Vous êtes sur la page 1sur 24

Histoire

BOXE

Appel à la fin du «séquestre» par la France des 36 crânes de martyrs algériens

Le quotidien français L'Humanité a appelé, dans son édition d’hier, à la fin du «séquestre» par la France des 36 crânes de martyrs (chouhada),

résistants algériens morts au champ d’honneur au début de la colonisation française. «Entre les deux rives de la Méditerranée, une authentique relation

d’amitié implique la fin du séquestre de ces restes mortuaires. Le retour et l’inhumation en Algérie des crânes des insurgés de Zaâtcha seraient un acte

précieux de mémoire, de réparation et d’humanité», a écrit le journal dans un article intitulé «Les crânes de l’amnésie».

P. 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Iftar : 20h06 Imsak : 03h30 MÉTÉO 27° : ALGER 36° : TAMANRASSET p. 2
Iftar
: 20h06
Imsak : 03h30
MÉTÉO
27°
: ALGER
36° : TAMANRASSET
p. 2

Jeudi 9 Juin 2016 - 4 Ramadhan 1437 - N° 1325 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-ÉTATS UNIS Lancement dans un mois des travaux de génie civil du complexe de turbines d’Ain Yagout (Batna)

P. 24

ALGÉRIE-TURQUIE L'Algérie soutient la candidature de la Turquie à la présidence de l'Assemblée parlementaire de l'UPM

P. 24

ELLE AURA LIEU EN NOVEMBRE

L'Algérie accueillera la Conférence mondiale sur l'intégrité et la bonne gouvernance dans le sport

P. 24

SELON LA BANQUE MONDIALE La croissance restera soutenue en Algérie en 2016 à 3,4% La
SELON LA BANQUE MONDIALE
La croissance
restera soutenue
en Algérie en 2016
à 3,4%
La croissance économique en Algérie devrait rebondir à 3,4% en 2016 contre 2,9% en 2015 et restera
soutenue grâce à la solidité des secteurs gazier et hors hydrocarbures, a indiqué la Banque mondiale
(BM) dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales publié mardi à Washington.
Selon les pronostics de cette institution financière internationale, la croissance du produit intérieur
brut réel (PIB) de l’Algérie va rebondir en 2016 pour enregistrer une progression de 3,4% contre 2,9%
en 2015. La BM a légèrement relevé ses projections de croissance pour l’Algérie en 2015 en estimant la
progression du PIB à 2,9% contre une prévision de 2,8% anticipée en janvier dernier.
P. 7

DURANT LE MOIS DE RAMADHAN

Le FCE distribuera environ

100.000 couffins

aux nécessiteux

P. 5

SNTF

Réception

de 10 nouvelles locomotives de transport de marchandises

P. 6

COMMERCE

Hausse

quasi générale des prix alimentaires en avril

P. 6

SÉCURITÉ ROUTIÈRE :

La Délégation nationale mettra en œuvre la stratégie du gouvernement

MDN
MDN

Les gardes-

côtes d'Annaba

déjouent 2

tentatives

d'émigration

clandestine

de 30

personnes

personnes

P. 3

P. 3
SANTÉ
SANTÉ
ÉVOCATION Quand le boxeur Mohamed Ali visitait l'Algérie P. 21
ÉVOCATION
Quand
le boxeur
Mohamed
Ali visitait
l'Algérie
P. 21
le boxeur Mohamed Ali visitait l'Algérie P. 21 CÉPHALÉE DE TENSION COMMENT LA SOIGNER ? P.p
CÉPHALÉE DE TENSION COMMENT LA SOIGNER ? P.p 12-13
CÉPHALÉE
DE TENSION
COMMENT LA
SOIGNER ?
P.p 12-13

Accidents de la route :

34% des personnes tuées en 2015 ont moins de 30 ans

P. 8

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 9 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26

2

DK NEWS

Jeudi 9 juin 2016

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 9 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26

Horaires des prières

2 DK NEWS Jeudi 9 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48
2 DK NEWS Jeudi 9 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48
2 DK NEWS Jeudi 9 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48
2 DK NEWS Jeudi 9 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48
Fajr 03:26 Dohr 12:48 Asr 16:39 Maghreb 20:11 Isha 21:54
Fajr
03:26
Dohr
12:48
Asr
16:39
Maghreb
20:11
Isha
21:54

AUJOURD’HUI AU CONSEIL DE LA NATION

Séance plénière consacrée aux questions orales

Le Conseil de la nation tiendra aujourd’hui une séance plénière consacrée aux questions orales. Les questions se rapportent aux secteurs de l'Inté- rieur et des Col-

lectivités locales, des Ressources en eau et de l'En- vironnement ainsi que des Tra- vaux publics, a précisé un com- muniqué du Conseil de la na- tion.

4

INDUSTRIE ET MINES

Bouchouareb à Mascara et Relizane

4 INDUSTRIE ET MINES Bouchouareb à Mascara et Relizane Dans le cadre du suivi des projets

Dans le cadre du suivi des projets du secteur, le ministre de l’Industrie et des Mines, M. Abdessalem Bouchouareb, ef- fectuera aujourd’hui, une vi- site de travail et d’inspection dans les wilayas de Mascara et Relizane.

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Ghoul sur les chantiers de la capitale

Le ministre de l'Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, le Dr Amar Ghoul, ef- fectuera aujourd'hui, une visite de travail et d'inspection au niveau des chantiers de la capitale.

et d'inspection au niveau des chantiers de la capitale. LI AMNIKOUM L’impact du discours religieux sur

LI AMNIKOUM L’impact du discours religieux sur la sécurité routière en débat

L’émission radio de la Sûreté nationale «Li Amnikoum» diffusée tous les jeudis sur les ondes de la Chaine 1, abordera cet après-midi de 16h à 17h l’impact du discours religieux sur la sécurité routière.

du discours religieux sur la sécurité routière. MOBILIS LANCE SA CAMPAGNE CARITATIVE Ensemble pour

MOBILIS LANCE SA CAMPAGNE CARITATIVE Ensemble pour l’acquisition de bus scolaires destinés aux enfants des zones isolées

Pendant tout le mois sacré de Ramadhan, Mobilis, lance une campagne de solidarité au pro- fit des enfants des zones ru- rales isolées, et donne l’oppor- tunité à ses clients en ce mois de piété et de dévouement de par- ticiper à la concrétisation de cette noble action. Fidèle à ses valeurs fondamentales de soli- darité et de citoyenneté, Mobi- lis, continue d’apporter son sou- tien et aide aux différentes tranches de la société, par le lancement d’une nouvelle cam- pagne caritative, se traduisant par l’acquisition de bus scolaires, permettant aux enfants vivant dans les zones isolées, de pouvoir suivre normalement leur scolarité et avoir accès au savoir, grâce à la contribution et à l’engagement de tous. Ainsi, Mobilis s'engage à reverser 10 DA, pour chaque rechargement à partir de 200 DA, paiement de facture ou nouvelle activation, effectué par ses abonnés durant ce mois de Ramadhan et les convertira en Dons. Rejoignez-nous et construisant ensem- ble, le Plus Grand Réseau de Solidarité en Algérie !

ble, le Plus Grand Réseau de Solidarité en Algérie ! - CE SOIR À L’ISMAS DE
ble, le Plus Grand Réseau de Solidarité en Algérie ! - CE SOIR À L’ISMAS DE
- CE SOIR À L’ISMAS DE BORDJ EL KIFFAN Remise de diplômes aux étudiants Le
-
CE SOIR À L’ISMAS
DE BORDJ EL KIFFAN
Remise de diplômes
aux étudiants
Le ministre de la
Culture, M. Azzedine
Mihoubi, présidera ce
soir à partir de 22h à
Institut supérieur des
métiers des arts du
spectacle et de l'au-
diovisuel de Bordj El
Kiffan, la cérémonie
de remise de diplômes
aux étudiants des Ins-
tituts et Écoles de for-
mation artistique et
culturelle.
Météo
Max
Min
Alger
27°
16°
Oran
32°
19°
Annaba
28°
16°
Béjaïa
28°
18°
Tamanrasset
36°
24°
SEAAL
4
Suspension de l’AEP
dans 5 communes
d'Alger
L'alimentation
en eau potable
sera suspendue
aujourd’hui de 9h
à 16h dans plu-
sieurs communes
de la wilaya d'Al-
ger en raison de
travaux de rabat-
tement des câbles
électriques à Te-
lemly, a annoncé
hier la Société des
eaux et de l'assai-
nissement d'Alger (SEAAL) dans un communiqué.
Cette suspension en eau potable touchera les com-
munes suivantes: la Casbah, Bab El Oued, Oued
Koriche, Alger centre (en partie) et Bologhine (en
partie), a ajouté la même source. La SEAAL rap-
pelle qu'un dispositif de citernage sera mis en
place, pour la durée de la suspension, afin d'ali-
menter en priorité les établissements publics et
hospitaliers affirmant que la situation se rétablira
progressivement dès la fin des travaux.

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONNEMENT

Nouri le 12 juin à Boumerdès

Le ministre des Ressources en Eau et de l’Environnement, M. Abdelwahab Nouri, est at- tendu dimanche 12 juin, dans la wilaya de Boumerdès, dans le cadre d’une visite de travail et d’inspection.

dans le cadre d’une visite de travail et d’inspection. MUSÉE DU MOUDJAHID Enregistrement de témoignages Le

MUSÉE DU MOUDJAHID Enregistrement de témoignages

Le musée national du Moudjahid, organise cet après-midi à partir de 14h, la 64e rencontre pour l'enregistrement des témoignages des moudjahidine et moudjahidate sur la guerre de Libération nationale.

et moudjahidate sur la guerre de Libération nationale. THÉÂTRE DE VERDURE Projection des films Zootopia et

THÉÂTRE DE VERDURE

Projection des films Zootopia et X-Men Apocalypse

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, or- ganise ce soir à par- tir de 22h au théâtre de Verdure, une séance de projec- tion de deux films :

Zootopia et X-Men Apocalypse.

projec- tion de deux films : Zootopia et X-Men Apocalypse. PROMO DE OOREDOO Facebook gratuit pour

PROMO DE OOREDOO

Facebook gratuit pour chaque rechargement MAXY

DE OOREDOO Facebook gratuit pour chaque rechargement MAXY Ooredoo célèbre l’arrivée de Ramadhan avec ses clients

Ooredoo célèbre l’arrivée de Ramadhan avec ses clients et lance sa promo MAXY RAMADHAN, qui leur permet de bénéficier de Facebook gratuit en plus des avantages MAXY existants, valable pendant tout le mois sacré. En ef- fet, pour tout rechargement MAXY 1000, les clients béné- ficient de 2000 DA de crédit en appels et SMS vers le natio- nal et l’international fixe et mobile, de 1,5 Go d’Internet et Facebook gratuit, au lieu de 1 Go soit 500 Mo offerts. Aussi, pour tout rechargement MAXY 2000, les clients auront 4000 DA de crédit en appels et SMS vers le national et l’interna- tional fixe et mobile, 4,5 Go d’Internet et Facebook gratuit, au lieu de 3Go, soit 1,5 Go offerts. En ce mois de Ramadhan, Ooredoo continue d’offrir des solutions pratiques et com- plètes pour rapprocher les familles algériennes.

Jeudi 9 juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

PARLEMENT

Reprise des travaux de l'APN le 13 juin

Le bureau de l'Assemblée populaire nationale (APN) a arrêté, mardi, lors d'une réunion le calendrier des séances plénières qui reprendront lundi 13 juin 2016 pour présenter et débattre le projet de loi sur la promotion de l'investissement.

Selon un communiqué de l'APN, «le calendrier des séances plé- nières qui reprendront lundi et mardi 13 et 14 juin 2016 pour pré- senter et débattre le projet de loi sur la promotion de l'investisse- ment a été arrêté au cours de cette réunion présidée par Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l'APN». «Après la séance des questions

orales qui se tiendra le 16 juin, le bureau a programmé une séance plénière le 27 juin pour le vote des projets de loi sur le règlement bud- gétaire de 2013, le projet de loi por- tant organisation de la vente aux enchères et au projet de loi relatif à

la promotion de l'investissement».

Selon la même source, deux projets de loi l'un amendant et complétant l'ordonnance no 76-122 du 9 septembre 1976 et portant sur le statut général des officiers de réserve et le second complétant l'ordonnance no 06-02 du 28 février 2006 et portant statut du personnel militaire seront présen- tés le 28 juin». Les séances prendront fin le 29 juin après présentation et débat du projet de loi organique amendant et complétant la loi organique fixant l'organisation de l'APN et du Conseil de la nation ainsi que les relations fonctionnelles entre ces deux institutions et le gouverne- ment. Le bureau soumettra quatre

et le gouverne- ment. Le bureau soumettra quatre projets aux commissions de la défense nationale et

projets aux commissions de la défense nationale et des affaires juridiques. Il s'agit du projet de loi amen- dant et complétant l'ordonnance 76-122 du 9 décembre 1976 et por- tant statut général des officiers de réserve, du projet de loi complé- tant l'ordonnance no 06-02 du 28 février 2006 et portant statut du personnel militaire, du projet de loi organique a amendant et com- plétant la loi organique fixant l'or- ganisation de l'APN et du Conseil de la nation ainsi que les relations fonctionnelles entre ces deux insti- tutions et le gouvernement outre le projet de loi fixant la composante du conseil national des droits de l'Homme et les modalités de nomi-

nation de ses membres et son orga- nisation. Le bureau a examiné par ailleurs 11 amendements proposés au projet portant organisation de la vente aux enchères. Le bureau a enfin examiné 75 questions écrites et questions orales avant de les soumettre au gouvernement. M. Ould Khelifa a relevé «la coordination parfaite entre les deux chambres du parlement et le gouvernement dans tous les tra- vaux proposés lors de cette session qui se poursuivra jusqu'à la finali- sation des projets urgents». Il a en outre souligné «l'impor- tance de la participation des dépu- tés au sein des commissions et dans les séances plénières».

LUTTE CONTRE L’EMIGRATION CLANDESTINE

Les gardes-côtes d'Annaba déjouent deux tentatives d'émigration clandestine de trente personnes (MDN)

Des unités des gardes-côtes d'Annaba ont déjoué mardi et mercredi, deux tentatives d'émigration clandestine de trente personnes à bord de deux embarcations de construction artisanale au Nord de Ras El Hamra, indique le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. «Dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine, des unités des Gardes-côtes d’Annaba

(5ème Région militaire) ont déjoué lors de deux opérations distinctes, les 07 et 08 juin 2016, deux tentatives d’émigration clandestine de trente (30) personnes, à bord de deux (02) embarcations de construction artisanale au nord de Ras El Hamra», précise la MDN. «Ces interventions se sont déroulées dans de bonnes condition», ajoute la même source.

JUSTICE

TRIBUNAL CRIMINEL D’OUARGLA :

5 ans de prison ferme pour adhésion à groupe terroriste

Une peine de cinq (5) années de prison ferme a été prononcée mercredi par le tribunal crimi- nel près la Cour d’Ouargla, à l’encontre d’un ressortissant étranger (malien) poursuivi pour adhésion à un groupe ter- roriste. Le mis en cause, M.L (40 ans),

a été condamné pour adhésion à

groupe terroriste activant à l’in- térieur et à l’extérieur du terri- toire, et entrée et séjour illégaux sur le territoire algérien. Selon l’arrêt de renvoi de la chambre

d’accusation, l’affaire remonte au début de l’année 2012 avec l’exploitation d’informations faisant état de l’appartenance du mis en cause à une bande terro- riste activant à l’intérieur du pays et à l’extérieur (Nord malien) ou il a servi de traduc- teur durant une certaine

période, avant que l’évolution de la situation, à savoir l’interven- tion militaire étrangère au Mali en 2013 pour éliminer les groupes terroristes armés, ne le pousse à s’infiltrer en Algérie,

via la frontière algéro-malienne. A son arrivée à Tamanrasset, il eut des contacts avec des mem- bres du même groupe terroriste, avant que les services de sécurité ne mettent la main sur lui en 2014. Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public avait demandé une peine de 20 années de prison ferme, assortie d’une amende d’un (1) million DA, pour les chefs d’in- culpation d’adhésion à groupe terroriste et entrées et séjours illégaux en territoire national.

AFFAIRE EL KHABAR :

Le verdict mercredi prochain

Le verdict de l'affaire du rachat des actions du groupe média par Ness-Prod, une filiale du groupe Cevital, sera prononcé mercredi prochain a annoncé le juge Mohamed Dahmane, président du tribunal administratif de Bir

Mourad Rais. Aprés avoir entendu les plaidoiries des deux parties, El Khabar et le minis- tère de la Communication, le juge a annoncé que l'affaire a été mise en délibéré et le verdict sera rendu mercredi.

mise en délibéré et le verdict sera rendu mercredi. ALGÉRIE TÉLÉCOM : Tayeb Kebbal nouveau directeur

ALGÉRIE TÉLÉCOM :

Tayeb Kebbal nouveau directeur général par intérim

: Tayeb Kebbal nouveau directeur général par intérim M. Tayeb Kebbal, président du Conseil d'adminis-

M. Tayeb Kebbal, président du Conseil d'adminis- tration d'Algérie Télécom, a été désigné directeur général par intérim, en remplacement de Mohamed Sbaa, a annoncé hier l'entreprise dans un communi- qué. «Dans le cadre du renforcement et de l'amélioration de la gouvernance d'Algérie Télécom, et afin de garan- tir le pilotage coordonné avec ses organes de gestion, le Conseil d'administration réuni ce mercredi, a décidé de charger M. Tayeb Kebbal, président du Conseil d'ad- ministration, des missions de directeur général par intérim», précise le communiqué. Membre du Conseil d'administration du groupe Algérie Télécom depuis 2003, M. Kebbal a occupé plu- sieurs postes de responsabilité dont, notamment, pré- sident du Comité d'audit de l'entreprise, inspecteur général au niveau du ministère de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication, avant d'être élu président du Conseil d'administration en avril 2016, rappelle la même source.

CONSTANTINE :

Ouverture de 10 nouvelles mosquées

source. CONSTANTINE : Ouverture de 10 nouvelles mosquées Dix nouvelles mosquées ont ouvert leurs portes, dès

Dix nouvelles mosquées ont ouvert leurs portes, dès

le début du mois de Ramadhan dans plusieurs com-

munes de la wilaya de Constantine, a déclaré mercredi à l’APS le directeur des affaires religieuses et des wakfs, Lakhdar Fanit. Il s’agit de trois (3) mosquées au chef lieu de wilaya, trois (3) autres dans la commune d’El Khroub, et qua- tre (4) autres lieux de culte répartis sur les communes de Hamma- Bouziane, Didouche- Mourad, et Ain Smara, et dans la nouvelle ville Ali Mendjeli, a précisé ce responsable.

Les fidèles résidant dans les cités bénéficiaires de

ces infrastructures de culte à l’instar des quartiers Erriad, Boussouf et El Guemmas à Constantine pour- ront ainsi «accomplir les prières des Tarawih à proxi- mité de leurs domiciles», a-t-il indiqué. «Conçues selon une architecture inspirée de l’art arabo-musulman, alliant modernité et tradition, ces

lieux de culte, disposent, chacun, de deux (2) salles de prière (hommes et femmes) et d’un espace pour l’ini- tiation à la récitation du Coran», a encore détaillé la même source.

Un total de 120 mosquées est actuellement en cours

de construction dans la wilaya de Constantine et enre- gistre un taux d’avancement des travaux «satisfaisant», a-t-on encore noté, soulignant que le financement de

ces projets est assuré par le ministère de tutelle, des associations et des fidèles.

La wilaya de Constantine dispose actuellement de

290 mosquées, réparties sur l’ensemble des douze communes.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 9 juin 2016

MARCHÉS DE FRUITS ET LÉGUMES À ALGER

Disponibilité des produits mais prix élevés

À ALGER Disponibilité des produits mais prix élevés Même si les produits agricoles sont disponibles en

Même si les produits agricoles sont disponibles en grande quantité, leurs prix varient d’un marché à un au- tre et sont même jugés élevés par les citoyens en ce dé- but du mois de Ramadhan, a-t-on constaté dans plusieurs marchés aux fruits et légumes à Alger. A titre d'exemple, la courgette, prisée ce mois est pro- posée au marché de Bachdjerrah à 120 DA, alors que la laitue est cédée entre 70 et 80 DA le kg. Quant au prix de la tomate de saison, elle connaît une instabilité et varie entre 40 et 80 DA le kg alors que les au- tres produits sont cédés à moindre prix comme la pomme de terre qui est à 25 DA. Certains prix sont en baisse comme celui de la carotte vendue à 60 DA le kg. Pour les fruits, la pêche et l’abricot sont à 100 DA/kg tandis que la datte est cédée entre 350 et 480 DA/kg, se- lon la qualité proposée. Au rayon boucherie, la viande bovine est à 800 DA alors que la viande ovine ne dépasse pas les 1.000 DA/kg tan- disque la volaille est vendue à 270 DA/kg. Au marché d’Hussein, qui n’est pourtant distant de Bach Djerrah que de quelques kilomètres, la donne est tout autre et les prix sont nettement plus élevés. La courgette y est proposée à 180 DA, alors que la lai- tue est cédée à 120 DA le kg. Le prix de la tomate connaît, lui aussi une hausse à 120 DA/le kg alors que d’autres produits sont aussi cédés à des prix élevés comme la pomme de terre qui est à 45 DA. D’au- tres prix sont également en hausse comme celui de la ca- rotte vendue à 100 DA le kg. Pour les fruits, la pêche est à 350 DA/kg alors que la datte est cédée entre 450 et 580 DA/kg. La pastèque s’élève également à 130 DA/kg, voire davantage par le fait que ce produit est acquis en troisième main, a expliqué un marchand. Au rayon boucherie, la viande bovine est entre 1.000 DA et 1.450 DA alors que la viande ovine ne dépasse pas les 1.550 DA/kg tandis que la volaille est vendue à 330 DA/kg, en nette hausse après des prix très bas du mois de mai dernier durant lequel elle a même été cédée à 250 DA/kg. Selon les citoyens, cette hausse des prix s’explique aussi par l’absence de disponibilité des marchés de proximité malgré les promesses répétées du gouvernement. «Comme il n’y a pas de marché à Aïn Naadja, on est dans l’obligation de nous déplacer vers les autres mar- chés d’Alger pour faire nos commissions quotidiennes même si les prix sont élevés», a indiqué un consomma- teur. Interrogé, Sid Ali Boukrouch, président du bureau exé- cutif du bureau d’Alger de l’Union générale des commer- çants et artisans algériens (UGCAA), a souligné que «les prix sont élevés à cause de la tendance des commerçants pour le gain facile», tout en s’attendant à ce que la ten- dance s’inverse après la première semaine du ramadhan. «Notre organisation est mobilisée contre le phénomène de la hausse des prix et elle a lancé depuis jeudi dernier une campagne pour combattre cette pratique», a-t-il pré- cisé. «L’organisation continuera de sensibilise les com- merçants installés dans les marchés pour les inciter à évi- ter d’augmenter les prix», a-t-il ajouté. Au total, 110.000 commerçants activant dans 148 marchés approvisionnent régulièrement les habitants de la wilaya d’Alger, avait indiqué mercredi dernier, le di- recteur du commerce de la wilaya, Karim Guech, qui a appelé les citoyens à s’abstenir de gaspiller les produits alimentaires pendant le ramadhan. Du côté des pouvoirs publics, des dispositions parti- culières ont été prises pour lutter contre la spéculation et mettre sur le marché les quantités nécessaires pour maintenir le niveau des prix à la hauteur du budget des ménages. Le ministre du Commerce, Bakhti Belaïd, a affirmé que des stocks ont été constitués pour répondre à la forte de- mande et que tous les produits alimentaires sont dispo- nibles en quantités suffisantes pour le ramadhan.

