis
Figuier du Guatemala Ficus guatemalensis
Erythrine Erythrina spp.
« Paterna » Inga paterna
Cyprès de Lusitanie Cupressus lusitanica

53
Grévillier Grevillea robusta
Eucalyptus Eucaliptus spp.
Gmelina Gmelina arborea
Acajou de la côte du Swietenia humilis
Pacifique
Guasimo Guazuma ulmifolia
Leucène Leucaena leucocephala
Avocatier sauvage Persea schediana
Saule Salix chilensis

Observations :
Aux alentour du Río Azul, et principalement le long des berges, on peut rencontrer d’autres
sentiers qui passent à travers la forêt jusqu’à Jacaltenango. Le long de ces sentiers, il est possible de
découvrir d’autres lieux intéressant comme des petits affluents du Río Azul, des cascades et des
grottes.

Photo 4 : Le « Río Azul »


54
Photo 5 : « El puente viejo del Río Azul »

Photo 6 : Grotte aux abords du « Río Azul »

55
La « Molida » :

Situation géographique :
Latitude : 6371007
Longitude : 1731358
Altitude : 1500 m

Voies d’accès : (Carte 12)


Pour se rendre à la Molida, il est possible de prendre un taxi qui conduira le touriste en
haut du chemin qui mène directement au site. Le taxi met environ 10 min pour se rendre sur les
lieux et coûte 5 Quetzales par personne. Pour se rendre à pied jusqu’à la Molida, suivez la direction
« La Molida » (Carte 13), il faut passer le croisement où se trouve le « sabino » (Taxodium
mucronatum) et prendre le deuxième chemin sur la droite. Il faut compter environ 25 min de
marche (1,5km).

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4

Moyen 0
Difficile 0
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
Le nom « La Molida » est dérivé du mot espagnol « molinda » qui signifie « moulin ». En
effet sur le site de la Molida il est utilisé un moulin qui sert à extraire le jus de la canne à sucre. Le
jus une fois extrait est mis à bouillir dans une grande cuve, afin d’évaporer l’eau et ainsi récolter le
sucre pure non raffiné (« Perol »). La Molida se trouve à l’entrée d’une culture de canne à sucre ; en
se promenant le long du champ, on rencontre une source d’eau naturelle qui est actuellement
utilisée pour le drainage.

Observations :
La site de « La Molida » prend tout sont intérêt lors de la récolte de la canne à sucre, c'est-

56
à-dire entre le 20 mars et le 5 avril suivant les années à Jacaltenango (la période de récolte diffère
du climat et de l’altitude). Généralement on peut y déguster les produits de la récolte durant une
semaine et demi. Traditionnellement, il est possible de manger le sucre contenu directement dans la
canne, ou bien de boire le jus tout juste pressé de la canne à sucre. On peut également y déguster
des bananes trempées dans le « perol », également la « melcocha » dont le but est de couvrir la
canne d’une couche de « perol » et de le déguster comme douceur. Il est également possible
d’acheter une « panela » qui est une brique de « perol » durci et qui s’utilise en guise de sucre pour
la cuisine. Enfin il existe la possibilité de récolter une quantité de jus de canne, et de le laisser
fermenter au minimum pendant une semaine ou plus, pour fabriquer une liqueur qui se nomme la
« Chicha ».

Photo 7 : Extraction du jus de la canne à sucre

Photo 8 : Produit final, « la panela »

57
4.4.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Jacaltenango

Carte 13 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Jacaltenango (Élaboration personnelle, 2006)
58
a. Coopératives et associations
Cooperativa del Río Azul : « Cooperativa agrícola de servicios varios Río Azul »

La coopérative du Río Azul exporte le café d’une partie des agriculteurs du « municipio »
de Jacaltenango à l’échelle mondiale. En allant visiter la coopérative, le touriste pourra assister au
processus complet de traitement du café. Afin de connaître la méthode de récolte, la coopérative
propose des visites de plantations de café biologique et non biologique. Ensuite, il faut retourner sur
le site de la coopérative pour voir le traitement du café jusqu'à l’empaquetage des grains pour la
mise en vente. Le système de préparation du café de la coopérative Río Azul, se fait en grande
quantité puisqu’elle rassemble la récolte de plusieurs producteurs. Cependant le système de
préparation de la coopérative reste majoritairement artisanal puisqu’elle a mis au point un système
de nettoyage et de séchage du café à l’air libre. En fin de visite il sera possible pour le touriste
d’acheter du café sous différentes formes, allant du grain de café vert au café torréfié et moulu.

Très prochainement la coopérative commencera à exporter du miel de la région. Lors de


l’investigation, le système de récolte et d’exportation du miel n’en n’était qu’à l’état d’élaboration.

Pour pouvoir visiter la coopérative du Río Azul, il vaut mieux venir durant la période de
culture du café, qui débute à partir du mois de décembre jusqu’au début du mois d’avril. Afin de se
mettre d’accord sur un jour de visite, il a été choisi, d’un commun accord avec le directeur, Ramón
Delgado Sánchez, que le touriste prenne rendez-vous en communicant avec la coopérative environ
15 jours avant son arrivée.

Observations :
Lorsque le chemin écotouristique sera connu et si l’affluence touristique grandit, le
directeur de la coopérative du Río Azul, Ramón Delgado Sánchez, souhaite construire des
bungalows directement sur le site de production de la coopérative, afin de proposer aux touristes un
type d’hôtel rustique en se basant sur le thème du café et en proposant une exposition permanente
concernant la production du café biologique. Le directeur n’a pas été plus précis en ce qui concerne
ce projet.

59
Photo 9 : « Cooperativa del Río Azul » et le fruit de la plante de café

Association Guaya’b : « Guaya’b associación civil »

L’association Guaya’b, dont les bureaux sont situés en plein centre de la municipalité de
Jacaltenango, permet l’exportation de miel, de café biologique et non biologique. La différence
importante avec la coopérative du Río Azul, c’est que l’association Guaya’b reçoit, rassemble et
achète le café sous sa forme finale, c'est-à-dire après avoir été séché, et torréfié, prêt à être mise en
vente sur le marché. En effet, l’association Guaya’b travaille principalement avec de petits
producteurs de café dont le système de production est entièrement artisanal. Ainsi, il sera
intéressant pour le touriste de visiter les fermes et les plantations de café, et de voir la chaîne de
production et d’exploitation du café biologique produit de manière artisanale. Egalement, à la fin de
la visite il sera possible d’acheter du café, cette fois-ci directement au producteur ou bien au centre
de stockage de l’association.

En ce qui concerne le miel, il sera possible aux touristes d’assister à la récolte du miel
(maximum 2 par 2 au moment de l’investigation). La récolte du miel se fait pratiquement toute
l’année, ainsi la visite d’une ferme dépendra principalement de la disponibilité des apiculteurs. Il
sera également possible d’acheter du miel directement au producteur.

Afin d’effectuer une visite, il faudra que les touristes prennent contact avec l’association
Guaya’b environ 15 jours avant leur arrivée, afin de se mettre d’accord sur le jour de la visite.

b. Boutiques d’artisanat
Dans la municipalité de Jacaltenango, il a été répertorié 6 boutiques d’artisanat. Quatre
types d’artisanat ont été répertoriés : la peinture, la sculpture, le tissage et la confection de costumes
traditionnels.

60
Peinture :

Nom de la boutique : « Casa del Arte »

Nom de l’artisan : José Cupertino Delgado

José Cupertino est peintre autodidacte depuis plus de 30 ans et se consacre également à la
sculpture sur bois depuis une vingtaine d’années. Son atelier de travail se trouve directement dans
sa maison, où sont exposées une quinzaine de ses oeuvres. José Cupertino possède également une
collection de 30 tableaux qu’il a effectué durant la période de la guerre civile du Guatemala. Ces
tableaux représentent sa vision de la guerre, et décrivent également des évènements marquants de
cette période difficile à Jacaltenango.

Photos 10, 11 : Œuvres de José Cupertino Delgado, « Casa del Arte »

61
Photos 12, 13 : Œuvres de José Cupertino Delgado, « Casa del Arte » (2)

Nom de la boutique : Ne possède pas de boutique


Nom de l’artisan : Bruno Delgado Camposeco

Bruno Delgado est un peintre amateur, autodidacte également, il ne peint que lors de ses
temps libres. Il ne possède pas d’atelier d’exposition proprement dit mais il a la possibilité
d’exposer à la « Casa de la Cultura » durant la période des vacances scolaires d’été (novembre et
décembre), les fins de semaines. Toutefois si le touriste ne voyage pas durant la période
d’exposition, il a la possibilité de se rendre chez lui pour voir les oeuvres de l’artiste (Carte 13).

62
Photos 14, 15 : Œuvres de Bruno Delgado Camposeco

Tissage :
Nom de la boutique : Artesanía de la Placita de la Cruz
Nom de l’artisan : Elena Cota Sylvestre

Elena Cota exerce son métier d’artisan depuis 38 ans. Elle effectue toutes sortes d’articles
aussi bien décoratifs qu’utiles. En se rendant dans sa boutique, on y trouve des rubans et ceintures
(« cintas »), des sacs en toiles de toutes tailles (« bolsas »), il en existe même pour y ranger son
téléphone cellulaire (« bolsitas »). Elle fabrique également des métiers à tisser décoratif avec la

63
possibilité d’un inscrire un message personnalisé. Il faut compter environ trois jours de travail
complet pour effectuer un métier à tisser de grande taille, environ deux jours pour un moyen et un
jour pour un petit.

Photos 16, 17 : Métier à tisser, « Bolsitas » et « Cintas », la Placita de la Cruz

Nom de la boutique : Sombrerería


Nom de l’artisan : Jesús Montejo Domingo

Jésus Montejo fabrique des sombreros, à la mode de Todos Santos Cuchumatanes. Ses
sombreros sont faits de feuilles de palmes séchées et tressées. La fabrication d’un sombrero de
petite taille est effectuée en 2 heures environ, et il lui faut un peu plus de temps pour un grand.
Jésus Montejo fabrique environ sept sombreros par jours.

Photo 18 : Sombrero à la mode de « Todos Santos Cuchumatanes »

64
Confection de costumes traditionnels :
Nom de la boutique : Moreria y Artesanía Candelaria
Nom des artisans : Julio Silvestre Quiñones
José Angel Silvestre

Julio Silvestre et son fils José Angel, confectionnent des costumes traditionnels utilisés
pour les fêtes patronales de la municipalité de Jacaltenango et de plusieurs villages du
« municipio ». Les masques accompagnant les costumes sont fait en bois, et chaque masque se
porte avec un costume bien précis, représentant un personnage clé de la danse effectuée. Les deux
artisans font également des poupées de bois (« muñecas »), et tout type de sculpture en bois. Il est
également possible d’effectuer une commande spécifique d’une sculpture, principalement à des fins
de décoration. Lors de l’investigation, il n’existait pas d’atelier de travail, mais la construction
d’une pièce annexe à la maison était en cours, Julio Silvestre et José Angel ont affirmé qu’elle serait
consacrée à l’exposition de leurs oeuvres.

Photo 19 : Masques en bois utilisés pour les danses traditionnelles

Photo 20 : « Muñecas » en costumes traditionnels


65
Photo 21 : Danseur du « Baile de los Torros » Photo 22 : Sculpture religieuse en bois

Nom de la boutique : Tienda San Juan


Nom du propriétaire : Andrés Bartolomé

La « tienda San Juan » propose de nombreux motifs différents de tissus, principalement


utilisés pour le « corte típico » des femmes mayas. Toutefois, en se promenant sur le marché de la
rue principale de Jacaltenango, il est possible de trouver les mêmes types de tissus. La « tienda San
Juan » est cependant le seul lieu où l’on trouve une aussi grande diversité.

Photo 23 : Tissus utilisés pour le « Corte típico »


66
c. Autre sites d’intérêt touristique
Le musée régional de Jacaltenango :
« El museo regional », se situe dans l’édifice de l’hôpital de Jacaltenango. Ce musée a été
créé par Mère Rosa, qui fut un protagoniste important dans l’histoire de Jacaltenango, notamment
par son implication dans la création de l’hôpital. Le musée renferme des pièces archéologiques,
provenant pour la plupart de la culture maya ancestrale, des sculptures d’art maya, on y trouve
également une bibliothèque avec un registre d’état civil de l’époque, des photos du village de
Jacaltenango lors de l’arrivée des premiers habitants et des répliques de costumes traditionnels.
Le musée est actuellement géré par deux personnes de la communauté de Jacaltenango,
Desideria Camposeco Silvestre et Ema Villatoro de Camposeco. Toutefois, étant donné le manque
de moyens et la faible fréquentation du musée, celui-ci n’est pas ouvert au public de façon
permanente. Cependant, si le touriste souhaite visiter le musée régional de Jacaltenango, il peut
s’adresser directement à Doña Ema Villatoro de Camposeco (Carte 13) afin de décider d’un rendez-
vous pour effectuer la visite du musée. Il faut savoir que la visite du musée est gratuite, mais qu’une
participation personnelle sera très appréciée pour aider le musée à rester en activité, et permettre à
long terme son ouverture permanente.

Photo 24 : Sculpture d’art maya

La « casa de la cultura » :
La « casa de la cultura » est située en plein centre ville de la municipalité de Jacaltenango.
Elle propose des ateliers de peinture, d’artisanat et de musique. Ceci a pour but de maintenir et de
valoriser la culture locale auprès des jeunes et de la population de Jacaltenango en générale. Lors de

67
l’investigation les ateliers n’étaient pas ouverts aux touristes, mais il se peut que cela se fasse dans
un futur proche d’après les dires du président de la « casa de la cultura » Baltazar Delgado Montejo.
La « casa de la cultura » propose également des expositions des plus belles œuvres réalisées par les
participants aux ateliers de peinture, de sculpture et autres types d’artisanat. Si une œuvre se vend,
une partie de l’argent sera versée à l’artiste et une autre partie à « la casa de la cultura » pour l’achat
de nouvelles fournitures pour les ateliers. L’entrée est gratuite mais une participation est laissée à la
discrétion des visiteurs.

La piscine du Río Azul :


Voies d’accès :
La route, le chemin et les moyens de transport pour se rendre à la piscine du Río Azul sont
les mêmes que pour se rendre au site naturel le « Río Azul ». Il faut suivre la direction « Río Azul »
indiquée sur la carte 13 de la municipalité de Jacaltenango, ou bien prendre un microbus en
direction de San Marcos. (Carte 12)

Observations :
La piscine du Río Azul se trouve en plein cœur de la vallée du Río Azul à 3km du centre
de la municipalité de Jacaltenango. Il est possible de s’y rendre soit en microbus en 15 minutes soit
à pied en 40 minutes. Le prix d’entrée par personne est de 5 Quetzales. Les services présents sur le
site ne sont pas nombreux : il existe un petit magasin qui vend différents encas et des boissons
fraîches. Toutefois, il est possible d’amener sa nourriture sur le site, soit déjà préparée soit pour
cuisiner sur place avec un barbecue au charbon de bois. Un terrain de basket-ball est mis à
disposition des clients.

Photo 25 : Piscine du « Río Azul »

68
d. Restaurants
Dans la municipalité de Jacaltenango seuls trois restaurants ont été répertoriés. Ces
restaurants on été choisis car ils répondaient aux critères fixés dans la méthodologie. En effet, ils
possèdent tous une grande salle pouvant accueillir une quinzaine de personnes et ils proposent des
plats typiques et variés. Toutefois, la liste effectuée ici ne limite pas le touriste à essayer d’autres
restaurants ou cafétérias qu’il rencontrera à Jacaltenango.

« Comedor Rosita » :
Le « Comedor Rosita » est situé tout près du marché de la rue principale de la municipalité.
Le restaurant est ouvert tous les jours de 6h00 le matin à 8h00 le soir. On y sert tous les repas de la
journée ainsi même qu’un goûter (« refacción ») entre le midi et le repas du soir. Le prix pour un
repas va de 10 à 16 Quetzales par personne avec fresco. Il n’existe pas de menu fixe puisque le
restaurant dépend directement des produits rencontrés sur le marché, mais on y déguste des plats
typiques du Guatemala.

« Café Restaurant Azul » :


Le « Café Restaurant Azul » est ouvert tous les jours de 12h00 à 11h00 le soir. Il propose,
dans un cadre agréable une grande diversité de plats. Les plats varient de la cuisine classique
Guatémaltèque, à des plats plus élaborés. D’une manière générale, l’almuerzo Guatémaltèque peut
se composer principalement de plats comme le pepían, une fricassée de poulet ou de dinde
accompagnée d’une sauce tomate, ou bien d’une soupe de pomme de terre, d’un peu de salade ou de
légume, ou simplement de poulet, riz, haricots, fromage et tortillas. Pour ce qui est des plats plus
élaborés, il faut noter que la propriétaire Maria Francisca a suivie des cours de cuisine espagnole,
mexicaine, italienne et chinoise. Ainsi, il est possible de déguster de la paella (à commander en
avance car nécessite une longue préparation), des lasagnes, des « tacos mexicanos », et d’autres
plats inspirés de la cuisine chinoise. On y trouve également des plats plus communs comme les
pizzas et hamburgers faits maison et des pâtes de toutes sortes. Un service de « refacciones » est
offert dans le milieu de l’après-midi. Les prix pour un repas varient en fonction du plat commandé,
mais ils s’échelonnent entre 15 Quetzales pour les plats classiques, et 30 Quetzales ou plus, pour
des plats plus élaborés, avec fresco.

69
Photo 26 : Café Restaurant Azul

« Casa Grande » :
Le « comedor » « Casa Grande » est ouvert tous les jours de 6h00 le matin à 9h00 le soir.
On y sert ainsi tous les repas de la journée, en proposant différents plats typiques du Guatemala
(« Pepian, Estofado, Pollo rosado »). Le prix pour le petit-déjeuner et le dîner est de 15 Quetzales
par personne, et le prix pour le déjeuner est de 20 Quetzales, avec boisson incluse.

Photo 27 : « Casa Grande »


70
e. Hôtels
Dans la municipalité de Jacaltenango seul un hôtel a été répertorié car certains bâtiments
ne s’affichent pas comme hôtel « officiel » puisque ces hôtels sont soumis à des taxes du
gouvernement. De plus lors de l’investigation l’hôtel « El buen Samarito » était sur le point de
fermer pour ouvrir un autre type de commerce, et l’Hôtel/Restaurant « Los Olivos » qui est prêt à
l’emploi, n’est toujours pas ouvert à l’heure actuelle.

« Hotel Restaurante Placita » :


L’hôtel « Placita » est situé au centre de la municipalité de Jacaltenango. Il propose des
chambres à deux lits avec salle de bain privée ou commune. Les prix varient en fonction du type de
chambre :
- Chambre avec salle de bain privé : 40 Quetzales pour 1 personne
70 Quetzales pour 2 personnes
- Chambre avec salle de bain commune : 25 Quetzales pour 1 personne
40 Quetzales pour 2 personnes

L’hôtel propose un service de restauration, pour tous les repas de la journée. Le restaurant
est ouvert tous les jours de 6h00 le matin à 10h00 le soir. Le prix pour le petit-déjeuner et le dîner
est de 12 Quetzales par personne, et le prix pour le déjeuner est de 15 Quetzales, avec boisson
incluse. On sert dans ce restaurant des repas simples et classiques du Guatemala.

Photo 28 : Chambre avec salle de bain Photo 29 : Chambre avec salle de bain commune
Privée « La Placita » « La Placita »
71
Remarque :
Si il n’y a personne à l’accueil lors de l’arrivée du touriste, il faut s’adresser au propriétaire
de la « Farmacia Corazón de Jesús » également propriétaire de l’hôtel/Restaurant « Placita »
(Carte 13).

4.4.3 Route, et chemin de randonnée vers Concepción Huista

Transport en commun

De Jacaltenango à Concepción Huista :


Pour se rendre de Jacaltenango à Concepción Huista, il n’est possible de voyager qu’en
microbus qui se prennent en face du « templo evangélico » (Carte13). Les microbus partent toutes
les demi-heures dès 5h00 du matin jusqu’à 5h00 le soir. Le trajet jusqu’à Concepción Huista dure
environ 45 min et coûte 7 Quetzales par personne.

De Jacaltenango à Nentón :
Pour se rendre à Nentón depuis Jacaltenango, il est possible de prendre un microbus ou un
bus. Les microbus (Carte 13) partent dès 5h00 du matin jusqu’à 5h00 de l’après-midi. Il est tout
aussi facile de se rendre à Nentón en prenant un microbus qui se rend jusqu’au village de « La
Laguna » et d’attendre soit un microbus ou un bus en provenance de « La Mesilla » soit un véhicule
d’un particulier qui se rend jusqu’à Nentón. Le trajet en microbus jusqu’à Nentón dure environ
1h20 et coûte 15 Quetzales. Le trajet jusqu’à La Laguna dure 1h00 environ et coûte 10 Quetzales.
Les bus jusqu’à Nentón n’existent pas, il y a seulement 3 bus dans la journée qui se rendent
jusqu’à La Laguna. Les horaires sont 5h00, 8h30 et 11h00 du matin. Le trajet jusqu’à La Laguna est
de 8 Quetzales par personne et dure environ 1h15.

Chemin de randonnée vers Concepción Huista (Carte 5)

Pour se rendre de Jacaltenango à Concepción Huista à pied, il faut prendre la direction de


San Marcos (Carte 13). Après avoir traverser un ruisseau qui traverse la route, il faut prendre le
chemin qui monte vers la droite. Ce chemin surplombe pendant quelques kilomètres la vallée du
Río Azul. Ensuite il descend jusqu’au bord du Río (Photo 30), et à partir de là on longe les berges
de la rivière sur environ 7km sur des petits sentiers de terre en plein cœur de la forêt humide
tropicale tempérée. Une fois sortie de la forêt, on continue de remonter le Río Azul, mais cette fois
sur une route de terre qui mène jusqu’à Yulá. Il faut compter environ 3h00 de marche de
Jacaltenango à Yulá ce qui correspond à 13km. Une fois à Yulá, il faut prendre la route de terre en

72
direction de Concepción Huista. Il faut environ 1h00 pour se rendre de Yulá à Concepción Huista,
en passant de 1800m à 2260m d’altitude en 3,5 km.

