Vous êtes sur la page 1sur 69

Informatique I

Pr.EL MAZOUDI El Houssine



c date de construction 10 octobre 2011
Table des matières

Contents i

Preface 1

1 Traitement d’information et fonctionnement de l’ordinateur 3


1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.1 Définition de l’informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.2 Définition d’un ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Première approche de l’ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Les éléments de base d’un ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3.1 Les composants de base de la partie matérielle . . . . . . . . . 5
1.3.2 Les composants de base de la partie logicielle . . . . . . . . . 6
1.3.3 Un logiciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4 Numération binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.1 Système décimal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.4.2 Système binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.4.3 Système hexadécimal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.4.4 Codage de caractères alphanumériques . . . . . . . . . . . . . 9
1.5 Conversion entre les systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.5.1 Conversion binaire en décimal . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.5.2 Conversion décimal en binaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.5.3 Conversion hexadécimal en décimal . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.5.4 Conversion binaire en hexadécimal . . . . . . . . . . . . . . . 11

i
ii TABLE DES MATIÈRES

1.6 Le codage ASCII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11


1.7 Utilisation de la calculette de Windows . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.8 Exercice d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8.1 exercice 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8.2 exercice 2 Codage Binaire, Dcimal et Hexadcimal . . . . . . . 14

2 Composants matériels de l’ordinateur 15


2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2 Composants Matériels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.1 L’unité centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2.2 Les périphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

3 Composants logiciels de l’ordinateur 35


3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2 Logiciels d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.3 Système d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3.1 Services d’un système d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . 38
3.3.2 Modèle en couches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.3.3 Un bon système d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.3.4 Classification des systèmes d’exploitation . . . . . . . . . . . 40
3.4 Fichiers et système de gestion de fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.4.1 Fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.4.2 Dossier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.4.3 Opérations sur les fichiers et dossiers . . . . . . . . . . . . . . 42

4 Initiation au système d’exploitation Windows 45


4.1 Démarrage de Windows . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.1.1 Comment démarrer un autre programme ? . . . . . . . . . . . 46
4.1.2 Comment basculer d’une application à une autre . . . . . . . . 46
4.2 Organiser et personnaliser son bureau de travail . . . . . . . . . . . . 47
TABLE DES MATIÈRES iii

4.2.1 Le bureau de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49


4.2.2 Le panneau de configuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.2.3 Recherche de fichier ou de dossier . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.3 Maintenance des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

5 Notion de réseaux informatique et initiation à Internet 57

Bibliography 59
iv TABLE DES MATIÈRES
Table des figures

1.1 Ordinateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 Approche d’un ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Modèlisation d’un ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4 codage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.5 affichage de la calculette de Windows en mode scientifique . . . . . . 13
1.6 Conversion du nombre hexadécimal 5AC en utilisant la calculette de
Windows . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2.1 boitier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.2 Carte mére . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.3 Microprocesseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.4 Architecture schématique d’un ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.5 Microprocesseur haut de gamme Décembre 2004 . . . . . . . . . . . 20
2.6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.7 Barrette de mémoire PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.8 Disque dur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.9 Types de supports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.10 clavier azerty . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

3.1 quelques logiciels d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


3.2 Classification des logiciels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3 Un système informatique peut alors être représenté comme une su-
perposition de couches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

v
vi TABLE DES FIGURES

3.4 Modèle en couches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39


3.5 Exemple d’interface graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.6 Exemple d’interface textuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

4.1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.2 Le bureau de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
4.5 Le bureau de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.6 Panneau de configuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Liste des tableaux

vii
viii LISTE DES TABLEAUX
Preface

Ce Cours est composé de deux grandes parties avec Exercices d’application :

1. Initiation à l’informatique
– Traitement d’information par ordinateur
– Composants matériels de l’ordinateur
– Composants logiciels de l’ordinateur
– Initiation au système d’exploitation Windows
– Réseux informatiques et initiaation à internet
2. Traitemnet de texte sous word
– Introduction au traitement de texte
– Mise en forme des caractères
– Mise en forme des paragraphes
– Utilisation des tableaux

1
2 LISTE DES TABLEAUX
Chapitre 1

Traitement d’information et
fonctionnement de l’ordinateur

cours informatique de base semestre 3 de la licence fondamentale, Faculté des Sciences


Juridiques Economiques et Sociales de Marrakech.
Présenté par Pr. E.H EL MAZOUDI

1.1 Définitions

1.1.1 Définition de l’informatique


L’informatique (de information et automatique) est la science du traitement ra-
tionnel à l’aide de machines automatiques (ordinateurs), de l’information considérée
comme le support des connaissances et des communications. L’information est la
matière manipulée et traitée par les ordinateurs.

1.1.2 Définition d’un ordinateur


C’est une machine électronique de traitement de l’information capable d’exécuter
un ensemble d’instruction. En anglais : computer

1.2 Première approche de l’ordinateur


Pour présenter brièvement ce que représente un ordinateur, nous allons établir
un parallèle avec la façon dont travaille, par exemple, un employé de bureau. Pour

3
4CHAPITRE 1. TRAITEMENT D’INFORMATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ORDINATEUR

Moniteur Unit é
( É cran ) centrale

Clavier

Figure 1.1 – Ordinateur.

travailler, l’employé qui est au centre des traitements, et que l’on peut donc considérer
comme l’unité centrale de traitement, s’installe à son bureau où on lui remet dans
un dossier le travail à faire (informations en entrée), tandis que dans un autre dos-
sier il devra mettre le travail fait (informations en sortie). Nous avons donc là un
système de traitement à qui l’on remet des informations en entrée, qui exécute un
traitement sur ces informations et qui restitue enfin des informations en sortie. Pour
exécuter son travail, l’employé peut avoir besoin de réaliser des calculs (opérations
mathématiques, additions, comparaisons, ), il dispose pour cela d’une calculatrice
(ou unité de calcul = Microprocesseur ou CPU = Central Processing Unit). Pour ne
pas oublier ce qu’on lui demande, l’employé notera sur un brouillon les instructions
qu’il a reçues et qui constituent son programme de travail, de même il va certai-
nement être amené à noter quelques informations sur les données qu’il va traiter.
Ceci constitue une mémorisation des instructions à exécuter et des données à trai-
ter. Cette information peut être actualisée et on peut donc considérer que l’on se
trouve en présence d’une mémoire qui ” vit ” (où l’information naı̂t, vit et meurt).
On parle alors de mémoire vive = RAM = Random Acess Memory. De plus, il se
peut que pour réaliser la tâche demandée, l’employé ait besoin d’informations qui
soient toujours les mêmes (le taux de T.V.A. par exemple) et qu’il mémorisera une
fois pour toutes. Il s’agit là d’une mémoire qui ne ” vit pas ” et l’on parle alors
de mémoire morte = ROM = Read Only Memory. Certaines informations (telles
que le catalogue des prix, les adresses des clients, ) sont trop volumineuses pour être
mémorisées de tête, et l’employé aura alors à sa disposition des classeurs ou des bacs
à fiches ” dossiers ” contenant des fichiers clients ou tarifs, qui constituent en fait une
1.3. LES ÉLÉMENTS DE BASE D’UN ORDINATEUR 5

mémorisation externe ou auxiliaire = mémoire de masse = (Disque dur, CD-ROM,


DVD-ROM, Graveur, Floppy ” lecteur de disquettes ”, Lecteur ZIP/JAZ, etc) de
certaines données.

Figure 1.2 – Approche d’un ordinateur

1.3 Les éléments de base d’un ordinateur


l’ordinateur peut être divisés en deux grandes parties :
1. Partie matérielle(Hardware) : Composants physiques d’un ordinateur
2. Partie logigielle (Software) : Ensembles de programmes qui permettent d’indi-
quer à l’ordinateur quelles tâches il doit réaliser, et comment les effectuer.

1.3.1 Les composants de base de la partie matérielle


– Unité centrale : Il contient les différents composants internes de l’ordinateur
tels que la carte mère, les disques durs, la carte graphique, les lecteurs, etc.
– Moniteur (écran) : pour la visualisation des informations ;
– Clavier : pour la saisie de données ;
– Souris : permet de sélectionner et activer les entités affichées l’écran ;
– Des périphérique externes : hauts parleurs, imprimante, scanner etc.
6CHAPITRE 1. TRAITEMENT D’INFORMATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ORDINATEUR

1.3.2 Les composants de base de la partie logicielle


1. Le système d’exploitation : Est Un logiciel de base qui permet l’utilisation
du matériel informatique, il est constitué d’un ensemble de programme qui as-
surent le bon fonctionnement de l’ordinateur et gère les différents périphériques
(clavier, souris, l’imprimante, etc.).
2. logiciels d’application : Un logiciel d’application est un ensemble de programmes
coopérant pour exécuter une tâche particulière. Exemple : Word, Excel,etc.

Commandes Mémoire vive : instructions + données


Entrées Unité de calculs Mémoire morte Sorties

Mémoire auxiliaire (Fichiers)

Figure 1.3 – Modèlisation d’un ordinateur

1.3.3 Un logiciel
? : Ensemble des règles et des programmes permettant le fonctionnement d’un
matériel informatique, ces programmes permettent l’exploitation de l’ordinateur et
de ses périphériques afin d’assurer les traitements requis.

1.4 Numération binaire


Les systèmes informatiques actuels étant construits à l’aide de circuits intégrés
(composants électroniques qui rassemblent sur une puce de silicium quelques mil-
lions de transistors), ils ne peuvent fonctionner que selon une logique deux états
telle que, de faon schématique, le courant passe ou ne passe pas dans le transistor.
Ces deux états logiques, conventionnellement notés 0 et 1, déterminent une logique
dite binaire qui correspond à deux niveaux électriques que nous donnerons, pour
simplifier, comme étant équivalents à 0 volt et à + 5 volts. Etat 0 : Le courant ne
passe pas i.e Interrupteur Ouvert Etat 1 : Le courant passe i.e Interrupteur Fermé
1.4. NUMÉRATION BINAIRE 7

Toute information à traiter devra donc pouvoir être représentée sous une forme as-
similable par la machine, et donc sous une forme binaire. Que ce soit en interne
dans la machine, ainsi que nous venons de la signaler, mais également sur les ” fils
” permettant de faire circuler l’information entre tous les composants d’un ordina-
teur. Le passage d’une information, d’un langage compréhensible par l’homme à un
langage compréhensible par le système informatique, s’appelle codage ou codifica-
tion. Nous verrons qu’il existe de nombreuses possibilités de codage de l’information,
BINAIRE, HEXADICEMAL, BCD, ASCII, Mais étudions d’abord les éléments de
base du langage binaire. Les informations directement traitées par un ordinateurs
sont des données : entiers naturels et relatifs flottants ( nombres réels) et des ca-
ractères.

