Vous êtes sur la page 1sur 6

MONTRÉAL, QUÉBEC  // 16 MAI 2018

LE XYZ POST 

DANS CE NUMÉRO
Les coups de cœur
littéraires de Myriam
Caron Belzile
Les coups de coeur
littéraires  d'Elsa
Pépin
Parité, énergie
nouvelle et
dynamisme : Entretien
MYRIAM CARON BELZILE
Lorsqu’on réunit deux femmes issues avec Arnaud Foulon
du milieu de l’édition, il ne peut
qu’émaner une passion bien palpable DIRECTRICE LITTÉRAIRE Entre deux photos :
entretien avec Tristan
XYZ
quand vient le temps de parler de
livres. C’est exactement ce qui est Malavoy
arrivé lorsque Elsa et Myriam se sont
mises à discuter de leurs derniers
Ducharme, un point tournant
coups de cœur littéraires. Il fallait en
Je suis encore dans mes boîtes, je viens de déménager alors je n’ai pas pu
être témoin pour voir à quel point leur
fouiller dans mes vraies archives, où se trouvent mes livres les plus cornés,
amour de la littérature irradiait de
ceux que j’ai le plus souvent consultés, mais c’est certain qu’un des livres qui
tout leur être.
a été un déclencheur, pour moi, est Le nez qui voque de Réjean Ducharme,
que j’ai lu à l’adolescence et qui m’a fait flasher. Je lisais déjà beaucoup,
Il nous semblait d’ailleurs primordial
compulsivement même, mais ce livre-là m’a fait réaliser à quel point des
de questionner ces nouvelles recrues
phrases peuvent ressortir d’un texte, te forcer à t’arrêter et à te dire :
sur leurs goûts littéraires respectifs.
“Attends, je ne suis pas sûre de comprendre les mots, mais il y a un sens qui
Qu’est-ce qui les fait vibrer dans les
percole.” C’est ce livre qui m’a poussé à démarrer mon carnet, que j’ai
mots des autres, quels auteur.e.s leur
encore à ce jour, depuis mes 16 ans, dans lequel je note les phrases qui me
donnent envie de corner toutes les
marquent. Ça m’a fait remarquer que, même dans un livre qui me fait
pages d’un récit? Leurs réponses nous
capoter, il ne va peut-être y avoir qu’une ou deux phrases que je vais vouloir
promettent de bien belles saisons à
noter, et c’est parfait comme ça. Ça montre l’architecture de mes lectures,
venir… 
comme des petits points d’orgue qui font monter l’émotion.
De l’Écrou à Instagram Fille de personne – Sortir des sentiers battus