Photo 30 : Le « Río Azul » sur le chemin entre


Jacaltenango et Concepción Huista

Le chemin à parcourir au complet est de 16,5km et il faut compter environ 4h00 de marche
sans arrêt. Le dénivelé du chemin se présente en deux étapes. Tout d’abord on passe de 1400m
d’altitude à Jacaltenango, à 1220m au niveau du Río Azul, en 4 km. Ensuite, on arrive à 1800m à
Yulá, pour passer à 2260m à Concepción Huista. Il faut attendre l’arrivée à Yulá avant de pouvoir
rencontrer des personnes qui vendent des encas et de l’eau.

Remarque :
Le chemin de Jacaltenango à Concepción Huista, qu’il se fasse dans un sens ou dans un
autre ne présente pas de différence majeure. Ainsi l’évaluation du chemin est la même pour les deux
sens.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile 0
Moyen * * * 3
Difficile * 1
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : « En forme »
Niveau technique :

73
4.5 « Municipio » de Concepción Huista

4.5.1 Description physico-biologique

a. Localisation
Le « municipio » de Concepción Huista, est située dans le centre du département de
Huehuetenango, constitue 16 % de ce territoire et se trouve à 76km du chef-lieu départemental. On
trouve au Nord du « municipio » de Concepción Huista les communes de San Miguel Acatán et de
Jacaltenango, à l'Est celle de San Juan Ixcoy, au Sud Todos Santos Cuchumatán, et à l'Ouest San
Antonio Huista.

b. Superficie
Le « municipio » de Concepción Huista, compte une superficie totale de 136 km2 et la
municipalité présente une hauteur de 2 220 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il se localise dans
la latitude 15°37'30"et longitude 91°39'56" (Carte 14).

Carte 14 : « Municipio » de Concepción Huista, Huehuetenango


(Municipalidad de Concepción Huista, 2006)

74
c. Climat
Les zones naturelles rencontrés dans le « municipio » de Concepción Huista,
correspondent aux types de climats de la région. On retrouve ainsi quatre zones naturelles décrites
ci-dessous (INAB, 2001 ; SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 a) :

- Forêt Humide Subtropical Tempéré :


On retrouve ce type de climat, dans les villages de Santiago Petatán, Trapichitos, Secheu,
et les petites communes de Cabic, Yichoch, Yulá, Chapul et Tzunhuitz. En effet, ces villages se
trouvent entre 1 000 et 1 500 mètres au-dessus du niveau de la mer, caractéristique du climat
humide subtropical tempéré. Les précipitations varient de 1 000 à 2 000 millimètres par an, et la
température annuelle moyenne oscille entre 12 et 24 degrés centigrades.

- Forêt Humide Subtropical de Basse Montagne :


Ce climat se retrouve dans le chef-lieu du « municipio », dans les villages de Ajul, Tzuná,
Canalaj, Checan, et Vista Hermosa. Ces villages culminent à une altitude allant de 2 000 à
2 500 mètres au-dessus du niveau de la mer et présente des précipitations de 1 000 à 2 000
millimètres, avec une température annuelle moyenne qui oscille entre 12 et 18 degrés centigrades.

- Forêt très Humide Subtropical de Basse Montagne :


Ce climat est localisé dans les villages de Ap, Tzujan, Bacú, Ajul, Onlaj, Chalhuitz,
Kanwa, Las Peñas, Tzuná, Ramírez Flores, Tierra Blanca, Los Pérez, Tierra Común, Cantón Pérez
et Yulhuitz. L’altitude favorable à ce climat se trouve entre 2 500 et 3 000 mètres au-dessus du
niveau de la mer et les précipitations annuelles caractéristique sont de 1 500 à 2 500 millimètres, et
présente une température annuelle moyenne de 12 degrés centigrades.

- Forêt très Humide Subtropical de Montagne :


L’altitude favorable à ce climat se trouve à partir de 3 000 mètres au-dessus du niveau de
la mer et les précipitations annuelles caractéristique sont de 1 000 à 2 000 millimètres, et présente
une température annuelle moyenne de 12 degrés centigrades ou moins.

D’une manière générale, les sols rencontrés dans le « municipio » de Concepción Huista,
sont des sols superficiels et des sols profonds de texture lourde, bien drainés. Les premiers de
couleur grise ou noire, se trouvent sur des pentes de 32% à 45%. Le potentiel naturel de végétation
est la forêt mixte et la Forêt Humide Subtropicale Tempérée. Quelques secteurs peuvent être utilisés
pour la culture du café. Les deuxièmes types de sols de couleur brune, se retrouvent sur des pentes
de 12% à 45% et plus et sont favorables à la Forêt Humide Subtropicale de Basse Montagne et la

75
Forêt très Humide Subtropicale de Basse Montagne. Le potentiel agricole pour ces sols est le blé,
l’avoine, l’orge, la pomme de terre, les arbres fruitiers, la forêt décidue, les légumes et les fleurs
ornementales, les forêts mixtes et de conifères.

d. Ecosystèmes
Le « municipio » de Concepción Huista présente 10 écosystèmes différents (INAB, 2001) :

- Forêt Mixte de Montagne de Niveau Supérieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 2000 - 2933m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5000 mm
Moyenne : 1644 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 4318,92
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,98
Espèces dominantes : Pinus pseudostrobus, Pinus spp., Quercus spp.
Espèces fréquentes : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis
vaccionioides, Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon,
Didymopanax morototoni, Eupatorium sp., Ostrya virginiana,
Pinus maximinoi, Pinus montesumae, Quercus brachystachys,
Rhamnus pringlei, Lantana híspida, Liquidámbar styraciflua,
Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera, Indigofera miniata,
Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia sp.,
Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

- Forêt Mixte de Haute Montagne :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 2500 – 3672m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 23
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5475 mm
Moyenne : 1582 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide

76
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 3036,12
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,80
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Abies guatemalensis, Acaena elongata, Alnus j orullensis,
Arbutus xalapensis, Cupressus lusitanica, Dodonea viscosa,
Dendropanax arboreus, Pinus ayacahuite, Pinus hartwegi, Pinus
pseudostrobus, Gregia steyermaerkii, Alsophila salvinii, Cyathea
divergens, Dicksonia sellowiana, Cavendishia guatemalensis,
Quercus crispifolia, Quercus sapotaefolia, Quercus
acatenangensis, Litsea glauscescens, Fuchsia arborescens,
Coriaria thymifolia, Clethra suaveolens, Monnina xalapensis,
Stipa sp., Zanthoxylum aguilari, Cestrum aurantiacum, Smilax
sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron pentadactylus, Buddleia
nitida, Baccharis vaccionioides, Eupatorium semilatum,
Stillingia acutifolia, Ceanothus coeruleus, Taxus globosa, Ilex
brandegeana, Parathesis leptopa, Rapanea juerguensenii,
Prunus capulí, Viburnum jucundum, Cuphea cyanea, Vaccinium
leucanthum, Arctostaphylos pyrifolia, Gimnosperma glutinosa,
Lantana híspida, Symplocos hartwegii, Ilex belizensis,
Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus Nelson,
Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys granadensis,
Persea americana.

- Forêt de Conifères de Haute Montagne :


Type de végétation : Conifères
Altitude : 2500 – 3809m
Température moyenne annuelle, °C : 0 - 21
Précipitation annuelle : Minimum : 800 mm
Maximum : 5000 mm
Moyenne : 1683 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2290,11
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,11
Espèces dominantes : Pinus spp.
Espèces fréquentes : Abies guatemalensis, Pinus hartwegii, Juniperus standleyii,
Cupressus lusitanica, Chiranthodendron pentadactylon, Cestrum
sp., Salvia sp., Stipa sp., Mahonia volcanicola, Ranunculus
geoides, Fuchsia michoacanensis, Valeriana prionophylla, Dalia
australis, Ribes ciliatum, Baccharis vaccinioides, Gimnosperma
glutinosa, Tigridia pavonia, Halenia shannonii, Alnus jurulensis,
Rhamnus serrata, Symphoricarpus microphyllus, Eupatorium

77
semialatum.

- Autres Arbustes avec végétation Mixte ou de Conifères :


Type de végétation : Mixte et de Conifères
Altitude : 131 - 4051m
Température moyenne annuelle, °C : 5 - 25
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5119 mm
Moyenne : 1699 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 1575,42
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 1,45
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes
Mixtes et de Conifères.
Exemples : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis vaccionioides,
Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon, Didymopanax morototoni,
Eupatorium sp., Ostrya virginiana, Pinus pseudostrobus, Pinus maximinoi,
Pinus montesumae, Quercus brachystachys, Rhamnus pringlei, Lantana
híspida, Liquidámbar styraciflua, Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera,
Indigofera miniata, Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia
sp., Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.
Abies guatemalensis, Pinus hartwegii, Juniperus standleyii, Cupressus
lusitanica, Chiranthodendron pentadactylon, Cestrum sp., Salvia sp., Stipa
sp., Mahonia volcanicola, Ranunculus geoides, Fuchsia michoacanensis,
Valeriana prionophylla, Dalia australis, Ribes ciliatum, Baccharis
vaccinioides, Gimnosperma glutinosa, Tigridia pavonia, Halenia shannonii,
Alnus jurulensis, Rhamnus serrata, Symphoricarpus microphyllus,
Eupatorium semialatum.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des secteurs de forêts
dégradées et terrains de cultures abandonnés où se développent différents
types d'arbustes, bien que l’on puisse trouver quelques secteurs d'espèces
Mixtes et de Conifères. On trouve également dans ce type d'écosystème, les
différents secteurs qui ont été affecté par des incendies et qui commencent
leur processus de régénération naturelle.

- Systèmes Agricoles Dominés par une Végétation Mixte :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 218 - 3721m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26

78
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 1465 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 7087,2
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 6,54
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes
Mixtes.
Exemples : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis vaccionioides,
Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon, Didymopanax morototoni,
Eupatorium sp., Ostrya virginiana, Pinus pseudostrobus, Pinus maximinoi,
Pinus montesumae, Quercus brachystachys, Rhamnus pringlei, Lantana
híspida, Liquidámbar styraciflua, Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera,
Indigofera miniata, Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia
sp., Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé de cultures où l’on peut


rencontrer des secteurs de forêts Mixtes ou arbres dispersés de diverses
espèces de latifoliées et de conifères.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Conifères :


Type de végétation : Conifère
Altitude : 395 - 3775m
Température moyenne annuelle, °C : 5 - 23
Précipitation annuelle : Minimum : 800 mm
Maximum : 3754 mm
Moyenne : 1259 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 497,09
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,46
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes
Conifères.
Exemples : Abies guatemalensis, Pinus spp., Pinus hartwegii, Juniperus standleyii,
Cupressus lusitanica, Chiranthodendron pentadactylon, Cestrum sp., Salvia
sp., Stipa sp., Mahonia volcanicola, Ranunculus geoides, Fuchsia
michoacanensis, Valeriana prionophylla, Dalia australis, Ribes ciliatum,

79
Baccharis vaccinioides, Gimnosperma glutinosa, Tigridia pavonia, Halenia
shannonii, Alnus jurulensis, Rhamnus serrata, Symphoricarpus microphyllus,
Eupatorium semialatum.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé de secteurs de cultures où


l’on peut rencontrer quelques zones de forêts de conifères ou bien d’arbres de
diverses espèces parsemés de conifères.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Pâturages et Arbustes :


Type de végétation : -
Altitude : 0 - 3806m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5157 mm
Moyenne : 1613 mm
Phénologie : -
Humidité : Sec - Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2489,01
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,30
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Dans cet écosystème nous trouvons des secteurs où se
développent divers types de cultures agricoles avec la présence de pâtures
naturelles ou d'arbustes qui sont régénérés après l’abandon des terrains.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Arbustes et Pâturages :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 3420m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 3200 mm
Moyenne : 1294 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Sec et Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2479,13
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,29
Espèces dominantes : -

80
Espèces fréquentes : -.
Observations générales : Dans cet écosystème, nous remarquons une plus grande
présence d’arbustes comparativement aux pâturages, lesquels se régénèrent dû
fait de l'abandon des terrains. Un secteur caractéristique de cet écosystème se
trouve dans la commune de Nentón, Huehuetenango.

- Systèmes Agricoles avec la Présence de 25 à 50% de Café et/ou Cacao, et/ou de


Cardamome :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 500 - 1700m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 1000 mm
Maximum : 4600 mm
Moyenne : 2445 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Humide et Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 609,61
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,56
Espèces dominantes : Coffea arabiga.
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Cet écosystème est principalement dominé par la culture du
café qui se pratique dans des parcelles dispersées associées à des cultures
propres, ou bien dans des secteurs où l’on ne cultive pas de variétés de plantes
n'ayant pas besoin d'ombre pour se développer.

- Systèmes Agricoles avec la Présence de plus de 50% de Café et/ou Cacao, et/ou de
Cardamome :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 500 - 1700m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 860 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 2856 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 3530,01

81
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,26
Espèces dominantes : Coffea arabiga.
Espèces fréquentes : Grevillea robusta, Inga spp., Cibystax donnell-smithii, entre
autres.

Observations générales : Nous trouvons dans cet écosystème toute la ceinture de


plantation de café, qui se trouve au pied de la chaîne de montagne volcanique
du pays, dont la caractéristique principale est l’ombre importante donnée par
les espèces latifoliées qui croissent avec la culture.

e. Flore et faune
Le « municipio » de Concepción Huista présente quatre climats différents, chacun
possédant des particularités de faune et de flore. Dans cette partie sont développés principalement la
flore et les ressources naturelles du « municipio » car il n’existe que très peu d’information fiable en
ce qui concerne la faune de Concepción Huista.

- Flore et Ressources naturelles :


Les ressources naturelles du « municipio » sont nombreuses, et influencent directement le
développement et le progrès économique de ce dernier. Toutefois, la surexploitation des ressources
forestières et l’exploitation agricole menace la durabilité de ses écosystèmes.

Le potentiel naturel du « municipio » se caractérise par 57 km2 de forêt mixte et par 39 km2
de forêt de conifères. Ces forêts se trouvent principalement dans les parties hautes du « municipio ».
Les essences principales rencontrées sont : le pin (Pinus spp.), le cyprès (Cupressus lusitanica), le
chêne (Quercus spp.), l’aulne (Alnus arguta), le grévillier (Grevillea robusta), l’eucalyptus
(Eucalyptus spp.), car ce sont des espèces qui s'adaptent facilement à la diversité des sols et aux
variations climatiques. On retrouve également l’espèce endémique Abies guatemalensis dans les
parties hautes de Concepción Huista. La zone forestière du « municipio » de Concepción Huista, ses
espèces représentatives et les zones de déforestation sont représentées carte 15. Entre 1960 et 1988
la couverture forestière a diminuée de 50% à 77% dans tout le « municipio ». La dégradation de la
forêt est principalement due à l'érosion des sols, la sédimentation des sources d’eau et des rivières,
entraînant ainsi des périodes de grandes sécheresses. Dans la dernière décennie la population de
Conception Huista a été menacée par la mauvaise utilisation des ressources naturelles existantes et
la croissance démographique continue. Durant l'année 1998 le Conseil Municipal a appliqué la
Politique Forestière et Municipale créée par l'Institut National des Forêts, dans le but d’améliorer la
gestion des forêts, qui permet ainsi de retenir l’eau dans les sols et améliorer la production agricole

82
Carte 15 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Concepción Huista
(SEGEPLAN-USIGHUE a, 2002)

83
locale. De plus l’Office Forestier Municipal est chargé du programme de reboisement des forêts et
effectue un contrôle de la coupe d'arbres, afin d’éviter la coupe immodérée et favoriser le
reboisement. Les représentants du projet effectuent également une conscientisation de la population
en ce qui concerne les effets négatifs de la déforestation.
Le « municipio » de Concepción Huista garde une richesse naturelle, laquelle a fortement
diminué suite à la déforestation en raison de l'accroissement démographique qui exige de plus
grandes extensions de terre pour le logement et l’agriculture. Suite à la déforestation, la Corporation
Municipale, a mis en place un programme de conscientisation environnemental, pour la
consommation familiale, lequel consiste à autoriser un taux précis (« 6 tareas de leña ») de bois de
chauffage par personne et par an. Actuellement le « municipio » s’est organisée en comités de
reboisement dont l'objectif est de sauvegarder la chaîne de montagne des Cuchumatanes. Ce travail
effectué par les comités est développé conjointement par le Ministère de l’Agriculture du Bétail et
de l'Alimentation (MAGA, « Ministerio de Agricultura, Ganadería y Alimentación ») et
l'Association de Développement Intégral et de Production Yamanonh (ADIPY, « la Asociación de
Desarrollo Integral Productivo Yamanonh »).

4.6 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Concepción Huista

4.6.1 Les sites naturels

Pour le « municipio » de Concepción Huista, trois sites naturels ont été répertoriés.
El Nacimiento Del Río Azul :

Situation géographique :
Latitude : 647236
Longitude : 1723864
Altitude : 2080m

Voies d’accès : (Carte 16)


Pour se rendre là où le Río Azul prend sa source, en partant de Concepción Huista, il faut
prendre la direction de Yulá. Arrivé à Yulá deux possibilités s’offre au touriste. En effet, il est
possible d’effectuer une boucle allant de Concepción Huista jusqu’à la source du Río Azul
(Carte16). En prenant la route, il faut marcher environ une heure (3,5 km) jusqu’à Yulá, et encore
une heure de Yulá jusqu’au « Nacimiento » (4 km). Ainsi, on passe de 2260m de Concepción, à
1800m à Yulá. En prenant l’autre chemin, il faut compter environ deux heures de marche sur un

84
chemin étroit, qui mène directement de Concepción jusqu'à Chalhuitz là où se trouve le
« Nacimiento ». Pour ce chemin de randonnée, il est conseillé de prendre un guide afin de trouver
facilement la bonne direction.
Pour se rendre au « Nacimiento », il est également possible de prendre un bus à
Concepción Huista en direction de Chalhuitz (Carte 17). Il y a deux bus dans la journée, un à 7h00
et un à 11h00 le matin. Le trajet jusqu’à Chalhuitz prend environ 40 minutes, et coûte 8 Quetzales
par personne. Une fois à Chalhuitz, il faut marcher environ 20 minutes pour se rendre jusqu’au
« Nacimiento ». Chaque bus va s’arrêter une vingtaine de minutes dans le village de Chalhuitz,
avant de repartir pour Concepción Huista.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile 0
Moyen * * * * 4
Difficile 0
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : « Relax »
Niveau technique :

Description du site :
Le « Nacimiento » se trouve à environ 1km du village de Chalhuitz, en plein cœur de la
forêt humide subtropical de basse montagne. Les champs d’agriculture, principalement de maïs,
entourent la zone du « Nacimiento ». Dans ces champs, on retrouve des vestiges de la culture maya.
En effet, ces gros amas de pierres sont les restes de fouilles effectuées par les habitants de l’époque
qui étaient à la recherche d’or et d’autres métaux précieux.

Observation :
En continuant de marcher sur le chemin après avoir passé Chalhuitz et la source du Río
Azul, on arrive dans un village portant également le nom de Chalhuitz. Ce village est utilisé par les
habitant de Todos Santos Cuchumatanes, qui viennent l’habiter durant la période estivale, lors de la
récolte. La particularité de ce village est que les habitations sont faîtes à l’ancienne mode. En effet,
les murs sont fait de ce que l’on appelle dans la région l’« adobe », sortes de briques de terre sèche,
et les toits sont fait de « manil », c'est-à-dire de tuiles de bois.

85
Légende :

Municipalité

Limite de municipio
Chemin de randonnée
Rivière
Site naturel
0,73 0 1,46 Km Point de vue
Aire de pique-nique

Carte 16 : Chemins de randonnée de Concepción Huista (Elaboration personnelle, 2006)


86
Photo 31 : « Nacimiento del Río Azul »

Photo 32 : Vue sur la vallée sur le chemin entre Concepción Huista et le


« Nacimiento du Río Azul »

87
Centre cérémonial Yulá :

Situation géographique :
Latitude : 645591
Longitude : 1726866
Altitude : 1800m

Voies d’accès : (Carte 16)


Pour ce rendre au centre cérémonial Yulá, il faut suivre le même chemin que pour se
rendre à la source du Río Azul. Le centre Yulá se situe sur la route de Chalhuitz, environ à 2km du
village portant le même nom. Ainsi le chemin de Concepción Huista au centre cérémonial Yulá fait
environ 5km et l’on passe de 2260m à 1800m d’altitude. Il faut compter environ 1h15 de marche. Il
est également possible de prendre le bus de Concepción Huista en direction de Chalhuitz(Carte 17),
et de descendre à Yulá. Le trajet jusqu’à Yulá prend environ 20 minutes. Une fois à Yulá, il faut
marcher environ 20 minutes pour se rendre jusqu’au centre cérémonial.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * * 2
Difficile * 1
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
Entre le village Yulá et le « Nacimiento » on passe devant le centre cérémonial Yulá. Ce
centre cérémonial maya Popti’ sont le nom signifie : "ne nous abandonnez pas dans les mains du
mal" a été érigé en l’honneur des fondateurs de la communauté Popti’. C'est précisément
l'emplacement sacré où a lieu une des activités les plus importantes de la Cosmogonía maya comme
les prières effectuées pour l'arrivée des premières pluies qui permettent de commencer
l'ensemencement du maïs. Le site présente deux édifices religieux, dont un correspond à l’homme et
l’autre à la femme. L’homme enterré, selon la légende serait Manuel, le frère de Juan Méndez
enterré au « Cerro Q’anil ».

88
Photos 33, 34 : Prière de femmes au centre Yulá

89
4.6.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Concepción Huista

Carte 17 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Concepción Huista (Élaboration personnelle, 2006)
90
a. Coopératives et associations
Au sein du chef-lieu de Concepción Huista, seule une organisation à été répertoriée.

CODECH : « Coordenadora de Organizaciones de Desarrollo de Concepción Huista »

L’association CODECH, est située au centre de la municipalité de Concepción Huista.


L’activité principale de l’association est l’exportation de café de Concepción Huista vers entre autres
les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande. Le CODECH travail principalement avec des producteurs de
café qui utilisent un système de production écologique, non polluant pour l’environnement, c'est-à-
dire consommant le moins possible d’eau pour le lavage, et en rejetant les eaux usées après
traitement et ainsi exporter du café biologique de bonne qualité. L’association CODECH propose
aux touristes, la visite de fermes et de plantations de café, et de voir la chaîne de production et
d’exploitation du café biologique. En fin de visite il sera possible d’acheter du café, sous sa forme
naturelle (non torréfié), torréfié non moulu, ou bien torréfié et moulu.

