Vous êtes sur la page 1sur 35

calin Anghel

Magistrat a présenté une demande d'approbation de la levée du nouveau bâtiment.

En 1818, Dean Moga Zaharie un ingénieur contractuel Adam Miercurea


Sibiului pour concevoir l'église et l'exigence inscription et un an plus tard un autre se
terminera par « plus pâle » Balog Antal Cluj 545. Les travaux ont commencé en mai
1819 ils ont eu lieu et paresseusement avec quelques interruptions en raison des
difficultés financières auxquelles font face la communauté orthodoxe, ont été
achevées en 1824. Raising l'Eglise orthodoxe a également été soutenue
financièrement par les autorités locales, Argent comptant alodială, bien qu'il y ait eu
des demandes répétées à cet égard. Il a même une action en justice avec la ville,
qui a duré longtemps, interrompu par la révolution de 1848, puis n'a pas été repris.
L'Eglise, en fait, n'a pas été terminé, est disposé seulement provisoire afin de
conserver les emplois en elle. Il sera complet et prêt pour la consécration en 1827 546.

Bien qu'il voulait être patron Sainte Trinité après la mort de deux jeunes
petits-fils évêque Vasile Moga, « en souvenir de leur » église a reçu dédiée Résurrection.
La consécration a eu lieu le 21 Octobre 1828 et a été suivi par l'évêque Vasile Moga
Moga frère archiprêtre Zaharie 547.

Eglise est le type de chambre et il comprend un récipient rectangulaire qui, à


l'est, est reliée, à travers un petit DECR, une abside semi-circulaire. ADOS la façade
occidentale est un clocher à l'article presque carrée. L'église a été construite par le
même constructeur qui a dirigé les travaux à l'église catholique grecque, achevée en
1818, « Paler » Balog Antal 548. Le navire est recouvert d'un auvent semi-cylindrique
qui est supporté par des arcs dublou tissu, qui est téléchargé sur les pilastres.
extérieur Sober est le rythme lesen rejoint au sommet,

545 ibid p 6..


546 George Fleser Ioana Rustoiu Ana Dumitran, mur de l'église roumaine de Alba: orthodoxe doyenné
Sebes vol. I, Alba Iulia, Altip Publishing, 2005, p.
141.
547 George Fleser Ioana Rustoiu, Eglise orthodoxe « Résurrection » dans Sebes, Alba Iulia, Altip
Publishing, 2005, p 10..
ibid p 15..
548

190

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

un cadre rappelant la bande Lombardie et le portail sud est précédée d'un petit
porche, qui rappelle l'église dans le cimetière ( Fig. 38).

Fig. 38. église dédiée résurrection 1828

Au début de 1852, le bureau de la paroisse orthodoxe a décidé de retirer une


école roumaine correctement à Sebes. Le 1er Septembre, 1875 sur la construction
des bâtiments scolaires, à côté de la nouvelle église orthodoxe, qui va maintenant
fonctionner cinq enseignants. Un facteur important pour qu'il avait professeur
Nicolae Sava 549. La construction, située dans le nord-est de l'Eglise orthodoxe est un
bâtiment rectangulaire, spacieux, bien éclairé, avec le sol et le premier étage,
recouvert d'un revêtement en mosaïque quatre pentes ( Fig. 38).

L'une des conséquences de la longue période de calme, qui a traversé une


ville de Sebes, du début du XVIIIe siècle, à l'exception de la violence occasionnée
par les affrontements de 1848-1849, il y a eu une croissance démographique
importante. En 1830, selon la

549 Gheorghe Albu, op. cit., p 18..

191

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

évaluations, la ville comptait 3000 habitants 550 et dix ans plus tard, 4200 551. Entre 1843
et 1846, la population a augmenté à 4.800 habitants Sebes 552. La tendance
croissante est évidente dans la seconde moitié du XIXe siècle, la population
comptant: 5083 habitants en 1857, 5790 en 1869 à 1870, 6244 1880 et 7754 1900 553.

La même tendance est également visible en termes de numéro de la maison: 580


1813-1823 554, 887 en 1838 555 1029 1857 et 1374 1900 556. Nous ne disposons pas
d'informations plus détaillées sur la qualité des bâtiments, en particulier ceux des
banlieues, mais sans doute la grande pierre et la brique dominante.

Saxons possessions măierii Ils ont été progressivement morcelés et vendus,


en particulier, roman ou faire Sebeş 557.
Cette évolution, conjuguée à la croissance de la population, ce qui conduit à un
épaississement de la construction dans les banlieues et ancien măierii. Aussi étaient
occupés avec des bâtiments et des terrains dans le plan de la ville en 1769, couverte
de vergers semblait et jardins ou étaient vacants. Vers le milieu du XIXe siècle, les
maisons ont été érigés tout au long de l'ancien măierii, autour de la ville

à l'intérieur. Quartier « Greci », situé entre la rivière et le canal moulin Sebes au XIXe
allonge siècle, à la fois au sud et surtout au nord, atteignant près de celle de «
Durlacher- DU « ( Fig. 39). Maintenant rue Entre Rivers (Mühlgasse,

str. Decebal) qui partait de la rue Grecs et traverse, la zone de canal au nord entre la
rivière et le moulin jusqu'à leur confluence. maisons sur Griechengasse ( str. Belle
Vallée) traversant le quartier équatorial étaient comparables à ceux de la ville à
l'intérieur.

550 Dorin O. Dan Contributions histoire démographique Sebes, en Apulum XL, 2003
p 386..
551 Aurel Radutiu, Ladislau Gyémánt, op. cit., p. 694.
552 Ladislau Gyémánt, op. cit., p 182..
553 Dorin O. Dan op. cit., pp. 387-388.
554 Aurel Radutiu, Ladislau Gyémánt, op. cit p 719..
555 Peter Suciu De nos dernières villes transylvains. Le nombre de maisons urbaines, en

Société de demain IV, n °. 19, Cluj, 1927, p 254..


Dorin O. Dan op. cit., pp. 387-388.
556

557 Andreas Heitz, op. cit., cité Sebes, Atlas, p. XII.

192

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Fig. 39. Sebes - zone plan - détail; Josephine levage


Francesco (1869-1873)

193

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

Ici, ils ont vécu, près des marchands arméniens (Grecs), et les plus riches
familles roumaines. district roumain aura toujours à peu près dans la même mesure,
mais ici divisé par deux parcelles sa taille et l'environnement bâti est fixé. Les
bâtiments sont disposés de chaque côté des rues principales, presque parallèle à la
rivière Sebes, se croisant au milieu de la rue qui relie la ville intérieur et la façon de
Drastic - Grosse Gasse ( str. Augustin Bena). Parce que, par rapport à la rivière, la
moitié sud de la rue était disposé en amont du nom Suseni (Obere Gasse str. scierie) tandis
que la moitié nord, en aval, appelé Joseni (Untere Gasse str.

Stefan cel Mare).


Et le quartier « Durlacher, DE LA » l'évolution est similaire. Les trois rues
entrant dans la composition de forme allongée moins
Altgasse ( str. progrès) et Neugasse ( str. Avram Iancu) au nord et
Quergasee ( str. Regiment) est. En 1894, Andreas Heitz a rapporté

« [...] la rue croix [...] arrive sans but (bâtiment) à la route et de la rue en direction de Daïa
roumaine Ienăşeşti. New Street jusqu'à parcelles de chanvre et de Old Street devrait couvrir
bientôt sur elle et placer la livre [...] " 558.

Ville étend également au sud qui a été créé Gieshübel Quer Gasse ( str. Horea)
et où Street East tumulus et largement à la limite dans laquelle de développer et qui
sera surmontée que dans la seconde moitié du XXe siècle. Depuis 1897, la ville est
reliée au réseau ferroviaire, après avoir été inauguré la route Vintu Pays-Bas - Sibiu.

Au début du XXe siècle, la croissance continue de la population a commencé


au siècle dernier. Ainsi, en 1910 la ville avait 8073 habitants Sebes 559. Leur nombre
sera une légère baisse au cours des décennies à venir en raison de deux guerres
mondiales.

558 Ibid.
559 Dorin O. Dan op. cit., p 388..

194

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Ainsi, en 1920 la population de la ville comptera 7425 personnes, parce que


sept ans plus tard à augmenter à nouveau, pour atteindre 8683 560.

Le nombre de maisons a enregistré quelques fluctuations au cours des


premières décennies du XXe siècle. Si en 1910 il y avait 1541 logements Sebes, en
1920 leur nombre a atteint 1526 561. Pour 1925, nous savons une autre situation, à
savoir le nombre de maisons de pierre et de brique. Maintenant Sebes avait 1484
maisons construites avec des matériaux durables, la pierre et la brique, dont 1083
appartiennent aux résidents roumains de la ville 562. On n'a pas de données que le
nombre total de logements ont diminué entre 1920 et

1925, étant donné que maintenant il y a une augmentation du nombre de résidents.