Ces temps-ci, je suis beaucoup dans la poésie. J’ai été Finalement, un peu dans la même veine que « Le cadre on
profondément bouleversée par le recueil La où fuit le monde en sort, le cadre on le brûle », il y a Darlène, sur lequel j’ai
en lumière de Rose Eliceiry, paru à l’Écrou l’an passé, surtout travaillé ce printemps, de Noémie D. Leclerc. C’est un
par cette phrase : beau roman qui m’est arrivé comme une proposition
« Entends-tu toi aussi cadeau. Je rêvais de ça, un livre-projet issu d’une
Le fleurissement des étoiles rencontre entre deux artistes, avec une trame sonore
Le bruissement des pierres autour de cette idée, ce sentiment d’un spleen de la
Qui roule sous la neige nouvelle » vingtaine flottante, avec une part de magie, une bonne
Ça m’a fait quelque chose, ça, puis c’est nouveau pour moi part de féminisme et de poigne sur ce qu’on pense
que la poésie m’aborde comme elle m’aborde maintenant. insaisissable.
Dans mon côté un peu « transmédias », il y a aussi Rupi Kaur Il y a d’ailleurs une phrase d’Oscar Wilde que j’ai lu
que je respecte et qui a fait quelque chose d’extraordinaire dernièrement qui m’a fait penser à Hubert et Noémie : «
avec Milk and Honey. Je crois que, en partageant ses poèmes La nouvelle génération est insupportable, comme
et dessins sur Instagram, elle a fait émerger un éveil à la j’aimerais en faire partie ».
poésie chez des gens qui n’en auraient pas lu autrement et Il y a quelque chose de ça dans le plaisir que j’ai eu à
elle a bâti une communauté de gens qui ressentait la même travailler avec eux et à faire éclater les barrières. Je sais
chose qu’elle. C’est un cas dans lequel le média rencontre que ce n’est plus moi, cette génération-là, ces 20 ans-là
bien la forme et j’ai trouvé ça vraiment fort. qui poussent et qui veulent tout brûler en chemin, mais
en même temps on a tout ça en nous et on s’y reconnait
encore.
Le « Top 5 » de Myriam
Là où fuit le monde en lumière, Rose Eliceiry (Éditions de l’Écrou)
La vie d’artiste, Catherine Ocelot (Mécanique générale)
Os : la montagne blanche, Steve Gagnon (L’instant même)
Jeanne sur les routes, Jocelyne Saucier (Éditions XYZ)
Ligne brisée, Katherena Vermette; traduction de Mélissa Verreault (Québec Amérique)

ELSA PÉPIN
ÉDITRICE
COLLECTION  « QUAI N° 5 »
Fragments et langage

C’est tellement une question difficile puisque ma bibliothèque regorge de livres écornés auxquels je reviens sans cesse. Il y a
Pascal Quignard qui est, pour moi, comme une bible. Surtout son livre Les désarçonnés. Il y a chez lui quelque chose de très
érudit, de très philosophique, mais en même temps il passe par sa propre expérience. Ce sont des livres entre l’essai, le récit
mythologique, le récit personnel, et il se promène dans l’histoire de l’humanité. Ça me parle beaucoup. Il y a aussi un côté
très irrévérencieux, mais en même temps très classique, qui me rejoint. C’est aussi un amoureux des mots, de la langue, de
l’étymologie.
Il prend un mot puis il te montre toutes les possibilités, l’histoire du mot, à travers des exemples de récits. Pour moi, c’est
comme si le pouvoir de la littérature était contenu dans ces petits récits-là, souvent sous forme de fragments.
J’aime beaucoup la littérature fragmentée, c’est une forme qui me parle de plus en plus. J’ai l’impression que c’est à l’image
de ce qu’on est aujourd’hui. Plus éclatés, prismatiques. Donc, pour moi, Pascal Quignard, c’est vraiment quelqu’un que je
respecte et que je relis.
Faire exploser le roman Inventer la langue
Sinon, récemment, il y a eu Sophie Divry qui est une Chez nous, Hervé Bouchard et Sylvain Trudel, ce sont
auteure française qui me fait capoter. C’est comme mes auteurs fétiches. La mer de la tranquillité
vraiment une fille inclassable. Elle a écrit Quand le est un livre qui a changé ma vie parce qu’on y trouve
diable sortit de la salle de bains. C’est l’histoire une sensibilité magnifique, inouïe. Encore une fois,
d’une fille au chômage qui raconte comment elle c’est beaucoup dans les mythes, les mythes
essaie de se sortir de sa situation et d’écrire, mais québécois, sa propre enfance. J’aime beaucoup les
c’est complètement flyé, elle fait exploser le roman. auteurs qui partent d’eux-mêmes pour justement
Il y a des morceaux de poèmes, des dialogues avec parler de choses plus universelles. Puis Hervé
le diable, avec son grille-pain et, en même temps, Bouchard, c’est la langue, il invente la langue, c’est
elle est révoltée contre la société et cette révolte magnifique.
passe par cette liberté de transformer le monde en
transformant la forme du roman. Elle passe par ce
pouvoir de tout reconstruire par le langage et ça,
c’est beau, ça parle encore une fois du pouvoir des
mots.