001101101

Figure 1.4 – codage

1.4.1 Système décimal


un système décimal est un système de numération utilisant la base dix.
Exemple
Soit le nombre décimal K= 5647
Ce nombre est la somme de 7 unités, 4 dizaines, 6 centaines et 5 milliers. Nous
pouvons écrire :
K = (5x1000) + (6x100) + (4x10) + (7x1)
K = (5x103 ) + (6x102 ) + (4x101 ) + (7x100 )
10 représente la base et les puissances de 0 3 le rang de chaque chiffre.
Cette façon d’écrire les nombres est appelée système de numération de position. Dans
notre système conventionnel, nous utilisons les puissances de 10 pour pondérer la
valeur des chiffres selon leur position.
8CHAPITRE 1. TRAITEMENT D’INFORMATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ORDINATEUR

1.4.2 Système binaire

Le système binaire est un système de numération utilisant la base 2. On nomme


couramment bit (de l’anglais binary digit, soit chiffre binaire ) les chiffres de la
numération binaire positionnelle. Ceux-ci ne peuvent prendre que deux valeurs,
notées par convention 0 et 1.
Exemple
– Une lampe électronique qui est soit allumée soit éteinte ;
– Un fil électrique dans lequel le courant circule ou pas ;
– Un aimant pouvant être polarisé Sud ou Nord.
A chaque état on associe un état logique soit 0 ou 1. Le chiffre binaire qui peut
prendre ces deux états est nommé Bit (Binary digit).

– Si on dispose de 2 bits,le nombre total d’états possibles que peuvent prendre


ces deux bits est de Quatre : 00, 01, 10 ou 11.
– Avec 3 bits le nombre total d’états possibles est 8 : 000, 001, 010, 011, 100,
101, 110, 111.
– Avec n bits il y a 2n états possibles.
Représentation d’un nombre entier en binaire :
Les nombres sont exprimés par des chiffres pouvant prendre deux valeurs 0 ou 1. A
chaque chiffre est affecté un poids exprimé en puissance de 2.
Ex : (101)2 <> 1 × 22 + 0 × 21 + 1 × 20 = (5)10

1.4.3 Système hexadécimal

Le système hexadécimal est le système le plus utilisé par l’homme en informa-


tique car il permet l’interprétation rapide d’une valeur binaire.
la base hexadécimal est à base de 16 Base 16 symboles [ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A B C
D E F]
Représentation d’un nombre entier en hexadécimal :
Lorsqu’une donnée est représentée sur plus de 4 bits, on préfère souvent l’exprimer
en hexadécimal. Les nombres sont exprimés par des chiffres et des lettres pouvant
prendre 16 valeurs : 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A B C D E F
A chaque chiffre est affecté un poids exprimé en puissance de 16.
Exemple :

(9A)16 <> 9 × 161 + A × 160 = 9 × 161 + 10 × 160 = (154)10


1.5. CONVERSION ENTRE LES SYSTÈMES 9

1.4.4 Codage de caractères alphanumériques

Les caractères alphanumériques sont tous les caractères disponibles sur un


clavier d’ordinateur, ainsi que ceux qui résultent des combinaisons de touches. Com-
bien existe-t-il de caractères alphanumériques ? L’alphabet latin utilise 26 symboles
différents, dont chacun existe en version minuscule et majuscule, ce qui fait 52 sym-
boles. A ces lettres, s’ajoutent les 10 symboles de chiffres : 0, 1, 2,...9 et une vingtaine
de notations mathématiques courantes :
opérateurs (+, -, *, /),
comparateurs (¡,¿), signe d’égalité (=), symboles logiques... De nombreux autres ca-
ractères sont utilisées dans les graphies usuelles :
ponctuations (., ;, ?, !, :), apostrophe, guillemets, tirets, parenthèses, crochets, acco-
lades, soit encore au moins quinze dessins nouveaux. De plus, des caractères spéciaux
sont passés l’usage courant : symboles de monnaies
ou abréviations comme : , @... Comptons-en donc une dizaine. Enfin, un éditeur
de textes considère comme symbole certains signes invisibles comme les espaces
blancs, les passages à la ligne ou les fins de fichier (comptons en 5). Notre très gros-
sier calcul nous amène donc à environ : 52+10+20+15+10+5=112
Pour associer à chacun de ces caractères une suite distincte de 0 et 1 qui le code, nous
avons donc au minimum besoin, d’après notre calcul précédent, de 7 bits, puisque
27 = 128. C’est précisément ce que réalisait la première version du code ASCII (pour
American Standard for Communication and International Interchange).
Mais ce calcul est trop restrictif. En effet, certaines langues utilisent en outre des
caractères spéciaux : voyelles accentuées, trémas et cédilles en français, tilde espa-
gnol, allemand... Un nouveau symbole, comme celui qui a été choisi pour l’Euro,
peut apparaı̂tre pour des raisons indépendantes de l’informatique. Il est donc plus
raisonnable de conserver une marge de manoeuvre, et de prendre plutôt 8 bits, soit
un octet, qui permet 256 combinaisons différentes. C’est ce que réalise le code ASCII
actuel.
Ce code a donc subi des modifications, et il en existe de multiples variantes, mais
nous ne rentrerons pas dans ces détails ici...

1.5 Conversion entre les systèmes

1.5.1 Conversion binaire en décimal

Dans un nombre binaire, la valeur d’un bit, appelée poids, dépend de la position
du bit en partant de la droite. A la manière des dizaines, des centaines et des milliers
10CHAPITRE 1. TRAITEMENT D’INFORMATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ORDINATEUR

pour un nombre décimal, le poids d’un bit croı̂t d’une puissance de deux en allant
de la droite vers la gauche :
Exemple

16 8 4 2 1

24 23 22 21 20
( 1 1 0 0 1 )2 = 1+ 8 + 16 = (25)10

1.5.2 Conversion décimal en binaire

Pour obtenir l’expression binaire d’un nombre exprimé en décimal, il suffit de


diviser successivement ce nombre par 2 jusqu’à ce que le quotient obtenu soit égal
0. Le nombre cherché est donné par les restes successifs des divisions pris du bas
vers en haut.
Exemple

55 2

1 2
(55)10 = (110111)2
1 13 2

1 2
0 2
1 1
1.6. LE CODAGE ASCII 11

1.5.3 Conversion hexadécimal en décimal


Convertir le nombre (B22)16 en décimal. Le nombre (B22)16 peut se décomposer
comme suit :
Exemple Conversion Décimal vers Hexadécimal On effectue des divisions succes-
sives par 16.

256 16 1

162 161 160


(B 2 2 )16 = Bx256 + 2x16 + 2x1
= 11x256 + 32 + 2
= (2850)10

1.5.4 Conversion binaire en hexadécimal


On regroupe les bits par quartets et on remplace les quartets par leur équivalent
hexadécimal.
Exemple Conversion Hexadécimal vers Binaire On effectue l’opération inverse.

8 4 2 1 8 4 2 1 8 4 2 1

( 1011 0010 0010 )2


( B 2 2 )16

1.6 Le codage ASCII


Qu’est-ce que le code ASCII ?
La mémoire de l’ordinateur conserve toutes les données sous forme numérique. Il
n’existe pas de méthode pour stocker directement les caractères. Chaque caractère
possède donc son équivalent en code numérique : c’est le code ASCII (American
Standard Code for Information Interchange), traduisez ”Code Americain Standard
pour l’Echange d’Informations”). Le code ASCII de base représentait les caractères
sur 7 bits (c’est-à-dire 128 caractères possibles, de 0 à 127).
12CHAPITRE 1. TRAITEMENT D’INFORMATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ORDINATEUR

– Les codes 0 à 31 ne sont pas des caractères. On les appelle caractères de


contrôle car ils permettent de faire des actions telles que :
* retour la ligne (CR)
* Bip sonore (BEL)
– Les codes 65 à 90 représentent les majuscules
– Les codes 97 à 122 représentent les minuscules (il suffit de modifier le 6ème
bit pour passer de majuscules à minuscules, c’est-à-dire ajouter 32 au code
ASCII en base décimale)
Chaque caractère du clavier possède un code ASCII (American Standard Code for
Information Interchange).
Exemple

Caractère Code ASCII


1 00110001
z 01111010
$ 00100100
{ 01111011

1.7 Utilisation de la calculette de Windows


Pour lancer la calculatrice de Windows cliquer sur le menu démarrer/ Pro-
grammes/ accessoires/ calculatrice. Puis cliquer sur le menu Affichage / Scientifique.
La figure * montre la conversion du nombre (5AC)16 en binaire et en décimal.
1.7. UTILISATION DE LA CALCULETTE DE WINDOWS 13

Figure 1.5 – affichage de la calculette de Windows en mode scientifique

Figure 1.6 – Conversion du nombre hexadécimal 5AC en utilisant la calculette de


Windows
14CHAPITRE 1. TRAITEMENT D’INFORMATION ET FONCTIONNEMENT DE L’ORDINATEUR

1.8 Exercice d’application

1.8.1 exercice 1
1. Reconstituez sans vous aider du cours le schéma représentatif d’un ordinateur
tel que nous l’avons présenté prècédemment ?
2. Citer dix applications d’un ordinateurs ?
3. Donner les différents types d’informations de base qu’on peut entrer par le
clavier ?