Nous expliquons la différence entre les deux chiffres présentés pour ces années, il a
été donné l'existence de maisons construites en adobe.

Au début du XXe siècle jusqu'à l'éclatement de la guerre dans les travaux


importants Sebes ont été réalisés pour moderniser la ville. En 1906, il a été mis en
service une centrale hydroélectrique qui fournira l'électricité pour le ménage de la
ville et industrielle. L'éclairage public pour remplacer le kérosène avec de l'électricité
maintenant 563. produit d'addition d'eau était élevé, des piliers massifs de canal « Arini
» suspendu.

En 1903, dans le quartier sud de la ville a été construit une église de croyants
Calvin. Il occupe un grand terrain près de l'angle sud-ouest de l'enceinte de la ville à
l'intérieur, dont il était jardin paysager en 1890 qui a appartenu au Département des
forêts. Un type de salle de l'église se compose d'un navire abside polygonale et un
clocher ADOS côté de l'autel. L'orientation est une église inhabituelle avec abside
au sud-est disposée et la tour nord-ouest.

560 Ibid.
561 Peter Suciu op. cit., p. 254.
562 ibid villes Transylvaine à l'évolution - sur la base d'une enquête en Société de demain

IV, n °. 10-11, Cluj, 1927, p 136..


563 Dorin O. Dan Une contribution de l'archéologie industrielle Transylvanie. centrale électrique Sebes, en Pennsylvanie III, 2003,

p 218..

195

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

Church Hall résultant de l'intersection du vaisseau rectangulaire en coupe


longitudinale un autre, dont les petits côtés sont légèrement avant les parois des
vaisseaux réels. Leurs façades sont
percée de trois fenêtre
rectangulaire, fermé au sommet, arches
semi-circulaire. Les fenêtres du centre sont plus élevés et les façades ont la vitesse
supérieure triangulaire. les parois des vaisseaux sont percés de deux grandes
fenêtres ayant la même forme que l'autre mentionné. Toit, articulé, comprend dans
ses eaux autour du bâtiment. La tour a trois niveaux marqués par des moulures,
profilés ouvertures de fenêtres de différentes formes et tailles. L'étage supérieur de
leurs plus grandes dimensions et des formes qui rappellent gothique.

flèche tour
tranchant est constitué d'étain. en

Au cours de son mandat le


maire Johann Schöpp
(1907-1918) 564 a été edilitar- urbain très
actif, après quoi plusieurs institutions de
la ville ont été

bureaux équipés de nouveau,


moderne.
Ainsi, en 1909 il a été construit le
nouveau siège de la Mairie après l'ancien Fig. 40. Église réformée,

appris Calviniste - 1903

dans un état de délabrement avancé depuis le XVIIIe siècle, a été démoli en 1880.
Le nouveau bâtiment occupe en partie le même coin de la parcelle, ce qui
déterminera et d'un plan en forme L. En termes de volume, il dispose d'un
rez-de-chaussée et au premier étage et une tuile de couverture forte. Si le fond de la
façade, le sol correspondant, il est sobre et ouvertures de portes et fenêtres dans la
partie supérieure est complétée par arc en forme

564 Sebes ancienne, Sebes, Albaprint, 2002, p 30..

196

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

poignée du panier, pas la même déclaration peut être faite à l'étage supérieur
correspondant.

Fig. 41. Hall - 1909

Ici, fenêtre ouvertures se termine, de


dessus avec des arcs brisés, complétés par un impressionnant décor néo-gothique,
qui rappelle modenatura gothique. Les trois fenêtres de l'étage de l'aile gauche
étaient au-dessus de la corniche, chacun triangulaire. La même partie de la façade
est au rythme de la seconde baies vitrées, en porte à faux, et disposé au niveau des
extrémités des deux piliers, les éléments d'appui supérieurs fialele retenir les
contreforts. façade conductrice est basée sur un Bandou pris en charge par les
consoles.

En 1910, il a été construit le nouveau siège de l'unité de cavalerie dans le


nord-est de la ville, près de la route de Daïa roumaine 565. Tout a été construit
maintenant et sel de bain dans le district de l'est. En 1912, il est construit à l'hôpital
du district sud de St. Sofia, avec une capacité de 80-100 lits 566.

Au cours de la même période, la ville a été construite et les locaux de la station. Le


bâtiment est situé dans la partie ouest à l'intérieur, en

565 Kalender des Siebenbürger Volksfreundes, Hermannstadt, XLIII, 1912, p. 122-123.


566 Sebes ancienne, Sebes, Albaprint, 2002, p 30..

197

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

le voisinage immédiat de la fortification médiévale à l'extérieur à une distance


d'environ 4 m de la paroi. site de construction et masque une partie d'une tour de la
porte. Si l'intérieur de la ville, sur un site existant sur les principaux marchés en 1909
pourrait être construit un nouveau siège pour la mairie, le siège du bureau de poste
devait être construit à l'extérieur, parce que le centre était déjà un ensemble
architectural bien présure et de l'autre régime de propriété serait difficile, voire
impossible de le trouver fait à ce moment-là, une parcelle de terrain nécessaire à la
construction. Ainsi, il a choisi l'emplacement mentionné sur une petite parcelle de
terrain située à l'intersection: Griechengasse ( str. Belle Vallée) et Mühlgasse ( str. Decebal)
parce que cette région était occupée seulement un petit bâtiment. Nous n'avons pas
le temps de construire, mais il peut être placé après 1911 567.

Son emplacement à distance si petit vieux site de la ville et opter pour une
façade d'angle du bâtiment avec la poursuite de deux rues mentionnées, étaient
fondées probablement souhaitent la restauration urbaine de cette région, en termes
de modernisation de la ville. fortification médiévale avait perdu beaucoup rôle
original, certaines installations de la région de l'ouest objectif (Barbican, fossé) a été
enlevée au XIXe siècle, et de plus en plus diffusé la route de la ville d'Alba Iulia et
Drastic , il ne pouvait pas être réduit de telles configurations. Un plan de la ville
datant de 1890, on voit que l'emplacement actuel de l'immeuble il y a une maison
avec un simple plan rectangulaire, disposé perpendiculairement à la paroi latérale
longue de la ville. Dès le début, le bâtiment a été le siège du bureau de poste et la
rue de l'extension sud Mühlgasse ( str. Decebal)

appelé Postgasse ( str. Dorin Paul) et plus tard à mail


le nom qui a gardé plusieurs décennies 568. Le bâtiment, bien que moderne, est un monument
de l'architecture avec des influences stylistiques de la facture « 1900 », en particulier dans la
décoration de la façade principale et la

567 Sebes images vintages, . Alba Iulia, Altip Publishing, 1998, p 24, voir photo 27 - bâtiment de la Poste à
cette époque, il a été construit.
568 calin Anghel Le développement urbain de la ville de Sebes: banlieue, en Ars Transsilvaniae, XIV-XV,

2004-2005, p. 86.

198

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Frontonnais. Le plan a la forme d'un arc de cercle, dont les extrémités sont orientées
le long de ladite rue. En termes de volume, le bâtiment a sous-sol, rez-de-chaussée et
premier étage, tout plafond droit. Le sous-sol est assez divisé, spacieux et bien ventilé
tout en travers de petits trous qui ouvrent la construction de base rectangulaire.
Chaque correspondait fenêtres au rez-de-chaussée, dans le sous-sol, chacune de
ces ouvertures, avec le côté plus long disposé horizontalement. Le rez-de-chaussée
et le plancher, le plafond et ils ont des chambres spacieuses et la façade principale,
de grandes fenêtres ouvertes. Ils avaient été mis, disposés dans le plâtre
périphériquement suggéré, par un simple cadre, et un blanc peint médian chaque
linteau supérieur « briques ». En bas, dans le centre de la courbe décrite par la
façade, en remplacement de la fenêtre en cours ouvert entrée principale. La porte
était légèrement plus élevé que la fenêtre d'aujourd'hui et elle a atteint sur le trottoir,
l'escalade d'une échelle avec les étapes 7-8.