Afin d’effectuer une visite, il faudra que les touristes prennent contact avec l’association
CODECH environ 1 mois avant leur visite, en prenant contact avec Alejandro Jeronimo ou Luis
Montejo.

Photo 35 : « Beneficio ecológico » Photo 36 : Visite d’une ferme de production de café

Ainsi, une seule association a été répertoriée dans la municipalité de Concepción Huista.
Toutefois, il existe trois coopératives dans le « municipio » de Concepción Huista dont une brève
description est donnée ci-dessous :

91
Cooperativa Bitenam

La coopérative Bitenam est une organisation qui dispose d’un total de 239 associés,
représente une source de travail fixe à 25 personnes du « municipio ». Cette coopérative est
consacrée à la commercialisation et au financement de la production café (en association avec la
CODECH), goyave thaïlandaise et tomate. Plusieurs de leurs produits sont vendus dans la région, la
municipalité de Huehuetenango et les marchés internationaux comme : Les Etats-Unis et la
Hollande. Les bureaux centraux sont situés dans le village de Santiago Petatán.

Cooperativa Axola

La coopérative Axola est une organisation qui dispose d’un total de 220 associés, représente
une source de travail fixe à 20 personnes, et est consacrée à la commercialisation et au financement
de la production de café (en association avec la CODECH). Celui-ci est commercialisé dans la
région, la municipalité de Huehuetenango et les marchés internationaux comme : Les Etats-Unis et
la Hollande. Les bureaux sont situés dans le village de Santiago Petatán.

Cooperativa La Esperanza

C’est une organisation qui dispose un total de 500 associés et elle représente une source de
travail fixe pour 30 personnes. Cette coopérative est consacrée à la commercialisation et financement
de la production de café (en association avec la CODECH). Elle met à disposition deux bus extra
urbains, qui assurent l’aller-retour des habitants du « municipio » vers la municipalité de
Huehuetenango. De plus, elle assure la vente de matériel de construction, électrique, de quincaillerie
et agrochimique. Les bureaux sont situés dans le canton Pozo, de la municipalité de Concepción
Huista.

Ainsi, il existe dans la municipalité de Concepción Huista que très peu d’associations ou
coopératives présentant un intérêt direct pour le touriste, c’est pour cette raison qu’une seule
organisation a été répertoriée pour cette municipalité.

b. Boutiques d’artisanat
Dans le « municipio » l'élaboration artisanale comme la confection de tissus typiques, est
destinée principalement pour utilisation personnelle. L’apprentissage du tissage a été conservé dans
la population, dû au fait qu’il est transmis par les femmes de génération en génération. Toutefois des
améliorations sont apparues grâces à l'utilisation du métier à tisser debout pour l'élaboration du

92
« corte típico ». Actuellement il existe des ateliers artisanaux de menuiserie et de forge, lesquels se
trouvent au niveau technologique de petits et moyens artisans. La production de tissus et d'autres
activités artisanales, sont vendue sur le marché local et contribuent 37,14% à la production interne
du « municipio ».
Dans la municipalité même de Concepción Huista les « corte típico » sont vendu dans les
boutiques sans possibilités de voir leur fabrication. Ainsi, dans la municipalité de Concepción
Huista, seule une boutique d’artisanat à été répertoriée.

Bijouterie :

Nom de la boutique : « Joyería Recinos »

Nom de l’artisan : Francisco Recinos

Francisco Recinos travail l’or et l’argent dans son atelier et fabrique différents types de
bijoux. On y trouve des bagues, des bracelets, des colliers et des boucles d’oreille. Lors de
l’investigation Francisco Recinos faisait rénover sa maison, lui laissant peu de temps pour
confectionner des bijoux. Ainsi il n’a pu me présenter que des exemples de boucles d’oreille.

Photos 37, 38, 39, 40 : Boucles d’oreilles confectionnées par


Francisco Recimos

93
c. Restaurants
Dans la municipalité de Concepción Huista, un seul restaurant a été répertorié.

« Comedor Yolanda » :
Le « Comedor Yolanda » se trouve derrière le marché de la rue centrale. Le restaurant est
ouvert tous les jours dès 6h00 le matin jusqu’à 8h00 le soir. On y sert tous les repas de la journée et
le prix pour un repas est de 15 Quetzales par personne avec boisson incluse. Les plats servis au
« Comedor Yolanda », sont de types classiques.

d. Hôtels
Dans la municipalité de Concepción Huista, un hôtel a été répertorié.

« Hospedaje Chayito » :
Il existe deux bâtiments de l’« hospedaje Chayito ». Le premier se situe à l’entrée de la
municipalité de Concepción Huista, en venant par la route de Jacaltenango. L’entrée de
l’« hospedaje » se trouve au même endroit qu’un magasin de tissus et d’un café internet. Le second
bâtiment se trouve très proche du premier et ont le rencontre facilement lorsqu’on arrive de Yulá.
L’hôtel propose des chambres individuelles, doubles ou triples toutes avec salle de bain collective.
Le prix proposé est de 20 Quetzales par personne et par jour quelque soit la chambre retenue.
L’hôtel ne propose pas de service de restauration, les sanitaires sont peu entretenus, et il est
recommandé d’apporter sont propre sac de couchage.

Photo 41 : Chambre de l’hôtel Chayito

94
Remarque :
Dans le même bâtiment de l’hôtel, il y a un service Internet ainsi qu’une boutique vendant
des tissus typiques, appartenant au même propriétaire.

4.6.3 Route, et chemin de randonné vers San Antonio Huista

Transport en commun

De Concepción Huista à San Antonio Huista :


Pour se rendre de Concepción Huista à San Antonio Huista, il est possible de prendre un
bus qui part de la place de l’église (Carte 17) deux fois par jour. Les horaires de voyage sont prévus
à 4h45 du matin et à 12h30. Le trajet dure environ 1h30 et coûte 12 Quetzales par personne.
Egalement pour se rendre à San Antonio Huista il est possible de se rendre en microbus qui se prend
en face de la boucherie. Les horaires sont, 5h00 le matin et 12h00. Il faut compter 1h15 de trajet et le
voyage coûte 15 Quetzales.

Concepción Huista à Jacaltenango :


Tous les microbus partant de Jacaltenango pour Concepción Huista, repartent de
Concepción Huista 15 ou 20 min plus tard. Ainsi, les microbus partent toutes les demi-heures dès
5h30 du matin jusqu’à 5h00 le soir. Le trajet jusqu’à Jacaltenango dure environ 45 min et coûte 7
Quetzales par personne. A Concepción Huista, les microbus se prennent à côté de la municipalité
(Carte 17).

Chemin de randonnée vers San Antonio Huista (Carte 5)

Pour se rendre de Concepción Huista à San Antonio Huista à pied, il faut prendre la
direction de Petatán (« San Antonio Huista » de la carte 17). Le chemin de randonnée pour se rendre
à San Antonio Huista n’est autre que la route de terre utilisée par les véhicules. Toutefois, cette route
est très peu fréquentée et présente un cadre agréable avec des arbres tout le long qui permettent de
garder la route à l’ombre une bonne partie de la journée. De plus, cette route présente de beaux
paysages (Photo 42)

95
Photo 42 : Point de vue entre Concepción Huista et San
Antonio Huista

Le chemin à parcourir est de 16,5 km, il faut compter environ 4h45 sans arrêt, et présente
un dénivelé de 1000m (Concepción Huista : 2260m ; San Antonio Huista : 1200 m). Un premier
arrêt peu se faire après 2h45 de marche soit 8,5km en arrivant à Petatán, où il est possible d’acheter
de l’eau et des collations dans le village. Pour se rendre à San Antonio Huista, il faut encore
parcourir quelques 8km qui peuvent se parcourir en 2h00 de temps.

Remarque :
Le chemin de Concepción Huista à San Antonio Huista se fait uniquement en descente, ce
qui facilite les temps de marche indiqué. Toutefois si le chemin se fait de San Antonio Huista à
Concepción Huista, il faut compter un laps de temps beaucoup plus long puisque le chemin ne fait
que monter de 1200m à 2260m d’altitude en 16,5 km.

Evaluation du chemin :
L’évaluation du chemin présenté ci-dessous est effectuée pour la direction Concepción
Huista/San Antonio Huista. Ce facteur influencera peu le résultat puisqu’il ne jouera que sur un
critère d’évaluation, celui de « l’appréciation personnelle ».

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * 1
Difficile * * 2
Résultat : « Difficile »
Niveau physique : « En forme »
Niveau technique :

96
4.7 « Municipio » de San Antonio Huista

4.7.1 Description physico-biologique

a. Localisation
Le « municipio » de San Antonio Huista est situé approximativement à 117 kilomètres de la
ville de Huehuetenango. La municipalité de San Antonio Huista se situe à une hauteur de 648 mètres
au-dessus du niveau de la mer, à une latitude de 15° 30’ 04” de longitude 91°46'15". Les régions
limitrophes du « municipio » de San Antonio Huista sont : au Nord Jacaltenango et Santa Ana
Huista, à l'Est Concepción Huista, au Sud San Pedro Nécta et à l'Ouest la Democracia.

b. Superficie
Le « municipio » de San Antonio Huista présente une superficie de 64 Km² (Carte 18).

Carte 18 : « Municipio » de San Antonio Huista, Huehuetenango


(SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 d)

97
c. Climat
Le « municipio » de San Antonio Huista présente trois climats différents. Le premier climat
se rencontre de 500 à 1000 mètres au-dessus du niveau la mer, la température moyenne annuelle est
de 24 à 30 degrés centigrades. Ce climat se rencontre à San Antonio Huista, dans les villages de San
José el Tablón, Tablón Viejo et Los Mangalitos. Le deuxième type de climat se situe entre une
altitude allant de 1000 à 1500 mètres au-dessus du niveau de la mer, la température moyenne
annuelle est de 18 à 24 degrés centigrades, et se localise dans les villages de Rancho Viejo, Laguna
Seca, Ixmal, La Estancia, et Cajuil. Enfin le dernier type de climat rencontré dans le « municipio »
de San Antonio Huista présente une altitude de 2000 à 2500 mètres au-dessus du niveau de la mer,
une température moyenne annuelle de 12 à 18 degrés centigrades et se localise dans les villages el
Pajal, Reforma, Coyegual, Los Cipresales, Chalum, Nojoya, Las Galeras, La Haciendita et le village
de Cieneguita. Ainsi, les différentes zones naturelles sont (INAB, 2001 ; SEGEPLAN-USIGHUE,
2002 d):

- Forêt Sèche Subtropicale Chaude :


Altitude : 500 à 1000m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 800 à 1000 mm
Température moyenne annuelle : 24 à 30 degrés centigrades
Sol : le type de sol de la Forêt Sèche Subtropicale Chaude du « municipio » de San
Antonio Huista est de texture lourde, insuffisamment drainé et de couleur brune. Les
pentes varient de 5% à 12% et de 12% à 32%. On trouve des cultures annuelles de
fruits et légumes.

- Forêt Humide Subtropicale Tempérée :


Altitude : 1000 à 1500m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 1500 mm
Température moyenne annuelle : 18 à 24 degrés centigrades
Sol : Les sols sont principalement de texture lourde, bien drainés et de couleur gris
foncé. Les pentes varient de 32% à 45%. Les principales cultures sont : le café, les
haricots et les légumes.

- Forêt Humide Subtropicale de Basse Montagne :


Altitude : 2000 à 2500m au dessus du niveau de la mer

98
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2000 mm
Température moyenne annuelle : 12 à 18 degrés centigrades
Sol : Les sols sont de texture lourde, insuffisamment drainés et de couleur brune. Les
pentes varient de 12% à 32% et de 32% à 45%. On y cultive le café, les oranges les
cacahuètes et les céréales.

d. Ecosystèmes
Dans le « municipio » de San Antonio Huista, neuf écosystèmes différents ont été
répertoriés (INAB, 2001):

- Forêt Semi décidue Mixte Sub-Montagnard :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 900 - 1546m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 2510 mm
Moyenne : 1106 mm
Phénologie : Semi décidue
Humidité : Sec
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 750,46
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,69
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Pinus oocarpa., Quercus sp., Guazuma ulmifolia, Acacia,
pennatula, Bursera bipinnata, Cordia sp., Xylosma sp., Agave sp.,
Senecio deppeanus, Serjania sp., Calliandra sp.

- Forêt Mixte de Montagne de Niveau Inférieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 1500 - 2313m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 1664 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents

99
Humidité : Humide – Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2473,5
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,28
Espèces dominantes : Pinus oocarpa, Quercus peduncularis.
Espèces fréquentes : Agarista mexicana, Arbutus xalapensis, Agave oppascidens,
Brahea dulcis, Byrsinoma crassifolia, Comocladia guatemalensis,
Desmodium angustifolium, Dyphisa floribunda, Inga leptaloba,
Juniperus comitana, Liquidámbar styraciflua, Myrica cerifera,
Pachyrrizus erosus, Pinus maximinoi, Pinus tecunumanii,
Quercus sapotifolia, Quercus tristis, Quercus spp., Rhus vestita,
Saurauia sp., Senecio deppeanus, Stillingia sanguinolenta.

- Forêt Mixte de Montagne de Niveau Supérieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 2000 - 2933m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5000 mm
Moyenne : 1644 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 4318,92
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,98
Espèces dominantes : Pinus pseudostrobus, Pinus spp., Quercus spp.
Espèces fréquentes : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis
vaccionioides, Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon,
Didymopanax morototoni, Eupatorium sp., Ostrya virginiana,
Pinus maximinoi, Pinus montesumae, Quercus brachystachys,
Rhamnus pringlei, Lantana híspida, Liquidámbar styraciflua,
Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera, Indigofera miniata,
Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia sp.,
Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

- Autres Arbustes avec Végétation de Latifoliées :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 2507m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 678 mm
Maximum : 4882 mm

100
Moyenne : 1985 mm
Phénologie : Sempervirents et Semi Sempervirents
Humidité : Humide et Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 5144,7
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 4,75
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes de
Latifoliées.
Exemples : Alnus jorullensis, Arbutus xalapensis, Dodonea viscosa, Dendropanax
arboreus, Quercus spp., Litsea glauscescens, Fuchsia arborescens, Coriaria
thymifolia, Clethra suaveolens, Monnina xalapensis, Zanthoxylum aguilari,
Cestrum aurantiacum, Smilax sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron
pentadactylon, Buddleia nitida, Baccharis vaccionioides, Eupatorium
semilatum, Stillingia acutifolia, Ceanothus coeruleus, Ilex brandegeana,
Parathesis leptopa, Rapanea juerguensenii, Prunus capulí, Lantana híspida,
Symplocos hartwegii, Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus
Nelson, Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys granadensis,
Persea americana.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des secteurs forestiers
dégradés et des terrains de cultures abandonnés où se développent différents
types d'arbustes, ainsi que quelques secteurs d'espèces latifoliées. On trouve
aussi dans ce type d'écosystème, les différentes zones qui ont été affectées par
des incendies et qui commencent leur processus de régénération naturelle.

- Autres Arbustes avec végétation Mixte ou de Conifères :


Type de végétation : Mixte et de Conifères
Altitude : 131 - 4051m
Température moyenne annuelle, °C : 5 - 25
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5119 mm
Moyenne : 1699 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 1575,42
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 1,45
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes Mixtes
et de Conifères.
Exemples : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis vaccionioides,
Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon, Didymopanax morototoni,

101
Eupatorium sp., Ostrya virginiana, Pinus pseudostrobus, Pinus maximinoi,
Pinus montesumae, Quercus brachystachys, Rhamnus pringlei, Lantana
híspida, Liquidámbar styraciflua, Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera,
Indigofera miniata, Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia
sp., Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.
Abies guatemalensis, Pinus hartwegii, Juniperus standleyii, Cupressus
lusitanica, Chiranthodendron pentadactylon, Cestrum sp., Salvia sp., Stipa sp.,
Mahonia volcanicola, Ranunculus geoides, Fuchsia michoacanensis,
Valeriana prionophylla, Dalia australis, Ribes ciliatum, Baccharis
vaccinioides, Gimnosperma glutinosa, Tigridia pavonia, Halenia shannonii,
Alnus jurulensis, Rhamnus serrata, Symphoricarpus microphyllus, Eupatorium
semialatum.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des secteurs de forêts
dégradées et terrains de cultures abandonnés où se développent différents types
d'arbustes, bien que l’on puisse trouver quelques secteurs d'espèces Mixtes et de
Conifères. On trouve également dans ce type d'écosystème, les différents
secteurs qui ont été affectés par des incendies et qui commencent leur processus
de régénération naturelle.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Latifoliées :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 2656m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 27
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 2176 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Humide – Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 15265, 06
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 14,8
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes de
Latifoliées.
Exemples : Alnus jorullensis, Arbutus xalapensis, Dodonea viscosa, Dendropanax
arboreus, Quercus spp., Litsea glauscescens, Fuchsia arborescens, Coriaria
thymifolia, Clethra suaveolens, Monnina xalapensis, Zanthoxylum aguilari,
Cestrum aurantiacum, Smilax sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron
pentadactylon, Buddleia nitida, Baccharis vaccionioides, Eupatorium
semilatum, Stillingia acutifolia, Ceanothus coeruleus, Ilex brandegeana,
Parathesis leptopa, Rapanea juerguensenii, Prunus capulí, Lantana híspida,
Symplocos hartwegii, Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus
Nelson, Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys granadensis,
Persea americana.

102
Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des zones de cultures où
se trouvent quelques secteurs de forêts Latifoliés ou d'arbres dispersés de
diverses espèces de latifoliées.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Arbustes et Pâturages :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 3420m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 3200 mm
Moyenne : 1294 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Sec et Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2479,13
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,29
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -.
Observations générales : Dans cet écosystème, nous remarquons une plus grande
présence d’arbustes comparativement aux pâturages, lesquels se régénèrent dû
fait de l'abandon des terrains. Un secteur caractéristique de cet écosystème se
trouve dans la commune de Nentón, Huehuetenango.

- Systèmes Agricoles avec la Présence de 25 à 50% de Café et/ou Cacao, et/ou de


Cardamome :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 500 - 1700m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 1000 mm
Maximum : 4600 mm
Moyenne : 2445 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Humide et Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 609,61
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,56
Espèces dominantes : Coffea arabiga.

103
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Cet écosystème est principalement dominé par la culture du
café qui se pratique dans des parcelles dispersées associées à des cultures
propres, ou bien dans des secteurs où l’on ne cultive pas de variétés de plantes
ayant besoin de lumière pour se développer.

- Systèmes Agricoles avec la Présence de plus de 50% de Café et/ou Cacao, et/ou de
Cardamome :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 500 - 1700m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 860 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 2856 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 3530,01
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,26
Espèces dominantes : Coffea arabiga.
Espèces fréquentes : Grevillea robusta, Inga spp., Cibystax donnell-smithii, entre
autres.

Observations générales : Nous trouvons dans cet écosystème toute la ceinture de


plantation de café, qui se trouve au pied de la chaîne de montagne volcanique
du pays, dont la caractéristique principale est l’ombre importante donnée par
les espèces latifoliées qui croissent avec la culture.

e. Flore et faune
Le « municipio » de San Antonio Huista présente trois climats différents, chacun possédant
des particularités de faune et de flore. Dans cette partie sont développés principalement la flore et les
ressources naturelles du « municipio » car il n’existe que très peu d’information fiable en ce qui
concerne la faune de San Antonio Huista.

- Flore et Ressources naturelles :


Le « municipio » de San Antonio Huista dispose de forêt présentant des espèces variées,
comme le pin (Pinus spp.), le chêne (Quercus spp.), « encino » (Arbutus xalapensis), « nance »
(Byrsonima crassifolia), « cedro » (Cedrela mexicana), « guachipilín » (Diphysa floribunda), mûre

104
(Morus celtidifolia), figuier (Ficus carica), le cyprès , (Cupressus lusitanica) « guanacaste »,
« sabino » (Taxodium mucronatum), le grévillier (Grevillea robusta) et l’avocatier sauvage (Persea
schiedeana).
Il est nécessaire d'indiquer que dans le « municipio » il existe une coupe immodérée
d'arbres due au fait que 95% des logements utilisent du bois de chauffage pour cuisiner et seulement
5% utilise du gaz propane. Ceci entraîne comme problème, l'érosion des sols, la pénurie d'eau et les
incendies forestiers. La zone forestière du « municipio » de San Antonio Huista, ses espèces
représentatives et les zones de déforestation sont représentées (Carte 19).

4.8 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de San Antonio Huista

4.8.1 Les sites naturels

Pour le « municipio » de San Antonio Huista deux sites naturels ont été répertoriés.
La Ermita Hipan’a :

Situation géographique :
Latitude : 631753
Longitude : 1731317
Altitude : 1280 m

Voies d’accès : (Carte 21)


Pour se rendre a la « Ermita Hipan’a » il faut partir du « Parque central » et marcher une
dizaine de minutes en direction de l’Ouest en passant devant l’entrée de la mairie. Il est également
possible de se rendre jusqu’à la « Ermita » en taxi pour seulement 3 Quetzales.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4
Moyen 0
Difficile 0
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

105
Carte 19 : Aires boisées et érodées du « municipio » de San Antonio Huista
(SEGEPLAN-USIGHUE d, 2002)

106
Description du site :
La « Ermita Hipan’a » est une église catholique où se recueil aux alentours de la mi-
décembre le jour de la fête patronale (San Antonio) les pèlerins venant de plusieurs parties du
Mexique et les habitant de San Antonio Huista. La particularité de cette église est qu’elle a été
construite sur une grotte, où une statue de la Vierge Marie fut trouvée. Il est possible de descendre
dans la petite grotte en entrant dans l’église où se trouvait cette relique de la Vierge Marie. Toutefois
cette statue a été volée et est actuellement remplacée par une statue offerte de la part des Mexicains.