1.8.2 exercice 2 Codage Binaire, Dcimal et Hexadcimal


1. Donner la définition du codage ?
2. Répondre aux questions suivantes :
(a) convertir le nombre (1011)2 en Dcimal et en Hexadcimal ?
(b) convertir le nombre (51)10 en Binaire et en Hexadcimal ?
Chapitre 2

Composants matériels de
l’ordinateur

cours informatique de base semestre 3 de la licence fondamentale, Faculté des Sciences


Juridiques Economiques et Sociales de Marrakech.
Présenté par Pr. E.H EL MAZOUDI

2.1 Introduction

Le terme PC (Personal Computer) a été introduit en 1981 lorsque la firme IBM


(Internal Business Machines) a commercialisé pour la première fois un ordinateur
personnel destiné à une utilisation familiale. Depuis, les domaines d’application du
PC ont énormément évolué. De la gestion de production à la gestion de systèmes
d’acquisition, en passant par la reconnaissance de forme ou le traitement de l’image,
ses domaines d’utilisation sont extrêmement riches et variés. Pour cela, le PC est
défini par une architecture minimale laissant la liberté à chacun de rajouter les
périphériques d’entrée/sorties nécessaires à l’utilisation visée, quelle soit familiale ou
professionnelle. Un PC est composé d’un ensemble d’éléments matériels et logiciels.
– Les éléments matériels : sont des composants physiques d’un ordinateur, cer-
tains de ces éléments matériels sont utilisés pour la majorité des opérations,
alors que d’autres sont plus spécifiques à certains types de tâches.
– Les éléments logiciels : Ensembles de programmes qui permettent d’indiquer
à l’ordinateur quelles tâches il doit réaliser, et comment les effectuer, ce sont
le système d’exploitation (comme Windows, ou Linux), et les applications
que vous demandez à votre ordinateur d’exécuter (comme Word, Excel ...).

15
16 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

2.2 Composants Matériels

2.2.1 L’unité centrale

Elle est composée par


– Le boitier
– l’alimentation
– La carte mère
– Le microprocesseur
– La mémoire
– et des cartes additionnelles (carte réseau, carte son, carte vidéo, etc.)
– Les périphériques internes de stockage

Le boitier

C’est le support des composants de l’ordinateur. En général on a deux types


de boı̂tier

Format Tour

Format Bureau

Figure 2.1 – boitier


2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 17

L’alimentation

Le bloc d’alimentation électrique est chargé de fournir un courant électrique


stable et continu à l’ensemble des éléments de l’ordinateur.

La carte mère

La carte mère est l’un des éléments essentiels d’un ordinateur. Elle assure la
connexion physique des différents composants (processeur, mémoire, carte d’entrées/sorties,
...) par l’intermédiaire de différents bus (adresses, données et commande). Plusieurs
technologies de bus peuvent se côtoyer sur une même carte mère. La qualité de la
carte mère est vitale puisque la performance de l’ordinateur dépend énormément
d’elle. On retrouve toujours sur une carte mère
– le chipset : c’est une interface d’entrée/sortie. Elle est constituée par un jeu
de plusieurs composants chargé de gérer la communication entre le micro-
processeur et les périphériques. C’est le lien entre les différents bus de la
carte mère. le chipset est composé par deux composants baptisé Pont Nord
et Pont Sud. Le pont Nord s’occupe d’interfacer le microprocesseur avec les
périphériques rapides (mémoire et carte graphique) nécessitant une bande
passante élevée alors que le pont sud s’occupe d’interfacer le microprocesseur
avec les périphériques plus lents (disque dur, CDROM, lecteur de disquette,
réseau, etc).
– le BIOS (Basic Input Ouput Service) : c’est un programme responsable de la
gestion du matériel : clavier, écran, disques durs, liaisons séries et parallèles,
etc... Il est sauvegardé dans une mémoire morte (EEPROM) et agit comme
une interface entre le système d’exploitation et le matériel.
– l’horloge : elle permet de cadencer le traitement des instructions par le mi-
croprocesseur ou la transmission des informations sur les différents bus.
– les ports de connexion : ils permettent de connecter des périphériques sur les
différents bus de la carte mère. Il existe des ports internes pour connecter
des cartes d’extension (PCI, ISA, AGP) ou des périphériques de stockage
(SCSI, IDE, Serial ATA) et des ports externes pour connecter d’autres
périphériques (série, parallèle, USB, firewire, etc )
– Le socket : c’est le nom du connecteur destiner au microprocesseur. Il détermine
le type de microprocesseur que l’on peut connecter.

Le microprocesseur

Le microprocesseur est bien entendu l’élément essentiel du PC. Les perfor-


mances d’un microprocesseur étaient liées à son architecture et sa fréquence de
18 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR
Port d’alimentation
Ports de
type ATX
RAM Bios Connecteurs IDE
Chipset
support de
processeur

La Pile
du
Port Pour CMOS
Souris

Port Pour
clavier

Port
USB
Ports
Port série d’extension
Port RJ45 Entrée\sorti
carte réseau e audio AGP , PCI
intégrée ,ISA,…
carte son
intégrée

Figure 2.2 – Carte mére

fonctionnement. A l’heure actuelle, le marché des microprocesseurs pour PC est do-


miné par deux principaux constructeurs : Intel et AMD. Ceux-ci ont adopté deux
stratégies différentes pour réaliser des microprocesseurs toujours plus performants.
Intel, fort de son savoir faire, a choisi de fabriquer des microprocesseurs toujours
plus rapide en terme de fréquence de fonctionnement alors qu’AMD essaie plutôt
d’optimiser ses architectures afin qu’elles soient capables d’exécuter toujours plus
d’instructions par cycle d’horloge. Ces deux optiques se retrouvent dans les références
des microprocesseurs de chaque marque. Lorsqu’Intel désigne chaque nouveau mi-
croprocesseur par sa fréquence, AMD préfère utiliser un P-Rating se référant aux
performances des microprocesseurs Intel. Chaque fondeur utilise des sockets et des
chipsets différents pour leurs microprocesseurs. Ainsi, le choix d’un microprocesseur
impose forcément un choix sur un type de carte mère. Pour connaı̂tre les perfor-
mances d’un microprocesseur, il ne faut donc pas se fier à la seule valeur de sa
fréquence de fonctionnement. Il faut prendre en compte toutes les caractéristiques
liées à son architecture et ne pas oublier de l’entourer d’un chipset et d’une mémoire
performants. La dernière chose à ne pas omettre lorsqu’on choisit un microproces-
seur est son système de refroidissement. En effet, plus la fréquence augmente et plus
la dissipation thermique sera importante. Un microprocesseur mal refroidit peut
entraı̂ner des dysfonctionnements au sein du PC voir même la destruction du micro-
processeur lui même. Il faut prévoir un système d’air cooling (ventilateur + radiateur
ou heat pipe) ou de water cooling (circuit de refroidissement à eau).
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 19

Figure 2.3 – Microprocesseur

Le processeur est constitué de :


– Une unité de commande qui est responsable de la lecture en mémoire et du
décodage des instructions ;
– Une unité de traitement (Unité Arithmétique et Logique (U.A.L.)) qui exécute
les instructions.

Mémoire

La mémoire est un composant de base de l’ordinateur, son rôle est de stocker


les données avant et pendant leur traitement par le processeur. Ces données sont
d’apparence binaire et mémorisées sous forme d’impulsions électriques (une impul-
sion est égale à 1, aucune impulsion est égale à 0).
Une mémoire peut être représentée comme une armoire de rangement constituée de
différents tiroirs. Chaque tiroir représente alors une case mémoire qui peut contenir
un seul élément : des données. Le nombre de cases mémoires pouvant être très élevé,
il est alors nécessaire de pouvoir les identifier par un numéro. Ce numéro est appelé
adresse. Chaque donnée devient alors accessible grâce à son adresse.
La mémoire vive :
La mémoire vive appelée également mémoire centrale ou RAM (Random Acces Me-
mory) permet de stocker temporairement les données et programmes en cours de
traitement. Les données contenues dans la mémoire vive sont perdues lorsque le
20 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

Figure 2.4 – Architecture schématique d’un ordinateur

Figure 2.5 – Microprocesseur haut de gamme Décembre 2004

courant électrique est coupé.


La mémoire vive se présente sous la forme de barrettes qu’on insère dans un connec-
teur de la carte mère . On peut augmenter la taille mémoire en rajoutant des bar-
rettes de RAM.
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 21

Bus d’adresses
A2
A1
A0
Mémoire
D7 D0

Bus de données

Figure 2.6 –

Figure 2.7 – Barrette de mémoire PC


22 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

La mémoire morte :
La mémoire morte (en anglais ROM = Read Only Memory) est une mémoire en
lecture seule, appelée aussi mémoire non volatile, c’est-à-dire une mémoire qui ne
s’efface pas à l’extinction de l’ordinateur. Elle stocke le programme de base (le BIOS :
Basic Input Output System)pour démarrer un ordinateur .
La mémoire cache :
La mémoire cache est une petite mémoire à accès rapide qui sert de tampon entre
la mémoire vive et le processeur. Elle stocke les informations les plus souvent uti-
lisées, permettant ainsi de réduire les états d’attente du microprocesseur. Lorsque
le microprocesseur veut traiter des données, il accède d’abord à la cache interne, s’il
ne trouve pas les données, il accède à la cache externe, puis à la RAM.
Cache interne : c’est une mmoire ultra rapide intégrée au microprocesseur. Elle
stocke les données les plus utilisées.
Cache externe :
si le microprocessseur ne trouve pas les données dans la cache interne, il les cherche
dan la cache externe. La cache externe est mois rapide que la cache interne mais
plus rapide que la RAM.

les bus

Les bus constituent le système de communication central de l’ordinateur, ils


relient le processeur à la mémoire centrale et aux cartes d’extensions, c’est par leur
intermédiaire que transitent toutes les informations entre les différents composants
d’un ordinateur.
On distingue trois types de bus :
– le BUS de données transférant les données entre le processeur et les autres
parties. C’est un bus bidirectionnel.
– le BUS d’adresses par lequel le processeur indique l’adresse mémoire à la-
quelle sont écrites ou lues les données.
– le BUS de commande (ou contrôle) par lequel le processeur envoie des codes
de commande aux différents organes.
les différents bus chargés de transporter les informations entre le microprocesseur et
la mémoire ou les périphériques :

– Bus processeur : on l’appelle aussi bus système ou FSB (Front Side Bus).
Il relie le microprocesseur au pont nord puis à la mémoire. C’est un bus 64
bits.
– Bus IDE : il permet de relier au maximum 2 périphériques de stockage
interne par canal (disque dur ou lecteur DVDROM/CDROM). Son débit
est de 133 Mo/s. Lorsque 2 périphéériques sont reliés sur le même canal, un
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 23

doit être le maı̂tre (prioritaire sur la prise du bus) et l’autre l’esclave.