Le FCE distribuera environ 100.000 couffins aux nécessiteux durant le mois de Ramadhan

Environ 100.000 couffins seront distribués par le Forum des chefs d'entreprises (FCE) aux nécessiteux durant le mois de ramadan, a indiqué hier à Alger le président du FCE, Ali Haddad, lors du lancement de la 2e édition de son programme «FCE solidaire».

«Le FCE prévoit de dis- tribuer par le biais de l'as- sociation SIDRA, environ 100.000 couffins pendant le mois sacré de ramadan et l'opération touchera 1 mil- lion de personnes dans le cadre du programme +FCE solidaire+», a précisé M. Haddad lors du lancement de cette opération, en pré- sence du wali d'Alger, Ab- delkader Zoukh, et du se- crétaire général de l'Union Générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdel- madjid Sidi Saïd. La 2e édition du pro- gramme «FCE solidaire» qui a été marquée par le lancement de la première partie de l'opération de dis- tribution de ces couffins, comportera plusieurs ac-

de dis- tribution de ces couffins, comportera plusieurs ac- tions de solidarité au profit des catégories

tions de solidarité au profit des catégories nécessi- teuses, a ajouté M. Had- dad, rappelant que la pre- mière édition a été organi- sée en 2015. Il s'agit, notamment, d'une action intitulée «un cartable pour l'avenir»des- tinée aux enfants scolarisés issus de familles nécessi- teuses, qui sera lancée à la fin du mois d'août pro- chain, a-t-il fait savoir. M. Haddad a également annoncé que cette opéra- tion portera sur l'insertion professionnelle des per- sonnes en situation d'han- dicap, une nouvelle action qui débutera par l'organi- sation, en septembre pro- chain, d'une journée de sensibilisation.

«Nos entreprises assu- meront toujours leur res- ponsabilités sociale», a-t-il affirmé, se disant «convaincu» que «la meil- leure façon de lutter contre la pauvreté est d'impulser les investissements devant garantir les emplois, les salaires et la dignité aux personnes vulnérables». «Nous avons la convic- tion, au FCE, que seule une économie prospère et so- lide assurera une distribu- tion équitable des richesses et une justice sociale», a-t- il relevé. Pour sa part, le prési- dent de l'association SI- DRA, Nacim Fillali (parte- naire de cette opération) a indiqué que son partena- riat avec le FCE relève d'une

«volonté commune» de ve- nir en aide aux plus néces- siteux et d'être solidaires avec «ceux qui souffrent de la pauvreté et ceux qui habitent les régions encla- vées, les handicapés et les orphelins». Le même responsable a expliqué que l'associa- tion SIDRA, portée par des jeunes, a pour mission principale «la promotion de la citoyenneté active à travers des projets de déve- loppement». De son côté, le wali d'Al- ger a salué cette initiative de solidarité, soulignant son «soutien et adhésion» à cette action humanitaire qui est «complémentaire» aux actions d'aide et de so- lidarité inscrites dans les programmes des pouvoirs publics et destinées aux différentes catégories vul- nérables. Pour sa part, le secré- taire général de l'UGTA) a salué la «démarche soli- daire» du FCE qui reflète, a- t-il indiqué, les «traditions ancestrales de notre so- ciété». M. Sidi Saïd a souligné l'importance de cette ex- périence de solidarité «por- tée par une jeunesse qui a tous les mérites».

M ME BENHABILÈS :

Convention Croissant-Rouge/Mandataires : la solidarité ne doit pas se limiter au Ramadhan

La présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA) Mme Saïda Benhabi- lès a appelé hier les commerçants et autres citoyens à porter aide et assis- tance aux familles démunies indi- quant que l'action ne doit pas se limi- ter au mois du Ramadhan. «Je m’oppose à l’action de solida- rité conjoncturelle qui se limite au mois de Ramadhan et d’autres occa- sion et célébrations», a-t-elle souligné lors d’un point de presse en marge de la cérémonie de signature de l’accord entre l’Association des mandataires et la direction générale du marché de gros de fruits et légumes des Eucalyp- tus. La présidente du CRA a précisé que l’accord signé avec l’association des mandataires vise à procurer divers produits alimentaires dont des fruits et légumes aux familles démunies. «Les mandataires octroient les quantités collectées au CRA qui les distribue à son tour aux associations afin que l’aide soit remise aux fa-

tour aux associations afin que l’aide soit remise aux fa- milles démunies», a-t-elle indiqué. Mme Benhabilès

milles démunies», a-t-elle indiqué. Mme Benhabilès a souligné que l’action du CRA vient en complé- mentarité de l’action de solidarité menée par l’Etat mais pour autant elle a ajouté que les organisations de la so- ciété civile ne doivent «devenir un poids pour l’Etat». «Le Croissant-Rouge intervient surtout dans des zones déshéritées notamment dans la quarantaine de

communes déclarées comme telles par l’Etat», a-t-elle ajouté. La présidente du CRA a, par ail- leurs, critiqué les personnes qui bé- néficient indument de l’aide octroyées aux démunis en donnant l’exemple des personnes qualifiées d’aisées qui se rendent régulièrement dans les res- taurants de la rahma. 15000 familles vont bénéficier de cette opération de don pendant le Ramadhan, a révélé Mme Benhabilès. De son côté, Mohamed Zineddine Medjber, président de l’association des mandataires du marché des Eu- calyptus a indiqué que «ce genre d’actions est un symbole de la solida- rité des professionnels avec les fa- milles démunies». Il a estimé que l’avantage de cet ac- cord est d’éviter la dispersion de l’ac- tion de solidarité «car auparavant l’aide était accordée aux associations directement mais il y avait beaucoup de dispersions et de détournement de cette aide».

TIZI-OUZOU

De grandes figures de la chanson pour animer les soirées du mois de Ramadhan

Des stars de la chanson algé- rienne donnent rendez-vous à Tizi Ouzou à leurs fans à partir de jeudi pour animer des galas artistiques tout au long du mois de Ramadhan, a-t-on appris hier de la direction locale de la culture. Selon le programme, concocté

wene, Boudjemaa Agraw, Hacene Ahres, Rabah Lani, Medjahed Ha- mid, Brahim Tayeb, Ali Mezian, Ma- lika Domrane, Djaffar Ait Menguel- let, et Célia Ould Mohand, lauréate de la 7ème édition (2016) du concours «Alhane wa chabab». Programmés respectivement

Parallèlement aux galas prévus à la maison de la culture Mouloud Mammeri, les autres établissements culturels dont, le théâtre régional Kateb Yacine, la cinémathèque,et l’annexe de la maison de la culture d’Azazga, proposeront éga- lement au public un programme

par la direction de wilaya de la cul- ture pour s'étaler jusqu'au 4 juillet prochain, la salle des spectacles de la maison de la culture Mouloud Mam-

pour les 21 et 28 juin courant, Nouara, la Diva de la chanson kabyle, et Ali Amrane, la star de la folk-rock ka- byle, qui font salle comble à chacun

riche et varié dont des pièces théâ- trales, galas artistiques et projec- tions cinématographiques (longs métrages, films d’animation, docu-

meri (chef lieu de wilaya) verra dé-

de leurs spectacles, seront la cerise

mentaires

),

a-t-on indiqué de

filer une soixantaine de chanteurs

sur le gâteau des ces soirées du mois

même source.

d'expression kabyle dont Ali Idefla-

de ramadan, a-t-on observé.

APS

Jeudi 9 juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

BOUMERDÈS

Des oppositions à la réalisation de 27 opérations de distribution électrique

réalisation de 27 opérations de distribution électrique sept (7) lignes de moyenne tension et de 26

sept (7) lignes de moyenne tension et de 26 points de départ de basse tension, parallèlement à un projet de réalisation d'une ligne de 45 km de moyenne ten- sion, pour réduire les cou- pures électriques. La direction locale de Sonelgaz va, en outre, lan- cer un programme de réa- lisation et de renforce- ment de près de 65 km de lignes électriques de moyenne tension, rele- vant de 11 municipalités de la wilaya, parallèlement

de 700 millions de DA. Ce montant a servi à la pose de neuf (9) nouvelles lignes de transport d’élec- tricité de moyenne ten- sion, sur un linéaire de 19 km, en plus de l’installa- tion de 113 transforma- teurs électriques et la réa- lisation d’un réseau de transport d’électricité de 80 km de long, pour le raccordement de foyers ruraux. «Ces dernières années, le niveau de consomma- tion électrique a connu

à huit (8) centres de pro- duction et de distribution d’électricité de haute ten- sion, à l’horizon 2019. Ce plan de développe- ment viendra en appui à plusieurs autres projets lancés en réalisation, en 2015, pour une enveloppe

une hausse croissante à Boumerdes, en passant de 900 Gwe (gigawatt élec- trique) en 2009, à 1200 Gwe en 2012, avant d’at- teindre les 1.300 Gwe ac- tuellement, équivalant à prés de 200.000 abonn2s», a observé M. Biter.

Des oppositions de citoyens à Boumerdes entravent la réalisation de 27 opérations de développement visant l’amélioration de la distribution de l’énergie électrique dans la wilaya, a-t-on appris hier du directeur de la société de distribution de l'électricité et du gaz.

«En dépit des multi- ples tentatives pour convaincre les citoyens concernés du bien fondé de ces opérations pro- grammées, depuis plu- sieurs années, en vue du renforcement des pres- tations du secteur en ma- tière de distribution élec- trique, aucune solution à l’amiable n’a été trouvée au problème, à ce jour, a déploré Biter Abdelkader dans une déclaration à l’APS. «Vu l’impossibilité de faire appel à la force publique dans le cas des projets de développement, comme stipulé par la loi, certains de ces projets ont été annulés», a ajouté le même responsable, fai- sant part de négociations en cours avec les proprié- taires terriens concernés au sujet du reste des pro- jets, en contrepartie d’in- demnisations, a-t-il fait savoir.

Un été 2016 avec un minimum de désagré- ments pour les abonnés

«Nous œuvrerons, du-

rant cet été 2016, à garan- tir aux abonnés un mini- mum de coupures et de désagréments, sauf ex- ception majeure indépen- dante de notre compé- tence», a assuré M. Biter. Il a souligné, à ce pro- pos, la prise de disposi- tions dans un objectif de faire face aux perturba- tions enregistrées en sai- son estivale à cause de la consommation excessive

de l’énergie électrique en

pareille période de l’an- née. Aussi, a-t-il fait part de l’affectation, par son en- treprise, d’une enveloppe de plus de 1 500 millions de DA pour la réalisation de nombreux projets, dont une partie a été ré- ceptionnée et le reste est attendu à la livraison à la fin 2016, a-t-il indiqué. Il s'agit, a t-il ajouté, de la concrétisation d'un programme de 131 nou- veaux postes de distribu-

tion de l'énergie électrique (dont une cinquantaine

a été réceptionnée), re-

partis à travers les com- munes de Khemis El- Khechna, Bordj Menaïl, Isser, Boudouaou, Dellys et Baghlia, Boumerdes, Thénia et Naceria. Le plan prévoit, égale- ment, la réalisation de

HABITAT

Les prochaines opérations de relogement se feront après le mois du Ramadhan

Le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, a annoncé hier à Alger que les prochaines opérations de relo- gement au niveau de la wilaya se fe- ront après le mois de Ramadhan. Dans une déclaration à la presse en marge du lancement de la

deuxième édition du programme "FCE solidaire", M. Zoukh a précisé que la troisième et la quatrième phase de la 21e opération de reloge- ment au niveau de la wilaya d'Alger s'effectuera après le mois de Rama- dhan".

Concernant les travaux en cours au parc des loisirs (Sablette, Moham- media) à Alger, M. Zoukh a affirmé que ces derniers seront achevés en 2017, précisant qu'en attendant, le parc dispose de nombreux moyens de distraction et de loisirs.

ANNABA

Lancement de la campagne moissons- battage avec des prévisions de 330.000 quintaux de céréales

La campagne moisson-

battage de la saison 2015-

2016 a été lancée mercredi à

l’exploitation agricole «Bou-

bakeur Hamil» dans la com- mune d’El Eulma, a-t-on constaté. Les prévisions pour cette campagne moisson-battage tablent sur 339.000 quin- taux, et devront permettre

de «rattraper» le recul enregistré dans la production cé- réalière durant la saison écoulée, a estimé le directeur des Services agricoles (DSA), M. Hassan Soltani qui s’est montré «optimiste» quant à la concrétisation de ces ob- jectifs. La production dans la filière des céréales mar- quera cette saison une augmentation de plus de trente pour cent (30%) par rapport à la saison agricole 2014-

2015 qui ne dépassait pas les 200.000 quintaux de cé-

réales, a souligné le même responsable. Trente (30) machines de moisson-battage ont été mo-

Trente (30) machines de moisson-battage ont été mo- bilisées dans le cadre de cette campagne supervisée

bilisées dans le cadre de cette campagne supervisée par une commission de wilaya composée des différents in- tervenants et présidée par le wali, a indiqué le même res- ponsable, faisant part éga- lement de l’aménagement de quatre (04) sites de col- lecte de la récole, implantés à El Hadjar et dans les régions

de Ain Berda et Berrahal. Les préparatifs tracés en prévision de cette campagne (2015-2016) ont permis l’amélioration du rendement par l’hectare qui oscille entre 20 à 40 quintaux. La superficie cultivée en céréales a atteint les 14 296 hectares à raison de 12 990 ha destinés au blé dur, 708 ha pour le blé tendre et 984 ha pour l’orge, le restant de cette surface agricole a été consacré au fourrage, a-t-on détaillé.

IN-SALAH

Soutien des produits énergétiques et équipement agricoles

Pas moins de 25 demandes de soutien de produits éner- gétiques destinés à l’activité agricole et des équipements d’ir- rigation de la céréaliculture ont obtenu l’aval de la commis- sion technique de la wilaya déléguée d’In Salah, a-t-on ap- pris hier de la direction déléguée des services agricoles. Retenue au titre du Fonds national de développement agri- cole, cette opération confiée à la banque de l’Agriculture et du Développement rural, concerne 18 dossiers portant soutien, pour un montant de 417 millions DA, de produits énergétiques exploités dans le secteur agricole, ainsi que le soutien d’équipements utilisés dans l’irrigation de la céréa- liculture pour un montant de plus de 827 millions DA, a pré- cisé le directeur délégué de l’agriculture, Boudjemaâ Che- rouini. L’opération entre dans le cadre des efforts visant la pro- motion de l’agriculture, notamment la céréaliculture qui ne cesse de se développer ces dernières années à In-Salah, confortée par les résultats obtenus au titre de l’actuelle cam- pagne moissons-battages, augurant de perspectives promet- teuses pour cette culture stratégique dans la région. Selon le même responsable, la surface céréalière irriguée devra gagner du terrain pour passer à la prochaine saison agricole de 350 hectares à 1.000 ha répartis entre les com- munes d’In-Salah, Foggaret Ezzoua et In-Ghar. Cette action de soutien a été largement salué par les agri- culteurs locaux, voyant en elle une opportunité d’impulser les activités agricoles dans cette région ou est prévue une di- versification de la production agricole par l’introduction d’au- tres spéculation agricoles, notamment la culture de la pomme de terre. Le secteur de l’agriculture à In-Salah ambitionne d’éten- dre les surfaces agricoles irriguées, notamment dans les zones de Kouinebi, Foggaret Ezzoua, Ain-El-Hadj Cheikh, Tegh- bara et El-Maleh, a soutenu le même responsable.

SOUK AHRAS

Ouverture de pistes forestières et rurales et plantation d’arbres fruitiers

forestières et rurales et plantation d’arbres fruitiers Plusieurs opérations relatives à l’ouverture de pistes

Plusieurs opérations relatives à l’ouverture de pistes fo- restières et rurales et à la plantation d’arbres fruitiers ont été réalisées dans la wilaya de Souk Ahars, a-t-on indiqué hier à la conservation des forêts. Mobilisant un montant de 500 millions de DA, les projets concrétisés ont concerné l’ouverture de pistes forestières sur 60 km dans les communes d’Ouilane, de Heddada, d’Ain Zana, de M’daourouch, d’Ouled Moumene, de Khedara et de Mechroha, a-t-on précisé de même source. Des actions d’aménagement de 100 km de nouvelles pistes forestières et d’ouverture de tranchées pare-feu sur 115 ha dans les communes d’Ouilane, de Mechroha et d’Ain Zana, figurent également parmi les opérations concrétisées. Le programme qui vise la lutte contre l’exode rurale, mais aussi la fixation du sol a consisté en le reboisement de 850 hectares, l’entretien des arbres sur 1.200 ha, en sus de la plan- tation du liège sur 140 hectares, a-t-on ajouté. Il a été aussi procédé à la réalisation de travaux sylvicoles sur 900 hectares, de deux postes de vigie dans les communes de Mechroha et d’Ouled Moumene, la plantation d’arbres frui- tiers et des oliviers, et l’aménagement de nouveaux puits, a- t-on souligné. Parallèlement à ces opérations, il a été procedé à la plantation de figues de barbarie sur une surface de 30 ha, tan- dis que 482 ruches ont été distribuées, selon les services de la conservation des forêts, signalant que la réalisation de ce programme a permis le désenclavement de plusieurs zones montagneuses , la création de nouveaux postes d’emploi et l’amélioration des conditions de vie de la population de la wilaya.

APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Jeudi 9 juin 2016

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Baisse de 30% de

la facture d'importation sur les 4 premiers mois

La facture d'importation des matériaux de construction (ciment, fer et acier, bois et produits en céramique) s'est chif- frée à 607,34 millions de dollars (usd) durant les 4 premiers mois de 2016, contre 856,14 millions usd à la même période de 2015, en baisse de 29,06%, a appris l'APS auprès des Douanes. Les quantités importées ont également reculé, du- rant la même période, pour s'établir à 3,13 millions de tonnes (mt) contre 3,46 mt, soit une baisse de 9,5%, précise le Cen- tre national de l'informatique et des statistiques des douanes (Cnis). Par catégorie de produits, les ciments (non

) ont été im-

portés pour un montant de 123,36 millions usd contre 149,14 millions usd (-17,3%). Les quantités importées ont lé- gèrement baissé passant à 1,98 mt entre janvier et la fin avril 2016 contre 2 mt sur la même période de 2015 (-1%). Quant

à la facture d'importation du fer et d'acier, elle a enregistré

une baisse à 259,76 millions usd contre 463,9 millions usd (-44,01%). Les quantités importées ont également baissé pour atteindre 657.222 t contre 944.285 t (-30%). Concernant le bois destiné à la construction, sa facture d'importation a baissé à 206,74 millions usd contre 224,21 millions usd (-7,8%), tandis que la quantité importée a lé- gèrement reculé à 479.185 t contre 482.468 t (-0,6%). Les im- portations des produits en céramique (briques, dalles, carreaux et autres articles similaires) ont reculé à 17,46 mil- lions usd contre 18,87 millions usd (-7,42%), avec des quantités importées de 19.006 t contre 20.928 t (-9%). Il est ainsi constaté que la baisse de la facture des matériaux de construction s'explique, pour certains produits, par le re- cul de leurs cours mondiaux sur les marchés ainsi que par l'instauration du régime des licences d'importation. Les prix moyens à l'importation par l'Algérie des ciments, à titre d'exemple, ont baissé de 23% sur les deux premiers mois de 2016. Il est à rappeler que l'importation du ciment à port- land gris est soumise au régime des licences depuis le 1er janvier 2016. Le contingent de ce produit a été fixé à 1,5 mil- lion de tonnes. Quant au contingent quantitatif du rond à béton (fer et acier), il a été fixé à 2 millions de tonnes pour l'année 2016. En 2015, la facture d'importation des matériaux de construction avait baissé à 2,54 milliards usd contre 3,35 milliards usd en 2014, (-24,1%).

pulvérisé, portland, alumineux, hydraulique

SNTF :

Réception de 10 nouvelles locomotives de transport de marchandises

La Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) a réceptionné, mardi dernier, dix (10) nouvelles locomotives diesel de transport de marchandises pour développer son activité fret, a indiqué son P-dg, M. Yacine Bendjaballah. Ces dix locomotives font partie d'une commande globale de 30 locomotives diesel qui seront toutes affectées à l'ac-

tivité fret, a-t-il précise lors d'une émission de la radio na- tionale. L'objectif de cette entreprise publique est de faire passer la part de son activité fret de 2% actuellement à 17% en 2020, sachant que les 2% représentent 5 millions de tonnes de produits transportés chaque année. Signalant que la SNTF est actuellement défaillante financièrement, il a relevé que cette dernière dépendait largement des dotations de l'Etat puisqu'elle engrange seulement quatre (4) milliards de di- nars à travers ses activités de transport de voyageurs et de marchandises, tandis que sa dotation budgétaire de l'Etat est de 19 milliards de dinars. Outre l'acquisition de nouvelles locomotives pour le transport de marchandises, la société a pris un certain nombre de mesures pour renflouer ses caisses dont le renforcement du contrôle pour traquer les fraudeurs qui ne paient pas leurs billets et qui engendrent, selon lui, un manque à gagner de 30%. La location de lo- caux commerciaux dans les gares est une autre piste étu- diée par la SNTF. L'augmentation de la vitesse des trains pourrait également être un argument commercial aussi bien en ce qui concerne le transport de marchandises que celui des voyageurs. A ce propos, il a avancé que l'année 2016 sera celle un train algérien atteindra pour la première fois les 160 kms/heure avec le lancement de la ligne Birtouta-Ze- ralda. En 2017, la vitesse des trains rapides sera augmentée

à 200 kms contre un maximum de 120 kms actuellement,

alors que dans 4 à 5 ans la vitesse atteindra les 300 kms, a- t-il ajouté. Le P-dg de la SNTF a aussi fait part d'un projet de mode des gestion électronique permettant de mettre sur rails davantage de trains et de réduire les retards. Afin de réaliser cet objectif, des ingénieurs de la société ont été en- voyés en formation en Allemagne et dont une première pro- motion de 67 ingénieurs vient d'achever sa formation, tan- dis qu'une autre, composée de 50 ingénieurs, sera formée dans le même pays à partir de septembre prochain. Concernant la circulation ferroviaire dans la banlieue d'Alger, il a souligné qu'elle totalisait 150 trains par jour mais qu'il était difficile d'aller au-delà de ce nombre sans la mise en place du système de gestion électronique.