Photo 43 : « La Ermita Hipan’a »

Photo 44 : Intérieur de « La Ermita Hipan’a »

107
Légende :

Municipalité

Limite de municipio
Chemin de randonnée
Rivière
Site naturel
Point de vue
0,73 0 1,46 Km
Aire de pique-nique

Carte 20 : Chemins de randonnée de San Antonio Huista (Elaboration personnelle, 2006)

108
La cascade « Las La cascade « Yalancu » :
canoas » : Situation géographique :

Situation géographique : Latitude : 635970


Longitude : 1727925
Latitude : 629625
Altitude : 860 m
Longitude : 1730965
Altitude : 875 m

Voies d’accès : (Carte 20)


Pour se rendre de San Antonio Huista jusqu’aux cascades, il faut commencer par prendre le
même chemin que pour se rendre à Santa Ana Huista. Il faut donc prendre la direction de Santa Ana
Huista (carte 21), après environ 1,5km de marche il faut prendre à gauche, juste avant le « carwash
Lenin », un sentier qui se dirige vers le vieux pont (« El puente viejo ») du Río Huista. Il faut
compter environ 1h00 de marche pour se rendre jusqu’au pont en passant de 1200m à 900m en 3km.
Une fois arrivé au pont, sans le traverser, il faut prendre le chemin sur la droite. Il faut compter
environ 1h15 de marche le long de la rivière sur un chemin difficile pour se rendre jusqu’à la
cascade « Las canoas », la plus éloigné de San Antonio Huista. Il n’est pas possible de se rendre
jusqu’aux cascades en taxi, puisqu’il n’existe pas de route pour les véhicules.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * 0
Moyen * * * 3
Difficile 0
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
Ce chemin le long de la rivière Huista mènera le touriste devant deux grande cascades
consécutives. La première cascade rencontrée, est celle de Yalancu. Cette chute d’eau d’une
quinzaine de mètres de haut se jette dans le Río Huista avec une puissance impressionnante. La
cascade de « Las canoas » est également très haute mais présente une puissance moins grande

109
puisque l’eau ne tombe pas directement de 15m, mais arrive en plusieurs étapes dans le Río Huista.
Il faut noter que la cascade de Yalancu étant contaminée, il n’est pas recommandé de s’y baigner.
Toutefois, la cascade « Las canoas » présente quant à elle plusieurs piscines naturelles où il est
possible de se baigner. De plus le lieu où se trouve la cascade « Las canoas » est un bon site pour
pique-niquer. Toutefois, il faut noter que tout le long de du chemin qui longe la rivière jusqu’aux
cascades, présente également de nombreuses autres aires de pique-nique.

Photo 45 : Cascade « Las canoas »

Photo 46 : Cascade « Yalancu »

110
Las Peñas Ixcu :

Situation géographique :
Latitude : 632853
Longitude : 1728515
Altitude : 1675 m

Voies d’accès :
Pour se rendre a las Peñas Ixcu, il faut partir du « Parque central » de San Antonio Huista
en se dirigeant vers le marché, et prendre la première rue sur la droite (Carte 21). Il faut ensuite
suivre la route asphaltée jusqu’à la sortie du centre de San Antonio. Ensuite, la route se divise en
deux, il faut alors prendre le chemin de terre sur la gauche, qui monte vers le Cerro Ixcu (Photo 48).
Suivre le chemin tout au long, durant environ 1,5km. Au premier chemin rencontré sur la gauche et
se dirigeant vers le haut il faut continuer tout droit. Après environ 1km, il faut prendre le petit
chemin sur la gauche, qui mène en haut des falaises. Le chemin à parcourir jusqu’en haut de « Las
Peñas Ixcu » est de 3,5km et passe de 1200m d’altitude à 1675m. Il faut noter cependant qu’il n’est
pas possible de se rendre jusqu’aux falaises en taxi, puisqu’il n’existe pas de route pour les véhicules
motorisés.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * * * 3
Difficile 0
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
« Las Peñas Ixcu », sont des falaises qui culminent à 1675m d’altitude. En arrivant au
sommet, le paysage offre une vue sur toute la vallée du Río Huista, ainsi que sur la municipalité de
San Antonio Huista. Il faut noter que le chemin de randonnée qui mène jusqu’aux falaises est très
agréable, puisqu’il reste à l’ombre pratiquement toute la matinée. Notez également que le haut des
falaises est un bel endroit pour pique-niquer.

111
Photo 47 : « Las Peñas Ixcu »

Photo 48 : « El Cerro Ixcu »

Photo 49 : Point de vue depuis les falaises « Ixcu »

112
4.8.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de San Antonio Huista

Carte 21 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de San Antonio Huista (Élaboration personnelle, 2006)

113
a. Coopératives et associations
En ce qui concerne les coopératives et associations de San Antonio Huista, il n’en existe pas
qui pourraient représenter un intérêt touristique. On peut cependant mentionner l’unique coopérative
du « municipio » : l'Association de Coopération au Développement Intégral de Huehuetenango
(ACODIHUE), laquelle offre un appui aux initiatives de développement des petits producteurs
agricoles et d'élevage, pour qu'ils puissent produire des quantités plus grandes et améliorer la qualité
de leur production, à travers une assistance technique et financière.

b. Boutiques d’artisanat
Dans le « municipio » municipalité de San Antonio Huista la seule activité artisanale qui
s’est établie, est un atelier où se travail le bambou. Les articles qui peuvent être élaborés de cette
matière première sont des meubles, des paniers, des abas jours, tables et cadres de tableaux.
Toutefois il n’existe pas de boutique d’artisanat présent dans la municipalité de San Antonio Huista.

c. Autres sites d’intérêt touristique

Piscine de San Antonio Huista :


Voies d’accès :
La piscine de San Antonio Huista se situe à l’entrée de la ville lorsque l’on arrive de
Jacaltenango, se situant exactement derrière le marché (Carte 21).

Observations :
La piscine de San Antonio Huista est ouverte tous les jours de la semaine, l’entrée par
personne est de 3 Quetzales, et il n’existe pas de services à l’intérieur de l’enceinte.

Photo 50 : Piscine de San Antonio Huista

114
d. Restaurants
Dans la municipalité de San Antonio Huista on localise deux « comedores » situés dans le
centre de la municipalité.

Café Huistlan :
Le « Café Huistlan » est situé juste en face de la mairie de San Antonio Huista. Le
restaurant est ouvert tous les jours dès 7h00 le matin jusqu’à 10h00 le soir. On y sert tous les repas
de la journée et le prix pour un repas est de 12 à 18 Quetzales par personne avec boisson pour le petit
déjeuner, de 18 Quetzales par personne pour le déjeuner. Il existe également un service de
« refacciones ». Les plats servis au « Café -Huistlan », sont de types classiques. Le « Café Huistlan »
est également une boulangerie-pâtisserie où l’on peut y déguster des gâteaux et du bon pain.

Photo 51 : Café Huistlan

« Comedor Erlisan » :
Le « Comedor Erlisan » est ouvert tous les jours dès 7h30 le matin jusqu’à 6h00 le soir. On
y sert tous les repas de la journée. Le prix pour un repas est de 15 Quetzales par personne avec
fresco quelque soit le repas. Les plats servis au « Comedor Lety », sont de types classiques.

115
e. Hôtels
Dans la municipalité de San Antonio Huista, trois hôtels on été répertorié.

« Hotel Restaurant El Paso » :


L’hôtel « El Paso » se situe en face de l’entrée de la Mairie de San Antonio Huista. L’hôtel
propose des chambres individuelles, doubles ou triples soit avec salle de bain privée, soit avec salle
de bain collective. La plupart des chambres sont dotée d’une télévision et les accessoires de toilettes
sont fournis. Les prix proposés sont :
- Chambre avec salle de bain privée :
o pour une personne : 70 Quetzales par jour
o pour deux personnes : 110 Quetzales par jour
o pour trois personnes : 160 Quetzales par jour

- Chambre salle de bain collective : 50 Quetzales par jour/personne

Photo 52 : Façade « El Paso »

116
Photo 53 : Chambre simple « El Paso » Photo 54 : Chambre double « El Paso »

L’hôtel se situe dans un cadre tranquille et agréable, les chambres et salle de bain sont très
propres. L’hôtel ne propose pas de service de stationnement, mais il y a un service de restauration. Il
est possible d’y manger tous les repas de la journée mais en prévenant à l’avance. Toutefois, le repas
du soir ne sera pas assuré si ce n’est pas pour un groupe d’au minimum 4 personnes, car la cuisine
est faite au feu de bois et cela nécessite une plus grande préparation. Le prix pour le petit-déjeuner
varie de 15 à 25 Quetzales et pour le déjeuner les prix varient de 20 à 35 Quetzales. Il est possible
également de profiter du service de « refacciones » pour 10 Quetzales avant le déjeuner et avant le
dîner.

Hôtel « Monte Sinai Regalo de Dios » :


L’hôtel « Monte Sinai » se situe dans le canton central de San Antonio Huista L’hôtel
propose des chambres individuelles, doubles ou triples et même une chambre pour 5 personnes.
Certaines chambres possèdent une salle de bain privée et d’autre une salle de bain collective. La
plupart des chambres sont dotées d’une télévision et les accessoires de toilettes sont fournis. Les prix
proposés sont :
- Chambre avec salle de bain privée :
o pour une personne : 60 Quetzales par jour
o pour deux personnes (lit double) : 100 Quetzales par jour
o pour deux personnes (2 lits) : 125 Quetzales par jour

- Chambre salle de bain collective : 25 Quetzales par jour/personne

117
Photo 55 : Façade « Monte Sinai Regalo de Dios »

Photo 56 : Chambre simple « Monte Sinai » Photo 57 : Chambre double « Monte Sinai »

L’hôtel se situe dans un cadre tranquille et agréable, les chambres et salle de bain sont très
propres. L’hôtel ne propose pas de service de stationnement, mais il y a un service de restauration. Il
est possible d’y manger tous les repas de la journée. Le restaurant est ouvert dés 6h00 du matin

118
jusqu’à 9h00 le soir. Le prix pour chaque repas est de 15 Quetzales par personne boisson incluse.
Les plats servis au restaurant « Monte Sinai Regalo de Dios » sont de types classiques.

Hôtel « Don Napo » :


L’hôtel « Don Napo » se situe dans le canton Nord de San Antonio Huista L’hôtel propose
des chambres individuelles, doubles ou triples. Toute les chambres de l’hôtel possèdent une salle de
bain privée. Toutefois l’hôtel « Don Napo » propose également un « Hospedaje » avec des chambres
au prix plus accessible, mais avec salle de bain collective. La plupart des chambres de l’hôtel sont
dotée d’une télévision. Les prix proposés sont :

- Chambre de l’hôtel avec salle de bain privée :


o pour une personne : 40 Quetzales par jour
o pour deux personnes : 70 Quetzales par jour
o pour trois personnes : 120 Quetzales par jour

- Chambre de « l’Hospedaje » avec salle de bain collective :


o pour une personne : 25 Quetzales par jour
o pour deux personnes : 40 Quetzales par jour

Photo 58 : Chambre double de l’hôtel « Don Napo »

119
Photo 59 : Chambre double de « l’hospedaje Don Napo »

L’hôtel se situe dans un cadre tranquille, et l’hygiène des chambres et des salle de bain sont
acceptables. L’hôtel propose un service de stationnement, mais ne possède pas de restaurant.

4.8.3 Route, et chemin de randonné vers Santa Ana Huista

Transport en commun

De San Antonio Huista à Santa Ana :


De San Antonio Huista à Santa Ana Huista, il faut compter environ 20 minutes de trajet et
payer 5 Quetzales par personne. Les microbus partent toutes les 20 minutes et se prennent au niveau
du « Parque central » (Carte 21).

De San Antonio Huista à Concepción Huista :


Pour se rendre de San Antonio Huista à Concepción Huista il existe plusieurs bus, qui
partent aux horaires suivants : 6h00, 7h30, 9h00, 11h00 et à 12h00. Les bus partent en haut du
marché (Carte 21) et passent au niveau du « Parque central » où il est également possible de les
prendre. Le trajet en bus jusqu’à Concepción Huista dure environ 2h00 et coûte 15 Quetzales.

120
Chemin de randonnée vers Santa Ana Huista (Carte 5)

Pour se rendre de San Antonio Huista à Santa Ana Huista à pied, il faut prendre la direction
de Santa Ana Huista (carte 21). Après environ 1,5km de marche il faut prendre à gauche, juste avant
le « carwash Lenin », un sentier qui se dirige vers le vieux pont (« El puente viejo » photo 60) du
Río Huista. Il faut compter environ 1h00 de marche pour se rendre jusqu’au pont en passant de
1200m à 900m en 3 km. Après avoir traverser le pont il faut prendre à droite sur le sentier qui longe
la rivière en direction de Buena Vista. Avant de rejoindre la vieille route qui mène à Buena Vista il
faut marcher environ 1h30 en remontant jusqu’à 1100m d’altitude sur un point de vue où il est
possible d’établir un campement (Photo 61). De ce point de vue à Buena Vista on monte encore un
peu en altitude et, arrivé à Buena Vista on descend vers Santa Ana Huista en 1h00 jusqu’à 800m
d’altitude.

Photo 60 : « El puente Viejo »

Le chemin à parcourir au complet est de 9km et il faut compter environ 3h30 de marche
sans arrêt. Le dénivelé du chemin se présente en deux étapes. Tout d’abord on passe de 1200m
d’altitude à San Antonio Huista, à 900m au Río Santa Ana, en parcourant 3km. Ensuite, on remonte
à 1180m à Buena Vista, pour redescendre à 800m à Santa Ana Huista. Après avoir rejoint la vieille
route qui mène à Buena Vista on rencontre très rapidement un petit village où il est possible
d’acheter de l’eau et quelques provisions.

121
Photo 61 : Point de vue sur la route entre San Antonio et Santa
Ana Huista

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile 0
Moyen * * * 3
Difficile * 1
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : « En forme »
Niveau technique :

122
4.9 « Municipio » de Santa Ana Huista

4.9.1 Description physico-biologique

a. Localisation
Le « municipio » de Santa Ana Huista, est située au nord-ouest du département de
Huehuetenango. La municipalité de Santa Ana Huista se trouve dans la marge nord de la rivière
Huista, à une hauteur de 740 mètres au-dessus du niveau de la mer et à une latitude de 15°40’48” et
de longitude 91°49'18". Les frontières communes du « municipio » de Santa Ana Huista sont au
Nord avec Jacaltenango, à l'Est avec San Antonio Huista, au Sud avec La Democracia et à l'ouest
avec le Mexique.

b. Superficie
L'extension territoriale du « municipio » de Santa Ana Huista est de 145 km2 (Carte 22).

Carte 22 : « Municipio » de Santa Ana, Huehuetenango


(Municipalidad de Santa Ana Huista, 2006)

123
c. Climat
Ce territoire appartient aux hautes terres sédimentaires, avec des vallées de formation
coluvio alluviale et se trouve dans les contreforts de la cordillère des Cuchumatanes présentant ainsi
un paysage de basses montagnes. On retrouve dans le « municipio » de Santa Ana Huista deux zones
naturelles (INAB, 2001 ; SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 e) :

- Forêt Sèche Subtropicale Chaude :


Altitude : 500 à 1000m au dessus du niveau de la mer.
Précipitation moyenne annuelle : 800 à 1000 mm
Température moyenne annuelle : 24 à 30 degrés centigrades
Sol : le type de sol de la Forêt Sèche Subtropicale Chaude du « municipio » de Santa
Ana Huista sont superficiels, de texture lourde, pauvrement drainés et de couleur
brune. Les pentes les plus fréquemment rencontrées varient de 0% à 5% et de 5% à
12%.

- Forêt Humide Subtropicale Tempérée :


Altitude : 1000 à 1500m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2000 mm
Température moyenne annuelle : 18 à 24 degrés centigrades
Sol : prédominent les sols superficiels, de texture moyenne et lourde, bien drainés, de
couleur brune dans des secteurs boisés. Les pentes rencontrés sont comprises entre
32% et 45%. Type d’agriculture : café, maïs, blé, haricot, arachide, soja, espèces
forestières utilisées comme bois de construction.

d. Ecosystèmes
Les deux zones naturelles du « municipio » de Santa Ana Huista, compte quatre
écosystèmes différents (INAB, 2001) :

- Autres Arbustes avec Végétation de Latifoliées :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 2507m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 678 mm
Maximum : 4882 mm

124
Moyenne : 1985 mm
Phénologie : Sempervirents et Semi Sempervirents
Humidité : Humide et Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 5144,7
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 4,75
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes de
Latifoliées.
Exemples : Alnus jorullensis, Arbutus xalapensis, Dodonea viscosa, Dendropanax
arboreus, Quercus spp., Litsea glauscescens, Fuchsia arborescens, Coriaria
thymifolia, Clethra suaveolens, Monnina xalapensis, Zanthoxylum aguilari,
Cestrum aurantiacum, Smilax sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron
pentadactylon, Buddleia nitida, Baccharis vaccionioides, Eupatorium
semilatum, Stillingia acutifolia, Ceanothus coeruleus, Ilex brandegeana,
Parathesis leptopa, Rapanea juerguensenii, Prunus capulí, Lantana híspida,
Symplocos hartwegii, Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus
Nelson, Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys granadensis,
Persea americana.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des secteurs forestiers
dégradés et des terrains de cultures abandonnés où se développent différents
types d'arbustes, ainsi que quelques secteurs d'espèces latifoliées. On trouve
aussi dans ce type d'écosystème, les différentes zones qui ont été affectées par
des incendies et qui commencent leur processus de régénération naturelle.

- Pâturages Marécageux avec Palmiers et/ou Arbustes :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 759m
Température moyenne annuelle, °C : 24 - 27
Précipitation annuelle : Minimum : 800 mm
Maximum : 4708 mm
Moyenne : 1663 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 375,6
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,35
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Dans cet écosystème, il existe, outre des espèces de
graminées, plusieurs types d'arbustes et palmiers. Dans le secteur de Nentón,

125
Huehuetenango on peut trouver un sol humide dans lequel se développent en
même temps que des arbustes, des arbres de type Ahuehuete ou Sabino
(Taxodium mucronatum).

- Systèmes Agricoles Dominés par les Arbustes et Pâturages :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 3420m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 3200 mm
Moyenne : 1294 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Sec et Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2479,13
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,29
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -.
Observations générales : Dans cet écosystème, nous remarquons une plus grande
présence d’arbustes comparativement aux pâturages, lesquels se régénèrent dû
fait de l'abandon des terrains. Un secteur caractéristique de cet écosystème se
trouve dans la commune de Nentón, Huehuetenango.

- Systèmes Agricoles avec la Présence de plus de 50% de Café et/ou Cacao, et/ou de
Cardamome :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 500 - 1700m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 860 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 2856 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 3530,01
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,26
Espèces dominantes : Coffea arabiga.
Espèces fréquentes : Grevillea robusta, Inga spp., Cibystax donnell-smithii, entre

126
autres.

Observations générales : Nous trouvons dans cet écosystème toute la ceinture de


plantation de café, qui se trouve au pied de la chaîne de montagne volcanique
du pays, dont la caractéristique principale est l’ombre importante donnée par
les espèces latifoliées qui croissent avec la culture.

e. Flore et faune

- Flore et Ressources naturelles :


Avant l'année 2000, il n'existait aucun contrôle sur les ressources naturelles dans le
« municipio » de Santa Ana Huista. Celles-ci étaient utilisées de manière irrationnelle, ce qui a
provoqué la réduction des réserves forestières. Actuellement il existe trois techniciens pour la
réalisation des objectifs de l’Office Forestier Municipal.
Les forêts du « municipio » de Santa Ana Huista sont principalement de type forêt mixte,
composées par des espèces à large feuille (latifoliées). Toutefois, ces forêts ne recouvre qu’une très
faible surface du « municipio », étant donné l’absence de programmes forestiers, l'avance de la
frontière agricole, l’utilisation des terres pour les pâturages, les incendies et la coupe immodérée
d'arbres pour le bois de construction et de chauffage. En ce qui concerne les forêts naturelles, celles-
ci présentent une structure hétérogène, avec des arbres de divers diamètres, diverses hauteurs et
différents âges. Son extension est la suivante :

- Forêts secondaires, arbustes : 4 308,291 hectares


- Forêts de conifères : 34,153 hectares
- Forêts de latifoliés. 550,014 hectares
- Forêt mixte : 23,212 hectares

La zone forestière du « municipio » de Santa Ana, ses espèces représentatives et les zones
de déforestation sont représentées carte 23.

127
Carte 23 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Santa Ana Huista
(SEGEPLAN-USIGHUE e, 2002)

128
Les espèces les plus représentatives du secteur sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 9: Flore répertoriée dans le « municipio » de Santa Ana Huista (EPS, 2004 c)
Nom commun Famille Nom scientifique
Essences ligneuses
Cassier Caesalpinaceae Cassia siamea
Olivier Rosaceae Hirtella americana.
Avocatier Lauraceae Persea americana mill.
Figuier Aralaceae Ficus sp.
« Aripin » Caesalpinaceae Caesalpinea velutina
Filao à feuille de prêle Casuarinaceae Casuarina equisetifolia
Acajou Meliaceae Switenia macrophylla
Bois d’orme Sterculaceae Guazuma ulmifolia lam
« Cedro » Meliaceae Cedrela sp.
Fromager Bombacaceae Ceiba pentandra l
« Guanacaste » Caesalpinaceae Enterolobium cylclocarpum
Sucrin Leguminosaceae Inga sp.
« Guachipilin » Fabaceae Diphysa floribunda
« Guaje » Mimosaceae Acacia angustisima m
Goyave Myrtaceae Psidium bilocure
« Jacaranda » Bignoniaceae Jacaranda acutifolia
« Jocote » Anacardiaceae Spondias purpurea l
Cacaotier Fabaceae Gliricidia sepium. Jacq
Manguier Anacardiaceae Mangifera indica
« Matilisguate » Bignoniaceae Tabebuia penthaphylla
« Morro » Bignoniaceae Crescentia alata
« Palo jiote » Burseraceae Bursera simaruba l
Chêne Fagaceae Quercus sp.
Espèces arbustives
Rocouyer Bixaceae Bixa orellana
« Chichicaste » Urticaceae Urtica urens
« Matapalo » Araleaceae Orepanax guatemalensis
Espèce herbacées
« Grama común » Poaceae Paspalum notatum
« Jaragua » Poaceae Hyparrhenia rufa
« Napier » Poaceae Peniscetum puerpureum
« Escobillo » Malvaceae Sida sp.

