Vous êtes sur la page 1sur 44

Université de Kairouan

Institut supérieur d’informatique et de gestion de Kairouan ISIGK

les réseaux cellulaires


(GSM, GPRS, UMTS…)

Enseignante : Dhikra Saffar Amira

Année universitaire 2012-2013, Filière : 3 éme année TRI


PLAN

• Généralités sur les réseaux cellulaires

• Le réseau GSM

• Le réseau GPRS

• Les réseaux de 3éme et 4éme générations (3G


et 4G)

2
Chapitre 1

Généralités sur les réseaux cellulaires

3
Introduction

• Les réseaux cellulaires sont les réseaux dont l'évolution a


probablement été la plus spectaculaire

• Cette technologie forme la base des systèmes de


radiocommunication avec les téléphones mobiles

• Technologie développée pour améliorer les capacités du


service de téléphonie mobile

• Avant ce développement, ce service de communication ne


fonctionnait que par l'existence d'émetteur-récepteur à haute
puissance

4
Historique : Téléphonie mobile (1 G)

La première génération de téléphonie mobile (notée 1G) possédait un fonctionnement


analogique et était constituée d'appareils relativement volumineux. Il s'agissait
principalement des standards suivants :

• AMPS (Advanced Mobile Phone System), apparu en 1979 aux Etats-Unis, constitue le
premier standard de réseau cellulaire. Ce réseau analogique de première génération
possédait de faibles mécanismes de sécurité rendant possible le piratage de lignes
téléphoniques.

• TACS (Total Access Communication System) est la version européenne du modèle


AMPS. Utilisant la bande de fréquence de 900 MHz, ce système fut notamment
largement utilisé en Angleterre, puis en Asie (Hong-Kong et Japon).

• ETACS (Extended Total Access Communication System) est une version améliorée du
standard TACS développé au Royaume-Uni utilisant un nombre plus important de
canaux de communication.

5
Historique : Téléphonie mobile (2 G)
La seconde génération de réseaux mobiles (notée 2G) a marqué une rupture avec
la première génération de téléphones cellulaires grâce au passage de l'analogique
vers le numérique.

Les principaux standards de téléphonie mobile 2G sont les suivants :

• GSM (Global System for Mobile communications), le standard le plus utilisé en


Europe à la fin du Xxesiècle (mis en service en 1991), supporté aux Etats-Unis. Ce
standard utilise les bandes de fréquences 900 MHz et 1800 MHz en Europe. Aux
Etats-Unis par contre, les bandes de fréquences utilisées sont les bandes 850 MHz
et 1900 MHz. Ainsi, on appelle tri-bande, les téléphones portables pouvant
fonctionner en Europe et aux Etats-Unis.

• IS-95 (Interim Standard-95) : Une norme concurrente à la GSM . Elle s’est


développée en Amérique du nord , fondée sur une interface radio de type CDMA.
l’IS-95 présente des caractéristiques topologiques semblables a celle du GSM.

6
Historique : Téléphonie mobile

Grâce aux réseaux 2G, il est possible de transmettre la voix ainsi que des données
numériques de faible volume, par exemple des messages textes (SMS, pour Short
Message Service) ou des messages multimédias (MMS, pour Multimedia Message
Service). La norme GSM permet un débit maximal de 9,6 kbps.

• Des extensions de la norme GSM ont été mises au point afin d'en améliorer le
débit. C'est le cas notamment du standard GPRS (General Packet Radio System),
qui permet d'obtenir des débits théoriques de l'ordre de 114 kbit/s, plus proche de
40 kbit/s dans la réalité. Cette technologie ne rentrant pas dans le cadre de
l'appellation « 3G » a été baptisée 2.5G.

• La norme EDGE (Enhanced Data Rates for Global Evolution), présentée comme
2.75G quadruple les améliorations du débit de la norme GPRS en annonçant un
débit théorique de 384 Kbps, ouvrant ainsi la porte aux applications multimédias.

7
Historique : Téléphonie mobile (3G)

• La 3G propose d'atteindre des débits supérieurs à 144 kbit/s, ouvrant ainsi la porte
à des usages multimédias tels que la transmission de vidéo, la visio-conférence ou
l'accès à internet haut débit.

• Les réseaux 3G utilisent des bandes de fréquences différentes des réseaux


précédents : ex pour UMTS - Duplex temporel : 1885-1920 MHz et 2010-2025
MHz et pour Duplex frequentiel 1920 à 1980 MHz (uplink de 60 MHz) et 2110
à 2 17 0MHz (downlink de 60 MHz).