Le « Top 5 » d’Elsa
À la recherche du temps perdu, Marcel Proust (Grasset et Gallimard)
Les Ombres errantes, Pascal Quignard (Grasset)
Le discours sur la tombe de l’idiot, Julie Mazzieri ( Boréal)
Parents et amis sont invités à y assister, Hervé Bouchard (Le Quartanier)
Pas pleurer, Lydie Salvayre (Seuil)

PARITÉ, ÉNERGIE NOUVELLE ET DYNAMISME : ENTRETIEN AVEC ARNAUD


FOULON, VICE-PRÉSIDENT ÉDITIONS ET OPÉRATIONS DU GROUPE HMH.

Jeudi matin aux bureaux de XYZ, un café à la main, je me dirige avec Geneviève dirige vers le deuxième étage,
prêtes à tout savoir sur l’imminente arrivée de Myriam au sein de l’équipe. C’est au bureau d’Arnaud, vice -
président, qu’on s’arrête. Il déborde de livres, comme la plupart des pièces ici, d’ailleurs. Il y règne un certain
désordre  typique qui fait tout le charme des lieux. 
Rapidement, on entre dans le vif du sujet, Mise en avant du « girl power »
c’est-à-dire l’arrivée de Myriam en tant que
directrice littéraire chez XYZ. Qu’est-ce qui a Depuis l’annonce de l’arrivée de Myriam et d’Elsa dans le
motivé ce choix? Que pourra-t-elle apporter groupe, le terme le plus fréquemment utilisé pour parler de
à la maison? Comment Arnaud envisage-t-il cette double embauche est « girl power ». On trouve qu’il y a
son arrivée? Aucun moment de réflexion définitivement un message là-dedans, est-ce un choix
n’est nécessaire, on perçoit bien son concret? On pose la question à Arnaud.
enthousiasme pour ce nouveau chapitre. « C’est drôle d’aborder ce sujet en ce moment parce que,
pour moi, dès le début, c’était important qu’une femme
occupe ce poste », dit-il. « D’une part, le milieu du livre est
Un vent de renouveau chez XYZ un milieu plus féminin, avec une majorité d’éditrices,
d’auteures et de lectrices. Je pense que c’est important d’en
« Dans les derniers mois, on a décidé de réfléchir à être conscient et d’arriver avec une énergie nouvelle. Les
notre direction, à ce qu’on voulait vraiment faire. femmes qui sont dans le milieu depuis plusieurs années ont
XYZ, c’est la maison des auteur.e.s, ça a toujours une expérience, une manière différente de voir l’édition.Je
été la maison des auteur.e.s. Il fallait réussir à pense que ce brainstorm d’idées-là enrichit la maison »
améliorer la structure et trouver des gens qui Dans ce cas-ci, XYZ va être entièrement dirigé, au niveau
savent la mettre en valeur. L’arrivée de Myriam éditorial, par des femmes. On parle de Myriam comme
s’inscrit justement dans cette vague de directrice littéraire, de Marie-Pierre comme éditrice, de
changements.  Sarah comme adjointe à l’édition et d’Elsa qui se joint à
l’équipe chez Quai n° 5 avec Tristan.
ELLE ARRIVE AVEC DE NOUVELLES IDÉES ET En parlant de la place faite aux femmes au sein de l’équipe
UNE BELLE EXPÉRIENCE DANS LE MILIEU DE de XYZ, on se rend compte qu’il existe, dans le groupe HMH,
L’ÉDITION AU QUÉBEC.  une parité des sexes.
« Je n’y avais pas vraiment réfléchi avant », dit Arnaud. « Ça
 On compte sur ses connaissances, son dynamisme s’est fait un peu comme ça, sans le vouloir, mais deux de
et son énergie pour amener les auteur.e.s à nos quatre maisons d’édition sont dirigées par des femmes
réfléchir sur des nouvelles structures d’édition et deux par des hommes. Le groupe HMH est, quant à lui,
avec l’équipe en place, tout en maintenant les dirigé de manière bicéphale par une femme et un homme.
actifs déjà établis chez XYZ depuis quelques Donc on arrive quand même bien à cet équilibre et ça
années. Je vois ça de manière très positive. Je amène définitivement une énergie et un dynamisme qui est
pense que c’est un défi qui est à la hauteur de ce le fun. »
que Myriam peut nous apporter », explique Arnaud. On le sent, c’est dans l’air, il y a bel et bien un « girl power »
en branle chez XYZ et il n’est pas le fruit d’un hasard
quelconque. Est-ce d’ailleurs une simple coïncidence si, à la
sortie du bureau d’Arnaud, sur une petite table ronde, on
retrouve quelques livres qui mettent en avant des récits de
femmes qui ont marqué l’histoire ? Seul l’avenir nous le
dira.
Entre deux photos : entretien avec Tristan Malavoy,
directeur de la collection « Quai n° 5 » 
Même s’il pleut des cordes à l’extérieur au moment d’écrire ces lignes, cela ne mine en rien la joie qui plane dans nos
bureaux à la suite de l’annonce des nouvelles recrues au sein de la maison. Après l’entretien avec Arnaud, c’est au tour
de Tristan de se prêter au jeu et de répondre à nos questions.
Question de faire d’une pierre deux coups, on interroge Tristan sur l’arrivée d’Elsa comme coéditrice chez « Quai n° 5 » et
on lui tire le portrait, entre deux rendez-vous. 