129
- Faune :
Dans le « municipio » de Santa Ana, il existe une diversité d'espèces d'animaux, qui sont
répertoriée dans le tableau suivant :

Tableau 10: Faune répertoriée dans le « municipio » de Santa Ana Huista (EPS, 2004 c)
Nom commun Nom scientifique
Mammifères sylvestres
Agouti paca Cuniculus paca
Souris commune Mus musculus
« Armado » Tatusia noventinta
Pécari à collier Tayassu tajacu
Opossum commun Didelphis marsupialis
Cerf de Virginie Odocoileus virginianus
Ecureuil Sciurus sp.
Oiseaux sylvestres
Pigeon Columba sp.
Pic roux Celeus castaneus
Ortalide Chachalaca Ortalis vetula
« Zopilote » Caragyps atratus
« Clarinero » Cassidix mexicanus
« Senzontle » Tordus rtitorcues
Reptiles
Lézard Lacerta sp.
Iguane Iguana iguana
Boa Boa sp.
Coronelle Coronella sp.
« Cascabel » Lacheris sp.

4.10 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Santa Ana Huista

4.10.1 Les sites naturels

Pour le « municipio » de Santa Ana Huista, deux sites naturels ont été répertoriés.
La cueva del limón :

Situation géographique :
Latitude : 617877

130
Longitude : 1735166
Altitude : 650m

Voies d’accès : (Carte 24)


Pour accéder a « La cueva del Limón », il est nécessaire de se rendre jusqu’au village de
Agua Escondida. Pour cela il est possible de prendre un microbus qui se rend à Camoja en partant de
Santa Ana. Les microbus partent environ toutes les 20 minutes de Santa Ana Huista dès 6h00 le
matin jusqu’à 5h00 le soir. Il faut compter environ 25 min en microbus pour se rendre jusqu’au
village Agua Escondida. Les microbus se prennent devant la municipalité (Carte 25). Une fois arrivé
à Agua Escondida, il faut marcher environ 25 min vers la rivière Limón. La distance entre Santa Ana
Huista et Agua Escondida est de 12km environ. Aucun chemin de randonnée entre Santa Ana Huista
et Agua Escondida n’a été rencontré. Cependant il est possible de marcher le long de la route qui suit
la rivière.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4
Moyen 0
Difficile 0
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
« La cueva del Limón » est un site idéal pour y pique-niquer, camper et se baigner dans la
rivière qui se trouve en contre bas. La hauteur de l’entrée de la grotte mesure une douzaine de mètres
environ. Il est possible de marcher à l’intérieur de la grotte sur une distance de 500m. Ensuite il
existe une cavité très étroite qui s’étend sur une très longue distance mais qui n’a encore jamais été
parcourue par personne.

131
Observation :
Afin de pouvoir apprécier pleinement les stalactites et les stalagmites de la grotte il est
conseillé au visiteur de se munir d’une lampe de poche puissante puisque le plafond de la caverne est
très haut et que la lumière du jour n’y pénètre que très peu.

Photo 62 : « Cueva del Limón »

Photo 63 : Vue du « Río Limón » sur le chemin de la grotte

132
Légende :

Municipalité

Limite de municipio
Chemin de randonnée
Rivière
Site naturel
Point de vue
1,05 0 2,1 Km Campement
Aire de pique-nique

Carte 24 : Chemins de randonnée de Santa Ana Huista (Elaboration personnelle, 2006)

133
El Sumidero :

Situation géographique :
Latitude : 620995
Longitude : 1735488
Altitude : 770m

Voies d’accès : (Carte 24)


Pour aller voir « El Sumidero », il faut se rendre jusqu’au village de El Tabacal. Pour cela il
est possible de prendre un microbus qui se rend à Camoja en partant de Santa Ana (Carte 25). Le
trajet prend environ 10 minutes et coûte 3 Quetzales. Une fois à El Tabacal, il faut marcher environ
10 min vers la rivière Huista. Une fois à la rivière il faut suivre son courant sur 1km avant d’arriver
au Sumidero. La distance entre Santa Ana Huista et El Tabacal est de 6km environ. Comme pour se
rendre à la Cueva del Limón, aucun chemin de randonnée entre Santa Ana Huista et Agua Escondida
n’a été rencontré.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4
Moyen 0
Difficile 0
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
« El Sumidero » est un site où le Río Huista disparaît dans la roche, avant de ressortir plus
loin aux environ de la Cueva del Limón. Quelques mètres avant de disparaître dans la roche, le Río
Huista forme une puissante cascade d’une dizaine de mètre de haut.

134
Photo 64 : Cascade du « Sumidero »

Photo 65 : « El Sumidero »

135
4.10.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Santa Ana Huista

Carte 25 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Santa Ana Huista (Élaboration personnelle, 2006)
136
a. Coopératives et associations
Dans le « municipio » de Santa Ana Huista, il n’existe aucune coopérative ou association
d’intérêt touristique.

b. Boutiques d’artisanat
Dans la municipalité de Santa Ana Huista il existe des ateliers de menuiserie, de forge et
des boulangeries. Toutefois, aucune boutique d’artisanat ne présente un intérêt direct pour le
touriste. Ainsi aucune boutique d’artisanat n’a été répertoriée pour la municipalité de Santa Ana
Huista.

c. Restaurants
Dans la municipalité de Santa Ana Huista un « comedor » a été répertorié, il existe
cependant de nombreux marchands ambulants aux alentour du « Parque central ».

« Comedor Julia » :
Le « Comedor Julia » est situé en face de la mairie de Santa Ana Huista Le restaurant est
ouvert tous les jours dès 7h00 le matin jusqu’à 9h00 le soir. On y sert tous les repas de la journée et
le prix pour un repas est de 15 Quetzales par personne avec boisson quelque soit le moment de la
journée. Les plats servis au « Comedor Julia », sont des plats classiques du Guatemala.

d. Hôtels
Dans la municipalité de Santa Ana Huista, un hôtel a été répertorié :

« Hotel Restaurante El Paso » :


L’hôtel « El Paso » se situe à l’entrée de la municipalité de Santa Ana Huista lorsque l’on
arrive de Cuatro Caminos. L’hôtel propose des chambres individuelles, doubles ou triples, mais
aucune n’a de salle de bain privée. Les prix proposés sont :
- Chambre pour une personne : 30 Quetzales par jour
- Chambre pour deux personnes : 50 Quetzales par jour
- Chambre pour trois personnes : 70 Quetzales par jour

137
Photo 66 : Chambre simple « El Paso » Photo 67 : Chambre triple « El Paso »

Photo 68 : Salle à manger de l’hôtel « El Paso »

L’hôtel propose un service de restauration, ainsi qu’un service de stationnement pour les
clients de l’hôtel. Le cadre est agréable, l’hôtel se situe au bord de la rivière Huista et l’hygiène y
est acceptable. Il est possible de manger tous les repas de la journée pour un prix unique de 15
Quetzales par personne. Les plats sont de types classiques.

138
4.10.3 Route, et chemin de randonné vers Nentón

Transport en commun

De Santa Ana Huista à Nentón :


Pour se rendre de Santa Ana Huista à Nentón, il faut prendre un microbus en jusqu’à
Cuatro Caminos et ensuite prendre un autre microbus qui vient de Camoja et se dirige vers Nentón.
Le voyage de Santa Ana Huista à Cuatro Caminos est de 20 minutes environ et coûte 5 Quetzales.
De Cuatro Caminos à Nentón, le trajet dure 30 minutes et coûte 7 Quetzales par personne. Les
microbus partent en direction de Cuatro Caminos toutes les 20 minutes et la fréquence des microbus
venant de Camoja est très élevée. Tous les microbus se prennent au « Parque central » (Carte 25).

De Santa Ana Huista à San Antonio Huista :


De Santa Ana Huista à San Antonio Huista, il faut compter environ 20 minutes de trajet et
payer 5 Quetzales par personne. Les microbus se prennent également au « Parque central »
(Carte 25) et partent environ toutes les 20 minutes.

Chemin de randonnée vers Nentón (Carte 5)

Pour se rendre de Santa Ana Huista à Nentón à pied, il faut prendre la direction de Buxup
par la vieille route et les sentiers (Carte 25). Il faut compter environ 1h00 de marche jusqu’à Buxup.
Une fois à Buxup, il faut traverser le village en direction du cimetière et prendre le chemin sur la
gauche qui mène jusqu’à Taj Buxup en une vingtaine de minutes. De Taj Buxup, il faut prendre un
sentier sur la droite en direction du village La Laguna. Le chemin jusqu’à La Laguna se fait à
travers les différents champs agricoles sur un chemin sinueux mais plat. Le chemin fait passer
également les visiteurs au pied du « Cerro Palewitz », une colline sacrée (Photo 69). En continuant
le chemin on sort du sentier pour arriver sur une route asphaltée. Il faut alors prendre à gauche sur
la route goudronnée. Environ 200m plus loin il faut prendre le premier sentier sur la droite qui mène
directement au bord du Río Azul (Photo 70) après 2h45 de marche depuis Buxup. Le bord du Río
Azul est idéal pour se baigner, pique-niquer et trouver un site pour camper. Pour aller jusqu’au
village de La Laguna, il faut encore marcher 45 minutes. Depuis Santa Ana Huista jusqu’à la
Laguna, il faut compter environ 4h30 de marche sans compter les arrêts, c'est-à-dire qu’il faut
parcourir environ 16km.
Pour se rendre ensuite à Nentón depuis La Laguna, il faut prendre la direction du Río
Nentón en prenant le chemin derrière l’église de La Laguna. On rejoint le Río Nentón après 1h00 de
marche. Ensuite il faut simplement remonter le Río Nentón (Photo 71) jusqu’à la municipalité du

139
même nom. Tout le long du Río Nentón il existe de nombreux sites pour manger et se reposer.
Toutefois il est peu recommander de se baigner dans cette rivière qui est polluée par les rejets de la
municipalité de Nentón. Il faut compter environ 5h00 de marche depuis La Laguna jusqu’à Nentón,
en parcourant près de 16km.

\
Photo 69 : « Cerro Palewitz »

Photo 70 : Arrivée au bord du « Río Azul » près du village La Laguna

140
Photo 71 : Paysage aux abords du « Río Nentón »

Pour se rendre de Santa Ana Huista à Nentón, il est conseillé d’effectuer la randonnée en
deux étapes. En effet il est tout à fait possible de camper au bord du Río Azul près du village de La
Laguna et repartir le lendemain en direction de Nentón. En ce qui concerne le ravitaillement en eau,
il est possible d’acheter à boire dans les villages de Buxup et Taj Buxup. Pour ce qui est du chemin
allant de La Laguna à Nentón, il faut prévoir une grande quantité d’eau puisqu’on ne rencontre la
possibilité d’en acheter qu’aux villages La Laguna et Nentón. De plus, pour ce chemin qui longe le
Río Nentón, il est conseillé d’apporter des affaires de rechange car il faut traverser la rivière à
plusieurs reprises si des grosses pluies ont précédé la randonnée.

Remarque :
Le chemin de Santa Ana Huista à Nentón présente deux évaluations, puisqu’il est
particulièrement long et qu’il est conseillé de le faire en deux étapes.

141
Evaluation du chemin :
De Santa Ana Huista à La Laguna :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * * 2
Difficile * 1
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : « Bonne forme »
Niveau technique :

De La Laguna à Nentón :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * 1
Difficile * * 2
Résultat : « Difficile »
Niveau physique : « Bonne forme »
Niveau technique :

4.11 « Municipio » de Nentón

4.11.1 Description physico-biologique

a. Localisation
Le « municipio » de Nentón se situe approximativement à 120 kilomètres de la ville de
Huehuetenango. La municipalité de Nentón est située à 780 mètres au-dessus du niveau de la mer, à
une latitude de 15°48'05" et à une longitude de 91°45'15" du méridien de Greenwich. Les états
limitrophes du « municipio » de Nentón sont, au Nord-Est les Etats-Unis du Mexique, à l'Est San
Mateo Ixtatán et San Sebastián Coatán, au Sud San Miguel Acatán et Jacaltenango. Ces quatre
« municipios » appartiennent au département de Huehuetenango. Il convient de mentionner que la
proximité avec le Mexique, permet à Nentón de jouir d'un certain avantage commercial, de travail et
de services.

142
b. Superficie
Après Barillas, Nentón est le deuxième plus grand « municipio » du département de
Huehuetenango, en disposant de 787 km2 (carte 26).

Légende :

- Carte sans échelle -

Carte 26 : « Municipio » de Nentón, Huehuetenango (Centro de Salud Nentón, 2006)

c. Climat
Le climat à Nentón présente quelques différences par rapport aux autres « municipios »,
car il appartient aux hautes terres sédimentaires, et présente dans les vallées des rivières Nentón et
Lagartero des plaines alluviales. Il est intéressant de mentionner qu’il existe une période de
sécheresse pendant les mois de décembre, janvier, février et mars, ce qui oblige une production
agricole de type temporaire. Ainsi, les six zones naturelles rencontrées dans le municipio de
Nentón, sont les suivantes (INAB, 2001 ; SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 c) :

- Forêt Sèche Subtropicale Chaude :


Altitude : 500 à 1000m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 800 à 1000 mm

143
Température moyenne annuelle : 24 à 30 degrés centigrades
Sol : le type de sol de la Forêt Sèche Subtropicale Chaude du « municipio » de Nentón
est superficiel, de texture lourde, imparfaitement drainés et de couleur grise ou
noire. Les pentes varient de 0% à 45%. Là où la topographie est plane voir ondulée,
on trouve des cultures annuelles de maïs, haricot, tabac, tomate, oignon et autres
légumes. Il est aussi approprié pour des pâtures et les arbres fruitiers tropicaux. Le
secteur situé dans les parties les plus hautes, est approprié pour la culture de café.

- Forêt Humide Subtropicale Tempérée :


Cet écosystème est le plus présent dans le « municipio », il recouvre une surface
approximative de 11 000 hectares.
Altitude : 1000 à 1500m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 1500 mm
Température moyenne annuelle : 18 à 24 degrés centigrades
Sol : Il existe une proportion équivalente entre des sols superficiels et profonds, où
prédomine une texture lourde, avec généralement un bon drainage. Les principales
cultures sont : Le café, le maïs, les haricots, les légumes de climat tempéré, les
arbres fruitiers comme l’avocatier et les forêts de conifères.

- Forêt très Humide Subtropical de Montagne :


Altitude : A partir de 3000m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2000 mm
Température moyenne annuelle : 12 degrés centigrades ou moins
Sol : Généralement de texture lourde, bien drainé, présentant une couleur allant du gris
foncé au noir. Les principales cultures sont : la pomme de terre, l’avoine, l’artichaut
et le chou-fleur.

- Forêt Humide Subtropical de Basse Montagne :


Altitude : A partir de 2000 à 2500m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2000 mm
Température moyenne annuelle : 12 à 18 degrés centigrades
Sol : Prédominent les sols profonds, de texture lourde et bien drainé. Les principales
cultures sont : le blé, la pomme de terre, l’avoine, les arbres fruitiers, et l’orge.

144
- Forêt très Humide Subtropical de Basse Montagne :
Altitude : A partir de 2500 à 3000m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2500 mm
Température moyenne annuelle : 12 degrés centigrades
Sol : Prédominent les sols profonds, de texture lourde et bien drainé. Le potentiel
naturel pour ces sols est la forêt de conifère et les pâturages.

- Forêt très Humide Subtropical Chaude :


Altitude : A partir de 1000 à 1500m au dessus du niveau de la mer
Précipitation moyenne annuelle : 1000 à 2000 mm
Température moyenne annuelle : 18 à 24 degrés centigrades
Sol : Prédominent les sols superficiels, de texture moyennement lourde et allant de
pauvrement à imparfaitement drainé. Le potentiel naturel pour ces sols est la forêt
et les pâturages.

d. Ecosystèmes
Dans le « municipio » de Nentón, les zones naturelles renferment 16 écosystèmes
différents (INAB, 2001) :

- Forêt Semi décidue Mixte Sub-Montagnard :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 900 - 1546m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 2510 mm
Moyenne : 1106 mm
Phénologie : Semi décidue
Humidité : Sec
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 750,46
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,69
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Pinus oocarpa., Quercus sp., Guazuma ulmifolia, Acacia,

145
pennatula, Bursera bipinnata, Cordia sp., Xylosma sp., Agave
sp., Senecio deppeanus, Serjania sp., Calliandra sp.

- Forêt Semi décidue Mixte de Montagne de Niveau Inférieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 1000 - 2526m
Température moyenne annuelle, °C : 15 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 2956 mm
Moyenne : 1253 mm
Phénologie : Semi décidue
Humidité : Sec
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 635,98
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,59
Espèces dominantes : Pinus oocarpa., Quercus spp.
Espèces fréquentes : Lysiloma sp., Bursera bipinnata, Eupatorium sp., Rhus sp.,
Agave sp., Cordia sp., Byrsonima crassifolia, Psidium spp.,
Calliandra sp., Accacia pennatula, Croton sp., Pachyrrizus
erosus.

- Forêt Latifoliée de Montagne de Niveau Inférieur :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 1500 - 2497m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 746 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 3492 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 1415,9
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 1,31
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Callophylum brasiliense, Cedrela pacayana, Citharexylum
donell-smithii, Clethra sp., Clusia sp., Chaetopelea (Ulmus)
mexicana, Colpothrinax cookii, Euterpe precatoria, Heliocarpus
donell-smithii, Magnolia sp., Podocarpus guatemalensis,
Pourouma bicolor, Psychotria elata, Quercus corrugata, Q.

146
Purulhana, Q. Skinneri, Rondaletia cordata, Saurauia sp.,
Synechantus fibrosus. Trema micrantha.

- Forêt Mixte de Montagne de Niveau Inférieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 1500 - 2313m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 1664 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide – Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2473,5
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,28
Espèces dominantes : Pinus oocarpa, Quercus peduncularis.
Espèces fréquentes : Agarista mexicana, Arbutus xalapensis, Agave oppascidens,
Brahea dulcis, Byrsinoma crassifolia, Comocladia
guatemalensis, Desmodium angustifolium, Dyphisa floribunda,
Inga leptaloba, Juniperus comitana, Liquidámbar styraciflua,
Myrica cerifera, Pachyrrizus erosus, Pinus maximinoi, Pinus
tecunumanii, Quercus sapotifolia, Quercus tristis, Quercus spp.,
Rhus vestita, Saurauia sp., Senecio deppeanus, Stillingia
sanguinolenta.

- Forêt Latifoliée de Montagne de Niveau Supérieur :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 2000 - 2677m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 25
Précipitation annuelle : Minimum : 697 mm
Maximum : 4600 mm
Moyenne : 2760 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 803,66
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,74
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Alnus spp., Buddleia skutchii, Cedrela pacayana, Citharexylum

147
donnell-smithii, Chaetoptelea mexicana, Ehretia luxiana,
Gunnera killipiana, Hedyosmum mexicanum, Oreopanax
xalapensis, Ostrya spp., Parathesis tartaria, Quercus spp.,
Saurauia sp.

- Forêt de Mixte Montagne de Niveau Supérieur :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 2000 - 2933m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5000 mm
Moyenne : 1644 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 4318,92
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 3,98
Espèces dominantes : Pinus pseudostrobus, Pinus spp., Quercus spp.
Espèces fréquentes : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis
vaccionioides, Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon,
Didymopanax morototoni, Eupatorium sp., Ostrya virginiana,
Pinus maximinoi, Pinus montesumae, Quercus brachystachys,
Rhamnus pringlei, Lantana híspida, Liquidámbar styraciflua,
Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera, Indigofera miniata,
Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia sp.,
Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

- Forêt Latifoliée de Haute Montagne :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 2500 – 3634m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 23
Précipitation annuelle : Minimum : 985 mm
Maximum : 4000 mm
Moyenne : 1932 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 631,1
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,58
Espèces dominantes : -

148
Espèces fréquentes : Alnus jorullensis, Arbutus xalapensis, Dodonea viscosa,
Dendropanax arboreus, Quercus spp., Litsea glauscescens,
Fuchsia arborescens, Coriaria thymifolia, Clethra suaveolens,
Monnina xalapensis, Zanthoxylum aguilari, Cestrum
aurantiacum, Smilax sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron
pentadactylon, Buddleia nitida, Baccharis vaccionioides,
Eupatorium semilatum, Stillingia acutifolia, Ceanothus
coeruleus, Ilex brandegeana, Parathesis leptopa, Rapanea
juerguensenii, Prunus capulí, Lantana híspida, Symplocos
hartwegii, Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus
Nelson, Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys
granadensis, Persea americana.

Observations générales : L'humidité est maintenue par la présence presque


permanente de nuages, (Forêt nuageuse).

- Forêt Mixte de Haute Montagne :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 2500 – 3672m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 23
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5475 mm
Moyenne : 1582 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 3036,12
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,80
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Abies guatemalensis, Acaena elongata, Alnus j orullensis,
Arbutus xalapensis, Cupressus lusitanica, Dodonea viscosa,
Dendropanax arboreus, Pinus ayacahuite, Pinus hartwegi, Pinus
pseudostrobus, Gregia steyermaerkii, Alsophila salvinii, Cyathea
divergens, Dicksonia sellowiana, Cavendishia guatemalensis,
Quercus crispifolia, Quercus sapotaefolia, Quercus
acatenangensis, Litsea glauscescens, Fuchsia arborescens,
Coriaria thymifolia, Clethra suaveolens, Monnina xalapensis,
Stipa sp., Zanthoxylum aguilari, Cestrum aurantiacum, Smilax
sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron pentadactylus, Buddleia
nitida, Baccharis vaccionioides, Eupatorium semilatum,
Stillingia acutifolia, Ceanothus coeruleus, Taxus globosa, Ilex
brandegeana, Parathesis leptopa, Rapanea juerguensenii,
Prunus capulí, Viburnum jucundum, Cuphea cyanea, Vaccinium
leucanthum, Arctostaphylos pyrifolia, Gimnosperma glutinosa,
Lantana híspida, Symplocos hartwegii, Ilex belizensis,

149
Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus Nelson,
Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys granadensis,
Persea americana.