• La principale norme 3G utilisée en Europe s'appelle UMTS (Universal Mobile


Telecommunications System), utilisant un codage W-CDMA (Wideband Code
Division Multiple Access). La technologie UMTS assure le transfert de la voix et de
données avec des débits pouvant aller de 384 kbps à 2 Mbps.

• La technologie HSDPA (High-Speed Downlink Packet Access) est un protocole de


téléphonie mobile de troisième génération baptisé « 3.5G » permettant
d'atteindre des débits de l'ordre de 8 à 10 Mbits/s. La technologie HSDPA utilise le
codage W-CDMA.

8
Réseaux cellulaires et systèmes sans fils

Réseau cellulaire => couverture continue d’un large territoire avec des stations
de base

=> thème principal du cours

Systèmes sans fils => couverture d’îlots (moins complexe)

9
Couverture

Grandeurs principales
C : Puissance du signal utile
N : Bruit propre du récepteur

Seuil de fonctionnement : C/N minimum

Caractéristique fondamentale d'un récepteur : sensibilité S


niveau minimal S : S = (C/N)seuil + N.

Puissance d'émission + sensibilité déterminent le rayon R de couverture.


10
Interférences co-canal

• On utilise la même fréquence sur deux sites éloignés => interférences co-
canal
Grandeurs principales
C : Puissance du signal utile
I : Ensemble des interférences
N : Bruit
• Le rapport Signal sur Bruit s’exprime ici comme un rapport C/(I+N)
- Du fait de la réutilisation des fréquences : N<<I
- On parle couramment de rapport C/I
- Chaque système a un certain C/I de fonctionnement
11
Principes de base des réseaux cellulaires
Définition :
- Le territoire à couvrir est divisé en cellules desservies chacune par une station
de base, l’ensemble de ces cellules formant un seul réseau.
- L’operateur affecte une ou plusieurs fréquences à chaque station de base. Les
mêmes canaux de fréquences sont réutilises dans plusieurs cellules selon la
capacité du réseau a résister aux interférences

Couverture d’une cellule isolée


• Dépend de la sensibilité (liée au rapport C/N tolérable)
• Dépend de la puissance d’émission

Couverture d’un réseau


• Dépend du seuil C/I
• Dépend de la distance de réutilisation (plus petite distance entre deux cellules
de même fréquence)
12
Principes de base des réseaux cellulaires

• A chaque cellule est affecté une plage de fréquences

• Des cellules voisines doivent utiliser des fréquences différentes


pour éviter d'interférer entre-elles

• Le modèle idéal de réseau cellulaire est un réseau hexagonal, afin


que la distance entre une antenne et toutes ces voisines soit la
même

• Réutilisation des fréquences dans des cellules non voisines

13
Principes de base des réseaux cellulaires

14
Principes de base des réseaux cellulaires

Motif de réutilisation dans un réseau régulier

Définition
• Un motif cellulaire est l'ensemble des cellules dans lequel chaque
fréquence de la bande est utilisée une fois et une seule fois.
• Avec le modèle hexagonal :
On peut montrer que les motifs optimaux sont de taille K tel que :
K = i 2 + i j + j 2 avec i, j ∈ N
• Distance de réutilisation : La plus proche distance de réutilisation d'une
fréquence est alors :
où D est la distance de réutilisation
R , le rayon d'une cellule (cercle circonscrit à l'hexagone)

15
Exemples de motifs

Il existe d'autres configurations régulières à K = 9, 12, 13, 16, 19, 21, 27, … 16
Exemples de répartition de fréquences suivant
un motif

Motif de taille 3 Motif de taille 4

17
Fonctions essentielles dans un réseau radio-mobile

• Itinérance ou Roaming : capacité à utiliser le réseau en tout point de la


zone de service (pouvoir appeler et être appelé).
= gestion de la délocalisation

• Itinérance internationale ou International Roaming : capacité à utiliser un


autre réseau que celui auquel on est abonné.

• Mobilité radio : possibilité de déplacer le terminal en gardant la


communication.
= gestion du handover ou du transfert intercellulaire automatique
(handover = hand-off)

18
Bilan sur le concept cellulaire

Avantages :
- permet de desservir de façon continue un très large territoire,
- permet d'utiliser des puissances d'émission moins importantes,
- permet en diminuant la taille des cellules de réutiliser les fréquences à
des emplacements plus proches

=> augmentation de la capacité.