Fig. 42. Post - début. XX

La partie supérieure de la face correspondant à la surface, la cadence a été


Lesen (comme suggéré dans le plâtre), qui a deux flancs de chaque fenêtre.
Lesenele avait une petite en soutenant le noyau de moulage et de délimiter les
niveaux, et le haut petit

199

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

chapiteaux, États-bas d'un bois, composé d'une alternance de panneaux


rectangulaires en relief et en creux suggéré, à son tour, en plâtre et en termes de
style, qui rappelle la frise dorique composé de métopes et triglyphes . À l'heure
actuelle, ce paramètre est conservé que partiellement: la frise n'a pas l'alternance,
sa place a été prise par une bande continue de plâtre. Lesenele, alourdies, donne
maintenant le rythme vers le bas et sur la façade du rez-de-chaussée. A gauche de
la façade, il en haut, en plus d'une petite fenêtre, et un petit balcon mur ouvert,
semi-circulaire au sommet, avec un parapet au fond, et qui est entré dans la
console. À l'heure actuelle, les deux ouvertures sont fortifiées, leur place a été prise
en ouvrant une fenêtre proche de l'autre au même niveau. Et les fenêtres qui
flanquaient l'entrée, avec trois fenêtres situées à l'étage, le milieu de la façade. Elle
est surmontée par un pignon, avec une forme approximativement triangulaire, dont
les côtés repérages légèrement supérieur au tirage inversé courbes et les coins
dans le fond, deux spirales. Dans le pignon central, de la frise on a placé un anneau
de médaillon, et dans la partie supérieure il y a une ouverture ayant la même forme.
Les deux éléments ont été flanqués par deux lesen. Toit deux pentes, est au
sommet, derrière le pignon, une petite tour hexagonale, surmontée d'une flèche
assez élevé. La tuile de « écailles » est percée de quatre petites lucarnes, deux de
chaque côté de la façade. façade de la cour intérieure est sobre et des ouvertures
de fenêtres ont moins et plus petit correspondant à l'étage particulier.

Au centre,
Étonnamment, la façade se jutty, gagnant l'apparence d'une petite tour, dont la
partie supérieure se termine par un fronton triangulaire, avec des bords légèrement
ondulés et pointe assez pointu.

En 1916, à la croisée des chemins Griechengasse ( str. Belle Vallée)


avec Postgasse ( str. Dorin Paul) Il a été construit un nouveau bâtiment pour l'école
publique hongroise, fondée en Sebes la fin du XIXe siècle 569. Dans le même mandat
principal, l'espace qui a donné lieu à

569 Sebes ancienne, Sebes, Albaprint, 2002, p 30..

200

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Après la fusion de deux parcelles de la ville à l'intérieur, sur


Sikulorumgasse ( bd. Lucian Blaga - partie) a été soulevée Maison de forêts.

Il y a d'autres bâtiments de la ville


Sebes qui en
des éléments de design ou de décoration
quel ne pas oublier
Jugendstil. Un exemple est la maison pas.
26 Petrigasse ( bd.
Lucian Blaga - partie). Il est relativement
élevé, bien proportionné,
ayant deux
niveaux. La partie supérieure de la façade
est terminée, vers la droite, avec un
pignon ovale se rétrécissant vers la pointe
et est percé de deux petites fenêtres,
correspondant au dernier étage.

Sur le côté gauche du plancher de


Fig. 43. Maison - Petrigasse ( bd.
façade se dresse dans une baie de jutty
Lucian Blaga), non. 26
qui hauteur
légèrement au-dessus de la corniche. façade du rez-de-chaussée est percée d'une
route d'entrée, qui ferme au sommet avec un arc en plein cintre. Route d'accès à
gauche est une grande ouverture qui communiquent avec un espace pour la
boutique de marchand. décoration architecturale du bâtiment est assez riche et est
généralement en motifs géométriques et floraux 570. Une autre facture influences
maison « 1900 » est basée Cour ville Sebes, située dans la partie orientale de la
ville sur Äussere Sikulorumgasse ( bd. Lucian Blaga - partie). La façade principale se
termine au sommet avec un pignon de forme trapézoïdale, avec des côtés ondulés
et droite de son enveloppe est percée d'un petit tour polygonale avec un métal
couvrant impressionnant baroque. décoration architecturale

570 calin Anghel op. cit., p 87..

201

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

est modeste, a repris une certaine géométrique et végétal.

Au cours des premières décennies du XXe siècle a été une nouvelle rue Spitalgasse
( str. Surianu) le long de laquelle ils se sont concentrés plus de maisons, grande villa
de type, séparés les uns des autres, avec de petits jardins devant et le plus souvent
pour une famille 571.

L'un des bâtiments les plus importants dans cette partie de la ville est le
numéro de la maison 13, situé au milieu de la rue
hôpital, dans son front de l'Est.

Fig. 44. Maison - Spitalgasse ( str. Surianu) pas. 13

Le bâtiment a un plan rectangulaire, avec le côté long orienté nord-sud.


construction d'élévation du sous-sol et le sol est recouvert d'un revêtement carrelé
quatre pentes, grenier. La façade principale, face à l'ouest, est percé dans le
sous-sol, quatre objectifs de ventilation relativement importante. En bas, deux
fenêtres rectangulaires avec des cadres simples suggérées dans le plâtre, le flanc
de l'entrée principale, précédée d'un vestibule, d'un plan semi-circulaire. Il est bordé
à l'extérieur par un portique composé de quatre colonnes,

571 Theobald Streitfeld, mémoire, 1961 mss., P. 22.

202

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

dont les deux extrémités sont engagées. Les colonnes sans la base, reposant sur
des socles mandrins et lisse, sans rainures. Capitales, d'un ion composé d'ove
équine décoré et double volute, sont précédées d'une succession de pièces
moulées telles anuletului. capitales mise en page, ciblant spécifiquement les
colonnes utilisées volutes, à un angle de 45 ° par rapport à l'alignement des deux au
centre, afin de permettre la perception d'un point proche de la façade montre que le
concepteur de l'architecte savait par niveau commandes détaillées de l'architecture
classique, gréco-romaine. Par abacelor colonnes en forme concave, prendre et
décharger le poids du plafond couvre le vestibule et, en haut, a été agencé comme
un balcon, et son tube externe, semi-circulaire, est définie par une grille de fer forgé.

Le tiers inférieur de la colonne, entre le travailleur et disposé dans la médiane


ont été installés sur les mains courantes pierre soutenu sur quatre colonnettes.
Balustres ont la forme de colonnes qui est supportée sur le socle et le socle sont
pourvus d'une torr, et en haut avec astragaluri. Continue de mains courantes à
l'intérieur de la salle, le long de l'accès de l'échelle et à la fin sur la droite de la
troisième balustre avec une volute. Le lobby est corps façade principale vers
l'intérieur, et est ici la porte du bâtiment, flanqué de deux fenêtres rectangulaires. La
même disposition se retrouve également dans les vides derrière la façade du balcon
mentionné, situé au niveau du sol mansarde et se terminant par une forme
triangulaire, avec les bords extérieurs de la forme de croisillon. En plus de cela il y a
un oculus de type pont de ventilation. Autre toit de l'eau est percée de puits de
lumière.

Une autre conception spéciale est ici le numéro de la maison 10, similaire à
celui décrit ci-dessus. Il a un plan rectangulaire et d'élévation se compose de
sous-sol et rez-de-chaussée. Le port d'un revêtement de carreaux, grenier,
deux pentes, la crête
perpendiculaire à la rue. Façades se termine au sommet avec une pignon
trapézoïdale. Ici, l'entrée principale est précédée d'un demi-cercle de vestibule à
l'extérieur délimitée par un portique se compose de six colonnes, dont deux de

203

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

les extrémités sont engagées dans la façade en maçonnerie. colonnes de broches,


sans rainures, repose directement sur des socles. En haut, sur le gaufrage souhaité
se rappeler abacele prêts doriques équins même facture. Ils soutiennent le toit de la
salle, qui a été défini comme le balcon supérieur avec une balustrade en fer forgé.
Deux fenêtres rectangulaires flanquant le vestibule. La paroi qui borde l'entrée
principale de l'intérieur est disposée entre deux fenêtres. La façade principale est
percée dans le grenier

suivant
une porte du balcon, et deux fenêtres avec des cadres en plâtre réalisés.
Au-dessus, qui est entouré par un chemin pignon frise, deux petites ouvertures
rectangulaires pour la ventilation du pont. Chaque pignon est percé d'une fenêtre.
Mentionné construction date de début du XXe siècle.

Avec cette extension, Sebeş atteindre largement, la région qui est aujourd'hui.
Il y avait ensuite formé les petites routes qui permettent un accès plus facile entre
les différents points de la ville, et a grandi nouvelle construction, mais généralement
peu d'importance en termes d'intérêt architectural ou historique.