- Forêt de Conifères de Haute Montagne :


Type de végétation : Conifères
Altitude : 2500 – 3809m
Température moyenne annuelle, °C : 0 - 21
Précipitation annuelle : Minimum : 800 mm
Maximum : 5000 mm
Moyenne : 1683 mm
Phénologie : Semi Sempervirents et Sempervirents
Humidité : Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2290,11
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,11
Espèces dominantes : Pinus spp.
Espèces fréquentes : Abies guatemalensis, Pinus hartwegii, Juniperus standleyii,
Cupressus lusitanica, Chiranthodendron pentadactylon, Cestrum
sp., Salvia sp., Stipa sp., Mahonia volcanicola, Ranunculus
geoides, Fuchsia michoacanensis, Valeriana prionophylla, Dalia
australis, Ribes ciliatum, Baccharis vaccinioides, Gimnosperma
glutinosa, Tigridia pavonia, Halenia shannonii, Alnus jurulensis,
Rhamnus serrata, Symphoricarpus microphyllus, Eupatorium
semialatum.

- Pâturages Marécageux avec Palmiers et/ou Arbustes :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 759m
Température moyenne annuelle, °C : 24 - 27
Précipitation annuelle : Minimum : 800 mm
Maximum : 4708 mm
Moyenne : 1663 mm
Phénologie : Sempervirents
Humidité : Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 375,6
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,35
Espèces dominantes : -

150
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Dans cet écosystème, il existe, outre des espèces de
graminées, plusieurs types d'arbustes et palmiers. Dans le secteur de Nentón,
Huehuetenango on peut trouver un sol humide dans lequel se développent en
même temps que des arbustes, des arbres de type Ahuehuete ou Sabino
(Taxodium mucronatum).

- Systèmes Agricoles Dominés par les Latifoliées :


Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 2656m
Température moyenne annuelle, °C : 12 - 27
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 2176 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Humide – Très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 15265, 06
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 14,8
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes de
Latifoliées.
Exemples : Alnus jorullensis, Arbutus xalapensis, Dodonea viscosa, Dendropanax
arboreus, Quercus spp., Litsea glauscescens, Fuchsia arborescens, Coriaria
thymifolia, Clethra suaveolens, Monnina xalapensis, Zanthoxylum aguilari,
Cestrum aurantiacum, Smilax sp., Lycianthes sp., Chiranthodendron
pentadactylon, Buddleia nitida, Baccharis vaccionioides, Eupatorium
semilatum, Stillingia acutifolia, Ceanothus coeruleus, Ilex brandegeana,
Parathesis leptopa, Rapanea juerguensenii, Prunus capulí, Lantana híspida,
Symplocos hartwegii, Weinmania pinnata, Rhamnus discolor, Rhamnus
Nelson, Cleyera theaeoides, Billia hippocastanum, Drimys granadensis,
Persea americana.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé par des zones de cultures où
se trouvent quelques secteurs de forêts Latifoliés ou d'arbres dispersés de
diverses espèces de latifoliées.

- Systèmes Agricoles Dominés par une Végétation Mixte :


Type de végétation : Mixte
Altitude : 218 - 3721m
Température moyenne annuelle, °C : 10 - 26

151
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5600 mm
Moyenne : 1465 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Humide et très humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 7087,2
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 6,54
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : Toutes les espèces décrites dans les différents écosystèmes
Mixtes.
Exemples : Acacia pennatula, Alnus spp, Arbutus xalapensis, Baccharis vaccionioides,
Clethra sp., Chiranthodendron pentadactylon, Didymopanax morototoni,
Eupatorium sp., Ostrya virginiana, Pinus pseudostrobus, Pinus maximinoi,
Pinus montesumae, Quercus brachystachys, Rhamnus pringlei, Lantana
híspida, Liquidámbar styraciflua, Magnolia guatemalensis, Myrica cerifera,
Indigofera miniata, Senecio deppeanus, Stipa sp., Trema micranta, Vernonia
sp., Rapanea myricoides, Saurauia sp., Viburnum sp.

Observations générales : Ce type d'écosystème est formé de cultures où l’on peut


rencontrer des secteurs de forêts Mixtes ou arbres dispersés de diverses
espèces de latifoliées et de conifères.

- Systèmes Agricoles Dominés par les Pâturages et Arbustes :


Type de végétation : -
Altitude : 0 - 3806m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 5157 mm
Moyenne : 1613 mm
Phénologie : -
Humidité : Sec - Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2489,01
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,30
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -
Observations générales : Dans cet écosystème nous trouvons des secteurs où se
développent divers types de cultures agricoles avec la présence de pâtures
naturelles ou d'arbustes qui sont régénérés après l’abandon des terrains.

152
- Systèmes Agricoles Dominés par les Arbustes et Pâturages :
Type de végétation : Latifoliée
Altitude : 0 - 3420m
Température moyenne annuelle, °C : 11 - 28
Précipitation annuelle : Minimum : 600 mm
Maximum : 3200 mm
Moyenne : 1294 mm
Phénologie : Semi décidue et Sempervirents
Humidité : Sec et Humide
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 2479,13
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 2,29
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -.
Observations générales : Dans cet écosystème, nous remarquons une plus grande
présence d’arbustes comparativement aux pâturages, lesquels se régénèrent dû
fait de l'abandon des terrains. Un secteur caractéristique de cet écosystème se
trouve dans la commune de Nentón, Huehuetenango.

- Lacs d’une Superficie Inférieure à 10 Km2 :


Type de végétation : -
Altitude : -
Température moyenne annuelle, °C : -
Précipitation annuelle : Minimum : -
Maximum : -
Moyenne : -
Phénologie : -
Humidité : -
Extension territoriale à l’échelle du pays (Km2) : 212,53
Extension territoriale à l’échelle du pays (%) : 0,20
Espèces dominantes : -
Espèces fréquentes : -.

153
e. Flore et faune
- Flore et Ressources naturelles :
Le « municipio » de Nentón est compris dans la zone de forêt sèche subtropicale chaude et
la forêt humide tempérée. C’est pour cette raison que l’on trouve, dans la partie Nord-Est du
« municipio », une petite quantité de forêt latifoliée, spécialement dans les lieux de San José
Frontera, Yulaurel, Buena Vista, Ciénega Yalcastán, Campamento Salamay, El Aguacate, Nueva
Esperanza et Chaculá. D'autre part, une étude effectuée par la fondation Ceiba (Muralles Aché,
1995), divise la végétation en trois couches distinctes. La première couche est composée
principalement par des graminées des types Hyparremia, Clhoris, Ciperus, Paspalum, Cynodon et
Cenchrus, outre d'autres espèces non graminées des types Helenium, et Malvaviscus. Dans la
seconde couche, la végétation est composée d'arbustes des types Salvia, Lipia, Mimosa, Solanum,
Roclonea, et autres. En ce qui concerne la dernière couche, celle-ci est composée de Pinus
maximimoi, pinus oocarpa, cinq autres espèces de Pinus, Quercus sp., Juniperus sp., et Clusia sp.,
ainsi qu’une grande variété de plantes épiphytes dans les régions plus humides.
La zone forestière du « municipio » de Nentón, ses espèces représentatives et les zones de
déforestation sont représentées carte 27. Les forêts du « municipio », indépendamment dû fait que
ces dernières soient plantées, naturelles, en exploitation ou non, sont très touchées par la
déforestation causée par l’exploitation de nouvelles terres agricole.

- Faune :
Dans le « municipio » de Nentón, il existe une grande variété d'animaux sauvages, comme
le cerf commun, l’agouti commun (Agouti paca), le Yapok (Chironectes minimus), et toute classe
de serpents, d’iguanes, et « lagartos » crapaud à cornes (Phrynosoma cornutum) qui a donné son
nom au « Río Lagartero ». On trouve également bon nombre de poissons, et d’oiseaux.

154
Carte 27 : Aires boisées et érodées du « municipio » de Nentón
(SEGEPLAN-USIGHUE c, 2002)

155
4.12 Les sites touristiques situés aux alentours de la municipalité de Nentón

4.12.1 Les sites naturels

Pour le « municipio » de Nentón, trois sites naturels ont été répertoriés.


El Hoyo Cimarrón :

Situation géographique :
Latitude : 638078
Longitude : 1769853
Altitude : 1380 m

Voies d’accès : (Carte 28)


Pour accéder au « Cimarrón », il est nécessaire de se rendre jusqu’au village de La
Trinidad. Pour se rendre à la Trinidad, il faut prendre un microbus ou un bus se rendant vers
Gracias a Dios, un village à la frontière du Mexique. Les microbus partent environ toutes les heures
de Nentón dès 6h00 le matin jusqu’à 5h00 le soir. Toutefois, le dernier microbus allant vers Nentón
passe à 2h00 de l’après-midi à La Trinidad. Il est cependant possible de rencontrer un véhicule qui
retourne vers Nentón et qui peut emmener les touristes pour le même prix. De Nentón à La
Trinidad, il faut compter environ 45 min en microbus et le voyage coûte 10 Quetzales, les microbus
se prennent devant le « Parque central » (Carte 29).
Une fois arriver à la Trinidad, il faut marcher environ 30 min le long de la route en allant
vers Gracias a Dios, jusqu’au croisement du chemin qui mène au Cimarrón (il est possible de
demander au chauffeur de se faire déposer devant le croisement pour 3 Quetzales de plus). Du
croisement jusqu’au Cimarrón, il faut compter 30 min de marche. La randonnée partant de La
Trinidad au Cimarrón fait 5,5km. Pour aller au Cimarrón, il est recommander de prendre un guide
car le chemin n’est pas direct, il se divise en plusieurs directions à différents endroits et il est facile
de se perdre.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4
Moyen 0
Difficile 0

156
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
« El Hoyo Cimarrón » est un trou gigantesque faisant 200 mètre de diamètre et 200m de
profondeur. Le trou semble avoir une forme cylindrique presque parfaite et ses parois sont faîtes de
roche calcaire. Il est situé dans une région semi désertique où les arbres ne dépassent pas les trois
mètres de haut. Pourtant, la forêt présente au fond du trou est composée d’arbres de grande taille,
totalement différents de ceux qui se trouvent hors du trou. Cette forêt est semble-t-il alimenté par un
court d’eau qui pourrait être un bras du « Lagos de Monte Bello », situé à quelques kilomètres de
distance. La forêt est un refuge pour plusieurs espèces d'oiseaux et, selon des habitants de la région,
il serait habité par des animaux sauvages.

Observation :
Il est possible pour les amateurs d’escalade de descendre jusqu’au fond du Cimarrón et d’y
remonter par la paroi rocheuse. Toutefois cet exercice s’adresse aux personnes qualifiées en
escalade, et il est nécessaire de posséder son propre matériel, puisqu’il n’existe aucune agence de
loisir proposant ce type d’activité à Nentón.

Photo 72 : « El Hoyo Cimarrón » Photo 73 : Vue de l’écosystème du


« Cimarrón »

157
Légende :

Municipalité

Limite de municipio
Route asphaltée
Chemin de randonnée
Rivière
Site naturel
Point de vue
Campement
2,5 0 5,0 Km
Aire de pique-nique

Carte 28 : Chemins de randonnée de Nentón (Elaboration personnelle, 2006)


158
« La Laguna Brava » :

Situation géographique :
Latitude : 652362
Longitude : 1772623
Altitude : 1126 m

Voies d’accès : (Carte 28)


Pour accéder a la « Laguna Brava », il est nécessaire de se rendre jusqu’au village de
Yalambojoch. Pour se rendre à ce village il est faut prendre un microbus en direction de la Trinidad
(Carte 29). A la Trinidad il faut changer de microbus, ou bien prendre un bus ou un véhicule se
dirigeant vers Yalambojoch. Arrivé au village, il faut que le touriste se présente au Maire du village,
afin que celui-ci lui donne l’autorisation de se rendre jusqu’à la Laguna. Ensuite le touriste devra
aller au comité touristique de Yalambojoch, qui lui fournira le papier d’autorisation d’entrée, après
avoir payé 25 Quetzales par personne. Le comité fournira ensuite un guide qu’il faudra payer
50 Quetzales la journée. Le guide est obligatoire. De Yalambojoch il faut marcher environ 2h00
avant d’arriver à la Laguna Brava. De Nentón à La Trinidad, il faut compter environ 45 min en
microbus et le voyage coûte 10 Quetzales. De la Trinidad au village de Yalambojoch il faut
également compter 45 min de trajet et payer 10 Quetzales.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile * * * * 4
Moyen 0
Difficile 0
Résultat : « Facile »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
Dans la région nord, approximativement à quelque 85 kilomètres de la municipalité de
Nentón, entre San José Frontera, Yulaurel et Ciénega Buena Vista, se situe la « Laguna de
Yulnajáu », plus connue sous le nom de la « Laguna Brava ». Cette lagune s’étend
approximativement sur plus de 4km². D’après les habitants de la région, la « Laguna Brava » doit
son nom aux retentissements que l’on entend en milieu de journée. Pendant la plus grande partie de

159
la matinée l'eau est tranquille et les paysans qui vivent près de la lagune, transportent encore leur
maïs d'un lieu à un autre au moyen de radeaux rustiques.

Observation :
La « Laguna Brava » est un excellent site pour se baigner. Sur place, il existe des cabanes
en bois qui permettent de passer la nuit. Il est alors possible de pique-niquer et un barbecue très
rustique est mis à la disposition du touriste. Lorsque le touriste se rend à la Laguna Brava, il lui est
conseillé de rester au moins une nuit, en prévoyant de la nourriture et au minimum un sac de
couchage. Il faut noter que le site de la Laguna Brava est très règlementé, il n’est donc pas possible
de camper en dehors des cabanes proposé par le service touristique.

Photos 74, 75 : La « Laguna brava »

160
La Laguna Candelaria :

Situation géographique :
Latitude : 630214
Longitude : 1763987
Altitude : 1010 m

Voies d’accès : (Carte 28)


Pour accéder a la « Laguna Candelaria », il faut se rendre jusqu’au village de Chacaj. Les
microbus en direction de Chacaj parte environ toutes les heures dès 7h00 le matin jusqu’à 1h00
l’après midi » (Carte 29). Le dernier microbus pour revenir à Nentón en partant de Chacaj est à
2h00 de l’après-midi. Arrivé à Chacaj, il faut marcher environ 1h00 sur la route de terre jusqu’au
village suivant Río Jordan. Du village Río Jordan il faut compter environ 2h00 de marche jusqu’à la
« Laguna Candelaria » soit environ 6km en passant de 700m d’altitude à 1010m. De Nentón à
Chacaj, il faut compter environ 45 min en microbus et le voyage coûte 8 Quetzales. Sur le chemin
de randonnée vers la Laguna, on traverse le Río Lagartero (Photo 76) qui de couleur bleu marine est
très limpide et est un bel endroit pour se reposer ou y pique-niquer. Lorsque l’on se rend jusqu'à la
« Laguna Candelaria » (Photo 77) on passe devant un puits, qui est caractéristique de la région
(Photo 78). Pour aller à la « Laguna Candelaria » il est conseillé de prendre un guide.

Evaluation du chemin :

L l D AP Total

Facile 0
Moyen * * * * 4
Difficile 0
Résultat : « Moyen »
Niveau physique : Ne s’applique pas
Niveau technique : Ne s’applique pas

Description du site :
Le Río Candelaria entame son parcours dans la partie nord du village La Unión. Le Río est
alimenté par deux puits qui sont dissimulés entre des rochers, ce qui lui a valut le nom de
« Candelaria » qui signifie « l'eau pousse qui sous les pierres ». Le puit que forme la « Laguna
Candelaria » est rempli d’une eau limpide et est un endroit idéal pour pique-niquer et camper en
pleine nature. Toutefois, l’accès à l’eau est très difficile, il faut se frayer un chemin à travers les

161
nombreux arbres et arbustes et ensuite trouver un endroit où il est facile de se baigner.

Photo 76 : « Río Lagartero »

Photo 77 : La « Laguna Candelaria »

Photo 78 : Puits rencontré sur le chemin de randonnée


vers la « Laguna Candelaria »
162
Observation :
Il est important de prévoir au moins une nuit sur le site de la Laguna ou bien à Chacaj, où il
existe un gîte. En effet, les microbus pour Chacaj et ceux revenant à Nentón sont rares, ce qui laisse
peu de possibilité d’aller jusqu’à la Laguna et de revenir le même jour à Nentón, sauf si l’on
possède un véhicule personnel. Bien sur il est possible de rencontrer un véhicule de Chacaj qui
retourne vers Nentón, mais cette solution est loin d’être fiable tous les jours.
Il également possible de se rendre à la « Laguna Candelaria » en se rendant au village de
La Unión. Le chemin jusqu’à la Laguna est plus court, mais le voyage en minibus est de 12
Quetzales, et il n’existe qu’un minibus partant à 4h00 du matin chaque jour pour retourner à
Nentón. Ce dernier repasse par le village uniquement si quelqu’un désire se rendre de Nentón à La
Unión durant la journée.

4.12.2 Les centres d’intérêt de la municipalité de Nentón

a. Coopératives et associations
On peut dire qu’actuellement la présence d'associations à Nentón est réduite, toutefois, il
peut se faire mention des suivantes :
- « Asociación de Promotores Pecuarios de Nentón » (Association de Promoteurs
d'élevage de Nentón), laquelle est apparu en 1989 suite à l'intérêt d'un groupe de voisins
et l'assessorat des Vétérinaires Sans Frontière de France, qui avait le but de promouvoir
les secteurs de conflit, mettre en place une main d’œuvre qualifiée et donner un appui
pour la prévention des maladies d'élevage. Un autre de ses objectifs, était la concession
de microcrédits à ses associés et la vente de médicaments à des prix favorables.

- « Asociación de Ganaderos Nentonenses » (Association d'Éleveurs Nentoniens), s’est


établie en 2003, suite à l'organisation d'un groupe d'éleveurs qui était intéressé à fortifier
leurs garanties pour la demande de crédits à grande échelle auprès des différentes
institutions de crédit, et effectuer ainsi des projets d'amélioration de races.

En ce qui concerne les coopératives de Nentón, il en existe très peu dans le « municipio ».
On peut cependant citer les trois suivantes :

- « la Cooperativa de Ahorro y Crédito Nentón » (la Coopérative de Comptes et Crédits de


Nentón), qui joue le rôle de banque pour les agriculteurs.
- La « Cooperativa Chacaj », se situe dans le village portant le même nom, prête ses
services au secteur agricole céréalier.
- La « Cooperativa Dos Pinos », se situ à Chaculá et oriente ses services également vers le
secteur agricole céréalier.

163
Carte 29 : Situation des centres d’intérêt identifiés pour la municipalité de Nentón (Élaboration personnelle, 2006)

164
Ainsi, il n’existe pas dans la municipalité de Nentón d’associations ni de coopératives
présentant un intérêt direct pour le touriste ; ainsi aucune association n’a été répertoriée pour la
municipalité de Nentón.

b. Boutiques d’artisanat
Dans la municipalité de Nentón les activités artisanales les plus importantes développées
dans le « Municipio » sont la menuiserie, la forge et la boulangerie. Dans le chef-lieu de Nentón,
l’activité artisanale la plus développée, est la boulangerie. Il n’existe donc pas de boutique
d’artisanat présentant un intérêt direct pour le touriste. Ainsi, aucune boutique n’a été répertoriée
pour la municipalité de Nentón.

c. Autres sites d’intérêt touristique


La piscine de Nentón :
Voies d’accès :
La piscine de Nentón se situe à l’entrée de la ville lorsque l’on arrive du village La Laguna
(Carte 29).

Observations :
La piscine de Nentón est ouverte tous les jours de la semaine dès 8h00 le matin à 10h00 le
soir, l’entrée par personne est de 5 Quetzales, et il n’existe pas de services à l’intérieur de
l’enceinte.

d. Restaurants
Dans la municipalité de Nentón, trois restaurants ont été répertoriés. Il existe toutefois
d’autre « comedor » qui possèdent leur enseigne sur la voie publique, mais qui ne possède pas
encore leur papier d’autorisation de commerce. Ces restaurants étaient en fonctionnement au
moment de l’investigation, mais pour la raison précédente, ont préféré ne pas apparaître dans le
guide. C’est le cas du « Comedor Mary » et du « Comedor Claudia Maria ». Encore ici, la liste
effectuée ne limite pas le touriste à essayer d’autres restaurants ou cafétérias qu’il rencontrera dans
la municipalité de Nentón.

« Comedor Lety » :
Le « Comedor Lety » est situé derrière le Centre de Santé (« Centro de Salud ») situé en
face du parc central (Carte 29). Le restaurant est ouvert tous les jours dès 7h00 le matin jusqu’à

165
9h00 le soir. On y sert tous les repas de la journée et le prix pour un repas est de 15 Quetzales par
personne avec boisson pour le petit déjeuner et le dîner, et de 18 Quetzales pour le déjeuner. Les
plats servis au « Comedor Lety », sont de types classiques.

« Comedor Ninet » :
Le « Comedor Ninet » est situé sur la gauche en remontant la rue de l’église (Carte 29). On
sert dans le « Comedor Ninet » une nourriture classique du Guatemala, pour un prix identique de 15
Quetzales avec boisson, pour tous les repas de la journée. Le « comedor » est ouvert tous les jours
de 6h00 le matin à 9h00 le soir.

« Comedor Adita » :
Le « Comedor Adita » est voisin du « Comedor Ninet ». Il est ouvert du Lundi au Samedi
de 7h00 le matin jusqu’à 9h00 le soir, et le Dimanche, uniquement en matinée pour le petit-
déjeuner. On y sert tous les repas de la journée, pour un prix allant de 15 à 20 Quetzales par
personne. Le type de plats servis dans le « Comedor Adita » est de type classique.

e. Hôtels
Dans la municipalité de Nentón, trois hôtels ont été répertoriés.

« Hotel Las Peñas » :


L’hôtel « Las Peñas » se situe à l’entrée de la municipalité de Nentón, en face de la
« Piscine de Nentón ». L’hôtel propose des chambres individuelles, doubles ou triples toutes avec
salle de bain privée, télévision et accessoires de toilettes. Les prix proposés sont :

- Chambre pour une personne : 61 Quetzales par jour


- Chambre pour deux personnes : 85 Quetzales par jour

L’hôtel ne propose pas de service de restauration, mais se situe dans un cadre agréable et
les chambres et les salles de bain sont très propres. On y propose un service de stationnement
sécurisé pour les clients de l’hôtel.

166
Photo 79 : Chambre simple Photo 80 : Chambre double
« Hotel las Peñas » « Hotel las Peñas »

« Hotel Esquipulas » :
L’hôtel « Esquipulas » se situe derrière le « Comedor Lety » (Carte 29). L’hôtel propose
des petites chambres individuelles ou doubles avec grand lit ou deux lits séparés, toutes avec salle
de bain privée. Les prix proposés sont :
- Quelle que soit la chambre : 30 Quetzales par jour et par personne

L’hôtel ne propose pas de service de restauration, mais propose des chambres agréables de
type « motel » et l’hygiène y est acceptable. On y propose également un service de stationnement
sécurisé pour les clients de l’hôtel.