– Bus PCI (Peripheral Component Interconnect) : Il a été créé en 1991 par
Intel. Il permet de connecter des périphériques internes. C’est le premier bus
à avoir unifier l’interconnexion des systèmes d’entrée/sortie sur un PC et à
introduire le système plug-and-play. Il autorise aussi le DMA. C’est un bus
de 32 bits. On retrouve une révision du bus PCI sur les cartes mères de
serveur ayant une largeur de bus de 64 bits et une fréquence de 133 MHz.
– Bus AGP (Accelered Graphic Port) :. Il a été créé en 1997 lors de l’explosion
de l’utilisation des cartes 3D qui nécessitent toujours plus de bandes pas-
santes pour obtenir des rendus très réalistes. C’est une amélioration du bus
PCI. Il autorise en plus le DIME (DIrect Memory Execution) qui permet au
processeur graphique de travailler directement avec les données contenues
dans la RAM sans passer par le microprocesseur à l’instar d’un DMA. C’est
un bus 32 bits et son débit maximum est de 2 Go/s (en x8).
– Bus ISA (Industry Standard Architecture) : C’est l’ancêtre du bus PCI. On
ne le retrouve plus sur les nouvelles générations de cartes mères.
– Bus SCSI (Small Computer System Interface) : c’est un bus d’entrée/sortie
parallèle permettant de relier un maximum de 7 ou 15 périphériques par
contrôleur suivant la révision du protocole utilisée. C’est une interface concur-
rente à l’IDE qui présente l’avantage de pouvoir connecter plus de périphériques
pour des débits supérieurs. En outre, ces périphériques peuvent partager le
bus lors d’un dialogue contrairement à l’IDE. Mais son coût reste très élevé
elle est utilisée pour les serveurs.
– Bus USB (Universal Serial Bus ) : c’est un bus d’entrée/sortie plug-and-
play série. Dans sa deuxième révision (USB 2.0), il atteint un débit de
60 Mo/s. Un de ces avantages est de pouvoir connecter théoriquement 127
périphériques. Il supporte de plus le hot plug-and-play (connexion ou déconnexion
de périphériques alors que le PC fonctionne).
– Bus firewire : c’est un bus SCSI série. Il permet de connecter jusqu’à 63
péériphériques à des débits très élevés (100 à 400 Mo/s). Ces applications
sont tournées vers la transmission de vidéos numériques.
– Liaison pont nord/pont sud : ses caractéristiques dépendent du chipset uti-
lisé. Chaque fabricant a en effet développé une solution propriétaire pour
connecter les deux composants de leur chipset. Pour Intel, c’est Intel Hub
Architecture (IHA) dont les débits atteignent 533 Mo/s. Pour Nvidia (en
collaboration avec AMD), c’est l’HyperTransport qui atteint des débits de
800 Mo/s.
Remarque
Tous les bus internes (PCI, IDE, AGP) vont être amenés à disparaı̂tre très rapi-
dement et seront remplacés par des bus série :
– Le Serial Ata, remplaant du bus IDE, présente des débits de 150 Mo/s qui
24 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

passeront bientôt à 300 Mo/s dans la prochaine révision du bus. Il permet


de connecter des disques durs ou des lecteurs optiques.
– Le PCI Express, remplaant des bus PCI et AGP, permet d’atteindre des
débits de 250 Mo/s dans sa version de base qui peuvent monter jusqu’à 8Go/s
dans sa version x16 destinée à des périphériques nécessitant des bandes pas-
santes très élevées (application graphique).
Remarque
Les bus de connexions filaires tendent à être remplacés par des systèmes de commu-
nications sans fils. A l’heure actuelle, il existe :

– le Bluetooth qui offre actuellement un débit de 1 Mb/s pour une portée d’une
dizaine de mètre et qui va servir à connecter des périphériques nécessitant
des bandes passantes faibles (clavier, souris, etc).
– le WIFI (WIreless FIdelity Network) qui permet de connecter des ordina-
teurs en réseau. La dernière révision permet des débits de 54 Mb/s.

2.2.2 Les périphériques

Les périphériques sont des composants physiques qui permettent cependant


de réaliser les deux autres fonctions de l’ordinateur : la gestion des données et la
communication. Les périphériques peuvent se trouver à l’intérieur du boı̂tier de l’or-
dinateur (on parle alors de périphériques internes), ou á l’extérieur (ou périphériques
externes). Dans la première catégorie, certains périphériques très communs (comme
les cartes réseau ou les cartes graphiques), sont même intégrés sur les cartes mères,
pour des raisons de coût et de vitesse de transfert des données. Dans la seconde, on
trouve notamment tous les éléments qui permettent à l’utilisateur de dialoguer avec
un ordinateur (clavier,souris, écran...).

Les périphériques internes

– carte réseau : Constitue l’interface entre l’ordinateur et le câble du réseau.


La fonction d’une carte réseau est de préparer, d’envoyer et de contrôler les
données sur le réseau.
– carte graphique : Carte d’extension dont le rôle est de produire une image
affichable sur le moniteur de l’ordinateur. Elle permet la conversion des
données numériques en des signaux électriques compatible avec le moniteur.
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 25

Les périphériques internes de stockage

Ce sont les périphériques de type mémoire de masse. On les appelle ainsi


pour leur grande capacité de stockage permanent. Ces périphériques sont dotés
d’un contrôleur permettant de les faire dialoguer avec le microprocesseur. Actuel-
lement, les plus répandus sont l’IDE et le SCSI. Le SCSI présente des débits plus
importants que l’IDE (160Mo/s contre 133Mo/s) et permet de connecter plus de
périphériques sur le même contrôleur (7 contre 4). Néanmoins, cette technologie
étant plus onéreuse, on la retrouve surtout sur des serveurs alors que l’IDE est
présent dans tous les PC. A l’heure actuelle, ces deux types de contrôleur sont en fin
de vie et sont progressivement remplacés par des contrôleur de type Serial ATA. Ce
sont des contrôleurs série dérivés de l’interface IDE qui vont permettent d’atteindre
des débits de 600 Mo/s.
Les périphériques internes de stockage sont principalement des périphériques utili-
sant des supports magnétiques (disque dur) ou optiques (CDROM, DVDROM).

Les disques durs

Les disques durs sont capables de stocker des quantités impressionnantes d’in-
formations, et surtout de les ordonner et de les retrouver rapidement.
Principe :
Le disque dur est constitué de plusieurs plateaux empilés, entre lesquels se déplace
un bras comptant plusieurs têtes de lecture. Chaque plateau est recouvert d’une
surface magnétique sur ses deux faces et tourne à une vitesse comprise entre 4000 et
15000 tr/min. La tête de lecture/écriture est composée par un aimant autour duquel
est enroulée une bobine.
Pour écrire, on fait passer un courant électrique dans la bobine ce qui crée un
champ magnétique. Les lignes de champ magnétique traversent la couche d’oxyde
et orientent celuici en créant de petits aimants dont le sens est donné par le sens
du courant dans la bobine. Pour lire, on fait passer la tête de lecture/écriture sur
le support magnétisé qui crée un courant induit dans la bobine dont le sens indique
s’il s’agit d’un 0 ou d’un 1. Le formatage : Le formatage de bas niveau permet d’or-
ganiser la surface du disque en éléments simples (pistes et secteurs) qui permettront
de localiser l’information. Le nombre total de pistes dépend du type de disque. Il
est effectué en usine lors de la fabrication du disque. Chaque piste est découpée en
secteurs. Toutefois l’unité d’occupation d’un disque n’est pas le secteur, trop petit
pour que le système puisse en tenir compte. On utilise alors un groupe d’un certain
nombre de secteurs (de 1 16) comme unité de base. Ce groupe est appelé Bloc
ou Cluster. C’est la taille minimale que peut occuper un fichier sur le disque. Pour
accéder un secteur donné, il faudra donc déplacer l’ensemble des bras et attendre
26 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

Figure 2.8 – Disque dur

ensuite que ce secteur se positionne sous les têtes. L’accès à un bloc est aléatoire alors
que l’accès à un secteur est séquentiel.éé de lecture/écriture est le cylindre. Un cy-
lindre est constitué par toutes les pistes superposées verticalement qui se présentent
simultanément sous les têtes de lecture/écriture. En effet, il est plus simple d’écrire
sur les mêmes pistes des plateaux superposés que de déplacer nouveau l’ensemble
des bras.
Le formatage de haut niveau permet de créer un système de fichiers gérable par un
système d’exploitation (DOS, Windows, Linux, OS/2, etc ...).
La défragmentation :
A mesure que l’on stocke et supprime des fichiers, la répartition des fichiers sur les
différents clusters est modifiée. L’idéal, pour accéder rapidement à un fichier, se-
rait de pouvoir stocker un fichier sur des clusters contigus sur le mme cylindre. La
défragmentation permet de réorganiser le stockage des fichiers dans les clusters pour
optimiser la lecture.
Les caractéristiques :
– capacité en Go
– vitesse de rotation en tours minutes
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 27

– temps d’accès exprimé en millisecondes


– interface (IDE, SCSI, SATA)
– taux de transfert moyen exprimé en Mo par seconde
A noter que les disques durs actuels sont équipés de cache mémoire afin de diminuer
les temps d’accès.