204

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

CONCLUSIONS

Sebeş (Jud Alba.), Situé dans la partie centrale de la Roumanie, à


l'intersection de deux voies de communication principaux (route européenne E68,
Deva - Sibiu - Brasov et E81 Cluj - Sibiu - Pitesti) est l'un des plus les centres
urbains de la Transylvanie au Moyen Age et au début de l'époque moderne.

tradition saxonne depuis 1150 tenue comme la date de « fondation » du village,


et en 1224 les premières dates mention
documentaire, quand, Diplôme Andreeană, Il est mentionné un « pays Sebes » - Siculorum
terra terrae Sebus - dont le nom peut dériver de Sebes, fondée par des colons
allemands près d'une petite colonies Sicules qui existaient avant leur arrivée ici.
Mais première mention documentaire du village remonte à 1245 quand, dans le
contexte de la dévastation de la zone par les Tartares en 1241, se souvient le nom
Sebes

Malembach, un document délivré par le pape Innocent IV à Lyon, qui a été autorisé
prêtre Théodoric à Sebes, de percevoir des revenus et d'autres paroisses, il était
plus ayant souffert d'une attaque Tartare. Dans XIII siècle il y avait des sièges
saxons comme des formes d'organisation politique et administrative, et le XIVe
siècle et les premières dates mention documentaire de celle-ci. En 1303, il a été
mentionné dans un document siège Sebes, un an après la certification première
chaire saxonne à Sibiu. Capitol Sebes est resté dans le plan administratif, à
l'extérieur prepoziturii Sibiu, étant subordonné au diocèse de Alba Iulia, qui sont
affrontés à plusieurs reprises (1277 et 1308).

Pendant le siècle XIV, Sebes a enregistré un développement économique


spectaculaire, plus prononcé dans la seconde moitié de la gamme. En 1341 la ville
avait déjà le statut de ville, comme mentionné dans un attribut de document

civitas. Le haut niveau de développement atteint aujourd'hui est visible dans tous les domaines
de la vie. La ville a acquis de nombreux privilèges, parmi lesquels étaient ceux qui ont permis: la
monnaie, le dédouanement et la tenue

205

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

une foire hebdomadaire. Dans ce contexte, le développement économique, en


général de l'Ordre dominicain en 1322 Capitol de la ville a décidé la fondation d'un
monastère à Sebes. En 1352, il a été mentionné dans un document et un
enseignant - Magister Johannes Scolasticus de Sébus - qui opèrent ici. La force
économique de la ville peut être déduite de la taille impressionnante du gothique
choeur, construit entre 1360 et 1382, à l'extrémité orientale de la basilique romaine,
comme première étape d'un plan ambitieux visant à remplacer l'ancienne église
avec une nouvelle salle de type, menée de manière gothique tardif.

Un développement économique de la ville a été favorisée par arrangement à


l'intersection de deux routes principales qui unissaient Sibiu, Cluj et Orăştie, qui a
bénéficié notamment des activités commerciales. Mais dans la seconde moitié du
XIVe siècle, exécutez ici un métier d'affaires prospère qui peut être déduit du
document de 1376, les statuts d'une guilde renouvelables dans les villes de Sibiu,
Sighisoara, Orastie et Sebes. Mentionné, à cette occasion, 19 guildes avec 25
branches, mais il est possible de Sebes n'existait pas du tout.

En 1387, la ville a obtenu le privilège d'être entouré par des murs défensifs de
travail en pierre et la construction a commencé immédiatement, entraînant une
suspension de l'activité de la cour de l'église. A la fin du XIVe siècle, le
développement du village sont en train de disparaître et le début de l'état de la ville
perdue et est mentionnée dans les documents que (juste oppidum). Ce phénomène a
été causé par le don initialement ville roi Sigismond de Luxembourg (1387-1437),
après la bataille de Nicopolis (1396), les frères Michael et Salomon Sighisoara
comme une récompense pour la façon dont ils ont ordonné à ses armées. Le déclin
du village a augmenté au XVe siècle en raison de l'action des facteurs économiques
qui Sebesul ne pouvait pas suivre, et après la conquête par les Turcs en 1438, n'a
pas dépasser la condition modeste juste .

Maintenant, l'idée a été abandonné la poursuite de l'église après le plan


initial. Elle a opté pour la solution la plus abordable, celle de « liant » des deux
bâtiments existants, en atténuant les disparités entre elles.

206

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Sebes a perdu toutes les libertés


En 1465, lorsque le roi Matthias Corvin a donné des frères Andreas et Johann
Pongratz, comme une récompense pour leurs mérites contre les Turcs. La ville a de
nouveau souffert et racheté après plus d'une décennie, seulement avec d'autres
sièges saxons. Le déclin du village visible et démographique. Estimations de la
population Sebes a chuté de 2500 habitants en 1347 à

1000, dans la seconde moitié du XVe siècle. la production artisanale a continué et


maintenant, bien que la mesure réalisée au siècle dernier. De nombreuses guildes
mentionnées au XIV siècle et ont continué à travailler. Ils ont mentionné dans les
guildes documents: cordonniers, tisserands, tailleurs et tanneurs, dans le cadre des
statuts de renouvellement.

Au XVIe siècle, la ville a été accentuée déclin. Sebes ne pouvait pas suivre,
économique et institutionnelle, avec de grandes villes comme Sibiu ou Brasov,
maintenant enregistré un développement remarquable. En outre, la proximité de
deux autres villes, relativement grande, Alba Iulia et Drastic, dont les marchés sont
venus se chevaucher partiellement contribué à freiner son développement. Pendant
ce temps, la crise agraire médiévale a commencé à disparaître, ce qui entraîne une
sensibilité accrue des prix agricoles. L'agriculture est devenue une telle occupation
plus attrayante et atteint une alternative au poids de l'artisanat perte. De plus, en
1514, il a acquis la propriété Sebesul Gusu, qui se trouve dans le sud et l'est de la
ville. Cependant, les activités artisanales ont été abandonnées. Mentionné dans les
guildes documents étaient fourreurs, cordonniers et cuir. La population de la ville a
continué de baisser, atteignant en 1550 seulement 900 habitants. En 1531, il a été
mentionné et la banlieue roumaine, dans un document où Saxons remercier John
Zápolya et Roumains ville de banlieue pour le soutien contre Ferdinand Ier de
Habsbourg.

Le déclin économique et démographique du village a continué au XVIIIe


siècle, en dépit du fait que le prince George Rakoczi II en 1651 a renouvelé les
anciens privilèges de la ville. en
1661 fortification de la ville a montré encore une fois limite Sebes défensive a été
capturé et brûlé par les Turcs. ville de

207

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

récupéré avec une grande difficulté. Bien que les activités artisanales ont beaucoup
souffert dans les documents datant du XVIIe siècle sont souvenaient guildes
menuisiers et fabricants de couteaux, qui travaillent aujourd'hui ont continué.

Au XVIIIe siècle, la situation semble se stabiliser. Selon la conscription en


1703, Sebes avait 1933 habitants, y compris jusqu'à 956 roumaine ceux des
banlieues. Après les événements violents qui ont eu lieu au début, lors du
soulèvement Kuruc, Sebes a connu une longue période de calme qui a contribué à
atténuer en partie la situation économique et démographique de la ville, mais ses
possibilités réelles. En 1731, le magistrat de la ville et les citoyens de la
communauté Sebes a décidé église d'échec et annexes ancien monastère
dominicain, Ordre franciscain, et en 1740 le FOT ensemble rénové avec le soutien
de l'impératrice Marie-Thérèse.

Après la peste de 1738-1739, ce qui a entraîné 227 décès, la ville a atteint la


situation d'avoir contribué trop peu et ne peut pas payer ses impôts Qu'est-ce
come-back. Pour cette raison, il a été décidé d'attirer des immigrants qui sont venus
au cours de cette période en Allemagne de l'Ouest et le sud-ouest, en Transylvanie.
Ainsi, par 1749, ils se sont installés à Sebes plusieurs groupes de colons au total
583 personnes, principalement du comté de marque Baden-Durlach et en 1770,
près d'eux se tenaient un autre groupe d'immigrants qui comprennent 176
personnes qui sont venues de Hanau. À la fin du XVIIIe siècle, la population de la
ville a augmenté, comptant en 1783, 4040 habitants.

Au XIXe siècle, l'économie Transylvanie saxonne était en crise profonde,


principalement en raison de perpétuer les guildes. Ils seront éliminés et remplacés
par des sociétés commerciales d'artisans. Une fois, en 1873, les guildes ont cessé
et les Roumains pouvaient exercer des métiers qu'ils n'avaient pas été en mesure
d'exercer en raison des restrictions imposées par ces derniers. Dans ce contexte, en
1878 tenté d'établir Sebes d'une réunion d'artisans roumains et les commerçants, et
en 1893 a été créé Réunion pour les métiers et l'industrie « Andreiana » suivi en 1898
par Réunion professionnelle « Andreiana » et

208

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

comerciu. Ils ont établi de nouvelles manufactures comme: Baumann drapiers, usine de
cuir Dahinten (1843), usine de papier à Petreşti (1852), etc. La population de la ville
comptait entre 1843 et 1846, 4.800 habitants.

En 1849, la ville forteresse avait de nouveau souffert lors d'affrontements


entre l'avant-garde de l'armée du général Bem, qui avait son quartier général et la
ville garnison de Sebes Alba Iulia. Au cours des premières décennies du XXe siècle,
la ville Sebes a connu une période de prospérité relative. Maintenant, la ville a été
dotée d'un éventail d'objectifs modernes: urbains et industriels. Entre 1905 et 1906,
la centrale a été construite. Mais la plupart des réalisations urbaines et urbaines
avaient
lieu au cours de
Johann Schöpp mandate le maire entre 1907 et 1918 quand ils ont été construits: la nouvelle
mairie, bureau de poste, salle de bain commune, casernes, hôpital et maison forêts.