Remarque :
Pour pouvoir obtenir une chambre à l’hôtel « Esquipulas », il faut s’adresser au magasin
juste en face qui s’appelle « Miscelanea San Sebastian ».

Photo 81 : Chambre simple « Hotel Photo 82 : Chambre double « Hotel


Esquipulas » Esquipulas »
167
« Hospedaje » (La pensión) :
L’hospedaje de Nentón est plus connu sous le nom de « La Pensión ». L’hôtel propose tous
types de chambres allant de l’individuelle, jusqu’à quatre personnes. Il n’y a pas de chambre avec
salle de bain privée cependant les sanitaires communs sont très propre. Le prix proposé est de 25
Quetzales par personne et par jour quelque soit la chambre.

Il existe dans le fond de l’enceinte de l’hôtel un « comedor » qui propose des plats
classiques uniquement pour le dîner, et sur demande du client. Le prix pour un repas va de 12,50 à
15 Quetzales par personne. On y propose un service de stationnement sécurisé pour les clients de
l’hôtel.

Photo 83 : Chambre simple « La Pensión » Photo 84 : Chambre double « La Pensión »

4.12.3 Route, et chemin de randonné vers Jacaltenango

Transport en commun
De Nentón à Jacaltenango
Pour se rendre directement de Nentón à Jacaltenango, il existe des microbus qui partent
environ toutes les heures dès 6h00 du matin jusqu’à 5h00 le soir. Les microbus se prennent tous
devant le « Parque central » (Carte 29). Le trajet dure environ 1h40 et coûte 15 Quetzales par
personne. Pour aller à Jacaltenango, il est également possible de prendre un microbus qui se rend à
Camoja. Les microbus pour Camoja partent environ toutes les demi-heures de Nentón, et arrive
20 min plus tard à La Laguna. De là, il faut descendre pour prendre un autre microbus ou un bus qui
se rend à Jacaltenango. Le voyage de La Laguna à Jacaltenango coûte 10 Quetzales en microbus,
met 1h15 ; en bus, le trajet coûte 8 Quetzales dure environ 1h30 pour se rendre à Jacaltenango.

168
De Nentón à Santa Ana
Pour se rendre à Santa Ana, il faut prendre un microbus en direction de Camoja et
descendre au village de Cuatro Caminos. Le voyage dure environ 30 minutes et coûte 7 Quetzales.
A Cuatro Caminos il faut attendre un microbus qui se rend à San Antonio Huista et qui passe par
Santa Ana Huista. Le trajet dure 20 minutes et coûte 5 Quetzales par personne. Les microbus
effectuant les trajets Cuatro Caminos-Santa Ana passent toutes les 20 minutes environ.

Chemin de randonnée vers Jacaltenango (Carte 5 )


Pour se rendre de Nentón à Jacaltenango par un chemin de randonnée, il faut prendre la
vieille route en direction du cimetière (carte 29). Ce chemin mène jusqu’au Río Catarina (Photo 85)
en 1h30 environ. La rivière présente de nombreux sites de camping et de pique-nique. En
continuant sur le chemin qui longe la rivière, on passe devant un premier pont qui mène vers San
Andrés Huista. Sans prendre ce pont il faut continuer le long de la rivière jusqu’à un vieux pont
suspendu (Photo 86). Il faut compter environ 4h00 pour effectuer 10km le long de la rivière puisque
le chemin est très encombrés de nombreux obstacles et broussailles. Du vieux pont suspendu, il faut
continuer le long de la rivière environ 1h00 jusqu’à la rencontre du Río Azul et du Río Catarina
(Photo 87). Ce lieu est idéal pour y faire une pause, pour s’y baigner ou bien pour y passer la nuit.
De la jonction des deux rivières il faut rebrousser chemin sur une centaine de mètres
environ, pour commencer à monter environ 35 minutes vers le haut du plateau afin de rejoindre le
chemin qui mène à Yinchegüex. Il faut compter environ 1h00 de marche pour ce rendre jusqu’au
village d’Yinchegüex. A partir de ce village il faut encore compter 3h00 de marche sur la route qui
mène à Jacaltenango.

Photo 85 : « Río Catarina »

169
Photo 86 : Vieux pont suspendu du « Río Catarina »

Photo 87 : Rencontre du « Río Azul » et du « Río Catarina »

Le chemin à parcourir de Nentón à Jacaltenango est de 26km et il faut compter environ


8h30 de marche si l’on veut faire tout dans la journée. Le dénivelé du chemin est quasiment nul de
Nentón jusqu'à la jonction des deux rivières. Cependant plus on se dirige vers Jacaltenango, plus on
monte en altitude. Ainsi on passe de 850m à Nentón à 1400m à Jacaltenango. Il est possible de se
ravitailler en eau au village d’Yinchegüex et d’y acheter un peu de nourriture. Si les visiteurs

170
veulent faire le chemin en deux étapes il est conseillé de s’arrêter pour la nuit à la jonction du Río
Azul et du Río Catarina, en prévoyant de la nourriture et de l’eau en quantité suffisante.

Remarque :
Le chemin de Nentón à Jacaltenango présente deux évaluations de chemin puisqu’il est
particulièrement long et qu’il est conseillé de le faire en deux fois.

Evaluation du chemin :
De Nentón à la jonction du Río Azul et du Río Catarina :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * 1
Difficile * * 2
Résultat : « Difficile »
Niveau physique : « Bonne forme »
Niveau technique :

De la jonction du Río Azul et du Río Catarina à Jacaltenango :

L l D AP Total

Facile * 1
Moyen * 1
Difficile * * 2
Résultat : « Difficile »
Niveau physique : « Bonne forme »
Niveau technique :

4.13 Etude d’impact

La création de la route touristique à travers la région Huista ne requiert pas de travaux de


grandes envergures. En effet, les chemins de randonnée qui ont été définis sont principalement des
chemins qui sont ou ont été fréquentés. Ainsi, il n’a pas été réalisé de travaux physiques proprement
dit, pour permettre le passage du chemin sur un terrain accidenté par exemple. D’une manière
générale, la création de la route touristique en elle-même n’a pas modifié l’environnement et n’a

171
donc engendré aucun impact d’importance sur le milieu naturel.
Toutefois, l’affluence touristique due à ce projet peut être source d’impacts plus
importants. Cependant, ces impacts dépendront du nombre de touristes qui afflueront sur la région
Huista. Ainsi, il serait intéressant de faire une étude pour évaluer le taux de fréquentation
touristique potentielle. Afin d’effectuer l’étude d’impact, il a été décidé de prendre en compte une
affluence importante de touristes, puisqu’une faible affluence touristique n’aurait pratiquement pas
d’impact sur le milieu naturel.

4.13.1 Analyse des impacts sur l’environnement et le milieu naturel

Faune, flore, sol et paysage

L’impact des touristes sur la faune et la flore ne semble pas très important. En effet les
chemins qui seront fréquentés par les touristes sont des chemins qui existent depuis longtemps, et
qui sont régulièrement empruntés par la population locale. De plus, le touriste suit une route bien
précise à travers la nature de la région Huista, ce qui limite son champ d’action sur
l’environnement, les sols et le paysage. En ce qui concerne la faune, étant donné que ces chemins
sont utilisés régulièrement, la faune présente s’est déjà accoutumée à cet habitat et à la présence
humaine dans le secteur. Ainsi, il ne semble pas exister de nouveaux impacts sur l’environnement
liés à la présence touristique.

Patrimoine culturel

En ce qui concerne le patrimoine culturel, une présence accrue de touristes dans le temps,
peut entraîner une érosion accélérée des monuments et sites archéologiques. Ainsi, il sera nécessaire
de faire de la prévention en effectuant une sensibilisation du public sur la fragilité des lieux visités.
Ceci peut se faire en responsabilisant le touriste face à ses actes. Pour cela, un paragraphe complet
concernant la conduite à adopter lors de la visite de ces lieux sensibles apparaîtra dans les premières
pages du guide.

Population locale

L’impact du touriste sur la population locale se traduit principalement par l’apport de


devises dans les lieux visités. Ainsi, il est peu probable qu’une affluence touristique entraîne un
impact négatif sur la population. Toutefois, il est évident que le touriste doit adopter une conduite
respectueuse face à autrui, pour éviter tous désagréments à la population locale et à lui-même. Le

172
paragraphe concernant la bonne conduite à adopter, traitera également de cet aspect.
Ainsi, en toutes circonstances, lorsque l’on s’adresse à quelqu’un, il faut commencer par le
saluer, accompagné d’un sourire. De même, quand le touriste entre dans un lieu public, un salut
général sera apprécié. Il faut toujours demander la permission lorsque le touriste veut prendre une
photo de personnes comme les Mayas, qui n’apprécient pas toujours de se faire photographier.

Il est important de dire que l’étude d’impact effectué ici est très simple et rapide, et se base
simplement sur des faits hypothétiques. Toutefois, nous ne prévoyons pas que l’envergure du projet
réalisé engendre de changement important sur l’environnement. Ainsi, il est maintenant possible
d’envisager la promotion du chemin écotouristique, à travers le Guatemala et hors de ses frontières
grâce à la création et la distribution d’un guide et la création d’un site Internet.

4.14 Communication

4.14.1 Guide touristique

Le guide créé à partir de l’information récolté durant le projet se présente sous la forme
d’un livre d’une cinquantaine de pages au format A5. Le guide touristique présente les informations
suivantes :

• Une carte du chemin écotouristique.


• Une carte de la situation géographique du chemin écotouristique au Guatemala.
• Une présentation générale du chemin en mettant en avant les différentes activités
proposées.
• Une description des différents climats et écosystèmes traversés.
• Une carte de chaque municipalité traversé par le chemin, donnant des informations
pratiques et situant les différents sites répertoriés.
• Une description de chaque centre d’intérêt des cinq municipalités du chemin en
précisant leurs coordonnées respectives et les heures d’ouverture.
• Une description de chaque site naturel se trouvant proche des municipalités.
• Une description des grandes randonnées, des explications directionnelles et des
informations pratiques pour aider le touriste à bien préparer sa randonnée.
• Des photographies illustrant au mieux les sites et la région visités.

Au moment de la rédaction de ce rapport, le financement pour l’impression des guides


n’ayant toujours pas été reçu, la phase de communication n’a pu être commencée. Cependant, il est

173
présenté, dans le paragraphe ci-dessous, ce qui est envisagé de faire lorsque les guides seront
imprimés, afin de mener à bien la phase de communication.

Le guide sera imprimé en 1000 exemplaires répartis de la manière suivante :

ƒ 500 exemplaires en version espagnole


ƒ 300 exemplaires en version anglaise
ƒ 200 exemplaire en version française

Les guides seront ensuite distribués dans différents points stratégiques se situant pour la
plupart au cœur des grands centres touristiques du Guatemala. Ainsi, les lieux ciblés sont les hôtels,
les restaurants, les gares routières, et les associations touristiques qui offrent des informations
concernant les expéditions à travers le Guatemala.

Les points de distribution ciblés sont donnés dans le tableau suivant :

Tableau 11: Liste des points de distribution du guide écotouristique de la


région Huista
Ville Type Point de distribution
Huehuetenango Gare routière Los Halcones
Hôtel Hotel Casa Blanca
Hotel San Francisco
Ecole de langue Xinabajul
Centre commercial El País
Todos Santos C. Ecole de langue Nuevo Amanecer
Hispanomaya
Hôtel Hotel Casa Familiar
Quetzaltenango Organisation Comisión de Turismo
Quetzaltrekers
Hôtel Pension Bonifaz
Casa Argentina
Bar et Restaurant Bar Tecum
Casa Babylon
Baveria
Giuseppes Pizza
El Sabor de India
Centre commercial La Pradera
Mont Blanc
Zunil (Quetzaltenango) Baños calientes Las Fuentes de Georginas
Panajachel Hôtel Hotel Atitlan
Organisation INGUAT
Antigua Bar et Restaurant Mono Loco
Gaia
Reily's

174
Café Condessa
Dona Luisa Xicotencatl
Hôtel The black cat
Organisation INGUAT
Antigua Outfitters
Agence de voyages Rainbow Room
Centre commercial El Bodegon
Jaibalito Hôtel Casa del Mundo
Santa Cruz La Laguna Hôtels
San Marcos La Laguna Hôtel Aaculaax
San Pedro La Laguna
San Cristobal de las Casas
Restaurant Madre Tierra
(Mexico)

Remarque : La liste des points de distribution proposée ci-dessus, est une liste non exhaustive, et la
distribution ne se limite pas uniquement aux lieux indiqués. Cette liste à pour but principal de
donner une idée des types de centres de distribution ciblés.

Chaque guide sera vendu sur une base de 20 Quetzales chacun, tout en laissant la
possibilité aux promoteurs de le revendre aux touristes au prix qu’ils souhaitent, tout en leur
conseillant de ne pas dépasser la somme de 25 Quetzales par guide.

La distribution des guides à travers le Guatemala se fera par les membres de l’association
« Ecologista-Ambiental Verde-Azul ».

4.14.2 Site Internet

Afin de faire connaître l’existence de la route écotouristique hors des frontières


guatémaltèques et d’élargir la clientèle touristique de la région Huista, un site Internet sera créé par
les membres de l’organisation Ecologista-Ambiental Verde-Azul de Jacaltenango. En effet, l’argent
qui sera récolté lors de la vente des guides, permettra de financer la création du site Internet du
chemin écotouristique de la région Huista. Le site Internet sera également proposé en trois langues
et reprendra en grande partie les informations proposées dans le guide touristique. Toutefois une
visite interactive sera proposée aux internautes : en cliquant sur un point précis de la carte du
chemin écotouristique de la région Huista, une page de présentation concernant le point cliqué
apparaîtra à l’écran, le tout sera agrémenté de photographies illustratives. Ensuite, lorsque le site
Internet sera créé, l’adresse électronique sera proposée aux associations et organisations de voyages

175
suivantes avec qui des contacts ont été préétablis :

EchoWay : EchoWay est une association dont l’objectif est d’informer les voyageurs sur
les lieux existants du tourisme solidaire et écologique, et de les sensibiliser au
« voyager » responsable ». Le site www.echoway.org recense les lieux et
associations qui proposent un tourisme équitable, solidaire et écologique et qui
sont accessibles au voyageur partant seul.

Rede Verde : Le Réseau de Conservation « Rede Verde », créé en novembre 2004,


regroupe des institutions universitaires et des ONG Françaises et Brésiliennes
impliquées dans la protection, la valorisation et la gestion de
l'environnement.
Les actions menées dans le cadre des projets du réseau sont concentrées sur 4
domaines:
• La biodiversité
• L'eau
• Le sol et ses altérations
• L'éducation environnementale
Ces actions se présentent sous différentes formes :
• Projets de recherche pour étudiant(e)s dans le cadre du cursus
universitaire ;
• Stages de formation de jeunes chercheurs et d'enseignants-
chercheurs ;
• Participation à la réalisation des projets menés par les membres du
réseau ou leurs partenaires.

4.15 Chemin de la région Huista, « écotouristique » ou non ?

Afin de vérifier si le chemin de la région Huista, peut être qualifié du terme


« écotouristique », la partie suivante reprend les phases de la création du chemin de la région
Huista, tout en vérifiant de quelle manière celles-ci répondent aux critères d’un projet
écotouristique, définis en première partie du rapport par Blamey (2001), Drumm & Moore (2002),
Epler Wood (2002) et Tardif (2003).

D’après l’étude d’impact effectuée, il a été démontré que le projet n’engendrait pas de
changement important sur l’environnement. Ainsi, le présent projet répond à un premier critère d’un
projet écotouristique, qui stipule que l’affluence des touristes doit avoir un faible impact sur les

176
ressources des aires naturelles protégées ou non.
Le chemin de la région Huista, par le fait qu’il présente les lieux de restaurations et les
services d’hôtelleries, qu’il liste les différentes boutiques d’artisanat, qu’il propose des visites
guidées de plantation de café et qu’il conseil aux touristes de prendre les services d’un guide lors
des randonnées, va permettre la génération de revenus durable pour les communautés locales et
intègre les acteurs locaux dans le bon fonctionnement du projet. En outre, l’intégration des acteurs
locaux dans le projet s’est également fait lors de la phase de communication, puisque se sont les
membres de l’association écologiste Verde-Azul qui effectueront la promotion du guide à travers le
Guatemala et qui mettront en place un site internet. De ce fait, le projet répond au critère concernant
l’apport de revenus durables, et la création d’emplois au sein de la population locale.
De même, comme le chemin écotouristique de la région Huista ne semble pas engendrer
d’impact sur l’environnement, et qu’une partie du guide donne des conseils sur la bonne conduite
que le touriste doit adopter, il est possible d’affirmer que le projet respecte la population, les
cultures et les traditions locales. En outre, le guide écotouristique donne des information concernant
les climats et les écosystèmes de la région, fournissant ainsi une éducation aux visiteurs sur
l’environnement et le milieu naturel qui les entoure.
Enfin, afin de maximiser les chances de continuation du projet à long terme, des contacts
ont été établis tout au long de la période de travail, puisque la création du chemin de la région
Huista a trouvé un appui solide, que se soit au niveau de l’information fournie, et de la participation
financière, de la part des organismes suivants : « la Asociación Ecologista-Ambiental Verde-Azul »,
« la Asociación Civil no lucrativa Mancomunidad municipal de los Huistas », « la Oficina
Municipal de Planificación (OMP) de San Antonio Huista » et «la Asociación Popti’ Educativa y
Cultural B’alunh Q’ana’ ». De cette manière, le projet répond au critère concernant les revenus
destinés à la préservation des zones naturelles. En effet, les organismes précédents peuvent
bénéficier d’un apport financier, que se soit en rendant des services aux touristes, tel que
l’association Verde-Azul, qui établira le lien entre les touristes et le guide du chemin, ou bien en
utilisant les informations présentes, pour effectuer de nouveaux produits touristiques au niveau de la
région Huista. Ainsi, l’argent récolté pourra être utilisé pour la mise en place de nouveaux projets
de protection de l’environnement, qui pourront avoir un effet positif direct sur la préservation des
zones naturelles.

D’après ces données, le chemin de la région Huista semble répondre de manière positive
aux critères d’un projet écotouristique. De ce fait, il est tout à fait envisageable de considérer le
chemin de la région Huista, comme un parcours écotouristique proprement dit.

177
Conclusion

La province de Huehuetenango, possède un haut potentiel touristique principalement


représenté par les paysages spectaculaires, les sites naturels, la présence unique d’espèce floristique
et faunistique, la grande biodiversité, les possibilités récréatives de plein air, les randonnées, les
différentes aires de campement, et la photographie de la nature ; correspondant aux intérêts du
tourisme national et de l’étranger et pourraient être les raisons de la fréquentation de la province de
Huehuetenango et de la région Huista. Bien que la province de Huehuetenango soit déjà visitée
régulièrement par les touristes venant de différentes parties du Guatemala et du monde entier, il
n’existe pas de demande bien structurée pour promouvoir la région comme destination touristique
de renom. Le manque d’information concernant, les sites touristiques existants, les services et
infrastructures présentes, les possibilités de combiner le tourisme traditionnel aux autres formes de
tourisme comme le tourisme scientifique ou l’écotourisme, mais aussi le fait que les touristes se
rendent principalement dans les grands centres touristiques du Guatemala déjà bien développés,
sont autant de raisons qui contribuent au faible développement touristique de la province. En outre,
le tourisme traditionnel et d’aventure qui est déjà présent dans la zone des Cuchumatanes est
généralement restreint à la zone de Todos Santos Cuchumatán, qui est l’unique destination
touristique de la région Huista. Pour le reste de la zone des Cuchumatanes, aucun type de tourisme
n’a encore été développé par manque d’étude, de reconnaissance et de caractérisation de la région.

Face à ce manque d’information, et afin de faire connaître la province de Huehuetenango


comme destination touristique, un projet écotouristique a été réalisé en plein centre de la province.
Le chemin écotouristique de la région Huista, a permis dans un premier temps d’effectuer une
reconnaissance des possibilités touristiques de la région. Ainsi, une description physico-biologique
a été réalisée pour chaque municipio de la zone d’étude. De même, il a été possible de quantifier les
services, et les différentes zones touristiques présentes et ainsi évaluer son potentiel touristique. La
région Huista est une zone idéale pour les amateurs de nature, de randonnée et de beau paysage. Le
chemin créé parcourt près de 100km en passant par cinq « municipios » de la province de
Huehuetenango et à travers 12 écosystèmes différents. En outre, le chemin écotouristique ne
s’adresse pas uniquement aux amateurs de grandes randonnées et de camping, mais permet
également à toutes personnes en bonne santé physique, désireuses de découvrir une nouvelle culture
et les sites naturels, de venir visiter la région Huista au même titre que les touristes d’aventure. En

178
effet, afin de faciliter le séjour des visiteurs dans la région Huista, un guide du chemin
écotouristique a été réalisé, proposant pour chaque site naturel à voir, la possibilité de se rendre
aussi bien à pied, qu’en transport en commun, élargissant ainsi le public ciblé. En outre, pour
chaque municipalité traversée, le guide propose une liste des différents services d’hôtelleries et de
restaurations présents sur place, permettant au touriste de rencontrer facilement un logement ainsi
qu’un lieu pour se restaurer.

Egalement, dans le but de faire découvrir le chemin écotouristique de région Huista, en


plus de la distribution des guides dans les centres touristiques du Guatemala, un site Internet sera
réalisé très prochainement, reprenant les informations présentes dans le guide, et qui permettra de
faire découvrir la région Huista en dehors des frontières du Guatemala.

La première phase, qui consistait à effectuer une reconnaissance des possibilités


touristiques de la région Huista arrive à son terme. La phase suivante consistera à effectuer un suivi
du projet, afin de vérifier si une augmentation de l’affluence touristique a été remarquée, et si celle-
ci engendre des bénéfices à long terme pour les populations locales. Toutefois, le présent projet
n’est que la base d’un chemin écotouristique de la région Huista. En effet, il reste un potentiel
touristique très important dans la région, puisqu’il existe encore de nombreux sites naturels et des
intérêts touristiques à développer dans tous les « municipios » de la région Huista. Ainsi, ce
potentiel touristique devra être développé, dans le but de multiplier les centres d’intérêt des
touristes, car plus il y a d’activités concrètes, plus les touristes resteront longtemps sur les lieux et
plus ils seront susceptibles de revenir au cœur de la province de Huehuetenango.