Inconvénients :
- travail de planification fastidieux et délicat (fait par l’opérateur)

19
Planification non régulière
Taille des cellules fonction du trafic à écouler

20
Caractéristiques d’une interface radio

Duplexage
• deux sens de transmission :
sens descendant (downlink)
sens montant (uplink)
Frequency Division Duplex (FDD)
- Sens montant et sens descendant sur des fréquences différentes
- L'espace entre les deux bandes de fréquence pour l'UL et la DL est appelé
comme distance duplex.

21
Caractéristiques d’une interface radio

Time division duplex (TDD)


- sens montant et sens descendant à des instants différents sur la même
fréquence
- Une trame contient un nombre spécifique n de timeslots (TS). Un certain
nombre de ces n timeslots sont réservés pour la transmission d'UL (moitié
des timeslots dans systèmes 2G) et le reste pour la transmission de DL.

22
Techniques d'accès multiple

• Répartition en fréquence (AMRF) : (frequency division multiple access:


FDMA)

un canal physique : 1 fréquence

• Répartition en temps (AMRT) : (time division multiple access: TDMA)

un canal physique : 1 slot (intervalle de temps) sur 1 fréquence

• Répartition par les codes (AMRC) : (code division multiple access: CDMA)

un canal physique : 1 code

23
Techniques d'accès multiple

• FDMA (Frequency Division Multiple Access)

- FDMA divise la gamme de fréquences disponibles en canaux d'une largeur


de bande spécifique (bande de fréquence).

- Durant toute la durée d'une communication, un abonné unique dispose


d'une de ces bandes de fréquence sans restriction.

- Chaque abonné dans une cellule emploie donc une bande de fréquence
différente des autres abonnés.

Si un faible nombre de communications sont activées, il résulte


une mauvaise exploitation de la bande passante du canal
24
Techniques d'accès multiple

• TDMA (Time Division Multiple Access)

- A la différence de FDMA, une simple bande de fréquences est à la disposition


d'un certain nombre d'abonnés avec TDMA.
- La bande de fréquences est divisée en trames TDMA de longueurs finies.
- Chaque trame est divisée en n timeslots (TS).
- Chacun des ces n timeslots de la trame peut être assigné à un abonné
différent.
 De cette façon, une simple bande de fréquence peut contenir jusqu'à n
abonnés.
 La transmission d'un seul abonné comporte différents timeslots assignés
cycliquement à l'abonné (généralement un TS par trame)
 Avec TDMA, chaque bande de fréquence est uniquement employée par un
seul abonné à un moment particulier

25
Techniques d'accès multiple

• TDMA (Time Division Multiple Access)

- Synchronisation de tous les utilisateurs ce qui nécessite une station de base


affectant a chaque utilisateur ses intervalles de temps.
- 1 seule porteuse  simplifie la partie RF
- Transmission 1 fois par trame => Temps disponible pour faire autre chose
(surveillance stations voisines)
- Possibilité de débits différents (transmission pendant plus d'un slot par
trame)

En contre partie :

- On perd sur l’aspect aléatoire qui devient une exigence dans la communication
moderne

26
Techniques d'accès multiple

Exemples d'utilisation du TDMA

GSM :
• porteuses espacées de 200 kHz
• trame TDMA à 8 intervalles de temps (577 μs par intervalle de temps)
• duplex de type FDD
DECT :
• porteuses espacées de 1,728 MHz
• trame TDMA à 24 intervalles de temps (≈417 μs par intervalle de temps)
• duplex de type TDD

27
FDMA/TDMA

28
FDMA/TDMA

• Partage FDMA du spectre en porteuses


• Partage TDMA d’une porteuse en intervalles de temps ou slots

29
Techniques d'accès multiple

• CDMA (Code Division Multiple Access)

• Les premières application du CDMA étaient militaires ou un certain niveau


de sécurité est exigé .

• Cette technique est aussi appelée « Technique de modulation par


étalement se spectre »

• Cette technique devient de plus en plus populaire abordant beaucoup


d’applications civiles telles que IS-95 et UMTS

30
Techniques d'accès multiple
CDMA (Code Division Multiple Access)
- Contrairement à TDMA et à FDMA, la CDMA permet à chaque utilisateur
l’accès à la totalité de la bande passante du canal et ce d’une façon
continue
- Chaque abonné possède un code bien défini (dans la cellule) permettant à
son destinataire d’extraire le message utile .