M. ABDESLAM BOUCHOUAREB À PARTIR DE BATNA

Orienter l’investissement et la diversification de l’économie vers les Hauts-Plateaux et le Sud

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb a affirmé mardi à Batna que son département favorise l’orientation de l’investissement et la diversification de l’économie vers les régions des Hauts-Plateaux.

«Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la diversification éco- nomique et l’optimisation de l’ex- ploitation des énergies existantes dans le pays», a précisé le ministre lors de l’inspection, au parc indus- triel d’Ain Yagout, du complexe industriel General electronic Algeria Turbine (GEAT). M. Bouchouareb a exhorté le directeur général de l’Agence nationale d’intermédiation et de

régulation foncière à œuvrer à ce

que le parc industriel d’Ain Yagout soit le premier à se concrétiser parallèlement aux travaux de réali- sation du complexe de turbines qui, a-t-il noté, revêt une impor- tance vitale pour l’économie natio- nale. Il a donné des instructions fermes pour assurer la bonne ges- tion et l’entretien des zones et parcs industriels à l’échelle natio- nale, et «créer si nécessaire une entreprise indépendante pas forcé- ment publique pour les gérer». Le

pas forcé- ment publique pour les gérer». Le ministre a inspecté plusieurs uni- tés de la

ministre a inspecté plusieurs uni- tés de la zone industrielle de la ville de Batna et s’est longuement entretenu avec des opérateurs locaux. Il a invité notamment les investisseurs à tirer profit des avantages accordés par l’Etat aux activités de sous-traitance indus-

trielle et aux industries émer- gentes qui permettent de réduire les importations et de générer des emplois, assurant que l’entreprise privée ou publique est avant tout une entreprise algérienne au ser- vice du renforcement de l’écono- mie nationale.

Sortie du 1 er camion Hyundai monté à l’usine Global Mortors Industries de Batna

monté à l’usine Global Mortors Industries de Batna Le premier camion de l’usine Global Mortors Industries

Le premier camion de l’usine Global Mortors Industries de montage des camions et autocars de la marque Hyundai est sorti mardi à Batna en présence du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, de l’ambassadeur de la Corée du Sud en Algérie, Park Sang-jin, et du wali, Mohamed Salamani. L’usine implantée dans la zone industrielle de Batna assurera d’ici à fin 2016 le montage de 15.000 véhicules et prévoit de porter sa capacité annuelle à 22.000 unités en 2020, selon les explications données à l’occasion par les responsables de cet investissement privé fruit d’un parte- nariat algéro-sud coréen, cette usine mobilise un inves- tissement de 7 milliards DA avec une capacité de produc- tion annuelle de 3.000 camions, 200 bus, 50 autocars, 250

tracteurs et 250 engins. Selon les responsables de cette unité industrielle, l’usine qui emploie actuellement 450 travailleurs projette d’atteindre en cinq ans un taux d’in- tégration de 40 % grâce à la sous-traitance locale et de porter ses effectifs à 2.000 travailleurs. L’ambassadeur de la Corée du Sud en Algérie a souhaité que cette coopé- ration puisse se développer davantage bien «au-delà du montage et pourquoi pas à la fabrication tout en parve- nant à réaliser des pièces de rechange 100 % algé- riennes», estimant que cet investissement constitue un appui à l’économie algérienne et au développement local. Pour le ministre de l’Industrie et des Mines ce pro- jet, lancé parallèlement à d’autres, entre dans le cadre de la diversification de l’économie nationale et permet de constituer la base d’une industrie mécanique, précisant que le montage en est la première étape nécessaire et iné- vitable. M. Bouchouareb a notamment insisté sur l’en- couragement de la sous-traitance pour augmenter gra- duellement le taux d’intégration des pièces localement fabriquées. A une question relative à la réduction des quotas de voitures importées, le ministre a invité les concessionnaires à investir dans la sous-traitance pour devenir eux-mêmes des industriels, estimant que la loi de finances complémentaire 2015 et la loi de finances 2016 accordent des avantages considérables pour ce genre d’initiative. L’Algérie, a-t-il dit, ne restera pas éternellement un pays importateur de voitures et a de grandes potentialités et ambitions pour lancer une industrie automobile nationale.

SELON LE MINISTÈRE DU COMMERCE

Hausse quasi générale des prix alimentaires en avril

Les prix de la majorité des pro- duits alimentaires ont connu une hausse en avril dernier comparative- ment à avril 2015, a appris l'APS auprès du ministère du Commerce. Concernant les produits d'épice- rie, les prix moyens de détail ont enregistré des hausses significatives notamment pour la farine condition- née (+8,7%), les pâtes alimentaires (+4,5%), le sucre blanc (+2,4%), le lait

en poudre infantile (+10,8%) et le café (+2,9%). Quant aux légumes secs, à l'excep- tion des prix des haricots secs qui ont reculé de 19,6%, il a été enregis- tré une hausse de près de 22% pour les lentilles et de 23,6% pour les pois chiches. Par contre, les légumes frais ont enregistré une diminution des prix. C'est le cas notamment de la pomme de terre (-31,6%), la tomate fraîche (-27,3%) et l'oignon sec (- 11,7%). Mais une hausse a été consta- tée pour l'ail local (+32,5%) et l'ail

consta- tée pour l'ail local (+32,5%) et l'ail importé (+36,7%). Pour ce qui concerne les viandes,

importé (+36,7%). Pour ce qui concerne les viandes, une augmenta- tion des prix a touché la viande ovine locale (+6,7%), la bovine locale (+4%) et la bovine congelée (+3,3%). Cependant, le prix du poulet évis- céré a diminué de 15,4% ainsi que les

oeufs (-9,1%). Selon les dernières prévisions de la FAO, en matière de sucre, il est prévu une croissance moyenne de la demande mondiale à 3,7 millions de tonnes, sans augmen- tation importante de la production, durant 2016-2017. Cette situation pourrait conduire à un déficit d'envi- ron 6 millions de tonnes à cause d'un recul de la production, notam- ment dans l'UE, tandis que la demande devrait continuer à pro- gresser. Pour les cours internatio- naux des produits laitiers, ils ont augmenté après plusieurs mois de baisse, d'après la FAO. Les demandes d'importations réduites de la Chine et de la Russie ont pesé sur les mar- chés. Par ailleurs, la production mondiale du lait a enregistré une augmentation de 1,5% en 2015. Le commerce mondial des pro- duits laitiers devrait chuter de 1,7% et d'établir à 71,3 millions de tonnes. APS

Jeudi 9 juin 2016

ECONOMIE

DK NEWS 7

SELON LA BANQUE MONDIALE

Algérie : La croissance restera soutenue en 2016 à 3,4%

La croissance économique en Algérie devrait rebondir à 3,4% en 2016 contre 2,9% en 2015 et restera soutenue grâce à la solidité des secteurs gazier et hors hydrocarbures, a indiqué la Banque mondiale (BM) dans son rapport sur les perspectives écono- miques mondiales publié mardi à Washington.

Selon les pronostics de cette insti- tution financière internationale, la

croissance du produit intérieur brut réel (PIB) de l’Algérie va rebondir en

2016 pour enregistrer une progres-

sion de 3,4% contre 2,9% en 2015. La BM a légèrement relevé ses pro- jections de croissance pour l’Algérie en 2015 en estimant la progression du PIB à 2,9% contre une prévision de 2,8% anticipée en janvier dernier. Après avoir tablé sur une crois- sance de 3,9 % pour 2016 en janvier dernier, la BM a abaissé cette prévi- sion à 3,4% mais a souligné que la croissance restera soutenue grâce à l’entrée en production de plusieurs

projets gaziers et à la solidité de l’acti- vité hors hydrocarbures. Par ailleurs, l’institution de Bretton Woods a ramené ses prévi- sions de croissance mondiale pour

2016 à 2,4%, par rapport aux 2,9 %

annoncés en janvier dernier. Cette décision s’explique par les taux de croissance anémiques enre- gistrés dans les économies avancées, la faiblesse persistante des prix des produits de base, l’atonie du com- merce mondial et la diminution des flux de capitaux, a expliqué la BM. Selon le rapport, les marchés émergents et les pays en développe- ment exportateurs de produits de base ont du mal à s’adapter à la fai- blesse des cours du pétrole et d’autres produits essentiels, ce qui explique la moitié de cette révision à la baisse. La marge de progression escomp- tée dans ces économies est d’à peine 0,4% cette année, soit 1,2 point de pourcentage de moins que les chif- fres annoncés en janvier dernier. Ce ralentissement démontre l’im- portante nécessité pour les pays d’ap- pliquer des politiques qui favorisent la croissance économique et amélio- rent les conditions de vie des per- sonnes vivant dans une pauvreté extrême «, a commenté le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, cité dans le rapport. Au Moyen-Orient et Afrique du Nord, la croissance devrait remonter légèrement à 2,9 % en 2016, soit 1,1

devrait remonter légèrement à 2,9 % en 2016, soit 1,1 point de pourcentage de moins qu’es-

point de pourcentage de moins qu’es- compté en janvier dernier. Cette révision à la baisse s’ex- plique par le fait que les cours du pétrole devraient continuer à pointer vers le bas durant l’année, à 41 dollars le baril en moyenne, a prévu la BM. En Afrique subsaharienne, les pré- visions font état d’un ralentissement continu de la croissance, qui devrait s’établir à 2,5% en 2016, contre une estimation de 3% en 2015. Les marchés émergents et les éco- nomies en développement qui importent des produits de base sont plus résilients que les pays qui en exportent, même si les effets positifs de la baisse des prix des produits énergétiques et d’autres tardent à se matérialiser. Ces marchés et ces éco- nomies devraient afficher une crois- sance de 5,8 % en 2016, soit un peu moins que les 5,9 % estimés pour 2015 en raison d’une embellie de l’activité économique favorisée par la faiblesse des prix des produits énergétiques et une légère reprise dans les écono- mies avancées. Parmi les grandes économies émergentes, la Chine devrait enregistrer un taux de crois- sance de 6,7 % en 2016 contre 6,9% l’année précédente. L’économie indienne devrait poursuivre sa forte progression à 7,6%, alors que la BM s’attend à des récessions bien plus marquées au Brésil et en Russie que ne l’indi- quaient les chiffres de janvier. Alors

que les économies avancées progres- sent (avec difficulté), la plupart des pays d’Asie du Sud et de l’Est affi- chent une croissance robuste, tout comme les pays émergents importa- teurs de produits de base «, indique Kaushik Basu, économiste en chef et premier vice président de la Banque mondiale. Dans ce contexte de crois- sance anémique, l’économie mon- diale est exposée à des risques majeurs comme une plus forte contraction des grands marchés émergents, une grande variabilité du climat des marchés financiers, la stagnation des économies avancées, a précisé le rapport. En Europe et Asie centrale, le ralentissement continu de l’économie russe plombe la crois- sance dans la région, qui devrait s’établir à 1,2% en 2016, soit 0,4 point de pourcentage de moins que dans les perspectives de janvier à l’excep- tion de la Russie, la région devait enregistrer un taux de croissance de 2,9 %. Pour la partie orientale de la région, les prévisions ont été revues à la baisse par rapport aux chiffres de janvier dernier, alors que les pays s’adaptent au fléchissement des prix des produits pétroliers. Dans la partie occidentale de la région, l’activité économique devrait être marquée par une légère embellie dans la zone euro et d’un accroisse- ment de la demande intérieure à la faveur de la baisse des prix du carbu- rant.

PÉTROLE

Le Brent à plus de 52 dollars à Londres

AIE

Vers des changements

"importants" dans le commerce mondial du gaz

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a estimé que dans les cinq prochaines années, le commerce mon- dial du gaz connaîtra de changements "importants". Dans son nouveau rapport sur le marché gazier à moyen terme publié mercredi, l’AIE a affirmé que malgré la faiblesse de la demande de gaz à l’échelle mondiale et les prix bas, le mar- ché enregistrera une croissance "massive" des approvision- nements en GNL (gaz naturel liquéfié). "Le commerce mon- dial du gaz connaîtra, dans les cinq prochaines années, une véritable refonte du commerce mondial du gaz, en raison de nouveaux approvisionnements du GNL et d’une crois- sance de la demande dans certains grands marchés", a ex- pliqué l’AIE, soulignant qu’en conséquence, ceci engendrera des changements "majeurs" dans la structure du commerce mondial de gaz. Le rapport prévoit pour les deux princi- paux acheteurs de GNL du monde, le Japon et la Corée du sud, de "faibles" perspectives, mais les nouveaux approvi- sionnements devront trouver d'autres marchés comme la Chine, l'Inde et l'ASEAN qui "vont émerger comme de prin- cipaux acheteurs". "Nous constatons l’arrivée de quanti- tés massives d'exportations de GNL, alors qu'en dépit de prix du gaz, la demande continue à ramollir dans les marchés traditionnels", a déclaré le directeur exécutif de l'AIE, Fa- tih Birol, dans une note introductive du rapport, ajoutant que les facteurs combinés de charbon à meilleur marché et la poursuite de la croissance des énergies renouvelables forte ont bloqué l'expansion rapide du gaz dans le secteur de l'énergie. Le rapport annuel de l'AIE, qui livre une ana- lyse détaillée sur cinq ans et une projection de l'évolution de la demande, de l'approvisionnement et du commerce de gaz naturel, a estimé que la demande mondiale sera en hausse de 1,5% par an d'ici à la fin de la période des prévi- sions, contre 2% prévus dans les estimations du rapport de l'année dernière. "La lente croissance de la demande d'éner- gie primaire et la baisse de l'intensité énergétique dans l'éco- nomie mondiale vont amoindrir la croissance de la demande pour tous les combustibles fossiles, y compris le gaz", a consi- déré l’AIE, soulignant que malgré une demande faible de gaz, les exportations mondiales de GNL "augmenteront sen- siblement". "Entre 2015 et 2021, la capacité de liquéfaction augmentera de 45%, principalement aux Etats-Unis et en Australie. De nouveaux projets dans les deux pays ont com- mencé à accroître leur production et plusieurs autres sont à un stade avancé de développement", a-t-il ajouté in- diquant qu’en 2021, l'Australie, suivie des Etats-Unis, sera capable de rivaliser avec le Qatar, le plus grand exportateur de GNL au monde. L’AIE prévoit, en conséquence, une concurrence "intense" qui se développera chez les produc- teurs afin de conserver ou d'avoir accès à des clients euro- péens. "Nous sommes au début d'un nouveau chapitre sur les marchés européens du gaz", a expliqué M. Birol, aver- tissant que l'offre excédentaire d'aujourd'hui "pourrait pré- sager un nombre de défis et des risques de sécurité dans l’approvisionnement".

RUSSIE :

Effondrement du bénéfice de Rosneft de 80% au 1 er trimestre

Les prix du pétrole conti-

tien supplémentaire mardi

pour la semaine achevée le

en février.

Le géant pétrolier russe Rosneft a annoncé mercredi avoir

nuaient à gagner du terrain

après la clôture des

3

juin attendues ce jour, en

Les informations selon

subi un effondrement de 80% de son bénéfice net au pre-

mercredi en cours d'échanges européens, gal- vanisés par des estimations qui ont fait état d'une chute des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 52,02 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 58 cents par

échanges avec la publica- tion des estimations de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) sur le niveau des réserves américaines de brut. «Le pétrole est ce (mer- credi) matin l'objet d'achats spéculatifs en amont du rapport sur les stocks amé- ricains» de pétrole du département américain de

quête de nouveaux signes qu'un rééquilibrage du marché est en cours. Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, le rapport du DoE devrait montrer une baisse des réserves de brut de 3 millions de barils, ainsi qu'un déclin des stocks d'essence de 2 millions de barils et un recul de ceux de

lesquelles la production de brut au Nigeria a chuté à son plus bas niveau depuis 1994 devrait apporter un soutien supplémentaire aux prix tout au long de la journée», soulignait un autre analyste. «Les prix ont été tirés à la hausse par l'annonce d'une nouvelle attaque sur des installations pétrolières au Nigeria peu après que le

mier trimestre, en raison de la chute des ventes, alors que l'Etat envisage de vendre une partie de son capital. Entre janvier et mars, le groupe public a dégagé un bénéfice net de 200 millions de dollars contre un milliard de dollars un an plus tôt, plombé par des éléments exceptionnels liés à des coûts d'assurance et des cessions ainsi que par la baisse de ses ventes. Son chiffre d'affaires a en effet dimi- nué de 32,6% à 14,5 milliards de dollars. «Avec une infla- tion qui persiste dans l'économie et un contexte négatif sur le marché, le groupe a amélioré l'application de ses initia- tives stratégiques en se concentrant sur l'efficacité de ses activités» en réduisant les coûts d'extraction, a souligné le directeur général Igor Setchine, cité dans un communiqué.

rapport à la clôture de mardi. Dans les échanges élec- troniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en juillet prenait 48 cents à 50,84 dollars. Les cours du Brent et du WTI, orientés à la hausse depuis le début de la semaine sur fond de perte

l'énergie (DoE), relevaient un analystes. Selon ces der- niers, le marché profitait en particulier des données de l'API qui ont fait état mardi d'un nouveau déclin hebdo- madaire des stocks de 3,6 millions de barils, après que les estimations du cabi- net privé Genscape avaient elles aussi pointé vers une baisse des réserves améri- caines de pétrole. Aussi les

produits distillés (dont le gazole, le fioul de chauffage, et le kérosène) de 700.000 barils. Le cours de la réfé- rence européenne du brut a ainsi atteint mercredi matin 52,04 dollars, un maximum depuis le 12 octo- bre 2015, tandis que son homologue américain est monté au même moment jusqu'à 50,86 dollars, son niveau le plus fort depuis le

gouvernement a annoncé des pourparlers avec le groupe rebelle responsable des attaques» perpétrées depuis février, abondaient les analystes. Enfin, le fait que la Chine a importé près de 40% de pétrole supplémentaire en mai par rapport au mois précédent, selon des don- nées publiées par les Douanes chinoises, a aussi

«Dans un contexte macroéconomique négatif, le groupe maintient un niveau stable de flux de trésorerie, ce qui per- met de financer les investissements prévus et de s'acquit- ter à temps de toutes les obligations financières», a-t-il in- sisté. Rosneft, visé par des sanctions occidentales à cause de la crise ukrainienne, fait partie des sociétés dans le ca- pital desquelles l'Etat veut réduire sa participation pour ren- flouer son budget mis à rude épreuve par le plongeon des cours des hydrocarbures. La banque italienne Intesa a été choisie pour organiser cette cession. La participation publique pourrait ainsi passer de 69% à un peu plus de 50%, ce qui représenterait un gain potentiel d'une dizaine de mil- liards de dollars vu le poids actuel en Bourse. Le chinois

de vitesse du dollar et d'in-

investisseurs seront-ils par-

9

octobre 2015. «Le pétrole a

contribué à l'optimisme du

Sinopec s'est dit intéressé et le britannique BP détient déjà

20%.

terruptions de production au Nigeria, ont reçu un sou-

ticulièrement attentifs aux données officielles du DoE

gagné 90% depuis son plus bas en douze mois atteint

marché, ajoutaient les ana- lystes.

