Vous êtes sur la page 1sur 13

Résistance au cisaillement des sols

Exo 1 Un essai triaxial consolidé non drainé CU a été réalisé sur un échantillon d’argile saturée avec
une pression de confinement 𝜎3 = 2.0 𝑘𝑔/𝑐𝑚². A la rupture on a trouvé le déviateur de contrainte

𝜎𝑑 = (𝜎1 − 𝜎3 )𝑓 = 2.8 𝑘𝑔/𝑐𝑚² et la pression interstitielle 𝑢𝑓 = 1.8 𝑘𝑔/𝑐𝑚² et le plan de rupture


𝛼 = 57°.

1. Calculer la contrainte normal 𝜎𝛼 et la contrainte de cisaillement 𝜏 𝛼 sur le plan de


rupture
2. Calculer la contrainte de cisaillement maximum dans l’échantillon 𝜏𝑚𝑎𝑥 .
3. Trouver les paramètres de cisaillement effectif c’ et φ’
4. Expliquer pourquoi l’échantillon s’est rompu sur le plan de rupture incliné à 𝛼 = 57°
plutôt que sur le plan de contrainte de cisaillement maximale incliné à 45 °
5. Le même sol est maintenant soumis à un essai triaxial drainé avec la même contrainte de
confinement (𝜎3 = 2.0 𝑘𝑔/𝑐𝑚²) ; quelle sera la valeur de la contrainte principale majeur
à la rupture ?

Solution
1. Trouvons d’abord les contraintes principales à la rupture :
𝑘𝑔
𝜎3,𝑓 = 𝜎3,0 = 𝜎3 = 2.0 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒
𝑐𝑚2
𝜎1,𝑓 = 𝜎3,𝑓 + 𝜎𝑑 = 𝜎3 + (𝜎1 − 𝜎3 )𝑓 = 2.0 + 2.8 = 4.8 𝑘𝑔/𝑐𝑚²

- La contrainte de cisaillement sur le plan de rupture vaut alors :


𝜎1 − 𝜎3 4.8−2
𝜏𝛼 = 2
sin 2 𝛼 = 2
sin(2 ∗ 57°) = 2.83 𝑘𝑔/𝑐𝑚²

1. La contrainte normale sur le plan de rupture est :


𝜎1 + 𝜎3 𝜎1 − 𝜎3 4.8 + 2 4.8 − 2
𝜎𝛼 = [ ]+ [ ] cos 2 𝛼 = [ ]+ [ ] cos 114° = 2.83 𝑘𝑔/𝑐𝑚²
2 2 2 2
2. La contrainte tangentielle maximale est :
𝜎1 − 𝜎3 4.8− 2
𝜏𝛼𝑚𝑎𝑥 = 2
= [ 2
] = 1.4 𝑘𝑔/𝑐𝑚² qui se trouve sur un plan incliné à 𝛼 = 45°

(sin 2 𝛼 = 1)

3. On a : 𝜎′3,𝑓 = 𝜎3,𝑓 − 𝑢𝑓 = 2.0 − 1.8 = 0.2 𝑘𝑃𝑎

Et 𝜎′1,𝑓 = 𝜎1,𝑓 − 𝑢𝑓 = 4.8 − 1.8 = 3.0 𝑘𝑃𝑎


𝜑′
Sachant que dans l’essai triaxial l’angle de rupture 𝛼 = 45° + 2
= 57 ° on en deduit que

𝛗′ = 𝟐𝟒 °
- De plus les paramètres c’ et φ′ sont reliés à 𝜎′1,𝑓 𝑒𝑡 𝜎′3,𝑓 par la relation démontré
à l′ exo. 3 sur le cercle de Mohr et soit:

𝜎′1,𝑓 = 𝜎′3,𝑓 𝐾𝑝 + 2 𝑐′ √𝐾𝑝 avec


𝜑 24°
𝐾𝑝 = 𝑡𝑎𝑛2 [45° + 2
] = 𝑡𝑎𝑛2 [45° + 2
] = 2.37 𝑒𝑡 √𝐾𝑝 = 1.54

Donc 3.0 = 0.2 * 2.37 + 2* c’ * 1.54 ce qui donne c’= 0.82 kg/cm²

4. La réponse a cette question est donnée par la comparaison des résistances au


cisaillement de l’échantillon sur les deux plans.
- Plan de rupture : 𝝉𝟓𝟕° = 𝑐 ′ + 𝜎 ′ tan 𝜑 ′ = 𝑐′ + (𝜎𝛼 − 𝑢𝑓 ) 𝑡𝑎𝑛𝜑 ′

= 0.82 + (2.83 − 1.8) 𝑡𝑎𝑛24° = 𝟏. 𝟐𝟖 𝑘𝑔/𝑐𝑚²


- Plan de de contrainte de cisaillement max . : Comme il a été vu plus haut, ce
plan fait avec l’horizontale un angle de 45 °. La contrainte normale sur ce plan
𝜎1 + 𝜎3 𝜎1 − 𝜎3
est donc : 𝜎45° = [ ]+ [ ] cos 2 𝛼
2 2

4.8+ 2 4.8− 2
𝜎45° = [ 2
]+ [ 2
] cos 90° = 3.4 𝑘𝑔/𝑐𝑚²

D’où 𝜎′45° = 𝜎45° − 𝑢𝑓 = 3.4 − 1.8 = 1.6 𝑘𝑔/𝑐𝑚²

Finalement la résistance au cisaillement sur le plan à 45 ° est :

𝝉𝟒𝟓° = 𝑐 ′ + 𝜎45° ′ tan 𝜑 ′ = 0.82 + 1.6 𝑡𝑎𝑛 24 = 𝟏. 𝟓𝟑 𝐤𝐠/𝐜𝐦²


𝑂n voit donc que la résistance au cisaillement sur le plan incliné à 45° est supérieure
à celle du plan de rupture, ce qui explique qu’il ne peut pas y avoir de rupture sur le
plan incliné à 45 °.
5. Etant donné que c’est le même sol qui est testé, alors les paramètres de
résistance effectifs resteront les mêmes que précédemment. Soient c’=0.82
𝜑′
kg/cm² et 𝜑 ′ = 24° et 𝛼 ′ = 45° + = 57°
2

Méthode 1

𝜎′1,𝑓 = 𝜎′3,𝑓 𝐾𝑝 + 2 𝑐′ √𝐾𝑝 =2.0 *2.37 + 2*0.82 * 1.54 = 7.27 𝑘𝑔/𝑐𝑚²

Méthode 2
𝝉𝟓𝟕° = 𝑐 ′ + 𝜎57° ′ tan 𝜑 ′ = 0.82 + 𝜎′57° 𝑡𝑎𝑛24°= 0.82 + 0.445 𝜎′57°
𝜎′1 +𝜎′3 𝜎′1 − 𝜎′3 𝜎′1 +2 𝜎′1 − 2
Et 𝜎′57° = [ ]+ [ ] cos 114° = [ ]+ [ ] ∗ (−0.407)
2 2 2 2

𝜎′57° = 0.296 𝜎′1 + 1.407 en remplaçant dans 𝝉𝟓𝟕° on trouve :

𝝉𝟓𝟕° = 1.426 + 0.132 𝜎′1


Par ailleurs les formules du cercle de Mohr permettent de calculer la contrainte de
cisaillement sur le plan de rupture comme suit :
𝜎′1 − 𝜎′3 𝜎′1 −2
𝜏𝛼 = sin 2 𝛼 = sin(2 ∗ 57°) = 0.457 𝜎′1 − 0.914
2 2