Passé et monuments Sebes a suscité début intérêt des chercheurs qui, au fil
du temps, ont écrit de nombreux articles, études et monographies, certains sur le
sujet des épisodes de l'histoire, d'autres se référant aux bâtiments importants ici,
avec des phases la construction, la séquence et leur datation. Informations sur
l'histoire et les monuments Sebes proviennent d'une variété de sources historiques
datant du XVIe

XVIII, y compris les descriptions des voyageurs étrangers et chroniques étaient


importantes. Si les descriptions des voyageurs étrangers est mise en page intuitive
de la ville ou de ses bâtiments importants au moment de la rédaction de leurs
chroniques événements importants sont enregistrés et peuvent expliquer en partie le
développement du village à la fois. Un autre type de source est représentée par le
travail de Georg Marienburger, Der Stadt Muhlbach topographie,

publié en 1785, qui relèvent de la littérature statistique. Ces sources historiques,


avec toutes leurs limites, offre la possibilité de définir l'image médiévale et
pré-moderne Sebes. Les descriptions faites par la valeur des voyageurs étrangers a
été déterminée, entre autres, la portée et la durée du voyage, avec une qualification
professionnelle supplémentaire,
culturel et adhésion
Le voyageur religieux, qui se reflète directement dans la

209

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

rapporté. Ainsi, les émissaires Georg Reicherstorffer et Jacob Conrad Hiltebrandt


ont été concernés, en particulier la position stratégique de la ville et le renforcement
des ouvrages défensifs qui l'entourent. D'autre part, les descriptions faites par le
clergé, en particulier ceux datant du XVIIIe siècle, dans le cadre des efforts de
Rome pour renforcer le catholicisme en Transylvanie peut voir qu'ils attachent une
grande importance presque exclusivement catholiques dans la ville comme si
anonyme en 1738, dans son compte, présenter leur situation, leur statut et leur lieu
de culte pour les prêtres qui les servaient.

Depuis le XVIIIe siècle, datant de la première information sur Sebes venant


de Transylvanie chroniqueurs. Chroniques de cette époque comme des éléments
caractéristiques d'enregistrement et combine l'observation des événements
contemporains et opinion personnelle avec des nouvelles trouvées par hasard. Le
travail de Johann Tröster, Alt- und das Neue- Teutsch Dacia, das ist Neu
Beschrebung des Landes Siebenbürgen, imprimé à Nuremberg en 1666, en plus des
vues sur le Sebes passé de l'auteur reproduit la gravure Jacob Schollenberger
représentant la ville dans le plus fantasque. Dans des chroniques datant du XVIIIe
siècle, en plus de présenter les principaux événements de l'histoire du village,
l'accent est mis sur la présentation des privilèges dont il était la ville des rois
hongrois doué, au fil du temps, comme ceux signés par Georg Soterius et
Weidenfelder Laurentius.

Le travail le plus précieux sur Sebes de cette période est celle de Georg
Marienburger, Der Stadt Muhlbach topographie. Une description détaillée qu'il a
réalisé fait référence non seulement à la ville intra-muros, mais couvre également les
banlieues habitées par des immigrants roumains et allemands dans Durlach et
Hanau, se sont installés ici au XVIIIe siècle.

Au XIXe siècle, au milieu d'effervescence culturelle qui a balayé la société


Transylvanian, a tenu une historiographie sans précédent, accompagnée d'une
amélioration qualitative et à la diversification de l'écriture historique. Et maintenant
l'intérêt pour l'histoire et les monuments Sebes était historiens vivant saxons au
milieu des tendances pré-romantiques et romantiques ont accordé une grande

210

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

importance propre passé et surtout le Moyen Age. Au XIXe siècle, a atteint un


sommet genre historiographique, né au XVIIIe siècle, la tête de la monographie
consacrée à un règlement. Dans la première moitié du siècle, les professeurs
Michael Gestalter David Krasser ont contribué à la compréhension du passé et des
monuments Sebes par le travail restant, la plupart du temps dans le stade
manuscrit. Dans la seconde moitié de l'historiographie du XIXe siècle sur la ville
Sebes est connecté avec le nom de Ferdinand Baumann (1840-1911), professeur et
recteur du gymnase évangélique, qui a publié une série d'articles Gymnasium
Programme Histoire locale AB Evangile de Sebes et le magazine Korrespondenzblatt
des Verein für Landeskunde Siebenbürgische.

De plus dans la seconde moitié du XIXe siècle, au milieu de l'histoire


établissement scientifique de l'art, on constate un intérêt croissant dans les
monuments médiévaux Sebes. Une attention particulière a connu église paroissiale,
dont la grande mine, avec le corps basilique court, sombre contrastant avec la
hauteur, l'élégance et la beauté du chœur gothique, a suscité beaucoup d'intérêt
pour les personnes, les obligeant à chercher une divulgation et ses caractéristiques.
Si les historiens comme Friedrich Müller Friedrich Reuschel

et apporté importantes contributions à


identifier les phases de construction et leur séquence un rôle fondamental dans la
connaissance du monument et sa datation avait Viktor Roth (1874-1939). Il a établi
de nouvelles hypothèses sur l'histoire de sa construction, qui ont été résumés dans
le document
Die Kirche AB Evangelische Muhlbach, publié en 1922, puis en 1929. Selon Viktor
Roth, vers 1200 ou plus tôt, il a été construit une basilique romane à trois nefs, avec
le centre du plafond voûté et nantissements deux niveaux inférieurs de la tour ouest.
Au loin, à l'ouest ne pouvait pas déterminer sans fouilles. Vers 1250, la nef voûtée a
été dans un « style de transition » et à l'ouest, entre les deux tours, a été construit
un clocher. Entre 1342 et 1382, il a été élevé choeur de la manière gothique tardif
comme la première étape d'une église imposante salle. corps romain Basilic a été
maintenue pendant la levée du chœur. Au XVe siècle

211

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

siècle, a tenté de poursuivre la construction de l'église, selon l'original, mais le


manque de matériel fait impossible. Pour harmoniser l'ensemble résultant constitué
d'un squat églises romanes du corps basilique de l'ancien et le nouveau chœur
gothique, ils ont exécuté plusieurs œuvres. Ils ont couvert le corps de la basilique
romaine dont le côté étaient larges et haut, et les parois supérieures de la nef ont
été exaltée. Les trois navires étaient recouverts d'une parcelle dans deux eaux, et la
tour a été soulevé un autre niveau. Viktor Roth a fait une brève présentation de la
chapelle située dans le nord du chœur. Il a apprécié que la construction a pris fin un
peu plus vite que le chœur,

et des éléments structuraux et décoratifs sont


caractéristique du gothique tardif.
Après l'unification de la Transylvanie avec la Roumanie en 1918, est une
vague de documents écrits roumains ayant trait au passé et leurs institutions dans la
ville de Sebes. L'important est le travail de Sebastian Stanca, Église orthodoxe à
Sebes et celle de Gheorghe Albu, les écoles primaires de la monographie roumaine à
Sebes, publié en 1928.

Dans la première moitié du siècle dernier, l'intérêt pour les monuments Sebes
est resté élevé. En 1935, Theobald Streitfeld (1902-1985) a publié un article sur le
monastère dominicain, Das Mühlbacher Dominikanerkloster, Il a suivi un an plus tard Die
Cappella Sancti Jacobi Muhlbach, qu'il voulait clarifier les questions controversées
sur le passé et la datation des deux monuments.

Virgil Vătăşianu dans son Dans l'histoire de l'art féodal roumain, publié en
1959, mis en place en traduisant les résultats de la recherche à ce jour, la place qu'il
occupe dans le développement église Sebes art Transylvanian dans son ensemble
et de concert avec d'autres monuments locaux de l'époque. Il a identifié et les
parties énumérées de l'ancienne basilique romane conservée monument entier. a
été confirmée par la recherche qui a suivi plus tard phases de construction de
rencontre proposée par lui.

Restauration des années 1961-1964 a été précédée d'archéologie et gravure


de plâtre et ces travaux avaient

212

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

mérite élucider la plupart des aspects encore peu clairs sur le passé et l'importance
du monument. La recherche à cette occasion les archives de la paroisse
évangélique de Sebes a un certain nombre de nouvelles et importantes pour clarifier
certaines questions controversées ou la construction passé insuffisamment
documentés. Ces résultats ont été publiés par les membres du personnel impliqués
à la fois en roumain et en allemand. à l'article La restauration d'un monument de
l'architecture gothique des monuments romains et médiévaux dans l'assemblée du
Sebes, publié

en 1967, en plus de la présentation


la modification et la restauration a été faite et une description détaillée du monument,
sa phase de construction et leur datation. En 1976, la série SIEBENBURGISCHES
Archiv, 13 tome a été publié le volume Studien zur Kunstgeschichte Siebenbürgischen, réunissant
une série d'articles sur l'église paroissiale et la chapelle de Saint-Jacques ayant
comme auteurs Harald Krasser, Albert Klein, Gustav Gündisch et Theobald Streitfeld,
les membres du personnel impliqués dans la restauration de l'assemblée.