APS

8 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 9 juin 2016

SELON LA GN

Démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de devises à Alger

spécialisé dans le trafic de devises à Alger Les services de la Gendarmerie nationale de la

Les services de la Gendarmerie nationale de la wilaya d'Alger ont démantelé un réseau in- ternational spécialisé dans le trafic de devises et saisi des sommes d'argent d'une valeur globale de plus de 7 milliards de centimes, in- dique mardi un communiqué du Comman- dement de la gendarmerie nationale. Après une enquête approfondie et perquisition des domiciles des suspects (Dely Ibrahim, El Biar, Telemly, Birkhadem, Kouba et Alger centre), les services de la Gendarmerie ont saisi 360.000 dollars US, 15.000 livres sterling, 25.000 dollars canadiens, 7.500 euros, 4.000 dinars tunisiens ainsi qu'un véhicule de marque Peugeot 407. Un matériel sensible consistant en cartes magnétiques de banques étrangères, montres, clefs et caméras avec té- lécommandes a également été saisi, ajoute la même source. Cinq éléments du réseau ont été présentés devant le procureur de la Répu- blique près le tribunal de Sidi M'hamed qui a ordonné de placer l'un des mis en cause sous mandat de dépôt et les 4 autres sous contrôle judicaire alors que le sixième mis en cause, identifié, est toujours en état de fuite».

STUPÉFIANTS

Plus d’un quintal de kif saisi à Tébessa

Une quantité estimée à 104 kg de kif traité a été saisie durant cette semaine, par les ser- vices de lutte contre les stupéfiants relevant de la police judicaire de la Sûreté de la wilaya de Tébessa, en coordination avec le secteur militaire, en plus de l’arrestation d’un réseau actif dans le trafic de drogue, a indiqué mardi un communiqué de la sûreté de wilaya. Agissant sur la base d'informations faisant état de l'existence d’un réseau qui opère dans le trafic de drogues et de substances psycho- tropes, à travers la bande frontalière, les élé- ments de la police judicaire de Tébessa ont lancé une enquête et dressé plusieurs souri- cières dans les divers accès de la ville, a pré- cisé le communiqué. Les policiers parvien- nent à l'arrestation d'une voiture et appré- hendent le conducteur, âgé de 42 ans, a-t- on noté. Après une fouille minutieuse du véhi- cule, une quantité d’un quintal de drogue a été découverte, bien dissimulée, sous des sacs, des matelas et d'autres effets, a fait sa- voir la même source. Par ailleurs, il a été éta- bli au cours de l’enquête, et à la suite de l’au- dition du parvenu, que cinq autres éléments opérant dans le même réseau, a-t-on noté. En intensifiant les efforts et les investigations, et après des perquisitions dans les maisons des mis en causes, cinq personnes âgés de 25 à 45 ans, ont été arrêtés, en possession d’une quantité de près de 4 kg de kif, a-t-on encore souligné.

APS

SÉCURITÉ ROUTIÈRE :

La Délégation nationale mettra en œuvre la stratégie du gouvernement

La Délégation nationale à la sécurité routière qui sera mise en place en remplacement du Centre national de prévention et la sécurité routière (CNPSR), d’ici la fin de l’année 2016, vient pour appliquer les décisions du gouvernement pour endiguer le phénomène du «terrorisme routier».

«Vu le nombre croissant d’accidents de la route cau- sant annuellement plus de quatre mille morts et des di- zaines de milliers de blessés, la Délégation nationale à la sécurité routière qui sera mise en place prochaine- ment, mettra en oeuvre la stratégie du gouvernement face aux accidents de la route», a indiquéà l’APS, le chef de projet, Ahmed Naït El Hocine. Il a, en effet, pré- cisé que les décisions à l'en- contre des conducteurs se- ront, dorénavant, prises par le gouvernement et non pas par multiples organismes. Tout en expliquant, à ce propos, qu’avec ce nouveau système, la coordination en- tre les différents secteurs concernés (police et gendar- merie nationale notamment) s’imposera d’elle-même, M. Naït El Hocine a précisé que la décision de création de la Délégation qui dépend du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a eu lieu après avoir constaté l’inefficacité, entre autres, du CNPSR. «Le centre en question que je gère en atten- dant sa dissolution, n’existe que sur le papier. Pour preuve, les comités de wi- laya qui devaient être créés, il y a 20 ans de cela, n’ont ja- mais vu le jour «, a-t-il dé- ploré.

duellement sur certaines causes de la sinistralité, sans jamais faire de la route un su- jet global, sans articuler en- semble la totalité des fac- teurs impliqués». Plus explicite, le commis- saire divisionnaire a cité comme exemple les mé- thodes de collecte des don- nées, qui «présentement s’appuient sur des canevas hétérogènes produits par différentes institutions», et qui jusqu’au jour d’au- jourd’hui, «ne s’intègrent pas dans un système national cohérent, capable de fournir le informations nécessaires pour la compréhension du phénomène et pour la pré- paration et la mise en £uvre de la politique nationale de sécurité routière», a-t-il ajouté. M. Naït El Hocine a cité également, les actions de communication, les cam- pagnes de prévention rou- tière et les plans opération- nels de lutte contre l’insécu- rité routière qui sont «menés et exécutés de manière dispa- rate par les différents inter- venants en fonction des be- soins sectoriels et des réali- tés observées au niveau de leurs zones de compétence» et ce, en «l’absence d’un plan stratégique national préala- blement défini, fixant les priorités et les principaux

La Délégation nationale apportera une réponse «globale» Le même responsable a dans le même cadre, fait re- marquer que les réponses apportées par les pouvoirs publics aux dangers de la route ont toujours été «par- cellaires», dans le sens où les secteurs concernés, a-t-il dit, interviennent «indivi-

axes d’amélioration», ce à quoi s'atèlera à y remédier la nouvelle instance. Ainsi, il est attendu à ce que la Délégation prend en charge, entre autres, les mis- sions d’encadrement des ac- tivités d’enseignement de la conduite automobile et d’or- ganisation des examens des permis de conduire, qui sont actuellement dévolues au Centre national des permis

sont actuellement dévolues au Centre national des permis de conduire qui sera, lui aussi, dissout, a-t-il

de conduire qui sera, lui aussi, dissout, a-t-il fait savoir. Il a ajouté qu’il sera ad- joint également à cette délé- gation nationale la préroga- tive de proposition et d’exa- men de textes législatifs et ré- glementaires intéressant le domaine de la sécurité rou- tière, avant leur transmis- sion pour validation et adop- tion au niveau de l’instance habilitée. Cette instance sera inter- ministérielle et sera présidée par le Premier ministre. Elle prendra aussi la forme, a-t- il expliqué, d’un conseil ou d’un comité interministé- riel de la sécurité routière. «L'instance interminis- tériel, qui se réunira au moins une fois par an, fixera les orientations stratégiques du gouvernement dans ce domaine et s’assurera de leur mise en £uvre. Elle exa- minera également les projets de lois et de décrets relatifs à la sécurité routière», a-t-il déclaré. «Les décisions stra- tégiques prises par cette ins- tance gouvernementale au- ront forcément une plus grande force d’exécution (à.) et la Délégation nationale sera, à cet effet, en charge, no- tamment, de la traduction technique des décisions de cette dernière en matière de politique locale de sécurité routière et du pilotage des

programmes qui en décou- lent», a ajouté M. Naï El Ho- cine. Elle constituera aussi un relais opérationnel dotée de larges prérogatives dans le domaine de la législation routière, de la formation, de l’éducation routière, de la communication et de la sur- veillance et contrôle. Par ailleurs, le chef du projet de la Délégation natio- nale à la sécurité routière a indiqué que des mesures sé- vères seront appliquées à l’avenir sur notamment les conducteurs des moyens de transport. En effet, il s’agit entre au- tres, de la refonte des pro- grammes d’enseignement de la conduite, l’institution du brevet professionnel pour les conducteurs de trans- port de voyageurs et de mar- chandises, l’adoption du dis- positif du chrono-tachy- graphe (le mouchard), la ré- vision des conditions d’orga- nisation des entreprises d’auto-écoles et leur contrôle. «Mesures qui immanqua- blement auront un impact positif sur les conditions de sécurité routière dans no- tre pays», a-t-il estimé, indi- quant par la même occasion qu’une campagne de sensi- bilisation contre la vitesse pendant le mois sacré du Ramadhan sera lancée.

ACCIDENTS DE LA ROUTE

34% des personnes tuées en 2015 ont moins de 30 ans

Plus de 1.500 personnes sur les 4.610 victimes des accidents de la route, enregistrées au cours de l'année 2015 avaient moins de 30 ans, soit un taux de 34% , a-t-on appris auprès du Centre national de prévention et la sé- curité routière (CNPSR). «Le plus préoccupant demeure le fait que la route décime notre jeunesse. Sur les 4.610 personnes décédées au cours de l’année 2015, 1.547 d’entre elles avaient entre dix (10) et trente (30) ans, soit près de 34% des personnes tuées sur les routes», a déclaré à l'APS, le direc- teur du Centre Ahmed Naït El Hocine. Il a indiqué que cette tranche d’âge

tient également le haut du tableau dans la catégorie des blessés, étant donné qu’elle a représenté, au cours de la même année «plus de 41% des 55.994 victimes recensées, dont une grande partie gardera les stigmates de ces blessures tout au long de leur vie». M. Naït El Hocine a déploré le fait que la facture humaine de l’insécurité routière ait atteint un seuil «insuppor- table», voire «intolérable» et «son bi- lan relève d’une véritable tragédie nationale qui, quotidiennement, se solde par une moyenne de douze (12) personnes tuées et cent soixante (160) blessées». «Plus de quatre mille morts, des di- zaines de milliers de blessés et des pertes économiques se chiffrant à plusieurs dizaines de milliards de di- nars, tel est le tribut versé annuelle- ment à l’insécurité routière dans no- tre pays», a-t-il fait remarquer. Le responsable du CNPSR a souligné que l’»exorbitance des coûts économiques» de l’insécurité routière constitue un autre élément lourd du constat, en té- moigne, a-t-il précisé, les données fournies par le secteur des assurances qui, «pour la seule indemnisation des sinistres-automobiles au titre de l’an- née 2014, a situé le montant à hauteur

de 44,8 milliards de dinars, soit l’équi- valent de plus de 400 millions d’eu- ros». «En l’absence d’une étude de réfé- rence en la matière, il y a lieu de s’ap- puyer sur les estimations établies par les instances internationales, notam- ment celles contenues dans le docu- ment relatif au plan mondial pour la décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020, lequel évalue les conséquences économiques des acci- dents de la route entre 1% et 3% du PNB de chaque pays», a relevé M. Naït El Hocine. Evoquant les causes de ce terro- risme routier, M. Naït El Hocine a mis en exergue l’étude analytique des données d’accidentologie, au cours de la dernière décennie, qui fait ressor- tir que «le facteur humain, plus par- ticulièrement l’inobservation des rè- gles de la circulation routière, consti- tue le dénominateur commun pour l’ensemble des drames survenus sur la route durant la période considérée». Il a fait savoir que ce facteur est «constamment» donné pour être à l’origine «de plus de 90% des acci- dents, suivi très faiblement par les deux autres déterminants que sont l’état de l’infrastructure routière et ce- lui du véhicule».

M'SILA

2 corps d’enfants repêchés d’un bassin d’eau

Les corps de deux enfants, morts noyés dans un bassin d’eau situé à Oued Baloul dans la com- mune d’Ouled Addi Guebala (M’sila), ont été repêchés par les éléments de la Protection civile, a-t-on appris hier de ce corps constitué. Les victimes étaient âgées de 13 et 15 ans, a précisé la même source, soulignant que les dépouilles mortelles ont été évacuées vers la polyclinique de la daïra d’Ouled Derradj. Une enquête a été ouverte par les services territorialement com- pétents pour déterminer avec exactitude les causes de cet accident, a-t-on conclu.+

Jeudi 9 juin 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

UNICEF :

Les jeunes du monde se sentent menacés par les abus en ligne

jeunes du monde se sentent menacés par les abus en ligne La sonnette d'alarme a été

La sonnette d'alarme a été tirée mardi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) suite à la publication mardi d'un nouveau rapport révélant que 80% des adolescents de 18 ans dans le monde pensent que les jeunes sont exposés à des risques d'abus sexuels en ligne.

«Huit adolescents de 18 ans sur dix estiment que les jeunes sont en danger d'être maltraités sexuellement ou utilisés à des fins sexuelles en ligne, et plus de cinq sur dix pensent que leurs amis ont des comporte- ments risqués sur Inter- net», a déclaré l'UNICEF dans un communiqué de presse, citant les conclu- sions d'une étude conduite par l'agence, en partena-

d'une étude conduite par l'agence, en partena- cisé l'UNICEF. Pour inci- ter les enfants et les

cisé l'UNICEF. Pour inci- ter les enfants et les adoles- cents à mettre fin à la vio- lence en ligne, l'UNICEF a lancé la campagne #Reply- forAll. Dans le cadre de cette campagne, les enfants et les adolescents sont invi- tés à donner leur avis sur les meilleurs moyens de ré- pondre à la violence ou aux risques en ligne et de sen- sibiliser leurs amis par le biais des médias sociaux.

riat avec l'institut de son- dage Ipsos global poll., In- titulé 'Dangers et possibili- tés : grandir en lign, ce rap- port est basé sur un son-

lius Williams, ajoutant qu'un utilisateur d'Inter- net sur trois dans le monde est un enfant. Le nouveau

gens qu'elles rencontrent en ligne mentent sur leur identité. Plus de deux tiers des

L'UNICEF a par ailleurs ap- pelé les gouvernements du monde entier à mettre en place des réponses coor- données du point de vue

dage d'opinion internatio- nal réalisé auprès de plus de 10.000 jeunes de 18 ans dans 25 pays.

rapport conclut toutefois que près de 90% des adoles- cents interrogés sont confiants en leur capacité à

filles interrogées déclarent qu'elles seraient inquiètes si elles recevaient des com- mentaires ou des demandes

légal, en matière de justice pénale. «Lorsque les jeunes, les gouvernements, les fa-

«L'Internet et les télé-

rester en sécurité et éviter

à

caractère sexuel sur Inter-

milles, le secteur et les com-

phones mobiles ont révolu- tionné l'accès des jeunes à l'information, mais les ré- sultats du sondage mon- trent à quel point le risque

les dangers en ligne. Environ six personnes interrogées sur 10 affir- ment que rencontrer de nouvelles personnes en

net, comparé à 47% des gar- çons. «Lorsque les menaces en ligne se produisent, les adolescents se tournent vers leurs amis plutôt que

munautés des technologies de l'information et de la communication travaillent ensemble, nous sommes plus susceptibles de trouver

d'abus en ligne est réel pour les filles et les garçons», a déclaré le Directeur adjoint de l'UNICEF sur la protec-

ligne est «assez ou très im- portant pour elles», mais seulement 36% croient fer- mement qu'elles sont capa-

vers leurs parents ou leurs enseignants, mais moins de la moitié estiment savoir comment aider un ami face

les meilleures façons de ré- pondre à la violence et à l'exploitation sexuelle en ligne», a déclaré M.Wil-

tion de l'enfance, Corne-

bles de détecter quand les

à

un risque en ligne», a pré-

liams.

MIGRANTS

Un trafiquant érythréen extradé du Soudan vers l'Italie

Un Erythréen soupçonné d'être à la tête d'un important réseau de trafic de migrants a été extradé depuis le Sou- dan vers l'Italie, selon des sources po- licière. Medhanie Yehdego Mered, 35 ans, recherché depuis 2015 pour tra- fic d'êtres humains, a été arrêté à

GUINÉE

Un accident fait 4 morts et plusieurs blessés dans la région de Kankan

Un accident survenu mardi dans la région administrative de kankan (située à plus de 800 km à l'est de Conakry) a provoqué la mort de quatre personnes et fait près d'une dizaine de blessés graves, selon un medialocal de la région. L'accident serait causé par un camion chargé de marchandises et des passagers en provenance de Conakry et qui s'est renversé avec tout son contenu. Ainsi, selon le media local, l'accès de vitesse, le mauvais état de la route et la mauvaise conduite sont principa- lement les causes du drame qui a en- deuillé des familles entières. Pour l'instant, les blessés ont été transpor- tés à l'hôpital régional de Kankan pour bénéficier des soins sanitaires d'urgence. En cette période de grandes pluies, les accidents de cir- culations sont récurrents sur le ré- seau routier guinéen qui est dans un défectueux à cause du manque d'in- vestissement dans le secteur de transport routier dans le pays.

Khartoum fin mai et extradé vers l'Italie lundi soir, a précisé la police dans un communiqué. «Mered est considéré comme l'un des plus impor- tants trafiquants opérant sur la route entre l'Afrique sub-saharienne et la Li- bye», selon ce texte. «Il a non seulement dirigé des opérations en Afrique mais aussi in- formé ses collègues trafiquants en Italie des arrivées de bateaux, pour permettre à ces migrants de continuer leur voyage vers leur destination fi- nale», l'Europe, a ajouté la police. Un responsable policier soudanais a indiqué, sous couvert d'anonymat, que Mered était accusé de faire traver- ser la Méditerranée à «des jeunes d'Ethiopie, d'Erythrée, de Somalie et

du Soudan via le Soudan, la Libye ou l'Egypte». Des écoutes téléphoniques ont ré- vélé que ce trafiquant était en contact avec des homologues en Europe, par- ticulièrement aux Pays-Bas et en Scan- dinavie,; et qu'il occupait «un poste à responsabilités dans ce réseau cri- minel organisé», a précisé la police ita- lienne. Il a également démontré son «ab- sence de scrupules» et son «mépris» pour la vie humaine, a-t-elle ajouté. C'est la première fois qu'un responsa- ble de trafic d'êtres humains est arrêté en Afrique et extradé en Italie, où des milliers de migrants arrivent chaque année, principalement depuis l'Afrique sub-saharienne.

CÔTE D'IVOIRE:

3 morts suite à un éboulement dans le nord du pays

Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées suite à un éboulement dans un site clandestin d'orpaillage à Tienko, dans le nord- ouest de la Côte d'Ivoire, a annoncé hier un responsable local. «L'inci- dent est survenu mardi soir après qu'un pan de terre émanant d'un flanc de colline a cédé et s'est effon- dré sur des exploitants», a expliqué ce responsable, cité par des mé- dias. «Trois personnes ont trouvé la mort sur le coup et au moins trois autres personnes blessées ont été transportées à l'hopital», a-t-on pré- cisé. La problématique de l'orpail- lage illicite se pose de plus en plus avec l'existence de sites clandes- tins qui enregistrent parfois des

drames suite aux, éboulements ou aux conflits. A plusieurs occasions, les autorités ivoiriennes ont recom- mandé que l'activité d'orpaillage soit «organisée et encadrée», pour devenir à terme «une activité for- melle, légale, qui utilise les tech- niques internationalement accep- tées et tenant compte des critères re- commandés sur le plan social et environnemental». Le gouverne- ment a lancé en début d'année un programme national de rationalisa- tion de l'orpaillage consistant à «identifier tous les sites, recenser les orpailleurs et sensibiliser les in- tervenants», mais surtout à fermer les sites non-autorisés et à expulser les orpailleurs clandestins.

BELGIQUE

Deux personnes décédées suite aux intempéries qui frappent le pays

Deux personnes ont peri suite aux intempéries qui frap- pent depuis plusieurs jours la Belgique qui est en alerte orange ce mardi. Les fortes pluies ont provoqué des

inondations et des coulées de boue. Plusieurs villes du pays ont déclenché mardi le plan d'urgence communal. La Bel- gique comme d'autres pays européens doit faire face aux violentes intempéries qui ont eu des conséquences dra- matiques. Une octogénaire est décédée ce mardi. Elle a été emportée par la montée des eaux à Welkenraedt, en pro- vince de Liège dans le sud du pays. Un conducteur a éga- lement perdu la vie à Walcourt dans la province de Namur.

Il aurait perdu le contrôle de sa camionnete suite à un aqua-

planage. Les fortes pluies qui touchent la Belgique ont poussé

plusieurs communes à déclencher le plan d'urgence en raison des inondations au cours de la journée de mardi.

Il s'agit des villes Limbourg, Genappe, Tournai et Maaseik.

«Suite aux inondations de lundi, nous ne disposions plus de ressources et ce mardi, un nouvel orage s'est abattu sur

la région. Comme les prévisions faisaient état d'un second

orage, on a déclenché le plan d'urgence», précise Valérie Dejardin, bourgmestre de la ville de Limbourg. «Suite aux précipitations abondantes accumulées durant les dernières heures, les conditions de passage en phase d'alerte de crue sont atteintes sur la Dendre canalisée et certains af- fluents (situés dans la province du Hainaut à l'ouest du pays)», a indiqué sur son site internet la Direction géné- rale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques. Les violents orages, accompagnés par endroit de grêlons, ont entraîné des problèmes de circulation. Plusieurs routes sont sous les eaux. Des accidents de voitures ont été signalés. Dans certaines régions, les services de secours sont débordés. Le trafic ferroviaire est perturbé par endroit en raison des voies inondées. La circulation des trains est impossible sur quelques lignes (Mons-Quevy, Charleroi- Couvin et Mouscron-Tournai). Plusieurs stations de mé- tro du réseau bruxellois ont été touchées par les intem- péries. La Station Schumann qui désert certains bâtiments de plusieurs institutions européennes, la station Erasme ou encore la station Delta ont été partiellement inondées. Cela n'a pas eu d'impact sur le trafic étant donné que les quais n'ont pas été touchés.