A la rupture on aura 𝝉𝟓𝟕° = 𝜏𝛼 d’où on déduit que 𝝈′𝟏,𝒇 = 𝟕. 𝟐𝟕 𝒌𝒈/𝒄𝒎² et par


conséquent 𝜎′57° = 1.407 + 0.296 ∗ 7.27 = 𝟑. 𝟓𝟔 𝑘𝑔/𝑐𝑚² et

𝝉𝟓𝟕° = 0.457 ∗ 7.27 − 0.914 = 𝟐. 𝟒𝟏 𝒌𝒈/𝒄𝒎²

Exo 2 Dans un essai triaxial drainé sur une argile normalement consolidée, on trouve à la fin de
l’essai que le plan de ruptue fait un angle de 58° avec l’horizontale. Si la pression de confinement
est de 𝜎3 = 103.5 𝑘𝑃𝑎 , quelle était la contrainte principale majeur à la rupture ?

Solution :
𝜑′
Sachant que 𝛼 = 45° + 2
=58° d’où φ’ = 26°. De plus comme c’est une argile normalement
consolidée on aura c’ = 0 ; 𝜎′3 = 𝜎3 = 103.5 𝑘𝑃𝑎 (essai drainé u=0 )

Donc, en utilisant la relation reliant 𝜎′1 𝑒𝑡 𝜎′3 à 𝑐 ′ 𝑒𝑡 𝜑′

𝜎′1,𝑓 = 𝜎′3,𝑓 𝐾𝑝 + 2 𝑐′ √𝐾𝑝


𝜑 26°
avec c’=0 et 𝐾𝑝 = 𝑡𝑎𝑛2 [45° + 2
] = 𝑡𝑎𝑛2 [45° + 2
] =2.561 ; il vient alors :

𝜎′1,𝑓 = 103.5 ∗ 2.561 + 0 = 265 𝑘𝑃𝑎

Exo 3 On prélève d’un sondage carotté à 11 m de profondeur, des carottes de sol vaseux.
Les résultats d’essais sur les différentes éprouvettes de ce sol, sont fournis ci-dessous :

- Essai de compression simple :


Rc = 100kPa.

- Essai triaxial UU.


σ1 = 248 kPa σ3 = 140 kPa

- Essai de cisaillement direct drainé

Essai N° 𝜎’ (kPa) 𝜏 (𝑘𝑃𝑎)


1 30 22
2 50 36
3 80 57

-Essai triaxiaux CU
Essai N° 𝜎3 (kPa) 𝜎1 (kPa) U (kPa)
1 100 170 70.8
2 340 580 240

On demande de déterminer :

1) L a cohésion non drainée de la vase


2) Les paramètres de résistance effectifs déterminés à partir des essais de cisaillement direct et
des essais CU.
3) Les paramètres de résistance consolidés non drainés ainsi que la variation de la cohésion non
drainée en fonction de la pression de consolidation (σ’c) ;
4) L’inclinaison des plans de rupture dans les éprouvettes :
a) de l’essai de cisaillement direct.( Essai 1)
b) de l’essai tiaxial CU (Essai 2)

Solution :
1) Détermination de la cohésion non drainée de la vase

Essai de compression simple : Cu = Rc/2 = 50 kPa.

Essai triaxial UU : Cu =(σ1 - σ3)/2 = (248-140)/2 = 54 kPa.

2) Détermination des paramètres de résistance effectifs déterminés à partir des essais de


cisaillement direct et des essais CU

 Cisaillement direct :
𝝉 = 𝒄′ + 𝝈′ 𝒕𝒂𝒏 𝝋′ ; en remplaçant les valeurs données on obtient :

𝟐𝟐 = 𝒄′ + 𝟑𝟎 𝒕𝒂𝒏 𝝋′ (𝟏)
𝟑𝟔 = 𝒄′ + 𝟓𝟎 𝒕𝒂𝒏 𝝋′ (𝟐)
𝟓𝟕 = 𝒄′ + 𝟖𝟎 𝒕𝒂𝒏 𝝋′ (𝟑)