Dans la même année, Gheorghe Anghel a publié un article sur la ville


forteresse de Sebes, exploiter les informations des écrits plus anciens de
recherches dans les archives et sur le terrain. Cette fortification reste connue dans
la littérature comme la première forteresse de la ville qui a été gardé un acte officiel
de la construction, le document à savoir de 1387 où le roi Sigismond sebeşenilor
leur accorder le droit d'entourer la ville avec des murs en pierre.

Paul Niedermaier, dans le travail Siebenbürgische Städte.


Forschungen zur Entwicklung von Handwerksorten architektonischen
städtebaulichen und dem 12. und zwischen 16. Jahrhundert, publié en 1979, il a
rédigé sur la base de l'analyse du système de lots, les étapes de développement
urbain de Sebes est en place au XVIe siècle.

En 1983, il a publié un article de Michael Fleischer sur les descriptions


anciennes de Sebes et est au centre d'une ville datant de la carte 1769, la plus
ancienne cartographie de Sebes connu jusqu'à présent.

213

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

En 1984, Livia Varga chercheur hongrois a publié un document avec les


résultats de la recherche qui l'a pris à l'église évangélique à Sebes. Il a fait une
description détaillée du monument, les phases de la construction. Une attention
particulière accordée choeur de l'église gothique sebeşene. Identifié dans la
construction de deux étapes de la construction et des influences provenant de
différents centres artistiques.

Et après la révolution de 1989, il y a un grand intérêt sur le passé et les


monuments Sebes et apporter leur contribution à cet égard de nombreux
chercheurs.
Selon noyau Paul Niedermaier colonie saxonne était située dans le
nord-ouest de la vieille ville. Il est situé au nord du bloc Rosengasse ( str. 24 janvier) et
la place du marché entre
Mariengasse ( str. citadelle) et Sachsgasse ( str. ILCaragiale - partie) a été formée
initialement dans les parcelles 20-23, avec des surfaces comprises entre 800 et
1500 m 2 différentes tailles par propriété ou professions colons sont arrivés dans la
première vague. La deuxième étape des lots a suivi jusqu'à la première, à l'est, au
nord de Jakobigasse ( str. Michel le Brave) de Sachsgasse ( str. ILCaragiale -

partie) et l'ancien couvent dominicain. Ces parcelles sont un peu plus petits et ils ont
été délimités, probablement en quatre étapes successives jusqu'à ce 1200. La
troisième rangée de parcelles ont été placés à une distance relativement supérieure
à la première, de plus de 200 m. Cette solution est le résultat il y a un prairies bâties,
qui sont et cimetière. Dans un premier temps, il y avait cinq propriétés plus élevées
que celles du noyau, qui sont situés en face du cimetière et de l'église dans le sud.
Ce groupe a été linéaire étendu à l'est le long du marché et Sikulorumgasse ( bd. Lucian
Blaga -

partiel), qui ont été établies 26 propriétés. Par la suite, en étendant cette ligne à
l'ouest, ont également été réalisées au moins neuf parcelles, ce qui est jusqu'à la fin
des petits carrés. Dans la seconde moitié du siècle XIII, région de la ville parcellisation
a été achevée et probablement le règlement était entouré d'une fortification. Plus tard,
ils ont été effectués seulement des parcelles épaississement que ceux dans les rues Hinter
der Mauer ( str. ILCaragiale - partie) Rathausgasse

(Str. marché) et Hundsrücken ( str. ILCaragiale - partie), un total d'environ 30 lots.

214

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Après la terre de règlement a été attribué, il y avait deux rues principales,


presque parallèles, séparés par le pâturage construit, plage, et après parcellisation
sa part, la croix de marché (Big Square). Les rues principales sont longues et assez
large et plan de règlement relativement amerrir droit, a adapté développé. Elle est
née en accord avec un plan rectangulaire, avec un grand marché au centre, flanqué
des deux rues principales, est-ouest, de commencer d'autres rues, plus petite,
perpendiculaire au nord et au sud le village. Ce type de régime est très commun en
Allemagne et a été exporté des colons dans les territoires ont été établis.

Dans la seconde moitié du XIIe et XIIIe siècle, dans la partie sud du noyau de
la colonie, urbain, prairie constitué d'un cimetière. Au centre de celui-ci au début du
XIIIe siècle, a commencé la construction d'une basilique romane à trois nefs et
abside semi-circulaire, avec choeur, nef avec plafond ou recouverts d'abord
seulement La structure de toit apparent. Au cours des dix quatre navires ont été
étirés à l'ouest et de plus en plus maintenant, la construction de deux tours
massives avec plan carré, à la fin de nantissements. Ont été construits en partie
jusqu'à ce que les travaux sur l'église a été soudainement interrompue
probablement invasion tatare en 1241. Les travaux ont été repris assez rapidement
et a pris fin à l'ouest, la basilique de la construction du corps. Les travaux ont été
réalisés par un très différent de l'original. Son ascension les deux tours et le lieu
d'entre eux se tenaient une tour massive, à la suite de la nef centrale. Maintenant, ils
ont fait et des arcs de la nef. Ce travail a eu lieu entre 1250 et 1260, une période de
transition du roman au gothique. Basilicas ancienne abside a été remplacé par un
polygone, recouvert d'un système de voilure de l'ouvrage, avec des nervures qui
décharge à l'extérieur au moyen des quatre piliers. Vers 1260, elle a été réalisée et
le portail ouest de l'église.

Relativement grande taille de l'église suggère que la ville avait une population
assez grand au cours du XIII siècle, en particulier dans la seconde moitié de cette

215

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

gamme. On estime que 1200 Sebes avait environ 300 habitants, et en 1241, avant
l'invasion des Tartares, 500. En 1300, la population a augmenté considérablement,
atteignant environ 1200 habitants.

Dans le sud-est de l'église, à quelques mètres de l'abside, il y a une petite


chapelle qui peut être datée au troisième trimestre du siècle XIII. Ses fondations ont
été découvertes en
coin infrastructure tour du sud-est à l'intérieur de l'église. Selon certains chercheurs,
l'église était entourée après l'invasion tatare, un mur d'enceinte, avec un plan
rectangulaire, muni de tours, mais il n'y a aucune preuve pour étayer cette
hypothèse.

En outre, il y a des informations sur l'architecture civile. Les maisons,


construites en bois, avaient un plan rectangulaire et ont été alignés sur une chaîne
le long des larges rues. Théoriquement, chaque parcelle il y a une maison; on
estime que leur nombre a doublé au cours du XIII siècle, pour atteindre 100 maisons
1200-200 en 1300. Leur nombre a augmenté progressivement, en gardant les colis.
Ainsi, à la fin du XIIIe siècle, Sebes a été présenté comme un assez grand village
avec une population relativement importante. Au centre du cimetière, il avait levé
une église romane, grande, que, après l'invasion tatare en 1241 était entourée d'un
mur de pierre, érigée probablement par la même équipe qui a travaillé sur l'église
dans la dernière phase de la construction elle. Les maisons en bois sont situées le
long de deux rues longues, larges et droites, traversant la ville à long, et la prairie
construite dans la moitié est de celui-ci. maintenant ont également défini et rues, en
traversant la ville large, si l'on accepte l'hypothèse que le règlement était entouré
d'un renforcement des pôles et des branches.

Au XIVe siècle, la ville a été dotée de deux bâtiments importants qui influence
décisive sur le règlement du développement urbain: choeur gothique de la ville de
l'église et de la forteresse. L'architecture civile est restée le bois avec une
augmentation significative, on estime que le nombre de maisons a augmenté à 350,
dont probablement environ 50 ont été construits dans la pierre. génie civil sont
presque aussi peu connu que le siècle précédent.