UE Une réforme pour attirer plus de migrants «hautement qualifiés»

La Commission a présenté mardi une proposition de réforme du système européen de permis de travail pour des migrants de pays tiers, visant à attirer une main d'oeuvre «hautement qualifiée» qui tend à privilégier d'au- tres destinations que l'UE. Cette réforme vise à corriger les lacunes du système actuel dit de «carte bleue», très res- trictif et peu lisible pour les employeurs potentiels et les candidats. «Nous devons mieux nous équiper pour trai- ter les besoins du marché du travail et les manques futurs de compétences», a fait valoir le commissaire à la Migra- tion, Dimitris Avramopoulos. «31% des migrants vers des pays de l'OCDE ayant un haut niveau d'études choisis- sent l'UE comme destination, ce qui signifie que des tra- vailleurs qualifiés choissent des destinations en compé- tition économique avec l'Union», selon la Commission. La proposition, qui devra être soumise aux Etats membres et aux eurodéputés, «établit un seul système européen, remplaçant les systèmes nationaux» en doublon, quand ils visent les mêmes types de main d'oeuvre. La réforme autoriserait davantage de mobilité au sein de l'UE, pour un migrant ayant reçu un permis de travail dans un pays européen. Elle raccourcirait, de 12 à 6 mois la durée minimale du contrat de travail nécessaire pour obtenir un permis et baisserait le seuil salarial existant. Les bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union ayant de «hautes qualifications» feraient par ail-

leurs désormais partie des migrants éligibles au sys- tème de «carte bleue». «Le nouveau système de carte bleue apporterait un impact économique, annuel positif estimé entre 1,4 et 6,2 milliards d'euros», a fait valoir la Commis- sion. «Les Etats membres resteraient toutefois maîtres du nombre de permis de travail accordés sur leurs territoires,

a souligné l'exécutif européen. Etle Royaume-Uni n'est pas

concerné par cette directive européenne, pas plus que l'Ir- lande et le Danemark», a précisé Dimitris Avramopoulos. «Il n'y a que 11.000 +cartes bleues+ utilisées aujourd'hui, principalement en Allemagne», a souligné le chef des eu- rodéputés libéraux, Guy Verhofstadt, saluant certains points de la réforme, qui sera soumise ultérieurement aux Etats membres et au Parlement. APS

10 DK NEWS

SANTÉ

Jeudi 9 juin 2016

MÉDÉA

Des services médicaux spécialisés ouverts à Ain-Boucif et Chellalet-El- Adhaoura

Des services médicaux spéciali- sés ont été ouverts à travers les éta- blissements publics hospitaliers de Ain-Boucif et Chellalet-El- Adhaoura, au sud-est et à l'est de Médéa, a-t-on appris hier auprès de la direction locale de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. Intervenue récemment, la mise en service de ces nouveaux ser- vices permettra d’améliorer la prise en charge de certaines patho- logies traitées d’habitude dans d’autres hôpitaux de la région et de renforcer les moyens d’interven- tion de ces établissements hospita- liers, qui assurent une couverture sanitaire pour une population de pas moins de cent mille habitants, ventilée sur neuf communes, a-t- on expliqué. L’EPH de Ain-Boucif, à 75 km au sud-est de Médéa, s’est renforcé, dans ce contexte, d’un service de pédiatrie, doté d’une unité de néonatologie intégrée d’une capacité de 30 lits, selon la même source. Cette dernière fait état également de la mise en ser- vice au niveau de l’EPH de Chella- let-El-Adhaouara, à 101 km à l’est du chef-lieu de wilaya, d’un bloc opératoire, d’un service de chirur- gie et d'un autre pour la médecine interne, pouvant accueillir une quarantaine de patients. Le sec- teur sanitaire de Ain-Boucif, qui couvre une dizaine de communes, sera doté, dans les tout prochains mois, d’une unité d’oncologie, ap- pelée à assurer une meilleure prise en charge des malades cancé- reux de la région, contraints, à l’heure actuelle, de faire de longs déplacement pour recevoir les soins nécessaires, a-t-on noté.

LA CHIRURGIE PLASTIQUE EN ALGÉRIE :

Pas seulement pour le «look»

La chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique en Algérie veut sortir de l’ornière et s’imposer en tant que spécialité à part entière. C’est dans ce but qu’a été créé, récemment à Oran, le premier collège algérien dédié à ce genre de chirurgie, le CACRE, avec pour ambition de faire développer cette spécialité méconnue dans le pays.

Le président de ce collège, le Dr. Ait Aissa Mustapha, déplore le fait que cette spécialité soit mé- connue non seulement du grand public mais également par le corps médical lui-même. «Cette discipline est méconnue même par certains collègues méde- cins. Il nous faudrait d’abord la faire connaitre, car nous sommes des prestataires d’un service médical, et nous avons besoin de le faire savoir et connaître», a-t- il souligné, dans un entretien à l’APS. «La première promotion de chirurgie plastique, reconstruc- trice et plastique sortira de l’Uni- versité dans deux ans, ce qui montre le grand retard que nous accusons dans ce domaine. La création de ce collège s’inscrit dans le cadre de la structura- tion de cette discipline», a-t-il dit, ajoutant qu’à l’échelle mondiale, cette spécialité est devenue une chirurgie indépendante, avec son propre parcours académique très particulier. La chirurgie plastique est une spécialité qui s’occupe de répa- rer pratiquement tous les dé- fauts physiques, aussi bien exté- rieurs qu'intérieurs, soit à cause d’une malformation congéni- tale, d’un accident, d’une brûlure ou d’un acte chirurgical précé- dent comme l’ablation d’un sein. «L’éventail de cette spécia- lité est très large dans les pays dé- veloppés. Une fois la formation acadé- mique en chirurgie plastique et réparatrice terminée, il faut pas- ser à la sur-spécialisation comme la chirurgie du nez, des seins. En Algérie, nous essayons d’arriver à un résultat près de ce que la nature nous a donnés.

à un résultat près de ce que la nature nous a donnés. Nous ne voulons en

Nous ne voulons en aucun cas changer la nature des gens ou ce que le Créateur a donné. C’est notre principe fondamental», explique-t-il.

Forte demande des patients Actuellement, une demande croissante pour la chirurgie plas- tique, reconstructrice et esthé- tique est enregistrée à Oran et dans la région de l'Ouest en gé- néral. Toutefois, l'offre est «très limitée, voire même presque inexistante», a précisé le Dr Ait Aissa, qui a exercé en tant que spécialiste quinze années du- rant en France, aux Etats-Unis et dans des pays du Golfe. Le même praticien constate un grand manque de spécia- listes. A Oran, deuxième ville du pays, il n’existe que deux spécia- listes qui opèrent. Les délais d’attente pour les malades sont très longs. Une demande croissante est enregistrée notamment pour ce qui est des interventions liées à la fonte biopalatine (bec de liè- vre), les rhinoplasties, les seins et les corrections des malfor- mations congénitales et des stig- mates d’accidents.Pour ce qui est des structures, le Dr. Aït Aïssa

estime que la wilaya d’Oran dis- pose d'un grand nombre de structures sanitaires aussi bien publiques que privées où de pa- reilles interventions peuvent être faites sans difficultés. Cette spécialité, qui essaye de se frayer un chemin en Algé- rie, fait face à une concurrence très rude de la part de certains pays, notamment la Tunisie et le Maroc qui ciblent prioritaire- ment le marché algérien par un «marketing agressif et des moyens de communication conséquents», selon le même spécialiste. «La demande pour la chirur- gie plastique est importante, d’où l’intérêt des chirurgiens des pays voisins à vouloir s’acca- parer cette clientèle», explique le Dr. Aït Aïssa. L’hypertrophie mammaire, la lipoaspiration, la rhinoplastie, la pose de pro- thèses mammaires et la répara- tion de malformations congé- nitales et de cicatrices provo- quées par les accidents occu- pent des places de choix en ce qui concerne les actes pour lesquels les Algériens recourent aux plas- ticiens. Les hommes consultent aussi, essentiellement pour corriger

un problème de calvitie. «La de- mande de l’acte est souvent jus- tifiée», explique le spécialiste oranais.

Ethique professionnelle Le président de ce collège ac- corde une importance particu- lière au respect de l’éthique et de la déontologie professionnelle. Dans ce sens, tous les profession- nels sont appelés à respecter les principes contenus dans une charte d’éthique. «Les membres du collège doivent chercher à améliorer en permanence leurs connaissances et leurs tech- niques et ce, dans l’intérêt et pour le bien de leurs patients», a- t-il indiqué. Cette charte vise également à protéger à la fois le patient et la profession contre les médecins incompétents ou sans éthique. «Chaque praticien doit être res- ponsable et comptable de ses actions professionnelles», ex- plique le Dr. Aït Aïssa. Pour lui, la chirurgie plas- tique, reconstructrice et esthé- tique demeure un «grand chan- tier» et plusieurs challenges doi- vent être relevés. «Il s’agit d’édu- quer et de sensibiliser les patients et leur expliquer où se situent les limites entre l’esthétique et la ré- paration», explique le président du CACRE, qui estime que ce travail relève de «la responsabi- lité de tout un chacun». Dans ce sens, la communication est pri- mordiale pour atteindre ces ob- jectifs. «Le collège intensifiera ce travail de communication, en mobilisant tous les moyens et en saisissant toutes les opportuni- tés», a-t-il assuré, en guise de conclusion.

Menace de fermeture du service de neurologie de l’EHU Oran

par Lamia Brahimi

Le développement de la neurologie à Oran reste tributaire de la présence de pro- fesseurs de rang magistral pour assurer la formation de nouveaux médecins. La récente décision du Comité pédagogique de neuro- logie d’exiger un rang magistral semble menacer le devenir de cette spécialité. Du coup, c’est le sort de milliers de ma- lades atteints d’Alzheimer, de Parkinson, de Sclérose en plaques, de myasthénie et sur- tout d’AVC qui est en jeu, s'accordent à dire praticiens et familles des patients. A Oran, le problème initial réside dans la formation des neurologues. La deuxième ville du pays et capitale de l’Ouest, avec près de 1,5 million d’âmes, ne dispose pas de professeur en neu- rologie. Depuis 10 ans, jusqu’en 2015, aucun poste n’a été ouvert dans cette spécialité. Pendant des années, seul le CHU Ben- zerdjeb disposait d’un service en neurolo- gie, qui n’assure que de "la neurologie froide", selon son chef de service : c'est-à-dire un service limité aux seules consultations et ne prenant pas en charge les hospitalisations. Le service, qui fait l’objet de travaux depuis quelques années, assure tant bien que mal les urgences neurologiques. Le directeur du CHUO, Benali Bouhadjar, interrogé par l’APS, dit "ne pas ressentir de déficit en moyens humains" avec huit neu- rologues en activité au niveau de ce service. Il admet, toutefois, que le problème "pour- rait se poser à l’avenir". Actuellement, ce ser- vice assure principalement les consulta- tions. "Un soulagement quand même pour certains malades, puisque la consultation chez les spécialistes privés peut coûter jusqu’à 3.500 DA", indique la fille d’un ma-

lade atteinte de Parkinson. Si le CHU règle le problème des consultations, celui lié aux hospitalisations et des urgences neurolo- giques, des AVC, devenus un véritable pro- blème de santé publique, reste posé. Un ser- vice avec 8 neurologues seulement pour une wilaya de plus d’un million d’habitant est loin de répondre à la forme demande exprimée aussi bien au niveau local que régional, es- timent des spécialistes.

Un service en neurologie dynamique En février 2015, l’EHU "1er novembre 1954" d’Oran ouvre un service de neurolo- gie avec une unité spécialisée dans la prise en charge des AVC. Cette structure est la deuxième du genre à l’échelle nationale après celle de Blida. Ce service, doté de 30 lits, prend en charge toutes les pathologies neurologique (maladie de parkinson, la sclérose en plaque, les épilepsies, la myasthénieà.). Son unité de huit lits spécialisée dans les urgences neuro- vasculaires (UNV) prodigue des soins aux pa- tients atteints d’accidents vasculaires céré- braux (AVC) et reçoit des patients des diffé- rentes wilayas de l’Ouest et même du Sud- Ouest du pays. Grâce à la pratique de la thrombolyse et en l’espace d’une année, quelque 60 patients victimes d’AVC ischémiques ont été sauvés de la paralysie et du handicap. Cette unité re- çoit en moyenne 3 à 4 cas d’AVC par jour, a affirmé le Dr Dounyazed Basdi, Chef de ce service. Entre février 2015 et mars 2016, le ser- vice fonctionnait avec deux neurologues, six résidents en neurologie, dix médecins géné- ralistes, deux médecins internistes, un in- fectiologue et vingt infirmiers. "Ce staff médical et paramédical arrivait à faire face au nombre de malades sans

cesse croissant à la mesure de la réputation et de la renommée du service", souligne en- core le Dr Badsi. "Depuis février 2015, nous avons pris en charge 1.500 patients présen- tant des urgences neurologiques dont 900 AVC et 600 malades hospitalisés à l'unité AVC. 60 thrombolysés ont récupéré leurs fonctions vitales à 100%", a-t-elle noté. Le service fonctionnait "bien" et ses res- ponsables avaient de nombreux projets no- tamment la création d’une unité spécialisée en épilepsie avec vidéo EEG pour prendre en charge les enfants dont la maladie est mal équilibrée. Seulement, toutes ces ambi- tions viennent d’être réduites à néant par une décision du Comité pédagogique de neuro- logie qui compromet l’évolution de ce ser- vice, avec le retrait des six résidents en neu- rologie, chevilles ouvrières de cette structure.

Une décision incomprise Cette note, explique-t-on dans les milieux concernés, précise qu’Oran n’est pas un terrain favorable de stage pour la neurolo- gie, à cause justement de l’absence de pro- fesseur de rang magistral dans cette spécia- lité. Pourtant, la législation permet, le cas échéant, la formation par parrainage, ex- plique-t-on, et c’est ce qui a été fait avec les six résidents, parrainés par un professeur de l’hôpital de Blida, en l’occurrence le Pr. Arezki. "Tout a été fait dans le respect des rè- gles et dans le cadre de la réglementation existante", souligne le Directeur de l’EHU d’Oran, le Dr Mohamed Mansouri, ajoutant que les résidents ont bénéficié d’un plateau technique et de services qui répondent aux normes, et d’un encadrement de valeur. Cette décision du Comité pédagogique de neurologie demeure "incomprise" à ses yeux. "L’absence de rang magistral n’a pas

posé de problème pour la formation par par- rainage d’autres résidents à l’EHU dans certaines spécialités comme la cardiologie et l’endocrinologie", a encore rappelé le Dr. Mansouri. Pour connaitre les circons- tances de la prise de la décision du Comité pédagogique concernant cette spécialité à Oran, l’APS a tenté, sans succès, de contac- ter les responsables de cet organe. Contacté, Mohamed Amine Benhamed, vice-doyen de la faculté de Médecine d'Oran, structure res- ponsable de la formation des médecins ré- sidents, a estimé tout bonnement que si le Comité pédagogique a décidé qu’Oran n’est pas un terrain favorable pour le stage, "il n’en peut être qu’ainsi". Depuis la prise de cette décision, le sort des six résidents a été scellé. Deux ont été transférés à Tlemcen, un troi- sième sur Alger, alors que les trois restants ont préféré démissionner. Ils comptent re- passer l’examen, l’année prochaine, et s’orienter vers une autre spécialité avec un "avenir plus sûr". Même si le service de neurologie de l’EHU est toujours ouvert, les patients et leurs familles craignent une ré- duction drastique de ses activités, voire carrément sa fermeture. Le Directeur de l’EHU estime qu’un compromis aurait été possible pour garder les six résidents en poste à Oran. Il a rappelé qu’il s’agissait, au départ, de les laisser exercer leur mission au niveau de l’EHU tout en assurant leur for- mation, une fois par semaine à Tlemcen, la seule ville de l’Ouest du pays qui dispose d’un professeur de rang magistral. En attendant la présence d’un professeur en neurologie à Oran, le sort de cette spécialité et celui des malades qui en dépendent demeurent incer- tains pour le moment, estime-t-on parmi le corps médical concerné.

APS

Jeudi 9 juin 2016

SANTÉ

DK NEWS 11

PORTUGAL:

Le président met son veto à une loi autorisant la gestation pour autrui

Le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a mis mardi son veto à une loi donnant le feu vert à la gestation pour autrui (GPA) dans certains cas d'infertilité, votée mi-mai par le Parlement, selon un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi.

La proposition de loi "n'est pas

conforme aux conditions formulées par

le Conseil national d'éthique et des

sciences de la vie", qui demandait un en- cadrement plus strict de la gestation pour autrui, a estimé M. Rebelo de Sousa dans un communiqué. La GPA est la pratique qui consiste pour une femme à porter et à mettre au monde un enfant pour le compte de tiers. En langage courant, on parle de "mère porteuse". Le Parlement portugais avait adopté

le 13 mai un texte autorisant la GPA, limi-

tée à certains cas d'infertilité féminine liés par exemple à l'absence ou au dys- fonctionnement de l'utérus, sans contre- partie financière pour la mère porteuse. Le texte était passé à une courte ma- jorité et grâce à des voix de partis de gauche comme de droite. Le plus haut prélat de l'Eglise catho- lique portugaise, Dom Manuel Cle- mente, avait condamné cette décision le

Dom Manuel Cle- mente, avait condamné cette décision le lendemain. Selon la Constitution portu- gaise, le

lendemain. Selon la Constitution portu- gaise, le Parlement peut passer outre le veto présidentiel à condition de faire confirmer la loi par la majorité absolue de l'ensemble des députés. Le président portugais a en revanche

promulgué mardi une loi élargissant aux couples homosexuels féminins et aux femmes seules le recours à la procréa- tion médicalement assistée (PMA), ainsi que le retour aux 35 heures hebdoma- daires pour les salariés du secteur public.

LUXEMBOURG

Premier cas de Zika confirmé

Un premier cas de la ma- ladie Zika a été confirméau Luxembourg, a indiqué mardi
Un premier cas de la ma-
ladie Zika a été confirméau
Luxembourg, a indiqué
mardi le ministère de la Santé
du Grand-Duché. Une femme
âgée de 65 ans, résidante au
Luxembourg, a contracté le
virus lors d'un voyage au
Mexique, selon un communi-
qué du ministère.
Elle n'a pas été hospitalisée
température élevée, douleurs
aux articulations, douleurs
musculaires, etc.
Il n'existe ni traitement
contre cette maladie, ni vac-
cin. La maladie guérit spon-
tanément après quelques
jours.
Le virus Zika a été à ce
jour détecté dans une soixan-
taine de pays, les plus touchés
et
se porte bien. La personne
se
trouvant en Amérique cen-
infectée ne comporte dès lors
trale et en Amérique du Sud.
pas de risque de transmission
pour la santé publique, a in-
diqué le communiqué. Il
convient de préciser que le
moustique vecteur du virus
(Aedes albupictus) n'existe
Zika est véhiculé par les pi-
qûres de moustiques. L'Orga-
nisation mondiale de la santé
pas au Luxembourg, a-t-on
souligné. Une personne at-
teinte sur cinq seulement
montre des signes, qui sont
en principe peu graves, selon
le communiqué. Il s'agit de
a
cependant informé que ce
virus est également sexuelle-
ment transmissible.

THAÏLANDE

Premier pays en Asie à éliminer la transmission du VIH de la mère à l'enfant (OMS)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mercredi que la Thaï-

lande est devenue le premier pays asia- tique à avoir éliminé la transmission du sida (VIH) de la mère à l'enfant. Une «réussite remarquable» pour ce pays d'Asie du Sud-Est frappé de plein fouet par l'épidémie dans les années 1990, a déclaré Poonam Khetrapal Singh, responsable à l'OMS de l'Asie du Sud-Est. Jusqu'ici, seul Cuba était par- venu à éliminer cette transmission dans le monde. En Europe, l'Arménie et

la Belarus viennent de s'ajouter à cette

liste, des pays toutefois moins touchés par le virus que le royaume thaïlandais. L'ONU estime qu'environ 500.000 personnes vivent avec le virus en Thaï- lande pour une population totale de 68

millions d'habitants. En 25 ans, le pays

a réalisé des progrès considérables

puisque qu'à l'époque plus d'une mil-

lion de personnes étaient concernées. «La Thaïlande a montré au monde que

le VIH peut être vaincu», a ajouté Poo-

nam Khetrapal Singh dans le commu- niqué, alors que tous les ans, en Asie- Pacifique, 21.000 nouveaux-nés vien- nent au monde porteurs du VIH et plus de 200.000 enfants grandissent avec. En 2000, la Thaïlande est devenue l'un des premiers pays au monde à fournir gratuitement des traitements à toutes les femmes enceintes séroposi- tives, ce qui permet de réduire considé-

séroposi- tives, ce qui permet de réduire considé- rablement les chances de transmis- sion. Le dépistage

rablement les chances de transmis- sion. Le dépistage pendant la gros- sesse y est également pratiqué de façon

automatique, même dans les régions éloignées du pays, a ajouté l'OMS. Selon les chiffres du gouvernement thaïlan- dais, le nombre de bébés nés avec le VIH

est passé de 1.000 en l'an 2000 à seule- ment 85 l'an dernier. «Les progrès de la Thaïlande mon- trent tout ce que l'on peut réaliser quand la science et la médecine sont soutenues par une action politique», a estimé Michel Sidibé, le directeur exé- cutif de l'Onusida. Pour le Dr Piyasakol Sakolsataya- dorn, ministre de la Santé publique, ce «succès» ne va pas bénéficier seule- ment «aux mères thaïlandaises et aux

enfants mais à tous ceux qui résident dans le Royaume». «Un défi demeure:

en faire un succès durable», a-t-il ajouté. Selon l'OMS, environ 1,4 million de femmes infectées par le VIH tombent enceintes chaque année dans le monde, pour la plupart dans les pays en déve- loppement et notamment en Afrique subsaharienne. Sans traitement avec des antirétro- viraux, elles ont de 15 à 45% de risques de transmettre le VIH à leur enfant pendant la grossesse, l'accouchement ou en donnant le sein. Ce risque est quasiment éliminé et tombe à un peu plus de 1% si la mère prend des antirétroviraux pendant la grossesse, ainsi que l'enfant juste après sa naissance.