Les disques optiques

Le disque optique numérique résulte du travail mené par de nombreux construc-


teurs depuis 1970. La terminologie employée varie selon les technologies employées et
l’on retrouve ainsi les abréviations de CD (Compact Disk), CDROM (CD Read Only
Memory), CDR, (CD Recordable), DVD (Digital Video Disk), DVDROM (DVD
Read Only Memory), etc Le Compact Disc a été inventé par Sony et Philips en 1981
dans le but de fournir un support audio et vidéo de haute qualité. Les spécifications
du Compact Disc ont été étendues en 1984 afin de permettre au CD de stocker des
données numériques. En 1990 Kodak met au point le CD-R. Un CD est capable de
stocker 650 ou 700 Mo de données et 74 ou 80 min de musique. Le taux de transfert
d’un CD-ROM est de 150 ko/s, ce qui correspond au taux de transfert d’un lecteur
de CD audio. On peut monter jusqu’à 7200 ko/s (48X) avec un lecteur de CDROM.
Principe CD-ROM :
Un CD-ROM est un disque de 12 cm de diamètre composé de plusieurs couches
superposées :
– une couche principale en polycarbonate, un plastique résistant et laissant
passer la lumière.
– une couche métallique réfléchissante composée de plats et de creux.
– une couche de vernis protecteur qui vient protéger le métal de l’agression
des UV
Plusieurs technologies différentes existent en fonction du type de CD : CD-ROM,
CD-R, CD-RW. Le principe de lecture/écriture utilise un rayon infrarouge d’une
longueur d’onde de 780 nm.
Lors de la lecture d’un CD, le faisceau laser traverse la couche de polycarbonate
puis rencontre ou non un creux. Lors d’un passage devant un creux, la lumière du
laser est fortement réfractée, de telle sorte que la quantité de lumière renvoyée par
la couche réfléchissante est minime. Alors que pour un passage devant un plat, la
lumière est pratiquement entièrement réfléchie. Lorsque le signal réfléchi change, la
valeur binaire est 1. Lorsque la réflexion est constante, la valeur est 0. A noter que
contrairement aux disques durs, un CD n’a qu’une seule piste organisée en spirale.
Cette piste n’est pas régulière mais oscille autour de sa courbe moyenne. La fréquence
de ces oscillations est de 22,05 kHz. Cette oscillation permet à la tête de lecture de
suivre la courbe et de réguler la vitesse de rotation du CD.
28 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

Pour l’écriture, il faut utiliser un graveur avec des supports adéquates (CD-R ou CD-
RW). Les techniques sont assez similaires qu’il s’agisse d’un CD-R ou d’un CD-RW.
Dans le cas d’un CR-R, on ajoute une couche de colorant organique pouvant être
brûlé par un laser 10 fois plus puissant que le laser requit pour lire un CD. Cette
couche de colorant est photosensible. Lorsqu’elle est soumise une forte lumière,
elle l’absorbe et sa température augmente à plus de 250, ce qui fait qu’elle brûle
localement, et crée des plages brûlées et non brûlées. Les creux et bosses du CD
classique sont donc ici remplacés par le passage d’une zone brûlée à une zone non
brûlée qui réfléchisse plus ou moins de lumière. Pour les CD-RW, on utilise un al-
liage métallique qui possède la particularité de pouvoir retrouver son état d’origine
en utilisant un laser à 200 degrés (effacement).

Les méthodes d’écriture :


– Monosession : Cette méthode crée une seule session sur le disque et ne donne
pas la possibilité de rajouter des données sur le CD.
– Multisession : Cette méthode permet de graver un CD en plusieurs fois, en
créant une table des matières (TOC pour table of contents) de 14Mo pour
chacune des sessions.
– Track At Once : Cette méthode permet de désactiver le laser entre deux
pistes, afin de créer une pause de 2 secondes entre chaque pistes d’un CD
audio.
– Disc At Once : Contrairement à la méthode précédente, le Disc At Once
écrit sur le CD en une seule traite. Les musiques sont donc enchaı̂nées.
Les techniques de gravures
– Burn Proof ou Just Link : Le problème des graveurs était l’envoi des données
à un rythme suffisant. Lorsque les données n’étaient plus présentes dans le
buffer du graveur, il y avait une rupture de flux. Ceci entraı̂nait l’arrêt
de la gravure par manque de données et le CDR était inutilisable. Pour
corriger ce type d’erreurs, les fabricants utilisent maintenant des techniques
qui suspendent la gravure lorsque les données ne sont pas présentes, et la
reprend dès que les données sont de nouveau présentes dans le buffer. Cette
technique est appelée JUST LINK chez la majorité des fabricants, Burn-
Proof chez Plextor.
– L’overburning : cette technique permet de dépasser légèrement la capacité
du support vierge afin de stocker un peu de données supplémentaires. Pour
ce faire, il faut que le logiciel de gravure, ainsi que le graveur, supportent
cette technique.
Caractéristiques d’un lecteur/graveur :
– la vitesse maximum de gravage des CD-R
– la vitesse maximum de gravage des CD-RW
– la vitesse maximum de lecture des CD
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 29

– interface (IDE, SCSI, SATA)


Principe DVDROM :
Le DVD-ROM (Digital Versatile Disc - Read Only Memory) est apparu en 1997 et est
principalement dédié à la vidéo. C’est en fait un CD-ROM dont la capacité est bien
plus grande. En effet, la lecture/écriture est effectuée à partir d’un laser rouge (650
et 635 nm) et permet d’obtenir des creux beaucoup plus petits et donc de stocker
plus d’informatons. Les deux longueurs d’ondes utilisées permettent de lire/écrire
sur des DVD ”double couche”. Ces disques sont constitués d’une couche transparente
et d’une couche réflexive et permettent donc de stocker encore plus d’informations
sur un seul CD. Il existe 3 types de DVD réinscriptibles et incompatibles :
– DVD-RAM : le disque simple face permet de stocker 2.6 Go. Il n’est pas
compatible avec les lecteurs de salon.
– DVD-RW de Sony, Philips et HP permet de stocker 4.7 Go par face. Il est
entièrement compatible avec les platines de salon.
– DVD+RW est le nouveau standard concurrent au DVD-RW. Il est entièrement
compatible avec les platines de salon. Plusieurs marques ont formé une al-
liance et développent des graveurs DVD présentant des temps d’accès plus
faible et des vitesses de gravure plus importante.

Figure 2.9 – Types de supports


30 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR

Les périphérique d’entrées / sorties

Le clavier (périphérique d’entrée)

Le clavier est la composante matérielle qui vous permet d’entrer du texte, des chiffres
ou des commandes dans votre ordinateur. Il peut être AZERTY ou QWERTY.
Un clavier comporte 4 grandes zones :
– Le pavé numérique
– le bloc alphanumérique
– le pavé de flèches
– touches de fonction de F1 à F12.
Le Clavier est utilisé pour entrer du texte. On entre généralement le texte dans un
champ dans lequel un curseur indique l’endroit où sera inserer le texte. Au clavier,
le fait de presser simultanément plusieures touches particulières ( ctrl , shift , alt ,
altgr ,...) engendre des actions spécifiques.
Caractères
La plupart des touches du clavier on pour effet d’inserer le caractère correspon-
dant dans le texte. Les majuscules ou les caractères spéciaux sont obtenus par la
combinaison de touches particulières. Ces caractères peuvent être
– alphabétiques : a...z, A...Z ;
– numériques : 0...9 ;
– signes spéciaux : +, -, /, *, = etc...
La touche Caps Lock verouille toutes les touches alphabétiques en majuscules ; la
touche Num Lock permet l’utilisation du pavé numérique.
Contrôles
Ceratine touches ont un effet particulier lorsqu’elles sont inséré dans un champ texte ;
par exemple :

– Space : Insertion d’un espace dans le texte ;


– Enter : Insertion d’un saut de ligne dans le texte ;
– Tab : Décalage du curseur d’un champ vers la droite ;
– Delete : Effacement du caractère droite du curseur ;
– Backspace : Effacement du caractère gauche du curseur ;
Commandes
Le clavier peut également être utilisé pour accéder à certaines commande. De fait
Wintows peut être utiliser sans souris bien que cela soit hautement innaproprié !
Dans ceratin cas néamoins, les raccourcis claviers (combinaisons de touches spécifiques
effectuant des commandes) sont très pratiques ; par exemples :
– Ctrl + c : Copie une selection dans le press-papier ;
– Ctrl + x : Coupe une selection dans le press-papier ;
– Ctrl + v : Colle le contenu du press-papier l’endroit voulu ;
2.2. COMPOSANTS MATÉRIELS 31

– Ctrl + s : Enregistre le document actif ;


– ..... ;

Figure 2.10 – clavier azerty

Le tableau de la page 32 rassemble les différents touches du clavier leur noms


et leur fonctions :
La souris (périphérique d’entrée)
La souris contrôle le pointeur qui apparaı̂t l’écran, elle permet de sélectionner des
éléments de l’écran avec ou sans l’aide du clavier. Elle comporte généralement 2
boutons : le bouton droit et le bouton gauche. Certaines souris possèdent un bouton
central permettant de manipuler les ascenseurs sur la page en cours.
L’imprimante

L’imprimante est un périphérique qui permet de faire une sortie imprimée (sur pa-
pier) des données de l’ordinateur. Il en existe plusieurs types dont les plus courants
sont :
– l’imprimante matricielle (à aiguilles).
– l’imprimante à jet d’encre.
– l’imprimante laser.
Le Scanner
Le scanner est un périphérique permettant de numériser des documents à partir d’un
format ”papier” et de générer des documents au format ”électronique ou numérique”
32 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR
2.3. EXERCICES 33

Actions Exemples

si vous cliquez du bouton droit sur des objets


Un clic du bouton droit sur un objet ou une
de cette page : images, texte, fond, hypermots
zone de l'écran permet souvent d'obtenir un
etc.. vous obtiendrez la liste de toutes les
MENU CONTEXTUEL
actions possibles sur l'objet sélectionné.
Un clic du bouton gauche permet de lancer cliquer sur le champ ci-dessous, un curseur
une action . Il permet aussi de sélectionner clignotant apparaît pour indiquer que cet
un objet sur une page . objet est sélectionné.
Un double clic du bouton gauche permet de
lancer un programme à partir de son Ouvrir des fichiers des dossiers
raccourci dans Windows.
vous pouvez sélectionner une partie de ce
texte en cliquant puis en glissant la souris
Le glisser- déplacer permet d'effectuer
sur la zone choisie. A l'aide du bouton droit,
diverses actions
vous pouvez ensuite copier ce texte et le coller
ensuite dans le bloc-note .

qu’il est possible d’enregistrer dans la mémoire de l’ordinateur.