Du Voir à « Quai n° 5 » Fraicheur et nouveauté

Ce qu’il faut savoir, c’est que les diverses collaborations Avec l’arrivée d’Elsa et Myriam, Tristan se retrouve seul
entre Elsa et Tristan ne datent pas d’hier. Ils ont déjà représentant de la gent masculine au sein de l’équipe XYZ. Il s’en
travaillé ensemble à l’hebdo Voir et à Voir télé. réjouit, lui qui a toujours défendu le « girl power ».
« Dans les maisons qui durent, il y a nécessairement des cycles,
 « JE CONNAIS SA SENSIBILITÉ, SON EXIGENCE, et donc des nouveaux départs. Nous en connaissons un
SON GOÛT DES TEXTES QUI FRAPPENT actuellement et y prendre part auprès de ces deux femmes
L’IMAGINAIRE », DIT TRISTAN. intellectuellement décomplexées, auxquelles j’ajoute le nom de
l’éditrice Marie-Pierre Barathon, dont la réputation dans le
C’est d’ailleurs depuis le Voir qu’il suit Elsa à travers ses domaine n’est plus à faire, m’enthousiasme au plus haut point »,
diverses interventions en tant qu’animatrice de causeries conclut-il.
littéraires, à la télévision et dans les Salons du livre.
« Je me suis dit qu’elle avait tout pour devenir une précieuse
alliée », mentionne-t-il entre deux photos. « Je dirige la On prend donc un dernier cliché du grand sourire contagieux de
collection seul depuis bientôt cinq ans, j’ai commencé à Tristan, avant qu’il agrippe son sac et nous quitte pour se rendre
installer une tonalité “Quai n° 5”, mais je ne demande pas à un autre rendez-vous, pour un autre de ses nombreux projets.
mieux que de frotter mes idées à celles de quelqu’un
d’autre. Elsa, qui est indépendante d’esprit et qui n’hésitera
pas à me contredire s’il le faut, incarne à merveille cette
personne-là ! »
MERCI 
À
MYRIAM CARON BELZILE 
ELSA PÉPIN
ARNAUD FOULON 
TRISTAN MALAVOY

Texte et mise en page : Marjorie Rhéaume


Correction: Sarah Jalbert
Photos: Geneviève Harvey et Julie Artachaud