BRÉSIL :

La grippe porcine a déjà fait

764 morts

L'épidémie de grippe porcine qui sévit au Brésil a fait au moins 764 morts, a annoncé mardi le ministère de la Santé. La grippe A (H1N1) a tué 85 personnes dans tout le pays la semaine dernière, soit nettement plus que le total de 36 morts enregistrés pour toute l'année 2015. Selon le ministère, 3.978 cas d'infection respiratoire sévère ont été également enre- gistrés depuis le début de l'année, contre 141 pour 2015. Quelque 490 nouveaux cas ont été détectés la semaine dernière. Parmi les vic- times, 352 sont mortes dans l'Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du pays, soit 45,7% du total. Afin de prévenir la hausse du nombre de victimes, le gouvernement a lancé une campagne de vaccination qui vise à immu- niser environ 50 millions de gens, notam- ment au sein des groupes les plus vulnéra- bles comme les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées.

USA

L'épidémie

d'obésité

continue à

s'aggraver

Deux rapports publiés mardi ont révélé que l'épidémie d'obésité continue de s'aggra- ver aux Etats-Unis où 40% des femmes et 35% des hommes, ainsi que 17% des enfants et adolescents entrent dans cette catégorie. Ces recherches menées par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) montrent que les nombreux efforts

mis en oeuvre pour inciter les Américains à

perdre du poids, ou tout au moins à ne plus en prendre, ont très peu d'impact.

Ces études publiées dans le Journal of the American Medical Association ( JAMA) ont

porté pour les adultes sur des données pro-

venant de 2.638 hommes et 2.817 femmes d'une moyenne d'âge de 47 et 48 ans respec- tivement. Pour les enfants et adolescents de 2 à 17 ans, l'analyse couvre un groupe de 40.780 su- jets. Au total, 38% des adultes et 17% des ado- lescents sont obèses aux Etats-Unis. L'obésité, qui est liée aux maladies cardio- vasculaires, au diabète et à certains cancers, est définie par un indice de masse corporelle (IMC) de 30 et plus. L'IMC est calculé en di- visant le poids par la taille au carré. Un autre tiers des Américains est égale- ment considéré en surpoids, avec un IMC de 25 à 29. L'étude montre aussi qu'en 2013-2014 plus de 5% des hommes et près de 10% des femmes étaient de grands obèses avec un IMC de 40 et plus. Chez les enfants, le taux de ceux souffrant d'une obésité extrême était de

5,8%.

L'étude indique que l'obésité a diminué parmi les deux à cinq ans au cours des 25 der- nières années tandis qu'elle s'est accrue chez les adolescents. Ces chercheurs ont constaté que les hommes fumeurs sont plus minces. Mais chez les femmes, le fait de fu- mer n'a aucune emprise sur le poids. Toutefois celles qui ont fait des études su- périeures étaient nettement moins obèses, soulignent les auteurs. L'obésité a forte- ment augmenté aux Etats-Unis entre 1980 et 2000 chez les hommes et les femmes. Cette tendance s'est ensuite poursuivie jusqu'en 2003-2004 chez les deux sexes, mais seule- ment chez les femmes entre 2005 et 2014 sans que les chercheurs puissent expliquer ces dif- férentes évolutions. «La plupart de la recherche médicale s'est concentrée sur le développement de nouveaux traitements et procédures chi-

pour com-

rurgicales (anneaux gastrique

battre l'obésité mais cette approche ne résou-

dra pas ce problème», estime dans un édito- rial le Dr Howard Bauchner, éditeur en chef du JAMA, en commentant ces deux études. APS

)

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 9 j

CHALEUR : COMMENT DIRE NON AU MAL DE TÊTE

Avec la chaleur, les maux de tête sont plus fréquents. Pour éviter d'avoir mal à la tête ou pour soulager la douleur, voici les solutions naturelles préconisées par le Dr Marc Schwob, neuropsychiatre et le Dr Daniel Scimeca, homéopathe et phytothérapeute.

Traquez les boissons et aliments suspects

- L’alcool peut provoquer des

maux de tête . Soyez raisonnable sur les quantités… Évitez si possible de

boire du champagne de mauvaise qualité. Pour le vin rouge, l’idéal est de le laisser décanter au préalable :

cela permet au soufre de s’oxyder, ce qui limite le risque de douleurs. Quant aux blancs et autres vins pétil- lants (mousseux…), ils sont fré- quemment mal tolérés.

- Chocolat , noix et oignons sont

souvent sur la sellette. L’idéal est d’écarter un temps les suspects (un par un) de votre alimentation. Si les maux de tête diminuent, vous avez trouvé votre coupable.

Relaxez-vous avec un massage

Si quelqu’un peut vous aider - Asseyez-vous sur une chaise et demandez à la personne de se placer derrière vous. Le massage s’effectue

avec les pouces, par pression légère.

- On commence par le dos, à la

hauteur des omoplates, en pressant simultanément de part et d’autre de

la colonne vertébrale. Remonter

tous les 2 ou 3 cm jusqu’à la base du crâne.

- On continue sur le crâne, de

chaque côté de la ligne médiane, jusqu’au front.

- Le massage se termine par une

pression sur la région des trapèzes,

le groupe de muscles qui forme la

partie supérieure des épaules.

Si vous êtes seule

- Placez vos pouces de chaque

côté du visage en effectuant de sim- ples pressions depuis la racine du

nez. Suivez le dessus des paupières et poursuivez jusqu’aux tempes.

- Mettez ensuite les pouces sur

chaque narine, puis réalisez des

pressions successives le long des

pommettes jusqu’aux oreilles.

- Pratiquez une dernière ligne de

pressions depuis les coins de la bouche en continuant vers l’arrière jusqu’au lobe des oreilles.

Jouez la carte des médecines douces

Des infusions de plantes :Aubé- pine, valériane, passiflore ou menthe soulagent en douceur.

Côté homéo

Pour chaque remède, 3 granules

dès le début des symptômes.

- Pour les stressées qui dorment mal : Nux vomica 5 CH

- Si le mal de tête survient au mo- ment des règles : Sepia 7 CH.

- En cas d’apparition brutale et

d’aggravation par le bruit et la lu- mière : Belladonna 5 CH.

par le bruit et la lu- mière : Belladonna 5 CH. Des huiles essentielles : un

Des huiles essentielles : un stick-

bille de lavande et menthe poivrée

(Migrastick d'Arkopharma). Appli-

quez-le par petits mouvements cir- culaires sur les zones sensibles :

tempes, front et nuque. Détente as- surée.

Alternez le froid et le chaud

- Des douleurs battantes au ni- veau du front et/ou des tempes ? Le froid peut vous soulager. Enveloppez un glaçon dans un linge et utilisez- le pour masser la zone concernée.

- Quand les muscles situés à l’ar-

rière de la tête sont contractés, pré-

férez le chaud. Réchauffer la nuque permet de détendre cette zone. Une bouillotte pourra faire l’affaire.

- Pour ceux qui ont le cou fragile,

un collier cervical est utile. À utiliser sans modération.

MAL DE TÊTE : 4 REMÈDES NATURELS PRÊTS EN 3 MINUTES

Un mal de tête qui s'annonce et plus d'an- talgique sous la main ? Voici 4 recettes maison rapides et faciles à préparer dès les premiers signes de douleur.

Une inhalation de vinaigre de cidre

Le vinaigre de cidre est un vieux remède de grand-mère qui possède de multiples proprié- tés intéressantes pour notre santé grâce à sa forte teneur en phosphore, calcium, magné- sium, soufre et surtout en potassium. Mais celle qui nous intéresse spécialement est son action analgésique sur les maux de tête et les migraines légères. La recette maison : en inhalation, versez 3 cuillères à soupe de vinaigre de cidre dans un bol de chaude et inhalez les vapeurs pendant 5 à 10 minutes, en plaçant votre tête sous un tor- chon, au-dessus du bol. En compresse, versez 10 cl de vinaigre de cidre dans un bol d'eau bouillante. Laissez refroidir et trempez des compresses que vous appliquez ensuite sur le front et les tempes pendant une vingtaine de minutes.

Une compresse d'huile essentielle de menthe

Les maux de tête sont fréquemment provo- qués par le stress ou l'anxiété. En période de

qués par le stress ou l'anxiété. En période de surmenage (psychique ou physique), pensez à avoir

surmenage (psychique ou physique), pensez à avoir toujours sous la main un flacon d'huile essentielle de menthe poivrée qui va, à la fois, stimuler la circulation sanguine et apaiser les tensions crâniennes. La recette maison : humidifiez une com- presse et imprégnez-la de 5 gouttes d'huile es- sentielle de menthe poivrée. Appliquez sur la nuque pendant une dizaine de minutes. Re-

nouvelez régulièrement pendant 2 heures (ou jusqu'à disparition des symptômes).

Une décoction de gingembre

Certains enzymes du gingembre ont la même action que l'aspirine sur les prostaglan- dines (des molécules qui participent aux trou- bles circulatoires impliqués dans les migraines).

La recette maison : découpez trois fines rondelles de gingembre frais dans un bol. Remplissez le bol d'eau chaude et couvrez. Laissez infuser pendant 30 minutes. Retirez le gingembre et buvez. Si vous n'avez pas de gingembre frais, rem- placez-le par une demie cuillère à café de gin- gembre en poudre diluée dans 150 ml d'eau chaude additionnée d'une cuillère à café de miel.

Du poivre de Cayenne les narines

Le poivre de Cayenne est surtout connu en cuisine, mais il a également une action analgé- sique sur les migraines et en cas de zona grâce à la capsaïne qu'il contient . Evidemment, si vous êtes fréquemment sujet aux maux de tête, vous pouvez en ajouter dans vos plats. Mais en cas de crise, voici ce qu'il convient de faire :

La recette maison : diluez une cuillère à café de piment de Cayenne dans un verre d'eau tiède. Mélangez bien pour que le piment ne reste pas au fond du verre et trempez des co- tons-tige dans cette solution en vous assurant qu'ils sont bien recouverts de poivre et placez- les dans les narines, jusqu'à ce que vous sen- tiez de la chaleur. Ce n'est pas un remède très agréable mais il permet d'anéantir les maux de tête.

dans

In topsanté.fr

uin 2016

DK NEWS 13

MIGRAINE :

LES RÉFLEXES POUR SOULAGER LA CRISE

MIGRAINE : LES RÉFLEXES POUR SOULAGER LA CRISE Une crise de migraine dure en général entre

Une crise de migraine dure en général entre 4 heures et 3 jours. Certains gestes peuvent vous aider quand la douleur est intense, en attendant que les médicaments fassent leur effet.

Allongez-vous dans une pièce sombre, fraîche et calme.

Appliquez sur le front ou dans la nuque une lingette chaude ou froide, selon ce qui vous soulage le plus. Vous pouvez opter pour un ban- deau anti-migraine : ce cous- sin thermique réfrigérant s'applique sur le front au mo- ment de la crise et peut dimi- nuer la douleur (en vente en pharmacie, 15€ environ).

Massez-vous les tempes avec un peu de baume du tigre. Cet onguent à base de camphre et de menthol est préconisé pendant les crises migraineuses (en vente dans les boutiques bio).

Essayez la chiropratique. Voici 4 gestes chiropracteurs qui peuvent vous aider :

1. Massez le muscle du tra-

pèze, au niveau de la nuque et des épaules, pour le détendre et libérez ainsi la tension musculaire.

2. Exercez une pression

moyenne avec les pouces à la base du crâne pendant quelques secondes, plusieurs

fois de suite, pour permettre le relâchement des points d'ancrage des méninges et des points d'attachement du mus- cle du trapèze.

3. Massez les tempes avec

les doigts afin de faire baisser

la tension musculaire au ni- veau du temporal.

4. Exercez une pression

juste sous l'intérieur de l'ar-

cade sourcilière, au-dessus de l'orbite de l'œil, au niveau du nerf oculaire, pendant quelques secondes pour apai- ser la douleur vers les yeux.

CÉPHALÉE DE TENSION :

COMMENT LA SOIGNER ?

Avoir l'impression de porter un casque sur la tête, ça vous parle ? La céphalée de tension est loin d'être une fatalité. Détail des traitements les plus appropriés.

"En général, au réveil tout va bien. La douleur s’installe au fil des heures : ça commence juste au-dessus de la nuque avant de se diffuser dans tout le crâne. En fin de journée, j’ai l’im- pression qu’un étau me serre le sommet de la tête et je n’arrive plus à me concentrer. Ce n’est pas aussi violent qu’une migraine : je connais pour en avoir fait ado… Mais c’est aussi pénible. Et sur- tout, ça m’oblige à prendre beau- coup d’antalgiques. J’en ai parlé à mon généraliste, qui m’a prescrit des séances de décontraction musculaire chez le kiné. Je n’en avais pas conscience, mais mon cou et mes épaules étaient blo- qués. J’ai été à peu près tranquille deux ans. Mais ça recommence, et je me demande si je dois re- tourner chez le kiné…"

L’explication du

spécialiste

Contrairement aux migraines, ces céphalées de tension provo- quent des douleurs bilatérales, diffuses, non pulsatiles (ça ne bat pas à l’intérieur). Elles ne sont augmentées ni par l’activité physique ni par la lu- mière, mais parfois par le bruit. Si elles sont moins impression- nantes qu’une crise de migraine, la qualité de vie n’en est pas moins altérée. Ces symptômes traduisent une mauvaise adapta- tion au stress. Ils s’expliquent par un mauvais fonctionnement du contrôle de la douleur. Là où,

mauvais fonctionnement du contrôle de la douleur. Là où, chez d’autres, les petites tensions du quotidien

chez d’autres, les petites tensions du quotidien passeraient inaper- çues, elles entraînent ici une ré- ponse amplifiée.

Quels traitements ?

Au moment de la crise Longtemps, les médecins ont recommandé d’alterner paracé- tamol et anti-inflammatoires pour supprimer plus vite les symptômes tout en limitant la quantité absorbée sur une jour- née, pour réduire les effets indé- sirables. Mais ce n’est pas justifié. À cha- cun de choisir l’antalgique le mieux supporté et le plus efficace. Il est aussi plus facile de contrôler les quantités absorbées et de dé- tecter un surdosage quand on reste dans la même famille de médicaments.

Si vous optez pour l’aspirine, préférez les formes efferves- centes : elles agissent plus vite et agressent moins le tube digestif. Mais, qu’il s’agisse d’aspirine ou d’ibuprofène, prenez-les tou- jours en milieu de repas.

En prévention Pour les 2 à 3 % qui souffrent de céphalées de tension chroniques : un traitement médicamenteux de fond est conseillé. On utilise des antidépresseurs très faible- ment dosés : ils n’auront pas d’ac- tion antidépressive, mais permettront de renforcer le contrôle de la douleur. Pour tous les autres : une meil- leure gestion du stress est utile. Avec ou sans l’aide d’un profes- sionnel, à chacun sa technique pour se détendre.

Certains s’allongent au calme, dans la pénombre, et respirent calmement avec le ventre. D’au- tres font des étirements en écou- tant de la musique douce. D’autres encore sont adeptes du training autogène (relaxation par autosuggestion) ou de la visuali- sation… L’essentiel est d’appren- dre à vous relaxer. Au quotidien, vous limiterez ainsi l’apparition des maux de tête. Et quand la douleur surgira, vous saurez mieux la gérer. Les séances de so- phrologie et de biofeedback (technique de contrôle du stress) donnent de bons résultats. Toute- fois, elles ne sont pas rembour- sées, à moins de se rendre dans un centre antidouleur. Intéres- santes également, les séances de thérapie cognitivo-comporte- mentale peuvent être prises en charges si elles sont supervisées par un psychiatre. Des séances de décontraction musculaire chez un kinésithéra- peute peuvent être bénéfiques, pour dénouer les tensions locali- sées au niveau de la nuque et des trapèzes. Une activité physique régu- lière est aussi utile. Les spécia- listes conseillent de bouger trente à quarante minutes, trois ou qua- tre fois par semaine. La priorité est de vous faire plaisir : si vous adorez le squash ou le foot, pas question de vous en priver. Les activités dites "d’endu- rance" sont les plus recomman- dées : vélo, marche, aviron et surtout natation.

MIGRAINE OPHTALMIQUE

: PAS

DE PANIQUE !

Des taches scintillantes qui envahissent le champ de vision, des objets qui se retrouvent

les symptômes d'une migraine

ophtalmique sont impressionnants ! Mais ras- surez-vous, ils sont transitoires et sans consé- quences.

la tête en bas

Les enfants aussi

C'est aujourd'hui une certitude, les enfants aussi souffrent de migraine : près d'un sur vingt est concerné.

Et lorsque ces derniers connaissent un épi-

sode de migraine avec aura, ils peuvent vivre des phénomènes particulièrement étranges. L'un des signes les plus fréquents : l'halluci- nation auditive, l'enfant entendant ses parents l'appeler par son nom alors que tout est silen- cieux. Quant aux autres hallucinations, elles sont, comme chez les adultes, visuelles : objets qui s'allongent ou qui rétrécissent, paysages qui basculent à l'envers

Quelle différence avec une migraine ?

Lors d'un épisode de migraine « classique

», la douleur est au premier plan. Elle se loca- lise d'un seul côté de la tête, on a l'impression que" ça cogne". La crise dure de quelques heures à deux ou trois jours et peut s'accom- pagner de nausées et/ou d'une intolérance à la lumière. En cas de migraine ophtalmique, ce sont

à la lumière. En cas de migraine ophtalmique, ce sont des symptômes visuels qui se manifestent

des symptômes visuels qui se manifestent dans un premier temps. La tache lumineuse est un grand classique de la migraine ophtal- mique : les médecins appellent cela, le sco- tome scintillant. C’est comme un trou dans le champ visuel latéral, d’abord petit, entouré de crénelures scintillantes à la manière d’un filament élec- trique. Ce trou visuel semble peu à peu s’agrandir et se manifeste aux deux yeux. Cela peut durer entre 10 mn et une demi-heure. Dans d'autres cas de migraine dits « avec aura », c'est-à-dire avec des signes annoncia- teurs du mal de tête, certains rapportent des troubles sensitifs, des fourmillements au bout des doigts qui remontent jusqu'au visage

jusqu'à l'engourdir totalement. Ou encore, plus rarement, des troubles du langage : diffi- culté à trouver ses mots, inversion des mots, incapacité à parler. Dans 6 % des cas, on constate même à une paralysie totale ou par- tielle d'un côté du corps.

Comment soigner une migraine ophtalmique ?

De nombreux facteurs peuvent être mis en

cause dans une migraine ophtalmique. Et si l'on ne connaît pas vraiment l'origine de la mi- graine ophtalmique, on sait que c'est dans votre cerveau que ça se passe ! Les médecins ont noté également que plu- sieurs membres d'une même famille souf- frent parfois de migraine ophtalmique et celle-ci serait peut être une pathologie héré- ditaire . Ces crises, qui touchent plutôt les femmes, peuvent être occasionnées par le

stress , certains aliments (le vin blanc

manque de sommei l, la faim, les règles ou en-

core la grossesse.,

Comment les traiter ?

un

)

La plupart du temps, les migraines ophtal- miques ne sont pas fréquentes et se soignent avec un médicament "classique" contre les douleurs de maux de tête. Mais si cela revient trop souvent, il faut consulter votre médecin, qui vous enverra sans doute chez un neuro- logue spécialiste de la migraine.

14 DK NEWS

AFRIQUE

 

Jeudi 9 juin 2016

KENYA-ONU

ONU-LIBYE

Nairobi intègrera les objectifs de développement de l'ONU à l'échelle nationale

Le Kenya a annoncé mardi qu'il intè-

grerait à l'échelle nationale les Objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU afin d'accélérer le développement national. Le secrétaire permanent à la dé- centralisation et au plan, Saitoti Torome,

déclaré à Xinhua que la raison princi-

a

Daech ne va pas connaître un nouvel essor en Libye mais sa présence

reste un facteur de risque

L’Organisation terroriste autoprocla- mée "Etat islamique" (EI/Daech) ne devrait pas connaître un grand essor en Libye mais sa présence dans ce

pays reste un facteur de risque pour

pale de cette adaptation nationale ré- side dans la différence entre le Kenya et les autres pays. «Nous voulons adapter les ODD car nous devons interpréter ces ob- jectifs en fonction de la situation nationale au Kenya», a déclaré M. Torome en marge d'un événement pour la Journée portes ouvertes du Groupe de la Banque mon- diale à Nairobi. Les ODD ont été signés par les pays membres de l'ONU en septembre 2015, avec pour objectif de poursuive les objec- tifs de développement du Millénaire. Les ODD comprennent 17 ambitions, 169 objectifs et 300 indicateurs à remplir pour l'horizon 2030. Le ministère de la Dé- centralisation et du Plan examinera cha- cun de ces objectifs et le comparera avec la situation actuelle au Kenya. «Pour la question de l'égalité des genres, nous verrons comment elle est traitée actuel- lement dans notre pays et quels progrès nous avons obtenus jusqu'à présent», a dé- claré M. Torome. «La manière dont les autres pays gèrent l'environnement est différente de la manière dont le Kenya gè- rera l'environnement car nous sommes plus vulnérables aux changements clima- tiques», a-t-il ajouté.

RDCONGO/

la région, a indiqué mardi l’ONU.