La résolution de ce système donne : 𝜑′ = 35° 𝑒𝑡 𝑐′ ≅ 0

 Cisaillement triaxial :
𝜑
𝜎′1,𝑓 = 𝜎′3,𝑓 𝐾𝑝 + 2 𝑐′ √𝐾𝑝 avec 𝐾𝑝 = 𝑡𝑎𝑛2 [45° + 2
]

Essai1 : 99.2 = 29.2 𝐾𝑝 +2 𝑐′ √𝐾𝑝

Essai2 : 340 = 100 𝐾𝑝 +2 𝑐′ √𝐾𝑝

La résolution du système ci-dessus donne : 𝝋′ = 𝟑𝟑 ° 𝑒𝑡 𝑐′ ≅ 0

3) Détermination des paramètres de résistance consolidés non drainés ainsi que la variation
de la cohésion non drainée en fonction de la pression de consolidation (σ’c) ;
 Essai CU : Contraintes totales
𝜑𝑐𝑢
𝜎1,𝑓 = 𝜎3,𝑓 𝐾𝑝 + 2 𝑐𝑐𝑢 √𝐾𝑝 avec 𝐾𝑝 = 𝑡𝑎𝑛2 [45° + 2
]

Essai1 : 170 = 100 𝐾𝑝 +2 𝑐𝑐𝑢 √𝐾𝑝

Essai2 : 580 = 340 𝐾𝑝 +2 𝑐𝑐𝑢 √𝐾𝑝


La résolution du système ci-dessus donne : 𝝋 𝒄𝒖 = 𝟏𝟓. 𝟏 ° 𝑒𝑡 𝑐𝑐𝑢 ≅0

- Variation de la cohésion non drainée :

𝜎1 − 𝜎3 170−100
Essai1 : 𝜎3,1 = 𝜎′𝑐,1 = 100 𝑘𝑃𝑎et 𝑐𝑐𝑢,1 = 2
= 2
= 35 𝑘𝑃𝑎
𝜎1 − 𝜎3 580−340
Essai2 : 𝜎3,2 = 𝜎′𝑐,2 = 340 𝑘𝑃𝑎et 𝑐𝑐𝑢,2 = 2
= 2
= 120 𝑘𝑃𝑎

La variation de la cohésion no drainée peut alors s’exprimer en fonction de la contrainte de pré


consolidation 𝜎′𝑐 ppar une relation du type 𝑐𝑢 = a +  𝜎′𝑐 
Essai1 : 35 = a+ ∗ 100
Essai2 : 120 = a+ ∗ 340

Ce qui donne :  = 0.354 et a = 0 d’où 𝒄𝒖 = +  𝝈′𝒄


4) Détermination de l’inclinaison des plans de rupture dans les éprouvettes :

a) Eprouvette de l’essai de cisaillement direct : plan de rupture = plan horizontal


b) Eprouvette de l’essai tiaxial CU : plan de rupture incliné d’un angle 𝛼 par rapport =à
l’horizontale :
𝜑′
𝛼 = 45° + 2
= 45° + 33/2 = 61.5 °

Exo 4 Soit la construction d’un remblai de sable et de gravier de très grande largeur qui
repose sur un dépôt d’argile (voir figure).