Remarque :
Le scanner est caractérisé par sa qualité de numérisation (résolution).
Webcam
une Webcam est une petite caméra placée au -dessus de l’écran, qui permet éventuellement,
quand on communique par Internet, de voir son correspondant. les cartes d’acqui-
sition vidéo numérisent le signal analogique de ces appareils pour les transmettre au
processeur qui lui, ne comprend que les données numériques.

2.3 Exercices
Voir la derniére partie reservé pour les exercice.
34 CHAPITRE 2. COMPOSANTS MATÉRIELS DE L’ORDINATEUR
Chapitre 3

Composants logiciels de
l’ordinateur

cours informatique de base semestre 3 de la licence fondamentale, Faculté des Sciences


Juridiques Economiques et Sociales de Marrakech.
Présenté par Pr. E.H EL MAZOUDI

Objectif de ce chapitre :

– Connaı̂tre les logiciels nécessaires pour mener un traitement informatique ;


– Connaı̂tre la classification fonctionnelle de ces logiciels.

3.1 Introduction
Le microprocesseur, aidé d’un certain nombre d’autres éléments matériels, est
capable d’exécuter une succession d’opérations très simples, qui, mises bout à bout,
correspondent à des tches plus ou moins complexes, appelées processus, ou pro-
grammes. Un ordinateur est conu pour exécuter des programmes, et il ne sait faire
que cela. Contrairement aux composants matériels décrits précédemment, un pro-
gramme n’a pas de réalité physique. C’est un ensemble d’informations qui décrit
la manière de réaliser une action, et il est indépendant du support sur lequel sont
stockées ces informations. L’ensemble des programmes disponibles sur un ordinateur
constitue ses éléments logiciels. En tant qu’utilisateur, la plus grande partie de ce
que vous aurez à assimiler dans ce cours est la faon dont on utilise ces éléments logi-
ciels. La premire chose à savoir sur eux est de différencier les deux grandes catégories
de programmes existantes, qui sont les systèmes d’exploitation et les applications.

35
36 CHAPITRE 3. COMPOSANTS LOGICIELS DE L’ORDINATEUR

Les éléments logiciels : Ensembles de programmes qui permettent d’indiquer à


l’ordinateur quelles tâches il doit réaliser, et comment les effectuer, ce sont le système
d’exploitation (comme Windows, ou Linux), et les applications que vous demandez à
votre ordinateur d’exécuter (comme Word, Excel ...). Autrement dit c’est Ensemble
de programmes qui coopèrent afin de réaliser un objectif bien précis.
La partie logicielle est composée de deux parties : Logiciels d’application et système
d’exploitation.

3.2 Logiciels d’application

Logiciels d’application : Se sont des logiciel destinés à des utilisateurs non in-
formaticiens (Traitement de textes, Tableur, jeux, ). Sont des programmes conus
pour réaliser les taches courantes et répétitives non assurées par le système d’ex-
ploitation. Ils permettent de développer la performance d’un ordinateur et le rendre
plus fonctionnel.

Figure 3.1 – quelques logiciels d’application


3.3. SYSTÈME D’EXPLOITATION 37

3.3 Système d’exploitation


Système d’exploitation : Logiciel constitué d’un ensemble de programmes des-
tinés à faire fonctionner l’ordinateur et à gérer les événements provenant du clavier,
de la souris, de l’imprimante, etc Il interprète les codes envoyés par le clavier, il gère
la mémoire vive, etc. Les systèmes d’exploitation se doivent d’être de plus en plus
conviviaux envers les utilisateurs. Ainsi la marque APPLE a-t-elle basé sa renommée
avec les machines ”Macintosh” en intégrant une interface graphique à son système
d’exploitation. Les micro-ordinateurs de type compatible ”P.C.” ont dû longtemps
se contenter d’un Système d’exploitation fastidieux, ce n’est plus le cas aujourd’hui
avec l’interface graphique ”Windows”.

Le Système d’exploitation a deux buts bien distincts :


– Faciliter la tâche de l’utilisateur en lui présentant une machine (virtuelle)
plus simple à exploiter que la machine réelle et en assurant un service fiable ;
– assurer l’exploitation efficace et économique des ressources critiques de l’or-
dinateur.
Un logiciel ? : Ensemble des règles et des programmes permettant le fonction-
nement d’un matériel informatique, ces programmes permettent l’exploitation de
l’ordinateur et de ses périphériques afin d’assurer les traitements requis.
La figure suivante donne la classification des logiciels :

Logiciels
Langages évolués
Système d’exploitation

Machine physique
Figure 3.2 – Classification des logiciels
38 CHAPITRE 3. COMPOSANTS LOGICIELS DE L’ORDINATEUR

Exécution
en mode
utilisateur
(user)
Logiciel
Mode protégé

Exécution en mode de base


système ou noyau ou
superviseur

Figure 3.3 – Un système informatique peut alors être représenté comme une su-
perposition de couches

3.3.1 Services d’un système d’exploitation

Le système d’exploitation rend à l’utilisateur une gamme de services : assis-


tance dans la création de programmes, exécution de programmes, accès aux dis-
positifs d’entrées/sorties, accès contrôlé au système informatique, accès contrôlé
aux fichiers, détection d’erreurs, comptabilité des temps d’utilisation de ressources,
Concernant la seconde fonctionnalité, considérons, sur une machine, plusieurs pro-
grammes qui doivent utiliser des ressources : processeur(s), mémoire, horloges, disques,
terminaux, imprimantes,... Il est clair qu’un chef d’orchestre est nécessaire ; c’est le
système d’exploitation qui jouera ce rôle en tant que gestionnaire des ressources
(contrôle et ordonnancement). Par exemple : si trois programmes veulent imprimer
sur la même imprimante, il ne faut pas que leurs sorties se mélangent ; le système
d’exploitation effectuera les tâches suivantes : stockage des fichiers de sortie, attri-
bution de priorités, prise en main des sorties, destruction des fichiers tampons après
impression.
3.3. SYSTÈME D’EXPLOITATION 39

3.3.2 Modèle en couches


– Un système d’exploitation est structuré en couches les plus indépendantes
possibles
– Une couche utilise les services des couches inférieures pour réaliser ses fonc-
tions
– Seul le noyau du système d’exploitation est complètement lié au matériel
interne de l’ordinateur.

Interface
Humaine

Applications
et services

Noyau Système
d’exploitation

Matériel
Figure 3.4 – Modèle en couches

Interface Humaine
– Les différents environnements permettant à l’utilisateur d’interagir avec le
système informatique.
– Permet d’atteindre les services et applications disponibles sur le système
informatique.
Il existe deux types d’interfaces :
– Interface textuelle
– Interface graphique

3.3.3 Un bon système d’exploitation


– Fiable : le système d’exploitation doit intégrer des mesures de sécurité (pannes
ou pertes d’informations).
– Commode : abordable et assez aisé d’utilisation.
– Adaptable (portabilité) : les concepteurs des système d’exploitation essaient
de faire en sorte que leur logiciel (programme) soit portable sur le plus de
matériel possible.
40 CHAPITRE 3. COMPOSANTS LOGICIELS DE L’ORDINATEUR

Explorateur
de fichier

Icône pour atteindre une


application ou un service

Figure 3.5 – Exemple d’interface graphique


Invitation de commande
La commande est « tapée » au
clavier

l’exécution de la commande produit


l’affichage de ce texte

Figure 3.6 – Exemple d’interface textuelle

– Efficace : le système d’exploitation doit répondre de manière efficace aux


besoins des utilisateurs.

3.3.4 Classification des systèmes d’exploitation


Il existe plusieurs types de systèmes d’exploitations selon la nature des services
à rendre et des caractéristiques du matériel utilisé
– Systèmes d’exploitation orienté commandes de processus : contrôle de pro-
3.4. FICHIERS ET SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS 41

cessus de production (exemple : guidage des avions et fusées) : temps réel


– Systèmes d’exploitation orienté création et exploitation.
– Systèmes d’exploitation orienté gestion de grandes quantités d’information.
– Systèmes d’exploitation multi-utilisateurs / Mono-utilisateurs
– Systèmes d’exploitation multi-tâches / Mono-tâche
Une tâche est une commande(instruction) ou un programme qui est en train de
s’exécuter.
– Mono-tâche : A tout instant, un seul programme est exécuté ; un autre pro-
gramme ne démarre que lorsque le premier est terminé.
– Multi-tâche : plusieurs programmes chargés en mémoire en même temps et
qui peuvent être actifs en même temps.
– Mono-utilisateurs : Au maximum un utilisateur à la fois sur la machine.
Parfois, les système réseaux permettent de différencier plusieurs utilisateurs
possibles, mais chacun d’eux n’utilise la machine que de manière exclusive.
– Multi-utilisateurs : plusieurs utilisateurs peuvent se servir du même ordina-
teur simultanément (comment identifier l’utilisateur ?, compte utilisateur,
comment ne pas mélanger les fichiers ?)

3.4 Fichiers et système de gestion de fichiers

3.4.1 Fichiers

Un fichier ensemble d’information défini principalement par un nom et un type,


c’est aussi un objet permanent du système d’exploitation contenant une séquence
d’octets. Les fichiers sont stockés et organisés dans une mémoire de masse (une unité
de disque le plus souvent).
Un système de gestion de fichiers est un ensemble de programmes de gestion de
fichiers selon une méthode spécifique (nommage, localisation sur disque, etc.)
Proprités d’un fichier (principalement) :
– Nom et extension (TXT, DOC.)
– Date de création ou de mise à jour
– Autorisation d’exploitation, taille, etc.
Exemples :

– Fichiers texte
– Fichiers image
– Fichier son
– Document Microsoft Word
– Feuille de calcul Microsoft Excel
42 CHAPITRE 3. COMPOSANTS LOGICIELS DE L’ORDINATEUR

– Document html (Internet)


L’extension permet d’identifier le type du fichier et de manipuler un ensemble de

.
fichiers en même temps.

Lettre doc
Nom du fichier extension
Figure 3.7 –

3.4.2 Dossier
C’est un espace sur le disque (dur, CD ...) où sont enregistrés les noms de
fichiers pour permettre au système d’exploitation de les retrouver rapidement. Un
disque peut contenir plusieurs dossiers ou sous dossiers. Dans le monde MACIN-
TOSH, on parle aussi de dossier, de répertoire dans celui du MS-DOS et de catalogue
dans celui d’UNIX. Un dossier est identifié par un nom. Le dossier renfermant tous
les sous dossiers s’appelle le dossier racine. Le tout forme un modèle arborescent.