"Compte tenu des difficultés qu’il conti- nue de rencontrer pour consolider son ter- ritoire, bâtir des alliances et rivaliser avec d’autres acteurs, notamment les réseaux de contrebande transnationale de la région", Daech en Libye "ne devrait pas connaître de nouvel essor dans les prochains mois", a es- timé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki- moon dans son rapport sur la menace de Daech sur la sécurité internationale qui sera présenté ce mercredi au Conseil de sécurité. Le rapport du chef de l’ONU précise à ce propos que Daech a du mal à mener des opé- rations et à élargir son champ d’action hors de son fief de Syrte. Mais estime que "sa présence représentait un facteur de risque pour la région", jugeant nécessaire de main- tenir la surveillance sur ses capacités opé- rationnelles et sur l’évolution de son in- fluence dans un contexte local qui ne lui est pas nécessairement favorable. Le SG de l’ONU, explique à ce titre que la Libye pourrait être un autre lieu d’expan- sion, compte tenu des difficultés grandis- santes rencontrées par Daech en Irak et en Syrie. Selon la même source, Daech viserait en s'implantant en Libye, "lui permettrait de créer une plaque tournante qui l’aiderait à se développer" dans la région. Sur le terrain, Daech continue de tirer parti du vide politique et sécuritaire en Li- bye.

qui estime le nombre global des éléments de Daech en Libye entre 3.000 et 5.000

qui estime le nombre global des éléments de Daech en Libye entre 3.000 et 5.000 in- dividus. Ces chiffres avancés par l’ONU se rappro- chent des estimations révélées par le Pen- tagone qui quantifie ces forces à près de 6.000 terroristes. La Libye est devenue un point de cheminement et un sanctuaire pour les éléments terroristes étrangers qui rentrent dans ce pays ou se rendent dans d’autres Etats, souligne ban Ki-moon. Daech a gagné du terrain dans un délai relativement court en Libye. Présent à Syrte, l’EI contrôle également plusieurs cellules à Derna, Ajdabiya et Benghazi, où des opérations militaires ont permis de déloger d’importants groupes, affiliés à la branche libyenne.

centralisées contre des cibles civiles inter- nationales deviennent plus fréquentes. Au cours des six derniers mois seule- ment, l’EI a exécuté, motivé ou revendiqué des attentats terroristes en Allemagne, au Bangladesh, en Belgique, en Egypte, aux Etats-Unis, en Russie, en France, en Indo- nésie et en Turquie, rappelle le secrétariat général de l’ONU. Plus de 500 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées dans ces atten- tats. "L’EI continue de représenter une grave menace terroriste au niveau mondial", affirme le SG de l’ONU. Des terroristes étrangers du monde en- tier continuent de rejoindre en nombre les rangs de l’Organisation de l’Etat isla- mique, note le chef de l’ONU, en avançant

PRÉSIDENTIELLE Consultations de l'opposition à Bruxelles pour tenter d'adopter une position commune

Des représentants de l'opposition congolaise menaient hier des consulta- tions à Bruxelles pour tenter de réunir

Ce groupe terroriste continue de s’auto- financer en grande partie grâce à des "im-

pôts" prélevés à Syrte et dans les environs.

un chiffre d’environ 38.000 personnes qui auraient tenté de se rendre dans la région au cours des dernières années.

il

reçoivent également un soutien financier

Ces chiffres sont basés sur des renseigne- ments fournis par les Etats membres de l’or- ganisation onusienne. Toujours selon ces chiffres, Daech compte actuellement envi- ron 30.000 individus dans la région, chiffre qui englobe syriens, irakiens et terroristes étrangers. La plupart de ces terroristes étrangers en- gagés aux côtés de l’EI sont originaires du Moyen-Orient, d’Asie centrale et de l’Afrique du Nord. Une bonne partie vient aussi d’Europe, d’Asie du Sud et d’Asie du Sud- Est.

Libye :3.000 à 5.000 éléments terroristes affiliés à Daech Des informations indiquent également que des activités de recrutement et d’appui sont menées sans relâche dans la région où les services de sécurité des Etats du Maghreb ont démantelé plusieurs cellules associées à l’EI, alors que de nombreux terroristes ont rejoint Daech en Libye depuis sa création. Daech a renvoyé dans leur pays un groupe d’environ 800 Libyens qui sévis- saient en Irak et en Syrie, selon le dit rapport

de la part d'autres éléments du groupe ins- tallés à l'étranger par l’intermédiaire d’émis- saires, selon l’ONU, qui cite des renseigne- ments fournis par un Etat membre des Nations Unies.

Risque accru d’attaques terroristes à l’international Le rapport de Ban Ki-moon souligne, par ailleurs, que Daech est entré dans une nou- velle phase de menaces avec un risque ac- cru que des attaques bien préparées et

leur rangs en prélude à un conclave de l'opposant historique Etienne Tshise- kedi, en vue d' exiger la tenue de la pré- sidentielle avant le terme du mandat du président de la République démocra- tique du Congo Joseph Kabila, ont indi-

qué des participants. L'ouverture officielle du «conclave» par l'opposant historique Etienne Tshisekedi, président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), 83 ans, qui a lancé les invitations, est prévue pour la journée. Certains dé- légués venus de Kinshasa ne sont arrivés en Belgique que tôt mercredi et «l'UDPS

estimé utile qu'il y ait une mise à jour du travail préparatoire», a expliqué un mem- bre des délégations. La réunion, qui doit s'achever jeudi par l'adoption d'une déclaration commune, se tient à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Bruxelles. L'ancien gouverneur de l'ex-

Katanga Moïse Katumbi, candidat dé- claré à la présidentielle censée se tenir en novembre, mais devenue improbable, devait se rendre à Genval avant la fin des travaux, selon un de ses conseillers. Le Mouvement de libération du Congo (MLC) de l'ex-vice président congolais Jean-Pierre Bemba, en attente du verdict de la Cour pénale internationale (CPI) pour les meurtres et viols commis par sa milice en Centrafrique en 2002 et 2003, n'est en revanche pas représenté. Une au- tre force importante de l'opposition, l'Union pour la nation congolaise (UNC),

délégué son secrétaire général, Jean- Bertrand Ewanga, mais son chef Vital Kamerhe ne fera pas le déplacement.

a

a

SOUDAN DU SUD

EGYPTE

Kiir et Machar veulent la création d'une Commission vérité et réconciliation

Le président sud-soudanais Salva Kiir et son vice-président Riek Machar jugent

lignant que «ceux qui disent la vérité sur ce qu'ils ont vu ou fait seraient amnistiés contre toute poursuite, même s'ils n'ont ex-

Atterrissage d'urgence d'un avion d'EgyptAir en Ouzbékistan après une fausse alerte à la bombe

Un avion d'EgyptAir reliant Le Caire à Pékin a atterri d'urgence hier en Ouzbé-

kistan après une fausse alerte à la bombe,

que la paix dans leur pays passe par la création d'une Commission vérité et récon-

ciliation plutôt que par des procès contre les auteurs des exactions commises durant les deux dernières années, dans une tribune pour le «New York Times». «Nous sommes déterminés à faire en sorte que notre pays ne traverse plus jamais une guerre civile. Même avec nos diffé- rences - en fait à cause d'elles - nous sommes déterminés à réconcilier nos com- munautés et à créer l'unité», écrivent les deux anciens antagonistes de la politique sud-soudanaise dans cette tribune publiée mardi. «Le rassemblement du Soudan du Sud ne peut être véritablement garanti qu'en suivant une route: celle d'une paix or- ganisée et d'un processus de réconciliation avec le soutien international», estiment MM. Kiir et Machar, qui sont accusés par l'ONU d'être responsables de la majorité des violences commises depuis le début du conflit. «Nous avons l'intention de créer une

commission nationale vérité et réconcilia- tion sur le modèle de celles en Afrique du Sud et en Irlande du Nord»,ajoutent-ils, sou-

primé aucun remords.» «Le but de ce processus n'est pas de cher- cher le pardon, mais de préparer les Sud- soudanais pour l'immense tâche qui les at- tend: celle de construire une nation aux cô- tés de ceux qui ont commis des crimes contre eux, leur famille et leur commu- nauté», plaident-ilsLe Soudan du Sud avait plongé dans la guerre civile en décembre 2013 quand des combats avaient éclaté au sein de l'armée nationale, minée par des dis- sensions politico-ethniques alimentées par la rivalité entre MM. Kiir et Machar. L'Accord sur le règlement du conflit au Soudan du Sud signé le 17 août 2015 a mis un terme à une guerre civile de 21 mois qui

annoncé la compagnie. L'avion «a atterri

sur l'aéroport le plus proche après qu'un coup de téléphone anonyme eut assuré qu'une bombe se trouvait à bord», a dé- claré le président d'EgyptAir Safwat Mus- sallam. Selon les autorités ouzbèkes, l'avion a atterri à l'aéroport de Our- guentch, dans l'ouest du pays. «L'appareil

a

a

été évacué, fouillé et les recherches se

sont révélées négatives, nous ont dit les au-

torités ouzbèkes qui ont donné l'autorisa- tion de redécoller», a indiqué le président

coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes et entraîné le déplacement de millions d'autres personnes. A la fin du mois avril, le Soudan du Sud

a

d'EgyptAir, ajoutant que «Nous devons prendre en compte sérieusement toute alerte». Le 1er juin, un avion d'EgyptAir avait été évacué au Caire juste avant de dé-

a

formé un gouvernement d'union natio-

coller en direction de Bangkok, à la suite

nale de transition que le Conseil de sécu- rité a salué comme étant une étape impor- tante dans la mise en oeuvre de l'accord de

d'un coup de téléphone similaire à celui de mercredi, mais la fouille de l'appareil

s'était révélée négative et il avait décollé peu

 

paix.

après.

APS

Jeudi 9 juin 2016

MONDE

DK NEWS

15

SUCCESSION DE BAN KI-MOON:

Malcorra promet d'être neutre sur les Malouines

La ministre argentine des Affaires étrangères Susana Malcorra, candidate pour succéder à Ban Ki-moon à la tête de l'ONU, a promis mardi que si elle était choisie elle resterait neutre dans le contentieux sur les Malouines entre son pays et Londres.

Mme Malcorra s'expri- mait devant la presse après avoir passé une audition de- vant l'Assemblée générale de l'ONU, à l'instar des autres candidats déclarés. Elle a rappelé qu'elle s'était toujours abstenue de s'immiscer dans ce dossier épineux de la souveraineté contestée sur les îles Ma- louines pendant ses années passées dans l'entourage de M. Ban. «Le secrétaire gé- néral (Ban Ki-moon) a tou- jours dit aux deux parties, l'Argentine et le Royaume- Uni, qu'il était prêt à faire ce que ces deux parties vou- dront qu'il fasse», a-t-elle expliqué. «Ce serait le cas avec n'importe quel futur secrétaire général, quelle que soit sa nationalité». Ce dossier «est entre les mains des Etats membres quel que soit le secrétaire général», a-t-elle renchéri. Depuis qu'elle est devenue

a-t-elle renchéri. Depuis qu'elle est devenue ministre en novembre der- nier, Mme Malcorra, 61 ans,

ministre en novembre der- nier, Mme Malcorra, 61 ans,

défendu la position offi-

cielle argentine qui proclame

souveraineté de Buenos

Aires sur les Malouines. Mais selon des diplo- mates britanniques, le Royaume-Uni, qui en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, aura un rôle prépondérant dans le choix du successeur de Ban Ki-moon, considère que sa nationalité n'est pas a priori

a

la

un obstacle. Mme Malcorra a défendu mardi pendant

deux heures devant l'Assem- blée son bilan d'ancienne

cheffe de cabinet de M. Ban. Elle a répondu aux ques- tions de nombreux pays membres sur sa vision du poste, ses objectifs et les dos- siers du moment comme la crise des réfugiés, avec une certaine conviction mais sans sortir des sentiers balisés. Alternant l'anglais, l'espa- gnol et un peu de français,

elle a fait valoir son bilan de gestionnaire, «pendant 25 ans dans le secteur privé et 10 ans à l'ONU dans des postes difficiles». Elle a dit avoir parfois «été frustrée de constater qu'on pouvait faire quelque chose mais que les choses coinçaient» et avoir le senti- ment qu «l'organisation pourrait faire davantage». Onze candidats, dont cinq femmes, briguent la succes- sion de Ban Ki-moon, qui quitte son poste à la fin de

l'année après dix ans. Après

avoir passé leur entretien d'embauche devant l'Assem- blée générale, les candidats peuvent encore demander à être entendus par le Conseil de sécurité. Celui-ci commencera à faire son choix en juillet à bulletins secrets, avant de soumettre un nom à l'As- semblée générale qui entéri- nera ce choix en octobre.

ATTENTAT À LA VOITURE PIÉGÉE EN TURQUIE :

3 morts et 30 blessés

Un policier et deux civils ont été tués et trente autres personnes blessées mercredi dans un attentat à la voiture piégé visant le siège e la police à Midyat, dans le sud-est de la Turquie, a déclaré le Premier ministre turc, Binali Yildirim. Une puissante explosion s'est produite devant le bâtiment de plusieurs étages de la police à Midyat, dans la province de Mardin, située dans le sud-est à majorité kurde du pays, et de nom- breuses ambulances ont été dépêchées sur les lieux, a précisé l'agence progou-

vernementale Anatolie. Selon la chaîne CNN-Türk, un véhicule bourré d'explo- sifs a tenté de forcer un barrage de sé- curité devant le poste de police avant que des policiers en faction tirent sur le chauffeur qui aurait à ce moment-là ac- tionné la charge. "L'auteur de cette attaque est l'orga- nisation PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan)", a indiqué M. Yildirim aux journalistes à Istanbul, sur les lieux d'un at tentat similaire qui a tué 11 per- sonnes la veille. "Les m sures de sécu-

rité ont permis d'éviter un bilan encore plus l urd", a déclaré le chef du gouver- nement, évoquant "une très grosse charge d'ex losifs". Un précé ent bilan rapporté par des médias faisait état de deux policier tués et plusieurs personnes blessées. Le PKK a repris la lutte armée contre le pouvoir central turc en été 2015, après l'échec de deux ans de discussions de paix avec Ankara. De violents combats ont depuis repris dans le sud-est de la Turquie.

ETATS-UNIS

12 ans de prison pour un Américain voulant rejoindre Daech

Un Américain a été condamné à 12 ans de prison mardi pour tentative de rejoindre en Syrie les rands du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI/Daech). Nicholas Teausant, un Californien, avait plaidé coupable en décembre de tentative de soutien à une or- ganisation terroriste. Il avait été arrêté en mars 2014 près de la frontière canadienne, alors qu'il tentait, de rejoin- dre la Syrie et l'organisation terroriste. Sa peine de pri- son doit être suivie de 25 années de liberté surveillée. «Nous ne devons avoir aucune tolérance face au terrorisme. Il n'y apas de marge d'er eur», a commenté un juge fédéral, John Mendez, en imposan sa condam- nation à Sacramento, en Californie. D'après les autori- tés, Nicholas Teausant avait attiré l'attention du FBI en 2013 en écrivant sur des réseaux sociaux qu'il voulait me- ner des actes violents et «participer à la chute de l'Amé- rique». Dans se échanges avec un informateur du FBI, il a ensuite évoqué des atta ues dans le métro de Los An- geles avant de faire marche arrière. Teau ant, père d'un bébé, était «obsédé par la violence» ont indiqué les autorités, et voulait aller en Syrie pour «être sur toutes les chaînes d'information du monde». Les autorités es- timent que ce cas illustre la vulnérabilité des jeunes gens quipeuventêtreséduitsparlesrecruteursterroristessur internet. «Les extrémistes violents de tous bords -- étrangers et nationaux -- recrutent activement les jeunes qui ont perdu espoir (dans leur avenir) et qui peu- vent être facilement radicalisés», a commenté Monica Miller, en charge du bureau de la police fédérale (FBI) de Sacramento. L'avocat de Nicholas Teausant a argu- menté dans des documents déposés au tribunal que son client ne posait pas de vraie menace et était incapable du moindre soutien matériel à toute organisation.

ÉRYTHRÉE

Un rapport de l'ONU accable l'Erythrée de crimes contre l'humanité

Des crimes contre l'humanité ont été commis en Erythrée de- puis 1991, année où le peuple erythréen a recouvré son indépen- dance, selon le deuxième rapport de la Commission d'enquête sur les violations des droits de l'homme mise en place par l'ONU dans ce pays, publié mercredi à Genève. Cette Commission, mise en place en 2014 par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, écrit notam- ment qu'elle «a de bonnes raisons de croire que des crimes contre l'humanité, tels que l'esclavage, l'emprisonnement, la disparition forcée, ont été commis en Erythrée depuis 1991». «L'Erythrée est un Etat autoritaire, il n'y aucune pouvoir judiciaire indépendant, pas d'assemblée nationale, et pas d'institutions démocratiques ( ) il y a un climat d'impunité pour les crimes contre l'humanité com- mis depuis un quart de siècle», a déclaré Mike Smith, président de la Commission d'enquête. Le rapport souligne que «les Ery- thréens sont confrontés à un service national illimité, à des déten- tions arbitraires, à des discriminations basées sur la religion ou l'eth- nie, à des violences sexuelles et à des meurtres». En conséquence, la Commission recommande que le «Conseil de sécurité porte» le dossier de la situation de l'Erythrée au pro- cureur de la Cour internationale de justice, afin qu'il l'étudie. En outre, la Commission demande aux «Etats-membres de l'ONU d'exercer leurs obligations de poursuivre ou d'extrader tout indi- vidu suspecté de crime international et qui est présent sur leur ter- ritoire». Le premier rapport de la Commission d'enquête, déjà très critique, avait été publié en juin 2015. Dans ce premier rapport, la Commission dénonçait les «violations systématiques et à grande échelle» des droits de l'Homme par le gouvernement d'Erythrée, qui poussent des milliers de nationaux à fuir le pays chaque mois. Son mandat avait été prolongé d'un an pour enquêter cette fois-ci sur les «crimes contre l'humanité». L'Erythrée est un pe- tit pays fermé de la Corne de l'Afrique, qui a acquis son indépen- dance en 1991, après une guerre de trente ans contre l'Ethiopie. De- puis 1993, le pays est dirigé par Issayas Afewerki. Les Erythréens, qui fuient leur pays en masse, se réfugient en Europe essentielle- ment en Suède, en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas.

AUTRICHE/PRÉSIDENTIELLE:

L'extrême droite dépose un recours auprès de la Cour constitutionnelle

L'extrême droite autrichienne (FPO), battue de justesse à l'élection présidentielle le 22 mai, a dé- posé un recours auprès de la Cour constitutionnelle pour contester les résultats du scrutin, a annoncé mercredi la plus haute juridiction du pays. «Recours déposé contre l'élection présidentielle par Heinz- Christian Strache», le chef du FPO, a annoncé le porte-parole de la Cour constitutionnelle au dernier jour du délai légal pour contester le résultat du scru- tin. Le candidat du FPO Norbert Hofer, avait recueilli 49,7% des voix face au vainqueur du scrutin l'éco- logiste Alexander Van der Bellen (50,3%). Au premier tour, le 24 avril, c'était l'extrême droite qui était ar- rivée en tête, éliminant pour la première fois d'en- trée les sociaux-démocrates (SPO) et les chrétiens conservateurs (OVP), au pouvoir au sein d'une grande coalition depuis 2008.

Rencontre aujourd’hui en Iran des ministres de la Défense russe, syrien et iranien

Iran des ministres de la Défense russe, syrien et iranien Les ministres de la Défense russe,

Les ministres de la Défense russe, syrien et ira- nien doivent se rencontrer jeudi à Téhéran pour évo- quer la «lutte contre le terrorisme» au Moyen- Orient, une région secouée par plusieurs conflits,

a annoncé mercredi l'agence officielle Irna. L'agence iranienne ne mentionne pas spécifiquement les

conflits en Syrie et en Irak, mais indique que les mi- nistres des trois pays alliés, Sergueï Choïgou (Rus- sie), Fahd el-Freij (Syrie) et Hossein Dehghan (Iran) vont passer en revue «les développements dans

la région et les moyens de renforcer la lutte contre

le terrorisme». La rencontre se tiendra au mo- ment où les offensives contre les terroristesdu groupe autoptoclamé «Etat islamique» (EI/Daech) continuent en Syrie et en Irak voisin. Des conseil- lers militaires iraniens sont présents également en Irak pour aider les forces irakiennes à combattre les terroristes. Le conflit en Syrie, déclenché par la ré- pression de manifestations réclamant des réformes, s'est complexifié au fil des années avec une multi- tude d'acteurs syriens, régionaux et internatio- naux. Il a fait plus 280.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

PALESTINE-ISRAËL

16 Palestiniens arrêtés hier par l'armée d'occupation israélienne en Cisjordanie

Seize (16) Palestiniens ont été arrêtés hier par l'ar- mée d'occupation israélienne en Cisjordanie, a rapporté le Club des prisonniers palestiniens. Les forces d'occupation ont fait une incursion dans les villes de Ramallah, Beit Lahm, Al-Khalil, Al-Qalqi- lya et Jenine, ainsi que dans plusieurs quartiers d'Al- Qods occupée, a indiqué le Club., Au total 16 Pales- tiniens ont été arrêtés lors de cette incursion, a-t- on précisé. L'armée d'occupation israélienne mène quotidiennement des campagnes d'arrestation ar- bitraires à l'encontre de dizaines de Palestiniens dans les villes et les localités de la Cisjordanie sous divers prétextes. Près de 7.000 Palestiniens ont été arrêtés

16 DK NEWS

RAMADHAN

Jeudi 9 juin 2016

RAMADHAN EN FRANCE

Les musulmans de France entament le Ramadhan avec des journées plus longues de jeûne

Les musulmans de France ont débuté lundi le premier jour du mois de Rama- dhan, avec la particularité de jeûner plus de 18 heures sur les 24 que compte la journée. Avec un imsak (horaire d’abstention) qui commence à 3h30 du matin, le musulman vivant en France, notamment dans les ré- gions centre et nord, ne doit faire la rupture de son jeûne que vers 21h55, début du soir qui ne durera que quelques heures (5h30). Mais malgré cela, en l’absence d’une au- torité unique religieuse, ils sont toujours à la recherche des horaires exacts concernant l’imsak et le maghreb sur les sites internet et à partir des applications proposées sur les smartphones. A cet effet, la Mosquée de Paris a édité un calendrier des horaires des prières avec l’imsak (imsakia) pour le distribuer dans toutes les régions de France. Pour pallier cette situation, qui se répète chaque année, la majeure partie de la com- munauté musulmane, dont plusieurs per- sonnes ont été approchées par l’APS, sou- haite le lancement en France d’une chaîne de télévision communautaire générale qui puisse s’adresser à un audimat musul- man, surtout en diffusant l’adhan du ma- ghrib. La diffusion de l’adhan à travers des haut-parleurs dans les mosquées est in- terdite en France. L’autre difficulté de la communauté musulmane, pourtant leur religion est la deuxième en France, reste leur environne- ment qui renforce quelque part leur carac- tère "étranger" par rapport à la société française, sauf dans les quartiers à forte concentration musulmane. Plusieurs familles, qui avaient l’habitude de passer le mois sacré au bled pour le cé- lébrer en milieu adéquat et goûter la saveur de ce mois exceptionnel (bennet ramdane), ont dû retarder leur voyage en raison de la scolarité de leurs enfants. En France, la sco- larité de termine vers la fin juin et pour d’au- tres en début juillet. Une autre difficulté pour les lycéens musulmans qui sont en classes terminales, ce sont les épreuves du baccalauréat qui sont prévues à compter du 15 juin, en plein journées de jeûne. Plusieurs d’entre eux se sont rabattus sur les sites Internet pour sa- voir s’ils peuvent, du point de vue reli- gieux, être autorisés à ne pas jeûner durant les examens. La prière de tarawih constitue également une problématique pour les personnes qui travaillent, dans la mesure qu’elle ne commence qu’après celle de l’icha (soir), c’est-à-dire vers minuit. Mais pour beau- coup de membres de la communauté mu- sulmane, Ramadhan est "un mois d’adap- tation" où tout le monde doit s’organiser afin d’établir une harmonie entre les exigences de la vie active et celles de la spiritualité.