179
Recommandations

Afin de continuer le développement du chemin écotouristique de la région Huista, il est


important de continuer le travail effectué, en se rendant sur de nouveaux sites d’intérêt et en
recherchant différents moyens de s’y rendre (à pied, à cheval, en vélo ou véhicule motorisé). Afin
de faciliter la localisation des centres d’intérêt de la région Huista, la Mancomunidad Huista a
effectué une carte situant une grande parties des lieux touristiques développés, en développement et
à développer (Annexe 4).

Dans l’optique de perpétuer le guide écotouristique de la région Huista dans le futur, et afin
de garder à jour les informations fournies dans le guide touristique, il est recommandé : d’effectuer
chaque année une vérification afin de savoir si les établissements mentionnés sont toujours en
activités, si les heures d’ouverture sont toujours les mêmes, vérifier si s’il existe de nouveaux
services, et si les premiers services proposés sont toujours d’actualités. Vérifier également si un
changement de propriétaire a eu lieu et, le cas échéant, vérifier avec lui s’il souhaite toujours
apparaître dans la nouvelle édition du guide. Il en est de même pour les informations données sur
les prix et les horaires de voyages des transports en commun. Il serait également nécessaire de
vérifier si les chemins de randonnées proposés dans la première édition du guide sont toujours
praticables. Si un d’entre-eux ne l’est pas, il sera nécessaire de trouver un autre chemin permettant
d’accéder au lieu voulu. Il serait également intéressant de faciliter le plus possible l’accès aux sites
d’intérêt, en balisant les chemins des petites randonnées de chaque « municipio », qui ne nécessitent
pas toujours la présence d’un guide. Enfin, il faut vérifier si de nouveaux centres d’intérêt ont fait
leur apparition dans les municipalités de chaque « municipio ». Par exemple, M. Enio Gomez
souhaite ouvrir dans les prochains mois, un musée d’objets archéologiques au centre de la
municipalité de San Antonio Huista. En outre, il serait intéressant de développer les centres
touristiques d’intérêt qui sont directement liés au chemin, comme par exemple, à Petatán, où il
existe des ruines qui n’ont pas été intégrées au chemin pour des raisons de pratique et de temps, et
qu’il serait intéressant de les rajouter comme centre d’intérêt du chemin écotouristique de la région
Huista, puisque ce dernier passe par Petatán.

Afin de développer de façon effective la région Huista, et comme chaque « municipio »


présente un nombre important de sites d’intérêt, il serait utile d’effectuer le travail en se focalisant
dans un premier temps sur un seul « municipio » de manière à développer ce dernier de façon
précise, et ensuite effectuer le même travail pour chacun des autres « municipios ». Le travail final

180
serait alors de réunir ces « municipios » en proposant des chemins de randonnée qui mènent d’un
lieu touristique à un autre à travers toute la région Huista.

Il est également important de noter qu’il faudra continuer le développement de


l’écotourisme dans la région Huista en proche collaboration avec le « Centro Universitario del Nor-
Occidente » (CUNOROC), « la Asociación Ecologista-Ambiental Verde-Azul », « la Asociación
Civil no lucrativa Mancomunidad municipal de los Huistas », « la Oficina Municipal de
Planificación (OMP) de San Antonio Huista » et « la Asociación Popti’ Educativa y Cultural
B’alunh Q’ana’ », puisque ces organismes portent tous le même intérêt quant au développement
d’activités touristiques dans la région, et peuvent apporter une aide précieuse.

181
Bibliographie

Alistun J. M., 1995. Diccionario de las plantas útiles de Guatemala. Guatemala, 86 p.

Allibert, sans date. Critères d’évaluation physique et technique de randonnée d’Allibert. Allibert
Montagnes et Déserts. 1 p.
Consulté en avril 2006 : [http://www.allibert-trekking.com]

ASIES, 1994. Monografía ambiental región Nor-Occidente : Huehuetenango/Quiché. Guatemala:


ASIES, 179 p.

Blamey R.K., 2001. Principles of Ecotourism. Dans The Encyclopedia of Ecotourism. Oxon, UK,
New York, NY: CABI Pub, p. 5-22.

Campbell J.A., Vannini J.P., 1989. Distribution of amphibians and reptiles in Guatemala and
Belize. Proceedings of the Western Foundation of Vertebrate Zoology 4 (1): 1-21.

Cano E.B., Monzón J., Schuster J.C., 2000. Las "gallinas ciegas" y los "ronrones" del genero
Phyllophaga (Coleoptera: Scarabeidae) en Guatemala: diversidad, endemismo e
importancia agrícola. Revista Universidad del Valle de Guatemala No. 9: 19-24.

Carmen Silvestre E. M., 2003. Identifícación y descripción de areas con potencial turístico y
algunas actividades culturales en el municipio de Jacaltenango, Huehuetenango.
ESTEFOR, Jacaltenango, diciembre del 2003. 162 p. + Anexos.

Carrasco M. C., 1998. Estudio de flora Captzin-Laguna del Chivo, San Juan Ixcoy, Huehuetenango.
Guatemala: Proyecto de desarrollo forestal para la sierra de los Cuchumatanes.
FUNDAP/PNUD-COOP. Holandesa, 44 p.

Castañeda C. S., 1998. Lucha por la tierra retornados y medio ambiente en Huehuetenango. Flasco
Guatemala, 1998. 270 p.

CDC-CECON, 2000. Biodiversidad de Huehuetenango: Invetarios de fauna en los alrededores del

182
macizo montanoso de los Cuchumatanes. Guatemala:
USAC/CONCYT/CONAP/PORDEFOR-MAGA/INAB, 39 p + Anexos.

Ceballos-Lascuráin H., 1993. Ecotourism as a worldwide phenomenon. In Ecotourism: A guide for


planners and managers, Volume 1, K. Lindberg & B. Hawkins (eds.), 12-14. N.
Bennington, Vermont: The Ecotourism Society.

Centro de Salud Nentón, 2006. Monografías del Municipio de Nentón. Sin información editorial,
sin número de edición.

CORDESA, 2000 a. Análisis Ambiental General del Altiplano Occidental de Guatemala y del
proyecto MIRNA. Informe Consultoría. Guatemala : Proyecto Mirna
MAGA/MARN/CONAP/INAB, 53 p.

CORDESA, 2000 b. Estudio Cualitativo Sobre las Características Agroecologicas y


Socioeconómicas de Los Principales Sistemas de Producción del Altiplano Occidental.
Informe Consultaría. Guatemala : Proyecto Mirna MAGA/MARN/CONAP/INAB, 58 p.

CONAP, 1999. Estrategia nacional de biodiversidad y plan de acción, Guatemala. Guatemala:


CONAMA/CONAP/MAGA/FMAM-GEF/PNUD/USAID/CONADIBIO, 129 p.

Drumm A., & Moore A., 2002. Ecotourism Development – A Manual Series for Conservation
Planners and Managers. Volume I, The Nature Conservancy 2002, Arlington, Virginie,
Etats-Unis, 103 p.

Epler Wood M., 2002. Ecotourism: Principles, Practices & Policies for Sustainability, UNEP,
Paris, France & TIES, Burlington, VT USA, 64 p.
Consulté en Janvier 2006: [www.uneptie.org/pc/tourism/library/ecotourism.htm]

EPS, 2004 a. Diagnostico socioeconómico, potencialidades productivas y propuestas de inversión –


Municipio de Jacaltenango Departamento de Huehuetenango. Informe general, versión
preliminar, Facultad de ciencias económicas – Universidad de San Carlos de Guatemala,
Ejercicio Profesional Supervisado, 2004, 522 p.

183
EPS, 2004 b. Diagnostico socioeconómico, potencialidades productivas y propuestas de inversión –
Municipio de Nentón Departamento de Huehuetenango. Informe general, versión
preliminar, Facultad de ciencias económicas – Universidad de San Carlos de Guatemala,
Ejercicio Profesional Supervisado, 2004, 632 p.

EPS, 2004 c. Diagnostico socioeconómico, potencialidades productivas y propuestas de inversión –


Municipio de Santa Ana Huista Departamento de Huehuetenango. Informe general,
versión preliminar, Facultad de ciencias económicas – Universidad de San Carlos de
Guatemala, Ejercicio Profesional Supervisado, 2005, 416 p.

EPS, 2005 a. Diagnostico socioeconómico, potencialidades productivas y propuestas de inversión –


Municipio de Concepción Huista Departamento de Huehuetenango. Informe general,
versión preliminar, Facultad de ciencias económicas – Universidad de San Carlos de
Guatemala, Ejercicio Profesional Supervisado, 2005, 63 p.

EPS, 2005 b. Diagnostico socioeconómico, potencialidades productivas y propuestas de inversión –


Municipio de San Antonio Huista Departamento de Huehuetenango. Informe general,
versión preliminar, Facultad de ciencias económicas – Universidad de San Carlos de
Guatemala, Ejercicio Profesional Supervisado, 2005, 466 p.

Fennell D.A., 2001. Areas and Needs in Ecotourism Research. Dans The Encyclopedia of
Ecotourism. Oxon, UK, New York, NY: CABI Pub, p.639-656.

Hamilton R., 2002. La frontière verte du tourisme. Publication de la Banque Interaméricaine de


développement, BID 2002, 3 p.
Consulté en février 2006 : [http://www.iadb.org/idbamerica/index.cfm?thisid=572]

Higgins B.R., 1996. The global structure of the nature tourism industry: Ecotourists, tour operators
and local businesses. Journal of Travel Research, 35(2): 11-18.

Honey M. S., 1999. Ecotourism and Sustainable Development: Who Owns Paradise? Washington,
D.C: Island Press, 405 p.

INAB, 2001. Mapa de Ecosistemas Vegetales de Guatemala. Instituto Nacional de Bosques –

184
INAB Guatemala, octubre del año 2001. 197 p.

Jolon Morales M.R., 2003. Perfil socioambiental de la region VII: Huehuetenango y Quiché.
Informe Consultoría. FLASCO Guatemala.45 p.

Land H.C., 1970. Birds of Guatemala. USA : Livingston.

Lanuza V., Curruchiche J., 1997. Primer encuentra nacional sobre desertificación y sequía, región
Nor-Occidental de Guatemala. Seminario Taller Huehuetenango, Documente Base de
Discusión. Guatemala : Comisión Nacional Del Medio Ambiente. 34 p.

Mancomunidad Huista, 2005. Pueblos hermanos que trabajan por mejorar la calidad de vida de la
población. Folleto de presentación de la Asociación Civil no lucrativa “Mancomunidad
municipal de los Huistas”, 2 p.

Manier B., 2005. Tourisme dans les îles grecques : l’impact sur le milieu. Tourisme-Durable.net
http://www.tourisme-durable.net/article.php3?id_article=139

Ministerio de Economía de Guatemala, 2004. Departamento de Huehuetenango. Dirección de


análisis económico, 14 p.

Municipalidad de Concepción Huista, 2006. Monografías del Municipio de Concepción Huista. Sin
información editorial, sin número de edición.

Municipalidad de Jacaltenango, 2006. Monografías del Municipio de Jacaltenango. Sin


información editorial, sin número de edición.

Municipalidad de Santa Ana Huista, 2006. Monografías del Municipio de Santa Ana Huista. Sin
información editorial, sin número de edición.

Muralles Aché C., 1995. Nentón Huehuetenango, Caracterización preliminar de los suelos de la
región norte. sin número de edición p. 7

Oficina departamental de planificación, 2003. Estrategia de Reducción de la Pobreza

185
Departamental. Huehuetenango. Oficina departamental de planificación, agosto del 2003

Orams M.B., 1995. Towards a More Desirable Form of Ecotourism. Tourism Management, vol. 16,
p. 3-8.

Orams, M.B. 2001. Types of Ecotourism. Dans The Encyclopedia of Ecotourism. Oxon, UK, New
York, NY: CABI Pub, p. 23-36.

Rockstroh Josel P., s. d. The distribution of mammals in Guatemala and Belice. Manuscrit.

Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique, 2004. Ligne directrice sur la diversité
biologique et le développement du tourisme: Lignes directrices internationales pour les
activités liées au développement d'un tourisme durable dans des écosystèmes et habitats
terrestres, marins et côtiers vulnérables, présentant une importance majeure pour la
diversité biologique et les aires protégées, y compris les écosystèmes fragiles riverains et
de montagne. (Lignes directrices de la CBD) Montréal: Secrétariat de la Convention sur la
biodiversité biologique 30 p.

SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 a. Caracterización del Municipio de Concepción Huista del


Departamento de Huehuetenango. Guatemala Huehuetenango, Septiembre de 2002.

SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 b. Caracterización del Municipio de Jacaltenango del


Departamento de Huehuetenango. Guatemala Huehuetenango, Septiembre de 2002.

SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 c. Caracterización del Municipio de Nentón del Departamento de


Huehuetenango. Guatemala Huehuetenango, Septiembre de 2002.

SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 d. Caracterización del Municipio de San Antonio Huista del


Departamento de Huehuetenango. Guatemala Huehuetenango, Septiembre de 2002.

SEGEPLAN-USIGHUE, 2002 e. Caracterización del Municipio de Santa Ana Huista del


Departamento de Huehuetenango. Guatemala Huehuetenango, Septiembre de 2002.

Tardif J., 2003. Ecotourisme et développement durable. Vertigo, La revue en sciences de

186
l'environnement, Vol 4, No 1, mai 2003, 11 p.

Velize Pérez, M.E., 2000. La vegetación del volcán de Acatenango, Guatemala. USAC, Ciencia y
Tecnología, Revista de ciencia y tecnología, Universidad de San Carlos de Guatemala.
Año 5, No 1 y 2. 166 p.

Vigna A., 2004. Parcours solidaire et écologique en Amérique centrale. Tourisme-Durable.net


Consulté en Janvier 2006 : [http://www.tourisme-durable.net/article.php3?id_article=106]

Wantland Arce K.V., 2003. Turismo en Guatemala. Ecoturismolatino, 2003, 3 p.


Consulté en Février 2006: [www.ecoturismolatino.com].

Weaver, D. B. 1998. Ecotourism in the Less Developed World. New York: CAB International,
258 p.

WTO, 2001. Millennium tourism boom in 2000. World Tourism Organization, Consulté en Janvier
2006: [www.worldtourism.org/main/newsroom/Releases/more_/R0102001.html]

187
Annexes

188
Annexe 1:
Système de classification des écosystèmes du Guatemala
(INAB, 2001)

189
190
191
192
Annexe 2:
Fiche de terrain pour récolter l’information des sites d’intérêt
écotouristique

193
Sitios naturales

Municipio :

Fecha : Fotos : De 123 a 123 Punto de GPS nº :

Nombre del sitio :

Ubicación geográfica :

Latitud : Longitud : Altitud :

Vías de acceso :
Carreteras :

Veredas :

Medios de transportes :
Horario :

Itinerario :

Descripción del sitio :

Historia y utilizaciones :

Observaciones :

194
Cooperativas, Organización y Otros

Municipio :

Fecha : Fotos : De 123 a 123 Punto de GPS nº :

Nombre de la infraestructura :

Nombre del dueño :

Director Presidente Dueños Responsable

Dirección :

Teléfono :

Ubicación en el croquis

Horarios de apertura :

Centros de interés y actividades :

Observaciones :
Tipo de visitas : (Precio)

Posibilidades de compras : (Precio)

Vías de accesos y medios de transportes :

Otros :

195
Tiendas de artesania

Municipio :

Fecha : Fotos : De 123 a 123 Punto de GPS nº :

Nombre de la tienda :

Nombre del dueño :

Dirección :

Ubicación en el croquis

Horarios de apertura :

Lista de los productos :

Observaciones :

Teléfono :

196
Restaurantes

Municipio :

Fecha : Fotos : De 123 a 123 Punto de GPS nº :

Nombre del restaurante :

Nombre del dueño :

Dirección :

Ubicación en el croquis

Horarios de apertura :

Desayuno Almuerzo Cena

Platos típicos :
Desayuno :

Precio

Almuerzo :

Precio

Cena :

Precio

Observaciones :

Teléfono :

197
Hoteles

Municipio :

Fecha : Fotos : De 123 a 123 Punto de GPS nº :

Nombre del hotel :

Nombre del dueño :

Dirección :

Ubicación en el croquis

Horarios de apertura :

Teléfono :

Tipos de habitaciones :

Baño privado
Baño colectivo

Precio/Habitación/Noche :

Posibilidades para comer : Sí No


Incluido en el precio : Sí No
Desayuno Almuerzo Cena

Platos típicos : Referirse al boleto “Restaurantes”


Observaciones :

198
Annexe 3:
Critères d’évaluation physique et technique de randonnée
d’Allibert

199
200
Annexe 4:
Situation des sites touristiques développés, en développement et à
développer, de la région Huista

201
202
MATRIZ PARA CARACTERIZAR SECTOR TURISMO
SITIOS Y ATRACTIVOS MANCOMUNIDAD HUISTA

Sitios desarrollados Sitios que tradicionalmente ya son visitados por turistas nacionales y/o extranjeros que tienen cierto posicionamiento en el
(círculos verdes) mercado.

Ubicación Nombre Municipio GPS Cuáles es Estado del Distancia Otros Tipo de Estado Servicios Tipo de visitantes
# sitio son el los atractivo de atractivos acceso o carretera existentes
en el Mapa atractivos cabecera cercanos carretera (caminos)
principales más
cercana
En Cerca Nac. Ext.
el sitio
sitio
1. Piscina Rio Azul Jacaltenango

2. Piscina San Jacaltenango


Marcos Huista

3. Cabecera Jacaltenango
Municipal

4. Cabecera San Antonio


Municipal Huista

5. Cabecera San Miguel


Municipal Acatan

6. Cabecera Todos Santos


Municipal Cuchumatan

7. Fería Titular Todos Santos

8. Aldea Chiabal Todos Santos

9. Piscina San La
Fernando Democracia

10. Piscina La La
Ceiba Democracia

11. Piscina La
Valparaiso Democracia

12. Cabecera La
Municipal Democracia

203
Sitios en desarrollo Sitios que tienen atractivos (con ventajas comparativas por aprovechar), con ausencia de servicios para el turismo y que
(círculos azules) con poca inversión y promoción se pueden posicionar para lograr operaciones pequeñas.

Ubicación Nombre Municipio GPS Cuál es el Estado del Distancia Otros Tipo de Estado Servicios Tipo de visitantes
# sitio atractivo atractivo de atractivos acceso o carretera existentes
en el Mapa principal cabecera cercanos carretera (caminos)
mas
cercana
En el Cerca Nac. Ext.
sitio sitio
1. Laguna Brahva Nentón

2. Río Chacaj Nentón

3. Oyo Cimarrón Nentón

4. Ruinas de Yula Concepción H.

5. Nacimiento del Concepción H.


Río Azul
6. Río Azul Jacaltenango

7. Rio Catarina Jacaltenango


Vieja
8. Río La Laguna Jacaltenango

9. Río San Jacaltenango


Marcos
10. Cerro Qanil Jacaltenango

11. Cerro Palewitz Jacaltenango

12. Yichtemam Jacaltenango

13. Río el Capulín San Antonio H

14. Ranchón el Tik San Antonio H

15. La Hermita San Antonio H

16. Piscinas La San Antionio


Estancia H.
17. Piscinas Tony San Antonio H

18. Rio Rancho San Antonio H


Viejo

204
19. Ruinas de San Miguel
Tenám Acatan
20. Río Rosario San Miguel
Acatan
21. Piedra Cuache Todos Santos

22. La Torre Todos Santos

23. Piedra Picis Todos Santos

24. Laguna Todos Santos


Ordoñez
25. Cerro los Todos Santos
Cuervos
26. Planes del Todos Santos
Diablo
27. Puerta del Cielo Todos Santos

28. La Maceta y Todos Santos


sus Cascadas
29. Ruinas de Todos Santos
Tecuman Chum
30. Mirados Todos Santos

31. Reserva Todos Santos


Forestal
32. Cabecera Unión Cantinil
Municipal
33. Cueva del Santa Ana H
Limón
34. Sumidero Santa Ana H.

35. Iglesia Católica Santa Ana H.

36. Cabecera Santa Ana H.


Municipal
37. Finca Rancho La
Carmela Democracia
38. Cabecera Nentón
Municipal
39. Cabecera Concepción
Municipal Huista

205
Sitios por desarrollar Sitios que tienen algún atractivo (es de alto costo) lograr por el momento el desarrollo para ser visitados.
(círculos rojos)

Ubicación Nombre Municipio GPS Cuál es el Estado del Distancia Otros Tipo de Estado Servicios Tipo de visitantes
# sitio atractivo atractivo de atractivos acceso o carretera existentes
en el Mapa principal cabecera cercanos carretera (caminos)
mas
cercana
En el Cerca Nac. Ext.
sitio sitio
1. Laguna Ziscao Nentón

2. Ruina San Nentón


Francisco

3. Laguna la Nentón
Campana

4. Laguna la Nentón
Candelaria

5. Montaña de la Concepción
Parte Alta Huista

6. Río de Yulwitz y Concepción


Tzujan Huista

7. Bosques de la Concepción
Cabecera Mpl. Huista

8. Bosques Jacaltenango

9. Paraje San Jacaltenango


Marcos

10. Sendero Jacaltenango


ecológico Río
Azul
11. Cuevas (Reyes San Antonio
y Golondrinas) Huista

12. Río Llanura San Miguel


Acatan

206
13. Río Nubilá San Miguel
Acatan

14. Bosques Todos


Endemicos Santos

15. Minas de Santa Todos


Elena Santos

16. Ruinas Tilajian Todos


Santos

17. Ruta San Juan Todos


Atitan Santos

18. Rio Ocho Todos


Santos

19. El Paso de las Unión


Escaleras Cantinil

20. Las Ventanas Cantinil

21. La Montaña Unión


Negra Cantinil

22. Ventilador Unión


Natural Cantinil

23. La Catarata Cantinil

24. Laguna Democracia

25. Río Huista Santa Ana

26. Posa Cimarron Santa Ana

27. Arroyo Grande Santa Ana

207