Considérez un plan horizontal à 5 m de profondeur sous la surface du terrain naturel au


centre du remblai et déterminez la résistance au cisaillement de l’argile sur ce plan :
a) Avant la construction du remblai ?
b) Immédiatement après la construction du remblai ?
c) Lorsque 50% de consolidation sera atteinte ?
d) Lorsque la consolidation sera compléte ?
Solution :

a) Avant la construction du remblai

la résistance au cisaillement de l’argile est donnée par : τ = c’+ σ’tan ф’


avec σ’ = σ – u et σ= γh ; u= γwhw ; soit σ= 18*5 = 90 kPa et u = 10*5=50 kPa
soit σ’= 90 -50 = 40 kPa

Finalement : τ = 10 + 40 tan 25°= 28.7 kPa

b) Immédiatement après la construction du remblai


Immédiatement après la construction du remblai on a
σ= γh+ Δσ; u= γwhw + Δσ; avec Δσ ≈ qremblai = 20 * 2.5 = 50 kPa

σ = 5x18 + 2,5x20= 140 kPa; u = 5x10 + 2,5x20 = 100 kPa; σ’= 140-100 = 40 kPa
soit donc τ = 10 + 40 tan 25°= 28.7 kPa

c) Lorsque 50% de consolidation sera atteinte

Lorsque 50% de consolidation sera atteinte on a


σ= γh+ Δσ; u= γwhw + 0.5* Δσ;

σ = 5x18 + 2,5x20= 140 kPa; u = 5x10 + 0.5* 2,5x20 = 75 kPa kPa; σ’= 140- 75 = 65 kPa
soit donc τ = 10 + 65 tan 25°= 40.3 kPa

d) Lorsque la consolidation sera complétée ?

Lorsque la consolidation sera complétée on a :


σ= γh+ Δσ; u= γwhw + 0 * Δσ;

σ = 5x18 + 2,5x20= 140 kPa; u = 5x10 + 0 = 50 kPa kPa; σ’= 140- 50 = 90 kPa
soit donc τ = 10 + 90 tan 25°= 52 kPa

Exo 5 Un échantillon d’une argile saturée prélevée a mi-hauteur de la couche (point M,


figure 2) ) a été soumis à un essai triaxial consolidé non drainé avec lecture de la pression
interstitielle. On a obtenu les paramètres de cisaillement suivants : c’= 20 kPa et φ’=24 °

a) Déterminer la contrainte verticale effective au point M, σ’v,M ;


b) Déterminer la résistance au cisaillement de l’argile au point M (τres),
c) Déterminer la contrainte effective horizontale, σ’h,M et la contrainte horizontale
totale, σh,M ;agissant au point M sur la face verticale d’un petit élément de sol.
3

4m
d=16 kN/m Gravier sableux
e= 0.65 Nappe

13 m
Gravier sableux

3.5 m

3
sat =17.6 kN/m M
Argile
7m

Figure 2

Solution :

a) Détermination de la contrainte verticale effective au point M, σ’ v,M ;

- Au niveau de la couche de sable on a :


𝐺𝑠 +𝑒 𝐺𝑠 𝛾 (1+𝑒) 16 𝑥 (1+0.65)
𝛾𝑠𝑎𝑡 = 1+𝑒 𝛾𝑤 , et 𝛾𝑑 = 1+𝑒 𝛾𝑤 d’où Gs= 𝑑 𝛾 = = 2.64 ;
10 𝑤

2.64+0.65
d’où 𝛾𝑠𝑎𝑡 = 10 = 23 𝑘𝑁/𝑚3 ,
1+0.65

D’où la contrainte effective au point M :


σ’v,M = σv,M – u(M) = (16*4+23*9+3.5*17.6) – 12.5*10= 207.6 kPa

b) Détermination de la résistance au cisaillement de l’argile au point M (τ res),


τres= c’ + σ’v,M tan φ’ =20 + 207.6 tan 24°= 112.4 kPa

c) Détermination la contrainte effective horizontale, σ’h,M et la contrainte horizontale


totale, σh,M ;agissant au point M sur la face verticale d’un petit élément de sol

σ’h,M = Ko x σ’v,M ; avec Ko= 1-sin φ’ = 1-sin 24° = 0.593


soit σ’h,M = 0.593 * 207.6 = 123.16 kPa
et σh,M = σ’h,M + u(M) = 123.16 + 12.5*10 =248.16 kPa
Rappels cours