216

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

Il y avait certainement des différences étaient visibles dans les principales dimensions,
subdivision boîtier et nombre
chambres.
Une fois en 1322, le général Capitol de l'ordre dominicain a décidé la
fondation d'un monastère à Sebes, les premières informations sur le travail des
moines de l'année 1368. Comme dans tout le village était déjà occupé la propriété,
le monastère a été construit sur un terrain situé à l'extrémité orientale de l'extérieur,
et par la suite, comme l'ont été intégrés dans les murs de la ville. église du
monastère, de taille modeste, était le type de chambre et a subi des changements
importants au XVe siècle.

mais silhouette ville tourné où des changements radicaux

construction, entre 1360 et 1382, un type de salle de chœur gothique, la première


du genre en Transylvanie, sur l'ancienne abside romane de la basilique. Corps
basilique romane est restée debout, sera démolie comme nouvelle avancée de la
construction. Cette phase de construction (troisième) de l'église a pris fin peu après
l'achèvement du chœur et, apparemment, c'était parce que sebeşenii ont commencé
à mettre en œuvre un nouveau projet aussi ambitieux et coûteux: ville renforcer. Ce
travail a consommé une grande partie des ressources du règlement et a conduit, par
la suite, de suspendre les opérations du site de l'église parce que la ville ne pouvait
pas supporter deux œuvres de cette échelle, être menée simultanément. la
reconstruction du plan de l'église a été abandonnée. Les travaux à reprendre
immédiatement après l'achèvement du mur.

En 1387, la ville la permission obtenue est entourée d'un rempart, la pierre.


Fortification Sebes est ainsi devenue la première ville d'une ville sur la construction,
le plus ancien document conservé. Les travaux de construction a commencé dès
que Sigismond a accordé le privilège de sebeşenilor ou ils étaient déjà commencé
lorsque la demande est une autorisation légale. Les informations suivantes
concernant la fortification Sebes ne date que de 1438, quand la ville fut conquise par
les Turcs.

Dans les travaux de fortification du XVe siècle ont continué dans la ville, et en
1438, quand la ville se rendit sans combattre les Turcs, il y a un mur d'enceinte qui
entourait la ville et quelques tours, entre

217

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

qui, au se sont barricadés quelques personnes qui ont accepté de se rendre. Il est
difficile de déterminer la taille et la forme des murs d'origine, en raison des multiples
transformations et réparations qui ont souffert au fil du temps. paroi de boîtier a été
pourvu d'merloane et de créneaux, dont l'accès se fait à partir d'un agent de route.
En outre, on ne sait pas exactement combien de tours ont maintenant la fortification
ou leur disposition. Probablement au moins six tours, dont l'accompagnement au
nombre de trois, ont été placés à l'extérieur de l'enceinte et les trois autres, la porte,
à l'intérieur, du côté est, à l'ouest et au nord ont été transpercée par une chaussée
de porte . Au début du XVe siècle, dans l'église gothique choeur nord a été construit
une nouvelle chapelle, dont la destination est pas encore connue avec précision,
mais est censé être construit par une riche famille en ville.

Suite à des difficultés face à la ville, le projet initial du nouveau bâtiment de


l'église salle a été définitivement abandonnée. La seule solution était de gauche
reliant chœur basilique romane vieux corps et atténuer les écarts entre les deux
bâtiments. Afin de diminuer les différences entre eux, ils ont fait un corps de travail
de conversion basilique romane. Ces travaux ont été effectués entre 1455 et 1464.

En ce qui concerne l'architecture civile, les informations que nous avons sont
encore très peu. Aucune donnée sur le nombre d'habitants et de maisons, en
particulier celles de la pierre, ne sont que des estimations. Selon eux, il apparaît,
dans la première moitié du siècle, une diminution de la population de 1200 en 1400
à 1000 en 1450. À la fin du XVe siècle et le début de la situation a partiellement
récupéré en 1500 estimée Sebes -LES que 1100 personnes vivaient. Les
estimations montrent une situation similaire en termes de nombre total de maisons
dans la ville. Si en 1400, on estime que dans Sebes il y avait 350 maisons, dont 50
ont été construits en pierre en 1500 leur nombre a diminué, atteignant un total de
250, dont 50 en pierre. Si les maisons en bois, évidemment pas car les informations
de construction de matériel périssable de la pierre ont été conservés

218

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

fragmentaire architectural, architecture XVe siècle spécifique structurelle et


décorative, mais ils sont peu nombreux et sans importance pour l'architecture et
l'urbanisme en Transylvanie.

Le plus important et le plus connu des bâtiments en pierre de Sebes, dont les
débuts remontent au XVe siècle, abrite Zápolya. Les parties les plus anciennes du
bâtiment semblent être ceux situés dans le nord, le demisolurilor.

Dans la plupart des bâtiments étudiés, on a observé que les éléments


architecturaux anciens, certains datant des XVe et XVIe siècles, sont concentrés
dans le « cœur » de petites parties de bâtiments situés derrière des façades
existantes, parfois à des distances considérables de l'autre. Sur la base de cette
réalité et volumétrique d'évolution plus tard, les bâtiments, les extensions ont été
faites par adosarea sur la rue de nouvelles chambres, on peut supposer que
l'ancienne façade du XIVe et XVe siècles correspondant, est situé à quelques
mètres derrière le courant. Cette évolution peut expliquer la forme irrégulière qui ont
actuellement la façade principale, étant donné qu'il pourrait être causé par terre, le
plan autrement, que la ville est située.

Au XVIe siècle, économique, démographique et urbain-urbain sont lents,


autant que possible depuis la ville. Si en 1508 vivait dans la ville de Sebes environ
1100 habitants, en 1600 leur nombre est tombé à 900. La même tendance est
également visible en termes du nombre de maisons, pour atteindre 200, dont 100 en
pierre. Les bâtiments publics n'ont réalisé l'ampleur des siècles précédents. La
fortification a prouvé encore une fois les limites en 1531 lorsque la ville se sont
rendus aux troupes de John Zápolya, qui a établi résidence. Les décisions de
régime Transylvanian

1545 à Targu Mures en 1566 à Sibiu, qui, entre autres choses, à la modernisation et
la fortification Sebes est restée sans résultat. Maintenant, les travaux exécutés ont
été faites avec des frais sebeşenilor. Dans l'ensemble de porte est, en même temps
que la tour existante, maintenant l » autre haut situé à l'extérieur du rideau. tour
octogone dans le coin nord-est, près du monastère dominicain a été construit
probablement tous maintenant, pour une autre

219

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

vieux, section carrée. L'enceinte section la forme d'un rectangle avec des coins
arrondis, la zone de 1700 m et une aire de surface d'environ 20 hectares. La
forteresse était entourée d'un fossé qui a été partiellement inondée en permanence.

Les maisons construites au cours de cette période ne sont pas très différentes de
celles soulevées au cours des siècles précédents. Les deux plans et façades étaient
encore influencés par des formes préexistantes, ville médiévale étroites et profondes,
caractéristique. éléments d'attributs de style Renaissance ne se trouvent que des détails
décoratifs, tels que des cadres ou des espaces de solutions de revêtement: voûtes en
berceau avec des pénétrations.

maison Zápolya a subi plusieurs rénovations au cours du XVIe siècle. Garder


globalement, le plan que vous avez à la fin du siècle dernier, aujourd'hui restauré au
premier étage. phase précédente étage est restée, jusqu'à présent, une sorte de
mezzanine de l'aile ouest du bâtiment. Pour soutenir le nouveau plancher ont été les
papiers nécessaires et au rez-de-chaussée. Maintenant, datant voûtes corridor de la
route et l'aile est du bâtiment.

Au XVIIIe siècle, étaient encore des efforts pour moderniser la fortification de


la ville. En 1634, sur le côté ouest de la ville, a été construit une tour de bastion,
semi-circulaire ( Fig.
XIV). La plupart des importants travaux devaient renforcer les portes principales de
la ville, l'est et l'ouest. A côté d'eux, à l'extérieur, deux Barbacane ont été construites
en forme de fer à cheval allongée. Informations sur le génie civil sont maintenant
rares et parfois contradictoires. Certains viennent des descriptions faites par les
voyageurs étrangers qui ont visité la ville. L'environnement bâti de la ville a
beaucoup souffert après la conquête par les Turcs en 1661. Après avoir brûlé,
échappé intacte que l'église, l'école et une partie du presbytère. Cet événement
précipité remplace certainement des maisons en bois avec la construction de
nouveaux matériaux durables.

Dès le XVIIIe siècle, date la plus ancienne représentation graphique de la ville


Sebes, connu jusqu'à présent. Ceci est accompli par Jacob Gravure Schollenberger,
publié en 1666, mentionné ci-dessus, et ne fournit pas d'informations utiles sur
l'environnement bâti de la ville, tout comme, pour la plupart,

220

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

fantasque. Même si l'image soulève des questions sur le moment où l'auteur a vu


Sebes, où cela a eu lieu. Compte tenu du fait que le travail a été publié la gravure
qui est apparu en 1666, peut-être par la ville a vu avant sa destruction par les Turcs.
Il est peu probable que la localité d'avoir ces ressources à récupérer dans un court
laps de temps donc après la destruction subie en 1661. A la fin du XVIIIe siècle,
sont mentionnés dans les documents quelques-unes des rues principales de la ville.
Aussi maintenant, il a été documenté et environs Jacobi, qui a pris son nom Jakobigasse
( str. Michel le Brave) l'une des rues principales de la ville.