La convivialité au menu

Entamé depuis le 6 juin en France, le mois sacré du Ramadhan commence avec son lot d’habitudes et de pratiques toutes concentrées autour de la vie familiale et des liens sociaux. La nourriture comme pratique sociale sert ainsi de prétexte pour raffermir le lien socio-familial, et devient de ce fait une source d’intérêt et d’attention des familles musulmanes pendant cette période sacrée du jeûne.

Cherbal E.-M.

Au plan économique, la période du Ramadhan présente beaucoup d’avan- tages pour l’économie française qui béné- ficie en effet d’un effort important que consent la famille musulmane, dont les dé- penses alimentaires évoluent sensible- ment durant le Ramadhan : « Au total, l'en- semble des ménages concernés dépense en moyenne 350 millions d'euros au cours de ce mois (394 euros par ménage contre 282 euros durant les autres mois), no- tamment à travers l'achat de viande, de produits d'épicerie, de produits laitiers, de produits frais et de boissons, selon l'étude Horizons Shoppers 2015 menée par le ca- binet Solis », rapporte le site du quotidien français lefigaro.fr. L’ouverture aux autres, la recherche du lien familial se fait essen- tiellement autour de la nourriture qui de- vient ainsi un moment important dans le rituel ramadhanesque. Pour Abbas Ben- dali, patron du cabinet Solis, le «Ramadhan s'inscrit aujourd'hui comme un temps

le «Ramadhan s'inscrit aujourd'hui comme un temps fort commercial avec une hausse de 40% des dépenses

fort commercial avec une hausse de 40% des dépenses alimentaires des ménages. La demande est importante parce que l'on cuisine davantage, on reçoit la fa- mille, les amis et que l'on a envie de se faire plaisir», indique-t-il au journal Le Fi- garo. Les grands acteurs de l’industrie de la distribution française se sont mis à l’heure de ce grand moment pour la com- munauté musulmane en intégrant des of- fres ciblées, en produits alimentaires conçus selon le rite musulman. Sans faire explicitement référence au mois de Ramadhan, la plupart des enseignes fran- çaises ont en effet déployé des opérations de promotion ; « Lidl propose cette se- maine de découvrir les ‘’délices et mer- veilles d'Orient’’ dans son catalogue. Même chose pour Carrefour avec des ‘’couleurs et saveurs venues d'ailleurs’’ ou encore Auchan et ses ‘’saveurs orientales à prix doux’’», écrit lefigaro.fr. La tendance markéting au marché halal se confirme par l’étude du cabinet Solis, dont le patron explique au site lefigaro.fr que la «plupart des grandes enseignes intègrent au-

jourd'hui le Ramadhan dans le planning des périodes promotionnelles. Avec des of- fres alléchantes, une distribution de pros- pectus ciblant les zones de chalandise les plus porteuses, des mises en avant scéna- risées à l'entrée des magasins, la grande distribution met les moyens pour concur- rencer le commerce traditionnel et s'atti- rer les préférences des consommateurs». Même si le marché du halal génère quelque 5 milliards d’euros en France, il n’en demeure pas moins que l’offre de- meure en deçà de la demande, comme le constate lefigaro.fr pour lequel « 55% des sondés regrettent la gamme restreinte de produits proposés», tandis que pour M.Bendali, «les consommateurs souhaitent aujourd'hui davantage de choix et de qua- lité pour les produits halal». Un constat qui peut expliquer le fait que les boucheries musulmanes et boutiques orientales de- meurent encore les lieux d’achat préférés des consommateurs musulmans, comme le souligne d’ailleurs de nombreux obser- vateurs et médias français.

CEM

ISLAM EN FRANCE

Le Ramadhan, un temps de méditation

A l’instar de beaucoup d’autres régions du monde, la commu- nauté musulmane de France a entamé le mois de Ramadhan dans un contexte tout à fait particulier à ce pays, encore sous les stigmates des violences terroristes qui l’ont secoué en novembre et janvier der- niers. « Réuni dimanche à la Grande Mosquée de Paris ‘’en présence de dignitaires religieux et de représentants de fédérations musul- manes’’, le CFCM a fixé au 6 juin le ‘’premier jour du mois sacré du ramadhan pour l’an 1437 de l’Hégire’’ », lit-on sur le site du quoti- dien lemonde.fr qui, à l’instar de nombreux autres titres et médias français consacre une large place à ce pilier de la religion musul- mane et à la vie de la communauté musulmane de France durant ce mois de jeune. C’es également l’occasion pour certains, en France de renouer avec des amalgames savamment distillés par certains cercles polé- miques et médiatiques en France, en vue de maintenir une confu- sion entre la pratique religieuse des musulmans de France avec les violences terroristes commises au nom de l’Islam. Après les polé- miques successives sur l’occupation des espaces pendant la prière et l’envie hystérique de certains politiques, et de leurs relais média- tiques, mus par la haine, d’en ‘’découdre’’ avec les foules de musul- mans priant sur les trottoirs et places publiques, ce fut au tour des crèches scolaires sommées par ces mêmes cercles de servir des re- pas ‘’laïques’’ à leurs chérubins, et de s’abstenir de donner des re- pas certifiés ‘’halal’’ aux enfants de confession musulmanes. La mesure de l’islamophobie en France est un indicateur révé- lateur de ce ‘’mal être’’ qui gagne la communauté musulmane de France en proie à une image des plus négatives, nourrie par les cou- rants politico-médiatiques souvent tentés par le raccourci de la dé- signation de ‘’l’autre’’ comme source des problèmes socioécono-

miques des Français. Interrogé par le site du journal français lexperss.com, sur la mesure de l’islamophobie en France, Marwan Mohammed, sociologue, chargé de recherche au CNRS, évoque les enquêtes d’opinion comme instrument de mesure, expliquant que même si elles « ont leurs limites, elles pointent un mouvement durable de dégradation de l'image des musulmans, y compris à tra- vers des opinions négatives sur des actes rituels (comme la pratique du ramadan) qui ne provoquaient pas autant de rejet il y a encore une dizaine d'années. » De son côté le site du quotidien gratuit 20minutes.fr a interrogé le président du Conseil Français de Culte Musulman (CFCM), sur les explications à donner au fait, selon une enquête d’opinion da- tée de 2011, « que 71% des musulmans de France faisaient le Rama- dhan, contre 60% 25 ans plus tôt ». Pour Monsieur Anouar Kbibech, patron du CFCM, « aujourd'hui en France, le pourcentage de mu- sulmans qui respectent le jeûne se situe aux alentours de 75-80%. C'est une pratique qui se généralise, et qui est de plus en plus res- pectée scrupuleusement.» Pour sa part, Smay Debbah, président du Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), interrogé par l’heb- domadaire l’Express, dans une de ses éditions de janvier dernier, revient sur le contexte général de la société française qu’il résume ainsi : « Lorsque vous interrogez les citoyens de confession musul- mane, ils pointent trois peurs, parfois quatre: la peur des attentats, celle des représailles islamophobes qu'elles soient violentes et ex- plicites ou bien plus discrètes, peu détectables, la peur de l'avenir ainsi que, pour certains parents, la peur que leurs enfants soient la cible du discours "djihadiste". Ce n'est pas la sérénité qui domine», affirme-t-il.

CEM

120 imams algériens pour diriger la prière des tarawih en France

Au total 120 imams sont venus d’Algérie pour officier tarawih, une prière exception- nelle du soir durant le mois du ramadan, a-t-on appris lundi de la Mosquée de Paris. En plus des imams détachés d’Algérie, qui sont déjà en France, ces nouveaux venus ont été dispatchés dans plusieurs mosquées et salles de prière, dans le territoire fran- çais, sous la tutelle de la Mosquée de Paris. Ils devront également animer des cau- series (dourous) durant tout le mois sacré, qui a débuté lundi en France, a-t-on ajouté

de même source, soulignant qu’ils ne feront pas les prêches du vendredi, mission incom- bant exclusivement aux imams détachés pour une durée plus longue, qui sont au nombre d’une centaine. Lors de son audi- tion par une commission du Sénat, la se- maine passée, l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjama, avait annoncé la venue prochaine d’une vingtaine d’imams détachés du ministère algérien des Af- faires religieuses et des Waqf, après avoir passé un concours national. Un des critères

principaux dans le choix des imams pour une mission en France est la maîtrise de la langue française, dans la mesure où les prêches et les causeries sont assurés en arabe et en français. "La majorité des fidèles est une population de jeunes, nés en France ou résidents depuis plusieurs années, ou des populations qui ne connaissent pas bien l’arabe. C’est la raison pour laquelle, les prêches et causeries sont bilingues", a-t-on précisé, annonçant le déploiement prochain d’une caravane culturel, à travers toutes les

régions de France, pour animer des confé- rences autour l’islam. Par ailleurs, les mos- quées et salles de prière sont mobilisées, du- rant le mois de Ramadhan, pour offrir un repas de rupture du jeûne (f’tour), a-t-on indiqué. En effet, des associations ont déjà lancé des opérations de collecte de denrées alimentaires non périssables, dans les principales villes d’Ile de France et ail- leurs en France, pour offrir le f’tour aux plus démunis et à des réfugiés syriens.

APS

Jeudi 9 juin 2016

CULTURE

DK NEWS

17

ORAN

Don de 21 pièces au profit

du Musée national Ahmed-Zabana

Le musée national «Ahmed Zabana» d’Oran a enrichi ses fonds, en 2015, par 21 pièces, des dons de citoyens des dif- férentes wilayas de l’Ouest du pays, a-t-on appris, mardi, de cet établissement.

Il s’agit, entre autres, de cos- tumes traditionnels, dont la très connue «blouse oranaise», de haïk, de bijoux en argent et de poteries remontant aux 18ème et 19ème siècles, selon le chef du département de re- cherche et préservation du pa- trimoine par intérim de ce musée. Ces pièces ont été sélec-

tionnées parmi un lot de plus de 40 œuvres par une commission compé- tente, composée de plu- sieurs membres du musée conformément aux critères en vigueur dans ce domaine comme la valeur historique et ar- tistique de la pièce, sa spécificité et les technique de sa fabrication, précise Réda Touati. Ces £uvres sont uniques et n’existent dans aucune collec- tion du Musée, assure le même responsable, ajoutant que des dossiers techniques les concer- nant ont été transmis à la com-

techniques les concer- nant ont été transmis à la com- mission nationale du ministère de la

mission nationale du ministère de la culture pour entreprendre les démarches en vue de leur inventaire et leur classification au titre du patrimoine national. Le Musée Ahmed-Zabana reçoit mensuellement des dons de citoyens, conscients de l’im- portance du patrimoine et du

rôle du musée dans la préservation de ces biens culturels, si- gnale-t-on. Par ailleurs, le musée a proposé, en 2015, à la commission compétente du minis- tère de tutelle, le clas- sement de six pièces, saisies par les services des douanes d’Oran, dont des bi- joux en argent des régions de Kabylie et des Aurès, datant du 19ème siècle. Ces pièces pré- sentent une grande valeur ar- tistique et ethnographique, de par leurs motifs et techniques de fabrication.

Histoire

Aïn Defla : Commémoration du 58 e anniversaire de la mort du chahid Si M’hamed Raïs

La commune de Djellida (Aïn Defla) a commémoré hier le 58e anniversaire de la mort du chahid Si M’hamed Raïs tombé au champ d’honneur en 1958. A cette occasion, une gerbe de fleurs a été déposée sur la stèle érigée à la mémoire du martyr au douar Daouadji et la Fatiha du saint Livre récitée en présence des autori- tés civiles et militaires à leur tête le wali, Kamel Abass. De nombreux compagnons d'armes du chahid venus de plusieurs ré- gions de la wilaya ont tenu à rendre hom- mage au chef du célèbre commando "Djamal" dont l’activité a marqué la Wilaya

IV historique. Né en 1931 à Ouled Bouziane

dans la commune de Djelida, si M’hamed

Raïs a, dès sa tendre enfance, entamé des études coraniques dans la zaouia familiale avant de rejoindre celle du Cheikh Si Ahmed dans la commune de Bourached. En 1948, il devient membre du parti du peuple algérien (PPA) chargé de la propa- gande et du recrutement dans les régions

de Miliana, Khemis Miliana et Aïn Defla.

Au sein du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), il ac- tive avec les éléments chargés de la prépa- ration de la lutte armée à l’instar de Si

M'hamed Bouguerra, Mustapha Ferroukhi, El Baghdadi, Si Belkebir et Si Melki. En 1956, son dévouement et son inlassable ac- tivité l'ont propulsé au poste de chef de ré- gion dans la zone 4 pour les affaires militaires puis à celui de responsable du commando "Djamal" qui marqua de son empreinte les combats dans les maquis de Amrouna, El Medad et Palestro. Le 8 juin

1958, Si M'hamed Rais tomba au champ d'honneur au cours d'un violent accro- chage avec plusieurs unités des Bérets noirs au douar Douadji dans la région de Djelida.

BISKRA

Découverte

de ruines

romaines

à Loutaya

Un site de vestiges ro- mains a été fortuitement découvert par un citoyen dans une broussaille à l’écart de zones urbaines dans la commune de Lou- taya, au nord de la wilaya de Biskra, a-t-on appris mardi auprès de la direction de la culture. Le site qui semble être une ancienne ferme oléi- cole loin de toutes routes contient un pressoir d’olives, des poteries, des pièces de monnaie, des murs et portes de bâtisses en ruine, a précisé Rabéâ Hebba, chef du service du patrimoine culturel à cette direction. Il s’agit d'«un site archéo- logique de grande impor- tance datant du 4ème siècle» de l’avis de l’experte dépêchée par le Centre na- tional de recherche en ar- chéologie (CNRA) d’Alger, ajoute la même source. La direction de la culture de concert avec la commune de Loutaya œuvre à mettre en place «les mesures adé- quates» pour protéger de ce site dans la perspective de sa valorisation, selon encore la même source.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 419 427 du 09/06/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 419 427 du 09/06/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 419 518 du 09/06/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 419 518 du 09/06/2016

18 DK NEWS

DÉTENTE

Jeudi 9 juin 2016

Programme de la soirée

19:55DK NEWS DÉTENTE Jeudi 9 juin 2016 Programme de la soirée UEFA Euro 2016 : Le

UEFA Euro 2016 :

Le grand show d'ouverture

soirée 19:55 UEFA Euro 2016 : Le grand show d'ouverture A la vieille de la cérémonie

A la vieille de la cérémonie

d'ouverture de l'UEFA Euro 2016

et du premier match, qui

opposera la France à la Roumanie, TF1 propose une soirée événement depuis le Champ-de-Mars. Dès 20h55, l'animatrice Alessandra Sublet est à l'antenne pour faire vivre les coulisses de l'événement en prenant la température dans les loges et auprès du public. Place ensuite à un grand show musical réunissant les grandes stars de la scène française et internationale. Tout au long de la soirée, les artistes invités chantent leur titre phare et se prêtent à des duos inédits pour célébrer cette grande fête européenne du football. Parmi les stars présentes figurent Will.i.am, Enrique Iglesias, Ariana Grande, Christophe Maé, Louane, Florent Pagny, Kendji Girac, Soprano et David Guetta.

19:55Florent Pagny, Kendji Girac, Soprano et David Guetta. Envoyé spécial MAGAZINE D'INFORMATION - 1 saison /

Florent Pagny, Kendji Girac, Soprano et David Guetta. 19:55 Envoyé spécial MAGAZINE D'INFORMATION - 1 saison

Envoyé spécial

MAGAZINE D'INFORMATION - 1 saison / 23 épisodes

MAGAZINE D'INFORMATION - 1 saison / 23 épisodes A travers des reportages, l'émission aborde un large

A travers des reportages,

l'émission aborde un large éventail de sujets

(politique intérieure ou

étrangère, faits de société, santé publique…). En prise avec l'actualité, elle permet de mieux comprendre les enjeux auxquels est confrontée la société. Les deux présentatrices Guilaine Chenu et Françoise Joly accueillent sur le plateau

le ou les journalistes

ayant réalisé le reportage. Joly accueillent sur le plateau le ou les journalistes 19:55 Coluche : le bouffon devenu roi

19:55plateau le ou les journalistes ayant réalisé le reportage. Coluche : le bouffon devenu roi Créée

le ou les journalistes ayant réalisé le reportage. 19:55 Coluche : le bouffon devenu roi Créée

Coluche :

le bouffon

devenu roi

Créée par : Nicolas Maupied Créée par : Didier Varrod

Créée par : Nicolas Maupied Créée par : Didier Varrod Le 19 juin 1986, Coluche perd

Créée par : Nicolas Maupied Créée par : Didier Varrod Le 19 juin 1986, Coluche perd

Le 19 juin 1986, Coluche perd la vie dans un accident de moto alors qu'il est au sommet de sa gloire. Il s'est imposé dans le one-man- show, au cinéma, s'est frotté à la politique et vient de fonder Les

Restos du cœur. L'humoriste a in-

venté une nouvelle manière de rire, repoussant toujours plus loin les limites. Rien ne lui a résisté, et chaque domaine dans lequel il s’est aventuré est invariablement devenu son royaume. Ce docu- ment se compose de quatre chapi- tres : Coluche roi de la scène, roi du cinéma, roi de la provocation et roi des pauvres. Des artistes tels que Jamel Debbouze, Jean-Marie Bigard, Patrick Sébastien, Anne Roumanoff, Virginie Lemoine, Norman, Thomas VDB, Vincent

Dedienne et Mathieu Madénian

apportent leurs témoignages.

20:00Dedienne et Mathieu Madénian apportent leurs témoignages. The Catch Créée par : John Terlesky Avec :

et Mathieu Madénian apportent leurs témoignages. 20:00 The Catch Créée par : John Terlesky Avec :

The Catch

Créée par : John Terlesky Avec : Mireille Enos, Peter Krause

par : John Terlesky Avec : Mireille Enos, Peter Krause Benjamin Jones tente d'escroquer Zara Al-

par : John Terlesky Avec : Mireille Enos, Peter Krause Benjamin Jones tente d'escroquer Zara Al-

Benjamin Jones tente d'escroquer Zara Al- Salim, une jeune princesse d'un pays du Moyen-Orient en prenant l'identité de Michael Thorne. Il ignore pourtant que l'agent Dao du FBI est parvenu à retrouver sa trace et le suit discrètement. Pendant ce temps, l'ex- mari de Valérie demande son aide à Alice. Son épouse, atteinte de la sclérose en plaques, souffre de graves effets secondaires après avoir testé les médicaments d'un laboratoire pharmaceutique très

réputé.

19:55d'un laboratoire pharmaceutique très réputé. Scorpion Créée par : Christine Moore Avec : Elyes

d'un laboratoire pharmaceutique très réputé. 19:55 Scorpion Créée par : Christine Moore Avec : Elyes

Scorpion

Créée par : Christine Moore Avec : Elyes Gabel, Katharine McPhee

par : Christine Moore Avec : Elyes Gabel, Katharine McPhee L'équipe Scorpion est sollicitée par John

par : Christine Moore Avec : Elyes Gabel, Katharine McPhee L'équipe Scorpion est sollicitée par John

L'équipe Scorpion est sollicitée par John Pandova, un ex-marine qui travaille pour un département de la Défense chargé de localiser les corps de soldats américains morts en service partout dans le monde. La mission consiste à retrouver les dépouilles de dix hommes, sur un chantier au Vietnam. Lorsqu'une tornade se dirige droit vers Walter et ses hommes, ils doivent impérativement

se mettre à l'abri.

Jeux

ils doivent impérativement se mettre à l'abri. Jeux “La patience commence avec des larmes, et, à

“La patience commence avec des larmes, et, à la fin, sourit.”

*Ramon Llull

Citation

Samouraï-Sudoku n°1314

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°1314   1. Mâche

Mots croisés n°1314

 

1.

Mâche

italien 7. Laize - Insipides - Enjoué 8.Décoratif - Ville d'Autriche 9.Septième lettre de l'alpha- bet grec - Conseil national de la Résistance - Voyelle dou- ble 10.Dernier maire de mont- réal- Nord - Ainsi en latin 11.Inassimilable - Alumi- nium 12.Auteur de l'opéra Œdipe -