3.4.3 Opérations sur les fichiers et dossiers


Fichiers
– Lire le contenu
– Écrire
– Exécuter (pour les programmes)
– Modifier
– Cacher
– Copier
Dossiers
– entrer dans le dossier
– Lister son contenu
3.4. FICHIERS ET SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS 43

Arborescence de fichiers et de ré
répertoires

Figure 3.8 –

– Crer un élément dedans


– Supprimer un élément
– Supprimer le dossier lui-même
44 CHAPITRE 3. COMPOSANTS LOGICIELS DE L’ORDINATEUR
Chapitre 4

Initiation au système
d’exploitation Windows

cours informatique de base semestre 3 de la licence fondamentale, Faculté des Sciences


Juridiques Economiques et Sociales de Marrakech.
Présenté par Pr. E.H EL MAZOUDI

4.1 Démarrage de Windows


Mettre votre PC en marche et le système d’exploitation Windows est chargé
en mémoire. L’opération ne demande que quelques instants (une minute ou plus en
fonction de la rapidité de votre système). L’écran qui se présente est constitué de
deux régions.
En bas de l’écran : une longue barre constituée du bouton Démarrer et de la Barre
des tâches. En haut de cette barre : c’est le bureau (le reste de l’écran).
Le bouton Démarrer est le véritable point d’entrée du système, permettant de lancer
facilement les programmes, au moyen de la souris.
La Barre des tâches ci dessus montre que nous avons lancé ou chargé le navigateur
Internet Explorer.

Figure 4.1 –

45
46 CHAPITRE 4. INITIATION AU SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS

4.1.1 Comment démarrer un autre programme ?


– Cliquer sur le bouton Démarrer.
– Placer la souris sur la commande Programmes et un sous menu se déroule.
– Si votre programme se trouve dans ce menu, cliquer dessus ; sinon s’il se
trouve dans un autre sous menu naviguer dedans et cliquer sur le nom de ce
programme.
Ce programme peut être un programme de dessin comme Paint ou autre. Par
exemple, pour démarrer le programme Paint, la trace et les étapes de la procédure
sont comme suit :
– Cliquer sur Démarrer
– Pointer la commande Programmes
– Pointer de nouveau la commande Accessoires.
– Cliquer sur la commande Paint.

Figure 4.2 – Le bureau de travail

4.1.2 Comment basculer d’une application à une autre


Nous supposons que plusieurs programmes sont lancés. Chacun de ces pro-
grammes est matérialisé par un bouton sur la Barre des tâches. On l’appelle, alors,
4.2. ORGANISER ET PERSONNALISER SON BUREAU DE TRAVAIL 47

une ”tâche”. C’est la ”tâche” active qui est au premier plan devant vous sur écran.
Pour faire passer une autre ”tâche” au premier plan, il suffit de la pointer sur la Barre
des tâches et cliquer dessus. Remarque : tous les programmes activés se présentent
sur l’écran sous la forme de fenêtres. Ce sont des objets Windows ; donc qui peuvent
avoir les comportements suivants : fermées, ouvertes, réduites et ajustées.
A la droite de chaque fenêtre, on retrouve trois boutons :
Si la fenêtre est agrandie ( même taille que l’écran), ces trois boutons permettent
respectivement de la réduire, la Restaurer et la Fermer.
Si la fenêtre est réduite, le bouton du centre est transformé en ce bouton pour per-
mettre de l’agrandir. On peut, dans cet état, l’ajuster en cliquant et glissant l’un
de ces quatre cotés ou extrémités. On peut également la déplacer avec la souris en
cliquant et glissant sa barre de titre (la barre du haut).

Figure 4.3 –

4.2 Organiser et personnaliser son bureau de tra-


vail
Premier choix : simple ou double clic pour démarrer les applications du bureau.
Par défaut, c’est le double clic qui permet l’ouverture des fenêtres. Le simple clic
est le fruit de l’intégration de la technologie Internet dans Windows (application du
style Web pour les icônes). Pour ce faire, la procédure est comme suit :
– Cliquer sur Démarrer puis Paramètres puis Options des dossiers.
– Activer l’onglet Général de la boite de dialogue qui se présente.
– Cliquer sur l’option Mode Web puis sur le bouton Ok.
– Valider la boite de dialogue qui se présente en cliquant sur le bouton Ok.
Deuxième choix : mettre une image préférée en guise d’arrière-plan. Cette image
peut être scannée, choisie dans une bibliothèque d’images électroniques ou dessinée
avec, par exemple, Paint. La procédure à suivre est comme suit :

– Cliquer avec le bouton droit de la souris sur le bureau un endroit vide.


– Choisir la commande Propriétés du menu qui se présente.
– Activer l’onglet Arrière-plan de la boite de dialogue Propriétés de Affichage.
– Sélectionner l’image préférée de la liste qui se présente ou cliquer sur le bou-
ton Parcourir afin de localiser le fichier graphique à afficher comme image.
Troisième choix : Afficher/Masquer la Barre des tâches Si vous voyez que la Barre
des tâches vous gène et que vous voulez avoir tout l’écran à votre disposition, suivre
48 CHAPITRE 4. INITIATION AU SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS

la procédure suivante :
– Cliquer avec le bouton droit de la souris à un endroit vide de la Barre des
tâches.
– Dans le menu contextuel qui s’affiche, choisir la commande Propriétés.
– Activer l’option Masquer automatiquement puis valider par Ok.
Quatrième choix : Modifier la résolution d’affichage (vers une configuration d’écran
optimale) Par défaut, Windows installe une résolution minimale de 640x480 pixel,
avec un minimum de 16 couleurs. C’est la résolution VGA. Quelle résolution choisir ?
Que dire de la contrainte des moniteurs ?
La résolution standard 640x480 est réservée aux moniteurs 14 pouces. La résolution
optimale pour les moniteurs 15 pouces est 800x600 pixels. A partir de 17 pouces, la
résolution idéale est de 1024x768 pixels. Effectivement, la carte graphique doit suivre
le mouvement et supporter le nombre de couleurs. Résumons ceci : Il semble que le

Profondeur de couleurs Description


Minimum, suffisant pour des applications de bureautique, mais les couleurs ne sont
16 couleurs
pas exactes.
256 couleurs Bon compromis pour des applications graphiques ou de retouche d’images.
Recommandé avec les cartes graphiques et moniteurs modernes, pour les
65536 couleurs
applications multimédias.
16,7 millions de
Le réalisme photo à l’état pur. Solution haut de gamme.
couleurs

Figure 4.4 –

meilleur compromis soit une résolution de 800x600 pixels en 256 couleurs sur un mo-
niteur de 15 pouces. Moins de cette taille, se contenter de 640x480 reste raisonnable.
Pour optimiser la résolution de votre écran, suivre la procédure suivante :
– Cliquer avec le bouton droit à un endroit vide du bureau, puis choisir la
commande Propriétés du menu contextuel.
– Activer l’onglet Configuration ou Paramètres de la boite de dialogue qui
vient de s’afficher ’Propriétés de Affichage’.
– Définir la résolution à l’aide de la réglette ’Zone d’affichage’ ou ’Zone d’écran’.
– Ajuster la profondeur de couleurs (nombre de couleurs) dans ’Palettes des
couleurs’ ou ’Couleurs’.
– Cliquer sur le bouton Appliquer pour pouvoir enregistrer vos paramètres
ainsi choisis.
4.2. ORGANISER ET PERSONNALISER SON BUREAU DE TRAVAIL 49

4.2.1 Le bureau de travail


1. Le poste de travail

C’est l’outil par excellence pour explorer votre ordinateur : vue globale et directe
des ses composants et de son contenu. Nous vous conseillons de l’ouvrir en suivant
ces indications :
– Ouvrir le Poste de travail d’un simple clic ou d’un double-clic en fonction
du mode choisi de Windows.
– Il s’ouvre, vous donnant ainsi un accès à tous ces composants : tous les
lecteurs de votre PC et d’autres dossiers spécifiques.
Vous pouvez aussi passer par le raccourci : Touche Win + E. Quels sont les lecteurs
de votre PC et quels sont les autres dossiers spécifiques ? Nous vous demandons de
jeter un coup d’il sur le contenu du disque dur appelé ’C :’, puis dans ce lecteur
ouvrir le dossier intitulé ’Mes documents’. Vous allez sûrement identifier d’autres
dossiers et des fichiers.
Question : est-ce qu’il y a un autre moyen plus efficace pour explorer votre ordina-
teur ?
Réponse : oui, c’est l’Explorateur Windows.
2. l’Explorateur Windows
Il permet non seulement de connaı̂tre les composants de votre ordinateur et d’autres
dossiers spécifiques, mais de découvrire aussi l’arborescence des lecteurs présents et
en particulier celui de C. Pour y accéder, procéder comme suit :
– Activer la commande Démarrer/Programmes.
– Dans le sous menu, choisir la commande Explorateur Windows.
Vous pouvez aussi avoir le même effet en cliquant sur le bouton droit sur le bouton
Démarrer et en choisissant la commande Explorer.
L’Explorateur Windows est partagé en deux volets. Le volet gauche pour afficher
l’arborescence de votre ordinateur, alors que celui de la droite pour afficher le contenu
de l’élment sélectionné dans le volet de gauche.
L’accès aux sous dossiers reste une opération importante :
– Dans le volet gauche, cliquer sue le signe + en regard du dossier Windows
ou un autre pour développer son arborescence.
– Les sous dossiers de niveau inférieur s’affichent. Sélectionner l’un deux à
votre choix
– Vous verrez dans le volet de droite son contenu
3. Opérations réalisables sous l’Explorateur ou sous le Poste de travail

3.1. Création de dossiers


– Lancer l’Explorateur : Démarrer/Programmes/Explorateur Windows.
50 CHAPITRE 4. INITIATION AU SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS

Figure 4.5 – Le bureau de travail

– Dans le volet gauche, cliquer sur le dossier o vous voulez créer le nouveau
dossier.
– Activer le menu Fichier, puis le sous menu Nouveau et enfin la commande
Dossier.
– Dans le volet droit s’affiche ce nouveau dossier. Il porte le nom ’Nouveau
dossier’ par défaut.
– Saisir directement le nom à attribuer à ce dossier, puis valider au moyen de
la touche Entrée ou par un simple clic à son extérieur
– Répéter, éventuellement, cette séquence d’opérations pour en créer d’autres.