Au début du XVIIIe siècle, ils sont mentionnés indirectement dans un


document datant de 1705 et les trois autres rues principales de Sebes: Rosengasse
( str. 24 janvier) qui se prolonge vers l'ouest, Jakobigasse ( str. Michel le Brave),
Petrigasse
(Bd. Lucian Blaga - partie) et Sikulorumgasse ( bd. Lucian Blaga -
partie). Bien que les noms des rues principales écrites de témoignage en Sebes a
eu lieu qu'à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, ils portaient le même
nom et dans les siècles précédents.

A la fin du XVIIIe siècle et le début du XVIIIe siècle, il a été mentionné dans


les documents et quartiers Sebes, qui et- tire son nom des quatre rues principales de
la ville. Au début du XVIIIe siècle, la ville fut divisée administrativement Sebes de
dans quatre districts - litre -

probablement dans les quatre Jacobi proximités, Petri Siculorum


et Rosarum. délimitation quatre litre Il ne pouvait pas être calculé avec précision. En
ce qui concerne les deux litre la moitié ouest de la ville - rosarum et Petri - établir leur
étendue est difficile. Ils allaient dans les rues où ils ont pris le nom, au mur de la ville
et de l'Est ont été alignés Sachsgasse

(Str. ILCaragiale - partie) et Petersdorfer Gasse ( str. bistra) qui les sépare de la moitié
est de la ville. On ne sait pas précisément l'étendue de celle-ci - Jacobi et

Siculorum. La situation est quelque peu compliquée par l'existence de deux groupes
compacts des ménages, pré intégré - colère -

221

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

entre Piata Mare et le côté est de l'enceinte de la ville, et la façon dont elles sont
affectées à deux Pintes. Probablement déterminé sur l'axe est-ouest, une médiane,
et rendez-
ménages dans les deux quartier et litre Il a été fait également. Au début du XVIIIe
siècle, il y a une croissance démographique relativement stable par rapport aux
siècles précédents. La population de la ville vient aux chiffres, en 1703, 1933
habitants, y compris ici et Roumains dans les banlieues. ville

à l'intérieur, mais il avait seulement 997 habitants de tous les mémoires.


Après les événements violents depuis le début du XVIIIe siècle, il y avait une
longue période de calme. Dans ce contexte, la ville forteresse a perdu son utilité,
donc au milieu du siècle, a commencé à construire des maisons plus près de son
mur. Au cours des dernières décennies du dix-huitième siècle, des étangs et des
fossés autour de l'enceinte ont été asséchés et recouverts de terre, le résultat du sol
étant des jardins organisés. Ils sont devenus la propriété de ceux qui avaient les
moyens nécessaires pour le transport de terre et d'argent pour payer les travailleurs.

Au cours de cette période, il y avait un certain nombre de travaux, à petite


échelle, église paroissiale évangélique. choeur gothique de l'église de Sebes était
entouré au sommet par une galerie avec rampe à l'extérieur, comme l'église noire à
Brasov et boutants arrivée au sommet avec Fiala. Ces structurelles et décoratives,
ont subi une dégradation au fil du temps, ils ont été enlevés au cours de la «
restauration » de 1789-1798. Tout maintenant a été construit devant le portail sud
du choeur, un porche qui a remplacé une autre, plus ancienne, gothique, démolie en
1789. Il a été construit et un second porche, garantie inférieure à l'extérieur de
l'entrée du corps basilique sud .

En 1731, l'ancien monastère dominicain fut cédée à l'Ordre franciscain, et en


1740, l'église et ses annexes ont été rénovées monastère baroque, avec le soutien
de l'impératrice Marie-Thérèse.
La population de la ville est en train de croître lentement, mais avec quelques
oscillations provoqué des événements graves comme la peste de 1738, qui a fait
plus de 200 victimes Sebes. La croissance démographique est significatif que dans
la deuxième

222

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
évolution Ica Sebes ville urbanistes

un demi-siècle et a été causée par la croissance naturelle et la mise en place ici des
immigrants en provenance d'Allemagne et de l'Autriche. Ce dernier événement n'a pas eu
d'effet, du point de vue démographique, la ville à l'intérieur, étant donné que les nouveaux
arrivants se sont installés à l'extérieur des murs, dans le nord de la ville. Un recensement en
1783 a constaté que la ville avait 4040 habitants Sebes: allemand 1715, dont 510 étaient des
écrivains et des écrivains Durlach Hanau, 2110 roumains, 85 Grecs et 130 Tsiganes.

L'architecture civile est un peu mieux maintenant connu comme, en plus


d'avoir conservé de nombreux bâtiments datant maintenant, il y a plus d'informations
à leur sujet à partir des descriptions faites à l'époque, un Veduta effectué II Haas
dans 1736, et un plan de la ville datant de 1769. au XVIIIe siècle est entré
l'architecture civile et religieuse et éléments structurels décoratifs du baroque. Le
premier se trouve dans la forme de maisons de portails et voûtes section anse de
panier en forme. Les éléments décoratifs est limité aux détails des façades en stuc
ou placés sur les étages de voûtes de plancher ou de plafond. Maisons datant de
cette époque sont répartis dans toute la ville à l'intérieur.

Après avoir été documenté au XVIe siècle, l'information sur les banlieues
roumains sont presque complètement à la fin du XVIIIe siècle. Le même manque
d'information est, en fait, la ville intérieur et il peut être attribué à un incendie criminel
Sebes en 1661 par les Turcs, il a probablement brûlé et beaucoup d'archives de la
ville. Dès le XVIIIe siècle, date les informations relatives à la Roumanie « de quartier
».

banlieue roumaine, mentionnée dans les documents du début du XVIIIe


siècle nommé Hochstadt, développé sur le côté gauche de la rivière Sebes le long de
lui. Il a été franchi en long, une rue parallèle à la rivière, dont le milieu est ramifié à
l'ouest, les trois autres. Les parcelles relativement grandes, étaient perpendiculaires
rues et les maisons que les colis guides sont disposés avec une petite route
secondaire. Au milieu de la banlieue, le cimetière est la première église roumaine,
construite en matériaux durables, la pierre et la brique. Il a été construit
probablement à la fin du XVIIe siècle ou au début du prochain. En 1733, lorsque

223

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro
calin Anghel

date la première mention de celui-ci appartient aux croyants unis. Entre 1756-1763
l'église a utilisé par les croyants orthodoxes, qui, plus tard, entre 1778 et 1783 ont
été construits à proximité, un nouveau lieu de culte. Si le début du XVIIIe siècle,
d'après la conscription de 1703, la banlieue avait 465 habitants d'ici la fin du siècle
sera un bond démographique important, leur nombre atteint en 1785 à environ 1400.

Sebes il y avait une seconde banlieue habitée par la Roumanie -


măierimea - situé dans la ville à l'intérieur, territoire qui représente la fortification
d'origine Glacis. Il a été progressivement morcelé et transformé en fermes et les
jardins, et il est devenu la propriété des plus riches Allemands et les institutions. Le
rendu des jours de travail, les familles roumaines vivant ici. Au début du XVIIIe
siècle, il a vécu 456 âmes, et à la fin du siècle 126 familles. banlieues roumains ne
sont pas différents en apparence villages compacts dans la Transylvanie du Sud.

des raisons démographiques, la moitié du XVIIIe siècle, les autorités locales


ont décidé d'attirer en offrant des facilités d'immigrants allemands qui installent à
Sebes. Ainsi, par 1749, se sont installés ici plusieurs groupes de colons au total 583
personnes, principalement du comté de Baden-Durlach. Ils ont reçu des terres dans
le nord de la ville à l'intérieur, situé à l'intersection de l'ancienne route d'Alba Iulia à
Roumain Daïa. Il a d'abord été mis en place le long de la route de la rue Alba Iulia, Altgasse
( Str. Progrès), parallèle à la rivière Sebes. Sur la route de Daïa roumaine, a été créé
dans les années qui suivit fut une autre rue, Quergasse ( Str. Regiment), quand il y
avait les immigrants de luthériens viennent de Haute-Autriche. En 1770, il est arrivé
à Sebes un nouveau groupe d'immigrants, un peu plus petits, au nombre de 176
personnes, en provenance de Hanau. Nouveau territoire de banlieue a été divisé en
deux, la Durlacher construction consternation et l'extension des parcelles existantes
et d'autres démarquées offerts aux nouveaux arrivants. À leur limite est a été créé,
ainsi, une nouvelle rue Neugasse ( Str. Avram Iancu) parallèle à la Altgasse et
perpendiculaire à la Quergasse. A la fin du XVIIIe siècle, vivaient 105 familles.
Apparence « quartier » Durlacher-bâtiment, ne diffère pas de celle des banlieues
roumaines.

224

www.cclbsebes.ro/muzeul-municipal-ioan-raica.html / www.cimec.ro