31
Techniques d'accès multiple
CDMA (Code Division Multiple Access)
• Principe de l’étalement par séquence directe
- Débit en bits : b bit/s (durée d’un
bit Tb)

- Rythme chips : nb chips/s (durée


d’un chip Tc=Tb/n)

=> Etalement de spectre


Pour un bit, transmission d’une séquence de chips de longueur n

• séquence propre à chaque utilisateur


• tous les utilisateurs transmettent sur la même fréquence
• Exemple : 1 bit => 1 séquence de 64 chips

32
Techniques d'accès multiple
Utilisation de codes orthogonaux

S1 –1 –1 –1 +1 +1 –1 +1 +1
S2 –1 –1 +1 –1 +1 +1 +1 –1
S3 –1 +1 –1 +1 +1 +1 –1 –1
S4 –1 +1 –1 –1 –1 –1 +1 –1

• ∀i, ∀j, Si • Sj = 0 si i≠j Si • Si = n


• Soit un utilisateur i, séquence binaire

séquence de chips

• A l'émission, transmission pour l'ensemble des utilisateurs de

• A la réception de l'utilisateur i, calcul de

Soit
33
Techniques d'accès multiple
• Avantages de la technique CDMA :

- Augmentation de la capacité du canal : Utilisation du spectre radiofréquence


d’une manière efficiente permettant ainsi l’augmentation du nombre
d’usagers.

- Augmentation de la confidentialité de l’information : le signal transmis ne peut


être détalé et ses données récupérées, à condition qu’on connaisse le code
adéquat au niveau du récepteur

- Augmentation de la sécurité de l’information : Elle permet de cacher le signal


utile en le transmettant à un niveau bas de puissance , et de le rendre ainsi
difficile à détecter par les récepteurs indésirables.

- Fonctionnement avec faible puissance : on peux émettre les signaux à des


niveaux très bas de puissances

34
Techniques d'accès multiple

- Combiné avec l'utilisation de codes correcteurs, le CDMA permet d'avoir


un très faible C/I de fonctionnement.

 Les mêmes fréquences peuvent être utilisées sur toutes les cellules :
planification simple

35
Les fonctions cellulaires

• Gestion de l'itinérance
Mise à jour de localisation et Paging

Deux principes de bases opposés pour appeler un abonné mobile

• émettre les appels sur toutes les cellules du système = paging


• connaître à tout moment la localisation du mobile grâce à une procédure de
mise à jour de localisation (location updating procedure)
–> possible grâce à une voie balise

• Combinaison des deux méthodes : => zone de localisation (location area)

36
Une Zone de localisation est un ensemble de cellules à l'intérieur duquel un
mobile peut se déplacer sans se signaler au réseau. Lorsque le mobile entre
dans une nouvelle zone de localisation, il le signale au réseau.

37
Gestion des abonnés

• le HLR (Home Location Register) ou enregistreur de localisation nominal :


– profil de l'abonné : identité, services souscrits, restrictions,…
– localisation (grossière) de l'abonné : numéro de VLR où se trouve l'abonné

• le VLR (Visitor Location Register) ou enregistreur de localisation d'accueil :


– liste des abonnés gérés par le VLR
– profil de chaque abonné géré par le VLR
identité, services souscrits, restrictions,…

=> image d'une partie du HLR (principe de la mémoire cache)

– zone de localisation de chaque abonné géré par le VLR : numéro de la zone de


localisation où se trouve l'abonné

38
MSC : Mobile-Services Switching Center (Commutateur de service mobile)
VLR : Visitor Location Register
HLR : Home Location Register
LA : Location Area, zone de localisation
39
Déroulement d'une mise à jour de localisation
• Nécessité d'un canal en émission périodique avec identification de la zone
de localisation :

Voie balise (ou beacon channel, Broadcast Control Channel)

Phases :

- écoute d'une voie balise


- lecture de la zone de localisation
- comparaison avec la précédente zone mémorisé

Si la zone est différente :


- envoi d'un message de mise à jour de localisation
=> mise à jour des VLR et HLR (si nécessaire)
- retour sur la voie balise en attente de possibles appels
40
• Le Handover

Principes généraux

• Mesures par le mobile sur la station de base courante et les stations de


bases voisines (niveau de puissance, d’interférences, etc.)

• Dès nécessité de faire un handover


- réservation des ressources par le réseau
- envoi de la commande de handover

41
Le handover

• Hard handover
ancien lien libéré avant l’établissement du nouveau lien avec la BS cible

• Soft handover
ancien lien libéré après l’établissement du nouveau lien avec la BS cible

42
Hard Handover

-Commutation + routage des infos vers le nouveau lien : simultanément


- Un seul canal radio à la fois
- Légère interruption de la communication

43
Soft Handover

- Les 2 liens et les 2 flux sont actifs simultanément pendant un court laps de
temps
- Qualité de service offerte à l ’usager
- Charge élevée au niveau réseau

44