3.2. Suppression du nom d’un dossier

Ces opérations s’appliquent aussi bien pour les dossiers que pour les fichiers.
– Sélectionner le dossier ou le fichier à supprimer.
– Appuyer sur la touche Suppr.
– Ou faire glisser l’élément sélectionné sur la Corbeille.
La Corbeille se trouve sur le Bureau. Sa fonction principale est de stocker les éléments
(fichiers et dossiers) dont vous voulez vous débarrasser. Elle permet également de
les restaurer : les éléments effacs logiquement peuvent être récupérés à leurs empla-
cement d’origine par la commande Fichier/Restaurer.
3.3. modification du nom d’un dossier
4.2. ORGANISER ET PERSONNALISER SON BUREAU DE TRAVAIL 51

– Sélectionner le dossier ou le fichier à renommer.


– Appuyer sur la touche de fonction F2, et vous passer en mode d’édition.
– Modifier le nom directement, puis valider par la touche Entrée.

3.4. Copie
– Slectionner l’lment copier.
– Activer la commande Fichier/Copier ou cliquer sur l’icne Copier vu prcdem-
ment
– Cliquer dans le dossier cible.
– Activer la commande Fichier/Coller ou cliquer sur l’icône Coller vu précédemment.
On peut également utiliser le clavier et la souris sans passer par le menu Fichier :
cliquer-glisser l’élément à copier vers le dossier cible et ce en appuyant sur la touche
Ctrl.
3.5. Le déplacement
– Sélectionner l’élément à copier.
– Activer la commande Fichier/Couper ou cliquer sur l’icône Couper vu précédemment.
– Cliquer dans le dossier cible.
– Activer la commande Fichier/Coller ou cliquer sur l’icône Coller vu précédemment.
On peut également utiliser le clavier et la souris sans passer par le menu Fichier :
cliquer-glisser l’élément à copier vers le dossier cible.

3.6. Création de raccourcis sur le Bureau


Pour faciliter l’accès à des fichiers ou dossiers pertinents, une solution consiste à les
placer sur le Bureau. Ce n’est plus utile de passer par l’Explorateur Windows.
– Ouvrir l’Explorateur Windows ou le Poste de travail et localiser le dossier
ou le fichier pour lequel vous désirez créer un raccourci.
– Faire glisser l’élément en question sur le Bureau de Windows au moyen du
bouton droit de la souris.
– Une fois sur le Bureau, relâcher le bouton de la souris et choisir la commande
Créer un ou des raccourci(s) ici, du menu contextuel qui s’affiche à l’écran.
Le vrai élément et le raccourci sont vus par le système au même pied d’égalit : un
clic sur le raccourci a le même effet q’un clic sur le vrai élément.
Supposons que vous désirer changer l’icône de votre raccourci. Et bien, nous vous
invitons à suivre la procédure suivante :
– Sélectionner l’icône de votre raccourci.
– Cliquer sur le bouton droit de la souris et choisir la commande Propriétés.
– Activer l’onglet Programme et cliquer sur le bouton Changer d’icône.
– Sélectionner, alors, l’icône qui vous convient dans la collection disponible et
valider par le bouton OK
52 CHAPITRE 4. INITIATION AU SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS

4.2.2 Le panneau de configuration


Il s’agit alors de savoir personnaliser certains paramètres de votre PC comme
le format d’affichage de la date, le sigle monétaire ( Dh et non pas le $ ou le F), et
bien d’autres L’accès au panneau de configuration :
– Cliquer sur la commande Démarrer/Paramètres/Panneau de configuration.
– La fenêtre du Panneau de configuration s’affiche avec toutes ses icônes.
Chaque icône représente un module conu pour une tâche bien spécifique.

Figure 4.6 – Panneau de configuration

1. Affichage.- Permet de modifier les paramètres d’affichage de la carte graphique


et du moniteur ( déjà vu).
2. Ajout de matériel.- Permet d’installer de nouveaux périphériques tels que les
cartes graphiques, les cartes son, etc.
3. Ajout/Suppression de programmes.- Permet d’installer ou de désinstaller des
programmes, y compris les composants optionnels de Windows.
4. Clavier.- Permet de définir les paramètres du clavier (répéétition, délai de
réponse, etc.) et de choisir un modèle de langue.
5. Comptes d’utilisateurs.- Il est possible d’installer plusieurs utilisateurs sur un
mme PC. Ils sont gérés à partir de mots de passe, chacun pouvant personnaliser
son Bureau, le menu Démarrer et ses dossiers.
4.2. ORGANISER ET PERSONNALISER SON BUREAU DE TRAVAIL 53

6. Connexions réseau.- Permet de configurer le réseau. Il n’est intéressant que si


votre PC est relié d’autres ordinateurs.
7. Contrôleurs de jeu.- Permet de configurer une manette de jeu, un joystick, un
gamepad. Intéressant surtout pour les amateurs de jeux.
8. Date et heure.- Permet de définir la date et l’heure système. Date/Heure
9. Imprimantes et télécopieurs.- Le dossier Imprimantes sert à gérer les impri-
mantes installées et d’ajouter d’autres..
10. Paramètres régionaux.- Permet de définir le format de date, le format monétaire,
et ainsi de suite.
11. Polices.- Ce dossier répertorie et gère les polices de caractères installées sur le
PC.
12. Sons et péripheriques.- Répertorie les périphériques multimédias et permet de
les configurer pour l’enregistrement et la lecture.
13. Souris.- Permet de configurer la souris et son fonctionnement
14. Système.- Permet d’accéder au Gestionnaire de périphériques. Et énumère tous
les périphériques, les ressources et les pilotes.

4.2.3 Recherche de fichier ou de dossier


4.2.3.1. Recherche simple
– Choisir la commande Démarrer/Rechercher/Fichier ou dossiers.
– La boite de dialogue ’Recherche : tous les fichiers’ s’affiche. Dans la zone
texte Nommé, saisir les premiers caractères du nom de l’élment à chercher.
– Vérifier que le lecteur approprié est indiqué dans le champ Recherche dans.
Vérifier également que l’option Inclure les sous-dossiers est cochée. Cliquer
sur le bouton Rechercher maintenant, pour lancer la recherche.

4.2.3.2. Recherche élaborée

Dans ce cas, on fait appel aux caractères génériques ou jokers. Ceux-ci sont :
*(astérisque) : permet de remplacer une chaı̂ne de caractères quelconques de lon-
gueur libre ?( point d’interrogation) : permet de remplacer un et un seul caractère.
On peut chercher aussi, moyennant la même commande, des ordinateurs dans un en-
vironnement réseau. La recherche peut concerner, également, les personnes mémorisées
dans un Carnet d’adresses.
Si on voudrait mener une recherche dans Internet, il suffit de choisir la commande :
Démarre/Rechercher/Sur Internet.
54 CHAPITRE 4. INITIATION AU SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS

4.3 Maintenance des données


Les objectifs directs :
– Vérifier les disques durs.
– Optimiser les lecteurs.
– Accélérer le démarrage des programmes.

4.3.1 Vérification de l’état des disques durs.

la solution proposée : utiliser l’utilitaire ScanDisk . La procédure est comme suit :


– Cliquer avec le bouton droit sur l’icône du lecteur en question.
– Choisir la commande Propriétés du menu contextuel.
– Activer l’onglet Outils.
– Cliquer sur le bouton Contrôler maintenant.
– Activer l’option Corriger automatiquement les erreurs, puis cliquer sur le
bouton Démarrer pour lancer la vérification.
– Une fois cette opération terminée, ScanDisk affichera pour vous les résultats
de son analyse.
– Pour mettre fin à cette opération, cliquer plusieurs fois sur le bouton Fermer.
Si vous voulez un autre moyen pour démarrer ScanDisk, passez la commande
suivante à partir du menu Démarrer :
Démarre/Programmes/Accessoires/Outils système/ScanDisk
4.3.2 Optimiser les lecteurs
la solution proposée : utiliser l’utilitaire Defrag . La procédure est comme suit :
– Cliquer avec le bouton droit sur l’icône du lecteur en question.
– Choisir la commande Propriétés du menu contextuel.
– Activer l’onglet Outils.
– Cliquer sur le bouton Défragmenter maintenant.
– L’opération de défragmentation commence immédiatement. Elle est relati-
vement lente, soyez patient
La première conséquence de cette opération est que le chargement de vos programmes
s’en trouvera accéléré.
4.3.3 Nettoyer vos disques durs
Il s’agit, essentiellement, de supprimer les fichiers inutiles : fichiers temporaires is-
sus de mauvaises manipulations ou ceux piqués sur l’Internet ou ceux supprimés
logiquement donc se trouvant toujours dans la Corbeille. Comment procéder ?
– Choisir la commande Démarrer/Programmes/Accessoires/Outils système/Nettoyage
de disque.
– Sélectionner le lecteur à nettoyer puis cliquer sur OK.
– Cocher le(s) élément(s) à nettoyer : Fichiers Internet temporaires, fichiers
4.3. MAINTENANCE DES DONNÉES 55

programmes téléchargs, fichiers temporaires, Corbeille. Ceci étant, cliquer


sur OK puis sur Oui.
56 CHAPITRE 4. INITIATION AU SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS
Chapitre 5

Notion de réseaux informatique et


initiation à Internet

cours informatique de base semestre 3 de la licence fondamentale, Faculté des Sciences


Juridiques Economiques et Sociales de Marrakech.
Présenté par Pr. E.H EL MAZOUDI

Sommaire de ce chapitre :

– Notions de réseaux ;
– réseaux locaux ;
– initiation à internet.

57
58CHAPITRE 5. NOTION DE RÉSEAUX INFORMATIQUE ET INITIATION À INTERNET
Bibliographie

59
Index

extend 3
extension problem 3
extension of a map 3
homotopic 5
homotopy 5
homotopy relative 5
inessential 5
lifting problem 3
nullhomotopic 5
triangular diagrams 4
rel 5
relative homotopy 5

60